You are on page 1of 16

GRÂCE PRÉSIDENTIELLE

CRISE EN LIBYE

Le Président Bouteflika promulgue deux décrets
Page 32

Lakhdar Brahimi «La solution doit être d'ordre politique »
Page 32

JUILLET

5

4 9 de l’Indépendance

e anniversaire

RADIO BLIDA

4 Chaâbane 1432 - Mardi 5 Juillet 2011 - N°14246 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

M. Nacer Mehal inaugure la première émission
Page 3

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE
SELLAL :

Quand s’accomplit le rêve
L’Algérie nouvelle en marche
L’Algérie célèbre aujourd’hui le 49e anniversaire de l’Indépendance et de la Jeunesse dans le recueillement, la sérénité et la dignité. Cette année, la fête revêt un cachet particulier du fait qu’elle se déroule sous le signe des réformes politiques annoncées par le Président de la République et à la veille d’un évènement majeur dans l’histoire du pays, le cinquantenaire de la reconquête de l’Indépendance nationale. Les larges consultations entamées avec les forces politiques et les différentes composantes de la société civiles constituent, à l’évidence, l’une des principales étapes de la feuille de route, très chargée au demeurant, du Chef de l’Etat, afin d’initier des changements nécessaires, de manière pacifique et démocratique et permettre ainsi au pays de disposer d’institutions plus libres, plus représentatives, plus performantes, capables de conduire efficacement la modernisation en cours et de répondre aux aspirations du plus grand nombre. Dans l’actuel contexte, celui qu’on a baptisé Le printemps arabe pour qualifier cette vague de fond qui traverse l’ensemble des pays de cette aire civilisationnelle, plongeant certains d’entreeux dans la violence et la guerre civile, la démarche algérienne d’entreprendre des réformes institutionnelles, politiques, économiques et sociales, à commencer par la révision de la loi fondamentale, en cadrant les débats et en favorisant le dialogue, la concertation, la parole contradictoire, prend les contours d’un véritable défi. Défi que la nation algérienne relèvera avec certitude surtout quant on sait l’ampleur des épreuves à laquelle elle a été confrontée dans son histoire contemporaine : la longue nuit coloniale et l’ultime décennie du XXe siècle. Oui, la nation algérienne aguerrie par de grandes épreuves a suffisamment de ressources et d’énergie en elle pour mener à bien les réformes annoncées et assurer la maîtrise de son destin en restant fidèle à l’esprit libérateur du 1er Novembre 1954 et en associant tous ses enfants, sans exclusion, à l’édification d’institutions modernes et fortes et à la construction d’un avenir prospère. El Moudjahid
Pages 5-6-7-8

“Bientôt un nouveau barrage à Khenchela”

Page 9

ATTENTAT D’AZAZGA

Les militaires mis en cause dans le décès d'un citoyen placés en détention provisoire
FOOTBALL

Page 4

Zerdab (JSMB) opte pour le FC Rouen
Page 30

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2
Météo

EL MOUDJAHID

Le 7 juillet, à 10 h Demain, à 10 h

Reprise des travaux à l’APN L’Assemblée populaire nationale reprendra
ses travaux le 7 juillet à 10 h en séance plénière consacrés aux questions orales.

30° à Alger, 49° à Adrar
Sur les régions Nord, prédominance d'un temps ensoleillé en cours de journée. Les vents seront de secteur Nord-Ouest (20/30 km/h) prés des côtes et variables faibles vers l'intérieur. La mer sera peu agitée. Sur les régions Sud du pays, le temps sera généralement dégagé. Les vents seront variables faibles à modérés avec soulèvements de sable. Les températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui seront comme suit : Alger (30°-22°), Annaba (28°-24°), Béchar (43°-27°), Biskra (44°-30°), Constantine (32°-20°), Djanet (42°-25°), Djelfa (34°-20°), Ghardaïa (43°-30°), Oran (30°-22°), Sétif (32°-20°), Tamanrasset (36°21°), Tlemcen (32°-19°), Tindouf (47°-28°), El Oued (46°-25°), Adrar (49°-27°), Boussaâda (38°-21°), Ouargla (46°-27°).

Table ronde sur le marché du travail et son évolution Une table ronde, consacrée au marché du travail et aux conditions de son
évolution, se tiendra au centre de presse d’El Moudjahid demain, à 10 h. Cette rencontre réunira des représentants d’institutions publiques spécialistes et professionnels.

Les 10 et 11 juillet à l’hôtel Hilton

Samedi 9 juillet, à 10 h

Conférence-débat avec M. Mahfoud Kerbadj
Le centre de presse d’El Moudjahid recevra, samedi 9 juillet, M. Mahfoud Kerbadj, nouvellement élu président de la Ligue de football professionnel. Les débats porteront sur son programme d’action au profit de LFP.

Salon du développement de la sous-traitance nationale
Sonelgaz organise les 10 et 11 juillet à l’hôtel Hilton, Pins maritimes, le premier Salon du développement de la sous-traitance nationale en matière de fabrication des composants de modules et de systèmes photovoltaïques.

Cet après-midi, à 14 h à la libraire générale d’El Biar

Ce matin, à 10 h au complexe sportif de la ville Eddamous wilaya de Tipasa

Cérémonie de clôture de la manifestation jeunesse et révolution
Sous le haut patronage du Président de la République, et à l’ occasion de la célébration du 49e anniversaire de l’Indépendance, l’association Machaâl Echahid en coordination avec la direction de la jeunesse et du sport de la wilaya de Tipasa organise ce matin à 10 h au complexe sportif de la ville Eddamous wilaya de Tipasa, la cérémonie de clôture de la Manifestation jeunes et révolution, au programme plusieurs activités culturelle et artistique dont une fresque mural ainsi qu’un hommage symbolique qui sera rendu aux anciens moudjahidine et aux veuves de chouhada.

Ventedédicace de Nacer Boudiaf
L’auteur Nacer Boudiaf, sera présent cet après-midi à 14h à la libraire générale d’El Biar pour une séance de ventedédicace de son ouvrage intitulé : «Boudiaf, l’Algérie avant tout» paru aux éditions Apopsix.

Ce matin à 10 h à l’hôtel Houna, Oran

Aujourd’hui, à la Grande Poste

A l’occasion de la célébration du 49e anniversaire de la fête de la l’Indépendance et de la Jeunesse et sous le haut patronage de son excellence le Président de la République, l’Algérienne Managers & Entrepreneurs «AME» organise ce matin à 10 h à l’hôtel Houna, sis 5 rue des Frères Bouchakor Oran, une cérémonie de l’annonce officielle du lancement de la caravane nationale «L’étudiant… L’entrepreneur de demain, aussi une recompense sera remise aux étudiantes lauréates des deux journées de formation, pour la création des entreprises.

Le lancement officiel de la Caravane «L’étudiant… l’entrepreneur de demain»

Remise des trophées de la Marche des facteurs
A l’occasion du 5 juillet, fête de l’Indépendance et de la Jeunesse. L’entreprise Algérie Poste organise une cérémonie de remise des trophées aux lauréats de la finale nationale de la Marche des facteurs qui aura lieu aujourd’hui au niveau de la Grande Poste.

Demain, à 10 h, à l’hôtel Mercure

Conférence de presse du P-DG d’Air Algérie
Le président-directeur général d’Air Algérie organise une conférence de presse demain, à 10h à l’hôtel Mercure au cours de laquelle il présentera notamment les grandes lignes du programme d’exploitation.

Samedi 9 juillet à 10 h à la salle Frantz Fanon du complexe Riadh El-Feth

Ce soir, à 19 h

Conférence sur le projet Nabni 2012
Le groupe Nabni organise samedi 9 juillet à 10 h à la salle Frantz Fanon du complexe Riadh El-Feth à Alger, une conférence de presse à l’occasion de la publication du rapport Nabni 2012 «100 mesures pour l’émergence d’une Algérie nouvelle» et le lancement de l’Observatoire Nabni des politiques et du projet Nabni 2020 devant s’achever le 5 juillet 2012, jour anniversaire du cinquantenaire de l’Indépendance nationale.

Concert au Théâtre Mahieddine l’anniversaire de Bachtarzi A l’occasion de
l’Indépendance et la fête de la Jeunesse, l’Orchestre symphonique national (accompagné de sa chorale) organise un concert, ce soir à 19 h au Théâtre national algérien Mahieddine-Bachtarzi dirigé par la maestro Zahia Ziouani.

Du 7 juillet au 10 Août, à l’Institut culturel italien à Alger

Exposition «Copy In Italy»
Dans le cadre de la promotion de la culture italienne, l’Institut culturel italien à Alger en collaboration avec la fondation Mondadori Spa organise l’exposition «Copy In Italy. Auteurs italiens dans le monde de 1945 à nos jours». Ella aura lieu du 7 juillet au 10 Août dans la salle polyvalente de l’Institut Culturel Italien à Alger. Le vernissage est prévu le 6 juillet à 19 h.

Le 7 juillet, à 9 h 30, au siège de la wilaya de Relizane

Internet

Parution du n°222 d’It Mag
Le n°222 de l’hebdomadaire de l’économie numérique It Mag est paru avec un sommaire relevé et notamment une interview de Bill Gates et d’autres articles sur les nouvelles applications du web et l’actualité en ligne.

Rencontre régionale sur le recensement économique
Dans le cadre du recensement économique, M. Sid-Ali Boukrami secrétaire d’Etat chargé des statistiques présidera le 7 juillet, à 9 h 30, au siège de la wilaya de Relizane, une rencontre régionale sur le recensement économique.

Aujourd’hui, à 16 h, ed à l’APC de Sidi M’ham

e iversaire de la fête A l’occasion du 49 ann nesse, l’APC de Sidi dépendance et de la Jeu d’hui, à 16h, une l’In our M’hamed organise auj blème national. émonie de lever de l’em cér

Cérémonie de lever des couleurs nationalesde

PUB

Aujourd’hui, à 15 h, au Bois des Cars – Dely Ibrahim

Le 7 juillet, à 10 h, à l’université M’hamed-Bouguerra

Cérémonie de circoncision d’enfants épileptiques
L’association Zamzam organise aujourd’hui à 15 h au Bois des Car à Dely Ibrahim, une cérémonie de circoncision d’enfants atteints d’épilepsies.

DIRECTION DE LA DISTRIBUTION DE TIZI-OUZOU

Avis de coupure pour travaux
Pour améliorer sa qualité de service, et dans le cadre du programme d’entretien de son réseau, la Direction de la Distribution de Tizi-Ouzou informe son aimable clientèle, qu’une interruption de la fourniture d’électricité est prévue pour le mercredi 6 juillet 2011 de 8h30 à 6h00, pour travaux. La coupure concernera les localités suivantes : Tifrest, Boumellal, Tifaiouine, Tifzouine,Tidmimine, Tagumount Boudar, El Kelaa, Ihamziouene, El Keria, Azeffoun Haut, Ath Naim, Ighil Oumalou, 50 Logts, Idjenathene, Gherrou, Bezarka, Azeffoun Centre, Ait Oumedlous, Aguelid Ivarhouthene, Boudjafar (relevant de la commune d’Azeffoun), Ighalalene, Idjermnane, Ighil M’hand, Ichettavene, Ait Ali Oulmahdi, Igoudjdal, Ighzer Mahcene, Ivahrizene, Bouboudi, Ait Hammad, Koudia, Ibadissene, Agoulmim Ighil, Douar Ait Chafaa, Tafraout, Ighil Iazouzene, Taguemount Izamen, Laazib Nath Ali, Tigrine, Boundjil, Thouzouaght, Sidi Khelifa (relevant de la commune d’Ait Chafaâ). Pour toutes informations supplémentaires, appeler : - Le centre des appels (24h24) : 026.22.25.25 - District de Tigzit : 026.25.83.08

Université d’été de la RASD
L’ouverture officielle de l’Université d’été de la RASD aura lieu le 7 juillet à 10 h à la salle des conférences de l’université M’hamed Bouguerra à Boumerdes. La cérémonie qui est placée sous le signe de la résistance populaire pour l’Indépendance, sera présidée par M. Abdelkader Taleb Omar, Premier ministre de la RASD et regroupera 400 cadres dirigeants du Front Polisario.

Association AIDS Algérie

L’association AIDS Algérie organise une campagne itinérante d’information et de sensibilisation sur les IST/VIH/sida du 5 au 15 juillet au niveau de différents sites et plages de la wilaya d’Alger. Cette activité s’inscrit dans le cadre d’un projet intitulé «Renforcement de l’accès à la prévention du VIH auprès des populations vulnérables» financée dans le cadre du programme de coopération Algérie/FNUAP avec l’appui de ONUSIDA.

Campagne itinérante d’information et de sensibilisation

La Direction de la Distribution de Tizi-Ouzou s’excuse auprès de sa clientèle pour tout désagrément causé.
ANEP N° 864614 du 5/07/2011 El Moudjahid/Pub

Mardi 5 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Nation
ALGÉRIE-ITALIE-FRANCE
RADIO BLIDA

3

M. Benmeradi évoque avec des parlementaires italiens et français le développement L de la coopération industrielle
L
e ministre de l'Industrie, de la PME et de la Promotion de l'investissement, M. Mohamed Benmeradi, a reçu deux délégations parlementaires italienne et française, a indiqué hier un communiqué du ministère. Les entretiens avec la délégation italienne, conduite par le président du groupe parlementaire d'amitié algéro-italien, Enzo Carra, ont porté sur "les relations entre les deux pays et les perspectives de développement de la coopération bilatérale", a précisé le communiqué. M. Benmeradi a, à cette occasion, rappelé les bonnes relations de coopération et d'amitié entre l'Algérie et l'Italie et qui sont à même "d'encourager davantage les opérateurs des deux pays à renforcer leurs liens, déjà établis notamment dans l'agroalimentaire, en vue d'élargir le champ de la coopération à d'autres filières industrielles". Il a, à cet effet, appelé à "une plus forte implication des PME italiennes en Algérie, en mettant à profit leur flexibilité connue" pour réaliser des partenariats mutuellement bénéfiques. Le ministre a, également, plaidé pour "l'approfondissement des relations d'affaires et de confiance" existant entre les PME des deux pays, conviées à organiser un forum prochainement. De son côté, M. Carra a "convenu de la nécessité d'élargir la coopération bilatérale, proposant d'y œuvrer au niveau parlementaire, notamment à travers l'encouragement des opérateurs italiens à renforcer leur présence en Algérie malgré leurs difficultés conjoncturelles", a ajouté le communiqué. Par ailleurs, l'entretien avec le sénateur des Vosges (France), Christian Poncelet, a porté sur les relations de coopération bilatérale qui connaissent, selon M. Benmeradi, "une nouvelle dynamique assez bénéfique pour les opérateurs, notamment les PME, des deux pays". Le ministre a ajouté que le Forum algéro-français tenu à Alger fin mai a donné "une impulsion appréciable", permettant d'envisager de nouvelles démarches en vue d'approfondir les relations d'affaires et élargir les domaines d'intervention, a souligné la même source. Il a réaffirmé la volonté des autorités algériennes pour la concrétisation de ''projets de parte-

M. Nacer Mehal inaugure la première émission

nariats ''gagnant-gagnant'' et leur encouragement pour les investissements productifs en vue de créer davantage d'emplois et de la valeur ajoutée en Algérie. M. Poncelet s'est, quant à lui, déclaré ''disponible à aider les efforts (...) consentis dans le sens d'approfondir la coopération bilatérale, par le biais des PME et l'encouragement des investissements français en Algérie et les investissements algériens en France", a-ton ajouté de même source.

ALGÉRIE - ALLEMAGNE

Appel à promouvoir les exportations hors hydrocarbures

L

es membres de la chambre de commerce et d’industrie Algéro-Allemande (AHK) ont souligné avec force hier à Annaba la nécessité de promouvoir les exportations algériennes, hors hydrocarbures vers l’Allemagne. Plusieurs entreprises algériennes recèlent des potentialités à l'exportation et leurs produits peuvent être écoulés sur le marché allemand, a estimé le directeur général de l’AHK, M . Christoph Partsch, à l’instar du président de la chambre du commerce et d’industrie (CCI) Seybouse de Annaba, M. Rachid Ghimouz. Les produits agricoles et manufactures ainsi que ceux de la pêche d’Algérie peuvent être placés dans n’importe quel pays européen ou autres à condition qu’ils répondent aux exigences des marchés visés, ont insisté des intervenants, lors de travaux d'une rencontre organisée au siège de la CCI, en présence d’opérateurs économiques locaux. Dans ce sillage, les membres

de l’AHK se sont enragés à accompagner les entreprises algériennes pour ''augmenter leurs capacités d’exportation hors hydrocarbures et à renforcer les contacts avec leurs consoeurs allemandes dans la perspective de concrétiser leurs projets de partenariat fécond'', a-t-on relevé. D’autres intervenants ont estimé que le niveau des exportations algériennes vers l’Allemagne est en deçà des attentes des deux pays, car ne dépassant pas 1,6 milliards de dollars en 2010. Un chiffre jugé ''insignifiant'' par rapport aux volumes des exportations de la Tunisie et du Maroc estimées à 16 et 15 milliards de dollars. La présentation du Guide d’accès au marché allemand a marqué les travaux de cette rencontre destinée principalement aux petites et moyennes entreprises algériennes. Projet en commun de l’ AHK Algérie en partenariat avec la Friedrich ûNaumann-Stiftung, ce guide contient une base de données d’entreprises allemandes

regroupant plus de 1.400 adr esses et contacts en Allemagne (importateurs , distributeurs , centrales d’achat , organismes professionnels et foires et Salons , etc..).

e ministre de la Communication, M. Nacer Mehal, a inauguré, hier, la première émission de la radio de Blida en présence des directeurs généraux de la Radio nationale et de l’Entreprise de Télédiffusion algérienne, MM Touffik Khelladi et Abdelmalek Houyou. M. Mehal a fait savoir au cours de la première émission de cette radio locale, diffusée à la vieille du 49e anniversaire de la fête de l’Indépendance, que ''cette station diffusait auparavant depuis Alger sous le nom de radio Mitidja avant d’être transférée à Blida''. ''Outre le fait d’obéir à une volonté politique forte, l’ouverture des radios locales est une consécration des orientations du Président de la République qui a toujours insisté sur l’importance de la communication de proximité'', a-t-il souligné. La 47e station radiophonique locale sera ouverte, à Tizi-Ouzou, en octobre prochain, alors que le lancement de la radio de Boumerdès est prévue avant la fin de cette année. ''L’ex-radio Mitidja, dont le lancement est annoncé pour le dernier trimestre 2011, sera, quant à elle, transformée en une station dédiée, exclusivement, aux jeunes et à leurs préoccupations'', a ajouté le ministre. Parallèlement, M. Mehal a souligné le ''rôle dévolu à la radio, notamment en matière de communication de proximité et ce, avec toutes les catégories sociales et toutes les catégories créatrices''. Il a rappelé, à cet effet, la principale recommandation émise à l’issue de la 3e conférence nationale des cadres de la Radio algérienne tenue, récemment, à Khenchela, relative à l’impératif, a t-il dit d’''extraire la radio de ses murs pour investir la rue et permettre à cette dernière d’accéder librement à la radio''. Il a, également, mis en avant la nécessité d’établir des ponts entre les différentes radios existantes, tout en louant l’initiative de diffusion commune qui a réuni 5 radios locales la semaine écoulée à El-Taref. M. Mehal s’est, en outre, félicité du ''nombre record'' de radios atteint

depuis le lancement du programme des radios locales le 20 avril 1991, estimant que c’est là un ''honneur pour le secteur de la communication, ses cadres et employés qui ont consacré des efforts considérables pour ce faire". Il a particulièrement loué les efforts de l’Entreprise de télédiffusion algérienne. Par ailleurs, le ministre de la Communication a invité les responsables de cette jeune radio à veiller à la sauvegarde du patrimoine local de la ville de Blida, renommée par sa musique andalouse notamment, tout en œuvrant à sensibiliser tous ses auditeurs sur les divers fléaux sociaux. La radio locale de Blida est la 46e station radiophonique du genre à entamer ses diffusions dans le cadre de la politique du Président de la République visant à doter chaque wilaya du pays de sa propre radio de service public, dédiée à une communication de proximité interactive, indique-t-on. Elle peut etre captée sur les ondes FM 100.9, 103.8 et 97.5 mgh. Cette station radiophonique est implantée sur une surface de 1800 m2 dont 549 bâtis. Outre des émissions musicales, son programme compte aussi des émissions de jeux, d’informations culturelles et sportives, en plus d’un programme spécial été. Elle compte actuellement 20 employés, dont cinq journalistes recrutés dans le cadre des contrats de pré-emploi (CPE), a-t-on signalé.

FORUM DE BINATIONAUX ALGÉRO-FRANÇAIS Développer le partenariat entre les deux rives
Un forum France-Algérie, regroupant toutes les compétences algériennes établies en France vient d'être lancé afin de donner, selon ses intiateurs, aux binationaux algéro-français, un espace de réflexion pour promouvoir leur place dans la société française. Cet espace de concertation ambitionne de contribuer au développement de l’Algérie et à la refondation des relations francoalgériennes, ont expliqué les organisateurs lors d’une cérémonie organisée à Paris, en présence du Consul général d’Algérie à Paris M. Rachid Ouali et des représentants du mouvement associatif de la communauté nationale.Pour le coordonnateur du forum, et président de l’association EcoMed 21, Farid Yaker, les francoalgériens" doivent prendre toute leur place dans la société française, malgré les entraves des discriminations et le passif colonial, en évitant tout repli communautaire en privilégiant les démarches citoyennes". Il a indiqué à cette occasion que le taux de chômage des binationaux algéro-français, atteint 40% dans les quartiers en difficulté et parfois plus et qu’un diplômé binational a dix fois moins de chance de trouver un emploi, qu’un jeune d’une autre origine. Il a relevé également que les nombreux talents franco-algériens qui prennent une place de plus en plus importante dans la société française"ne sont pas assez visibles" d’où l’intérêt de contribuer à leur promotion et en même temps mettre en place des actions innovantes et performantes en direction de l’Algérie. Le forum ambitionne ainsi mettre en place des réseaux de partenariat avec les acteurs économiques et associatifs algériens, favoriser le dialogue avec les autorités nationales et participer au recensement des compétences qualifiées susceptibles de contribuer au développement de l’Algérie. Ce forum prévoit aussi d’organiser des rencontres périodiques pour encourager le dialogue entre la société civile et les pouvoirs publics des deux rives. Il sera doté d’un conseil d’orientation dont les missions notamment consistent à le représenter auprès des autorités française et algérienne et d’un comité de parrainage composé de personnalité adhérant aux valeurs et principes du forum et soutenant son action a également été mis en place. Saluant cette initiative, et s’adressant aux membres du forum, le Consul général d’Algérie à Paris, M. Rachid Ouali a rappelé que le pays " a besoin de vos talents, de vos compétences, de vos idées novatrices, en particulier dans le domaine du management industriel, et les services liés à l’économie libérale ainsi que les nouveaux métiers". Il s’est réjoui également que ce forum comprenne des groupes de travail spécialisés "permettant à chaque volonté de s’exprimer dans le cadre de projets communs". Présent à cette cérémonie de lancement, le président de la Conférence mondiale des religions pour la paix et présentateur de l'émission "Islam" sur la chaine de télévision française, France 2, M. Ghaleb Bencheikh , a dans une conférence sur le thème"Islam, laïcité et république", remis en cause tous les stéréotypes nourris par " l’incurie réelle et organique" des uns et l’extrémisme d’une société française " à l’affût de nos régressions et abdications".

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE DE L’OSCE

Une délégation parlementaire algérienne à Belgrade
Une délégation des deux Chambres du Parlement prendra part du 6 au 10 juillet à Belgrade (Serbie) aux réunions de la 20e session annuelle de l'Assemblée parlementaire de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), a indiqué hier, un communiqué du Conseil de la nation. La participation de la délégation parlementaire algérienne, conduite par le vice-président du Conseil de la nation, M. Abderrezak Bouhara, à cette session s'inscrit dans le cadre du renforcement de la coopération entre le Parlement algérien et l'Assemblée parlementaire de l'OSCE, selon la même source. L'ordre du jour de cette session prévoit l'examen des rapports et recommandations des commissions de l'Assemblée, ajoute le communiqué.

PRODUITS DE LARGE CONSOMMATION La commission d'enquête parlementaire visitera des unités de production Une commission d'enquête parlementaire mènera des sorties à travers le
territoire national pour ''visiter les plus importantes sociétés et unités de production publiques et privées des produits de large consommation'', a indiqué cette commission dans un communiqué. Les trois groupes de travail de cette commission, présidée par M. Mohamed Kamel Rezgui, effectueront cette visite du 9 au 13 juillet, a-t-on précisé de même source. La commission d'enquête parlementaire a auditionné récemment des opérateurs économiques de l'industrie du sucre et de l'huile sur les raisons de la hausse subite des prix de ces produits, à l'origine des évènements de janvier dernier. Depuis sa mise en place en avril dernier, la commission d'enquête parlementaire a auditionné plusieurs hauts responsables.

Mardi 5 Juillet 2011

4

Nation
Des missions multiples

EL MOUDJAHID

JOURNÉES D’INFORMATION SUR LA POLICE

L

a Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a organisé des journées d’information sur les différentes activités de la sûreté de wilaya d’Alger du 4 au 6 juillet, à l’occasion du 49e anniversaire de la fête de l’Indépendance et de la Jeunesse. Cette manifestation organisée sur l’esplanade de Riadh El Feth sur le thème «ensemble pour une police de proximité» a pour but d’accroître la sensibilisation et la reconnaissance envers les services policiers, tout en resserrant les liens entre la police et le citoyen. Toutes les directions et services centraux de la sûreté de wilaya d’Alger se sont réunis pour exposer des statistiques et différents équipements de la sûreté nationale. Afin d’apprendre aux enfants les bons gestes pour prévenir des dangers des accidents de la circulation routière, une piste d’éducation routière a été mise en place pas loin de cette manifestation, outre de nombreuses recommandations ont été dispensées à ce public en présence des parents

DES JEUNES AU CENTRE DE PRESSE D’EL MOUDJAHID

«Nous voulons réussir dans notre pays»

et ce, sous la direction d’un cadre et de gradés du service de wilaya de la sécurité publique. Par ailleurs, une brigade d’appui canin spécialisée dans le dressage et l’emploi des chiens a été mobilisée. Ces brigades sont d’une grande contribution lors des missions de descentes antidrogues et servent aussi dans la détection de substances explosives.

S’agissant du volet de l’animation pédagogique, plusieurs conférences portant sur différents thèmes seront animées, par des cadres de la sûreté nationale, relatifs à la prévention contre les fléaux sociaux (toxicomanie et autres). Enfin, un riche programme d’activités sportives et culturelles s’ajoute à cet évènement. Sihem Oubraham

A

L’unité aérienne de la sûreté nationale sera dotée prochainement de 10 hélicoptères
L'unité aérienne de la sûreté nationale sera prochainement dotée de dix hélicoptères de fabrication allemande et anglaise, a indiqué hier le représentant de cette unité dont le siège se trouve à Dar El Beida (Alger). Dans une déclaration à l'APS en marge des journées d'information sur la sûreté nationale, le représentant de cette structure a souligné que cette opération viendra renforcer l'unité qui dispose actuellement de quatre hélicoptères de quatre places chacun dont deux sont équipés de caméras de surveillance et deux affectés au transport des unités d'intervention. Il a précisé que les nouveaux appareils qui bénéficient de techniques modernes de décollage et de vitesse, sont équipés de caméras numériques de haute performance. S'agissant de l'élément humain, la même source a indiqué qu'un groupe de huit pilotes qui travaillent à l'unité bénéficient actuellement d'une formation en Allemagne sur le pilotage de ce genre d'appareils. Les missions de cette unité aérienne de la sûreté nationale portent sur la surveillance de la circulation, la couverture aérienne des manifestations et des événements, la coordination avec les services concernés dans le cadre d'une poursuite d'un véhicule suspect, l'évacuation sanitaire et le transport des éléments d'intervention vers les zones d'opérations. L'unité aérienne de la sûreté nationale, la seule à l'échelle nationale, a été créée en 2003.

AFFAIRE DE L’ATTENTAT CONTRE LE PALAIS DU GOUVERNEMENT

Report du procès

L

e procès de l'attentat à l'explosif qui a ciblé le 11 avril 2007 le Palais du gouvernement, dans le centre de la capitale, a été reporté hier à la prochaine session criminelle par le tribunal criminel près la cour d'Alger. Le président du tribunal, Benkharchi Omar, a décidé de ce report en raison de l'absence de l'avocat de Bouderbala Fateh, un des accusés, qui s'est rendu récemment aux services de sécurité. Bouderbala Fateh est considéré comme responsable direct présumé des attentats à l'explosif qui ont ciblé, en 2007, le Palais du gouvernement et le siège de la sûreté urbaine de Bab Ezzouar. L'attentat contre le Palais du gouvernement a été perpétré simultanément avec l'attentat à l'explosif contre le siège de la sûreté urbaine de Bab Ezzouar, dans la banlieue est de la capitale. Dix-huit individus, parmi les-

quels 9 en fuite, dont Abdelmalek Droudkel, sont poursuivis dans cette affaire qui a fait 20 morts et 222 blessés. Selon l'arrêt de renvoi, les

accusés appartiennent à un groupe terroriste activant dans la région de Thenia (Boumerdès) et appartenant à l'organisation "Al Qaida au Maghreb islamique".

l’initiative de l’Association nationale pour la promotion de la femme et de la jeunesse, Le centre de presse d’El Moudjahid a abrité, hier, une conférencedébat consacrée essentiellement aux problèmes des jeunes. Le choix de la date n’est pas fortuit. Cette rencontre s’est voulue une occasion pour marquer la célébration de la fête de l’Indépendance et de la Jeunesse. Qui mieux qu’un jeune pour parler de ses aspirations. Partant de cette conviction Mme Nadia Dridi, présidente de cette association a donné la parole à des jeunes pour évoquer leurs problèmes, parler de leur rêve. Parmi ses invités on pouvait remarquer Asma, une jeune fille, qui a plaidé la cause des jeunes. Ou encore Fares qui après des années de travail dans une entreprise publique a décidé de choisir la Harga. Son récit est émouvant. Il l’est encore plus quand il se dit optimiste et croit en son pays et qu’il n’a pas un autre en échange. Mais, celui qui a ravi la vedette c’est bien le jeune Amari Yacine. Un petit garçon de 10 ans venu de TiziOuzou qui a émerveillé l’assistance en disant : «Je veux être un grand homme, pour défendre les grandes causes.» Sa petite allocution a laissé perplexe plus d’un. Dont nous retenons ce passage «Certes, certains diront que savons nous ? Si n’est ce que nous avons lu dans les livres d’histoire. Non, détrompezvous, nous jeunes Algériens, nous sen-

tons encore l’odeur du soufre et même nous récoltons la semence du colonialisme à ce jour. Le retard du développement de notre pays a pour cause les cent trente années de colonialisme français. Et, surtout, n’oubliez pas ces mines qui explosent à ce jour faisant encore des victimes. Ceci, c’est pour vous dire ô combien nous sommes touchés dans notre propre chaire. C’est de là que l’on doit puiser notre motivation et notre volonté pour aller de l’avant et expliquer à notre jeunesse pour laquelle nous célébrons la fête en ce jour. L’avenir de notre pays est entre nos mains. Notre destin nous appartient.» D’autres jeunes, ont parlé pour dire simplement qu’ils veulent qu’on leur donne leur chance. «Nous voulons être parmi ceux qui construiront l’Algérie. Nous nous opposerons à ceux qui veulent détruire ce pays en utilisant des jeunes en leur offrant quelques billets. Ceux-là nous les bannissons» tous ces jeunes que Mme Dridi a aidé, soutenu ont été unanimes à dire que leur unique rêve est de réussir dans leur propre pays. C’est pourquoi l’association qui a participé d’une façon remarquable aux premiers états généraux de la société civile plaide pour l’ouverture d’une tribune pour les associations connues pour être actives sur le terrain pour qu’elles puissent transmettre les revendications des jeunes qui aspirent à vivre dans la paix et la stabilité. Nora C.

ATTENTAT D’AZAZGA

L

es militaires mis en cause dans la mort d'un citoyen, atteint "par méprise" après la riposte d'un détachement de l'ANP contre un groupe terroriste auteur de l'attentat à la bombe survenu près d'Azazga le 23 juin dernier, ont été placés en détention provisoire, a annoncé hier, le ministère de la Défense nationale dans un communiqué. "Comme suite au communiqué diffusé par le ministère de la Défense nationale le 24 juin 2011 sur les événements survenus dans la région de Azazga, wilaya de Tizi Ouzou, et conformément aux instructions du commandement de l'Armée nationale populaire, qui a ordonné l'ouverture d'une enquête sur l'incident, et après la clôture de l'enquête préliminaire de la police judiciaire, les militaires mis en cause ont été présentés le 3 juillet 2011 au parquet militaire près le tribunal militaire de Blida où ils ont été inculpés conformément à la loi et renvoyés devant le juge d'instruction militaire qui a décidé, après leur audition, de les placer en détention provisoire jusqu'à la clôture de l'instruction et leur renvoi pour leur jugement", a indiqué le communiqué du MDN. Au lendemain de l'attentat, le ministère de la Défense nationale a rendu public un communiqué concernant l'attentat à la bombe artisanale ayant visé le jeudi 23 juin dernier un déta-

Les militaires mis en cause dans le décès d'un citoyen placés en détention provisoire
chement de l'Armée nationale populaire (ANP) près de Azazga (TiziOuzou), et fait état de la mort d'un citoyen "atteint par méprise". "Le jeudi 23 juin 2011 à 13h30, une bombe artisanale a explosé lors du passage d'un détachement de l'Armée nationale populaire sur la route nationale N°12 près de Azazga, wilaya de Tizi-Ouzou, causant la mort d'un militaire et la blessure d'un autre. Durant la riposte du détachement et la poursuite du groupe terroriste auteur de l'attentat, un citoyen a été atteint par méprise", détaillait alors le communiqué. "Le commandement de l'ANP, très soucieux de la préservation de la sécurité et la sérénité des citoyens, présente ses vives condoléances à la famille du défunt et affirme qu'il a ordonné l'ouverture d'une enquête sur cet incident", ajoutait la même source, avant d'assurer que "toutes les mesures qui s'imposent seront prises pour que la justice puisse prendre son cours".

Mardi 5 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

L’événement
Ils sont nés après l’indépendance

5

Ces jeunes assoiffés d’histoire
L’écrasante majorité de la jeunesse algérienne est née bien après l’indépendance. Ceci expliquant cela, elle n’a qu’une vague idée sinon une idée vague de l’indépendance et surtout de tous les sacrifices consentis par leurs aînés pour arracher cette si précieuse liberté, mais fautil en vouloir à toute cette masse juvénile d’ignorer cette phase cruciale de son histoire ? Assurément non dans la mesure où pendant un bon bout de temps l’histoire est restée un sujet tabou. D’où toute cette valse hésitation qui ne manquera pas de semer par moments et par endroits le doute dans les esprits. Surtout ceux d’une jeunesse avide de connaissance et de savoir, avide d’information livrées de surcroît par les acteurs mêmes (ceux encore en vie s’entend) d’une guerre de Libération qui a réussi la gageure au regard du déséquilibre flagrant des forces en opposition d’infliger à l’ennemi de lourdes pertes, et, ensuite, au final, arracher une victoire ô combien méritée de par tout ce qu’elle a induit comme esprit d’engagement, bravoure et héroïsme. A telle enseigne d’ailleurs que le monde entier, pratiquement, saluera comme il se doit une telle performance qui mettra du baume au cœur à tous les autres peuples du continent victimes des affres du colonialisme. Pourtant, et, malgré tous ces retentissants exploits des artisans du 1er Novembre et donc de l’Indépendance, la majeure partie de la population juvénile reste encore en mal de repères. En dépit de quelques dérapages sans conséquences directes sur le cours de la Révolution, Dieu merci. Et, c’est justement ce message qu’attendaient tous ces jeunes soucieux comme de juste de comprendre dans quelles circonstances exactes cette inestimable liberté qui a un coût et un tribut a été arrachée. Sans doute et une fois imprégnés de tous ces moments forts et intenses magistralement structurés par leurs illustres devanciers, se seraient-ils sentis autrement plus impliqués dans cette autre œuvre grandiose d’édification nationale. Car il fallait absolument informer et former les nouvelles générations aux fins qu’elles adhérent au mieux à tout ce qui s’est fait de constructif dans leur pays depuis un certain 5 Juillet 1962. Au demeurant, nombre de spécialistes de par le monde reconnaissent volontiers que la rupture sinon la fracture intergénérationnelle dans un pays donné a pour cause essentielle le plus souvent ce déficit préjudiciable à l’évidence en communication sur une thématique qui concerne tous les citoyens. Quoiqu’il en soit il faut reconnaître que ces dernières années de nombreux ouvrages portant histoire de la Révolution (et qui se vendent plutôt bien signe des temps) ont été publiés et mis sur le marché. Au grand bonheur des jeunes en particulier et des moins jeunes en général, friands d’en connaître un peu plus sur les tenants et aboutissants d’une guerre de Libération qui a redonné sa dignité au peuple algérien. Et s’il ne paraît pas nécessaire de rester prisonnier ad vitam eternam de son passé, mieux le posséder pour mieux négocier l’avenir n’est certainement pas inutile. Dont acte. A. Zentar

Mardi 5 Juillet 2011

6

Colonialisme : un seul synonyme extermination

L’événement La symbolique d’une double fête

EL MOUDJAHID

L’Algérie célèbre, aujourd’hui, le double anniversaire de la fête de l’Indépendance nationale et celle de la Jeunesse dans un contexte marqué par une accélération du processus de réformes politiques qui ne manqueront certainement pas de restituer leur symbolique aux repères qui ont été à la source de la grandeur du peuple et de son pays.

L

a colonisation française en Algérie a fait que le peuple algérien ait été spolié de ses biens et privé du droit au savoir afin que soient effacées toutes ses principales valeurs humaines. Le peuple, en entier, a été dépossédé de son identité et de ses droits, c’est celuilà le vrai visage du colonialisme. Car il a un seul synonyme, l’extermination. A ceux qui font l’apologie du colonialisme et veulent faire croire qu’il a apporté aux Algériens la civilisation il faut revenir sur les pages douloureuses de l’histoire de notre pays. Le 5 juillet 1830, Alger tombe aux mains des troupes françaises du général de Bourmont. La " conquête " de l’Algérie fut cependant longue et douloureuse : la résistance conduite par l’Emir Abdelkader va durer dix-huit ans. " Nos soldats n’ont pas reculé devant le meurtre de vieillards, de femmes et d’enfants. Ce qu’il y a de plus hideux, c’est que les femmes étaient tuées après avoir été déshonorées ", écrivait le 18 octobre 1841, M. Chamagarnier, officier français, cité par Charles André Julien (Histoire de l’Algérie contemporaine, PUF). Et ce n’était-là que le préambule d’une longue nuit coloniale. De Charles X à la III république une politique de colonisation des plus monstrueuses fut appliquée à la lettre sur le territoire algérien devenu colonie française. Les terres fertiles des Algériens ont été confisquées de force pour être distribuées aux colons, en majorité des vagabonds venus d’Espagne, d’Italie et de France. Au nom du colonialisme, ils se sont vus devenir de riches propriétaires terriens. L’Algérien spolié de ses biens est devenu “khames”. C’était le schéma général. Le pays a connu ainsi un développement à deux vitesses. D’un côté les Européens qui profitaient de ses richesses. De l’autre des Algériens qui mouraient de faim devant l’indifférence totale. Mais quand il s’agissait d’aller combattre pour l’honneur de la France, l’administration coloniale ne trouvait pas de scrupules à aller recruter des Algériens. Selon les historiens 25.000 jeunes Algériens trouveront la mort lors de la Guerre de 14-18. Durant la Seconde Guerre mondiale, la France n’hésitera pas à faire de même. En contrepartie du droit à l’autodétermination (discours de de Gaulle à Brazzaville), 150.000 Algériens prendront part à la guerre contre le nazisme. Grâce au courage des tirailleurs algériens la Corse, Toulon, Marseille, Mulhouse et Strasbourg seront libérés. Ils ont été les premiers à traverser le Rhin et à pénétrer en Allemagne. A leur retour, les rescapés de la guerre des tranchés découvriront que cette France partie à la guerre contre le nazisme massacrait les leurs en guise de remerciements pour leur sacrifice. Le Président Bouteflika dans un éditorial à un hors série de la revue Jeune Afrique en 2002 , rappelait fort à propos ce qu’a laissé la colonisation a qui certains trouvent encore des vertus. Sur une population de 10 millions d’habitants, on comptait alors à peine 2.600 bacheliers et 900 étudiants. Les Algériens étaient privés de savoir. Le taux d’analphabétisme était estimé à 85%. Pas seulement 800 villages furent brûlés durant la guerre de Libération. A l’indépendance on découvrait un solde négatif du Trésor public de l’ordre de 240 milliards de centimes. Ces chiffres sont effarants mais ils ne disent pas tout. La détresse des orphelins et des veuves, les destructions culturelles ne trouvent place dans aucun bilan chiffré. Nora Chergui

C

ette journée mémorable est à jamais gravée dans la mémoire collective d’une génération qui vécut, ne serait-ce l’enfance, les affres de l’ère coloniale. M. Taouel, consultant auprès d’entreprises économiques se souvient encore de cette date historique comme si c’était hier. «Quand bien même j’étais un talentueux narrateur, je ne saurais restituer à l’événement toutes ses facettes, toute son âme… Le 5 Juillet 1962, de mémoire d’Algériens, nos villes et villages n’ont jamais connu une aussi inqualifiable liesse populaire. Imaginez l’euphorie dans laquelle est plongé tout un peuple envahi par le sentiment de délivrance. Ce fut assurément une date mémorable pour tous les Algériens qui ont subi l’oppression. La liesse fut d’autant plus indescrip-

tible que tous les Algériens, indépendants, eurent en commun un sentiment de fierté pour avoir combattu et battu le colonisateur. Les couleurs nationales couvraient tout le pays. Et d’ajouter que le 5 Juillet signifiait «une nouvelle vie faite de liberté pour tous ceux qui ont connu les sévices des tortionnaires, dans les geôles du colonisateur ou encore pour tous ceux qui écumaient les maquis en affrontant la rudesse du temps». M. Abassi se dit frappé par des images qu’il revoit à chaque célébration d’une fête nationale comme celles de ces mamans «descendues dans les rues et dont les youyous emplissaient le ciel.» Mais notre interlocuteur bascule vite dans le présent pour dire «combien de jeunes connaissent aujourd’hui les faits historiques.» La génération d’aujourd’hui est en droit d’attendre des historiens et des acteurs de la guerre de Libération natio-

nale une écriture plus fidèle de l’histoire et de ses hauts faits d’armes. Cela, enchaîne-t-il, est d’autant plus impératif que la perte de repères, nous l’avons malheureusement eu à le constater et le vivre, peut mener à des dérives graves.» Et de déplorer cette faille, tout en émettant le vœu que «l’histoire de l’Algérie soit prise en charge par des historiens algériens et que des efforts réels se fassent pour restituer aux faits d’armes qui ont jalonné la guerre de Libération nationale leur véritable portée. Les historiens et les pouvoirs publics partagent la responsabilité de l’écriture de l’histoire.» Notre interlocuteur n’omet pas de rappeler que le Président Bouteflika porte beaucoup d’intérêt à l’écriture de l’histoire notamment celle de la guerre de Libération nationale. Ses instructions dans ce sens sont claires et les moyens mobilisés pour la réalisation de cette entreprise sont aussi significatifs. Il faut passer à l’acte et casser tous les tabous. Dans l’intérêt de la nation. Il est temps de rendre au pays ce qui lui appartient, lui qui a enfanté des hommes ayant combattu pour la liberté, milité pour l’émancipation des peuples opprimés. Mohamed Amine, employé dans une entreprise privée, corrobore ces propos mais insiste beaucoup sur le fait qu’ «il faille intéresser les jeunes générations à l’histoire de leur pays, ces jeunes qui au gré de la conjoncture ne sont pas beaucoup imprégnés du culte de la patrie. Mais nous avons eu à le constater en plusieurs occasions les jeunes qui semblent en marge de tout ce qui se fait ont exprimé leur attachement au pays avec un enthousiasme exceptionnel. A mon avis, il y a en eux quelque chose d’intériorisée et qu’il faut savoir raviver. Le 5 Juillet reste entre autres événements nationaux l’occasion par excellence de redonner aux faits historiques toute la portée de leur symbolique. C’est à ce prix que l’on remplit le devoir de mémoire et de préserver l’histoire de la déperdition certaine et préjudiciable.» S. Lamari

LA FRANCE ET LE DEVOIR DE REPENTANCE

Au nom de la laïcité
l faut regarder notre passé commun en face». Par cette déclaration, tenue lors de sa dernière visite à Alger, le ministre des Affaires étrangères français, M. Alain Juppé a étalé tout le malaise de la classe politique française vis-à-vis de son passé colonial, en particulier envers l’Algérie. En effet, 50 ans après, les stigmates restent apparents à travers le discours officiel dans l’Hexagone tout bords confondus. De la gauche à la droite, le refrain est le même mais avec des nuances très souvent contradictoires qui laissent cependant apparaître une grande gêne sinon une phobie du miroir. Le reflet que transmet ce dernier n’est au fait que les spasmes qui parcourent et secouent la France officielle. C’est dire que la guerre d’Algérie revient à chaque fois pour animer un

«I

débat politique français ravivé très souvent par des historiens qui en quête de vérité pour les uns ou simplement des tâcherons au service d’une cause perdue pour les autres. Le discours politique à consommation local y puise dans cette dernière catégorie son essence. Et dans ce cas chacun y va avec ses propres arguments. Si pour M. Juppé l’Algérie «a raison d’évoquer le devoir de mémoire», il est logique que le devoir de «conscience», expression chère à M. Chevènement, doit impérativement mener à la repentance et non à un exercice de «charlatanisme». Et n’en déplaise à ce grand «ami» de l’Algérie, la «connotation religieuse» (l’expression est de lui ndlr), contenue dans le «pardon» ne doit en aucun cas justifier l’attitude et le dis-

cours officiel de la France à l’égard de son passé colonial en Algérie. Car, n’est ce pas au nom de cette «laïcité» brandit à chaque occasion comme un faire-valoir et non comme valeur sûre que des crimes comme celui de Mai-45 ont été commis ? N’est ce pas encore sous cette même République laïque que les atrocités les plus abjectes ont été perpétrées contre un peuple qui n’aspirait, en fin de compte, qu’à être libre. Alors comment peut-on prétendre, aujourd’hui, que cette notion de laïcité de l’Etat français puisse s’opposer au devoir de repentance. «Cachez-moi cette repentance que je ne saurai dire». Cette tartufferie sort hélas droit d’un langage diplomatique qui se veut pourtant mais en apparence tourné vers l’avenir. M. T.

Mardi 5 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

L’évènement

7

Avoir 49 ans aujourd’hui
Retracer l’histoire du mouvement nationaliste qui a précédé le déclenchement du 1er Novembre 54 : les révoltes de la Kahina, El Mokrani, Lalla Fadhma N’soumer, nonobstant l’incontournable Emir Abdelkader qui opposera à l’occupant français une résistance héroique.

Quand s’accomplit le rêve

5

A

vant d’être exilé en Syrie et d’y mourir. Mais pas en vain puisque d’autres patriotes reprendront le flambeau de la fameuse création de l’Etoile Nord Africaine de feu Messali Hadj, en passant par les terribles massacres du 8-Mai 45, les non moins horribles enfumades du Dahra, prélude à l’explosion du 1er Novembre 1954 aboutissement inévitable et inéluctable d’un long processus de maturation. Et, non moins, guerre impitoyable qui verra, côté algériens, le sacrifice de plus d’un million et un demi million de martyrs. Nonobstant les séquelles et traumatismes indélébiles. Avant que les deux parties au conflit meurtrier ne s’assoient autour d’une table de négociation pour signer les accords d’Evian. Et que l’Algérie ne recouvre sa souveraineté et jeter les fondements de base d’un Etat libre et indépendant qui tentera de ne pas se défaire des principaux idéaux d’une des guerres les plus sanglantes de l’histoire contemporaine. Mais saluée, également, comme il se doit, et, à juste titre, s’entend, quasiment dans le monde entier, n’en déplaise à une poignée d’irréductibles détracteurs dont la proclamation solennelle de l’indépendance leur est toujours restée en travers de la gorge… L’écrasante majorité de la jeunesse algérienne ignore pratiquement tout de la Révolution du 1er Novembre 54 et pour cause ! Née après l’indépendance, elle ne pouvait donc, de fait, en être instruite. D’autant plus que l’histoire en tant que matière ne figurait point dans les manuels scolaires sinon quelques bribes. Et le plus souvent sommaires et forcément incomplètes. Longtemps considérée comme sujet tabou, l’histoire n’étant jamais tout à fait neutre, par les différents décideurs qui se sont succédé aux commandes du pays depuis le recouvrement de la souveraineté nationale, cette matière dite pourtant de mémoire, ne sera défrichée, partiellement s’entend, que sous l’ère Chadli où l’on assistera à quelques séminaires et colloques portant objet écriture de l’histoire, joutes qui en leur temps susciteront un certain engouement, notamment au sein de la communauté universitaire et quelques acteurs du mouvement nationaliste. Tandis que pour sa part le cinéma investira, relativement certes, dans la narration sélective de quelques historiques batailles dont la fameuse Bataille d’Alger consacrée par un prix et un retentissement universel, nonobstant quelques aspects lacunaires. Idem pour Patrouille vers l’est de l’ami Ammar Laskri qui s’essaiera, autant se faire que peut, à restituer le double aspect « physique » et psychologique d’une guerre de libération vue par un nationaliste de la première heure, originaire, pour mémoi-

re, d’une région qui a payé un lourd tribut à la Révolution. D’autres réalisateurs prendront le relais, mais cette fois-ci via le petit écran qui nous donnera alors à voir (et revoir) des feuilletons télévisuels culte tant ils auront suscité au sein de millions de compatriotes un engouement exceptionnel. C’est le cas de El Hariq adapté d’une œuvre majeure du regretté Mohamed Dib L’incendie par un certain Mustapha Badie que la critique aura unanimement et fort à propos, du reste, salué. Le chant patriotique ne sera pas non plus en reste et les Lamari, Oudjdi, Saliha, outre l’incontournable Rabah Driassa, Blaoui Elhouari, Ahmed Wahbi pour la plupart membres de la troupe historique du FLN, commettront moult compositions musicales à la gloire des chantres de la Révolution ou ce qu’on appelle communément des chants patriotiques dont certains par la

double qualité de leur teneur et interprétation donnaient non seulement la chair de poule, mais pouvaient, en sus, vous envoyer au maquis la fleur au fusil. C’est dire… Ceci compte non tenu du fameux ballet des 3R, œuvre de l’école des arts dramatiques de Bordj El-Kiffan (INADC) qui retracera avec ses propres « outils » la grandiose fresque de la Révolution matérialisée par le lancement de la révolution agraire, la révolution industrielle et la révolution culturelle. Un ballet dont la tournée un peu partout à travers le monde rencontrera un succès retentissant pour le moins. Par ailleurs, et, se sentant à équidistance de tous les autres arts explorant et interrogeant le creuset nationaliste des dramaturges et comédiens de haut vol dont on citera, pour mémoire, les Bachtarzi, Badjarah, Boudia, Rais, sans omettre la gent féminine au mérite incommensurable tel les

Nouria, Saboundji, Keltoum, Fatiha Berbère figures emblématiques s’il en est du quatrième art de combat. Car après avoir défendu becs et ongles une Révolution sur le terrain même des opérations, s’engageait un autre combat non moins significatif : prêcher la bonne parole, vulgariser le patrimoine culturel national et enseigner à la nouvelle génération que la vie est un combat où rien ne s’obtient sans sacrifice ; qu’il ne faut sous-estimer aucun support promotionnel pour expliquer aux jeunes que tout n’a pas été facile et qu’il n’existe point de guerre soft… Enfin, on ne terminera point ce modeste laïus et incomplet tour d’horizon sans toucher un petit mot sur la grande équipe de football du FLN dont la majorité a répondu spontanément à l’appel de la patrie et abandonnant pour certains moult privilèges. A. Zentar

RELIZANE

Inoubliable

L

e 18 Mars 1962, les Algériens célèbrent le cessez-le-feu qui marque l’accès du pays à l’Indépendance. Un double référendum vient bientôt conforter cette décision. Le 1er juillet 1962, les Algériens se prononcent encore plus massivement pour l'indépendance de leur pays. L'indépendance devient effective le 3 juillet 1962. Le 5 juillet, l'indépendance est officiellement proclamée. Les Pieds Noirs et Juifs sépharades fuient vers la France, où ils débarquent avec leurs valises pour seuls biens. «Je me souviens comme si cela datait d’hier», nous disait Samir enseignant en retraite , à l’époque , poursuit il, j’avais 18 ans, c’était indescriptible cette joie, cette liesse de femmes, hommes, enfants, jeunes, vieux, moudjahidine qui défilaient dans les boulevards, les artères et rues

des villes et villages et cela durant une semaine, jours et nuits, pendant laquelle la fête battait son plein . Ce qui m’a marqué le plus, c’est la reprise de la liberté et de la souveraineté du pays et du peuple algérien et aussi durant la rentrée scolaire où les jeunes Algériens ont relevé le défi pour ouvrir les écoles et enseigner le savoir aux jeunes Algériens dont aujourd’hui la majorité sont des cadres de la nation et dont je suis l’un des pionniers de l’école algérienne. J’en suis fier .» Ainsi, c’est une commémoration inoubliable que chaque Algérien doit revivre en frémissant en cette glorieuse journée du 5 Juillet 1962. 5 Juillet 2011, 49 années sont passées et ça reste gravé comme si c’était hier.» conclut Samir avec des larmes de joie aux yeux. M. Berraho

Juillet 1962 - 5 Juillet 2011. 49 années se sont déjà écoulées, mais que comptent-elles dans la vie d’une nation, dans la vie d’un peuple, dans la vie d’un Etat ou tout, absolument tout, était à refaire, à reconstruire, à construire dès le lendemain du recouvrement d’une liberté après plus d’un siècle d’occupation étrangère. Ayant offert un lourd, un très lourd tribut pour recouvrer son indépendance, sa liberté et sa dignité, l’Algérie, qui avait subi un colonialisme des plus abjects autant par ses objectifs d’occupation et d’exploitation outrancière de ses richesses que de ses projets d’acculturation avec le démantèlement de l’identité algérienne, est sortie exsangue de la période de sept années de révolution armée qui a couronné en fait une résistance qui n’avait jamais cessé depuis que la soldatesque coloniale a souillé le rivage de SidiFredj 132 années auparavant. La Révolution qui fascina le monde avait avec son déclenchement le 1er Novembre 1954 sonné le glas du colonialisme dans toute l’Afrique, le 5 Juillet reste de fait une fête pour tout les pays qui étaient colonisés, et l’Algérie qui a souffert à travers son peuple dans sa chair, dans son sang et dans ses richesses a fait du principe du droit des peuples à l’autodétermination un principe immuable et intangible de sa politique étrangère. 5 Juillet 2011. 49 années se sont écoulées depuis que pieds nus mais fiers, les Algériens marchaient enfin librement et partout sur la terre de leurs ancêtres, le ventre creux mais l’esprit rassasié de cette joie que ne peut procurer que la liberté pour tout un peuple qui venait de briser les chaînes qui voulaient l’asservir à tout jamais et le confiner en son propre pays dans un rang inférieur, l’obligeant à assumer et à respecter tous les devoirs et à se plier pleinement à l’ordre colonial. 49 années après, l’Algérie en est encore à effacer les stigmates de cet ordre inique. De la poignée d’étudiants algériens et de cadres, quantité insignifiante par rapport à la grande masse quasiment analphabète, l’Algérie peut s’enorgueillir aujourd’hui de compter plus d’un million d’étudiants et des centaines de milliers de cadres formés par l’école et l’université algérienne, des institutions que l’on trouve partout à travers l’immensité du territoire national jusqu’aux coins et lieux-dits les plus reculés pour la première et quasiment au niveau de chacune des wilayas du pays pour ce qui est de l’institution universitaire. Les gourbis, de sinistre mémoire, n’existent pratiquement plus, de programme en programme, d’année en année ils sont remplacés par des habitations décentes pourvus de toutes les commodités. D’autres images qui reflètent ce visage si hideux du colonialisme se sont effacées grâce aux efforts engagés mais surtout grâce à cette philosophie née de la Révolution de Novembre, de cette dimension sociale qui étoffe les programmes de développement. Et, là, les chiffres sont autant têtus que le «Melmouss» de cette réalité du terrain. En une décennie, sous l’impulsion du programme de développement du Président de la République, de grandes avancées ont été enregistrées aussi bien en matière de satisfaction des besoins et de réponses aux préoccupations des citoyens que de réalisations d’une base infrastructurelle à même de répondre à son tour aux besoins socioéconomiques de l’Algérie de demain. A. M. A.

Mardi 5 Juillet 2011

8

L’événement
Mémoire d’indépendance

EL MOUDJAHID

Un repère national
D
es jours et des semaines de joie et de liesse, l’été de 1962 restera à jamais gravé dans la mémoire du peuple algérien. La période caniculaire de la saison n’a point été ressentie par ces populations qui ont envahi les artères et places publiques dans un élan de solidarité et d’union pour exprimer leurs sensations et manifester un grand soulagement, celui de recouvrer la liberté et d’arracher l’indépendance du pays après 132 ans de colonisation au prix de mille et un sacrifices. « Tahya El Djazair… Allah yarham Echouhada étaient les refrains repris en chœur par ces hommes, ces femmes et ces enfants en extase réalisant difficilement ce recouvrement de la souveraineté du pays face à l’obsession, à l’acharnement et la monstruosité des forces d’occupation. Les moins jeunes se souviennent encore de ce mois de juillet de la grande mobilisation pour méditer encore sur les valeurs d’un peuple ayant triomphé par sa persévérance et son engagement, son dévouement pour la cause et son sens de la responsabilité dans une lutte menée sans répit. De l’Est à l’Ouest, du Nord au grand Sud, les mêmes convictions sont partagées pour se permettre tous les espoirs et aspirer à des lendemains meilleurs. « Il y avait tout bonnement une famille algérienne qui célébrait son indépendance…», nous confie Belgacem âgé aujourd’hui de 60 ans avant de s’étaler sur les liens au caractère indéfectible entre ces Algériens constituant à propos leur principale force. Commémorer aujourd’hui cette date s’assimile pour cette génération à un retour aux sources de la fraternité et de la convivialité en dépit d’ailleurs de la précarité jadis d’un quotidien pour s’interroger quelque part sur le changement des mentalités et des mœurs opérés et la perte de ces valeurs d’authenticité et d’originalité d’où la portée de la démarche de réconciliation nationale prônée par le Président de la République. C’est pour ces raisons évidentes immanquablement que la célébration de cet événement doit se focaliser surtout sur l’état d’esprit d’une société algérienne d’antan guidée en la circonstance perpétuellement par l’amour du prochain et la tolérance, la foi et la justesse de la cause, l’équité et la justice. Toujours est-il que de toutes les épreuves de l’histoire subies par ce peuple, ces sentiments d’union et solidarité ont été ravivés pour les surmonter et relever le défi, véritable caractéristique du peuple algérien, aujourd’hui conscient des enjeux du contexte pour faire valoir sa force et résister à tous les courants. Ce 49e anniversaire intervient pour mesurer les sacrifices consentis par nos glorieux martyrs et rappeler les devoirs d’une nouvelle génération sommée de perpétuer le message de Novembre et de s’investir dans l’action du développement et de la modernisation d’une Algérie plus que jamais libre, indépendante et souveraine. L’autre devoir également de préserver le caractère de cette date, véritable repère de la nation A. B.

L

e printemps d’un peuple se distingue par le parachèvement d’une liberté acquise par la force de la baïonnette. Dans toutes les révolutions, il a eu ce grand moment de larmes et de joies, tantôt pour rendre hommage aux martyrs qui ont payé de leur vie cette chère indépendance, tantôt pour fêter une victoire sur le colonialisme qui a mis quand même 132 ans pour s’éteindre sous les coups de boutoirs de la lutte armée. L’histoire n’a toujours pas fini de nous livrer les moments forts de cette journée nationale. Au lendemain du cessez-le-feu, le 19 mars 1962, l’emblème national porté haut et fort par le peuple, présageait une fête portant un siècle de charge émotionnelle. Les artistes en herbe s’adonnaient à de grandes parades picturales pour orner les murs de la capitale aux couleurs nationales, avec des fresques mettant en valeur les hauts faits d’armes contre l’armée coloniale. C’était déjà le début de l’écriture de l’histoire par les tout derniers témoins d’une génération de l’aprèsguerre. Dans cette magnifique effervescence, les rues de la capitale accueillaient toutes les franges de la société rurale et urbaine, rassemblées dans les placettes et squares. Avec plus d’un million et demi de martyrs, la date solennelle du 5 Juillet relevait d’une sacralité immuable. Tous les Algériens se sont retrouvés autour de ce grand souvenir mortifère pour rendre hommage aux chouhada. Les tout premiers hymnes ou slogans étaient destinés aux héros morts pour l’Algérie indépendante. C’était la tête de chapitre d’une fête qui durera plus de cinq jours. La place de la Régence vivait, son dernier quart heure. Des milliers d’Algériens sont venus assister aux débaptisations des symboles coloniaux. Le duc d’Orléans trônant sur son “Bayard” depuis plus de cent ans, ainsi que le crucifix solidement planté au sommet de la coupole de Ketchaoua furent les premiers trophées arrachés à la volonté du cardinal Lavigerie. C’était la fin d’une très longue tentative d’acculturation du peuple algérien. Alger venait de se réveiller après une longue nuit coloniale. Les quais du port bondés de «pieds noirs» attristés par le baroud de déshonneur de l’OAS prenaient le chemin des cales des navires le Kairouan et la Ville d’Alger. Un aller sans retour. De Sidi Fredj à la jetée de Sidi Brahim, l’armée coloniale aura mis plus

de 130 ans pour quitter la patrie reconquise. Un moment plein de symbole. Dans l’euphorie de cette fête grandiose, l’Algérie respirait à pleins poumons l’air de la liberté. Le jour et la nuit se confondaient dans un tintamarre de klaxons et de chants. Ils étaient venus, tous là pour assister à la fête de Mama Algeria. Dans une indescriptible scène sortie tout droit d’un tableau de maître, la place des Martyrs céda aux poids de milliers de jeunes venus prendre la relève des anciens héros. C’était aussi la fête d’une jeunesse, animée par la soif de vaincre le défi. Dans l’arrièrepays portant encore les traces du no man’s land, les rescapés des camps d’internement et du génocide, dans un sursaut d’orgueil prirent le chemin de la capitale pour battre au finish une très douloureuse occupation coloniale. C’était la délivrance, une célébration qui bat en brèche toutes les velléités colonialistes tendant à dénaturer la légitimité de l’Algérie indépendante. On en aura pas assez dit sur cette torride nuit du 4 juillet 1962, les feux de Bengale et artifices étaient au rendez-vous pour éclairer les cieux limpides d’une Algérie arrachée aux griffes d’un colonialisme qui continue à sévir sur son passé criminel. Mohamed Bentaleb

Ce que mes yeux d’enfant ont vu ce jour-là
Par Cherif Jalil

J

e n’ai jamais pu écrire un mot sur ce que j’ai vécu pendant cette terrifiante époque. Je n’arrive pas à l’expliquer autrement que par la pudeur, celle de parler de soi, même s’il s’agit d’un témoignage sur une épreuve collective, ou alors par un traumatisme tellement profond qu’il arrive à inhiber toutes mes énergies à la seule pensée de vouloir coucher par écrit ce que mes yeux d’enfants ont vu ce jour-là. Ce jour-là, à vrai dire, je n’arrive pas encore à le dater. Je suppose que cela a eu lieu vers 1960 ou 1961. Peut-être un peu plus avant ou un peu plus après. J’avais cinq ou six ans peutêtre. Si je n’ai pas gardé le moindre souvenir de l’année, comment pourrais-je me souvenir alors du jour ou de la saison ? C’est que ma mémoire a tout simplement effacé tout ce qui factice, superficiel. Elle n’a gardé en fait qu’une seule image, une seule séquence dont le poids n’a pas cessé de s’alourdir au fil des années. Cela fait quasiment cinquante ans depuis ce jour-là. Je me rappelle très bien. Notre maison est située à moins de 500 mètres d’une caserne militaire. Un «bordj» comme on disait à l’époque. Les rafles étaient quasiment quotidiennes. Mon père fut emmené après minuit alors que ma mère suppliait le soldat lui expliquant avec des gestuelles que son époux

était très malade, mon oncle maternel tabassé devant mes yeux n’étaient que des images, somme toute banales d’une enfance passée dans un village colonial où la ségrégation n’avait pas besoin d’être codifiée parce qu’elle était mentale et visuelle. Ce qui m’a marqué et qui sans doute me marquera pour l’éternité, c’est l’image de cet homme, devant le «Bordj», à qui on avait attaché les mains derrière le dos et qui avait un tuyau dans la bouche. Un tuyau relié à un fût de 200 litres plein d’une eau savonneuse. A chaque fois qu’il aspirait, son corps enflait et l’eau sortait de partout. Des oreilles et des yeux.

L’homme était resté debout durant plusieurs heures dans cette position inhumaine.
Je ne savais pas alors ce que le mot «torture» signifiait. Bien sûr, de notre maison, on pouvait entendre la voix des suppliciés du «Bordj». Derrière notre maison, un sentier carrossable menait jusqu’aux mines de sel, pas loin du hameau de Sabeur. A chaque passage, généralement après minuit, d’un GMC de l’armée coloniale, on savait que l’on allait jeter dans les fosses de sel, ceux, des prisonniers qui n’ont pas pu survivre aux tortures. J’ai assisté bien souvent à d’autres scènes de cette

guerre quotidienne, j’ai fui vers ma mère et j’ai pleuré, j’ai vu la haine dans le geste et les yeux du soldat français et des supplétifs algériens et sénégalais. Mais ce que j’ai vu ce jour là ne m’a pas vraiment choqué dans le sens où je n’ai ni fui, ni pleuré. Mes yeux se sont contentés de regarder la scène, presque froidement. Je ne me souviens pas avoir crié ou pleuré ou même parlé à d’autres de la scène. D’ailleurs ce n’est que quelques années plus tard que j’ai connu l’identité de cet homme décédé sous la torture sous les yeux de tout le village, debout. Il appartenait à la famille des Moussaoui et était un marchand ambulant. Je ne me suis pas demandé pourquoi les soldats français se sont comportés de cette manière avec un homme même si plus tard j’ai su que c’était un agent de liaison du «Front». Ce n’était pas une raison suffisante pour moi et c’est pourquoi j’ai continué à vivre avec cette image décisive d’un homme debout qui défiait ses bourreaux, les mains liées derrière le dos. Une sorte d’espérance subliminale parce qu’à chaque fois que je revivais la scène, mes yeux embuaient et je ressentais au fond de moi-même, une fierté monter jusqu’aux cimes. Oui, ce que mes yeux d’enfant ont vu ce jourlà, ce n’était rien d’autre que le prix payé par un homme pour que chaque enfant Algérien puisse vivre dans la dignité. C. J.

Mardi 5 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Nation
KHENCHELA GHLAMALLAH À JIJEL

9

Bientôt un nouveau barrage
L
e ministre des Ressources en eau tient encore une fois à rassurer les Algériennes et les Algériens sur la disponibilité de l’eau en Algérie et soutient en cette période des grandes chaleurs que notre pays est sécurisé en matière d’AEP grâce à une stratégie mûrement réfléchie. S’exprimant de Khenchela où il se trouvait dimanche dernier, pour constater de visu l’état des projets de son secteur, Abdelmalek Sellal réitère ce qu’il avait avancé jeudi dernier à l’Assemblée nationale et rappelle que d’ici 2016, l’Algérie sera dotée de 90 barrages parmi lesquels, 13 sont en cours de réalisation et devront être réceptionnés en 2014 et ils disposeront d'une capacité de dessalement de 56 millions m3 d'eau de mer. «Reste maintenant à savoir comment capitaliser cet acquis à travers une rationalisation appropriée de la gestion de l’eau et d’assurer une distribution adéquate à travers notamment l’élimination des fuites», estime-t-il, insistant au passage sur la nécessité d’introduire de nouvelles techniques pour maîtriser au mieux la situation. Avec 68 barrages en exploitation pour un taux de remplissage record de prés de 75 %, notre pays est désormais à l’abri d’un éventuel stress hydrique, du moins pour les deux années à venir. Concernant la wilaya de Khenchela qui dispose actuellement de deux barrages : Babar (30 millions m3), dont la situation semble s’améliorer au fil des temps et la dotation en eau potable dépasse désormais les besoins exprimés par les populations

Fetwa et citoyenneté
hommage à cet érudit, natif de la commune d’El Ancer (sud-est de Jijel), a encore rappelé le ministre des Affaires religieuses, exhortant les jeunes à s’inspirer du modèle exemplaire de ce personnage. Plusieurs conférences, communications et témoignages sur la vie et l’œuvre de Cheikh Hamani devaient être présentés lors de ce séminaire. Auparavant, le ministre des Affaires religieuses avait présidé une cérémonie de remise de titres d’attribution à treize jeunes promoteurs bénéficiaires du fonds de la Zakat pour la création de micro-entreprises activant dans divers créneaux (informatique, pêche, menuiserie, pâtisserie, entretien et réparation d’appareillage électroménagers). Pour l’année 2011, l’opération a permis la collecte de 23 millions de dinars, selon les responsables locaux des Affaires religieuses. Peu après son arrivée, la délégation ministérielle a inauguré le nouveau siège de la direction de wilaya des Affaires religieuses et des Wakfs, situé au quartier El Akabi, et le Centre culturel islamique, au centre-ville, à proximité du chantier de ce qui devait être la grande mosquée El Ansar. Cet établissement qui dispose de salle de conférences, de hall d’expositions et d’autres ateliers a notamment pour vocation de contribuer à sauvegarder et enrichir le patrimoine culturel islamique, a-ton indiqué. En marge de cette visite, M. Glamallah a animé un point de presse au cours duquel, il a particulièrement rappelé que les mosquées ont retrouvé leur vocation et place dans la société, à l’abri de toute manipulation politique ou partisane susceptible de les dévier de leur mission principale, d’éducation et de formation du citoyen. S’agissant du projet, en état de gel de la grande mosquée "El Ansar", dans le centre de Jijel, il a indiqué que son ministère "attend des propositions concrètes" de la population. Le ministre a achevé sa visite en donnant le coup d’envoi à El Milia de "l’école coranique d’été" où il est question de dispenser des cours et des séances de récitation du saint Coran. Cette école coranique compte 32 élèves en régime d’internat et 160 autres en externat.

locales (30.000 m3/j) et après la décision prise avant-hier par le ministre des ressources en eau d’augmenter l’offre en la matière d’un volume supplémentaire de 20.000 m3/j, portant du coup la dotation à 40.000 m3/j. «Il s’agit d’une partie des eaux du barrage de Koudiet Lemdouar de Batna qui seront transférées vers Khenchela», souligne Abdelmalek Sellal qui a mis à profit cette sortie dans l’antique Mascula pour lancer dans la commune de Yabous les travaux de réalisation d’un nouveau barrage d’une capacité de 5,7 millions de m3 et dont deux tiers de ses eaux seront destinés à l’irrigation agricole. Sa réception est prévue en décembre 2012. Par ailleurs, on compte trois autres projets de de barrages inscrits dans cette wilaya et qui sont actuellement au stade des études techniques. Cependant, le réseau de distribution est appelé à connaitre un grand lifting et sera à

l’instar de ceux de toutes les villes algériennes réhabilité et rénové pour pouvoir supporter la grande pression. A ce propos, l’avis d’appel d’offres pour l’étude est sur le point d’être lancé et en attendant, l’Algérienne des eaux (ADE) a mis en place un dispositif devant permettre l’amélioration de la distribution de l’eau à Khenchela. Réparation des fuites, limitation des coupures électriques en coordination avec Sonelgaz ou encore gestion commerciale efficace via un travail de proximité en direction des usagers sont autant de mesures prises par les pouvoirs publics pour pouvoir rationaliser la consommation de l’eau potable même si le ministre a insisté sur le règlement des litiges et autres conflits sociaux qui secouent l’ADE afin, argue-t-il, d’encourager et de motiver les employés à se surpasser. SAM

L

GHOUL À CHLEF

Accélérer la réalisation des projets
Le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul a souligné dimanche dernier à Chlef, la nécessité d'accélérer la cadence de la réalisation des projets durant les trois mois d'été notamment les projets d'aménagement et des infrastructures en cours de réalisation. Il faut saisir les trois mois d'été (juillet, août et septembre) pour accélérer la cadence de la réalisation des projets", a insisté le ministre dans une déclaration en marge de la visite de travail et d'inspection dans la wilaya de Chlef soulignant la nécessité d'accompagner l'ensemble des projets par la signalisation routière. M. Ghoul a, également annoncé un programme vital visant le désenclavement des villes et villages de la wilaya permettant ainsi à la population locale de rester dans leurs villes d'origine, de promouvoir l'agriculture et les activités locales et le lancement de travaux d'aménagement. Par ailleurs, le premier responsable du secteur a salué non seulement l'état d'avancement des travaux mais aussi les efforts consentis par les autorités locales sur le terrain rappelant qu'une grande partie des projets a été réalisée. M. Ghoul a inspecté quatre projets d'envergure dont la RN11 qui relie Tipasa à Chlef. Cet ouvrage a été touché par des travaux d'aménagement outre la réalisation de cinq ponts et deux trémies. Le ministre s'est, en outre rendu au petit port de Sidi Abderrahmane dont le taux d'avancement des travaux a atteint 99 %. Le même constat a été relevé au port d'El-Mersa. M. Ghoul a, dans ce cadre, mis en exergue l'importance de ces deux infrastructures pour le

tourisme et le développement local. Il a également inspecté le viaduc qui s'étend sur 5.3 km à l'est de Chlef reliant l'aéroport de Chlef à l'autoroute de Tenes et le viaduc de Boukadir qui constituera une rocade reliant la RN4 à l'autoroute EstOuest sur 8 km et la RN19 au pôle universitaire de Ouled Fares. Le ministre s'est rendu également au chantier de béton bitumineux de la rocade reliant le marché de gros à la RN19 et inspecté les travaux de maintenance de la RN11.

e ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, M. Bouabdellah Ghlamallah a ouvert hier, à Jijel les travaux d’un séminaire national consacré à la "Fetwa et la citoyenneté dans l’esprit de feu Cheikh Ahmed Hamani". Plusieurs hommes du culte, étudiants en sciences coraniques et imams de différentes wilayas, ont pris part à cette rencontre de deux jours destinée à mettre en valeur la personnalité du regretté Ahmed Hamani, originaire de la wilaya de Jijel et ancien président du Haut conseil islamique (HCI). Dans son intervention, le ministre a rappelé les qualités humaines et morales de cheikh Hamani, son parcours depuis son enfance jusqu’à sa disparition. M. Ghlamallah a mis en relief les valeurs, le sens et l’esprit patriotique qui animaient ce personnage emblématique du mouvement nationaliste algérien. Les multiples arrestations dont il a fait l’objet et son emprisonnement durant la période d’occupation n’ont, en aucun cas, diminué de la vitalité et de la détermination de la foi de ce personnage à l’égard de la libération du pays du joug colonial, a encore ajouté le ministre qui s’est également étalé sur l’action menée sur le terrain par cette personnalité à l’indépendance du pays. Le ministre a souligné que feu Cheikh Ahmed Hamani, qui a toujours insisté sur l’aspect nationaliste auprès de ses élèves pour mieux asseoir l’indépendance du pays, a contribué à la formation de plusieurs générations de gens du culte. La tenue de cette rencontre nationale qui coïncide avec la célébration du 49e anniversaire du recouvrement de la souveraineté nationale se veut aussi un vibrant

PUB
Mardi 5 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Nation
LE RECTEUR DE L’UNIVERSITÉ D’ALGER L’A ANNONCÉ HIER

11
RÉSEAU DE COMMUNICATION IMPLANTÉ À TRAVERS 169 PAYS

Les nouvelles facultés de médecine et de droit opérationnelles E dès la prochaine rentrée
L’Université d’Alger devrait recruter 150 à 200 enseignants universitaires pour la prochaine rentrée, a annoncé son recteur, Tahar Hadjar
lisations interviennent à point nommé pour résoudre une situation devenue inextricable, « étant donné que les structures existantes ne répondent pas à la demande accrue en matière de places pédagogiques ». Donnant de plus amples détails sur ces futures infrastructures de taille, M. Tahar Hadjar expliquera que celles-ci, qui sont situées respectivement à Saïd Hamdine et Ben Aknoun, peuvent contenir jusqu’à 10.000 places pédagogiques chacune. Et au vu de leur grande capacité d’accueil, il est prévu que ces facultés ne connaissent pas des salles bondées d’étudiants. « Cha-que groupe de travaux pratiques ou dirigés, sera composé de 20 étudiants au maximum » affirmera-t-il. Il faut dire que tous les moyens matériels et financiers ont été mis pour réaliser dans les meilleures conditions ces structures, puisqu’une enveloppe estimée à 200 milliards de centimes leur a été débloquée. Il convient de préciser que rien que pour la faculté de droit, on nous annonce qu’elle sera dotée de vingt-deux amphithéâtres, alors que l’actuelle n’en compte que deux, de 56 salles de classe et de plusieurs blocs administratifs. Sur un autre volet, le recteur de l’Université d’Alger a souligné que « pour la nouvelle rentrée universitaire, bon nombre d’étudiants pourront poursuivre leurs études au Canada.» Cette initiative entre dans le cadre de plusieurs conventions signées entre l’Université d’Alger et celle du Canada. A l’occasion, M. Tahar Hadjar a annoncé que 150 à 200 enseignants universitaires seront recrutés pour la prochaine rentrée universitaire. L’orateur a indiqué qu’en dépit des mouvements de grève des étudiants, les enseignants de l’Uni-versité d’Alger ont pu terminer à temps leurs programmes.» Evo-quant le mouvement de grève des étudiants, M. Tahar Hadjar a déclaré que « ces protestations étaient une occasion pour eux de revoir le système universitaire algérien et de combler les brèches.» Le recteur annoncera, enfin, que pas moins de 150 mémoires de magistères et trente doctorats ont été programmés pour cette année universitaire, qui devraient être présentés et soutenus au cours des prochains mois. Wassila Benhamed

Memac Ogilvy fête ses 4 ans de présence en Algérie

L

es deux nouvelles facultés de médecine et de droit, relevant de l’Université d’Alger, devraient ouvrir leurs portes d’ici la rentrée universitaire 2011/2012. C’est ce qu’a annoncé hier le recteur de l’Université d’Alger, M. Tahar Hadjar, lors d’une cérémonie de remise de diplômes aux étudiants majors de promotion. M. Hadjar, qui s’exprimait dans l’amphithéâtre Amara-Rachid de la fac centrale, n’a pas manqué de mettre en exergue les efforts déployés par l’Etat en faveur de la prise en charge du cursus des étudiants, notamment la réalisation de nouvelles infrastructures, modernes et répondant aux standards internationaux. Dans ce contexte, le recteur a indiqué que les deux nouvelles réaes

n quatre années de présence sur le marché national, Memac Ogilvy Algérie, filiale du groupe international de communication Ogilvy qui compte à son actif 450 agences dans 169 pays s’affirme comme l’un des principaux acteurs de la communication en Algérie. Avec une gamme d’offres et de services très élargie, relations publiques, planning stratégique, action et digital, le groupe a connu sur le marché national, annoncent ses responsables, une année chargée de succès et d’actions marketing innovantes et porteuses de développement. L’année écoulée a été aussi marquée par le recrutement de nouveaux collaborateurs qui ont rejoint Memac Ogilvy Algérie, créée en Juin 2007. L'agence est forte aujourd’hui d’une équipe 100 % algérienne composée d’une vingtaine de cadres de haut niveau. Côté clientèle, la filiale algérienne du groupe international gère une quinzaine de marques nationales et internationales et met en place de véritables campagnes médiatiques dont la dernière «Yago de Soummam» qui a créé l’événement sur la Toile. Partenaire del’Entreprise Métro d’Alger, elle a également contribué à l’intégration de marques internationales au sein du marché algérien via ce partenaire. A l’international, Ogilvy est pour la deuxième année consécutive, sacré 2e meilleur réseau de communication de l’année en remportant 61 Lions au «Cannes Lions International Festival of Creativity» : 12 Gold, 17 Silver et 32 Bronze. Pour la première fois de son histoire, un Lion d’or est remporté par un pays du Maghreb, la Tunisie, dans la catégorie Media – campagnes d’intérêt public —avec la campagne 16 Juin 2014, une initiative citoyenne post-révolution tunisienne qui réunit une dizaine de marques leaders tunisiennes dans une action citoyenne. Hamida B.

Gestion des ressources humaines

HalKorb RH introduit le système expert d’évaluation

4 OLYMPIADES NATIONALES DES MÉTIERS

L

Les lauréats récompensés
Ces Olympiades ont vu la participation de près de 800 jeunes stagiaires, évalués par un jury composé de 200 professionnels représentant 48 spécialités.
spécialités sont très diverses et vont de la conception des sites web à l’électronique industrielle, en passant par la pâtisserie, la couture... Les jeunes lauréats, ne dépassant pas la vingtaine pour la plupart, ont été récompensés par la remise d’attestations d’honneur, de cadeaux et de médailles. Ces distinctions ont été remises aux quatre premiers lauréats de chaque spécialité. Intervenant à l’ouverture de la cérémonie, le ministre de l’Ensei-gnement professionnel s’est félicité de l’organisation de cette manifestation, tout en rappelant que l’objectif principal de ces olympiades, institué et officialisé par le gouvernement, est de permettre la rencontre des jeunes venus des différentes wilayas, afin de pouvoir comparer leurs compétences professionnelles. Le ministre a, en outre, annoncé que les organisateurs des olympiades ont reçu dix offres d’emplois, proposées par des chefs d’entreprise pour les majors de promo. Après avoir félicité les participants à ces compétitions, le ministre a donné rendez-vous en juin 2012, date de la prochaine édition. Il est à rappeler que ces olympiades ont vu la participation de près de 800 jeunes stagiaires du secteur de l’information, et celui de l’enseignement professionnel. Ils ont été évalués par quelque 200 professionnels, membres du jury représentant les différents secteurs économiques. Venus nombreux de plusieurs wilayas, les stagiaires ont concouru dans 48 métiers, notamment l’électrotechnique, la maçonnerie, la pâtisserie, la peinture-vitrerie, la couture et autres spécialités. Outre la cérémonie de remise des prix, celle de la clôture a eu lieu, hier soir, au Théâtre de verdure de Sidi Fredj, en l’honneur des participants à ces olympiades. Salima Ettouahria

U

ne cérémonie de remise de prix aux lauréats des 4es Olympiades nationales des métiers qui ont débuté jeudi dernier, a été organisée, hier, au Palais des expositions (SAFEX). La cérémonie s’est déroulée en présence du ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, M. El -Hadi Khaldi, et de nombreux hauts cadres du secteur. 88 lauréats représentant 22 métiers ont ainsi été gratifiés par le ministre et les représentants de son département. Pour cette année, les

e cabinet algérien de recrutement et de conseil en ressources humaines, HalKorb RH, vient de signer un contrat d’exclusivité avec Profilscan, concepteur d’outils d’évaluation de la personnalité, de recrutement, de management et de cohésion d’équipes qui lui permet de se doter d’un outil technologique le rapprochant encore davantage des entreprises et candidats à l’emploi. Aux termes de ce contrat, Profilscan met à la disposition du cabinet algérien de recrutement un système expert d’évaluation issu des dernières connaissances dans la science du comportement et des neurosciences. Des cadres algériens ont été également certifiés pour l’utilisation de cet outil qui permet, de manière simple et rapide, l’évaluation et l’optimisation des compétences managériales individuelles et collectives, par l’évaluation de la personnalité des individus et des groupes ainsi que la mesure de l’efficacité des équipes. De par son initia-

tive, HalKorb annonce avoir introduit sur le marché algérien de l’emploi, les plus récentes pratiques en matière de gestion des ressources humaines en offrant les mêmes prestations existantes dans les pays développés et émergents. Il s’agit, explique-t-on, de prendre en charge efficacement les besoins spécifiques des entreprises et des candidats pour les satisfaire en un temps record en procédant à des présélections par pertinence réduisant considérablement le risque de se tromper de candidat, un risque qui coûte cher à l’entreprise et nourrit de faux espoirs chez ces derniers. Spécialisé dans le placement des cadres, moyens et supérieurs, HalKorb, qui est également le premier cabinet de recrutement agréé par l’Etat, consacre avec ce nouvel outil d’évaluation acquis «une plus grande objectivité dans les prises de décisions liées au recrutement et au développement de carrières». H. B.

PUB
Mardi 5 Juillet 2011

16

Société
UNION DES FRANCO-ALGÉRIENS DE LORRAINE UFAL

EL MOUDJAHID

Redonner espoir à ceux qui perdent la vision tardivement
● Un centre de réadaptation fonctionnelle des non-voyants verra bientôt le jour à El Achour ● Les instructeurs algériens seront formés par des experts et professionnels français

P

artenaire du ministère de la Solidarité depuis 2009, l’Union des franco-algérien de Lorraine, l’UFAL, une association à caractère non lucratif qui s’est imposée, grâce à son sérieux, dans le tissu associatif français, ambitionne de réaliser ici en Algérie des projets de grande importance basés sur le transfert des nouvelles technologies et adressés à la population handicapée en général et de la déficience visuelle en particulier. C’est le 29 juillet 2009, au lendemain de la première université d’été, organisée par le ministère de la Solidarité et de la Communauté nationale à l’étranger, qu’une convention a été signée entre le département géré à l’époque par M. Djamel Ould Abbas et le président de l’UFAL, M. Abdouche. Les objectifs cardinaux de cet accord tiennent en trois points ô combien primordiaux pour la population non voyante. Il s’agit de l’édification du premier centre de réadaptation fonctionnelle pour personnes atteintes de cécité totale, une structure qu verra le jour sur les terres de l’Ecole des aveugles d’El Achour, de la formation d’instructeurs algériens en locomotion par des professionnels français, et enfin

l’organisation d’un premier Salon de l’autonomie et des aides techniques à Alger. C’est lors du forum international sur l’autonomie et l’accessibilité des personnes handicapées, tenue le mois dernier à Alger, qu’il a été confirmé non seulement le besoin récurrent exprimé par les personnes handicapées pour une éventuelle réadaptation mais aussi la concrétisation et la réelle mise sur chantier des projets retenus dans la cadre de la convention signée entre les deux parties. Au cours de ce forum, le ministre de la Solidarité, M. Saïd Barkat a exprimé sa grande satisfaction quant à la disponibilité et la détermination des responsables de l’association à venir efficacement en aide à la population handicapée algérienne, le président de l’association UFAL, M Abdouche a estimé, pour sa part, qu’ il était temps pour l’Algérie de se tourner résolument vers les méthodes contemporaines des prises en charges globales des personnes aux besoins spécifiques. «Lorsque le premier centre de réadaptation fonctionnelle pour déficients visuels sera une réalité concrète et lorsque le personnel spécialisé sera davantage formé, il ne fera aucun doute que la dépendance de ces citoyens vulnérables, reculera au point de générer de futurs contribuables qui tourneront le dos pour la plupart d’entre eux, aux affres de l’assistanat» dira avec conviction M. Abdouche qui est lui-même un non-voyant. En effet, qu’ils deviennent totalement ou partiellement aveugles, ces citoyens, psychologiquement vulnérables sont rapidement confrontés aux difficultés

liées a la perte de leur autonomie ainsi que des repères à tous les niveaux. La survenue d’un handicap visuel est susceptible de freiner brusquement, un parcours scolaire, un cursus universitaire, une carrière professionnelle, parfois elle induit même la remise en question du statut de mère ou de père au sein d’une famille. Dans bien des cas, les femmes en sont doublement victimes. Une réadaptation fonctionnelle à la vie quotidienne reste la solution salvatrice à même d’amenuiser les conséquences d’une perte totale ou partielle de la vision donc de l’autonomie. Le centre de réadaptation fonctionnelle d’El Achour verra le jour , selon le président de l’UFAL, dans quelques mois. L’assiette foncière a été dégagée au niveau de l’Ecole des aveugles d’El Achour, le bureau d’études a été désigné et le financement libéré. Ainsi donc, la réadaptation fonctionnelle, telle que présentée par l’association UFAL, est une démarche globale qui permet a une personne atteinte de cécité ou de malvoyance de «conscientiser» la nature de sa déficience et ses conséquences, de faire le point sur ses capacités et de retrouver un maximum d’autonomie en mettant en œuvre les moyens nécessaires. Pour ce faire, elle va à la fois développer et utiliser toutes les perceptions sensorielles, y compris visuelles si elles demeurent, mais aussi apprendre des techniques spécifiques de compensation.Toutes les activités de la journée peuvent être abordées en réadaptation, faire les repas, utiliser le téléphone, reconnaître sa monnaie, faire ses courses…

des activités qui peuvent l’aider à rebondir, à acquérir ou à reprendre confiance en soi et a retrouver ses repères. La réadaptation fonctionnelle inclue également, la locomotion et les déplacements dont l’apprentissage s’appuie sur le développement sensoriel, le sens de l’orientation la concentration et la déduction logique. L’apprentissage des techniques de cannes est également essentiel, il permet la détection des obstacles et ainsi assure la sécurité des déplacements. Dans la convention signée avec le ministère de la Solidarité, l’Union des franco-algériens de Lorraine s’engage à assurer la formation d’instructeurs algériens en matière de réadaptation et de locomotion des nonvoyants par des experts et des professionnel français elle s’engage par ailleurs, à initier des projets de transfert de technologie dans le cadre de la prise en charge des personnes handicapées. Ce partenariat permet par ailleurs, l’installation d’un pôle à Alger, sur les aides technique à l’accessibilité de la population handicapée. Il est également question de créer une structure qui assurera la disponibilité du matériel spécialisé pour tout type d’handicapés et de les offrir à titre de prêt pour les institutions et les particuliers qui en expriment le besoin. Une convention qualifiée de «propice» par les deux partenaires et qui de l’avis du ministre de la Solidarité, pourrait redonner espoir aux 200.000 déficients visuels qui existent sur le territoire national. Farida Larbi

Enquête nationale sur les handicapés

DEPUIS LE 1ER JUIN

I

nitialement prévu pour l’année 2008, le lancement de l’enquête nationale sur les personnes handicapées en Algérie n’a toujours pas eu lieu. Imposée par un constat assez curieux où il était fait état de l’existence de plus de 600.000 personnes handicapées et dont l’infirmité n’a pas été déterminée, ce travail d’investigation devait définir les statistiques exactes relatives à la population handicapée en Algérie, les personnes prises en charge dans des

centres spécialisés, celles qui ne bénéficient d’aucun encadrement spécifique, le nombre d’handicapés qui suivent une scolarité normale et enfin le type d’handicap qui existe chez nous. Les chiffres actuellement en vigueur ne reflètent nullement la réalité du terrain. Ce travail n’a toutefois pas été accompli et les raisons invoquées par les responsables du ministère de la Solidarité sont dues à l’instabilité de l’administration centrale et le changement fréquent des direc-

teurs chargés des personnes handicapées. Il faut savoir en effet, que depuis plus d’une année la direction générale de la catégorie des handicapés au niveau du ministère est sans responsable, la structure se retrouve donc sans directeur. Est-il question de relancer cette enquête ? Verra t-on un jour de véritables statistiques qui déterminent avec exactitude la réalité de la population handicapée en Algérie ? F. L.

21 morts sur les plages

P

lus d’un mois après l’ouverture de la saison estivale, les services de la Protection civile comptent déjà 21 noyades mortelles dont 13 observées dans les plages surveillées et 8 dans les plages interdites à la baignade, apprend-on par le biais de la cellule de communication de la direction générale de la Protection civile. Le bilan de la PC fait état depuis le 1er juin dernier de 12.766 interventions liées au dispositif de la surveillance des plages et des baignades effectuées à travers les wilayas côtières. Ce qui a permis d’éviter à 7 540 personnes d’une noyade certaine alors que 4 574 estivants ont reçu des soins sur place par les agents de la Protection civile. Quant à l’affluence enregistrée dans les plages, celle-ci est estimée à plus de 15,3 millions estivants parmi lesquels, 5 personnes ont été blessées par des engins nautiques à Mostaganem et Alger. Sur un autre registre, les statistiques de la Protection civile indiquent 47 victimes décédées dans les réserves d'eaux dont 19 dans les mares, 8 dans les barrages et 7 dans les oueds. SAM

PUB
Mardi 5 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Culture
de la ville, un deuxième sultan, Abou Inane Fares, vainqueur du premier, lui fit ériger, en 1353, sur son mausolée l'une des plus ravissantes mosquées de la ville, encore visible à ce jour. Ainsi, Sidi El Haloui, Abou Abdallah Echoudsy, aura inspiré bon nombre de compositeurs de la chanson andalouse à Tlemcen, dont celle écrite par cheikh Ibn M'saib (ghitou el malhouf, secourez l'affamé). D’après le réalisateur, la pièce a été montée par un groupe d’amateurs issus des ateliers de formation d’acteurs. «Ce projet entre dans le cadre de la formation pédagogique de la production théâtrale. La plupart des acteurs dans cette pièce sont des amateurs venus de Tlemcen, Maghnia, Nedroma, Aïn-Témouchent, Oran et Sidi BelAbbès, ayant appris l’art de l’expression corporelle, l’improvisation et le dumping à travers divers ateliers de formation d’acteurs. Cette expérience fort enrichissante vaut la peine d’être répétée, avec d’autres réalisateurs et en d’autres lieux, au profit des amateurs de théâtre dans le pays.» Kafia A.

17
Tlemcen, capitale de la culture islamique

Générale de la pièce Sidi El Haloui, du Théâtre régional de Mascara

Destin tragique d’un saint de Tlemcen

C’

est devant une salle pleine que la troupe du Théâtre régional de Mascara a présenté dimanche au Théâtre national d’Alger (TNA) la générale de la pièce intitulée Sidi El Haloui écrite par Ahmed Hammoumi et mise en scène par Ahmed Benaïssa. La pièce en question relate l’histoire de la vie d’un saint homme Abou Abdullah Ah Choudhi. Plus connu sous le nom de Sid El Haloui. La mémoire populaire l’a sanctifié. C’était un homme bon et actif, avec une âme élevée, sa science se déversait sur son entourage telle la chute «d’El Ourit», comme le déclamera le narrateur de la pièce. De son vrai nom Abou Abdallah Echoudsy, cet ancien «cadi», magistrat de Séville, arrivé à Tlemcen en 1266 (vers la fin du XIIIè siècle) suite à l'Inquisition, décida de distribuer ses biens aux pauvres et d'abandonner subitement ses fonctions pour devenir marchand de friandises. Tout simplement, il avait pris l'habitude d'offrir des bonbons aux enfants impécunieux ainsi qu'aux voyageurs de passage. De toutes parts,

La céramique, miroir des us et coutumes d'une société

L

on accourait pour le voir, l'écouter et toucher son burnous. Il prononçait des phrases sacramentielles : «Allah yâtik echchifaa (Que Dieu te guérisse !).» Repéré par le prince Abou Ziane Mohammed, il fut promu au rang de précepteur de ses enfants, avant d'être, malheureusement, accusé de sorcellerie et d'avoir conspiré contre le monarque. Il fut décapité et sa tête jetée en pâture aux chiens, en bas des remparts de la ville en l'an 1337. Une nuit, le gardien d'une des portes de Tlemcen (Bab Zir) entendit la voix de Sidi El Haloui gémir : «Ferme la porte, ô gardien, il n'y a plus que moi dehors !» Après sa mort, le sultan le réhabilita et pendant l'occupation mérinide

Festival de la musique hawzi Le public sous le charme de l’orchestre régional tlemcénien

L’

orchestre régional de la musique andalouse de Tlemcen et le chanteur tunisien Zied Gharsa ont enchanté le public tlemcénien lors de la première journée de la 5e édition du Festival national de la musique hawzi qui se déroule dans la capitale des Zianides. La cérémonie d’ouverture de ce festival inscrit au programme de la manifestation "Tlemcen, capitale de la culture islamique" a enregistré, dans la soirée de dimanche, la présence d'un nombreux public féru de ce genre musical. Cette nouvelle édition a la particularité d’accueillir des associations étrangères, comme celle des "Airs andalous" de Paris, et des artistes du Maroc et de la Tunisie connus dans ce genre musical, à l’instar d’Ahmed Piro, Mohamed Bejeddoub et Zied Gharsa. Ce dernier a animé la première soirée en compagnie de l’orchestre régional de Tlemcen qui a subjugué le public présent. Cette édition, qui se poursuit jusqu'au 10 juillet, verra également la participation des troupes lauréates des quatre précédentes édi-

tions, a indiqué son commissaire M. Hakim Miloud. Dix grandes associations musicales parmi les plus connues à l’échelle nationale participeront à cette nouvelle édition, à savoir "El fen al acyl" de Koléa, "Ahbab cheikh Larbi Bensari" de Tlemcen , "El inchirah" de Constantine, "Errachidia" de Mascara, "Gharnata" de Tlemcen, "Balabil El Andalous" de Constantine, "Awtar Tilimsen", "El djennadfia" de Boufarik et "El Mouahidia" de Nedroma en plus de trois artistes nationaux à la renommée consacrée, comme

Behidja Rahal, Nasreddine Chaouli et C h a f i k Hadjjadj. Deux à trois associations sont programmées par soirée en plus de quelques conférences qui seront animées par d’éminents spécialistes en la matière comme le professeur Nadir Marouf qui présentera une conférence intitulée "Hawzi et Aroubi et statuts sociaux", "Settouti Ahmed, poète moderne du hawzi" qui sera animée par l’universitaire Kahouadji Dib Faiza. Le professeur et historien Abdelhamid Hadjiat de l’université de Tlemcen présentera une conférence sur "La naissance à Tlemcen de l’art musical d’origine andalouse". Un hommage sera rendu, à cette occasion, à certaines grandes figures de la musique hawzi.

a céramique, un matériau permettant aux artisans et artistes de mettre en valeur par des procédés expressifs la vie sociale, intellectuelle, cultuelle et culturelle d'une région, a été, dimanche, au centre de la seconde journée du Colloque international sur "Les savoir-faire ancestraux de Tlemcen et de sa région". "La céramique a toujours accompagné l’homme dans sa vie quotidienne, puisque c’est sur celleci qu’il a inscrit, à travers les techniques et les décors, ses préoccupations sociales, mentales, intellectuelles et artistiques, en mettant en valeur sa culture matérielle", a indiqué le professeur Djellid Akila d’Alger. Dans sa conférence intitulée "La céramique islamique à lustre métallique", la conférencière a expliqué que ce matériau est "original dans sa conception entre objet utilitaire et objet d’art". La céramique a contribué en grande partie au "développement de l’art islamique grâce aux innovations de potiers musulmans, allant jusqu’à inventer la céramique à décor lustré", a-t-elle dit. Cette technique complexe, a-t-elle indiqué, apparaît "dès le IXe siècle en Irak pour satisfaire notamment les besoins de la cour princière et une riche clientèle, se substituant ainsi à la vaisselle en or et en argent". Les représentants de l’association "Savoir et patrimoine" de Béjaïa, en l’occurrence Mme Chelbi Zahia et M. Tari El Bahi, ont axé leurs interventions sur l’art de la construction ancienne en Kabylie, en présentant les différences de style et les matériaux utilisés selon les spécificités géographiques, climatiques et historiques de chaque région de Kabylie. De son côté, l’enseignant-architecte de l’université de Batna, M. Tahar Saïdi, a indiqué, dans sa conférence sur "La construction en pierres dans les Aurès : un style en déclin", que "construire en pierres s’inscrit complètement dans la démarche de développement durable puisque la pierre est par nature écologique". La pierre est donc, a-t-il précisé, "un matériau moderne qui sait répondre aux enjeux contemporains de la construction, et la longévité de l’habitat dans les villages des Aurès est redevable aux techniques et matériaux utilisés, essentiellement la pierre". Les travaux de ce Colloque international se poursuivront lundi par la présentation d’une série de communications, dont notamment "La confection et la conservation des manuscrits", "Le mariage tlemcénien", "Les rituels festifs et savoir-faire", outre une conférence qui sera consacrée à "quelques notes sur les jeux et sports traditionnels".

Il est édité par le ministère de la Culture

"Istikhbar", un nouveau guide culturel mensuel
stikhbar est le titre du nouvel agenda mensuel édité par le ministère de la Culture consacré aux programmes culturels, qu'il organise à travers l'ensemble du territoire national. Le premier numéro de l'agenda concerne les activités culturelles prévues durant le mois de juillet. Il se veut être, selon l'argumentaire, "le périodique d'information mensuel des programmes culturels menés ou soutenus par le ministère de la Culture et les opérateurs qui lui sont rattachés". Les dates des journées culturelles étrangères, des échanges culturels interrégions, des festivals culturels nationaux, locaux et internationaux et des tournées musicales ainsi que celles des différentes activités des théâtres régionaux, de la Cinémathèque algérienne, de l'Office national de la culture et de l'information (Onci) et de l'Office Riadh El Feth, figurent en langues arabe et française dans ce nouvel agenda.

I

PUB
Mardi 5 Juillet 2011

24

Sélé ct
19h 50

Télévision ction

EL MOUDJAHID

Le programme d’aujourd’hui
CANAL ALGERIE
09h30 : iguerbouchene (08) rediff 10h10 : qessas el bihar (04) 10h30 : flipper I (04) 11h00 : frères d'armes ''rediff'' 12h00 : journal en français +météo 12h20 : doumou'e el wrade (31) 13h30 : el soundouq el e'soued (15) 14h20 : asrar fi el mouhit (06) 15h10 : zone interdite 16h40 : sabeq oua laheq II (50) 17h10 : tabakh e'saghir (08) 17h25 : moutaât el maida (22) 17h45 : tadj el qor'ane 18h00 : journal en amazigh 18h20 : iguerbouchene (09) 19h00 : journal en français +météo 19h30 : la bataille de souk ahras 20h00 : journal en arabe 20h40 : la bataille d'alger 23h00 : expression livre 00h00 : journal en arabe

ARTE
18:00 Arte Journal 18:30 Un billet de train pour : Cuba 18:55 Voyage sur les canaux du monde : Le canal Rideau au Canada 19:39 Summer of girls : Girls' band 19:40 8 femmes 21:30 Cheerleaders, un mythe américain 21:25 Girls, Girls, Girls : Les groupes de filles : histoire d'une conquête musicale

L’imaginarium du docteur Parnassus
Réalisateur: David Cronenberg. Avec:Viggo Mortensen (Nikolai Luzhin), Naomi Watts (Anna Khitrova), Vincent Cassel (Kirill), Armin Mueller-Stahl (Semyon), Sinead Cusack (Helen). Bouleversée par la mort d'une jeune fille qu'elle aidait à accoucher, Anna tente de retrouver la famille du nouveau-né en s'aidant du journal intime de la disparue, écrit en russe. En remontant la piste de l'ouvrage qu'elle tente de faire décrypter, la sage-femme rencontre Semyon. Elle ignore que ce paisible propriétaire du luxueux restaurant Trans-Siberian est en fait un redoutable chef de gang et que le document qu'elle possède va lui attirer de sérieux problèmes... Pour Nikolai, chauffeur et homme de main de la toutepuissante famille criminelle de l'Est, c'est le début d'une remise en cause.

M6
12:45 La loi d'une mère 14:25 C'est ma vie : Soeurs fusionnelles : jamais sans ma soeur 15:05 C'est ma vie : À l'école de l'excellence 16:35 Un dîner presque parfait 17:45 L'été de 100 % mag 18:45 Le 19 45 19:05 Soda 19:45 D&Co, une semaine pour tout changer : Une trop vieille longère... pour une grande famille 21:50 D&Co, une semaine pour tout changer 23:55 Burn Notice : Enchères à l'irlandaise

TF1

19h 35

Les Kennedy
Réalisateur: Jon Cassar. Avec:Greg Kinnear (John F. Kennedy), Katie Holmes (Jackie Kennedy), Barry Pepper (Bobby Kennedy), Tom Wilkinson (Joseph Kennedy Sr.), Ava Preston (Caroline Kennedy, jeune). A la veille des élections présidentielles de 1960, John F. Kennedy est en passe de devenir le plus jeune président des Etats-Unis jamais élu. En coulisses, le patriarche de la famille, Joseph P. Kennedy Senior, qui a injecté 10 millions de dollars dans la campagne, travaille à assurer la victoire de son fils contre Nixon. Joe Senior aspire au pouvoir depuis longtemps. En 1937, il est ambassadeur en Angleterre, la première marche, pense-t-il, pour accéder à la Maison Blanche. Mais à la veille de la seconde guerre mondiale, ses aspirations présidentielles sont détruites quand le président Roosevelt le force à démissionner de son poste

12:00 Journal 12:55 Les feux de l'amour 13:50 Le jardin des merveilles 15:35 Parenthood : A chacun son tyle 16:20 Ghost Whisperer : La dernière illusion 17:20 Une famille en or 18:00 Le juste prix 19:00 Journal 19:45 Dr House : Ça va bien et vous ? 20:30 Dr House : L'hypocrite heureux 21:20 Dr House : Un chat est un chat 22:10 Grey's Anatomy : L'un part 23:00 Grey's Anatomy : ... Les autres restent 23:45 Grey's Anatomy : Tous paranos 00:35 Opération Tambacounda : Destination Sri Lanka

CANAL +
12:15 Ne dites pas à ma mère que je suis reparti : Beyrouth - Le Caire 13:10 Detroit 1-8-7 : Double de la pharmacie/Train de la mort 13:50 Detroit 1-8-7 : Héros local/Pardessus bord 14:30 Weeds : Vous avez dit malsain ? 14:55 Le grand mag 15:50 La tête en friche 17:10 L'album de la semaine 17:15 La vie secrète des jeunes 17:25 Groland.con 17:45 Infos soir 18:10 Le News Show 19:15 Le petit journal de la semaine 19:50 L'imaginarium du docteur Parnassus 21:45 Dans ses yeux 23:50 Plein sud

FRANCE 2
12:00 Journal 12:55 Toute une histoire 13:30 Tour de France 16:20 L'après Tour 17:55 Mot de passe 19:00 Journal 19:35 Le Front populaire : à nous la vie 21:10 Joyeuses funérailles 22:40 Dans quelle éta-gère 22:42 Journal de la nuit 22:55 Par suite d'un arrêt de travail 00:20 Toute une histoire 00:50 Voyage au bout du monde 01:40 Belles années : Sang romagnol

19h 40

8

femmes

FRANCE 5
11:00 Zouzous 12:35 Le magazine de la santé 13:35 Camping au pays des sirènes 14:40 Lamalera, l'ultime combat 15:40 La route des épices : Safran et vanille 16:35 C l'info 16:45 C dans l'air

Réalisateur: François Ozon. Avec:Catherine Deneuve (Gaby, la mère), Fanny Ardant (Pierrette, soeur de la victime), Isabelle Huppert (Augustine, la soeur de Gaby), Emmanuelle Béart (Louise, la nouvelle femme de chambre), Danielle Darrieux (Mamy, la grand-mère). Dans les années cinquante, une grande demeure bourgeoise en pleine campagne : on s'apprête à fêter Noël. Mais un drame se produit : le maître de maison est assassiné. Huit femmes proches de la victime, épouse, filles, soeur, bellemère, belle-soeur, maîtresse et nounou, sont présentes et l'une d'elles est forcément la coupable. Commence alors une longue journée d'enquête, faite de disputes, de trahisons et de révélations, où l'on apprend rapidement que chacune a ses raisons et cache des secrets insoupçonnés. La vérité finira par éclater, cruelle et tragique, faisant tomber les masques et les faux-semblants

FRANCE 3
10:44 Le 12/13 11:00 Journal régional 11:25 Journal national 12:00 Village départ 12:50 Tour de France 13:40 En course sur France 3 13:55 Questions au gouvernement 15:15 Nous nous sommes tant aimés : Denise Grey 15:50 Slam . 16:30 Des chiffres et des lettres 17:05 Questions pour un champion 18:00 Journal régional 18:28 Journal national 19:10 Plus belle la vie 19:35 Les Kennedy 20:20 Les Kennedy 21:00 Il n'y a pas de Kennedy heureux 22:45 Soir 3 23:15 50e Mondial la Marseillaise à pétanque 00:35 Soir 3 01:00 Plus belle la vie 01:30 Sur un fil

TV5
09:05 La fabuleuse histoire de : La 2 CV l'amour toujours 10:00 TV5 monde, le journal 10:15 Tout le monde veut prendre sa place 11:05 En pays de : Le Moulin des Sources - Lubéron, Gordes 11:30 Les Boys : Marcel, la carte de mode 12:00 Les coureurs des bois : La trompette de la mort 12:30 Le journal de la RTBF 13:00 Mélo 15:00 TV5 monde, le journal 15:30 Questions pour un champion 16:05 Claude Bolling «le swing» 17:00 TV5 monde, le journal 17:40 Les Boys : Les retrouvailles 18:05 A table ! 18:30 Tout le monde veut prendre sa place 19:30 Le journal de France 2 20:00 Le nègre de Molière 21:30 TV5 monde, le journal 21:40 Le journal de la TSR 22:15 Une heure sur terre : Spéciale Vietnam 23:05 TV5 monde, le journal - Afrique 23:20 Envoyé spécial, la suite 00:15 Ports d'attache : Helsinki

21h 10

Joyeuses funérailles

Réalisateur: Frank Oz. Avec:Matthew MacFadyen (Daniel), Rupert Graves (Robert), Alan Tudyk (Simon), Daisy Donovan (Martha), Kris Marshall (Troy). Le jour des funérailles du patriarche, famille et amis arrivent chacun avec leur dose de problèmes. Daniel, le fils, va revoir son frère rival Robert, célèbre romancier parti vivre aux États-Unis. Martha, la cousine, veut à tout prix faire accepter à son père vieux-jeu son nouveau fiancé qui a accidentellement avalé une pilule hallucinogène... Mais les vraies complications commencent lorsqu'un invité mystérieux, menace de dévoiler un terrible secret de famille... Daniel et sa joyeuse bande vont user de tous les moyens pour enterrer le père... et ses confidences

PUB
Mardi 5 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla

Détente
Mots FLECHES
Nº 2837
COMPÉTITEUR PÉRIODE EN LICE

25

Mots CROISES
Nº 2837
4 5 6 1
I II III IV V VI VII VIII IX X

2

3

7

8

9 10

CONSTELLATION ÉVALUELESRAYONSSOLATRES OBTENUS RUMINANT DES BOIS CUBENT AVANTLESAUTRES AVOIR LABOUCHEOUVERT PRONOMPERSONNEL GRANDE ÉCOLE NOTE DANS LA CAPE

Définitions
HORIZONTALEMENT I - Marchand. II - De nouveau. III - Sodium-Conçu. IV -Virage en ski - Non plus - période. V- Régnant. VI Groupe de trois - Mère des Titans. VII - Contre - Boisson. VIII- Faire de l’enscrime. IX - Inflammation du nez Type. X - Irlande - Archipel danois. VERTICALEMENT 1- Contribuable. 2- Office du tourisme - Route nationale - Interjection. 3- En mec - Qui fait paraître un texte. 4- Religions des mormons. 5- Période - Molybdéne Démonstratif. 6- faire revivre. 7- Droit. 8- Opéré - Il conquit la Syrie. 9- Liquide biologique - Du grec habitat. 10- Chiffre - Brame.

BORDURED’UNBOIS QUITRANSPORTELESMORTS DANS L’EAU

VILLE DE FRANCE FATIQUE

CHAPEAU AJOUTERA DE LA COULEUR

CONFORMÉMENT LIUIDE NUTRITIF MAGAZINE

CAFETIER POTENCE VOYELLE DOUBLE CRIER, EN PARLANT DU CERF HAÏRAI RÉPRIME DANS LE NOIR MANIFESTER SA COLÈRE

SOLUTION DES MOTS CROISES
1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
C

2
N A
T

3
C

4

5

6
R E A
N

7
C T L I

8
A G I A

9 10
N

O M M E O R R E

T R E N

E
N S

L S A

I

Grille
3. Ordinaire 6. Prophétie 11. Rond-de cuir 12. Décaissage 13. Scaphandre 14. Reculement 16. Kilomèter 17. Droitement 18. Diphtongue 19. Transalpin 21. Oratoire 26. Turpitude 28. Rétribuer 31. Susnommé 32. Capuchon 33. Endolorir 34. Balsamine 35. Jardinet 36. Chagriner 37. Balbutier 38. Variqueux 39. Tellement 40. Enfonceur 41. Redressées 42. Paperasse 43. Vocaliser 7. Adultère 8. Maritorne 9. Rhabiller 10. Vif-argent

Nº 2837
15. Tentateur 20. Incompris 22. Cycloïdal 23. Incitées 24. Hématome 25. Cassonade 27. Redresser 29. Coloriage 30. Fascicule 1. Incartade 2. Débaucher 4. Castillan 5. Rondement
M E R I A N I D R O E D U T I P R U T O E C S E R O N D D E C U I R M V I I C E D A U N D E C A I S S A G E A I N N A G A S S D S C A P H A N D R E R F C C S A T T N O R E C U L E M E N T I A O I S I

Mot CACHÉ
R I O L P C B V T E R P V L T R M T O R A L M O J H A A E N E A O A O G P E N O C L M R A A L R L F D P C D R E R E A L N A E I R G B I L O R E A U N N I S D O I N N R D R U Q E N E R L L E T S T E C R R I B I I T U M C S A I T R T C I R E E O C A N N I E E E S S S E H E Y H E L H N A L E E E U N U E S E R A N C E D U C D P S T R R X T R E E R E B T L M R C U E U A U O R A T O I R E A I A O A E I A M C M K I L O M E T R E R L T I T S C B E H I D R O I T E M E N T L E D O S S E N O N D I P H T O N G U E E U A M E A D T N E T R A N S A L P I N R R L E R F A E I T E H P O R P R E U B I R T E R N

E M R

I
T

T
R N N H I

D
I

O M
N I S

I

N
E A I R E

A
R U M A R

N
G G E

T
E I R E E

O M E C E R E F

A I R E

T E

U M E R E I

C
O

SOLUTION DES MOTS FLECHES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
C O N C U R O R I O N E R B E
E

R E A N I R

N U

T E M P

C
E

U R

S T

R D A
S

I C

I
L

L
A T E E

S
I B T

B
T

I
L E

T
R E T

O

S

E
N U E A

E
T E R I

E G A

E M E E V T I

L A R D

U V E S

Manœuvre malhonnête
SOLUTION N° PRÉCÉDENTE IMPROBATRICE

E R M N R E E R

R E

PUB
Mardi 5 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Vie pratique
Vie religieuse REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

29

Félicitations
Les familles HEDJAL et DAHBI félicitent leurs filles ANISSA pour sa brillante réussite à l’examen du BEM et lui souhaitant d’autres succès. ——0o0—— OUARDIA pour sa réussite à l’examen de la 6ème, bravo OUARDIA. Vos parents vous aiment beaucoup et vous souhaitent la continuité et le succès dans vos études et que de bonnes choses dans la vie.

MINISTERE DE LA SANTE DE LA POPULATION ET DE LA REFORME HOSPITALIERE CENTRE HOSPITALO-UNIVERSITAIRE MUSTAPHA Place du 1er-Mai, Alger NIF : 095 516029000145

Horaires des prières de la journée du mardi 3 Chaâbane 1432 correspondant au 5 juillet 2011 : — Dohr.........….....12 h 52 — ‘Asr...................16 h 44 — Maghreb.......... 20 h 13 — Icha…………...21 h 53 mercredi 4 Chaâbane 1432 correspondant au 6 juillet 2011 : — Fedjr............... 03 h 45 — Chourouk........05 h 35

Avis d’infructuosité
Conformément à l’article 44 du décret présidentiel N°10-236 du 07 octobre 2010, portant réglementation des marchés publics, modifié et complété, le centre hospitalo-universitaire Mustapha, porte à la connaissance de l’ensemble des soumissionnaires ayant participé à l’appel d’offres national restreint N°12/2011, ayant pour objet l’approvisionnement en réactifs et produits chimiques que ce dernier est infructueux.
El Moudjahid/Pub ANEP 863394 du 05/07/2011

Décès
Les familles Ferroukhi, Moussaoui, Hafiz et Hadj Hammou d’El-Biar, ont l’immense douleur de faire part du décès de leur très chère mère et grandmère, Ferroukhi Aouaouche, née Moussaoui à l’âge de 86 ans. L’enterrement a eu lieu hier lundi 04 juillet 2011 au cimetière du Oued Romane. Que Dieu le Tout-Puissant accueille la défunte en Son Vaste Paradis.

Villa
VEND villa 300 m2 située H.-Dey (Cité Maya) avec jardin. Tél.: 0699.06.32.70 0799 83.14.16

DIRECTION DE LA DISTRIBUTION DE TIZI-OUZOU

Avis de prorogation
L'Entreprise Portuaire de Skikda informe les sociétés et entreprises intéressées par l’avis d’appel d’offres national ouvert Nº 09/2011, relatif à la fourniture d’un (01) camion ravitailleur de carburant de capacité 9.000 à 10.000 litres avec ses équipements auxiliaires, que la date limite de dépôt des offres fixée initialement au 21 juin 2011 est prorogée au 12 juillet 2011 à 9 h00. Les soumissionnaires sont invités à la séance d’ouverture des plis qui aura lieu le dernier jour de dépôt des offres 12 juillet 2011 au niveau du siège de l’Entreprise, route Îlot des Chèvres, B.P. 65 Skikda à 9h30mn.
El Moudjahid/Pub ANEP 5642 du 05/07/2011

Avis de coupure pour travaux
Pour améliorer sa qualité de service, et dans le cadre du programme d'entretien de son réseau, la Direction de la Distribution de Tizi-Ouzou informe son aimable clientèle qu'une interruption de la fourniture d'électricité est prévue pour le Mercredi 06 Juillet 2011 de 09h00 à 16h00, pour travaux. La coupure concernera les localités suivantes : Tazmalt El Kef, Abid Chamlal, Rehahlia, les 48 Logements de Rehahlia, Kef Lahmar, Timizar Laghvar, cité Bekkar, groupe d’habitants Kechich, Redjaouna, 38 Logements hôpital Baloua (relevant de la commune de Tizi-Ouzou), Tabarkoukt, Talaright (relevant de la commune de Béni Aïssi). Pour toutes informations supplémentaires, appeler : - Le centre des appels (24h/24h): 026/22-25-25. - District d'Azazga: 026/22-29-28 La Direction de la Distribution de Tizi-Ouzou s'excuse auprès de sa clientèle pour tout désagrément causé.
El Moudjahid/Pub ANEP 864618 du 05/07/2011

Avis de rectification
AO PMTE N° 05/11 CAMEG
Le Comptoir Algérien du Matériel Electrique et Gazier informe les soumissionnaires ayant participé à l’appel d’offres national N° PMTE 05/11 CAMEG, que les montants attribués provisoirement aux soumissionnaires CABEL et ENICAB pour le câble conducteur ALMELEC 570 mm2 sont de : CABEL : 3 151 835 550,00 DA/HT au lieu de 315 035 550,00 DA/HT ENICAB : 2 101 223 700,00 DA/HT au lieu de 210 023 700,00 DA/HT.
El Moudjahid/Pub ANEP 860699 du 05/07/2011 BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre Tél. : (041) 39.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 CONSTANTINE : Route de Sétif 7e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AÏN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22

DIRECTION DE LA DISTRIBUTION DE TIZI-OUZOU

Avis de coupure pour travaux
Pour améliorer sa qualité de service, et dans le cadre du programme d'entretien de son réseau, la Direction de la Distribution de Tizi-Ouzou informe son aimable clientèle qu' une interruption de la fourniture d'électricité est prévue pour le Mercredi 06 Juillet 2011 de 09h00 à 16h00, pour travaux. La coupure concernera les localités suivantes : Mekla centre, zone d'activité, Tala N'zaouche, Chaib, Mellala, groupe d'habitants AROUM, Bouzaatar, Tala Khelifa, Tiguerine, Taliouine, Taourirt Aden, 36 Logements, les Anassers, 40 Logements, Bouagache, Mesloub, Agouni Bouafir, 160 Logements, 50 Logements OPGI (relevant de la commune de Mekla). Pour toutes informations supplémentaires, appeler : - Le centre des appels (24h/24h): 026/22-25-25. - District d'Azazga: 026/34-37-81. La Direction de la Distribution de Tizi-Ouzou s'excuse auprès de sa clientèle pour tout désagrément causé.
El Moudjahid/Pub ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 Fax : (04) 84.86.38 ANEP 864616 du 05/07/2011

Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIMPRAL) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90 Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial: 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28

Naâma Abbas
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43
Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com

PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP”
ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320

Mardi 5 Juillet 2011

Le Brent à 111.42 dollars le baril

Pétrole

Monnaie
L'euro à 1.452 dollar

D E R N I E R E S
CENTRE D’ÉTUDES STRATÉGIQUES
GRÂCE PRÉSIDENTIELLE

Hommage au patriote Slimane Amirat
U
n vibrant hommage a été rendu, hier, au Centre de recherches stratégiques et sécuritaires, à l’illustre patriote et ancien président du Mouvement pour la défense de la révolution algérienne (MDRA) Slimane Amirat, décédé il y a 19 ans au moment où il venait se recueillir devant le cercueil du Président Mohamed Boudiaf. Tout le monde garde de lui cette parole qui donnera la dimension qu’il avait pour son pays : «A choisir entre l’Algérie et la démocratie, je choisirai l’Algérie». L’amour que voue M. Amirat à sa patrie, comme ne cessent de le répéter les analystes et observateurs, est sans limite. C’est pour lui reconnaître ce nationalisme rarissime, que le CRSS comme l’a affirmé M’Hand Berkouk directeur du centre, que le choix s’est porté sur lui. Ce héros fait partie de ceux, et l’Algérie en compte une pléthore, qui se sont sacrifiés pour la patrie. Pour qualifier la grandeur de cet homme humble et hors pair, le Pr. Berkouk, affirme qu’il «est parmi ceux qui pervivement applaudis. L’hommage rendu à son époux a touché Mme Amirat. Approchée en marge de la conférence consacrée aux réformes politiques initiées par le Président de la République, elle s’est dite «très honorée». Et d’ajouter : «Ce geste m’a énormément touché car aujourd’hui (hier, Ndlr), on fait vivre la mémoire de Slimane Amirat». Quant au Pr. Abdelkader Mahmoudi, enseignant à l’Institut des sciences politiques a, après un moment de réflexion, résumé ses propos en disant : «Si l’homme meurt, son idée demeure». En effet, malgré le temps qui passe, le nom de Slimane Amirat, ses idées, son patriotisme sont sur toutes les lèvres. Durant toute sa vie, il a œuvré intensément pour l’Algérie, né et grandi pour elle et ce, malgré toutes les épreuves et obstacles rencontrés. M. Amirat, même s’il est allé au bout de son devoir sans jamais y faillir, demeure une œuvre inachevée car il avait quoi donner à son pays. Fouad Irnatene

Le Président Bouteflika promulgue deux décrets
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a promulgué deux décrets présidentiels relatifs à des mesures de grâce, à l'occasion du 49e anniversaire de l'Indépendance nationale, a annoncé hier la Présidence de la République dans un communiqué. Ces deux décrets ont été promulgués conformément aux prérogatives qui lui sont conférées en vertu de l'article 77-9 de la Constitution. Le premier décret présidentiel porte sur des "mesures de grâce collective au profit de personnes détenues et non détenues condamnées définitivement", a précisé le communiqué. Le second décret concerne les "mesures de grâce au profit des détenus condamnés définitivement ayant suivi un enseignement ou une formation professionnelle et subi avec succès, durant leur incarcération, les examens des cycles moyen, secondaire et universitaire et les différents modes de formation professionnelle", a ajouté la même source. "Toutefois, ne bénéficient pas de ces mesures les détenus condamnés pour des faits en relation avec ceux mentionnés dans l'ordonnance portant mise en œuvre de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, ainsi que les détenus condamnés pour avoir commis ou tenté de commettre certains faits énumérés limitativement, notamment les faits de terrorisme", conclut le communiqué de la Présidence de la République.

mis à notre pays d’arracher son indépendance». Et de répondre à ses fameux propos en lui disant : «Aujourd’hui que le pays n’est plus en crise, on choisira l’Algérie et la démocratie. Autrement dit, une Algérie démocratique». Des mots lourds de sens que l’assistance a

FÊTES NATIONALES DU VENEZUELA, DE L’UNION DES COMORES ET DU CAP VERT

Le Président Bouteflika félicite le Président Hugo Chavez...
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations à son homologue vénézuélien, Hugo Rafael Chavez Frias, à l'occasion de la fête nationale de son pays. «La commémoration du bicentenaire de l'indépendance de votre pays m'offre l'agréable opportunité de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations ainsi que mes meilleurs vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour le peuple vénézuélien ami», a écrit le Président Bouteflika. «Je voudrais saisir cette occasion pour vous exprimer ma satisfaction quant à la qualité des relations d'amitié, de coopération et de solidarité qui existent entre l'Algérie et le Venezuela et vous réitérer ma pleine disponibilité à œuvrer, de concert avec vous, au renforcement de la concertation politique et au développement de la coopération bilatérale dans tous les domaines», a ajouté le Chef de l'Etat.

FONDS DE SOUTIEN DE LA PALESTINE

CRISE EN LIBYE

Lakhdar Brahimi : «La solution doit être L’Algérie parmi les 3 seuls pays arabes ayant versé leur d'ordre politique»
contribution
L’Algérie et deux autres Etats arabes sont les seuls pays de la Ligue arabe qui se sont acquittés de leur contribution financière au Fonds de soutien du budget de l’Autorité palestinienne, a rapporté hier le New York Times. Citant le Premier ministre palestinien Salam Fayyad, le quotidien new-yorkais a souligné que “les seuls pays arabes qui se sont acquittés de leurs engagements financiers au titre de l’année 2011 sont l’Algérie, les Emirats Arabes Unis et Oman’’. Le responsable palestinien a déclaré que le non-respect par les autres pays arabes et les autres donateurs à honorer leurs promesses obligera l'Autorité palestinienne à payer les traitements de juillet de la moitié de ses fonctionnaires seulement, regrettant que ''plusieurs pays arabes marquent une certaine lenteur dans l’acquittement de leurs engagements depuis 2010''. Accumulant un déficit de plus de 500 millions de dollars en 2011, l’Autorité palestinienne a été amenée à recourir à des emprunts auprès des banques durant ces derniers mois pour atténuer la crise, selon M. Fayyad. Selon lui, le déficit a atteint un point où le problème financier ne pourrait plus être traité par des prêts bancaires. Sur les 971 millions de dollars promis par les donateurs pour l’année 2011, seulement 330 millions de dollars ont été versés jusqu'ici, soit près du tiers des engagements financiers promis. En mai, l'Autorité n'a pas pu payer ses salariés en raison du gel par Israël du transfert des taxes et droits de douanes collectés en son nom par les Israéliens sur les importations et exportations palestiniennes. Ce gel a été décidé au lendemain de l'accord de réconciliation entre le Fatah de Mahmoud Abbas et le Hamas. L’Algérie s’est acquittée de sa contribution financière à ce Fonds pour un montant de 26,4 millions de dollars pour l’année en cours, a-t-on rappelé. A l’occasion de la remise en mai dernier par l’Algérie de cette contribution, le secrétaire général adjoint chargé des affaires financières de la Ligue arabe, M. Samir Seif Elizel, a souhaité que "les autres pays arabes s’acquittent de leur contribution de soutien du budget de l’Autorité palestinienne, pour aider cette dernière à payer les salaires de ses employés et mettre ainsi en échec les tentatives d’Israël d’avorter la réconciliation palestinienne". L'ancien diplomate algérien, représentant de l'Onu pour l'Irak et l'Afghanistan, a estimé que la solution à la crise qui s e c o u e , actuellement, la Libye doit être d'ordre politique, impliquant aussi bien les Nations unies que la Ligue arabe et l'Union africaine. «Ce qui se passe en Libye, contrairement à l'Egypte et à la Tunisie, est une guerre civile (...) et dans ce cas de figure, cela demande une autre solution qui est d'ordre politique», a affirmé M. Brahimi dans un entretien au quotidien La Tribune dans son édition d’hier. Il a, à ce propos, appelé l'Algérie à jouer son rôle pour le règlement de cette crise. «L’Algérie a une dette envers la Libye qui nous a aidés durant la guerre de Libération et là, j'ai dit que la Tunisie, le Maroc et particulièrement l'Algérie sont directement concernés et doivent réagir», a-t-il souligné. Pour M. Brahimi, il s'agit pour les pays maghrébins d'«aller à l'Onu et demander un mandat en disant que c'est nous qui aiderons au règlement politique de ce conflit. La réponse de cette Organisation ne peut être que positive». «Le même mandat doit être demandé à la Ligue arabe et à l'Union africaine, et avec un mandat de trois organisations, on peut demander à M. Kadhafi de partir avec dignité et de mettre en place une mission de paix pour aider les parties au conflit à se réconcilier et à créer une deuxième république», at-il suggéré. Interrogé sur les crises qui secouent d'autres pays arabes, l'ancien diplomate algérien a indiqué que les peuples arabes «souffrent de la situation dans laquelle ils vivent sur le plan aussi bien social qu'économique.» Toutefois, il a qualifié de «surprenant» ce qu'il a appelé «la célérité et l'efficacité» de ces mouvements «qui sont venus à bout de deux régimes pour le moment.» S'agissant des réformes politiques engagées en Algérie, M. Brahimi a relevé l'importance de relancer la culture de la tolérance afin, a-t-il dit, d' «accepter l'avis de l'autre et de respecter les libertés.» «Un très grand effort doit être effectué de la part de la société, et cela passe par une très grande conscience de sa part», at-il plaidé.

... le Président Ikililou Dhoinine..
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de vœux au Président de l'Union des Comores, M. Ikililou Dhoinine, à l'occasion de la fête nationale de son pays. « Il m'est agréable, au moment où l'Union des Comores célèbre sa fête nationale, de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations et mes meilleurs vœux, priant Dieu le Tout-Puissant de vous accorder santé et bonheur et au peuple comorien frère progrès et prospérité », a écrit le Président Bouteflika dans son message. « Nous suivons avec grand intérêt les développements positifs que vit votre pays et saluons les efforts sincères que vous déployez pour le renforcement de son unité et de sa stabilité, ainsi que pour la relance de son développement », poursuit le message. « Je saisis cette occasion pour vous affirmer mon souci permanent de développer les relations de fraternité et de coopération entre nos deux pays dans tous les domaines au service des intérêts mutuels de nos deux peuples », a conclu le Chef de l'Etat.

... et le Président Pedro de Verona Rodrigues Pires
Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un message de félicitations au Président du Cap Vert, M. Pedro de Verona Rodrigues Pires, à l'occasion de la fête nationale de son pays. « La célébration de la fête nationale de la République du Cap Vert m'offre l'agréable opportunité de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, mes chaleureuses félicitations ainsi que mes vœux de santé et de bonheur pour vous-même, de progrès et de prospérité pour le peuple cap-verdien frère », a écrit le Président Bouteflika dans son message. "Je tiens, en cette occasion, à me féliciter de la qualité des relations traditionnelles d'amitié et de coopération qui unissent nos deux pays et à vous réaffirmer ma volonté de leur imprimer, de concert avec vous, une dynamique en rapport avec le patrimoine historique que nous partageons et les objectifs que nous poursuivons au sein de l'Union africai-ne », a souligné le Chef de l'Etat.

CONDOLEANCES
Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, le secrétaire général, le Chef de cabinet ainsi que l’ensemble des cadres et des personnels, affectés par le décès de Ahmed Ali Ghazali, ancien ministre de l’Habitat, présentent leurs sincères condoléances à la famille du défunt et l’assurent, en cette douloureuse circonstance, de leur profonde compassion. Ils prient Dieu de l’accueillir en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.

HIER AU MINISTÈRE DES AE

M. Medelci préside la cérémonie de célébration du 49e anniversaire de l'Indépendance nationale
Le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci, a présidé, hier, au siège de son département, une cérémonie de célébration du 49e anniversaire de l'Indépendance nationale. A cette occasion, il a été procédé à la levée des couleurs, au dépôt de gerbes de fleurs et à la lecture de la Fatiha à la mémoire des chouhada.