qwertyuiopasdfghjklzxcvbnmqw ertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwert yuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyui opasdfghjklzxcvbnmqwertyuiopa sdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasdf Manole Ionela-Ancuța CRP, anul II, gr.

B L’ARTICLE DE PRESSE ghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfghj klzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklz xcvbnmqwertyuiopasdfghjklzxcv bnmqwertyuiopasdfghjklzxcvbn mqwertyuiopasdfghjklzxcvbnmq wertyuiopasdfghjklzxcvbnmqwer tyuiopasdfghjklzxcvbnmqwertyu iopasdfghjklzxcvbnmqwertyuiop asdfghjklzxcvbnmqwertyuiopasd fghjklzxcvbnmqwertyuiopasdfgh jklzxcvbnmqwertyuiopasdfghjklz xcvbnmrtyuiopasdfghjklzxcvbn

Avant de propulser nos voitures. Il en est une qui domine toutes les autres : La voiture électrique élimine-t-elle vraiment la pollution ? Ne se contenterait-elle pas que la déplacer ? Rappelons le. Ce succès annoncé. ou. admettons-le). pour un peu plus tard.Le problème de la voiture électrique Le principal inconvénient de la voiture électrique n’est peut-être pas celui que l’on l’imagine. Si l’on prend l’émission de CO2 comme principal indicateur de pollution (ce qui est un peu réducteur. le parc français de voitures électriques serait finalement peu émetteur de gaz carbonique. la voiture électrique dans un bon nombre de cas ne réduit gère la pollution. L’Allemagne. la France fait figure de bonne élève. l’électricité n’est pas une source d’énergie. Plusieurs modèles devraient donc bientôt parcourir nos routes sans que cela relève des seules flottes captives comme lors du timide essai de la fin des années 90 où nous pouvions croiser ici et là quelques véhicules d’EDF. Citroën avec la C Zéro. Le Mondial de l’automobile fait la part belle aux véhicules électriques. Avec de l’électricité issue à 80 % du nucléaire. le courant doit être généré. en la matière. Ajoutons qu’il faudrait également analyser le rendement des différentes opérations de . Il en résulte que la pollution indirecte engendrée par ces véhicules est fortement dépendante des conditions dans lesquelles l’électricité se trouve elle-même produite. A Paris. alors. La critique est justifiée et même si la France fait exception. c’est juste un vecteur. Peugeot avec la iOn. Le raisonnement est imparable. elle ne fait que déplacer la source d’émission. issu de la pression écologique. par contre avec son faible nombre de centrales nucléaires et surtout devant leur abandon programmé serait évidemment beaucoup plus mal placée ce qui la conduira indirectement à faire rouler ses voitures électriques… au charbon (puisque c’est par la combustion du charbon grand émetteur de CO2 qu’est et sera majoritairement produite l’électricité allemande). Renault avec la Zoé… Tous les grands constructeurs présentent désormais un projet solide et ambitieux. mais aussi d’un peu de volontarisme. de (légers) progrès dans la technologie des batteries au lithium ainsi que d’une électronique plus performante attire les commentaires enthousiastes mais suscite également les interrogations.

moins de déplacements. Les automobiles à moteur thermique présentent au moins un avantage du point de vue écologique : la pollution qu’elles génèrent prendra fin avec l’épuisement des ressources d’énergies fossiles. la voiture électrique ne réglera en rien les problèmes. marcher en ligne droite sans rencontrer le bitume ? Jusqu’où devons nous aller pour ne plus entendre la circulation ? Quelle est la proportion de lieux où la voiture est invisible et inaudible et peut complètement se faire oublier ? Là se trouve l’agression majeure de l’automobile à notre monde. eux non plus. charge de cette électricité dans une batterie. L’automobile est omniprésente. ne vont pas dans le sens d’une voiture propre. il est illusoire d’attendre une solution scientifique ou technologique miraculeuse. Au contraire même. moins l’automobile sera polluante et énergivore et plus elle constituera un risque pour la nature car plus irrésistible et aussi plus durable sera son expansion et sa domination sur le monde. moins de consommation. une voiture se fabrique et. La société de consommation est le premier ennemi de l’écologie.transformation d’un support énergétique à l’autre : combustible d’énergies fossiles vers électricité. Combien de temps en France peut-on. Toute solution qui nous donnerait plus de pouvoir serait en réalité dangereuse et la seule voie prometteuse est celle de la modestie. capacité de restitution etc… Cela. électrique ou pas. Ajoutons qu’ils quadrillent très strictement le territoire et le rendent par cela quasi inhabitables aux animaux. Voilà pourquoi en ce domaine comme en d’autres. parkings et voies d’accès constituent une bonne part de notre environnement. Ces espaces sont gagnés sur la nature et n’ont guère de chances de lui être restitués. comme nous l’indiquions dans un autre article. la pollution et les consommations de matière et d’énergie générées par cette fabrication sont loin d’être négligeables. nous incitent à changer fréquemment notre véhicule afin de toujours bénéficier des ultimes progrès. Moins d’habitants sur la planète. La pertinence de cette critique masque hélas deux autres problèmes qui. Ecologiquement mieux vaut garder sa voiture quelques années de plus que de se précipiter sur le dernier modèle. l’automobile ne représente pas un danger pour l’environnement du seul fait de ce qui sort de son pot d’échappement ou de sa consommation initiale d’énergie. Ce paradoxe n’est pas le moindre. La voiture est d’abord une agression pour l’environnement par l’espace qui lui est consacré. il n’en est pas moins bien réel. De ce point de vue. Toute autre démarche ne serait qu’une course désastreuse à " l’artificialisation " du monde. Routes. d’oublier son existence. n’arrangerait pas le bilan global. c’est au moins sur un kilomètre de part et d’autre qu’il est impossible. même temporairement. En second lieu. . Quand une route importante traverse une forêt. Cet argument est d’ailleurs à opposer à ceux qui. Tout d’abord. là encore. régulièrement. électrique ou pas.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful