Cours Autocad 2008 (1

)
Version 1
Avril 2010

Avertissement
Ce « poly » résulte de ma prise de note personnelle lors de mon apprentissage d’Autocad. Erreurs et imprécisions seront donc au RDV. C’est un « pense-bête » avant d’attaquer les incontournables ouvrages sur Autocad : on en trouve d’excellents à la bibliothèque de l’ECL.

Séance 1 – prise en main (2h)
1. 2. 3. 4. 5. 6. présentation d’Autocad l’interface les calques les manipulations de base les outils de dessin les outils de modification

Exercice : dessiner un ipod

1

l’interface • • • personnalisation de l’interface en déplaçant les barres d’outils logiciel où on utilise la souris et le clavier.1. ou les lettres de l’option mis en majuscule). barre importante : cliquer sur chaque bouton pour activer les options dans la zone de tracé 2 . Afficher / masquer une barre d’outils : clic droit dans : • • ou clic droit dans toutes barres d’outils Fenêtre de commande à regarder tout le temps. On y entre souvent des instructions associées à ce que l’on fait par clics • en dessous de cette fenêtre. 1. présentation d’Autocad un exemple : plan. possibilité de monter du 3D à partir du 2D mais il existe d’autres logiciels 3D plus faciles d’utilisation. affiche les commandes effectuées par clics. coupes du musée du Quai Branly – Nouvel • • • logiciel vectoriel zoom infini (cumuler tous les niveaux de détails) essentiellement 2D. les options possibles (taper la première lettre de l’option. CE COURS : DESSIN 2D.

DYN : affiche les infos dynamiques (cotes. • Barres des calques (cf 3. on peut quand même tracer des lignes de biais en cliquant sur des points des objets. Attention. la même quelque soit le zoom.) • Barre d’outil (cf 4. et avec ORTHO activé. avec l’activation de l’accrochage des objets. angles) lors des tracés Sans DYN : Avec DYN : ACCROBJ : accrochage des objets (important car le zoom infini entraîne vite des erreurs) EL : affiche l’épaisseur des traits. affiche l’épaisseur de la ligne. et 5. Indispensable pour garantir des traits // aux axes lors du tracé du repère.clic droit pour accéder aux paramètres GRILLE : active une grille dont les nœuds sont paramétrables RESOL : le curseur s’accroche au nœud de la grille ORTHO : contraint à tracer selon directions // aux axes du repères.) • Barre de modification • Barre d’accrochage des objets 3 . On préférera l’utilisation de gabarit via les calques pour l’impression. Remarque : cependant.

2. les calques • généralités sur les calques le dessin est un empilement de calques. éteint : masqué o Verrou : verrouiller le calque (pour éviter de faire des modifications sans le vouloir) o Carré : indique la couleur (ici blanc) des éléments du calque transférer des éléments d’un calque à un autre : sélectionner les éléments. auxquels on attribue des propriétés communes qui serviront notamment pour l’édition. un avec les fluides. et présenter ainsi différents documents selon l’interlocuteur. Dans un projet professionnel. Petites icônes à gauche du nom du calque : o Ampoule : allumé : activé. est le calque courant (ici le calque 0). un avec le gros œuvre etc. changer le calque dans la barre des calques en choisissant le calque de destination • gestionnaire des calques ouverture du gestionnaire de calques en cliquant sur l’icône à l’extrême gauche de la barre des calques créer un nouveau calque : rendre le calque courant : ou double clic sur le nom du calque modifier le nom du calque : 1 clic sur le calque puis 1 clic sur le nom clic sur l’icône de ce type + choix de la couleur modifier la couleur : 4 . celui de travail où l’on crée les nouveaux objets. Tout dessin a nécessairement au moins un calque (calque 0) Chaque calque a un nom unique La gestion des calques est différente de Photoshop Les calques permettent de séparer le dessin en éléments. on peut faire un calque avec les réseaux électriques. le calque « tout en haut ».

3. manipulations de bases • sélection des objets Remarque : la sélection se fait sur tous les calques.calque imprimable repères par exemple) + clic = calque non imprimable (pour éviter d’imprimer ses pour plus de notions sur les calques : voir les filtres. et pas seulement sur le calque courant 1 clic = 1 sélection clics suivants = la sélection continue ECH / ENTREE / ESPACE : désélection complète MAJ + clic = désélection d’un élément 1 clic ailleurs que sur un objet et 1 clic à droite pour définir un rectangle de sélection : manœuvre : résultat : sélection des objets inclus dans le rectangle 1 clic ailleurs que sur un objet et 1 clic à droite pour définir un rectangle de sélection : manœuvre : 5 .

4. les outils de dessin • manipulation des objets avec les outils : deux méthodes clic sur l’outil choix des objets.résultat : sélection des objets inclus + intersectés par le rectangle de sélection • zoom et manipulation de la feuille de dessin utilisation de la SOURIS et sa ROULETTE roulette avant / arrière : zoom / dézoom roulette enfoncée : déplacement du dessin ou clic droit dans le dessin => zoom / panoramique ou utilisation de la barre de zoom double clic sur la roulette : retour à un zoom englobant le dessin et regénération de ce dernier (important dans le cas où on n’arrive plus à dézoomer. ou quand à force de zoom / dézoom les éléments du dessin ne s’affichent plus bien –cercles par exemple. validation avec entrée ou espace utilisation de l’outil OU sélection activation de l’outil utiliser l’outil ECH : sortir de l’outil 6 .: réinitialise).

Inconvénient : des droites infinies qui traînent. extrémité. Polyligne outil présentant des avantages par rapport aux lignes : la polyligne (l’ensemble de lignes…) se comporte comme un seul objet. Important : dans le cas de polyligne fermée. polygone rectangle arc cercle spline : analogue à l’outil plume de Photoshop texte 5. même si vous êtes bien revenu au départ.TAB : passer entre les « petites fenêtres » activées autour de l’objet pour modifier les informations de cote lorsque l’on trace. mm. angles) NB3 : tous les outils disposent d’une multitude d’options (accessibles avec la flèche bas ou e. il faut clore la polyligne. Mais les polylignes sont moins faciles à modifier que les lignes. (rappel clic droit->paramètres sur ACCROBJ) 7 .15… (on définit a posteriori à quoi cela correspond : des m. CTRL+Z : efface la dernière action. tapant au clavier des instructions pour la ligne de commande) ligne droite important cet outil permet de faire la trame d’un dessin pour pouvoir dessiner ensuite en se posant moins de questions et sélectionner plus facilement (droite infinies).3. soient activées). sélectionner l’objet dont on cherche les dimensions et passer sur les points pour afficher les informations (cotes. etc) NB2 : pour vérifier les cotations. On peut aussi sélectionner la polyligne et l’éditer par clic droit + clore. Taper l’instruction « c » (+ entrée) permet de clore la polyligne à la fin du tracé. TAB verrouille la valeur déjà entrée. il faut s’aider de l’accrochage des objets (vérifier que dans les paramètres de ACCROBJ les options comme milieu. Ou taper dans la fenêtre de dessin « pe » qui ouvre l’édition de polyligne dans la ligne des commandes : il faut taper « c » pour clore (suivre les instructions). les outils de modification NB : pour les choix des points nécessaires dans de nombreux outils. remonte l’historique des actions CTRL+Y : rétablit tout. afficher les infos dynamiques (DYN). etc. NB1 : pour le moment toutes les distances se font en « unités » ex 2.

on peut taper « p » et ensuite choisir un point. Pratique pour éviter de mesurer l’angle de rotation. puis d’un second. des petits chanfreins qui disparaissent à cause d’un décalage important. Choix des objets. qui définissent l’axe de symétrie décalage : saisie de la distance de décalage (espace. Echelle réalise une homothétie. entrée pour valider après avoir tapé au clavier la distance). le vecteur alors défini est le vecteur de déplacement des objets dupliqués (ou de l’objet dupliqué). miroir : choix d’un premier point. échelle : le premier point et le deuxième point définissent une distance qui fournit le facteur d’échelle multiplicatif ou on entre un facteur d’échelle. Remarque importante : il est possible avec échelle d’ajuster un objet sur un autre. le décalage passera alors par ce point. Par exemple. Remarque2 : on peut l’utiliser pour translater des lignes / droites Remarque3 : si la distance de décalage n’a pas été entrée. réseau déplacer : même principe que copier rotation : le premier point définit le centre de la rotation Remarque : l’usage de l’option référence (taper « r ») permet de faire la rotation en se calquant sur un angle de la figure. 8 .effacer copier : choix d’un premier point puis d’un second point . Choix d’un point qui définit le « sens » du décalage. Point à l’intérieur du rectangle : décalage à l’intérieur : Remarque1 : attention à la « perte » possible d’informations lors du décalage.

• • taper « r » pour référence spécifier la longueur de référence (ie la longueur du rectangle gauche qu’on veut ajuster) • • spécifier la longueur de référence (ie la longueur du rectangle gauche qu’on veut ajuster. ou longueur initiale) maintenant sélectionner le deuxième point de la largeur du rectangle droit (pour avoir la longueur finale) • et voilà… 9 .• Ajustons la largeur du rectangle droit sur celle de gauche : • • sélectionner l’objet à modifier (rectangle gauche…) point de base : prendre l’extrémité d’une largeur du rectangle droit.

• pour éviter que l’objet ne se crée plus loin – ie le point de base n’est pas sur la figure initiale-. C. on aurait pu déplacer les rectangles de telle sorte qu’ils se touchent.d dans cette configuration : étirer : ajuster : • sélection du bord de coupe (ici la grande droite) • sélection de l’objet à ajuster 10 .a.

de même nature et formant un objet de même nature (ie arcs situés sur un même arc de cercle.• résultat • • on peut sélectionner plusieurs bords de coupe et plusieurs objets à ajuster bords de coupes et objets à ajuster peuvent être identiques : => prolonger • pareil que ajuster mais dans l’autre sens ! => couper au niveau du point : séparer un objet en deux coupure : séparer un objet en deux en enlevant un bout au passage joindre : réunir des objets jointifs . lignes colinéaires). chanfrein raccord : création d’un arc de cercle de raccordement. le rayon est à spécifier en tapant « r » puis la valeur du rayon (la valeur sera stockée pour les prochains usages) 11 . Les polylignes peuvent être jointes par des arcs ou lignes.

sélectionner la polyligne. => => Remarque2 : dans le cas où on veut appliquer le même raccord sur divers parties d’une polyligne (voir l’exercice de l’ipod). décomposer : permet de dissocier (ex. Encore mieux : il suffit d’appuyer sur shift pendant la sélection des deux objets à raccorder. et le raccord se fait automatiquement avec un rayon 0. taper « p » (pour polyligne).Remarque1 : cas du raccord de rayon 0 ajuster d’un coup au lieu de deux. et hop. polyligne -> lignes) Exercice : l’ipod 12 .

rendre le calque « repères » non imprimable (le calque repères ne sert qu’à tracer les autres…) sélectionner repère comme calque courant b) tracé du repère • • • passer en ORTHO (seul moyen de s’assurer le parallélisme aux axes) tracer une droite. contour chacun une couleur différente. Décaler la droite (manœuvre équivalente : copier la droite) tracer une droite perpendiculaire et la décaler 13 . écran.• • fichier -> nouveau . sélectionner le gabarit de base « acad » ou « acadiso » penser à enregistrer régulièrement (un bug est si vite arrivé) a) création des calques • • • 3 calques (dissociation des éléments) : repères.

c) tracé du contour • • passage au calque contour tracé du contour avec une polyligne (avantage = un seul objet). ne pas oublier de clore la polyligne ! (taper « c ») d) tracé de l’écran • • repasser dans le repère pour tracer des repères pour placer l’écran passer dans le calque repère pour tracer l’écran avec un rectangle par exemple 14 .

ie clic droit sur ACCROBJ) o décaler le grand cercle pour obtenir le petit o déplacer le tout à la bonne cote (ORTHO est pratique pour garantir le parallélisme du déplacement avec l’axe y) 15 .e) tracé du sélecteur • • revenir dans le calque « contour » 1 méthode pour tracer le sélecteur : o tracer le grand cercle en prenant pour centre le segment du bas (ne marche que si l’accrochage des objets affiche le centre : activer le bouton adhoc dans « paramètres » de l’accrochage.

si les polylignes ne sont pas closes. ca pose problème). bravo ! la suite lors de la séance 2… 16 .f) • les congés de l’écran et du contour utiliser l’outil de raccord avec le bon rayon (c’est là qu’on peut constater que.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful