You are on page 1of 9

Qu est-ce que la Révolution Permanente ?

Introduction :
Léon Trotski de son vrai nom Lev Davidovitch Bronstein est né le 7 novembre 1879 à Ianovka (dans l Ukraine actuelle) et est mort assassiné le 21 août 1940 à Mexico. Léon Trotski est un révolutionnaire et homme politique russo-soviétique. Marxiste et membre du parti ouvrier socialdémocrate russe, il est arrêté en 1898 et déporté en 1900 en Sibérie, d'où il parvient à s'évader en 1902. Ayant pris le nom de Trotski, il se réfugie à Londres. Il y rencontre Lénine et est coopté au comité de rédaction de l'Iskra (L'étincelle). Après la scission du parti entre les bolcheviks et les mencheviks, il adopte une attitude conciliatrice qui le rapproche de ces derniers. Arrêté de nouveau en Russie lors de la Révolution de 1905, il réussit encore une fois à s'évader et s'exile en Europe puis en Amérique. Revenu à Petrograd, Léon Trotski prend une part active à la révolution russe d'Octobre 1917 et rejoint le parti bolchevique dans lequel il est élu au comité central. Il devient l'un des principaux collaborateurs de Lénine. Commissaire aux affaires étrangères puis commissaire à la guerre pendant la guerre civile, il crée l'Armée Rouge qui permet la victoire des Soviets. En 1921, Trotski dirige l'écrasement de la révolte des marins de Cronstadt, ralliés aux socialistes révolutionnaires, adversaires des Bolcheviks. Après la mort de Lénine, Léon Trotski s'oppose à la bureaucratisation du régime et à Staline qui réussit, avec Zinoviev et Kamenev, à l'éliminer. Exclu du parti communiste en 1927, il est expulsé d'URSS en 1929. Léon Trotski s'exile successivement en Turquie, en France, en Norvège, puis au Mexique où il continue à militer pour lecommunisme et la révolution internationale. Il est aussi l auteur de plusieurs uvres telle que : Histoire de la Révolution russe (1931-1933), La Révolution trahie (1937). En 1929, date de notre extrait, l URSS est sous le contrôle stalinien. En effet à la suite de la mort de Lénine, une sorte de combat a opposé ses héritiers que sont Trotski et Staline. Dans son testament, Lénine avait montré une préférence pour Trotsky mais Staline grâce à son poste de secrétaire général du parti a réussi à le mettre à l écart. Il a ensuite pour imposer son pouvoir introduit une grande bureaucratie dans l état soviétique et surtout il a éliminé tous ces opposants notamment Trotsky qui est alors en exil. La révolution permanente est rédigée entre 1928 et 1931 lors de son exil. L extrait est daté du 30 novembre 1929 à Constantinople. Cette uvre est un livre composé de 9 chapitres, le neuvième étant Qu est-ce que la révolution permanente qui nous est retranscrit intégralement ici.Il argumente alors sa vision au travers de 14 points.Paragraphe 1: La théorie de la révolution permanente a besoin d être revue pour des raisons contextuelles. Paragraphe 2, il développe l idée que pour les pays en développement bourgeois retardataire, coloniaux ou semi-coloniaux, la démocratie et la libération nationale ne peut se faire que par la dictature du prolétariat. Paragraphe 3, la question agraire et la question nationale ont un rôle primordial dans la révolution démocratique. Pour se faire une alliance entre la paysannerie et le prolétariat est nécessaire et ne peut être réalisé que par la lutte contre la bourgeoisie libérale. Dans le paragraphe 4, il nous dit que dans toutes révolutions dans tous pays et quelques soient les étapes, l alliance ré volutionnaire du prolétariat et de la paysannerie est concevable que si le prolétariat mène et s organise en parti communiste. Paragraphe 5, il revient sur l origine de l expression «dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie » qui est l expression de rapports entre le prolétariat, la paysannerie et la bourgeoisie libérale mais sans les définir exactement. Paragraphe 6, Trotsky nous parle de

l impossibilité de la création d un parti révolutionnaire indépendant par la paysannerie car celle -ci est tiraillée entre le prolétariat et la bourgeoisie libérale. Paragraphe 7,il critique l internationale communiste qui pour lui possède un programme dont les idées trahissent le marxisme et la révolution d Octobre. Paragraphe 8, la dictature du prolétariat pour lui est inévitable et dès les premiers temps, celle-ci devra s attacher à résoudre plusieurs problèmes. La révolution démocratique se transformera alors en révolution socialiste qui deviendra une révolution permanente. Paragraphe 9, il soutient que la conquête du pouvoir par le prolétariat n est pas une fin de révolution mais un début. Il ajoute qu il est conscient que quand elle arrivera elle amènera avec elle violence et cela dans tous les pays. Paragraphe 10, la révolution socialiste pour lui ne se limite pas à une nation car la société bourgeoise elle est capable de s étendre au -delà du cadre national. Elle commence au niveau national puis se développe à l internationale enfin s étend au niveau mondial. Paragraphe 11 il écarte toute classification de pays « mûrs » « non mûrs » établie par l Internationale communiste. Paragraphe 12, Il rejette la théorie du socialisme dans un seul pays. Paragraphe 13, il attaque la théorie de Staline du point de vue des développements révolutionnaires dans les pays arriérés. La théorie du socialisme national entraîne la chute d l Internationale e communiste. Enfin dans le paragraphe 14,Trotskydénonce l absurdité que l internationale veuille incorporer la théorie du socialisme dans un seul pays dans son programme. On peut donc se demander en quoi à travers ce texte, Léon Trostky développe-t-il le concept marxiste de la révolution permanente notamment en opposition au concept Stalinien de la révolution dans un seul pays ? Pour se faire nous verrons dans une première partie les bases de la révolution, puis dans une deuxième partie, nous étudierons le développement de la révolution permanent et enfin dans une troisième partie, nous verrons les contradictions qu apporte son caractère international.

I.

Les bases humaines de la révolution.

A. L alliance nécessaire entre le prolétariat et la paysannerie.
Pour Marx, l histoire de toute société est l histoire de la lutte des classes. Il existe en gros 3 classes : le prolétariat ou la classe ouvrière qui vend sa force de travail au capitalistes (ou patrons) qui achètent cette force de travail et l exploitent pour en extraire la plus-value (la différence entre le travail effectué » pour produire une marchandise et ce que paye l employeur) et entre les deux, une masse dite petite-bourgeoisie (petits paysans, commerçants, artisans, enseignants, techniciens, et autres professions intellectuelles). Dans le texte on retrouve ce schéma, en effet Trotsky fait la distinction entre le « prolétariat » ligne 11 par exemple, les « masses paysanne » ligne 11-12, et la « bourgeoisie libérale » ligne 18. Ces trois classes ont des liens d opposition ou d alliance, Trotsky nous dit dans le point 3 qu il faut une « Alliance entre le prolétariat et la paysannerie », pour lui cette alliance doit s opposer à la bourgeoisie libérale en vue de la réalisation de la révolution. Cette alliance est nécessaire pour Trotsky, ligne 14 « La paysannerie, qui constitue l'énorme majorité de la population des pays arriérés, [doit jouer] un rôle primordial dans la révolution démocratique ». En effet dans les pays arriérés le nombre de prolétaires n est pas assez suffisant pour accomplir la révolution, Trotsky était au milieu des 20 s, parfaitement conscient de la fragilité d une révolution dont la base ouvrière et urbaine était

laminée, et de la nécessité de composer avec une paysannerie arriérée constituant la majorité écrasante de la population. Il faut donc une alliance avec la paysannerie. Même si cette dernière est loin d être homogène et est tiraillé entre le prolétariat et la bourgeoisie, c est ce que nous rappelle Trotsky dans le point 6 en disant ligne 46-47 que la paysannerie « manque d indépendance économique » et a « une profonde différenciation interne ». En effet, on peut prendre l exemple de la Russie dans laquelle la paysannerie est dispersée sur la surface du pays dont les points de ralliement sont les villes. La paysannerie elle -même est incapable de formuler ses propres intérêts car, dans chaque district, ses intérêts ont un aspect différent. Le lien économique entre les provinces est créé par le marché et les chemins de fer, mais l'un et les autres sont entre les mains des villes. En cherchant à s'affranchir des limitations du village et à généraliser ses propres intérêts, la paysannerie tombe inéluctablement sous la dépendance de la ville. Enfin, la paysannerie est également hétérogène dans ses relations sociales : la couche des koulaks cherche naturellement à l'entraîner vers une alliance avec la bourgeoisie des villes, tandis que les couches des paysans pauvres sont portées vers les travailleurs urbains. Sous ces conditions, la paysannerie comme telle est complètement incapable de conquérir le pouvoir. Cette alliance est donc nécessaires pour tous, et Trotsky ligne 29 prend l argument historique de je cite « l expérience d octobre », il s agit bien entendu de la révolution de 1917, pendant laquelle les paysans avait participé. En effet pendant cet été 1917, les paysans passent à l action, et s emparent des terres des seigneurs, sans plus attendre la réforme agraire promise et constamment retardée par le gouvernement. Cependant le rôle politique de la paysannerie n est pas le même que celui du prolétariat, c est ce que nous allons voir dans un grand B.

B. Le prolétariat dirigeant.
L'expérience historique n admet pas un rôle politique indépendant à la paysannerie, ligne 35 « Ne peut être un rôle indépendant et encore moins un rôle dirigeant. ». D après Trotsky l'idée de la "dictature du prolétariat et de la paysannerie" qu il qualifie d ancien mot d ordre bolchévique » ligne 26, est claire. Elle est considéré comme irréalisable dans le sens direct et immédiat car au départ la paysannerie participera à la révolution, mais, une fois satisfaite par le partage des terres et son droit de s organiser, elle s en détournera. Il va alors définir les rapports politiques entre ces deux classes. Si l alliance entre le prolétariat et la paysannerie est nécessaire, pour Trotsky il est clair que le prolétariat prend la tête et dirige la révolution. Par plusieurs formule il énonce cette idée de s hiérarchie dans le rôle politique de ces deux classes : ligne 10-11 « Leurs tâches démocratiques et de libération nationale ne peut être que la dictature du prolétariat, qui prend la tête de la nation opprimée, avant tout de ses masses paysannes. » ou encore ligne 24 « dictature du prolétariat qui s appuie sur son alliance avec la paysannerie ». On peut donc dire que les masses paysannes seront entraînées dans le mouvement révolutionnaire dans des proportions toujours croissantes. Mais elles sont uniquement capables d'augmenter l'anarchie politique du pays et de cette façon d'affaiblir le gouvernement; elles ne peuvent pas constituer une armée révolutionnaire solidement soudée. Par conséquent, avec le développement de la révolution, une part toujours plus grande du travail politique incombera au prolétariat. De plus Trotsky caractérise cette direction politique, ligne 21 « La direction politique de l'avant-garde prolétarienne organisée en parti communiste ». L existence d un parti est essentielle.

En effet la théorie de la révolution permanent n est pas purement descriptive de réalité. Et en cela l un des ingrédients de son succès pour Trotsky est l existence d un parti ouvrier indépendant qui fait de la révolution socialiste son but et fait les alliances nécessaires pour y parvenir. La révolution permanente est ainsi une perspective, une évaluation de circonstances sociales objectives combinées avec ce qu'un parti- ou un mouvement ouvrier plus large - peut réaliser en fonction des circonstances et s'il sait en tirer partie. C est donc le rôle du parti. On peut ajouter que pour Trostky, le parti doit se subordonner à son propre appareil, il exigeait une démocratisation de la vie du parti bolchevik, cela va de pair avec son rejet de la bureaucratisation mise en place par Staline. Pour Trotsky le parti doit être un exécutant du pouvoir, et pour lui un parti ne peut être révolutionnaire que si l appareil est son exécutant et non son maître. Néanmoins, ce « Parti révolutionnaire indépendant » qu il cite ligne 41 et qui doit «Conquérir le pouvoir et [ ] déterminer le programme révolutionnaire » ligne 43, n est réalisable que sur la base du prolétariat. Dans le point six Trotsky émet l hypothèse d une, je cite « dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie », qu il admet possible si la paysannerie arrive à construire un parti révolutionnaire indépendant, mais pour lui c est impossible notamment en raison de l hétérogénéité de cette classe. On peut donc voir que pour Trotsky, l existence d un parti qui défend les intérêts de ses partisans est essentielle dans le processus révolutionnaire ne serait-ce qu en termes d organisation. Et c est le prolétariat qui semble le plus à même à le construire et donc à conquérir le pouvoir et déterminer le programme révolutionnaire en vue de la révolution socialiste. Ainsi, la révolution permanente se fait avec à sa tête le prolétariat organisé en parti soutenu par la paysannerie, voyons maintenant dans un grand II, le déroulement et les cara ctéristiques de cette révolution.

II.

Le déroulement de la révolution permanente.

Dans cette seconde partie, comme son nom l indique nous nous attacherons à comprendre le déroulement de la révolution permanente voulue par Léon Trotsky. Cette révolution est à la fois une révolution sans étapes, qui peut avoir lieu dans tous les pays et qui doit pour atteindre son but être mondiale.

A. Une révolution sans étapes
p.4« Quelles que soient les premières étapes épisodiques de la révolution». La notion de révolution permanente s oppose à celle de révolution par étapes. La théorie de la révolution par étapes était, elle, soutenue par lesstaliniens opposés à Trotsky.Cette conception voulait que dans les pays où le mode de production féodale et la monarchie étaient encore en cours, comme en Russie avant 1905, la première révolution devait être une révolution de type bourgeois qui instaurerait le capitalisme et des régimes "démocratiques" de type parlementaire. Dans ce cadre, le prolétariat, encore en formation en tant que classe, devait n'être que l'allié de l'aile libérale de la bourgeoisie. Le capitalisme ainsi pourrait se développer durant des décennies et avec lui la classe ouvrière, qui pourrait se forger tranquillement ses armes politiques pour arriver à la seconde éta de la pe révolution : la révolution socialiste. Donc cettedernière laisse entendre qu il va d abord falloir obtenir la démocratie ou d abord l indépendance, d abord la naissance d un Etat ou d abord telle ou telle revendication de tel ou tel groupe social.

p8 « La révolution démocratique, au cours de son développement, se transforme directement en révolution socialiste et devient ainsi une révolution permanente. ».La révolution permanente suppose au contraire que toutes les questions sont liées, qu elles le seront concrètement au sein d une même révolution ayant une perspective socialiste et dirigée par le prolétariat révolutionnaire.Léon Trotskyexpliquait lui-même dans « La révolution permanente » : « Il est absurde de dire qu on ne peut jamais sauter par-dessus les étapes. Le cours vivant des événements historiques saute toujours par-dessus les étapes qui sont le résultat d une division théorique de l évolution prise dans sa totalité, c est-à-dire dans son ampleur maximale et, aux moments critiques, il exige le même souci dans la politique révolutionnaire. On peut dire que la capacité de reconnaître et d utiliser ces moments distingue avant tout le révolutionnaire de l évolutionniste vulgaire. » Pour Trotsky p.8 «La dictature du prolétariat qui a pris le pouvoir comme force dirigeante de la révolution démocratique est inévitablement et très rapidement placée devant des tâches qui la forceront à faire des incursions profondes dans le droit de propriété bourgeois. » et p9 « La conquête du pouvoir par le prolétariat ne met pas un terme à la révolution, elle ne fait que l inaugurer ». La dictature du prolétariat est le point d'appui principal de la révolution prolétarienne. Elle est destinée dans un premier temps à écraser la résistance des exploiteurs vaincus et vaincre tous leurs efforts de restauration du capitalisme, à consolider les conquêtes et victoires de la révolution et ensuite à conduire la révolution jusqu'à la victoire complète et définitive du socialisme. Donc pour autant, Trotsky avançant cette notion de la révolution sans étapes, n en oublie pas pour autant la nécessité au lendemain de la prise du pouvoir par le prolétariat d'accomplir destâches fondamentales. Par ailleurs, dans les limites d un seul pays, le nouveau pouvoir ne pourra pas résoudre les problèmes auxquels il se trouvera confronté. La révolution devra nécessairement se développer au -delà des frontières nationales, et notamment dans les pays les plus industrialisés. La révolution commence dans le cadre d un seul pays, mais ne peut aboutir que dans un cadre plus large.

B.

qui peut avoir lieu dans tous pays

p11 «Le schéma du développement de la révolution des pays "mûrs" ou "non mûrs" ». Pratiquement tous les marxistes de l'époque, de Kautsky à Plekhanov en passant par Lénine, croyaient que seuls les pays industriellement avancés étaient mûrs pour la révolution socialiste. Plus simplement, ils pensaient que les pays réaliseraient le pouvoir des travailleurs en stricte conformité avec l état d'avancement de leur technologie. Ce n'est qu'après un long processus de développement industriel et une transition par un régime bourgeois parlementaire, que la classe ouvrière serait suffisamment mûre pour envisager la question d'une révolution socialiste. Trotsky lui rejette cette idée en bloc. p11 « Les différents pays y arriveront avec des rythmes différents. ». Pour Trotsky, c est le programme révolutionnaire qui est le premier impliqué par la question de la révolution permanente. Il s agit de rendre consciente la liaison entre les revendications démocratiques et la question sociale telle qu elle est posée par le prolétariat révolutionnaire. Cette liaison doit être mise en évidence par le programme qu il s agisse d un pays impérialiste, d un pays développé ou d un pays pauvre ayant des restes féodaux plus ou moins marqués. Dans tous ces cas, le programme prendra un tour différent et cependant il sera indispensable de marquer, dans tous ces cas, le caractère permanent de la révolution.

p9 « Qu il s'agisse d'un pays arriéré qui vient d'accomplir sa révolution démocratique ou d'un vieux pays capitaliste qui a déjà passé par une longue période de démocratie et de parlementarisme. ».P11, l.6 à 14 il envisage différents cas de figures.Trotsky faisait remarquer, que les pays se développaient et avançaient dans une large mesure indépendamment les uns des autres, selon des modalités qui ont été quantitativement inégales (par exemple, le taux local et la portée de la croissance économique et la croissance démographique) et qualitativement différents (par exemple à l'échelle nationale des cultures spécifiques et les caractéristiques géographiques).En d'autres termes, les pays ont leur propre histoire spécifique avec des particularités nationales. Mais dans le même temps, tous les différents pays n'existait pas dans un isolement complet de l'autre, ils étaient aussi des éléments interdépendants d'une société mondiale, un plus grand ensemble, dans lequel ils coexistaient tous ensemble, dans lequel ils ont partagé de nombreuses caractéristiques, et dans lequel ils se sont influencés mutuellement à travers des processus de diffusion culturelle , le commerce, les relations politiques et divers "effets de débordement» d'un pays à l'autre. Ce qui nous amène à notre C).

C.

et qui doit avoir lieu mondialement.

Donc, Trotsky y ajoute l aspect international montrant que l instauration de la dictature du prolétariat ne signifie pas la construction indépendante du socialisme. « La révolution socialiste ne peut être achevée dans les limites nationales», p10.« La révolution socialiste commence sur le terrain national, se développe sur l'arène internationale et s'achève sur l'arène mondiale. » p10.« Elle ne s'achève que dans le triomphe définitif de la nouvelle société sur toute notre planète. » p10. Un élément important de la théorie est donc le caractère international de la future révolution. Elle débuterait à l'échelle nationale mais ne pourrait s accomplir complètement que par la victoire de la révolution dans les pays les plus développés.La révolution ne s arrête pas à la révolution dans un seul pays. Elle ne s arrête pas à telle ou telle étape. Elle change fondamentalement la société. Jusqu à la destruction de l Etat. Jusqu à la suppression des classes. Jusqu à la suppression du système d exploitation.Par conséquent, la révolution dans les pays arriérés mènera à des convulsions révolutionnaires dans les pays avancés. Trotsky affirmait alors que le caractère de la révolution russe serait déterminé, en dernière analyse, non par des conditions nationales, mais internationales. Aux pédants mencheviques, qui ne cessaient d expliquer que la Russie était trop en retard économiquement pour se lancer dans un programme de développement économique socialiste, Trotsky répliquait qu on ne pouvait évaluer correctement le potentiel économique de la Russie si on ne considérait que son niveau de développement national et les ressources nationales à sa disposition. La véritable dynamique du développement russe ne pouvait être comprise que dans le contexte de l'économie mondiale et des relations politiques internationales dans lesquelles elle existait réellement. p.10 « Une des causes essentielles de la crise de la société bourgeoise vient de ce que les forces productives qu'elle a créées tendent à sortir du cadre de l'Etat national.» p.11 « Dans la mesure où le capitalisme a créé le marché mondial, la division mondiale du travail et les forces productives mondiales, il a préparé l'ensemble de l'économie mondiale à la reconstruction socialiste. » p.12 « La division mondiale du travail, la dépendance de l'industrie soviétique à l'égard de la technique étrangère, la dépendance des forces productives des pays avancés à l'égard des matières premières asiatiques, etc., rendent impossible la construction d'une société socialiste

autonome, isolée dans n'importe quelle contrée du monde. » Ces citations du texte illustre bien le rapport que met en avant Trotsky entre le capitalisme et la nécessité d une révolution internationale. Il s agit en quelque sorte de combattre l ennemi par ses propres armes et de le laisser avancer amenant par lui-même la nécessité d une révolution.Dans chaque endroit du monde, les travailleurs doivent être au centre du combat pour la transformation sociale et démocratique. C est vrai dans les pays dominés par l impérialisme comme dans les centres impérialistes eux-mêmes.Le capitalisme étant un système global, chaque lutte dans un endroit du monde doit être pensé dans sa relation avec le contexte mondial. La révolution permanente développée par Léon Trotsky est donc une révolution sans étapes, qui peut avoir lieu dans tous les pays et qui doit pour arriver à la victoire contre le système se développer mondialement.

III.

Les conséquences du caractère international de cette révolution.

A. L absurdité de la théorie du « socialisme dans un seul pays » pour Trotski.
Dès son premier point Trotsky montre que sa théorie de la révolution au moment où il écrit est importante à comprendre. C est pourquoi il dit ligne 3 qu elle « Exige actuellement la plus grande attention de la part de tout marxiste ». En effet il se place dans un contexte où Staline fait prévaloir sa théorie du « socialisme dans un seul pays ». Ces deux théories sont à cette époque les deux théories qui s opposent le plus. Au point 12, lui-même les oppose, ligne 97-98 « La théorie du socialisme dans un seul pays, qui a germé sur le fumier de la réaction contre Octobre, est la seule théorie qui s'oppose d'une manière profonde et conséquente à la théorie de la révolution permanente. ». On peut même dire que tout le stalinisme, sur le plan théorique, se développa par la critique de la théorie de la révolution permanente telle qu'elle a été formulée en 1905 notamment. Bien entendu pour Trotsky, la théorie du « socialisme dans un seul pays » est absurde et irréalisable. Ligne 102-103, « La renonciation à une attitude internationale mène inévitablement au messianisme national, c'est-à-dire à la reconnaissance d'avantages et de particularités spécifiques ». La stratégie de la « construction du socialisme dans un seul pays » défendue par S, subordonne les chances de la révolution mondiale aux intérêts de la bure aucratie soviétique : même s il est vrai que celle de la « révolution permanente » de Trotsky et le courant appelé l Opposition de gauche subordonne l avenir de la révolution russe à l extension de la révolution mondiale. C est aussi pour cette raison que la théorie de Staline a fait des adeptes, elle plaçait la révolution russe comme modèle et faisait de la Russi un pays à part. C est pourquoi le caractère nécessairement international a été combattu avec force par les staliniens et la bureaucratie. Elle pouvait remettre en cause leur pouvoir et leurs privilèges a fortiori quand ceux-ci visaient le statu quo avec les pays capitalistes. De plus, pour Trotsky la révolution socialiste ne peut pas se maintenir dans un seul pays. Si les révolutions se font nécessairement dans un cadre national, la révolution socialiste au niveau national ne peut pas être un but en soi. Et elle ne peut être réalisée, ligne 76 « La crise de la -77 société bourgeoise vient de ce que les forces productives qu'elle a créées tendent à sortir du cadre de l'Etat national. » et ligne 105 à 108 « La division mondiale du travail, la dépendance de l'industrie soviétique à l'égard de la technique étrangère [ ] rendent impossible la construction d'une société socialiste autonome». On voit que pour Trotsky, l interdépendance et les liens économiques entre les pays ne permettent pas une révolution socialiste nationale, c est pourquoi il faut encourager les

révolutions dans les autres pays, chose également que la théorie du « socialisme dans un seul pays » freine. En effet c est l objet du point 13, le non-soutien aux révolutions socialistes dans les autres pays ce que déplore Trotsky. Ces théories contraires impliquent des réponses divergentes face aux principaux évènements internationaux : sur la deuxième révolution chinoise de 1927, sur la montée du nazisme en Allemagne et, plus tard sur la guerre civile en Espagne et sur le pacte germano soviétique. L exemple de la deuxième révolution chinoise de 1927 est pour le contexte de l écriture le plus pertinent. Dès 1925, un essor révolutionnaire apparait en Chine soutenu par l Opposition de Gauche formé par Trotsky, Kamenev et Zinoviev, mais Staline exige que les communistes chinois se subordonnent au général nationaliste Tchang Kai Tchek et impose aux ouvriers et paysans de ne rien faire qui puisse aller à l encontre du « Kuomintang », le parti de Tchang Kai Tchek que Trotsky cite ligne 50. L opposition incarnée par Trotsky, kamenev et Zinoviev dénonce cette politique. Le caractère international de la révolution permanente opposé au socialisme dans un seul pays entraine donc des problèmes au niveau de la politique internationale mais aussi des problèmes au niveau de l Internationale communiste.

B. Le problème de l Internationale et son rejet actuel.
Le texte étudié est empreint d une critique que fait Trotsky à l international communiste ou IIIème Internationale pour cette époque. Pour lui Staline qui en a pratiquement pris la direction depuis 1926 ne fait que trahir le marxisme, il s en prend également à « Boukharine » qu il cite ligne 108 et 126 qui a écrit le programme cette internationale, il est le chef de l internationale communiste de 1926 à 1928. Exilé en Turquie à partir de 1929, Trotsky profita de sa retraite forcée pour approfondir le bilan des dix années d expérience révolutionnaire. Cette réflexion fournit la matière des essais sur l IC après Lénine, publiés à Istanbul en 1929. Dans sa critique du programme de l IC, Trotsky condamnait l abandon du mot d ordre des Etats -Unis socialistes d Europe. Il rejetait la confusion entre sa propre théorie de la révolution permanente et celle de l offensive en permanence de Boukharine. Ligne 84 : « Classification pédante et figée que le programme actuel de l'Internationale communiste a établie », ici aussi Trotsky critique les faits et gestes de l IC, la classification entre les pays mûrs et non mûrs est complétement absurde du point de vue notamment de sa théorie comme on l a vu dans le grand II. Trotsky critique beaucoup le programme de l international communiste, car pour lui celle dernière devrait aider les autres partis communistes à faire la révolution pour pouvoir accomplir la révolution sociale mondiale, les soutenir et non la diriger en avortant quelques succès comme aurait pu être la deuxième révolution chinoise de 1927. Dans le point 7, Trotsky nous dit que la « dictature du prolétariat et de la paysannerie » est un mot d ordre imposer dans un «sens réactionnaire» ligne 55 et aussi qu « introduire ce mot d'ordre dans le programme de l'Internationale communiste signifie véritablement trahir le marxisme et les traditions d'Octobre du bolchevisme. » ligne 59 à 61. Comme nous l avons vu dans la première partie seul le prolétariat doit diriger réellement la révolution, pour Trotsky adopter cette formulation c est accepter, comme on l a appelé, la stalinisation de l internationale communiste, pourtant en 1929, Trotsky se défend encore de vouloir créer une nouvelle internationale, il dit que «c est une idée entièrement fausse ». Néanmoins il réaffirme la nécessité de l opposition de gauche, ligne 129-

130 : « La lutte de l'opposition communiste de gauche pour une politique juste et un régime sain dans l'Internationale communiste est indissolublement liée à la lutte pour un programme marxiste. » Le problème de la stalinisation de l internationale communiste est évident, il est difficile de faire coïncider la théorie du socialisme dans un seul pays et le principe même de l internationale. On retrouve cela dans les points 13 et 14 du texte, « La théorie du socialisme national dégrade l'Internationale communiste » ligne 120 et ligne 127 « Une tentative désespérée pour unir la théorie du socialisme dans un seul pays à l'internationalisme marxiste ». La concordance théorique est très difficile à mettre en place mais c est parce qu en pratique l'Internationale doit surtout servir les intérêts nationaux de l'Union soviétique, assimilés hâtivement à ceux du prolétariat mondial, pour Staline la révolution ne s étendra pas grâce à l internationale mais grâce aux conquêtes de l armée rouge.

Conclusion :
La théorie de la révolution permanente selon Trotsky se développe donc ainsi. Elle se base sur les rapports entre le prolétariat et la paysannerie. Une alliance entre elle est nécessaire pour former cette révolution. De plus, dans ces rapports, le prolétariat est la clé. Il doit diriger la paysannerie avec un parti indépendant formé pour mener la révolution. Cette révolution se définit comme permanente aussi dans son déroulement puisqu elle refuse toute étape préliminaire particulière elle peut donc ainsi se développer dans tous les pays et atteint alors un caractère internationale prééminent. Ce caractère international rentre alors en totale opposition avec la thèse du socialisme d un seul pays soutenue par Staline et vivement critiqué par Trotsky. Staline lui-même à la tête du PCUS qui dirige l internationale communiste impose sa vision des choses dans cette organisation. Trotsky met donc en évidence l incompatibilité du socialisme dans un seul pays avec le principe même de l internationale communiste et la réalisation de la révolution socialiste mondiale. Il s agissait pour lui de répondre à un problème précis qui se posait alors à de nombreux militants communistes : quelle politique révolutionnaire était-il possible d opposer à celle de l internationale Communiste sous contrôle des staliniens, politique stalinienne qui avait déjà conduit le prolétariat à la catastrophe quelques années auparavant en Chine et qui s apprêtait à en fait autant en Espagne ?La rédaction de « la Révolution Permanente » était donc avant tout une réponse concrète de Trotsky à ces militants qui cherchaient une ligne stratégique, réponse qu il développera longuement par ailleurs dans toute sa correspondance de l époque avec les groupes trotskystes de Chine, d Indochine et d Espagne. Son livre nous fait part des leçons du bolchevisme et de la Révolution d Octobre 1917, actualisées à l intention de l avant-garde ouvrière des pays coloniaux ou semi-coloniaux afin de l éclairer sur les tâches qu elle avait à accomplir et les obstacles qu elle avait à surmonter pour être capable de mener le prolétariat à la victoire en entraînant derrière lui l essentiel de la paysannerie. Trotsky va alors mettre tout en uvre pour fonder une IVème Internationale qui voit le jour en 1938 et se pose comme plus révolutionnaire quela IIIème toujours dirigée par les staliniens. L opposition entre Staline et Trotsky va mener de ce dernierà la mort. En effet,Trotsky meurt assassiné le 21 août 1940 à Mexico d un pic à glace dans le crâne.