You are on page 1of 8

L ettre de M ichèle R

Députée européenne Europe Écologie-les Verts du grand Sud-Est


iVASi
HORS
SÉRIE printemps 2011

SOR T I R D U
CL E A IR E
NU
éDITO
AU LENDEMAIN
DE LA CATASTROPHE
DE FUKUSHIMA, AU JAPON,
ET 25 ANS APRÈS TCHERNOBYL

Le déni sur le danger du nucléaire n’est plus possible.


Plusieurs pays européens ont d’ailleurs réagi comme il se
doit en décrétant un moratoire et une sortie programmée du
nucléaire.
La France, fortement dépendante à l’atome, semble encore
enlisée par l’emprise du lobby nucléaire et le joug idéologi-
que et économique de la toute puissance atomique.
L’opacité, le secret et le mensonge d’État sont les mots clés de l’industrie nucléaire en
France. Les écologistes réclament, depuis des décennies, un grand débat public sur les choix
énergétiques, de la transparence et un référendum pour que les citoyens, une fois éclairés,
s’approprient le sujet et disent clairement si oui ou non ils souhaitent sortir du nucléaire.
La transition énergétique est pour nous une nécessité. Elle doit s’appuyer sur la chasse au
gaspillage, l’isolation thermique des bâtiments et le développement des énergies renou-
velables.
L’échéance présidentielle de 2012 doit permettre de mettre cette question du nucléaire au
cœur de la campagne.
Nous organisons le 21 mai à Paris les États généraux du Nucléaire auxquels seront
conviés nos partenaires politiques potentiels (PS, PCF, PG) d’un gouvernement
d’alternative à la droite.

Les leçons de Fukushima n’ont pas encore provoqué de propositions claires de la part du
Parlement européen, notamment en ce qui concerne la sûreté nucléaire. Par ailleurs, la
question du traitement des déchets, cadeau empoisonné laissé aux générations futures,
reste d’une actualité brûlante.
Il est possible demain de sortir du culte nucléaire fondé sur le
TOUJOURS PLUS ?
scientisme et le productivisme et le mythe du “toujours plus” que
OU VIVRE MIEUX ?
nous voulons remplacer par le projet collectif du “vivre mieux”.
C’est ce choix de civilisation que nous faisons à Europe Écologie les Verts.
Michèle RIVASI
2 Lprintemps 2011
ettre de M ichèle R iVASi HORS-SÉRIE

LE PARLEMENT EUROPÉEN
NE TIRE PAS ENCORE TOUTES
LES LEÇONS DE FUKUSHIMA
Le Parlement européen n’a pas réussi, tant, mais aussi parce que sortir du ment co-signé cette résolution : tirer
lors de sa session plénière du mois nucléaire est gagnant pour l’emploi, les leçons de cet accident et renforcer
d’avril, à se mettre d’accord sur les leçons l’industrie et notre indépendance la maîtrise des risques multi-facteurs.
à tirer de l’accident nucléaire au Japon énergétique. Il existe une multitude Nous avons aussi voulu renforcer la
pour la sûreté nucléaire en Europe. Le de scénarios montrant comment l’Eu- transparence de la communication
groupe des Verts, ainsi qu’une majorité rope peut avoir une économie basée des retombées radioactives en cas
de parlementaires, s’est opposé au texte à 100 % sur les énergies renouvela- d’accident nucléaire qui fait cruel-
final, qui n’appelle pas clairement à une bles pour 2050, si les bonnes déci- lement défaut. Pour autant, nous
sortie progressive de l’énergie nucléaire, sions politiques sont prises. » restons fermement convaincus que
seule solution à long terme pour une
MICHÈLE RIVASI, députée européenne des stress tests obligatoires – sous
meilleure sûreté des centrales.
Europe Écologie les Verts, ajoute : la supervision d’acteurs indépen-
YANNICK JADOT, eurodéputé français « Le groupe des Verts a été un acteur dants – ne sont pas suffisants par
Europe Écologie les Verts et membre clé de cette résolution : nous avons rapport à l’enjeu des risques multi-
de la commission chargée des ques- fait de nombreuses propositions ples et non-maîtrisables que nous
tions énergétiques, a déclaré : constructives pour renforcer la sévé- fait courir le nucléaire. Concernant
« Comme de plus en plus de parle- rité et la transparence des tests de le vote en faveur d’un moratoire sur
mentaires européens, nous pensons résistance (stress tests) des centrales la construction de nouvelles centra-
que la sortie progressive du nucléai- nucléaires décidés par la Commission les, je suis convaincue que c’était un
re s’impose en France et en Europe. européenne. C’est d’ailleurs la raison premier déclic nécessaire à la sortie
Parce que le risque est trop impor- pour laquelle nous avions initiale- du nucléaire. »

SCANDALE FRANÇAIS sur les tests de Extraits de la lettre du 5 juin 1986


d’Alain Madelin au ministre des
résistance proposés par l’Union européenne Affaires Étrangères
« Il y aura un avant et un après tieuse et cynique, et s’entêtait dans la « Des normes communautaires n’ap-
Fukushima », c’est ce que répètent en défense du crédo nucléaire sans tirer les porteraient aucune amélioration à la
chœur tant les experts que les autorités conséquences de la catastrophe alors sûreté nucléaire »
nationales, et pourtant rien ne va changer en cours. « Les modifications que [des critères
concrètement. Alors que la Commission Pour les eurodéputés EELV, cette attitude communautaires] risqueraient d’entraî-
européenne souhaitait imposer des tests doit cesser. De quoi le Président Sarkozy ner sur les centrales françaises, sans
de résistances au parc nucléaire euro- a-t-il donc si peur ? Que nos centrales se garantir une amélioration de la sûreté,
péen, finalement ce seront les autorités montrent défaillantes ? Les tests de résis- seraient d’un coût économique consi-
nationales de régulation qui dicteront en tance ne seront finalement qu’un simple dérable »
dernier lieu les modalités de ces tests. exercice de communication orchestré par « [La Commission] remet en cause le
Encore une fois, la France fait partie des les autorités nationales, qui semblent traité Euratom, et confère au traité CEE
pays cherchant à limiter au maximum définitivement plus se préoccuper d’in- des compétences dans le domaine
l’impact de ces tests visant à contrôler la térêts dits “supérieurs” à la protection des nucléaire. Elle va, elle-aussi, à l’encontre
sécurité des centrales. citoyens. C’est inadmissible de défendre de la politique française depuis plus de
Les eurodéputés Europe Écologie les une telle ligne alors que des risques 20 ans et menace à terme nos intérêts.
Verts s’indignent de l’attitude de la européens existent bel et bien. Le risque L’importance du domaine nucléaire en
France, et remarquent qu’elle continue nucléaire, transfrontière, appelle à dépas- France justifie que nous continuions à
à jouer le même jeu qu’après la catas- ser la souveraineté nationale au sein de exiger la séparation juridique des traités
trophe de Tchernobyl. l’UE : ces tests doivent absolument être Euratom et CEE »
Pour preuve, les deux eurodéputés citent effectués par des experts indépendants
« [...] la France occupe donc une place à
un courrier ministériel datant du 5 juin provenant de pays tiers, avec des critères
part dans le nucléaire européen. Elle est,
1986, où Alain Madelin – alors minis- objectifs tels que pour le risque terroriste
de ce fait, souvent conduite à défendre
tre de l’Industrie – écrivait une lettre au et de crash aérien.
un point de vue différent de celui de
ministre des Affaires Étrangères. Alors Tant les autorités britanniques que fran- ses partenaires et de la Commission.
que la Commission envisageait déjà à çaises cherchent à vider le cahier des Son isolement éventuel ne saurait,
l’époque de définir des critères objectifs charges des critères de risque les plus seul, justifier des concessions qui s’avè-
de sécurité pour les centrales nucléaires, dangereux, c’est un scandale ! reraient lourdes de conséquences pour
la France avait la même attitude préten- notre industrie nucléaire ».
SORTIR DU NUCLÉAIRE Lprintemps 2011
ettre de M ichèle R iVASi
3

POUR LA FERMETURE DU TRICASTIN !


MICHÈLE RIVASI demande, suite à la et les installations d’Areva à proximité,
catastrophe de Fukushima, la fermeture ce qui pourrait, en cas de catastrophe,
de la centrale nucléaire EDF de Tricastin provoquer un effet domino.
située à Pierrelatte. Les risques de séismes et de ruptures
En effet,
“ cette centrale est exposée
à deux risques importants. Un risque
de barrage existent réellement dans
la vallée du Rhône, et c’est pour cette
sismique mais aussi un risque d’inon- raison que je demande la fermeture
dation par rupture de barrage hydro- de ce site.
électrique. Aussi, comme pour le Japon, Je demande également à ce que
la Drôme peut très bien être un jour le site du Tricastin devienne un site
confrontée à un tremblement de terre expérimental où l’analyse des risques
d’une magnitude supérieure à celle après les événements du Japon serait
prévue par les normes originelles.» confiée à un comité d’experts indé-
J’ai interpellé les membres de la CLI du
Tricastin lors d’une réunion exceptionnel-
pendants internationaux.

La fermeture de la centrale de
POUR LA FIN DU le. J’estime que le site du Tricastin cumu- Fessenheim est aussi une priorité pour
RISQUE NUCLÉAIRE le les risques avec une vieille centrale l’eurodéputée.
À CADARACHE ET
UNE ÉCO-RECONVERSION
EN PÔLE DE RECHERCHE
SUR LES ALTERNATIVES
ÉNERGÉTIQUES
Le centre de Cadarache compte
21 installations nucléaires de base
(INB) et 50 installations classées pour
la protection de l’environnement (ICPE)
dont 30 à caractère nucléaire.
Cadarache est situé sur la faille de la
moyenne Durance (la plus active de
France) et à la lisière d’une autre (celle de
la Trévaresse qui a produit le plus grave
séisme enregistré en France – celui de
Lambesc en 1909 de magnitude 6,2).
Un grand nombre d’installations nucléai- − Le magasin de stockage d’uranium dans une zone à forte intensité sismi-
res contenant uranium et plutonium ne enrichi et de plutonium qui aurait que. En cas de séisme, les retombées
sont pas aux normes anti-sismiques dû être fermé depuis plus de 10 ans radioactives et la dissémination du
et cela coûte trop cher de les mettre pour fragilité en cas de séisme. Ce site plutonium dans la nature pourrait avoir
aux normes de l’Autorité de Sureté doit être remplacé par l’installation de tragiques conséquences sanitaires
Nucléaire (ASN). Magenta. Mais à quelle échéance ? dans toute la Provence.
À ce jour, seules 3 installations − L’installation STEDS INB 37 de traite-
Nous demandons la
sont conformes aux normes ment des effluents liquides radioactifs
et des déchets solides qui n’a toujours dénucléarisation du Centre de
sismiques : le réacteur PHEBUS, Cadarache et sa reconversion
pas fait l’objet de renforcements para-
les laboratoires LECA STAR et sismiques. Ce site doit fonctionner en pôle de recherche sur les
l’installation CEDRA. pendant encore au moins 10 ans. économies d’énergie et les autres
Par contre, de fortes inquiétudes − Le laboratoire de purification chimi- sources renouvelables (solaire,
concernent plusieurs sites que INB 54 et l’ATP u INB 32 dont biomasse, éolien, géothermie...)
la fermeture demandée en 1995 par Les filières liées aux alternatives éner-
− le parc d’entreposage de déchets
la direction de la sûreté des instal- gétiques manquent de recherche-
radioactifs INB 56 qui contient
lations nucléaires n’a eu lieu qu’en développement en la matière et cette
plusieurs milliers de m3 de déchets
2003. Problème, le démantèlement recherche pourrait permettre un éco-
radioactifs dont 3 960 fûts de boue
n’a commencé qu’en 2009 de façon développement avec une production
contaminée au plutonium, 6 fosses
très partielle. d’énergie plus décentralisée et géné-
renfermant plutonium et uranium
pyrophorique et 5 tranchées en pleine Ainsi, même si Cadarache n’a pas de ratrice de plus d’emplois que la filière
terre renfermant des déchets conta- réacteurs nucléaires, même s’il s’agit nucléaire.
minés en partie par du plutonium d’un centre de recherche expérimen- Il s’agit d’une mesure de sauvegarde de
(cf. rapport 2008 de l’ASN). tal, le risque nucléaire existe bel et bien notre région et des générations futures.
4 L printemps 2011
ettre de M ichèle R iVASi HORS-SÉRIE

Scénario négaWatt
une piste pour sortir du nucléaire
NégaWatt = une association d’experts et praticiens de l’énergie
= un “scénario” pour l’horizon énergétique 2050
L’association NégaWatt est à l’initiative d’un « Manifeste pour un avenir énergétique sobre,
efficace et renouvelable » qui prend appui sur Le Scénario négaWatt 2000-2050.
Ce scénario négaWatt a été mis au point en 2003 puis actualisé aujourd’hui par un collège de
23 experts, la Compagnie des négaWatts. Le nouveau scénario sortira cet été.

EN 2050, LA FRANCE
DU SCÉNARIO NÉGAWATT
Photo arch. A. Delhaye

Électricité
Usage doublé tout en stabilisant la consom-
mation.
Mobilité
Supérieure de 15 % par rapport à aujourd’hui,
mais un doublement de la part des trans-
ports de voyageurs par bus ou rail.
La sobriété énergétique consiste à agir sur
les besoins de mobilité : urbanisme (mesu-
re effective sur le long terme), télé-travail et
surtout co-voiturage. Le taux d’occupation
des véhicules particuliers, actuellement en
baisse, remonte à 1,75 passager-véhicule
par une série de mesures en direction des
entreprises et des usagers.
S’y ajoutent un recours accru aux transports

NÉGAWATT considère que TROIS NOTIONS FONDAMENTALES collectifs, beaucoup moins énergivores que
les véhicules particuliers, et un développe-
le modèle énergétique aujourd’hui La sobriété énergétique consiste ment des modes de transport doux, le vélo
dominant est fondé sur un dogme : à réduire les gaspillages. Par exemple, et la marche.
les besoins augmentent toujours, il profiter au maximum de la lumière naturelle
pour s’éclairer, bien régler la température Chaleur
faut donc produire toujours plus pour
du chauffage, privilégier les aliments de Chauffage correct mais aussi bénéfice d’un
pouvoir consommer toujours plus.
saison et produits localement, organiser service final supérieur à aujourd’hui, en terme
Parce que l’abondance apparente intelligemment l’espace urbain. de surface chauffée et de confort, avec une
d’énergie a entraîné depuis des décen- efficacité globale (kWh par m²) triplée pour
nies une coupable insouciance, il n’est 3»LMÄJHJP[ttULYNt[PX\L vise à réduire le chauffage des locaux, et améliorée d’un
les pertes thermiques lors du fonctionnement
pas facile de jouer les Cassandre. tiers dans l’industrie.
et de l’exploitation. Le potentiel d’améliora-
Pourtant, si nous continuons sur cette tion de nos bâtiments, de nos moyens de
voie, la vraie crise est devant nous. transport et des appareils que nous utilisons UN PAYSAGE ÉNERGÉTIQUE
Risques environnementaux et industriels est considérable. Il est possible de réduire PROFONDÉMENT RENOUVELÉ
majeurs, épuisement des réserves du de 2 à 5 fois nos consommations d’énergie Les “gisements de négaWatts” sont de loin
sous-sol, exacerbation des tensions et et de matières premières, à l’aide de tech- notre premier gisement d’énergie, et repré-
niques déjà largement éprouvées, avec un sentent 64 % de la consommation tendan-
des conflits internationaux, creusement
“temps de retour sur investissement” écono- cielle d’énergie primaire !
des inégalités entre riches et pauvres : mique souvent très raisonnable. Les énergies renouvelables représentent
voilà l’avenir que nous préparons à nos 71 % de la production d’énergie primaire
enfants. Le développement des énergies
totale dans le scénario négaWatt 2006, dimi-
La démarche Négawatt permet tout à la
renouvelables par définition inépuisa- nuant ainsi très fortement notre dépendan-
bles, bien réparties et décentralisées, elles
fois d’intégrer la question de la sortie du ce actuelle vis-à-vis des ressources fossiles
ont un faible impact sur notre environne-
nucléaire et le respect du “Facteur 4” (= (pétrole, gaz, charbon et uranium).
ment ; elles sont les seules qui permettent
division par 4 à horizon 2050 de nos de répondre durablement à nos besoins en Le scénario négawatt permet aussi de
émissions de gaz à effet de serre). énergie sans épuiser notre planète. déconcentrer et de décentraliser la produc-
tion d’énergie en créant de l’emploi non
Ces trois éléments sont complémentaires délocalisable permettant un développement
et indissociables : promouvoir l’un sans se local harmonieux.
soucier des autres n’a pas de sens.
SORTIR DU NUCLÉAIRE L printemps 2011
ettre de M ichèle R iVASi
5

Contamination radioactive
des aliments en cas
d’accident nucléaire
LES NORMES PROPOSÉES NE PROTÈGENT PAS
LA SANTÉ DES POPULATIONS EUROPÉENNES
dose des 1 millisivert/an, qui est la valeur santé publique et des consommateurs au
“ Les valeurs proposées par la
Commission européenne sont inadmis-
limite à partir de laquelle le nombre des
cancers augmente de façon inacceptable.
lieu des experts Euratom pour l’évaluation
des niveaux de contamination des aliments
sibles, supérieures, par exemple, à celles Ces doses ne tiennent pas compte non plus en cas d’accident nucléaires. Les députés ont
édictées au moment de Tchernobyl.
dénonce l’eurodéputée française du Groupe
” des dernières études scientifiques montrant
les effets sanitaires d’une contamination
envoyé aujourd’hui un signal fort. Espérons
que la Commission européenne répondra
des Verts/ALE MICHÈLE RIVASI suite à chronique par l’alimentation. favorablement.
l’adoption ce matin en commission Industrie, Que se passe-t-il si vous consommez des “ Le problème fondamental est que ce
Recherche et Énergie (ITRE) de la proposition “
aliments contaminés par la radioactivité ? Les texte impose des niveaux applicables à l’en-
de règlement du Conseil. Cette proposition semble de l’Europe. On facilite la circulation
doses s’accumulent.
fixe les niveaux maximaux admissibles de et les échanges commerciaux d’aliments
contamination radioactive pour les denrées
alimentaires et les aliments pour bétail après
“ Or, à partir de 20 becquerels par kilo, par
exemple, les études disponibles montrent
radioactifs, au lieu de les bloquer aux frontiè-
res. Ce qui revient à disséminer et banaliser
un accident nucléaire ou dans toute autre que les enfants présentent de sérieux la contamination des aliments consommés
situation d’urgence radiologique. problèmes cardiovasculaires et endocriniens. par l’ensemble des populations.
En n’en tenant pas compte, les maximales
Biologiste spécialiste de la radioprotec-
tion, MICHÈLE RIVASI a été à l’origine, en envisagées vont provoquer une augmenta- “ C’est pour toutes ces raisons que le
Groupe des Verts/ALE a voté contre, malgré
1986, après l’accident de Tchernobyl, de la tion inacceptable du nombre des cancers
les avancées institutionnelles obtenues.
CRIIRAD, le premier laboratoire indépendant
de mesures de la radioactivité en France. “ La contamination radioactive des aliments
est clairement un sujet de santé publique
Je ne peux pas, en tant que scientifique
et parlementaire, accepter des valeurs de

“ Les niveaux proposés par la Commission


sont beaucoup trop importants. Consommer
européenne. A l’occasion de cette révision,
le Parlement européen a repris la main en
contamination radioactive des aliments qui,
en cas d’accident nucléaire, vont favoriser
plus d’un mois certains aliments entraînerait demandant à être associé à la définition des l’apparition de certains cancers et pénaliser
dans ces conditions le dépassement de la normes et en privilégiant des experts de la les populations les plus sensibles.

DIRECTIVE DÉCHETS NUCLÉAIRES FACE AU RISQUE NUCLÉAIRE,
QUEL RÔLE POUR LES
LA COMMISSION EUROPÉENNE VEUT ENTERRER LES INQUIÉTUDES RÉGIONS EUROPÉENNES ?
NUCLÉAIRES À L’AIDE D’UNE NOUVELLE DIRECTIVE SUR LES DÉCHETS Les risques engendrés par les centrales
Le Commissaire européen à l’Énergie, Ils pourront décider ce qui doit être considéré nucléaires vieillissantes sont multiples. À
Günther Oettinger, a présenté aujourd’hui de ou non comme déchets radioactifs, et ainsi l’occasion d’une conférence de presse,
nouvelles propositions en vue d’une directive mettre sous le tapis une large gamme de les eurodéputés Verts/ALE ont présenté
sur la gestion des déchets nucléaires. Pour matériaux potentiellement dangereux (1). leur position sur le débat organisé par le
les eurodéputés Verts/ALE, certains aspects Dans l’industrie nucléaire, l’opacité est perma- Parlement européen relatif aux « Leçons à
cruciaux ne sont pas pris en compte. nente, la parole d’État est à peine contesta- tirer de l’accident nucléaire au Japon pour
Le groupe Europe Écologie les Verts au ble. Mais la Commission ne s’attaque pas à la sécurité nucléaire en Europe ». EELV a
Parlement européen a estimé que les cela. La question du processus de décision insisté sur l’urgence à mettre en œuvre une
propositions présentées aujourd’hui pour et de la participation publique au débat sur politique concertée et cohérente entre les
de nouvelles normes communautaires en la gestion des déchets radioactifs n’est pas régions et l’Union Européenne, afin que
matière de déchets nucléaires constituent un traitée. La question de la responsabilité finan- nous ne vivions pas un nouveau Fukushima,
simple exercice de communication. Il s’agit cière est également loin d’être résolue, alors cette fois en Europe. La question de la
de donner l’illusion que l’Union Européenne que dans de nombreux États-Membres on fermeture des centrales présentes sur les
s’occupe de ces questions, que les problè- ne sait toujours pas bien qui devra suppor- territoires alsaciens, rhôdaniens et du Bade-
mes causés par les déchets nucléaires ter le fardeau financier de la gestion des Wurttemberg a été abordée.
peuvent être résolus. Il s’agit de procurer une déchets nucléaires. Les coûts estimés conti-
légitimité de façade à la soi-disant “renais- nuent d’augmenter et ont même récemment Pourtant le débat est loin d’être clos : il n’y
sance du nucléaire” que le lobby de l’atome doublé en France. a pas de consensus technique ou politique
promeut activement. Personne ne devrait sur les options de stockage définitif de ces
Aussi, au lieu de traiter ces questions, la
tomber dans le panneau : les propositions déchets. Face à l’absence de solution satis-
Commission préfère donner l’impression
de la Commission ne répondent pas aux faisante pour gérer ces déchets dangereux, le
que l’enfouissement des déchets radioactifs
inquiétudes des citoyens face à la dange- fantasme de la “renaissance du nucléaire” en
en profondeur est une option consensuelle.
rosité des déchets radioactifs. Ainsi, concer- Europe est tout simplement irresponsable.
nant la question cruciale de la définition des (1) Notamment, les combustibles nucléaires usés, pour lesquels les industries peuvent prétendre qu’un potentiel de retraitement
existe, peuvent être exclus de ce cadre réglementaire. Cela signifierait que le Commissaire Oettinger ne respecterait pas ses propres
déchets nucléaires, la Commission laisse aux promesses de bannir les exportations de déchets nucléaires (vers la Russie notamment). En outre, les déchets issus des mines
États-Membres une grande marge de liberté. d’uranium, mais aussi des activités militaires nucléaires et autres sources ne seront pas couverts par la directive.
6 L printemps 2011
ettre de M ichèle R iVASi HORS-SÉRIE

LA CATASTROPHE DE FUKUSHIMA
ET SES RISQUES SANITAIRES
Les effets de la radioactivité sur les “naturels”. Toute dose de radioactivité
êtres vivants dépendent des doses augmente le nombre de cancers.
reçues, mesurées en Sv (Sievert)
s Ì PARTIR DE  3IEVERT OU   MILLI3V La contamination
les personnes sont malades dans les On peut se protéger d’une irradiation en
heures et les jours qui suivent. Elles s’éloignant de la source. Mais la situation
souffrent de vomissements, maux est différente en cas de contamination
de tête, diarrhées, puis diarrhées par des particules radioactives qui sont
sanglantes, puis elles perdent leur alors présentes sur la peau, absorbées
capacité de défense, en particulier dans l’air que l’on respire ou dans l’eau
contre les microbes. et dans les aliments que l’on ingère.
s Ì PARTIR DE  3V UNE PERSONNE SUR Dans ce cas les particules radioactives
deux va mourir rapidement peuvent s’intégrer dans le fonctionne-
s Ì PARTIR DE  3V   DES PERSON- ment du corps humain. L’iode 131 se
nes vont mourir fixe dans la thyroïde, le césium137 dans
les muscles, le strontium 90 dans les
Des policiers travaillent en combinaison dans le péri-
Les fortes doses reçues par os. Ils peuvent y entraîner des dégâts
mètre d’évacuation de 20 kilomètresé défini autour les “liquidateurs” sur les cellules voisines même si la
de la centrale de Fukushima. Crédits photo : David
Les informations concernant les dose délivrée à l’ensemble du corps est
Guttenfelder/AP
travailleurs de la centrale de Fukushima infime.
sont extrêmement inquiétantes : pour De plus, dans le cas où des personnes
certains, ils reçoivent ces fortes doses sont contaminées, lorsqu’elles s’éloi-
en une ou deux heures. C’est pour- gnent de la source de pollution, elles
quoi l’attitude de ces travailleurs a été restent porteuses de la petite source
qualifiée d’héroïque par le président de fixée dans leur corps, dans certains cas
l’Autorité de Sûreté Nucléaire française pour des dizaines d’années.
(ASN). Beaucoup ont déjà reçu des
On comprend alors que la toxicité puis-
doses mortelles. Il faudra envoyer de
se être importante pour des doses très
très nombreuses personnes successi-
faibles en termes d’irradiation.
vement sur le site car elles ne peuvent
rester que très peu de temps sur les De ce point de vue, la population
parties les plus exposées. concernée est énorme.
L’iode 131 perd la moitié de son acti-
Les faibles doses vité en 8 jours et 99,9 % en un peu
Le problème des faibles doses est très moins de 3 mois. C’est pourquoi on
différent. Les faibles doses augmentent peut se protéger avant une contami-
le nombre de cancers dans la population nation annoncée en saturant la glande
L’OPACITE ET LE dans les dizaines d’années qui suivent thyroïde par de l’iode non radioactif.
MENSONGE D’ÉTAT AU une irradiation et peuvent se manifester Le césium 137 perd la moitié de
CŒUR DU SCANDALE pendant au moins 40 ans. Par ailleurs son activité en 30 ans et 99,9 % en
NUCLÉAIRE NIPPON elles déclenchent des anomalies généti-
300 ans. La durée de vie du stron-
ques, qui pourront n’apparaître qu’après
La catastrophe japonaise a montré tium 90 est à peu près identique à
plusieurs générations.
une désinformation et une opacité celle du césium 137.
dans l’exposé de la situation digne Une part significative de la population
En conclusion, les Japonais sont très
de celles des autorités francaises lors japonaise est aujourd’hui concernée par
loin de maîtriser la catastrophe de
de la catastrophe de Tchernobyl. Les le dépassement de ces doses.
Fukushima, ses conséquences portent
populations locales ont été très mal et Mais il faut savoir que les connaissan-
sur de nombreuses générations et
partiellement informées de ce qui se ces scientifiques internationales admet-
concernent au moins la population de
passe à Fukushima ; les liquidateurs tent aujourd’hui qu’il n’y a pas de seuil
tout l’hémisphère nord.
n’ont aucun contact avec leurs familles. de toxicité au-dessous duquel le risque
De plus, les autorités ont sûrement serait nul. Toute dose de radioactivité JEAN-LUC VÉRET
trop attendues pour délivrer aux popu- augmente le taux de cancers dans la Président de la Commission nationale Santé
lations riveraines des sites contaminés population. Il existe une radioactivité d’Europe Écologie Les Verts, médecin de santé
de l’iodure de potassium. naturelle comme il existe des cancers publique
SORTIR DU NUCLÉAIRE L
printemps 2011
ettre de M ichèle R iVASi
7

25 ANS APRÈS TCHERNOBYL


UNE CATASTROPHE PERMANENTE
Alors que le lobby pro-nucléaire est une nouvelle fois atteint par une tragédie, il apparaît
important de rappeler que la catastrophe de Tchernobyl n’appartient pas seulement au
passé.
En effet, les conséquences sanitaires et environnementales de la catastrophe sont encore
ressenties par les populations vivant dans les territoires contaminés. En Biélorussie et en
Ukraine, le taux de radioactivité des terres et donc de l’alimentation reste anormalement
élevé et les enfants nés après la catastrophe en souffrent.
Source: Center for History and New media

A
fin de faire la lumière sur les conséquences “durables” de cette catastrophe,
REBECCA HARMS (vice-présidente du Groupe des Verts-ALE au Parlement euro-
péen) et MICHÈLE RIVASI ont convié il y a quelques mois des experts russes,
biélorusses et ukrainiens pour qu’ils fassent part aux autorités européennes des résultats
de leurs travaux. YURY BANDAZHEUSKI, ALEXEY YABLOKOX, ALEXEY NESTERENKO étaient
présents et tous ont largement été impliqués afin de dénoncer tant le scandale de l’irradiation
mortelle des Liquidateurs de Tchernobyl que celui des conditions de vie des populations
vivant en territoire contaminé. Certains l’ont notamment fait au détriment de leur vie : Vassily
Nesterenko, le père d’Alexey, était chargé par exemple de superviser les opérations visant à
recouvrir la centrale d’un sarcophage afin d’éviter des conséquences encore plus graves pour
MICHÈLE RIVASI s’est rendue en l’Europe entière.
Ukraine du 16 au 19 novembre
Il est donc important de respecter ce devoir de mémoire, en l’honneur de toutes les victimes
2010 pour visiter notamment les qui ont empêché le pire et de celles qui, aujourd’hui, ne peuvent toujours pas accéder aux
hôpitaux d’Ivankov et a obtenu de soins nécessaires à leur bonne santé. Notre pensée va en cette date anniversaire vers les
l’Union Européenne un engagement ouvriers du nucléaire qui luttent à leur tour au Japon pour éviter que l’accident de Fukushima
financier non plus seulement pour ne prenne un tour catastrophique.
la sécurité des installations mais
aussi pour la protection des popula- Michèle Rivasi a participé les 21 et 22 avril 2011 à Kiev au sommet
tions. 17 ME ont ainsi été obtenus organisé par l’ONU et l’Agence internationale de l’Énergie atomique
pour la rénovation des hôpitaux et (AIEA) lié au 25e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl.
4,4 ME pour un centre sur l’écolo- L’omerta française persiste, puisque les de reconnaître les conséquences sanitaires
gie et la santé et le suivi pédiatrique autorités judiciaires s’apprêtent aujourd’hui de Tchernobyl, c’est fermer la porte à une
des enfants malades. Ce centre aura à blanchir définitivement le professeur investigation qui pourrait sauver des vies à
aussi une entrée alimentation-nutri- PELLERIN (1) pour le mensonge entourant l’avenir.
tion avec la production sous serre l’impact de Tchernobyl en France. Alors que Il n’y a donc aucune considération pour les
d’aliments de qualité celui-ci a demandé un non-lieu, le ministère victimes dans un tel jugement : c’est une
public soutient sa demande et requiert un véritable double-peine qu’on leur inflige.
non-lieu général et une clôture de l’enquête, En plus d’être affectées durablement par
considérant que les analyses scientifiques ne un cancer de la thyroïde, ces victimes n’ont
démontrent aucune conséquence sanitaire même pas le droit à la reconnaissance du
et aucun lien avéré entre la contamination préjudice subi. C’est une honte que l’État
radioactive et la recrudescence des cancers s’auto-blanchisse au détriment des droits
de la thyroïde à l’époque. légitimes des citoyens. Après les nombreux
Les députées européennes Michèle RIVASI et récurrents scandales politico-financiers,
et Corinne LEPAGE s’indignent et s’insurgent après le scandale du Médiator, on se retrouve
contre un tel processus : dans un nouveau scandale politico-sanitaire
« Alors même qu’André-Claude LACOSTE qui démontre une fois de plus l’impunité
– directeur de l’Autorité de Sureté Nucléaire totale dont peuvent bénéficier les protégés
française – reconnaît que les scénarii de de l’État.
risques ont été mal étudiés et que les Nous invitons vivement la CRIIRAD et l’Asso-
niveaux de contamination de Tchernobyl ciation Française des Malades de la Thyroïde
servent à justifier l’innocuité des doses à faire appel de ce jugement s’opposant à
actuelles mesurées au Japon, on ne peut la jurisprudence de la Cour Européenne
qu’être révolté par l’idée d’un non-lieu dans des Droits de l’Homme, qui garantit le droit
cette affaire d’État. à l’information et la protection de la santé
Il y a dans le cas présent une véritable caren- des citoyens. Ils peuvent et doivent saisir les
ce de l’État dans la protection des gens, que autorités européennes compétentes en la
ce soit le droit légitime à l’information en matière. »
Photos Martin Leers

cas de risque sanitaire majeur mais aussi (1) pour rappel, le professeur Pierre Pellerin fut responsa-
concernant la nécessité d’un véritable suivi ble de la communication officielle des autorités françaises
lors du drame de Tchernobyl, puisqu’il était alors directeur
épidémiologique afin que l’on puisse tirer les du Service Central de protection contre les rayons ioni-
leçons sanitaires d’un tel accident. Refuser sants (SCPRI)
8 ÉTATS GÉNÉRAUX DU NUCLÉAIRE
le 21 mai 2011 à Paris à la Bellevilloise
Organisés par Michèle Rivasi avec la commission Énergie d’Europe Écologie les Verts, avec une dimension européenne
THREE MILE ISLAND, TCHERNOBYL, FUKUSHIMA. Ces catastrophes justifient la sortie progressive du nucléaire.
Une technologie trop risquée (table ronde 1), coûteuse et à laquelle existent des alternatives crédibles et créatrices d’emplois
(table ronde 2). Une vision politique volontariste et ambitieuse doit faire corps chez nos partenaires, dans l’objectif d’un débat
national sur le nucléaire et la question de sa sortie (table ronde 3) et dans la perspective des échéances de 2012.

Programme prévisionnel
9H30 : OUVERTURE par CÉCILE DUFLOT (secrétaire nationale d’Europe Écologie les Verts)
10-12H : Table ronde 1 14H-16H : Table ronde 2 16H30-18H30 : Table ronde 3
LE RISQUE NUCLÉAIRE LE COÛT DU NUCLÉAIRE Échanges avec nos
animée par Michèle RIVASI ET SES ALTERNATIVES partenaires politiques
1) La sûreté et les accidents ÉNERGÉTIQUES QUELLE POLITIQUE
Bernard LAPONCHE (polytechni- animée par Hélène GASSIN ÉNERGÉTIQUE ET
cien et physicien nucléaire) COMMENT ENVISAGER
1) Scénario Négawatt
2) La problématique des déchets Thierry SALOMON (président de LA SORTIE DU NUCLÉAIRE ?
(enfouissement, MOX…) et du l’association Négawatt)
démantèlement
animée par Denis BAUPIN
2) L’exemple allemand
Yannick ROUSSELET (chargé Introduction : Hervé Kempf (essayiste)
Rebecca HARMS (députée euro-
de campagne nucléaire à Europe Écologie les Verts :
péenne allemande, co-présidente
Greenpeace) Cécile DUFLOT
du groupe Verts/ALE)
3) La prolifération nucléaire ; la fron- Parti de Gauche :
3) Sobriété et efficacité énergétique
tière ambigüe et perméable entre Jean Luc MÉLENCHON
Benjamin DESSUS (ingénieur et
nucléaire civil et militaire
économiste, auteur de plusieurs PS : Martine AUBRY
Ben CRAMER (chercheur, auteur
ouvrages sur l’énergie) PCF : Pierre LAURENT
du livre Le nucléaire dans tous ses
états) 4) Quelle politique industrielle inté-
grée à mettre en œuvre ? OBJECTIF/CONCLUSION
4) Les conditions de travail : risque et
Pierre RADANNE (ancien directeur Avancer des propositions
sous traitance
de l’ADEME) politiques concrètes
Yann COCHIN (responsable du
syndicat Sud Énergie) 5) ENR et impacts socio-économiques

La Lettre de Michèle RIVASI printemps 2011 s MPRIMÏ SUR PAPIER RECYCLÏ .E PAS JETER SUR LA VOIE PUBLIQUE
des alternatives (comparé au
5) Témoignage d’un représentant
nucléaire)
d’une ONG japonaise
Claude TURMES (député européen
OBJECTIF/CONCLUSION luxembourgeois)
Le nucléaire est trop risqué, il est 6) Le coût du nucléaire
indispensable de développer des Philippe BROUSSE (coordinateur
alternatives énergétiques du réseau Sortir du Nucléaire)

OBJECTIF/CONCLUSION
Donner de la crédibilité
au scénario de sortie
du nucléaire
18H30 : CONCLUSION par Michèle RIVASI et les candidats
aux primaires d’EELV, Eva JOLY, Nicolas HULOT

http://www.criirad.org OURS
CONTACTS

Michèle Rivasi www.michele-rivasi.eu Directrice de la publication :


Michèle RIVASI
michele.rivasi@europarl.europa.eu Rédacteur en chef :
Sébastien BARLES
BRUXELLES : David DRUI, Maxence LAYET Comité de rédaction:
Parlement européen - Bât. ASP 08G309 - rue Wiertz 60 Justine ARNAUD,
B-1047 Bruxelles / +(32) 2 284 53 97 David DRUI,
Maxence LAYET,
VALENCE : Justine ARNAUD / 06 37 15 76 56 Damien ZVARNIK
9, rue du Champ de Mars 26 000 Valence : 04 75 60 32 90 Conception-réalisation :
Sylvie RIVOIRE-BRANDAO
MARSEILLE : Sébastien BARLES / 06 75 00 63 31 Reprographie :
5, rue des 3 Frères Barthélémy 13006 Marseille Imprimerie ESMENJAUD