Ordonnance

N°218 Nous, M. Alain [,'A VI~E) Conseiller il la Cour d'Appel de NIMnS, magistral désigné par le Premier Président de la Cour d'Appel de NÎMES pour statuer sur les appels des ordonnances des Juges des 1.ibcriés ci de la Détention du ressort, rendues Cil application des dispositions des articles L 551- J el suivants du Code de l' El1trl:l: el du SéjoUI" des 1ilrnngers el du Droit de l'Asile (CT\SEDA), ~lS,')ÎS(l: de Madame nlmT11IO'!', Greffier,
Vu larrêté du Préfet du 0(\1"<1N° 2011/024 portant refus de séjour et obligation de quitter

RG: 11/00186
J.L.I). NIMES

Le Ministère CI

Publiè''t'

Cil

dale

dl!

2/1 fevrier

2011

Da •••••

le territoire français, notifié le 25 février 20 [ 1 par voie postale, édicté moins d'un an avant ln décision de placement en rétention en date du 03 mai 20 Il, notifiée le môme jour il 16h00 prononçant la reconduite ù la frontière de :

M. Rasul D •• k••'. né le 28 Octobre 1977 Ù KUR'fCUALI
de nationalité Russe

(lUJSSIE)

Vu

mai 20 JI, du Gard,

la requête reçue nu Greffe du Juge des) .ibcriés Ù 14Il 15 enregistrée sous le N° 1 1/00912

et de ln Detention présentée par le

le 4 Préfet

Vu l'ordonnance rendue le 5 mai 20 Il iÎ 15h05 par le Juge des Libertés et de la Détention du Tribunal de Grande Instance de NlMES, qui a :

* Constaté

l'irrégularité

de la procédure; mesure de surveillance

* Dit n 'y avoir lieu ù ordonner une quelconque de contrôle à l'encontre de M. RasuIIJJJ ••••••••

et

Vu l'appel de celte ordonnance interjeté le 05 Mai 2011 Ù 16h39 par le Ministère Public, qui il exposé les motifs de son recours dans l'acte d'appel, Vu l'ordonnance J'appel suspensif de référé rendue le Vendredi du Ministère Public, 6 mai 20 Il el 16h30 sur

Vu la présence du Ministère Puhl Général, Cl1 ses réquisitions.

il' Cil

1;1 pn,';Olllll' (IL: fVl, 1 (lllll'lll'

" 1\

vocal

Vu Iii présence de M, !,;\VENAN, représentant le Pn'dè~l du (Î;ml ;lgissanl au nom de l'Etat, désigné pour le représenter devant Li Cour d'Appel en matière de rétention ndministrativc des étrangers, Vu J'assistance de Mme Liana MANUKY AN interprète en lal1glll~ Russe, inscrite sur une des listes des experts de la Cour <l'Appel, Vu la '<':~Dll1w!nLllim. de M, Vu la présence
Rnsul 0 ••••• _,

régulièrement
Ptl.c;c;llc, avocat

convoqué,

de Mc CT1ABlmT

MASSON

de M.

It:ISIJ!

DtJKATSA VEY qui a

été entendu en sa plaidoirie,

JYH.!I1ES

,.

Attendu que le 3 mai 201 ! Monsieur 1) •••••••• il (:\(; placé en gardc ù vue à 10 h 30 au Commissariat de NI M [':S sou,', la prévention d' in fraction à la législation sur les étrangers pour s'être maintenu sur le territoire national après l'expiration d'un titre de séjour de demande d'asile depuis le 1éf mars 20 Il et malgré un obligation de quitter le territoire français qui n'a pas été reçue par son destinataire, Attendu qu'il a été placé au Centre de Rétention ù l'issue de sa garde ù vue ci déféré devant le Juge des Libertés et de la détention le 5 mai 20 Il el que ce dernier par ordonnance dumême jour ù 15 Il 05 de la procédure ci remis l'étranger en liberté,
il

constaté

lirrégulariré 16

Attendu que le parquet a relevé appel de cette décision h 25 et a demandé que cel appel soi: déclaré suspensif,

le mômcjuur

;'1

Attendu que Monsieur D•• lllf"IZ'd indiqué comme adresse celle d'un foyer d'accueil où un bénévole de la C~IMAIJE passait chercher son courrier qu'ainsi il n'existe aucune certitude qu'il y réside Attendu qu'en considération du défaut de garanties de représentation de l'étranger il CI été statué par ordonnance du même jour il 181130 déclarant l'appel suspensifet ordonnant la comparution de lérrangcr cc jour 14 h assisté ci' un interprète en langue russe,
à

Attendu que l'appel est recevable au fond,

en la forme et qu'il convient de statuer

sUJ1J2lLOl,
Attendu que le Ministère Public demande l'infirmation de la décision déférée et le maintien en rétention de l'étranger au motif que J'inapplicabilité d'une peine d'emprisonnement pour le délit de séjour irrégulier ne saurait entraîner l'impossibilité du placement en garde à vue parce qu'il s'agit du seul mode de retenue d'une personne entre le moment de l'interpellation et la notification de la décision du Préfet de placer l'intéressé en rétention cc qui est conforme à la Directive 2008/IIS/CE qui

a pour but j'instauraljnl1 dunc politique cllic:1CC d\'.loigIlC1I1CIII rapatriement des rC,'isOlLÎsSHIl!.C; de pays (Îers Cil s~;.i()lIr irn:'p,tl 1iu',
~ttcndu

el

de

décision

que le Conseil déférée,

de 1\~lr<lllger

demande

iiI

confiruuuion

de [a

Attendu que par un arrêt du n avril 201 1 la première chambre de la Cour de Justice de l'Union Européenne H dît pour droit que la Directive 2008/] ] 5/C:l': du parlement Européen el du Conseil du 1() décembre 2008 susvisée notamment Cil ses articles 15 et 16 doj( ôtrc interprétée en cc sens quclle s'oppose il une réglementation dun Etnl membre qui prévoit l' in Iliction d' LIlle pei ne d' emprisonnement un ressort issan (ci' un pays tiers en séjour irrégulier pour le seul motifque celui-ci demeure, CJJ violation d'un ordre de quitter le territoire de cc! L': al dans un délai déterminé 1 sur ledit territoire sans mot] l'just! né',
à

Attendu que la Directive janvier 2009,

SUSVjSl~C

dite

"Retour"

est entrée en vigueur

le 13

Attendu que la combinaison des articles (d et 67 du code de procédure pénale permet le placement en garde il vue dunc personne il lcncontrc de laquelle il existe une ou plusieurs raisons plausible de soupçonner qu'elle a commis une infraclion il ln condition que celte infraction soit punie
d' cmprisouucmcnt,

Attendu que l'article Lml - 1 du code des Etrangers punissant le séjour irregulier d'ull étranger prévoie la peine d'un an dcmprisunncmcnt et une amende de 3750e, qu'en j'état de l'arrêt du 28 avril 2011 susvisé: les juridictions doivent laisser inappliquée route disposition contraire au résultat de la Directive,
Attendu

Attendu qu'en conséquence un étranger CIl séjour irrégulier ayant commis le délit visé ù l'article L62 1-1 encourt seulement une peine d'amende et ne peut dOIlC être placé en garde ù vue pour cette seule infraction, Attendu qu'en présence d'un étranger soupçonné de séjour irrégulier son identité peut être contrôlée et que pou!' cc faire les services de police

peuvent te retenir seulement
ù l'autorité éloignement. administrative

pendant quatre heures cc délai élan! suffisant pour prendre toute décision utile à son

Attendu que les motifs de l'appelant sont donc inopérants de confirmer la décision dont appel,

et qu'il convient

PAR CES MOTn~~ Statuant publiquement,
Vu l'article

en matière

civile et en dernier
du 4 octobre

ressort,

66 de la constitution
L.551-1 et suivants

1958,

Vu les articles

du Code de l'Entrée

et du Séjour des

Etrangers

et du Droit el' Asile,

l '<Ige I!

Confirmons

l'ord()nt)~\!lCC

(kJ(~r(~c Cil

{ouk::, ~iCSdispo:;ÎIÎOIl,'i

;

Rappelons que, conformément ù l 'arlklc 1\, S - ) () du Code de l' /':ntrec Ci du Séjour des Etrangers el du Droit d'J\sik, les intéressés peuvent former un pourvoi en cassation dans les deux mois de la noti Iicution de la presente décision.

Fai! ù la Cour d'Appel de NIML':S, le 06 M;1i 201 1 Ù 15 heures

l!g~~~~;!:'J{,
Procureur Général, par fax
••.

1., 1{:_,~~«:~~_,,~I~!!,~_LJI:l{;7

Çj~;;-L~jlC_9fllilJJJ!!!!!SC.DlliÙ"".,:cjn 'l~=:!L'~ Monsieur le Prd(~( du Gard p-ar I{~~"",::~---

_ tt-,·- .~;)

Mc CI - case CIIABER'r
Directeur

7

M. Rasul ~

par remise

Ù l'mldicnce,-'''-''-''''''''''''''/

? -./~~~"14
dl .• rNIiMCM
d;IIIS

MASSON Pnscalc,

avocal de 1\1. Rasul

sa

du Centre de Rétention

Administrative
Liana,

de NIMES par remise <l
J

l'audience L'Interprète Mme MANUKYAN

qui a signé avec nous,

c!l 1crt'

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful