“SÉMINAIRE PHILOSOPHIE, ETHIQUE, COMPTABILITÉ” DEA 124

“DU MENSONGE À LA VIOLENCE” HANNAH ARENDT

Présenté par Diéne KAMARA

1

SOMMAIRE

BIOGRAPHIE................................................................................................................3 PUBLICATIONS............................................................................................................4 INTERET DE L’OUVRAGE..........................................................................................5 POSTULATS.................................................................................................................5 MODE DE DEMONSTRATION.....................................................................................6 RESUME ......................................................................................................................6
Chapitre 1 : Du mensonge en politique : réflexions sur les documents du Pentagone.....................................6 Partie I : Le mensonge érigé en art.......................................................................................................................6 Partie II : Mentir pour justifier un engagement militaire.....................................................................................8 Partie III : Comment ont-ils pu ?........................................................................................................................10 Chapitre II : La désobéissance civile...................................................................................................................11 Partie I : Socrate et Thoreau ; Une fausse « désobéissance civile » ?................................................................12 Partie II : Les caractéristiques de la désobéissance civile..................................................................................13 Partie III : La désobéissance civile et le droit : des rapports ambigus...............................................................14 Chapitre 3 : Sur la violence..................................................................................................................................16 Partie I : Une violence en puissance pour avoir la paix.....................................................................................16 Partie II : Analyse critique de la violence..........................................................................................................17 Partie III : Violence et Pouvoir ..........................................................................................................................17 Partie IV : La nature et les causes de la violence...............................................................................................18

2

3 . Après être arrêtée par la Gestapo puis relâchée faute de preuve. elle s’évade et s’exile aux Etats-Unis en 1941 avec sa mère et son mari. En 1929.HANNAH ARENDT BIOGRAPHIE Hannah Arendt est une philosophe née le 14 octobre 1906 dans la banlieue de Hanovre en Allemagne. Elle est décédée le 4 décembre 1975 à New York. En 1924. Son père était ingénieur et sa mère s’intéressait particulièrement à la musique et à la langue française. Devenue citoyenne américaine. Hannah Arendt quitte l’Allemagne nazie et s’installe en France où elle participe à l’accueil des réfugiés juifs fuyant le nazisme. Elle étudie la philosophie et la théologie aux universités de Fribourg et de Heidelberg. elle donne de nombreuses conférences et est professeur de philosophie politique d’abord à l’université de Chicago. ensuite à la New School for Social Research de New York. elle passe son Abitur en candidate libre avec un an d’avance. Ses grands parents étaient des juifs réformés. Elle a soutenu son travail doctoral avec Karl Jaspers sur le concept de l’amour chez saint augustin. Elle a été formée à la bonne école avec des philosophes de renom tels que Heidegger. elle obtient une bourse qui lui permet de travailler jusqu’en 1933 à la biographie d’une jeune juive allemande Rachel Varhagen. Husserl ou encore Karl Jaspers. A la suite d’une incarcération.

réédité avec une préface de Paul Ricœur Pocket.PUBLICATIONS Hannah Arendt a légué à la postérité une œuvre colossale composée d’ouvrages. II le Vouloir.B. Lotringer PUF 1981 (1992) et 1983 (1999) titre original [The life of the mind (1 Thinking . loin d’être exhaustive. 2 Willing) New York 1978-1981] Penser l’événement. La liste ci-dessous. traduction française M. 1998. Fradier. Calmann-Levy. traduction française G.I. traduction française L. Belin 1989 La nature du totalitarisme. 1983. Habib. de Launay Payot 1990 Auschwitz et Jérusalem chez Pocket Agora les classiques Editions Calmann-Levy Rachel Varnhagen chez Pocket Agora les classiques Editions Calmann-Levy Du mensonge à la violence chez Pocket Agora les classiques Editions Calmann-Levy 4 . d’articles et de comptes rendus de colloques et de conférences. London Chicago University of Chicago 1958] Vies Politiques. traduction française E Adda Gallimard 1974 La vie de l’esprit : I la pensée. 1992 [The human condition. de récits. Condition de l’homme moderne. présente quelques unes de ses œuvres majeures. traduction française Cl. 1961.

D’abord sur le plan théorique. Action et Mensonge sont liés. Les récents événements du Moyen-Orient ont encore mis le pentagone dans la ligne de mire de bon nombre d’observateurs attentifs et avisés. POSTULATS  Politique.  La désobéissance civile est un mouvement de groupe. et la violence.  L’esprit des lois américaines est caractérisé par l’adhésion des citoyens à travers leur consentement à un contrat social. les mouvements de violence et de désobéissance civile continuent d’occuper une bonne place dans l’actualité quotidienne. il a le mérite de poser les jalons d’une réflexion philosophique sur des concepts tels que le mensonge.INTERET DE L’OUVRAGE Cet ouvrage présente un double intérêt. C’est ainsi que ce livre nous explique de manière implicite comment en usant du mensonge un gouvernement peut conduire les citoyens à chercher une riposte à travers des mouvements tels que la désobéissance civile et peut les pousser à adopter des comportements de violence. Ensuite sur le plan pratique. il adopte une démarche rigoureuse et nous fait comprendre que des phénomènes sociaux à priori distincts peuvent entretenir d’intimes rapports. Par ailleurs. la méthode scientifique n’est pas adaptée. 5 . mais (et surtout) parce qu’il part d’exemples réels et montre que nous avons une vision très imprécise de la plupart de ces concepts alors que nous en faisons usage régulièrement.  En politique.  La violence est différente du pouvoir. Le mérite est lié non pas au fait que cet ouvrage soit le seul à traiter de ces concepts. il est facile de montrer que l’ouvrage est toujours d’actualité.  La désobéissance civile est indépendante des consciences individuelles.  La superpuissance peut mettre à nu l’impuissance.  La violence n’est pas une caractéristique inhérente à l’être humain. De même dans la plupart des pays du monde.

RESUME Chapitre 1 : Du mensonge en politique : réflexions sur les documents du Pentagone Dans ce chapitre. Dans le cas des documents du pentagone et de la guerre du Vietnam. En effet. Hannah Arendt propose une analyse du rôle du mensonge en politique. mensonge désobéissance etc. 6 . le mensonge est érigé en art. la politique ne présente aucune utilité. sans action.MODE DE DEMONSTRATION Cet ouvrage est le fruit d’une longue réflexion philosophique. les liens entre politique. C’est ainsi qu’elle soumet à la rigueur de la réflexion philosophique des concepts « ordinaires » de la vie quotidienne tels que violence. Partie I : Le mensonge érigé en art Pour Hannah Arendt. pouvoir. Or. elle met en évidence le rôle instrumental du mensonge (partie II). Elle pose les bases de sa réflexion sur les documents du Pentagone relatifs à la guerre du Vietnam et publiés dans le New York Times. L’auteur commence (partie I) par nous montrer qu’en politique le mensonge est souvent érigé en art. le mensonge a été utilisé pour justifier un engagement militaire. puissance. il existe un lien fort entre mensonge politique et action. Pour étayer son argumentation. En conséquence. Elle tente de donner des explications aux maux qui gangrènent notre société par une analyse approfondie de certains concepts dont l’usage est aisé mais la compréhension difficile. Ensuite. en politique. Enfin (partie III) Hannah Arendt tente de donner des éléments explicatifs de l’enlisement militaire des américains au Vietnam. mensonge et action s’établissent aisément. Hannah Arendt emprunte à la réalité quotidienne des faits avérés et les examine sous l’angle de la philosophie.

 Quant aux « spécialistes de la solution des problèmes » leur démarche est caractérisée par une rationalisation du mensonge. Les « spécialistes de la solution des problèmes » ont une excellente formation et sont « solidement armés de l’analyse des systèmes et de la théorie des jeux ». Leurs connaissances et capacités intellectuelles en font des citoyens naïfs et adeptes de la 7 . l’auteur fait remarquer que le mensonge en politique présente deux caractéristiques principales :  Le mensonge s’adapte au public. il peut revêtir plusieurs formes.Eu égard aux liens existant entre politique et mensonge.  Les experts en relations publiques sont des experts en publicité politique. Parfois. Ils vantent pour vendre et manipulent pour convaincre. Quelle que soit la démarche qu’ils adoptent. Ils utilisent un langage pseudo mathématique. du fait de sa nature adaptative et sa capacité d’anticipation. Dans le cadre des documents du Pentagone.  Le mensonge est doté d’un pouvoir intrinsèque. se défont de tout sentimentalisme et sont riches de certitudes et de convictions. deux catégories « d’artistes menteurs » ont été identifiées : les experts en relations publiques et les « spécialistes de la solution des problèmes ». Le pouvoir du mensonge se manifeste lorsque par exemple un gouvernement (ou toute autre forme organisationnelle) élimine délibérément toutes les données qui ne cadrent pas avec l’idéologie qu’il véhicule sans conséquences majeures. ils élaborent le mensonge et contribuent à sa justification scientifique sans se rendre compte qu’ils sont à l’opposé de la vérité. leurs objectifs restent identiques. Cette rationalisation est liée à leur formation « d’élite » et à leurs « grandes capacités intellectuelles ». « pensée scientifique unique ». Lorsque le mensonge est érigé en art (ce qui est toujours le cas en politique). Il anticipe les désirs du public pour qu’il y’ait une parfaite correspondance entre le message qui est émis et la réalité perçue par le public visé.

Ce qui reste paradoxal dans cette affaire. pour répondre à la question « pourquoi étions nous engagées dans une guerre et cela au Vietnam ? ». elles mettent en relief « l’égocentrisme » de la première puissance économique et militaire du monde. Quant aux dernières réponses. A travers une lecture approfondie des archives du pentagone. Parallèlement à cet ensemble d’objectifs annoncés. les motivations affichées ont connu des grandes fluctuations. C’est notamment le cas lorsqu’il est utilisé dans le cadre d’une stratégie militaire destinée à tromper l’ennemi.Partie II : Mentir pour justifier un engagement militaire Le mensonge peut avoir une visée salutaire. Remarquons que sur un horizon chronologique relativement court à l’échelle d’une grande nation (de l’ordre d’une dizaine d’années). Notons au passage que cette situation était prévisible car à aucun moment la haute administration américaine n’a daigné mettre en évidence les réelles motivations de sa mission militaire au Vietnam. L’élaboration et leur diffusion secrète des documents du pentagone ne relèvent d’aucune stratégie visant à atteindre le véritable ennemi. Il fallait « soutenir le moral » des Sud Vietnamiens. plusieurs réponses peuvent être apportées. Ainsi. rassurer les alliés et faire subir aux communistes « des pressions énergiques ». Ces documents étaient diffusés secrètement au niveau de la haute administration américaine et étaient destinés à un public américain. Les premières offrent des perspectives nobles et ambitieuses telles que « veiller à ce que le peuple vietnamien puisse librement déterminer son avenir » ou encore « éviter l’éclatement de la troisième guerre mondiale ». 8 . En effet. C’est ainsi que l’on peut montrer que le mensonge a été utilisé comme artifice pour justifier un engagement militaire dont les objectifs réels sont restés flous. le pentagone avec l’aide des « spécialistes de la solution des problèmes » avait mis en place plusieurs scénarios en fonction des publics ciblés. Hannah Arendt met en évidence le tissu de mensonge qui couvre les objectifs annoncés pour justifier la guerre du Vietnam. c’est le fait que les gouvernements républicain et démocrate se soient succédés au pouvoir sans qu’il y’ait une réelle volonté de changement. ces réponses sont telles qu’il est simplement question « d’éviter une défaite humiliante ou de sauver la face ». elles montrent d’une part l’incapacité des EtatsUnis à atteindre les objectifs annoncés et d’autre part. Seulement.

C’est probablement la raison pour laquelle la Maison Blanche a parfois violé les règles constitutionnelles élémentaires exigeant l’autorisation du congrès américain préalablement à la mise en œuvre de certaines opérations de grande envergure. Des moyens militaires et économiques importants ont été utilisés pour une mission dont les objectifs et les contours ont été mal définis et délimités. de tromperie et de mensonge à des fins inavouées. La seconde disparité relève des rapports entre les moyens utilisés et les objectifs annoncés. notons que pour mieux asseoir sa politique. une double disparité caractérise l’engagement militaire américain au Vietnam. Ces alibis ne sont pas avérés parce que tout simplement il existait beaucoup de différents entre Moscou et Pékin. le mensonge a été une affaire d’Etat.  Le second exemple montre comment de faux alibis basés sur « le postulat d’une conspiration monolithique communiste et celui de l’existence d’un bloc sinosoviétique et en outre sur l’hypothèse des visées expansionnistes des chinois » ont été utilisés. ces mêmes informations ont été parfois utilisées par des décideurs qui n’adhéraient pas à leur fondement. Aussi. le peuple vietnamien a toujours opposé une farouche résistance à toute visée impérialiste d’une puissance étrangère. Pour Hannah Arendt. à l’époque. Pendant toute la durée de la présence militaire américaine au Vietnam. Ceci est illustré par deux exemples :  Le premier exemple rappelle que les informations fournies par les services de renseignements américains et relatifs à l’influence mutuelle qu’exercent les pays voisins du Vietnam les uns sur les autres (théorie des dominos) ont été parfois contradictoires. La première disparité concerne les éléments sur lesquels portent les mensonges. 9 . Enfin. Cette utilisation du sceau « Secret défense » a augmenté la puissance du Pentagone en lui laissant une plus grande latitude quant à l’élaboration de stratégies de manipulation. Aussi. le pentagone a usé de ruse en classant dans la catégorie « secret défense » une bonne partie des documents qui devraient être mis à la disposition de certains décideurs.Les métamorphoses remarquées tenaient plus de la forme que du fond.

Cet ensemble comporte quatre éléments de réponse : l’art du mensonge. Finalement. à la question « comment ont-ils pu ? ». Le mensonge érigé en art se manifeste par les écarts existant entre les déclarations publiques et la réalité quotidienne. 10 . Le troisième élément de réponse apporté à la question « comment ont-ils pu ? » tient au fait que l’administration américaine est incapable de comprendre que le pouvoir même d’une très grande puissance comporte toujours des limites. Hannah Arendt nous rappelle que ces spécialistes au lieu d’ « apprécier » passaient leur temps à « calculer ». Partie III : Comment ont-ils pu ? Après une analyse des documents du Pentagone sous les aspects du mensonge et de la tromperie. le problème qui leur était présenté n’était pas rationnel et n’admettait pas de solution unique. Ainsi. Au final. l’utilisation de mauvaises méthodes. Les méthodes utilisées par les « spécialistes de la solution des problèmes » relevaient des mathématiques et de la logique. Or. Hannah Arendt essaye d’apporter des éléments de réponse justifiant l’enlisement des Etats-Unis au Vietnam. le Pentagone a fini par croire en ses propres mensonges car « plus un trompeur est convaincant et réussit à convaincre. Cette défaite a sonné le glas de la grande puissance américaine. plus il a de chances de croire à ses propres mensonges ». un ensemble de réponses a été apporté. la recherche aveugle de l’omnipotence et l’arrogance. Toute la communication faite par le Pentagone était à l’écart de la réalité.C’est cette idée qui fait dire à Hannah Arendt que « l’efficacité de la tromperie et du mensonge dépend entièrement de la notion claire de vérité que le menteur et le trompeur entendent dissimuler ». on pourrait avancer que l’impuissance de la grande puissance américaine a été mise en exergue par sa propre puissance militaire. Ces limites sont apparues à la fin du conflit lorsque le monde a constaté la défaite américaine malgré la puissance militaire et la suprématie écrasante.

Hannah Arendt analyse la désobéissance civile à la lumière des idées philosophiques et essaye de comprendre les raisons qui poussent les individus à s’engager dans des mouvements de désobéissance civile. 11 . Hannah Arendt examine les relations entre la désobéissance civile et le droit. Après cela elle s’attache à caractériser les mouvements de désobéissance civile (partie II). Ces quatre attitudes ont conduit les Etats-Unis à ne porter aucune attention à l’ennemi et à le mépriser. soit d’une intention de mettre à l’épreuve la constitutionnalité de la loi. L’arrogance de l’esprit est propre à la démarche des « spécialistes de la solution des problèmes ». Abandonnant cette taxinomie simpliste. Chapitre II : La désobéissance civile Hannah Arendt se propose d’apporter des éclaircissements à la crise du droit qui secoue l’univers juridique américain dans les années 1960. Elle nous rappelle l’analyse juridique de la désobéissance civile. Ceci a les a conduit directement à une triste et amère défaite. Dans la troisième partie de ce chapitre. L’arrogance du pouvoir s’intéresse exclusivement à la recherche de l’omnipotence. Pour les juristes américains. la désobéissance civile relève soit d’une volonté d’enfreindre des lois que l’on juge propre à sa morale.Le dernier élément de réponse est lié à la double arrogance qui caractérise la démarche américaine : l’arrogance du pouvoir et l’arrogance de l’esprit. C’est ainsi qu’elle commence (partie I) par revoir les exemples de désobéissance civile utilisés par les théoriciens (il s’agit des cas de Socrate et Thoreau). Le mouvement de désobéissance civile sert de fondement à son analyse. Aucun arbitrage n’est fait entre les moyens et les ressources dégagés et les résultats obtenus ou espérés.

L’auteur nous montre la difficulté qui existe à vouloir traiter au niveau de la morale individuelle le problème de la désobéissance à la loi. Le premier cas est relatif à la condamnation de Socrate. Il ne voulait pas violer les lois. « les suggestions de la conscience sont apolitiques et elles revêtent toujours un caractère subjectif ». Ce qu’il a contesté. c’est justement là où le bât blesse car une désobéissance civile ne saurait reconnaître une à une les consciences individuelles. on note une grande différence dans l’attitude qu’ils ont adoptée vis-à-vis des lois. Dans un second temps. Dans un premier temps. et il tenait à montrer sa désapprobation. ni leur essence. La comparaison de Socrate et de Thoreau est riche d’enseignements. Hannah Arendt examine deux célèbres cas de désobéissance civile. quant au second il nous montre les rapports que Thoreau1 entretenait avec les lois. Pour elle. Dans le cas de Socrate. Une fausse « désobéissance civile » ? Dans le but de mieux analyser la désobéissance civile à la lumière des écrits et ouvrages philosophiques. Pour Hannah Arendt. 12 . Ces deux formes de désobéissance civile sont différentes dans leur essence et de toutes façons elles ne cadrent pas avec l’idée que Hannah Arendt se fait de la désobéissance civile. Socrate souhaitait rester fidèle à lui-même. il a accepté le verdict des juges. Thoreau contestait les lois en elles mêmes. il était contre les juges athéniens. En fait. Il ne lui convenait pas. La force morale qui lui a permis de subir la condamnation au péril de sa vie relève d’un autocontrat. Platon avance que pour Socrate « la pensée est un dialogue muet entre la personne et le moi ». Dans le cas de Thoreau. C’est vraisemblablement la raison pour laquelle. Dans sa pensée. Hannah Arendt nous explique brièvement que Thoreau fut contraint de passer une nuit en prison pour avoir refusé de payer l’impôt électoral à un gouvernement qui reconnaissait l’esclavage. En effet aussi bien pour Socrate que pour Thoreau. 1 Dans le texte. Socrate n’était pas contre les lois. l’auteur nous rappelle que Socrate n’a jamais contesté les lois. il fait l’apologie de l’auto fidélité. c’est leur interprétation.Partie I : Socrate et Thoreau . c’est le système judiciaire qui était mis à l’épreuve. on remarque qu’il y’a une similitude dans leur rapport vis-à-vis des lois. raison pour laquelle même en étant en total désaccord avec leur interprétation. la désobéissance est dictée par la conscience individuelle.

il est l’œuvre d’un groupe qui estime que « les mécanismes normaux de l’évolution » d’une société ne fonctionnent plus correctement ou que la politique gouvernementale est teintée d’une attitude anti constitutionnelle. la désobéissance civile cherche des changements désirés par l’ensemble de la société. Pour mieux comprendre le mouvement de désobéissance civile. et subjectivité car la morale est personnelle et différente d’un individu à un autre. vouloir appliquer ces exemples sur les plans juridique et politique. elle analyse les traits caractéristiques d’un mouvement de cette nature. Sur la base de statistiques alarmantes. 13 . Hannah Arendt met en exergue la faiblesse du système judiciaire. on constate une croissance du nombre de crimes et délits commis en bandes organisées ou par des individus isolés.  Ensuite.Cette analyse permet à Hannah Arendt de remettre en cause tous les travaux sur la désobéissance civile ayant pour unique fondement les attitudes de Socrate et de Thoreau. Partie II : Les caractéristiques de la désobéissance civile Les mouvements de désobéissance civile sont devenus des mouvements de masse et se rencontrent partout dans le monde. Dans le même temps. Tel est par exemple le cas de la politique du gouvernement américain à l’égard du Vietnam.  Tout d’abord. Généralisation car la conscience est individuelle. ou encore on peut citer l’exemple de la violation des libertés fondamentales. Pour elle. c’est tomber dans l’abîme de la généralisation et de la subjectivité. Hannah Arendt avance que la désobéissance n’est civile et n’a de sens que lorsqu’elle est l’œuvre d’un groupe. Une analyse de l’histoire de l’évolution de l’humanité pourrait nous apprendre que cette généralisation de la désobéissance civile est le signe précurseur des révolutions. Dans la recherche d’un outil d’analyse pertinent de la désobéissance civile. Le groupe auteur de la désobéissance estime que ces changements s’avèrent nécessaires.

Partie III : La désobéissance civile et le droit : des rapports ambigus Dans cette partie. Lorsque le système juridique ne permet plus d’assurer convenablement la stabilité nécessaire au changement progressif lié à l’évolution de la société on voit alors naître une remise en cause de ce système juridique. Il offre un cadre à l’intérieur duquel s’opèrent les changements. Hannah Arendt met en relief le désir de changement qui existe dans toutes les sociétés. Alors que les criminels peuvent user et abuser de toute forme de violence. En se référant à Hannah Arendt et en poussant le raisonnement à l’extrême. La première est relative à la philosophie du droit américain autrement dit « l’esprit » des lois américaines. or le système juridique est le principal garant de cette stabilité. C’est d’ailleurs ce dernier trait qui distingue fondamentalement la désobéissance civile de la révolution car celle-ci peut être violente. Alors que les criminels violent la loi de manière clandestine. la désobéissance civile réclame et clame sa désobéissance et ne cherche surtout pas à la cacher. Enfin. Hannah Arendt nous expose les distinctions à faire entre la désobéissance civile et le mouvement criminel. on assiste à la naissance d’un mouvement de désobéissance civile. la désobéissance civile bannit la violence sous toutes ses formes. Dans quelle mesure le mouvement de désobéissance civile peut être compatible avec un système juridique donné ? Pour Hannah Arendt. 14 . Dès lors que cette remise en cause est affichée et est l’œuvre concertée d’un groupe. seul le système juridique américain peut permettre d’intégrer la désobéissance civile dans sa démarche. on pourrait considérer la désobéissance civile comme un « fait social » au sens de Durkheim. Hannah Arendt pose le problème de la « compatibilité » de la désobéissance civile avec la loi. Deux principales raisons sont avancées pour justifier cette affirmation. En effet. Elle nous rappelle aussi que le changement ne peut se faire que dans la stabilité. La seconde raison (qui découle d’ailleurs de la première) est liée au fait que le système juridique américain dispose d’un mécanisme qui peut lui permettre de faire face à la désobéissance civile.

Aux Etats-Unis. les individus peuvent agir librement. comme dans toutes les sociétés. et surtout. Ces derniers ont retiré leur consentement car ils ont perdu la confiance qu’ils avaient placée dans le système juridique. ils peuvent exprimer leur désaccord. En fait. le « contrat social » américain serait proche du « contrat social » au sens de Locke. comme le dit Hannah Arendt. le système juridique n’a pas tenu ses engagements du fait de la rapidité des transformations survenues dans la société. la constitution américaine a simplement nié leur nécessaire prise en compte juridique. le « contrat social » qui prévaut aux Etats-Unis se distingue aussi bien du « contrat social rousseauiste ». l’esprit des lois américaines est fortement caractérisé par « l’association volontaire ». la désobéissance civile s’explique par l’irrespect des citoyens vis-à-vis du « contrat social » car le système juridique n’a pas tenu ses engagements. Ainsi. Pour Hannah Arendt. La perte de confiance résulte de l’incapacité du système juridique à contraindre le gouvernement à adopter une politique conforme à leurs désirs. En l’espèce. les individus agissent et réagissent suivant un « contrat social ». C’est d’ailleurs la force de « l’association volontaire » qui peut 15 . les mouvements de désobéissance civile aux Etats-Unis peuvent s’expliquer par la défection des citoyens. Or. que du « Léviathan » tel que nous le présente Hobbes. Hannah Arendt rappelle que les noirs (qui se sont beaucoup engagés dans les mouvements de désobéissance) n’ont jamais donné leur consentement pour participer au « contrat social » car pendant longtemps. l’auteur commence par caractériser l’esprit des lois américaines. Au-delà du consentement. Il s’agit d’une « conception horizontale » du « contrat social » caractérisée par le fait que les individus tissent et entretiennent des relations basées sur un consentement avec un fort lien de réciprocité. Pour mieux illustrer l’importance du consentement dans l’explication de la désobéissance civile. « toutes les organisations humaines. sociales ou politiques reposent en fin de compte sur la capacité de chaque individu à prendre des engagements et à les tenir ».Pour expliquer les fondements des affirmations ci-dessus. Ainsi pour Hannah Arendt « le consentement qui est l’esprit des lois américaines est fondé sur la notion d’un contrat comportant des obligations mutuelles qui a permis d’abord l’établissement des colonies séparées puis leur union fédérale ». Sous cette vision. Dans cette forme de contrat.

En conséquence. Pour bien cadrer son analyse. elle commence par évoquer les rapports qui existent entrent les grandes puissances militaires (partie I). avant de finir sur la nature et les causes de la violence (partie IV). il serait judicieux de considérer le mouvement de désobéissance civile comme un mouvement relevant de l’association volontaire de citoyens défendant certains intérêts (comme les groupes de pression) De ce fait. 16 . Chapitre 3 : Sur la violence Constatant une recrudescence des actes de violence dans les grands pays développés. Après. Ensuite elle s’attaque à une relecture critique des écrits philosophiques ayant porté sur la violence (partie II). Les grandes puissances occidentales à peine sorties de la seconde guerre mondiale. Ceci est d’autant plus dangereux que ces armes ultra puissantes qui obligent les grandes puissances à se méfier les unes à l’égard des autres sont de plus en plus sophistiquées et peuvent anéantir la planète en un temps très court. Pour Hannah Arendt. elle examine les rapports entre la violence et le pouvoir (partie III). Partie I : Une violence en puissance pour avoir la paix Depuis la fin de la seconde guerre mondiale. se sont lancées dans une folle course aux armements. il est remarquable de constater que ce sont les moyens utilisés pour préserver la paix dans le monde qui sont des instruments de violence. Cette augmentation de la puissance du complexe militaro-industriel dans les grands pays développés s’explique en partie par la présence au sein des gouvernements de plusieurs conseillers issus des rangs militaires et apportant leur version scientifico-militaire de la paix et de la résolution des conflits. les rapports (entre le mouvement et le système juridique) passeront de la « résistance » à un simple « désaccord ». on assiste à un équilibre de la terreur.permettre au système juridique américain d’intégrer et de faire face à la désobéissance civile. Hannah Arendt se livre à un exercice de compréhension et d’explication de ce phénomène de société.

Partie III : Violence et Pouvoir Dans le domaine de la théorie politique. cette logique est erronée car elle ne considère l’Etat et la politique que sous l’angle de la domination et de l’oppression. Nombre d’auteurs qui réclament leur plus ou moins forte appartenance à l’idéologie marxiste font l’apologie de la violence comme instrument de résolution des conflits.Partie II : Analyse critique de la violence Sous un angle plus théorique. Hannah Arendt nous propose une relecture de Marx à la lumière du concept de violence. prône de manière ouverte l’utilisation des moyens violents pour venir à bout du système de domination mis en place par l’oppresseur occidental. Pour Hannah Arendt. S’attaquant de face aux théories prônant la violence comme étant un puissant moyen d’émancipation des pays du tiers monde. on accepte implicitement l’idée selon laquelle « la violence n’est rien d’autre que la manifestation la plus évidente du pouvoir ». Hannah Arendt trace une ligne de démarcation entre le pouvoir et la violence. Il est donc nécessaire de distinguer le pouvoir de la violence. la violence n’est présente dans l’œuvre de Marx qu’à titre accessoire et n’y joue qu’un rôle secondaire. nombre d’auteurs ont assimilé (au risque de tomber dans une regrettable confusion) le pouvoir et la violence. Or. la vengeance deviendrait le remède miracle à la plupart de nos maux ».Fanon ou Sorel). C’est dans cet ordre d’idées et en suivant l’analyse de Marx qu’elle bannit toute forme de violence car nous dit-elle « si la violence pouvait régler des conflits de société. Adoptant une franche rupture avec la position de ces auteurs (Sartre. Hannah Arendt montre la diversité qu’il y’a entre les nations et les pays du tiers monde et par la même l’impossibilité d’adopter une démarche pertinente dans un ensemble ayant pour principale caractéristique l’hétérogénéité. 17 . Lorsque l’on s’inscrit dans cette logique. Pour Hannah Arendt. l’Etat n’est pas toujours une machine oppressive. s’inscrivant dans la même lignée que Frantz Fanon (dans les damnés de la terre). C’est ainsi que Sartre. Pour parvenir à cette fin. Hannah Arendt explicite la position de plusieurs philosophes et intellectuels ayant travaillé sur le concept de violence.

 La violence est par nature instrumentale. Le pouvoir est une affaire de groupe. et le comportement de l’être humain est expliqué à travers une meilleure compréhension du comportement des animaux. Leur force émane du glaive et de la passivité de la majorité faible et spectatrice. Les méthodes utilisées sont empruntées aux sciences naturelles. Hannah Arendt commence par indiquer les méthodes qui sont utilisées pour comprendre le phénomène de l’agressivité chez l’être humain. elle peut avoir recours à des instruments ». Regrettant le manque de précision et les confusions dans l’usage des mots tels que « pouvoir ». « force ». on pourrait penser qu’elle n’a pas d’existence propre.  Le pouvoir correspond à l’aptitude de l’homme à agir et à agir de façon concertée.  La puissance est la propriété d’un objet ou d’une personne et fait partie de sa nature. « puissance ». 18 . « le pouvoir a toujours besoin de s’appuyer sur la force du nombre tandis que la violence peut s’en passer dans une certaine mesure. L’exemple classique d’un système violent basé sur un petit nombre peut être perçu à travers les régimes tyranniques qui ont sévi dans certains pays à la force du glaive sans demander aux populations leurs avis. Ces régimes sont généralement soutenus par un faible nombre d’individus. du fait que pour s’imposer. Partie IV : La nature et les causes de la violence Pour rechercher la nature et les causes de la violence.Pour elle. Elle diffère du « pouvoir » car le pouvoir a besoin de légitimité. Hannah Arendt propose une définition de chacun de ces mots. Elle reste un instrument proche de la « puissance » et aussi elle permet d’accroître la « force ».  L’autorité se définit par sa caractéristique essentielle qui voudrait que ceux dont l’obéissance est requise reconnaissent inconditionnellement l’autorité.  La force est la qualification d’une énergie qui se libère au cours des mouvements physiques ou sociaux. « autorité » et « violence ».

sans réfléchir et sans prévoir les conséquences ». Elle commence par dire que chez l’être humain. analyser la violence à la lumière des sciences naturelles. En suivant cette logique. Par ailleurs. Pour Hannah Arendt. une pluie diluvienne ou toute autre cause naturelle peut provoquer un grand nombre de victimes sans entraîner un mouvement de violence de la part des hommes. une avalanche. Or. Ce qui reste déplorable. Cette conception ne permettrait certainement pas de connaître la nature et les causes de la violence chez les humains. La fureur éclate lorsque l’individu estime que ses droits sont spoliés. on pourrait en tirer des enseignements et les appliquer à l’être humain. Cette démarche relève tout simplement selon Hannah Arendt d’une traditionnelle conception scientifique qui voudrait que l’homme soit simplement « un animal doué de raison ». C’est ainsi que quelle que soit la violence d’un cataclysme naturel. Dans les sciences de la nature. Cette fureur conduit l’homme à agir avec violence. la fureur est très proche de la violence. la violence qui peut prévaloir dans le règne animal est normale et naturelle. les hommes ne sont pas indignés et leur fureur ne se transforme jamais en violence car la nature même si elle est injuste (parfois) ne peut pas être l’ennemi de l’homme. c'est-à-dire « à accomplir des actes sans raisonner. l’agressivité des animaux est considérée comme relevant de leur instinct. un tremblement de terre. Hannah Arendt nous interpelle sur les rapports existant entre la violence et les caractéristiques physiologiques de l’individu. ou qu’il a été victime d’une injustice ou encore qu’il a été manipulé. Elle nous explique que la race (caractéristique physiologique) peut être l’objet de violence exacerbée dès lors qu’on ne la distingue plus du racisme (idéologie). Se désolidarisant de l’approche « scientifique ». c’est que le racisme (idéologie) parvient parfois à utiliser une argumentation pseudo scientifique pour faire de la race son unique objet de violence. C’est ainsi que des mouvements de foule peuvent adopter une démarche très violente (aussi bien verbale que physique) parce qu’il y’a une totale confusion entre race et racisme. L’injustice subie serait donc une cause essentielle de violence. c’est porter des prismes déformants qui ne nous feraient voir que le côté instinctif et bestial de l’être humain comme facteur explicatif de tout comportement violent. parfois il suffit d’une personne tuée (par une autre personne) pour que toute une cité dégénère dans une spirale infernale de violence. Périodiquement. sans parler. 19 . un tsunami.En somme. Hannah Arendt s’inscrit dans une optique différente. la logique scientifique voudrait que si l’on parvient à expliquer et à comprendre la nature et les causes de la violence chez les animaux.

le règne de la bureaucratie et la superpuissance des grands pays pourraient expliquer la violence. Dans le cas de la superpuissance des grands pays. dans la situation actuelle. ils adoptent parfois des comportements violents et clament leur nationalisme ou leur appartenance à des communautés de plus petite échelle d’où la prolifération des mouvements d’extrême droite. Remarquons au passage que lorsqu’une idéologie d’extrême de gauche prône la violence pour changer le monde. une autre d’extrême droite en fait autant pour empêcher ce changement ! 20 . ils peuvent faire appel à la violence car ils ont l’impression de ne pas avoir d’interlocuteur direct et visible. De ce fait. Les individus deviennent furieux dès lors qu’ils sentent leurs droits bafoués. à une « tyrannie sans tyran ».Aussi. Pour contrer ce mouvement. il se pose la question du dimensionnement. La bureaucratie correspond au règne de l’anonymat. Les individus ont l’impression d’être écrasés sous le poids de la puissance et des dimensions.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful