You are on page 1of 2

Antibiogramme des Staphylococcus aureus et non aureus

1) Résistance enzymatique par production d’une pénicillinase :


Certains Staphylocoques et la plupart des Staphylococcus aureus sont résistants à la pénicilline par
production d'une pénicillinase. Cette production est mise en évidence grâce à un disque de pénicilline G
(Cf tableau de la SFM) ou par un test rapide (test Céfinase page 63).
Pour certains staphylocoques (paticulièrement epidermidis), il a été décrit une β-lactamase inductible
pouvant entraîner une réaction faussement négative (lors du test céfinase) chez une souche résistante à la
pénicilline. C’est pourquoi il est conseillé pour les staphylocoques de confirmer une réaction négative à
partir de colonies prélevées
prélevées en bordure d’un disque de pénicilline G ou M.

2) Résistance non enzymatique : résistance intrinsèque homogène ou hétérogène :


Quelques souches, essentiellement des Staphylococcus aureus ont en plus une ré résistance non enzymatique
due à la
l diminution l'affinité des PLP (protéines liant les pénicillines) pour les β-lactamines.
diminution de l'affinité lactamines. Cette
diminution est due à la PLP2a qui est codée
codée par le gène MECa.
La mise en évidence de cette résistance peut être effectuée (page 58) :
• par l’antibiogramme ou l’utilisation d’un milieu chromogène pour Staphylococcus aureus (MRSA),
• recherche immunoenzymatique de la protéine PLP2a,
• technique PCR mettant en évidence la présence du gène MECa.
 Recherche spécifique dans le cas de Staphylococcus aureus (page 40) :
Cette résistance aux méticillines est dite intrinsèque et hétérogène
hétérogène car dans une même population seules
certaines bactéries l’exprime (1 bactérie pour 10 000 a 100 000). Un Staphylococcus aureus méticillineR est
appelé SARM (Staphylococcus aureus méticilline résistants,
résistants, MRSA en anglais).
• Inoculum : suspension à 1 MF diluée au 1/10
• Milieu
Milieu : Mueller-
Mueller-Hinton incubé à 30°C ou Mueller-
Mueller-Hinton hypersalé à 37°C. Dans les deux cas on
favorise la croissance des SARM par rapport aux bactéries sensibles.
• Ensemencement : par écouvillonnage ou inondation.
• Test : déposer un disque d’oxacilline 5µg au centre de la boîte et incuber 24 à 48h à la température
adaptée au milieu choisi.
• Lecture :
- Présence de colonies isolées dans la zone d’inhibition autour du disque : SARM et résistance
hétérogène.
- Très petite ou pas de zone d’inhibition sans colonies isolées : SARM et résistance homogène.
Les souches méticillineR sont considérées comme résistantes a toute toutes les β-lactamines (y compris
ème
céphalosporines de 3 génération et imipénème). Elles représentent 10 a 40 % des souches hospitalières.

Remarque
Rema rque :
- Ces souches produisent également la pénicillinase. Elles sont également fréquemment résistantes à
d'autres antibiotiques : aminosides, tétracyclines, macrolides.
- la mise en évidence d’un SARM peut se faire sur un antibiogramme classique grâce à un disque de
céfoxitine (céphalosporine de deuxième génération).
- Le traitement des infections à SARM est réalisé actuellement par des glycopeptides (vancomycine,
teicoplanine). Depuis 1997, plusieurs publications ont rapporté des cas d'infection à SARM
SARM de sensibilité
glycopeptides : on parle de GISA (S. aureus de sensibilité intermédiaire aux glycopeptides).
diminuée aux glycopeptides
En France, un des premiers cas d'échec thérapeutique à la vancomycine est survenu en 1995 chez une
patiente immunodéprimée souffrant d'une septicémie à SARM de sensibilité diminuée aux glycopeptides.
En 2000-2001, une étude conduite par les CLIN et l’INVS a été réalisée pour estimer l'incidence des GISA
et leur proportion au sein des SARM.
http://www.invs.sante.fr/publications/2004/staphylococcus%20aureus/index.html
Recherche pour Staphylococcus spp (d’après les recommandations 2008 du COMITE DE L’ANTIBIOGRAMME
DE LA SOCIETE FRANCAISE DE MICROBIOLOGIE) :

Tableau X – Concentrations, diamètres critiques et règles de lecture interprétative pour Staphylococcus spp..
Antibiotique Charge du Concentrations Diamètres Remarques
disque critiques (mg/L) critiques (mm)
S R S R

Pénicilline G 6 µg (10 UI) ≤ 0,25 > 0,25 ≥ 29 < 29 Les souches productrices de pépénicillinase sont ré
résistantes
à la pé
pénicilline G (diamè
(diamètre < 29 mm) et aux amino-,
carboxy- et uréido-pénicillines. Seule la pénicilline G
doit être testée. Lorsque le diamètre est ≥ 29 mm, vérifier
l’absence de production de pénicillinase par une
technique chromogé
chromogénique (Test
Test Céfinase
Céfinase page 63)
63
Oxacilline 5 µg ≤2 >2 ≥ 20 < 20

Céfoxitine 30 µg ≥ 27 < 25 Recherche dans les conditions standard de


Moxalactam 30 µg ≥ 24 < 23 l’antibiogramme des staphylocoques.
Il ne doit pas être tenu compte d’une éventuelle zone
fantôme pour la lecture des diamètres d’inhibition de la
céfoxitine.

Les souches sensibles sont rendues « sensibles aux


isoxazolyl-pénicillines » (donc non SARM s’il s’agit d’un
Staphylococcus aureus).

Pour les souches intermédiaires proposer une recherche


de PLP2a après induction par une bêta-lactamine ou
gène MECa par les techniques citées dans l’introduction.

Les souches résistantes à la cé


céfoxitine, au moxalactam ou
à l’oxacilline doivent être interpré
interprétées ré
résistantes à toutes
les bê
bêta-
ta-lactamines : pénicillines (associées ou non à un
inhibiteur de bêta-lactamase), céphalosporines et
carbapénèmes. On conclu donc SARM s’il s’agit d’un
Staphylococcus aureus.

Streptomycine 10 UI 30 UI ≤8≤8 > 16 ≥ 15 < 13 Les souches résistantes à la gentamicine sont


Kanamycine 15 µg (10 UI) ≤1 > 16 ≥ 17 < 15 résistantes à l’ensemble des aminoglycosides (sauf
Gentamicine streptomycine).

Erythromycine 15 UI ≤1 >4 ≥ 22 < 17


Péfloxacine 5 µg ≤1 >4 ≥ 22 < 16
Ofloxacine 5 µg ≤1 >4 ≥ 22 < 16

Chloramphénicol 30 µg ≤8 > 16 ≥ 23 < 19


Tétracycline 30 UI ≤4 >8 ≥ 19 < 17

Rifampicine 30 µg ≤ 0,5 > 16 ≥ 29 < 14


Fosfomycine 50 µg ≤ 32 > 32 ≥ 14 < 14
10 µg ≤2 > 16 ≥ 22 < 15
Acide fusidique
Sulfamides 200 µg ≤ 64 > 256 ≥ 17 < 12 Interprétation valable uniquement pour les souches
Triméthoprime 5 µg ≤4 >8 ≥ 16 < 12 isolées des urines.
Triméthoprime/ 1,25+23,75 µg ≤ 2/38 > 8/152 ≥ 16 < 10
sulfaméthoxazo
le