INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION MASTERE PROFESSIONNEL ENTREPRENEURIAT

_____________________________________
ENVIRONNEMENT LEGAL ET FISCAL

_____________________________________

Support de cours
Enseignants responsables Fayçal DERBEL & Faez CHOYAKH Volume horaire total : 20 Heures

Ce cours a été élaboré à partir des ouvrages et supports suivants : - Encyclopédie : droit des affaires / juridique et fiscal / social du cabinet Salah AMAMOU - Avantages fiscaux 2007 : Raouf YAICH - Les impôts en Tunisie : Raouf YAICH - Commentaires des lois de finances : FINOR

Année universitaire 2008 - 2009
ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 1 / 104

NOTE DE PRESENTATION DU COURS

Le Master spécialisé "entreprenariat" a pour principal objectif de préparer l’étudiant à son futur métier d’entrepreneur (créateur et repreneur) ou de cadre de haut niveau (directeur d’une PME, consultant dans une SICAR, un cabinet de consulting ou une banque d’affaires). Dans ce métier, le rôle de l’environnement est fondamental puisque l’entreprise ne peut jamais s’isoler et se déconnecter du milieu dans lequel elle agit et elle évolue. La politique de l’entreprise, ses activités et même ses performances sont fortement influencées par son environnement de manière positive (opportunités environnementales) ou de manière négative (contraintes environnementales). Pour tirer profit des opportunités et maîtriser les contraintes environnementales, l’entreprise doit suivre et surveiller de façon permanente l’évolution de l’environnement tout en développant une parfaite connaissance des variables clefs de cet environnement et de ses différentes composantes : économique, juridique, politique, socio- culturelle, géographique, démographique et technologique. Le présent cours traite de l’environnement légal et fiscal de l’entreprise au stade de la création, du fonctionnement et de la transformation. Cet environnement comprenant un ensemble de dispositions et de règles régissant l’activité de l’entreprise, revêt une importance capitale puisqu’elles sont susceptibles d’affecter de manière significative cette activité et pourraient présenter de sérieuses menaces pour la poursuite de ladite activité. Une connaissance parfaite de ces dispositions et règles est alors indispensable pour que l’entrepreneur puisse réussir la mission de création, de pérennisation et de développement de son entité. L’environnement légal et fiscal de l’entreprise est large, complexe et varié, il est en plus en mutation profonde et permanente. Il n’est nullement question d’examiner, à travers ce cours, de manière exhaustive tous les volets liés à cet environnement avec ses composantes, de droit social, fiscal, des affaires, de sociétés, de l’entreprise en difficultés, …. L’accent sera mis sur les aspects directement liés à la création de l’entreprise et à ses principales modalités de fonctionnement et de transformation, tout en s’intéressant plus particulièrement à la PME. L’entreprise publique, la grande entreprise et les sociétés faisant appel à l’épargne ne seront pas couvertes par ce cours. Ce cours comprend quatre parties (dont une préliminaire) structurées comme suit :

ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 2 / 104

PLAN DU COURS
PARTIE PRELIMINAIRE : L’ENTEPRISISE & SON ENVIRONNNEMENT I- Le concept d’entreprise II- Caractéristiques de l’environnement III- Les sources de droit régissant l’entreprise IV- La notion de société 1ERE PARTIE : LA LEGISLATION REGISSANT LES SOCIETES COMMERCIALES I- La Société en Nom Collectif II- La Société en Commandite Simple III- La Société en Participation IV- La Société à Responsabilité Limitée V- La Société Unipersonnelle à Responsabilité Limitée VI- La Société Anonyme VII- La Société en Commandite par Actions 2EME PARTIE : LA LEGISLATION DU TRAVAIL I- Le contrat de travail II- Le régime de sécurité sociale III- Le droit aux congés IV- Avantages sociaux liés à l’emploi 3EME PARTIE : INCITATIONS ET AVANTAGES FISCAUX I- Aperçu général sur les incitations à l’investissement en Tunisie II- Les incitations communes III- Les incitations spécifiques : Encouragement des nouveaux promoteurs, des petites et moyennes entreprises (PME), des petites entreprises et petits métiers 4EME PARTIE : L’INITIATIVE ECONOMIQUE

ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 3 / 104

L’entreprise apparaît aussi comme une source de pouvoirs soumis à des intérêts propres. 3.LE CONCEPT D’ENTREPRISE L’entreprise est une organisation constituant une unité économique destinée à la production. Un milieu social . tout en combinant et rémunérant des facteurs de production (travail et capital). Le concept d’entreprise peut être analysé et examiné sous trois angles différents : 1.La dimension juridique Sous cet angle. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. l’entreprise apparaît comme un ensemble de droits et de devoirs. qui ont souvent la forme d’une entreprise industrielle et les moyennes et les grandes entreprises qui revêtent une forme sociétaire (SARL. elle constitue corrélativement une source de responsabilités. dans le chef de celui qui s’y livre. à des services. l’entreprise apparaît comme une entité qui combine des facteurs de production en vue de mettre à la disposition d’autrui des biens et des services. l’entreprise apparaît comme : Une organisation .La dimension sociale Sous cet angle.PARTIE PRELIMINAIRE : L'ENTREPRISE ET SON ENVIRONNEMENT I. bien entendu. L’action d’entreprendre (créer et gérer une entreprise). un calcul économique.CHOYAKH – 2008/09 Page 4 / 104 . L’activité d’entreprise est liée à une certaine répartition des pouvoirs économiques dans la société : Pouvoir de donner à des biens qui sont en quantité limitée une affectation exclusive.La dimension économique Sous cette dimension.DERBEL & F. et c’est ce but lucratif qui la distingue des autres entités telles que les associations. L’entreprise cherche toujours la réalisation d’un profit. est toujours encadrée par une réglementation appropriée. SA…). les syndicats et les administrations publiques. l’entrepreneur. 2. celle-ci permet de distinguer entre la petite entreprise et la micro-entreprise. L’activité de l’entreprise suppose. à l’échange.

Les opportunités et les menaces qui se présentent à l’entreprise résultent le plus souvent de l’influence de phénomènes divers : économique. soit des mesures et actions de sa politique économique : Privatisation – Encouragement de certains secteurs d’activité. le dispositif règlementaire lié à l’un des aspects de l’activité économique est pesant par les contraintes qu’il impose. de la publicité. des contrats commerciaux…).CHOYAKH – 2008/09 Page 5 / 104 . socioculturel. technologique. Dans ce même contexte.CARACTERISTIQUES DE L’ENVIRONNEMENT L’environnement constitue une source de contraintes et d’incertitudes pour l’entreprise dont l’analyse doit lui permettre de répondre à un double objectif : Appréciation des différents éléments susceptibles d’affecter son activité . plusieurs contraintes règlementaires pèsent non seulement sur les produits (normes d’hygiène et de sécurité. géographique. le financement. l’entreprise fournit des biens et services aux autres membres de la collectivité. tout en s’intégrant dans la société globale dans son ensemble. le crédit. Ces contacts permettent aux travailleurs de nouer des relations et de former une communauté humaine qui a ses caractères spécifiques et où s’exercent des influences diverses. II. C’est une organisation dans la mesure où elle apparaît comme une conjugaison d’activités et de travail qui sont agencés et hiérarchisés en vue de réaliser une œuvre en commun.- Une entité qui assure une fonction sociale. des contraintes politiques qui pourraient résulter soit des fondements du régime politique du gouvernement. 2. Dans certains cas. l’activité économique en encadrant l’emploi.L’environnement politique L’environnement politique se caractérise par l’influence. sur l’entreprise. C’est un milieu social à travers un système de rapport entre les hommes dont l’activité les met en contact pendant une large part de leur temps. A travers sa fonction sociale. sur les prix (blocage des prix. à différents degrés d’interventionnisme. homologation pour certains produits…) et sur le crédit.L’environnement économique L’Etat règlemente.… ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F. la concurrence. politique. Identification des opportunités ou des menaces environnementales. etc… 1. force est de constater qu’en vertu de ce dispositif. et pour certaines entreprises. etc…. qualité…) mais aussi sur les conditions de la concurrence (règlementation des ententes.

le succès d’une implantation ou d’une création dépend d’une bonne compréhension de cet environnement. 1. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. phénomènes de mode… L’environnement socioculturel est un élément fondamental dont l’analyse et la prise en compte déterminent toutes études de marchés pour la création ou l’implantation d’une entreprise. proximité des ports et des gares. En effet. A titre supplétif.CHOYAKH – 2008/09 Page 6 / 104 .DERBEL & F.L’environnement socioculturel Cet environnement est directement lié au style de vie des consommateurs ainsi que des valeurs sociales : goûts. il convient aussi de citer la jurisprudence et les usages pratiqués qui constituent une source d’interprétation du droit. Dans ce cadre.L’environnement technologique L’innovation technologique est devenue une composante essentielle de la compétitivité de l’entreprise. il y a lieu de rappeler que de nombreux changements peuvent affecter l’entreprise aussi bien sur le plan de la fabrication (mise en œuvre de nouveaux procédés) que celui de la gestion ou encore de l’approvisionnement. 4. Au sommet des dispositions réglementaires se trouve la constitution. L’environnement technologique offre à l’entreprise des opportunités qu’elle doit saisir à travers des investissements en « veille technologique » ou en « recherche-développement ». III.3.La constitution La constitution est le texte fondamental sur lequel repose l’organisation et le fonctionnement des pouvoirs dans l’Etat et auquel tous les textes juridiques doivent être conformes. mais aussi. nous trouverons ensuite les différents codes et les conventions internationales. L’analyse de cet environnement se base sur une appréhension de certains éléments permettant à l’entreprise de faire des choix de localisation : infrastructure routière. 5. il lui offre des opportunités.LES SOURCES DE DROIT REGISSANT L’ENTREPRISE Les règles de droit applicables à l’entreprise trouvent leurs sources dans les textes juridiques internes ainsi que dans les conventions internationales conclues entre la Tunisie et d’autres Etats.L’environnement géographique Cet environnement pose à l’entreprise des contraintes et menaces. qui s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de stratégies destinées à assurer la pérennité de l’entreprise.

Le CC traite également du fonds de commerce.DERBEL & F. du chèque et des effets de commerce ainsi que de certains contrats commerciaux. il s’agit d’un code. loi n° 200596 du 18 octobre 2005 et la loi n° 2009-16 du 16 mars 2009).CHOYAKH – 2008/09 Page 7 / 104 . Les Codes Fiscaux Ces codes sont : Code de la TVA. Le code est promulgué par une loi. les groupements d’intérêt économique et les groupes de sociétés de l’étape de la constitution jusqu’à la dissolution (fonctionnement. telle qu’elle a été complétée et modifiée par les textes subséquents (principalement par la loi n° 2005-65 du 27 juillet 2005. etc…). Code des Sociétés Commerciales (CSC) Le CSC est promulgué par la loi n° 2000-93 du 3 novembre 2003. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Les codes comportant des dispositions régissant l’entreprise (individuelle ou sociétaire) sont les suivants : Code des Obligations et des Contrats (COC) Promulgué en décembre 1906. 2.La constitution tunisienne promulguée le 1er juin 1959 comporte plusieurs dispositions générales susceptibles de recevoir une application en matière d’entreprise. Lorsqu’elle est composée d’un ensemble de dispositions régissant un domaine spécifique. Code de Commerce (CC) Promulgué par la loi n° 59-129 du 5 octobre 1959. transformation. Le CSC comporte toutes les dispositions régissant les sociétés commerciales. Le titre IX (de l’association) regroupe les dispositions relatives au contrat de société (sociétés civiles et commerciales). le CC comporte toutes les dispositions relatives au droit commercial : le commerce. une même branche de droit ou une matière déterminée.La loi La loi est le texte juridique qui émane du pouvoir législatif dans les conditions fixées par la constitution. Nous citons le principe d’égalité des citoyens devant la loi (article 6). c'est-à-dire de créer une entreprise). les commerçants et les actes de commerce. la garantie du libre exercice des droits dans les conditions fixées par la loi (parmi lesquels l’on trouve le droit d’entreprendre. regroupement. promulgué par la loi n° 88-61 du 2 juin 1988 . le COC comporte plus que 1500 articles régissant les règles et les usages relatifs aux obligations et aux contrats.

variés et diversifiés. Le Système Comptable des Entreprises : la loi comptable Le Code de Travail 3. 4. agricole et touristique. Les décrets régissant l’entreprise sont très nombreux. En effet. si dans telles circonstances. Code des droits d’enregistrement et de timbre : loi n° 93-53 du 17 mai 1993 . il convient d’ajouter certains textes spécifiques non codifiés. Le décret Le décret est un acte pris par le président de la république et qui doit respecter un certain nombre de règles de formes. Code des droits et des procédures fiscaux : loi n° 2000-82 du 9 août 2000. la jurisprudence désigne la valeur de référence qui est attachée à une ou plusieurs décisions prises dans le passé par une autorité. parmi lesquels on cite à titre d’exemple le décret n° 96-2459 du 30 décembre 1996 portant approbation du cadre conceptuel de la comptabilité financière. dont par exemple la loi n° 88-62 du 2 juin 1988 portant refonte des droits de consommation ainsi que les lois relatives aux fonds de développement de la compétitivité dans les secteurs industriel. Code d’incitation aux investissements : loi n° 93-120 du 27 décembre 1993 . Code de la fiscalité locale : loi n° 97-11 du 3 février 1997 .La jurisprudence Dans son sens large. A l’ensemble de ces codes régissant toute la fiscalité de l’entreprise.Les règlements Alors que la loi constitue un texte de portée générale et impersonnelle adopté par le pouvoir législatif. les règlements sont du ressort du pouvoir exécutif (Président de la république et ministres) qui édicte des mesures applicables à toutes les personnes et à toutes les situations.- Code de l’IRPP et de l’IS : loi n° 89-114 du 30 décembre 1989 . Les arrêtés régissant certains aspects liés à l’entreprise sont très nombreux. L’arrêté C’est un acte pris par un ministre et visé par le premier ministre avant de faire l’objet d’une publication au JORT. il est à supposer que lorsque semblables circonstances se trouveront ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F. une autorité a pris telle décision. Nous citons par exemple les arrêtés portant approbations des normes comptables.CHOYAKH – 2008/09 Page 8 / 104 .

Sans doute.Rôle et importance économique des sociétés Actuellement. en vue de partager le bénéfice ou de profiter de l'économie qui pourraient résulter de l'activité de la société. mais dans certains cas. pour la première fois en Tunisie. Les décisions prises par les cours d’appel ont évidemment une plus grande portée pour l’interprétation d’un texte de loi que celles rendues par une juridiction inférieure.CHOYAKH – 2008/09 Page 9 / 104 . Cette nouvelle définition de la société a introduit. les entreprises en forme de société jouent un rôle prépondérant et acquièrent une importance croissante dans la vie économique de tous les pays évolués. par exemple. en effet. Société unipersonnelle à responsabilité limitée). La jurisprudence est alors l’œuvre exclusive des tribunaux qui sont appelés à appliquer le droit dans les cas particuliers qui leur sont soumis. Toutefois. Il ne doit pas faire ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. juridiquement libre de donner à un texte une interprétation différente de celle qui a été donnée par un autre juge. le juge est. est nécessairement générale : pour l’appliquer à un cas concret. Dans son sens restreint. elle prendra une décision dans le même sens que la première. dans la société unipersonnelle à responsabilité limitée.LA NOTION DE SOCIETE 1Définition La société est un contrat par lequel deux ou plusieurs personnes conviennent d'affecter en commun leurs apports. Cette jurisprudence administrative est évidemment très importante car elle constitue l’application par l’Administration des lois et règlements dans les divers cas concrets. en conséquence. de jurisprudence du chef d’entreprise.réunies à l’avenir. la notion de société unipersonnelle. C.C). 2. la société est constituée par un associé unique (art.DERBEL & F. le juge doit donc l’interpréter. Les décisions rendues par les juridictions n’ont pas toutes la même autorité. On peut alors parler. on désigne par jurisprudence. non seulement préciser le sens des formules employées. 2. dans le passé. la jurisprudence ne constitue pas une règle de droit obligatoire . suppléer à un silence éventuel. Cependant. qui comprend comme son nom l’indique un seul associé (V. Le développement du rôle et de l’importance économiques des sociétés constitue un des aspects juridiques essentiels de la concentration des entreprises. Elle est précieuse à connaître car elle renseigne le justiciable sur l’interprétation qui est donnée à la loi par le tribunal.S. dont l’économie reste fondée sur des principes libéraux. La loi. il n’empêche que la décision qui a été rendue par une juridiction inférieure a de fortes chances d’être réformée si le litige est porté devant une Cour d’appel qui avait adopté. c'est-àdire. Il est permis également de parler de jurisprudence des autorités administratives. IV. une autre interprétation. l’ensemble des décisions prises par des juridictions pour trancher des litiges.

le caractère personnel de leurs rapports juridiques et la responsabilité indéfinie et solidaire qu’ils assument. par l’existence de deux sociétés en une seule. C’est une société à mi-chemin entre les sociétés précédentes et la Société anonyme (V. se caractérise par l’importance des prérogatives des gérants. sous toutes ses formes.oublier cependant que la plupart des sociétés sont des entreprises moyennes ou petites. 5° La société à responsabilité limitée avec sa nouvelle variante de société unipersonnelle introduite par l’article 148 du code des sociétés commerciales (V. mais le statut de certaines de ces sociétés peut être profondément modifié par l’adoption de règles qui constituent une forme secondaire.DERBEL & F. et qui fonctionne sous une raison sociale et est constituée entre deux ou plusieurs personnes responsables personnellement et solidairement du passif social. “Société Responsabilité à Limitée” et “Société Unipersonnelle à Responsabilité Limitée”).Formes fondamentales : On distingue traditionnellement : 1° La société civile qui se caractérise par son activité civile. qui est une société où la personne des associés conserve une importance réelle bien que leur responsabilité soit limitée et qui. l’absence d’organisation légale profonde. prévue par l’article 54 du Code des sociétés commerciales.1 . Sociétés en commandite simple). ce qui montre la souplesse et les grandes facultés d’adaptation que possède ce procédé d’organisation de l’entreprise qu’est devenue la société. 2° La société en participation qui peut être civile ou commerciale selon son activité. et qui se caractérise par son caractère occulte et l’absence de l’organisation légale profonde.Formes fondamentales et formes secondaires Il existe sept formes fondamentales de sociétés. et ce qui indique également que ses avantages sur l’entreprise individuelle l’emportent sur ses inconvénients. 3. 4° La société en commandite simple qui se caractérise par la coexistence de deux catégories d’associés et de ce fait. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. ‘’Société unipersonnelle à responsabilité limitée’’). Cette forme de société se caractérise par le rôle prépondérant laissé aux associés pour l’organisation de leur société. 2.CHOYAKH – 2008/09 Page 10 / 104 . voire très petites. 3° La société en nom collectif. par l’interdiction faite aux commanditaires de gérer la société en contrepartie de leur limitation de responsabilité (V. l’originalité de la responsabilité des associés aux dettes de la société et l’absence de la personnalité morale. par ailleurs.

2 – Formes secondaires : Sociétés de personnes et sociétés de capitaux : Il est traditionnel de faire une distinction capitale entre les sociétés de personnes ou par intérêts d’une part. Trois données caractérisent les sociétés de personnes : 1/ D’abord ce sont des sociétés où l’intuitu personae est important : les associés se connaissent personnellement et contractent en considération de leur personne. la société en participation. Sont considérées comme sociétés de personnes. la puissance financière des participants. par l’originalité et la complexité des règles de gestion et par l’anonymat théorique de tous les associés. en ce sens que les associés sont tenus personnellement et solidairement des dettes sociales et répondent sur tous leurs biens des engagements de la société. D’ailleurs. .Les sociétés anonymes faisant publiquement appel à l’épargne et celles qui n’y font pas appel dont les règles de constitution et de contrôle de la gestion sont différentes. Elle se caractérise par l’incorporation des droits des associés dans des titres négociables et l’émission des valeurs mobilières. 2/ Ensuite. en ce sens que l’action que chaque ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.Les sociétés anonymes fermées et les sociétés anonymes ouvertes dont les différences résident dans les règles de transmission des actions. trait pour trait. ce sont des sociétés proches de l’entreprise individuelle. en ce sens que les associés reçoivent en contrepartie de leur apports. ce sont des sociétés fermées. 7° La société anonyme est une société dépourvue de raison sociale dont tous les associés sont des actionnaires qui ne se connaissent pas entre eux et qui ne sont pas connus. mais l’apport en capital. . 3. les sociétés de capitaux sont des sociétés ouvertes.DERBEL & F. Société en commandite par actions).6° La société en commandite par actions qui est une combinaison de la société en commandite simple et de la société anonyme (V. aux sociétés de personnes : 1/ D’abord. " Clauses d'agrément et de préemption"). En réalité. 3/ Enfin. la diversité des entreprises auxquelles cette forme peut s’appliquer a donné naissance à une différenciation qui conduit à distinguer : . la société en nom collectif.CHOYAKH – 2008/09 Page 11 / 104 . ce sont des sociétés où la personnalité des associés est indifférente.Les sociétés anonymes à conseil d’administration et les sociétés anonymes à conseil de surveillance et directoire. et la société en commandite simple. et les sociétés de capitaux ou par actions d’autre part. 2/ Ensuite. Les sociétés de capitaux s’apposent. des parts qu’ils ne peuvent céder sans l’accord des autres associés. ces sociétés étant en principe constituées pour permettre un rassemblement de capitaux. (V. l’élément primordial n’est pas la personnalité des associés. ceux-ci peuvent parfois s’ignorer les uns les autres.

librement négociable. Sont considérées comme sociétés de capitaux. les associés ne sont tenus des dettes sociales qu’à concurrence de leurs apports.associé détient en contrepartie de son apport est. dans les sociétés de capitaux.DERBEL & F. la société anonyme et la société en commandite par actions. 3/ Enfin. c’est à dire peut être cédée à n’importe qui avec une grande facilité. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.CHOYAKH – 2008/09 Page 12 / 104 . en principe.

DERBEL & F.PREMIERE PARTIE : LA LEGISLATION REGISSANT LES SOCIETES COMMERCIALES ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.CHOYAKH – 2008/09 Page 13 / 104 .

ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. La loi n° 2005 – 96 du 18 octobre 2005 relative au renforcement de la sécurité des relations financières. quel que soit leur niveau de participation .CHOYAKH – 2008/09 Page 14 / 104 . est la réforme des articles précités. devenus totalement en déphasage par rapport au droit comparé et au nouvel environnement économique. Le deuxième événement marquant. La loi n° 2005 – 65 du 27 juillet 2005 complétant et modifiant le code des sociétés commerciales .INTRODUCTION La législation des sociétés commerciales a été marquée par deux événements saillants. Cette réforme instituée par la loi n° 2000-93 du 3 novembre 2000 portant promulgation du Code des Sociétés Commerciales. et notamment au niveau : de l'encouragement de l'initiative privée et la protection des associés.DERBEL & F. a permis de rattraper le gap et de disposer d'un cadre réglementaire en harmonie avec le nouveau contexte économique et social et ce. grâce aux atouts dudit code. de la protection des créanciers . Le premier remonte à 1959. du renforcement des mesures de publicité et du dispositif de contrôle. Les principales dispositions régissant les types de sociétés prévus par le code se résument comme il est développé dans les paragraphes qui suivent. La loi n° 2005 – 12 du 26 janvier 2005 portant modifications de quelques dispositions du code des sociétés commerciales . date de promulgation du premier Code de Commerce et plus particulièrement les articles 13 à 188 régissant les Sociétés Commerciales. Les dispositions de ce Code ont été complétées et modifiées à quatre reprises : La loi n° 2001 – 117 du 6 décembre 2001 complétant le code des sociétés commerciales . de l'institution de nouveaux types de sociétés et de nouveaux modes de gestion et d'administration .

• • Le gérant est révocable dans les mêmes conditions suivant lesquelles il a été nommé.I. • Le ou les gérants peuvent être associés ou non associés. sauf les cas expressément prévus dans l’acte constitutif de la société.Principales règles de fonctionnement : • L’associé ne peut céder sa part d’intérêt à un tiers qu’avec le consentement unanime des autres associés et à condition de se conformer aux obligations de publicité.LA SOCIETE EN NOM COLLECTIF (SNC) 1 . Dans ce dernier cas. Ils ont également le droit de poser des questions écrites sur la gestion de la société. des documents comptables.DERBEL & F. Le gérant ne peut. la décision de nomination peut être prise par les associés détenant les trois quarts du capital social. sans autorisation spéciale des associés. • Publication de l’acte de constitution par insertion au JORT et dans deux journaux quotidiens dont l’un est en langue arabe et ce.Procédures de constitution : • Constituée entre deux ou plusieurs personnes et qui sont responsables personnellement et solidairement du passif social . • La raison sociale est composée du nom de tous les associés ou du nom de l’un ou de quelques-uns d’entre eux suivis des mots « et compagnie ». • Le ou les gérants sont désignés soit par les statuts soit par décision prise à l’unanimité des associés. 2 . passer pour son propre compte des marchés avec la société. Les réponses à ces questions doivent être faites par écrit dans un délai ne dépassant pas un mois. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. • Les associés non gérants ont le droit de prendre connaissance deux fois par an. au siège de la société.CHOYAKH – 2008/09 Page 15 / 104 . dans un délai d’un mois à partir de la constitution définitive . • Immatriculation au registre de commerce dans un délai d’un mois à compter de la date de sa constitution .

• Immatriculation au registre de commerce dans un délai d’un mois à compter de la date de sa constitution.Principales règles de fonctionnement : • Les statuts doivent contenir obligatoirement les mentions suivantes : Le montant ou la valeur des apports de tous les associés . NB : Les commandités sont soumis au même régime juridique que les associés dans une SNC.II. • Les décisions sont prises dans les conditions fixées par les statuts. • Publication de l’acte de constitution par insertion au JORT et dans deux journaux quotidiens dont l’un est en langue arabe et ce.Procédures de constitution : • Constituée de deux groupes d’associés : Les commandités : qui seuls peuvent être chargés de la gestion de la société et qui répondent solidairement et indéfiniment des dettes sociales . La part globale des associés commandités et la part de chaque associé commanditaire dans la répartition des bénéfices et dans le boni de liquidation. Il est à signaler que la raison sociale ne doit pas comporter le nom des associés commanditaires.DERBEL & F. • La raison sociale est composée des noms des commandités suivis ou précédés des mots « Société en Commandite Simple ».LA SOCIETE EN COMMANDITE SIMPLE 1 . Les commanditaires : bailleurs de fonds. qui ne sont tenus qu’à concurrence de leurs apports. dans un délai d’un mois à partir de la constitution définitive. La part dans ce montant ou dans cette valeur de chaque associé commandité ou commanditaire .CHOYAKH – 2008/09 Page 16 / 104 . 2 . • L’associé commanditaire ne peut s’immiscer dans la gestion de la société même en vertu d’une procuration. Par contre. les commanditaires sont soumis au même régime juridique que les associés d’une SARL. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.

au siège de la société. si elle est demandée soit par un commandité. • Les parts sociales ne peuvent être cédées qu’avec le consentement unanime de tous les associés. exception faite de la décision de changement de la nationalité de la société qui doit être prise à l’unanimité des associés. les mêmes conditions citées au paragraphe précédent sont applicables pour le cas de cession des parts d’un associé commandité à un commanditaire ou à un tiers étranger à la société. • Les commanditaires ont le droit de poser par écrit des questions se rapportant à la gestion de la société. que la cession des parts des associés commanditaires au profit des non associés ne peut être faite qu’avec le consentement de tous les associés commandités et la majorité des associés commanditaires en nombre et en capital .• La réunion d’une assemblée de tous les associés est de droit. • Les statuts peuvent stipuler : que la cession des parts des associés commanditaires est libre entre associés . • Les commanditaires ont le droit de prendre connaissance deux fois par an. • Les statuts ne peuvent être modifiés qu’avec le consentement de tous les commandités et le consentement de la majorité en nombre et en capital des commanditaires. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F. soit par le quart en nombre et en capital des commanditaires. des documents comptables. Le gérant doit y répondre par écrit.CHOYAKH – 2008/09 Page 17 / 104 .

LA SOCIETE EN PARTICIPATION 1.CHOYAKH – 2008/09 Page 18 / 104 . • La cession des parts entre les associés est effectuée conformément aux dispositions statutaires. • La gérance est confiée à un ou plusieurs associés. les règles relatives au gérant de la SNC sont applicables. ou le décès de l’un d’eux. • Chaque associé est tenu d’agir et de contracter conformément aux statuts de la société et dans l’intérêt de tous les associés. • La société ne peut émettre des titres cessibles ou négociables. Le ou les gérants exercent leur activité en leur nom personnel dans l’intérêt de la société.DERBEL & F. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. opérations et contrats qu’il conclut dans un délai ne dépassant pas trois mois à compter de la date de leur conclusion. la règle est l’affectation égalitaire entre tous les associés.Procédures de constitution : • C’est un contrat par lequel les associés déterminent librement leurs droits et obligations réciproques.III. les associés seront tenus dans les mêmes conditions que ceux d’une société en nom collectif. dans un délai de trois mois de la date de l’offre. • Chaque associé doit rendre compte à ses co-associés de tous les actes. • La société prend fin par : l’expiration de la durée qui lui a été fixée . la cession ne peut être faite à un tiers que si les co-associés ont refusé l’offre d’achat provenant d’un associé et ce. ou l’accord de tous les associés . A défaut.Principales règles de fonctionnement : • Si la société en participation se révèle aux tiers. Toutefois. • La distribution des bénéfices et la répartition des pertes se font conformément aux statuts. Elle n’est soumise ni à l’immatriculation ni à aucune forme de publicité. • Les modalités de révocation et de démission du gérant sont fixées par les statuts. • Ce type de société n’a pas de personnalité morale. En cas de silence. 2. Elle ne peut être connue des tiers. • La cession des parts à un tiers étranger de la société entraîne la transformation de celle-ci en une société en nom collectif. et fixent leurs contributions aux pertes et leurs parts dans les bénéfices.

LA SOCIETE A RESPONSABILITE LIMITEE 1.IV. • Les fonds provenant de la libération des parts sociales sont déposés auprès d’un établissement financier. • La société n’est définitivement constituée que lorsque les statuts mentionnent que toutes les parts représentant des apports en numéraire ou en nature.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 19 / 104 . 2.RL » et de l’énonciation du capital social. • L’acte constitutif doit contenir une évaluation de tout apport en nature. Cette évaluation doit être faite par un commissaire aux apports qui doit être désigné à l’unanimité des associés. sa valeur en dinar tunisien est déterminée au taux de change ayant cours au jour de la libération de l’apport. les associés peuvent décider à la majorité des voix de ne pas recourir à un commissaire aux apports. si la valeur de chaque apport en nature ne dépasse pas la somme de trois mille dinars. • • Le nombre des associés ne peut être supérieur à cinquante (50). Le gérant ne pourra retirer ces fonds qu’après l’accomplissement de toutes les formalités de constitution et son immatriculation au registre de commerce. ont été réparties entre les associés et que leur valeur a été totalement libérée. les parts sociales ne peuvent être représentées par des titres négociables. L’acte de constitution doit être signé par tous les associés ou par leurs mandataires justifiant d’un pouvoir spécial.Procédures de constitution : • Le capital social est fixé par son acte constitutif (l’obligation du minimum de capital fixé à 1000 Dinars est abrogée par l’article 12 de la loi n° 2007-69 du 27 décembre 2007 relative à l’initiative économique) • La dénomination sociale doit être précédée ou suivie immédiatement de la mention « S. • Si la participation au capital est en monnaie étrangère. Par ailleurs. Toutefois. Le rapport dudit commissaire aux apports doit être annexé à l’acte constitutif. • Les parts sociales ne peuvent être cédées à des tiers étrangers à la société qu’avec le consentement de la majorité des associés représentant au moins les trois quarts du capital ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.A.Principales règles de fonctionnement : • La société ne peut émettre ni garantir des valeurs mobilières.

sa détermination sera faite par un expert comptable inscrit sur la liste des experts judiciaires. racheter les parts au prix fixé selon les modalités énoncées ci-dessus et réduire son capital du montant de la valeur nominale des parts cédées.DERBEL & F. L’assemblée générale statue sur ce rapport. est simultanément gérant ou associé de la SARL.CHOYAKH – 2008/09 Page 20 / 104 . sur lequel sont mentionnés : L’identité de chaque associé et le nombre des parts lui revenant . NB : Ces dispositions s’appliquent aux conventions passées avec une société dont un associé solidairement responsable. la durée du mandat du gérant sera de trois ans renouvelables. ou que ses parts soient prises en compte pour le calcul du quorum ou de la majorité. Les cessions et transmissions des parts sociales. Si la société manifeste son refus d’approuver la cession. soit par le commissaire aux comptes s’il en existe un. • Le ou les gérants peuvent être désignés parmi les associés ou parmi les tiers. Le projet de cession est notifié à la société et à chacun des associés. ainsi qu’entre la société et l’un de ses associés doit faire l’objet d’un rapport présenté à l’assemblée générale soit par le gérant. gérant. les associés sont tenus d’acquérir ou de faire acquérir les parts dans un délai de trois mois à compter de la date du refus. sans que le gérant ou l’associé intéressé puisse prendre part au vote. En cas de silence des statuts ou de la décision de nomination. Si la société n’a pas fait connaître sa décision dans le délai de trois mois à compter de la dernière notification. En cas de désaccord sur le prix de cession. Les versements effectués . • Un registre des associés est tenu au siège social. • Toute convention intervenue directement ou par personne interposée entre la société et son gérant associé ou non. le consentement de la société est réputé acquis. administrateur Directeur général ou membre du directoire ou membre du conseil de surveillance.social. • Il est interdit à la SARL d’accorder des crédits à son gérant ou aux associés personnes ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. La société peut également. sous la responsabilité du gérant. dans le même délai et avec le consentement exprès du cédant.

Les documents suivants doivent être adressés aux associés 30 jours au moins avant la date de la tenue de l’assemblée : le rapport de gestion.DERBEL & F. • 5% des bénéfices ajustés des reports des exercices antérieurs (article 287 CSC) sont prélevés annuellement pour constituer la réserve légale. L’interdiction s’étend aux représentants légaux des personnes morales associés ainsi qu’aux conjoints. La majorité requise pour la prise de décision en AGE est les trois quarts au moins du capital social. Ce prélèvement cesse d’être obligatoire ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Toutefois. et si une clause statutaire le prévoit. • Les décisions sont prises par les associés réunis en assemblée générale ordinaire ou extraordinaire. La nomination d’un CAC peut être demandée par un ou plusieurs associés représentant au moins le dixième du capital social. • En cas d’augmentation du capital. trois mois au moins avant la date de la tenue de l’AGE qui doit en délibérer.physiques. celle-ci est effectuée par les associés délibérant aux conditions de quorum et de majorité propres aux assemblées générales ordinaires. • L’AGO annuelle doit être tenue dans un délai de six mois à compter de la clôture de l’exercice social. Le CAC établit un rapport adressé à l’AGE indiquant ses appréciations sur les causes et les conditions de la réduction. ascendants et descendants des personnes sus visées. les états financiers. Si le nombre des associés est inférieur à 6. dans ce cas. sauf pour les délibérations relatives à l’approbation des états financiers. les décisions peuvent être prises par réponses écrites des associés. le projet de réduction doit être communiqué au CAC et ce. l’AGO statue sur ladite demande. • En cas de réduction du capital. les anciens associés bénéficient des droits préférentiels de souscription qui doivent être exercés dans le délai fixé par la résolution d’augmentation du capital sans que ce délai ne puisse être inférieur à 20 jours à compter de la date d’ouverture du droit de souscription.CHOYAKH – 2008/09 Page 21 / 104 . • Lorsque la désignation d’un commissaire aux comptes est obligatoire (en application de l’article 13 du CSC). l’inventaire des biens de la société. • • La majorité requise pour la prise de décision en AGO est la moitié au moins du capital social. Toutefois. les statuts peuvent prévoir une majorité inférieure. le texte des résolutions proposées et le rapport du CAC s’il en existe un. la désignation d’un CAC est obligatoire si la demande émane d’un ou de plusieurs associés représentant au moins le cinquième du capital social. sous quelque forme que ce soit. ou d’avaliser ou de garantir leurs engagements envers les tiers.

Si la dissolution n’est pas décidée. s’il y a lieu. de réduire ou d’augmenter son capital d’un montant au moins égal à celui des pertes. sur la dissolution anticipée de la société. suite aux pertes que la société a subi. la société est tenue.CHOYAKH – 2008/09 Page 22 / 104 . après constitution des réserves légales et statutaires.lorsque le montant de ladite réserve atteint le dixième du capital. au plus tard à la clôture de l’exercice suivant. au moins une fois tous les trois ans et ce. • Si les états financiers font apparaître que les fonds propres sont inférieurs de moitié au capital social. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. une AGE sera convoquée dans les deux mois de la constatation des pertes pour se prononcer.DERBEL & F. • Si des bénéfices sont réalisés. les dividendes seront distribués dans une proportion qui ne peut être inférieure à 30%. sauf si l’AGO décide le contraire à l’unanimité.

R.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 23 / 104 .LA SOCIETE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE (SUARL) 1. 2. • L’associé unique ne peut déléguer la gestion sociale à un mandataire. ainsi que le rapport du commissaire aux comptes s’il en existe un. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.U. l’inventaire et les comptes annuels.L » et de l’énonciation du capital social.V . auxquels est annexé le rapport du CAC s’il existe. La dénomination sociale doit être précédée ou suivie immédiatement de la mention « S. • L’associé unique doit établir le rapport de gestion.A.Procédures de constitution : • • Elle est composée d’un seul associé qui doit être une personne physique. dans un délai de 3 mois à compter de la clôture des comptes. • l’obligation du minimum de capital fixé à 1000 Dinars est abrogée par l’article 12 de la loi n° 2007-69 du 27 décembre 2007 relative à l’initiative économique. Ces documents sont approuvés par l’associé unique et ce.Principales règles de fonctionnement : • Toute convention intervenue entre la société et l’associé unique soit directement ou par personne interposée doit être annexée aux documents comptables annuels.

Les fonds provenant de la souscription en numéraire sont déposés dans un établissement bancaire au compte de la société en formation avec la liste des souscripteurs et l'indication des sommes versées par chacun d'eux. 1-1 Société faisant appel public à l’épargne Avant toute souscription du capital.C). La libération intégrale des actions en numéraire doit intervenir dans un délai maximum de 5 ans à compter du jour de la constitution définitive de la société. L'apporteur en numéraire doit verser au moins le quart du montant des actions souscrites par lui. le capital doit être divisé en actions dont le montant nominal ne peut être inférieur à un dinar. • Le capital social ne peut être inférieur à cinq mille dinars. son capital ne peut être inférieur à cinquante mille dinars.CHOYAKH – 2008/09 Page 24 / 104 . Dans les deux cas. Lorsque la société fait appel public à l'épargne. un projet de statuts signé par les fondateurs. La souscription doit être constatée par un bulletin de souscription signé des souscripteurs ou de leurs mandataires. doit être déposé au greffe du tribunal de première instance du siège social. Le retrait des fonds provenant des souscriptions est opéré par le représentant légal de la société contre remise par lui d'une copie certifiée conforme du procès-verbal de l'assemblée constitutive et du procès-verbal du premier conseil d'administration ou du directoire ainsi que d'une copie du certificat d'immatriculation de la société au registre de commerce.VI.A) 1.Procédures de constitution : • • Constituée entre sept actionnaires au moins. Désignée par une dénomination sociale précédée ou suivie de la forme de la société et du montant du capital social. si elle ne fait pas appel public à l'épargne. Avant toute souscription.LA SOCIETE ANONYME (S. La société n'est constituée qu'après la souscription de la totalité du capital social. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.S. les fondateurs doivent publier une notice destinée à l'information du public dans le Journal officiel de la République Tunisienne et dans deux journaux quotidiens dont l'un est en langue arabe (la notice doit comporter les informations citées dans l’article 164 du C.DERBEL & F.

ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Elle nomme les premiers administrateurs et les premiers commissaires aux comptes conformément aux dispositions des articles 189 et 260 et suivants du C.DERBEL & F. A défaut. soit par un mandataire justifiant d'un pouvoir spécial. soit en personne. la société doit être immatriculée au registre de commerce à la demande de son représentant légal conformément aux dispositions de la loi relative au registre du commerce. Les statuts sont signés par les actionnaires. Toutefois. Dans le délai de 15 jours à partir de la clôture de la souscription. à charge pour eux de prouver qu’ils ont été chargés de souscription pour compte. un état des versements effectués et un exemplaire de l’original de l’acte constitutif.La souscription et les versements sont constatés par une déclaration des fondateurs. une liste nominative des souscripteurs. En cas d'apport en nature et préalablement à la constitution de la société. un ou plusieurs commissaires aux apports sont désignés par ordonnance sur requête du président du tribunal de première instance du lieu du siège social parmi les experts judiciaires et ce. L'assemblée générale constitutive vérifie la souscription intégrale du capital social et la libération du montant exigible des actions. Le procès verbal de l’assemblée générale constitutive doit mentionner expressément l’approbation des apports en nature. la société ne peut être constituée légalement. Sont annexés à la déclaration de versement et de souscription.C. Elle se prononce sur l'approbation des statuts qui ne peuvent être modifiés qu'à l'unanimité de tous les souscripteurs. un certificat de l’établissement dépositaire des fonds provenant de la libération ainsi que les bulletins de souscription. à la demande des fondateurs.S. 1-2 Société ne faisant pas appel public à l’épargne : Il s’agit des mêmes règles de constitution que celles régissant les SA faisant appel public à l’épargne. à l’exception du dépôt au greffe du tribunal du projet des statuts et la publication d’une notice d’information au public. Dans le délai d'un mois à compter de cette déclaration.CHOYAKH – 2008/09 Page 25 / 104 . les fondateurs convoquent les souscripteurs en assemblée générale constitutive dans les formes et délais mentionnés dans la notice. le certificat de souscription n’est pas exigé pour les intermédiaires en bourse et les banques. reçue par le receveur de l'enregistrement du siège social.

Il y est procédé au vu d'un rapport annexé aux statuts et établi par un ou plusieurs commissaires aux apports sous leur responsabilité. à moins que les statuts ne prévoient une majorité plus forte. le directeur général.la cession des fonds de commerce ou de l'un de leurs éléments . Toute personne intéressée pourra les consulter. . Les membres du conseil d'administration sont nommés par l'assemblée générale constitutive ou par l'assemblée générale ordinaire pour la durée fixée par les statuts.CHOYAKH – 2008/09 Page 26 / 104 . procéder à des nominations à titre provisoire ( procédure de cooptation). .DERBEL & F. une démission ou à la survenance d'une incapacité juridique. 2-1 Le conseil d’administration: Composé de trois membres au moins et douze membres au plus qui peuvent ne pas avoir la qualité d‘actionnaires. après avoir eu communication d'un rapport des commissaires aux comptes qui seront ultérieurement avisés de cette autorisation. le conseil d'administration peut. Le conseil ne délibère valablement que si la moitié au moins de ses membres sont présents.Les statuts contiennent l'évaluation des apports en nature. Ces conventions sont : . à moins qu'ils n'aient obtenu l'autorisation du conseil d'administration et l'approbation de l'assemblée générale des actionnaires délibérant aux conditions prévues par les statuts. Cette nomination est soumise à la ratification de la prochaine assemblée générale ordinaire.l'emprunt important conclu au profit de la société et dont les statuts fixent le plafond . Le président. suite à un décès. 2. ou l'engager à l'égard des tiers par lesdites conventions. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. les directeurs généraux adjoints ou les membres du conseil d'administration ne peuvent conclure avec la société les conventions citées ci-dessous. Le renouvellement de cette nomination est possible sauf stipulation contraire des statuts. Les décisions sont prises à la majorité des membres présents ou représentés. sans que celle-ci puisse excéder trois ans. une incapacité physique. En cas de vacance d'un poste au conseil d'administration. entre deux assemblées générales.Principales règles de fonctionnement : La société anonyme est administrée par un conseil d'administration ou par un directoire et un conseil de surveillance. Les statuts doivent être déposés au greffe du Tribunal de première instance du lieu du siège social.la location gérance des fonds de commerce.

exception faite de la cession du fonds de commerce. Ces membres sont révocables par l’AGO. sous peine de nullité du contrat. Il doit être une personne physique et actionnaire de la société et ce.S. un président qui a la qualité de président directeur général.DERBEL & F. Ils doivent obligatoirement être des personnes physiques.C. ou d'en recevoir des subventions. de se faire consentir par elle une avance. ou de la location gérance des fonds de commerce. Le conseil d'administration peut allouer des rémunérations exceptionnelles pour les missions ou mandats confiés aux membres du conseil d'administration.CHOYAKH – 2008/09 Page 27 / 104 . La même interdiction s'applique aux représentants permanents des personnes morales membres au conseil d'administration. sous quelque forme que ce soit. Leurs rémunérations sont fixées par le conseil de surveillance. 2-2 Le directoire et le conseil de surveillance : Le directoire peut se composer de cinq membres au maximum. dans ce cas. qui restent soumises aux résolutions de l'assemblée générale extraordinaire. ces rémunérations portées aux charges d'exploitation de la société. sont soumises aux dispositions des articles 200 et 202 du C. Le conseil fixe la rémunération du présent directeur général. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. une somme fixée annuellement à titre de jetons de présence. sauf stipulation contraire des statuts. un découvert en compte courant ou autre. ascendants et descendants et toute personne interposée pour le compte de l'un d'eux de contracter. ainsi que de faire cautionner ou avaliser par elle leurs engagements envers les tiers. Les membres du directoire sont nommés par le conseil de surveillance pour une durée maximale de six ans renouvelable. les autorisations et approbations ci-dessus indiquées ne s'appliquent pas aux sociétés anonymes exerçant une activité bancaire. Il est interdit aux personnes citées ci-dessus. les conventions portant sur les opérations courantes nécessaires à la réalisation de l'objet social. De même. Ils peuvent être choisis en dehors des actionnaires.Sont dispensées de l'autorisation et de l'approbation ci-dessus indiquées. Le conseil d'administration élit parmi ses membres. Les statuts de la société peuvent opter pour la dissociation entre les fonctions de président du conseil d'administration et celles de directeur général de la société. des emprunts avec la société. L'assemblée générale peut allouer aux membres du conseil d'administration en rémunération de leur activité. ou de l'un de ses éléments. à peine de nullité de sa nomination. à leurs conjoints.

Les membres du conseil de surveillance sont nommés par l'assemblée générale constitutive ou par l'assemblée générale ordinaire pour une durée déterminée par les statuts. le directoire est tenu de présenter un rapport au conseil de surveillance. ou L’engagement auprès des établissements de crédit est supérieur à 25 millions de dinars. modifiant et complétant le CSC. Les règles régissant les conventions réglementées citées par l’article 200 du CSC (et citées ci-haut pour le conseil d’administration) sont applicables pour les opérations conclues entre la société et les membres du directoire ou du conseil de surveillance. Le quorum prévu pour le conseil de surveillance est de la moitié des membres. fixé par les statuts. L'assemblée générale peut allouer aux membres du conseil de surveillance pour l'exercice de leur activité des jetons de présence dont le montant est fixé annuellement. Le conseil de surveillance est composé de trois membres au moins et de douze membres au plus. 2-4 Désignation obligatoire d’un ou de plusieurs commissaires aux comptes : L’article 259 (nouveau) du code des sociétés commerciales tel qu’amendé par la loi n° 2005-65 du 27 juillet 2005.DERBEL & F. et qui ne peut être inférieure à deux ans ni supérieure à six ans. Ses décisions sont prises à la majorité des membres présents ou représentés.CHOYAKH – 2008/09 Page 28 / 104 . faire partie de son directoire. Il est à signaler à ce niveau que l’autorisation de la convention doit émaner du conseil de surveillance. Il est composé de trois administrateurs choisis en dehors du PDG ou DG. prévoit que les fonctions de commissaire aux comptes peuvent être assurées par les personnes physiques et par les sociétés professionnelles qui y sont légalement habilitées. en même temps. Ces membres sont rémunérés par des jetons de présence. Aucun membre du conseil de surveillance de la société ne peut. il importe également de rappeler que depuis l’organisation de la ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Chaque membre du conseil de surveillance doit être propriétaire d'un nombre déterminé d'actions de la société. ou Le total bilan consolidé est supérieur à 50 millions de dinars . A cet égard.Une fois par trimestre au moins. 2-3 Le comité permanant d‘audit : Sa création est obligatoire si : La société fait appel public à l’épargne .

les comptes de ces centres sont soumis à un audit annuel effectué par un expert comptable inscrit à l’ordre tunisien des experts comptables conformément à la législation en vigueur. Audit des centres d'intérêt public économique4. portant réorganisation du marché financier. avait fixé à 3 millions de dinars TTC.DERBEL & F. Avant la promulgation de la loi n° 2005-96 du 18 octobre 2005 dite loi relative au renforcement de la sécurité des relations financières (LRRSRF). relative aux établissements de crédit. La LRRSRF rend obligatoire la désignation d’un commissaire aux comptes membre de l’OECT si deux des limites chiffrées relatives au total du bilan. Le décret n° 2006-1546 du 6 juin 2006. Etc. portant promulgation du code des organismes de placement collectif.000 dinars 30 Il est à rappeler que certaines missions sont réservées aux membres de l’OECT par des textes spécifiques.000. 3 Article 20 de la loi n°94-117 du 14 novembre 1994. fixe ces limites chiffrées comme suit : • • • Total bilan Total des produits hors taxes Nombre moyen des employés : : : 1. l’arrêté du Ministre du Plan et des Finances du 7 juin 1983. 2 1 ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.000 dinars 2. Audit légal des sociétés d’assurance. Il s’agit notamment des missions suivantes : Audit légal des entreprises publiques. Audit des organismes de placement collectif2. l’exercice des fonctions de commissaire aux comptes relève du monopole exclusif des experts comptables membres de l’OECT et des techniciens de la comptabilité membres de la Compagnie des Comptables de Tunisie (CCT).CHOYAKH – 2008/09 Page 29 / 104 .500. Par ailleurs. au total des produits hors taxes et au nombre moyen des employés sont remplies. 4 En application des dispositions de la loi n°2005-57 du 18 juillet 2005. relative aux centres d’intérêt public économique. relatif à l’application des dispositions de l’article 13 du CSC. Audit légal des sociétés admises à la cote de la Bourse3. Audit légal des établissements de crédit1.profession des comptables. Article 35 de la loi n° 2001-83 du 24 juillet 2001. l'article 13 ter du Code des Sociétés Commerciales (ajouté en vertu de l'article 5 de la loi n° 2005-96 du 18 octobre 2005) soumet à l'obligation de désigner deux ou de plusieurs commissaires aux comptes inscrits au tableau de l’ordre des experts comptables de Tunisie : Article 35 de la loi n° 2001-65 du 10 juillet 2001. le montant du chiffre d’affaires au dessous duquel les sociétés peuvent choisir un ou des commissaires aux comptes soit parmi ceux inscrits à l’OECT soit parmi tout autre technicien de la comptabilité.

quinze jours au moins avant la date fixée pour la réunion. le tiers du capital. une deuxième assemblée est tenue sans qu’aucun quorum ne soit requis. Les sociétés tenues d’établir des états financiers consolidés conformément à la législation en vigueur si le total de leur bilan au titre des comptes consolidés dépasse un montant fixé par décret .Les établissements de crédit faisant appel public à l’épargne et les sociétés d’assurances multibranches . A défaut de quorum. Quorum requis : au moins sur première convocation. 2-6 L’assemblée générale extraordinaire: Seule habilitée à modifier les dispositions statutaires. Les sociétés dont le total de leurs engagements auprès des établissements de crédit et l’encours de leurs émissions obligataires dépasse un montant fixé par décret.DERBEL & F. Les décisions sont prises à la majorité des deux tiers des voix des actionnaires présents ou représentés. Quorum requis : le tiers au moins des actions conférant à leur titulaire le droit de vote. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.CHOYAKH – 2008/09 Page 30 / 104 . approuver les états financiers et affecter le résultat. Les décisions sont prises à la majorité des voix des actionnaires présents ou représentés. Elle est convoquée par un avis publié au Journal Officiel de la République Tunisienne et dans deux quotidiens dont l'un est en langue arabe. la moitié du capital et sur deuxième convocation. Le décret n° 2006-1546 du 6 juin 2006 relatif à l’application des dispositions de l’article 13 ter du CSC fixe les limites chiffrées pour le recours obligatoire au co-commissariat comme suit : • • Total bilan au titre des états financiers consolidés Total des engagements auprès des établissements de crédit et l'en-cours des émissions obligataires 100 millions de dinars 25 millions de dinars 2-5 L’assemblée générale ordinaire: Convoquée au moins une fois par an et dans les six mois qui suivent la clôture de l’exercice comptable pour contrôler les actes de gestion. Les commissaires aux comptes ne doivent pas être liés par des relations d’association ou par d’autres liens quels qu’ils soient qui sont de nature à limiter leur indépendance et sont tenus de fixer les conditions et les modalités d’élaboration de leurs rapports en s’appuyant sur la procédure de l’examen contradictoire.

Toutefois. un droit de préférence à la souscription des actions de numéraire émises pour réaliser une augmentation du capital. Toutefois. La décision de réduction du capital devra être publiée au Journal Officiel de la République Tunisienne et dans deux quotidiens dont l'un est en langue arabe dans un délai de trente jours à partir de sa date. l’assemblée générale extraordinaire qui décide ou autorise une augmentation du capital social peut supprimer le droit préférentiel de souscription pour la totalité de l'augmentation du capital ou pour une ou plusieurs parties de cette augmentation. obligatoirement et à peine de nullité de l'augmentation. le rapport du conseil d'administration ou du directoire et celui des commissaires aux comptes relatif à l'augmentation du capital et à la suppression dudit droit préférentiel. de dépôt des fonds et d’évaluation des apports applicables lors de la constitution de la SA sont applicables en cas d’augmentation du capital. Les actionnaires ont. doit être réalisée dans un délai de six mois à compter de la date de l'ouverture des souscriptions. Le délai d'exercice du droit de souscription d'actions de numéraire ne peut en aucun cas être inférieur à quinze jours. suite à un rapport établi par le commissaire aux comptes. L’AGE décide la réduction du capital selon les conditions requises pour la modification des statuts.DERBEL & F.Une augmentation du capital doit être réalisée dans un délai maximum de cinq ans à dater de la décision prise ou autorisée par l'assemblée générale extraordinaire. Elle approuve.CHOYAKH – 2008/09 Page 31 / 104 . la libération du quart de l'augmentation du capital social et. proportionnellement au montant de leurs actions. le conseil d’administration ou le directoire doit dans les quatre mois de l’approbation des comptes. Si les comptes ont révélé que les fonds propres de la société sont devenus en deçà de la moitié de son capital en raison des pertes. Les mêmes règles de publicité. la totalité de la prime d'émission. provoquer la réunion de l’assemblée générale extraordinaire à l’effet de statuer sur la question de savoir s’il y a lieu de prononcer la dissolution de la société. le cas échéant. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.

Les statuts désignent les premiers gérants qui accomplissent les formalités de constitution au même titre que les fondateurs des sociétés anonymes. 2. Le capital social de la société ne peut être inférieur à cinq mille dinars. l'accord de tous les commandités. Le nombre des commanditaires ne peut être inférieur à trois.CHOYAKH – 2008/09 Page 32 / 104 . Les commanditaires ont seuls la qualité d'actionnaires et ne supportent les pertes qu'à concurrence de leurs apports. Les commandités ont la qualité de commerçant et répondent indéfiniment et solidairement des dettes sociales. Les apports effectués par les commanditaires doivent être intégralement libérés dès la souscription. Au cours de l'existence de la société.DERBEL & F. le ou les gérants sont désignés par l'assemblée générale ordinaire avec l'accord de tous les associés commandités.Procédures de constitution : Elle est composée de commandités et de commanditaires. L'assemblée générale ordinaire désigne dans les conditions fixées par les statuts un conseil de surveillance composé de trois actionnaires au moins (à défaut de stipulation statutaire. Les dispositions régissant les conventions conclues entre les sociétés anonymes et leurs dirigeants sont applicables aux conventions intervenant directement ou par personne interposée entre une société et l'un de ses gérants ou l'un des membres de son conseil de surveillance. sauf clause contraire. La modification des statuts exige. NB : Les actionnaires ayant la qualité de commandités ne peuvent participer à la désignation des membres du conseil de surveillance. les membres du conseil de surveillance sont désignés par décision des associés commanditaires détenant au moins 50% du capital social).Principales règles de fonctionnement : La société est gérée par un ou plusieurs gérants qui doivent être choisis parmi les associés commandités ou choisis par eux. et sauf clause contraire des statuts. Un associé commandité ne peut être membre du conseil de surveillance.VII. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.LA SOCIETE EN COMMANDITE PAR ACTIONS (SCA) 1.

DEUXIEME PARTIE : LA LEGISLATION DU TRAVAIL ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.CHOYAKH – 2008/09 Page 33 / 104 .DERBEL & F.

effectuer des opérations de sauvetage ou pour réparer des défectuosités dans le matériel.Les conséquences de la fin du contrat de travail : Le contrat de travail à durée déterminée prend fin par l’expiration de la durée convenue ou par l’accomplissement du travail objet du contrat. 2. L’accomplissement de travaux nécessités par un surcroît extraordinaire de travail . Le contrat de travail à durée déterminée peut également être conclu. Le contrat de travail à durée déterminée ou à durée indéterminée prend fin : ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. au contrat à durée indéterminée. sur accord entre l’employeur et le travailleur et à condition que la durée de ce contrat n’excède pas quatre ans y compris ses renouvellements.DERBEL & F. les équipements ou les bâtiments de l’entreprise . 3. La relation de travail est prouvée par tous les moyens.Définition du contrat de Travail : Le contrat de travail est une convention par laquelle l’une des parties appelée « travailleur » ou « salarié » s’engage à fournir à l’autre partie appelée « employeur » ses services personnels sous la direction et le contrôle de celle-ci. moyennant une rémunération. Le contrat de travail à durée déterminée peut comporter une limitation de la durée de son exécution ou l’indication du travail dont l’accomplissement met fin au contrat.CHOYAKH – 2008/09 Page 34 / 104 . Le remplacement provisoire d’un travailleur permanent absent ou dont le contrat de travail est suspendu . L’accomplissement de travaux urgents pour prévenir des accidents imminents.Durée du contrat de Travail : Le contrat de travail est conclu pour une durée indéterminée ou pour une durée déterminée.LE CONTRAT DE TRAVAIL 1. L’exécution de travaux saisonniers ou d’autres activités pour lesquelles ne peut être fait recours. selon l’usage ou de par leur nature. Le contrat de travail à durée déterminée peut être conclu dans les cas suivants : L’accomplissement de travaux de premier établissement ou de travaux neufs . dans des cas autres que ceux indiqués au paragraphe précèdent.I .

La maladie suspend le contrat de travail. sauf le cas de faute grave. fusion. la convention collective ou l’usage. celui-ci est notifié par lettre recommandée adressée à l’autre partie un mois avant la rupture du contrat.CHOYAKH – 2008/09 Page 35 / 104 . Le contrat à durée indéterminée prend fin par l’expiration du délai de préavis. La faillite de l’employeur n’est pas une cause de résiliation du contrat et la masse des créanciers est subrogée aux droits et obligations qui en résultent. est tenu de la notifier au préalable à l’inspection du travail territorialement compétente. sur la base du salaire perçu par le travailleur au moment du licenciement.Par l’accord des parties .DERBEL & F. notamment par succession. Elle ne constitue un motif de rupture que si elle est suffisamment grave ou prolongée et si les nécessités de l’entreprise obligent l’employeur à remplacer le salarié malade. licencié après l’expiration de la période d’essai. NB . transformation de fonds et mise en société. La durée d’absence est considérée comme travail effectif et n’entraîne aucune réduction de salaires ou d’indemnités. vente.Un contrat de travail subsiste entre le travailleur et l’employeur en cas de modification de la situation juridique de ce dernier. soit du décès du travailleur . compte tenu de tous les avantages n’ayant pas le caractère de remboursement de frais. Par la volonté de l’une des parties suite à une faute grave commise par l’autre partie . Tout travailleur lié par un contrat à durée indéterminée. Les travailleurs sont autorisés à s’absenter durant toute la deuxième moitié de la durée du préavis en vue de leur permettre de rechercher un emploi. Par la résolution prononcée par le juge dans les cas déterminés par la loi . Dans les autres cas prévus par la loi. Le tout sans préjudice des prescriptions plus avantageuses pour le travailleur résultant de dispositions spéciales prévues par l’accord des parties. Tout employeur qui a l’intention de licencier ou de mettre en chômage pour des raisons économiques ou technologiques tout ou partie de son personnel permanent. d’une gratification de fin de service calculée à raison d’un jour de salaire par mois de service effectif dans la même entreprise. bénéficie. En cas d’empêchement d’exécution résultant soit d’un cas fortuit ou de force majeure survenu avant ou pendant l’exécution du contrat. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.

L’existence et l’étendue du préjudice résultant de ce licenciement sont appréciées par le juge compte tenu notamment de la qualification professionnelle du travailleur. du respect des procédures et des circonstances de fait. pour la détermination des dommages et intérêts. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. de son salaire. [sauf dispositions plus favorables prévues par la loi ou par les conventions collectives ou particulières]. de son ancienneté dans l’entreprise. de sa situation familiale. de l’impact dudit licenciement sur ses droits à la retraite.CHOYAKH – 2008/09 Page 36 / 104 . Toutefois. En cas de licenciement abusif. le montant des dommages et intérêts varie entre le salaire d’un mois et celui de quatre mois. du salaire perçu par le travailleur au moment du licenciement compte tenu de tous les avantages n’ayant pas le caractère de remboursement de frais. Il est tenu compte. dans le cas où il s’avère que le licenciement a eu lieu pour une cause réelle et sérieuse mais sans respect des procédures légales ou conventionnelles.DERBEL & F. le préjudice donne lieu à des dommages et intérêts dont le montant varie entre le salaire d’un mois et celui de deux mois pour chaque année d’ancienneté dans l’entreprise sans que ces dommages et intérêts ne dépassent dans tous les cas le salaire de trois années.Il est à noter que cette gratification ne peut excéder le salaire de trois mois quelle que soit la durée du service effectif. de son âge.

les personnes salariées ou travaillant pour un ou plusieurs employeurs. et d’autre part l’employeur pour qu’il y ait assujettissement obligatoire. 1er. b. Contrat Le rapport de dépendance employé / employeur implique qu’il existe un contrat entre d’une part. La loi n° 60-33 du 14 décembre 1960 instituant un régime d'invalidité. al.Travailleurs assujettis : Le régime des salariés non agricoles s’applique à tous les travailleurs.II .35.Les établissements industriels et commerciaux. pour un ou plusieurs employeurs Même si elles ne sont pas titulaires d’un contrat de travail. les syndicats et les associations . Il s’agit des travailleurs liés à leur employeur par un contrat de travail impliquant une subordination juridique au sens du droit du travail. les personnes qui travaillent à quelque titre que ce soit pour un ou plusieurs établissements ou entreprises assujettis sont assimilées aux salariés au regard de l’assujettissement obligatoire au régime des salariés non agricoles.DERBEL & F.LE REGIME DE SECURITE SOCIALE Le régime de sécurité sociale des salariés (régime des prestations familiales.Les entreprises de transport public de marchandises ou de personnes . les coopératives. Le décret n°74-499 du 27 avril 1974. Travail à quelque titre que ce soit. liés par un contrat de travail ou réputés liés par un tel contrat. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. exprès ou tacite. 2. les sociétés civiles. c. Loi n° 60-30 du 14 décembre 1960).CHOYAKH – 2008/09 Page 37 / 104 . 1. Qualité de salariés Les salariés au sens strict constituent la grande majorité des assujettis. et qui font partie des établissements. entreprises ou professions assujetties (art. régime des assurances sociales. de vieillesse et de survie et un régime d'allocation de vieillesse dans le secteur non agricole . les employeurs exerçant une profession libérale. Ce contrat peut revêtir n’importe quelle forme : il peut être verbal ou écrit.Entreprises assujetties : a. il peut même ne pas être valable. régime des pensions) est régi par : La loi n° 60-30 du 14 décembre 1960 relative à l'organisation des régimes de sécurité sociale .Les entreprises ou établissements agricoles qu’ils aient ou non la forme coopérative .

CHOYAKH – 2008/09 Page 38 / 104 . les pièces suivantes sont exigibles : la demande d’affiliation . al. daté du jour du dépôt ou de l’envoi. Loi n° 60-30 du 14 décembre 1960).DERBEL & F. d’autres pièces sont exigées : une copie des statuts enregistrés . L’affiliation s’accompagne de l’immatriculation du personnel salarié (art. la transformation. il ne peut y avoir. Délai de la demande d’affiliation Pour obtenir leur affiliation. 1er.Affiliation des employeurs : Demande d’affiliation à la charge des employeurs Les employeurs. au regard du champ d’application de l’assujettissement du travailleur. Loi n° 60-30 du 14 décembre 1960). les employeurs doivent se faire connaître à la caisse nationale dans le mois qui suit la date à laquelle ils commencent à être assujettis au régime de sécurité sociale (art. Formalité de la demande La demande d’affiliation est présentée au moyen d’un formulaire que l’employeur doit se procurer auprès de la caisse dont il relève. 1er. 3. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. al.36. et signé. la copie de l’agrément ou de la décision d’octroi d’avantage ou de l’attestation de dépôt de déclaration (si l’activité est soumise). Loi n° 60-30 du 14 décembre 1960). d. A l’appui de la demande. la copie de la carte d’identité de l’employeur ou de dirigeant . un relevé du personnel employé .37.2. quelle que soit la qualité de l’employeur. Le formulaire doit être exactement rempli.35. al. doivent s’affilier à la caisse nationale dès le moment où ils engagent des salariés. qu’une seule personne physique susceptible d’être considérée comme employeur dont la rémunération n’est pas soumise à cotisation (art.Les personnes employant de la main d’œuvre pour l’édification.Dans ces établissements ou entreprises. occupant du personnel dans les établissements ou professions assujettis. La qualité d’employeur attribuée à cette personne est exclusive de celle de salarié au regard de la législation de la sécurité sociale. la réparation ou à l’aménagement des immeubles pour lesquels une autorisation de bâtir est requise. une copie de l’acte de nomination du dirigeant s’il n’est pas statutaire. Pour les personnes morales.

37.Notification de la décision de la caisse La caisse nationale en informe sans délai l’employeur et les salariés intéressés (art. dans la limite du délai de prescription (art. s’il s’agit d’une affiliation d’office. 36. Toutefois. elle doit être demandée à la caisse de sécurité sociale à laquelle se rattache l’assuré. c’est à l’employeur qu’il incombe de demander l’immatriculation du personnel qu’il emploie. Loi n° 60-30 du 14 décembre 1960). Loi n° 60-30 du 14 décembre 1960).CHOYAKH – 2008/09 Page 39 / 104 . 3. de l’envoi à l’employeur de la mise en demeure. organisant les régimes de sécurité sociale dans le secteur agricole telle que modifiée et complétée par la loi n°89-73 du 2 septembre 1989). Loi n° 60-30 du 14 décembre 1960). Dans le cas contraire. Date d’effet L’affiliation prend effet à compter de la date d’assujettissement si la demande a été introduite dans les 30 jours de celui-ci (art. 2. Délai de la demande d’immatriculation L’immatriculation des assurés sociaux se fait à la demande des employeurs dans le délai d’un mois à compter de l’affiliation de ces derniers. Charge de la demande d’immatriculation Dans la plupart des cas. Obligation d’immatriculation Les prestations sociales ne sont accordées qu’aux salariés immatriculés à la caisse nationale (art. 3. al. et cela sans préjudice du droit pour la Caisse de demander le versement des cotisations arriérées calculées à compter de la date d’assujettissement et augmentées des pénalités de retard. al.DERBEL & F. 4. elle prend effet à compter du premier jour du trimestre en cours à la date de réception par la caisse nationale de la demande d’affiliation ou. que celle-ci ait été effectuée de leur chef ou prononcée d’office. al.11 de la loi n° 81-6 du 12 février 1981.Immatriculation des salariés : L’immatriculation recouvre les formalités obligatoires par lesquelles une personne assujettie est inscrite sur la liste des assurés sociaux . si l’employeur n’a pas fait opposition dans les formes et délais. Pour les travailleurs engagés après cette affiliation.37. les employeurs doivent requérir leur immatriculation ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. l’article 44 du règlement intérieur de la caisse nationale met cette obligation à la charge des salariés dès lors qu’ils sont liés par un contrat de travail et indépendamment de la demande d’affiliation de leur employeur.

5% 4. quel que soit son âge. 38. progressivement sur trois années à compter du 1er Juillet 2007. un extrait de décès de tous les enfants décédés de l’un ou de l’autre conjoint. un bulletin de naissance de chaque enfant vivant de l’un ou de l’autre conjoint.5% La charge des employeurs A la charge des employés Total Si le concerné est marié avec enfants à charge.5% 23.DERBEL & F. Elle doit être accompagnée des pièces suivantes : carte d’identité nationale . bulletin de naissance du travailleur . par régime.5% 16% 7. al. 5. 1er. chacun pour ce qui le concerne.à la caisse nationale dans le mois à compter de leur engagement (art.75 13% 2. Loi n° 60-30 du 14 décembre 1960). ainsi qu'il suit (pour le régime général du secteur non agricole) : ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. se présentent actuellement comme suit : (voir aussi les régimes correspondants). quatre photos du travailleur .CHOYAKH – 2008/09 Page 40 / 104 .75% 0. Formalité de la demande d’immatriculation La demande est faite sur un imprimé spécial délivré par la caisse nationale et dûment rempli par le travailleur et l’employeur.75% 3% 17. il doit présenter : - La loi n° 2004-71 du 2 août 2004 et le décret n°2007-1406 du 18 juin 2007 ont institué des majorations des taux des cotisations. daté de moins de trois mois .Cotisations sociales : Les cotisations sociales.75% 5. 1) Régime des salariés non agricoles Taux des cotisations Branche de sécurité sociale Prestations familiales et Assurances sociales • Pensions • Majorations de cotisations patronales Total 0.

57% 16. 4% destinés à financer le régime des assurances sociales.DERBEL & F.72% 8. 3) Régime des étudiants Cotisations : Elle est fixée à 2 dinars par an.71% (même taux que créateurs et artistes).57% 7.57% 24.18% 25.75% 2) Régime des travailleurs non salariés Taux des cotisations et répartition : L’article 9 du décret n° 95-1166 du 3 juillet 1995 fixe à 11% du revenu forfaitaire correspondant à la classe à laquelle est placé l’assuré. Ce taux de cotisation enregistrera une augmentation de 0. Les cotisations se répartissent à raison de : 7% destinés à financer le régime des pensions .93% par an au 1er juillet 2007.71% 9.75% 23.04% 0.47% 24.92% au premier juillet 2010 pour se situer à cette date à 14.57% 8.47% 0.75% 0.CHOYAKH – 2008/09 Page 41 / 104 .32% 0.57% 16.04% 16.57% 16. 2008 et 2009 et 0. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.32% 16.1er juillet 2007 Employeur Avant majoration majoration 1er juillet 2008 Total Employeur 1er juillet 2009 Total Employeur Salarié Salarié Salarié Total 16% 0.71% 25.75% 0.75% 7.72% 25.57% 7.

sans que cette augmentation puisse porter à plus de dix-huit jours ouvrables la durée considérée ou se cumuler avec l’augmentation résultant. soit des usages. chaque année. sans que la durée totale du congé exigible puisse excéder une période de quinze jours comprenant douze jours ouvrables. d’autre part.III . à un congé payé à la charge de l’employeur. de cinq ans de services chez le même employeur. et le salaire et les indemnités qu’il percevait habituellement pendant l’exercice effectif du travail. justifie avoir été occupé chez le même employeur pendant une période de temps équivalente à un minimum d’un mois de travail effectif. Il peut être octroyé au cours d’une autre période de l’année en vertu d’accords collectifs ou individuels ou par l’employeur lorsque la nécessité du travail l’exige et après avis de la commission consultative d’entreprise ou des délégués du personnel.CHOYAKH – 2008/09 Page 42 / 104 . Le travailleur perçoit pendant son congé une indemnité calculée sur la base de la durée du congé à laquelle il a droit d’une part. Ne sont plus comptés dans le congé annuel payé les jours fériés légaux et les interruptions de travail dues à la maladie ou à un accident. Tout travailleur qui. La durée du congé annuel ainsi fixée est augmentée à raison d’un jour ouvrable par période entière. La durée de départ de la période prise en considération pour l’appréciation du droit au congé est fixée au 1er janvier de chaque année. au cours de l’année de référence.LE DROIT AUX CONGES Tout salarié a droit.DERBEL & F. continue ou non. soit des stipulations des conventions collectives ou des contrats individuels de travail. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Le congé annuel est octroyé au cours de la période du 1er juin au 31 octobre de chaque année. a droit à un congé dont la durée est déterminée à raison d’un jour par mois de travail.

Les investissements éligibles à cet avantage sont : Investissements des industries manufacturières. céramique et verre : Activités de services : il s'agit des activités de services éligibles aux encouragements au titre du développement régional telle que fixée à l'annexe 2 du décret n°94-539 du 10 mars 1994.IV . l'Etat prend en charge la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale au titre des salaires versés aux employés tunisiens durant une période de 5 ans à compter de la date d'entrée en activité effective pour les investissements réalisés par les entreprises établies dans les zones d'encouragement régional dans les secteurs de l'industrie. tel que modifié et complété par les décrets n° 2002-1363 du 11 juin 2002 et 2003-1677 du 11 août 2003.AVANTAGES SOCIAUX LIES A L'EMPLOI 1Promotion de l’emploi et soutien des entreprises implantées dans les zones de développement régional : 1. du tourisme ainsi que dans certaines activités de services Les salaires versés avant l'entrée effective en activité restent soumis à la contribution CNSS.CHOYAKH – 2008/09 Page 43 / 104 . de services et de l'artisanat : il s'agit des activités éligibles aux encouragements au titre du développement régional définies par le décret n° 94-492 du 28 février 1994.DERBEL & F. préparation de torréfaction de café Exploitation de carrières Secteur des industries diverses Développement et production de films Secteur des industries de matériaux de construction. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.Prise en charge par l'Etat de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale au profit des entreprises implantées dans toutes les zones de développement régional Aux termes de l'article 25 du code d'incitations aux investissements. A . à l'exclusion des activités suivantes : Secteur des industries agricoles et alimentaires : • • • • • • • Boulangerie Pâtisserie industrielle Fabrication de condiments divers Préparation de chicorée.

Activités touristiques : Les activités touristiques pouvant bénéficier des incitations sont limitées aux seules activités d'hébergement. d'animation touristique et du thermalisme. 1. alinéa 2 du CII).jeunes ayant un niveau scolaire entre 3ème et 7ème secondaire . de l'artisanat et des services et réalisés dans lesdites zones. la loi n° 87-75 du 9 août 1981. 2Encouragement à l’emploi des jeunes : Pour favoriser l'adaptation des jeunes à l'emploi et leur recrutement par les entreprises. Afin de promouvoir l’emploi dans les zones de développement régional prioritaire. a prévu l'octroi d'avantages sociaux au profit de l'entreprise.DERBEL & F.Prise en charge additionnelle par l'Etat de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale Les entreprises de tourisme saharien établies dans les zones de développement régional bénéficient de cette exonération pendant une période supplémentaire de 5 ans. l'article 19 de la loi de finances pour l'année 2005 accorde aux investissements dans les activités de l'industrie.jeunes ayant un diplôme ou certificat (9 ans d’études accomplis) . Exonération de la contribution patronale pendant le stage Cet avantage est accordé aux bénéficiaires d’un contrat emploi formation « CEF ». il s’agit des : .B . le bénéfice d’une prise en charge par l’Etat d’une part de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale au titre des salaires versés aux employés tunisiens durant une période additionnelle de 5 ans dans la limite des taux suivants : Année concernée 1ère Année 2ème Année 3ème Année 4ème Année 5ème Année % de la prise en charge par l’Etat 80% 65% 50% 35% 20% L’avantage sus-mentionné est applicable aux projets dont le bénéfice de la période additionnelle de cinq ans commence avant le 31 décembre 2009.jeunes sortant d’un centre de formation professionnelle agricole ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. modifiée et complétée par la loi n° 93-17 du 22 février 1993. portant ainsi la période de ladite exonération à 10 ans (article 25.CHOYAKH – 2008/09 Page 44 / 104 .

l’entreprise est exonérée de la contribution patronale comme suit : .jeunes ayant au moins le niveau 3ème secondaire ou 1er cycle universitaire .DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 45 / 104 .Prise en charge proportionnelle et temporaire par l’Etat de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale : au titre des salaires versés aux employés tunisiens durant une période de 7ans à partir de la date d’entrée en activité effective pour les investissements réalisés par les entreprises du secteur privé opérant dans les activités relevant des secteurs régis par le code d'incitations aux investissements. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. .les diplômés de l’enseignement supérieur.La rupture abusive du contrat par l’employeur frappe de déchéance tout l’avantage majoré des pénalités de retard. En outre. Il est à noter qu’en cas de paiement par l’entreprise d’indemnité complémentaire à ces stagiaires. 3 . pendant une année après un SIVP dans les deux cas suivants : lorsque la spécialité du stagiaire recruté figure sur la liste des diplômes rencontrant des difficultés d’insertion.Encouragement des nouveaux recrutements des agents de nationalité tunisienne titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur délivré au terme d’une scolarité égale au moins à 2 ans après le bac : 3. A . Exonération de la contribution patronale après recrutement En cas de recrutement de ces jeunes.pendant deux ans après un stage de «CEF» . Il s’agit des : . celles-ci ne sont pas soumises aux prélèvements au titre des cotisations sociales et de l’impôt sur le revenu des personnes physiques. pour les jeunes ayant au moins le niveau de la troisième année accomplie de l'enseignement secondaire général long. ou lorsque le stagiaire recruté est le premier par l’entreprise. durant la période commençant le 1er janvier 2005 et finissant le 31 décembre 2009. pendant une année après un stage d'initiation à la vie professionnelle. ou le niveau du premier cycle de l'enseignement supérieur . cet avantage est accordé aux bénéficiaires de SIVP. et procédant à des nouveaux recrutements des agents de nationalité tunisienne. titulaires d'un diplôme de l'enseignement supérieur délivré au terme d'une scolarité égale au moins à deux années après le baccalauréat ou d'un diplôme équivalent.

Les petites et moyennes entreprises implantées dans les zones de développement régional.l’état peut prendre en charge une quote-part de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale pendant 7 ans suivant le barème suivant : Année concernée 1ère et 2ème Année 3ème Année 4ème Année 5ème Année 6ème Année 7ème Année % de la prise en charge par l’Etat 100% 85% 70% 55% 40% 25% Les modalités et les procédures d’application des présents avantages sont fixées par le décret n°2005-1857 du 27 juin 2005. durant une année et dans la limite de 250 D pour chaque mois. pour la promotion de l’emploi des titulaires des diplômes supérieurs La prise en charge par l’Etat de 50% des salaires nets versés au nouveau recruté défini ci-après et ce. 3. et . un titulaire ou plus d’un diplôme universitaire .Les petites et moyennes entreprises nouvellement adhérées au programme de mise à niveau (après le premier janvier 2004) .DERBEL & F. • Les bénéficiaires : . et ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.B – Prise en charge partielle par l'Etat des salaires versés par le secteur privé. • La population ciblée : Le nouveau recruté doit : . .Les entreprises qui sont déjà établies avant le 1er janvier 2004 et qui recrutent à partir de cette date et pour la première fois.CHOYAKH – 2008/09 Page 46 / 104 .Etre tunisien .

Ainsi. par la prise en charge par l’Etat d’une quote-part de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale pendant 7 ans pour tous les nouveaux recrutements opérés à partir du 1er janvier 2005 au 31 décembre 2009. Les associations de développement .Titulaire d’un diplôme délivré suite à des études supérieures durant au moins deux ans après le bac ou diplôme équivalent. de bénéficier durant une durée d’un an à partir de la date du recrutement de : La prise en charge par l’Etat de 50% des salaires et dans la limite de 200 dinars par mois La prise en charge de l’Etat de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale au titre du salaire versé à la recrue. et Les associations de soutien aux handicapés.DERBEL & F. Les associations de diffusion de la culture numérique . qui procèdent au recrutement d'agents ayant perdu leur emploi pour des raisons économiques ou techniques ou suite à la fermeture définitive ou subite de l'entreprise..CHOYAKH – 2008/09 Page 47 / 104 . a prévu un nouveau type de contrat d’encadrement : le contrat de réinsertion dans la vie professionnelle. les nouvelles dispositions de la loi de finances pour la gestion 2005 permettent aux entreprises. Les pourcentages de la prise en charge par l’Etat sont les suivants : ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. la loi de finances pour la gestion 2005. 5 – Encouragement de certaines catégories d’associations au recrutement des diplômés de l’enseignement supérieur : La loi de finances pour la gestion 2005 a étendu le champ d’application de l’avantage accordé aux entreprises du secteur privé opérant dans les activités relevant des secteurs régis par le code d'incitations aux investissements à certaines catégories d'associations. Les nouvelles recrues doivent être de nationalité tunisienne et titulaires d'un diplôme de l'enseignement supérieur délivré au terme d'une scolarité dont la durée est au moins égale à deux années après le bac ou d'un diplôme équivalent. 4 – Encouragement à la réinsertion dans la vie professionnelle des salariés ayant perdu leur emploi pour des raisons économiques : Pour les travailleurs ayant perdu leur emploi pour des raisons économiques. Les associations bénéficiant de cette mesure sont : Les associations autorisées à accorder des micro-crédits . et ce.

Année concernée 1ère et 2ème Année 3ème Année 4ème Année 5ème Année 6ème Année 7ème Année % de la prise en charge par l’Etat 100% 85% 70% 55% 40% 25% ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 48 / 104 .

TROISIEME PARTIE : INCITATIONS & AVANTAGES FISCAUX ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.CHOYAKH – 2008/09 Page 49 / 104 .DERBEL & F.

DERBEL & F. et avantages spécifiques. divers avantages fiscaux ont été institués en vue d’encourager l’effort à l’épargne et à l’investissement. la promulgation d’un code d’incitations aux investissements . la mise à niveau de la formation professionnelle . pourraient offrir un nouvel élan ainsi que des stimulants forts au développement de l’entreprenariat qui aura des retombées importantes sur la croissance économique. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. On assiste ces deux dernières décennies à une amélioration au niveau du fonctionnement des mécanismes d’aide et d’incitation à la création d’entreprises et diverses facilitations ont été introduites dans le dispositif au profit de la création d’entreprises. la promulgation de la loi portant encouragement à la création des SICAR .I . etc…). se rapportant à une activité ou une opération déterminée (fusion de société. Ces facteurs économiques qui constituent autant de défis à la dynamique de création d’entreprises.APERÇU GENERAL SUR LES INCITATIONS A L’INVESTISSEMENT EN TUNISIE La Tunisie passe aujourd’hui par une phase sensible avec des défis multiples. En Tunisie. Ces avantages peuvent être classés en avantages fiscaux incitatifs à l’épargne et l’investissement.CHOYAKH – 2008/09 Page 50 / 104 . cessions globales. On cite en particulier : la promulgation d’un nouveau code fiscal en 1989 qui encourage les contribuables à l’investissement . dus entre autres à l’ouverture et à la libéralisation de l’économie avec : La signature de la convention OMC en 1995 . l’orientation des mécanismes de l’emploi vers la création d’entreprises. La mondialisation associée à la conjoncture internationale. l’assouplissement de la réglementation de change et la convertibilité courante du dinar . promouvoir une activité ou ne pas entraver la réalisation d’une opération donnée. la libéralisation du marché financier . la refonte du FOPRODI . La signature de la convention de la Zone de Libre Echange avec l’Union Européenne en 1996 . la création du guichet unique et le raccourcissement des délais et des frais de création d’entreprises l’incitation à la création d’entreprises dans les activités de services .

la formation professionnelle . la promotion immobilière . constitue actuellement le noyau législatif régissant les avantages fiscaux en Tunisie.Textes de base : Les avantages fiscaux prévus par la législation fiscale peuvent être scindés comme suit : Les avantages prévus par le code d’incitations aux investissements . le tourisme . les industries manufacturières . ou en partenariat conformément à la stratégie globale de développement qui vise notamment l’accélération du rythme de la croissance et des créations d’emplois dans les activités relevant des secteurs suivants : l’agriculture et la pêche .D’autre part. de l’énergie. l’éducation et l’enseignement . la santé . le transport . autres activités et services non financiers. résidents ou nonrésidents. Le code d’incitations aux investissements couvre pratiquement toutes les activités à l’exception des mines. certains avantages fiscaux sont accompagnés. Les avantages prévus par les autres textes. la protection de l’environnement .DERBEL & F. d’avantages financiers qui se traduisent le plus souvent par l’octroi de primes ou l’accord de prêts à un taux d’intérêt bonifié ou la participation aux frais d’infrastructure ou d’étude du projet. afin de consolider leur effet incitatif. l’artisanat . du commerce intérieur et du secteur financier qui sont régis par des textes spécifiques. le CII fixe le régime de création de projets et d’incitations aux investissements réalisés en Tunisie par des promoteurs tunisiens ou étrangers. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. la production et les industries culturelles . 1. l’animation pour les jeunes et l’encadrement de l’enfance . les travaux publics . auparavant éparpillés. A/ Le Code d’Incitations aux Investissements Promulgué par la loi n° 93-120 du 27 décembre 1993. le code d’incitations aux investissements est entré en vigueur le 1er janvier 1994. En vertu de son article premier. Ce code qui a essayé de regrouper les différents textes d’avantages.CHOYAKH – 2008/09 Page 51 / 104 .

les étrangers résidents ou non résidents sont libres d’investir dans les projets réalisés dans le cadre du code d’incitations aux investissements. 1er. CII). le décret n° 98-29 du 12 janvier 1998 .DERBEL & F. sociétés professionnelles d’avocats. le courtage international. autres que totalement exportatrices. fusions et scissions…) . 2. code minier…) . Les textes régissant certains types particuliers d’entreprises (loi sur les banques d’investissement. code d’incitations aux investissements). loi sur les établissements de santé prêtant la totalité de leurs services aux non résidents. tels que : Les textes fiscaux à l’instar du code de l’IRPP et de l’IS (la transmission et restructurations des entreprises. B/ Les autres textes d’avantages fiscaux Certains avantages fiscaux sont insérés dans d’autres textes législatifs.Plusieurs textes d’application détaillent et explicitent les incitations fiscales prévues par le code d’incitations aux investissements (décrets et arrêtés). du code de la TVA (transmission d’entreprises…) ou du code des droits d’enregistrement et de timbre (donations immobilières. la participation des étrangers dans certaines activités de services. le décret n° 2003-1676 du 11 août 2003. le cumul de ces primes ne peut dépasser 25% du coût de l’investissement. et ce. al. La liste de ces activités a été fixée par l’article 5 du décret n° 94-492 du 28 février 1994 tel qu’il a été modifié et complété par : le décret n° 97-503 du 14 mars 1997 . entreprises établies dans les parcs d’activités économiques…). 3. 3 alinéas 1 et 2. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. compte non tenu de la participation de l’Etat à la prise en charge des travaux d’infrastructure (art. les exportations commerciales. Ainsi.Non discrimination entre investisseurs : L’égalité de traitement est reconnue à l’investissement étranger. Les textes régissant certaines activités (code des hydrocarbures. reste soumise à l’approbation de la commission supérieure d’investissement dans le cas où cette participation dépasse 50% du capital de l’entreprise (art. 62.Cumul des primes d’investissement : Dans le cas où un investissement réalisé dans le cadre du code d’incitations aux investissements donne lieu au bénéfice de plusieurs primes d’investissement. Toutefois. les investissements à l’étranger…).CHOYAKH – 2008/09 Page 52 / 104 .

A/ Les avantages communs Les avantages fiscaux communs. nouveaux promoteurs et PME. La forme de ces mesures incitatives n’est pas figée et l’on peut recenser une pléthore de mécanismes d’avantages qui permettent aux contribuables de réduire leurs impôts et taxes : a-Droits de douane Exonération des droits de douane. Les avantages spécifiques peuvent prendre deux formes : ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. développement agricole .Ce taux peut être porté à 30% et ce. 8 et 9 du code. les avantages supplémentaires. B/ Les avantages spécifiques Ces avantages concernent sept activités spécifiques prévues par le CII : export . les avantages spécifiques .DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 53 / 104 .Les incitations fiscales : Les incitations fiscales prennent généralement la forme de mesures permettant de réduire les impôts et taxes. al. B. le dégrèvement financier . comprennent : le dégrèvement physique . développement régional . l’amortissement dégressif . activités de soutien .1.Les incitations du CII : On peut classer les avantages prévus par le CII en trois catégories : les avantages communs . promotion de la technologie et de la recherche développement . protection de l’environnement . 2. 62. CII tel que modifié par l’article premier de la loi n° 99-66 du 15 juillet 1999). qui sont prévus aux articles 7. 4. la réduction ou la suspension de la TVA. l’exonération des droits de douane et taxes d’effet équivalant . pour les nouveaux promoteurs dont les projets sont implantés dans les zones prioritaires d’encouragement au titre du développement régional et pour les promoteurs de projets de pêche dans la zone nord s’étendant de Bizerte à Tabarka et en haute mer (art.

e-Droits d’enregistrement Exonération des droits d’enregistrement . La suspension des droits et taxes en vigueurs au titre des équipements nécessaires à la réalisation de l’investissement. Une prime d’investissement . B. d. C/ Les avantages supplémentaires Aux termes de l’article 52 du CII. les avantages supplémentaires pouvant être accordés concernent : L’exonération de l’impôt sur le revenu ou de l’impôt sur les sociétés pendant une période ne dépassant pas 5 ans .2. imputée sur des ressources publiques : La prise en charge des travaux d’infrastructure .Les incitations financières : Les aides financières peuvent comporter : Une prise en charge par l’Etat des cotisations patronales . ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Dégrèvement du réinvestissement physique ou financier chez l’investisseur . Suspension de la TVA et du droit de consommation. Une participation au capital.DERBEL & F. Une dotation remboursable sans intérêts . Remboursement des droits de mutation. Des primes d’investissement . c. Exonération ou déduction de plus-value . Des aides et primes à l’emploi. Une bonification d’intérêt ou un taux d’intérêt de faveur . La participation de l’Etat aux dépenses d’infrastructure .Taxes parafiscales Exonération de la TFP et du FOPROLOS.CHOYAKH – 2008/09 Page 54 / 104 . Une prise en charge des frais d’études .Taxes indirectes Réduction du taux de la TVA . Une prime au titre des investissements immatériels . Imposition forfaitaire et libératoire.b-IRPP et IS Abattement des bénéfices ou revenus de l’assiette imposable .

n° 96-632. La participation étrangère . La déclaration d’investissement doit contenir surtout les éléments relatifs à (art. L’activité principale . 2. éducation. années préparatoires.DERBEL & F. formation professionnelle. parcs de loisirs pour enfants et jeunes. Le calendrier de réalisation du projet . alinéa 2. ter. les articles 52 bis. les projets d’investissements font l’objet d’une déclaration déposée auprès des services concernés par l’activité. Les données concernant le marché . 3. Le coût et le schéma de financement et d’investissement . La localisation du projet . 5.CHOYAKH – 2008/09 Page 55 / 104 . du code d’incitations aux investissements. du 15 avril 1996) : Secteur d’activité Agriculture et pêche Services concernés auprès desquels est déposée la déclaration Commissariats régionaux au développement agricoles Agence de promotion des investissements ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. 5-2 Lieu de dépôt de la déclaration d’investissement Les services auprès desquels est déposée la déclaration et qui sont tenus de délivrer une attestation de dépôt sont déterminés comme suit (art. La forme juridique de l’entreprise . Le régime de l’investissement . hébergement universitaire. Par ailleurs. Le nombre d’emplois à créer.Ces encouragements sont octroyés par décret après avis de la Commission Supérieure d’Investissement lorsque les investissements revêtent un intérêt particulier pour l’économie nationale ou pour les zones frontalières. cyber-parcs). enseignement supérieur. décret n° 94-492 du 28 février 1994) : La nature de l’investissement . décret n° 94-492 du 28 février 1994 tel que modifié par le décret. Les services compétents et le contenu de la déclaration d’investissement ont été fixés par le décret n° 94-492 du 28 février 1994. quater et quinquies prévoient la possibilité d’accorder des terrains au dinar symbolique pour certains investissements (implantation de projets importants.Procédures d’octroi des avantages fiscaux et financiers : 5-1 Déclaration d’investissement En vertu de l’article 2.

alinéa 3.CHOYAKH – 2008/09 Page 56 / 104 .agricoles Activités de première transformation et de conditionnement des produits agricoles et de pêche lorsque de telles composantes font partie des projets intégrés agricoles Services liés à l’agriculture et pêche Industries manufacturières y compris les industries agro-alimentaires et les activités de première transformation et de conditionnement de produits agricoles et de pêche Travaux publics Tourisme touristique Artisanat Transport Education et enseignement Formation professionnelle Production et industries culturelles Animation pour les jeunes et encadrement de l’enfance Santé Protection de l’environnement Promotion immobilière Commerce international Autres services non financiers 5-3 Délivrance d’une attestation de dépôt L’octroi des avantages fiscaux fait l’objet d’une attestation de dépôt délivrée par les services concernés. 5-4 Activités soumises à une autorisation préalable L’article 2.DERBEL & F. du code d’incitations aux investissements prévoit que les investissements réalisés dans certaines activités ainsi que ceux réalisés dans les autres activités fixées par le décret n° 94-492 Guichet unique de l’API Guichet unique de l’API Guichet unique de l’API Guichet unique de l’API Guichet unique de l’API Guichet unique de l’API Guichet unique de l’API Guichet unique de l’API Guichet unique de l’API Guichet unique de l’API Guichet unique de l’API y compris le transport Guichet unique de l’API Office national du tourisme tunisien Agence de promotion des investissements agricoles Guichet unique de l’API Agence de promotion des investissements agricoles ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.

2. conformément aux conditions et règlements prévus par les lois spécifiques les régissant. 6. conformément aux règlements y afférents. alinéa 1er.Activités soumises à une autorisation préalable conformément aux conditions et réglementations prévues par les lois spécifiques les régissant : Les activités soumises à une autorisation préalable de la part des services concernés conformément à la législation en vigueur ont été fixées par l’article 4. Le modèle de la déclaration unique pour création des projets individuels a été fixé par l’arrêté du premier ministre du 2 novembre 2000. 1er. restent soumis à autorisation préalable des services compétents et ce. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006) : ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. du décret n° 94-492 du 28 février 1994. Le même article exclut de la catégorie des projets individuels ainsi définis toutes les professions dont l’exercice nécessite une aptitude scientifique spécifique et qui sont soumises au contrôle du conseil de l’ordre professionnel concerné. 3. a. A cet effet.Déclaration unique pour la création des projets individuels : La déclaration unique pour la création des projets individuels a été instituée par le décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006).DERBEL & F. 6-1 Définition du projet individuel L’article premier du décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006 a défini le projet individuel comme tout projet ne revêtant pas la forme de société. le promoteur dépose une déclaration unique à un interlocuteur unique contre récépissé (art. al. alinéa 2 du décret n° 94-492 du 28 février 1994 a fixé les autres activités soumises à une autorisation préalable. et ce.Activités soumises à une autorisation préalable fixées par décret : L’article 4. qui est réalisé par une personne physique chargée de sa gestion de façon individuelle pour l’exercice d’une activité économique.CHOYAKH – 2008/09 Page 57 / 104 . b.du 28 février 1994. 6-2 Dépôt de la déclaration unique La déclaration unique a été instituée dans le but de la réalisation d’un projet individuel et l’accomplissement des formalités nécessaires. La déclaration unique remplace toutes les formalités administratives nécessaires pour l’obtention par le promoteur du (art.

al. Le modèle de l’imprimé de la déclaration unique pour création des projets individuels est actuellement fixé par l’arrêté du premier ministre du 2 novembre 2000. 3. par les pièces justificatives nécessaires permettant au promoteur d’exercer son activité et d’obtenir les incitations financières et fiscales accordées par la législation et la réglementation en vigueur (art. 2. al. 6-4 Imprimé de la déclaration unique pour la création des projets individuels La déclaration unique pour la création des projets individuels consiste en un imprimé à remplir. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). 6-5 Retrait de l’imprimé de la déclaration unique pour la création des projets individuels L’imprimé de la déclaration unique pour création des projets individuels est retiré soit directement auprès des services de la recette des finances.DERBEL & F.4. al. 2. 6-7 Pièces justificatives devant accompagner la déclaration unique La déclaration unique pour la création des projets individuels est accompagnée.- matricule fiscal . 2. 2. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). par le ministre des finances (art.CHOYAKH – 2008/09 Page 58 / 104 . ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). al. attestation de dépôt de déclaration d’investissement. le cas échéant . al. Elle contient toutes les informations nécessaires ainsi qu’une déclaration sur l’honneur attestant l’exactitude de ces informations et doit être accompagnée de toutes les pièces justificatives (art.5. en un seul exemplaire signé par le promoteur du projet. 6-3 Interlocuteur unique compétent L’interlocuteur unique compétent est le receveur des finances dont le lieu d’installation du projet relève de sa compétence territoriale ou celui qui est désigné. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006).4. soit en ligne (art. n° d’affiliation à la caisse nationale de sécurité sociale . à cet effet. 6-6 Modèle de l’imprimé de la déclaration unique pour la création des projets individuels Le modèle de l’imprimé de la déclaration unique pour création des projets individuels est fixé par arrêté du premier ministre et actualisé selon la même procédure (art. 2. autorisation pour l’exercice de l’activité si elle est nécessaire conformément aux règlements et dispositions en vigueur. le cas échéant.

l’aptitude scientifique ou professionnelle exigée par les lois et règlements . d’une copie de la carte d’identité nationale ou une copie de la carte de résidence pour les étrangers et d’une liste nominative des salariés au cas où le promoteur individuel a recours à l’emploi d’ouvriers (art. il faut présenter les documents prévus par la législation et la réglementation en vigueur. comme suit (art. 2.CHOYAKH – 2008/09 Page 59 / 104 .4. 1er. 6-8 Procédure d’instruction des dossiers des déclarations uniques pour la création des projets Individuels non soumis à autorisation Si le projet individuel n’est pas soumis à autorisation. selon le cas.5. Ces pièces se composent. l’interlocuteur unique envoie dans un délai ne dépassant pas trois jours à partir de la date du dépôt de la déclaration unique par le promoteur. une liste nominative des salariés au cas où le promoteur individuel a recours à l’emploi d’ouvriers . Dans le cas contraire. La caisse nationale de sécurité sociale doit enfin informer l’interlocuteur unique de la décision prise dans un délai ne dépassant pas trois jours à partir de la date d’arrivée du dossier à la caisse nationale de sécurité sociale (art. al. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006).5. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006) : une copie de la carte d’identité nationale ou de la carte de résidence pour les étrangers . titre de propriété ou contrat de location ou toute autre pièce équivalente pour les projets agricoles . décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). dans le cas où l’activité est soumise à une autorisation préalable. L’interlocuteur unique doit remettre au promoteur le matricule fiscal et le numéro d’affiliation à la caisse nationale de sécurité sociale en cas de son accord et éventuellement l’attestation du dépôt de ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. tel que prévu par la législation et la réglementation en vigueur. son dossier sera rejeté. une copie de celle-ci à la caisse nationale de sécurité sociale accompagnée de l’identifiant fiscal. al. 2. elle lui accorde un numéro d’affiliation. La caisse nationale de sécurité sociale vérifie si le promoteur individuel est soumis aux régimes de sécurité sociale. al.1er. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006).DERBEL & F. S’il est soumis à ces régimes. une copie du cahier des charges signé par le promoteur si l’activité est soumise à un cahier des charges .

CHOYAKH – 2008/09 Page 60 / 104 . al. elle lui accorde un numéro d’affiliation. al. Le dossier sera soumis à une commission régionale présidée par le gouverneur ou son représentant. aussi. al. al. une copie de celle-ci avec toutes les informations et les pièces justificatives au gouverneur dont le lieu d’installation du projet relève de sa compétence territoriale (art.6. S’il est soumis à ces régimes. 3. le même jour du dépôt de la déclaration unique par le promoteur.déclaration d’investissement dans un délai ne dépassant pas une semaine à partir de la date du dépôt de la déclaration unique (art. L’interlocuteur unique transmet. La caisse nationale de sécurité sociale vérifie si le promoteur individuel est soumis aux régimes de sécurité nationale. al. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). 6-9 Procédure d’instruction des dossiers des déclarations uniques pour la création des projets individuels soumis à autorisation Si la réalisation du projet est soumise à autorisation conformément à la législation et à la réglementation en vigueur.5. La caisse nationale de sécurité sociale doit enfin informer l’interlocuteur unique de la décision prisse dans un délai ne dépassant pas trois jours à partir de la date ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. 4. La commission est tenue d’achever l’examen du dossier et d’informer l’interlocuteur unique dans un délai maximum de deux semaines à partir de la date du dépôt de la déclaration unique (art. Il doit informer le receveur des finances concerné des résultats de ses travaux (art.5. son dossier sera rejeté. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). Le trésorier régional est le rapporteur des travaux de la commission.6. L’interlocuteur unique envoie. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). 4. l’interlocuteur transmet. 3. Elle siège au tant de fois que nécessaire et est composée d’un représentant de chaque ministère ou établissement ou collectivité locale concernés afin de déterminer la formalité appropriée. al.DERBEL & F. 1er. dans un délai ne dépassant pas trois jours de la date de la réunion de la commission régionale. 2.6. Dans le cas contraire. une copie de la déclaration unique aux services du ministère concerné par l’activité relative au projet et une autre copie à l’institut national des statistiques et une copie au bureau de contrôle des impôts compétent dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date du dépôt de la déclaration unique par le promoteur individuel (art.6. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). une copie de la déclaration unique à la caisse nationale de sécurité sociale accompagnée de l’identifiant fiscal (art. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006).

al. 2. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). 5. dans tous les cas. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). al. L’interlocuteur unique doit également remettre au promoteur l’autorisation accompagnée du matricule fiscal et du numéro d’affiliation à la caisse nationale de sécurité sociale. al. Les administrations.7.CHOYAKH – 2008/09 Page 61 / 104 . dans un délai ne dépassant pas trois jours à partir de la date du dépôt de la déclaration unique (art. al. de respecter les règlements relatifs à l’environnement. al.d’arrivée du dossier à la caisse nationale de sécurité sociale (art. En cas de refus. il faut présenter à la commission les motifs de ce refus et les procédures à faire pour le relever (art. 6. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). et le cas échéant de l’attestation de dépôt de la déclaration d’investissement.6. al. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). les collectivités locales et les établissements publics concernés sont tenus de faire les constats et les contrôles nécessaires. tout ministère ou établissement ou collectivité locale peut donner une délégation à son représentant à la commission pour l’octroi de l’autorisation (art. à l’adaptation du local aux conditions nécessaires à l’exercice de l’activité. 1er.7. Dans tous les cas où l’autorisation n’est pas concernée par les délégations faites au gouverneur ou à un représentant à la commission.DERBEL & F.7. al.7. sous réserve pour le promoteur d’accomplir toutes les ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. à la sécurité générale et à la protection contre les incendies sans qu’il soit tenu de présenter une attestation préalable à ce propos. chaque ministère ou établissement ou collectivité locale concerné par l’octroi de l’une des autorisations demandées doit fournir l’autorisation par l’intermédiaire de son représentant le jour de la réunion de la commission ou au plus tard de sa prochaine réunion (art.6. en cas de son accord. 3.7. 5. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). Si l’octroi de l’autorisation ne rentre pas dans les compétences ayant fait l’objet d’une délégation au gouverneur. 6-11 Obligations du promoteur Le promoteur est tenu. et ce. 4. 6-10 Procédure d’octroi de l’autorisation préalable d’exercice d’activité Le gouverneur signe toute autorisation nécessaire à l’exercice de toute activité au cas où ladite autorisation rentre dans ses propres compétences ou a fait l’objet d’une délégation (art. décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006). L’interlocuteur unique se charge d’informer le promoteur sur l’octroi de l’autorisation ou de son refus dans un délai de deux jours à compter de la réunion de la commission (art.

Les projets réalisés par des nouveaux promoteurs exerçant les activités industrielles ou de services prévues par le décret n° 94-538 du 10 mars 1994 portant encouragement des investissements des nouveaux promoteurs .8. Les projets touristiques .6 du code d’incitations aux investissements).DERBEL & F. le bénéfice des incitations prévues par le code d’incitations aux investissements est subordonné à la réalisation par l’entreprise d’un schéma de financement comportant un taux minimum de fonds propres (art.Obligations à la charge du bénéficiaire de l’avantage Minimum de fonds propres exigés 7-1 Institution A l’exception des investissements dans les activités totalement exportatrices. 7-3 Taux du minimum des fonds propres Les taux minimums des fonds propres ont été fixés comme suit par le décret n° 94-489 du 21 février 1994 tel que modifié par le décret n° 99-472 du 1er mars 1999 et le décret n° 2004-2552 du 2 novembre 2004 : 30% du coût de l’investissement pour : • • • • Les projets industriels . décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 tel que modifié par le décret n°2006-359 du 3 février 2006).CHOYAKH – 2008/09 Page 62 / 104 . ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. 7-2 Définition Les fonds propres sont définis comme étant la somme des apports personnels et de la dotation éventuellement accordée par l’Etat dans le cadre de l’encouragement aux nouveaux promoteurs ou de l’artisanat et des petits métiers. c'est-à-dire sur leurs ressources propres ou pour le compte du FOPRODI. dans le cas de projets promus par des nouveaux promoteurs dans le cadre des petites et moyennes entreprises industrielles et de services.formalités relatives à la santé et à la sécurité professionnelle qui sont exigées par les lois (art. Par ailleurs. 7. les fonds propres sont définis comme étant la somme des apports personnels et la dotation éventuelle ou la participation au capital gérée par les sociétés d’investissement à capital risque pour leur propre compte. Les projets agricoles et de pêche de la catégorie « C » . • Les projets réalisés dans les autres secteurs.

- 10% du coût de l’investissement pour les projets agricoles et de pêche relevant des catégories « A » et « B » y compris ceux réalisés par des nouveaux promoteurs. al 1er. CII).DERBEL & F. d’un suivi et d’un contrôle par les services administratifs concernés chargés de veiller au respect des conditions du bénéfice des avantages octroyés (art.- 25% du coût de l’investissement pour les projets réalisés par des nouveaux promoteurs exerçant des activités autres que celles dont le taux minimum est fixé à 30% ou à 10% y compris les opérations d’acquisition d’unités modernes de production des petits pélagiques dans la limite d’un montant d’investissement ne dépassant pas 1. durant la période de réalisation de leur programme d’investissement. 8 .I : Les entreprises bénéficiaires des encouragements prévus par le code d’incitations aux investissements font l’objet.Obligations des entreprises bénéficiaires des avantages prévus par le C.CHOYAKH – 2008/09 Page 63 / 104 .000 dinars .000. 7-4 Forme des fonds propres Les fonds propres sont avancés sous forme d’apport en numéraire ou en nature (art. 1er. décret n° 94-489 du 21 février 1994 tel que modifié par le décret n° 99-472 du 1er mars 1999 et le décret n° 2004-2552 du 2 novembre 2004). 64. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.I.

de l’énergie et du secteur financier. soit à l’intérieur de zones franches économiques (deux zones sont opérationnelles. promotion immobilière. Il accorde. à l’exception des activités de services non totalement exportatrices soumises à autorisation lorsque la participation étrangère dépasse 50% et de l’appropriation de la terre agricole qui. production et animation culturelle. autres activités et services non financiers. peut faire l’objet d’un bail à long terme. à Bizerte. travaux publics. La protection de l’environnement . régis par des lois spécifiques. l’investissement se réalise librement sur simple déclaration. à Zarzis).LES INCITATIONS COMMUNES Depuis Janvier 1994. l’une au Nord. Il se distingue par son caractère global : il couvre effectivement tous les secteurs d’activité à l’exception des mines. éducation et enseignement. ainsi que du commerce intérieur.CHOYAKH – 2008/09 Page 64 / 104 . Le développement agricole .DERBEL & F. à côté des avantages communs à toutes les activités. en particulier : L’exportation . tourisme. artisanat. Le développement régional . Etabli sur la base des enseignements de trois décennies de développement. des avantages spécifiques modulés en fonction de certaines priorités. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Le Code d’Incitations aux Investissements a créé le régime de la zone franche pour les unités de production totalement exportatrices soit dans le cadre de «points francs» : entreprises sous douane qui peuvent être implantées n’importe où en Tunisie. Il consacre la liberté d’investir : en effet. Les étrangers peuvent détenir sans autorisation préalable jusqu’à 100% du capital des projets. Les activités couvertes par le code sont : agriculture et pêche. protection de l’environnement. l’autre au Sud. formation professionnelle. le nouveau code conforte la dynamique de création d’entreprise et renforce l’ouverture de l’économie tunisienne sur l’extérieur. santé. transport. cependant. industries manufacturières. un nouveau code d’investissement est entré en vigueur en Tunisie. La promotion de la technologie.II . animation pour les jeunes et l’enfance.

50% pour les activités relatives à la protection de l’environnement et aux investissements de soutien au développement . • Dégrèvement des revenus ou bénéfices réinvestis au sein de l’entreprise elle-même ou dans une entreprise tierce.Limitation des droits de douane à 10% et suspension de la TVA et du droit de consommation pour les équipements importés et n’ayant pas de similaires fabriqués en Tunisie.Avantages au niveau de la constitution ou de l'augmentation du capital : • Enregistrement au droit fixe (100 DT) des actes constitutifs de l’entreprise en tant que disposition de droit commun suivant le code de l’enregistrement (loi 93-53 du 17/5/93). la santé et la culture. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. en l’occurrence. sous forme de primes ou de contributions aux charges sociales. La liste des équipements éligibles est fixée par décret. de la réalisation de l’investissement et de l’exploitation de l’entreprise. 1. Les avantages se situent au niveau de la constitution ou de l’augmentation du capital.Des avantages spécifiques sont également accordés aux investissements de soutien au développement. et de participation de l’Etat aux dépenses d’infrastructure octroyées sur dossier après avis de commissions spécialisées. accordés sur justification.Avantages au niveau de la réalisation de l'investissement : Avantages communs à toutes les activités couvertes par le code a.Suspension de la TVA et du droit de consommation sur les équipements fabriqués localement . l’enseignement supérieur.DERBEL & F. 100% pour les activités totalement exportatrices et celles implantées dans les zones d’encouragement au développement régional ainsi que pour les projets de développement agricole. b. 2.CHOYAKH – 2008/09 Page 65 / 104 . à hauteur de: 35% en tant qu’avantage commun à toutes les activités couvertes par le code d’incitations aux investissements . Ces avantages sont aussi de nature financière. Ces avantages sont de nature fiscale sous forme de dégrèvements et d’exonérations. la formation professionnelle. les investissements dans l’éducation.

Kasserine. Kairouan.Avantages spécifiques a. Le Kef. des industries manufacturières et de certains services liés à l’industrie (montage d’usines. e.. Kébili. Zones d’encouragement au développement régional : Gouvernorats de Béja. b. du transport maritime et du transport aérien. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. analyses et essais de produits. Sidi Bouzid.Possibilité de participation de l’Etat aux dépenses d’infrastructure : pour les projets industriels implantés dans les sites agrées à l’intérieur des zones d’encouragement au développement régional .Exonération totale des droits de douane et suspension de la TVA et du droit de consommation pour les équipements des projets totalement orientés vers l’exportation. installations de télécommunications)..Prime d’investissement de 8% de la valeur de l’investissement pour les projets implantés dans les zones d’encouragement au développement régional : Projets concernés par le développement régional : Ceux du tourisme.CHOYAKH – 2008/09 Page 66 / 104 . Siliana.Prime de 20% de la valeur de l’investissement relatif à la protection de l’environnement. Zaghouan ainsi que certaines délégations des Gouvernorats de Bizerte. santé. formation professionnelle. Sfax et Sousse.. pour l’aménagement des zones destinées à l’aquaculture et aux cultures utilisant la géothermie.. Mahdia. rénovation et reconditionnement. Gafsa. Cette disposition n’est soumise à aucune restriction.DERBEL & F.. Tataouine. d. pour les projets relatifs aux investissements de soutien au développement (éducation.Exonération totale des droits de douane et suspension de la TVA et du droit de consommation sur les équipements importés et n’ayant pas de similaires fabriqués en Tunisie: pour les projets de protection de l’environnement . culture . c. Médenine. pour les investissements réalisés dans le secteur du transport international routier de marchandises.) . Jendouba. Gabès.

Gafsa. Avantage commun à toutes les activités couvertes par le code Possibilité d’option pour un système d’amortissement dégressif pour les équipements dont la durée de vie comptable dépasse sept ans. Kébili. g. Régions de pêche insuffisamment exploitées : Gouvernorats de Béja. Son application prend effet à partir du 1er Janvier 1994 comme si ces entreprises ont été créées à cette date. Avantages spécifiques a. à partir de la 11ème année sans limitation de période. Elles sont servies en tranches durant la période de réalisation du projet. et délégation de Kélibia à l’exception de l’aquaculture.Prime de 7% de la valeur de l’investissement pour les grands projets de l’agriculture et de pêche. pour les exploitations agricoles à l’exception des grandes cultures en sec et de l’élevage bovin laitier en dehors des périmètres irrigués. pour une période de 10 ans et imposition de 50% de la base imposable. Elles sont cumulables dans la limite de 25% du coût du projet compte non tenu de la participation de l’Etat à la prise en charge des travaux d’infrastructure. 3.CHOYAKH – 2008/09 Page 67 / 104 . Médenine. pour l’industrie alimentaire de première transformation et pour les services liés à la production agricole et de pêche.Avantages au niveau de l'exploitation de l'entreprise.Une prime additionnelle de 8% de la valeur de l’investissement peut être accordée pour les investissements agricoles réalisés dans les régions à climat difficile ainsi que pour les investissements de pêche dans les zones aux ressources insuffisamment exploitées : Régions à climat difficile : Gabès. au titre des revenus provenant de l’exportation. Tataouine et Tozeur. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.Exonération totale de l’impôt sur les bénéfices. Bizerte. Les primes spécifiques sont calculées sur la base de la valeur des investissements hors fonds de roulement. Cette exonération concerne également les entreprises totalement ou partiellement exportatrices créées avant la parution du nouveau code d’incitations aux investissements.f. Jendouba.DERBEL & F.

f. c.Exonération totale de l’impôt sur les bénéfices pour une période de 10 ans au titre des projets de développement agricole.DERBEL & F.Les entreprises totalement exportatrices ont la possibilité de recruter librement sur simple déclaration. l’investisseur étranger bénéficie en Tunisie d’un ensemble de facilités et garanties : 1.CHOYAKH – 2008/09 Page 68 / 104 . pour le recrutement des nouveaux diplômés tunisiens de l’enseignement supérieur (au moins 4 ans après le baccalauréat) par des entreprises opérant dans les industries manufacturières. Au delà.Participation aux dépenses de formation du personnel pour les investissements permettant un développement technologique d’intégration locale ou une amélioration de la productivité. une autorisation du Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi est nécessaire. ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. d’importer. fixé à 20% de la rémunération brute . en régime de franchise des droits et taxes.Exonération totale de l’impôt sur les bénéfices au titre des projets de développement régional pour une période de 10 ans et imposition de 50% de la base imposable pour une nouvelle période de 10 ans. e.Les investisseurs et le personnel étranger opérant dans le cadre du régime de la zone franche ont la possibilité : d’opter pour le régime forfaitaire de contribution fiscale. En plus de ces avantages. 2. les services liés à l’industrie et dans l’agriculture et la pêche. des effets personnels et une voiture de tourisme . d. Le même avantage est accordé à concurrence de 50% pour une période de 5 ans et quel que soit le lieu d’implantation des projets : pour les équipes de travail supplémentaires à la première équipe pour les entreprises industrielles ne fonctionnant pas à feu continu . jusqu’à quatre agents de direction ou d’encadrement de nationalité étrangère.b. d’opter pour un régime de sécurité sociale autre que le régime tunisien.Prise en charge par l’Etat pendant 5 ans de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale au titre des salaires versés au personnel tunisien pour les projets implantés dans les zones d’encouragement au développement régional.Imposition au taux réduit de 10% des revenus et bénéfices des projets d’investissement de soutien au développement et des projets de protection de l’environnement.

II – ENCOURAGEMENT DES NOUVEAUX
PROMOTEURS DES PME, DES PETITES ENTREPRISES ET DES PETITS METIERS
Les articles 44 à 48 du code d'incitations aux investissements prévoient : - des avantages en faveur des nouveaux promoteurs (articles 44 à 46 du CII) ; - des avantages en faveur des petites et moyennes entreprises (article 46 bis du CII) ; - des avantages en faveur des petites entreprises et des petits métiers (articles 47 et 48 du CII). Par ailleurs et au-delà de ces incitations prévues par le CII, les articles 19 et 20 de la loi n° 2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l’année 2003 ont prévu un régime d’incitations à la création des petites entreprises.

Nouveaux promoteurs

Petites et moyennes entreprises

Petites entreprises et des petits métiers

Petites entreprises

Code d’incitations aux investissements

Loi n° 2002-101 du 17 décembre 2002

Le présent chapitre se propose d’exposer ces différentes incitations.

I- Les avantages accordés aux nouveaux promoteurs
Cette première partie traite des avantages accordés aux nouveaux promoteurs tels que prévus par les articles 44 à 46 du CII.

A. Définition des nouveaux promoteurs

1. Définition générale (Industrie, services, artisanat et tourisme)
Sont considérées nouveaux promoteurs les personnes physiques de nationalité tunisienne regroupées ou non en sociétés et qui:

ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 69 / 104

-

ont l'expérience ou les qualifications requises5, assument personnellement et à plein temps la responsabilité de la gestion du projet, ne disposent pas suffisamment de biens propres mobiliers ou immobiliers, réalisent leur premier projet d'investissement.

2. Cas particulier du domaine de l'agriculture et de la pêche
Dans le domaine de l'agriculture et de la pêche, les personnes concernées qui ne remplissent pas les quatre conditions cumulatives, suscitées, peuvent être considérées comme des nouveaux promoteurs, en remplissant l'une des trois conditions suivantes qui concernent : - les enfants d'agriculteurs ou de pêcheurs, ayant un âge ne dépassant pas 40 ans, et exerçant leur activité principale dans les domaines de l'agriculture ou de la pêche, - les jeunes dont l'âge ne dépasse pas 40 ans et exerçants dans les activités de l'agriculture et de la pêche ou ayant acquis une expérience dans l'un de ces deux domaines, - les techniciens diplômés des établissements d'enseignement ou de formation agricole ou de pêche.

B. Avantages accordés aux nouveaux promoteurs

1. Les primes
Les nouveaux promoteurs peuvent bénéficier des incitations suivantes : - une prime d'investissement, - une prime au titre des investissements immatériels et une prime au titre des investissements technologiques prioritaires - une prime au titre de la participation de l'Etat à la prise en charge des frais d'étude de leur projet ; - une prime au titre de la participation de l'Etat à la prise en charge des frais de l'assistance technique et des frais relatifs à l'acquisition des terrains aménagés ou locaux nécessaires à la réalisation des projets industriels ou de service. Les taux et les modalités d'octroi de ces primes sont fixés par le décret n° 2008-388 du 11 février 2008, portant encouragement des nouveaux promoteurs, des petites et moyennes entreprises, des petites entreprises et des petits métiers. Par ailleurs, les nouveaux promoteurs réalisant des projets dans les zones d'encouragement au développement régional, bénéficient de primes spécifiques prévus à cet effet.

La loi n° 99-4 du 11 janvier 1999 a introduit une souplesse au niveau de la définition du nouveau promoteur. Dans ce cadre, le nouveau promoteur n'est plus tenu de justifier en même temps de l'expérience et des qualifications requises mais il peut répondre uniquement à une condition à savoir l'expérience ou les qualifications. Ainsi, un nouveau diplômé peut prétendre aux avantages prévus en faveur des nouveaux promoteurs sans justifier d'une expérience dans le domaine à exercer (TEXTE DGI 1999/55 - Note Commune n° 29).
ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 70 / 104

5

2. La prise en charge des cotisations sociales
Les nouveaux promoteurs bénéficient de la prise en charge par l'Etat de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale au titre des salaires versés aux agents de nationalité tunisienne durant les cinq premières années d'activité effective.

3. Le report du paiement des cotisations au titre de la sécurité sociale
Les nouveaux promoteurs peuvent reporter le paiement de leurs cotisations au titre de la sécurité sociale pendant deux années, le paiement de ces cotisations est effectué sur 36 tranches mensuelles. Les modalités et les conditions d'octroi de ce report seront fixées par décret.

4. La dotation remboursable ou la participation au capital
Les nouveaux promoteurs peuvent bénéficier d'une dotation remboursable ou d'une participation au capital6. Etant remarqué que le mécanisme de la participation au capital implique la participation d’une SICAR7. Les bénéfices provenant des participations au capital sont attribués aux nouveaux promoteurs. Les modalités et conditions du bénéfice de cet avantage sont fixées par le décret n° 94-538.

II- Les avantages accordés aux petites et moyennes entreprises
Cette deuxième partie traite des avantages accordés aux petites et moyennes entreprises et prévus par l’article 46 (bis) du CII. Les investisseurs qui réalisent des projets petites moyennes entreprises dans les domaines de l'industrie, des services, de l'agriculture et de la pêche peuvent bénéficier : - d'une dotation remboursable ou d'une participation au capital - d'une prime au titre de la participation de l'Etat aux frais des études et d'assistances technique. - d’une prime titre des investissements immatériels et une prime au titre des investissements technologiques prioritaires La liste des activités et des entreprises ainsi que les conditions d'octroi de cette prime et de cette participation au capital sont fixées par le décret n°99-484.

III- Les avantages accordés aux petites entreprises et petits métiers
Cette troisième partie traite des avantages accordés aux petites entreprises et petits métiers tels que prévus par l’article 47 (nouveau) du CII.

Les nouveaux promoteurs peuvent choisir entre la participation au capital et une dotation remboursable. Cette participation est imputée sur les ressources du fonds spécial au développement de l'agriculture ou du fonds de promotion et de décentralisation industrielle. La gestion de la participation imputée sur les ressources de ces fonds est confiée à une ou plusieurs sociétés d'investissement à capital risque en vertu d'une convention à conclure entre chacune de ces sociétés et le ministre des finances.
7

6

ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 71 / 104

l'artisanat et les services peuvent bénéficier : . A.de l'exonération de la TFP pendant les trois premières années à partir de la date d'entrée en activité effective. Les services des centres de gestion intégrés sont rendus par des professionnels habilités conformément à la législation en vigueur et chacun assume la responsabilité professionnelle de ses actes. B.CHOYAKH – 2008/09 Page 72 / 104 . . Avantages accordés aux petites entreprises et petits métiers 1. Avantages en matière de TFP et de FOPROLOS Les promoteurs de petites entreprises et de petits métiers dans l'industrie. Les centres de gestion intégrés sont des établissements civils professionnels pour aider à l'accomplissement des obligations comptables et fiscales et utiliser des moyens de gestion modernes au sein des entreprises et notamment assister les petites entreprises durant les premières années de leur activité.Elle traite aussi des avantages particuliers accordés au secteur de l’artisanat prévus par l’article 48 du CII.de l'exonération de la contribution au fonds de promotion des logements pour les salariés pendant les trois premières années à partir de la date d'entrée en activité effective . 2. .DERBEL & F. les entreprises individuelles ou les sociétés de personnes ou les coopératives qui sont promues par des personnes de nationalité tunisienne justifiant de la qualification requise et s'engageant à assumer personnellement et à plein temps la responsabilité de la gestion de leur projet sans que le montant de leur investissement ne dépasse 100 mille dinars fonds de roulement inclus. et ce : . Définition des petites entreprises et petits métiers Sont considérés des petites entreprises et petits métiers au sens de l'article 47 (nouveau) du code d'incitation aux investissements.dans les activités des métiers dont la liste est fixée par l'annexe n°2 du décret n° 2008-388. Avantages en matière d’IRPP ou d'IS Les petites entreprises créées durant la période allant du premier janvier 2007 au 31 décembre 2011 qui font appel aux centres de gestion intégrés pour la tenue de leur comptes et l'établissement de leurs déclarations fiscales.dans les activités de l'artisanat prévues par le décret n° 94-492 du 28 février 1994 ainsi que . La création et la gestion des centres de gestion intégrés sont soumises à un cahier des charges approuvé par l’arrêté du ministre des finances en date du 24 juin 2008 portant approbation du cahier ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. bénéficient de la déduction de vingt pour cent des revenus ou bénéfices soumis à l'IRPP ou à l'IS et ce durant les cinq premières années à partir de la date de leur entrée en activité effective.

des charges relatif à la création et à la gestion des centres de gestion intégrés dont voici ci-après le contenu8.

C. Avantages fiscaux particuliers en faveur de l’artisanat
Les investissements réalisés dans l'artisanat donnent lieu au bénéfice de : - l'exonération des droits de douane et des taxes d'effet équivalent, de la suspension de la taxe sur la valeur ajoutée au titre des équipements importés et n'ayant pas de similaires fabriqués localement, et ; - la suspension de la taxe sur la valeur ajoutée au titre des équipements fabriqués localement. La liste des équipements ainsi que les conditions de bénéfice de cet avantage sont fixées par le décret n° 94-481.

IV- Les avantages accordés aux petites entreprises
Cette quatrième partie traite des avantages accordés aux petites entreprises tels que prévus par les articles 19 et 20 de la loi n°2002-101 du 17 décembre 2002 portant loi de finances pour l’année 2003.

A. Définition des petites entreprises
Sont considérées petites entreprises conformément aux dispositions des articles 19 et 20 de la loi n° 2002-101 du 17 décembre 2002, portant loi de finances pour l'année 2003, les entreprises exerçant les activités relevant des secteurs régis par le code d'incitation aux investissements. Il faut aussi que le coût d'investissement ne dépasse pas 50 milles dinars.

B. Les avantages accordés aux petites entreprises
Les investissements nouveaux dans les secteurs prévus par le CII réalisés dans le cadre des articles 19 et 20 de la loi n° 2002-101 du 17 décembre 2002, portant loi de finances pour l'année 2003, par les personnes physiques ou les personnes morales dans le cadre des petites entreprises, bénéficient des avantages financiers et fiscaux suivants :

1. Les avantages fiscaux et financiers
L’article 19 de la loi n° 2002-101 du 17 décembre 2002, portant loi de finances pour l'année 2003 prévoit les avantages suivants : - une prime d'investissement dans la limite de 6% du coût de l'investissement, sans tenir compte du fonds de roulement. - la prise en charge par l'Etat de la cotisation patronale au régime légal de la sécurité sociale au titre des salaires payés aux salariés de nationalité tunisienne durant les trois premières années à compter de la date d'entrée en activité effective du projet9,
Le cahier des charges a été publié uniquement dans la version arable du JORT n° 53 du 1er juillet 2008. L’attention du lecteur est donc attirée sur le fait que la traduction des dispositions contenues dans ce cahier des charges a été faite par nos soins. 9 On entend par date d'entrée en activité effective lors de l'application de ces dispositions, la date du paiement du premier salaire au titre des recrutements nouveaux.
ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 73 / 104
8

-

l'exonération de la taxe de formation professionnelle durant les trois premières années à compter de la date d'entrée en activité effective du projet.

2. Non cumul avec les incitations des autres textes relatifs à l'incitation à l'investissement
Les avantages fiscaux et financiers prévus par les articles 19 et 20 de la loi n° 2002-101 ne sont pas cumulables avec les incitations de la même catégorie prévus par d'autres textes relatifs à l'incitation à l'investissement.

3. Délai pour le bénéfice du régime d’incitations à la création de la petite entreprise
Les dispositions des articles 19 et 20 de la loi n° 2002-101 sont applicables aux investissements déclarés à partir du 1er janvier 2003 jusqu'au 31 décembre 2009.

C. Conditions de bénéfice des avantages
Le bénéfice des avantages susvisés est subordonné à la satisfaction des conditions suivantes : - le coût de l'investissement ne doit pas dépasser 50 milles dinars, - les projets doivent être réalisés soit sous forme d'entreprises individuelles, soit sous forme de sociétés par les titulaires de diplômes universitaires, les diplômés des centres de formation professionnelle ou par les titulaires de certificats d'aptitude professionnelle, - le promoteur doit au préalable obtenir un accord de principe de financement auprès d'un établissement de crédit, - déposer une déclaration d'investissement auprès des services concernés10.

D. Déchéance des avantages accordés aux petites entreprises
Les avantages accordés au titre des investissements prévus par le présent article sont retirés des bénéficiaires en cas de non respect des conditions prévues à cet effet ou en cas de non commencement de l'exécution du programme d'investissement objet de l'avantage après l'expiration d'une année à partir de la date de dépôt de la déclaration de l'investissement. Les primes et avantages accordés doivent être remboursés en cas de non réalisation de l'investissement ou en cas de détournement de l'objet initial de l'investissement, majorés des pénalités exigibles conformément à la législation en vigueur. Le remboursement des primes est effectué sur la base d'un arrêté du ministre des finances.

En application des dispositions du décret n° 2003-1446 du 25 juin 2003, portant encouragement des investissements dans le cadre des petites entreprises, ce dépôt s’effectue conformément aux procédures prévues par le décret n° 94-492 du 28 février 1994 pour les sociétés et auprès de l'interlocuteur unique ou des services concernés du ministère de l'agriculture, de l'environnement et des ressources hydrauliques pour les projets individuels.
ISG – Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.CHOYAKH – 2008/09 Page 74 / 104

10

QUATRIEME PARTIE :

L’INITIATIVE ECONOMIQUE

ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.CHOYAKH –08/09

P. 75 sur 104

Les compétences intellectuelles nationales et les différentes composantes de la société civile concernées participent à l'orientation et au conseil des porteurs d'idées de projets et mettent à leur disposition leurs propres expériences en la matière en vue de les assister et de les soutenir. L’initiative économique : responsabilité de tous les acteurs L’article 2 de la LRAIE considère que la diffusion et la consécration de la culture de l'initiative économique relèvent de la responsabilité de tous les acteurs. de formation.DERBEL & F. la LRAIE prévoit ce qui suit : L'Etat œuvre pour consacrer la culture de l'initiative économique et sa diffusion par ses différents moyens disponibles. Les entreprises économiques œuvrent pour enraciner la culture de l'initiative auprès de leurs employés et adhérer aux différents mécanismes destinés à l'impulsion du rythme de création des projets et des entreprises. Les établissements d'éducation. L’initiative économique : priorité nationale L’article premier de la LRAIE considère que l'initiative économique constitue une priorité nationale à la consécration de laquelle oeuvrent tous les acteurs économiques et sociaux dans le cadre de la garantie du principe d’égalité des chances et sur la base de la liberté comme principe et de l'autorisation comme exception. sa préservation et son développement en tant que cellule de base dans l'économie nationale et compte tenu de son rôle primordial dans l'impulsion de l'initiative.CHOYAKH –08/09 P. responsabilité de tous les acteurs (§2). A cet effet. s'ouvrir sur leur environnement économique et soutenir le partenariat avec ce dernier dans les différents domaines de formation et de recherche. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. d'enseignement supérieur et de recherche scientifique œuvrent pour inclure la culture de l'initiative dans leurs programmes d'enseignement et de formation. Ces derniers œuvrent pour inciter à la création de l'entreprise. 76 sur 104 .LA LOI N° 2007-69 DU 27 DECEMBRE 2007 L'initiative économique (LRAIE) Dispositions générales Importance de l’initiative économique La LRAIE érige l’initiative économique en priorité nationale (§1).

Dans ce cadre du CII. pris en application de l’article 2 du CII. Il est noté que le principe de la liberté d’investissement a été ancré par l’article 2 du CII qui dispose « Les investissements dans les activités prévues par l'article premier du présent code sont réalisés librement sous réserve de satisfaire aux conditions d'exercice de ces activités conformément à la législation et à la réglementation en vigueur ». Certaines activités sont.CHOYAKH –08/09 P. Simplification de lancement des projets et de création des entreprises Prestations administratives Procédures à suivre et pièces administratives exigées de la part de ses usagers L’article 4 de LRAIE exige que soient fixées par arrêté des ministres concernés. fixe la lise des activités soumises à autorisation. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F. Activités soumises à autorisation préalable Selon l’article premier de LRAIE. diffusés sur les sites web relevant des structures administratives concernées et actualisés chaque fois que cela s'avère nécessaire. soumises à une autorisation préalable des services compétents conformément aux conditions et règlements prévus par les lois spécifiques les régissant. les listes des prestations administratives fournies par les services de l'Etat. selon cet article 2 du CII.- Les moyens d'information et de communication sous leurs différentes composantes contribuent à la diffusion de la culture de l'initiative en faisant connaître les politiques nationales et les mécanismes incitatifs adoptés dans ce domaine et les opportunités d'investissement disponibles. les établissements et les entreprises publics sous leur tutelle ainsi que les procédures à suivre et les pièces administratives exigées de la part de ses usagers pour l'obtention desdites prestations. Ces arrêtés sont publiés au Journal Officiel de la République Tunisienne. la liste des activités soumises à autorisation préalable est fixée par décret et ce sous réserve des dispositions législatives particulières. Il est interdit aux services administratifs sus indiqués de soumettre les prestations administratives à des procédures différentes de celles prévues par l'arrêté en question ou exiger de ses usagers une pièce non citée dans cet arrêté. les collectivités locales. 77 sur 104 . le décret n° 94-489 du 21 février 1994.

relatif à la relation entre l’administration et ses usagers tel que modifié par le décret n° 2008-344 du 11 février 2008. Sont exclues de l'application de ces nouvelles dispositions. 78 sur 104 . Enfin.CHOYAKH –08/09 P. Dans le cas d'envoi par voie postale ou électronique de demande ou dossier comportant les pièces exigées et effectué dans les conditions et les délais légaux. du code en douane et du numéro d'affiliation à la sécurité sociale Selon l’article 6 de la LRAIE. les demandes présentées pour l’obtention d’une prestation administrative. Pour les personnes morales. Toutefois. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. l’attestation administrative et la déclaration sur l’honneur. Dépôt contre récépissé Selon l’article 5 de la LRAIE. l'octroi du numéro d'immatriculation au registre du commerce s'effectue. les procédures d'octroi de la carte d'identification fiscale.La LRAIE prévoit aussi que l'agent public qui ne respecte pas ces dispositions s'expose à des poursuites disciplinaires conformément à la législation en vigueur.DERBEL & F. Procédures d'octroi de la carte d'identification fiscale. tout dépôt de demande. dossier ou déclaration comportant les pièces exigées et effectué dans les conditions et les délais légaux. l'autorité administrative concernée n'est pas tenue de délivrer ledit récépissé en cas de dépôt de demandes d'une manière abusive au vu de leur nombre ou de leur caractère répétitif. selon cet article 6 de la LRAIE. les modalités d'application de l’article 5 sont fixées par le décret n° 93-982 du 3 mai 1993. les demandes dont les formalités de dépôt auprès des autorités administratives sont fixées par des dispositions particulières. relatif à la relation entre l’administration et ses usagers tel que modifié par le décret n° 2008-344 du 11 février 2008. du code en douane et du numéro d'affiliation à la sécurité sociale s'effectuent : sans délai pour les personnes morales sous réserve de satisfaire toutes les conditions légales et . sans délai dès l'accomplissement des publicités légales. Enfin. le cachet de la poste ou l'accusé de réception électronique tient lieu du récépissé susvisé. les modalités et procédures d'application de l’article 4 de la LRAIE sont fixées par le décret n° 93982 du 3 mai 1993. dans des délais fixés par décret pour les projets individuels. se fait contre récépissé délivré par l'autorité administrative compétente. Ce décret fixe le cadre général de la relation entre l’administration et ses usagers en ce qui concerne : l’exercice des activités économiques dans le cadre d’un cahier des charges.

2.Vérification de la soumission du promoteur individuel aux régimes de sécurité sociale. 3. 7 . 79 sur 104 . 5. 3.Envoi d'une copie de la déclaration unique à la CNSS accompagnée de l'identifiant fiscal et des pièces 1 et 4.Remise à l'investisseur de la carte d'identification fiscale. Délais La commission régionale Dans un délai ne dépassant pas 14 jours à partir de la date de dépôt de la déclaration unique ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F. puis délivrance du code en douane ou refus et information de l'interlocuteur unique de la décision prise. Intervenants .Le décret n° 2000-2475 du 31 octobre 2000 relatif à la formalité unique pour la création des projets individuels tel que modifié par le décret n° 2006-359 du 3 février 2006 et par le décret n° 2008-733 du 24 mars 2008 a fixé les modalités d’application des dispositions afférentes aux projets individuels. 6. Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de la réception du dossier.Examen du dossier par la commission régionale Intervenants Le promoteur individuel Le receveur des finances (l'interlocuteur unique) Le même jour du dépôt. par le promoteur de son dossier. La caisse nationale de sécurité sociale Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de réception du dossier à la CNSS. - Le receveur des finances (l'interlocuteur unique) Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de dépôt de la déclaration unique. du code en douane et de son numéro d'affiliation à la CNSS et éventuellement de l'attestation du dépôt de la déclaration d'investissement.Le promoteur individuel .Vérification par les services des douanes si le promoteur répond aux conditions légales.Dépôt du dossier à la recette des finances contre récépissé 2. Le receveur des finances (l'interlocuteur unique) Dans un délai ne dépassant pas 7 jours à partir de la date de dépôt de la déclaration unique Si le projet est soumis à une autorisation préalable conformément à la législation et à la réglementation en vigueur: Etapes 1.Envoi d'une copie du dossier à la direction générale accompagnée de l'identifiant fiscal 4. octroi d'un numéro d'affiliation s'il est soumis à ces régimes ou rejet du dossier dans le cas contraire et information de l'interlocuteur unique de la décision prise. Si le projet n'est pas soumis à une autorisation préalable conformément à la législation et à la réglementation en vigueur: Etapes 1.Envoi du dossier au bureau de contrôle des impôts compétent.Le receveur des finances (l'interlocuteur unique) Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de dépôt de la déclaration unique Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de dépôt de la déclaration unique Délais .Direction générale des douanes.Le receveur des finances (l'interlocuteur unique) .Dépôt du dossier à la recette 'des finances contre récépissé.CHOYAKH –08/09 P.Transmission du dossier au gouverneur dont le lieu d'installation du projet relève de sa compétence territoriale.

Vérification par les services des douanes si le promoteur répond aux Direction Générale des Douanes Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de la réception du dossier. les entreprises prestataires des services publics de base fixent des délais pour permettre à leurs clients de bénéficier desdits services. 6.Envoi d'une copie de la déclaration unique à la CNSS accompagnée de l'identifiant fiscal et des pièces 1 et 4 7. le raccordement au réseau de fourniture d'eau potable.DERBEL & F.CHOYAKH –08/09 P. Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de la réunion de la commission régionale. auprès de l'entreprise concernée. Le receveur des finances (l'interlocuteur unique) Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de la réunion de la commission régionale. octroi du code en douanes ou refus et information de l'interlocuteur unique de la décision prise 8. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. La liste des services publics de base et les modalités d'application de cet article 7 de la LRAIE sont fixées par le décret n°2008-345 du 11 février 2008. sont considérés services publics de base au sens de l'article 7 de la loi relative à l'initiative économique. les services suivants: le raccordement au réseau de l’électricité et du gaz. Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de la réunion de la commission régionale. Dans le cas de non respect desdits délais sans motif légal.Envoi d'une copie du dossier à la direction générale des douanes accompagnée de l'identifiant fiscal Le receveur des finances (l'interlocuteur unique) Le receveur des finances (l'interlocuteur unique) conditions légales.4. l'indemnisation du préjudice subi et ce conformément à la législation en vigueur.Notification de la décision de la commission au receveur des finances Le trésorier régional des finances (rapporteur de la commission régionale) Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de la réunion de la commission régionale. 80 sur 104 . 9. octroi d'un numéro d'affiliation s'il est soumis à ces régimes ou rejet du dossier dans le cas contraire et information de l'interlocuteur unique de la décision prise. 10. 5. fixant la liste des services publics de base et les modalités de détermination des délais de bénéfice desdits services.Remise à l'investisseur de l'autorisation accompagnée de l'identifiant fiscal. En application des dispositions de l’article premier de ce décret.Envoi du dossier au bureau de contrôle des impôts compétent. le client qui a subi un préjudice à cause du retard survenu pour lui fournir les services demandés. du code en douane et du numéro d'affiliation à la CNSS (en cas d'accord) et éventuellement de l'attestation du dépôt de la déclaration d'investissement La caisse nationale de sécurité sociale Dans un délai ne dépassant pas 3 jours à partir de la date de réception du dossier à la CNSS Le receveur des finances (l'interlocuteur unique) un délai ne dépassant pas 21 jours à partir de la date de dépôt de la déclaration unique Services publics de base Selon l’article 7 de la LRAIE.Vérification de la soumission du promoteur individuel aux régimes de sécurité sociale. a le droit de réclamer.

Le promoteur est tenu de déposer une déclaration auprès des services municipaux compétents pour l'exercice d'une activité professionnelle dans un local destiné initialement à l'habitation. les services administratifs compétents sont tenus d'assurer les formalités de déclarations à la charge des entreprises notamment auprès des ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. L'activité à exercer doit être du type d'activité ne demandant pas une fréquentation importante des clients. Le promoteur doit occuper le local en tant que résidence principale. en tant que siège social de l'entreprise ou pour l'exercice d'une activité professionnelle.- le raccordement au réseau d'assainissement. le raccordement aux réseaux de l'information et de la communication. 81 sur 104 . en vertu des dispositions de l’article 8 de la LRAIE. l'exercice de l'activité professionnelle dans le lieu d'habitation n'est pas de nature à modifier son caractère d'origine et la législation relative aux baux d'immeubles à usage commercial ne lui est pas applicable. désigner le local de sa résidence ou une partie de ce local. le promoteur individuel peut. une réception ou une livraison de marchandises et n'ayant pas d'impact sur l'environnement. Simplification des procédures de direction et de gestion et protection des actionnaires et des associés Simplification des procédures de direction et de gestion Télédéclaration En application des dispositions de l’article 9 de la LRAIE. Période de domiciliation La domiciliation est faite pendant une période ne dépassant pas cinq années à partir de la date du début de l'activité.DERBEL & F.CHOYAKH –08/09 P. Non application de la législation relative aux baux d'immeubles à usage commercial Selon l’article 8 de la LRAIE. Conditions de domiciliation La LRAIE prévoit les conditions suivantes : L'activité professionnelle doit être exercée exclusivement par les habitants dudit local. Domiciliation des entreprises Principe A l'exception des activités qui nécessitent des espaces aménagés.

modifiant et complétant le code des sociétés commerciales a récemment modifié les dispositions introduites par la LRAIE en remaniant le texte du premier alinéa de l’article 284 du CSC. Ce droit peut ainsi être exercé par l’actionnaire détenant : au moins cinq pour cent du capital de la société anonyme lorsqu’elle ne fait pas appel public à trois pour cent lorsqu’elle fait appel public à l’épargne . ou détenant une participation au capital au moins égale à un million de dinars. les articles 10 et 11 de la loi n°200769 du 27 décembre 2007 relative à l’initiative économique ont prévu la réduction du délai de visa des demandes de restitution du crédit de la TVA provenant des opérations d’exportation de produits ou de services de 30 à 7 jours.CHOYAKH –08/09 P. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F. La nouvelle rédaction de cet alinéa ajoute une troisième possibilité pour l’exercice du droit de communication de l’actionnaire. et ce à compter de la date du dépôt de la demande accompagnée des documents justificatifs de l’opération d’exportation. des services fiscaux ou des services douaniers et ce en offrant la possibilité de télédéclarer par les nouveaux moyens de communication et dans des délais et suivant des modalités fixés par décret. l’épargne ou . Protection des actionnaires de la SA Droit de communication des actionnaires En remaniant l'alinéa premier de l'article 284 du code des sociétés commerciales. 82 sur 104 . et prises dans l'intérêt d'un ou de quelques actionnaires ou au profit d'un tiers de 20% à 10% du capital social. - Droit d’agir en justice L’article 14 de la LRAIE modifie de l’alinéa premier de l’article 290 du CSC en réduisant la quotité des actionnaires pouvant demander l'annulation des décisions contraires aux statuts ou portant atteinte aux intérêts de la société. Restitution de la TVA provenant de l'exportation de biens ou services Dans le but d’encourager davantage les entreprises exportatrices.caisses de sécurité sociale. l’article 14 de la LRAIE diminue la quotité du capital permettant l’exercice du droit de communication dans les SA de 10% à : 5% du capital de la société anonyme qui ne fait pas appel public à l'épargne 3% du capital de la société anonyme qui fait appel public à l'épargne La loi n° 2009-16 du 16 mars 2009.

ainsi qu'au conseil du marché financier pour les sociétés faisant appel public à l'épargne. Le rapport d'expertise est communiqué au demandeur ou aux demandeurs. l’assemblée générale peut. Dans la nouvelle rédaction de l’alinéa 3 de l’article 220 du CSC. à condition qu’un ou plusieurs actionnaires détenant au moins cinq pour cent du capital de la société anonyme ne faisant pas appel public à l’épargne ou trois pour cent du capital de la société anonyme faisant appel public à l’épargne. et. au commissaire aux comptes. 83 sur 104 . le cas échéant. au ministère public. ne s’y opposent pas. et selon le cas au conseil d'administration ou au directoire et au conseil de surveillance. des questions écrites au sujet de tout acte ou fait susceptible de mettre en péril les intérêts de la société.La loi n° 2009-16 du 16 mars 2009. au moins deux fois par année. transiger ou renoncer à l’exercice de l’action. demander au juge des référés la désignation d'un expert ou d'un collège d'experts qui aura pour mission de présenter un rapport sur une ou plusieurs opérations de gestion. soit individuellement soit conjointement. modifiant et complétant le code des sociétés commerciales a également prévu que tout associé ou associés détenant au moins 5 % du capital d’une société anonyme ne faisant pas appel public à l’épargne.CHOYAKH –08/09 P. l’article 15 de la LRAIE ajoute au code des sociétés commerciales. ou 3 % du capital d’une société anonyme faisant appel public à l’épargne ou détenant une participation au capital d’une valeur au moins égale à un million de dinars. Etant également noté que la loi n° 2009-16 du 16 mars 2009. sans être membre ou membres au conseil d’administration. Une copie de la question et de la réponse sont obligatoirement communiquées au commissaire aux comptes. modifiant et complétant le CSC modifie l’alinéa 3 de l’article 220 du CSC et modifie les conditions de transaction ou de renonciation à l’exercice de l’action.DERBEL & F. Expertise de gestion A l’instar de la SARL. au comité permanent d'audit. en diminuant le taux de détention permettant l’opposition à la renonciation ou à la transaction de 15% à 5% pour les SA ne faisant pas APE et 3% pour les SA faisant APE. Le conseil d’administration doit répondre par écrit dans le mois qui suit la réception de la question. un article 290 bis traitant de l’expertise de gestion dans la société anonyme et prévoyant ce qui suit : Un ou plusieurs actionnaires détenant au moins 10% du capital social peuvent. Ce rapport doit être annexé au rapport du commissaire aux comptes et mis à la disposition des actionnaires au siège social en vue de la prochaine assemblée générale ordinaire ou extraordinaire. peuvent poser au conseil d’administration. et n’ayant pas la qualité de membre ou de membres du conseil d’administration. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Ces documents sont mis à la disposition des actionnaires à l’occasion de la première assemblée générale suivante. à tout moment.

Le capital social est divisé en parts sociales à valeur nominale égale ».DERBEL & F. Après son amendement par la LRAIE.Suppression du capital minimum dans la SARL L’article 12 de la LRAIE abroge les dispositions de l’article 92 du code des sociétés commerciales qui prévoyaient notamment un capital minimum de 1. Etablissements bancaires Création d'une cellule consacrée exclusivement à la création des petites et moyennes entreprises Aux termes de l’article 18 de la LRAIE. Financement de l’initiative économique Apport en industrie L’article 16 de la LRAIE admet la possibilité d’apport en industrie dans la SARL. Communication à la Banque Centrale de Tunisie de l'information financière nécessaire à l’exercice de l'activité économique L’article 19 de la LRAIE élargit le champ de communication de la Banque Centrale de Tunisie aux sociétés de recouvrement des créances. le paragraphe 4 de l'article 34 de ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.CHOYAKH –08/09 P. 84 sur 104 . Ce champ est également élargi aux délais d’exigibilité des dettes et aux incidents de paiement y afférents. L'évaluation de sa valeur et la fixation de la part qu'il génère dans les bénéfices. Cet apport n'entre pas dans la composition du capital de la société. La LRAIE remplace les anciennes les dispositions de l’article 92 du CSC par ce qui suit : « Le capital de la société à responsabilité limitée est fixé par son acte constitutif. Notons que l’apport en industrie demeure interdit dans la SA en vertu des dispositions de l’article 166 du CSC qui dispose « Les actions ne peuvent représenter des apports en industrie ».000 dinars et une valeur nominale minimale de 1 dinar pour la SARL. Cette cellule se charge de l'élaboration et de la mise en oeuvre d'une stratégie globale pour développer les fonctions et les services de la banque relatifs à la création de cette catégorie d'entreprises. se font de commun accord entre les associés dans le cadre de l'acte constitutif. les banques oeuvrent pour la création d'une cellule consacrée exclusivement à la création des petites et moyennes entreprises et qui constitue l'interlocuteur direct et le point d'attache avec les principaux intervenants.

aux sociétés et aux commerçants précités.DERBEL & F. Elle est chargée notamment d'assurer à son siège la centralisation des risques bancaires et de Elle assure aussi la tenue et la gestion d'un fichier des crédits non professionnels octroyés aux les communiquer aux établissements de crédit et aux sociétés de recouvrement des créances. Ce dernier autorise la Banque Centrale de Tunisie de permettre aux bénéficiaires des crédits professionnels et non professionnels et des facilités de paiement de consulter les données qui les concernent selon des conditions et des procédures qu'elle fixe à cet effet. - La Banque Centrale de Tunisie fixe les données techniques devant être respectées par les établissements. les délais de leur exigibilité et les incidents de paiement y afférents. personnes physiques et peut. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. 85 sur 104 . les sociétés et les commerçants précités lors de la communication des informations au fichier des crédits non professionnels et lors de sa consultation.CHOYAKH –08/09 P. à cet effet.la loi n° 58-90 du 19 septembre 1958 portant création et organisation de la Banque Centrale de Tunisie comme suit : - Elle peut demander aux établissements de crédit et aux sociétés de recouvrement des créances de lui fournir toutes statistiques et informations qu'elle juge utiles pour connaître l'évolution du crédit et de la conjoncture économique. demander aux établissements prestataires de ce type de crédit et aux sociétés de recouvrement des créances ainsi qu'aux commerçants s'adonnant aux ventes avec facilités de paiement de lui communiquer toutes les informations liées auxdits crédits et facilités de paiement. tirées du fichier sous réserve de ne pas les exploiter à des fins autres que l'octroi des crédits ou des facilités de paiement et sous peine des sanctions prévues à l'article 254 du code pénal. à leurs demandes et suite à leur réception de la demande de crédit ou des facilités de paiement. la résidence principale du promoteur constitue la dernière des garanties demandées par les établissements de crédit pour l'obtention du financement après avoir satisfait toutes les garanties accordées par les systèmes de garantie de crédit en vigueur. Par ailleurs et dans le cadre de la communication de l'information financière nécessaire à l’exercice de l'activité économique et à l'impulsion de 1’initiative. Résidence principale du promoteur et garanties demandées par les établissements de crédit Selon l’article 23 de la LRAIE. La Banque Centrale de Tunisie communique aux établissements. la LRAIE a ajouté à l'article 34 de la loi n° 58-90 du 19 septembre 1958 portant création et organisation de la Banque Centrale de Tunisie un cinquième paragraphe. des informations portant sur les montants des dettes.

La conversion d’un compte épargne logement en un compte épargne pour l’investissement s’effectue auprès du même établissement de crédit ayant la qualité de banque. Le virement des montants disponibles dans un compte épargne en actions ou dans un compte épargne études au compte épargne pour l’investissement peut s’effectuer partiellement ou totalement. Dans ce cas.CHOYAKH –08/09 P. 86 sur 104 . portant fixation des conditions de conversion des comptes d’épargne des personnes physiques en comptes épargne pour l’investissement. Pour les comptes épargne en actions. le compte épargne pour l’investissement reste ouvert auprès dudit établissement jusqu’à l’emploi des montants qui y sont déposés conformément à l’arrêté du ministre des finances du 24 avril 2003. un compte épargne actions. sans leur demander la restitution des avantages obtenus au titre du compte initial et ce conformément à des conditions fixées par le décret n° 2008-384 du 11 février 2008. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Modalités de conversion La conversion s’effectue à la demande du titulaire du compte. Comptes d’épargne visés par la mesure La mesure concerne toute personne physique. un compte épargne-études ou . L’établissement de crédit ayant la qualité de banque ou l’intermédiaire en bourse procède au virement des montants directement au compte épargne pour l’investissement.DERBEL & F.Dispositions fiscales Primes accordées dans le cadre du CII ou dans le cadre de l'encouragement à l'exportation ou dans le cadre d'un programme de mise à niveau L’article 21 de la LRAIE ajoute au CII un article 62 bis prévoyant que les primes accordées dans le cadre du CII ou dans le cadre de l'encouragement à l'exportation ou dans le cadre d'un programme de mise à niveau approuvé bénéficient des mêmes avantages dont bénéficient les revenus ou bénéfices provenant de l'exploitation de l'entreprise bénéficiaire de la prime. Conversion des comptes d'épargne en comptes d'épargne pour l'investissement L’article 17 de la LRAIE permet aux personnes physiques de convertir leurs comptes d'épargne en comptes d'épargne pour l'investissement. détenant : un compte épargne-logement ou . le virement concerne le produit de cession des valeurs mobilières.

et ce. Les modalités et les conditions d'application de cet article sont fixées par le décret n° 2008-562 du 4 mars 2008.000 dinars annuellement toutes taxes comprises. dans le même domaine d'activité et pendant la même période. surveillance de l'entreprise publique de relever le montant ne nécessitant la passation d'un marché public pour les achats supérieurs à 40 mille dinars toutes taxes comprises dans le secteur de l'informatique et des technologies de la communication et 30 mille dinars toutes taxes comprises pour la fourniture de biens et services dans les autres secteurs. Essaimage L’article 22 de la LRAIE permet aux entreprises créées. de conclure d'une manière directe avec les entreprises publiques d'origine. des contrats de fourniture de services ou de biens et ce dans des limites et pour une période déterminées. l'entreprise publique peut annuellement organiser une concurrence entre les entreprises concernées dans la limite de 100. les même conditions fixées par l’arrêté du ministre des finances du 24 avril 2003 susvisé. En cas de création de plus d'une entreprise par le biais de la technique d'essaimage.CHOYAKH –08/09 P. coût que supportait l'entreprise publique auparavant sauf dans les cas exceptionnels qui doivent être justifiés et approuvés par l'entreprise publique. portant fixation des modalités et conditions de passation des contrats de fournitures de biens et services avec les entreprises essaimées ainsi qu’il suit : L'entreprise publique ayant fait recours à l'opération d'essaimage peut conclure directement des contrats écrits pour la fourniture de biens et services avec l'entreprise essaimée et ce dans la limite de 100 mille dinars toutes taxes comprises annuellement et pendant deux années à partir de la date de création. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Les biens et services précités doivent répondre aux besoins effectifs de l'entreprise publique Le prix des biens et services à acquérir auprès de l'entreprise essaimée ne doit pas dépasser le sur les plans quantitatif et qualitatif et s'inscrire dans son programme annuel d'achat.DERBEL & F. à partir de la date de virement des montants dans le compte épargne pour l’investissement.Régime du compte épargne pour l’investissement ouvert par conversion des comptes d’épargne Sont applicables au compte épargne pour l’investissement ouvert par conversion des comptes d’épargne. Les contrats écrits conclus avec l’entreprise essaimée définissent minutieusement les Ces dispositions sont appliquées après autorisation du conseil d'administration ou du conseil de obligations contractuelles des deux parties. dans le cadre de l'essaimage conformément à la législation le régissant. et ce conformément aux dispositions de l'article 3 du décret n° 2002-3158 du 17 décembre 2002 portant organisation des marchés publics. 87 sur 104 .

Promotion des petites entreprises Le nouveau régime des petites entreprises et des petits métiers L’article 24 de la LRAIE prévoit de nouveaux avantages fiscaux au profit des petites entreprises et des petits métiers à savoir : l'exonération de la contribution au fonds de promotion des logements pour les salariés pendant l'exonération de la TFP pendant les trois premières années à partir de la date d'entrée en la déduction de vingt pour cent des revenus ou bénéfices soumis à l'IRPP ou à l'IS et ce durant les trois premières années à partir de la date d'entrée en activité effective . portant réglementation des marchés publics. la participation aux travaux liés aux activités artisanales dans les projets publics. de fourniture de biens et de services et d'études. Marchés publics L’article 25 de la LRAIE prévoit qu’un pourcentage des marchés publics soit réservé aux petites entreprises en respectant le principe de concurrence et l'égalité des chances conformément à la législation en vigueur. l'acheteur public réserve annuellement aux petites entreprises un pourcentage dans la limite de 20% de la valeur prévisionnelle des marchés de travaux. sauf cas d'impossibilité. 88 sur 104 . Pourcentage réservé aux petites entreprises Cas général Selon l’article 19 bis (nouveau) du décret n° 2002-3158 du 17 décembre 2002. l'entreprise en activité et l'entreprise récemment constituée. conformément aux conditions précisées dans le tableau suivant qui détermine le plafond des montants prévisionnels des marchés qui lui sont réservés : ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. activité effective.CHOYAKH –08/09 P. les cinq premières années à partir de la date de leur entrée en activité effective pour les petites entreprises créées durant la période allant du premier janvier 2007 au 31 décembre 2011 qui font appel aux centres de gestion intégrés pour la tenue de leur comptes et l'établissement de leurs déclarations fiscales. tel qu'indiqué ci-après. Définition de la petite entreprise Est considérée petite entreprise au sens du décret n° 2002-3158.DERBEL & F. Cas des artisans L’article 19 ter du décret n° 2002-3158 du 17 décembre 2002 réserve aux artisans.

CHOYAKH –08/09 P. et ce au niveau de la participation et de l’attribution. et notifie ce rapport à l'observatoire national des marchés publics et au comité de suivi et d'enquête sur les marchés publics. les cahiers des charges déterminent les garanties pécuniaires à produire par chaque soumissionnaire au titre du cautionnement provisoire et par le titulaire du marché au titre du cautionnement définitif. Il est précisé dans l'avis d'appel à la concurrence et les cahiers des charges que la totalité de la commande ou qu'un ou plusieurs lots sont réservés aux petites entreprises concernées. Cautionnement définitif ou provisoire Selon l’article 46 (nouveau) du décret n° 2002-3158 du 17 décembre 2002. L'acheteur public établit un programme des marchés à réserver aux petites entreprises et le notifie accompagné du calendrier prévisionnel d'exécution à l'observatoire national des marchés publics. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. L'acheteur public établit à la fin de chaque année un rapport sur les marchés attribués aux petites entreprises comprenant notamment une comparaison de la valeur de ces marchés avec les prévisions ainsi qu'une évaluation des conditions d'exécution.DERBEL & F. 89 sur 104 .Objet du marché Travaux de génie civil ou routes Travaux techniques relatifs aux fluides ou à l'électricité ou à la 100 mille Dinars 200 mille Dinars 100 mille Dinars sécurité incendie ou travaux similaires Travaux techniques relatifs à la menuiserie ou à la peinture ou à 80 mille Dinars 160 mille Dinars 80 mille Dinars l'étanchéité ou aux ascenseurs ou aux cuisines ou travaux similaires Biens 150 mille Dinars 300 mille Dinars 150 mille Dinars Services 100 mille Dinars 200 mille Dinars 100 mille Dinars Etudes 30 mille Dinars 60 mille Dinars 30 mille Dinars Les dispositions précitées ne s'appliquent pas à l'entreprise dont plus de 25 % de son capital est détenu par une entreprise ou un groupe d'entreprises ne répondant pas à la définition de la petite entreprise. et ce dans un délai ne dépassant pas le 31 Janvier de chaque année. portant réglementation des marchés publics. Volume de Montant Chiffre d'affaires l'investissement prévisionnel annuel maximum maximum pour maximum du l'entreprise pour l'entreprise marché toutes récemment en activité taxes comprises constituée 500 mille Dinars 1 million de Dinars 500 mille Dinars Modalités d’application de la mesure Ces marchés sont passés suite à des commandes séparées ou dans le cadre d'un ou de plusieurs lots d'un ensemble de commandes où la participation est exclusivement réservée aux petites entreprises selon l'objet du marché.

90 sur 104 . Ces avances obligatoires ne peuvent être cumulées. le cas échéant. l’entreprise en activité et l’entreprise récemment constituée dans les conditions suivantes : pour les marchés de bâtiment et de travaux publics : l’entreprise ayant l’agrément dans les catégories 1 à 4 conformément à la réglementation en vigueur.5% et 1. Pour les artisans. après avis de la commission des marchés compétente. pour des considérations techniques ou pour cause de défaut de petites entreprises pouvant être chargées de l'exécution des dits marchés. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Cas d'impossibilité de réserver les marchés au profit des petites entreprises En cas d'impossibilité de réserver les marchés au profit des petites entreprises dans la limite du pourcentage précité. L'acheteur public peut fixer exceptionnellement le montant du cautionnement provisoire par rapport à un montant forfaitaire qui tient compte de l'importance et de la complexité du marché. La commission des marchés compétente émet obligatoirement son avis au sujet de ces justifications. Avance au profit des petites et moyennes entreprises et des artisans Le décret n°2008-3505 du 21 novembre 2008 a modifié les dispositions du deuxième paragraphe de l’article 117 ter du décret n°2002-3158 du 17 décembre 2002 portant réglementation des marchés publics en prévoyant l’octroi obligatoire d’une avance de 20% du montant du marché payable en dinars aux petites et moyennes entreprises et aux artisans.DERBEL & F. Toutefois. Le montant du cautionnement définitif ne peut être supérieur à 3% du montant initial du marché augmenté. du montant des avenants lorsque le marché n'est pas assorti de délai de garantie et à 10% lorsque le marché comporte un délai de garantie. pour certains marchés de fourniture de biens ou de services.CHOYAKH –08/09 P. Est considérée petite et moyenne entreprise au sens de l’article 117 ter susvisé. les justifications de cette impossibilité. l'acheteur public doit la justifier dans un rapport adressé à la commission des marchés créée en son sein ou dont il relève qui émet son avis à ce sujet. Les bureaux d'études sont dispensés lors de leur participation aux marchés publics de la présentation du cautionnement provisoire et ce pendant les cinq premières années à partir de la date de leur établissement.L'acheteur public fixe le montant du cautionnement provisoire par application d'un pourcentage compris entre 0. il peut ne pas être exigé de cautionnement définitif lorsque les circonstances ou la nature du marché le justifient.5% du montant estimatif des commandes objet du marché. l'acheteur public doit préciser dans le rapport spécial visé à l'article 100 du décret n° 2002-3158 du 17 décembre 2002. et ce.

CHOYAKH –08/09 P. Le décret n° 2009-292 du 2 février 2009 a fixé le domaine d’application de l’avance sur la taxe de formation professionnelle. ainsi que le domaine d’application. 91 sur 104 . les critères et les montants de financement des activités de formation y afférentes.- Pour les marchés de fourniture de biens et de services : L’entreprise en activité dont le chiffre pour les marchés d’études : l’entreprise en activité dont le chiffre d’affaires annuel ne dépasse d’affaires récemment constituée dont le coût d’investissement ne dépasse pas 500 mille dinars. les frais de l'entreprise au titre de la formation et de l'apprentissage financés par les droits de ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. ces dispositions ainsi que leurs textes d'application entrent en vigueur à compter du 1er janvier 2009. le chèque formation et les droits de tirage ou le chèque service. son taux. Selon l’article 31 de la LRAIE. L’arrêté du ministre des finances et du ministre de l’emploi et de l’insertion professionnelle des jeunes en date du 10 février 2009 a fixé les domaines d’utilisation de l’avance sur la taxe de formation professionnelle. L’article 28 de la LRAIE amende l'article 17 de la loi n° 99-101 du 31 décembre 1999 relative à loi de finances pour l'année 2000 tel que modifié par l'article 12 de la loi n° 2002-101 du 17 décembre 2002 relative à la loi de finances pour l'année 2003 en ajoutant les éléments suivants parmi les dépenses financées par le « fonds de promotion de la formation et de l'apprentissage professionnel » : un pourcentage des frais de l'entreprise au titre de la formation et de l'apprentissage financés par le chèque formation. ainsi que les montants maximum des utilisations des droits de tirage au titre du financement des activités de formation y afférentes. tirage.DERBEL & F. Ce pourcentage ainsi que le domaine d'application du chèque formation et les modalités et conditions du bénéfice du chèque sont fixés par décret. les conditions et les modalités de son bénéfice. Facilitation du financement de la formation professionnelle L’article 26 de la LRAIE fixe des nouvelles modalités de financement de la formation professionnelle et du remboursement des dépenses des services de la formation professionnelle par l'adoption de : l'avance sur la TFP due ou . les modalités et les conditions de bénéfice des droits de tirage. pas 300 mille dinars et l’entreprise récemment constituée dont le coût d’investissement ne dépasse pas 150 mille dinars.

le taux maximum de l’avance sur la taxe de formation professionnelle est fixé à 60 % de la taxe due au titre de l’année précédente. Entreprises éligibles aux nouvelles dispositions de l'avance sur la TFP Il s’agit des entreprises soumises à la TFP qui prennent des dispositions en vue de promouvoir la formation professionnelle au sein de l'entreprise. de chambres de commerce et d'industrie ou .CHOYAKH –08/09 P. bénéficient de l’avance sur la taxe de formation professionnelle. Principe de l’avance Les entreprises susvisées peuvent bénéficier d'une avance sur la TFP consistant en un crédit d'impôt égal à un pourcentage du montant de la TFP due au titre de l'année précédant l'année de la réalisation des opérations de formation qui sera alloué pour couvrir les frais de formation réalisée par l'entreprise au profit de ses agents durant l'année concernée par la formation. d'entreprises de formation agréées. les entreprises soumises à la taxe de formation professionnelle.DERBEL & F.000) dinars. d'organisations ou . Taux de l’avance Selon le décret n° 2009-292 du 2 février 2009. d'un groupe d'entreprises ou . dont le montant annuel de la taxe de formation professionnelle due au titre de l’année précédant l’année de réalisation des actions de formation est supérieur ou égal à mille (1. • • • • • soit par leurs propres moyens soit par l'intermédiaire : d'une autre entreprise ou . 92 sur 104 . Modalités de bénéfice de l’avance Les entreprises qui désirent bénéficier de l’avance sur la taxe de formation professionnelle sont tenues de déposer une déclaration auprès du service fiscal compétent dont relève l’entreprise concernée ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.L'avance sur la TFP L’article 27 de la LRAIE remplace dispositions des articles 31 et 33 de la loi n° 88-145 du 31 décembre 1988 relative à la loi de finances pour l'année 1989 traitant des ristournes TFP par de dispositions instituant un mécanisme d’avance de la TFP. Selon le décret n° 2009-292 du 2 février 2009.

les entreprises non soumises à la taxe de formation professionnelle conformément à la les artisans et les entreprises de métiers.CHOYAKH –08/09 P. les chambres d’industrie et de commerce. 93 sur 104 . sectorielles ou régionales. établies entre le centre national de formation continue et de promotion professionnelle et les fédérations et unions professionnelles. peuvent être financées dans le cadre du système des droits de tirage. à mille dinars. professionnelles. ainsi que les centres techniques. le système des droits de tirage a pour objet de permettre aux entreprises économiques privées mentionnées ci-après de bénéficier d’un financement direct de la part de l’Etat au titre d’activités de formation réalisées au profit de ses agents. la formation continue en Tunisie dans un cadre individuel ou collectif.conformément à un modèle établi à cet effet. et ce.DERBEL & F. en contrepartie de sa contribution à la formation initiale: les entreprises dont le montant annuel de la taxe de formation professionnelle due est inférieur les entreprises dont le montant annuel de la taxe de formation professionnelle due est supérieur les entreprises qui ont épuisé l’utilisation de l’avance sur la taxe de formation professionnelle. - ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. les actions collectives réalisées dans le cadre du partenariat avec les organisations les actions de validation des acquis de l’expérience. les entreprises exonérées de la taxe de formation professionnelle. dans un délai ne dépassant pas la fin du mois de janvier de l’année concernée par la formation. Les droits de tirage Entreprises éligibles au système des droits de tirage Selon l’article 13 du décret n° 2009-292 du 2 février 2009. les actions de formation continue réalisées collectivement dans le cadre de conventions de partenariat concernant plusieurs entreprises. Selon l’article 23 du décret susvisé. les ordres et associations professionnels. ou égal à mille dinars et qui n’ont pas utilisé le droit à l’avance. Activités éligibles au système des droits de tirage Le financement dans le cadre du système des droits de tirage se limite aux activités de formation ciaprès: les études et consultations en formation. - législation en vigueur.

DERBEL & F. de la formation professionnelle et des investissements relatifs aux années préparatoires L’article 33 de la LRAIE prévoit les avantages supplémentaires suivants au profit des investissements dans les secteurs de l'éducation. traitements. indemnités et avantages revenant L'exonération de la contribution au fonds de promotion du logement pour les salariés au titre aux enseignants ou formateurs tunisiens recrutés d'une manière permanente.Non cumul entre le système de l’avance et des droits de tirage L’entreprise ne peut. Cet avantage est accordé aux entreprises qui entrent en activité effective durant la période du onzième plan de développement (2001-201l). 94 sur 104 . des salaires. modifiant le décret n° 95-1166 du 3 juillet 1995 relatif à la sécurité sociale des travailleurs non salariés dans les secteurs agricole. Taxes parafiscales au titre des investissements dans les secteurs de l'éducation. l’article 32 de la LRAIE permet aux nouveaux promoteurs de reporter le paiement de leurs cotisations au titre de la sécurité sociale pendant deux années. Le paiement de ces cotisations est alors effectué sur 36 tranches mensuelles.CHOYAKH –08/09 P. au titre de la même activité de formation. En application des dispositions de ce décret. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. pour une période de deux ans à partir de la date de leur affiliation. Les autres avantages accordés au profit des investissements susvisés demeurent en vigueur. Les modalités et les conditions d'octroi de ce report sont fixées par le décret n° 2008-172 du 22 janvier 2008. les nouveaux promoteurs ainsi que les nouveaux promoteurs titulaires de diplômes de l'enseignement supérieur bénéficient d'un report de paiement des cotisations exigibles. indemnités et avantages revenant aux enseignants ou formateurs tunisiens recrutés d'une manière permanente et ce durant les dix premières années à partir de la date d'entrée en activité effective. de la formation professionnelle et des investissements relatifs aux années préparatoires : L'exonération de la TFP au titre des salaires. traitements. de l'enseignement supérieur. de l'enseignement supérieur. bénéficier des avantages des droits de tirage et de l’avance sur la taxe de formation professionnelle ou de tous autres avantages accordés dans les domaines de l’insertion et de l’adaptation professionnelle et de la formation continue. Mesures d’accompagnement à caractère social Mesures sociales et fiscales Cotisations au titre de la sécurité sociale dues par les nouveaux promoteurs Amendant l'article 45 du code d'incitation aux investissements.

Ce congé est accordé par décret. Le fonctionnaire bénéficiaire d'un congé pour la création d'une entreprise doit demander par lettre recommandée sa réintégration ou le renouvellement de ce congé pour une deuxième année ou pour une troisième année dans le cas où 1'entreprise est créée dans les zones de développement régional et ce dans un délai d'un mois au moins avant l'expiration de la période du congé.Congé pour la création d'une entreprise Congé pour la création d'une entreprise accordé aux fonctionnaire L’article 34 de la LRAIE prévoit les mesures suivante : Un congé pour la création d'une entreprise peut être accordé au fonctionnaire titulaire pour une durée maximale d'une année renouvelable une seule fois. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.CHOYAKH –08/09 P. Il peut être accordé dans le cadre de la transmission prévue par la loi n° 95-34 relative au redressement des entreprises en difficultés économiques. sans pour autant avoir le droit à l'avancement et à la promotion. Dans le cas où l'entreprise est créée dans les zones de développement régional et nonobstant les dispositions législatives contraires. des établissements publics à caractère industriel et commercial et des sociétés dont le capital est détenu directement et entièrement par l'Etat ou par les collectivités publiques locales L’article 35 de la LRAIE prévoit les mesures suivantes : Un congé pour la création d'une entreprise peut être accordé à l'agent titulaire pour une durée maximale d'une année renouvelable une seule fois. Dans le cas où l'entreprise est créée dans les zones de développement régional et nonobstant les dispositions législatives contraires. Congé pour la création d'une entreprise accordé aux agents des offices. Ce congé est renouvelable deux fois dans le cas où l'entreprise est créée dans les zones de développement régional. Il peut être accordé dans le cadre de la transmission prévue par la loi n° 95-34 relative au redressement des entreprises en difficultés économiques. l'agent continue de bénéficier de la couverture sociale pendant les trois années et de la moitié du salaire pendant les deux premières années. Ce congé est renouvelable deux fois dans le cas où l'entreprise est créée dans les zones de développement régional. le fonctionnaire continue de bénéficier de la couverture sociale pendant les trois années et du demi-traitement pendant les deux premières années. sans pour autant avoir le droit à l'avancement et à la promotion. Ce congé est accordé par décret. 95 sur 104 .DERBEL & F.

Ces services concernent essentiellement la formation de nouveaux promoteurs notamment dans le domaine de la création des projets. Développement des espaces économiques Pépinières d'entreprises et cyber-parcs Définition des pépinières d'entreprises L’article 36 de la LRAIE définit les pépinières d'entreprises comme étant des espaces équipés pour aider les promoteurs dans les secteurs innovants et les activités prometteuses à concrétiser leurs idées de projets et les transformer en des projets opérationnels et pour héberger ces projets pendant une période déterminée et les aider à s'implanter en dehors de la pépinière après la période d'incubation. 1'hébergement des projets innovants et leur accompagnement pendant les premières années après leur démarrage et ce à travers la prestation des services logistiques de base et l'offre d'expertises nécessaires pour appuyer les entreprises dans la gestion. Définition des cyber-parcs L’article 37 de la LRAIE définit les cyber-parcs comme étant des espaces équipés pour héberger les promoteurs et les aider à réaliser leurs projets dans le domaine des services basés sur les technologies d'information et de communication à travers la prestation des services logistiques et des moyens nécessaires à l'exploitation et ce pendant une période déterminée. 96 sur 104 . faire connaître leur produit et déterminer leur future stratégie. terrains au dinar symbolique. leur assistance lors de la préparation du projet. Avantages fiscaux pour les pépinières d'entreprises et les cyber-parcs L’article 38 de la LRAIE instaure les avantages fiscaux suivants (accordés par décret sur avis de la commission supérieure d'investissement) pour les investissements au titre de la réalisation des pépinières d'entreprises et les cyber-parcs : prime d'investissement dans la limite de 20% du coût du projet .DERBEL & F. Ces avantages sont accordés aux projets réalisés durant la période allant de la date d'entrée en vigueur de la LRAIE au 31 décembre 2011 sous les conditions suivantes : ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.- L'agent bénéficiaire d'un congé pour la création d'une entreprise doit demander par lettre recommandée sa réintégration ou le renouvellement de ce congé pour une deuxième année ou pour une troisième année dans le cas où l'entreprise est créée dans les zones de développement régional et ce dans un délai d'un mois au moins avant l'expiration de la période du congé.CHOYAKH –08/09 P.

97 sur 104 . de la prise en charge par l'Etat des dépenses d'infrastructure extra-muros de ces zones. un article 51 bis fixant les avantages fiscaux pour les investissements au titre de la réalisation de zones industrielles ainsi que leur conditions d’octroi. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. assurer le rôle de l'interlocuteur unique pour ceux qui se sont installés dans la zone. réservés à l’implantation de projets industriels dans les zones d’encouragement au développement régional. Ces avantages consistent en : zones. Etendue de l’avantage fiscal accordé au titre de la réalisation de zones industrielles Les investissements au titre de la réalisation de zones industrielles ouvrent droit au bénéfice : . ministère de tutelle durant une période qui ne peut être inférieure à quinze ans.- la réalisation du projet et de son entrée en exploitation dans un délai maximum de deux années l’exploitation du projet conformément à son objet et selon le cahier des charges établi par le à compter de la date d'obtention du terrain et . assurer l'animation de la zone et sa commercialisation aux niveaux externe et interne . Investissements au titre de la réalisation de zones industrielles L’article 39 de la LRAIE ajoute au code d'incitation aux investissements.DERBEL & F. de l'exonération de l'IRPP ou de l'IS au titre des revenus ou bénéfices provenant de la réalisation de ces projets et ce.CHOYAKH –08/09 Une prime représentant une partie du coût de réalisation de ces locaux déterminée selon les P. - Ces incitations sont accordées par décret sur avis de la commission supérieure d'investissement. durant les cinq premières années à partir de la date d'entrée en activité Conditions du bénéfice des incitations accordées au titre de la réalisation de zones industrielles Le bénéfice de ces incitations est subordonné à l’engagement du promoteur à : construire et équiper des bâtiments pour la fourniture d’équipements de base et la prestation de assurer la maintenance de la zone . Apport de la loi de finances pour la gestion 2009 La loi de finances pour la gestion de 2009 accorde un avantage supplémentaire en faveur des entreprises de promotion immobilière qui réalisent des locaux industriels sur des terrains aménagés. services communs au profit de ceux qui sont installés dans la zone .

Il est également noté que le code d’incitations aux investissements accorde les avantages suivants aux entreprises de promotion immobilière : Les entreprises de promotion immobilière qui réalisent des projets d'infrastructure et d'équipements collectifs. Zones portuaires réservées au tourisme de croisière L’article 40 de la LRAIE ajoute au code d'incitation aux investissements un article 56 bis traitant des incitations en faveur des entreprises qui gèrent une zone portuaire réservée au tourisme de croisière. Les projets réalisés par les promoteurs immobiliers relatifs à l'habitat social. Afin d’éviter le dédoublement de l’avantage fiscal. Le montant de ces primes ainsi que les modalités et les conditions de leur octroi seront fixés par décret. bénéficient d'une déduction de 50% des bénéfices provenant de ces projets de l'assiette de l'impôt sur le revenu des personnes physiques ou de l'impôt sur les sociétés. du droit de consommation et de la taxe au profit du fonds de développement de la compétitivité industrielle au titre ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Ces avantages sont accordés par décret après avis de la commission supérieure d’investissement.DERBEL & F.CHOYAKH –08/09 P. et à la construction de bâtiments destinés aux activités industrielles. la loi de finances pour la gestion 2009 prévoit de déduire le montant de la prime au titre des coûts de réalisation des locaux susvisés et qui est accordée au promoteur immobilier du montant global de la prime d’investissement accordée au promoteur du projet et qui est prévue par l’article 24 du code d’incitations aux investissements et accordée aux projets industriels implantés dans ces locaux. Incitations fiscales en faveur des entreprises qui gèrent une zone portuaire réservée au tourisme de croisière Les entreprises qui gèrent une zone portuaire réservée au tourisme de croisière conformément à une convention conclue entre le gestionnaire de la zone et le ministre de tutelle et approuvée par décret sur avis de la commission supérieure d'investissement. donnent lieu au bénéfice de la déduction de 50% des revenus ou bénéfices provenant de ces projets de l'assiette de l'impôt sur le revenu ou de l'impôt sur les sociétés. de tourisme et d'industries. bénéficient de : l'exonération des droits de douane et la suspension de la taxe sur la valeur ajoutée.- Une prime au titre de la participation de l’Etat aux dépenses d’infrastructure nécessaires à la réalisation de ces locaux fixée selon les zones. 98 sur 104 . à l'aménagement de zones pour les activités agricoles.

pour la construction d'installations d'intérêt national et ce ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. hors zones d'interdiction et de sauvegarde. biens. portant promulgation du code de l'IRPP et de l'IS. les collectivités locales s'engagent. Exonération de la TVA sur les services relatifs à l'amarrage des navires et au passage des touristes réalisés par les entreprises qui gèrent une zone portuaire destinée au tourisme de croisière L’article 41 de la LRAIE exonère de la TVA. La zone portuaire est soumise au régime de la zone franche tel que prévu par le code de douane. compte non tenu de la déduction pour les sociétés et à 30% du montant de L'impôt calculé sur la base du revenu global. approuvée par décret sur avis de la commission supérieure d'investissement. les services relatifs à l'amarrage des navires et au passage des touristes réalisés par les entreprises qui gèrent une zone portuaire destinée au tourisme de croisière en vertu d'une convention conclue entre le gestionnaire de la zone et le ministre de tutelle. Changement de la vocation des terres agricoles propriété de l'Etat Etendue de la mesure L’article 43 de la LRAIE permet le changement de la vocation des terres agricoles propriété de l'Etat. la déduction de tous les revenus ou bénéfices provenant de ces investissements de l'assiette de l'IRPP ou de l'IS. sans que la déduction engendre un impôt inférieur à 10% du total du bénéfice imposable. compte non tenu de la déduction pour les personnes physiques.de l'acquisition des équipements. dans le cadre des plans d'aménagement urbain relevant de leur ressort. et ce pendant les dix premières années à partir de la date d'entrée en activité effective.DERBEL & F. la déduction de tous les revenus ou bénéfices provenant de ces investissements de l’assiette de l'IRPP ou de l'IS. Plans d'aménagement urbain Selon l’article 42 de la LRAIE. nonobstant les dispositions des articles 12 et 12 bis de la loi n° 89-114 du 30 décembre 1989. de réserver les terrains nécessaires pour l'attraction des activités économiques. et ce à partir de la onzième année de la date d'entrée en activité effective. produits et services nécessaires à la réalisation des investissements ou à l'activité à l’exception des voitures de tourisme.CHOYAKH –08/09 P. 99 sur 104 .

les critères de détermination du caractère d'intérêt national des installations précitées. consistent notamment en : l'importance de l'investissement. Le changement est accordé par décret sur avis d'une commission consultative nationale. l’article 44 de la LRAIE fixe ainsi qu’il suit le nouveau régime d’incitation au développement régional pour ce qui est de la déduction des revenus ou bénéfices et de prise en charge par l'Etat de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. la capacité d'emploi. Selon l’article 2 dudit décret. fixant les critères déterminant le caractère d'intérêt national des installations à construire sur des terres agricoles domaniales classées hors zones d'interdiction et de sauvegarde et la composition et les modalités de fonctionnement de la commission consultative nationale chargée d'émettre son avis sur le changement de la vocation des terres concernées. le contenu technologique. relative à la protection des terres agricoles. le caractère innovateur. Les critères déterminant le caractère d'intérêt national des installations à construire sur des terres agricoles domaniales classées hors zones d'interdiction et de sauvegarde et la composition L’article premier du décret n° 2008-390 du 11 février 2008. le degré de participation dans le développement régional.DERBEL & F. Encouragement au développement régional En modifiant les dispositions des paragraphes 2 et 3 de l'article 23 du code d'incitation aux investissements et les dispositions des articles 25 et 26 dudit code.nonobstant les restrictions prévues par les articles 6 et 8 de la loi n° 83-87 du 11 novembre 1983. 100 sur 104 . le degré de participation dans l'effort national de l'exportation.CHOYAKH –08/09 P. stratégies et plans de développement nationaux et qui s'accommodent avec les spécificités et les priorités du développement global et qui tiennent compte des exigences de la qualité de vie et du développement durable. considère comme installations d'intérêt national celles qui contribuent à la réalisation des objectifs.

101 sur 104 . La déduction des revenus ou bénéfices est totale et s’effectue sans minimum d’impôt. dans les zones d'encouragement au développement régional prioritaires. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. Exonération de la contribution au FOPROLOS Il est prévu l'exonération de la contribution au FORPOLOS pendant les cinq premières années à partir de la date d'entrée en activité effective pour : les investissements réalisés dans le secteur du tourisme et pour les investissements réalisés dans les secteurs de l'industrie de l'artisanat et de quelques activités de services dans le deuxième groupe des zones d'encouragement au développement régional et . des bénéfices nets soumis à l'impôt sur les sociétés. Les investissements réalisés par ces entreprises donnent également lieu. Deuxième période de déduction Dégrèvement financier et physique La souscription au capital initial des entreprises éligibles aux avantages du développement régional ou à son augmentation donne lieu à la déduction des revenus ou bénéfices investis des revenus ou bénéfices nets soumis à l'impôt sur le revenu des personnes physiques ou à l'impôt sur les sociétés.Déduction des bénéfices des entreprises éligibles aux avantages du développement régional La déduction des revenus ou bénéfices provenant des investissements dans les zones de développement régional de l'assiette de l'IRPP et de l'IS est fixée comme suit: Zones d'encouragement Premier groupe Deuxième groupe au développement régional prioritaires Première période de déduction totalement pendant les cinq premières années à partir de la date d'entrée en activité effective (déduction sans minimums d’impôts) totalement pendant les dix premières années à partir de la date d'entrée en activité effective (déduction sans minimums d’impôts) totalement pendant les dix premières années à partir de la date d'entrée en activité effective (déduction sans minimums d’impôts) dans la limite de 50% de ces revenus ou bénéfices pendant les dix années suivantes. Elle est subordonnée au respect des conditions relatives à l’incitation commune de dégrèvement financier prévue par l’article 7 du CII. à la déduction des bénéfices investis au sein même de l'entreprise.DERBEL & F.CHOYAKH –08/09 P.

ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F.DERBEL & F.Exonération de la contribution patronale de CNSS Les investissements réalisés dans les secteurs de l'industrie. Premier groupe des zones d'encouragement au développement régional Pour le premier groupe des zones d'encouragement au développement régional dont la liste est fixée par décret dans les secteurs de l'industrie. de l'artisanat et quelques activités de services.CHOYAKH –08/09 P. 102 sur 104 . de l'artisanat et quelques activités de services. de l'artisanat et dans quelques activités de services et réalisés dans les zones d'encouragement au développement régional bénéficient de la prise en charge par l'Etat de la contribution patronale au régime légal de sécurité sociale au titre des salaires versés aux agents tunisiens comme suit : Zones d'encouragement au développement régional dans le secteur du tourisme Il est prévu une prise en charge par l'Etat de cette contribution pendant les cinq premières années à partir de la date d'entrée en activité effective. Les investissements dans les projets de tourisme saharien réalisés dans les zones d'encouragement au développement régional fixées par décret bénéficient de cet avantage pour une période supplémentaire de cinq ans. il est prévu une prise en charge par l'Etat de cette contribution pendant les cinq premières années à partir de la date d'entrée en activité effective. du tourisme. il est prévu une prise en charge par l'Etat d'une quote-part de cette contribution pendant les cinq premières années à partir de la date d'entrée en activité effective fixée comme suit : Année concernée par la prise en charge par l'Etat Première année Deuxième année Troisième année Quatrième année Cinquième année Quote-part de la prise en charge par l'Etat 100% 80% 60% 40% 20% Deuxième groupe des zones d’encouragement au développement régional Pour le deuxième groupe des zones d’encouragement au développement régional dont la liste est fixée par décret dans les secteurs de l'industrie.

Le montant de ces primes.DERBEL & F. sans que le montant de cette prime ne dépasse 600 mille dinars. lorsqu'ils sont implantés dans le premier groupe des zones d'encouragement . réalisation des projets industriels. 103 sur 104 . 15% du coût d'investissement fonds de roulement exclu. Prime d’investissement et prime au titre de la participation de l'Etat aux dépenses d'infrastructure En application des dispositions de l’article 24 du CII. sans que le montant de cette prime ne dépasse 320 mille dinars. de l'artisanat et quelques activités de service. il est prévu une prise en charge par l'Etat de cette contribution pendant les cinq premières années à partir de la date d'entrée en activité effective et d'une quote-part de cette contribution pendant une période supplémentaire de cinq ans fixée comme suit : Année concernée par la prise en Quote-part de la prise en charge par charge par l'Etat l'Etat Première année 80% Deuxième année 65% Troisième année 50% Quatrième année 35% Cinquième année 20% Ces dispositions s'appliquent aux projets pour lesquels le bénéfice de la période supplémentaire de cinq ans prend effet avant le 31 décembre 2011. lorsqu'ils sont implantés dans le deuxième groupe des zones d'encouragement au développement régional ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. les entreprises éligibles aux avantages du développement régional bénéficient: d'une prime d'investissement représentant une partie du coût du projet. y compris les frais d'une prime au titre de la participation de l'Etat aux dépenses d'infrastructure nécessaires à la d'études.CHOYAKH –08/09 P. ainsi que les modalités et les conditions de leur octroi sont fixées par le décret n° 94-539 du 10 mars 1994 comme suit : Prime d’investissement Le taux est fixé comme suit : 8% du coût d'investissement fonds de roulement exclu. déterminée selon les activités et selon les zones .Pour les zones d'encouragement au développement régional prioritaires Pour les zones d'encouragement au développement régional prioritaires dont la liste est fixée par décret dans les secteurs de l'industrie.

Son taux est fixé comme suit : 25% de ces dépenses lorsqu'ils sont implantés dans le premier groupe des zones d'encouragement au développement régional 50% de ces dépenses lorsqu'ils sont implantés dans le deuxième groupe des zones d'encouragement au développement régional 75% de ces dépenses lorsqu'ils sont implantés dans les zones d'encouragement au développement régional prioritaires Toutefois.CHOYAKH –08/09 P. Participation de l'Etat aux dépenses d'infrastructure nécessaires à la réalisation des projets industriels Cette participation qui concerne investissements réalisés dans les activités des industries manufacturières et implantées dans les zones d’encouragement au développement régional. cette prime ne couvre pas les travaux d'infrastructure relevant de l'activité normale et des attributions des organismes nationaux opérant dans ces domaines. sans que le montant de cette prime ne dépasse un million de dinars. lorsqu'ils sont implantés dans les zones d'encouragement au développement régional prioritaires.- 25% du coût d'investissement fonds de roulement exclu. La participation de l'Etat à la prise en charge des travaux d'infrastructure est accordée aux investissements à réaliser dans les zones industrielles agréées ou aménagées conformément aux plans d'aménagement approuvés.DERBEL & F. ISG/ Mastère Entrepreneuriat – Cours Environnement légal & fiscal – F. 104 sur 104 .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful