UNIVERSITÉ PARIS IV – SORBONNE ÉCOLE DOCTORALE V – CONCEPTS ET LANGAGES U.F.R.

de Langue française

THÈSE
pour obtenir le grade de DOCTEUR DE L'UNIVERSITÉ PARIS IV Langue française Antoine GAUTIER Soutenance le 20 novembre 2006

Unité et discontinuité : une approche épistémologique et systématique de la phrase
__________ Directeur M. Olivier SOUTET ______ JURY : Mme Joëlle GARDES TAMINE M. Franck NEVEU Mme Laurence ROSIER M. Dan VAN RAEMDONCK

INTRODUCTION GÉNÉRALE...................................................................... 6 PREMIÈRE PARTIE ÉPISTÉMOLOGIE DE LA PHRASE ..................... 11 CHAPITRE I LA PHRASE EN LINGUISTIQUE...................................... 15
I. La Tradition grammaticale.......................................................................................................15 A. La phrase dans les grammaires descriptives ..........................................................................16 1. Cadre et domaine phrastique .............................................................................................16 2. La « phrase canonique » ...................................................................................................18 B. Phrase et proposition..............................................................................................................28 1. Du bon usage de la proposition..........................................................................................30 2. Grammaire critique de la phrase........................................................................................32 Conclusion..................................................................................................................................34 II. La Raison phrastique : structuralismes et formalismes .......................................................36 A. La phrase comme cadre .........................................................................................................38 1. Fondation : phrase et syntaxe chez Saussure .....................................................................38 2. Approches syntaxiques de la phrase ..................................................................................55 B. La phrase comme unité ..........................................................................................................75 1. Harris : l’apport transformationnel ....................................................................................75 2. La phrase en grammaire générative et transformationnelle ...............................................83 Conclusion..................................................................................................................................91 1. Statut épistémologique de la phrase...................................................................................91 2. Un paradigme hétérogène ..................................................................................................93

CHAPITRE II CRISE ET RÉVOLUTION................................................. 97
I. Extension exo-textuelle (ou situationnelle) ............................................................................101 A. Émergence de la problématique énonciative : C. Bally .......................................................102 1. Énonciation......................................................................................................................103 2. Limites de la phrase.........................................................................................................104 3. Mécaniques de la phrase..................................................................................................106 Conclusions .........................................................................................................................112 B. Théorisations........................................................................................................................112 1. Abandon du principe d’immanence.................................................................................113 2. Phrase et énoncé ..............................................................................................................117 3. Culioli et la Toe ...............................................................................................................121 Conclusions ..............................................................................................................................128 II. Extension endo-textuelle : texte et discours .........................................................................133 A. Émergence des linguistiques textuelles ...............................................................................135 B. Typologie.............................................................................................................................139 1. Transphrastique et macro-syntaxe ...................................................................................139 2. Texte et discours..............................................................................................................151 Conclusion................................................................................................................................153

CONCLUSION....................................................................................... 156

DEUXIÈME PARTIE POUR UNE SYSTÉMATIQUE DE LA PHRASE ................................... 159 CHAP. III LA PHRASE GRAPHIQUE : PROBLÈMES THÉORIQUES 160
Introduction.................................................................................................................................160 Approche du critère graphique .................................................................................................161 Îlots rectionnels et domaines ....................................................................................................163 Les deux syntaxes.....................................................................................................................168 I. La phrase et l’écrit : un débat théorétique ............................................................................171 A. Problèmes liminaires ...........................................................................................................172 B. Autonomie de l’attestation écrite .........................................................................................177 1. Indifférenciation des substances de l’expression .............................................................177 2. Phonocentrisme ...............................................................................................................179 3. Autonomisme...................................................................................................................180 II. Les spécificités de l’écrit ........................................................................................................183 A. Spécificités non linguistiques ..............................................................................................184 1. La praxis : particularités mécaniques...............................................................................184 2. Spécificités neuropsychologiques....................................................................................187 B. Spécificités linguistiques et paralinguistiques .....................................................................190 1. Syntaxe ............................................................................................................................191 2. Ponctuation ......................................................................................................................194 3. Peut-on se passer de la ponctuation ? ..............................................................................198 4. Transcription et oralisation ..............................................................................................199 Conclusion...........................................................................................................................201 C. La phrase : linguistique et métalinguistique ........................................................................204 1. La phrase et l’autonomisation de l’écrit...........................................................................204 2. Écriture et réflexion métalinguistique : retour à la raison (phrastique)............................209 Conclusion...........................................................................................................................211

CHAP. IV LA PHRASE GRAPHIQUE À L’ÉPREUVE DES FAITS...... 214
Introduction.................................................................................................................................214 I. Problèmes généraux ................................................................................................................215 A. Critères de segmentation .....................................................................................................216 B. Le cas des discours rapportés...............................................................................................218 C. Une phrase de Simon ...........................................................................................................220 D. Pratiques variables...............................................................................................................222 II. Unité, discontinuité, frontières..............................................................................................225 A. Discontinuité interne : l’insert .............................................................................................230 1. Procédure descriptive.......................................................................................................231 2. Observations et statistiques générales..............................................................................236 3. Répartition .......................................................................................................................245 CON CLU SION ...............................................................................................................267 B. Discontinuité externe : l’annexe ..........................................................................................268 1. Ambiguïtés taxinomiques ................................................................................................269 2. Morphosyntaxe des Annexes ...........................................................................................273 Bilan .............................................................................................................................................292 Topologie .................................................................................................................................294 Typologie .................................................................................................................................296 Inserts ..................................................................................................................................297 Annexes ...............................................................................................................................300

CHAPITRE V VERS UNE SYSTÉMATIQUE DE LA PHRASE ............ 306
Introduction.................................................................................................................................306 I. Syntaxe et psychomécanique ..................................................................................................308 1. Évolutions........................................................................................................................309 2. Syntaxe ou théorie de la phrase ?.....................................................................................313 3. Autour de la phrase..........................................................................................................316 4. L’acte de langage.............................................................................................................321 II. La phrase chez G. Guillaume : problèmes et définitions ....................................................326 A. Deux approches de la phrase ...............................................................................................326 1. La phrase « pragmatique »...............................................................................................326 2. La phrase mécanique .......................................................................................................329 B. Dernières nouvelles de la phrase..........................................................................................343 III. Après Guillaume...................................................................................................................347 A. Syntaxe génétique et incidence............................................................................................347 B. L’acte de langage : modèles.................................................................................................354 1. La syntaxe phrastique de R. Valin ...................................................................................354 2. La syntaxe psychomécanique de l’énonciation d’A. Joly................................................362 IV. Phrase et acte de langage : Éléments de discussion théorique ..........................................367 1. L’acte de langage : problématiques .................................................................................367 2. Propositions .....................................................................................................................371 Bilan et perspectives....................................................................................................................389

CONCLUSION....................................................................................... 392 BIBLIOGRAPHIE ................................................................................... 400 ANNEXES ............................................................................................. 432
I. Corpus ......................................................................................................................................432 Corpus des études statistiques .............................................................................................432 Corpus standard ...................................................................................................................433 II. Abréviations............................................................................................................................433

TABLES ................................................................................................ 434
Figures..........................................................................................................................................434 Tableaux.......................................................................................................................................435

Aux miens,

Je tiens à exprimer toute ma reconnaissance à mon directeur de recherches Olivier Soutet pour m’avoir guidé et soutenu tout au long d’un parcours qui a commencé bien avant la thèse. Je remercie Joëlle Gardes Tamine, Franck Neveu, Laurence Rosier et

Dan Van Raemdonck d’avoir bien voulu accepter de faire partie de mon jury. Je tiens à remercier en particulier Franck Neveu de ses conseils et de son soutien, qui m’ont été précieux. Merci à Dan Van Raemdonck de son aide bienveillante. Mes remerciements vont également au département de Langue française de l’université Paris IV et à sa directrice Mireille Huchon, qui, par l’attention prêtée aux doctorants, m’ont permis de poursuivre mes recherches dans les meilleures conditions. Merci à Laurent Susini pour son soutien et son aide aussi précieuse qu’efficace, à Marianne Desmets pour ses conseils amicaux et syntacticiens. Je tiens à remercier en particulier Thomas Verjans pour les heures et l’urgence ; ce travail lui doit beaucoup. Merci aussi aux professeurs qui ont compté. Merci à Anthony, Benjamin, François, Olivier, Samia… pour leurs encouragements. Je remercie enfin ma famille de son aide quotidienne et Flo de sa patiente attention. Sans vous rien n’eût été possible.

INTRODUCTION

Lorsqu’on se fie à notre intuition de sujet parlant, le mot phrase a tous les traits d’une évidence ; on le rencontre et l’emploie quotidiennement sans qu’il constitue un obstacle notable à l’intercompréhension. Il est plus étonnant qu’il revienne, lustré par un usage prudent, sous la plume des linguistes où il se fait alors moins docile. J.-P. Seguin (1993) a bien montré comment la phrase s’était installée dans la conscience linguistique, comment l’usage avait fait accroire aux usagers que « les phrases existent comme des êtres réels »… jusqu’au jour où la science a tenté d’effacer cette tranquille certitude, mettant en conflit le point de vue des savants et celui des locuteurs. Ainsi, le problème qui s’est posé et se pose toujours à la science du langage est d’avoir hérité d’un concept hybride appartenant pour moitié au langage naturel et à la langue spécialisée. Cette disjonction entre le sentiment commun et la rigueur savante revêt un caractère problématique. Elle renvoie une fois encore au complexe des sciences du langage, qui est de devoir décrire leur objet à l’aide de cet objet lui-même ou de céder à la tentation d’un formalisme parfois invasif. Sans chercher à clore le débat sur la phrase, on peut avoir quelque espoir de donner une vue plus juste du problème. Car il semble que ce cas relève autant, sinon davantage, de considérations d’épistémologie et d’histoire de la linguistique que de phénomènes internes au langage. La phrase, rappelle J.-P. Seguin (1993 : 4), est un signe et non une réalité et il convient d’abord de l’étudier comme telle : lorsqu’il est

6

Introduction

question de métalangage, à plus forte raison, il faut se souvenir qu’une carte n’est pas le territoire. Avec la « phrase », au demeurant, la situation se complique d’autant plus qu’un signe unique renvoie non seulement à une réalité empirique, la phrase graphique, mais aussi à des idéalisations scientifiques de cette même réalité, notamment en syntaxe et en sémantique.

Faut-il se condamner à choisir ? D’emblée, on peut affirmer qu’il est impossible de soustraire par décret le concept à l’usage et à la conscience linguistiques, les réticences étant souvent plus fermes qu’on ne croit. C’est donc d’abord le métalangage qui doit changer, mais il faut pour cela en saisir la cohérence, l’évolution et les errements éventuels. En proposant dans la
PREMIÈRE PARTIE

de ce travail une contribution à

l’épistémologie de la phrase en linguistique, nous n’abordons qu’un pan réduit du vaste projet que J.-P. Seguin (1993 : 464) appelait de ses vœux, espérant que des études reviennent à sa suite sur le problème de la phrase et qu’elles explorent, entre autres, les traditions grammaticales des
XIX
e

et XXe siècles. Dans le sillage de ce travail fondateur,

nous montrerons à quelles circonstances l’époque qui a vu le développement des sciences du langage doit de s’être accommodée, avec la phrase, d’un concept lourd de sens et de dogmes. Car la phrase a perduré pendant près de soixante ans sans rencontrer d’objection sévère ; immuable en apparence, mais ne cessant d’évoluer de façon subreptice dans l’épistémologie linguistique, elle a entretenu par là même le sentiment d’un consensus là où tout est contraste. Ainsi, nous nous proposons au chapitre I d’observer comment s’est consolidé l’ancrage théorique du concept et comment, autour de lui, les sciences du langage se sont construit un ensemble de principes théoriques cohérents. C’est non seulement vrai pour la grammaire dite « traditionnelle », qui a longtemps été une grammaire de phrase, mais cela l’est aussi pour la linguistique, qui a vu la phrase se grammatiser, passer du statut de simple structure groupante à celui d’unité capable de changer de forme sans cesser d’être elle-même. Au chapitre II, nous nous attachons à examiner comment a émergé peu à peu la conscience des insuffisances de la phrase et comment, de ce fait, la linguistique a été

7

Introduction

conduite à réorganiser ses postulats dans deux directions différentes, à peu près simultanément, en s’ouvrant au contexte, d’une part, et au co-texte d’autre part. Ce n’est qu’au prix de ce travail, nous semble-t-il, que l’on peut être en mesure de mieux lire le problème de la phrase et d’y proposer des mesures appropriées.

L’aporie à laquelle on se trouve confronté est celle d’une science dont l’objet se révèle progressivement trop complexe pour être appréhendé par ses outils et ses unités d’analyse. L’exemple le plus patent en ce domaine est celui de la syntaxe, qui s’est trouvée faire face à des données impossibles à assimiler en termes de rection et a dû pour y remédier faire état de dépendances macrosyntaxiques dépassant le cadre phrastique. Mais si de ce fait la traditionnelle phrase syntaxique se trouve alors sérieusement ébranlée, faut-il pour autant révoquer la phrase graphique qui, quoi qu’on fasse, existe bel et bien ? C’est ce que nous tentons de déterminer dans les prémices de notre
SECONDE PARTIE,

où nous considérons d’abord certaines propositions émanant de

la macrosyntaxe et, en regard, les théorisations domaniales de la phrase (J.-C. Milner, 1989). À partir des conclusions tirées de cette brève confrontation, nous envisageons dans le chapitre III de réexaminer le problème de la phrase à partir des faits empiriques, en évaluant la pertinence des données du mode de production. Longtemps passée sous silence par un phonocentrisme régulièrement reconduit depuis Saussure, l’hypothèse d’une spécialisation des outils d’analyse en fonction du canal mérite sans doute quelque attention. Elle n’a pas manqué d’être formulée pour l’oral par le groupe d’Aix (Blanche-Benveniste, 1997), et elle l’est depuis peu pour l’écrit

(Gardes Tamine, 2004). À la lumière de données variées émanant de la sémiologie de l’écriture, de la neuropsychologie cognitive, mais aussi plus simplement de la syntaxe, nous contribuons à nourrir le débat et tentons de déterminer si les linguistes, en particulier syntacticiens, doivent s’affranchir de la segmentation graphique. Les conséquences de cette question sont examinées au chapitre IV, où nous évaluons la possibilité d’une approche graphique de la phrase en la confrontant préalablement à quelques phénomènes qui semblent a priori la disqualifier : le caractère

8

Introduction

incertain des ponctuations de clôture, la possibilité « d’insérer » à peu près tout type de constituant ou de structure dans le corps de la phrase, ou au contraire d’en « séparer » librement des éléments par la ponctuation, qu’ils soient accessoires ou essentiels, jouent contre l’hypothèse de l’unité. Certains dénoncent ainsi le chaos de la structuration graphique, mais comme d’autres à l’inverse blâment son rigorisme et son caractère normatif, nous nous croyons fondé à adopter une position médiane et à poursuivre l’investigation. Pour mieux rendre compte de l’utilité qu’il y a à conserver un observable graphique en syntaxe, nous étudions ensuite, à partir d’un corpus de textes de presse, la répartition des phénomènes associés à la discontinuité syntaxique (Neveu, 2006) dans le cadre de la phrase graphique. Nous proposons ainsi une approche descriptive et quantitative des inserts, c'est-à-dire des segments graphiquement « sertis » dans la phrase. Par ce biais, nous esquissons les bases d’une approche topologique de la phrase écrite, afin de mettre au jour des régularités morphosyntaxiques qui ne sont descriptibles qu’en termes de sites (ou places) et non en termes de positions. Pour compléter cet aperçu, nous consacrons ensuite un travail descriptif et typologique au phénomène de « l’ajout après point », qui contribue lui aussi à faire chanceler la pertinence de la délimitation graphique. En désignant ce phénomène comme une annexe, nous adoptons un parti pris descriptif, non génétique, fondé sur la ponctuation. Dans ce domaine, nous entendons rendre au choix du scripteur le poids qui lui revient : à la suite de F. Rastier (2001), nous estimons en effet qu’une part interprétative, qui tienne compte de spécificités liées au type de texte, aux intentions d’auteur, ne doit pas être systématiquement écartée en vertu du principe de généralisation qui gouverne la science. Ainsi, le phénomène de l’annexe est certes difficilement dissociable d’une recherche d’effets de sens ou d’écarts particuliers, mais il n’en est pas moins significatif quant au statut de l’unité phrastique et de ses limites. C’est, pour finir, dans le cadre théorique de la psychomécanique du langage que le chapitre V replace notre problématique. En nous appuyant sur l’œuvre publiée du savant mais aussi sur une partie d’inédits qui éclairent notablement la pensée guillaumienne, nous tentons de circonscrire une définition systématique de la phrase.

9

Introduction

On sait d’ores et déjà que Guillaume n’était pas syntacticien de cœur et que le développement d’une syntaxe génétique est longtemps resté un projet, puis une esquisse, avant d’être engagé pratiquement (Van Raemdonck, 2001 et passim). Cela ne signifie pas pour autant que G. Guillaume n’ait pas été un théoricien de la phrase ; mais le fait qu’il ait toujours inscrit cette question dans de vastes perspectives, qu’il ait abordée par des chemins de travers, au sein de systèmes couvrant une large diachronie ou dans une typologie globale des langues, n’a certainement pas contribué à rendre manifestes ses positions. En tout état de cause, c’est à ses élèves directs puis à ses continuateurs plus qu’à lui-même que l’on doit la création des premiers modèles guillaumiens de l’acte de langage. Dans la perspective d’une systématique de la phrase, ce sont les modèles de R. Valin et A. Joly qui nous occupent prioritairement et qui nourrissent une lecture critique de la théorie psychomécanique de la phrase. En revenant pour finir aux théories de G. Guillaume, nous suggérons quelques pistes pouvant étayer une théorie générale de la genèse phrastique dans l’acte de langage, connectée à la fois au texte et au contexte.

10

PREMIÈRE PARTIE ÉPISTÉMOLOGIE DE LA PHRASE

« La physique décrit la "réalité". Or, nous ne savons pas ce qu'est la "réalité", nous ne la connaissons qu'à travers la description qu'en donne la physique ! » A. Einstein, lettre à Schrödinger, 1935.

11

Épistémologie de la phrase

Cette première partie a pour objectif d’aborder la phrase dans une perspective épistémologique, dans l’histoire et l’organisation des idées en sciences du langage. Le constat initial est que la notion de phrase, récemment redéfinie, bannie puis réhabilitée 1 est tout sauf un « signe conventionnel » propre à une description unanime de la réalité 2. Combien verront dans (a) une phrase ? et combien de phrases dans (b) ?
(a) Chut ! (b) Elle me résistait, je l’ai assassinée. (Berrendonner, 2002a)

La variété des réponses prouve en un sens qu’on a affaire à un construit. Sa validité en tant que concept repose sur la pertinence et la cohérence des critères définitoires, qui connaissent des usages divers dont il nous appartient de rendre compte. Comme l’a très bien montré J.-P. Seguin, faire l’histoire de la phrase c’est également faire celle de la grammaire tout entière, et celle du sentiment linguistique. Sans prétendre atteindre de telles considérations, nous tenterons d’observer, en étudiant le cheminement historique de la notion, les contextes théoriques où elle prend place, afin de dégager les principales lignes de force d’une épistémologie régionale. Celle-ci s’inscrit en fait dans le cadre théorique de T. Kuhn (1970), dont nous présentons les linéaments au fil du texte afin d’éviter de longs exposés de théorie. Pour l’heure,

1

Il s’est publié en deux ans un nombre important d’ouvrages en collaboration (Authier-Revuz & Lala, 2002) et de numéros spéciaux de revues relatifs à la phrase elle-même ou à des problèmes connexes (Verbum, XXIV, 2002 : « Y a-t-il une syntaxe au-delà de la phrase ? » ; L’information grammaticale, 98, 2003 : « Phrase et énoncé » ; L’information grammaticale, 102, 2004 : « La ponctuation », Cahiers de praxématique, 40, 2003), pour n’en citer que quelques-uns. 2 Toute description recèle une part de théorie – J.-C. Milner l’a montré pour la linguistique – et comme le formulait déjà Saussure : « Bien loin que l’objet précède le point de vue, on dirait que c’est le point de vue qui crée l’objet… » (CLG, 1972 : 23).
12

Épistémologie de la phrase

précisons simplement que T. Kuhn propose de décrire l’histoire et la sociologie de la science au moyen du concept de paradigme (ou matrice disciplinaire), lequel dénote l’ensemble des connaissances partagées et des énoncés généralement admis par une communauté scientifique travaillant dans un domaine donné à un moment donné. Loin de n’être que descriptive, la notion entend expliquer que ces énoncés et connaissances représentent, certes, un bagage théorique commun, mais qu’ils fixent également de manière rigide et collective les modalités d’approche et de résolution des problèmes. Ce cadre théorique, ici succinctement décrit, permet une lecture nette et contrastée de la question qui nous occupe, mais nous verrons qu’il ne faut pas céder à la tentation du schématisme. Quoi qu’il en soit, sans parler pour l’instant de paradigmes, il se laisse voir deux grandes tendances historiques : l’une reste fidèle à la notion de phrase et l’autre s’est constituée avec l’émergence des linguistiques textuelles, discursives et énonciatives. Bien que la seconde tendance se soit constituée en grande partie contre la première, elle est loin de l’avoir complètement supplantée. Afin de poser quelques bases conceptuelles sur un terrain familier, nous prenons notre départ au chapitre I avec une approche de la « tradition » grammaticale, syntaxico-logique, qui, tantôt avec conservatisme, tantôt dans l’idée d’opérer des réformes, s’accommode aujourd’hui encore du trousseau légué par l’enseignement scolaire. On s’étendra ensuite plus longuement sur le statut de la phrase dans le vaste ensemble théorique qui va des structuralismes européens au(x) formalisme(s) américain(s), où, malgré un masque d’inertie, l’idée de phrase connaît des évolutions profondes et décisives. Mais c’est sous aussi l’influence de ces théories qu’elle revêt un caractère presque dogmatique et se replie dans un formalisme inexpugnable. Les premières critiques de la notion ne se font guère attendre, dès les années 1930, mais la propagation des linguistiques énonciatives puis de la pragmatique ne suffit pas à faire chanceler l’édifice. Ces théories, qui manifestent un souci d’extension exo-textuelle de l’investigation linguistique, sont rejointes dans la contestation de la phrase par les « sciences du texte », qui fondent leur critique sur la nécessité d’une extension endotextuelle des cadres d’analyse comme en proposent les macro-syntaxes et les diverses

13

Épistémologie de la phrase

ramifications des linguistiques et grammaires textuelles.

Disons pour finir que ce

parcours historique et épistémologique repose nécessairement sur une série de choix, que nous espérons pertinents et en tout cas représentatifs de l’évolution des idées linguistiques. Nous avons ainsi limité notre approche des grammaires génératives et d’origine générativiste à quelques modèles très courants et dont les postulats sont bien connus. Nous avons également adopté une certaine réserve en n’abordant que de loin les récentes linguistiques et grammaires cognitives, qui accusent entre elles de grandes différences et dont la relative nouveauté ne permet pas d’avoir une large vue épistémologique.

14

Chap. I — La phrase en linguistique

CHAPITRE I LA PHRASE EN LINGUISTIQUE

I. LA TRADITION GRAMMATICALE
Plus que jamais, la « tradition grammaticale » se voit attacher une connotation compassée, que ses ennemis justifient en arguant avec raison qu’il n’y a justement plus de tradition grammaticale. En effet, l’étiquette n’a plus de support évident puisque l’enseignement scolaire a intégré une bonne part des découvertes de la linguistique et abandonné la plupart de ses règles normatives, et qu’en outre la linguistique demeure une science incomplète, se contentant parfois de « notions provisoires » empruntées à la tradition (Milner, 1989 : 65) – à commencer par les parties de discours et la phrase. Bien que la hiérarchie des contenus se soit assouplie et que les savoirs cascadent désormais des laboratoires de recherche au cours élémentaire, il reste encore possible de représenter le paysage de l’enseignement grammatical contemporain, par exemple à partir de la typologie des didacticiens C. Germain et H. Séguin (1998) 1. On remarque cependant que les grammaires pédagogiques 2 du primaire et du secondaire se sont
1

Ceux-ci distinguent, parmi les grammaires explicites (les tentatives de notation de la compétence), les grammaires pédagogiques (scolaires) et les grammaires linguistiques (scientifiques). Les premières comprennent les grammaires de référence (prescriptives ou descriptives), et celles qui sont spécifiquement inscrites dans le processus d’enseignement ou d’acquisition d’une langue (grammaire d'enseignement / d’apprentissage) ; les secondes rassemblent les authentiques simulations grammaticales (modèle ou « boîte noire ») et les grammaires de référence descriptives. J.-C. Chevalier (1994 : 125) proposait déjà une typologie similaire, opposant les grammaires « scientifiques » à la grammaire « traditionnelle ». Sur ce point, voir également Muller (2002a). 2 Voir supra. Depuis 1968, les tentatives d’injection de linguistique dans la grammaire scolaire (le mot est de J.-C. Chevalier) se sont multipliées sans résultat (générativisme, variationnisme…), mais la dernière
15

Chap. I — La « tradition grammaticale »

affranchies du « Lhomond révisé » qu’évoque J.-C. Chevalier (1994 : 125) et que les grammaires linguistiques du supérieur sont parvenues à combiner un objectif pédagogique et des « contenus théoriques » spécialisés. Entre linguistique et grammaire, la frontière s’est donc estompée et la distinction de J.-C. Milner, fondée sur la finalité heuristique ou didactique des deux entités, reste encore le critère le plus fiable :
La linguistique se réclame de l’idéal de la science, étant admis que cet idéal peut s’incarner de manière diverse, suivant les épistémologies. La grammaire ne se réclame pas systématiquement de cet idéal. (Milner, 1989 : 68)

A. LA PHRASE DANS LES GRAMMAIRES DESCRIPTIVES
Cet exposé n’étant pas le lieu de considérations didactiques, on ne s’étendra pas sur la constitution des programmes scolaires. C’est un fait, toutefois, que les Instructions Officielles imposent à présent un allégement notable des contenus de morphosyntaxe, et qu’elles renoncent à donner la phrase comme primitif au profit de l’énoncé. Voilà le plus sûr témoignage de bouleversements importants survenus en amont. Jadis, les enseignements conféraient a priori à la phrase des rôles multiples comme observable (l’exemple), comme type (la phrase canonique) et comme cadre exclusif (on parle de « grammaire de phrase »). On lui a en outre consacré un exercice régulier, l’analyse logique (Soutet, 1989 : 5 ; Brandt, 1973 : 29), qui lui adjoignait un autre spectre terminologique : la proposition. Curieusement, les grammaires linguistiques du supérieur semblent moins idolâtres de nouveauté que les manuels du secondaire ; aucune d’entre elles ne fait l’économie d’un exorde consacré à la phrase, et beaucoup lui réservent une place centrale, dont nous allons évoquer quelques aspects.

1. Cadre et domaine phrastique
Jusqu’à une date assez récente qui a vu l’avènement du discours et du texte, la phrase constituait l’unité maximale de l’analyse : elle est décrite comme un « îlot de connexité rectionnelle » (Berrendonner, 2002a) et, reprenant Benveniste, Riegel et

greffe de pragmatique et de linguistique textuelle semble avoir pris au point que l’hôte (la grammaire dite « de phrase ») a disparu.
16

Chap. I — La « tradition grammaticale »

al. (1994 : 104) la disent « formée de constituants […] sans être elle-même un constituant ». P. Le Goffic l’aborde en ces termes :
La phrase est le niveau supérieur de la syntaxe : c’est, dans son ordre, une totalité indépassable (elle ne peut être dépassée qu’à condition de changer de niveau et de passer au niveau du texte). (Le Goffic, 1994 : 8)

Or, non seulement la phrase constitue la limite supérieure de la syntaxe, mais elle est aussi et surtout un axiome nécessaire à la définition des fonctions. Elle forme
le cadre 3 à l’intérieur duquel se déploient et se décrivent le réseau de relations […] et les classes d’unités simples […] et complexes qui constituent l’architecture syntaxique des énoncés » (Riegel et al., 1994 : 105).

Suivant J.-C. Milner, on désignera un tel concept du nom de domaine 4. Les relations syntaxiques étant consubstantielles du domaine phrastique et réciproquement celui-ci n’étant appréhendable que comme cadre de ces relations 5, les définitions de la phrase et de la syntaxe sont circulaires. Or, il est nécessaire de se donner un primitif et c’est la phrase qui est axiomatisée comme domaine fini, groupant des éléments qui y occupent des positions discriminées. Autrement dit, comme on le verra, la phrase est d’abord indispensable à l’idée même d’une syntaxe. Quoi qu’il en soit, on voit ici à l’œuvre l’idéalisation coupable que la grammaire a opérée sur la phrase : au départ simple observable, celle-ci s’est dupliquée en une entité abstraite, réputée correspondre à un niveau de description précis.

3

4

5

On peut définir le cadre comme l’espace délimité et présumé homogène que l’on se donne, explicitement ou non, comme lieu d’une procédure ou de l’observation d’objets ou de relations entre objets. Empruntant au concept générativiste d’îlot (island), un domaine est définissable comme une entité délimitée, n’existant qu’en vertu d’un certain type de relations existant entre les termes qu’elle contient. Ceux-ci ne peuvent qu’exceptionnellement entretenir de relation du même type hors du domaine qu’ils occupent (Milner (1989 : 471) : « En situation normale, X ne peut entrer en relation avec Y que si X et Y appartiennent au même domaine. »). Une définition étendue du domaine retiendrait en outre la notion de terme domanial : Les relations étant le plus souvent asymétriques, tout domaine est fondé par la présence d’un terme fonctionnant pour les autres comme un centre attracteur. Ainsi, la phrase peut être envisagée comme un domaine syntaxique dont le terme domanial est, d’après J.-C. Milner, celui qui occupe la position Sujet. En d’autres termes, la phrase n’a pas de propriétés extrinsèques (positionnelles selon J.-C. Milner) et c’est donc sa domanialité qui la fonde « de l’intérieur » si l’on peut dire.
17

Chap. I — La « tradition grammaticale »

2. La « phrase canonique 6 »
L’idéalisation va plus loin. Les grammairiens définissent généralement une forme de phrase donnée, nommée d’ordinaire « phrase canonique » (désormais
PC),

dont la

fonction première est de permettre une approche oppositive des phrases à des fins de typologie. À ce titre, elle est d’abord une assertion (ou une monstration) de propriétés positives. Or, on s’étonne qu’un outil réputé « canonique » ou « typique » reçoive des appellations et des formes si différentes d’un linguiste à l’autre. Cela remet clairement en question son rôle épistémologique, souvent assimilé – à tort selon nous – à celui d’un modèle, et implique par ailleurs une certaine idée de la phrase, en tant que catégorie, qu’il faudra rendre explicite. Dénomination et représentations Dans les grammaires qui en font usage, la PC est parfois produite par le biais d’une représentation fonctionnelle (Riegel et al., 1994) :
(CC) — Sujet — (CC) — Verbe — Complément(s) / Attribut — (CC).

Tantôt, il est recouru à une exemplification (forme instanciée) de cette structure :
Marie chante (une chanson).

tantôt enfin on fait appel à une définition : « Phrase assertive, simple […] et neutre » (Riegel et al., 1994 : 109). Bien sûr, il n’est pas rare que ces approches soient combinées ; mais on observera que la préférence de l’une ou l’autre de ces formulations n’est pas insignifiante puisqu’elles ne se recoupent pas complètement et soulignent des facettes diverses d’un même concept : la représentation métalinguistique est une tentative de modélisation (iconique ou non) ; la description est une définition en intension, qui liste les caractéristiques de son objet ; enfin, l’exemplification s’apparente à une définition en extension. À la différence de cette dernière, les représentations métalinguistiques n’ont ni sens (vériconditionnalité) ni signification (interprétabilité).

6

Cette section a fait l’objet d’une communication au Colloque Lidilem – Grenoble, 4-7 juillet 2006.
18

Chap. I — La « tradition grammaticale »

De fait, on peut s’interroger sur l’intérêt que présente une forme instanciée de la puisqu’elle intègre de l’accidentel, incompatible avec sa fonction 7.

PC,

On pourrait juger plus anodin le fait que la dénomination du concept soit sujette à varier : il ne fait guère de doute que « phrase type » (Le Goffic, 1994), « phrase de base », « canonique » ou « prototypique » (Riegel et al., 1994) ou enfin « phrase archétypale » (Denis & Sancier-Château, 1994) pointent à peu près la même chose. Cependant, les implications théoriques ne sont pas nulles : « phrase de base » laisse entendre que certaines configurations phrastiques dérivent de cette structure ; la notion de transformation n’est alors plus très loin… De même, « phrase prototypique » peut engager dans une approche du métalangage marquée de cognitivisme, ce qui n’est pas insignifiant. De plus, dans l’édifice théorique de chaque grammaire, la place de la
PC

peut

varier relativement à la notion plus générale de phrase et interférer avec elle : la Grammaire du français, faisant presque coïncider les deux concepts, laisse à « l’énoncé » la tâche de désigner les « produits concrets de l’activité de langage d’un locuteur réel » (ibid. : 417) qui ne sont pas conformes au schème typique 8. À l’inverse, la Grammaire méthodique du français conserve une acception large de la phrase, dont la complétude formelle ne constitue pas un critère discriminant (Riegel et al., 1994 : 104). Enfin, la Grammaire de la phrase française occupe une position médiane, défendant la dichotomie phrase canonique/énoncé mais conservant, semble-t-il, une approche compréhensive de la phrase, qui reconnaît en particulier des phrases sans verbe 9. Le problème, sur lequel nous reviendrons plus loin, semble être l’hétérogénéité

7

« *Marie dort le chat. », « ? Marie chante sa voiture. » et « Marie abat un sapin. » semblent à des degrés divers moins canoniques que « Marie mange une pomme. », ce qui laisse croire que le sens de la phrase entre en ligne de compte. Voir les remarques de Dingwall sur la typification citées par N. Ruwet (1967 : 39). 8 « Choisir de circonscrire la phrase à cet ensemble syntaxique ordonné autour d’un verbe, parmi la diversité des énoncés possibles, c’est donc, bien sûr, s’interdire de rendre compte de l’ensemble des productions langagières. […] la phrase, dans l’acception étroite qui en a été proposée, demeure bien la forme de base à décrire, forme qu’on pourrait appeler archétypale. » (Denis & Sancier-Château, 1994 : 421) 9 « La distinction entre phrase et énoncé, indispensable du point de vue théorique, n’empêche cependant pas un très large recoupement de ce que désignent les deux termes ; en pratique, les deux termes sont souvent (et largement) interchangeables ; mais, même alors, parler d’énoncé fait référence à une
19

Chap. I — La « tradition grammaticale »

des critères présidant à la distinction phrase (canonique) / énoncé : critères énonciatifs (actualisé vs. non actualisé) ou critères formels (conforme vs. non conforme au schème canonique). En somme, toutes ces remarques donnent à penser que la
PC

est mal

engagée d’un point de vue scientifique si elle est convoquée indifféremment sous des espèces non équipollentes, sans qu’on prête plus attention à sa forme qu’à sa fonction. Phrase canonique et modèle Pour commencer, si son rôle est bien d’autoriser autour d’elle la constitution d’une typologie de « l’extrême variété des énoncés observés », il n’en semble pas moins difficile d’un point de vue épistémologique d’y voir comme on le fait souvent un « modèle de référence » (Willems, 2001 : 43 ; Le Goffic, 1994 : 8) ou un « modèle opératoire » (Riegel et al., 1994 : 109). En effet, telle qu’on l’entend dans ce travail, la PC est incompatible avec la notion de modèle en philosophie des sciences :
Système représentant les structures essentielles d’une réalité et capable à son niveau d’en expliquer ou d’en reproduire le fonctionnement. (TLFi)

Un modèle peut être construit afin d’être strictement isomorphe avec son « référent » (modèle iconique) ou afin d’entretenir avec lui un rapport analogique, mais il doit surtout pouvoir constituer un objet d’expérimentation autonome. L’exemple de
PC

(« Marie chante une chanson. ») n’est le modèle iconique

d’aucun objet empirique – étant lui-même un objet empirique. Ainsi isolé, sa valeur heuristique étant de fait quasi nulle, il ne constitue pas un objet d’expérimentation valide (et n’a pas vocation à l’être). Le phénomène de « concrétion » pointé par J.-C. Milner rend en effet impossible de démontrer l’existence d’une quelconque propriété de la langue à partir d’un seul exemple 10. La PC instanciée ne prouve donc rien en particulier si ce n’est une « phrasticité » floue. En soi, c’est-à-dire à son niveau, sans

production effective (en discours), tandis que parler de phrase fait référence au modèle canonique (en langue). » (Le Goffic, 1994 : 9) 10 Ainsi, « Marie chante une chanson. » peut-il rendre compte aussi bien de la relation prédicative que de l’existence de flexions morphologiques, de l’élection de fonctions privilégiées par certaines catégories de parties de discours, de l’ordre des mots, etc.
20

Chap. I — La « tradition grammaticale »

recourir au système extrinsèque de la langue, elle ne permet pas de déterminer comment fonctionne tout énoncé plus ou moins complet ou complexe qu’elle. Elle n’a aucune puissance prédictive. Quant à la description métalinguistique et à la représentation formelle de la
PC,

elles sont encore moins productives dans les procédures

d’expérimentation 11 : tandis que la PC instanciée est une entité linguistique convertie en outil métalinguistique, ses autres hypostases sont de purs objets de métalangage. Ces limitations font, selon nous, que la
PC

n’a pas valeur épistémologique de

modèle 12. En ce sens, sa vocation n’est donc pas de démontrer mais de montrer (ou de dire, lorsqu’elle est sous forme de définition) un faisceau de propriétés positives, lequel ne prend sens, comme nous le verrons, que dans un ensemble défini par un réseau d’oppositions. Propriétés de la phrase canonique Après avoir successivement évoqué le problème de la représentation, de la dénomination de la
PC,

et cerné son rôle épistémologique, il y a lieu à présent d’en

détailler le contenu conceptuel. Disons d’emblée qu’il n’est pas commun à tous les grammairiens, comme le laissaient présager en partie les différences de formalisations évoquées plus haut : P. Le Goffic donne pour PC « Marie chante. », construction verbale monovalente, mais M. Riegel et al. proposent pour leur part une structure transitive/attributive dépourvue d’indications de modalité mais laissant apparaître des places saturables par les circonstants. Cela accrédite l’idée qu’une part d’arbitraire – à mesurer – intervient dans la détermination des propriétés de la
PC

et que certaines

d’entre elles sont accidentelles 13. À l’opposé, la présence d’un complément verbal est
11

Sur la valeur expérimentale de l’exemple en linguistique, voir Milner (1989 : 109 sq.). Entre autres, l’usage de l’exemple y est reçu comme un point où divergent grammaire et linguistique. 12 À la rigueur, l’acception courante du modèle, normative et/ou esthétique, correspondrait davantage (car le « bon usage » entre parfois en jeu : voir dans une copie d’élève « Faites des phrases ! ») 13 Aussi doit-on distinguer nettement les concepts de phrase canonique et phrase minimale. Dans Riegel et al. (1994 : 127), la phrase minimale dérive de la PC par « effacement de tous ses éléments facultatifs ». En outre, la PC est gouvernée par un principe de nécessité non pas structurale mais oppositive : elle doit être à même de pouvoir s’opposer sur au moins un critère à toute phrase de discours rencontrée, tandis que la phrase minimale est supposée rassembler les conditions nécessaires – et celles-là seulement – à son intégration dans la catégorie des phrases. En termes sommaires, comme on le verra en détail plus loin, la PC occupe le centre de cette catégorie alors que la phrase minimale en représente une limite.
21

Chap. I — La « tradition grammaticale »

canonique, comme en atteste la typologie de Greenberg 14 qui se fonde sur trois composants (SVO) et non deux. Par recoupement, le faisceau minimal de traits essentiels 15 semble devoir comporter les traits suivants : structure syntaxique globale (Phrase simple et indépendante…), ordre des constituants lexicaux (…d’ordre SVO…) ou présence d’un pivot verbal, modalité énonciative (…assertive…), la configuration expressive (…neutre…) rejoint chez certains le passif et l’impersonnel parmi les « réarrangements communicatifs » (Riegel et

al., 1994 : 388) ; il nous semble utile de rendre au verbe les catégories du mode et de la topicalisation (Wilmet, 1998a : 458), qui lui reviennent 16 (…dotée d’un pivot verbal à l’indicatif, de topicalisation active). Enfin, si l’on suit les remarques de D. Creissels (1995), le sujet devrait être un nom propre. Loin de se réduire à la simple détermination d’un ordre canonique, comme le rappelle D. Willems (2001 : 44), la phrase canonique se laisse selon nous décrire comme suit :
Phrase assertive délimitée par des pauses graphiques ou prosodiques, neutre, simple et indépendante, d’ordre SVO, dotée d’un pivot verbal à l’indicatif, de topicalisation active.

Voilà définie sa forme. Il reste à aborder sa fonction, en prenant note que l’adéquation de l’une à l’autre ne va pas de soi.

14

Une remarque de Saussure (2002 : 102) sur laquelle nous reviendrons montre bien que l’interrogation n’est pas nouvelle : « Le seul mot d’ellipse a un sens qui devrait nous faire réfléchir. Un tel terme paraît supposer que nous savons initialement de combien de termes devrait se composer la phrase… » 15 D. Willems (2001) propose pour sa part les cinq items suivants : forme (forme verbale personnelle), type (modalité énonciative), ordre (Sujet + prédicat ou SVO), contour prosodique (sans rupture) et niveau (syntaxiquement non dépendante). Le critère prosodique est coextensif de ceux de la modalité et de l’ordre des constituants et il réfère de surcroît au seul code oral. Mieux vaut à notre avis parler de délimitation, certes plus "visuel", mais transférable à peu de frais de l’écrit à l’oral (où la pause prosodique est le signe de la délimitation). 16 Voir à ce sujet les remarques de C. Blanche-Benveniste (2002).
22

Chap. I — La « tradition grammaticale »

De la forme à la fonction : un outil arbitraire Pourquoi la phrase canonique est-elle verbale, assertive, etc. ? Cette question est souvent éludée dans les grammaires ou donnée comme un postulat, autrement dit la phrase canonique apparaît comme un concept régulateur destiné à sauvegarder l’unité théorique :
Cette définition de la phrase doit être entendue comme la définition a priori de la phrase type : elle a le caractère d’une définition de principe (définition a priori, logique, axiomatique) : c’est le modèle de référence, la phrase canonique. (Le Goffic, 1994 : 8)

Ou encore :
Il est avantageux de se doter au départ d’une structure (ou forme) canonique de la phrase. […] C’est par rapport à ce schéma de référence (ou modèle opératoire) que sont décrites toutes les phrases observables. (Riegel et al., 1994 : 109)

Riegel et al. glissent quelques éléments de justification de la « canonicité » :
[1] - [La PC] est généralement assimilée à la phrase assertive simple, ce qui revient à considérer cette dernière comme la forme prototypique de la classe de toutes les phrases. [2] - On peut aussi considérer que la phrase canonique est une entité purement théorique dont la phrase assertive simple se trouve être la réalisation la plus immédiate et sans doute la plus fréquente. (Ibid. Nous soulignons)

Dans le premier cas, la phrase assertive simple s’impose comme outil typologique parce qu’elle est jugée représentative de sa catégorie. On pourrait même aller plus loin et affirmer qu’elle fonde autour d’elle la catégorie des phrases 17. Il n’est donc question que de métalangage. Dans la seconde hypothèse, la forme de la PC est construite par une démarche inductive. On ne saurait corréler sans vérification les notions d’immédiateté et de fréquence, aussi explicitera-t-on séparément l’hypothèse de l’antécédence : (la phrase assertive simple est un antécédent – opératif ou transformationnel – de tout élément appartenant à la catégorie P) et celle de la fréquence (dans un corpus constitué d’éléments de P, la sous-catégorie des phrases assertives simples est la plus

17

La notion de catégorie en sémantique ne va pas de soi. Nous en conservons ici la version « nominaliste » propre à G. Kleiber entre autres et, il est vrai, parfois contestée, notamment par F. Rastier. Sur ce point, voir Dubois (1991 : 19 et 32, 34).
23

Chap. I — La « tradition grammaticale »

représentée). La conclusion commune, on le sait, est l’élection de la forme assertive simple comme PC. Nous discuterons chaque hypothèse en détail. Tout d’abord, définir la phrase assertive simple comme « la réalisation la plus immédiate » du construit théorique de la phrase présuppose un relation de succession – voire une hiérarchie – des types, formes et modalités phrastiques. On songe bien évidemment aux postulats de N. Chomsky (1957 : 50-51), mais aussi à ce que G. Guillaume nommait la chronologie notionnelle ou chronologie de raison. Dans la version initiale de la théorie chomskyenne, que nous examinerons plus loin, la phrase noyau est assimilable à une base dérivationnelle à partir de laquelle on obtient par des transformations facultatives les différents types de phrases :
Toute phrase de la langue sera soit une phrase noyau, soit une phrase dérivée des séquences sous-jacentes à une ou plusieurs phrases noyaux, par une ou plusieurs transformations successives. (Chomsky, 1957 : 50-51)

Comme il n’existe pas de transformation assertive, on peut légitimement inférer que la phrase assertive est le produit des seules transformations obligatoires et s’identifie à la phrase noyau 18. Il s’en faut pourtant de beaucoup pour que N. Chomsky recoure à la phrase canonique – d’autant plus que l’antécédence de la phrase assertive se trouve révisée dans la version suivante de la théorie. Si l’on adopte à présent la perspective guillaumienne, et notamment sa

conception dynamique qu’elle donne de la construction du discours19, on peut interpréter sommairement l’immédiateté prêtée à la phrase assertive comme un phénomène d’antécédence opérative ; l’interrogation ou la négation, par exemple, ne pourraient alors se concevoir qu’à partir d’une assertion positive au moins préfigurée mentalement. Nous aurons également l’occasion d’y revenir. Si la configuration de la phrase assertive est bien la plus représentée statistiquement, on peut, avec l’avantage d’une forme d’objectivité numérique, l’élire

18

« [Les phrases-noyaux] sont des phrases de nature particulièrement simple, dont la génération implique un minimum de mécanismes transformationnels. » (Chomsky, 1965 : 34) 19 Il ne s’agit là que d’extrapolations des vues les plus générales de Guillaume lui-même, qui n’a à notre connaissance jamais abordé directement le sujet. En revanche, certains guillaumiens, comme V. Ćosić, ont proposé des interprétations psychomécaniques de la modalité.
24

Chap. I — La « tradition grammaticale »

comme phrase canonique en vertu de sa fréquence. C’est ce que H. Ulland (2002) propose de faire à partir d’un corpus d’articles du Monde 20. Il y a fort à parier, hélas, que les probabilités ainsi obtenues diffèrent drastiquement de celles qu’on produirait à partir de textes littéraires – et plus encore d’un corpus de français oral où, comme l’a montré statistiquement K. Lambrecht (2006a), les locuteurs s’ingénient à ne pas produire de phrases assertives simples ! Les chiffres semblant se contredire, nous sommes contraint à envisager d’autres justifications à la canonicité de la phrase assertive. L’hypothèse selon laquelle elle serait propre à la fonction de phrase canonique parce qu’elle est la « meilleure représentation » de la catégorie de la phrase – voire parce qu’elle en est consubstantielle 21 – reste la plus probante. La théorie du prototype étant bicéphale, avant toute chose il convient avec G. Kleiber, de choisir parmi deux approches aux implications radicalement différentes : la version dite « standard » (Kleiber, 1990) — tout membre de la catégorie a au moins un trait en commun avec le prototype — et la version étendue — il suffit que chaque membre partage au moins une propriété avec un autre membre de la catégorie. Pour G. Kleiber (2003 : 18), il est préférable de définir un « centre prototypique, conçu comme l’intersection des propriétés typiques de la catégorie » — et c’est précisément le statut que l’on prête à la phrase assertive dans l’hypothèse que nous observons 22. Pour autant, le fait que « Marie chante une chanson. » soit perçu comme « meilleur représentant ou instance centrale […] communément associée »

(Kleiber, 1990 : 48) à la catégorie phrastique appelle quelques remarques. Une remarque terminologique, tout d’abord : de même que le moineau lambda est le meilleur exemplaire de la catégorie oiseau (le prototype) et que l’ensemble de ses traits

20

L’auteur se propose de fonder la phrase canonique sur la base d’études lexicométriques conduites dans les titres du Monde. D. Willems (2001 : 44) rejette ces mêmes arguments statistiques pour définir l’ordre canonique comme l’ordre "habituel". 21 « Le codage de catégories […] au moyen de prototypes semblerait être la forme de représentation cognitive qui peut fournir la plus grande information sur la catégorie que l’on peut retenir en un seule image concrète. » (E. Rosch, cit. Dubois, 1991 : 19). 22 Il est en effet impossible d’envisager la question dans l’optique d’un air de famille inspiré de Wittgenstein, sous peine d’assister à la dilution irrémédiable de notre objet.
25

Chap. I — La « tradition grammaticale »

typiques, son concept, en est le stéréotype, la phrase instanciée « Marie chante une chanson. » serait le prototype de la catégorie phrase, et la description morphosyntaxique qu’on en a proposée serait un stéréotype (Kleiber, 1990 : 60) 23. Loin de n’être qu’une élégance, une distinction de ce genre permet d’expliquer qu’on recoure à un outil bancal comme la phrase canonique instanciée. En premier lieu, la phrase est une catégorie d’objets et elle n’est représentable à ce titre que par l’entremise d’un de ses membres puisqu’une phrase « pure », i.e. dépourvue de mots particuliers ou de modalité, serait un monstre verbal spinozien. La définition intensionnelle ou la représentation symbolique ne sont pas des phrases pures : ni l’une ni l’autre ne sont des exemplaires de phrase (une carte n’est pas le territoire). En somme, comme le dit R. Martin (1991b : 153), le niveau d’abstraction de la phrase elle-même n’est accessible que par le biais du métalangage, ou bien par la médiation du prototype. Reste en second lieu le problème de la source du jugement de prototypicité, qui nous renvoie à des données fréquentielles 24non plus appliquées aux occurrences d’un type de faits linguistiques mais à celles de jugements portant sur le métalangage 25. Cela ne fait probablement que transférer le problème inhérent aux données statistiques depuis les faits eux-mêmes jusqu’à leur dénomination, et cela conduit la phrase canonique à interférer avec la phrase au sens où la seconde est en quelque sorte modelée par la première. Si l’on fonde la
PC

sur l’hypothèse de la fréquence relative — ce qui rappelle

sommairement la théorie de Zipf 26 établissant une corrélation implicite entre la fréquence d’un élément, sa « disponibilité » mentale et sa simplicité structurelle — on se rapproche d’une autre hypothèse, celle de l’antécédence, mais dans une perspective

23

Voir les remarques de R. Martin (1991b : 152) : « La [stéréotypie] est plutôt intensionnelle, liée au flou de propriétés ; la [prototypie] plutôt extensionnelle, liée à la notion d’exemplarité. » 24 « Le statut de prototype n’est accordé dans la version standard que sur la base d’une fréquence élevée, seule garante de la stabilité interindividuelle nécessaire à sa pertinence. » (Kleiber, 1990 : 49) 25 Dans une approche nominaliste du prototype en tout cas, pour laquelle le lexème « phrase » correspond à une catégorie mentale. 26 Hypothèse mentionnée dans Rastier (1991b : 180, n.2) : « Plus un terme est fréquent, plus il est court et plus il est disponible. »
26

Chap. I — La « tradition grammaticale »

plus empirico-inductive. Après recoupement, il apparaît en effet que ces théories voient toutes deux la phrase comme un programme et qu’elles assimilent sa catégorie à un regroupement d’entités non seulement au titre d’espèces d’un même genre, mais aussi en tant qu’éléments en relation d’interdépendance dérivationnelle ou simplement logique. On voit combien cette conception apporte de changement ; la phrase qui était seulement une classe d’objets dont on cherchait à déterminer l’appartenance catégorielle, devient en outre un système. La troisième théorie, qui assimile la totalement la catégorie de la
PC

à un prototype, conduit à restructurer selon des échelles de protypicité

phrase

(Kleiber, 1990 : 51) :
Un prototype est une instance typique d’une catégorie et les autres éléments sont assimilés à cette catégorie sur la base de leur ressemblance perçue avec le prototype. (Langacker cit. Kleiber, 1990 : 57)

Décrire « toutes les phrases observables » (Riegel et al., 1994 : 109) par rapport à un centre prototypique laisse s’installer une indétermination des frontières catégorielles, étant donné que le jugement de « ressemblance perçue » pour les cas-limites est soumis à d’importantes variations interindividuelles 27. Ce flou marginal qu’occasionne la conception prototypique de la phrase présuppose l’abandon du système définitoire par conditions nécessaires et suffisantes, fondé sur un faisceau fini de propriétés que possède ou ne possède pas l’objet que l’on cherche à classifier. En réalité, on est en droit de se demander si le fait d’employer un concept comme la phrase canonique ne débouche pas toujours sur une vision prototypique de la phrase, et ce indépendamment de justifications prototypiques, fréquentielles ou processuelles… On a vu en effet qu’elle était utilisée comme unité oppositive fondamentale, ce qui revient à dire qu’elle fonctionne de fait comme un prototype : c’est autour d’elle que s’établit l’organisation interne de la catégorie phrase, par degrés de prototypicité, et c’est par rapport à elle que s’opèrent les discriminations inter-catégorielles. On se

27

Plus concrètement, un fait linguistique comme « Bof. » sera ainsi considéré par certains comme trop éloigné du prototype pour intégrer la catégorie de la phrase, tandis que d’autres l’y admettront sans difficulté.
27

Chap. I — La « tradition grammaticale »

retrouve bien, semble-t-il, face à un ensemble organisé selon un principe d’oppositivité interne et dans lequel la PC joue le rôle d’origine, de valeur centrale. À l’échelle des discours scientifiques, le recours à la notion de phrase canonique traduit selon nous l’émergence spontanée d’une grille de lecture prototypique de la phrase, émergence qui s’explique par les nombreuses difficultés que rencontre l’approche conceptuelle classique liée aux CNS. D’une certaine manière, les suggestions de G. Kleiber 28 semblent avoir été partiellement anticipées par la tradition grammaticale, mais sans que cette dernière, pour autant, renonce à cumuler – sans grand bonheur pourtant – les deux modes d’appréhension que sont approche prototypique et définition en CNS. Toutefois, dans certaines perspectives morphosyntaxiques, le partage strict de la phrase et de l’énoncé peut être perçu comme une réponse « conceptualiste » au problème, définissant par convention une phrase non observable opposée à l’infinité des faits énoncés. Ces solutions seront examinées dans une prochaine section. Il apparaît au terme de ce rapide exposé que la phrase est l’objet d’une double axiomatisation dans la conception traditionnelle de la morphosyntaxe : d’une part, on en postule l’existence comme domaine, et l’on se dote d’autre part d’une forme fondamentale tenant plus du prototype que du modèle, qui permet la description des faits linguistiques. Une telle démarche témoigne d’abord d’une recherche d’adéquation des méthodes à leur objet et à leur discipline (phrase et syntaxe), mais certains faits récemment mis en exergue, comme les dépendances transphrastiques ou pragmatiques, en compromettant la phrase, ont fatalement ébranlé la syntaxe.

B. PHRASE ET PROPOSITION
Autre élément majeur de la panoplie morphosyntaxique, la proposition entretient avec la phrase des rapports complexes qu’il convient d’étudier. Une solide et ancienne tradition, devenue scolaire, définit la phrase au travers de la proposition 29, dont la longévité étonne, mais n’est probablement pas sans rapport avec sa polysémie. D’origine logicienne, ayant par translatio rejoint l’outillage des premières grammaires
28 29

Le linguiste évoque la « piste prototypique » pour définir la phrase. (Kleiber, 2003 : 18) Nous empruntons à J. Léon (2003) les considérations historiques ci-après sur la notion de proposition.
28

Chap. I — La « tradition grammaticale »
e

françaises au

XVI

siècle, la proposition amorce son glissement vers la syntaxe sous la

férule des grammairiens de Port-Royal. Toutefois, chez ces derniers, la description interne de la proposition est encore d’ordre sémantico-logique 30 ; un point de vue syntaxique à part entière émerge en revanche dans l’analyse des combinaisons de propositions (simples, complexes, composées), qui témoigne d’un recouvrement partiel de la notion plus tardive de phrase. Nous aurons plus loin l’occasion de nous y arrêter. L’essentiel ici est que la phrase est introduite ex post à partir de la proposition, ou, pour mieux dire, qu’elle en émane lorsque celle-ci devient proposition grammaticale, à l’époque où Du Marsais puis Beauzée commencent à percevoir les spécificités de l’agencement syntaxique 31. Le problème qui s’installe alors durablement est celui d’une redondance des termes phrase et proposition dans certaines situations, problème qu’on ne pourrait résoudre qu’à travers un net partage des domaines sémantico-logique et syntaxique, assorti d’une affectation exclusive de la phrase et de la proposition à chacun d’eux 32. Pourtant, aujourd’hui encore, parce qu’elle ne souhaite pas établir un tel partage, la vulgate conserve l’acception grammaticale de la proposition 33, donne pour équivalentes phrase simple et proposition indépendante 34, et fait de la phrase complexe une structure intégrante pour les propositions principale et subordonnée(s). Pour certains, il est alors envisageable de se passer de la phrase d’un strict point de vue syntaxique parce qu’elle recouvre parfaitement la proposition grammaticale indépendante et que les relations syntaxiques à l’intérieur de la « phrase complexe » ne sont pas régies par celle-ci mais par les propositions grammaticales elles-mêmes 35, du
30

Le recours à une copule restituée dans chaque verbe fléchi traduit bien la secondarité de la morphosyntaxe par rapport au sens. 31 En particulier, ils distinguent – sans adopter de nomenclature commune – ce que nous nommons phrase et construction ou tournure. 32 Voir les propositions de M. Arrivé ci-dessous. 33 « Unité syntaxique et prédicative combinant un sujet grammatical et un groupe verbal » (Riegel et al., 1994 : 472) 34 « Une phrase peut comprendre des éléments qui lui ressemblent, i.e. qui sont également analysables en sujet et prédicat. » (Flaux, 1993 : 62). 35 Malgré tout, il semble artificiel de faire permuter des notions sans fixer davantage leur domaine d’application, comme en témoignent les propos de Bloch, rapportés par Tesnière, au sujet des tentatives de substitution régulière de proposition à phrase : « les auteurs ne sont même pas d’accord sur ce qu’il faut entendre par le terme de proposition » (Tesnière, 1959 : 12).
29

Chap. I — La « tradition grammaticale »

moins chez certains auteurs. Reste le problème de la parataxe, qui nécessite une structure matrice intégrant des propositions sous un régime différent de la rection. Dans ces configurations syntaxiques, le recours à la phrase peut se justifier, tout comme dans le cas des « phrases averbales » – qui devraient d’ailleurs pour un minimum de cohérence être nommées « non-propositionnelles ».

Figure 1: phrase et proposition

Il est plus que manifeste que phrase et proposition se recoupent dans certains cas si l’on se cantonne au niveau syntaxique. Or précisément, le statu quo se maintient tout d’abord parce que chacun des concepts outrepasse ce niveau. De plus, dans la structure de constituance qui est à peu près celle de la grammaire traditionnelle, l’axiomatisation de la phrase, envisagée comme une structure cadre maximale, est nécessaire à la syntaxe. Comme le suggère la Grammaire d’aujourd’hui (Arrivé et al., 1986 : 531) quelques échappatoires sont envisageables pour peu que l’on tienne strictement compte des niveaux d’analyse, mais d’autres découpages ont été conçus pour tenter de résorber la confusion des définitions syntactico-logiques héréditaires : on a choisi de présenter et discuter les suggestions de Grevisse (1993) et Wilmet (1998a), qui opèrent des choix de nomenclature qu’on peut dire opposés. Le premier conserve la proposition au prix de grandes restrictions d’usage, tandis que le second la disqualifie au profit de la phrase.

1. Du bon usage de la proposition
On s’intéressera ici au versant syntaxique de la définition de la phrase par Le Bon usage, qui la considère comme une unité de communication linguistique (Grevisse, 1993 : 269) pouvant contenir zéro, un ou plusieurs prédicats, verbaux ou non. En plaçant au centre de sa théorie syntaxique la fonction de prédicat, Grevisse prend appui sur une notion dont il reconnaît ne pouvoir donner de définition entièrement
30

Chap. I — La « tradition grammaticale »

satisfaisante (Grevisse, 1993 : 301) 36, mais il en dégage une nomenclature originale à certains égards, distinguant la phrase simple (mono-prédicative) et les phrases intégrant plusieurs prédicats. Le mode d’intégration permet d’opposer parmi ces dernières les phrases à proposition(s), dites complexes (hypotaxe), et les phrases à sous-phrases (incidence ou parataxe), qui ne reçoivent pas d’appellation particulière. Cela conduit Le Bon usage à restreindre notablement l’utilisation du terme proposition, qu’il applique à toute structure pourvue d’un verbe fléchi 37 et intégrée par une « fusion complète » à une phrase comme sujet ou complément ; aussi la subordination devient-elle un trait constant de la proposition. Reste le cas épineux des infinitives et absolues (ibid. : 272) 38 qui, selon Grevisse, ne contribuent pas à former une phrase complexe 39 mais sont pourtant des prédications. Au terme de ce réagencement 40, la phrase acquiert pleinement le statut d’unité syntaxique intégrante et la proposition celui d’unité intégrée, perdant au passage les marques gênantes de son origine logicienne. Trois configurations de phrase sont à retenir :

Figure 2 : configurations de phrase (Grevisse)

36 37

D’autant qu’il y intègre des traits non syntaxiques liés au contenu de la relation sujet-prédicat. Sauf qu’il existe des propositions averbales, faisant l’ellipse du verbe mais pourvues d’une conjonction introductrice… Le concept semble balancer entre deux définitions, l’une axée sur la rection, l’autre sur la prédication. 38 Un exemple de proposition absolue : « L’ennemi dehors, nous respirâmes ». 39 On se demande légitimement si elles doivent être exclues des propositions pour réintégrer la phrase simple (mais ce sont des prédicats !) ou si l’on doit en faire des sous-phrases (mais ce sont des prédicats non fléchis !). 40 N. Flaux (1993) propose une révision similaire touchant la subordonnée : « est subordonnée une proposition qui assume une fonction syntaxique. » Les relatives « appositives » comme "Pierre, qui est fatigué, est allé se coucher." sont exclues au titre qu’elles n’occupent pas de fonction syntaxique. On observe d’une part que le terme de relative appositive s’applique chez d’autres grammairiens à des structures différentes (Le voilà qui arrive.) et d’autre part que l’apposition est très fréquemment reconnue comme une fonction syntaxique, d’autant qu’elle permute aisément avec un adjectif qualificatif.
31

Chap. I — La « tradition grammaticale »

2. Grammaire critique de la phrase
La Grammaire critique du français prend pour socle la définition syntactico-logique traditionnelle et en formule d’emblée la grande problématique : « Faut-il retenir phrase, proposition ou les deux ? » (Wilmet, 1998a : 440-446). La réponse est sans appel, mais diffère remarquablement de celle de Grevisse-Goosse : « On se passerait sans douleur de proposition » (ibid.). La solution proposée, sur le parti pris d’une approche d’abord syntaxique, établit un distinguo entre phrase unique (simple ou complexe) et phrase multiple. Outre qu’il établit en cela une terminologie plus homogène, M. Wilmet rend explicites les remarques parfois indécises du Bon usage, lequel suggérait que « les phrases qui contiennent plusieurs verbes conjugués [puissent] être considérées comme résultant de la réunion de plusieurs phrases simples » (Grevisse, 1993 : 271). En effet, la GCF exploite dans sa typologie la vision mécaniste et cinétique de Gustave Guillaume (Guillaume, 1973b : 187), « mécaniste » parce qu’elle ne repose que sur les possibilités combinatoires syntaxiques, et « cinétique » parce que les concepts d’intégration ou d’enchâssement sont fondés sur la prise en compte 41 d’une chronologie structurale, autrement dit de transformations dont n’est visible que le résultat. Ainsi, une phrase complexe est pour M. Wilmet celle qui a agrégé au sein d’une unité mécanique une phrase matrice et une ou plusieurs phrases enchâssées ayant subi les transformations nécessaires à leur intégration. Aux développements terminologiques du Bon usage, la GCF substitue donc un seul constituant polyvalent, la sous-phrase, mais déploie un éventail consistant d’opérations syntaxiques 42. Le jour étant fait sur les dispositions récursives de la phrase, il reste à en définir les limites. M. Wilmet montre à juste titre que le terme recouvre deux types de réalités : d’une part, les limites structurales liées au volume minimal/maximal d’une phrase ; d’autre part, les limites spatiales (les bornes) permettant de diviser le texte. Pour les premières, M. Wilmet adopte un premier point de vue immanent et synthétique, qui consiste, dans une perspective descriptive, à se demander : « Au-delà et
41

42

Prise en compte qui ne fait l’objet d’aucun développement théorique particulier dans la GCF mais demeure à l’état de soubassement perceptible. Les enchâssements par ligature ou insertion construisent la phrase complexe, les associations par ligature ou insertion la phrase multiple.
32

Chap. I — La « tradition grammaticale »

en deçà de quel volume des productions de discours ne peut-on plus parler de phrase ? » (Wilmet, 1998a : 443). La limite inférieure qu’est le mot-phrase coïncide avec celle de l’acte même de communication, mais la borne supérieure est, mécaniquement, inexistante : « l’espace compris entre la majuscule initiale et le point final s’étire facilement d’un monosyllabe à plusieurs pages de roman » (ibid.). On s’attendrait à rencontrer davantage de résistance, mais l’adoption d’une stricte approche syntaxique, dont le postulat de base est une fois encore que la syntaxe commence et s’arrête avec la phrase, autorise ce type d’hypothèses générales ; en tout cas, ce postulat demeure valide tant que la notion de syntaxe reste univoque et qu’elle entretient une relation symbiotique avec le domaine phrastique. La question plus délicate des bornes initiale et finale invite à lister les différents critères et à en apprécier la pertinence : M. Wilmet « néglige comme impossibles à évaluer la complétude, […] "capacité d’auto-suffisance", et autres unités de pensée ou sens complet » (Wilmet, 1998a : 444). Exeunt également le critère intonatif ainsi que la ponctuation aux motifs de leur versatilité et de leur caractère idiolectal. Un critère plus stable réside dans les relations syntaxiques, relations d’incidence dont la convergence et l’exclusivité fondent le cadre de la phrase, jusqu’à outrepasser la ponctuation 43. Cependant, ce critère syntaxique devient vite inapplicable dès qu’on prend en compte, à partir de l’oral notamment, des segments non finis ou requérant une importante suppléance du co-texte ou du contexte. Les tentatives d’organisation de la métalangue syntaxique que l’on vient de décrire sont assez éloquentes quant à l’instabilité de la nomenclature courante. Il est évident que la cohabitation de la phrase et de la proposition répond difficilement aux exigences définies par l’épistémologie linguistique : (i) La proposition est, telle que l’emploie la tradition scolaire, un terme polysémique dont il faut spécifier l’acception et le domaine d’application sous peine d’ambiguïté. Oscillant entre son sens originel sémantico-logique d’expression d’un jugement et son instanciation syntaxique (Sujet grammatical + Prédicat verbal), tantôt elle se rapproche de la prédication, tantôt elle

43

Voir l’exemple de Saint-Exupéry chez Goosse : « La guerre est une maladie. Comme le typhus. »
33

Chap. I — La « tradition grammaticale »

concurrence la phrase. (ii) La circularité n’est pas rare, phrase et proposition étant souvent définies l’une par l’autre 44, notamment pour contourner les difficultés que fait surgir la première. L’abandon de la proposition au profit de la sous-phrase offre l’avantage d’éviter ces obstacles et témoigne en outre de la capacité de la phrase à entrer comme constituant dans une structure qui lui est similaire.

CONCLUSION
On a choisi de regrouper sous la bannière « syntaxico-logique » une tendance large de la morphosyntaxe définie par quelques usages communs : L’apriorisme de la phrase en tant que domaine unique et constitutif des relations syntaxiques 45. Une appréhension des faits de discours fondée tacitement sur un schéma prototypique. Le recours presque systématique à la notion de proposition et la réflexion concomitante sur le caractère intégrant / intégré de la phrase. Une telle approche parvient-elle à définir son principal objet ? Force est d’admettre que non ; tout d’abord parce qu’il est rare qu’elle définisse cet objet par le seul biais de la morphosyntaxe. Elle cumule souvent critères graphiques, sémantiques et syntaxiques, qui n’aboutissent pas à des segmentations identiques de la chaîne parlée. Du reste, même en se cantonnant au seul niveau de la syntaxe et en définissant la phrase comme un « îlot de dépendance 46 », c’est-à-dire un domaine, il se trouve toujours un fait pour réfuter cette propriété fondamentale 47, ce qui entame la notion même de syntaxe. Devant ces difficultés, certains ont proposé de nouvelles unités de segmentation de la linéarité discursive, d’autres ont postulé l’existence de plans d’organisation cachés ou
44 45

Marchello-Nizia (1979 : 36-38) ; Hadermann (2003 : 311). Le corollaire de la domanialité est la définition de classes d’unités (autre pilier de la morphosyntaxe depuis l’Antiquité), ce que l’on peut traduire, à la suite de Saussure, en disant qu’il n’existe pas de syntaxe « incorporelle » (CLG, 1972 : 191). C’est une affirmation qui mérite néanmoins discussion. 46 Si la formule est récente, le projet remonte quant à lui à la lecture fonctionnelle de Martinet. 47 Voir notamment ci-dessus les tours pointés par Grevisse. On pourrait également citer les tours corrélatifs ou le terme récent de « discontinuité syntaxique » (Neveu, 2006).
34

Chap. I — La « tradition grammaticale »

ont concentré leurs efforts sur le langage « en action ». Illustrant cette dernière attitude, Le Bon usage et La Grammaire critique du français recourent in fine à une définition énonciative de la phrase comme « unité de communication linguistique »

(Wilmet, 1998a : 446) qui place au second plan les relations rectionnelles évoquées plus haut. Citons la définition de la GCF :
La phrase (symbole P) correspond à la première séquence quelconque de mots née de la réunion d’une énonciation et d’un énoncé qui ne laisse en dehors d’elle que le vide ou les mots d’un autre énoncé. (Ibid.)

On constate bien qu’il subsiste, derrière une orientation énonciative manifeste, l’idée que la phrase constitue un îlot, mais l’exclusivité d’une définition syntaxique semble bien abandonnée. Au terme de ce rapide parcours, qui nous a permis de poser quelques bases conceptuelles et d’apercevoir certaines problématiques, on peut d’ores et déjà supposer que la validité et l’opérativité de la notion de phrase auront à voir avec la correspondance biunivoque des îlots de dépendance (syntaxique, sémantique, énonciatif…) et des segmentations empiriques.

35

Chap. I — La Raison phrastique

II. LA RAISON PHRASTIQUE : STRUCTURALISMES ET FORMALISMES
Si l’on a choisi de regrouper dans ce qui suit un pan si vaste de la linguistique, c’est que la phrase y est l’objet d’un traitement assez homogène ; non pas dans le sens où N. Chomsky et F. de Saussure, par exemple, auraient une position strictement identique sur le problème, mais parce que leur approche et leur analyse des faits ont la phrase pour limite ; limite structurale, limite d’entendement même, horizon théorique ou présupposé abstrait, quelle que soit la manière particulière dont la phrase y est envisagée, les discours scientifiques s’inscrivent pleinement dans le phrastique et n’en sortent guère. Cet état de faits outrepassant largement tout cadre historique et théorique précis, il a semblé commode de le décrire globalement au moyen du concept de raison phrastique : tout à la fois mesure, faculté de connaître et de combiner des concepts, ou encore préconception, le terme raison traduit de façon adéquate la place qu’occupe la phrase dans ces courants des sciences du langage. Précisons que le paradigme de la raison phrastique préexiste bien sûr à Saussure et qu’il perdure en dépit des remises en question de la phrase qui ont vu le jour depuis la fin des années 1950 : on fait encore aujourd’hui de la « grammaire de phrase ». C’est dire que la raison phrastique ne se réduit pas comme on l’affirme souvent à un moment dans l’histoire de la linguistique, une forme d’état comtien ; ainsi, il ne semble pas approprié d’évoquer un âge de la phrase précédant un âge du discours ou du texte. Peut-être faut-il au contraire distinguer autant d’approches possibles de l’empirie linguistique qui se différencient par leur prédilection pour un niveau particulier d’organisation et par l’attention particulière qu’elles prêtent chacune à des relations d’une portée donnée. Parmi celles-ci, la raison phrastique circonscrit un champ partiellement autonome, intrinsèquement cohérent, fondé sur le discernement d’un

36

Chap. I — La Raison phrastique

niveau d’organisation syntaxique et que l’on nomme commodément la linguistique de phrase 48. Cette communauté d’objet et d’intérêts que traduit la raison phrastique ne doit pas donner l’illusion d’un monolithe inchangé pendant un demi-siècle d’histoire des sciences du langage. La grammatisation de la phrase ne s’opère que de manière progressive. En effet, c’est d’abord dans la phrase en tant que cadre que se développe la linguistique, dans son immanence en quelque sorte. Puis, d’horizon ou de limite d’entendement, la phrase devient elle-même objet d’investigation, et c’est alors dans sa transcendance que se déploie la linguistique – bien qu’elle ne conteste pas encore, à ce moment-là, la pertinence de la phrase en tant qu’objet. Cette grammatisation décisive est aidée en partie par une réflexion épistémologique sur les objets et méthodes de la linguistique. Pour l’essentiel, cette réflexion est conduite par les grammaires génératives, qui visent ainsi à se définir par opposition à un certain nombre de théories assimilées à des variantes de la grammaire syntagmatique. Ce procédé de grammatisation laisse voir deux "moments" de la raison phrastique, qui ne correspondent que de loin à la périodisation ou à la répartition en écoles 49. Ainsi, la typologie que nous proposons ne se veut exclusivement ni historique, ni scientifique, mais elle tente de croiser ces deux approches autour du problème épistémologique de la phrase en traitant dans un premier temps l’installation de la linguistique dans la phrase, puis dans un second temps le passage de celle-ci du statut de milieu à celui d’objet qui institue une linguistique de la phrase.

48

Appellation faisant écho à la grammaire de phrase évoquée plus haut et qui vise à rappeler que, dès ses origines, la linguistique conquiert en partie son statut scientifique en se démarquant de la grammaire scolaire : avant même la publication du cours de Saussure, c’est Bally qui s’en prend, dès 1913, à l’enseignement scolaire de la grammaire (Durrer, 1998 : 16, 212). 49 Il n’est pas judicieux dans notre perspective d’aborder les structuralismes d’un seul tenant en s’appuyant sur le fait que la parution du Cours de Saussure constitue un repère dans l’histoire des sciences et qu’elle pose les bases d’un paradigme scientifique. La succession de Saussure en Europe se morcelle dès les années vingt en écoles ou en individualités œuvrant à leurs propres théories. C’est notamment le cas de Bally, qui pointe et développe méthodiquement certaines zones d’ombres du Cours et qui, bien qu’il se dise structuraliste, s’apparente pour nous davantage à un précurseur des linguistiques énonciatives qu’à un pur continuateur de Saussure. À lui seul, donc, Bally remet en question les nomenclatures historique et scientifique.
37

Chap. I — La Raison phrastique

A. LA PHRASE COMME CADRE
Des premiers temps du structuralisme à l’émergence des grammaires génératives, l’investigation des sciences du langage s’inscrit par défaut dans le cadre phrastique, c’est-à-dire dans ses limites empiriques. De ce point de vue, le paradigme qui se met en place avec Saussure restera globalement le même, bien que les théories et les formalisations, quant à elles, se multiplient et se diversifient. De fait, il faudra attendre la seconde moitié du XXe siècle de part et d’autre de l’Atlantique pour que des avancées décisives soient faites dans l’appréhension de la phrase.

1. Fondation : phrase et syntaxe chez Saussure
On s’accorde généralement à dire que la syntaxe est un domaine où Saussure s’est peu aventuré 50 ; néanmoins, une part importante du Cours de Linguistique Générale [CLG] est consacrée à la question des unités, ce qui, au dernier chef, concerne la phrase. Bien que les faits qui nous intéressent soient évoqués de manière éparse et qui plus est indirecte, il n’est pas impossible de reconstituer ce que pourrait être une syntaxe saussurienne en s’appuyant sur les réflexions de R. Amacker ainsi que sur quelques notes des Écrits de linguistique générale (Saussure, 2002), qui révèlent un Saussure plus attentif aux faits de syntaxe que le CLG ne le laissait penser. Il semble en cela assez légitime, comme on le prône depuis quelques années, de reconsidérer le legs saussurien à la lumière des textes "apocryphes" et de maintenir quelque réserve à l’endroit du travail de Bally et Séchehaye. La phrase comme unité Le Troisième Cours est très explicite quant aux tâches fondamentales que Saussure assigne à la linguistique, qui sont étroitement imbriquées : sa définition comme science s’appuie sur la détermination de son objet, objet qui n’est appréhendable qu’au prix d’une recherche des unités qui le composent. Comme la science linguistique n’a au départ « ni unités, ni entités données » (Saussure, 1993 : 78), l’essentiel de la partie

50

Amacker, (1975 : 131) ; Ruwet (1967 : 165) ; Gadet (1996 : 83).
38

Chap. I — La Raison phrastique

« Linguistique synchronique » se trouve ainsi consacré à cerner l’unité concrète de la langue en tant que système 51. L’entité 52 ne devient unité que lorsqu’elle est délimitée et entre par là même en opposition avec ce qui l’entoure. Cela suppose d’opérer la segmentation à partir de la parole : « [L’unité est] une tranche de sonorité qui est, à l’exclusion de ce qui précède et de ce qui suit dans la chaîne parlée, le signifiant d’un certain concept » (CLG : 46). Or, dans la perspective réductionniste qui est celle de Saussure, l’unité concrète (CLG : 147-148) n’est ni le mot, ni la phrase, le premier étant souvent analysable en sous-unités et la seconde n’ayant pour trait constant que sa divisibilité en mots 53. Cela va clairement contre la doxa grammaticale. Pourtant, phrase et mot sont tous deux des syntagmes, i.e. des unités complexes, divisibles, composés linéaires de « deux ou plusieurs unités consécutives » dans lesquels les composants acquièrent une valeur spécifique, du fait de leur coprésence dans le composé. Saussure se trouve confronté au problème de la place de la syntaxe dans son système théorique parce qu’il érige la phrase en « type par excellence du syntagme 54 » en y voyant une concaténation d’éléments préexistants. Or, il en ajourne la discussion, préférant d’abord postuler qu’il n’y a pas de solution de continuité entre le morphème et la phrase 55, et que ce que peut révéler l’étude des mots comme « spécimens équivalents des termes réels d’un système synchronique » devrait être extrapolable à l’ensemble des entités. Cependant, il lui faut bientôt constater l’existence au sein de la catégorie des syntagmes d’un « saut qualitatif » entre le mot et la phrase, ce qui l’oblige à reclasser celle-ci en partie dans le champ de la parole, sans pour autant cesser de subsumer tous les éléments complexes dans la classe des syntagmes, mais en y
51

« Il ne faut pas commencer par le mot, le terme, pour en déduire le système. […] Au contraire, c’est <du système>, du tout solidaire qu’il faut partir. » (Saussure, 1993 : 134). Plus haut : « La linguistique statique a uniquement à se mouvoir entre des rapports et des valeurs. » (Saussure, 1993 : 126) 52 « L’être qui se présente », association inaltérable du Signifiant et du Signifié. (Saussure, 1993 : 78) 53 Saussure n’évoque d’ailleurs la possibilité d’une unité-phrase que dans une prolepse, afin de mieux réfuter l’argument que la phrase est le seul fait positif. 54 « Par le mot de syntagme nous évoquons tout de suite [la] délimitation spatiale. » (CLG : 172. cit. Amacker, 1975 : 142) 55 Le projet scientifique que Saussure prête à la linguistique (CLG :154) consiste en l’étude progressive des unités depuis les morphèmes jusqu’aux « unités plus larges », sans pour autant isoler ces unités du système.
39

Chap. I — La Raison phrastique

effectuant des subdivisions. En l’occurrence, il distingue d’une part les syntagmes de langue, « locutions toutes faites, auxquelles l’usage interdit de rien changer » (CLG : 172) 56 et qui voient leurs constituants perdre leurs propriétés paradigmatiques autonomes ; d’autre part, les syntagmes de parole, improvisés selon les besoins du moment et selon ces propriétés paradigmatiques (CLG : 179). Bien que cette discrimination ne conduise pas Saussure à une absolue certitude 57, ses conséquences sont évidentes dans l’édifice théorique et elles installent durablement la linguistique dans l’immanence de la phrase : alors que les syntagmes de langue peuvent être considérés comme des termes d’un système affectés d’une valeur (CLG : 158-166), laquelle se dégage « par le concours des termes coexistants qui le limitent » (Saussure, 1993 : 136), les syntagmes de parole n’ont théoriquement pas cette possibilité. La phrase, délimitée et discernée dans l’espace tout comme le mot, ne peut cependant entretenir les mêmes rapports associatifs que ce dernier : tandis que le mot enseignement et chacune de ses sous-unités constitutives prennent place dans autant de paradigmes dérivationnels, associatifs, synonymiques, etc., une phrase comme J’apprends l’anglais ne peut s’inscrire dans son entier dans une série synonymique ou associative 58, comme le font en revanche ses composants. Ce problème, laissé en friche par Saussure, occupera plus tard la réflexion de Benveniste, pour qui « la phrase n’est pas une classe formelle qui aurait pour unités des "phrasèmes" délimités et opposables entre eux […] comme le sont les phonèmes ou les morphèmes » (Benveniste, 1966 : 129). C’est là qu’apparaît le plus clairement la limite – voulue ou non – de l’investigation saussurienne sur la phrase : l’inscription de celle-ci dans la parole est alléguée comme motif du désintérêt dont elle est l’objet, mais il n’est pas étranger à cet abandon qu’elle échappe à la conception oppositive de l’unité par croisement des séries associative et syntagmatique. Pour mieux dire, la phrase et les

56 57

Ex. : « prendre la mouche » « Dans une foule de cas, il est difficile de classer une combinaison d’unités, parce que [l’usage collectif] et [la liberté individuelle] ont concouru à la produire, et dans des proportions qu’il est impossible de déterminer. » (CLG : 173) 58 Sur ce point, voir note 251 du commentaire de Mauro (CLG : 468). Voir ci-dessous pour une discussion précise de ce point.
40

Chap. I — La Raison phrastique

syntagmes de parole en général n’étant pas des termes de la langue, ils ne sont pas appréhendables par le biais du système 59. Cela revient à dire, comme le fait J.-C. Milner (1989 : 504 sq.), que la phrase n’a que des propriétés intrinsèques – et donc pas de valeur si l’on se cantonne dans une stricte orthodoxie structuraliste – ce qui en limite l’étude à sa seule immanence. Entités abstraites Comme tout syntagme, néanmoins, la phrase réunit des éléments selon une procédure qui doit receler une part d’institué et ne peut se réduire à une recréation perpétuellement improvisée de règles combinatoires, d’où la nécessité, pour Saussure, de déterminer en quoi consiste cette procédure. Si les unités concrètes, segmentales, appartiennent à la langue, qu’en est-il des rapports entre ces unités, et plus particulièrement des régularités d’assemblage observables dans la production de la parole ? Ce ne sont pas des unités (délimitées dans le plan du signifiant) mais des entités aperçues par mécanisme inductif (par association, dit le CLG) et auxquelles est associée une valeur ; Saussure y réfère sous le nom d’entités abstraites.
- Typologie

On dégagera, avec R. Amacker (1975 : 184-196), deux types d’entités abstraites en synchronie (CLG : 189-192) : celles qui sont révélées par les rapports associatifs des unités concrètes, et celles qui se laissent observer par la confrontation de leurs rapports syntagmatiques. Les entités abstraites associatives, nous dit Saussure, sont fondées sur le « sentiment d’une valeur commune » (ibid.) émanant de rapports analogiques que l’on établit entre unités concrètes (in absentia) :

59

Il semble difficile d’affirmer, comme le fait R. Amacker (1975 : 206) que « la phrase, qui est une création individuelle […] est en même temps un signe de langue. ». Saussure dirait précisément le contraire, mais les propos de R. Amacker éclairent ce problème ci-dessous.
41

Chap. I — La Raison phrastique

Soit les trois génitifs latins : ‘domin-i, reg-is, ros-arum’ ; les sons des trois désinences n’offrent aucune analogie qui donne prise à l’association ; mais elles sont pourtant rattachées par le sentiment d’une valeur commune qui dicte un emploi identique ; cela suffit pour créer l’association en l’absence de tout support matériel, et c’est ainsi que la notion de génitif en soi prend place dans la langue. (CLG : 190 – Nous soulignons.)

À cet égard, on notera que l’exemple du génitif n’est pas le plus évident, puisque le cas implique étroitement la fonction, c’est-à-dire une relation entre syntagmes au sein d’un syntagme englobant. Une illustration plus explicite, indépendante de la syntaxe, eût été celle du pluriel, qui se dégage par analogie à partir d’associations comme man/men, ship/ships, etc. C’est un fait d’importance que ce mécanisme analogique peut opérer sur ses propres résultats jusqu’à parvenir à un haut degré d’abstraction :
C’est par un procédé tout semblable que les désinences de flexion […] sont reliées dans la conscience et dégagent les notions plus générales de cas et de désinence casuelle. Des associations du même ordre, mais plus larges encore, relient tous les substantifs, tous les adjectifs, etc., et fixent la notion des parties de discours. (CLG : 190)

Il est également remarquable que le dispositif des abstractions associatives articule le métalangage – ou du moins une partie de celui-ci – au lexique usuel sans rupture de continuité, au point qu’il semble difficile de discerner les deux domaines :
On ne peut savoir exactement si la conscience des sujets parlants va toujours aussi loin que les analyses du grammairien. (CLG : 190)

Épilinguistique et métalinguistique se touchant bout à bout, on se demande ce qu’entend Saussure lorsqu’il déclare que « la notion 60 de génitif en soi prend place dans la langue. » La version "Bally-Séchehaye" du CLG semble bien faire le départ entre ces deux stades d’appréhension du code en parlant de notion et non de signe : celle-là relève de « la conscience des sujets parlants », celui-ci des « analyses du grammairien », ce qui permet à tout locuteur ne possédant pas de sa langue une connaissance de skilled grammarian de conserver tout du moins l’usage et l’intuition de la valeur des entités
60

L’emploi du mot « notion » peut être le fait des éditeurs du CLG, car le Troisième cours mentionne la « valeur du génitif », lexique dont Saussure est plus coutumier.
42

Chap. I — La Raison phrastique

abstraites, qui pourraient donc se définir, au sein de la langue, comme des signifiés non pourvus d’un signifiant unique et spécifique, et qui cependant « reposent toujours, en dernière analyse, sur les entités concrètes » (CLG : 190). Il existe à côté des entités déterminées à partir de séries associatives des entités abstraites syntagmatiques que révèle la confrontation d’unités complexes de diverse envergure 61. Saussure illustre ces entités avec le terme indécorable – dont le mécanisme constructeur est selon lui extensible à la phrase. Bien qu’un tel mot soit inventé, sa production – tout comme sa compréhension – est liée au « souvenir d’un nombre suffisant de mots semblables appartenant à la langue (impardonnable, intolérable, infatigable, etc.) » (CLG : 173). L’analyse comparée de ces mots isole un type, un modèle régulier, une entité abstraite qui est fixée dans la langue. Selon Saussure, il en est de même pour la phrase, qui a pour origine un schéma arbitraire institué et formé par induction, dont l’utilisation individuelle relève d’un « acte individuel de volonté et d’intelligence » (CLG : 30) :
Il faut attribuer à la langue, non à la parole, tous les types de syntagmes construits sur des formes régulières. […] Des combinaisons comme la terre tourne, que vous dit-il ? etc., répondent à des types généraux, qui ont à leur tour leur support dans la langue sous forme de souvenirs concrets. (CLG : 173) 62

Ces propos permettent d’affirmer, avec R. Amacker, que les syntagmes de langue sont intégralement institués, tandis que les syntagmes de parole sont librement produits à partir de types abstraits contenus dans le "trésor" de la langue 63 ; aussi peut-on dire que la phrase, chez Saussure, se répartit entre langue et parole.
- Degrés d’abstraction

Il reste à observer une différence cruciale entre les deux types d’entités abstraites : si l’induction produisant les entités associatives peut, par un phénomène de récursivité,

61

Rappelons que pour Saussure « tout mot qui n’est pas une unité simple et irréductible ne se distingue pas essentiellement d’un membre de phrase, d’un fait de syntaxe. » (CLG : 187) 62 Voir note 251 de De Mauro (CLG : 468-469). 63 « On insistera sur la différence entre les syntagmes comme types et les syntagmes in praesentia : […] les syntagmes in praesentia sont bien des réalisations ‘concrètes’ d’un modèle plus abstrait… » (Amacker, 1975 : 145)
43

Chap. I — La Raison phrastique

parvenir à un haut niveau d’abstraction typique du métalinguistique 64, c’est toujours dans le cadre de séries paradigmatiques ; du reste, d’un point de vue génétique, les entités syntagmatiques sont produites à partir des précédentes, par le biais d’une abstraction de second degré, une abstraction d’abstractions 65 si l’on veut.

Figure 3 : les degrés d’abstraction

Certaines notes de Saussure font état de l’autonomie de la syntagmatique :
La très grande différence entre les termes comme sujet, etc. qu’on admet dans la phrase et les « parties du discours ». Les termes de la phrase peuvent ne correspondre à rien linguistiquement tandis qu’un « adjectif » ou un « adverbe », etc. a au moins pour condition d’être représenté par une forme vocale. Nous pouvons parler du sujet de la phrase sans que ce sujet soit réellement présent devant nous par aucune traduction matérielle mais nous ne pouvons pas parler d’un substantif sans supposer une enveloppe vocale au substantif […] Il y a ces trois sortes : Sans la nécessité d’une expression vocale : sujet, prédicat. Avec la nécessité d’une expression vocale mais sans décor vocal correspondant aux catégories : adjectif, substantif, etc. Ensuite de vagues expressions de différences. (Saussure, 2002 : 118-119) 66

Par ailleurs :

64

Ex. : {-is, -i, -arum, …} : Génitif ; {Génitif, Accusatif, Datif, …} : Cas. Y a-t-il une frontière nette entre métalangage et « épilangage » ? C’est la question que semble poser Saussure et que Chomsky puis Culioli formaliseront plus tard de manière différente. 65 « Le terme de phrase comme entité de la langue […] peut désigner aussi bien le signe complexe, ‘réalisation’ sémiologique d’un modèle (ou type) de phrase, que ce modèle abstrait lui-même, qui est représenté par la classe des différents signes complexes, ou phrases, ‘réalisés’ selon un même type. […] Si l’on part de la définition sémiologique de langue, il est clair, je pense, que les deux degrés d’abstraction à partir de la parole appartiennent à la langue : les signes (complexes ou non) comme classes de réalisations concrètes, et les types dont les signes sont à leur tour des ‘réalisations’ ou plutôt des représentants. » (Amacker, 1975 : 132). 66 Ce domaine du métalangage n’est plus situé dans la continuité du lexique, c'est-à-dire qu’il n’est pas accessible par abstractions associatives.
44

Chap. I — La Raison phrastique

[…] le sujet et le prédicat n’ont rien à voir avec les « parties du discours », distinguées sur un autre principe. […] On peut imaginer une langue qui, aussitôt qu’un adjectif serait sujet, lui octroierait une forme particulière. Cela ne changerait rien aux choses logiques. (Saussure, 2002 : 101)

N’y a-t-il pas contradiction avec le principe du CLG établissant qu’il n’existe pas de « syntaxe incorporelle » (CLG : 191) et que tout type syntagmatique s’origine à un souvenir concret fixé dans la langue ? Selon nous, cette autonomie de la syntagmatique ne doit pas être interprétée en termes d’indépendance radicale vis-à-vis de la parole. Il semble plutôt que la syntagmatique soit un système autonome du point de vue de ses valeurs, conséquence du fait qu’elle ne traduit que des positions relatives, mais elle forme aussi un système dont la formation dépend indirectement de la parole, i.e. des « souvenirs concrets », via les entités associatives.
Aucune abstraction grammaticale n’est possible sans une série d’éléments matériels qui lui sert de substrat… (CLG : 191)

Le jeu simultané des deux axes (syntagmatique et paradigmatique) s’observe également dans la construction du discours, mais on remarque que les séries associatives semblent se développer autour du type syntagmatique déjà défini :
Au moment où nous prononçons la phrase : « que vous dit-il ? », nous faisons varier un élément dans un type syntagmatique latent, par exemple « que te dit-il ? » – « que nous dit-il ? », etc., et c’est par là que notre choix se fixe sur le pronom vous. Ainsi dans cette opération, […] les groupements associatifs et les types syntagmatiques sont tous deux en jeu. (CLG : 180)

On peut en donner la figuration suivante :

Figure 4 : types associatifs et syntagmatiques

Si Saussure semble de la sorte différencier nature et fonction, on va voir que sa conception de la syntaxe n’en est pas moins problématique.

45

Chap. I — La Raison phrastique

Des entités abstraites syntagmatiques à la syntaxe L’existence des entités abstraites étant posée, il reste à en déterminer la nature et le fonctionnement, mais, comme on l’a vu, Saussure ne s’est guère exprimé sur le sujet autrement qu’en soulignant le danger de produire une description inadéquate de la langue par multiplication des « abstractions immatérielles planant au-dessus des termes de la phrase » (CLG : 192). Parmi les rares problèmes abordés, le CLG réserve une place essentielle à la question de l’ordre des constituants, et esquisse la description contrastive de quelques faits de syntaxe. Le principe de linéarité du signifiant fait de la compréhension d’un syntagme non pas une simple décomposition, mais également une prise en compte de sa disposition (CLG : 190). Ainsi, aux valeurs propres à chaque sous-unité s’ajoute celle de leur succession : entre je dois et dois-je, « c’est l’ordre des mots qui décide de la valeur pour l’idée » (Saussure, 1993 : 83) 67. Il apparaît donc qu’un syntagme peut cumuler plusieurs valeurs, selon des modalités qui restent à définir.
- Syntagmatique et motivation relative

On vient de voir à l’instant que les valeurs de chaque sous-unité d’un syntagme "s’ajoutaient" pour le constituer 68 ; or dans la perspective de Saussure un tel terme est inapproprié, car la construction d’un complexe n’est pas désignée comme une somme mais comme un produit, distinction fondamentale qui n’ouvre rien de moins que la possibilité d’une syntagmatique, sans laquelle aucune syntaxe n’est concevable et, partant, aucune expression de rapports (déterminatifs, prédicatifs, etc.). Plus simplement, le produit rend compte du fait qu’un composé devient une unité au même titre que chacun de ses composants par « solidarité syntagmatique » 69. Saussure formule

67

L’autre exemple mobilisé par Saussure, désireux / *eux-désir (CLG : 190), nous semble moins pertinent pour illustrer l’ordre des unités dans la mesure où il s’agit d’un syntagme de langue. 68 En outre, celui-ci acquiert une valeur par la place qu’il leur assigne, en même temps que la valeur de ceux-ci est affectée par cette place. 69 « Le tout vaut par ses parties, les parties valent aussi en vertu de leur place dans le tout […]. C’est là un principe général, qui se vérifie dans tous les types de syntagmes [dont la phrase] ; il s’agit toujours d’unités plus vastes, composées elles-mêmes d’unités plus restreintes, les unes et les autres étant dans un rapport de solidarité réciproque. » (CLG : 177)
46

Chap. I — La Raison phrastique

ce principe en posant que des unités en soi immotivées deviennent relativement motivées par produit syntagmatique. Cette notion fort délicate nous semble à la base de l’autonomie de la syntagmatique évoquée plus haut. En effet, dans un produit, le caractère immotivé du signe d’un point de vue "interne" (relation Sa-Sé) ne se trouve neutralisé ni pour le composé ni pour les composants : dix-neuf et vingt sont tout aussi immotivés que dix et neuf. En revanche, le complexe formé par combinaison d’unités puisées au sein d’un même système reçoit sa motivation du fait même qu’il n’a recours à rien d’extérieur au système. Pour illustrer ce phénomène, Saussure recourt à une analogie dont il ne semble pas exploiter tout le potentiel : les observations faites sur les signes dix-neuf et vingt sont extensibles à tout le système numérique des nombres entiers, dont chaque unité est en soi immotivée mais reçoit de ses relations avec les autres une certaine proportion de motivation. On en déduira que la motivation relative s’appuie non seulement sur les rapports syntagmatiques, mais aussi sur les relations associatives, puisque celles-ci jouent un rôle dans la délimitation des unités (Amacker, 1975 : 174) 70 :
La motivation relative […] est la possibilité d’analyser segmentalement les signes […] en vertu des « solidarités syntagmatiques » que leurs parties […] entretiennent entre elles et des « solidarités associatives » qui les relient à d’autres signes (simple – dérivé : [feuille] feuillage ; singulier – pluriel : [ship] ships ; présent – futur : grec [lúõ] lúsõ ; etc.). (Amacker, 1975 : 183)

On peut conclure des remarques précédentes que les syntagmes formés par produit s’apparentent à des synthèses d’unités plus petites, ce qui revient à dire, pour reprendre

70

De la sorte, le suffixe –eux ne se trouve relativement motivé par rapport à désir– que parce qu’il est identifié comme unité grâce à la série associative chanceux, soucieux, etc. À l’inverse, le sé– de séduire, sélection n’est pas clairement senti comme unité : « C’est dans la mesure où [d’] autres formes flottent autour de défaire ou de quadruplex que ces deux mots peuvent être décomposés en sousunités… » (CLG : 178). Une extension de la notion de motivation relative dans cette direction explique par ailleurs que vache soit relativement motivé par association avec taureau, angl. man avec men, etc. La motivation relative traduit bien une relation endo-systémique, mais l’extension mentionnée peut paraître abusive en ce sens que tout dans la langue devient relativement motivé. Une juste solution pourrait être de limiter la motivation relative aux combinaisons d’unités concrètes, excluant oppositions synthétiques de genre et de nombre. De plus, il est tentant de postuler que la motivation croît en raison du nombre de combinaisons de langue où figure l’unité concrète : la haute fréquence du suffixe –able, par exemple, (avec un même signifié) en fait une unité moins arbitraire que n’importe quel lexème.
47

Chap. I — La Raison phrastique

H. Frei, qu’un syntagme n’est pas défini par la somme de ses parties 71 : il forme à son tour une unité, dotée d’une (ou plusieurs) valeur(s) propre(s) selon l’agencement de ses constituants.
- Sur la valeur des syntagmes

La valeur étant le résultat de différences entre unités, tout syntagme doit être opposable à un autre, ce que l’on peut vérifier avec un exemple adapté du CLG : je dois (sortir) vs. dois-je (sortir).

Figure 5 : opposition de valeur entre des syntagmes

Ici, la dissimilitude des deux syntagmes est créatrice de deux valeurs : assertion et interrogation. Il ne faudrait pas en conclure, malgré tout, que ces phrases sont des unités de langue à part entière, même si leur opposition semble les inscrire dans un paradigme. En effet, ce qui leur confère deux valeurs distinctes n’est pas lié aux signes employés je et dois – bien que cela ne soit perceptible qu’à travers eux ; au contraire, c’est l’opposition en langue des entités abstraites syntagmatiques qu’elles "concrétisent" qui fonde ces valeurs. En d’autres termes, ce n’est pas une opposition formalisable par le type « Je x dois » vs. « Dois x je », ni même « Pronom x verbe » vs. « Verbe x pronom ». C’est une opposition inscrite dans le système propre à la syntagmatique : « Sujet x Verbe » vs. « Verbe x Sujet ». L’exemple de l’interrogation révèle en outre que l’arbitraire est un trait commun aux unités concrètes et aux entités abstraites : la valeur interrogative est portée en français par l’entité abstraite de l’ordre des mots tandis qu’elle est liée, par exemple en japonais, à l’unité concrète ka.

71

La catène est le ciment syntaxique abstrait qui lie une relation syntaxique signifiée par un procédé syntaxique signifiant, e.g. X-possède Y X’s Y. (Amacker, 1975 : 189)
48

Chap. I — La Raison phrastique

Pour l’heure, on est en mesure de proposer une première définition de la phrase 72 dans le contexte épistémologique du structuralisme saussurien :
Combinaison synthétique (produit) d’unités qui tire sa valeur globale d’un mode d’organisation syntagmatique prédéfini en langue et qui est produite par un acte d’intelligence et de volonté et dans l’exercice de la parole.

Cette définition transitoire recèle un défaut majeur : elle ne rend pas compte de la maximalité phrastique. Toutefois, une remarque du CLG semble pouvoir apporter quelque lumière :
La langue présente, il est vrai, des unités indépendantes, sans rapports syntagmatiques ni avec leurs parties, ni avec d’autres unités. Des équivalents de phrases tels que oui, non, merci, etc., en sont de bons exemples. (CLG : 177) 73

On peut y lire, en creux, que la phrase "standard", fondée par des rapports avec ses parties et entre ses parties, n’entretient aucune relation syntagmatique avec une autre unité, ce qui revient à dire qu’elle ne s’inscrit dans aucune unité plus vaste. On peut ainsi compléter la définition proposée ci-dessus :
Combinaison synthétique maximale d’unités, qui tire sa valeur globale d’un mode d’organisation syntagmatique prédéfini en langue et qui est produite par un acte d’intelligence et de volonté, dans l’exercice de la parole.

Conclusions L’œuvre de Saussure n’offre pas une parfaite visibilité de ce qu’est – ou peut être – sa conception de la syntaxe. Les hésitations du linguiste, dont ses éditeurs et commentateurs se font parfois l’écho, invitent à des interprétations que l’on peut craindre excessives, aussi se bornera-t-on ici à quelques remarques qui nous paraissent essentielles 74, touchant aux questions de l’analogie et de l’existence d’un modèle syntaxique saussurien.

72

On fait ici référence à la phrase "du discours", produite par un sujet parlant. Voir les observations terminologiques de R. Amacker, supra. 73 L’idée des équivalents de phrase, qui fera florès, n’est pas nouvelle : Wundt affichait déjà des conceptions similaires au tout début du XXe siècle, mais sur la base d’une analyse teintée de psychologisme (Graffi, 2001 : 170) 74 Pour une analyse plus approfondie de la syntaxe saussurienne, voir Amacker (1975) et Gadet (1987).
49

Chap. I — La Raison phrastique

- Analogie

Le flottement le plus significatif du discours saussurien concerne la place de la phrase dans la dichotomie langue-parole. Nous avons montré en nous appuyant sur les analyses de R. Amacker que la phrase, entendue au sens de « production concrète de discours », était l’instanciation d’un type de langue motivée par un acte de volonté 75. Bien qu’elle soit en conséquence fragmentée entre langue et parole, elle demeure néanmoins l’unité de parole puisque « nous ne parlons pas par signes isolés, mais par groupes de signes » (CLG : 177). D’où il ressort que la langue contient non seulement les valeurs lexicales et grammaticales mais aussi les principes de combinaison de ces valeurs (Amacker, 1975 : 208) ; un tel système, qui pourrait sembler rigide, sauvegarde la créativité du locuteur par le biais de l’analogie, laquelle grandit en productivité à proportion de la complexité des syntagmes 76. Elle est d’ailleurs moins définie comme création effective que comme simple liberté de création fondée sur l’aperception du système : il faut entendre par là, semble-t-il, que les combinaisons de la parole existent en puissance dans la langue en l’espèce des types et entités abstraites qu’elle contient :
C’est donc une erreur de croire que le processus générateur ne se produit qu’au moment où surgit la création ; les éléments en sont déjà donnés. Un mot que j’improvise, comme in-décor-able, existe déjà en puissance dans la langue […] et sa réalisation dans la parole est un fait insignifiant en comparaison de la possibilité de le former. (CLG : 227)

Comme le souligne justement F. Gadet (1987), un stricte dichotomie langue-parole ne réserverait aucune place à la syntaxe car rien ne permettrait de concevoir la transition des items à leur combinaison effective, ce qui fait du postulat d’entités non délimitées une nécessité.

75

76

Ce point est évoqué plusieurs fois par Saussure sans développement notable. On sait que Bally, en contrepoint, y consacrera toute son attention. « Les mots simples sont, par définition, improductifs (voir magasin, arbre, racine, etc.) » (CLG : 228). Cela rejoint la remarque faite supra sur la proportionnalité de la fréquence et de la motivation relative.
50

Chap. I — La Raison phrastique

- Zéro

Si la syntagmatique est bien une "actualisation" d’entités de langue constituant un système, il y a tout lieu de supposer que la parole fournit de celui-ci une image à peu près ressemblante. Autrement dit, on peut conjecturer l’adéquation des signes – simples et complexes – à leur signifié au sein du système ; or, afin de démontrer l’arbitraire des entités syntaxiques, Saussure met en évidence le caractère variable du mode de subordination (the man I have seen / L’homme que j’ai vu) et précise qu’aucun fait de syntaxe ne peut être représenté par zéro (CLG : 191), ce que la comparaison des langues tend au contraire à faire accroire. Cette position se trouve récuser tout binarisme a priori de la phrase en s’élevant contre l’ellipse et le zéro, systématiquement invoqués 77 dès que l’on comprend davantage que l’on entend. Pour Saussure, en effet, l’ellipse doit être comprise à rebours :
Rien du tout n’est ellipse, par le simple fait que les signes du langage sont toujours adéquats à ce qu’ils expriment, quitte à reconnaître que tel mot ou tel tour exprime plus qu’on ne croyait. […] L’ellipse n’est autre chose que le surplus de valeur. (Saussure, 2002 : 102)

Sans vouloir pousser trop loin ces quelques remarques du maître genevois, on peut suggérer d’après elles qu’une phrase averbale convertit son défaut de forme en surplus de substance, comme si elle devait à tout prix garantir son entier – ce qui n’est pas sans résonances guillaumiennes, une fois encore.
- Modèle syntaxique

Si l’on devait donner une brève description des propriétés formelles du modèle syntaxique de Saussure, on pourrait, comme le fait R. Amacker, le désigner comme "modèle valeurs et combinaisons" (Amacker, 1975 : 212), expression qui vise à rendre compte des deux axes de structuration de la langue. Toutefois, sur la base d’une distinction introduite par Boas puis théorisée par Hockett, on peut y voir également – ce qui n’est pas exclusif – une variante de modèle à item et procès, dans laquelle « la différence entre deux formes partiellement similaires est souvent décrite […] comme un

77

Par Bréal, notamment, si l’on en croit Saussure.
51

Chap. I — La Raison phrastique

procès qui fournit une forme à partir d’une autre » (Harris cit. Ruwet, 1967 : 169). À cet égard, la syntaxe de Saussure se distingue des syntaxes de la linéarité, notamment distributionnalistes, qui sont des modèles à item et arrangement, car elle se laisse définir comme « une syntaxe de la combinaison des unités élémentaires en signes complexes » (Amacker, 1975 : 212). Il s’avère en effet que, d’un point de vue structural, tout converge vers la synthèse maximale qu’opère le syntagme phrastique, à partir du "divers pur" des unités concrètes. Le produit successif des unités, qui forme et motive relativement les syntagmes avant de répéter ces opérations à leur niveau, invite également à voir dans la conception saussurienne une syntaxe d’interdépendance 78, en ce sens que les relations y sont toujours réciproques car fondées sur la définition oppositive. Cela nous permet d’intégrer la syntagmatique saussurienne aux syntaxes de constituance, opérant par "sommations" successives. Il nous faut toutefois dissiper un malentendu, qui consisterait à croire que nous rapprochons Saussure du modèle de N. Chomsky : les "sommations" et la "synthèse maximale" ne constituent nullement des règles génératives, le modèle saussurien n’étant pas génératif mais descriptif (voir Muller, 2002a : 19-20). Il reste à observer la place particulière de la syntaxe dans cette théorie, en notant combien on s’éloigne sur ce point des traditions syntaxico-logiques abordées plus haut. La syntagmatique, en synchronie, tend à rapprocher voire à indifférencier les divisions usuelles de la grammaire ; pour Saussure, « la morphologie n’a pas d’objet réel et autonome » (CLG : 186), elle se trouve connectée à la fois à la syntaxe et à la lexicologie, dont les domaines doivent être délimités selon la théorie des syntagmes et des associations :

78

La dépendance, qui peut être conçue comme un vecteur, rend compte de l’orientation d’une relation : bon café ; l’interdépendance du modèle saussurien ne le permettant pas, bon et café sont vus comme interdépendants au sein du syntagme qui les unit, même s’il dégage du sens de la place qu’il leur attribue.
52

Chap. I — La Raison phrastique

Figure 6 : théorie des syntagmes et des associations

En somme, le modèle saussurien peut se décrire comme une syntaxe de constituance, fonctionnant par groupements de morphèmes, sans réelle solution de continuité jusqu’au palier maximal de la phrase (la syntagmatique laissant le champ libre à un au-delà de la syntaxe, nous avons fait figurer celui-ci dans la case grisée du schéma). Comme on va le voir avec J.-C. Milner, cette incapacité à appréhender la phrase autrement que comme terminus structural est commune à l’ensemble du structuralisme. Saussure en perspective Le fait que la phrase soit d’abord pour la linguistique un cadre et non un objet saisissable par la théorie semble émaner en grande partie des principes du structuralisme saussurien (et ainsi de celui de Bloomfield en Amérique du Nord, comme on le verra). On peut légitimement se demander comment un tel présupposé théorique a pu être transmis à l’entier du structuralisme linguistique 79, et l’on se demande même si ce n’est pas à travers les fondements mêmes du structuralisme que la raison phrastique s’est consolidée en excluant d’abord toute objectivation de la phrase.
79

« Quand on nous interroge sur le structuralisme, nous ne comprenons pas le plus souvent de quoi on veut nous parler » déclarait F. Wahl (Ducrot, 1968 : 9) en 1968. Obscurci par un usage intensif et souvent approximatif dans les années 1960, le « structuralisme » se laisse mieux définir lorsqu’on en scrute séparément le noyau scientifique et la nébuleuse des acteurs que la doxa lui a associés – parfois à tort (Milner, 2002 : 7). Si Saussure peut être considéré comme le fondateur des principes structuralistes, il faut attendre la constitution du Cercle de Prague pour que le programme de recherche soit identifié et nommé. J.-C. Milner étend le développement de ce programme de 1928 à 1968, et en étend le prolongement doxal des années 1960 au milieu des années 1970. Le fait que des disciplines aussi diverses que l’anthropologie et la psychanalyse aient pu peu à peu se proclamer « structurales » avec quelque raison témoigne bien de l’existence d’une base théorique commune autorisant à parler de structuralisme sans ajouter nécessairement une restriction disciplinaire. Pourtant, ce qui nous occupe ici ne concerne que la branche linguistique du paradigme.
53

Chap. I — La Raison phrastique

Parmi les soubassements du paradigme formulés par Saussure et explicités ensuite, on trouve d’abord l’affirmation d’un positionnement nouveau par rapport à la Science, entendue comme science galiléenne : un artefact devient objet d’investigation scientifique, comme dans le cas des sciences de la nature ; et pourtant « le langage, la parenté, le mariage, les mythes, les contes, la cuisine, le costume, la parure, etc. » (Milner, 2002 : 195) ne sont pas des objets de la nature. Particulièrement dans le domaine linguistique, ce positionnement s’accompagne d’un ensemble de contraintes : en premier lieu, la nécessité de considérer au départ que l’on a affaire à « un magma, sans qualités et sans divisions 80 » (Milner, 2002 : 34), certes, mais que la rencontre d’un « magma » similaire conduit à diviser et à organiser 81, division indispensable pour qu’il puisse devenir un objet de science. Une précaution de ce genre permet en principe d’éviter tout apriorisme dans le choix des faits étudiés, et n’appelle pas particulièrement à prendre la phrase comme cadre d’étude. En outre, la délimitation initiale de ce cadre d’étude implique d’adopter la position du premier observateur (Milner, 1989 : 63) (Saussure note lui-même : « Pas d’objet antérieur à l’analyse 82 ») dans la mesure où « toute réalité [pouvant] être envisagée du seul point de vue de ses relation systémiques » (Milner, 2002 : 38), les unités devaient être définies, découvertes, en même temps que le système (Ducrot, 1968 : 53). Le problème de la phrase en linguistique se trouve ainsi lié dès le départ, dans le paradigme structuraliste, à la question centrale de la définition des unités – dont le corrélat immédiat est le statut épistémologique des énoncés d’observation. La constitution presque involontaire d’une linguistique de phrase, d’une linguistique limitée à l’immanence de la phrase, n’est pas associée à la phrase comme unité mais à la phrase comme cadre et observable primitif, emplois pour lesquels elle s’est imposée

80

L’idée apparaît chez Saussure : « Nous pouvons donc représenter le fait linguistique dans son ensemble, c'est-à-dire la langue, comme une série de subdivisions contiguës dessinées à la fois sur le plan indéfini des idées confuses et sur celui non moins indéterminé des sons. » (CLG : 155) 81 La métaphore du souffle sur l’eau employée par Saussure (CLG : 156) suggère l’idée que l’existence de la vague doit autant au vent qu’à l’eau et qu’elle est une organisation simultanée des deux éléments ; on peut rapprocher cette conception du symbole taoïste yin-yang, dont B. Pottier a d’ailleurs fait un principe explicatif fondamental. 82 Cité par F. Gadet (1996 : 73).
54

Chap. I — La Raison phrastique

presque furtivement et où elle s’est ensuite trouvée confortée par son statut de terminus structural 83, inapte à la commutation dans son entier, dépourvue de valeur extrinsèque et échappant par conséquent à la préhension de la description structurale en termes d’opposition paradigmatique 84. On verra justement que c’est lorsqu’il apparaîtra nécessaire d’opposer les phrases entre elles – comme unités – au sein de paradigmes que la linguistique entrera dans la transcendance de la phrase. Mais auparavant, nous allons nous observer comment la phrase se grammatise par paliers, acquérant progressivement ses propriétés de structure.

2. Approches syntaxiques de la phrase
La linguistique saussurienne ne porte pas atteinte à l’idée que la phrase est l’unité de discours (et ceci bien qu’elle la destitue, tout comme le mot, de sa fonction d’unité de langue) et elle l’installe de surcroît en position d’horizon structural de la parole, audelà duquel tout se réduit à une somme syntagmatique, c’est-à-dire à une simple concaténation 85 dont la langue n’enregistre aucune valeur sous forme d’unité abstraite 86. Limitée pour cette raison à une approche immanente de la phrase, la théorie de Saussure va servir de base au premier développement des linguistiques européennes tandis qu’un structuralisme autochtone se développera en parallèle aux États-Unis. On s’appliquera dans les pages qui suivent à montrer comment cette approche parvient à constituer le facteur commun de théories en apparence seulement très différentes : les théories de la constituance et de la dépendance.

Et cela malgré la défiance de Saussure à l’égard de l’écrit. Sur ce point, voir IIe partie, chap. I. 84 Du reste, force est d’admettre que la phrase satisfait parfaitement aux exigences originelles du programme structuraliste fondé par Saussure qui, adoptant une démarche réductionniste, poursuivait ses investigations à partir de l’unité en s’intéressant à des structures d’ampleur croissante. 85 Le syntagme phrastique P1 peut ainsi être affecté d’une valeur conférée par la disposition de ses unités ou par une autre propriété intrinsèque (prosodie) ; en revanche, la suite P1, P2 n’intègre aucun syntagme plus vaste et ne renvoie dans sa totalité à aucune entité abstraite pourvue de valeur en langue. 86 Que Saussure considère cette limitation comme arbitraire ou dictée par la théorie est une question sans réponse, mais on remarque que rien dans sa conception n’interdit a priori d’étendre le système de combinaison des unités à des couples de phrases – si ce n’est que les éléments combinés seront en nombre infini et de forme extrêmement variable, et que la nature de la superstructure reste à déterminer.
83

55

Chap. I — La Raison phrastique

Les grammaires de dépendance La dichotomie constituance – dépendance 87 naît de réflexions anglo-saxonnes menées en théorie de la syntaxe dans l’effervescence des premiers temps du paradigme générativiste. Elle oppose deux modes de formalisation des relations syntaxiques liant les unités élémentaires d’une phrase (ou d’un énoncé) 88 – et tente de les confronter dans le cadre d’une procédure d’évaluation. Qu’on nous permette pour l’instant de faire usage de cette dichotomie comme d’un simple outil taxinomique, en nous fondant sur le critère que « le réseau dépendanciel est exclusivement tissé (par une relation binaire […] antisymétrique) sur des unités minimales et jamais sur des unités complexes (syntagmes, groupements, etc.) » (Grunig, 1995 : 113 ; nous soulignons). Concept théorétique, la dépendance est représentée dans le domaine européen 89 par un savant comme L. Tesnière, qui fait figure de patriarche de ce type d’approche et qui occupera à cet égard l’essentiel de notre propos dans les pages qui suivent, en particulier dans ses aspects relatifs à l’épistémologie de la phrase 90. Comme beaucoup de linguistes européens de la période post-saussurienne, Tesnière se proclame structuraliste tout en investissant les zones laissées inexplorées par le maître. Il frôle cependant l’apostasie lorsqu’il s’élève contre des « tendances actuellement en faveur », saluant en Bally « un des trop rares linguistes de langue française à voir dans la syntaxe une science en soi, et non un simple appendice de la morphologie » (Tesnière, 1933). Il semble à cet égard que la pensée de Tesnière se construise autant contre Saussure que dans sa continuité. Précisément, comme on va le

87 88

Nous abordons cette dichotomie d’un point de vue épistémologique à la fin de cette section. « In the general theory of linguistics, dependency theory competes for the same role as immediateconstituent (IC) theory: each formalizes a view of tactic relations among elementary units in utterances. » (Hays, 1964 : 511) 89 Avant la constitution de la linguistique "scientifique", la grammaire se résumait à une préthéorie de la dépendance : voir Mel’čuk (1988 : 3) : « Dependencies as a formal mean of representing the syntactic structure of sentences have been the staple diet of traditional syntacticians for centuries, especially in Europe and particularly in Classical and Slavic domains. » Citons, parmi d’autres théories apparentées à la grammaire de dépendance : la syntaxe générale de D. Creissels, l’approche actantielle de G. Lazard, mais aussi le modèle Sens-Texte de Mel’čuk et la grammaire de cas d’Anderson. 90 Voir Fuchs et Le Goffic (1992) ou Corblin (1991) pour une présentation d’ensemble de la syntaxe structurale.
56

Chap. I — La Raison phrastique

voir, il ouvre ses Éléments de syntaxe structurale en affichant des positions presque strictement opposées à celles des premières pages du CLG.
- Phrase et mot

En effet, la phrase est d’emblée placée au centre des préoccupations de Tesnière, comme cadre exclusif de la syntaxe : « L’objet de la syntaxe structurale est l’étude de la phrase, […] ensemble organisé dont les éléments constituants sont les mots » (Tesnière, 1959 : 11). Si une telle définition semble d’abord opératoire, elle fait usage d’au moins deux termes axiomatiques (phrase et mot) qui ne sont guère explicités par la suite : le caractère problématique de la phrase est à peine évoqué 91 et celui du mot semble escamoté dans le précédent :
Trop souvent on part de la notion de mot pour arriver à la notion de phrase, au lieu de partir de la notion de phrase pour arriver à la notion de mot. Or on ne saurait définir la phrase à partir du mot, mais seulement le mot à partir de la phrase. Car la notion de phrase est logiquement antérieure à celle de mot. (Tesnière, 1959 : 25)

Comment définir le mot à partir de la phrase et quel est cet ordonnancement logique auquel il est fait allusion ? Manifestement, Tesnière ne fait pas référence à la conduite de la procédure de découverte dans sa critique adressée au linguiste anonyme qui « part de la notion de mot ». En toute rigueur, ce trait ne pouvait pas viser Saussure, qui avait affirmé dans le CLG que la linguistique devait avoir pour données empiriques des objets bruts, c’est-à-dire préalablement non segmentés. Explicitement, la critique de Tesnière vise la formalisation de la théorie : c’est davantage le réductionnisme "faible" du structuralisme "première manière" qui se trouve critiqué, pour lequel toute explication des faits est analytique. Pour plusieurs raisons, Tesnière ne place pas l’unité au centre de son système théorique mais le tout : d’une part, ce qui se présente au linguiste dans la procédure de découverte est un fait complexe car, toujours selon Saussure, nous ne parlons pas « par signes isolés mais par groupes de signes » ; d’où il ressort que la phrase constitue bien le « milieu naturel dans lequel vit [le mot] » (Tesnière, 1959 : 11) et qu’à ce titre, ce n’est que par abstraction que l’on considère celui-ci isolément ; dans

91

Tout au plus est-elle dès le principe confrontée puis préférée à la proposition : Tesnière (1959 : 11).
57

Chap. I — La Raison phrastique

cette optique, la phrase est en effet « logiquement antérieure au mot » puisqu’elle seule est un observable immédiat. D’autre part, du point de vue théorique, à travers la notion de connexion, Tesnière oppose au saussurianisme une théorie syntaxique dans la perspective de laquelle le Tout ne se réduit pas à la somme de ses composants visibles, ce qui invite bien entendu à le considérer en priorité :
Une phrase du type Alfred parle n’est pas composée de deux éléments […] mais bien de trois éléments. 1°Alfred, 2° parle et 3° la connexion qui les unit et sans laquelle il n’y aurait pas de phrase. (Tesnière, 1959 : 11)

Là où Saussure voyait un syntagme formé par produit d’unités, les Éléments de syntaxe structurale donnent corps en quelque sorte à la syntaxe, en faisant de la connexion une unité in absentia. Ainsi voit-on apparaître la notion de dépendance et son corollaire, la fonction, que le saussurianisme n’avait pas intégrés. L’idée fondamentale permettant d’articuler mot et phrase est donc que le mot ne se rencontre pas en discours, mais seulement dans les dictionnaires où il est « quelque chose de mort » (Tesnière, 1959 : 11). En conséquence, un mot isolé rencontré en discours (« Bien ! », « Silence ! ») doit être envisagé avant tout comme une « phrase vivante » (Tesnière, 1934 : 223). Là réside semble-t-il l’antériorité logique de la phrase.
- Phrase et énonciation : limites de l’approche syntaxique

Sur le cas des monorèmes, Tesnière se heurte aux problèmes de l’énonciation et de l’unité de discours : si un mot isolé en discours est une phrase, c’est qu’il est, sans que rien vienne le marquer, quelque chose de plus que lui-même ; dès lors, comment maintenir une définition (structurale et énonciative) de la phrase fondée sur l’existence d’une connexion 92 ? Faut-il chercher ailleurs la condition nécessaire et suffisante de la formation d’une phrase 93 ? La solution adoptée par Tesnière est bien connue : c’est la définition d’une catégorie de mots aptes à « jouer le rôle de phrase ». Pourtant, transférer à la syntaxe

92

« Construire une phrase, c’est mettre la vie dans une masse amorphe de mots en établissant entre eux un ensemble de connexions. » (Tesnière, 1959 : 12) 93 L’abandon de la dyade sujet-prédicat prive la phrase de son plus ancien et plus important critère définitoire – il est vrai très instable.
58

Chap. I — La Raison phrastique

statique les difficultés de la syntaxe dynamique ne semble pas approprié : les motsphrases (ou phrasillons) posent plus de problèmes qu’ils n’en résolvent, puisque la capacité à faire phrase est potentiellement extensible à tous les mots. Cela conduit à forger une classe extrêmement hétérogène et perméable. Dans la pensée de Tesnière, l’institution en langue de cette capacité semble être graduelle, c’est-à-dire inscrite dans un continuum où de purs mots-phrases (comme Aïe) seront suivis par des mots comme oui, phrasillon éventuellement substantivable (cf. le « oui de gauche » référendaire), puis par des cas tel parfaitement, plus faiblement établi en tant que mot-phrase. Enfin, et surtout, doit-on ranger aussi dans les mot-phrases pour tous les termes rencontrés dans les monorèmes 94 ? En figure :

Figure 7 : du mot-phrase au mot employé comme phrase

Maintenir la "phrasticité" comme une propriété de langue, de syntaxe statique, semble peu probant, et l’on peut en conclure que le cas du monorème, problème récurrent de la syntaxe, ne rencontre pas de solution définitive chez Tesnière. Il faut donc renoncer à définir la phrase par la nécessité d’une connexion et trouver une autre propriété commune à toutes les phrases attestées ; seule la présence d’un nœud central non régi demeure éligible à ce poste. Comme l’écrit F. Corblin :
La phrase est une hiérarchie de connexions dont l’unité tient à un nœud dominant, qui commande de proche en proche tous les termes présents dans la séquence. Ce nœud verbal s’identifie avec la phrase ; il est en général constitué par le verbe. (Corblin, 1991 : 230-231)

Il est intéressant de remarquer ici qu’une propriété intrinsèque de la phrase, propriété négative d’un de ses constituants (la non-dépendance du nœud des nœuds), correspond finalement à une propriété extrinsèque de la phrase dans son ensemble : la non-intégration. Une telle critériologie pose deux problèmes dont Tesnière semble avoir

94

« Joli ! », « Minuterie ! » ou « Œil de veau ! » (Giraudoux)
59

Chap. I — La Raison phrastique

conscience : le premier ressortit à la validité de la propriété structurale elle-même ; le second relève de la suffisance de cette propriété – fût-elle valide. En premier lieu, Tesnière a beau définir la phrase par le critère structural de la maximalité des îlots de rection, il n’en perçoit pas moins l’existence de dépendances cotextuelles :
La syntaxe est l’étude de la phrase. Avant d’en analyser les divers éléments, il convient d’éliminer et de traiter à part tous les mots inanalysables, c’est-à-dire tous ceux qui jouent à eux seuls le rôle de phrases. […] Le type en est le mot oui, qui déborde toutes les classifications en espèces de mots, simplement parce que ce n’est pas une espèce de mot, mais une espèce de phrase. Quand vous me demandez Fait-il beau ? et que je vous réponds Oui, mon Oui signifie en réalité Il fait beau. (Tesnière, 1934 : 221)

Mais, en définissant le mot-phrase, comme on l’a vu, le linguiste espère conserver l’équipollence des niveaux syntaxique et énonciatif : le fait que la phrase constitue une entité à chacun de ces niveaux, et simultanément, semble pour lui aller de soi. Une même volonté se dessine lorsque Tesnière traduit en termes d’anaphore la dépendance transphrastique question-réponse (pour lui, oui est ici anaphorique) : en rejetant la dépendance dans le plan sémantique, il conserve à la phrase sa maximalité syntaxique. Cela a pour conséquence de faire de la présence d’un nœud dominant une propriété valide de la phrase sur le plan structural. Toutefois, Tesnière déborde ce plan en évoquant le rôle de la phrase : implicitement, la maximalité syntaxique est supposée en correspondance biunivoque avec l’accomplissement d’un " acte énonciatif ", ce que corrobore le fait que le stemma exprime « l’activité parlante » (Tesnière, 1959 : 16). Or, on sait que ces deux propriétés ne sont pas corrélées (et Tesnière lui-même doit le savoir car il distingue le plan structural du plan sémantique), puisque la production d’une unité de discours implique indubitablement le sens. De la sorte, en termes générativistes, le critère de maximalité ne permettant pas d’engendrer uniquement des expressions "énonciativement" bien formées, on peut affirmer qu’il n’est pas suffisant pour rendre compte de l’accomplissement d’un acte énonciatif. C’est particulièrement manifeste dans le cas des monorèmes : rien ne permet de différencier le mot en tant que tel du même mot réalisant

60

Chap. I — La Raison phrastique

une « phrase vivante » 95 , ce qui vaut également pour des phrases plus complexes ; on en conclut que le modèle de Tesnière est à même de décrire analytiquement la phrase, c’est-à-dire du point de vue structural ou encore dans son immanence, mais qu’il est inapte à l’appréhender comme unité de discours, en qualité de quoi elle demeure pour la syntaxe structurale un primitif non démontrable, autrement dit un axiome. D’un point de vue épistémologique, c’est la conséquence du fait d’avoir inscrit sa théorie syntaxique dans un milieu ouvert, c’est-à-dire sans avoir cherché à neutraliser les variables énonciatives ou sémantiques susceptibles d’interférer avec le niveau d’organisation qu’il privilégiait – et ce, bien qu’il ait perçu la pluralité de ces niveaux. On verra plus loin que N. Chomsky avait bien perçu ce problème et qu’il travaillait pour sa part en milieu fermé, en isolant presque totalement les faits de syntaxe, ou du moins en les coupant méthodiquement des variables énonciatives. D’autres linguistes ont procédé de manière comparable, créant les conditions du milieu fermé par le feuilletage des niveaux, par l’opposition phrase vs. énoncé ou énonciative (Muller, 2002a).
- Dépendance et représentation

phrase syntaxique vs. phrase

Tesnière a longtemps fait figure d’hapax dans l’histoire des idées linguistiques 96. En particulier, il réintroduit en les théorisant des notions délaissées par le discours scientifique linguistique et il est l’un des premiers en Europe à attacher quelque importance à la représentation et à ses problèmes théoriques, élaborant, consciemment ou non, ce qui constitue une esquisse de l’étude de la phusis de la phrase. Ainsi, en se fondant sur la connexion, le système de Tesnière remet à l’honneur les notions de dépendance et de fonction, que leur caractère prétendument préthéorique avait conduit à écarter. À ce titre, il est intéressant de voir comment il parvient à formaliser simplement des notions dont l’histoire, comme le souligne W. K. Percival (1990 : 29), a longtemps été nébuleuse.
95

96

Voir Graffi (2001 : 251) : "This definition cannot distinguish the sentence from the word-group ; and therefore Tesnière is led to conclude that there are as many types of sentences as there are nodes. » Corblin (1991 : 230) : « Tesnière s’intéresse aux liens qui constituent la phrase à une époque où la pensée linguistique est plutôt marquée par la perspective sémiologique, illustrée par les avancées de la recherche en phonologie et par le courant des néo-grammairiens. »
61

Chap. I — La Raison phrastique

On lit dans les Éléments de syntaxe structurale que « les connexions structurales établissent entre les mots des rapports de dépendance » (Tesnière, 1959 : 13) déterminant des fonctions ; structure et fonction sont pour Tesnière étroitement associées, ce qui fait de la connexion un rapport syntaxique. Or l’un des problèmes originels de la grammaire a été de faire le départ entre la dépendance syntaxique et la dépendance sémantique, ce que le flou des notions héréditaires de determinatio, exigentia et dependentia rendait quasiment impossible, d’autant que le système des parties de discours avait été fondé en grande partie, mais non exclusivement, sur des rapports de sens (Percival, 1990) 97. La solution adoptée par Tesnière est celle d’une séparation radicale des plans structural et sémantique 98, plans parallèles dont le premier n’a pour fonction que de rendre possible l’expression du second. La dualité des plans appelant celle des connexions, le linguiste est amené à poser l’existence de rapports sémantiques doublant les rapports syntaxiques

(Tesnière, 1959 : 42) ; cependant, le sens est logiquement premier dans la mesure où il existe des rapports de sens non doublés de connexion structurale tandis que l’inverse n’est pas vrai. Par ailleurs, Tesnière ayant de la phrase une vision dynamique (Tesnière, 1959 : 50-51), il oppose comme deux relations hiérarchiquement contraires les connexions structurale et sémantique constituant la phrase, ce qui n’est guère éloigné

97

98

Boèce, en logicien, unit par la determinatio certains déterminants à leur nom aussi bien qu’un régime nominal ou un circonstant à un verbe. Le divorce terminologique prononcé de longue date entre logiciens et grammairiens n’empêche pas les interférences ni les emprunts de métalangage ; ceux-ci sont au contraire facilités à certains moments au gré des reconfigurations de l’enseignement ou de la science. De la sorte, au XIIe siècle, la determinatio désigne la relation actantielle associant l’agent au procès (ainsi dans Socrates currit, le nom est-il considéré comme une détermination nécessaire du verbe). C’est alors que la notion de regimen fait son apparition, appliquée en particulier au verbe, lequel gouverne l’ensemble de la phrase et régule la flexion casuelle. Au XIIIe siècle, la dependentia apparaît et elle est utilisée de concert avec la determinatio ; elle se systématise ensuite, sans pour autant faire l’objet d’une théorisation ; on la trouve alors couramment sous la plume des modistes. Un fait notable, toutefois, est que la dependentia reste l’apanage des grammairiens, en particulier dans l’analyse syntaxique, les logiciens quant à eux se restreignant à la seule determinatio. Curieusement, celle-ci perdure tandis que la notion de dépendance se fait rare dans les traités postérieurs au Moyenâge, peut-être du fait d’une spécification insuffisante. Comme on le verra, c’est sous des masques divers que le concept de dépendance chemine jusqu’au XXe siècle, où il réapparaît nommément chez quelques théoriciens dans des prises de position souvent hostiles à la domination de l’ACI. Séparation dont la pertinence est démontrée par un S+7 oulipien resté fameux : Le silence vertébral indispose la voile licite.
62

Chap. I — La Raison phrastique

du couple scolastique determinatio / dependentia auquel on prêtait à peu près les mêmes "cinétismes". S’il parvient de cette manière à dissocier et à formaliser des rapports jusqu’alors très intriqués, Tesnière se révèle trop systématique lorsqu’il tente de donner au plan sémantique la même rigueur qu’au plan structural. Affirmer que « l’importance hiérarchique des mots (plan structural) est en raison inverse de leur importance sémantique » ne tient pas compte des particularités de l’incidence sémantique et calque artificiellement sur le plan du sens un trait propre à la syntaxe : alors que chaque mot d’une phrase occupe une place dans la hiérarchie de ses connexions structurales et se trouve à ce titre impliqué dans une relation partie-tout, il faut admettre que les rapports sémantiques peuvent n’avoir qu’un impact local, sans influence sur la structure d’ensemble. Est-ce pour sauvegarder la symétrie du structural et du sémantique ou estce par exactitude pédagogique que Tesnière abolit la distinction traditionnelle des compléments et des déterminants ? Certes, celle-ci est parfois ténue, et elle est en tout cas irrégulière, tant il est vrai qu’elle relève de la syntaxe comme de la sémantique ; mais s’il est méritoire de vouloir corriger une terminologie défaillante, faut-il pour autant à travers elle, comme Tesnière semble le suggérer, oblitérer la distinction des "compléments" restrictifs et non restrictifs ?
Plus un mot est bas situé sur l’échelle structurale, plus il a de chances d’être essentiel pour le sens de la phrase […]. La phrase Le signal vert indique la voie libre ne prend son sens plein que grâce aux mots vert et libre, qui sont subordonnés de subordonnés et figurent comme tels à l’extrémité inférieure du stemma […] [La grammaire traditionnelle] réserve le nom de complément à certaines structures, celui de déterminant à d’autres […] comme si tout complément n’était pas ipso facto déterminatif. (Tesnière, 1959 : 44)

Il est possible que l’auteur ait cherché à conférer trop de puissance au modèle stemmatique ; il est d’ailleurs remarquable que le problème de la détermination soit invariablement mieux traité par les théories syntagmatiques que par celles de la dépendance. Autre particularité fondamentale de la démarche de Tesnière, la représentation par stemmas offre de la phrase une figuration originale, qui diffère beaucoup des boîtes et
63

Chap. I — La Raison phrastique

parenthèses des syntaxes de constituance. D’un modèle à l’autre, le statut de la phrase change radicalement : tandis qu’elle figure en position de syntagme dominant dans les modèles de constituance, elle n’est pas représentée dans celui de Tesnière :
Même "Phrase" s’identifie à "Verbe". La notion de groupe, conçue dans la grammaire actuelle comme la projection d’une tête, est déduite, en écriture stemmatique, du rattachement des nœuds dépendants à un nœud régissant. (Corblin, 1991 : 232)

Cela revient à dire que la phrase n’est pas chez Tesnière un cadre groupant : l’activité de langage se traduit du côté de l’émetteur par la production de connexions unissant les mots (Tesnière, 1959 : 12) et par leur appréhension du côté du récepteur ; ainsi la phrase, l’unité de discours, est consubstantielle de ces connexions : elle n’est pas une structure mérologique dominante 99, mais elle se situe en quelque sorte dans l’immanence des mots qu’elle associe 100, s’identifiant au dernier chef avec le nœud des nœuds 101. En ce sens, la connexion est assimilable à une transcription structurale, une spatialisation figée de la praxis des locuteurs 102, en somme une hypostase de la phrase elle-même 103.
Principe organique vital, energeia humboldtienne et parole saussurienne, la connexion est clairement du côté de la performance comme principe de production, et non pas du côté des règles formelles de la compétence. (Petitot,1995 : 106)

Cette spatialisation constitue un nouveau type de représentation de la phrase qui rompt en effet avec « une tradition qui va d’Aristote à Port-Royal, où toute la grammaire était fondée sur la logique » (Tesnière, 1959 : 103). À la dichotomie sujet-prédicat, Tesnière substitue ainsi une approche hyper-lexicale (Corblin, 1991 : 232) de la syntaxe qui
99

Selon qu’on se place du point de vue du locuteur ou du récepteur-descripteur, la phrase occupe donc l’un ou l’autre des terminus (a quo / ad quem) du modèle. 100 « Dans un modèle de ce type, la structure est immanente à ses occurrences et se manifeste à travers elles. […] l’exemple, dans ces conditions, n’a pas une simple fonction illustrative, et ne sert pas davantage à tester empiriquement la théorie, comme c’est le cas dans un modèle générativiste. » (Samain, 1995 : 131) 101 La typologie des "espèces de phrases" repose d’ailleurs sur le type de mot plein occupant la position de nœud des nœuds. (Voir Tesnière, 1959 : 100) 102 « L’ordre dynamique est […] celui dans lequel les éléments statiques s’organisent dans notre esprit et y sont mis en œuvre en vue de la constitution d’une phrase, […] celui selon lequel s’établissent les connexions et s’organise le schème structural que matérialise le stemma. » (Tesnière, 1959 : 51) 103 À partir de deux connexions, cette hypostase est discontinue. En deçà se pose le problème des monorèmes évoqué supra.
64

Chap. I — La Raison phrastique

combine des items appartenant à des catégories définies mutuellement – c’est peut-être là le seul trait d’orthodoxie structuraliste de l’auteur. Par opposition :
Dans les arborescences de la constituance, chaque strate ne consiste qu’en un réaménagement par partition de la strate précédente. Il n’y a donc pas de hiérarchie haut/bas en dehors de la dominance mérologique et l’expansion par partition est déjà contenue dans la strate supérieure. (Portine, 1995 : 126)

En effet, ainsi que nous l’avons souligné en évoquant Saussure, le rapport de rection propre aux théories de dépendance et à leur modélisation est fondamentalement orienté et asymétrique, alors qu’en principe les théories de constituance (ou phrase-structure theories) se fondent (et ainsi de leurs représentations arborescentes) sur un lien d’interdépendance et de groupement qui neutralise l’information relative à l’orientation supposée des relations (verticales) au profit d’une indication des solidarités et de la consécution (horizontales). Pour clore ces remarques sur les représentations de la phrase chez Tesnière, on peut prêter attention aux deux comparaisons qu’il développe pour expliquer et justifier la formalisation en stemmas. La première, plus ancienne, est celle du système solaire :
Une phrase se présente comme un système solaire. Au centre, un verbe qui commande tout l’organisme, de même que le soleil est au centre du système solaire. À la périphérie, la foule des éléments grammaticaux, qui sont subordonnés les uns les autres, et en dernier ressort au centre verbal, selon une hiérarchie à plusieurs étages, tout comme les planètes gravitent autour du soleil et les satellites autour des planètes. Bien entendu, dans cette gravitation universelle de la phrase, il faut, à côté des régissants et des subordonnés de toute sorte, prévoir une place pour les subordonnants, c’est-à-dire les éléments qui, n’étant pas eux-mêmes régissants ni subordonnés, ont pour mission de marquer la subordination des autres éléments. Cette réserve faite, toute phrase peut être représentée par un stemma qui indique la hiérarchie de ses connexions. (Tesnière, 1934 : 225)

La seconde, fréquemment citée, est celle du drame :
Le nœud verbal, que l’on trouve au centre de la plupart de nos langues européennes […] exprime tout un petit drame. Comme un drame en effet, il comporte obligatoirement un procès, et le plus souvent des acteurs et des circonstances. (Tesnière, 1959 : 102)

65

Chap. I — La Raison phrastique

De la première à la seconde, plus abstraite, on passe d’une représentation mettant l’accent sur l’espace à une autre qui insiste sur la temporalité et l’actance. Contrairement à ce que soutient H. Portine (1995 : 121), il nous semble que le "système solaire" rend un meilleur compte du caractère périphérique de certains constituants dans la linéarisation et qu’il permet d’opposer la coalescence des éléments de la zone verbale à la mobilité de la plupart des circonstants et compléments détachés. Dans cette optique, le "petit drame" serait plus ancré dans le plan sémantique et moins dans la mécanique syntaxique ; cela correspond somme toute à l’orientation générale des ELS qui s’attachent à privilégier le « fait abstrait », syntaxique, sur « le plan linéaire de la chaîne parlée », qui est le « fait matériel et concret » (Samain, 1995 : 129). Doit-on ne voir dans ces deux développements que de plaisantes paraboles pédagogiques ? Pour certains commentateurs de Tesnière, ce serait une erreur, compte tenu du statut épistémologique de la représentation stemmatique : celle-ci en effet ne se voulant pas une simple formalisation de la structure phrastique mais bien un modèle iconique 104 ayant pour rôle de « faire apparaître les caractéristiques immanentes du réel », les illustrations du drame et du système solaire fonctionneraient comme deux allégories, attachées à des aspects différents de leur objet et pourvues d’une valeur explicative – sinon heuristique. C’est en ce sens selon nous que la théorie de Tesnière, avec le stemma et à travers ces allégories, amorce le développement d’une phusis de la phrase ; celle-ci aurait pour tâche de montrer comment la syntaxe dynamique reproduit des opérations sémantiques que l’on suppose réellement accomplies par l’esprit du locuteur, ce qui préfigure le débat sur le réalisme en linguistique. Par contraste, les théories de la constituance semblent nettement plus formelles.
- Conclusion

À la fois terme primitif de la théorie et cadre invisible du stemma, la phrase chez Tesnière s’oppose au mot parce qu’elle constitue le seul observable empirique ; néanmoins, elle déchoit de ce rôle aussitôt qu’on la confronte à l’énonciation, tiers absent et pourtant indispensable à une complète puissance descriptive. En effet, la

104

À la réserve près, évoquée supra.
66

Chap. I — La Raison phrastique

syntaxe structurale est, telle quelle, inapte à rendre compte de tous les faits de discours, soit qu’elle manque d’une appréhension de la composante énonciative traduisant l’actualisation de la structure, soit qu’elle mette la phrase structurale en danger d’inconsistance par l’extension de ses prérogatives au-delà de la syntaxe, en la décrivant comme un praxème (Lafont, 1995 : 160), ce qu’elle n’est que rarement du seul fait de sa maximalité syntaxique et dans les limites de celle-ci. Ce problème s’étend à toute étude de la phrase et il est même à l’origine des premières critiques de la raison phrastique, c’est-à-dire de la remise en question d’un ordre unique de faits de discours auquel correspondrait une et une seule unité "monadique". Il apparaît en définitive que la syntaxe structurale met en œuvre une approche analytique et immanente de la phrase. En cela, elle est proche des modèles saussuriens ou distributionnalistes, mais elle s’en distingue par ailleurs en ne traduisant pas explicitement les rapports de constituance. Avec Tesnière, la phrase n’en a pas moins franchi une étape importante dans sa grammatisation en accédant, d’une part, au statut d’objet d’analyse à part entière, mais surtout, d’autre part, en devenant le cadre exclusif d’un type de relation spécifique : la syntaxe. Les grammaires de constituance Par opposition au groupe théorique qui vient d’être décrit à travers Tesnière, les linguistiques de constituance définissent la phrase par l’entremise des groupements de constituants 105 (fr. syntagmes, angl. phrases 106). En ce sens, la syntaxe de Saussure s’y apparente ; mais les représentants du distributionnalisme, étant principalement des modèles à item et arrangement (Ruwet, 1967 : 170), sont emblématique de la constituance. Afin de ne pas verser dans une fastidieuse galerie de "portraits linguistiques" et en raison de son rôle fondamental dans le problème qui nous occupe, on a choisi de se limiter à l’examen des travaux de L. Bloomfield 107, qui pose clairement les fondations et méthodes de la constituance mais qui en sonde également les premières limites.
105 106

Bloomfield distingue primitivement simple forms et complex forms (Bloomfield, 1993 : 232). On en regroupe les différentes variétés le nom anglo-saxon de phrase-structure grammars. 107 Voir Abeillé (1993) pour une présentation des grammaires récentes issues entre autres de ces travaux.
67

Chap. I — La Raison phrastique

Parmi les traits principaux que l’on prête volontiers à la fois aux structuralismes européen et américain, le plus courant est l’abandon du psychologisme qui dominait les sciences du langage jusqu’aux années 1920 ; cette position est peut-être plus marquée chez L. Bloomfield, d’autant plus même que ce dernier s’inspirait au départ de la linguistique psychologique de W. Wundt et qu’il a cherché sans doute à s’en dissocier radicalement. Il n’est guère étonnant que l’éviction des considérations psychologiques, jugées « non pertinentes pour l’étude du langage » (Bloomfield, 1993 : 106)
108

, ait eu

une influence sur l’approche de la phrase, jusqu’alors fondée pour l’essentiel sur la notion de jugement héritée de Port-Royal. Mais il ne faut pas s’en tenir à ce trop simple poncif, car on pourra constater que L. Bloomfield n’est pas imperméable aux réalités de l’énonciation – bien qu’il répugne à s’y fier. À la tendance syntaxico-logique, L. Bloomfield veut substituer une nouvelle approche de la syntaxe, visant à donner aux constructions et aux classes grammaticales une définition formelle (Bloomfield, 1933 : 190). Tout comme Saussure, qui préconisait de ne présupposer l’existence d’aucune unité, L. Bloomfield entend partir sur des bases neuves et refuse de s’inscrire dans une perspective cumulative visant à définir la phrase à partir de ses occurrences dans la littérature grammaticale ; ainsi en témoigne un compte-rendu – passablement rugueux – d’une monographie de J. Ries :
Ries commands the linguist […] to give a scientific definition of the semi-popular […] term, sentence. This is a pseudo-problem ; we have no guarantee that the popular usage is consistent, and, even if it is consistent, we have no guarantee that it makes a classification that will be useful to science. We are under no obligation to adopt or redefine popular terms, or to bother with them at all. (Bloomfield, 1931 [1993] : 232 – « Compte-rendu de Was ist ein Satz ? »)

Ces propos ne sont pas sans éveiller d’échos avec des débats qui nous sont exactement contemporains. Ce qui pourrait bien montrer l’étonnante résistance du problème de la phrase ; le fait que ce problème revienne posé en termes quasi-similaires à soixante-dix ans de distance ne laisse pas d’inquiéter, et l’on peut d’ailleurs affirmer ex post que

108

« Compte-rendu du Cours de linguistique générale », 1923. Bloomfield écrit plus loin: « Linguistics has worked only in the way of a desperate attempt to give a psychological interpretation to the facts of language. »
68

Chap. I — La Raison phrastique

L. Bloomfield n’a pas apporté de réponse définitive bien que ses critiques épistémologiques aient été justifiées.
- De la morphologie à la syntaxe

La méthode distributionnaliste que L. Bloomfield contribue à définir part de la phrase, qu’elle décompose ensuite en constituants immédiats 109 ; en cela, elle est d’abord une procédure de découverte assez similaire à celle des autres structuralismes. En revanche, la formalisation théorique subséquente à l’étude des faits reste explicitement liée à la syntaxe de la phrase, s’opposant consciemment à la démarche de Saussure 110 et de la plupart des structuralismes européens, lesquels adoptent une position plus nettement réductionniste. C’est du moins ce que semble affirmer L. Bloomfield :
In detail, I should differ from de Saussure chiefly in basing my analysis on the sentence rather than on the word ; by following the latter custom de Saussure gets a rather complicated result in certain matters of word-composition and syntax. (Bloomfield, 1993 : 107-108)

On a effectivement constaté que Saussure, en fondant sa théorie sur les unités concrètes, se trouvait parfois en difficulté pour rendre compte des faits de syntaxe et pour intégrer la phrase à la perspective structuraliste. Ainsi la syntaxe et la morphologie se trouvaientelles indifférenciées dans la syntagmatique, ce qui ne permettait pas de rendre compte de certaines caractéristiques propres aux unités complexes et en particulier à la phrase 111. À l’opposé, L. Bloomfield maintient le clivage syntaxe-morphologie et c’est précisément en fonction du trait de maximalité formelle, c’est-à-dire, indirectement, de la capacité à "faire phrase" qu’il différencie formes libres (free-forms : mots, syntagmes et phrases) et formes liées (bound-forms : morphèmes) 112. L. Bloomfield reconnaît donc

109 110

Sur la constitution progressive de l’ACI (parsing), voir ci-dessous. Notons que notre traduction de référence de Language (Bloomfield, 1933) avance à tort que Bloomfield n’avait pas lu Saussure. Le compte-rendu qu’il a rédigé du CLG en 1923 prouve au contraire qu’il connaissait très bien l’œuvre du linguiste européen ! 111 Le produit syntagmatique rendait compte de certaines propriétés du mot (ou du syntagme), mais il s’avérait moins opératoire avec la phrase. 112 « Lorsqu’une forme linguistique fait partie d’une forme plus vaste, on dit qu’elle est en position d’inclusion. Dans le cas contraire, on dit qu’elle est en position absolue, et qu’elle constitue une
69

Chap. I — La Raison phrastique

des paliers entre le morphème et la phrase, ce que ne faisait pas Saussure qui ne voyait que des groupements d’unités 113. De fait, la description de L. Bloomfield rompt bien avec la doxa d’alors en ce sens qu’elle s’appuie sur des critères uniquement formels de complexité, de constituance et de liberté permettant de poser les équivalences suivantes :
Simple form : morpheme ; largest form : sentence ; minimum free form : word ; nonminimum free form : phrase. (Bloomfield, 1993 : 232-233) - Une définition formelle de la phrase ?

Dans l’optique restreinte que l’on vient de résumer, le seul critère définitoire de la phrase est sa non-intégration formelle, ce qui, on l’a vu avec Tesnière, est insuffisamment prédictif. Pour pallier ce manque, l’auteur juge bon d’ajouter un critère pseudo-statistique établissant pour chaque langue des formes privilégiées, plus fréquentes dans certains emplois ; par exemple, les favourites forms 114 de la phrase (sentence ou largest-form) en anglais font figurer un verbe seul (« Come ! ») ou accompagné d’un autre élément 115, tandis que les formes non privilégiées se passent de verbe mais recourent entre autres aux sentence-words (« Ouch ! »). Une telle démarche, qui n’est pas sans rappeler Wundt 116, revient finalement à définir des structures canoniques de phrase, ce qui est susceptible d’être répété pour tout idiome particulier grâce à une terminologie formelle aisément transférable 117.
phrase. » (Bloomfield, cit. Berrendonner (2002a)). Voir également Bloomfield (1933 : 168) : « Les formes qui se présentent comme des phrases sont des formes libres. » 113 On est tenté pour ces raisons de parler d’unité complexe chez Bloomfield et de complexe d’unités chez Saussure. 114 Concept très proche dans la lettre et l’esprit à celui de favourite sentence form (Lambrecht, 2004). 115 Cela permet de dégager en anglais deux formes de phrases favorites : acteur-action et ordre. Un détail qui a son importance est que Bloomfield destitue la prédication d’une universalité trompeuse : seules les formes privilégiées binaires reçoivent le nom de prédication (dans nos langues : V+N, N+N, etc.) mais tous les langages ne connaissent pas la prédication binaire, auquel cas ils recourent à d’autres formes privilégiées. 116 Si Wundt distingue en effet les phrases incomplètes des substituts phrastiques (qui ne sont pas des phrases), il ne fait pas pour autant de la présence du verbe une condition nécessaire de la phrase. Ses successeurs infléchiront ces théories vers un psychologisme plus marqué en avançant que l’auditeur procède à une syntactisation des productions non phrastiques du locuteur (le cri de douleur, par exemple). Voir Graffi (2001). 117 L’ambition de Bloomfield est bien de s’inscrire dans les cadres d’une linguistique générale : « I would suggest that the term sentence be not defined to cover any specifically Latin or even Indo-european phenomenon ; this would make it disputable […] for descriptions of other languages. The term
70

Chap. I — La Raison phrastique

Cependant, bien que L. Bloomfield tente, contrairement à Saussure, d’intégrer les propriétés holistiques de la phrase (Graffi, 2001), il ne parvient pas à les articuler clairement avec ses propriétés formelles et s’en tient prudemment à signaler la cooccurrence de la maximalité formelle et de l’accomplissement d’un acte communicationnel. Il est ainsi amené à définir des types privilégiés induisant un sens « complet et nouveau » et des types non-privilégiés correspondant à divers effets de sens : stimulus intense (« Aïe ! »), adjonction à un discours antérieur (réponse à une question, notamment) ou encore aphorisme. Les types privilégiés produisent ainsi des phrases complètes, les autres des phrases mineures :
Le sens d’un type de phrase complète est quelque chose comme "un énoncé complet et nouveau" – c’est-à-dire que le locuteur donne à entendre que ce qu’il dit est une occurrence ou une indication complète et qu’elle modifie d’une manière quelconque la situation de l’auditeur. Plus le discours est prémédité, plus les phrases ont des chances d’être des phrases complètes. […] c’est une faute grave d’essayer d’utiliser ce sens [celui de la phrase dans son ensemble] plutôt que les traits formels comme point de départ d’une discussion linguistique. (Bloomfield, 1933 : 168)

Toutefois, ce caractère non systématique, presque fortuit, de la valeur énonciative de la phrase ne trouble pas outre mesure L. Bloomfield, qui n’a de cesse de marquer sa préférence pour une approche syntaxique et analytique. Le signe le plus évident de cette faveur est qu’il reprend à son compte la définition que Meillet donne de la phrase et qui met l’accent sur sa dimension syntaxique :
Ensemble d’articulations liées entre elles par des rapports grammaticaux et qui, ne dépendant grammaticalement d’aucun autre ensemble, se suffisent à elles-mêmes.

Malgré cette orientation fortement syntacticienne, L. Bloomfield marque l’émergence, au sein du structuralisme, de la distinction entre la phrase et l’énoncé qui fera ensuite son chemin en s’affinant et en se radicalisant.

sentence is so handy that we had better apply it to some universal phenomenon of language. » (Bloomfield, 1993 : 168)
71

Chap. I — La Raison phrastique

- Phrase et énoncé : amorce d’une perspective endo-textuelle

Pour autant, il ne faut pas anticiper le linguiste américain ne fait pas encore la part de la formalisation qu’impose la langue et de la réalité beaucoup plus fluctuante de la parole, au sens aujourd’hui courant où la phrase représenterait un type abstrait et l’énoncé un fait de discours empirique. Pour L. Bloomfield, en effet, l’énoncé (« actual speech-utterance ») conserve le sens évasif d’acte de langage ou même de prise de parole :
The linguistic form which is coextensive with the whole speech, is the "largest-form" in the utterance. […] What is in one utterance the largest-form, may in another utterance figure as an included form. (Bloomfield, 1993 : 238)

Ici, sans évoquer spécifiquement la phrase, L. Bloomfield fait coïncider niveau morphosyntaxique et niveau énonciatif, mais il admet ailleurs un état de faits plus subtil et remarque que certains énoncés sont constitués de plusieurs unités formelles maximales, sémantiquement coalescentes :
« How are you ? That’s a pretty tie you’ve got on. Are you playing tennis this afternoon ? » […] Quel que soit le lien réel qui existe entre ces trois formes, il n’y a pas, pour les unifier en une forme plus large, de disposition grammaticale : l’énoncé comprend trois phrases. Il est évident que les phrases d’un quelconque énoncé se distinguent par le fait que chaque phrase est une forme linguistique indépendante, qui n’est pas incluse dans une forme linguistique plus large en vertu d’une construction grammaticale quelconque. (Bloomfield, 1933 : 161)

Il reste à rappeler qu’une telle vision de l’énoncé procède davantage d’une prise en compte des rapports transphrastiques (endo-textuels) que d’une appréhension des phénomènes d’ancrage énonciatif (exo-textuels) lesquels ne furent pris en compte qu’un peu plus tard par Benveniste ou Bally.
- Taxèmes

Dans le cadre théorique saussurien, la langue enregistre la valeur des agencements syntagmatiques sous la forme d’unités abstraites ; L. Bloomfield donne le nom de taxèmes à des entités à peu près équivalentes ayant la charge de coder certains phénomènes de disposition, tels l’ordre des mots, les variantes contextuelles ou la

72

Chap. I — La Raison phrastique

modulation, taxèmes dont certaines combinaisons instituées permettent de définir des constructions syntaxiques. Le problème de ces unités – d’ailleurs rapidement abandonnées par les continuateurs de L. Bloomfield – est qu’elles sont fréquemment amenées à dépasser le cadre de la syntaxe et de la phrase alors que leur rôle est justement de contribuer à le fixer :
Dans la plupart des langues, ou peut-être dans toutes, de nombreux taxèmes permettent cependant de distinguer la phrase, et même différents types de phrases. (Bloomfield, 1933 : 161) 118

En particulier, les taxèmes de modulation, qui signalent les unités maximales par des phénomènes suprasegmentaux, opèrent souvent de fait sur des structures plus vastes. Or, poser qu’un « ensemble signifiant et récurrent de taxèmes est une construction syntaxique 119 si ses éléments sont des formes libres » (ce qui est le cas des phrases), cela accrédite l’idée qu’il existe une syntaxe au-delà de la phrase, laquelle n’est alors plus définissable en termes de non constituance. Du reste, la théorie de L. Bloomfield n’avait apparemment pas envisagé la possibilité d’une syntaxe transphrastique en dehors de faits bien identifiés, comme la coordination ou la subordination. Notre objectif reste ici de pointer le caractère hétérogène et inconsistant du taxème dès lors qu’il définit une construction syntaxique et en particulier la phrase par le biais de la prosodie ; on peut en revanche imaginer qu’une série de marqueurs opérant à des niveaux différents contribuent à délimiter les grandes articulations du discours.
- Conclusion

En définissant une approche formelle de la syntaxe, L. Bloomfield est conduit à placer la phrase au centre des préoccupations de la linguistique ; le mouvement ainsi imprimé aux sciences du langage américaines se poursuivra jusqu’à N. Chomsky, avec une cohésion que ne connaîtra pas l’Europe. Les structuralismes américains partagent en
118

Voir également Bloomfield (1993 : 238) : « Many languages have special markers which appear in forms when they are used as largest-forms. We are told that in classical Chinese certain particles were used at the end of such forms. The modern languages of Europe similarly use pitch-phonemes at the end of largest-forms. » 119 « Chaque construction syntaxique nous présente deux formes libres (et quelquefois plus) combinées en un syntagme, que l’on peut appeler syntagme résultant. Le syntagme résultant peut appartenir à une classe formelle autre que celle d’un constituant quelconque. » (Bloomfield, 1933 : 183 )
73

Chap. I — La Raison phrastique

effet un parti pris formaliste, une représentation en niveaux de la phrase et ce, pour des raisons en grande partie historiques 120. À l’opposé, on le sait, le structuralisme européen apparaît plus morcelé, suivant au gré des "écoles" ou des individus des orientations variées (phonologie, sémiologie…) mais ne s’attelant pas uniformément à l’élaboration d’un modèle général de syntaxe "dure" 121. À l’origine, on doit donc en grande partie à l’initiative de L. Bloomfield d’avoir proposé une méthodologie et une procédure centrées sur la phrase, dont les postbloomfieldiens poursuivront le développement avec, parfois, une certaine austérité 122. D’un point de vue épistémologique, l’inconvénient majeur de cette méthode réside dans la délimitation des items du corpus : n’est-ce pas en effet se donner des objets antérieurs à l’analyse que de rassembler des énoncés sans systématiser leur bornage ? On touche là encore à une axiomatisation spontanée de la phrase, fondée sur une conception intuitive ou pré-théorique (Béguelin, 2000 : 83) malgré la redéfinition formelle a posteriori. De fait, l’essentiel des développements postérieurs à L. Bloomfield touchant en grande partie la formalisation plus que la théorie elle-même, il restera admis chez les postbloomfieldiens que la phrase se définit par sa maximalité formelle comme « une forme qui ne fait partie d’aucune autre forme », mais aussi qu’elle possède en propre des caractéristiques non dérivées de sa seule structure, que la défiance envers la signification laissera généralement dans l’ombre.

120

« La primauté de la phrase sur le mot […] s’ancre dans la description des langues (amérindiennes) pour lesquelles le "mot" n’est pas une unité pertinente. » (Léon, 2003 : 11) 121 Selon certains (Graffi, 2001), l’opposition des deux structuralismes repose au premier chef sur celle des unités prises en compte, qui impliquent chacune une théorie différemment orientée : si le syntagme européen est sommation d’unités, le constituant américain est au contraire un fragment de structure globale. Mais il est d’autres points de vue sur la question et d’ailleurs, il ne s’agit que de considérations théorétiques, finalement sans grande importance, les deux analyses aboutissant en dernière instance à des résultats très similaires. Dans cet ordre d’idées, les propositions de Z. Harris sortent sans doute du lot en visant à éprouver des méthodes d’investigations opposées, adaptées à un but précis : la discourse analysis d’une part (Harris, 1952), et l’étude morphématique (Harris, [trad. 1968] 1946) d’autre part. 122 L’ACI n’est pas systématisée par Bloomfield, qui s’en remet principalement sur ce point à l’intuition. Ses successeurs, notamment Pike, appellent à conférer davantage de rigueur à la procédure de découverte. Quant à la modélisation de cette procédure, on doit à Harris, Wells et Hockett d’avoir contribué à la développer. Sur ce point, voir Ruwet (1967 : 107-113). Du reste, il apparaît que la théorie de Bloomfield et de ses successeurs est loin d’être aussi unifiée qu’on le dépeint souvent (Hymes, 1981 : 127)
74

Chap. I — La Raison phrastique

B. LA PHRASE COMME UNITÉ
Dans le cadre épistémologique de la Raison phrastique, c’est-à-dire d’une linguistique empiriquement et théoriquement focalisée sur la phrase, le passage de celleci du statut de cadre exclusif au statut d’objet et d’unité constitue un saut qualitatif majeur. Le pas décisif est accompli dans cette direction par Z. Harris, dont les réflexions formelles nourriront la révolution engagée par son élève et collaborateur N. Chomsky.

1. Harris : l’apport transformationnel
À travers trois articles fondamentaux (Harris, 1946, 1952, 1957), Z. Harris opère une mutation radicale des acquis de la linguistique descriptive 123 et il amorce, en collaboration avec N. Chomsky, la construction de l’appareil de formalisation appelé à intégrer le fourniment de la grammaire générative ; mais surtout, ce qui est crucial dans notre perspective, Z. Harris est le premier 124 à proposer d’étendre l’horizon de l’analyse structurale au-delà de la maximalité formelle de la phrase. À ce titre, il marque l’accès de la linguistique à ce que l’on a appelé, en termes d’inspiration guillaumienne, la transcendance de la phrase, à la fois extension du cadre (à la concaténation de phrases) et, en quelque sorte, dépassement "ontologique" 125 (prise en compte des transformations). Du morphème à l’énoncé Alors qu’il contribue à développer la linguistique descriptive dans le cadre phrastique, Z. Harris cherche à doter l’ACI d’une formalisation plus adaptée à la

123

Terme sous lequel Harris regroupe ses propres travaux jusqu’au début des années 1950 ainsi que ceux de Bloomfield, Boas et Pike, entre autres ; de fait, les « méthodes de la linguistique descriptive » auxquelles il réfère à plusieurs reprises correspondent vraisemblablement à l’ACI. 124 Comme le signale N. Ruwet (Ruwet, 1967 : 222), Harris et Chomsky, à travers le modèle transformationnel, ne font que « reprendre et systématiser des idées très familières à bon nombre de grammairiens traditionalistes ». Ainsi N. Ruwet trouve-t-il chez Jespersen, Blinkenberg, Tesnière, Bally, ou encore dans la Grammaire de Port-Royal des prémonitions transformationnelles. Wundt et Frei eurent des intuitions comparables (Graffi–2001). C’est pourtant dans les travaux de Benveniste que N. Ruwet reconnaît les conceptions les plus similaires à la théorie de Chomsky. Nous nuancerons toutefois l’évidence de telles connexions en rappelant que Benveniste, en 1962, affichait quant à la phrase des positions très dissemblables à celles de Harris et Chomsky en 1957 (voir supra). 125 Cette formulation vise à traduire le fait que la théorie de Harris permet de considérer une phrase donnée comme identique à elle-même malgré les formes différentes qu’elle revêt à travers le jeu des transformations.
75

Chap. I — La Raison phrastique

syntaxe : il juge en effet que la procédure fixée par L. Bloomfield, dite top-down ou analytique (i.e. de l’énoncé aux morphèmes), rend nécessaire l’élaboration de critères formels permettant de fragmenter l’énoncé en constituants immédiats. Il propose pour sa part 126 une procédure bottom-up ou synthétique, ayant l’ambition de proposer « une formule pour chaque structure d’énoncé (de phrase) du langage » (Harris, 1946 : 161). Le socle de l’analyse de Z. Harris est le principe d’équivalence
« deux éléments […] sont dits équivalents s’ils se rencontrent dans des environnements (eux-mêmes constitués d’éléments ou de séquences d’éléments) identiques ou équivalents » (Ruwet, 1967 : 234).

À partir de ce principe sont définies des classes d’équivalence de morphèmes 127 mais aussi, ce qui est nouveau, de séquences de morphèmes 128. Le problème de la sélection sémantique est contourné par le recours à une prédéfinition des morphèmes et de leurs limitations contextuelles, ainsi que par une détermination des classes fondée en quelque sorte sur la ressemblance de famille wittgensteinienne, c’est-à-dire non pas sur (au moins) une distribution commune à tous les éléments mais sur une distribution commune aux éléments pris deux à deux 129. Le mécanisme des substitutions, procédure purement formelle dans ce modèle qui exclut tout recours au sens, tend parfois à engendrer des monstres, dans la mesure où il permet des substitutions non pertinentes. Pour en minimiser la possibilité, Z. Harris prend en compte les changements suprasegmentaux qu’entraînent certaines substitutions :

126

« It is not clear that there exists any general method for successively determining the IC, when we begin with a whole utterance and work down. In any case, it would appear that the formation of substitution classes presents fewer theoretical difficulties if we begin with morphemes and work up. » (Harris, 1946 : 178-179) 127 « We take a form A in an environment C-D and then substitute another form B in the place of A. If, after such substitution, we still have an expression which occurs in the language concerned, i.e. if not only CAD but also CBD occurs, we say that A and B are members of the same substitution-class. » (Harris, 1946 : 163) 128 « We do not ask only if A and B each occur in the environment C-D but also if AE together, or FGH, also occur in that environment. […] the sequences of morphemes do not yield new classes » (Harris, 1946 : 165) 129 Soit un contexte I wrote a– et deux éléments poem et house. Ce dernier élément n’apparaît pas dans la distribution citée, mais il est possible en vertu de la ressemblance de famille de les ranger dans une même classe puisqu’ils partagent le contexte it’s a nice–.
76

Chap. I — La Raison phrastique

When one sequence is substituable for another in an utterance, it is understood that the intonations, pauses, etc. of the utterance remain unchanged under the substitution. If the substitution is associated with a change in intonation, […] we state that fact. (Harris, 1946 : 179) 130

Force est d’admettre que les substitutions affectant l’énoncé dans son ensemble ne correspondent pas toujours à des changements suprasegmentaux, ce qui semble démontrer les limites d’un formalisme descriptif refusant l’interprétation sémantique. Cependant, l’avancée essentielle du modèle de From morpheme to utterance est bien l’intérêt porté non plus au morphème à travers ses distributions mais aux distributions elles-mêmes :
[…] we change over from correlating each morpheme with all its environments, to correlating selected environments (frames) with all the morphemes that enter them. (Harris, 1946 : 175)

En principe, cette démarche a la phrase pour terminus ad quem, mais Z. Harris envisage déjà une stylistique fondée sur ces mêmes principes :
We will be able to extend the procedure to sentences and sequences of utterances (whether monologs or conversations). (Harris, 1946 : 178)

Analyse du discours Sur la base de cette dernière idée, Z. Harris, en collaboration avec N. Chomsky, tente précisément d’élaborer une méthode d’analyse formelle du discours

(Harris, 1952) 131 faisant abstraction du sens des morphèmes, des phrases et du discours lui-même. L’idée globale est de répéter sur des macrostructures les procédures formelles de la « linguistique descriptive »
132

afin de trouver des motifs récurrents d’agencement

130

L’exemple de Harris est des plus discutables : la substitution aberrante « I know John was in. / I certainly was in. » ne s’accompagne pas d’une modification intonative, et bien qu’il soit en effet possible de prononcer le premier énoncé comme « I know. John was in. » en jouant simplement sur la mélodie, c’est impossible, par exemple, avec « I guess John was in. » 131 Sa formule exacte est "connected speech – or writing". 132 Celles du modèle exposé dans Harris (1946), adaptées aux macrostructures : les éléments qui ont des environnements identiques ou similaires sont intégrés à des classes d’équivalence, puis les phrases du texte sont divisées en intervalles (chacun d’eux étant une succession de classes d’équivalence) de sorte que chaque intervalle doive être de même forme que les autres. Il est alors possible de discerner certains schémas de distribution. Au départ, l’analyse ne requiert que la connaissance du découpage morphémique, des jonctions de phrase, des intonations et de la ponctuation.
77

Chap. I — La Raison phrastique

morphémique, lesquels peuvent ensuite être associés à des idiolectes, des thèmes ou des types de textes. Très lucide quant à la marche générale des sciences du langage, Z. Harris fait l’observation suivante :
Descriptive linguistics generally stops at sentence boundaries. This is not due to any prior decision. The techniques of linguistics were constructed to study any stretch of speech, of whatever length. But in every language it turns out that almost all the results lie within a relatively short stretch, which we may call a sentence. […] Only rarely we can state restrictions [N.D.A.: des contraintes distributionnelles] across sentence boundaries. […] This limitation has not seemed too serious, because it has not precluded the writing of adequate grammars. (Harris, 1952: 1-2)

Ainsi, le cantonnement dans l’immanence de la phrase n’est pas un choix a priori ; en outre, il n’est pas lié à une limitation imposée par les outils des linguistes mais à une limitation plus ou moins régulière des faits eux-mêmes, qui sont le plus souvent observables dans l’immanence de la phrase. Quoiqu’il ouvre ainsi de nouvelles perspectives à la linguistique, Z. Harris ne remet pas en question l’évidence de la segmentation phrastique : il se consacre en effet aux relations unissant les phrases pour former le discours. Celui-ci, défini comme une chaîne (fermée) de formes linguistiques arrangées en phrases successives, s’apparente à une structure, autrement dit à une entité construite et organisée. Il appartient justement au linguiste de déterminer ce qui permet de différencier ces entités organisées de simples suites de phrases sans composition. C’est là un trait essentiel du "saut qualitatif" qu’opère la théorie de Z. Harris : non seulement l’analyse linguistique passe du cadre de la phrase à celui du discours, faisant de celle-là un constituant de celui-ci, mais encore elle reconnaît à l’un comme à l’autre des caractéristiques propres, non dérivées de celles de leurs composants, ce qui les rapproche en outre du domaine. Pour ce qui est du discours, Z. Harris affirme en effet qu’il est l’unique manifestation du langage 133, et que cette manifestation s’inscrit toujours dans une

133

« Language does not occur in stray words or sentences, but in connected discourse – from a one-word utterance to a ten-volume work. » (Harris, 1952 : 3)
78

Chap. I — La Raison phrastique

situation 134. Devançant sur ce point les débats de certains grammairiens générativistes, il observe que des situations similaires ne correspondent pas nécessairement à des traits récurrents dans les discours, tandis qu’au contraire des situations différentes sont toujours associées à des disparités formelles. Pour ce qui est de la phrase, Z. Harris esquisse, en étudiant les schémas distributionnels du discours, la formalisation de règles de grammaire vraies pour toute structure de phrase d’un type donné, qui deviendront les transformations. Ainsi, dans le modèle de l’analyse du discours, la phrase poursuit sa grammatisation, amorçant sa mutation en unité 135, mais celle-ci est encore incomplète parce qu’elle est limitée à l’axe syntagmatique, et que les transformations, qui permettent de concevoir entre des phrases des relations in absentia, ne sont pas encore systématisées. La grammaire transformationnelle et les « paradigmes » phrastiques De l’aveu de Z. Harris lui-même, l’idée de transformation a émergé de l’analyse de discours 136. En un sens, il semble logique que l’investigation de Z. Harris et N. Chomsky, après s’être portée sur les rapports syntagmatiques entre phrases, parvienne à une forme de théorisation des paradigmes phrastiques. Ici — comme partout, du reste — le mot de paradigme est à considérer avec prudence : N. Ruwet prêche l’incommensurabilité et pointe comme une « confusion » le fait « d’interpréter la notion de transformation dans un cadre structuraliste classique (européen, saussurien) et à y voir une extension de la notion de rapport paradigmatique au niveau des rapports entre phrases » (Ruwet, 1967 : 243). Cela semble appeler quelques remarques.

134

Les culture-and-language studies ont beaucoup influencé Harris. Elles ont montré que certaines expressions (entre autres, les tropes illocutoires) entraînaient chez l’auditeur des réactions que l’observation de leurs composants ne permettait pas de prévoir. Reconnaissant sa dette envers ces travaux, Harris projette d’étudier la corrélation des manifestations langagières (discours) avec d’autres comportements. 135 Au sens structuraliste d’entité délimitée par l’existence d’autres unités (in praesentia dans l’axe synatgmatique, in absentia dans l’axe paradigmatique). 136 Harris, 1957 : 283 : « The study of transformations arose out of the attempt to construct a method for analyzing language samples longer than a sentence. »
79

Chap. I — La Raison phrastique

Tout d’abord, il est exact que la transformation ne sied pas au cadre théorique saussurien, dans lequel la langue est une taxinomie d’unités qui ne contient pas de processus assimilables aux transformations. Il n’empêche, comme on l’a vu, que les formes syntaxiques y sont enregistrées comme entités abstraites et qu’on peut à ce titre les associer en paradigmes, bien que Saussure n’ait jamais formulé directement de telles considérations. L’erreur consiste donc d’abord à mêler des théories incompatibles dans leurs fondements : tandis que le paradigme est une "liste inerte", la transformation est conçue comme une relation dynamique et cela dès la théorisation de Z. Harris – comme en atteste l’existence de transformations non-réversibles. En outre, si l’on accepte de laisser de côté ce clivage théorique, l’argument avancé par N. Ruwet pour rejeter l’assimilation des transformations à des processus paradigmatisants demeure insuffisant : selon ses mots, un paradigme implique un choix corrélé à une différence de sens, tandis que la transformation suppose au contraire une certaine constance du sens associée à une différence « d’accentuation, de mise en relief » (Ruwet, 1967 : 244) 137. Il y a deux objections à cela : d’une part, il est indiscutable que certaines transformations relèvent également du choix du locuteur et que certains paradigmes, à l’inverse, sont contraints 138. D’autre part, le caractère incertain de la « constance du sens » et de « l’accentuation » n’exclut pas que la transformation puisse être assimilée au paradigme saussurien, puisqu’il existe des exemples de rapports associatifs entre unités présentant précisément les mêmes propriétés : au niveau du mot, n’y a-t-il pas « constance du sens » (dénotatif) et différence « d’accentuation » (connotative) entre enfant et gamin ? De même au niveau de la phrase, Viens-tu ? et Tu viens-ti ? ont le même contenu propositionnel et ne se distinguent que du point de vue connotatif. Ainsi, le rapport associatif susceptible de

137

Plus précisément, selon Harris, « certains éléments sémantiques majeurs semblent demeurer constants à travers les transformations. Il peut y avoir des différences de sens entre deux constructions dérivées l’une de l’autre en raison de leur statut grammatical externe : le fait que Pierre arrive est une phrase et l’arrivée de Pierre un syntagme nominal. Il peut y avoir des différences de style ou d’accentuation, comme entre l’actif et le passif. Et certaines transformations associent des différences de sens spécifiques aux morphèmes qu’elles ajoutent, ainsi entre assertion et interrogation. » (Harris, 1957 : 290 ; nous traduisons) 138 On peut distinguer par exemple l’inversion du sujet stylistique et l’inversion obligatoire de l’interrogation.
80

Chap. I — La Raison phrastique

réunir ces unités dans des paradigmes tient-il aussi bien de la constance sémantique que de la différence « d’accentuation ». Pour mieux différencier transformation et paradigme saussurien, la comparaison que formule Z. Harris entre des phrases liées par une transformation et des variantes est sans doute plus éclairante, malgré ses limites. Elle suppose en effet, ce qui relève d’une forme d’idéalisme linguistique, que la transformation n’affecte pas l’unité dans son essence : d’une forme à l’autre – de l’actif au passif, par exemple – l’unité qu’est la phrase demeure « identique à soi » bien que « toute sa substance matérielle ait changé » (Milner, 2002 : 37). De fait, dans le cadre de Z. Harris, les "transformées" d’une phrase ne sont pas assimilables à des unités opposables et différenciées dans un paradigme linguistique : elles sont des formes différentes d’une unité, dont on peut toujours rendre compte par la notion de paradigme, mais sous son acception morphologique d’ensemble des formes possibles d’une même unité 139, et c’est d’ailleurs en ce sens que nous l’entendons ici : selon nous, la théorie transformationnelle achève de donner à la phrase un statut d’unité en formalisant sa capacité à varier sans rien perdre de son "identité". Certes, son statut épistémologique va continuer d’évoluer, notamment avec la grammaire générative, mais elle a atteint ici un statut ontologique essentiel dans sa grammatisation. Pour autant, la transformation ne correspond pas uniquement au rapport in absentia d’une phrase rencontrée en contexte avec une ou plusieurs autres phrases déduites par application de règles : Z. Harris remarque au contraire que certaines transformations s’opèrent dans des suites phrastiques 140, ce qui permet de caractériser des classes distributionnelles autrement indéfinissables, tels les pronoms (Harris, 1957 : 283), mais aussi de formaliser entre autres les phénomènes d’ellipse, d’anaphore, de
139

Dans ces paradigmes phrastiques, schématiquement, la base correspond à la phrase élémentaire (kernel) et les flexions aux transformations potentiellement réalisables. Voir Harris (1957 : 335) : « The kernel is the set of elementary sentences and combiners, such that all sentences of the language are obtained from one or more kernel sentences. […] Transformations […] make possible an unbounded variety and length of sentences out of the stock of kernel sentences. » 140 « Each sentence in the language can be expressed in terms of sequential and non sequential transformations. Given any sentence, we can check it for all transformations ; we will then found the sentence to consist of a sequence of one or more underlying sentences – those which have been transformed onto the shapes that we see in our sentence – with various introductory or combining elements. » (Harris, 1957 : 334)
81

Chap. I — La Raison phrastique

corrélation ou de comparaison. Ainsi, dans une suite phrastique, Z. Harris appelle-t-il phrase primaire celle dont procède l’autre (ou les autres) par transformation(s). Cette extension au plan syntagmatique est essentielle dans la mesure où elle permet de rendre compte de phénomènes de dépendance transphrastique : parmi les premiers 141, Z. Harris établit une typologie des relations entre les phrases d’une séquence : il distingue ainsi les cas d’indépendance grammaticale, de dépendance unilatérale (d’une "phrase" non essentielle, comme une subordonnée circonstancielle ou une apposition 142), et de dépendance bilatérale (lorsqu’une phrase occupe une fonction syntaxique dans l’autre : sujet, objet…). Enfin, Z. Harris développe plus avant sa théorie des rapports transphrastiques en évoquant, parmi les phénomènes ayant fonction de combiners (connecteurs), les conjonctions, les marqueurs interrogatifs ou l’intonation. Comme on peut le voir, les théories de Z. Harris marquent un pas important dans l’épistémologie de la phrase. Il est l’un des premiers à souligner le fait que la linguistique s’était avant lui cantonnée dans les limites de la phrase et qu’il convenait de l’en faire sortir en se donnant les moyens de l’étudier comme constituant d’une structure plus vaste. Lorsqu’il parvient à se démarquer du descriptivisme (post-) bloomfieldien, Z. Harris ébauche une part importante des problématiques soulevées par les linguistiques textuelle et énonciative. Du programme ambitieux de son maître, néanmoins, N. Chomsky ne développera qu’une part réduite, laissant de côté, en particulier, la "stylistique formelle" du discours et les amorces d’une pragmatique ; il renonce ainsi à élaborer une approche co-textuelle et contextuelle de la phrase. Il n’en demeure pas moins que Z. Harris a conféré à la phrase un statut d’unité fonctionnelle dont on peut appréhender les rapports à la fois dans la chaîne discursive et dans le "possible" syntaxique.

141 142

En Europe, Bally s’était intéressé auparavant à ce problème, comme on le verra plus loin. L’apposition semble perçue par Harris comme la transformation d’une phrase complète, ce qui préfigure son interprétation en termes de prédication seconde. Par ailleurs, le linguiste s’intéresse également au fonctionnement de l’apposition en phrase, comme en témoigne son exemple de transformation réversible : N,X,V ↔ X, NV.
82

Chap. I — La Raison phrastique

2. La phrase en grammaire générative et transformationnelle
Il est inenvisageable, dans le cadre de cette étude, de rendre compte dans ses détails d’une théorie qui est développée depuis près de quarante ans sous (au moins) trois grandes configurations et par un nombre incalculable de contributeurs. Reste la possibilité de se limiter à chercher dans l’ensemble de la grammaire générative et transformationnelle (GGT) une position stable relativement au problème particulier que constitue l’épistémologie de la phrase. Il est d’ailleurs opportun de déterminer si la révolution qu’on dit avoir été déclenchée par la GGT dans les sciences du langage touche à la place du concept de phrase dans la théorie. La « révolution cognitive » N. Chomsky s’inscrit à ses débuts dans la continuité des théories de Z. Harris, adoptant à la fois le parti du formalisme et le concept de transformation. Pour cette raison, on peut affirmer d’ores et déjà que la phrase conserve chez N. Chomsky

certaines des attributions qu’elle avait chez Z. Harris. Entre autres et surtout, le fait qu’elle demeure identique à soi-même malgré l’application de transformations reste un élément invariant chez N. Chomsky et dans toutes les versions de la grammaire générative 143. Ce point essentiel maintient donc à la phrase un statut d’entité 144. Toutefois, N. Chomsky se démarque radicalement de Z. Harris d’un point de vue méthodologique en abandonnant la démarche empirico-inductive propre aux structuralismes européens et américains, qui reposait notamment sur l’utilisation de corpus d’énoncés 145.

143

Bien que la notion de transformation se dépouille au fil des versions de la GGT et soit aujourd’hui minimaliste, d’autres concepts rendent compte de cette même invariance de la phrase, comme celui d’histoire dérivationnelle (Ruwet, 1967 : 159) ou plus récemment ceux de trace et de déplacement. 144 D’entité et non d’unité, laquelle est dans l’usage saussurien une « entité délimitée ». En effet, Z. Harris se donne une structure cadre plus vaste que la phrase (le discours), ce que ne fait pas explicitement N. Chomsky. 145 « L’ensemble des phrases grammaticales d’une langue ne peut être assimilé à aucun corpus particulier d’énoncés. […] La grammaire d’une langue doit projeter le corpus fini et toujours plus ou moins accidentel des énoncés observés sur l’ensemble (présumé infini) des phrases grammaticales. À cet égard, une grammaire reflète le comportement du locuteur, qui, à partir d’une expérience finie et accidentelle de la langue, peut produire et comprendre un nombre infini de phrases nouvelles. » (Chomsky, 1957 : 17)
83

Chap. I — La Raison phrastique

De ce fait, la relation du savant au fait empirique se trouve modifiée ; celui-ci n’est plus étudié pour lui-même mais en tant que « source d’informations apte à nous renseigner sur les mécanismes internes de l’esprit » (Chomsky, in Pollock, 1997: XIV) et, en conséquence, il est considéré non plus comme la source de la théorie mais comme une expérience potentiellement réfutatoire de celle-ci
146

. N. Chomsky envisage donc la

grammaire non plus comme un ordre immanent au fait linguistique, mais comme « une théorie d’un état du cerveau, en l’occurrence d’un état de la faculté de langage du cerveau » (ibid.). Ce passage à une science formelle visant à modéliser la langue interne via une méthode hypothético-déductive est souvent décrit comme participant d’une révolution cognitive 147. En dépit d’un tel changement, la phrase, qui occupait une place centrale comme observable et horizon de la formalisation théorique chez L. Bloomfield puis, jusqu’aux années 1950, chez Z. Harris 148, conserve un rôle fondamental dans la
GGT

:
La notion de phrase est, en grammaire générative, tenue pour un terme primitif, non défini, de la théorie ; celle-ci se distingue ainsi d’autres théories qui partent, comme certaines théories traditionnelles, de la notion de mot. Nous admettrons, avec la plupart des structuralistes, que la notion de mot est fort complexe, difficile à définir, et qu’il ne faut pas la prendre pour un point de départ de la description linguistique (même si elle mérite d’être conservée). Quant à la phrase, nous pouvons, pour le moment, nous contenter de nous la représenter comme un suite d’éléments syntaxiques minimaux enchaînés (ou concaténés) ; ces éléments syntaxiques minimaux sont, approximativement, équivalents aux morphèmes des structuralistes (aux monèmes, dans la terminologie d’André Martinet). (Ruwet, 1967 : 366, n.10)

146 147

Bien que ces propos soient récents, c’est la position de N. Chomsky dès Structures syntaxiques. Chomsky se fait assez prudent sur cette appellation enthousiaste (in Pollock, 1997). On est tenté de lui donner raison : d’une part, lorsqu’est survenue la révolution cognitive du MIT, G. Guillaume travaillait depuis près de vingt ans à une théorie mentaliste que l’on ne trahirait pas en la disant « cognitiviste » (Sur ce point, voir Valette (2003, 2006)). En outre, le Gestaltswitch cognitif qui eût dû résulter de la révolution est aujourd’hui encore loin d’être accompli, entravé par les limitations techniques (accessibilité médiate de son objet nécessitant de recourir à l’imagerie fonctionnelle) ou humaines (trop peu d’échanges avec les neurosciences retardant la formation d’un modèle neuro-compatible (Fuchs, 2004)). 148 On a vu que ces auteurs recouraient également à la notion d’énoncé (utterance). Aucun d’eux n’en délimite strictement le champ d’application, mais utterance apparaissant avec une grande régularité dans des syntagmes comme actual corpus of –, on est fondé à penser qu’il désigne un observable tandis que la phrase relève déjà de l’abstrait, du théorisé. Cependant, chez ces auteurs entre autres, le fait que les observables soient presque exclusivement des phrases porte à confusion.
84

Chap. I — La Raison phrastique

L’apriorisme dont parle N. Ruwet mérite d’être explicité. Il est en effet difficile de déterminer d’après son propos si la phrase est entendue comme un élément "réel" de la langue interne décrite par la théorie, ou si elle n’est qu’un axiome d’une théorie purement abstraite. Autrement dit, la phrase est-elle sous sa forme #P# une abstraction construite par le linguiste (hypothèse faible) ou une forme a priori (supposée et non observable) de la compétence (hypothèse forte) ? La réponse à cette question est loin d’être anodine, dans la mesure où elle touche à l’ambition qu’aurait la un modèle : dans l’hypothèse faible, le fait que la phrase fût ou non un élément de la compétence ne serait pas considéré comme pertinent, puisque l’objectif de la théorie serait simplement de produire des phrases de la langue sans reproduire fidèlement le mécanisme qui les engendre. L’appareil de la
GGT GGT

de produire

relèverait alors

du simulateur ou modèle imaginaire 149, autrement dit d’un pur artefact. dans le second cas, le fait que la phrase fût une forme a priori de la compétence serait une hypothèse. Dès lors, l’ambition d’expliquer la construction des phrases de la langue se couplerait à celle de proposer une description hypothétique du mécanisme ou de la structure dont elles procèdent. On parlerait alors de modèle théorique. Comme on peut le constater, ce qui sépare ces deux possibilités n’est finalement qu’une différence de programme. Or les générativistes ont le projet de « caractériser le savoir linguistique des locuteurs adultes, leur langue interne » (Pollock, 1997 : 8) 150, ce qui les rapproche sans conteste de la seconde option et fait donc de la phrase l’entité primitive et le cadre linguistique dominant de la compétence.

149

Voir Achinstein (1968) pour la typologie des modèles. Voir Couffignal (1966) pour la notion de simulateur et enfin voir Valette (2003) pour son application en linguistique. 150 La GGT « veut être un modèle de la compétence du sujet parlant, […] elle représente une hypothèse sur la structure du mécanisme qu’un enfant a dû acquérir en apprenant sa langue maternelle. » (Ruwet, 1967 : 62)
85

Chap. I — La Raison phrastique

L’indépendance de la syntaxe et le problème des contextes Un tel choix va de pair avec une configuration nouvelle du savoir linguistique et de sa mise en œuvre : les mécanismes de formation des phrases, et en premier lieu les mécanismes syntaxiques, appartiennent à la compétence, tandis que la construction du discours et l’ancrage situationnel relèvent de la performance. Il apparaît ainsi qu’ayant la phrase pour terme primitif, pour terminus a quo, la compétence se trouve limitée dès le départ à un niveau d’analyse particulier et à un domaine. Sans contester la pertinence de ce modèle 151, on peut tenter de dégager ses conséquences dans notre perspective épistémologique. En premier lieu, la règle syntagmatique initiale P → SN+SV fait explicitement référence à la phrase (P) comme entité, mais elle stipule également un type de représentation syntaxique 152 (fondé sur la combinaison d’étiquettes catégorielles :
SN+SV).

On en infère sans difficulté que la phrase est posée comme entité syntaxique

primordiale. Or N. Chomsky se justifie séparément du choix du cadre et de celui du niveau, mais il ne légitime pas leur équipollence, du moins dans Chomsky (1957). En somme : le terme P est donné comme axiome, le choix de la réécriture s’appuie sur l’antécédence et l’indépendance du niveau syntaxique, mais la conjonction de ces deux propositions, c’est-à-dire le fait que #P# soit le cadre exclusif et maximal de la syntaxe, n’est pas justifiée. L’axiomatisation de la phrase, qui ne pose ici guère de difficulté, sera abordée avec la question du domaine. L’indépendance de la syntaxe, quant à elle, opère de plusieurs manières : relativement au sens, d’une part, en vertu du constat que les jugements de

151

D’autres l’on fait. Par exemple, dans sa Linguistique générale, B. Pottier conteste la modularité de la en jugeant « invraisemblable » que certaines écoles aient choisi de se consacrer presque exclusivement à la syntaxe. 152 La phrase est en premier lieu un domaine de relations syntaxiques, mais il est possible de la représenter dans son ensemble au niveau morphématique ou phonologique (Ruwet, 1967 : 136).
GGT

86

Chap. I — La Raison phrastique

grammaticalité et d’interprétabilité sont distincts (Chomsky, 1957 : 17) ; relativement aux niveaux structuraux inférieurs de la phonologie et de la morphologie, d’autre part :
Si, comme je pense que nous devons le faire, nous abandonnons l’idée que les niveaux supérieurs sont littéralement construits à partir d’éléments de niveaux inférieurs, alors il devient beaucoup plus naturel de considérer des systèmes de représentation, même aussi abstraits que la structure transformationnelle […] comme constituant un niveau linguistique. (Chomsky, 1967 : 67)

Ces affirmations de N. Chomsky entendent donc isoler au sein de la compétence des « systèmes de représentation » interdépendants :
Il est certain que les niveaux supérieurs de la description linguistiques dépendent des résultats obtenus aux niveaux inférieurs. Mais il est à croire que l’inverse est aussi vrai. Par exemple, […] il serait absurde, ou même désespéré, de formuler les principes de construction des phrases en termes de phonèmes ou de morphèmes ; mais seule l’élaboration de niveaux aussi élevés que la structure syntagmatique montre qu’il n’est pas nécessaire d’entreprendre cette tâche futile aux niveaux inférieurs. (ibid.)

N. Chomsky s’appuie d’ailleurs sur cette distinction en niveaux153 pour s’opposer au réductionnisme descriptif qui caractérise certaines procédures de découverte : celui-ci par exemple est à l’œuvre chez Saussure 154, pour qui toute structure, aussi vaste et complexe soit-elle, demeure descriptible en termes de relations entre unités minimales, c’est-à-dire au niveau morphématique. N. Chomsky quant à lui dénonce « l’analogie erronée entre l’ordre de développement de la théorie linguistique et l’ordre présumé des opérations dans la découverte de la structure grammaticale » (Chomsky, 1957 : 68). Cela revient à reconnaître à la phrase, par le biais de la syntaxe, des propriétés holistiques pouvant (et devant) être étudiées en priorité et indépendamment. Toutefois,

153

Les programmes successifs de la GGT ont vu varier considérablement l’organisation des niveaux. Le problème du sens, en particulier, a beaucoup divisé les générativistes : du statut de « composante interprétative » opérant sur la structure profonde en amont des transformations et non modifié par elles, la sémantique se décline, dans les dernières versions, en une forme logique dérivée de la structure de surface et intégrant les phénomènes de focalisation et de présupposition. Autre évolution notable, le lexique prend une place croissante dans la détermination des relations syntaxiques ; dans le programme minimaliste, chaque entrée lexicale spécifie à son entrée en phrase une configuration syntaxique, thématique et phono-morphologique (Pollock, 1997 : 47 sq.). 154 Du moins tel que pouvaient le connaître les générativistes avant la publication du Troisième cours et des Écrits.
87

Chap. I — La Raison phrastique

comme on l’a dit, l’équipollence d’un cadre et d’un niveau reste à démontrer : rien n’exclut a priori que la syntaxe dépasse les limites de la phrase et rien ne garantit qu’elle s’étende jusqu’à ces mêmes limites. En un certain sens, donc, la règle P → SN+SV pourrait relever d’une pétition de principe. Il semble en l’occurrence que N. Chomsky reprenne tacitement à son compte la remarque formulée par Harris en 1952 : c’est dans les limites de la phrase que les faits de syntaxe sont le plus souvent observables. En définitive, ce serait cette observation probabiliste qui fonderait l’adéquation du cadre phrastique au niveau syntaxique, mais N. Chomsky semble réticent à s’appuyer explicitement sur un argument de ce genre. Le fait de présupposer l’équipollence du cadre de la phrase et d’un type de représentation conduit, schématiquement, à la définition d’un domaine, i.e. d’un ensemble délimité d’entités entretenant des relations d’un genre donné (Milner, 1989 : 461). C’est en ces termes que l’on peut poser une partie du problème des contextes 155. Le contexte linguistique (co-texte) menace la domanialité de la phrase, dans l’ordre même de la linéarité linguistique, et le contexte situationnel (contexte) est à même de contredire l’indépendance et l’antécédence du niveau syntaxique. Pourtant, la
GGT

n’en

fait pas état frontalement, ce qui apparaît d’autant plus surprenant que les travaux de Harris en analyse du discours avaient ouvert la voie à de telles considérations. Avec ce dernier, on peut légitimement se demander si la compétence linguistique ne recèle pas des règles de bonne formation discursive "coiffant" celles qui régissent la production des phrases 156, auquel cas le domaine axiomatique de départ devrait logiquement être le discours (ou le texte) et non la phrase. Mais pour la GGT, la question des contextes « ne devrait pas demander de justification supplémentaire » :

155

Cela s’applique, comme on le verra, non seulement à la GGT mais aussi dans le cadre d’une épistémologie plus large des sciences du langage 156 C’est précisément ce que proposeront les tenants de la grammaire de texte, tel Van Dijk (Charolles , Combettes, 1999 : 84). Voir également C. Kerbrat, Orecchioni, qui évoque ainsi une compétence logique et une compétence rhétorico-pragmatique (Kerbrat-Orecchioni, 1986).
88

Chap. I — La Raison phrastique

L’étude du contexte, en effet, fait partie de celle de la performance, ou, plutôt, le contexte est un des nombreux facteurs qui interviennent dans la performance : pour chaque acte de parole, le contexte et la situation varient. (Ruwet, 1967 : 19) 157

Les générativistes assoient leur position en démontrant qu’une phrase peut être considérée comme « bien formée » par un locuteur sans connaissance du co-texte de celle-ci, et plus encore de son contexte (Ibid. : 20). Ainsi, tandis que certains linguistes contemporains de Structures syntaxiques font état de la détermination absolue du local par le global, N. Ruwet assigne au contexte un « rôle dérivé » et affirme que les données contextuelles « viennent s’ajouter à [celles] qui sont déterminé[e]s par la compétence intrinsèque des sujets, et ne peuvent se comprendre que par rapport à [celles-ci]. » Un dernier argument, externe en quelque sorte, exclut de faire précéder l’étude de la grammaire des phrases par celle du contexte 158 : c’est l’argument du coût potentiel d’une théorie permettant d’appréhender les déterminations contextuelles 159, en d’autres termes la "faisabilité" d’une théorie des contextes. L’exigence première d’une telle théorie est, selon Langendoen (cit. Ruwet, 1967 : 22) de fixer une typologie des contextes, ce qui requiert que l’on soit « capable d’identifier deux instances de contexte comme étant des répétitions partielles l’une de l’autre », notamment par la détermination de leurs traits pertinents. Or le nombre et la complexité des données à traiter ainsi que la difficulté de constituer des paires minimales impliquent, comme l’affirme R. Martin, qu’il est « impossible de créer une typologie des situations » (Martin, 1976 : 13) ; d’où le choix prudent des générativistes :

157

D’une certaine manière, la linguistique textuelle pourrait affirmer aujourd’hui que Chomsky a réitéré entre phrase et discours le partage « bizarre » (Ruwet, 1967 : 51) qu’il reprochait à Saussure d’avoir fait entre mot et phrase. 158 N. Ruwet montre que la somme des études descriptives sur la phrase est bien plus importante (au milieu des années 1960) que les connaissances éparses d’analyse du discours, et que celles-ci sont d’ailleurs appuyées sur la grammaire de phrase ; il y voit l’une des raisons suffisantes pour se limiter, dans un premier temps, « à l’information contenue dans le cadre de la phrase. » On ne manquera pas de s’étonner que cet argument semble une exacte transposition d’une conception contre laquelle Chomsky s’était élevé dans son ouvrage fondateur, conception qui préconisait d’ajourner l’étude de la syntaxe pour proposer une théorie des niveaux structuraux inférieurs. 159 La nature de ces déterminations reste alors à définir : « Absolument rien de significatif n’est connu du rôle de l’information extra-linguistique dans l’interprétation des phrases, si ce n’est qu’elle existe, et qu’elle est un facteur important de la performance. » (N. Chomsky, cit. Ruwet, 1967 : 21)
89

Chap. I — La Raison phrastique

Il est […] raisonnable de prendre pour point de départ, conformément d’ailleurs à la pratique des linguistes depuis longtemps, l’information contenue dans le cadre de la phrase. (Ruwet, 1967 : 22)

On peut donc difficilement contredire l’idée commune que la grammaire générative est, à cette époque du moins, une linguistique de la phrase. Il est d’ailleurs assez éloquent que N. Chomsky n’ait pas retenu les remarques épistémologiques de Z. Harris dans « L’analyse du discours » mais qu’il ait consacré ses efforts à en formaliser le modèle antérieur « Du morphème à l’énoncé » (Ruwet, 1967 : 164). Quoique les programmes successifs aient peu à peu alimenté la puissance descriptive du modèle, la
GGT

a

toujours retenu pour postulat initial la primauté de la syntaxe et du domaine qu’elle définit (ou qui la définit), la phrase (Fuchs & Le Goffic, 1992 : 89). Par rapport au descriptivisme traditionnel, et à celui de Bloomfield notamment, on peut ainsi dire de la
GGT,

en termes assez schématiques, qu’elle a fait passer la phrase du statut d’observable

prédéfini à celui de terme primitif, dans le même temps qu’elle délaissait un paradigme de type inductif pour un paradigme hypothético-déductif. Si elle n’a en ce sens guère changé les fondements de la Raison phrastique 160, en tout cas moins que ne l’avait fait Z. Harris, la grammaire générative a tout de même apporté une contribution majeure à l’étude de la phrase en définissant les computations syntaxiques permettant sa conceptualisation comme domaine et comme entité. Mais sa limitation au cadre phrastique est structurelle : elle est liée au partage compétenceperformance 161 et plus encore à l’axiomatisation de la phrase dans la grammaire universelle.
160

Le succès de la GGT a même contribué à les consolider. Selon Newmeyer (1993), l’explosion de la syntaxe qui a suivi la publication d’Aspects serait due au modèle attractif que proposait alors N. Chomsky : « Aspects made doing syntax fun, and more linguists wanted to be on the fun. » 161 Fort logiquement, les linguistes générativistes ont été conduits à prendre en compte des phénomènes qui étaient autrefois relégués dans la performance et à enrichir la compétence de modules (ou devices) destinés à les traiter. Les étapes de ce processus sont détaillées dans Newmeyer (1993 : 491) : « a) Phenomenon P has in the past been considered to be simply "pragmatic", that is part of performance and hence not requiring treatment within formal grammar. b) But P reflected both in morpheme distribution and in the "grammaticality" judgments that speakers are able to provide. c) If anything is the task of the grammarian, it is the explanation of native speaker judgments and the distribution of morpheme in a language. Therefore P must be handled in the grammar. d) But the grammatical devices now available are insufficient for this task. Therefore, new devices of greater power must be added. » Mais là encore, cet enrichissement ne remet pas en compte le statut de la phrase.
90

Chap. I — La Raison phrastique

CONCLUSION
Il n’est guère envisageable d’étudier davantage de théories dans leur détail sans en faire l’unique objet de ce travail ; un choix similaire de condensation a d’ailleurs guidé l’étude qui va suivre sur les premiers chancellements de ce bel équilibre. Cependant notre parcours n’en a pas moins permis, espérons-nous, de faire le jour sur la progression et les lignes d’organisation de la Raison phrastique. La proposition centrale de la Raison phrastique a subi certains changements au fil du temps, mais elle conserve pour pierre angulaire la notion de phrase qui, au cours de sa grammatisation, passe du statut de simple cadre à celui de domaine et d’unité.

1. Statut épistémologique de la phrase
La grammatisation de la phrase marque un certain nombre d’étapes ; dans le même temps son statut épistémologique et sa place au sein des théories changent également. Chez Saussure, le clivage langue-parole permet au départ un travail en milieu fermé 162, restreint à la langue. Du fait que celle-ci est considérée comme un inventaire statique d’unités concrètes et de puissances d’unités, c’est à la parole que revient la réelle fonction combinatoire, qui s’exécute dans le cadre de la phrase. Il semble difficile de parler de domaine chez Saussure, dans la mesure où la phrase n’est pas conceptualisée comme unité intégrant des positions, mais simplement comme syntagme maximal. Ses bornes constituent bien des barrières structurales, mais ce sont aussi, en un sens, des barrières d’entendement puisqu’elles délimitent l’intérieur de la phrase sans possibilité d’en appréhender l’extérieur, que ce soit dans un cadre syntagmatique plus vaste ou dans celui d’une liste de formes possibles (un paradigme au sens morphologique) ; en outre, la récursivité n’est pas implémentée au niveau de la phrase

162

« Ensemble des objets (au sens le plus large du mot) au milieu desquels se produit un phénomène ou au milieu desquels vit un être » (Lalande (1926 [2002]). Le milieu ne correspond pas à un espace (délimité ou non). Dans la perspective d’une observation, d’une expérimentation ou de la formulation d’une théorie, le scientifique peut choisir d’isoler artificiellement un objet ou un phénomène d’autres faits qu’il juge non pertinents. On parle alors de milieu fermé. En linguistique, il semble que l’approche en niveaux dissociés relève du travail en milieu fermé. Voir Lambrecht (1994 : 9).
91

Chap. I — La Raison phrastique

dans la théorie saussurienne puisque rien n’assure son passage du statut de terminus intégrant à celui d’unité intégrée. Dans la linguistique de Tesnière, on a vu que la phrase constituait non seulement le cadre de la syntaxe (dynamique), mais aussi qu’elle admettait certaines déterminations d’un domaine : la phrase, dont la récursivité est traduite par la notion de translation, est consubstantielle des connexions qu’elle met en œuvre (elle n’existe qu’à travers elles) et elle constitue bien un îlot de dépendance dans le sens où ses termes ne peuvent entretenir de relation syntaxique avec un terme extérieur. Il est même possible de faire état chez Tesnière d’une conception étendue de la domanialité puisque le nœud des nœuds agit comme un terme domanial et que, dans la phusis de la phrase à laquelle s’apparente la syntaxe structurale, il est à proprement parler un centre gravitationnel. Cependant, le domaine reste une notion syntaxique, et l’erreur la plus fréquente consiste à l’associer a priori à la praxis linguistique. Et de fait, en voulant rattacher l’accomplissement d’un acte de langage à la complétude ou à la bonne formation syntaxiques, Tesnière s’engage dans cette voie et passe insensiblement d’un milieu fermé à un milieu ouvert, c’est-à-dire qu’il quitte l’abstraction syntaxique pour l’immersion dans les déterminations contextuelles 163. La GGT parviendra justement à éviter cette erreur en déclarant d’emblée n’aborder que la compétence linguistique. Ce faisant, elle entend travailler en milieu fermé, comme l’affirment les linguistes générativistes, qui écartent délibérément les données des contextes. Reste que la phrase est conçue comme un domaine syntaxique que la théorie se donne comme terme primitif et qu’elle ressortit à une unité en vertu du fait que : l’appareil transformationnel peut opérer sur la structure d’ensemble et non plus seulement sur des constituants, et que lesdites transformations laissent intacte l’identité de la phrase (sa structure profonde) et en conservent l’histoire dérivationnelle.

163

La création des phrasillons, on l’a dit, illustre assez bien cette tentative d’intégrer la composante pragmatique à la syntaxe.
92

Chap. I — La Raison phrastique

Par rapport aux travaux de Z. Harris en analyse du discours, la GGT apparaît en quelque sorte comme une rétractation sur la question des contextes. En effet, là où le maître de N. Chomsky envisageait d’analyser le discours comme un tout, les premières versions de la
GGT

sont réticentes à aborder la séquence discursive et se contentent de dégager

quelques rapports transphrastiques pourvu qu’ils soient appréhendables comme transformations 164. Dans le cadre du paradigme de la Raison phrastique, on constate finalement, à travers une maturation des concepts et méthodes linguistiques, que la notion de phrase se grammatise progressivement en tant qu’unité et domaine et qu’elle cesse d’être simplement considérée comme un cadre, comme un espace délimité. Dans le même temps, il semble de plus en plus évident que « phrase » et « syntaxe » s’entrelacent. Avant même le plein essor de la
GGT,

cette situation ouvre la voie à une crise (au sens

de T. Kuhn, c’est-à-dire une crise épistémologique) dans laquelle se trouvent contestées à la fois l’exclusivité de la domanialité phrastique et la prédominance de la syntaxe, notamment lors de la querelle avec G. Lakoff sur la place de la sémantique.

2. Un paradigme hétérogène
Comme on l’a dit, cependant, le paradigme que constitue la Raison phrastique est loin d’être monolithique, et cela en partie parce que la notion de syntaxe n’est pas un concept univoque. C. Muller (Muller, 2002a) propose à ce sujet de distinguer d’une part la syntaxe implicite du locuteur de celle, explicite, du linguiste, et d’autre part, la syntaxe analytique (i.e. descriptive) de la syntaxe générative. Cette typologie semble devoir être complétée. Ainsi, pour privilégier d’abord le point de vue du linguiste, on gagnerait à séparer la formalisation théorique finale de la procédure de découverte des unités (morpho-) syntaxiques. Chez Tesnière, celle-ci est fondée sur l’introspection, tandis que le descriptivisme issu de Bloomfield s’appuie dans cette tâche sur l’ACI. Le problème du

164

Une bonne part de la théorie du liage se limite à considérer l’anaphore dans le domaine phrastique et dans les sous-domaines qu’y constituent les subordonnées. On ne saurait dire s’il s’agit d’une simple coïncidence ou d’une volonté de manœuvrer dans des structures d’ampleur restreinte en supposant la théorie extensible aux macro-structures.
93

Chap. I — La Raison phrastique

point de départ de cette procédure a beaucoup occupé la réflexion des linguistes (notamment générativistes) : on a de la sorte opposé les démarches top-down, opérant par analyse de la phrase aux morphèmes, aux démarches bottom-up, opérant par synthèse des morphèmes à la phrase (Ruwet, 1967 : 168). Un tel raffinement ne présente selon qu’un intérêt relatif puisque l’on omet de préciser que, dans tous les cas, les données de départ sont des phrases construites ou tirées de corpus. En fait, quel que soit le sens adopté, on demeure confronté à une syntaxe de type descriptif 165. Pour beaucoup d’auteurs, comme le souligne N. Ruwet, le travail du linguiste se limite à cette syntaxe analytique, c’est-à-dire à élaborer une procédure de découverte débouchant au final sur un découpage statique de la phrase ; or, pour N. Chomsky, il est plus important de proposer une caractérisation formelle de la grammaire interne, ce qui l’amène à concevoir une syntaxe générative calquant non pas l’engendrement effectif de la phrase (ce qui relève de la performance) mais l’agencement des règles abstraites qui le permettent 166. Ce faisant, on passe alors dans la formalisation théorique de la grammaire, où d’autres points de divergence sont décelables au sein du paradigme qui nous occupe : étant admis que la phrase est la pierre angulaire de la Raison phrastique, on peut, avec G. Graffi, distinguer les auteurs qui privilégient ses propriétés globales et ceux qui s’attachent en priorité à la définir grammaticalement. Pour les premiers, qui adoptent une position holiste, la phrase est avant tout une unité de communication ; pour les seconds, réductionnistes, elle est une connexion de représentations partielles. On a vu à plusieurs reprises la difficulté (l’impossibilité) qu’il y avait à faire correspondre ces deux aspects, la complétude syntaxique n’étant nullement un gage d’acceptabilité dans

165

Par exemple, bien que l’analyse structurale de Tesnière ambitionne de suivre la syntaxe implicite, elle ne permet pas d’engendrer seulement des phrases bien formées – des unités de discours acceptables. Elle apparaît plutôt comme une syntaxe du descripteur, capable d’analyser des objets sélectionnés et pré-catégorisés en tant que phrases. En un mot, elle n’a pas de capacité prédictive. 166 Cela contredit en partie les remarques de Percival (1990 : 39), pour qui la grammaire traditionnelle adopte le point de vue synthétique du locuteur, contrairement à la linguistique. Pour N. Ruwet, la GGT montre une certaine « neutralité […] vis-à-vis de du point de vue du locuteur et de celui de l’auditeur ». Pour éviter toute confusion terminologique, nous limitons l’utilisation des termes « analytique » et « synthétique » à la caractérisation des procédures de découverte.
94

Chap. I — La Raison phrastique

un échange verbal 167. Ainsi, la possibilité de reconnaître à la phrase des propriétés non dérivées de celles de ses composants demeure en principe inaccessible à une approche réductionniste. Enfin, on peut revenir sur un clivage déjà évoqué plus haut, qui oppose les syntaxes de constituance, ou grammaires syntagmatiques (phrase-structure grammars,
PSG),

aux syntaxes de dépendance (DG). Bien que leur apparition en linguistique soit
DG

assez tardive, avec Tesnière notamment, les aux grammaires scolaires ; quant aux
PSG,

ont longtemps servi de soubassement

on sait qu’elles dérivent des travaux de

Bloomfield. Ces considérations n’auraient aucun intérêt si ces deux modèles étaient de simples variantes notationnelles, or ce n’est précisément pas le cas, comme l’ont montré les études que Bar-Hillel, Hays, Gaifman (Hays, 1964), ou plus récemment Fillmore ont conduites dans le cadre de procédures d’évaluation :
Dependency trees are capable of displaying the dependents of a lexical head, but they are not directly capable of representing constituent structure. Constituent-structures trees are capable of representing word- and phrase-grouping relationships, but, without some auxiliary device, they are inherently incapable of representing dependency relations. (Fillmore, 1995 : 94)

Bien que cette première différence mérite d’être nuancée (la dépendance n’est pas totalement absente des théories de L. Bloomfield, elle est implicitée par la distinction des constructions endocentriques et exocentriques), les savants s’accordent à suivre les analyses de Bar-Hillel, pour qui autres 168.
DG

et

PSG

sont faiblement équivalentes les unes aux

167

O. Jespersen, qui a pris note du fossé infranchissable entre ces deux niveaux, les distingue en proposant, à côté de la phrase "communicationnelle", la notion de nexus prédicatif. 168 La capacité générative faible d’une grammaire correspond à l’ensemble des phrases qu’une grammaire peut engendrer. Deux grammaires sont faiblement équivalentes si elles peuvent engendrer les mêmes phrases. La capacité générative forte correspond quant à elle à l’ensemble des systèmes de descriptions structurales de phrases pouvant être générés par une grammaire. Deux grammaires sont fortement équivalentes si elles peuvent engendrer les mêmes descriptions, c'est-à-dire les mêmes analyses.
95

Chap. I — La Raison phrastique

Thus a dependency grammar […] might treat verbs as governors of their subjects and objects, whereas an IC grammar might treat verb and object as partners in a constituent […]. Since the two theories emphasize different aspects of linguistic patterning, it is reasonable to adopt a definition of structural correspondance that allows several dependency structures to correspond to an IC structure and vice-versa.

Comme l’affirme D. Hays, ces deux modèles étant finalement complémentaires mais en un certain sens incommensurables, seule leur économie permettrait de les départager. L’importance d’un tel arbitrage n’est toutefois pas évidente pour ce qui nous occupe ici

Que l’on se place dans l’un ou l’autre type de grammaire, on demeure en l’espèce dans l’immanence de la phrase. Cette variété et cette concurrence des approches participent probablement de son évolution. Ce premier chapitre nous a permis de la suivre, de Saussure à Chomsky, en nous focalisant sur la progression de la grammatisation de la phrase. Au fur et à mesure que les outils d’analyse se développent, en particulier la notion de syntaxe, la phrase évolue jusqu’à devenir une véritable entité théorique, susceptible de transformations. Parallèlement, elle occupe une part grandissante dans les préoccupations des linguistes et devient la pierre d’angle d’un paradigme qui parvient au faîte de sa puissance avec le générativisme. Comme nous allons le voir, toutefois, les premières contestations n’attendent pas ce moment pour se faire entendre.

96

Chap. II — Extension situationnelle

CHAPITRE II CRISE ET RÉVOLUTION

Les mots de la nomenclature grammaticale ne seront jamais meilleurs que lorsque, par eux-mêmes, étymologiquement, ils ne signifieront plus rien et ne seront que les signes, arbitrairement choisis, renvoyant à des réalités perçues et délimitées avec justesse. (Guillaume, 1973b : 107)

Le paradigme de la Raison phrastique constitue en linguistique, pendant près d’un siècle, ce que T. Kuhn appelle un stade de « science normale », pendant lequel les savants travaillent à résoudre des problèmes dans un cadre théorique doté de ses propres normes. La communauté scientifique partage alors un bagage de connaissances et de propositions généralement admises, et elle en rejette certaines autres. Cela implique bien sûr une inévitable normatisation. De fait, la recherche privilégie alors, consciemment ou non, les faits que les outils du paradigme lui permettent d’appréhender plus aisément et laisse de côté les autres 1. Pourtant, il arrive un moment où la marche de la science normale rencontre une anomalie, c’est-à-dire un fait naturel qui, « d’une manière ou d’une autre, contredit les résultats attendus dans le cadre du paradigme qui gouverne la science normale. » Des théories nouvelles voient alors le
1

« La science normale ne se propose pas de découvrir des nouveautés, ni en matière de théorie, ni en ce qui concerne les faits, et, quand elle réussit dans sa recherche, elle n’en découvre pas. » (Kuhn, 1970 : 82)
97

Chap. II — Extension situationnelle

jour pour tenter d’intégrer vaille que vaille ces faits à la science normale ; elles marquent le début d’une crise scientifique qui peut : se résorber si les théories résolvent l’énigme posée par les faits, s’achever avec l’avènement d’un nouveau paradigme (révolution scientifique), conduire à un statu quo, le paradigme étant conservé, bon gré, mal gré, en dépit de son incapacité à traiter l’anomalie. Bien qu’il faille nuancer ce schéma épistémologique (Kuhn lui-même l’a fait), on peut considérer que la linguistique est actuellement confrontée au dernier scénario : des théories ont vu le jour en marge et au sein de la matrice disciplinaire qu’est la Raison phrastique, elles ont révélé un faisceau de discordances majeures, qui n’empêchent pas au paradigme déficient de se maintenir faute d’un remplaçant satisfaisant. Bien qu’il soit difficile de voir avec netteté comment les critiques du paradigme dominant ont vu le jour, on peut, avec C. Kerbrat-Orecchioni (1999), mettre au jour les « anomalies » de la science normale qui seraient les sources de possibles remises en question : tout d’abord la raison phrastique repose sur une linguistique du code, qui prend la phrase pour unité supérieure d’analyse ; les mécanismes de production du sens et l’interaction verbale sont idéalisés, enfin la linguistique opère en milieu fermé, « évacuant radicalement l’extralinguistique. » On peut aussi, comme nous le souhaitons ici, proposer une typologie « alternative » plus simple, qui ramène à deux catégories la diversité des anomalies relevées par les contestateurs de la science normale. Chacune d’entre elles correspond à un type de réaction face au statut de la phrase dans la matrice disciplinaire : la première se fonde sur une contestation de la décontextualisation qui replie l’investigation linguistique dans un milieu fermé ; s’y rattachent les disciplines nombreuses et diverses que l’on nomme d’ordinaire linguistiques de l’énonciation, qui sont exo-textuelles (voir ci-dessous). la seconde voie s’attache davantage à étendre les principes fondant la raison phrastique qu’à les critiquer, ainsi des linguistiques/grammaires textuelles, qui postulent une domanialité textuelle/discursive, endo-textuelle (voir ci-dessous).

98

Chap. II — Extension situationnelle

Cette dualité a toutes les apparences d’un schisme, comme en témoigne la difficulté qu’a la linguistique actuelle à sortir du chaos terminologique 2 où se rejoignent et se mêlent et s’affrontent les notions de texte, discours, phrase, énoncé, etc. Il semble bien que la réaction de plus en plus marquée à l’hégémonie de la Raison phrastique ait occasionné une certaine dispersion (terminologique) des sciences du langage. Les occasions d’évoquer ces problèmes ne manqueront pas dans les pages qui suivent, mais nous souhaitons faire ici une rapide mise au point en précisant que nous adoptons, quant aux notions de texte et de discours, la même disposition métalinguistique qu’O. Ducrot et J.-M. Adam, c’est-à-dire que le texte est le discours abstrait de son contexte, i.e. un artefact identique à ce qu’est la phrase pour l’énoncé. De la sorte, c’est en s’appuyant sur leur rapport au texte, conçu ici comme simple suite finie de phrases obéissant à des règles de bonne formation de son ordre, que l’on a opposé les deux remises en question du paradigme phrastique : pour l’une, c’est la segmentation de la linéarité en phrases qui est conçue comme source d’inconsistance 3, en réponse à quoi l’on prône l’extension du modèle théorique à la dimension du texte pour avoir une juste vue du caractère compositionnel de la langue. Le texte devient, à la place de la phrase, la nouvelle unité intégrante maximale. On fera référence à cette tendance sous le nom d’extension endo-textuelle. à côté de ce type de conceptions, l’autre critique du paradigme phrastique s’ingénie à montrer que la description n’est pas faussée d’un point de vue quantitatif mais qualitatif : en effet, ce n’est pas la dimension de l’unité observée, phrase ou texte, qui importe mais la nature de l’observation ellemême, en contexte ou hors contexte. On en vient à envisager de quitter le cadre objectivé de la linéarité textuelle pour considérer que les unités linguistiques ont pour la science deux existences distinctes et successives : l’une enclose dans la linéarité (milieu fermé) et l’autre immergée dans le « divers pur » de sa situation

2

Pour des vues complètes sur le sujet, voir le numéro de Langue française dirigé par S. Karabétian (et en particulier Charolles & Combettes, 1999). 3 Nous verrons plus loin le problème posé par le mode de réalisation (orale/écrite) du message.
99

Chap. II — Extension situationnelle

de profération (milieu ouvert ou contrôlé). On parlera dans ce cas d’extension exo-textuelle 4 ou situationnelle. Bien sûr, cette typologie isole par commodité deux courants qui tendent aujourd’hui à fusionner. Si les remises en question exo- et endo-textuelles ont certes constitué à un moment donné des micro-paradigmes localisables dans l’espace et le temps 5, on s’achemine aujourd’hui vers une théorie générale des contextes, aux côtés de nouvelles approches centrées sur la cognition ou sur les spécificités du mode de production. On peut figurer ces deux changements épistémologiques comme suit :

Figure 1 : phrase, énoncé, texte, discours

La crise de la Raison phrastique semble émaner de la prise en compte de deux propriétés du langage finalement assez triviales : composé de signes, celui-ci n’existe que pour renvoyer à autre chose, qui n’est pas lui, ce qu’il fait par le biais de combinaisons de représentations (celles du locuteur mais aussi celles des participants de l’échange). Ainsi, la phrase relève d’une double abstraction. Elle est abstraite du texte, qui est, lui aussi, un artefact produit par la disjonction des signes et des circonstances de leur profération (objets et buts de la communication).

4

5

C. Kerbrat-Orecchioni dessine une organisation similaire lorsqu’elle propose de traiter la polysémie du mot « énoncé » selon « l’axe d’opposition langue/parole, et l’axe du "rang" (dimension d’unité envisagée). » (Kerbrat-Orecchioni, 1999 : 33) Pour Charolles & Combettes (1999), entre autres, l’énonciation est à l’origine une préoccupation française, tandis que la grammaire textuelle serait apparue d’abord dans le domaine germanoscandinave.
100

Chap. II — Extension situationnelle

I. EXTENSION EXO-TEXTUELLE (OU SITUATIONNELLE)
Les remises en question exo-textuelles sont les premières à se manifester et elles contestent, comme on l’a dit, le parti pris de l’observation et de la théorisation en milieu fermé : la description de la langue étant le projet initial de la linguistique saussurienne, tout intérêt pour la parole, en tant que mise en fonctionnement de la langue en un temps et lieu précis, est par définition exclu. Le paradigme phrastique, héritier (et relais) des cadres théoriques du structuralisme, poursuit sur cette lancée et, quand même il aborde la phrase, unité de parole, c’est pour tenter d’en objectiver les principes de construction ou d’en élaborer une typification, autrement dit en « repli[ant] le langage sur l’arbitraire de ses unités et de ses règles » (D. Maingueneau, cit. Karabétian, 1999 : 4). Quelques années à peine après la publication du CLG, certains linguistes s’écartent donc de l’artefact que constitue la langue et ambitionnent de construire une linguistique qui cesse de négliger les circonstances de production de la parole. C’est le cas de Bally qui, avant même que soient dévoilées certaines anomalies de la Raison phrastique, se dégage partiellement du paradigme structuraliste et produit de son côté une première linguistique « énonciative ». Pourtant, c’est à Benveniste que l’on attribue à la fois la problématisation de la maximalité structurale de la phrase ainsi que l’élaboration des concepts rattachant les constructions linguistiques à leur contexte de production. Si Benveniste se voit ainsi attribuer un tel titre de paternité, peut-être est-ce que Bally ne pouvait y prétendre, faute d’avoir développé une approche suffisamment critique du paradigme dominant. Ainsi, à bien des égards, Benveniste assure la transition du cadre structuraliste vers l’approche exo-textuelle ; dans sa continuité s’inscrivent des savants comme O. Ducrot ou A. Culioli, qui systématisent cette approche, en nourrissent la réflexion épistémologique et finissent par rejeter totalement les principes de la Raison phrastique. De ces auteurs, nous étudierons brièvement l’articulation des théories, les

101

Chap. II — Extension situationnelle

divergences et les points communs, sans entrer dans des détails que l’existence de nombreuses très bonnes synthèses 6 rendrait futiles. Parallèlement à ces théories énonciatives dites « restreintes » 7, qui s’attachent à déceler les traces du hors-texte dans le texte (énonciateur, situation…), on voit se développer une approche étendue de l’énonciation regroupant des auteurs d’origines et d’ambitions très diverses, pour lesquels le discours, i.e. le texte en prise avec la situation, constitue l’objet primordial de l’observation et de la théorie. Dans cette perspective, la solidarité du texte et des circonstances de sa profération doit être envisagée comme un axiome. La pragmatique et l’analyse du discours, dans leurs multiples variétés, relèvent selon nous d’une approche de ce type.

A. ÉMERGENCE DE LA PROBLÉMATIQUE ÉNONCIATIVE : C. BALLY
C. Bally est souvent présenté comme un précurseur ignoré (Paveau & Sarfati, 2003) de la pragmatique et des linguistiques énonciatives ; ce qui nous intéresse davantage est que son propos offre une attaque intéressante du problème de la phrase, puisqu’il s’en réapproprie le concept sans le contester et qu’il en perçoit certaines limites mais ne distingue pas radicalement les niveaux syntaxique et énonciatif. Quoiqu’il se réclame volontiers du saussurianisme, la majeure partie des écrits de Bally est antérieure à la publication du Cours de linguistique générale – publication qu’il a assurée, d’ailleurs, sans avoir assisté aux conférences du maître. On ne fera référence dans ce qui suit qu’à l’édition de 1944 de Linguistique générale et linguistique française, qui offre une ultime vision d’ensemble de sa théorie.

6 7

Voir Cervoni (1992), Kerbrat, Orecchioni (1999), Sarfati (2001, 2002). On doit à Kerbrat-Orecchioni (1999) les concepts d’énonciation « restreinte » vs « étendue ». Il nous a semblé utile de modifier cette opposition en en accusant les traits : C. Kerbrat-Orecchioni voit en effet dans la conception restreinte de l’énonciation une approche axée sur les traces du seul locuteurscripteur, tandis que la version extensive s’intéresse aux rapports de l’énoncé avec l’ensemble du cadre énonciatif (situation et protagonistes).
102

Chap. II — Extension situationnelle

1. Énonciation
Ce qui fut longtemps nommé "stylistique" par Bally reçoit dans son dernier ouvrage une appellation nouvelle et moins ambiguë, qui est celle d’énonciation. Le linguiste traduit ainsi son intérêt particulier pour les faits d’oral, et notamment d’oral spontané, mais il souligne surtout qu’il adopte pour objet l’usage de la langue par le sujet parlant, ce qui l’écarte notablement de la perspective saussurienne. D’une certaine manière, la théorie de Bally, quoiqu’il s’en défende, recourt souvent à des lectures psychologisantes des productions verbales (Durrer, 1998 : 112), penchant coupable en ces temps de plein structuralisme, mais qui pouvait se justifier dans la mesure où c’était la seule manière pour l’auteur de désigner un invariant dans l’appréhension de la communication effective : Bally ne pouvait ignorer que le contexte n’était pas formalisable, ni que le code linguistique était insuffisant pour définir l’unité de parole (qui ne s’observe qu’en milieu non fermé). Conditionnée à la fois par la subjectivité du sujet parlant, par le code et même par la dédication du message à un allocutaire (Bally, 1944 : 35), celle-ci n’est pas réductible à un mécanisme compositionnel, à une combinaison d’unités de langue. Ainsi, le seul ancrage fixe de la communication reste son intentionnalité, et c’est ce à quoi Bally va lier les principes de son approche énonciative. D’un point de vue terminologique, Bally reste fidèle à la lettre saussurienne puisqu’il maintient la phrase comme unité de parole, mais il entre en rupture avec l’esprit car la phrase ne désigne en réalité plus la même chose :
La phrase est la forme la plus simple possible de la communication d’une pensée. Penser, c’est réagir à une représentation en la constatant, en l’appréciant ou en la désirant. […] La pensée ne se ramène donc pas à la représentation pure et simple, en l’absence de toute participation active d’un sujet pensant. (Bally, 1944 : 35)

Cette position associe, dans la phrase explicite, une représentation à « l’opération active du sujet parlant » qui constitue la modalité, « l’âme de la phrase », « sans laquelle il n’y a pas de phrase 8 ». On ne s’étendra pas sur la distinction du dictum et du modus, qui

8

« On ne peut donc pas attribuer la valeur de phrase à une énonciation tant qu’on n’y a pas découvert l’expression, quelle qu’elle soit, de la modalité. » (Bally 1944 : 36)
103

Chap. II — Extension situationnelle

sont passés à la postérité, mais on notera que la primauté est accordée au second, c’està-dire à l’activité du sujet parlant qui exerce son entendement, ses sentiments ou sa volonté 9 ; celle-ci a d’ailleurs un statut particulier pour Bally puisqu’elle s’articule à l’action, qui s’inscrit partiellement dans le langage.

2. Limites de la phrase
Confirmant cette orientation pragmatique avant la lettre, la mécanique des équivalences fonctionnelles qui fait commuter des « pièces du système grammatical […] au nom de leur fonction commune » ne sépare pas nettement l’acte linguistique de l’action physique, comme en atteste la liste d’exemples illustrant cette mécanique (dont nous ne citons que quelques étapes) :
1. Je veux (j’exige) que vous sortiez. […] 5. Sortez ! […] 7. Ouste ! 8. Geste indiquant la porte et jeu de physionomie marquant une volonté irritée. 9. Expulsion pure et simple du perturbateur. (Bally, 1944 : 40-41)

Ce que partagent ces énoncés et qui légitime leur commutation est une forme de visée perlocutoire commune – la sortie du fâcheux – mais on passe progressivement de phrases grammaticalement complètes à des manifestations qui n’ont plus rien de linguistique, ni même de langagier. Cette liste, qui a tout l’air d’une sorte de paradigme pragmatique, soulève immanquablement la question des limites inférieures de la phrase et même de sa nature (un mot isolé constitue-t-il une phrase ? une phrase est-elle une production strictement linguistique ?) ; or Bally adopte sur ce point une position extrêmement accueillante, qui n’exclut de la catégorie des phrases que l’exemple (9). En effet, toute utilisation de la langue, même minime, même soutenue par le recours à du non-langagier, a pour produit une phrase, ce qui conduit à admettre des expressions

9

« La parole est un déictique général, qui identifie l’expression à la pensée du parleur » (Bally, 1944 : 50 ). De là, pour esquisser une comparaison avec Schopenhauer, le caractère fondamentalement agonal que Bally prête à l’interaction verbale.
104

Chap. II — Extension situationnelle

très condensées de la pensée, réduites à des actes locutoires 10 minimaux voire nuls. Dans la typologie des signes qu’établit Linguistique générale et linguistique française, la langue comprend toutes les formes « fixées dans chaque groupe linguistique par la tradition » (Bally, 1944 : 43), que ces formes soient articulées ou non.

Figure 2 : classement des signes d’après Bally

Dans cette optique, « Sapristi ! » ou un simple haussement d’épaules sont considérés comme des phrases complètes, ce qui outrepasse largement l’extension usuelle de la phrase syntaxique et nécessite la prise en compte du psychisme du sujet parlant, le seul élément réputé constant de la suite d’expressions citées plus haut.
[…] la mimique, qui peut se suffire à elle-même (qu’on pense au poing fermé, au haussement d’épaules, aux gestes d’appel, etc.), intéresse le linguiste surtout parce qu’elle peut doubler les paroles et la musique ; […] on comprend mieux maintenant pourquoi les éléments extra-articulatoires interviennent d’autant plus abondamment et avec une importance croissante à mesure que l’expression par les mots est implicite et insuffisante. Ce sont eux qui, malgré les apparences, font des énoncés les plus pauvres des phrases complètes et explicites. (Bally, 1944 : 47)

Parmi ces éléments extra-articulatoires 11, la mélodie jouit d’un statut particulier puisqu’elle est toujours présente – sans être pour autant nécessaire :
La mélodie n’est jamais absente, bien que son caractère de nécessité soit d’autant moins apparent que l’énoncé proprement lexical est suffisant pour la compréhension. (Bally, 1944 : 47 – nous soulignons)

10

L’acte locutoire étant entendu au sens de la production d’une séquence sonore pourvue d’un sens et affectée d’une force illocutoire potentielle dans une langue donnée. 11 « L’importance des procédés non-articulatoires croît en raison directe du caractère implicite de la phrase » (Bally, 1944 : 45 ). La proportion inverse de l’explicite et de l’implicite dans le discours sera théorisée plus tard par Guillaume sous la formule : « expression + expressivité = 1 » (Guillaume, 1973b, LL3 – 1948-1949c)
105

Chap. II — Extension situationnelle

Elle entre ainsi dans la définition de la phrase, mais on peut noter un fait important qui distingue partiellement Bally des théories énonciatives "radicales" : la phrase explicite, du seul point de vue de sa réalisation lexicale, peut constituer sous ses formes « les plus analytiques » une énonciation valide, i.e. compréhensible. Cela revient à dire que la phrase réduite à sa concaténation lexicale peut ne pas être une abstraction dans la mesure où les composantes contextuelle et paraverbale n’y jouent pas de rôle discriminant si ce n’est lorsqu’il est besoin de suppléer à l’insuffisance de la composante lexicale. Celle-ci n’est donc pas en soi incomplète et, si Bally montre bien que verbal et paraverbal peuvent également contribuer à la parole, il n’en fait pas, semble-t-il, des conditions nécessaires de la phrase, contrairement à des linguistes comme Ducrot ou Culioli, qui, en définissant l’énoncé, font de la phrase un objet abstrait et incomplet. Ce n’est donc pas seulement que l’analyse de Bally est trop prudente vis-à-vis du co-texte, comme l’avance S. Durrer 12, c’est surtout que son appréhension de l’unité de parole renonce à abolir totalement l’autonomie de la phrase tant dans le co-texte que dans le contexte, qu’il réunit d’ailleurs dans ce qu’il nomme situation :
Ce que nous appelons situation a un sens plus large ; il n’y a pas que les éléments perçus par les sens au cours de la parole, il y a encore toutes les circonstances connues des interlocuteurs et qui peuvent être les motifs de leurs conversations. […] il n’y a pas de différence essentielle entre les signes muets fournis par notre entourage et ceux (également muets !) que nous extrayons, par la mémoire, des mots qui ont été prononcés précédemment, c’est-à-dire du contexte […] il et y sont des "gestes". (Bally, 1944 : 44)

3. Mécaniques de la phrase
Linguistique générale et linguistique française attribue la description de l’agencement de la phrase à deux domaines apparemment distincts : la syntaxe et la

12

« Bally propose une approche qui s’avère très prometteuse, même s’il n’envisage pas la question dans une perspective plus englobante de linguistique textuelle. En effet, il ne prend pas suffisamment en compte les questions du co-texte linguistique et restreint son approche à la phrase. C’est pourquoi peutêtre malgré le caractère très novateur de ces réflexions, l’analyse informationnelle de l’énoncé n’est presque jamais associée au nom de Bally. » (Durrer, 1998 : 136)
106

Chap. II — Extension situationnelle

syntagmatique. Tandis que Saussure rangeait la première dans la seconde au motif que celle-ci étudiait la concaténation des unités et celle-là leurs rapports, Bally semble réserver la syntaxe au domaine communicationnel et la syntagmatique à la seule linéarité lexicale – ce qui revenait à poser l’existence de deux « syntaxes ». Cela a pour corollaire que l’unité privilégiée de la syntaxe demeure la phrase – bien qu’il faille l’entendre ici au sens que lui donne à Bally – et que celle de la syntagmatique est le syntagme. Syntaxe Du point de vue communicationnel, Bally propose deux lectures bien connues de la phrase : l’une, proprement énonciative, articule modus et dictum, et l’autre, informationnelle, combine thème et propos. Toutes deux décrivent la combinatoire syntaxique à travers le prisme de considérations psycho-énonciatives. Ainsi, au premier niveau de lecture, un fait assimilé d’ordinaire à la syntaxe de phrase, la subordination conjonctive, est interprété dans la théorie de Bally comme la transposition d’une « phrase par ailleurs autonome » en « terme de phrase » visé par un acte modal ou déclaratif/communicatif 13. Ces actes et leur sujet respectif peuvent être exprimés analytiquement, auquel cas le français recourt au « transpositeur que » (Bally), mais ils sont le plus souvent implicites et "compensés" par la situation, par des adjuvants ou encore par la forme linguistique elle-même, sans pour autant que la pensée exprimée soit logiquement incomplète. Dans la perspective informationnelle, la syntaxe a pour premier objet d’élaborer une taxinomie des « formes d’énonciations », formulation qui semble a priori plus proche du rôle traditionnel de la syntaxe ; or il n’en est rien. Rappelons que l’unité informationnelle de Bally, la dyade AZ 14, n’est pas morphosyntaxique mais énonciative et que, dans ce réductionnisme particulier, de fait, la syntaxe n’a plus grand-chose à voir avec l’étude des catégories syntaxiques et de leurs combinaisons. Trois formes

13

« La terre tourne. » devient, dans une phrase analytique : « Je vous fais savoir (communication) que je suis convaincu (modalité) que la terre tourne » (Bally, 1944 : 50). D’autres décriront plus tard ce type de phénomène en déclarant que tout énoncé est performatif. 14 Regroupant le thème (sujet psychologique, noté A) et le propos (prédicat psychologique, noté Z).
107

Chap. II — Extension situationnelle

d’énonciations sont ainsi dégagées par ce biais, constituant pour Bally autant de types "syntaxiques", et auxquelles il faut ajouter le monorème 15, qui n’exprime qu’une partie de « l’énonciation logique » et qui réclame la suppléance de la situation ou du paraverbal. Comme c’est ce type énonciatif primordial qui sert de terme primitif à la typologie 16, il est clair que l’on s’inscrit dans une conception processuelle de la syntaxe, dont les diverses formes dérivent du monorème :
Comment est-on passé du monorème à la phrase complexe, et tout d’abord à la phrase à deux membres ou dirème, celle qui unit en un tout explicite le thème et le propos (formule AZ ou ZA) ? Évidemment par la condensation de deux monorèmes en une énonciation unique. (Bally, 1944 : 55)

Rien ne permet dans ce propos de préciser la nature ni le cadre des "transformations" conduisant d’une forme à l’autre. Bally veut-il parler de l’évolution phylogénique de la langue (au niveau de l’espèce) ou de son développement ontogénique (au niveau de l’individu) ? La réponse s’annonce d’autant moins accessible que l’auteur semble ensuite réfuter l’idée d’un continuum :
Prévenons le malentendu qui consisterait à croire que la coordination précède nécessairement la segmentation, et celle-ci la soudure : ces formations sont autonomes ; nous verrons qu’une phrase liée peut prendre la forme d’une segmentée et même celle de deux coordonnées. (Bally, 1944 : 56)

En réalité, Bally tente de marquer un double distinguo : entre diachronie et synchronie d’une part, et entre forme et sens d’autre part. Dans la diachronie, en effet, la succession logique des formations reste valable : la phrase liée procède "historiquement" du couple de monorèmes 17 tandis que les constructions segmentées sont nées de la condensation de phrases coordonnées. En synchronie en revanche, les formations sont fixées en langue et immédiatement disponibles pour le sujet parlant. Assurément, il ne nous
15

« expression [simple ou] complexe où l’on ne distingue que Z et où A doit être suppléé » (Bally, 1944 : 53-54). 16 De prime abord, on aurait la séquence suivante : monorème monorème + monorème phrases coordonnées phrase segmentée phrase liée. 17 Voir Bally (1944 : 71).La formation de la phrase liée n’emprunte pas le chemin de la coordination ou de la segmentation : on passe de deux énonciations à une seule.
108

Chap. II — Extension situationnelle

appartient pas de discuter ce point ; en revanche, le fait « qu’une phrase liée [puisse] prendre la forme d’une segmentée et même celle de deux coordonnées » nous intéressera plus directement, car on en déduit que la typologie des « formes » d’énonciation est en réalité fondée sur une sémantique phrastique, et qu’elle ne peut pas se constituer sans recours au sens. En effet, tandis que la tradition ne verrait dans l’énoncé ci-dessous qu’une construction paratactique 18 :
Plus de joies, plus de chansons.

Bally lui trouve deux interprétations mutuellement exclusives, y voyant tantôt deux phrases coordonnées, et tantôt une phrase segmentée (Ibid. : 61) 19. Le premier type rassemble des faits de discours hétérogènes 20 mais a pour trait fondamental de lier deux phrases indépendantes par un rapport logique ou parce que l’une a pour thème l’autre. La phrase segmentée regroupe pour l’essentiel des faits de dislocation, mais aussi des phrases pourvues de certains circonstants ou vocatifs. Pour Bally, les deux types sont très proches et ils se différencient essentiellement dans la prosodie et dans le fait que le thème, dans les segmentées, n’est pas représenté par un segment autonome et équivaut à une subordonnée :
Le segment A peut […] avoir la forme d’une phrase autonome : « Tu mens, je ne te crois pas », mais sa valeur est toujours celle d’une subordonnée (= « Puisque tu mens »). (Ibid. : 65) 21

Le cas des phrases liées est plus délicat et moins intéressant pour l’auteur, puisqu’on n’y marque habituellement pas sujet et prédicat psychologiques, que seuls le contexte et les procédés de la parole permettent de déterminer (Bally, 1944 : 74). À l’inverse, les phrases segmentées usent de procédés de langue et sont à ce titre des cas de « syntaxe motivée ».

18

La grammaire d’usage hésite parfois à ranger ces structures corrélatives dans la subordination paratactique. 19 Il s’agit d’une énumération dans le premier cas, d’un rapport de consécution dans le second. 20 Adverbes "de phrase" incidents (Paul a – malheureusement – échoué), relatives et appositions explicatives, répétition, énumération… Le rapport thème-propos se fait parfois difficilement décelable. 21 La distinction, toutefois, est plus que fragile : dans l’exemple de coordination « Il pleut. Nous ne sortirons pas. », on peut aisément faire du premier membre une conjonctive relationnelle : « Puisqu’il pleut… »
109

Chap. II — Extension situationnelle

Ce rapide tour d’horizon a tenté de montrer que la "syntaxe" de Bally épousait clairement l’infléchissement énonciatif imprimé à sa définition de la phrase ; en prenant pour unités dyadiques les couples modus-dictum et thème-propos, hautement polymorphes dans la chaîne parlée, la syntaxe cesse d’étudier – exclusivement – l’agencement de constituants au sein du domaine phrastique pour se consacrer à la combinatoire des éléments de la communication. En d’autres termes, elle n’a plus pour objets les parties du discours mais celles de l’énonciation, et elle peut ainsi être amenée à traiter des phrases combinant des éléments verbaux et non-verbaux. Syntagmatique Bien que la syntagmatique soit présentée dès l’abord en relation avec le couple thème-propos, tout comme la syntaxe, Bally oriente très vite sa réflexion vers l’organisation des unités concrètes, en tenant compte, notamment, du « ligament grammatical » (Bally, 1944 : 101) qui associe thème et propos. Tout comme dans la tradition saussurienne, le syntagme est un ensemble de signes constitué dans la pratique de la parole, ce qui en autorise la commutation totale ou partielle avec des éléments de même catégorie (Ibid. : 104-105) 22. La nouveauté de Bally réside dans le rapprochement systématique du syntagme avec une relation AZ, et dans la prise en compte régulière des fonctions syntaxiques traditionnelles.
Tout ensemble de signes répondant à la formule AZ est dit syntagme ; ainsi, la phrase est un syntagme, de même que tout groupe de signes plus grand ou plus petit, susceptible d’être ramené à la forme de la phrase. (Bally, 1944 : 101)

L’héritage d’une pensée logicienne est rendu manifeste par la réduction de toute expression à une relation binaire, quitte à postuler que certains syntagmes sont elliptiques mais qu’il commutent avec des syntagmes complets (Ibid. : 103) 23. Une telle

22

23

Ce n’est pas le cas des groupes « agglutinés » – syntagmes de langue dans une perspective saussurienne – comme « ouvrir les hostilités », dont les constituants ne commutent pas. « Tout syntagme est donc le produit d’une relation d’interdépendance grammaticale établie entre deux signes lexicaux appartenant à deux catégories complémentaires l’une de l’autre. […] Tout syntagme est binaire. Le rapport syntagmatique exclut donc la coordination et les groupements qui en dérivent. […] Deux phrases coordonnées, bien que liées entre elles, sont autonomes. »
110

Chap. II — Extension situationnelle

grille de lecture se révèle peu adaptée à l’étude morphologique du mot puisqu’elle implique qu’un préfixe "détermine" son radical 24, tout syntagme étant assimilable à un rapport déterminé (A)-déterminant (Z). Encore une fois, la distinction de syntagmes totaux et partiels se fait à partir de la maximalité syntaxico-énonciative :
Un syntagme peut constituer une énonciation complète (une phrase), ou une partie seulement de cette énonciation. Mais cette distinction a une valeur différente selon qu’on se place au point de vue discursif, dans les réalisations de la parole, ou au point de vue mémoriel et associatif de la langue. 1) Discursivement, un syntagme total est, naturellement, une phrase et un syntagme partiel, une partie de phrase. […] 2) Associativement, un syntagme total est un syntagme susceptible d’être ramené mentalement à une phrase contenant un verbe personnel dont le sujet est un appellatif [= substantif] ou l’équivalent d’un appellatif. (Bally, 1944 : 105 – nous soulignons)

De la sorte, si Bally parvient à redéfinir la phrase, il ne fait que transférer dans une perspective énonciative le système de l’approche syntaxico-logique traditionnelle, fondé autour d’une structure canonique. En outre, dans l’exemple que donne le linguiste 25, « Le frère de Paul est mon ami. », rien n’empêche a priori de faire de « le frère de Paul » une phrase (il combine un thème et un propos explicites et peut commuter dans un autre contexte avec une phrase verbale 26), si ce n’est qu’il est lui-même le thème du propos « est mon ami ». Cela revient à dire que le critère de la complétude énonciative repose nécessairement sur celui de la maximalité syntaxique, au sens où la syntaxe est l’agencement de thèmes et de propos.

24

Le caractère très flou du rapport AZ apparaît également dans les types énonciatifs évoqués plus haut. Le réductionnisme de Bally, en voulant rendre hyperpuissante la dyade AZ, est souvent conduit à forcer les faits. 25 « Dans "Le frère de Paul est mon ami", syntagme total, "le frère de Paul" est un sujet complexe, et par suite un syntagme partiel où "frère" est le déterminé et "Paul" le déterminant ; de même "est mon ami" forme un prédicat complexe, un syntagme partiel, composé de la copule (t) et de l’attribut "mon ami" (t’) ; à son tour, "mon ami" se décompose en deux termes : ami, le déterminé, et mon (="de moi"), le déterminant. » (Bally, 1944 : 105) 26 « Je vois le frère de Paul ! » ou « Voici le frère de Paul. »
111

Chap. II — Extension situationnelle

Conclusions
On admettra sans peine avec S. Durrer que le legs de Bally a été longtemps sousestimé dans l’histoire des idées linguistiques – y compris par ses légataires. Comme on l’a vu, son premier apport décisif, qui a toutes les apparences d’une réaction à la théorie saussurienne, est la prise en compte de l’unité de parole et des éléments relatifs à sa profération : La phrase cesse d’être une entité purement linguistique pour devenir une forme de communication de la pensée du sujet parlant, visant un but et un allocutaire précis. Outre qu’elle articule en son sein des systèmes de signes hétérogènes (sons verbaux et non-verbaux, gestes), la phrase est liée à la situation dans laquelle elle s’inscrit, c’est-à-dire tant au contexte physique qu’au co-texte verbal. Dans le modèle d’étude de l’organisation interne de l’énonciation proposé par Bally, syntaxe et syntagmatique se recouvrent partiellement. Néanmoins, la première se concentre sur des macro-structures dont la forme résulte de l’action du sujet parlant, tandis que la deuxième apparaît dédiée à la combinaison – intentionnelle – d’unités de la langue. En d’autres termes, la syntagmatique occupe la place de la syntaxe traditionnelle et, dans le système de Bally, la syntaxe rend compte de l’agencement énonciatif. L’ambiguïté de la position de Bally vis-à-vis de l’autonomie de la séquence verbale est pour nous le point essentiel à retenir. Elle marque une étape intermédiaire entre le structuralisme des origines et la théorisation des problèmes énonciatifs. En effet, Bally ne se résout pas à poser l’incomplétude essentielle de la partie purement verbale de la phrase bien qu’il souligne l’importance de la situation dans son interprétation. Le pas décisif que franchira Benveniste sera précisément d’affirmer que ce que l’on considère commodément comme un observable – une suite de mots jugée bien formée – est en réalité un objet incomplet, amputé de sa référence.

B. THÉORISATIONS
Dans le domaine énonciatif, le caractère novateur des positions d’E. Benveniste est aujourd’hui bien établi, et il n’a pas échappé à B. Combettes et M. Charolles dans
112

Chap. II — Extension situationnelle

leur approche historique de l’analyse de discours. En un certain sens, cependant, on peut dire que Benveniste associe des idées radicalement nouvelles à d’autres conceptions beaucoup plus conservatrices : d’une part, il a jeté les bases d’une articulation systématique de l’ordre des faits linguistiques et de celui des faits extra-linguistiques, montrant au passage que la production du discours repose à part égale sur l’un et l’autre, et contestant en cela le principe d’immanence de Meillet qui dictait l’expérimentation en milieu fermé ; mais il a, d’autre part, consolidé l’intuition structuraliste de la maximalité phrastique.

1. Abandon du principe d’immanence
Lors d’une conférence de Benveniste (1967 [1974] : 236), Ricœur relie de manière lumineuse le propos du linguiste au « problème fondamental de la clôture de l’univers linguistique. » Selon lui, « la linguistique s’est conquise […] en proclamant cette clôture et en l’instituant, en séparant par conséquent la constitution interne du système des signes dans la langue de la prise du langage sur la réalité. » C’est précisément ce à quoi nous faisons référence d’un point de vue épistémologique en convoquant la distinction des procédures en milieu ouvert/fermé/contrôlé. L’attachement de Benveniste à la tradition saussurienne semble se manifester clairement dans sa relecture permanente des théories du CLG. Ainsi, la nouveauté de son propos n’exclut nullement une perspective cumulative, mais elle n’interdit pas non plus les critiques. Au premier chef, Benveniste propose de revenir sur le clivage langueparole et notamment sur les unités qu’il conduit à définir :
Toute discipline qui vise à acquérir le statut de science doit d’abord définir ses constantes et ses variables, ses opérations et ses postulats, et tout d’abord dire quelles sont ses unités. (Benveniste, 1967 : 219)

Cette profession de foi pointe une insuffisance ou plutôt une promesse non tenue du CLG quant à la définition des unités : certes, on a tenté de montrer qu’il était un peu caricatural de figurer un Saussure emmuré dans la langue et refusant obstinément de se confronter à l’instantanéité de la parole, mais il est vrai aussi que sa définition de la

113

Chap. II — Extension situationnelle

phrase ne rend guère compte du saut qualitatif qui s’accomplit entre les unités de langue et les unités de discours. Benveniste (1962 [1966] : 130), au contraire, postule que « le signe et la phrase sont deux mondes distincts ». Le premier est l’unité de la langue (« ensemble de signes formels, dégagés par des procédures rigoureuses… »), la seconde est l’unité du discours (« manifestation de la langue dans la communication vivante »). Ce clivage recouvre deux modes de production du sens : celui du signe est sémiotique, général, et il repose sur l’opposition paradigmatique ; celui de la phrase est sémantique, particulier et éphémère, c’est-à-dire lié à « la situation de discours » et à « l’attitude du locuteur », et il procède de la combinaison en syntagmes 27. Dans cette optique, la phrase n’existe que par rapport à « l’ici - maintenant ». Liée à un référent, c’est-à-dire à un « état de choses qui la provoque » et qui n’est pas répétable, la phrase est à chaque fois « un événement différent, […] un événement évanouissant ». C’est en cela qu’elle diffère de l’entité lexicale, qui existe de façon permanente en langue sous l’espèce du signe, et de façon transitoire et changeante en discours sous l’espèce du mot (avec cette particularité qu’ont certaines unités lexicales, les déictiques, de n’avoir de sens qu’en tant que mot). Aussi, faire de la phrase une pure instantanéité lui retire tout caractère sémiotique, autrement dit, dans la terminologie de Benveniste, toute existence en langue (sous la forme d’un type). À ce point, ce dernier se trouve confronté, comme nombre de structuralistes, à la question de la place de la syntaxe dans la théorie, qui peut se formuler ainsi : faut-il ou non admettre comme signe un agencement abstrait sous prétexte que cet agencement est (semble) porteur d’un sens ? À l’instar de Saussure, semble-t-il, Benveniste répugne à se doter d’une « syntaxe incorporelle »
28

, mais il s’avère plus radical et rejette en outre l’idée d’intégrer la

syntaxe au sémiotique – ce que le maître genevois avait accompli en admettant des unités abstraites :

27

« Tout est dominé par la condition du syntagme, par la liaison entre les éléments de l’énoncé destiné à transmettre un sens donné, dans une circonstance donnée. » (Benveniste, 1967 [1974] : 225) 28 voir supra et CLG (191). Benveniste refuse d’intégrer à la langue en tant que signes les règles d’une syntaxe abstraite — une syntaxe logique à la Carnap. Cependant, on relève ci-dessous certains flottements sur ce point.
114

Chap. II — Extension situationnelle

Ce qui relève de la nécessité idiomatique, du mécanisme grammatical est quelque chose de distinct, qui appartient à la structure formelle de la langue et reste en dehors du sémantique et du sémiotique, n’étant pas à proprement parler de la signification.

Ainsi, toute description syntaxique abstraite d’une phrase, toute phrase décontextualisée (comme un exemple de grammaire) est pour Benveniste un artefact de linguiste 29, et la syntaxe générativiste, rappelle-t-il, toute formelle qu’elle soit, « vis[e] en définitive des réalisations », autrement dit : retourne tôt ou tard au sémantique. La syntaxe apparaît donc chez Benveniste comme un simple ensemble de prescriptions garantissant la régularité de la transition entre l’intention de communiquer et la communication effective :
La « syntaxe » de la proposition n’est que le code grammatical qui en organise l’arrangement. (Benveniste, 1962 : 128)

La phrase s’origine ainsi dans une intention de communiquer (i.e. un vouloir dire, disent les guillaumiens) dont elle ne peut en être abstraite sans dommage :

Figure 3 : acte de langage – Benveniste

Cela autorise Benveniste à affirmer que « la phrase est l’unité du discours » (Benveniste, 1962 : 130) mais, ne pouvant nier qu’une phrase décontextualisée reste intelligible, il est conduit à admettre par ailleurs que la phrase est dotée d’un sens (en tant que suite de signes) et d’une référence. De la sorte, la conception compositionnelle de la phrase n’est pas niée, mais elle est considérée comme artificielle et lacunaire ;

29

Le débat prend du reste un tour pragmatique lorsqu’un auditeur cherche à distinguer la phrase « disponible » de l’énoncé « asserté », c'est-à-dire pris en charge. Pour Benveniste, toute phrase est par défaut attribuée à un locuteur et elle est à ce titre « assertée ».
115

Chap. II — Extension situationnelle

cette approche qu’on pourrait qualifier de mixte sera, comme on le verra, reprise et exploitée par O. Ducrot 30. Si la phrase est bien l’unité de discours, c’est également à Benveniste que l’on doit d’avoir formulé — élégamment — cette propriété, en établissant son caractère d’unité du niveau catégorématique et la maximalité structurale qui en découle. Rompant avec le legs saussurien, Benveniste rend apparent le saut qualitatif qui s’opère du signe (phonème ou morphème) à la phrase : il tient exclusivement à la propriété fondamentale qu’a cette dernière d’être un prédicat (un catégorème) et non de contenir un prédicat : « Le prédicat est une propriété fondamentale de la phrase, ce n’est pas une unité de phrase » (Benveniste, 1962 : 129). En fait, la phrase se compose de phonèmes, morphèmes et lexèmes, mais elle les synthétise en un catégorème :
Le sens d’une phrase est autre chose que le sens des mots qui la composent. Le sens d’une phrase est son idée, le sens d’un mot est son emploi. (Benveniste, 1967 : 226)

Ces propos témoignent de la reconnaissance de propriétés holistiques à la phrase. Cependant, elles sont ici sémantiques et non plus seulement syntaxiques, comme dans la
GGT

ou chez Tesnière. En effet, si l’une des caractéristiques essentielles de la phrase est,

d’un point de vue syntaxique, sa non-intégration 31, sa propriété fondamentale, dont découle la précédente, reste sémantique et c’est le fait qu’elle constitue un catégorème. Benveniste s’inscrit alors en faux contre la notion structuraliste d’unité : pour lui, la phrase n’est pas définie comme unité par un ensemble de rapports paradigmatiques (elle n’est pas un signe), pas plus qu’elle n’entretient de rapports syntagmatiques (autrement dit, plusieurs phrases concaténées ne forment pas une unité d’ordre supérieur 32). Ce dernier point témoigne que Benveniste conçoit la dépendance de la phrase au contexte, mais qu’il refuse (ou néglige) de prendre en compte son inscription dans un co-texte. C’est la preuve, semble-t-il, que les extensions exo-textuelle et endo-textuelle ont bien constitué au départ des démarches distinctes.
30

Ou encore par R. Martin (1983), qui propose un modèle à trois paliers faisant succéder l’énoncé à la phrase en contexte, et celle-ci à la phrase isolée. Il s’agit donc de deux ouvertures successives : sur l’endo-texte, puis sur l’exo-texte. 31 Que Benveniste a bien perçue : « les phrases n’ont ni distribution ni emploi. » 32 « Une phrase ne peut pas servir d’intégrant à un autre type d’unité. » (Benveniste, 1962 [1966] : 128)
116

Chap. II — Extension situationnelle

La phrase est unité, en ce qu’elle est un segment de discours, et non en tant qu’elle pourrait être distinctive par rapport à d’autres unités de même niveau […] Mais c’est une unité complète, qui porte à la fois sens et référence : sens parce qu’elle est informée de signification, et référence parce qu’elle se réfère à une situation donnée. (Benveniste, 1962 : 130)

L’approche de la phrase que propose Benveniste constitue assurément, dans la perspective qui est la nôtre, un changement capital ; elle révoque le principe d’immanence, qui permettait au structuralisme de voir dans la phrase à la fois un domaine et un milieu fermé. Cependant, la polysémie de la notion de prédication ne permet guère de produire une définition parfaitement stable de la phrase – en tout cas une définition permettant de la délimiter tout en expliquant sa disposition à la récursivité.

2. Phrase et énoncé
Dans la même perspective exo-textuelle, celle des linguistiques de l’énonciation, la pragmatique intégrée d’O. Ducrot apparaît au départ comme une prolongation des positions de Benveniste pourvue d’objectifs et de méthodes explicites, entre autres l’étude de la signification via le sens des énoncés. On retrouve la configuration mixte dont on a fait état plus haut qui consiste, en l’occurrence, dans la diffraction de la phrase traditionnelle en deux entités : l’une, abstraite, relève de l’artéfact du grammairien, construit ou reconstruit ; l’autre est un fait empirique, qui advient « en un lieu et un moment donnés, et qui n’est donc pas susceptible de se répéter » (Ducrot, 1972 : 308). Tandis que Benveniste voyait là deux aspects d’une seule et même entité 33, le sens et la référence, Ducrot nomme phrase la première et énoncé le second, et les place au centre d’une théorie et d’une méthode. Pour O. Ducrot, la tâche principale du linguiste sémanticien est l’étude de la signification, i.e. de la « valeur sémantique attachée aux mots utilisés » derrière la multiplicité des interprétations. Pour ce qui nous occupe,

33

Il évoque la phrase, l’énoncé et la proposition sans qu’on puisse déterminer avec certitude s’il s’agit de notions différentes.
117

Chap. II — Extension situationnelle

il s’agit d’attribuer à chaque phrase une signification telle que l’on puisse, à partir de cette signification, prévoir le sens qu’aura son énoncé dans telle ou telle situation d’emploi. (Ducrot, 1980 : 8)

L’objet de cette discipline, la signification des phrases, est donc en soi inaccessible, inconnaissable, si ce n’est par le biais d’un autre ordre de faits, le sens des énoncés. En conséquence, « les sens ou interprétations jouent pour le linguiste le rôle de faits, dont il se sert pour constituer son objet propre, les significations » (Ducrot, 1972 : 309). On est déjà loin des conceptions de Benveniste, qui semblait marquer avec insistance la primauté de l’énoncé (i.e. de la phrase assortie de sa référence) sur la phrase abstraite 34. Du reste, on abordera plus loin les conséquences épistémologiques de cette configuration, mais on s’attachera dans l’immédiat à préciser le contenu des notions de phrase et d’énoncé ainsi que leurs rapports au sein du système théorique d’O. Ducrot. La phrase, tout d’abord, se laisse définir comme :
une entité linguistique abstraite, purement théorique, en l’occurrence un ensemble de mots combinés selon les règles de la syntaxe, ensemble pris hors de toute situation de discours ; ce que produit un locuteur, ce qu’entend un auditeur, ce n’est donc pas une phrase mais un énoncé particulier d’une phrase. (Ducrot, 1980 : 7)

On retrouve en filigrane une disposition semblable à la dyade langue-parole, à quelques réserves près : tout d’abord il est question chez Ducrot d’un mécanisme de production du sens, qui fonctionne à « double détente », faisant intervenir une composante linguistique manipulant et combinant les objets de la langue, puis une composante rhétorique qui intègre les données de la situation d’énonciation, affecte une valeur aux déictiques et assure la cohésion des énoncés (Ducrot, 1972). La partie correspondant à la langue saussurienne (la composante linguistique) n’est donc pas un inventaire statique mais une étape (et une étape occulte, inconsciente) vers la production d’un énoncé. La connaissance des phénomènes de ce stade est réservée aux seuls skilled grammarians : les locuteurs naturels n’ont accès qu’aux énoncés et à leurs

34

Quelque quinze ans plus tard, il est acquis que le fait linguistique de base est ancré dans son contexte de production ; dès lors, on peut revenir à l’étude de la phrase abstraite et de la langue, mais il s’agit alors d’une étude "avertie" de l’existence de l’énoncé.
118

Chap. II — Extension situationnelle

interprétations 35. Dès lors, comment le linguiste peut-il espérer appréhender la signification de la phrase ? La possibilité de chercher le noyau sémantique commun à une série d’énoncés (issus de la même phrase) est à exclure car elle laisse croire à la validité de l’équation :
Sens de l’énoncé = Signification de la phrase + Données contextuelles

Or, la sélection d’un ensemble réduit de données contextuelles est nécessaire, et elle doit être codifiée, prévue par la phrase elle-même. De fait, la signification de cette dernière doit contenir un jeu d’instructions spécifiant « quelles informations il faut chercher dans la situation, et comment les exploiter pour interpréter les énoncés de la phrase » (Ducrot, 1972 : 311) ; la signification de la phrase recèle donc un programme interprétatif qui n’est guère assimilable à du sens. L’énoncé, quant à lui, est indissociable de l’acte d’énonciation dont il procède. Ducrot prend soin de préciser qu’il ne confère pas à ce terme le sens psychologisant de Bally, par exemple, mais qu’au contraire il le définit comme le simple « surgissement » de l’énoncé en un point de l’espace et du temps. D’une certaine manière, l’énonciation laisse sa marque dans le sens de l’énoncé : elle y imprime la marque de l’existence d’un locuteur (francophone) s’adressant à un allocutaire et elle y instille le pouvoir d’un certain type d’action (ordre, interrogation…). En résumé, « l’énoncé décrit son énonciation » (Ducrot, 1980 : 35), mais son sens contient par ailleurs d’autres informations. Pour les cerner, Ducrot refuse d’emprunter la voie psycholinguistique qui autorise à assimiler (à réduire) le sens de l’énoncé à une valeur immédiate 36, c’est-à-dire à des fragments de sens saillants. Pour la pragmatique intégrée, la saillance de ces éléments n’autorise pas à exclure du sens les présupposés ou les phénomènes de polyphonie. Ainsi, de même que le sens littéral apparaissait comme un appauvrissement

35

Face à une suite de mots décontextualisée, les « usagers naïfs » peuvent croire, en se fondant sur leur intuition, qu’ils glosent une phrase, mais ils produisent à tout coup, inconsciemment, une situation imaginaire standard où s’inscrit leur suite verbale hors contexte, qu’ils convertissent de facto en énoncé (fictif). 36 Par exemple, la valeur immédiate de « Ma voiture est en panne », en vertu de la maxime de quantité (et de celle de relation), ne retiendra probablement pas comme un fait crucial l’existence de la voiture. Ducrot, 1972 : 316
119

Chap. II — Extension situationnelle

de la signification de la phrase, la valeur immédiate est une réduction du sens de l’énoncé. Pour autant, la détermination des éléments pertinents du sens et de la signification est loin d’aller de soi. En effet, pour fixer l’interprétation d’un énoncé, Ducrot suggère d’exclure « tout ce qui n’est pas […] au moins partiellement explicable à partir de la signification ». Mais comme, pour spécifier la signification d’une phrase, on évalue ses capacités à prédire le(s) sens de l’énoncé qui lui correspond, on tombe dans une démonstration d’une parfaite circularité, ce dont O. Ducrot a parfaitement conscience. Pour enrayer cela, il faut bien sûr proposer une théorie permettant de produire, à partir de n’importe quel énoncé, la signification de la phrase lui correspondant, celle-ci offrant à son tour la possibilité de prédire (i.e. de simuler) d’autres sens plausibles. Ce système hypothético-déductif, que son auteur décrit et commente abondamment

(Ducrot, 1980 : 19-33), est conçu comme un modèle non représentationnel, modèle le plus à même de rendre compte de faits échappant à l’observation directe, c’est-à-dire un simulateur. La démarche est résumée comme suit par l’auteur :
Nous prenons le sens des énoncés comme moyen pour accéder à la signification des phrases, le critère utilisé pour décider de la signification étant avant tout qu’elle doit rendre compte du sens. Mais ce critère n’est justifiable que si cette signification prétend être celle dont se servent en fait les sujets parlants pour interpréter les énoncés. […] Ce que nous devons chercher à simuler, à l’aide des significations, ce sont seulement des interprétations standardisées, idéalisées, rationalisées. (Ducrot, 1972 : 323)

De cette rapide présentation, on retiendra le fait que la pensée de Ducrot s’inscrit manifestement dans la lignée de celle de Benveniste, conformément à l’adage de Duhem qu’il cite à plusieurs reprises et qui établit (en substance) que les théories d’aujourd’hui deviendront les faits de demain. Ce soubassement est cependant considérablement développé en direction d’une pragmatique lexico-sémantique fondée sur une production du sens à « double détente ». Dans ce système, la phrase acquiert certes un statut théorique de suite lexicale organisée, où peuvent s’évaluer, à la rigueur, une certaine grammaticalité ainsi que la vérité analytique ; mais on ne saurait pour autant en faire un objet d’investigation linguistique à part entière : c’est un fait essentiel
120

Chap. II — Extension situationnelle

à nos yeux que la phrase ne puisse pas être fabriquée comme phrase 37 sans qu’on envisage après elle un contexte et donc un énoncé. Dans le modèle d’O. Ducrot, la phrase constitue un stade hypothétique dans la production des énoncés, qui sont les seuls faits empiriques descriptibles. D’un point de vue épistémologique, la pragmatique intégrée constitue une rupture plus marquée avec la Raison phrastique dans la mesure où, en apparence, elle se désintéresse plus encore que Benveniste de la syntaxe. Pourtant, dans la dynamique de la production du sens, c’est bien une phrase syntaxique qui est générée par le composant linguistique et transformée en énoncé. Celle-ci est d’une certaine manière rétablie dans son immanence, même si elle reste une hypothèse explicative ; il subsiste l’idée d’un niveau de combinatoire purement lexical participant de la signification de la phrase. A. Culioli adopte sur ce point une position plus radicale et la
TOE

[Théorie des

opérations énonciatives] développe considérablement l’extension exo-textuelle.

3. Culioli et la TOE
Les travaux d’A. Culioli sont, dès les années 1960, les premiers à viser explicitement la fondation d’une linguistique de l’énonciation, soutenue par d’amples réflexions épistémologiques, qui permettent à l’auteur de proposer une critique extrêmement lucide de la tradition linguistique. Ayant cerné les exigences fondamentales d’une science voulant conjoindre empiricité et théorie, Culioli en vient naturellement à discuter la pertinence des cadres usuels de la pratique linguistique, à commencer par la notion de phrase. Cette position, clairement formulée, ferait de lui, davantage encore que Benveniste, le réel instigateur d’une remise en question exotextuelle de la Raison phrastique, dont il conteste le repli systématisant.

37

« Les suites de mots hors contexte […] ne sont à proprement parler ni des phrases, structures abstraites, ni des énoncés, produits par une activité de parole en rapport avec le contexte, mais quelque chose comme des exemples de grammaire. » Ducrot, 1972 : 310.
121

Chap. II — Extension situationnelle

Exigences épistémologiques de la linguistique selon A. Culioli Avant que la
GGT

ait connu en France son plein essor et qu’elle ait répandu

l’utilisation du modèle hypothético-déductif, A. Culioli avait déjà défini avant 1968 un faisceau d’exigences épistémologiques qui s’avéraient à peu près comparables à celles des générativistes : il s’agissait en effet de proposer une théorie prédictive, un système explicite de représentations qui soit falsifiable, et non une simple nomenclature (Fuchs, 1992 : 222). Les similitudes entre les deux théories s’arrêtent là ; pour le reste, Culioli s’écarte assez régulièrement de la
GGT

et il en critique même radicalement certaines positions.

D’une manière plus générale, son aspiration à une linguistique réconciliée avec la rigueur scientifique recouvre une critique contre le paradigme phrastique. Les sciences du langage, nous dit Culioli (1990 : 45), se sont engagées dans une impasse en déclarant l’autonomie de la linguistique puis celle de la syntaxe. Comme elles se sont en outre privées des bénéfices d’une critique épistémologique, A. Culioli préconise de réformer les théories et méthodes de la linguistique, dont l’objet devient « l’activité de langage appréhendée à travers la diversité des langues naturelles (et à travers la diversité des textes, oraux ou écrits) » (Culioli, 1990 : 14). Cette définition appelle plusieurs commentaires : tout d’abord, elle laisse nettement voir que l’intérêt du linguiste s’est déplacé de la taxinomie qu’est la langue vers une « activité de production et de reconnaissance de formes » (Culioli, 1990 : 14) consistant en « opérations de représentation, de référenciation et de régulation ». En outre, cette activité est intentionnelle et signifiante, car ces formes sont « produites pour être reconnues comme interprétables. » Au-delà du rattachement de la phrase au Sujet, notamment par le biais de certains composants linguistiques (Benveniste), au-delà d’une répartition de la production du sens sur le texte en soi et sur le texte en contexte (Ducrot), Culioli tire les conséquences de l’introduction du concept d’énonciation et prend en compte « l’acte individuel d’intelligence et de volonté » qu’elle implique et par lequel Saussure évoquait l’activité de parole. Or, l’hétérogénéité des productions qui en résultent, hétérogénéité qui,

122

Chap. II — Extension situationnelle

jusqu’alors, confortée par l’adage aristotélicien voulant qu’il n’est de science que du général, constituait un obstacle à la linguistique de parole, cesse aux yeux de Culioli d’apparaître comme une entrave : il est possible, et c’est même le but essentiel d’une nouvelle linguistique, de trouver des invariants dans la diversité des langues, dans celle d’une langue, ou dans celle des interprétations d’un même énoncé. Le recours à l’abstraction est pour cela une étape nécessaire, mais celle-ci revêt chez Culioli un caractère très différent de l’abstraction inhérente à la Raison phrastique. Principalement, la
TOE

refuse de s’appuyer sur l’autonomie des niveaux d’organisation

– syntaxique en particulier – et se consacre à élaborer une description métalinguistique de formes, c’est-à-dire d’agencements de marqueurs, tout en retrouvant les opérations ayant engendré ces formes 38. Ainsi exclut-t-elle de travailler sur une simple décontextualisation de l’énoncé (ce qu’est la phrase chez un structuraliste tel Bloomfield lorsqu’elle n’est pas tout simplement formée ab abstracto) ou même avec une représentation étiquetée formaliste comme en a produit la de passer par le stade de l’abstraction, la
TOE GGT.

Face à l’obligation

se fonde quant à elle sur un appareil

métalinguistique (notamment la lexis) qui n’isole aucun niveau de structuration (Milner, 1992 : 29) et qui permet en outre de rendre compte du caractère essentiellement non linéaire de l’activité de langage, caractère qu’ignore totalement (entre autres) l’analyse distributionnelle 39. En effet, l’activité de langage présuppose une manière de mouvement qui ne sied pas à l’inertie du résultat de la chaîne parlée : ainsi de la succession des opérations énonciatives et des ajustements entre énonciateurs. En formulant ainsi les exigences épistémologiques de la linguistique, A. Culioli se dégage clairement du paradigme phrastique et en particulier de la GGT. Sur de nombreux points, comme la question des invariants inter-linguistiques, ou les notions de transformation et de bonne formation, il propose des solutions originales et souvent opposées à celles du formalisme générativiste. Mais c’est avant tout sur la question de la

38

L’auteur ne reconnaît pas « les délimitations entre prosodie, syntaxe, sémantique et pragmatique. La démarcation est entre ce qui est représentable et régulier, et ce qui est hétérogène par rapport aux règles métalinguistiques que l’on a construites. » (Culioli, 1999a : 96) 39 Culioli (1990 : 27) ; Culioli (1999a : 45)
123

Chap. II — Extension situationnelle

structure cadre que les deux théories s’opposent, l’une étant réputée comme une linguistique de la phrase, et l’autre se voulant exclusivement une théorie de l’énoncé. L’extension exo-textuelle : l’énoncé La rupture essentielle qu’opèrent les linguistiques de l’énonciation s’associe, on l’a dit, à une extension du champ d’investigation des sciences du langage. Jusqu’alors, ce champ était limité au strict cadre de la phrase ou au domaine phrastique, qui sont des artéfacts scientifiques. L’extension s’est effectuée dans le sens d’un retour à l’empiricité de l’objet linguistique, excessivement réduite jusqu’alors par une approche structuraliste parfois radicale 40. Ce retour, si l’on se réfère aux travaux d’A. Culioli, s’est traduit de diverses manières : Tout d’abord, il a fallu redéfinir ce qu’était, en linguistique, un fait. Or, pour Culioli, indéniablement, cet objet primitif est la séquence textuelle. Celle est définie par le linguiste comme indice 41 de nos représentations mentales et des opérations qui les combinent. Elle doit être étudiée pour elle-même, en tant que forme, avant de livrer passage vers l’interprétation. Cela exclut d’une part une démarche purement pragmatique qui n’aborderait la séquence qu’en tant que medium ou déclencheur. Cela bannit d’autre part les approches directement herméneutiques, déconnectées de la forme. En outre, ce qui importe au final au linguiste n’est pas le texte lui-même, qui n’offre à la limite que des « régularités séquentielles », mais les jugements d’acceptabilité qu’on peut formuler à partir de lui et des gloses qui en tirent leur origine. Ensuite, si la linguistique réévalue l’empiricité de son objet et se préoccupe à nouveau du « chatoiement du réel », elle est forcée d’admettre dans l’observation et la théorisation des faits un degré de complexité bien supérieur à celui qui primait pour « l’analyse morpho-syntaxique de type structuraliste 42 ».

40

Comme le souligne Milner, 1992 : 20, le structuralisme, dans son ambition réductionniste, en était venu à produire une « théorie générale des systèmes » plutôt qu’une théorie de la (des) langue(s). 41 Au sens où les représentations linguistiques ne sont pas une réplique ni même une imitation des représentations mentales. 42 Culioli, 1999a : 11
124

Chap. II — Extension situationnelle

Pour commencer, elle doit tenir compte du jeu, des distorsions et des ambiguïtés propres à toute communication : la « boîte noire » du schéma de Jakobson est, là encore, un artéfact trop simplificateur : pour Culioli, « la signification n’est pas véhiculée, mais (re)-construite 43 », ce qui implique une asymétrie irréductible de l’énonciation et du « parcours interprétatif » du message. De ce fait, la linguistique doit désormais s’ouvrir aux faits qu’elle considérait naguère comme des scories voire comme des "ratés", soit par un logocentrisme négligeant les faits d’oral, soit, plus catégoriquement, par purisme 44. De la sorte, des exemples tels le désormais fameux : « Moi, mon père, son vélo, le guidon, le chrome il est parti. » ont gagné droit de cité dans l’analyse linguistique. Cela suppose en toute logique, avant même une réforme des outils descriptifs, un ajustement des critères de bonne formation — relativement à leur tolérance envers un langage moins châtié, notamment, ce que prouve bien le fait que certaines occurrences que n’aurait reniées aucun générativiste sont jugées irrecevables par la
TOE

et

inversement. J.-C. Milner montre ainsi que « un chien aboie » peut être considéré comme mal formé, non pas en tant que phrase comme le serait « *un chien aboient », mais en tant qu’énoncé (Milner, 1992 : 22-23) 45. Deux "ordres" d’acceptabilité sont ainsi dégagés, mais la TOE ne se préoccupe toutefois que du second – tandis que la GGT tend à multiplier les niveaux de recevabilité (grammaticalité, acceptabilité, etc.), comme le souligne justement Milner. Pour Culioli, la bonne formation syntaxique ne présente pas d’intérêt puisqu’elle concerne une entité inobservable, une chimère de linguiste : la phrase. Par contraste, l’acceptation d’un énoncé repose sur l’attention portée non seulement à ses parties constitutives, mais également à « l’espace énonciatif », aux relations inter-sujets, bref, à tout ce qui accompagne immanquablement une occurrence textuelle et forme avec elle l’énoncé :

43 44

Culioli (1999a : 11) ; Culioli (1990 : 26) Cependant, Culioli est loin d’être le premier à ouvrir les bras à ce genre de faits de discours : avant lui Bally, Séchehaye, Frei mais surtout Damourette et Pichon avaient fait une place aux « fautes » du français oral et familier. 45 Cf. un exemple tiré de Culioli (1990 : 29) : Il fume, mais peu. vs. *Il fume, mais un peu.
125

Chap. II — Extension situationnelle

En premier lieu, on partira […] de ‘ce qui vient’, c’est-à-dire d’observations (définitions de dictionnaires, problèmes de traduction, langue de tous les jours, texte que l’on vient de lire) munies de leurs conditions de production/reconnaissance (contexte explicite, prosodie). Ceci entraîne souvent de longs textes, des échanges, bref, tout, sauf des exemples brefs et artificiels d’illustration d’une règle… (Culioli, 1999b : 22)

Le problème que pose une telle position, qui est fondamentalement une défense de l’ouverture du milieu d’observation, est la fixation d’une limite à la prise en compte des phénomènes de ce « contexte explicite ». La solution qu’adopte A. Culioli pour éviter la prolifération d’éléments contextuels non-pertinents dans l’observation est d’ouvrir partiellement le milieu d’observation, c’est-à-dire d’opérer en milieu contrôlé :
… les observations ne sont pas données, mais construites par une démarche qui, en multipliant l’empirique de façon contrôlée, produit une abstraction croissante. (Culioli, 1990 : 19)

Notons que l’objet d’étude est toujours la séquence textuelle 46 et que l’intérêt du linguiste ne s’est pas déplacé, avec l’ouverture du milieu, sur la relation énoncécontexte ou même sur le contexte lui-même : le travail s’effectue toujours en manipulant directement la suite verbale (et non, semble-t-il, les coordonnées contextuelles). Pour cette raison, il s’avère délicat de faire avec J.-C. Milner état d’un changement d’objet. Rien ne permet, en effet, de dire d’une suite verbale si elle est phrase ou énoncé, car elle ne contient pas à proprement parler les données de ses conditions de production/réception. Phrase et énoncé ne diffèrent manifestement que par l’activation, du côté de l’observateur scientifique, des "échanges" avec le milieu. De l’empirique à la théorie Pour Culioli, le retour à l’empiricité de l’objet linguistique, hétérogène par définition, implique de se consacrer à la recherche des invariants :

46

Et encore pas pour elle-même, mais en tant qu’elle constitue une trace de nos représentations mentales.
126

Chap. II — Extension situationnelle

Il s’agit d’examiner si, dans notre activité de langage, telle qu’elle nous apparaît, non pas au niveau des représentations mentales (auxquelles nous n’avons pas accès), mais à travers les traces que sont les textes, nous découvrons des régularités qui peuvent être calculées. (Culioli, 1990 : 30)

D’emblée, ce système rompt avec la tradition saussurienne du couple langue+parole, qui ne différenciait pas le mental du linguistique mais, comme on sait, le linguistique individuel du linguistique social 47. Il se présente comme une construction articulant trois modes de représentation, parmi lesquels la langue occupe la place médiane. En amont se trouvent les représentations mentales, en aval, ce qui est une absolue nouveauté, les représentations métalinguistiques. Au niveau 2 siègent donc à la fois des « représentants de second degré » (notions) et des « agencements de [ces] représentants » (prédications). L’objectif, pour le linguiste, est de construire un métalangage 48 (niv. 3) aussi adéquat que possible à la structure de la langue 49 (niv. 2), de sorte que cette correspondance « simule » celle de la langue avec les représentations mentales (niv. 1). Il s’agit ainsi explicitement de produire un modèle théorique des représentations et opérations cognitives fondé sur l’analogie (Culioli, 1999b : 24). Le dessein de la
TOE

ne se résume pas, selon Culioli lui-même, à la recherche

d’une grammaire universelle (Culioli, 1999a : 96), mais à la distinction du labile et de l’invariant par un travail sur les textes livrant une abstraction croissante. Les résultats des manipulations opérées sur les énoncés s’organisent en familles paraphrastiques, assimilables aux paradigmes que l’on évoquait plus haut pour la perspective transformationnelle de Harris (Culioli 1990 : 137) 50. Constitués de gloses, de
47

On est en revanche assez proche des positions guillaumiennes, qui opposent représentation et expression, mais Culioli indistingue pour sa part au niveau 2 langue en puissance et en effet. 48 Le problème du niveau métalinguistique semble essentiel aux yeux de Culioli : « En tant que linguistes, nous sommes dans une situation assez curieuse par rapport au langage : d’un côté, nous sommes comme le physicien qui, par l’abstraction, tient un discours détaché de ce qui est le manipulable dans l’expérience quotidienne […]. D’un autre côté, nous sommes des locuteurs ordinaires, soumis aux mêmes illusions […] mais qui, par notre pratique, nous mettons en position métalinguistique par rapport aux textes que nous produisons et reconnaissons. » (Culioli, 1990 : 42) 49 On pourrait se demander où placer l’épilinguistique dont relèvent les gloses « naturelles » et inconscientes des locuteurs. Est-ce un fait de récursivité du niveau 2 ou doit-on l’intégrer au niveau 3 ? Pour Culioli, apparemment, la seconde hypothèse est la bonne, dans la mesure où l’épi– ne se distingue du méta– que par son caractère "non spécialisé" et involontaire. 50 La paraphrase, comme relation virtuelle entre formulations en langue, s’inscrit en effet dans la continuité du "progrès" qu’avait constitué la notion de transformation, au sens où elle permettait de
127

Chap. II — Extension situationnelle

paraphrases, parfois formellement lointaines mais senties comme équivalentes, ces paradigmes pointent vers une :
[U]nité abstraite [la lexis] qui est en deçà de ce qui est dit, qui est un énonçable, et c’est cette unité qui va être plongée dans un système de référence intersujets, avec donc un système de référence nécessairement en relation à l’espace-temps, à la position des sujets, etc. (Culioli, 2002 : 26)

CONCLUSIONS
On peut voir dans l’extension exo-textuelle un retour à l’empirique, au divers, à l’accidentel, en un mot, comme le dit F. Rastier (1998b), une reconnaissance de la complexité. Le contexte, dès lors, n’est plus considéré comme un ensemble d’épiphénomènes systématiquement évacués lors de l’observation, mais comme un environnement en possible interaction avec les unités linguistiques. Pour F. Rastier, ce changement traduit l’évolution du rapport de la linguistique avec son objet ; A. Culioli y voit quant à lui « une rupture théorique aux conséquences incontournables » (cit. Adam, 1999 : 27). Sans anticiper de conclusions épistémologiques, il est clair que l’on ne peut réduire cela à une simple extension du champ d’investigation laissant intact, entre autres, tout l’appareil descriptif et théorique. Le changement du milieu d’observation d’un fait entraîne nécessairement celui des outils et méthodes scientifiques en jeu.
- Pragmatique et exo-textualité

Alors que l’on parvient au terme de cette brève revue des mises en question exotextuelles de la phrase, on pourra être surpris du peu de cas qui a été fait ici des approches pragmatiques, tant il est vrai qu’elles ressortissent sans conteste à l’exotextualité et qu’elles ont contribué, au même titre que les théories de l’énonciation, à ouvrir de nouvelles perspectives aux sciences du langage. Aussi tenons-nous à nous justifier de ce choix en quelques mots.

concevoir la phrase comme entité. En outre, elle a aussi bénéficié de « l’élargissement des préoccupations sémantiques qui, du mot, se sont progressivement tournées vers la phrase [Voir en effet Martin, 1976], voire vers le texte. » (Fuchs, 1994 : 42).
128

Chap. II — Extension situationnelle

D’une part, c’est un fait globalement admis que la pragmatique est une discipline polycéphale où se côtoient des spécialités d’origines très diverses, dont le seul point commun est d’étudier l’usage du langage plutôt que le système de la langue (Moeschler & Reboul, 1994). 51. Pour les linguistiques de l’énonciation, les faits étudiés sont des faits linguistiques ; pour la pragmatique, à l’opposé, les interactions de ces faits avec le contexte sont les véritables objets. Le statut de celui-ci varie d’ailleurs profondément d’une approche à l’autre : d’un point de vue épistémologique, pour les linguistiques de l’énonciation, le contexte constitue un milieu pour les faits linguistiques, tandis qu’il forme avec eux l’objet systématique de la pragmatique — laquelle étudie donc l’interaction entre ces éléments de nature différente. De ce fait, l’interprétation des énoncés n’est plus produite à partir de signes objectivés, décontextualisés, mais d’objets créés par la synthèse qu’effectue de l’interprète avec les signes et la situation 52. Le problème prend vite des proportions inquiétantes : on en arrive à une opposition de la pragmatique et des linguistiques de l’énonciation selon le degré d’objectivation de leur champ (Rastier, 1998b : 98), avec, en filigrane, l’idée que la prise en compte du contexte est nécessairement amenée à prendre de l’importance et qu’elle va, par cette inflation, rendre impossible à terme toute typification et par conséquent toute science. Dans la mesure où elles prêtent attention aux variations empiriques sans pour autant renoncer à s’intéresser aux régularités du code, les approches de Benveniste et Culioli se différencient de « la » pragmatique, qui relève du même type d’extension mais investit à sa manière l’espace conquis et tend à chercher des régularités dans des faits qui n’intéressent plus directement l’étude du code.

51

52

Naturellement la part d’attention prêtée à l’usage et au système est sujette à varier, ce qui autorise à distinguer de la pragmatique "pure" des mouvances linguistiques ou intégrées, mais on rencontre également dans la tradition des sciences du langage quelques constructions théoriques ayant assimilé des propositions empruntées à la pragmatique. La macro-syntaxe propose ainsi d’articuler la syntaxe du système de la langue (clauses) à celle du langage en action (suites d’énonciations) (voir p. ex. Berrendonner, 2002a) Pour Sperber et Wilson, en conformité avec le modèle de Fodor, « l’interprétation des énoncés en contexte n’est pas gouvernée par le code », dont le traitement (syntaxique entre autres) relève d’un module dédié (Charolles & Combettes, 1999 : 92).
129

Chap. II — Extension situationnelle

- L’énonciation en grammaire

Il est aisé de constater que la remise en question exo-textuelle n’a pas conduit à la révocation totale de l’ancien paradigme, mais qu’au contraire la Raison phrastique cohabite aujourd’hui avec les théories énonciatives. Néanmoins, cette situation est bien une situation de crise : la science normale attend encore ce qui la conduira définitivement hors de l’ancien paradigme. Si l’on constate bien que la plupart des grammaires d’usage et des manuels scolaires et universitaires (témoins les plus fiables de ce revirement) intègrent désormais des critères de type exo-textuel (énonciatifs et/ou pragmatiques 53), elles sont toujours dans un moyen terme assez inconfortable, comme le montrait Combettes (2005) 54 : tout d’abord, le partage phrase-énoncé fait souvent figure de vœu pieux dans la "pratique grammaticale" et demeure très instable : le critère de l’immersion dans un système référentiel, que l’on peut admettre avec P. Le Goffic comme la seule distinction stable 55, se double souvent de critères formel (complétude) ou méthodologiques (l’énoncé est un fait empirique, la phrase un artéfact explicatif), et il n’est pas deux critères qui soient toujours coextensifs. Chez Grevisse, par exemple, le tumulte occasionné par l’introduction du critère énonciatif est patent : on trouve de la phrase une définition mixte, qui met l’accent sur ce critère, puis qui cumule et croise les attributs, faisant voler en éclat la notion. Le trait princeps de la phrase est de constituer un atome de communication et de ne pouvoir être subdivisée en deux ou plusieurs suites (phoniques ou graphiques) constituant chacune un acte de communication linguistique. Deux segments graphiques peuvent ainsi ne former qu’une seule phrase :

53

En tout cas un critère rattachant l’objet linguistique à son contexte de production. C’est ce qu’appelait de ses vœux C. Marchello-Nizia (1979). 54 Le linguiste montre que l’introduction des problématiques contextuelles (énonciation et grammaire de texte) aurait dû s’accompagner d’une réforme de la grammaire de phrase dont l’appareil était incompatible avec le traitement des grandes unités et/ou des unités en contexte. Cela corrobore bien le fait que les outils descriptifs dépendent du cadre/milieu d’observation des faits observés. 55 Le Goffic (1993 : 8-9). Voir également Soutet (1995 : 158).
130

Chap. II — Extension situationnelle

Il arrive aussi que le point ne coïncide pas avec la fin d’une phrase, certains auteurs mettant un terme en relief en le séparant par un point de la phrase dont il fait partie. Ex. : La guerre est une maladie. Comme le typhus. (Saint-Exupéry) 56

Si des phrases comme « L’eau bout à 100°. » ou « Les petits cadeaux entretiennent l’amitié. » satisfont au critère communicationnel (lequel n’est en réalité qu’un agrégat des critères d’autonomie syntaxico-sémantique et de suffisance pragmatique), force est de reconnaître que celui-ci, aussi inconsistant soit-il, n’est que rarement vérifié dans les limites d’un segment graphique. Bientôt, Grevisse convoque des macro-structures communicationnelles composées de phrases redevenues graphiques et rassemblant question et réponse ou encore les membres d’une chaîne de référence. Le retour d’un critère syntaxique de type générativiste, un peu plus loin, achève de disqualifier la version communicationnelle de la phrase :
Une phrase est une phrase, même si ce qu’elle dit est faux, ou absurde, ou incompréhensible […] du moment qu’elle respecte les règles essentielles de la syntaxe.

Une telle solution de repli s’avère encore plus problématique : quelles règles de grammaticalité sont essentielles ? et surtout essentielles à quelle fin, sinon à l’interprétabilité qui vient d’être mise hors circuit (« incompréhensible ») ? On aboutit à une tentative infructueuse de conjoindre des définitions potentiellement contradictoires, ce qui illustre le principe du tiers exclu 57. En somme, parmi les multiples critères retenus par Grevisse, aucun n’est parfaitement fiable et le critère énonciatif ne fait qu’ajouter à la confusion. Dès lors, une stricte séparation méthodologique – donc artificielle – de la phrase et de l’énoncé semble un moindre mal. L’extension exo-textuelle soulève une autre difficulté. Outre la sélection délicate des éléments contextuels pertinents pour la théorie, il se pose en amont un problème relatif à l’observation et à la collecte des faits : pourquoi en effet continuer à travailler avec des segments qui, s’ils ne sont plus systématiquement nommés « phrases », n’en sont pas moins de dimension phrastique, alors que ce qui se présente empiriquement au
56

57

Grevisse, 1993 : 269. Mais une note précise : « Encore faut-il que ce terme puisse se rattacher à un élément de la phrase », ce qui remet en course le critère syntaxique. Suit un exemple de Proust : « Si vous m’AURIEZ ennuyée, je vous l’aurais dit. », lequel est mal formé sans atteindre aux structures syntaxiques fondamentales.
131

Chap. II — Extension situationnelle

linguiste est la plupart du temps de l’ordre du texte ? L’intérêt porté aux conditions de production du fait linguistique suppose que l’on travaille sur les formes naturelles de ses manifestations. C’est faute d’avoir perçu et mis en œuvre un tel principe que les linguistiques énonciatives sont restées des « linguistiques phrastiques de

l’énonciation » selon l’appellation de J.-M. Adam, 1999. Or ces mots d’A. Culioli publiés dans un ouvrage récent attestent au contraire de l’adoption du principe :
Dans l’analyse en constituants immédiats, la phrase était située dans une hiérarchie, et on disait que la phrase était l’unité ultime. Or […] il suffit de prendre le phénomène d’anaphore et le phénomène de paragraphe, une bonne partie des phénomènes d’aspect, c’est-à-dire tous les phénomènes qui font qu’à un moment donné vous avez des relations […] et vous vous apercevez que vous ne pouvez absolument pas vous passer du transphrastique, de ce qui est au-delà de la phrase. (Culioli, 2002: 25)

Si, comme le dit Culioli lui-même, ce propos est aujourd’hui d’une totale banalité, c’est parce qu’une seconde vague de remise en question est venue alimenter la crise de la Raison phrastique et qu’elle a justement suggéré d’étendre la domanialité au-delà de la phrase.

132

Chap. II — Texte et discours

II. EXTENSION ENDO-TEXTUELLE : TEXTE ET DISCOURS
Comme le suggère le titre de cette section, la contestation endo-textuelle du paradigme phrastique est moins homogène que le groupe formé par les approches énonciatives. Que ce soit d’un point de vue historique, géographique ou théorique, on a affaire à toute une constellation scientifique que J.-M. Adam appelle avec raison une « Babel textuelle » (Adam, 1999 : 6). Néanmoins, une première répartition pourrait s’effectuer suivant la ligne de partage entre texte et discours, mais elle suppose que la définition de ces concepts soit bien établie et ce n’est pas le cas. On pourrait également distinguer par leurs diverses finalités des approches littéraires, socio-philosophiques ou proprement linguistiques du texte, mais l’ambition de certaines approches, telle l’analyse du discours dont Foucault pose les bases, est précisément de remettre en question ces catégories a priori, aussi serait-il mal venu de le convoquer à présent. À nouveau, il semble qu’une lecture épistémologique simple permette de sortir de l’impasse : 1. En utilisant les concepts de cadre et de domaine, on peut montrer qu’une première extension endo-textuelle 58 se limite à étendre au-delà de la phrase (quelle que soit l’acception qu’on en retient) l’étude des connexions. Cette approche, que l’on peut appeler transphrastique, s’inscrit dans le texte envisagé comme cadre et non comme domaine, c’est-à-dire sans qu’il soit tenu compte de son unité ni nécessairement de ses frontières ; on le trouve ainsi réduit à un espace théorique ouvert (indéfiniment) au-delà de la phrase ou d’unités immédiatement supérieures (périodes, paires solidaires de type questionréponse, ou encore transphrases chez K. Mantchev, 2004) 59. Il s’agit en quelque

58

59

Le terme « extension » est critiquable (et critiqué) s’il ne désigne que le passage de l’objet phrase à l’objet texte, sans envisager, comme nous proposons de le faire, la modification de l’appareil descriptif et théorique qui en résulte. Certaines macro-syntaxes relèvent selon nous de ce type épistémologique, au même titre que les grammaires textuelles ou certaines approches cognitivistes.
133

Chap. II — Texte et discours

sorte d’une position réductionniste, qui peut éventuellement se prononcer en faveur de la compositionnalité du texte. 2. Le second type d’extension endo-textuelle se morcelle en deux "courants" admettant comme unité maximale l’un le texte, l’autre le discours, mais dont le trait commun est d’adopter une perspective qu’on pourrait qualifier de holiste, puisqu’elle postule qu’une structure intégrante comme le texte révèle des propriétés émergentes, et affirme parfois que le global détermine le local. Ainsi, l’unité maximale (texte ou discours) constitue l’élément princeps, un domaine conditionnant par ses propres caractéristiques (lesquelles déterminent des types de textes ou des genres de discours) les paliers de structuration inférieurs. L’opposition texte-discours, qui est longtemps restée versatile, semble se stabiliser depuis peu grâce à une formulation commode 60 partagée notamment par D. Maingueneau et par la linguistique textuelle suisse, qui en a proposé récemment, avec J.-M. Adam (1999), la schématisation suivante :

Figure 4 : texte, discours – d’ap. Adam

De la sorte, on est à même de distinguer un holisme textuel, représenté notamment par Adam, et un holisme discursif où se rejoignent, via l’extension exo-textuelle 61, les analyses du discours et certains courants de la pragmatique. Dans les pages qui suivent, nous nous attacherons à présenter, à travers un rapide panorama des approches textuelles, comment la phrase s’est trouvée contestée et parfois abandonnée au profit d’autres unités de traitement. Pourtant, on remarque que son

60 61

« Discours = Conditions de production + Texte » « Une étude linguistique des conditions de production du texte en fera un discours. » Maingueneau (D.), 1976, Initiation aux méthodes de l’analyse de discours, Paris : Hachette, cit. Karabétian, 1999.
134

Chap. II — Texte et discours

éviction reste étonnamment récente considérant les presque quarante années qui nous séparent des premiers modèles textuels ; nous aurons à charge d’expliquer cela. Observant ensuite tour à tour les deux types d’extension endo-textuelle qui viennent d’être mentionnés, nous serons à même de mieux cerner l’épistémologie actuelle de la phrase – et celle des structures cadres en général afin de dégager des voies de sortie de la crise phrastique.

A. ÉMERGENCE DES LINGUISTIQUES TEXTUELLES
Il n’apparaît pas essentiel d’établir ici une chronique exhaustive des grammaires et linguistiques textuelles, d’autres auteurs ayant accompli cette tâche et proposé régulièrement des synthèses mises à jour 62. On se limitera ici à évoquer l’apparition, la fusion ou au contraire la dissociation des différents modèles ayant le texte ou le discours pour objet d’étude. Dans cette entreprise, Charolles & Combettes, 1999 l’ont souligné, se fier aux appellations n’aide guère à démêler la confusion régnant parmi les écoles des « sciences du texte 63 » : le couple « texte-discours » peut être désormais considéré comme un problème réglé, mais d’autres cas demeurent ambigus. Ainsi, la « grammaire textuelle » ou grammaire de texte (désormais
GT)

peut désigner simplement l’étude de certains

phénomènes de portée transphrastique ; elle s’oppose alors, dans le discours didactique, à la grammaire de phrase et, en l’espèce, elle ne s’intéresse au texte qu’en tant que cadre des relations transphrastiques 64. Par ailleurs, cette même appellation peut traduire « Textgrammatik » (ou même « Textlinguistik ») et elle désigne alors un courant issu de la GGT, partiellement inspiré de la discourse analysis de Harris 65, et qui fut actif pendant les années 1970 essentiellement dans les domaines germanique et scandinave, mais aussi, sous une autre forme, presque simultanément aux Etats-Unis.

62

Adam (1999), Charolles & Combettes (1999), Karabetian (1999), Rastier (2001), Combettes (2005) pour n’en citer que quelques-uns 63 Stati (1990) parle quant à lui de textologie. 64 C'est-à-dire comme « système polystructuré et complexe […], unité signifiante, unité considérée dans sa singularité et son historicité d’événement communicationnel. » (Adam, 1999 : 28). 65 « Discourse analysis » désigne ensuite aux États-Unis l’analyse conversationnelle.
135

Chap. II — Texte et discours

S’il faut attendre les années 1960-1970 pour que le texte devienne un objet théorique à part entière, on ne doit pas négliger, rappelle J.-M. Adam (1990), que L. Hjelmslev, R. Jakobson ou M. Bakhtine avaient déjà pointé la nécessité pour la linguistique de sortir tôt ou tard des limites de la phrase. Quoi qu’il en soit, c’est autour de l’idée d’une compétence textuelle que se consolide au départ la GT. Cette compétence implique des règles de bonne formation, d’abord rapprochées des règles de grammaticalité puis assimilées globalement à la cohérence textuelle, qui permettent de distinguer un texte d’une suite de phrases aléatoires. On est donc d’ores et déjà devant une théorie de type holiste, qui se donne le texte pour objet et qui a pris acte du fait qu’on ne pouvait se contenter d’étendre les méthodes et les outils depuis la phrase jusqu’au texte 66, notamment en espérant conserver le même degré de formalisme ; en d’autres termes, on ne peut produire du texte une pure description faisant abstraction de sa visée communicative, ce qui, dès les débuts, engage la
GT

dans la sémantique et la

pragmatique au détriment de la syntaxe. Dans cette perspective pragma-sémantique, M. A. K. Halliday et R. Hasan, par exemple, veulent voir dans le texte non pas une unité grammaticale mais une unité sémantique dont la taille est fonction de cette même visée communicative (Charolles & Combettes, 1999 : 82), tout comme l’est le genre auquel il appartient (Adam, 1999 : 9). Ce qui importe ici est que le texte n’est pas envisagé comme un simple objet composite, formé d’une addition de phrases, quand bien même celles-ci seraient cohérentes entre elles, mais qu’on lui reconnaît des propriétés de structure, non dérivées de ses composants 67. La définition du texte par E. Lang en témoigne : « [la signification d’un texte] est un tout qui est plus que la somme (ou la liste) des significations des phrases qui le constituent » (cit. Karabétian, 1999). L’existence de transformations et de paraphrases de dimension textuelle, au premier rang desquelles le simple résumé, conforte cette globalité du texte, mais ne suppose pas

66

67

« Il faut élargir au texte le champ de la linguistique parce qu’il existe des faits linguistiques dont l’explication exige que l’on fasse appel à un contexte extérieur aux frontières de la phrase. » Ce n’est donc pas simplement au-delà de la phrase qu’il faut s’aventurer, mais bien au texte qu’il faut s’attacher. (Lang cit. Karabétian, 1999). L’appellation de « linguistique textuelle », qui à partir des travaux suisses supplante peu à peu la « grammaire textuelle », outre qu’elle est moins teintée de générativisme, met l’accent sur sa préférence marquée pour l’objet-texte au détriment des relations transphrastiques.
136

Chap. II — Texte et discours

pour autant que l’on délaisse la phrase : chez E. Lang, chez T. A. Van Dijk dans ses premiers textes, selon M. Charolles et B. Combettes, le texte se laisse analyser en phrases. Pour le linguiste hollandais, dont les théories prennent un tour cognitiviste de plus en plus marqué 68, il est ainsi descriptible du point de vue allocutif comme une suite d’interprétations et de groupements sémantiques qui procèdent par paliers depuis les microstructures (phrases ou propositions) et les macrostructures (reconstructions sémantiques) jusqu’aux superstructures (genres de textes) 69. Dans le domaine francophone, la promotion du texte en objet d’étude linguistique se fait attendre jusqu’aux années 1980, avec L. Lundquist ou J.-P. Bronckart, ainsi qu’avec B. Combettes, dans une perspective un peu différente. Un peu plus tard, quoique travaillant dans le domaine de la sémantique, F. Rastier s’intéresse également au texte pris dans son ensemble 70 ; sa démarche marque la volonté d’un retour à des faits positifs, à la matérialité du texte, défini comme une macrostructure fixée sur un support et associée à des contextes de production-réception ainsi qu’à des pratiques sociales. Le passage à un milieu ouvert s’accompagne d’une extension de la domanialité 71, mais ce problème des structures-cadres touche en fait à toute la linguistique envisagée comme science, et c’est en tant que telle que F. Rastier ambitionne de la redéfinir. Il montre bien comment le réductionnisme logicogrammatical s’est pétrifié en même temps que l’idéalisation scientifique qu’est la phrase, sans chercher de corrélation entre ces faits. Il oppose à ce modèle jugé daté – et nourri du "complexe" des sciences de la culture à l’endroit de celles de la nature – une théorie de l’interprétation fondée sur les contextes, qui met en place une double extension à la fois endo-textuelle (en direction du domaine qu’est le texte) et exotextuelle (en inscrivant le texte « dans une culture » 72).
68

Sa collaboration avec W. Kintsch marquant l’influence importante de la GT sur la psycholinguistique (Adam, 1999 : 15). 69 Il s’agit donc d’une procédure bottom, up, pour reprendre la terminologie de l’épistémologie générativiste. 70 Rastier (1998b, 2001), notamment. 71 Le cheminement vers une théorie générale des contextes semble d’ailleurs être la suite logique du déroulement de la crise phrastique. 72 Rastier (1998b : 110). Ce qui renvoie à des pratiques sociales qui s’étendent bien au-delà du hic et nunc de l’énonciation, mais n’exclut pas celles-ci, à savoir le cadre énonciatif restreint.
137

Chap. II — Texte et discours

À la même époque, dans les années 1990, c’est surtout à travers les travaux de J.-M. Adam qu’apparaît le paradigme qui permettra la pleine reconnaissance en France d’une linguistique textuelle nettement détachée de l’analyse de discours et de la pragmatique. Pour se constituer, cette théorie a pris la mesure de la difficulté qu’il y avait à proposer un modèle génératif du texte (c’est-à-dire une grammaire au sens chomskyen) mais aussi à travailler simplement sur les marques de la cohésion, dans une forme d’atomisme. Ainsi, la
LT

se démarque en cela de ce que l’on entendait plus

haut par « grammaire textuelle » et qui reste surtout, selon nous, la partie – ou la version – technique de la linguistique du même nom. Nous justifions un tel clivage par ces propos de J.-M. Adam :
Sorin Stati, dans Le Transphrastique (1990), déclare limiter « l’explication du processus de constitution des textes […] aux enchaînements de deux énoncés et de deux répliques dialogales » (1990 : 12). C’est quand même trop peu, même si nous accorderons, dans les chapitres qui suivent, une place essentielle aux microenchaînements, dressant ainsi, à notre tour, des passerelles entre la « macro-syntaxe » transphrastique et le texte. […]

Il ajoute immédiatement après :
L’hétérogénéité et la complexité de son objet ont eu progressivement raison des ambitions structuralistes initiales de la linguistique textuelle : élaborer, d’une part, une « grammaire de texte » et présenter, d’autre part, des « typologies de textes ». (Adam, 1999 : 16-17)

En dénonçant l’échec de cette grammaire de texte « structuraliste », J.-M. Adam vise probablement la tentative de réduction logico-grammaticale du texte élaborée à la suite de Harris 73, et qui a dérivé en une pure formalisation de règles de cohésion. Malgré ces différences, ces tentatives inabouties, toutes les "sciences du texte" que l’on a passées en revue jusqu’à présent sont issues de la linguistique et en sont venues à révoquer la phrase au bénéfice du texte pour des motifs tenant aux propriétés du système de langue. Ainsi, s’il est une chose qu’elles partagent, c’est l’extension
73

Comme le souligne Combettes (2005), on s’est souvent satisfait d’ajouter l’appareil de la grammaire de texte comme greffon dans l’enseignement scolaire de la langue, où sa pratique s’est limitée à la mise en évidence de solidarités de longue portée, et cela sans modification de la grammaire de phrase, ni prise en compte des propriétés "superstructurales".
138

Chap. II — Texte et discours

concrète de leur objet d’étude au-delà des limites de la phrase. L’appréhension de cet au-delà et la détermination de cet objet révèlent en revanche des disparités dont il convient de rendre compte.

B. TYPOLOGIE
On gagnerait selon nous à circonscrire d’abord les études transphrastiques qui, le plus souvent, partent de la phrase traditionnelle et étendent hors de celle-ci leur champ d’action ; notons qu’elles ne révoquent pas systématiquement le découpage phrastique, mais qu’elles s’attachent parfois, au contraire, à le justifier en étudiant des suites ou des combinaisons syntagmatiques de phrases 74, ou en se focalisant sur des relations qu’elles superposent à ce découpage 75. Dans ces approches, le texte ne constitue généralement ni un objet d’étude explicite ni un palier théorique, il est tout au plus le cadre abstrait que présuppose n’importe quelle combinaison, comme l’était la phrase dans l’ancien paradigme dominant. En second lieu, il est envisageable de regrouper les théories qui, plutôt que de partir de la phrase, partent du texte ou du discours dans leur globalité (holisme) et les considèrent comme les observables premiers et surtout comme les objets à étudier en priorité. Le caractère domanial de ces formations ressort lorsque leur compositionnalité est mise en avant, et la mention de certains rapports interdiscursifs 76 les promeuvent au rang d’entités opposables entre elles, in praesentia ou non.

1. Transphrastique et macro-syntaxe
Schématiquement, les approches transphrastiques, que l’on peut appeler avec M. Foucault « atomistes », ne travaillent pas sur le texte, mais hors de la phrase. Elles se consacrent avant tout aux phénomènes linguistiques dépassant immédiatement le
74 75

C’est le cas de Stati (1990) et de Mantchev (2004). L’étude des chaînes de référence ou de la structuration informationnelle d’un texte n’implique pas de remise en question du découpage phrastique. Voir Lambrecht (1994 : 3) : « I take information structure to be a component of GRAMMAR, more specifically of SENTENCE GRAMMAR, i.e. I take it to be a determining factor in the formal structuring of sentences. » 76 En premier lieu des rapports formalisables (structure, type de contexte à la rigueur…) mais aussi d’autres qui le sont peu ou pas (thèmes, rapports interprétatifs – résumé, paraphrase – pratiques discursives…)
139

Chap. II — Texte et discours

cadre de la phrase : « isotopie, anaphore, communauté présuppositionnelle » (Martin, 1992 : 228). Quoique leur action s’exerce « à l’intérieur même du texte », ces faits prennent en défaut la maximalité de la phrase et invitent souvent à l’intégrer à des structures plus vastes rendant compte d’un "circuit" informationnel ou d’un système narratif particulier 77. Pour autant, cela ne signifie pas nécessairement que la phrase perde toute pertinence, et encore moins qu’elle soit destituée. Deux ensembles théoriques vont donc se dessiner et s’opposer selon que l’extension endo-textuelle s’accompagne ou non de l’éviction de la phrase et de son remplacement. La phrase intégrée Dans des perspectives très différentes et avec des soubassements théoriques qui ne le sont pas moins, deux linguistes peuvent être choisis comme exemples de la première tendance : S. Stati, et K. Mantchev en effet, au lieu d’écarter l’unité traditionnelle, se proposent de forger des macro-structures intermédiaires composées généralement de paires de structures phrastiques. La difficulté à opérer ainsi ne peut guère se cacher : les deux linguistes doivent admettre tôt ou tard qu’ils opèrent avec des unités qu’ils ne parviennent guère à définir. Pour Mantchev, le problème qui surgit est de donner de la phrase une définition compatible avec son approche de sémanticien : en premier lieu, le linguiste pose que la phrase exprime « un fait au moins » (Mantchev, 2004 : 15), mais ne rejette pas le critère prosodique 78 ni les définitions structurales inspirées de la tient pas pour autant à l’axiome
P GGT.

Cela étant, il ne s’en

→ SN + SV, mais tente au contraire d’y réintégrer le

sens, en postulant que SN et SV sont « l’expression respective d’un être et d’un procès », lesquels doivent être intuitivement et immédiatement reconnaissables par l’allocutaire dans la phrase pour que celle-ci soit reconnue comme telle. On reconnaît là une définition catégorématique assez similaire à celle de Benveniste, mais Mantchev propose pour finir un critère morphosyntaxique portant, quant à lui, la marque de

77

78

Le fonctionnement binomial de l’imparfait et du passé simple dans le récit, par exemple, peut ne se révéler qu’au terme d’un paragraphe entier. Ibid. : « La séquence linguistique appelée phrase est immédiatement reconnaissable (dans un grand nombre de cas) grâce à l’intonation. »
140

Chap. II — Texte et discours

Meillet et consistant en l’autonomie syntaxique de la phrase, autrement dit en sa domanialité. C’est du reste ce dernier critère qui sert à l’élaboration des unités supérieures au palier de la phrase, qui s’organisent comme suit par ordre croissant de dépendance syntaxique de leurs constituants :
(–) Asyndète - Transphrase - Phr. composée - Phr. jumelée - Phr. Complexe (+)

L’asyndète est, par défaut, le mode d’organisation (purement sémantique) des phrases composant un texte, ce qui revient à dire, selon Mantchev, que celles-ci « ne sont pas jointes par des signes qui restent en dehors d’elles » (Mantchev, 2004 : 17). En deçà de l’asyndète, la transphrase constitue la première unité qu’étudie morphosyntaxe ; elle est définie comme la « séquence de deux phrases jointes par un signe qui est placé le plus souvent en tête de la seconde phrase », et nommé signe interphrastique.
Il pleut, pourtant je sors. (Transphrase) Et avec cela, à cet effet, sans cela… (Interphrastiques) 79

C’est ce même ligateur qui conduit Mantchev à faire de la transphrase un lien plus resserré que l’asyndète et moins que la subordination. Ce dernier conserverait, à la manière d’un relatif affaibli, un reste de fonction dans la seconde phrase 80 dont peuvent témoigner les transformations successives :
1. Il pleut. Je sors malgré cela. 2. Il pleut. Je sors malgré tout. 3. Il pleut. Malgré tout, je sors.

De complément verbal en (1), le syntagme malgré x se lexicalise en (2) et s’achemine vers un statut d’intégrateur lors de son déplacement en tête de la seconde phrase, en (3). Certes, le processus peut être simplement décrit comme l’éviction progressive vers la

79 80

K. Mantchev n’exclut pas de parler d’un interphrastique zéro. Mantchev (2004 : 19) : « L’interphrastique n’a pas de fonction réelle dans la seconde phrase [mais] il n’a pas moins une fonction potentielle. »

141

Chap. II — Texte et discours

périphérie phrastique d’un complément prépositionnel 81, mais les rapports avec une hypotaxe à enchâsseur pronominal sont loin d’être négligeables 82. S’il est clair que « malgré tout » est lexicalisé comme outil de cohésion en tête de phrase, est-il légitime de lui prêter une parenté diachronique ou systématique avec le complément intégré de (1) ? La réponse ne va pas de soi, mais c’est pourtant sur elle que repose la consolidation de la transphrase. Sans cette correspondance entre les deux structures, la fonction potentielle du transphrastique reste sans fondement. Bien qu’il soit impossible d’exclure a priori la justification de la transphrase par cette grammaticalisation, il reste à généraliser cette analyse à l’ensemble des

interphrastiques – si tant est que l’on parvienne à en délimiter la classe 83. Avec S. Stati, la création de macro-unités ne repose plus sur des critères morphosyntaxiques mais sémantiques, c’est pourquoi la discipline chargée de cette tâche ne s’assimile pas à une syntaxe 84 et doit être nommée, selon lui, « étude du transphrastique ». Au sein de la « textologie » – i.e. les sciences du texte – cette nouvelle spécialité consiste en une approche ascendante (bottom up) qui, procédant « des phrases vers le texte 85 » (Stati, 1990 : 11), vise à terme à expliquer le « processus de constitution des textes à partir de la combinaison des phrases. » Pour l’auteur qui
81

En termes empruntés à Guimier (1996), on pourra dire que malgré x devient exo-phrastique (en 3) après avoir été intra-prédicatif (en 1). Dans ce dernier cas, en effet, il est manifestement rhématique, comme le confirme d’ailleurs la possibilité (faible mais réelle) de l’extraction : C’est malgré cela que je sors. Cela n’est plus valable par contre avec malgré tout en (2) et encore moins en (3). 82 D’une part, la fonction potentielle dans la seconde phrase suggère immanquablement une comparaison avec la proforme relative, qui cumule un rôle d’enchâsseur et une fonction bien réelle dans la subordonnée. En outre, le rapport anaphorique bien marqué par cela en (1) est toujours présent quoique atténué en (2-3), sous l’espèce de tout. 83 Outre la transphrase, unité maximale de la morphosyntaxe, K. Mantchev suggère de définir d’autres macro-unités formées de constituants phrastiques : il s’agit de la phrase composée, qui relève de la coordination, de la phrase jumelée, formée par un tour corrélatif, et enfin de la phrase complexe, restreinte à la seule hypotaxe, qui est la relation la plus contrainte syntaxiquement. La distinction entre transphrase et phrase composée repose sur le critère de l’ellipse, qui témoigne, selon Mantchev, du caractère plus intriqué des prédications dans la seconde que dans la première : « Il a mangé un gâteau et [il a mangé] du fromage. » L’argument est séduisant, mais il ne s’applique pas aussi bien avec toutes les conjonctions de subordination (ce qui peut certes être imputé à la délimitation problématique de la classe – interférence avec les adverbes). 84 Stati (1990 : 10) : « Dans un texte, monologal ou dialogal, le passage d’une phrase à l’autre doit être sensé, conforme à notre vision du monde, à la logique. » De plus, syntaxe renvoie à la grammaire d’une langue particulière, tandis que le transphrastique « se révèle essentiellement universel. » 85 La textologie connaît également une démarche descendante (top down) procédant « du texte vers ses constituants (= unités différentes des phrases)… ».
142

Chap. II — Texte et discours

nous occupe, ce projet se limite à l’enchaînement de paires d’énoncés ou de répliques et, inévitablement, rencontre le problème de la délimitation de la phrase. Or, ayant conclu à l’impossibilité d’en proposer une définition stable, S. Stati estime que l’étude du transphrastique peut se passer d’un tel appui, notamment parce que « les relations syntagmatiques entre phrases co-textuelles répètent les relations entre propositions membres de phrases 86 » (Stati, 1990 : 10). Cela suppose de se placer dans une optique non syntaxique 87 et par conséquent de forger des macro-unités liées à d’autres niveaux de structuration – sans pour autant être contraint d’abandonner la phrase 88. Ainsi, dans la continuité de Van Dijk, S. Stati s’attache à dégager dans le texte des groupes de deux à quatre phrases que des marques diverses signalent comme solidaires d’un point de vue rhétorique ou pragmatique :
Question + Réponse Compliment + Rejet + Confirmation Promesse + Remerciement (etc.)

Cependant, à ce niveau, le découpage des « unités » ne correspond pas nécessairement à celui des phrases : une même fonction pragmatique peut s’exprimer en un segment de phrase ou en plusieurs phrases entières. Quoi qu’il en soit, de l’aveu de l’auteur luimême, ce choix de travailler sur des paires de phrases soulève quelques problèmes, en particulier parce que la détermination des fonctions pragmatiques peut reposer sur le contexte et surtout s’organiser en unités plus vastes (paragraphes), le palier final étant, quoiqu’il arrive, le texte. En fait, il s’avère que S. Stati ne cherche pas tant à définir une unité consistante qu’à mettre en valeur des types de solidarité et leurs marques (ce que

86

L’auteur ajoute : « Par exemple, dans un récit, un énoncé Ex désigne un état de choses comme précédant l’état de choses désigné par l’énoncé voisin En, et ce rapport a le même sens que celui qui unit une proposition principale Px à sa subordonnée temporelle Pn introduite par avant que. Pourquoi donc s’occuper de l’agencement des phrases si tout ce qu’il est capable d’exprimer se trouve pour ainsi dire condensé entre les frontières d’un seul énoncé ? » (ibid.) 87 On sait que l’approche morphosyntaxique traditionnelle (si ce n’est avec Mantchev) voit dans la phrase le niveau au-delà du duquel les relations rectionnelles deviennent purement sémantiques (ou encore présuppositionnelles). Voir Benveniste (1962 : 128) : « Avec la phrase, on quitte le domaine de la langue comme système de signes… ». Cela exclut que l’on compare l’agencement intrinsèque de la phrase à celui des phrases entre elles. 88 « Nous n’envisageons pas de critères assez puissants permettant d’identifier les phrases d’un texte (surtout oral). Et pourtant ces obstacles n’atténuent pas sensiblement les chances des recherches transphrastiques. » (Stati, 1990 : 14)
143

Chap. II — Texte et discours

traduit le titre de sa monographie), traitant indifféremment des segments produits par un seul locuteur et des fragments d’interlocution. Des théories que l’on vient de passer en revue, aucune ne conteste totalement la pertinence de la phrase, soit qu’elle s’attache à des niveaux d’organisation qui n’interfèrent pas avec la domanialité syntaxique ou la segmentation graphique, soit qu’elle étudie précisément les concaténations de phrases : ainsi, Mantchev infléchit légèrement l’idée selon laquelle la phrase est un terminus morphosyntaxique en présentant divers modes de combinaison de phrases qui enrichissent la dyade parataxe/hypotaxe, insuffisante dans bien des cas. Sorin Stati, se plaçant à un niveau rhétorico-pragmatique, met en valeur quelques phénomènes de dépendance

transphrastique et ne révoque pas davantage la segmentation héréditaire ; il précise toutefois qu’il n’en fait usage que « faute de mieux » – mais il n’empêche que les structures qu’il retient sont toujours composées de phrases. Les théories que l’on vient de survoler ont pour propriété commune de proposer une articulation des unités phrastiques sur des bases essentiellement sémanticologiques. En cela, on l’a dit, elles ne contestent pas directement la phrase mais s’intéressent simplement au palier structural supérieur dans une perspective plus ou moins compositionnelle. La phrase en question : les approches macrosyntaxiques Avec la macro-syntaxe, « domaine linguistique [ayant] pour tâche d’explorer les relations syntaxiques au-delà du cadre de la phrase » (Neveu, 2000 : 66), les postulats sont tout différents. Ces théories (en particulier celles d’A. Berrendonner) font l’objet d’une étude détaillée dans la prochaine partie, aussi n’en évoquerons-nous ici que les principes les plus essentiels. Bien que la macro-syntaxe s’avère polycéphale dès ses débuts 89, les études qui s’en réclament partagent une critique de la phrase comme unité princeps de la

89

On peut considérer d’une part Berrendonner & Reichler-Béguelin (1989) et Berrendonner (1990), d’autre part Blanche-Benveniste (1990) comme des textes programmatiques de la macro-syntaxe.
144

Chap. II — Texte et discours

linguistique. Certains ensuite, de manière diverse, formulent des propositions en vue de définir des unités de substitution à la phrase, qu’ils jugent inconsistante. En fonction des auteurs, cette critique sert des ambitions différentes : c’est A. Berrendonner qui, jugeant l’intension même du concept de phrase, en produit la remise en question la plus directe et propose de lui substituer des unités d’inspirations cognitiviste et pragmatique. Pour C. Blanche-Benveniste, l’étude des particularités de la langue parlée révèle que la phrase est une notion pétrie du logocentrisme qui a longtemps prévalu en linguistique ; assez naturellement, le groupe aixois qu’elle a fondé a été conduit à abandonner l’unité traditionnelle aussitôt qu’il a dû produire une description rigoureuse de faits non écrits. Dans un article volontiers provocateur, A. Berrendonner (2002a) fait table rase de la tradition et affirme remettre en question jusqu’à « l’existence empirique de phrases dans le discours 90 ». Pour ce faire, il s’attache à prouver le caractère inconsistant ou non coextensif de quatre critères fondamentaux de la phrase 91. Devant des exemples de français parlé, des cas de « syntaxe expressive », la définition traditionnelle de la phrase, supposée conjoindre au moins deux de ces quatre critères, ne résiste pas à une analyse rigoureuse et vole en éclats. Envisager en réponse le découpage du discours aux seuls niveaux syntaxique, sémantique ou prosodique est, toujours selon

A. Berrendonner, une solution vouée à l’échec :
Si […] on se fonde sur la seule propriété d’autonomie syntaxique (α), on obtiendra des monades grammaticales qui ne seront pas toutes des phrases au sens traditionnel du terme. Si l’on se fonde exclusivement sur les marques de clôture prosodique (γ), on isolera des paragraphes tonaux qui eux non plus ne seront pas tous des phrases. Si l’on se fonde sur une recette de complétude sémantique, on devra exclure certaines suites comme Ciel, mes bijoux !, qui étaient traditionnellement tenues pour des phrases. (Berrendonner, 2002 : 26 – nous soulignons)

Bien que nous revenions plus loin à cette question, posons néanmoins quelques mots de commentaire. On ne peut manquer d’abord de se demander ce qu’est une phrase « au

90

Notons pour justifier sa place dans cette section que Berrendonner s’intéresse au discours en tant que fait empirique à décrire et non à théoriser comme objet. 91 « Maximalité syntaxique » ; « Complétude sémantique » ; « Démarcation prosodique » ; « Démarcation typographique ».
145

Chap. II — Texte et discours

sens traditionnel du terme » ? Quel est ce comparant qu’A. Berrendonner convoque ici implicitement pour invalider une à une les approches mono-critériales ? Pour le déterminer, il suffit de se demander quelle propriété l’adoption du seul critère syntaxique, prosodique ou sémantique va enfreindre à coup sûr, au point qu’on ne puisse plus parler de « phrase ». Il ne fait guère de doute qu’il s’agit du critère graphique, qui semble constituer la propriété centrale de la phrase « traditionnelle ». Ainsi, contrairement à ce que souligne G. Kleiber (2003 : 18) 92, A. Berrendonner expérimente ici à mots couverts une autre conjonction de critères, qui fonde la définition de la phrase par la doxa, fondée avant tout sur l’évidence graphique, et il montre qu’elle ne fonctionne avec aucune propriété de description scientifique. Il apparaît alors, d’un linguiste à l’autre (ou dans une seule et même acception), que la phrase se révèle définie à l’aide de critères non coextensifs… Le concept fixé dans la communauté des sciences du langage, extrêmement nébuleux, est invalidé avant même l’épreuve des faits par son intension. Il est alors libre à chacun de s’en débarrasser ou de tenter de le redéfinir, et c’est, comme on le verra, la première option que retient A. Berrendonner. Pour F. Neveu (1998a), c’est au départ l’étude du détachement qui fait émerger d’importantes questions touchant à la segmentation phrastique : certains faits comme l’apposition semblent d’une part faire éclater la monade qu’est la phrase en révélant leur dépendance à la fois locale/rectionnelle et globale/communicationnelle. Faisant sienne l’hypothèse de l’existence de deux syntaxes – reprise à A. Berrendonner, précisément – F. Neveu montre que les segments apposés tiennent des deux types de syntagmatique :
Plaident en faveur d’un fonctionnement micro-syntaxique des constructions appositives : le mécanisme incidentiel qui les régit, les faits rectionnels qui y sont associés et leur dépendance à l’égard d’une prédication d’ancrage […]. Plaident en faveur d’un fonctionnement macro-syntaxique des constructions : la formation d’une cellule référentielle et informationnelle de l’apport avec son support actanciel, la fonction iconique de la place du système appositif dans l’énoncé, le niveau d’accessibilité référentielle du contrôleur […] et la structure insécable de l’appariement asymétrique qui délimite une zone de dépendance extra-clausale. (Neveu, 2000b : 122)

92

« [L]a confrontation prend toujours comme pivot A, c'est-à-dire la maximalité syntaxique et n’envisage pas les paires B-C, B-D et C-D. »
146

Chap. II — Texte et discours

Ces remarques font surgir un second problème d’ordre épistémologique, qui tient à la compatibilité de ces deux niveaux de description : faut-il privilégier l’un plutôt que l’autre, ou autrement dit, « faut-il dire adieu à la phrase » en abandonnant complètement la micro-syntaxe ? Sur ce point, nous y reviendrons, F. Neveu est partisan de la modération et il déplore au contraire qu’un choix exclusif n’engendre « une situation d’alternative méthodologique […] préjudiciable à l’analyse » (Neveu, 2002b). Aussi les constructions détachées en général (CD) sont-elles descriptibles à la fois comme prédicats seconds (au sein de la phrase) et comme clauses (dans la période) 93. La position du segment dans l’espace graphique de la phrase n’est pas anodine, et elle suppose comme nous le verrons dans la seconde partie une prise en compte de la segmentation graphique, de l’iconicité. Les conséquences épistémologiques sont considérables : cela bouleverse l’observation et la description des faits en faisant interférer les données du mode de production (écrit/oral) avec les structures idéalisées que l’on retenait jusqu’alors en sciences du langage. C’est aussi pour des spécificités de cet ordre (entendons : liées au mode de production) que C. Blanche-Benveniste et le groupe d’Aix ont rejeté la phrase comme « unité de calcul » grammatical (Blanche-Benveniste (1991 : 39) 94. Structure

intériorisée « avec ses manifestations visibles de délimitations graphiques 95 », elle est inapte aux « tâches d’analyse et de calcul » et se révèle pour eux n’être qu’une notion pré-théorique. C’est pourquoi à l’opposé des théories qui en font une monade syntaxique, i.e. un domaine homogène et hermétique, C. Blanche-Benveniste déclare fallacieuse la correspondance intuitive entre segmentation graphique et autonomie rectionnelle et propose de distinguer, comme A. Berrendonner, trois niveaux de dépendance remettant en question l’existence de la phrase :

93

94

95

Ce que montre cet exemple que nous lui empruntons : « Lorsque nous lui avons proposé de se laver, elle est entrée sous la douche avec ses habits, comme si elle n’en avait jamais pris ! Une fois déshabillée, nous avons été choqués. » (L’Illustré, 11/11/92) On ne peut définir dans l’étude des productions orales « une unité qui ressemblerait à la "phrase", sur des bases syntaxiques homogènes. » (ibid.) L’écrit, sauf cas exceptionnel, n’intègre pas ses ratés à l’axe syntagmatique dans sa réalisation finale, contrairement à l’oral. (P. ex. : la mer se reflétait au fla- au plafond) (Blanche-Benveniste, 1991 : 22).
147

Chap. II — Texte et discours

Ce n’est pas seulement dans l’au-delà de la phrase qu’il faudrait placer un répartition entre syntaxe et non-syntaxe, mais, pour ainsi dire, dès l’en-dedans de ce qu’on entend par phrase. (Blanche-Benveniste, 2002 : 8)

Reste là encore à préciser que « ce qu’on entend par phrase » est manifestement là encore la phrase graphique, au sein de laquelle s’exercent des connexités diverses : outre la dépendance rectionnelle à l’œuvre au sein du
GARS

« noyau » définit lui

(Blanche-Benveniste, 2000 : 113) et qui correspond à la syntaxe, le

aussi une macro-syntaxe traitant des « dépendances qui se font en dehors de toute référence à une catégorie grammaticale » (Blanche-Benveniste, 2002 : 20)

(compléments de phrase, constituants détachés, corrélations…), puis situe à un dernier niveau la dépendance des unités énonciatives. Cette configuration est en quelque sorte une concaténation de domaines dont l’intégrité repose sur un principe d’homogénéité relationnelle, principe en vertu duquel une unité se définit selon qu’elle met en œuvre un type unique de combinatoire pour associer ses constituants (syntaxique, sémanticoréférentielle…). Cet possibilité d’emboîtement des domaines met du reste en valeur la différence de portée des relations existant entre constituants. Si l’on adopte cette conception domaniale de l’unité, il apparaît que la phrase graphique, dans la plupart des cas, ne peut être retenue comme unité de calcul du discours puisque ses constituants ne sont pas liés sur l’axe syntagmatique par des liens uniformément syntaxiques, mais aussi par des relations sémantico-référentielles, pragmatiques, ou encore informationnelles 96, qui sont la plupart du temps non marquées. Par contraste, l’unité de la micro-syntaxe retenue par le
GARS
97

est

exclusivement rectionnelle, chacune ne laissant en dehors d’elle que des relations d’un autre type (ou le vide, ou une autre unité, pour paraphraser M. Wilmet). Le modèle obtenu semble à l’opposé de la structuration en niveaux propre à un certain structuralisme, qui reconnaît autant de types d’unités et de segmentation que de points

96

« Dans les objets qu’on appelle phrases, se trouvent habituellement mêlées des dépendances hétérogènes, les unes se référant au verbe et les autres non, avec des propriétés syntaxiques très différentes. Le terme unique de phrase fait croire que les relations sont d’une seule espèce. » (BlancheBenveniste, 2002 : 20) 97 Le « noyau », défini par sa capacité à « porter » la modalité, et assimilé à un acte de langage (BlancheBenveniste 1997 : 112-114). La « clause » d’A. Berrendonner s’approche de cette définition.
148

Chap. II — Texte et discours

de vue théoriques (sémantique, syntaxique, pragmatique…) ; le modèle du GARS marque un retour à une organisation unilinéaire qui, sans nier la pluralité des modes de structuration, tente d’en rendre compte tout uniment.

Figure 5 : la macro-syntaxe aixoise et une approche traditionnelle en niveaux

D’un modèle descriptif à l’autre, on voit varier dans des proportions importantes la place du seuil séparant micro- et macro-syntaxe et, corrélativement, la définition des unités d’analyse et la description de nombreux faits linguistiques. Ainsi, les constituants d’un noyau rectionnel peuvent entretenir avec « l’extérieur » des relations que certains analyseront comme présuppositionnelles et d’autres comme (quasi-) syntaxiques, c’està-dire rectionnelles ; les constructions détachées (dislocation, nominativus pendens, et, bien sûr, apposition) 98 sont au nombre de celles-ci et elles sont susceptibles, selon les modèles, de relever du micro- ou du macro-syntaxique. On retrouve sous une autre forme, comme le souligne E. Roulet (2002 : 162), la question jadis soulevée par Benveniste du passage de l’ordre sémiotique à l’ordre sémantique, dont nous dirons quelques mots pour conclure. Parmi les auteurs dont on vient succinctement d’examiner les travaux, les plus vives critiques de la phrase émanent d’A. Berrendonner et C. Blanche-Benveniste. Cela n’est guère étonnant car l’acceptation de la phrase nécessite l’abandon d’une conception des unités fondée sur la domanialité, c’est-à-dire d’une conception monadique. Le critère graphique en revanche retrouve sa pertinence si l’on admet que la ponctuation sert à borner un segment de linéarité polystructuré et qu’elle subit l’influence non d’une cause unique mais d’un faisceau de phénomènes. Comme le souligne L. Lundquist à la suite de M. Charolles et B. Combettes, mais également de Langacker ou Givón :

98

C’est tout le sens des interrogations sur le « type de syntaxe » adapté au détachement (Neveu, 2000b) : s’il est recevable de voir dans l’apposition frontale une clause (Heureux, il sortit.), peut-on en faire autant avec une dislocation "associative" (La poste, ils sont en grève.) ?
149

Chap. II — Texte et discours

La transgression du niveau de la phrase à celui du texte ne constitue pas un « saut qualitatif », mais tout au plus un « saut quantitatif » […] La phrase ne constitue pas une forme particulière et privilégiée, mais seulement une forme conventionnalisée pour représenter linguistiquement un contenu conceptuel. (Lundquist, 1999 : 64)

B. Combettes déplore quant à lui que le même clivage soit à l’œuvre dans l’enseignement, où grammaire de phrase et de texte/discours sont encore très indépendantes (Combettes, 2005), tant dans les contenus que dans les pratiques. Il faut selon lui abandonner le syntactocentrisme qui prévaut encore, et s’engager dans une perspective fonctionnelle 99, qui subordonne « l’étude du système syntaxique » à la prise en compte de « l’ensemble de l’acte de communication ». Or, signale-t-il, un changement de cet ordre conduirait à revoir la configuration épistémologique des niveaux et domaines pour une approche modulaire : celle-ci intègrerait, sous une forme plus symbolique qu’autre chose, le paramètre du temps au moyen duquel elle définit des « paliers de traitement » auxquels correspondent des unités pertinentes. On pourrait alors s’attendre à voir la phrase totalement disqualifiée dans cette approche, mais il n’en est rien :
Il serait souhaitable de clairement distinguer, dans la phrase, ce qui relève de la prédication au sens strict et ce qui se trouve dans un statut « périphérique » par rapport à cette zone centrale. (Combettes, 2005 : 17)

Précisément, les travaux de B. Combettes tendent à montrer par le biais de la diachronie que la phrase, en se grammaticalisant, a phagocyté des éléments autrefois beaucoup plus libres. Conclusion Que les approches transphrastiques évincent la phrase, qu’elles la conservent ou la rétablissent en la précisant, elles étendent toujours au-delà d’elle le champ d’étude des sciences du langage. Chez B. Combettes comme F. Neveu ou G. Kleiber, la phrase est finalement maintenue dans la description linguistique, mais, ce qui représente un changement considérable, comme « unité graphique ne convenant guère pour l’oral »
99

Mouvance représentée selon B. Combettes par Dik, Givon, Van Valin, mais aussi, dans la branche cognitiviste, par Langacker.
150

Chap. II — Texte et discours

(Kleiber, 2003 : 17). Les substituts de la phrase proposés par C. Blanche-Benveniste pour l’oral obligent à ne pas tenir compte d’une segmentation graphique qui est pourtant bien là, et qui ne peut n’avoir ni rime ni raison. De même, les clauses et périodes, forgées par A. Berrendonner, sont difficilement utilisables pour la segmentation du texte, comme l’ont montré D. Apothéloz (Neveu, 2000b : 121) et G. Kleiber. Reste une dernière possibilité, exploitée à la fois par la linguistique fonctionnelle et par des approches théoriquement moins marquées (F. Neveu, B. Combettes, et plus récemment Gardes-Tamine, 2003), qui consiste en somme à revenir vers la matérialité de l’écrit et donc à celle de la phrase, en tenant compte de la continuité des relations jusqu’au palier maximal du texte 100.

2. Texte et discours
Les approches transphrastiques procédaient, on l’a vu, sans conférer au texte le statut d’unité et d’objet d’étude (mais sans l’ignorer pour autant en tant que cadre), ce qui nous permettait de les désigner comme des atomismes. On aborde à présent, pour terminer, des travaux qui adoptent une démarche inverse et qui travaillent non plus dans le sens bottom up, mais top down, du tout vers ses parties, c’est-à-dire du palier maximal vers ses constituants. La perspective d’analyse n’est naturellement pas identique selon que ce palier maximal est le texte ou le discours. ce qui justifie à nos yeux la séparation des holismes textuel et discursif. Prenant pour point de départ les textes, considérés comme les « produits naturels de l’interaction langagière » (Adam, 1999 : 27) et à ce titre comme des observables, la linguistique textuelle opère une remise en question profonde du paradigme phrastique. Puisqu’elle progresse du tout vers ses parties sans préjuger de l’existence d’unités, elle « ne procède pas à une simple extension transphrastique des limites du domaine linguistique » (ibid.), mais relève au départ d’une forme de holisme 101, corrélat du

100

Voir Neveu (2002b : 139), qui fait état de « la porosité de la frontière qui est censée délimiter la connexité morphosyntaxique et la connexité sémantico-pragmatique. » 101 « Le texte est un tout, et non un simple assemblage de propositions indépendantes (et analysables comme telles) que l’on aurait mises bout à bout. […] Chaque phrase du texte renvoie à ce dernier comme à son sens profond. » (Meyer, cité par Adam, 1999 : 26).
151

Chap. II — Texte et discours

caractère non compositionnel de son objet, qui met en avant les déterminations que le global fait peser sur le local, et se heurte au réductionnisme incarné par Moeschler et Reboul (Adam, 1999 : 33). Le texte étant adopté comme point de départ et la phrase évincée, il s’en faut de beaucoup pour que la définition et la segmentation du premier aillent de soi. En effet, si des critères simplement empiriques permettent – le plus souvent – de délimiter concrètement un texte, quelles propriétés permettent d’en faire une « unité théorisable et typologisable » ? Comme l’a posé Benveniste, la taille croissante des structures linguistiques est corrélée à une liberté croissante du locuteur pour les produire et donc, fatalement, à une difficulté plus grande pour le linguiste d’en proposer une typologie. La phrase étant déjà pour Benveniste « créativité indéfinie […] variété sans limite », qu’en est-il du texte ? Selon Adam, « le niveau du texte et plus encore du discours est un niveau de trop haute complexité pour permettre le développement de "grammaires de texte" et de "typologies de textes" » (Adam, 1999 : 34). Pour cette raison, l’ambition typologique première déserte en partie l’intérieur du texte (autrement dit sa structure, qui est trop complexe et qu’elle s’avoue incapable de catégoriser globalement) pour se préoccuper des genres de discours 102, c’est-à-dire des catégories de rapports entre des « formations sociodiscursives » et des pratiques discursives, ce qui revient au final à engager une extension à la fois endo-textuelle mais aussi exo-textuelle. On pourrait croire à première vue qu’il s’agit davantage d’une typologie des usages que d’une typologie des formes, et que l’on a par conséquent quitté totalement le domaine de la linguistique, et ce serait effectivement le cas s’il était impossible de distinguer la linguistique textuelle de l’analyse de discours. En l’occurrence, la première n’a pas la typologie des genres de discours pour objet immédiat, mais elle la conserve comme horizon 103 ; selon J.-M. Adam, elle décrit les « principes ascendants qui régissent les agencements complexes […] de propositions au

102 103

Adam (1999 : 36, 84 sq.) « La linguistique classique — définie comme théorie de la langue — et, d’autre part […] la linguistique textuelle — définie comme la théorie de la complexité des agencements de propositions au sein de l’unité texte — fournissent la partie linguistique des données dont l’analyse des discours a besoin. » (Adam, 1999 : 86)
152

Chap. II — Texte et discours

sein du système d’une unité

TEXTE

aux réalisations toujours singulières », tandis que

l’analyse de(s) discours prend en compte les « régulations descendantes que les situations d’interaction, les langues et les genres imposent aux composantes de la textualité » (Adam, 1999 : 35). De fait, il convient de nuancer ce que nous avons dit plus haut : la linguistique textuelle n’adopte pas à proprement parler une démarche descriptible comme bottom up ; elle suit en réalité un parcours dialectique entre l’usage et la forme de l’unité texte, et occupe une place intermédiaire entre la linguistique de phrase et l’analyse de discours théorisée par Foucault puis Maingueneau 104. Au fil du temps, les approches du texte sont parvenues à se doter d’un objet bien délimité. Après la grammaire de texte, qui a manifestement abouti à un constat d’échec (Charolles, Le Goffic & Morel, 2002 : 3), la linguistique a rejoint d’autres disciplines autour du texte, objet commun qui justifie aux yeux de certains que l’on fasse état d’une fédération de sciences du texte. Le postulat que partagent en tout cas celles-ci est la proscription de la « solitude du signe », selon l’expression de F. Rastier (2001 : 30), c’est-à-dire le refus de toute création de microtypes, « artefacts de grammairiens » ; au contraire, les sciences du texte favorisent l’étude des faits « en vraie grandeur ». Elles ont bien sûr intégré les avancées des travaux transphrastiques mais elles s’attachent surtout à définir le texte, leur objet d’étude, en l’articulant avec la notion de discours afin de concilier les perspectives endo-textuelles et exo-textuelles, ce qui constitue le second volet de leur ambitieux programme : « il nous faudrait passer du texte comme palier théorique de complexité […] aux textes, définis comme des unités empiriques » (Rastier, 2001 : 14).

CONCLUSION
Des approches transphrastiques aux sciences du texte, puis du discours 105, le bouleversement épistémologique affectant l’objet de la linguistique est plus qu’une

104

« L’analyse du discours […] n’a pour objet ni l’organisation textuelle considérée en elle-même, ni la situation de communication, mais l’intrication d’un mode d’énonciation et d’un lieu social déterminés. » (Maingueneau, cit. Adam, 1999 : 86) 105 On ne fait plus référence par la suite à l’analyse du discours, considérant que son objet s’étend bien audelà de la linguistique.
153

Chap. II — Texte et discours

simple extension de sa domanialité. Il combine en effet cette extension à un changement de milieu similaire à celui qu’avaient opéré les linguistiques énonciatives. À travers cette prise en compte croissante des contextes, d’abord linguistique (extension endotextuelle) puis situationnel (extension exo-textuelle) 106, les sciences du texte aspirent à réformer les procédures d’observation et de description. À la discrétisation des unités et à leur idéalisation, qui ont longtemps prévalu en linguistique, les sciences du texte opposent l’ambition d’une « recontextualis[ation] de tous les paliers du langage » (Rastier, 1998b : 104) qui, du mot au texte, permet d’ancrer les faits linguistiques dans le réseau des multiples déterminations liées à leur production et à leur réception. Bakhtine est à la source des principes théoriques des sciences du texte et de l’analyse du discours :
Nous ne choisissons pas […] une proposition donnée en fonction de ce que nous voulons exprimer à l’aide de cette proposition, nous sélectionnons un type de proposition en fonction du tout de l’énoncé fini qui se présente à notre imagination verbale et qui détermine notre opinion. (cit. Adam, 1997 : 13)

Cette conception clairement holiste, dans laquelle l’agencement du plan local est gouverné par les contraintes globales, sous-tend l’approche rhétorico-herméneutique ; il reste que l’on n’est pas en mesure de préciser à quoi ressortit précisément la notion de « choix » d’une proposition. Si on interprète à la lettre le terme de « type », renvoyant à la syntaxe, cela remet sérieusement en question la possibilité d’une linguistique de « langue » au sens où Saussure l’entendait, puisque toute linguistique devient de facto discursive. En outre, l’idée de gradation des contraintes syntagmatiques définie par Benveniste semble caduque : en effet, si le « choix » d’une proposition n’est pas gouverné par des principes immanents à celle-ci mais « du dehors », par des contraintes globales – au même titre que les combinaisons phonologiques sont soumises à celles du lexique – alors tout est joué au niveau du discours et l’existence de micro-types autonomes est niée. Pour cette raison, il apparaît nécessaire de nuancer l’importance du

106

À la suite de R. Martin, il faut voir dans l’opposition exo-/endo-textuel une commodité descriptive : « De même qu’il est impossible de tracer une limite précise entre les contenus sémantiques et les connaissances d’univers, de même est partiellement illusoire l’opposition de la cohésion et de la cohérence. » (Martin, 1983 : 228)
154

Chap. II — Texte et discours

poids des déterminations globales sur le plan local, notamment en acceptant l’existence de contraintes réparties par paliers ainsi que la possibilité de faits doublement contraints, à la fois globalement et localement, ce que proposait F. Neveu pour l’apposition. Les diverses tentatives menées pour remplacer la phrase par de nouvelles unités sans passer pour autant au plan du texte, c’est-à-dire sans effectuer ce que certains considèrent comme un saut qualitatif, ont invariablement fait l’objet de critiques qui aboutissaient à terme à leur rejet, comme si, accréditant la thèse de Duhem et Quine, l’ensemble de la théorie résistait à ce changement à la fois trop important et trop modeste. La critique de la phrase et la création de ces unités de substitution reposent probablement sur le crédit prêté à de « fallacieuses équipollences » (Neveu, 2002b) entre les niveaux d’analyse ou les points de vue : pour Berrendonner, la phrase ne parvient pas à faire coïncider les domanialités syntaxique, sémantique et graphique, et c’est pour cette raison qu’elle est disqualifiée.

155

Chap. II — Texte et discours

CONCLUSION

Au cours de ce travail épistémologique, nous avons d’abord pu suivre le cheminement d’une notion. En observant comment la phrase, souvent décrite comme un concept préthéorique, a intégré l’appareil métalinguistique de la linguistique moderne, il apparaît qu’on peut faire état d’un processus de grammatisation qui s’accomplit en plusieurs étapes correspondant à une avancée de la réflexion linguistique : (i) au départ, la phrase est un environnement tout juste délimité où s’observent des phénomènes de dimension plus réduite ; (ii) peu à peu, tandis qu’elle voit définies des propriétés de structure, la phrase se consolide en tant que domaine ; (iii) enfin, d’autres avancées théoriques la conduisent graduellement au statut d’unité. Parvenue à ce stade, elle est inscriptible dans le défilé de ses transformations possibles, et l’on commence à l’envisager comme « constituant » d’un cadre plus vaste. Cette évolution est concomitante de changements de la discipline tout entière, qui affine progressivement ses méthodes et ses modèles théoriques. Mais certains choix précoces semblent sont lourds de conséquences. Le structuralisme fondateur, relayé par les linguistiques générativistes 1, en travaillant à une théorisation de la langue, a inscrit l’observation en milieu fermé, maniant des phrases dont les attaches co-textuelles et contextuelles étaient neutralisées 2. Les linguistiques énonciatives réagissent essentiellement à ce postulat de base. Comme dans les sciences « dures », le changement de milieu qu’elles préconisent a un
1

2

Sans parler de la « tradition grammaticale », qui a longtemps assuré la pérennité du sentiment épilinguistique de la phrase. « La GGT travaille sur la phrase, la théorie culiolienne sur l’énoncé. […] Si la première cherche à engendrer (à la manière d’un langage formel) toutes les expressions bien formées (phrases grammaticales) et elles seules, dans le cadre d’une syntaxe autonome, sur laquelle peuvent venir ensuite se greffer une sémantique interprétative et une pragmatique, la seconde en revanche vise à cerner les conditions d’énonçabilité à contexte explicite, c'est-à-dire les mécanismes constructeurs de valeurs référentielles à travers un ancrage situationnel. » (Fuchs, 1992 : 223).
156

Chap. II — Texte et discours

impact déterminant sur la description et l’observation – pour des raisons semblables à celles qui font que l’on n’observe pas un même organisme en haute mer et dans un aquarium selon les mêmes procédures. L’apport de Benveniste a bien été de rétablir « la prise du langage sur la réalité » en estompant (plus qu’en abolissant) la « clôture de l’univers linguistique » que mentionne Ricœur. De la sorte, on peut voir dans

l’extension exo-textuelle une sorte d’immersion de la phrase dans un ensemble d’éléments dont elle avait été artificiellement coupée 3. Avec l’extension endo-textuelle, c’est le domaine lui-même qui est critiqué puis remis en question : en effet, jusque là, la phrase graphique avait conservé, avec le bénéfice du doute, la réputation de constituer un domaine homogène au moins du point de vue syntaxique. Et voici que ses limites s’avèrent incertaines et que l’on pointe le caractère hétérogène et non concordant des relations qui le fondent. D’autres modes de description sont alors proposés, mais rien ne semble encore stabilisé, ce qui conduit certains à désespérer de produire une unité de segmentation cohérente de la chaîne discursive, opérant sur plusieurs niveaux, p. ex. un îlot à la fois syntaxique et sémantique, ou syntaxique et graphique, etc. Il est possible à cet égard que l’observation des faits linguistiques en milieu fermé, dans l’immanence du texte, si l’on veut, ne livre rien de nouveau. Nonobstant, N. Chomsky défend aujourd’hui encore cette approche, qui est celle des générativistes depuis près de cinquante ans et qu’il nomme linguistique interne. L’acceptation plus souple de la complexité des faits est une issue possible – c’est le choix de l’herméneutique matérielle (et cela peut apparaître comme un recul dans la marche généralisatrice de la science, une renonciation à certains traits du galiléisme de la linguistique – mais c’est un autre débat). On peut attendre beaucoup des approches cognitives, qui portent les possibilités d’un Gestaltswitch, et en particulier des études localisationnistes qui s’appuient sur les neurosciences et travaillent à développer l’étude du langage à travers celles du fonctionnement de la pensée et de l’organisation du

3

Culioli (1999a : 48) : « La signification d’un énoncé, par-delà son sens, proviendra de cette accommodation inter-subjective, bref, des conditions mêmes de l’énonciation. Le langage est un système, mais un système ouvert. »
157

Chap. II — Texte et discours

cerveau. Cela dit, la diversité des approches 4 et le fait que la constitution d’un modèle recueillant une large adhésion se fasse encore attendre justifient que l’on n’ait pas réservé de place spécifique aux linguistiques cognitives dans cette section. En revanche, dans les pages qui suivent, en prenant appui sur des données de corpus, on présentera les bases d’une approche combinant une description fondée sur l’acceptation de l’hétérogénéité de la phrase écrite, et un fondement théorique en partie issu de la psychomécanique guillaumienne.

4

Cf. Varela (1988) ; Fuchs, (2004).
158

DEUXIÈME PARTIE POUR UNE SYSTÉMATIQUE DE LA PHRASE

[C]omme les écrivains arrivent souvent à une puissance de concentration dont les eût dispensés le régime de la liberté politique ou de l'anarchie littéraire, quand ils sont ligotés par la tyrannie d'un monarque ou d'une poétique, par les sévérités des règles prosodiques ou d'une religion d'État, ainsi Françoise ne pouvant nous répondre d'une façon explicite, parlait comme Tirésias et eût écrit comme Tacite. Elle savait faire tenir tout ce qu'elle ne pouvait exprimer directement dans une phrase que nous ne pouvions incriminer sans nous accuser, dans moins qu'une phrase même, dans un silence, dans la manière dont elle plaçait un objet. M. Proust, Le côté de Guermantes.

159

CHAPITRE III LA PHRASE GRAPHIQUE : PROBLÈMES THÉORIQUES

INTRODUCTION
Les pages qui précèdent ont montré que la critique de la phrase prend place dans une crise épistémologique frappant les sciences du langage qui, confrontées aux apories émanant de l’ontologie de la langue, sont contraintes de réformer profondément certains aspects de leur théorie. De nouvelles approches voient ainsi le jour et nombre d’entre elles abandonnent la phrase qu’elles considèrent comme une entrave. Parmi elles, nous l’avons vu, les macrosyntaxes se sont fait un principe fondateur de dégager dans le discours des connexités consistantes et non contradictoires. Quinze ans à peine après leur émergence, un court bilan révèle de beaux succès, mais il subsiste encore des interrogations, que H.-L. Andersen & H. Nølke (2002) ont recensées. En admettant au départ une séparation modulaire entre (macro-) syntaxe et (macro-) sémantique, ces auteurs se demandent sous quelles conditions définir une syntaxe transphrastique, et quelles limites, quels objets lui assigner, ce qui recouvre en partie les échappées endotextuelles évoquées plus haut. Ils délibèrent également du poids du mode de réalisation (écrit-oral) sur la construction d’une telle discipline, et posent clairement, pour conclure, qu’il est loin d’être indifférent. Cette position marque un changement notable dans l’histoire des idées linguistiques – on sait que le CLG manifestait son logocentrisme avec fermeté – et il se pourrait également qu’elle sauve la phrase in extremis.

160

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

APPROCHE DU CRITÈRE GRAPHIQUE
Alors que la phrase faisait l’objet d’une désapprobation unanime et de révocations occasionnelles, il convient d’évaluer l’opportunité d’une réintroduction du paramètre graphique. Dans l’ensemble des études attachées à la critique de la phrase, cet aspect semble généralement sous-estimé ou négligé au nom d’une suspicion générale à l’égard de l’écrit. Toutefois, l’idée que la ponctuation relève de la pesanteur d’un héritage normatif, des caprices des artistes, de l’incurie d’un imprimeur, voire des trois à la fois, mérite d’être nuancée au même titre que la confiance aveugle dans le critère graphique. En tout état de cause, c’est avec ce même critère graphique qu’il a fallu ferrailler pour secouer l’écrasante évidence de la phrase. A. Berrendonner et

M.-J. Reichler-Béguelin (1989) sont parmi les premiers à s’être engagés dans cette entreprise, posant simultanément les fondations de leur version de la macro-syntaxe. Au premier chef, il s’agit pour eux de dénoncer « l’importation inconsidérée des entités orthographiques dans le discours théorique » (Berrendonner & Reichler-Béguelin, 1989 : 100) à laquelle il faut imputer, en effet, le fait que la phrase désigne simultanément (au moins) deux structures : un segment graphique et une structure syntaxique. Armé de phrases et de mots, le linguiste est manifestement condamné à manipuler des « notions confuses », liées de surcroît à une « tradition collective », à un « fonds idéologique majoritaire ». Et encore ces unités bénéficient-t-elles à l’écrit d’une trompeuse visibilité, ce qui pourrait expliquer de tels errements. Mais il est déjà admis par ailleurs qu’un extrait de discours oral est impossible à segmenter en équivalents de phrases graphiques. Il faut bien qu’une forme d’aveuglement soit à l’œuvre pour expliquer la persistance d’un concept aussi bancal. Or, l’évidence de la segmentation graphique s’était inscrite dans ce que Kuhn nomme, comme on l’a dit, un stade de « science normale », pendant lequel certaines questions n’affleurent pas (peut-être parce qu’elles pourraient jeter à bas tout un paradigme). Ainsi pendant longtemps, alors même que les grammaires de textes voyaient le jour et que le versant syntaxique de la Raison phrastique révélait ses failles, la linguistique continuait à « rechercher dans la structure de la langue des propriétés formelles capables de légitimer a posteriori les usages de l’écriture » (Berrendonner & Reichler-Béguelin, 1989 : 113). Nos deux auteurs

161

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

concluent que les points de vue du linguiste et de l’usager de la langue doivent être radicalement séparés et que la phrase (entendons : la phrase graphique) doit rejoindre le rang des « catégorisations pratiques » propres au second 1 ; la pratique scientifique s’appuiera pour sa part sur une représentation formelle de l’énoncé, dégagée de la « structuration pratique, immédiate, spontanée, "naturelle" » dont émane la phrase graphique. Plus tard, dans un article déjà évoqué plus haut, A. Berrendonner (2002a) revient, avec l’intention patente d’en finir, sur le postulat tenace selon lequel « les discours s’analysent en phrases », à telle enseigne qu’il n’y a plus selon lui de phrases « ni dans la langue, ni dans le discours ». Le linguiste démontre l’impossibilité de conjoindre ne serait-ce que deux des principaux critères que l’on invoque d’ordinaire pour définir la phrase : graphique, prosodique, syntaxique et sémantique. Or, c’est le critère graphique qui fait office de parangon implicite et qui permet d’invalider les autres propriétés, nous l’avons vu, mais lui ne fait l’objet d’aucune discussion. Sa teneur n’est pas évoquée. Est-il possible que son évidence le discrédite a priori en tant que concept scientifique ? Quoiqu’il en soit, parmi les conjonctions de critères évoquées par A. Berrendonner, certaines méritaient sans doute moins d’attention que la seule segmentation graphique : l’unité de sens est inexploitable (le morphème et les Thibault sont des unités de sens) ; et à moins de postuler une parfaite équivalence de l’écrit et de l’oral, la prosodie est inapplicable à la phrase graphique. Il ne reste alors plus qu’à confronter la segmentation écrite à la maximalité syntaxique. À l’aune de deux exemples (Berrendonner, 2002a), l’auteur disqualifie complètement la phrase :
(1) Elle me résistait, je l’ai assassinée. (2) Mamy a tout le temps de continuer à apporter sa verveine à Papy. Qui ronchonne

parce que ses douleurs le reprennent.

1

Leur projet, tout en marquant une volonté de rupture très nette, n’en a pas moins des résonances harrissiennes.: « En aidant ainsi la linguistique à se déprendre de la phrase, nous espérons saper la cloison pratiquement étanche qui sépare actuellement la « syntaxe » de la « grammaire de texte », et contribuer ainsi à l’établissement d’une syntagmatique intégrée, qui s’étende sans discontinuité théorique du morphème à l’énoncé. » (Berrendonner & Reichler-Béguelin, 1989 : 113)
162

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

La phrase graphique (1) contient deux entités syntaxiques maximales, réunies par des liens non rectionnels. L’exemple (2), au contraire, divise en deux segments graphiques un même ensemble syntaxique – mais notons tout de même que la césure n’intervient pas n’importe où. On en conclut avec A. Berrendonner :
Il faut donc abandonner l’idée que la ponctuation reflète terme à terme le découpage en unités syntaxiques autonomes, et faire une distinction entre phrases graphiques et monades grammaticales. (Berrendonner, 2002a : 25)

Force est d’admettre que rien n’est plus vrai. On peut s’interroger cependant sur la nature exacte de ces « monades grammaticales », dont l’invocation ne saurait être innocente. En partant de l’acception leibnizienne, on est à même de les décrire comme des atomes, clos et indivisibles, et d’autre part comme des unités entretenant au sein d’un tout des relations qui ne modifient pas leur substance propre. Ces deux aspects correspondent vraisemblablement, en linguistique, au fait qu’un texte est a priori décomposable en îlots syntaxiques. On voit assez mal, toutefois, comment ces entités rectionnelles parfaites pourront résister à l’épreuve des faits.

ÎLOTS RECTIONNELS ET DOMAINES
D. Creissels (1995), qui ne souscrit pas davantage à l’utilité de la phrase graphique en syntaxe, propose une lecture subjectiviste du problème à travers l’idée d’un « jugement de complétude syntaxique ». L’auteur fait en effet ressortir que certains énoncés sont considérés par des locuteurs comme complets « en dehors même de leurs conditions réelles d’utilisation » alors que d’autres suites verbales, pourtant attestées, ne le sont pas. Cela tendrait à prouver que la syntaxe est au moins partiellement autonome 2 . Dans une perspective différente, J.-C. Milner propose avec la notion de
2

On pourrait répliquer que ce jugement est pétri des normes de la tradition scolaire et donc infondé, mais D. Creissels devance la critique en montrant que des locuteurs de langues sans écriture, eux-mêmes non instruits en grammaire, pouvaient exprimer une telle appréciation (Creissels, 1995 : 33). Celle-ci – somme toute une variante du jugement de grammaticalité – repose sur la relation établie par le locuteur entre une suite linguistique à évaluer et le système de la langue dans son ensemble. Aussi une phrase est-elle considérée comme « achevée » dès lors qu’on peut y « observer dans sa plénitude le fonctionnement de lois combinatoires » (ibid.), ce qui se traduit par la possibilité d’opérer des transformations (négation, interrogation, topicalisation, etc.) sans avoir à effectuer d’ajout destiné à combler un manque important ; à titre d’exemple, la phrase « Sympa, ton amie ! » est inachevée puisque certaines transformations réclameront l’ajout compensatoire d’un verbe. Au bout du compte,
163

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

domaine, souvent évoquée dans ces pages, un concept qui s’approche sensiblement des « monades grammaticales » d’A. Berrendonner et qui peut contribuer à en préciser la teneur. Les domaines sont fondés comme on sait par les relations plus ou moins contraintes qu’entretiennent leurs termes constitutifs 3 (Milner, 1989 : 461 sq.). En premier lieu, un terme ne peut entretenir un type de relation donné qu’au sein de son domaine, ce qui revient à dire qu’il ne connaît à chaque fois qu’une et une seule fonction ; aussi ne peut-on accepter un monstre syntaxique – même simple – comme
(3) *Marie berce l’enfant dort.

En (3), « l’enfant » est complément d’objet de « berce » et sujet de « dort » ; il se trouve ainsi occuper dans deux domaines différents et simultanément deux fonctions de type syntaxique. C’est là une impossibilité des plus irrévocables, semble-t-il, pour la simple raison que les limites de domaine sont en fait des « obstacles » empêchant certaines relations entre un terme intégré et « l’extérieur » (Milner, 1989 : 476), et faisant parallèlement du domaine une cellule dont les constituants ne peuvent être extraits. La distinction des compléments et des ajouts illustre bien ce type de contrainte : le fait qu’un terme régime soit difficilement séparable de son verbe recteur permet de poser en loi générale que les compléments essentiels, au contraire des ajouts, « forment un domaine avec le verbe ».
(4) a. Le compagnon travaille le cuir.

b. *Le cuir, le compagnon travaille. c. * Le compagnon travaille, le cuir.
(5) a. Le compagnon travaille dans l’atelier.

b. Dans l’atelier, le compagnon travaille. c. Le compagnon travaille, dans l’atelier.

Phénomène bien connu, le complément de (4) ne tolère pas d’être extraposé sans qu’un pronom clitique vienne le remplacer auprès du verbe, contrairement au syntagme prépositionnel circonstant de (5) qui s’y accommode parfaitement au prix d’une conversion en « extraprédicationnel ».
D. Creissels définit la phrase par sa relation à l’ensemble du système – position assez proche de Harris qui, rappelons-le, s’attachait à inscrire les phrases dans des « paradigmes » structuraux. 3 Milner, 1989 : 477 : « Un domaine est […] un mode de regroupement des termes. Il comporte toujours des parties constituantes et se révèle toujours passible d’une analyse de type mérologique. »
164

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Ainsi circonscrite, la notion de domaine semble cumuler les traits suivants : Le domaine réunit au moins deux termes entretenant entre eux un type de rapport donné, qui correspond au type du domaine lui-même. Il est fini : il renferme un nombre limité de positions – ce qui n’exclut pas la récursivité. Il est groupant, autrement dit « il compte pour un au regard d’un niveau de l’analyse syntaxique » (Milner, 1989 : 488). Les termes d’un domaine sont coalescents : il ne peuvent en être extraits ni entretenir de relation avec un terme extérieur ; par suite de quoi, les limites du domaine sont définissables comme des barrières 4. Vu ses caractéristiques, le domaine est absolument comparable à une monade unidimensionnelle, proche de ce qu’évoque A. Berrendonner. Cette notion consolidée, est-il possible, comme celui-ci le suggère, d’abandonner définitivement la phrase graphique à la « catégorisation pratique » et de décrire le discours comme un agencement pragma-sémantique de monades syntaxiques ? Cela revient à rendre lisible dans la description un saut qualitatif identique au clivage « sémantique-sémiotique » qu’a mis en évidence Benveniste et qui rend compte de deux modes combinatoires présumés. Avant d’aborder les prolongements de ce postulat des « deux syntaxes », il nous faut rendre compte d’un premier obstacle majeur, à savoir que les îlots de rection ne sont pas de parfaits atomes et ne l’ont jamais été.

4

Cette critériologie ne rend pas justice à la finesse des analyses de J. C. Milner, mais son caractère rudimentaire ne vise qu’à la rendre plus opératoire pour le problème abordé ici.
165

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Les exemples suivants empruntés à un état antérieur de la langue peuvent en attester :
(6) a. On vit en eux […] une véritable justice, qui étant l’ouvrage du Saint-Esprit, il

s’ensuit, etc. (Bossuet) b. Le plus haut lieu du monde est celui-là seul où pour arriver aisément, il faut être boiteux. (Guez de Balzac) c. Voilà […] un mal universel duquel si vous êtes exempt, je dirai que vous êtes le seul qui ayez cet avantage. (Pascal) (cit. Milner, 1989 : 477 apud Haase)

Ces faits, que certains désigneront comme des anacoluthes, témoignent pour J.-C. Milner du degré de tolérance supérieur d’un état de langue aux effractions domaniales. De la sorte, le domaine qu’est la relative de (6a) semble avoir deux termes en position de sujet : le relatif « qui » – apparemment privé de ses droits – et le pronom « il ». Il faut cependant amender cette première analyse : la présence du participe apposé « étant […] Saint-Esprit » n’est pas anodine, car le participe présent a encore parfois au
XVII
e

siècle un statut de prédicat proche de celui d’un verbe fini – ce que Haase décrit

comme une construction latinisante. Dans ces circonstances, la domanialité de la relative « qui étant l’ouvrage du Saint-Esprit » semble sauve. En revanche, la relation peu affirmée qui unit les termes du domaine – une prédication assurée à un mode non personnel – leur laisse le champ libre pour contracter des relations extra-domaniales : le pronom « qui », sans surprise, est incident à son support « justice », mais le groupe attributif « étant […] Saint-Esprit » semble cumuler le statut d’apposition à « qui » (relation intra-domaniale) et celui de circonstant de « il s’ensuit que… », à la suite de quoi la relative, en tant que domaine, perd une bonne partie de sa cohérence 5. Il en va de même, mutatis mutandis, pour (6b), dont le pronom relatif franchit une limite domaniale en étant circonstant d’un verbe non fléchi lui-même intégré à un syntagme prépositionnel. Une telle analyse est en revanche plus délicate pour (6c), car la relation de la subordonnée « duquel si vous êtes exempt » franchit cette fois la barrière de l’enchâsseur d’une phrase nominalisée (« si vous êtes exempt »), ce qui traduit une

5

Voir à ce sujet les analyses récentes de B. Combettes, dégageant dans l’évolution de la phrase deux mouvements opposés : un « mouvement de dislocation » d’une part, un « mouvement de réunion, d’incorporation » d’autre part, qui contribuent à réformer la structure domaniale de la phrase et qui jettent une lumière intéressante sur les phénomènes évoqués ici. (Combettes, 2006 : 13)
166

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

atteinte plus importante à la domanialité. Bien sûr, ces exemples sont difficilement pénétrables pour le sentiment linguistique contemporain, mais il n’y a pas à chercher si loin dans le temps pour rencontrer des cas de distorsions similaires, ainsi qu’en témoigne le cas des relatives imbriquées :
(7) a. Qui croyez-vous que j’aurai le déplaisir de devoir accueillir ? (cit. Milner, 1989 :

478) b. Voici la femme qu’il dit qu’elle a séduite.

L’analyse est connue : les pronoms « qui » et « qu’ » (interrogatif et relatif, en italique) ne sont pas des termes du domaine adjacent (autour de « croire » et de « dire », respectivement) mais sont séparés d’un verbe recteur parfois très éloigné (« accueillir » et « séduire »). À côté de ces exemples, d’autres faits – d’un genre plus humble – semblent poser problème à la conception domaniale. Ces constituants, parfois décrits comme « incidents » et/ou « hors rection », encombraient encore il y a peu l’analyse grammaticale :
(8) a. Toutes les violences je sens que je vais avoir du mal. (QLV : 74) 6

b. Les moules, je peux pas. c. Fin gastronome, rien ne satisfait tant son goût qu’une sole.

Si l’on se tient scrupuleusement à la définition du domaine donnée plus haut, on doit admettre qu’aucune position syntaxique ne permet de coder « toutes les violences », « les moules » et même « fin gastronome », et pourtant le sentiment de coalescence est si prégnant qu’on n’envisage pas de céder ces termes à un éventuel cotexte gauche – ce qui illustre au passage le jugement syntaxique « hors contexte » que décrit D. Creissels. Une fois perdue la tranquille certitude du critère graphique, les étais sont fragiles car la notion de domaine syntaxique se trouve être doublement incertaine : les bouleversements importants sont rares, comme le cas de l’imbrication, mais la perméabilité des frontières l’est beaucoup moins. Une solution teintée de rigueur serait de conférer aux constituants « satellites » l’autonomie domaniale, ce que suggère à sa manière A. Berrendonner qui fait par exemple de certains SN disloqués des clauses autonomes. Mais on se contraint ainsi à produire des domaines ne renfermant qu’un

6

La signification des abréviations de titres est donnée dans la présentation du corpus en annexe.
167

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

terme, c'est-à-dire aucune relation et, partant, une forme atypique de la maximalité syntaxique ; la redéfinition du concept est, quoi qu’il arrive, inévitable. Une seconde solution, plus permissive, serait d’admettre avec J.-C. Milner (1989 : 487) que « la domanialité peut prendre des formes plus ou moins strictes » mais qu’elle ne peut « jamais être entièrement abandonnée. » (Milner, 1989 : 487). En adoptant une conception plus souple de la dépendance, évitant notamment une brutale solution de continuité entre microsyntaxe et macrosyntaxe, il peut être envisageable de réhabiliter la phrase graphique – ce dont l’utilité, certes, reste à prouver. Ces deux solutions nous paraissant exclusives, nous les aborderons tour à tour.

LES DEUX SYNTAXES
Les travaux d’A. Berrendonner proposent, nous l’avons vu, un modèle articulant deux modes de combinatoire, l’un rectionnel fondant la clause, l’autre pragmasémantique fondant la période 7. La clause présente « un réseau interne de relations de rection liant tous ses éléments, mais elle n’entretient pas de relation du même type avec l’extérieur » (Berrendonner, 2002a.). Un premier problème, déjà pointé, est qu’il est impossible de poser l’existence de clauses à un terme si l’entité clausale est définie par les relations qu’entretiennent ses composants, comme c’est le cas du domaine de J.-C. Milner. Pour cette raison, le linguiste fribourgeois considère à présent que la structure interne de la clause importe moins que sa profération car toute construction, quel que soit son degré de complexité formelle, est susceptible d’effectuer un acte énonciatif se traduisant par une modification de la mémoire discursive. Une telle approche est vouée elle aussi à rencontrer quelques conflits critériologiques :
(9) a. 1 clause – De mon pays et de ma famille, je n’ai pas grand chose à dire.

b. 2 clauses – Mon pays et ma famille, y a pas grand chose à dire.

En (9a), tiré de Berrendonner (2002a), la préposition initiale « de » est une marque rectionnelle suffisante pour faire de l’ensemble une structure clausale ; il en découle que le syntagme prépositionnel détaché est censé n’accomplir aucun acte énonciatif,

7

Voir Berrendonner & Reichler-Béguelin (1989) ; Berrendonner (1990, 2002a, 2002b, 2004).
168

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

contrairement au syntagme nominal de (9b) « mon pays et ma famille ». Ainsi, comme l’a montré G. Kleiber (2003 : 21), un exemple comme (9a) donne lieu à un conflit entre les critères rectionnel et énonciatif et place la clause dans une situation délicate de concurrence avec la période. Cette dernière soulève également des questions intéressantes. Nous observons tout d’abord qu’elle n’a pas une configuration domaniale :
La plupart des configurations périodiques ne se laissent pas réduire à des emboîtements hiérarchiques de composants juxtaposés, ni à des structures préformées contenant un nombre de “places” fonctionnelles fixé d’avance par des règles de complétude. (Berrendonner, 2002a : 32)

N’articulant pas des positions, elle est réduite à atteler des énonciations de clauses successives dans un ordre motivé du point de vue sémantico-pragmatique. Ex. :
(10) Les Égyptiens (E1) leurs dieux (E2) c’est les chats (E3) – (ibid.)

Pour A. Berrendonner, la première énonciation (E1) pose un objet de discours O donnant lieu à une attente. (E2) « met fin à cette attente en opérant une anaphore » puis la relance pour le second objet O’ ; enfin, (E3) clôt l’attente en prédiquant sur O’. En conclusion, la structure de cette période se laisse décrire en « deux macrosyntagmes […] : [E1 > E2] et [E2 > E3] » (ibid.). L’inconvénient majeur résultant du choix d’une structure non positionnelle pour décrire la période est de ne permettre apparemment que des dépendances successives, complétées éventuellement par des rapports de constituance. Or, comme on va le voir, le discours semble parfois utiliser des « structures préformées » obéissant plus ou moins strictement à des « règles de complétude » (ibid.), ce qui entre autres permet des dépendances non adjacentes. Pour en revenir à l’exemple (10), il est surprenant que « leurs dieux » soit considéré par A. Berrendonner comme l’objet de l’attente de l’énonciation « les Égyptiens ». En situation de discours, en effet, lorsque le premier SN est proféré, rien ne dit alors qu’il ne sera pas repris par « ils » dans la clause finale, ainsi dans :
(11) Les Égyptiensa | leursa dieuxb| ilsa lesb peignaient sur les murs.

169

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Pour cette raison, l’énonciation de la clause (E2) ne conclut nullement l’attente initiée par (E1), et de fait la relation anaphorique qui les unit au moyen du possessif agit tout au plus comme un facteur d’intégration – ou plutôt de cohésion. Ainsi, il revient à (E3) de clore non pas une mais deux attentes. C’est pourquoi du reste son énonciation est nécessaire à la compréhension de la période par le co-énonciateur. Aussi semble-t-il plus juste de représenter cette structure par [(E1, E2) E3], qui introduit une hiérarchie où il n’y avait qu’une succession. L’importance de (E3) apparaît sous un jour intéressant en (10), où l’attente de (E1) demeure comme suspendue puisque « les Égyptiens » n’est représenté par aucun clitique auprès du prédicat de (E3) et qu’il s’avère ainsi, après réanalyse, être un nominativus pendens. Enfin, pour confirmer la « porosité de la frontière qui est censée délimiter la connexité morphosyntaxique et la connexité sémantico-pragmatique » (Neveu, 2002b : 139), il n’est que d’observer des occurrences comme :
(12) a. Les Égyptiens leurs chats ils leur construisaient des mausolées.

b. Les Égyptiens à leurs chats ils leur construisaient des mausolées.
(13) a. (À) sa femme Pierre il lui offre des fleurs.

b. Il lui offre des fleurs Pierre à sa femme.

Sans entrer dans des analyses de détail que l’on abordera plus loin, on constate en (12) que le double marquage (Blasco-Dulbecco, 1999) a une fonction désambiguïsante : l’orientation de la relation, incertaine en (12a), est claire en (12b) ; le problème est posé par la différence de statut de l’objet second, qui appartient à la clause, et du sujet, qui théoriquement n’y appartient pas. En (13), pour finir, c’est la frontière de domaine qui révèle une incohérence ; on observe que le segment « à sa femme », pourvu d’une marque de rection initiale et placé en bout de segment, devrait faire de (13a) et (13b) respectivement une seule clause. Or, ce qui s’apparente à une clause nominale (« Pierre ») est inséré dans la structure cadre et fait obstacle à cette interprétation, scindant l’îlot rectionnel en deux parties et, de fait, l’abolissant.

170

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Ces quelques analyses visaient à montrer combien il est ardu de maintenir une nette frontière entre deux types de combinatoire 8 . En l’état actuel de la théorie, les unités d’analyse de la macro-syntaxe fribourgeoise soulèvent certes des questions capitales et font le lien entre des faits strictement linguistiques et des problématiques jusque là réservées aux psycholinguistes, mais elles se révèlent trop peu opératoires pour le problème qui nous occupe. En outre, plutôt qu’un saut qualitatif abrupt entre microsyntaxe et macrosyntaxe, on suivra M. Charolles et B. Combettes 9 qui prônent la continuité des relations de la phrase au texte. Illustrant ce positionnement, les phrases à topicalisation ci-dessous montrent que l’intégration syntaxique doit être conçue comme un continuum, que la connexité « présuppositionnelle » ne déserte jamais les îlots rectionnels mais qu’elle s’y superpose au contraire et prend une importance croissante dans l’organisation au fur et à mesure que l’on approche le niveau textuel.
(14) Ma famille, j’ai pas grand-chose à dire.

Ma famille, je n’ai pas grand-chose à en dire. De ma famille, je n’ai pas grand-chose à (en) dire.

(2 clauses) ( ? clause(s)) (1 clause)

I. LA PHRASE ET L’ÉCRIT : UN DÉBAT THÉORÉTIQUE
Devant l’obstacle dirimant que représente la complexité des faits pour toute tentative de segmentation du discours, se replier sur les données de l’écrit peut apparaître comme une reddition bien misérable. Pourtant, nous avons constaté que le critère sémantique avait un rendement à peu près nul, nous venons de voir que le critère syntaxique avait lui aussi ses limites, et, avant d’y revenir, nous posons présentement que le critère prosodique ne vaut a priori que pour l’oral. Aussi veut-on croire que la

8

A. Berrendonner reconnaît par ailleurs cette difficulté et il l’illustre au moyen du fait « Le parfum j’adore », qui est susceptible selon lui de deux analyses : « tantôt comme […] période binaire, tantôt comme […] unique clause à constituant disloqué » (Berrendonner, 2002b : 27). Cela dit, il nous semble qu’ici l’ambiguïté tient davantage à une instabilité du métalangage descriptif qu’à l’interprétation du fait lui-même, lequel semble univoque. 9 Voir Charolles & Combettes (1999) ; Charolles (2001) ; Charolles & Lamiroy (2002) ; Combettes (2005).
171

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

réhabilitation de la segmentation graphique est possible, et surtout qu’elle est utile si elle est conduite avec prudence.

A. PROBLÈMES LIMINAIRES
Pour s’exprimer, la réticence des linguistes à l’égard de l’adoption du critère graphique emprunte souvent les mêmes arguments ; on allègue du caractère factice de la ponctuation, et avec elle de l’écrit en général, qui est le support d’un enseignement de la langue réputé normatif. Il n’est pas de notre compétence de juger de telles choses, mais il semble en revanche très clair que le débat se complique d’enjeux idéologiques, desquels nous nous tiendrons aussi loin que possible. M.-J. Béguelin (2002), dont nous observerons les propositions en détail, se déclare d’emblée peu favorable au fait de retenir le critère graphique et la notion de phrase. Constante dans ses positions depuis l’article pionnier cosigné avec A. Berrendonner (1989), elle renvoie la phrase au « savoir pratique », au « sens commun », et en souligne le manque de fiabilité scientifique. Car le problème touche à l’épistémologie de la discipline tout entière, comme on sait :
Le linguiste doit-il ou non prendre « au premier degré » les segmentations plus ou moins spontanément opérées par les personnes qui écrivent ? […] Une théorie des unités est-elle vouée à calquer les pratiques (ortho)graphiques, ou au contraire doit-elle s’en abstraire, comme elle le fait par exemple au niveau morphologique, où l’unité -émique, scientifiquement fondée, ne correspond pas (du moins pas systématiquement) (Béguelin, 2002 : 88) au mot délimité par des blancs dans l’écriture ?

Dans ces propos, c’est la distance que prend la théorie avec les faits empiriques qui est en question, c'est-à-dire son degré d’abstraction. En l’occurrence, tout le problème est de savoir si les réalisations orale et écrite s’équivalent au point qu’on peut en négliger les spécificités afin de travailler uniquement sur la langue. Les dissensions entre phonocentristes et autonomistes ressortissent en grande partie de ce sujet et, comme le souligne A. Berrendonner (2004), on trouve des arguments empiriques de part et d’autre. Afin de ne pas anticiper sur ce point, disons simplement que les phonocentristes ont la conviction que l’écrit est réductible à l’oral,
172

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

seul objet valable pour le linguiste, et que les autonomistes plaident au contraire pour une relative séparation des deux réalisations de la langue. Sans prendre explicitement parti dans ce débat, M.-J. Béguelin conserve une certaine distance à l’égard de l’écrit, considérant comme nécessaire la disjonction du « point de vue savant » et du « point de vue pratique ». Or, prendre la ponctuation au « premier degré » en lui prêtant un fonctionnement univoque et régulier, c’est précisément confondre ces deux perspectives, c’est agir
un peu comme si les scripteurs étaient eux-mêmes linguistes, aptes à opérer spontanément, via les démarcations graphiques qu’ils utilisent, une analyse de leur propre discours en unités pertinentes, directement récupérables par la théorie. (Béguelin, 2002 : 90)

Une telle critique nous semble bien sévère. La linguiste visée 10 a-t-elle le tort de croire a priori que l’objet qu’elle étudie est organisé ? Sinon pourquoi l’étudierait-elle ? Si son erreur est de n’avoir pas vu ou tenu compte du fait que la ponctuation était polysémique, c'est-à-dire diversement motivée, on ne peut lui reprocher pour autant d’avoir présumé qu’elle était motivée. Ainsi, si l’on prête foi à la critique de M-J. Béguelin, on doit alors révoquer en doute toute analyse prosodique au motif qu’elle propose également des délimitations fondées sur des marques polysémiques et résultant du choix d’un individu, ce qui est bien sûr impossible. Car l’autre reproche adressé à la définition d’unités graphiques est justement de s’en remettre au sujet producteur du discours :
Si elle a le mérite de prendre au sérieux les choix des scripteurs, l’approche genevoise paraît sur ce point précis vouée à l’absence de généralisation (d’auteur à auteur, de texte à texte, de l’écrit à l’oral), dans la mesure où elle renonce, d’entrée de jeu, à toute abstraction dans la construction des unités dite « prosodiques » dont elle se sert. (Béguelin, 2002 : 90)

Comme on l’a dit, il n’est pas condamnable de supposer a priori que le locuteur segmente son discours d’une certaine manière pour de bonnes raisons (conscientes ou

10

M.-J. Béguelin rapporte une étude linguistique d’un texte de Beckett dans laquelle le point est assimilé à un « mouvement périodique » et la virgule à un « acte périodique » (Grobet, 1998) « Le rôle des ponctuants dans le marquage des unités périodiques, à la lumière d’un exemple tiré de Fin de partie de Samuel Beckett » dans Defays J.-M. et al. (1998)).
173

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

non) – ce dont M.-J. Béguelin semble convenir. Que ces raisons nous échappent ne doit pas conduire à rejeter les faits eux-mêmes pour sauver la théorie. Par ailleurs, la généralisation mérite une certaine prudence, comme on l’a constaté au sujet de la phrase, car elle peut conduire à une simplification mutilante. Ainsi, en voulant dégager des lois valables « d’auteur à auteur, de texte à texte, de l’écrit à l’oral », on nie la spécificité du producteur du message et l’on risque de négliger des phénomènes réguliers mais propres à un mode de production, à un genre de texte, etc. Le risque est grand alors d’aboutir à la connaissance d’un objet inexistant, c'est-à-dire à « l’intelligence aveugle » dont parle E. Morin. Pour en revenir à la ponctuation, M.-J. Béguelin souligne à juste titre qu’une interprétation trop catégorique des ponctèmes est inopérante :
Attribuer une fonction univoque aux deux ponctuants majeurs utilisés par Beckett (point et virgule) conduit par ailleurs à traiter comme des unités « autonomes » certains constituants d’énumération régis, cela du simple fait qu’ils sont délimités par des points. (Béguelin, 2002 : 90)

Un exemple donné plus loin offre un bon aperçu de cette question :
(15) Elle se salarie 20 000 F par mois. Dit qu’elle pourrait vivre avec 3 000 F. N’a pas de

trésor de guerre pour le jour où elle mettra sac à terre. Dort rarement dans sa petite maison rochelaise. Roule en Mercedes car on la lui a prêtée. […] (Presse, MF, cit. Béguelin, 2002 : 99)

On peut affirmer que les phrases placées à la suite de « Elle se salarie 20 000 F par mois. » ne doivent pas être traitées comme des unités autonomes, car tous les points commutent avec des virgules pour rétablir une configuration de juxtaposition bien lisible. C’est indiscutable d’un point de vue syntaxique. Mais doit-on pour autant considérer que l’usage du point en lieu et place de la virgule n’a aucune pertinence linguistique ? Sans traiter les segments en question comme des îlots autonomes, on peut relever justement qu’ils sont marqués comme tels par la ponctuation tout en étant trahis comme tels par la rection. En outre il n’y a pas de raison de disqualifier un critère plutôt que l’autre dans la mesure où c’est l’interaction de ces critères qui confère sa structure complète au message.

174

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Il y a d’autres arguments contre cette prise en compte de la ponctuation. En particulier, ses détracteurs avancent souvent que la stabilité du système est discutable non seulement en diachronie mais aussi en synchronie. Ainsi, les textes (littéraires) sont sujets à des variations typographiques d’une édition à l’autre, ce qui est d’autant plus vrai lorsque le texte relève d’un état de langue ancien ne connaissant pas l’usage moderne de la ponctuation – c'est-à-dire avant le XVIIIe siècle.
En prenant la ponctuation – et partant la phrase graphique – au premier degré et pour de bon argent, les linguistes, comme les autres lecteurs et interprètes, doivent donc savoir qu’ils courent à tout moment le risque, selon la formule bien trouvée de Goldzink, de "momifier les manies et bévues de l’imprimeur", plutôt que de respecter des choix conscients et motivés de l’auteur. (Béguelin, 1998 : 96)

Faut-il donc opposer un doute méthodique à la ponctuation des textes anciens et abandonner tout espoir de se fier à la segmentation écrite ? C’est, selon nous, renoncer un peu vite, et c’est surtout accorder bien peu de confiance aux philologues dont la tâche est précisément d’approcher le lecteur, ou le syntacticien, au plus près des choix de l’auteur. Il revient, certes, au linguiste de se procurer un texte digne de confiance, mais c’est aujourd’hui une chose facile pour des œuvres anciennes comme récentes. Ajoutons avec N. Catach (1996 : 112) que la ponctuation a toujours été moins aléatoire que l’orthographe, et qu’elle était même l’objet d’un « soin jaloux » de la part des écrivains 11. C’est assez dire qu’il y a un intérêt à considérer la ponctuation pour peu que l’on soit muni d’une édition fiable ; à l’inverse, il est malencontreux de travailler sur des données qui émanent d’un typographe despotique et non de l’auteur lui-même. Dans les textes plus récents – littéraires ou non, à plus forte raison contemporains – on rencontre parfois des licences déroutantes qui correspondent dans la plupart des cas à des « zones de recouvrement distributionnel » (Béguelin, 2002 : 97).

11

Ainsi que l’a montré M. Huchon au sujet de Rabelais, dont l’exemple est emblématique (voir Catach, 1996 : 31 et Serça, 2004).
175

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Nous en examinerons quelques exemples empruntés à l’auteur (ibid.) :
(16) a. Vertige : certainement pas.

a’. Vertige, certainement pas. b. Et pourtant, ce visage qui avait été le sien pendant si longtemps… Elle ne le reconnaissait plus. b’. Et pourtant, ce visage qui avait été le sien pendant si longtemps, elle ne le reconnaissait plus. c. L’érotisme ? J’ai fini par trouver. c’. L’érotisme, j’ai fini par trouver. d. Avant comme après le mariage – si vous méritez d’aller jusque là : du tact, du tact ! d’. ? Avant comme après le mariage – si vous méritez d’aller jusque là – du tact, du tact !

Nous avons volontairement laissé de côté les cas très nombreux dans lesquels la virgule est suppressible 12. Il est en revanche patent que les commutations opérées cidessus s’accompagnent d’un changement de sens qui, même flou, même minime, traduit bien l’existence de deux unités typographiques pertinentes. En particulier, l’opposition systématique de la virgule au point d’interrogation ou aux points de suspension engage à voir un choix délibéré de l’auteur dans leur utilisation respective (16b, 16b’ ; 16c, 16c’). Enfin, précisons que l’analyse de ces phrases comme variantes de « détachement » ne semble pas satisfaisante pour toutes les occurrences. En (16b), par exemple, les points de suspension sont suivis d’une majuscule de phrase ; la clôture du segment est donc assurée simultanément par deux signes, n’autorisant guère à parler de détachement. Il en va de même en (16c), où beaucoup verront deux phrases et non une seule en raison des modalités différentes de chaque segment. Rappelons que la phrase est souvent définie dans une perspective énonciative par le fait qu’elle est le support exclusif de la modalité (voir p. ex. Wilmet, 1998b). Quant à (16d), la paraphrase portant la substitution des deux-points par la virgule (absorbée par le tiret selon les usages) semble peu naturelle : la valeur sémantico-logique des deux-points n’est pas rendue au même degré par la virgule. Il apparaît de la sorte que les usages des textes contemporains, pour variables qu’ils soient, n’en ont pas moins une pertinence ; il faut

12

Cette virgule « flottante », nommée « virgule moins » par N. Catach (1996 : 66), marque entre autres l’insertion et le détachement, et s’oppose à la « virgule plus » des coordinations et juxtapositions, dont la présence est généralement requise.
176

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

parfois la chercher non pas dans le système de l’institué collectif mais dans celui d’une époque, d’un genre, voire d’un idiolecte, afin de mettre en évidence d’éventuelles régularités. Dans le cadre de notre propos, la question n’est pas de déterminer si « les variations constatées dans la ponctuation sont […] pertinentes quand il s’agit de définir le statut syntaxique et énonciatif des segments discursifs concernés » (Béguelin, 2002 : 101). On a pu se rendre compte, en effet, que ces niveaux de structuration ne coïncidaient pas systématiquement, aussi souhaite-t-on d’abord réhabiliter l’utilisation du critère graphique dans la détermination des observables (voir Neveu, 2001, 2003b : 38), afin de l’envisager ensuite comme une segmentation diversement motivée entretenant des rapports avec les autres niveaux de structuration linguistique. Mais il est clair, comme le souligne M.-J. Béguelin, qu’une prise en compte aveugle de la ponctuation ne peut qu’être néfaste à la compréhension de la structure du discours.

B. AUTONOMIE DE L’ATTESTATION ÉCRITE
Le projet dont nous venons d’esquisser le programme n’aurait aucune pertinence si nous avions la conviction que l’écrit dérive de l’oral et qu’il peut s’y réduire. Il prend au contraire tout son sens dès lors que l’on admet que les modes de réalisation d’un message ne sont pas indifférents voire qu’ils sont consubstantiels de ce message luimême. Sur la question du medium, de la substance de l’expression, l’objet de cet exposé réclame que nous nous rangions aux théories autonomistes, ce que nous sommes d’autant plus fondé à faire que le positionnement adverse – phonocentriste – relève en partie d’une décontextualisation dont nous avons souligné les conséquences funestes. Afin de justifier ce choix, nous proposons une brève prise de vues de chaque conception en relation à la question qui nous occupe.

1. Indifférenciation des substances de l’expression
Depuis le CLG, on lit régulièrement que la linguistique et la grammaire ont privilégié l’écrit, l’écrit littéraire en particulier, dans un esprit normatif et un souci du

177

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

bel usage que l’on juge à présent compassé 13. D’une certaine manière, c’est inexact : la substance que manipulent les grammaires pédagogiques et les ouvrages de référence est une idéalisation de l’écrit, qui abstrait des segments de leur cotexte et n’en retient que quelques attaches situationnelles – parmi lesquelles prime l’identité de l’auteur. Pour autant, le procès phonocentriste du CLG contre la Grammaire Historique, que l’on aborde ci-dessous, était en partie fondé puisqu’il était dressé contre une approche soustendue de philologie, qui faisait grand cas de la question des sources et même de la dimension écrite des textes. Mais relayer aujourd’hui des critiques similaires à l’endroit de la grammaire moderne n’a guère de sens car c’est une substance indifférenciée que l’on étudie bien souvent, une réalisation proche de l’écrit par son vernis mais sémiotiquement neutralisée. C’est donc plutôt dans l’indifférenciation sémiotique que réside actuellement le problème, plus que dans la préférence supposée pour l’une ou l’autre des substances de l’expression. Or, le choix de négliger que tout message a potentiellement deux attestations 14 possibles revêt, on vient de le mentionner, deux formes très différentes. L’une (phonocentrisme) s’inscrit dans une tradition qui s’étend d’Aristote au CLG via Saint Augustin et qui pose la secondarité de l’écrit, l’autre (autonomisme) repose dans sa version la plus naïve sur une forme d’idéalisme communicationnel
15

– une

simplification du schéma de Shannon et Weaver – qui néglige l’impact des différences de substance de l’expression.

13

Pas plus que la « grande » Histoire, l’histoire de la linguistique n’est une science exacte. Ainsi en attestent ces remarques de Guillaume (2005, LL17 : 89 – 11 déc. 1941b), devançant un Derrida : « Une tendance marquée de la linguistique est de majoriser l’importance de la langue parlée et de minoriser celle de la langue écrite. Il y a dans cette attitude, me semble-t-il, quelque chose d’excessif et une certaine irréflexion. » 14 Ce mot de Pulgram (cité dans Anis, 1988 : 57) s’applique à éviter toute connotation hiérarchisante ou chargée théoriquement. 15 Cette hypothèse modulariste a trouvé des objecteurs nombreux depuis le développement des approches cognitivistes (Fuchs, 2004 : 15).
178

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

2. Phonocentrisme
Encore appelée « logocentrisme » ou, avec une volonté sans doute moins polémique « représentationalisme 16 », cette conception des rapports oral-écrit se fonde sur le fait que l’oral a précédé l’écrit dans la phylogénie humaine et qu’il le précède toujours dans l’ontogénie. Sur cette base, on a eu tôt fait d’élever au rang de principe théorique la priorité du langage oral sur l’écrit (Harris, 1981 : 34). Comme le soulignent Auroux (2004) et Olson (1994 : 65), c’était déjà le cas chez Aristote, pour qui l’écriture transcrit l’oral, qui est l’expression directe de l’âme. Cette opinion, relayée jusqu’à nos jours 17, constituera l’un des soutènements de la linguistique moderne dès ses origines. On la retrouve – défendue avec une vigueur très rare dans le reste de l’ouvrage – au chapitre
VI

du CLG qui fait état du « prestige » de

l’écriture, dénonce son usurpation et déplore « l’illusion » subséquente dont les linguistes ont été les victimes.
Langue et écriture sont deux systèmes de signes distincts ; l’unique raison d’être du second est de représenter le premier ; l’objet linguistique n’est pas défini par la combinaison du mot écrit et du mot parlé ; ce dernier constitue à lui seul cet objet. (CLG : 45)

Il semble, si l’on en réfère à R. Harris (1993), que l’auteur du CLG – on se croit fondé à l’appeler Saussure dans ce cas – ait réagi sur cette matière aux idées de la grammaire historique et comparée, dont on sait l’exclusivité laissée au texte, mais dont on sait aussi que Saussure était prompt à la critiquer. Il ne faut toutefois pas voir dans le phonocentrisme de Saussure une attaque ad hominem – du moins pas seulement. En effet, le CLG pose dès ses principes un signe dont les deux faces sont définies par deux réseaux indépendants d’oppositions structurales, aussi s’avère-t-il délicat d’intégrer les signes écrits sans obtenir un signe tricéphale, doté de deux signifiants. Pour résoudre cette contradiction, il ne reste plus qu’à faire de l’écriture un système de métasignes vis16

J. Anis (1988 : 246) parle quant à lui de phonographisme pour désigner « la démarche fondant l’essentiel de la description de la forme écrite de la langue sur le principe de la transcription de la forme parlée. » 17 Malgré tout, une tendance inverse, « autonomiste », se dessine pendant l’Antiquité lorsque l’on oppose (certes irrégulièrement) les notions de stoicheion (unité orale) et de gramma (unité écrite). (Desbordes, 1988 : 31)
179

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

à-vis de la parole, c'est-à-dire des signifiants sans signifiés propres 18 (Harris, 1993 : 20). Ainsi, quoique Saussure en remontre assez volontiers à Bopp ou Grimm (CLG : 46), la secondarité de l’écrit est pour lui une régulation nécessaire à la bonne tenue de sa théorie. Bloomfield sème et entretient une idée semblable sur le sol américain quelques années après le CLG. Comme le souligne R. Harris (1993 : 33), la consolidation du phonocentrisme semble alors achevée puisque l’héritier de Sapir peut écrire sans sourciller en 1933 que « les conventions de l’écriture se développent pour une bonne partie indépendamment du discours réel ». Puisque pour Bloomfield l’oral équivaut au réel, on déduira que l’écriture est une fiction ou un artéfact, au mieux un décalque approximatif. Avec ces deux pères illustres, la marginalité de l’écriture se trouve de solides fondations dans la linguistique, aux origines d’un paradigme qui dominera quelque cinquante ans la discipline ; mais il ne semble pas pertinent d’opposer ni de cloisonner radicalement les positions phonocentriste et autonomiste.

3. Autonomisme
En premier lieu, la conception de Bloomfield semble représenter le moyen terme entre un phonocentrisme “ultra”, d’une part, qui poserait l’écrit comme une exacte copie de l’oral primordial 19, et l’autonomisme, d’autre part, qui « défend le point de vue de l’égalité entre la langue parlée et la langue écrite, et dédouble le signifiant » (Anis, 2000 : 32) sans induire de hiérarchie. Entre ces deux positions, la conception de Bloomfield fait de l’écrit une copie gauchie de l’oral ; mais ce gauchissement est aussi une différence et cette différence confère une part d’autonomie à l’écrit.

18 19

Voir schéma infra. C’est apparemment la position du CLG (165) : « le moyen de production du signe est totalement indifférent ». Du moins, c’est ce qu’il faut comprendre si l’on ne veut pas contredire complètement l’idée de secondarité de l’écrit qui domine le reste du Cours.
180

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

D’ap. Anis

Face au phonocentrisme du CLG, l’autonomisme n’est pas exempt de défauts – qui aboutit à la même indifférenciation. Dans sa version radicale, la communication humaine peut se schématiser comme une transmission d’idées via un « canal » dont la nature est sans importance, ce qui exclut toute idée d’entropie et de « bruit » liés à ce canal, et qui induit implicitement une exacte symétrie des processus énonciatifs et interprétatifs. On est proche du modèle caricatural que R. Harris (1981) proposait de nommer « bi-planaire 20 ». Il est évident que la réalité est plus complexe, ne serait-ce qu’à travers ce qu’en révèle une approche contrastive : pour N. Catach (1988 : 243 sq.), les différentes configurations oral-écrit s’échelonnent de (a) la simple différence de substance à (d) la vraie diglossie (celle de l’Arabe littéraire et des dialectes, par exemple). Entre ces deux extrêmes, la différence peut n’être que (b) syntaxique ou (c) toucher certains signes, qui sont alors spécifiques à chaque canal. Il semble en tout cas difficile de faire de l’autonomisme strict une position monolithique, indépendante de la structure des langues – mais il est aussi probable qu’une même langue ne sera pas rangée par deux auteurs dans la même catégorie 21.

20

« Individuals are able to exchange their thoughts by means of words because – and insofar as – they have come to understand and to adhere to a fixed public plan for doing so. The plan is based on recurrent instanciation of invariant items belonging to a set known to all members of the community. These items are the ‘sentences’ of the community’s language. They are invariant items in two respects : form and meaning. Knowing the forms of sentences enables those who know the language to express appropriately the thoughts they intend to convey. Knowing the meanings of sentences enables those who know the language to identify the thoughts thus expressed. Being invariant, sentences are contextfree, and so proof against the vagaries of changing speakers, hearers and circumstances [...]. Such model is said to be "bi-planar". » (Harris, 1981 : 10). 21 Le français relève du type b selon C. Blanche-Benveniste (1997 : 65), mais N. Catach (1988, 1996) le place apparemment entre c et d.
181

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Pour le cas du français, on peut souscrire à une opinion modérée comme celle de N. Catach (1988 : 253) pour qui
[…] l’écriture double la langue phonétique, non pas dans le sens qu’elle « est son double », mais en ce sens qu’elle s’est créée à côté du langage premier [l’oral] sa place propre, qui pour certains peuples et dans certains contextes historiques est devenue, avec des objectifs spécifiques, tout aussi importante que l’autre […]. Il s’agit en ce cas de deux « langues », ou « variétés universelles des langues » […] : langue phonémique langue graphémique

Dans cette perspective, il apparaît possible de concilier la primauté phylogénique et ontogénique de l’oral, qui est incontestable, avec un certain “réalisme” sémiotique propre à rendre compte des spécificités de chaque attestation. Ainsi la théorie de L prime (voir schéma ci-dessous) propose-t-elle un modèle capable de préserver le factum grammaticae 22 (même s’il en réduit la portée) et la réalité historique que met en avant le phonocentrisme, tout en posant une distinction très forte de l’oral et de l’écrit 23.

D’ap. Catach (1996 : 97)

22

L’un des axiomes que se donne la linguistique selon J.-C. Milner et qui « suppose qu’on puisse attribuer des propriétés à une formation langagière sans avoir aucun égard ni à celui qui la profère ni à son éventuel destinataire ni aux circonstances de la profération. » (Milner, 1989 : 44) 23 L’intuition de Guillaume est là encore très pertinente. Pendant l’année 1947, où il traite abondamment le problème, il évoque l’autonomie graphème-phonème (Guillaume, 1997, LL14 : – 6 II 1947a) : « Une grande partie de l'orthographe française reste liée au système psychosémiologique […]. L'idéal serait que la graphie évoluât tout aussi naturellement que la prononciation, quand celle-ci, du reste, n'est pas trop influencée par l'écriture. » Mais il souligne, par contraste avec le chinois, la dominance en français du principe phonographique sur le principe idéographique : « nous nous bornons, selon la systématique de nos langues, à parler notre pensée ; et, pour ce qui est de l'écriture, nous ne lui demandons que de noter notre parole. Ce que nous écrivons, ce n'est pas directement notre pensée, mais la parole sous laquelle notre pensée a pris sa forme d'expression. […] Il n'y a pas relation directe, immédiate, entre la pensée et l'écriture. » À première vue, on ne saurait être plus phonocentriste ; Guillaume décline en effet la triade aristotélicienne âme>oral>écrit en pensée>parole>écriture. Cela dit, comme on le verra sa position est plus complexe qu’il ne semble.
182

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Pour N. Catach, un adulte cultivé connaît deux langages reliés à une même langue 24 et diversement sollicités par des processus énonciatifs et interprétatifs 25. On peut aisément souscrire à cette idée, mais il reste à déterminer dans quelles proportions l’institué qu’est la langue est éventuellement spécialisé dans l’un ou l’autre type de canal. Pour ce qui est de la notion de phrase, il va sans dire que l’indifférenciation des modes de production a joué et joue encore un rôle important dans son inconsistance. La prise en compte rigoureuse des données du canal et de leur spécificité permettrait au moins d’évincer certains préjugés enracinés, comme la correspondance bi-univoque écrit-oral 26 qui est régulièrement convoquée pour disqualifier la phrase alors qu’elle devrait dénoncer toute une épistémologie.

II. LES SPÉCIFICITÉS DE L’ÉCRIT
L’adéquation de ses outils à son objet – en d’autres termes sa spécialisation – est un problème des plus urgents pour la linguistique, comme en témoignent H.-L. Andersen et H. Nølke (2002). Doit-on ainsi poser en miroir face aux linguistiques de l’oral une grammaire spécialisée de l’écrit ? La question mérite d’être posée – elle l’a d’ailleurs été (Gardes Tamine, 2004) – et sa première tâche consiste bien sûr à délimiter son objet.

24

Comme la réintroduction du mot « langage » dans un emploi aussi spécialisé peut être à l’origine de malentendus et que « canal » ne vaut guère mieux s’il est employé tout seul car il ne distingue pas le médium du produit, on pourra adopter l’attestation de Pulgram pour désigner le message objectivé à l’issue de l’interprétation, et le canal traditionnel pour faire référence aux moyens concrets mis en œuvre pour produire le message. Ainsi, l’oral spontané et la communication téléphonique sont des canaux différents de type oral mais ils peuvent relayer des attestations similaires (la suite sonore « bonjour », par exemple), tout comme le livre imprimé et l’IRC (angl. chat), qui se distinguent au sein du type écrit. Le texte des études linguistiques est une attestation qui a été dégagée artificiellement du contexte auquel elle était intégrée ; ce contexte subsume quant à lui toutes les circonstances de production / réception (à cet égard il est dual), y compris le canal que R. Harris nomme pour l’écrit support. 25 « Nous considérons que l’écrit, comme l’oral, présente sous certains aspects un signifiant et un signifié, d’une part en tant que processus d’encodage et de décodage directs (media qui devient premier), d’autre part par certaines de ses parties constitutives et de ses unités […], ce qui est le cas pour la ponctuation. » (Catach 1996 : 97) 26 Ainsi, la phrase est fréquemment définie sur des critères graphiques, auxquels on ajoute sans aucune prudence des critères prosodiques (NRP, n°1, sept. 2002 : 42 sq. ; voir également Marchello-Nizia, 1979).
183

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Or, la spécificité de l’écrit peut s’observer aisément d’un point de vue non linguistique, c'est-à-dire relativement à ses conditions particulières de production, de réception et à son contexte ; il est peut-être plus délicat de dégager des différences pertinentes qui soient strictement linguistiques, et en particulier syntaxiques. Cependant, de même que le global détermine le local, il est probable que le contexte conditionne en partie le code lui-même, autrement dit il se peut que la part putative de la langue dédiée à la production de l’écrit intègre des données syntaxiques, relatives à l’agencement des constituants.

A. SPÉCIFICITÉS NON LINGUISTIQUES
Parmi les traits propres à l’écrit mais non liés au code, certains ressortissent à la praxis elle-même et d’autres sont liés aux rapports de la cognition humaine avec les activités d’écriture et de lecture.

1. La praxis : particularités mécaniques
Tout locuteur peut faire l’expérience des particularités physiques de la forme écrite : par le support auquel elle est étroitement liée, elle est à la fois spatiale et persistante ; elle se développe dans plusieurs dimensions (deux, voire trois) et survit le plus souvent à l’instant de sa production. De ces apparentes trivialités, R. Harris dégage une remarque dont la portée théorique est importante :
Dans le cas du langage oral, il existe pour ainsi dire un contexte zéro, fourni à l’avance par la nature. Le fond, c’est le silence sur lequel viennent se détacher les sons de la voix humaine […]. À la différence du signe oral, le signe écrit ne dispose pas d’un contexte naturel. (Harris, 1993 : 140)

Il faut comprendre ici que le support du signe écrit est une condition nécessaire de son existence, qu’en outre il se donne au lecteur en même temps que le signe lui-même, mais aussi et surtout qu’il relève d’une procédure de recherche puis de choix pour le scripteur. En effet, tandis qu’un appareil phonatoire – déjà implémenté – suffit à la production orale, le signe écrit nécessite un support et une tekhnè qu’il revient au scripteur de se procurer et de mettre en oeuvre.

184

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Le caractère consubstantiel du signe et du support 27 , qui se répercute sur la production comme sur la réception, invite R. Harris à envisager ce dernier comme une gestalt, c'est-à-dire comme une structure conditionnant la perception du signe lui-même au sein du monde. Signe et supports sont donc liés dans les faits, mais ils ne sont pas inséparables du point de vue théorique : une triade du type signifiant, support, contexte permet de rendre compte de l’hybridation sémiotique dont procède le texte (signifiant + support), ainsi que de sa « portabilité » d’un contexte à l’autre. Pour R. Harris, le texte, au sens où nous l’entendons ici, n’est pas un signe complet – et il est même, au sens propre, une abstraction. L’exemple choisi est éloquent : une pancarte en métal (support) achetée chez le marchand de couleurs et sur laquelle est inscrit « Chien méchant » (signifiant) ne « fait signe » que clouée à un portail ; comme le note plaisamment le linguiste britannique :
Ce n’est pas un signe tout fait que l’on achète : pour cela, il aurait fallu que les quincailliers vendent aussi des contextes. (Harris, 1993 : 150)

Quand J.-M. Adam, suivi par Maingueneau, propose de figurer comme une addition 28 le rapport du texte à ses conditions de production, R. Harris (ibid.) suggère d’y voir plutôt une intégration (notée par lui ∞) au titre que « tout changement de contexte produit nécessairement ou bien un nouveau signe, ou bien la suppression de toute communication. » Il en va de même, en fait, du signifiant et de son support matériel, de sorte qu’on peut produire le schéma suivant :

D’ap. Harris (1993)

27

Par défaut, le support est fini, du fait même du tracé du signe : « Dans tout document écrit, un premier contraste binaire qui sert à identifier le tracé écrit comme élément positif sert normalement aussi à établir les limites du champ graphique pertinent. Toute exception acquiert, par ce seul fait, une valeur sémiologique ou esthétique. » (Harris, 1993 : 285). J. Anis (2000 : 36) désigne quant à lui le support par la notion d’espace graphique, qui a les mêmes caractéristiques. 28 « Discours = Conditions de production + Texte » (Adam, 1999).
185

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Il est assez clair que le « signe » constitué par le texte ancré outrepasse largement l’acception saussurienne du signe linguistique. En effet, la définition proposée ici renvoie à des objets aussi différents qu’une page de livre ou un signal routier et se ménage la possibilité de traiter des messages « polysémiotiques
29

» (Constantin de

Chanay & Rémi-Giraud, 2004) qui entretiennent des relations complexes avec d’autres signes de l’espace contextuel. Contrairement à l’oral dont le signifiant peut être dit « linéaire » en vertu de la spatialisation usuelle du temps, l’écrit se développe sur deux (voire trois) dimensions de l’espace et implique à la fois « un alignement et une direction » (Harris, 1993 : 280). En outre, la construction différée de l’écrit en situation standard permet de livrer un produit fini, régi par le « principe administrateur » qu’est la phrase (Michaux cit. BlancheBenveniste, 2000 : 24), tandis que l’oral spontané, construit en temps réel, laisse apparaître « des entassements d’éléments paradigmatiques et des allers et retours sur l’axe des syntagmes » (Blanche-Benveniste, 2000 : 17). Aux deux/trois dimensions de l’espace constitutif de l’écrit, il faut ajouter la quatrième dimension du temps, qui s’avère particulièrement délicate à traiter dans le cas de l’écrit. Comme l’affirme J. Gardes Tamine (2004 : 31), « les temps de la production orale et écrite ne sont pas les mêmes ». À quoi il faut ajouter qu’il existe une pluralité de temps distincts pour définir l’écrit, lesquels renvoient individuellement à des domaines n’ayant pas grand-chose à voir entre eux : le temps de production n’est pas celui de la réception, et ces deux moments sont d’ailleurs à leur tour séparés par un intervalle de temps très élastique – compté en secondes ou en millénaires. Cette pluralité du temps étant posée, on cherchera l’explication des temps minimaux du côté des neurosciences et l’on confiera le traitement des grandes durées aux historiens et aux anthropologues.

2. Spécificités neuropsychologiques
Alors qu’il cherchait, dans les années 1950, des critères opératoires pour séparer nettement graphèmes et phonèmes, Pulgram finissait par conclure, avec une déception bien compréhensible, sur « l’impuissance des linguistes à régler seuls cette question
29

Voir ci-dessous.
186

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

[…], sans le secours des « neurologues, des physiologues et des psychologues » (Anis, 1988 : 59). On ne saurait nier en effet qu’une part des spécificités de la substance doive être reliée à la structure de la cognition humaine. Or, grâce à de nombreuses études rendues accessibles aux linguistes par la convergence des sciences cognitives, il est aujourd’hui possible de conforter la distinction (et le rapprochement) des attestations orales et écrites sur des bases psychologiques, voire anatomiques. Sur ce point, toute conclusion est à formuler avec prudence ; après que les théories de Jerry Fodor (1983) ont laissé croire à un « cloisonnement » complet des modules écrit et oral, qui seraient aveugles l’un à l’autre, des travaux plus récents ont montré que ceux-ci n’étaient pas complètement encapsulés. En premier lieu, des études d’aphasiologie portant sur des pathologies du langage écrit (alexie, agraphie) et du langage oral (aphasie) ont montré que seuls certains processus étaient pris en charge par des zones différentes du cerveau
30

et que, par

ailleurs, les modules de l’oral et de l’écrit interagissaient à plusieurs niveaux et partageaient certains de leurs composants. Depuis les expériences de Conrad, on sait que la lecture d’un texte écrit se double d’un processus de subvocalisation 31, la « boucle articulatoire », dont la fonction est de recoder les informations reçues dans un système lexical dual qui associe les formes visuelles et auditives de chaque mot et les articule au code sémantique pour optimiser la compréhension du message 32. Et en effet, le blocage

30 31

Sur ce point, voir Manning (2005 : 77 sq.). Systématique lors de l’apprentissage de la lecture par l’enfant, la subvocalisation finit par disparaître chez un lecteur très entraîné, qui procède directement du graphique au sémantique. Toutefois, elle intervient encore, même chez ce type de lecteur, comme soutien lors de la lecture d’un texte difficile. (Lieury, 2005 : 72 sq.). G. Guillaume (1988, LL8 – 17/04/48c) avait eu une intuition très nette de ce phénomène : « D'une part, il est hors de doute que celui qui lit, et qui est accoutumé à lire vite et beaucoup, tend, par la rapidité même de sa lecture, à aller directement du signe écrit à la pensée rendue. La parole, médiatrice, intervient alors très peu, aussi peu que possible. La médiation existe, étant systématiquement instituée, mais l'emploi qu'on en fait est minime. On s'en passe autant qu'il est possible, et presque complètement. Cette réduction du rôle médiateur de la parole entre la pensée et l'écriture est, du reste, un fait d'ordre individuel et particulier, plus important chez les uns que chez les autres. Et il arrive assez souvent qu'on rencontre des personnes qui, pour bien comprendre ce qu'elles lisent, ont besoin de le lire à voix murmurée, avec un mouvement esquissé des lèvres. Pour ces personnes-là, la parole a gardé la quasi-totalité de sa fonction médiatrice entre la pensée et l'écriture. » 32 A. Lieury (2005 : 68) évoque le « recodage du visuel-graphique en un code lexical qui intègre aussi les caractéristiques sensorielles articulatoires. […] Le code lexical correspondrait à la totalité des caractéristiques du mot : graphique (visuelle), auditive (image sonore du mot). » Cela confirme en

187

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

de la subvocalisation diminue sensiblement les performances de compréhension des sujets testés. L’explication la plus couramment admise rapproche les thèses du phonocentrisme et de l’autonomisme :
L’apprentissage du langage étant oral, jusqu’à l’apprentissage de la lecture, le système phonétique se construit avant le système graphique et les connexions neurologiques sont probablement plus développées entre le système phonologique et le lexique. […] L’accès direct par les graphismes a l’avantage de permettre une lecture plus rapide, mais il n’intervient probablement que chez les lecteurs très entraînés. (Lieury, 2005 : 78)

L’hypothèse de la modularité est maintenue, comme on le voit, mais il s’y ajoute l’idée que l’oral relève d’un apprentissage spontané tandis que la maîtrise de l’écrit suppose un apprentissage plus méthodique. Au niveau phylogénique, la situation est à peu près la même : on sait que le langage oral a précédé l’invention de l’écriture (3500 av. J.-C.), et que par ailleurs une proportion importante de peuples utilisent des systèmes d’écriture exogènes ou n’ont pas d’écriture du tout, tandis que tous ont une langue parlée. Cela étant, l’écriture ne se greffe pas sur le système préexistant comme une excroissance autonome : on peut dire avec J.-P. Changeux (2002 : 290) qu’elle est épigénétique au sens où l’apprentissage de l’écrit modifie l’organisation du cerveau 33. Une fois les deux formes acquises, les modules qu’on peut leur attribuer dans une perspective fonctionnelle ne cessent plus d’interagir. Tout d’abord, « les preuves empiriques d’un codage phonologique obligatoire et automatique dans la lecture silencieuse sont écrasantes » (Ferrand & Spinelli, 2005 : 183), mais, en retour, le codage

partie l’intuition de Guillaume selon laquelle il existe des « idées de parole » i.e. des images phonologiques silencieuses des notions : « …à une idée proprement dite s’ajoute, indissolublement attachée, une idée de parole » (Guillaume, 1973b, LL3 : 29 – 3/12/48c ). 33 Les études conduites sur des adultes lettrés ou illettrés montrent que « différentes aires cérébrales sont activées chez ces deux groupes […]. L’apprentissage de la lecture a modifié l’organisation fonctionnelle du cerveau des adultes lettrés, probablement en permettant des procédures d’appariement entre le langage parlé et le langage écrit » (Ferrand & Spinelli, 2005 : 215). En effet, selon Mc Carthy et Warrington (cités dans Changeux, 2002 : 166), les zones dédiées à la lecture-écriture recouvrent certaines parties du cerveau dédiées originellement au traitement visuo-sémantique et phonologique mais qui ont été détournées par l’apprentissage.
188

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

orthographique, une fois acquis, intervient systématiquement lors de la perception de mots parlés. Pour N. Catach (1996 : 98), « il s’est établi dans notre cerveau un système central de connexions qui relient l’écrit et l’oral à tous les niveaux, par une sorte de système de passerelles ». À partir de ce modèle, N. Catach propose de distinguer quatre modes de lecture :
(i) Modèle unilatéral avec passage à l’oral (lecture à haute voix) (ii) Modèle bilatéral oral et écrit (décodage et encodage, situation de dictée, par exemple) (iii) Modèle direct de l’écrit au sens (lecture silencieuse) (iv) Modèle théorique trilatéral central (Langue/Oral/Ecrit, sorte de plaque tournante de compétences acquises, permettant toutes les situations d’approche de l’écrit)

Cette typologie appelle quelques remarques. Elle révèle tout d’abord, en (iii), que le processus de subvocalisation n’est pas pris en compte. De plus, elle mériterait d’être affinée en (i) à partir des résultats de Marshall & Newcombe (Cohen, 2004 : 55) montrant l’existence, à côté du déchiffrage phonétique pur, d’une oralisation médiatisée par le lexique 34 . Pour le reste, la taxinomie et le modèle de N. Catach demeurent compatibles avec les recherches récentes des neurosciences et de la psychologie cognitive. Si l’on s’en tient à la biomécanique de l’écrit, telle qu’on a pu l’observer jusqu’à présent, il ressort que l’autonomisme et le phonocentrisme partagent des éléments de vérité. Tout invite à considérer que l’écrit et l’oral sont produits par des modules différents mais modifiés l’un par l’autre, sans perdre de vue que la relative autonomie de l’écrit constatée chez l’adulte est acquise. Ainsi, ces considérations justifient en tout cas que l’on s’intéresse en particulier à la réalisation écrite de la phrase, mais elles n’éclairent pas précisément les aspects cognitifs de sa construction. L’immense majorité des travaux de neuropsychologie porte

34

Ainsi est-il non seulement possible de déchiffrer des pseudo-mots comme korlute en fonction des règles de correspondance graphème-phonème propres à une langue, mais encore peut-on prononcer des mots constituant d’un point de vue synchronique des formes de hapax et enregistrés sous forme graphique, comme oignon (Cohen, 2004).
189

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

en effet sur les unités lexicales et non pas phrastiques

35

. Le morcellement des

disciplines veut en revanche que ce soit la psycholinguistique qui centre l’essentiel de ses protocoles sur le déchiffrement de phrases et de textes suivis. Par le biais d’expériences, certains spécialistes ont pu ainsi montrer que la ponctuation de clôture jouait un rôle de déclencheur de l’intégration sémantique 36 (voir Charolles, 2001). Nous aurons l’occasion de revenir à ces problèmes. Pour l’heure, il reste à étudier les spécificités linguistiques de l’attestation écrite (entendons : liées au code), pour évaluer de possibles répercussions de l’écrit sur la configuration syntagmatique des messages.

B. SPÉCIFICITÉS LINGUISTIQUES ET PARALINGUISTIQUES
Pour qu’une spécialisation d’une partie de la linguistique à l’écrit soit fondée, il faut en premier lieu, nous l’avons vu, que son objet soit autonome. Or, beaucoup ne jugeront pas suffisant que seuls diffèrent les procédés cognitifs liés à la production des messages ; il faut encore que la structure syntaxique des messages subisse des influences liées au type de canal qu’ils “empruntent”. Avant d’aller plus avant, nous voulons préciser notre démarche : il n’est pas question de critiquer le principe d’une linguistique de langue, qui travaille sur des faits relevant d’un certain degré d’abstraction. Dans une majorité de cas, il est en effet indifférent que le message étudié soit écrit ou oral, pour peu que l’on s’attache à éviter les généralisations portant atteinte aux faits eux-mêmes, le problème étant justement de déterminer où placer cette limite à l’abstraction. Dans un certain nombre de cas que nous illustrerons par la suite, nous

35

Avant que des études portant sur ce sujet soient publiées, il est au moins possible de rapporter à l’unitéphrase les problématiques dégagées pour le mot afin d’en évaluer la convenance. On peut par exemple déterminer si la lecture d’une phrase écrite s’accompagne toujours d’une subvocalisation proche de celle du mot, au niveau suprasegmental. Cela touche au problème déjà évoqué de la correspondance biunivoque ponctèmes-intonèmes. N. Catach (1996 : 100) pose le problème en ces termes : « a / Peuton, dans l’optique de rapports relativement autonomes entre l’oral et l’écrit, établir sur une base nouvelle les fonctions des signes écrits en correspondance avec les unités d’intonation ainsi dégagées ? b / Que deviennent ces fonctions en cas d’une lecture coupée de l’oral ? Les recherches, sur ces deux points, ne font que commencer. » Quant à elle, C. Blanche-Benveniste (2000 : 25) est plus catégorique : « l’usage conventionnel des signes de ponctuation n’est pas en rapport direct avec les phénomènes de la langue parlée qu’ils sont censés représenter. » 36 Ce procédé peut se comparer à un enregistrement du message sous une forme non lexicale compacte dans un module de la mémoire de travail.
190

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

considérons cependant que la prise en compte des spécificités de l’écrit revêt quelque pertinence.

1. Syntaxe
En l’occurrence, bien que la syntaxe relève de mécanismes que l’on peut dire identiques à l’écrit et à l’oral, il est connu que la fréquence de certaines constructions semble les rattacher nettement à une attestation plutôt qu’à l’autre. Il en va ainsi de l’apposition 37 (Gardes Tamine, 2004 : 151 ; Noailly, 2000 : 124), peu fréquente dans les situations d’oral spontané mais courante à l’écrit où, à l’inverse, on note la rareté des incidentes (Blanche-Benveniste, 2000 : 22), des « phrasillons » visant à maintenir le thème discursif ou à formuler un commentaire, ainsi que la quasi absence des phatèmes interjectifs ou phrastiques (« hein », « t’sais », etc.). Enfin, selon le mode de production du message, de vastes constructions seront préférées ou évitées, ainsi de la fameuse phrase canonique, que l’oral spontané semble s’ingénier à ne pas produire (Lambrecht, 2006), ou de la structure à présentatif initial que l’on emploie guère à l’écrit – p. ex. : « Y a un type qui arrive il me dit… » (Muller, 2002b : 90). Cette dernière particularité nous rapproche du problème plus large de la présentation de l’information (Blanche-Benveniste, 2000 : 68 ; Lambrecht, 1994), sur laquelle pèsent les différences mécaniques évoquées plus haut. Le cotexte et le contexte du message jouent un rôle déterminant, car ils influent sur les « connaissances partagées 38 » par les protagonistes de la communication.
La communication orale, directe, comporte des éléments ouverts à l’interprétation et à la négociation qui ne sont pas présents dans la communication écrite. (Andersen & Nølke, 2002 : 435)

Selon les approches, la co-présence des énonciateurs et de ces éléments « ouverts à l’interprétation » peut d’une certaine manière jouer sur la syntaxe du message, et non
37

Aux contraintes liées à l’attestation écrite ou orale, il faut ajouter des déterminations liées au type de texte : « On ne saurait négliger par exemple que même la morphosyntaxe varie selon les genres et les discours. Joëlle Tamine a montré ainsi que l'apposition prend un déterminant ou non selon qu'elle se trouve dans le roman ou dans le journal, et conclut justement que la typologie des textes doit éclairer l'analyse syntaxique (1976, 139). » (Rastier, 2001: 31) 38 Voir p. ex. Sperber & Wilson (1995 : 15).
191

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

simplement sur l’utilisation de tel ou tel embrayeur comme on aurait pu s’y attendre. Bally, par exemple, réserve une attention si particulière à l’exotextualité qu’il va jusqu’à considérer l’avion réel visé par « Regarde ! » comme une sorte de complément d’objet du verbe. Ce type de phénomènes est justement désigné par H. Constantin de Chanay & S. Rémi-Giraud (2004) comme un « recrutement incidentiel dans la situation de référence », mais il s’étend dans leur théorie à d’autres types de constituants – adverbiaux, en particulier, c'est-à-dire susceptibles d’être incidents au contexte luimême 39 – dont l’interprétabilité dépend de la possibilité du recrutement incidentiel (comme le « Regarde ! » de Bally, en l’occurrence). Enfin, dans une perspective similaire, la pragma-syntaxe d’A. Berrendonner (2002a) se propose quant à elle de rendre compte des articulations d’éléments n’ayant pas le même statut sémiotique 40. Avant de discuter ces points, on observera que cette conception extensive de la connexité « syntaxique », que l’on pourrait croire propre à l’oral, rencontre une manière de réplique dans la théorie de l’écrit. La syntagmatique de R. Harris, en effet, recouvre l’organisation des signes linguistiques et non linguistiques au sein d’espaces tantôt textuels, tantôt contextuels ; les messages susceptibles d’être étudiés peuvent donc être polysémiotiques, associant par exemple des signes iconiques et linguistiques. De leur côté, B. Bosredon et I. Tamba proposent une approche intégrative du même ordre, centrée plus précisément sur le statut problématique de la « connexion » entre un élément linguistique et un objet du monde – problématique du moins lorsqu’elle semble être une prédication et non relever d’une simple relation référentielle 41 :
Le support matériel, le site d’emploi sont partie prenante du dispositif de signifiance et de référence qui a tous les caractères du système hybride. Cette connexion nécessaire au support confère à ces séquences une dimension déictique spécifique. (Bosredon & Tamba, 2003 : 36)

39 40

L’interprétation de mais par O. Ducrot (1980) touchait déjà à des problèmes analogues. P. ex. : une clause composée de signes verbaux suivie de signes mimo-gestuels : « Elle ne s’est jamais occupée de moi, < Geste > (ce sera aussi tintin pour elle) » (Berrendonner, 2002a : 31) 41 Autrement dit la pancarte « Porte condamnée » fixée à une porte bien réelle met en avant son rôle prédicatif et non sa référence (Voir Lambrecht, 1994 : 184) – ce qui à la réflexion n’aurait guère de sens.
192

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Qu’ils relèvent de l’attestation orale ou écrite, ces modèles mettant en œuvre des relations hybrides entre le texte et le contexte soulèvent une même interrogation : s’agitil bien de syntaxe ? Selon nous, une relation interprétée comme prédicative entre une route sinueuse et la pancarte « Virage dangereux » ou entre « Regarde ! » et un régime référentiel volant ne relève pas de la syntaxe si l’on définit celle-ci comme « l’ensemble des règles qui permettent de produire des associations licites de segments dans les énoncés » (Muller, 2002a : 19). Car il n’existe pas d’association proprement illicite qui mette en œuvre la pancarte ou l’injonction à regarder et le contexte, en d’autres termes il n’y a pas d’agrammaticalité mais simplement des combinaisons ininterprétables faute de pertinence 42. Il s’en faut cependant de beaucoup que l’on puisse tracer une limite nette entre la syntaxe (linguistique) et la syntagmatique 43, car l’organisation des phrases les plus simples peut receler une part d’iconicité, de motivation extrinsèque, difficile à abstraire des faits propres au système linguistique 44. Le fait qu’il n’y ait pas de saut qualitatif entre ces « deux syntaxes » ne doit pas condamner les syntacticiens à être engloutis par les faits. Il n’est pas totalement arbitraire de restreindre le champ d’étude à des « espaces graphiques » (Anis, 1988, 2004) associant exclusivement le jeu limité des signes linguistiques et paralinguistiques. Pour ce qui est de cette syntaxe « authentique », quoi qu’il en soit, nous avons pu voir qu’elle n’était que ponctuellement affectée par le type d’attestation, et qu’il n’existait pas à proprement parler de syntaxe écrite. Il est toutefois probable que la ponctuation a un impact important sur la structuration du message.

42

De même qu’il est toujours possible d’inventer un contexte permettant de spécifier les conditions de vérité d’une phrase absurde, un esprit habile ne manquera pas de trouver un minimum de pertinence dans un déphasage pragmatique. 43 Tandis que la syntagmatique désigne pour R. Harris, comme on l’a dit, l’organisation des signes (linguistiques et non linguistiques) dans l’espace (linguistique et non linguistique) ainsi que l’étude de cette organisation, Bally désigne par ce mot l’étude de la seule linéarité linguistique ; en revanche il nomme syntaxe la disposition générale que l’on vient de décrire. 44 Il est notamment malaisé de préciser la part des facteurs linguistiques et logico-sémantiques commandant la position des circonstants, de certaines appositions, etc. (Combettes, 1998 : 46 sq. ; Neveu, 2000b : 113, 2000d).
193

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

2. Ponctuation
Dans ce domaine, le risque est celui des demi-mesures. On a choisi d’abandonner la conception extensive de la syntagmatique associant texte, icônes et objets du contexte pour se limiter aux observables constitués exclusivement de signes linguistiques et paralinguistiques, mais il subsiste encore quelques doutes quant à la frontière séparant le domaine ainsi balisé et l’ensemble du scriptural. Pour J. Anis (2004 : 6), la définition étroite de la ponctuation recouvre une quinzaine de signes dont le blanc et l’alinéa, mais il est possible de l’étendre à la mise en page, ce qui ajoute entre autres à l’analyse les données de la disposition bi- ou tri- dimensionnelle et celles d’inscription, comme la couleur ou la forme des caractères (Anis, 1988 : 175 sq.). Selon nous, il convient d’adapter à l’objet étudié le degré de précision de ces paramètres : selon que l’on étudie une page de roman ou de quotidien, on choisira d’activer ou de neutraliser la prise en compte de ces données pour dégager autant que possible des principes généraux sans attenter à la nature des faits. Il reste que la ponctuation « restreinte » joue aujourd’hui un rôle suffisamment important dans la structuration des messages pour qu’on y prête attention de façon régulière. Selon N. Catach (1996 : 48), la ponctuation moderne est « essentiellement syntaxique », opérant aux trois niveaux du texte, de la phrase et du mot 45. On sait qu’il n’en a pas toujours été ainsi : la ponctuation a longtemps isolé des « unités d’haleine », jusqu’à Beauzée qui lui assignait encore une valeur exclusivement prosodique ; il a fallu attendre le
XIX
e

siècle pour aboutir au système de délimitation syntagmatique qui est le

nôtre, et dans lequel le point, par exemple, note plus « une limite syntaxique de fin de phrase qu’une pause réelle » (Blanche-Benveniste, 2000 : 25)
46

. Les travaux de

N. Catach offrent de ce système une description précise et opératoire, dont nous

45

On considère à présent que la valeur phonétique de la ponctuation coexiste et interagit avec sa fonction de segmentation des groupes syntagmatiques, comme semblent le montrer ces propos de L. Rosier (1998 : 17) : « Dépassant la question de savoir si la ponctuation reflète ou non les phénomènes mélodiques ou supra-segmentaux, la recherche s’achemine à la fois vers la confortation de l’existence de deux mondes autonomes mais également vers la possible interaction entre les deux systèmes. » 46 Sur cette question, nous ne souscrivons pas à l’opinion de N. Catach (1996 : 49) pour qui « il n’y a aucune différence réelle, en profondeur, entre ce que l’on appelle pauses à l’oral et séparateurs à l’écrit ». Cependant, il est vrai que les deux ordres de faits sont comparables d’un point de vue fonctionnel.
194

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

reprenons l’essentiel : à la ponctuation générale (ou « constructive »), qui délimite les principales unités du texte, s’oppose la ponctuation séquentielle qui organise l’intérieur de la phrase. La ponctuation constructive opère comme on l’a vu sur trois paliers structuraux, pour chacun desquels différents signes s’opposent systématiquement par leur « force » de délimitation. Cette ponctuation constructive se divise à son tour en ponctuation séquentielle intégrée apportant un soutien à la structuration syntaxique et en ponctuation séquentielle non intégrée ou de second régime marquant l’hétérogénéité énonciative ou les insertions (Catach, 1996 : 50 sq.) : au niveau du texte (I) interviennent les espaces larges isolant les « périodes » (alinéa) (force 7 – désormais f.7), la majuscule et le point, le paragraphe (f.6) ; dans l’ordre de la phrase (II), les délimitations externes de la phrase complexe sont assurées à nouveau par la majuscule et le point, les séparations internes par le point-virgule, les deux-points et les points de suspension (à quoi s’ajoutent les points dits « de modalité » : « ? », « ! ») (f.5), quant aux propositions, elles sont le plus souvent encadrées par les virgules (f.4) ; enfin, au niveau du mot (III) interviennent entre autres les virgules, signes doubles des coordinations et du détachement (f.1, f.2, f.3) 47. Comme on le voit, une même figure de signe peut cumuler plusieurs valeurs 48, opérer à plusieurs niveaux et avec plusieurs forces mais il reste que le point, éventuellement sous ses formes modales, et suivi de la majuscule, est l’unité de bornage phrastique

47

Les parenthèses et tirets intervenant sur des segments déjà ponctués par des signes de clôture, nous n’en tenons pas compte ici. 48 « Le souci d’économie crée […] impérativement, dans la langue, l’homonymie (même apparence), et la polyvalence (plusieurs valeurs différentes) : il y aura donc, par ex., plusieurs types de virgules, plusieurs types de deux-points ou de majuscule. Il faut savoir cependant qu’en cas de choix ou d’effacement, c’est le signe inférieur qui cède le pas devant celui de niveau supérieur. » (Catach, 1996 : 52). Cette question révèle un R. Harris (1993 : 294) moins optimiste : « Il n’y a jamais eu de véritable système de ponctuation européenne, malgré les efforts des grammairiens pour imposer certaines règles […]. Il s’agit plutôt de signes auxiliaires, dont le rôle dépend essentiellement du contexte. Par conséquent, on peut les employer de plusieurs façons sensiblement différentes, selon le genre de document en question et selon les besoins de la lecture dans telles ou telles circonstances. »
195

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

privilégiée. À titre d’illustration de la souplesse du système proposé par N. Catach, voici comment l’on pourrait segmenter en phrases un court extrait de Mort à crédit 49 :
(17) « | Regarde ! | Elle s'empoisonnera jamais cette infecte charogne !…| Elle bouffera

pas des champignons !… |Elle bouffera pas son râtelier !| Va ! elle se méfie du verre pilé !… |O pourriture !…| » (MàC : 75) 50

Cet extrait ne présente aucun problème insoluble quant à sa segmentation en phrases graphiques. Si, dans la plupart des textes, le point et la majuscule sont rarement pris en défaut, car ils n’apparaissent en phrase que dans des cas très précis (abréviation d’un mot et nom propre, en particulier), il faut ici se colleter avec des points d’exclamation et de suspension. Aucun de ces deux signes n’étant systématiquement fermant 51, il faut se fier à la présence de la majuscule suivante pour pouvoir marquer une fin de phrase – ce qui aurait certes posé problème en cas de nom propre à l’initiale. Ici, de surcroît, les points de suspension et d’exclamation font montre d’une capacité inhabituelle à la combinaison – qui ne multiplie sans doute pas leur pouvoir de clôture mais additionne en revanche leur valeur sémantique. En somme, la seule difficulté réelle de cet extrait nous semble être le point d’exclamation apparaissant après l’interjection « Va ! », qui n’a nulle majuscule à sa suite. Sur la foi de cette constatation, nous avons considéré qu’il relevait du choix de Céline d’avoir ainsi segmenté son texte, conforté par l’usage de la majuscule qui semble chez lui assez régulier contrairement aux « … », à la fois surabondants et polysémiques.

49 50

Voir Chap.2 une discussion des propositions de segmentation de J.-A. Akohas (1993). Nous marquons par des signes « | » les frontières de phrases. 51 Catach (1996 : 63) : « Employé à l’intérieur, [le point d’exclamation] n’est pas obligatoirement suivi de majuscule, l’apparition de celle-ci lui ajoutant une charge supplémentaire qui le fait passer du 3e au 2e ordre. » Cela signifie qu’un point modal ou des points de suspension ne closent une phrase que s’ils sont suivis de la majuscule.
196

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

L’exemple suivant illustre cette situation :
(18) L’oncle Édouard, tout en me causant… il se demandait… il pensait peut-être… que

ça ferait plaisir à mes vieux de me revoir un petit moment… Qu’on se raccommode avec mon père… Qu’il avait eu assez de malheur… qu’il avait bien assez souffert… Ça partait d’un bon naturel… Seulement rien qu’à la pensée, il me remontait déjà du fiel… (MàC : 410)

Les points de suspension foisonnent, mais il semble que les majuscules, moins fréquentes, soient des indicateurs plus fiables de la segmentation de l’extrait, lequel présente une intrication des dires déroutante au premier regard. Le verbes indiquant d’abord des pensées par définition non partagées (« il se demandait », « il pensait ») se révèlent être non pas des éléments de discours citant, mais du discours cité (« je me demande… »). De fait, l’ensemble de l’extrait (depuis « il se demandait… » jusqu’à « …souffert… ») relève en majorité du discours indirect libre, c'est-à-dire de paroles effectivement prononcées (puisqu’elles entraînent une réaction) mais filtrées par l’idiolecte de l’instance narrative (« mes vieux »). L’essentiel pour nous est ce statut des majuscules initiales (« Qu’on se raccommode… » et « Qu’il avait eu… ») qui paraissent traduire un décrochage syntaxique : la première, associée au subjonctif présent, signale non pas le régime propositionnel d’un verbe de dire mais une construction corrélative finale (type « Avancez, que je vous voie. ») sans attache avec « penser » mais enchaînant sur le projet « me revoir un petit moment ». À l’inverse, on ne rencontre pas de majuscule interne au segment « Qu’il avait eu assez de malheur… qu’il avait bien assez souffert… », dont les deux membres semblent être des régimes juxtaposés de « penser » ou à la rigueur d’un verbe de dire « subsident ». La remarquable adaptabilité du système de ponctuation défini par N. Catach autorise à rétablir – avec la prudence nécessaire – le critère graphique dans la prise en compte de la segmentation du texte. En prenant pour repère le couple point + majuscule, marque de segmentation la plus forte au sein d’un paragraphe, on est en mesure de déduire la valeur des autres signes pour rendre compte du système dans son entier.

197

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

3. Peut-on se passer de la ponctuation ?
Quoique notre réponse à cette question soit d’ores et déjà entendue, nous souhaitons l’appuyer et confirmer une fois encore le caractère pertinent de la segmentation graphique en répondant à une objection qu’on lui oppose fréquemment. Suivant A. Martinet – qui n’a pas de mots assez durs pour l’insouciance des auteurs dans leur usage des ponctuants – M. Wilmet (1998b : 445) se défait à son tour du critère graphique et adopte comme on sait une définition à la fois énonciative et domaniale. Il s’appuie pour cela sur une expérience ayant consisté à soumettre à des étudiants un texte dont la ponctuation a été effacée afin que ces derniers la restituent 52. Or aucun n’y parvient… Ainsi que l’a souligné F. Neveu (2001), cet argument ne discrédite pas la segmentation graphique, mais elle la légitime. Une approche psycholinguistique montre en effet qu’un texte amputé de ses « topogrammes » nécessite : (i) le recours à l’analyse syntaxique pour dégager ses îlots de rection (i.e. la ponctuation constructrice) ; (ii) la subvocalisation (voire la lecture à haute voix) pour confirmer les choix de (i) et retrouver les ponctuants internes (i.e. la ponctuation séquentielle, plus libre et souvent facultative). Cela signifie que l’exercice de restitution de la ponctuation est voué sinon à l’échec, du moins à des succès nécessairement partiels puisqu’il se fonde sur l’idée que la ponctuation peut être rétablie à partir de la syntaxe et de la prosodie, ce qui traduit une fois encore la secondarité de l’écrit. Cet exercice suppose de surcroît une stricte équivalence entre production et réception et minimise la part de liberté du scripteur. Ainsi notre conviction – qui n’a rien d’original – demeure que la ponctuation n’est pas une collection de signes hasardeux que l’auteur disperse dans son texte déjà constitué, mais un témoin renseigné (et parfois sibyllin) de la construction du texte 53.

52

Fait singulier, Denys le Thrace évoque déjà une discipline à part dans les « écoles », l’anágnôsis (lit. « reconnaissance »), qui consiste dans la lecture correcte et bien « jouée » de textes écrits en scriptio continua. 53 Elle est une « trace des processus de linéarisation » et de la « manière dont le sujet structure son texte en parties. » (Passerault cit. Anis, 2004)
198

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Ponctuer n’est donc pas seulement un commentaire, c’est
également un choix, une interprétation métalinguistique. L’intérêt n’est pas de prescrire le bon signe, mais de préciser les choix qui peuvent se faire en chaque point de la chaîne, avec des signes correctement appariés. (Catach, 1996 : 56).

4. Transcription et oralisation
La conception selon laquelle la ponctuation peut être « retrouvée » à partir du texte nu repose sur l’idée que l’écrit représente (fidèlement) l’oral – et l’oral, la langue. À la limite, cette perspective ferait de toute phrase graphique la cristallisation parfaite d’un énoncé oral. Or, l’on sait bien que la déperdition d’information est considérable. Une transcription de récitation, par exemple, parvient certes à saisir les mots prononcés et peut placer correctement la plupart des signes de ponctuation constructive si le débit de l’orateur le lui permet. Mais elle perdra irrémédiablement la majorité des intonèmes sans correspondance « constructive » ainsi que tous les gestes, toutes les mimiques, qui peuvent induire des changements de sens importants. Concernant le cas inverse d’une oralisation, D.R. Olson (1994) souligne justement que toute phrase est susceptible d’au moins deux lectures : l’une ironique et l’autre prise en charge. Ceux qui l’ignorent ou feignent de l’ignorer sont victimes de ce qu’il nomme « l’illusion alphabétique » – et encourent comme nombre d’élèves le risque de faire de Voltaire un sadique ou un intégriste :
The fact that alphabetic script can be lexicalized in only one way creates a blind spot that we have only recently come to recognize. Because an alphabetic script can transcribe anything that can be said, it is tempting to take it as a complete representation of a speaker’s utterance. […] It is a simple illusion that it is a full model of what is said. (Olson, 1994: 88)

L’écriture alphabétique fixe ce qui est effectivement dit, à quelques nuances près, pour le français a fortiori, puisque tous les signes écrits ne sont pas des phonogrammes. De là il découle l’illusion que l’entour de la parole est renfermé dans le texte, que les gestes, la voix, le locuteur tout entier y sont enclos, mais surtout que le sens est immanent au texte et que la lecture exprime ce sens. On trouve ces conceptions, à peu de choses près, dès Platon, pour qui il ne manque dans un texte écrit que l’instance auctoriale.
199

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Pour dissiper ces chimères et sortir de l’illusion alphabétique, autrement dit pour déterminer ce qui réunit et distingue chaque type de canal, on suivra J. Rey-Debove (1988), qui propose d’étudier « les produits du transcodage : le transcrit et l’oralisé » et d’observer « ce qui n’a pas pu passer directement d’un système dans un autre, comme un “reste” nécessitant une adaptation au niveau du contenu. » C’est ce « reste » qui recèle la spécificité de chaque type de canal 54. Dans le cas du passage à l’écrit, de la transcription alphabétique standard, les propriétés vocales, les inflexions instituées ou idiolectales, le débit sont mutilés, comme c’est le cas pour les phénomènes mimiques, kinésiques, proxémiques, mais aussi pour les divers chevauchements, interruptions et reformulations qui affectent le flux verbal. On dira même parfois que la transcription relève du recodage : elle neutralise les métaplasmes et peut révéler une compréhension fautive
55

: « c’est toujours en

reconstruisant ce que le locuteur a voulu dire que nous parvenons – plus ou moins bien – à percevoir ce qu’il dit. » (Blanche-Benveniste, 2000 : 27). En fait, toute transcription s’avère même chargée de théorie, comme on peut le déduire de ces propos de L. Mondada (2000 : 134) :
Le passage à l’écrit impose une discrétisation du flux oral comme préalable à toute autre forme de traitement : les opérations pratiques de découpage mot à mot, de segmentation, de délimitation de la chaîne parlée posent d’emblée la question théorique des unités pertinentes de l’oral.

Le problème est, on s’en doutait, très similaire lors du passage de l’écrit à l’oral. Aucun système écrit n’est « le miroir du français parlé » – et réciproquement – qu’il soit logographique, alphabétique ou syllabique, parce que l’organisation des formes visuelles est impossible à restituer à l’oral (Harris, 1993), qui ne connaît que

54

Une difficulté propre à l’oral est que son étude, hormis lorsqu’elle s’attelle strictement à la « matière phonique » (prosodie, phonétique), ne peut faire l’économie d’une transcription, plus ou moins riche en signes diacritiques et plus ou moins proche de l’orthographe standard (Blanche-Benveniste, 2000 : 25 sq.). On n’étudie pas directement l’oral car le linguiste a besoin, comme nous le verrons, de disposer du langage en position d’objet et seul l’écrit le permet. 55 Parfois associée à de plaisantes réanalyses : (E.H., oral) « découvrir le poteau rose » pour « découvrir le pot aux roses » ; « fumer un Barrochez » (marque cubaine ?) pour « fumer un barreau de chaise » ou, digne de la Françoise de Proust – mais attesté (E.K., oral) : « avoir l’épée de la dame au clebs » pour « l’épée de Damoclès ».
200

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

l’unidimensionnalité. Plus simplement, certains des traits de l’oral listés plus haut sont impossibles à restituer de façon univoque à partir d’un texte ordinaire. Dans cet ordre d’idées, une phrase écrite quelconque comme (19) peut connaître à l’oral un nombre considérable de variantes intonatives libres – sans parler des lectures focalisantes contrastives, dont le choix repose en partie sur des données contextuelles (Nølke, 1993) :
(19) La pensée fait le langage en se faisant par le langage. (Guillaume 1995, LL13 : 13 –

4 XII 1958)

Il est en fait possible de la phraser de cent manières différentes (pauses, inflexions…) sans en changer aucunement le sens global. A contrario, la récitation d’une page du Coup de dés de Mallarmé aplanit irrémédiablement l’espace du poème à la dimension d’une ligne, et le dommage sémiotique est plus grand encore avec les icono-textes (Anis, 2000) qui associent aux signes linguistiques des icônes, comme c’est le cas du roman-photo, de la publicité, de l’article de presse, etc. En somme, dans le cadre des théories de l’information, on pourra conclure que le transfert de l’attestation écrite à l’attestation orale, et inversement, ne peut se faire sans une part minime d’entropie, i.e. sans la perte d’un certaine quantité d’information. Pour cette simple raison, il est légitime de croire qu’écrit et oral ne se recouvrent qu’en partie, qu’ils ne sont pas strictement équivalents.

Conclusion
Les spécificités propres à l’écrit que l’on est parvenu à réunir jusqu’à présent invitent à prêter plus d’attention au mode de réalisation du fait étudié afin d’écarter des généralisations parfois hasardeuses. Depuis longtemps, l’objet du débat n’est plus d’opposer stérilement un oral sans grammaire, histrionique, à un écrit empesé mais, selon A. Berrendonner (2004), la question s’est enlisée dans une alternative sans issue qui fait de l’oral et de l’écrit : tantôt deux systèmes grammaticaux différents, c'est-à-dire deux langues ; tantôt deux manifestations d’une même grammaire.

201

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Pour le linguiste suisse, « la langue met à la disposition de ses usagers un seul et unique système d’opérations grammaticales exécutables » mais « les conditions pratiques dans lesquelles sont produits les discours écrits et oraux induisent des contraintes d’optimalité différentes ». En somme :
Il n’y a qu’une grammaire du français, mais des différences d’opportunité pragmatique et cognitive entre ses structures selon qu’on s’en sert à l’écrit ou à l’oral. (Berrendonner, 2004)

Il ne s’agit certainement pas de faire de l’oral et de l’écrit de deux langues différentes (Blanche-Benveniste, 2000 : 65), mais pour autant A. Berrendonner ne semble pas tenir compte du fait que ces « opportunités pragmatiques » ne sont pas renégociées à partir de rien à chaque fois que nous parlons ou écrivons. Il est peu vraisemblable en effet que nous découvrions à nouveau ces modes d’expression lorsqu’il nous faut les utiliser : nous nous les approprions au contraire peu à peu, nous les instituons et, ce faisant, dédions une partie de notre « grammaire intériorisée » à ces spécificités liées à un usage précis.

202

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

En s’inspirant des suggestions de J. Rey-Debove (1988 : 75), on peut proposer de représenter ainsi les rapports unissant la grammaire de la langue à ses deux attestations 56 :

Figure 1 : linguistique de langue et linguistiques de canal

Il n’est probablement pas étranger au fait d’avoir négligé ce degré de spécificité que la phrase soit considérée comme une notion inconsistante. En se dotant d’un filtre des réalités empiriques moins puissant, en travaillant à partir de faits moins abstraits, retenant des caractéristiques liées au type d’attestation et à l’influence du canal 57, on
56

Le fait de représenter ainsi l’institué peut poser un problème dans une perspective guillaumienne. Bien que le psychique, en effet, soit au départ séparé du sémiologique et que le signifié d’effet existe indépendamment de tout signe, tout signifié de puissance emprunte le biais d’une parole de puissance avant la symphyse créatrice du signifiant, oral ou écrit. La position de G. Guillaume s’avère en fait assez floue : d’une part le linguiste affirme que l’écriture note la parole (ce qui n’est pas entièrement vrai, comme on l’a vu) tout en reconnaissant aux graphèmes une forme en partie indépendante de la phonologie ; d’autre part, G. Guillaume postule une influence mutuelle entre la parole et l’écrit (donc l’autonomie partielle de l’écrit) mais il maintient la primauté praxéologique de la parole, au moins pour la lecture. Bien qu’il oscille ainsi entre autonomisme et phonocentrisme, la fonction médiatrice qu’il prête à parole et qui constitue un critère fort le rapproche de la seconde tendance, phonocentriste. En ce sens, M. Valette (2006 : 150) simplifie passablement la position de Guillaume en appuyant son analyse sur les dernières années de la vie du savant, qui dérive vers l’autonomisme : « La pensée et l’écriture ont en commun d’être l’une et l’autre silencieuses. Ce fait les rapproche et fait, en un certain sens, l’écriture plus proche de la pensée que ne l’est la parole que son bruit sépare de la pensée, physiquement audible. » 57 Le « modèle de production et d’interprétation d’un texte » proposé récemment par P. Le Goffic (2006) présente selon nous cet inconvénient. Empruntant en partie à la syntaxe de l’oral de C. Blanche-Benveniste, l’auteur s’attache à « dégager les unités d’un texte » avec l’objectif de « conserver le concept de "phrase", à condition […] de l’assouplir (en y incluant les éléments périphériques qui s’y rattachent) et […] de distinguer la phrase comme modèle, et sa mise en œuvre, plus ou moins tâtonnante, dans l’activité concrète des énonciateurs. » Le texte support de cet exposé étant la transcription d’une conversation, il est joué d’avance que la syntaxe étudiée ne sera ni celle de l’oral (puisque les données paralinguistiques comme l’intonation font défaut), ni celle de l’écrit (puisque les scories de l’oral spontané y figurent, contrairement aux ponctèmes). Aussi se trouve-t-on condamné à travailler sur des données décontextualisées, ce qui ne veut pas forcément dire sur la langue.
203

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

s’engagerait dans une spécialisation disciplinaire susceptible d’être critiquée, mais qui rendrait mieux compte d’un plus petit nombre de faits 58. On est d’ailleurs d’autant plus fondé à limiter la phrase à l’écrit qu’elle s’est constituée en même temps que l’écrit s’est dégagé de l’oral à travers la consolidation du système de ponctuation (Gardes Tamine, 2004 : 48) et la propagation de la lecture silencieuse 59. Cette hypothèse, qui nous conduira partiellement dans l’histoire externe de la langue, nous intéressera dans les prochaines sections.

C. LA PHRASE : LINGUISTIQUE ET MÉTALINGUISTIQUE
En montrant que la phrase était une notion récemment introduite dans le métalangage, J.-P. Seguin (1993) a ravalé au rang de fait bien réel ce qu’on croyait être un mythe national. Or la phrase ne s’est pas imposée par hasard et ce n’est pas davantage une grâce mystérieuse qui l’a fait perdurer – bien qu’une conjoncture scientifique propice l’ait longtemps tenue hors des critiques. Pour mieux comprendre sa nature, il faut sans doute chercher dans le passé des « coïncidences » ayant pu lui ouvrir le chemin et contribuer à la consolider. À cet égard, le rôle croissant de l’écrit peut nous aider à discerner par quel biais la phrase s’est octroyé une telle place dans notre conscience linguistique, notamment au détriment de la période, marquée par un rapport très fort avec l’oral.

1. La phrase et l’autonomisation de l’écrit
Il faut voir dans la corrélation de l’autonomisation de l’écrit, du développement progressif d’un système de ponctuation et de la propagation de la lecture individuelle un terrain plus que favorable à l’émergence de la phrase grammaticale.

58

Pour S. Auroux (2004 : 60), par exemple, « une linguistique de l’oral n’est certainement pas suffisante pour comprendre l’écriture et réciproquement. » 59 Harris, 1993 : 291 : « […] C’est pendant le XIXe siècle qu’on voit croître énormément en Europe le pourcentage de la population sachant lire et écrire, et que pour ces nouveaux lecteurs, dans leur vie quotidienne, l’essentiel est de comprendre le texte, plutôt que de le déclamer à haute voix. »
204

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Nous rejoignons I. Serça :
À l’instar de l’"écrit" en général, la ponctuation, liée aux pratiques de lecture […] se dégage progressivement de la référence à l’oral. Deux moments importants apparaissent comme des tournants dans cette évolution : la naissance de l’imprimerie tout d’abord, et la généralisation de la lecture silencieuse, bien après. (Serça, 2004 : 12)

Longtemps après son invention, au

II

e

siècle av. J.-C. à Alexandrie, la ponctuation

demeure irrégulière et sert moins la compréhension du texte que sa récitation ou son chant (Catach, 1996 : 15-16). L’Antiquité est alors dominée par l’idéal du vir

eloquentissimus, ce qui signifie que les textes sont destinés à être mémorisés puis « joués », n’étant que des supports à une performance orale. En privé, leur statut est peu différent : on murmure ou on lit même à voix haute des textes le plus souvent écrits en scriptio continua 60, c'est-à-dire sans séparation entre les mots. De l’Antiquité au haut Moyen Âge 61 , l’usage de la ponctuation devient plus régulier, notamment sur l’impulsion de lecteurs dont le latin n’était pas la langue maternelle et qui, pour se rendre les textes aussi lisibles que possible, multipliaient les innovations (Chartier, 1995). Un certain nombre d’entre elles sont ainsi dues aux scribes anglo-saxons et en particulier irlandais, dont le système très complet va se propager, après le VIIe siècle, dans la plupart des manuscrits de l’Occident chrétien (Parkes, 1992 ; Catach, 1996 : 21). L’usage régulier des blancs, qui facilite la lecture visuelle, compte parmi les principaux apports que l’on doit à ces scribes, mais la langue vernaculaire n’en bénéficie que plus tard (il se systématise au
XII
e

siècle), a fortiori chez les laïcs 62.

Au contraire de signes comme l’espace, destinée dès l’origine à améliorer le déchiffrage et la compréhension écrite, les autres ponctuants restent fortement liés à l’oralisation du texte jusqu’au XVIIIe siècle.

60

Cette écriture convenait à quelqu’un « d’accoutumé à lire à voix haute, quelqu’un dont l’audition démêlerait ce que la vision percevait comme une suite continue de signes » (Manguel, 1996 : 48, nous traduisons). L’anágnôsis dont nous parlions plus haut visait précisément à exercer cette pratique. 61 Voir Parkes (1992). 62 « Le passage d’une culture monastique orale à une culture scolastique visuelle n’aura d’abord que des effets limités sur les habitudes de lecture de la société laïque, notamment dans le nord de l’Europe où la lecture et la composition orale en langue vulgaire resteront de pratique commune au moins jusqu’au XIIIe siècle. » (Saenger, 1997 : 165).
205

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Naturellement, ces changements de la présentation du texte s’inscrivent dans une évolution plus générale des pratiques sociales et individuelles de lecture, de prière, d’enseignement même. La lecture silencieuse – purement visuelle – ne se généralise que tardivement mais elle est attestée à toutes les époques, essentiellement dans les milieux savants (Catach, 1996 : 16) 63. On commence à la pratiquer progressivement dans les scriptoria monastiques entre le siècle, mais ce n’est qu’au
VII
e e e e

et le

XI

siècles, puis dans les universités au
e

XII

XIV

siècle qu’elle gagne l’aristocratie laïque (où son
XVIII

développement marquera une notable accélération au

siècle). Le changement des

habitudes vis-à-vis de l’écrit s’engage donc assez tôt, mais il s’impose avec lenteur :
From the sixth century onwards attitudes to the written words changed : writing came to be regarded as conveying information directly to the mind through the eye, and Isidore of Seville (c. 560-636) could state a preference for silent reading which subsequently became established as the norm. (Parkes, 1992 : 1)

C’est au XVIIIe siècle que les transformations majeures se produisent : N. Beauzée parmi les premiers (avec le P. Buffier) amende les principes gouvernant la ponctuation ; la phrase apparaît dans le discours des mêmes, puis, dans son sens « moderne », chez Domergue ; enfin, un nouveau mode de lecture se propage massivement dans les foyers bourgeois, au point que l’on parle aujourd’hui d’une « révolution de la lecture » (Wittman, 1997). Parmi les principaux acteurs de ces changements, N. Beauzée joue un rôle essentiel dans le passage de la période à la phrase, car il est l’un des premiers à ajouter une fonction syntaxique à la ponctuation 64. Pour lui, celle-ci note à la fois le « besoin de respirer », la « distribution des sens partiels qui constituent le discours » et la « différence des degrés de subordination qui conviennent à chacun des sens partiels dans l’ensemble du discours » (Beauzée, 1766 : 577) ; il abandonne ainsi la définition cicéronienne, qui s’attachait uniquement à l’art de l’orateur, mais il faudra attendre le siècle suivant pour qu’une ponctuation essentiellement syntaxique soit associée avec
63

Elle reste extrêmement rare, cependant, ainsi qu’en atteste le célèbre passage des Confessions (VI, 33) qui relate la stupéfaction d’Augustin devant Ambroise lisant en silence (Manguel, 1996 : 42). 64 Il s’attelle notamment avec succès à la question fort débattue des relatives déterminative et explicative (Catach, 1996 : 38).
206

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

régularité à notre « phrase ». En effet, selon N. Catach (1996 : 42), la ponctuation du
XVIII
e

reste encore empreinte d’oralité, s’avère d’une manière générale très économe et

qui plus est n’affecte pas la même valeur à la plupart de ses signes 65 – laquelle valeur est du reste assez peu stabilisée (Seguin, 1993 : 439). À notre sens, le signe le plus éloquent de la corrélation établie entre phrase, ponctuation et syntaxe réside dans la reprise verbatim de Beauzée par Littré, un siècle plus tard, à quelques modifications près :
« Le choix des Ponctuations dépend de la proportion qu’il convient d’établir dans les pauses ; & cette proportion dépend de la combinaison de trois principes fondamentaux : 1°. Le besoin de respirer ; 2°. La distinction des sens partiels qui constituent un discours ; 3°. La différence des degrés de subordination qui conviennent à chacun de ces sens partiels dans l’ensemble du discours. » (Beauzée, 1766 : 577 – Grammaire générale, t..2, chap. X, « De la ponctuation ») « Art de distinguer par des signes reçus les phrases entre elles, les sens partiels qui constituent ces phrases, et les différents degrés de subordination qui conviennent à chacun de ces sens. » (Littré, article « Ponctuation »)

L’intertextualité ne semble guère discutable mais les changements sont d’importance : Littré abandonne toute référence au souffle pour ne conserver que la séparation graphique (« les phrases entre elles ») qui est rattachée à l’unité sémantique, qu’il revient à la syntaxe de combiner en un sens global. Mais il y a plus : tandis que pour Beauzée la structure intégrante est le discours, tant sémantiquement que syntaxiquement (« sens partiels qui constituent un discours […] degrés de subordination qui conviennent à chacun de ces sens partiels dans l’ensemble du discours »), Littré semble retenir la phrase dans cette fonction. Ce changement capital dans le métalangage n’aurait pu avoir lieu sans un bouleversement profond du rapport général à l’écrit, sans que l’écrit n’ait bénéficié – au moins pour certaines classes au moins – d’un accès beaucoup plus aisé, en somme d’une plus grande visibilité. Or, dans la seconde moitié du
XVIII
e

, la forme moderne de la

65

Ainsi, il existe encore un point de paragraphe (« . ») régi surtout par des critères de souffle (ce qui rappelle bien sûr la période) ; ce sont les « ; » et les « : » qui délimitent les segments intérieurs du paragraphe.
207

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

lecture fait son apparition, ce qui se traduit par le passage d’une lecture « intensive », lecture répétitive d’un petit canon de textes familiers et normatifs, à une lecture « extensive » dont la pratique, « séculi[ère] et individuel[le] » s’exerçait sur « des textes nouveaux et divers permettant de s’informer ou de se distraire » (Wittmann, 1997 : 332) 66. Au cours des
XVIII
e e

et

XIX

siècles, s’opèrent à peu près simultanément plusieurs

modifications profondes touchant au rapport du Français à sa langue. Certaines sont l’aboutissement d’un lent processus d’évolution culturelle, d’autres paraissent plus soudaines, mais il est possible qu’il existe entre ces faits quelque corrélation, ce qu’il reviendrait à une étude détaillée de montrer. Ainsi, on sait que l’émergence de la phrase dans le métalangage est contemporaine de l’éclipse graduelle de la période alors que la ponctuation se détache peu à peu de l’oral pour noter la syntaxe. À peu près au même moment, la présence de l’écrit dans l’ordinaire du citoyen ne cesse de croître, tout comme la pratique d’une lecture devenue en majorité visuelle et solitaire. On peut donc faire le constat de l’autonomisation graduelle de l’écrit et souligner prudemment les coïncidences suivantes – qui opposent plus des tendances que des faits tranchés :
début XVIIIe Période/Discours/Paragraphe Ponctuation prosodique Lecture intensive / oralisée fin XIXe Phrase Ponctuation syntaxique et prosodique Lecture extensive / silencieuse

66

Le livre gagne alors les bourgeois, qui se créent une culture hors des cadres de l’Église et de l’État. La lecture de romans, en particulier, prend une telle ampleur que l’on en vient à parler de « rage de lire ». « L’identité individuelle remplaçait désormais le statut octroyé par la naissance. […] Cette individualité bourgeoise, qui se caractérisait par la découverte de la subjectivité et par un débordement de cette subjectivité, aspirait à une communication permanente en vue d’élargir le champ restreint de ses expériences. […] Le mot imprimé devint l’agent de la culture bourgeoise. » (Wittmann, 1997 : 335)
208

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

2. Écriture et réflexion métalinguistique : retour à la raison (phrastique)
Pour clore ce chapitre et ce qui n’est, pour des raisons évidentes d’économie générale de ce travail, qu’un survol de problèmes très complexes, nous voudrions dire quelques mots du rapport, fréquemment pointé 67, entre la phrase (écrite, le problème est désormais entendu), la normalisation grammaticale et la constitution du métalangage, l’idée globale étant que la première influence les deux suivantes. Ce qui vient d’être évoqué concernant l’apparition de la phrase montre assez clairement, selon nous, que l’écrit n’évolue nullement dans le but d’offrir une parfaite représentation de l’oral, dont l’écriture alphabétique serait l’aboutissement. C’est pourtant ce qu’une conception diachronique marquée de téléologie a pu affirmer. Or, on constate au contraire que l’écrit conquiert sa cohérence en se désolidarisant de l’oral. De la même manière, on a accrédité l’idée fallacieuse que l’écriture était la marque d’une réflexion métalinguistique, qu’elle ne pouvait naître que dans les civilisations ayant acquis une forme de distanciation vis-à-vis de leur langue. Mais c’est exactement l’inverse qui se produit : l’invention de l’écriture constitue un préalable nécessaire à la naissance de la réflexion métalinguistique. Sur ce point, la formule de D. R. Olson (1994 : 68) est catégorique : « Awareness of linguistic structure is a product of a writing system not a precondition for its development. » G. Guillaume confirme 68 cette opinion par des intuitions théoriques une fois encore très pénétrantes :
La syntaxe expliquée suppose acquise la faculté de contempler […] en dehors de toute cogitation pragmatique, l’édifice entier de la langue. […] Cette faculté de contemplation apragmatique est une attitude philosophique, en liaison avec la faculté d’abstraire et qui, pour se développer, a besoin du secours, plus exactement de l’appui de la langue écrite. C’est en écrivant que l’on apprend à considérer les unités de puissance de la langue isolément, séparément, selon un mouvement de pensée qui consiste non pas à résoudre l’analyse en synthèse, mais, inversement, la synthèse en analyse. (Guillaume, inédit, 23 mars 44b : f°13)

67 68

Voir notamment Béguelin (2002). De même que S. Auroux (1994 : 37 ; 2004 : 63).
209

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Quelque cinquante ans plus tard, les formulations ont gagné en justesse, mais les idées restent les mêmes : l’écrit permet d’objectiver le discours, d’en faire un objet de science 69. Cela passe bien sûr par la linéarisation graphique de la chaîne parlée (qui est commune à toutes les écritures, peu ou prou), puis par l’ajout d’une seconde dimension issue d’une contemplation virtuelle des commutations possibles en divers points de la chaîne, dimension qui ne peut manquer de rappeler le paradigme saussurien (Auroux, 2004 : 79). Ainsi, pour S. Auroux en somme, c’est un sentiment épilinguistique des commutations qui permet la construction des paradigmes, et ce sont ces derniers qui permettent à leur tour la réflexion métalinguistique. Nous avons vu que la phrase, mutatis mutandis, suivait dans le paradigme de la Raison phrastique une évolution assez semblable : une fois délimitée dans la chaîne discursive, elle pouvait être inscrite dans des paradigmes formels constitués de « transformations » d’une même entité. Cette mécanique est naturellement bien antérieure à « l’invention de la phrase » (on la fait remonter à un syllabaire babylonien), mais c’est cette même phrase, avec son caractère de trompeuse – mais pourtant récente – évidence qui a servi de fait observable à l’investigation linguistique moderne et a par conséquent contribué à en modeler les outils :
The models of language provided by our scripts are both what is acquired in the process of learning to read and write and what is employed in thinking about language ; writing is in principle metalinguistics. […] To paraphrase Whorf (1956), we introspect our language along lines laid down by our scripts. (Olson, 1994 : 89)

La phrase de Whorf ajustée par Olson résonne singulièrement avec ce qui a pu être dit du paradigme phrastique : « nous spéculons sur notre langue le long des lignes tracées par notre écriture ». Autrement dit, on ne peut connaître de notre langue que ce que notre écriture en laisse voir, ce qui, relativement à notre problème, signifie que la phrase

69

« Ce qui fait véritablement démarrer la réflexion linguistique, c’est l’altérité, envisagée essentiellement du point de vue de l’écrit. » (Auroux, 2004 : 66).
210

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

écrite a pesé, dès l’origine de la linguistique « scientifique », sur ce qu’elle permettait d’apercevoir de la langue 70. R. Harris, en un sens, ne dit pas autre chose :
Toute la terminologie linguistique de la tradition occidentale – y compris le terme de « grammaire » – présuppose une connaissance de l’écriture. (Harris, 1994 : 365)

Conclusion
On pourrait croire qu’un positionnement comme celui de R. Harris donne raison aux détracteurs de la phrase, en particulier à ceux qui entendent se débarrasser d’elle comme d’un carcan pesant à la fois sur le plan linguistique – par sa charge normative 71 – et sur le plan métalinguistique. Or, loin d’être une forme extérieure au langage, une manière d’emporte-pièce qu’on applique à la naturalité des faits, la phrase écrite s’est infiltrée au cœur de la langue, où elle nourrit l’oral de ses normes autant qu’il l’en affranchit en retour :
La forme tabulaire est propre à mettre au jour les régularités qui n’apparaissent pas directement dans l’échange linguistique. Elle va même plus loin, puisque, une fois le cadre fixé, la régularité descriptive est imposée aux phénomènes. (Auroux, 2004 : 70)

Avec une approche de l’évolution peut-être plus marquée par une téléologie optimiste, nous pourrons enfin suivre D.R. Olson :
Writing far from transcribing speech tends to provide a model for that speech. To invent a writing system is, in part, to discover something about speech. » (Olson, 1994 : 78)

Selon nous, il n’est pas primordial de se défaire de la phrase 72 pour retomber sur une forme idéale – fût-elle en apparence plus cohérente d’un point de vue scientifique.

70

« L’articulation “naturelle” ainsi assumée par les démarcations de l’écrit conditionne profondément la connaissance spontanée des structures linguistiques par les sujets parlants : elle remplit une fonction dérivée de nature quasi épistémologique. » (Berrendonner & Reichler-Béguelin, 1989) 71 Mais aussi, plus simplement, par « contamination sémiotique » : « Ces habitudes accréditent l’idée que nous parlons à l’oral avec des phrases, des mots bien distincts, des majuscules, et des signes de ponctuation, alors qu’il s’agit fondamentalement de notions graphiques. » (Blanche Benveniste, 2000 : 12 ) 72 « Il ne s’agit pas de nier qu’il existe des phrases ; dans la pratique de l’écrit et dans certains équivalents du parlé, il est évident qu’il y a des délimitations qu’on peut appeler ainsi. » (Blanche-Benveniste, 2002b : 98)
211

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Parmi ces entités idéales, aucune ne correspond à la phrase graphique : (i) Elle ne correspond pas systématiquement à un îlot syntaxique. Mais cela ne veut pas dire qu’elle regroupe arbitrairement ses constituants et qu’il est indifférent que ceux-ci appartiennent à une phrase plutôt qu’à sa voisine. En effet, même composée d’un seul îlot rectionnel, une phrase graphique peut encore intégrer des éléments périphériques non régis (termes disloqués, nominativus pendens, vocatifs, etc.) qui ne tolèrent pas d’être déplacés de l’autre côté de la frontière graphique 73. Cela justifie bien d’une forme de domanialité susceptible d’ériger la phrase écrite en structure cadre. (ii) Du point de vue du sens, la phrase n’est pas davantage une forme idéale. Nous avons vu cependant que la définition d’une « unité de sens » n’allait pas de soi. Un morphème, un mot, un paragraphe, un texte, un corpus (etc.) sont des unités de sens dans la mesure où l’entité qu’ils représentent à leur niveau peut signifier davantage ou autre chose que la somme de leurs parties constitutives 74. Étant donné que tous ces éléments interagissent, il n’est pas aisé d’isoler un niveau de sens spécifique à la phrase graphique, mais on sait néanmoins, grâce à certaines expériences de psycholinguistique, que la lecture du point de clôture d’une phrase enclenche dans l’esprit du lecteur un « reformatage » (Grunig, 1999) sémantique de celle-ci – ainsi qu’une forme de réinitialisation du buffer lexical 75. Il y a fort à parier qu’une opération analogue a lieu pour le scripteur – toutes choses égales par ailleurs – et que le fait de clore par un point est un acte motivé mais, certes, sur lequel on peut difficilement établir des lois générales 76.

73

Ce qu’on peut illustrer d’un exemple simple : « Elle, son truc, ça n’est pas (que) minauder en culotte et mini-short aux MTV awards. » (Presse). Comme on le constate, il est difficile d’accepter une graphie séparant les groupes disloqués du reste de la phrase : « *Elle, son truc. Ça n’est pas (que)… ». 74 « le "sens" de la phrase est dans la totalité de l’idée perçue par une compréhension globale ; la "forme" est obtenue par la dissociation analytique de l’énoncé poursuivie jusqu’aux unités sémantiques, les mots. » (Benveniste, 1974 : 228) 75 Nous reviendrons plus loin sur ces analyses. Précisons néanmoins que la notion de buffer est assez typique de l’approche cognitive « première manière », qui émane dans les années 1950 de la cybernétique, mais on la retrouve aujourd’hui en psychologie cognitive ou en psycholinguistique. Ainsi le buffer lexical est-il comparable à une forme de mémoire à court terme (essentiellement auditive) permettant le stockage et la répétition verbatim de ce qui est entendu (ou lu et subvocalisé). Voir Lieury (2005). 76 « Dans l’échange verbal, il est clair que les deux sujets intervertissent leur rôle repsectif de locuteur (production) et d’interlocuteur (reconnaissance) ; mais de plus chacun d’eux se trouver assumer simultanément la fonction d’émetteur et celle de récepteur : en effet, la production consiste non seulement à « encoder », mais aussi à anticiper sur le « décodage » du discours en cours de production,
212

Chap. III — La phrase graphique : aspects théoriques

Il n’empêche qu’une linguistique de la phrase écrite n’est pas totalement infondée et qu’elle reste à construire. Depuis deux décennies, celles et ceux qui ont promu l’oral au statut de spécialité linguistique se sont munis d’outils et de concepts adaptés à la réalité de leur objet – et la phrase n’en fait du reste pas partie. Or, pendant longtemps, cette initiative est restée sans réplique du côté de l’écrit : les spécialistes de l’oral partis à leurs travaux, il restait un vaste ensemble de chercheurs qui travaillait explicitement à décrire la langue en la reconnaissant comme une entité théorique, ou qui évoluait au contraire dans une indifférenciation trompeuse de la langue et du discours, de l’écrit et de l’oral. Aussi la dimension écrite des productions linguistiques n’a-t-elle bénéficié jusqu’à présent que d’une définition en creux par rapport à l’oral – et encore s’agit-il davantage d’une entente tacite que d’une définition. Les problèmes théoriques touchant à l’établissement d’une étude explicite de la phrase graphique étant à présent circonscrits, il reste à en concrétiser le projet en observant les faits, en l’occurrence en se donnant pour observable, au sein du texte, la phrase elle-même.

et la compréhension comporte, par delà le strict décodage, une reconstitution de la visée sous-jacent à l’encodage. » (Fuchs, 1981 : 147)
213

Deuxième partie – Chap. IV

CHAPITRE IV LA PHRASE GRAPHIQUE À L’ÉPREUVE DES FAITS

INTRODUCTION
Nous avons pu circonscrire dans le chapitre précédent quelques-unes des problématiques théoriques qu’entraînait l’adoption d’observables écrits. Il en est ressorti qu’aucun obstacle n’empêchait de travailler explicitement sur la phrase écrite. Il reste à présent à vérifier comment une telle méthode peut s’appliquer à la diversité considérable des faits, car l’on a vu que l’un des principaux motifs de rejet du critère graphique était son caractère versatile, instable d’un auteur à l’autre, d’une époque à l’autre, voire d’une édition à l’autre. Ces objections ont déjà été examinées et nous estimons y avoir apporté des éléments de réponse. Cependant, rappelons que notre démarche ne récuse pas de receler une part herméneutique : les faits doivent pour nous être observés dans leur variété, décrits comme tels et corrélés aussi souvent qu’il est utile aux circonstances de leur apparition 1. Ainsi, bien souvent, un phénomène ayant les apparences de l’incohérence lorsqu’on l’observe depuis un niveau élevé de généralité peut se révéler intégré à un système parfaitement harmonieux si on le considère dans des dimensions plus réduites. La ponctuation de Céline évoquée plus haut en constitue
1

Nous souscrivons sur ce point au propos de F. Rastier (2001 : 99) à une réserve près que nous souhaitons évoquer ici brièvement avant d’y revenir. Le type de faits que nous cherchons à observer, les régularités qui nous intéressent, sont pour nous associées au palier que constitue la phrase graphique tant au plan linguistique (énonciation et interprétation) que métalinguistique. Pour autant, nous convenons que ce palier est pris dans un réseau dense de déterminations où le global pèse sur le local et c’est pourquoi il serait inepte de l’en séparer. 214

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

un bon exemple : elle est souvent signalée comme une particularité prenant en défaut toutes les descriptions générales de la ponctuation, mais elle s’avère nettement plus cohérente lorsqu’on l’examine dans le système de l’idiolecte de Céline Sur cette base méthodologique assez simple, nos objectifs sont, pour l’instant du moins, bien plus descriptifs que théoriques. À la suite d’un bref tour d’horizon destiné à cerner quels faits sont dignes d’intérêt et à déterminer comment les appréhender, nous présenterons en quelques mots notre corpus puis notre terminologie. Nous verrons ensuite les problèmes que rencontre la description de la phrase graphique et qui sont susceptibles d’en révoquer le statut d’unité de segmentation. Ceux-ci relèvent de deux grands ordres de faits linguistiques : les insertions dans la linéarité, qui mettent en cause l’unité du segment, et les ajouts, principalement à droite, qui font chanceler la pertinence des limites graphiques. Compte tenu du nombre immense de phénomènes recouverts par ces deux catégories, nous n’en proposerons qu’un aperçu limité aux problèmes propres à notre recherche. Pour ce qui est des insertions, nous nous intéresserons en particulier aux données concernant leur topologie et leur intégration syntaxique dans la phrase. Pour ce qui est des ajouts, nous étudierons dans la littérature sur le sujet des critères susceptibles de contourner la traditionnelle chausse-trappe qu’est l’ambiguïté ajout/phrase averbale.

I. PROBLÈMES GÉNÉRAUX
Pour qui souhaite compter les phrases d’un texte, il se pose très vite un problème de délimitation de leurs frontières. S’il existe par ailleurs d’excellentes typologies des signes de ponctuation, elles se révèlent parfois impuissantes ou, du moins, trop rigides pour permettre un tel travail. Mais le problème se pose surtout aux spécialistes du traitement automatique des langues, qui doivent implémenter des règles parfaitement opératoires sans le secours de l’interprétation. Pour notre part, cette restriction ne s’applique pas, aussi notre segmentation recourt-elle souvent au sens pour juger des cas délicats.

215

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

A. CRITÈRES DE SEGMENTATION
Les critères établis à partir de la typologie de N. Catach (1996) sont relativement simples, et ils se révèlent fiables dans la plupart des cas : le principal signe de clôture est le point, suivi de la majuscule initiale ; celle-ci signale à elle seule la clôture de la phrase lorsque le segment de gauche a pour signe final un point modal ou des points de suspension, bien que ceux-ci puissent apparaître à l’intérieur de la phrase (Catach, 1996 : 62) ; le point-virgule ne constitue pas un signe de clôture ; les deux-points font office de ponctuation faible ou moyenne lorsqu’ils ne sont pas suivis de majuscule, auquel cas ils ne fonctionnent pas comme signe de clôture. Mais ils peuvent également marquer la « passation du pouvoir de parler » (ibid.) ; ils se combinent alors à la majuscule, à l’alinéa, et éventuellement bien sûr aux guillemets 2 et sont alors susceptibles de marquer une clôture de phrase ; enfin, les parenthèses 3, qui marquent l’insertion, ouvrent en effet un « ailleurs discursif » dont la structure est en soi indifférente – mais qui peut à son tour se composer d’une ou plusieurs phrases graphiques. Ces principes posés, il apparaît que notre définition de la phrase permet de retenir des objets extrêmement variés 4.

2

Voir Catach (1996 : 69). Les deux-points s’apparentent historiquement à une « virgule renforcée » et sont parfois utilisés comme tels (quoiqu’on hésite les employer les uns à la suite des autres). Mais leur fonction essentielle est de constituer « la marque principale et quasi unique de la prise de distance entre segments majeurs, différents du point de vue de la construction, mais liés du point de vue du sens ». 3 « Ouvrir une parenthèse – ou tracer un tiret – qu’il faudra refermer, c’est creuser, dans l’énoncé qui en est le cadre, un autre lieu, une scène, un ailleurs discursif. L’opération de décrochement, que dessinent nos deux signes doubles, implique un décalage, un dénivelé ou plutôt une sorte d’épaississement (de dédoublement) du fil de l’énoncé, de double voie, de double voix également ! » (Boucheron, 2000 : 180) . 4 Comme le rappelle M. Wilmet (1998b : 443), une phrase peut couvrir plusieurs pages de roman. Une brève étude quantitative que nous avons conduite sur les pratiques de ponctuation de quatre romanciers montre d’éloquentes disparités. Sur des passages comportant le même nombre de signes, Simon produit en moyenne des phrases de plus de 200 mots ; Zola : 14 mots ; Sarraute : 26 mots, et Céline : 9 mots. Cette plasticité étonnante constitue à nos yeux une preuve du caractère motivé et non pas arbitraire de la phrase graphique.
216

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Citons d’abord deux exemples sans difficultés insurmontables :
(1) Je devrais aller me promener, je devrais aller au cinéma, je devrais aller

m'acheter des fringues chez Agnès b. pour la prochaine photo que je vais faire, Messina, John Foley, David Balicki, ou Mondino, carrément, et je vais faire du cinéma, et je ne plaisante pas. Avec Laetitia. Masson. (QLV : 59)
(2) Martereau sourit avec indulgence, se tait : pudeur, émotion légère, tendresse

virilement contenue qui convient ; il tourne la page : « Tenez, le voilà bien changé, il ne tiendrait plus dans une casserole, le voilà en spahi… » (MRT : 86)

Indépendamment de sa construction un peu hachée, le premier exemple pose d’emblée le problème de l’ajout et du conflit qu’il cristallise entre la morphosyntaxe et la ponctuation. Quel statut conférer aux segments « Avec Laetitia. Masson. » ? Le fait d’y voir des phrases revient à ignorer souverainement le critère rectionnel, on l’a vu, mais leur dénier ce même statut présente le tort, bien plus grave selon nous, de négliger que l’auteur a choisi de ponctuer ainsi son texte. Ce sont donc les propriétés graphiques qui conservent la priorité et qui nous autorisent à compter trois phrases. En (2), la description se heurte principalement au cas du discours rapporté 5, qui associe certains traits de l’autonomie graphique à d’autres qui traduisent la dépendance citationnelle. En termes lapidaires, doit-on faire une phrase autonome de « "Tenez, le voilà bien changé, il ne tiendrait plus dans une casserole, le voilà en spahi…" » ? La ponctuation peut y convier et la syntaxe ne le défend pas, contrairement à (3) ci-dessous où, comme on va le voir, le discours cité peut être considéré comme un complément essentiel du verbe introducteur. Mais lorsque l’on observe la suite en (2a), l’économie de l’ensemble tend au contraire à faire voir dans le discours rapporté (dorénavant DR) un segment juxtaposé au sein de l’ensemble que constitue l’exemple (2), formant dès lors une seule phrase.
(2a) Martereau sourit avec indulgence, se tait : pudeur, émotion légère, tendresse virilement contenue qui convient ; il tourne la page : « Tenez, le voilà bien changé, il

5

La description aurait pu rencontrer une difficulté liée au deuxième segment que délimitent des ponctuations de f.5 : « pudeur, émotion légère, tendresse virilement contenue qui convient ». Celui-ci n’entretient pas de relation rectionnelle avec un quelconque élément du premier segment, mais il n’a pas davantage la complétude formelle suffisante pour qu’une approche traditionnelle lui confère le statut de « proposition juxtaposée ». Nous y voyons pour notre part une phrase averbale associée par juxtaposition (Wilmet) à ses voisines.
217

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

ne tiendrait plus dans une casserole, le voilà en spahi… » Ici je veux tourner la page plus vite pour ne pas l’attrister, mais il me retient… (MRT : 86)

Si cet exemple ne présente pas de difficulté quant au traitement du DR, ce n’est pas le cas de toutes les occurrences, ce qui implique de s’y intéresser de plus près.

B. LE CAS DES DISCOURS RAPPORTÉS
D’une manière générale, on constate que les discours rapportés représentent les cas de segmentation les plus sujets aux litiges. Ils tendent en effet à occasionner des interférences entre la construction syntaxique et l’interprétation énonciative des textes, causant autrement dit un brouillage des notions d’intégrant et d’intégré ou contraignant à les confondre avec les discours citant et discours cité qui sont liés à « l’attribution du dit » (Rosier, 1999 : 254). Or, ce sont bien sûr des phénomènes distincts comme en atteste la permutation que l’on peut observer entre les phrases suivantes :
(3) Marie me dit : « J’arrive. » (4) J’arrive, me dit-elle.

Dans ces deux exemples, empruntés avec leur analyse à D. Van Raemdonck (2006b), la détermination des instances énonciatives ne pose pas de problème particulier. En revanche, si (3) fait du discours cité un segment syntaxiquement (et énonciativement) intégré 6, la situation s’inverse en (4) où le discours citant est incis. Nous avons donc quelque chose comme (3) citant + intégrant, cité + intégré et (4) citant + intégré, cité + intégrant. D’un point de vue graphique, les segmentations épousent plus naturellement les limites des domaines syntaxiques que celles des « espaces énonciatifs » (Rosier, 1999 : 254), c’est pourquoi une suite comme (5) se laisse analyser simplement en deux phrases graphiques.
(5) – Je vais avec vous, cria-t-il. Ça me fera du bien de prendre l’air.

(Vailland cit. Rosier, 1999 : 254)

Des problèmes plus épineux se posent lorsqu’un segment est à la fois intégré et cité au sein d’un même texte, comme dans ce premier cas en (6) :

6

Une « structure thêta » selon D. Van Raemdonck (2006b, 2007)
218

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(6) Pour retrouver tout ça j’ai repris l’article de Libé du 26 août, en fait il y avait eu

le 25, quatre pages dans Les Inrockuptibles, et comme c’était la veille je crois que Mathieu était un peu déçu, de ne pas avoir été le premier à lancer, m’a dit Hélène. (QLV : 22)

On constate que « … de ne pas avoir été le premier à lancer… » est syntaxiquement lié à « déçu » : quoique séparé par une virgule, le SPrép détermine le participe adjectivé dans une construction intégrée. Mais il est également connecté à l’incise « m’a dit Hélène » qui le dérobe ex post à la narratrice et l’attribue à ladite Hélène sous la forme d’un discours direct 7 peu marqué. De la sorte, le segment en question s’avère entretenir une double relation syntaxique que les puristes condamneraient probablement – du moins si l’on considère que le rapport associant une incise à son DR est d’ordre rectionnel, ce qui ne va pas de soi (Rosier, 1999 : 248). Quoi qu’il en soit, cette ambivalence concerne davantage la syntaxe ; le critère graphique est quant à lui univoque, aussi n’est-il guère problématique de voir dans cette occurrence une seule et unique phrase. En revanche, le discours cité est doublement et diversement marqué comme tel en (7) où le conflit oppose cette fois les critères graphique (deux-points et guillemets) et syntaxique.
(7) Dans son haleine projetée les pleurs avaient laissé un fond âcre […], tout son

visage se poussant vers l’avant pour changer soudain de registre : « Surtout ne pas répondre aux questions », elle dit en me serrant le coude un peu plus. (F. Bon cit. Rosier, 1999 : 255)

« Surtout ne pas répondre aux questions » est en effet signalé comme DD par l’incise « elle dit en me serrant le coude un peu plus … » mais il l’est également par les deuxpoints suivis des guillemets et de la majuscule. Le problème est à nouveau de déterminer si nous avons affaire à une ou deux phrases, autrement dit si les deux-points ont ici le statut de signe de clôture. On se fiera pour répondre au fait que le « changement de registre » est explicité par ce qui suit la ponctuation, ce qui active plutôt sa fonction principale de signe ouvrant (Catach, 1996 : 55) que celle de signe fermant annonçant une passation de parole ; une nouvelle fois, nous sommes invité à ne voir ici qu’un seul segment phrastique. Il s’avère donc plutôt rare, pour conclure

7

Voir Rosier (1999 : 141) pour des cas similaires d’hétérogénéité attributive.
219

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

temporairement sur la question du DR, que les deux-points marquent à eux seuls une rupture assez forte pour traduire un réel abandon de l’énonciation. Dans la plupart des cas, la phrase graphique fait simplement preuve de ses capacités d’accueil et d’assimilation des propos tenus d’une même voix ou attribués à plusieurs. À cet égard, l’exemple qui suit démontre de manière superlative l’étendue de ces capacités, mais il pose en des proportions similaires le problème de la segmentation.

C. UNE PHRASE DE SIMON
La phrase (8) ci-dessous illustre un autre aspect de la puissance d’intégration de la phrase. Celle-ci ne se limite plus à une juxtaposition de structures plus ou moins autonomes 8 et ne relève pas davantage d’une construction concentrique : elle évoque plutôt une croissance par gemmiparité, c'est-à-dire par implantation. On ne trouve en effet dans le segment suivant que trois deux-points (ponctuation de f.5) et quatre paires de parenthèses. Pour le reste, l’architecture de cette phrase n’est due qu’aux seules ressources de la syntaxe et de la juxtaposition par des virgules (f.4). Rien ou presque ne sert de repère au sein de cette cascade de participes et d’adjectifs apposés, de relatives, de circonstants, qui, pour filer la comparaison naturaliste, fonctionnent comme des stolons, c'est-à-dire des rameaux qui, s’éloignant de la plante mère, s’enracinent et forment sans se séparer d’elle un nouvel individu servant à son tour de matrice. Ainsi, la « plante mère » de notre exemple se résume à une phrase située dans les toutes premières lignes : « la salle aux cinq étages de balcons blanc et or en fer à cheval, aux loges et aux sièges garnis de velours pourpre, au lustre gigantesque, continua à crépiter du bruit des applaudissements ». À partir d’elle, la structuration s’opère par déterminations successives ou par le biais de prédications secondes construites en série.
(8) Longtemps après que les derniers éclats des cuivres eurent retenti, que les

derniers roulements des timbales se furent éteints, que le rideau se fut refermé, la salle aux cinq étages de balcons blanc et or en fer à cheval, aux loges et aux sièges garnis de velours pourpre, au lustre gigantesque, continua à crépiter du
8

À l’instar de la phrase proustienne, qui fait un usage plus fréquent de la subordination et de la juxtaposition, qui enchâssent ou articulent des structures nucléaires à pivot verbal. Ce seul fait suffit à permettre de brèves haltes dans la lecture ou du moins à poser quelques jalons. C’est moins vrai de la phrase de Simon, comme on peut le voir.
220

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

bruit des applaudissements, comme le tapage d'une grêle sur un toit, noyant tout, submergeant les quelques vivats poussés ici et là, vacillant, reprenant, s'enflant de nouveau, emplissant le vaste vaisseau d'un monstrueux grésillement, vaguement inquiétant, comme celui de ces cataractes sauvages où basculent par milliers des tonnes d'eau, menaçant presque, et à travers lequel les vivats qui redoublaient semblaient comme des cris de détresse, d'alarme, de fureur même, chaque fois que le rideau s'ouvrait à nouveau et que dans les pinceaux blafards des projecteurs s'avançait au centre de la scène la minuscule silhouette semblable à une irréelle apparition qui aurait emprunté son éclat non aux éblouissantes lumières dirigées sur elle mais à sa propre substance : non pas chair, muscles et peau mais faite, semblait-il, d'une matière phosphorescente, ses contours imprécis, estompés et poudroyants ne dessinant pas tant un corps, de chatoyants replis de soie, qu'une succession d'attitudes : s'inclinant, ployant un genou, ramassant avec grâce l'un des bouquets qui, comme d'insolites projectiles, semblaient jaillir çà et là sous l'effet de ressorts cachés dans la tumultueuse pénombre, s'éparpillaient dans l'éclairage cru de la rampe autour de la danseuse étoile au visage renversé, levé vers les cintres, bras tendus en avant, paumes ouvertes, saluant de nouveau, puis disparaissant, le lourd rideau couleur de sang de nouveau refermé, ses lourdes franges venant s'entrechoquer, rejaillir comme des vagues, s'écarter en sens inverse, se rejoindre, se balançant encore un moment, puis s'immobilisant, les applaudissements et les clameurs maintenant assourdis, les quinze invités continuant toutefois à les percevoir, lointains, s'égrenant, mourant, puis renaissant, s'enflant à nouveau, exigeants, tandis qu'on les guidait dans un dédale de colonnes, de marbre blanc, d'escaliers et de galeries où semblaient errer les inconsolables fantômes des défuntes grandesduchesses et des défunts chambellans, franchissant à la fin une porte au-delà de laquelle s'ouvrait soudain un espace sans limites ni dimensions précises, c'est-àdire qu'à l'exception d'un vaste plancher poussiéreux et du rideau de scène baissé (poussiéreux et grisâtre lui aussi de ce côté) qu'elles éclairaient, les lumières aveuglantes de quelques ampoules électriques pendant ici et là se perdaient dans d'indistinctes ténèbres vaguement peuplées de feuillages en carton, de châssis, de toiles peintes ondulant faiblement dans l'aigre courant d'air qui gonflait aussi par moments l'immense rideau de scène à travers lequel parvenait de nouveau, plus proche maintenant mais comme d'un autre monde, le crépitement des derniers rappels, des derniers applaudissements, scandés à présent, obstinés, se raréfiant toutefois peu à peu, se désunissant pour ainsi dire, se désintégrant, de moins en moins nourris puis, à la fin, cessant, laissant place (quoiqu'ils (les quinze invités) aient commencé de l'entendre aussitôt franchie la porte qui donnait accès aux coulisses) à la tranquille cacophonie de coups de marteau et de choses entrechoquées ou traînées comme il en règne sur les chantiers de démolition ou plutôt les lieux de quelque désastre, naturel ou pas, et au centre duquel, grisâtre elle aussi, comme recouverte aussi (ou plutôt faite de, matérialisée à partir de et prête à y retourner) de cette poussière qui semblait, comme une pluie de cendres, s'être indifféremment abattue sur les

221

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

toiles du décor, les faux nuages d'étamine, le faux clair de lune, les machinistes, le plancher, se tenait la vieille dame, un bouquet de fleurs flétries au creux du coude : une naine presque, fragile dans ses impalpables voiles couleur de poussière, exténuée, les épaules hâtivement recouvertes d'un de ces châles au crochet comme on en voit aux concierges ou aux pensionnaires d'hospices. (INV : 14)

Est-il besoin d’analyser ici le détail de cette phrase de plus de six cents mots pour comprendre qu’elle constitue un monstre – ou plutôt un prodige – de notre corpus ? S’il est instructif de la segmenter en clauses, périodes, etc., il ne faut pas perdre de vue que l’auteur a souhaité ne produire qu’une phrase graphique et qu’il témoigne, en creux, de la clôture incarnée par le point final qu’il ne se résout pas à poser. On ne peut alors qu’abonder dans le sens de N. Catach (1996) pour qui, rappelons-le, ponctuer est « un commentaire mais également un choix ».

D. PRATIQUES VARIABLES
Nous résignant quant à nous à clore ce tour d’horizon, nous souhaitons formuler pour finir quelques observations critiques sur une autre approche de la segmentation. J.-A. Akohas (1993 : 50), dont le travail a déjà été évoqué, propose de faire valoir une redéfinition de la phrase par la segmentation de quelques textes, en l’occurrence celle d’un extrait de Mort à crédit. Son travail définitoire empruntant à la fois à la syntaxe et à la sémantique, les frontières de « phrase », marquées ci-dessous par le signe #, répondent tantôt aux critères rectionnels, tantôt à des principes informationnels de continuité thématique, d’anaphore, etc.
(9) Je les entendais qui se parlaient… Courtial déclarait qu’il avait discerné chez

moi des aptitudes très réelles pour le genre de journalisme qui faisait fortune au "Génitron". # Le reportage !… L’enquête technique ! la mise au point scientifique ! La critique désintéressée… # que j’arriverais sans aucun doute… # qu’elle pourrait s’en retourner tranquillement et dormir sur ses deux oreilles…# que l’avenir me souriait déjà… qu’il m’appartiendrait entièrement # aussitôt que j’aurais acquis toutes les connaissances. C’était une simple question de routine et de patience… Il m’inculquerait à mesure tout ce dont j’aurais besoin… Mais tout cela peu à peu !… Ah ! Oh ! Il était l’ennemi des hâtes ! Des précipitations sottes ! 9

9

MàC : 372. Notre citation en (11) diffère quelque peu, mais elle est revue à partir du texte.
222

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

La première séparation ne survient pas aux points de suspension comme on pourrait l’attendre. Sur ce choix, J. A. Akohas se justifie par le caractère idiolectal de ces signes chez Céline et affirme qu’ils commutent souvent avec la virgule – ce qui n’est vrai que pour un peu plus de la moitié d’entre eux et au prix de modifications sémantiques. Mais l’essentiel est que la segmentation qu’il propose s’appuie en grande partie sur la continuité thématique. De la sorte, on obtient d’abord une « longue phrase interrompue par la description du type de travail à exécuter » qui, si notre interprétation est la bonne, se présente comme suit :
(10) Je les entendais qui se parlaient… Courtial déclarait qu’il avait discerné chez

moi des aptitudes très réelles pour le genre de journalisme qui faisait fortune au "Génitron" […] que j’arriverais sans aucun doute… qu’elle pourrait s’en retourner tranquillement et dormir sur ses deux oreilles… que l’avenir me souriait déjà… qu’il m’appartiendrait entièrement

On peut douter de l’utilité d’un tel type de découpage et de sa pertinence dans la mesure où il semble convoquer alternativement des critères syntaxiques (pour les sous-phrases conjonctionnelles) et des critères informationnels. Ceux-ci permettent ainsi d’exclure la sous-phrase « aussitôt que j’aurais appris… » pour la raison qu’elle introduit un nouveau thème (via le lexème « connaissances »). Il semble en somme que cette approche cumule de manière incertaine les objectifs d’une sémantique discursive et ceux d’une syntaxe. Ces phénomènes ayant des portées sans commune mesure dans la chaîne parlée, on se condamne immanquablement à la faillite : la syntaxe s’étudie tendanciellement sur des segments beaucoup plus petits que la concaténation des topiques, dont l’aire d’application est de l’ordre du paragraphe, de la page, etc. ; c’est pourquoi choisir de définir la phrase entre ces deux extrêmes nous semble malaisé. Les propositions de segmentation que nous faisons pour le même extrait sont fondées comme on sait sur les critères graphique et interprétatif, dont la combinaison offre la possibilité de prendre en compte des « idiosystèmes » de ponctuation – et donc de segmentation. La souplesse de cette méthode – qui est à la fois sa principale qualité et son défaut – permet de suggérer le découpage de (11) :
(11) Je les entendais, qui se parlaient…

Courtial lui déclarait tout net, qu’il avait discerné chez moi des aptitudes très réelles pour le genre de journalisme qui faisait fortune au "Génitron"… Le
223

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

reportage !… L’enquête technique !… la mise au point scientifique ! La critique désintéressée… que j’arriverais sans aucun doute… qu’elle pourrait s’en retourner tranquille et dormir sur ses deux oreilles… que l’avenir me souriait déjà… qu’il m’appartiendrait entièrement aussitôt que j’aurais acquis toutes les connaissances essentielles. C’était une simple question de routine et de patience… Il m’inculquerait à mesure tout ce dont j’aurais besoin… Mais tout cela peu à peu !... Ah ! Oh ! Il était l’ennemi des hâtes ! Des précipitations sottes !

Il est envisageable de voir une phrase autonome dans « Je les entendais, qui se parlaient… ». Malgré la neutralisation par le nom propre de la valeur de clôture liée à la majuscule initiale de la phrase suivante, nous tombons d’accord avec J. A. Akohas que le premier segment fonctionne comme un « introducteur » du discours qui suit. La situation est plus délicate avec les exclamations « Le reportage !… L’enquête technique !… la mise au point scientifique ! La critique désintéressée… ». L’hypothèse d’un glissement du DI vers une forme mixte – puis inversement – peut expliquer le changement subit de ponctuation et notamment les majuscules qui, rattachées au discours cité, ne « commandent » pas l’autonomisation de la phrase 10. On conservera l’idée que les SN en question ont un statut ambivalent au sein de celle-ci, entre l’apposition (à « genre de journalisme »), la parenthèse et l’insertion de discours cité. C’est cette dernière hypothèse qui nous semble la plus plausible compte tenu des majuscules et du nombre de points modaux traduisant le zèle exalté de Courtial. Mais quelle que soit l’option finalement retenue, il demeure constant que ces segments n’interrompent pas le déroulement de la phrase, puisque le discours reprend ensuite sans majuscule – mais avec les marques de rection adaptées au verbe introducteur « déclarer ». Par la suite, le retour au DI semble se confirmer dans les deux phrases qui suivent « C’était une simple question de routine et de patience… Il m’inculquerait à mesure tout ce dont j’aurais besoin… » mais il cède bientôt la place à une nouvelle exclamation puis à des interjections marquant le resurgissement du DD et du DIL (« Il était l’ennemi des hâtes ! Des précipitations sottes ! »). Dans ce cas, nous l’avons

10

Il reste que l’irrégularité de leur emploi après les points de suspension est cette fois difficilement explicable. Une étude de corpus suffisamment étendue pourrait sans doute faire le jour sur les pratiques de Céline dans ce domaine.
224

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

montré, nous considérons qu’un segment relevant du discours cité s’insère en « bloc » dans la phrase graphique ; mais le problème est précisément que les contours de cette unité discursive sont souvent estompés et qu’il est alors ardu d’affecter catégoriquement les marques de ponctuation à un niveau ou l’autre. Cette approche pratique de la phrase graphique est loin d’avoir listée tous les problèmes susceptibles de survenir, mais nous en avons toutefois donné un aperçu. Par ailleurs, on pourra juger notre critériologie sujette à caution car trop nébuleuse, trop arrangeante avec les faits – ou trop peu. S’il est vrai que nos choix vont parfois à rebours de ce qu’indique la ponctuation, c’est parce que celle-ci est avant tout une marque, la marque sémiologique d’un mécanisme constructeur complexe, jamais totalement gratuite mais parfois faiblement motivée en regard d’autres éléments de la chaîne parlée. Ce sont alors ces éléments qu’il est préférable de considérer, tout en tenant compte de données contextuelles liées au scripteur, au genre, etc. En tout état de cause, il est clair pour nous que l’approche « dogmatique » d’un phénomène comme la ponctuation ne peut conduire qu’à l’échec. Pour cette raison, notre parti pris est d’intégrer plus que de segmenter : nous considérons a priori que des segments adjacents font partie d’une même phrase et nous cherchons ensuite des preuves convaincantes du contraire 11 – il n’en est pas d’irréfutables – afin d’éviter toute dilution préjudiciable à l’unité de la phrase et du texte. Il reste à élaborer des critères et à les éprouver à l’aune d’un plus large corpus.

II. UNITÉ, DISCONTINUITÉ, FRONTIÈRES
Les premières pages du CLG revêtent pour les sciences humaines un caractère programmatique puisqu’elles réservent à la définition de l’objet de la science les premiers temps de toute recherche. Fidèle à ce principe, nous avons tenté de discerner les écueils dormant sous la surface du texte afin de rendre légitime une approche de la
11

Cela revient à suivre pour la phrase graphique le principe bottom-up suggéré par D. Creissels (1995 : 39) : « Il faut cesser de concevoir la proposition comme un fragment de phrase, et concevoir plutôt la phrase (dont la définition ne constitue plus ainsi un problème fondamental) comme un agencement de propositions. »
225

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

phrase qui tienne explicitement compte de sa matérialité graphique. Il ressort de la section précédente que certains faits sont par nature plus problématiques que d’autres mais que, bien qu’on rencontre des situations dans lesquelles il est impossible de trancher, la segmentation graphique donne satisfaction dans la plupart des cas. En cela, elle ne diffère pas d’une approche syntaxique et a le mérite, rappelons-le, d’être un observable immédiat et un témoin plus ou moins direct de l’instance auctoriale. Nous allons voir à présent que la théorisation de la phrase graphique comme une forme de domaine est à la fois féconde et problématique ; elle est féconde parce qu’elle permet, en conformité avec cette notion, d’inscrire dans une structure cadre des phénomènes assimilés jusque là à la marginalité syntaxique 12 (voir p. ex. Neveu, 2000b) et surtout parce qu’elle autorise à ajouter le critère de la place aux traits descriptifs de la syntaxe 13 ; mais elle est aussi problématique en ce qu’elle va à l’encontre de certains traits définitoires du domaine. Le plus essentiel est qu’un domaine est consubstantiel d’un certain type de relation, or nous avons vu à plusieurs reprises que la phrase graphique n’épousait parfaitement les limites d’aucune structure linguistique à quelque niveau que ce soit (syntaxique, sémantique, pragmatique, etc.). De plus, elle contient non pas des positions absolues et en nombre limité 14 mais des places relatives. Faut-il risquer de saper les fondations du concept de « domaine » en l’appliquant à toute force à la phrase ? Pour le moment, nous jugeons plus prudent d’appréhender simplement celle-ci comme un cadre groupant et coalescent, c'est-à-dire comme un complexe synthétique 15 dont les constituants sont solidarisés et entretiennent entre eux dans ses limites divers types de relations (sans qu’on préjuge de leur nature).
12

Bien entendu, cela ne veut pas dire que personne n’avait pris acte que ces constituants « extraposés » étaient situés dans la phrase graphique. Simplement les conceptions métalinguistiques n’ont intégré (ou rejeté) la dimension graphique des faits que récemment (voir Neveu, 2003a, 2003b, 2006) 13 Là encore, cela n’est pas nouveau : Tesnière p. ex. faisait déjà du rapport entre l’ordre linéaire et l’ordre structural un critère typologique, ce qui ne suffit certes pas à faire état d’une topologie. Les approches topologiques proprement dites sont longtemps restées une spécialité allemande et danoise (Gerdes & Muller, 2006), ce à quoi la structure de ces langues n’est sans doute pas étrangère. 14 Le principe d’une syntaxe positionnelle est qu’un terme peut conserver la même position (ou site) tout en changeant de place (Milner, 1989 : 296 sq.) 15 La définition de « synthétiseur syntaxique » (Serbat cit. Neveu (2002b : 130)) laisse entendre que la phrase correspond à un domaine rectionnel. Or, nous suivons partiellement C. Blanche-Benveniste (2002a : 8) sur ce point, pour qui « ce n’est pas seulement dans l’au-delà de la phrase qu’il faudrait placer une répartition entre syntaxe et non-syntaxe mais, pour ainsi dire, dès l’en-dedans de ce qu’on
226

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Cette définition très simple a deux conséquences principales : la phrase graphique, bien qu’elle ne coïncide pas parfaitement avec les îlots syntaxiques, n’en est pas moins soumise à des règles de construction ; de fait, on n’y place pas arbitrairement n’importe quel constituant n’importe où. De même on ne peut davantage séparer les éléments qui sont compris dans ses limites – à quelques exceptions près qu’il convient d’étudier. Or, plusieurs phénomènes très courants semblent d’ores et déjà prêts à démanteler cette définition : il arrive ainsi que des mots ou des groupes de mots semblent être simplement insérés dans le segment graphique 16, allant manifestement à l’encontre du postulat selon lequel la phrase obéit à des règles de construction. Dans d’autres cas, au contraire, ce sont des éléments qui suivent un segment graphique déjà clôturé mais présentent les caractéristiques formelles ou sémantiques d’un constituant qui y est intégré. Comme cela a été souligné (Neveu, 2006 : 3), la description se charge très facilement d’une théorie furtive, aussi convient-il de justifier ses choix

terminologiques. Le concept de discontinuité syntagmatique offre des prises intéressantes au problème qui nous occupe et il présente l’avantage d’être en grande partie descriptif :
On parle de discontinuité syntagmatique lorsque les parties d’un syntagme ne sont pas réalisées de façon contiguë dans la chaîne du fait de l’interpolation d’un élément appartenant à un autre syntagme. (Marandin, 1998)

Étendu à l’ensemble des constituants liés par des relations rectionnelles, on parlera ainsi de discontinuité syntaxique
17

. Mais souhaitant pour notre part traiter du segment

graphique comme d’une entité d’abord observable, il nous faut rendre compte des phénomènes internes et externes à la phrase.
entend par phrase ». Un point sur lequel nous reviendrons est la question du clivage micro-/macrosyntaxe : il nous semble qu’à l’écrit les connexités macro-syntaxiques n’encadrent pas directement le « noyau » verbal, contrairement à ce que propose le groupe d’Aix pour l’oral. Ainsi, la zone « horsphrase » mentionnée par J.-M. Marandin (1998), qui adopte ici certaines des vues de J.-C. Milner, est bien plutôt une zone hors-rection située dans la phrase. 16 Ces éléments sont dits « non-intégrés », « périphériques », « flottants », et ne sont accompagnés d’aucune « manifestation de ce que la tradition grammaticale appelle "dépendance", "subordination", "rection" » (Gardes Tamine : 2004 : 92, 97). 17 Voir p. ex. Neveu (2006)
227

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

La notion d’ajout pose problème dans la mesure où elle peut recevoir une interprétation exclusivement résultative, liée à la linéarité, ou une interprétation génétique. Linéairement, est ajout tout ce qui suit une structure close, une entité, et qui, situé hors d’elle, semble ou doit pourtant s’y rattacher. D’un point de vue génétique, l’ajout se définit par son extériorité à une base, un « primitif formel et sémantique » (Neveu, 2002) 18, donc antérieur mais aussi hyperordonné. Dans cette acception, il peut être ajouté au sein de son hôte, et non plus nécessairement à la fin. On voit en tout cas très clairement que la notion d’ajout ne tient pas compte des limites de la phrase. La théorie de l’incidence de J.-M. Marandin (1998) ne concerne que la description interne de la phrase. Elle définit un incident comme un constituant « linéarisé parmi les constituants de l’hôte, ce qui peut modifier la réalisation canonique de l’hôte » (ibid.). Cet hôte est un domaine syntaxique, i.e. une « structure hiérarchisée et/ou linéarisée de constituants », soit la phrase elle-même, soit l’un des syntagmes qui la composent. En outre, chaque domaine se caractérise par une topologie précise impliquant des « sites » adaptés ou non à tel ou tel types d’incident, moyennant parfois certaines transformations opérées sur ces derniers. Cette théorie à la vérité extrêmement féconde et stimulante présente pour nous le double désavantage de ne concerner que la phrase et de se fonder sur une redéfinition de l’incidence 19 qui interfère avec notre conception de la notion. Aussi n’avons-nous pas pu retenir le vocable sous cette acception. Compte tenu de ce que nous avons évoqué plus haut, il était tout aussi difficile de retenir « détachement » qu’ « ajout », aussi avons-nous opté pour insert, qui, sans fermer la porte à une approche génétique, aspire à souligner le principe de son identification, proche des parentheticals d’Espinal :

18

Cela dit, il ne nous semble pas certain que l’ajout implique l’incomplétude informationnelle de la base, puisqu’il peut ressortir à du dire en plus. 19 Marandin (1998) : « La notion d’incidence est dans la linguistique de tradition française une notion interprétative : "Le mouvement d’incidence a trait au mouvement, absolument général dans le langage, selon lequel, partout et toujours, il y a apport de signification et référence de l’apport à un support" […]. J’ai établi dans cette étude le substrat formel de ce "mouvement des significations" propres à l’incidence : l’inclusion dans un même domaine de l’hôte et de l’incident. L’intérêt théorique de l’incidence est d’être à la fois distincte et identique à la phrase. Elle est différente en ce qu’elle ne met pas en jeu de relations à une tête lexicale […]. Elle est identique en ce qu’elle met en jeu un domaine de proximité qui est du même type que celui que met en jeu la phrase ou la syntagme. »
228

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Parentheticals are not parentheticals per se ; rather they are said to be parentheticals because they are identified […] as independent syntactic structures within another syntactic structures. (Espinal, cit. Marandin, 1998)

Ici, les deux types de phénomènes menaçant l’unité de la phrase peuvent sans difficulté se décrire comme des variantes de discontinuité, l’une interne au segment graphique, l’autre, externe. Ce terme a le mérite de ne pas anticiper sur une perspective génétique 20 ni présupposer l’existence d’une structure matrice dont dériverait le fait à étudier 21 (ce qui revient à peu près au même, la fortuité en plus). Il permet simplement d’observer, comme ici en (12a), qu’un élément est situé dans la phrase graphique mais ne semble pas y être totalement intégré ou au contraire en (12b) qu’il n’y appartient pas mais qu’il le devrait vraisemblablement.
(12) a. Dans une soirée montpelliéraine vendredi, bourgeoise, quand j'ai entendu une

femme avocate, blonde, sérieusement, dire «quelque part nous sommes tous des marginaux » je n'ai pas souffert. (QLV : 38) b. Ils soulèvent le pieu, ils en font tourner la pointe dans le coin de l’œil du cyclope. Qui hurle, la roche retentit. (QLV : 156)

Il est clair que ces faits sont loin d’être étrangers aux sciences du langage, mais le premier type est bien mieux balisé que le second : on sait qu’il est décrit en termes de « détachement
22

», parfois de « segmentation », d’ « insertion » (Gardes Tamine),

d’« incidence » (Marandin), etc., ces termes étant une fois encore à prendre avec la plus grande prudence et la connaissance de leurs implications théoriques. Le second type est moins abordé par la linguistique, mais marque en revanche une tendance à recueillir les faveurs de descriptions rhétoriques et stylistiques en tant qu’ « ajout » ou « addition ». Mais les choses seraient plus simples si ces deux phénomènes n’étaient pas susceptibles d’être amalgamés à travers le constat que « Pierre, tout content, est entré. » semble présenter un ajout interne par rapport à « Pierre est entré. ». Il n’est plus question alors d’un ajout dans la linéarité (comme parfois avec la figure de
20 21

P. ex. celle d’une perspective psychomécanique ou des travaux de J. Gardes Tamine (2004). Voir Neveu (2003a). 22 La notion de détachement est convoquée, sous une espèce ou une autre, pour décrire tantôt des phénomènes de « discontinuité observée à l’écrit comme à l’oral, dans la linéarité du discours », tantôt des places dans la topologie de la phrase, tantôt enfin « les opérations linguistiques dont ces faits sont censés résulter » (Neveu, 2004 : 100).
229

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

l’hyperbate ou l’épexégèse de Bally) mais d’un ajout par rapport à une structure opérativement antécédente, susceptible d’être retrouvée au prix d’une suppression et de quelques autres manipulations 23. Un positionnement ouvertement génétique constitue à nos yeux une solution certes théoriquement marquée mais néanmoins acceptable. Pour l’heure, cependant, notre approche sera essentiellement descriptive, visant à donner une vue aussi juste que possible des phénomènes de discontinuité affectant la phrase graphique. Pour ce qui est de l’observation des faits, nous avons eu recours à deux formes de corpus 24 : (i) un corpus dit « fermé » destiné à des observations quantitatives dont nous avons dégagé des statistiques ; (ii) un corpus « ouvert » constitué d’extraits d’œuvres littéraires en prose du
XX
e

siècle, de fragments de presse « magazine ». Ajoutons que

nous avons dans certains cas eu recours à des exemples forgés (p. ex. pour appuyer ou infirmer une interprétation, circonscrire une tendance). Le critère descriptif primordial est bien sûr la ponctuation, et en particulier la ponctuation forte de clôture : point final, points « modaux », points de suspension. C’est à partir de ce critère que nous distinguons deux grandes familles descriptives, comme nous l’avons évoqué : un ensemble de faits relevant de la discontinuité interne, un autre de la discontinuité externe. Certaines occurrences se révèlent problématiques en raison de particularités idiolectales, de ponctuations inattendues ou, au contraire, de ponctuations absentes. Dans tous ces cas, le critère interprétatif est systématiquement convoqué et, dans la mesure du possible, explicité.

A. DISCONTINUITÉ INTERNE : L’INSERT
Bien mieux circonscrits que les faits de discontinuité externe au segment graphique, ceux qui nous occupent ici sont aussi d’une extrême diversité dont on ne peut rendre compte intégralement dans les limites de ce travail. En prenant comme point de départ une description morphologique, c'est-à-dire autant que possible non catégorisée d’un point de vue fonctionnel, nous voulions éviter de plaquer une grille
23 24

Voir Neveu (2002a : 115 sq.) Voir le descriptif en Annexe.
230

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

théorique sur les faits. Comme nous le verrons, nos relevés se prêtent à des typologies très variables : elle recouvre ou recoupe les faits que J. Gardes Tamine répartit entre insertions et détachement (Gardes Tamine, 2004 : 92 sq.), ceux que J.-M. Marandin rattache aux constituants incidents ou que F. Neveu sépare en redoublements actanciels, caractérisations relationnelles et actancielles. Cela correspond entre autres à des phénomènes que la tradition a étiqueté (ou fini par reconnaître) comme des constituants apposés, des adverbiaux, des incises, des constituants topicalisés, etc. Ils s’agit en tous les cas de « constituants "hors phrase", c'est-à-dire linéarisés dans la phrase hôte, mais sans en être une partie constitutive, autrement dit sans en saturer aucun poste fonctionnel » (Neveu, 2004 : 99).

1. Procédure descriptive
Notre objectif principal n’étant pas, rappelons-le, l’étude de ces « incidents » euxmêmes mais celle de la phrase hôte, il nous a semblé utile de donner à la description de la discontinuité interne un volet quantitatif permettant de mieux connaître le fonctionnement de la structure phrastique. Le dépouillement du corpus destiné à cette fonction 25 repose sur la distinction de onze étiquettes « morphologiques 26 » :
SN, Adverbe, Adjectif, VInf, Incise, Pronom, Relative, Participe, SPrép, Sous-phrase, Ellipse.

Celles-ci ont été associées à un découpage topologique de la phrase en partie repris des travaux de C. Guimier et al. (1993 : 31) portant sur les circonstants. Pour rappel, ces travaux proposent de distinguer sept places typiques dans la phrase, auxquelles

25 26

Corpus fermé Le Monde et Libération (abrégé respectivement en CPM et CPL) La catégorie SN ne différencie pas à ce stade les SN déterminés et non déterminés ; la catégorie sousphrase concerne pour sa part toute espèce de « subordonnée » à l’exception des relatives. L’étiquette participe regroupe certaines formes non finies du verbe : participe présent, passé, mais aussi gérondif. La catégorie adverbe ne recèle aucune sous-catégorisation. Quant aux incises, elles regroupent les phrases insérées marquant le discours rapporté (voir Rosier, 1999 : 250 sq.) et la catégorie ellipse, enfin, regroupe quelques segments problématiques, car isolés par la ponctuation, incomplets, mais reprenant implicitement un ou plusieurs éléments du contexte. On distingue de la sorte l’ellipse minimale du verbe (« J’ai bu du soda, Pierre de l’eau. ») et l’ellipse complète : « L’aveugle, la mutique et un prêtre écriront… » (CPL-TIR.) ; « On voudrait s’adresser à vous, insister. » (ibid.). Leur prise en compte est plus le fruit d’un scrupule descriptif que d’une réelle intention de les intégrer dans la description. Leur nombre est du reste extrêmement faible (7/465 occ.).
231

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

s’ajoutent pour nous deux places propres à décrire des détachement apparaissant dans des phrases « non-standard », notamment averbales. Le problème de toute topologie est de recourir à nouveau à un schéma prototypique de phrase, en l’occurrence à une phrase verbale assertive 27 de configuration SN + SV. le symbole représente le site d’incidence

1. Frontal (I ou ldp) : 2. Préverbal (AV) : SN,

, SN SV , SV , PP …] , SN/SP]

Tout joyeux, Paul est entré dans le bureau. Paul, tout joyeux, est entré dans le bureau. Paul avait, ce matin-là, obtenu un contrat important. Paul avait obtenu, ce matin-là, un contrat important. Paul jubilait, ce matin-là. Il annonça la bonne nouvelle, hilare. , SN/SP] Il annonça à ses amis, hilare, la bonne nouvelle. Objectif, directeur des exportations !

3. Enclavé (E) : SN SV[AUX,

4. Post-Verbal I (PVI) : SN SV[V,

5. Post-Verbal II (ou rdp) (PVII) : SN SV, 6. Final (Post-verbal III ou rdp) : SN SV, 7. Post-Verbal IV (PV IV) : SN SV[V SN/SP,

En phrase non verbale (8/9 : après/avant support)

Tableau 1 : Répartition des inserts

L’appellation des sites diffère très légèrement de celle de C. Guimier par souci d’harmonisation avec une autre topologie qu’il nous sera donné d’évoquer. Hormis cette nuance et l’ajout des places 8 et 9, l’ensemble est radicalement identique : la place 1, (frontale ou initiale) peut être envisagée comme correspondant également à un site nommé LDP (left detachment position) chez Van Valin & LaPolla (1997 : 38) :
(13) Sortie de cinquante ans de dictature stalinienne, arriérée et

misérable, l'Albanie est un cadre propice aux trafics. (CPL-ALB16)

La place 2 (préverbale) correspond à une place intermédiaire entre le sujet (non clitique, bien sûr) et le verbe :
(14) Zatoichi, son dernier film, est une commande, l'adaptation d'une série

mythique dont le personnage principal est un masseur aveugle, maître de sabre. (CPM-KIT4)

La place 3 (enclavée) est intercalée entre l’auxiliaire et son participe (ou un attribut 28) :

27

Nous aurons plus loin l’occasion de confronter différentes topologies et modèles topologiques de la phrase afin d’en comparer les modalités de fonctionnement. 28 Voir Nølke (2001 : 238)
232

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(15) La motion de report a, elle-même, été présentée par l'Iran, au nom de la

Conférence islamique, mais plusieurs des 57 membres de cette organisation ont quand même voté contre. (CPM-CLO13) Si la petite phrase de M. Raffarin, le 4 septembre, contre les « bureaux » de Bruxelles a, un temps, remis en cause son crédit, le premier ministre pense aujourd'hui que sa position est mieux comprise. (CPM-ALL15) Pierre est, je crois, le pire des gardiens de but.

La place 4 (post-verbale I) est localisée entre le verbe et le premier de ses compléments essentiels :
(16) Alternant groupes et DJ, le minifestival Sheffield Calling propose, en deux

nuits, une plongée panoramique dans le nord de l’Angleterre. (CPL-SHE1) Mais il donne, lui au moins, sa clé de l'énigme. (CPM-DEC18)

Contrairement à H. Nølke qui situe l’attribut du sujet dans la même zone que le participe, c'est-à-dire après la place 3, C. Guimier le place pour sa part après la place 4 :
(17) Elles furent jadis aménagées par les moines et sont, en réalité, des sortes de

pâturages à poissons. (Guimier, 1993 : 32)

Un examen rapide ne permet guère de trancher, même s’il montre que cette place 4 suivie d’un SN CObjet n’accepte pas aussi facilement certains types d’insertion que l’attribut du sujet ne les tolère à sa gauche, ce qui pourrait donner raison à H. Nølke 29 :
(18) a. ? Pierre joue, je crois, au football.

b. ? Pierre a joué, un temps, au football. c. ? Marie me rendra, dans cinq ans, mon livre sur les animaux. d. Il est, je crois, avant-centre de la Juv’. e. Il sera, dans cinq ans, le meilleur avant-centre.

Mais rien n’empêche d’avoir un verbe d’aspect extensif et un attribut, ce qui devrait pourtant décaler ce dernier à la place 4 puisque pour H. Nølke participe et attribut occupent la même place. Il reste la possibilité que la place 3 soit condamnée en présence d’un attribut, mais cela n’est manifestement pas le cas en (18’b) puisqu’on peut bien insérer un constituant entre l’auxiliaire et le participe. Force est donc d’imputer ces différences de fonctionnement au type d’insert : le GPrép circonstant ne fonctionne pas très bien à la place 3 avec un attribut, ce qui semble impliquer que les incidentes de

29

Ainsi qu’à J.-M. Marandin (1998).
233

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

modalisation épistémique présentent à l’inverse une affinité avec l’attribut plus qu’avec la place 3 ou 4 ; c’est donc la proposition de C. Guimier qui semble devoir être retenue.
(18’) a. Il a été, je crois, avant-centre de la Juv’ pendant cinq ans. b. Il a, je crois, été avant-centre de la Juv’ pendant cinq ans. c. ? Il a, lors des inondations, été médecin.

La place 5 (post-verbale II) est celle des segments situés à la clôture lorsque le verbe est sans complément. Il s’agit donc d’une place finale, équivalente à une position RDP (right detachment position) pour la Role and reference grammar.
(19) La nullité radieuse de Field et de ses assistantes (on allait dire ses

« infirmières »), cette vacuité béate qui s'écoute parler sur fond de très jeunes filles, des jeunes filles auxquelles on interdit évidemment d'ouvrir la bouche (quand vont-elles se déculotter, madame la Comtesse ?), signe au grand jour le retour de la pire série rose (avec ou sans supplément d'âme, c'est comme on veut). (CPL-AUB9)

En (19), le complément étant un clitique (« se »), on ne saurait considérer qu’il occupe une place post-verbale, ce qui légitime l’inscription du terme d’adresse « madame la Comtesse » à la place 5. Relativement aux places 6 et 7, notre typologie diffère quelque peu de celle de C. Guimier, mais il en va de même de nos objectifs. Nous postulons en effet l’existence d’une place 6 (post-verbale III ou finale), comparable elle aussi au RDP de Van Valin & LaPolla, qui correspond à une fin « absolue » de phrase (20a, b) ou de phrase associée 30 (20c) :
(20) a. Un jour, un policier belge a retrouvé une victime punie, enfermée dans un

placard gardé par des pitbulls.(CPL-ALB11) b. « Depuis les mafias ont la bride sur le cou », assure Raufer. (CPL-ALB25) c. C'est un grand honneur qu'elle nous fait là, la télé, car ces oeuvres sont d'art. (CPL-ACH2)

Il est facile de constater dans ce dernier exemple la diversité des insertions rencontrée : participe passé apposé, incise, et SN disloqué. Notons que l’analyse peut hésiter face à des cas comme (20a) entre une interprétation en termes de coordination (« punie et enfermée dans un placard… ») ou d’apposition 31 (« on a retrouvé une victime punie, qui
30 31

Sur ce terme voir Wilmet (1998a :577) Pour une analyse du même problème concernant des SN, voir Noailly (2000b).
234

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

était enfermée dans un placard gardé par des pitbulls. »). Un problème de rattachement du SPart « punie » vient se greffer sur l’ensemble, car on peut le voir comme une simple épithète ou, à la limite, en faire un attribut de l’objet (« on en a retrouvé une punie »). Quoi qu’il en soit, puisque le critère d’échelle de référentialité liée au déterminant 32 est inopérant, le premier critère, d’ordre syntaxique, est simplement de rétablir une coordination explicite :
(20’a) Un jour, un policier belge a retrouvé une victime punie et enfermée dans un placard gardé par des pitbulls.

La phrase demeure acceptable mais on comprend que le supplice est double (punition et séquestration). Il en ressort qu’un critère sémantique est nécessaire pour mettre en évidence le fait que la prédication seconde « enfermée… » explicite la qualification (épithétique ou attributive) de « victime » par « punie ». Pour finir, la place 7 (post-verbale IV) décrit les inserts situés entre deux compléments verbaux :
(21) Et, pendant qu'on y est, ne leur laissez pas en héritage, à ces enfants, une

poubelle en guise de planète. (CPL-FUM35)

Dans une des interprétations possibles, le SN disloqué « à ces enfants » est inséré entre deux éléments reliés au verbe. Sans doute M. Wilmet (1998b : 527) verrait-il dans le SPrép « en héritage » une apposition au complément d’objet direct, le SN « une poubelle en guise de planète » ; en suivant Riegel, Pellat & Rioul, on l’analyserait plus probablement comme un complément indirect du verbe ou, mieux, un attribut prépositionnel de l’objet (Riegel et al., 1994 : 241) sur la base d’une relation prédicative sous-jacente entre « poubelle » et « héritage ». Plus curieux, l’exemple qui suit présente une insertion au sein de ce que la tradition considère comme une « proposition infinitive 33 », mais que certains décrivent simplement comme un double complément direct (Le Goffic, 1993 : 275) 34.

32 33

Qui émane de la notion de « charge référentielle » due à I. Tamba-Mecz (1975). Appellation très discutée. G. Moignet (1981 : 66), par exemple, ne reconnaît à cette construction aucun statut propositionnel. 34 Garagnon & Calas (2002), à la suite de Moignet, associent explicitement la proposition infinitive à cette propriété du « double objet ».
235

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(22) À la soirée de l'hôtel Costes, Jean-Marc n'avait jamais vu Christiane, depuis

des mois, rire comme ça. (QLV : 31)

En retenant l’analyse de la double complémentation directe, on peut considérer que le SPrép « depuis des mois » occupe bien la place 7, inter-complémentale, dans la phrase (22). Cette brève présentation, outre qu’elle précise notre démarche, met en évidence quelques-uns des problèmes spécifiquement liés à certaines places de la structure de phrase prototypique. Comme nous le verrons, toutes les « césures » de la phrase sont loin d’être équivalentes du point de vue des insertions qu’elles tolèrent et du fonctionnement qu’elles leur imposent. Il va sans dire qu’élaborer une topologie complète de la phrase, sous ses diverses constructions, et en tenant compte des inserts susceptibles d’y être rencontrés, est un travail considérable, particulièrement intéressant, mais qui dépasse largement nos objectifs. Dans l’immédiat, après quelques remarques liminaires sur la nature du corpus et son influence sur les faits observés, nous exposerons les résultats de nos travaux quantitatifs.

2. Observations et statistiques générales
Comme nous l’avons précisé plus haut, c’est un corpus fermé de 23 articles de presse qui a servi à dégager les statistiques qui vont suivre. Afin d’équilibrer d’éventuels particularismes de langue liés au périodique (et nous verrons qu’il y en a), nous avons choisi d’utiliser 14 articles issus de Libération et 9 articles du Monde. Le type de texte était indifférent : brèves, section culturelle, économique, actualités, etc. D’une manière générale, la prose de la presse écrite quotidienne doit répondre à des impératifs qu’il n’est ni trivial de mentionner, ni inutile de prendre en compte. Le plus évident est bien sûr une exigence de concision, impliquant un ratio aussi favorable que possible pour la « quantité d’information » en regard du nombre de signes. Syntaxiquement, cela se traduit par un souci d’économie qui conduit à utiliser tendanciellement plus d’inserts. Le comble dans ce domaine est celui de la brève de faits divers, que l’on ne rencontre guère que dans les quotidiens régionaux ou locaux

236

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

comme Le Parisien, et qui revêt une valeur littéraire avec les talents de miniaturiste grinçant de Fénéon 35 :
(23) La casserole chavirant sur le fourneau, la cire qui y était en fusion brûla

M. Adolphe Maquet, de Courbevoie, profondément. (NTL : 113) Au saut d’une haie douvée, polygone du Mans, le cheval d’Herbinière se reçut mal et, culbutant, l’assomma d’un coup de sabot. (NTL : 111)

Outre qu’elle implique globalement une économie de moyens, l’influence du genre d’écrit gagne la configuration syntaxique des textes étudiés. Ainsi la place 1 (frontale) semble dotée, selon F. Neveu (2000b : 117) d’une iconicité que l’écriture journalistique exploite avec l’apposition pour renvoyer au connu ou à ce qui est supposé plus accessible au lecteur
36

. Il est en effet indéniable que ces structures sont

extrêmement fréquentes – en particulier en début d’article ou de brève, ce qui ajoute une contrainte textuelle opérant sur la disposition syntaxique. Il est connu que la ligne éditoriale des quotidiens comprend parfois quelques préceptes stylistiques tacites : le « style » de Libération est ainsi réputé (selon les lecteurs) plus relâché, plus jeune ou plus sophistiqué tandis que Le Monde est une fois encore d’une exemplaire neutralité. Le tableau ci-dessous souligne bien que le style prétendument marqué de Libération n’a rien à voir avec une propension à placer davantage d’inserts dans les phrases.

35 36

Fénéon (1990). Nous devons à Adam (1999) d’avoir découvert cette plume et cet ouvrage. Voir également Combettes (1998 : 57 sq.).
237

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

En revanche, il semble corrélé à une tendance beaucoup plus marquée à la production de phrases averbales :

Nbr Phrases Nbr SD Ph Complexes % Ph simples % Ph Averbales % 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 LIBERATION 4 36 3 27 9 4 29 11 15 76 13 10 30 17 5 17 4 24 16 7 31 16 9 43 4 21 30 20 75,0 41,7 33,3 33,3 66,7 25,0 55,2 54,5 40,0 32,9 30,8 30,0 66,7 47,1 0,0 36,1 33,3 63,0 33,3 75,0 17,2 27,3 53,3 44,7 53,8 40,0 33,3 23,5 25,0 22,2 33,3 3,7 0,0 0,0 27,6 18,2 6,7 22,4 15,4 30,0 0,0 29,4

Tableau 2 : répartition des types de constructions (Libération)

Dans ce tableau, le nombre d’inserts (Segments Détachés) varie dans des proportions importantes d’un article à l’autre dans Libération comme dans Le Monde : on passe de 0,3 segment par phrase à 2,1 segments par phrase pour le premier, et de 0,4 segment par phrase à 2,5 pour le second. Bien que la « sophistication » ou la « jeunesse » d’un style soient difficiles à chiffrer et à ériger en fait scientifique (en tout cas à partir d’un corpus réduit comme celui-ci), on peut du moins affirmer que la discontinuité des phrases ne fait pas partie des traits définitoires du style « Libé », puisque Le Monde en use dans les mêmes proportions. Cela n’infirme pas pour autant qu’il s’agit d’une constante journalistique : il s’avère même au contraire que la discontinuité est plus importante dans les textes typiquement informatifs du genre de la brève (n°1, 3, 6, 15), où l’on rencontre entre 1 et 3 insert(s) par phrase. Sans doute est-il plus caractéristique que le nombre de phrases averbales varie dans les proportions importantes observées d’un quotidien à l’autre. Ainsi observe-t-on au maximum dans Le Monde 11 % de phrases averbales au sein d’un même article contre 33 % dans Libération. Au total, le premier emploie sur l’ensemble des textes

238

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

3,6 % de phrases averbales et le second quelque 17 % 37. Pour finir, précisons que les articles présentant le plus fort taux de phrases averbales relèvent des rubriques Médias et Mode 38.

Nbr Phrases Nbr SD Ph Complexes % Ph simples % Ph Averbales % 15 16 LE MONDE 17 18 19 20 21 22 23 4,0 27,0 53,0 9,0 39,0 14,0 18,0 16,0 15,0 10,0 14,0 63,0 4,0 38,0 31,0 23,0 23,0 14,0 100,0 29,6 60,4 44,4 46,2 57,1 55,6 56,3 46,7 0,0 59,3 37,7 55,6 46,2 42,9 44,4 43,8 53,3 0,0 11,1 1,9 0,0 7,7 0,0 0,0 0,0 0,0

Tableau 3 : répartition des types de constructions (Le Monde)

Sans que l’on puisse être catégorique à partir des seules données chiffrées, il est assez sensible à la lecture que les phrases averbales sont stylistiquement marquées : ils sont porteurs de ce que G. Molinié (1991) nomme assez justement des « flashs prédicatifs », et font apparaître une grande variété d’effets, jouant par exemple de la surprise ou d’une désinvolture. On constate en tout cas que le choix d’un quotidien pour corpus a un impact notable sur le genre de faits que l’on est susceptible de relever : la discontinuité interne est aussi courante dans les deux quotidiens, mais la discontinuité externe est presque cinq fois plus élevée dans Libération. Place Il va de soi que ces tendances très larges ont leur intérêt dans la mesure où elles éclairent les faits strictement linguistiques, et ajustent ou modèrent la portée des observations qu’on peut faire à leur sujet. Le point central de notre travail quantitatif demeure cependant de dégager à partir de mesures fréquentielles des données exploitables pour mieux connaître le fonctionnement des inserts dans la phrase.

37

Ces chiffres tiennent compte du fait que le corpus de Libération est légèrement plus important que celui du Monde. 38 À quoi l’on ajoute une « tribune libre » et un article culturel évoquant la candidature de V. Giscard d’Estaing à l’Académie Française.
239

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

À partir de la topologie à sept places détaillée plus haut (outre l’insert en phrase averbale), il est possible de dégager les données générales suivantes :
250

200

199 182

150

100

50

36 16 2 3 Post-verbale 1 Post-verbale 2 Post-verbale 3 Post-verbale 4 Postposition en milieu averbal 16 13

0 Frontale Préverbale Enclavée

Graphique 1 : topologie générale des inserts

Sans que cela puisse surprendre, la prédominance des zones frontale et finale (postverbale III) est écrasante. Sur 467 occurrences, 381 sont situées en zone initiale ou finale. À proportion du total et par ordre décroissant, ces résultats se figurent comme suit :
Place 1 6 2 4 7 Frontale Finale (PV3) Préverbale Post-verbale 1 Post-verbale 4 Post-verbale 2 ou Finale ∅ Cplt Enclavée 42,6 % 39,0 % 7,7 % 3,4 % 3,4 % 2,8 % 0,6 % 0,4 % 199 182 36 16 16 13 3 2

8 En phrase averbale 5 3

100,0 % 467

Tableau 4 : répartition des inserts par place

240

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Bien que l’on puisse modérer la portée de ces résultats en invoquant une écriture qu’il faut reconnaître comme très standardisée 39, on voit se faire jour une tendance à la coalescence d’une zone centrale :

Figure 1 : topologie de la phrase

S’il est possible d’assimiler les résultats des places 5 et 6, qui ne différent que par la présence ou l’absence d’un complément verbal, et de mettre de côté pour l’instant les inserts en phrase averbale ou atypique, on observe alors, hormis les deux places dominantes, une représentation assez forte de la place préverbale, i.e. entre le SN sujet et le verbe fléchi, et a contrario un nombre très faible d’inserts entre l’auxiliaire et le participe passé (place enclavée). La similitude qui s’observe entre l’insert avant le premier complément (PV1) et l’insert entre deux compléments (PV4) n’est guère surprenante si l’on considère que les compléments verbaux entretiennent avec le verbe des relations ayant la même cohésion. Pourtant, il est peu difficile de montrer que les deux sites d’insertion ne sont pas complètement équivalents :
(24) a. Il a avoué, honteux, son crime aux policiers.

b. Il a avoué son crime, honteux, aux policiers. c. Il avoué aux policiers, honteux, son crime. d. Il avoué à la police, honteux, son crime. e. * Il a avoué, ignoble, son crime à la police.

Par exemple, les phrases ci-dessus montrent que, sous réserve de compatibilité des marques morphologiques et d’une pertinence suffisante, une apposition située à la place 7 (24c) élira plutôt l’objet et non le sujet pour support (24b), comme elle le fait

39

Elle exploite en particulier régulièrement les « pôles » de la phrase pour assurer une répartition optimale de l’information.
241

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

d’ordinaire lorsque l’objet n’est pas éligible, en (24d). À l’inverse, la place 4 ne semble pas pouvoir contenir d’apposition à l’objet qui la suit, ainsi en (24a). Si l’apposition à la place 4 se révèle sémantiquement plus pertinente
40

pour qualifier l’objet, la phrase

apparaît, comme en (24e), peu recevable. Ces tests semblent montrer que l’équivalence entre les places 4 et 7 est illusoire ; les différences qui s’observent, cependant, peuvent être liées au type d’insertion et au cotexte. Ainsi en (25), les changements de sens résultant du déplacement n’ont pas lieu : le SN circonstant « chaque nuit » semble pouvoir passer d’une place à l’autre sans qu’aucun « coulissage interprétatif » (Fuchs, cit. Neveu, 2000b) soit perceptible :
(25) a. Suivent trois ans de tapin en Italie où elle doit rapporter 500 euros, chaque

nuit, à son proxénète, qui fait travailler trois autres filles. (CPL-ALB4) b. Suivent trois ans de tapin en Italie où elle doit rapporter, chaque nuit, 500 euros à son proxénète, qui fait travailler trois autres filles.

Comme on l’a évoqué, ces statistiques générales montrent de la part du groupe formé par le verbe et ses compléments une solidarité assez forte limitant les insertions : seuls 7 % des inserts sont situés dans cette zone (places 3, 4, et 7), le reste se répartissant entre ce qu’on appelle la périphérie (places 1, 5 et 6) et la zone préverbale (place 2). Ce n’est donc pas seulement la zone verbale 41 qui est coalescente, c’est ce qu’on désigne traditionnellement comme le SV, même s’il est vrai que la césure située entre l’Auxiliaire et le Participe est significativement peu investie. En somme, si l’on considère la structure prototypique de la phrase 42, il apparaît que c’est le SN sujet qui est le plus lâchement arrimé à l’ensemble, puisqu’il est le seul constituant obligatoire à pouvoir être aisément séparé du verbe. Il ne faut cependant pas considérer ces données comme autre chose que des tendances liées à un genre écrit particulier, et surtout pas comme une vision globale de la mécanique phrastique.

40

« Honteux » peut être sélectionné par « crime », plus facilement encore par un SN désignant un criminel passé aux aveux. Quoique donnant lieu à une interprétation curieuse, il n’a pas d’incompatibilité lexicale avec « policiers ». 41 Il s’agit d’un ensemble formé du verbe, de ses clitiques et de l’attribut du sujet selon Nølke (2001 : 238), voir également ci-dessous. 42 Voir Ière partie, Chap.1.
242

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Morphologie Pour compléter cet aperçu topologique, nous avons affecté des indications morphologiques aux inserts occupant les places dégagées. Sur les onze catégories retenues pour ce travail, deux (Vinf, ellipse) sont très peu représentées et permettent de représenter quelques cas résiduels (7/467). Pour les neuf classes restantes, la fréquence se laisse observer comme suit :
Classe SPrép SN SPart Ss-phrase Ss-Phr. Relative Adverbe Ss-Phr. Incise SAdj Pronom TOTAL 139 114 49 40 33 30 29 20 7 467 29,8 % 24,4 % 9,9 % 8,6 % 7,1 % 6,4 % 6,2 % 4,7 % 1,5 % 100

Tableau 5 : répartition morphologique des Inserts

À nouveau, quelques remarques liées à la problématique générique s’imposent sur la répartition morphosyntaxique des inserts. Le caractère polyfonctionnel des SN explique partiellement leur haute fréquence ; autrement dit, le fait qu’un SN puisse être inséré en tant qu’apposé, circonstant ou constituant topicalisé multiplie ses possibilités d’apparition. Mais il n’en va pas de même des SPrép, qui ne peuvent guère être détachés que comme « adverbiaux » mais sont pourtant plus nombreux encore, bien plus en particulier que leurs équivalents propositionnels, les « subordonnées circonstancielles ». À l’opposé, les adjectifs qualificatifs, qui partagent avec les participes adjectivés le plan fonctionnel de la caractérisation détachée, leur sont nettement inférieurs en nombre dans le corpus. Pour résumer, on peut faire état d’une nette désaffection pour un certain type d’expansions détachées ou d’adjonction : sous-phrases, adjectifs, pronoms, adverbes. Pourquoi ces préférences marquées ? Il semble possible de l’expliquer en rattachant ce phénomène à la fonction essentielle de l’insertion (et plus généralement de ce que J. Gardes Tamine nomme « amplification ») :
243

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Mode par lequel une production discursive est développée pour rassembler le plus grand nombre d’idées possibles en liaison avec son sujet. (Gardes Tamine, 2004 : 89 – nous soulignons)

À la lumière de ce propos, la question se pose différemment ; s’il y a peu de sousphrases, d’adjectifs qualificatifs, de pronoms ou d’adverbes insérés, c’est sans doute pour des motifs d’économie générale de construction : l’insertion étant génétiquement un ajout destiné à compléter une structure hôte, les éléments qui, dans le genre d’écrit en question, relèvent de l’ajout sont soumis à une exigence de rendement informationnel plus drastique qu’en construction liée. Pourquoi se donner la peine d’ajouter des éléments inutiles ? De la sorte, il est possible que l’on voie ici à l’œuvre des contraintes isolées de volume verbal (pour les sous-phrases) ou de pertinence (le détachement des pronoms étant lié à la topicalisation, peu usitée dans un article de presse), mais aussi une combinaison des deux motifs : il y a peu de raisons de déployer des prédications secondes adjectivales qui sont inutiles car coûteuses (formellement et cognitivement) et peu informatives 43 . Au contraire, les participes peuvent être insérés dans le but de communiquer des circonstances variées (concomitance, antécédence, causalité, etc.), ou des états, mais ils sont par-dessus tout porteurs d’indications aspectuelles propres à évoquer à faible coût formel des événements. Les inserts d’adverbes posent un problème plus délicat, probablement lié à la répartition des différentes places d’insertion que nous examinons ci-dessous. Il est en tous les cas remarquable que l’on ne relève dans le corpus presque aucun adverbe de manière inséré – mais on en rencontre en construction liée. Les remarques formulées jusqu’ici ne constituent que des spéculations sur le système global de l’insertion. Pour mieux le cerner et confirmer ces propositions, il convient à présent de croiser les données positionnelles et morphosyntaxiques qui viennent d’être dégagées.

43

Pour preuve, les rares articles où se rencontre une proportion notable d’adjectifs qualificatifs sont des portraits de personnalités ou des critiques de films assez engagées – qui à ce titre ne reculent pas devant l’effet de réel ou un soupçon de lyrisme.
244

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

3. Répartition
Nous avons choisi de regrouper en plusieurs séries des catégories morphosyntaxiques ayant des connexions morphologiques et/ou fonctionnelles, afin de mettre en valeur de possibles disparités ou similitudes pour rendre compte, le cas échéant, de régularités systématiques propres à la discontinuité interne. Relatives, participes, adjectifs L’adjectif, le participe et la sous-phrase relative ont généralement, lorsqu’ils sont détachés, un support nominal qu’ils qualifient. C’est cette propriété commune qui nous a conduit à les rassembler au départ dans la typologie. Leur observation conjointe montre d’abord que l’adjectif et la sous-phrase relative ont un fonctionnement à peu près similaire, marquant un net déséquilibre des répartitions frontale et finale. Les participes, au contraire, sont bien répartis aux deux pôles périphériques mais, fait étonnant, les participes présents et gérondifs sont plus nombreux à la place finale (14/22 occ.) et les participes passés à la place initiale (14/20 occ.) :
Place / Nature Adjectif 1 3 13,6 % Participe 20 41,3% Relative 4 12,1 % 0,0 % 0,0 % 0,0 % 3 2 3 13,6 % 5 10,9 % 4 12,1 % 0,0 % 0,0 % 0,0 % 0,0 % 0,0 % 0,0 % 4 5 6 Finale 12 54,5 % 22 43,5 % 22 66,7 % 0,0 % 1 2,2 % 1 3,0 % 7 8/9 Total 22 100,0 % 49 100,0 % 33 100,0 % 4 18,2 % 1 2,2 % 2 6,1 %

Frontale Enclavée Préverbale Postvbale 1 Finale ∅ Cplt

Inter CPL En Ph. Avb.

Tableau 6 : topologie des Inserts adjectivaux, participiaux et relatifs

Un échantillon des deux types de participes révèle certaines régularités intéressantes. Ainsi, les participes passés présentent à l’initiale une récurrence d’effets de sens opérant un rattachement à l’antériorité temporelle : ce rattachement est probablement motivé par la valeur aspectuelle d’accompli, de résultatif, du participe passé, qui est ainsi une « forme morte » du verbe (Moignet, 1981) mais qui présuppose un accomplissement. Il

245

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

peut en dériver en outre une nuance logique de cause 44. Cela corrobore, d’une certaine manière, l’iconicité de ce type d’inserts (Neveu 2000b) : l’antérieur est supposé « connu » et par une extension courante, l’antérieur est assimilé à la cause, de la sorte la précédence logique trouve à s’exprimer en précédence graphique.
(26) Sortie de cinquante ans de dictature stalinienne, / Parties d'El Alto, / Vêtus en

Viktor & Rolf, / Interrogé sur France-Inter, / élevé à Paris puis aux États-unis, / Né à Vienne / interrogé sur une possible filiation entre Zatoichi et Dancer in the Dark / Exclu de l'université / Relevés par l'autre baromètre prestigieux

Les effets de sens des participes présents à la place finale sont moins constants, mais pour un certain nombre d’entre eux, une idée de concomitance domine, couplée parfois à un sémantisme de causalité ou une nuance de manière ou de moyen comme en (28) :
(27) les menaçant de tout révéler à leurs parents / en commentant leur jeune passé /

estimant que le cas de M. Juppé avait « révélé le côté un peu manichéen de ce texte de 1995 ». / en estimant que cette sanction lui apparaissait « injustifiée » / situant la cote de confiance de M. Raffarin à seulement 33 % (contre 64 % de mécontents)
(28) Des policiers dépouillent les filles rentrées au pays, les menaçant de tout

révéler à leurs parents. (CPL-ALB19)

Plus complexe est le fonctionnement des deux participes en (29) :
(29) « Visiblement, sa politique mécontente et sa rhétorique lasse », commente le directeur

des études politiques de TNS-Sofres, Brice Teinturier, invoquant à la fois le rejet « désormais considérable » de l'ensemble des sympathisants de la gauche (18 % d'opinions favorables), des ouvriers (26 %) et des jeunes (33 % chez les 18-24 ans). Son homologue d'Ipsos, Pierre Giacometti, y ajoute la montée du « désenchantement » des seniors, qui « constituent l'un des coeurs de l'électorat de la droite » et « la conjonction des opposants », relevant que les partisans du PS, du PCF, de l'extrême gauche, de l'UDF et du Front national se déclarent tous hostiles à M. Raffarin. (CPM-IMP5-6)

Les deux segments en gras relèvent en partie du discours narrativisé (Rosier, 1999 : 231) et leur rôle
45

semble être non pas tant d’expliciter le contenu d’énoncé des

44

G. Moignet (1981 : 99) évoque du reste le participe passé comme un passé « logique » par opposition au passé « temporel » du prétérit. 45 Il ne s’agit pas de fonctions syntaxiques : le support d’incidence de « invoquant… » est bien « le directeur des études politiques de TNS-Sofres » et celui de « relevant… » est « Son homologue d’Ipsos ». C’est donc du fonctionnement pragmatique qu’il est ici question.
246

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

segments de discours direct « Visiblement, sa politique mécontente et sa rhétorique lasse » et « la conjonction des opposants » que de légitimer leur énonciation 46. L’utilité d’une multiplication des étiquettes étant discutable, on peut regrouper ces valeurs des participes présents au sein d’une très large tendance explicative, corrélée plus ou moins fortement à la place finale. Les relatives, massivement localisées à la place finale, voient leur position contrainte par celle de leur support (ou par leur forme propre en ce qui concerne les relatives dites « périphrastiques » (Riegel et al., 1994 : 487), qui ne représentent toutefois que 1 % du corpus des relatives elles-mêmes). Leur faible fréquence ailleurs qu’à la place finale est difficile à expliquer ; peut-être leur lourdeur
47

(i.e. leur volume verbal ou leur

complexité syntaxique), constitue-t-elle un facteur discriminant pour leur accorder une place préverbale. Les adjectifs, enfin, sont quasi inexistants à la place initiale. Tout au plus rencontre-t-on, couplés à un participe, les apposés de (30).
(30) Sortie de cinquante ans de dictature stalinienne, arriérée et misérable,

l'Albanie est un cadre propice aux trafics. (CPL-ALB16)

Bien évidemment, la scission adjectif/participe ne va pas de soi car le passage du plan verbal au plan adjectival ne connaît pas de franche séparation 48. Des critères de rection et de sens ont donc guidé la séparation des deux catégories. Il reste que la place finale des adjectifs apposés ne trouve guère d’explication en dehors de leur peu de charge informative : en particulier, un adjectif détaché n’étant pas restrictif, il ne participe pas à l’identification référentielle des objets évoqués et se révèle d’autant moins utile :
(31) Tiresia lui donnera plus encore : il lui offrira la fable et la créature, tout

animale, capable de morsures charnelles. (CPL-TIR9)

46

Voir Ducrot (1980). Les nombreux îlots de discours direct n’ont pas la même utilité, mais on note d’une manière générale que les jugements sont mis à distance par les guillemets, à l’exception de « se déclarent tous hostiles », qui est narrativisé. 47 Voir Abeillé & Godard (2006 : 12). Nølke (2001 : 240) convoque également le concept mais ne l’explicite pas. 48 Si ce n’est pour les participes verbaux disposant de formes adjectivales dédiées (voir Wilmet, 1998b : 295).
247

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Pour conclure sur ce premier groupe de constituants, on notera, au sein du groupe fonctionnel des expansions « adjectivales », une nette domination des participes. Ceuxci combinent en effet une certaine légèreté (en volume et en construction) à la capacité de porter des valeurs sémantiques multiples. Leur rôle dans la construction du « second plan 49 » (Combettes, 1998b : 69) est en outre des plus essentiels puisqu’ils sont à même, par leur rattachement au verbe, d’instaurer une chronologie secondaire dans le texte. Incises et sous-phrases Le regroupement des incises et de l’ensemble des sous-phrases à l’exception des relatives pourrait peut-être surprendre, mais précisons qu’il est fondé sur une parenté formelle très simple, à savoir le fait partagé par les unes et les autres d’être des constituants phrastiques. Il n’y a pas, comme entre les relatives, les participes et les adjectifs qualificatifs, un type de support d’incidence commun impliquant une parenté fonctionnelle. Il est aussi à mentionner que notre classement exclut les parenthèses mais inclut les incidentes, c'est-à-dire des « phrasillons » dont la fonction n’est pas d’introduire les discours rapportés mais, entre autres, de commenter ou d’organiser l’énonciation 50. Leur définition est délicate (Rosier, 1999 : 248) mais leur nombre étant ici extrêmement faible (4/29 occ. soit 1.2 %), les intégrer n’a pas posé de problème. Nous en dirons quelques mots un peu plus loin.
Place / Nature Incises 1 1 3,4% Ss-Phrases 23 57,5% 0,0% 0,0% 3 2 1 3,4% 1 2,5% 0,0% 0,0% 4 2 6,9% 0,0% 5 6 23 79,3% 16 40,0% 0,0% 0,0% 7 2 6,9% 0,0% 8/9 Total 29 100,0% 40 100,0%

Frontale Enclavée Préverbale Postvbale 1 Finale ∅ Cplt Finale Inter CPL En Ph. Avb.

Tableau 7 : topologie des Inserts : incises et subordonnées

49

Adaptée avant tout à la structure temporelle du texte narratif, la distinction des premier et second plans permet de mettre à part, dans le premier plan, le « "squelette chronologique", correspondant à l’enchaînement, à la succession des prédicats qui traduisent le déroulement d’une série d’événements. […] Dans la plupart des cas, la prédication seconde portée par la CD constitue une vision de second plan par rapport à la prédication principale ; s’ajoutent d’ailleurs à la valeur strictement chronologique d’autres valeurs circonstancielles, telles que la relation de causalité, qui ne peuvent que renforcer cette spécialisation de la CD dans le codage du second plan. » (Combettes, 1998b : 69-70) 50 Voir Riegel et al. (1994 : 460) ; Wilmet (1998b : 573 sq., 579)
248

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Pour l’heure, nous constatons simplement que ce type de textes ne réserve guère de surprises quant au placement des incises : près de 80 % d’entre elles sont situées à la place finale, conformément au schéma prototypique. Par exemple :
(32) a. « Nous ne sommes pas français. Cela nous donne de la distance », dit Rolf.

(CPL-MOD23) b. « Leur sens de la mise en scène, de l'entertainment, traduit en parfum de belles opportunités », note avec gourmandise Patricia Turck Paquelier, « Madame Parfums » chez L'Oréal. (ibid.35) c. Ils ne couchent pas ensemble, disent-ils aux magazines. (ibid.10) d. La fantaisie, c'est lui, dit-on. (ibid.9)

Les verbes introducteurs, on peut le voir, sont loin des innovations de F. Dard, mais il est en revanche quelques cas intéressants, tel ce DI muni d’une incise (32c ; voir Rosier, 1999 : 257) 51. Pour les rares cas d’incises n’occupant pas la position finale, on relève un cas d’hétérogénéité attributive (Rosier, 1999 : 141), autrement dit une catégorisation tardive (voire déceptive et volontiers plaisante) du discours en DR, comme ici en (33) où l’apposition « victimes… » est comme décrochée a posteriori de la voix principale par l’incise.
(33) Mais pareil déséquilibre au niveau de la récupération entre les " grandes "

nations rugbystiques et les autres (les Wallabies ne rejoueront que le 18, contre la Roumanie) n'a pas manqué de provoquer l'ire de plusieurs dirigeants des pays prétendument " mineurs ", victimes, disent-ils, d'une mesure discriminatoire de la part de l'IRB (la fédération internationale). (CPL-RUG4)

Moins marqué, l’exemple suivant fait figurer l’incise à la place post-verbale 1, c'est-àdire entre le verbe et son premier complément (« fin » étant partie de la locution verbale), et il faut reconnaître que celle-ci s’intégrerait difficilement ailleurs, non seulement parce que l’auteur tente à l’évidence de reprendre à son compte l’effet de clausule du discours cité (« celui du bien et du mal ») qu’une incise à la place finale viendrait assez pesamment relancer, mais surtout parce que cela donnerait lieu à nouveau à une qualification après-coup en discours rapporté de ce qui n’est au départ qu’une connotation autonymique. Le résultat est assez maladroit en (34b) :
51

(32d) est au carrefour de l’attribution de discours et de la modalisation, donc de l’incidente. D’une certaine manière, il semble difficile d’accepter une phrase marquée comme : « "La fantaisie, c’est lui" dit-on. », puisqu’elle feint de rapporter fidèlement des propos dont la caractéristique principale est d’être détachés de tout énonciateur réel.
249

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(34) a. Deux ans plus tard, M. Giscard d'Estaing connut cependant un succès de

librairie avec Démocratie française, essai où il vante les mérites du pluralisme qui devrait mettre fin, écrit-il avec un goût de l'image qui frappe, au « combat mythologique des Gorgones et des Méduses, celui du bien et du mal ». (CPM-GIS12) b. Deux ans plus tard, M. Giscard d'Estaing connut cependant un succès de librairie avec Démocratie française, essai où il vante les mérites du pluralisme qui devrait mettre fin au « combat mythologique des Gorgones et des Méduses, celui du bien et du mal » écrit-il avec un goût de l'image qui frappe.

Les incidentes sont peu nombreuses dans le corpus, comme on l’a dit, mais elles laissent apparaître un panel de formes assez variées, par exemple :
(35) a. Le plus conceptuel des deux, paraît-il. (CPL-MOD7)

b. Ils parlent chacun leur tour, nous ceci, nous cela, sans se couper la parole ni compléter ce que 1'autre vient de dire. (CPL-MOD12) c. Le thème en était, surprise, surprise, le déclin de la culture et de l'école. (CPM-DEC8)

Si (35a) est plutôt anodin, (35b), plus rare, semble être un segment de « discours narrativisé » directement inséré dans la phrase, à la réserve près du caractère déictique du pronom « nous ». (35c), enfin, comporte une incidente « surprise, surprise » qui profère un commentaire – ironique – au sujet de l’énoncé, que l’on peut gloser par « vous n’allez pas le croire » ou à la limite « roulement de tambours ». Sa place postverbale, entre un verbe et un attribut du sujet, occasionne une rupture assez forte de la continuité, complétée il est vrai par la réduplication de « surprise », ce qui souligne probablement son appartenance au plan métalinguistique. À la différence des incises, les sous-phrases montrent une répartition plus harmonieuse entre les différents sites. Hormis le hapax (au moins dans notre corpus) de la sous-phrase hypothétique à la place préverbale (36), les autres occurrences se divisent entre les sites périphériques.
(36) Ajouté à l'impopularité croissante de M. Chirac, ce chiffre-là, s'il se confirme,

pourrait nourrir l'inquiétude de la majorité.

À l’initiale, on ne constate pas de surreprésentation significative d’une catégorie sémantique : les hypothétiques sont aussi courantes que les sous-phrases traduisant la concession ou l’opposition 52. En revanche, on rencontre légèrement plus de temporelles
52

Respectivement : hypothétiques 26 %, concessives 21 % à l’initiale.
250

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

marquant la concomitance mais seulement deux comparatives. En position finale, les temporelles de sens adversatif, introduites par « quand », « alors que », « tandis que », sont particulièrement bien représentées 53, mais un corpus plus étendu serait nécessaire pour traiter convenablement la question (voir du reste Guimier, 1993). Adverbes Nous avons déjà mentionné le statut particulier des adverbes détachés en mettant l’accent sur l’absence presque totale d’adverbes de manière en -ment au sein du corpus. Chacun pourra constater ci-dessous combien la distribution et la typologie des adverbes est déséquilibrée. L’immense majorité d’entre eux, qui se trouve à la place initiale, est constituée de conjonctifs logiques et temporels (Guimier, 1996 : 136) (bref, donc, de plus, demain, aujourd’hui encore, plus tard, enfin, pourtant, ainsi, etc.) à de rares exception que sont quelques tours comparatifs (37) ou un adverbe de phrase modal (38) :
(37) Plus encore que les précédentes balades de Klapisch au pays des

voisins et des voisines, l’Auberge espagnole témoigne de l'alignement systématique du cinéma d'auteur sur la pire télévision, celle qui, à défaut de faire débat (moral, esthétique, politique), vit des effets de débat, des effervescences de sens, des sinistres effets de réalité. (CPL-AUB3)
(38) « Visiblement, sa politique mécontente et sa rhétorique lasse »

Aux autres places, les occurrences sont plus variées. On rencontre notamment des adverbes de lieu (39) ou de temps (40), des modaux (41) ou encore des adverbes paradigmatisants (42) :
(39) […] un homme fou […] lui demande de le suivre, un homme qui ne connaît

d'amour que la possession et qui tiendra Tiresia, hérisson sorti du bois de Boulogne, dans la prison capitonnée de son logement, avant de lui crever les yeux et de l’abandonner, là, sur une route. (CPL-TIR11)
(40) a. C'est l'interdit qui, bien souvent, attire cette frange de la population.

(CPL-FUM13) b. Cette ville qui a déjà provoqué l'éruption « dance » de la northern soul à la fin des années 60, ou donné naissance à des groupes comme Cabaret Voltaire ou Human League, puis, plus récemment, au label Warp, fourmille de groupes

53

50 % de temporelles à nuance adversative à la place finale.
251

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

iconoclastes qui s'amusent à revisiter l'histoire du rock et des avant-gardes. (CPL-SHE2)
(41) « Fumer peut entraîner une mort lente et douloureuse » (beaucoup plus qu'une

explosion nucléaire, évidemment, qui est rapide et sans souffrance). (CPLFUM28)
(42) Marcelo Loffreda, coach des Argentins, a fait remarquer que ses joueurs

partaient désavantagés, notamment par rapport aux Celtes, qui bénéficient, eux, d'une semaine de repos entre chaque rencontre. (CPL-RUG5)
Place / Nature Adverbes 1 20 66,7% 0,0% 3 2 1 3,3% 4 2 6,7% 5 1 3,3% 6 5 16,7% 7 1 3,3% 0,0% 8/9 Total 30 100,0%

Frontale Enclavée Préverbale Postvbale 1 Finale ∅ Cplt Finale Inter CPL En Ph. Avb.

Tableau 8 : topologie des Inserts adverbiaux

Compte tenu du genre de textes dont est composé le corpus, il est peu difficile d’expliquer la fréquence des connecteurs en tête de phrase. Les critères génériques à l’œuvre dans notre corpus sont de l’ordre de la concision et de la cohésion plus que de minutie descriptive, ce qui explique aussi, peut-être, le peu d’apparitions des adverbes en –ment. Pronoms Avant d’aborder les principales catégories de notre relevé, disons pour finir quelques mots des détachements de pronoms, particulièrement rares, ce qui n’a rien pour surprendre dans la mesure où, nous l’avons vu, le détachement d’un pronom est le plus souvent lié à la dislocation topicalisante (type Moi, je…) – avec nuance contrastive 54 en (44).
(43) a. Tout cela, il faut le voir pour le croire. (CPL-TIR21) (44) a. Mais il donne, lui au moins, sa clé de l'énigme. (CPM-DEC18)

b. La motion de report a, elle-même, été présentée par l'Iran, au nom de la Conférence islamique, mais plusieurs des 57 membres de cette organisation ont quand même voté contre. (CPM-CLO13) c. Marcelo Loffreda, coach des Argentins, a fait remarquer que ses joueurs

54

Le pronom marque alors un contraste avec un ensemble d’autres individus dont il pose du même coup l’existence (Caddéo, 2000 : 161).
252

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

partaient désavantagés, notamment par rapport aux Celtes, qui bénéficient, eux, d'une semaine de repos entre chaque rencontre. (CPL-RUG5)
Place / Nature Pronoms 1 1 14,3% 3 1 14,3% 2 1 14,3% 4 1 14,3% 0,0% 5 6 2 28,6% 0,0% 7 8/9 Total 7 100,0% 1 14,3%

Frontale Enclavée Préverbale Postvbale 1 Finale ∅ Cplt Finale Inter CPL En Ph. Avb.

Tableau 9 : topologie des Inserts pronominaux

L’interprétation de (44) en termes de topicalisation ne va pas de soi 55 car l’on attend plutôt ce genre de phénomènes aux places périphériques : selon

K. Lambrecht (2001), la position extra-propositionnelle de l’élément détaché est un indice de topicalisation. À l’inverse, la position post-verbale semble régulièrement associée à la focalisation 56 (Lambrecht, 1994 : 291 sq.). Est-ce le cas des occurrences (44a) et (44c) ? Bien qu’il soit difficile d’être catégorique, la possibilité de l’ajout du marqueur de topicalisation « quant à + Pro » semble un discriminant efficace 57 pour mettre en valeur au contraire leur caractère thématique. Mais alors les marques contrastives ou simplement paradigmatisantes (« au moins », « -même ») interfèrent ou se révèlent lourdement redondantes (« *quant à elle-même », « ? quant à lui au moins »).
(44’) a. Il dit très éloquemment du mal de son époque, riche en bruit, faible en œuvres. Mais il donne, quant à lui (,) au moins, sa clé de l'énigme. (CPM-DEC17-18) b. La motion de report a, quant à elle, été présentée par l'Iran, au nom de la Conférence islamique, mais plusieurs des 57 membres de cette organisation ont quand même voté contre. (CPM-CLO13) c. Marcelo Loffreda, coach des Argentins, a fait remarquer que ses joueurs partaient désavantagés, notamment par rapport aux Celtes, qui bénéficient, quant à eux, d'une semaine de repos entre chaque rencontre. (CPL-RUG5)

55

S. Caddéo (2000 : 165 sq.) étudie ce genre de constructions (« Le maçon, lui… ; Lui, le maçon… ») et conclut que le pronom ne peut être apposé, mais seulement « détaché » (c'est-à-dire disloqué) ou support d’apposition. Elle souligne par ailleurs le statut particulier de l’adverbe « même » dans les cas comme « le maçon lui-même » (ibid. : 192), où il sert à marquer « l’insistance ». 56 La distinction est parfois d’une extrême subtilité, comme en attestent ces phrases italiennes tout à fait courantes : « IO PAGO » (« Moi je paye ») et « Pago IO » (« C’est moi qui paye ») (cit. Lambrecht, 1994 : 292) 57 Voir Blasco-Dulbecco (1999), Prévost (2003).
253

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Malgré l’apparente fiabilité de ces tests, il s’en faut de beaucoup qu’on puisse trancher nettement la question de la valeur informationnelle de ces configurations tant les paramètres sont nombreux et imbriqués. Du point de vue topologique, cependant quelques observations méritent d’être faites. Tout d’abord, on voit jouer des contraintes formelles sur la structure des phrases, ainsi en (44’b) où, pour emprunter aux théories chomskyennes, « la motion de report » c-commande « quant à elle » et empêche son insertion à la place initiale (mais c’est déjà le cas en (44b)). De même, en (44’a), l’ajout de « quant à… » réduit la mobilité du pronom qui se voit apparemment bloquer la place finale 58. Enfin, en (44c) et (44’c), le pronom « eux », qu’il soit tout seul ou assorti du marqueur, révèle au sein de la relative une forme de « contrainte d’île 59 », autrement dit met en évidence son confinement dans les limites de son hôte. La question des pronoms est, à notre sens, une des plus délicates relativement à la discontinuité, comte tenu de l’assujettissement du fonctionnement syntaxique de ces constituants à des contraintes sémantico-référentielles et pragmatiques. Au reste, leur nombre très faible ne nous met pas en mesure de pointer des tendances caractéristiques de leur placement. Syntagmes nominaux Bien représentés en revanche, sous des configurations variées, les syntagmes nominaux sont pourvus d’un caractère polyfonctionnel qui les dote de nombreuses possibilités d’insertion. À cet égard, il est impératif de sous-catégoriser le vaste ensemble de leurs occurrences pour mieux rendre compte de son organisation. Nous appuyant sur les observations issues des études sur l’apposition et les constructions détachées, nous avons choisi de distinguer les occurrences de SN selon qu’ils incluaient ou non un déterminant. Le classement des noms propres a été abordé en tenant compte
58

En effet : « Mais il donne sa clé de l’énigme, lui au moins. » vs. « ?Mais il donne sa clé de l’énigme, quant à lui. » Ces derniers exemples font écho aux remarques de S. Prévost (2003 : 104), qui souligne le caractère « après-coup » du détachement à droite, manifestement incompatible avec le caractère ouvrant du marqueur « quant à… ». 59 Les Island constraints, déjà évoquées avec les contraintes domaniales, reposent sur l’impossibilité d’établir des relations non bornées d’un certain type avec certaines structures. Voir Goldberg (2006 : 131) pour une présentation du concept.
254

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

de leur « charge référentielle » (Tamba-Mecz, 1975), qui est analogue à celle des noms déterminés et souvent corrélée à un fonctionnement syntaxique proche (Neveu, 1998b : 90). Pourtant, quoique le volume des données ne permette pas d’extrapolations décisives, nous avons noté une répartition particulière aux NPr, ce qui nous a conduit à les traiter à part. Pour décrire en quelques mots le classement que nous avons adopté, précisons que quelques occurrences « hors cadre » ont rejoint le groupe des SN à déterminant, ainsi les dates « Mercredi 5 novembre » (CPM-PER) et « Jeudi 6 novembre » (CPM-HEL) ; hormis quelques cas litigieux, rangés dans la catégorie Cas particuliers et listés cidessous, le relevé n’a pas présenté de difficulté majeure. La domination des noms déterminés est assez nette : 55 % contre 43 % de noms sans déterminant et 18 % de noms propres environ.
SN [Dét. + N] SN [Ø N] SN [NPr} Cas part. 50 39 16 5

Tableau 10 : spécification des SN inserts

255

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

La répartition des catégories aux différentes positions de la topologie phrastique est intéressante :

30

25

20

15

10

5

0 1-Frontale SN [Dét. + N] SN [Ø N] Cas Part SN [NPr] 24 10 1 6 3 2-Préverbale 5 7 3-Enclavée 1 4-Post-Vb 1 2 1

5-Post-Vb 2 (finale sans Cplt)

6-Post-Vb 3 (finale) 13 15

7-Post-Vb 4 2 5 1

PH avb. 3 1 1

1 Position des Inserts

2 6

Graphique 2 : topologie des différents types de SN Inserts

Les noms non déterminés [∅ N], à proportion de leur nombre total, apparaissent plus nombreux en position finale qu’initiale (15/39 occ. vs. 10/39 occ.), mais on constate surtout que les noms déterminés [Dét N] font montre d’une tendance inverse (13/50 occ. vs. 24/50 occ.). Quant aux noms propres [NPr] ils se répartissent équitablement sur les deux sites, initial et final. De prime abord, on pourrait croire que la tendance s’inverse par rapport aux relevés statistiques effectués par F. Neveu dans l’étude de l’apposition (Neveu, 1998b : 103 sq.), lesquels relevés présentaient un nombre très réduit de détachements au pôle d’ouverture. Mais c’est sans compter avec le caractère polyfonctionnel du substantif : il n’y a en tout qu’une dizaine de détachements appositif de SN à l’initiale, le reste consistant pour l’essentiel en circonstants, ce qui confirme au contraire les tendances observées pour l’apposition. La notion de place initiale peut du reste prêter à confusion, car les SN non déterminés qui s’y trouvent sont fréquemment des éléments ne relevant pas directement

256

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

de la domanialité de la phrase, mais de celle d’un constituant de dimension plus réduite :
(45) a. Parties d'El Alto, banlieue de La Paz, grèves et manifestations se sont

étendues hier à d'autres grandes villes de la Bolivie, comme Cochabamba et Santa Cruz. (CPL-BOL1) b. Senghor commença une carrière politique après la guerre et présida aux destinées du Sénégal de 196o à 1980. Normalien, agrégé de grammaire, il fut l'un des grands poètes de la négritude et reste l'auteur d'une oeuvre puissante et incontestable. Polytechnicien et énarque, inspecteur des finances, Valéry Giscard d'Estaing compte plusieurs membres de l'Institut dans sa famille, dont son père, Edmond.

Le SN « banlieue de La Paz », par exemple, ne constitue pas un apport à un composant essentiel de la phrase, mais à un autre insert, « El Alto », qu’il jouxte directement sans possibilité de s’éloigner
60

. Sa contrainte topologique n’est pas phrastique mais

syntagmatique et l’on est autorisé, semble-t-il, à considérer que les deux inserts n’occupent qu’une seule et même place dans la phrase, la position 1. Ainsi, le SN « banlieue de La Paz » est un constituant du SPart « Parties d’El Alto ». En (45b), les inserts « Normalien, agrégé… », d’une part, et « Polytechnicien et énarque… », d’autre part, occupent également un même site d’insertion mais sont liés cette fois par des rapports parataxiques ; ils relèvent tous, à ce titre de la topologie de la phrase, autrement dit, ils n’entretiennent pas entre eux de rapport de constituance (voir Milner, 1989 : 510 sq.). Nous voudrions à présent pointer quelques cas particuliers de SN initiaux illustrant des aspects éminents de la topologie phrastique. Ainsi en (46), nous avons choisi de considérer que « le naturalisme au cinéma » relevait d’un cas d’insertion initiale. Cela n’est vrai, bien sûr, que relativement à la structure de la phrase nominalisée par que, mais cela met en évidence un cas de récursivité qui montre bien que les syntagmes détachés à l’initiale par dislocation topicalisante, pourtant dits « flottants », se nominalisent avec l’ensemble de la phrase :
60

Pour anticiper quelque peu sur le bilan topologique, rappelons que J.-M. Marandin (1998) propose de distinguer une « incidence » à S (topologie phrastique) et, pour l’apposition p. ex., une « incidence » à SN (topologie syntagmatique). Quoique l’idée soit séduisante, nous avons pu constater qu’elle ne fonctionnait que partiellement – pour l’apposition en tout cas – puisqu’un apposé au sujet pouvait se situer aux places 4, 5, voire 6 ou 7 : « Pierre a annoncé sa démission à ses amis, hilare. »
257

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(46) Rappelons que le naturalisme au cinéma, c'est l'art de passe-passe (ou

l'esbroufe ordinaire, c'est comme on veut) qui consiste à faire passer un enfantacteur pour un enfant, un animal pour un petit d'homme, ou une lessive pour un maquillage de l'âme. (CPL-AUB4)

Un autre exemple, extérieur au corpus, présente en outre un circonstant qui borne à gauche le syntagme disloqué :
(47) Laissez-moi vous dire que cette année, les récoltes, eh bien il y en aura pas

beaucoup. (M. Cabanes, Rencontres du 3e sale type, Dargaud)

Cette possibilité de nominaliser la phrase y compris son SN disloqué (« en » pronominalise bien « les récoltes ») constitue selon nous la meilleure preuve que ces éléments ne sont pas intégrés à la phrase graphique par hasard, mais bien parce qu’ils entretiennent une relation avec les structures qui y sont inscrites. Ainsi, l’interprétation exclusive en termes de clauses séparées doit être nuancée – ce qui peut s’appliquer par ailleurs au nominativus pendens 61, comme en (48) :
(48) a. Viktor, c'est chemise blanche et musette à fleurs pop de la prochaine

collection. (CPL-MOD8) b. Rappelons que Viktor, c’est chemise blanche et musette à fleurs.

Si l’on s’intéresse à présent aux SN insérés en place 2, entre le SN sujet et le verbe, on remarque immanquablement qu’ils représentent presque la moitié des inserts occupant cette position (15/36 occ.), ce qui apparaît assez emblématique du canevas des articles de presse, qui dans une phrase commencent par introduire un référent nouveau, généralement un NPr, puis rappellent ou signalent par un insert ses fonctions, son actualité (49a) à moins que l’ordre de l’identification ne soit inversé, comme en (49d) 62.

61 62

Voir Le Querler (2003 : 159) Voir Neveu (1998a : 76).
258

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Place / Nature SN

5 Finale Frontale Préverbale Enclavée Postvbale 1 ∅ Cplt 45 15 1 3 1 39,5 % 13,2 % 0,9 % 2,6 % 0,9 %

1

2

3

4

6 Finale 36 31,6 %

8/9 En Inter CPL Ph. Avb. 8 5 7,0 % 4,4 %

7

Total 114 100,0 %

TOTAL des inserts à cette position Fréq. des SN / Total

199

36

2

16

3

182

16

13

467

23 %

42 %

50 %

19 %

33 %

20 %

50 %

38 %

24,4 %

Tableau 11 : répartition des SN et taux de SN par place

Les exemples rassemblés sous (49) présentent ainsi un échantillon des inserts en place préverbale ; à l’exception de (49c), qui soulève un problème intéressant, les autres occurrences relèvent d’appositions identifiables et obéissent au schéma que nous venons d’évoquer :
(49) a. Chieko Saito, impératrice de l'immobilier, « plus forte que tous les

yakuzas » et patronne des arts à Tokyo, en est la commanditaire. (CPM-KIT37) b. A première vue, les trois mensuels destinés aux seniors, Notre temps, Pleine vie et Vivre plus, offrent le même éventail de rubriques : culture-loisirs (livres, cinéma, théâtre, expositions, musique), santé-forme, pratique (bricolage, jardinage, cuisine, mode, décoration), voyages. (CPM-MAG1) c. Si la petite phrase de M. Raffarin, le 4 septembre, contre les « bureaux » de Bruxelles a, un temps, remi[s] en cause son crédit, le premier ministre pense aujourd'hui que sa position est mieux comprise. (CPM-ALL15) d. Son homologue d'Ipsos, Pierre Giacometti, y ajoute la montée du « désenchantement » des seniors […]. (CPM-IMP6)

Le segment « le 4 septembre », en (49c), présente des contraintes topologiques intéressantes, qui semblent liées à sa portée. En effet, il ne s’agit pas d’un circonstant portant sur le verbe mais sur le nom « phrase », entendu comme prononciation ou diffusion de la phrase elle-même, autrement dit impliquant un procès ou un événement. Ce n’est qu’à cette condition que le SN peut recevoir un complément du type étudié ici, comme en témoignent (50) où le SN temporel porte par défaut sur le verbe, et (51) où se trouve rétablie la relation de (49c) et où l’on a ajouté un circonstant impliquant une temporalité bien particulière au verbe :
(50) Si la valise de M. Raffarin, le 4 septembre, a été égarée…

259

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(51) Si l’arrivée/la chute/le match de M. Raffarin, le 4 septembre, fait la une des

journaux une semaine plus tard, c’est parce que les journalistes ont autre chose à faire.

Corollaire de cette relation, le SN « le 4 septembre » s’avère très difficile à déplacer sans acquérir une portée classique de circonstant de phrase – et de ce fait interférer avec le second circonstant :
(51’) a. ? Si, le 4 septembre, l’arrivée de M. Raffarin, fait la une des journaux une semaine plus tard, c’est parce que les journalistes ont autre chose à faire. b. * Si l’arrivée de M. Raffarin fait, le 4 septembre, la une des journaux une semaine plus tard, c’est parce que les journalistes ont autre chose à faire.

La seule occurrence de SN inséré à la place 3, entre l’auxiliaire et le participe d’une forme d’aspect extensif, se trouve également en (49c). Il s’agit d’un SN circonstant dont les possibilités d’insertion méritent un rapide examen :
(49c) Si la petite phrase de M. Raffarin, le 4 septembre, contre les « bureaux » de Bruxelles a, un temps, remi[s] en cause son crédit, le premier ministre pense aujourd'hui que sa position est mieux comprise. (CPM-ALL15)

On ne peut en effet le détacher au sein de la locution verbale (et la construction liée n’est guère plus heureuse), mais les positions 4 et 6 restent possibles, quoique moins probantes.
(49c’) a. * Si la petite phrase de M. Raffarin, le 4 septembre, contre les « bureaux » de Bruxelles a remi[s], un temps, en cause son crédit, le premier ministre pense aujourd'hui que sa position est mieux comprise. b. * Si la petite phrase de M. Raffarin, le 4 septembre, contre les « bureaux » de Bruxelles a remi[s] un temps en cause son crédit, le premier ministre pense aujourd'hui que sa position est mieux comprise. c. Si la petite phrase de M. Raffarin, le 4 septembre, contre les « bureaux » de Bruxelles a remi[s] en cause, un temps, son crédit, le premier ministre pense aujourd'hui que sa position est mieux comprise. d. ? Si la petite phrase de M. Raffarin, le 4 septembre, contre les « bureaux » de Bruxelles a remi[s] en cause son crédit, un temps, le premier ministre pense aujourd'hui que sa position est mieux comprise.

260

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

En position 4, précisément, les SN se font tout aussi rares et sont, comme on le verra, exclusivement des circonstants, à l’image de (52). Cependant, il est évident qu’une apposition n’est pas aberrante à cette place, ainsi en (53) :
(52) Mais elle tombe amoureuse d'un homme qui lui promet la lune et fuit, un beau

matin, avec lui en Grèce. (CPL-ALB2)
(53) Paul voyait, horrifié, sa mercerie pillée par des motards.

La position 6, enfin, présente comme nous l’avons dit une fréquence relative particulièrement élevée de noms sans déterminant :
(54) a. Depuis, il faut voir en lui le fils de Kikujiro, peintre en bâtiment, violent,

porté sur le jeu et la boisson. (CPM-KIT31) b. « Notre revue ne s'adresse pas à des pantouflards », explique Isabelle Palatin, rédactrice en chef. (CPM-MAG16)

Leur rôle ne diffère guère de celui qu’ils occupent aux autres places – puisqu’ils sont les équivalents fonctionnels d’adjectifs, comme en (54a), et n’ont pas, à ce titre, une gamme de fonctions très importante hors construction liée, à la différence des noms déterminés. Ceux-ci figurent en effet en place finale avec, souvent, un effet conclusif associé à une attente engagée par un SN insuffisamment déterminé du point de vue pragmatique (55a), ou à une forme d’apposition résomptive, comme en (55c), qui tend d’ailleurs, comme on le verra, à se séparer en une phrase autonome 63 (55e).
(55) a. C'est une histoire plutôt encourageante, et même rafraîchissante. Celle de

deux garçons qui lancent leur entreprise dans un secteur difficile, la mode. (CPL-MOD2) b. Viktor & Rolf, cela sonne comme Ralf & Florian, le titre de l'album de Kraftwerk (1973). (CPL-MOD31) c. Raufer souligne la montée en puissance du crime international ces dernières années et sa quasi-impunité depuis le 11 septembre 2001, une « aubaine » pour les mafieux qui ont vu les États occidentaux concentrer leurs moyens sur la lutte contre le terrorisme. (CPL-ALB24) d. L'abjection ordinaire du cinéma français porte un nom, Klapisch. (CPL-AUB1) e. Si une question les déroute, ils règlent la réponse en ping-pong flamand, puis l’un des deux communique le résultat. Un numéro en Kevlar. (CPLMOD13)

63

Voir Bosredon & Tamba (2003).
261

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

On l’aura compris, les SN déterminés en clôture occupent un statut intéressant dans la topologie de la phrase, statut assez instable et par conséquent propre à mettre au jour la nature des limites de la phrase graphique. Il convient pour finir de dire quelques mots des rares cas particuliers relevés dans le corpus :
a. « Être utiles, c'est notre exigence constante, notre obsession », précise Anne de Pontins, rédactrice en chef. (CPM-MAG19) b. La nullité radieuse de Field et de ses assistantes (on allait dire ses « infirmières »), cette vacuité béate qui s'écoute parler sur fond de très jeunes filles, des jeunes filles auxquelles on interdit évidemment d'ouvrir la bouche (quand vont-elles se déculotter, madame la Comtesse ?), signe au grand jour le retour de la pire série rose (avec ou sans supplément d'âme, c'est comme on veut). (CPL-AUB9) c. Et il sera difficile de plaider : « Je ne me suis pas rendu compte, m'sieur l'agent. » (CPL-PAR9)

L’intégration de l’infinitif de (a) parmi les substantifs ne semble pas prêter à discussion (Moignet, 1981 : 65). L’occurrence ci-dessus est du reste un des rares cas de dislocation du corpus. Quant à (b) et (c), ce sont les seuls termes d’adresse recueillis, ce que le type de texte du corpus explique sans difficulté. Syntagmes prépositionnels Dernière catégorie morpho-syntaxique de ce tour d’horizon, le type d’inserts le plus représenté du corpus n’est pas le plus varié, au contraire. À la place initiale, les SPrép servent assez fréquemment à introduire les topiques ou à en assurer la continuité.
(56) Sur le même thème,…

Quant à l'extrême gauche trotskiste,… Dans le cas du foulard islamique,… Concernant la France,…

Pour M. Charolles, ces derniers types de segments ressortissent plus généralement aux « adverbiaux cadratifs », vaste ensemble dont la fonction est de fixer les « cadres du discours qui regroupent les contenus propositionnels qui sont indexés par l’introducteur » (Charolles & Lamiroy, 2002 : 403), en exploitant partiellement les ressources de l’iconicité. Ainsi, il faut ajouter aux SPrép précédents les inserts extrêmement nombreux et variés cadratifs spatiaux, temporels, gnoséologiques, thématiques, etc.
262

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(57) À La Paz,…

Fin 2004,… Sur le front économique,… Côté DJ,… À la même affiche,… À découvrir également ce soir,…

Quelques « prépositions » relevées ci-dessus pourront paraître discutables, telles « Concernant… », « Côté… », ou encore « Fin… ». Il est difficile d’évaluer objectivement le degré de leur grammaticalisation 64 , mais il est clair que l’emploi prépositionnel, chez les guillaumiens, implique un fonctionnement « diastématique » que n’ont pas ces mots – du moins pas totalement 65. Nous les mentionnons donc comme SPrép avec quelque circonspection.
1 3 2 4 5 6 7 8/9 Place / Nature Frontale Enclavée Préverbale Postvbale 1 Finale ∅ Cplt Finale Inter CPL En Ph. Avb. SPrép 83 59,7% 5 3,6 % 7 5% 1 0,7 % 40 30 % 3 2%

Total 139 100,0 %

Tableau 12 : topologie des Inserts prépositionnels

Peu nombreux à la place préverbale comme on peut le constater, les SPrép ne trahissent guère de régularité notable, si ce n’est une légère propension à faire figurer ici des segments comparatifs :
(58) a. Beaucoup, à l'image de Jack Lang, sont passés d'un libéralisme

pédagogique de principe à une affirmation plus nette de la règle républicaine défavorable au voile. (CPL-EDI8) b. Certaines rubriques, comme l'automobile, sont confiées à un tandem de journalistes seniors, Nicole et Philippe. (CPM-MAG10)

Malgré cette parenté sémantique, on note un comportement syntaxique différent des deux SPrép 66 : tandis que l’insert de (58a) est relativement mobile, celui de (58b) l’est nettement moins :

64 65

Voir Catach (1987) et Noailly (1990) Sans trop déborder sur des questions dépassant notre compétence, soulignons tout de même quelques assises solides pour une grammaticalisation dans des cas comme « Vos propos concernant la justice sont odieux. » ou « Votre venue fin septembre nous a enchantés. », où s’observe semble-t-il une amorce de fonctionnement diastématique. (Mais : « Votre venue (,) le 3 août (,) nous a enchantés. ») 66 Le statut prépositionnel de comme est loin de faire l’unanimité
263

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(58’) a. À l'image de Jack Lang, beaucoup sont passés d'un libéralisme pédagogique de principe à une affirmation plus nette de la règle républicaine défavorable au voile. b. Beaucoup sont passés, à l'image de Jack Lang, d'un libéralisme pédagogique de principe à une affirmation plus nette de la règle républicaine défavorable au voile. c. ? Beaucoup sont, à l'image de Jack Lang, passés d'un libéralisme pédagogique de principe à une affirmation plus nette de la règle républicaine défavorable au voile. d. * Beaucoup sont passés d'un libéralisme pédagogique de principe, à l'image de Jack Lang, à une affirmation plus nette de la règle républicaine défavorable au voile. e. Beaucoup sont passés d'un libéralisme pédagogique de principe à une affirmation plus nette de la règle républicaine défavorable au voile, à l'image de Jack Lang.

Est-ce un critère de lourdeur qui semble proscrire la position enclavée à l’insert en (58’c) ? Il est vrai que la contre-indication semble moins forte avec (58’’a), dont l’insert est moins lourd car moins complexe syntaxiquement.
(58’’) a. ? Certaines rubriques sont, comme l'automobile, confiées à un tandem de journalistes seniors, Nicole et Philippe. b.? Certaines rubriques sont confiées, comme l'automobile, à un tandem de journalistes seniors, Nicole et Philippe. c. * Certaines rubriques sont confiées à un tandem de journalistes seniors, Nicole et Philippe, comme l'automobile.

Par ailleurs, nous avons signalé comme impossible (58’d), mais il va de soi que c’est le changement de portée du SPrép qui est en jeu, car la construction est par ailleurs tout à fait grammaticale. Bien que les informateurs ne soient pas unanimes, (58’d) associe Jack Lang au seul libéralisme pédagogique et non plus au passage de ce libéralisme à la rigueur. Si l’on prend en compte à présent la place 4, réputée assez rigide (Nølke, 2001), on compte un nombre d’occurrences certes réduit, mais qui peut exploiter l’effet de rupture visuelle (ou prosodique) qu’impose le site d’insertion :
(59) a. Alternant groupes et DJ, le minifestival Sheffield Calling propose, en deux

nuits, une plongée panoramique dans le nord de l’Angleterre. (CPL-SHE3) b. Côté DJ, l'affiche n'est pas mal non plus puisqu'on pourra danser, entre autres, ce soir, sur The Pulp Desperate Soundsystem, soit Jarvis Cocker et Steve MacKay aux platines. (CPL-SHE10) c. Paris est donc sous le coup d'une procédure pour déficits excessifs, qui permet à la Commission d'exiger, sous peine de sanctions, un retour sous la barre des 3 % dès 2004. (CPM-ALL5) d. Quatre jours après avoir inauguré la Coupe du monde par une défaite face aux tenants du titre australiens (24-8), les Pumas argentins étaient, dès hier, de retour sur le terrain. (CPL-RUG1)
264

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

En évaluant les autres possibilités de placement, on se demande si le choix du site 4 ne relève pas dans certains cas d’un évitement systématique de la position 6 : en (59a), placer « en deux nuits » en position frontale déroberait à « Alternant… », qui met en valeur le mode d’organisation du festival, son caractère « cadratif » ; l’insérer à la place 5 en ferait une apposition à « plongée panoramique » et, enfin, le placer détaché en position finale le convertirait en une « épexégèse » peu naturelle. En (59b), la situation est différente pour « entre autres », que son sens paradigmatisant contraint à rester dans l’entourage de son support 67 ; quant à la position finale, elle est difficilement exploitable car déjà occupée par plusieurs segments. Présentant le même type de contraintes générales, (59d) y adjoint les particularités liées à la combinaison d’un verbe comme « exiger » et de la locution « sous peine de… » : il est impossible en effet de déplacer « sous peine de sanctions » en zone préverbale sans affecter plus ou moins nettement le pôle agentif du procès.
(59’) c. ? Paris est donc sous le coup d'une procédure pour déficits excessifs, qui permet à la Commission, sous peine de sanctions, d'exiger un retour sous la barre des 3 % dès 2004. d. ? Sous peine de sanctions, j’exige que vous déplaciez votre véhicule.

On comprend en effet en (59’), au prix certes de quelque gymnastique mentale, que la Commission est visée par les sanctions si elle n’agit pas. Quant à placer cet insert en position 6, enfin, cela implique de placer le SPrép dans une situation où il acquiert un caractère nettement périphérique : survenant tard dans l’interprétation de la phrase, il semble subir pour cette raison une modification de son fonctionnement sémantico-pragmatique 68.
(59’’) c. Paris est donc sous le coup d'une procédure pour déficits excessifs, qui permet à la Commission d'exiger un retour sous la barre des 3 % dès 2004, sous peine de sanctions. d. Quatre jours après avoir inauguré la Coupe du monde par une défaite face aux

67

Mais « ce soir », qui n’est pas un SPrép, pourrait à la limite être placé à l’initiale, acquérant par là une thématicité manifestement non recherchée 68 Ce phénomène s’amplifie apparemment s’il apparaît en finale « absolue », c'est-à-dire en fin de phrase graphique, de paragraphe, de texte, etc. Des expériences d’ordre psycholinguistique permettraient d’évaluer en toute rigueur ce genre de faits.
265

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

tenants du titre australiens (24-8), les Pumas argentins étaient de retour sur le terrain, dès hier.

Ce rapide aperçu semble encourager à adopter une vision systématique des différents sites d’insertion. Avec une telle optique, on est en mesure de concevoir que, dans certaines situations, le fait de placer un insert dans une position donnée n’est pas motivé par des propriétés positives de cette position, mais influencé négativement par le fait que les autres sites soient déjà saturés ou trop marqués d’un point de vue informationnel. À cet égard, la position finale se révèle assez complexe. Parmi les nombreux exemples du corpus présentant des SPrép en position 6, certains ont une tendance marquée à apparaître comme des ajouts, d’autres semblent au contraire bien ancrés dans la phrase :
(60) a. Ils se sont connus à ses débuts, dans le quartier d'Asakusa. (CPL-KIT38)

b. Lorsqu’elles parviennent à s'échapper, souvent leurs familles les rejettent, par honte. (CPL-ALB12) c. Rapidement la communauté internationale s'est trouvée divisée, et selon des lignes de partage inhabituelles. (CPM-CLO9) d. « A leur collection monochrome noire, j'ai eu les larmes aux yeux. Comme chez Gaultier ou Lacroix. » (CPL-MOD63)

Les exemples ci-dessus témoignent du caractère plus ou moins périphérique des SPrép en place finale : pour (60a), en l’état, la position de « dans le quartier d’Asakusa » est totalement contrainte pour diverses raisons : lourdeur, structure informationnelle, etc. De fait, cet insert semble très étroitement liée à la phrase. En (60b), le SPrép « par honte » s’avère un peu plus mobile et parallèlement, moins arrimé à la phrase en place finale. (60c) se situe à un degré encore supérieur d’autonomie, comme en témoigne la possibilité d’une coordination d’ajout 69. Enfin, (60d) représente un SPrép ayant atteint – pour reprendre le modèle astronomique de Tesnière – la « distance de libération » lui permettant de sortir de l’attraction de la phrase. On constate ainsi, à partir de ces derniers exemples, qu’il n’y a pas de saut qualitatif entre une forme de discontinuité interne comme le détachement en place finale et ce qu’on assimile d’ordinaire à l’ajout après point. On pourra objecter que la
69

Voir Badiou-Monferran (2002 : 100)
266

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

ponctuation de clôture et la majuscule sont la preuve d’une solution de continuité, ce que nous ne contestons nullement. Simplement il y a, dans l’en-dedans de la phrase, du point de vue systématique, une amorce de séparation qui tend vers la scission typographique, ainsi des syntagmes prépositionnels. À l’inverse, ces phénomènes que l’on nomme « ajouts » ou « phrases averbales » (marquant ainsi l’hésitation quant à leur statut d’autonomie syntaxique et pragmatique), conservent une relation plus ou moins forte avec la phrase située à leur gauche, comme nous allons le vérifier à présent.

Conclusion
Au terme de ce parcours à la fois topologique et statistique, nous avons pu observer un certain nombre de faits assez révélateurs quant à la mécanique de la phrase. En premier lieu, nous avons vérifié une tendance déjà bien connue à la coalescence des éléments de la zone verbale et, dans une moindre mesure de la zone post-verbale. De fait, il est apparu que les trois principaux sites d’insertion étaient, d’après notre corpus, les zones périphériques initiale et finale puis, assez loin en deçà, la zone que nous appelons « préverbale », c'est-à-dire entre le SN sujet et le verbe. Nous avons constaté par ailleurs que tous les types d’inserts ne se comportaient pas de manière identique et que, si l’on pouvait en grouper certains dans des microsystèmes fonctionnels, des traits d’organisation latents se révélaient. De la sorte, les relatives, les participes et adjectifs qualificatifs, qui ont des prérogatives communes de modificateurs du nom, semblent choisis, dans le type informatif, en fonction de leur légèreté et de leur capacité à tisser un « second plan » : les participes passés, relevant de l’accompli, sont ainsi plus nombreux à l’ouverture car ils connectent la phrase à l’avant, au « connu » ; les participes présents, au contraire, occupent davantage la clôture de la phrase où ils contribuent à compléter, à l’arrière-plan, l’information principale. À l’exception des relatives, les sous-phrases présentent un mode de fonctionnement assez similaire à celui des participes, mais leur distribution sémantique est approximativement inverse : les temporelles marquant la concomitance dominent à la place initiale, et les adversatives sont plus fréquentes en finale. Si l’on considère à présent les adverbes détachés, plus que leur distribution, c’est l’absence presque complète de la catégorie en

267

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

« -ment » qui est à retenir, ce que l’on peut imputer à son fonctionnement très particulier en tant qu’insert. Les syntagmes prépositionnels, que nous venons de voir, sont les inserts les plus fréquents et les plus complexes à analyser, de par leur mobilité et leurs attaches sémantico-syntaxiques parfois lâches et diffuses. Enfin, les noms présentent, quant à eux, une répartition intéressante des SN déterminés plutôt à l’initiale et des SN non déterminés plutôt en finale. De manière succincte, cette répartition peut s’expliquer pour les premiers par le nombre de SN circonstants, et pour les seconds par la fréquence des appositions. Mais c’est une tendance que nous vérifierons plus loin en esquissant dans le bilan final une typologie fonctionnelle des différents inserts.

B. DISCONTINUITÉ EXTERNE : L’ANNEXE
Le traitement des phénomènes de discontinuité externe diffèrera notablement de ce qui a été fait jusqu’à présent dans le cadre de la phrase. Tout d’abord, notre approche n’aura pas pour but d’établir une étude de type quantitatif ni topologique, qui ne serait d’aucune utilité pour ce type de faits. Notre ambition est de décrire les limites de la phrase graphique, d’explorer et cartographier ses « provinces frontalières », aussi ne nous avancerons-nous pas très loin hors du domaine phrastique. Au-delà, en effet, s’étend le texte avec, il est vrai, des continuités et des zones de dépendances locales, mais aucune délimitation nette hormis la ponctuation. Nous venons de le voir assez longuement, la continuité phrastique se trouve remise en question par la présence au sein de la phrase d’éléments que l’on déclare diversement « insérés » ou « détachés », et qui, en termes sommaires, n’appartiennent pas à la phrase mais s’y trouvent cependant. Or, cette continuité est tout aussi menacée hors de la phrase par des termes qui ne sont pas à l’intérieur des limites graphiques mais donnent l’impression contraire, pour diverses raisons que nous voudrions contribuer à éclaircir. Un exemple aléatoire de ce type de structure illustrera notre propos :
(61) Je fais le pari que tu vas faire celui de me lire, moi. Parce que je t'aime. (QLV

: 187)

268

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Même si notre approche matérialiste des données du texte nous contraint à donner la priorité au critère graphique, comptant ainsi deux phrases en (61), nous ne pouvons négliger que la ponctuation entre en conflit dans ces cas-là avec le sens et/ou la syntaxe. Au contraire, nous avons dit considérer le point de phrase comme la marque sémiologique d’une clôture, comme la trace du geste accompli par le scripteur ayant décidé, pour diverses raisons, de placer pour lui et son lecteur un jalon dans la continuité graphique, aussi nous faut-il à plus forte raison étudier ces « ajouts », cette « ligne syntaxique ou textuelle » qui n’est
ni lisse, une et continue, ni simplement rompue, fragmentée, éclatée, mais conjuguant rupture et suture, détachement et enchaînement, autonomie et dépendance, "continu et disjoint". (Authier-Revuz & Lala, 2002 : 10)

1. Ambiguïtés taxinomiques
Désigner ces faits comme des « ajouts » est tout sauf innocent, on le conçoit, car le terme n’est pas dénué de présupposés théoriques. Dans notre perspective, la notion interfère même avec l’autonomie de la phrase 70 , puisqu’elle présuppose l’existence d’une base dont dépend le segment considéré :
L’ajout est avant tout une relation, celle d’un élément à ce à quoi il s’ajoute : […] reconnaître un ajout suppose de reconnaître le support […]. (Authier-Revuz & Lala, 2002 : 8)

Ajout et phrase averbales Nous avons donc un élément qui ressemble graphiquement à une phrase autonome, mais qui n’en est pas une, comment le déterminer ? C’est précisément la question de cette frontière taxinomique entre « l’ajout » et la phrase averbale qu’aborde M. Noailly :

70

« Il existe de nombreuses séquences écrites bien délimitées typographiquement mais au statut linguistique incertain. À première vue, on tend à les identifier à des phrases, car elles en partagent les marques graphiques de délimitation, avec une majuscule initiale et un point final. Mais à y regarder de plus près, elles présentent certaines “anomalies” par rapport aux modèles canoniques des phrases que proposent les différentes théories grammaticales ou linguistiques. » (Bosredon & Tamba, 2003 : 28)
269

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Où se fait le départ entre un tel élément ajouté, perçu comme une précision à ce qui vient d’être dit, et un élément souvent ni plus court ni plus long, que l’on va comprendre de façon complètement différente, comme un énoncé averbal ? (Noailly, 2002 : 137)

La réponse à cette question ne peut malheureusement se fonder sur aucune propriété intrinsèque du segment à évaluer 71 :
Ce n’est pas la nature syntaxique de l’élément entre deux points qui va en déterminer le rôle et l’interprétation, et permettre de savoir si on a affaire à une phrase averbale ou à un ajout : c’est l’inscription dans le texte. (Noailly, 2002 : 138)

C’est finalement à un critère matériel qu’a recours M. Noailly, ce qui correspond idéalement à nos vues :
On peut […] définir un énoncé comme étant une phrase averbale négativement, comme ce qui ne peut pas être interprété comme ajout, soit parce que ça n’est pas rajoutable à l’énoncé précédent pour des raisons d’incompatibilité syntaxique ; soit plus radicalement parce que c’est en position initiale, dans le texte. (ibid.)

Voilà qui illustre assez bien la propension naturelle de la phrase à « intégrer » des constituants, et qui souligne en même temps une forme de continuité des relations de la phrase au texte. B. Bosredon & I. Tamba (2003) adoptent un critère similaire et distinguent ainsi des « monosegments » équivalents de phrases averbales :
[Ces segments] ne peuvent alterner avec des constructions liées ou détachées, intégrables à la phrase qui précède. Car ils n’y trouvent ni antécédent référentiel direct, ni support syntaxique. […] Ils ne constituent pas une prédication seconde, mais s’enchaînent par asyndète ou coordination à la prédication de la phrase précédente […]. Leur ponctuation forte qui démarque leur initiale ne peut commuter avec une ponctuation faible de syntagme […]. (Bosredon & Tamba, 2003 : 31)

Un segment ne peut donc être déclaré ajoutable qu’en vertu de la capacité du point de clôture précédent à se changer en virgule ou à disparaître. Si c’est bien un critère graphique qui intervient en premier lieu, il est clair que la présence d’une marque de

71

« L’autonomie graphique de ces séquences est, non sans paradoxe, corrélée à une étroite dépendance de leur site d’usage. » (Bosredon & Tamba, 2003 : 28)
270

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

rection, initiale ou non, constitue un indice fort du statut d’ajout dont il convient de tenir compte, comme le soulignent également B. Bosredon & I. Tamba (2003). « Ajout » et « détachement » Cette manipulation de linguiste consistant à raccorder un segment à son contexte gauche pour mettre en évidence son caractère d’ajout n’est possible qu’en vertu de certaines propriétés latentes de la phrase. En effet, la capacité qu’ont les ajouts à réintégrer la phrase de gauche en construction liée (62) ou détachée (63) trahit sans conteste le flou des frontières de la structure cadre dans certaines situations :
(62) a. Pivot, lui, l'énerve. Et l'a toujours énervé. (QLV : 29) – (Ajout)

b. Pivot, lui, l'énerve (,) et l'a toujours énervé. – (Construction liée)
(63) a. On n'est plus chez nous, il y a des garces qui font la retape. Des filles aux

yeux bandés, qui ne voient même pas nos yeux crevés […]. (QLV : 81) – (Ajout) b. On n'est plus chez nous, il y a des garces qui font la retape, des filles aux yeux bandés, qui ne voient même pas nos yeux crevés. – (Construction détachée)

En (62a), le segment « Et l’a toujours énervé » est qualifié comme ajout puisqu’il peut réintégrer la construction liée en (62b). Quant à « Des filles aux yeux bandés, qui ne voient même pas nos yeux crevés », en (63a), il répond également à la définition de l’ajout car il peut être rétabli dans la phrase de gauche, en construction détachée cette fois (63b) 72. Dans une perspective terminologique, il est remarquable que « l’ajout » implique une temporalité
73

du même ordre que le « détachement » (Neveu, 2002a), mais un

mouvement inverse. Selon nous, il y a tout à gagner à ne pas cloisonner ces différents artefacts descriptifs, mais à les rassembler et les confronter. Pour ce faire, on peut supposer une continuité théorique entre l’intégration, le détachement (ou l’ajout) intrasegmental et l’ajout (ou le détachement) extrasegmental, et postuler en outre que

72

Précisons une nouvelle fois que les transformations structurales effectuées à partir de ces constructions ne les rendent pas équivalentes, et que le point de clôture est la résultante d’un choix du scripteur et la source d’effets de sens particuliers. 73 K. Lambrecht (1994 : 203) révoque le caractère afterthought du détachement à droite en phrase, mais il ne dit rien du détachement hors phrase.
271

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

cette continuité est théoriquement bidirectionnelle. Nous pouvons figurer ainsi cette conception :
Construction liée > Détachement interne > Détachement externe > (Phrase averbale) (Phrase averbale) > Ajout externe > Ajout interne > Construction liée 74

Ce schéma n’a pas l’ambition de révéler un mode de structuration de la « grammaire intériorisée », ou même un processus transformationnel. Il ne vise qu’à matérialiser sur une ligne les étapes théoriques que laisse supposer le métalangage. Il va de soi que cette représentation simplifie considérablement les faits, dans la mesure où l’on peut notamment dégager plusieurs stades de « détachement externe », mais elle a l’avantage de mettre au clair les enjeux d’un métalangage parfois trompeusement familier. En effet :
Les notions d’addition (explicative) ou d’ajout, d’une part, de détachement, d’autre part, fréquemment associées dans l’analyse, supposent en fait des visées radicalement différentes. Le détachement, stricto sensu, suppose une sortie du cadre propositionnel, c'està-dire une situation interne donc locale du poste d’observation. L’addition et l’ajout supposent une entrée dans ce cadre, et donc une situation externe et globale du poste d’observation. (Neveu ; 2003a : 12)

Cela revient à dire que ces termes prétendument descriptifs de « détachement », « ajout », etc., sont en fait chargés de théorie, en l’occurrence d’une vulgate génétique dont il faut effectivement se défier. Rappelons à cette occasion le choix terminologique qui sera le nôtre. La terminologie étant assez pauvre pour décrire ces phénomènes de discontinuité externe, on se trouve assez démuni lorsqu’on a renoncé à « détachement externe » et « ajout après point ». Malgré le principe salutaire de non-prolifération du métalangage, nous avons suggéré le terme d’annexe 75 pour désigner ces segments situés à la suite d’un point de clôture et semblant entretenir avec le contexte gauche une relation que l’on rencontre habituellement dans les limites d’une même phrase graphique. De cette manière, il nous semble possible d’éviter pour l’instant toute
74

Nous faisons figurer la phrase averbale dans ce schéma pour faire référence aux tests mentionnés plus haut. 75 Terme emprunté à F. Neveu (2001) et adapté aux besoins de cette étude.
272

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

compromission dans une approche génétique en gardant un parti pris empiriste et matérialiste. Ces problèmes liminaires étant sinon résolus, du moins identifiés, nous pouvons à présent aborder les faits eux-mêmes. À cet égard, notre procédure descriptive de la discontinuité externe se fondera sur une approche morphosyntaxique des différents types d’ajouts, dont les linéaments sont empruntés en partie à M. Noailly (2002) et B. Bosredon & I. Tamba (2003). Nous nous limiterons d’abord à un simple inventaire morphologique des faits, puis nous suggèrerons lors du bilan une typologie que nous croyons adaptée au traitement de l’annexe.

2. Morphosyntaxe des Annexes
L’étude de M. Noailly sur les « ajouts après point » se caractérise par une approche à la fois syntaxique et stylistique des faits, dont seul le premier versant nous occupera ici. Quelques remarques Les catégories morphosyntaxiques relevées en position d’ajout se laissent ranger semble-t-il dans trois ensembles : les circonstants (propositions subordonnées, SN, adverbes) :
(64) a. La Commission [de Bruxelles], porteuse de tous les péchés de l’Europe, la

Commission, haïe, vilipendée, caricaturée est tombée. Le nez dans le ruisseau. (Le Monde, cit. Noailly, 2002 – Nous soulignons) b. Alors là, non ! « Trostko-balladurisme », l’appellation est déposée. Ici même. (Le Monde, cit. Noailly, 2002 – Nous soulignons)

Les déterminations nominales (adjectifs, relatives détachées, SN, SPrép) :
(65) a. Le rugby, saisi par la publicité, avait accordé licence à un annonceur de

peindre largement son logo sur la pelouse. Un beau logo bien bleu et un peu rouge… (Le Monde, cit. Noailly, 2002 – Nous soulignons) b. Ma paroisse est une paroisse comme les autres. Toutes les paroisses se ressemblent. Les paroisses d’aujourd’hui, naturellement. (Bernanos, cit. Noailly, 2002 – Nous soulignons)

Et enfin les constituants coordonnés à un élément situé avant le point. Il s’agit tantôt de coordinations fermées à deux éléments (66a), tantôt de coordinations multiples (66b) :

273

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(66) a. […] il s’est défoncé comme un fou, pour sauver son égale, sa paire. Et pour

lui offrir un fameux banquet de spaghettis et de vin rouge […].(Le Monde, cit. Noailly, 2002 – Nous soulignons) b. C’était tentant, trop tentant. Et complètement faux. Et même carrément injuste. (Le Monde, cit. Noailly, 2002 – Nous soulignons)

Ces occurrences et leurs analyses méritent selon nous quelques commentaires. En premier lieu, il nous semble utile de revenir sur la distinction des « appositions » de (65) et des retouches correctives ou des « relance[s] syntaxique[s] » (ibid.). Si l’on applique le test de réintégration proposé par M. Noailly, on obtient une phrase comme (67) :
(67) ? Ma paroisse est une paroisse comme les autres. Toutes les paroisses se

ressemblent, les paroisses d’aujourd’hui, naturellement.

Cette phrase nous semble en soi acceptable (certains informateurs l’ont validée) mais l’utilisation de virgules de force différente (f.3 au sein d’une « proposition », f.4 entre propositions) associée à la répétition corrective a tendance à brouiller un peu la lecture plus hiérarchisée de (65b), dans laquelle, l’adverbe exophrastique
76

« naturellement » porte après coup sur la seule prédication affectée par la restriction d’extension de « paroisses ». Il ne porte pas sur les deux prédications à la fois ni sur « Toutes les paroisses se ressemblent. ». Ainsi, réunir au sein d’une même phrase la première assertion puis la seconde, restreinte puis modalisée, nous semble difficile dans la continuité puisque cela tend à disperser la portée exclusive de « naturellement », qui, en un sens, affecte une modalité particulière à l’ajout 77. Aussi verrait-on plus volontiers une phrase averbale
78

dans « Les paroisses d’aujourd’hui, naturellement », d’où il

découle que l’analyse de (65b) comme une configuration appositive ne nous apparaît pas évidente.

76

« Naturellement » est pour C. Guimier (1996 : 110) un adverbe exophrastique évaluatif qui tend vers l’adverbe assertif lorsqu’il est paraphrasable par « cela va de soi » et non plus par « cela est naturel ». Pour C. Guimier toujours, la valeur assertive de « naturellement » est associée à sa capacité à fonctionner seul comme réponse positive à une interrogation. Il nous semble en outre que sa place joue un rôle discriminant à cet égard car il semble n’accepter que la postposition lorsqu’il a ce sens assertif : « ? Toutes les paroisses se ressemblent. Naturellement, les paroisses d’aujourd’hui. » 77 Pour la phrase averbale, M. Noailly convoque la définition de F. Lefeuvre et en résume les traits définitoires par la « complétude structurale autour d’une prédication sous une modalité d’énonciation donnée » (Noailly, 2002 : 137). 78 La situation serait probablement un peu la même avec : « Enfin, les paroisses d’aujourd’hui » ou « Je veux dire les paroisses d’aujourd’hui », « Les paroisses d’aujourd’hui, bien sûr », etc.
274

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Dans (65a), en revanche, il n’y a pas de difficulté à parler de relation prédicative pour « Un beau logo bien bleu… », qui opère une caractérisation actancielle (Neveu, 2000b) que l’on peut gloser par une relation attributive tout à fait standard (65’b) ; en outre, le SN peut être réintégré sans problème à la phrase de gauche (65’a) :
(65’) a. Le rugby, saisi par la publicité, avait accordé licence à un annonceur de peindre largement son logo sur la pelouse, un beau logo bien bleu et un peu rouge… b. Son logo est un beau logo bien bleu et un peu rouge.

Une dernière remarque s’impose quant à la coordination, dans la mesure où il nous semble utile de réserver un sort aux juxtapositions. En effet, M. Noailly relie l’ajout après point à une continuation moderne de l’hyperbate :
La coordination de deux termes par et […] exclut en principe la virgule : c’est donc celle-ci qui crée l’effet de relief soutenant le trait […]. (Noailly, 2002 : 140)

Or, précisément, il nous semble utile de distinguer les cas de « juxtaposition après point » des « coordinations après point », formes d’hyperbates en effet, qui occasionnent une relance plus marquée, comme en (66). Dans les deux cas, la réintégration est possible ; en (66’), elle produit une polysyndète qui se rapproche de la construction à annexe :
(66’) a. […] il s’est défoncé comme un fou, pour sauver son égale, sa paire, et pour lui offrir un fameux banquet de spaghettis et de vin rouge. b. C’était tentant, trop tentant, et complètement faux, et même carrément injuste.

En (68a), nous trouvons précisément une occurrence de juxtaposition, dont l’effet est tout différent :
(68) a. « J'ai refermé votre livre de force, sur la photo souriante du bandeau, mon

marque-page, je me suis dit que c'était un monstre. Qu'il me bouffait littéralement. Qu'il ne me lâchait pas, qu'il refusait de me laisser partir. » (QLV : 69) b. J'ai refermé votre livre de force, sur la photo souriante du bandeau, mon marque-page, je me suis dit que c'était un monstre, qu'il me bouffait littéralement, qu'il ne me lâchait pas, qu'il refusait de me laisser partir. c. J'ai refermé votre livre de force, sur la photo souriante du bandeau, mon marque-page, je me suis dit que c'était un monstre, et qu'il me bouffait littéralement, et qu'il ne me lâchait pas, qu'il refusait de me laisser partir.

275

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

En (68a), le dernier segment montre la finesse de la limite séparant l’annexe de la juxtaposition en phrase : les deux procédés se font suite et peuvent être rattachés tous ensemble en une seule parataxe à la première phrase (68b) sans que le sens soit grandement affecté. En dernier lieu, on peut revenir à une structure en hyperbate par l’ajout de conjonctions de coordination en (68c). Pour finir, il reste à observer un cas particulier de « coordination », susceptible de figurer également en annexe, et que C. Badiou-Monferran (2002 : 108) nomme « coordination emphatisante » 79 :
(69) a. Puisque la coutume, l’usage était d’embrasser l’Alsacienne, il embrassa aussi.

Et vivement. Double ration pour les deux jeunes filles […]. (Le Monde, cit. Noailly, 2002 : 141) b. Puisque la coutume, l’usage était d’embrasser l’Alsacienne, il embrassa aussi, et vivement. Double ration pour les deux jeunes filles […] c. Puisque la coutume, l’usage était d’embrasser l’Alsacienne, il embrassa aussi, vivement. Double ration pour les deux jeunes filles […]

Manifestement, il serait absurde de parler de coordination en (69b) et de juxtaposition en (69c) : « vivement » est plutôt un insert adverbial, accompagné dans le premier cas d’une conjonction postiche, néanmoins vectrice d’un effet de sens complexe. Il faut donc selon nous identifier minutieusement les cas de ce genre et les distinguer des coordinations (binaires et multiples) mises en évidence par M. Noailly. Description Notre corpus comprend les articles de presse utilisés jusqu’à présent, augmentés de quelques textes, notamment littéraires. Nous nous proposons à présent de mener d’abord une description morphologique des annexes afin d’en esquisser plus tard une typologie.

79

Il n’est pas évident de préciser si notre exemple (69) relève de la coordination emphatisante ou d’une forme d’incidente. L’exemple donné par C. Badiou-Monferran pour la première, tout en montrant que la conjonction est facultative, relève néanmoins d’une relation paratactique, à la différence de (69) : « Il ne faut pas penser à gouverner un homme tout d’un coup, et sans autre préparation, dans une affaire importante. ». Ici en effet, « tout d’un coup » et « sans autre préparation » pourraient être simplement juxtaposés, mais ils n’en sont pas moins en relation.
276

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

- Substantifs et adjectifs

On trouve un nombre important de substantifs en position d’annexe, souvent dans des ajouts « en cascade » (Noailly, 2002 : 141), ce qui vient à constituer, dans l’écriture contemporaine, un « principe général d’organisation du texte » (ibid.). Les adjectifs, moins nombreux, obéissent cependant au même principe. En premier lieu, nous constatons ci-dessous que ni le volume ni la complexité 80 ne constituent un frein à la constitution des annexes :
(70) Pendant l'émission, elle affronte violemment Jean-Marie Laclavetine, directeur

littéraire des éditions Gallimard, lui-même romancier. Règlement de compte qui s'explique sans doute par le fait que Christine Angot, impétueuse, n'a pas supporté le refus de certains de ses manuscrits aux éditions Gallimard. (QLV : 40)

La « tête » du segment est bien le N « règlement de compte », qui est accompagné d’une subordonnée relative épithète mais n’a pas de déterminant. Ce dernier trait permet très aisément de réintégrer l’ensemble de l’annexe à la phrase de gauche, où le segment prend alors une fonction d’apposition exophrastique 81 :
(70’) Pendant l'émission, elle affronte violemment Jean-Marie Laclavetine, directeur littéraire des éditions Gallimard, lui-même romancier, règlement de compte qui s'explique sans doute par le fait que Christine Angot, impétueuse, n'a pas supporté le refus de certains de ses manuscrits aux éditions Gallimard.

Un exemple assez similaire nous est donné en (71), où l’interprétation appositive ne rencontre pas encore de difficulté
82

: le SN détaché, pourvu cette fois d’un

80

« Lourdeur » étant peut-être un calque un peu rude de l’anglais, on peut suggérer de reprendre « poids » à Togeby, pour opposer les constituants pesants (ou lourds) aux constituants légers. 81 L’apposition porte ici sur le dit, et plus précisément sur la relation prédicative dans son ensemble. L’exemple classique de ce type d’apposition situe l’apport en place initiale (voir Neveu, 1998a : 197) : « Chose étonnante, Marie n’a pas téléphoné. », que l’on peut gloser par « Le fait que Marie n’ait pas téléphoné est une chose étonnante. ». La paraphrase est un peu moins valable avec (70’) : « Le fait que C. Angot ait affronté violemment J.-M. Laclavetine est un règlement de compte ». L’usure sémantique de « le fait que » ne permet pas d’envisager clairement que l’ensemble de la prédication de « fait » devient actant. 82 Citons quelques exemples tirés du corpus de presse, où la tournure est fréquente (dans Libération, du moins, qui comme on sait est plus coutumier des phrases averbales) : « Si une question les déroute, ils règlent la réponse en ping-pong flamand, puis l’un des deux communique le résultat. Un numéro en Kevlar. » (CPL-MOD13) ; « Demain, c'est avec curiosité qu'on suivra sur scène I Monster, groupe emmené par Dean Honer, le producteur d’Add N To X, à la veille de la sortie d’un premier album Neveroddorever, qui devrait faire son petit effet. Un disque de pop rétro-futuriste plein de tubes potentiels aussi séduisants que roublards à la manière d’Air ou Royksopp. » (CPL-SHE8)
277

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

déterminant, est à même de passer de l’autre côté du point où il devient apposition au support actanciel « des garces qui font la retape ».
(71) On n'est plus chez nous, il y a des garces qui font la retape. Des filles aux

yeux bandés, qui ne voient même pas nos yeux crevés […]. (QLV : 81)

Envisager ce SN comme une juxtaposition destinée à reformuler (Noailly, 2000b) ne nous semble pas adéquat, car le SN détaché n’apparaît pas très qualifié pour préciser « des garces qui font la retape ». Pour preuve, les gloses suggérées par M. Noailly ne fonctionnent pas de façon optimale :
(71’) ? a. On n'est plus chez nous, il y a des garces qui font la retape, ou plutôt des filles aux yeux bandés, qui ne voient même pas nos yeux crevés. ? b. On n'est plus chez nous, il y a des garces qui font la retape, ou si l’on préfère des filles aux yeux bandés, qui ne voient même pas nos yeux crevés. ? c. On n'est plus chez nous, il y a des garces qui font la retape, ou plus précisément des filles aux yeux bandés, qui ne voient même pas nos yeux crevés.

Tout différent – et bien plus problématique – est l’agencement des exemples suivants, de Vialatte, l’un accumulant les annexes diverses jusqu’au SN pesant souligné (72a), l’autre alternant SN et SAdj (72b) :
(72) a. Mara Rucki a fait un roi. Sur une toile. En couleurs. À l’huile. Peut-être

même avec du jaune d’œuf. Et un peu de fromage blanc. Une espèce de roi nègre, préhistorique, achéen, chaldéen, que sais-je, un roi comme sont les rois quand ils sont rois. (CdM : 325) b. On l’y retrouve [O. Wilde, dans une biographie] exactement tel qu’on ne l’avait jamais oublié : admirable, génial et un peu répugnant ; prince des esthètes et roi de l’affectation ; portant un tournesol d’un geste hiératique ; beau, avec le menton trop mou ; pareil à une « grande limace blanche » ; avec des mains trop grandes, trop molles et trop baguées […]. Babylonien, artificiel et flamboyant. Prince de la décadence. Vénéneux et royal. (CdM : 558)

L’ensemble, une fois raccordé en une seule et même phrase, sans être agrammatical, aboutit à un appauvrissement du système de ponctuation, arasé au niveau unique de la virgule, comme on l’avait constaté pour Bernanos en (65). L’exemple de (72a) est éloquent :
(72’) a. Mara Rucki a fait un roi, sur une toile, en couleurs, à l’huile, peut-être même avec du jaune d’œuf, et un peu de fromage blanc, une espèce de roi nègre, préhistorique, achéen, chaldéen, que sais-je, un roi comme sont les rois quand ils sont rois.

278

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Il est manifeste en (72a) que les SPrép relèvent de l’annexe dans la mesure où les prépositions constituent des marques de rection difficile à manquer. En revanche, si « Une espèce de roi nègre, préhistorique, achéen, chaldéen […]. » est bien réintégrable dans la phrase et peut à ce titre être considéré comme une annexe, son rôle y serait délicat à établir avec certitude : l’interprétation appositive reste possible (un roi qui est une espèce de roi nègre…) quoiqu’on puisse voir également dans la construction une juxtaposition visant à préciser la formulation (Noailly, 2000b : 54), une paraphrase du type (72’’a) étant acceptable :
(72’’) a. « Mara Rucki a fait un roi, et/ou plus précisément une espèce de roi nègre…

On peut donc théoriquement faire de toute la série des phrases graphiques qui suivent la phrase « Mara Rucki a fait un roi » des annexes de celle-ci. Bref, le problème est de déterminer les limites de l’annexe. L’annexe est pour nous un segment que le scripteur marque comme graphiquement autonome tout en laissant apparaître un défaut d’autonomie à d’autres niveaux (syntaxe, sens, etc.). Ce défaut implique en général une dépendance au segment antécédent, et le problème est justement de fixer un seuil de dépendance au-delà duquel on ne doit plus parler d’annexe mais de phrase autonome. En adoptant pour critère distinctif l’impossibilité pour la seconde d’être réintégrée à la phrase antécédente, on est conduit de facto à une définition très accueillante de l’annexe 83 . Pour les cas qui nous occupent ici, il semble que l’on est confronté au problème récurrent de l’absence de solution de continuité de la phrase au texte (Charolles (2001), Combettes (2005)). Mais pour nous, le SN « Une espèce de roi… » et le SAdj « Babylonien, artificiel et flamboyant. » sont portés par la saillance d’un topique et ne sont plus aptes à être vus comme des apposés en annexe. Rappelons que l’apposition implique une coalescence du support et de l’apport (Neveu, 1998b : 177) et que si un point peut encore les séparer, une cascade de déterminations implique très probablement une rupture de la « sphère actancielle ». Un dernier argument d’ordre

83

B. Bosredon & I. Tamba (2003 : 30) sont confrontés à un problème similaire avec la phrase suivante : « Maigret eut quelque peine à se faire donner la chambre voisine de celle du premier voyageur. Une chambre pauvre, pareille à toutes les chambres pauvres du monde […]. » Selon eux, deux paraphrases sont possibles : l’une fait état d’une apposition, l’autre de deux phrases dont la seconde peut s’ouvrir par le présentatif « c’est ».
279

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

neuropsychologique, déjà invoqué, tient au fait que l’annexe joue sur la proximité immédiate, c'est-à-dire sur la persistance mémorielle de l’organisation syntaxique, persistance très brève qui est suivie d’un reformatage sémantique moins coûteux d’un point de vue cognitif 84. Ainsi nos deux segments éloignés en (72a) et (72b) sont sans doute trop autonomes pour être considérés comme des annexes de la phrase antécédente, mais il est difficile de rejeter catégoriquement cette possibilité. Autre occurrence intéressante de notre corpus – certes imputable à un idiolecte un peu particulier
85

– l’exemple (73) déplace notablement le problème de l’annexe et

rompt en visière avec une conception spontanée identifiant l’ajout à l’élément de moindre importance, à l’apport. Ici au contraire c’est le support qui est donné après, c’est la phrase principale qui est « ajoutée » à son SN circonstant.
(73) Cette fois. La construction c'est vous qui la faites, vous verrez c'est mieux

encore. (QLV : 83)

Il ne faut cependant pas accorder à cet hapax plus de poids qu’il n’est raisonnable. Cette occurrence nous rappelle, s’il était besoin, que le point est bien le fruit d’un choix du scripteur, qu’il convient d’interpréter au mieux. Ici, en l’espèce, le critère graphique prend le contre-pied de la syntaxe, du sens (et même de la prosodie si l’on se donne la peine d’une lecture à voix haute) et l’effet obtenu, auquel il faut reconnaître une certaine efficacité, est une mise en évidence aiguë du SN « cette fois », par le fait même que la suite est facticement donnée comme « ajout ».
- Syntagmes prépositionnels

Assez courants également en annexe, les SPrép posent des problèmes moins touffus dans la mesure où leur marque de rection initiale les disqualifie assez souvent comme phrases averbales autonomes. Un premier groupe assez homogène fait figurer en annexe des SPrép fonctionnant comme circonstants auprès du dernier SV de la phrase précédente.

84

Naturellement, la corrélation entre annexe et mémoire lexicale mériterait d’être étayé par des expériences, mais une telle supposition n’a a priori rien de fantaisiste. 85 Il faut sans doute voir dans certains effets de coupure des traits inspirés par le style de M. Duras (voir Noailly, 2000b : 53). L’écriture de C. Angot la rangerait dans ce que P. Jourde nomme plaisamment le « Durassic park ».
280

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(74) a. S'il suffisait de souffrir pour écrire, on croulerait sous les manuscrits de

malheurs. Ils riaient. Dans le studio. En chœur. (QLV : 18) b. C'était impossible pour lui, de partir comme des voleurs. Alors que. C'était la seule solution. Pour l'instant. (QLV : 99) c. Samedi, j'avais rendez-vous avec Arnaud Viviant. Pour l'article de novembre. (QLV : 95) d. En ce moment pour démarrer fort il suffit que je sorte. Dans la rue. (QLV : 47)

À l’exception de l’occurrence (74d), aucun segment ne refuse de réintégrer la phrase de gauche en faisant commuter le point de clôture gauche avec une virgule. Il semble en revanche difficile d’accepter une phrase comme (74’a), qui fait de « dans la rue » un complément adjoint alors qu’il s’agit de toute évidence d’un complément essentiel :
(74’) a. ? En ce moment pour démarrer fort il suffit que je sorte, dans la rue. b. En ce moment pour démarrer fort il suffit que je sorte dans la rue.

Une paraphrase plus fidèle nous orienterait très nettement vers la « reformulation » :
(74’’) En ce moment pour démarrer fort il suffit que je sorte. Plus précisément dans la rue.

Dans les cas (74a) à (74c), le terme placé hors de la phrase graphique serait de toute façon périphérique s’il était situé dans ses limites, ce qui n’est pas le cas de (74d). On peut donc en conclure que, du point de vue du scripteur, placer l’un ou l’autre de ces types de constituant en annexe n’a pas du tout le même poids. Mutatis mutandis, les exemples suivants ressortissent au même problème :
(75) a. Quand je ne peux pas sortir, [...] quand les courses j'ai envie de les finir,

quand Eyes wide shut je crains d'être obligée d'y aller un jour de semaine à quatorze heures, […] avec le cœur qui bat et une impression désagréable. D'ennemis. Même pas embusqués, qui se promènent ne sachant pas ma peur. (QLV : 34) b. Enfin, je veux dire, j'ai été obligée de faire un travail. De distance. Par rapport au voyeurisme. (QLV : 50)

En premier lieu, le SPrép « D’ennemis » en (75a) ne peut fonctionner dans la phrase antécédente que comme complément déterminatif du SN « une impression désagréable », c'est-à-dire en construction liée. La séparation par le point est de ce fait très marquée, beaucoup plus que pour l’adjectif et la relative qui suivent, pour lesquels la question du choix d’une construction liée ou détachée se serait posée – mais qui en l’espèce sont de facto détachés. Fort logiquement, l’analyse est la même pour « …un

281

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

travail. De distance. » : le point intervient non pas à une césure syntagmatique mais au beau milieu d’un syntagme, par définition coalescent. Cela n’est pas le cas pour le syntagme « Par rapport au voyeurisme », qui est un circonstant insérable dans tous les sites habituels de la phrase, en particulier à la place initiale. Le cas le plus classique de SPrép en annexe reste celui de (76), où le syntagme accepte de réintégrer la phrase de gauche où il fonctionne alors comme une apposition ayant pour support actanciel le plus probable le SN « le rythme saccadé des phrases ».
(76) (…) je pensais à votre langue à Bouillon de culture, le rythme saccadé des

phrases. À l'image de votre lecture ou de celle à laquelle nous avons assisté en Avignon, la perte du souffle jusqu'à l'étouffement. (QLV : 70)

M. Noailly mentionne brièvement les cas analogues à (74d) et (75) où « l’ajout […] fonctionne comme caractérisation d’un terme précédant le point et non repris après lui. » Elle cite en exemple les deux phrases suivantes, qui nous semblent réclamer quelques commentaires :
(77) a. Les services de contre-espionnage du Monde ont mis la main sur une note

« confidentiel-Élysée » de nature à provoquer une vaste explosion. De rire notamment. (Le Monde, cit. Noailly, 2002) b. Un B2 Spirit se doit de revenir à la maison. Intact de préférence. (Le Monde, cit. Noailly, 2002)

Il y a selon nous une différence essentielle entre les exemples ci-dessus en (77) et la phrase « J'ai été obligée de faire un travail. De distance. », c’est la présence d’adverbiaux paradigmatisants, dont les propriétés sont très particulières :
L’adverbe fonctionne finalement comme un conjonctif authentique dans la mesure où l’énoncé auquel il appartient constitue une addition à l’énoncé précédent et ne peut être interprété que par rapport à ce dernier. (Guimier, 1996 : 136)

En somme ces adverbes maintiennent les annexes de ce type au plus près de la phrase autonome sans toutefois y atteindre, soulignant le caractère après-coup de la détermination. En (77a), par exemple, la clôture du point laisse ouvert tout le paradigme des explosions, pour n’en sélectionner qu’une, la plus inattendue. (77b) est agencé de manière similaire, mais son support adjectival pourrait permettre une réintégration à la

282

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

phrase antécédente sous forme détachée ou, plus difficilement peut-être, sous une forme liée. Notons par ailleurs que peu d’adverbes pourraient figurer en annexe aux côtés de déterminations du nom :
(77’) * Les services de contre-espionnage du Monde ont mis la main sur une note « confidentiel-Élysée » de nature à provoquer une vaste explosion. De rire franchement / bruyamment… Les services de contre-espionnage du Monde ont mis la main sur une note « confidentiel-Élysée » de nature à provoquer une vaste explosion. De rire, par exemple / évidemment / entre autres / naturellement

On se souvient de l’exemple de Bernanos en (65) :
(65) Ma paroisse est une paroisse comme les autres. Toutes les paroisses se ressemblent. Les paroisses d’aujourd’hui, naturellement.

Or une propriété de ces adverbes est de connaître tous de façon plus ou moins nette un emploi assertif (Borillo, 1976 ; Guimier, 1996 : 122) permettant de faire office de réponse à une question totale :
(78) – Comme champignons vénéneux, il y a bien les amanites ? – Par exemple. /

Entre autres. / Notamment. 86 – Pierre viendra ? – Évidemment / Naturellement. – Sans glace, le coca ? – De préférence. 87

C. Guimier explique cette capacité à fonctionner seul ainsi que la valeur nécessairement positive de ces adverbes, par l’incidence de ceux-ci à une prophrase implicite. Nos exemples nous inviteraient à aller plus loin encore et à supposer que ces adverbes fonctionnent eux-mêmes comme des sortes de proformes phrastiques : ainsi en (65) « naturellement » reprend ou plutôt relaye sous forme compacte la prédication précédente « toutes les paroisses se ressemblent » ; de même en (78), les adverbiaux « de préférence » et « notamment » relayent la prédication dont l’adjectif et le SPrép modifient les conditions de vérité. Il apparaît ainsi, à la lumière de ces quelques cas, que
86

Certains adverbes ont bien un emploi paradigmatisant mais pas d’emploi assertif dérivé, aussi ne fonctionnent-ils pas très bien comme réponses à des interrogations totales. À la rigueur : « Comme champignon vénéneux, il y a aussi les amanites ? – Surtout. » Pour cette raison, l’exemple de Vialatte résiste un peu à notre analyse : « On ne mange plus la viande de cheval avec du lait. Surtout de jument. » (CdM : 664) 87 Comme le souligne C. Guimier, il est toujours possible de restituer la prophrase positive « oui » dans ces réponses.
283

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

des variables contextuelles ont un impact important sur le fonctionnement de l’annexe et qu’il est essentiel d’en tenir compte pour les décrire de façon optimale. Le dernier cas de SPrép en annexe qui nous occupera est à nouveau une rupture assez atypique, non pas tant parce qu’elle enchaîne un prénom en SPrép puis un nom patronymique que parce qu’elle intervient après un insert qui ferme la phrase précédente et ajoute au point de clôture une séparation supplémentaire entre le SPrép de son support verbal. En effet, il serait très curieux de rattacher « Avec Laetitia. » à « je ne plaisante pas », dont la conjonction « et » met en évidence le statut d’incidente :
(79) […] je devrais aller m'acheter des fringues chez Agnès b. pour la prochaine

photo que je vais faire, Messina, John Foley, David Balicki, ou Mondino, carrément, et je vais faire du cinéma, et je ne plaisante pas. Avec Laetitia. Masson. (QLV : 59)

Il reste à expliquer la séparation du prénom « Laetitia » et du nom « Masson », ce qui ne peut se faire qu’en s’aventurant assez loin dans les spéculations sur l’intention d’auteur, en suggérant par exemple une saillance feinte du seul prénom, puis un ajout comme concédé ou rattrapant un oubli, celui du nom patronymique. Ainsi, en dépit de ces exemples, il apparaît globalement que les SPrép présentent une disposition assez favorable au placement en annexe.
- Sous-phrases

Comme le montre M. Noailly, c’est aussi le cas de certaines sous-phrases qui font montre d’une certaine facilité à apparaître en annexe plutôt que dans le corps de la phrase. Elle mentionne par exemple « les concessives en quoique ou bien que suivies de l’indicatif, à l’oral » (Noailly, 2002 : 134), mais surtout, dans Le Monde, des sousphrases introduites par alors que, sauf que, et d’autant que. Notre corpus n’en contient que très peu, mais il foisonne en revanche de causales en annexe :
(80) a. Anne Garréta m'a dit […] "tu tapines bien". Parce que je couche avec

Jean-Marc, ça je vous l'ai dit on le dit. (QLV : 77) b. Il faut absolument qu'on ait vite un prix pour rattraper ça. Parce que là, on n'est plus chez nous. (QLV : 81) c. Je fais le pari que tu vas faire celui de me lire, moi. Parce que je t'aime. (QLV : 187)

284

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Selon Riegel et al. (1994 : 508), lorsqu’une subordonnée du type parce que P est détachée et postposée, elle introduit un « élément retardé du thème ». Ici, une telle analyse apparaît recevable pour (80a) et (80b), moins pour (80c). Dans le premier cas de figure, « Parce que je couche avec Jean-Marc » relève d’une stratégie argumentative visant à introduire a posteriori facticement, ou plutôt ironiquement, du « connu », donc en un sens du thématique. Ce « connu » sert d’antécédent causal à la situation décrite dans la première phrase, mais son rattachement y est difficile du fait qu’elle opère au niveau métaénonciatif :
(80’) a. ? Anne Garréta m’a dit "tu tapines bien" parce que je couche avec Jean-Marc, ça je vous l’ai dit on le dit. b. Anne Garréta m’a dit "tu tapines bien" (parce que je couche avec Jean-Marc, ça je vous l’ai dit on le dit).

La solution la plus plausible pour réintégrer la causale dans le corps de la phrase serait sans doute une parenthétisation, ainsi en (80’b). Les deux autres occurrences de subordonnées causales en annexe semblent répondre plus nettement à la définition de Riegel et al. : les sous-phrases acceptent sans problème la réintégration et l’antéposition, ce qui traduit leur caractère thématique. Toutefois, (80c) est susceptible d’une double lecture :
(80’’) Parce que je t’aime, je fais le pari que tu vas me lire. Je fais le pari que tu vas me lire parce que je t’aime.

En somme, la sous-phrase porte tantôt sur « faire le pari », tantôt sur « lire », mais dans ce dernier cas, « parce que P » revêt un caractère rhématique, ce qui permet de voir que la position en annexe permet à nouveau d’indifférencier construction liée et construction détachée. Comme le souligne D. Clément (1991), certaines relatives sont le plus souvent détachées et se voient en outre contraintes à la postposition. C’est notamment le cas des relatives dites « périphrastiques » (Riegel et al., 1994 : 487) « apposées » à un support phrastique 88 :

88

La relative et son pronom introducteur formant l’équivalent fonctionnel d’un SN (p. ex. « Ce qui est rare est cher. »), on est fondé à considérer qu’elle peut être apposée à un support phrastique : « Elle a accepté de venir, ce qui est rare. ».
285

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

(81) Claudine n’a pas décroché, ce qui a le don de m’exaspérer.

Le fait de figurer nécessairement à la place 6, allié à celui d’opérer une prédication sur une phrase, semble être un facteur favorable à une position annexe. De fait, on rencontre un certain nombre d’exemples de ce type :
(82) a. […] il dit que l'homme peut charmer ses loisirs en fabriquant de l'hydromel

mousseux ou de l'hydromel de la reine d'Angleterre. Ce qui est rigoureusement exact. (CdM : 328) b. S'il mena la brillante carrière politique que l'on sait, il occupe une place infiniment plus discrète dans le monde de la littérature. Ce qui ne signifie pas qu'il soit sans désir à l'égard de celle-ci. (CPM-GIS6)

Un phénomène similaire, quoique moins fréquent, s’observe pour les relatives adjectives, ainsi dans l’exemple déjà bien connu d’A. Berrendonner (2002a) :
(83) Mamy a tout le temps de continuer à apporter sa verveine à Papy. Qui

ronchonne parce que ses douleurs le reprennent.

L’effet de rupture du point est évidemment plus net, puisque la proposition est séparée de son support. Cependant, cette construction fonctionne avec une relative explicative dont elle exploite superlativement la capacité au détachement, que l’on aurait marqué en phrase par la virgule – la proposition ne pouvant dans ce contexte modifier l’extension de « Papy » :
(83’) a. Mamy a tout le temps de continuer à apporter sa verveine à Papy, qui ronchonne parce que ses douleurs le reprennent. b. *Mamy a tout le temps d’apporter sa verveine à celui. Qui ronchonne parce que ses douleurs le reprennent.

Nous n’hésitons pas à marquer d’un astérisque (83’b) où le point intervient indéniablement au milieu du syntagme, séparant une relative déterminative essentielle à son support (Riegel et al., 1994 : 485). Peut-on en déduire que ce dernier type de proposition n’apparaît jamais en annexe ? Si en effet (83’b) est particulièrement difficile à valider, les relatives déterminatives n’ont pas toutes ce degré de coalescence avec leur support. Peut-être faut-il compter avec un exemple comme (84) :
(84) Je leur fais gagner de l'argent, moi. Moi, je fais gagner de l'argent à une maison

[d’édition]. Solide, ancienne, la plus ancienne. Qui a une histoire. (QLV : 61)

Pour la relative « qui a une histoire », le déterminant « une maison » favorise l’interprétation déterminative, mais la présence d’autres expansions insérées en annexe
286

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

joue contre elle. On peut alors se résoudre à accepter que « une maison » renvoie à un référent spécifique et connu (Martin, 1983 [1992] : 176) qui n’a besoin d’aucune expansion 89. Pour conclure sur cette question des relatives, disons un mot de l’exemple suivant, qu’on pourrait à certains égards rapprocher de la relative continuative 90 :
(85) Ils soulèvent le pieu, ils en font tourner la pointe dans le coin de l’œil du

cyclope. Qui hurle, la roche retentit. (QLV : 156)

La comparaison de (85) avec l’exemple de N. Furukawa ne nous semble pas injustifiée dans la mesure où les différents procès se succèdent bien. En outre, le fait de placer la relative en annexe juxtaposée à « la roche retentit » brise l’enchaînement régulier des causalités et permet au contraire un appariement original des événements. Quoi qu’il en soit, cette relative continuative semble se prêter idéalement à un placement en annexe d’une phrase évoquant des faits antérieurs car, comme le souligne G. Kleiber, elle nécessite « un enregistrement dans la mémoire discursive de cet état antérieur » pour pouvoir dénoter « une situation postérieure à celui-ci » (Kleiber, 2003 : 21). M. Noailly soulignait bien, parmi les sous-phrases en annexe, la fréquence des circonstancielles (en particulier « adversatives », mais aussi certaines « causales »). Certains exemples de notre corpus confirment cette tendance :
(86) a. Si je m'étais écoutée, je lui aurais téléphoné et je lui aurais proposé de

prendre un café. Alors qu'évidemment ce n'était plus possible du tout. (QLV : 15) b. En fait, c’est différent, j’avais une irrépressible envie de lui dire Je vous aime. Alors que je ne suis pas amoureux d'elle. (QLV : 24)

Le hapax de (87) pourrait mettre au jour une tendance à la dérive des sous-phrases adversatives vers la parataxe et l’expliquer par l’autonomisation des enchâsseurs qui, perdant leur fonction de translateurs deviendraient de simples ligateurs 91. Mais un tel

89

En effet, la plupart des tests cités par O. Soutet (1989 : 98) pour distinguer relatives restrictives et appositives fonctionnent. 90 L’exemple emblématique de N. Furukawa (2000) est « Un cosaque survint, qui prit l’enfant en croupe. ». Voir également Kleiber (2003). 91 Sur cette terminologie, voir Wilmet (1998b : 558 sq.)
287

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

scénario est plus de l’ordre de la prospective théorique que d’une interprétation ou d’un constat empirique :
(87) C'était impossible pour lui, de partir comme des voleurs. Alors que. C'était

la seule solution. (QLV : 99)

L’effet obtenu par ce morcellement – assez inesthétique il faut l’avouer – est une mise en exergue et de l’opposition elle-même 92 , et du fait opposé. Tout aussi atypique, l’exemple (88) constitue un des rares cas, sinon le seul, de conjonctive en annexe :
(88) je sais que toute la journée je peux appeler Hélène, Jean-Marc, Damien,

Catherine, Capucine, pour savoir. Si ça va. (QLV : 46)

Le contexte permet de comprendre que l’infinitif « savoir » est d’abord employé seul mais que son objet est activé dans le discours. L’ajout de « Si ça va » ne semble pas justifié dans la mesure où il ne contribue pas à réactiver l’objet en question. Tout au plus peut-on considérer qu’il sert à saturer formellement le verbe.
- Coordination

Dans ce dernier cas de figure, bien identifié par M. Noailly, l’annexe contient un ou plusieurs termes entretenant une relation paratactique avec le dernier terme de la phrase antécédente : juxtaposition ou coordination 93. Nous avons mentionné plus haut la confusion possible de ce type de relation avec les segments présentant une conjonction « emphatisante » (Badiou-Monferran, 2002) : dans ces cas précis, le terme en annexe n’est coordonné à aucun constituant de même rang situé dans la phrase de gauche ; le coordonnant marque alors la disjonction plus que la jonction (89).
(89) Sortez vos affaires. Et sans faire de bruit.

Comme on peut le voir ci-dessus, « et » agit davantage au niveau pragmatique ; il n’y a en effet aucun SPrép dans la phrase de gauche qui soit susceptible de faire office de premier membre coordonné. Il en va autrement dans les exemples (90) à (92) où on

92

L’opposition en tant que matière notionnelle « tout entière tirée du moi pensant […], de ce que la pensée a pu saisir des conditions de son propre fonctionnement » (Moignet, 1981 : 13) 93 Nous employons indifféremment juxtaposition et coordination en suivant les positions de M. Riegel et al. (1994).
288

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

retrouve à tout coup une relation paratactique distribuée de part et d’autre du point de clôture.
(90) C'est une histoire plutôt encourageante, et même rafraîchissante. Celle de deux

garçons qui lancent leur entreprise dans un secteur difficile, la mode. Qui parviennent à attirer la lumière sur eux. Et, même, à vamper une multinationale, L'Oréal. (CPL-MOD1)

En (90), « qui parviennent à attirer la lumière sur eux » est bien juxtaposé à « qui lancent leur entreprise… ». Sans cette amorce en phrase de la relation paratactique, nous avons vu plus haut que le positionnement d’une relative en annexe était plus difficile, et donc plus rare 94. À ce titre, (90’), sans être nettement moins acceptable, implique une différence notable dans la hiérarchie des faits racontés :
(90’) C'est une histoire plutôt encourageante, et même rafraîchissante. Celle de deux garçons. Qui lancent leur entreprise dans un secteur difficile, la mode. Qui parviennent à attirer la lumière sur eux.

En plaçant en annexe la première relative, on l’inscrit de facto dans l’ordre des « péripéties » et non dans le fil directeur de l’histoire, lequel se trouve alors centré sur la seule relation des deux garçons. On notera que le terme coordonné est parfois étendu et assez complexe, comme ici en (91) où « Qu’elle m’aime moi. » est juxtaposé à la première complétive objet du verbe « dire », i.e. « qu’elle est plus ou moins, là… »
(91) Elle me dit ... qu'elle est plus ou moins, là, avec quelqu'un, qu'elle n'aime pas.

Qu'elle m'aime moi. (QLV : 62)

Le discours indirect se prête bien aux constructions enchaînant les complétives en annexe, ainsi qu’en témoigne l’exemple suivant :
(92) J'ai refermé votre livre de force, sur la photo souriante du bandeau, mon

marque-page, je me suis dit que c'était un monstre. Qu'il me bouffait littéralement. Qu'il ne me lâchait pas, qu'il refusait de me laisser partir. (QLV : 69)

D’un point de vue systématique, la différence de valeur qui incite à séparer « Qu’il me bouffait » et à grouper les deux complétives suivantes semble être de nature sémantique

94

À titre de rappel et de comparaison : « Ulysse avait des angoisses et il fallait survivre et il fallait lutter, sur les mers. Que les vents agitaient. » (QLV : 158)
289

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

et informationnelle : « qu’il me bouffait » file le thème du livre augmenté de l’isotopie du monstre ; la rupture des points peut chercher à isoler cette idée, mais elle est moins fondée à intervenir pour séparer les deux membres d’une expolition : « qu’il ne me lâchait pas, qu’il refusait de me laisser partir ». Pour finir, on remarque que ces complétives en annexe ont un besoin crucial d’une amorce de la coordination en phrase, plus encore que les relatives. En l’occurrence, la rupture suggérée en (92’) est particulièrement sujette à caution :
(92’) *Je me suis dit. Que c'était un monstre. Qu'il me bouffait littéralement. Qu'il ne me lâchait pas, qu'il refusait de me laisser partir. (QLV : 69)

Naturellement, il va de soi que les constituants coordonnés et placés en annexe peuvent être autre chose que des sous-phrases. Les exemples sont même banals :
(93) a. Je suis cinquième sur la liste de L'Express, aujourd'hui 16 septembre. Et

cinquième aussi sur la liste de Paris-Match […]. (QLV : 11) b. Pivot, lui, l'énerve. Et l'a toujours énervé. (QLV : 29) c. […] je ne dis rien de mal, je ne dis que la vérité, ce que je sais, ce qui est vrai. Et tellement sur tellement de gens, qui pourraient m'accuser, me porter au tribunal […]. (QLV : 33)

Les annexes peuvent toutes être réintégrées à la phrase antécédente pour reconstituer une relation paratactique normale, en l’occurrence une coordination explicite . Il en va de même avec des juxtapositions de phrases impliquant l’ellipse du verbe 95, comme ici celle du verbe « être » ; les membres de la juxtaposition sont simplement distribués en annexe :
(94) Claude était en Turquie. Emmanuel sur répondeur. Marie-Christine sur

répondeur. (QLV : 115)

Enfin, le phénomène s’observe également pour d’autres coordonnants (« mais », « ou », « ni »), ce qui convie à voir dans la parataxe une des configurations les plus propices à l’inscription de constituants en annexe :
(95) a. Je pourrais rencontrer X, Y, Z dans la rue, devant témoins être considérée

comme le monstre. Ou la folle, l'agressive, la tapée, la caractérielle. (QLV : 37)

95

Ou inversement, celle du sujet : « Au moins ça sert à quelque chose si le visage se défait. S'oublie. » (QLV : 43)
290

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

b. Je ne suis plus homo. Ni bi ou hétéro. (QLV : 118) c. Je ne lave pas mon linge sale. Mais le drap social. (QLV : 162)

De tels exemples invitent à voir dans la rupture de coordinations banales un procédé de structuration secondaire, qui permet d’agencer les constituants pour obtenir des associations significatives inattendues pour le lecteur, ou qui témoignent au contraire des errements du dire ou de la pensée (Noailly, 2002).
- Autres types d’annexes

Pour finir ce tour d’horizon descriptif des « ajouts après point », disons quelques mots de catégories peu représentées mais attestées néanmoins dans notre corpus, en position annexe. Si l’on s’intéresse d’abord au cas des adverbes, on rencontre rapidement les problèmes de délimitation et de classification de la catégorie :
(96) a. C'est Gil Jouannard qui m'a invitée, j'attends son appel. Là, dans la

matinée. (QLV : 85) b. Je rentre chez moi hier, chez moi, je suis chez moi. Normalement. (QLV : 85) c. Donc. Je suis allée poser mon vélo chez moi. (QLV : 95) d. Il pleut. Naturellement. Comme toujours. (CdM : 504)

Il s’avère difficile de mettre sur le même plan (96a), où figure en annexe un adverbe de lieu – tendant fortement vers un sens temporel – (96b) où l’on trouve un adverbe de manière portant sur une phrase ; (96c) fait figurer à l’initiale, séparée par un point, une « conjonction » qui a tout de l’adverbe. Enfin, (96d) porte sur l’organisation logique des faits, qu’il souligne avec fatalisme. On remarque au premier chef que la réintégration dans la phrase antécédente (ou suivante) en construction détachée est tolérée unanimement :
(96’) a. C'est Gil Jouannard qui m'a invitée, j'attends son appel, là, dans la matinée. b. Je rentre chez moi hier, chez moi, je suis chez moi, normalement. c. Donc (,) je suis allée poser mon vélo chez moi. d. Il pleut, naturellement. (CdM : 504)

En revanche, la construction liée est plus problématique car elle semble modifier la portée des adverbes ; c’est peu sensible pour « donc » et « là », mais « normalement » et « naturellement », en regagnant le cœur de la phrase, changent radicalement de sens. Le premier signifiait à peu près en (96b) « comme d’habitude », le second en (96d) avait une valeur modale glosable par « bien entendu » ; mais leur réintégration liée suscite un
291

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

commentaire qui ne correspond manifestement pas à la phrase originale : « je suis chez moi de façon normale », « il pleut de façon naturelle ». Cette situation n’a absolument rien d’exceptionnel, puisqu’elle concerne tous les adverbes passant d’un emploi d’adverbe extra-prédicatif à celui d’adverbe intra-prédicatif. Cela dit, la régularité de ces altérations sémantiques laisse justement entendre que les adverbes ayant un sens spécifique à leur emploi extra-prédicatif le sélectionnent de facto lorsqu’ils sont situés en annexe. Comparons :
(97) Marie a pincé son petit frère méchamment.

Marie a pincé son petit frère. Méchamment.

La différence de sens n’est pas sensible du point de vue de l’adverbe – mais elle l’est du point de vue de la présentation de l’information par le scripteur. L’adverbe « méchamment » n’ayant pas de disposition particulière pour modifier sa portée, le fait de le placer en annexe, ou tout simplement de le détacher en phrase, l’altère très peu voire pas du tout. Le mot de la fin est laissé à un hapax, significatif à plus d’un titre en ce qu’il invite à une certaine prudence des conclusions formulables à la suite de nos observations :
(98) Si je suis consciente que ma fille va me lire un jour, est-ce que j'y pense, en êtes-

vous consciente, ma fille, si j'en suis consciente. Science sans conscience. N'est que ruine de l'âme. (QLV : 112)

Cet exemple souligne bien qu’il revient en définitive au caprice de l’auteur de placer le point où bon lui semble, quitte à briser la belle unité d’un stéréotype.

BILAN
Au terme de ce parcours dont l’objectif était, rappelons-le, de réévaluer la phrase graphique comme fait linguistique et support d’une théorisation, nous pouvons affirmer avoir identifié quelques problèmes. Le cas des critères de délimitation de l’observable graphique a ainsi été réglé par l’édiction d’une série de principes ne visant au départ qu’à la consistance. L’examen d’un certain nombre de situations a permis sinon de valider ces critères, au moins de ne pas leur opposer d’objection dirimante ; sur la base
292

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

de cela, il a été possible de travailler à sonder les premiers fossés menaçant la conception d’une unité graphique de la phrase. De ces deux phénomènes de discontinuité, l’interne est le mieux circonscrit actuellement. L’approche topologique et statistique nous a permis de mettre en évidence quelques régularités, dont nous avons rappelé la corrélation forte avec le genre discursif. Parmi celles-ci, signalons la récurrence de certaines catégories morphosyntaxiques à des sites précis de la phrase, notamment celle de participes passés qui, à la place initiale, assurent par leur valeur aspectuelle une connexion avec l’avant, quand les participes présents développent à la place finale le second plan temporel et argumentatif. Nous avons également relevé, pour les syntagmes nominaux, une fréquence plus élevée d’occurrences pourvues de déterminants, ce que le caractère polyfonctionnel de la catégorie nous a paru expliquer. En revanche, ces SN déterminés sont plus présents à la périphérie initiale de la phrase, tandis que les « noms nus » semblent montrer une tendance inverse à figurer à la clôture de la phrase. Enfin, en abordant les syntagmes prépositionnels insérés, nous avons postulé que le choix de placer un SPrép à telle place ou telle autre ne devait pas être conçu comme résultant d’une considération « en aveugle » des paramètres de chaque site, mais comme un choix motivé par un état systématique global de la phrase qu’il convient d’étudier. C’est dans ce but que nous formulerons plus loin quelques propositions de travail, une fois abordés les différents points de notre bilan. Pour ce qui touche à la discontinuité externe, nous avons rappelé les observations des linguistes concernant la délicate séparation des « ajouts » et des « phrases averbales » et avons adopté la définition apophatique qui considère comme phrase tout ce qui ne peut être « ajout » – ici, annexe – en admettant qu’il était impossible, du moins dans certains cas, de tracer une frontière entre l’annexe et l’au-delà du texte. Cela dit, l’observation des segments placés en annexe a révélé d’évidentes parentés fonctionnelles avec certains faits de syntaxe phrastique détachée : les adjectifs et noms nus « annexés » peuvent opérer comme de véritables appositions si un support est éligible à proximité en phrase. Les SN déterminés peuvent remplir le même rôle ou relever de la « reformulation », c'est-à-dire d’un développement de paradigme sur la

293

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

linéarité et non plus d’une prédication. Ce problème revient à l’identique pour les syntagmes prépositionnels, mais il s’y ajoute, relativement à l’annexe, la nécessaire distinction entre les SPrép adjoints au verbe et ceux qui sont intégrés à un SN ou un SV, pour lesquels la place d’annexe revêtait un caractère tout différent. Toutes choses égales par ailleurs, il en allait de même avec les sous-phrases : certaines tolèrent très bien d’être séparées par le point, d’autres non, et là encore, les subordonnées les plus intégrées sont les plus rétives. Nous avons terminé par une prise de vue des annexes paratactiques, qui séparent par des points les membres de séries coordonnées, et avons pu constater la diversité des possibilités et les affinités certaines de la position d’annexe avec les constructions en parataxe (coordination et juxtaposition). Il nous reste à présent à consolider ce travail d’observation en détaillant succinctement le problème du métalangage, celui de la structure globale de la phrase et enfin une approche typologique de la discontinuité.

TOPOLOGIE
Si l’on s’intéresse à présent aux données topologiques que nous avons tenté de mettre en évidence, il apparaît, comme l’a souligné J.-M. Marandin (1998), que la localisation de l’insert est pertinente pour son interprétation. Le critère graphique permet ainsi de prendre en compte des données topologiques en phrase, mais aussi et surtout de ne pas se cloisonner dans ce domaine ; le risque est en effet de manquer, avec les annexes, des phénomènes très fréquents mais réputés marginaux et souvent négligés comme des effets de style. En abordant ce bilan topologique, nous allons tenter de montrer que le choix de réunir la discontinuité interne et externe peut justifier d’un point de vue systématique. Rappelons d’abord que l’approche topologique de la phrase
96

n’est pas une

nouveauté, mais qu’elle est longtemps restée une spécialité essentiellement germanique.
96

Voir Gerdes & Muller (2006 : 1-10). La précieuse introduction définit la topologie en ces termes : « La topologie est basée sur l’idée qu’il existe des places (aussi appelées « champs » ou encore « positions fixes ») dans la construction d’une phrase, place qui sont remplies en fonction de différents critères syntaxiques, incluant la catégorie grammaticale, la dépendance, la hiérarchie communicative, le poids, etc. […] Ce qui définit les descriptions topologiques, c’est leur caractère strictement statique, l’idée qu’une phrase propose un gabarit de champs dans lesquels les mots se placent. »
294

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

D’une manière générale, la typologie de Greenberg reste emblématique d’une approche liées à ce genre de travaux, toutes langues confondues. Pour l’ancien français, les travaux de Skårup (1975) sur les « zones de la proposition » sont une référence et, pour le français moderne, on doit essentiellement à J.-C. Milner (1989) la distinction site/position (ou place/position) et à J.-M. Marandin les analyses et formalisations récentes de la topologie phrastique 97. La topologie de C. Guimier et al. (1993) que nous avons partiellement retenue ici s’avère très similaire par sa configuration à celle de J.-M. Marandin, qui retient deux sites périphériques mais quatre sites incis au lieu de cinq. H. Nølke (2001 : 238 sq.) distingue pour sa part trois zones dans la phrase française déclarative à verbe fini 98 : la zone préverbale, la zone verbale et enfin la zone post-verbale 99 . Cette topologie (fig.2), très précise et effective pour les adverbes, indifférencie cependant dans la zone préverbale les places 1 et 2 (frontale et préverbale), alors que la saillance cognitive de la première est réputée plus importante.

Figure 2 : topologie de la zone verbale d’après H. Nølke

97

Pour d’autres approches partiellement topologiques, voir également Gardes Tamine (2004 : 81) ou Le Goffic (1993 : 454). Pour l’apposition, F. Neveu distingue le placement au pôle d’ouverture, au pôle de clôture, et le placement non polaire, ce qui lui permet d’éclairer le fonctionnement « multiplanaire » de l’apposition (Neveu, 1998a : 184 sq.), qui joue un rôle syntaxique et prédicatif dans la phrase hôte mais occupe également un rôle informationnel dans des structures plus vastes. 98 H. Nølke a d’abord proposé pour la phrase déclarative la topologie suivante : 1 SUJET 2 AUX 3 PartPé (4) OBJET 5 99 Seule la seconde a une « structure strictement topologique », les deux autres subissant des influences diverses : des principes de distance, qui visent à maintenir proches les éléments dépendants et à écarter les constituants lourds de la zone verbale (cf. Abeillé & Godard (2006)) ; des principes qu’on peut appeler de « séquence », que régissent à la fois l’iconicité, le principe de gouvernement, et celui de portée. À quoi nous ajouterions le principe de liage.
295

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Les quelques observations empiriques que nous avons pu faire sur la répartition des inserts dans la phrase trouvent des éléments d’explication chez certains des auteurs évoqués. Ainsi, le fait qu’un insert élise le site préverbal ou l’un des sites postverbaux n’est évidemment pas anodin, en particulier d’un point de vue informationnel : K. Lambrecht (1994 : 202) montre par exemple que la dislocation droite (dite antitopique) est réservée à des référents pragmatiquement plus saillants 100. Nous avons remarqué par ailleurs la faible sollicitation des places post-verbales comparativement aux sites périphériques et au site préverbal. En effet, selon H. Nølke (voir schéma),
La rupture entre la zone PA et la zone postverbale est moins forte que celle entre la zone préverbale et la zone finie. Ainsi est-il souvent difficile d’intercaler un élément détaché à cette césure, notamment si le premier élément de la zone post-verbale est l’objet direct, ce qui s’explique par la cohésion forte qui existe entre le verbe et son objet. (Nølke, 2001 : 240)

TYPOLOGIE
Pour affiner ces remarques générales, ainsi que nous l’avons projeté, nous voudrions à présent croiser les données topologiques des inserts avec un étiquetage fonctionnel flexible, afin de mettre en évidence de possibles corrélations entre la place, la nature et la fonction des inserts. Puis nous proposerons un classement du même type pour les annexes.

100

À l’opposé, le site frontal est « par excellence le positionnement thématique ». (Neveu, 1998a : 173)
296

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Inserts
Les types morphosyntaxiques retenus adoptent la typologie proposée par F. Neveu (2000b : 110) en apportant quelques modifications utiles à notre recherche :
1. Insert référentiel hors rection 101 a. Dislocation (dont nominativus pendens) b. Vocatif 2. Insert constituant une expansion de relation prédicative (Circonstants) SN / SPrép / Ss-Phrase / Adv 3. Insert opérant une caractérisation actancielle (Apposition) 102 a. b. a.
SN[Dét SN[∅

Nc ; Det Npr ; Npr] + SX / Pro / Ss-Phrase

Nc ; SAdj ; SPart ; SPrép] + SX 103 / Ss-Phrase

4. Insert phrastique 104 Incise b. Incidente 5. Insert métaénonciatif développant le paradigme d’un constituant de la chaîne (Reformulation)

Sur la base de cette typologie, il a été possible de procéder à une nouvelle classification des inserts, qui révèle la répartition fonctionnelle suivante :
Insert Total % App (Dét N) 44 9,4 % Circonstant 231 49,5 % App (N) 135 28,9 % Incises 32 6,9 % Dislocation 16 3,4 % "Adresse" 2 0,4 %

Tableau 13 : fonction des Inserts

101 102

Voir K. Lambrecht (1994 : 184) En raison de leur comportement différent d’un point de vue topologique, nous traitons à part les appositions substantives déterminées et les Npr. 103 On peut réécrire SPart + SX en : SVé[Vé + SX] ou SVant[Vant + SX]. Nous ajoutons en outre avec quelque réserve les constructions absolues : SN[Det N + SX]. 104 Sur cette acception d’insertion, voir Wilmet (1998b : 577)

297

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Parmi les appositions déterminées, la catégorie morphosyntaxique dominante est bien évidemment le substantif. Les circonstants sont pour la plupart des SPrép (mais on rencontre également des SN, des sous-phrases et des adverbes). Les appositions « non déterminées » sont assez bien réparties entre les noms « nus », les adjectifs, les sousphrases relatives et les participes. Enfin, sans grande surprise, les dislocations sont principalement des SN, tout comme les expressions d’adresse. Les incises ayant une étiquette catégorielle qui leur est propre, il n’y a rien à en dire ici. Si l’on observe à présent la répartition des principales catégories, dans la topologie, on note des déséquilibres intéressants 105 :
Place / Nature Apposition dét. 1 Frontale 6,8 % 3 Enclavée 2,3 % 2 Préverbale 20,5 % 4 Postvbale 1 2,3 % 5 Finale ∅ Cplt 6 Finale 52,3 % 7 Inter CPL 4,5 %

Tableau 14 : répartition des appositions déterminées

La plupart des appositions déterminées occupent les positions préverbale et finale, ce qui est sans aucun doute corrélé à leur proscription en position frontale, pointée notamment par B. Combettes (1998 : 24) :
(99) * Mon auteur préféré, X se vend mal.

On prendra note que les 6,8 % d’appositions nominales déterminées en position frontale ne relèvent pas de cette place au premier degré : elles sont apposées à un constituant qui est lui-même insert en zone frontale (100). Elles ne répondent donc pas de l’organisation domaniale de la phrase, mais de celle de leur support (Marandin, 1998) 106
(100)

Depuis Violent Cop, Boiling Point, Sonatine, ces films de yakuzas […], il explore sans cesse des pistes nouvelles […]. (CPM-KIT17)

105

Nous ne faisons pas figurer dans les tables les inserts en phrase averbale, ce qui explique les totaux inférieurs à 100 %. 106 Quelques cas « d’infraction domaniale » : « Fanette m’a dit, la libraire, en tout cas pour les ventes c’est plus efficace ici Midi libre que Le Monde. » (QLV : 31) ou encore : « À la librairie André entrait, le mari de ma mère : je viens chercher comment ça s’appelle… sur l’archange Gabriel ». (QLV : 48). On attend bien sûr la place 2 pour ces appositions, et non la place 4.
298

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Mieux réparties parmi les positions majeures, les appositions non déterminées assurent souvent en position frontale la connexion logique, temporelle et informationnelle avec le cotexte gauche ou le contexte.
Place / Nature Apposition non dét. 1 Frontale 28,9 % 3 Enclavée 2 Préverbale 12,6 % 4 Postvbale 1 5 Finale ∅ Cplt 6 Finale 48,9 % 7 Inter CPL 4,4 %

Tableau 15 : répartition des appositions non déterminées

Les circonstants, qui dominent assez largement la répartition fonctionnelle des inserts, font montre d’une nette préférence pour la zone frontale, assez banale pour la catégorie : les compléments cadratifs, beaucoup d’inserts circonstants de lieu ou de temps, en effet, élisent ce site.
Place / Nature Circonstants 1 Frontale 60,2 % 3 Enclavée 0,4 % 2 Préverbale 3,9 % 4 Postvbale 1 5,6 % 5 Finale ∅ Cplt 0,9 % 6 Finale 26,8 % 7 Inter CPL 2,2 %

Tableau 16 : répartition des irconstants

Comme on peut le constater à partir de ces statistiques, pour s’en tenir aux catégories d’inserts les plus représentées, certaines positions semblent n’accueillir que difficilement des constituants « flottants ». Il ne faut cependant pas oublier que le corpus est constitué de textes de presse, relevant d’un type « informatif » et contenant à ce titre très peu de discours rapportés impliquant incises et termes d’adresse. Néanmoins, nos conclusions corroborent celles, plus théoriques, de J.-M. Marandin, à la réserve près que la tolérance des sites pour les différents types d’incidents n’implique pas leur utilisation effective. Pour l’auteur, en effet, c’est le site 1 (notre place préverbale) qui est le plus accueillant pour les divers inserts. Or, il est facile de constater – dans notre corpus du moins – qu’il est loin d’être le plus sollicité. Enfin, en rapprochant nos résultats de ceux de F. Neveu concernant l’apposition, nous constatons

299

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

dans notre corpus une saturation plus régulière du site frontal 107, ce que l’on peut là encore rattacher à des spécificités du type informatif.

Annexes
Pour terminer cette dernière prise de vue du problème de la discontinuité syntaxique, nous souhaitons esquisser un classement des types d’annexes qu’il nous a été donné d’observer afin de le relier ultimement au phénomène de l’insert. M. Wilmet (1998b : 590) aborde le phénomène à partir de l’exemple bien connu de Saint-Exupéry :
(101)

La guerre est une maladie. Comme le typhus.

Il propose trois interprétations : (i) une phrase multiple incluant une prédication incomplète rhématique ; (ii) « phrase unique avec un caractérisant ou un complément circonstanciel […] détachés » ; (iii) « phrase unique avec une apposition au sujet ». Excluant la solution (iii) en raison de sa définition très accueillante de l’apposition, nous suggérons d’adopter un positionnement intermédiaire, entre (i) et (ii). Comment concilier cela ? Précisément en conférant au point un pouvoir de clôture absolu, donc en comptant deux phrases, mais en admettant parallèlement que la relation syntaxique n’est pas rompue mais transformée par cette segmentation. La notion d’annexe vise à pouvoir désigner ce débordement de la rection hors de la phrase graphique. Chez B. Bosredon & I. Tamba (2003), la typologie des « segments graphiques autonomes » est polysémiotique : ces auteurs considèrent en effet globalement les segments textuels, qu’ils entretiennent des relations avec le cotexte ou avec le contexte, ce qui tient notamment compte des pancartes, signaux, icono-textes, etc. Pour s’en tenir aux segments textuels, qui seuls nous intéressent ici, la taxinomie isole d’abord les segments à « marque initiale de rection » : « constructions endocentriques incorporant une marque de rection intraphrastique (préposition) ou interphrastique (subordonnant). » (Bosredon & Tamba, 2003 : 29). Le second ensemble compte les segments susceptibles d’être réintégrés comme constructions détachées par

107

Seuls 5,3 % des appositions occupent le pôle d’ouverture (Neveu, 1998a : 103)
300

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

commutation du point de clôture avec une virgule ou deux-points. Viennent ensuite les phrases averbales, à un ou deux termes, qui n’acceptent à aucun titre d’être rattachées à la phrase antécédente. Le test de la réintégration mis en œuvre par les auteurs nous semble rendre un juste compte de la connexion étroite qui existe entre la phrase et son entourage immédiat malgré la segmentation graphique. Comme nous l’avons évoqué, si l’on adopte un point de vue local, les inserts situés en zone finale de la phrase lui apparaissent plus ou moins solidement arrimés et sont susceptibles, sous certaines conditions, d’en être séparés par un point :
(60) a. Ils se sont connus à ses débuts, dans le quartier d'Asakusa. (CPL-KIT38) b. Lorsqu’elles parviennent à s'échapper, souvent leurs familles les rejettent, par honte. (CPL-ALB12) c. Rapidement la communauté internationale s'est trouvée divisée, et selon des lignes de partage inhabituelles. (CPM-CLO9) d. « À leur collection monochrome noire, j'ai eu les larmes aux yeux. Comme chez Gaultier ou Lacroix. » (CPL-MOD63)

Un test effectué dans notre corpus sur l’ensemble des inserts situés en position finale révèle ainsi d’étonnantes réactions à cette scissiparité forcée. Nous avons en effet tenté de placer en annexe les inserts situés en place finale – sous le contrôle de critères plutôt normatifs – et avons obtenu les résultats suivants :
Nature Adj. SPrép Ss-Ph Relative Ss-Phrase Incise SN Participe Adv. TOTAL Annexe 71,4 % 64,7 % 62,5 % 57,1 % 50,0 % 40,0 % 25,0 % n.a. 52,8 % Nb Total 7 17 8 7 4 15 12 1 72

Tableau 17 : tolérance au passage de la place finale à l’annexe

Les SN et les participes montrent une tolérance réduite au déplacement en annexe, très en deçà de la moyenne des autres types d’inserts. Les syntagmes prépositionnels, au contraire, l’acceptent volontiers, ce qui est d’autant plus significatifs qu’ils sont nombreux. Que faut-il déduire de ces chiffres ? Sans doute que les termes les plus

301

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

réticents à la place annexe ne sont pas nécessairement les plus intégrés d’un point de vue syntaxique : on peut croire a priori qu’une relative est plus difficile à isoler qu’un participe présent ou qu’un SN détaché, or cela ne semble pas être systématiquement le cas comme en attestent les exemples suivants.
(102)

? Disons que c'est une version franchouillarde de Friends […] ou le versant bien élevé de la pire guignolade de télé-réalité. Nice People.

(103)

? La France et l'Allemagne, les deux pays qui ont pris l'initiative d'apporter le débat à l'ONU, ne visaient au départ que le clonage reproductif. Estimant qu'il fallait intervenir d'urgence pour empêcher les expériences annoncées par le Dr Antinori ou la secte des raéliens.

(104)

Suivent trois ans de tapin en Italie où elle doit rapporter 500 euros, chaque nuit, à son proxénète. Qui fait travailler trois autres filles.

Bien qu’il s’agisse là de tendances, il est clair que l’apposition identifiante de (102) et le participe « de second plan » de (103) réagissent moins aisément que la relative à l’inscription en annexe. Pour proposer une typologie des segments susceptibles d’apparaître dans cette zone, il est possible de se fier, comme B. Bosredon & I. Tamba, ou encore M. Noailly, à la structure de l’élément détaché. Cependant puisque notre propos est de montrer la continuité qui, selon nous, caractérise les relations de la phrase au texte, nous procèderons autrement. En effet, bien que la phrase constitue un palier énonciatif et interprétatif pour le scripteur et son lecteur, il semble difficile de considérer que les modes de structurations impliqués dans la construction d’un texte sont hermétiquement disjoints. Ainsi, c’est selon le degré de coalescence des constituants séparés par le point de clôture que nous allons envisager les formes de l’annexe. En premier lieu, c’est un fait rare mais, nous l’avons vu, possible, l’annexe peut isoler hors phrase un constituant appartenant à un syntagme d’ordinaire cohésif : ainsi le SPrép déterminatif du nom ou le circonstant nucléaire du verbe (Wilmet, 1998b : 534).
(74) (75) Enfin, je veux dire, j'ai été obligée de faire un travail. De distance. (QLV : 50) En ce moment pour démarrer fort il suffit que je sorte. Dans la rue. (QLV : 47)

302

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

À ce stade, l’annexe brise – et par là même met en évidence – une relation intrasyntagmatique 108. À un second niveau, le segment en annexe entretient une relation intersyntagmatique avec un élément de la phrase antécédente, lequel élément peut ou non lui être adjacent (par delà le point, bien sûr). C’est de loin le cas le plus fréquent, qui associe les appositions de tous types, portant sur des constituants (105) ou sur l’ensemble de la phrase de gauche (70) :
(70) Pendant l'émission, elle affronte violemment Jean-Marie Laclavetine, directeur littéraire des éditions Gallimard, lui-même romancier. Règlement de compte qui s'explique sans doute par le fait que Christine Angot […]. (QLV : 40)
(105)

J'ai envie de remettre le café sur la table. Du pure origine préparé dans les règles. (Presse)

On y range également les circonstants extra-prédicatifs, qu’ils soient endo-phrastiques (74) ou exo-phrastiques (106) :
(74)
(106)

Ils riaient. Dans le studio. En chœur. (QLV : 18) M. X est souvent vilipendé. Il y a donc du bon en lui. Nécessairement. (E. Naulleau, Petit déjeuner chez tyrannie)

Enfin, le segment en annexe peut entretenir des relations indifféremment intersyntagmatiques (108) ou intrasyntagmatiques (107) avec la phrase adjacente par le biais de la parataxe :
(107)

On pense aussi au nœud de cravate, à la mèche de fouet. À la vitrine du joaillier. (CdM : 444)

(108)

Philippe Dereux ramasse [l’épluchure d’une poire], l’examine ; la juge […]. Rêve, fermente. S’abandonne longtemps à l’enthousiasme. (CdM : 461)

La présence d’une conjonction de coordination ne semble pas changer la configuration, mais elle peut en revanche induire en erreur dans les cas de « coordination emphatisante », nous l’avons vu.

108

Nous ne tenons pas compte des cas de rupture de « l’amas verbal » (Gerdes & Kahane, 2006), qui rentreraient de toute façon dans cette première catégorie.
303

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Il nous reste enfin à évoquer un dernier cas, plus délicat, qui apparaît relever en partie de l’annexe et en partie de la phrase autonome :
(109)

a. Les services de contre-espionnage du Monde ont mis la main sur une note « confidentiel-Élysée » de nature à provoquer une vaste explosion. De rire notamment. (Le Monde, cit. Noailly, 2002)

On serait fondé à ranger (77) parmi les annexes intrasyntagmatiques en raison des relations de « de rire » avec « explosion », mais l’adverbe paradigmatisant n’opère que sur un élément isolé dans la linéarité et de surcroît en opérant une correction plaisante sur la phrase précédente. Il en va de même pour (109), si ce n’est que la retouche est accompagnée d’une modalisation aléthique.
(110)

Pierre a rendu son article. En retard évidemment.

Ainsi, ces annexes particulières s’apparentent à des retouches métaénonciatives plus qu’à des phrases autonomes, et leur étroite dépendance, à la fois rectionnelle et pragmatique avec la phrase de gauche autorise à les ranger parmi les annexes.
1. Annexe isolant un constituant de relation asymétrique de forte coalescence a. Séparation graphique d’un déterminant restricteur d’extension b. Séparation graphique d’un complément essentiel 2. Annexe isolant un constituant de relation asymétrique de faible coalescence a. Séparation graphique d’un élément prédicatif i. Portant sur un constituant de P (apposition à support actanciel) ii. Portant sur P (apposition exophrastique) b. Séparation graphique d’un élément caractérisant i. Circonstant endo-phrastique ii. Circonstant exo-phrastique 3. Annexe isolant un constituant de relation symétrique a. Coordination explicite b. Juxtaposition 4. Annexe isolant un développement métaénonciatif a. Développement paradigmatique (avec ou sans adv. paradigamtisant) b. Modalisation

304

Deuxième partie – Chap. IV : La phrase graphique à l’épreuve des faits

Cette typologie est loin d’être parfaite mais elle permet semble-t-il de baliser quelques phénomènes en maintenant l’idée d’un continuum des relations entre la phrase et le texte. Ce faisant, notre travail ne vise pas à effacer les limites de la phrase. Au contraire, en montrant les points de contacts et les lieux de passage, nous entendons mettre en évidence la pertinence de la frontière et ainsi conférer un sens à la phrase graphique, à sa construction, sa ponctuation, loin de la suspicion que les grammairiens lui opposent en général. Ainsi l’annexe est pour nous un segment graphique volontairement marqué par la ponctuation de manière à montrer quelques-uns des aspects de l’autonomie sans les posséder tous : l’annexe est une phrase du point de vue de la sémiologie graphique mais elle usurpe ce statut à d’autres niveaux (syntaxe, sens, etc.), où elle dépend manifestement du segment à sa gauche. Le ressort interprétatif de l’annexe est pour nous dans ce décalage forme/matière, dont une systématique de la phrase peut fournir une vue plus générale.

305

Deuxième partie – Chap. V

CHAPITRE V VERS UNE SYSTÉMATIQUE DE LA PHRASE

INTRODUCTION
Nous avons choisi de délimiter « négativement » la notion de phrase graphique en nous intéressant de façon conjointe à la fragilité de son unité et à la mobilité de ses frontières, et il reste à présent à démentir cette impression que « la langue est un immense désordre, un immense non-système » (G. Guillaume, 1973a, PLT : 80 – 29
XI

1956) en proposant une théorie qui, comme se plaisait à le répéter G. Guillaume (ibid.), est « le superlatif du comprendre ». Or une approche systématique semble à même d’appréhender cette hétérogénéité apparente des faits, comme Guillaume l’a montré avec, entre autres, le système du verbe ou celui de l’article. Mais il reste à savoir sous quelles conditions cette approche est applicable à un problème – la phrase – dont on sait qu’il a longtemps été laissé de côté par les guillaumiens 1 . Aussi se fixe-t-on pour double objectif dans cette section de proposer une présentation à la fois suffisante et congruente des thèses guillaumiennes relatives à notre propos, et d’esquisser quelques propositions pour constituer une systématique de la phrase. Nous entrerons d’abord dans ce vaste domaine en nous justifiant de cette « systématique » convoquée pour le chapitre. Une première définition lapidaire, puisée
1

De là à voir dans ce désintérêt une défense immunitaire du paradigme il n’y a qu’un pas – souvent franchi.
306

Chap. V : Systématique de la phrase

chez Guillaume, s’avère déjà lourde d’implications théoriques, mais présente l’avantage de nous placer dans le vif du sujet :
La systématique, branche spéciale de la linguistique, se caractérise par un refus de considérer séparément dans le temps les faits linguistiques particuliers, quels qu’ils soient. (Guillaume, 1973b, LL2 : 13 – 25 XI 48b) 2

Le mot-clef de ce propos est bien sûr le « temps », qui pour beaucoup de linguistes n’intéresse pas les sciences du langage, mais qui inscrit notre démarche dans une perspective génétique. Plus tard, en 1953, Guillaume revient à deux reprises sur la systématique. Dans une leçon inédite, il en précise le principe théorique absolu qui est
qu’il faut du temps pour tout ce qui s’accomplit, et qu’il en faut, si peu que ce soit, pour penser, et donc, en linguistique, pour construire en pensée quelque chose et le lier à un signe. (Leçon du 26 XI 1953 cit. Boone & Joly (2004 : 356))

Simultanément, Guillaume scinde la systématique en deux mécanismes de pensée auxquels correspondent deux disciplines linguistiques :
Construire en pensée, et en pensée seulement, ce qu’on attache ensuite à un signe […] est l’ouvrage de la psycho-systématique. Choisir en pensée un signe chargé de porter et de transporter ce qui a été construit en pensée est l’ouvrage de la psycho-sémiologie, le terme psycho- rappelant que le choix, si libre soit-il, n’est jamais absolument immotivé et satisfait à des conditions peu rigoureuses, certes, mais néanmoins existantes de nondisconvenance. (Guillaume, [1953] 1964 : 241 sq.)
3

Cette formulation se révèle particulièrement éclairante pour le problème qui occupe notre recherche. Pour anticiper quelque peu sur les réflexions à venir, nous constatons simplement que l’approche psycho-sémiologique se prête assez bien à circonscrire l’apparente incohérence de la segmentation graphique et sa relation au choix du scripteur. Loin de poser une théorie holistique qui croule devant la logique insuffisante

2

Afin d’harmoniser les références aux Leçons, nous avons choisi de mentionner systématiquement la date de la conférence et le cycle auquel elle appartient. L’absence de pagination de certaines leçons indique un inédit, dont les feuillets ne sont pas régulièrement paginés. 3 Ici, Guillaume fait manifestement référence à des mécanismes psychiques, mais il arrive au contraire qu’il désigne par « psycho-systématique » une « section de la linguistique ». (Boone & Joly, 2004 : 356)
307

Chap. V : Systématique de la phrase

des faits, cette articulation des deux mécanismes permet de spécifier des méthodes scientifiques appropriées à notre objet :
La loi régnant en psycho-sémiologie n’est pas celle régnant en psycho-systématique. La psycho-systématique s’intéresse exclusivement à un ouvrage construit en pensée, cet ouvrage étant la langue. La psycho-sémiologie réserve son intérêt aux signes inventés, en vue de revêtir, en quelque sorte d’une partie sensible, ledit ouvrage construit en pensée […] préalable, vu qu’il n’y aurait pas de sens à mettre le signifiant avant le signifié. (Guillaume, inédit – 15 XII 1949b)

Dès lors, nous savons que la phrase, telle qu’il nous est donné de la lire, peut être appréhendée le plus matériellement possible comme une concaténation délimitée de signes, qui n’est que la trace d’une construction antérieure en pensée 4. C’est ainsi que, jusqu’ici, nous avons limité notre observation à ces suites graphiques sans nous préoccuper des mécanismes les ayant produits. Mais il nous revient à présent d’expliquer et de modéliser l’invention (la « trouvaille », dit Guillaume) de ces signes, étant donné que cette démarche est au cœur de l’approche systématique, qui vise à reconstruire la succession théorique des opérations conduisant au résultat visible du discours. Pour ce faire, il est utile d’avoir une juste idée de la théorie syntaxique de Guillaume, en commençant simplement par s’interroger sur son existence. Par la suite on discutera quelques points particuliers des positions de Guillaume et de ses continuateurs afin d’apercevoir ce que pourrait être une systématique de la phrase.

I. SYNTAXE ET PSYCHOMÉCANIQUE
Quoique les deux termes se conjoignent facilement, il en est autrement des réalités qu’ils dénotent, comme le savent très bien les détracteurs du guillaumisme et un certain nombre des guillaumiens eux-mêmes. Le fait est que l’on a longtemps affirmé qu’il n’y

4

Du côté de l’énonciateur du moins, pour qui en effet « ce n’est pas le signe qui appelle l’idée, mais l’idée qui appelle le signe. » (Guillaume, inédit – 15 XII 1949b). L’auditeur/lecteur, pour sa part, « retrouve sous les signes portés jusqu’à lui la pensée qu’ils véhiculent ». (Guillaume, 1964 : 242)
308

Chap. V : Systématique de la phrase

avait pas de théorie syntaxique en psychomécanique, voire que l’école de Guillaume jugeait la syntaxe sans grand intérêt. Pour J.-M. Léard,
on ne saurait considérer que les écrits de Guillaume répondent avec une précision acceptable aux exigences actuelles en syntaxe et que quelques ajustements mineurs suffiront : il s’agit plutôt d’un manque à combler. (1984 : 249)

Or, combler ce manque est précisément ce à quoi s’attellent les guillaumiens depuis quelques temps 5 , à telle enseigne que l’on peut dire aujourd’hui, grâce aux travaux de J. Pattee & P. Vachon-L’Heureux (2004), qu’il n’y a pas de syntaxe chez Guillaume, mais une théorie de la phrase ; ou plus précisément des théories de la phrase, étant entendu qu’on ne saurait parler d’un état définitif de la pensée de Guillaume, et que la phrase, comme beaucoup de concepts, évolue de façon très nette au fil des années, à mesure que se construit l’ensemble de l’édifice théorique, ce dont nous allons tenter de nous faire une idée.

1. Évolutions
Adopter une vision historique de la pensée de G. Guillaume n’est pas chose aisée compte tenu du volume des publications – qui fort heureusement croît en raison inverse de celui des inédits – mais aussi plus simplement parce qu’on rencontre le problème de la subjectivité lié à toute entreprise historiographique. M. Valette (2006 : 63 sq.) compte ainsi au moins trois périodisations différentes de l’œuvre de Guillaume. Chronologies La version d’André Jacob met l’accent sur la découverte de la chronogénèse entre 1925 et 1938 et sur son exploitation. Pour A. Joly et D. Roulland, l’œuvre de Guillaume suit trois orientations successives : énonciative, psycho-systématique, puis enfin typologique. Cette partition est du reste plus ou moins corroborée par G. Guillaume luimême :

5

Le colloque international de l’AIPL, tenu à Oloron en 2003, avait justement pour thème la syntaxe guillaumienne.
309

Chap. V : Systématique de la phrase

À l'étude des actes d'expression, constructeurs du discours, s'est substituée l'étude des actes de représentation constructeurs de la langue. Ce changement de ma position d'étude remonte approximativement à 1928. (Guillaume, 1973a, PLT : 21 – Leçon inaugurale 1952-1953)

La majeure partie des vingt-deux années d’enseignement à l’École pratique des hautes études est donc inscrite dans la période systématique de Guillaume, c'est-à-dire après Temps et Verbe et avant 1956, alors que le savant met en chantier une approche contrastive et typologique des langues. R. Valin veut voir quant à lui trois grandes dates dans la chronologie scientifique de Guillaume : 1919 correspondrait à la distinction des plans de puissance et d’effet, 1929 à l’intuition du temps opératif, et 1959 voit l’insertion de l’effection entre la puissance et l’effet. Pour M. Valette lui-même, enfin, le panorama mérite d’être complété à partir de « la propre historiographie de Guillaume » (Valette, 2006 : 67) :
1917~1938 : problématique : position de problèmes linguistiques à partir de l’étude de l’article et de la représentation du temps ; développement conjoint d’un appareil conceptuel (langue/discours, actualisation, temps opératif, chronogénèse) ; 1938~1952 : systématique : résolution des problèmes posés précédemment par leur mise en système ; développement de la notion de mécanisme.

Pour un historien de la linguistique, ces données font de G. Guillaume l’un des premiers à avoir discerné certaines des problématiques de l’énonciation et de la cognition. Il est vrai que ses intuitions relatives à la première restent assez sous-estimées, et par ailleurs que sa théorie et les approches cognitives sont affines par certains aspects (Valette, 2003, 2006). Mais il ne faudrait pas risquer de gauchir la pensée de Guillaume en le rattachant indûment à un paradigme dont il aurait anticipé les propositions 6. Comme on peut le voir, il n’est nulle part question dans ces différentes chronologies des disciplines usuelles de la linguistique (syntaxe, morphologie…) ni de ses unités (phrase…). Et cela avec quelque raison, puisque si Guillaume a, comme il le dit lui-même, délaissé l’étude de l’expression pour celle de la représentation, il n’en a pas moins toujours accordé au mot la priorité sur la phrase, celle-ci ne faisant que
6

Ce que rappelle justement M. Valette en faisant de Guillaume non pas un théoricien de l’énonciation mais un « problématiseur ».
310

Chap. V : Systématique de la phrase

traverser les Leçons au gré des thèmes abordés. Cette préférence se trouve marquée dès les premières cours 7 et portée par une conception de la genèse des langues qui, en un mot, veut que celles-ci évoluent vers une réduction croissante de la syntaxe au profit de la morphologie 8. L’évolution prend ainsi son départ à l’holophrase, stade sinon primitif, du moins primordial, à partir duquel le mot « résiste à la sollicitation de la phrase » pour acquérir son autonomie 9. Cette faveur théorique pour le mot, lié aux langues telles que le français, n’implique cependant pas un abandon de la phrase. Dès les conférences de 1941-1942b, particulièrement riches du point de vue de la théorie phrastique, celle-ci est définie comme l’unité d’effet (Guillaume, 2005, LL17 : 39 – 27
XI

1941b), appellation qui

demeurera inchangée, grâce ou à cause de sa polysémie. Pendant l’année 1946-1947c, tandis qu’il aborde la phrase à travers l’acte de langage, Guillaume admet avoir fait jusqu’alors « plus de morphologie que de syntaxe ». Semblant vouloir ensuite rétablir la balance, il traite abondamment de la phrase dans les séries B et C des leçons de l’année 1948-1949 10, durant lesquelles il va produire ou affiner certaines notions capitales de sa théorie. Par la suite, Guillaume ne se concentrera plus aussi significativement sur la phrase, moins encore sur la syntaxe, si ce n’est au détour de problèmes transversaux. Pour bien rendre compte de la pensée guillaumienne, quelle que soit l’organisation qu’on lui prête, il convient également de s’intéresser aux sources qui l’ont nourri. Influences Meillet compte à n’en pas douter parmi les rares influences revendiquées par Guillaume ; Saussure a de ce point de vue un statut plus complexe, tant il est vrai que
7 8

Voir Guillaume (inédit – 6 I 1939) Voir Guillaume (1971b, LL2 – 1948-1949b) 9 Guillaume (inédit – 27 IV 1950) : « Il importe, en sémiologie surtout, de ne pas perdre de vue que le verbe s’est constitué par une réduction de la phrase-mot rejetant en dehors d’elle, par perte de pouvoir incorporant, les éléments nominaux qui, à date antérieure, étaient susceptibles d’entrer dans sa composition. Le procès mécanique auquel on assiste est une descente, dans l’opération même de langage, de la saisie lexicale, d’abord intervenante à peu de distance de la saisie phrastique, puis à une distance croissante de la saisie radicale. La caractérisation complète du verbe n’est acquise qu’à partir du moment, tardif, où le verbe ne retient plus en lui, sous terminaison, que la fonction de prédicat. » 10 Guillaume (1971b, 1973b).
311

Chap. V : Systématique de la phrase

Guillaume ne se réclame « néo-saussurien 11 » que pour mieux se construire contre le linguiste suisse. Selon J. Hewson (1984 : 178), l’approche guillaumienne de la morphosyntaxe relève de ce type de confrontation, se trouvant ainsi marquée en négatif par le saussurisme (ou plutôt par le CLG). En particulier, nous avons vu en première partie que le réductionnisme du CLG tendait à nullifier le clivage syntaxe-morphologie permettant de définir notamment le seuil du mot. Si l’on suit J. Hewson, on peut éventuellement voir chez Guillaume une part de réaction, sans doute inconsciente, dans l’assise très forte qu’il confère au mot dans sa théorie. Beaucoup plus sensible, cependant, est l’influence de Meillet. Pour ce qui nous occupe, on discerne une nette parenté dans la façon d’exposer certains problèmes, dont la question de la phrase. Celle-ci est, chez Meillet déjà, posée en termes particulièrement modernes, délaissant la dyade logicienne sujet-prédicat pour une approche plus énonciative :
Pour qu’il y ait phrase, il faut et il suffit que quelque chose soit énoncé ; ce peut être un fait particulier ou une vérité générale que l’on indique, un sentiment que l’on exprime, un ordre qu’on formule. On peut convenir d’appeler « prédicat » ce qui est ainsi énoncé. Mais il faut retenir que la phrase ainsi définie diffère des « propositions » de la logique formelle, et, par suite, le terme de « prédicat » n’est pas ambigu. […] La phrase à terme unique est chose normale, et c’est sans doute de là qu’est parti le langage. (Meillet, [1921] 1952 : 2)

On sait que le problème de la dualité de la relation prédicative occupera souvent Guillaume ; la perspective contrastive qu’il adopte pour traiter ce sujet doit explicitement ses développements à Meillet, jusqu’à certains des exemples que Guillaume reprend verbatim 12. De même, on retrouve chez Guillaume, expliqué dans des termes assez proches, le principe de la compensation syntaxe/morphologie, qu’il exploitera abondamment (voir ci-dessous) et qui donnera lieu à la définition d’une syntaxe expressive. Ainsi chez son maître :

11

C’est en réalité l’équation « langage = langue + discours » revue par Guillaume ([1958] 1964 : 28) qui entre autres est associée à la linguistique « néo-saussurienne ». 12 Les phrases « nominale » et « verbale » sont illustrées chez Meillet par des exemples familiers de Guillaume, comme le russe dom nov ou l’allemand Pëtr spit (voir p. ex. Guillaume, 1997, LL14 : 195 – 18 XII 1947a)
312

Chap. V : Systématique de la phrase

Les anciennes langues indo-européennes ne présentent les noms que sous la forme d’un cas particulier : il n’y a pas, en latin, un mot loup ; il y a un nominatif singulier lupus […]. Dans une langue ainsi faite, le principal de l’emploi des noms dans la phrase est indiqué par la forme usuelle. Dès lors, la place des mots est déterminée uniquement par les besoins de l’expression, on peut dire Petrus Paulum caedit ou Paulum Petrus caedit suivant la personne sur laquelle on veut attirer l’attention. […] Dans une langue comme le français moderne, […] il faut donc marquer le rôle du nom par la place qu’il occupe et par les mots accessoires qui l’entourent. (Meillet, 1952 : 8)

Ces quelques rapports de filiation n’éclairent qu’une part infime de la pensée de Guillaume, mais on trouve ici quelques germes de cette hauteur de vues qui caractérise la pensée du linguiste. Il reste à souligner une parenté bien plus significative, qui marque toute l’approche guillaumienne de la phrase et de la syntaxe. L’article de Meillet qui a servi à illustrer notre propos est intitulé « Remarques sur la théorie de la phrase ». Dans cet exposé, Meillet parvient à mentionner quantité de détails sur la phrase en évoquant très peu la syntaxe. Or, c’est un trait de méthode que l’on retrouve très nettement chez G. Guillaume, qui mentionne certes la syntaxe mais n’envisage pas de l’étudier en tant que telle. En somme, dans la continuité de Meillet, la psychomécanique semble donc bien montrer une tendance à élaborer explicitement une théorie des unités plus qu’une théorie des relations.

2. Syntaxe ou théorie de la phrase ?
Théoricien du mot, comme il l’affirme lui-même, G. Guillaume s’est donné tôt pour objectif d’aborder un jour la théorie de la phrase 13 (ce qu’il fit sans pouvoir le mener jusqu’à son achèvement). Est-ce parce que cette théorie de la phrase doit tenir lieu de syntaxe que l’on trouve si peu de références à celle-ci dans l’œuvre de Guillaume 14 ? Il y a lieu de le penser. Mais qu’entend alors Guillaume lorsqu’il évoque nommément la syntaxe ? On pourrait croire qu’il y voit une combinatoire autonome de constituants, lorsqu’il
13

14

« [A]près avoir considéré exclusivement […] les faits de langue dans le seul cadre du mot, je m’achemine à des vues plus étendues où la théorie du mot rejoindrait celle de la phrase. » (Guillaume, 1971b, LL2 : 165 – 28 IV 1949b) Quelque 208 occurrences du mot « phrase » dans l’œuvre publiée jusqu’en 1997 – fréquence que contribuent certes à faire augmenter les dernières livraisons de Leçons.
313

Chap. V : Systématique de la phrase

mentionne un sens « étroit » de la syntaxe, formulé comme « l’arrangement des mots dans la construction du discours, et plus étroitement de la phrase, unité d’effet du discours. » (Guillaume, inédit – 5 jan. 1950a). Mieux encore, Guillaume fait la distinction d’un « état du mot en phrase » qui ne correspond pas à « sa condition lexicale particulière » mais à « sa condition générale d’être grammatical 15 » (Guillaume, inédit – 14 III 1940). Faut-il alors en déduire que la syntaxe est un système autonome de discours ? Ce serait aller trop loin. Et Guillaume est en fait complètement opposé à cette idée car pour lui « il n’existe de système que dans l’institué » : « Qu’on n’objecte pas que la phrase – qui appartient au discours – est un système. Car le système de la phrase fait partie intégrante de la langue » (Guillaume, 1973a, PLT : 180 – 6 XII 51a). Ce fait d’appartenir à la langue ne confère pas pour autant une place considérable à la syntaxe. Guillaume entend même, d’un point de vue théorique, limiter autant que possible son importance au profit de la morphologie :
Le mieux serait, je crois, en limitant le terme de syntaxe aux faits de construction phrastique, de rangement, d’agencement des mots dans la phrase, de faire la distinction de deux moments de la morphologie : a) la morphologie de définition b) la morphologie d’emploi. (Guillaume, inédit – 10 VI 48b) 16

De la sorte, la syntaxe est réduite à une série de « règles d’assemblage » de mots 17 implémentée en langue et annexée en partie par la morphologie. Compte tenu de cette configuration, il n’est finalement pas fortuit que la syntaxe psychomécanique soit demeurée à l’état embryonnaire.

15

Guillaume (inédit – 16 II 1950b) en vient même à distinguer une fonction logique, purement syntaxique, « qui a trait au rapport momentané des mots en phrase ». La phrase en est, dit-il « l’unique déterminant ». Il l’oppose à la fonction dynamique qui décrit le rôle sémantique. 16 On trouve dans Guillaume (1999, LL16 : 124 – 21 I 1943b) un clivage faisant état de morphologies intérieure et extérieure au mot. Nouvelle palinodie du maître, l’emploi de la préposition relève d’un fait de morphologie extérieure en 1943 mais d’une « opération de syntaxe » en 1948 (1973b, LL3 : 25 – 26 XI 1948c) 17 « Ces mots, il [l’esprit] les porte rapidement aux avant-plans de la pensée et le y assemble selon une technique, la syntaxe, dont il a le secret […]. » (Guillaume, 2005, LL17 : 41 – 27 XI 41b). Plus éloquent encore : « Si l’ordre des mots change dans la phrase, c’est que les mots appelés à y entrer ne sont pas des identités (du point de vue formel). Ils n’occupent pas, dans la langue, la même position. Il y a des syntaxes différentes surtout parce qu’il y a des états de mot différents [Note raturée : l’arrangement syntaxique des mots dans la phrase, dépend pour une grande partie de l’état de définition des mots dans la langue]. Et l’on peut poser en principe que c’est de l’état de mot que procèdent tous les développements [morphologiques]?. » (Guillaume, inédit – 16 V 1940)
314

Chap. V : Systématique de la phrase

Non seulement la morphologie domine la syntaxe dans la théorie, mais il apparaît en outre qu’elle la conditionne dans les faits :
En saine linguistique, toute étude du mécanisme constructif de phrase se subordonnera à une considération préalable de la structure de mot. […] C’est de l’état de mot que dépendent fondamentalement les jeux de syntaxe. Un mot, par constitution, apporte avec lui ses possibilités associatives en phrase. De sorte que la structure de la phrase apparaît conditionnée, et jouée, par la structure du mot. (Guillaume, 1973b, LL2 – 9 XII 1948c)

Pour A. Joly (1984) ou J.-M. Léard (1984), cet état de fait constitue l’un des points forts de la psychomécanique du langage. En fait, le guillaumisme originel, « linguistique du mot et du morphème » (Léard, 1984 : 246), est une théorie qui, dans son époque, succède au réductionnisme saussurien en posant « une différence nette […] entre morphologie et syntaxe […] qui correspond au réalités linguistiques », et précède le réel « courant syntaxique » que sera la GGT (Hewson, 1984). Bien que morphologie et syntaxe soient distinctes et que la seconde soit subordonnée à la première, on sait qu’elles sont théoriquement complémentaires et qu’en outre leurs proportions respectives varient d’un idiome à l’autre :
opérations constructrices de langue + opérations constructrices de discours = acte de langage = 1 (Guillaume, 1973b, LL3 : 24 – 26 XI 1948c)

La syntaxe ne serait donc pas si mal considérée après tout puisqu’elle recouvre « tout ce qui appartient aux opérations constructrices de discours » et a pour objet « la construction des unités d'effet. » (Guillaume, 1973b, LL3 : 24 – 26
XI

1948c). Ses

prérogatives semblent donc avoir été revues à la hausse depuis 1943, date à laquelle, si nous avons bien compris, la syntaxe paraissait réduite à presque rien 18 – ou à ce que l’on appelle aujourd’hui « macrosyntaxe » :

18

Guillaume hésitait alors à étendre la morphologie au-delà de la phrase, dans quelques « morphèmes qui s’identifient entre la phrase et le discours » (Guillaume, 1999, LL16 : 123 – 21 I 1943b)
315

Chap. V : Systématique de la phrase

Une chose remarquable, c’est qu’il n’existe pas de morphologie dans l’intervalle compris entre la phrase et le discours. Là, dans cet intervalle, tout est syntaxe. Il y a un ordre des phrases dans le discours, il n’y a pas de traitement morphologique de la phrase en vue de la faire entrer dans le discours. […] La morphologie dans son entier comprend tout ce qui peut arriver à la base de mot dans l’intervalle base de mot + phrase. (Guillaume, 1999, LL16 : 124 – 21 I 1943b).

Pour autant, cette fracture morphologique se déplace au fil des recherches de Guillaume, et n’abolit jamais complètement la première définition large de la syntaxe comme « problème » qui se pose lorsqu’un « propos limité entre comme unité composante dans le système d’un propos plus vaste » (Guillaume, [1939] 1964, LSL : 108). Pour J. Hewson, du reste, la syntaxe subit une autre influence que celle de la morphologie : la visée de discours, qui préside à la conduite de l’acte de langage :
La syntaxe de toute phrase est conditionnée non seulement par la morphologie, c'està-dire par la structure de la langue, mais aussi par les besoins de l’expression, ainsi que par la situation du locuteur. (Hewson, 1984 : 190)

Ce passage abrupt du « tout morphologique » à un pré-fonctionnalisme n’est pas le fait de J. Hewson lui-même, qui se fait simplement l’écho des premières positions de G. Guillaume. Très tôt en effet chez Guillaume, la phrase est arrimée d’un côté à l’acte de langage et de l’autre au mot et à la langue, simultanément. D’un point de vue épistémologique, ce jeu de déterminations mutuelles produit une théorie très cohésive dont il est difficile d’isoler certains principes ou composantes
19

– pour preuve, par

exemple, la notion d’incidence qui relève à la fois de la langue et du discours.

3. Autour de la phrase
Plus que d’une syntaxe, en somme, la psychomécanique du langage semble dotée d’une théorie de la phrase. On a vu dans ce trait un héritage de Meillet, de qui Guillaume tient cette approche contrastive de la phrase, qu’il développe particulièrement pendant l’année 1948-1949b. Chez le maître comme le disciple, cette

19

Cela rejoint les propos de M. Arrivé (1997), cit. M. Valette (2006 : 53).
316

Chap. V : Systématique de la phrase

démarche empreinte de comparatisme s’inscrit en outre dans une large diachronie où s’observent les changements de répartition de la dyade syntaxe + morphologie. Phrase et mot Cela a pour corollaire un autre trait commun aux deux savants, qui est la définition oppositive de la phrase et du mot. Mais si Meillet tente encore de dégager des critères formels positifs de la phrase, Guillaume semble quant à lui en abandonner le projet et systématiser le contraste :
La définition de la phrase en tant qu’unité d’effet de discours a le mérite, par son accord avec le sentiment du locuteur […], de ne pas prêter le flanc à la controverse. Elle est quelque chose qui s’admet tout naturellement, étant entendu que la définition ainsi formulée ne vaut que dans le cadre de la relativité réciproque des deux entités de langage, phrase et mot, et n’a pas la prétention de donner de la phrase une définition qui en embrasserait tous les aspects. (Guillaume, 2005, LL17: 40 – 27 XI 1941)

L’opposition des deux unités s’avère être bien plus qu’un simple fait de théorie. Elle est selon Guillaume un trait de système qui fait de la phrase « l’antagoniste du mot » (ibid.), qui pousse les unités à se différencier peu à peu et, renforçant leur opposition, à devenir plus convenantes à elles-mêmes.
La phrase, pour être mieux et plus ce qu’il lui est imparti d’être, pour être elle-même, pour être une unité d’effet et cela seulement, autant qu’il se peut, aura à s’éloigner du mot, unité de puissance. Incessamment, le mot poursuit sa convenance à lui-même ; et la phrase aussi. (Guillaume, 2005, LL17: 43 – 27 XI 1941)

Outre qu’une telle position est peu éloignée d’une forme d’idéalisme déterministe, elle ne correspond pas forcément à l’évolution réelle du langage. Il n’en reste pas moins que cette approche oppositive des deux unités est connectée dans la théorie à un ensemble important d’autres dichotomies tantôt statiques, tantôt formant deux à deux un entier systématique. Il nous a semblé utile de les rassembler pour figurer plus clairement cet antagonisme :

317

Chap. V : Systématique de la phrase
Élément formateur – Mot Puissance Permanent Contingence Besoin d’exprimer la pensée Construit Langue Institué Antécédent Matière Contenu Exophrastie Représentation Analyse Morphologie —––————→ Récursivité ←–––––––––––– Phrase – Discours Effet Éphémère Nécessité À construire Discours Improvisé Conséquent Forme Contenant Endophrastie Expression Synthèse Syntaxe
20

Tableau 1 : dichotomies liées au clivage mot – phrase.

Il va de soi que le tableau esquissé ci-dessus simplifie considérablement la pensée de G. Guillaume 21. Entre autres, il n’y a pas nécessairement de correspondance terme à terme entre les éléments d’une même colonne mais tous entretiennent en revanche un rapport quelconque avec le mot ou la phrase. Les deux plans ainsi opposés, celui du mot et celui de la phrase, sont séparés par le seuil que constitue le « besoin d’exprimer sa pensée » (Guillaume, 2005, LL17 : 53 – 4
XII

1941b) mais ils sont liés opérativement

dans la mesure où, dans les langues de l’aire tierce du moins, la construction de la phrase présuppose celle du mot 22.

20

La plupart de ces dichotomies sont mentionnées dans Guillaume (2005, LL17 – 1941-1942b) : permanent/éphémère (p.37) ; contingence/nécessité (p.139) ; construit/à construire, antécédent/conséquent (p.59) ; forme/matière, contenu/contenant (p.2, p.69 sq.) ; exophrastie/endophrastie (Guillaume, 1971b, LL2 : 104 – 1948-1949b) ; analyse/synthèse (Guillaume, inédit – 11 V 1944b) ; représentation/expression, morphologie/syntaxe, langue/discours (passim). 21 Voir cependant Guillaume (2005, LL17 : 80 – 11 XII 1941b) 22 Guillaume (1973b, LL3 : 14 – 19 XI 1948c)
318

Chap. V : Systématique de la phrase

De la phrase au discours Mais, plus important encore, ces plans sont liés par la récursivité
23

qui rend

possible, entre autres, que la forme soit saisie à son tour « en position de matière » ou le contenant en position de contenu 24. Il suit de là un principe selon lequel
[…] un même être de langue se présente alternativement en position de contenant et en position de contenu. Il fait alors partie et de la partie formelle de la langue, dominée par la nécessité, et où s’affirme le règne du motivé en soi, du rationnel, et de la partie de la langue dominée par la contingence, où s’affirme le règne du non-motivé en soi, de l’irrationnel. Tel est le cas de l’être de langue qu’on est convenu de nommer la phrase. (Guillaume, 2005, LL17 : 139 – 15 I 1942b)

En

ce

qui

concerne

la

phrase,

cette

récursivité

superpose

deux

plans

d’existence indépendants. En tant que contenant, la phrase « formelle 25 » relève d’un mécanisme « qui trouve sa justification dans la raison » et s’avère à ce titre répétable ; en tant que contenu matériel, elle n’est pas censée devoir se répéter. Il se pose de fait une question cruciale qui est celle du « contenant non contenu », aboutissement et terme de la récursivité. Or, pour Guillaume la réponse ne souffre pas de débat : il s’agit du discours.
La première unité de synthèse, c’est évidemment le discours. L’analyse en synergie est de limiter le discours, de le fractionner en plusieurs. La limitation du discours produit des discours limités qui sont des phrases […]. Le discours, forme de synthèse, se recompose de discours limités, de phrases qui sont relativement des matières d’analyse – l’analyse et la matière étant toujours du côté du contenu, ainsi que la synthèse et la forme du côté du contenant. (Guillaume, inédit – 11 V 1944b)

Selon qu’on adopte le point de vue top down du descripteur-récepteur ou celui, bottom up du descripteur-producteur (comme ici Guillaume), le discours occupera l’un ou l’autre des terminus de la chaîne – mais cela n’a guère d’importance en l’espèce.
23

« La fonction créative de la structure du langage est essentiellement une fonction séparatrice et itérative qui […] progresse de la puissance à l’effet et, parvenue au plein de son effet de séparation, réitère son action séparative entre les choses – qui sont des plans – qu’elle a antérieurement séparées. » (Guillaume, 2005, LL17 : 121 – 18 XII 1941b) 24 Voir p. ex. Guillaume (2005, LL17 : 2, 131). Signalons aussi que l’improvisé peut s’instituer : « Une phrase qui s’institue dans l’esprit, qui cesse d’y être de l’éphémère, devient un mot de langue. » (Guillaume, 1982, LL5 – 29 XI 1956) 25 Voir Guillaume (1989, LL9 : 164 – 2 V 1947c)
319

Chap. V : Systématique de la phrase

L’essentiel est que le discours est intégrant à l’endroit de la phrase – ce qui est une vue moderne en 1942 – et que celle-ci l’est à l’égard du mot. Ainsi, dans la fabrication du discours 26, qui, rappelle Guillaume, « vise à produire l’effet », le sujet parlant progresse par « bonds » d’un palier à l’autre, du mot à la phrase puis au discours. À mesure qu’il produit des contenants plus vastes, la limitation de ces derniers « devient plus vague » et elle « dépend davantage de la volonté » 27. On sait que l’existence de ces paliers et de « bonds » entre ces paliers est avant tout un phénomène de praxéogénie, c'est-à-dire un phénomène lié à l’acte de langage effectif. C’est pourtant, cette progression « pragmatique » qui servira de base à Guillaume pour construire une typologie des langues 28, mais le fait principal, de notre point de vue,

26

« La progression synthétique en direction de la forme, c’est l’acte positif de langage : celui que nous accomplissons quand il nous faut parler. » (Guillaume, 2005, LL17 : 324 – 16 IV 1942b) 27 « Ce que représente, dans la langue, le mot et la phrase, c’est le point de discontinuité, la pause mentale qui sépare un bond accompli d’un bond portant plus loin, qui va s’accomplir. Dans la pensée, le bond jusqu’au mot à partir des éléments formateurs est suivi d’un nouveau bond jusqu’à la phrase, à partir du mot, puis d’un troisième bond, jusqu’au discours, à partir de la phrase. Chaque bond est un entier, tend en tout cas, à être un entier, relevant comme tel du signe de l’intégrale ∫. Comme il entre généralement plusieurs mots dans une phrase, il faut poser que la phrase est faite de plusieurs bonds jusqu’au mot et d’un certain ordre de successivité de ces bonds jusqu’à elle. Cet ordre de successivité, c’est ce qu’on appelle la syntaxe, le terme de syntaxe étant entendu comme signifiant l’arrangement des mots. » (Guillaume, 2005, LL17 : 325 – 16 IV 1942b) 28 Cela dit, il est notable que la configuration théorique se trouve modifiée, ou du moins formulée différemment, passant de trois bonds à deux saisies. Cela s’explique sans doute par la perspective différente qui est celle de Guillaume à ce moment, perspective à la fois diachronique et typologique : « L’acte de langage considéré in toto – acte qui, comme toutes les opérations du langage, demande du temps (un temps opératif aussi bref que l’on voudra, mais réel) – se développe, s’inscrit, partout et toujours, entre deux moments de lui-même : un moment initial où l’unité saisie par la pensée est une unité radicale […] et un moment final où l’unité saisie par la pensée est une unité d’aboutissement, pourvue de la largeur que comporte une pensée exprimée se suffisant à elle-même. Cette unité d’aboutissement, c’est la phrase. […] La saisie phrastique est fait de discours : c’est en tout état de cause en discours que se fait la phrase. » (Guillaume, 1971b, LL2 : 93 – 10 II 1949b). Cela appelle une brève remarque épistémologique. Un des problèmes majeurs auxquels sont confrontés les lecteurs de Guillaume (c’est toujours notre cas), est que des faits empiriques identiques sont désignés de manière différente selon l’approche adoptée – pas toujours explicitement. En somme, G. Guillaume opère au fil de son parcours scientifique une série de « Gestalt switch » accompagnés de renouvellement du métalangage. La distinction endophrastie/exophrastie illustre assez bien ce phénomène. On pourrait la qualifier de métathéorique et Guillaume avoue d’ailleurs lui-même que « C’est une distinction de théorie qui vaut surtout comme telle. Dans la réalité [elle] ne correspond que d’assez loin à quelque chose de catégorique. » (Guillaume, 1971b, LL2 : 117 – 3 III 1949b). L’exophrastie et l’endophrastie, concepts transversaux, peuvent être définis respectivement comme le siège abstrait du préconstruit et comme celui de l’à-construire, mais ils valent surtout pour ce que leur variation en raison inverse permet d’appréhender le changement linguistique dans une vaste diachronie. G. Guillaume semble réserver le couple notionnel à cette perspective diachronique – sans opérer de rapprochement avec une autre notion transversale, celle d’analyticité.
320

Chap. V : Systématique de la phrase

reste la double définition que donne Guillaume de l’acte de langage comme une « progression synthétique » du côté du sujet parlant et une « régression analytique » pour le sujet écoutant, qui « perçoit la phrase construite et […] s’en procure l’intellection par réduction aux unités de puissance composantes ». Pour conclure sur ce point, on peut concéder à J.-M. Léard que Guillaume n’a pas développé une syntaxe psychomécanique comme d’autres proposent une « grammaire explicite » (Germain & Séguin, 1998). De fait, il n’y a pas de syntaxe autonome chez Guillaume 29, mais il y a en lieu et place de celle-ci une théorie de la phrase imbriquée dans une théorie générale de l’acte de langage. Comme nous allons le voir, la conception psychomécanique de l’acte de langage est remarquablement large, car elle absorbe à la fois, dans une des définitions qu’en donne Guillaume, la production de la phrase, celle du discours, mais aussi celle de la langue sous la forme d’une recréation déclenchée par le besoin de communiquer.

4. L’acte de langage
Comme le notent F. Tollis (1991 : 35-42) et A. Boone & A. Joly (2004 : 25 sq), en effet, l’acte de langage reçoit plusieurs définitions chez Guillaume. Tantôt il désigne la simple production du discours, motivée par une intention de communication liée à un moi-ici-maintenant (la praxéogenèse), tantôt il recouvre en outre l’élaboration préalable, inconsciente, de la langue (la glossogenèse). À ce titre, on peut noter une disparité assez nette entre l’état de la théorie en 1941 30 et celui de 1949 :

29

Ce qui ne signifie pas qu’il n’y a pas les soubassements théoriques nécessaires à une telle syntaxe. Les modèles proposés notamment par M. Wilmet (1998a) et D. Van Raemdonck (1998a, 2001, 2002a, 2006a) montrent au contraire la possibilité d’une syntaxe d’inspiration guillaumienne. 30 La praxéogénèse est une création momentanée, discontinue. La création de la langue, la glossogénèse, qui se déroule « au fond de l’esprit », est « continue parce que la langue habite en permanence dans la pensée, qu’elle y est présente – sans absence possible – d’une manière définitive et en quelque sorte organique, ce qui la rend tributaire non pas seulement de ce qui se passe dans l’esprit quand l’esprit s’en sert, quand on parle, mais de tout ce qui se passe dans l’esprit, y compris ce qui se passe quand il ne s’en sert pas, quand on ne parle pas. » (Guillaume, 2005, LL17 : 46 – 27 XI 1941b) Entre ces deux dates, Guillaume déclare que « l'acte de langage ne commence pas exactement avec l'émission de paroles destinées à exprimer la pensée, mais avec une opération sous-jacente, ou si l'on veut subsidente, qui est l'appel que la pensée en instance d'expression adresse à la langue, dont l'esprit a la possession permanente. » (Guillaume, 1991 – LL10, 27 IV 1944a)
321

Chap. V : Systématique de la phrase

Pour parler, pour faire acte de langage, je fais appel à la langue existante en moi – et qui existe en moi d’une manière permanente, aussi bien dans le cas d’usage que dans celui de non-usage. L’acte de langage prend son origine à la langue, préconstruite en moi, et il a son aboutissant au discours, construction momentanée de mon esprit réalisée par les moyens de la parole et provoquée par un besoin momentané d’expression. La finalité du discours ressortit à l’expression ; la finalité de langue à la représentation, conditionnant et permettant l’expression. L’acte de langage est une transition de la langue au discours. Il est intégrant à l’égard de cette transition. (Guillaume, 1973b, LL3 : 12 – 19 XI 1948c)

Pourtant, la position de Guillaume sur ce point semble osciller plus qu’évoluer, car le linguiste revient
31

ensuite

à

une

définition

plus

large

recelant

une

partie

glossogénétique

. Celle-ci implique, comme le souligne W. Hirtle (2002), que

G. Guillaume ne conçoit pas les mots comme des « éléments lexicaux […] construits d’avance et prêts à être employés tels quels dans la phrase… ». Pour W. Hirtle, il n’y a donc pas de mots « en langue », mais il n’y en a pas davantage « en discours » puisque la phrase effective soumet au final le signifié de ses composants à la « condition sommatoire » constitutive de son sens global 32. D’où la conclusion surprenante – mais parfaitement logique :
Le mot comme tel, comme entité physique/psychique n’est observable ni dans la langue, où il n’existe pas encore, ni en phrase, où il n’existe déjà plus. (Hirtle, 2002 : 50)

Ainsi, il n’y a pas de temps d’arrêt pendant lequel les mots existeraient en suspens, pas de « moment qui précède les processus de syntaxe constitutifs de la phrase »

31

La question de l’étendue de l’acte de langage est en tout cas au cœur des préoccupations de Guillaume dans ces leçons de 1948 (Guillaume, 1973b, LL3 : 14 – 19 XI 1948c) : « Quand, pour construire une phrase, unité d’effet, je fais appel au mot, unité de puissance, si le mot choisi est verbe, c’est que j’ai accepté la construction verbe et pour l’accepter j’ai dû rapidement la refaire. Si l'on tient compte de cette reconstruction, par acceptation, de l'unité de puissance qu'est le mot, on en arrive à étendre l'acte de langage à la construction du mot. […] Autrement dit l'acte de langage apparaît un acte en deux temps, un acte biphasé, dont la seconde phase, tardive, aboutit à la phrase, et dont une première phase, précoce, a déjà conduit, dans une antériorité qui s'indétermine, au mot. » 32 « Il y a dans la production d’une phrase un instant – un instant très court et fort remarquable – qui est celui de son plein effet, où les mots n’existent plus en elle distinctement. Leur unité s’est momentanément dissipée dans son unité à elle ; leur autonomie dans son autonomie. » (Guillaume, 2005, LL17 : 48 – 27 XI 1941b)
322

Chap. V : Systématique de la phrase

(Hirtle, 2002 : 50). Pour Guillaume l’acte de langage est « de bout en bout cinétique », sans doute à l’image de la construction du mot telle qu’il la décrit en 1940 33. Si l’on suit W. Hirtle, il faut donc admettre, en toute rigueur épistémologique, que l’individuation du signifiant et du signifié d’un mot procèdent d’une reconstruction épilinguistique 34 opérée à partir du mot engagé dans une phrase construite.
C’est bien une des conditions nécessaires pour entreprendre la construction d’un mot que d’avoir l’intention de faire une phrase afin de dire quelque chose […] : du point de vue de la visée phrastique, il s’agit de reconstruire un mot capable de remplir une certaine fonction dans la phrase. (Hirtle, 2002 : 50)

Car ce qui préside en principe à toute production linguistique, qu’il s’agisse de phrases ou de mots, c’est la volonté d’agir sur autrui, volonté qui sous-tend le déroulement de l’acte de langage et reçoit en psychomécanique du langage le nom de visée de discours. Cette notion, capitale dans la théorie guillaumienne
35

, est définie de façon

étonnamment moderne par Guillaume comme une visée « par essence pragmatique » ayant pour but essentiel « d’agir par la parole sur autrui, dans l’immédiat, dans le moment où l’on parle » (Guillaume, 1989, LL9 : 82 – 31 I 47c). Mais il est évident que cette opération ne s’engage pas ex abrupto pour produire simplement du discours. Dans la perspective guillaumienne en effet, la visée de discours pragmatique consiste en premier lieu en un « appel que la pensée en instance d'expression adresse à la langue » et qui engage – dans la version étendue de l’acte de langage – une visée de langue produisant des représentations à partir du pensable ; à celle-ci se superpose (ou succède

33

« Tout pas accompli dans le sens de la particularisation s'accompagne d'un pas consécutif dans le sens de la généralisation. Ainsi, les deux procès se suivent, sont en consécution, non pas bout à bout, mais par particules. Il y a consécution particulaire. […] La particularisation du mot échoit ainsi, d'instant en instant, à un mouvement de généralisation qui emporte le mot tout entier vers la partie du discours. » (Guillaume, inédit – 22 II 1940) 34 Il faut reconnaître que les notions de signifié de puissance ou de parole de puissance, p. ex., sont autant d’essences du mot auxquelles l’accès n’est possible qu’à travers les accidents de la parole effective, par reconstruction (voir à ce propos Valette (2006) ; voir également Vassant (2005)). Ainsi le mot homme a dans la parole effective « toutes sortes de manières de se prononcer que la langue a condensées en une idée de parole, qui est en quelque sorte la permission de ces nombreuses différences » (Guillaume, 1985, LL6 : 13 – 23 XI 1945c). Par ailleurs, un autre point essentiel – déjà abordé (voir 2nde partie, chap.I) – transparaît ici, qui est le rapport de la grammatisation à l’écrit, rapport parfaitement aperçu et théorisé par Guillaume (voir notamment Guillaume (2005, LL17 : 50 – 27 XI 1941b)). 35 Voir Vachon-L’Heureux (s.l.n.d.)
323

Chap. V : Systématique de la phrase

immédiatement) une visée tendue vers « l’expression momentanée d’une pensée étroite et singulière ». (Guillaume, 1973b, LL3 : 23 – 26 XI 1948c). Ainsi, selon la formule lapidaire de Guillaume (1982, LL5 : 30 – 20
XII

1957) :

« on exprime à partir du représenté 36 ». Car si le discours vise bien à agir sur autrui via le langage, la fonction essentielle de la langue reste en un sens de lui faciliter cette tâche en minimisant le travail à accomplir dans l’instant de parole 37. Une communication sans langue se réduit en effet à de « vains efforts de l’ordre de la sonorité, du bruit spontanément expressif et de la mimique. » (Guillaume, 1973b, LL3 : 12 – 19 XI 1948c). Du point de vue du « sujet écoutant », l’acte de langage est pris « à son point d’aboutissement, la phrase, et […] redescend jusqu’aux éléments formateurs qui en constituent le terme analytique » (Guillaume, 1971b, LL2 : 35 – 16
XII

1948b). On

pourrait reprocher à cette modélisation son schématisme, en rappelant par exemple les remarques de R. Harris (1981) sur la décontextualisation de l’acte de langage. Mais Guillaume avait parfaitement conscience de l’idéalisme un peu naïf de cette conception de la communication :
Un homme cesse d’en comprendre un autre quand celui des deux qui parle présente à celui qui écoute une liaison de signifié /signifiant que ce dernier – le sujet écoutant – n’est pas en état d’inverser ou dont il opère une inversion qui n’est pas celle que désirait obtenir le sujet parlant. La compréhension parfaite d’un homme parlant et d’un homme écoutant suppose que, pour chaque vocable intervenant dans le discours, la liaison signifié /signifiant avancée par le sujet parlant provoque son équation parfaite, inversée, chez le sujet écoutant. Cette condition est rarement satisfaite d’une manière exempte de défaut. (Guillaume, 1985, LL6 : 12 – 23 XI 45c)

Il n’empêche que les différences mises en évidence ici par Guillaume entre les opérations de production et de réception sont plus d’ordre quantitatif que qualitatif : le

36

Cf. Guillaume (inédit – 5 I 1950) : « La systématique de discours étant conditionnée […] par celle de langue, en vertu du principe […] que le représenté conditionne partout et toujours l’exprimé et que l’exprimé conditionné n’est possible qu’à partir du représenté conditionnant. » 37 « L'acte de langage est un acte qui a une économie interne, et doit être étudié du point de vue de cette économie. L'acte de langage est d'autant plus léger, plus aisé, plus facile, qu'il a derrière soi, dans la vue de se donner aisance et puissance, une langue mieux construite. […] L’acte de langage a tendu incessamment à l’alléger en déférant à la langue, créée au-dessous de lui, tout ce qui était pour lui une charge excessive. » (Guillaume, 1989, LL9 : 12 – 6 XII 1946c)
324

Chap. V : Systématique de la phrase

linguiste signale simplement la perte d’un certain quota d’information entre les deux pôles de la communication. Or, les opérations de « codage » et de « décodage » sont différentes par nature, comme l’ont montré depuis à maintes reprises les travaux de psycholinguistique. Quoi qu’il en soit, il reste que Guillaume avait bien pris en compte, sans doute parmi les premiers, non seulement la dissymétrie des opérations accomplies par les deux acteurs de la communication, mais aussi dans une certaine mesure la coconstruction du discours :
[En synchronie] les deux mouvements, ascendant et descendant, interviennent, tous deux indispensables à l’efficience et à la complétude de l’acte de langage. (Guillaume, inédit – 17 VI 1948b)

Sans pour autant surévaluer cette assertion 38, on peut admettre qu’elle ouvre la voie à une interprétation plus fonctionnaliste de l’acte de langage en psychomécanique ; mais il n’est pas dit que la théorie guillaumienne s’accommode correctement à ce type de perspective. On sait que Guillaume avait projeté un grand ouvrage destiné à présenter l’ensemble de sa pensée. La mort ayant empêché l’accomplissement de ce dessein, il reste à ses disciples – et à ses lecteurs en général – une théorie subtile, éminemment changeante, dont on ne peut rendre compte de façon monolithique sans lui infliger de mutilations. Nous avons choisi jusqu’à présent de ne donner qu’un aperçu des grands problèmes rencontrés lorsqu’on aborde la phrase dans une perspective guillaumienne. Le fait que Guillaume aborde les sujets de sa réflexion à partir de la seule théorie complique évidemment les choses, puisqu’il devient difficile d’extraire la problématique particulière de la phrase de celles du mot et de l’acte de langage. En un sens, celles-ci forment un bloc théorique dont on ne peut faire l’économie d’une rapide présentation. De plus, Guillaume aborde certaines questions, pose certains problèmes de manière oblique et déjà fortement théorisée. Comme on va le voir, c’est justement le cas de la phrase, qui est rarement évoquée pour elle-même mais souvent au sein de systèmes ou de cinétismes avec lesquels elle tend à faire corps. Aussi faut-il selon nous

38

Elle est en effet isolée dans la leçon de clôture d’une année dédiée à la morphologie.
325

Chap. V : Systématique de la phrase

observer et confronter les différentes occurrences de la notion pour se faire une juste idée de la place qu’elle occupe chez Guillaume.

II. LA PHRASE CHEZ G. GUILLAUME : PROBLÈMES ET DÉFINITIONS
Dans le corpus des textes publiés jusqu’en 1997, on compte plus du double d’occurrences du lexème « mot » que d’occurrences du lexème « phrase ». Disproportion éloquente, qui toutefois n’enlève pas la possibilité de recueillir une grande diversité de définitions de la « phrase ». Nous en distinguons suivant A. Joly & A. Boone (2004 : 325) deux ensembles ; du premier, souvent mentionné et bien connu, il sera très peu question : il s’agit de la définition « pragmatique » ou « énonciative » de la phrase comme « unité d’effet matériellement large en convenance avec un but de pensée particulier » ; sur le second, qu’on pourrait appeler « mécanique », nous nous étendrons davantage, dans la mesure où il semble moins connu et sert plus directement notre projet.

A. DEUX APPROCHES DE LA PHRASE
1. La phrase « pragmatique »
Dès 1941, comme on sait, G. Guillaume définit la phrase dans toute langue comme une « unité d’effet ». Elle appartient en cela à la momentanéité du discours. Elle constitue l’aboutissement d’un acte d’expression, lui-même lié à un besoin et une volonté d’agir sur autrui. Mais le caractère agissant de la parole est déjà mis en évidence dès le Problème de l’article, où Guillaume peut écrire que l’on « parle pour communiquer des idées » (Guillaume, 1919, PBA : 22) ou encore que « la parole est nuancée d’actions en puissance » (Guillaume, 1919, PBA : 36). Quelques années plus tard, le propos est plus affirmé :

326

Chap. V : Systématique de la phrase

Le sujet parlant qui, pour extérioriser sa pensée, s’adresse à la langue, se propose, avec les éléments qu’elle va lui fournir, de construire un discours limité, duquel il attend certains effets auxquels sera sensible – du moins il le présume – le sujet écoutant. La construction de ce discours s’achève au plan de l’effet où elle prend, dans nos langues évoluées, la forme de phrases. Les phrases sont des constructions de discours limitées, assujetties à des règles de structure, qui, elles, font partie de la langue. (Guillaume, 1989, LL9 : 11 – 29 XI 1946c)

Quoiqu’il ne s’attarde guère sur le fait, Guillaume signale néanmoins que l’acte de langage requiert plus que le seul concours des mots : le « véhicule physique » de l’expression tient à la fois de la parole, de la parole « effective », mais aussi de gestes éventuels. Car la phrase en tant qu’unité d’effet vise à l’efficience instantanée, autrement dit elle est, pour Guillaume d’un « pragmatisme immédiat » (ibid. : 82) et à ce titre, peut recourir à l’improvisé physique du geste comme à l’improvisé linguistique. Il reste à préciser que la phrase étant une unité d’effet, elle peut logiquement être amenée à composer des structures plus vastes. Là encore, Guillaume ne s’étend guère 39. Il définit simplement le discours comme une « suite d’ouvrages limités momentanément construits [les phrases] » (ibid. : 83) :
[…] il faut en général plusieurs phrases pour faire un discours censé fini. Le discours apparaît ainsi formé de plusieurs bonds jusqu’à la phrase, et d’un certain ordre de successivité de ces bonds jusqu’à lui. Cet ordre, s’il avait un nom, serait une syntaxe du discours. Tel est le mécanisme de la progression pragmatique du langage. C’est un mécanisme de synthèse, qui va de l’enveloppé à l’enveloppant, du contenu au contenant, de la matière à la forme. (Guillaume, 2005, LL17 : 325 – 16 IV 1942b)

S’il faut modérer le caractère tout à fait général de l’unité de discours pour rendre compte d’unités du discours, on doit également voir que celles-ci n’ont pas systématiquement une configuration proprement « phrastique ». Guillaume a jugé utile de souligner cette distinction :

39

Mais il fait preuve d’une clairvoyance qui semble manifeste si l’on rappelle que l’article d’E. Benveniste « Les niveaux de l’analyse en linguistique » date du tout début des années 1960 et que G. Guillaume pouvait affirmer quelque quinze ans plus tôt : « Il y a un ordre des phrases dans le discours, il n’y a pas de traitement morphologique de la phrase en vue de la faire entrer dans le discours. » (Guillaume, 1999, LL16 : 124 – 21 I 43b)
327

Chap. V : Systématique de la phrase

L’unité d’effet, à laquelle aboutit nécessairement le discours, peut être, quant à sa structure et sa limitation, quelque chose de très différent de ce que nous appelons la phrase. […] Si toute phrase, construite selon des lois rappelant celles dont font usage les grandes langues modernes de civilisation, est une unité d’effet, il s’en faut de beaucoup que toutes les unités d’effet offertes par une considération étendue des faits de langage soient des phrases au sens que nous attribuons à ce mot. La phrase – telle que nous la concevons – la phrase à structure logique, celle dont on fait l’analyse, souvent bien imparfaite, dans les classes – n’est qu’un cas particulier de l’unité d’effet. Considérée tout à fait généralement, l’unité d’effet est l’unité à laquelle aboutit le fait de discours. (Guillaume, inédit – 9 V 1946b, cit. Pattee & Vachon-L’Heureux, 2004)

Malgré toutes les précautions prises par le linguiste, finalement, c’est bien l’équivalence biunivoque de l’unité d’effet et de la phrase qui est révoquée. Le résultat d’une visée d’expression n’est donc pas systématiquement une « phrase à structure logique ». Ce que l’auteur concède, et cela semble assez rare, pour autant qu’on puisse en juger, c’est que les faits se dérobent cette fois à la théorie, que la phrase n’est pas l’unité d’effet mais une structure idéalisée susceptible de survenir ou non, telle quelle, dans le discours. Guillaume avait une conscience aiguë du fait que le plan de puissance recelait une multitude de réalisations possibles au plan de l’effet, puisqu’il s’agit de l’une des pierres angulaires de sa théorie. Mais il n’échappe pas pour autant au dilemme de la Raison phrastique, qui se résume à la conservation une notion en sachant que sa cohérence n’est que théorique (c’est la phrase syntaxique) ou à la convertir en terme descriptif (elle devient la phrase graphique). Or, il semble que Guillaume choisisse de conserver le lexique phrase pour « la phrase à structure logique » – et qu’il n’hésite pas par ailleurs à donner une définition quasi circulaire de l’unité d’effet comme aboutissement du fait de discours. Toutefois ces doutes ne perdureront guère, attendu que Guillaume revient à son équation originale peu après, consentant sans doute à un certain degré d’abstraction et se résignant à l’irréductible diversité du réel.

328

Chap. V : Systématique de la phrase

2. La phrase mécanique
Dans une leçon de l’année 1938-1939, G. Guillaume donne l’une des premières et des seules définitions explicitement mécaniques
40

de la phrase. Ce n’est ensuite

qu’indirectement qu’il y fera écho, préférant comme on l’a dit se reporter à la notion pragmatique d’unité d’effet, dont l’absence de paramètres formels lui permettait de se tenir à distance raisonnable des critériologies et inventaires morphosyntaxiques. De temps à autre, cependant, Guillaume rappelle quelques principes généraux de la syntaxe phrastique :
[…] Avant de devenir concrètement un être de discours, momentané et singulier, [la phrase] est donc un mécanisme général institué dans la langue même en vue de permettre dans le discours l’assemblage utile des être généraux de langue. Ce n’est pas comme êtres particuliers que les mots prennent rang dans la phrase française, c’est comme être généraux : substantif, adjectif, verbe, adverbe, préposition, etc. (Guillaume, 2005, LL17 : 301 – 19 III 1942b)

On peut se demander à nouveau quelle est la nature de ce « mécanisme institué » qu’est la phrase puisque l’on sait par ailleurs que la psychomécanique est encline à voir dans la phrase non pas une structure d’ensemble mais un groupement de mots emportant avec eux leur possibilités combinatoires. Parmi ces mots, le verbe conserve ainsi pour Guillaume (inédit – 15
III

1951b) une part des prérogatives qu’il avait jadis en tant que

phrase minimale et il est à ce titre un élément essentiel de la mécanique phrastique. Phrase et verbe Précisément, en 1939, Guillaume donne de la phrase une définition centrée sur le critère formel de l’incidence du verbe à l’espace :

40

« Le substantif mécanique sert à désigner la structure, l’économie interne et les articulations d’un système, indépendamment de son contenu […]. Il s’agit donc essentiellement de la forme du système et de la disposition de ses parties. » (Joly & Roulland, 2004 : 271)
329

Chap. V : Systématique de la phrase

Quant au verbe, il est incident en soi au temps, et dans le discours devient finalement incident à l'espace par l'intermédiaire du substantif sujet. […] Ce qu'on peut retenir, c'est qu'en définitive tous les êtres de langue quêtent initialement ou finalement leur incidence à l'espace. La phrase elle-même ne prend existence que par ce mouvement d'incidence : le moment qui la détermine est celui où le verbe, incident par luimême au temps, accuse de surcroît son incidence à l'espace. Il va sans dire que je ne parle ici que de la phrase analytique, non spécifiquement expressive. Le mouvement expressif, à lui seul, est un déterminant suffisant de la phrase. Par exemple : La pluie ! (Il pleut) Silence ! Tableau ! (Guillaume, 1993, LL12 : 119 – 3 II 1939) — nous soulignons en gras.

Cette définition morphosyntaxique ne s’applique donc qu’à la « phrase analytique », i.e. la phrase à structure logique évoquée plus haut. Mais cette objection n’empêche pas Guillaume de réitérer une définition approchante avec un métalangage mis à jour – et sans tenir compte cette fois du problème des phrases expressives 41 :
L’expérience nous met en face de [ces] deux univers [univers-temps où siègent les événements et univers-espace des supports d’événements], dont une phrase, en tout état de cause, exprime la jonction. Ce n’est que dans la langue qu’on en prévoit la disjonction. La phrase : je suis joint je, support d’événement à suis, événement […]. (Guillaume, 1998, LL15 : 120 – 7 II52a)

Si l’on s’en tient pour l’heure à la phrase dite analytique, il ressort que c’est l’incidence du verbe au nom qui suffit mécaniquement à produire une phrase 42. Or, on note que cette condition nécessaire et suffisante de la phrase analytique n’est plus ici formulée en métalangage syntaxique (c'est-à-dire en une articulation de positions ou de fonctions) mais étroitement corrélée à la typologie des parties du discours et à leur régime d’incidence, bref à l’état de mot, autrement dit à la morphologie 43 . La mécanique

41

Nous abordons plus loin le cas de phrases expressives. On est fondé à séparer ces deux types dans la mesure où Guillaume oppose explicitement production de verbe et mouvement expressif. (Guillaume, 1973b, LL3 : 205 – 20 V 1949c) 42 Ce qui ne vaut que pour les langues indo-européennes disposant de ces parties de discours. 43 Cette conception n’est pas si éloignée de la forme classique de la prédication dyadique, affectant un attribut transitoire à une essence permanente Sur ce rapport de Guillaume à la tradition grammaticale, voir p. ex. les propos de J. Stéfanini rapportés dans Vassant (2005 : 22-23). Rappelons également la grande proximité des vues de Meillet sur la question.
330

Chap. V : Systématique de la phrase

basique de la phrase se réduit donc à stipuler quels êtres grammaticaux sont requis et éventuellement à en fixer l’agencement. Cette relation privilégiée du nom sujet au verbe prédicat trouve pour Guillaume une justification diachronique. Le verbe, en effet, se serait constitué alors que la phrasemot primordiale rejetait en dehors d’elle « les éléments nominaux qui, à date antérieure, étaient susceptibles d’entrer dans sa composition. » (Guillaume, inédit – 27 L’exemple du latin, dans la continuité de Meillet, est bien sûr primordial :
De la phrase venit au mot venit, différence : venit (phrase) incidence à sujet interne ; venit (mot) incidence à sujet externe/interne. De là : Petrus venit. C’est l’incidence externe qui fait le verbe. Avec l’incidence interne = la phrase. Dans le plan nominal : l’incidence externe fait l’adjectif, interne le substantif. (Guillaume, inédit – 15 III 1951b)
IV

1951b).

Avec « venit », Guillaume illustre un stade intermédiaire entre l’holophrase et la phrase analytique du français moderne. Le verbe latin, en effet, incorpore en langue la double possibilité de faire phrase à lui seul en discours par incidence à un sujet interne ou de se convertir en verbe par incidence externe à un nom 44. En français moderne, la situation est toute différente puisque le verbe a perdu la capacité d’intégrer en discours un support sujet lui permettant de joindre à lui seul univers-espace et univers-temps. Ainsi, il ne peut occuper qu’une fonction prédicat et rend nécessaire l’expression d’un support extérieur – du moins lorsqu’il est à un mode non nominal 45 :
Le non-recours à un pronom sujet, très rare en français, appartient à l’expressivité. Il est une construction réduite par le mouvement expressif. [ex.:] Faut y aller. (Guillaume, inédit – 15 III 1951b)

Fréquemment mentionné par Guillaume, ce changement de fonctionnement du verbe et, consécutivement, de son support sujet est concomitant d’une modification de la mécanique de la phrase. Mais il est un fait moins connu, en tout cas peu évoqué à notre

44

L’analogie qu’établit Guillaume avec le couple nom-adjectif peut paraître équivoque en ce qu’elle laisse entendre que la distinction ne se fait qu’en discours. Mais la mention du « plan nominal » renvoie à la langue. Sur le problème de « l’incidence de langue », voir Van Raemdonck (2001). 45 L’impératif, mode de discours chez Guillaume, pose des problèmes particuliers en psychomécanique du langage.
331

Chap. V : Systématique de la phrase

connaissance au cours du débat sur l’incidence 46, c’est que, selon G. Guillaume, cette éviction du support intra-verbal entraîne « compensativement » une intégration de l’objet et la création de locutions « où la matière verbale s’étend jusqu’à l’objet inclusivement 47 ». Dans ce type de verbes, poursuit le linguiste, « l’objet entre dans le verbe au titre de limite interne, le sujet, en français, étant devenu limite externe » (Guillaume, inédit – 27 IV 1950b)
48

. Cette tendance à intégrer l’objet n’est pas un trait

commun à tous les verbes, loin s’en faut. Mais il n’en demeure pas moins que, de binaire qu’elle était, la mécanique qu’impliquait le verbe est devenue ternaire : le verbe et son objet tendent à la coalescence mais le support sujet ne cesse pas pour autant d’être indispensable. On reconnaît là les fondements de la théorie guillaumienne de l’incidence, qui sera peu ou prou celle de Moignet, et qui place symétriquement autour du verbe les deux supports que sont le sujet et l’objet. De là procède chez Guillaume, un concept transversal, assez rare dans le corpus guillaumien : le noumène verbal 49 . Il s’agit d’une notion que l’on pourrait assimiler à une forme de valence prévisionnelle influant sur la configuration argumentale du verbe en discours. La conséquence est de taille : la mécanique phrastique se trouve construite autour d’une forme de noyau comprenant le verbe et ses deux supports immédiats que sont le sujet et l’objet.

46

Cf. Guimier (1988), Le Flem (1984), Ilinski (2003a), Van Raemdonck (1998, 2001, 2002a, 2006a), Vassant (1991, 2005), Wilmet (1986, 1998a, 2006). 47 Guillaume cite en exemple, sans suite logique : « faire la cuisine, lire la bible, montrer les dents ». 48 « Les choses sont différentes en latin, où le sujet, faisant limite intérieure, l’objet, par compensation, se présente en situation de limite extérieure au verbe, et fait donc moins corps avec lui, conservant ainsi une autonomie favorable à sa déclinaison » (ibid.). 49 Guillaume (inédit – 30 III 1950b) excipe que le noumène « est le verbe non encore pourvu d’un corps sémantique ». Cela explique que « le "noumène" du verbe […] est inscrit entre la position de sujet et d’objet. Lesdites positions sont les limites nouménales du verbe. La règle en pratique, selon laquelle le sujet précède et l’objet suit le verbe, se rapporte, pour une grande part, et si je juge bien, au fait, assez secret, que le phénomène du verbe marque une tendance à occuper la place qui est celle du noumène verbal. » (ibid.) Le linguiste propose plus tard une formulation complémentaire : « Le verbe en soi est représenté par la relation sujet → objet. Le verbe en soi subsume cette relation, et il n’en sort pas. […] Ladite relation constitue le noumène du verbe […]. Si nous passons du noumène du verbe, représenté […] par la relation sujet-objet au phénomène du verbe, c’est pour constater que le phénomène garde la position du noumène. La position nouménale s’impose au phénomène. De là vient l’incidence directe, immédiate, sans terme médiateur du verbe aux deux états nominaux de sujet et d’objet. On dit « Pierre bat Paul » et l’incidence de battre à Paul, objet, est comme celle de bat à Pierre, sujet, directe, immédiate. Aucun signe médiateur n’intervient » (Guillaume, inédit – 20 IV 1950b).
332

Chap. V : Systématique de la phrase

En 1951, Guillaume dénomme ce noyau le « champ coverbal » et l’envisage comme une entité complexe allant à sa complétude, à sa clôture, et délimitant une « partie co-verbale » de la phrase :
La partie co-verbale, non-prépositive de la phrase est close quand on a opéré ces deux parcours. Pierre bat Paul. Il est des verbes qui sont entiers, qui font leur entier sans aller jusqu’à l’objet. Ils sont dits intransitifs. Verbes à entier précoce : marcher. (Guillaume, inédit – 11 V 1951c)

Si l’on accepte l’idée que la phrase analytique nécessite un prédicat verbal et ses supports nominaux (un seul éventuellement), il résulte logiquement que la clôture phrastique, qui nous intéressera au plus haut point, dépend étroitement de celle du champ coverbal, dont, pensons-nous, nous ne trahissons pas l’idée en l’assimilant à une structure saturable :
On notera que le champ coverbal n’accepte qu’une fois le total sujet/objet et que si l’on fait ce total sous un seul terme, le champ co-verbal est par là clos. (ibid.)

Cette approche mécanique de la phrase est finalement plus développée qu’il ne semble chez Guillaume. On en retiendra d’une part l’importance accrue du verbe et d’autre part la constitution d’un noyau « lexico-syntaxique » constituant le centre de la phrase analytique minimale. La connexité phrase-verbe est à ce point importante pour Guillaume qu’il n’hésite pas à affirmer que « toute phrase – toute assertion finie (Benveniste) – emporte avec soi une visée en correspondance avec la définition en langue de la partie du discours dénommée verbe. » (Guillaume, inédit – 8
III

1951b). Nous allons voir à présent que

cette approche mécaniste, que démentirait aisément une part des faits, est complétée par le second mode de production des phrases qu’est le mouvement expressif. Phrase et expressivité Toute phrase averbale, comme le « Tableau ! » familier des lecteurs de Guillaume, suffit apparemment à remettre en question la corrélation étroite de la phrase et du verbe. On a pu voir qu’en 1939 Guillaume avait déjà bien conscience de cette difficulté et qu’il

333

Chap. V : Systématique de la phrase

dissociait la phrase verbale « analytique » de la phrase « spécifiquement expressive » (Guillaume, 1993, LL12 : 119 – 3 II 1939). Il affirmera dix ans plus tard :
Pour construire une phrase on dispose donc de deux voies : produire un verbe ; produire un mouvement expressif suppléant. (Guillaume, 1973b, LL3 : 205 – 20 V 1949c)

Cette notion d’expressivité étant particulièrement polymorphe, suffisamment en tout cas pour acquérir une puissance explicative suspecte, nous allons d’abord tenter de voir ce qu’elle recouvre à travers une brève prise de vue dans le corpus guillaumien. Pour cerner ce que pourrait être la problématique fondamentale de l’expressivité, on peut partir de la définition qu’en donnent A. Joly & A. Boone (2004 : 174) :
Ensemble des moyens verbaux et non verbaux dont dispose le sujet parlant pour mettre en relief telle ou telle partie de l’énoncé, manifestant ainsi sa subjectivité (son sens d’intention) condensée dans la visée d’effet, ou visée de discours.

Ainsi présentée, l’expressivité ressortit à un surplus, à un procédé d’amélioration personnelle d’un « énoncé » neutre, éventuellement récupérable par reconstruction théorique. Or, une phrase averbale, qui selon G. Guillaume est expressive, relève plutôt d’un manque que d’un surplus de forme, et n’a pas toujours pour objectif, de surcroît, de « mettre en relief » une partie spécifique de l’énoncé. À l’inverse, une tournure expressive comme « C’est que j’ai eu du plaisir à vous lire. » présente un surplus formel emphatisant ; à ce titre elle va dans tout à fait le sens de la définition des auteurs mentionnés. Pour embrasser la diversité de ces deux cas, il est tentant en effet de faire de l’expressivité une sorte de « boîte noire » pragmatique ou énonciative 50, et d’affirmer qu’une phrase est ou n’est pas expressive relativement à l’effet de sens constaté. Selon nous, une telle approche ne rend pas compte du caractère mécanique de l’expressivité, qui doit être pris en compte dans l’économie générale de l’acte de

50

La boîte noire correspond grosso modo à un simulateur. Selon M. Valette (2006 : 49) : « Le simulateur est un mécanisme, ou un ensemble de mécanismes ayant pour fonction d’atteindre le même but que le phénomène simulé. […] Un modèle, au contraire, repose sur l’analogie des mécanismes autant que sur les fins espérées. Il s’agit de reconstituer l’intérieur de la boîte noire. »
334

Chap. V : Systématique de la phrase

langage. Bien que le concept semble parfois en contradiction avec lui-même, trahissant peut-être une assise instable, on pourra juger utile d’en souligner les traits les mieux ancrés. En premier lieu, Guillaume rapproche l’expressivité d’un mouvement
V

« antagoniste de la représentation verbale » (Guillaume, 1973b, LL3 : 205 – 20 Ce point est même évoqué tôt dans la théorie :

49c).

On peut poser que le mouvement expressif, par son développement, autorise et provoque une réduction de la structure phrastique. Ces réductions de la structure phrastique provoquées par l’introduction d’un quantum correspondant d’expressivité constituent une partie délicate et à peine explorée de la grammaire. (Guillaume, 1999, LL16 : 323 – 17 VI 43b)

En apparence, l’expressivité est un cinétisme intervenant pendant la construction de la phrase, et fonctionnant à rebours du cinétisme propre de l’expression, tous deux finissant quoi qu’il advienne par s’équilibrer. Cette opposition autorise Guillaume à formuler l’équation bien connue : EXPRESSION + EXPRESSIVITÉ = 1 Quant à la « réduction de la structure phrastique », Guillaume a affirmé dès le premiers temps qu’elle affectait le plus souvent le verbe :
Le mouvement expressif supplée le verbe dont l’absence est acceptée à proportion du mouvement expressif intervenu. (Guillaume, 1973b, LL3 : 205 – 20 V 49c)
51

51

Plus tard, Guillaume (15 III 1951b) formule le problème autrement, en partant de la visée de représentation, qui précède la visée d’expression : « Le verbe morphologique n’existe qu’à partir d’un certain développement de la structure linguistique : c'est-à-dire à partir d’un certain état de transposition de l’expérience en représentation. » Est-il fait allusion à l’ontogénie du langage, c'est-àdire à la construction du système en tant que tel ? ou bien à la praxéogénie, i.e. à la reconstruction instantanée du système au moment du besoin d’expression ? L’emploi de l’adjectif « morphologique » fait pencher pour la première option. Mais Guillaume ajoute aussitôt : « L’assertion correspondant à l’emploi du verbe (existant ou inexistant) existe en tant que phrase – en toute assertion finie. Qui dit assertion dit verbe implicite. La phrase exige le verbe implicite, elle n’exige pas le verbe explicite. Le verbe explicite correspond à un certain état de structure de la langue […] » (ibid.). Ce nouveau changement de point de vue de Guillaume corrèle phrase, assertion et verbe implicite. D’où il devient possible d’interpréter la première affirmation comme un modèle de la construction d’une phrase : en effet, le verbe morphologique (i.e. la partie de discours verbe) n’intervient qu’à partir du moment où l’expérience d’un procès à dire atteint un stade de représentation suffisant. Lorsque ce stade n’est pas atteint, le verbe n’est pas explicitement produit mais il demeure implicite au sein de la phrase. Le problème de cette version de la genèse phrastique est qu’elle ne réserve aucune place à l’expressivité « compensatoire » – que compenser si le verbe est bien là, même implicite ? Guillaume préfère-t-il postuler l’existence de zéro(s) plutôt de d’expliquer l’absence manifeste ?
335

Chap. V : Systématique de la phrase

Cette suppléance de l’expressivité permet de faire de « n’importe quel groupe de mots et même un mot unique […] l’entier d’une phrase s’il s’y ajoute un mouvement expressif suffisant » (Guillaume, 1999, LL16 : 321 – 10 juin 43b). À l’inverse, « énoncé sans aucune expressivité, le groupe nominal n’est pas conclusif, il fait attendre une suite. La phrase qui n’a produit d’elle-même que l’un de ses groupes nominaux, apparaît seulement commencée […] » (Guillaume, 1999, LL16 : 320 – 10 juin 1943b).
Une phrase expressive est partout d’abord et toujours une phrase nominalisée 52, les moyens de nominalisation se présentant du reste fort différents. […] C’est une construction expressive que de dire par exemple : Ce soir grande représentation au théâtre de la ville. On délaisserait l'expressivité pour la simple expression en disant : On donnera ce soir une grande représentation au théâtre de la ville. Non expressive, cette phrase, d'une signification égale à celle de la première, contient, qu'on le remarque, un verbe que la première évite de produire, la production du verbe comme telle étant contraire à l'expressivité. (Guillaume, 1973b, LL3 : 211 – 20 V 49c)

Dès lors, on ne peut manquer de se demander quelle est nature de la suppléance apportée par le mouvement expressif. Ou plus exactement : que perd une phrase nominalisée ? En 1951, nous l’avons vu, Guillaume pose que « l’assertion finie » (qu’il doit à Benveniste) équivaut strictement à un « verbe implicite » exigé par toute phrase. Que l’on accepte ou non cette nouvelle théorisation de la phrase qui recourt à l’implicitation, on peut déduire que le mouvement expressif apporte ce qui correspond fonctionnellement à ce verbe implicite, à savoir un prédicat inscrit dans l’univers-temps. Par cette compensation, une structure nominale, par exemple, passe d’un apport intemporel à un apport temporel, autrement dit une assertion : « ce brave Jean » (SN) ; « Ce brave Jean ! » (phrase) 53. Pour mieux décrire ces deux situations, Guillaume sera
52

Nominalisée « par retrait du verbe », ce qui n’équivaut pas ici à un procédé de translation. Telle quelle, la phrase « Ce soir grande représentation au théâtre de la ville » n’est pas l’équivalent fonctionnel d’un nom – on ne peut l’insérer dans une autre phrase à moins de supprimer le circonstant. D’où il ressort que le terme de « nominalisation » semble de notre point de vue un peu équivoque dans ce cas, où il signifie surtout négativement « déchu du statut de phrase ». 53 Guillaume (1999, LL16 : 237 – 1er avril 1943b) traite un problème connexe mais, pour des raisons liées au but de son propos, il ne fait pas état du passage du syntagme à la phrase : « De l’adjectif au verbe, le trait de la séparation le plus frappant est que l’adjectif est intrinsèquement propre à l’expression de l’attribution intemporelle (celle qui a lieu en dehors du temps), par exemple : ce brave soldat, et devient éventuellement propre à l’expression de l’attribution temporelle (celle qui a lieu dans le temps)
336

Chap. V : Systématique de la phrase

amené à proposer, dans son « nouveau modèle » de 1951, une distinction très intéressante entre le « présent d’expérience » (ou « présent de parole ») et le « présent représenté ». Cette dyade théorique, qui sera décrite en détail plus loin, fait du temps de l’énonciation, du temps nynégocentrique, une sorte de temps « par défaut ». Le présent « représenté » s’y oppose en tant qu’il est passé du stade de l’expérience à celui de la représentation (et même de l’expression). Ainsi, la prédication des phrases nominales est portée par le présent d’expérience (ce brave soldat !) tandis que la phrase verbale se donne son propre présent, le représenté, (ce soldat est brave !) – mais selon nous elle échoit néanmoins au présent d’expérience 54 . En somme, la compensation expressive relève bien d’une forme de « verbe implicite », non pas au sens où il est nécessaire – voire possible – de rétablir un lexème verbal zéro, mais au sens où une temporalité (ici, rudimentaire) ordinairement attachée au verbe se trouve être introduite dans la phrase, permettant la production d’une « assertion finie ». Tout irait donc pour le mieux si l’expressivité, marchant à rebours du cinétisme propre de l’expression mais finissant avec lui à l’équilibre, n’était corrélée qu’à un défaut de forme. On aurait alors pour modèle une simple tension du type :
Expressivité <——————> Expression

Dans ce schéma le maximum d’expressivité est occupé par le « cri improvisé » (p. ex. douleur intense), puis vient l’interjection
55

, avec davantage « d’expression

sauvegardée », et à l’exact opposé, le cas « où l’expression grammaticale tend à être tout et l’expressivité à n’être rien ». Ce stade est représenté par « la phrase assertorique :

si on lui adjoint la copule, le verbe auxiliaire être (ou un substitut). Par exemple : ce soldat est brave. La copule apparaît ainsi le morphème capable de transporter l’adjectif du plan du nom qui est celui de l’espace, dans celui du verbe, qui est celui du temps. La même transformation dans d’autres langues peut être obtenue autrement. Novy dom en russe signifie « la maison neuve » et dom nov avec un adjectif sans suffixe "la maison est neuve". » (Voir Le Flem (1984 : 112) ; Ilinski (2003a : 47)). 54 Voir Guillaume (inédit – 15 III 1951b). 55 « Une interjection est une phrase satisfaisant à la condition : expression (avoisinant zéro) + expressivité (avoisinant le tout) = 1. » (Guillaume,1973b, LL3 : 207 – 20 V 1949c). L’institué pour Guillaume est le moins expressif. À l’inverse, « la recherche de l'expressivité conduit […] partout et toujours à s'évader plus ou moins de l'institué profond et banal […]. » (Guillaume, 1988, LL8 – 7 V 48c). Schématiquement, l’expressivité recouperait le spontané, le naturel, voire le primal, tandis que l’expression, dont la phrase est « mesurée, sagement construite », relèverait de la componction « policée » ?
337

Chap. V : Systématique de la phrase

celle qui a retenu jusqu’ici d’une manière excessive l’attention des grammairiens logiciens 56 » (Guillaume, 1999, LL16 : 323 – 17 VI 43b). Or il est aussi question chez Guillaume d’une expressivité qui se surajoute à la forme basique de la phrase – éventuellement assertorique – et qui entraîne en un sens un surcroît d’expression. Cette expressivité « additionnelle » (nommée par lui explicite) est distinguée de l’expressivité « soustractive » (nommée implicite). Faut-il placer la seconde à une place intermédiaire entre expression et expressivité alors qu’elle relève d’un travail supplémentaire sur l’expression ? C’est ce que semble suggérer Guillaume :
Il y a simple expression si je dis : Pierre est venu ; on passe à l'expressivité en disant : C'est Pierre qui est venu, ou encore : C'est que Pierre est venu. L'expressivité est implicite si, avec l'intonation appropriée, je dis interrogativement, sans plus (et donc en abrégeant) : Vrai ? […]. Elle passe à l'explicité si je dis : Est-ce vrai ? Et, en passant à l'explicité, dans ce cas particulier l'expressivité se réduit et, par cette réduction, rejoint en quelque sorte la simple expression. […] Par expressivité implicite, et en abrégeant, je puis faire tenir l'affirmation dans le seul mot vrai. Et je puis me rapprocher de la simple expression en faisant l'expressivité explicite par l'addition des mots c'est. C'est vrai représente, dans la langue, l'affirmation expressive au voisinage immédiat de la simple expression. Que serait la simple expression ? Il semble bien qu'elle serait Il est vrai. (Guillaume, 1973b, LL3 : 185 – 6 V 49c) — nous soulignons en gras.

À lire ce propos du linguiste, il semble bien qu’on doive situer ces opérations diverses sur un même cinétisme dans un ordre qui ne nous semble pas cohérent. Car il est difficile à admettre que l’expressivité explicite, qui relève d’une quantité d’expression supérieure à celle du terminus d’expression initial soit située avant lui dans le mouvement :
Expressivité <——|—————|——————> Expression Expé implicite Expé explicite

56

Guillaume (1973b, LL3 : 207 – 20 V 1949c) la décrit ailleurs comme « la phrase d’expression mesurée, sagement construite, avec une utilisation aussi parfaite que possible des ressources lexicales et grammaticales que met à disposition la langue. Le résultat est la phrase de simple, pure, et – s’il se peut – belle expression, dont l’expressivité alors – négative mais opérante en cet état – consiste à alentir, à diminuer autant que possible le mouvement expressif. »
338

Chap. V : Systématique de la phrase

C’est le cas d’une phrase comme « C'est que c'est l'auteur qui n'a pas pris suffisamment ses précautions au départ. » par rapport à la phrase assertorique de départ qui occupe le terminus d’expression : « L'auteur n'a pas pris suffisamment ses précautions au départ. » (Guillaume, 1973b, LL3 : 212 – 27
V

1949c). Nous suggérerons plus loin des

aménagements nous semblant possibles relativement à ce problème. Pour l’heure, nous conclurons simplement sur ce constat que l’expressivité fait partie de ces notions guillaumiennes particulièrement fécondes mais sujettes à l’hyperpuissance, méritant à ce titre d’être examinées avec plus de circonspection. L’unicité mécanique de la phrase Dans la perspective guillaumienne, que la phrase soit produite par le recours au verbe ou à l’expressivité compensatoire, elle obéit dans les deux cas à une condition d’unicité. Celle-ci requiert que la jonction de l’univers-espace et de l’univers-temps s’opère par l’intermédiaire de parties de discours qui y ont leur incidence, ou bien par l’échéance d’une phrase averbale au temps d’expérience. Si c’est bien là que réside la mécanique fondamentale d’une phrase, comme nous avons pu le voir, c’est donc là qu’il faut chercher la raison de son unicité. Mais avant de développer cette question, il faut rappeler un distinguo qui, pour trivial qu’il soit, n’en a pas moins son importance : c’est la différence entre cette unicité de la phrase et son unité, entendue dans une perspective psychomécanique comme l’état d’achèvement de sa construction en tant qu’entier, sa « finitude ». Pour Guillaume, l’unicité mécanique est un principe de grammaire générale qui traduit une conception atomique de la phrase, ce qui exclut qu’une entité puisse être divisée sans cesser d’être elle-même ou qu’elle puisse contenir des entités de même nature qu’elle-même :
Le principe de l’unicité mécanique de la phrase, selon lequel une phrase ne saurait contenir le mécanisme de plusieurs, est important. Une phrase peut substantiellement réunir le contenu de deux phrases ; ce qu’elle ne peut pas faire, c’est d’être par mécanisme deux phrases ; il lui faut, quel que soit son contenu substantiel phrastique, n’en faire mécaniquement qu’une. (Guillaume, 1973b, LL3 : 187 – 6 V 1949c)

339

Chap. V : Systématique de la phrase

Du point de vue de ce propos, on est fondé à voir un atome dans la phrase « mécanique », i.e. formelle
57

, mais non dans la phrase matérielle, « chargée de

l’expression d’une certaine idée ». De là l’obligation où l’on est « si une phrase est énoncée et qu’on veuille la continuer par l’énoncé du contenu d’une autre phrase, de transporter cette dernière sur le plan nominal » (Guillaume, 1973b, LL3 : 187 – 6 V 1949c). Ce qui se trouve neutralisé par cette opération de nominalisation est difficilement définissable. Guillaume ne s’y attaque guère qu’à l’aide de périphrases :
Toute phrase soumise au traitement extérieur de la conjonction ou à celui (intérieur) du pronom conjonctif cesse ipso facto, non pas de contenir la matière d’une phrase, mais de la contenir sous la forme finale de phrase 58. (Guillaume, 1999, LL16 : 301 – 27 V 1943b)

Lorsqu’il aborde la notion (p. ex. dans Guillaume, 1973b, LL3 : 145 – 18 III 1949c), Guillaume fait bien de « J’ai lu ce livre » une phrase, mais il la définit circulairement comme « un groupe de mots satisfaisant aux conditions psychiques de définition de la phrase en français » (ibid.). Cela dit, nous avons vu qu’il tentait quelques années plus tard de préciser ses positions en suggérant une implication mutuelle : phrase ⇔ assertion finie ⇔ verbe implicite. Le problème que l’on rencontre avec cette équipollence, c’est qu’une phrase nominalisée ne cesse pas pour autant d’avoir un verbe – ni même de poser, bien souvent 59. Ce qu’elle « perd » en revanche est l’exclusivité et

57

Guillaume définit ailleurs « la phrase formelle » comme le « mécanisme, plus ou moins compliqué, sur lequel repose [la] construction systématique de la phrase. Ce mécanisme est, lui, quelque chose qui appartient à la langue. (Guillaume, 1989, LL9 : 164 – 2 V 1947c) 58 Guillaume a l’air dans ces propos de 1943 de ne pas circonscrire le critère énonciatif – volontairement ou non. 59 Guillaume devance cette objection. Il suppose d’abord la possibilité d’un verbe non prédicatif : « Une phrase nominalisée par un traitement conjonctif intérieur ou extérieur représente une chose dont l’esprit attend qu’un verbe à venir parle. Le verbe que la phrase nominalisée contient, étant lui-même passé sur le plan du nom, ne remplit pas son rôle de prédicat » (Guillaume, 1999, LL16 : 301 – 27 V 1943b). Pour nous, le fait que le verbe perde son statut de prédicat semble en soi très discutable – sauf à conférer au « prédicat » un sens spécifique. Mais Guillaume confirme sa position ; il avance une nouvelle explication visant à rendre compatible le caractère nominal de la subordonnée et la présence manifeste d’un verbe impliquant du temps par la nullification de celui-ci : « La subordonnée, parce qu'elle est devenue un nom fonctionnel, devrait, tout comme le nom, se tenir en dehors de l'expression du temps et porter en quelque sorte le temps zéro. Ce temps zéro que je me plais à imaginer, afin de rendre ma démonstration plus rigoureuse, n'existe pas ; et, d'autre part, la subordonnée, qui n'est un nom que du point de vue fonctionnel, n'a pas cessé de contenir un verbe, lequel doit obligatoirement prendre la marque d'un mode et d'un temps existant. Ce temps dont la subordonnée prendra la marque n'est plus en elle, quel qu'il puisse être, un temps vrai puisqu'il remplace, pour des raisons de
340

Chap. V : Systématique de la phrase

l’immédiateté de son rapport à l’espace-temps du discours 60. Nous nous proposons de développer ce point plus loin. Ce qui est certain, c’est que la nominalisation est définie par Guillaume comme le fait de faire d’une phrase quelconque « par un traitement approprié, une sorte de nom en plusieurs mots, qui n'est nom que dans le discours, c'est-à-dire momentanément, et n'appartient pas à la langue » (Guillaume, 1992, LL11 : 92 – 14 VI 1945a). Sans évoquer des détails qui sont bien connus et expliqués par ailleurs, nous laissons à Guillaume le soin de préciser la typologie des nominalisations, en employant, fait notable, le terme de translation 61 – assez rare dans le corpus :
Cette translation de la phrase dans le plan nominal a lieu de deux manières. L'une de ces manières est un traitement externe consistant à introduire la phrase par le mot que, servant à la conduire du plan du verbe au plan du nom. L'autre manière est un traitement interne en vertu duquel un des composants nominaux de la phrase en est détaché et devient, par l'intervention d'un pronom dit relatif, le support du reste de la phrase. (Guillaume, 1992, LL11 : 92 – 14 VI 1945a)

Il ressort de ces remarques que la nominalisation est un des processus garantissant l’unicité mécanique de la phrase. Si en 1948-1949 Guillaume n’émet pas de réserve quant à l’intégration de la subordonnée dans la principale, il était plus circonspect en 1944-1945 en raison du problème de la concordance des temps, qui l’a alors beaucoup préoccupé. À tel point même qu’il fait primer ce critère sur l’intégration elle-même,
Si la principale était le contenant et la subordonnée le contenu, il serait tout à fait impossible que la subordonnée n'eût pas le même temps que la principale […]. (Guillaume, 1992, LL11 : 233 – 30 III 1944a)

systématique, un temps inexistant, le temps zéro, seul en convenance avec l'état de nom acquis par la subordonnée. Rien ne s'oppose donc à ce que ce temps, qui n'a plus de nature, se détermine sous les traits du temps de concordance dont on a besoin pour respecter l'unité de temps de la phrase complexe » (Guillaume, LL10, 30 III 1944a) — nous soulignons. 60 On pourra même parler d’une incidence à cet espace-temps dans la mesure où par contraste une subordonnée est incidente à elle-même : « la phrase est un propos qui, si on le fait incident à lui-même, devient un nom en plusieurs mots. On obtient cette incidence de la phrase à elle-même en la faisant retomber sur un morphème qui la représente en position nominale : en français, le mot que principalement. » (Guillaume, inédit – 23 V 1940) 61 Voir les avertissements de O. Soutet (1995 : 289) et A. Joly et A. Boone (2004) sur les confusions à éviter avec la terminologie de Tesnière.
341

Chap. V : Systématique de la phrase

Cela contraint bien évidemment Guillaume à postuler l’existence d’une « phrase complexe » comparable à une extension de la principale, et contenant à la fois celle-ci et la subordonnée 62, ce qui peut sembler théoriquement peu économique, et ne change surtout pas grand-chose au caractère d’unicité de la phrase. Pour finir, rappelons que cette unicité mécanique est un principe de régulation de la construction de la phrase et non un but visé par cette construction. Dans une optique théorique, ce à quoi tend la genèse de la phrase est l’unité ou l’entier. C’est du moins ce que l’on est fondé à supposer puisque « cette marche des mouvements de pensée à leur intégrité spécifique » est un trait général du langage :
La pensée constructrice du langage, à laquelle il incombe d’être en elle-même une pesée de ses propres démarches, s’est choisi pour étalon de mesure des entiers – des entiers de mouvements psychiques […] mouvement intérieurs de l’esprit humain, continués jusqu’à complétude et saisis – s’il y a lieu – par elle avant cette complétude, ou après dans les langues qui, comme le français et les langues romanes, sont enclines à transcender l’immanence des mouvements de pensée sur lesquels repose leur structure. (Guillaume, 1973a, LL3 : 205 – 20 V 1949c)

Comment définir cette unité de la phrase ? G. Guillaume propose de la circonscrire d’un point de vue fonctionnel en mettant en avant ses propriétés de structure et ses spécificités sémiotiques. Peu avant sa mort, il va faire un pas dans la théorisation de ces aspects de la phrase, mais il ne fait alors que développer des intuitions plus anciennes.

B. DERNIÈRES NOUVELLES DE LA PHRASE
En 1940, Guillaume approche intuitivement l’unité discursive de la phrase comme un « instant d’homogénéité parfaite » :

62

« Le contenant commun de la principale et de la subordonnée, c'est la phrase complexe dont elles font toutes deux partie, sans que ce soit d'une manière égale. L'inégalité réside en ce que la phrase complexe procède d'une extension de la phrase principale, extension dont la subordonnée fournit la substance. Ce n'est donc pas, à bien observer les choses – et à un linguiste on ne saurait trop recommander la pratique de l'observation fine – ce n'est donc pas la principale qui intériorise la subordonnée, mais l'extension que la principale se donne, dans la vue de constituer, une fois étendue par l'absorption de la subordonnée, la phrase complexe. » (Guillaume, LL10, 30 III 1944a)
342

Chap. V : Systématique de la phrase

La phrase, dans nos langues, est faite de mots distincts, mais il y a, dans l’existence éphémère de la phrase, un instant infiniment court, où les mots cessent de se distinguer en elle. C’est à établir cet instant d’homogénéité parfaite de la phrase que visent les possibilités d’accord. Les mots qui entrent dans une phrase étaient distincts en dehors d’elle, avant sa formation. Ils redeviendront distincts quand elle aura passé, quand elle ne sera plus. Mais au plein de son existence, dans l’instant qui en accuse le plein achèvement et ne la présente pas encore en train de défaire, de se rompre *, dans cet instant extrêmement court, les mots qui composent la phrase sont si étroitement liés qu’ils ne font en elle qu’un corps continu. (Guillaume, inédit – 25 IV 1940)

C’est ce moment où les mots deviennent indistincts que Guillaume rattachera en 1959 à l’intervention de la condition sommatoire
63

. Celle-ci révèle les propriétés non

compositionnelles de la phrase, qui font qu’elle n’est plus réductible à la somme de ses parties ; elle atteint alors « son plein achèvement ».

Disance et émergence
La leçon du 10 XII 1959 rattache explicitement cette condition sommatoire à la clôture de l’effection, concept tardivement découvert par Guillaume. Dans le style énigmatique propre à ses dernières leçons, le maître décrit brièvement les trois groupes de conditions permettant ultimement l’existence du langage 64. À celles-ci succède la quatrième, fondamentale :
[…] la condition sommatoire, enveloppante, dont ils [les autres groupes de conditions] ont été et sont l’enveloppée, suivant laquelle le langage doit, l’effection accomplie, – effection voulant dire commutation de la puissance en effet – être disant et comme tel signifiant. Hors le dire et son apport d’inhérente signifiance, pas de langage. ». (Guillaume, 1995, LL13 – 10 XII 59)

*

En note : « …dans l’instant qui la fait achevée sans pour cela la faire encore décadente, et sur le point de disparaître, de quitter la conscience actuelle, dans… » 63 Une autre formulation, très proche mais plus tardive, est présente dans Guillaume (1988, LL8 : 170 – 17 IV 1947c) : « Au terme de la montée des mots en phrase, les mots fusionnent, leur séparation se dissipe ; mais dès que la phrase – unité d'effet – a opéré, les mots, unités de puissance, recouvrent leur individuation permanente, qui n'a pas été détruite, mais seulement, pour un très court instant, suspendue sous une individuation intégrante et prévalente, mais sans durée, éphémère : celle de l'unité de sens de la phrase. » 64 En un mot : (i) conditions exponentielles qu’il doit remplir pour pouvoir pouvoir être ; (ii) conditions puissancielles pour pouvoir être ; (iii) conditions effectives pour être. (Guillaume, 1995, LL13 : 261 – 10 XII 1959)
343

Chap. V : Systématique de la phrase

Selon ces mots, la condition sommatoire intervient pour clore une certaine unité d’effet (« l’effection accomplie ») pourvu que le langage soit « disant » autrement dit « veuille dire quelque chose » (i.e. to mean en anglais). Sans cette intentionnalité du langage, pas de langage :
Parler n’est langage qu’autant qu’il est disant, si peu que ce soit. Aucune disance n’étant dans le groupe de mots « parler pour ne pas dire », ce groupe est, dans toute la force du terme, un non-sens que rejette, exclut de lui, le langage. Demeure langage, n’en étant point rejeté, l’expression voisine parler pour ne rien dire, dont le sens est qu’on a dit, qu’il y a eu disance, mais que ce qu’on a dit, voulant dire, ne veut rien dire, ne signifie rien. Au départ il y a disance, à l’arrivée la disance apparaît minimée et, à la limite, infinitésimée. (Guillaume, 1995, LL13 : 263 – 10 XII 1959) 65

Il ressort de ce passage que G. Guillaume dissocie la signification intentionnelle (la disance) de la signification résultative (la signifiance ?). En tout état de cause, l’échec de l’acte de langage, jugé à l’aune de la compréhension de sujets écoutants, dont soimême, réduit à rien l’intention initiale de communiquer (« la disance apparaît minimée »). Cette conception empreinte de fonctionnalisme est assez rare chez Guillaume mais non exceptionnelle : nous avons signalé qu’il envisageait la complétude de l’acte de langage comme une relation complémentaire entre sujets parlant et écoutant. En outre, il répétait souvent – selon les éditeurs de ses leçons – une maxime que ne renierait pas un linguiste fonctionnaliste : « Il n’y a pas de formes, il n’y a que des emplois de formes. » (Guillaume, 1995, LL13 : 314 – 28
I

1960). C’est précisément

dans ce sens que vont les propos sibyllins cités plus haut. Ils avancent en effet que l’intentionnalité du dire est une condition nécessaire à la signifiance, mais qu’elle n’est suffisante qu’en tant qu’elle signifie – et elle ne signifie que pour quelqu’un.

65

Cet extrait se signale par une construction équivoque : l’expression « parler pour ne pas dire » est-elle employée en mention (comme exemple) ou en usage ? Apparemment les deux, car « parler pour ne pas dire » (les guillemets ont leur importance) est une phrase rejetée à la fois d’un point de vue linguistique et théorique : elle est agrammaticale ou peu s’en faut, mais l’interprétation qu’on pourrait néanmoins en tirer est de surcroît absurde pour Guillaume. Pour tout dire, il est difficile de se faire une idée certaine du sens de cet extrait.
344

Chap. V : Systématique de la phrase

Ces intuitions qui habitent Guillaume dans ces dernières années le conduisent également à s’intéresser aux conditions de cette signifiance. Or, il parvient dans ce domaine à des visions assez étonnantes sur l’émergence du sens et le caractère noncompositionnel du langage. Il fait ainsi remarquer (Guillaume, 1995, LL13 : 19 – 4 XII 1958) que la réduplication enfantine de syllabes in-signifiantes aboutit à du signifiant : lo-lo, guili-guili, etc. On ne peut mieux approcher une conception émergencielle du sens dans la mesure où les propriétés de structure (signifiance) sont nouvelles et ne dépendent pas du substrat microscopique (les syllabes) 66, aussi y a-t-il tout lieu de regretter que G. Guillaume n’ait pu développer ses aperceptions concernant les propriétés de structure des unités d’effet.

Psychosémiologie : l’importance de l’écrit
Pour clore ce tour d’horizon des conceptions guillaumiennes de la phrase, il nous reste à dire quelques mots au sujet des réflexions de Guillaume ayant pour thème l’écriture. On sait que ses réflexions typologiques sur les langues sémitiques, indoeuropéennes et le chinois l’ont conduit à aborder fréquemment ce problème 67. Bien qu’il ait ainsi prêté une attention régulière au mode de réalisation sémiotique (en distinguant parole et discours, notamment 68), Guillaume n’a pas toujours eu la même opinion vis-à-vis de la distinction oral/écrit. On le voit ainsi passer d’une position explicitement phonocentriste en 1947 à une position plus marquée d’autonomisme en 1959 69. Il n’en demeure pas moins que la psychomécanique du langage, avec la psychosémiologie, se signale par une prise en compte explicite du « signifiant, c'est-à-

66

Quand même les syllabes seraient en elles-mêmes « signifiantes » : pas vs. papa ; cela dit, dans certains cas, la nouveauté du complexe est moindre : p. ex. ne pas être malin-malin conserve des propriétés compositionnelles. 67 Voir p. ex. Guillaume (1988, LL8 – 1947-1948c). 68 Voir Guillaume (1995, LL13 : 238 sq. – 4 VI 1959) 69 La position phonocentriste d’un Saussure est tout à fait lisible dans Guillaume (1988, LL8 : 168 – 17 IV 1947c) : « Nous nous bornons, selon la systématique de nos langues, à parler notre pensée; et, pour ce qui est de l'écriture, nous ne lui demandons que de noter notre parole. Ce que nous écrivons, ce n'est pas directement notre pensée, mais la parole sous laquelle notre pensée a pris sa forme d'expression. » Mais une vingtaine d’années plus tard, Guillaume écrit que la parole et l’écriture « s’entre-figurent », ce qui est bien plus proche des postulats autonomistes.
345

Chap. V : Systématique de la phrase

dire [des] signes – qui empruntent leur matérialité à la parole et à sa transcription graphique ». (Guillaume, 1971a, LL1 : 69 – 28 XI 1949a). Suivant ce principe, on est fondé à voir dans les signes de ponctuation, en particulier le point de clôture, des marques des faits de pensée du « sujet écrivant » (diversement motivées,

éventuellement déceptives ou marquées) : lorsque Guillaume écrit de la séparation des mots qu’elle est « un fait profond de pensée, que le discours parlé note faiblement, et que le discours écrit note beaucoup mieux », on peut légitimement supposer qu’il en est de même pour la ponctuation phrastique, que « l'écriture inscrit en elle des séparations, opérées en pensée, que la parole ne marque pas, et même dissipe » (Guillaume, 1988, LL8 : 174 – 17 IV 1947c). Il ressort en tous les cas que le traitement séparé de l’écrit et de l’oral est tout à fait justifié par leurs différences de nature :
Car, je le répète, l'écriture en ce cas opère directement à partir de la pensée, sans recourir, et même en évitant, la médiation de la parole. Au cas où l'écriture réussirait à ne noter que la parole, elle établirait mal la séparation des mots, dont la notation supérieure est une notation écrite. (ibid.)

Quant à déterminer la nature de ce fait de pensée, de la séparation que marquerait la ponctuation de clôture, il semble plausible d’y voir une des manifestations écrites de la condition sommatoire évoquée plus haut. Cette idée se fait l’écho indirect de M. Noailly :
L’hyperbate, en fin de phrase, vient ajouter un élément dans un ensemble qui, aussi bien du point de vue sémantique que syntaxique, peut paraître déjà borné, complet, mais qui du fait de cette virgule […] est en même temps montré comme inachevé : la virgule joue donc un rôle ambigu, puisqu’à la fois elle isole l’élément détaché, et d’un autre côté, le relie à ce qui précède. Avec le point, c’est différent : la ponctuation ferme la phrase, crée une rupture totale, syntaxique mais aussi énonciative (je mets un point, j’ai fini). Le choix du locuteur semble être de clore là. (Noailly, 2002 : 139)

En développant une théorie de la phrase, dont nous venons de survoler quelques aspects, Guillaume se propose de connecter sur le plan théorique des relations mécaniques, comme le rapport du prédicat verbal et de son sujet nominal, et des relations sémantiques entre des « modes de signifier » ; il associe en outre à ces traits

346

Chap. V : Systématique de la phrase

des données pragmatiques et énonciatives qui contribuent à former un ensemble théorique complexe, dont il étudie par ailleurs l’évolution diachronique 70. Comme cela a été dit, ce caractère cohésif de la théorie psychomécanique ne facilite pas a priori une approche modulaire des faits. Mais il n’empêche que les bases théoriques d’une syntaxe ou d’une sémantique autonomes sont présentes dans les écrits du maître et ont donné lieu à des approches guillaumiennes (ou post-guillaumiennes) parfaitement opératoires.

II. APRÈS GUILLAUME
A. SYNTAXE GÉNÉTIQUE ET INCIDENCE
Le principe d’une syntaxe génétique se fonde sur l’idée importante en psychomécanique que l’observation de ce qu’on nomme faits en linguistique est une observation « qui survient trop tard pour surprendre dans son jeu réel le mécanisme producteur de l’arrangement des mots » (Guillaume, 1973b, LL3 : 218 – 27 mai 1949c). La chaîne parlée des faits n’est pour G. Guillaume que « la projection à plat, sur un plan horizontal, d’opérations qui ont eu lieu […] dans le temps opératif porteur de l’intervalle et de la transition langue/discours. » (ibid. : 217). L’ordre de rangement des constituants dans la chaîne discursive serait même « l’inverse de l’ordre de production ». On peut difficilement souscrire à cette position catégorique, que démentent tous les travaux postérieurs de syntaxe génétique 71, mais il convient en effet de substituer à l’étude de la seule « syntaxe résultative »
l’analyse de l’effection des syntagmes, qui n’est pas de l’ordre de l’observable et nécessite de la part du linguiste l’élaboration d’hypothèses, de modèles de description, qui sont autant de paris à tenir » (Van Raemdonck, 2001 : 324).

Nous en avons déjà dit quelques mots : Guillaume n’a lui-même fait que très peu de syntaxe, mais il n’a surtout jamais totalement mis en pratique les principes de syntaxe

70 71

Voir notamment Guillaume (1971a, LL2 – 1948-1949b). Valin (1981), Guimier (1988, 1991), Van Raemdonck (2001)
347

Chap. V : Systématique de la phrase

génétique qu’il expose à la fin de l’année 1949 et qui viennent d’être mentionnés. Bien que d’autres disciples, comme Moignet (1974, 1981), aient abordé de nombreux points de syntaxe isolés, il faut attendre que R. Valin (1981) s’adonne à l’exercice pour que des perspectives psychomécaniques soient ouvertes sur la syntaxe. Aujourd’hui un certain nombre de modèles coexistent, ayant pris des libertés plus ou moins grandes avec les préceptes du maître. Nous ne présentons pas directement ces modèles 72 mais en donnerons un aperçu en présentant la notion d’incidence. Celle-ci est un concept fondamental de la psychomécanique du langage, autant par son poids théorique que par les débats qu’elle soulève. Pour le guillaumisme traditionnel, le principe de l’incidence régit à la fois le système des parties de langue (leur « mode de signifier ») et leur fonctionnement discursif (leur « fonction syntaxique »). Or, pour certains linguistes, cette puissance excessive du concept tend à l’invalider. Pour Guillaume, l’incidence est un « fait de grammaire tout à fait générale », le fait que
dans le discours, il est toujours parlé de quelque chose, qui est ce dont on parle, c'està-dire le support obligé, auquel l’apport, qui est ce qu’on en dira, aura son incidence. (Guillaume, 1973b, LL3 : 61 – 14 jan. 1949c).

On le retrouve, écrit A. Joly (2004 : 7), « à tous les niveaux d’analyse – dans la phrase-énoncé, dans le syntagme, dans le mot […]. D’où, entre autres, la distinction basiale en syntaxe entre le "sujet" et le "prédicat" ». De fait, dans une certaine tradition guillaumienne, l’incidence regarde à la fois la typologie sémantico-syntaxique des unités de puissance, que G. Moignet (1981) nomme parties de (la) langue 73, et le fonctionnement purement syntaxique de celles-ci en tant que parties de discours 74. En d’autres termes, l’incidence contribue à une théorie du mot, mais aussi à une théorie de la phrase. Guillaume souligne en effet que le problème

72

73 74

Voir Van Raemdonck (2001) pour une prise de vue des différentes approches de la syntaxe génétique. Voir p. ex. la présentation de G. Moignet (1981 : 12 sq.) ou celle de C. Guimier (1988 : 26) A. Vassant (2005) fait observer que les guillaumiens emploient parfois indifféremment parties de langue et parties du discours.
348

Chap. V : Systématique de la phrase

de l’incidence est « important quand il s’agit du mot », mais « non moins important quand il s’agit de la phrase » (Guillaume, inédit – 25 IV 1940) :
Car une phrase se constitue et se développe en vertu de ce que les mots d’incidence externe cherchent un support en dehors d’eux et finissent pas le trouver dans un nom pourvu d’une assiette stable, du fait de son incidence interne. (ibid.)

Cette nouvelle définition formelle de la phrase, que nous avons volontairement réservée pour l’évoquer ici, rattache nettement la mécanique phrastique à un schéma général des incidences syntaxiques, qui doit terminer sa course sur un support d’incidence interne, autrement dit à l’univers-espace. On peut affirmer que cette définition relève d’un retour à une forme de réductionnisme, car une des conditions nécessaires à l’existence de la phrase est liée aux propriétés morphologiques de ses constituants, et plus précisément à la façon dont ils se combinent en discours. Pour les parties de langue, l’incidence concerne au premier chef les parties de langue prédicatives
75

des univers spatial (substantif, adjectif, adverbe1) et temporel

(verbe personnel et non personnel, adverbe2) . Comme le savent les guillaumiens, le substantif a une incidence interne, le verbe et l’adjectif ont une incidence externe du 1er degré et l’adverbe, enfin, une incidence externe du 2nd degré (Moignet, 1981 : 14 sq.). Quant aux parties de langue non prédicatives 76, certains linguistes jugent leur apport sémantique trop ténu pour qu’elles aient une incidence "au sens strict" (Cervoni, cit. Ilinski, 2003a : 39) 77. Il y a donc une certaine insuffisance du seul critère incidentiel

Les parties de langue prédicatives s’opposent aux parties de langue non prédicatives sur plusieurs points : série ouverte des mots lexicaux vs. série fermée des mots grammaticaux ; mots dont le sémantisme est construit à partir du hors-moi, de l’expérience vs. mots tirant leur sens de « ce que la pensée a pu saisir des conditions de son propre fonctionnement » (Moignet, 1981 : 20). Voir surtout Guillaume (2003 : 34) 76 Parfois divisées en transprédicatives (prépositions, conjonctions, certains adverbes) et déprédicativées (de rappel – les proformes nominales et adverbiales, les verbes vicaires – et d’appel – les déterminants et pronoms traditionnels) (Guimier, 1988 : 33). 77 Si « de mon frère » est incident à « la voiture » dans « la voiture de mon frère », construction de discours, alors la préposition peut être dite en un sens incidente, avec son régime, au substantif « la voiture ». Pour cette raison, c’est à l’incidence de langue que J. Cervoni semble faire allusion, laquelle pour les mots prédicatifs tient assez indistinctement de la syntaxe prévisionnelle et de la sémantique référentielle. En ce sens, en effet, elle n’est guère applicable aux mots non prédicatifs – encore que certaines prépositions ne soient pas dépourvues de matière notionnelle.
75

349

Chap. V : Systématique de la phrase

pour décrire toutes les catégories de mots 78 en langue (i.e. hors syntaxe, puisque la syntaxe est un fait de discours). Pour les parties du discours, le problème se présente sous un autre jour : les incidences puissancielles de langue sont appelées à se réaliser, à trouver à tout apport un support personnel (c'est-à-dire au sein de ce même apport 79 ou auprès d’un autre constituant) ou relationnel (i.e. une autre incidence), ce qui modifie la configuration citée ci-dessus et la complexifie notablement. Toutes les catégories de mots sont alors susceptibles d’être décrites comme support ou apport d’une incidence – même médiatement. Quoi qu’il en soit, le fait que le concept d’incidence ait une telle palette d’emplois suffit pour beaucoup à le considérer comme trop puissant (Léard, 1984 ; Le Flem, 1984 ; Van Raemdonck, 2001). De la langue au discours, on constate que l’incidence recouvre des réalités diverses, parvenant ainsi à des situations aporétiques 80, ce que la théorie guillaumienne ne peut feindre d’ignorer – et n’ignore pas ainsi qu’en témoignent les nombreuses critiques 81 adressées à la notion. Parmi les solutions qu’elles proposent, plusieurs voies semblent se dessiner : - Conserver l’incidence en la restreignant. Pour K. Ilinski (2003a : 56, 2003b), l’incidence doit être considérée comme un phénomène prioritairement syntaxique présidant à la répartition des mots en parties du discours. Les propriétés sémantiques sont en quelque sorte adventices 82 . Cette solution est appliquée, quoique différemment, par M. Wilmet (1998b) et D. Van Raemdonck (1997, 2001), qui rompent en visière avec la tradition guillaumienne en affectant le concept
78

G. Moignet (1981 : 20), sans aller jusqu’aux positions de J. Cervoni, concède néanmoins une différence importante des deux types de partie de langue au regard de l’incidence : « Les parties de langue non prédicatives ne sont pas liées entre elles par le mécanisme de l’incidence, qui structure les parties de langue prédicatives. Mais c’est bien le principe de l’incidence qui détermine leurs rapports avec les parties de langue prédicatives. » 79 C’est le cas du nom si l’on met de côté son incidence au déterminant. 80 Voir Van Raemdonck (2001 : 335). 81 Entre autres : Le Flem (1984), Ilinski (2003a), Van Raemdonck (1998, 2001), Vassant (1991, 2005), Wilmet (1986, 1998a). 82 « Le principe unique de répartition des mots en parties du discours est de nature syntaxique. Ce sont les propriétés syntaxiques des mots que le critère soi-disant sémantique reflète au niveau intuitif ; elles peuvent être ou ne pas être accompagnées de telles ou telles propriétés morphologiques. » (K. Ilinski, 2003a : 56)
350

Chap. V : Systématique de la phrase

d’extension à la langue et celui d’incidence au discours 83 , ce dernier affirmant avec raison que l’incidence « de langue » n’est de toute façon qu’une abstraction obtenue « à partir de la syntaxe en discours » (Van Raemdonck, 2001 : 332). La seconde solution est de conserver le concept d’incidence en le sousspécifiant (Vassant, 2005 84) : il existe ainsi une incidence virtuelle de langue définissant le système des parties de langue, et appelée à se réaliser en diverses incidences de discours. Notons que cela ne résout pas le problème des parties de langue non prédicatives, car le système des parties de langue demeure sémantico-référentiel et qu’un tel système ne laisse guère de place autre qu’interstitielle aux conjonctions et aux prépositions. À ce qu’il semble, le problème est épistémologique autant que théorique. Un principe d’économie terminologique veut que l’on conserve un volume réduit de métalangage, aussi faudrait-il se contenter d’incidences virtuelle et actuelle ; mais en retirant l’incidence du domaine de la langue 85 il faut admettre que la description gagnerait en
83

« Nous spécialisons les deux termes extension et incidence. Le premier servira pour les natures des mots, le second pour les fonctions des mots. » (Wilmet, 1998a : 54) L’extension est définie comme « l’ensemble des objets du monde auxquels N ou GN est applicable. » Elle est susceptible de varier en discours (extension en énoncé) – et le fait d’ailleurs souvent par l’entremise de la détermination. L’appareil théorique se complète de l’extensité, « quantité d’objets du monde auxquels N ou GN est appliqué » (Wilmet, 1998a : 126). L’ensemble se résume comme suit :
Ext° immédiate Ext° immédiate Ext° médiate Ext° médiate Ext° bimédiate Ext° bimédiate Ext° bimédiate Ext° médiate Ext° immédiate Incid. interne Incid. externe Incid. externe Incid. interne Incid. relationnelle Incid. interne Incid. externe Incid. relationnelle Incid. relationnelle nom prototypique nom transféré en adjectif adjectif prototypique adjectif et verbe transférés en nom adverbe prototypique adverbe transféré en nom adverbe transféré en adjectif adjectif transféré en adverbe nom ou pronom transférés en adverbe

84

Vassant (2005 : 35) : « On ne confondra pas ces "incidences" de discours avec les incidences virtuelles de langue par lesquelles se définit la catégorisation grammaticale des parties de langue. […] Si l’on veut conserver le terme d’incidence pour les rapports en discours, il faut tenir compte du niveau auquel cette incidence intervient. » 85 Plutôt que celui du discours comme semble le suggérer A. Vassant (2005 : 35), pour la raison que c’est en discours qu’il est proprement dit « quelque chose de quelque chose ou de quelqu’un ».
351

Chap. V : Systématique de la phrase

consistance ce que le concept perdrait en puissance. Ainsi pour D. Van Raemdonck (1998b : 241) l’extension, « signe du mode choisi d’expression de la réalité », prédispose le mot, « dès la langue, à être employé dans X ou Y fonction en discours ». On aboutit à un schéma dans lequel c’est la sémantique qui conditionne la syntaxe et non pas, comme chez K. Ilinski, la syntaxe ou sa prévision qui forment l’intuition sémantique. La rupture semble donc pouvoir s’opérer depuis le rivage de la langue ou celui du discours selon qu’on adopte un poste d’observation résultatif (K. Illinski) ou génétique (D. Van Raemdonck). D’un certain point de vue, la conséquence majeure du clivage extension/incidence est d’instaurer une différence de nature entre la langue et la discours là où, selon G. Guillaume, il n’y avait qu’une différence d’état (puissanciel/effectif) :
Il y a, en regard de chaque vocable, une sorte de hiérarchie des incidences. L’incidence qui s’impose dès l’abord à la pensée est celle qui classe le mot dans la série des parties du discours. Fort est un adjectif qui s’emploie comme adverbe et comme substantif. En réalité, il est à la fois adjectif, adverbe et substantif, mais, dans la hiérarchie de ses incidences possibles, l’incidence externe de premier degré l’emporte sur les autres, qui ne surviennent dans l’esprit qu’ensuite, plus tard, dans le cas concret de besoin, et non pas immédiatement, dès le prononcé du mot. (Guillaume, inédit – 25 V 1940)

Pour G. Guillaume, il existe apparemment une forme d’incidence prototypique qui est attachée à chaque vocable en vertu de son « énexie » et qui, dans ce qu’on suppose être le temps opératif de la morphogénèse, survient avant les autres. Cette conception soulève de multiples problèmes : relativement à la notion de subduction, par exemple, qu’elle semble prendre à rebours ; d’un point de vue théorétique, également, car elle fait de la nature de mot une tendance liée à la prévision des emplois dominants en discours. En ce qui concerne la subduction, on peut supposer que la nature d’un mot est liée à sa condition d’entier, laquelle est atteinte au terme de son mécanisme constructeur. Mais on a coutume de voir dans la subduction une interruption précoce de ce mécanisme (cf. le cas de auxiliaires), de là le caractère contradictoire qu’il y a à placer la fonction prototypique en premier et les autres ensuite. Plus généralement, cette définition de l’incidence s’accorde en partie aux vues de K. Ilinski en ce qu’elle fait de la nature une propriété fondée sur des critères syntaxiques
352

Chap. V : Systématique de la phrase

et non sémantiques (X s’emploie comme Y). Mais elle pose par ailleurs un grave problème à la théorie guillaumienne puisqu’elle revient grosso modo à nier l’ontologie de la langue, son existence a priori, et à faire de cette dernière une cristallisation des emplois de discours. Il y aurait sans doute quelque bénéfice à distinguer le jugement de prototypie, qui est de nature épilinguistique, et la configuration de la langue elle-même. Si en effet c’est « dès le prononcé du mot » que survient une incidence prégnante, c’est que l’on adopte vraisemblablement le point de vue du récepteur du message d’autrui (ou du sien propre) et non celui du sujet parlant. Dès lors, on peut envisager que ces incidences virtuelles retenues par l’énexie d’un vocable surviennent dans un ordre différent selon qu’on se place dans la transition 86 langue-discours ou discours-langue 87, lesquelles sont pour beaucoup asymétriques. Nous n’avons pas la prétention d’apporter une réponse à cette délicate question de l’incidence. Pour des motifs épistémologiques, cependant, il nous semble prudent de retenir au départ une position empirique, à savoir que l’incidence observable est syntaxique ; comme telle elle est le résultat de l’effection, c'est-à-dire en l’occurrence de la sélection d’un fonctionnement syntaxique donné parmi ceux que le mot intègre ou en tout cas n’interdit pas de façon formelle 88. Cela n’empêche pas qu’on puisse chercher à reconstruire ce programme syntaxique par l’observation analytique. Pour ce qui est du versant sémantique de l’incidence (le mode de signifier), il faut garder à l’esprit que le fait de considérer le mot abstraitement ne rend pas la méthode moins inductive et par conséquent moins liée au discours, autrement dit au signe luimême ainsi qu’au référent 89. Il y aurait là matière à de longs débats que l’on ne peut alimenter ici, mais qui selon nous méritent d’être abordés, notamment du point de vue de la philosophie des sciences.
86

Guillaume parle quant à lui de « transitus », l’un familier du sujet parlant, l’autre du sujet écoutant et du linguiste (voir Muller, 2002a). 87 Ce qui permet de supposer par ailleurs que ces différentes incidences ne sont pas ordonnancées en langue, c'est-à-dire au stade puissanciel, mais seulement lorsque s’engage la construction du mot. 88 Ce qui est vérifiable par le biais de tests structuraux. 89 Pour dire p. ex. que « chat » peut se dire d’un chat ou que « vert » sert à désigner « la totalité des intermédiaires » verts. (Wilmet, 1998a : 437) En formulant cela, en effet, on relie nécessairement le signe à des phrases virtuelles et/ou indirectement à des référents virtuels, ce qui relève toujours de l’induction – d’une induction déjà suspecte lorsqu’elle traite des faits attestés.
353

Chap. V : Systématique de la phrase

Il reste cependant possible et même souhaitable d’envisager une syntaxe relativement autonome en se fondant sur le concept d’incidence, dégagé en partie (ou totalement) de la domination du critère sémantico-référentiel. Mais, dans une perspective génétique, on peut également vouloir remonter plus en amont du résultatif, en étudiant pas à pas les étapes de la construction de l’acte de langage.

B. L’ACTE DE LANGAGE : MODÈLES
Chacun des modèles qui coexistent en psychomécanique du langage a ses spécificités et développe à sa manière le substrat théorique guillaumien. Deux des modèles fondateurs, celui de R. Valin (1981) et celui d’A. Joly et D. Roulland (1981) ont posé à peu près simultanément des bases différentes pour l’approche guillaumienne de l’acte de langage. Le premier est marqué par une dominante syntaxique – mais il aborde néanmoins tout le processus de genèse discursive ; le second couple les acquis des théories de l’énonciation à une démarche strictement guillaumienne. Dans le cadre d’une présentation générale de l’acte de langage, on a choisi de ne pas se limiter à une seule optique mais de présenter et commenter en particulier ces deux modèles.

1. La syntaxe phrastique de R. Valin (1981)
Lorsque R. Valin (1981) publie ses Perspectives psychomécaniques sur la syntaxe, l’entreprise d’élaborer une syntaxe guillaumienne est nouvelle, mais elle est aussi urgente, si l’on tient compte des récriminations jusqu’alors adressées à la psychomécanique du langage, concernant sa stratégie d’évitement des problématiques syntaxiques. R. Valin entend donc poser les fondations d’une syntaxe guillaumienne et non poursuivre le développement d’une théorie de la phrase. Il proposera en fait une présentation complète de l’acte de langage, qui met l’accent sur le jeu des incidences dans la phrase mais ne néglige pas d’évoquer le discours. C’est bien sûr ce dernier détail qui suscitera la plupart de nos commentaires, car il est assez rare en cette époque, qui suit d’assez près l’apogée du générativisme, que la perspective endo-textuelle soit prise en compte. Il n’en demeure pas moins que l’étude de R. Valin ne traite en détail que des

354

Chap. V : Systématique de la phrase

problèmes de syntaxe phrastique, mais elle sera d’une grande aide pour proposer un modèle plus étendu. Pour le guillaumisme standard, nous l’avons vu, la syntaxe est conditionnée par la morphologie puisque les mots sont porteurs de leurs possibilités d’arrangement en phrase. C’est du moins le cas jusqu’au palier de la phrase, car au-delà de ce palier, on tombe sur
le jeu des ligatures qui permettent aux phrases de s’articuler en unités plus larges de discours, au sein desquelles on verra nettement le morphologique, c'est-à-dire la forme grammaticale, donner sa démission au bénéfice du logique […] » (Valin, 1981 : XV) 90.

Il en résulte que
La construction de la phrase représente l’extension maximale possible dans le temps de transition du puissanciel à l’effectif. (Valin, 1981 : 4)

Pour le disciple de Guillaume, cette limite structurale de la phrase est ainsi corrélée à une limite de l’effection, et au seuil séparant l’endophrastie de l’exophrastie d’après (Valin, 1981 : 94), celle du discours :

EXOPHRASTIE I Mot Syntaxe immanente au mot Syntagme

ENDOPHRASTIE Phrase Syntaxe bi-transcendante au mot = Syntaxe transcendante au syntagme = Syntaxe immanente à la phrase

EXOPHRASTIE II Discours

Syntaxe transcendante au mot = Syntaxe Immanente au syntagme

Syntaxe bi-transcendante au syntagme = Syntaxe Transcendante à la phrase = Syntaxe Immanente au discours

Tableau 2 (Valin, 1981 : 95)

En conformité – partielle – avec les positions de Guillaume sur ce point (voir Guillaume, 2005, LL17 – 1941-1942b), R. Valin propose d’envisager comme une suite

90

Toutes choses égales par ailleurs, c’est à des conclusions similaires qu’aboutissent G. Guillaume et E. Benveniste, avec une réserve pour le premier qui, rappelons-le, pensa un moment étendre la morphologie au-delà du palier phrastique.
355

Chap. V : Systématique de la phrase

de genèses récursives la construction globale du discours. On pourra d’abord s’étonner de voir posée une « syntaxe » immanente au mot, non seulement « en dehors de la typologie propre aux langues indo-européennes » où l’état de mot n’est pas forcément connu, mais aussi dans nos langues où « la morphologie dans son entier comprend tout ce qui peut arriver à la base de mot dans l’intervalle base de mot + phrase » (Guillaume, 1999, LL16 : 124 – 21 I 1943b). Il est évident que R. Valin ne pouvait négliger cela et qu’il ne cherche ici qu’à souligner l’analogie des opérations combinatoires : il explique d’ailleurs que l’exophrastie d’avant est « essentiellement morphologiqu[e] » (Valin, 1981 : 94) et que l’exophrastie d’après est d’ordre logique, se constituant « par cumul et enchaînement plus ou moins adroit et réussi des phrases qui en constituent la substance linguistique ». (Valin, 1981 : 94). Il reste que cette présentation dégage très bien la continuité des opérations constructrices du niveau microstructural au niveau macrostructural (R. Valin parle de « transition »), mais que la raison d’être du formalisme liant immanence, transcendance, bi-transcendance nous échappe sur certains points. Si l’objectif est de traduire que le syntagme se construit avec des mots, la phrase avec des syntagmes et des mots 91, ce devrait être aussi le cas du discours, qui régit à son niveau, via la phrase certes, la place de certains mots isolés (connecteurs entre autres). Enfin, si R. Valin se fait l’écho de Guillaume quant à l’intervalle phrase-discours, où le principe structurant se réduirait à l’enchaînement et au cumul, on sait désormais que des « sommations » interviennent à ce niveau de structure, en particulier au stade du paragraphe. C’est donc dans cette direction, selon nous, que les investigations doivent être poussées. Pour R. Valin, l’objectif fondamental était avant tout de proposer une « syntaxe fondée sur les principes d’analyse qui sont à l’origine de la psychomécanique du langage » ; parmi ces principes, R. Valin isole bien sûr celui du temps opératif, qui permet d’articuler dynamiquement les autres : langue et discours, représentation et expression, et enfin, comme G. Guillaume le formule au cours de ses dernières leçons, puissance et effet. Entre ces deux derniers pôles se positionne la notion d’effection,
91

Nous voulons dire par là que l’ACI de la phrase distingue des groupes de mots organisés autour d’une tête (syntagmes) mais aussi des mots isolés.
356

Chap. V : Systématique de la phrase

« moment transitionnel » de la puissance à l’effet, que l’on sait fondamentale à l’élaboration d’une syntaxe génétique, puisque c’est dans le temps de l’effection que se développe le discours construit qu’est la phrase. Comme tout phénomène, l’opération aboutissant à la construction d’une phrase est un processus fini et demande du temps. Ce temps n’est pas celui qui porte les événements mais le temps praxéogénique, « dévolu à l’utilisation qui est faite d’une certaine langue par un locuteur, en vue de produire un certain effet recherché » (Valin, 1981 : 2). La production de cet effet, et plus généralement toutes les opérations constructrices, connaissent trois moments analytiques : le stade puissanciel qui rassemble les conditions nécessaires à la survenance d’un phénomène ; l’effection ; le stade effectif (ou résultatif). On reconnaît là une application du dernier état de la théorie guillaumienne en 1959. Cette approche ternaire – qui s’articule commodément, d’un point de vue théorétique, avec le triptyque des saisies opérées dans la formation de l’image-temps – permet de modéliser en termes psycho-cognitifs des phénomènes importants de l’acte de langage :
La phrase terminée, il reste ce qui, dans cette phrase a été dit de ce dont il est en elle parlé, et ce dit conclusif et résultatif est susceptible de survivre pendant un temps plus ou moins long, selon qu’il ne dispose, comme support, que de la seule mémoire humaine, ou qu’il a pu être consigné et conservé soit par l’écriture, soit par un procédé mécanique ou électronique quelconque d’enregistrement de la parole. (Valin, 1981 : 6)

Dans cette perspective, la prise en compte de la matérialité du support (attestation) se trouve offerte, de même que celle des données neuropsychologiques liées à l’activité de langage. Nous verrons qu’il est possible d’exploiter ces aspects relativement au problème de l’annexe. Ces principes généraux étant posés, R. Valin se propose de suivre pas à pas la réalisation d’un acte de langage. Le stade puissanciel de cette production a à charge d’offrir toutes les conditions de sa réalisation, à savoir pour commencer l’existence « [d’un] sujet parlant en possession d’une langue […] susceptible de dire des choses au sujet des choses dont il peut et veut parler » (Valin, 1981 : 7). Pour que l’acte de langage soit effectivement engagé, il faut donc que ce sujet parlant dispose : (i) d’une

357

Chap. V : Systématique de la phrase

certaine langue ; (ii) d’un « vécu expérientiel » à communiquer ; (iii) d’un vouloir-dire ayant pour objet ce vécu. Les visées Ces conditions réunies, c’est la confrontation de cette expérience avec la langue, sous l’impulsion du vouloir-dire, qui déclenche la construction mentale puis physique des phrases (Valin, 1981 : 16). Ces « opérations de pensée constructrices
92

»

correspondent en psychomécanique à deux visées : une visée d’expression (« visée de discours », « — discursive » 93) « se matérialisant en un vouloir-dire dont l’objet est le contenu d’un certain vécu expérientiel ». Une visée phrastique (« visée de représentation »), « rigoureusement inconsciente et se matérialisant sous la forme d’un recours aux moyens d’expression mis à la disposition du sujet parlant par la langue qu’il possède » (Valin, 1981 : 16). De la sorte, le premier moteur de la construction de la phrase, c’est cette volonté d’expression « qui commande et déclenche le jeu des actes puissanciels de représentation ». Mais on n’exprime effectivement que selon ce qu’on est parvenu à se représenter. Une première schématisation logique donnerait :
Visée d’expression > Visée phrastique [Représentation > dire effectif]

Mais ce serait négliger les avertissements de l’auteur, qui parle d’une inclusion,
La visée de discours encadrant et enveloppant, aussi longtemps qu’elle persiste dans le temps, la visée phrastique dont la démission précèdera toujours la sienne d’au moins un temps, le temps de comparer, justement, le résultat de représentation obtenu avec le résultat expressif visé. (Valin, 1981 : 8)

Le discours étendu Ces considérations nous conduisent naturellement à envisager le cas le plus fréquent où

92 93

Guillaume (1929, TV ) cit. Boone & Joly (2004 : 457) Signalons ici une possible ambiguïté relative aux termes expression et représentation tels que R. Valin les utilise.
358

Chap. V : Systématique de la phrase

une même visée de discours envelopp[e] […] plusieurs visées phrastiques dont les résultats partiels, en s’additionnant, apportent leur concours à un effet expressif plus large, dès le départ visé. (Valin, 1981 : 8).

Ce qui se laisse figurer comme suit :

Figure 1 : le discours étendu

Sur ce point, Valin se fait le relais des positions très modernes de Guillaume qui, en 1941, rappelons-le, se donnait déjà pour forme intégrante maximale le discours, en tenant compte des combinatoires différentes ayant pour siège la phrase et l’au-delà de la phrase. R. Valin écrit donc :
[…] Pour respecter la réalité vécue du langage, il convient de tenir compte, non seulement du discours limité et complet que peut, dans certaines circonstances, constituer une phrase, mais aussi du discours étendu exigeant, pour réaliser sa visée, un nombre indéterminé de phrases souvent liées entre elles à l’aide de ligatures logiques à cette fin prévues en langue, où elles font partie des moyens de représentation et d’expression tenus à la disposition du sujet parlant. (Valin, 1981 : 9)

Envisager ce discours étendu comme une suite de phrases est acceptable si l’on en fait bien l’unité maximale, mais il se pose alors le problème des inévitables paliers intermédiaires : les textes comprennent en général un emboîtement complexe de structures fonctionnant chacune à leur niveau comme une entité, faisant en tant que telle l’objet d’une prévision et d’une sommation : paragraphes, chapitres, etc. En outre, R. Valin, qui semble considérer le discours étendu comme un texte clos ou un programme pragmatique complet, ne postule qu’une seule visée de discours, un seul vouloir-dire, pour plusieurs visées phrastiques. Comment dès lors expliquer la pluralité des vécus expérientiels présents dans un texte ? un paragraphe ? une phrase comme « Tu as prétendu qu’il avait changé l’eau des fleurs. » ? Il faut alors : Soit que la visée de discours soit composite ou plurielle intrinsèquement. Dans ce cas c’est une précaution de la part de R. Valin de ne pas la

359

Chap. V : Systématique de la phrase

définir plus avant, car il faudrait alors la formaliser, c'est-à-dire figurer le « vécu expérientiel ». Ou bien que les visées phrastiques secondaires d’un discours étendu soient porteuses de vécu expérientiel, ce qui est peu plausible dans la mesure où elles acquerraient des prérogatives que la première visée phrastique n’a pas au départ. C’est la première solution qui semble devoir s’imposer, bien qu’elle paraisse contreintuitive à certains égards. Pour indistinctes que soient au départ les impressions donnant matière à langage, il est vraisemblable qu’elles sont complexes, changeantes, et il faut que la modélisation en rende compte. Cependant, comme l’auteur précise qu’il entend ne travailler qu’à partir de « visées de discours minimalement prégnantes, c'està-dire ne faisant intervenir qu’une seule visée phrastique » (Valin, 1981 : 11), on ne peut se faire une juste idée de ses projets à ce sujet. Comme par ailleurs il n’est question que de phrases
n’impliquant que des articulations, sinon toujours simples et primaires, du moins, lorsqu’elles se complexifient, d’une grande simplicité de composition en tant qu’articulations secondaires (Valin, 1981 : 11)
94

,

les mécanismes d’intégration phrastique opérant sur des visées phrastiques 95 nous sont également inconnus. Mais il va de soi que les objectifs de R. Valin ne l’engageaient nullement à atteindre un tel niveau de détail.

94

Les articulations primaires sont les mots « perçus ni composés ni dérivés » qui « bénéficient […] d’un temps opératif instantané » (du point de vue de la représentation). Les articulations secondaires sont les syntagmes. Car « comme la phrase elle-même, les syntagmes qui la constituent reposent, pour ce qui est de la genèse de leur signification globale résultative, sur une succession d’instants dont les uns sont des instants de mutation du puissanciel en effectif, et dont les autres sont des instants de persistance du résultat de ces mutations pendant tout le temps utile à leur intégration, au titre d’articulations primaires, à l’un ou l’autre des syntagmes auxquels la phrase est redevable de sa composition. » (Valin, 1981 : 17). 95 Rappelons qu’une phrase « peut substantiellement réunir le contenu de deux phrases ; ce qu’elle ne peut pas faire, c’est d’être par mécanisme deux phrases ; il lui faut, quel que soit son contenu substantiel phrastique, n’en faire mécaniquement qu’une » (Guillaume, 1973b, LL3 : 187 – 6 V 1949c)
360

Chap. V : Systématique de la phrase

Bilan Pour conclure temporairement sur ce modèle de R. Valin, dont nous n’avons donné qu’un aperçu très général, il nous faut prêter attention aux considérations épistémologiques de l’auteur sur la systématique : il est ainsi question de
la difficulté qu’il y a, si l’on est soucieux de la réalité des choses, à découper dans la trame continue des phénomènes à laquelle il se présente intégré, le phénomène proprement linguistique qu’est la construction de la phrase, unité d’effet du discours. Aucun phénomène ne saurait, au sein de l’univers se présenter décroché, délié, des phénomènes auxquels il est redevable de son existence propre, ni de ceux qui lui sont redevables de la leur. En d’autres termes, aucun phénomène nulle part […] ne saurait avoir de commencement absolu ni de fin absolue. (Valin, 1981 : 15).

Ce propos s’applique ici à la trame opérative, i.e. à la succession des opérations constructrices, mais on peut souligner qu’il s’applique tout aussi bien à la trame des faits eux-mêmes, c'est-à-dire à la matérialité du texte. Les suggestions que nous ferons dans ce sens à partir de ces propositions s’attacheront à suivre cette remarque. Elles tenteront en outre d’éclairer un autre problème bien mis en évidence par le disciple de G. Guillaume, celui de l’intégration de la phrase au discours :
Quant à la phrase elle-même et à la persistance du contenu de signification qu’elle apporte – au titre d’unité d’effet génétiquement complexe mais résultativement unitaire – au discours étendu à la genèse non systématique duquel elle participe, le problème qu’elle soulève est trop complexe pour pouvoir être, même sommairement, évoqué ici. (Valin, 1981 : 18)

Pour compléter cet aperçu des modèles syntaxiques élaborés après Guillaume, on va à présent s’intéresser au modèle élaborer par A. Joly et D. Roulland.

2. La syntaxe psychomécanique de l’énonciation d’A. Joly
Dans une optique toute différente, comme en atteste l’intertitre, A. Joly développe 96 à partir de certains aspects de la théorie guillaumienne un modèle d’acte d’énonciation, qui se laisse décrire comme le passage du Savoir-dire (plan de la langue,

96

Joly & Roulland (1981) ; Joly (1984, 1993).
361

Chap. V : Systématique de la phrase

de la puissance) au Dit (plan du discours, de l’effet) via le Dire, lequel représente le seuil de l’effection, l’énonciation proprement dite.

Figure 2 – D’ap. Joly & Roulland (1981 : 128)

De notables différences apparaissent d’emblée avec la figuration de R. Valin : la plus grande complexité du modèle lui permet notamment de rendre compte du caractère coextensif, simultané de certaines opérations, telles que le dire effectif et le dit puissanciel (Joly & Roulland, 1981 : 121). Hormis ces différences de représentation, qui nous occuperont plus loin, on relève des variations importantes liées à la théorie elle-même, en particulier en ce qui concerne les « visées » constructrices du discours. Les visées Dans une perspective axée sur l’énonciation, A. Joly substitue à la « visée expressive » de R. Valin la visée d’effet, qu’il définit comme la « saisie mentale de la matière à dire », celle du « pensé momentané en vue d’un certain effet à produire 97 » (Joly, 1984 : 263). Il s’agit donc d’un mécanisme destiné à appeler depuis la langue les représentations nécessaires à l’énonciation, ce qui veut dire que les deux élèves de Guillaume ne s’accordent pas sur le partage des opérations entre les visées, car R. Valin

97

Signalons par ailleurs que cette saisie s’opère dans un cotexte et un contexte donnés car « un acte d’énonciation n’est jamais isolé » (Joly, 1984 : 263).
362

Chap. V : Systématique de la phrase

attribuait cette dernière tâche à la visée phrastique. Et en effet celle-ci, pour A. Joly, tout en étant pareillement « sous-jacente à la visée d’effet », consiste seulement dans « la phase d’organisation formelle de cette matière à dire » (Joly, 1984 : 263). En somme, l’acte d’énonciation consiste dans la conversion d’une matière en forme 98 : « Dire, c’est mettre en forme la matière pensée. Dans cette perspective, la syntaxe doit être définir comme la mise en forme du sens. » (ibid.).

Figure 3 – D’ap. Joly (1984 : 263)

Précisons avec l’auteur que la syntaxe – comme chez R. Valin – est un terme « de convenance » destiné à traduire globalement la mise en forme du sens au côté de la morphologie. Ainsi, A. Joly réaffirme que
morphologie et syntaxe sont indissociables et qu’elles opèrent conjointement dans la construction du sens, […] la morphologie comme la syntaxe étant une structuration du sémantique. (Joly, 1984 : 265)

Comme R. Valin, par ailleurs, A. Joly prend en compte non seulement la phrase mais aussi l’au-delà de la phrase. Une divergence notable de son modèle, cependant, est son caractère plus nettement modulaire : là où R. Valin voyait une succession de rapports d’intégration (mot, syntagme, phrase, discours) très proche des positions de Guillaume, A. Joly postule un système du signe dont les résultats sont transmis au

98

« En chronologie de raison, la successivité visée d ’ effet → visée phrastique recouvre en fait la successivité, plus générale, matière → forme. » (Joly, 1984 : 263)
363

Chap. V : Systématique de la phrase

système de la phrase. C’est à ce niveau qu’entre en jeu une sémantique logicoargumentative qui
conditionne la structure logique des phrases en produisant mécanismes et structures permettant à l’énonciateur de construire des énoncés cohérents et d’élaborer un discours lié et suivi, dans le cadre d’une stratégie discursive, elle aussi cohérente. (Joly, 1984 : 266)

Contrairement à ce qui a lieu chez R. Valin, donc, il n’est pas postulé de structure intégrante de l’ordre du discours étendu. On se souvient que le légataire de Guillaume suggérait d’englober l’ensemble d’un discours sous une même visée d’expression ; or, pour A. Joly, à ce qu’il semble, le discours est formalisé comme une structure compositionnelle groupante. La phrase On a pu jusqu’à présent se faire une idée de la liberté qu’avait pris A. Joly vis-àvis du guillaumisme standard. Dans une perspective tout aussi critique, l’auteur propose une définition fonctionnaliste de la phrase et ne retient que l’appellation « unité de discours » de la définition du maître (qui, dit-il, n’en est pas une).
Le critère qui me paraît primordial dans la définition de la phrase […] est l’existence du sujet parlant et de sa visée de discours. […] On désignera par « phrase » toute séquence du flot verbal et comportemental que l’énonciateur fait fonctionner comme unité de communication. (Joly, 1984 : 267)

Il y a indéniablement, sous-jacente à cette conception :
l’idée que le face à face implicite ou explicite d’un locuteur et de son allocutaire avec, chez le premier, l’intention d’influencer de quelque manière le second, est une donnée essentielle pour l’élaboration d’une syntaxe générale. (Joly, 1984 : 267)

Cette perspective est donc clairement exo-textuelle. Du reste, A. Joly rappelle la distinction qu’il avait lui-même opérée entre la phrase « structurale », « coupé[e] de sa production » et la « phrase-texte » située dans le contexte et le cotexte ; il affirme que le critère de grammaticalité
99 99

est secondaire dans la communication réelle, position

« Ce n’est donc pas, comme en syntaxe générative, le critère de la « bonne » formation des énoncés […] qui est retenu, mais celui de la visée communicative. » (Joly, 1984 : 267)
364

Chap. V : Systématique de la phrase

défendue en son temps par Culioli, nous l’avons vu, et il ouvre enfin la voie à une syntaxe polysémiotique, i.e. une syntagmatique généralisée qui étend aux gestes, aux inflexions, etc., la « mise en forme du sens » :
Il existe bien une syntaxe du geste qui double la syntaxe de la parole. Pour l’instant, seuls les anthropologues s’y sont intéressés. (Joly, 1984 : 269)

Les deux syntaxes Si l’on peut parler chez A. Joly de « deux syntaxes », ce n’est pas en référence à celles qui viennent d’être évoquées, ni bien sûr aux travaux postérieurs d’A. Berrendonner, mais c’est en relation à l’essai d’intégration des « phénomènes expressifs » en général dans l’analyse de la phrase. Abordant la question des modalités prosodiques, A. Joly cite en exemple une phrase standard dont les différentes configurations accentuelles produisent plusieurs effets de sens. Il en dégage le principe suivant :
Sur la syntaxe d’expression, qui est linéaire (c’est la syntaxe de l’énoncé), est venu se greffer la syntaxe d’expressivité, non linéaire, elle, et qui transcende la première (c’est la syntaxe de l’énonciation). (Joly, 1984 : 271)

Le problème que pose la définition de l’expressivité ressurgit au grand jour. Sur ce point, A. Joly adopte à nouveau une position éloignée de celle de G. Guillaume. En effet, le fait de déclarer la syntaxe d’expressivité non linéaire contredit directement un exemple souvent donné par le maître comme expressif : Pierre arrive vs. Arrive Pierre. À la rigueur, l’approche d’A. Joly constitue même en la matière une inversion de la théorie de Guillaume : pour celui-ci, en effet, l’expressivité correspond à des variations n’affectant pas pleinement le sens de la phrase, à la différence d’A. Joly, donc, pour qui la syntaxe de l’énonciation est une syntaxe « profonde », qui contredit parfois la syntaxe superficielle de l’énoncé – mais en constitue néanmoins un « prolongement ». Ainsi dans « John is my friend », selon l’auteur, le présupposé est « j’ai un ami » (sujet profond) et le posé est « John » (prédicat profond). « C’est, en syntaxe d’expressivité, John qui est dit de my friend, et non l’inverse » (Joly, 1984 : 272). Si un tel positionnement rend bien compte de « l’équipollence illusoire » (Neveu, 1998a : 182) des structurations informationnelle et syntaxique, il nous semble difficile
365

Chap. V : Systématique de la phrase

d’espérer élaborer une « syntaxe énonciative » en aspirant à la même rigueur que la syntaxe usuelle – déjà imparfaite diront certains. D’une part, la lisibilité thématique n’est pas celle des rapports de rection ; et d’autre part, surtout, ces rapports sont souvent déterminés non pas au plan local mais au plan global. Nous espérons que ce survol du modèle psychomécanique de « l’acte d’énonciation » aura permis de se faire une idée succincte mais juste de la théorie proposée par A. Joly et D. Roulland. Celle-ci se signale à la fois par sa spécificité, par l’engagement de ses vues, et par la démonstration qu’elle accomplit de l’affinité du guillaumisme avec les problématiques énonciatives. Notre choix des modélisations de R. Valin et d’A. Joly visait à livrer un aperçu suffisamment éloquent de la diversité des approches au sein de la psychomécanique du langage 100. Mais l’objectif était également de se donner les moyens d’une discussion sur la définition de la phrase, sur sa place dans l’acte de langage, et sur sa pertinence, tout simplement, ce qui va occuper la prochaine et dernière section.

IV. PHRASE ET ACTE DE LANGAGE : ÉLÉMENTS DE DISCUSSION THÉORIQUE
On a choisi de regrouper dans cette dernière section les commentaires et suggestions qu’a inspiré le bilan théorique mené jusqu’ici. La psychomécanique du

100

Il nous faut mentionner, sans pouvoir développer davantage, les travaux de K. Mantchev. Récemment édités en monographie (Mantchev, 2004) mais présentés et illustrés depuis longtemps, notamment par F. Tollis (1988), ils font de la phrase le lieu d’un rapport spécifique, la prédication, qui unifie la phrase « par adossement du verbe au rang personnel du syntagme nominal » (cit. Tollis, 1988 : 360). Le trait particulier de l’analyse mantchevienne est la remontée au général du sens particulier de l’énoncé, vers le statut de phrase. Suite à ce mouvement de généralisation, la phrase échoit à une idée globale d’existence – CELA EST. De fait, elle n’a pas de « forme » proprement dite et n’est donc pas intégrable dans le texte ; elle n’a pas davantage de « paradigme formel » car sa forme grammaticale est « de nature sémantique » ; elle n’a « qu’un rôle institutionnel » (Tollis, 1988 : 360). Le double mouvement dont résulte la phrase simple peut s’inscrire sur un tenseur binaire, dont le premier battement correspond au dévidement d’un contenu particulier, et le second à la généralisation qui aboutit au « Cela est, sublimation du dévidement particularisé ». Mais à la différence du vocable dont, sommairement, l’idée appelle le signe, la genèse de la phrase consiste en une saturation des cadres formels fournis par son architecture suprasyntagmatique et prédicative. (Tollis, 1988 : 361). L’échéance finale au cela est est à rapprocher selon nous de l’incidence logique postulée notamment par R. Valin (1981) ou C. Guimier. (1984).
366

Chap. V : Systématique de la phrase

langage ayant pour principe de ne pas isoler les étapes d’un même processus mais de les considérer au contraire dans leur succession opérative, il ne sera pas question d’aborder isolément la phrase ou la syntaxe. On se propose plutôt d’esquisser dans une synthèse critique une schématisation de l’acte de langage qui tienne compte des aspects dominants abordés jusqu’à présent. Parmi ceux-ci, l’élaboration d’un modèle intégrant les dépendances macrostructurales semble être la priorité absolue : on ne peut négliger plus longtemps que l’élaboration d’une phrase, pour systématique qu’elle puisse être, subit des contraintes globales autant que locales et s’intègre in fine à la trame du texte. Cette tâche ne s’accomplira qu’en abordant, à l’imitation des linguistes dont on vient d’examiner les travaux, les étapes successives de l’acte de langage.

1. L’acte de langage : problématiques
Pour l’ensemble des psychomécaniciens, c’est une « transition de la langue au discours 101 ». La première condition pour qu’il ait bien lieu est que quelqu'un veuille « dire quelque chose de quelque chose ou de quelqu’un ». Dans une perspective plus teintée de pragmatique, on dira que « le discours répond à une visée d’effet », car « engager une opération de discours, c’est de toute évidence vouloir agir, produire un effet sur quelqu’un. » (Guillaume, 1973a, PLT : 157 – 13 jan. 1944a). Il y a donc au départ, plus ou moins mêlés, un vouloir-dire et un vouloir agir 102, qui vont engager un certain nombre de visées 103. La première d’entre elles, portée par le vouloir-dire, reçoit le nom de « visée d’effet » chez A. Joly et celui de « visée de discours » ou « d’expression » chez R. Valin 104. Mais les différences vont plus loin, comme on sait : pour le premier, la visée d’effet est une saisie de la matière à dire à partir de la langue

101 102

Guillaume (1973b, LL3 : 12 – 19 XI 1948c) et passim. Bally propose à cet égard de placer dans une continuité de moyens de communication l’ordre poli adressé à quelqu’un de vider les lieux et l’éviction par la force. (voir Ière partie, chap.I) 103 On ne reviendra pas en détail sur la notion de visée ; rappelons toutefois qu’elle est définie par A. Boone & A. Joly (2004) comme une « opération de pensée réalisatrice », ou une « intentionnalité constructrice ». 104 « Visée de discours » revient 70 fois dans le corpus des écrits de Guillaume (publiés jusqu’en 1994) et « visée d’effet » 7 fois seulement. Le premier est fréquemment employé seul tandis que le second a pour co-occurrence systématique la « visée de puissance ».
367

Chap. V : Systématique de la phrase

(Joly, 1984 : 263), pour le second la visée d’expression est une simple impulsion psychique recouvrant une expérience à communiquer. Ce n’est pas elle qui fait appel à aux représentations ni aux ressources de l’expression, mais la visée phrastique, ce qui peut sembler contradictoire. En effet, le terme d’expression est d’ordinaire affecté à la production proprement sémiotique et celui de représentation, précisément à celle des représentations mentales :
À la représentation s’oppose l’expression, ces deux notions antinomiques recouvrant la distinction langue / discours. "La langue est un système de représentations. Le discours un emploi, aux fins d’expression, du système de représentation qu’est en soi la langue" (LSL, 208). » (Boone & Joly, 2004 : 369)

Or, R. Valin semble inverser les deux emplois en faisant de la visée de discours antécédente la visée d’expression (Valin, 1981 : 21) et de la visée phrastique subséquente la visée de représentation (linguistique, précise-t-il) (ibid. : 8). En réalité, comme le sujet parlant vise dès le départ à ce que quelque chose soit exprimé par lui et non simplement représenté, l’appellation de visée d’expression pour le premier cinétisme constructeur peut se justifier. Pour ce qui est de la visée phrastique, elle consiste chez A. Joly en une « organisation formelle de la matière à dire », une « mise en forme de la pensée ». Chez R. Valin, elle réside au premier chef dans l’appel adressé à la langue des représentations utiles au vouloir-dire. Elle mobilise des signifiés (Valin, 1981 : 17) et prend en charge leur expression effective (id. : 50) 105.
Sous la tension créée par ce vouloir-dire se déclenche alors, à l’insu même du locuteur, ce que nous avons appelé la visée phrastique, c'est-à-dire une recherche inconsciente des moyens propres à fournir une représentation linguistique du vécu expérientiel maintenu sous visée discursive, représentation qui, si elle ne réussissait pas à s’établir dans l’esprit, rendrait impossible l’expression, sous formes de mots articulés en syntagmes et en phrase, du fait banal que l’on cherche à relater. (Valin, 1981 : 22)

105

Pour mémoire, G. Guillaume distingue quant à lui deux mouvements : le premier appelle les mots depuis les « arrière-plans de l’esprit […] où résident les mots en tant que moyens ». Dans le même temps, un second mouvement de projection conduit les mots « aux avant-plans et […] leur confère une signification d’ensemble, dont la phrase est vectrice et au sein de laquelle se dissipent les significations individuelles des mots. » (Guillaume, 2005, LL17 : 41 – 27 XI 41b). Guillaume écrit ailleurs : « Le discours a pour matière – pour matière d’expression – le pensé et la langue pour matière – pour matière de représentation, le pensable. » (Guillaume, 1973a, PLT : 160 – 12 III 1948c).
368

Chap. V : Systématique de la phrase

La divergence théorique des élèves de Guillaume se laisse représenter comme suit :

Figure 4 : A. Joly vs. R. Valin I

Un tel contraste peut sembler négligeable, mais il a en réalité un impact décisif sur la théorisation du discours. Certes, les deux auteurs tombent d’accord du fait que la communication réelle réclame souvent plus d’une phrase. Mais, pour R. Valin, le discours étendu consiste en un regroupement de visées phrastiques (à la fois appel de matière et production de forme) sous une même visée de discours. On a évoqué les problèmes que soulève ce positionnement : tout d’abord il ne permet pas de rendre compte de paliers sémantiques, pragmatiques ou formels entre la phrase et le discours, autrement dit il s’installe une solution de continuité qui est loin d’être visible dans les faits 106. Ensuite, en ne spécifiant pas la teneur de la visée de discours, cette théorie laisse dans le flou la manière dont se manifeste dans l’esprit ce « vécu expérientiel », et même la teneur de vécu. Le fait qu’une même visée tienne sous sa coupe tout un discours laisse accroire que les impressions à communiquer surviennent dans la continuité et la cohérence, sans heurts, sans revirements. Or, même s’il ne faut pas appliquer au niveau conceptuel les segmentations des faits linguistiques eux-mêmes, ce n’en est pas moins une vision un peu contre-intuitive du psychisme.

106

Pour peu qu’on accepte le présupposé selon lequel un roman constitue un discours, il est clair que celui-ci n’est pas formé d’une suite de phrases, mais organisé en paragraphes, en chapitres, etc. (Voir Adam, 1992, 1999). C’est vrai également d’un article de presse, d’une lettre, etc.
369

Chap. V : Systématique de la phrase

Chez A. Joly, d’autres problèmes se posent. Notamment, chaque visée d’effet semble correspondre en principe à une visée phrastique 107 , mais il n’existe plus de structure globale coiffant l’ensemble et portant une stratégie discursive (Joly, 1984 : 266). On retrouve alors la possibilité de modéliser le caractère discontinu – du moins irrégulier – de la pensée nourrissant l’expression, mais il n’y a plus rien pour grouper et organiser les mouvements de cette pensée.

Figure 5 : A. Joly vs. R. Valin II

En un sens, chez A. Joly, la formation d’un discours cohérent à laquelle aboutit éventuellement une succession de phrases est un phénomène résultant, lié à l’enchaînement réfléchi des unités phrastiques et à leur articulation. C’est à leur niveau que se décide leur concaténation et non du point de vue dominant d’une structure intégrante a priori. Si finalement A. Joly ne dote pas sa théorie de la possibilité d’une syntaxe discursive, comme le fait R. Valin, à la différence de celui-ci, en revanche, il prend en compte l’actualisation de la phrase, c'est-à-dire son ancrage dans les contextes, ce par quoi elle se convertit en phrase-texte 108. D’un modèle à l’autre, on retrouve donc une opposition dont il a été souvent question dans ce travail, celle qui installe progressivement sur deux fronts la crise de la Raison phrastique, le clivage endotextuel / exotextuel. Schématiquement, R. Valin relèverait du premier type de perspective, et A. Joly du second. Ainsi, si l’accomplissement d’un effet échoit en dernière instance à une unité contextualisée, il semble judicieux que ce soit le discours, qui relève à la fois d’un
107 108

Il n’est question pour l’instant que de phrases simples. C’est dans la phrase-texte que le sens littéral se commue en signification, sans aucun changement opéré dans la forme phrastique elle-même.
370

Chap. V : Systématique de la phrase

structure intégrante maximale et d’un objet contextualisé. Sur cette base théorique, il est possible de suggérer des aménagements à la modélisation psychomécanique de l’acte de langage. L’objectif principal de cette modélisation est de tenir compte de la pluralité des niveaux et du feuilletage structurel inhérent à ces niveaux 109.

2. Propositions
À partir de ce que l’on vient de voir, en recoupant les travaux des deux auteurs cidessus, on peut envisager dans un premier temps de dissocier visée de discours et visée de représentation : la première relève du vouloir-dire de R. Valin et en partie de la visée d’effet d’A. Joly. La seconde, comme son nom l’indique, est l’appel aux ressources de représentation de la langue. On objectera qu’il est inutile de dissocier la représentation du vouloir-dire puisqu’il n’existe pas de représentation non impulsée par la volonté. Mais c’est oublier que le vouloir-dire est étroitement corrélé à un « vouloir-agir » qui, lui, ne fait pas nécessairement (ni quoi qu’il arrive directement) appel à la représentation de la langue. On peut en effet agir sur autrui en parlant, en criant des mots plus ou moins articulés, mais aussi en se taisant, ou en joignant le geste à la parole. Comme on l’a constaté en étudiant les spécificités du texte écrit, il n’est pas de limite parfaitement dessinée entre le linguistique et le non linguistique ni, ainsi que le soulignait Bally, entre le langagier et le non langagier. Visée de discours Dans l’optique que l’on propose, la visée de discours devient le cinétisme constructeur et régulateur du projet de communication. Elle marque en quelque sorte l’engagement de la « turbulence mentale 110 » dans un programme spécifique visant à

109

Nous voulons rappeler par là que le « niveau » sémantique d’un discours, p. ex., n’est pas une suite « d’unités de sens » mises bout à bout, mais un feuilletage de structures sémantiques dont les délimitations ne sont pas nécessairement concomitantes. 110 « Le langage humain n’existe qu’à partir du moment où le vécu expérimental est muté en représentation […]. En toute pensée : une cogitation. Cogitation et turbulence. La représentation : extinction de la turbulence. Bien penser : éteindre la turbulence de la cogitation. En mécanique : la régulation, ses moyens. Or éteindre la turbulence de la cogitation est bien plutôt le fait de l'écriture que de la parole » (Guillaume, 1973a, PLT : 241 – 4 IV 1957). Voir également Guillaume (1995, LL13 : 53
371

Chap. V : Systématique de la phrase

agir sur autrui ou soi-même, et requérant éventuellement de recourir à la langue – c'està-dire à la visée de représentation qui est examinée plus loin. Elle vise donc par nature un but et tient sous sa coupe une « pensée en instance d’expression » (Guillaume, 1973a, PLT : 137 – 27 IV 1944a). Dès son amorce, la visée de discours est maintenue jusqu’à ce que ce but fixé au départ soit atteint, abandonné ou renégocié. Mais il faut tenir compte de la capacité de la pensée humaine à conférer différents stades d’activation 111 à ses objets et objectifs, et de la sorte à en cumuler simultanément un certain nombre. Ainsi il est possible de maintenir une visée de discours globale qui subsume des visées de discours secondaires sans cesser tout à fait d’exister elle-même. Si les situations d’oral improvisé ne le permettent que dans une certaine limite 112, l’écrit autorise quant à lui des constructions sans limitation de dimension, dont la stratification des visées est théoriquement illimitée
113

. En fait, la contrainte s’exerce, quoi qu’il advienne, au niveau de l’état

d’activation simultané de ces visées lors de la communication. Une autre fonction de la visée de discours globale est d’ancrer dès l’amorce le projet de communication dans le contexte situationnel et linguistique 114, assurant ainsi en amont une cohérence basique du discours. Pendant l’acte de langage lui-même, la

– 8 I 1959). On prendra note que l’engagement de la visée de discours ne met fin à la cogitation qu’à partir du moment où la pensée se saisit elle-même par le recours à la représentation. 111 Ce concept emprunté à la psychologie mais devenu courant en linguistique (voir p. ex. Lambrecht, 1994) traduit l’état d’une information ayant fait l’objet d’une sélection cognitive afin d’être traitée prioritairement à l’exclusion d’autres informations moins pertinentes. 112 Il peut arriver, à l’oral surtout, qu’une visée secondaire digressive interrompe définitivement la visée globale, ce qu’on appelle familièrement « perdre le fil ». 113 En adoptant toujours une procédure top-down, on peut distinguer dans un roman, par exemple, différents niveaux de structuration correspondant à des délimitations dans le texte : chapitres, paragraphes, etc. La tâche d’établir une typologie de ces sous-structures revient aux linguistiques textuelles. 114 Joly & Roulland (1981) affectent ce travail à la visée d’effet, qui opère « une évaluation de la situation énonciative dans laquelle va s’effectuer l’acte d’énonciation (nature du rapport interlocutif, cadre énonciatif) ». « Comme une telle évaluation ne saurait être improvisée, force est de supposer qu’elle se fait aussi à partir d’une pré-connaissance dont le siège est le savoir-dire puissanciel. Nous serons en conséquence amenés à élargir le champ conceptuel de la “langue”. » Il semble que le fait de distinguer visée de discours et visée d’effet permet de faire l’économie d’une réforme de la langue – tout en étant plus conforme au sentiment que ce genre de conscience pragmatique instantanée n’a guère sa place dans l’institué linguistique, ce qui n’empêche pas de disposer de données pragmatiques instituées.
372

Chap. V : Systématique de la phrase

visée de discours maintient ces données accessibles, les actualisant si besoin est. Notons enfin qu’elle prend en charge les contraintes du registre 115. En somme son rôle est d’établir au départ les contraintes contextuelles pesant sur l’acte de langage, puis de les distribuer aux visées adéquates. Cela n’empêche pas, bien sûr, que des visées secondaires superposent d’autres données contextuelles (narration, discours rapporté, p. ex.), mais la référence du moi-ici-maintenant demeure toujours accessible 116.

Figure 6 : Visée de discours principale et visées secondaires

Figurant ce qui vient d’être dit, le schéma ci-dessus montre la visée globale de discours qui sous-tend l’acte de langage jusqu’à son terme, initialement prévu ou anticipé, que le but soit atteint ou non. On la voit subsumer des visées secondaires, ici en nombre réduit, qui correspondent à des micro-programmes communicationnels 117. À côté de ces fonctions de production et d’unification, il incombe à la visée de discours des tâches de contrôle. C’est à elle en effet que revient le monitorage de l’acte de langage (angl. monitoring), c'est-à-dire la surveillance de son déroulement conforme aux objectifs 118. Cette surveillance s’exerce principalement sur le résultat de l’acte lui115

« Le registre regroupe “les traits linguistiques qui sont typiquement associés à une configuration de traits situationnels” relevant du field (du thème du discours, de la visée intentionnelle des interlocuteurs), du “mode” (de la fonction du texte, du genre, du canal,…) et enfin du tenor (relations sociales permanentes ou occasionnelles entre les participants). » (Charolles, 2001 : 239) 116 Il semble impossible de perdre en cours de discours la référence nynégocentrique (le moi-icimaintenant) que fixe la visée globale : oublier où l’on est, à qui l’on parle, etc. En revanche, on l’a vu, on peut très bien à la suite d’une digression ne plus se souvenir de quel protagoniste d’une histoire il était question. 117 La visée globale se compose de deux visées secondaires, elles-mêmes coiffant deux visées subordonnées. 118 C’est ce que la théorie de l’information appelle un feedback : un mécanisme destiné à transmettre à une instance de contrôle des informations sur le déroulement d’une action, l’état d’un être ou d’une fonction afin de réguler cette action ou de prendre en charge l’être ou l’organe concernés. (voir Couffignal (1966 : 106)).
373

Chap. V : Systématique de la phrase

même, c'est-à-dire le dit 119, mais elle a heureusement la possibilité d’intervenir aussi avant la prononciation effective, permettant ainsi des réajustements de dernière minute dans l’expression. Enfin, en corrélation avec cette tâche de contrôle, la visée de discours a pour fonction d’archiver progressivement les parts de dit déjà accompli par un processus d’intégration sémantique (Coirier et al., 1996 : 56 ; Charolles, 2001). Cela consiste à stocker les données du message mot à mot, très coûteuses en mémoire et très volatiles, en « masses mémorielles » plus compactes et plus durables. Il va de soi que ce processus est accessible au pôle émetteur comme au pôle récepteur 120. Les aménagements qui viennent d’être proposés avaient à charge de contourner certains des problèmes que posaient les modèles de R. Valin et A. Joly. Adoptant la position du premier, on conserve une visée de discours définissable comme une structure de type pragmatique qui sous-tend l’acte de langage et progresse vers un but. On ajoute à cette tension des fonctions d’ancrage énonciatif, de maintien de la cohésion textuelle et de structuration informationnelle affectées par A. Joly à la visée d’effet. Pour régler le problème posé par la solution de continuité entre phrase et discours, on prête à la visée globale la possibilité de générer des visées secondaires correspondant à des niveaux intermédiaires d’organisation, sans préconception de la nature ni de la dimension de ces niveaux. En dissociant la visée de discours de la visée de représentation, on sépare les stratégies argumentatives et pragmatiques du niveau strictement conceptuel, tout en conservant le rôle de « mise en forme de la matière pensée » dévolu à la visée phrastique. On souligne ainsi que la volonté d’agir prime sur celle d’utiliser simplement le langage, ce que Guillaume semblait entendre en disant que « Parler n’est langage qu’autant qu’il est disant, si peu que ce soit. » De la sorte, sans être forcé a priori d’abandonner la phrase, on conserve une détermination du local par le global.
119

Ce dit en cours est évalué par auto-interprétation et hétéro-interprétation, i.e. en conjecturant les interprétations de l’allocutaire (Grunig, 2002). Voir également Fuchs (1980). 120 On rencontre chez plusieurs auteurs un équivalent approché de ces fonctions de contrôle et d’archivage. R. Valin, p. ex., fait état d’une « incidence logique ». Ce point est abordé ci-dessous.
374

Chap. V : Systématique de la phrase

Avant d’aborder la seconde étape de l’acte de langage, on peut se faire une juste idée de son organisation globale à partir du schéma suivant :

Figure 7 : Schématisation de l’acte de langage

Visée de représentation Comme on le voit ci-dessus, l’exemple choisi est celui d’une phrase simple comportant une unique visée de chaque type. En l’occurrence, la visée de discours engage un programme communicatif banal : formuler un constat, poser une question121, etc. Ce programme engagé, constituant un vouloir-dire initial, l’objectif est que quelque chose soit dit de quelque chose. À moins d’opérer dans l’urgence la plus impérieuse, qui s’accorde généralement au cri inarticulé, toute intention de communication a besoin, pour se représenter à l’esprit puis être exprimée, de faire appel aux mots, situés aux arrière-plans de la langue 122, sans quoi le recours à l’improvisation est nécessaire 123. Mais précisément on sait que les mots ne préexistent pas à l’acte de langage, entièrement construits, figés et disponibles dans la langue comme des outils sur un établi. Au contraire, comme le rappelle Guillaume, « tout […] dans la langue est procès.

121

Ou encore formuler un constat destiné à être compris comme une injonction : « Déjà dix heures ! » qui équivaut à « Allez-vous-en ». 122 La difficulté de cerner la nature de cet appel est soulignée par G. Guillaume (1991, LL10 : 267 – 27 IV 44a) : « Le mécanisme de cet appel et de la réponse qui lui est faite immédiatement avec une rapidité qui ne peut pas ne pas surprendre […] est une chose dont il nous est fort difficile et même, à la vérité, impossible de pénétrer complètement le secret. » 123 Voir notamment Guillaume (1973a, PLT : 146 – 7 V 1948c) .
375

Chap. V : Systématique de la phrase

[…] Il n’y a pas de mot, il y a une genèse extraordinairement compliquée du mot, une lexigénèse » (Guillaume, 1999, LL16 : 201 – 18 III 1943b). Précisément, le rôle de la visée de représentation est de permettre un accès rapide à la langue afin de convertir la volonté d’exprimer une expérience donnée en représentations mentales, en signifiés 124. Or, il se pose un problème délicat, qui est de déterminer la teneur des visées de discours et de représentation, et la nature de leurs connexions. Le problème n’est inconnu ni d’ A. Joly & D. Roulland, ni de R. Valin :
On est encore très ignorant, non seulement de la nature du complexe impressif appelé ici vécu expérientiel […] mais aussi des conditions précises dans lesquelles s’institue le rapport qui s’établit entre les zones conscientes de la pensée où se profilent les contours plus ou moins nets de ce vécu expérientiel, et les zones inconscientes où s’élabore sa contrepartie linguistique de représentation. (Valin, 1981 : 22)

Il est clair qu’on ne peut travailler que par reconstruction théorique – en attendant les données des neurosciences. S’il faut formuler intuitivement un premier principe, c’est celui de la primauté de l’agir sur le parler : dans des conditions normales, l’acte de langage n’est pas autotélique ; on ne parle pas pour utiliser le langage, mais on l’utilise pour quelque chose. Ainsi la visée de discours, essentiellement pragmatique, est de l’ordre de la pensée « activement libre », tendue vers un but, qui lorsqu’elle cherche à s’exprimer doit d’abord se représenter à elle-même. En ce sens, elle relève bien de la volonté d’agir. Le langage n’intervient qu’avec la visée de représentation qui, sous l’impulsion de la visée de discours, opère la saisie réflexive de la matière nécessaire à l’accomplissement du but visé. Ainsi, la transition qu’est l’acte de langage « suppose pour se produite un acte volontaire, qui est un acte de pensée » (Guillaume, 1973b, LL3 : 28 – 3 XII 1948c). Guillaume distinguait très bien ces deux plans de la pensée,

124

En un sens, pour Guillaume, cette représentation est nécessaire à la pensée elle-même : « C’est en se théorisant elle-même – par une sorte de théorisation naturelle – que la pensée s’est donné la langue. » (Guillaume, inédit – 25 XI 1943b). Puisque la langue permet de contempler (theoreïn) la pensée, de l’objectiver, l’homme a besoin du langage, dans une certaine mesure, pour se figurer sa propre pensée : ainsi Guillaume affirme qu’une grande puissance de pensée opère avec de pures représentations, sans recourir à la sémiologie ; à un degré de puissance moindre, il est fait appel à la « sémiologie silencieuse » (au dire puissanciel) ; dans le pire des cas, il est recouru à la « sémiologie d’effet », au dire effectif. (Guillaume, 1973b, LL3 : 30 – 3 déc. 1948c).
376

Chap. V : Systématique de la phrase

aussi est-on fondé à proposer les correspondances suivantes (qui n’ont qu’une valeur d’analogie) :
« Pensée matière du discours (ce qu’on dit) » → Visée de représentation « Pensée provocatrice du discours (ce pourquoi on dit) 125 » → Visée de discours

La visée de discours cherche à s’objectiver, à opérer une saisie d’elle-même qui selon ses buts peut être plus ou moins complexe. Dans le cas d’une interjection isolée, la visée de représentation est peu sollicitée car la pensée à exprimer est tout aussi minimale. Lorsqu’il s’agit par contre d’asserter quelque chose au sujet de quelque chose, la visée de discours soumet à la visée de représentation un schéma qu’on peut supposer dyadique 126 et qu’elle aura à charge de matérialiser, de « saturer 127 » par la matière puisée dans la langue, puis de soumettre à la visée phrastique (visée d’expression). Dans la plupart des cas, donc, mais pas tous, la visée de discours est une volonté de mise en relation d’un apport et d’un support qu’il revient à la visée de représentation d’objectiver puis de faire mettre en forme 128. C’est sans doute à ce stade qu’intervient l’arrangement informationnel du message, donc bien avant le recours à la sémiologie, avant l’expression elle-même, ce qui fait écho au caractère « profond » qu’A. Joly prête à cette seconde « syntaxe ». Cela

125

Guillaume, cit. Boone & Joly (2004 : 316). La pensée provocatrice du discours « est active ; elle est faite du sentiment que le sujet a de pouvoir atteindre certaines fins, en dénonçant ce qu’il a dans l’esprit. » (ibid.). Dans le Problème de l’article, enfin : « il est possible de distinguer l’outil et l’ouvrier, le langage qui sert et la pensée qui s’en sert. » (ibid.). 126 Pour F. Rastier (1998a, 2001), Guillaume, Culioli et Pottier, entre autres, ont perpétué la conception occidentale traditionnelle d’une prédication dyadique de type essence + accident. Or, s’il y a bien une prédication dyadique chez Guillaume, elle ne repose pas uniquement sur l’opposition catégorèmesyncatégorème (dénotatif vs. non dénotatif) mais aussi sur la distinction univers-espace / universtemps, qui n’est pas de même nature. 127 A. Joly & D. Roulland (1981) rapprochent cette relation dyadique saturable de la lexis d’A. Culioli (1990 : 79). Le schéma de lexis est une structure à trois places, formalisée ainsi l < x0, x1, p >, susceptible de devenir une structure argumentale une fois ces places saturées. À l’origine une lexis n’est pas un énoncé, car elle n’est encore l’objet d’aucune assertion. La succession des opérations énonciatives s’apparente donc à : relation primitive (source-but) + schéma de lexis = lexis prédiquée ; lexis prédiquée + localisation = énoncé. 128 A. Joly précise à juste titre qu’au niveau conceptuel on ne peut préjuger de l’orientation de la relation apport-support ; en revanche, comme on l’a dit, on ne le suit pas sur le caractère axiomatique qu’il prête à la relation binaire : « On posera comme invariant linguistique le fait que pour qu’il y ait prédication, donc langage articulé, il faut qu’il y ait mise en rapport d’un apport de signification (A) avec un support de signification (S) sans qu’il puisse être a priori décidé qu’une de ces deux séquences (AS ou SA) doive être universellement considérée comme canonique. » (Joly, 1993 : 93)
377

Chap. V : Systématique de la phrase

se justifie là encore par l’antécédence du pensé sur l’exprimé, en vertu de quoi le caractère activé ou inactif des objets de pensée influe de l’amont sur les représentations elles-mêmes et sur l’expression. Mais le fonctionnement de la visée de représentation n’en demeure pas moins identique : elle apporte une réponse quasi immédiate à la sollicitation de la visée de discours, une réponse aussi proche que possible de la pensée à représenter.
Dans un acte de langage ordinaire, la visée de discours en appelle ainsi continuellement à la visée de représentation qui s’attache, sous son contrôle, à dégager du pensable les signifiés « convenants » et à les conduire au plus près du programme pragmatique. Cette phase de l’acte de langage est l’objet de la psychosystématique 129. Dès qu’elle se trouve amorcée, la visée de représentation est enjointe de convertir la matière qu’elle a dégagée en signes, ce qui sollicite enfin la visée phrastique.

Visée phrastique Suivant cette fois A. Joly (1984 : 263), on conçoit la visée phrastique comme une « mise en forme […] de la matière pensée », une conversion des représentations en expression puis exprimé. Sa tâche est de saisir la matière à dire et de la fondre dans les formes générales d’une langue 130. Elle a ainsi pour fonction d’appeler chaque mot en tant « qu’être général » pour prendre place dans une construction groupante. La visée phrastique, rappelle W. Hirtle (2002 : 52), est ce que G. Guillaume appelait un « regard constructeur », un « projet de phrase ». C’est ce regard constructeur qui appelle les mots pour s’en servir « à ses fins propres », c'est-à-dire selon la phrase à construire. Cette notion de « projet de phrase » a son importance ; car en effet la production verbale

129

« Construire en pensée, et en pensée seulement, ce qu’on attache ensuite à un signe […] est l’ouvrage de la psycho-systématique. » (Guillaume, 1964 : 241 sq.). Pour Guillaume, la psychosystématique obéit à la loi de cohérence, qui régit la construction de la langue en système(s). Dans le cadre d’une utilisation momentanée de la langue, cette loi ne joue que secondairement. En revanche, une loi de congruence ou de convenance gouverne dès le départ la construction des représentations puis celle des signes. Ce que l’on suggère par là, et que ne spécifiait pas nettement Guillaume, c’est que cette loi agit également dans la praxéogénie et non pas seulement dans la glossogénie. Pendant l’acte de langage, elle a contre elle une loi de suffisance expressive qui vise comme son nom l’indique à une économie des moyens mis en œuvre pour s’exprimer. 130 « De la construction en pensée à la construction en signe le lien n’est pas un lien de création, mais un lien qui consiste à inventer, à trouver, dans l’existant linguistique proche, ce qui peut, par convenance suffisante, servir à pourvoir un signifié mental édifié préalablement en pensée […] d’un signe physique qui en permette le port et le transport. » (Guillaume, 1964 : 33)
378

Chap. V : Systématique de la phrase

effective ne commence pas dès la première saisie de matière transmise à la visée phrastique pour suivre ensuite le flux de la pensée 131 ; cela signifie que l’ordre résultatif ne reflète pas l’ordre opératif. Au contraire, la visée phrastique diffère la production effective pour produire et combiner librement les signes. Cela implique assurément une certaine liberté dans le choix de l’expression, mais une liberté limitée – donc plutôt une permission.
Sous les pensées que le discours énonce, il y a des actes d’expression – volontaires – qui appartiennent à la momentanéité du discours et qui, à un certain degré, sont sous le contrôle du sujet parlant. » (Guillaume, cit. Joly & Roulland, 1981 : 111)

Car la visée de discours n’est a priori contrainte en rien. Mais dès que la pensée cherche à saisir ce qui se produit en elle par le biais de la représentation, elle est directement soumise à la fragmentation du pensable propre à sa langue, qui est agencée en un système cohérent
132

. Lorsqu’on parvient enfin au stade de « l’invention du signe »,

autrement dit dans ce cas aux mécanismes de la visée phrastique, c’est un principe de « non-disconvenance » qui entre en jeu. Pour résumer l’ensemble du mécanisme, on voit donc s’enchaîner et se superposer : (i) une visée pragmatique de discours dont émanent des intentions de communication ; (ii) une visée de représentation, sollicitée par la précédente qui cherche à se saisir elle-même ; sa tâche est de l’amener de la visibilité à la dicibilité 133 ; (iii) une visée phrastique (d’expression) qui doit « trouver » les signes convenants pour convertir in fine cette dicibilité en dit oral/écrit. Guillaume résume ainsi l’enchaînement opératif :

131

Entre le dire puissanciel et le dire effectif réside le seuil de la production sémiologique concrète. Cette production a bien sûr des aspects techniques et biomécaniques (utilisation d’un système d’écriture, de l’appareil phonatoire, etc.), mais elle relève avant tout d’une compilation linéaire. 132 Guillaume note ainsi que la langue « donne à notre pensée des limites étroites : nul ne peut dire plus que ce que la langue qu’il parle permet » (Guillaume, cit. Boone & Joly, 2004 : 315) 133 La chaîne de causation est la suivante (Boone & Joly, 2004 : 460) : visibilité mentale > dicibilité mentale > dicibilité orale/scripturale >dire effectif > dit parlé/écrit. « La structure de langue » est, au profond de nous-mêmes une « visibilité mentale », on en dégage une dicibilité mentale en sollicitant une représentation particulière.
379

Chap. V : Systématique de la phrase

Et en même temps qu’il descend ainsi au fond de lui-même, en quête de moyens de s’exprimer […] l’esprit, par un mouvement contraire, remonte de cette position profonde avec les mots utiles qu’il y a pris, et ces mots, il les porte rapidement aux avant-plans de la pensée et les y assemble suivant une technique, la syntaxe, dont il a le secret et, de même que les mots, fait partie de la langue. Et c’est de cet assemblage qu’il obtient finalement « l’effet de sens » visé. (Guillaume, 2005, LL17 : 41 – 27 nov. 1941b)

Si la visée phrastique a la prérogative de « trouver » des signes, elle a également celle de les combiner pour accomplir au final le but fixé par la visée de discours. On ne rentrera pas dans le détail des principes de cet agencement 134, mais on s’intéressera plus généralement à la question du résultat de cet agencement lui-même : l’unité d’effet, c'est-à-dire la phrase. Une fois que le vouloir-dire a commencé d’être saisi par la visée de représentation, c'est-à-dire matérialisé en fragments du pensable, devenant par là du pensé momentané, il est conduit aux « avant-plans » de l’esprit pour être exprimé. À partir de là le sujet parlant a quelque prise sur les événements, mais il n’empêche, comme on l’a vu, que deux principes antagonistes sont à l’œuvre : (i) un principe de congruence (ou de convenance expressive), qui vise à une réalisation aussi exacte que possible de la visée de discours, et cela depuis les tout premiers moments de l’acte de langage ; son objectif théorique (jamais atteint) est la conversion complète et exacte du psychique en sémiologique ; (ii) un principe opposé de suffisance expressive qui cherche au contraire à minimiser le recours à la sémiologie 135. L’opposition de ces deux principes se résout par un choix plus ou moins conscient du sujet parlant qui, en fonction du contexte et de ce qui a déjà été dit, décide de recourir de façon réduite à la sémiologie, autrement dit de restreindre la part d’expression à produire. Cela n’est rendu possible qu’en adoptant fictivement la position d’énonciataire 136, ce qui passe par le
134 135

Voir Valin (1981), Van Raemdonck (2001, 2002a, 2006a). Pour Guillaume, on l’a dit, ces lois semblent surtout gouverner l’organisation de la langue, plus que le déroulement de l’acte de langage. Mais il apparaît qu’en étendant leur usage à la praxéogénie on est à même de rendre compte du principe global de pertinence qui régit les situations concrètes d’énonciation. 136 On distingue avec B.-N. Grunig (2002) la simple auto-interprétation de l’hétéro-interprétation. Dans ce dernier cas, l’interprétation du sujet parlant est « empathique », i.e. elle prend en compte les susceptibilités de l’allocutaire.
380

Chap. V : Systématique de la phrase

monitorage déjà évoqué plus haut. On peut représenter ce point de théorie de la manière suivante :

Figure 8 : Visée phrastique

Il va de soi que la visée phrastique n’occupe que le premier battement du Pensé1 (dicibilité mentale) à l’Exprimé (dit). Le second battement est dévolu à l’interprétation du « sujet écoutant », mais on voit le sujet parlant régulièrement anticiper ses interprétations. On constate par ailleurs que le principe de congruence, figuré par un vecteur, vise à épuiser le Pensé en Exprimé, alors que la suffisance expressive vise au contraire à interrompre l’Expression au plus près du Pensé. Cela nous amène précisément au problème de la phrase. En effet, si le sujet parlant a quelque liberté quant à l’expression de son vouloir-dire, la sémiologie n’en est pas pour autant un système sans rigueur ni principes. Ainsi de même que la substance particulière d’un mot n’est intégrable à la phrase que sous « sa condition générale d’être grammatical » (Guillaume, inédit – 14 III 1940)
137

, le vouloir-dire particulier d’une

pensée représentée à elle-même ne peut être exprimé que dans la forme générale d’une phrase. On ajoutera que cette définition systématique ne préjuge pas des modifications

137

Guillaume écrit ailleurs : « la langue a dû, pour la formation de la phrase, renoncer, à tout le moins partiellement, au rapprochement direct, immédiat des sémantèmes. » (Guillaume, inédit – 23 V 1940)
381

Chap. V : Systématique de la phrase

imputables à la liberté de la sémiologie. Les seuls principes théoriques établis semblent être les suivants : (i) Le commencement d’un acte de langage amorce la construction d’une phrase en visée phrastique :
L’acte de langage considéré in toto […] s’inscrit, partout et toujours, entre deux moments de lui-même : un moment initial où l’unité saisie par la pensée est une unité radicale […] et un moment final où l’unité saisie par la pensée est une unité d’aboutissement, pourvue de la largeur que comporte une pensée exprimée se suffisant à elle-même. Cette unité d’aboutissement, c’est la phrase. (Guillaume, 1971b, LL2 – 10 II 1949b)

(ii)

La construction d’une phrase est un processus fini, qui s’achemine vers une condition d’entier :
Partout en effet se déterminent, dans la structure du langage, des mouvements de pensée dont la limite de développement est leur entier et qui, en conséquence, sont saisis par la pensée elle-même, et en elle, soit avant leur accession à la condition d’entier, soit au moment où ils accèdent à cette condition non dépassée, soit à un moment où ils y ont accédé par un dépassement qu’on peut faire aussi petit ou aussi grand que l’on voudra. (Guillaume, 1973b, LL3 : 201 – 20 V 1949c )

(iii) La phrase est régie par un principe d’unicité mécanique qui codifie ses capacités d’intégration :
Le principe de l’unicité mécanique de la phrase, selon lequel une phrase ne saurait contenir le mécanisme de plusieurs, est important. Une phrase peut substantiellement réunir le contenu de deux phrases ; ce qu’elle ne peut pas faire, c’est d’être par mécanisme deux phrases ; il lui faut, quel que soit son contenu substantiel phrastique, n’en faire mécaniquement qu’une. (Guillaume, 1973b, LL3 : 187 – 6 V 1949c)

Il n’est pas difficile de montrer que ces principes de sémiologie sont souvent enfreints dans les faits : la phrase peut être interrompue, manifestement incomplète, intégrée à une autre, ou au contraire intégrer elle-même d’autres phrases modifiées dans ce but. Nous nous intéresserons à ces cas le moment venu ; pour l’heure, il s’agit de préciser davantage la teneur de ces principes.

382

Chap. V : Systématique de la phrase

Le premier ne pose pas de problème particulier, si ce n’est dans le cas où, dès le début de l’acte de langage, il n’est pas question de construire une phrase, ce qui ne correspond à la limite qu’aux cris inarticulés ne faisant pas même appel à la représentation 138. Il a déjà longuement été question des problèmes soulevés par le second principe : il s’agit du statut de la condition d’entier phrastique. Sommairement, cette condition peut être de deux ordres : mécanique ou fonctionnel, c'est-à-dire reposant sur des critères intrinsèques ou extrinsèques. En disant cela, on reprend en fait Guillaume luimême :
Pour construire une phrase on dispose donc de deux voies : produire un verbe ; produire un mouvement expressif suppléant. (Guillaume, 1973b, LL3 : 205 – 20 V 1949c)

Concernant le premier mode de production, on sait que le verbe implique un support sujet et par conséquent, dans la phrase, la jonction de l’univers-temps et de l’universespace, considérée comme suffisante d’un point de vue mécanique ; pour ce qui est de la voie « expressive » à laquelle ressortissent les phrases averbales, on a pu constater que deux explications se succédaient chez Guillaume : la première se limite au principe strictement fonctionnel de la compensation apportée par l’expressivité ; la seconde postule l’existence d’un verbe implicite et par conséquent réunifie (artificiellement) les deux modes de production. Quel que soit le type de phrase, la condition d’entier, ou condition sommatoire, déclenche de manière univoque la clôture de l’unité par la saisie phrastique. Une fois atteint le stade de complétude formelle ou fonctionnelle de la phrase, par le biais de la compensation expressive, la visée phrastique signale la clôture du mouvement constructeur à la visée de discours. R. Valin fait état à ce sujet d’une incidence logique :

138

En ce sens, une interjection isolée comme « Bigre ! », qui n’est pas en soi prédicative peut être néanmoins considérée comme une phrase dans la mesure où elle recourt minimalement à la représentation (cf. Rosier, 2001).
383

Chap. V : Systématique de la phrase

L’incidence logique […] déclenche la réalisation sémiologique – mentale seulement dans certains cas, ou à la fois mentale et physique – des signes puissanciellement attachés aux éléments formateurs psychiques du syntagme […]. Cette incidence logique tardive, et conclusive du phénomène, correspond à l’accession d’une portion corrélative […] du contenu de la visée discursive à l’état de représenté linguistique, c'est-à-dire de choses dites à l’aide de moyens – sémiologiques, aussi bien que psychiques – mis à la disposition du sujet parlant par la langue qui l’habite. (Valin, 1981 : 57)

Appliquée ici à un syntagme, l’incidence logique joue plusieurs rôles : (i) elle clôt mécaniquement une articulation secondaire de la phrase (un syntagme), lui conférant par là même la possibilité de fonctionner comme apport ou support de prédication (Van Raemdonck, 2006) ; (ii) elle en déclenche la réalisation sémiologique – (le dire effectif) ; (iii) de ce fait elle soumet le dit résultant au contrôle final de la visée de discours :
Si l’on définit l’acte d’énonciation comme la recherche des moyens linguistiques permettant la réalisation de la visée de discours, on conçoit aisément que chacun de ces moyens, une fois trouvé, doive être mis en rapport – être rendu logiquement incident – à la visée de discours. Cette mise en rapport est nécessaire à l’énonciateur qui, d’instant en instant, juge de la convenance de ces moyens eu égard à son vouloirdire initial. (Guimier, 1984 : 80)

Figure 9 : Incidence logique – D’ap. Valin (1981)

Dans la perspective de R. Valin et C. Guimier, la visée phrastique est régulièrement traversée par ces incidences (qui sont tout autant des saisies) intervenant à chaque sommation des groupes constitutifs de la phrase. Il semble qu’on peut les rattacher globalement à la fonction de monitorage mentionnée plus haut, c'est-à-dire à la
384

Chap. V : Systématique de la phrase

surveillance exercée sur l’expression par la visée de discours. Cette dernière cherche en fait à contrôler le plus précocement possible la construction de la phrase et le choix des signes, mais ce faisant, elle ralentit la conduite de la visée phrastique – car elle intervient dans le cours même de son exécution, occasionnant des blancs, aussi est-il fréquent qu’elle ne contrôle que le résultat linéarisé, ce qui l’oblige alors à interrompre le dire, à le reformuler, etc. Outre cette fonction de monitorage, l’incidence logique accompagne comme on l’a vu la sommation des structures de la phrase, signalant la clôture des syntagmes et finalement celle de la phrase elle-même. Or, cette clôture s’accompagne parfois d’un marquage dans la sémiologie : elle est intonative à l’oral et graphique à l’écrit 139. Elle est la traduction chez le sujet parlant de l’achèvement d’un mouvement constructeur dont le sujet écoutant/lisant se trouve alors informé. Ce marquage est particulièrement utile car en signalant la clôture d’un mouvement constructeur, il entraîne en général l’intégration sémantique du résultat de ce mouvement (Charolles, 2001 ; Coirier et al., 1996), c'est-à-dire son stockage en masses mémorielles compactes conservées sous visées de discours. La relative liberté de la sémiologie permet de faire intervenir indûment une marque sémiologique de clôture entre deux constituants d’une phrase, ce qui explique en partie, mais pas complètement, la possibilité des « ajouts », comme on le verra. Il reste à examiner le dernier des trois principes mentionnés plus haut, qui touche à l’unicité de la phrase, c'est-à-dire à son intégrité formelle. On sait qu’une visée de discours peut se révéler particulièrement complexe, porteuse de pensées multiples à exprimer, mais il lui faut toujours se plier d’une part aux contraintes matérielles des représentations, et d’autre part aux contraintes formelles – plus souples – de la sémiologie. Ainsi, une phrase peut intégrer sans limitation théorique des relations prédicatives, pour peu qu’elle demeure mécaniquement homogène, c'est-à-dire de à la condition expresse de ne contenir aucun équivalent strict d’elle-même.

139

Le marquage sémiologique de la clôture peut affecter des structures plus vastes, non pas régies par un principe mécanique mais tenues sous une visée pragmatique de discours : paragraphe, alinéa, chapitre.
385

Chap. V : Systématique de la phrase

Ainsi, suivant G. Guillaume, on peut dériver le principe suivant qu’à partir du moment où sera engagée mentalement la construction d’une phrase,
tout ce qui viendra ensuite ne pourra plus mécaniquement être phrase, mais élément de phrase, et devra en conséquence être transporté – afin de pouvoir entrer dans la phrase […] – sur le plan nominal. (Guillaume, 1973b, LL3 : 187 – 6 mai 1949c).

Lorsque la visée de discours produit des vouloir-dire complexes impliquant plusieurs relations prédicatives, ou des enchâssements énonciatifs, la visée phrastique se trouve avoir à traiter des représentations multiples pouvant éventuellement être exprimées en plusieurs unités de discours. Mais, selon le choix du locuteur, ces prédicats peuvent, au contraire, être intégrés par divers moyens à une même phrase sous réserve de renoncer à atteindre eux-mêmes ce statut. De la sorte, en termes guillaumiens, la phrase « hôte » (ou matrice) est plurielle d’un point de vue immanent mais toujours unique quant à sa transcendance. Pour finir, on peut illustrer cette mécanique de la phrase et mettre en évidence les perspectives de recherche qu’elle ouvre en syntaxe génétique en esquissant une approche des problèmes d’annexe et d’insert évoqués plus haut. Dans le cas de certains inserts, en particulier des prédications secondes 140, le problème de la pluralité matérielle se pose d’emblée : les phrases présentant ce type de configuration peuvent être dites complexes d’un point de vue matériel, mais elles ne le sont pas d’un point de vue formel. Dans un cas simple comme « Paul, le DRH, a été promu. », une première visée de discours s’engage pour communiquer la promotion de Paul (Paul < a été promu), et elle convoque aussitôt pour ce faire les représentations de la langue. Une première visée phrastique (a) est engagée immédiatement après pour construire et combiner mentalement, selon leur régime d’incidence, les parties de discours obtenues à partir des représentations. Mais dans le cas de cette phrase à prédication seconde, une autre visée de discours (b) intervient (Paul < le DRH), qui se greffe sur la précédente et en perturbe la marche usuelle. Elle réclame à son tour sa conversion en exprimé via la visée phrastique (b).

140

Voir notamment Mélis (1988) et Furukawa (1996).
386

Chap. V : Systématique de la phrase

Figure 10 : insertion d’une visée phrastique

Pour des raisons essentiellement liées au plan global (hiérarchie pragmatique des informations) et à l’action de la loi de suffisance expressive, on obtiendra difficilement en syntaxe résultative :
Paul a été promu. Paul est le DRH. / Paul est le DRH. Paul a été promu. Paul, qui est le DRH, a été promu. Paul (il est / c’est le DRH) a été promu. Etc.

Le locuteur est en effet contraint d’insérer la seconde visée phrastique dans la première. Pour cela, il doit la faire renoncer à atteindre elle-même la condition sommatoire, le statut d’entier phrastique, par retrait du verbe, et à former alors une apposition. Ce n’est qu’à cette seule condition que la seconde visée phrastique peut être insérée dans la première, en vertu du principe d’unicité mécanique mentionné plus haut. Pour les constructions en annexe, la situation est différente. Un type particulier de la catégorie, une phrase comme « Ils riaient. Dans le studio. », implique au départ une seule visée de discours prédicative (ils riaient) complétée par l’apport d’un circonstant (dans le studio). Dans la mise en œuvre de la visée phrastique principale, la condition sommatoire anticipe l’expression du circonstant : d’après la sémiologie, « Ils riaient. » est montrée comme un entier par le scripteur et destinée à être interprétée comme telle

387

Chap. V : Systématique de la phrase

par le lecteur. Mais il y a néanmoins deux configurations possibles : (i) cette clôture est volontairement précoce et la visée de discours prévoyait dès le départ la production du circonstant, qui était réservé en vue d’être effectivement produit après la marque de sommation (hypothèse du détachement) ; (ii) la clôture est naturelle et c’est un complément survenu trop tard, porté par une visée secondaire, qui est placé en annexe (hypothèse de l’ajout).

Figure 11 : Insert vs. annexe

Dans les deux explications, quoi qu’il en soit, il y a production d’une phrase postiche (« Dans le studio. ») dont le déficit de matière, allié à une forme complète, entraîne un appel de matière, ici d’autant plus net que le SPrép nécessite un support relationnel ou actanciel. La phrase antécédente pourra le lui fournir car elle n’a pas encore totalement disparu de la conscience du lecteur. L’apport intervenant immédiatement après la clôture formelle de son hôte (prévu ou choisi trop tard), il se situe dans la transcendance formelle de celui-ci. Qu’on nous permette de citer à nouveau un propos de Guillaume qui éclaire notre position :

388

Chap. V : Systématique de la phrase

La pensée constructrice du langage, à laquelle il incombe d’être en elle-même une pesée de ses propres démarches, s’est choisi pour étalon de mesure des entiers – des entiers de mouvements psychiques […] mouvement intérieurs de l’esprit humain, continués jusqu’à complétude et saisis – s’il y a lieu – par elle avant cette complétude, ou après dans les langues qui, comme le français et les langues romanes, sont enclines à transcender l’immanence des mouvements de pensée sur lesquels repose leur structure. (Guillaume, 1973a, LL3 : 205 – 20 V 1949c)

Dans le cas de l’insert comme dans celui de l’annexe, il y a donc un jeu avec la condition d’entier phrastique, soit que l’à-dire matériel cherche à s’intégrer dans une seule forme qui le lui permet, soit que celle-ci, close, contraigne cet à-dire à se doter luimême d’une forme qu’il ne sature pas. Cette vision, pour théorique et générale qu’elle soit, n’en rend pas moins possible une approche globale de la construction de la phrase et du texte, (ce que J. Gardes Tamine (2004) appelle « amplification »). Plus modestement, les quelques principes qui viennent d’être examinés permettent de resserrer la définition de la phrase autour des mécanismes simples antérieurs à la linéarisation. Sa capacité d’intégration et la souplesse de la sémiologie, son adaptabilité aux contraintes globales et aux choix de l’énonciateur interviennent ensuite pour expliquer la diversité des constructions de discours.

BILAN ET PERSPECTIVES
Au fil de ce parcours parmi les textes de Guillaume, on a pu constater qu’une entreprise de réunification des divers aspects de la théorie de la phrase n’était pas vaine. Les fréquents changements de point de vue du savant, les fluctuations de son métalangage, ses hésitations même donnent à penser qu’il n’a pas procédé autrement avec la phrase qu’avec des sujets qu’il a davantage parcourus, passant d’une intuition à l’autre, puis y revenant, et tentant à chaque retour de saisir avec plus d’acuité ses aperceptions. Il est apparu que sa conception de la phrase, pour dispersée qu’elle soit, n’en est pas moins assez développée, mais demeure le plus souvent à un haut degré d’abstraction. Les continuateurs du maître, guillaumiens et post-guillaumiens, bien

389

Chap. V : Systématique de la phrase

conscients de cet éparpillement du discours théorique, s’attachent à modéliser à sa suite le mécanisme de l’acte de langage. Chacun d’eux illustre en cela une évolution possible de la psychomécanique, une ouverture que la grande plasticité de la théorie – alliée à une spécificité parfois intransigeante – semble permettre. R. Valin et A. Joly, mais aussi K. Mantchev pour ne citer que la première génération, ont ainsi montré comment faire émerger du substrat théorique guillaumien des modélisations personnelles d’un phénomène dont le maître n’avait analysé que les linéaments. Lorsque le premier privilégiait le versant formel du problème, posant les bases d’une syntaxe génétique, le second en développait principalement les aspects énonciatifs et pragmatiques, et le troisième enfin, proposait une continuation sémantique de la théorie de la phrase. À partir des travaux des deux premiers auteurs, certains aménagements de la théorie de l’acte de langage sont apparus possibles. Ils étaient en tout cas nécessaires si l’on souhaitait rendre compte des modes de structuration dépassant la limite stricte de la phrase. On a ainsi suggéré de dissocier dans la visée de discours la pensée animée d’une finalité qui cherchait à se dire, et dans la visée de représentation la saisie réflexive dont résultait la représentation mentale. On a proposé également d’étendre à la construction du discours deux principes dévolus à celle de la langue, la convenance et la suffisance, qui semblaient pouvoir rendre compte des tensions opposées qui affectaient la visée phrastique, à laquelle revient de mettre en forme le pensé.

390

Chap. V : Systématique de la phrase

On peut même suggérer que ces principes, tels qu’on les a définis, s’étendent à tout l’acte de langage et commandent ce que Guillaume appelait la chaîne de causation, de sorte qu’on peut modéliser l’acte de langage comme suit :

Figure 12 : Expérience, représentation et expression

Les quelques modifications proposées ont rendu possible – à peu de frais, veut-on croire – de passer de modèles associant des traits d’idéalisme formel et des données empreintes de matérialisme à une représentation plus fidèle aux connaissances des mécanismes cognitifs entrant en jeu dans l’acte de langage. Est-ce trahir Guillaume que de rattacher certaines de ses intuitions théoriques à des découvertes du domaine de la neuropsychologie cognitive ou des neurosciences en général ? Certains travaux, guillaumiens ou non, témoignent au contraire des affinités de la psychomécanique du langage avec ces disciplines, et rappellent même que Guillaume, dans l’urgence où il semblait être à la fin de sa vie de formuler les intuitions qui le hantaient, a multiplié les rapprochements avec la physiologie du cerveau.

391

Conclusion

CONCLUSION

Car il faut que le mot passe afin que la phrase existe ; il faut que le son s'éteigne afin que le sens demeure. P. Claudel, La Cantate à trois voix

À bien des égards, il faut rester prudent en concluant sur la phrase. Cela reviendrait en quelque sorte à prôner une forme d’objectivisme et d’immuabilité alors que nous avons suivi, au fil de ce travail, l’ambition d’une souplesse de la discipline et d’une complexité des observables. Il reste néanmoins possible de dresser un bilan des faits que cette approche a permis de mettre au jour. * En abordant le projet d’une épistémologie régionale dédiée spécifiquement à la notion de phrase, notre dessein était au préalable de dégager ce concept des procédures de questionnement et d’investigation propres à la discipline, autrement dit de se défaire de l’axiomatique qu’on associe spontanément à la phrase en tant que locuteur mais aussi et surtout en tant que linguiste. De ce point de vue, l’étude a montré tout d’abord que la tradition grammaticale s’était forgé spontanément une définition prototypique de la notion à travers la phrase canonique, renonçant à établir une critériologie fondée sur des propriétés nécessaires et suffisantes. Cela a pu faire dire que la définition traditionnelle de la phrase n’était pas proprement scientifique. Dans le cadre de la linguistique, la phrase est très longtemps

392

Conclusion

demeurée une étiquette descriptive stable et exclusive dans les usages. Cela ne veut pas dire pour autant qu’elle ait été consistante ni stable quant à son signifié. Elle désigne au départ, avec Saussure notamment, un cadre d’observation des faits dont la théorie ne permet pas de mettre au jour les spécificités, car elle ne la différencie pas nettement du syntagme du point de vue de sa construction. Elle reste alors à la fois un observable primitif et un horizon structural, mais n’accède pas à proprement parler au statut d’objet d’investigation. En observant ensuite la phrase dans des théories structuralistes postérieures au Cours de linguistique générale, nous avons pu percevoir une série de changements décisifs de son statut épistémologique, changements qui peuvent être interprétés comme les étapes d’un processus de grammatisation : avec Tesnière, elle devient, sans être elle-même une unité, consubstantielle des connexions syntaxiques réunissant ses constituants. Dans les grammaires de constituance, dont nous avons considéré quelques doctrines américaines, un pas important est franchi grâce à l’adoption par Bloomfield d’une procédure exclusivement centrée sur la phrase comme donnée initiale et constituant maximal. Ce trait méthodologique sera commun aux théories suivantes, de Harris à Chomsky, avec une cohésion sans équivalent en Europe. C’est à ce même Harris que l’on doit l’évolution la plus fondamentale de la phrase dans le discours scientifique : dans les différents modèles construits par le linguiste, celle-ci passe enfin au statut d’unité. Elle l’est non seulement d’un point de vue formel en tant qu’élément constitutif du discours, dont Harris est l’un des premiers à envisager une analyse, mais elle l’est également en acquérant un statut ontologique par le biais de la transformation. En effet, le fait de concevoir qu’une phrase, en un sens, reste identique à elle-même bien qu’elle subisse des modifications formelles trahit la persistance d’une identité. Le siège de cette identité n’est pas localisé mais il est formalisable par l’inscription de la phrase au sein de « paradigmes » transformationnels listant des hypostases d’une même entité. Chomsky, disciple direct de Harris, poursuivra l’investigation dans ce sens, abandonnant en revanche le projet de l’analyse du discours. Il développe comme on sait un formalisme rigoureux qui axiomatise plusieurs postulats harrissiens, à savoir l’indépendance et l’antécédence de la syntaxe à l’égard de la sémantique et des contextes (du moins dans les premières versions de la théorie). De ces

393

Conclusion

principes dérivent directement les propriétés de la phrase, qui joue le rôle de terme primitif du modèle. Avec la grammaire générative, le processus de grammatisation de la phrase se trouve donc achevé, car elle constitue alors une entité dotée de propriétés non compositionnelles. À la lumière de l’épistémologie de T. Kuhn, nous avons interprété ce cheminement de la notion dans la matrice disciplinaire de la linguistique comme contribuant à la consolidation d’un paradigme. De Saussure au chomskysme, en effet, la phrase parvient progressivement au centre de la majorité des problématiques soulevées et résolues par les sciences du langage. Rétrospectivement, on peut même affirmer qu’elle a orienté a priori les questions que se sont posées les linguistes gravitant dans mouvements issus des structuralismes. Nous avons proposé de désigner ce paradigme du nom de Raison phrastique pour souligner à la fois son ambition formaliste et la limitation dérivant du choix d’une structure primitive. Il n’a cependant pas fallu attendre que le courant générativiste se divise et se diversifie pour que l’hégémonie de la phrase, de la méthodologie qui y était associée, soit contestée. La mise au jour des incohérences du paradigme, la « crise » scientifique, selon le terme de T. Kuhn, commence en réalité assez tôt après Saussure. Mais elle ne prend pleinement forme que lorsque la double décontextualisation dont procède la phrase se révèle trop mutilante pour être parfaitement opératoire. Ainsi, certains pointent la séparation de la phrase et du contexte situationnel, puis d’autres dénoncent la solution de continuité existant entre phrase et texte. Les premiers, que nous avons rattaché globalement à une contestation exo-textuelle, proposent à l’image de Benveniste de faire de l’énoncé le véritable objet de l’investigation des linguistes et de prendre en compte méthodiquement les circonstances de sa production. Les seconds, vecteurs d’une remise en question endo-textuelle, mettent en évidence des relations transphrastiques ou s’attellent directement, comme Halliday et Hasan, à réintégrer la phrase au sein du texte pour rendre compte de plus vastes réseaux de dépendance. Ces deux critiques différentes de la Raison phrastique ne restent pas ainsi cloisonnées et, même si leurs objectifs divergent, elles finissent par se rejoindre dans une contestation globale de l’objectivisme et de la discrétisation qui fondent en partie le paradigme des

394

Conclusion

sciences du langage. Pour autant, cette remise en question ne résout pas la crise scientifique de la discipline, elle la fonde plutôt. Aujourd’hui, on attend encore de voir émerger un ensemble théorique cohérent qui confère une nouvelle stabilité à la linguistique, mais on n’exclut pas, bien sûr, que l’épistémologie kuhnienne puisse donner une vue trop mécanique des choses et qu’un tel événement ne survienne jamais. * En mettant ainsi en évidence d’un point de vue épistémologique la construction simultanée de la phrase et d’une matrice disciplinaire des sciences du langage, nous avon