Charles Boutin Martineau Jean-Philippe Pomerleau

CHIMIE GÉNÉRALE : LA MATIÈRE
202-NYA-05 Gr :302

LABORATOIRE MÉTAL HCL

Rapport présenté à M.Sami El-Barnachwy

Exécution : 22septembre 2010

..................11 1.................................................................................................... RÉSULTATS...........4 1...............11 1. MESURES............................................................................................................................................................................................................................................... THÉORIE............................................................6 Calcul 4 : Question 5.....................................................................................10 Tableau 2 : Les observations et les mesures prisent lors de la réaction entre le magnésium et l’acide chlorhydriques............................................................................................................................................................................................................................................CONCLUSION................................................................7 Calcul 5 : Question 6.............................................................MÉDIAGRAPHIE............2 Manipulations..............................................................................................................................................................................................................8 4.....................5 3....................... DISCUSSION...................................8 4.................................................................................8 Calcul 6 : Question 7....................................................3 Calcul 1 : Question 2....................................2 Objectifs pédagogiques.........4 1..............................................................Remise : 15 octobre 2010 1 INTRODUCTION..................................................................................................10 6........................................................1Produits ..................11 1...................................................................................14 10..................................................................................................................................................12 7.............................................................................................................14 2 ............................................................................................................................ CALCULS..5 Calcul 3 : Question 4.......................................13 8......................................................................................11 1.................................................... MODE OPÉRATOIRE............9 5....13 9..........................................12 1.......................4 Calcul 2 : Question 3.........................................................................................................................8 4.5 Tableau 1 : Caractéristique physico-chimique et risques à la santé .........................................................................................................................12 1........................................................................................................1 But........................13 Tableau 3 Valeur obtenue pratique et théorique.............................4 2 RÉACTIFS ET PRODUITS...................................................................................................................................................................................................

3 .

1. Apprendre à travaillé avec des gaz. Parfaire les calculs de stœchiométrie 4 .1 But Expérimenter la loi des gaz parfait (PV= nRT) avec l’hydrogène par le biais d’une réaction d’un métal avec l’acide Chlorhydrique. Étant donné que les expériences en laboratoire comportent plusieurs facteurs d’erreurs le volume de gaz recueilli ne sera pas égal à la valeur théorique obtenue lors des calculs. Cette expérience sera une réaction d’oxido-réduction. Cela serait attribuable à une réaction incomplète entre le métal et l’acide ou à une perte de gaz. car il y aura échange d’électron entre les substances.2 Objectifs pédagogiques • • • Apprendre à se servir d’une burette à gaz.N.1 INTRODUCTION 1.P. il en gagnera un électron et finalement le volume molaire du dihydrogène devra être déterminé a T. quant à l’hydrogène. Le magnésium cèdera ses deux électrons de valence pour ce combiné avec le chlore et.

308 0 714 -210..P.99705 Lustrer blanc.953 56.847 -182.461 Liquide incolore 0.316-2.79 -95.4240cm3 2.633 1.7899 Solide 1.33 1.948 15.2520 2.33cm3 4.0 -189.36 -218.F.2 Réactifs et produits Tableau 1 : Caractéristique physico-chimique et risques à la santé État et couleur FORMULE MASSE NOM MOLAIRE (g/mol) SOLUBILITÉ (g/100cm³) POINT POINT DE EAU AUTRE VOLUMIQUE FUSION D’ÉBULITON EAU (g/cm³) (°C) (°C) FROIDE CHAUDE SOLVANTS MASSE N.01528 95.17 -85 5 .0067 39.89cm3 5.0789 24. hexagonale Gaz incolore Gaz incolore Gaz inerte incolore 2.198 252.01cm3 alcool 7.P.A S I R A.9994 58.762 -114.738 paramagnétique Gaz inerte incolore inflammable Gaz incolore 0.7100 1.21 14.W - Eau distillé dichloromagnsium Diazote (78%) Composantes air H2O MgCl2 N2 18.4030 alcool - Oxygène (21% Ar ) Argon (1%) Acétone Magnésium hydrogène Acide chloridrique O2 C3H6O Mg H2 HCl Légerment 1 0 0 soluble dans l’alcool 1 0 0 HNO3 Aqua regia 1 0 0 Liquide incolore 0.016 36. 0 0 .2 1090 n/d 54.35 650 100 1412 -195.4650cm3 3.- -259.3050 2.082 1.6cm3 - n/d 72.490 Alcool 1 3 0 d’éther de chlorobenzen Soluble dans 0 1 2 du CH3OH Légèrement 0 4 0 soluble dans le H2O Vs H2O .798 -185.145 1.

Substance pouvant se volatiliser rapidement ou complètement aux conditions de pression atmosphérique et de température normale ambiante. Des lésions graves ou temporaires appréciables peuvent être provoquées par l’exposition à cette substance pendant une courte durée même avec des soins prodigués rapidement.S : santé 4. 2. Un liquide ou un solide pouvant s’enflammer à toutes conditions de température ambiante. 0. ou pouvant s’enflammer rapidement si dispersée dans l’air. Une incapacité temporaire ou des lésions résiduelles peuvent être provoquées par l’exposition à cette substance de façon prolongée ou continue à moins d’administré des soins médicaux. I : INFLAMABILITÉ 4. Substance devant être chauffée modérément ou exposée aux températures ambiantes relativement élevées avant de s’enflammer. Une irritation accompagnée de lésions résiduelles bénignes seulement peuvent être provoquées par l’exposition s cette substance sans soins médicaux. 3. 1. La mort ou des lésions résiduelles graves peuvent être provoquées pas l’exposition à cette substance pendant une courte durée même avec des soins médicaux prodigués rapidement. Il n’y a aucun danger imminent autre que celui présentent les combustibles ordinaires en s’exposant a cette substance enflammée. 3. Substance devant être préalablement chauffé avant de s’enflammer. 2. 1. 0. Matière ininflammable 6 .

Matière généralement stable à moins d’être exposée à des pressions ou des températures élevées ou pouvant réagir au contact de l’eau avec un certain dégagement non violent d’énergie. Matière pouvant facilement produire une détonation ou se dégénérer. ou pouvant produire une réaction explosive au contact de l’eau. 3. 0.R : RÉACTIVITÉ 4. Matière généralement instable et pouvant facilement subir une altération chimique violente sans produire de détonation. Matière pouvant produire une détonation ou réaction explosive engendrée sous l’effet d’une source vive initiale . Matière radioactive. ou pouvant produire une réaction explosive sous des conditions de pression et de température normale. W : Substance dangereuse aux contacts de l’eau ou de l’humidité. A. 1. peut réagir violemment au contact de ou produire des mélanges explosifs avec l’eau. ou chauffées sous l’effet d’entreposage clos avant de s’enflammer. Matière généralement stable même exposée aux flammes et qui ne réagit pas aux contacts de l’eau. 7 .P : Avis particulier OXY : Matière oxydante. 2.

certains dosages métallurgiques. l'électrochimie ou la respiration cellulaire. 4. découverte en 1811 : la relation entre la pression. Théorie Le gaz parfait est un modèle thermodynamique décrivant le comportement de tous les gaz réels à basse pression.Les réactions d'oxydo-réductions constituent une grande famille comprenant de nombreuses réactions chimiques. Ces réactions jouent en particulier un rôle fondamental en biologie. à l'exemple de l'obtention de la fonte à partir de minerais composés d'oxyde de fer. le diazote et le dioxygène. de la nature physico-chimique du gaz (molécules plus ou moins polaires).P. Son unité est le litre par mole (L·mol-1). Le volume molaire est une entité physico-chimique qui augmente avec l'élévation de la température. les molécules de gaz sont suffisamment éloignées les unes des autres pour pouvoir négliger les interactions d'ordre électrostatique qui dépendent. dans la transformation de l'oxygène au sein des corps vivants. Le volume molaire d'un gaz parfait est de 22. Elles sont également massivement utilisées par l'industrie humaine. celle qui les cède.N.Dans une large gamme de températures et de pressions. Une réaction d'oxydo-réduction est une réaction chimique au cours de laquelle se produit un transfert d'électrons. par réduction. De nombreux gaz réels vérifient avec une excellente approximation le modèle du gaz parfait. C'est le cas des gaz principaux de l'air. puisqu'elles interviennent dans les combustions. L'espèce chimique qui capte les électrons est appelé « oxydant » .1Produits 8 . Mode opératoire 4. PV = nRT Le volume molaire d'une substance est le volume occupé par une mole de cette substance. elles.Ce modèle a été développé au XIXe siècle en constatant que tous les gaz tendent vers ce même comportement à pression suffisamment basse. Cette propriété s'explique par le fait que lorsque la pression est faible.4 litres par mole a T. puis de fer et d'acier à partir de la fonte.3. dans les conditions normales. le volume molaire des gaz réels n'est généralement pas très différent de celui d'un gaz parfait. indépendante de la nature du gaz. dans ces conditions. « réducteur ». la corrosion des métaux. par oxydation. quelle que soit la nature chimique du gaz ce qu'exprime la loi d'Avogadro. le volume et la température est.

MMg. Fixer une pince à un support. Retirer la burette du bécher.Peser avec précision un ruban de magnésium. Incliner la burette à gaz et verser environ 10 mL d’une solution aqueuse de chlorure d’hydrogène de % massique HCl = 19. Mesurer le volume d’hydrogène. Fixer le tube à l’aide de la pince. (en mm) entre le niveau de liquide à l’intérieur du tube et le niveau d’eau dans le bécher. Quand la réaction a pris fin. t h2o. de vapeur de l’eau.9% et ρ solution=1. la vider et la rincer. dans le bécher. il descendra jusqu’au bas du tube pour réagir avec le magnésium.10g/mL. Introduire la cage de cuivre contenant le magnésium dans la burette et replier le fil de cuivre sur le rebord du tube. assez haut pour soutenir une burette à gaz. Déloger les bulles qui adhèrent è la paroi du tube. à l’intérieur du tube ainsi que la température de l’eau. Très lentement afin de ne pas trop mélanger l’eau et l’acide. Noter la température.• • • Eau distillée Ruban de magnésium Acétone 4. renverser le tube et placer l’extrémité du tube dans le bécher de 400 mL. H. Frapper doucement les parois de la burette pour déloger les bulles qui pourraient y être fixer. Vh2 . Trouver la pression. Mesurer la dénivellation. du laboratoire. Placer un doigt sur le trou du bouchon. Répéter l’expérience une seconde fois. tlab.2 Manipulations . f. attendre 5 minutes pour laisser le tube revenir à la température de la pièce. Remplir un bécher de 400 ml au 2/3 avec de l’eau distillée. . et la pression. Ajouter ensuite de l’eau distillé. 9 . Le tube devrait être complètement rempli de façon à ce qu’il y ait un peu d’eau qui déborde lorsque nous placerons le bouchon troué. L’acide étant plus dense que l’eau. de 5cm environ. h.Enrouler ce ruban de façon à ce qu’il puisse être introduit dans une espèce de petite cage faite de fil de cuivre.

4 cm3 22.8 °C 24.3 mm Hg 21 mm Hg 103 mm 10 . Essaie#1 Masse du Magnésium (g) Volume du H2 Température de l’eau Température du laboratoire H (pression atmosphérique en mm de Hg) f (pression de la vapeur d’eau) h (hauteur en millimètre dans la colonne d’eau) 0.7 cm3 22.3 mm Hg 21 mm Hg 79 mm Essaie#2 0. Mesures Tableau 2 : Les observations et les mesures prisent lors de la réaction entre le magnésium et l’acide chlorhydriques.5 °C 729.0420 45.5.5 °C 729.7 °C 24.0432 45.

0004 m CL olH m l 100 g 36 .4cm3 T= 24.461 g 1.015 KPa R= 8.3050 g ±0.5ºC n= PV RT æ45.4 Calcul 2 : Question 3 1mol 0.10g / ml 1.4cm 3 ö L 100.7% = ±0.10 gHCl 19.3 mmHg → 100.3050 g 1.001728030 mol 24 . Calculs 1.000004 molMg 24 .3mmHg 0.07 m l l 1.3 Calcul 1 : Question 2 10ml HCl à 19.5°C + 273 .1 Dn =ç ×0.9g mol 10 mLHCl × × × = 0.001835752mol 8.15 + 24.0420 g × = 0.5)K mol×K ∆n DP DV DT = + + n P V T æ ö ö 0.0001 g× 1mol = ±0.1cm 3 Dn æ 0.015KPa×ç 3× 3÷ è 45.15K ) ø 11 .6. ρ solution = 1.3mmHg ø 45.31 KPa L Mol K V= 45.002591906 = 3 n n è 750 .9g 1m ol ±0.06003675 mol mLHCl 100 g 36.5 Calcul 3 : Question 4 PV=nRT P= 750.4cm è (24.31KPa×L ×(273.10 g 19 .07 m × l × × = ±0.7cm 1000cm ø n= = 0.1333 KPa ÷+ +ç ÷ = 0.9% .461 g 10 m ± 0.

001835752 molH 2 nRT V = 0.001835752×8.134554 cm 3 = 0.31×(24.3KPa V = 0.1K 0.1cm 3 ö =ç + + ×100 .8 Calcul 6 : Question 7 12 .134554 cm 3 V = V = nRT P DV Dn = V n Dn DV = ×V n 0.1.000005 mol 0.5 + 273 .0 ± 0.1×273.000005 molH 2 ×41.001836 mol (24.1cm 3 ø PA DPA = 0.028495 KPa ÷ è 0.15)V (45.6 Calcul 4 : Question 5 PA n = A = X A ® PA = X A PTot PTot nTot 0.31KPa×L×mol .1×K .7 Calcul 5 : Question 6 0.028495 KPa PA = Pa = nA RT V ∆PA Dn A DT DV æDn A DT DV ö = + + =ç + + ×P ÷ PA nA T V T V ø A è nA DPA æ0.1cm 3 0.15 )K 41.001836×8.4 ¸ 1000) PA = 100.1120 = ±0.5KPa 1.0018358 molH 2 1.041134554 L×1000 = 4.5 + 273.549 PA = 100 .15 P 101.

Valeur théorique 42. Après calcul stoechiométrique.74 cm3 Valeur pratique 41. soit de 41.0018358 molH 2 ø mol è 41.11554855 = ±0.1cm 3 0. je doit 13 .1Lmol .1cm DVmol = 0. J’ai pu identifier comme source d’erreur.4 ± 0.13 ml.40746789 0.1 22. DISCUSSION La valeur pratique obtenue lors de cette expérience et le volume de dihydrogène récolter au cours de la réaction du magnésium et de l’acide chlorhydrique. cela signifie que certaine possibilité d’erreurs doive être pris en compte.13 cm3 8. je suis arrivé a une valeur théorique de 42.000005 molH 2 ö L DVmol = ç ×22. Résultats Tableau 3 Valeur obtenue pratique et théorique.74 ml. les suivantes : des dépôt de magnésium rester dans la « cage » réagisse avec la nouvelle réaction donc production de gaz supplémentaire .1 7.001835752 mol mol ∆Vmol DV Dn = + Vmol V n æDV Dn ö DVmol = ç + ×V ÷ èV n ø mol æ 0.041134554 L L = 22. celle-ci se rapproche de la valeur pratique sans toutefois entrer dans la zone d’écart non significatif.V L = Vmolaire = mol mol 0.40746789 ÷ 3 + 0.

elle se démontre aussi par des réactions de combustion. http.P. 9. Wikipedia.Lors de cette expérience.org ( Consulté le 13 octobre 2010) 14 . La plus grande incertitude de cette expérience et associé a la lecture du volume de gaz dans la burette.wikipedia. mis de l’avant lors de la rédaction de la section calcule.www. ce genre de réaction se caractérise par un transfert d’électron.N. De Weast. parce que la balance me donne une précision accrue et le volume de HCl mes donner par une distributrice volumétrique. 10. Encyclopédie virtuelle. j’ai pu observer une réaction d’oxydoréduction. Comme la mise. en pratique des calculs stoechiométriques à été. CRC press.Conclusion En conclusion. ma donner comme résultat un coefficient inférieur a celui que j’ai obtenu lors de l’expérience mais comme expliquer ci haut il est cependant presque intégralement justifiable . Robert C Cleveland. la corrosion des métaux ou encore la respiration cellulaire. les objectifs pédagogiques ont été atteints en partie lors de l’expérience et en partie après lors de la résolution des calculs. Le calcul de l’hydrogène récolter a T.aussi prendre en contre la pression de vapeur d’eau tout cela sont des facteur qui me rapproche de ma valeur théorique. La précision des mesures prise lors de cette expérience est très élevée étant donné que les manipulations sont très limité donc une moins grande accumulation d’incertitude se qui nous permet de pouvoir être plus près des valeur de la littérature .MÉDIAGRAPHIE “Handbook of chemistry and physics”. (1977).