Créativité

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Aller à : Navigation, rechercher La créativité décrit ² de façon générale ² la capacité d'un individu ou d'un groupe à imaginer ou construire et mettre en uvre un concept neuf, un objet nouveau ou à découvrir une solution originale à un problème. Elle peut être plus précisément définie ² comme cela est fait dans le chapeau de la catégorie « créativité » ² comme « un processus psychologique ou psycho-sociologique par lequel un individu ou un groupe d'individus témoigne d'originalité dans la manière d'associer des choses, des idées, des situations et, par la publication du résultat concret de ce processus, change, modifie ou transforme la perception, l'usage ou la matérialité auprès d'un public donné. ». Elle croise notamment la créativité individuelle avec la sérendipité ; l'aptitude à utiliser des éléments trouvés alors qu'on cherchait autre chose. Opérationnellemment, la créativité d'un individu ou d'un groupe est sa capacité à imaginer et produire (généralement sur commande en un court laps de temps ou dans des délais donnés), une grande quantité de solutions, d'idées ou de concepts permettant de réaliser de façon efficace puis efficience et plus ou moins inattendue un effet ou une action donnée. La créativité s'évalue donc ² en peinture comme en architecture, en design, en musique, en cinéma ou en mathématique, dans l'industrie, la médecine ou psychothérapie, l'humour, etc. ² par les délais de réponse, la rapidité de production, la quantité de solutions, l'efficacité puis l'efficience et l'originalité (définie comme l'inverse de la banalité). Les substantifs « créateur » et « créatif » et les adjectifs « créateur » et « créatif » doivent être considérés à part et ne pas être utilisés pour définir la créativité sous peine de définitions circulaires (voir Éléments de métadonnées).

Sommaire
[masquer]
y y y y

y

1 Adoption du mot en français 2 Origine du mot et définitions informelles 3 La créativité dans les dictionnaires scientifiques 4 Les trois grands sens du concept o 4.1 Acte de créer quelque chose de nouveau o 4.2 Capacité à trouver des solutions originales o 4.3 Volonté de modifier ou de transformer le monde 5 Les grands types de créativité o 5.1 La créativité scientifique o 5.2 La créativité organisationnelle o 5.3 La créativité sociale o 5.4 La créativité architecturale

y y y y y

y

5.5 La créativité littéraire 5.6 La créativité mathématique 5.7 La créativité pratique 5.8 La créativité stratégique 6 Processus créatif 7 La créativité artistique et ses clichés 8 Créativité et leadership 9 Créativité artistique et folie 10 Voir aussi o 10.1 Les techniques de créativité o 10.2 Bibliographie o 10.3 Articles connexes o 10.4 Liens externes 11 Notes et références
o o o o

Adoption du mot en français[modifier]
Le mot était dans le Supplément (1970) du Grand Dictionnaire Analogique de Paul Robert. Il a été adopté par l'Académie française au cours de sa première séance de l'année 1971 après une âpre discussion entre Louis Armand ² qui, ne l'oublions pas, avait préfacé L'imagination constructive d'Alex Osborn en 1959 et défendu alors le mot et la méthode du brainstorming ² et André Chamson pour lequel le mot « créativité » était une notion creuse, une mode pseudo-intellectuelle qui se démoderait vite. Louis Armand l'emporta mais les Académiciens ne purent alors faire mieux alors que de la définir ² comme on peut le constater en consultant leur dictionnaire ² comme « synonyme d'inventivité » [1] Dans cette acception première, il s'agissait d'imagination appliquée ou, pour reprendre le titre de la traduction française du livre d'Osborn, d'imagination constructive. Il était construit sur le modèle et le concept de « productivité » : c'était la capacité à créer des idées grâce à l'imagination.[2] Georges Rona, le traducteur, précisait alors, dans son avertissement, la distinction qu'il fallait faire d'après lui entre trois types d'imagination :
y y y

L'imagination appliquée : imagination appliquée à la solution de problèmes pratiques d'action ou d'amélioration pratique d'une idée ou d'un objet. L'imagination constructive : imagination orientée vers des réalisations concrètes. L'imagination créative : imagination orientée vers la création de quelque chose de nouveau.[3]

C'est ce dernier type spécifique d'imagination créative² que Théodule Ribot appelait imagination créatrice ² qui est devenu aujourd'hui synonyme de « créativité ».

Origine du mot et définitions informelles[modifier]
Le mot est un calque de l'américain « creativity », néologisme des années quarante, sans aucune connotation artistique. Le mot est apparu en français dans les années cinquante chez

l

[4

l l
y y

C

it i i i i t i i i t li l et en parti lier, en socio-psychologie (appel e aujourd'hui : psychosociologie et/ou psychologie sociale, les li ites sont parfois difficiles à préciser) capacité de découvrir une solution nouvelle, originale, à un probl e donné.
¡

Aujourd'hui, les définitions de la créativité sont très, très nombreuses. Un livre[5 en donne une sélection des 101 meilleures, formulées par des experts. Comme elles sont l plupart a contradictoires, les auteurs laissent le soin au lecteur de conclure... Ce sont la plupart du temps des définitions subjectives dans la mesure où elles définissent la créativité en partant de trois ou quatre adjectifs qualificatifs : créatif, nouveau et original et utile, polysémiques et par définition subjectifs que les vocabulaire ou les encyclopédies telles que Wi ipedia ne définissent pas.

La créati ité dans l s dictionnaires scienti iques[modi ier]
Henri Piéron, dans son Vocabulai P ychologi (PUF, 1954) en donne alors la définition scientifique suivante : fonction inventive, d¶imagination créatrice, dissociées de l'intelligence, que l'on explore avec divers tests spéciaux (comme de trouver le plus de solutionspossible à certains problèmes) et qui n'a avec les QI classiques que de faibles corrélations.
£ ¥ £ ¤ £¢

Les trois grands sens du concept[modi ier]
Une analyse de contenu de toutes ces définitions dégage trois grands sens.

Acte de créer quelque chose de nou eau[modi ier]

Le Rubi 's Cube, casse-t te inventé en 1974. C'est un excellent exemple de problème² au sens scolaire du terme ² à résoudre. Retrouver la solution du professeur

 

l t

l

it l it M l w t C lR i i

l i l ti :

t

i l t

li ti i l

Trois diodes électroluminescentes. Une révolution technologique consacrée par le prix Millennium 2008.

La mail-box d'Apollo 13, un bricolage génial

Le cheval de Troie, une créativité stratégique que les grecs appelaient stratagème Le sens commun la définit seulement comme l'acte de créer quelque chose de nouveau.

y

Bien que simple en apparence, c'est un phénomène complexe. Il doit être mis en perspective avec la psychologie, la psychologie sociale, les sciences cognitives, l'intelligence artificielle, la philosophie, l'histoire, l'économie, la gestion, la stratégie et bien d'autres sujets.

À la différence de beaucoup de phénomènes de la science, il n'y a pas une seule définition qui fasse autorité. À la différence de beaucoup de phénomènes en psychologie, il n'y a pas de technique standardisée de mesure.
y

La créativité est attribuée à des processus cognitifs, l'environnement social et la personnalité. Elle est associée au génie. Certains prétendent qu'elle peut être apprise par des techniques de créativité. Bien que souvent associée à l'art et à la littérature, c'est aussi une part essentielle dans l'innovation et l'invention très utile dans de nombreux métiers. L'acte créatif peut être considéré comme le fruit d'une volonté de puiser quelques informations provenant de la mémoire (logique ou irrationnelle) et de les réorganiser d'une manière nouvelle, poussée par l'imagination, l'instinct, l'inspiration, les émotions fortes, voire l'usage de substances générant des endorphines ou tout autre moyen qui pousse le créateur en dehors des "sentiers battus", telle l'absinthe de Rimbaud en son temps. La lecture, comme de nombreuses autres activités demandant un effort d'imagination, peut être un stimulant de la créativité. De nombreuses qualités de l'enfance - telles que l'imagination, la spontanéité, la sensibilité - sont fréquemment associées aux conditions qui favorisent la créativité. Approche pratique - Il n'y a toutefois véritable créativité que s'il y a mise en application pratique, la réalisation d'une uvre. C'est seulement alors qu'on peut parler d'acte créatif et non de simple imagination. Hans Joas parle par contre de la 'créativité de l'agir'. L'expérience n'est pas collectible car elle appartient à l'espace de l'expérience individuelle et non de la connaissance partagée. Mais l'expérience ne pourrait-elle pas prétendre à la dimension de "réalisation". Afin de se dégager de cette dualité, des concepts tels que celui de l'expression ou de la création sont bien utiles. En effet, ils recouvrent à la fois l'action et le résultat de celle-ci, sans distinction.

y

y

Si le travail de "copie" peut exiger de la rigueur, du soin, le travail de "création" semble faire appel à des circuits neuronaux originaux (schémas heuristiques, croisement de plusieurs cultures, etc.) donnant naissance à quelque chose de totalement nouveau. L'acte créatif, qualifié aussi d' uvre de l'esprit, protégée par les lois sur la propriété intellectuelle, reste encore très mystérieux et trouble même souvent les personnes créatrices.

Capacité à trouver des solutions originales[modifier]
Dans une acception plus large dépassant la seule expression artistique, la créativité peut être considérée comme la capacité d'apporter ou de faire trouver des solutions originales aux problèmes d'adaptation auxquels chaque être humain est confronté. En ce sens, elle devient, en tant que telle, une méthode de résolution de problèmes, comme en négociation ou en médiation où l'inimaginable discussion « entre les parties peut ouvrir la voie à une solution qui semblait impossible... »

Selon la vision classique de la créativité fondée par Guilford (1956) sur le principe dichotomique divergence/convergence, la démarche créative commence par la reconnaissance d'un problème. À partir de là, un processus de divergence s'engage, et finalement se termine, par convergence, dans une nouvelle solution du problème. Amabile, Lubart, MacKinnon, Ochse, Sternberg, dans la Ps chologie de la créativité[6] de Todd Lubart « La créativité est la capacité à réaliser une production qui soit à la fois nouvelle et adaptée au contexte dans lequel elle se manifeste ». Dans cette définition : « nouvelle » se comprend comme originale et imprévue.
¦

Volonté de modifier ou de transformer le monde[modifier]
Une analyse factorielle d'un corpus d'une centaine de définitions de la créativité fait apparaître un facteur général de créativité ² l'équivalent du facteur général d'intelligence (en) de Charles Spearman² que nous appellerons facteur C et qui est une volonté ou une intention de modifier ou de transformer son environnement, le monde, la perception que les autres en ont, son propre monde intérieur, etc. Cette analyse est confirmée empiriquement par la primauté donnée à la motivation dans la plupart des études faites sur le processus créatif. Voir en particulier celles de Teresa Amabile La créativité, si cette analyse est exacte, n'est pas alors du ressort des sciences cognitives mais des sciences conatives. Voir : Les aspects conatifs de la créativité[7].

Les grands types de créativité[modifier]
Certains chercheurs pensent que la créativité est un concept hétérogène et qu'il y a des types de créativité. Par exemple, on peut facilement distinguer les types suivants de créativité :

La créativité scientifi ue[modifier]
Abraham Moles, dès 1957, lui a consacré un livre : La création scientifique, Kistler, Genève. Il faut très vite distinguer la créativité propre à la physique (Richard Feynman), de celle propre à la chimie et de celle spécifique à la médecine. Beaucoup de sérendipité en chimie (aspartame) et en médecine (Viagra).

La créativité stratégi ue[modifier]
C'est face à un adversaire intelligent l'imagination d'une l'action inattendue qui le surprend et permet de gagner alors que le rapport de force ou la situation ne l'aurait pas permis, ou permet de le faire avec peu de pertes et rapidement (guerre-éclair). Quelques exemples :
y

Le cheval de Troie de la mythologie grecque

Une carte d'époque du siège de Québec. L'anse au Foulon est à gauche, au milieu

La créati ité arti ti ue, peinture d' Honoré Daumier, XIXe siècle
© ¨ §

Faire de l'art à Seattle
y

La prise de Québec par Wolfe. Un cas d'École de guerre. Après un siège de 3 mois, Wolfe imagine de prendre Montcalm à revers en débarquant de nuit par surprise à l'Anse au Foulon (en amont de Québec). William Howe avec 400 hommes culbute la centaine de miliciens inexpérimentés placés là par Montcalm qui ne s'attendait pas à être attaqué par là.

Cette man uvre a inspiré McArthur pour la prise de Séoul en débarquant à Inchon.
y

La prise d'Akaba par Lawrence d'Arabie imaginant de passer par le Nefoud pour prendre la forteresse imprenable d'Aqaba. Les parties de Bobby Fischer aux d'échecs.

y

Processus créati [modi ier]

La créativité est un processus mental impliquant la génération de nouvelles idées ou concepts, ou de nouvelles associations entre des idées et des concepts préexistants. Les intervie s (Voir le site Im-Boot) d'une centaine de professionnels et experts en créativité montrent que :
y y

leurs processus ne sont pas ceux qui sont décrits dans les livres Ils n'utilisent pas pour eux-mêmes les méthodes qu'ils commercialisent ou préconisent

La créativité artisti ue et ses clichés[modifier]
Il subsiste dans l'esprit du public un cliché illustrée par le tableau caricatural d'Honoré Daumier, par exemple. Celui de l'artiste incompris et affamé. C'était au XIXe siècle. Le marché de l'art contemporain, les ventes de Sotheby's, Christie, la Fiac nous apportent une preuve du contraire.

Créativité et leadership[modifier]
Pour le psychologue américain contemporain Robert Sternberg, la créativité et leadership sont intimement liés. D'une part, la créativité est une forme de leadership et, d'autre part, une des trois composantes du leadership est la créativité[8].

Créativité artisti ue et folie[modifier]
Certains auteurs comme J. Philippe Rushton, Philippe Brenot et Kay Redfield Jamison ont cherché à établir un lien entre création artistique et littéraire et folie. Cette créativité se rapprocherait ainsi de la psychose par le fait qu'elle met en jeu les mécanismes de déficit d'inhibition latente ou d'apophénie. Récemment, Elie Hantouche et Régis Blain ont mis en exergue le lien existant entre les alternances de l'humeur (la cyclothymie) et la créativité. Ce rapprochement s'appuie aussi sur le fait qu'un certain nombre d'artistes (en fait statistiquement très peu) ont eu des problèmes psychiatriques à un moment ou un autre de leur existence :
y y y y

des écrivains Gérard de Nerval, Guy de Maupassant, Charles Baudelaire, Virginia Woolf, Ernest Heming ay ; des peintres Vincent Van Gogh, Richard Dadd, Dora Maar ; le musicien Robert Schumann... des « architectes » : Louis II de Bavière, le facteur Cheval

Notes et références[modifier]
1. 2. 3. 4. 5. 6. Gabriel et Brigitte Geraldi, Psychologie de la création, CEPL, 1972, p.17 Georges Rona, dans l'avertissement de L'Imagination constructive, p. X Georges Rona, dans l'avertissement de L'Imagination constructive, p. IX-X Henri Piéron, Vocabulaire de Ps chologie (PUF, 1954) y Andrei G. Aleinikov, Sharon Kackmeister et Ron Koenig, Creating Creativit : 101 Definitions (What Webster Never Told You, Alden B. Do Creativity Center, 2000) Psychologie de la créativité [archive] 
 

7. 8.

« Les aspects conatifs de la créativité », in Todd Lubart, Psychologie de la créativité, Armand Colin, 2003, pp. 31-45. ISBN 2-200-26284-1 Voir le site de Robert Sternberg et le livre de Keith Simonton, Genius, Creativity et Leadership, Harvard Business Press, 2004

Creative Problem Solving
Le Creative Problem Solving est une méthode de créativité élaborée par Alex Osborn et Sid Parnes. Elle allie à la fois un processus structuré, des techniques, et des rôles attribués aux différents intervenants dans ce processus.
Sommaire
[masquer]

1 Creative Problem Solving (résolution de problèmes par la créativité) 2 Principe et méthode

o o o o

2.1 Trois bulles : Clarifier l'objectif, Produire des solutions, Se préparer à l'action 2.2 8 étapes (selon le modèle d'Olwen Wolfe, validé par Sid Parnes) 2.3 2 respirations : divergence et convergence 2.4 3 rôles principaux 

 
3 Techniques

2.4.1 Le client 2.4.2 L'animateur 2.4.3 Le groupe ressource

o o o

3.1 Techniques de clarification 3.2 Techniques d'idéation 3.3 Techniques de développement

4 Bibliographie 5 Notes et références 6 Liens internes 7 Lien externe

Creative Problem Solving (résolution de problèmes par la créativité)[modifier]
En 1942, Alex Osborn a décrit dans son livre How To Think Up, puis dans Applied Imagination en 1953, le brainstorming (« l¶attaque d¶un problème dans un style commando ») qui est à l¶origine du Creative Problem Solving aujourd¶hui. Cette méthode, au départ imaginée pour aider des « créatifs » en panne d¶inspiration (résolution de pannes de créatifs) deviendra, au fur et à mesure et avec l¶aide de Sidney Parnes, une méthode de résolution créative de problème. Depuis 1941, le modèle a évolué, il est décrit parfois en 8 étapes1, parfois en 6 étapes (Creative Education Foudation2), parfois plus, mais globalement, le processus

reste le même, les grandes étapes restant identiques, seules les sous -étapes et leur positionnement dans le processus variant parfois. Le Creative Problem Solving est utilisée : pour la résolution de problèmes ; pour l'innovation ; comme méthode de travail pour gérer des projets seuls, en petits groupes ou en grands groupes; comme check list pour ne pas négliger les étapes que nos tendances personnelles et culturelles nous font zapper. 

  

Principe et méthode[modifier]
Trois bulles : Clarifier l'objectif, Produire des solutions, Se préparer à l'action[modifier]
Les grandes étapes du Creative Problem Solving que sont la clarification de l¶objectif, la recherche de solutions et la préparation à l¶action proviennent du mariage de deux processus, décrits par Henri Poincaré (processus créatif scientifique : imprégnation, incubation, illumination et expérime ntation) d¶une part, et par Graham Wallas et Richard Smith3 d¶autre part (processus créatif artistique : préparation, incubation, intimation, illumination, vérification).

8 étapes (selon le modèle d'Olwen Wolfe, validé par Sid Parnes) [modifier]
Les huit étapes principales sont : 1. Besoins 2. Données 3. Objectifs 4. Idées 5. Critères 6. Solutions 7. Adhésion 8. Plan d'action

2 respirations : divergence et convergence [modifier]
Autre caractéristique majeure du Creative Problem Solving, chaque étape, comme chaque sous -étape, est systématiquement scindée en deux respirations. « Chaque étape du CPS est comme une grande respiration. D¶abord l¶inspiration avec la large récolte, puis l¶expiration avec le filtrage pour garder ce qui est bénéfique. » nous dit Olwen Wolfe1. C¶est ce qu¶on appelle la divergence et la convergence. L¶inspiration, comme l¶expiration ont leurs règles : 

à l¶inspiration (divergence), on suspend le jugement, on vise la qualité par la quantité, on chercheles idées inédites, on combine les idées, et enfin, on note tout 

à l¶expiration (convergence), on se réfère aux objectifs, on améliore les idées, on juge constructivement, on cherche l¶inédit et on est déterminé

Il est particulièrement important que ces deux temps ne soient pas mélangés : cela permet de s¶obliger à explorer le champ des possibilités et permet de mieux fonctionner en groupe.

3 rôles principaux[modifier]
Trois grands rôles sont définis dans le Creative Problem Solving :

Le client [modifier]
Le client est le détenteur du problème, le porteur du projet. C'est lui qui porte le besoin de départ. Il est recommandé, dans l¶application du Creative Problem Solving, de faire intervenir le clent tout au long du i processus, afin qu¶il soit impliqué et motivé.

L'animateur [modifier]
L¶animateur ou facilitateur, qui gère le processus, est garant de la bonne application de la méthode et du choix des techniques, ainsi que des différentes stratégies de convergence et de définition du groupe ressource, en fonction de l'objectif du client.

Le groupe ressource [modifier]
Le groupe ressource va aider le client à différentes étapes, en fonction des choix faits par l'a nimateur et le client. Le groupe ressource intervient assez classiquement dans la bulle "Produire des solutions", mais il peut aussi participer à la collecte de données et à la formulation de l'objectif, ou bien apporter sa contribution au moment de la préparation à l'action. Tout au long du processus, le groupe ressource peut varier, en taille et en types de participants (équipe projet, équipe projet étendue, groupe ressource "externe", etc.). Différentes stratégies peuvent être définies pour l'utilisation et la participation du groupe ressource : uniquement dans les moments de divergence, à certains moments de convergence, à tout moment, conjointement avec le client, séparément du client, etc.

Techniques[modifier]
On peut citer notamment :

Techniques de clarification[modifier]
L'échelle d'abstraction Le story boarding Le wind tunnel

Techniques d'idéation[modifier]

Le consultant virtuel La connexion à une image Les pires idées et les bonnes idées

Techniques de développement [modifier]
Le PPCO (Plus, Potentiels, Craintes, Options) La cible Le manager de risques

Le brainstorming 1 ou remue-méninges 2,3 est une technique de résolution créative de problème sous la direction d'un animateur, un remue-méninges étant plus spécifiquement une réunion informelle de collecte d'idées ou, pour les enfants, un casse-tête. Toutefois, en France et au Canada, le terme « remue-méninges » a été retenu comme terme équivalent à l'anglais « brainstorming »4. Le terme
5 brainstorming désigne aussi un jeu d'énigmes apparu à la fin des années 2000 sur internet .

La technique du brainstorming a été conçue en 1935 par Alex Osborn, vice-président de l'agence de publicité américaine BBDO. C'était à l'origine une méthode de réunion de groupe soigneusement préparée puis tout aussi soigneusement exploitée pour trouver un nombre important d'idées publicitaires et promotionnelles pour les clients et les clients potentiels de l'agence6.
Sommaire
[masquer]

1 Origine 2 Principe 3 Méthode 4 Efficacité 5 Variétés de brainstorming 6 Notes et références 7 Liens externes 8 Voir aussi

o o

8.1 Bibliographie sur le remue-méninges 8.2 Bibliographie sur le brainstorming 



8.2.1 1940-1963 8.2.2 1963-1999 

8.2.3 2000-2008

Origine[modifier]
En 1953, la méthode est popularisé par Alex Faickney Osborn dans son livre Applied Imagination. Selon Alex Faickney Osborn, un groupe peut doubler sa creativite en utilisant le Brainstorming7. Le terme de Brainstorming fait débat à l'Académie française pour son entrée dans le dictionnaire.

Principe[modifier]
L'idée générale de la méthode est la récolte d'idées nombreuses et originales. Deux principes définissent le brainstorming : la suspension du jugement et la recherche la plus étendue possible. Ces deux principes se traduisent par quatre règles : ne pas critiquer, se laisser aller (« freewheeling »), rebondir (« hitchhike ») sur les idées exprimées et chercher à obtenir le plus grand nombre d'idées possibles8 . Ainsi, les suggestions absurdes et fantaisistes sont admises durant la phase de production et de stimulation mutuelles. En effet, les participants ayant une certaine réserve peuvent alors être incités à s'exprimer, par la dynamique de la formule et les interventions de l'animateur. C'est pour amener à cet accouchement en toute quiétude que l'absence de critique, la suggestion d'idées sans aucun fondement réaliste, et le rythme, sont des éléments vitaux pour la réussite du processus.
[réf. nécessaire]

Méthode[modifier] 
Préparation, documentation et maturation ± Constitution de l'équipe de travail, organisation de la réunion  Réunion de créativité ± Débrider sa créativité en exprimant toutes ses idées sans réserve et sans autocensure ± Rebondir sur celles des autres et les améliorer car la quantité d'idées est importante ± Ne jamais critiquer les idées des autres Note : L'animateur de la réunion est le gardien des règles relationnelles du groupe Exploitation des idées recueillies 

± Reformuler, classer, hiérarchiser les idées sous une forme synthétique comme, par exemple, sous la présentation d'une grille de décision

Efficacité[modifier]
Le remue-méninges traditionnel vise à apporter des solutions à un problème donné grâce à un recoupement d'idées effectué par le groupe de travail. Des recherches empiriques sur l'efficacité de la technique

apparaissent dès les années 1950, soit en comparant différentes procédures de travail en groupe, soit en comparant les idées produites par des groupes et par un nombre équivalent de participants travaillant individuellement9. Ces recherches révèlent que le travail en groupe n'apporte aucun bénéfice en ce qui concerne le nombre ou l'originalité des idées générées. En effet, si on soumet un même problème à des sujets qui doivent chercher une solution individuellement (groupe dit « nominal ») et à un groupe composé d'un nombre de membres égal aux sujets individuels, on constate que les sujets qui ont travaillé individuellement apportent (au total) plus de solutions originales et efficaces que le groupe10 . Stasser11 explique qu'il existe une perte de productivité liée au fait que les membres d'un groupe discutent en priorité des informations qu'ils ont en commun au lieu de chercher des solutions originales et qu'ils ont tendance à se censurer par peur du ridicule, des conflits ou de l'exclusion. Le tumulte qui règne pendant les séances de brainstorming crée aussi des interférences et risque de nuire à la production d'idées. Tel que pratiqué habituellement, le remue-méninges peut aider à resserrer les liens ou à s'amuser et donc à avoir une fonction de renforcement de la cohésion du groupe, c'est-à-dire de team-building selon Bruce Tuckman.

Variétés de brainstorming[modifier] 
Brainstorming avec Post-it 12 . Les participants inscrivent leurs idées sur des morceaux de papier autocollant et les affichent sur un mur. Il est facile ensuite de compiler et de trier les idées communes.   Brainstorming coopératif avec le client13 Brainstorming parallèle14 ou la négociation raisonnée. Technique pour résoudre en groupe un conflit particulier en recherchant toutes les solutions possibles avant de prendre une décision.    Brainwriting : forme écrite du brainstorming15 Brainsketching : forme dessinée du brainstorming[1] Brainstorming à distance

Un brainstorming peut avoir lieu de manière distante par messagerie instantanée, courriels ou Internet, à condition que les règles du jeu de la formule classique soient appliquées à la lettre. La force du brainstorming distant repose alors sur :

1. l'abondance des échanges ² pour peu qu'ils soient rapides ², qui permet aux ressorts de la synergie d'agir pleinement, 2. le rapprochement simultané de personnes géographiquement voire culturellement éloignées. Bodystorming: forme corporelle de brainstorming 

Notes et références[modifier]
1. Le mot « brainstorming », emprunté à l'anglais, est courant en français. Osborn indique que ce nom, choisi par les participants à ses séances de travail en groupe, correspond particulièrement bien à la technique puisqu'il s'agit d'attaquer (to storm en anglais) un problème à l'aide du cerveau (brain). Voir Your Creative Power, Charles Scribner's Son, New York, 1948, p. 265. 2. La Délégation générale à la langue française et aux langues de France et l'Office québécois de la langue française recommandent l'usage du mot « remue-méninges ». Voir le Glossaire informatique des termes publiés au Journal officiel par la Commission générale de terminologie et de néologie le 22 septembre 2000 [archive] et Entrée « Brainstorming » [archive] surGrand dictionnaire terminologique, OQLF. 3. Suite aux rectifications orthographiques de 1990, il est aussi accepté d'utiliser « remue-méninge » (sans le s final). 4. Journal officiel du 22/09/2000, Entrée « Brainstorming » [archive] surGrand dictionnaire terminologique, OQLF. 5. 6. brainstorming.mygoo.org [archive] Osborn, Alex Faickney (1940, 1963 ). Applied imagination: Principles
5

and procedures of creative problem solving. New York, NY : Charles
Scribner¶s Sons. 7. Osborn, A.F. (1963) Applied imagination: Principles and procedures of

creative problem solving (Third Revised Edition). New York, NY:
Charles Scribner¶s Sons. 8. Tudor Rickards, « Brainstorming » in Mark Runco et Steven Pritzker, Encyclopedia of Creativity, Vol 1 Ae-h, Academic Press, 1999, pp. 219-227. 9. Paulus, P.B., Larey, T.S., & Dzindolet, M.T. (2001). Creativity in groups and teams. In M. Turner, Groups at work: Advances in theory

and research (pp. 319±338). Hillsdale, NJ : Lawrence Erlbaum.

10.

Pour une liste d'expériences de ce type voir Diehl, M., & Stroebe, W. (1987). Productivity loss in brainstorming groups: Toward the solution of a riddle. Journal of Personality and Social Psychology, 53, 497±509 et Mullen, B., Johnson, C., & Salas, E. (1991). Productivity loss in brainstorming groups: A meta-analytic integration. Basic and Applied

Social Psychology, 12, 3±24.
11. Marshall Scott Poole & Andrea Hollingstead, Theories of Small Group, Sage, 2004. Il s'agit de la reprise de résultats expérimentaux obtenus en 1995. 12. Isaksen, Scott G., Dorval, K. Brian & Donald J. Treffinger (2003). Résoudre les problèmes par la créativité: la méthode CPS. Paris: Éditions d'Organisation, p. 108-109, « Le brainstorming avec Post-It ». 13. Alan Barker, Alan (1997). Brainstorming : comment libérer votre

créativité en 30 minutes, Les Éditions JV & DS; p. 47-71.
14. Roger Fisher, William Ury & Irwin Patton, « Organiser une séance d¶imagination (de solutions) », dans : Comment réussir une

négociation(1982), Seuil, 1991, p. 99-105
15. Isaksen, Scott G., Dorval, K. Brian & Donald J. Treffinger (2003). Résoudre les problèmes par la créativité: la méthode CPS. Paris: Éditions d'Organisation, p. 109-113, « Le brainstorming par écrit (Brainwriting) »

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful