You are on page 1of 3

2.

Photoneuroendocrinologie : rythme et cycle biologique Introduction
Rythme : changement quantitatif se produisant à intervalle régulier. Cycle : Série répétitive d’événements ou de changements d’état avec des séquences d’apparition constantes. Tous les êtres vivants ont des rythmes et des cycles : • Cycle veille - sommeil • Cycle diurne - nocturne • Involution • Reprise de l’activité sexuelle • Cycle d’hibernation • Cycle métabolique •… Tout cela est régi par des horloges génétiquement programmées. Le rythme des êtres vivants sur terre se déroule sur une période de temps proche de 24 heures (circadien). Il est influencé par des facteurs photiques, sociaux, … Avec l’âge, l’horloge biologique se dérègle.

Horloge circadienne
L’horloge circadienne se situe dans les noyaux supra chiasmatiques du cerveau, au-dessus du chiasma optique et proche de l’hypophyse. C’est l’horloge principale. Au niveau des tissus, il existe des horloges locales. Les cellules en culture ont une horloge. L’horloge circadienne se trouve donc dans les gènes. Le modèle qui prévaut aujourd’hui : des rétrocontrôles impliquent l’expression rythmique d’ADNm qui codent pour des protéines qui elles-mêmes interagissent, rétroagissent, comme facteur de transcription sur leur propre transcription Différents types de neurones impliqués : – – – n. à AVP (vasopressine) n. à VIP (peptides vasoactifs intestinaux) n. à GRP (gastrine ici neurotransmetteur)

Ces neurones sont disposés de manière dissymétrique : Le corps reçoit les afférences, c’est la partie ventrolatérale, son rôle est la synchronisation (lumière); la partie dorsmédiale envoie des efférences, transmission du signal. Ces neurones présentent eux-même une rythmicité. Les axones des noyaux suprachiasmatiques se dirigent vers d’autres régions du cerveau : groupe de neurones hypothalamiques qui sont eux-mêmes les centres de la régulation hormonale ( -> GnRH, CRH,... ) Par conséquent, la LH, la corticostérone ou la mélatonine ont des rythmes circadiens. ExLa métonine

La mélatonine est élaborée par l’épiphyse où glande pineale se trouvant au toit du diencéphale. Lumière oeil (peut-être photorécepteurs capables de transporter l’influx au noyau suprachiasmatique) noyau suprachiasmatique

mœlle épinière ganglion cervical superficiel Mélatonine (renseigne sur le temps).

glande pinéale

La mélatonine agit sur l’hypophyse et d’autres tissus comme le TD, les organes génitaux, le cerveau, … Elle est élaborée à partir du tryptophane et stimule l’organe gonadotrope de l’hypophyse Épiphyse ou glande pinéale : • Cellules principales • Cellules de soutient • Capillaires (glande endocrine) Chez les animaux + « primitifs » cette épiphyse est située sous le crâne± transparent, c’est un organe creux avec une espèce de rétine. Ici les cellules principales ressemblent à des photorécepteurs avec des replis et tout et tout. Chez les reptiles, il existe encore un aspect de photoréception (réduit) tendit que chez les mammifères ces cellules ont quasi complètement perdu leur photo réception. Espèces en jours court et en jours longs : Espèces se reproduisant en jours courts : (ovin) dès que la lumière diminue, augmentation de l’activité (automne, hiver). Espèces se reproduisant en jours longs : (cheval) Dès que la lumière augmente, augmentation de l’activité (printemps, été). En vétérinaire, des implants de mélatonine sous la peau permettent de contrôler tout ça. Chez les ovins, ça stimule la reproduction Chez la jument, c’est plus compliqué : il faut des implants de mélatonine suivit de leur suppression ou un agent chimique bloquant. Autre implication : la pousse des poils dépend de la durée du jour.