INTRODUCTION Dans le cadre de notre cours intitulé « ECOSYSTEME » il nous à été demandé de choisir un écosystème et de l’étudier.

Notre choix a été porté sur un écosystème aquatique. Ce dernier (écosystème) est un milieu constitué d’un biotope (le milieu physico-chimique) et d’une biocénose (communauté vivante), dans ce cas le biotope est composé de l’atmosphère, de la lumière et l’eau de l’étang. Il existe une relation complémentaire entre ces deux composantes. Comme cas à étudier, nous nous sommes intéressés à un étang, plus précisément « l’étang d’obili ».l’étude ici consistera tout d’abord à donner l’historique du site ainsi toutes les informations y relatives.par la suite nous analyserons son biotope, sa biocénose, sa chaine trophique, et le cycle de l’eau.et enfin, on identifiera les différentes menaces qui pèsent sur cet écosystème et quelques mesures d’atténuations serons proposées pour y faire face. I-HISTORIQUE DU SITE ET DESCRIPTION DU SITE

L’étang d’obili a été crée vers 1948 par les Belges. Il est artificiel c'est-à-dire a été aménagé, donc n’est pas le fruit de la nature. L’étang d’Obili est situé dans la ville de Yaoundé. Zone située entre le 4e et le 2e degré latitude Nord . il est situé derrière le campus universitaire de l’université de Yaoundé I. plus précisément derrière le stade Matéco, à peu près à 200m de l’amphi 700.tout autour de notre site du coté de l’une des berges on observe une dizaine d’autre étangs aménagés qui prennent leur source depuis la polytechnique et à leur tour alimentent l’étang principal. on note aussi la présence d’une porcherie à cet endroit. Tout autour de l’étang on retrouve de nombreuses cultures vivrières ; (mais, manioc, bananier plantain, macabo, manioc),ces activités sont beaucoup plus présentes du coté de l’entrée. On note aussi la présence d’une poubelle, de quelques habitations et d’une mini cité tout le long du coté de la sortie de notre site ainsi que des toilettes. Il est situé après le carrefour parlement à environ 1500m.par ailleurs peut être repérer à partir du carrefour Obili, juste derrière l’herbier national.au niveau de l’entrée peut être délimité par l’ancien lac Atemegue et l’étang de Melen. Pour éclaircir tout ce que nous venons de dire, nous présenterons une carte des lieux pour que le site soit bien perceptible.

I-1 COORDONNEES GEOGRAPHIQUE DE L’ETANG

A travers l’utilisation du GPS GARMIN on a pu prélever les coordonnées géographiques suivantes : Etang obili NORD : 03°51.404’

Page 1

EST-OUEST : 11°29.689 ELEVATION : 720m 108°t 4.59mk

Ces données ont permis d’avoir les images satellitaires suivantes. Elles nous montrent le lieu exact de notre site

La flèche jaune indique l’étang d’obili. Tout autour ce sont les habitations.

I-2 PERIODE DE L’ETUDE L’étude a été effectuée du 15 janvier au 28 février 2011 à travers plusieurs descentes (6 fois) sur le terrain, dans le but de recueillir les informations, de prélever quelques échantillons de plantes pour en tirer quelques informations, et de prendre quelques photos pour illustres quelques aspects de l’étude.

I-3 CLIMAT DE LA ZONE D’ETUDE Etant donné que notre écosystème se trouve dans la zone de Yaoundé, elle est caractérisée par un climat Sub-équatorial de type Congo guinéen : une petite saison sèche, de juillet à Aout ; une grande saison des pluies de Septembre à Novembre ; une grande saison sèche de Décembre à Février et une petite saison des pluies de mi-Mars à Juin. La pluviosité moyenne varie entre 1500 à 2000mm sur 10 mois. La température moyenne annuelle est relativement constante (de l’ordre de 23 à 27°C l’humidité moyenne est supérieure à 80%) NB : tous ces éléments sont à prendre en compte car ils influencent fortement notre écosystème ; c'est-à-dire si un aspect quelconque du climat change, le milieu lui aussi subit des modifications (soit le déstabiliser ou lui être plutôt favorable)

Page 2

I-4 ENTREE ET EXUTOIRE DU LAC L’entrée du lac est la source principale du lac, l’origine où il prend sa source, ce par quoi il est alimenté. Dans notre cas il est alimenté par l’ensemble des eaux qui viennent du quartier Polytechnique, de l’ensemble des eaux du CHU. En plus nous avons 15 autres étangs tout le long de sa longueur qui se déversent dans le lac. L’exutoire est la porte de sortie du lac. Comme les autres lacs de la ville de Yaoundé il se déverse dans le mfoundi.il traverse quelques zones marécageuses telles que les quartiers bonamoussadi, arrive à l’ENSPT, puis à travers la cité des nations et se jette dans le mfoundi.

Entrée de l’étang I-5 CARACTERISTIQUES DE LA ZONE D’ETUDE Profondeur Longueur largeur 5m 1000m 500m

exutoire de l’étang

II-ETUDE LA BIOCENOSE II-1 ETUDE DE LA FAUNE Lors de l’étude on a pu identifier les êtres aquatiques, les êtres terrestres, les oiseaux, les insectes, les reptiles, les batraciens

Page 3

Etres aquatiques détritivores Phytoplancton (sagitaire) zooplancton escargot Ver de terre sangsue poissons hémicromis silures Kanga Tilapia Carpe Poisson vipère batraciens tétards grenouille crapaud Etres terrestres Pique bœuf mouche libellules papillon fourmis Martin pecheur lézard

Noms scientifiques

Lymnéa sp Lombricoides terrestris

Hémicromis grettalus Oréochomis niloticus Hetérotis niloticus Tilapia nilotica Cyprinus carpio Channa micropeltes

Buffo buffo Rana esculenta Buffo Buffo

Bulbucus ibis Musca domestica

Praines bassica

Page 4

Poisson vipère

hémicromis

silure

Ces quelques espèces ont été photographiées lors d’une des descentes sur le site. II- 2 ETUDE DE LA FLORE Nous avons recensé les espèces aquatiques et les espèces terrestres suivantes : Espèces végétales Autres types Nénuphars Espèces terrestres Sisongo Babanier plantin Mais Gazon ndolè Manioc taro macabo Fleur jalousie Autre type de sisongo Noms scientifiques Ipomea aquatica Nymphea sp Noms scientifiques Imperata cylindrica Paradisidiaca sp Sapientum sp Zea mays Axonéprus compressus Vernonia amydalis Manithot esculentus Xantosoma sagitifolia Xantosoma maffafa Tithonia diversifolia Penissetum purpureum

Nénuphar

bananier plantain

sisongo

fleur jalousie

Page 5

III- ETUDE DU BIOTOPE Comme nous l’avons déjà dit plus haut, le biotope correspond au milieu physicochimique. Il intervient non seulement dans la biologie de chaque espèce, mais aussi dans la structure et la dynamique de la biocénose toute entière. Couleur de l’eau Après de nombreuses descentes sur le terrain on a remarqué que l’eau de l’étang a une couleur rouge. Odeur de l’eau Elle a une forte odeur, surtout au niveau de l’exutoire, elle peut être comparée à celle des eaux usées et accumulées. Qualité de l’eau Etant donné que notre étang coule vu la vitesse de l’eau, dont ne résiste pas à l’écoulement, son eau est loin d’être visqueuse. Elle est donc fluide, c'est-à-dire qu’elle s’écoule facilement. Matières en suspension Pendant l’étude on a noté de nombreux objet en suspension au dessus de l’eau. Notamment les matières et objets plastiques (bouteilles, plastiques, planches morceaux de bois et autres) qui sont une source de pollution pour le lac étant donné qu’ils ne peuvent pas être décomposés. Composition de l’eau La composition de l’eau est la suivante : l’hydrogène (H2), et de l’oxygène(O2).dont la formule générale est H20. En plus on retrouve les autres éléments chimiques tels que : l’azote (N2) et le carbone (C). l’oxygène est importante pour la respiration aérobie des animaux aquatiques ; le dioxyde de carbone rejeté par les animaux lors de la respiration est utilisé par les plantes lors de la photosynthèse ; et l’azote est nécessaire pour la croissance des plantes aquatiques. Tous ces éléments permettent de réaliser le cycle de l’eau si dessous.

Page 6

Cycle de l’eau

Qualité des sols Le sol de notre site est de nature argileuse c'est-à-dire que l’eau ne peut pas s’infiltrer dans le sol, c’est ce qui a permit la réalisation de cet étang. Nous pouvons ajouter qu’autour on retrouve quelques marécages A partir de ces différentes espèces on a pu réaliser la chaine trophique suivante

Page 7

Détritivores
homme prédateur(pique bouef) carnivore(poisson vipère) omnivore(tilapia) herbivore(zooplacton) phytoplancton

minéraux PO42-, NO32-

Soleil chaine trophique de l’étang

IV-RECENSEMENT DES PROBLEMES RENCONTRES AU COURS DE L’ETUDE Au cours de l’étude de notre écosystème on a recensé de nombreux problèmes tels que : la pollution qui est le principal, l’envasement, l’entrave à la photosynthèse et l’eutrophisation.

IV-1 La pollution Par définition c’est la contamination de l’air, l’eau ou du sol (par des substances chimiques, organiques ou radioactives) altérant la santé de l’homme, la qualité de la vie ou le

Page 8

fonctionnement naturel des écosystèmes. Dans notre cas d’espèces on la pollution de l’eau. Après une étude approfondie on a identifié les sources de pollution et les responsables. • La poubelle, située sur la berge droite avec tout ce qu’elle comporte est une des grandes sources de pollution du site. Ceci à cause des déchets de poubelle que les populations déversent à cet endroit et qui à leur tour se déversent dans l’eau est une source de problème. Eaux usée des ménages : à cause de leur mauvaise canalisation se déversent aussi dans le lac entrainant ainsi une pollution chimique des lieux pouvant entrainer d’autres problèmes. Latrines situés juste à l’exutoire qui à leur tour vont être un problème pour l’étang.

Poubelle

eaux usées

latrines

Tous les éléments cités plus haut vont engendrer le même problème à savoir celui d’eutrophisation. Toutes ces sources de pollution vont enrichir l’eau artificiellement et excessivement en nutriment, provocant une croissance anormale de la végétation. L’eutrophisation entraine les odeurs désagréables, la prolifération d’algues vertes, l’épuisement des réserves d’oxygènes des eaux profondes et des modifications de la composition chimique de l’eau. Parallèlement le taux de composition des bactéries s’accroit. Et l’augmentation de la population de bactéries entraine une surconsommation d’oxygène que la dissolution d’oxygène n’arrive pas à renouveler.

IV-2 Matières et végétaux en suspension Nous avons observé au cours de l’étude la présence à la surface de l’eau de nombreux objets ( nylon, bouteilles plastiques, morceaux de bois,etc ) et végétaux (nénuphar). Ces derniers sont une source de problème. Ceci parce que ils empêchent la lumière de pénétrer dans les couches inférieures du plan d’eau. Ce phénomène peut entrainer la disparition des poissons qui affectionnent les eaux claires ; ainsi que la réalisation de la photosynthèse qui est la base de toute vie dans un écosystème. De même ce dernier étant important pour la réalisation de la chaine trophique, s’il est perturbé, c’est tout l’écosystème qui l’est.

Page 9

IV-3 Envasement Elle se traduit par la présence d’un dépôt constitué de terre et de déchets végétaux en putréfaction qui se forme au fond d’une eau. Ce phénomène est du à la présence tout autour de l’étang de la pratique des cultures suivantes : le manioc, et le macabo. Avec le temps ces cultures ont tendance à dégrader le sol avec leurs racines. D’où l’érosion, les terres seront déversés directement dans l’étang vu qu’elles sont très proches. Ces terres vont former ce qu’on appelle la vase : d’où le phénomène d’envasement. Ceci à son tour pourra provoquer l’asphyxie des espèces du milieu. Face à tous ces problèmes on pu identifier quelques mesures d’atténuation. V-MESURES D’ATTENUATION Les mesures d’atténuation ont été choisies en fonction des problèmes recensés V-1 pour les formes de pollution -Poubelle : qui se trouve sur la berge droite, étant donné qu’on ne peu plus là reculer par manque d’espace, on peut plutôt installer un grand bac à ordure à cette endroit pour y déverser les déchets. Ou encore la société de salubrité peut procéder à la collecte des ordures en mettant sur pied un calendrier de collecte. Au cas où ils estiment que l’accès n’est très accessible, les populations peuvent prendre l’initiative en se constituant groupe et organiser eux même la pré collecte. - les toilettes qui polluent la nappe phréatique, à leur tour doivent être déplacées. -La porcherie , le même traitement. Certes elle est une source d’enrichissement pour le lac, mais cause un problème grave. Les déchets qui y sont produits doivent être bien canalisés ou dirigés dans un endroit autre que l’étang. -Eaux usées de ménages à leur niveau doivent être canalisées depuis la source. Les agents du MINEPIA doivent sensibiliser les responsables et leur montrer les dégâts qu’ils dégradent la qualité de l’eau du site. V-2 pour l’envasement On doit stopper la pratique de certaines cultures autour du lac. C’est le cas du manioc et du macabo. V-3 pour les matières en suspension Etant donné qu’on note la présence de nombreuses matières en suspension provenant de la poubelle située sur la berge droite et les végétaux à cause de l’enrichissement de site en matière organique on revient à la solution déjà proposée plus haut à savoir supprimer la poubelle à et cette endroit .

Page 10

CONLUSION Notre étude consistait à choisir un écosystème, de l’étudier, et de présenter les menaces qui y pèsent et de proposer quelques mesures d’atténuations .au terme de notre de notre étude nous pouvons dire que, l’étang d’obili est très important, ceci au vu des richesses halieutiques qu’elle peut apporter aux populations. Cependant il subit diverses pressions anthropiques, notamment : les poubelles, les latrines, et les eaux usées. Face à ces problèmes, nous devons prendre en compte les mesures d’atténuation proposées plus haut. En plus sensibiliser les populations riveraines sur la préservation du site.

Page 11

BIBLIOGRAPHIE Dictionnaire Microsoft Encarta Université de Yaoundé I (département de physiologie et de biologie végétale) Structure et fonctionnement des écosystèmes cours Dr Djocgué François pierre

Page 12

PLAN

INTRODUCTION

I-HISTORIQUE ET DESCRITION DU SITE

II- ETUDE DE LA BIOCENONE II-1 étude de la flore II-2 étude de la faune

III - ETUDE DU BIOTOPE

IV-RECENSEMENT DES PROBLEMES

V-MESURES D’ATTENUATIONS

CONCLUSION

Page 13

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful