EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina

Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 1
4. Conception et réalisation
4.1 Emetteur
Tant que le poussoir de la télécommande est activé, l’émetteur génère des salves de cinq
impulsions. Ces trains d’impulsions commandent la diode d’émission (LD271).
4.1.1
La commande de la diode se fait en courant.
Le rapport cyclique
T
D
τ
· du signal de commande
détermine le courant maximal pouvant traverser la diode.
La portée de la transmission est fonction de la puissance
émise par la diode et celle-ci est à la fois dépendante du
courant la traversant. Pour une transmission de quatre
mètres un courant voisin de 1A est nécessaire.
Choix : τ = 100 µs et T = 1.900 ms ce qui donne un
rapport D = 0.052.
Courant maximale traversant la diode : 0,8 A.
figure 1 - Caractéristique de la diode IR
4.1.2
Voici le schéma complet de l'émetteur :
R
i
( = 2 Ω ) étant la résistance interne de la pile.
figure 2 – l'émetteur
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 2
Nous utilisons le Timer NE555 comme bascule astable et le compteur HEF4018B pour générer
le trains d'impulsion.
figure 3
Signal généré par la bascule astable
Calcul de T1 et T2 :
T
1
: chargement de C
1
de V
cc
/3 vers V
cc
à travers R
1
et D
1

,
`

.
|

,
`

.
|
− + ·

,
`

.
|

1 1
C R
t
cc cc
e 1 V 7 . 0
3
V 2
3
V
v
avec t = T
1
pour 2V
cc
/3 :

,
`

.
|

,
`

.
|
− + ·

,
`

.
|

1 1
1
C R
T
cc cc
cc
e 1 V 7 . 0
3
V 2
3
V
V
3
2
1 1
cc
cc
1
C R
V 7 . 0
3
V
V 7 . 0
3
V 2
ln T
]
]
]
]
]
]

,
`

.
|

,
`

.
|

·
avec V
cc
= 9 V on trouve T
1
= 0.100 ms
T
2
s'obtient par des calculs similaires :
1 2
cc
cc
2
C R
V 7 . 0
3
V
V 7 . 0
3
V 2
ln T
]
]
]
]
]
]

,
`

.
|

,
`

.
|

·
avec V
cc
= 9 V on trouve T
2
= 1.836 ms T = T
1
+ T
2
= 1.936 ms
On obtient D = T
1
/ T = 0.052
T
1
T
T
2
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 3
Le signal de commande est généré par le AND logique entre le signal à la sortie du Timer et le
signal à la sortie du compteur.
figure 4 – génération des trains d'impulsions
Afin de garantir une consommation nulle au repos, le bouton-poussoir est placé entre la pile et
le reste du circuit.
Dimensionnement de R3 et R4 :
Le transistor T1 est de type Darlington dont les caractéristiques sont :
Vce (Saturation) = 1V. β = 1000.
La chute de tension sur la diode est égale à 2V.
En saturation I
csat
= 0,8 A => R4 = (9-3)/0,8 Ω = 7,5 Ω Choix : R4 = 6,8 Ω.
D’autre part I
csat
< βI
bsat
=> R3 < 10,3 KΩ Choix : R3 = 10 KΩ
4.1.3
Signaux relevés lors de l’activation du poussoir :
figure 5 – allure d'un seul pic
A = 2 V TB = 50 µs
TIMER NE555
COUNTER HEF4018B
AND
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 4
figure 6 – deux pics adjacents
figure 7 – deux trains d'impulsions
A = 2 V TB = 0.5 ms
A = 2 V TB = 5 ms
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 5
4.2 Récepteur
4.2.1
Le signal lumineux de l’émetteur est capté par une photodiode sensible à l'infrarouge (BP104)
qui génère un courant proportionnel à l'intensité de la lumière IR incidente.
Le signal reçu est faible est très perturbé par la lumière ambiante. Le convertisseur courant
tension (AO1,R,R
5
) de la figure 9 amplifie ce signal suivant la relation :
v
out
= - i
in
R
5
Afin que les traitements ultérieurs (filtrage, décodage, etc.) soient aisés, la valeur de R
5
doit
être suffisamment élevée . Choix R
5
= 3.3 MΩ.
La résistance R ( = 82KΩ ) est utilisée pour réduire le taux de contre-réaction de AO1, afin
d’éviter qu’il oscille. Le signal à la sortie de AO1 est rapporté sur la figure 11.
4.2.2
Le signal reçu est perturbé par le secteur (50 Hz) et les néons à (50 – 100 KHz).
L'élimination des signaux parasites se fait par un filtre passe-haut placé après la
préamplification. Le filtre comprend R
6
, C
4
, R
7
et un deuxième amplificateur LF356 (AO2).
Le filtrage aux hautes fréquences est assuré par AO2, car il a une bande passante limitée.
Fréquence de coupure du filtre : Hz 340
R C 2
1
f
6 4
c

π
·
figure 8
20log(12) ≅ 22 dB
f
c
f
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 6
4.2.3
Voici la première partie du récepteur (préamplification, filtrage et transformation en signal
binaire).
figure 9
Les capacités C
2
et C
3
sont des capacités de découplage.
figure 10 – entrée du préamplificateur
A = 10 mV TB = 2 ms
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 7
figure 11 – sortie du préamplificateur
figure 12 – sortie du filtre
A = 0.1 V TB = 10 ms
A = 1 V TB = 5 ms
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 8
4.2.4
Le signal amplifié et filtré est transformé en un signal binaire capable de commander la logique
de décodage du récepteur. Cette tâche est faite par le comparateur LF357 (AO3) et les
résistances R
8
et R
9
(cf. figure 9 ). Ces résistances divisent la tension d'alimentation de façon à
ce que nous obtenions 2 V à l'entrée négative du comparateur.
Le signal à la sortie de AO3 varie entre –15 V et +15 V. Le circuit redresseur composé par la
diode D3 et la résistance R10 génèrent enfin un signal binaire entre 0 V et 14,3 V .
Dimensionnement de R10 :
On limite à 10 mA le courant fournit par AO3 (on néglige le courant demandé par l’étage
logique). Cela impose la condition R
10
> 1,.43 KΩ Choix : R10 = 2,2 KΩ
4.2.5
figure 13 – signal binaire, un seul pic
A = 5 V TB = 50 µs
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 9
figure 14 – signal binaire, deux trains d'impulsions
4.2.6
La deuxième partie de notre récepteur comporte la partie logique de décodage et la partie qui
permet d'actionner le relais (cf. figure 17).
Nous avons utilisé pour le décodage :
- deux Dual precision monostable multivibrator (HEF4538, les résistances R
11

R
13
et les capacités C
5
– C
8
pour le réglage du temps d'état HIGH)
- deux 5-Stage Johnson Counter (HEF4017)
- une porte AND avec 4 entrées (HEF4082B, nous n'utilisons qu'un seul
AND et
3 entrées de celle-ci)
Un schéma des sorties des différents éléments lorsqu’on envoi le signal de cinq impulsions
(désignation cf. figure 20) :
figure 15 – les signaux des différents éléments
A = 5 V TB = 5 ms
A
B
E
D
C
F
O4
O5
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 10
figure 16 – Décodage – Schéma fonctionnel
Ci-dessous un exemple qui n'active pas le relais car le train d'impulsions contient six
impulsions.
figure 17
Le signal qui sort de F reste sur LOW, G ne peut rien compter. La bascule D garde son état.
Dimensionnement des éléments R
11
, C
5
, R
12
, C
6
, R
13
, C
7
, R
14
, C
8
, R
17
, C
9
:
Une bascule rettrigable est essentiellement une bascule monostable, la différence réside dans le
fait qu’elle recommence son cycle si une impulsion survient pendant l’instant où elle se trouve
au niveau 1( état quasi-stable). La durée T de l’état quasi-stable est donnée par le produit
(R.C).
A
B
E
D
C
F
O4
O5
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 11
Calcul des éléments R
11
, C
5
, R
12
, C
6
, R
13
, C
7
, R
14
, C
8
, R
17
, C
9
:
i) R
11
, C
5
(première enveloppe). Distance entre deux pulses consécutifs
d’un train = 2 ms. R
11
.C
5
= 3,3 ms. => R
11
= 33 KΩ, C
5
= 100nF
ii) R
12
, C
6
(deuxième enveloppe)
R
12
.C
6
(>R
11
.C
5
) = 4,7 ms => R
12
= 47 KΩ, C
6
= 100 nF
iii) R
13
, C
7
(reset du compteur G)
R
13
.C
7
= 33ms => R
13
= 330 KΩ, C
7
= 100 nF

figure 18

iv) R
14
, C
8
(détection d’une impulsion en "surplus" )
R
14
.C
8
= 33 ms => R
14
= 330 KΩ, C
8
= 100 nF
v) R
17
, C
9
(évite l’activation continue du relais quand l’émetteur envoi des
salves sans cesse)
figure 19
R
17
.C
9
= 5 x 21,5 ms = 145 ms => R
17
= 150 KΩ, C
9
= 100 nF.
4.2.7
Le montage permettant d'activer le relais inclut une bascule D (HEF4013B), R
15
, R
16
, une
diode D
4
(BAW62), et un transistor T
2
(BC107, β = 160, cf. figure 20). La diode protège
contre les surtensions provoquées par la bobine du relais.
La bascule D change d’état avec le flanc montant de l’entrée CP1 (clock). La sortie de cette
bascule commande le transistor T
2
qui travaille en interrupteur.
Afin de garantir une chute de tension de 12 V aux bornes du relais, on branche une résistance
(R
16
) entre le relais et l’alimentation.
Dimensionnement de R
15
et R
16
:
I
csat
= 12V / 280Ω = 43 mA
R
16
= (15V - 12V) / 43 mA = 69.7 Ω Choix : R
16
= 68 Ω.
I
csat
< βI
bsat
=> R
15
< 53 KΩ Choix : R
15
= 47 kΩ
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 12
Voici le schéma de la deuxième partie du récepteur (partie logique, partie commande et le
relais) :
figure 20 – partie logique et commande du relais
5. Mesures finales
5.1
Nous avons effectué des mesures sur le signal à la sortie du filtre à 1 m (cf. figure 21), 2 m (cf.
figure 22) . Notre montage fonctionne jusqu'à une distance de 4m. Si nous nous s'éloignons
trop avec la télécommande, le signal capté par la photodiode sur le récepteur est trop petit
pour qu'il puisse être distingué de la lumière ambiant. Si par contre nous nous approchons trop
10 cm ou moins, il y a un sixième pic qui apparaît (cf. figure 23).
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 13
figure 21 – à une distance d'un mètre
figure 22 – distance de deux mètres
A = 5 V TB = 5 ms
A = 2 V TB = 5 ms
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 14
figure 23 – à une distance nulle
6. Améliorations
6.1 Commande de deux relais à partir d’un émetteur à deux canaux
6.1.1 Emetteur
figure 24 – émetteur à deux canaux
Si D est connecté avec 11, des trains de quatre impulsions sont envoyés.
Si D est connecté avec 13, des trains de cinq impulsions sont envoyés.
C’est donc un émetteur à deux canaux.
A = 5 V TB = 5 ms
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 15
L’avantage de ce système est qu’un simple switch suffit pour commuter entre D-11 et D-13.
L’inconvénient est que deux manipulations sont nécessaires :
i) Choix entre D-11 et D-13, c’est-à-dire 4 ou 5 impulsions respectivement
ii) Actionner le bouton
Une solution plus simple consisterait à utiliser deux Timer NE555 en cascade pour générer les
salves, à la place d’un Timer et un compteur.
6.1.2 Récepteur
Des changements sont nécessaires seulement à partir du décodage :
figure 25 – décodage pour deux relais
6.2 Alimentation unipolaire
Pour une alimentation unipolaire (+12V), il est nécessaire de changer la partie analogique
AO1, AO2, AO3 ( les amplificateurs opérationnels sont alimentés entre +15V et –15V). La
partie logique ne présente aucun inconvénient, car elle peut fonctionner entre 0V (niveau bas)
et +12V (niveau haut).
EPFL Laboratoire d’électronique générale hiver 1998/99 Gary Garcia Molina
Section d‘électricité Télécommande par infrarouge d’un relais Thi-Anh-Thu Pham
page 16
Deux solutions existent :
• utiliser un régulateur de tension de +6V pour définir une nouvelle masse, de façon à
redéfinir les potentiels comme s’il s’agissait de –6V, 0V et +6V et dans ce cas
alimenter les amplificateurs opérationnels avec –6V, 0V et +6V. La partie logique
fonctionnant entre 0V et +6V
• utiliser des amplificateurs opérationnels du type LM324, ces amplificateurs peuvent
fonctionner avec une tension unipolaire
Dans les deux cas, il est nécessaire de recalculer les résistances R
8
et R
9
. La résistance R
16
peut
être supprimée, en alimentant directement le relais avec 12V.
7. Conclusion
Notre expérience nous montre que rédiger un rapport est beaucoup plus difficile que la
conception et réalisation de la télécommande elle-même. Exprimer en mots et phrases (et
dessins) compréhensibles, le fonctionnement d'un montage est un art à soi.
Lausanne le 4 février 1999
Gary Garcia Molina et

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful