You are on page 1of 4

L' indivision ordinaire (de droit commun).

Le droit commun, c'est le droit qui s'aplique à défaut de textes particuliers. Quand plusieurs
personnes ont des droits identiques sur un même bien en l'absence de textes particuliers il s'agira
d'une indivision prévue aux art 815 et suivants.
L'indivision ordinaire, c'est le concours de plusieurs droits de même nature sur un même bien sans
qu'il y ait division matérielle au départ. sinon quoi il n'y aurait plus d'indivision. L'indivision n'a pas
de personne morale et c'est ce qui la distingue de la société. Le code de napoléon (1804) a très peu
de considération de l'indivision car c'était une crainte des collectivités à cette époque. Il y a des
indices significatifs. C'est un état (l'indivision) qui tout d'abord subit, aussi le premier texte sur
l'indivision art 815 cc commence « nul ne peut etre contraint à demeuré dans l'individion et le
partage peut toujours être provoqué ».
La loi du 31 décembre 1976 réhabilite la division, elle prévoit :
*de dire que l'indivision n'est pas qu'un état dubit mais aussi choisit.
*autorise des conventions spécifiques entre des indivisaires.
La maladresse c'est que les conventions d'indivisions ont été placées plus loin 1873-1 et suivant et
qu'on ne les utilisent pas.
La loi du 23 juin 2006 a remodelé les règles de l'indivision ainsi que la loi de 2009.

I) l'indivision légale.

Art 815 et suivants, ce sont les textes qui ont vocation à s'appliquer automatiquement dès
qu'il y a plusieurs personnes avec des mêmes droits sur un même bien. Légale veut dire que ça
s'applique naturellement.

A)la naissance de l'indivision légale.

Quand est-ce qu'il y aura indivision ? Quand est-ce que les art 815 et svts s'appliquent ?
Pour qu'elle s'applique il faut qu'il y ait coexistance de plusieurs sujets ayant ces droits de meme
nature portant sur le même bien. Peu importe qu'il s'agisse d'un immeuble ou qu'il y ait de
nombreuses personnes.
L'indivision successorale :
jusqu'au partage il y aura indivision quand il y a décès, plusieurs héritiers.
L'indivision conjugale et du pacs :
l'indivision de ceux qui vivent ensemble, il faut être deux et seulement deux !
s'ils acqièrent ensemble ils sont en indivision, le couple qu'il se décline en tant que couple marié ou
pacsé au plan patrimonial, emporte une mise en commun d'intérêt et il y aura des acquisitions en
commun et qui sont le siège d'indivision.
L'indivision en dehors de ces cas :
En dehors d'un décés ou couple plusieurs personnes acquièent ensemble un bien. L'acquisition a
pour effet d'ouvrir sur ce bien une indivision. Soit on ne dit rien et on a une indivision au prorata du
nombre de personnes soit on décide que les portions seront inégales et il y a des clauses.

B)hypothèses où elle ne s'applique pas.

Quand plusieurs personnes mais elles n'ont pas des droits de meme nature. Pas d'indivision entre un
usufruitier et un nu propriétaire, car ils n'ont pas des droits de meme nature.
EX une personne décède, laisse sa veuve et deux enfants (nu propriétaire). Aucune
indivision entre mere et enfants mais oui entre les deux enfants.
Quand il est prévu que sur un meme bien chacune des personnes aient une portion délimitée.
EX le terrain appartient nonpas à A et à B mais telle partie est à A et l'autre est B, on
attribue un lot et ce n'est plus de l'indivision.

En conclusion. la loi du 12 mai 2009. la regle d'unanimité devrait s'imposer pour tous les actes de disposition et ceux d'administration. pour toute décision importante il faut l'unanimité. Toutes ces indemnités vont etre réglées dans un compté d'indivision. « dans une mesure compatible avec le droit des autres indivisaires » cad que si on occupe l'immeuble les autres peuvent aussi l'occuper. Il existe d'autres chefs d'indemnité dans la vie collective de l'indivision. Comme la tontine est basée sur une condition qui est un mécanisme rétroactif. Chaque acquéreur est propriétaire d'une moitié sous condition suspensive et l'autre sous résolutoire. Du fait de cette rétroactivité. Enfin. les autres lui devront une indemnité car ça améliore le bien collectif art 813cc. Il peut y avoir des cas où tous les indivisaires ne seront pas d'accord ! La pluralité emporte une limitation de leur prérogatives.Il peut y avoir des hypothèses d'acquisition d'un bien à plusieurs pour lesquelles l'indivision sera exclue en raison de clauses particulières. Le partage peut toujours être demandé. il y a aujourd'hui une tendance a débloquer les indivisions a faciliter la gestion des . a créé un nouveauy cas où on peut contourner l'unanimité en s'addressant au juge art 815-5-1cc. On a un bien dont on connaitra le seul propriétaire au premier décès. ne devrait pas poser de problème. Si les tontiniers renoncent d'un commun accord dans ce cas là ils se retrouvent en indivision. Ceux qui pourraient etre faits seuls ce sont les actes conservatoires. ils s'entendent → moindre difficultés. On doit exercer son droit dans le respect de l'exercice des autres. La gestion de l'indivision légale Chaque indivisaire est propriétaire mais le fait d'être plusieurs emporte certaines limitations. idem pour vendre les meubbles indivis pour payer les dettes de l'indivision pour la conclusion de baux d'ahabitation. EX si un indivisaire engage des dépenses pour réparer le bien. Des décisions importantes peuvent etre imposées à un récalcitrant des lors qu'il y a la majorité des deux tiers. celui qui survit et propriétaire et en plus est propriétaire seul depuis le départ. pour donner un mandat les 2/3 suffisent. Mécanisme à double condition : résolutoire et suspensive. Les actes d'administration sur le bien indivi (amélioration du bien = changer une toiture). Il faut distinguer deux situations : • lorsqu'il y a quiétude. L'inconvénient. rien ne sera fait car il y a rarement l'unanimité et il risque d'y avoir une ruine du bien. A tous moments on peut quitter l'indivision et l'acte est ce qu'on appelle un partage. La loi du 23 juin 2006 a réformé le droit des successions a assouplie la regle d'unanimité en se contentant dans certains cas d'une majorité des 2/3. Le droit va définir un équilibre. +l'unanimité (pouvoir sur le bien indivi) : quelle majorité est imposée pour les décisions relatives aux biens indivis ? En principe. c'est par rapport au volume des parts que détient chacun. ils peuvent user personnellement de la chose art 815-9cc. jusqu'à preuve contraire il est redevable d'une indemnité aux autres. +la jouissance : qui peut jouir du bien a plusieurs ? Tous. Conséquence s'il s'avérait qu'un indivisaire use privatoivement de la chose. la période qui a précédé le décès est rétroactivement neutralisée antérieurement au décès et de ce fait on a pas d'indivision. cette clause est une roulette patrimoniale celui qui survit est présumé seul propriétaire depuis le début. EX incertion d'une clause de tontine dans une acquisition à plusieurs exclue l'indivision car la clause de tontine entre A et B. +la précarité : cela peut être une notion positive cad ici que a tous moments vous pouvez quitter l'indivision.

→ c'est une élimination de celui qui veut sortir. • Lorsque les gens ne s'entendent pas : s'il y a des décisions urgentes a prendre !! peut-on dans certains cas d'urgence courcicuiter l'absence de consentement d'un indivisaire dans l'intérêt de l'indivision ? Un processus est prévu et ressemble au régime matrimonial et permet de palier au plus pressé. c'est le droit commun. art 837cc. Le juge peut prévoir une assistance judiciaire prévoir un autre indivisaire a passer l'acte en se passant du refus. • Quand il refuse et que ça met en péril le bien indivi. Le droit commun a vocation a s'appliquer tant qu'un texte particulier ne gêne pas une situation particulière. l'un veut quitter l'indivision. La convention d'indivision ne pourra porter que sur des points précis. Les regles de droit commun qui s'applique dè que plusieurs personnes ont des droits identiques sur un bien. A tout moment on peut demander le partage. si le bien indivis est spéculatif. il faut que les deux qui versent lui donne une somme d'argent. le juge peut surseoir au partage au plus pendant deux ans en considérant que la cession au jour demandé. C)la fin de l'indivision légale. • imaginez qu'il y ait une indivision à deux et que l'un des indivisaires est hors d'état de manifester sa volonté. Il existe des exceptions. ▪ il est possible d'étendre les pouvoirs d'un indivisaire avec un contrôle judiciaire. le droit discrétionnaire de demander le partage : − porte sur une entreprise ou sur un local d'habitation :quand le bien indivis a une importance a une importance économique pour les autres indivisaires. EX un bien vaut 300. Ex quand on est en indivision il est possible dans le cadre d'un contrat d'organiser cette indivision (organisation conventionnelle de l'indivision) un contrat va se greffer sur l'indivision et il faudra appliquer les règles du contrat. le juge compétent sera le juge des tutelles alors qu'il n'y a pas de tutelle. si au terme d'une mise en demeure de 3 mois il ne réagit pas on peut demander au juge de le faire représenter par un mandataire comme s'il était absent. On ne peut pas casser l'indivision comme on veut. − Il est possible quand un indivisaire de sortir plutot que de rompre toute l'indivision. l'acte. lui attribuer sa part et de rester pour le reste dan sl'indivision. ça peut se rompre très vite.indivisoins. le code a prévu la possibilité d'une représentation judiciaire art 815-4cc. La somme qui est versée pour compenser le fait que les autres restent en indivision : la soulte. ▪ A l'inverse parfois on va restreindre les pouvoirs d'un indivisaire : • le président du tribunal peut interdire imposer ou autoriser toute mesure urgente que recquiert l'intérêt commun. • L'inerte. La sortie d'un indivisaire nécéssitera une indemnisation. − Quand la valeur du bien est en cause. Ça peut durer tres longtemps. . léserait considérablement les autres. Le juge a son mot a dire. Ça rendra opposable au récalcitrant.

ce sont des copropriétés forcées perpétuelles pour lesquels le partage ne peut pas etre demandé car il porterait atteinte à la destination et à l'usage collectif auquelle elle est affectée. donc l'apartement va se retrouver entre l'indivisaire survivant et les héritiers du décédé. Possibilité de superposer un contrat à une indivision. c'est souvent parce qu'ils sont exportés dans le cc qu'ils ne sont pas utilisés. la durée maximale serait alors de 5 ans. art 1873-13cc. Quelle est la durée de l'engagement ? Cette qt est une qt sensible car la durée de la convention heurte ou limite le ppe selon lequel à tous moments on peut demander le partage ! Pour se faire.. L'intérêt de faire des conventions illimitées : − Permettre une meilleure gestion de l'indivision en permettant la désignation d'un ou plusieurs gérants. A)les conditions de validité. Permet d'ajouter le fait que la premier année A gère l'indivision pui la seconde année B etc.. Celui qui décède laisse des indivisaires. le cc propose deux formules : − une à durée déterminée . Durant cette période le partage ne peut plus être demandé (sauf juste motif et grave!). L'interet principal d'en faire une est de la stabiliser dans le temps. − une à durée indéterminée . B)objet des conventions d'indivision. Cette clause est rarement utilisée car les gens mélangent les conventions a durée limitée et celles à durée illimitée et ne veulent pas refaire tous les 5 ans ! Il existe aussi une « indivision forcée » cad en réalité que ce n'est pas une indivision. Quelle capacité ? Art 1873-4 il faut avoir la capacité de faire des actes de disposition donc la capacité maximale. . La stratégie se trouve ailleurs. Toute convention exige l'accord de toutes les parties consentantes. − la protection du survivant des indivisaires. II)l'organisation conventionnelle de l'indivision. Il faut le consentement de tous les indivisaires 1873-2cc. Une moitié du bien revient aux héritiers. Décès d'un des indivisaires. Il existe un moyen pour prévoir une mesure de protection pour le survivant des indivisaires. apriori l'utilité paraît moindre car si la convention est illimité dans le temps elle ne contrarie pas le droit au partage qui va demeurer possible à tout moment. Une forme est imposée ? On peut consentir sans écrit sauf quand la loi le demande et la convention d'indivision est un contrat solennel et donc il faut un écrit pour la validité de l'acte. La clause consiste à prévoir que l'indivisaire survivant aura la faculté de conserver la totalité du bien indivi a condition de dédommager les héritiers de la part qui leur revenait. Que peut-on prévoir dans les convention ? Ces textes figurent aux art 1873-1 et suivants. L'achat par des concubins en indivision. Cela impose a peine de nullité d'être établit par écrit.