La politique s’est, depuis toujours, développée par la communication avec, comme mise en scène initiale, la forme discursive.

Le vingtième siècle a cependant renforcé la communication politique la rendant indissociable de la vie politique, dans la plupart des démocraties et notamment en France. La véritable évolution provient du passage d’une démocratie inégalitaire à une démocratie de masse. En effet, l’élévation du niveau de vie a augmenté les exigences des citoyens, créant une opinion publique que les hommes politiques ne pouvaient plus ignorer. Le développement des médias de masse ainsi que celui de l’industrie sondagière ont obligé les hommes politiques à prendre en compte les aspirations d’une opinion publique renforcée. Il est aujourd’hui impossible de penser la politique sans médias ni sondage, ces derniers devenant alors les « gardes fou » des hommes politiques.

Ainsi, la communication politique prend comme définition, selon Dominique Wolton, « l’espace où s’échangent les discours contradictoires des trois acteurs qui ont la légitimité à s’exprimer publiquement sur la politique et qui sont les hommes politiques, les journalistes et l’opinion publique à travers les sondages »1. La communication apparaît alors comme la solution nécessaire au fonctionnement de la démocratie de masse. Une condition sine qua non, dans laquelle l’interaction de discours contradictoires tenus par ses trois acteurs confère à la communication politique une place des plus centrales dans la vie politique contemporaine.

Paradoxalement, alors que la communication politique est aujourd’hui centrale dans notre société démocratique, c’est pourtant aujourd’hui que le politique est le plus victime d’une crise de légitimité. Les citoyens ne se sentent pas écoutés, se considèrent mal représentés et sont de plus en plus méfiants à l’égard des hommes politiques. En effet, cette crise de légitimité se vérifie au moins par deux indices. Le premier étant le taux croissant de l’abstention et le deuxième correspondant à la progression du nombre des indécis en situation électorale.

La définition donnée par Dominique Wolton, servant de réquisit à cet article, omet toutefois de prendre en compte le fait que depuis les années cinquante aux Etats-Unis, et depuis le milieu des années soixante en France, le modèle dominant de la communication politique est celui du marketing politique. En effet, ce chercheur développe le concept de communication politique comme « une interaction de discours contradictoires », où ces
1

Wolton, D., (1989), Le nouvelle espace public, n°4 de la Revue Hermès, p.29.

les essentiels d’Hermès. (2007). Cette simplification du discours. E. Il peut être défini. et des trois destinataires du discours politique : le contredestinataire (l’opposant). le plus dommageable des caractéristiques attribuées au marketing politique est sa vision court-termiste de la vie politique.org/wiki/Marketing_politique.. se doit de rassembler un maximum de traits caractéristiques afin qu’elle puisse séduire le plus grand nombre de citoyens-électeurs. Cependant en réalité électorale. leurs programmes et influencer le comportement des électeurs »2. venu des Etats-Unis. 4 Mercier. qui a besoin pour se mettre en place de plusieurs années. En effet. ajoutée à une démarche de segmentation de l’espace public. ou image. il convient de définir le marketing politique. Ce concept de marketing politique. correspond.. A. le problème se pose quant à la qualité du discours tenu par les hommes politiques en prise au marketing politique. cible d’une stratégie « commerciale » à court terme » 3. et notamment son discours. celle de l’action publique. avec sa fameuse Unique Selling Proposition (USP). comme l’énonce Eliséo Véron. p. Or. Arnaud Mercier classe la démocratie contemporaine selon trois temporalités : la temporalité politique. Véron. par rapport à son homologue commercial. « si la réflexion stratégique est exclusivement orientée par la logique unidimensionnelle du « ciblage ». il suffit que cette personnalité n’en séduise que 51 %. Le marketing politique tente ainsi de créer une personnalité au candidat en période électorale ou à l’homme politique hors de cette dernière. la temporalité électorale et la temporalité médiaticosondagière4. saupoudrée d’un intérêt accru pour l’image. pour résumer. dessert nécessairement la politique. le pro-destinataire (le partisan) et la para-destinataire (l’indécis). alors que la chose politique se définit par essence sur le long terme. Cette personnalité. http://fr. Tout le monde a en tête le désormais célèbre « changement » proposé par Nicolas Sarkozy en 2007. n°17-18 de la Revue Hermès. en la simplification du message politique.discours sont implicitement spécifiés comme étant de qualité. Communication politique. qui oblige les hommes politiques à faire campagne pour se faire élire 2 3 Le Marketing politique selon Wikipédia.13 . ou encore le thème de la sécurité cher aux élections de 2002. Avant d’aller plus loin. (1995). le para-destinataire. La question de la forme est ainsi souvent préférée à la celle du fond. Cette dernière s’oppose à la temporalité électorale. p. Effectivement.16. Communication politique. la composante programmatique va disparaître. il n’en restera plus qu’un.wikipedia. La temporalité politique est celle de du long terme. comme « l’ensemble des méthodes dont peuvent faire preuve les organismes politiques pour définir leurs objectifs.

donnent la représentation du bon représentant ». oblige l’homme politique à adresser un message à des publics divers en même temps. l’opinion a alors reproché à son cher ministre de ne pas maîtriser correctement son domaine. grâce à des figurants. Dans une logique de séduction. Ces deux temporalités ne se sont pas des plus compatibles. la dernière temporalité de la démocratie. l’annonce oublie. le caractère politique lui distinguant un caractère exclusivement médiatique. Bien que l’ensemble de l’initiative ait été entièrement assumée par l’enseigne. prenant dans la langue de Molière. Provoquant même de la part du politique l’élaboration de vrai rendez-vous purement et simplement médiatique. Etre visible devient primordial pour les hommes politiques. la traduction simpliste de « raconter des histoires ». Mais la télévision moderne a des impératifs d’audimat. agissent pour être vus agissant. pour signifier son existence. Pierre Bourdieu déclarait que « les hommes politiques sont en représentation. la taxe carbone qui a vu son examen reporté à l’après régionale. média de masse. apparaissant ainsi dans l’espace public et aux yeux de l’opinion publique comme actif. la promotion de l’opération « les essentiels de la rentrée ». Gouverner c’est paraître. La télévision. Plus récemment. l’homme politique délivre un discours vide de sens. L’homme politique se met alors en scène. Par conséquent. Car l’opinion 5 Cotteret.(2002). et non éducationnels. l’amenant aisément à des effets d’annonces pour être dans les médias et ainsi faire partie de l’espace public. prenant le métro ou encore faisant du stop. et est donc dirigée par l’imposition d’un rythme incompatible avec celui du discours politique. En effet les élus peuvent avoir intérêt à différer certaines décisions impopulaires. médiatico-sondagière. avant d’être définitivement abandonnée. afin de tirer sur lui la couverture médiatique. . dans un supermarché du Val-de-Marne. Ce discours s’énonce alors sur le registre de l’émotion.ou réélire. Puf. Enfin. Cette temporalité de l’urgence fait entrer le politique dans une démarche dominée par un objectif de visibilité exacerbée. qui impose une actualité politique quotidienne. Luc Chatel fut accusé d’avoir organisé. pouvant aller jusqu’à une mise en péril de la gouvernance. parfois. au sens premier du terme. L’opinion publique a encore en mémoire la mise en scène d’Edouard Balladur durant les élections présidentielles de 1995.. Il faudrait à cette fin laisser à l’homme politique le temps d’établir son discours. C’est à ce moment là qu’apparait la politique de l’émotion. ou encore sous la forme du bien connu storytelling. afin d’exister dans cet espace public repensé par le marketing. J-M. Le marketing et la temporalité médiatico-sondagière renforcent la nécessité d’être vu agissant. Par exemple. la télévision pourrait permettre de rétablir la compréhension entre gouvernés et gouvernants5. Pour Jean Marie Cotteret.

excepté par l’intermédiaire des sondages et la sanction du vote. alors que cette composante est. notamment avec l’émission « Vivement Dimanche ». (2008). Cette démarche semble désigner un aspect de la personnalisation de la vie politique qui consiste à faire primer les enjeux de personnes sur les questions de fond7 . entre l’Etat et la société civile. en reliant des individus appartenant à des communautés culturelles diverses.publique n’est pas dupe et connaît les règles du jeu politique. s’amplifie le phénomène de la « peopolisation » du politique. les citoyens sont quasiment exclus de cet espace public. Et. CNRS Editions. les hommes politiques modernes font entrer leurs vies privées dans l’espace public. Il devient un espace public rassemblé. qui devint pour les hommes politiques l’émission où il faut être vu. les écueils du marketing face à ce concept sont clairs. est cependant un concept fondamental de la démocratie6. le message politique se métamorphose. où les citoyens délibèrent en public des questions politiques. dans lequel ils peuvent débattre. Le marketing. car c’est dans l’espace public que les acteurs politiques se mettent en scène. p. La station de radio Europe 1 ira même en 2005 jusqu'à créer une émission intitulée « Politique People ». trop ouvertement pris pour un imbécile. déjà difficilement définissable car renvoyant à plusieurs théories. Il est ainsi le lieu où les citoyens ont accès aux informations politiques. L’espace public est également une dimension négligée.wikipedia. Avec cette définition. non par des valeurs communes. . il permet la construction d’une communauté politique commune. l’étude des sociostyles ou encore les sondages. tente de recréer un espace public qui n’est en aucun cas légitime. ou plus exactement mal menée. il est le lieu d’apparition du politique. Et pour finir. mais existe aux Etats-Unis depuis plusieurs dizaines d’années. absente de cet espace de communication. d’un point de vue théorique. mais n’apprécie pas quand les ficelles sont visibles. Avec ce phénomène. De plus. mais par des critères sociodémographiques.19 La peopolisation selon Wikipédia. créé. L’espace public. Pour simplifier. En effet. Il est réellement apparu avec les élections présidentielles de 2002. oubliant les origines culturelles. se forger une opinion et en finalité choisir les personnes qui exercent le pouvoir.org/wiki/Peoplisation. http://fr. depuis quelques années et de manière accrue depuis les dernières élections présidentielles françaises. 6 7 Les essentiels d’Hermès. avec les outils du ciblage. Ce phénomène éclot en France à l’aube des années 2000. En outre. par le marketing politique. Cet espace public. il correspond à l’espace de médiation.

permettant le développement d’une nouvelle communication politique. il sera question dans un deuxième temps de dégager une problématique plus précise. qui invalidera ou le cas échéant validera l’une ou l’autre des hypothèses précédemment soulevées et enfin à en développer de nouvelles. Se pose ainsi la problématique du rôle que pourrait jouer Internet dans ce manège à trois qui compose la communication politique. le discours purement idéologique. prétextant que c’est ce que désire le public. se livrent de plus en plus volontiers à l’exercice. ou constitue-t-il une simple source d’information complémentaire des médias traditionnels ? Afin de proposer des pistes de réponse à cette problématique. cette recherche tente donc dans un premier temps de se familiariser avec le problème prédéfini. Et. les entretiens avec les experts permettront à cette recherche de dégager un bilan. au détriment des idées politiques. le choix d’effectuer des entretiens d’experts. . Malgré ces dérives. Toutefois. même les réfractaires de la première heure. Ainsi. Il s’agit de l’essor d’Internet. Une fois ces hypothèses explicitées. ce qui permettra de formuler des hypothèses. reconnus comme tels sur le thème de la communication politique. Il s’agit de tenter d’établir un constat avec ces experts et de les interroger sur une potentielle évolution de la communication politique. L’objectif de recherche se définit comme appartenant au champ d’une recherche exploratoire. Les médias. absent. afin de développer. Internet peut-il être considéré comme un espace public retrouvé.évoluant dans la sphère des sentiments. La communication politique en est appauvrie. Une fois ce problème identifié et énoncé clairement. Le champ de la communication politique étant si vaste. après discussion. prêtent plus d’intérêt à la vie privée de nos hommes politique. de nouvelles hypothèses. faire évoluer les conditions dans lesquelles se déroulent la communication politique. En l’espèce. ce problème est la dérive induite par l’avancée du marketing dans la communication politique. le marketing politique est le modèle prédominant de la communication dans nombres de démocratie. les hommes politiques. avec des précautions. devant le succès de la presse people. est le plus judicieux. dans une démarche de séduction. le marketing politique peut à bien des égards être taxé de dénaturer la chose politique. un élément peut potentiellement.

(2007). n°4 de la Revue Hermès. L’espace public.Bibliographie : - Wolton. (2008). E. Communication politique. Maarek J. (2008).. Véron. (1995). CNRS Editions. Litec. Peopolisation et Politique. D. n°17-18 de la Revue Hermès.. Communication et marketing de l’homme politique.. Le temps des Médias n°8. Le nouvelle espace public.. . (1989). Les essentiels d’Hermès. P.