You are on page 1of 9

NATIONS UNIES Opération des Nations Unies en Côte d’Ivoire

ONUCI

UNITED NATIONS United Nations Operation in Côte d’Ivoire

DIVISION DES DROITS DE L’HOMME
BUREAU D’ABIDJAN

ATELIER RELATIF A LA FORMATION DES FEMMES DE VRIDI A LA LUTTE CONTRE LES VIOLENCES SEXUELLES (PROJET PILOTE)
27 NOVEMBRE 2006 ONUCI-ANCIEN HOTEL DE SEBROKO BOULEVARD DE LA PAIX Attecoubé, Abidjan

1

HRD/Abidjan FO FORMATION RELATIVE A LA LUTTE CONTRE LA VIOLENCE SEXUELLE A L’ ATTENTION DES FEMMES DE VRIDI III Objectif du projet : -Sensibiliser les femmes de Vridi en raison du rôle qui est le leur. 3. en prêtant une attention particulière aux actes de 2 . -Enrichir leurs connaissances et leurs compétences dans le domaine de protection des droits des femmes surtout contre la violence et les abus sexuels. -Développer en Côte d’Ivoire la notion des droits des femmes. Dynamiser les associations des femmes ivoiriennes afin qu’elles soient mieux informées de leur réelle responsabilité au sein de la société. afin de contribuer à protéger et promouvoir les droits des femmes et la cohésion sociale. Objectifs spécifiques 1. La formation vise à renforcer les mesures de lutte contre l’impunité. 2. notamment parmi elles-mêmes en renforçant une formation au service des droits de la femme et le respect de sa dignité. -Amener la population cible à réfléchir avec l’aide des fonctionnaires des droits de l’homme sur la problématique du rôle que les femmes peuvent jouer surtout en période de crise pour la réconciliation et la paix en Côte D’Ivoire. Mettre en exergue le rôle des femmes et leur protection physique à travers la sensibilisation des femmes des quartiers sur leurs droits et devoirs lorsqu’elles sont victimes ..

 Les associations de défense des hommes et de la femme .  Les ministères des droits de l’homme et des droits de la Famille et des Affaires Sociales. 4. Ressortir l’importance du rôle que jouent les femmes et leurs différentes structures.  La Paroisse de Sainte Bernadette de Vridi Canal. séminaires. 3 . impulser une prise de conscience du problème de la violence à l’égard des femmes et des jeunes filles et penser aux moyens d’y remédier. ateliers) visant à une prise de conscience par chacun du problème de la violence à l’égard des femmes. notamment les abus sexuels et les viols. Des projets similaires sur les violences contre les femmes pourront être repris et exécutés dans différents localités du district d’Abidjan ainsi que dans les bureaux régionaux de la DDH. 5. Promouvoir des activités (réunions. Partenaires  Les femmes de Vridi.violence à l’égard des femmes et des jeunes filles pour prévenir et réduire ce type de violence.

ont rencontré à plusieurs reprises.  Les associations de la société civile et ONG. notamment en tant que pôle et force de réflexion et de proposition dans l’élaboration des idées concernant le secteur de protection et de promotion des droits à l’information. Abidjan. à travers un groupe de femmes leaders de différentes collectivités et couches sociales . De ces rencontres. 10. -La tendance dans le quartier est que la violence à l’égard des femmes est acceptable ou normale. Justification Le Groupe des Femmes du Quartier Précaire de Vridi. qu’il convient d’informer et impliquer pleinement. 4 . la DDH-Abidjan à qui elles ont fait état d’un nombre considérable de cas d’abus sexuels et de viols contre les femmes et les enfants. Le succès du processus dépend de leur implication. -le nombre des filles violées a augmenté avec la crise. -Les problèmes de viol sont résolus à l’amiable entre la famille de la victime d’une part et ou le violeur et sa famille d’ autre part.Public Cible  Des représentants (30) des femmes du quartier précaire de Vridi . Ainsi les cas les plus récents de trois fillettes âgées respectivement de 09. commune de Port Bouët. Afin d’accroître leur force de proposition et leur pertinence et leur sens critique. mais les actes continuent d’être cachés par les familles des victimes. parce qu’ils sont soucieux de contribuer à la promotion et à la protection des droits des femmes. il ressort que ce qui suit est particulièrement préoccupant : -les victimes sont souvent des jeunes filles de bas âges. 12 ans.  Les ministères des droits de l’homme et de la famille et des affaires sociales.

-Ni les autorités ni les représentants de ce quartier n’ont mis en œuvre des mesures d’appui en faveur des filles et femmes victimes de violence. -Les représentants des femmes du quartier ne procèdent pas à une collecte de données sur les cas d’abus et de violence à l’égard des femmes mêmes et des jeunes filles.-Le recours à une procédure de réconciliation entre l’agresseur et la victime de la violence au détriment de la victime. RESULTATS ATTENDUS Améliorer les capacités des femmes dans le domaine de la protection des droits de la femme. Sensibiliser les femmes sur les droits de la femme en général et sur la violence sexuelle en particulier . La formation et le débat qui vont suivre pourraient susciter une approche critique sur le rôle de la femme et 5 . -Elles manquent d’information nécessaire pour jauger les mesures prises pour remédier à la violence à l’égard d’elles et pour en évaluer les conséquences. Durée de l’Atelier > Lundi 27 Novembre 2006. Etablir et renforcer des relations de travail ou de partenariat durables entre les femmes du quartier de Vridi et les Ministères des droits de l’homme et de la Famille et des affaires sociales ainsi qu’avec les associations de défense des droits de la femme . des coutumes et des stéréotypes discriminatoires continuent à maintenir les femmes et les jeunes filles dans des positions subordonnées et les rendent vulnérables à la violence. -Des traditions.

par un Représentant du Ministère des droits de l’homme 9h40: Plan d’action du ministère de la Famille et des Affaires Sociales pour la protection et la promotion des femmes et des jeunes filles contre les abus sexuels. 9h00 Mot de bienvenue du Chef de la DDH 9h05 Allocution du SRSG 9h10 Allocution du Ministre des droits de l’homme 9h15 Allocution du Ministre de la Famille et des Affaires Sociales 9h20: Les droits de la femme : normes. Les activités porteront sur des vérifications périodiques et seront centrées sur la mise en œuvre pratique des objectifs du séminaire. du Chef de la Division des droits de l’homme. Programme de la journée 8h 30 : Installation des séminaristes Ouverture en présence du SRSG.de la famille dans la lutte contre la violence et les abus sexuels. EVALUATION A la fin du séminaire. par un Représentant du Ministre de la Famille et des Affaires Sociales 10h00 Pause café 6 . du Ministre des droits de l’homme et du Ministre de la Famille et des Affaires Sociales. Etablir et renforcer des relations de travail ou de partenariat durables entre l’ensemble des participants et la DDH et surtout de contribuer à établir un réseau de contacts pour la promotion des Droits de la femme. concepts. et action du ministère des droits de l’homme dans le domaine de la protection des femmes contre la violence sexuelle. sera rédigé un plan d’action d’activités conjointes entre les différents participants.

Présidente du WILDAF et ex-Présidente de l’association des femmes juristes. par l’unité Genre de l’ONUCI 10h45: Débats sur les quatre thèmes 11h30 Travaux en Ateliers. par Me Bitty Kouyaté Christiane. 10h30 : Les fondements idéologiques des abus sexuels : cas d’abus sexuels les plus fréquents en image.10h15: La violence et les abus sexuels contre les femmes : droits et devoirs.Rôle des femmes de Vridi dans la protection des jeunes filles et des femmes contre les abus sexuels dans leur quartier. ils débattront du : . Rôle de la société civile dans la protection et la promotion des victimes des abus sexuels 13h00: Déjeuner au Restaurant de l’ONUCI 14h00 Suite des travaux en Ateliers 15h30 plénière et compte rendu des procès-verbaux 17h00: Conclusion et fin du séminaire 7 . Au nombre de 3. Rôle des autorités dans la protection des droits des jeunes filles et des femmes contre les abus sexuels .

000 Restauration = 250.000 UNITES Fournitures : 8 .ESTIMATION DES DEPENSES A EFFECTUER LORS DU PROCHAIN SEMINAIRE DE NOVEMBRE 2006 LIGNE BUDGETAIRE 1. Autres coûts.. Ressources Humaines Sous-total Ressources Humaines 2. Bureau local/coûts de l’action Sous-total Bureau local/coûts de l’action 3. DEPENSES A EFFECTUER EN FCFA 40 PARTICIPANTS Personnes resources: 3 intervenants = 120.000 370.

000 0.000 40.services 40.000 4 1 Sous-total autres coûts.000 40.000 1 Banderole : 60. imprévus TOTAL GENERAL 9 . services Imprévus Sous-total.000 FCFA 500.000 Frais de transport 50.