You are on page 1of 24

I/ Définitions

Historiquement, le mot personnalité vient du mot latin perso na qui est dérivé de l¶étrusque, persona désigne le masque de théâtre antique grec . William Sheldon définie la personnalité: « La personnalité est l¶organisation dynamique des aspects cognitifs, affectifs, conatifs (l¶aspect cognitif ±les aptitudes- et les émotions ±sentiments-), physiologiques et morphologiques de l¶individu. » Ensemble de caractéristiques affectives, émotionnelles, dynamiques relativement stables et générales de la manière d¶être d¶une personne dans sa façon de réagir aux situations dans lesquelles elle se trouve.

Selon Cattel:
« La personnalité est ce qui permet une prédiction de ce que va faire une personne dans une situation donnée. »

Selon Capdevielle:
« La personnalité peut se définir comme l¶ensemble des traits de caractère (émotionnels et comportementaux) qui caractérise un individu dans son fonctionnement quotidien. Elle reste relativement stable et constante. »

II/Les composantes de la personnalité 
Tempérament :
D¶abord il y-a quatre grands tempéraments : les colériques, les flegmatiques, les mélancoliques, et les sanguins. Style constitutionnel de comportement manifestant une certaine constance selon les circonstances et au cours du te mps. La définition du tempérament met davantage l¶accent sur les facteurs biologiques des régularités individuelles dans le style des conduites. 

Caractère :
Résume la manière dont cette personne réagit habituellement dans une situation donnée. On dit alors que cette personne possède tel ou tel trait de caractère. Pour mieux comprendre par exemple, on dit d¶une personne qui aime faire plaisir aux autres qu¶elle est généreuse, altruiste. 

Comportement :

Ensemble de phénomènes observables de façon externe do nt la fréquence et les enchaînements sont susceptibles de se modifier. 

Trait
Un trait représente une caractéristique durable, la disposition à se conduire d¶une manière particulière dans des situations diverses. Les traits habituels sont à titre d¶exemple l¶impulsivité, la générosité, la sensibilité ou l¶honnêteté. On parle aussi de « sous-dimensions » de la personnalité. Il faut alors considérer que les traits « ou sous-dimensions » sont habituellement considérés sur un continuum, allant d¶un extrême à l¶autre. 

Attitude
Système organisé et relativement stable de dispositions cognitives d'un sujet vis à-vis d'un objet ou d'une situation dont il évalue le contenu comme vrai ou faux, bon ou mauvais, désirable ou indésirable. La définition la plus acceptée de ce concept est celle d¶ALLPORT en 1935 qui définit l¶attitude comme étant « un état mental de préparation à l¶action organisé à travers l¶expérience, exerçant une influence directive et dynamique sur le compor tement ». 

L·hérédité :
L'hérédité se compose des programmes génétiques qui président à la formation des caractéristiques de la personnalité, des traits de caractère et des tempéraments de vos jeunes enfants. L¶enfant vient au monde préprogrammé dans sa p ersonnalité. Il n'est pas une table rase, une ardoise propre, sur laquelle vous inscrirez son caractère. Disons plutôt qu'une partie importante de son caractère s'impose comme une donnée. A vous d'optimiser son développement, en le portant au faite de son potentiel. Chaque enfant doit être abordé différemment, en tenant compte de sa nature, comme nous l'enseignent nos Sages à propos du proverbe " Eduque l'enfant selon sa voie ". Ceci signifie qu'il faut instruire l'enfant à recourir à des techniques qui conviennent à sa personnalité, donc à ce que sa personnalité a d'unique. Toute personnalité et différente de l¶autre, certes il existe des points de ressemblance simplement aucune personnalité n¶est identique à une autre.

de descendants et de collatéraux se sont révélées utiles dans le cas de certaines maladies mentales. Nous citerons notamment l¶hérédité.  La famille : On mesure un trait chez des individus appartenant à la même famille. Pour les enfants ceci se voit avec leurs camarades de jeu ou de classe. vient après d¶autres groupes au fur et à mesure que l¶être humain grandi. il est vrai que la culture exerce une influence et peut déterminer collectivement les grands traits d¶une population. Si le trait s¶observe plus fréquemment chez les descendants d¶une personne qui le manifeste que chez les descendants d¶une personne dépourvue de ce trait.  Appartenance à un groupe L¶appartenance à un groupe existe dès la naissance car le premier groupe auquel nous appartenant et sans l¶avoir choisi est celui de la famille. les adolescents appartenant . il faudra s¶intéresser aux facteurs qui y sont responsables.  La culture : Dans aucun pays donné ne se démarque en théorie un type de personnalité dominant. Ainsi. Les études généalogiques portant sur pl usieurs générations d¶ascendants. L¶exemple du lieu de contrôle est tout à fait illustratif sur ce point. on peut conclure qu¶il bénéficie sûrement d¶une influence héréditaire. la plupart des personnes croient qu¶elles peuvent diriger leur propre vie alors que dans les sociétés du Moyen -Orient. la famille. la culture.Afin de pouvoir mieux comprendre pourquoi les individus sont différents les un des autres. En Amérique du nord par exemple. Néanmoins. les expériences vécus et enfin l¶appartenance aux groupes ce sont c¶est facteurs qui font toute la différence entre chaque être humain. ces mêmes aspects de l¶existence seront considérés comme dépendant du seul contrôle de dieu. les personnes ayant un gout marqué ou au contraire une aversion pour le risque se retrouvent partout à travers le globe. comme la schizophrénie et les troubles de l¶humeur. Le fait que des individus de cultures différentes peuvent ne pas percevoir de façon identique leur degré de contrôle sur l¶environnement. qui provoquent les différences de la personnalité et qui se regroupent en plusieurs grandes catégories.

toute à la fois. Il est évident que les épreuves vécues et les circonstances rencontrées interviennent dans le contexte des autres catégories d¶influences dé jà énumérées. Donc selon lui la construction de la personnalité est achevée à l¶adolescence. Par exemple. l¶estime dans laquelle on se tient soi même se développe en fonction d¶une série de facteurs -les buts que l¶on a eu l¶occasion d¶atteindre et les désirs que l¶on a pu réaliser. et cela ne pourra avoir de limite car même au troisième âge nous pouvons appartenir à un ou plusieurs groupe.aux groupes de football par exemple ou encore à des groupes qui ont tendance à suivre une certaine mode. culturel. de traits ou tendances héréditaires et d¶expériences vécues. ceci dit que toutes les autres expériences de la vie qui viennent après l¶adolescence n¶ont aucun impacte sur la construction de la personnalité Stade oral. Un environnement inadéquat au début de la vie peut laisser des séquelles importantes chez l¶enfant. qui permettent de faire la distinction entre chaque personne. la vie de chaque individu est unique en son genre à cause des événements et épreuves spécifiques que chacun a traversés. C¶est ainsi que toute une série d¶événements complexes et d¶interactions avec d¶autres personnes contribuent à déterminer le degré d¶estime que l¶on se porte à soi même ± élément qui fait partie de la personnalité chez un adulte. l¶ascendant que l¶on a su exercer sur les autres. . Ce sont toutes ces appartenances et ces expériences ainsi que la place qu¶avait la personne vis-à-vis des autres membres du groupe. Les expériences se produisent dans le cadre de l¶environnement biologique. la zone de plaisir c¶est la bouche qui satisfait le besoin de se nourrir et la recherche de l'affection. et l¶impression d¶être vraiment apprécier par autrui. Selon Freud. physique et social d¶une personne. jusqu¶à l¶âge adultes ou l¶Homme fait parti d¶un groupe de travail et à un groupe de professionnels. Tous ces facteurs étant modifiés par les attaches culturelles.  Les expériences vécues Outre ses particularités d¶ordre génétique. Ces circonstances peuvent avoir des effets déterminants sur la personnalité. familiales et sociales. La personnalité d¶un individu est le produit. Nous devons prendre en compte toutes ces influences quand nous essayons de comprendre la formation de la personnalité. les 5-6 premières années constituent une pé riode sensible pour la personnalité. familial et social.

la zone de plaisir c¶est l¶anus qui satisfait un besoin d'évacuation des excréments Stade phallique. Maturité 0 ² 1an 1 ² 3 ans 3 ² 5 ans 6 ² 11 ans 12 ² 18 ans 19 ² 35 ans 35 ² 50 ans 50 ans et + Confiance Autonomie Initiative Activité Identité Intimité Généralisation Intégrité du moi Les théories des Les grandes écoles de pensée . Bien que sa théorie soit basée sur les stades psycho-sexuels freudiens. Eric Fromm. la zone de plaisir c¶est l¶organe génital qui satisfait un besoin en touchant l'organe en question.Stade anal. Musculaire-anal 3. Age adulte 8. Début de l·âge adulte 7. Adolescence 6. La théorie d¶Erik Erikson Certain psychanalystes tel que Karen Horney. Latence 5. Oral-sensoriel 2. John Bowlby ou Erik Erikson restèrent associés à la psychanalyse freudienne tout en la faisant évoluer dans de nouvelles directions. Stade Age Positif Choix Négatif méfiance honte et doute culpabilité infériorité confusion de rôle isolation stagnation désespoir 1. il s¶est plus intéressé aux aspects psychosociaux des périodes de la vie qu¶à leur aspect biologique. Locomoteur-génital 4. Erik Erikson a identifié huit stades de développement. Il conçoit le développement humain comme une série de conflits que la personne doit résoudre.

mais un médecin pratiquant la psychothérapie. Il recherche uniquement la satisfaction des instincts sans aucune considération de morale ou de logique. cognitive et aussi humaniste. Le ça est le réservoir inconscient des ressources psychiques de la personne : il est constitué de l¶héritage instinctuel de l¶individu et fournit l¶énergie à la personnalité. Il a donc établi les bases de sa théorie en induisant un modèle du comportement à partir du traitement de ses patients.L¶approche psychanalytique Freud le fondateur de l¶école psychanalytique n¶était pas un expérimentaliste. le moi et le surmoi. il a favorisé une approche descriptive et spéculative. Il est mu par le principe de réalité : il cherche à gratifier les demandes du ça en exploitant le monde extérieur et en essayant de s¶adapter à ses contraintes. 1. Il fonctionne selon le principe de perfection. est identifié principalement au nom de Burrhus Frederic Skinner. Dès le début de ses travaux. L¶approche behavioriste Le behaviorisme moderne. de l¶étude de la littérature et de l¶histoire du monde. Par la suite. un des psychologues contemporains les plus connus.L¶évolution de science du comportement a été influencé par les approches des grandes écoles tel que celle psychanalyste. Il importe alors d¶analyser les contributions de chacune de ces écoles de pensée afin de connaître l¶ensemble des connaissances scientifiques apportées par la psychologie. Le surmoi est l¶instance morale de la personnalité : il résulte de l¶introjection des exigences des parents et de la cultur e. Il est dirigé par le principe du plaisir. il a développé son modèle en se centrant sur l¶étude de cas individuels et en tentan t de dégager des constantes dans le comportement de ses patients au cours du processus de psychanalyse pour les relier ensuite à des concepts de base. behavioriste. Le moi est le système conscient qui gouverne les deux autres instances de la personnalité en interagissant avec le monde extérieur. Freud a conceptualisé trois ensembles de forces psychiques : le ça. de l¶analyse de son propre inconscient. Pour décrire la structure de la personnalité. issu des travaux de Watson et Pavlov. .

Il a ensuite appliqué ses principes à l¶étude systémique du comportement humain. Il ne nie pas l¶importance de l¶hérédité. Pavlov et Watson ont démontré il y a fort longtemps que le comportement répondant peut être conditionné.L¶idée Skinner n¶est pas un théoricien au sens typique du terme. Selon lui. Par exemple. Ce principe a été énoncé suite à une expérience célèbre au cours de laquelle Pavlov a réussi à faire saliver un chien au simple son d¶une cloche. Skinner distingue deux types de comportements : le comportement répondant et le comportement opérant. Dans son approche. après avoir couplé plusieurs fois ce son avec la présentation de nourriture. Selon lui. Le comportement de l¶homme est déterminé par des événements passés et présents qui se sont produits dans l¶environnement auquel il appartient. La plupart de ses recherches ont d¶abord été eff ectuées en laboratoire avec des animaux. car c¶est lui qui contrôle les processus d¶adaptation et de développement. Il s¶agit en quelque sorte d¶un comportement reflexe dans lequel le stimulus précède la réponse. mais pour lui l¶environnement est de première importance. . Le comportement répondant est un comportement spécifique qui est causé par un stimulus spécifique. « l¶autonomie ». c'est -à-dire qu¶un stimulus originellement neutre peut causer un comportement après avoir été associé au stimulus précis qui cause le comportement. seule l¶observation des événements (stimuli) et des comportements qui en résultent (réponses) peut expliquer comment un ind ividu fonctionne. « le choix individuel ». Il emploie donc une méthode expérimentale très stricte et insiste sur la nécessité d¶utiliser des définitions opérationnelles pour déterminer précisément la relation de cause à effet entre les facteurs environnementaux et les comportements observables qu¶ils occasionnent. il n¶ ya pas de place pour des concepts aussi vagues et abstraits que « l¶instinct ». la théorie n¶est utile que si elle représente formellement des données recueillies et analysées scientifiquement. la vue de la nourriture stimule la salivation.

nous devons pénétrer dans son monde fait de différentes significations. l¶auto-actualisation est un concept très important et il est réservé à une partie infime des individus. Kelly estime que les individus sont gouvernés par un principe interne qui est la manière dont ils agencent les événements du monde extérieur. Théorie Humaniste : Dans la perspective humaniste. Selon Maslow : Pour Maslow. conscient et rationnels. Il considère l¶individu dans son entièreté. Pour lui. Maslow considère que les individus sont fondamentalement bons. Rogers estime qu¶en fonction de leurs expériences. Rogers est le représentant du courant humaniste. Les besoins : . Cette approche implique que si nous voulons connaître une personne.Théorie cognitive Nous avons le modèle de George A . Maslow est Considéré comme le principal meneur de l¶approche Humaniste. Même si le mécanisme est interne. Rogers et Maslow. sa spontanéité . Contrairement à Rogers. les individus décident de ce qu¶ils vont faire et ce qu¶ils vont être. les individus sont acteurs de leur destinée et de leur évolution. il est influencé par un élément exte rne: Les relations sociales. on trouve deux figures. les hommes sont tournés vers le futur et ils sont déterminés par leurs prédictions des événements futurs. Kelly donne peu d¶importance au passé. Kelly qui semble avoir des assises scientifique.

Les types de personnalité 1/ Définition : Un type correspond à un ensemble de caractéristiques qui nous servent à décrire les autres ± ou à nous décrire nous-mêmes ± dans la vie courante. migraines. Ces maladies ont d¶ailleurs . etc. Le sanguin est exposé à des infections. ou qu¶on parle de tempérament. à la mort subite vers la cinquantaine. Accidents plus banaux réservés aux sanguins : colique hépatiques. avant tout. de boisson de travail. Qu¶on les nomme dispositions. fluxions pulmonaires. Il a besoin de mouvement. rhumatismes. un type est en fait. Il se vante volontiers de n¶avoir jamais à consulter le médecin ! Et s¶il tombe malade. Ce genre d¶homme est docile au traitement tant qu¶il souffre . Son embonpoint fait souvent l¶admiration de l¶entourage« Ses excès sont nombreux : de table. solide. Son esprit. ou sur la fréquence de certains comportements caractéristiques. ne se pose pas de grands problèmes. Typologie de GALIEN a) Le sanguin : Il est « bon vivant ». assez superficiel. très sociable. Le sanguin est bien en chair. il a besoin. d¶être rassuré. d¶activité et d¶émotions. une description qui suppose une continuité de comportements et q ui est fondée sur l¶observation. mais il abandonne out dés qu¶un mieux se fait sentir « pour retomber dans ses excès.

souffre de névralgies. très susceptible. Son corps est maigre. Typologie de KRESTSCHMER . il montre une sérénité que beaucoup pourraient lui envier. agressif et téméraire ! Son corps est grand et maigre . Le colérique est « dur au mal » . Mais ce mélancolique vit souvent jusqu¶à un âge avancé. b) Le mélancolique : Appelé aussi « altrabilaire ». d¶insomnies. Tendance aux refoulements et aux complexes. Le colérique est doué d¶une très bonne vitalité. et de névroses. avec prédisposition aux affections digestives. Il parvient généralement à un âge beaucoup plus avancé que le sanguin. Par contre. Aussi suit-il le traitement avec un respect absolu. il est hyperexcitable. Nettement insociable.fréquemment leur utilité. Egalement pessimiste. ce type d¶homme est nerveux et émotif. et préservent l¶organisme d¶accidents plus graves. La croissance de l¶orga nisme est fréquemment entravée. Telle est sa vie . Il est prédisposé à la rumination mentale et à l¶anxiété. son teint jaunâtre. Il est irritable. de spasmes. il reste stoïque et souffre sans se plaindre. Il reste chétif. Il se présente chez le médecin avec un tas de petits papiers » où il a noté les multiples troubles qui le font souffrir. en rétrécissant sa vie dans des habitudes et des manies Son organisme se défend bien. c) Le colérique Appelé également bilieux. L e sanguin est peu prédisposé aux maladies psychiques. il lui faut des faits et de la logique mathématique. C¶est le type du « volontariste ». et souffre de multiples troubles nerveux. Le crâne est dé veloppé. Le mélancolique se pose des questions profondes. il se hâte sans cesse. de crampes. Il est d¶ailleurs inutile de le réconforter . au détriment d¶un corps frêle. orgueilleux et replié sur soi. Il va chez le médecin « quand il ne peut faire autrement. Il voit une foule de médecins . mais il supporte souvent mieux qu¶un autre un coup dur » ou un chagrin Devant la mort.

Apparence lourde. nez long et pointu. Sa taille est moyenne. Son activité est lente. ou flasque. Profil angulaire. se répandant sur le front et la nuque. Face. mais ossature fragile. c) Le type pycnique : (D¶un mot grec signifiant épais). pâle et maigre. Le crâne. et il supporte très mal la douleur. Il semble stable et calme. a) Le type athlétique : Ces hommes sont grands ou de bonne taille moyenne. sympathique et dodu. Les membres sont maigres. b) Le type asthénique : Ce genre d¶homme s¶étend en hauteur. visage plein . Les parties inférieures du corps ont tendance à être sveltes. qui se rapproche du type asthénique. Ventre rentré. C¶est l e type même du « costaud » professionnel. les mains osseuses. avec amoindrissement en largeur. La forme du visage est un ovale allongé. Chevelure abondante. Peau du visage mince et tendue. Muscles développés et recouverts de peu de graisse. Os faible et graciles. et doués d¶une forte vitalité ainsi que d¶une résistance à toute épreuve. Il est plus en largeur qu¶en hauteur. cou et tronc recouverts d¶une bonne couc he de graisse. Il est gras« ou obèse. Mais le type asthénique n¶est pas toujours déficient ! Il existe de ces hommes aux muscles secs. les athlétiques qui sont musclés et les pykniques qui sont dodus.KRESTSCHMER (1925) distingue trois types. les doigts pointus. C¶est alors le type Leptosome. d) Le lymphatique : Appelé aussi « flegmatique ». le thorax et l¶abdomen sont développés en largeur. La forme générale du corps se présente comme un tonneau. Jambes minces. Visage rectangulaire. Ossature solide. et d¶un agréable commerce. les asthéniques qui sont maigres et émaciés. compacte. joyeux. Il reste maigre quelle que soit la suralimentation. . il semble amical. Le thorax est bien musclé et large. Leur rendement sportif est étonnant.

Au moindre Bobo. y Et le type « religieux » est mystique et cherche à comprendre le cosmos son ensemble. qui vit replié sur soi. des circonstances. b) L¶extraverti. le lymphatique est prédisposé à tendance à prendre une extension de plus en plus grande. Un accident post . En . Typologie de JUNG : Jung considère deux types humains essentiels : a) L¶intraverti. à équilibrer et à l¶esthétique. assemblages composites d¶intérêts. y Le type « politique » est motivé en priorité par la recherche de l¶influence et du pouvoir.opératoire n¶est pas rare après des interventions portant sur les organes lymphoïdes. le questionnaire d¶ALLPORT et VERNON mesure l¶importance relative de six « types ». de motivations. une volonté de découvrir la vérité par le biais d¶analyses rationnelles et fondées sur les faits. Typologie de SPRANGER Une autre typologie a donné lieu à un questionnaire largement utilisé qui concerne les valeurs. qui se tourne vers le monde extérieur dont il a besoin (comme pycnique). (comme l¶asthénique). il se tâte. y Le type « social » est caractérisé par l¶altruisme et le souci des autres. et d¶attitudes. Le lymphatique est très sensible à la suggestion et à l¶hypnose.). Ces deux attitudes existent ensemble chez tout individu. Généralement. etc. et se croit à deux doigts de la tombe. Fondé sur la typologie de SPRANGER (1928). mais il arrive que l¶une prédomine (à cause d¶une prédisposition. et repousse l¶emprise du monde extérieur. y Le type « esthétique » accorde une priorité à l¶h armonie. y Le type « économique » donne une place centrale à l¶utilité et aux aspects pratiques. y Le type « théorique » est caractérisé par une approche intellec tuelle des problèmes.

Il peut devenir « dangereux » s¶il a affaire à des choses demandant la souplesse (la loi et la morale. mais le sentiment reste prédominant. manquant de sentiment et de compréhension humaine. Il suit ses idées intérieurement. renfermé. sans tenir compte des conséquences parfois effrayantes auxquelles ces idées peuvent aboutir. et concret. (Alors que chez l¶intraverti. Tout se développe en profondeur . tout dépend de son climat » intérieur. Ses actions sont souvent produites par des émotions soigneusement cachées. bien qu¶il soit capable de se tourner vers le concret. On a affaire à un sphinx. L¶extraverti penseur Se tourne vers le monde extérieur. Il préfère nettement les faits aux théories. C¶est le type de l¶ingénieur ou du chirurgien. Il est alors inflexible.) Facilement influençable. Nietzsche faisait partie de ce groupe humain. se tourne vers le monde extérieur.partant de ces deux grandes combinaisons. par exemple). En général. il a tendance à peser les choses d¶après ses sentiments. Ce groupe comprend aussi certains fanatiques qui suivent une idée. il porte un masque d¶indifférence. silencieux et inaccessible. mais qui se trouve morose s¶il pleut. se complaisent dans des théories. JUNG arrive à qua tre sortes d¶intravertis et quatre sortes d¶extraverti. et il est fortement influencé par les idées abstraites. Il est cependant capable de considérer les choses abstraites. L¶intraverti Sentimental Saisir ses sentiments représente une grande difficulté. indépendamment des circonstances extérieures. Son attitude pourrait se résumer comme ceci : je trouve cela donc c¶est très très agréable agréable » ! . mais l¶intérieur beaucoup de bout de passions femme font partie de ce groupe L¶extraverti Sentimental Il est très sociable . Aucune émotion ne se montre à l¶extérieur. il semble calme et peu méfiant. Dans ce groupe se trouvent des juges et moralistes sévères. L¶intraverti Penseur Regarde en lui. éveillant la sympathie. C¶est le type de se sent bien » parce personne qui que le temps est beau.

les vêtements sur l¶intuition. il est jugé.. le bon vin. . les jolies femmes« Il ne se « tourmente » jamais ! il accumule les expériences concrètes. Comme dit JUNG : C¶est souvent un Devant une femme de ce genre. etc. un personnage de roman disséqué. la politique. etc. et n¶acquiert donc qu¶une expérience fragmentaire et limitée. nous sommes en pleine On peut dire de lui qu¶il sent avec rêverie profonde ! C¶est le prophète. pesé. mais obéissent uniquement à son « Moi ». évalué psychologique » sent » le milieu Ce type humain Sa connaissance est purement basée social qui lui convient. en commerce. C¶est un type humain terriblement subjectif. réussir (et cela. comment dire les pourrait-il convaincre les autres de la choses. Il ne voit que le concret : les faits. intelligent. L¶intraverti intuitif L¶extraverti intuitif Avec lui. une sorte de niais premier coup d¶ il. et recherche sans cesse de nouvelles sensations. inconsciemment). L¶extraverti sensitif Il est d¶un réalisme et d¶une objectivité absolus. le son intuition » ! Beaucoup de femmes mystique. réussira en affaires. un grand homme qui a l¶homme n¶a qu¶à se cacher ! Au mal tourné. interprétant tout à travers les prismes de cette subjectivité ! Il est impossible de prévoir ce qui lui fera une impression quelconque : sa réaction ne semble pas liée à la réalité extérieure. dans ce cas qu¶il faut porter. le poète de l¶immortalité« font partie de ce groupe. Beaucoup d¶artistes font partie de ce groupe. Un homme de ce genre beauté de ses idées . La plupart des hommes « de la rue » font partie de ce groupe.. Ce type humain fait tout ce qu¶il faut pour Son imagination est illimitée. Comment. Il passe trop facilement d¶une expérience à l¶autre.L¶intraverti Sensitif Ses réactions ne s¶adaptent pas aux circonstances. dans la spéculation. génie méconnu.

tendance à interpréter les actions impartiales ou amicales d¶autrui comme hostiles y Sens tenace et combatif de ses propres droits légitimes hors de proportion avec la situation réelle y Doutes répétés et injustifiés sur la fidélité du conjoint y Tendance à surévaluer sa propre importance avec perpétuelles références à soi-même y Préoccupation par des explications sans fondement à type de conspiration Personnalité schizoïde : .Classification selon l¶OMS : REFEREZ VOUS AU TEST DE PERSONNALITé QUE VOUS AVEZ PASSE CELUI DE 108 QUESTIONS Les troubles de personnalité 1) Personnalité paranoïaque : . y Sensibilité excessive aux échecs et aux rebuffades y Refus de pardonner les insultes ou les préjudices.Description clinique : .Description clinique : y Hypertrophie du Moi : orgueilleux. méfiance. y Fausseté du jugement et absence d¶autocritique : le raisonnement du paranoïaque est souvent très logique mais s¶appuie sur des arguments empreints d¶une grande subjectivité. égocentriques. y Psychorigidité. rancune y Caractère soupçonneux. les paranoïaques sont toujours sûrs de leur bon droit. autoritaires.

émoussement de l¶affectivité y Incapacité à exprimer aussi bien des sentiments chaleureux ou de la tendresse. automutilations. école buissonnière. y Indifférence aux normes et conventions sociales : importantes dif ficultés d¶adaptation sociale.y Retrait dans tous les domaines de la vie. conduites délictuelles (vols). tendance au repli y Incapacité à éprouver du plaisir. métaphysiques ou philosophiques « bizarres ») et l¶introspection. ivresses répétées. y Pauvreté et bizarrerie du contact.Description clinique : y Enfance : manifestations caractérielles. y Indifférence froide envers les sentiments d¶autrui y Attitude irresponsable. malaise mal défini . mépris des normes et des contraintes sociales y Incapacité à maintenir durablement des relations y Impulsivité et faible tolérance à la frustration. TS. y Tendance dysphorique : ennui. détachement. désintérêt pour les relations amicales y Préoccupations excessives pour l¶imaginaire (croyances mystiques. contrastant avec une richesse de la vie imaginaire. conflits répétés avec l¶autorité. y Froideur. gestes hétéro-agressifs). abaissement du seuil de décharge de l¶agressivité (passages à l¶acte. Personnalité dyssociale (antisociale ou psychopathique) : . toxicomanies. que de la colère y Indifférence aux éloges comme à la critique y Intérêt réduit pour les relations sexuelles y Préférence marquée pour les activités solitaires.

hyper expressivité émotionnelle et des mimiques (jeux de regards ). les valeurs y Sentiment envahissant de vide Tendance à s¶engager dans des relations intenses et instables (crises émotionnelles. les choix.Description clinique : y Histrionisme : exagération des caractéristiques féminines (vêtement.Description clinique : y Polymorphisme important y Perturbation de l¶image de soi : absence de prise en compte des limites de soi et de l¶autre conduisant à des rapports interpersonnels chaotiques. tumultueux. les préférences. labilité affective y Désir permanent d¶être le centre d¶intérêt d¶autrui et de plaire y Séduction inappropriée y Préoccupation excessive de plaire physiquement y Egocentrisme.y Sentiment d¶ennui momentanément soulagé par une « aventure » y Incapacité à éprouver de la culpabilité. conflictuels y Impulsivité y Incertitude concernant les objectifs. y Suggestibilité. théâtralisme. faiblesse de l¶autocritique y Tendance nette à blesser autrui Personnalité borderline (personnalité « limite »): . maquillage ) y Dramatisation. menaces répétées de suicide Personnalité histrionique : . comportement manipulateur visant à sati sfaire ses propres besoins .

jugé. attachement excessif porté aux objets) que moral ( conscience professionnelle. y Souci pathologique d¶économie. sans attrait. respect de l¶ « ordre moral »). collectionnisme. rejeté . Personnalité obsessionnelle-compulsive : . inférieure y Crainte excessive d¶être critiqué. au contraire.Description clinique : y Besoin d¶ordre excessif aussi bien dans le domaine matériel (souci de propreté y exagéré. y Préoccupation par les détails. timidité exacerbée.y Evitement de la sexualité ou. inhibition sociale y Sentiment envahissant et persistant de tension et d¶appréhension y Perception de soi comme socialement incompétente.Description clinique : y Extrême sensibilité au refus. hypersexualité apparente masquant crainte. l¶ordre. menace suicidaire souvent utilisée aux fins d¶obtenir d¶avantage d¶attention. méticulosité y Discours et attitude excessivement conformistes y Obstination et entêtement Personnalité évitante (anxieuse ou phobique) : . doutes et prudence excessive. y Indécision. y Dépendance affective variable dans son expression : « femme -enfant » : passivité et immaturité. les programmes y Perfectionnisme qui entrave l¶achèvement des tâches Scrupulosité. dégoût et frigidité. qui détermine leurs comportements pathologiques typiques : évitement des contacts sociaux par crainte d¶être rejeté.

Pour qu¶un professionnel des Ressources Humaines soit à même d¶utiliser en toute sécurité et en toute quiétude. D¶autant plus que les erreurs de recrutement coûtent chers à l¶entreprise. ayant constamment besoin d¶être rassurés. il est . pouvant tolérer des situations extrêmement difficiles ou dégradantes afin d¶éviter l¶autonomi e : par ex. vivant dans la crainte d¶être abandonnés. une méthode d¶évaluation. qu¶il s¶agisse d¶une procédure de recrutement ou de la gestion des carrières. Le choix d¶une méthode d¶évaluation pertinente. Fait d¶encourager autrui à prendre la plupart des décisions importantes à sa place Subordination de ses propres besoins à ceux des personnes dont on dépend Réticence à formuler des demandes mêmes justifiées Sentiment de malaise ou d¶impuissance quand le sujet est seul Capacité réduite à prendre des décisions seul 10) Troubles mixtes de la personnalité (par exemple : hystéro-dépendante. timidité et phobie socia le parfois difficile 9) Personnalité dépendante : Sujets anormalement soumis. sujet supportant des violences de la part de son conjoint pour éviter de le perdre. hystéro-paranoïaque) Deuxième partie Décrire la personnalité dans le monde du travail La gestion des Ressources Humaines est devenue l¶un des enjeux majeurs de l¶entreprise actuelle.y Evitement des activités sociales ou professionnelles impliquant des relations avec autrui y Diagnostic différentiel avec anxiété normale. est d¶une importance capitale.

la méthode utilisée devra permettre d¶opérer une véritable distinction des sujets entre eux. La fidélité encore appelée constance ou stabilité de mesure est une qualité fondamentale obtenue lorsqu¶une procédure appliquée deux fois aux mêmes sujets. . ce sont la fidélité. Quelle serait en effet la valeur ajoutée d¶une méthode d¶évaluation que tout le monde serait capable de réussir ?ou au contraire une méthode ou tout le monde échouerait ? Il est essentiel que la procédure utilisée ne soit ni trop difficile. ni trop facile et surtout qu¶elle soit adaptée à la population en question. Le premier critère concerne les qualités psychométriques qui sont au nombre de trois. avec un intervalle de temps entre les deux passations. La sensibilité ou finesse discriminative : La sensibilité d¶une méthode d¶évaluation est une qualité indispensable qui va permettre de classer les sujets de façon discriminante. donne des résultats pratiquement équivalents. la sensibilité et la validité. Ces repères vont permettre de vérifier si la méthode utilisée mesure bien ce qu¶elle est censée mesurer. La fidélité : La fidélité est la première des qualités que doit posséder toute méthode d¶évaluation.indispensable qu¶il puisse disposer de repères scientifiques précis propres à lui garantir une efficacité maximale. En d¶autres termes.

Enfin. Pour mieux comprendre prenons un exemple : un degré d¶accord élevé entre plusieurs spécialistes d¶un même domaine ne signifie nullement que le contenu de ce qu¶ils prétendent soit pertinent. comme le Rorschach (appelé aussi « test des taches d¶encre ») ou le TAT (Thematic Apperception Test). il faut vérifier sa validité. La validité : Une fois la fidélité d¶une méthode a été établie.  La validité de construction qui va légitimer la valeur même de l¶outil. si les « tests projectifs ».  La validité de contenu qui pose la question de savoir si le contenu de la méthode d¶évaluation est bien représentatif du contenu du domaine que cette méthode est censée mesurer. les tests de personnalité s¶inscrivent dans une perspective beaucoup plus analy tique et expérimentale. emploient les questionnaires pour décomposer la personnalité en « traits » comme par exemple la sociabilité. Ce qui signifie qu¶il est inutile de vérifier la validité d¶un outil qui n¶est pas fidèle. il est nécessaire de vérifier la validité qui constitue la dernière qualité que doit posséder un test. l¶indépendance. . Les tests de personnalité S¶il est vrai que les tests de personnalité et les méthodes projectives évaluent la personnalité. On s¶attache ici uniquement à la théorie et aux hypothèses qui ont servi à la construction de l¶outil. etc. il est à noter que ce n¶est pas parce qu¶une procédure est fidèle qu¶elle est obligatoirement valide. ces deux méthodes sont fondamentales différentes. De ce fait. s¶inscrivent dans une approche globale de la personnalité et non réductible à des « traits ». elle va vérifier que l¶outil élaboré mesure réellement le phénomène qu¶il est supposé mesurer.

Le Rorschach Les résultats de ce test sont contradictoires. le chercheur est amené à condamner radicalement cette épreuve. à différents âges de la vie et d¶autre représentant des paysages. représentant des êtres humains. Cependant. Les résultats obtenus dans ce test sont-ils capables de prédire la possibilité d¶évolution future de collaborateurs ? Il semblerait que les résultats obtenus au Rorschach permettent de distinguer les hommes qui ont le plus fort potentiel pour évoluer. certains auteurs ont montré que pour les emplois routiniers. « Besoin de réalisation ». les résultats obtenus au Rorschach n¶ont pas été en mesure de distinguer ceux notés comme excellents et ceux considérés comme médiocres. comme le Rorschach.facteurs internes . Et il existe une autre planche blanche. Dans le cadre de la sélection professionnelle. une adaptation professionnelle correcte pouvait coexister avec une inadaptation sociale ». dans le cadre d¶une promotion. de ceux qui ont le plus faible.motivations : elle comporte 20 variables (« Besoin de puissance ou de domination ».« ) . Il est constitué d¶un ensemble de planches numérotées de 1 à 20. Ainsi. La variable professionnelle peut donner un sens adaptatif à des signes habituellement considérés comme . l¶utilisation du TAT permet de prédire l¶aptitude au leadership.traits généraux Ce test possède-t-il une valeur prédictive ? Une étude a montré que ce test est en mesure de prédire la responsabilité des accidents chez 511 conducteurs de bus (212 conducteurs ont été sélectionnés avec le TAT et 299 conducteurs ne l¶étaient pas). la compréhension de la personnalité des dirigeants. dans une population de 42cadres professionnels. Ils paraissent avoir plus de valeur pour du personnel ouvrier que pour des cadres. Cette épreuve projective comporte trois listes de variables : . . seuls ou ensemble. dans le domaine des ressources humaines. Le TAT Il s¶agit d¶un test très utilisé. Chez les cadres.

selon la théorie de John Holland.pathologiques et qu¶inversement un sujet capable. amical. opérateur. sincère. Conventionnel : préfère les activités régies par des règles bien organisées et sans ambiguïtés. le conventionnel. Type Réaliste : préfère les activités physiques demandant compétences. curieux et indépendant journaliste Sociable. l investigateur. conseiller Comptable. mathématicien. la satisfaction d un employé au niveau du poste qu il occupe dépend de sa personnalité. mais incertain de ses capacités professionnelles. Par conséquent. A savoir : le réaliste. directeur d entreprise. Comment faire correspondre personnalité et poste occupé : Dans cette partie. employé de banque. Ainsi. pratique. conformiste. enseignant. Social : préfère les activités supposant aide et développement des autres. Dans ce cadre. l entreprenant et l artistique. original. persévérant. le TAT possède une certaine valeur prédictive mais pour une confirmation des résultats. Analytique. d¶autres recherches restent obl igatoires. psychologue clinicien. Caractéristiques Timide. risque de fournir un protocole perturbé ». de l organisation et de la compréhension. peu imaginatif et sans flexibilité Assistante sociale. compréhensif Conformiste. pratique Exemples de postes adaptés Mécanicien. agriculteur Biologiste. économiste. il serait indispensable que des procédures de contre validation puissent être mises en uvre afin de confirmer les conclusions de toutes ces études. Investigateur : préfère les activités une réflexion. force et coordination. le social. efficace. il a distingué entre 6 types de personnalité. coopératif. employé de bureau . stable.

Artistique : préfère les activités ambiguës et peu méthodiques laissant place à l expression créative. Sur de soi. idéaliste.Entreprenant : préfère les activités verbales où il est possible d influencer les autres et d acquérir un pouvoir. agent immobilier. émotif et peu pratique Peintre. directeur d une PME Imaginatif. désordonné. écrivain. par contre une per sonne vivant une incohérence entre sa personnalité et son poste risque de le quitter. musicien. En guise de conclusion on va dire que la personne exerçant un métier adapté à sa personnalité naturellement satisfaite dans son travail et essaie de le conserver. autoritaire Avocat. ambitieux. décorateur d intérieur Il a aussi conçu une représentation hexagonale qui synthétise le rapport entre ces différents types de personnalités et qui montre que plus de tendances sont proche plus elles sont compatibles. .