[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial, Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008

H×I Introduction Partie I : le Contexte Commercial
I- Aperçu sur les échanges commerciaux««««««««««««««7 II- Niveaux des protections tarifaires««««««««««««««««11 III- Les performances commerciales de la Turquie et du Maroc«««..12

5

III-1)- Profil de la Turquie«««««««««««««««««««...13 III-2)- Profil du Maroc«««««««««««««««««««««..13
IV- Le commerce potentiel entre le Maroc et la Turquie«««««««.14

VI-1)- Le commerce potentiel du Maroc«««««««««««««..14 VI-2)- Commerce potentiel de la Turquie«««««««««««««14 VI-3)- Un secteur stratégique en question : le Textile«««««««...15

Partie II : le Contexte Economique
I- L¶économie marocaine : état des lieux««««««««««««««18 II-

17

L¶économie turque«««««««««««««««««««««««19

Partie III : le Contexte Politique Partie IV : Présentation Général Conclusion Références

.23 25

Université Hassan Ier Master Commerce International

Page 2

[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial, Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008

A

u sortir de la conférence tenue en novembre 1995 à Barcelone, qui avait réuni l¶Union Européenne des 15 et douze pays du sud et de l¶est de la méditerranée (PSEM) dont le Maroc et la Turquie, un

partenariat renforcé à tout point de vue a été tissé entre l s différents e participants. L¶une des propositions fortes retenue lors de cette rencontre est, la création d¶un espace commun de stabilité politique et de sécurité, assuré, entre autres, par le développement économique dans le cadre d¶une zone de prospérité

partagée ». Même si rien ne présage actuellement pour la plupart de ces PSEM, d¶une adhésion future au sein de l¶Union Européenne, cette instance n¶a pas manqué à souligner la proximité géographique, les liens historiques culturels forts entre ces pays. Que cela constitue bien un prétexte pour raffermir leur partenariat dans tous les domaines.

C¶est dans cette optique que l¶Union Européenne a signé depuis des accords bilatéraux avec chacun de ces pays. Mais en parallèle, elle a prôné des accord s multilatéraux de ce même type entre ces dits pays afin de donner un cadre concret à l¶instauration d¶une zone de libre-échange euro-méditerranéen à l¶horizon 2010, tel que prescrit dans le texte final adopté à Barcelone. Eu égard à cela, des accords de libre échange entre PSEM se sont accrus dans la foulée : en témoigne l¶accord d¶Agadir, accord de libre-échange signé en 2004 entre le Maroc, la Jordanie, l¶Egypte, et la Tunisie. C¶est en effet, dans

Université Hassan Ier Master Commerce International

Page 3

cette même mouvance que le Maroc et la Turquie ont fin ali similaire en Avril 2004. Et donc. tels que mentionnés sur l¶accord. il y¶a mati re à constater que les deux parties n¶ont pas manqué d¶ambitions et par évidence. l roc et l Turquie ont-il jugé nécessaire de se retrouver sur une table de négociation afin de mettre en place une zone de libre-échange? Quel intérêt ont-ils mis en Uni rsit ¡¥ ¤ £ [Acc s e e éc ss n I r Mast r Commer e International £ § ¡ ¨ " ¨  ¤ § ¨ ¡ !    ¤ ¤£   ! ¤ ¨   £§¤ ¡    ¨    ¤  ¡  ¡§ ©¨ §¦      e ce e e ec c ee & ése é é ¡ ¢ ¢  e e] 2007/2008 un accord Page 4 . le développement harmonieux des relations économiques entre les deux parties .  Améliorer la coopération entre les parties. par une suppression des barri res au commerce. étant de :  Promouvoir à travers l¶expansion d¶un commerce réciproque. elles comptent bel et bien intensifie r leur échanges commerciaux sous une nouvelle dynamique.  Pourvoir des conditions justes de concurrence pour le commerce entre les deux parties . la question subséquente sur laquelle il convient d¶y pencher est : pourquoi. ainsi que celles du GATT 94 et des autres accords multilatéraux sur le commerce des biens annexés sur l¶accord fondateur de l¶OMC. les parties ont convenu d¶établir une zone de libre échange entre elles dans une période transitoire de 1O ans au maximum à compter de la date d¶entrée en vigueur. Les objectifs. au développement harmonieux and et à l¶expansion du commerce mondial . en toute conformité avec les dispositions de l¶accord proprement dit. qui est entré en vi ueur en Janvier 2006. A travers cet accord. Tout compte fait.  Contribuer de cette mani re.

avant ? Les contextes économique. commercial et politique entre les deux pays sont-ils au rendez-vous ? Ces différentes interrogations nous mènent en premier lieu. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International $( ' & % % $ # [Acc s e e éc & 0 $ 1 E 1 #' 0 1 $ D 9 9 56'A#1 # C B&0' $ AA#8 @ 1 #8 7 '5 6 $5 #$03 21 0) 56 ' '& # D 9 9 9 9 4 e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 5 . à donner une présentation générale de cet accord afin que l¶on puisse dégager une visibilité nette en tout ce qui concerne les tenants et les aboutissants qui l¶ont motivé. à procéder par une analyse de ces différents contextes en question et en second lieu.

[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial. Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008 Université Hassan Ier Master Commerce International Page 6 .

gov.ma 2 (*)D¶après Balance des paiements Maroc (2002-2003-2004-2005) : Office des Changes ± www. les pays arabes.Aperçu sur les échanges commerciaux Si l¶U. ce qui a contribué à la conclusion d¶une série d¶accords de libre-échange avec de partenaires privilégiés. tels que l¶Union Européenne. la part d¶un pays comme la Turquie représente environ 1.E représente principal partenaire commercial du Maroc. (Voir graphique n°1).5% (*) du total des échanges extérieurs du Maroc en 2003.oc. Dans ce suit. les USA et bref les PSEM dont la Turquie.ma Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International GQ P I H H G F [Acc s e e éc I S G T h T FP S T G g b b XYPdFT F f eISP G ddFa c T Fa ` PX Y GX FGSV UT SR XY P PI F g b b b b W e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 7 . nous allons dépeindre l¶état des lieux de leurs relations commerciales en préalable à l¶accord et tout juste après l¶accord.oc. Cette politique s¶est traduite par la libéralisation des échanges commerciaux tant dans le cadre multilatéral que dans le cadre bilatéral.gov. Ceci pour promouvoir le commerce non seulement entre les PSEM et l¶UE mais en parallèle entre les PSEM : clé de réussite du projet Euro-méditerranéen. I. Il a donné un coup de fouet à l¶orientation stratégique du partenariat aussi bien dans sa dimension bilatérale que multilatérale. avec plus de 70% de ses échanges commerciaux. suivant cette logique et conscients d¶une nécessité de développer leurs échanges commerciaux ont signé un accord de libre échange. Le projet d¶instauration de la zone de libre-échange à l¶horizon 2010 entre les pays partenaires méditerranéens s¶intègre dans le cadre du processus de Barcelone. le Maroc a opté pour la politique d¶ouverture et d¶intégration à l¶économie mondiale.Depuis son accession à l¶OMC. Le Maroc et la Turquie. Graphique 1(2) : Evolution des échanges (Maroc ±Turquie) (En Milliers de Dirhams) 1 (*) Voir : Balance des paiements Maroc (2002-2003-2004-2005) : Office des Changes ± www. 1 Ce qui restait relativement faible même s¶il a toujours connu une croissance un peu timide au fil des années et bien avant la signature de l¶accord.

quant à elles. ont portésur 903 millions de DH (105 millions de dollars) contre 688 millions de DH une année auparavant (80 millions de dollars en 2003).84 milliards de DH (330 millions de dollars) contre 1.ma Université Hassan Ier Master Commerce International Page 8 . Les importations. En somme.[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial. 3 Graphique 2(**) : Evolution des échanges (Maroc ±Turquie) 3 (**) D¶après Balance des paiements Maroc (2002-2003-2004-2005) : Office des Changes ± www. Sur ce total.gov.74 milliards de DH) contre 260 millions en 2003 (2.54 milliard de DH en 2003 (180 millions de dollars). la balance commerciale marocaine reste déficitaire vis-à-vis de la Turquie.oc. (Voir graphique n°2). Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008 5000000 4500000 4000000 3500000 3000000 2500000 2000000 1500000 1000000 500000 0 1999 2000 2002 2003 2004 2005 Années ECHANGES La remarque est qu¶ici la coopération commerciale et économique balbutie.23 milliards de DH). les transactions entre ces deux partenaires restent faibles. les exportations turques vers le Maroc ont totalisé 2. Même si leur valeur a presque doublé en 2004 pour atteindre 435 millions de dollars (3.

du papier et des composants électroniques. Une légère reprise est enregistrée depuis 1999.[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial. engrais et pâte à papier). devrait devenir membre à part entière de l¶Union européenne. avec 72 Millions de consommateurs et qui. du cuir. des produits miniers (phosphates). (Voir graphique n°3). Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008 (En Milliers de Dirhams) 4000000 IMPORT 3000000 EXPORT 2000000 1000000 SOLDE BC Maroc Années 2002 2003 2004 2005 0 -1000000 -2000000 -3000000 -4000000 C¶est donc l¶occasion pour le Maroc à travers l¶accord d¶équilibrer sa position commerciale vis-à-vis de la Turquie. essentiellement des produits chimiques et para-chimiques (acide phosphorique. Le Maroc a exporté vers la Turquie 68. si les négociations aboutissent. La part de l¶acide phosphorique a connu une baisse durant la décennie 90. Graphique 3 : Principales exportations par type de produits (Maroc vers la Turquie) (En Millions de dollars) Université Hassan Ier Master Commerce International Page 9 . qui représente un véritable marché porteur pour les opérateurs marocains.8 millions de dollars en 2000.

mécaniques. barres et profilés en fer ou en acier. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International pt s r q q p i [Acc s e e éc Graphique 4 : Importations par type de produits en provenance de Turquie (En Millions de dollars) r v p w ‘ w is v w p  … … ‚s‡iw i ‰ ˆrvs p ‡‡i„ † w i„ ƒ s ‚ p ipvy xw vu ‚ s sr i  … … … … € e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 10 . électriques et électroniques (fils.7 millions de dollars en 2000 et sont composées principalement de produits métallurgiques. de textile (tissus de fibres synthétiques.htm). de produits agricoles (orge. fibres synthétiques et vêtements confectionnés) et de produits chimiques (pneumatiques. articles en verre. pièces détachées automobiles.ma\dpeg\dpeg.finances. matières en plastique. voitures particulières. moteurs thermiques et appareils récepteurs radio et télévision). (Voir graphique n°4). tissu de coton. papier et articles en papier et divers produits chimiques).gov. Elles se sont élevées à 68.Source : CHELEM ± DPEG : Présentation et Analyse sectorielle de l¶accord de libre-échange entre le Maroc et la Turquie ± Doc n° 99 (www. Les importations du Maroc en provenance de la Turquie sont plus diversifiées. ciment hydraulique. blé tendre et pois chiches en grain).

Le Maroc a globalement réduit ses droits de douane sur les matières premières et les semi-produits en faveur d¶une augmentation de la protection effective des produits finis. les politiques commerciales des deux pays comportent certaines spécificités compte tenu du niveau d¶intégration asymétrique à l'Union Européenne (accord d¶association pour l¶un et union douanière pour l¶autre).Source : CHELEM ± DPEG : Présentation et Analyse sectorielle de l¶accord de libre-échange entre le Maroc et la Turquie ± Doc n° 99 (www.gov.ma\dpeg\dpeg. II. protégeant davantage les matières premières plut t que les produits finis.Niveaux des protections tarifaires Du fait que les deux pays sont membres de l¶OMC. En matière de protection tarifaire. à leurs politiques de développement sectorielles et régionales.finances. (Voir graphique n°5). le processus d¶ajustement vers une zone de libre échange risque d¶être plus exigeant pour le Maroc que pour la Turquie et pourrait peser sur les produits finis marocains qui jouissent de la protection tarifaire. La Turquie a été obligée d¶harmoniser sa protection tarifaire avec le droit communautaire et a opté pour une politique de protection dégressive. Par conséquent. entre autres. leurs politiques commerciales convergent vers les standards de cette organisation tout en gardant des spécificités liées. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International “— – • ” ” “ ’ [Acc s e e éc • ™ “ d r d ’– ™ d “ q l l hi–n’d ’ p o•™– “ nn’k m d ’k j –h i “h ’“™f ed ™˜ hi – –• ’ q l l l l g e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 11 .htm).

22) Université Hassan Ier Master Commerce International Page 12 . sur la période 1998-2002. Peu de produits exportés par la Turquie sont en 4 Rapport FEMISE 2005 : 10 ans après Barcelone : Acquis et Perspectives (p.[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial. base de données de la Division statistique des Elle a distingué les produits les plus performants ou champions. les secteurs en déclin et ceux qui résistent en fonction de la croissance du marché mondial et la croissance des exportations des pays selon un prototype de la matrice de Boston Consulting Group. A la lumière de ses données.Profil de la Turquie La Turquie présente un portefeuille d¶exportation de la Turquie est assez diversifié avec prédominance des secteurs à fort potentiel et résistants où existe une forte croissance de la demande mondiale. III-1).Les performances commerciales de la Turquie et du Maroc COMTRADE statistics » est la Nations Unies. les contre performants. Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008 Graphique 5(4) : Evolution des droits de douane par catégorie de biens 4 Source : FEMISE III. elle a donne le profil commercial de chaque pays.

télévisions et récepteurs). Ce qui traduit la concentration de ses échanges et l¶importance de sa dépendance vis-àvis de ces pays. III-2). Les exportations les plus dynamiques sont celles de créneaux porteurs comme les produits mécaniques (véhicules y compris wagons ferroviaires. Cette configuration reflète les dynamiques de demande qui s¶opèrent au niveau mondial. les produits miniers (acide phosphorique et phosphates) et les produits de la pêche (conserves de poissons et poisson frais). semi conducteurs).Le commerce potentiel du M roc Š Par rapport au commerce actuel et potentiel du Maroc. vestes) et électroniques (câbles.déclin ou enregistrent un recul de la demande mondiale (noisette.Le commerce potentiel entre le Maroc et la Turquie VI-1). Néanmoins. IV. ce qui traduit une bonne spécialisation. Viennent ensuite les produits textiles (pulls. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International tx w v u u t s [Acc s e e éc v z t { ‰ { sw z { t ˆ ƒ ƒ €w…s{ s ‡ †vzw t ……s‚ „ { s‚  w € t stz} |{ zy € w wv s ˆ ƒ ƒ ƒ ƒ ~ e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 13 . on observe que le commerce actuel avec certains pays de l'Union Européenne (France. miniers et de pêche) au profit des produits à forte valeur ajoutée et transformés. le Maroc détient des parts de marché en croissance sur des créneaux où existe une forte demande mondiale comme les produits électroniques (câbles. tailleurs et prêt-à-porter féminins. Espagne) est supérieur au commerce potentiel. à savoir la baisse de la demande pour les produits primaires (agricoles. pièces de rechange et moteurs) qui connaissent la plus forte demande mondiale et où la part de marché turque est en évolution sur la période 1998-2002. T-shirts. certains produits textiles (T-shirts. maillots) et les chaussures en cuir. tailleurs féminins et robes).Profil du Maroc Le portefeuille d¶exportation du Maroc reflète une spécialisation sur des produits où la demande mondiale est en baisse en l¶occurrence les produits primaires comme les produits agricoles (tomates et agrumes).

Note : Selon le Centre du Commerce International de l'OMC. Les deux pays sont davantage concurrents sur certains segments que complémentaires. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International Œ  Ž   Œ ‹ [Acc s e e éc Ž ’ Œ “ ¡ “ ‹ ’ “ Œ   › › —˜‹“ ‹ Ÿ žŽ’ Œ ‹š œ “ ‹š ™ — ˜ Œ— ‹Œ’• ”“ ’‘ —˜  Ž ‹   › › › › – e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 14 . Angleterre.  Les phosphates et l¶acide phosphorique exportés par le Maroc connaissent une baisse de la demande turque. exemple les produits textiles exportés vers les pays de l'Union Européenne (t-shirts. Mais ceci n¶exclue pas. avec la signature de l¶accord de libre échange et la baisse des barrières au commerce.  Plusieurs niches exportées par le Maroc connaissent une forte demande turque comme les ceintures de sécurité. les conducteurs électriques et transistors ou les chaussures en cuirs. la possibilité d¶améliorer le niveau des échanges bilatéraux. le commerce potentiel entre le pays A et B est une pondération des importations d¶un pays A au reste du monde par les exportations du pays B des mêmes produits. les échanges actuels et potentiels sont faibles en liaison avec la nature des produits exportés et importés par chacun des deux pays qui diffère.Le Maroc peut également relever l¶importance du commerce potentiel qui existe avec les Etats-Unis en raison de l¶importance de la demande des Etats-Unis de produits exportés. La Turquie demeure un important concurrent du Maroc sur le marché de l'Union Européenne. vestes et pulls) et les produits électroniques comme les câbles. Avec la Turquie.Commerce potentiel de la Turquie Si on analyse le commerce actuel et potentiel turc. Les deux analyses mènent à la conclusion suivante :  La majorité des exportations actuelles du Maroc vers la Turquie connaissent une croissance significative dans les importations turques en valeur entre 1998 et 2002. on observe qu¶il existe encore un important potentiel de commerce vers les pays de l'Union Européenne. Grèce et Autriche). France. les jeans et pantalons en coton. tailleurs et prêt-à-porter féminin. Ce qui traduit que la Turquie peut conquérir davantage de parts de marché sur les pays de l'Union Européenne (Allemagne. VI-2).

Les investisseurs turcs installés au Maroc seraient également intéressés par la possibilité d¶exporter vers les Etats-Unis dans la perspective de l¶accord de libre échange de notre pays avec ces derniers.35% à 1. Le secteur le plus attrayant pour les hommes d¶affaires turcs. Les importations de textile du Maroc en provenance de Turquie se sont élevées à 10 millions de dollars en 2000.Un secteur stratégique en question : le Textile La Turquie est un sérieux concurrent du Maroc pour les produits textile. En 2002. de 2001 à 2003 sur le marché de l'Union Européenne. Sur le marché mondial.Le Maroc a intérêt à adapter son commerce à la demande turque afin d¶améliorer ses parts de marché. les parts de marché turques ne cessent d¶augmenter et la position du Maroc tend à s¶éroder sur les deux dernières décennies surtout avec l¶arrivée de la déferlante chinoise. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International Page 15 £§ ¦ ¥ ¤ ¤ £ ¢ [Acc s e e éc ¥ © £ ª ¸ ª ¢¦ © ª £ · ² ² ®¯¦´¢ª ¢ ¶ µ¥©¦ £ ´´¢± ³ ª ¢± ° ¦® ¯ £® ¢£©¬ «ª ©¨ ®¯ ¦ ¦¥ ¢ · ² ² ² ² ­ e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 . elle a importé 173. l'industrie turque de l'habillement a augmenté ses exportations de + 23. Les tapis arrivent en seconde position avec 26%.4 % de 2001 à 2003 et d'environ 25 % en volume. La part du Maroc dans le commerce mondial a connu une baisse de 1. La Turquie est le deuxième fournisseur de l'Union derrière la Chine. Sur le marché de l'Union Européenne. Les fils et tissus représentent 72% en 2000 des importations textiles et connaissent une forte croissance.20% entre 1999 et 2001. Les créneaux porteurs où existe une forte demande turque devraient être dynamisés. VI-3). Le Maroc exporte vers la Turquie essentiellement du cuir et quelques vêtements de confection. demeure le textile. La Turquie est le premier importateur mondial de cuir. Le Maroc devrait améliorer ses parts de marché du cuir sur la Turquie qui sera exonéré de droits de douane dès l¶entrée en vigueur de l¶accord. Les investisseurs turcs espèrent commercialiser leurs machines à coudre haut de gamme au Maroc. Les exportations marocaines de vêtements ont enregistré une baisse de 7.7 % en niveau.000 tonnes pour 403 millions de dollars et ses importations connaissent une croissance en valeur de 62% entre 1998 et 2002.

l¶accord de libre échange en permettant le cumul diagonal des règles d¶origine constitue un atout important pour cette industrie étant donné que les produits fabriqués avec du tissu turc devaient s¶acquitter de 12.5% de droits de douane à leur entrée dans pays de l'Union Européenne. les parties ont adopté le protocole euro-méditerranéen dès son entrée en vigueur dans le cadre de l¶accord d¶association Maroc Union Européenne. pouvaient utiliser des matières premières turques sans payer de taxe sur les produits destinés à l'Union Européenne. Par ailleurs. Les donneurs d¶ordres ont donc privilégié les PECO au détriment du Maroc. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International º¾ ½ ¼ » » º ¹ [Acc s e e éc ¼ À º Á Ï Á ¹½ À Á º Î É É Åƽ˹Á ¹ Í Ì¼À½ º ËË¹È Ê Á ¹È Ç ½Å Æ ºÅ ¹ºÀà ÂÁ À¿ ÅÆ ½ ½¼ ¹ Î É É É É Ä e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 16 . Le Maroc jouira du cumul diagonal et ne paiera plus de droits de douane en transformant des matières premières turques à destination de l'Union Européenne. Les pays de l¶Est qui bénéficiaient du cumul diagonal. L¶accord de libre échange entre le Maroc et la Turquie rétablit cette situation et améliore la compétitivité de leurs produits textiles sur le marché de l'Union Européenne.Pour les industriels marocains du textile.

[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial. Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008 Université Hassan Ier Master Commerce International Page 17 .

assurant ainsi la viabilité de la balance des paiements. des avancées significatives en matière de démocratisation de la vie publique. Le déficit du compte courant de la balance des paiements a été maintenu à moins de 0. l¶évolution du contexte économique national.7% du PIB en 1996-1997 à 2. Ainsi. I. Grâce à une politique monétaire prudente. depuis la signature de l¶accord d¶association avec l¶Union Européenne en 1996 jusqu¶à sa mise en uvre en mars 2000. une condition sine qua non. En effet. s¶est caractérisée par la poursuite de la politique de stabilisation du cadre macro-économique.Le Maroc et la Turquie à travers leur accord de libre-échange. Le déficit budgétaire. l¶accord peut constituer un moyen d¶accélération des réformes économiques entamées par les deux pays afin de bien se positionner dans cette vaste zone Euroméditerranéenne mais aussi sur une dimension internationale. Le Maroc a accompli avec ces récentes réformes. pour atteindre les objectifs fixés.5% du PIB. a été ramené de 3. L¶objectif poursuivi est d¶amener l¶économie marocaine sur une trajectoire de croissance plus soutenue et d¶améliorer les conditions de vie et de lutter contre les disparités sociales et régionales . ont scellé un partenariat commercial qui s¶appuiera surtout sur une forte interactivité de leur économie.L économie marocaine : état des lieux Au cours de la dernière décennie.5% en 19981999. le Maroc s¶est engagé dans un ambitieux programme de réformes structurelles dans plusieurs domaines axées sur la libéralisation de l¶écono mie et l¶amélioration de la compétitivité des entreprises. la stabilisation du cadre macro Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International Page 18 ÑÕ Ô Ó Ò Ò Ñ Ð [Acc s e e éc Ó × Ñ Ø æ Ø ÐÔ × Ø Ñ å à à ÜÝÔâÐØ Ð ä ãÓ×Ô Ñ ââÐß á Ø Ðß Þ ÔÜ Ý ÑÜ ÐÑ×Ú ÙØ ×Ö ÜÝ Ô ÔÓ Ð å à à à à Û e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 . Toutefois. la plupart des textes régissant les domaines sous-jacents l¶environnement des affaires ont connu récemment de nouvelles adaptations et une souplesse en faveur d¶une attractivité au niveau international. le taux d¶inflation a été contenu à 0.7% en 1999 contre 3% en 1996. Même si les deux pays présentent des structures économiques relativement différentes. et de renforcement des infrastructures de base . d¶éducation et de santé. hors privatisations.

économique demeure fragile ainsi qu¶en témoigne la vulnérabilité de l¶économie nationale aux aléas climatiques et l¶importance du déficit budgétaire structurel. En parallèle une libéralisation du secteur des transports est venue à bon appoint booster le trafic aérien. L¶accord conclu avec les États-Unis devrait jouer un rôle moteur pour attirer l¶investissement direct étranger et faire du Maroc une plate -forme d¶exportation à destination de l¶Europe et des États -Unis en tirant profit de sa situation géographique et du complexe portuaire Tanger -Med. l¶économie marocaine n¶est toujours pas parvenue à s¶inscrire dans un sentier de croissance forte et durable. qui participe à des proportions importantes (environ 10%) à la formation de son PIB.3% en 1999.L économie turque La Turquie a entamé son ouverture assez t t (engagement vis-à-vis de l'OMC. une baisse tendancielle du PIB entre 1996 et 1999. Malgré l¶importance des réformes entreprises par les pouvoirs publics depuis 1996. Au contraire. Le Maroc offre aussi de nombreux atouts notamment les récents accords qu¶il a signés avec les Etats-unis et avec certains pays arabes comme l¶Egypte et la Jordanie. En outre. posant ainsi avec acuité la problématique de la croissance économique au Maroc. il s¶est produit une baisse de la croissance potentielle de 2. accord d¶association puis union douanière avec l'Union Européenne respectivement en 1963 et en 1996). accord de libre échange avec l¶Association Européenne de Libre Echange en 1991. La fréquence des mauvaises c ampagnes agricoles a engendré. II. les tendances à long terme du commerce maro cain démontrent une ouverture commerciale régulière passant de 41% en 1977 à 52% en 2002 et donc une plus forte insertion dans l¶économie mondiale . ce qui lui a permis d¶avancer dans les réformes et d¶harmoniser sa Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International èì ë ê é é è ç [Acc s e e éc ê î è ï ý ï çë î ï è ü ÷ ÷ óôëùçï ç û úêîë è ùùçö ø ï çö õ ëó ô èó çèîñ ðï îí óô ë ëê ç ü ÷ ÷ ÷ ÷ ò e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 19 .5% en 1995 à 2. Le Maroc dispose d¶un secteur touristique dynamique à fort potentiel.

avec ses 65 millions d¶habitants.politique commerciale avec les standards internationaux. Le secteur de la pêche contribue faiblement au PIB malgré l¶étendue du littoral turc (0. est caractérisée par la croissance plus rapide des activités industrielles et de services par rapport aux activités liées au secteur primaire.. de zéolite. la Turquie a adopté une importante législation dans plusieurs domaines ayant trait directement au commerce (droits de douane. L¶union douanière avec l'Union Européenne lui a permis. crédits à l'exportation) ou touchant indirectement le commerce (droits de propriété intellectuelle. mesures sanitaires et phytosanitaires. Ainsi. protection de la concurrence. l¶économie turque. Près de 27 millions hectares sont cultivés (principalement céréales et grains) avec près de 17% en irrigué.. normalisation. Sa part ne représente pas plus de 1% du PIB. de thorium. Le pays est autosuffisant en matière de production agricole et alimentaire et un important exportateur mondial. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International Page 20 ÿ£ ¢ ¡     ÿ þ [Acc s e e éc ¡ ¥ ÿ ¦ ¦ þ¢ ¥ ¦ ÿ    ¢þ¦ þ  ¡¥¢ ÿ þ  ¦ þ  ¢  ÿ þÿ¥¨ §¦ ¥¤  ¢ ¢¡ þ      © e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 . En matière d'élevage.).3% du PIB en moyenne). de marbre. notamment. la vaccination et l'usage des médicaments ainsi que l'importation de bovin s reproducteurs. protection des consommateurs.. la Turquie a rattrapé les pays développés grâce au soutien de l'Etat qui octroie des crédits à des conditions avantageuses. investissement étranger. Le secteur minier et assez diversifié avec les plus grosses réserves du monde de bore. A l¶instar de plusieurs pays émergents. Les ressources énergétiques sont insuffisantes relativement aux besoins du pays. d¶intégrer la protection de la propriété intellectuelle et d¶appliquer le tarif extérieur commun de l'Union sur les importations en provenance des pays tiers. encourage l'insémination artificielle. impliquant une réduction substantielle des droits de douane. de trôna. Le Secteur primaire L¶agriculture et l¶élevage constituent le premier secteur employeur en Turquie et connaissent un développement assez rapide grâce au soutien public. de pierre ponce et de célestin.

L'industrie du textile et cuir et du prêt-à-porter occupe la première place dans le secteur industriel.- L'industrie agroalimentaire représente 20% de la valeur ajoutée totale du secteur industriel. constituent une importante filière du secteur tertiaire. t-shirts et maillots de corps. le secteur du gros électroménager est très dynamique et dispose d¶un réseau de distribution et de service après-vente compétitif. Enfin. les autres secteurs des services disposent de capacités compétitives assez développées. Parmi les services. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International "& % $ # # " ! [Acc s e e éc Industrie $ ( " ) C ) !% ( ) " B 7 7 34%9!) ! A @$(% " 99!6 8 ) !6 5 %3 4 "3 !"(1 0) (' 34 % %$ ! B 7 7 7 7 2 e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 21 . L¶industrie automobile contribue au développement technologique et celle de l¶électronique a connu un développement des plus rapides du pays. Mis à part le secteur bancaire et financier qui demeure fragile et soufre de plusieurs difficultés. pourvoyeurs de devises et créateurs d¶emplois. linge de maison«). le commerce constitue la filière la plus dynamique suivie du tourisme. Les services de l'industrie du bâtiment fournis à l'étranger. Disposant de données climatiques favorables à la culture du tabac. L¶industrie du bâtiment détient actuellement 2 à 3% du marché international de la construction. la Turquie est le premier exportateur mondial des barres en fer. La Turquie est le sixième fournisseur de l¶Union Européenne en textile et le deuxième en prêt-à-porter. la Turquie est un des plus grands producteurs de tabac du monde. Elle détient la première place à l¶export au niveau mondial pour plusieurs sous produits du textile (tulle. Son industrie métallique et métallurgique est très développée. Services L'expansion du secteur des services est attribuable à la recrudescence des activités dans le secteur du commerce et dans celui des transports et de la communication. Le secteur pharmaceutique a un potentiel de production et d'exportation à valeur ajoutée élevée et occupe une place significative dans l'économie du pays.

d¶autant plus que des projets d¶accords concernant le transport routier sont "en phase d¶étude". Pour ce qui est de l¶accord.L¶économie turque a certes connu une récession en 2001 et des problèmes d¶inflation. de dette et un système bancaire insolvable. Comme l¶ont souhaité la Turquie se veut faire de Maroc un hub pour ses opérateurs. Un accord signé en 1987 entre les deux pays avait permis de faciliter les procédures d¶ouverture des lignes maritimes. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International EI H G F F E D [Acc s e e éc G Q E R f R DH Q R E e ` ` VWHbDR D d cGQH E bbDY a R DY X HV W EV DEQT SR QP VW H HG D e ` ` ` ` U e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 22 . Toujours dans cette optique. mais a relevé le défi en adoptant des politiques macroéconomiques ponctuelles qui ont donné leurs fruits. l¶ouverture d¶une ligne aérienne directe entre Istanbul et Casa a été projeté pour les circonstances. on prévoit un accroissement des investissements de la Turquie vers le Maroc.

[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial. Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008 Université Hassan Ier Master Commerce International Page 23 .

L¶élément moteur qui a été un facteur de motivation de l¶accord est l'excellence des relations politiques et économiques liant actuellement le Maroc à la Turquie. Cet accord est le premier arabe et africain pour la Turquie. Il vise à jeter les bases d¶une nouvelle coopération et à dynamiser les échanges commerciaux entre les deux parties d¶autant que les deux pays participent activement au processus d¶intégration régionale euro-méditerranéenne et que la Turquie est candidate à l¶élargissement de l'Union Européenne avec laquelle elle est en union douanière depuis 1996. Ce qui incite les gouvernements et le secteur privé. La Turquie soutient le Maroc dans le problème du Sahara. le Maroc a toujours joué un rôle leader et acteur régional comme il l¶a fait lors des accords d¶Agadir. à conclure des accords de libre-échange. le Maroc et la Turquie ont signé un accord de non double imposition fiscale et de lutte contre l¶évasion fiscale en matière d¶impôts sur le revenu et un accord de jumelage entre le port de Casablanca et celui d¶Istanbul. L¶Union européenne les pousse les pays de la zone méditerranéen. dans le cadre du projet Euro-méditerranéen. Aussi que les cadres institutionnels des politiques commerciales marocaine et turque sont assez proches. Depuis les accords de Barcelone. Les deux politiques convergent vers plusieurs normes tout en gardant des spécificités inhérentes aux politiques de développement sectorielles et régionales. En témoigne leur engagement vis-à-vis de l'OMC. en particulier. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International hr q p i i h g [Acc s e e éc p t h u ‰ u gq t u h ˆ ƒ ƒ y€q…gu g ‡ †ptq h ……g‚ „ u g‚  qy € hy ghtw vu ts y€ q qp g ˆ ƒ ƒ ƒ ƒ x e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 24 . c¶est que les deux pays disposent d'atouts complémentaires non encore exploités de manière efficiente. à doubler les efforts et à insuffler une nouvelle dynamique dans leur relation. Ces deux accords visent à améliorer le climat d¶investissement et des affaires ainsi que les relations entre les opérateurs des deux parties. A côté de l¶accord de libre échange.

Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008 Université Hassan Ier Master Commerce International Page 25 .[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial.

Lesdites concessions consisteront en des réductions de droits de douane dans le cadre de contingents. Et ce. il prévoit des dispositions qui permettent aux parties d'avoir recours à des mesures antidumping et compensatoires ainsi que de sauvegarde. à compter de la date d'entrée en vigueur de l'accord avec un traitement asymétrique en faveur du Royaume. La table de démantèlement prévoit deux listes: La première avec un démantèlement sur 10 ans à raison de 10% annuellement à partir de l'entrée en vigueur de l'accord. il a été convenu un échange de concessions pour des produits limités. dès son adoption dans le cadre de l'accord d'association Maroc-UE. De l'avis de ses concepteurs. une zone de libre-échange industrielle entre le Maroc et la Turquie sera instaurée progressivement sur une période transitoire maximale de 10 ans».Selon les termes de l'accord. Les parties ont également adopté une déclaration commune concernant le remplacement du Protocole pan-euro-méditerranéen et ce. La seconde prévoit un démantèlement sur 10 ans à raison de 3% par an à partir de la daté d'entrée en vigueur de l'accord et de 15% à partir de la 4e année. Quant aux produits industriels turcs. explique le document. Les produits industriels d'origine marocaine bénéficieront de l'exonération totale dès son entrée en vigueur. De ce fait. Pour les règles d'origine. Pour les produits industriels d'origine turque qui ne figurent pas sur les listes précitées. Notamment en cas de pratiques de dumping et d'importation de produits subventionnés ou encore d'importations massives portant préjudice aux Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International ‘• ” “ ’ ’ ‘  [Acc s e e éc “ — ‘ ˜ p ˜ ” — ˜ ‘ o j j fg”l˜  n m“—” ‘ lli k ˜ i h ”f g ‘f ‘—d ™˜ —– fg ” ”“  o j j j j e e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 26 . le protocole adopté reste similaire au protocole IV annexé à l'accord d'association Maroc-UE. les droits de douane afférents et taxes d'effet équivalent seront éliminés progressivement sur une période de 10 ans. les dispositions prévoient leur exonération dès la signature de l'accord. Compte tenu de la sensibilité du secteur agricole. l'accord comporte des dispositions usuelles relatives aux mesures de défense commerciale.

produits. En termes de services. A préciser que l'accord couvre également d'autres domaines inhérents à la réglementation technique et à la propriété intellectuelle. L¶accord se réfère à l¶Accord Général sur les Services de l'OMC (l¶AGS) et aucun engagement supplémentaire n¶a été pris. Uni ersit Hassan Ier Master Commer e International rv u t s s r q [Acc s e e éc t x r y ‡ y qu x y r †   }~uƒqy q … „txu r ƒƒq€ ‚ y q€  u} ~ r} qrx{ zy xw }~ u ut q †     | e ce e e ec c ee & ése é é e e] 2007/2008 Page 27 . d'abord. Par ailleurs. Les parties s¶engagent à élargir à l¶avenir la portée de l¶accord pour intégrer la présence commerciale (droit d¶établissement des entreprises sur le territoire de l¶autre partie). une clause évolutive est également prévue dans le but d'élargir la coopération à d'autres domaines non encore couverts. des consultations entre les parties au sein du Comité mixte avant de recourir à la mise en place d'un panel chargé d'établir un rapport. les parties comptent renforcer leur coopération afin de promouvoir davantage les investissements et réaliser une libéralisation progressive pour le commerce de services. L'accord prévoit également un mécanisme de règlement des différends qui privilégie.

Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008 En Somme. Cet élan s¶est renforcé dans le cadre d¶une nouvelle vision visant. qui exporte des capitaux dans les pays de l¶Est. d¶expansion des débouchés. maroco-turques mais aussi de l¶intérêt qu¶il regorge. Il a été facilité et rendu possible grâce à la qualité des relations de toutes formes. Les deux partenaires étant conscients des retombées vertueuses attendues par l¶ouverture en termes de mobilité des biens et services. c¶est le résultat de nouvelles orientations politiques.[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial. conclu en 2004 et entré en vigueur en 2006 s¶inscrit tout d¶abord dans un contexte d¶ouverture de ces deux pays mais aussi d¶intégration de la zone Euroméditerranéenne qui émane du processus de Barcelone. le Maroc constitue un pays stable aux potentialités diverses et une plateforme à partir de laquelle il les serait possible de conquérir le vaste marché africain. C¶est l¶occasion de redéployer uvre en ce Université Hassan Ier Master Commerce International Page 28 . mais encore le développement de ses exportations par une meilleure intégration des filières de production et la diversification des débouchés tout en bénéficiant des meilleures opportunités d¶approvisionnement en intrants importés. d¶investissement et de complémentarité au niveau de leur spécialisation« Pour le Maroc. Pour les turcs. Le coût de la main d¶ uvre y est moins élevé qu¶en Turquie. l¶accord de libre-échange entre le Maroc et la Turquie. non seulement l¶adaptation de sa politique commerciale extérieure aux nouvelles donnes du commerce international. économiques et commerciales par le biais de réformes mises en sens.

Aussi. Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008 ces capitaux au Maroc où il y¶a l¶effervescence de secteurs économiques porteurs. d¶exploration et de promotion s¶avèrent donc nécessaires pour faire connaître les deux pays aux différents acteurs. Des activités de rencontres. Car c¶es là t où résident les impératifs de réussite ainsi que les implications de l¶accord. il peut être situé dans un cadre de gagnant- gagnant ». Enfin. c¶est un accord asymétrique durant la période de parachèvement du démantèlement tarifaire.[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial. même si le Maroc semble être un peu avantagé par les dispositions. Mais un avantage faut-il en tirer profit avant qu¶il ne cesse d¶en être un. Université Hassan Ier Master Commerce International Page 29 .

Economique et Politique & Présentation Générale] 2007/2008  Site de l¶Office de Changes : www.htm  Maroc Hebdo International  La vie diplomatique  La Vie Economique du 30/12/2005 P.oc.12-13  Coupures de presse sur le web:  Journal L¶Economiste : www.finances.info-turc.ma/dpeg/dpeg.org  Manuel des relations économiques extérieurs du Maroc Université Hassan Ier Master Commerce International Page 30 .leconomiste.[Accords de libre échange Maroc-Turquie : Contexte Commercial.gov.ma  Site de la Direction de la Politique Economique Générale : www.gov.ma  Journal Info-Turc : www.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful