J.

Joosten – La critique textuelle 1
La critique textuelle

I La recherche du texte original

A. Les témoins du texte de l’Ancien Testament
1. Le Texte Massorétique
a) Les consonnes
b) Les points voyelles
c) Autres éléments
Les accents massorétiques
Les ketiv – qeré
La massore
2. Le Pentateuque Samaritain
3. Les textes retrouvés près de la Mer Morte
4. La Septante
5. La Peshitta
6. Les Targums
7. La Vulgate
8. Autres témoins
a) Traductions anciennes de la Septante
b) Révisions de la Septante
c) Citations dans la littérature juive

B. La méthode de critique textuelle
1. Les causes de l’évolution textuelle
a) Les erreurs de copiage
b) L’influence de passages parallèles
c) Les changements intentionnels
2. Lectio brevior et lectio difficilior
3. Cas décidables et cas indécidables
4. Critères externes et internes
5. Les conjectures

C. La critique textuelle et l’histoire de la rédaction


II Le texte, miroir de l’histoire de l’interprétation

A. L’intérêt pour le phénomène du Targum
B. Une révolution dans l’approche de la Septante
C. Tendances exégétiques dans les rouleaux de Qumran
D. Les corrections des scribes et la révision théologique du Texte Massorétique
E. Conclusion
J. Joosten – La critique textuelle 2
La critique textuelle
La critique textuelle en tant que discipline scientifique est née de la reconnaissance de ce que
les textes anciens ne nous sont pas parvenus de façon inaltérée. Nous ne disposons pas, pour
les textes littéraires anciens, des « autographes » originaux, mais de copies écrites à la main.
La transmission manuscrite crée des changements, accidentels ou voulus : une copie
manuscrite n’est jamais entièrement identique à son modèle. La discipline s’applique aussi
bien aux textes classiques qu’aux textes bibliques, aussi bien à l’Ancien qu’au Nouveau
Testament. Cependant, chaque texte pose des problèmes spécifiques.
Le point de départ sera donc le constat que « le » texte de l’Ancien Testament n’existe
pas. On est plutôt confronté à une pluralité textuelle. Chaque manuscrit ancien diffère sur
certains points de tous les autres ; les manuscrits se regroupent en « familles » textuelles qui,
elles, divergent souvent de façon importante. Les traductions anciennes apportent également
leur lot de variantes. Cette pluralité a sa pertinence pour l’exégèse : selon que l’on se fonde
sur l’une ou l’autre tradition textuelle, l’exégèse peut s’infléchir différemment.
Traditionnellement, la critique textuelle s’est donné pour objectif « d’identifier les
erreurs et de les corriger ». Dans cette perspective, la pluralité est considérée comme
secondaire. Tous les témoins textuels — manuscrits, traductions, citations — descendent d’un
texte unique. Par la confrontation des différences entre les témoins, on peut espérer remonter
le courant et établir un texte plus ancien, plus proche de l’original. Les éléments de ce texte ne
se trouveront pas toujours dans le même manuscrit, ni dans la même famille. Le texte
reconstruit par les critiques sera donc un texte « éclectique », empruntant à chaque tradition ce
qu’elle a de meilleur, et rejetant le reste. La critique textuelle traditionnelle montre peu de
respect pour ce qui n’est pas jugé original.
Depuis une trentaine d’années, les chercheurs réalisent toutefois que ce qui relève de
l’altération secondaire n’est pas forcément de moindre valeur. Tous les changements textuels
ne sont pas des « erreurs » ; et même les erreurs, à l’instar de lapsus freudiens, peuvent avoir
un sens. Ainsi, les critiques textuels apprennent le respect pour la cohérence de chaque
tradition textuelle, pour chaque manuscrit ancien. Les variantes textuelles montrent souvent
comment un passage biblique a été interprété dans tel milieu, par telle communauté. Les
témoins textuels — les traductions anciennes avant tout, mais les traditions hébraïques
également — se révèlent être autant de jalons de l’histoire de l’interprétation.
On a parfois opposé l’ancienne critique textuelle à la nouvelle : la polémique fait rage.
Mais à tout bien considérer, les deux approches se complètent. C’est à travers l’histoire du
J. Joosten – La critique textuelle 3
texte qu’on peut espérer remonter à un stade plus ancien de la tradition ; en même temps,
l’histoire du texte témoigne du foisonnement des interprétations.
Dans ce qui suit, nous présenterons d’abord la critique textuelle dans son acception
traditionnelle. Ensuite, nous consacrerons une section aux nouveaux questionnements. En
pratique, les deux approches se combinent souvent et s’interpénètrent presque toujours. Sur le
plan théorique, elles gagnent toutefois à être distinguées.

Bibliographie
D. Barthélemy, Critique textuelle de l’Ancien Testament 1 (OBO 50/1), Fribourg/Göttingen,
1982, p. *1-*114.
D. Barthélemy, Critique textuelle de l’Ancien Testament 3 (OBO 50/3), Fribourg/Göttingen,
1992, p. i-ccxxxvii.
E. Tov, Textual Criticism of the Hebrew Bible, Minneapolis/Assen, 1992.

I La recherche du texte original
Les fragments les plus anciens du texte vétérotestamentaires remontent au début du II
e
siècle
avant J.-C. Pour les manuscrits complets, il faut attendre le IV
e
siècle après J.-C. pour la
traduction grecque, le XI
e
siècle pour les manuscrits hébreux. Les écrits eux-mêmes sont
notoirement difficiles à dater. Il est cependant raisonnable de supposer que la plupart des
livres de l’Ancien Testament ont été composés bien avant le II
e
siècle av. J.-C. Il existe donc
une grande intervalle entre la rédaction des livres et leur attestation la plus ancienne. Durant
un, deux, trois ou jusqu’à dix siècles (selon les hypothèses), les textes ont été transmis par
écrit sans laisser de traces. Il faut penser que, durant cette période, des changements,
accidentels ou voulus, se sont introduits dans la tradition manuscrite. Même le caractère sacré
des textes n’a pas pu les préserver des erreurs humaines de transcription. Au contraire, le
caractère sacré a pu pousser certains copistes à changer le texte, afin de le conformer aux
idées religieuses de leur temps.
La probabilité théorique de ce que le texte biblique aurait été altéré se confirme par les
divergences entre les témoins. Les textes hébreux les plus anciens, retrouvés depuis 1947 à
Qumran et environs, diffèrent entre eux et diffèrent des textes hébreux du Moyen Age. Tous
ces manuscrits viennent d’un milieu où primait le respect pour le texte de l’écriture. Et
pourtant il y a des différences. On peut décider d’ignorer ce problème, mais on ne peut pas le
résoudre d’une façon simple. Il n’y a aucune raison de privilégier une tradition textuelle aux
J. Joosten – La critique textuelle 4
dépens des autres, ni, a fortiori, de préférer un manuscrit unique. Les erreurs de transcription,
comme les ajustements doctrinaires, ont pu affecter le Texte Massorétique autant que les
textes de Qumran, le Pentateuque Samaritain, ou le modèle hébreu de la Septante.
Il convient donc de dresser une comparaison entre les témoins textuels, d’inventorier
les variantes et de sélectionner dans chaque cas la leçon la plus ancienne, pour autant qu’on
puisse l’identifier. Parfois même, il sera nécessaire de proposer des amendements textuels
purement conjecturaux. Le « point de fuite » de ce travail est le texte original, concept idéal
qui ne correspond à aucune réalité concrète. Pour de nombreux livres bibliques, les choses se
compliquent encore du fait qu’il est difficile de dire où s’arrête l’histoire de la rédaction, et où
commence l’histoire du texte.
Dans ce qui suit, les principaux témoins du texte seront d’abord présentés brièvement.
Ensuite, les grandes lignes de la méthode seront dessinées. Finalement, une section sera
consacrée aux cas où la critique textuelle empiète sur le domaine de la critique rédactionnelle.

A. Les témoins du texte de l’Ancien Testament
1. Le Texte Massorétique
La forme textuelle la mieux connue de la Bible hébraïque est celle qui est devenue
traditionnelle dans le Judaïsme depuis le I
er
siècle de l’ère chrétienne environ. On l’appelle
couramment Texte Massorétique. Au sens restreint, cette appellation s’applique aux
manuscrits vocalisés et pourvus d’accents et notes marginales ; ces manuscrits forment une
minorité. Au sens large, le terme désigne le type de texte transmis dans le judaïsme jusqu’à
nos jours, qu’il soit vocalisé ou non : la plupart des manuscrits « massorétiques » n’offrent
que le texte consonantique. La « Massore », du mot hébreu :¬c: (interprété comme
« tradition »), englobe tout ce qui a trait à la transmission du texte reçu par les juifs : la
transcription du texte consonantique, la notation des voyelles et des accents, l’apparat critique
portant sur l’orthographe et la fréquence des formes.
Le Texte Massorétique (TM), au sens large, est représenté par plusieurs milliers de
manuscrits, dont les plus anciens — ceux que l’on a retrouvés dans la Geniza du Caire
1

sont fragmentaires. A travers la multiplicité des manuscrits, on décèle une très grande
homogénéité de la tradition : les variantes touchant le texte consonantique sont infimes, celles
qui concernent la vocalisation ou l’accentuation, peu nombreuses. Cette unité est due au fait

1
Pour la Geniza, voir l’excursus ci-dessous.
J. Joosten – La critique textuelle 5
que le texte biblique adopté par le Judaïsme après les catastrophes de 70 et de 135 après J.-C.
a été entouré d’un soin absolument remarquable. En effet, les découvertes faites à Qumran ont
montré que le TM transmet de façon fidèle un type de texte remontant au moins à la fin de
l’époque du second Temple (voir ci-dessous).
Le TM forme le texte de base de toutes les éditions existantes du texte hébreu de l’AT.
La Biblia hebraica stuttgartensia (BHS) et la nouvelle Biblia hebraica quinta (BHQ) se
fondent sur le manuscrit B19
A
de la bibliothèque publique de St Petersbourg, écrit en 1008
selon le colophon, et dont le sigle est L (codex Leningrad). L’édition de l’Université
Hébraïque (HUBP) se fonde sur le codex d’Alep
2
. Il n’y a cependant aucune raison
scientifique de préférer le TM a priori à toute autre tradition. Comme dans le domaine de la
critique textuelle du Nouveau Testament, il faudra un jour envisager l’abandon du textus
receptus et la production d’un texte critique : c’est là le projet de la Oxford Hebrew Bible
(OHB) entreprise récemment par une équipe internationale
3
.
Notre discussion de la valeur du TM pour la critique textuelle abordera séparément le
texte consonantique, les voyelles et les autres éléments paratextuels.

a) Les consonnes
L’ossature consonantique forme la partie la plus ancienne du TM. Comme cela a déjà été dit,
elle est étonnamment homogène : parmi les nombreux manuscrits du TM, on décèle
relativement peu de variantes touchant aux consonnes. Cela ne signifie pas, évidemment, que
de telles variantes font défaut. Des collections de variantes ont été éditées par Kennicott et par
de Rossi
4
. Occasionnellement, elles sont répercutées dans la BHS. Parmi les spécialistes, elles
jouissent cependant de peu d’estime. La plupart semblent remonter aux copistes médiévaux.
Exemple 1 :
Nb 12,8 :¬·¬: ׬◊· ¬×√¬:…· ·:¬:¬× ¬c¬× ¬c
Le texte hébreu du codex L et de la majorité des manuscrits massorétiques est difficile :
« bouche vers bouche je-parle en-lui et-vision et non en-énigmes ». On ne comprend
pas comment le nom « vision » s’insère dans la phrase. Deux manuscrits de Qumran et

2
On appelle « diplomatique » l’édition reproduisant un manuscrit donné avec les variantes des autres témoins
reléguées dans l’apparat critique.
3
L’édition d’un texte composé à partir de leçons prises dans différents témoins s’appelle « édition éclectique ».
4
B. Kennicott, Vetus Testamentum hebraicum cum variis lectionibus, vol. I-II, Oxford, 1776-1780 ; J. B. de
Rossi, Variae lectiones Veteris Testamenti, vol. I-IV, Parma, 1784-1788.
J. Joosten – La critique textuelle 6
le texte samaritain, soutenus par la Septante et quelques autres versions, substituent à la
conjonction ·, « et », la préposition :, « en ». La variante ¬×¬::, « en vision », est
contextuellement préférable et s’accorde bien avec la suite : « et non pas en énigmes ».
Sans doute représente-t-elle le texte original. La leçon ¬×¬:· s’explique par la confusion
de · et : due à la similarité phonique des deux consonnes (labiales toutes deux).
Or, comme l’indique la BHS, la leçon ¬×¬:: est attestée également par quelques
manuscrits massorétiques. Que devons-nous penser dans un tel cas ? Le texte original a-
t-il été préservé dans une poignée de manuscrits médiévaux, contre la leçon erronée qui
s’était répandue dans tous les autres manuscrits massorétiques ? Ce n’est pas
impossible. Il est cependant plus probable que la « bonne » leçon des manuscrits
médiévaux reflète une correction secondaire, opérée de façon inconsciente par un
copiste tardif.
En tout cas, il serait imprudent de s’appuyer uniquement sur le témoignage de quelques
manuscrits massorétiques pour proposer un changement dans le texte.
Si le texte consonantique du TM est homogène en soi, il diverge très souvent du
Pentateuque Samaritain, des rouleaux bibliques de Qumran et du modèle hébreu supposé par
la Septante. Ainsi, le TM se dessine comme un courant textuel parmi d’autres. Toutefois, la
comparaison des traditions textuelles a fait prendre conscience du fait que le TM représente,
en général, une tradition très fiable. Son attestation tardive a été fortement relativisée par la
découverte de manuscrits proto-massorétiques à Qumran (p. ex., 1QIsa
b
) : ces manuscrits,
écrits avant l’ère chrétienne, offrent un texte consonantique pratiquement identique au TM.
On suppose que ce texte est celui auquel s’était attachée une élite religieuse depuis le II
er

siècle av. J-C. au moins. Conservé à Jérusalem et copié de façon soigneuse, il a fini par
supplanter tous les autres courants textuels au sein du judaïsme palestinien. Après la
destruction du second temple et la dispersion des juifs il s’est imposé partout dans le judaïsme
rabbinique.

b) Les points voyelles
C’est au V
e
siècle de notre ère ou peu après, que les premiers efforts pour noter la vocalisation
du texte biblique se sont déployés. Les premiers systèmes sont rudimentaires : un point en
haut de la lettre signifie qu’elle est prononcée avec la voyelle a (p. ex., ba, :), un point en bas
signifie qu’il n’y a pas de voyelle pleine (p. ex., b
e
, :). Ce principe semble avoir été inventé
par les grammairiens syriaques. Au fil du temps, les juifs ont développé plusieurs systèmes
J. Joosten – La critique textuelle 7
sophistiqués, comportant un nombre important de signes. Quatre ou cinq systèmes sont
connus, mais seul le système tibérien (développé à Tibériade en Galilée) est encore en usage.
Les autres systèmes — babylonien, palestinien, mixte — se rencontrent dans certains
manuscrits massorétiques retrouvés dans la Geniza du Caire. Ils reposent sur une
prononciation légèrement différente de l’hébreu. Ils reflètent cependant grosso modo la même
tradition de lecture et la même interprétation que les manuscrits tibériens. L’école tibérienne a
fleuri au 10
e
et 11
e
siècles de notre ère. Le codex Leningrad en est un fruit remarquable, le
codex d’Alep en est un autre (avec un système légèrement différent).
La vocalisation des manuscrits massorétiques s’appuie sur une tradition de lecture à
haute voix. Les naqdanim — ceux qui ont apporté le niqqud, les points voyelles — se sont
efforcés de noter ce qu’ils entendaient de la bouche des lecteurs synagogaux. Il n’est donc pas
correct de parler d’une « théorie grammaticale des massorètes ». Quant à la tradition de
lecture à haute voix, elle est certainement composite :
1) Pour la plus grande part, il s’agit d’une authentique tradition qui remonte à l’époque du
Second Temple, au moins. Les preuves d’authenticité sont multiples. Beaucoup de détails
phonologiques et grammaticaux ne pouvaient pas être connus au Moyen Âge, à moins qu’on
dispose d’une tradition. Par exemple, la distinction entre sin (:) et shin (:) est
systématiquement notée de façon correcte, alors que le texte consonantique ne l’indique pas
(: pouvant se lire des deux façons)
5
. On peut donc généralement se fier au texte vocalisé
comme étant le reflet fidèle de ce que les auteurs bibliques (ou plutôt les rédacteurs finaux)
ont voulu exprimer. La vocalisation a moins d’autorité que le texte consonantique, puisque la
tradition manuscrite est plus fiable que la transmission orale, mais elle n’est pas dépourvue
de valeur. Ceci, bien sûr, sans parti pris dogmatique.

2) Il faut cependant reconnaître que des facteurs exégétiques et théologiques ont pu influencer
la lecture liturgique. Là où le nom de Dieu était écrit dans le texte (¬·¬·), on a substitué dans
la lecture le nom commun avec suffixe, ·:·¬×, « mon Seigneur (litt., mes seigneurs) ». Dans
d’autres cas, les changements sont plus subtils.
Exemple 2 :

5
La différence entre sin et shin ne concerne pas la vocalisation, mais le point qui les distingue a été introduit
dans le même processus qui visait à codifier en détail la prononciation du texte.
J. Joosten – La critique textuelle 8
Eccl 3,21 ¬¬::¬ ×·¬ ¬¬:¬ c∂¬×¬ ·:: ¬…·¬ :¬·· ·:
¡¬×¬ ¬c:¬ ×·¬ :¬¬·¬ ¬:¬:¬ ¬…·¬◊·
À l’origine, la particule préfixée aux participes ¬¬:, « montant », et :¬¬·,
« descendant », devait être le ¬ interrogatif (¬¬:¬, :¬¬·¬). La pensée exprimée par
Qohéleth était : « Qui sait si le souffle des humains s’élève vers les hauteurs, et si le
souffle des bêtes descend vers le bas, vers la terre ? » (Nouvelle Bible Segond). Cette
lecture est confirmée par l’ensemble des versions anciennes. Dans la tradition
synagogale, à une époque inconnue, le doute exprimé sur la vie future a cependant été
éliminé par une modification des voyelles : la particule interrogative est changée en
article défini. La traduction du texte vocalisé est : « Qui connaît le souffle des humains
lequel monte en haut, et le souffle des bêtes lequel descend en bas vers la terre ? »
(Colombe).
Ce genre de changement reste relativement exceptionnel. Nombre d’autres affirmations qui
semblent être en porte-à-faux avec l’orthodoxie juive (et chrétienne) n’ont pas subi
d’altérations. L’interprétation pouvait se charger de rétablir l’orthodoxie !

3) Une autre source de changements dans la tradition de lecture est l’influence de l’hébreu
tardif, de l’araméen, voire de l’arabe. Les langues que les juifs parlaient dans la vie de tous les
jours ont pu affecter la façon de lire le texte biblique. Illustrons ce cas de figure par un autre
exemple. Dans l’hébreu ancien, il existait un passif du Qal. On pouvait former, p. ex., à partir
du verbe ¬¬¬, « il prit », un passif *¬¬¬ (la vocalisation est incertaine), « il fut pris ». Dans
l’évolution de la langue hébraïque, ce passif du Qal a disparu. Les lecteurs de la Bible, ne
connaissant plus de forme *¬¬¬, lui ont substitué une forme usitée, à savoir le Pual ¬¬¬ (p.
ex., Ésa 52,5). C’est donc le Pual qui a été codifié dans le texte vocalisé. Ce type d’altération
montre, une fois de plus, que la tradition orale est plus fragile que la tradition par écrit.
Dans l’ensemble on retiendra que la vocalisation massorétique apporte un témoignage
précieux qui doit être évalué de façon critique.

c) Autres éléments
Le texte massorétique s’assortit d’un apparat scribal qui dépasse de loin la simple notation des
voyelles. Les éléments les plus importants peuvent être évoqués rapidement.

J. Joosten – La critique textuelle 9
Les accents massorétiques
Chaque mot du texte massorétique est pourvu d’un accent (cependant, deux mots joints par le
maqqeph ne reçoivent normalement qu’un seul accent). Les accents indiquent en principe la
syllabe accentuée au sein du mot. De plus, au niveau du verset, ils introduisent une sorte de
ponctuation, divisant le texte en versets, et les versets en unités de sens. En troisième lieu, les
accents codifient la cantillation, une façon de chanter le texte biblique. Il existe plusieurs
systèmes d’accentuation — babylonien, palestinien, tibérien — mais seul le système tibérien,
le plus élaboré, est encore en usage aujourd’hui.
Comme la vocalisation, les accents s’appuient sur la tradition de lecture. On leur
accordera le même crédit qu’à la vocalisation, et on leur appliquera les mêmes réserves. Dans
la majorité des cas, l’accentuation se présente comme un guide fidèle vers une interprétation
adéquate. Cependant, ici et là, les accents reflètent l’influence de la théologie ou de l’exégèse
juive (p. ex., Lv 18,28 ; Dt 26,5).

Bibliographie
I. YEIVIN, Introduction to the Tiberian Masorah, English translation by J. Revell, Missoula,
1980.

Les ketiv – qeré
La lecture traditionnelle véhicule quelques éléments correspondant à un texte consonantique
différent du texte transmis par écrit. Dans ces cas, le Texte Massorétique donne le texte écrit
(le ketiv) avec les voyelles du mot lu, tandis que les consonnes du mot lu (le qeré) figurent
dans la marge. Les cas de ketiv – qeré sont variés. Parfois il s’agit d’un euphémisme
remplaçant le texte original jugé trop crû (p. ex., Is 36,12 : ketiv ׬¬, « fèces », remplacé par
le qeré ¬×·:, « saleté ») ; en d’autre cas il s’agit de variantes textuelles (p. ex., Jos 6,13
¬·¬¬, infinitif absolu, remplacé par le participe ¬¬·¬) ; il y a aussi quelques exemples de
variantes orthographiques (p. ex., en Nb 12,3 ·:: – ··::, le sens reste le même). Le cas de
¬·¬· lu ·:¬× appartient à la catégorie des ketiv – qeré : on l’appelle qeré perpetuum, qeré
perpétuel.
Parfois le ketiv représente le texte original tandis que le qeré est secondaire, mais ce
n’est pas la règle générale. Il faut étudier chaque passage pour lui-même.

J. Joosten – La critique textuelle 10
La massore
Dans les marges des manuscrits massorétiques complets figurent des notes textuelles dont la
fonction principale est de veiller à la transcription correcte du texte. On note combien de fois
un mot est attesté dans la forme précise qu’il a dans le passage concerné. On signale des
passages parallèles. La massora parva (petite massore), figure dans les marges à gauche et à
droite dans les manuscrits. Elle est intégralement reproduite dans la BHS. La massora magna
(grande massore) est placée en haut et en bas. La BHS ne la reproduit pas, mais s’y réfère par
un ensemble de notes figurant immédiatement sous le texte. Les notes renvoient à l’ouvrage
de G. E. Weil, Massorah Gedolah iuxta codicem Leningradensem B19a, vol. 1, Rome 1971,
où on trouvera le texte intégral.

NB La numérotation des chapitres et des versets ne se trouve dans aucun manuscrit hébreu ancien. Ce sont des
éléments qui ont été introduits d’abord par des savants chrétiens dans les manuscrits de la Vulgate, vers la fin du
Moyen Âge. À cause de leur commodité, ils se sont ensuite imposés aux juifs (p. ex., dans les éditions imprimées
de la Bible rabbinique, à partir du XVI
e
siècle).

Excursus : La Geniza du Caire
Vers la fin du XIXe siècle, quelque 200.000 fragments de manuscrits, dont les plus anciens
remontent jusqu’au IXe siècle après J.-C., furent découverts dans la geniza — une espèce de
dépôt pour manuscrits endommagés ou inusités — de la synagogue Qaraïte du Vieux Caire.
Le gros de la collection se trouve aujourd’hui à l’Université de Cambridge (collection Taylor-
Schechter), mais des lots relativement importants ont trouvé leur chemin vers d’autres
bibliothèques de par le monde. La collection est extrêmement diverse, comprenant des
manuscrits bibliques et non bibliques en plusieurs langues (hébreu, araméen, arabe, grec).
Seule une minorité de ces fragments a été publiée.

2. Le Pentateuque Samaritain
Les Samaritains forment une communauté religieuse dont le centre se trouve à Naplouse (la
Sichem biblique) et dont les origines demeurent assez obscures
6
. Ils possèdent une version de
la Torah représentée par une tradition manuscrite qui remonte jusqu’au XII
e
siècle après J.-C.
C’est au XVII
e
siècle que ce « Pentateuque Samaritain » vient à l’attention des savants

6
Pour de plus amples informations, voir M. Baillet, « Samaritains », Supplément au Dictionnaire de la Bible XI,
Paris, 1990, p. 773-1047.
J. Joosten – La critique textuelle 11
occidentaux. Son texte est publié pour la première fois dans la Polyglotte de Paris (1629-
1654).
La comparaison du Pentateuque Samaritain avec le Texte Massorétique a montré qu’il
existe des milliers de divergences entre les deux textes (6000 selon un décompte souvent cité,
mais difficile à vérifier). Ces différences concernent toutes le texte consonantique, le
Pentateuque Samaritain n’étant pas vocalisé. Il est important de reconnaître plusieurs
catégories parmi les variantes du Pentateuque Samaritain. Trois groupes de variantes se
distinguent. Premièrement, on reconnaît un petit nombre de variantes dont la visée est celle
d’établir le point de vue samaritain contre le point de vue juif. Ainsi, à la fin du décalogue, en
Ex 20 et Dt 5, le Pentateuque Samaritain ajoute un « commandement » imposant la
construction d’un autel sur le Mont Garizim, près de la ville de Sichem. Il s’agit clairement
d’une altération du texte primitif s’inscrivant dans une polémique concernant le lieu légitime
du sanctuaire : Jérusalem, selon les prétentions juives, le Mont Garizim, selon les Samaritains.
Deuxièmement, on trouve un grand nombre de variantes qui caractérisent le
Pentateuque Samaritain comme un texte « vulgarisé ». L’orthographe a été régularisée. Ainsi,
le pronom personnel de la troisième personne du féminin, ×·¬, « elle », dans le TM, est
partout écrit ×·¬ dans le Pentateuque Samaritain. La forme du TM est probablement
primitive, la forme samaritaine est adaptée à l’hébreu tardif. Le langage a parfois été
simplifié, surtout dans les passages où le texte primitif comportait des archaïsmes. On
rencontre également un très grand nombre de changements qui harmonisent le texte de la
Bible. Ainsi, en Nb 12, on trouve un long ajout après le v. 16, reprenant le texte de Dt 1,20-23
et dont le but est d’harmoniser le récit des Nombres avec celui du Deutéronome. Les variantes
de ce deuxième type ne sont pas propres au texte samaritain. Parmi les manuscrits découverts
à Qumran, on a identifié un groupe de textes « pré-samaritains », comportant les mêmes
changements linguistiques et les mêmes ajouts harmonisateurs (p. ex., 4QpaleoExod
m
) —
mais pas les changements « sectaires » signalés ci-dessus
7
! Ces manuscrits qumraniens
révèlent l’origine du Pentateuque Samaritain : il s’agit d’un texte répandu au sein du judaïsme
à l’époque hellénistique, texte auquel quelques changements sectaires ont été ajoutés durant
ou après le second siècle av. J.-C.

7
L’ajout en Nb 12,16 d’un passage correspondant à Dt 1,20-23 pourrait se trouver également dans le manuscrit
4QNum
b
: le manuscrit est lacunaire, mais d’après le calcul de l’espace disponible, quelques phrases ont dû
figurer après le v. 16.
J. Joosten – La critique textuelle 12
En troisième lieu, le Pentateuque Samaritain comporte des variantes qui ne procèdent
ni d’une idéologie samaritaine, ni de la volonté d’adapter le texte biblique aux besoins du
peuple. Dans ce dernier groupe, il y a des leçons qui sont supérieures à celles du TM et
d’autres qui paraissent être secondaires. Il est d’ailleurs souvent difficile de trancher.
Exemple 3 :
Nb 12,6 TM :∂¬ ·:× « je me fais connaître » (1
ère
personne singulier de l’imparfait)
Sam :¬·:¬ « il s’est fait connaître » (3
e
personne singulier du parfait)
Chacune de ces variantes a une certaine plausibilité. La 1
ère
personne du TM s’accorde
avec la forme verbale suivante (¬:¬×, « je parle ») ; la 3
e
personne du texte samaritain
se combine plus facilement avec le sujet exprimé en début de phrase (« L’Éternel…
s’est fait connaître »). En fait, le verset est difficile quelque soit le texte adopté.

Les trois catégories énumérées ci-dessus — leçons idéologiques, adaptations vulgarisatrices et
variantes anciennes — peuvent être distinguées sur le plan théorique. Dans la pratique il n’est
pas toujours possible de classifier une variante donnée dans l’une des catégories.

Éditions du Pentateuque Samaritain
A. von Gall, Der hebräische Pentateuch der Samaritaner, vol. I-V, Giessen, 1914-1918.
A. et R. Sadaqa, Jewish and Samaritan Version of the Pentateuch, Tel Aviv, 1961-1965.
Bibliographie
J. Margain, « Samaritain (Pentateuque) », SDB XI, 1991, col. 762-774.

NB Le Pentateuque Samaritain s’accompagne d’une tradition de lecture transmise de façon orale. Celle-ci a été
enregistrée et translittérée par Z. Ben-Hayyim, The Literary and Oral Tradition of Hebrew and Aramaic amongst
the Samaritans, vol. IV, Jérusalem, 1977, p. 353-554. Outre son intérêt linguistique, cette tradition possède une
importance pour la critique textuelle. Une étude systématique de l’apport potentiel de cette tradition est proposée
par S. Schorch, Die Vokale des Gesetzes. Die samaritanischen Lesetradition als Textzeugin der Tora, 1. Das
Buch Genesis (BZAW 339), Berlin, 2004 (d’autres volumes suivront).

3. Les textes retrouvés près de la Mer Morte
Jusqu’au XXe siècle, le texte hébreu de l’Ancien Testament n’était connu que par des
manuscrits datant du Moyen Âge. En 1902, on fit la découverte d’une feuille de papyrus
portant le texte hébreu du décalogue et le début du Shema‘ Israël : le papyrus Nash. À peine
un demi-siècle plus tard, à partir de 1947, un grand nombre de manuscrits hébreux furent
J. Joosten – La critique textuelle 13
trouvés dans les grottes situées près du site de Qumran et dans les environs (Murabaat,
Massada, Nahal Hever). Tout porte à croire que ces manuscrits ont fait partie de la
« bibliothèque » d’une communauté essénienne, installée à Qumran.
Les manuscrits qumraniens sont presque tous fragmentaires. Sur les quelques 800
documents représentés, presque le quart consiste en rouleaux bibliques. Tous les livres du
canon hébreu sont attestés, sauf le livre d’Esther (ce qui est peut-être dû à un hasard). On
trouve aussi des copies de livres apocryphes, tels Tobie ou Ben Sira, et d’écrits
pseudépigraphiques tels Hénoch ou les Testaments des Douze Patriarches. Certains livres
bibliques semblent avoir été plus lus que d’autres : on a retrouvé des fragments de 16 copies
de la Genèse, de 20 copies d’Ésaïe — dont le fameux manuscrit de la grotte 1, seul rouleau
complet d’un livre biblique (1QIsa
a
) —, de 25 copies du Deutéronome et de 34 copies des
Psaumes ! D’autres livres ne sont représentés que par quelques copies (p. ex., Nombres,
Juges, Job), voire, par une seule (Esdras-Néhémie, Chroniques). Tous ces manuscrits
bibliques datent d’avant l’an 68 après J.-C., date de la destruction du site. La datation par
carbone 14 et par les méthodes paléographiques indique qu’ils s’étalent sur une période allant
du deuxième siècle av. J.-C. jusqu’au premier siècle après. Ainsi, au regard du TM, les textes
de Qumran et environs nous rapprochent du texte hébreu original de 1000 ans à peu près.
Ce qui surprend lorsqu’on étudie les textes bibliques retrouvés à Qumran est leur
diversité. Le plus grand groupe de manuscrits représente un texte proto-massorétique (p. ex.,
1QIsa
b
). Mais on trouve également des textes s’apparentant de près au Pentateuque Samaritain
(p. ex., 4QNum
b
) ou avec le modèle hébreu employé par les traducteurs de la Septante (p. ex.,
4QJer
b
). Un cinquième environ des fragments provient de rouleaux écrits selon un mode
particulier qui pourrait refléter le scriptorium de la secte (p. ex., 1QIsa
a
). Textuellement, les
rouleaux écrits selon ce mode représentent une approche assez libre du texte biblique : le
vocabulaire est modernisé et la syntaxe allégée, l’orthographe se caractérise par de
nombreuses lettres voyelles (matres lectionis). Enfin, on trouve un certain nombre de textes
« non-alignés », représentant des familles textuelles jusque là inconnues. Il est impossible de
savoir si tous ces textes étaient lus dans la communauté essénienne et, si oui, dans quelle
mesure on était conscient des variantes textuelles.
Le matériau textuel en provenance de Qumran et de quelques autres sites près de la
Mer Morte occupe une place primordiale dans la critique textuelle de l’Ancien Testament. Les
rouleaux de la Mer Morte offrent un grand nombre de leçons préférables, plus proches du
texte original que le Texte Massorétique. Beaucoup de conjectures textuelles émises avant la
découverte des rouleaux ont été confirmées par ces textes. Dans quelques cas, notamment
J. Joosten – La critique textuelle 14
celui de Jérémie, le texte de Qumran jette une lumière sur l’histoire de la rédaction du livre
biblique (voir ci-dessous).

Éditions des manuscrits bibliques de la Mer Morte
Un grand projet est en cours pour publier l’ensemble des textes bibliques retrouvés dans le
désert de Juda, Biblia Qumranica, Leiden (sous la direction d’E. Ulrich). En attendant, il faut
utiliser l’édition de la série Discoveries in the Judaean Desert, Oxford.

4. La Septante
L’ancienne version grecque de la Bible hébraïque, communément nommée Septante, occupe
une place toute particulière dans la discipline de la critique textuelle. D’une part, la Septante
donne l’espoir d’accéder à une phase dans le développement du texte de l’AT antérieure à
celle que représentent les manuscrits hébreux disponibles (TM et Qumran). D’autre part,
s’agissant d’une traduction, on ne peut pratiquement jamais recouvrer avec certitude la forme
textuelle hébraïque reflétée par la Septante.
Un faisceau d’indices permet de situer la traduction du Pentateuque à Alexandrie vers
le début de l’ère hellénistique, autour de 280 av. J.-C. La finalité de la traduction est sujette à
débat. Certains pensent que la Torah servait de code juridique aux Juifs égyptiens : il fallait
que les juges grecs puissent consulter les lois juives. D’autres acceptent le récit transmis par
l’Épitre d’Aristée, écrit juif pseudépigraphique de date incertaine, selon lequel la Septante
devait assouvir la curiosité du roi Ptolémée pour les lois juives. D’autres encore ont émis
l’idée selon laquelle le texte grec était d’abord destiné, à la façon d’une traduction
interlinéaire, à l’enseignement du texte hébreu dans les écoles juives de la diaspora. Quoiqu’il
en soit, la Septante a dû devenir très vite la « Bible » des Juifs alexandrins, lue dans le culte
hebdomadaire et étudiée dans les écoles — et peut-être s’agit-il là de sa raison d’être
originale.
Les livres historiques, les prophètes et les écrits ont été traduits plus tard et ont subi
l’influence du Pentateuque grec, tant dans le vocabulaire que dans la technique de traduction.
D’après le témoignage du prologue de la version grecque du Siracide, la loi, les prophètes et
« les autres livres » existent en traduction grecque à la fin du II
ème
siècle av. J.-C. Certains
livres, comme l’Ecclésiaste, le Cantique des Cantiques et Esdras-Néhémie ont cependant été
traduits bien plus tard, peut-être durant le II
ème
siècle après J.-C. La version grecque de la
plupart des livres reflète un arrière-plan alexandrin, mais l’un ou l’autre écrit a pu être traduit
en Palestine (notamment le livre d’Esther).
J. Joosten – La critique textuelle 15
Les plus anciens manuscrits de la Septante, tous partiels et lacunaires, remontent au II
e

siècle av. J.-C. Les plus anciens manuscrits complets remontent au IV
e
siècle après J.-C. et
relèvent de la tradition chrétienne. Le judaïsme a largement abandonné la Septante après les
guerres juives. En même temps, mais sans lien de cause à effet, elle est devenue l’Ancien
Testament des Chrétiens. Elle est parvenue jusqu’à nous grâce à sa transmission en milieu
chrétien
8
.
La Septante se caractérise dans l’ensemble comme une traduction littérale : à chaque
mot hébreu du texte source correspond un seul mot grec, l’ordre des mots est respecté, les
équivalents lexicaux sont constants, on imite les locutions hébraïques. Quelques livres sont
toutefois traduits librement, notamment Ésaïe, Job, Proverbes, Daniel et Esther. En aucun cas
la Septante ne peut être considéré comme le simple décalque d’un texte hébreu : la liberté du
traducteur reste un facteur dont il faut tenir compte.
Exemple 4 :
Nb 12,4TM c·√¬:¬×◊· ¡¬¬×¬×◊· ¬::¬× (…) ¬·¬◊· ¬:×··
Et YHWH dit (…) à Moïse, à Aaron et à Miryam
LXX xoi ri•rrv x¡oio¸ (…) roo¸ Mc¡onv xoi Mooioµ xoi Aoocv
Et le Seigneur dit (…) à Moïse, à Miryam et à Aaron
La Septante semble refléter un texte hébreu avec l’ordre Miryam – Aaron, comme au
v. 1 :
Nrha ¬×· Myrm ¬×· ¬:: ¬× (…) ¬·¬· ¬:×··. Il demeure cependant possible qu’un tel
texte hébreu n’ait jamais existé (au verset 4), et que c’est le traducteur qui est à l’origine
de l’inversion. Si l’inversion remonte au modèle hébreu — ce qui est plus probable —
un nouveau dilemme se présente : lequel des deux textes hébreux, le TM ou le modèle
de la Septante, est original ? Les éléments manquent pour répondre de manière
définitive à cette question.
Le travail de critique textuelle passe donc toujours, en ce qui concerne la Septante, par deux
étapes. Pour chaque variante, on cherchera d’abord à déterminer si elle a été créée par le
traducteur ou si elle remonte au modèle hébreu (la Vorlage). Si on opte pour le deuxième cas
de figure, on tentera de reconstruire la forme hébraïque de la variante. Ensuite seulement, on
comparera la leçon hébraïque reconstruite avec celle du texte hébreu reçu afin de déterminer

8
Des vicissitudes semblables ont touché beaucoup d’ écrits juifs de l’époque intertestamentaire, tant les
« deutérocanoniques » qui figurent dans le canon de la Septante que les pseudépigraphes qui ont été transmis
séparément.
J. Joosten – La critique textuelle 16
laquelle est plus ancienne. Il arrive parfois qu’une divergence dans la Septante va de pair avec
un texte hébreu non massorétique, le Pentateuque samaritain ou un manuscrit de Qumran.
Dans ce cas, la première phase du travail peut être facilitée.
On estime généralement, et à juste titre, que la Septante véhicule un grand nombre de
variantes supérieures au texte Massorétique, plus proches du texte primitif. Cela tient d’abord
au fait que la version grecque a été faite a une époque qui précède la standardisation du texte
hébreu de l’AT dont est issu le TM et au terme de laquelle le TM est resté pratiquement le
seul texte hébreu attesté. En deuxième lieu, l’origine égyptienne a pu également y contribuer.
Manifestement, le texte hébreu connu dans la périphérie, à Alexandrie, n’était pas du même
type que celui qui s’est imposé dans le centre du judaïsme, à Jérusalem. Dans le détail, le
rapport entre la Septante et les autres témoins textuels est susceptible de varier selon les
livres. Ainsi, par exemple, une variante ne sera pas évaluée de la même manière selon qu’elle
se rencontre dans 1 Samuel ou dans les Petits Prophètes. En 1 Samuel, la Septante, Qumran et
le TM divergent souvent, tandis que dans les Douze, tous les témoins connus appartiennent à
la même famille textuelle.

Éditions de la Septante
A. Rahlfs, Septuaginta, id est Vetus Testamentum Graece iuxta LXX interpretes, volumes I &
II, Stuttgart, 1935.
Vetus Testamentum Graecum Auctoritate Societatis Litterarum Gottingensis editum (édition
dite « de Göttingen », en plusieurs tomes, incomplète jusqu’aujourd’hui).

Bibliographie
M. Harl, G. Dorival, O. Munnich, La bible grecque des Septante. Du judaïsme hellénistique
au christianisme ancien, Cerf, Paris, 1988.
E. Tov, Emanuel, The Text-Critical Use of the Septuagint in Biblical Research, Simor,
Jérusalem, 1997
2
.

5. La Peshitta
Les autres traductions anciennes de l’AT ont beaucoup moins d’importance que la Septante,
puisqu’elle reflètent toutes l’époque, après les guerres juives de 70 et 132 après J.-C., où le
texte massorétique s’est imposé à peu près partout. L’ancienne version syriaque de l’Ancien
Testament remonte à la seconde moitié du II
ème
siècle après J.-C. environ. Il s’agit
probablement d’une traduction juive adoptée ensuite par l’église chrétienne d’orient. La
J. Joosten – La critique textuelle 17
Peshitta a certainement été faite sur un texte hébreu, même si on peut constater, dans certains
livres, une influence de la Septante.
La Peshitta contient un nombre modeste de variantes qu’on peut attribuer à sa Vorlage.
Il est cependant peu fréquent que les critiques du texte se fondent sur la seule version syriaque
pour proposer un changement du texte hébreu.

Editions
The Old Testament in Syriac According to the Peshitta Version, Leiden, 1966- (plusieurs
volumes sont encore en préparation).

Bibliographie
J. Joosten, « La Peshitta de l’Ancien Testament dans la recherche récente », Revue d'Histoire
et de Philosophie Religieuses 76 (1996), 385-395.

6. Les Targums
Comme la Peshitta, les Targums sont des traductions araméennes de l’AT faites par des juifs.
Mais à la différence de la Peshitta, les Targums ont dès l’origine été conçus pour être
employés en conjonction avec le texte hébreu. La juxtaposition de la traduction avec son texte
source donne à la première une liberté beaucoup plus grande que celle des autres traductions
anciennes de l’AT.
Dans un premier temps, la traduction traditionnelle du texte hébreu en araméen s’est
développée de façon orale. Ses origines remontent peut-être au I
er
siècle av. J.-C. et se
trouvent certainement dans un milieu palestinien. Le Targum répond à un besoin
d’actualisation de l’écriture. Même en Palestine, où l’hébreu est encore parlé, l’hébreu
biblique est devenu archaïque et nécessite une explication. De plus, la religion juive a évolué
par rapport à la religion de la Bible hébraïque. La traduction se présente alors comme le
moyen le plus efficace et le plus concis pour assortir le texte biblique entier d’un commentaire
à la fois linguistique et théologique. Le Targum a probablement pris son origine dans l’école
juive. Plus tard le texte a été lu dans le culte : on lisait à la synagogue un verset de la Torah
suivi de son Targum, trois versets des prophètes suivis du Targum.
Plongeant leurs racines dans une tradition orale, les textes Targumiques sont multiples.
Notamment pour le Pentateuque, on dispose de plusieurs textes : le Targum d’Onqelos, de
Neofiti, du Pseudo-Jonathan, des Fragments, en plus de quelques textes lacunaires retrouvés
dans la Geniza du Caire. Pour les autres livres, il n’existe en général qu’un seul Targum. Il
J. Joosten – La critique textuelle 18
n’y a pas de Targum de Daniel ni d’Esdras-Néhémie (sans doute parce que ces livres sont
partiellement écrits en araméen).
Les Targums ont été mis par écrit entre le II
e
siècle après J.-C. et l’époque islamique.
Leur importance est bien plus grande dans la perspective de l’histoire de l’interprétation que
dans le cadre de la critique textuelle au sens restreint. Il arrive cependant que le Targum
permette de reconstruire une leçon ancienne.
Parmi les rouleaux de Qumran figurent des fragments d’une traduction araméenne du
Lévitique et du livre de Job. Le rapport entre ces textes et la tradition targumique codifiée
bien plus tard n’est pas élucidé.
Signalons encore qu’il existe une ancienne traduction araméenne du Pentateuque
Samaritain qu’on peut assimiler aux Targums juifs.

Bibliographie
R. Le Déaut, Introduction à la littérature targumique, I. Première partie, Rome, Institut
Biblique Pontifical, 1966.

7. La Vulgate
Les plus anciennes traductions latines de l’Ancien Testament se fondent sur la Septante : on
leur a donné le nom de Vetus Latina. Vers la fin du IV
ème
siècle, Jérôme se rend compte des
grandes différences entre le texte latin en usage dans les églises et le texte hébreu lu par les
juifs. Il décide donc de produire une nouvelle traduction latine, fondée sur le texte original. À
l’aide de docteurs juifs, il mène son projet à bien durant les années 390-405. Après une longue
période d’adaptation, sa traduction s’impose partout en occident, au point d’être appelée
« vulgata », la traduction commune.
La Vulgate transmet rarement des variantes de façon indépendante. On la consultera
surtout pour connaître l’interprétation de la Bible de son époque.

Edition
R. Weber, Biblia sacra iuxta Vulgatam versionem, Stuttgart, 1975
2
.

8. Autres témoins
Outre les témoins énumérés ci-dessus, qu’on doit considérer comme primaires, il existe un
grand nombre d’autres témoins textuels dont l’apport à la reconstruction du texte hébreu est
mineur. Il convient cependant de les énumérer et de les classifier rapidement.
J. Joosten – La critique textuelle 19

a) Traductions anciennes de la Septante
Ayant été adoptée comme Bible de l’Église chrétienne, la Septante a elle-même été traduite en
plusieurs langues, dont les plus importantes sont : le latin (voir ci-dessus), le copte,
l’arménien, le syriaque, l’éthiopien et l’arabe. Les traductions ont une importance pour
l’établissement du texte de la Septante. Elles figurent donc dans l’apparat critique de la grande
édition de la Septante de Göttingen. Pour l’établissement du texte hébreu, elles n’ont de
l’importance que lorsqu’elles attestent un état de texte conservé dans aucun manuscrit grec de
la Septante. Ce cas de figure se présente notamment en lien avec la vieille version latine.

b) Révisions de la Septante
Au sein du Judaïsme, les écarts importants entre la Septante et le texte proto-massorétique ont
conduit, dans un premier temps, à la révision du texte grec. Plusieurs révisions sont connues,
généralement sous forme de fragments ou de citations. Les révisions les plus importantes sont
celles de Théodotion, d’Aquila et de Symmaque. Traditionnellement, elles sont situées toutes
les trois au II
ème
siècle après J.C. Cependant, l’œuvre de Théodotion a laissé des traces déjà
dans le Nouveau Testament . En outre, un rouleau des Petits Prophètes retrouvé au Nahal
Hever, près de la Mer Morte, présente un texte grec de la Septante révisé selon des procédés
proches de ceux qu’emploie « Théodotion ». Ce rouleau date du I
er
siècle av. J.-C. Ainsi,
Théodotion pourrait représenter une école dont l’activité s’étale sur une période assez longue.
Il n’y a pas de texte courant des révisions (sauf pour le livre de Daniel, ou Théodotion
est connu intégralement). Les citations transmises par les Pères de l’Église ou contenues dans
la marge de certains manuscrits de la Septante sont généralement de grande valeur. D’après
leur témoignage, le texte de la Septante a été corrigé là où il ne correspondait pas au texte
proto-massorétique. Les révisions documentent ainsi un moment important dans l’histoire du
texte. Il est cependant assez rare que les spécialistes proposent de reconstituer le texte hébreu
original à l’aide des révisions quand elles ne sont pas soutenues par d’autres témoins.

Bibliographie
F. Field, Origenis Hexaplorum quae supersunt, Oxford, 1875.
D. Barthélemy, Les Devanciers d’Aquila, SVT 10, Leiden, 1963.

J. Joosten – La critique textuelle 20
Excursus : Les Hexaples d’Origène
Entre 220 et 250 après J.-C., Origène compose un ouvrage énorme dont l’impact sur
l’histoire du texte de l’AT a été sans pareil. Dans le but de corriger le texte de la Septante, il
met en colonnes verticales : 1) le texte hébreu non vocalisé ; 2) une transcription de l’hébreu
en lettres grecques ; 3) Aquila ; 4) Symmaque ; 5) la Septante ; 6) Théodotion. Les six
colonnes donnent à l’œuvre le nom d’Hexaples. Cependant, dans certains livres, Origène
ajoute des colonnes supplémentaires. Le texte de la cinquième colonne est une version de la
Septante corrigée d’après l’hébreu et pourvue de signes indiquant les ajouts et les omissions
en regard du texte hébreu. Ce « texte hexaplaire » a beaucoup influencé la tradition
manuscrite de la Septante. La cinquième colonne a été traduite en syriaque au VII siècle :
c’est la Syrohexaplaire.

c) Citations dans la littérature juive
Dans les rouleaux non bibliques de Qumran et dans la littérature rabbinique, on rencontre un
grand nombre de citations de la Bible hébraïque. Ces citations transmettent souvent un état de
texte légèrement aberrant. Elles méritent donc l’attention de la critique textuelle
9
. Mais la
prudence est de mise : une variante dans une citation ne reflète pas toujours une tradition
textuelle ; bien plus souvent, elle découle des intentions de l’auteur qui cite le verset biblique.
Ces réserves valent d’autant plus pour les citations en langue grecque (p. ex., les citations de
l’AT dans le NT).

B. La méthode de critique textuelle
La critique textuelle n’est pas une technique qui consisterait dans l’application stricte de
certaines règles. Il s’agit d’une science humaine qui fait intervenir le jugement subjectif.
Beaucoup dépendra de l’expérience du chercheur, et de son bon sens. L’exercice principal de
la critique textuelle est celui d’écrire des scénarios d’évolution textuelle. Il s’agit d’expliquer
les différentes leçons par une reconstruction de l’histoire du texte. La variante qui se situe au
plus près du début de l’histoire sera considérée comme la plus ancienne, celles qui suivent
comme secondaires. Toutefois, dans un autre scénario, l’ordre de préférence des variantes
peut être renversé.

9
La seule édition critique du texte de l’AT qui tienne compte des citations est la HUBP, où elles sont
rassemblées dans un apparat spécifique.
J. Joosten – La critique textuelle 21
Il ne s’ensuit pas que la critique textuelle serait une entreprise futile et arbitraire.
Certains scénarios sont plus persuasifs que d’autres, parce qu’ils arrivent à mieux intégrer
l’ensemble des données textuelles. De plus, il y a tout de même quelques règles, dont la
fonction est surtout celle de garde-fou.
Le principe directeur est celui d’étudier les variantes dans leur contexte : la pratique,
induite par la BHS et par les apparats critiques en général, qui consiste à évaluer des leçons
isolées est lamentable. Dans la mesure du possible, il faut étudier une variante du texte
Samaritain dans le contexte du Pentateuque Samaritain, une variante de la version grecque
dans le contexte de la version grecque, et ainsi de suite, tout comme il faut étudier les données
du TM dans leur contexte.

1. Les causes de l’évolution textuelle
Ci-dessus il a été signalé que la critique textuelle se fonde sur la notion d’évolution textuelle :
dans une tradition manuscrite, les copies ne sont jamais entièrement conformes au modèle. La
pluralité des formes textuelles attestées remonte à une forme unique qui n’a pas été conservée.
Les causes de l’éclatement sont multiples. Nous en distinguerons ici trois :

a) Les erreurs de copiage
Un scribe qui copie un texte manuscrit, en le lisant ou en se le faisant dicter par un autre, est
susceptible de commettre des erreurs. Pour un scribe hébreu copiant la Bible, on peut évoquer
en particulier les possibilités suivantes :
— Au niveau des consonnes individuelles, le copiste peut écrire une fois deux consonnes
identiques qui se suivent (haplographie), ou, inversement, il peut écrire deux fois une
consonne de son texte source (dittographie). Il peut renverser l’ordre de deux consonnes. Il
peut confondre des consonnes dont la forme est semblable (p. ex., waw et yod, dalet et resh,
kaph et beth), voire confondre des consonnes dont la prononciation est semblable (p. ex., hé et
aleph, waw et beth). Notons encore que les textes bibliques les plus anciens ont sans doute
connu une phase où ils étaient écrits en alphabet paléo-hébraïque. Dans cet alphabet, il existait
d’autres possibilités de confusion (p. ex., entre aleph et taw, yod et tsadé, nun et pé).
— Au niveau des mots, le copiste peut écrire une fois une suite de deux mots identiques
(haplographie), ou, inversement, il peut écrire deux fois un mot de son texte source
(dittographie). Il peut scinder un mot en deux, ou combiner deux mots distincts en un seul.
— Au niveau des unités textuelles plus grandes, outre les possibilités d’haplographie et de
dittographie, le copiste peut sauter du même au même en omettant ce qu’il y a entre les deux.
J. Joosten – La critique textuelle 22
Ainsi, il arrive que le copiste omette un passage qui commence par le même mot que le
passage suivant (homoiarcton), ou bien qu’il omette un passage qui se termine par le même
mot que le passage suivant (homoioteleuton).
Ce petit catalogue d’erreurs n’est pas exhaustif. Il énumère simplement quelques cas
de figure fréquents et facilement imaginables
10
.

b) L’influence de passages parallèles
Il arrive très souvent qu’un passage biblique soit altéré dans le processus de copiage à cause
de l’influence exercée par un autre passage plus ou moins parallèle. Le passage dont émane
l’influence peut se trouver dans la même péricope, dans une péricope proche ou dans une
péricope éloignée — les copistes connaissaient bien leur Bible. Il est souvent difficile de dire
si ces altérations sont conscientes ou non. Dans certains cas, le copiste a pu vouloir aligner le
texte sur celui d’un passage parallèle afin d’harmoniser l’écriture. Dans d’autres cas, le
copiste, a pu suivre la formulation parallèle sans se rendre compte qu’il ne reproduisait pas
exactement son modèle.

c) Les changements intentionnels
Finalement, les copistes interviennent parfois de manière consciente dans leur texte, par des
altérations, par des ajouts voire, plus exceptionnellement, par des omissions intentionnelles.
— Certaines altérations sont de nature linguistique. Un copiste est capable de moderniser une
forme archaïque, de remplacer un mot rare par un mot bien connu, ou de changer légèrement
la syntaxe de son modèle.
Exemple 5 :
Nb 12,15 TM :c: ׬ c:¬◊· « Mais le peuple ne partit pas »
Sam ·:c: ׬ c:¬·
Dans le TM, le mot c:, « peuple », est construit comme un singulier, dans le
Pentateuque Samaritain il est traité comme un pluriel. La construction des noms
collectifs au pluriel est une caractéristique de l’hébreu biblique tardif, ce qui indique
que la tradition samaritaine est secondaire dans le présent verset.

10
F. Delitzsch, Die Lese- und Schreibfehler im Alten Testament. Nebst den dem Schrifttexte einverleibten
Randnoten klassifiziert, Berlin und Leipzig, 1920.
J. Joosten – La critique textuelle 23
— D’autres changements ont un caractère plus expressément exégétique. Un mot difficile ou
inattendu peut être expliqué par une glose. En d’autres cas, le copiste peut ajouter un élément
qui lui semble manquer dans le contexte.
— Parfois, la motivation d’un changement textuel semble être théologique. D’après une
tradition rabbinique, les scribes auraient changé le texte biblique en 18 passages : ce sont le
tiqquné sopherim (corrections des scribes). Par exemple, en Za 2,12 le TM donne « Celui qui
vous touche, touche la prunelle de son œil » ; d’après la tradition, il s’agit d’un tiqqun
sopherim, alors que le texte original lisait : « Celui qui vous touche, touche la prunelle de mon
œil ». La correction avait ici le but d’éloigner l’idée que l’on puisse toucher la prunelle de
Dieu. Il est difficile de déterminer la fiabilité de cette tradition. Parmi les cas cités, un certain
nombre ne semblent pas représenter des cas réels de changements textuels. Inversement, il
existe des exemples possibles de corrections théologiques qui ne sont pas repris dans les listes
rabbiniques.
Exemple 6 :
Dt 9,24 TM c::× yI::¬ c··: ¬·¬◊·c: c:·ˆ·¬ c·¬::
« Vous avez été rebelles contre YHWH depuis le jour où je vous ai connus »
Sam c::× ·::¬ c··: ¬·¬· c: c:··¬ c·¬::
« Vous avez été rebelles contre YHWH depuis le jour où il vous a connus »
Cet exemple pourrait être classé comme une simple erreur due à la confusion de yod et
waw. Mais il est possible qu’une considération théologique ait joué un rôle. Le
Pentateuque Samaritain, qui reflète ici sans doute l’état de texte le plus ancien, pouvait
suggérer qu’il y avait eu une époque où YHWH ne connaissait pas Israël. Cette
suggestion pouvait porter atteinte à la notion d’omniscience divine. Le TM reflète un
état de texte secondaire où la difficulté théologique a été écartée par un changement
minime.
Le scénario proposé ici est confirmé par la Septante qui lit : orri0o¡v:r¸ n™:r
:o roo¸ x¡oiov oro :n¸ nµroo¸ n∞¸ r˙ vvco0n ¡µi√v, « Vous avez été rebelles
contre YHWH depuis le jour où il s’est fait connaître à vous ». Cette version se
comprend comme l’ interprétation d’un texte hébreu conforme au Pentateuque
Samaritain (à partir du TM, la Septante reste inexplicable). De façon analogue, la
traduction arabe du Pentateuque Samaritain donne : « Vous avez été rebelles contre
YHWH depuis le jour où il est entré dans une relation de confiance avec vous (mundu
munâjâtihi ’iyyâkum) ».
J. Joosten – La critique textuelle 24
Ce cas de figure est relativement peu fréquent. Il ne faudra en aucun cas imaginer une
récriture systématique selon certains principes théologiques.

Bibliographie pour les corrections théologiques
D. Barthélemy, « Les tiqquné sopherim et la critique textuelle de l'Ancien Testament », in G.
W. Anderson et al., éd., Congress Volume - Bonn 1962 (SVT 9), Leiden, 1963, p. 285-304.

2. Lectio brevior et lectio difficilior
Deux recommandations générales sont souvent données aux critiques du texte novices. D’une
part, on propose de privilégier la leçon la plus courte aux dépens de leçons plus longues :
lectio brevior, potior (une leçon plus brève est meilleure). D’autre part, on conseille d’adopter
la leçon la plus difficile plutôt que des leçons plus faciles : lectio difficilior, potior (une leçon
plus difficile est meilleure). Ces règles sont valables, mais elles demandent à être appliquées
de façon intelligente, en respectant leur logique propre. Lectio brevior et lectio difficilior ne
sont préférables que dans la mesure où elles expliquent lectio longior et lectio facilior
respectivement.
La formule de lectio brevior se fonde sur l’idée que, toutes autres choses étant égales,
un copiste fera un ajout à son texte source plus facilement qu’il n’en retranchera une partie.
Cette idée est certainement correcte. Le texte biblique était considéré comme étant sacré : il
fallait le transmettre intégralement, sans en omettre le moindre détail. Mais on pouvait
envisager d’y ajouter, par exemple pour expliquer le sens de la phrase, pour éclairer la
signification d’un mot, ou pour harmoniser le passage avec un parallèle. Dans certains cas,
des gloses figuraient dans la marge du manuscrit, ou entre les lignes. Les copistes postérieurs
ont parfois regardé ces éléments supplémentaires comme faisant partie du texte biblique :
plutôt inclure trop que trop peu.
D’autre part, la règle de lectio brevior a des limites manifestes. Quand un copiste en se
trompant saute du même au même (homoiarcton ou homoioteleuton), il produira un texte plus
court qui est néanmoins secondaire. De même, l’erreur d’haplographie aboutit forcément à
une omission. En de tels cas, la formule ne peut pas être appliquée.
Les choses ne se présentent pas autrement pour la seconde formule. L’idée de la règle
de lectio difficilior est qu’un copiste est susceptible de simplifier un texte jugé difficile, plutôt
qu’il ne rendra incompréhensible un texte lisse et sans aspérité. En règle générale, ceci est
exact. Nous avons déjà présenté quelques procédés par lesquels le texte biblique était lissé et
allégé pour les lecteurs. Mais un texte difficile peut tout aussi bien être le résultat d’une
J. Joosten – La critique textuelle 25
corruption textuelle : la confusion des consonnes, l’omission accidentelle d’un mot,
l’harmonisation mécanique avec un passage parallèle, peuvent créer un texte difficile et
néanmoins secondaire.
On pourrait remplacer les règles évoquées par une autre : la leçon la meilleure est celle
qui explique les autres leçons attestées. Souvent, les leçons secondaires seront plus longues,
ou plus simples, que la leçon originale, selon la logique retracée ci-dessus. Mais en d’autres
cas c’est la leçon longue qui explique la genèse de la leçon brève, la leçon limpide qui
explique l’origine de la leçon opaque.

3. Cas décidables et cas indécidables
La discussion des variantes n’aboutit pas toujours à une décision nette. Parfois la genèse des
diverses leçons reste inexpliquée. On constate simplement que différents témoins textuels ne
s’accordent pas. Parfois, par contre, plusieurs explications se présentent, sans qu’il soit
possible de trancher (cf., p. ex., Nb 12,6, exemple 3). Un tas de petites variations fréquentes
— l’ajout ou l’omission de ·, « et », ou de ¬:, « tout », le changement de nombre
grammatical, l’ajout ou l’omission d’un sujet explicite du verbe — ne doivent pas être
résolues dans tous les cas. Souvent, elles n’affectent guère l’interprétation du passage
concerné.
Quelle que soit la raison de l’indécidabilité, dans tous les cas où la leçon originale ne
peut pas être identifiée avec une certitude raisonnable, il est légitime de se rabattre sur le texte
massorétique. La préférence pour le TM en cas de doute se fonde sur plusieurs éléments :
dans les cas « décidables », c’est souvent le TM qui transmet la leçon la plus ancienne ; le TM
est connu par une tradition solide et ancienne ; le TM est le texte hébreu le plus répandu et le
mieux connu. Ainsi, dans la pratique, le TM forme en quelque sorte le « texte de base » du
travail de critique textuelle.

4. Critères externes et internes
En critique textuelle, on appelle critères externes les éléments objectifs qui qualifient une
leçon donnée. Il s’agit notamment de l’âge et de la quantité des manuscrits attestant la leçon,
ainsi que de la qualité de la tradition concernée. La distinction entre textes hébreux et
traductions, aussi, qualifie objectivement une leçon. Un témoin hébreu a plus d’autorité
qu’une traduction ; un texte dont la tradition remonte plus loin dans le temps vaut mieux
qu’une tradition plus récente ; l’attestation par plusieurs traditions indépendantes est
J. Joosten – La critique textuelle 26
préférable à l’attestation par une seule tradition. Les critères internes correspondent à tous les
arguments logiques et contextuels qu’on peut mettre en rapport avec une leçon donnée. Les
critères internes ont presque toujours un caractère subjectif. Les deux types de critères
interviennent dans le jugement de critique textuelle.
Dans le meilleur cas, ils s’accordent : la variante la mieux attestée (critère externe) est
préférable du point de vue contextuel et explique la genèse des autres leçons (critères
internes). C’est le cas de figure qui se présente en Nb 12,8 (Exemple 1). La leçon ¬×¬:: est
attestée par deux manuscrits de Qumran, par le Pentateuque Samaritain et par la Septante, la
leçon ¬×¬:· par le seul TM. Les critères externes font donc pencher la balance du côté de la
première : plusieurs traditions anciennes, parmi lesquelles des traditions en hébreu, l’attestent.
Les critères internes confirment l’originalité de la leçon ¬×¬:: : elle s’insère mieux dans le
contexte ; de plus, on peut expliquer comment la variante attestée par le TM en dérive.
Toutefois, les critères externes et internes se trouvent parfois en conflit. Dans ce cas, la
leçon la mieux attestée se présente néanmoins comme secondaire au vu des critères internes.
Ou inversement, une leçon supérieure selon les critères internes n’est attestée que par une
tradition textuelle tardive.
Exemple 7 :
Nb 12,12 TM ::: ·¬: ×:¬× « Oh ! qu’elle (Myriam) ne soit pas comme un mort »
Sam ::: ¬·¬: ×: ¬× même traduction
LXX µn vrvn:oi co ri ioov 0ovo:cˆ « Qu’elle ne soit pas comme l’égale
de la mort »
Peshitta atym Kya awhn alw « Que nous ne soyons pas comme
un mort »
Une leçon attestée uniquement dans la Peshitta — une version, qui reflète une époque
relativement tardive — a moins de chances d’être originale qu’une leçon transmise par le
TM, le Pentateuque Samaritain et la Septante à la fois. Les critères externes sont donc
favorables à la leçon « Qu’elle ne soit pas… ». Mais les critères internes pointent dans une
autre direction. Pourtant, la leçon majoritaire ne pose pas de problèmes. La « lèpre » est
souvent associée à la mort dans la Bible (cf., p. ex., Nb 5,2). Myriam, « lépreuse », est
donc comme un mort : « Qu’elle ne soit pas comme un mort » est une prière pour changer
le sort de Myriam. Néanmoins, la leçon de la Peshitta pourrait être supérieure. Il faut ici
J. Joosten – La critique textuelle 27
procéder par étapes (voit ci-dessus, section A 4). Première étape : le changement de
« elle » en « nous » n’est pas de nature exégétique et semble bien refléter un modèle
hébreu divergent : ·¬: ¬× au lieu de ·¬: ¬×. Deuxième étape : dans la comparaison
avec la leçon majoritaire, la variante de la Peshitta se présente comme la lectio difficilior :
on comprend qu’un copiste change la 1
ère
en la 3
ème
personne, étant donnée que seule
Myriam est atteinte, mais on ne comprend pas le changement inverse. Le contexte
confirme la supériorité de la variante de la Peshitta. En effet, la leçon « Ne soyons pas… »
est intéressante : il s’agirait d’une circonlocution dont l’effet est de suggérer que la maladie
qui ronge la peau de Myriam porte atteinte aussi à Aaron, et à Moïse
11
.
En cas de conflit entre les critères externes et internes, beaucoup de critiques préfèrent risquer
l’erreur avec le TM. Ce parti pris reflète sans doute un degré de traditionalisme. En même
temps, il s’agit d’une option recommandée par la prudence.

5. Les conjectures
En général la critique du texte se limite à la recension des variantes et à l’adjudication entre
elles. Il existe cependant des passages où l’ensemble des témoins textuels s’accorde sur une
leçon qui paraît difficilement défendable pour une raison ou une autre. Dans ce cas, on peut
proposer une leçon nouvelle, non attestée.
Exemple 8 :
Am 6,12 c·¬∂¬:: :·¬¬·c× c·c…·c :¬c: ¡…·:¬◊·¬ « Est-ce que les chevaux courent
sur la rocaille ? Est-ce qu’on laboure avec des bœufs ? »
D’après le contexte, le prophète évoque ici des choses impossibles (adunata). Bien sûr
qu’on ne fait pas courir des chevaux sur la rocaille ! Dans cette perspective, le deuxième
hémistiche étonne : quoi de plus naturel que de labourer avec des bœufs ? En outre, il y a
un problème grammatical : ¬¬:, « gros bétail », est un nom collectif qui ne se met pas au
pluriel. Au vu de ces difficultés, on a proposé de scinder le mot c·¬¬: en deux et de lire :
c· ¬¬:: :·¬¬· c×, « Laboure-t-on avec des bœufs la mer ? ». La proposition est
brillante et a été adoptée par beaucoup d’exégètes. Elle ne s’appuie cependant sur aucun
témoignage textuel ancien.

11
Voir A. Cooper, « The "Euphemism" in Numbers 12:12 : A Study in the History of Interpretation », Journal of
Jewish Studies 32 (1981), p. 56-64.
J. Joosten – La critique textuelle 28
Un certain nombre de conjectures prennent leur point de départ dans les observations
philologiques. Certains mots hébreux ont vraisemblablement été oubliés dans la tradition et
peuvent être recouvrés par un recours aux langues sémitiques anciennes, par exemple,
l’akkadien ou l’ougaritique
12
.
Quelques critiques du texte refusent absolument de recourir aux conjectures. Une telle
attitude est dépourvue de tout fondement théorique. Il est clair que le texte de l’AT a pu subir
un changement à une date reculée de sorte que la leçon originale n’est plus préservée nulle
part. Pour la retrouver, il faut alors oser la conjecture. Dans la pratique, même les conjectures
les plus brillantes ont beaucoup de peine à s’imposer.

C. La critique textuelle et l’histoire de la rédaction
En critique textuelle, on discute généralement une variante à la fois, tout au plus deux ou trois
se trouvant dans le même passage. Toutefois, dans certains livres bibliques, les chercheurs ont
constaté un lien de parenté entre un grand nombre de variantes. En ce cas, on quitte
évidemment le domaine de la critique textuelle pure pour aborder des questions de l’histoire
de rédaction. On comprend de mieux en mieux, et ce depuis une génération environ, que la
confrontation des témoins textuels de l’Ancien Testament ne conduit pas seulement à la
correction de telle ou telle leçon corrompue dans le texte hébreu, mais qu’elle laisse parfois
entrevoir de véritables « états de texte » au niveau d’un livre entier.
Les découvertes sur le livre de Jérémie ont ouvert ici la voie nouvelle. La Septante de
Jérémie passe sous silence un grand nombre d’éléments du TM. Des mots, des versets et des
péricopes entières, présents dans le TM ne se retrouvent pas dans le texte grec. En plus,
l’ordre des chapitres n’est pas le même dans la Septante et dans le TM. On avait souvent
attribué les divergences du texte grec au traducteur. Or, parmi les rouleaux bibliques de
Qumran, il s’en est trouvé un qui offre exactement le même type de texte que la Septante
(4QJér
b
). Cette découverte a permis de conforter l’hypothèse selon laquelle le « texte court »
de Jérémie, représenté par la Septante et 4QJér
b
, reflète un stade plus ancien dans l’évolution
du livre que le « texte long » du TM et des autres versions.
Des phénomènes semblables ont été constatés dans les livres de Daniel et des Rois et,
dans une mesure plus modeste, dans les livres d’Ézékiel, de Josué et des Proverbes. Pour tous
ces livres, il est probable que le modèle hébreu des traducteurs grec représente une autre

12
Un grand nombre d’exemples sont discutés dans le livre de J. Barr, Comparative Philology and the Text of the
Old Testament, édition revue et corrigée, Winona Lake, 1987.
J. Joosten – La critique textuelle 29
édition que le TM. Bien sûr, la priorité historique n’appartient pas forcément au texte
« égyptien » : en Jérémie le modèle de la Septante est plus ancien que le TM, mais en d’autres
livres le rapport peut être inversé.

Bibliographie
P.-M. Bogaert, « Le livre de Jérémie en perspective : les deux rédactions antiques selon les
travaux en cours », Revue biblique 101 (1994), p. 363-406.

II Le texte, miroir de l’histoire de l’interprétation
Lorsque la critique textuelle de l’AT naît en tant que discipline scientifique, au XVII
e
siècle,
son seul objectif est l’établissement du texte original. Progressivement, les chercheurs ont
réalisé que ce but ne pouvait être réalisé : on peut, en certains cas, atteindre un stade du texte
plus ancien que celui qu’attestent les manuscrits, mais le texte original reste hors de portée.
Cette relativisation de la recherche du texte original va de pair avec une curiosité pour
les facteurs susceptibles d’altérer le texte. Le texte biblique est vivant. Et ce n’est pas du seul
fait d’erreurs mécaniques de transcription qu’il évolue. Certains changements témoignent
d’une prise de position théologique ou idéologique : les scribes anciens ont adapté le texte à la
compréhension qu’ils en avaient. Ces changements, bien que secondaires, jettent une lumière
sur la réception du texte et sur le sens qu’il a pu avoir pour des générations de lecteurs. Les
lectiones faciliores et longiores, longtemps rejetés au nom de la recherche du texte
authentique, se révèlent être dignes d’intérêt.
La nouvelle approche en critique textuelle se dessine surtout depuis la seconde moitié
du XX
e
siècle, avec quelques précurseurs au XIX
e
(notamment Abraham Geiger). Elle va de
pair avec un mouvement plus général dans la recherche exégétique, à savoir l’appréciation
renouvelée pour l’histoire de l’interprétation. Au crépuscule de l’ère moderne, les biblistes
s’intéressent à nouveau aux interprétations juives anciennes, aux commentaires patristiques.
Les témoins du texte biblique plongent leurs racines dans les mêmes époques et dans les
mêmes milieux que les premiers exégètes bibliques
13
.

13
Voir Magne Sæbø, (éd.) Hebrew Bible / Old Testament. The History of Its Interpretation. Volume I : From the
Beginnings to the Middle Ages (Until 1300). Part 1 : Antiquity, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1996. On
trouvera ici un aperçu des différents témoins textuels dans la perspective de l’histoire de l’interprétation : p. 49-
66, les textes hébreux (E. Tov) ; p. 84-107, la Septante (J. Wevers) ; p. 323-331, les Targums (Z. Levine) ; p.
587-611, la Peshitta (M. Weitzman) ; p. 652-656, la Vulgate (E. Schulz-Flügel).
J. Joosten – La critique textuelle 30
Nous présenterons brièvement quelques développements récents dans la discipline de
la critique textuelle, qui la transforment de l’intérieur et l’enrichissent.

A. L’intérêt pour le phénomène du Targum
Les Targums juifs se situent consciemment dans le sillage du TM, ils sont attestés par une
tradition manuscrite relativement tardive, et ils offrent souvent une paraphrase assez lâche du
texte hébreu. Pour toutes ces raisons, l’apport des Targums à la recherche du texte original,
sans être nul, est du moins très restreint.
Par contre, si on quitte le point de vue de la critique textuelle classique, le Targum se
présente comme un phénomène fascinant. Les Targumistes réagissent aux moindres aspérités
du texte, par l’explication de mots peu connus, par la paraphrase d’une syntaxe difficile.
Exemple 9 :
Nb 12,6 :∂¬·:× ··¬× ¬×√¬:: ¬·¬◊· c:×·:◊: ¬‰·¬ˆ·c×
Litt. : « S’il y a votre prophète, YHWH dans une vision à lui je me fais connaître »
Tg Onkelos ¡·¬¬ ׬::: ×:× ¡···¬: ··· ×:× ¡··:: ¡·:¬ ¡·¬· c×
« Si vous avez des prophètes, moi YHWH je me révèle à eux par des visions ».
Le TM est difficile, surtout à cause du passage brusque de la 3
e
à la 1
ère
personne. Le
Targum résout le problème en ajoutant un pronom personnel de la 1
ère
personne marquant
le passage.
Le Targum harmonise constamment le texte avec son contexte proche et lointain. Il
veille à transmettre une compréhension du texte qui soit en adéquation avec la doctrine
officielle. Il actualise le texte en introduisant des références à des événements ou des idées
connus des lecteurs.
Exemple 10 :
Nb 12,10 ::∂¬:: ¬…:¬◊· c·√¬:¬× ¡¬¬× ¡cˆ·· :¬:: ::¬:: c·√¬: ¬…:¬◊·
Et voici que Miryam était lépreuse, comme la neige. Aaron se tourna vers elle et voici,
elle était lépreuse.
Tg Onkelos ׬·:c ׬· c·¬: :·¬ ¡·¬¬× ·:c:×· ×:¬:: ׬·¬ c·¬: ׬·
Et voici que Miryam était blanche comme la neige. Aaron se tourna vers elle et voici,
elle était à exclure (c. à d., elle devait être mise en quarantaine).
L’adjectif « lépreuse » a été traduit par deux équivalents différents pour accorder le verset
avec la halakha. Tant que la lèpre n’a pas été constatée par un prêtre, le diagnostic n’est
J. Joosten – La critique textuelle 31
pas certain ; on n’observe que les symptômes. C’est pourquoi on traduit, « Miryam était
blanche comme la neige ». Ensuite, Aaron, le prêtre, fait sa constatation : il s’agit bien de
la lèpre. Or ce jugement vaut exclusion du camp. La deuxième occurrence du mot est donc
traduite, « voici, elle était à exclure ».
Bien sûr, les solutions proposées par le Targum ne correspondent pas toujours au sens
original du texte hébreu. Par contre, les problèmes textuels auxquels réagissent les
Targumistes sont bien réels. Le Targum aide l’exégète à formuler les questions posées par le
texte.
Les Targums incorporent souvent des éléments légendaires pris dans les midrashim.
Ainsi, au début du récit de Nb 12, le Targum Onkelos relate que Moïse avait renvoyé sa
femme. Il faut consulter le midrash pour comprendre à quoi il est fait référence : Moïse s’était
séparé de sa femme pour se consacrer à son ministère prophétique
14
; Miryam, loin de
critiquer, a voulu simplement mettre en garde son frère qui négligeait le commandement :
« soyez féconds et multipliez-vous ». Ce roman ne trouve pas d’assise dans le texte (voir
cependant Ex 18,2, le divorce de Moïse), mais il sert à relier les thèmes hétéroclites
juxtaposés dans ce chapitre, celui de la femme de Moïse et celui de la prophétie. En même
temps, on arrive à excuser partiellement Miryam : elle n’avait pas agi par jalousie, mais par
un souci légitime.

Bibliographie
R. Le Déaut, J. Robert, Targum du Pentateuque, tomes I-V (Sources chrétiennes), Paris, Cerf,
1978-1981.
Pour les Targums des prophètes et des écrits on peut consulter la traduction anglaise éditée
dans la série The Aramaic Bible, Collegeville, Minnesota, Liturgical Press, 1967-.

B. Une révolution dans l’approche de la Septante
Au contraire du Targum, la Septante s’est depuis longtemps révélée comme une source très
féconde de leçons potentiellement plus anciennes que celles des autres témoins textuels.

14
Comment Myriam a-t-elle su ce qui se passe dans l’intimité entre Moïse et Zippora ? Le midrash raconte que
Myriam se trouvait à côté de sa belle-sœur au moment où un jeune homme est venu dire qu’Eldad et Medad
prophétisaient dans le camp (Nb 11,27). Zippora se serait exclamé : « Malheur aux femmes de ces gens-là »,
d’où Zippora aurait déduit que Moïse ne s’occupait pas bien de sa femme. Voir Siphré Bammidbar, éd. H. S.
Horovitz, Leipzig, 1917, p. 98.
J. Joosten – La critique textuelle 32
Pourtant, dans la recherche récente on a tendance à souligner un autre aspect de la Septante.
L’ancienne traduction grecque explique son texte source, l’adapte à son lectorat, l’actualise.
En somme, la Septante montre une parenté typologique avec le Targum. « La Septante, un
Targum ? », s’intitule un article de Roger Le Déaut qui a fait date
15
. Les variantes les plus
intéressantes de la Septante ne sont pas des leçons originales, mais des interprétations.
Exemple 11
Nb 12,8 c·:· ¬·¬◊· ::::…· « Et il contemple la forme de YHWH »
LXX xoi :nv oocov x¡oio¡ ri•orv « Et il a vu la gloire du Seigneur »
La Septante traduit le mot ¬:…·::, « forme », par ooco, « gloire », pour résoudre un
problème théologique. En effet, la Bible déclare que : « Nul homme qui voit Dieu ne peut
rester en vie » (Ex 33,20). Selon le texte grec, Moïse ne voit pas Dieu, ni sa forme, mais
seulement sa gloire. Notons encore que le verbe « voir » est mis au passé. De la vision
mystique récurrente du TM, on est passé dans la LXX à un événement unique. Le texte
grec fait certainement référence à ce qui est raconté en Ex 33,18-23 : Dieu montre sa gloire
à Moïse.
Dans ces deux détails, la Septante « targumise ». Il n’est donc guère étonnant de trouver les
mêmes interprétations dans les Targums : la traduction de ¬:…·:: par « gloire » se trouve
dans l’ensemble des Targums, la référence à Ex 31,18 se lit clairement dans le Targum du
Pseudo-Jonathan.
Les leçons interprétatives sont nombreuses dans la Septante. Certains spécialistes ont essayé
de les rassembler et de les mettre en système. Certains voudraient écrire une « théologie de la
Septante ». Le succès d’une telle entreprise est loin d’être assuré. Chaque livre de la Bible a
été traduit par un autre traducteur, voire par une autre équipe. Il est donc difficile de
généraliser. On notera aussi une différence importante entre la Septante et le Targum : le
Targum évolue aux côtés du TM, tandis que la Septante est venu le remplacer. Les
Targumistes peuvent se permettre des libertés, puisque le texte hébreu est là pour corriger les
aberrations ; les traducteurs grecs essaient en général de donner à leurs lecteurs une version
aussi précise et aussi complète que possible.
Dans la récente traduction annotée de la Septante élaborée dans la série La Bible
d’Alexandrie, très peu de place est accordée à la recherche du texte primitif. Tout l’effort de

15
R. Le Déaut, « La Septante, un Targum? », in: R. Kuntzmann, J. Schlosser, (éd.), Études sur le Judaïsme
hellénistique. Congrès de Strasbourg 1983 (Lectio Divina 119), Paris, 1984, p. 147-195.
J. Joosten – La critique textuelle 33
l’entreprise se dirige vers la lecture de la Bible que font les traducteurs, et qu’amplifient dans
bien des cas les Pères de l’Église.

Bibliographie
La Bible d’Alexandrie, Paris, Cerf, 1986-.

C. Tendances exégétiques dans les rouleaux de Qumran
La présence d’éléments exégétiques, voire homilétiques, dans une traduction n’étonne guère.
Toute traduction est en même temps une interprétation. Il en va autrement des traditions
textuelles transmises en hébreu : s’il s’agit ici d’éditions du texte, on ne s’attend pas a priori à
trouver des éléments interprétatifs. Néanmoins, l’exemple du Pentateuque Samaritain montre
qu’une édition hébraïque peut proposer une lecture très orientée du texte. Comme cela a été
dit ci-dessus, le Pentateuque Samaritain donne réellement une version samaritaine de la
Torah. Le phénomène pose la question de savoir si d’autres traditions hébraïques n’auraient
pas, elles aussi, donné une version particulière du texte.
Pour les rouleaux de Qumran, on a passé au peigne fin les textes bibliques afin de
trouver des variantes « sectaires », induites par le système théologique particulier du groupe
producteur. Le résultat de ces recherches reste assez maigre. Le texte biblique est transmis
avec une grande fidélité dans les rouleaux de Qumran, malgré un certain nombre de variantes.
Les pesharim, « commentaires » sectaires consacrés à certains livres bibliques, montrent
l’audace et l’originalité de l’exégèse qumranienne. Mais justement, l’originalité s’exprime
dans le commentaire et n’affecte pas, ou très peu, le texte biblique lui-même. Quelques
exemples seulement, montrent que la théologie des scribes pouvait entraîner çà et là des
modifications textuelles.
Exemple 12
És 53,11 :::ˆ· ¬×√¬ˆ· ·:c: ¬:::
« Après les tourments de son âme, il verra et sera rassasié »
1QIsa
a
:::·· ¬·× ¬×¬· ¬·:c: ¬:::
« Après les tourments de son âme, il verra la lumière et sera rassasié »
J. Joosten – La critique textuelle 34
Le nom « lumière » se lit aussi en 1QIsa
b
et dans la Septante. Beaucoup de chercheurs
pensent qu’il reflète le texte original. Un avis contraire est exprimé par Seeligmann
16
.
Celui-ci observe que la Bible hébraïque n’associe jamais la lumière à la connaissance (cf.
la suite du verset : « par sa connaissance mon serviteur justifiera beaucoup d'hommes »).
Ensuite, il montre que la conception de l’illumination intellectuelle se rencontre dans
certains textes pré-gnostiques, dans la Septante et dans les écrits de la secte de Qumran.
L’ajout de la lumière en És 53,11 constitue donc, pour Seeligmann, une modification
tendancieuse du texte hébreu.
Après la publication de l’ensemble des manuscrits, achevée récemment, il faudrait reprendre
ce dossier.

D. Les corrections des scribes et la révision théologique du texte massorétique
Finalement, la même question se pose par rapport au Texte Massorétique. N’est-il pas
probable que ce texte aussi a été modifié dans certains passages en accord avec la théologie
du groupe qui l’a transmis ? Le TM émerge durant l’époque du second temple. Peut-on
montrer que les scribes de cette époque ont pris des libertés avec le texte biblique qu’ils ont
transmis ? La réponse à cette question paraît être : oui, mais pas beaucoup. Depuis les jours
d’Abraham Geiger, on a inventorié un certain nombre de passages où la confrontation des
témoins textuels montre l’existence de corrections théologiques dans le TM
17
.
Exemple 13
Pr 14:32 ¬·¬: ·:·:: ¬c¬◊·
« Le juste trouve un refuge (même) dans sa mort »
o or rrroi0c¸ :n r˚o¡:o¡ ooio:n:i oi xoio¸
« Le juste se confie en sa propre intégrité (= ·:·:) »
La Septante reflète probablement le texte original (cf. Pr 20,7, « Le juste marche dans son
intégrité »). Le TM résulte d’une inversion des consonnes du mot c: (c·:), « intégrité ».
La variante pourrait être due à une erreur de copiste. Mais Geiger a observé que la version
du TM correspond à un théologoumène pharisien bien connu, celui de la résurrection des

16
I. L. Seeligmann, « ori√ coi o¡:c◊ˆ ¢c◊¸ », Textus 21 (2002), p. 107-128 (version anglaise d’un article publié en
hébreu en 1958).
17
Voir A. Geiger, Urschrift und Übersetzungen der Bibel in ihrer Abhängigkeit von der innern Entwicklung des
Judentums, 1857.
J. Joosten – La critique textuelle 35
justes (cf., p. ex., Psaumes de Salomon 3,11-12). Plutôt qu’une erreur aléatoire le TM
serait le résultat d’une modification plus ou moins consciente en accord avec la théologie
des scribes.
Un autre exemple a été signalé ci-dessus (Dt 9,24, Exemple 6). Dans ces deux cas, le
désaccord des témoins montre que le texte a pu être « bricolé ». En d’autres cas, on peut
soupçonner une correction malgré l’unanimité des témoins textuels.
Exemple 14
Ps 58,2 …·¬:¬: ¬¬: c¬× c::׬
« En vérité est-ce en vous taisant que vous rendez la justice ? »
Proposition de correction …·¬:¬: ¬¬: c·¬× c::׬
« En vérité, ô Dieux, est-ce la justice que vous rendez ? »
Le TM est grammaticalement difficile. Les versions ne sont d’aucun secours. Beaucoup
d’exégètes estiment que le texte original s’adressait aux dieux, garants de la justice, à la
manière du Ps 82,1-2. Même si le verset exprimait une critique envers les dieux, le
polythéisme qu’il implique a pu poser problème à une époque où le monothéisme d’est
imposé. En omettant le yod du pluriel, on a créé un texte obscur mais sans trace de
polythéisme.
De tels cas témoignent d’un processus qu’on pourrait qualifier, d’après une formulation de
Bart Ehrman, de « corruption orthodoxe de l’écriture »
18
. Les religions du livre développent
un rapport dialectique aux textes : la communauté croyante se conforme à l’écriture, mais en
même temps il faut que l’écriture se conforme aux idées de la communauté. D’un autre point
de vue, on dira aussi que les corrections des scribes montrent que la réception et l’explication
de la Bible commence dans son histoire textuelle, même au niveau de l’hébreu.
Ce qu’on ne peut pas prouver c’est qu’un travail systématique ait été entrepris afin
d’aligner le texte hébreu pré-massorétique sur un système théologique quelconque. Les
corrections qui ont été apportées témoignent plutôt d’un processus aléatoire et non
systématique. À côté des passages corrigés, on trouve des passages présentant le même
problème théologique qui sont néanmoins transmis tels quels.


18
Voir B. D. Ehrman, The Orthodox Corruption of Scripture, Oxford, 1993. Ehrmann montre comment le texte
du Nouveau Testament a été modifié par les polémiques doctrinaires des trois premiers siècles chrétiens.
J. Joosten – La critique textuelle 36
E. Conclusion
Dans la perspective nouvelle, qui valorise les leçons secondaires comme autant de
témoignages d’une réception vivante de l’écriture, l’indécidabilité foncière de beaucoup de
questions de critique textuelle devient moins gênante. Plutôt que de viser toujours à
reconstruire le texte original unique, on se rend à l’évidence d’une certaine pluralité textuelle.
Un tel constat n’est pas irréconciliable avec la doctrine de l’inspiration de l’écriture. Mais ce
n’est pas le lieu ici d’aborder des questions de dogmatique.
Sur le plan pratique, l’observation des leçons variantes peut attirer l’attention sur un
« nœud » dans le texte. Quelque soit le texte original, la simple existence de leçons
divergentes peut indiquer que le passage en question pose problème. Pour l’exégète, ces
passages formeront souvent le point d’entrée qui permet d’aborder le message profond et
original. Les options qui s’offrent au critique du texte correspondent souvent aux options
fondamentales qui s’offrent à l’exégète.

J. Joosten – La critique textuelle

2

La critique textuelle
La critique textuelle en tant que discipline scientifique est née de la reconnaissance de ce que les textes anciens ne nous sont pas parvenus de façon inaltérée. Nous ne disposons pas, pour les textes littéraires anciens, des « autographes » originaux, mais de copies écrites à la main. La transmission manuscrite crée des changements, accidentels ou voulus : une copie manuscrite n’est jamais entièrement identique à son modèle. La discipline s’applique aussi bien aux textes classiques qu’aux textes bibliques, aussi bien à l’Ancien qu’au Nouveau Testament. Cependant, chaque texte pose des problèmes spécifiques. Le point de départ sera donc le constat que « le » texte de l’Ancien Testament n’existe pas. On est plutôt confronté à une pluralité textuelle. Chaque manuscrit ancien diffère sur certains points de tous les autres ; les manuscrits se regroupent en « familles » textuelles qui, elles, divergent souvent de façon importante. Les traductions anciennes apportent également leur lot de variantes. Cette pluralité a sa pertinence pour l’exégèse : selon que l’on se fonde sur l’une ou l’autre tradition textuelle, l’exégèse peut s’infléchir différemment. Traditionnellement, la critique textuelle s’est donné pour objectif « d’identifier les erreurs et de les corriger ». Dans cette perspective, la pluralité est considérée comme secondaire. Tous les témoins textuels — manuscrits, traductions, citations — descendent d’un texte unique. Par la confrontation des différences entre les témoins, on peut espérer remonter le courant et établir un texte plus ancien, plus proche de l’original. Les éléments de ce texte ne se trouveront pas toujours dans le même manuscrit, ni dans la même famille. Le texte reconstruit par les critiques sera donc un texte « éclectique », empruntant à chaque tradition ce qu’elle a de meilleur, et rejetant le reste. La critique textuelle traditionnelle montre peu de respect pour ce qui n’est pas jugé original. Depuis une trentaine d’années, les chercheurs réalisent toutefois que ce qui relève de l’altération secondaire n’est pas forcément de moindre valeur. Tous les changements textuels ne sont pas des « erreurs » ; et même les erreurs, à l’instar de lapsus freudiens, peuvent avoir un sens. Ainsi, les critiques textuels apprennent le respect pour la cohérence de chaque tradition textuelle, pour chaque manuscrit ancien. Les variantes textuelles montrent souvent comment un passage biblique a été interprété dans tel milieu, par telle communauté. Les témoins textuels — les traductions anciennes avant tout, mais les traditions hébraïques également — se révèlent être autant de jalons de l’histoire de l’interprétation. On a parfois opposé l’ancienne critique textuelle à la nouvelle : la polémique fait rage. Mais à tout bien considérer, les deux approches se complètent. C’est à travers l’histoire du

J. Joosten – La critique textuelle

3

texte qu’on peut espérer remonter à un stade plus ancien de la tradition ; en même temps, l’histoire du texte témoigne du foisonnement des interprétations. Dans ce qui suit, nous présenterons d’abord la critique textuelle dans son acception traditionnelle. Ensuite, nous consacrerons une section aux nouveaux questionnements. En pratique, les deux approches se combinent souvent et s’interpénètrent presque toujours. Sur le plan théorique, elles gagnent toutefois à être distinguées. Bibliographie D. Barthélemy, Critique textuelle de l’Ancien Testament 1 (OBO 50/1), Fribourg/Göttingen, 1982, p. *1-*114. D. Barthélemy, Critique textuelle de l’Ancien Testament 3 (OBO 50/3), Fribourg/Göttingen, 1992, p. i-ccxxxvii. E. Tov, Textual Criticism of the Hebrew Bible, Minneapolis/Assen, 1992.

I La recherche du texte original
Les fragments les plus anciens du texte vétérotestamentaires remontent au début du IIe siècle avant J.-C. Pour les manuscrits complets, il faut attendre le IVe siècle après J.-C. pour la traduction grecque, le XIe siècle pour les manuscrits hébreux. Les écrits eux-mêmes sont notoirement difficiles à dater. Il est cependant raisonnable de supposer que la plupart des livres de l’Ancien Testament ont été composés bien avant le IIe siècle av. J.-C. Il existe donc une grande intervalle entre la rédaction des livres et leur attestation la plus ancienne. Durant un, deux, trois ou jusqu’à dix siècles (selon les hypothèses), les textes ont été transmis par écrit sans laisser de traces. Il faut penser que, durant cette période, des changements, accidentels ou voulus, se sont introduits dans la tradition manuscrite. Même le caractère sacré des textes n’a pas pu les préserver des erreurs humaines de transcription. Au contraire, le caractère sacré a pu pousser certains copistes à changer le texte, afin de le conformer aux idées religieuses de leur temps. La probabilité théorique de ce que le texte biblique aurait été altéré se confirme par les divergences entre les témoins. Les textes hébreux les plus anciens, retrouvés depuis 1947 à Qumran et environs, diffèrent entre eux et diffèrent des textes hébreux du Moyen Age. Tous ces manuscrits viennent d’un milieu où primait le respect pour le texte de l’écriture. Et pourtant il y a des différences. On peut décider d’ignorer ce problème, mais on ne peut pas le résoudre d’une façon simple. Il n’y a aucune raison de privilégier une tradition textuelle aux

Les erreurs de transcription. de préférer un manuscrit unique. est représenté par plusieurs milliers de manuscrits. concept idéal qui ne correspond à aucune réalité concrète. a fortiori. le Pentateuque Samaritain. ces manuscrits forment une minorité. du mot hébreu t®rOsDm (interprété comme « tradition »). englobe tout ce qui a trait à la transmission du texte reçu par les juifs : la transcription du texte consonantique. ont pu affecter le Texte Massorétique autant que les textes de Qumran. Le Texte Massorétique (TM). ni. on décèle une très grande homogénéité de la tradition : les variantes touchant le texte consonantique sont infimes. les principaux témoins du texte seront d’abord présentés brièvement. comme les ajustements doctrinaires. le terme désigne le type de texte transmis dans le judaïsme jusqu’à nos jours. les choses se compliquent encore du fait qu’il est difficile de dire où s’arrête l’histoire de la rédaction. une section sera consacrée aux cas où la critique textuelle empiète sur le domaine de la critique rédactionnelle. . Les témoins du texte de l’Ancien Testament 1. cette appellation s’applique aux manuscrits vocalisés et pourvus d’accents et notes marginales . Pour de nombreux livres bibliques. Au sens restreint. A travers la multiplicité des manuscrits. dont les plus anciens — ceux que l’on a retrouvés dans la Geniza du Caire1 — sont fragmentaires. peu nombreuses. Dans ce qui suit. A.J. Le Texte Massorétique La forme textuelle la mieux connue de la Bible hébraïque est celle qui est devenue traditionnelle dans le Judaïsme depuis le Ier siècle de l’ère chrétienne environ. Parfois même. Il convient donc de dresser une comparaison entre les témoins textuels. les grandes lignes de la méthode seront dessinées. Au sens large. Le « point de fuite » de ce travail est le texte original. celles qui concernent la vocalisation ou l’accentuation. Cette unité est due au fait 1 Pour la Geniza. et où commence l’histoire du texte. la notation des voyelles et des accents. Ensuite. l’apparat critique portant sur l’orthographe et la fréquence des formes. au sens large. On l’appelle couramment Texte Massorétique. voir l’excursus ci-dessous. qu’il soit vocalisé ou non : la plupart des manuscrits « massorétiques » n’offrent que le texte consonantique. pour autant qu’on puisse l’identifier. Joosten – La critique textuelle 4 dépens des autres. Finalement. il sera nécessaire de proposer des amendements textuels purement conjecturaux. La « Massore ». ou le modèle hébreu de la Septante. d’inventorier les variantes et de sélectionner dans chaque cas la leçon la plus ancienne.

3 4 L’édition d’un texte composé à partir de leçons prises dans différents témoins s’appelle « édition éclectique ». Deux manuscrits de Qumran et 2 On appelle « diplomatique » l’édition reproduisant un manuscrit donné avec les variantes des autres témoins reléguées dans l’apparat critique. Notre discussion de la valeur du TM pour la critique textuelle abordera séparément le texte consonantique. Occasionnellement. Comme cela a déjà été dit. J. de Rossi. vol. On ne comprend pas comment le nom « vision » s’insère dans la phrase. elles sont répercutées dans la BHS. Le TM forme le texte de base de toutes les éditions existantes du texte hébreu de l’AT. . il faudra un jour envisager l’abandon du textus receptus et la production d’un texte critique : c’est là le projet de la Oxford Hebrew Bible (OHB) entreprise récemment par une équipe internationale3. En effet. a) Les consonnes L’ossature consonantique forme la partie la plus ancienne du TM. les découvertes faites à Qumran ont montré que le TM transmet de façon fidèle un type de texte remontant au moins à la fin de l’époque du second Temple (voir ci-dessous). B.8 tOdyIjVb aøl◊w hRa√rAm…w wø. I-II. on décèle relativement peu de variantes touchant aux consonnes. a été entouré d’un soin absolument remarquable. Oxford. 1784-1788. Vetus Testamentum hebraicum cum variis lectionibus. La plupart semblent remonter aux copistes médiévaux. Joosten – La critique textuelle 5 que le texte biblique adopté par le Judaïsme après les catastrophes de 70 et de 135 après J. Variae lectiones Veteris Testamenti. vol. B. Kennicott. Comme dans le domaine de la critique textuelle du Nouveau Testament. 1776-1780 .bådSa hRÚp_lRa hRÚp Le texte hébreu du codex L et de la majorité des manuscrits massorétiques est difficile : « bouche vers bouche je-parle en-lui et-vision et non en-énigmes ». et dont le sigle est L (codex Leningrad).b_rR. Parma. I-IV. Parmi les spécialistes.J. Cela ne signifie pas.-C. les voyelles et les autres éléments paratextuels. L’édition de l’Université Hébraïque (HUBP) se fonde sur le codex d’Alep2. que de telles variantes font défaut. Exemple 1 : Nb 12. évidemment. elle est étonnamment homogène : parmi les nombreux manuscrits du TM. Des collections de variantes ont été éditées par Kennicott et par de Rossi4. elles jouissent cependant de peu d’estime. Il n’y a cependant aucune raison scientifique de préférer le TM a priori à toute autre tradition. La Biblia hebraica stuttgartensia (BHS) et la nouvelle Biblia hebraica quinta (BHQ) se fondent sur le manuscrit B19A de la bibliothèque publique de St Petersbourg. écrit en 1008 selon le colophon.

J-C.. be. offrent un texte consonantique pratiquement identique au TM. écrits avant l’ère chrétienne. ex. au moins. la comparaison des traditions textuelles a fait prendre conscience du fait que le TM représente. ba. la préposition b. le TM se dessine comme un courant textuel parmi d’autres. la leçon harmb est attestée également par quelques manuscrits massorétiques. soutenus par la Septante et quelques autres versions. opérée de façon inconsciente par un copiste tardif. il diverge très souvent du Pentateuque Samaritain. est contextuellement préférable et s’accorde bien avec la suite : « et non pas en énigmes ». Conservé à Jérusalem et copié de façon soigneuse. 1QIsab) : ces manuscrits. Son attestation tardive a été fortement relativisée par la découverte de manuscrits proto-massorétiques à Qumran (p. Ce principe semble avoir été inventé par les grammairiens syriaques. des rouleaux bibliques de Qumran et du modèle hébreu supposé par la Septante. En tout cas.b). Or. Au fil du temps. Les premiers systèmes sont rudimentaires : un point en haut de la lettre signifie qu’elle est prononcée avec la voyelle a (p. On suppose que ce texte est celui auquel s’était attachée une élite religieuse depuis le IIer siècle av. ex. La leçon harmw s’explique par la confusion de w et b due à la similarité phonique des deux consonnes (labiales toutes deux). « en ». ex. V. La variante harmb. il a fini par supplanter tous les autres courants textuels au sein du judaïsme palestinien. une tradition très fiable. que les premiers efforts pour noter la vocalisation du texte biblique se sont déployés. « en vision ». Ainsi.. les juifs ont développé plusieurs systèmes . contre la leçon erronée qui s’était répandue dans tous les autres manuscrits massorétiques ? Ce n’est pas impossible. Après la destruction du second temple et la dispersion des juifs il s’est imposé partout dans le judaïsme rabbinique.. un point en bas signifie qu’il n’y a pas de voyelle pleine (p. comme l’indique la BHS. b) Les points voyelles C’est au Ve siècle de notre ère ou peu après. « et ». il serait imprudent de s’appuyer uniquement sur le témoignage de quelques manuscrits massorétiques pour proposer un changement dans le texte.J. en général. Joosten – La critique textuelle 6 le texte samaritain. Sans doute représente-t-elle le texte original. A. Que devons-nous penser dans un tel cas ? Le texte original at-il été préservé dans une poignée de manuscrits médiévaux. Toutefois.b). Il est cependant plus probable que la « bonne » leçon des manuscrits médiévaux reflète une correction secondaire. substituent à la conjonction w. Si le texte consonantique du TM est homogène en soi.

Ceci. on a substitué dans la lecture le nom commun avec suffixe. le codex d’Alep en est un autre (avec un système légèrement différent). puisque la tradition manuscrite est plus fiable que la transmission orale. Les naqdanim — ceux qui ont apporté le niqqud. La vocalisation a moins d’autorité que le texte consonantique. . mixte — se rencontrent dans certains manuscrits massorétiques retrouvés dans la Geniza du Caire. 2) Il faut cependant reconnaître que des facteurs exégétiques et théologiques ont pu influencer la lecture liturgique. Dans d’autres cas. les points voyelles — se sont efforcés de noter ce qu’ils entendaient de la bouche des lecteurs synagogaux. mais seul le système tibérien (développé à Tibériade en Galilée) est encore en usage. alors que le texte consonantique ne l’indique pas (C pouvant se lire des deux façons)5. Beaucoup de détails phonologiques et grammaticaux ne pouvaient pas être connus au Moyen Âge. La vocalisation des manuscrits massorétiques s’appuie sur une tradition de lecture à haute voix. Ils reposent sur une prononciation légèrement différente de l’hébreu. L’école tibérienne a fleuri au 10e et 11e siècles de notre ère. Là où le nom de Dieu était écrit dans le texte (hwhy). palestinien.J. il s’agit d’une authentique tradition qui remonte à l’époque du Second Temple. mes seigneurs) ». Le codex Leningrad en est un fruit remarquable. Il n’est donc pas correct de parler d’une « théorie grammaticale des massorètes ». Exemple 2 : 5 La différence entre sin et shin ne concerne pas la vocalisation. « mon Seigneur (litt. au moins. à moins qu’on dispose d’une tradition. la distinction entre sin (c) et shin (v) est systématiquement notée de façon correcte. Quant à la tradition de lecture à haute voix. On peut donc généralement se fier au texte vocalisé comme étant le reflet fidèle de ce que les auteurs bibliques (ou plutôt les rédacteurs finaux) ont voulu exprimer. Les autres systèmes — babylonien. Joosten – La critique textuelle 7 sophistiqués. elle est certainement composite : 1) Pour la plus grande part. comportant un nombre important de signes. yÎnwødSa. Les preuves d’authenticité sont multiples. Ils reflètent cependant grosso modo la même tradition de lecture et la même interprétation que les manuscrits tibériens. Par exemple. mais elle n’est pas dépourvue de valeur. les changements sont plus subtils. Quatre ou cinq systèmes sont connus. bien sûr. sans parti pris dogmatique. mais le point qui les distingue a été introduit dans le même processus qui visait à codifier en détail la prononciation du texte..

c) Autres éléments Le texte massorétique s’assortit d’un apparat scribal qui dépasse de loin la simple notation des voyelles. Les éléments les plus importants peuvent être évoqués rapidement. le doute exprimé sur la vie future a cependant été éliminé par une modification des voyelles : la particule interrogative est changée en article défini. ne connaissant plus de forme *jåqUl. La traduction du texte vocalisé est : « Qui connaît le souffle des humains lequel monte en haut. ce passif du Qal a disparu.J. Ce genre de changement reste relativement exceptionnel. Dans la tradition synagogale. La pensée exprimée par Qohéleth était : « Qui sait si le souffle des humains s’élève vers les hauteurs. « il prit ».b Aj…wr Aoédwøy yIm X®rDaDl hDÚfAmVl ayIh t®d®rO¥yAh hDmEhV. Les lecteurs de la Bible. une fois de plus. . à partir du verbe jåqDl. vers la terre ? » (Nouvelle Bible Segond). « montant ». Joosten – La critique textuelle 8 Eccl 3. et t®d®rOy. il existait un passif du Qal. un passif *jåqUl (la vocalisation est incertaine). Cette lecture est confirmée par l’ensemble des versions anciennes. Illustrons ce cas de figure par un autre exemple.qUl (p. que la tradition orale est plus fragile que la tradition par écrit. « descendant ». Dans l’évolution de la langue hébraïque. p. Les langues que les juifs parlaient dans la vie de tous les jours ont pu affecter la façon de lire le texte biblique. la particule préfixée aux participes hDlOo. voire de l’arabe. et si le souffle des bêtes descend vers le bas. C’est donc le Pual qui a été codifié dans le texte vocalisé. t®d®rOySh). On pouvait former. devait être le Sh interrogatif (hDlOoAh. à une époque inconnue.5).21 hDlVoDmVl ayIh hDlOoDh M∂dDaDh y´nV. à savoir le Pual jå. lui ont substitué une forme usitée. ex. Ésa 52. « il fut pris ». et le souffle des bêtes lequel descend en bas vers la terre ? » (Colombe). Ce type d’altération montre... de l’araméen. ex. Nombre d’autres affirmations qui semblent être en porte-à-faux avec l’orthodoxie juive (et chrétienne) n’ont pas subi d’altérations. L’interprétation pouvait se charger de rétablir l’orthodoxie ! 3) Une autre source de changements dans la tradition de lecture est l’influence de l’hébreu tardif. Dans l’ensemble on retiendra que la vocalisation massorétique apporte un témoignage précieux qui doit être évalué de façon critique.bAh Aj…wr◊w À l’origine. Dans l’hébreu ancien.

Bibliographie I. divisant le texte en versets. Les ketiv – qeré La lecture traditionnelle véhicule quelques éléments correspondant à un texte consonantique différent du texte transmis par écrit. l’accentuation se présente comme un guide fidèle vers une interprétation adéquate.3 wno – wyno. il y a aussi quelques exemples de variantes orthographiques (p. palestinien. Il existe plusieurs systèmes d’accentuation — babylonien. Cependant. tandis que les consonnes du mot lu (le qeré) figurent dans la marge. ex. les accents codifient la cantillation.13 JKwølDh. « fèces ». Parfois le ketiv représente le texte original tandis que le qeré est secondaire. remplacé par le participe JKElwøh) .J. et les versets en unités de sens. English translation by J. infinitif absolu. au niveau du verset. Les cas de ketiv – qeré sont variés.. le Texte Massorétique donne le texte écrit (le ketiv) avec les voyelles du mot lu. ils introduisent une sorte de ponctuation. et on leur appliquera les mêmes réserves. ici et là. ex. le sens reste le même). Il faut étudier chaque passage pour lui-même. Joosten – La critique textuelle 9 Les accents massorétiques Chaque mot du texte massorétique est pourvu d’un accent (cependant. qeré perpétuel. En troisième lieu. . Is 36. On leur accordera le même crédit qu’à la vocalisation. YEIVIN. Missoula. Introduction to the Tiberian Masorah. tibérien — mais seul le système tibérien.28 . mais ce n’est pas la règle générale. une façon de chanter le texte biblique. est encore en usage aujourd’hui. Les accents indiquent en principe la syllabe accentuée au sein du mot. Revell. en Nb 12. Dans la majorité des cas.5). Comme la vocalisation. le plus élaboré. Jos 6. 1980.. ex. « saleté ») .12 : ketiv arj. De plus. deux mots joints par le maqqeph ne reçoivent normalement qu’un seul accent). les accents s’appuient sur la tradition de lecture.. en d’autre cas il s’agit de variantes textuelles (p. Dans ces cas. Le cas de hwhy lu yÎnOdSa appartient à la catégorie des ketiv – qeré : on l’appelle qeré perpetuum. ex. Dt 26.. Lv 18. remplacé par le qeré hDawøx. Parfois il s’agit d’un euphémisme remplaçant le texte original jugé trop crû (p. les accents reflètent l’influence de la théologie ou de l’exégèse juive (p.

1. furent découverts dans la geniza — une espèce de dépôt pour manuscrits endommagés ou inusités — de la synagogue Qaraïte du Vieux Caire. Weil. Supplément au Dictionnaire de la Bible XI. Excursus : La Geniza du Caire Vers la fin du XIXe siècle.-C. mais des lots relativement importants ont trouvé leur chemin vers d’autres bibliothèques de par le monde. 1990. figure dans les marges à gauche et à droite dans les manuscrits. E. araméen. Massorah Gedolah iuxta codicem Leningradensem B19a. La collection est extrêmement diverse. vers la fin du Moyen Âge. Elle est intégralement reproduite dans la BHS. comprenant des manuscrits bibliques et non bibliques en plusieurs langues (hébreu. 2. Paris. voir M. dans les éditions imprimées de la Bible rabbinique. 773-1047. On note combien de fois un mot est attesté dans la forme précise qu’il a dans le passage concerné. quelque 200.-C. ex. La BHS ne la reproduit pas. On signale des passages parallèles. C’est au XVIIe siècle que ce « Pentateuque Samaritain » vient à l’attention des savants 6 Pour de plus amples informations. Joosten – La critique textuelle 10 La massore Dans les marges des manuscrits massorétiques complets figurent des notes textuelles dont la fonction principale est de veiller à la transcription correcte du texte. mais s’y réfère par un ensemble de notes figurant immédiatement sous le texte. Les notes renvoient à l’ouvrage de G. p. ils se sont ensuite imposés aux juifs (p.J. grec). Seule une minorité de ces fragments a été publiée.000 fragments de manuscrits. La massora magna (grande massore) est placée en haut et en bas. Ce sont des éléments qui ont été introduits d’abord par des savants chrétiens dans les manuscrits de la Vulgate. arabe. « Samaritains ». à partir du XVIe siècle).. où on trouvera le texte intégral. vol. La massora parva (petite massore). Le gros de la collection se trouve aujourd’hui à l’Université de Cambridge (collection TaylorSchechter). Le Pentateuque Samaritain Les Samaritains forment une communauté religieuse dont le centre se trouve à Naplouse (la Sichem biblique) et dont les origines demeurent assez obscures6. Ils possèdent une version de la Torah représentée par une tradition manuscrite qui remonte jusqu’au XIIe siècle après J. dont les plus anciens remontent jusqu’au IXe siècle après J. À cause de leur commodité.. . Baillet. NB La numérotation des chapitres et des versets ne se trouve dans aucun manuscrit hébreu ancien. Rome 1971.

Il s’agit clairement d’une altération du texte primitif s’inscrivant dans une polémique concernant le lieu légitime du sanctuaire : Jérusalem. ex. le Mont Garizim. dans le TM. Joosten – La critique textuelle 11 occidentaux. awIh. On rencontre également un très grand nombre de changements qui harmonisent le texte de la Bible. Premièrement. on a identifié un groupe de textes « pré-samaritains ». comportant les mêmes changements linguistiques et les mêmes ajouts harmonisateurs (p. La forme du TM est probablement primitive. mais d’après le calcul de l’espace disponible. 16. mais difficile à vérifier).. Trois groupes de variantes se distinguent. texte auquel quelques changements sectaires ont été ajoutés durant ou après le second siècle av. on reconnaît un petit nombre de variantes dont la visée est celle d’établir le point de vue samaritain contre le point de vue juif. Ces différences concernent toutes le texte consonantique. le Pentateuque Samaritain n’étant pas vocalisé. Ainsi. surtout dans les passages où le texte primitif comportait des archaïsmes. près de la ville de Sichem. Deuxièmement. Ainsi. selon les prétentions juives. selon les Samaritains. en Nb 12.20-23 et dont le but est d’harmoniser le récit des Nombres avec celui du Deutéronome. 7 L’ajout en Nb 12. « elle ». en Ex 20 et Dt 5. la forme samaritaine est adaptée à l’hébreu tardif. Il est important de reconnaître plusieurs catégories parmi les variantes du Pentateuque Samaritain. 16.20-23 pourrait se trouver également dans le manuscrit 4QNumb : le manuscrit est lacunaire. L’orthographe a été régularisée. Parmi les manuscrits découverts à Qumran.J. reprenant le texte de Dt 1.-C. Son texte est publié pour la première fois dans la Polyglotte de Paris (16291654).16 d’un passage correspondant à Dt 1. La comparaison du Pentateuque Samaritain avec le Texte Massorétique a montré qu’il existe des milliers de divergences entre les deux textes (6000 selon un décompte souvent cité. quelques phrases ont dû figurer après le v. J. on trouve un grand nombre de variantes qui caractérisent le Pentateuque Samaritain comme un texte « vulgarisé ». le Pentateuque Samaritain ajoute un « commandement » imposant la construction d’un autel sur le Mont Garizim. . Le langage a parfois été simplifié. Les variantes de ce deuxième type ne sont pas propres au texte samaritain. est partout écrit ayh dans le Pentateuque Samaritain. 4QpaleoExodm) — mais pas les changements « sectaires » signalés ci-dessus 7! Ces manuscrits qumraniens révèlent l’origine du Pentateuque Samaritain : il s’agit d’un texte répandu au sein du judaïsme à l’époque hellénistique. Ainsi. le pronom personnel de la troisième personne du féminin. on trouve un long ajout après le v. à la fin du décalogue.

vol. von Gall. Exemple 3 : Nb 12. Der hebräische Pentateuch der Samaritaner. NB Le Pentateuque Samaritain s’accompagne d’une tradition de lecture transmise de façon orale. Joosten – La critique textuelle 12 En troisième lieu. 1. il y a des leçons qui sont supérieures à celles du TM et d’autres qui paraissent être secondaires. Celle-ci a été enregistrée et translittérée par Z. on fit la découverte d’une feuille de papyrus portant le texte hébreu du décalogue et le début du Shema‘ Israël : le papyrus Nash. 1977. À peine un demi-siècle plus tard. vol. Margain. Éditions du Pentateuque Samaritain A. La 1ère personne du TM s’accorde avec la forme verbale suivante (rR. IV. cette tradition possède une importance pour la critique textuelle. un grand nombre de manuscrits hébreux furent . adaptations vulgarisatrices et variantes anciennes — peuvent être distinguées sur le plan théorique. Giessen.J. Outre son intérêt linguistique. le Pentateuque Samaritain comporte des variantes qui ne procèdent ni d’une idéologie samaritaine.dwVtRa « je me fais connaître » (1ère personne singulier de l’imparfait) Å Sam odwth « il s’est fait connaître » (3e personne singulier du parfait) Chacune de ces variantes a une certaine plausibilité. 3.bådSa. Bibliographie J. SDB XI. 762-774. 1961-1965. Jewish and Samaritan Version of the Pentateuch. « je parle ») . En fait. Berlin. et R. I-V. Jérusalem. Les textes retrouvés près de la Mer Morte Jusqu’au XXe siècle. ni de la volonté d’adapter le texte biblique aux besoins du peuple. The Literary and Oral Tradition of Hebrew and Aramaic amongst the Samaritans. Die samaritanischen Lesetradition als Textzeugin der Tora. Dans la pratique il n’est pas toujours possible de classifier une variante donnée dans l’une des catégories. Une étude systématique de l’apport potentiel de cette tradition est proposée par S. Ben-Hayyim. 1914-1918. Sadaqa. 2004 (d’autres volumes suivront). 353-554. p. col.6 TM o∂. Tel Aviv. Les trois catégories énumérées ci-dessus — leçons idéologiques. la 3e personne du texte samaritain se combine plus facilement avec le sujet exprimé en début de phrase (« L’Éternel… s’est fait connaître »). En 1902. 1991. A. « Samaritain (Pentateuque) ». le verset est difficile quelque soit le texte adopté. Das Buch Genesis (BZAW 339). Il est d’ailleurs souvent difficile de trancher. Dans ce dernier groupe. Die Vokale des Gesetzes. le texte hébreu de l’Ancien Testament n’était connu que par des manuscrits datant du Moyen Âge. à partir de 1947. Schorch.

de 20 copies d’Ésaïe — dont le fameux manuscrit de la grotte 1. Juges.J. notamment . 4QNumb) ou avec le modèle hébreu employé par les traducteurs de la Septante (p. Les rouleaux de la Mer Morte offrent un grand nombre de leçons préférables. sauf le livre d’Esther (ce qui est peut-être dû à un hasard).. l’orthographe se caractérise par de nombreuses lettres voyelles (matres lectionis). Sur les quelques 800 documents représentés.. tels Tobie ou Ben Sira. Tous les livres du canon hébreu sont attestés. ex. ex. date de la destruction du site.-C. ex. 1QIsab). presque le quart consiste en rouleaux bibliques. par une seule (Esdras-Néhémie.. dans quelle mesure on était conscient des variantes textuelles. Nahal Hever). jusqu’au premier siècle après. et d’écrits pseudépigraphiques tels Hénoch ou les Testaments des Douze Patriarches. Ce qui surprend lorsqu’on étudie les textes bibliques retrouvés à Qumran est leur diversité. Tout porte à croire que ces manuscrits ont fait partie de la « bibliothèque » d’une communauté essénienne. Textuellement. Enfin. 1QIsaa). Mais on trouve également des textes s’apparentant de près au Pentateuque Samaritain (p.. Job). Joosten – La critique textuelle 13 trouvés dans les grottes situées près du site de Qumran et dans les environs (Murabaat.. Ainsi. les textes de Qumran et environs nous rapprochent du texte hébreu original de 1000 ans à peu près. Les manuscrits qumraniens sont presque tous fragmentaires. Nombres. plus proches du texte original que le Texte Massorétique. représentant des familles textuelles jusque là inconnues. Le plus grand groupe de manuscrits représente un texte proto-massorétique (p. Il est impossible de savoir si tous ces textes étaient lus dans la communauté essénienne et. Massada. On trouve aussi des copies de livres apocryphes. Dans quelques cas. J. Tous ces manuscrits bibliques datent d’avant l’an 68 après J. La datation par carbone 14 et par les méthodes paléographiques indique qu’ils s’étalent sur une période allant du deuxième siècle av. les rouleaux écrits selon ce mode représentent une approche assez libre du texte biblique : le vocabulaire est modernisé et la syntaxe allégée. Le matériau textuel en provenance de Qumran et de quelques autres sites près de la Mer Morte occupe une place primordiale dans la critique textuelle de l’Ancien Testament. on trouve un certain nombre de textes « non-alignés ». au regard du TM. de 25 copies du Deutéronome et de 34 copies des Psaumes ! D’autres livres ne sont représentés que par quelques copies (p. Certains livres bibliques semblent avoir été plus lus que d’autres : on a retrouvé des fragments de 16 copies de la Genèse. installée à Qumran. Beaucoup de conjectures textuelles émises avant la découverte des rouleaux ont été confirmées par ces textes. Un cinquième environ des fragments provient de rouleaux écrits selon un mode particulier qui pourrait refléter le scriptorium de la secte (p. 4QJerb).. seul rouleau complet d’un livre biblique (1QIsaa) —. Chroniques). voire. si oui. ex.-C. ex.

La version grecque de la plupart des livres reflète un arrière-plan alexandrin. lue dans le culte hebdomadaire et étudiée dans les écoles — et peut-être s’agit-il là de sa raison d’être originale. Quoiqu’il en soit. tant dans le vocabulaire que dans la technique de traduction. 4. La finalité de la traduction est sujette à débat. Les livres historiques. J. Certains pensent que la Torah servait de code juridique aux Juifs égyptiens : il fallait que les juges grecs puissent consulter les lois juives. Biblia Qumranica. D’une part. écrit juif pseudépigraphique de date incertaine. la Septante donne l’espoir d’accéder à une phase dans le développement du texte de l’AT antérieure à celle que représentent les manuscrits hébreux disponibles (TM et Qumran). Éditions des manuscrits bibliques de la Mer Morte Un grand projet est en cours pour publier l’ensemble des textes bibliques retrouvés dans le désert de Juda. . à la façon d’une traduction interlinéaire. Leiden (sous la direction d’E. à l’enseignement du texte hébreu dans les écoles juives de la diaspora. on ne peut pratiquement jamais recouvrer avec certitude la forme textuelle hébraïque reflétée par la Septante. il faut utiliser l’édition de la série Discoveries in the Judaean Desert. En attendant. les prophètes et les écrits ont été traduits plus tard et ont subi l’influence du Pentateuque grec. J. D’autres acceptent le récit transmis par l’Épitre d’Aristée. le texte de Qumran jette une lumière sur l’histoire de la rédaction du livre biblique (voir ci-dessous).-C. La Septante L’ancienne version grecque de la Bible hébraïque. selon lequel la Septante devait assouvir la curiosité du roi Ptolémée pour les lois juives.J. Ulrich).-C. Un faisceau d’indices permet de situer la traduction du Pentateuque à Alexandrie vers le début de l’ère hellénistique. le Cantique des Cantiques et Esdras-Néhémie ont cependant été traduits bien plus tard. peut-être durant le IIème siècle après J. s’agissant d’une traduction. communément nommée Septante. mais l’un ou l’autre écrit a pu être traduit en Palestine (notamment le livre d’Esther). la Septante a dû devenir très vite la « Bible » des Juifs alexandrins. autour de 280 av. Oxford. D’autres encore ont émis l’idée selon laquelle le texte grec était d’abord destiné. les prophètes et « les autres livres » existent en traduction grecque à la fin du IIème siècle av. D’autre part. Certains livres. Joosten – La critique textuelle 14 celui de Jérémie. D’après le témoignage du prologue de la version grecque du Siracide. comme l’Ecclésiaste. occupe une place toute particulière dans la discipline de la critique textuelle. la loi.-C.

Le travail de critique textuelle passe donc toujours. La Septante se caractérise dans l’ensemble comme une traduction littérale : à chaque mot hébreu du texte source correspond un seul mot grec. à Aaron et à Miryam LXX kai« ei•pen ku/rioß (…) pro\ß Mwushvn kai« Mariam kai« Aarwn Et le Seigneur dit (…) à Moïse. comme au v. Pour chaque variante. Job. à Miryam et à Aaron La Septante semble refléter un texte hébreu avec l’ordre Miryam – Aaron. Il demeure cependant possible qu’un tel texte hébreu n’ait jamais existé (au verset 4). En même temps. par deux étapes. J. Si l’inversion remonte au modèle hébreu — ce qui est plus probable — un nouveau dilemme se présente : lequel des deux textes hébreux. notamment Ésaïe. Les plus anciens manuscrits complets remontent au IVe siècle après J. . Ensuite seulement. mais sans lien de cause à effet. on cherchera d’abord à déterminer si elle a été créée par le traducteur ou si elle remonte au modèle hébreu (la Vorlage). Joosten – La critique textuelle 15 Les plus anciens manuscrits de la Septante. elle est devenue l’Ancien Testament des Chrétiens. 1 : Nrha law Myrm law hCm la (…) hwhy rmayw. et que c’est le traducteur qui est à l’origine de l’inversion. Exemple 4 : Nb 12.J. Le judaïsme a largement abandonné la Septante après les guerres juives. le TM ou le modèle de la Septante. est original ? Les éléments manquent pour répondre de manière définitive à cette question. on comparera la leçon hébraïque reconstruite avec celle du texte hébreu reçu afin de déterminer 8 Des vicissitudes semblables ont touché beaucoup d’ écrits juifs de l’époque intertestamentaire. on imite les locutions hébraïques. Si on opte pour le deuxième cas de figure. Elle est parvenue jusqu’à nous grâce à sa transmission en milieu chrétien8.-C. remontent au IIe siècle av. en ce qui concerne la Septante. En aucun cas la Septante ne peut être considéré comme le simple décalque d’un texte hébreu : la liberté du traducteur reste un facteur dont il faut tenir compte. Proverbes. les équivalents lexicaux sont constants. tant les « deutérocanoniques » qui figurent dans le canon de la Septante que les pseudépigraphes qui ont été transmis séparément. Daniel et Esther.4TM MÎy√rIm_lRa◊w NOrShAa_lRa◊w hRvOm_lRa (…) hÎwh◊y rRmaø¥yÅw Et YHWH dit (…) à Moïse. tous partiels et lacunaires. et relèvent de la tradition chrétienne. l’ordre des mots est respecté. on tentera de reconstruire la forme hébraïque de la variante. Quelques livres sont toutefois traduits librement.-C.

En 1 Samuel. Paris. 1935. une variante ne sera pas évaluée de la même manière selon qu’elle se rencontre dans 1 Samuel ou dans les Petits Prophètes. 1988. 19972. par exemple. incomplète jusqu’aujourd’hui). Jérusalem. Bibliographie M. Harl. La Peshitta Les autres traductions anciennes de l’AT ont beaucoup moins d’importance que la Septante. Ainsi.-C. plus proches du texte primitif. et à juste titre. Dans ce cas. environ. Cela tient d’abord au fait que la version grecque a été faite a une époque qui précède la standardisation du texte hébreu de l’AT dont est issu le TM et au terme de laquelle le TM est resté pratiquement le seul texte hébreu attesté. La .J. à Alexandrie. Cerf. tous les témoins connus appartiennent à la même famille textuelle. après les guerres juives de 70 et 132 après J. puisqu’elle reflètent toutes l’époque. The Text-Critical Use of the Septuagint in Biblical Research. La bible grecque des Septante. 5. Joosten – La critique textuelle 16 laquelle est plus ancienne. On estime généralement. Stuttgart. id est Vetus Testamentum Graece iuxta LXX interpretes. n’était pas du même type que celui qui s’est imposé dans le centre du judaïsme. Il s’agit probablement d’une traduction juive adoptée ensuite par l’église chrétienne d’orient. Emanuel. que la Septante véhicule un grand nombre de variantes supérieures au texte Massorétique. Munnich. le texte hébreu connu dans la périphérie. tandis que dans les Douze. Rahlfs. En deuxième lieu. l’origine égyptienne a pu également y contribuer. le rapport entre la Septante et les autres témoins textuels est susceptible de varier selon les livres. Éditions de la Septante A. Septuaginta. Simor. la Septante..-C. E. volumes I & II. Tov. à Jérusalem. O. Vetus Testamentum Graecum Auctoritate Societatis Litterarum Gottingensis editum (édition dite « de Göttingen ». Il arrive parfois qu’une divergence dans la Septante va de pair avec un texte hébreu non massorétique. Qumran et le TM divergent souvent. Manifestement. Dans le détail. G. Dorival. en plusieurs tomes. la première phase du travail peut être facilitée. le Pentateuque samaritain ou un manuscrit de Qumran. où le texte massorétique s’est imposé à peu près partout. L’ancienne version syriaque de l’Ancien Testament remonte à la seconde moitié du IIème siècle après J. Du judaïsme hellénistique au christianisme ancien.

on dispose de plusieurs textes : le Targum d’Onqelos. où l’hébreu est encore parlé. Notamment pour le Pentateuque. J. Joosten – La critique textuelle 17 Peshitta a certainement été faite sur un texte hébreu. la traduction traditionnelle du texte hébreu en araméen s’est développée de façon orale. des Fragments. La juxtaposition de la traduction avec son texte source donne à la première une liberté beaucoup plus grande que celle des autres traductions anciennes de l’AT. Revue d'Histoire et de Philosophie Religieuses 76 (1996). Joosten. même si on peut constater.J. dans certains livres. 385-395. Editions The Old Testament in Syriac According to the Peshitta Version. les textes Targumiques sont multiples. les Targums ont dès l’origine été conçus pour être employés en conjonction avec le texte hébreu. trois versets des prophètes suivis du Targum.(plusieurs volumes sont encore en préparation). Plus tard le texte a été lu dans le culte : on lisait à la synagogue un verset de la Torah suivi de son Targum. Les Targums Comme la Peshitta. les Targums sont des traductions araméennes de l’AT faites par des juifs. la religion juive a évolué par rapport à la religion de la Bible hébraïque. une influence de la Septante. Dans un premier temps. La Peshitta contient un nombre modeste de variantes qu’on peut attribuer à sa Vorlage. Mais à la différence de la Peshitta. Il . La traduction se présente alors comme le moyen le plus efficace et le plus concis pour assortir le texte biblique entier d’un commentaire à la fois linguistique et théologique. 6. De plus. il n’existe en général qu’un seul Targum. Bibliographie J. du Pseudo-Jonathan. Même en Palestine. 1966. en plus de quelques textes lacunaires retrouvés dans la Geniza du Caire. Plongeant leurs racines dans une tradition orale. Pour les autres livres. et se trouvent certainement dans un milieu palestinien. l’hébreu biblique est devenu archaïque et nécessite une explication. Leiden. Le Targum répond à un besoin d’actualisation de l’écriture. Le Targum a probablement pris son origine dans l’école juive. Ses origines remontent peut-être au Ier siècle av. « La Peshitta de l’Ancien Testament dans la recherche récente ». Il est cependant peu fréquent que les critiques du texte se fondent sur la seule version syriaque pour proposer un changement du texte hébreu. de Neofiti.-C.

Rome. fondée sur le texte original. . la traduction commune. Jérôme se rend compte des grandes différences entre le texte latin en usage dans les églises et le texte hébreu lu par les juifs. il mène son projet à bien durant les années 390-405. il existe un grand nombre d’autres témoins textuels dont l’apport à la reconstruction du texte hébreu est mineur. Biblia sacra iuxta Vulgatam versionem. La Vulgate transmet rarement des variantes de façon indépendante. I. Il décide donc de produire une nouvelle traduction latine. 1966. Parmi les rouleaux de Qumran figurent des fragments d’une traduction araméenne du Lévitique et du livre de Job. Weber. Après une longue période d’adaptation. 8. Première partie. au point d’être appelée « vulgata ». 7.-C. La Vulgate Les plus anciennes traductions latines de l’Ancien Testament se fondent sur la Septante : on leur a donné le nom de Vetus Latina. Signalons encore qu’il existe une ancienne traduction araméenne du Pentateuque Samaritain qu’on peut assimiler aux Targums juifs. Il arrive cependant que le Targum permette de reconstruire une leçon ancienne.J. sa traduction s’impose partout en occident. et l’époque islamique. Leur importance est bien plus grande dans la perspective de l’histoire de l’interprétation que dans le cadre de la critique textuelle au sens restreint. 19752. Stuttgart. Vers la fin du IVème siècle. Les Targums ont été mis par écrit entre le IIe siècle après J. Bibliographie R. À l’aide de docteurs juifs. Autres témoins Outre les témoins énumérés ci-dessus. Introduction à la littérature targumique. Joosten – La critique textuelle 18 n’y a pas de Targum de Daniel ni d’Esdras-Néhémie (sans doute parce que ces livres sont partiellement écrits en araméen). Edition R. On la consultera surtout pour connaître l’interprétation de la Bible de son époque. Le Déaut. Il convient cependant de les énumérer et de les classifier rapidement. qu’on doit considérer comme primaires. Institut Biblique Pontifical. Le rapport entre ces textes et la tradition targumique codifiée bien plus tard n’est pas élucidé.

elles sont situées toutes les trois au IIème siècle après J. Elles figurent donc dans l’apparat critique de la grande édition de la Septante de Göttingen. Il est cependant assez rare que les spécialistes proposent de reconstituer le texte hébreu original à l’aide des révisions quand elles ne sont pas soutenues par d’autres témoins. généralement sous forme de fragments ou de citations. le copte. Les révisions les plus importantes sont celles de Théodotion. Origenis Hexaplorum quae supersunt. les écarts importants entre la Septante et le texte proto-massorétique ont conduit. Les révisions documentent ainsi un moment important dans l’histoire du texte. un rouleau des Petits Prophètes retrouvé au Nahal Hever. D’après leur témoignage. l’arménien. b) Révisions de la Septante Au sein du Judaïsme.-C. SVT 10. Bibliographie F. Les traductions ont une importance pour l’établissement du texte de la Septante. J. Ce cas de figure se présente notamment en lien avec la vieille version latine. 1963. Traditionnellement. Oxford. . l’œuvre de Théodotion a laissé des traces déjà dans le Nouveau Testament . d’Aquila et de Symmaque. Il n’y a pas de texte courant des révisions (sauf pour le livre de Daniel. Ce rouleau date du Ier siècle av. Barthélemy. D. Théodotion pourrait représenter une école dont l’activité s’étale sur une période assez longue. le texte de la Septante a été corrigé là où il ne correspondait pas au texte proto-massorétique. la Septante a elle-même été traduite en plusieurs langues. ou Théodotion est connu intégralement). dans un premier temps. Plusieurs révisions sont connues. l’éthiopien et l’arabe. 1875. présente un texte grec de la Septante révisé selon des procédés proches de ceux qu’emploie « Théodotion ». En outre. près de la Mer Morte.J. à la révision du texte grec. Pour l’établissement du texte hébreu. elles n’ont de l’importance que lorsqu’elles attestent un état de texte conservé dans aucun manuscrit grec de la Septante. dont les plus importantes sont : le latin (voir ci-dessus). Field. Ainsi.C. Cependant. Les Devanciers d’Aquila. Les citations transmises par les Pères de l’Église ou contenues dans la marge de certains manuscrits de la Septante sont généralement de grande valeur. Leiden. Joosten – La critique textuelle 19 a) Traductions anciennes de la Septante Ayant été adoptée comme Bible de l’Église chrétienne. le syriaque.

Cependant. on rencontre un grand nombre de citations de la Bible hébraïque. Il s’agit d’expliquer les différentes leçons par une reconstruction de l’histoire du texte. La méthode de critique textuelle La critique textuelle n’est pas une technique qui consisterait dans l’application stricte de certaines règles. Toutefois. La cinquième colonne a été traduite en syriaque au VII siècle : c’est la Syrohexaplaire. l’ordre de préférence des variantes peut être renversé. 6) Théodotion. La variante qui se situe au plus près du début de l’histoire sera considérée comme la plus ancienne. Beaucoup dépendra de l’expérience du chercheur. Origène compose un ouvrage énorme dont l’impact sur l’histoire du texte de l’AT a été sans pareil. bien plus souvent. c) Citations dans la littérature juive Dans les rouleaux non bibliques de Qumran et dans la littérature rabbinique. Origène ajoute des colonnes supplémentaires. Les six colonnes donnent à l’œuvre le nom d’Hexaples. dans certains livres. Dans le but de corriger le texte de la Septante. Joosten – La critique textuelle 20 Excursus : Les Hexaples d’Origène Entre 220 et 250 après J. Il s’agit d’une science humaine qui fait intervenir le jugement subjectif. Ce « texte hexaplaire » a beaucoup influencé la tradition manuscrite de la Septante. les citations de l’AT dans le NT). 2) une transcription de l’hébreu en lettres grecques .. elle découle des intentions de l’auteur qui cite le verset biblique. où elles sont rassemblées dans un apparat spécifique. il met en colonnes verticales : 1) le texte hébreu non vocalisé . 4) Symmaque . Elles méritent donc l’attention de la critique textuelle9. L’exercice principal de la critique textuelle est celui d’écrire des scénarios d’évolution textuelle.J. B. Mais la prudence est de mise : une variante dans une citation ne reflète pas toujours une tradition textuelle . 3) Aquila .-C.. Le texte de la cinquième colonne est une version de la Septante corrigée d’après l’hébreu et pourvue de signes indiquant les ajouts et les omissions en regard du texte hébreu. Ces réserves valent d’autant plus pour les citations en langue grecque (p. Ces citations transmettent souvent un état de texte légèrement aberrant. 9 La seule édition critique du texte de l’AT qui tienne compte des citations est la HUBP. . celles qui suivent comme secondaires. ex. dans un autre scénario. 5) la Septante . et de son bon sens.

parce qu’ils arrivent à mieux intégrer l’ensemble des données textuelles. le copiste peut écrire une fois une suite de deux mots identiques (haplographie). Dans cet alphabet.. ou.J. Le principe directeur est celui d’étudier les variantes dans leur contexte : la pratique. waw et beth). Notons encore que les textes bibliques les plus anciens ont sans doute connu une phase où ils étaient écrits en alphabet paléo-hébraïque. une variante de la version grecque dans le contexte de la version grecque. en le lisant ou en se le faisant dicter par un autre. Certains scénarios sont plus persuasifs que d’autres. Nous en distinguerons ici trois : a) Les erreurs de copiage Un scribe qui copie un texte manuscrit. il existait d’autres possibilités de confusion (p. nun et pé). Il peut renverser l’ordre de deux consonnes. il peut écrire deux fois une consonne de son texte source (dittographie). yod et tsadé. Pour un scribe hébreu copiant la Bible. il y a tout de même quelques règles. Joosten – La critique textuelle 21 Il ne s’ensuit pas que la critique textuelle serait une entreprise futile et arbitraire. Les causes de l’évolution textuelle Ci-dessus il a été signalé que la critique textuelle se fonde sur la notion d’évolution textuelle : dans une tradition manuscrite. inversement.. Il peut scinder un mot en deux. inversement. — Au niveau des unités textuelles plus grandes. il peut écrire deux fois un mot de son texte source (dittographie). Il peut confondre des consonnes dont la forme est semblable (p. est susceptible de commettre des erreurs. . De plus. ex. le copiste peut écrire une fois deux consonnes identiques qui se suivent (haplographie). voire confondre des consonnes dont la prononciation est semblable (p. on peut évoquer en particulier les possibilités suivantes : — Au niveau des consonnes individuelles. — Au niveau des mots. 1. entre aleph et taw. ex. les copies ne sont jamais entièrement conformes au modèle. outre les possibilités d’haplographie et de dittographie. ou combiner deux mots distincts en un seul.. dalet et resh. kaph et beth). tout comme il faut étudier les données du TM dans leur contexte. qui consiste à évaluer des leçons isolées est lamentable. ou. induite par la BHS et par les apparats critiques en général. Dans la mesure du possible. hé et aleph. La pluralité des formes textuelles attestées remonte à une forme unique qui n’a pas été conservée. et ainsi de suite. waw et yod. dont la fonction est surtout celle de garde-fou. il faut étudier une variante du texte Samaritain dans le contexte du Pentateuque Samaritain. le copiste peut sauter du même au même en omettant ce qu’il y a entre les deux. ex. Les causes de l’éclatement sont multiples.

le mot Mo. Un copiste est capable de moderniser une forme archaïque. il arrive que le copiste omette un passage qui commence par le même mot que le passage suivant (homoiarcton). Delitzsch. par des ajouts voire. Dans d’autres cas.15 TM Sam oAsÎn aøl MDoDh◊w « Mais le peuple ne partit pas » wosn al Mohw Dans le TM. ou de changer légèrement la syntaxe de son modèle.J. ou bien qu’il omette un passage qui se termine par le même mot que le passage suivant (homoioteleuton). . par des altérations. Le passage dont émane l’influence peut se trouver dans la même péricope. Berlin und Leipzig. « peuple ». Dans certains cas. Ce petit catalogue d’erreurs n’est pas exhaustif. Exemple 5 : Nb 12.und Schreibfehler im Alten Testament. — Certaines altérations sont de nature linguistique. par des omissions intentionnelles. est construit comme un singulier. b) L’influence de passages parallèles Il arrive très souvent qu’un passage biblique soit altéré dans le processus de copiage à cause de l’influence exercée par un autre passage plus ou moins parallèle. c) Les changements intentionnels Finalement. plus exceptionnellement. Nebst den dem Schrifttexte einverleibten Randnoten klassifiziert. les copistes interviennent parfois de manière consciente dans leur texte. a pu suivre la formulation parallèle sans se rendre compte qu’il ne reproduisait pas exactement son modèle. le copiste. Il est souvent difficile de dire si ces altérations sont conscientes ou non. La construction des noms collectifs au pluriel est une caractéristique de l’hébreu biblique tardif. dans une péricope proche ou dans une péricope éloignée — les copistes connaissaient bien leur Bible. 1920. Il énumère simplement quelques cas de figure fréquents et facilement imaginables10. de remplacer un mot rare par un mot bien connu. Joosten – La critique textuelle 22 Ainsi. ce qui indique que la tradition samaritaine est secondaire dans le présent verset. 10 F. Die Lese. le copiste a pu vouloir aligner le texte sur celui d’un passage parallèle afin d’harmoniser l’écriture. dans le Pentateuque Samaritain il est traité comme un pluriel.

la traduction arabe du Pentateuque Samaritain donne : « Vous avez été rebelles contre YHWH depuis le jour où il est entré dans une relation de confiance avec vous (mundu munâjâtihi ’iyyâkum) ». touche la prunelle de mon œil ». Le scénario proposé ici est confirmé par la Septante qui lit : aÓpeiqouvnteß h™te ta» pro\ß ku/rion aÓpo\ thvß hJme÷raß h∞ß e˙gnw¿sqh uJmi√n.tVoå. Il est difficile de déterminer la fiabilité de cette tradition. alors que le texte original lisait : « Celui qui vous touche. .12 le TM donne « Celui qui vous touche. Un mot difficile ou inattendu peut être expliqué par une glose. il s’agit d’un tiqqun sopherim. qui reflète ici sans doute l’état de texte le plus ancien. un certain nombre ne semblent pas représenter des cas réels de changements textuels. il existe des exemples possibles de corrections théologiques qui ne sont pas repris dans les listes rabbiniques. la Septante reste inexplicable). Le Pentateuque Samaritain. Mais il est possible qu’une considération théologique ait joué un rôle. Cette suggestion pouvait porter atteinte à la notion d’omniscience divine. Cette version se comprend comme l’ interprétation d’un texte hébreu conforme au Pentateuque Samaritain (à partir du TM. En d’autres cas. la motivation d’un changement textuel semble être théologique. en Za 2. d’après la tradition. Exemple 6 : Dt 9. les scribes auraient changé le texte biblique en 18 passages : ce sont le tiqquné sopherim (corrections des scribes).J. De façon analogue. touche la prunelle de son œil » . D’après une tradition rabbinique. pouvait suggérer qu’il y avait eu une époque où YHWH ne connaissait pas Israël. La correction avait ici le but d’éloigner l’idée que l’on puisse toucher la prunelle de Dieu. Le TM reflète un état de texte secondaire où la difficulté théologique a été écartée par un changement minime.24 TM MRkVtRa yI. le copiste peut ajouter un élément qui lui semble manquer dans le contexte. Par exemple.d Mwø¥yIm hÎwh◊y_MIo MRtyˆyTh MyîrVmAm wtod Mwym hwhy Mo Mtyyh Myrmm « Vous avez été rebelles contre YHWH depuis le jour où je vous ai connus » Sam Mkta « Vous avez été rebelles contre YHWH depuis le jour où il vous a connus » Cet exemple pourrait être classé comme une simple erreur due à la confusion de yod et waw. — Parfois. Joosten – La critique textuelle 23 — D’autres changements ont un caractère plus expressément exégétique. Parmi les cas cités. Inversement. « Vous avez été rebelles contre YHWH depuis le jour où il s’est fait connaître à vous ».

pour éclairer la signification d’un mot. Anderson et al. éd. mais elles demandent à être appliquées de façon intelligente. Nous avons déjà présenté quelques procédés par lesquels le texte biblique était lissé et allégé pour les lecteurs. 2. Ces règles sont valables. Barthélemy. Il ne faudra en aucun cas imaginer une récriture systématique selon certains principes théologiques. D’autre part. « Les tiqquné sopherim et la critique textuelle de l'Ancien Testament ». in G. l’erreur d’haplographie aboutit forcément à une omission. Bibliographie pour les corrections théologiques D. De même. Lectio brevior et lectio difficilior ne sont préférables que dans la mesure où elles expliquent lectio longior et lectio facilior respectivement. Cette idée est certainement correcte.. p. potior (une leçon plus difficile est meilleure). ceci est exact. on propose de privilégier la leçon la plus courte aux dépens de leçons plus longues : lectio brevior. on conseille d’adopter la leçon la plus difficile plutôt que des leçons plus faciles : lectio difficilior. la formule ne peut pas être appliquée.Bonn 1962 (SVT 9). W. Congress Volume . Les choses ne se présentent pas autrement pour la seconde formule. D’une part. sans en omettre le moindre détail. L’idée de la règle de lectio difficilior est qu’un copiste est susceptible de simplifier un texte jugé difficile. Leiden. La formule de lectio brevior se fonde sur l’idée que. Le texte biblique était considéré comme étant sacré : il fallait le transmettre intégralement. toutes autres choses étant égales.. 285-304. 1963. ou pour harmoniser le passage avec un parallèle. Mais on pouvait envisager d’y ajouter. En règle générale. la règle de lectio brevior a des limites manifestes. Mais un texte difficile peut tout aussi bien être le résultat d’une .J. des gloses figuraient dans la marge du manuscrit. plutôt qu’il ne rendra incompréhensible un texte lisse et sans aspérité. Dans certains cas. En de tels cas. Lectio brevior et lectio difficilior Deux recommandations générales sont souvent données aux critiques du texte novices. potior (une leçon plus brève est meilleure). en respectant leur logique propre. Joosten – La critique textuelle 24 Ce cas de figure est relativement peu fréquent. ou entre les lignes. Quand un copiste en se trompant saute du même au même (homoiarcton ou homoioteleuton). un copiste fera un ajout à son texte source plus facilement qu’il n’en retranchera une partie. Les copistes postérieurs ont parfois regardé ces éléments supplémentaires comme faisant partie du texte biblique : plutôt inclure trop que trop peu. il produira un texte plus court qui est néanmoins secondaire. D’autre part. par exemple pour expliquer le sens de la phrase.

Parfois.. aussi. p. Souvent. l’omission accidentelle d’un mot. que la leçon originale. l’attestation par plusieurs traditions indépendantes est . Mais en d’autres cas c’est la leçon longue qui explique la genèse de la leçon brève. Souvent. Joosten – La critique textuelle 25 corruption textuelle : la confusion des consonnes. c’est souvent le TM qui transmet la leçon la plus ancienne . dans tous les cas où la leçon originale ne peut pas être identifiée avec une certitude raisonnable. selon la logique retracée ci-dessus. Ainsi. ou plus simples. le TM forme en quelque sorte le « texte de base » du travail de critique textuelle. Un témoin hébreu a plus d’autorité qu’une traduction . peuvent créer un texte difficile et néanmoins secondaire. Nb 12. dans la pratique. ex. Parfois la genèse des diverses leçons reste inexpliquée. le TM est le texte hébreu le plus répandu et le mieux connu. les leçons secondaires seront plus longues. Critères externes et internes En critique textuelle. il est légitime de se rabattre sur le texte massorétique. le TM est connu par une tradition solide et ancienne . qualifie objectivement une leçon.6. Cas décidables et cas indécidables La discussion des variantes n’aboutit pas toujours à une décision nette. elles n’affectent guère l’interprétation du passage concerné. l’ajout ou l’omission d’un sujet explicite du verbe — ne doivent pas être résolues dans tous les cas. par contre. « tout ». exemple 3). on appelle critères externes les éléments objectifs qui qualifient une leçon donnée. 3. Il s’agit notamment de l’âge et de la quantité des manuscrits attestant la leçon. On constate simplement que différents témoins textuels ne s’accordent pas. Quelle que soit la raison de l’indécidabilité. sans qu’il soit possible de trancher (cf. 4. ainsi que de la qualité de la tradition concernée. Un tas de petites variations fréquentes — l’ajout ou l’omission de w. La préférence pour le TM en cas de doute se fonde sur plusieurs éléments : dans les cas « décidables ». « et ». le changement de nombre grammatical. l’harmonisation mécanique avec un passage parallèle. plusieurs explications se présentent. ou de lk. La distinction entre textes hébreux et traductions. un texte dont la tradition remonte plus loin dans le temps vaut mieux qu’une tradition plus récente . On pourrait remplacer les règles évoquées par une autre : la leçon la meilleure est celle qui explique les autres leçons attestées..J. la leçon limpide qui explique l’origine de la leçon opaque.

ex. ils s’accordent : la variante la mieux attestée (critère externe) est préférable du point de vue contextuel et explique la genèse des autres leçons (critères internes). une leçon supérieure selon les critères internes n’est attestée que par une tradition textuelle tardive. Les critères internes correspondent à tous les arguments logiques et contextuels qu’on peut mettre en rapport avec une leçon donnée. le Pentateuque Samaritain et la Septante à la fois. la leçon de la Peshitta pourrait être supérieure. Les deux types de critères interviennent dans le jugement de critique textuelle. la leçon la mieux attestée se présente néanmoins comme secondaire au vu des critères internes.. Néanmoins. de plus. p.2). Il faut ici Kya awhn alw « Que nous ne soyons pas comme . parmi lesquelles des traditions en hébreu. Joosten – La critique textuelle 26 préférable à l’attestation par une seule tradition. Exemple 7 : Nb 12. Myriam. C’est le cas de figure qui se présente en Nb 12. La leçon harmb est attestée par deux manuscrits de Qumran. Ou inversement. Les critères externes sont donc favorables à la leçon « Qu’elle ne soit pas… ». qui reflète une époque relativement tardive — a moins de chances d’être originale qu’une leçon transmise par le TM. Les critères internes confirment l’originalité de la leçon harmb : elle s’insère mieux dans le contexte . on peut expliquer comment la variante attestée par le TM en dérive. « lépreuse ». Dans le meilleur cas.12 TM tE. Mais les critères internes pointent dans une autre direction. La « lèpre » est souvent associée à la mort dans la Bible (cf. Les critères externes font donc pencher la balance du côté de la première : plusieurs traditions anciennes.. Dans ce cas. l’attestent. Les critères internes ont presque toujours un caractère subjectif. est donc comme un mort : « Qu’elle ne soit pas comme un mort » est une prière pour changer le sort de Myriam.8 (Exemple 1). Toutefois. Nb 5. par le Pentateuque Samaritain et par la Septante.k Sam tmk yIhVt aÎn_lAa « Oh ! qu’elle (Myriam) ne soit pas comme un mort » même traduction hyht an la LXX mh\ ge÷nhtai ws ei« i¶son qana¿twˆ « Qu’elle ne soit pas comme l’égale de la mort » Peshitta atym un mort » Une leçon attestée uniquement dans la Peshitta — une version. la leçon majoritaire ne pose pas de problèmes. les critères externes et internes se trouvent parfois en conflit.mA. la leçon harmw par le seul TM. Pourtant.J.

Ce parti pris reflète sans doute un degré de traditionalisme. En effet. « gros bétail ». on a proposé de scinder le mot Myrqb en deux et de lire : My rqbb Cwrjy Ma. beaucoup de critiques préfèrent risquer l’erreur avec le TM. Bien sûr qu’on ne fait pas courir des chevaux sur la rocaille ! Dans cette perspective. Exemple 8 : Am 6. Elle ne s’appuie cependant sur aucun témoignage textuel ancien.J.b N…wxür◊yAh « Est-ce que les chevaux courent sur la rocaille ? Est-ce qu’on laboure avec des bœufs ? » D’après le contexte. 11 Voir A. Au vu de ces difficultés. le deuxième hémistiche étonne : quoi de plus naturel que de labourer avec des bœufs ? En outre. on peut proposer une leçon nouvelle. la variante de la Peshitta se présente comme la lectio difficilior : on comprend qu’un copiste change la 1ère en la 3ème personne. Première étape : le changement de « elle » en « nous » n’est pas de nature exégétique et semble bien refléter un modèle hébreu divergent : yhn la au lieu de yht la. non attestée. section A 4).12 Myîr∂qV. Joosten – La critique textuelle 27 procéder par étapes (voit ci-dessus. mais on ne comprend pas le changement inverse.bA. Journal of Jewish Studies 32 (1981). il y a un problème grammatical : rqb. Dans ce cas. et à Moïse11. étant donnée que seule Myriam est atteinte. le prophète évoque ici des choses impossibles (adunata). la leçon « Ne soyons pas… » est intéressante : il s’agirait d’une circonlocution dont l’effet est de suggérer que la maladie qui ronge la peau de Myriam porte atteinte aussi à Aaron. 5. il s’agit d’une option recommandée par la prudence. . Il existe cependant des passages où l’ensemble des témoins textuels s’accorde sur une leçon qui paraît difficilement défendable pour une raison ou une autre. « Laboure-t-on avec des bœufs la mer ? ». p. Le contexte confirme la supériorité de la variante de la Peshitta. 56-64. En cas de conflit entre les critères externes et internes. La proposition est brillante et a été adoptée par beaucoup d’exégètes. Les conjectures En général la critique du texte se limite à la recension des variantes et à l’adjudication entre elles. « The "Euphemism" in Numbers 12:12 : A Study in the History of Interpretation ». Cooper. Deuxième étape : dans la comparaison avec la leçon majoritaire.b vwørSjÅy_MIa MyIs…ws oAlR.sA. est un nom collectif qui ne se met pas au pluriel. En même temps.

. et ce depuis une génération environ. même les conjectures les plus brillantes ont beaucoup de peine à s’imposer. Les découvertes sur le livre de Jérémie ont ouvert ici la voie nouvelle. il faut alors oser la conjecture. il s’en est trouvé un qui offre exactement le même type de texte que la Septante (4QJérb). dans certains livres bibliques. On comprend de mieux en mieux. de Josué et des Proverbes. Pour la retrouver. Des phénomènes semblables ont été constatés dans les livres de Daniel et des Rois et. mais qu’elle laisse parfois entrevoir de véritables « états de texte » au niveau d’un livre entier. En ce cas. En plus.J. Comparative Philology and the Text of the Old Testament. Il est clair que le texte de l’AT a pu subir un changement à une date reculée de sorte que la leçon originale n’est plus préservée nulle part. Winona Lake. tout au plus deux ou trois se trouvant dans le même passage. les chercheurs ont constaté un lien de parenté entre un grand nombre de variantes. dans une mesure plus modeste. représenté par la Septante et 4QJérb. édition revue et corrigée. Une telle attitude est dépourvue de tout fondement théorique. l’ordre des chapitres n’est pas le même dans la Septante et dans le TM. Des mots. 1987. Joosten – La critique textuelle 28 Un certain nombre de conjectures prennent leur point de départ dans les observations philologiques. On avait souvent attribué les divergences du texte grec au traducteur. C. des versets et des péricopes entières. reflète un stade plus ancien dans l’évolution du livre que le « texte long » du TM et des autres versions. l’akkadien ou l’ougaritique12. La Septante de Jérémie passe sous silence un grand nombre d’éléments du TM. parmi les rouleaux bibliques de Qumran. Barr. on quitte évidemment le domaine de la critique textuelle pure pour aborder des questions de l’histoire de rédaction. Cette découverte a permis de conforter l’hypothèse selon laquelle le « texte court » de Jérémie. on discute généralement une variante à la fois. Toutefois. Dans la pratique. Or. par exemple. Quelques critiques du texte refusent absolument de recourir aux conjectures. que la confrontation des témoins textuels de l’Ancien Testament ne conduit pas seulement à la correction de telle ou telle leçon corrompue dans le texte hébreu. présents dans le TM ne se retrouvent pas dans le texte grec. dans les livres d’Ézékiel. Pour tous ces livres. La critique textuelle et l’histoire de la rédaction En critique textuelle. il est probable que le modèle hébreu des traducteurs grec représente une autre 12 Un grand nombre d’exemples sont discutés dans le livre de J. Certains mots hébreux ont vraisemblablement été oubliés dans la tradition et peuvent être recouvrés par un recours aux langues sémitiques anciennes.

. la priorité historique n’appartient pas forcément au texte « égyptien » : en Jérémie le modèle de la Septante est plus ancien que le TM. p. jettent une lumière sur la réception du texte et sur le sens qu’il a pu avoir pour des générations de lecteurs. p. La nouvelle approche en critique textuelle se dessine surtout depuis la seconde moitié du XXe siècle. 13 Voir Magne Sæbø. p. Certains changements témoignent d’une prise de position théologique ou idéologique : les scribes anciens ont adapté le texte à la compréhension qu’ils en avaient. les Targums (Z. Bogaert. Bibliographie P. II Le texte. 1996.J. Progressivement. 652-656. miroir de l’histoire de l’interprétation Lorsque la critique textuelle de l’AT naît en tant que discipline scientifique. Schulz-Flügel). mais en d’autres livres le rapport peut être inversé. 363-406. bien que secondaires. la Peshitta (M. atteindre un stade du texte plus ancien que celui qu’attestent les manuscrits. 323-331. Bien sûr. la Vulgate (E. 587-611. Elle va de pair avec un mouvement plus général dans la recherche exégétique. en certains cas. Levine) . les textes hébreux (E. les chercheurs ont réalisé que ce but ne pouvait être réalisé : on peut.) Hebrew Bible / Old Testament. Les témoins du texte biblique plongent leurs racines dans les mêmes époques et dans les mêmes milieux que les premiers exégètes bibliques13. Weitzman) . Part 1 : Antiquity. la Septante (J. se révèlent être dignes d’intérêt. aux commentaires patristiques. p. 4966. Et ce n’est pas du seul fait d’erreurs mécaniques de transcription qu’il évolue. Revue biblique 101 (1994). Tov) . Wevers) . Au crépuscule de l’ère moderne. Joosten – La critique textuelle 29 édition que le TM. les biblistes s’intéressent à nouveau aux interprétations juives anciennes. longtemps rejetés au nom de la recherche du texte authentique. p. avec quelques précurseurs au XIXe (notamment Abraham Geiger). Le texte biblique est vivant. 84-107. Volume I : From the Beginnings to the Middle Ages (Until 1300). son seul objectif est l’établissement du texte original. « Le livre de Jérémie en perspective : les deux rédactions antiques selon les travaux en cours ». Göttingen. (éd.-M. Vandenhoeck & Ruprecht. Cette relativisation de la recherche du texte original va de pair avec une curiosité pour les facteurs susceptibles d’altérer le texte. mais le texte original reste hors de portée. Ces changements. Les lectiones faciliores et longiores. au XVIIe siècle. On trouvera ici un aperçu des différents témoins textuels dans la perspective de l’histoire de l’interprétation : p. The History of Its Interpretation. à savoir l’appréciation renouvelée pour l’histoire de l’interprétation.

b hÎwh◊y MRkSayIb◊n h‰yVhˆy_MIa algtm ana Nywzjb ywy ana Nyybn Nwkl Nwhy Ma Litt.10 tAo∂rOxVm h´…nIh◊w MÎy√rIm_lRa NOrShAa NRpˆ¥yÅw gRlDÚvA. qui la transforment de l’intérieur et l’enrichissent. par la paraphrase d’une syntaxe difficile. à d. Le Targum résout le problème en ajoutant un pronom personnel de la 1ère personne marquant le passage. ils sont attestés par une tradition manuscrite relativement tardive. comme la neige. Exemple 10 : Nb 12. elle était lépreuse. sans être nul. Il veille à transmettre une compréhension du texte qui soit en adéquation avec la doctrine officielle.. est du moins très restreint.J. moi YHWH je me révèle à eux par des visions ». Il actualise le texte en introduisant des références à des événements ou des idées connus des lecteurs. Tant que la lèpre n’a pas été constatée par un prêtre. L’intérêt pour le phénomène du Targum Les Targums juifs se situent consciemment dans le sillage du TM. Le Targum harmonise constamment le texte avec son contexte proche et lointain. L’adjectif « lépreuse » a été traduit par deux équivalents différents pour accorder le verset avec la halakha. A. Les Targumistes réagissent aux moindres aspérités du texte. Aaron se tourna vers elle et voici. si on quitte le point de vue de la critique textuelle classique. Tg Onkelos arygs ahw Myrm twl Nwrha ynptaw agltk arwj Myrm ahw Et voici que Miryam était blanche comme la neige.6 o∂. Aaron se tourna vers elle et voici. le diagnostic n’est .k tAoårOxVm MÎy√rIm h´…nIh◊w Et voici que Miryam était lépreuse.mA.dÅwVtRa wyDlEa hDa√rA. Le TM est difficile. surtout à cause du passage brusque de la 3e à la 1ère personne. YHWH dans une vision à lui je me fais connaître » Tg Onkelos Nwhl « Si vous avez des prophètes. Par contre. et ils offrent souvent une paraphrase assez lâche du texte hébreu. Joosten – La critique textuelle 30 Nous présenterons brièvement quelques développements récents dans la discipline de la critique textuelle. l’apport des Targums à la recherche du texte original. elle était à exclure (c. le Targum se présente comme un phénomène fascinant. elle devait être mise en quarantaine). : « S’il y a votre prophète. par l’explication de mots peu connus. Pour toutes ces raisons. Exemple 9 : Nb 12.

on arrive à excuser partiellement Miryam : elle n’avait pas agi par jalousie. éd. « Miryam était blanche comme la neige ». le Targum Onkelos relate que Moïse avait renvoyé sa femme. Paris. C’est pourquoi on traduit. 1967-. La deuxième occurrence du mot est donc traduite. Ensuite. d’où Zippora aurait déduit que Moïse ne s’occupait pas bien de sa femme. mais par un souci légitime. le divorce de Moïse). B. Miryam. Il faut consulter le midrash pour comprendre à quoi il est fait référence : Moïse s’était séparé de sa femme pour se consacrer à son ministère prophétique 14. Cerf. « voici. Bien sûr. mais il sert à relier les thèmes hétéroclites juxtaposés dans ce chapitre. H.J. loin de critiquer. Aaron. les solutions proposées par le Targum ne correspondent pas toujours au sens original du texte hébreu. J. celui de la femme de Moïse et celui de la prophétie. 98. En même temps. Ce roman ne trouve pas d’assise dans le texte (voir cependant Ex 18. Leipzig. fait sa constatation : il s’agit bien de la lèpre. la Septante s’est depuis longtemps révélée comme une source très féconde de leçons potentiellement plus anciennes que celles des autres témoins textuels. Horovitz. Collegeville. Liturgical Press. Ainsi.27). le prêtre. Targum du Pentateuque. Zippora se serait exclamé : « Malheur aux femmes de ces gens-là ». Une révolution dans l’approche de la Septante Au contraire du Targum. 1978-1981. Or ce jugement vaut exclusion du camp. Bibliographie R. p. Pour les Targums des prophètes et des écrits on peut consulter la traduction anglaise éditée dans la série The Aramaic Bible. les problèmes textuels auxquels réagissent les Targumistes sont bien réels. on n’observe que les symptômes.2. Voir Siphré Bammidbar. Le Déaut. Minnesota. S. 14 Comment Myriam a-t-elle su ce qui se passe dans l’intimité entre Moïse et Zippora ? Le midrash raconte que Myriam se trouvait à côté de sa belle-sœur au moment où un jeune homme est venu dire qu’Eldad et Medad prophétisaient dans le camp (Nb 11. Robert. 1917. au début du récit de Nb 12. . Les Targums incorporent souvent des éléments légendaires pris dans les midrashim. Joosten – La critique textuelle 31 pas certain . elle était à exclure ». a voulu simplement mettre en garde son frère qui négligeait le commandement : « soyez féconds et multipliez-vous ». Le Targum aide l’exégète à formuler les questions posées par le texte. Par contre. tomes I-V (Sources chrétiennes).

Le Déaut.18 se lit clairement dans le Targum du Pseudo-Jonathan. un Targum? ». Kuntzmann. Tout l’effort de 15 R. la Septante montre une parenté typologique avec le Targum. Joosten – La critique textuelle 32 Pourtant.18-23 : Dieu montre sa gloire à Moïse.t par « gloire » se trouve dans l’ensemble des Targums. Il n’est donc guère étonnant de trouver les mêmes interprétations dans les Targums : la traduction de hÎn…wmV. Congrès de Strasbourg 1983 (Lectio Divina 119). s’intitule un article de Roger Le Déaut qui a fait date15. Notons encore que le verbe « voir » est mis au passé. « La Septante. « gloire ». ni sa forme.8 fyI. On notera aussi une différence importante entre la Septante et le Targum : le Targum évolue aux côtés du TM. puisque le texte hébreu est là pour corriger les aberrations . p. in: R. dans la recherche récente on a tendance à souligner un autre aspect de la Septante. pour résoudre un problème théologique. voire par une autre équipe. mais seulement sa gloire. l’adapte à son lectorat. la Bible déclare que : « Nul homme qui voit Dieu ne peut rester en vie » (Ex 33. tandis que la Septante est venu le remplacer. les traducteurs grecs essaient en général de donner à leurs lecteurs une version aussi précise et aussi complète que possible.bÅy hÎwh◊y tÅnUmVt…w « Et il contemple la forme de YHWH » LXX kai« th\n do/xan kuri÷ou ei•den « Et il a vu la gloire du Seigneur » La Septante traduit le mot hÎn…wmV. Dans la récente traduction annotée de la Septante élaborée dans la série La Bible d’Alexandrie. Schlosser. « La Septante. Certains voudraient écrire une « théologie de la Septante ». 1984.J. Études sur le Judaïsme hellénistique. Paris. par do/xa. En somme. Selon le texte grec. J. on est passé dans la LXX à un événement unique. Les leçons interprétatives sont nombreuses dans la Septante. En effet. Le succès d’une telle entreprise est loin d’être assuré. Dans ces deux détails.20). L’ancienne traduction grecque explique son texte source. 147-195. très peu de place est accordée à la recherche du texte primitif. mais des interprétations. « forme ». Le texte grec fait certainement référence à ce qui est raconté en Ex 33. Moïse ne voit pas Dieu. Les Targumistes peuvent se permettre des libertés. De la vision mystique récurrente du TM. Certains spécialistes ont essayé de les rassembler et de les mettre en système. Exemple 11 Nb 12. la Septante « targumise ». un Targum ? ». (éd. . la référence à Ex 31. l’actualise.). Il est donc difficile de généraliser. Chaque livre de la Bible a été traduit par un autre traducteur. Les variantes les plus intéressantes de la Septante ne sont pas des leçons originales.t.

malgré un certain nombre de variantes. Le texte biblique est transmis avec une grande fidélité dans les rouleaux de Qumran. voire homilétiques. le texte biblique lui-même. Les pesharim. on a passé au peigne fin les textes bibliques afin de trouver des variantes « sectaires ». « commentaires » sectaires consacrés à certains livres bibliques. Il en va autrement des traditions textuelles transmises en hébreu : s’il s’agit ici d’éditions du texte. Paris. ou très peu. Tendances exégétiques dans les rouleaux de Qumran La présence d’éléments exégétiques. C.bVcˆy hRa√rˆy wøvVpÅn lAmSoEm rwa hary hwCpn lmom « Après les tourments de son âme.J. Toute traduction est en même temps une interprétation. Exemple 12 És 53. Cerf. Pour les rouleaux de Qumran. il verra et sera rassasié » 1QIsaa obCyw « Après les tourments de son âme. montrent que la théologie des scribes pouvait entraîner çà et là des modifications textuelles. l’exemple du Pentateuque Samaritain montre qu’une édition hébraïque peut proposer une lecture très orientée du texte.11 oD. on ne s’attend pas a priori à trouver des éléments interprétatifs. Comme cela a été dit ci-dessus. et qu’amplifient dans bien des cas les Pères de l’Église. elles aussi. l’originalité s’exprime dans le commentaire et n’affecte pas. Quelques exemples seulement. dans une traduction n’étonne guère. Joosten – La critique textuelle 33 l’entreprise se dirige vers la lecture de la Bible que font les traducteurs. 1986-. induites par le système théologique particulier du groupe producteur. Le résultat de ces recherches reste assez maigre. Mais justement. le Pentateuque Samaritain donne réellement une version samaritaine de la Torah. il verra la lumière et sera rassasié » . donné une version particulière du texte. Le phénomène pose la question de savoir si d’autres traditions hébraïques n’auraient pas. montrent l’audace et l’originalité de l’exégèse qumranienne. Bibliographie La Bible d’Alexandrie. Néanmoins.

Après la publication de l’ensemble des manuscrits. Urschrift und Übersetzungen der Bibel in ihrer Abhängigkeit von der innern Entwicklung des Judentums. Beaucoup de chercheurs pensent qu’il reflète le texte original. p. mais pas beaucoup.11 constitue donc. la suite du verset : « par sa connaissance mon serviteur justifiera beaucoup d'hommes »). Depuis les jours d’Abraham Geiger. Les corrections des scribes et la révision théologique du texte massorétique Finalement. « Le juste marche dans son intégrité »). N’est-il pas probable que ce texte aussi a été modifié dans certains passages en accord avec la théologie du groupe qui l’a transmis ? Le TM émerge durant l’époque du second temple. achevée récemment.dAx wøtwømV b hRsOj◊w « Le juste trouve un refuge (même) dans sa mort » oJ de« pepoiqw»ß thvØ e˚autouv oJsio/thti di÷kaioß « Le juste se confie en sa propre intégrité (= wmwt) » La Septante reflète probablement le texte original (cf. Pr 20. il montre que la conception de l’illumination intellectuelle se rencontre dans certains textes pré-gnostiques. « dei√xai aujtw◊ˆ fw◊ß ». il faudrait reprendre ce dossier.J.7. Exemple 13 Pr 14:32 qyî. celui de la résurrection des 16 I. L’ajout de la lumière en És 53. L. Un avis contraire est exprimé par Seeligmann16. « intégrité ». pour Seeligmann. Geiger. Celui-ci observe que la Bible hébraïque n’associe jamais la lumière à la connaissance (cf. Seeligmann. Mais Geiger a observé que la version du TM correspond à un théologoumène pharisien bien connu. Le TM résulte d’une inversion des consonnes du mot Mt (Mwt). une modification tendancieuse du texte hébreu. dans la Septante et dans les écrits de la secte de Qumran. la même question se pose par rapport au Texte Massorétique. Joosten – La critique textuelle 34 Le nom « lumière » se lit aussi en 1QIsab et dans la Septante. 1857. on a inventorié un certain nombre de passages où la confrontation des témoins textuels montre l’existence de corrections théologiques dans le TM17. D. . Ensuite. Textus 21 (2002). La variante pourrait être due à une erreur de copiste. 107-128 (version anglaise d’un article publié en hébreu en 1958). Peut-on montrer que les scribes de cette époque ont pris des libertés avec le texte biblique qu’ils ont transmis ? La réponse à cette question paraît être : oui. 17 Voir A.

Un autre exemple a été signalé ci-dessus (Dt 9.1-2. Ce qu’on ne peut pas prouver c’est qu’un travail systématique ait été entrepris afin d’aligner le texte hébreu pré-massorétique sur un système théologique quelconque. Oxford. De tels cas témoignent d’un processus qu’on pourrait qualifier. D’un autre point de vue. Plutôt qu’une erreur aléatoire le TM serait le résultat d’une modification plus ou moins consciente en accord avec la théologie des scribes.2 …wrE. The Orthodox Corruption of Scripture. on peut soupçonner une correction malgré l’unanimité des témoins textuels.J. d’après une formulation de Bart Ehrman. À côté des passages corrigés. En d’autres cas. à la manière du Ps 82.11-12). En omettant le yod du pluriel. même au niveau de l’hébreu.t q®dRx MRlEa MînVmUaAh q®dRx MyIlEa MînVmUaAh « En vérité est-ce en vous taisant que vous rendez la justice ? » Proposition de correction …wrE. on a créé un texte obscur mais sans trace de polythéisme. ô Dieux. est-ce la justice que vous rendez ? » Le TM est grammaticalement difficile. le désaccord des témoins montre que le texte a pu être « bricolé ».bådV. de « corruption orthodoxe de l’écriture »18. Les versions ne sont d’aucun secours. mais en même temps il faut que l’écriture se conforme aux idées de la communauté. Dans ces deux cas. garants de la justice.. on dira aussi que les corrections des scribes montrent que la réception et l’explication de la Bible commence dans son histoire textuelle. Exemple 6). 1993. . 18 Voir B. Ehrman.t « En vérité. Les religions du livre développent un rapport dialectique aux textes : la communauté croyante se conforme à l’écriture.24. Les corrections qui ont été apportées témoignent plutôt d’un processus aléatoire et non systématique.. Exemple 14 Ps 58. p.bådV. Psaumes de Salomon 3. Joosten – La critique textuelle 35 justes (cf. le polythéisme qu’il implique a pu poser problème à une époque où le monothéisme d’est imposé. on trouve des passages présentant le même problème théologique qui sont néanmoins transmis tels quels. Ehrmann montre comment le texte du Nouveau Testament a été modifié par les polémiques doctrinaires des trois premiers siècles chrétiens. Beaucoup d’exégètes estiment que le texte original s’adressait aux dieux. Même si le verset exprimait une critique envers les dieux. ex. D.

Joosten – La critique textuelle 36 E. ces passages formeront souvent le point d’entrée qui permet d’aborder le message profond et original. Mais ce n’est pas le lieu ici d’aborder des questions de dogmatique. Quelque soit le texte original. Conclusion Dans la perspective nouvelle. la simple existence de leçons divergentes peut indiquer que le passage en question pose problème. l’observation des leçons variantes peut attirer l’attention sur un « nœud » dans le texte. Plutôt que de viser toujours à reconstruire le texte original unique. . Pour l’exégète. Les options qui s’offrent au critique du texte correspondent souvent aux options fondamentales qui s’offrent à l’exégète. l’indécidabilité foncière de beaucoup de questions de critique textuelle devient moins gênante. qui valorise les leçons secondaires comme autant de témoignages d’une réception vivante de l’écriture. on se rend à l’évidence d’une certaine pluralité textuelle.J. Sur le plan pratique. Un tel constat n’est pas irréconciliable avec la doctrine de l’inspiration de l’écriture.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful