1 3 R a d j e b 1 4 3 2 - M a r d i 1 4 Ju i n 2 0 1 1 - N ° 1 4 2 2 8 - N o u ve l l e s é r i e - w w w. e l m o u d j a h i d .

c o m - I S S N 1 1 1 1 - 0 2 8 7

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

DAHO OULD KABLIA L’A ANNONCÉ HIER

LE PROJET DE LOI SUR LES PARTIS
SERA EXAMINÉ DEMAIN AU MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR
ALGÉRIE-FRANCE

M. Juppé attendu demain à Alger

EN RAISON DES ÉCHÉANCES ÉLECTORALES

Pas de large mouvement en 2011 dans le corps des walis
HABITAT

Page 32

À CONSTANTINE

MEHAL

Un quota important de logements pour la capitale et ses environs
Page 6

22

e

JOURNÉE DES CONSULTATIONS NATIONALES SUR LES RÉFORMES POLITIQUES

PREMIERS ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

1.300 délégués
attendus aujourd’hui

Redonner au métier de journaliste ses lettres de noblesse
Page 32

UNE FORCE D’APPOINT EN OLYMPIQUE En perspective du match
MGR HENRI TEISSIER, ANCIEN ARCHEVÊQUE D’ALGER

LE MOUVEMENT ASSOCIATIF VEUT ÊTRE

Quelque 1.300 délégués sont attendus aux premiers états généraux sur la société civile algérienne qui débuteront aujourd’hui, au Palais des nations à Alger. Organisée par le Conseil national économique et social (CNES), cette conférence de trois jours doit regrouper les représentants de tous les secteurs professionnels et associatifs, des syndicats, et du monde de la culture, des médias et de la communication. Page 4

Ph. : A. Yacef

FOOTBALL

face à la Zambie

La représentation politique de la femme en débat à El Moudjahid
Ph. : Nacéra

AÏT DJOUDI

Un grand décalage

Page 7

“Nous sommes convaincus que cette initiative est dans l’intérêt de l’Algérie”

Page 3
e

“Notre atout : jouer le contre”
Page 31

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 52 Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2
Météo

EL MOUDJAHID

Ce matin, à 10 h

Demain, à 10 h

27° à Alger, 39° à Djanet
Sur les régions nord, le temps sera généralement ensoleillé excepté les régions de l'Est où l'on notera quelques passages nuageux. Les vents seront en général faibles à modérés de secteur est à nord-est sur les régions du littoral. La mer sera calme à peu agitée. Sur les régions sud du pays, le temps sera chaud et ensoleillé avec toutefois des possibilités d'évolution orageuse. En soirée sur les massifs du Hoggar/Tassili. Les vents seront faibles à modérés. Les températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui seront comme suit : Alger (27°-17°), Annaba (25°-17°), Béchar (37°- 24°), Biskra (35°22°), Constantine (27°16°), Djanet (39°- 26°), Djelfa (27°15°), Ghardaïa (35°- 22°), Oran (28°-18°), Sétif (25°-14°), Tamanrasset (38°-25°), Tlemcen (30°-17°).

Point de presse avec l’écrivain Ali Haroun
Une présentation d’ouvrage sera assurée par Maître Ali Haroun, juriste et homme d’Etat bien connu, ce matin, à 10 h, au centre de presse d’El Moudjahid, cette présentation sera suivie d’un débat avec l’auteur.

Journée commémorative sur l’historien Mouloud Gaïd
Le Haut commissariat à l’Amazighité, organise en coordination avec El Moudjahid, une journée commémorative sur l’historien Mouloud Gaïd, demain, à 10 h.

Les 14 et 15 juin, à 9 h, à la salle de conférences du palais des Raïs, Bastion 23

Le 16 juin, à 9 h, à la Résidence El Mithak

6e colloque sur les «Ressources naturelles maghrébines et développement»
La confédération des cadres de la finance et de la comptabilité (CCFC) organise son 6e colloque sur les «Ressources naturelles maghrébines et le développement sont-ils suffisants ?», les 14 et 15 juin, à 9 h, à la salle de conférences du palais des Raïs, Bastion 23.

Point de presse de M. Mourad Medelci et M. Alain Juppé
La résidence El Mithak abritera le 16 juin, à 9 h, un point de presse qui sera animé conjointement par M. Mourad Medelci, ministre des Affaires étrangères, et M. Alain Juppé, ministre d’Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes de la République française.

Les 21 et 22 juin, à l’hôtel Mercure

6e forum international de la finance
Le Forum international de la Finance tiendra sa sixième édition les 21 et 22 juin à l’hôtel Mercure en partenariat avec la chambre de commerce et d’industrie Suisse/Algérie.

Conseil d'administration de l'OIT Demain à 9 h 30 au siège la chambre de commerce algéro-allemande

Rencontre Demain, à 9 h à l’hôtel Hilton, Alger

Conférence de presse du nouveau directeur général
A l’occasion de la prise de fonction de M. Christoph Partsch en qualité de directeur général de la chambre algéro-allemande de commerce et d’industrie (AHK Algérie), une conférence de presse sera organisée demain à 9 h 30 au siège de la chambre algéro allemande de commerce et d’Industrie, sise au 11, rue Mohamed Khoudi, El Biar.

M. Louh appelle à une meilleure représentativité des pays en développement
Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale, M. Tayeb Louh, a souligné à Genève l'importance de garantir une meilleure représentativité des pays en développement au sein du conseil d'administration de l'Organisation internationale du travail (OIT), indique lundi un communiqué du ministère. Intervenant lors des travaux de la réunion ministérielle du mouvement des pays non-alignés dans le cadre de la 100e session de la Conférence internationale du travail (du 1er au 17 juin), M. Louh a réaffirmé la position de l'Algérie sur les réformes devant être envisagées au niveau des instances de l'OIT. Le ministre a, à cet effet, invité les pays du mouvement des pays non-alignés qui n'ont pas encore ratifié la révision de la constitution de l'OIT de 1986 à le faire sans plus tarder, dans l'objectif de "favoriser plus de démocratie et une plus grande transparence dans la gestion de l'Organisation"

“Atteindre l’excellence dans la distribution”
Le cabinet international Ernst & Young, spécialisé dans le conseil aux entreprises organise dans le cadre de son cycle de conférences sur la supply chain demain de 9 h à 14 h à l’hôtel Hilton, Alger, une rencontre sur le thème : «Atteindre l’excellence dans la distribution». Plusieurs entreprises algériennes dans les secteurs industriel, pharmaceutique et de la grande distribution notamment prendront part à cette rencontre animée par les experts d’Ernst & Young.

Le 16 juin, à 13 h, à la maison de la Culture Aissa-Messaoudi à Hussein Dey

8e Salon Med-IT 2011

Conférence de presse le 15 juin, au palais de la culture Moufdi-Zakaria
En prévision de la tenue de la 8e édition Salon Med-IT Alger 2011, une conférence sera organisée le 15 juin, à 10 h, à la bibliothèque du palais de la Culture Moufdi Zakaria.

Célébration de la journée de l’Enfant africain
L’organisation nationale pour la continuité des générations organise le 16 juin, à partir de 13 h, une cérémonie à l’occasion de la célébration de la journée de l’Enfant africain. Cette cérémonie qui aura lieu à la maison de la Culture Aissa-Messaoudi, Hussein Dey, verra la présence de personnalités nationales et des ambassadeurs des Etats africains accrédités en Algérie, outre les cadres et les responsables de l’organisation.

Djiar accueille les boxeurs algériens de retour de Yaoundé
M. Hachemi Djiar, ministre de la Jeunesse et des Sports, a accueilli à l’aéroport international Houari Boumediène la délégation des boxeurs algériens de retour de Yaoundé (Cameroun) où se sont déroulés les championnats d’Afrique de boxe amateur au cours desquelles l’Algérie s’est octroyé 3 médailles d’or, 3 en argent et 2 en bronze. Rappelons que l’Algérie s’est classée première par équipe à cette 17e édition.

Samedi 18 juin, à 14 h, au Centre des loisirs scientifiques

Nedjma remet des bus luxueux au MC Oran, à l’USM Annaba et au MC El Eulma
Dans le sillage de la mise en œuvre de sa politique de soutien au football algérien, Wataniya Telecom Algérie-Nedjma a remis, ce mois de juin à Alger, des bus luxueux, au MC Oran, l’USM Annaba et MC El Eulma, habillés aux couleurs de leurs clubs respectifs. L’ASO Chlef, recevra, elle aussi, un bus à ses couleurs avant la fin du mois de juin courant. Ainsi, Nedjma honore son engament d’offrir un bus luxueux aux clubs de football qu’elle sponsorise. Engagement pris le 22 septembre 2010, date de renouvellement des contrats de sponsoring avec des clubs du championnat de football de ligue professionnelle pour la saison sportive 2010/2011.

Conférence avec le journaliste et écrivain Hamid Grine
Dans le cadre de ses activités culturelles, l’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger organise une conférence avec le journaliste et écrivain Hamid Grine intitulée : «Du journalisme à l’écriture romanesque» le samedi 18 juin à partir de 14 h au Centre des loisirs scientifiques.

Les 15, 16, 17 et 18 juin au centre culturel Laâdi-Flici

Le Chaâbi par excellence
L’Etablissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger organise des soirées chaâbi, les 15, 16, 17 et 18 juin à partir de 21 h au centre culturel Laâdi Flici (ex-Théâtre de Verdure) avec Hedroug Fayçal, Lahouaoui Ismail, et Hattali Boubkeur, Boukhers Sid Ahmed, Khali Rachid, El Ankiss Hakim, Bouzama Yacine et Zeguiche Ahmed.

Mardi 14 Juin 2011

EL MOUDJAHID

Nation
LE MOUVEMENT ASSOCIATIF VEUT ÊTRE

3
ABDELHAMID MEHRI SUR LES ONDES DE LA RADIO NATIONALE

JOURNÉE DES 22e CONSULTATIONS NATIONALES SUR LES RÉFORMES POLITIQUES

UNE FORCE D’APPOINT
civile, s’est focalisé sur le fait que l’invitation qui leur est faite en tant que représentants de la société civile et du mouvement associatif, est une preuve palpable de l’intérêt que l’Etat leur accorde. S’agissant du volet politique, il a mis l’accent sur la mise en place d’un système semiprésidentiel. Il a plaidé pour la consolidation des mécanismes devant régir la jeunesse et l’intégration des élites dans les institutions de l’Etat. Le mouvement associatif et la société civile doivent se rassembler dans un cadre fédératif sous la forme d’un conseil supérieur de la société civile et du mouvement associatif. Il a insisté sur le fait que les partis politiques doivent changer le fusil d’épaule et reconnaître au mouvement associatif la place qui lui revient. Pour sa part, M. Nasreddine Cheklal, du mouvement El Irshad Oua El Islah, a déclaré dans sa conférence de presse, que l’initiative du Chef de l’Etat pour les réformes envisagées, est un pas important dans le processus de démocratisation de nos institutions, arguant de la nécessité de renforcer les fondements de notre personnalité nationale. La révision de la Constitution doit renforcer l’islam en tant que source de législation. Il considère que certaines entraves à la liberté individuelle, sont à supprimer car elles sont en contradiction avec l’esprit de la loi fondamentale. Il faut instaurer l’égalité entre tous les membres de la société en veillant par exemple, à éliminer les disparités salariales. Il est temps, a-t-il dit, de bannir le monopole de l’Etat sur la solidarité nationale, de proscrire le «Riba», ou système usurier, de nos pratiques financières et bancaires. M. Bouraïb

L’

Instance chargée des consultations nationales sur les réformes politiques, présidée par M. Abdelkader Bensalah, assisté par MM. Mohamed Touati et Mohamed Ali Boughazi, a reçu hier, dans la matinée, des représentants des mouvements de jeunesse, en la personne des présidents de la FOREM, du mouvement associatif pour la sauvegarde de la jeunesse, de l’Association El Irshad Oua El Islah, de l’organisation pour la continuité entre les générations, de l’académie de la société civile. Un dénominateur commun a émergé concrètement de leur part à travers la nécessité de conférer au mouvement associatif et à la société civile toute la place requise en tant qu’acteurs actifs et en tant que courroie de transmission des préoccupations des franges juvéniles. L’ensemble des intervenants a défendu l’idée d’une meilleure implication du tissu associatif, de contribuer aux côtés des pouvoirs publics comme force d’appoint et vecteurs de complémentarité pour le bénéfice de la collectivité. LE MOUVEMENT ASSOCIATIF, ÉRIGÉ AU RANG DE PARTENAIRE Dans sa déclaration de presse, M. Mustapha Khiati, président de la FOREM, se félicite que ce processus de consultations entre les responsables de l’Etat et les citoyens, en particulier, ceux engagés dans le mouvement associatif et la société civile soit effectif, car il leur octroie le rang de partenaires à part entière. Il a déclaré avoir transmis ses suggestions à l’Instance sur des dossiers qui concernent la jeunesse et l’enfance qui n’ont pas suffisamment bénéficié de l’attention de l’Etat. Abondant

“Aït Ahmed et moi-même appelons à un dialogue entre tous les responsables politiques”
L'ex-secrétaire général du parti du Front de libération nationale (FLN), M. Abdelhamid Mehri, a estimé que le système politique en place depuis l'indépendance en 1962 “n'est plus opérationnel”. “Le problème est que le système de gouvernement, en vigueur depuis l'indépendance, n'est plus opérationnel car il ne peut plus répondre aux exigences du présent et de l'avenir », a précisé M. Mehri sur les ondes de la Radio nationale. Ce système « bâti et construit par nous tous, y compris ceux qui se sont confinés dans le silence, doit changer avec l'implication de tout le monde », a-t-il souligné. « Tout le monde est interpellé pour le changement du régime en faveur d'un autre système plus démocratique, plus opérationnel et plus efficace, capable de résoudre les problèmes de l'Algérie et de faire face aux défis d'avenir », a expliqué M. Mehri. L'ancien ministre du Gouvernement provisoire de la République algérienne (GPRA) et diplomate a relevé, en outre, que « les problèmes sont personnalisés, en oubliant qu'il y a un système qui dépasse de loin les agissements et les responsabilités d'une personne ». « Il faut dépersonnaliser les problèmes pour voir plus loin. On a beau changer les présidents, mais si l'on maintient le même système (...) on aura mis de fausses solutions à de véritables problèmes », a-t-il dit. M. Mehri a réitéré, par ailleurs, l'importance d'organiser une conférence nationale, à laquelle, a-t-il insisté, seraient conviées “toutes les opinions qui peuvent se confronter et diverger, mais qui doivent aboutir à une démarche consensuelle pour construire et parfaire la construction de l'Etat algérien ». Il a ensuite déploré certaines dérives en dépit de l'ouverture politique et médiatique de 1989. « Sur le plan des textes, nous avons un régime des plus démocratiques, mais la réalité est autre », a relevé cette personnalité tout en notant l'existence d'une « partie occulte, qui gère parfois le pays et qui est l'exact contraire des textes écrits », a-t-il dit. « Il faut d'abord régler ce problème de pratique occulte du pouvoir, contraire à l'esprit démocratique, avant de réviser les lois », a-t-il suggéré. Sur le rôle attendu de l'armée, M. Mehri a indiqué qu'il ne voyait « pas d'inconvénient » à une éventuelle participation de l'armée à un débat national regroupant toutes les composantes de la population. « Le débat doit impliquer tout le monde », a insisté l'ancien responsable politique. Il s'agit de construire « une maison commune qui est l'Etat algérien, où tous les citoyens trouveront leurs droits et leurs devoirs », a-til encore souligné. Evoquant la possibilité d'aller à une Constituante, il a affirmé que celle-ci « peut s'avérer nécessaire » et que «tout dépend de l'accord politique qui résulterait des consultations». M. Mehri a dénoncé, à cet égard, les « exclusions politiques » qu'aurait pratiquées le « régime » depuis l'indépendance, lorsque « de nombreux leaders politiques ayant eu un rôle important dans la Révolution, avaient été mis à l'écart », a-t-il dit, appelant à la rupture avec cette pratique. Dans ce sillage, l'ancien responsable a cité le secrétaire général du Front des forces socialistes (FFS), M. Hocine Aït Ahmed, qui pour lui reste un « leader politique capable d'apporter beaucoup à l'Algérie ». Il s'est dit « heureux » de travailler avec M. Aït Ahmed, lequel a adhéré au contenu de la lettre adressée au Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, en février dernier, pour « un changement pacifique de système politique ».« Je suis heureux de travailler avec lui. Aït Ahmed et moi-même appelons à un dialogue entre tous les responsables politiques (...), nous devons au moins donner l'exemple que nous pouvons travailler ensemble même si nous avons des appréciations différentes, c'est l'essence même de la revendication démocratique », a-t-il fait valoir.

Ph. : A. Yacef

dans le même sillage, il a émis des remarques sur le système éducatif, qui lui semble affligé d’insuffisances, sur le système de santé, qui pâtit encore d’un manque de stratégie et de vision. M. Mustapha Khiati a indiqué avoir aussi suggéré des avis sur le mouvement associatif. M. Abdelhafid Lahouel, de l’Organisation nationale pour la continuité entre les générations, a dit avoir consigné ses propositions dans un mémorandum. Il a exhibé son souci de voir la future loi sur l’information, prendre en charge les problèmes de la corporation, insistant sur l’ouverture de l’audiovisuel qui se fera en direction des authentiques compétences nationales, excluant les « businessmen de l’information au rabais » et les étrangers qui nourrissent des visées malsaines. Il considère que le code wilaya doit veiller sur la question de la représentativité citoyenne, intégrer un plus grand nombre d’élus communaux au sein de l’APW qui est tenue d’élargir ses compétences en matière de contrôle et de conduite des projets. M. Lahouel plaide pour la suppression du couffin de Ramadhan jugeant cette aide peu efficace, car elle favorise des pratiques malhonnêtes perpétrées sur le dos des véritables indigents. Sur le plan politique, il se dit favorable au régime présidentiel.

UN PARLEMENT ET UN SECRÉTARIAT D’ETAT POUR LA VIE ASSOCIATIVE L’intervention de M. Abdelkrim Abidat, président de la Confédération nationale de coordination du mouvement associatif, a d’abord annoncé qu’un futur Parlement de la société civile et du mouvement associatif sera très prochainement installé pour confédérer les énergies des 1.500 associations nationales et des 58.000 associations locales qui existent dans notre pays. Ce Parlement est doté de tous les instruments adéquats pour donner naissance à un mouvement associatif efficace, confortant les principes de la démocratie participative. Il a indiqué que les pouvoirs publics son tenus de rationaliser le financement des associations, évitant de tomber dans le caritatif. Il plaide pour l’instauration de la Maison des associations et pour la création d’un secrétariat d’Etat à la vie associative. Il a mis en garde contre les agissements de certaines ONG étrangères qui semblent, de son point de vue, à leur guise, bénéficiant d’agréments faciles à obtenir. BANNIR LE MONOPOLE DE L’ETAT SUR LA SOLIDARITÉ NATIONALE M. Ahmed Chenna, S.G. de l’académie de la société

MGR HENRI TEISSIER, ANCIEN ARCHEVÊQUE D’ALGER

“Nous sommes convaincus que cette initiative est dans l’intérêt de l’Algérie”
S’exprimant dans un arabe parfait, l’ancien archevêque d’Alger, l’invité de l’Instance de consultation pour les réformes, Mgr Henri Teissier, a tenu d’emblée, à préciser que l’invitation qui lui a été adressée, «est la preuve que l’Algérie est un pays ouvert et accessible à tous ses citoyens». En effet, l’éminence religieuse qui venait d’être reçue, trente minutes durant, par M. Bensalah et ses deux assesseurs, en tant que personnalité nationale, a estimé que le fait d’avoir été convié à pareille initiative, démontre de la disponibilité de l’Etat algérien, à associer tous les Algériens autour de ce processus «et cela quelles que soient leurs sensibilités, leurs propositions ou leur vision des choses, à partir du moment où ils vivent dans ce pays et sont préoccupés de son intérêt». Mgr Henri Teissier a tenu à signaler que ce sont là, les termes de son discours lors de son entrevue avec les membres de l’Instance, tout en précisant le fait que, faisant partie de la minorité chrétienne qui vit en Algérie, «nous voulons que des liens fraternels nous lient et nous unissent avec les habitants du pays». Des habitants qui, en fait, selon lui, sont les enfants d’une
Ph. : Nacéra I.

même patrie : «Il n’est pas question ici, de nationalité, de croyance ou d’appartenance culturelle, mais de l’intérêt du pays» a-t-il précisé. Allant plus loin, l’ancien archevêque qui s’est adressé à la presse a fait une brève déclaration, en indiquant qu’il était nécessaire d’établir et «rétablir» le dialogue entre croyants, qu’ils soient musulmans ou chrétiens, ajoutant dans ce contexte que l’heure n’est plus à la «concurrence» entre les deux parties, mais que «l’humanité est dans une ère où il est devenu nécessaire de cohabiter et de s’entendre. D’ailleurs, je passe mon temps à sensibiliser les différentes communautés à ce sujet, que ce soit en Algérie ou de par le monde» a-t-il dit. En ce sens, l’hôte de l’Instance a affirmé que c’était là, la raison de sa présence et sa participation à ces consultations, et que c’était là

l’essence de son message : «Nous voulons vivre en totale intelligence» a-t-il indiqué, espérant que le dialogue et les contacts entrepris soient fructueux. D’ailleurs, comme il le soulignera, «nous sommes convaincus que cette initiative est dans l’intérêt de l’Algérie, des Algériens et de toute la région méditerranéenne» Profondément attaché à l'Algérie, dont il obtient la nationalité en 1966, le religieux est nommé en 1972, à 43 ans, évêque d’Oran, avant d’être nommé en 1980, archevêque coadjuteur du cardinal Duval à Alger. En 1988, le Cardinal Duval se retire et Henri Teissier devient archevêque d'Alger. En 2008, le pape Benoît XVI accepte la démission de Mgr Henri Teissier. Il est remplacé par le père Ghaleb Bader du Patriarcat latin de Jérusalem. Le religieux a toujours clamé à qui voulait l’entendre, que l’Algérie est sa deuxième passion après l’Évangile. Amel Zemouri

L’AGEA veut être associée aux consultations
L’Association générale des entrepreneurs Algériens (AGEA) regrette que l’Instance nationale chargée des consultations sur les réformes politiques n’ait pas daigné inviter l’AGEA et récolter ses avis. Dans un communiqué parvenu, hier, à notre rédaction, le président de l’AGEA estime que son organisation patronale agréée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales depuis 2003, et qui compte 1.776 adhérents (gestionnaires d’entreprises privées), a son mot à dire. On peut lire sur le document les différentes propositions de l’AGEA. On citera entre autres « l’amnistie fiscale pour les entreprises algériennes de 1990 à 2010, d’autant plus que des entreprises étrangères ont bénéficié de rabattements fiscaux ». Autre recommandation de l’AGEA ? Qui mérite d’être relevé, « la régularisation de l’ensemble des entreprises qui ont dû fermer en raison du fameux indice d’actualisation et de révision des prix, qui mettent une éternité à voir le jour », lit-on sur le communiqué.

L'INSTANCE DE CONSULTATIONS CONSACRE TROIS JOURS À DES RÉUNIONS INTERNES
L’Instance chargée des consultations sur les réformes politiques consacrera trois jours à des réunions internes et reprendra ses rencontres samedi 18 juin, a indiqué, hier, un communiqué de l'Instance présidée par M. Abdelkader Bensalah assisté de MM. Mohamed Touati et Mohamed Ali Boughazi.

Mardi 14 Juin 2011

4

Nation

EL MOUDJAHID

LOIS ORGANIQUES SUR LA COUR SUPRÊME ET LE CONSEIL D’ETAT

Tayeb Belaïz présente l’exposé des motifs aux sénateurs
L
e Conseil de la nation a repris, hier matin, ses travaux lors d’une séance plénière, présidée par Abdellah Bentoumi, vice-président, consacrée à la présentation au débat général de deux lois relatives à la Cour suprême et au Conseil d'Etat dont l’exposé des motifs a été soumis à l’appréciation des sénateurs par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Belaïz, en présence du ministre des Relations avec le Parlement, Mahmoud Khedri. services. Elle statue en groupe de trois juges au minimum, et à l'aide de décisions prononcées par l'une de ses chambres, par une chambre mixte ou par les chambres groupées, et ce, suivant les cas définis par la loi. Dans le cadre de l’amélioration et la facilitation de son fonctionnement, le projet loi de la Cour suprême prévoit les moyens de la soutenir à travers trois services administratifs, ainsi que les instruments devant garantir son indépendance, avec une autonomie financière et de gestion, la création d'un cabinet au niveau de la première présidence de la Cour dont la prise en charge est confiée à un juge. Les crédits alloués à la Cour suprême sont inscrits au titre du budget de l'Etat avec le but de lui assurer une plus large indépendance et une responsabilité à même de garantir le respect des droits des citoyens. La Cour suprême est composée de 7 chambres (civile, foncière, la famille, héritages, commerciale, maritime, sociale, criminelle, délits, pénale et délits), chacune d'elles étant composée au moins de 3 juges.

Renforcer l’autorité de la justice et l’adapter dans ses procédures civiles et administratives
Dans sa présentation des raisons du projet de loi organique relatif aux compétences, à l'organisation et au fonctionnement du Conseil d'Etat, le ministre de la Justice a indiqué que ce texte de loi vise à adapter cette instance à l'évolution du système juridique du secteur de la justice, notamment la loi sur les procédures civiles et administratives. Le projet de texte propose une organisation du Conseil d'Etat qui réponde aux mêmes critères d'organisation et de fonctionnement prévus pour la Cour suprême, tout en définissant le cadre de ses compétences en premier et dernier ressort des recours en annulation, en interprétation ou en appréciation de la légalité formés contre les actes administratifs centraux, des institutions publiques nationales et des organisations professionnelles nationales. Le Conseil d'Etat intervient également pour faire appel contre les jugements et ordonnances rendus par les juridictions admi-

Garantir l’indépendance de la cour avec une autonomie financière et de gestion
Dans sa présentation du projet de loi organique portant Cour suprême, le ministre de la Justice a précisé que le texte vient définir l'organisation, le fonctionnement et la compétence de la Cour suprême, une législation vise à adapter l'organisation de cette institution au cadre institutionnel des juridictions, la définition de son domaine d'intervention, l'unification de la jurisprudence et le respect de la loi. Le projet de loi, voté le mois passé, stipule que la Cour suprême est une juridiction qui exerce son contrôle sur les ordonnances, les jugements et les décisions émanant des juridictions liées au système judiciaire courant en matière d'application correcte de la loi et de respect des formes et des règles de procédure. Elle peut être exclusivement une cour de juridiction dans les cas définis par la loi. Quant à sa composition, elle est constituée de juges et de magistrats représentant le parquet et le greffe. Le premier président de la Cour suprême est doté de pouvoirs juridiques et administratifs à même d'assurer le bon fonctionnement de cette institution, ainsi que l'animation, la coordination et le contrôle de ses différents

nistratives et des pourvois en cassation contre les jugements rendus par les juridictions administratives en dernier ressort. Le Conseil d’Etat qui codifie la pratique en vigueur depuis l'adoption de deux systèmes judiciaires en Algérie, le premier à caractère ordinaire revient à la Cour suprême et le deuxième à caractère administratif dévolu au Conseil d'Etat, est pourvu d'un greffe central et de trois greffes de chambres et de sections, et son président anime, coordonne et contrôle les activités des chambres, du greffe et des départements et services administratifs. Les missions de son bureau consistent à élaborer le règlement intérieur du Conseil, relever les cas de contrariété de jurisprudence entre les chambres et veiller à l'unification de la terminologie utilisée dans les chambres. Le débat général a été émaillé par quatre interventions des membres du Conseil de la nation, auxquels le ministre a apporté les éléments de réponse à l’issue de leur intervention. Les travaux reprendront demain et seront consacrés au vote des textes de loi débattus. Houria Akram

Un projet de loi destiné à réduire les pourvois en cassation auprès de la Cour suprême
Le ministre de la Justice, garde des Sceaux, M. Tayeb Belaïz, a annoncé, hier, un projet de loi stipulant le renvoi des affaires liées aux délits et infractions mineurs à un médiateur légal afin de réduire la quantité « énorme » de pourvois en cassation déposés au niveau de la Cour suprême. « Un projet de loi est prêt depuis six mois », prévoyant le renvoi des affaires liées aux délits et infractions mineurs qui ne portent pas atteinte à l'ordre public et aux mœurs publiques au nombre d'environ 135 délits à un « médiateur légal pour examen et règlement des différends », a indiqué le ministre. M. Belaïz répondait à une question d'un membre du Conseil de la nation au sujet du très grand nombre de pourvois en cassation déposés devant la Cour suprême. Ce texte de loi, a ajouté M. Belaïz, qui s'inscrit dans le cadre de l'amendement de la Constitution, contribuera à réduire le nombre de pourvois en cassation devant la Cour suprême, à éviter les complications juridiques, à gagner du temps et à alléger les mesures requises pour les recours. Il permettra également de lever « l'obstacle constitutionnel », à savoir le principe du droit de recours au pourvoi en cassation devant la Cour suprême consacré dans la Constitution et en vertu duquel les citoyens avaient recours à ce procédé, même s'il s'agissait de simples amendes.

APN Présentation de propositions sur l'amendement du projet de code pénal et du projet de loi sur la lutte contre la corruption
Des propositions concernant le projet de loi amendant la loi 66-156 portant code pénal et le projet de loi amendant et complétant la loi 06-01 relative à la prévention et à la lutte contre la corruption ont été présentées dimanche devant la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés de l'Assemblée populaire nationale (APN). Lors d'une réunion, présidée par son président M. Hocine Khaldoune, la commission a entendu le président de l'Union nationale des entrepreneurs publics (UNEP), M. Ali Slimani, le président de l'Association des banques et des établissements financiers (ABEF), M. Nacer Hayder, et ce, en présence de M. Mohamed Yacine, ancien ministre de l'Industrie, qui ont présenté leurs propositions concernant les deux projets de loi, a précisé un communiqué de l'APN. Les membres de l'UNEP et de l'ABEF ont souligné la nécessité de "lever les entraves" auxquelles sont confrontés les gestionnaires publics afin de leur permettre de travailler dans des conditions convenables. Les membres de la commission ont souligné que la criminalisation ne touchait pas l'acte de gestion lui-même mais la mauvaise gestion qui conduit à la dilapidation des deniers publics et la violation de la législation en vigueur en matière de pratiques commerciales et de capitaux. Ils ont affirmé que la loi "doit créer un équilibre entre les exigences de protection des deniers publics et la nécessaire libération de l'initiative chez les gestionnaires publics pour réaliser la performance économique de l'entreprise au service de l'économie nationale".

A retenir…

La médiation pour plus de facilité
Le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Belaïz, a avancé l’idée d’un mécanisme de médiation pour éviter les procès dans certains cas, signifiant que la médiation est préférable, et les choses seraient davantage facilitées pour les parties en litige que le fait d’aller à la justice s’agissant de faits minimes et peu compliqués. Le terme de base juridique devra être fondé sur des bases juridiques. La publication et l’exécution de tous les arrêtés et décisions de la Cour suprême seront effectives, de même que leur distribution.

L’ancrage de la culture juridique
Au sujet du citoyen et de ses droits devant la justice, le ministre a précisé que le terme souvent employé en réponse aux questions des justiciables sous le couvert « la base juridique » devra reposer sur des réponses fondées sur des bases juridiques et justifiées par des dispositions législatives et réglementaires devant les citoyens.

Indépendance et responsabilité, dénominateur commun pour la justice et la presse L’édification d’un Etat démocratique et de droit repose sur deux piliers fondamentaux : une
justice indépendante et responsable et une presse diversifiée, indépendante et responsable, deux dénominateurs communs à une seule cause mise au service de l’intérêt de la nation et des citoyens. Houria A.

PREMIERS ÉTATS GÉNÉRAUX DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

1.300 délégués attendus aujourd’hui
Quelque 1.300 délégués sont attendus aux premiers états généraux sur la société civile algérienne qui débuteront aujourd’hui, au Palais des nations à Alger. Organisée par le Conseil national économique et social (CNES), cette conférence de trois jours doit regrouper les représentants de tous les secteurs professionnels et associatifs, des syndicats, et du monde de la culture, des médias et de la communication. La participation est également ouverte aux personnalités et intellectuels nationaux établis en Algérie et à l'étranger, ainsi qu'aux organisations estudiantines et de la jeunesse, aux conseils de déontologie et d’éthique, aux cercles citoyens de réflexion et d’action, ou encore à des sociétés savantes. Cette rencontre s'inspirera sans doute des directives développées par le Président Abdelaziz Bouteflika le 15 avril dernier concernant la nécessité de faire du mouvement associatif le véritable relais entre la société politique et la société civile dans une Algérie qui se veut la plus démocratique et la plus moderne possible. « Authentique exercice de démocratie participative », ces états généraux sont perçus par leurs initiateurs comme un « espace passerelle » qui transcende, soutiennent-ils, les « étroitesses partisanes et catégorielles ». La « large concertation » qui présidera aux travaux de ce forum devrait, en conséquence, déboucher sur un certain nombre de recommandations articulées autour de plusieurs thématiques axées principalement sur l'économique, le social, le mode de gouvernance et les « politiques publiques » en direction de la jeunesse. Les « larges débats » qui animeront les différents ateliers mis sur pied pour la circonstance devraient être aussi riches que variés d'autant qu'il est attendu des participants un discours « nouveau » adapté à la réalité du terrain et qui se démarque des redondances dont usent et abusent à longueur d'année certains acteurs réels ou supposés de la société, relèvent les observateurs avertis. Cet important rendez-vous où la « parole sera libre » pour exprimer les « attentes citoyennes », à en croire le CNES, sera au final sanctionné par la rédaction d'un document reflétant « pleinement » les recommandations émises par les différentes parties dans le cadre de cinq ateliers spécialisés. Il s'agit, selon le CNES, de faire parvenir aux pouvoirs publics, sous les formes « les plus appropriées » les préoccupations, les attentes et les propositions de la société civile. Les citoyens et citoyennes peuvent par ailleurs faire parvenir au CNES leur « contribution » au débat général à travers un site web (www.cnes.forumcivil.dz) spécialement conçu à l'occasion de cet événement inédit.

Mardi 14 Juin 2011

EL MOUDJAHID

Nation
AU TROISIÈME JOUR DU BAC

5

2e SÉMINAIRE SUR LA CERTIFICATION ÉLECTRONIQUE

A l’écoute des dernières technologies
A
nnoncé dans un premier temps pour les 20, 21 et 22 juin, le séminaire international de la Certification électronique (SICE2011) se tiendra finalement les 28, 29 et 30 juin au Cercle national de l’Armée. L’évènement, organisé par l’Autorité de Régulation de la Poste et des Télécommunications (ARPT), signe sa deuxième édition qui sera consacrée à la présentation des dernières technologies utilisées dans les domaines de la sécurité des réseaux et des systèmes d’information de manière générale et la certification électronique en particulier. L’objectif premier de cette manifestation étant de réunir dans un même lieu tous les intervenants dans le domaine, à savoir les chercheurs académiques, industriels, opérateurs économiques et autres. De part son initiative, l’ARPT invite, en effet, les spécialistes à faire partager leurs expériences dans le domaine de la certification électronique et la sécurité des systèmes et des réseaux, tout en privilégiant les propositions techniques et juridiques, issues d'une expérience concrète et provenant de technologies innovantes. Les thèmes soumis à débat traiteront notamment de l’avenir de l'expertise technique en sécurité, de la sécurité des infrastructures, de l’évolution du contexte réglementaire et organisationnel en matière de sécurité et de certification électronique, de la sécurité des nouvelles architectures (VoIP, MAN/WAN, Gigaethernet), de la sécurité des communications (VPN IPsec, SSL, MPLS, etc.) et de la sécurité du commerce électronique. Le programme des conférences annoncé abordera également sur la cryptographie appliquée, l’authentification et le contrôle d’accès, la métrologie et audit de la sécurité, l’infrastructure de gestion de Clés (PKI), la gestion de la confiance et de la réputation, l’évaluation de la sécurité des technologies de l’information et de la certification, la politique de certification, les meilleures pratiques en matière de certification électronique, le modèle et exemple de déploiement de PKI (d’envergure nationale) déjà réalisé, les failles, vulnérabilité et attaques existant dans le domaine de la certification électronique, l’accréditation, la supervision et audit des fournisseurs de services de certification électronique, l’e-service et la certification électronique, l’impact de l’utilisation de la certification électronique et l’organisation des prestataires de service de certification électronique. Il est notamment attendu des interventions enregistrées d’inclure la présentation d'une démarche, d'une technique ou d'une solution de sécurité répondant à une problématique d'entreprise et d’être illustrées d'une expérience pratique. Cela dit, l’Autorité de régulation avertit, tout de même, que toute présentation strictement commerciale est refusée. Le 2e séminaire sur la certification électronique prévoit, par ailleurs, une table ronde sur les retours d’expériences dans les domaines de la certification électronique et de la sécurité informatique. Hamida B.

Jusqu’où vont les limites de la surveillance ?

L

SELLAL RÉUNIT LES CADRES DE L’HYDRAULIQUE

Garantir la fluidité du service public

L

e ministre des Ressources en eau, M. Abdelmalek Sellal, a rappelé, hier, aux cadres de son secteur l'importance de l'amélioration du service public de l'eau, qui ''doit être à la hauteur de la demande du citoyen", a indiqué un communiqué du ministère. Au cours d'un séminaire qui a réuni les cadres de l'Algérienne des eaux (ADE) et 15 chefs de zone en prévision de la saison estivale 2011, M. Sellal a réaffirmé la nécessité de l'amélioration du service public de l'eau, ''sachant, a-t-il dit, que les pertes et fuites restent importantes et la clientèle mal prise en charge''. Le ministre a rappelé que les résultats, qui vont s'améliorer au cours de cette année, grâce aux projets en cours, ''doivent être accompagnés d'une politique plus ambitieuse de raccordement pour amener l'eau dans les zones les plus enclavées du pays et des villages d'une part, et d'autre part mieux prendre en charge le volet de la distribution qui reste en deçà des objectifs fixés''. La gestion du service public de l'eau a été l'un des sujets abordés lors de cette réunion, indique la même source qui précise que

''des carences ont pu être notées par les différentes inspections du ministère''. Ainsi, ''il a été rappelé aux participants la nécessité de fournir davantage d'efforts pour mieux gérer leurs services, car il ne suffit pas de sécuriser la disponibilité de l'eau. Il faut en garantir la pérennité par un bon service public et une meilleure gouvernance'', souligne encore le communiqué. Par ailleurs, l'amélioration du taux de remplissage des barrages (75,85%) a été relevée au cours de cette réunion. ''Aucun problème n'est à signaler'' en matière de mobilisation et de disponibilité de la ressource hydrique, note encore le ministère. La dotation en eau quotidienne par habitant

es matières de base étaient au programme, hier, troisième jour de l'examen du baccalauréat 2011. Il s’agit de la matière philosophie pour les filières lettres et langues, physiquechimie pour les matheux et scientifiques, technologie pour les maths techniques et gestion et comptabilité pour ceux inscrits en gestion et économie. Qualifiant les sujets d'«abordables», dans l’ensemble, des candidats des différentes filières se sont révoltés contre «l’excès de zèle» de certains surveillants dont le comportement dans les classes, a eu pour effet de les déconcentrer. A la sortie des différents centres d’examen d’Alger, les candidats estiment que le sujet de physique était à «leur portée». Et d’ajouter «les deux sujets au choix relèvent du programme enseigné durant l’année scolaire. Seulement le problème se pose au niveau des surveillants qui nous perturbent en discutant

entre eux, en nous appelant à remettre les copies, 15 minutes avant l’heure ou encore en refusant de nous accompagner aux sanitaires». Le dispositif de surveillance «exagéré» est devenu source de perturbation pour les candidats qui ont besoin d’un peu de calme durant les épreuves. «J’ai trouvé du mal à entamer mes réponses avec les déplacements bruyants des surveillants dans les rangs qui ne se gênaient pas à toucher à nos affaires et même à nos copies», lance Miriam. Il y a lieu de noter que le ministre de l’Education nationale, Boubekeur Benbouzid a menacé de sanctionner sévèrement tous les candidats au baccalauréat qui tenteraient de tricher, lors de ces épreuves, mais il a aussi appelé les chefs de centre et les enseignants surveillants à accomplir convenablement leur mission, sans toutefois gêner le candidat, le stresser, ou le déconcentrer. S. S.

La Protection civile en force La Direction générale de la protection civile a mis en place un
important dispositif visant la prise en charge médicale des candidats dans tous les centres d'examen du baccalauréat. "Les services de la Protection civile ont mis en place un dispositif constitué d'importants moyens humains et matériels, pour assurer une prise en charge médicale et de sécuriser les centres d'examen contre les incendies, a-t-on précisé de même source. Cette procédure est programmée pour assister tous les candidats au niveau des centres d'examen des différents cycles de fin d'année, a-t-on précisé. A cet égard, 11.223 agents de la Protection civile (dont 3.741 agents pour le seul examen du Bac), en plus de 358 ambulances médicalisées, 87 engins d'incendies et 62 équipes mobiles, sont mobilisés pour cette mission."La totalité des centres d'examen à travers le territoire national ont été dotés d'une couverture sanitaire constituée d'équipes de secouristes de la Protection civile encadrées par des médecins et des officiers, soit par des équipes mobiles pour les centres éloignés, particulièrement dans les wilayas du Sud de pays, a-t-on signalé.

''est en constante amélioration puisqu'elle a culminé cette année à un ratio moyen de 168 litres jour par habitant'', précise-t-on. Selon le ministère des Ressources en eau, ''la fréquence de distribution moyenne au quotidien est de 70% des communes du pays, alors qu'elle était de 45% en 2000''.

Sit-in devant le siège de l'entreprise des retraités du complexe POVAL de Berrouaghia
Plus d'une centaine de retraités de l’entreprise POVAL de Berrouaghia, dans la wilaya de Médéa, spécialisée dans la production de pompes et vannes industrielles, ont organisé hier, un sit-in devant le siège de l’entreprise pour dénoncer le retard mis par l'employeur dans le versement de leurs indemnités de retraites, a-t-on constaté. Ces retraités ont exprimé leur mécontentement face aux "lenteurs" de la direction du complexe à prendre en charge leur principale revendication, qui consiste au versement de la totalité des indemnités de retraites qu’ils n’ont pas perçues, depuis le mois de décembre 2009, réfutant, par la même occasion, les arguments avancés par l’administration du complexe, qui expliquent ce retard par la "lourdeur" des procédures administratives. L’administration du complexe s’est dite disposée à "régler définitivement ce problème", a affirmé un responsable de la direction des ressources humaines, à l’issue d’une rencontre avec des représentants des contestataires, précisant que les procédures administratives inhérentes à ce dossier ont été engagées et que le versement de ces indemnités devraient intervenir, "d’ici la fin du mois de juin courant".

HADJ 2011

25 agences de voyages privées agréées
Sollicité par la presse sur la participation des agences de voyages privées à la prise en charge des hadjis, Dr Smaïl Mimoune, ministre du Tourisme et de l’Artisanat a déclaré, dimanche dernier à Staouéli (Alger), en marge de la conférence nationale sur l’artisanat algérien, que ce problème relève exclusivement du ministère des Affaires religieuses et du Wakf, qui accorde les agréments nécessaires, avant d’ajouter ensuite que cette année verra le retour des agences de tourisme et de voyages privées pour prendre en charge nos hadjis, en précisant que 25 d’entre elles ont été autorisées à participer à la prochaine campagne Hadj.

Mardi 14 Juin 2011

6

Nation

EL MOUDJAHID

DAHO OULD KABLIA L’A ANNONCÉ HIER

Le projet de loi sur les partis sera examiné
demain au ministère de l’Intérieur
Habitat : «Un quota important de logements» pour la capitale et ses environs
Le ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales a annoncé hier qu'un calendrier était en cours d'élaboration à même de permettre aux différentes communes de la wilaya d'Alger et ses environs de bénéficier d'un quota suffisant de logements. « Un calendrier est en cours de préparation afin de permettre aux communes du Grand Alger de bénéficier d'un quota important » dans le cadre des différents programmes de logements. M. Ould Kablia répondait à une question sur les protestations ayant

L

e projet de loi sur les partis politiques sera examiné demain au ministère de l'Intérieur. C’est ce qu’a indiqué hier M. Daho Ould Kablia, ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales. « La loi sur les partis sera à l'étude dès ce mercredi au niveau du ministère de l'Intérieur », a-til déclaré à la presse en marge de la mise en service d'un tronçon de la deuxième rocade sud d'Alger. Le ministre avait déclaré début juin que ce projet de texte allait « prendre en charge les préoccupations et suggestions des partis », et qu'il sera présenté à l'APN lors de sa prochaine session. Par ailleurs, M. Ould Kablia a annoncé que son département ministériel devrait pouvoir disposer cette semaine d'une mouture de l'avant-projet de loi sur les associations. Selon M. Ould Kablia, le ministère « pourra avoir, avant le 16 juin, une mouture du projet de loi sur les associations à présenter au gouvernement ». Le projet de loi relatif aux associations doit également être déposé au Parlement pour sa session d'automne, selon le calendrier annoncé début juin par le ministre de l'Intérieur. Afin d'enrichir ce texte, le ministère a fait appel à des « experts, des magistrats et des professeurs ainsi qu'à des spécialistes de l'administration publique et de la société civile », a-t-il ajouté, précisant qu'il sera procédé auparavant à la synthèse « des trois matrices de la loi sur les associations ». Selon les données présentées par M. Ould Kablia, il existe en Algérie 800 associations à caractère national, et environ 80.000 associations dont les agréments ont été délivrés par les wilayas. « Sur les 80.000 associations, il n'y a probablement que le tiers qui fonctionne plus ou moins valablement », a-t-il encore dit. Le projet de loi relatif aux associations doit également être déposé au Parlement pour sa session d'automne, selon le calendrier annoncé début juin par M. Ould Kablia. Evoquant, par ailleurs la loi sur le code électoral, le ministre a indiqué que son examen « demande plus de temps, parce qu'il y a beaucoup plus de suggestions à intégrer, pour que ce soit réellement un code qui reflète positivement les propositions qui seront faites ». Interrogé sur la situation sécuritaire dans le pays, le ministre a affirmé que la lutte antiterroriste était l'affaire de tous, et non pas seulement celle de son département ministériel.

Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia, a écarté hier un large mouvement dans le corps des walis en 2011 en raison des échéances électorales prévues l'année prochaine. M. Ould Kablia a indiqué que si mouvement il devait y avoir dans le corps des walis, « celui-ci serait très restreint en raison des actions à mener pour la préparation des élections en avril 2012 ». A une question sur l'obtention de la carte d'identité nationale et du passeport, il a précisé que la procédure a été allégée, affirmant que le certificat de nationalité n'est exigé que pour les personnes demandant pour la première fois des passeports ou des pièces d'identité.

marqué plusieurs communes de la capitale ces derniers temps, suite à l'annonce des listes des bénéficiaires de logements sociaux au niveau d'El-Mouradia et El-Madania. Il a, toutefois, noté l'impossibilité de répondre à toutes les demandes des citoyens pour l'obtention d'un logement, notamment social, appelant les citoyens demandeurs de logement à faire preuve de patience. L'opération de distribution de logements par des commissions ad hoc « rencontre des problèmes », notamment dans le cas où la demande (40.000 demandes) est supérieure à l'offre (1.000 logements).

GHOUL ET OULD KABLIA SUR LES CHANTIERS DE LA ROCADE SUD D’ALGER

COOPÉRATION

Mise en service du tronçon Birtouta-Meftah
Un nouveau tronçon de la 2e rocade sud d'Alger, reliant Birtouta à Meftah, a été ouvert à la circulation hier, en présence des ministres des Travaux publics M. Amar Ghoul et de l'Intérieur et des Collectivités locales M. Daho Ould Kablia. Le tronçon qui doit desservir plusieurs localités et agglomérations situées dans les wilayas d'Alger et Blida, totalise une longueur de 20 km. Il viendra s'ajouter à plusieurs autres sections du projet, déjà opérationnelles. Il s'agit de plusieurs sections situées sur l'axe Zéralda-Larbaâtache (Boumerdès) d'une longueur globale de 32 km et comprenant un nombre d'ouvrages d'art qui sont opérationnels depuis 2009. Dans une déclaration à la presse après la mise en service cette nouvelle section, M. Ghoul a relevé l'importance de ce segment, affirmant qu'une telle infrastructure constitue "un acquis pour les Algériens qui sont appelés à le sauvegarder". De son côté, M. Ould Kablia a souligné que ce projet "est le fruit des efforts déployés par le ministère Travaux publics, en coordination avec les responsables locaux, à leur tête les walis, qui ont contribué à la libération du foncier situé sur le tracé de cette autoroute, pour concrétiser le projet". D'un coût avoisinant les 65 milliards de dinars, selon des données de l'Agence nationale des autoroutes (ANA) maître d'ouvrage du projet, la 2e rocade d'Alger devra, une fois livrée dans sa totalité, absorber pas moins de 70 % des véhicules empruntant actuellement la rocade sud reliant Ben Aknoun à Dar El Beida, avait indiqué le ministre des Travaux publics. Si la longueur totale de la nouvelle rocade, dont la réalisation a été confiée à un groupement algéro-luso-espagnol, est de 62 km, couvrant les wilayas d'Alger, Boumerdès et Blida, elle dépassera 200 km une fois raccordée à une maille de plusieurs échangeurs devant relier la rocade à plusieurs infrastructures socio-économiques dans les zones parcourues.

Noureddine Moussa reçoit l’ambassadeur de Serbie…
Le ministre de l'Habitat et de l'Urbanisme M. Nourredine Moussa, a réitéré dimanche son ''engagement à encourager'' le partenariat entre les opérateurs algériens et serbes dans le domaine de la construction. M. Moussa a renouvelé, en recevant l'ambassadeur de Serbie en Algérie, M. Vladimir Kohut, "son engagement à encourager la poursuite des contacts entre les opérateurs des deux pays, en vue de la constitution de partenariat mutuellement bénéfique garantissant un transfert de technologie et un meilleur management des projets de construction", a indiqué un communiqué du ministère. M. Kohut s'est dit de son côté satisfait ''du travail accompli par les deux parties depuis la tenue de la 18e session de la commission mixte algéro-serbe, tenue les 16 et 17 novembre 2009, à la suite de l'organisation de rencontres entre les entreprises publiques algériennes et les entreprises serbes spécialisées dans la construction et le développement des systèmes de constructions performants'', a ajouté le communiqué. Le diplomate serbe a exprimé, selon le même communiqué, ''sa satisfaction de voir les entreprises serbes, dont le savoir-faire dans la rénovation et la réhabilitation du vieux bâti est avéré, participer à la réalisation du programme inscrit", précise-ton de même source.

… et l’ambassadrice d’Autriche
M. Noureddine Moussa, ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme a reçu hier au siège de son département ministériel, Madame Aloisia Wörgetter, ambassadrice d’Autriche à Alger. Au cours de cet entretien, Mme Aloisia Wörgetter a fait état de l’expérience autrichienne dans le domaine de la construction et notamment dans la gestion et l’exécution des travaux de restauration, de réhabilitation et de mise à niveau du bâti ancien. Elle a également souhaité l’intervention des entreprises autrichienne dans le domaine du logement à efficience énergétique, domaine dans lequel des avancées notables ont été enregistrées dans son pays. De son côté, M. Noureddine Moussa a fait part de sa disponibilité à encourager toute opération de partenariat entre les entreprises des deux pays dont l’objectif serait l’amélioration des performances des entreprises nationales et la réalisation des programmes. Enfin, les deux parties ont convenu l’organisation, dans une première phase, de rencontres préliminaires entre les entreprises publiques de la construction et les sociétés autrichiennes spécialisées.

En raison des échéances électorales «Pas de large mouvement en 2011 dans le corps des walis»
Le ministre de l'Intérieur et des

Mardi 14 Juin 2011

EL MOUDJAHID

Forum

7

La représentation politique de la femme en débat à El Moudjahid

Un grand décalage
Tahar Mohamed Al Anouar

L

a table ronde organisée par El Moudjahid, hier, sur le thème de la femme algérienne en politique a vu la participation de Mme Saïda Benhabylès, ancienne ministre, et militante actuellement dans le mouvement associatif, Mme Chouiter Nadia, députée à l’APN, représentante du Parti des Travailleurs, Mme Oulebsir Houria, vice-présidente à l’APW, wilaya d’Alger, Mme Ourida Aït Merar, vice-présidente à l’APN, à la Commission chargée de la santé, des affaires sociales, du travail et de la formation professionnelle, Mme Noria Hafsi, représentante de l’UNFA.

constater aussi, c’est que la présence des femmes dans les assemblées élues est liée directement aux partis politiques. Le nombre est infime, 4 % au Conseil de la nation. Il n’y a pas de femmes élues au Conseil de la nation. Elles relèvent toutes du tiers présidentiel. L’oratrice prône pour une changement de mentalité. Elle affirme que le travail de proximité à l’approche d’échéances électorales est le fait entièrement des militantes des partis politiques.

Les militantes font dans la proximité
Elles font de la proximité, relève Mme Ourida Aït Merar, mais quand arrive la confection des listes de candidatures, on ne leur rend jamais justice. De plus, pour les militantes des partis politiques, il y a d’autres contraintes qui se dressent avec des réunions au sein des partis à des heures indues, le plus souvent tardives alors qu’il s’agit la plupart du temps de mères de famille ou en charge de responsabilités familiales. Les partis politiques doivent avoir pour obligation de mettre un certain nombre de femmes dans leurs listes.

La femme s’est imposée par son combat
Pour Mme Saïda Benhabylès, la femme algérienne n’a pas attendu la parution d’une loi ou d’un décret pour s’engager en politique. La femme algérienne s’est toujours engagée de façon spontanée dans tous les combats qu’a eus à livrer le pays sur le plan politique, sécuritaire, économique, social ou culturel. Cet engagement a été total bien qu’en bout de chaîne, estime l’oratrice, la femme n’a pas été payée de retour, puisque toujours confinée dans les seconds rôles, notamment dans le domaine politique. Mme Benhabylès en vient ainsi à se poser la question de savoir si la politique est une chose trop sérieuse, pour voir intervenir à haut niveau de responsabilité, la femme. L’ancienne ministre rappelle alors quelques faits saillants de la mobilisation de la femme dans les années les plus terribles vécues par le pays durant la période où le terrorisme sévissait avec la cruauté que l’on sait. Quand les groupes terroristes voulaient empêcher la rentrée scolaire de se produire, ce sont les femmes accompagnées de leurs enfants qui étaient audevant de la scène pour faire en sorte que la rentrée se fasse. Les femmes forçaient le destin, alors que les écoles étaient en parties brûlées.
Ph. Nacera I.

propre parti politique. En ces temps d’ouverture tous azimuts, il y a comme un malaise face à une telle situation, estime l’oratrice. Dans son intervention, Mme Chouiter Nadia, députée à l’APN, représentante du Parti des Travailleurs, relève qu’étudiante, elle souffrait déjà des anomalies dont étaient victimes les femmes. L’oratrice estime que c’est à travers cela que s’est développé son engagement politique et sa contribution à la promotion du rôle des femmes élues.

estime l’oratrice.

Loin des attentes
Mme Oulebsir Houria, viceprésidente à l’APW d’Alger, en rappelant les énormes sacrifices consentis depuis la nuit des temps par la femme algérienne, estime qu’elle n’a pas accès à des responsabilités qui correspondent à ces lourds sacrifices. Les droits de la femme ont été ainsi confisqués. La femme algérienne, ne l’oublions pas, affirme l’oratrice, a été extrêmement présente durant la décennie noire. Elle a pris ses responsabilités au niveau local, et au niveau national, lorsque les hommes désertaient le terrain, ce que Mme Benhabylès traduisait avant elle, par l’image bien connue qu’au passage de la caméra dans les réunions publiques, les hommes se cachaient le visage et que ce n’était pas le cas pour les femmes. Contre la marginalisation des femmes aujourd’hui, l’oratrice pense que des décisions internes doivent être prises dans les partis politiques au bénéfice de leurs élues. En 2002, le RND a permis à un nombre relativement important d’élues locales d’accéder aux responsabilités. M me Oulebsir, comme celles qui sont intervenues avant elles, ont toutes étaient d’accord pour réclamer l’application des textes déjà adoptées qui sont parmi les plus en pointe par rapport à d’autres pays, mais qui péchent par leur non-application.

responsabilités, elles ont pu obtenir d’excellents résultats et ont fait montre de beaucoup de compétence. Mais force est de constater que l’Etat ne fait pas assez, que l’effort reste extrêmement limité, alors que les préoccupations sont très grandes sur le plan social qui pourraient être prises en charge par les femmes, notamment au sein des assemblées élues et des partis politiques.

Le travail politique : un acte de citoyenneté
Mme Nouria Hafsi, représentante de l’UNFA, note dans son intervention que le travail politique relève d’un acte de citoyenneté, alors que lorsqu’on voit la femme en partage des responsabilités, la représentation est faible (3 à 4% environ du total), ce n’est pas compatible avec les évolutions actuelles dans la vie publique, ni dans le monde, compatibles avec la promotion de la femme. C’est un aspect que le première responsable de l’UNFA ne trouve pas comme positif pour notre pays. Mme Nouria Hafsi, relève que l’Algérie a ratifié toutes les conventions internationales concernant les droits des femmes, mais dans l’intégration de la femme en politique, le taux demeure relativement faible.

La femme, une grande ambition
M Chouiter Nadia relève que la femme algérienne a son propre parcours politique, elle a accédé par son combat à l’émancipation. Il n’est dès lors pas étonnant qu’elle aspire à la justice et à l’égalité, à prendre les commandes à l’intérieur des formations politiques, comme ailleurs. Au titre des imperfections, l’oratrice rappelle combien le code de la famille de 1984 a été une régression par rapport au passé, et d’abord en contradiction avec le texte constitutionnel. Cela a amené par la suite un très fort mouvement de contestation. Le code de la famille demeure un texte contradictoire, même après son amendement estime l’oratrice. C’est un élément de non citoyenneté et donc produisant des obstacles dans le monde politique pour la femme, dans le monde du travail, etc. La précarité cela fait très mal. Dans le monde politique encore, on voit très peu de femmes élues.
me

Les choses peuvent évoluer plus favorablement
C’est tout le combat des femmes en politique au niveau local. Si la femme était représentée plus largement au niveau national (APN, Conseil de la nation), la donne changerait assurément dans la solution à trouver aux problèmes posés. Pour Mme Ourida Aït Merar, vice-présidente de commission à l’APN, être femme en Algérie, ce n’est pas une tâche facile, être une femme politique, c’est encore plus compliquée. Il y a des tâches immenses auxquelles elle doit faire face quotidiennement. Pour cela, dit-elle, il faut rendre un grand hommage à la femme algérienne.

Toutes aux urnes
Même scénario, lorsque à un moment donné, les groupes terroristes avaient «décrété» le boycott des élections, ce sont, là aussi, les femmes qui sont parties voter en masse pour aller contre «l’interdit». Pour Mme Benhabylès, la pratique politique chez la femme n’a été le fruit ni d’un décret ni à travers le passage dans une université, mais est le fruit d’un engagement, d’un acte de foi qui n’a malheureusement pas été suffisamment pris en charge par les autorités politiques. Serait-ce que faire face à la mort, c’est moins sérieux que contribuer à l’activité politique, se pose la question l’ancienne ministre ! Mme Benhabylès note que si l’on devait poser la question de savoir si les femmes étaient satisfaites de leur contribution et la prise en consultations politiques actuellement engagées, la réponse serait certainement non. L’oratrice estime que les femmes méritent assurément mieux.

Des droits qui s’inscrivent dans le débat général
S’agissant des droits politiques de la femme, ceux-ci s’inscrivent dans le débat général actuellement initié par la commission de consultations. Les organisations de masse ont été, aux yeux de l’oratrice, de véritables centres d’initiation et de formation à la politique pour tous et singulièrement pour les femmes. L’oratrice pose elle aussi le problème de la représentativité de la femme et assure que c’est à l’intérieur des partis politiques que les militantes pourront aller à la promotion ou à la marginalisation. Cela dépendra de leur engagement comme de la volonté des responsables des partis de favoriser ou non la promotion. Confinée dans le volet social, ce que l’oratrice regrette, c’est que dans le cadre des responsabilités qui sont dévolues à la femme élue, c’est toujours le volet social dans lequel elle est confinée. Il n’y a pas d’évolution de ce point de vue dans la participation des femmes. Ce que l’on peut

Une responsabilité collective
Qui est responsable alors de cette situation dit-elle, est-ce la femme ou l’absence d’une réelle volonté politique et partisane qui refuse à la femme des droits qu’elles a arrachés par son engagement social. Pour l’oratrice, la responsabilité est collective. La femme n’exerce pas en politique ses droits constitutionnels et la politique est laissée encore à la disposition des hommes. L’Algérie autrefois à la pointe est aujourd’hui à la traîne. Il faut faire pression sur les partis politiques pour favoriser la participation de la femme et lutter contre toutes les formes de conservatisme encore présents dans notre société qui obstruent l’avenir de la femme et notamment dans le domaine de la politique. Le Président de la République a voulu accompagner le mouvement et la pression des femmes quand il a proposé la modification à la Constitution pour faire une plus large place à la femme dans la représentation politique, mais tout est affaire d’application, comme le révélera le débat. T. M. A.

La responsabilité des partis politiques
Il y a eu la matière, une grande responsabilité qui revient aux partis politiques. C’est pour cela qu’au Parti des travailleurs, on a opté pour l’égalité en droits, une égalité entre les membres au sein du parti. Au niveau local, l’oratrice estime de façon générale que la femme a peur d’aller aux élections et d’être élue pour ne pas avoir à affronter les réalités locales et la proximité avec la population. L’oratrice regrette par ailleurs, l’absence de débat public et le non accès aux médias lourds. Elle rappelle que les pays du Nord de l’Europe ont adopté le principe de la parité hommesfemmes, évolution qui mérite qu’on s’y intéresse chez nous,

Des résistances dans l’application des textes
L’oratrice constate qu’il y a encore de nombreuses résistances à passer à l’acte, c’est-à-dire à l’application alors même que les Constitutions algériennes ont toutes fait références à l’égalité des droits entre l’homme et la femme. Les femmes militantes algériennes dans tous les secteurs, ont transmis aux partis politiques leurs revendications pour une plus grande reconnaissance de leurs droits, revendications qui doivent naturellement être prises en charge dans les consultations politiques actuellement menées. Pour l’oratrice, le combat de la femme en politique, comme ailleurs, reste un combat de tous les jours. Chaque fois que les femmes ont été en charge de

Un grand décalage
Il y a décidément un grand décalage entre l’engagement des femmes et ce que leur propose l’environnement politique, leur

Mardi 14 Juin 2011

EL MOUDJAHID

Economie
S É C U R I T É A L I M E N T A I R E

9
FORUM INTERNATIONAL DE LA FINANCE LES 21 ET 22 JUIN À ALGER

La faim et les moyens
L
a FAO a annoncé, hier, le lancement d'une nouvelle initiative visant à produire plus de nourriture pour une population mondiale croissante dans un environnement durable. "La nouvelle approche prévoit de cibler essentiellement les petits agriculteurs des pays en développement", a indiqué la FAO dans un ouvrage qu'elle a publié sous le titre Produire plus avec moins, soulignant que son initiative prévoit d'"aider les familles agricoles à faible revenu (quelque 2,5 milliards de personnes) à économiser sur les coûts de production et à bâtir des écosystèmes sains, leur permettant d'optimiser les rendements et d'investir dans leur santé et leur éducation". Pour l'Organisation, "la technologie de la “Révolution verte” a sauvé de

Un rendezvous attendu
Evènement, désormais inscrit dans la constance, le forum international de la finance, dans sa sixième édition se déroulera les 21 et 22 juin courant à l’hôtel Mercure. Organisé par le forum des compétences algériennes en Suisse en partenariat avec la chambre de commerce et d’industrie Suisse/Algérie, ce rendez-vous qui regroupera d’éminents experts nationaux et étrangers se tient, cette année encore, dans un contexte de crise financière dont l’impact continue de peser sur le développement des économies de nombre de pays. Une conjoncture qui sera disséquée à travers les thèmes retenus pour cette rencontre censée stimuler un grand débat sur cette question d’actualité. Outre les travaux en plénière, le forum prévoit des ateliers thématiques sur des questions de première importance. Outre l’examen des changements récents dans les pays arabes et leurs implications financières, le forum débattra, entre autres, des changements au Maghreb, au plan des pratiques bancaires en matière de management, de financement de projets et mégaprojets d’investissement, et de gestion du risque bancaire. Tout un chapitre sera également consacré à la situation de l’Algérie qui a engagé de vastes chantiers de réformes à plusieurs niveaux, notamment celui de la finance qui s’est vu accompagner d’un plan de modernisation destiné à améliorer la qualité des services et répondre aux besoins de l’environnement économique. Les banques et les sociétés d’assurances ainsi que, les institutions financières devront mettre à profit leur participation à cette rencontre pour s’enquérir des dernières innovations dans le domaine financier. D. Akila

CÉRÉALES

L’OAIC table sur une production de 45 millions de quintaux en 2011
La production nationale de céréales prévue pour l'année 2010/2011 devrait tourner autour de 45 millions de quintaux, avec d’excellents rendements" pour le blé dur, selon les déclarations du directeur général de l'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) à l’APS. M. Noureddine Kehal a rappelé, par la même occasion que, "c'est la troisième année consécutive au cours de laquelle on enregistre un record de production". En 2009/2010, la production céréalière avait, en effet, atteint 45,5 millions de quintaux contre 61,2 millions en 2008/2009. L'Office s'attend également à une "bonne production" de blé tendre et à une "récolte en dessous de la moyenne" pour l'orge, qui a pâti de la sécheresse ayant sévi dans les zones agropastorales. "C'est une année excellente en blé dur, bonne en blé tendre et en dessous de la moyenne pour l'orge », conclura M. Noureddine Kehal.

la famine environ un milliard d'individus et produit des quantités de nourriture plus que suffisantes pour une population mondiale qui est passée de 3 à 6 milliards d'habitants entre 1960 et 2000". "L'approche s'inspire en partie des techniques d'agriculture de conservation, qui éliminent, ou réduisent au minimum, les labours et le travail du sol, en préservant ainsi la structure et la santé", a expliqué la FAO, ajoutant que "les résidus végétaux forment une couverture de protection sur les champs et les céréales sont cultivées en rotation avec des légumineuses qui enri-

chissent le sol". Parmi les techniques préconisées, "l'irrigation de précision pour obtenir un meilleur rendement par goutte d'eau et l'épandage localisé des engrais, qui peut doubler la quantité de nutriments absorbés par les plantes", a fait savoir la même source, pour qui "la lutte intégrée contre les ravageurs, qui décourage le développement des populations de ravageurs en réduisant le recours aux pesticides, est un autre élément clé". L'Organisation a précisé que "toutes ces méthodes contribuent non seulement à cultiver davantage de nourriture, mais aussi à réduire de 30% les besoins en eau

des cultures et jusqu'à 60% les coûts énergétiques", soulignant que "dans certains cas, les rendements agricoles peuvent être multipliés par six, comme le montrent les essais conduits récemment avec le maïs en Afrique australe et les rendements moyens des fermes pratiquant ces techniques dans 57 pays à faible revenu ont augmenté de près de 80%". La FAO recommande aux pays en développement d'"allouer une plus grande part de leurs budgets nationaux au secteur agricole. Et les investissements intérieurs et étrangers devront être intensifiés".

PÉTROLE

Les prix en légère baisse
Les prix du pétrole ouvraient en légère baisse, hier, en cours d'échanges européens dans un marché prudent guettant les décisions de l'Arabie saoudite quant à une éventuelle hausse de sa production. Le baril de Brent de la mer du Nord (livraison en juillet) s'établissait à 118,66 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, cédant 12 cents par rapport à la clôture de vendredi. Dans les échanges électroniques du New York Mercantile Exchange, le baril de "light sweet crude" (WTI) pour la même échéance perdait 1,19 dollar à 98,10 dollars. Selon les observateurs, l'attention du marché focalise sur la décision de l'Arabie saoudite quant à une éventuelle hausse de sa production. Mercredi à Vienne, la réunion des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) avait abouti à un maintien des quotas de productions. L'Arabie saoudite, premier producteur de l'OPEP, avait proposé lors de cette même réunion de relever les quotas et les analystes s'attendent depuis à ce que Ryadh décide unilatéralement d'augmenter sa production nationale. Toutefois, certains facteurs devraient limiter la baisse des cours, à savoir, les tensions géopolitiques persistantes "ainsi que les prévisions d'une hausse saisonnière de la demande ", indiquait-on. En l'absence d'indicateurs économiques majeurs hier, les marchés devraient surtout se concentrer sur la publication aujourd’hui de plusieurs statistiques sur la consommation et la production industrielle en Chine, le second consommateur de pétrole au monde après les Etats-Unis.

El Moudjahid/Pub

ANEP 845599 du 14/06/2011

Mardi 14 Juin 2011

EL MOUDJAHID

Monde
RÉUNION INTERPALESTINIENNE AUJOURD’HUI AU CAIRE LE PARTI D’ERDOGAN REMPORTE LES LÉGISLATIVES EN TURQUIE
Un conseiller du président Abbas a assuré que M. Fayyad n'est pas l'unique candidat. La candidature de Fayyad pour diriger l'exécutif avait été proposée avec celle de Mohammad Moustapha, le président du Fonds d'investissement de Palestine (FIP) et conseiller économique de M. Abbas, lors des discussions au Caire les 16 et 17 mai entre le Fatah et le Hamas. Cependant, la nomination de Fayyad a été récusée par le Hamas, qui n'a pas encore proposé de candidat. "Désigner Fayyad pour le nouveau gouvernement est inacceptable et cela ne peut théoriquement ou concrètement conduire à la réconciliation", a indiqué un responsable du mouvement, Moussa Abou Marzouk. Selon ce dernier, le gouvernement d'union devrait remplacer le gouvernement limogé du Hamas à Ghaza et celui de Fayyad en Cisjordanie. Le Hamas insiste sur le fait que la candidature de Fayyad à la tête de la nouvelle équipe gouvernementale doit émaner d'un consensus et non d'une décision unilatérale.

11

Discuter de la mise en place d'un gouvernement d'union

L

es deux principales factions palestiniennes, le Fatah et le Hamas, doivent se retrouver aujourd’hui au Caire pour poursuivre les discussions sur la mise en place d'un gouvernement d'union, chargé de gérer la transition et préparer les prochaines élections, conformément à l'accord de réconciliation interpalestinien signé en mai dernier. Selon un membre du comité central du Fatah, Azzam Al-Ahmad, une rencontre entre le président de l'Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, et le chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mechâal, est prévue pour trancher sur la personnalité qui présidera le prochain gouvernement. Les dirigeants des deux parties vont discuter des modalités de la formation du prochain cabinet indépendant et technocrate, comme annoncé précédemment par Mahmoud Abbas. Le comité central du Fatah a souhaité que cette réunion avec le Hamas serait la dernière. Le comité "a décidé de poursuivre les contacts

Une victoire et des interrogations
Avec prés de 50 % des suffrages aux élections législatives, le parti du Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan, remporte son meilleur score signant ainsi sa troisième victoire consécutive. Cette nouvelle victoire est largement due, au bilan de son gouvernement qui en une période de huit ans, a transformé la Turquie. L'inflation est quasiment maîtrisée alors que la crise économique frappe de plein fouet d’autre pays. La croissance s'envole : Près de 9 % en 2010. Le revenu annuel par habitant a plus que triplé en une décennie. La Turquie est devenue la 16e économie mondiale et la 6e en Europe. Le parti de la justice et du développement, qui est au pouvoir depuis 2002, décroche ainsi un troisième mandat consécutif au législative avec 326 sièges, un chiffre record en soi mais qui néanmoins oblige M. Erdogan à négocier avec l’opposition s’il veut changer la constitution. Outre l’AKP, le parti républicain du peuple, principal parti d’opposition, est en seconde position avec 135 sièges, suivis du parti de l’action nationaliste avec 53 sièges. Le parti pro Kurde quant à lui, est passé de 20 à 36 sièges. Commentant le résultat du scrutin, et l’engagement fait lors de la campagne électorale relatif à la révision de la constitution, le Premier Ministre turc à souligné que : "Le peuple... nous a adressé le message que la nouvelle Constitution doit se faire par le compromis, la consultation et la négociation" "Nous ne fermerons pas nos portes, nous irons vers l'opposition", a-t-il dit. En effet, durant la campagne, M. Erdogan s'est engagé à changer le texte fondamental hérité du coup d'Etat militaire de 1980. Mais il n'a pas donné de détails. L’éventuel soutien du parti pro kurde BDP (Parti de la paix et de la démocratie) pourrait être la clé pour l’élaboration d’une nouvelle constitution. Cette démarche ne serait pas sans conséquences sur la représentation kurde tant sur l’échiquier politique mais aussi dans le paysage social turque. Dans ce sens, Les représentants des Kurdes, qui sont entre 12 et 15 millions sur une population de 73 millions, estiment que leur peuple devrait constituer un élément distinct au sein de la nation turque, avec un statut d'autonomie. Quoi qu’il en soit, et malgré cette large victoire, la marge de manœuvre de M. Erdogan demeure étroite. D’une part, une opposition qui ne compte pas se laisser faire notamment sur le changement du texte fondamental de la constitution et d’autre part, le parti BDP qui voit là une opportunité pour régler un passif historique pesant. Salima. E et agences

avec les factions palestiniennes en vue de la formation du prochain gouvernement dans les plus brefs délais", a affirmé M. AlAhmad. "Les deux mouvements ont plusieurs noms que nous allons étudier", a-t-il dit, sans donner plus de précisions. Seul candidat évoqué, l'actuel chef du gouvernement palestinien Salam Fayyad a été choisi par le comité central du Fatah comme candidat au poste de Premier ministre.

Liban

Annonce de la formation du nouveau gouvernement
Le Premier ministre libanais désigné, Najib Mikati, a annoncé, hier, la formation du nouveau gouvernement après plusieurs mois de concertations. "Nous avons surmonté les obstacles et nous allons nous mettre tout de suite au travail", a déclaré M. Mikati cité par l'agence de presse libanaise, après avoir annoncé le mise en place du gouvernement. Ce nouveau cabinet est composé de trente ministres. Dix-neuf issus du mouvement Hezbollah et de ses alliés, notamment Michel Aoun, alors que les 11 autres portefeuilles sont répartis entre les partisans du président de la République Michel Sleimane, de M. Mikati et du leader druze, Walid Joumblatt.

L’épreuve de vérité
Hamas a rejeté la candidature de M. Salem Fayyad qui occupe les fonctions de chef du gouvernement de transition et qui doit préparer d’ici un an les élections dans les territoires palestiniens pour mettre un terme à quatre années de crise dans les relations inter-palestiniens. M. Fayyad, personnalité indépendante qui occupait jusque-là, le poste de Premier ministre est contesté par le mouvement de Hamas qui exigent la nomination d’une personnalité «consensuelle». Ce sera le sujet central de la réunion qui doit avoir lieu, aujourd’hui au Caire, entre les deux principales formations politiques palestiniennes. La réunion du Caire sera un test de confirmation de la volonté des deux factions à maintenir l’accord de réconciliation inter-palestinien difficilement scellé en mai dernier dans la capitale égyptienne. Dans le cas contraire ce sera le retour à la case départ. Le temps joue contre les Palestiniens de quel bord politique que ce soit. Car si la classe politique palestinienne ne parvient pas à s’entendre, sur le minimum consensuel, le nom de celui qui sera appelé à diriger le futur gouvernement transitoire, on voit mal comment elle pourrait parler d’une même voix aux Nationsunies, pour réclamer le soutien de la communauté internationale, en septembre prochain, à la création du futur Etat palestinien. C’est contre ce projet que Benyamin Netanyahu multiplie ses contacts avec les dirigeants Européens et Américains, au motif que l’accord de réconciliation inter-palestinien constitue une «menace à la sécurité d’Israël». Le Premier ministre israélien a fait activer le lobby sioniste aux Etats-Unis pour torpiller à la fois le projet de reconnaissance internationale du futur Etat palestinien et exclure tout retour d’Israël aux frontières d’avant la «Guerre des six jours» de juin 1967. De la tribune du Congrès américain il n’a pas ménagé Barack Obama, lorsque ce dernier avait plaidé, quelques jours auparavant, dans son discours au monde arabe, pour un Etat palestinien dans les frontières d’avant juin 1967. Sur le terrain, Netanyahu a ordonné à ses soldats de tirer à vue sur les Palestiniens qui s’étaient hasardé à se rapprocher des frontières de juin 1967 pour réclamer la fin de l’occupation des territoires arabes dont les hauteurs du Golan syrien par l’Etat hébreu. Plus d’une vingtaine de morts, un bilan passé pratiquement sous silence dans la vague de répression qui s’abat sur la région qui ne compte plus ses morts parmi les manifestants syriens qui réclament plus de liberté et de justice. Comment dans ce climat de provocation israélienne, la direction politique de l’Autorité palestinienne peut-elle parler d’une même voix des aspirations du peuple de Palestine à son Etat, à sa reconnaissance internationale et déjouer le plan de sabotage du processus de paix au Proche-Orient. Plus que jamais, les responsables de Hamas et du Fatah doivent confirmer au cours de leur réunion de demain, d’abord la solidité de l’accord de réconciliation nationale qu’il ont signé récemment, et tourner définitivement la page de ces quatre années de crise qui ont porté un grave préjudice à la cause palestinienne. B. H.

Pub

Mardi 14 Juin 2011

16

Société
ECRIVAINS PUBLICS
déjà sur le terrain de présenter un dossier administratif dans lequel il est demandé de justifier d’un document de non affiliation afin de favoriser ceux dont la seule ressource est cette activité. Les écrivains publics travailleront désormais munis d’une carte professionnelle sur laquelle il est mentionné le lieu de son activité. Car le texte en question limite le nombre d’écrivain publics exerçant dans un même bureau de poste dans le souci de limiter la cohue qui risque de se créer dans des salles d’attentes exiguës. La direction d’Algérie poste justifie ces dispositions par sa volonté de mettre un terme à des dépassements et pratiques de la part de certains écrivains publics qui nuisent aux citoyens et a l’établissement postier lui-même. De quelles pratiques s’agit- il ? aucune précision n’est donnée. «Le plus important, nous dira cet écrivain public exerçant à Bab El Oued, est qu’on ne sera plus pourchassés et dénigrés par la direction d’Algérie poste et que notre profession est enfin reconnue » Farida Larbi

EL MOUDJAHID

Les plumes d’argent
La profession est enfin reconnue et les écrivains publics exerceront avec des cartes professionnelles.
e défie tous les bacheliers actuels de pouvoir écrire une lettre comme je le fais moi et de maîtriser la langue de Molière aussi bien que moi et mes collègues » celui qui parle ainsi tient place chaque matin à l’entrée de la poste des trois horloges de Bab El Oued . «C’est lui qui est derrière l’octroi du visa a mon fils pour pouvoir prendre en charge sa fille à l’étranger» affirme avec conviction cette vieille femme qui continue à solliciter ses services. Lui, c’est l’écrivain public du coin, les vieilles femmes parlent de lui comme de leur sauveur. Le vieux stylo à bille de cet homme providence a rédigé bien des lettres, a rempli des imprimés et a même été à l’origine de réponses positives pour ces demandeurs de visa. «Il fut un temps où c’était généralement les personnes qui ne savaient ni lire ni écrire qui s’adressaient à nous, aujourd’hui mêmes les jeunes ayant fait des études ne maîtrisent pas le courrier administratif»

LES GENDARMES METTENT FIN AUX AGISSEMENTS D’UNE BANDE DE MALFAITEURS

Elle dressait des faux barrages sur la RN 23
De nombreux automobilistes et autres usagers de la RN 23, ont été terrorisés par une bande de malfrats qui dressait un barrage sur la route suscitée reliant les communes de Aïn Dhab et d’Aflou pour délester leurs victimes sous la menace de leurs biens, a-t-on appris auprès de la cellule de communication du Commandement de la Gendarmerie nationale. Les présumés bandits opéraient deux fois par semaine avec le même mode opératoire en barrant la route avec deux véhicules en tendant des guet-apens aux usagers de la route qui n’avaient pas d’autres choix que de remettre à leurs agresseurs, et ce, contrecœur, des objets de valeur. Ras-le-bol de l’insécurité et dégoûtés de se voir malmenés, à chaque fois, par cette association de malfaiteurs qui n’avait pas froid aux yeux, les citoyens ont fini par se décider à porter plainte auprès de la brigade territoriale de gendarmerie nationale de Aïn Dhab. Ces derniers ont pris immédiatement l’affaire en main en déclenchant une enquête. Les éléments de la brigade scindés en trois groupes se sont rendus sur les lieux des agressions dans lesquels ont découvert les membres de la bande cagoulés et armes blanches à la main, barrant la route avec deux véhicules et guettant leurs futures victimes. A la vue des gendarmes, les mis en cause ont essayé de prendre la poudre d’escampette, en vain. Quatre d’entre-eux ont été interpellés sur place alors qu’un cinquième a pris la fuite pédestrement, puis appréhendé deux kilomètres plus loin. «Le cinquième complice a été interpellé sur le champ par nos services après qu’il s’est enfui laissant derrière lui, son véhicule et ses complices», a souligné notre source. Un sixième complice a, à son tour, pris la fuite à bord de sa Renault Megane, il a fini par tomber dans les filets des gendarmes avant qu’il ne puisse franchir la frontière de la wilaya de Tiaret. L’opération menée par les gendarmes a permis, ainsi, de démanteler un réseau de malfrats composé de 8 membres âgés entre 20 et 29 ans dont sept d’entre eux sont des repris de justice notoirement connus par les services de sécurité pour les mêmes chefs d’inculpation à savoir, création d’association de malfaiteurs, vol qualifié suivi d’agression, port d’arme prohibée. Confrontés à leurs victimes, les mis en cause ont fini par avouer leurs crimes. Parmi les victimes un maquignon qui s’est vu délester 120 têtes de mouton, un téléphone portable, et une forte somme, ajoutera notre source. Présentés devant le procureur de la République près le parquet de Sougueur, les huit mis en cause ont été placés sou mandat de dépôt. M. Mendaci

«J

nous dira cet autre écrivain public qui a installé son «bureau» sur le muret mitoyen de l’entrée de la poste. Le recours à l’écrivain publics répond donc à un besoin différent et depuis l’instauration des papiers administratifs biométriques, ces derniers ne chôment pas. L’écrivain public a toujours existé chez nous, on les retrouvait plus fréquemment dans les villages et contrées éloignées où le taux d’analphabétisme était le plus important. Depuis quelques années les ecrivains publics se sont installés dans les grandes villes. Leur service est payé entre 400 et 800 DA selon la prestation assurée, 200 DA pour remplir

un chèque ou un mandat c’est dire que ce n’est pas donné. Longtemps pourchassé et non autorisé par les responsables de la poste, l’écrivain public est enfin reconnu aujourd’hui grâce à une nouvelle réglementation qui permet l’exercice de cette profession non pas aux alentours des établissements seulement mais dans les enceintes même des postes. Le 12 mai dernier, tous les chefs des établissements d’Algérie poste ont été destinataires d’une instruction autorisant cette profession et la réglementant à travers des dispositions qui définissent déjà l’activité en elle-même. Ainsi donc à tous les écrivains publics exerçant

CLIMAT

PROTECTION CIVILE

La terre pourrait faire face à des canicules records d'ici 2070
Les tropiques et la majeure partie de l'hémisphère nord de la terre pourraient faire face à des canicules records d'ici 2070, si les concentrations de gaz à effet de serre dans l'atmosphère continuent à augmenter, selon une étude américaine. Selon le principal auteur de cette étude, le Pr Noah Diffenbaugh, "de grandes régions du globe vont probablement se réchauffer tellement vite que, d'ici le milieu de ce siècle, même les étés les plus frais seront plus chauds que les étés les plus chauds jamais enregistrés au cours des 50 dernières années". Des données historiques, collectées par les stations météo du monde entier, ont été analysées par les chercheurs pour déterminer si ce réchauffement attendu avait déjà débuté."Il s'avère que ces températures extrêmes commencent déjà à émerger, et que les modèles climatiques collent remarquablement bien aux évolutions historiques", a affirmé le Pr Diffenbaugh. Selon l'étude, jusqu'à 70 % des saisons du début du XXIe siècle (2010-2039) dépasseraient les maximums de la fin du XXe siècle, notamment dans les régions tropicales qui se réchauffent le plus rapidement. De larges portions de l'Amérique du Nord, de la Chine et de l'Europe méditerranéenne connaîtraient une évolution similaire, préviennent les chercheurs.

Plus de 8.500 emplois saisonniers programmés cet été
La protection civile a programmé plus de 8.500 postes d'emplois saisonniers au profit des jeunes citoyens durant l'été 2011, a-t-on appris auprès de la Direction générale de la protection civile (DGPC). "La Protection civile prévoit le placement de 8.671 jeunes au niveau des plages durant la saison estivale, dans le cadre de l'emploi saisonnier, dont quelque 2.337 jeunes ont déjà été placés pour le mois de juin", a indiqué à l'APS, la Capitaine Samia Roumane, chef de bureau des interventions à la DGPC. Il s'agit, a-t-elle dit, de jeunes âgés entre 19 et 42 ans qui répondent aux conditions relatives aux aptitudes physiques et qui viennent s'ajouter aux agents professionnels de la protection civile dont 136 plongeurs et 698 surveillants professionnels. Elle a précisé que la rémunération de ces jeunes, placés pour veiller à la sécurité des estivants au niveau des plages autorisées à la baignade oscillait entre 9.800 DA et 12.000 DA par mois. Un affichage est réalisé au niveau des unités de la Protection civile dans les wilayas côtières, permettant les inscriptions de ces jeunes dans le cadre de ce placement qui se poursuivra jusqu'au mois de septembre prochain. Dans le même contexte, elle a expliqué que des cycles de formation au profit de ces jeunes saisonniers avaient été programmés depuis le mois de mai dernier. Ce programme de formation est axé notamment sur les techniques de surveillance, de secourisme et sauvetage au niveau des plages. La capitaine Roumane a relevé qu'un dispositif opérationnel conséquent de moyens humains et matériels avait été mis en place par les services de la protection civile au niveau de 353 plages autorisées à la baignade le long des 14 wilayas côtières. Elle a précisé qu'il s'agit d'agents professionnels en l'occurrence des officiers, chefs de postes, médecins, plongeurs, ainsi que des agents saisonniers. Par ailleurs, un important programme de sensibilisation a été élaboré sur l'importance du respect des consignes de sécurité au niveau des plages et les différentes axes de prévention contre les accidents de la route.

CONDOLEANCES
C’est avec beaucoup de tristesse que je viens d’apprendre la nouvelle du décès à Libreville de notre grand ami Charles Mensah, cinéaste, homme de culture et président en exercice de la Fédération panafricaine des cinéastes. C’est à ce titre qu’il avait activement participé au deuxième festival culturel panafricain d’Alger en 2009. En plus de son rôle de président de la FEPACI, il nous avait fait l’amitié de participer au jury d’aide à la coproduction africaine. Charles Mensah a été jusqu’en 2009 directeur général du Centre National du Cinéma Gabonais (CENACI). Mais il a luimême réalisé et produit de nombreux films, laissant ainsi son empreinte personnelle sur la coproduction entre les cinéastes africains. La cul ture africaine perd en Charles Mensah l’un de ses plus charismatiques représentants. L’Algérie gardera à jamais la mémoire de cet homme élégant et discret, ardent défenseur de la cause cinématographique africaine et de son unité. En ce triste jour, je pense à sa famille proche, à ses enfants et à toute la famille cinématographique. Je leur exprime, au nom des cinéastes et des gens de culture de notre pays, mes condoléances les plus attristées.

FAUX ET USAGE DE FAUX ET ATTRIBUTION ILLÉGALE DE MARCHÉ

6 mois de prison avec sursis contre le P/APC de Tizi-Gheniff
Le P/APC indépendant de Tizi-Gheniff, une quarantaine de kilomètres au sud du chef-lieu de wilaya de Tizi-Ouzou, a été condamné hier dimanche par le tribunal de la ville de Tizi-Ouzou à six mois de prison avec sursis assortie d’une amende de 100.000 DA pour «faux et usage de faux» et «attribution illégale d’un marché public», apprend-on de source judiciaire. L’édile municipal, M. Mohamed Djidda, a été poursuivi pour «faux et usage de faux» et «attribution illégale d’un marché public» à un entrepreneur sans respect des procédures réglementaires en la matière. Durant le procès qui s’est déroulé à la fin du mois de mai dernier, le maire avait nié son implication dans cette affaire indiquant qu’il est victime d’une machination grossière. Le P/APC condamné a décidé de faire appel contre cette condamnation. B. A

Mardi 14 Juin 2011

EL MOUDJAHID

Culture
COLLOQUE LITTÉRAIRE
projeté à Alger

17
LE COURT MÉTRAGE

Place de l’autofiction dans le langage de l’écriture
Un cycle de plusieurs communications a été organisé par la Délégation de l’Union européenne et les services culturels de ses Etats membres hier à l’hôtel El-Djazair sous le patronage de la ministre de la Culture, réunissant un bon nombre d’écrivains algériens et européens mondialement connus par leurs œuvres littéraires et qui ont animé des tables rondes autour du thème de l’autofiction dans la littérature contemporaine.

"Tchoutchna"
LE CINÉMA AU SERVICE DE LA LUTTE CONTRE LA DROGUE
"Tchoutchna", premier court métrage du jeune réalisateur Touam Mohamed Hamza, projeté jeudi dernier à Alger, montre à travers le personnage d'un jeune homme, les effets de l'addiction aux drogues sur la santé physique et mentale des consommateurs. "Tchoutchna" est le mot utilisé pour désigner la drogue dans les milieux où elle est de consommée. Il s'agit d'un mélange de subutex, un psychotrope utilisé par les personnes présentant une dépendance majeure aux opiacés et pris par voie orale ou par injection pour une meilleure "défonce". Ce "cocktail" est plus puissant que le hachisch et d'autres drogues. D'une durée de 25 minutes, cette fiction dramatique, co-écrite par Touam Mohamed Hamza et Chahinez Yagoubi et produite par l'agence "Sunlight", relate à travers des scènes assez violentes, la descente aux enfers de jeunes pris dans le piège du paradis artificiel, sans aucun moyen de s'en sortir. Tarek, la vingtaine, grand de taille, mince, cheveux décoiffés, visage creux et yeux cernés, est "accro" à la drogue à laquelle il a été "initié" par ses amis. Petit à petit, sa vie bascule et devient insignifiante. Hallucinations, irritation, agressivité et paranoïa, deviennent ses traits de caractère. Jour après jour, Tarek perd le contrôle de ses actes et sombre dans des problèmes inextricables : il se voit impliqué dans de violentes bagarres avec d'autres consommateurs et vendeurs de drogues qui lui occasionnent de graves blessures. Il se dispute aussi avec sa mère. Malgré cela, ce jeune désœuvré continue à avaler et à s'injecter de la "tchoutchna" pour "se détendre" à jamais : le mélange de subutex finit par avoir raison de lui et Tarek passe de vie à trépas. Ce court métrage se veut une "contribution" aux campagnes, rares certes, de prévention et de lutte contre la drogue, a expliqué le réalisateur à la presse. Par cette fiction, le réalisateur voudrait éveiller les consciences, particulièrement celles des jeunes personnes, sur les dangers de la drogue et sensibiliser les consommateurs dans l'espoir de les voir s'éloigner de ce "poison", a-t-il dit. Le court métrage "Tchoutchna" a été projeté à la salle de cinéma "Algeria" en partenariat avec l'Office de la promotion culturelle et artistique de l'Assemblée populaire communale d'Alger-Centre.

F

idèle à la tradition qu’elle a instaurée en Algérie dans le but de favoriser le dialogue interculturel entre les intellectuels des deux rives de la Méditerranée, la Délégation a programmé, malgré le planning chargé des écrivains invités, pour la troisième fois consécutive une rencontre d’une journée entre écrivains et hommes de lettres pour impulser, selon Laura Baeza, ambassadeur, des échanges entre les peuples qui sont aujourd’hui engagés dans un modèle de pensée unique et uniformisé qu’impose la mondialisation. Cette troisième édition qui a regroupé 13 écrivains algériens et européens est une nouvelle occasion pour ces hommes et femmes qui travaillent sur la pensée de confronter leurs expériences dans le domaine de la fiction romanesque afin de mettre en avant leurs particularités esthétiques pour parler de la part du fictif et du réel dans l’écriture. La place de l’autofiction en tant que phénomène littéraire très en vogue depuis une décennie est un exercice de style nouveau qui fait la renommée actuelle de grands écrivains a été discutée autour de riches débats articulés sur deux thèmes : « Le roman personnel et le récit de fiction, quelle place pour l’autobiographie » et « Le moi imaginaire, les frontières du fictif face au réel ». Les idées qui transparaissent dans les romans

Ph. : Louisa

relatent en effet des expériences vécues au quotidien et où la frontière entre l’imaginaire de la fiction tissée dans des histoires et la part de la réalité dans son aspect concret est difficilement perceptible dans les écrits. Parmi les auteurs présent à cette conférence, il y avait Amine Zaoui, modérateur de la séance, Anouar Benmalek, Hamid Grine, Nourredine Saadi et Yamilé Haraoui Ghebalou et Fatima Bekhai qui ont échangé leurs points de vue sur la question avec des écrivains venus de Finlande, de Suède, d’Espagne, d’Autriche, de Roumanie, de Grèce et de Belgique. Anouar Benmalek qui est intervenu le premier a évoqué l’autofiction telle qu’il l’a ressentie après l’écriture de son dernier

roman consacré en partie à la disparition de sa mère suite à une longue maladie. L’écrivain, qui s’est senti investi de la nécessité d’écrire après cette mort, a mentionné devant l’assistance que l’écriture de ce livre ne s’est pas faite sans l’interférence de son moi, du «je» de l’écrivain qui raconte une expérience vécue dans la douleur. Rikka Ala-Harja qui nous vient de Finlande a pris la parole à son tour pour débattre de ce thème en parlant de la notion de guerre intérieure entre le langage et l’histoire telle qu’elle est transcrite. Quant à Yamilé Ghebalou, elle s’appuiera sur la notion des champs réflexifs à travers l’analyse du jeu de l’autofiction de quatre œuvres (deux Algériennes et deux Européennes), elle privi-

légiera l’idée qu’il n’existe pas dans le texte de frontière explicite entre le narrateur et le lecteur, évoquant l’investissement total du moi par rapport à la réalité historique tout en affirmant que l’autofiction est une nouvelle tendance qui a émergé après celle du nouveau roman et qu’il n’existe pas de relation entre l’écriture des Mémoires par exemple qui est un genre littéraire qui obéit à une certaine objectivité des faits. Elle s’est posée la question de savoir dans quelle mesure la fiction existe dans la vie de l’auteur, comment elle est intégrée dans le récit et a rappelé surtout que la mission de la littérature se dévoilait dans l’écriture à travers le changement de la vie. Lynda Graba

TLEMCEN, CAPITALE DE LA CULTURE ISLAMIQUE

La poésie et la musique andalouse en débat
a poésie et la musique andalouse : l’école de Tlemcen" est le thème du colloque international ouvert hier au nouveau palais de la culture d’Imama (Tlemcen) dans le cadre de la manifestation "Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011". Le colloque, organisé conjointement par le centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques et l’université de Tlemcen, enregistre la participation de nombreux enseignants et chercheurs d'Algérie, du Maroc, de Tunisie, de Jordanie, d’Allemagne, des Etats-Unis d'Amérique, d’Espagne et de France. Il vise, selon le responsable du comité d’organisation M. Hachi Slimane, "à faire connaître le répertoire poétique et musicale hérité de la culture arabomusulmane de l’Andalousie et les écoles musicales algériennes qui sont nées suite au brassage entre diverses cultures". La rencontre se penchera également sur la nouba et son évolution et son ouverture instrumentale nommée "touchya". Les travaux de la première journée de ce colloque international verront la présentation d’une série de communications, notamment "Réflexions sur la çan’aa algérienne" animée par le professeur Nadir Maarouf, "Les origines du patrimoine musical maghrébin et andalou" du professeur Mahmoud Guettat outre "La nawba tlemcénienne et la ville de Béjaia" qui sera quant à elle animée par le professeur chercheur Nasreddine Baghdadi. D’autres interventions s’articulant autour notamment du "texte musical andalou entre la tradition et la modernité", "la nouvelle approche de l’écriture de l’histoire de la musique andalouse" et "réflexions autour du patrimoine musical andalou à Tlemcen" seront présentées par les professeurs Sabeha Benmansour, Salim El Hassar et Omar Benhabib. Ce colloque verra également l’organisation d’un "master class" autour d’instru-

“L

ments musicaux qui se font de plus en plus rares dans les orchestres tels que la "kuitra", le "rebab". Les lauréats de ce "master class" don-

neront lors de la clôture de ce colloque des représentations sur les instruments précitées, ont souligné les organisateurs.

PRINTEMPS DU LIVRE À TISSEMSILT

AFFLUENCE RECORD
Plus de 10.000 personnes ont visité la foire "Printemps du livre" qui a fermé ses portes dimanche dernier à la maison de la culture Mouloud Kacem Nait-Belkacem de Tissemsilt, selon son directeur, M. Benali Amcha. La manifestation, tenue plus d'un mois avec la participation de dix maisons d’édition, a enregistré une grande affluence de visiteurs, composés pour l'essentiel d'étudiants du centre universitaire de Tissemsilt et d'élèves du cycle secondaire. Cette foire, qui a reçu entre 200 et 300 visiteurs par jour, a permis aux adeptes de la lecture l'acquisition d'environ quatre mille livres dans différents domaines de la science, de la culture, des sports, de la religion, en plus de contes pour enfants. La même source a souligné que l'objectif principal de l'organisation de cette exposition de livres est d'encourager la lecture chez les jeunes, et permettre aux étudiants et lycéens de mieux se préparer en prévision des différents examens de fin d'année, par l'acquisition d'ouvrages correspondant à leur cursus pédagogique. Devant cette forte affluence, cette foire qui était prévue initialement pour seulement une semaine a été prolongée à plus d'un mois, selon ses organisateurs. De nombreux étudiants et amateurs de la lecture ont appelé à intensifier l'organisation de telles foires dans la wilaya, au moins trois fois par an, surtout pendant les vacances scolaires. Pour sa part, la direction de la culture compte organiser, l'année prochaine, une foire nationale du livre, eu égard au succès enregistré lors des éditions précédentes.

Mardi 14 Juin 2011

18

Régions
Poste et TIC à Sidi Amar (Annaba)
Jijel

EL MOUDJAHID

Une contrainte de taille : la vétusté des équipements

L

e parc technologique de Sidi Amar dont s’est dotée la wilaya de Annaba, il y a quelque années, aura été une halte importante dans la visite effectuée, hier, par le ministre de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication, M. Moussa Benhamadi qui a mis à profit son déplacement pour en inaugurer le premier bâtiment. C’est sur site que les cadres du secteur ont expliqué au ministre le rôle et la mission, conférés à ce projet de vocation régional et auquel est confiée « la création d’une masse d’activités des technologies de l’information et de communication (TIC), et cela en liaison avec le cyberparc d’Alger. Au techno parc de Sidi Amar échoit le développement de grappes industrielles de la région et particulièrement dans le domaine de la sidérurgie et de la métallurgie. Le projet devra également contribuer à la «promotion des collaborations interentreprises et au développement des innovations», dans la perspective de dynamiser les activités industrielles dans la région Est du pays, parallèlement à sa fonction de « plate-forme pour la communauté TIC régionale » et de « catalyseur pour la diffusion des biens et services TIC dans le tissu économique et industriel de toute la région ». Le ministre n’a pas d’ailleurs manqué de mettre en exergue l’impact escompté de ce projet d’importance, tant sur le plan

De 20.000 à 25.000 m3 d’eau potable par jour "avant le mois de Ramadhan"
Entre 20.000 et 25.000 m3 d’eau potable seront distribués aux habitants de la ville de Jijel "avant le mois de Ramadhan", à partir de la station de traitement et de pompage de Kissir (El Aouana), a indiqué le wali, jeudi, lors d’une visite sur le site de cette station en voie d’achèvement. Cet ouvrage, aujourdhui réalisé à 80%, fournira, selon le même responsable, un apport supplémentaire qui portera la dotation journalière moyenne à 300 litres par seconde et par habitant. La mise en service partielle de cette station de pompage et de traitement des eaux provenant du barrage hydraulique mitoyen de Kissir devrait intervenir "vers la mi-juillet", a précisé le wali, invitant les responsables du projet à respecter l’échéance fixée. "Aucun jour de plus ne sera toléré", a notamment averti le chef de l’exécutif local lors de ‘l’inspection de ce projet dont les équipements sont en cours d’installation par une entreprise étrangère. Située à proximité de l’ouvrage hydraulique de Kissir, la commune d’El Aouana a été la première à bénéficier de son eau à la faveur de la réalisation d’une station monobloc destinée à alimenter cette localité côtière. Outre quelles permettront d’irriguer d’importantes superficies de terres agricoles, les eaux du barrage de Kissir alimenteront un couloir situé entre El Aouana et Sidi-Abdelaziz. Par ailleurs, l’Algérienne des eaux (ADE) projette de rénover le réseau de distribution de l’eau dans la ville de Jijel, le réseau actuel pouvant être à l’origine de certains désagréments avec l’arrivée d’eau prochaine de la station de Kissir, a-t-on souligné lors de cette visite. Ce projet, encore au stade des procédures réglementaires pourrait être entamé dans deux ans, a-t-on indiqué.

de valorisation des compétences, que sur la création d'emplois. L’autre point fort de la visite aura été le round up sur l’état du secteur dans la wilaya de Annaba qui a été présenté au ministre au parc régional d'Algérie Télécoms à Sidi Salem. « Le bilan est trop peu convaincant » de l’avis du ministre qui a exhorté les gestionnaires à œuvrer à améliorer la qualité des prestations en recherchant l’approche, la meilleure, de nature à répondre aux exigences des usagers. Le ministre a demandé aux responsables locaux de multiplier les structures de proximité d’autant que Annaba qui a une vocation touristique demeure une ville cosmopolite. Et c’est partant de ce

statut qui distingue la Coquette que M Benhamadi a instruit les responsables de s’ingénier à créer une dizaine de bureaux de postes de proximité et les mettre à la disposition du citoyen durant les vacances d’été. Il a de même recommandé des actions de formation au bénéfice des travailleurs en charge de chantiers de rénovation des installations et équipements téléphoniques. La vétusté des équipements reste une contrainte de taille pour la wilaya qui pâtit grandement des dérangements estimés à quelque 5000 « pannes » par mois. Le ministre a aussi déploré le faible taux de pénétration d’internet dans les foyers. S. Lamari

Mascara 100 nouveaux logements pour éradiquer l’habitat

précaire dans la commune de Matemore
type de logements fait cruellement défaut notamment dans les zones rurales vient à juste titre combler un tant soit peu un déficit en logements en dehors des aides de l’habitat rural même si la région de Matemore, de l’avis de tous, connaît ces

D

ans le but d’éradiquer l’habitat précaire à travers les 47 communes et leurs environs que compte la Wilaya de Mascara, les autorités locales s’attellent à mettre les bouchées doubles pour fin à cette situation qui porte atteinte au tissu urbain et architectural à travers les cités d’habitation et les quartiers populaires où pullulent ces constructions vétustes anarchiques de bidonvilles et menaçant ruine, la commune de Matemore (16.000 habitants), à une dizaine de kilomètres du chef-lieu de la wilaya, a bénéficié , selon de sources crédibles, de la réalisation d’un quota de 100 logements sociaux locatifs inscrits au programme de 2010 destinés à ce type d’opération d’urbanisme menée tous azimuts depuis plusieurs années par les pouvoirs publics pour faire disparaître du paysage de l’habitat toutes ces images de désolation qui défigurent nos cités urbaines Ce projet de réalisation de logements sociaux locatifs dans cette région à vocation agro-pastorale par excellence ou ce

dernières années un essor commercial sans précédent tout comme la commune de Froha et Tizi qui se sont tournées résolument vers les créneaux d’activités de commerce notamment celui du gros. A. Ghomchi

El Tarf "Plan bleu" pour un millier d’enfants de la wilaya
La direction de la Jeunesse et des sports (DJS) de la wilaya d'El Tarf s’attelle à la mise en place d’un programme de loisirs et de détente au profit d’un millier d’enfants issus de familles démunies de cette wilaya, a indiqué cette structure. Dénommé "plan bleu 2011", ce programme prévoit la prise en charge d’enfants issus des 24 communes de la wilaya qui pourront passer d’agréables moments au bord de la mer, a ajouté cette source. Selon les responsables de la DJS, l’opération est en "phase de finalisation des listes des bénéficiaires de ce séjour". Le départ "par groupes" vers les sites retenus au titre de ce plan aura lieu dans les tout prochains jours, a-t-on ajouté. Outre le "plan bleu", des enfants d’El Tarf bénéficieront également, dans le cadre des échanges de jeunes, d’un séjour dans d’autres wilayas du littoral.

Un fellah écroué pour fonçage illicite
La police des eaux de la wilaya de Mascara, a , durant ses tournées inopinées, pu mettre la main sur un appareil de sondage de puits au niveau de la commune d'Aïn Fekan, l'appareil a été mis en fourrière et le propriétaire traduit devant la justice. D'autre part, un fellah qui a entamé des travaux de fonçage de son puits sans autorisation des services concernés au niveau de la commune de Matemore, a été arrêté et écroué en attendant d'être jugé. L'on appris de la cellule de communication de la wilaya de Mascara qu'un fâcheux accident de la circulation survenu à Sig a entaché la première journée de l'examen du BAC puisque un bus transportant des surveillants en provenance de Mohammadia a causé la blessure légère de quatre surveillants qui ont été immédiatement remplacés par des suppléants au centre d'examen au lycée"Ben Abed Ali- Cherif". Une prise en charge médicale et psycholgique a été founie pour les victimes de cet

accident de la circulation Fort heureusement comme dirait l'autre"Plus de peur que de mal". AG

Agenda oranais
Salon de l’agroalimentaire
Le premier Salon international de l’industrie agroalimentaire d’Oran a ouvert hier ses portes révélant au visiteur professionnel la gamme d’équipements et les offres de service dans ce créneau d’une trentaine d’intervenants. Placé sous le signe de la contribution du secteur des industries agroalimentaires, cet événement se veut être un espace de publicité et d’échange d’expériences entre les opérateurs . Ce Salon s’inscrit dans le cadre d’une stratégie du ministère de l’Industrie, de la PME et de Promotion de l’investissement pour créer un peu partout sur le territoire national des opportunités de rencontre d’hommes d’affaires pour enclencher une dynamique d’investissement.

Benaïssa effectuera sur plusieurs patients des opérations de greffe de la cornée.

Jardin citadin méditerranéen
380 hectares ont été dégagés dans la partie est de la ville pour créer le «Jardin citadin méditerranéen». Sa conception a été confiée à un bureau d’études sud-coréen. Un espace vert unique dans la région ouest puisque en plus du parc, ce jardin sera doté d’une bibliothèque et d’un musée. Le ministère de l’Environnement a donné son aval pour ce projet et compte le rééditer dans les grandes villes du pays pour offrir des ilots de verdure et de détente aux habitants. Ce qui reste toujours mieux que le béton. Notons qu’Oran dispose d’un peu plus de 200 ha d’espaces verts ce qui reste en deçà des normes internationales surtout pour cette ville qui ambitionne un statut méditerranéen.

ou de Blida. Différentes activités et ateliers seront proposés aux enfants pour leur faire découvrir et aimer la lecture l’écriture, les travaux manuels ou le dessin. Un commissariat a été désigné pour préparer cette échéance culturelle qui aura certainement un franc succès quand on connaît la curiosité et la passion des enfants pour la nouveauté et les travaux accomplis en groupe.

Naissance d’un monument historique
En attendant la plaque qui le signalera aux passants et aux nostalgiques des galeries d’Oran. Un arrêté a été signé par la ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi, qui met , désormais, hors d’atteinte contre toutes les convoitises cet édifice fermé depuis de nombreuses années en plein cœur de la cité. L’article 4 de cet arrêté publié au journal officiel ne stipule que «les propriétaires du monument historique, objet du présent arrêté, ainsi que les propriétaires des biens situés dans sa zone de protection peuvent présenter leurs observations écrites sur un registre spécial tenu par le directeur de la culture de la wilaya d’Oran». Précisons toutefois qu'un classement d'un édifice passe par plusieurs étapes. M. Koursi

Urgences neuro-vasculaires
L'établissement hospitalier universitaire d’Oran comptera bientôt un nouveau service . Il s’agit d’une unité versée dans la prise en charge des pathologies vasculaires cérébrales. Ce service spécialisé appelé «Stroke Center» sera le deuxième à voir le jour après celui du CHU de Blida. Toujours dans le domaine de la santé nous avons appris que l’hôpital militaire régional universitaire d’Oran (HMRUO), Dr Amir Mohamed-

La lecture en fête
Les enfants d’Oran auront leur festival annuel. Ce sera « la lecture en fête « dont la première édition aura lieu durant les prochaines vacances scolaires du mois de novembre. Un festival qu’entend institutionnaliser le ministère de la Culture a l’instar de ceux de Tizi- ouzou

Mardi 14 Juin 2011

24

19h 45
Présentateur : Sandrine Corman.

Séléction

Télévision
CANAL ALGERIE
07:00 Journal télévisé ( 1er Edition) 07:15 Sabah El Khaïr (Télématin) 10:00 Moughamarat Farid (Les aventures de Faride) 10:30 Dhilimra-a (l'ombre d'une femme) 11:15 Min Waquiouna 12:00 Namour el abyadhe 12:30 Mihantatalacha 13:00 Journal télévisé ( 2eme Edition) 13:40 LouizaFernanda 15:00 Film d'animation 16:30 StrawberryShortcake 17:00 El-Laibe( Le Joueur) 17:40 TadjeEl-Qoraan 18:00 Journal télévisé (édition Amazigh) 18:20 AâlaAbouabe el madina 18:40 Soula 20:00 Journal télévisé ( Edition du 20:45 ChababEl-Yaoume. 22:15 Lailat El Chouâraa (La Nuit Des Poètes) 23:30 Concert de Chant 00:00 Journal télévisé (dernière édition)

EL MOUDJAHID

Le programme d’aujourd’hui
21:30 TwinPeaks 22:20 TwinPeaks 23:10 TwinPeaks 23:40 Arte Lounge 23:50 Agenda coup de coeur 00:50 Marathon Boy

X Factor : Neuvième prime
emmènera l'un de ses candidat jusqu'à la victoire ? Quel candidat recèle en lui le fameux X Factor ? Les candidats vont interpréter chacun 2 chansons en direct. Un travail supplémentaire pour leur coach qui doit plus que jamais faire les bons choix. Certains jurés ont déjà perdu des candidats et ainsi vu leur chance de remporter la compétition diminuer considérablement.

M6
06:15 M6 Kid 07:50 M6 boutique 09:05 Falcon Beach : Rivalités 09:45 La petite maison dans la prairie : Réceptions 10:45 La petite maison dans la prairie : Le fils 11:45 Le 12 45 12:00 Scènes de ménages 12:45 La colère de Sarah 14:40 L'amour au grand large 16:35 Un dîner presque parfait 17:45 100 % mag 18:45 Le 19 45 19:05 Scènes de ménages 19:45 X Factor : Neuvième prime 22:30 Nouveau look pour une nouvelle vie 23:30 Burn Notice : La sagesse du fou 00:35 Turbo

Ils ne sont plus que 4 ! 4 candidats qui vont une nouvelle fois devoir chanter en direct et défendre leur place dans la compétition. À la fin de la soirée, l'un d'entre eux sera éliminé. Et c'est vous qui choisirez celles et ceux qui continueront l'aventure ! Quel juré

TF1
06:45 Tfou 07:25 Téléshopping 08:15 La vie à une 10:05 Dirty Sexy Money : Mariage express 11:00 Les 12 Coups de Midi ! 11:50 L'affiche du jour 12:00 Journal 12:40 Petits plats en équilibre 12:55 Les feux de l'amour 13:50 Mère avant l'heure 15:30 Parenthood : Pas à pas 16:25 GhostWhisperer : Retrouvailles post-mortem 17:20 Une famille en or 18:00 Le juste prix 19:00 Journal 19:45 Dr House : Relations virtuelles 20:30 Dr House : La symbolique des rêves 21:25 Dr House : A la recherche du bonheur 22:15 Familles sous le seuil de pauvreté : Le combat quotidien des Restos du Coeur 23:20 C'est quoi l'amour ? : Les meilleurs moments

CANAL +
08:15 Dexter : Sa dextérité 09:20 La route 11:10 Les Guignols de l'info 11:20 L'édition spéciale 13:00 DesperateHousewives : Que sa fête commence 13:40 DesperateHousewives : Les grosses confidences 14:20 Weeds : Apocalypse 14:50 Weeds : La demande en mariage 15:30 Soul Kitchen 17:20 Les Simpson : Moe, moche et méchant 17:45 Le JT de Canal+ 18:05 Le grand journal 19:00 Les Guignols de l'info 19:15 Le grand journal, la suite 19:55 Eyes of War 21:30 Dog Pound 23:00 Ewan McGregor et Mélanie Laurent, la rencontre 23:20 Super 15 : Crusaders (NouvelleZélande)/Blues (Nouvelle-Zélande)

19h 55

19h 35
Réalisateur: Dominique Thiel . Avec:Clémentine Célarié (Mme SansGêne), Pierre Cassignard (Lefebvre), Dominique Pinon (Fouché), Philippe Uchan (Napoléon), Jean-Pierre Michael (Neipperg). En 1792, alors que les révolutionnaires prennent d'assaut les Tuileries, Catherine Hubscher, qui tient une blanchisserie, vient en aide à un noble autrichien blessé, le comte de Neipperg. Bien des années plus tard, vers 1810, après avoir épousé le sergent Lefebvre, un fidèle de Napoléon devenu maréchal et duc de Dantzig, Catherine vit à la cour.

Madame Sans-Gêne

FRANCE 2
08:10 Des jours et des vies 08:35 Amour, gloire et beauté 09:00 C'est au programme 09:55 Motus 10:25 Les Z'Amours 11:00 Tout le monde veut prendre sa place 12:00 Journal 13:00 Toute une histoire 14:15 Comment ça va bien ! 15:15 Le Renard : La quatrième victime 16:15 En toutes lettres 17:00 On n'demande qu'à en rire 17:55 N'oubliez pas les paroles 19:00 Journal 19:35 Madame Sans-Gêne 22:00 La grande traque : Qui a tué Natacha ? 23:40 Faut que ça danse !

FRANCE 5
07:55 Les maternelles 09:15 Fourchette et sac à dos : Destination Pérou 10:10 Bébé morse en péril 11:05 Ludo zouzous 12:40 Le magazine de la santé 13:35 Allô, docteurs 14:10 Devenir lion : Partie de chasse 14:35 Nomades de Mongolie 15:30 Terra Antarctica 16:30 C à dire ?! 16:45 C dans l'air

Eyes of War
Réalisateur: Danis Tanovic. Avec:Colin Farrell (Mark Walsh), Paz Vega (Elena Morales), Christopher Lee (Joaquín Morales), Kelly Reilly (Diane), Jamie Sives (David). Photographes de guerre chevronnés, Mark et David sont en mission au Kurdistan. Tandis que le premier décide de rester sur place quelques jours encore en quête du cliché susceptible de le rendre célèbre, le second ne supporte plus la violence et le désespoir quotidiens. Surtout, il veut rentrer pour retrouver sa femme Diane, qui attend un enfant. Grièvement blessé, Mark échoue dans un hôpital de campagne, avant d'être rapatrié à Dublin, où il apprend que David, lui, a disparu...

TV5
06:00 Le journal de Radio-Canada 06:30 Télématin 07:30 Et si vous me disiez toute la vérité ? 08:05 Côté maison 08:30 Chroniques d'en haut 09:05 Le salaire de la dette 10:00 TV5 monde, le journal 10:15 Tout le monde veut prendre sa place 11:05 En voyage : À Davos 11:30 Les Boys 12:00 Les coureurs des bois : La feuille de raisin sauvage 12:30 Le journal de la RTBF 13:00 Muriel ou le temps d'un retour 15:00 TV5 monde, le journal 15:30 Questions pour un champion 16:05 Django Reinhardt - Trois doigts de génie 17:00 TV5 monde, le journal 17:25 Le journal de l'économie 17:40 Les Boys 18:05 A table ! 18:30 Tout le monde veut prendre sa place 19:30 Le journal de France 2 19:00 Pas tout de suite 19:30 TV5 monde, le journal 21:40 Le journal de la TSR 22:15 Mise au point : Espagne : l'indignation ou la fuite 23:15 TV5 monde, le journal Afrique 23:30 Un oeil sur la planète : Nouvelle-Zélande : le dernier paradis ?

FRANCE 3
07:50 Des histoires et des vies 08:50 Nous nous sommes tant aimés : Elie Kakou 09:25 Plus belle la vie 09:55 Midi en France : A Bordeaux 10:44 Le 12/13 11:00 Journal régional 11:25 Journal national 12:00 Midi en France : A Bordeaux 12:45 En course sur France 3 13:05 Inspecteur Derrick : Renata 13:55 Questions au gouvernement 15:10 Nous nous sommes tant aimés : Guy Lux 15:45 Slam 16:25 Des chiffres et des lettres 17:00 Questions pour un champion 17:40 19/20 18:25 Journal national 19:10 Plus belle la vie 20:35 Les amants naufragés 21:15 Soir 3 21:45 Firefox, l'arme absolue 23:45 Questions cribles au Sénat 00:40 Chabada : Spéciale Festival d'été

Les amants naufragés

19h 35

Réalisateur: Jean-Christophe Delpias. Avec:RobinsonStévenin (Stan Mirkine), Simon Abkarian (Milo Garavan), Jennifer Decker (Mathilde), HoratiuMalaele (LiviuIonescu), Fabrice Michel (David Melotti). Amoureux, possessif à l'extrême, Stan Mirkine en est certain : Mathilde, sa femme, est infidèle. Et les soupçons précipitent Stan dans la spirale infernale de la jalousie, jusqu'à l'inéluctable : Stan tue son rival. Et si Stan avait été abusé par sa paranoïa... Voire même par une machination ? Et qui tire les ficelles ?

ARTE
18:00 Arte Journal 18:30 Globalmag 18:55 Les côtes de la Baltique : La Suède 19:41 Chroniques d'un Iran interdit 21:00 Le débat

Mardi 14 Juin 2011

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla

Détente
Mots FLÉCHÉS
Nº 2819
FRUIT EXOTIQUE ASSEMBLAGE EN ENTAILLES REMONTER

25

Mots CROISÉS
Nº 2819
1
I II III IV V VI VII VIII IX X
ÉXÉCUTE VIEUX BORNÉ A LES PIEDS SUR TERRE

2

3

4

5

6

7

8

9 10

DANS LES LYMBES HURLERAI EN LICE
FAMILLE VÉGÉTALE ÉTENDUE D’EAU ON Y’EXPOSE

PLANCHETTE MOYEN D’ÉCHANGE L’ENVOL

PÉRIODE ROUTE DES VACANCES DE LA FAMILLE
POSSESSIS

Définitions
HORIZONTALEMENT I- Ensemble à monter - Arabe ou juif. II-Dans l’arbre - Goûte une boisson. IIIRépétition - couronnée. IV - Tentais Bassin en mer. V -Inactivité totale. VI- Lié à son seigneur - Mesure agraire. VIIDevient plus petit. VIII - Fasciste Assassiner - en accord. IX - Chanter dans le nid - S’y connait. X- Rendre plus lourd. VERTICALEMENT 1- Capitale - Ami des bêtes. 2- Oiseau sacré - Pied sur les côteaux. 3- Mammifère ongulé - Deux en poupe. 4- N’a aucun sens. 5- Volcan aux rejets sales - bien roulées. 6- Organisation armée N’attendra pas son but. 7- Taler un fruit. 8Mauvaises graminées - En poste. 9- Pas trés intéressé - Robe indienne. 10- Héros de troie - Arrière - plan.
SOLUTION DES MOTS CROISES

ANONYME

IRISÉ

NATUREL
GRAVE SUR BOIS VAISSEAUX DE CE JOUR MANITEAU DE MARIN EN PHILO DANS LE NID RIENT AVEC DÉDAIN VOILE CARRÉE EN PREMIÈRE PAGE

EN PARTANCE PRODUIT DE LA TREILLE

CANARD SAUT AU PATINAGE

1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 K B

2

3

4

5 6

7

8 9 10

I T P S E M I T E A B A T A T E V I N I S I A L A U R E E I S I R A D E I S E S D S E A C I R N E R T I

Grille
3. Zélotisme 6. Magistral 11. Alchimiste 12. Incroyance 14. Ensorceler 17. Sauterelle 18. Polarisant 21. Glousser 26. Primevère 28. Bénéfique 31. Galicien 32. Fructueux

Nº 2819
15. Décapeur 20. Isolement 22. Jurassien 23. Promenoir 24. Gingivite 25. Anvant-goût 27. Equilibre 29. Oeillades 30. Réalisent 1. Paritaire 2. Nina Ricci 4. Indochine 5. Retirable G E R Z E E N E D I I I A T I

Mot CACHÉ
R A P I I S I E B C C L I R A N I T I N R H C O D N C I I T A R P U B A R E R M T U O B A R A M A I S S S I P D G C I S L R U E O A T I S M I R E T N E D P

33. Blondinet 34. Fascicule 35. Semailles 36. Brillance 38. Pistolet 40. Télébenne 41. Clignoter 43. Aéroporté 7. Raticide 8. Marabout 9. Superieur 10. Dissident

O S A U R L S S I S

13. Riz-pain-sel 37. Bacchante 16. Germination 39. Tendreté

G E E A R E T T U E R P I E R P E S A N T

R E O D E C A I N S I J S O L

E U R U G

S A P E T

L N

E M E N T G E A O O S S I

C C Z H R I

U R A

E N N M U L M T I T R O I T A M R I S S A L B

P E P A P

P R O

P O P

R O M E N O I N G I V I

19. Commissure 42. Altruisme

O A R G I

E U N U R S S E A R T I E I S

SOLUTION DES MOTS FLECHES

E M Y P R I I S

C A V A N T G O U T E Q U I I L L I B R E S

1 I II III IV V VI VII VIII IX X

2

3 4

5

6 7

8

9 10

A N E N S

K A K I A A D E N T Y B I C R I E R A I

L O E

L A D E I I S C

L A U E

T C E E

E R E A L I G A L

E N T R O L N R N I E N L N E I L T E T S E F I

L A C L E S

P E C E I R N I I U N

M E

L R

O T A G E U A R E A L P H T R H U N
E I

Barbouillage

E V E R

F F

R U C T U E U X B A S I S L C L I C U L E S

L O N D E M A S I

N E L E

G T B A D E R N E

I

S

T E

B R P T I E

L A N C E E T

B A C

H A N T T

E Q E U

A M N E F I

S E V

T O L E B

L A T

E N D R E I G N O T

I O T E N T E R U N E

SOLUTION N° 2818 FRANCOPHILIE
Mardi 14 Juin 2011

E

E N N E C L I

E R E E E

G A L

T R U

S M E A E R O P O R T

D E R N A X E L

30
Société de Distribution de l’Electricité et du Gaz d’Alger Direction de Distribution de Gué de Constantine

Vie pratique
ENTREPRISE NATIONALE DES PRODUITS DE L'ELECTROCHIMIE « ENPEC SPA» Société par actions au capital social de 2.116.800.000 DA 4e Km, route de Constantine -El Hassi - SETIF - BP n° 88 ALGÉRIE Tél.: 036 93 67 11 à 13 - Fax : 036 93 72 82

EL MOUDJAHID Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du mardi 12 Radjeb 1432 correspondant au 14 juin 2011 :
— Dohr...............….....12 h 48 — ‘Asr.........................16 h 39 — Maghreb................. 20 h 11 — ‘Icha....................... 21 h 52 Mercredi 13 Radjeb 1432 correspondant au 15 juin 2011 : — Fedjr....................... 03 h 37 — Chourouk................05 h 28

Chers clients…
Suite aux travaux de réfection effectués au niveau de l'agence commerciale de Sidi Moussa, la Direction de Distribution de l’électricité et du gaz de Gué de Constantine informe son aimable clientèle et particulièrement les clients établis dans la commune de Sidi Moussa, du transfert provisoire de l’agence commerciale de Sidi Moussa vers le point d’accueil de Bentalha sis à : Cité 700 logements, Bt 32 bloc N°3, Baraki Tél.: 023 90 15 15 Nous avons le plaisir de vous recevoir à notre point d'accueil de BENTALHA durant la période des travaux et ce, à partir du dimanche 12 juin 2011 au 14 août 2011. Pour plus amples informations, veuillez nous contacter aux : 021 83 89 14 - 021 83 09 88 021 83 93 71 - 023 90 15 15
El Moudjahid/Pub

Appel d'offres national restreint
N° 13/ENPEC/DG/2011
L'Entreprise Nationale des Produits de I'Electrochimie «ENPEC SPA», Direction commerciale, lance un avis d'appel d'offres national restreint pour l'acquisition de: • 6.000.000 d’étiquettes pour acide, eau déminéralisée et glacéol • 700.000 étiquettes rectangulaires pour accumulateurs de démarrage Les soumissionnaires intéressés par le présent avis d'appel d'offres restreint peuvent retirer le cahier des charges auprès de la : ENPEC / Direction Commerciale 4e Km, route de Constantine, El Hassi Sétif, Algérie Les offres accompagnées des documents indiqués dans le cahier des charges doivent être transmises sous double pli cacheté et anonyme avec la mention : «A ne pas ouvrir» Appel d'offres national restreint «Etiquettes Electrolyte et Accumulateurs» N° 13/ENPEC/DG/2011 Le délai de remise des offres est fixé à Vingt et Un (21) jours après la première parution du présent avis de vente sur le quotidien national. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de trente (30) jours à compter de la date d'ouverture des plis.
El Moudjahid/Pub ANEP 845392 du 14/06/2011

DÉCÈS
Les familles Djehni et Abdelaziz, parents et alliés ont la douleur, de faire part du décès de leur frère et père

DJEHNI Mohamed
à l’âge de 68 ans. L’enterrement a eu lieu, hier, au cimetière de Sidi M’barek, Oued Romane, Alger. A Dieu nous appartenons, à Lui nous retournons.

CONDOLÉANCES
Le Directeur Général, les membres du Conseil d'administration, le Comité de participation et l'ensemble du personnel de la Société Nationale de Travaux Publics S.N.T.P, très affectés par le décès du père de Monsieur ABED Faouzi, Directeur Régional Sud, présentent à toute sa famille leurs sincères condoléances et l’assurent en cette pénible circonstance de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. (A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons).
El Moudjahid/Pub ANEP 860112 du 14/06/2011

CONDOLÉANCES
Monsieur AGSOUS Kamel, Président-Directeur Général, le Secrétaire général, les Cadres dirigeants ainsi que l’ensemble du personnel du Groupe GI FONDAL très touchés par le décès de : HADJ LADDAOUI AREZKI père de leur collègue et ami LADDAOUI Mohand, présentent à ce dernier et à toute sa famille leurs sincères condoléances et les assurent, en cette pénible circonstance, de leur profonde sympathie. Que Dieu le Tout-Puissant lui accorde Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons».
El Moudjahid/Pub

ANEP 860006 du 14/06/2011

CONDOLÉANCES Le Directeur Général, les membres du Conseil de Direction ainsi que l'ensemble du personnel du Fonds National d'Investissement/Banque Algérienne de Développement, très affectés par le décès de la mère de Monsieur GOUBI Med Lahbib, lui présentent ainsi qu'à toute sa famille leurs sincères condoléances et les assurent, en cette pénible circonstance, de leur profonde sympathie. Puisse Dieu accueillir la défunte en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons».
ANEP 860110 du 14/06/2011 El Moudjahid/Pub BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre Tél. : (041) 39.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 CONSTANTINE : Route de Sétif 7e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00

CONDOLÉANCES
Les cadres dirigeants et l'ensemble du personnel de la SGP TRANSOLB, profondément affectés par le décès de la sœur de Monsieur MAGHLAOUI Mahmoud Président du Directoire, lui présentent ainsi qu'à toute sa famille leurs sincères condoléances les plus attristées et les assurent, en cette pénible circonstance, de leur profonde sympathie. Puisse Dieu le Tout-Puissant accorder à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l'accueillir en son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.
El Moudjahid/Pub du 14/06/2011 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 Fax : (04) 84.86.38
Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIMPRAL) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90 Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AÏN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial: 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28

Naâma Abbas
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320

Mardi 14 Juin 2011

ANEP 845597 du 14/06/2011

EL MOUDJAHID

Sports
ES Sétif

31

LA SÉLECTION OLYMPIQUE EN STAGE

Les “Verts” affûtent leurs armes à Johannesburg

Une saison à dominante noire

L

a sélection Olympique est depuis mardi à Johannesburg. Très impliquée dans ces qualifications aux JO de Londres, la bande à Aït Djoudi est allée en Afrique du Sud préparer son match retour face à la Zambie. Un match assez important du moment qu’il est qualificatif au prochain tour. La confortable avance acquise au match aller ne semble pas faire somnoler le groupe sur ses lauriers. Preuve en est, depuis cinq jours, l’équipe s’attelle à se préparer en conséquence. Des entraînements spécifiques à raison d’une séance par jour sont programmées sur un beau terrain en herbe du côté d’Oxford Road que l’agence chargée de l’organisation de ce stage a déniché à la sélection. Le confort de l’hôtel Hyatt Regency et le décor qui va avec ne semble pas faire oublier à Chalali et ses coéquipiers les raisons de leur présence au pays des Bafana Bafana. En tous les cas, Azeddine Aït Djoudi est là pour le rappeler à chaque fois aux quelques brebis qui feignent l’égarement. Au cours d’une causerie qui s’était tenue le lendemain de l’arrivée de l’équipe, le sélectionneur national a mis l’accent sur l’importance de rester concentrés sur ce match face à la Zambie. Des séances tactiques, des projections vidéos et un match d’application ont jalonné le quotidien des «Verts» tout au long des cinq premiers jours.

C’

Les joueurs n’ont eu droit à un quartier libre qu’hier et encore, c’était au cours d’une sortie organisée chez son excellence l’ambassadeur d’Algérie à Pretoria, distante d’une quarantaine de km de Johannesburg. Sinon, les joueurs sont appelés à rester dans leurs chambres en dehors des heures d’entraînements et de manger. Les quelques rares à avoir la bougeotte se contentent de sillonner le long corridor du cinquième étage, exclusivement réservé à la sélection. Ceci pour illustrer un peu le mot d’ordre qui prévaut au sein du groupe. Pour rompre le microcycle, Azeddine Aït Djoudi a organisé avanthier matin une opposition à neuf qui a failli se terminer en bataille rangée. Sans doute excités par l’idée d’arracher une place dans le onze de départ, les joueurs ont fini par verser dans un jeu physique parfois même à la limite de la correction. Demou et Belamri ont dû d’ailleurs quitter le terrain précipitamment après avoir reçu

deux vilains tacles, tous deux à la cheville. Le ton est même monté d’un cran chez Demou qui dans un excès de colère est allé dire quelques mots aigresdoux à son vis-à-vis. Il aura fallu que Azeddine Aït Djoudi intervienne pour remettre de l’ordre dans le groupe d’un ton autoritaire. Ce petit accroc révèle l’état d’esprit qui règne au sein du groupe. Chaque joueur veut arracher une place de titulaire, ce qui a donné lieu à cet impact physique. Le coach Aït Djoudi n’a pas complètement révélé ses cartes, mais il est facile de deviner ses intentions de gérer le score du match aller. Pour ce faire, il devrait, sauf grosse surprise mettre en place un système résolument défensif, sachant que son adversaire va jouer son va-tout dans cette rencontre. Ceci laisse croire qu’il va composer avec une défense à trois. En tous les cas, il dispose encore de six jours pour décider de la stratégie à adopter. Amar Benrabah

est la saison de tous les ratages pour l’ES Sétif. Pour les noir et blanc, l’année aura été plutôt à dominante noire au regard des résultats des différentes compétitions où était engagé le club phare de notre élite en football. Rien ne pouvait prédire au début de cette saison une telle déconvenue tant l’Entente de Sétif pouvait se réjouir de posséder l’effectif le plus riche, le plus expérimenté et des internationaux en sus. Pourtant le parcours du club cette restera dans les annales comme étant le plus catastrophique. Même pour la consolation, les dirigeants ainsi que les inconditionnels du club ne trouveront rien au bout du compte dans la mesure où l’Entente de Sétif se retrouve en plus avec une grave crise où l’indiscipline et les conflits ont atteint le stade de l’inacceptable. La crise couvait depuis longtemps. Sa toute récente élimination de la Coupe de la Confédération Africaine de football, suite à sa défaite face au Kaduna United (3-0), du reste qui n’a en réalité surpris personne, vu que c’était une équipe amoindrie qui s’est déplacée pour adversaire du jour, apportera la dernière preuve que la crise les

Aigles noirs n’est pas conjoncturelle. Si on devait de mémoire énumérer les raisons d’une chronique d’une grave crise annoncée, on évoquera volontiers la vraie-fausse démission du président Serrar, l’instabilité maintes fois enregistrée du staff technique et autres nombreux cas d’indiscipline des joueurs, résultat certainement du climat délétère du club. C’était suffisant pour rater toute une saison. Pour un club qui a honoré le football algérien dans les compétitions continentales et qui a toujours joué les premiers rôles en championnat et en Coupe d’Algérie, cela a surpris nombre d’observateurs.

Ainsi le club qui était le mieux préparé pour réussir sa première saison professionnelle a lamentablement échoué. En championnat, l’ES Sétif n’est plus que l’ombre de cette solide formation, en Coupe d’Algérie, il a été stoppé par l’USM Harrach, club qui est loin d’avoir les moyens financiers de s’offrir les meilleurs joueurs du championnat. Qu’en déduire alors, si ce n’est de conclure que les dirigeants du club sont tenus de tirer les conclusions de cette terrible désillusion. Réunir le meilleur collectif possible avec une grosse manne financière n’est finalement pas un gage de réussite. Abdel.T.

COUPE DE LA CONFÉDÉRATION (phase de poules)

LA JSK DANS LE GROUPE B

AIT DJOUDI

L'

“On attend encore un peu avant d’arrêter la stratégie”
Azeddine Aït Djoudi ne cache pas sa satisfaction des résultats du travail qui a été effectué jusqu’ici. Il nous présente ici un premier bilan. Entretien. Comment jugez-vous ces cinq premiers jours de stage ? Ils ont été bénéfiques en tout point de vue. Le premier objectif étant d’habituer les joueurs à l’humidité, nous avons fait en sorte de prévoir des séances d’entraînement le matin. Les joueurs ont eu quelques difficultés au départ, mais là ils commencent à répondre favorablement. C’est le but de ce stage : Nous habituer au climat. C’est pour cela que nous avons cherché à recréer approximativement les mêmes conditions du match. Quelle sera selon vous la meilleure stratégie à adopter ? On en n’a pas encore vraiment pensé à 100% Il y a une idée qui germe, mais on préfère attendre encore un peu avant d’arrêter définitivement la stratégie. Quel sera, à défaut, le mot d’ordre ? Vous allez sans doute chercher à gérer le score ? Naturellement. Nous ne sommes pas obligés de faire le jeu. Ceci est un atout. On va donc attendre. Rester attentifs. Chercher à jouer le contre. Après, il va falloir s’atteler davantage sur la stratégie à adopter. Doit-on s’attendre à des changements par rapport à la composante du match aller ? De légers changements, peut être. Mais on ne va pas chambouler l’équipe. Il faudra s’attendre, comme je le disais, à un changement du dispositif tactique plutôt. Sinon, quelques petits remaniements à certains postes, c’est tout. Quelles sont les satisfactions de ce stage ? Bah, déjà l’état d’esprit. On sent que les joueurs en veulent. Ils y mettent du cœur. Ceci est un avantage. Ils savent ce que nous attendons d’eux et cela me laisse penser qu’on aura pas vraiment à les motiver. Ils le sont de fait. Après, il y a toujours d’autres points positifs. La préparation, le fait qu’il n’y a pas de blessures graves à déplorer. On est tranquilles de ce côté. Comment se présente le match ? C’est un match décisif dans le sens propre du terme. Nous connaissons parfaitement la situation. Les joueurs ont compris qu’il ne faudra surtout pas encaisser. Les probabilités, on les a faites à la fin du match aller, après, il faudra essayer de conclure tout ça sur le terrain. Entretien réalisé par Amar Benrabah

unique représentant algérien en Coupe de la Confédération africaine de football, la JS Kabylie, évoluera lors de la phase de poules de la compétition dans le groupe B aux côtés des Marocains du Moghreb de Fès et des Nigérians de Sunshine Stars. Le dernier adversaire n'est pas encore connu, puisqu'il s'agit du vainqueur de la confrontation entre les Tanzaniens de Simba et les Congolais de DC Motema Pembe, dont le match retour aura lieu le week-end prochain à Kinshasa. Au match aller disputé dimanche à Dar Es Salaam, Simba, en infériorité numérique, s'est imposé (1-0). Le groupe A est composé de l'Asec Mimosas (Côte d'Ivoire), du Club Africain (Tunisie), de Kaduna United (Nigeria), le tombeur de l'ES Sétif, et des Angolais d'Interclube. VOICI LE PROGRAMME COMPLET DU RESTE DE LA COMPÉTITION :
1re JOURNÉE DE LA PHASE DE POULES (15, 16, 17 juillet) Gr. A : Asec Mimosas-Club Africain/ Kaduna Utd-Interclube Gr. B : Moghreb Fès-JSK/ Sunshine Stars-Vainqueur Simba - DCMP 2e journée (29, 30, 31 juillet) : Gr. A : Club Africain-Kaduna Utd / Interclube-Asec Mimosas GR. B : JSK-Sunshine Stars/V Simba - DCMP- Moghreb Fès 3e journée (12, 13, 14 août) : Gr. A : Asec Mimosas-Kaduna Utd / Club Africain-Interclube GR. B : Moghreb Fès-Sunshine Stars / JSK- V Simba - DCMP 4e journée (26, 27, 28 août) : Gr. A : Kaduna Utd-Asec Mimosas/ Interclube-Club Africain Gr. B : Sunshine Stars-Moghreb Fès/V Simba - DCMP- JSK 5e journée (9, 10, 11 septembre) : Gr. A : Club Africain- Asec Mimosas /Interclube-Kaduna Utd Gr. B : JSK-Moghreb Fès/ V Simba-DCMP- Sunshine Stars 6e journée (16, 17, 18 septembre) : Gr. A : Kaduna Utd-Club Africain / Asec Mimosas-Interclube Gr. B : Sunshine Stars-JSK/ Moghreb Fès-V Simba - DCMP

Equipe nationale

Domenech approché mais n'a pas déposé sa candidature
L'ancien sélectionneur de l'Equipe de France de football, Raymond Domenech, a "bien été approché" par la Fédération algérienne (FAF) mais "n'a en aucun cas fait acte de candidature" pour succéder à Abdelhak Benchikha, démissionnaire, indique hier un communiqué des conseillers en communication de Domenech. "A ce jour, M. Domenech a bien été approché afin de mesurer les possibilités d'un rapprochement avec la Fédération algérienne", révèle l'agence Laminak.Conseil, dirigée par Pascal Irastorza. "Domenech n'a en aucun cas fait acte de candidature. En revanche, il confirme son attachement à l'Algérie", poursuit l'agence avant de conclure qu'"aucune déclaration complémentaire ne sera faite au cours des prochains jours". La FAF avait lancé un appel de candidature pour trouver un nouveau sélectionneur pour les Verts, après la démission de Benchikha, à l'issue de la lourde défaite (4-0) à Marrakech face au Maroc, pour le compte des éliminatoires de la CAN 2012. Une défaite qui hypothèque sérieusement les chances de qualification pour la prochaine CAN, prévue au Gabon et en GuinéeEquatoriale en 2012.

Mardi 13 Juin 2011

Pétrole
Le Brent à 119.46 dollars le baril

Monnaie
L'euro à 1.436 dollar

D E R N I E R E S
M. MEHAL À CONSTANTINE
FÊTE NATIONALE DE GRANDE-BRETAGNE

Redonner au métier de journaliste ses lettres de noblesse
“L
a dignité du journaliste est l’une de mes préoccupations premières ». Cette affirmation revient comme un leitmotiv tout au long de l’intervention de M. Nacer Mehal, ministre de la Communication, devant les journalistes et les éditeurs de l’Est, réunis hier, à Constantine, dans le sillage des concertations tous azimuts dans lesquelles s’est engagé le pays depuis l’annonce par le Président de la République du processus d’approfondissement des réformes politiques et législatives dont la loi organique sur l’information. C’est d’ailleurs la loi 90/07 qui devait faire l’objet de l’entame de la rencontre que le ministre a considérée comme une opportunité de dialogue ouvert, sans tabou aucun, et s’inscrivant dans la quête d’un consensus solide autour d’un texte de loi qui réponde à la fois aux nécessités de l’étape et aux exigences de la profession. Le ministre dira que cette loi comporte beaucoup de points positifs, mais les mutations intervenues dans la profession, mais aussi dans la société, nous interpellent pour donner des réponses correctes aux problèmes inhérents au rôle du journaliste, d’une part, et à la responsabilité des éditeurs, d’autre part. Cela non sans préciser à l’endroit de l’assistance que le débat « sans frontières » devrait permettre l’enrichissement par les suggestions des professionnels de l’information du projet de code de l’information. Le secteur de l’information a été quelque peu marginalisé et acculé à se confiner dans un état qui porte préjudice à la noblesse du métier d’informer. Ce constat établi sans complaisance, le ministre dira toute sa volonté de hisser le secteur à hauteur des enjeux qui le placent au cœur de tous les combats politiques. « Le secteur, qui joue un rôle important, soulignera-t-il en substance, a besoin de moralisation ». Le ministre affiche une volonté sans faille de tout mettre en œuvre pour remettre de l’ordre dans la perspective de garantir au journaliste un meilleur exercice de la profession et la jouissance du droit à la liberté d’expression. « Il s’agit, explique-t-il, de savoir qui est journaliste et qui ne l’est pas. Et il en est de même pour

Félicitations du Président Bouteflika à la Reine Elisabeth II…
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a relevé l'excellence des relations de coopération qui unissent l'Algérie et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, dans un message de félicitations adressé à la Reine Elisabeth II, à l'occasion de la fête nationale de son pays. « Au moment où le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord célèbre sa fête nationale, il m'est agréable d'adresser à Votre Majesté, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations ainsi que mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de prospérité et de bienêtre continus pour le peuple britannique ami », a écrit le Chef de l'Etat dans son message. « Il me plaît de relever, en cette occasion, l'excellence des relations d'amitié et de coopération qui unissent nos deux pays, et de vous assurer de ma disponibilité à leur imprimer une dynamique accrue, à la mesure des potentialités du Royaume-Uni et de l'Algérie", a ajouté le Président Bouteflika.

les éditeurs ». Dans cet ordre d’idées, le ministre évoquera l’impérative protection du citoyen contre toutes les dérives qui touchent la dignité de la personne. « Le journaliste, explique le ministre, est libre d’accomplir sa mission, mais dans le respect de l’éthique. » En invitant les journalistes à s’organiser au mieux pour pouvoir défendre leurs droits moraux et socioprofessionnels, M. Mehal précisera que les éditeurs qui enfreignent le règlement intérieur tomberont sous le coup… de l’Autorité de régulation, une institution préconisée, faut-il le rappeler, dans le sillage des réformes initiées par le Chef de l’Etat, qui accorde un intérêt particulier au secteur dont le rôle est capital dans la promotion de la démocratie. « Il est temps de mettre un terme à certaines pratiques qui ne font pas honneur à la profession ». Allusion faite à la précarité dans laquelle est confiné le journaliste qui évolue avec « un salaire » indécent et parfois sans couverture sociale. Une situation que l’on ne retrouve toutefois pas dans tous les organes de presse privés. En daignant apporter des précisions sur le nouveau code de l’information à partir de Constantine, le ministre évoquera longuement la décision prise par le Chef de l’Etat relative à la dépénalisation du délit de presse. « Cette dépénalisation permettra au journaliste d’exercer avec moins de contrainte, mais

cela ne lui arroge pas à l’évidence le droit d’attenter à l’honneur et à la dignité de la personne. La levée de cette entrave permettra d’aller vers plus de professionnalisation et de responsabilité », soulignera avec force le ministre qui relèvera par ailleurs la nécessité pour les professionnels de défendre la crédibilité du métier d’informer après avoir affiché un attachement solide à la défense de tous les droits des journalistes et le droit sacré du libre accès aux sources d’information, soulignant au passage le besoin qu’il y a d’améliorer la communication institutionnelle. Le ministre a également rassuré les journalistes quant à la prise en charge de la question de l’organisation du plan de carrière, entreprise pour laquelle une commission a été instituée pour élaborer une nouvelle grille de salaire. La rencontre de Constantine se veut le lancement d’un dialogue qui puisse ériger des passerelles entre le secteur et les pouvoirs publics qui, comme l’aura souligné avec force le ministre, affichent une volonté très forte de placer le métier d’informer au diapason de la tendance en vogue dans le monde. M. Mehal s’est félicité du niveau du débat instauré à l’issue de son intervention et n’a pas manqué d’exhorter les journalistes à s’organiser pour pouvoir aller de l’avant à travers la loi. S. Lamari

… et à M. David Cameron
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a exprimé sa satisfaction quant au renforcement des relations entre l'Algérie et le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, dans un message de félicitations adressé au Premier ministre britannique, M. David Cameron, à l'occasion de la fête nationale de son pays. « A l'occasion de la célébration de la fête nationale du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord, il m'est agréable de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations accompagnées de mes meilleurs vœux de santé et de bonheur », a écrit le Chef de l'Etat dans son message. « Je saisis cette opportunité pour vous exprimer ma satisfaction quant au renforcement continu des relations entre nos deux pays, comme en attestent la qualité du dialogue que nous entretenons, le développement constant de nos échanges et la diversification de notre partenariat économique », a ajouté le Président Bouteflika.

SAHARA OCCIDENTAL

ALGÉRIE-ONU

Polisario : «La situation politique accentue la pression sur le Maroc pour l’organisation d’un référendum»

L

a situation politique et sociale prévalant au Maroc n’encourage pas l’entêtement du régime marocain vis-à-vis de la question sahraouie, elle accentue la pression sur ce pays pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental a déclaré hier à l’APS, le repré-

sentant du Polisario à Londres, M. Lamine Baali. « Le Maroc veut gagner du temps en évitant le sujet essentiel qui est l’organisation d’un référendum sur l’autodétermination du peuple sahraoui mais il se trouve aujourd’hui dans une position de plus en plus délicate avec les manifestations

populaires dans les villes, les réformes politiques profondes demandées par le peuple », a encore ajouté ce responsable. Selon lui, le régime marocain fait face à une double pression, au niveau interne et externe, sans parler de la pression grandissante de la rue sahraouie qui réclame le respect de ses droits fondamentaux.

M. Medelci reçoit le nouveau représentant de l'ONUDI à Alger
Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, a reçu hier à Alger M. Guillermo Jimenez Blasco, qui lui a remis les lettres de cabinet l'accréditant en qualité de représentant de l'Organisation des Nations unies pour le Développement industriel (ONUDI) auprès de la République algérienne démocratique et populaire, indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères. L'Algérie, qui est membre de l'ONUDI depuis 1966, a signé l'Acte constitutif de cette organisation le 22 septembre 1976 et l'a ratifié en vertu du décret n° 80-160 du 2 août 1980. Les relations de coopération ente l'Algérie et l'ONUDI s'articulent autour d'un programme adopté par le Conseil exécutif interne de l'Organisation le 10 mars 2003, intitulé « Programme intégré pour l'amélioration de la compétitivité et l'appui à la restructuration industrielle en Algérie », a précisé la même source. Ce Programme porte essentiellement sur l'assistance à l'élaboration et à la mise en œuvre d'une politique et d'une stratégie industrielles, le renforcement des services d'appui et de conseil à l'industrie, l'assistance technique dans les domaines de la promotion des PME. Il porte également sur les investissements, le développement industriel et l'assistance pour la création d'un environnement sain et durable en Algérie par la promotion et le transfert des technologies propres et le perfectionnement des compétences. Créée en 1966 en vertu de la résolution 2152 de l'Assemblée générale des Nations unies, l'ONUDI, dont le siège est basé à Vienne, comprend 173 Etats membres. Elle est devenue une institution spécialisée du système des Nations unies en 1986, du fait de l'entrée en vigueur de l'acte constitutif de l'Organisation.

ALGÉRIE-FRANCE

Le chef de la diplomatie française attendu demain à Alger

L

e ministre d'Etat, ministre des Affaires étrangères et européennes de la France, M. Alain Juppé, effectuera demain et après-demain une « visite de travail » en Algérie, à l'invitation de son homologue algérien, M. Mourad Medelci, a-t-on annoncé officiellement hier à Alger. Dans une déclaration, le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères, M. Amar Belani, souligne que cette visite « s'inscrit dans le cadre du renforcement du dialogue politique entre les deux pays et participe de leur volonté commune d'édifier un partenariat d'exception qui soit à la mesure des liens multiformes qui les unissent en termes d'histoire, de voisinage et de densité des rapports humains ». Au cours de cette visite, les deux hommes « aborderont toutes les dimensions de la relation bilatérale et partageront leurs analyses sur les sujets de politique internationale et régiona-

le d'intérêt commun (Libye, processus de paix au Proche-Orient, Sahara occidental, lutte contre le terrorisme, UPM, relations avec l'Union européenne...) », ajoute la même source. Dans la même déclaration, il est observé que « les nombreux échanges de visites entre les deux pays et la mise en place de nouveaux mécanismes de concertation politique et de facilitation des investissements ont permis de consolider et de diversifier la coopération bilatérale et de l'élargir à tous les secteurs d'intérêt commun». « Au plan économique, la relance de l'investissement et du partenariat sur de nouvelles bases a permis d'enregistrer une avancée significative grâce à la volonté partagée des deux pays de donner à leurs relations un caractère d'exemplarité basé sur la recherche d'intérêts mutuels durables », a déclaré par ailleurs le porte-parole des AE.

M. Medelci reçoit les copies figurées des lettres de créance du nouvel ambassadeur du Pakistan
Affaires Le ministre des M. Mourad Medelci, a étrangères, hammed reçu hier à Alger, M. Mo copies a remis les Aslam, qui lui de créance, figurées de ses lettres qualité en l'accréditant et adeur extraordinaire d'ambass la République plénipotentiaire de rès de la islamique du Pakistan aup érienne alg République e, indique démocratique et populair tère des nis un communiqué du mi Affaires étrangères.