UNIVERSITÉ DE L’OUEST DE TIMIŞOARA MASTER II TRADUCTION SPECIALISÉE

Étude comparée des textes argumentatifs français et roumains

Coordinateur scientifique: Prof. Georgiana LUNGU BADEA Candidat: Lucia Diana UDRESCU

TIMIŞOARA 2010

Étude comparée des textes argumentatifs français et roumains

INTRODUCTION 1. ORIGINE DU TEXTE ARGUMENTATIF (HISTORIQUE ET GÉNÉRALITÉS) 2. STRUCTURE DES TEXTES ARGUMENTATIFS 2.1. Problématique (introduction) 2.1.1. Mise en scène du sujet 2.1.2. Question concernant le sujet 2.1.3. Division du sujet 2.2. Prise de position (première partie du développement) 2.2.1. Précision de vocabulaire 2.2.2. Énoncé de la position 2.2.3. Explication 2.3. Justification (deuxième partie du développement) 2.3.1. Arguments 2.3.2. Objections et réponses 2.4. Synthèse (conclusion) 2.4.1. Résumé 2.4.2. Élargissement 3. L’ÉTUDE DES MARQUES DES TEXTES ARGUMENTATIFS 3.1. Analyses lexicales, morphologiques et syntaxiques 3.2. Étude textuelle
2

7 9 10 11 13 13 14 15 16 19 19 21 22 23 23 24 24 24 24 26

3.3. Connecteurs 3.3.1. Des relations explicites ou implicites 3.3.2. Tableau des principaux mots de liaison 3.4. Indices d'énonciation

27 29 29 32

4. LES GENRES LITTÉRAIRES ET LES TYPES DE TEXTES ARGUMENTATIFS 37 5. ANALYSE COMPARÉE DES TEXTES ARGUMENTATIFS FRANÇAIS ET LEURS TRADUCTIONS ROUMAINES 42 5.1. L’ÉLOGE 5.1.1. Présentation – Expression 5.1.1.1. Lisibilité de l'écriture et présentation du devoir 5.1.1.3. Mise en relation des idées 5.1.2. Étude du système d'énonciation 5.1.2.1. Identification du locuteur et du destinataire 5.1.2.2. Repérage des indices d'énonciation (embrayeurs) 5.1.2.3. Repérage des marques d'opinion (modalisateurs) 5.1.2.4. Prise en compte du paratexte et du contexte 5.1.3. Étude du lexique 5.1.3.1. Repérage et commentaire des champs lexicaux, sémantiques 5.1.3.2. Étude des connotations et explicitation des sens implicites 5.1.3.3. Prise en compte de la valeur du registre de langue 5.1.3.4. Explication de l'étymologie ou du sens d'un mot 5.1.3.5. Analyse des modalisateurs 5.1.4. Étude de la syntaxe et de la rhétorique 5.1.4.1. Construction des phrases, types des phrases 5.1.4.2. Détermination de la tonalité du texte 5.1.4.3. Identification des figures de style et de rhétorique 5.1.4.4. Présentation de la structure et de l'organisation du texte 5.1.4.5. Détermination de la nature et du rôle des exemples 5.1.5. Étude de la structure logique 5.1.5.1. Énonciation de la thèse (et de la thèse adverse) 5.1.5.2. Caractérisation des arguments et du raisonnement
3

42 43 44 44 45 45 46 49 52 53 54 55 56 57 58 58 59 61 61 64 65 66 67 67

3.4.1.1. Mise en relation des idées 5. Identification des connecteurs logiques et chronologiques 5.5.5.4.2.5.2.2. Identification des figures de style et de rhétorique 5.3 Identification des connecteurs logiques et chronologiques 5.2 Étude du système d'énonciation 5. Le raisonnement par analogie 5.2. Repérage et commentaire des champs lexicaux. sémantiques 5.3. Présentation – Expression 5. Lisibilité de l'écriture et présentation du devoir 5.2.5.2. Prise en compte de la valeur du registre de langue 5. Repérage des marques d'opinion (modalisateurs) 5.5.3.2.2.2. Détermination de la tonalité du texte 5.2. Repérage des indices d'énonciation (embrayeurs) 5. Détermination de la nature et du rôle des exemples 5. Caractérisation des arguments et du raisonnement 5.5.2.5.4.2.2.1.5.3.2. Construction des phrases.1.1.2.5.3. Explication de l'étymologie ou du sens d'un mot 5.2.2.2. Présentation de la structure et de l'organisation du texte 5.3.2.4. Énonciation de la thèse (et de la thèse adverse) 5.4.1.5.2. Le syllogisme 5.5.2.5.1.4.2.2.2.2.5.3.2.1.2.1.6.2.2.2. Analyse des modalisateurs 5. Étude du lexique 5.1.4.1. Étude des connotations et explicitation des sens implicites 5.5.2.2.2. types des phrases 5.4. Identification du locuteur et du destinataire 5. Explicitation des intentions de l'argumentation 4 67 69 70 70 71 73 75 75 77 77 78 79 80 80 81 83 83 86 86 89 93 93 94 95 95 97 99 100 101 101 101 101 103 105 107 . Progression de l'argumentation (stratégie argumentative) 5. Étude de la structure logique 5. Étude de la syntaxe et de la rhétorique 5.4.2. Le raisonnement déductif ou inductif 5. Explicitation des intentions de l'argumentation 5.1.1.2.5. Le raisonnement critique 5.2. Registre de langue et vocabulaire 5.2.5.1.3.2.1.1.2.2. LE PLAIDOYER ET LE RÉQUISITOIRE 5.3.4.5.4.5.2.5.3. Prise en compte du paratexte et du contexte 5.2. Progression de l'argumentation (stratégie argumentative) 5.3.1.

1.3.2.1.3.2.4. Construction des phrases.2. Repérage des indices d'énonciation (embrayeurs) 5.3.3. Identification des figures de style et de rhétorique 5. BIBLIOGRAPHIE Bibliographie citations Sitographie 5 108 110 110 111 111 112 112 113 114 116 117 117 119 121 122 123 123 123 125 126 128 129 130 130 133 133 136 138 142 144 146 .3.5.5. Énonciation de la thèse (et de la thèse adverse) 5. types des phrases 5.3.3. APPENDICES 8.2.1. Mise en relation des idées 5.2. Identification des connecteurs logiques et chronologiques 5.3. Progression de l'argumentation (stratégie argumentative) 6.3.3.3. LA SATIRE 5.1 Repérage et commentaire des champs lexicaux. Lisibilité de l'écriture et présentation du devoir 5.4.3.4. Repérage des marques d'opinion (modalisateurs) 5.3.4.4.3.3.3.4.3. Analyse des modalisateurs 5.3.2.5.3.3. Étude du système d'énonciation 5. Prise en compte du paratexte et du contexte 5.2.4.1.3.3.3. Détermination de la tonalité du texte 5.3.3.4.3.5.3. Explication de l'étymologie ou du sens d'un mot 5. Détermination de la nature et du rôle des exemples 5. Étude du lexique 5. Identification du locuteur et du destinataire 5.1.1.2.1. Présentation de la structure et de l'organisation du texte 5.4.3.3.3. Étude de la structure logique 5. Étude des connotations et explicitation des sens implicites 5.5.1.3.3.5.3.2. Registre de langue et vocabulaire 5. Prise en compte de la valeur du registre de langue 5.3.5. CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES 7. Présentation – Expression 5.4.3. Étude de la syntaxe et de la rhétorique 5.3.3. sémantiques 5.

ainsi pour l'inspiration. l'aide et le temps qu'elle a bien voulu nous consacrer. en tant que Directrice de mémoire. s'est toujours montrée à l'écoute et très disponible tout au long de la réalisation de ce mémoire.Remerciements Nous tenons à exprimer nos plus vifs remerciements à Madame Georgiana Lungu Badea. 6 . Des remerciements chaleureux iront aussi à mon amie Ramona Lungu qui m’a soutenue à faire les dernières corrections et à finaliser avec succès ce projet.

D’abord. Les divisons des textes argumentatifs correspondent aux trois partie de la structure littéraire: l’introduction comprend la problématique. la première partie de cette étude est divisée en quatre étapes. nature du jugement (évaluatifs). l’origine et la structure des textes argumentatifs. En fait. injonctif. L’étude de cette première section aura pour but de décrire la structure du texte argumentatif. et la synthèse qui correspond à la conclusion. morphologiques et syntaxiques. le développement qui comprend la prise de position et la justification. normalement présentée dans cet ordre que nous allons justifier à la section 2. De même. la présentation de la question provoquée par un sujet qui fait débuter la discussion. la deuxième partie intitulée Analyse comparée des textes argumentatifs français et leurs traductions roumaines. descriptif. la problématique devrait comporter trois parties. Au niveau du contenu. Ensuite. La problématique correspond à l’introduction du texte. la formulation d’une question et la division du texte qui suit où la division du discours est annoncée en indiquant les thèmes présentés En outre. l’étude des marques du texte argumentatif et les étapes de la problématique du texte argumentatif. Structures des textes argumentatifs: l’exposition du problème dans une mise en scène. nous montrerons l'importance des indices lexicaux. explicatif.Introduction Le mémoire ci-présent a pour objectif de présenter la structure des textes argumentatifs français et de parcourir les étapes de la problématique de ceux-ci en s’appuyant sur une analyse pratique des quelques textes français et leurs traductions roumaines. nous présenterons quelques aspects qui détachent le texte argumentatif des autres types de discours: texte narratif. L'étude textuelle s'appuiera sur les connecteurs spécifiques qui formes des relations explicites ou implicites et sur les indices d'énonciation (qui parle? à qui?) qui renseignent sur la position de l'auteur par rapport à son énoncé: degré de certitude (modalisateurs). nous allons accorder d’avantage attention à l'analyse des marques du texte argumentatif. proposera un modèle d’analyse des textes 7 .

Cependant. nous analyserons le chapitre XLI tiré de l’œuvre Le rouge et le noir qui contient le discours que Julien Sorel a prononcé lors de son procès. étude du système d'énonciation. nous proposons les perspectives que nous attendrons après une telle activité pratique de recherche. En plus. Le mémoire finit par un dernier chapitre qui présentera les conclusions de notre étude. chacun respectant les aspects suivants: présentation . 8 . Lettres persanes. étude du lexique. étude de la syntaxe et de la rhétorique. identification des connecteurs logiques et chronologiques. la première analyse de notre mémoire ne s’appuie sur un texte-source et un texte-cible mais sur deux traductions effectuées de la même langue. Quant au plaidoyer et au réquisitoire. la manière dans laquelle certains syntagmes ont été traduits ou la manière dans laquelle les marques du texte argumentatifs source ont été préservées dans le texte-cible. Les œuvres qui nous ont attiré l’attention sont l’Éloge de la folie. explicitation des intentions de l'argumentation. Dans ce sens. Nous tenons à préciser que nous avons choisi des textes argumentatifs rédigés en français. étude de la structure logique. le plaidoyer et le réquisitoire. le roman plaidoyer. le chapitre XXIV tiré de l’œuvre Lettres persanes de Montesquieu. nous analyserons trois fragments tirés des textes appartenant au genre oratoire: l’éloge et la satire et au genre judiciaire.argumentatifs et leurs traductions roumaines. le latin. Dans ce chapitre. traduite du latin dans presque toutes les langues de l’Europe. progression de l'argumentation (stratégie argumentative). L’analyse que nous nous proposons à mettre en place va aussi surprendre des aspects traductologiques. c’est le cas de l’œuvre Le rouge et le noir et Lettres persanes. etc. Le rouge et le noir et le roman épistolaire satirique de Montesquieu.expression. nous avons choisi pour l’analyse de l’éloge le chapitre XL tiré de l’œuvre Éloge de la folie et pour la satire. Par conséquent. nous avons aussi analysé la plus importante œuvre de la Renaissance. l’Éloge de la folie.

Il y montre que Perelman a voulu donner une position autonome à 1 De même. Dans les années 70. en particulièrement dans les collèges jésuites. L'ouvrage traite les causes du déclin de la rhétorique et élucide les rapports de la nouvelle rhétorique avec la théorie de l'argumentation 1 Plus tard. Origine du texte argumentatif (Historique et généralités) Le discours argumentatif a subi des transformations politiques et culturelles. Dès le seizième siècle. (Lampereu: 1991). Chaïm Perelman reprend la renaissance et la réhabilitation de la rhétorique après avoir examiné les rapports entre la rhétorique et la dialectique. grâce aux travaux de Chaïm Perelman et Lucie Olbrechts-Tyteca (1958). mais aux opérations discursives par lesquelles il produit à l’adresse d’un auditoire un discours de justification de cette décision. Remis à l'honneur à partir des années cinquante. sous le nom de « nouvelle rhétorique » principalement dans le domaine francophone.» À l’époque de la renaissance et à l'époque baroque l'argumentation rhétorique a été réétudiée comme une pratique renouvelée. la même année paraît un ouvrage qui jouera un rôle analogue à celui de Chaïm Perelman. « La philosophie de Chaïm Perelman permet de conférer un sens technique à la notion de « raisonnement » dans le contexte juridique: il ne s’agit pas de s’intéresser aux opérations mentales qui conduisent un juge à prendre une décision. tel qu’ils ont été établis par Aristote dans sa Rhétorique (2010). dans le domaine anglo-saxon (Toulmin: 1958). En outre. dans son ouvrage L'Argumentation selon Perelman (2000). la notion d'argumentation est liée à une série d'autres termes clés. en mettant en évidence le fil conducteur de la réflexion de Perlman. la technique de l'argumentation avait connu une longue pause due au déclin de la rhétorique surtout après l'époque romaine. 9 . Roland Schmetz proposait une lecture du Traité de l'argumentation.1. celle-ci a été codifiée et enseignée comme une discipline par excellence.

Aujourd'hui. les arguments à faire valoir ainsi que les objections et leurs réponses. et par la recherche d'un consensus minimal sur une méthodologie et sur l'ensemble des concepts. Une recherche textuelle s'impose donc afin d'inventorier les divers points de vue et les arguments qui seront présentés. est une rédaction où nous devons prendre position. il est recommandé de rédiger un tableau synthétique résumant les principaux arguments3 de tous les protagonistes afin d'apprécier la valeur respective. Grize (1982) étudie le fonctionnement du raisonnement en langage naturel tandis que Toulmin (1983) analyse le de véridicité des énoncés argumentatives. qui correspondraient à des opérations cognitives (Golder et Coirier. est analysée de perspectives variées. Le texte argumentatif. 2. envisager des objectifs et y répondre. En outre. L’argumentation comme objet d’étude. Perelman (1977) insiste notamment sur l’importance de l’auditoire en argumentation. 1996).l'argumentation. De plus. 3 « […] ressemblent à un magasin servant à argumenter sur quelque chose ». Structure des textes argumentatifs Le texte argumentatif offre la possibilité de défendre une thèse soutenue avec des arguments. 2 «…ce qui est admis comme points de départ des raisonnements et ensuite la manière dont ceux-ci se développe grâce à un ensemble de procédés de liaison et de dissociation » (Perelman. 2000: 165). Olbrechts-Tyteca. 1983). la rhétorique est devenue un objet d'étude pour les étudiants en sciences humaines intéressés par la communication. (Schmetz. À cette étape. l'interprétation du philosophe belge est accompagnée d'une discussion critique avec les commentateurs. comme son nom l'indique. il est essentiel de bien comprendre la problématique traitée2 (Schmetz: 2000). généralement coincée entre la logique et l'art sophistiqué de la persuasion. 1958: 87. La rédaction suppose d’abord avoir établi un plan qui résume les idées principales du développement du travail dont la position à défendre. ainsi que d'une comparaison entre le Traité de l'argumentation et les théories de l'argumentation de cette époque-là. 10 . La situation contemporaine est caractérisée par un usage généralisé du terme « argumentation » à travers les disciplines. la justifier à l'aide des arguments rationnels. en même temps que sur l’implication des interlocuteurs. l'analyse du discours et l’évolution du concept. Cette façon de voir l’argumentation comme objet complexe a conduit notamment à s’interroger sur les différentes opérations argumentatives à l’œuvre lors de la production du texte argumentatif. L’insertion de l’argumentation dans une situation de communication débouche sur une réflexion à propos des présupposées discursives et de l’implicite dans l’argumentation (Anscombre et Ducrot. cette vision globale du texte argumentatif a mené à sa modélisation qui porte sur le plan et sur le type d’arguments. Avant de commencer à écrire un texte argumentatif.

En bref. mais c’est l’ensemble thème-champs d’analyse .2. La problématique comporte trois parties. des entretiens ou bien d’autres. qui sera infirmée ou confirmée par l’observation ou expérimentation4. à cette question. normalement présentées dans cet ordre: l'exposition du problème dans une mise en scène. par exemple un questionnaire. l'ensemble constitué par le thème. il existe deux types d’hypothèses dans une recherche: 1) l’hypothèse générale ou principale 2) les hypothèses opérationnelles ou secondaires Madeleine Grawitz.corps d’hypothèses . Quoi qu’il en soit. Les hypothèses découlent naturellement de la problématique. Pour certains auteurs. Le premier travail est de la formuler et de la rendre consciente. 4 C’est-à-dire la vérification de la validité de la proposition. toute problématique se termine par une question. l’objet d'étude. Le vide entre les données de base et l’hypothèse doit être rempli à partir des questions intermédiaires à inventer et dont les réponses progressives permettent de relier les « deux parties » de la situation problème. Généralement. elle est plutôt le projet de traitement de la question. pour d’autres. la problématique est la manière d’argumenter et de poser la question. c’est-à-dire la présentation de la question (ou du problème) provoquée par un sujet qui prête à discussion. (2002: 308) distingue trois types d’hypothèses: 1) hypothèses supposant l’existence d’uniformités permettant de quantifier des distributions de comportements. la théorie de référence représent la problématique. L’hypothèse est une proposition de réponse à la question donnée et correspond à une relation entre des faits significatifs. La problématique est construite de l’ensemble des réponses aux questions qui se posent à partir de l’énoncé de base de la situation problème qui propose une réponse provisoire l’hypothèse. 11 . la formulation d'une question et la division de la suite du texte. et l’hypothèse constitue la réponse (provisoire). Problématique (introduction) La problématique correspond à l'introduction du texte. Bien que l’hypothèse soit établie en début de la recherche. L’ensemble des hypothèses constitue le corpus d’hypothèses. le champ d'analyse.1. avec un outil d’investigation. assez souvent elle n’est pas constante.modèle théorique de référence qui constitue à son tour la problématique.

L’élaboration de la problématique se fait donc en trois temps. Ce choix se fait en tenant compte des convergences apparaissant entre le cadre théorique. 5 Les points de départ sont définis par Perelman dans la seconde partie du Traité comme le choix des données et leur adaptation en vue de l'argumentation. il s'agit soit d'inscrire son travail dans un des cadres théoriques exposés. mauvais) et peut se rattacher à une théorie existante. Nous avons souvent l’intérêt de faire référence à un cadre théorique existant. et. Pratiquement. la question de départ et les autres informations retirées de la phase exploratoire.2) hypothèses supposant l’existence de liens logiques à partir de corrélations empiriques. institutions etc. il s'agit d'expliciter la problématique de la question de départ. politique. ne comporte pas de jugements de valeur (bon. à repérer et à décrire les différents aspects ou dimensions du problème du point de vue sociologique. économique. la question de départ prend un sens particulier et précis. d'autre part. Concrètement. Puis. psychologique. 3)hypothèses concernant des relations entre variables analytiques et complexes. D’abord. hiérarchies. l'opération consiste à exposer les concepts fondamentaux et la structure conceptuelle qui fondent les propositions élaborées en réponse à la question de départ et qui vont prendre forme définitive dans la construction. il est important de noter qu’une hypothèse est toujours vérifiable. Lorsque celle-ci n'a pas été bien précisée antérieurement. le choix d'une problématique est aussi l'occasion de reformuler la question de départ ou les point(s) de départ 5 en référence à un cadre théorique particulier et de la rendre plus précise. il convient de faire d'abord le point sur le problème tel qu'il est posé par les constats de terrain. le questionnement de départ enrichi par la recherche documentaire (lectures) et les entretiens de la phase exploratoire. soit d’élaborer un nouveau modèle. Il s’agira ensuite de présenter les liens et les oppositions qui existent entre ces aspects ou les dimensions et les points de vue d’acteurs. Celle-ci met en cause des faits réels. institutionnelle. à prendre en compte le vécu du problème par les principaux protagonistes: population. il faut replacer l’ensemble dans la perspective de diverses approches se rattachant implicitement ou explicitement à des systèmes théoriques qui pourraient servir comme cadre à autant de problématiques. juridique etc. professionnels. 12 . Enfin. Après avoir éclairci la question de la problématique. cela consiste. d'une part. Enfin. Enfin.

Il faut convaincre un adversaire. Certains indices permettent d'associer un énoncé à un énonciateur particulier (par exemple un emploi lexical particulier). sans que leurs paroles soient rapportées explicitement.1. (1980: 1036). Ces voix expriment un point de vue particulier sur l'objet du discours. nous constatons de différents points de vue qui s'opposent. précédant le discours rapporté. Le thème général est que le sens d'un énoncé le dit. 2. (Ducrot. en faisant valoir leur importance etc. Ce sera alors le contexte qui guidera l'interprétation.. un certain nombre de travaux échelonné au long des années 1968-1984 aux problèmes linguistique de l'énonciation. plusieurs énonciateurs peuvent intervenir dans le même énoncé. une prise de position tranchée ou nuancée. une opinion.2. Par exemple. par exemple. avec des améliorations apportées et des mises à jour. il peut être défini par une locution comme « certains disent que. De plus. d'autres s'y opposant. en présentant brièvement le contexte ou l'histoire. Argumenter. Mais l'auteur ne se contente pas de faire intervenir explicitement d'autres locuteurs dans son texte. Il met également en scène différents énonciateurs. l'auteur peut rapporter explicitement les paroles d'un ou de plusieurs autres locuteurs par le discours direct ou indirect. qui constitue la « polyphonie du discours » (Depretto. un autre producteur empirique de discours. soit pour modifier son opinion ou son jugement.2. la plus habile pour: 6 Cet ouvrage reprend. De plus. 1984: 204) En effet. ».1. l'auteur du texte argumentatif n'hésitera pas à mettre en scène d'autres voix que la sienne. soit pour l’inciter à agir. qui sont des voix responsables de certains énoncés. comporte des allusions à l'événement historique constitué par l'apparition de l'énoncé et représente un commentaire du dire. « Il devient le maître d'œuvre d'une polyphonie du discours et ses ressources sont nombreuses ». locuteurs et énonciateurs. en leur attribuant un rôle dans son argumentation. Ce locuteur n'est pas nécessairement une personne précise. 1984: 50-53).1. 13 . Une thèse est une réponse à cette problématique. C'est la mise en scène de toutes ces voix: auteur modèle. À cette étape a lieu la mise en scène du décor. Question concernant le sujet L'objectif du discours argumentatif est de défendre ou de combattre une thèse. assertant ainsi un discours second. l'auteur fait ainsi allusion à un ou à plusieurs discours seconds. qui réponde à une problématique. (Luck: 2010) c’est donc définir la stratégie la plus efficace. mais ce n'est pas toujours le cas. certaines renforçant son dire. Mise en scène du sujet La mise en scène (ou sujet amené) est la partie de la problématique où le sujet est traité de façon à faire ressortir la pertinence et l'intérêt de la question. citée par Ducrot. un point de vue..

nous ne pouvons pas parler d’un corpus des thèmes divisés sans présenter la cartographie des mises en relations internes aux discours (thématisassions et déterminations) et leurs architecturassions sémantiques qui permettent de:  Spécifier concrètement les constructions de « zones » signifiantes où les opérations suivantes seront réunies: . critiquer une position contraire ou éloignée.        faire connaître sa position. est la partie dans laquelle est présentée la division du texte en indiquant quels seront les thèmes présentés et la démarche (le comment). une foi… marquer les esprits par des effets de logique. comme le dit son nom. pour chaque type de discours et de représentation. Ces jugements doivent viser les catégorisations des sujets dans des contextes. des oppositions ou des conflictualités. sa thèse.1. (1976: 50). contredire une thèse opposée. une « grammaire des idées » qui permet la mise à jour de “points-clés” autour et à partir desquels vont se distribuer des consensus. de mise en perspective.  Analyser les formes de jugements établis dans les discours.logiques (entre contenus). démontrer avec rigueur. la faire admettre à un lecteur ou à un auditoire. de présentation. servir une cause. ébranler des contradicteurs. se mettre en valeur. 14 .énonciatives (placements et positionnements des sujets).cognitives (mentales). faire douter un adversaire. faire basculer les indécis. un parti. . ordre et progression. des espaces et des finalités déterminés. .3.  Établir en conséquence. Selon la méthodologie générale de Georges Vignaux. Division du sujet La division de sujet (ou sujet divisé). des procédés oratoires… Toutes ces finalités isolées ou combinées donnent naissance à une variété de formes et de tonalités qui rendent chaque tentative d’argumentation très originale et parfois difficile à discerner. 2.

Les situations . l’argument de la direction.situations.Dans son ouvrage. comportements. celui de théâtralité. modes d’existence ou d’action. de la gradation et de l’amplification manifestent ainsi la pertinence de l’ordre comme stratégie du sujet. champs clos construits par le sujet énonciateur. dont les éléments sont: .2. répond au souci de ne pas livrer immédiatement l’étendue du raisonnement. il a une structure théâtrale. Comme au théâtre. 2.sujets ou objets. les uns et les autres pouvant être agissants ou agis. en particulier. Les nécessités de l’enchaînement discursif imposent l’utilisation de certains arguments qui précédent d’autres. Ces phénomènes se rapportent à ce que l’ancienne rhétorique rangeait sous les notions d’exposition. la représentation doit le toucher. L’opération fondamentale d’ordre traduit la liberté du sujet énonciateur dans la composition de son dire et donc la construction des représentations qu’il souhaite imposer à l’auditoire.Les acteurs . Les acteurs peuvent être aussi des notions plus générales. .définies par leurs origines. En fin. . l’ordre des arguments à développer. (1998: 337). 1976: 71). leurs effets et l’impact de leurs modes d’existence. l’émouvoir: « L’argumentation est théâtralité ». Le dit aussi. C’est la catégorie qui précise donc: les lieux spatiotemporels. Mariana Tuţescu rappelle le concept fondamental de l’ouvrage de Georges Vignaux.relations entre acteurs. de disposition ou de méthode. Introduction a l’étude du discours. bref de le persuader ou bien de le convaincre.Les procès . L’opération d’ordre est le lieu de stratégies précises dont l’existence est fondée sur la relation sujet-auditoire. Les catégories argumentatives de la direction. l’ordre des questions à traiter. (Vignaux. la théâtralité discursive se caractérise aussi par l’idée d’ordre: l’ordre de composition du discours. relations acteurs . les contextes où le rapport acteurs-procès naît. À cet égard. Le discours lui-même peut être tout entier un argument constitué par cet ordre. notamment à partir des relations entre acteurs et procès qui les précisent et dont elles permettent la détermination. Prise de position (première partie du développement) 15 . L’Argumentation. Tenir un discours devant quelqu’un en lui proposant une représentation a pour but d’intervenir sur son jugement et sur ses attitudes.

). c'est trancher. qui faussent subtilement l'argumentation est parfois difficile de démasquer l'implicite ou l'ironie.2. c'est se prononcer sur une question permettant des réponses alternatives et s'engager explicitement en assumant le risque implique par son choix […]. de sa liberté et de son intégrité.« Dans le sens courant.1. elle doit être conforme à une valeur fondamentale.1. prendre position. La persuasion s’appuie plutôt sur l'affectif. ou colère / indignation etc. En fonction du but recherché. La valeur morale qui correspond le mieux à ce critère est le respect de la personne humaine. de portée universelle. nous utilisons des moyens indirects. » (Amossy. de sa vie. Par la prise de position nous comprenons « une adhésion déclarée et non motivée. ». 2. les sentiments. les émotions (compassion / pitié. le choix se justifie par l’intention de démontrer / convaincre / persuader. mais comme un élément constitutif de la parole argumentative qui déploie un raisonnement en vue de motiver la sélection d'une réponse à une question autorisant des réponses alternatives. L’auteur du texte argumentatif cherche à séduire l'interlocuteur. affirme Amossy (2004: 10). Il est important de noter que la prise de position de l’argumentateur se manifeste aussi par le choix de son vocabulaire: champs lexicaux.2. Tous les moyens employés pour donner du poids à la thèse défendue ou une efficacité par rapport au destinataire constituent la stratégie argumentative. à le 16 . 2. Précision de vocabulaire Une position justifiable s’appuye sur des arguments défendables rationnellement. Une introduction générale et une courte présentation de la partie principale doivent satisfaire aux exigences d'une mise en place succincte et appropriée des principaux aspects contextuels du problème. Pour qu’une action soit justifiable au plan moral. vocabulaire des sentiments et de l’opinion. Le vocabulaire et les arguments affectifs Pour persuader. voire irrationnels. Énoncer l'hypothèse en introduction signifie rendre caduc le parti parfois pris de consacrer tout le premier point du développement à une mise en contexte détaillée du problème retenu et cela afin de mieux comprendre le problème et le contexte. et entraîner les meilleures conséquences possibles pour toutes les personnes en cause. 2004: 10) Les objectifs de cette première étape dans le processus d’argumentation sont de concevoir et choisir approximativement un objet d'étude ou un thème d'intérêt. L'hypothèse est un énoncé à examiner en détail plus tard dans le discours qui a pour but de nous approcher au maximum de ce qui peut être tenu pour probable et crédible.1.

Par l'emploi de ce vocabulaire. et révèlent ce que l'auteur de l'énoncé trouve beau. bon. Le pathos peut notamment prendre la forme d'apostrophes véhémentes ou encore d'exclamations. il cherche à faire partager ses valeurs par son interlocuteur. L'ethos est l'image que l'orateur ou l'auteur du discours donnée de lui-même à travers son discours. colère.charmer. mais qui existent indépendamment de lui. Le pathos. d'une preuve à conviction dans le cas d'un discours judiciaire ou de l'invasion d'une armée dans le cas d'un discours délibératif ou des qualités personnelles d'un défunt dans le cas du discours démonstratif. Ces mots sont valorisants ou dévalorisants. à lui faire admettre son point de vue. par exemple. 1) Les preuves extrinsèques sont des arguments évoqués dans le discours. ou l'inverse (le contraire). Les arguments rationnels: preuves extrinsèques et intrinsèques (ou lieux).2. l'énonciateur cherche à susciter les mêmes émotions ou sentiments chez celui qui lit ou l'écoute.). Le vocabulaire affectif est défini comme l'ensemble des mots impliquant une réaction émotionnelle ou un engagement affectif de l'auteur d'un énoncé (pitié. Le vocabulaire évaluatif et les arguments rationnels Le vocabulaire évaluatif est défini comme l'ensemble des mots impliquant un jugement de valeur de celui qui s'exprime. Pour persuader.1. Cette attitude peut être faite de modestie. de bon sens. Il rassemble les notations adoptées pour s'attirer la bienveillance des destinataires. selon qu'ils renvoient à des éléments extérieurs au discours ou qu'ils renvoient à des éléments internes au discours. à ridiculiser l'adversaire et ses thèses. la seconde catégorie d'arguments affectifs rassemble les notations visant à éveiller les passions de l'auditoire. Les arguments affectifs se distribuent en deux catégories: l'ethos et le pathos. Par l'emploi de ce type de vocabulaire. En utilisant ces méthodes nous entraînons l'adhésion de l'autre envers nos dites que de le convaincre de façon rationnelle. Ceux-ci appartiennent à deux catégories distinctes. un discours doit également s'adresser à la raison de l'auditoire. C'est là qu'interviennent les arguments rationnels.2. sympathie. indignation etc. Il peut s'agir. d'attention aux destinataires etc. 2. 17 .

. De même. des contraires. parce qu'elles tiennent aux capacités d'organisation propres à la langue. 2.. incertain. forcément. peut-être. Les modalisateurs « L'emploi des modalisateurs illocutoires (MI) dans le discours argumentatif et les combinaisons possibles des MI avec des séquences fonctionnant comme des arguments ou comme des conclusions. Donc la valeur des modalisateurs sera la certitude ou l'incertitude. 2008: 203) Les modalisateurs sont des mots ou expressions signalant le degré de certitude de celui qui s'exprime aux idées qu'il formule. Ainsi des proverbes. certainement. vraisemblablement. clair. du genre et de l'espèce. vraisemblable. évident. Les Modalisateurs (Cf.3. probablement.. » (Ionescu. la concession etc. possible.2.) et les valeurs argumentatives associées à la présence des MI dans des interventions d’initiation ou de réaction.2) Preuves intrinsèques (ou lieux) sont des arguments proprement discursifs.. pour lui.. douteuses ou fausses. Ces formules permettent d'apporter au discours qui les accueille la caution de la tradition populaire ou savante. la réfutation. 1995: 44) Certitude sûr..1. 18 Adjectifs Adverbes Incertitude douteux. l'interrogation. probable. Bühler.. incontestablement.. Ils constituent en somme les ressources rationnelles inhérentes au langage.. des exemples ou encore des maximes qui offrent un répertoire de formules discursives prêtes à l'emploi. des structures logiques comme les rapports de cause à effet.. ces idées sont vraies. Ils indiquent si. du comparant et du comparé sont considérées comme des preuves intrinsèques. inévitable. assurément. du tout et des parties. certain. réellement. leur insertion dans les différentes stratégies argumentatives (la crédibilité.

.. Selon Jean-Michel Adam des énoncés successifs peuvent êtres interprétés comme des phrases argumentatives dans la mesure où elles visent à rendre crédible ou acceptable un énoncé appuyé sur un autre énoncé argumentatif.). et à transformer son système de pensée. il apparaît clairement que.3. de toute évidence. il est possible que. sembler. sur autrui.. Une fois le repérage du vocabulaire affectif ou évaluatif et des modalisateurs effectué. supposer.... je ne sais quel.à propos de traits de caractère du locuteur. 1996: 18) Dans la partie sur l'énoncé de la position. il est sûr que. il se peut que. à faire. L'ensemble de ces constatations permet de mieux réunir la présentation des arguments dans le discours. Tout énoncé oblige ou incite autrui à croire. espérer. son hésitation ou son assurance etc. 2. à ce qu'on dit. douter.2. admettre. Explication 19 . souhaiter.. Tout énoncé vise à agir sur son destinataire. dont il a ou non conscience (sa timidité ou son audace.. prétendre.Expressions toutes faites Verbes d'opinion Verbes impersonnels à coup sûr. certifier.à propos du rôle que cherche à jouer le locuteur parmi les autres interlocuteurs (présents ou absents dans) qu'il connaît. il convient de dresser un bilan de ce que l'ensemble de ces indices nous apprennent. » (Plantin. . autrement. il semble que. sur autrui. 2. selon toute vraisemblance.. assurer.. C'est un résultat concret de l'énonce en situation.2.2. à voir. son humilité ou son orgueil. et à transformer son système de pensée. Tout énoncé vise à agir sur son destinataire.. se présente clairement la réponse à la question posée dans la problématique.à propos du jugement que porte le locuteur sur un ou plusieurs interlocuteur(s). sans aucun doute. . son objectivité ou sa subjectivité. affirmer.. Le bilan peut être effectué: . croire. Énoncé de la position « Toute parole est nécessairement argumentative. penser.

le discours tenu n'étant pas le bon discours. un refus des investissements subjectifs. L'argumentation. À remarquer que l'explication est un discours à la troisième personne. des éléments qui sont hétérogènes par rapport à cette description. repérable dans la description qui est dominée par l'explicandum. à moins d'un coup de force verbal qui ligote l'interlocuteur » (Borel. ou de faire comprendre quelque chose à quelqu'un. puis il est ré-décrit en fonction de ce schéma. dans sa valeur de vérité notamment. Le refus polémique cache dans ce cas un double statut: le discours reçu peut être contesté dans ce qu'il dit. . Les règles d’échange d’information dans l’explication se divisent en trois situations: . l'aspect sous lequel le phénomène à expliquer est analysé par l'explication n'est pas indépendant des conditions dans lesquelles l'explication est donnée et de la finalité » (Borel. « le locuteur se décentre. L'explication est un discours conçu pour répondre à un « pourquoi ? » implicite du destinataire. un phénomène singulier. c'est donner des raisons. dans l'explicans. une situation ont pu être possibles. Dans le discours explicatif.L'explication est basée sur l'acte d'expliquer. De plus.il est neutre par rapport à son objet dont il présente une représentation objective. l'objet à expliquer. il faut dire que l'essence de l'explication n'est pas polémique. c'est rendre compte d'un phénomène ou d'un fait.le thème de son discours répond à une question qui intéresse l'autre.il connaît ce dont il parle et il sait plus que l'autre. Expliquer exige une prise de distance du locuteur. explicandum est rapporté à un schéma. par contre. « Enfin. l'explication peut glisser vers un discours polémique. Pour être reçu. Le discours explicatif s'oriente plutôt vers la description des faits et des phénomènes. L'explication doit encore fournir. savoir comment un événement. 1981: 31). C'est le phénomène de « l'ancrage de l'explication »: savoir pourquoi un phénomène devait se produire ou une situation être ainsi. Mais fort souvent. ayant pour objet une temporalité passée ou présente: « On n'explique pas ce qui adviendra (la prévision est certes liée à l'explication mais ne s'y réduit pas. Selon le dictionnaire Littré « l'explication » se défint comme « le discours par lequel on expose quelque chose de manière à en donner l'intelligence et la raison ». 1981: 31). le discours explicatif doit s’identifier comme exempt d'éléments polémiques. . Toutefois. se fait témoin ou observateur. et on dira par exemple: « Ce n'est pas une bonne explication » ou bien il pourra être rejeté en disant: « Ce n'est pas une explication ». Conformément à ces critères. un discours explicatif est recevable. une sorte de décentration par rapport aux valeurs. Expliquer. ce qui présuppose que le fait décrit existe et qu'il est modalisé d'une certaine façon. 20 . l'explication doit répondre à un problème spécifique. Dans ce type de discours. a souvent une haute vocation polémique.

L’argumentation fait habituellement référence à deux ou plusieurs personnes. et de Claire Sukiennik sur la présentation de l’Intifada al-Aqsa par la presse écrite en France. 1982). définie en termes de « garantie ». Un principe. un lieu. Il faut noter que les connecteurs « parce que.3.La production de l'explication fait converger . puisque » et « car » marquent explicitement le type textuel explicatif. c’est un jugement ayant une portée générale. se fonde sur Toulmin et place le point fort de l’articulation entre AD 7 et argumentation dans la procédure de justification. l’auteur cherche à justifier une thèse (opinion) à l’aide d’une ou plusieurs raisons appelées arguments ou prémisses. Un principe ne traite pas directement de la thèse de l’argumentation. La thèse est un jugement particulier qui découle indirectement du principe (Grize. Ruth Amossy et Roselyne Koren écrit: « Emmanuel de Jonge. 2. Le discours politique actualiserait la composante justificative de l'explication. Toutefois.selon Marie-Jeanne Borel deux démarches différentes s’imposent: une démarche interprétative. dans laquelle l'explicandum devient conséquence de la raison donnée et par là expliquée. quasi-universelle. 2008) 21 . Justification (deuxième partie du développement) Lors de l’argumentation. suscitée par la question (implicite le plus souvent). qui se penche sur la Déclaration d’Indépendance américaine. un ou plusieurs sujets etc. des temps. ni de temps ni de lieu. contenant des preuves factuelles ou déductives. d’où découle des jugements particuliers. - Le discours didactique et le discours scientifique sont des aspects de l'explication. et qui consiste dans la recherche d'une raison qui explique expliquant. la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme de 1948. C’est l’inscription du pathos dans le discours et ses enjeux qui se trouvent au centre de l’étude de Raphaël Micheli sur les débats parlementaires sur la peine de mort. Koren. » 7 L’analyse du discours (Amossy. une démarche justificative. il est possible d’extraire de l’argumentation un principe qui ne fait mention ni de personne.

une illustration grâce aux exemples. Raisonnement par induction est le raisonnement qui part du particulier pour arriver à une loi générale. nous allons passer en revue quelque type de raisonnement. Quelques types de raisonnements (Arcand. Bourbeau. Le rouge et le noir. font référence à des justifications et des principes qui ne sont pas de nature juridique (Cf. L'une des prémisses s'appelle la majeure parce qu'elle renferme l'idée générale. Raisonnement analogique: l’établissement d'une similitude de rapports entre deux couples de termes (A est à B comme C est à D). Dans la deuxième partie de ce mémoire. Pfersmann admet que les avocats. C'est dans cette partie que les prémisses qui soutiennent la position assurent leur validité et de leur suffisance.1. nous allons repérer des exemples des raisonnements tirés des textes que nous avons choisis pour l’analyse: l’Éloge de la folie. Dans l'induction par généralisation. Lettres persanes. le droit. par exemple. le sens. les raisons de défense de position. Des deux prémisses (arguments) on déduit une conclusion. 1998: 137) Dans cette section. La généralisation peut conduire à une vérification. chapitre Caractérisation des arguments et du raisonnement. L'analogie envisage des faits qui n'appartiennent pas au même univers de discours. Pfersmann. 1998: 104133). soit la position défendue dans le texte argumentatif. Le syllogisme se compose de trois propositions: deux prémisses et une conséquence ou conclusion. 2. le raisonnement part du général pour traiter un cas particulier. les implications ou encore avec une argumentation qui en justifie le bien-fondé: dans ce dernier cas.3. une hypothèse synthétisante. et même parfois les juges. Arguments La partie des arguments répond essentiellement à la question. nous avons comme point de départ des faits particuliers pour arriver à une affirmation générale. Ces prémisses se présentent soit avec une explication qui l’indique. l'autre porte le nom de mineure parce qu'elle énonce la proposition particulière. Raisonnement par déduction (ou raisonnement déductif): c'est une loi générale qui permet d'établir une conclusion sur un fait particulier. la source. nous ne pouvons traiter le sujet « justification » sans faire référence au domaine où celle-ci est utilisée fréquemment. 22 .Cependant. l’argument est lui-même une conclusion intermédiaire servant de prémisse à la conclusion principale.

il faut présenter une ou deux objections significatives à la thèse. L'argument d'autorité peut renforcer un argument ou faire office d'argument. Il y a sûrement de bonnes raisons pour d'autres personnes intelligentes de défendre un point de vue différent du nôtre. Raisonnement d'autorité consiste à citer quelqu'un qui fait autorité (par exemple: un grand auteur) pour valider une proposition. » Le raisonnement dialectique. produit des idées nouvelles à partir de propositions de départ qui s'opposent (Synthèse). Nous nous attendons donc. « Nous distinguons parfois le raisonnement causal proprement dit (une cause produit un effet précis). 2.La métaphore est une analogie raccourcie. Tandis que la déduction ne fait qu'exprimer ce qui est impliqué dans les prémisses. Le raisonnement dialectique.3. elle manifeste une pensée en mouvement. Si elles sont valides et suffisantes. Objections et réponses Une objection est un argument qui remet en cause la valeur d’un autre argument. le raisonnement dialectique part de deux propositions contraires. Dans le texte argumentatif. la conclusion du raisonnement dialectique apporte quelque chose de neuf. mais s’il s’agit d’une question débattue de façon significative. en effet.4. d'une situation. d'un phénomène pour en tirer des conséquences. 2. il faut les accepter et expliquer pourquoi elles ne nous ont pas amenés à changer la position. Raisonnement causal s'appuie sur les causes d'un fait. que non seulement nous connaissions les objections (contre-arguments) à notre position. mais à ce que nous puissions en prévoir et leur répondre ou cas où elles ne sont pas convaincantes. Nous avons toujours la possibilité de les réfuter en exposant les faits insuffisants. comme dans la déduction.2. Nous avons sans doute de bonnes raisons de défendre une telle position. voire contradictoires (Thèse / Antithèse). du raisonnement structural où l'on analyse un ensemble de rapports complexes dans lesquels les éléments sont réciproques. Synthèse (conclusion) 23 .

à son esprit et son ton. c'est-à-dire la présentation des limites de l’exposé ouvrant sur une perspective plus vaste ou rattachant la question traitée à un problème nouveau. les modalisations et modalisateurs. l’étude textuelle. morphologiques et syntaxiques 24 . Résumé Résumer. 3. Il faut donc rappeler de façon explicite. nous allons présenter les indices d'énonciation et une particularité du texte argumentatif. la position défendue.La synthèse ou la conclusion d'un texte argumentatif comporte un résumé des arguments dans un raisonnement qui les relie à la position et un élargissement. c'est recomposer un texte où l'on exprime avec un minimum de mots les idées. Élargissement Vu le fait qu’un sujet n'est jamais parfaitement exploité ni épuisé. Ensuite.1. le mouvement même de la pensée de l'auteur. les arguments utilisés et les objections envisagées. la problématique discutée.4. 2. les arguments. morphologiques et syntaxiques des textes argumentatifs. dans un bref résumé. en restant fidèle. dans la mesure du possible.4. la synthèse d'un texte argumentatif se termine par un élargissement. 2. L’étude des marques des textes argumentatifs Dans ce chapitre nous traiterons les caractéristiques des analyses lexicales.1. Analyses lexicales. les connecteurs et implicitement les relations explicites ou implicites où nous ajoutons un tableau des principaux mots de liaison. 3. Un lecteur devrait pouvoir comprendre l’essentiel du travail à partir de la lecture de ce résumé.2.

de sens implicites ou seconds. à partir d’une forme donnée. celle-ci permettant. Catherine Fuchs définie la notion de champ comme « la structure d’un domaine linguistique donné ». Le modèle de découpage d’une forme en base et flexions n’est pas un calcul purement combinatoire. Cette analyse traite la problématique de manière plus large et détermine le sens dans le texte en fonction de la: . sens qui ne se comprennent que dans le contexte (le texte en entier). pour être exacte) n’est pas sans rapport avec la notion de champ lexical. L’analyse morphologique combine deux fonctions: 1. Une solution consiste à calculer comment une forme provient d’une base. Elle considère que les deux concepts de champ sémantique et de champ lexical sont assez souvent confondés: le premier désigne l’ensemble des significations d’un mot et le second un ensemble d’unités lexicales entretenant entre elles des relations en occurrence sémantiques (synonymie. le modèle de son comportement flexionnel. antonymie. à condition qu’il existe un dictionnaire qui donne pour chaque base.contextualisation des mots dans la phrase. une appréhension plus large d’un thème ou d’un motif qui se développerait dans un texte.une fonction calculatoire ou flexionnelle. mais par un jeu de références. L’analyse morphologique comprend l’analyse de certaines formes occurrentes en procédant à l’élargissement de l’étude en passant par la variation (de la forme des mots selon le 25 . qui consiste. de nature lexicale. il obéit à des règles d’ordre linguistique défini par: A. les champs associatifs. cependant. qui consiste à attribuer à chaque forme du texte une catégorie syntaxique. La notion d’isotopie (isotopie sémantique. L’analyse morphologique est définie comme un automate qui traite isolément chaque forme d’un texte en lui associant des traits informationnels (ou propriétés). Le but du traitement morphologique consiste à dégager un maximum de solutions fondées sur un certain nombre de considérations d'ordre syntaxique (Fay-Varnier. . les champs lexicaux. 1991: 403425): la facilité de pouvoir modifier la grammaire des syntagmes nominaux sans devoir modifier le traitement morphologique. figurés. hyperonymie / hyponymie).L’analyse lexicale du texte argumentatif suppose à la fois l’observation et l’analyse des occurrences du texte étudié. 2. Berrendonner en 1983 et complété par M.contextualisation des phrases dans le texte c'est-à-dire les isotopies lexicales.une fonction classificatoire. Le Guern et J-P Metzger en 1988. à calculer sa base pour accéder au lexique. Une isotopie est un ensemble de mots qui renvoie aussi au même thème (iso = même du point de vue étymologiquement).

COI etc. tant qu'ils ne sont pas mis en œuvre dans un univers de discours.les chaines référentielles: les reprises anaphoriques (anaphore et cataphore).2. que la référence contextuelle « paraît devoir être interprétée comme une référence situationnelle » qui dépend. . Une isotopie est l’effet de la récurrence d’une unité sémantique le long d’un texte. Joly. . groupe ou syntagme: nominal.l’isotopie lexicale. Ils signifient des attributs et non des substances. Étude textuelle L’étude textuelle suppose premièrement. .la référence: référence contextuelle soit déictique. Au niveau des phrases les différents groupes sont délimités ainsi que les relations entre eux.les reprises lexicales. . liens syntaxiques ou rattachements entre syntagmes ou fonctions syntaxiques (sujet. la flexion (l’ajout d'un affixe qui ne crée pas un nouveau lexème mais qui intervient avec un changement au niveau grammatical. .Analyse du fonctionnement syntaxique de constructions complexes représentées dans le texte étudié par l’intégration des interrelations syntaxiques. genre. COD. Cependant. . l’acquisition d’une méthode de lecture pour l’analyse des textes: la construction du sens dans le texte. adjectival.contexte (conjugaison. . (T. l'analyse syntaxique a besoin de caractériser les unités linguistiques du texte en connaissant un certain nombre d'informations qui se rapportent à eux. à la synonymie.Relations syntaxiques et relations logico-sémantiques: l’expression de la concession. verbal. nombre. c-est-à-dire une structures sémantiques générales. Ce type d’analyse a pour but de découvrir le sens du regroupement des mots liés en syntagmes.la cohésion textuelle. donc. Fraser et A. Sahbi Sidhom (2002: 62).) 3. prépositionnel. déclinaison). personne. l’exprimation variée (recours à l’hyperonymie. de la situation. sans altération du sémantisme du cœur lexical) et par la dérivation (la création d'un nouveau lexème par l'ajout d'un affixe apportant un changement au niveau sémantique). pour leur part. de la conséquence. à la métonymie). 1979: 107) considèrent. de l’hypothèse. « Les mots de la langue ne signifient que des propriétés et jamais des entités ou objet du monde réel. 26 . ».

Cette unité sémantique, un terme, traduit l’appartenance de plusieurs signifiés à la même zone sémantique, cette zone pouvant être caractérisée par ce même terme ou marqueur sémantique. (Greimas, 1986: 25); - l’organisation des temps verbaux dans les phrases; - la progression du sens dans le texte; - l’implicite. Deuxièmement, l’étude textuelle s’approche sur les tendances prédominantes reliées aux finalités « auxiliaires » des textes qui peuvent être: informatifs, analytiques, descriptifs, narratifs, argumentatifs.

3.3. Connecteurs
La majorité des classifications concernant les connecteurs sont effectuées sur la base du type de relation sémantique établi par ces marques entre les différents contenus du texte. Tandis que Schneuzly, Rosat et Dolz (1989: 150), distinguent entre les organisateurs temporels, spatiaux, argumentatifs et explicatifs, Halliday et Hasan (1976: 216), dégagent quatre types principaux de relations exprimés pas les connecteurs: relations causales, temporelle, additives et adversatives. Mariana Tuţescu (1998: 387), définit le connecteur argumentatif comme un morphème (de type conjonction, adverbe, locution adverbiale, groupe prépositionnel, interjection etc.) qui articule deux ou plusieurs énoncés intervenant dans une stratégie argumentative unique. Contrairement à l'opérateur argumentatif, le connecteur argumentatif articule des actes de langage, c'est-à-dire des énoncés intervenant dans la réalisation d'actes d'argumentation. Les connecteurs argumentatifs sont aussi des particules pragmatiques, c'est-à-dire des mots qui relient les énoncés en contextes, des mots dont la fonction est d'exprimer des valeurs pragmatiques, de suppositions, d’intentions, de présuppositions, de attitudes et de croyances partagées par le locuteur et son auditeur. Ils ont pout but d’assurent la cohérence discursive-argumentative du texte et sa pertinence dans la communication langagière. Des mots tels que « et, mais, même, puisque, car, parce que, donc, d'ailleurs, au moins, alors, eh bien, seul, seulement, décidément, là, tiens, hélas!, tu sais, écoute!, tu vois, après tout » ne semblent pas affecter la valeur de vérité des énoncés où ils sont insérés. Ils contribuent à mettre en relation l'énoncé et le système de croyances que celui-ci exprime. Ces connecteurs ont essentiellement des propriétés pragmatiques, déterminées par le contexte de leur emploi.

27

Ces « mots du discours », (Ducrot, 1980: 49), imposent aux énoncés qu'ils introduisent un comportement inférentiel, leurs significations fonctionnant comme autant d'instructions concernant les stratégies à suivre. Marqueurs de stratégies discursives, les connecteurs argumentatifs tirent toute leur valeur des processus énonciatifs qui les autorisent, des contextes dans lesquels les énoncés qui les renferment sont employés. Pour restituer le caractère relationnel du sens et le rôle fondamental de la cohérence textuelle dans la cristallisation des rapports textuels, nous percevrons l'importance apportée à la construction du sens textuel de certains éléments opérateurs et les connecteurs. La fonction de ces derniers est d'établir des relations de cohérence « intra et extra-discursives », (Tricàs Preckler, 2001: 106). Les connecteurs argumentatifs, surtout ceux qui établissent des relations argumentatives fortes (de cause, conséquence, opposition, justification) ont souvent été abordés dans des études traductologiques. Parmi les possibilités d'établir des liens de cohérence entre les propositions, le rapport de juxtaposition est le choix le plus simple. Dans le texte argumentatif, il n'y a pas de structure schématique canonique ou temporelle / chronologique. Ce type de texte est organisée en tenant compte des relations logiques entre les différents arguments permettant de justifier une prise de position (Coirier, Gaonac'h, Passeraults, 1996: 21). Cependant, les organisateurs non temporels sont les plus nombreux dans le texte argumentatif. Graduellement, les mises en relations causales (car) est la production de marques assurant une articulation globale du texte. L'acquisition tardive d'une planification experte de ce type de texte passent pas une réorganisation du contenu à communiquer en fonction de la prise de position et du destinataire: (pour ma part, quant à, par rapport à…). Dans sa forme, le texte argumentatif emploie de connecteurs permettant d'étayer et d'appuyer sa position. Il s'agit des connecteurs s'appuyant sur la causalité ou la finalité (parce que, pour), de connecteurs adversatifs pour exprimer des contrastes entre positions opposées (mais), mais également des connecteurs marquant la reconnaissance des positions alternatives (connecteurs exprimant la concession: même, si, toutefois). Ces connecteurs délimitent pareillement les contrastes entre arguments et contre-arguments. La proportion de connecteurs utilisés dans un texte est à peu près la même sur le plan de l’écriture que a l’orale. En fait, la diversification des connecteurs argumentatifs et nonargumentatifs et leur utilisation fonctionnellement plus riche caractérisent l’évolution et la qualité des textes écrites. La segmentation et le marquage du texte peut aussi bien s’accompagner d’une diminution des connecteurs explicites au profit de stratégies de cohésion et de connexité plus spécifiques et diversifiées.

28

3.3.1. Des relations explicites ou implicites
Les relations explicites consistent en une suite de propositions déduites les unes des autres ayant pour but de faire adhérer quelqu'un à son opinion. Quelque soit la nature de l'argumentation, il s'appuie sur une démarche logique et explicite. Il peut, alors, soit suivre une progression, soit marquer des ruptures, faisant preuve de fluidité et de cohérence, soit de heurts et d'irrégularité, le raisonnement suit une progression. Dans le cas des relations implicites il n'y a pas de connecteur logique, la relation logique est déduite à l'aide du contexte en regardant de près: a) la ponctuation La virgule ajoute une idée à une autre ou donne un détail supplémentaire, le point-virgule sépare les idées en gardant une suite logique entre-elles, les parenthèses ou les deux points peuvent introduire un exemple, une cause ou une conséquence, le point d'interrogation introduit une explication. b) la disposition du texte peut révéler, à l'aide des paragraphes par exemple, la manière dont le locuteur envisage son argumentation. Les paragraphes forment toujours des unités de sens autour d'une idée, d'un thème précis: denses, longs et peu nombreux, ils exposent une pensée structurée et ramassée, nombreux et de courte longueur, ils marquent le caractère décousu de la pensée. c) le système d'énonciation prendre en compte les pronoms, les temps verbaux, les termes appréciatif/dépréciatifs qui peuvent souligner une relation logique sous-entendue.

3.3.2. Tableau des principaux mots de liaison8
Étant donnée le fait que les relations exprimées explicitement peuvent soit suivre une progression, soit marquer des ruptures, voyons les principaux mots des liaisons en français et en roumain et leurs fonctions dans l'argumentation. Dans le tableau qui suit, nous présentons les connecteurs logiques et leurs relations en roumain.

Le raisonnement suit une progression
8

Les liens logiques, URL: http://siteeriff.free.fr/Leslienslogiques.pdfm, consultée le 27 Fevrier, 2010.

29

în consecinţă în această privinţă. pentru că. prin urmare. dans la mesure où. de fapt. du fait que. de altfel în primul rând. aşadar.Connecteurs logiques părerea mea este că. ei bine. cum. deoarece. prima remarcă se referă la. de aceea. în continuare. nu numai. întrucât căci.. să pornim de la în al doilea rând. parce que. în concluzie. pentru a termina. trebuie amintit mai întâi că. voi arăta că Relation logique introduction de la thèse liaison des arguments introduction des arguments Fonction permet d’introduire la thèse prin urmare. aşadar. grâce à. en raison de… deci. dovadă că. nu în ultimul rând permet la liaison des arguments permet l’introduction des arguments introduction du premier argument permet l’introduction du premier d’entre plusieurs faits introduction des arguments qui suivent introduction du dernier argument permet d’introduire les autres arguments pour argumenter la thèse permet d’introduire le dernier argument introduction de la conclusion permet d’introduire la conclusion d’explicitation de justification permet d’apporter des informations pour expliciter et préciser ses arguments permet d’apporter des informations pour expliciter et préciser ses arguments Le raisonnement suit une progression Connecteurs logiques Relation logique Fonction 30 . en raison de. să începem prin. la fel.. în ceea ce priveşte în fine. puisque. par. en effet. pe de o parte. pe de altă parte... fiindcă. în ultimul rând. iată de ce. având în vedere că. mai întâi de toate. în plus. ci şi car. sous prétexte que. în consecinţă.

ou… ou. ceea ce interzice chiar dacă. căci. vreau să spun. même si. în ciuda pentru că. fiindcă. din contră. să admitem totuşi. asta aminteşte de. en revanche. în realitate. ca şi cum. în loc să. de fapt sau. în timp ce. să luăm în considerare adică. causalité având în vedere. exceptând. adică. nici. de fapt. mă refer la. or. precum. dat fiind că. ceea ce exclude. d'un côté… de l'autre… mais. non tant… alternative permet de proposer les différents que. ceea ce contrazice. la raison. cependant. certes. ca şi. en dépit de. son opinion il est vrai que. de pildă. bien sûr. să ne amintim de analogie permet d’établir un lien de ressemblance entre deux ou plusieurs notions différentes de exemplu. totuşi. din moment ce. spre deosebire exemplification explication disjonction dar. toutefois… soit… soit. opposés à sa thèse en maintenant ce n'est pas que. fie. Le raisonnement marque une rupture Connecteurs logiques Relation logique Fonction malgré. opposition permet d'opposer 2 faits ou 2 31 . quoique. de aceea permet d’éclairer son ou ses arguments par des cas concrets permet d’éclairer les arguments par des cas concrets permet d’établir une relation d’exclusion entre deux ou plusieurs faits permet d’émettre des hypothèses en faveur ou non d’une idée permet de constater des faits opposés à la thèse en maintenant son opinion permet d’exposer la cause. l'un… l'autre. cu toate acestea. concession permet de constater des faits bien que. deoarece. de asemenea. ori.şi. d’un fait Ensuite. quelque soit. anume. în opposition schimb. cu toate acestea. nous présentons les connecteurs logiques et leurs relations en français. altfel spus. non seulement… mais choix dans une argumentation encore. concession totuşi.

donc. en somme. sans doute. tant et si bien que. du moins. en conclusion. en admettant que.alors que. probablement. à condition que. ainsi. excepté. alors. en dépit de. la thèse. en fait. sans doute. l'aboutissement d'un fait ou d'une idée conclusion permet d'achever son argumentation. si l'on peut dire. donc. pourtant. par conséquent. sa démonstration restriction permet de limiter la portée des propos ou des arguments avancés 3. au lieu de. en conséquence. ne… que. Celle-ci est soutenue par des arguments eux-mêmes appuyés et illustrés d'exemples. en effet. dans l’hypothèse où. simplement. tout au moins. souvent pour mettre l'un des deux en valeur approximation permet d'apporter différentes nuances d'une même idée condition permet d’émettre des hypothèses en faveur ou non d’une idée conséquence permet d'énoncer le résultat. par conséquent. or. Par contre. hormis. d'une certaine manière.4. presque. c'est pourquoi. pour sa part. apparemment. apparemment. en dehors de. probablement. pourvu que… ainsi. Indices d'énonciation L'objectif principal d'une argumentation est de convaincre par le développement raisonné d'une idée directrice. de sorte que. au cas où. si bien que. certains procédés de l'argumentation ont aussi pour but de persuader en agissant sur la sensibilité autant que sur la raison du destinataire: les 32 . à défaut de. uniquement. d'un autre côté. néanmoins. tel que au point que. sinon. tandis que. de manière que. en définitive. vraisemblablement… si. au contraire. en guise de conclusion. finalement… mis à part. sous prétexte que… arguments. loin de… autant dire que. enfin. à supposer que. pour conclure. de sorte que… bref. d'où.

il faut connaître la situation de communication et d’identifier certains paramètres... me. des terminaisons verbales (-e.. te. votre. moi.. à l’impératif) . les tonalités. Afin de comprendre les messages. le locuteur et le destinataire (les indices de personne.) . le rythme et les sonorités.. Les indices de l'énonciation sont d'ordre divers: .une valeur élargie = tout le monde. ton. nous) ou du récepteur (toi. Les indices de l'énonciation sont les traces présentes dans le message de la situation de communication.) . . .. nous.les traces de l’émetteur.) . -ez. Tout message est émis dans une situation de communication donnée.des pronoms (tu.des déterminants possessifs (mon. mes. vos. les marques de jugement du locuteur): 33 .des déterminants possessifs (ton.) .les indices de personne et les noms propres. . des terminaisons verbales (-ons à l’impératif) .indices d'énonciation. tes. mon.renvoyant au récepteur: tu.renvoyant à l'émetteur: je. nôtre.une valeur de substitut de l’émetteur (je.. (On frappe à la porte. tous les hommes (ex: dans les proverbes: On a toujours besoin d'un plus petit que soi. les figures de rhétorique.les pronoms et adjectifs personnels .des pronoms (je. les marques de la 1e personne . vous) dans la langue moderne. toi. vous.une valeur d’indéfini = on ne sait pas qui. vôtre.les traces du récepteur les marques de la 2e personne: . nous).. notre.le pronom indéfini « on » qui a tantôt: . nos. ta.. ma.. vous). les sous-entendus. Il prend quelquefois des valeurs ironiques pour remplacer un « il » ou un « elle » qu'on se refuse de désigner.

Qui vous êtes, vous qui venez de vous enflammer pour une idée de la pureté. Vous êtes celui à qui je voudrais donner le plus beau poème que j'écrierai un jour. , (Bouthors-Paillart, 1997: 24) Catherine Bouthors-Paillart, (Bouthors-Paillart, 1997: 24) affirme que de même que les déictiques et les indices spatio-temporels renvoyant à la situation d'énonciation, les pronoms personnels de première et de seconde personnes ainsi que les noms propres, désignent un référent unique, que seule la connaissance des constituants de la situation d'énonciation permet d'identifier; ils ont en outre la spécificité linguistique de n'avoir pas de signifié. Un texte qui comporte de nombreux noms propres et indices de première et seconde personnes renvoyant à des personnes présentes dans la situation d'allocution, inscrit et réinscrit constamment la situation d'énonciation dans sa trame en rappelant les rôles-pôles occupes par chacun sur la scène de l'allocution (Bouthors-Paillart, 1997: 25). - les indices de deuxième personne et les noms propres: Les formules phatique du type « comprenez-vous, croyez-moi, le saviez-vous », la présence de l'apostrophe, le pronom personnel de deuxième personne s'inscrivent dans un enchainement de conviction. Celles-ci établissent un lien entre le sujet de l'énonciation et son allocutaire ayant le but de rapprocher ce dernier pour qu'il reconnaisse son énoncé et y adhère. (Bouthors-Paillart, 1997: 28). - les indices spatio-temporels, le moment et le lieu de l'énonciation (des indices de lieu et de temps, des temps verbaux): Outre les déictiques, les indices spatio-temporels sont des repères circonstanciels de l'énonciation du type « ici », « maintenant ». Ces indices ont pour référent exclusif les circonstances de la situation d'énonciation et permet de leur donner droit de cité dans un texte, C'est notamment, dans les textes écrits en 1945 et à une date postérieure, que nous pouvons lire les énoncés d'Antonin Artaud qui comporte le plus d'indices spatio-temporels faisant référence aux circonstances de la situation d'énonciation. - les marques des sentiments et du jugement du locuteur par: - emploi d'adverbes ou de locutions adverbiales marquant une adhésion plus ou moins grande à l'énoncé; - choix de verbes pour introduire un énoncé; - utilisation d'un lexique dévalorisant ou valorisant;
34

- utilisation du conditionnel pour marquer le scepticisme; - utilisation des guillemets pour mettre un terme à distance.

3.5. Modalisations et modalisateurs
La modalisation est une stratégie argumentative. L'étude des procédés de modalisation à l'aide de la stylistique de l'expression indique que ces procédés participent à la stratégie argumentative. En effet, ils fonctionnent, d’après Perelman (1989: 437), comme des techniques discursives permettant de provoquer ou d'accroître l'adhésion des esprits aux thèses que nous présentons à leur assentiment. Ce fait est le mérite de la stylistique de l'expression qui accorde une place importante à l'action des faits de langage sur la sensibilité. Les stratégies de modalisation - Feindre l’objectivité: éviter les indices de subjectivité, chercher le terme précis pour donner l’illusion d’un discours scientifique. - Divertir: séduire le lecteur en illustrant son propos par des exemples; l’amuser par l’ironie, la parodie, la satire, en ridiculisant les adversaires. - Émouvoir: mettre ses sentiments en avant, avec lyrisme, pour émouvoir le lecteur à son tour. - L'éthos qui renvoie à l'image que le locuteur donne à voir de lui-même à travers des représentations collectives au lecteur. Il recouvre l'ensemble des traits de caractère que l'auteur doit montrer au lecteur pour faire bonne impression. Il ne s'agit pas, précise Ducrot (1984: 201), des affirmations flatteuses que l'orateur peut faire sur sa propre personne dans le contenu de son discours, affirmations qui risquent au contraire de heurter l'auditeur, mais de l'apparence que lui confèrent le débit, l'intonation, chaleureuse ou sévère, le choix des mots, des arguments. - Le recours à l’ironie. L’ironie permet de faire comprendre autre chose que ce qui est dit afin de ridiculiser la thèse adverse tout en faisant du lecteur un complice. L’ironie utilise de nombreux procédés: - l’antiphrase qui consiste à dire le contraire de ce que nous pensons (un des procédés le plus fréquent). Ex.: Figaro, qui vient de se faire injurier par le comte, lui répond: « Voilà les bontés familières dont vous m’avez toujours honoré »9. - l’incohérence qui présente comme sérieux un raisonnement manifestement absurde ou contradictoire.

9

Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, Œuvres, Paris, Bibliothèque de la Pléiade, 1988, p. 140.

35

- l’alliance de mots: l’un des deux termes est ironique, tandis que l’autre révèle la véritable pensée de l’auteur. Ex.: Voltaire parle de « boucherie héroïque » pour évoquer la guerre dans Candide10. - l’euphémisme laisse entendre une vérité beaucoup plus forte que ce que l’auteur veut bien dire. Ex.: « Cunégonde [&] vit entre les broussailles le docteur Pangloss qui donnait des leçons de physique expérimentale à la femme de chambre de sa mère, petite brune très jolie et très docile »11. - Les indices de subjectivité (marques personnelles de l’émetteur ou modalisateurs). Ils permettent de renforcer la thèse défendue ou de discréditer la thèse adverse. Plusieurs procédés: - le lexique: termes à connotation méliorative (laudative, éloge) ou péjorative (dépréciative, blâme). - les adverbes: sans doute, peut-être (qui exprime la doute); assurément, toujours, jamais (qui exprime la certitude). - les pronoms: je, nous, vous, implique l’émetteur et le destinataire. - les verbes d’énonciation: on dit que, on prétend que (permet la mise à distance de la thèse adverse, celle-ci est présentée comme la pensée de quelqu’un qui se trompe), je soutiens que (permet d’affirmer sa thèse par la force de conviction), nous ne devons point (présente l’idée comme un devoir pour tout le monde). - les modes verbaux: l’indicatif est le mode du fait avéré (vrai, certifié), le subjonctif et le conditionnel sont au contraire les modes de l’incertain et du subjectif. Le conditionnel sert souvent à mettre en doute la pensée d’autrui. - la ponctuation, les guillemets qui isolent un mot ou une expression que l’émetteur ne reprend pas à son compte (propos tenus par les partisans d’une thèse adverse) ou bien un terme technique que l’émetteur regrette d’utiliser. - le point d’exclamation marque l’étonnement ou l’indignation. - les points de suspension mettent en relief ce qui vient d’être dit ou, si la phrase n’est pas terminée, ce qui suit. - le point d’interrogation: il s’agit le plus souvent d’une question rhétorique, c’est-à-dire d’une fausse question, où le lecteur est bien forcé d’admettre qu’il n’y a pas d’autre réponse possible que celle proposée par l’émetteur. Les modalisateurs

10 11

Voltaire, Candide, Éditions de la Sirène, Paris, 1759, p. 19. Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, ibidem, p. 15.

36

des verbes d’opinion: assurer. métaphores). les phrases sont plutôt de type déclaratif ou de forme impersonnelle et contiennent peu de marqueurs de modalité.. pouvoir.) qui annoncent de manière explicite un jugement ou un commentaire révélant la présence de la personne qui argumente et son engagement. à ma connaissance. d’après Monsieur X. Les marqueurs de modalité Les marqueurs de modalité servent à exprimer l’engagement de la personne qui argumente de manière explicite ou implicite. exalté.. avoir le mérite de.. .le vocabulaire connotatif (péjoratif ou mélioratif) tels les adjectifs ou les noms connotatifs (monstruosité. . forcément.l’emploi du conditionnel et du futur antérieur qui peut révéler un doute sur ce qui est affirmé. supposer..) qui marquent l’engagement de manière explicite. croire.. falloir.. . fumisterie etc. . selon vous...les types et les formes de phrases qui révèlent parfois explicitement ou implicitement une attitude engagée: des phrases de types exclamatif. d’après moi. penser.les expressions modélisatrices (à mon avis. peut-être. le vocabulaire est plutôt dénotatif.. emploi du conditionnel. interrogatif ou impératif peuvent exprimer un engagement plus ou moins grand. ou qui expriment un sentiment permettant de déceler un engagement plus ou moins grand..les auxiliaires de modalité (devoir. périphrases. espérer… . probablement… 4. souhaiter.des adverbes: assurément. révélant ainsi une attitude engagée. etc. il est important. douter. Dans un texte où le point de vue est distancié..Les modalisateurs sont des mots qui indiquent un jugement ou un sentiment de la part de l’émetteur.) et les verbes qui annoncent un jugement ou un commentaire.. ... Les genres littéraires et les types de textes argumentatifs 37 . qui marquent une certaine distance. antithèses… .. paraître. certifier. dégradant. réellement. verbes: prétendre – supposer. . si l’on suit ce raisonnement. sembler. affirmer.. Lorsque la personne qui argumente adopte une attitude distanciée..des figures de style: analogies (comparaisons. vraisemblablement.. etc.expression mettant à distance l’information donnée: selon des sources.. .

À ce niveau il ajoute que « dans chaque grand genre (roman. dont ils condamnent les errements moraux. Hugo: Châtiments). nous allons présenter une courte classification12 des types de textes argumentatifs en tenant compte du genre duquel ceux-ci appartiennent. Régnier. poétiques etc. À nos jours il est considéré un élément indispensable de la vie intellectuelle. Hugo: Châtiments). La satire qui ridiculise violemment les mœurs (La Satire Ménippée. théâtre). 38 . sont traversés d'un même registre (l'impression particulière ressentie par le lecteur) ou traitent des thèmes convergents ». La lettre a permis aux écrivains d'agir (Voltaire). Cette définition sommaire constitue le point de départ pour présenter les genres littéraires argumentatifs les plus fréquents. Un laboratoire de littératures: Littérature numérique et Internet. religieux. poésie. M. de se dévoiler de manière plus intime (Balzac) ou d'exposer leur esthétique (Flaubert). nous donnant ainsi de précieux documents sur l'élaboration de leur œuvre. Boileau: Satires.). un poème qui prête sa forme ramassée et ses effets lyriques ou épiques à la verve polémique (V. 12 Cette classification et les exemples qui l’accompagnent ont été élaborés par Philippe Lavergne et publiés en ligne après avoir effectué quelques études de recherche. Dans son livre. politiques. l'épigramme lui ajoute son sens de la pointe. C’est pourquoi leurs œuvres peuvent appartenir à multiples genres littéraires. La libelle (Voltaire: Le sentiment des citoyens). Le genre épistolaire et ses œuvres caractéristiques: Nous retrouvons le genre épistolaire assez souvent dans l'Antiquité (Sénèque. Le poème qui renonce à la forme ramassée et aux effets lyriques ou épiques à la faveur de la verve polémique (V. Le genre polémique et ses œuvres caractéristiques: Un genre très ancien mélange des textes engagés dans l'actualité. Serge Bouchardon affirme que la notion de type de texte est assez claire tandis que la notion de genre littéraire est plus floue. descriptives. N. B. Pascal: Provinciales).Avant de passer à la partie pratique de ce mémoire. Lettres à Lucilius). certains textes obéissent néanmoins à un système d'énonciation comparable. Il faut noter que le les écrivains mélangent plusieurs types de discours (qui englobe des nuances narratives.

Pascal: Provincial. la biographie s'est largement répandue à mesure que de plus en plus de personnages s'imposaient à une actualité fortement médiatisée.site-magister. R. Leroy-Ladurie: Montaillou. La chronique historique présente dans l'Antiquité (Thucydide. ou publiée. 2010. Le procédé permet au lecteur d'être proche de la subjectivité des personnages et de bénéficier de plusieurs éclairages. sans pour autant renoncer aux pouvoirs visionnaires de l'imagination (J. Flaubert dans la Lettres d'une religieuse portugaise). les formes sont extrêmement diverses. L'essai propose un discours argumenté sur un problème d'ordre divers (art. Michelet: Histoire de France). Choderlos de Laclos: Les Liaisons dangereuses). à l'instar du roman. que la littérature entreprenne de réfléchir sur elle-même ou qu'elle s'allie à toutes les sciences humaines »13. Villehardouin). Le genre didactique-littéraire et ses œuvres caractéristiques: Le genre argumentatif est ici considéré comme dominant par son intention d'informer autant que de convaincre. E. L’épître défini comme une lettre en vers portant à l'origine sur un sujet moral ou philosophique (Horace: Épître aux Pisons) Le roman épistolaire qui peut être constitué des lettres d'un seul personnage (Guilleragues: Lettres de la Religieuse portugaise). la vie des petites gens (E. L’histoire devient une science sous l'impulsion de la méthode expérimentale chère aux philosophes (Voltaire: Le siècle de Louis XIV). village occitan). à l'intention de tous les lecteurs (B. mais prend tout son sens lorsqu'il repose sur un échange de correspondance (Montesquieu: Lettres persanes. nous ferons entrer dans cette catégorie un ensemble de textes où. Étant souvent lié à la simple compilation (littérature d'érudition du XVII è siècle). Montaigne: Les Essais). 39 .La correspondance (Faux Monnayeurs de A. Voltaire. consultée le 1 Mai. La biographie: distincte de l'hagiographie (récit édifiant de la vie des saints). Il faut préciser que les œuvres qui font partie du genre didactique ne se caractérisent pas toujours par une simple fonction référentielle ou informative.htm. par-delà celui-ci (qui peut être fictif). Elle touche surtout à la littérature quand elle est le fait des 13 Philippe Lavergne. « si le propos est toujours d'instruire. Rousseau: La Nouvelle Héloïse. Rilke: Lettre à un jeune poète). En réalité.M. L' « École des Annales » inaugure une histoire capable de saisir jusqu'à la minutie. Zola: J'accuse).com/paggenr. une lettre rendue publique après avoir réellement atteint un destinataire (Voltaire: Lettre à Rousseau. Tacite) et le Moyen-Age (Joinville. URL: http://www. il a évolué vers une réflexion personnelle sans souci d'exhaustivité (Voltaire: Essai sur les mœurs. Chateaubriand: Essai sur les révolutions. Gide: la correspondance de Madame de Sévigné. culture société). La lettre ouverte. Les genres littéraires.

a) L'oraison funèbre reprend les caractéristiques du genre. un objet sous la forme de l’éloge. d'un simple texte (Les collines. La tradition littéraire offre de nombreux exemples de ce genre: L'éloge est caractérisé par le registre laudatif qui marque ces productions vouées à la glorification.le genre délibératif dont la fonction est d’émouvoir le récepteur à partir d’une réalité connue. Les genres moraux: les maximes sont des sentences exprimant. soucieux de codifier les passions (La Rochefoucauld. Oraison 40 . où domine néanmoins le récit.écrivains eux-mêmes (Chateaubriand: Vie de Rancé. auxquelles elle adjoint une méditation métaphysique (J. le manifeste peut prendre la forme de la préface (V. J. Michelet: Jeanne d'Arc. La maxime et ses variétés: aphorisme. Chamfort. Demeny d'A. les apologues (paraboles évangéliques. la critique. Le genre oratoire et ses œuvres caractéristiques: Le genre oratoire englobe les types de discours destinés à être prononcés devant un public. récits et anecdotes exploités par les philosophes du XVIIIe siècle: Fontenelle. apophtegme. B. Vauvenargues). Montesquieu. soit au contraire qu’on dénigre par le blâme. s'est épanouie dans l’âge classique. Julien Gracq: La littérature à l'estomac). les portraits (La Bruyère).le genre épidictique exprime un idéal collectif par l'éloge ou le blâme et est adressé à l’Assemblée. par sympathie. Le manifeste littéraire: émanation d'un groupe ou d'une école dont il expose les principes. Apollinaire) ou d'une lettre (Lettre à P. J. de l'opuscule.le genre judiciaire est consacré à la défense d'une cause et est adressé aux juges. C'est sous forme de maximes que s'achèvent souvent les fables (La Fontaine). s'est épanoui à l'âge classique (Bossuet. Voltaire). Massillon. une personne. la satire. . 1995: 143): . Le pamphlet appartient à la littérature de combat (Paul-Louis Courier Courier. très ancien (orateurs grecs et latins: Démosthène). Bossuet. La rhétorique antique a codifié ces types de discours en trois genres (Ducrot et Schaeffer. en épouser. sous forme de vérités générales. une expérience morale. . Bourdaloue). Il désigne des écrits violemment polémiques qui s'en prennent à des individus. proverbe. Green: Frère François) ou qu'elle sait. soit qu’on valorise une action. La Jolie rousse de G. de l’hommage ou du panégyrique. Rimbaud). Hugo: Préface de Cromwell). l'esprit. Ce genre.

ou religieuse (la prière. le genre épique. le genre narratif. s’y ajouteraient aisément le genre dramatique. journal intime. récit historique. le genre tragique (la tragi-comédie. A. épopée. les psaumes. La requête: le plaidoyer et le réquisitoire appartiennent aux genres épidictique et judiciaire (Aristote. le genre romanesque (la nouvelle. l'homélie. les hymnes. 1856: 87-89). le genre lyrique (l'ode. Érasme: Éloge de la folie. Les genres recensés ici n’épuisent pas le sujet de classification des genres littéraires. Malraux. du Bellay: Le Poète courtisan.funèbre d'Henriette d'Angleterre. B. le conte). (confessions. la méditation). le sermon: J. Oraison funèbre de Jean Moulin). roman). (la satire pour la poésie). le genre autobiographique. mémoires). Bossuet: Sermon sur la mort). 41 . b) L'éloge paradoxal entreprend de louer les vertus de ce que l'opinion commune a tendance à condamner (J. (l’épopée et la chanson de geste). la tragédie religieuse) etc. Il est nécessaire de limiter les objets étudiés pour concentrer l’attention sur les types de textes argumentatifs. Le blâme se concentre sur toutes les formes oratoires. (chanson de geste. Molière: Dom Juan). il englobe des types de productions comme: L'exhortation: militaire (la harangue).

L’éloge entreprend de louer les vertus de ce que l'opinion commune a tendance à condamner. livre d’Érasme 42 . est de proposer un modèle d’analyse démonstrative des quelques textes argumentatives: l’éloge. nous analyserons des fragments suivant les schémas montrés dans la table de matière. Situé à l’autre côté que le blâme. Dans ce sens nous analyserons des fragments. extraits de l’œuvre d’Érasme: Éloge de la folie. Éloge de la folie.1. qui constituent des références culturelles importantes en relation avec des pratiques toujours actuelles. L’éloge est en effet très répandu sous diverses formes: dans la littérature.1-5. l'éloge fait partie des stratégies de l'argumentation (Thyrion. sections 5.1. À la croisée des genres et des registres. Ensuite. 1997: 82-85) ce qui nous a permis de l’aborder comme type de texte argumentatif dans notre analyse. en montrant la part des affects dans l’argumentation. Le but de ce chapitre. les images. en roumain et en français. (Erasmus din Rotterdam: Elogiul nebuniei). (un discours qui vise à exposer et mettre en relief les défauts de quelque chose ou quelqu'un). épidictique. la satire (dans des fragments tirés de l’œuvre de Montesquieu). Elles sont l’occasion d’aborder des textes diversifiés. Éloge de la folie. la presse. Nous procéderons d'abord à la présentation de l’œuvre d’Érasme. L’éloge L’éloge fait partie du genre oratoire. le portrait.1.5. Analyse comparée des textes argumentatifs français et leurs traductions roumaines 5. le plaidoyer et le réquisitoire (dans des fragments tirés de l’œuvre de Stendhal). Dans la rhétorique antique. le genre épidictique (discours démonstratif) est le genre de l'éloge et du blâme. Analyse comparée des textes argumentatifs français et leurs traductions roumaines.5. la notion d’éloge permet une approche des façons de persuader.

comme dans la Nef des fous de Sébastien Brant (1494). de la culture qu'il a tentée vainement d'imposer dans un contexte marqué par le bellicisme et les troubles réformistes. est ici transformée en bienfaitrice de l'humanité. Grâce au succès connu. La folie. Erasme a été un inlassable défenseur des libertés. publiée par Bezdechi en 1959 fait partie du corpus que nous allons choisi à traiter est considérée la première variante correcte en roumain qui met à la disposition du lecteur l’une des plus importantes œuvres de la littérature Universelle (Bezdechi. « la maîtresse des passions si dangereuse pour l'âme ».-1536) à son retour d'Italie et dédié en 1510 au juriste anglais Thomas More (futur auteur de l'Utopie. 5.1. Colloquia Familliaria. Tauchnitz. L’œuvre a été traduite en français pour la première fois en 1520 grâce à Golliat de Pré sous le titre « De la déclaration des louenges de Follie stile facessieux et profitable pour cognoistre les erreurs et abus du monde » et contenant les dessins de la traduction française du Sébastien Brant. La Nef des Folz du Monde apparue en 1497 à Paris. Nous procédons à l'analyse traductologique du chapitre XL de l’Éloge de la folie. l'un des détonateurs du mouvement de réforme évangéliste qui ébranle l'Europe chrétienne du XVe siècle.Figure majeure de l'humanisme chrétien. 43 . 1959: 32) tandis que la traduction signée par G M Amza en 1942 est considérée comme incomplète. Présentation – Expression Cet extrait de l’Éloge de la Folie fait remarquer un des emblèmes majeurs de l’humanité qui est la crédulité et la facilité à croire toutes sortes de superstitions et d’autres 14 Traduction du texte latin II Volume II. l'a rapidement entraîné à soumettre les textes bibliques à un pareil examen et à formuler une critique des institutions de l'Église romaine.1. l’Éloge de la folie a été rapidement traduit dans toutes les langues et reste l'œuvre la plus connue du grand humaniste de Rotterdam. militant de la paix et porteur d'une vision de l'Europe. 1516). ensorceleuse dénigrée par tant de générations de philosophes et d'esprits religieux. d'abord appliquée par Érasme à l'héritage littéraire de l'antiquité païenne. Leipzig. 1893 rédigé d’après l’édition du Frobenius (1522) et révisé par Érasme. « On peut en effet y voir. (1964: 70-73). (Cuvillier: 2010). La recherche d'authenticité et d'exactitude philologique. Nous tenons à préciser que les deux textes. qu'il juge peu fidèle au message du Christ » (Margolin: 2010). La traduction en roumain. en français et en roumain 14 que nous allons utiliser ont été traduits du latin. L’Éloge de la folie a été conçu en 1509 et rédigé en latin la même année par Érasme (1467 env.

fables. l’idée fondamentale de l’œuvre et la dénonciation de la religion. tandis que la traduction française est organisée en 68 chapitres numérotés qui n’ont pas de titre. 44 . 5.4 Progression de l'argumentation (stratégie argumentative).3. / (Credinţa preoţească) et continue jusqu’au chapitre XLI. étant plus instruits. Lisibilité de l'écriture et présentation du devoir La traduction roumaine est organisée en 68 chapitres non numérotés. Registre de langue et vocabulaire Au niveau du registre de langue. la dénonciation de la religion doit être traitée avec plus de sérieux vu le fait que les religieux manipulent le gens. par le ton ironique et des effets de style qui s’appuyent sur le sens et non pas sur la forme. 5. nous mentionnons que les deux traductions. Mise en relation des idées L’organisation des idées permet de construire des ensembles notionnels complets et cohérents à partir des courtes structures élaborées (Lundgren-Cayrol. la dénonciation de la religion qui manipulent les gens. Les deux écritures se remarquent par l’absence des termes recherchés ou spécialisés.1. 5. le sujet connexe qui concerne en particulier le fragment étudié et le chapitre qui suit. à partir du chapitre XL. réussissent à encourager l’absence de sens critique du peuple pour mieux en tirer profit.1.1. Au niveau du thème présenté. argumentatifs.1.1.1.2. nous allons suivre deux points: la critique de la folie humaine. chacun portant un titre qui prépare le lecteur pour le discours qui suit.5. narratif etc. dovada cea mai bună a prostiei). Ce qu’Érasme critique dans ce chapitre est surtout la mise en cause de la religion qui se sert de la faiblesse humaine « pour son plaisir ou son profit ». Nous allons reprendre cette remarque dans la section 5. Les idées enchaînées traitent le même sujet. Celle-ci consiste à élaborer des unités complexes qui peuvent être organisées en paragraphes selon différents modèles: logique. / (Darurile făcute bisericii. 1995: 105). (Deschênes. Les représentants de l’Église.1. si la critique de la crédulité humaine se fait de façon légère. ont été rédigées dans la langue des années 1959 (texte-cible roumain) et 1964 (texte-cible français) respectant le vocabulaire usuel. roumaine et française. 1995: 109-113). descriptif.1. En ce qui concerne le deuxième sujet.

mais en réalité ils ne sont que de très grands pécheurs.2.Les gens naïves ont de la confiance folle dans les religieux fait qui implique deux résultats: leur faire entendre ce qu’ils veulent entendre et surtout ramasser des fonds pour l’Église.2. » (p. De l’autre coté se situent ceux qui sont heureux de vivre dans la prière et d’élargir la croyance en Dieu. continue l’idée présentée au début du chapitre antérieur: le résultat de la croyance des gens naïfs qui en plus « produisent quelque profit au bénéfice des prêtres et des prédicateurs / aduc şi ceva câştig. Puis. comme nous pouvons remarquer dans toute l’œuvre. » (p.1. Ces derniers sont appelés « les professeurs de la religion / cei care propovăduiesc religia ». 60) 45 . il y a des gens qui vivent seulement pour rendre hommage et remercier sans cesse aux statues et aux peintures. Identification du locuteur et du destinataire Le jeu de rôles a lieu entre le locuteur. 5. intitulé en roumain « Darurile făcute bisericii. sunt cu totul din aluatul nostru: sînt aceia cărora le place să asculte sau să povestească minunăţii şi minciuni gogonate şi care nu se satură niciodata de astfel de basme […]. Le chapitre XLI. Pour conclure. 5. le repérage des marques d'opinion (modalisateurs) et la prise en compte du paratexte et du contexte. chaque pays a son propre protecteur avec ses attributions et ses pouvoirs de faire des merveilles. 70) « Dar iată de data asta un soi de oameni care. Érasme s’efface derrière la folie et donne la parole à celle-ci: « Je reconnais authentiquement de notre farine ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de mensongères et monstrueuses histoires de miracles. fără îndoială. dovada cea mai bună a prostiei ».1. Une autre catégorie présentée est celles des gens qui montrent un masque en donnant l’impression qu’ils sont fidèles à Dieu. l’auteur qui transmet l’information par l’intermédiaire de « la folie » et le lecteur. le repérage des indices d'énonciation (embrayeurs).1. Dans le fragment que nous avons choisi. Étude du système d'énonciation Dans ce chapitre nous traiterons quatre sujets importants: l’identification du locuteur et du destinataire. mai ales preoţilor şi predicatorilor ».

La folie est donc personnifiée et présentée sous des traits humains. 5. marquant la subjectivité et le déterminant possessif renvoyant à la folie elle-même tandis qu’en roumain nous remarquons l’emploi de l’interjection « iată ».2. Dans le TC115 nous remarquons la présence des pronoms personnels-sujets grammaticaux16. 60) Nous avons repéré la présence des indices d’énonciation dans le TC1 et TC2. Repérage des indices d'énonciation (embrayeurs) Le but principal des embrayeurs est de désigner le locuteur et le destinataire ainsi que de rendre l’information traduite plus claire. les pronoms démonstratifs aident à délimiter clairement les catégories des gens auxquels Érasme fait référence.1. 17 Texte-cible roumain. Qui marque la personne et le nombre du verbe. Ils ne se lassent point […] (p. tandis que dans le TC217 nous remarquons la présence des sujets logiques groupe nominal: Je reconnais authentiquement de notre farine ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de mensongères et monstrueuses histoires de miracles.2. sînt cu totul şi cu totul din aluatul nostru: sînt aceia cărăra le place să asculte sau să propovăduiscă […] (p. démonstratif etc.En français nous remarquons l’emploi du pronom personnel « je ». fără îndoială. L’emploi des pronoms personnel. 46 . Commençons d’abord avec les pronoms: Les pronoms et les déterminants démonstratifs sont les plus répandus dans la traduction roumaine: « ceux qui adressent à sainte Barbe sculptée les paroles prescrites qui font revenir sain et sauf de la bataille. ceux qui s’adressent à saint Érasme à certains 15 16 Texte-cible français. Bien que leur présence fatigue le lecteur par la répétition. car c’est elle qui parle. 70) Dar iată de data asta un soi de oameni care. a rendu le discours plus ergonomique.

ceux qui adressent à sainte Barbe sculptée les paroles prescrites qui font revenir sain et sauf de la bataille. » (p. par une folle mais douce persuasion. că cei ce se vor închina cu anumite cuvinte la statuia Sfintei Barbara. auprès du Christ! Encore ne veulent-ils s’y asseoir que le plus tard possible. înrudiţi cu aceştia sunt apoi aceia care şi-au vîrît în cap încredinţarea nebunească […] (p. se vor întoarce teferi din luptă sau că cine va aprinde în anumite zile un anumit număr de lumânări şi va spune anumite mici rugăciuni la icoana Sfântului Erasm. ceux qui s’adressent à saint Érasme à certains jours. 60). 60). jours et heures? ou de qui se nourrit de formules magiques et d’oraisons inventées par un pieux imposteur. nous pouvons dire que les pronoms démonstratifs ont une valeur « attributive ». în ziua aceea nu vor muri » « Bien voisins sont les gens qui. mois. 70-71) « Înrudiţi cu aceştia sunt apoi aceia care şi-au vârât în cap încredinţarea nebunească. 60) Les pronoms démonstratifs ont souvent une valeur positive ou négative en fonction des verbes qui les suivent. plaisirs. verte vieillesse et. auxquelles ils se 47 . mesure comme à la clepsydre la durée du Purgatoire. abondance. un siège au Paradis. Ceux-ci sont employés tout au long d’une phrase complexe ayant le rôle de partager un groupe de gens dans des catégories particulières en fonctions des pratiques religieuses qui les représentent. 70) « aceia cărora le place să asculte […] (p. dar plăcută. că dacă au dat ochi cu vreun chip de lemn sau de vreo icoană a lui Polifem al vostru-adică a sfântului Cristofor-în ziua aceea nu vor muri. avec certains petits cierges et certaines petites prières. santé toujours solide. Les pronoms personnels et possessifs surtout dans le TC1: « Que dirai-je de celui qui se flatte délicieusement d’obtenir pour ses crimes des pardons imaginaires. convaincus qu’ils feront fortune promptement. c’est le ton sur lequel ceux-ci sont prononcés qui marque la valeur positive ou négative de ces mots. honneurs. că cei ce se vor închina […]. En réalité. Dans les cas des exemples mentionnés ci-dessus. are să ajungă în scurt timp bogat. se figurent que la rencontre d’une statue ou d’une peinture de ce Polyphème de saint Christophe les assure de ne point mourir dans la journée. et s’en fait une table mathématique infaillible de siècles. avec certains petits cierges et certaines petites prières. quand les voluptés de cette vie.jours. pour finir. convaincus qu’ils feront fortune promptement. richesses. » (p. années. et qui s’en promet tout. » (p. vaniteux ou avide.

» (p. unde bineînteles. viaţă lungă. » « Sînt unii care au puterea de a te feri de mal multe rele o data. fie spre a petrece. veacurile.” Comme nous allons voir dans la section 5. de tels adverbes auxquels nous ajoutons les adjectifs constituent des modalisateurs du discours. dar mai presus decît toţi maica domnului. avuţii şi. à qui le commun des hommes en attribue presque plus qu’à son Fils. pe care le-a nascocit vreun şarlatan cucernic. plus ils s’empressent d’y croire et s’en chatouillent agréablement les oreilles. l’adverbe de manière « agréablement » du TC1 a été traduit en roumain par le syntagme « mai cu înverşunare » qui contient aussi un comparatif de supériorité. de care se despart aşa de greu şi abia atunci să urmeze acele desfătări cereşti.3 Repérage des marques d'opinion (modalisateurs). în sfîrsit un locşor în ceruri. particulièrement la Vierge mère de Dieu. aproape de Hristos. plăceri. adică după ce. vor să se ducă cît mai tîrziu. ca dintr-o abacă. fie spre a dobândi vreun cîştig.1.2. îi vor părăsi plăcerile acestei vieţi. Donc. ospeţe îmbelşugate. în care poporul crede mai mult decît în fiul ei. 71) « Ce să mai zic de aceia al căror cuget fericit se mîngîie cu credinţa în acele mincinoase iertari de păcate. nous rencontrons de nouveau l’adverbe modal « particulièrement » et de quantité « presque plus » qui dans le TC2 a été rendu par l’utilisation d’un comparatif de supériorité « mai » et de l’adverbe de quantité « decît ». trag nadejde de orice: de avuţii. par l’emploi des syntagmes « particulièrement la Vierge mère de Dieu ». lunile. les abandonneront malgré eux et qu’ils devront se contenter de celles du Ciel. Sau despre acei care bizuiti pe cîteva mici semne magice şi cîteva mici rugaciuni. Ensuite. nous comprenons que la Vierge cumule des 48 . le sens que l’adverbe modal « particulièrement » donne à la phrase du TC1 est différent du celui de l’adverbe « decît » dans le TC2. fără teamă de vreo greşeala. En passant à l’analyse de la seconde phrase choisie. En conclusion. » « […] astfel de minunăţii. care cu cît sunt mai departe de adevăr. batrîneţe. anii. onoruri. cu atăt sunt crezute mai cu înverşunare şi gîdilă urechile cu o mîncărime mai plăcută. spre părerea lor de rău. 61) Les adverbes modaux: « Plus le fait est invraisemblable. Ei masoară soarele Purgatoriului ca şi cu un ceasornic socoting. nous avons repéré l’emploi de l’adverbe de quantité « plus ». sănătate de-a pururi înfloritoare. zilele.cramponnent. » « Certains cumulent les pouvoirs. Dans la première phrase choisie du TC1. » (p. Le sens a été rendu dans le TC2 par l’emploi des formes « cu cît / cu atât ».

60) À propos de traits de caractère de la folie. nous avons constaté une certaine progression dictée par les adverbes.3 Les modalisateur. et se rapprochent ainsi des interjections ou des incises.à propos du rôle que cherche à jouer le locuteur parmi les autres interlocuteurs (présents ou absents) qu'il connaît.3. tandis que du même segment du TC2. d'un adjectif ou d'un autre adverbe). Repérage des marques d'opinion (modalisateurs) Une des plus importantes sections de notre analyse est. « dar mai presus decît toţi maica domnului ». nous comprenons que la Vierge détient les plus des pouvoirs en comparaison avec les autres saints.à propos du jugement que le locuteur porte sur un ou plusieurs interlocuteur(s). étant situés sur un autre plan que l'énoncé qui les englobe. « à qui le commun des hommes en attribue presque plus qu’à son Fils.pouvoirs de manière notable par rapport aux autres saints. sunt cu totul din aluatul nostru: sunt aceia cărora le place să asculte sau să povestească minunăţii şi minciuni gogonate şi care nu se satură niciodata de astfel de basme […] ». fără îndoială. nous remarquons la voix ironique de la folie qui critique les gens.2. Le résultat de l’emploi des adverbes modaux et de quantitatifs dans le TC1 et TC2 renvoie au sens global de la phrase. (p. le repérage des marques des modalisateurs.1. En ce qui concerne les adverbes modaux. ils sont fréquemment autonomes par rapport à la syntaxe.1. 49 . La deuxième proposition. Dans le cas de l’adverbe « particulièrement ». 2.70) Dar iată de data asta un soi de oameni care. nous percevons son audace subjective de critiquer les gens qui sont de son « farine ». . Le bilan du chapitre théorique. sans doute.2. Ceux-ci ont la possibilité de modifier le sens du mot employés (peuvent modifier le sens d'un verbe. 5. a été effectué: . » accentue cette idée par l’emploi de l’adverbe quantitatif « presque ». Après avoir partagé la première phrase dans deux unités de traduction. Dans la catégorie des embrayeurs nous ajoutons quelques verbes et noms péjoratifs qui révèlent clairement le jugement porté par Érasme par l’intermédiaire de la folie sur les personnes dont il parle: « Je reconnais authentiquement de notre farine ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de mensongères et monstrueuses histoires de miracles. (p.

inventées. honneurs. mois. santé toujours solide. un siège au Paradis. ne servent pas seulement à charmer l’ennui des heures. années. vaniteux ou avide ». verte vieillesse et. richesses. et s’en fait une table mathématique infaillible de siècles. « […] ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de mensongères et monstrueuses histoires de miracles. Ensuite.). son humilité ou son orgueil. plaisirs. quand les voluptés de cette vie. de stafii. Nous passons en revue quelques exemples de modalisateurs dans les TC1 et TC2. sur les esprits de l’Enfer et mille prodiges de ce genre. dar aduc şi ceva cîştig. Şi astfel de poveşti nu numai că ajută de minune la alungarea urîtului şi ceasurilor de plictiseală. flatter / a se mîngîia cu credinţa met en évidence la force des allusions cachées. de duhuri rele. d’ailleurs. auprès du Christ! Encore ne veulent-ils s’y asseoir que le plus tard possible. nous commenterons les rôles des aspectes mentionnés en haut dans les deux traductions choisies. son objectivité ou sa subjectivité. Plus le fait est invraisemblable. invraisemblable / mai departe de adevăr » et les adjectifs simples ont la tendance d’hyperboliser: « magiques. ils produisent quelque profit. 60) « Que dirai-je de celui qui se flatte délicieusement d’obtenir pour ses crimes des pardons imaginaires. dont il a ou non conscience (sa timidité ou son audace. mai ales preoţilor şi predicatorilor. Les adjectifs qualificatifs: monstrueuses / gogonate. abondance. énormes / (o mie) de astfel de. jours et heures? ou de qui se nourrit de formules magiques et d’oraisons inventées par un pieux imposteur. et tout au bénéfice des prêtres et des prédicateurs. auxquelles ils se cramponnent. lémures et revenants. pieux imposteur. Ces récits. les 50 . plus ils s’empressent d’y croire et s’en chatouillent agréablement les oreilles. 70) « […] sînt aceia cărora le place să asculte sau să povestească minunăţii şi minciuni gogonate şi care nu se satură niciodată de astfel de basme în care se pomeneşte de semne şi minuni.. produire / a produce. pour finir.à propos de traits de caractère du locuteur. de strigoi. délicieusement / se mîngîie cu credinţa. » (p. son hésitation ou son assurance etc. de oameni de pe lumea cealălaltă şi de o mie de astfel de minunăţii. L’emploi des verbes se plaire / a plăcea. » (p. mesure comme à la clepsydre la durée du Purgatoire. Ces sont des mots indispensables pour maintenir le ton ironique pour parler des personnes sans scrupules critiquées durement par Érasme. Ils ne se lassent point d’entendre ces fables énormes sur les fantômes. care cu cît sunt mai departe de adevăr cu atît sunt crezute mai cu înverşunare şi gâdilă urechile cu o mîncărime mai plăcută. vaniteux ou avide. et qui s’en promet tout.

abandonneront malgré eux et qu’ils devront se contenter de celles du Ciel. de care se despart aşa de greu şi abia atunci să urmeze acele desfătări cereşti. îi vor părăsi plăcerile acestei vieţi. est orienté vers le rôle qu’Érasme cherche à jouer parmi les autres interlocuteurs dont il parle. honneurs. sănătate de-a pururi înfloritoare. » (p. aproape de Hristos. anii. adică după ce. avuţii şi. în sfîrsit un locşor în ceruri. » (p. zilele. santé toujours solide. Pour mieux justifier cette affirmation il suffit de s’imaginer le TC1 et le TC2 sans la présence des mots qui donne la nuance discursive. c’est la folie qui parle de vraies intentions des faux croyants. abondance. onoruri. 71) « aceia al căror cuget fericit se mîngîie cu credinţa în acele mincinoase iertari de păcate » (p. 71) 51 . 61) « […] ou de qui se nourrit de formules magiques et d’oraisons inventées par un pieux imposteur. pe care le-a nascocit vreun şarlatan cucernic. vaniteux ou avide. Afin d’être convainquant. et qui s’en promet tout. 61) L’inventaire des modalisateurs joue un rôle prépondérant pour le jugement qu’Érasme porte sur plusieurs groupes des personnes. il fait appel aux modalisateurs qui nuancent le discours argumentatif du TC1 et TC2 et amplifient le ton ironique. fie spre a petrece. D’une part. plaisirs. Érasme critique durement les gens naïfs qui sont prêts à croire toute sorte de « monstrueuses histoires de miracles / minunăţii şi minciuni gogonate ». batrîneţe. richesses. la subjectivité discursive. fie spre a dobândi vreun cîştig. Sau despre acei care bizuiti pe cîteva mici semne magice şi cîteva mici rugaciuni. viaţă lungă. unde bineînteles. fără teamă de vreo greşeala. De l’autre part. Cette idée est démontrée par sa présence. 71) « Ce să mai zic de aceia al căror cuget fericit se mîngîie cu credinţa în acele mincinoase iertari de păcate. lunile. surtout les vrais croyants. c’est-àdire des modalisateurs. vor să se ducă cît mai tîrziu. trag nadejde de orice: de avuţii. dans le premier paragraphe choisi. plăceri. qu’il existe beaucoup d’imposteurs qui se cachent derrière un comportement vicieux: « Que dirai-je de celui qui se flatte délicieusement d’obtenir pour ses crimes des pardons imaginaires » (p. » (p. Ei masoară soroacele Purgatoriului ca şi cu un ceasornic socoting. Celle-ci cherche à rendre le monde conscient. ospeţe îmbelşugate. veacurile. le deuxième fragment choisi. spre părerea lor de rău. verte vieillesse. ca dintr-o abacă.

61) Il est important de noter que le discours argumentatif du TC1 et TC2 se déroule sous la forme d’une présentation des types des croyants.1. France et Angleterre entre 1494 et 1521. Érasme cherche à convaincre le lecteur en abordant un plan analytique. Dans la préface à la traduction du Nouveau Testament. plăceri. Surnommé le « Prince des Humanistes ».academie-enligne.fr/Ressources/7/HG20/AL7HG20TEPA0108-Sequence-04. Orphelin. « pieux imposteur vreun / şarlatan cucernic ». de mettre les gens au courant sur la situation des religieux. La littérature étrangère a été l’un des moteurs majeurs de l’édition française tandis que des traductions de toutes les langues ont été effectuées. Au niveau du contexte historique nous nous retrouvons dans la période des réformes et guerres religieuse. il a entrepris des voyages d'étude en Italie. comme si l’enseignement du Christ était si voilé que seule une poignée de théologiens pouvait le comprendre.4. est justifiée par les règles 18 CNED . 5. Érasme a traduit le Nouveau Testament. »18 En faisant référence au TC1. 52 . En ce qui concerne l’ortographe. » (p. l'orthographe en minuscule. dans la traduction roumaine. Au niveau du contexte biographique. fie spre a petrece. publiée en 1964. viaţă lungă. nous remarquons la subjectivité et le ton rassurant de « la folie » rendu par la présence des modalisateurs « Que dirai-je de celui qui se flatte délicieusement / Ce să mai zic de aceia al căror cuget fericit se mîngîie cu credinţa ».Académie en ligne: L’Occident et la difficile rencontre de l’Autre. pe care le-a nascocit vreun şarlatan cucernic. la décision finale de croire ou non ses paroles appartient au lecteur.« Sau despre acei care bizuiti pe cîteva mici semne magice şi cîteva mici rugaciuni.pdf. ou comme si la religion chrétienne se fondait sur l’ignorance. fiul ei ». les éditeurs français se sont réouverts aux imaginaires du monde. URL: http://www. Érasme est né à Rotterdam en 1469. trag nadejde de orice: de avuţii. 1516 il mentionne: « Je suis tout à fait opposé à l’avis de ceux qui ne veulent pas que la Bible soit traduite en langue commune pour être lue par des gens du peuple. nous remarquons l’emploi du « î » à la place de la semi-voyelle « â » à l’intérieur des mots. placé dans un séminaire puis un couvent près de Gouda. consultée le 10 Juin 2010. De même. nous repérerons quelques éléments identifiables comme les circonstances qui les entouraient à cette époque-là. dans les années 60. ospeţe îmbelşugate. fie spre a dobândi vreun cîştig. Prise en compte du paratexte et du contexte Afin d’établir le contexte du TC1 et TC2. En fin.2. Nous pouvons dire qu’il joue un rôle informatif. onoruri. des mots « maica domnului. sănătate de-a pururi înfloritoare.

le traducteur roumain. la Roumanie a été dirigée par les communistes. Quae ob Sermonis Elegantiam. Il justifie ces ajouts pour faciliter l’accès à l’idée principale de chaque chapitre. après l'abdication du Roi Mihai Ier. à la page 81 et la seconde image au chapitre XXXVIII. 1959: 5). » (Erasme. Ce nouveau régime politique persécutait les minorités ethniques. Lors du processus de la traduction de l’œuvre Éloge de la folie. culturelle ou sexuelle. la traduction roumaine est accompagnée par 306 notes explicatives.1. nous ne retrouvons pas les mêmes images que dans le TC1. Sive Declamatio in Laudem Stultitiae. Le paratexte comprend toutes les informations mentionnées au contexte en ajoutant les indices qui tiennent de l'introduction. Le TC2 est organisé en 48 chapitres qui portent des titres. la préface de l’auteur. il faudrait retrouver la langue d’un Français du siècle d’Érasme. 20 Il est important de noter que dans le chapitre XL que nous avons choisi pour l’analyse.existantes à l'époque pendant laquelle la traduction a été publiée.3. (Erasmus din Rotterdam. 1964: 6). les deux traducteurs ont eu le rôle de faire passer à la fois des mots et la culture du siècle d’Érasme. l'orientation religieuse. la truculence trop appuyée. Étude du lexique Dans ce chapitre nous traiterons cinq sections importantes: le repérage et commentaire des champs lexicaux. mais la couleur en est trop forte. l’étude des connotations et explicitation des sens implicites.19 Le traducteur du TC2 évite d’attirer l’attention sur les mots qui désignent les plus importants saints de la religion officielle roumaine: la religion orthodoxe. la prise en compte de la valeur du registre de langue. Nous les retrouvons tout au long du discours. 53 . En outre. 5. le traducteur affirme que « Pour traduire dans sa vérité ce latin verbeux et imagé. Dans la préface du TC1. L’unique image du TC1 est représentée dans le TC2 au chapitre LXVII à la page 136. On songe d’abord que celle de Rabelais y serait assez idoine. à la page 66. Ştefan Bezdechi. Argumenti Amoenitatem et Exemplarium Inopiam ». Pour quelque rencontre heureuse. En ce qui concerne le titre de l’œuvre. Tandis que la première image du TC1 apparaît dans le TC2 au chapitre XLV. Nous tenons à mentionner que les deux traductions contiennent des illustrations 20 de Hans Holbein. l’explication de l'étymologie ou du sens d'un mot et finalement l’analyse des modalisateurs. en roumain celui-ci a été traduit par « Elogiul nebuniei » en ajoutant « Sau cuvîntare spre lauda prostiei » d’après le titre latin « Morias Enkomion. a affirmé que les titres des chapitres n’existaient pas dans le texte original. 19 À partir de 1947. que de déceptions! On regrette que Rabelais ne puisse servir Érasme comme Érasme l’a servi.

de oameni de pe lumea cealălaltă. » « Dar iată de data asta un soi de oameni care. ne servent pas seulement à charmer l’ennui des heures. de duhuri rele. Ils ne se lassent point d’entendre ces fables énormes sur les fantômes.5.3. de stafii. plus ils s’empressent d’y croire et s’en chatouillent agréablement les oreilles. les deux traducteurs ont joué un rôle très important. les lémures et revenants. de strigoi. Plus le fait est invraisemblable. nous avons repéré trois séries des termes appartenant à trois champs lexicaux: des fabulations. care cu cît sunt mai departe de adevăr cu atît sunt crezute mai cu înverşunare şi gâdilă urechile cu o mîncărime mai plăcută. de strigoi. adjectifs. ces récits / minunăţii şi minciuni gogonate. Şi astfel de poveşti nu numai că ajută de minune la 54 . Ces récits. et tout au bénéfice des prêtres et des prédicateurs. « des mensongères et monstrueuses histoires de miracles ces fables énormes. des fantasmes « les fantômes. « Je reconnais authentiquement de notre farine ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de mensongères et monstrueuses histoires de miracles. Nous allons observer si les champs lexicaux ont été établis d'une manière exhaustive dans le TC1 et TC2. de astfel de minunăţii » et de l’Église « des prêtres et des prédicateurs preoţilor şi predicatorilor ». basme. sur les esprits de l’Enfer et mille prodiges / semne şi minuni.1. de oameni de pe lumea cealălaltă şi de o mie de astfel de minunăţii. la même notion tandis que le champ sémantique représente l’ensemble des sens disponibles d'un mot selon le contexte. sur les esprits de l’Enfer et mille prodiges de ce genre. fără îndoială. Repérage et commentaire des champs lexicaux. verbes) de la même famille désignant la même partie de réalité. de duhuri rele. sémantiques Le champ lexical représente l’ensemble des mots (substantifs. ils produisent quelque profit. En début du chapitre XL. sunt cu totul din aluatul nostru: sînt aceia cărora le place să asculte sau să povestească minunăţii şi minciuni gogonate şi care nu se satură niciodata de astfel de basme în care se pomeneşte de semne şi minuni. lémures et revenants. de stafii. poveşti ». La prise en compte des champs sémantiques et lexicaux est fondamentale dans le processus de traduction: une analyse attentive du champ sémantique permet d'éviter les contresens tandis que l'établissement du champ lexical permet d'enrichir considérablement le discours en évitant notamment les répétitions lourdes à la lecture. Il est évident qu’afin d’offrir une bonne traduction de ces points de vue. d’ailleurs.1. Nous retrouvons assez souvent des champs lexicaux dans des énumérations à l’intérieur des phrases complexes où Érasme expose minutieusement ses arguments pour critiquer de tel ou tel type de gens.

înşelătorii.1. Le transfert d’information a supposé l’emploi des certains mots du champ lexical (péchés) dans le cadre d’une phrase déclarative: « de parjures. un judecător care cred că aruncînd în cutia milei o mică monedă provenită din atîtea jafuri. d’ivrogneries. d’impostures. şi ispăşite în aşa fel că ei se simt îndreptăţiţi să înceapă un alt şir de nelegiuiri.2. atîtea desfrînări. că atîtea călcări de jurământ. atîtea desfrînări. ca şi printr-o învoială. nelegiuiri ».alungarea urîtului şi ceasurilor de plictiseală. racheter par un simple pacte tant de parjures. » « Voyez donc ce marchand.3. onoruri. » Ensuite. mai ales preoţilor şi predicatorilor. prélèvent un peu de monnaie et s’imaginent. sur tant de rapines. rachat si parfait. pot fi răscumpărate.3 Repérage des marques d'opinion (modalisateurs). atîtea beţii. qu’ils pourront librement recommencer ensuite la série de leurs scélératesses. de débauches. 55 . vicleşuguri şi trădări. d’ivrogneries. croient-ils. ce juge. de perfidies et de trahisons. qui. en l’offrant. de meurtres. gîlceve. Les champs lexicaux sont retrouvés assez souvent dans les énumérations insérées dans des phrases complexes. vicleşuguri şi trădări. înşelătorii. 21 Dans la section 5. La tendance de critiquer profondément l’hypocrisie est réellement présente dans le TC1 et TC221 car Érasme ne perd aucune occasion de démasquer les personnes fallacieuses. Érasme aborde dans ce fragment un sujet sensible. ou implicite). mais aussi toutes les informations qu’Érasme a laissé entendre (le non dit. un ostaş. de rixes. de débauches. nous avons exemplifié la présence des modalisateurs et montré quelle est leur importance dans le discours. Étude des connotations et explicitation des sens implicites Dans le TC1 et TC2 que nous avons choisi. onoruri. scélératesses atîtea călcări de jurământ. » « Dar iată de pildă. gîlceve. de perfidies et de trahisons. de meurtres. de rixes. ce soldat. d’impostures. purifier d’un seul coup le marais de Lerne qu’est leur vie. l’échange d’information entre l’auteur et les destinataires est rendu par l’intermédiaire des traducteurs. dar aduc şi ceva cîştig. un negustor. atîtea beţii.2. Il critique durement l’attitude des certaines catégories des gens qui pensent pouvoir effacer facilement le passée plein de péchées en offrant un peu d’argent. 5. Cet échange comprend non seulement les informations réellement échangées (le dit). li s-a iertat toată hasnaua de păcate din întreaga lor viaţă.

la manière dans laquelle il perçoir le sens. 61) / Que dirai-je de celui qui se flatte délicieusement d’obtenir pour ses crimes des pardons imaginaires… » (p. Le choix du vocabulaire repose autant sur la sensibilité du destinataire. que sur l’intelligence de voir l’implicite des mots. 72) 22 « …et monstrueuses histoires de miracles / minciuni gogonate. înşelătorii. mais aussi ses émotions24 par les critiques dures apportées. 24 Un exemple dans ce sens est l’emploi des mots appartenant au champ lexical des péchés « tant de parjures. Les TC1 TC2 se caractérisent par la présence du style oratoire.1. Prise en compte de la valeur du registre de langue Dans le sous-chapitre 5. d’impostures. la manière de s’exprimer agréable et originale propre à Érasme. atîtea beţii. ce n’est pas seulement le vulgaire qui les approuve.La plupart des mots du TC1 et TC2 sont associés au sentiment dépréciatif qu’Érasme exprime ironiquement. 71) Surtout dans le TC2 l’opinion de l’auteur envers ceux qui font des péchés en pensant que tout sera facilement pardonné est très bien rendu par l’emploi de l’adverbe « mai ». En mettant le TC1 et le TC2 en parallèle. vicleşuguri şi trădări. ce sont aussi des professeurs de religion. onoruri. roumaine et française. că atîtea călcări de jurământ. Nous les retrouvons dans les phrases longues et tournées avec du style et dans l’essai des traducteurs de manier le texte original avec art et surtout avec soin. les traducteurs ont transféré soigneusement en français et en roumain. etc. Érasme essaie de transmettre non seulement sa pensée23. ont été rédigées dans la langue des années 1959 (textecible roumain) et 1964 (texte-cible français) respectant le vocabulaire usuel.1. dont j’ai moi-même presque honte. qui chatouillent agréablement les oreilles… (p.3. Ce qu’Érasme a créé. gîlceve. à un genre littéraire. 5. » (p. » 56 . atîtea desfrînări. de perfidies et de trahisons. Les connotations affectives sont présentes dans le TC1 et TC2 sous l’emploi des modalisateurs22 qui donne la nuance discursive. de meurtres.2 Registre de langue et vocabulaire nous avons vu que les deux traductions. d’ivrogneries. Dans la section ciprésente nous allons repérer le style abordé par les traducteurs Pierre de Nolhac (TC1) et Ştefan Bezdechi (TC2). 70) / care gâdilă urechile cu o mîncărime mai plăcută. D’après le dictionnaire Hachette.3.1. » (p. propre à un auteur. le style est la manière d’utiliser les moyens d’expression du langage. de rixes. nous observons quelque différence dans le transfert d’information: « Et de pareilles folies. de débauches. 60) 23 « Ce să mai zic de aceia al căror cuget fericit se mângâie cu credinţă… (p.

un correspondant informel. lémures et revenants […] (p. de oameni de pe lumea cealălaltă şi de o mie de astfel de minunăţii… » (p. ci chiar şi de aceia care propovăduiesc religia.3. 60) 57 .1. se remarquent par la manière d’argumenter les idées par l’intermédiaire des exemples26. Am evitat traducerea acestui din urmă cuvînt latin prin termentul "nebunie". des explicitations. care în româneşte nu redă cuvîntul latin. est la présence des notes explicatives du traducteur dans le TC2. 25 « În latineşte Laus stultitiae. 70) / şi care nu se satură niciodata de astfel de basme în care se pomeneşte de semne şi minuni. Nous tirons la conclusion que le TC1 aborde un style soutenu face au TC2. 70) / Dar iată de data asta un soi de oameni care. sur les esprits de l’Enfer et mille prodiges de ce genre… (p. de strigoi. nerod » rend mieux que les mots « nebun. lémures et revenants. elles peuvent être facilement repérées à l’aide des numéros. Ştefan Bezdechi explique son choix dans une note25 publiée à la fin du livre où il a mentionné que le mot « prost. de duhuri rele. la subjectivité discursive et la preuve de l’originalité du style érasmien presque parfaitement reproduit. De même. Le style érasmien. ce qui fait la différence entre le TC1 et le TC2.4. nous observons que dans le TC1 le traducteur a employé tout au long de la traduction de mot « folie ». Même si celles-ci sont placées à la fin du livre. Explication de l'étymologie ou du sens d'un mot Comme nous avons déjà vu dans le sous-chapitre précédent. Deocamdată cred că cuvîntul "prostia" redă mai bine cuvîntul latin stultitia. qui dévoile la voie d’Érasme. Toutefois.« Şi aceste nerozii aşa de mari. nebunie » le sens du texte original. et implicitement le TC1 et TC2. de stafii. 62) Le mot « folies » a été traduit en roumain par « nerozii ». Substantivul folie din franceză şi Thorhei din germană îl redau mai bine. 5. sunt cu totul din aluatul nostru: sînt aceia cărora le place să asculte sau să povestească minunăţii şi minciuni gogonate[…] » (p. le TC1 et TC2 se caractérisent par un discours ample. 1959: 145) 26 Un exemple dans ce sens est: « Je reconnais authentiquement de notre farine ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de mensongères et monstrueuses histoires de miracles. Celles-ci ont le but de justifier et de renforcer les idées soutenues. fără îndoială. nous remarquons la manière dans laquelle la présence de la folie a été gardée dans les TC1 et TC2. dar în romîneşte nu cred că avem un echivalent pentru ele. » (p. des énumérations27 dans le cadre des phrases complexes. » (Erasmus din Rotterdam. plein d’énumérations « argumentatives ». Ils ne se lassent point d’entendre ces fables énormes sur les fantômes. Cependant. développées. sînt încuviinţate nu numai de prostime. de aproape că mă ruşinez şi eu de ele. Termenul nebunie ar corespunde în latină cu dementia şi nu asta a vrut să înţeleagă Erasmus. (qui se trouve derrière la folie). 60) 27 Un exemple dans ce sens est: « Ils ne se lassent point d’entendre ces fables énormes sur les fantômes.

1959: 60).2. En outre. .5.ro/reviste_recunoscute/philologica//27. (Erasmus din Rotterdam. Enfin. 2.). Ştefan Bezdechi ajout que Saint Érasme était le protecteur des radins « […] cine va aprinde în anumite zile un anumit număr de lumânări şi va spune anumite mici rugăciuni la icoana Sfântului Erasm. 1959: 60). Ce fait prouve la maîtrise parfaite de la langue-source et des culturèmes rencontrés. dont il a ou non conscience (sa timidité ou son audace.1. nous avons développé ce sujet en s’appuyant sur le bilan du chapitre théorique.2. Respectant le même modèle. are să ajungă în scurt timp bogat. son hésitation ou son assurance etc.uab. dar plăcută.L’emploi des notes explicatives a un double rôle. că dacă au dat ochi cu vreun chip de lemn sau de vreo icoană a lui Polifem al vostru-adică a sfântului Cristofor […] ». le lecteur doit avoir un bon bagage informationnel. 58 . nous pouvons dire que pour accéder au sens des culturèmes28 employés.1. le TC2 met ces informations à la disposition des lecteurs ordinaires. consultée le 10 Juin 2010. Par contre. son humilité ou son orgueil.3 Les modalisateur.3 Repérage des marques d'opinion (modalisateurs). d’abord faciliter l’accès à l’information et ensuite. Dans ce sens nous prenons comme exemple « Înrudiţi cu aceştia sunt apoi aceia care şi-au vârât în cap încredinţarea nebunească.doc. La problématique du transfert culturel: www.à propos du rôle que cherche à jouer le locuteur parmi les autres interlocuteurs (présents ou absents) qu'il connaît.1.1. . effectué: . Étude de la syntaxe et de la rhétorique 28 Voir: Georgiana Lungu Badea. 29 Note 143 du TC2: E vorba de faimoasele indulgenţe pe care clerul catolic le acorda credincioşilor pentru iertarea păcatelor. 5. ». 5.à propos du jugement que le locuteur porte sur un ou plusieurs interlocuteur(s). dans la structure du TC2 nous retrouvons aussi l’emploi des notes explicatives qui apportent des informations supplémentaires sur un phénomène historique ou sur les coutumes religieux: « Ce să mai zic de aceia al căror cuget fericit se mîngîie cu credinta în acele mincinoase iertari de păcate29? » (Erasmus din Rotterdam. 5. Analyse des modalisateurs Dans le chapitre. Le mot Cristofor est accompagné d’une note explicative où il est mentionné que Saint Christophe était le protecteur des marins. offrir des informations supplémentaires sur un mot utilisé dans le discours. son objectivité ou sa subjectivité.à propos de traits de caractère du locuteur.3.4.

5. Dans le TC1 la problématique est coupée dans plusieurs segments. cette construction s'est développée au moyen de la corrélation des pronoms démonstratifs que nous avons traités à la section 5. tandis que dans le TC2 nous retrouvons une seule phrase complexe. (propositions simples). Le résultat de cette technique est une phrase qui atteint la longueur d’un paragraphe. À ce niveau il est important de noter que l'ordre des mots dans la phrase sert essentiellement à exprimer l'ordre des idées En français aussi qu’en roumain l'ordre des mots qui suivent dans la phrase exprime bien toujours celui des idées. farine/ fără îndoială. À l’autre côté. mais il sert en même temps à exprimer leurs rapports grammaticaux: TC1 TC2 Je reconnais authentiquement de notre Dar iată de data asta un soi de oameni care. nous allons déterminer la tonalité du texte. dans laquelle deux ou plusieurs phrases sont reliées entre elles au moyen de conjonctions. le discours du TC1 est organisé en plusieurs phrases simples facilement à suivre et qui imposent des pauses dans la lecture.Dans ce chapitre nous traitons la construction et les types des phrases du TC1 et TC2. celles-ci sont présentes tout au long du discours. à l’aide du signe de ponctuation « : » la longueur de la phrase introductive du TC2 est encore prolongée par l’explicitation. dans les textes que nous avons choisi.1. Même si ce type de phrases sont d’habitude utilisées dans la partie du développement.4.1.2 Repérage des indices d'énonciation (embrayeurs). En général. De plus. la description des gens « de notre farine ». sunt cu totul din aluatul nostru:/ ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de sînt aceia cărora le place să asculte sau să mensongères et monstrueuses histoires de povestească minunăţii şi minciuni gogonate / miracles.1. // Ils ne se lassent point d’entendre ces fables şi care nu se satură niciodata de astfel de 59 . identifier les figures de style et de rhétorique et déterminer la nature et du rôle des exemples. Construction des phrases. un des plus importants aspects du registre de langue. types des phrases La structure du TC1 et TC2 a été conçue à l’aide des phrases déclarative complexes. Nous trouvons que le discours du TC1 est plus clair et ergonomique que celui du TC2.2. du pronom relatif et des conjonctions. surtout dans la problématique (introduction). Nous présentons dans quelques mots la construction complexe ou coordonnée des phrases.

fără teamă de vreo greşeala. / minune la alungarea urîtului şi ceasurilor de plictiseală. // urechile cu o mîncărime mai plăcută. veacurile. / Plus le fait est invraisemblable. de prodiges de ce genre. anii. // Nous remarquons aussi quelques phrases interrogatives qui mettent en évidence le ton satirique du discours employé au service de la critique morale. decît sa-ţi închipui că o să ai parte de o fericire mai mult decît desăvârşită. // oameni de pe lumea cealălaltă şi de o mie de astfel de minunăţii. 60 . de duhuri rele. // Ces récits. d’ailleurs. que dis-je ? / quoi de plus heureux que ces autres qui récitent quotidiennement sept petits versets du saint Psautier et s’en promettent la félicité des élus! Que dirai-je / de celui qui se flatte délicieusement d’obtenir pour ses crimes des pardons imaginaires. mois. TC1 Quoi de plus fou. // predicatorilor. ne servent pas Şi astfel de poveşti nu numai că ajută de seulement à charmer l’ennui des heures. plus ils care cu cît sunt mai departe de adevăr cu atît s’empressent d’y croire et s’en chatouillent sunt crezute mai cu înverşunare şi gâdilă agréablement les oreilles. sur les esprits de l’Enfer et mille minuni. / et s’en fait une table mathématique infaillible de siècles. et tout au dar aduc şi ceva cîştig. mai ales preoţilor şi bénéfice des prêtres et des prédicateurs. / ils produisent quelque profit. / mesure comme à la clepsydre la durée du Purgatoire. zilele. de strigoi. de stafii.énormes sur les fantômes. ce nebunie mai mare şi mai mîngâietoare totodată. lunile. ca dintr-o abacă. jours et heures ? TC2 Pe de altă parte. lémures et basme în care se pomeneşte de semne şi revenants. dacă în fiecare zi rosteşti şapte versete din Psaltire? Ce să mai zic / de aceia al căror cuget fericit se mîngîie cu credinţa în acele mincinoase iertari de păcate? Ei masoară soroacele Purgatoriului ca şi cu un ceasornic socotind. années.

avec certains petits cierges et certaines petites prières. la phrase roumaine se distingue par l’emploi des embrayeurs32. 32 Exemple: « ce nebunie mai mare şi mai mîngâietoare totodată ». Le ton satirique utilise des procèdes identiques mis au service d'une critique morale et sociale. comparaisons et termes dépréciatifs. et s’en fait une table mathématique infaillible de siècles.2. Le rire devient ici une arme et peut se faire blessant selon les nuances du satirique: nomination de l'adversaire (théologiens). le sous entendu34 sont des signes présents au niveau de langue ou entre les mots et la situation. 5. lexique morale caractérisent cette tonalité. accessibles. nous retiendrons deux tonalités dominantes: humoristique à l’aide du sous entendu et satirique rendue à l’aide des embrayeurs. Érasme « dégage » une tonalité ironique dans le cadre d’un registre de langue hyperbolique conçu à l’aide des modalisateurs. zilele. de l’implication spécifiques aux textes argumentatifs. L’emploi du pronom personnel « je » et démonstratif « je ». ca dintr-o abacă. des superstitions et des faux croyants. Identification des figures de style et de rhétorique Dans le discours érasmien. l'humour fait sourire.4. 60).4. se moque sans méchanceté: l'allusion33. le discours roumain comprend plusieurs marques de l’objectivité 30 tandis que le discours français comprend des marques claires de la subjectivité31. Cependant. Détermination de la tonalité du texte Lorsqu’il parle de la crédulité. amplifiées par l’ajout des modalisateurs.Nous remarquons dans le premier exemple du tableau ci-dessus que la phrase interrogative et exclamative du TC1 a été rendue en rendu en roumain par une seule phrase interrogative. fără teamă de vreo greşeala. 70-71) / cine va aprinde în anumite zile un anumit număr de lumânări şi va spune anumite mici rugăciuni la icoana Sfântului Erasm. années. 5. veacurile. Ei masoară soarele Purgatoriului ca şi cu un ceasornic socoting. convaincus qu’ils feront fortune promptement.1. are să ajungă în scurt timp bogat. lunile. Alors. 30 31 L’emploi du mode subjonctif « sa-ţi închipui că o să ai parte de o fericire ». » (p. exclamation dans le cadre des propositions exclamatives. » (p.1. Au sein du champ des registres. les figures de styles sont souvent formées des mots simples. jours et heures? ou de qui se nourrit de formules magiques […] (p. 70) / « Ce să mai zic de aceia al căror cuget fericit se mîngîie cu credinţa în acele mincinoase iertari de păcate. 33 « ceux qui s’adressent à saint Érasme à certains jours. Tandis que le comique fait rire. mesure comme à la clepsydre la durée du Purgatoire. 60) 61 . (p. mois. anii.3. 34 « Que dirai-je de celui qui se flatte délicieusement d’obtenir pour ses crimes des pardons imaginaires.

Dans le TC2 nous avons repéré la présence d’une métaphore « chip de lemn / d’une statue » tandis que dans le TC1 le traducteur a employé le sens propre du mot. statue. le sous entendu) que sur l’ordre des mots choisis. sur les esprits de l’Enfer et mille prodiges de ce genre. rendu en roumain tout simplement par l’emploi du mot « basme ». Érasme cherche d’argumenter ses idées en s’appuyant plus sur les moyens extra-discursifs (l'allusion. « monstrueuses histoires de miracles ». Nous voyons que dans le TC1 Pierre de Nolha a choisi de mettre en évidence le deuxième syntagme. 70) « şi care nu se satură niciodata de astfel de basme în care se pomeneşte de semne şi minuni. nous retrouvons des hyperboles qui ne manquent pas d’attirer l’attention du lecteur: « ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de mensongères et monstrueuses histoires de miracles. de duhuri rele. tandis que Ştefan Bezdechi a mis en évidence le même deuxième syntagme de l’énumération mais qui correspond au premier du TC1. en début du chapitre XL dans le TC1. nous retrouvons en fin le même type de traduction pour le syntagme « mille prodiges de ce genre / de o mie de astfel de minunăţii ». 60) Dans ce deuxième extrait nous retrouvons de nouveau l’hyperbole. 70) « sînt aceia cărora le place să asculte sau să povestească minunăţii şi minciuni gogonate şi care […] » (p. de oameni de pe lumea cealălaltă şi de o mie de astfel de minunăţii […] ». Toutefois.Les marques argumentatives fonctionnent au plutôt au niveau de la tonalité. Ensuite. de stafii. d'effets rhétoriques. » (p. L'attitude à adopter en traduction dépend quelque peu de la nature du texte à traduire. « fables énormes ». » (p. la présence de nombreuses figures de style dans les deux textes a pour but de sensibiliser. lémures et revenants. euphoniques ou émotionnels. Quant à la beauté du discours. nous remarquons l’emploi de l’épithète « gogonate ». C’est pour cela que la traduction de ce texte philosophique a déterminé les traducteurs de s'accorder une certaine liberté. À l’autre 62 . 60) Dans le TC2. Du point de vue du vocabulaire nous trouvons l’emploi du group des mots « ca cu un ceasornic … ca dintr-o abacă ». en employant l’hyperbole. « Ils ne se lassent point d’entendre ces fables énormes sur les fantômes. un mot populaire utilisé souvent pour exprimer qu’un mensonge est vraiment exagéré. d’impressionner le lecteur. de strigoi. dès lors qu'il s'agit d'évocations symboliques ou sentimentales. Il faut également noter l’emploi de l’hyperbole « table mathématique infaillible » qui en roumain a été traduite par une comparaison « ca şi cu un ceasornic». (p. la manière dont le lecteur lit le discours qu’au niveau du discours.

mois. » (p. plaisirs. nous avons observé l’utilisation de l’épithète « îmbelşugate » pour le mot français « abondance » et la répétition injustifiée du mot « avuţii » qui ouvre et ferme l’énumération. are să ajungă în scurt timp bogat. « […] ceux qui s’adressent à saint Érasme à certains jours. Il est évident que les figures de style sont présentes tout au long du TC1 et TC2. « […] (Celui qui) mesure comme à la clepsydre la durée du Purgatoire. fie spre a petrece. 61) richesses. santé toujours solide. dans le TC1 nous avons trouvé un oxymoron « verte vieillesse » qui en roumain a été rendu par le syntagme « viaţă lungă. / abondance. sănătate de-a pururi înfloritoare. batrîneţe. 70-71) « […] cine va aprinde în anumite zile un anumit număr de lumânări şi va spune anumite mici rugăciuni la icoana Sfântului Erasm. vaniteux ou avide. » (p. 60) Cette fois-ci nous retrouvons la répétition dans les deux traductions. onoruri. et qui s’en promet tout. / verte vieillesse de avuţii. honneurs. « […] ou de qui se nourrit de formules magiques et d’oraisons inventées par un pieux imposteur. / santé toujours solide. / plaisirs. les comparaisons. plăceri. / honneurs. il s’agit surtout des figures de style à valeur simples comme par exemple les énumérations. batrîneţe. / viaţă lungă. viaţă lungă. convaincus qu’ils feront fortune promptement. ospeţe îmbelşugate. batrîneţe. / ospeţe îmbelşugate. » (p. / sănătate de-a pururi înfloritoare. » (p. avuţii En segmentant cette énumération. abondance. / onoruri. jours et heures? » (p. richesses. La répétition de l’adjectif « certain » trahit la voie d’Érasme qui présente ironiquement la démarche à suivre pour devenir riche. 71) « Sau despre acei care bizuiti pe cîteva mici semne magice şi cîteva mici rugaciuni. avuţii ». fie spre a dobândi vreun cîştig. avec certains petits cierges et certaines petites prières. et s’en fait une table mathématique infaillible de siècles. pe care le-a nascocit vreun şarlatan cucernic. les répétitions. avuţii […]. années. Nous considérons que cette répétition est le résultat d’une erreur étant donné le fait que chaque syntagme du TC1 a un correspondent dans le TC2. trag nadejde de orice: de avuţii. 71) 63 .côté. / plăceri. verte vieillesse […]. française et roumaine.

critique de la crédulité et de l’hypocrisie des théologiens. 61) Dans la phrase du TC2 nous remarquons un ajout qui n’existe pas en français. veacurile. dans le TC2 les images sont insérées à l’intérieur des paragraphes. auxquelles ils se cramponnent. les deux traducteurs abordent leur propre manière de nuancer le discours reproduit. Celui qui mesure comme à la clepsydre la durée du Purgatoire a comme correspondent en roumain « Ei masoară soarele Purgatoriului ca şi cu un ceasornic. Il faut noter que le sujet dans le TC1 est le pronom personnel il au singulier tandis que le sujet dans le TC2 est le pronom personnel ils au pluriel. Le contenu est organisé en idées qui ont été présente dans le sous-chapitre 5.3 Mise en relation des idées. » (p. Ces thèses s'articulent autour d'un nombre considérable d'arguments soutenus par des exemples. chacun emploi a son tour les type de figures de style et combinaison des mots (collocations) propre à la langue-cible quand ils les considèrent nécessaires.… ca dintr-o abacă ». anii.4. Présentation de la structure et de l'organisation du texte Les idées qui composent le plan du texte sont structurées en cinq paragraphes assez longs introduits par des alinéas retrouvés dans le même ordre dans le TC2. le syntagme « fără teamă de vreo greşeala » est un ajout dans le TC2. lunile. fără teamă de vreo greşeala. fără îndoială. La présentation de la thèse (Je reconnais authentiquement de notre farine ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de mensongères et monstrueuses histoires de miracles.1. Le chapitre que nous avons étudié débute avec la présentation des thèses. 5.71) En conclusion. quand les voluptés de cette vie.4.1. Les paragraphes sont intercalés par des images représentatives ou bien. zilele.1. la phrase qui suive notre exemple est à la IIIe personne du pluriel: « Encore ne veulent-ils s’y asseoir que le plus tard possible.« Ei masoară soarele Purgatoriului ca şi cu un ceasornic socoting. une comparaison avec deux termes. les abandonneront malgré eux et qu’ils devront se contenter de celles du Ciel. Dans la traduction française. » (p. / Dar iată de data asta un soi de oameni care. sunt cu totul din aluatul nostru: sînt aceia cărora le place să asculte sau să povestească minunăţii şi minciuni gogonate […]) est suivie par la présentation d’un long exemple où Érasme apporte ses premiers arguments pour sa critique: 64 . ca dintr-o abacă. D’ailleurs.

1 Construction des phrases.1. et tout au bénéfice des prêtres et des prédicateurs. Le discours continue avec le développement de la prise de position / justification et finit par la synthèse. tandis que le même paragraphe du TC1 est composé des plusieurs phrase déclaratives courtes.« Ils ne se lassent point d’entendre ces fables énormes sur les fantômes. » « Şi astfel de poveşti nu numai că ajută de minune la alungarea urîtului şi ceasurilor de plictiseală.4. « Ces récits. de strigoi. de duhuri rele.4. de stafii. Nous continuons notre analyse avec le chapitre 5. Détermination de la nature et du rôle des exemples 65 . » « […] sînt aceia cărora le place să asculte sau să povestească minunăţii şi minciuni gogonate şi care nu se satură niciodata de astfel de basme în care se pomeneşte de semne şi minuni.1. 5. » Comme nous avions déjà précisé dans le chapitre 5.5. ils produisent quelque profit.5 Étude de la structure logique où nous allons présenter la caractérisation des arguments et du raisonnement. lémures et revenants. sur les esprits de l’Enfer et mille prodiges de ce genre. d’ailleurs.1. ne servent pas seulement à charmer l’ennui des heures. de oameni de pe lumea cealălaltă şi de o mie de astfel de minunăţii […] » Les arguments découlent les uns des autres: « Plus le fait est invraisemblable. » « […] (minunăţii şi minciuni gogonate) care cu cît sunt mai departe de adevăr cu atît sunt crezute mai cu înverşunare şi gâdilă urechile cu o mîncărime mai plăcută. mai ales preoţilor şi predicatorilor. le TC2 se distingue du TC1 par l’emploi d’une phrase déclarative longues et ample. plus ils s’empressent d’y croire et s’en chatouillent agréablement les oreilles. types des phrases. dar aduc şi ceva cîştig. la phrase reprend la présentation des « ces récits » qui provoque la crédulité. » Ensuite.

70-71) « Înrudiţi cu aceştia sunt apoi aceia care şi-au vârât în cap încredinţarea nebunească. marque de la critique érasmienne. par une folle mais douce persuasion. » (p.5. convaincus qu’ils feront fortune promptement. dar plăcută. la traduction roumaine contient aussi une note explicative qui mentionne que Christophe était le patron des marins. ceux qui adressent à sainte Barbe sculptée les paroles prescrites qui font revenir sain et sauf de la bataille. are să ajungă în scurt timp bogat. Le discours érasmien réunit les exemples avec les arguments mis en relation logique. De plus. nous retrouvons une explicitation. » (p. Ses arguments fonctionnent de manière indirecte ayant l’aire de décrire une coutume stupide (par l’emploi des verbes au futur) mais en réalité il parle des gens qui vraiment ont l’habitude de les adopter. că dacă au dat ochi cu vreun chip de lemn sau de vreo icoană a lui Polifem al vostru-adică a sfântului Cristofor-în ziua aceea nu vor muri. chaque paragraphe débute avec la présentation succincte des types de gens qui seront critiqué par la suite à l’aide des arguments organisée en phrases déclaratives-explicatives. Comme nous l’avons vu. ceux qui s’adressent à saint Érasme à certains jours. « Bien voisins sont les gens qui. L’emploi des verbes au futur simple dans le TC2 font des mots d’Érasme une démarche à suivre. Dans le sous-chapitre précédent nous avons parlé d’un premier enchainement d’argument qui suit la présentation des thèses. se vor întoarce teferi din luptă sau că cine va aprinde în anumite zile un anumit număr de lumânări şi va spune anumite mici rugăciuni la icoana Sfântului Erasm. 5.La meilleure façon d’argumenter les idées est d’utiliser les exemples claires et précis. Nous voyons le deuxième paragraphe qui début avec la présentation des croyants naïfs. Les arguments se cachent dans la manière ironique de présenter ces pratiques naïves des certaines catégories de gens. « vreo icoană a lui Polifem al vostru-adică a sfântului Cristofor ».1. Étude de la structure logique 66 . că cei ce se vor închina cu anumite cuvinte la statuia Sfintei Barbara. il incite ironiquement les gens de suivre ses « conseils ». se figurent que la rencontre d’une statue ou d’une peinture de ce Polyphème de saint Christophe les assure de ne point mourir dans la journée. 60) Il faut noter que dans le TC2. avec certains petits cierges et certaines petites prières.

1. Le raisonnement déductif ou inductif Dans le IIIe paragraphe du TC1 et TC2. et qui s’en promet tout.5.2. mesure comme à la clepsydre la durée du Purgatoire. vaniteux ou avide. quand les voluptés de cette vie. mois. et s’en fait une table mathématique infaillible de siècles. la critique de la crédulité. auxquelles ils 67 . naïveté et de l’hypocrisie des théologiens. pour finir. La manière dans laquelle chaque thèse est présentée a été déjà passée en revu à la section 5. 5.5. verte vieillesse et. Cette assertion se justifie par la présence de courtes présentations argumentatives des types de gens qui font partie de la catégorie dont il parle. Comme nous avons montré dans la partie théorique de ce mémoire. nous allons repérer le plan de l’enchaînement d'arguments inductifs.1.4.4 Présentation de la structure et de l'organisation du texte. ces sujets seront sans doute repris dans les analyses des fragments tirés des œuvres qui suivent: Le rouge et le noir de Stendhal et Lettres persanes de Montesquieu.5. santé toujours solide. 5. par analogie. auprès du Christ! Encore ne veulent-ils s’y asseoir que le plus tard possible. nous retrouvons le raisonnement par induction. années. jours et heures? ou de qui se nourrit de formules magiques et d’oraisons inventées par un pieux imposteur. le raisonnement par induction est le raisonnement qui part du particulier pour arriver à une « loi » générale. plaisirs.1. abondance. 5.1. Il s’agit des raisonnements déductifs ou inductifs.Ce chapitre comprend l’énonciation des thèses lancées par Érasme et une courte caractérisation des arguments et du raisonnement retrouvés dans son œuvre. Énonciation de la thèse (et de la thèse adverse) Les thèses lancées en début du chapitre.1.1. « Que dirai-je de celui qui se flatte délicieusement d’obtenir pour ses crimes des pardons imaginaires. Caractérisation des arguments et du raisonnement Dans le cadre de ce sous-chapitre nous allons commenter quelques types de raisonnement qui se retrouvent dans les textes que nous avons choisis pour notre analyse.2. critiques et du sylogisme. À l’aide d’un exemple tiré du TC1 et TC2. Le raisonnement concessif et par l'absurde ne s’appliquent pas dans ces deux textes mais. richesses. honneurs. un siège au Paradis. part du général vers le particulier.

pe care le-a nascocit vreun şarlatan cucernic. ca şi printr-o învoială. de perfidies et de trahisons. aproape de Hristos. zilele. rachat si parfait. unde bineînteles. celui où vivait l’hydre de Lerne mythologique tué par Hercule. de débauches. dovada cea mai bună a prostiei). trag nadejde de orice: de avuţii. ce soldat. ospeţe îmbelşugate. onoruri. en l’offrant. Voyez donc ce marchand. plăceri. un negustor. Sau despre acei care bizuiti pe cîteva mici semne magice şi cîteva mici rugaciuni. Dans le chapitre qui suit. honneurs. de care se despart aşa de greu şi abia atunci să urmeze acele desfătări cereşti.se cramponnent. plaisirs. ce juge. de rixes. et qui s’en promet tout. qui. qu’ils pourront librement recommencer ensuite la série de leurs scélératesses. înşelătorii. « aceia ». un ostaş.1. onoruri. est utilisé au pluriel ayant le même but. avuţii şi. auprès du Christ! ». viaţă lungă. anii. Ensuite. il ajoute « ou de qui se nourrit de formules magiques et d’oraisons inventées par un pieux imposteur. ca dintr-o abacă. un siège au Paradis. nous retrouvons un exemple « Voyez donc ce marchand. au singulier dans le TC1 renvoi à une certaine catégorique de gens qui ont les habitudes dont Érasme parle. fie spre a petrece. în sfîrsit un locşor în ceruri. îi vor părăsi plăcerile acestei vieţi. adică după ce. fără teamă de vreo greşeala. Ei masoară soarele Purgatoriului ca şi cu un ceasornic socoting. tandis que dans le TC2 le même pronom démonstratif. sănătate de-a pururi înfloritoare. » « Ce să mai zic de aceia al căror cuget fericit se mîngîie cu credinţa în acele mincinoase iertari de păcate. că atîtea călcări de jurământ. 68 . (Darurile făcute bisericii. prélèvent un peu de monnaie et s’imaginent.3 Identification des figures de style et de rhétorique. de meurtres. pour finir. şi ispăşite în aşa fel că ei se simt îndreptăţiţi să înceapă un alt şir de nelegiuiri. richesses. vor să se ducă cît mai tîrziu. verte vieillesse et. li s-a iertat toată hasnaua de păcate din întreaga lor viaţă. XLI. batrîneţe. sur tant de rapines. les abandonneront malgré eux et qu’ils devront se contenter de celles du Ciel. nous retrouvons l’affirmation qui renvoie à une catégorie générale: 35 Vie comparée à un marais malsain. » Comme nous avions déjà mentionné dans le sous-chapitre 5. d’ivrogneries. nous nous apercevons que la catégorie des gens qu’Érasme critique s’élargit. gîlceve. vaniteux ou avide. spre părerea lor de rău. atîtea desfrînări. vicleşuguri şi trădări. lunile. atîtea beţii. un judecător care cred că aruncînd în cutia milei o mică monedă provenită din atîtea jafuri. racheter par un simple pacte tant de parjures. pot fi răscumpărate. Dar iată de pildă.4. d’impostures. croient-ils. abondance. veacurile. l’emploi du pronom démonstratif « celui ». ce soldat. En suivant l’enchaînement argumentatif. ce juge. santé toujours solide. purifier d’un seul coup le marais de Lerne35 qu’est leur vie. fie spre a dobândi vreun cîştig. » marque de la catégorie particulière.

un siège au Paradis. de rixes. în sfîrsit un locşor în ceruri. rachat si parfait. auprès du Christ ! Encore ne veulent-ils s’y asseoir que le plus tard possible. batrîneţe. că atîtea călcări de jurământ. santé toujours solide. que les prêtres volontiers admettent et entretiennent. plăceri. les gens hypocrites qui font des péchés en pensant que tout est pardonnable. d’ivrogneries. vaniteux ou avide. purifier d’un seul coup le marais de Lerne qu’est leur vie. de perfidies et de trahisons. îi vor părăsi plăcerile acestei vieţi. spre părerea lor de rău. gîlceve. et qui s’en promet tout. pour défendre cette même thèse initiale. « Ou de qui se nourrit de formules magiques et d’oraisons inventées par un pieux imposteur. 74) « Atît de mult mişună viaţa tuturor creştinilor de astfel de aiureli. » (p. ştiind cu ce câştig se aleg din ele! » (p.« C’est que la vie ordinaire des chrétiens regorge de ces extravagances. Dar iată de pildă. ce soldat. înşelătorii. Le raisonnement par analogie Nous retrouvons le raisonnement par analogie à l’intérieur du chapitre III. fie spre a dobândi vreun cîştig. un exemple introduit par un verbe à l’impératif dans le TC1 et par l’interjection « Dar iată de pildă ». sur tant de rapines. de meurtres. pe care preoţii le îngăduiesc şi le întreţin bucuros.1. 63) 5. omoruri. vor să se ducă cît mai tîrziu. li s-a iertat toată hasnaua de păcate din întreaga lor viaţă. verte vieillesse et. fie spre a petrece. d’impostures. trag nadejde de orice: de avuţii. sans ignorer quel profit leur en revient. de care se despart aşa de greu şi abia atunci să urmeze acele desfătări cereşti. vicleşuguri 69 . un negustor. atîtea beţii. un judecător care cred că aruncînd în cutia milei o mică monedă provenită din atîtea jafuri. Voyez donc ce marchand. qu’ils pourront librement recommencer ensuite la série de leurs scélératesses. racheter par un simple pacte tant de parjures. croient-ils. ospeţe îmbelşugate. » (p. ce juge. quand les voluptés de cette vie. en l’offrant. abondance. unde bineînteles. atîtea desfrînări.2. viaţă lungă. prélèvent un peu de monnaie et s’imaginent. pe care le-a nascocit vreun şarlatan cucernic. adică după ce. avuţii şi. auxquelles ils se cramponnent. La thèse présentée. les abandonneront malgré eux et qu’ils devront se contenter de celles du Ciel. de débauches. aproape de Hristos. est comparée par une situation similaire.2. pour finir. un ostaş. richesses. honneurs. plaisirs. sănătate de-a pururi înfloritoare. 71) « Sau despre acei care bizuiti pe cîteva mici semne magice şi cîteva mici rugaciuni.5. qui. omoruri.

Prenons comme exemple le IVe paragraphe.1. chaque paragraphe débute avec la présentation d’une thèse qui porte sur la crédulité et finit par la présentation critique d’un exemple. Après avoir mentionné qu’il ne peut pas énumérer tous les saints et ses attributions et nous donne l’impression de trouver la conclusion. Celui-ci débute avec la présentation des gens naïfs qui se mettent à s’imaginer la félicité éternelle et finit par la présentation ironique (« dont j’ai moi-même presque honte / de aproape că mă ruşinez şi eu de ele ») de la conclusion: « Et de pareilles folies. d’une conséquence ou d’une idée générale.1. 61) 5. nous retrouvons le même type de raisonnement critique en employant comme stratégie argumentative la confrontation. Le raisonnement critique Danc ce chapitre. Érasme nous parle des saints qui ont plusieurs pouvoirs dont la Vierge Marie était la plus appréciée: « Certains cumulent les pouvoirs. » « Sînt unii care au puterea de a te feri de mal multe rele o data. 62) Dans le dernier paragraphe des textes choisis.şi trădări. dar mai presus decît toţi maica domnului. » (p. de aproape că mă ruşinez şi eu de ele.2. şi ispăşite în aşa fel că ei se simt îndreptăţiţi să înceapă un alt şir de nelegiuiri. ce sont aussi des professeurs de religion. ca şi printr-o învoială. » (p. Dans la même catégorie des gens (qui pensent à la félicité éternelle) nous ajoutons le fait que chaque pays a son propre protecteur avec ses attributions et pouvoirs de faire des merveilles.5. » (p. pot fi răscumpărate. ci chiar şi de aceia care propovăduiesc religia. particulièrement la Vierge mère de Dieu.5. dont j’ai moi-même presque honte. 72) « Şi aceste nerozii aşa de mari. sînt încuviinţate nu numai de prostime. ce n’est pas seulement le vulgaire qui les approuve. à qui le commun des hommes en attribue presque plus qu’à son Fils.6. în care poporul crede mai mult decît în fiul ei.2.5. » 5. Le syllogisme 70 .

p. » « Dar iată de data asta un soi de oameni care. de aproape că mă ruşinez şi eu de ele.3. Prenons d’abord le cas de la conjonction « dar » retrouvée en tête de la première phrase du chapitre XL dans le TC2. ci chiar şi de aceia care propovăduiesc religia. fără îndoială. Par contre. la valeur de cette conjonction n’est pas de marquer l’opposition mais l’ajout. Les phrases sont assez rarement liées par des connecteurs logiques. ils continuent à jouer en espérant qu’un jour ils gagneront. 71 . Érasme critique les gens qui ont une dépendance pour les jeux de chance. » La conclusion. le chapitre débutant tout simplement par une nouvelle phrase principale. Dans le discours français nous ne la retrouvons pas. même les vieillards sont des amateurs des jeux de chance. Identification des connecteurs logiques et chronologiques Le discours deux traductions se remarquent par les phrases amples descriptives à l’intérieur desquelles nous retrouvons de longues énumérations. « Je reconnais authentiquement de notre farine ceux qui se plaisent à écouter ou à conter de mensongères et monstrueuses histoires de miracles. sînt încuviinţate nu numai de prostime. 5. (chapitre XXXIX. dans le TC1 nous retrouvons le connecteur de transition 36 Dans ce paragraphe. Celle-ci marque le début d’un nouveau paragraphe qui reprend une nouvelle idée qui s’oppose à celle du paragraphe antérieur 36. Nous restons dans le premier paragraphe où. où la prémisse majeure a ete repérée. les gens font confiances aux bêtises soutenues même par les théologiens. » « Şi aceste nerozii aşa de mari. ce n’est pas seulement le vulgaire qui les approuve.1. sunt cu totul din aluatul nostru: sînt aceia cărora le place să asculte sau să povestească minunăţii şi minciuni gogonate şi care nu se satură niciodata de astfel de basme […] » La prémisse mineure est retrouvée au chapitre IV: « Et de pareilles folies. dont j’ai moi-même presque honte.Nous retrouvons un sylogisme qui tire ses racines du premier paragraphe.59). ce sont aussi des professeurs de religion.5. Il y arrive assez souvent qu’on retrouve les connecteurs logiques dans le TC1 et non pas dans le TC2.

un siège au Paradis. « atunci » qui met en évidence le moment quand les ceux qui demande le pardon pour ses péchés se décident avec difficulté de quitter le monde qui leurs a offert tant de plaisirs. pe care plin de cea mai mare evlavie. convaincus qu’ils feront fortune promptement. verte vieillesse et. » (p. abondance. les abandonneront malgré eux et qu’ils devront se contenter de celles du Ciel. Ils en sont presque à adorer son cheval très dévotement caparaçonné et adorné. ils ont trouvé en saint Georges un autre Hercule. batrîneţe.doar că nu i se închină . pe care le-a nascocit vreun şarlatan cucernic. onoruri. auxquelles ils se cramponnent. în sfîrsit un locşor în ceruri. trag nadejde de orice: de avuţii. şi calului acestui sfînt. Dans le TC1 cette nuance a été rendue par l’emploi de l’adverbe « encore » suivi par l’inversion prédicat sujet qui attirent l’attention du lecteur et qui impose une certaine tonalité de la voie. pour finir. ospeţe îmbelşugate. are să ajungă în scurt timp bogat. 60-61) En fin. vor 72 . dans le TC1 le connecteur d’addition « de même ». plăceri. / Şi astfel de poveşti nu numai că ». et qui s’en promet tout. Dans le TC2 une nouvelle phrase début tout simplement sans être introduite par aucun connecteur logique.« d’ailleurs » qui a comme équivalent dans la TC2 l’adverbe « astfel » dans le syntagme « Ces récits. 70-71) « […] cine va aprinde în anumite zile un anumit număr de lumânări şi va spune anumite mici rugăciuni la icoana Sfântului Erasm. fie spre a petrece. De même qu’il y a pour eux un second Hippolyte. Ensuite. Aveau un nou Hipolit.şi uneori se silesc să câştige ocrotirea călăreţului prin mici daruri. acum au găsit în Sfîntul Gheorghe un alt Hercule. santé toujours solide. quand les voluptés de cette vie. unde bineînteles. sănătate de-a pururi înfloritoare. « ou de qui se nourrit de formules magiques et d’oraisons inventées par un pieux imposteur. Nous pensons que la présence d’un connecteur logique aurait mieux rangé le discours et marqué la liaison entre l’idée précédente et celle qui la suit: « […] ceux qui s’adressent à saint Érasme à certains jours. vaniteux ou avide. de petits présents gagnent ses faveurs et jurer par son casque d’airain est un vrai serment de roi. avec certains petits cierges et certaines petites prières. richesses. » (p. fie spre a dobândi vreun cîştig. nous repérons la présence d’un connecteur chronologique dans le TC2. îl împodobesc cu paftale şi cu bumbi . honneurs. plaisirs. viaţă lungă. » « Sau despre acei care bizuiti pe cîteva mici semne magice şi cîteva mici rugaciuni. auprès du Christ! Encore ne veulent-ils s’y asseoir que le plus tard possible. avuţii şi. aproape de Hristos. d’ailleurs.

4. 5. Progression de l'argumentation (stratégie argumentative) Dans ce chapitre nous traiterons les stratégies argumentatives qui se retrouvent dans les textes que nous avons choisis pour l’analyse: la réfutation. que de pareilles folies sont promues par les théologiens non seulement par les bêtes.1. l'adhésion et l'examen critique. ci chiar şi de aceia care propovăduiesc religia. la concession. 72). de aproape că mă ruşinez şi eu de ele. La concession Dans le IIIe paragraphe. 5. 62) 5.1. » Dans le même fragment nous retrouvons. de care se despart aşa de greu şi abia atunci să urmeze acele desfătări cereşti.4. îi vor părăsi plăcerile acestei vieţi. le connecteur qui marque la fin de l’idée présentés.5. spre părerea lor de rău.2. dont j’ai moi-même presque honte. La marque de la concession est très clairement marquée dans le TC2 par l’emploi du connecteur logique « Pe de altă parte » (p. sînt încuviinţate nu numai de prostime. 72) « Şi aceste nerozii aşa de mari.5. tandis que dans le TC1 le traducteur a utilisé une phrase interrogative plutôt rhétorique: « Quoi de plus fou. « pour finir / în sfîrsit ». il nous parle des ceux qui sont les plus fous qui récitent quotidiennement des versets en s’imaginant la félicité éternelle. » (p. la réfutation s’identifie à la fin du pénultième paragraphe où Érasme lance une nouvelle thèse. ce sont aussi des professeurs de religion. cette fois-ci dans les deux textes.1.1.5. Dans le IV e paragraphe. mais en donnant un peu d’argent ils pensent avoir la vie éternelle. « Et de pareilles folies.să se ducă cît mai tîrziu.4. ce n’est pas seulement le vulgaire qui les approuve. que dis-je ? » (p. » (p. La réfutation Dans le discours des textes choisis. 72) 73 . adică după ce. Érasme nous présent les gens qui ne se repentissent pas pour leur péchés.

» (p. Même si dans le chapitre que nous avons analysé nous ne retrouvons pas l’examen critique qui suppose montrer les points forts et les points faibles d’une thèse. dar aduc şi ceva cîştig. 70) « Şi astfel de poveşti nu numai că ajută de minune la alungarea urîtului şi ceasurilor de plictiseală. qui. nous avons repéré un exemple où l’adhésion est soutenue par un exemple: « Voyez donc ce marchand. vicleşuguri şi trădări. » (p. prélèvent un peu de monnaie et s’imaginent. pot fi răscumpărate. un negustor.5. L'adhésion Nous retrouvons cette stratégie argumentative en début du premier paragraphe. gîlceve.1. un ostaş.4. ce juge. că atîtea călcări de jurământ.1. şi ispăşite în aşa fel că ei se simt îndreptăţiţi să înceapă un alt şir de nelegiuiri. de débauches. racheter par un simple pacte tant de parjures. înşelătorii. d’impostures.4. L'examen critique Quand nous parlons de l’Éloge de la folie nous pensons implicitement à la critique. onoruri. atîtea beţii.4.5. 71) « Dar iată de pildă. 60) De même. ce soldat. la présentation des ceux qui se mettent à croire tout sort des histoires. d’ailleurs. purifier d’un seul coup le marais de Lerne qu’est leur vie. de meurtres. nous avons cependant repéré la manière de critiquer ironiquement la crédulité et les gens naïfs qui se mettent à croire toute 74 . rachat si parfait. d’ivrogneries. ca şi printr-o învoială. mai ales preoţilor şi predicatorilor. » (p. « Ces récits. ils produisent quelque profit. 61) 5. en l’offrant. » (p. atîtea desfrînări. Après avoir décrit la thèse.5. li s-a iertat toată hasnaua de păcate din întreaga lor viaţă. de rixes. sur tant de rapines.5. qu’ils pourront librement recommencer ensuite la série de leurs scélératesses. croient-ils. un judecător care cred că aruncînd în cutia milei o mică monedă provenită din atîtea jafuri. ne servent pas seulement à charmer l’ennui des heures. de perfidies et de trahisons. et tout au bénéfice des prêtres et des prédicateurs. Érasme détermine le lecteur à y adhérer en le convainquant à l’aide des arguments.

62) Si la critique de la crédulité humaine se fait de façon légère. sînt încuviinţate nu numai de prostime. 5. Sous couvert de se moquer avec légèreté des travers de l’humanité. eux. En même temps. dont j’ai moi-même presque honte.1. car lorsqu’il utilise un registre polémique et marque l’implication du narrateur: « Et de pareilles folies. de aproape că mă ruşinez şi eu de ele. ce qui était vraiment audacieux au seizième siècle. » (p.sorte d’histoires. ci chiar şi de aceia care propovăduiesc religia.5 Le raisonnement critique.2. 72) « Şi aceste nerozii aşa de mari. 5. Le plaidoyer et le réquisitoire Le plaidoyer et le réquisitoire font partie du discours oratoire et appartiennent au domaine judiciaire étant des bons exemples pour valoriser le texte argumentatif. Il s’agit surtout de mettre en cause la religion qui se sert de cette faiblesse humaine « pour son plaisir ou son profit ».1.5. 75 . ce sont aussi des professeurs de religion. étant plus instruits. » (p. nous avons donné des exemples à la section 5.2. ce n’est pas seulement le vulgaire qui les approuve. Explicitation des intentions de l'argumentation Cet extrait de l’Éloge de la Folie est l’occasion de pointer du doigt un des travers majeurs de l’humanité qui est sa crédulité et sa facilité à croire toutes sortes de superstitions et autres fables. la dénonciation de la religion est prise en compte avec plus de sérieux. il est intéressant de voir que le masque de la folie derrière lequel se tient l’auteur semble s’effacer à la fin du texte pour laisser entendre la voix de l’auteur et son indignation. Dans ce sens. ils encouragent l’absence de sens critique du peuple pour mieux le posséder et en tirer profit. Érasme met en place un discours particulièrement travaillé pour véritablement remettre en question la religion et ses principes.5. car les religieux manipulent le peuple.5.

Thérèse Castarede. Il est à nouveau renvoyé à cause d’une intrigue. Berthet entra en 1818 au petit séminaire à Grenoble. L’auteur s’inspire de deux procès célèbres du XIXe siècle reportés par La Gazette des tribunaux: L’affaire Berthet et L’affaire Lafargue. » Il présente « une frêle constitution peu propre aux fatigues du corps. Lafargue a tué. lui enseigna les premiers éléments des sciences. le réquisitoire est un discours par lequel le ministère public. représenter une autre personne auprès d’un décideur. Il fut recueilli par le curé […]. En 1822. Son procès. » Après une aventure avec Mme M… [Michoud]. Au contraire. Ce que nous avons considéré plus éloquent pour ces genres antithétiques c’est le fragment du procès de Julien Sorel du Rouge et le Noir de Stendhal où le plaidoyer de l’avocat est contrecarré par le réquisitoire du héros lui-même qui décide de reconnaître sa culpabilité argumentée par la préméditation de son crime. « Son père est maréchal . ajoute que Berthet racontait que son renvoi du château était du à une lettre que Mme Michoud avait écrite soit de son propre chef. On murmure dans le public qu’il appartient à une famille 76 . de Cordon. sa funeste destinée le préparait à devenir le fléau de cette famille. Ces deux faits ont fourni à Stendhal la structure de son récit et le caractère romanesques de son personnage. (Gandt. une maladie grave l’obligea de discontinuer ses études. et signifie « parler ou plaider pour le compte d’une autre personne » afin d’obtenir justice. Il poursuit ses études au séminaire puis le quitte pour entrer comme précepteur chez M. il fut reçu chez M. de Cordon. et grâce à ses bienfaits. Le roman Le Rouge et le Noir Chronique du XIXe siècle. délicats. il est renvoyé par son patron. Quant à la deuxième affaire. (Bokobza. Ce discours prononcé devant un tribunal pour soutenir le droit d'une partie vise à innocenter un accusé. alors âgée de trente-six ans. à convaincre un jury de ses qualités. 1998: 18-20) Aux assisses de l’Isère est jugé le 27 décembre 1827 un séminariste de vingt-cinq ans. Le compte rendu publie par le journal résume une situation semblable a celle de Julien. M. soit pour répondre à une demande de M. qu'un accusé est coupable. énumère les charges qui pèsent sur l'accusé et requiert contre lui les peines prévues par la loi. Antoine Berthet.ferrant dans le village de Brangues.M… qui lui confia l’éducation de ses enfants. une intelligence supérieure à sa position ». et ses cheveux sont arrangés avec grâce. a d’abord employé par les avocats. Ces genres se retrouvent également dans la litérature chez Emile Zola ou Victor Hugo. La Gazette des tribunaux détaille le moment du crime. « La cure de Brangues l’adopta comme un enfant chéri. écrit par Stendhal. Mme Michoud survécut mais Berthet fut condamné à la mort. Il vise l'effet inverse: montrer qu'un héros est en réalité un personnage néfaste. a été publié à Paris chez Levasseur dans 1830. À la sollicitation de ce protecteur.Le mot plaidoyer. dans La Pirate. les assisses des Hautes-Pyrénées jugent ce crime en mars 1829. ressemble très bien à celui de Julien Sorel: « Tous ses traits sont réguliers. On le dirait d’une classe supérieure à celle qu’indique son état d’ébéniste. En mai 1830. un autre article. puis décapité son amante. tel qu’il est décrit dans les Promenades. dans un tribunal. 1986: 46).

respectable. » (Gandt, 1998: 20). Lafargue raconte lui-même qu’il avait loué une paire de pistolets chez un armurier et l’avait prié de les charger. La foule accourue en masse, la beauté du coupable, la préparation du crime rappellent le chapitre que nous allons analyser. Pour Stendhal, Lafargue représente comme Julien une classe de jeunes gens pauvres dont l’énergie s’oppose à l’inertie des puissants. En roumain, la traduction complète de l’ouvre Le Rouge et le Noir (Roşu şi negru) a été inaugurée par Gellu Naum et ensuite par Irina Mavrodin (Edition Leda, Bucureşti, 2006) Argentina Cupcea – Josu (Edition Cartier, Bucureşti, 2005) et Doru Mareş (Edition Adevarul, Bucureşti, 2009). Nous continuons notre analyse du plaidoyer avec le chapitre XLI du Rouge et le noir de Stendhal intitulé Le jugement, en roumain « Judecata ».

5.2.1. Présentation – Expression
Le héros du Rouge et le Noir, plongé dans le monde romanesque de la France des années 1820, se débat avec ses idées reçues, et reste obsédé par ses idées d’ambition, avant de percevoir finalement la vérité: il a sacrifié l’amour et le bonheur à l’ambition. La société de la Restauration est une société qui empêche quelqu’un comme Julien de faire son chemin dans le monde, ce que le héros note avec force dans le discours qu’il prononce au tribunal, en montrant l’impossibilité qu’il y a pour un homme pauvre de s’élever au-dessus de sa condition. La fatalité romanesque est alors incarnée par la société qui, refusant l’ascension sociale de Julien, le fait condamner parce qu’il est un paysan enrichi. Le Rouge et le Noir est un roman d’initiation où le héros est confronté à ses propres désirs et à la société qui veut les réprimer. L’initiation de Julien Sorel lui aura permis de voir que sa révolte contre la société oppressive de la Restauration est aussi une volonté de trouver l’amour. C’est en effet au moment où il renonce à son ambition ainsi qu’à ses rêves de grandeur en tentant de tuer Madame de Rênal et en étant jeté en prison, que Julien Sorel peut trouver le bonheur. Le chapitre XLI que nous analyserons souligne l’idée de la liberté gagnée avec tout prix, dans le cas de notre héros avec le prix de sa mort. Il fait le plaidoyer de son statut social mais en même temps un réquisitoire reconnaissant son crime prémédité contre la femme aimée. Nous pouvons observer clairement l’ironie de Stendhal: on ne juge pas Julien par son crime contre Mme de Rénal, mais par son audace d’avoir l’ambition de se considérer digne à atteindre une échelle sociale supérieure.

5.2.1.1. Lisibilité de l'écriture et présentation du devoir

77

De point de vue de l’organisation structurale le roman Le Rouge et Le Noir est divisé en deux livres, le premier livre ayant trente chapitres et le deuxième, quarante-cinq chapitres, la traduction en roumain respectant fidèlement le schéma conçu par Stendhal. Chaque chapitre porte un titre qui a le rôle de nous introduire dans le cadre de la lecture, de prévoir ce qui suit. Les quatre chapitres du second livre qui suivent le chapitre que nous allons étudier, « Le jugement », n’ont pas du titre ce qui met en évidence l’idée de la mort, de l’absence de notre héros Julien. De point de vue thématique nous allons souligner le conflit intérieur de Julien, le contraste entre le plaidoyer de l’avocat et le réquisitoire de l’avocat général et en même temps entre le plaidoyer et le réquisitoire de Julien Sorel. Pendant la durée du procès, Julien offre le plus étonnant contraste de faiblesse et de force; de courage et de peur, de présence d’esprit, d’habilité, de talent même, et de sottise présomptueuse et ridicule; de sensibilité profonde et vraie, et de méchanceté infernale. (Crouzet, 1996).

5.2.1.2. Registre de langue et vocabulaire
En ce qui concerne le langage, Stendhal utilise le français du XIXe avec un style simple, en donnant importance au mot propre, à l’usage du bourgeois. Il utilise parfois des mots dans le sens péjoratif comme: « cuistre » ou « fripon » pour qualifier le mépris de Julien contre Valenod et le néologisme « jury » qui souligne la même idée. Dans Les Mémoires sur Napoléon, Stendhal parle du style en disant que « Jamais le style ne brule le papier » (Stendhal, 1998: 252). La tentation de bruler le papier au profit du style, c’est-a-dire la tendance à faire passer « le compliqué, le difficile » pour le « beau » se traduit par ce culte du néologisme, dont les bourgeois sont particulièrement friands: « Je me suis convaincu l’an passé, à Lyon et à Marseille, que, pour un homme occupé toute la journée à spéculer sur le poivre ou sur les soies, un livre écrit en style simple est obscur; il a réellement besoin d’en trouver le commentaire et l’explication dans son journal. Il comprend davantage le style emphatique: le style néologisme l’étonne, l’amuse, et fait beauté pour lui. » (Stendhal, 1998: 252). Nous remarquons l’utilisation du mot « jury » pour souligner la conscience de Julien. Il sait d’avance quelle est la décision unanime des jurés qui font partie d’un group unitaire opposé à lui.

78

« Il toussa, puis déclara qu’en son âme et conscience la déclaration unanime du jury était que Julien Sorel était coupable de meurtre, et de meurtre avec préméditation: cette déclaration entraînait la peine de mort; elle fut prononcée un instant après. » (Stendhal, 1932: 561) Le néologisme travaille à faire briller le style en effaçant le cœur. Il facilite la prise de parole mais il vaporise le référent. Il établit une communication qui n’est qu’apparente. Il réalise l’utopie négative d’un langage inhumain parce que sans véritable destinataire. (Crouzet, 1996: 249). Dans la traduction en roumain, Gellu Naum utilise un langage daté pour le faire comprendre à celui des années 1830. Par exemple, le mot en français « jury » que nous avons précisé auparavant est remplacé par le substantif au singulier « juriul » ce qui souligne le fait qu’il essaye de traduire fidèlement, en respectant le ton et les significations des mots de Stendhal. Quand même, il utilise des termes et expressions populaires ou familiaires comme: « juraţii zăboveau », « crăp de foame », « liota », « flecar » ou « scîrbă » qui semblent être utilisés sur le but de mettre en évidence le langage du protagoniste qui ajoute le lecteur à mieux comprendre ce qu’il sent pour ceux qui le juge. Le lecteur voit le procès par les yeux de Julien qui pense plus de ce qu’il exprime. Dans le texte-cible nous remarquons aussi l’ortographe « î » de la semi-voyelle « â » à l’intérieur des mots, ce qui s’explique par les règles existantes à l'époque pendant laquelle la traduction a été publiée.

5.2.1.3. Mise en relation des idées
Le thème du chapitre que nous analysons est lancé par le titre du celui-ci: « Le jugement ». Dans le texte-source ce titre a une double signification: l’idée du jugement de Julien par les jurés et, en même temps, le/les jugement/s du protagoniste sur leur décision. Dans le texte-cible « Judecata » met en évidence seulement le sens précis du mot, Gellu Naum ayant en vue l’idée du résultat final de la décision de la cour. Le terme « le jugement » et en parallèle « judecata » ont pour but à laisser le lecteur prévoir ce qui suit, le terme « le procès » / « procesul » ayant été plus abstrait si on choisissait à l’utiliser, même si l’épigraphe pose la question « la condamneront-ils? » qui peut mettre en doute le résultat négatif du jugement. L’accusé apparaît dans une ambiguë posture tragique, tout à la fois omnipotent, puisqu’il a renversé les lois humaines et soumis parce qu’il prononce son réquisitoire au lieu de son plaidoyer. La dramaturgie du procès lui ménage un rôle de choix: de manière significative, c’est à lui qu’appartiennent les derniers mots du procès avant la délibération. L’idée du chapitre XLI continue l’idée de tranquillité du personnage principal Julien 37 Sorel :
37

Voir Chapitre XL, La tranquillité.

79

5. et à lui faire adopter son point de vue. 376)) est un acte par lequel il conserve son honneur et sa propre estime.2 Étude du système d'énonciation Dans ce chapitre nous traiterons quatre sujets importants: l’identification du locuteur et du destinataire. 376) Cette idée est doublée par celle de résignation et d’acceptation de la culpabilité de l’héros. » (p. Par conséquence. qui les groupera. 560) « Crima mea e cumplită şi a fost premeditată. le locuteur (auteur. nous allons utiliser des arguments et des types de raisonnements dans le cadre d’un plan plus vaste. Mais l’idée principale de ce chapitre final du roman stendhalien est l’idée de la liberté: la liberté de penser. mais aussi à agir sur le destinataire en cherchant à le convaincre ou à le persuader.2.2. 80 . le crime pour lequel il est condamné (« l’audace de se mêler à ce que l’orgueil des gens riches appelle la société » (p.1. autre personnage). messieurs les jurés. Du point de vue de Julien Sorel. nous pouvons encadrer le chapitre XLI dans le discours judiciaire (qui concerne le jugement dans les procès) ce qui est mis en évidence par le titre-même: « Le jugement » / « Judecata ». les opposera en fonction du but final: c’est ce plan d’ensemble qu’on appelle stratégie de l’argumentation. 560) / « îndrăzneala să se amestece în ceea ce orgoliul bogătaşilor numeşte societate înaltă » (p.« Mon crime est atroce. J'ai donc mérité la mort. la liberté de choisir son destin. domnilor juraţi. le repérage des indices d'énonciation (embrayeurs). le repérage des marques d'opinion (modalisateurs) et la prise en compte du paratexte et du contexte. Dans un texte argumentatif. Mi-am meritat deci moartea. » (p. même si on arrive à la mort. tant dans la préparation de l’exposé que dans sa mise en parole. Dans La Rhétorique.2. Identification du locuteur et du destinataire Nous avons vu que l’argumentation consiste à soutenir ou à contester une opinion. et il fut prémédité. Suivant le schéma de la rhétorique classique aristotélicien. Aristote a dégagé un certain nombre de stratégies et d’étapes obligatoires. une thèse sur un thème ou un sujet. personnage) cherche à convaincre un destinataire (lecteur. 5. les enchaînera.

» (p. la présence du destinataire. On peut identifier le message de Julien comme son plaidoyer contre le crime pour lequel le jury l’accuse et en même temps comme un réquisitoire contre le crime contre Mme de Rénal. les femmes. 369). de Frilair. 558) / « Audierea martorilor se isprăvi repede. parce qu’il est le seul énoncé ancré dans la situation d’énonciation. Repérage des indices d'énonciation (embrayeurs) Nous avons déterminé dans le sous chapitre précédant qui parle à qui dans le chapitre XLI et nous allons déterminer les circonstances de la situation de l’énonciation et les indices permettant de repérer la participation de l'énonciateur à la situation d'énonciation. » (p. Le message de l’avocat général est un réquisitoire contre Julien et celui de M. 373) n’ont aucune importance.2. » (p. Nous mentionnons que seulement le discours de Julien est direct. ou auditeur est le jury. Le locuteur (énonciateur / émetteur / sujet de l’énonciation) du discours étudié est Julien et le destinataire / interlocuteur. » (p. Nous allons mettre en évidence le discours de Julien Sorel. de même en traduction: « L’avocat général faisait du pathos en mauvais français sur la barbarie du crime commis. n’importe qui soit-il. de Frilair un plaidoyer pour la cause de Julien. l’avocat général et l’avocat M.Dans ce fragment nous avons identifié trois locuteurs: Julien. într-o franţuzească urâtă. 5. Le protagoniste a comme destinataire le président des assises. D'après Émile 81 . dans un mot « la foule immense » (p. 374) Par conséquent. 373) « L’avocat. l’avocat général a comme destinataire le jury et le président des assises. ainsi que les circonstances de lieu et de temps dans lesquelles est produit l'énoncé qui sont les embrayeurs. 559) « Avocatul. încurajat. le vrai locuteur étant le protagoniste et c’est ce qu’il transmet qui a de valeur pour le destinataire. despre barbaria crimei săvîrşite […] » (p.2. le adresa juraţilor cuvinte deosebit de tari. adressa aux jurés des choses extrêmement fortes.2. 557) / « tot judeţul » (p. pendant que l’avocat de la défense a les mêmes destinataires que l’avocat général. » (p. ceux de l’avocat et de l’avocat général étant des discours rapportés. ou allocutaire. Stendhal nous fait entendre que la plaidoirie de l’avocat ou le réquisitoire de l’avocat général ou même ce que les témoins disent « Le témoins furent vite entendus. encouragé. les jurés et toute l’audience: les bourgeois. 558) « Procurorul perora. l’avocat général.

les verbes utilisés à la première personne du singulier: « credeam ». Dans le discours de la langue-source. « aş fi ». De même. « văd » marquent le locuteur. gîndi Julien ». L’allocuteur est marqué premièrement par l’utilisation fréquente de l’appellatif de politesse au deuxième personne du pluriel « domnilor » et « domniilor-voastre ». n-am cinstea să aparţin clasei domniilor-voastre. « domniilevoastre ». l’adjectif possessif « mea » sont aussi des marques du locuteur. l'expression « en moi » renvoie à « cette classe »: derrière le procès d'un homme se lit celui d'une classe par une autre. « je vois ». ces formules de politesse étant répétées au but de l’ironie à l’adresse du jury et par l’utilisation des pronoms personnels « vă »: « Messieurs. bien naturel dans le cas d'un discours. la première personne est omniprésente: Julien assume son jugement. Par rapport à la langue-source. » (p. et le personnage semble « seul contre tous ». ce qui met de plus en évidence le fait que Julien est conscient du début de son discours que la mort l’attend. au féminin « ma jeunesse ». les pronoms personnels de la deuxième personne du pluriel « vous ». « je ne vous demande ». dans la langue-cible. « să iau ». « mi-am meritat ». domniile-voastre văd în mine un ţăran care s-a răzvrătit împotriva soartei lui josnice. je n’ai point l’honneur d’appartenir à votre classe. Dans le texte-source. le pronom personnel de la première personne du singulier « mă ». « am atentat ». « în mine » avec valeur de lieux. mais cette opposition entre « je » et « vous ». vous voyez en moi un paysan qui s’est révolté contre la bassesse de sa fortune. ici a des allures de confrontation. 375) Le circonstant de temps est désigné par la locution adverbiale de temps « în clipa morţii ». Nous pouvons observer que dans la traduction en roumain Gellu Naum insiste sur le pouvoir des verbes réfléchis que sur le pronom sujet. Les circonstants de temps sont marqués par l’utilisation de la locution prépositionnelle temporelle « au moment de la mort ». » (p. la préposition servant à marquer la durée du temps « pendant vingt minutes » et les circonstants de lieux par l’adverbe de lieux « sur les bancs ». « me ». « nu… fac ». « je serai ». ce qui une caractéristique de la langue roumaine et pas une préférence du traducteur. l’adjectif possessif de la deuxième personne au pluriel « votre ». « mă face ». lui fait face un « vous ». « je ne me fais point ».Benveniste les embrayeurs « délimitent l'instance spatiale et temporelle coextensive et contemporaine de la présente instance de discours contenant je » (1966: 253). fait exprimé auparavant par la phrase: « Începe şi ultima zi a vieţii mele. la locution adverbiale de temps « à jamais ». Enfin. 560) « Domnilor. « en moi ». « j’ai pu ». « voi putea s-o înfrunt ». « je n’ai … ». les terminaisons des verbes conjugués « croyais ». «prin mine». « n-am cinstea să aparţin ». l’énonciateur est marqué par l’usage du pronom personnel au singulier: « je ». 82 . « mi ». tandis que le destinataire est désigné par l’appellatif au pluriel « Messieurs les jurés ». l’adjectif possessif de la première personne du singulier au masculin « mon crime ». « sur son siège ». « nu cer ».

schémas. « aucune grace » / « nici un fel de îndurare ». Stendhal utilise des phrases de type déclaratif ce qui démontre le caractère fort du protagoniste même si considéré victime ou inculpé pour son auditoire. « l’honneur » / « cinstea » (nous remarquons l’utilisation de ces noms ironiquement). tableaux) qui peut être donné soit par l'auteur de l'œuvre. Stendhal a en effet coupé ses récits de « monologues intérieurs » et a ramené le roman à la biographie du héros. L’utilisation des adjectives comme: « juste » / « dreaptă ». « indignés » / « indignaţi » offre la subjectivité par la tonalité réaliste et même dramatique du discours de Julien. Repérage des marques d'opinion (modalisateurs) La grande originalité de Stendhal est l’usage important de la « focalisation interne ». Stendhal refuse donc le point de vue du narrateur omniscient mais pratique la « restriction de champ ». Les événements sont vus en grande partie par les protagonistes voire par un seul d'entre eux. Dans Le Rouge et le Noir les événements sont vus dans le rayon de Julien Sorel. « jeunes » / « tineri ».2. « premedité» / « premeditată ». « opprimés » / « apăsată». « inférieure » / « inferioară ».3. Pour exprimer la subjectivité dans le discours de Julien. Les descriptions sont brèves chez Stendhal. et l’interjection « Voilà » / « Iată » qui a le rôle de conclure sa plaidoirie et de souligner le ton ironique en parlant de sa vraie crime.2. 83 . « je vois » / « văd ». « je ne me fais point illusion » / « Nu-mi fac deloc iluzii ». « bonne » / « bună ». « je ne vois point » / « Nu văd ». « atroce » / « cumplită». (pour reprendre la terminologie de Gérard Genette) pour raconter les événements.2. « la mort » / « clipa morţii ». « moins coupable » / « mai puţin vinovat ». Prise en compte du paratexte et du contexte Le paratexte est l'ensemble des discours de commentaire ou de présentation qui accompagnent une œuvre. Autrement dit. Un tel narrateur est incompatible avec la « restriction du champ » et il joue donc un rôle secondaire chez Stendhal.2. « riches » / « bogătaşilor ». des noms « l’horreur » / « groaza ». sociogrammes. il s'agit d'un message scriptovisuel (photos. Stendhal utilise des verbes: « croyais » / « credeam ».5. « enrichi » / « mai înstărit ». 5. soit par d'autres écrivains ou nonécrivains (BENKHIAT Achraf et SOUNA Mohamed Amine). « paysan » / « ţăran ». Elles sont l’œuvre d’un narrateur extérieur qui voit l’aspect des personnages du dehors ou bien d’un narrateur qui observe la nature.4. « j’ai donc mérité la mort » / « Mi-am meritat deci moartea… ».

Le titre du roman Le Rouge et Le Noir. couleur connotant le sang. des informations périphériques. dans sa pratique la plus sérieuse. Chronique du XIXe siècle est un bon point de départ pour une étude du roman: obscur à première vue. d'un ouvrage ou d'un chapitre.3. elle est déjà jeu de masques. soit elles sont attribuées à la mauvaise œuvre du bon auteur. nous avons regardé: 1. On utilise parfois abusivement le terme « exergue ». nouvelle que Stendhal écrira en 1837: le rouge. où l’on peut miser sur le rouge ou sur le noir. Mise en relation des idées. 39 Marielle Abrioux remarque que les épigraphes permettent d’entretenir les incertitudes énonciatives: « L’épigraphe n’est pas le seul lieu utilise par Stendhal pour ce genre de cache-cache (dans d’autres ouvrages on la trouverait plutôt dans les notes).skynet. Les citations que contiennent les épigraphes stendhaliennes sont très rarement exactes: soit elles sont inventées de toutes pièces par Stendhal. 2007: 7172) des notes qui se retrouvent dans les épigraphes: l’identité de leur énonciateur constituant un problème récurrent pour le lecteur. des phrases en marge. du sous-titre.be/fralica/refer/lexique/dlexnp. Il est fondé sur le principe de l’opposition de deux couleurs. La « frénésie épigraphique de Stendhal »39 (Abrioux. les pages intérieures.1. consultée le 10 Juin 2010. pour en annoncer ou résumer le contenu. la passion.Le paratexte contient aussi le péritexte (qui est constitué du titre. Chez Stendhal. Pour identifier les éléments paratextuels. la quatrième de couverture. Une des interprétations du titre est liée aux jeux de hasard. l’intervention auctoriale s’y fait d’autant plus péremptoire qu’elle emprunte la voix 84 . des renvois et de la quatrième de couverture)38. même s’il ne dispose pas d’une édition savante. des notes en bas de page. de la mort. il concentre en fait bon nombre des significations essentielles du texte. 1987: 27) a une double conséquence: le nombre extraordinaire des noms propres convoqués accroît de fait la 38 Lexique des termes littéraires.htm. la première de couverture. comme Le Rose et le Vert. URL: http://users. dont la signification nous avons signalé dans le sous-chapitre 5. Le lecteur est tenté d’accorder moins d’importance aux citations elles-mêmes qu’aux noms des auteurs sous l’autorité desquels elles se rangent. une épigraphe est une phrase en prose ou en vers placée en tête d'un livre. de la préface. mais elle y parait prédisposée. Le roman stendhalien ne dissimule pas ces supercheries: n’importe quel lecteur peut prendre conscience du jeu trompeur des épigraphes. Le titre du chapitre XLI que nous étudions est nommé par Stendhal « Le jugement » / « Judecata ». En littérature. de la dédicace. nous remarquons des ambigüités énonciatives (Parmentier. ou pour éclairer sur les intentions de l'auteur. 2. 3. des épigraphes. s’oppose ici au noir du deuil.2. la destinée serait alors un jeu de hasard où l’on peut tomber sur une bonne ou une mauvaise carte.

85 . « Le condamneront-ils? » demandaient les femmes aux hommes de leur connaissance. le fait que Le Rouge et Le Noir est divisé en deux livres. nu are obrajii rumeni. sitôt finie.polyphonie romanesque. elle n’a point de rouge » / « Ea nu e drăguţă. et on les voyait pâlissantes attendre la réponse. Interesul faţă de acuzat mergea pînă la acuzaţie: asta fiindcă crima lui era uimitoare. « Îl vor osîndi oare? » Îi întrebau femeile pe cunoscuţii lor şi păleau aşteptînd răspunsul. 555) « Ţara îşi va aminti multă vreme de acest proces celebru. l’âpre vérité. şi. Le premier livre du roman a une épigraphe de Danton: « La vérité. profesor la « Colegiul Franţei » » qui a le rôle de familiariser le lecteur avec l’émetteur de l’énoncé.2. Lisibilité de l'écriture et présentation du devoir. augmentait l’attendrissement. […] L’épigraphe pose de façon insistante et vertigineuse la question de savoir qui parle dans le texte et dans le paratexte stendhalien. sporea înduioşarea. qui fait entendre plusieurs voix auctoriels. care-i apusese atît de curînd. ce jeune homme était si beau! Sa haute fortune. de prévoir ce qui suit. 369) Dans l’édition que nous utilisons pour la traduction roumaine nous remarquons une note explicative: « Charles Augustin de Sainte-Beuve (1804-1889). » (p. » (1987: 27). Nous avons mis en évidence dans le sous-chapitre 5. pendant que le deuxième livre cite une épigraphe de Sainte-Beuve: « Elle n’est pas jolie.1. Şi dacă ar fi fost fioroasă. L’eut-il été. Chaque chapitre porte un titre qui a le rôle de nous introduire dans le cadre de la lecture. » (p. la traduction en roumain respectant fidèlement le schéma conçu par Stendhal. totuşi. l’inexactitude des attributions des épigraphes accentue les brouillages énonciatifs qui caractérisent le roman stendhalien. » / « Adevarul. » (l’autorité) d’autrui. tânărul acesta era atît de frumos! Marele lui noroc. nu fioroasă. asprul adevăr ». Dans le chapitre Le jugement / Judecata Stendhal insère comme épigraphe une citation de Sainte-Beuve qui se retrouve dans le texte-cible et qui a été traduit par Gellu Naum: « Le pays se souviendra longtemps de ce procès célèbre. De plus. L’intérêt de l’accusé était porté jusqu'à l’agitation: c’est que son crime était étonnant et pourtant pas atroce.2. Les quatre chapitres du second livre n’ont pas du titre. le premier livre ayant trente chapitres et le deuxième quarante-cinq chapitres. critic francez.

» Nous retrouvons aussi le champ lexical de la valeur morale: « horreur du mépris / groaza de a fi dispreţuit. » « braver / înfrunt. « aristocratie » / « aristocraţiei ». 5. « paysan enrichi » / « ţăran mai înstărit ». « atroce » / « cumplită ». « bassesse de sa fortune » / « soartei lui josnice ». […] » « Iată crima mea. « crime » / «crima ». » 86 . « mes pairs » / « semenii mei ». la prise en compte de la valeur du registre de langue. « bourgeois indignés » / « burghezi indignaţi ». Il apparaît moins comme condamné pour son crime que pour sa condition: « Voilà mon crime. mais tout l'intérêt est que Julien lui même prononce ces mots: il est par suite courageux et lucide. sémantiques Dans le discours de Julien nous rencontrons plusieurs champs lexicaux tel le champ lexical du crime et du châtiment que nous pouvons facilement identifier dans le texte-source et aussi que dans le texte-cible avec les mots: « mort » / « morţii ». Repérage et commentaire des champs lexicaux.3. « prémédité » / « premeditată ».2. « paysan » / « ţăran ». […] c’est-à-dire être pauvre. » « juste / dreaptă. « opprimés par la pauvreté » / « apăsată de sărăcie ». « gens riches » / « bogătaşilor ». « bonne éducation » / « educaţie bună». « classe inférieure » / « clasă inferioară ».5. « horreur » / « groază ». Étude du lexique Dans ce chapitre nous traiterons cinq sections importantes: le repérage et commentaire des champs lexicaux. l’étude des connotations et explicitation des sens implicites. soulignent l’idée de la mort prochaine du protagoniste ou et celle de la culpabilité. choisis par Stendal à ce but et fidèlement transposés le texte-cible. l’explication de l'étymologie ou du sens d'un mot et finalement l’analyse des modalisateurs.1.3. C'est le procès qui suit son crime et précède sa condamnation à mort. Le texte se focalise sur la question sociale et transforme le procès d'un individu en celui de toute une classe. aristocratie) » / « Doamna de Rénal ». « Madame DE Rénal (= particule. » « affermissant / din ce în ce mai. « société » / « societate ».2. Ces mots. Le champ lexical de la société se materialise par les mots suivants: « votre classe » / « clasei domniilor-voastre ». » « l'honneur / onoarea. « coupable » / « vinovat ».

» Julien s'affirme par son caractère héroïque et son sens de la noblesse d'âme. » (p. » (p. de tous les hommages. Il se met ensuite à parler de Madame De Rénal en disant: « J'ai pu attenter aux jours de la femme la plus digne de tous les respects. ensuite la compare à sa mère car il explique: « Madame De Rénal. de tous les hommages / celei mai vrednice de respect şi de toată cinstirea. Il dénonce son crime en disant: « Mon crime est atroce.. 560) « Am atentat la viaţa femeii celei mai vrednice de respect şi de toată cinstirea. ea va fi dreaptă. Julien se dénonce tout seul. il veut faire croire qu'il regrette ce qu'il a fait. 375). Il réussit malgré le tour un peu abstrait qu'il avait donné à la conversation à faire fondre en larmes toutes les femmes et il revint aux discussions 87 .. nous comprenons qu'il l'aime profondément. » Dans les mots de Julien nous remarquons une litote parce qu’il dit le contraire de ce qu'il pense: « Je ne me fais point d'illusion. On nous dit qu'il parla sur ce ton pendant vingt minutes.] en affermissant sa voix. il s'accuse en disant qu'il mérite la mort. » « Nu vă cer nici un fel de îndurare […] cu glas din ce în ce mai puternic. » « audace / îndrazneală. 375-76) Nous savons implicitement qu'il parle d'elle. on pourrait penser qu'il dit cela parce qu’il est désespéré mais ce n'est pas le cas. Son comportement se justifie pour influencer les personnes présentes pour qu'elles aient pitié de lui. 560) « Crima mea e cumplită şi a fost premeditată. Mi-am meritat deci moartea… » (p. 376) Il veut que les jurés aient pitié de lui.« la plus digne de tous les respects. « Je ne vous demande aucune grâce [. 560) « Nu-mi fac deloc iluzii. mă aşteaptă moartea. la mort m'attend: elle sera juste. » (p. et il fut prémédité. » « orgueil / orgoliul. avait été pour moi comme une mère » il essaie ainsi d'influencer le jury par les sentiments. » (p. J'ai donc mérité la mort… » (p. il dit tout ce qu'il avait sur le cœur.

C'est ce qu'il essaye de démontrer pour pouvoir s'en sortir.2. » (p. dans le texte-cible Gellu Naum utilise dans la même phrase l’appellatif de politesse au deuxième personne de pluriel « domnilor » et « domniilor-voastre ». de fapt. 560) « norocul să dobîndească o educaţie bună şi îndrăzneala să se amestece în ceea ce orgoliul bogătaşilor numeşte societate înaltă.2. je n'ai point l'honneur d'appartenir à votre classe.. Par ailleurs. mais uniquement des bourgeois indignés. 560) « […] ea va fi pedepsită cu atît mai multă asprime. n-am cinstea să aparţin clasei domniilor-voastre.ayant pour but de toucher les personnes présentes. » (p. » (p. dans le fait je ne suis point jugé par mes pairs. nu sunt judecat de către semenii mei.. Julien met en valeur le fait d'appartenir à leur classe en interprétant ce qu'ils pensent de lui. Il dénonce « la société des riches » / « societate înaltă » comme une société condamnant la classe inférieure qui est quelque sorte opprimée par la pauvreté. » (p. « domniile – voastre ». ayant « le bonheur de se procurer une bonne éducation. il essaye d'alléger sa peine. » (p. 560) 88 . 560) « Domnilor. 376) Il critique cette société qui exclut les pauvres et il accuse implicitement les jurés de faire partie des coupables de cette société car s'ils le condamnent c'est seulement parce qu'il appartient à cette classe inférieure. Ensuite nous le comprenons très bien dans cette phrase: « [. 375). Puis mettant un point final à cette discussion il proclame: « Je ne vois pas sur les bancs des jurés quelque paysan enrichi. Repérage des indices d'énonciation (embrayeurs). 376) Ceci prouve qu'il pense qu'il sera puni injustement. et l'audace de se mêler à ce que l'orgueil des gens riches appelle la société. Comme nous avons signalé à la section 5.. vous voyez en moi un paysan qui s'est révolté contre la bassesse de sa fortune. cu cît.2. ces formules de politesse étant répétées pour souligner l’ironie à l’adresse du jury. En touchant certaines personnes avec les sentiments. domniile-voastre văd în mine un ţăran care s-a răzvrătit împotriva soartei lui josnice. que.] il sera puni avec d'autant plus de sévérité. » (p. il touche d'autres personnes avec ses arguments sur la société. » (p.. tout d'abord en disant: « Messieurs.

..] în ciuda întorsăturii cam abstracte pe care Julien o dăduse cuvintelor lui. 376) C'est là que nous pouvons constater qu'il renverse la situation car.2. À la fin nous pouvons constater une argumentation solide même si ironique de la différence entre sa classe et celle des bourgeois qui le condamnent. toutes les femmes fondaient en larmes. » (p. une femme n'est pas capable de comprendre un tel discours (accusation implicite de frivolité. Il utilise les sentiments et la vérité pour en venir à ses fins. pendant que dans le texte-cible le 89 . » (p. 5. certes il dénonce son crime mais il dénonce aussi la société.. « [.3.] qui aspirait aux faveurs de l'aristocratie.. normalement. 376) Nous remarquons que dans le texte-source l’ironie est penchée surtout sur femmes par l’utilisation de l’expression verbale « fondaient en larmes ».« Nu văd pe băncile juraţilor nici un ţăran mai înstărit.. ce qui va plus que l’ironie subtile de Stendhal.] care rîvnea la favorurile aristocraţiei. » (p.. Étude des connotations et explicitation des sens implicites Il y a une forme d'implicite dans les propos de Stendhal dans le chapitre que nous étudions et nous y décelons une part d'ironie.2. mais de démontrer les injustices des bourgeois contre les paysans comme luimême. Nous allons donner comme exemple les phrases: « [. 560) « [.. Dans le fragment qui suit nous signalons deux idées: le discours de Julien est (un peu) ennuyeux (et ne devrait normalement pas toucher les femmes qui. Dans le textecible nous devons remarquer l’utilisation du verbe « rîvnea » qui a un sens péjoratif. 376) L'avocat général s'indigne pour se faire remarquer par les aristocrates. n'aiment pas s'ennuyer).] malgré le tour un peu abstrait que Julien avait donné à la discussion. Il sera quand même condamné à mort mais avant de mourir il aura pu dire tout haut ce que tout le monde pense tout bas. 560) « [. Les champs lexicaux énumérés ont le rôle de soutenir son discours argumentatif qui n’a pas l’intention de plaidoyer pour son innocence en ce qui concerne le crime commis contre Mme de Rénal. toate femeile plîngeau. ci numai burghezi indignaţi… » (p.. il fait donc culpabiliser certaines personnes en les influençant dans leur choix. c'est bien connu. de légèreté). » (p.

et ce type d’écriture détermine une façon de lire spécifique. 1996: 429) Stendhal suggère la plupart des choses qu’il veut faire entendre à son lecteur. pour se plaindre de l'indigence de sa propre classe. (Crouzet. revue consacrée pour une bonne part à dissiper le mystère des allusions. le lecteur devrait se livrer à un travail interprétatif de plus ou moins grande envergure. pour railler la classe des « bourgeois » / « burghezilor ») ou bien très mélioratifs (concernant Mme de Rénal. En effet. Pour décrypter l’allusion. sa prédilection pour l’allusion (Hamon. son ironie pincée. et le destinataire doit avoir « assez d’esprit » pour le comprendre. Peut-etre faut-il prendre au pied de la lettre ces mots de Zola sur l’auteur du Rouge et le Noir: « J’avoue franchement qu’alors je ne puis le suivre. Le texte oscille entre des mots qui évoquent la grandeur et la bassesse.traducteur a utilisé le verbe « plîngeau » qui a une valeur neutre. Ainsi. ses allures de mystère diplomatique. Les exemples de demi-mots pourraient être multipliés à loisir. La présence de nombreuses allusions dans un même texte modifie en profondeur la façon de lire. L’ironie s’adresse plutôt a Julien par la traduction du nom « la discussion » avec « cuvintelor lui ». tout en accentuant l’impression que leur enonciateur est plein de subtilité. 2000) est bien connue: une branche entière de la critique stendhalienne s’est même donnée pour mission de décrypter les allusions des romans. ou bien très péjoratifs (pour s'accuser lui-même. exigent que le destinataire ait de « l’esprit ». la pratique repandue des demi-mots dans le récit stendhalien renseigne implicitement sur la lecture qu’il attend: les demi-mots. mais nous nous contenterons d’étudier les figures assez proches de l’allusion et de l’ironie. ces portes qu’il ferme et derrière lesquelles il n’y a souvent qu’un néant laborieux. me donnent sur les nerfs. Malgré les dénégations de Stendhal en la matière. 447) L’énonciateur du « demi-mot » ne peut qu’etre « vif ». comme du marquis de La Mole: « Aurez-vous assez d’esprit pour bien executer toutes les choses que cet homme vif vous indiquera à demi-mot? » (p. » (Zola. les demi-mots réclament une réception particulière. comme suffisent à le montrer les tables des matières du Stendhal-Club. 1995: 23) Prenons comme example la phrase: 90 . Nous pouvons remarquer que Julien oppose « l'audace » / « îndrăzneala » des jeunes gens à « l'orgueil des riches » / «orgoliul bogătaşilor ». aristocrate mise au dessus de tout). dont l’omniprésence dans le récit stendhalien est bien connue.

domniile-voastre văd în mine un ţăran care s-a răzvrătit împotriva soartei lui josnice. et elle implique qu’il lui fait confiance pour la déceler et la comprendre: 91 . qui. elles deviennent évidentes pour qui a déjà lu le roman. qu’elles étaient à la première lecture. le tient en haute estime. auto-génératrice. intratextuelles. ne peut pas être interprété autrement. Le protagoniste est conscient qu’il n’est pas un simple paysan. les autres ne sont pas signalées en tant que telles par le texte. Nous devons signaler le fait que dans le texte-cible ces allusions sont décryptées souvent par le traducteur. Il a alors le sentiment d’être le « bon » destinataire. Dans le texte-cible le ton est plutôt ironique qu’allusif par la traduction du pronom « vous » par le pronom de politesse « domniilor-voastre. » (p. l’ironie joue un rôle déterminant que le lecteur se fait de sa propre lecture. alors que cet écho est tellement développé qu’il n’a plus rien d’allusif: l’allusion devient redondance: d’incompréhensibles. domniile-voastre ». c’est-à-dire qu’elles font référence à un autre passage de la même œuvre. c’est-à-dire facilement repérables. Il y a deux types d’allusion: les unes sont visibles. si bien que le lecteur n’a pas vraiment besoin de la décrypter: les sous-entendus sont explicites au moment où il pourrait les déceler. La figure de l’allusion est. C’est en cela que l’allusion peut être dite auto génératrice: plus le lecteur a conscience qu’il y a des allusions dans le texte qu’il lit. n-am cinstea să aparţin clasei domniilor-voastre. je n’ai point l’honneur d’appartenir à votre classe. quitte à en repérer meme la où l’énonciateur n’en voyait pas. celui auquel s’adresse le narrateur.« Messieurs. puisqu’il emploie cette figure. pour une bonne part d’entre elles. nous percevons l’allusion de Julien que ce que les jurés voient en lui est seulement l’apparence. 1986: 46). Dans le fragment que nous analysons par exemple Gellu Naum nous donne une note explicative sur Saint-Beuve ce qui manque dans le texte-source. Or le fait que le récit stendhalien compte énormément d’allusions visibles. plaisir accru par l’impression que l’énonciateur. il éprouve le plaisir de la connivence avec le narrateur (Orecchionni. Quand le lecteur décrypte une allusion. Le texte développe lui-même toutes les connotations de l’allusion. elle signale que l’énonciateur fait appel à l’intelligence de son destinataire. Les allusions stendhaliennes ont la spécificité d’être. voire imperceptibles. 376) Dans cette phrase. utilisé deux fois dans la même phrase. en un sens. » (p. Il y a là encore l’impression de percevoir de lui-même l’écho entre les deux passages. vous voyez en moi un paysan qui s’est revolté contre la bassesse de sa fortune. Comme l’allusion. qui prend l’habitude de chercher à les repérer. modifie considérablement la façon de lire du lecteur. c’est-à-dire que le lecteur ne peut pas les ignorer. plus il prête attention à leur présence eventuelle. 560) « Domnilor. ce qui le conforte dans le sentiment qu’il mène une lecture pleine de finesse. D’abord.

Or.politiquement incorrect . à l’exclusion de « l’adversaire ». à ce que le texte stendhalien privilégie l’ironie. » (Hamon. c’est le flatter. mais aussi de faire partie de la bonne compagnie. à la fin. transformée en complice. symbole traditionnel de la finesse stendhalienne.« Charger l’auditeur de cette tache [décrypter l’ironie]. et donc cette flatterie qui assure l’effet visé par le locuteur. » (Warning. avoir cette confiance en ces capacités intellectuelles. Quoi qu’il soit. exclure. 1996: 125) Rien d’étonnant. de l’autre. 1982: 126) Ainsi. à savoir la solidarisation de l’auditeur avec lui contre l’adversaire. pour « mimer » l'évanouissement de Madame Derville. l’ironie. excommunier en quelque sorte les balourds et les naïfs […]qui ne comprennent pas la dualité (ou simplement la complexité d’un message). En effet. 1996: 18) L’ironie connote la « distinction » de celui qui la manie comme de celui à qui elle este destinée. ou qui l’interprètent mal. Ce phénomène . une sorte de petit examen de passage que l’ironisant fait passer a son auditoire ou a ses lecteurs pour vérifier leur compétence idéologique. doit être envisagé comme un des éléments qui donnent des indices sur le type de lecture qu’attend le texte: lorsque le lecteur repère l’ironie. 92 . indiquant qu'il ne varie pas. ce qui crée avec lui une connivence non seulement psychologique mais aussi sociale. comme l’a montré Philippe Hamon: « L’ironie est une communion qui se fait partiellement et sélectivement sur le dos d’un autre. Elle est responsable d’une dissociation des destinataires. une posture langagière qui a deux buts contradictoires ou plutôt symétriques: d’un cote mettre a distance. communier avec l’autre partie du public. c’est lui supposer les capacités intellectuelles nécessaires.est trop rarement envisagé dans les études de l’ironie stendhalienne: elle donne à son destinataire le sentiment non seulement d’être fin et intelligent. et peut-être. Elle garantit pour le lecteur un double plaisir d’amour propre: celui de la comprendre et celui de se sentir « élu » par l’ironiste. il sent que le narrateur s’adresse à son intelligence. Nous remarquons l'utilisation des points de suspension (« des bourgeois indignés… » / « burghezi indignaţi… ») par le narrateur qui sont préservés dans le texte-cible. dès lors. l’ironie favorise la connivence entre le narrateur et le lecteur qui la perçoit. ils écourtent le discours de Julien. cette bipartition du public reconduit discrètement un trait structurant du portrait explicite du lecteur réclamé par le narrateur: l’opposition entre le bon et le mauvais lecteur. (Hamon.

2. 373) Gellu Naum met en valeur davantage cette critique évidente de Stendhal à l’adresse de ses personnages par l’utilisation du péjoratif « franţuzească » qui utilise près de l’adjectif « urîtă » devient presque un pléonasme en roumain. 556) / « E un flecar îndrăznet. l’avocat général faisait du pathos en mauvais français » (p. mais tout au contraire. grossier. des ellipses. făcut sa-i ducă pe proşti » (p.2. impudent. utilisant des tours allusifs. c’est recréer en langue-cible. profesor la « Colegiul Franţei » » qui a le rôle de familiariser le lecteur avec l’émetteur de l’énoncé. préférant aux articulations logiques la juxtaposition des éléments de la phrase. Prise en compte de la valeur du registre de langue Nous pouvons remarquer que Stendhal utilise la langue courante. într-o franţuzească urîtă » (p. peu descriptive.4 Prise en compte du paratexte et du contexte.3.3. Dans la traduction du Rouge et le Noir il n’a pas comme but à rivaliser avec cette œuvre. Il essaie respecter l’original. Le sens est comme l’âme du discours. et les paroles n’en sont que comme le corps. fait pour mener des sots » (p. Nous devons préciser que la traduction roumaine est parfois une traduction littérale mais quand même une traduction libre du textesource. nous passons sous silence l’opposition dualiste entre la fidélité et la trahison.5. Ainsi une traduction toute littérale est comme un corps sans âme. Stendhal même décrit et critique le langage de ses personnages: « bavard libéral » (p. dans l’édition que nous utilisons de la traduction roumaine on remarque une note explicative: « Charles Augustin de Sainte-Beuve (1804-1889). en se fixant un but et en modifiant selon le but fixé ses relations avec Stendhal et le lecteur. il essaie de le dépasser. Valenod). Gellu Naum devant savoir choisir quand on doit traduire littéralement ou librement les mots / la forme ou le sens. 558) / « Procurorul perora. en mettant en valeur les avantages de la langue-source.4. établir des relations d’égalité entre l’auteur et le traducteur. tandis que Gellu Naum utilise la langue familière. Sa langue est sobre.2. Avec cette notion de recréation. Gellu Naum a acquis une liberté plus ou moins grande. 5. Le style de Stendhal se situe en continuation du XVIIIe siècle. 370) « C’est un parleur audacieux. dans 93 . critic francez. il n’est plus question d’être fidèle à l’original ni de le suivre pas à pas. 370) « (en parlant de M. Au nom de la recréation. Explication de l'étymologie ou du sens d'un mot Comme nous avons signalé dans le sous-chapitre 5. Nous avons touché ici une notion très chère à la traduction littéraire: traduire. et si l’on rivalise. 556) / « liberal guralivi » (p.3. la forme et le sens. neruşinat şi grosolan. parce que le corps est d’une langue et l’âme d’une autre.2.

2 Étude des connotations et explicitation des sens implicites.2. » « apelle / numeşte. fermeté. Il n’y a pas des explications de l’étymologie ou du sens d’aucun mot dans notre fragment. ce qui implique une accusation plus soutenue à l’adresse du jury. » « la mort m’attend / mă asteaptă moartea.le texte-source cette note explicative en manquant. » « je ne vous demande aucune grâce / Nu vă cer nici un fel de îndurare. » L’emploi du présent indique que Julien n'a aucune hésitation et parle avec clarté. tandis que dans le texte-cible il est utilisé au conditionnel présent « mila ce ar trebui să le-o trezească tinereţea mea ». » « vous voyez / văd. vue le style allusif de Stendhal que nous décrit dans le sous-chapitre 5. « il sera puni » / « ea va fi pedepsită » qui exprime la certitude sur son avenir: la mort. 94 . 5. » « je n’ai point / n-am. Dans le discours de Julien le présent est utilisé fréquemment: « me fait / mă face. Nous devons aussi signaler le fait que Gellu Naum traduit le verbe pouvoir par le verbe devoir.3. » « Mon crime est atroce / Crima mea e cumplită.3. Stendhal utilise dans l’épigraphe la phrase interrogative: « Le condamneront-ils? » / « Il vor osîndi oare ? ». netteté. incertitude qui est mise en valeur davantage dans la langue-cible par l’utilisation de l’adverbe interrogatif « oare » qui a le rôle de renforcer la valeur dubitative de la proposition.2. » « Je ne me fais point illusion / Nu-mi fac deloc iluzii. L’incertitude est marqué par l’utilisation du verbe croire « je croyais » / « credeam » et le conditionnel « quand je serais moins coupable » / « chiar dacă aş fi mai puţin vinovat » et le verbe pouvoir qui dans le texte-source est utilisé au présent « ma jeunesse peut mériter de pitié ». Analyse des modalisateurs Le chapitre que nous analysons commence par l’incertitude du résultat du procès. Il faut notter aussi l’utilisation du futur dans le discours de Julien « elle sera juste » / « ea va fi dreaptă ». » « ont le bonheur / are norocul.5. » « Je ne vois point / Nu văd. » « je ne suis point jugé / nu sunt judecat.

4. » (p. Ces propositions subordonnées relatives /attributives 95 . la détermination de la tonalité du texte. mă face să iau cuvîntul. 5. » (p. Groaza de a fi dispreţuit.2.les propositions attributives introduites par les pronoms relatifs « care » et « pe care ». n-am cinstea să aparţin clasei domniilor-voastre. l’identification des figures de style et de rhétorique. vous voyez en moi un paysan qui s'est révolté contre la bassesse de sa fortune. 560) « Domnilor juraţi. Construction des phrases. L'horreur du mépris.4.1. la présentation de la structure et de l'organisation du texte et la détermination de la nature et du rôle des exemples. domniile-voastre văd în mine un ţăran care s-a răzvrătit împotriva soartei lui josnice. 375) Dans le texte-source nous remarquons deux propositions subordonnées relatives introduites par le pronom relatif « que » et « qui ». types des phrases Nous allons analyser parallèlement la syntaxe de la phrase utilisée par Stendhal et Gellu Naum dans l’incipit de son discours afin de voir les similitudes et différences dans la construction du discours argumentatif du texte-source et texte-cible: « Messieurs les jurés. propositions qui au point de vue de leurs sens ont une valeur explicative. Messieurs. pe care credeam că voi putea să o înfrunt în clipa morţii. je n'ai point l'honneur d'appartenir à votre classe.2. son discours étant plus un réquisitoire qu’un plaidoyer et il n’y a aucune doute de la véridicité de ses mots. que je croyais pouvoir braver au moment de la mort. me fait prendre la parole. 5. Domnilor. Dans le texte-cible les propositions subordonnées relatives sont gardées par leurs équivalents roumains. Étude de la syntaxe et de la rhétorique Dans ce chapitre nous traiterons les aspects suivants: la construction des phrases et les types des phrases.L’utilisation du mot « prémédité » / « premeditată » en italiques et la phrase exclamative: « Voila mon crime » / « Iată crima mea » conclut sur le fait que Julien assume son crime et déclare sa culpabilité.

ar vrea să pedepsească prin mine şi să descurajeze astfel. « ce que l'orgueil des gens riches appelle la société. les deux types soulignant la certitude de la véridicité des mots de Julien. voudront punir en moi et décourager à jamais cette classe de jeunes gens qui. Les constructions négatives sont renforcées dans le texte-source ainsi que dans le textecible par l’utilisation des adverbes de négation comme « aucune » / « nici un fel de ». vous voyez en moi un paysan » qui est traduite dans le texte-cible par la proposition subordonnée circonstancielle de cause «…. Il y a aussi dans ce fragment la proposition subordonnée relative de cause « …. sans s'arrêter à ce que ma jeunesse peut mériter de pitié. et en quelque sorte opprimés par la pauvreté. văd oameni cărora.jouent le role des adjectifs auprès des noms « l’horreur » / « groaza » et « un paysan » / « un ţăran ». je vois des hommes qui. fără să le pese de mila ce ar trebui să le-o trezească tinereţea mea. ». une proposition circonstancielle d’ exclusion: « sans s'arrêter à ce que ma jeunesse peut mériter de pitié » et à la fin la proposition exclamative elliptique « Voilà mon crime ». ensuite trois propositions relatives: « des hommes qui… voudront punir en moi et décourager à jamais cette classe de jeunes gens ». categoria aceasta de tineri care. » (p. et l'audace de se mêler à ce ». ont le bonheur de se procurer une bonne éducation. are norocul să dobîndească o educaţie bună şi îndrăzneala să se amestece în ceea ce orgoliul bogătaşilor numeşte societate înaltă. Dans le texte-cible la proposition circonstancielle d’opposition est remplacée par la proposition subordonnée circonstancielle concessive « Dar chiar dacă aş fi mai puţin vinovat » qui est plus explicite. « gens qui… ont le bonheur de se procurer une bonne éducation. 560) « Dar chiar dacă aş fi mai puţin vinovat. domniile-voastre văd în mine ». nés dans une classe inférieure. et l'audace de se mêler à ce que l'orgueil des gens riches appelle la société. pentru totdeuna. 376) Dans le texte-source nous rencontrons une proposition circonstancielle d’opposition (adversative) « Mais quand je serais moins coupable » introduite par la locution conjonctive de temps employée dans un sens figuré « mais quand ». Si nous allons plus dans le discours nous trouverons une phrase plus longue ce qui donne « un tour un peu abstrait » au discours de Julien: « Mais quand je serais moins coupable. Les phrases suivantes du discours sont des phrases courtes de type déclaratif ce qui démontre le caractère fort du protagoniste même si considéré victime ou inculpé pour son auditoire. Nous remarquons l’utilisation alternative des propositions affirmatives et des propositions négatives. Nous retrouvons ensuite la proposition circonstancielle d’exclusion dans 96 . » (p. « point » / « de loc ». născuţi într-o clasă inferioară şi oarecum apăsată de sărăcie.

en écrivant à chacun des trente six jurés. Julien Sorel. «categoria aceasta de tineri care…are norocul ». ». curieusement et contre toute attente. la clémence du jury et l'invitait à écarter la thèse de la préméditation. En outre. des propositions attributives comme «ar vrea să pedepsească prin mine şi să descurajeze ».l’utilisation de la proposition modale « fără să le pese de mila » qui caractérise le mode dans lequel « oamenii ar vrea să pedepsească». Avec sa tête de 97 . qui figure un combat. Détermination de la tonalité du texte Nous allons mettre en évidence la tonalite tragique du discours de Julien Sorel par l’évocation de la mort. Or. voici que Julien. En prison.2. Coupable de meurtre et de meurtre avec préméditation. elle réclamait au nom de la folle.2 Étude des connotations et explicitation des sens implicites. nous remarquons l’utilisation du pronom relatif avec le rôle de conjonction au datif « cărora » un peu erronée. Julien par sa déclaration risquait donc la peine de mort. I1 semble que le glissement soit surtout l'œuvre d'une rhétorique embarrassée et d'un raisonnement vicieux: Julien l'hypocrite continue son jeu. que deux mondes s'affrontent et ironique et satirique à l'égard des juges. reconnaît devant les jurés avoir « pu attenter aux jours de la femme la plus digne de tous les respects.3. de la destinée. notre traduction serrait « care ». « ceea ce orgoliul bogătaşilor numeşte societate înaltă ».4. de tous les hommages » / « Am atentat la viaţa femeii celei mai vrednice de respect şi de toată cinstirea. il se livre à une manœuvre de diversion par laquelle il parvient très habilement à noyer le geste solitaire et répréhensible du révolté dans le programme solidaire et légitime de toute une classe d'opprimés. 5. polémique dont la figure essentielle est l'antithèse. Imputant le geste malheureux de Julien à un moment d'égarement. il avait commencé à se repentir du crime qu'il avait commis et Mme de Rénal. Il a bien sûr appris par le concierge que Mme de Rénal n'était pas morte et qu'elle allait même mieux. Du moins aux yeux des jurés dont ce sera d'ailleurs le verdict. Il n'y a donc pas à proprement parler de dissonance dans le comportement d'un personnage décidément fort singulier et dont la logique interne est d'une cohérence déconcertante surtout depuis les coups de pistolet à l'intérieur de l'église.2. Nous avons développé ces dernières tonalités dans le sous-chapitre 5. bien sûr. pathétique: les femmes en larmes à la fin du texte. très dignement. Sans adopter un profil bas et sans recourir au ton consacré au soupir et à l'attendrissement. « norocul să dobîndească o educaţie bună şi îndrăzneala să se amestece ». l’utilisation d'un vocabulaire éloquent. avoue que ce crime « atroce » / « cumplită » était « prémédité » / « premeditată».2. mais sans doute aussi à l'égard des femmes (texte un peu misogyne). Mais l'assomption d'un geste aux conséquences très lourdes est plausible pour peu qu'on rattache l'attitude de Julien lors du procès à tout ce qui la précède et l'explique.

La force du verbe se met au service d'une stratégie visant à incliner le crime passionnel dans le sens du projet révolutionnaire. sans s'arrêter à ce que ma jeunesse peut mériter de pitié. en faisant de la démagogie et en pratiquant l'amalgame. » (p. ci numai burghezi indignaţi. par son discours. son discours partisan. Le plaidoyer est d'autant plus déconcertant et d'autant plus paradoxal que le plébéien en transfert. réaction émotive faite d'attendrissement.. » (p. Au déficit financier (argent) s'ajoute donc le défaut de naissance (origine). de classe embraye très vite sur un réquisitoire qu'il dresse contre la société bourgeoise qui le juge. anonyme et visant la conquête du pouvoir est par définition idéologique dans la mesure où il est l'expression lui aussi d'une pensée fanatique. Porte parole de la « classe inférieure » Julien se dresse. Visiblement émues par le discours spontané et enflammé du jeune homme beau et intelligent. « je vois des hommes qui. ce paysan qui se révolte contre la bassesse de sa condition parle surtout: au nom d'une génération. 376) Le paysan révolté raisonne maintenant en terme de classe et le crime passionnel est insensiblement éludé au profit d'un crime à résonance politique.Robespierre. pentru totdeuna. mystificateur. Mais. voudront punir en moi et décourager à jamais cette classe de jeunes gens. ar vrea să pedepsească prin mine şi să descurajeze astfel. « toutes les femmes fondaient en larmes » / « toate femeile plîngeau». mais uniquement des bourgeois indignés. en symbole de la contestation sociale. et visant la prise du pouvoir ou sa conservation et son maintien par le recours surtout au sacré qui le légitime comme ordre divin. trompeuse. En effet. au nom d'une couche pauvre. au nom d'une élite intellectuelle qui a «le bonheur de se procurer une bonne éducation et l'audace de se mêler à ce que l'orgueil des gens riches appelle la société 98 - . Aussi transforme-t-il sa défense en attaque contre un tribunal dont il met en question la composition: « Je ne vois point sur les bancs des jurés quelque paysan enrichi. » / «văd oameni cărora. categoria aceasta de tineri » pouvant représenter ce qu'on pourrait appeler « la jeune France» à l'ambition. les femmes. fără să le pese de mila ce ar trebui să le-o trezească tinereţea mea. impersonnelle. à l'ascension irrésistibles depuis la réussite de Napoléon. parvient à déplacer l'enjeu juridique du procès sur le terrain de l'idéologie. La classe dont il parle désigne donc d'abord une couche d'âge. 560) « Nu văd pe băncile juraţilor nici un ţăran mai înstărit. Julien. de compassion et de pitié suscitée par le spectacle d'un Julien prêt à offrir sa jolie tête à l'échafaud.. l'accusé se transforme sous nos yeux en un tribun qui incite le « peuple » à la révolte.

en roumain en ajoutant l’adjectif « înaltă » qui près de la traduction « des gens riches » avec le péjoratif « bogătaşilor ». 560) / « un ţăran care s-a răzvrătit împotriva soartei lui josnice. qui traduit l'idée d'un orateur qui assume et s'affirme. Nous devons conclure que le texte-cible nous semble plus ironique que le texte-source.2. 376) Nous retrouvons également la périphrase à valeur hyperbolique utilisation des superlatifs: « la plus digne de tous les respects. » Nous devons remarquer ici une traduction plus ou moins libre de Gellu Naum du nom « société ». Identification des figures de style et de rhétorique Les figures d'amplification dominent le texte. le ton de cette phrase devient plus qu’ironique comme dans le texte-source. Dans les propos du narrateur. par conséquence satirique. le traducteur mettant l’accent sur l’ironie en ce qu’il concerne le discours de Julien qui est un peu abstrait.3. 560) / « s-o înfrunt » (p. « fondaient en larmes » / « plîngeau ». 5. Nous verrons davantage l’utilisation de l’anaphore et autres répétitions. 560) / « groaza de a fi dispreţuit » (p. Nous pourrons nous arrêter sur la répétition des mots « mort » / « moartea ».2 Étude des connotations et explicitation des sens implicites. Nous remarquerons d'abord la constance de l'emploi du « Je ».3.4. Nous retrouvons des hyperboles: « l'horreur du mépris » (p. puisque le discours de Julien est particulièrement éloquent et grandiloquent. Les gens comme Julien peuvent non seulement avoir du mérite mais peuvent aussi fréquenter les salons mondains et briller par leur intelligence et par leur savoir. » (p.2. Le principal atout de cette minorité est la culture. « crime » / « crima » qui insistent sur le caractère irrévocable du destin de Julien. Comme avons remarqué aussi dans le sous-chapitre 5. Elles renforcent l'intensité de la situation mais ne sont peut être pas non plus sans ironie. 375) « un paysan qui s'est révolté contre la bassesse de sa fortune » (p. 99 . dans le texte-cible nous ne retrouvons pas la hyperbole qui caractérise la réaction des femmes.» / « are norocul să dobîndească o educaţie bună şi îndrăzneala să se amestece în ceea ce orgoliul bogătaşilor numeşte societate înaltă. de tous les hommages » / «celei mai vrednice de respect şi de toată cinstirea ». le pronom sujet n’étant pas obligatoire ou nécessaire. il y a aussi des hyperboles: « bondissait » / « abia mai putea sta locului ». 375) « braver » (p. cette répétition n’existant pas dans le texte-cible a cause de la spécificité de la langue roumaine ou la personne est plutôt marquée par le verbe.

notamment en créant un rythme ternaire: « Je ne me fais point d'illusion. d’une thèse plus générale: « Décourager à jamais cette classe de jeune gens […] » (p. categoria aceasta de tineri […] » (p. la figure dominante du texte est l'antithèse. elle figure principalement l'opposition entre les classes: « votre classe » / « clasei domniilor-voastre » « un paysan » / « un ţăran ».4. 5.Mais avant toute chose. ea va fi dreaptă.« orgueil » / « orgoliul ». Le discours de Julien est un discours très organisé. opposition « galante » de Julien qui lui confère lucidité et noblesse d'âme. Il suit d'un exposé de son propre cas: « Mon crime est atroce » / « Crima mea e cumplită». « audace » / « îndrzneala ».4. d'autre part les réactions à ce discours.2. Le discours est construit selon une démarche inductive. le discours de Julien. et Mme Derville qui « s'évanouit » / « leşină » (et les femmes qui pleurent). Présentation de la structure et de l'organisation du texte La structure du texte. « paysan enrichi » / « ţăran înstărit ». 376) À la fin nous signalons la conclusion: « Voilà mon crime… » / « Iată crima mea ».« Voilà mon crime » / « Iată crima mea ». » 100 .le « vrai » crime face au « crime social »: « Mon crime est atroce » / « Crima mea e cumplită». l'opposition entre l'avocat général (et les jurés) qui « bondit » / « abia mai putea sta locului » sur sa chaise. définie très clairement par. offusquées chez le juge. « pauvreté » / « sărăcie »-« riches » / « bogataşi ». continue avec une introduction: la raison qui « me fait prendre la parole » / « mă face să iau cuvîntul ». et Madame de Rénal. 560) « […] să descurajeze astefel. la noble victime: « la femme la plus digne » / « femeia cea mai vrednică »-« Mon crime est atroce » / « Crima mea e cumplită». de connecteurs.« bourgeois indignés » / « burghezi indignaţi ».l'opposition entre Julien le criminel. mă aşteaptă moartea. Il commence par une adresse « Messieurs les jurés » / « Domnilor juraţi ». L'absence. donne une certaine éloquence au discours. pentru totdeauna. la mort m'attend: elle sera juste. émues chez les femmes suggère que le discours du jeune homme provoque de vives réactions: il est le centre de la parole et a quelque chose d'héroïque. par moments. d'une part. qui va du particulier au général: Julien articule les moments forts d'un discours construit: « J’ai donc mérité la mort » / « Mi-am meritat deci moartea ». Les hommes qui rendent la justice ne sont pas capables de la compassion des femmes qui ne peuvent pas la rendre. » « Nu-mi fac deloc iluzii.

Étude de la structure logique Dans ce chapitre nous commenterons l’énonciation de la thèse et la caractérisation des arguments et du raisonnement.5. nous allons commenter quelques types de raisonnement qui se retrouvent dans les textes que nous avons choisis pour notre analyse. Il donne comme arguments le fait qu’il n’est pas: 101 .Le traducteur du texte en roumain respecte la construction des phrases et des jugements. par l’absurde.4.2.5.1 Construction des phrases. Stendhal utilise fréquemment les propositions relatives qui sont traduites dans le texte-cible par les propositions attributives qui ont le rôle d’expliciter le nom qu’elles déterminent. ». Détermination de la nature et du rôle des exemples Nous avons démontré dans le sous-chapitre 5. il accepte sa culpabilité et la confesse. Mais il nous relève un réquisitoire contre un auditoire qui.5.1. types des phrases. 5. il ne demande « aucune grâce » / « nici un fel de îndurare ».2. Énonciation de la thèse (et de la thèse adverse) La thèse de Julien est que son crime est atroce. Caractérisation des arguments et du raisonnement Dans le sous-chapitre 5.2. Il s’agit des raisonnements déductifs ou inductifs. 5.2.5.2.2. n’a pas le droit de le juger. La thèse adverse est fugitivement spécifiée par les mots rapportés de l’avocat général « la barbarie du crime commis » / « barbaria crimei săvîrşite ». il est conscient de sa crime contre Mme de Rénal.4. mais le vrai crime est qu’il a « l’audace de se mêler à ce que l’orgueil des riches appelle la société » / « îndrazneala să se amestece în ceea ce orgoliul bogătaşilor numeşte societate înaltă. que dans le discours de Julien. concessifs. 5. dans son raisonnement critique. la seule différence ici étant l’utilisation du point-virgule au lieu de deux-points dans les phrases antérieurement présentées.2. Nous avons démontré tout au long de cette analyse le fait que Julien Sorel ne fait pas un plaidoyer pour soi-même. 5. par contre. critiques et du syllogisme.5.2 Caractérisation des arguments et du raisonnement.

376) « Je ne vois point sur les bancs des jurés quelque paysan enrichi. L’utilisation du verbe « décourager » / « să descurajeze » qui a une tente subjective et n’appartient pas au vocabulaire juridique souligne le raisonnement de notre héros. mais il veut démontrer que le crime pour lequel il est juge est faux et que le jury a des raisons cachées pour le punir si sévèrement.2.4 Présentation de la structure et de l'organisation du texte. Il parle de son cas. Le raisonnement concessif Le raisonnement concessif de Julien est souligné par l’utilisation au niveau syntactique d’une proposition circonstancielle d’opposition (adversative) « Mais quand je serais moins coupable » introduite par la locution conjonctive de temps employée dans un sens figuré « mais quand ». Son raisonnement n’a pas le but de convaincre l’auditoire de son innocence. 5. traduite dans le texte cible par la proposition subordonnée circonstancielle concessive « Dar chiar dacă aş fi mai puţin vinovat ».2. Le raisonnement par l'absurde 102 . de son crime et depuis il arrive à représenter toute une classe sociale.3. 560) / « nu sunt judecat de către semenii mei » (p. ce que nous avons démontré dans le sous-chapitre 5. ci numai burghezi indignaţi.2. Ce sont ses arguments pour conclure qu’il n’est pas jugé correctement. 376) Nous repérons ici la traduction de l’adjectif indéfini qui exprime une quantité indéterminée « quelque » par le pronom négatif « nici un » qui souligne davantage dans le texte-cible l’idée que Julien est seul contre une classe sociale adverse. mais uniquement des bourgeois indignés » (p. 5.5.2.5. » (p.2.« jugé par mes pairs » (p. 560) / « Nu văd pe băncile juraţilor nici un ţăran mai înstărit.5. qui va du particulier au général.2.4. Le raisonnement déductif ou inductif Le discours de Julien est construit selon une démarche inductive.4. 5.2.1.

Il rejette la thèse adverse dans le sens qu’il n’est pas jugé pour le crime commis. mais il réfute cette thèse comme étant une fausse thèse de l’accusation. 376). l’adjectif « înaltă » et il traduit la phrase neutre « des gens riches » avec le péjoratif « bogătaşilor ».3 Identification des connecteurs logiques et chronologiques Les connecteurs sont des mots de liaison. mais: « Voilà mon crime: … l’audace de se mêler à ce que l’orgueil des gens riches appelle la société.Dans le discours de Julien il y a une seule phrase qui s’identifie avec un raisonnement par l’absurde: « Mais quand je serais moins coupable » / « Dar chiar dacă aş fi mai puţin vinovat ».2. parce qu’il ajoute au nom « société » / « societate ». les phrases ou les paragraphes d'un 103 . 5.6. 5. Le syllogisme Nous pouvons distinguer le syllogisme de Julien pendant son « jugement »: Julien est un paysan. » (p. Ils sont aussi appelés mots charnières ou bien encore mots outils.5. » (p. 560) « Iată crima mea: … îndrăzneala să se amestece în ceea ce orgoliul bogătaşilor numeşte societate înaltă. Comme nous avons remarqué dans le sous-chapitre 5.4.2.2.5. Leur but est de relier les propositions.2. 5. Le raisonnement critique Le locuteur Julien ne critique pas la thèse opposée. Cette une idée contraire à la reconnaissance de sa culpabilité.5. mais ce raisonnement par absurde déclaré à haute voix nous donne l’impression que Julien à l’espérance que cette idée ne soit pas nécessairement fausse et que « sa jeunesse peut mériter de pitié » / « ce ar trebui să le-o trezească tinereţea mea ». le traducteur roumain est ici plus ironique que Stendhal. il admet que son crime est atroce.2. Julien appartient à une classe inferieure et il ne devait pas avoir l’audace de se mêler dans la société des bourgeois.5.2.2. Les paysans sont nés dans une classe inferieure.

561) « Bătea ora unu noaptea. l’heure est donnée non pas comme une circonstance (dans une proposition subordonnée temporelle). Nous pouvons identifier dans le fragment que nous avons choisi des connecteurs logiques et chronologiques. 377) Trois fois sur quatre. et se souvint de M. » (p. bătăile orologiului umplură sala. Le suspens autour du verdict est orchestré par une progression temporelle très nette: « Comme le président faisait son résumé.559) « […] în mijlocul tăcerii pricinuite de neliniştea generală. « Une heure sonnait comme les jurés se retiraient dans leur chambre […] » (p.texte. » (p.[…] Cînd bătură orele două. Ils mettent l'accent sur le raisonnement qui sous-tend un paragraphe ou un texte. » (p. 377). 559) « Comme deux heures venaient de sonner. les personnages et les objets dans le temps (chronologie) et dans l'espace et jouent un rôle clé dans la cohérence (logique) et la progression du texte. » (p. de Lavalette. un grand mouvement se fit entendre. bătu miezul nopţii. 559) « Pe cînd preşedintele făcea rezumatul dezbaterilor. » (p. Ils servent à situer les événements. le retentissement de la cloche de l’horloge remplissait la salle. » (p. Dans le discours de Julien nous pouvons remarquer l’utilisation de la conjonction « donc » qui est traduite littéralement par Gellu Naum « deci ». mais comme l’essentiel de la phrase (dans la proposition principale). » (p. Nous constaterons que Stendhal a fréquemment utilisé des propositions subordonnées temporelles pour marquer le temps qui passe inexorablement. era ora două şi un sfert. se auzi un freamăt puternic. 375). quand minuit sonne: « […] au milieu du silence de l’anxiété universelle. » (p. il était deux heures et un quart. 375). « Julien regarda sa montre. dramatisée par l’horloge. celle-ci sert à marquer la 104 . cînd juraţii se retraseră în camera lor. 561) « Julien îşi privi ceasul şi îşi aminti de domnul de Lavalette. À cela s’ajoute le stéréotype linguistique: quelques notations temporelles s’apparentent au style du roman. minuit sonna. Ainsi. Cette construction du suspense. est absolument stéréotypée.

3.4.2. Il faut préciser aussi l’usage de la conjonction de coordination « mais » / « dar » pour exprimer l’opposition. La réfutation La réfutation dans le discours de Julien s’identifie avec le raisonnement par lequel il souligne le fait qu’il est jugé pour « l’audace de se mêler à ce que l’orgueil des gens riches appelle la société. le discours de Julien prend un ton polémique.2. Il transforme son plaidoyer en réquisitoire contre un tribunal dont il met en question la composition: « Je ne vois point sur les bancs des jurés quelque paysan enrichi. Progression de l'argumentation (stratégie argumentative) Dans ce chapitre nous traiterons les stratégies argumentatives qui se retrouvent dans les textes que nous avons choisis pour l’analyse: la réfutation.2. 376) 5. » / « îndrăzneala să se amestece în ceea ce orgoliul bogătaşilor numeşte societate înaltă ». Détermination de la tonalité du texte.conséquence. la concession.2. 5. mais uniquement des bourgeois indignés. Par l’intermédiaire de ce fait il conteste la nature de l’accusation et vient avec une thèse nouvelle qui formule son propre point de vue sur la question: « Voilà mon crime. La confrontation Comme nous avons mentionné dans le sous-chapitre 5. » (p. 5.4.2. 5.2.5.4. 560)/ « Dar chiar daca as fi mai putin vinovat… » (p.5. la confrontation et l'adhésion.5. » / « Iată crima mea ».4. 560) 105 .5. conjonction qui se retrouve plusieurs fois dans ce chapitre. La concession La concession est marqué dans le texte que nous analysons par l’utilisation de la conjonction « mais » / « dar » qui exprime une concession et surtout une opposition: « Mais quand je serai moins coupable » (p.2.4.1.

Le textesource laisse l’impression d’une concession. Le paysan révolté raisonne maintenant en termes de classe et le crime passionnel est insensiblement éludé au profit d'un crime à résonance politique. Il a des arguments forts pour accepter la justesse de sa mort.4. Depuis il argumente très clairement l’atrocité de son crime en parlant de sa relation avec Mme de Rênal: « Mme de Rênal avait été pour moi comme une mère. 5. L'examen critique Nous devons préciser que la première partie du discours de Julien semble plus forte du point de vue de l’argumentation. » (p.5.2. 376) Nous repérons deux différences entre le texte-source et le texte-cible. L’adverbe de négation « point » qui est une caractéristique de la langue française n’est pas traduit en roumain et l’adjectif indéfini « quelque » est traduit par le pronom négatif « nici un ». Nous entendons clairement pourquoi il a pris la parole: « L’horreur du mépris … me fait prendre la parole. 375) La traduction du nom « mépris » avec un sens plutôt général dans le texte-source par le verbe « a fi dispreţuit » qui marque la première personne du singulier renforce la culpabilité de Julien. » (p.5. ci numai burghezi indignaţi. » Dans la traduction roumaine sa culpabilité est souligne par l’utilisation du verbe « attenter » au passe composé. Mme de Rênal avait été pour moi comme une mère. « J’ai pu attenter aux jours de la femme la plus digne de tous les respects.« Nu văd pe băncile juraţilor nici un ţăran mai înstărit. Gellu Naum a choisi de supprimer le verbe pouvoir. 560) 106 . » « Am atentat la viaţa femeii celei mai vrednice de respect şi de toată cinstirea. » (p. Doamna de Rênal mi-a fost ca o mamă. L'adhésion Dans son discours Julien Sorel adhère à la thèse de sa culpabilité de crime contre Mme de Rénal. 560) « Groaza de a fi dispreţuit … mă face să iau cuvîntul.4. » (p.2.5. de tous les hommages. 5.4.

nous devons noter et soutenir « le tour un peu abstrait que Julien avait donné à la discussion » (p. (p. 560) Mi-am meritat deci moartea. » 107 . son ancien rival auprès de Mme de Rênal. aussitôt. 560) / « în ciuda întorsăturii cam abstracte pe care Julien o dăduse cuvintelor lui» (p. il reprend sa position extrémiste usuelle dans le duel social auquel il est affronté. 376) Dans ce cas nous remarquons la traduction du plus-que-parfait par le passé-composé. il va donner publiquement libre cours à ses sentiments de colère et de détestation à l’égard des dominants du jour. président du jury. sa détestation et sa haine. dimension seconde en quelque sorte est dispersée. d’intrigues et d’influences. Mais il a suffit d’un regard insolent du baron de Valenod. Quant à la deuxième partie de son discours. Il conclut parfaitement cette partie du discours: J’ai donc mérite la mort. comme si dans cette situation d’exception faisaient retour toutes les batailles qu’il a du mener contre Monsieur de Rênal. la subjectivité est mise en évidence dans le texte-cible par l’utilisation du pronom personnel à la première personne du singulier « Mi. le discours de Julien Sorel est venu jeter à bas le bel édifice d’argent. 376) Dans cette phrase. car Julien s’était d’abord promis de ne pas prendre la parole à l’issue du procès. Julien vorbi pe acest ton şi spuse tot ce avea pe inimă. Il va clamer son refus des humiliations qu’ils lui ont imposées. Explicitation des intentions de l'argumentation Pour conclure. L’ambition. C’est un discours imprévu. Julien parla sur ce ton. son mépris. « Pendant vingt minutes. (p. ou contre les jeunes aristocrates du salon de madame de la Mole. 376).5. 5. » « Timp de douăzeci de minute. » (p.« Doamna de Rênal a fost ca o mamă pentru mine. rappelé à lui-même. Julien proclame à la face de la société ici rassemblée.2. construit sur la mise en jeu d’ambitions multiples. il ne reste plus que l’affrontement social et l’impératif de ne pas y dérober. comme si cette situation extrême permettait une expression condensée et intensifiée de sa haine et de sa négativité non modérée.» qui manque dans le texte-source. Aussitôt.5. pour le retenir de céder à l’attendrissement général et le rappeler à la dure réalité du conflit et de la guerre. il dit tout ce qu’il a avait sur le cœur.

Il va même jusqu'à récuser l’institution qui le juge ou tout au moins a laissé planer plus qu’un soupçon sur le caractère juste de la décision qui va être prise. 560) « Crima mea e cumplită şi a fost premeditată. La satire La satire est une représentation critique et comique d'un défaut. il avoue publiquement et non sans provocation. engagé. théâtre. avoir prémédité son crime et en tire lui-même la conclusion au plan judiciaire: « Mon crime est atroce. » (p. 108 . combat pour son identité. une idée (dans Candide de Voltaire. Mi-am meritat deci moartea.3.Une nouvelle fois. essai. Elle a une cible située à l'extérieur du texte: cela peut être un comportement. d'un mensonge observé dans la réalité. domnilor juraţi. la cible principale est la conception optimiste du monde proposée par des philosophes comme Leibniz). J'ai donc mérité la mort. Julien Sorel en définissant exactement son crime. elle constituait un genre poétique à part entière: témoin la tradition des poètes satiriques allant de Horace à Boileau. sur le plan moral. messieurs les jurés. 5. 40 La satire a été longtemps considéré comme étant l'apanage de la poésie. Julien pouvait sauver sa tète. Cette représentation peut prendre des formes diverses: poème 40. outre l’agression délibérée à l’égard des membres du jury. d'un vice. récit. 376). une personnalité publique. politique ou social. Quelle que soit la forme qu'elle emprunte. le comique n'y est jamais gratuit. dans son discours. » (p. La seule chance de salut qui restait à Julien était la question de la préméditation. donnant sens à son geste et au-delà à sa vie couronnée par ce geste. la satire se présente toujours comme un texte orienté. Or. et il fut prémédité. une institution etc. cet élément non établi.

Usbek et Rica reçoivent des nouvelles de Perse. la satire implique une distance. mais bafouées. et au nom de la logique et de la vérité universelle qu'il partage avec les gens de bon sens. leurs traditions religieuses ou politiques. ». leurs coutumes. il choisit de l'attaquer avec une arme de choix: l'humour (le rire). Il dépeint admirablement. l'auteur satirique poursuit un but précis: corriger le monde. À travers cette dénonciation. mais elle trouvait ici une expression aboutie. et mort à Paris le 10 février 1755. qui renseignent le lecteur sur les mœurs de ce pays. l'Orient et le goût des voyages sont à la mode. Bucureşti. trahies. Refusant d'adhérer à ce monde. trad. Caiete. par prudence. il y a la dynamique du rire et. mais il écarte la passion.L'auteur satirique perçoit le monde autour de lui comme un désordre. le recueil était anonyme. Usbek et Rica: leur séjour. En tournant en dérision tout ce qui appartient à ce monde. une absurdité. L'équilibre entre ces deux éléments doit être maintenu pour éviter que la satire ne devienne une farce gratuite ou un texte moralisateur. Editura de stat pentru literatură şi artă. en grossissant. à dévoiler sa fausseté. en caricaturant ses défauts et ses vices. Charles Louis de Secondat. parfois même de l'agressivité. et d'en faire le rapport à leurs interlocuteurs restés en Perse. 42 Montesquieu. à le disqualifier. par Ştefan Popescu. sur un ton humoristique et satirique. 1970. épigramme: 2010). Les Lettres persanes41 / Scrisori persane42 constituent un roman épistolaire relatant le voyage à Paris de deux Persans. Montesquieu savait en outre lier étroitement des thèmes fort divers et aborder cette grande variété de sujets sans donner l'impression ni de monotonie ni de décousu. et Montesquieu. Lettres persanes. un détachement. 1873. Au XVIIIe siècle. Le discours satirique comporte donc deux aspects: d'une part. la réciproque est également vraie. il cherche à le discréditer. Cette œuvre connaît un succès considérable: le côté exotique. la société française à travers le regard de visiteurs perses. La forme épistolaire n'était plus tout à fait une nouveauté en 1721. Paris. Selon lui. et il se présentait comme simple traducteur. Le roman a été publié au printemps 1721 à Amsterdam. pamphlet. notamment en soulignant la relativité des points de vue: si les Perses sont étranges aux yeux des Parisiens. Alphonse Lemerre. qui dure huit années. Scrisori persane. parfois 41 Toutes les citations du roman renvoient à cette édition Montesquieu. d'autre part. rétablir un ordre perdu. baron de La Brède et de Montesquieu est un philosophe et magistrat français du siècle des Lumières né le 18 janvier 1689 à la Brède (Gironde). n'avoua pas qu'il en était l'auteur. la « morale ou la leçon ou le souci de vérité (toujours plus ou moins implicite) qui témoigne d'une volonté de changer les choses. Parallèlement. où la logique et la vérité ne sont pas respectées. car Montesquieu savait tirer toutes les ressources possibles du genre. son incohérence. Le rire satirique comporte du mépris. (Satire. le tragique. est pour eux l'occasion d'observer la société et le mode de vie des Français. 109 .

et avec une agilité d'écriture qui accroche l'attention. sans l'ombre d'une distance critique. Également. et donc à mettre en exergue. ami commun à Usbek et Rica. En ce qui concerne la traduction. malgré lui. le lecteur peut saisir dès le début de l'œuvre les deux pensées conductrices de l'exploration de l'Occident.1. leurs coutumes. et d'en faire le rapport à leurs interlocuteurs restés en Perse. Cet étonnement est le moyen par lequel Montesquieu souligne les aspects critiquables de la société: le mode de vie des parisiens. 5. Pour la troisième analyse de ce mémoire. Après ces premières impressions. les incohérences de la vie française.3. Dans un premier temps.la Lettre XXIV intitulé Rica à Ibben. 110 .3. dans la lettre XXIV. plaisent. négociant à Smyrne. principaux pouvoirs en France. savamment orchestrée par Montesquieu. est donnée une approche enthousiaste et naïve à la fois. nous avons choisi une lettre parmi les 161 Lettres persanes de Montesquieu . en roumain Scrisoarea XXIV Rică către Ibben.érotique. Leur séjour. est pour eux l'occasion d'observer la société et le mode de vie des Français. encadrée de deux lettres d'Usbek au même destinataire qui contrastent avec le discours de Rica. le lecteur est frappé par l'innocence du regard crédule de Rica qui décrit et conte les histoires du roi et du pape. Lisibilité de l'écriture et présentation du devoir Le roman Lettres persanes est organisé en CLXI (161) lettres qui ont été préservées dans la traduction roumaine par Ştefan Popescu. qui dure huit années. Présentation – Expression Les Lettres persanes racontent le voyage à Paris de deux Persans. le contenu tout à fait polémique de cette présentation des deux pouvoirs. la Lettre XXIV décline particulièrement bien le caractère enthousiaste du personnage de Rica. Adressée à Ibben. Usbek et Rica. Il est apte à s'étonner de tout. leurs traditions religieuses ou politiques. 5. La version en roumain est accessible grâce à Antioh Cantemir et Ştefan Popescu.1.1. curieux de connaître les mœurs françaises. Dans cet extrait Uzbek et Rica sont très étonnés de ce qu’ils découvrent en la France. du pouvoir en France. le pouvoir royal et du pape qui sont excessivement jugés. la veine satirique mais sur un ton spirituel et amusé sur lesquels joue Montesquieu. le roman Les Lettres persanes a été traduit dans toutes les langues de l’Europe. Ainsi. critiqués transforme la lettre XXIV presque dans un pamphlet satirique. Cette ambiguïté travaillée du sens provient de la multiplicité des points de vue à l'intérieur de la lettre même.

mais aussi implicitement de la culture parisienne à la culture persane. le critique social qui existe au-dehors des variables du texte. meme soutenu. tous les deux partagent une inclination pour les embellissements et les mots à plusieurs significations.3. 5. le personnage inventé de l’auteur qui présente le texte anonyme est spécifié dans l’introduction comme traducteur. publiée en 1970.3. Il fait l’éloge de l'innocence et le souci sauvage de préserver la femme de toute 111 . les français du roman représentent le persan des lettres traduites. Montesquieu souligne cette similitude à son roman satiriqu très tôt dans le livre. 52) ou « ierta înghiontelile ce le înghit » (p. cette traduction culturelle est le vrai triomphe du Montesquieu. Seulement la direction de la traduction est renversée. toutes les idiomes cachées de la langue française. ce qui s’explique par les règles existantes au XIXe siècle où la traduction a été publiée. Le français était la langue internationale de la diplomatie et de la culture.2. Nous donons comme title d’exemple les expressions « hai să zicem » (p. 63) . il se souvient toujours que son audience est une audience internationale. La lettre fictive est rédigée en 1712 et appartient au roman publié en 1721. 52).XLVI qui présentent des curiosités parisiennes. Le personnage Usbek a des doctrines qui différèrent de celles des européens.Enfin. nous voyons se profiler la voix sous-jacente du penseur averti Montesquieu.« les coups de coude que je reçois » (p. Mise en relation des idées La lettre que nous analysons est liée avec les lettres XXIV . Bien sûr.3. La langue perse dans l’époque de Montesquieu. la deuxième langue littéraire du Proche-Orient. Montesquieu se délecte à son langue. et que son livre sera lu par des gens qui ne comprennent pas toutes les connotations. responsable d'un discours construit et révélateur.1. est digne de la comparaison avec la langue française du XVIIIe siècle. mais qui occupe une situation semblable à son traducteur linguistique. explicitement du langage persan au langage français. dans une époque où des idées profondément philosophiques devraient être cachés parmi des livres frivoles. Dans le texte-cible nous remarquons aussi l’ortographe « î » de la semi-voyelle « â » à l’intérieur des mots. tandis que les rôles des persans du texte représentent les rôles des français actuels.1. nous remarquons une langue plus familière qu’on ne voit chez Montesquieu dont le style est formel. Dans la traduction roumaine de Ştefan Popescu. 63) qui dans la langue-source est marqué par le subjonctif « car encore passe qu'on m'éclabousse » (p. aussi que par ceux qui la connaissent dans tous ces degrés ironiques. 5. L'intention ironique est alors indéniable. il apprécie ses ambiguïtés potentielles. Registre de langue et vocabulaire L’époque de Montesquieu était le comble de l’autonomie du français dans le monde.

cette section donne à lire les lettres de Rhédi.2. L’expéditeur de la lettre est Rica et le destinataire Ibben que l'on retrouve dans l'emploi e de la II personne pronom complément « te parler » (p. Étude du système d'énonciation Dans ce chapitre nous traiterons quatre sujets importants: l’identification du locuteur et du destinataire. parsemées de périphrases et d'italiques. sinon par l'Occident. resté à Venise. Parallèlement. il voit partout le Mahométisme sans jamais le trouver et il polit des armes contre sa prétendue universalité et contribue à mettre toutes les religions à plat.3. faussement naïf. Mais. Nous lui préférons souvent Rica.2. Son éloge du rationalisme paraît plus radical que celui d'Usbek. Ainsi. notamment à l'égard de l'infériorité naturelle des femmes tant proclamée par l'Islam. Mais Usbek confie aussi des doutes. dont les lettres marquent une curiosité plus vive pour les mœurs et l’exaltation d'un esprit qui saisit tout avec rapidité et c’est pourquoi nous avons choisi la lettre XXIV. Rica semble ici de plus en plus gagné.1. Ses lettres. déplace le point de vue et fait éclater la satire sociale et religieuse. Le lieu de 112 .impureté ne valorise que le « nous » impérieux du genre masculin. dans la même artificialité. Identification du locuteur et du destinataire Dans le fragment que nous avons choisi la Lettre XXIV / Scrisoarea XXIV plusieurs indices d’énonciation nous renseignent sur l’identité de l’expéditeur de la lettre. 64). Tout au long de cette section. même si ses contradictions lui échappent. la lettre XXXV se conforme à un autre but que celui avoué: Usbek croit trouver chez les Chrétiens des germes de ses doctrines et se félicite qu'un jour la lumière mahométane les illuminera. qui s'instruit et s'applique aux sciences.3. L'œil de Rica est d'ailleurs plus redoutable de se limiter pour l'instant aux manières et aux manières qu'il dénonce dans la comédie sociale la célèbre lettre XXX donne une juste idée de ces coteries mondaines et superficielles où Rica perçoit autant la badauderie et l'enthousiasme que ce nationalisme naïf qui avoue son impuissance à sortir de lui-même. le repérage des indices d'énonciation (embrayeurs). Le locuteur est Rica et le destinataire Ibben ce qui est souligne même dans le titre de la lettre Rica à Ibben / Rica către Ibben. le repérage des marques d'opinion (modalisateurs) et la prise en compte du paratexte et du contexte 5. donnent un bon exemple du regard persan qui. à tout le moins par le doute. des suspensions de jugement qui humanisent le personnage. difficilement conquise sur ses doutes. Usbek semble ainsi en route vers une sagesse moyenne. Néanmoins. 5. 52) / « să-ţi vorbesc » (p. Dans le texte-cible l’indicatif présent est remplacé par le conjonctif et le pronom complément est traduit par le pronom personnel au datif spécifique de la langue roumaine.

« spun ».2. « te ». « mă ». mais aussi le pronom personnel au pluriel « nous ». « umblu”. « eu » tandis que le destinataire est désigné seulement par les verbes à la deuxième personnes du singulier: « Să nu crezi ». « tu ne balances ». Repérage des indices d'énonciation (embrayeurs) Dans notre texte-source l’énonciateur est marqué par l’usage du pronom personnel au singulier « moi ». ce qui marque le locuteur sont les verbes utilisés à la première personne du singulier ou du pluriel: « Sîntem ». « je t'apprendrai ». « să zicem ». « j' ». « je ». 5. Quant à la traduction du pronom indéfini « on » et les formes verbales qui l’accompagnent à la troisième personne du singulier. « am fost ». « je n'ai eu ». « să-ţi vorbesc ». « pot ». Il faut noter aussi que c’est un discours direct caractéristique au genre épistolaire. Le destinataire est désigné par le pronom personnel de la deuxième personne du singulier « Tu ». « n-am avut timp ». «je n'y ai encore vu ». « trăiesc » et le pronom personnel de la première personne du singulier: « Eu care ». « Eu însumi ». « să… scriu ». « moi-même ». « t' » et aussi par les formes verbales qui désignent la deuxième personne du singulier « ne le croirais ». « mi. « am să … povestesc ». « on ait trouvé ». « să… ies ». « m' ». « me ». «je suis ». « îţi».2. Nous ajoutons également les terminaisons des verbes conjugués et les formes verbales qui marquent la première personne du singulier ou pluriel quand l’auteur fait référence à Rica et Usbek et à la troisième personne du singulier quand il parle en général « nous sommes ». «nous avons … été ». « J’ai ouï ». « n-am văzut ». « je dis ». « -ţi ». « n-am ». « on se soit pourvu ». «je ne doute pas ». « nu-ţi va veni să le crezi ».» . «je ne puis ». Nous pouvons observer que dans la traduction en roumain Ştefan Popescu insiste plutôt sur le pouvoir des verbes réfléchis que sur le pronom sujet. « je continuerai ». « mă infurii ». dans le texte-source ils sont marqués par les pronoms personnels de la deuxième personne du singulier et les verbes à la même personne 113 . « Am auzit ». « să mă mir ». «on soit logé ». « je ne suis point ». « Îţi ». « nu pot ierta ». « je n'en ai ». « je puisse ». 55)/ « Din Paris » (p. « înghit ». « te ». « mă las ». « tu ». Dans la langue-cible.destination est « Smyrne » / « Smirna » qui désigne un ancien nom de la ville d'Izmir en Turquie et d'expédition « De Paris » (p. « Ne crois pas ». « mă simt zdrobit ». « sînt ». « -mi ». une caractéristique de la langue roumaine et pas une préférence du traducteur. « j’enrage». « eşti » et les pronoms personnels de la deuxième personne du singulier « ţi ». « nu-s făcut ». « n-ai să mă crezi ». « Am să continui ». 66). pour designer son compagnon Usbek et le pronom indéfini « on » qui désigne un ou plusieurs individus indéterminés. La fréquence des verbes s’explique aussi par la traduction des verbes à l’indicatif présent de la langue-source avec le conjonctif qui est caractéristique pour la langue-cible. « nu mă îndoiesc ».3.

64) Nous remarquons ici quelques différences entre le texte-source et le texte-cible: l’utilisation de la majuscule dans le nom propre en roumain « Papa » . 52) « […] vecinul său. Il est à Paris depuis un mois et il rédige la XXIVe lettre d’un recueil qui en comprend CLXI. « […] j’enrage quelquefois comme un chrétien » (p. regele Spaniei » (p. « te vezi ». La surprise du locuteur se ressent indirectement par le récit de son expérience personnelle. 52) « Regele Franţei este cel mai puternic cap încoronat din Europa » (p. ville de Perse. « să găseşti ». Quant aux indices spatiaux nous savons que le lieu est Paris par opposition à Smyrne. Rica fait même allusion à Ispahan et à l’Asie.au singulier « Îţi trebuie ». « să-ţi procuri ». « îţi lipsesc ». La lettre est datée du « 4 de la lune de Rebiab 2.2. 64) « […] le roi d’Espagne son voisin » (p. Il donne des repères géographiques: « Le roi de France est le plus puissant prince de l’Europe » (p. Repérage des marques d'opinion (modalisateurs) 114 . 53) « Acesta e Papa » (p. 1712 » / « 4 ale lunii Rebiab 2. le comparant. « Ce magicien s'appelle le pape » (p. dans la langue-cible le sujet est marqué par le pronom démonstratif « Acesta ». un terme étranger qui n’a pas son équivalent dans la langue d’un locuteur musulman. c’est-à-dire du 4 juin 1712. Certains termes exotiques (les prénoms) et expressions typiquement étrangères nous rappellent la nationalité de Rica. tandis que Paris est le comparé.3. 63) Enfin nous pouvons observer le besoin de précisions qu’éprouve le locuteur.3. si dans la langue-source le sujet de la proposition est « ce magicien ». 1712 ». Les comparaisons sont à ce propos révélatrices: Ispahan devient l’élément de référence. L’exotisme de la lettre et le regard naïf du locuteur plongent le lecteur dans un univers fictif et permettent de dresser une critique sévère tout en douceur. 5. 52) « […] mă infurii uneori ca un creştin » (p. 64) Rica utilise le nom pape. « ai nevoie ».

Dans la traduction roumaine. 64) » « tu ne balances à les croire (p. La phrase interrogative « pourquoi faut-il qu'elles se mêlent de lire un livre qui n'est fait que pour apprendre le chemin du paradis? » / « de ce s-ar ocupa de o carte care nu e făcută decît spre a arăta drumul spre Paradis? » employée avec une tonalite ironique sert aussi comme modalisateur. Il faut noter noter ici l’usage du verbe « juger » qui exprime une opinion neutre. 54)/ că nu-ţi va veni să le crezi (p. « un prodige »/ « printr-o ciudăţenie ». 63) » « Tu ne le croirais pas peut-être (p. L'emploi du verbe au conditionnel sert également de modalisateur et indique des réserves. « des choses qui tiennent du prodige »/« lucruri ce ţin de domeniul fanteziei » ou l’utilisation du pronom indéfini « on »: « On dit que / Se spune că » « on ajoute que / Se mai spune că » « On dirait que / S-ar părea că » 115 . 52) / Să nu crezi (p. nous remarquons également quelques différences entre la languesource et la traduction roumaine: le verbe « juger » qui exprime une certitude près de l’adverbe « bien » et le sujet « tu » est remplace par le verbe réfléchi s’imaginer sans l’adverbe qui par conséquence exprime l’incertitude. 53) / nu trebuie să te mire (p. 51) / Îţi inchipui (p. 51) / Poate n-ai să mă crezi (p. les verbes à l’indicatif présent sont remplacés par des verbes au conjonctif (spécifique de la langue roumaine). 65) » Dans ces exemples. mais qui utilisé au conditionnel présent. « qu'on jugerait qu’ » / « ţi-ar veni să juri ». exprime l’incertitude. Autres moyens d’exprimer l’incertitude est l’utilisation des noms comme: « une légère idée » / « o ideie vagă ». Stefan Popescu remplace le verbe « juger » par la locution verbale « ţi-ar veni să juri » qui peut-etre un jeu des mots. tandis que l’utilisation au conditionnel produit l’effet inverse d’incertitude. L’incertitude du locuteur est marqué davantage par le verbe: « de m'étonner » / « să mă mir » ou la locution verbale « encore passe qu » / « hai să zicem » qui dans la langue-cible est soulignée par l’interjection « hai » qui marque une phrase exclamative et le verbe « passe » est remplacé par le verbe « să zicem » au conjonctif qui exprime une concession. le subjonctif en français « t'étonner » / « să te mire ». Le verbe d’opinion « croire » / « să creadă » marque aussi l’incertitude du locuteur. 64) » « ne doit pas t'étonner (p.La lettre que nous analysons est parsemée des verbes qui expriment l’incertitude du destinataire qui est supposée par le locuteur: « Tu juges bien (p. le verbe « jurer » en exprimant une certitude du locuteur.63) » « Ne crois pas (p. « à les croire »/ « să le crezi ». Nous avons repéré l’ellipse du verbe « lire » dans la traduction roumaine. Nous remarquons de nouveau la traduction de l’indicatif par le conjonctif. des doutes sur la véracité des propos qu'il rapporte: « les feraient » / « i-ar face ».

. 1712 » comme nous avons déjà mentionné dans le sous-chapitre 5. Le texte-source a une préface signée par André Lefèvre. De même.3. parle et pense en Turc: c'est à quoi des gens ne font point attention en lisant les Lettres Persanes. 55) qui n’est pas rencontrée dans le texte-cible où il y a d’autres notes « Atunci era pe tronul Franţei Ludovic al XIV-lea » (p. Lettre à l'abbé de Guasco. du 4 octobre 1752) » (p.4. » 116 . » (p. (MONT. la cererea lui Ludovic al XlV-lea. le 4 de la lune de Rebiab 2. penseur et philosophe français. 65).2 Repérage des indices d'énonciation (embrayeurs). Nous avons remarqué dans la table des matières qu’il y a 161 lettres. 64) pour expliciter qui était « Regele Franţei ». décédé en 1755 à Paris qui a été un moraliste. » et les « dervişti » sont definis et exemplifiés par « Iezuiţii şi anume Père La Chaise. tandis que le texte-cible a une préface signée par Aurel Tita.pour le terme « Constituţie » il y a la note « E vorba de celebra bulă Unigenitus.2. « duşmani nevăzuţi » sont identifiés par le traducteur comme « Janseniştii. » (p. ordin religios catolic. abolită de Clement Xl la 8 septembrie 1713. 1712 » / « Din Paris. l’édition française a été publiée en deux tomes. Né en 1689 au château de La Brède dans le Bordelais. prin simplă atingere. La lettre que nous avons choisie a comme titre LETTRE XXIV / Scrisoarea XXIV et comme sous-titre en majuscules RICA A IBBEN / RICA CATRE IBBEN qui démarque l’expéditeur et le destinataire et davantage le sous-titre à Smyrne / La Smirna qui marque l’élément spatial du destinataire.2. Prise en compte du paratexte et du contexte L’auteur de l’œuvre Lettres persanes (1721) qui a paru anonymement est Charles de Secondat. 5. Le texte que nous avons choisi fait partie du premier tome qui contient 88 lettres.La certitude du locuteur est marquée seulement par le verbe « je ne doute pas » /« nu mă îndoiesc » et la locution adverbiale « Sans doute que » / « fără îndoială » qui sont traduits fidèlement en roumain. depuis « Biblia » pour la proposition « o carte pe care creştinii spun că au primit-o din cer.3. La numérotation des lettres est faite en numéraux romans. Dans le texte-source nous avons repéré la présence d’une note explicative « Il faut qu'un Turc voie. « Aluzie la privilegiul pe caro îl aveau regii Franţei — după cîte se spune — de a vindeca de gîlci. » (p. 65). în 4 ale lunii Rebiab 2. baron de La Brède et de Montesquieu. L’élément spatio-temporel est indiqué à la fin de la lettre « De Paris. L’édition en roumain que nous avons utilisée a été publiée en deux tomes. Nous percevons que dans le texte-source le titre est marque par des lettres majuscules tandis que dans le texte-cible par des lettres minuscules. 64) qui explique la phrase « că-i vindecă de orice boli atingîndu-i ».

le roman abonde en notations pittoresques.1 Repérage et commentaire des champs lexicaux. dont l'abondante production de récits de voyages et la publication des Mille et Une Nuits par Antoine Galland (1704-1717) furent les signes les plus manifestes. sémantiques Nous pouvons observer dans le premier paragraphe le champ lexical de de la capitale « un bel embarras » (p. Montesquieu s'attache d'abord à définir les principes fondamentaux auxquels ces systèmes se rapportent: l'honneur. Distinguant trois types de gouvernement. la critique des formes autoritaires du pouvoir. Mais la confrontation entre les modes de vie persan et français. est chargée par Montesquieu d'une intention satirique. les grandes questions qui seront celles des philosophes tout au long du siècle des Lumières se trouvent déjà amorcées dans les Lettres persanes: la réflexion sur le bonheur. pour le républicain. Tous les travers et le ridicule de la société française sont caractérisés par une ironie mordante. Douze de trente-et-un chapitres de l'ouvrage sont ainsi consacrés aux rapports des lois avec le climat. De fait. la vertu.3. le siècle des Lumières et le contexte historique le Règne de Louis XIV (1638-1715). le commerce. la géographie. Enfin. 5. 5.3. pour le despotique. référées au calendrier musulman. Les Lettres persanes s'inscrivaient certes dans une vogue de l'exotisme. Puis il cherche à définir les liens constitutifs qui existent entre les différents types de gouvernement. la prise en compte de la valeur du registre de langue. la démographie ou la religion. comme les dates.Nous avons aussi signalé l’utilisation dans la langue-source du mot Constitution en italiques pendant que dans le texte-cible il est marque par les guillemets. 52) 117 . les Persans réussissent à déjouer les pièges de l'hypocrisie sociale. la monnaie. l’explication de l'étymologie ou du sens d'un mot et finalement l’analyse des modalisateurs. Cependant. et à faire apparaître en pleine lumière la vérité cachée de la société occidentale. pour le monarchique. Étude du lexique Dans ce chapitre nous traiterons cinq sections importantes: le repérage et commentaire des champs lexicaux. Par leur fausse naïveté. et c'est peut-être là le fait capital. ou entre le despotisme oriental et la monarchie française. leurs lois et les pays qui les ont établis. présenté comme une revendication légitime. le monarchique. les Lettres persanes sont un manifeste du pouvoir de l'ironie.3. le combat pour la liberté et la tolérance. la crainte. Le contexte historique est le XVIIIe siècle. en particulier en matière religieuse. l’étude des connotations et explicitation des sens implicites.3. et en particulier entre l'islam et le christianisme. le despotique et le républicain. despotisme ou absolutisme.

52) « […] şi mi-o ia înainte mă dă de-o parte. 52) « Nu există pe lume oameni care să-şi folosească mai bine membrele decît francezii: aleargă. ils volent […]. (il s'agit assurément d'immeubles) » (p. Nous avons aperçu la traduction erronée (ou peut-être le traducteur a fait cela par l’intention d’amplifier l’agitation des parisiens) du nom « machines » avec « membrele » dans la phrase: « Il n’y a pas de gens au monde qui tirent mieux partie de leur machine que les Français: ils courent. 63) ou la périphrase: « six ou sept maisons mises les unes sur les autres » (p. 118 . À cet effet. « périodiquement » (dans le texte-cible ce mot n’est pas traduit) et « soudain » / « nu apuc să» (ici l’adverbe est remplacé par la locution verbale qui offre au texte un ton plutôt familier) ainsi que le pronom de la première personne réduit à l’état d’objet: « […] qui me passe me fait faire un demi-tour. par la confusion qui y règne. la foule et la démesure. il remplace l’adjectif « lentes » par une proposition attributive « cu mersul lor încet ». 52) / « extrem de populat » (p. 63-64) Ces phrases traduisent le manque de respect et de considération dont Rica est victime. Un altul din faţă mă împinge pe locul de unde mă înghiontise primul » (p. Les habitants sont critiqués pour leur brutalité: les adverbes « régulièrement » / « regulat » . » (p. qui nous laissent penser que Paris a une population importante. » (p. 63) Dès la première ligne le « mouvement »/ « agitaţie » exprimé situe les Persans dans une ville de désordre et d’agitation. 63) Ensuite. 63) ou la phrase: « extrêmement peuplé » (p.« învălmăşeală groaznică » (p. il évoque notamment leur hauteur considérable en employant l'expression: « les maisons y sont si hautes » (p. 52) / « şase sau şapte case unele peste altele. ce qui pourrait être une des causes de cette agitation. La ville de Paris se caractérise avant tout par son embarras. Il nous fait aussi une description des habitations parisiennes. 63) Par ailleurs il souligne la rapidité avec laquelle se déplacent les Parisiens en comparant les « machines » / « membrele » françaises aux « voitures lentes d'Asie »/ « Trăsurile din Asia cu mersul lor încet» et au « pas réglé des chameaux » / « pasul măsurat al cămilelor». 52) / « Casele sînt atît de înalte » (p. et un autre qui me croise de l’autre côté me remet soudain où le premier m’avait pris » (p. zboară.

Enfin. 52) / « dar nu pot ierta … » (p. l’empire exercé sur les pays frontaliers ou sur « l’esprit même de ses sujets » / « asupra spiritului supuşilor săi » présente le roi comme un « magicien » / « vrăjitor » tout puissant: derrière la naïveté de Rica se cache l’ironie de Montesquieu.3. 63). Le philosophe révèle aussi la situation économique de la France et les difficultés financières rencontrées par Louis XIV à la fin de son règne. La force des verbes est également soulignée. La politique de Louis XIV repose sur deux principes. 64). 5. Il bâtit ainsi ses richesses sur des guerres qui ne sont faites que dans un but productif. Rica dénonce la « vanité » / «vanitatea». « …je n’ai pas fait cent pas… » (p. Deux paragraphes sont consacrés au problème des finances: le manque. Étude des connotations et explicitation des sens implicites Montesquieu met en relief la satire des mœurs. est une vive dénonciation de la religion et des croyances.2. Le Roi est une personne qui ne se soucie guère de son peuple. « …je suis plus brisé. « Je ne puis pardonner… » / « nu pot ierta». ils sont pressés et ne font plus attention à personne. »/ « că mă simt zdrobit ». Son intention n'est 119 . Le portrait du pape. … » (p. Alors Montesquieu nous dépeint un tableau très sévère de la royauté et peu élogieux pour le Roi de France à qui il s'affronte. 52) / « Eu care nu-s făcut pentru acest fel de viaţă. « …j’enrage comme un Chrétien… » / « mă infurii uneori ca un creştin ». ce n'est que pour vendre ses honneurs. De nombreuses négations sont utilisées par le narrateur pour montrer le mauvais usage des règles de la politesse. 52) / « nu apuc să fac nici o sută de paşi. 63). le papiermonnaie donnent à la lettre un aspect informatif. « pour moi qui ne suis point fait pour ce train… » (p. supérieur au roi. «l’orgueil » / « deşertăciunii » des sujets du roi. la dévaluation monétaire. « Je ne puis pardonner… » (p. s'il organise ou soutient des guerres. Ils vivent dans un désordre perpétuel que nous décrit ainsi Montesquieu à travers la vision naïve de Rica. ils sont brutaux et peu polis. La manipulation physique du personnage semble d’ailleurs annoncer la manipulation mentale qu’exercent le roi et le pape. l’hégémonie (champ lexical de la conquête militaire) et la manipulation (champ lexical de la persuasion). » (p. Ces verbes à connotation négative renvoient à une certaine faiblesse de la nature humaine.Ultérieurement il nous démontre le caractère pressé et le peu d'attention qu'ont les Parisiens dans quelle agitation vivent les Parisiens: ils mènent une vie agitée. Et par extension.3. Montesquieu s’attaque au comportement irréfléchi des Parisiens.

53)/ « ba că pîinea pe care o mănîncă nu e pîine » (p. 52) « A întreprins şi a susţinut războaie neavînd alte fonduri decît titluri de onoare de vînzare. Nous le voyons bien à travers cette phrase: « On lui a vu entreprendre ou soutenir de grandes guerres n'ayant d'autres fonds que des titres d'honneurs à vendre […] » (p.À travers ce portrait péjoratif du Roi. selon les dires de l'auteur. Dans la langue-source on emploie le nom empire au sens figuré tandis que dans le texte-cible Ştefan Popescu remplace ce nom par puterea qui a un sens neutre. Nous soulignons le sens pejoratif et humoristique du remplacement de l’adjectif grand de la langue-source avec tare dans la langue-cible. Cela est démontré par le fait que le Pape fait allusion au Christ: « Le pain qu'on mange n'est pas du pain » (p. Montesquieu dénonce le pouvoir royal de son époque qui était une Monarchie Absolue avec un pouvoir autoritaire plus qu'excessif fondé sur le principe d'une Monarchie du Droit Divin. 65) « Le vin qu'on boit n'est pas du vin » (p. 53) / « şi vinul pe care îl bea nu e vin » (p. du pouvoir qu'il exerce en se servant subtilement de la religion. Le Pape pense pour lui mais aussi pour les autres: ainsi « Il est maître de son esprit mais aussi celui des autres » (p. Ainsi « il va même jusqu'à leur faire croire qu'il les guérit de tous les maux en les touchant » / « Merge pînă la a-i face să creadă că-i vindecă de orice boli atingîndu-i ». Par ailleurs. De la même façon. » (p. nous constatons que le Roi est un manipulateur car selon l'auteur c'est « un grand magicien » / « un mare vrăjitor ». La traduction du néologisme magicien par le nom vrăjitor peut être interprétée a la fois comme humoristique ou péjorative.pas du tout de protéger ses subordonnés dont il se sert comme de ordinaires marionnettes pour parvenir à ses buts. on sous-entend qu’il s’agit du Roi. 64) L'auteur vise aussi les rites religieux qui seraient des processions absurdes. 65) 120 . « un magicien plus grand que lui » / « un alt vrăjitor mai tare decît el ». les mène sans qu'ils s'en aperçoivent. C'est. il nous parle du Pape. De plus l'auteur nous parle du pouvoir divin que posséderait le Roi en faisant croire à son peuple qu'il pourrait les guérir avec les pouvoirs que Dieu lui aurait transmis lors de son Sacrement. 64) Le Roi n'hésite pas à faire croire à son peuple « qu'un écu en vaut deux » / « un galben valorează cît doi » lorsqu'il a besoin d'argent. 53) « îi stăpîneşte spiritul nu mai puţin decît o face regele cu supuşii » (p. De ce que nous avons présenté résulte que le Roi fait ce qu'il veut de ses vassales.

Ce qui nous attire l’attention est la traduction des adjectifs aux certains degrés de comparaison qui éprouvent un air de naïveté qui peut-être est prémédité: « Parisul e mare cît Ispahanul » (p. 1907: 242) tandis que la langue utilisée par le traducteur roumain est familière. moins accessibles au grand public. Nous remarquons qu'il y a ici une hiérarchie de la manipulation. 63) / « Paris est aussi grand qu'Ispahan » (p. La critique de la religion dans les Lettres Persanes n′a pas uniquement pour objet de faire la satire d′une institution. 53). 121 . Aujourd′hui. 5. zboară. Montesquieu n′a pas hésité à s′exposer à la censure pour diffuser des idées nouvelles. Montesquieu dénonce un pouvoir totalitaire et autoritaire qui. 64) / « il a plus de richesses que lui » (p. De plus le verbe recevoir de la phrase « les coups de coude que je reçois » est remplacé par le verbe « înghit » qui a un usage familier. en se servant de son double statut religieux et royal. 52). 65) / « un grand écrit » (p.3.La locution conjonctivale adversative « ba ca » a un rôle péjoratif . » (Claveau. une telle conception ne nous paraît peut-être pas si audacieuse et l′on comprend souvent sous le vocabulaire de christianisme la foi en la fraternité des hommes. Prise en compte de la valeur du registre de langue Nous consentons que le registre de langue de Charles de Montesquieu est soutenu et courant « le caractère général de la prose est alors une élégante facilite. 64) / « un autre magicien plus fort que lui » (p. qui circulaient dans les salons. à travers cette vision du Persan. les cafés ou dans des oeuvres plus hermétiques. » un sens imvraisemblable. « un alt vrăjitor mai tare decît el » (p. même un peu naïve et malavisée. maintient une domination néfaste et destructrice sur le peuple. sans recherche ni abus du trait.3. « are mai multe bogăţii ca acesta » (p.3. « scrisoare mare » (p. un tour alerte et vif. 51). 52). selon le Pape. au Christ comme exemple. Tout cela nous amène à croire que la royauté à un pouvoir considérable mais que le pouvoir de la papauté est bien plus important. « un mare vrăjitor » (p. elle blâme l′intolérance religieuse et s′attaque aussi au dogme en tant que tel. en un dieu père créateur. Le Pape manipule le Roi qui manipule le peuple. Nous avons déjà repéré la traduction du nom « machines » par « membrele » que nous ne pouvons pas l’echapper et qui donnent a la proposition « Nu există pe lume oameni care să-şi folosească mai bine membrele decît francezii: aleargă.corps et sang du Christ. plutôt que comme sauveur. 64) / « un grand magicien » (p. Ainsi. 53).

« Aluzie la privilegiul pe care îl aveau regii Franţei — după cîte se spune — de a vindeca de gîlci. Explication de l'étymologie ou du sens d'un mot Comme nous avons souligné dans le sous-chapitre 5. URL: http://www. 65) Ensuite. » (MONT.3. le nom correct est « muphti » ou « mufti ». Centre National de Ressources Textuelles et Lexicale.htm. » (p. 122 . » Le sens du mot « moufti »43 / « muftiul » n’est expliqué dans aucun texte. » (p..5. généralement attaché à une mosquée. donnant des avis sur des questions juridiques et religieuses.lexilogos. Cf. » (p.4 Prise en compte du paratexte et du contexte. la cererea lui Ludovic al XlV-lea. abolită de Clement Xl la 8 septembrie 1713. Il résout en dernier ressort les points de controverse en droit civil et religieux.) (p. 53) Par contre. consultée le 28 Juin 2010. 43 Jurisconsulte. 64) Le but de cette note est d’expliciter qui était « Regele Franţei ». Un exemple dans ce sens est la note qui suit et qui ne se retrouve pas dans le texte-cible: « Il faut qu'un Turc voie. nous avons rencontré des mots expliqués par Montesquieu ou par le traducteur Ştefan Popescu par des notes d’en bas de page. prin simplă atingere. Il faut noter aussi que l’orthographie en français est erronée. » et le nom « dervişti » est expliqué par « Iezuiţii şi anume Père La Chaise. 64) Au terme « Constituţie » il correspond la note: « E vorba de celebra bulă Unigenitus. le nom « Biblia » est expliqué par la note « o carte pe care creştinii spun că au primit-o din cer. parle et pense en Turc: c'est à quoi des gens ne font point attention en lisant les Lettres Persanes.2. dans le texte-cible il y a d’autres notes comme par exemple: « Atunci era pe tronul Franţei Ludovic al XIV-lea. 65).3.com/francais_langue_dictionnaires. Lettre à l'abbé de Guasco.3. du 4 octobre 1752. » (p.4. le syntagme « duşmani nevăzuţi » est expliqué par « Janseniştii. ordin religios catolic.

la détermination de la tonalité du texte.3 Repérage des marques d'opinion (modalisateurs). types des phrases Dans ce sous-chapitre nous allons analyser en parallèle le texte en français et la traduction roumaine.4. l’identification des figures de style et de rhétorique. Les trois premières propositions sont principales. qui/7 manquent toutes à la fois.4.3. Nous sommes à Paris depuis un mois. /8 Sîntem la Paris de o lună şi/1 am fost într-o continuă agitaţie./4 să-i găseşti pe oamenii de care/5 ai nevoie şi/6 să-ţi procuri lucrurile necesare care/7 îţi lipsesc toate o dată.5. 123 ./2 Îţi trebuie multă bătaie de cap pînă ce/3 te vezi instalat într-o casă. la promptitude avec laquelle les Français se déplacent. Ensuite. ainsi que du témoignent les propos de Rica. et qu'/6on se soit pourvu des choses nécessaires.5./8 La numérotation des propositions nous permet de souligner le fait que Ştefan Popescu respecte fidèlement la construction des phrases du texte-source. une satire mordante de la société française. non sans prudence. la présentation de la structure et de l'organisation du texte et la détermination de la nature et du rôle des exemples. nous ajouterons la prosodie. Le regard que les Persans portent sur le monde qui les entoure est la preuve de la naïveté et d’étonnement.3.1. La hauteur des maisons.3.2. En cédant la parole à un étranger que tout étonne. Construction des phrases./4 qu'on ait trouvé les gens à qui/5 on est adressé. l’incessante agitation qui règne dans la capitale ou les étranges pouvoirs du roi de France ne laissent pas de surprendre l’épistolier de passage. 5. Montesquieu se donne les moyens d’effectuer. 5. par exemple l’intonation de Rica. 1 / et nous avons toujours été dans un mouvement continuel/2 Il faut bien des affaires avant qu'/3on soit logé. Étude de la syntaxe et de la rhétorique Dans ce chapitre nous traiterons les aspects suivants: la construction des phrases et les types des phrases.3. Les deux propositions suivantes sont circonstancielles de temps. nous avons marqué les modalisateurs qui expliquent le degré de certitude des opinions du locuteur. qui est montante ce qui démontre la sincérité de ses mots et particulièrement son étonnement.3. Analyse des modalisateurs Dans le sous-chapitre 5.

/8 Parisul e mare cît Ispahanul. le pas réglé de nos chameaux./ 9 Eu care /10nu-s făcut pentru acest fel de viaţă şi/11 care umblu adesea fără să/12-mi ies din pas /13mă infurii uneori ca un creştin: căci./9 qui ne suis point fait à ce train./17 Cel ce vine după mine şi/18 mi-o ia înainte/19 mă dă de-o parte./9 il s'y fait un bel embarras./10 et qui vais souvent à pied sans changer d'allure./10 hai să zicem. /7care are şase sau şapte case unele peste altele./1 Casele sînt atît de înalte încît/2 ţi-ar veni/3 să juri/4 că locuiesc în ele numai astrologi./6 zboară./ 14 mă las stropit din creştet pînă în tălpi./5 ils courent./1 depuis un mois que je suis ici. dar/15 nu pot ierta înghiontelile ce/16 le înghit regulat./3 Il n'y a pas de gens au monde qui/4 tirent mieux partie de leur machine que les Français./16 et un autre qui/19 me croise de Poate n-ai să mă crezi./10 Dans ce paragraphe la différence entre le texte-cible et le texte-source conte dans le fait que le traducteur a remplace le verbe « juger » par la locution verbale « a-ţi veni să »./6 ils volent: /7les voitures lentes d'Asie./7 Trăsurile din Asia cu mersul lor încet ca şi pasul măsurat al cămilelor i-ar face/8 să leşine./11 j'enrage quelquefois comme un chrétien:/9 car encore passe qu'/12on m'éclabousse depuis les pieds jusqu'à la tête. mais/13 je ne puis pardonner les coups de coude que/14 je reçois régulièrement et périodiquement.La seule différence qui intervienne est le fait que dans la langue-cible les propositions attributives 6 et 8 remplacent les propositions relatives caractéristiques au français./4 Tu juges bien qu'/5une ville bâtie en l'air./6 qui a six ou sept maisons les unes sur les autres. Ensuite nous remarquons une proposition complexe dont nous mettons en évidence la proposition relative 7 qui a son analogue dans la proposition attributive 8./ 1 dar de o lună de zile de cînd sînt aici /2n-am văzut pe nimeni umblînd ca oamenii./8 este extrem de populat şi că /7atunci cînd toată lumea coboară în stradă/9 se produce o învălmăşeală groaznică. les feraient tomber en syncope. Tu ne le croirais pas peut-être. La proposition circonstancielle de conséquence 3 se retrouve dans la langue-cible où on ajoute une proposition complément 4./3 Nu există pe lume oameni care/4 să-şi folosească mai bine membrele decît francezii:/5 aleargă./20 Un altul din faţă mă împinge pe locul de unde/21 mă înghiontise primul şi /22nu apuc să fac nici o sută de paşi că/23 mă simt 124 ./15 Un homme/16 qui vient après moi et qui/17 me passe /18 me fait faire un demi-tour. Paris est aussi grand qu'Ispahan:/1 les maisons y sont si hautes./8 Pour moi./2 je n'y ai encore vu marcher personne. /2 qu'on jugerait qu'/3elles ne sont habitées que par des astrologues./5 Îţi inchipui că/6 un oraş construit în aer./8 quand tout le monde est descendu dans la rue. /6et que./7est extrêmement peuplée.

5. 53)/ « atît de mare e puterea » (p. 64) « tant est grande la force. Montesquieu fait la critique du despotisme qui est matérialisé par le champ lexical de la puissance: « le plus puissant prince de l'Europe (p. » (p. 52) « dar are mai multe bogăţii ca acesta pentru că le scoate din vanitatea supuşilor săi. de la religion.64) Montesquieu dénonce l'exploitation économique de ses sujets: « il a plus de richesses que lui./24 premier m'avait pris. Les propositions principales 19. Détermination de la tonalité du texte Nous devons signaler le fait que l’orientalisme et le regard naïf de Rica sont des prétextes et des armes nécessaires à la dénonciation d'un double despotisme exercé sur les esprits des français: celui du roi et celui du pape et par conséquence. respectivement la relative 20 sont comprimées dans une seule proposition (21) dans le texte-cible. ce qui explique pourquoi magie et illusionnisme peuvent opérer.l'autre côté/20 me remet soudain où/19 le zdrobit ca după zece leghe.. que /22 je suis plus brisé que si/23 j'avais fait dix lieues. 64) « exerce son empire » (p.2.3. » Mais ce despotisme n'est possible seulement parce que les sujets acceptent d'en être complices (mention de la vanité) ou parce que leurs esprits ne sont pas suffisamment éclairés. 52)/ « Îşi exercită puterea » (p. /24 Premièrement. parce qu'il les tire de la vanité de ses sujets » (p. /21et je n'ai pas fait cent pas. 52)/ cel mai puternic cap încoronat din Europa » (p. » (p. nous remarquons le remplacement de l’indicatif présent de la proposition 8 du texte-source par la proposition complément 9 et de la proposition 11 par la proposition circonstancielle de mode 13. 64) Il s'appuie aussi sur la comparaison avec les mines d'or et le champ lexical de l'argent.. Et enfin l’égalité des propositions dérive du fait que la dernière proposition de la langue-cible est remplacée par la locution adverbiale de lieu « după zece leghe ».4. Il évoque également une exploitation morale: « il les fait penser comme il veut »/ « Îi face să creadă ce vrea el. Par exemple 125 .

laisse d'ailleurs entendre le ton persifleur de Montesquieu. […] » (p.« il n'a qu'à leur mettre dans la tête qu'un morceau de papier est de l'argent » (p. 53) « nu face decit să Ie bage în cap că nişte bucăţi de hîrtie sînt bani » (p. Montesquieu dénonce cette superstition avec la comparaison de la vanité et de la mine (la vanité est aussi un gouffre). 65) Dans la traduction roumaine le ton est préservé par l’utilisation du mot péjoratif « soiul ».3. 63) « […] qu'une ville bâtie en l'air. L'allitération en [s]. […] » (p. 53) « mii de alte lucruri de soiul acesta » (p. 51-52) / Casele sînt atît de înalte încît ţi-ar veni să juri că locuiesc în ele numai astrologi. Le jeu avec les chiffres et les équivalences incongrues et inacceptables mettent ainsi en relief une certaine ignorance des sujets et une certaine naïveté. Identification des figures de style et de rhétorique Ce que nous attire l’attention sont les hyperboles qui traduisent un désir de faire partager l’étonnement de Rica et de piquer la curiosité du destinataire: « […] les maisons y sont si hautes. 64) La tonalité de la lettre XXIV est aussi satirique. notamment dans la phrase: « mille autres choses de cette espèce » (p. 52-53) « să-i convingă că un galben valorează cît doi » (p. 51-52) / « […] o învălmăşeală groaznică » 126 . care are şase sau şapte case unele peste altele. 51-52) / un oraş construit în aer. Il en va de même avec la superstition du roi faiseur de miracles suivie assez logiquement d'une critique de la superstition chrétienne. 64) « qu'à leur persuader qu'un écu en vaut deux » (p. 63) « […] un bel embarras » (p. Il utilise le même procédé avec la formule « trois ne sont qu'un »/ « ÎI face să creadă ba că trei nu fac decît unu » du pape qui constitue une dénonciation du dogme de la Trinité. qu'on jugerait qu'elles ne sont habitées que par des astrologues (p.4.3. qui a six ou sept maisons les unes sur les autres(p. 5.

64) « […] il lui fait croire que trois ne sont qu'un. » (p. » « […] cette révolte qui divise toute la cour. la curte. » « […] un nombre innombrable d'ennemis invisibles qui l'entouraient ils sont à sa cour. printre soldaţi. » / « Duşmanii aceştia trăiesc cu el. et mille autres choses de cette espèce » / « ÎI face să creadă ba că trei nu fac decît unu. în întregul regat şi în toate familiile. la curte. în capitală. dans sa capitale. în capitală.« […] ils courent. în tribunale. » (p. 53) / « […] atît de mare e puterea pe care o are asupra spiritelor supuşilor săi. ils volent » (p. » (p. 66) « […] ils sont à sa cour. 64) « […] tant est grande la force et la puissance qu'il a sur les esprits » (p. 64) « […] il y a un autre magicien plus fort que lui » (p. dans sa capitale. ba că pîinea pe care o mănîncă nu e pîine şi vinul pe care îl bea nu e vin şi mii de alte lucruri de soiul acesta. » (p. 51-52) / « […] aleargă. dans ses troupes. 66) Dans la phrase « un nombre innombrable d'ennemis invisibles qui l'entouraient » / « un nesfîrşit număr de duşmani nevăzuţi » nous signalons une allitération du « n » qui a le rôle 127 . 54) / « […] avea în propriul său regat un nesfîrşit număr de duşmani nevăzuţi care îl înconjurau. 54) / « Duşmanii aceştia trăiesc cu el. 53) / « Regele Franţei este cel mai puternic cap încoronat din Europa » (p. 64) « […] ce roi est un grand magicien » (p. printre soldaţi. dans ses tribunaux. dans ses tribunaux. ou que le vin qu'on boit n'est pas du vin. dans ses troupes. în tribunale. » (p. 53) / « […] există un alt vrăjitor mai tare decît el. tout le royaume et toutes les familles » / « […] au semănat discordia la curte. » « […] un nombre innombrable d'ennemis invisibles qui l'entouraient » (p. zboară » « Le roi de France est le plus puissant prince de l'Europe » (p. 53) / « […] regele acesta e un mare vrăjitor » (p. que le pain qu'on mange n'est pas du pain.

Les énumérations ont aussi le but d’exagérer. 52) « Dacă n-are decît un milion de galbeni în vistierie şi-i trebuie două. » « ÎI face să creadă ba că trei nu fac decît unu.4. » (p. Le narrateur s’attaque également au portrait du pouvoir ecclésiastique en comparant de la même manière le Pape à un magicien. « ils courent. ils volent » / « aleargă. Cette personne pontificale est marquée par le faux et le caractère illusoire de ce qu’il prêche. Le roi Louis XIV est présenté comme un personnage empreint à la contradiction puisqu’il dépense autant qu’il est avare: « S’il n’a qu’un million d’écus dans son trésor. La gradation utilisée. ba că pîinea pe care o mănîncă nu e pîine şi vinul pe care îl bea nu e vin şi mii de alte lucruri de soiul acesta. La même allitération est préservée dans le texte-cible. que le pain n’est pas du pain. La première critique est une satire du comportement toujours en mouvement du peuple. « Tantôt il lui fait croire que trois ne sont qu’un. « Il va même jusqu’à leur faire croire… » / « Merge pînă la a-i face să creadă că…». Les premiers quatre alinéas présentent l’agitation des parisiens. Les deux paragraphes suivants décrivent le pouvoir royal. L’opinion de Rica semble être celle d’un sage face à une société en perpétuel mouvement.d’amplifier le suspens provoqué par le syntagme « ennemis invisibles » / «duşmani nevăzuţi ». et mille autres choses de cette espèce. la meême composition étant gardée dans le texte-cible. 64) Le monarque est présenté par la métaphore du magicien qui reflète le leurre et l’hypocrisie. » (p. zboară » montre le comique de ces Parisiens qui n’ont de cesse jamais de se mouvoir et qui semblent préférer le mouvement à la réflexion. et ils le croient. il n’a qu’à leur persuader qu’un écu en vaut deux. Le reste du texte s’appuie sur la description du pouvoir papal. Présentation de la structure et de l'organisation du texte En ce qui concerne la structure la lettre XXIV est organisée en onze paragraphes. ou que le vin qu’on boit n’est pas du vin. n-are decît să-i convingă că un galben valorează cît doi şi ei îl cred. » 128 .3.4. 5.

Dans cet exemple. La question rhétorique qui suit est assez probante pour montrer le caractère inutile de certaines révolutions. dans la lettre. Montesquieu est parvenu à ses fins en choisissant comme support de la dénonciation le roman épistolaire et le point de vue exotique de deux Persans. En conclusion. a su faire la satire des mœurs parisiennes et de l'agitation dans laquelle vivent ces Parisiens en décrivant leur mode de vie. Détermination de la nature et du rôle des exemples À l’aide d’un plan argumentatif. Dans ce sens il nous donne beaucoup de précisions. le peuple semble être dépourvu de toute réflexion. 54) « De ce s-ar ocupa de o carte care nu e făcută decît spre a arăta drumul spre Paradis? » (p. Montesquieu décrit à travers Rica en faisant un portrait du Roi et du Pape sur le schéma arguments-exemples. Le narrateur persifle l’image de la femme dans cette lettre. où la religion et la superstition jouaient un rôle important sur l'esprit du peuple qui était plongé dans une ignorance profonde et avec un développement intellectuel et moral quasi inexistant. Ce fait est démontré par l’embarras du premier alinéa qui renvoie à la révolte des femmes. Et surtout il a su. à travers cette lettre persane. du roi. notamment féminines. à travers la vision naïve de Rica. despotique. Par exemple il avance l'argument que le Roi est un manipulateur et donne comme exemples « c'est un grand magicien » / « e un mare vrăjitor ». où la liberté est complètement bannie.4. l'auteur réussit à faire une description de l'agitation parisienne en nous donnant à chaque fois beaucoup de détails sur ce qu'il voit. « il les fait penser comme il veut » / «Îi face să creadă ce vrea el. donnant aussi des détails sur leur hauteur pour les maisons ou encore sur la rapidité des voitures pour soutenir cette thèse de l'agitation. 5. par exemple sur les maisons de Paris ou encore sur ses voitures. 65) L’organisation de cette lettre qui parle du citoyen habituel. dénoncer les pouvoirs autoritaires. Montesquieu utilise comme procédés la comparaison entre la ville de Paris à celle d’Ispahan.5. de pape et puis aussi de la révolte des femmes nous semble une organisation circulaire. On voit donc dans cet extrait un système dichotomique où le pouvoir de l’illusion contrôle le peuple. ». Ainsi il a su faire donner crédit aux thèses qu'il soutenait: thèse de l'agitation parisienne et celle d'un pouvoir autoritaire. « Pourquoi faut-il qu’elles se mêlent de lire un livre qui n’est fait que pour apprendre le chemin du Paradis? » (p. 129 . Pour ce qui est de la satire du Roi et du Pape. nous pouvons dire que Montesquieu. despotiques des détenteurs de l'Autorité dans une société où la liberté de penser n'existait pas.3.

par l’absurde. incontestable: « Les hommes du pays où je vis.3. Énonciation de la thèse (et de la thèse adverse) La thèse de Rica est exprimée clairement a la fin de son raisonnement est a une valeur de vérité général.3. 54) / « lucruri ce ţin de domeniul fanteziei şi nu mă îndoiesc că nu-ţi va veni să le crezi.3. sont des hommes bien différents. Ceux-ci intéressent tous le monde c'est parce que on le voit d'un regard étranger. Par contre on peut présupposer une « des choses qui tiennent du prodige. nous allons commenter quelques types de raisonnement qui se retrouvent dans les textes que nous avons choisis pour notre analyse. L'auteur affirme bien sa thèse à travers des arguments découpés en paragraphes et à la fin il arrive à nous convaincre. Il s’agit des raisonnements déductifs ou inductifs. » (p. La naïveté de Rica: d'abord il est attachant.5.5. » (p. 5. 130 .5. 65) qui peut être confié à Ibben qui ne pourrait pas croire tout cela. Sa naïveté se manifeste par son étonnement. Il apporte un regard différent du notre. 5. le roi et le Pape). Caractérisation des arguments et du raisonnement Dans le sous-chapitre. par analogie. » (p.3.2. Il décrit avec vivacité des sujets précis et très à la mode. et ceux du pays où tu es.1. 5. et je ne doute pas que tu ne balances à les croire. critiques et du syllogisme. » (p. 66) La thèse adverse n’est pas exprimée parce que Rica est le seul qui parle dans ce texte. Cette argumentation est efficace car elle est parfaitement organisée.2 Caractérisation des arguments et du raisonnement.5. Étude de la structure logique Dans ce chapitre nous commenterons l’énonciation de la thèse et la caractérisation des arguments et du raisonnement. (Paris.5. 55) « Dar oamenii din ţara în care trăiesc eu şi cei din ţara în care eşti tu sînt oameni foarte diferiţi unii de alţii.

Puis.3. este extrem de populat şi că atunci cînd toată lumea coboară în stradă se produce o învălmăşeală groaznică… » (p. 51) « Casele sînt atît de înalte încît ţi-ar veni să juri că locuiesc în ele numai astrologi.5. et que. Tu juges bien qu'une ville bâtie en l'air. 5. 63) « Les voitures lentes d’Asie. « moufti » / « muftiul ». « nos prophètes» / « profeţii ». Le raisonnement concessif 131 . est extrêmement peuplée. Il part d’une idée générale sur Paris: « Paris est aussi grand qu'Ispahan » /« Parisul e mare cît Ispahanul.5. 63) 5. care are şase sau şapte case unele peste altele. à l’aide des exemples il démontre ses mots: « Les maisons y sont si hautes. 52) / « Trăsurile din Asia cu mersul lor încet » (p. quand tout le monde est descendu dans la rue. Le raisonnement par analogie Le narrateur utilise un raisonnement analogique puisqu’il compare les nouveautés à ce qu’il connaît en Asie: « Paris est aussi grand qu’Ispahan » (p.3.2.2.1. « l’Alcoran » / « Coranul ». » (p. une couleur orientale. 51) / « Parisul e mare cît Ispahanul » (p. il s'y fait un bel embarras… » (p. Îţi inchipui că un oraş construit în aer. qui a six ou sept maisons les unes sur les autres.2. Le raisonnement déductif ou inductif Le raisonnement de Rica est un raisonnement déductif. 63) L’impact de cette lettre s’avère efficace puisque le narrateur utilise certains termes propres à leur société.5.2.3.3. ». « le grand Hali» / « marele Ali ». qu'on jugerait qu'elles ne sont habitées que par des astrologues. » ou sur le pape « il y a un autre magicien plus fort que lui » / « există un alt vrăjitor mai tare decît el ». C’est un art d’argumenter extrêmement efficace pour dénoncer les excès dans ce nouveau pays.5. sur le roi «Le roi de France est le plus puissant prince de l'Europe » / «Regele Franţei este cel mai puternic cap încoronat din Europa.

2. »/ « « regele acesta e un mare vrăjitor. 5. mais je ne puis pardonner les coups de coude que je reçois régulièrement et périodiquement. Le syllogisme Nous distinguons un syllogisme de Rica à l’égard du roi et ses sujets: « ce roi est un grand magicien: il exerce son empire sur l'esprit même de ses sujets. » / « Îi face să creadă ce vrea el.3. » ces deux premières phrases étant les prémisses et la conclusion est qu’ « il les fait penser comme il veut.3 Repérage des marques d'opinion (modalisateurs) expriment l’incertitude du destinataire qui est supposée par l’absurde du locuteur: « Tu juges bien / Îţi inchipui » « Tu ne le croirais pas peut-être / Poate n-ai să mă crezi » « Ne crois pas / Să nu crezi » « ne doit pas t'étonner / nu trebuie să te mire » « tu ne balances à les croire / că nu-ţi va veni să le crezi » Il répète tous ces mots qui expriment l’incertitude seulement pour convaincre de la sincérité et la verite de sa narration.5.2.6. 5.3.3.5. dar nu pot ierta înghiontelile ce le înghit regulat ».Nous retrouvons le raisonnement concessif dans la phrase qui désigne la situation comique dans laquelle est Rica « car encore passe qu'on m'éclabousse depuis les pieds jusqu'à la tête. Le raisonnement par l'absurde Tous les verbes que nous avons analysés dans la section 5. Îşi exercită puterea pînă şi asupra spiritului supuşilor săi. le pouvoir royal et la religion. » Il faut noter la différence de ponctuation entre la langue-source et la langue-cible. 5.5.3. Montesquieu utilise deux points et le 132 . hai să zicem. Montesquieu fait la critique de la société européenne au XVIIe siècle sur le mode de vie des Français. la politique.2. » / « căci.2.4.3. Le raisonnement critique Comme nous avons démontré dans le sous-chapitre 5.4.2 Détermination de la tonalité du texte.5. mă las stropit din creştet pînă în tălpi.

de cause « puisqu' » / « de aceea ». la locution conjonctivale qui exprime la cause « parce qu' » / « căci ».4. « et … quand » / « atunci cînd » « depuis un mois que » / « de o lună de zile de cînd ».5. « point » / « niciodată ». Progression de l'argumentation (stratégie argumentative) Dans ce chapitre nous traiterons les stratégies argumentatives qui se retrouvent dans les textes que nous avons choisis pour l’analyse: la réfutation. tandis que le traducteur roumain utilise seulement le point.3. 5.point et la virgule qui souligne mieux l’enchainement des idées.3. et encore une conjonction d’opposition « mais »/ »dar ». la locution d’opposition « et cependant »/ « Cu toate acestea ». « Il y a deux ans « /« Acum doi ani ».1. Identification des connecteurs logiques et chronologiques Nous pouvons identifier des connecteurs logiques qui aident à l’argumentation: « Tu juges bien que » / « Îţi inchipui că ». La réfutation La seule réfutation présentée d’une manière évidente et subjective (même misogyne) c’est l’interrogation à l’avis des femmes « pourquoi faut-il qu'elles se mêlent de lire un livre qui n'est fait que pour apprendre le chemin du paradis? » / « de ce s-ar ocupa de o carte care nu e făcută decît spre a arăta drumul spre Paradis ? ». la double conjonction de cause « car. la confrontation et l'adhésion. la conjonction de concession « malgré » / « în ciuda ». l’interrogation « pourquoi »/ « de ce ». Les connecteurs chronologiques sont représentés par les adverbes ou les locutions adverbiales de temps qui ont le role de marquer le passage du temps « depuis un mois » / « de o lună de zile». puisque » / « căci. la conjonction qui suggere l’opposition « pourtant » / « De altfel ». « aussitôt » / « de îndată ». « souvent » / « adesea ». « pendant qu' « /« în timp ce » indique une simultanéité des actions. la locution de temps « pendant qu' »/ « în timp ce ». dat fiind faptul că ».5. 5.5. la conjonction de liaison « D'ailleurs » / « De altfel ». « pendant plus de trente ans »/ « timp de treizeci de ani ».3. 133 .4. 5. « de temps en temps » / « din cînd în cînd ». la concession. « périodiquement » (cet adverbe n’est pas traduit en roumain).3.

4. » / « în ciuda grijii neobosite a unor dervişti. il n'en a pu trouver un seul. » 5. acelaşi pămînt ne ţine pe amîndoi. n-a fost în stare să găsească vreunul.». le nom au pluriel « affaires » a été traduit par l’expression péjorative « bătaie de cap ». 5.3. La concession La concession est marquée par l’utilisation de l’adverbe « mais » / « dar » et aussi par les propositions d’opposition introduites par la conjonction de concession ou d’opposition dans:« malgré les soins infatigables de certains dervis qui ont sa confiance. « je n'y ai encore vu marcher personne » /« n-am văzut pe nimeni umblînd ca oamenii.4.4.5. L'adhésion À la fin de la lettre. puis la traduction du verbe « marcher » par la comparaison « ca oamenii » a une double connotation: aller à pied ou marcher comme il faut. du roi et du pape qui se matérialise dans des phrases comme: « Il faut bien des affaires avant qu'on soit logé » / « Îţi trebuie multă bătaie de cap pînă ce te vezi instalat într-o casă ». La confrontation Dans son discours écrit Rica se confronte avec son propre étonnement. » / « Cu toate acestea se spune că va avea durerea să moară fără să-i fi găsit. » ou « et cependant on dit qu'il aura le chagrin de mourir sans les avoir trouvés.3. Rica adhère à la these présupposée d’appartenir à Ibben « C'est bien la même terre qui nous porte tous deux » / « Într-adevăr.5.5. care se bucură de încrede rea lui. 5. avec la différence des mœurs entre la France et la Perse et notamment avec la méfiance possible de son destinataire Ibben.5.3.3. ».5.4. À la fin nous nous rappelons de la traduction du nom « magicien » avec « vrăjitor» et de l’adjectif « fort » avec « tare » qui ont un effet comique sur le lecteur. Il faut signaler que dans le texte-cible nous remarquons davantage le sarcasme de l’examen critique.4.3. 134 .2. L'examen critique Nous avons déjà mentionné que Rica fait un examen critique des parisiens.5. Premièrement.

135 . mais que l’étonnement simulé de Rica est l’expression d’une mise en garde. Explicitation des intentions de l'argumentation En conclusion. le destinataire implicite étant les parisiens-mêmes. le message qu’un être lucide adresse aux aveugles qui l’entourent.5. l’intention de l’argumentation n’est pas seulement de critiquer la société française.5.5.3.

nous avons fait une étude théorique de ce qui représente le contenu argumentatif.6. 136 . C’est dans cette première partie du mémoire que nous avons pointé la structure de ce type des textes. Le rouge et le noir et le roman épistolaire satirique de Montesquieu. Conclusions et perspectives Pour faire le bilan des recherches effectuées. reprenons les deux parties essentielles que nous avons suivies. Les œuvres qui nous ont attiré l’attention sont l’Éloge de la folie. l’étude de la structure logique. les mots chargés de nuancer l’argumentation. des indices d’énonciation et des modalisateur. l’étude de la syntaxe et de la rhétorique. Nous avons commencé avec une courte introduction portant sur les origines du texte argumentatif français. Lettres persanes. 5. Dans cette seconde partie. Analyse comparée des textes argumentatifs français et leurs traductions roumaines. nous avons finalement établi le corpus des textes argumentatifs français analysés dans le chapitre qui suit. Structure des textes argumentatifs. des connecteurs logiques. la seconde partie a eu pour but de proposer un modèle d’analyse des textes argumentatifs et de leurs traductions en roumain. nous avons eu l’occasion de présenter une courte classification des types de textes argumentatifs en tenant compte du genre auxquel ceux-ci appartiennent. De l’autre côté. D’un côté. le but de la partie théorique a été de bien délimiter la forme et le contenu du texte argumentatif français. Après avoir traité le schéma du texte argumentatif tout au long du chapitre 2. Il s’agit surtout de l’étude des marques des textes argumentatifs. Après avoir effectué l’étude de recherche pour définir et donner des exemples d’œuvres où nous retrouvons le texte argumentatif. nous avons commencé chaque analyse avec le chapitre Présentation – Expression et ensuite nous avons envisagé l’étude du système d'énonciation. de l’étude textuelle. Le rapport entre la théorie et l’analyse pratique a été effectué dans le chapitre 5. Les genres littéraires et les types de textes argumentatifs. le roman plaidoyer. Dans ce chapitre.

ont manqué du plan d’étude universitaire. c’est-à-dire la stratégie argumentative.l’identification des connecteurs logiques et chronologiques et finalement. nous souhaitons mettre en places des nuances argumentatives reprises dans la traduction de textes qui portent l’étiquète argumentative. il ne nous a pas été possible de traiter toutes les questions de façon aussi approfondie que nous l'aurions souhaité. Pourquoi étudier si minutieusement le texte argumentatif et sa traduction? Le but repose surtout dans la partie pragmatique du sujet. Dans le cadre de ce mémoire. À cette occasion. Finalement. Notre objectif a cherché de surprendre les nuances argumentatives dans le processus de la traduction. malheureusement. C’est grâce à ce type de sujet qu’un étudiant en Langues étrangères appliquées a la possibilité d’approfondir les marques du texte argumentatif retrouvées dans des œuvres célèbres qui. qui présente l'avantage d'ouvrir des perspectives de recherche. Par l’intermédiaire de cette option nous aurions eu la possibilité de mettre en évidence les avantages de la « révision » en s’appuyant sur une variante déjà existante. la conclusion qui nous regarde se rapporte à la preuve de continuer la formation de traducteur. la progression de l'argumentation. etc. nous avons aussi eu la possibilité de prouver l’expérience que nous avons accumulée pendant les cinq ans d’études de traduction. Par l’intermédiaire des analyses que nous avons proposées. Quant au volet pratique de cette étude. la finalité de notre mémoire porte sur la familiarisation avec les « instruments » théoriques du texte argumentatif français qui ouvrent de nouvelles perspectives de recherche comme par exemple étudier les marques argumentatives présentes dans la vie courante. Il s’agit surtout de la possibilité d’effectuer une étude comparative approfondie des plusieurs traductions roumaines d’un seul texte. Il en résulte un certain souhait. les slogans. la publicité. Pour faire le bilan de nos dites. 137 . nous venons de proposer un modèle original d’analyse des textes argumentatifs et leurs traductions.

7. Appendices 138 .

139 .

140 .

141 .

1989. De Rotterdam. Paris 1980. Lit. SHOTARD. Gérard. Disciplinele umaniste. Bucureşti. CORDONNIER. Seuil. trad. Esthétique de la création verbale. Paris 1964. The production and recognition of typological argumentative text markers. PUF. Figures III. 1942. Desiderius. Comunicare.. 10. Lauda prostiei: (Elogiul nebuniei). Paris. P. no 2. De Rotterdam. par G. Paolo. Ed. Modèles linguistiques.8. 1972. CHELCEA. Liège 1983. 2000. G. Elogiul nebuniei sau Cuvântare spre lauda prostiei. Didier. Gallimard. Paris. Catherine. Les modèles organisationnels de la formation à distance. TéléUniversité. Cum să redactăm o lucrare de licenţă. trad. ERASME. DESCHÈNES. ERASMUS. vol. ERASMUS. FRASER. Bibliographie ANSCOMBRE. par Robert Adam. trad. Presses de l’Université de ParisSorbonne. Volume 4. Les mots du discours. Editions Garnier-Flammarion. The New York Public Library. DUCROT. Paris. Desiderius. Sémantique structurale: recherche de méthode. M. Beşleagă. Jean-Louis. GREIMAS. Traduction et culture. Michel. André. Henri Beyle. Paris. 1926. M. ERASM. Umberto. Desiderius. un articol ştiinţific în domeniul ştiinţelor socioumane. Sainte-Foy. GUYAUX. Jean-Michel. Cum se face o teză de licenţă. Stendhal: Mémoire de la critique. Artistică. Charles. GOLDER. Algirdas Julien. 1984. De Rotterdam. 142 . Caroline. Loïc. JOURDE. Pierre et TORTONESE. Oswald et alli. Amza. Pierre. ERASMUS.F.U. Champ sémantique et champ lexical. André-Jacques. 2005. Principes de la littérature. Les Éditions de Minuit. 1995. Elogiul nebuniei sau Discurs despre lauda prostiei. Chişinău. Bucureşti. Desiderius. Elogiul nebuniei. 1995. BATTEUX. 1979. CROUZET.ro. o teză de doctorat. par Vl. BAKHTINE. 2000. Bucureşti. (Colecţia Biblioteca Italiană). 2007 GENETTE. 1996. Eloge de la folie. Pontica. FUCHS. Le système de la deixis: esquisse d'une théorie d'expression en anglais. 1995. Minerva. Septimiu. 1986. traducere de George Popescu. Bucureşti. ediţia a III-a revăzută. Ducrot. par Pierre de NOLHAC. Paris. 1996. Paris. trad. Amza. Mikhail Mikhaïlovitch. Oswald. Ed. De Rotterdam. Antet. en Argumentation. Thomas et JOLY. ECO. COIRIER. L’argumentation dans la langue. André. Mardaga.

3. Contextul extralingvistic în traducerea culturemelor. Paris.34. L’ironie littéraire. Sahbi. 1873. Mohamed HASSOUN. 2002. Paris. Timişoara. Editura Universităţii de Vest. l’Université Claude Bernard – Lyon 1. Namur. Genurile textului injonctiv.dr. Chaïm. Georgiana. STENDHAL. trad. Rhétorique et argumentation. Paris. Université de France. HAMON Philippe. Mémoires d’un touriste. L'empire rhétorique. 1970. Hachette Supérieur. Chronique du XIXe siècle. Bucureşti. Lucie Le traite de l'argumentation. PARMENTIER.GRIZE. Paris. Alphonse Lemerre.par Ştefan Popescu. Michel. 2005. Georgiana. En actes du colloque: les terminologies spécialisés . OLBRECHTS-TYTECA. PITAR. HAMON. Erasmus Desiderius Rotterdamus. LUNGU BADEA. L'Argumentation selon Perelman. Jean-Blaise. trad. 1992. Coordonator prof. La Pléiade. De la logique à l’argumentation. SIDHOM. No. SCHMETZ. 2000. « Logistique ». STENDHAL. 1932. Stendhal Stratège: pour une poétique de la lecture. MONTESQUIEU. 2004. Lauda prostiei. 2007. Scrisori persane. Universitatea de Vest din Timişoara. ROTTERDAMUS. Chaïm. Mémoires sur Napoléon. Tendinţe în cercetarea traductologică. Sur les relations entre terminologie et lexique. septembre 1989. PERELMAN. Sous la Direction de: Pr. C. L’implicite. 2003. trad. Genève. 1958. Armand Colin. 2000. Librairie Philosophique J. teză de doctorat. éd. Presses de l’Université de Paris-Sorbonne. Droz. univ. Ileana Oancea. Roşu şi negru. Timişoara. 143 . STENDAHL. Lettres persanes. Del Litto. STENDHAL. La communauté virtuelle: action et communication. 2007. 1986. V. Editura de stat pentru literatură şi artă. Stock. Excelsior Art. Philippe. Pierre. Paris. par Lucia Dărămuş.Vrin. Le Rouge et le Noir. en Meta Vol. PERELMAN. ROTTERDAMUS. 1996. 1994. LUNGU-BADEA. LIVET. Paris. Éditions de l'Éclat. MONTESQUIEU. Paralela 45. Gallimard.Approches quantitatives et logico-sémantique. Bucureşti. Roland. Mariana. dans Voyage en France. Ed. Bucureşti. Caiete. 1961. Laus stultitiae. 1977. Paris. Droz. Editura Ştiinţifică. par Ştefan Bezdechi. ORECCHIONNI. 1998. Plate-forme d’analyse morpho-syntaxique pour l’indexation automatique et la recherche d’information: de l’écrit vers la gestion des connaissances. Elogiul nebuniei sau cuvântare spre lauda prostiei. Marie. Mariette. Bibliothèque de la Pléiade. Essai sur les formes de l'écriture oblique. Kerbrat. Cazul limbilor franceză şi română. Paris. Presses Universitaire de Namur. Piteşti. Editura pentru Literatură. LE GUERN. L’Allusion dans la littérature. C. Paris. Genève. Combas. 1959. Erasmus Desiderius. 1982.

Maria. AMOSSY. Bibliographie citations ADAM. Jean-Michel. 2004. 1998. Marielle. 1986. de l'antiquité à la Renaissance.44. Stephen. La rhétorique d'Aristote. Serge. 1966. Emile. L'étymologie. 1958. p. TOULMIN. ARISTOTLE.Ţenchea. BERRENDONNER. Villeneuve d’Ascq. Jean-Michel. p. 2006. Droz. Contribution à la titrologie Romanesque: Variations sur le titre « Le Rouge et le Noir ». De Boeck & Larcier. BOUTHORS-PAILLART. Les usages de l’argumentation. Presses Universitaires de Lyon. Alain. Droz. Lyon 1983. University Press. Paris. Variations sur le titre « Le Rouge et le Noir ». p. Paris. Un laboratoire de littératures. ARTAUD. explication et dialogue. 2007. Presses Universitaires de Franche-Comté. TOULMIN.87-89. p. par NORBERT Bonafous. Principes de grammaire polylectale. p. Paris. argumentation. PUF. Les textes. Marie-Jeanne. p.27. Richard. Ruth. Gallimard. Genève. p. BOKOBZA. BENVENISTE. Paris. Dictionar contextual de termini traductologici. 25. 1986. 144 . types et prototypes: récit. 1997. Claude. Nicole. Pierre. Librairie Droz. Catherine. p. BURIDANT. Littérature numérique et Internet. 1856. p. A.223. trad. L'explication dans l'argumentation: approche sémiologique. no 50. Éditions du Centre Pompidou. 1992. Cambridge. description. Serge. 1987. 46. Bourbeau. Genève. Stephen. La communication efficace. Quand interpréter c'est changer: pragmatique et lectures de la parole. BOKOBZA. Durand. Serge. Editura Universităţii de Vest. p. 253. Intertitres et épigraphes chez Stendhal. Nathan. Antonin Arnaud l'énonciation ou l'épreuve de la cruauté. Presses Universitaires du Septentrion. 2008. Timişoara. Argumentation et prise de position: pratiques discursives. Antonin. 29-24. p. Franche-Comté. Genève Les Éditions Labor et Fides. BÜHLER. Paris. p. Problèmes de linguistique générale. Langue française. BOREL. ADAM. KARAKASH. p. ABRIOUX. L'énonciation ou l'épreuve de la cruauté.10. Clairette. ARCAND. no 69. 27. 1997. Argumentation et énonciation. Seuil. 1. Poétique. Genève. Paris. 1995. Contribution à la titrologie Romanesque. The use of arguments. p. 1981. 88. BOUCHARDON. 1983. 46. 252.137. Bruxelle. Librairie Droz. Genève.

Essai sur les formes de l'écriture oblique. p. Librairies. Colloque de Cerisy. Christine. Thèse de Doctorat d’État en Sciences. Longman. p. Presses de l’Université de ParisSorbonne.9. p. 1976. n°6. 1907. LADMIRAL. K. Gallimard. SCHAEFFER. La langue nouvelle. Arguments ontologiques et argumentation juridique.140. Introduction à la lexicologie explicative et combinatoire. Fay-Varnier. p. A. GANDT. PUF. 1991. Modules syntaxiques des systèmes d’analyse du français en TSI – Techniques et Science Informatiques. Lyon 1.403-425. Prigent. Gallimard. 2001. OTTO. DUCROT. 1991. 1998. 1988. L'argumentation aujourd'hui. Œuvres. Traduire: théorèmes pour la traduction. Michel. L'argumentation. Presses universitaires de Bordeaux. p. 1995. Les Éditions de Minuit. 1994. GUYAUX. Zweingenbaum. M. MOIRAND. Clas. Michel. Syntagmes Nominaux et Information Textuelle: reconnaissance automatique et représentation. p. RUQAIYA. p. Université Claude Bernard. 204. p. Afcet-Bordas. SHOTARD. DUCROT. Paolo. 20. p. Polguère. Nouveau dictionnaire encyclopédique des sciences du langage. Liège. 18-20. Sophie. Michel. 23. p. Le dire et le dit. 23. 105. Marie. Presses de l'Université du Québec. Paris. Essai sur le romanesque stendhalien. Le Rouge et le Noir.10. Le Rouge et Le Noir. A. Catherine. Alain. Henri Beyle. Jean-Marie. HAMON Philippe. DE GANDT. LEMPEREU. Oswald. CROUZET. p. p. Cohesion in English. Gilles. 2004. Pierre. Pfersmann. p. Paris. Paris. 242. p. 1998. Seuil. Fouqueré. p. 173-176. p.CLAVEAU. Hasan. Le Rouge et le Noir. Paris. Loïc.Position théorique en confrontation. Paris. Mardaga. Duculot. 1995. p.216. Paris. PUF. 125. Apprentissage collaboratif à distance: pour comprendre et concevoir les environnements d'apprentissage virtuels. 1996. 104-133. 50-53. Essai sur le romanesque stendhalien. Louvain-la-Neuve. DE BEAUMARCHAIS. L'héritage de Mikhaïl Bakhtine. Jean-René. Jean-Paul. DEPRETTO. Austriaca. 1984.143. Oswald. Paris. Essai de critique conservatrice. Marianne. Paris. Droz. JOURDE. Paris. Bréal. p. Stendhal Stratège: pour une poétique de la lecture. 71-72. HALLIDAY. Le Rouge et le Noir. DOURY. 1995. n°47. 1988.Imprimeries réunis Motteroz et Martinet. 167. Presses Sorbonne Nouvelle. L’ironie littéraire. Hachette Supérieur. Paris. Genève. André. 145 . 1995. Igor Aleksandrovic. PARMENTIER. CROUZET. 1997. Marie.. Paris. HENRI France. Bréal. Alain. METZGER. p. 1996.. Paris. LUNDGREN-CAYROL Karin. Christophe. Universités francophones. CROUZET. Melcuk. Québec. vol. Marie. Stendhal. 1998. London. Stendhal: Mémoire de la critique. Bordeaux. 2007. Pierre et TORTONESE. 324. André. Pierre-Augustin Caron.

82-85. 1998. 1932. THYRION. Paris. 1996. 2008 URL: http://aad. 249. 146 . Roger. Mémoires d’un touriste. Bucureşti. p. La Pléiade. Gallimard. 308. Chronique du XIXe siècle.Guenaud. STENDHAL. 126. Librairie Droz. Georges. Bibliothèque de la Pléiade. p. en Langages. 2002. 50. L’Argumentation. dans Problèmes actuels de la lecture. p. Rainer. Éditions Dalloz. L'Argumentation. Mémoires sur Napoléon. Consultée le 4 janvier 2010. Le Seuil.com/bac-premiere/eloge-de-la-folie-erasme-un-commentaire/. STENDAHL. 1976. cit. op. Mercedes. Leveune. Méthode des sciences sociales.337. p. KOREN. VIGNAUX. Les Éditions Bréal. Essai d'une logique discursive Genève et Paris. VOLTAIRE. PLANTIN. CUVILLIER. 1989.org/bloodwolf/philosophes/Aristote/rheto1. Le discours ironique et son lecteur: l’exemple de Flaubert.URL: http://lewebpedagogique. 1997. 2003. Mariette. Christian. Clancier .uab. PINTO. TUŢESCU. Consultée le 20 janvier 2010.15-19. WARNING.doc. Georgiana. Anselme. Grawitz. dans Voyage en France. Paris.106. Consultée le 10 Juin 2010. Ed.PETETIN. Vol. Madeleine. Editura pentru Literatură. Introduction a l’étude du discours. 1998. 1982. 1961. Paris. Jean. 35.ro/reviste_recunoscute/philologica//27. p. Mariana. Droste. 1992. p. Rhétorique. Sitographie AMOSSY. p. C. 18. URL: www. La problématique du transfert culturel.. 252. URL: http://remacle. L’Argumentation. STENDHAL. 150. L'écrit argumenté: questions d'apprentissage. Stock. ARISTOTE. Eloge de la folie d’Érasme.org/index184. Texte et discours en moyen français: actes du XIe Colloque international sur le moyen français. n° 1.revues. Le Rouge et le Noir. Candide.htm. p. Peeters. 2001. p. Rosny sous Bois. 84-85. TRICÀS PRECKLER. p. Roselyne Argumentation et Analyse du Discours. STENDHAL. Roşu şi negru. Ruth. 11ème édition. Editura Universitatii din Bucuresti. Anne. Paris.html. VANDERHEYDEN. BADEA LUNGU. Bucuresti. p. Rapports de la rhétorique et de la dialectique-Utilité et rôle de la rhétorique. Francine. La traduction en espagnol de quelques connecteurs de juxtaposition. Düsseldorf. Paris. Consultée le 19 Mai 2010.

Philippe.livreetclic.net/dictionnairefrancais/definition/explication. Consultée le 4 Mai 2010.2009.com/francais/demo_convaincre.pdf. CNED – Académie en ligne. Rapport scientifique 2005-2008.pdf.ucv.uottawa.htm.com/paggenr.pdf.fr/encyclopedie/champ semantique-et-champ-lexical/. La synthèse bibliographique. Consultée le 9 Juin 2010. URL: http://www. IONESCU. URL: http://documents. URL: http://poincare. Annales de l'Université de Craiova. Dictionnaire Littré.fr/digitalAssets/16424_rapport0508. Encyclopædia Universalis. Consultée le 10 Mai 2010.com/argumentation/indices-de-subjectivite. Argumentation/vs/persuasion: remarques sur le rôle des modalisateurs illocutoires dans le dialogue.html. URL: http://www.fr/bitstream/handle/2042/15171/HERMES_1995_15_263. URL: http://littre.pdf. GRIZE.fr/Ressources/7/HG20/AL7HG20TEPA0108-Sequence-04. Consultée le 4 janvier 2010. Consultée le 10 Juin 2010. persuader.irevues.universalis. Consultée le 10 Janvier 2010. URL: http://www.html. Alice.pdf. Éloge de la folie. L’Occident et la difficile rencontre de l’Autre. URL: http://users. Consultée le 2. Jean-Blaise.jse ssionid=396465C2A1030E9A8CE01730E3B7BF7A?sequence=1. L’argumentation. Consultée le 5 janvier 2010.ro/litere/activ_st/publicatii/anale2008%20rezumate_franceza. Jean.com/img/contributions.universalis.GINGRAS. Consultée le 10 Juin 2010. MARGOLIN.be/fralica/refer/lexique/dlexnp. URL: http://www. Consultée le 16 février 2010. URL: http://cis01.12.fr/encyclopedie/eloge-de-la-folie/. Les genres littéraires. Consultée le 10 janvier 2010. Analyser un texte argumentatif.academie-en-ligne.ca/~fgingras/cybermetho/modules/resume. Jean-Claude.skynet. délibérer: http://www. Méthodes & Techniques.etudeslitteraires. URL: http://www. Lexique des termes littéraires.reverso. LAVERGNE.sitemagister. Convaincre. François-Pierre. Encyclopédia Universalis. 2010. 147 . Consultée le 18 janvier 2010.inist.htm. LUCK.html#nm. URL: http://www. Consultée le 1 Mai.univnancy2. URL: http://aix1. Fournir des preuves. Laboratoire d’Histoire des Sciences et de Philosophie–Archives Henri Poincaré.espacefrancais.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful