18 Chaâbane 1433 - Mardi 19 Juillet 2011 - N°14258 - Nouvelle sér ie - www.elmoudjahid.

com - ISSN 1111-0287

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

METRO D’ALGER

400 policiers et 400 agents

LA SÉCURITÉ
EN PREMIÈRE LIGNE
Fixé à partir du 15 septembre

RATP El Djazaïr présente son plan de communication

LE PRIX DU TICKET

SERA SOUTENU PAR L’ETAT
EQUIPE NATIONALE

Page 4

PRÉVU À LA PROCHAINE RENTRÉE

Entretien
LE PROFESSEUR HAMOUD SALHI À EL MOUDJAHID

Un nouveau cursus pour l’enseignement professionnel

“L’expérience de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme, un modèle pour les Etats-Unis”
Page 9

Vahid Halilhodzic dévoile sa première liste

Page 31

HYDRAULIQUE

M. Sellal :

“Pas de nouvelle tarification de l’eau”
Page 3 Page 5

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2
Météo

EL MOUDJAHID

Ce matin, à 10 h, au bureau des Nations unies Demain, à 10 h

29° à Alger 48° à Ouargla
Sur les régions Nord, le temps sera, partiellement, nuageux avec possibilité de quelques pluies sur le littoral est et formation orageuse en cours d'aprèsmidi/soirée notamment vers les massifs de l'intérieur Est. Les températures seront saisonnières et varieront de 28°C/32°C sur régions du littoral et de 32°C/36°C vers les régions de l'intérieur. Les vents seront en général modérés (30/50 km/h) de secteur Ouest à Nord-ouest sur les régions du littoral. Mer peu agitée à localement agitée. Sur les régions sud du pays, le temps sera chaud et ensoleillé avec localement évolution orageuse sur les massifs du Hoggar/Tassili. Les vents seront faibles à modérés. Les températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui seront comme suit : Alger (29°-21°), Annaba (28°-20°), Béchar (42°-26°), Biskra (41°-28°), Constantine (33°- 20°), Djanet (40°-27°), Djelfa (32°-19°), Ghardaïa (44°-30°), Oran (30°22°), Sétif (32°-19°), Tamanrasset (36°-24°), Tlemcen (30°-17°), Tindouf (38°-19°), El Oued (48°-29°), Adrar (49°-27°), Ouargla (48° 30°).

Hommage au colonel Salah Zaâmoum de la wilaya IV
Dans le cadre de commémoration du 50 e anniversaire de la mort de Salah Zaâmoum, colonel de la Wilaya IV, l’Association Machaâl Echahid en coordination avec le journal El Moudjahid organisera demain, à 10 heures, au centre de presse d’El Moudjahid, une conférence historique sur le thème «hommage au chahid colonel Si Salah dans le 50 e anniversaire de sa mort». cette rencontre sera animée par M. Mohamed Abbès, suivie par des témoignages de ses camarades dans le mouvement national et les cadres de la Wilaya IV historique.

Conférence de presse me de M Raquel Rolnik
Mme Raquel R o l n i k , R a p p o r t e us e spéciale des Nations unies sur le logement convenable animera ce matin, à 10 heures au bureau des Nations unies, Alger, une conférence de presse au cours de laquelle elle fera part de ses observations et recommandations préliminaires.

Délivrance des documents judiciaires

Des permanences durant les week-ends au niveau des tribunaux
Il est porté à la connaissance du public qu’à l’instar des années précédentes, les services concernés par la délivrance des documents au niveau des juridictions, continueront cette opération durant les vacances judiciaires. En outre, des permanences seront ouvertes à cet effet au niveau de l’ensemble des juridictions pendant le week-end à partir du vendredi 22 juillet jusqu’à samedi 24 septembre, dans le but de satisfaire les demandes croissantes des citoyens concernant le retrait du certificat de nationalité et du casier judiciaire et ce, en prévision de la rentrée scolaire et universitaire. Il est à rappeler que les Algériens résidant à l’étranger peuvent retirer leur casier judiciaire auprès des représentations diplomatiques et des consulats algériens.

Le 21 juillet, à 10 h 30, à l’hôtel Sofitel, Alger

Présentation de la grille ramadhan 2011 de Nessma TV
Nessma Tv organisera le jeudi 21 juillet, à 10 h 30, à l’hôtel Sofitel Alger salle Hamma une conférence de presse pour la présentation de la grille Ramadhan 2011 de Nessma TV, animée par M. Nabil Karoui président-directeur général de Nessma TV en présence des animateurs et comédiens vedettes de la chaîne.

Dans la ville antique de Djemila

7e édition du festival arabe de Djemila
Sous le haut patronage de la ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi, et le wali de Sétif, le commissariat du festival arabe de Djemila en collaboration avec l’Office national de la culture et de l’information (ONCI) et la participation de l’ENTV et l’ENRS, organise la 7 e édition du festival arabe de Djemila avec la participation des plus grands stars de la chanson arabe et algérienne et ce, du 18 au 27 juillet dans la ville antique de Djemila tous les jours à partir de 22 heures.

Aujourd’hui, à 12 h, à l’université M’hamed-Bougerra de Boumerdès

Du 18 au 21 juillet, à Tlemcen

Clôture de l’université d’été des cadres de la RASD
La cérémonie de clôture des travaux de l’université d’été des cadres de la RASD aura lieu, aujourd’hui à 12 heures, à la salle de conférence université M’hamedBougerra, Boumerdès-ville. Elle sera rehaussée par la présence de M. Mohamed Abdelaziz, président de la République Arabe Sahraouie Démocratique, (RASD), qui présidera la cérémonie et prononcera un discours devant les participants cadres de la RASD.

Journées culturelles des Emirats arabes unis
Cette manifestation, qui vient après celle de la Chine, mettra en exergue le patrimoine artistique et historique de ce pays. Le programme de ces journées émiraties prévoit des expositions d’arts plastiques, de calligraphie, de miniature, de livres, de photos et autres. La soirée d’ouverture sera animée par le chanteur émirati, Jassem Mohamed, connu pour son tube "Moulay", relayé par son compatriote Ahmed El Oulai. Un spectacle de danses folkloriques sera également présenté par la troupe nationale des arts populaires reflétant la vie culturelle des Emirats Arabes Unis. La semaine culturelle émiratie à Tlemcen donnera également lieu à la projection de films cinématographiques, à des conférences et à des soirées de madih (chants religieux).

Aujourd’hui jusqu’au 29 juillet, à 22 h, au théâtre de plein air de Sidi Fredj

Jeudi 21 juillet, à 9 h, à la salle Atlas Bab El Oued

Les soirées du Casif
Sous le haut patronage de la ministre de la Culture, l’Office national de la culture et de l’information, (ONCI), avec la collaboration de l’ENTV, l’ENRS et la Société de gestion touristique des hôtels de Sidi Fredj, organise les soirées du Casif au théâtre de plein air de Sidi Fredj et ce, à partir d’aujourd’hui jusqu’au 29 juillet à partir de 22 heures.

Cérémonie de remise de prix aux lauréats du Bac et BEM
La wilaya d’Alger organisera jeudi 21 juillet à partir de 9 heures à la salle Atlas, une cérémonie de remise des prix aux lauréats de l’examen du Bac et du BEM.

Tizi-Ouzou

Le 23 juillet, à partir de 14 h, à la librairie du Tiers-Monde

Le 22 juillet, à 21 h, au Théâtre de verdure

Concert avec la chanteuse pop world, Samira Brahmia
L’Et ab l i s s emen t Arts et Culture organisera le 22 juillet à 21 heures au complexe culturel LaadiFlici, Théâtre de verdure, un concert avec la chanteuse pop world, Samira Brahmia.

Vente-dédicace de Abderrahmane Hadj-Nacer
L’auteur Abderrahmane Hadj-Nacer sera présent à la librairie du Tiers-Monde le 23 juillet à partir de 14 heures, pour une séance de vente-dédicace de son ouvrage intitulé : La martingale algérienne, réflex ions sur une crise, paru aux éditons Barzakh.

La rencontre annuelle visant à inculquer aux enfants l’amour de la lecture, en l’occurrence le Festival culturel local «Lire en Fête», est de retour depuis samedi dernier à la maison de la Culture Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou qui s’est parée à l’occasion de plus belles couleurs pour accueillir dans la convivialité la plus parfaites des enfants de la région. Ce festival qui en est à sa deuxième édition est organisée par la direction de la culture de Tizi-Ouzou.

Festival culturel local «Lire en Fête»

Demain, à 10 h, à partir de Batna

Programme radiophonique commun en tamazight
La Radio algérienne organisera demain, de 10 h à 14 heures à partir de Batna, l’émission d’un programme radiophonique commun en tamazight proposé par les radio locales de Khenchla Oum El Boughi, Tama, Bejaia, Tipasa, Ouargla et Ghardaïa. C’est ainsi qu’a partir de Radio Batna, des programmes élaborés par différentes équipes de journalistes et reporters offriront aux auditeurs des moments internes de partage grâce à l’interactivité d’une actualité diverse et riche, de l’émotion à travers de smoments poétiques et de la musique. La langue amazighe dans toutes ses expressions utilisées à la Radio algérienne (chaoui, kabyle, chenoui, targui, ouargli et m’zabi) sera au centre de ce programme élaboré à la suite d’un des principales recommandations de la 3 e Conférence nationale des cadres de la Radio nationale à Khenchla, à savoir la promotion de tamazight sur les ondes de la radio. Plusieurs autres activités en appui à ce programme sont prévues dans la capitale des Aurès.

Mardi 19 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Nation
PRÉVU À LA PROCHAINE RENTRÉE

3

Un nouveau cursus pour l’enseignement professionnel
L
a prochaine rentrée de la formation professionnelle (session d’octobre 2011) sera marquée par le lancement officiel du nouveau cursus de l’enseignement professionnels qui touchera des wilayas pilotes à savoir Constantine, Blida et Sétif à la faveur de la mise en œuvre des reformes relatives au secteur. Ce nouveau cursus ajouté au programme pédagogique qui compte 222 spécialités couvrant 20 branches professionnelles, dont 138 spécialités demandées par les différents départements ministériels, concernera comme opération pilote près de 3.000 nouveaux stagiaires répartis sur différents établissements de la formation et de l’enseignement professionnels. Les responsables du secteur affirment que le cursus de l'enseignement professionnel d'une durée de quatre années, réparti sur deux cycles, sera enseigné dans certaines spécialités, comme le froid, l'art graphique et l'électrotechnique. Le premier cycle qui s’étalera sur une durée de deux années sera sanctionné par un diplôme d'enseignement professionnels du premier degré (DEP 1), alors que le second réparti en deux ans également, préparera à un diplôme d'Enseignement professionnel du deuxième degré (DEP 2). Ces deux diplômes ouvrent au postulant uniquement la chance d'accéder au monde du travail. Il y a lieu de noter que le programme de ce cursus comporte 50% du programme de l'enseignement général et technologique en plus des

riat avec le Canada. Un document de coopération a été récemment signé entre les deux parties prévoyant un programme sur 2 ans (2011-2013) en matière d’échanges de professeurs, de publications conjointes, de projets de recherche et de partage de réseaux et de documentation.
L'objectif visé par cette politique de formation et d’enseignement professionnelles est de répondre aux exigences de l'économie nationale, par la disponibilité de spécialités en adéquation avec les besoins du marché national. Le secteur accueillera à la prochaine rentrée près de 300.000 nouveaux stagiaires, tous modes de formation confondus (formations résidentielle et par apprentissage). Tous les moyens nécessaires y seront mobilisés pour accueillir ces nouveaux stagiaires, juste après la rentrée scolaire qui aura lieu le 11 septembre prochain. Ils seront répartis entre formation par apprentissage, formation résidentielle, formation en cours du soir et formation diplômante à distance, selon les responsables du secteur. Les postes de formation disponibles sont programmés en fonction des besoins exprimés par chaque wilaya et les spécificités recherchées en matière de développement pour assurer l'adéquation formation-emploi. Sarah So fi

cours pratiques au niveau des ateliers. Afin d’attirer un nombre important d’élèves vers ces spécialités, des mesures incitatives seront élaborées par le secteur pour l'orientation vers ce nouveau cursus.

La prochaine rentrée professionnelle sera également caractérisée par un autre projet aussi important. Il s’agit de l’ouverture de centres de formation technique, qui est en phase de préparation. Le premier

Ouverture de cinq centres de formation mobile

responsable du secteur, a annoncé lors de sa dernière rencontre avec les 48 directeurs de wilaya que cinq centres du genre seront prêts en octobre prochain, en indiquant que ces centres auront le statut de grandes écoles et que les élèves lauréats pourront passer le baccalauréat après six ans de formation au niveau de ces centres. En outre la prochaine session d’octobre, verra l'ouverture de cinq centres de formation mobiles, qui auront lieu dans des autobus aménagés pour accueillir les apprentis, soit dans les métiers de l'artisanat ou dans la lutte contre l'analphabétisme. Pour les respon-

sables du secteur, il y a lieu de renforcer ce genre de formation afin de lutter contre les déperditions scolaires et de préparer nos enfants à la vie active. Enfin, le secteur compte, également, augmenter le nombre de centres de formation pour personnes aux besoins spécifiques.

Répondre aux exigences de l'économie nationale
Pour ce qui est des programmes enseignés, il faut noter, la prise en charge de l’approche par compétence dans le cadre du partena-

SOLIDARITÉ RAMADHAN

Sonatrach offrira 34.000 couffins aux familles nécessiteuses
Sonatrach offrira 34.000 couffins aux familles nécessiteuses à travers l'ensemble des wilayas du pays à l'occasion du mois sacré de ramadhan, a-t-on appris, hier, auprès de la Société nationale des hydrocarbures. L'opération a déjà commencé au niveau des wilayas du Sud où les familles démunies ont bénéficié de quelque 10.000 couffins et se poursuivra la semaine prochaine avec la distribution de 8.700 autres dans la région centre du pays, 8.900 à l'est et 6.400 à l'ouest, a indiqué M. Mohammed Hassairi, directeur des affaires sociales à Sonatrach. Il a précisé que l'opération de distribution sera prise en charge par les autorités locales, qui assureront l'acheminement de ces couffins à leurs destinataires. A cela, s'ajoutent quelque 1.700 couffins offerts par l'entreprise des hydrocarbures et destinés aux associations encadrant une catégorie vulnérable de la société comme les handicapés et les malades chroniques. D'autre part, la Sonatrach a pris l'initiative de faire bénéficier 1.000 enfants d'une opération de circoncision qui aura lieu dans les centres médico-sociaux de l'entreprise, à l'occasion de Leïlet El-Qadr (27 e jour du mois de ramadhan). L'opération est destinée aussi bien aux enfants des travailleurs de l'entreprise, qu'aux associations et collectivités désireuses de bénéficier de cette action de bienfaisance. La Sonatrach a distribué, l'année passée, environ 33.000 couffins et procédé à la circoncision de 600 enfants.

LE MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE À AÏN-DEFLA

Suivi de près de l’opération d’inscription
238.856 nouveaux bacheliers tel est le nombre des préinscrits à la date du dimanche 17 juillet, opération close à une heure, a tenu à préciser M. Rachid Harroubia, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique depuis le centre universitaire de KhemisMiliana dans la wilaya d’Aïn-Defla où il effectuait, hier, une visite de travail. Une opération de préinscriptions qu’il suit pratiquement d’heure en heure, devait-il souligner depuis son bureau où un véritable centre opérationnel a été installé. «À la minute même où un nouveau bachelier procède à son inscription je suis informé». Une première opération terminée et qui est suivie dès hier et pour une période de trois jours par celle de la confirmation des dix choix du nouveau étudiant. Une confirmation de choix, a annoncé toujours M. Harroubia qui a été effectuée par 138.158 étudiants. Concernant l’opération de recours avant l’inscription définitive, le ministre a déclaré que celle-ci se déroule sans l’intervention de l’administration, la réponse étant immédiatement et directement transmise au demandeur via internet. Concernant les projets en cours de réalisation dans son secteur au niveau du centre universitaire de Khemis-Miliana, le ministre s’est déclaré satisfait et soulagé des travaux qui ont été engagé pour l’extension du campus. Un plus évident qui permettra d’accueillir les nouveaux étudiants dans les meilleures conditions possibles. «Ce que nous recherchons aujourd’hui, c’est la qualité, a déclaré M. Harroubia. Nous avons remporté la bataille de la quantité avec les nombreuses réalisations dans le secteur. C’est la récupération d’une assiette foncière de 14 ha récupérée et réservée exclusivement pour les différents projets inscrits à l’actif du secteur de l’enseignement supérieur qui permet aujourd’hui au centre universitaire de prendre du volume en terme d’équipements. En effet c’est un programme de 8.000 nouvelles places pédagogiques inscrits pour l’année en cours qui vient s’ajouter aux projets inscrits durant le quinquennat 2005-2009 et dont certains sont d’ores et déjà opérationnels et fonctionnels à l’instar des 3.000 places pédagogiques, de la résidence universitaire dont 2.000 sur les 3.000 prévus ont été livrés ou encore le restaurant universitaire et la bibliothèque centrale. Eparpillé sur un rayon de cinq kilomètres le campus du centre de Khemis-Miliana peut s’enorgueillir de disposer de structures à même de favoriser un plus grand flux d’étudiants. De l’ex-école des mines de Miliana où a été érigé en premier lieu le centre universitaire, et de la centaine d’étudiants inscrits alors pour une seule spécialité, le centre a connu un développement considérable, ce sont aujourd’hui près de 12.000 étudiants qui sont inscrits dont 4.053 encore dans le

système classique et 7728 dans le nouveau système LMD. A. M. A.

«Les préinscriptions des bacheliers par internet se sont déroulées dans de bonnes conditions»
Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, M. Rachid Harraoubia, a affirmé, hier, que les préinscriptions des bacheliers (session 2011-2012) sur le site électronique du ministère se sont déroulées dans de bonnes conditions. «Les inscriptions préliminaires ont été clôturées dimanche à minuit, avec l’inscription de 138.850 nouveaux étudiants», a déclaré le ministre. Il a ajouté qu’un délai de trois jours — à partir d’hier — est accordé à ces bacheliers pour «confirmer ces inscriptions ou introduire des changements dans les spécialités choisies». «Une fois ce délai expiré, il sera procédé, a-t-il encore fait savoir, à l’orientation définitive des nouveaux étudiants et ce, sur la base des moyennes obtenues, des capacités d’accueil des établissements universitaires concernés et des vœux exprimés». «Tout étudiant s’estimant lésé dans son orientation a le droit d'introduire un recours à travers le site internet du ministère où il recevra immédiatement une réponse», a encore assuré M. Harraoubia.

Mardi 19 Juillet 2011

4

Nation
MÉTRO D’ALGER

EL MOUDJAHID

La sécurité en première ligne
RATP El-Djazair ouvre jeudi un stand d’information ● 400 policiers et 400 agents de la RATP pour sécuriser le métro

L

’exploitant du Métro d’Alger, RATP El-Djazaïr a longuement expliqué, hier, les mesures prises pour sécuriser ce transport en commun qui devrait entrer en service au début du mois de novembre. Le directeur de la RATP ElDjazaïr, M. Pascal Garret, qui a présenté, en présence du ministre des Transports, M. Amar Tour, son plan de communication en prévision de l’ouverture d’un stand d’information à place du 1er-Mai jeudi prochain et l’organisation de visites des quatre stations du métro au profit du public à parti du 28 juillet informe que «la sécurité est au cœur du dispositif du métro d’Alger». Le Métro d’Alger placé sous surveillance vidéo relié au poste de contrôle centralisé des Anassers sera également sécurisé par 400 agents de la sûreté nationale en plus des 400 employés de la RATP actuellement en formation. M. Garret note à ce sujet que plusieurs réunions de coordination et de formation ont été organisées avec les représentants de la sûreté nationale et des formations seront dispensées incessamment au profit des partenaires de la protection civile sur les moyens de préventions mis en place. Le responsable ira jusqu’à dire que les multiples mesures «draconiennes» prises pour sécuriser l’infrastructure ont contribué au report de sa mise en service et ce, à cause de sa conception génie civile datant des années 80 qu’il fallait adapter aux nouvelles exigences et moyens de sécurité.

100 exercices de simulation d’incendie et d’évacuation
Le colonel Necheb de la protection civile qui chapeaute les opérations de sécurisation avec la RATP souligne que le Métro d’Alger a été doté de colones sèches qui permettent d’injecter de l’eau en cas d’incendie et d’un système de désenfumage pour laisser passer de l’air frais et extraire la fumée à travers les bouches d’aération de quatre mètres de diamètre. Les agents de sécurité seront également, poursuit-il, dotés de radios Tetra ultra performantes pour mieux coordonner leurs interventions en sous-sol. Et pour rassurer davantage le voyageur, des exercices de simulation d’incendie et d’évacuation d’une rame en plein tunnel, 100 exercices en tout avec la participation de tous les protagonistes intervenant dans le métro, sont prévus durant les huit semaines de mise en marche à blanc du métro, tient à signaler M. Garret. «Tous les équipements de sécurité jusqu’au système de relevage de trains en cas de problèmes sont prévus», note-t-il en informant que le Métro d’Alger, doté du même système ultra performant que les métros de Barcelone et de New Le Métro d’Alger entrera en fonction début novembre 2011 a annoncé Amar Tou, ministre des Transports, précisant que les phases d’essais et de contrôle pour garantir la sécurité des voyageurs se poursuivront régulièrement durant la période qui nous sépare du jour J. Plusieurs projets d’infrastructures d’un grand impact socio-économique sont mis en service ces deniers temps, partiellement ou totalement tels que l’autoroute Est-Ouest dont plusieurs tronçons ont été ouverts à la circulation, projet de transfert d’eau In Salah-Tamanrasset, barrages, chemins de fer, tramway d’Alger (tronçon Bordj El Kiffan - Bab-Ezzouar sur 7,2 km...) Dans d’autres domaines comme les services publics des collectivités locales (APC, APW, daïra), les caisses de retraite et d’assurances (CNAS...) l’amélioration de la qualité du service qui passe notamment par la formation des ressources humaines, l’extension de l’informatisa-

York, fonctionnera en pilotage automatique en présence de pilotes à l’intérieur des trains. Actuellement, la RATP El-Djazaïr dispose de 14 rames de six voitures chacune qui rallieront, quotidiennement, à partir de novembre, la Grande Poste à Hai El-Badr de 5 à 23 h à raison de 200 secondes d’intervalle entre un train et un autre. En attendant le jour J tant espéré par la population algéroise, la plateforme grandeur nature du Métro d’Alger sera exposée à partir de ce jeudi (21 juillet) à la Place du 1er-Mai au niveau du stand d’information de la RATP qui ouvrira ses portes de 9 à 18 h pour présenter le plan de communication et informer le public sur les quatre stations qu’il peuvent visiter les jeudis d’après. La première station qui accueillera le public le jeudi 28 juillet entre 16 et 19 h sera celle du jardin d’Essai, suivra la station des Fusillés le 4 août et la station de Khelifa Boukhalfa le 11 août pour finir avec la station de la Grande Poste le 18 août. Les visites de ces trois dernières stations, coïncidant avec le mois de ramadhan, se feront en nocturne (de 21 h 30 à 00 h 30). En parallèle, une cam-

pagne de sensibilisation portant distribution de fleurs et dépliants et autres kits pédagogiques notamment au niveau des écoles viendra appuyer l’autre campagne médiatique (spots TV et radio, placards publicitaires dans la presse écrite, SMS via téléphones portables et une page pub sur Facebook) qui sera lancée

durant les trois dernières semaines qui précéderont la mise en service, période durant laquelle le métro fonctionnera normalement d’une manière non commerciale de 5 h à 23 h. Hamida B.

FIXÉ À PARTIR DU 15 SEPTEMBRE

Le prix du ticket sera soutenu par l’Etat
La tarification du titre de voyage dans le Métro d’Alger qui sera fixée à partir du 15 septembre prochain sera soutenue par l'Etat, a-t-on appris, hier, auprès du ministre des Transports, M. Amar Tou. Ce dernier fait savoir que le fonds de soutien aux transports collectifs qui intervient déjà dans le soutien des prix de l'ETUSA et du Tramway d'Alger, sera également sollicité pour soutenir le prix du ticket de métro. "Nous disposons, actuellement, de ressources financières suffisantes pour qu'on puisse répondre à notre ambition d'offrir aux Algériens un moyen de transport à un prix raisonnable'', a déclaré M. Tou. Sans annoncer un quelconque chiffre de référence par rapport au coût du ticket, M. Tou explique que plusieurs variantes de titres de voyage ont été étudiées et la décision finale concernant les formules de vente à proposer aux voyageurs sera prise avant la deuxième quinzaine de septembre prochain pour permettre à la RATP-El Djazaïr de l'intégrer dans ses systèmes de calcul. H. B. s’agissant de la réalisation de l’ambitieux programme de logements avec l’objectif de 2,5 millions d’unités à réaliser à l’horizon 2014 comme prévu dans le programme quinquennal 2010-2014. Des mesures exceptionnelles ont été prises pour la concrétisation de ce programme qui est aussi un engagement du Chef de l’Etat vis-à-vis des citoyens qui l’ont élu, avec notamment l’affectation de près de 10.000 ha de terres pour les besoins de la réalisation du programme de logements. Un défi certes, sachant les capacités limitées des entreprises nationales, mais c’est aussi l’occasion de se surpasser, de relever le challenge en démontrant son savoir-faire, en faisant jouer les synergies et en comptant sur sa connaissance du terrain, face aux concurrents étrangers présents sur le marché. M. Brahi m

L’obligation de résultat
tion (introduction de l’Intranet) rend plausible l’avénement de services publics modernes à moyen terme vu qu’il reste beaucoup à faire pour en finir définitivement avec cette “république des plantons” que fustigeait tout récemment le ministre de l’Intérieur M. Ould Kablia. La généralisation de la carte Chifa à partir du 1 er août 2011 promise par M. Louh ministre du Travail, ne manquera pas d’alléger beaucoup de contraintes auxquelles étaient confrontés les citoyens. Comme on peut le constater lentement mais sûrement l’impératif du respect des délais et de la qualité, l’avancée dans les réformes de modernisation se traduisant par l’amélioration de la qualité du service commencent à entrer dans les mœurs aussi bien des entreprises que des administrations sommées d’être à l’heure de la bonne gouvernance. Cette dynamique qui a, pour fondement tacite ou explicite, la nécessité d’honorer le contrat, donc l’obligation de résultat tenant compte de la feuille de route tracée élargit sa sphère d’influence sous l’effet d’une contagion positive. Le taux de réussite au bac cette année (62,45 %) traduit les efforts accomplis dans la mise en œuvre de la réforme de l’école, l’investissement dans les ressources humaines, l’amélioration des programmes scolaires, la dotation en moyens pédagogiques, etc, de l’avis des spécialistes. Ce n’est qu’un début, le bond qualitatif impose l’accélération et la persévérance dans le sérieux et la rigueur. Lors du dernier Conseil des ministres, le Président de la République a donné des instructions fermes pour le respect des délais

Mardi 19 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Nation
HYDRAULIQUE

5

TRANSPORT EN COMMUN

Tou veut une remise en ordre

M. Sellal : «Pas de nouvelle tarification de l'eau»

Ph. : Nacera

L

e ministre des Transports, M. Amar Tou, a indiqué hier, qu'un texte est actuellement en préparation par le gouvernement pour réguler le secteur du transport en commun, notamment à travers la création d'autorités organisatrices du transport urbain. "Le ministère des Transports a préparé un projet de décret relatif à la création d'autorités organisatrices de transport urbain" a-t-il annoncé à la presse en marge de la présentation par la RATP El Djazair du plan de la communication en prévision de la mise en service prochaine du métro d'Alger. Ces autorités seront créées dans chaque ville et seront chargées de la régulation des moyens de transport urbain (bus et taxi), a expliqué M. Tou. Le renforcement de la régulation de ce secteur a été rendue nécessaire par le besoin de mettre fin au désordre régnant notamment dans la gestion des stations communales assurée actuellement par le syndicat des transporteurs privés, a-t-il dit en substance. Un autre décret fixant les obligations et les devoirs des taxieurs a été élaboré par le ministère pour aussi mettre de l'ordre dans ce segment du transport urbain désorganisé. M. Tou a par ailleurs souligné que l'Etat a préparé un plan qui va être mis en œuvre dans 3 ans pour imposer le remplacement de la flotte du transport urbain vétuste. Selon lui, l'Etat a préféré reporter l'obligation d'imposer aux transporteurs le remplacement de leurs véhicules vétustes, le temps de mettre sur le marché des véhicules neufs fabriqués en Algérie. Actuellement, "le remplacement de tous les bus et taxis vétustes va coûter des milliards et va profiter à l'industrie automobile étrangère", a-t-il dit.

L

e niveau de consommation de l'eau en Algérie s'est nettement amélioré ces dernières années avec la hausse des volumes stockés par les barrages en exploitation et la mise en service des stations de dessalement d'eau de mer, a affirme hier le ministre des Ressources en eau, M. Abdelmalek Sellal. La consommation moyenne de l'eau en Algérie est actuellement de 170 litres/jour/habitant, alors qu'elle était de 90 litres par jour et par habitant en 2000, a-t-il souligné à la Radio nationale. Au-delà de 2011, ''nous escomptons une consommation moyenne par jour et par habitant de 185 litres'', a-t-il précisé. Les capacités hydriques actuelles de l'Algérie sont estimées à 7,1 milliards de m3. ''Nous avons des ressources en eau pour deux ans'', a

encore relevé M. Sellal qui a affirmé que ''l'eau sera garantie (aux Algériens). On a des quantités suffisantes'' pour passer l'été, même s'il a précisé que dans certaines régions du pays l'eau ne coulera pas ''24/24''. Il a rappelé, tout de même, qu'en ''2002, on a failli importer de l'eau". Par ailleurs, une nouvelle tarification du prix de l'eau ''n'est pas à l'ordre du jour'', a-t-il fait remarquer. M. Sellal a souligné qu'il ''n'est pas question de toucher au prix de l'eau''. ''Pour nous, en Algérie, nous considérons que l'eau reste encore un produit social, à caractère commercial certes, mais social'', a assuré le ministre. Il a précisé qu'''il n'est donc pas question de toucher encore au prix de l'eau, tout le monde doit faire face à cette problématique (de l'eau)''.

Pour autant, il a appelé à une "meilleure économie" de l'eau par une lutte permanente contre le gaspillage et les fuites par notamment la sensibilisation du citoyen. Pour autant, la vraie bataille qu'il faut gagner, selon M. Sellal, sera celle de ''la bonne gouvernance'' de l'eau. ''C'est une bataille qu'il faut gagner'', a t-il dit, relevant que la révision des prix de l'eau ''n'est pas à l'ordre du jour. On ne touche pas c'est clair, net et précis''. ''La bataille qu'il faut gagner, c'est que tout le monde paie l'eau, et on n'aura pas à augmenter (le prix de l'eau)'', précise M. Sellal selon lequel ''une taxation est fixée pour les gros consommateurs'', notamment Sonatrach, et les gros industriels qui paient aujourd'hui leurs factures.

PRÉVISION DE LA PRODUCTION DE CÉRÉALES

45 millions de quintaux à l'échelle nationale

PRÉVUE DANS LES WILAYAS DU CENTRE DU PAYS

L

L'Union des transporteurs décide de geler le débrayage
L'Union nationale des transporteurs (UNT) a décidé de surseoir "provisoirement" au mouvement de débrayage qu'elle comptait observer hier dans les wilayas du centre, en soutien aux transporteurs de la wilaya de Tizi-Ouzou, at-elle indiqué lundi. Cette décision intervient, indique l'UNT dans un communiqué, après l'appel au dialogue lancé "par les hautes autorités de la wilaya de Tizi Ouzou afin de trouver une issue favorable au mouvement de grève déclenché par les transporteurs de voyageurs depuis la fermeture de la gare routière de la wilaya le 24 juin dernier". L'UNT, à travers l'UGCAA, avait lancé auparavant à Alger un appel au gel de cette grève des transporteurs de voyageurs des wilayas de Bejaia, Bordj Bou Arreridj, Bouira, Tizi-Ouzou, Ain Defla, Blida, Boumerdes, Chlef, Tipaza et Alger. L'union, qui a souligné que ''les négociations sont la voie la plus juste et légale'' pour résoudre les conflits sociaux, appelle ''tous les transporteurs (...) au sens de responsabilité et de compréhension, et à geler l'appel à la grève prévue mardi 19 juillet 2011'', avait auparavant souligné un communiqué de l'UGCCA. Le report du débrayage a été décidé par l'UNT "pour favoriser les voies du dialogue et de donner une chance à une solution pacifique qui évitera de pénaliser les citoyens des wilayas concernées", souligne l'Union, qui a assuré être "un vecteur de dialogue et de concertation pour garantir les intérêts des transporteurs et du citoyen". Pour autant, l'UNT "réaffirme son soutien absolu et infaillible à la corporation des transporteurs de la wilaya de Tizi Ouzou dans leur combat et maintient sa décision de reconduire le mouvement de débrayage en cas d'absence de réaction positive des autorités quant aux doléances légitimes des opérateurs".

a production nationale de céréales devra atteindre au terme de l'actuelle campagne de moisson battage 45 millions de quintaux, a indiqué hier à Souk Ahras, le directeur général de l'Office algérien interprofessionnel des céréales (OAIC) M. Noureddine Kehal. Il a souligné que cette récolte sera la troisième plus importante à être réalisée depuis 1962 après celle de 62 millions quintaux obtenus en 2009 et celle des 45,5 millions quintaux de 2010. 26 millions de quintaux de blé dur et tendre et d'orge ont été déjà récoltés jusqu'au 14 juillet, a relevé le directeur général l'OAIC, attribuant cette performance à l'utilisation des engrais et semences de haute qualité, la mécanisation de la filière, le soutien public du ministère de l'Agriculture et l'assistance technique fournies aux producteurs. Le premier responsable de l'OAIC a rele-

vé que Souk Ahras représente le quatrième pôle de céréaliculture du pays et devra produire cette année 1,6 mil-

lion quintaux de céréales dont la moitié à livrer à la Coopérative de céréales et légumes secs.

OFFICE RÉGIONAL DE LA MÉTÉOROLOGIE

Le ton se gâte

L

e personnel des services de la météo de la wilaya d’Oran est, depuis hier, en grève pour trois jours, en principe. La principale, pour ne pas dire l’unique revendication tient à la revalorisation salariale. Le collectif s’estime lésé et défavorisé par rapport aux salaires qu’il perçoit comparativement aux autres agents et techniciens à diplômes équivalents. Pour information, les services de la météorologie relèvent du ministère des Transports. Selon certains grévistes que l’on a joint hier, les salaires ne sont pas uniformes à l’intérieur de ce même ministère. Un ingénieur «météo» est payé nettement moins que son collègue ingénieur qui travaillerait dans un autre service relevant de ce même département ministériel. Une plate-forme de revendica-

tions a été transmise à la tutelle qui prévoyait une revalorisation de 50% avec effet rétroactif à partir du 1 er janvier 2010. Un accord aurait été conclu, mais au final le personnel s’est vu proposé une augmentation de 20% sans effet rétroactif. Pour l’instant, le personnel a déclenché une grève de trois jours. Juste pour exprimer sa déception. «… Mais il ne cache pas sa volonté d’aller au-delà de ces trois jours pour faire aboutir sa revendication. Les services de la météo interviennent au niveau des ports d’Oran, d’Arzew et de Bethioua ainsi que de l’aéroport d’Es Sénia sans compter l’Institut régional de météorologie, situé aux HLM. M. K.

Mardi 19 Juillet 2011

6

Nation
EN ATTENDANT LES RÉSULTATS DES CONSULTATIONS

EL MOUDJAHID

Les partis politiques se déploient
En at te nd an t la fi n d u m ois , le d él ai d e re mis e d u ra p po rt fi na l d es c on su lta tio n s na tio n ale s a ve c le s p ar tis po l i t i qu es , pe rs on na l i t és e t a sso ci at i on s ci vi l e s su r l e s ré f o rm es p ol i t i q ue s, l e s a ni m at eu rs d e l a sc èn e s’ e xp ri m en t da v an t a ge , an i m e n t l ’ ac t u al i t é p ol i t i q ue na t i o n al e et d é f en d en t ch a cu n se s p os i t i o ns et s es c ho i x .

L

es acteurs de l’échiquier politique national occupent le devant de la scène et expliquent les détails des propositions qu’ils ont soumis à l’instance de coordination chargée de recueillir leurs suggestions points de vue. Un travail pédagogique se fait donc en profondeur quand les responsables politiques se déplacent et partent à la rencontre de leur base respective. C’est ainsi que le FNA vient d’installer une cellule de réflexion que son président Moussa Touati, a chargé de réfléchir sur les meilleurs propositions à même de privilégier l’application de l’article 32 bis de la constitution et donc une plus large représentation de la femme au sein des assemblées élues. le MSP qui vient de clore la tenue de son conseil consultatif, prépare l’étape suivante en vue de se déployer sur la scène avec les mêmes chances que ses autres partenaires.

œuvrent à diminuer des possibilités du parti lors des échéances électorales, a encore précisé Aïssi Kassa, évoquant les mêmes dispositions concernant ceux qui font des déclarations provocatrices et irresponsables. Il est évident, soutientil, que les listes électorales au nom du parti ne se feront déposées que par les seules instances légales du FLN, toute autre action sera considérée comme insidieuse et contre le FLN.

Le RND poursuit son cycle des conférences régionales
Le RND qui était samedi à Aïn Defla en conférence régionale, son porte-parole est annoncé demain dans la wilaya de Jijel où il procèdera à l’ouverture des travaux de l’université d’été de l’Union générale des étudiants, une organisation affiliée au rassemblement animera une conférence régionale destinée aux cadres militants de la région. Le 23 du mois, Miloud Chorfi se déplacera à El Bayedh où il présidera les travaux d’un rassemblement des militants de base des wilayas limitrophes. Le cycle des conférences, organisé en remplacement de l’université d’été, qui s’achève avant la fin du mois, s’articule autour des thèmes en rapport avec les réformes politiques, le développement et l’élu local, la femme et la jeunesse. Houria Akram

Le FLN, entre les préparatifs du comité central et les prochaines échéances
Le parti du FLN se prépare à la tenue du comité central convoqué pour une session extraordinaire prévue la fin du mois, il devra s’exprimer clairement sur le projet de révision de la Constitution, un dossier resté en instance lors du dernier comité central. Il aura également à se prononcer sur certains sujets d’ordre organique,

comme l’a précisé hier le chargé de communication, Aïssa Kassa, qui assure par ailleurs jusqu’au 28 juillet l’intérim du secrétaire général du parti, de Bejaia où il venait de présider aux travaux de la conférence avec les militantes de la région sur les modalités de la mise en œuvre de l’article 31 bis de la constitution révisée de 2008 pour l’examen de l’élargissement de la représentation de la femme dans les assemblées élues. Des membres exclus du CC

expriment leur disponibilité à participer à la réunion qui se déroulera en fin du mois et de défendre leur position Justement, au moment où le Front a décidé de tenir un comité central extraordinaire, certains des militants qui ont été exclus après avoir été présenté devant la commission de discipline, ont exprimé le vœu d’assister aux travaux et ainsi s’expliquer au sujet des positions et attitudes qu’ils ont adoptées, a-t-on appris auprès du chargé de la communication

qui a ajouté que si des décisions sont à prendre après les avoir entendu, cela relève des attributions du Comité central et ce, en concertation avec la commission de discipline. Bien entendu, et parallèlement à certains militants qui ont exprimé leur disponibilité à participer et donné leur opinion au sein du CC, il a été également constaté que d’autres s’obstinent à vouloir agir en dehors des cadres règlementaires. En agissant ainsi, ils font objectivement partie de ceux qui

INSTITUT MAGHRÉBIN DES DOUANES ET DE LA FISCALITÉ (IMDF)

ALGÉRIE-ONU

Colloque international sur l’éthique en septembre à Koléa

M Rolnik salue les efforts "impressionnants" de l’Algérie dans sa politique de logement
me

U

n colloque international sur le thème de l'éthique sera organisé au mois de septembre prochain à Koléa (Wilaya de Tipasa) par l'Institut maghrébin des douanes et de la fiscalité (IMDF), en collaboration avec l'université Jean Moulin de Lyon III, indiquent hier les initiateurs de cette rencontre. Ce colloque se déroulera au siège de l'IMDF "en hommage aux professeurs Gabriel Montagnier et Abdelkader Djeghloul", selon un communiqué commun des deux établissements d'enseignement supérieur. Des personnalités scientifiques algériennes et étrangères de renom "qui ont été les compagnons et amis" des deux professeurs devraient présenter, lors du colloque, des communications sur l'éthique, "un thème qui a été une constante tout au long du parcours de ces deux hommes d'exception", a-t-on ajouté de même source. Abdelkader Djeghloul, décédé en avril 2010 des suites d'une longue maladie, était un intellectuel engagé

durant toute sa vie, mettant son érudition au service de l'université algérienne pendant plus de trois décennies. Sociologue, anthropologue, et psychanalyste, Abdelkader Djeghloul a été l'un des universitaires pionniers qui ont contribué à faire connaître la sociologie et comptait parmi les intellectuels qui ont permis une meilleure compréhension du phénomène sociétal, particulièrement durant la période où il animait le Centre de recherche et d'information documentaire en sciences sociales et humaines à l'université d'Oran (CRIDSH). Quant à Gabriel Montagnier, décédé en octobre 2009, il a notamment été professeur émérite à l'université de Lyon III. Juriste, il a publié de nombreux ouvrages. Il a fait partie, entre 2001 et 2005, d'une équipe mixte avec M. Ali Boukrami, actuel secrétaire d'Etat chargé de la statistique, pour diriger un programme de coopération et d'échanges entre l'IMDF de Koléa et l'université de Lyon III.

L

a rapporteuse spéciale des Nations unies sur le logement convenable, Mme Raquel Rolnik, a salué dimanche à Alger les efforts "impressionnants" déployés par l'Etat algérien dans sa politique de logement. "Je peux affirmer que l'effort déployé par l'Etat algérien en matière de logement est très impressionnant, (grâce) à la politique mise en œuvre pour le développement de ce secteur", a déclaré Mme Rolnik à la presse, à l'issue d'une rencontre avec le ministre des Affaires étrangères, M. Mourad Medelci. Elle a indiqué avoir eu l'opportunité de rencontrer, lors de son séjour, les autorités à tous les niveaux, et de discuter avec les citoyens à travers des visites sur le terrain pour s'enquérir de la situation du logement. La rapporteuse de l'ONU a souligné à cet effet l'offre "très importante de logements, aussi bien dans les villes que dans les régions rurales". Cependant, Mme Rolnik a noté un "manque de transparence dans le mécanisme d'attribution de logements, ainsi qu'une "discrimination" dans les distributions. "Cela explique, a-t-elle dit, les mouvements de protestations enregistrés dans différentes régions du pays", notamment en ce qui concerne le logement social. Elle a ainsi appelé à "davantage de transparence, la nécessité d'informer le citoyen et de faire participer la société civile à ce mécanisme d'attribution".

Mardi 19 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Economie
L’Union nationale des boulangers rassure

7
8.300 OPÉRATEURS ÉTRANGERS EXERCENT DANS NOTRE PAYS SELON LES STATISTIQUES DU REGISTRE DU COMMERCE

«Pas de pénurie de pain durant le mois sacré»
En prévision du mois sacré du ramadhan, l’Union nationale des boulangers rassure les consommateurs sur la disponibilité du pain. C’est ce que nous a affirmé, hier, M. Youcef Kalafat, président de la corporation affiliée à l'Union générale des commerçants et artisans algériens (UGCAA).

E

n effet, depuis un certain nombre d’années, chaque saison estivale qui intervient en même temps que le mois sacré du ramadhan, des pénuries parfois aiguës se manifestent au sujet des produits de large consommation, notamment le pain. Pour plus de précision, M. Kalafat s’explique en affirmant que, «contrairement aux années précédentes, toutes les dispositions ont été prises afin que ce produit si indispensable pour le consommateur, sera largement disponible, et aucun manque ne se fera sentir durant ce mois de ramadhan en dépit des coupures d’électricité». A ce propos, notre interlocuteur indique que durant le mois d’avril passé, l’Union nationale des boulangers a saisi le ministère du

Commerce en vue d’accorder les crédits bancaires nécessaires à ces derniers afin de leur permettre de se doter des moyens techniques et des groupes électrogènes. Des faits confirmés par le ministre du Commerce. Le pain sera donc disponible et en grande quantité et les consommateurs n’auront pas de souci à se faire à ce titre. Ce produit de large consommation qui prend différentes variétés durant le ramadhan connaît comme à l’accoutumée, des nouveautés, comme l’a encore indiqué le président de l’Union nationale des boulangers, puisque cette année, le pain sera vendu dans des sacs écologiques en papier au lieu des sacs en plastique. L’initiative a, en outre, indiqué M. Youcef Kalafat, est le fruit d’un accord signé

Plus de 60% des sociétés implantées en Algérie exercent dans les services

I
entre l’Union nationale des boulangers et une agence de communication pour la dotation de toutes les boulangeries du pays qui sont d’ordre de 14.000 à partir du premier jour du ramadhan. Il a rappelé que la confection de ces sacs en papier répondant aux normes internationales dont bénéficieront, bien évidemment, gratuitement les clients, sera financée avec les recettes de la publicité. Pour un début, l’opération concernera les wilayas du centre, à savoir, Alger, Tizi-Ouzou, Boumerdès, Tipasa et Blida avant de se généraliser sur l’ensemble du territoire national d’ici à la fin de l’année. Was s i l a Benhamed

Invité du forum Algeria-Invest, l’économiste Salah Mouhoubi souligne

‘’Conjuguer réformes politique et économique’’

I

nvité du centre de presse d’Algeria-Invest, l’économiste Salah Mouhoubi a animé, hier, une conférence débat sur le thème : “L’économie sans subvention en Algérie’’. Démblée, le conférencier plaide pour des subventions ciblées, par souci de préserver la solidarité envers les plus défavorisés, et non plus généralisées, au bénéfice de tous ; riches et pauvres, comme c’est le cas actuellement. il s’agit aussi de permettre à des secteurs vitaux comme la santé et l’éducation d’en bénéficier, mais sans plus. Il soutient que l’on ne peut pas acheter la paix sociale et la stabilité durablement, preuve à l’appui, pas moins de 9.000 manifestations sont recensées, a-t-il indiqué. Obtenir des produits à bas coûts, ce n’est pas la solution, pour lui les seuls subventions utiles ce sont celles qui devraient aller vers l’agriculture et une production de masse. La nécessité de procéder à des évaluations des politiques publiques, s’avère également d’une nécessité impérieuse, a-t-il dit, à l’effet bien sûr d’apporter le changement indispensable, qu’imposerait le contexte et pour éviter de plonger dans le désarroi.

Dans ce sens, il insistera sur l’opportunité que représente l’engagement pour aller vers des réformes politiques, qui devraient selon lui concerner l’économie pour mettre celle-ci au zénith, tout en la libérant du tout pétrole. Prise dans le cercle vicieux, l’économie algérienne ne sera capable de s’en sortir que lorsque les Algériens seront réconciliés avec le travail et ne plus fonctionner par des subventions qui en font d’eux des éternels assistés, a-t-il expliqué. Les difficultés économiques n’ont pas été enrayées, en dépit de tous les programmes successifs de stimulation financière lancés par les différents gouvernements, d’où l’intérêt d’adopter une volonté à toute épreuve, à diagnostiquer et puis à réaliser le consensus nécessaire à la mise en œuvre des réformes qui s’imposent. Pour Mohoubi, l’économie est minée par l’informel qu’il y a lieu d’assainir, tant il porte atteinte à l’économie nationale. En résumé, une double réforme politique et économique s’impose pour sortir le pays de l’ornière, a-t-il estimé. Fari d B.

ls sont plus de 8.300 commerçants étrangers recensés en Algérie à fin 2010 soit, 1.850 personnes physiques et 6.459 personnes morales (sociétés) dont 189 succursales, selon les statistiques du registre du commerce. 20,22% des sociétés sont de nationalité françaises, 12, 26% syriennes, 9,8% chinoises et 7,94% égyptiennes. Pour les personnes physiques, on recense 31,14% tunisiennes, 25, 55% marocaines, 16,54% syriennes et 6,81% égyptiennes. La majorité des sociétés étrangères représentées en Algérie sont versées dans le secteur des services soit un volume de 30,2%, suivi de l'industrie et du BTPH avec 29,2% alors que 23,7% de ces sociétés exercent dans le créneau de l'import-export, indique le bilan du CNRC. Par contre, les commerçants étrangers (personnes physiques), pratiquent, de manière globale, dans les secteurs du commerce de détail avec 68,5% et des services avec 17,1%. Les chiffres communiqués par le Centre national du registre du commerce précisent que le nombre total des inscriptions nouvelles s'est élevé à 364.396 personnes à fin 2010, en hausse de 27,3% par rapport à 2009. A la même période, le Centre a enregistré 1. 407. 449 commerçants à l'échelle nationale, dont 1.282.609 (91,1%) personnes physiques et 124.840 (8,9%) sociétés. Quant à la forme juridique, les sociétés constituées en SARL (Société à responsabilité limitée), représentaient une part de 49,4%, les entités sous le statut «EURL» (entreprise unipersonnelle à responsabilité limitée), 33% et en SNC (Société en nom collectif) (11,77%). Par ailleurs, les SPA (société par actions), ne représentent que 4,8% étant la forme la moins fréquente dans l’activité commerciale. D. Aki l a

Publicité
REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE WILAYA DE MEDEA DIRECTION DES TRAVAUX PUBLICS Service de l'Administration et des Moyens NIF 0991 2601 9 0002 38

Lot N°01 N°02

SOUMISSION ATTRIBUTAIRE

NOTE TECHNIQUE

MONTANT (DA)

DELAI

NIF

OBSERVATION

AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DU MARCHE

SARL H2B ROUTES - Boumerdès SARL OULED MAATALLAH GRANDS TRAVAUX -MÉDÉA-

75 PTS

273 949 182.00

08 MOIS 06 MOIS

000735072496675

Offre la moins disante Offre la moins disante

76 PTS

187 529 238.00

000226040816459

Conformément aux dispositions de l'article 49 du décret présidentiel n° 10-236 du 07 /10/2010, portant réglementation des marchés publics, modifié et complété, la "Direction des Travaux Publics de la sidentiel n° 10-236 du 07/10/2010, portant réglementation des marchés publics, modifié et complété, les soumissionnaires qui contestent le choix Wilaya de Médéa informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres national restreint relatif à la réalisation des opéré peuvent introduire un recours auprès de la commission des marchés de la Wilaya, dans un délai de 10 jours à compter de la première date de travaux du projet: "Réhabilitation du CW 138 sur 29,5 km" parution du présent avis dans les quotidiens nationaux ou le BOMOP. Lot n° 01 : Réhabilitation du CW 138 entre RN62 et TIZI Les soumissionnaires non retenus et intéressés à prendre connaissance MAHDI des résultats détaillés de l'évaluation de leurs offres techniques et finanLot n° 02 : Réhabilitation du CW 138 entre TIZI MAHDI et cières peuvent se rapprocher de la Direction des Travaux Publics de la RN01 Wilaya de Médéa au plus tard trois (03) jours à compter du premier jour Qu'à l'issue de l'évaluation des offres, les marchés sont attribués de la publication du présent avis. provisoirement aux soumissionnaires suivants: Conformément aux dispositions des articles 125 et 144 du décret préANEP N° 8863881 du 19/07/2011 El Moudjahid/Pub

Mardi 19 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Entretien
LE PROFESSEUR HAMOUD SALHI À EL MOUDJAHID

9

«L’expérience de l’Algérie dans la lutte contre le terrorisme, un modèle pour les Etats-Unis»
Hamoud Salhi, professeur de sciences politiques au California State University, Dominguez Hill, spécialiste de la politique étrangère américaine, est en vacances en Algérie. Son passage à El Moudjahid a été une occasion pour nous de revenir avec lui sur le vent de révolte qui secoue le monde arabe depuis le début de l’année et le regard des Etats-Unis sur ces événements. M. Salhi, produit de l’Université algérienne, revient dans cet entretien sur l’expérience de notre pays dans la lutte contre le terrorisme, devenue un modèle pour les Etats-Unis.
Pour commencer, on voudrait présenter le professeur Hamoud Salhi à nos lecteurs. Je suis professeur de sciences politiques à l’université de Californie. Je donne des cours sur les relations internationales, la politique étrangère américaine. Je suis aussi chef de département Négociations et Résolution des conflits dans la même université. Qu’en est-t-il de votre formation ? L’avez-vous suivie en Algérie ou aux USA ? Je suis un produit de l’Université algérienne. J’ai obtenu une licence à l’Institut des sciences politiques et de l’information puis je suis parti aux Etats-Unis où j’ai préparé un Magister et un PHD à l’université de Californie. J’ai fait aussi du journalisme à Dubaï pendant quatre ans, occupant le poste d’analyste de différents événements. Une fois cette expérience arrivée à son terme, j’ai senti que je me retrouvais mieux dans l’enseignement dans lequel je suis aujourd’hui. Vous êtes spécialisé dans la politique étrangère américaine. Selon vous, quelle place occupe l’Algérie dans la politique de ce pays ? C’est une place très importante, particulièrement avec les derniers événements qui se sont déroulés en Afrique du Nord. Une chose est sûre, l’Algérie a regagné sa place à l’échelle internationale, notamment durant ces deux dernières années. Aux Etats-Unis, il y a un très grand respect envers l’Algérie. En plus, les diplomates algériens sont très actifs ces derniers temps. D’autre part, il convient de rappeler qu’il y a un partenariat dans plusieurs domaines économique, la lutte contre le terrorisme et la politique de la sécurité mondiale, entre les deux pays. De ce point de vue, l’Algérie est un pays très important. Justement, à propos de lutte contre le terrorisme, les Américains n’ont commencé à s’intéresser à ce phénomène qu’après les attentats du 11 septembre 2001 qui ont secoué le World Trade Center. Avant, l’Algérie était seule dans son combat. Les Etats-Unis sont restés en observateurs… Les Américains pensaient que s’ils n’intervenaient pas, ils seraient épargnés. Cependant, l’épisode du 11 septembre a démontré qu’ils n’étaient pas à l’abri de la menace. La politique américaine a bien changé depuis. La preuve, le pays s’est beaucoup imprégné de l’expérience algérienne. C’est pour cette raison que les Américains ont créé un partenariat avec l’Algérie. Maintenant, ils savent ce que terrorisme veut dire. Ce que je ne comprends pas, c’est que, malgré cela, ils continuent à considérer le Hamas et le Hezbollah comme des organisations terroristes alors qu’il y a d’autres paramètres à prendre en considération. Dans ce sens, il faut résoudre les différents problèmes socioéconomiques et politiques et faire respecter la légalité internationale. Le cas des peuples palestinien et sahraoui est à cet égard édifiant. Ce que je veux dire, c’est que ce sont toujours les intérêts américains qui définissent le concept de terrorisme. Les Etats-Unis suivent de près ce qu’on appelle les révolutions arabes. Le Président Barack Obama a même appelé les peuples à se soulever et à renverser les régimes en place, pourtant soutenus depuis fort longtemps par ce même pays. Pourquoi ce changement de position ? C’est vrai. Il y avait deux phases dans la manière avec laquelle les EtatsUnis ont regardé et analysé ces événements. Au début, quant les peuples tunisien et égyptien ont mené leur révolution, les Américains étaient sympathiques et il y avait une grande couverture des événements. On avait l’impression qu’il y avait un changement radical dans la politique américaine, particulièrement dans les médias. Cependant, et après les événements en Libye, au Bahreïn et au Yémen, tout a changé. Maintenant, on a l’impression que ces événements ont démontré que ces pays peuvent résoudre leurs problèmes sans recourir à la violence, contrairement à certaines idées reçues qualifiant les peuples de ces pays de « sauvages » et d’ «extrémistes». Des observateurs estiment que ces mouvements de protestation font la part belle au grand projet américain. Quelle est votre analyse ? La vision américaine ou le projet américain existe toujours. La méthode a changé dans le sens où il y a une révolution de l’intérieur. On prend les choses au sérieux. Les Américains ont toujours rencontré des problèmes dans ces régions. Je cite, à titre d’exemple, les études selon lesquelles, en 2025, il y aura 75% de la population arabe qui atteindra l’âge actif. La région aura une chance de se développer. Ça sera une société appelée à travailler et à produire. Il y a aussi un autre scénario. Si ces gens ne vont pas travailler, il y aura un problème de stabilité. Actuellement les Etats-Unis veulent des pays stables. Regardons par exemple ce qui se passe en Syrie. Les Américains n’ont jamais caché leur volonté de changer le régime de ce pays. 97 millions de dollars sont consacrés à la propagande pour créer une atmosphère qui dérange le régime d’Al Assad et celui d’Iran. Les EtatsUnis ont toujours voulu changer les régimes de façon à pouvoir les contrôler. Dernièrement, ils ont essayé de contrôler les événements dans le monde arabe, mais c’était trop tard. L’anarchie qui y règne n’arrange pas les Américains. Pour eux, c’est l’occasion d’approfondir la sécurité sur le plan stratégique. Il y a deux ans, l’administration Bush a trouvé un pays où elle pouvait installer une base militaire dans la cadre de l’Africom. Pour dire que Washington recherche constamment une région stable pour assurer sa stratégie. En parlant de Syrie, dernièrement l’ambassadeur américain a défié les autorités de Damas en défilant aux côtés des manifestants. Quel est le message des Etats-Unis ? Est-ce une manière de dire que nous sommes là ? Je pense que c’est plus un message politique qu’autre chose. Qu’en est-il de l’option choisie par les Américains et les Européens vis-à-vis de la Libye, chose qui n’a pas été faite avec le Yémen ? Il faut dire que c’est la France qui a été la première à déclarer la guerre. Pour le cas de la Libye, les Américains ont été des suivistes. Aujourd’hui, il y a un très grand débat aux USA quant à un éventuel engagement dans le conflit militaire. Selon la loi américaine, le président doit demander l’accord du Congrès. Ce que veut M. Obama, le Congrès le rejette. C’est un plan qui n’est pas du tout clair. Maintenant, Hillary Clinton essaie de prendre les choses en main mais, entre-temps, c’est l’enlisement. Depuis le début des révolutions arabes, on parle d’effet domino. On s’attendait à ce que l’Algérie soit touchée par ce genre d’événements. Ce n’était pas le cas et nombreux ont été déçus. Quel est votre commentaire ? Effectivement on a beaucoup parlé de l’Algérie et du Maroc. Beaucoup s’attendaient à voir les scénarios de la Tunisie et de l’Egypte se reproduire en Algérie. Mais ça n’a pas été le cas. Car l’Algérie a vécu une expérience tragique et unique. Les Algériens sont sortis d’une décennie qui les a beaucoup affectés, mais ils en sont sortis plus forts. Beaucoup d’analystes américains ont fini par comprendre pourquoi l’Algérie a été épargnée par ce vent de révolte. Entretien réalisé par Nora Chergui

Mardi 19 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Monde
LIBYE
VENEZUELA
Afrique. "Ce n'est pas un secret, nous avons eu des désaccords sur la façon de répondre à la violence en Libye", a admis M. Cameron. "Mais nous sommes d'accord sur l'impératif immédiat, que toutes les parties doivent s'efforcer d'éviter la perte de vies civiles. Nous sommes d'accord sur la nécessité d'un processus" permettant au peuple libyen de mettre en place une transition politique, a-t-il ajouté. Au chapitre des divergences, Jacob Zuma a rappelé que l'Afrique du Sud ne souhaitait pas pousser El Guedaffi à quitter le pouvoir par la force, contrairement aux Occidentaux. "Ce qui arrivera

11 Hugo Chavez : "Je mène la bataille pour la vie"
Le président du Venezuela, Hugo Chavez, a affirmé dimanche qu'il menait désormais "la bataille pour la vie" au lendemain de son arrivée à Cuba pour suivre une chimiothérapie après avoir été opéré d'un cancer il y a un mois. "Depuis mon abri, je mène le combat pour la vie", a affirmé Hugo Chavez sur son compte Twitter. Le président vénézuélien s'est félicité par ailleurs de "la réussite de l'inauguration dimanche des jeux de l'Alba (Bloc de gauche latino-américain, Alternative bolivarienne pour les Amériques).

Les rebelles disent avoir pris le contrôle de Brega L
es rebelles libyens ont annoncé, hier, avoir pris le contrôle du port pétrolier de Brega (est), la majeure partie des forces loyales à Mouammar El Guedaffi s'étant retirées vers l'ouest après avoir miné les installations pétrolières. "Le gros des forces d’El Guedaffi s'est retiré à Ras Lanouf", à une cinquantaine de kilomètres plus à l'ouest, a déclaré Shamsiddin Abdulmolah, un porte-parole des rebelles, précisant qu'il restait 150 à 200 loyalistes bloqués sur le site pétrolier. Sur le plan diplomatique, le Premier Ministre britannique, David Cameron, et le président sud-africain, Jacob Zuma, ont constaté, hier, à Pretoria quelques divergences sur le dossier libyen, mais ont souligné qu'ils étaient d'accord sur l'essentiel : Mouammar El Guedaffi doit quitter le pouvoir. "Nous sommes d'accord sur le but final : El Guedaffi doit se retirer pour permettre au peuple libyen de décider de son avenir", a déclaré M. Cameron lors d'une conférence de presse commune avec son hôte sud-africain, au premier jour d'un court voyage en

à El Guedaffi doit être décidé par le peuple libyen. Il faut négocier comment, pourquoi, et où il doit aller", a insisté le chef de l'Etat sud-africain et

membre du panel de négociateurs mandaté par l'Union africaine (UA) pour faire adopter un plan de paix régional visant à mettre fin au conflit.

PRÉSIDENTIELLE À SAO TOMÉ

Lavrov : «Moscou contre la reconnaissance du CNT comme seul représentant du peuple libyen»
Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé, hier, le refus de son pays de reconnaître le Conseil national de transition (CNT, rébellion), comme "autorité" de ce pays. "S'il s'agit de reconnaître le CNT comme seul représentant du peuple libyen, nous ne partageons pas cette position", a déclaré M. Lavrov au cours d'un point de presse. Cette déclaration intervient après que le groupe de contact sur la Libye eut reconnu le CNT comme "l'autorité gouvernementale légitime" du pays, à l'issue de sa réunion vendredi à Istanbul (Turquie).

Un second tour entre Pinto da Costa et un autre candidat
Le premier tour des élections présidentielles à Sao Tomé donnera lieu à un deuxième tour entre l'ancien dictateur Manuel Pinto da Costa et un autre candidat, a indiqué la Radio nationale santoméenne en se basant sur ses estimations alors que le dépouillement a pris du retard. "En prenant en compte les données que nous avons, le 2e tour est désormais une certitude", a annoncé la Radio nationale, qui recense les résultats bureau par bureau grâce à ses correspondants, affirmant que Pinto Da Costa arrive en tête sans pouvoir dégager une majorité absolue.

CONCEPT DE QUARTIER GÉNÉRAL PERMANENT DE L'UE

PALESTINE

Londres oppose un refus définitif
Le ministre britannique des Affaires étrangères, William Hague, a opposé, hier, le refus définitif de son pays à un concept de quartier général permanent de l'Union européenne, soutenu en particulier depuis des années par la France. «Il est très clair que le Royaume-Uni ne donnera son accord à un QG permanent de l'UE ni maintenant, ni à l'avenir», a-t-il déclaré à l'issue d'une réunion avec ses collègues de l'UE à Bruxelles, qualifiant cette question de «ligne rouge» pour son pays. La raison de ce refus est qu'un tel QG «ferait double emploi avec les structures de l'Otan» et que «ce serait une solution très coûteuse», a-t-il affirmé. La création d'un QG bruxellois permanent de l'UE est l'une des deux options qu'a proposées, hier, dans un rapport aux ministres la haute représentante européenne pour les Affaires de sécurité et de défense, Catherine Ashton, l'autre étant une dynamisation des structures existantes.

Le bateau français de la Flottille d'aide internationale d'ici 24 heures à Ghaza
Le navire français de la Flottille d'aide internationale, qui voulait briser le blocus israélien imposé à la bande de Ghaza, arrivera "dans les 24 heures" dans cette enclave palestinienne, ont annoncé, hier, les organisateurs. Le navire “le Dignité-Al Karama”, intercepté le 7 juillet et conduit au port par les garde-côtes grecs, a quitté dimanche la petite île grecque de Kastellorizo en appareillant officiellement pour le port égyptien d'Alexandrie. Il cherche à présent à atteindre son objectif initial, ont précisé les organisateurs. "Le bateau devrait se trouver cet après-midi en face du littoral de Ghaza", a déclaré à la presse un des porte-parole de l'opération, Maxime Guimberteau, "La présence en mer du Dignité AlKarama constitue un revers pour le gouvernement israélien qui, par la force ou les pressions, cherche à perpétuer un blocus illégal et criminel et à faire taire les mouvements des sociétés civiles du monde entier", ont indiqué les organisateurs dans un communiqué. Les neuf autre bateaux qui composaient la flottille pour Ghaza, avec à leur bord 300 militants pacifistes venus de 22 pays, n'ont pas été autorisés à quitter la Grèce par les autorités grecques qui ont justifié cette interdiction en évoquant "la sécurité des militants", après l'assaut israélien sur la première flottille pour Ghaza, qui a fait neuf morts le 31 mai 2010. Par ailleurs, Israël a menacé d'empêcher cette nouvelle flottille d'atteindre Ghaza, auquel il impose un strict blocus depuis juin 2006.

URUGUAY

Décès de l'ancien président Juan Maria Bordaberry
L'ancien président uruguayen, Juan Maria Bordaberry, (1973-1976), est mort dimanche à l'âge de 83 ans d'une défaillance cardiaque à Montevideo, où il purgeait sous le régime de l'assignation à résidence une peine de 30 ans de prison, a-t-on annoncé dans la capitale uruguayenne. Le décès de Bordaberry a été confirmé par son fils, le sénateur Pedro Bordaberry. La justice uruguayenne a condamné en février 2010 l'ex-président Bordaberry, à une peine de 30 ans de prison, pour son rôle dans le coup d'Etat de 1973 qui a ouvert la voie à 12 années de régime civilo-militaire dans ce petit pays sud-américain.

Publicité

PUB
Mardi 19 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Régions
Sétif honore ses lauréats
RELIZANE

15

Un chiffre record de 10.000 bacheliers cette année

Hausse des prix des fruits et légumes

E

n honorant les lauréats des différents examens scolaires de la wilaya de Sétif qui a donné cette année plus de 10.000 bacheliers, soit le plus grand nombre au niveau national, le wali, M. Abdelkader Zoukh, n’a pas manqué d’exhorter toutes ces potentialités, notamment tous ceux qui se sont distingués par des mentions de valeur, à poursuivre et à consolider cet effort. C’est en effet en présence des responsables de la wilaya, élus, cadres du secteur, parents et élèves ainsi que l’ensemble des composantes de la famille éducative que s’est déroulée en début de semaine, au niveau de la grande salle du Parc des loisirs, une imposante cérémonie, qui, soulignons le, a été le moment opportun pour chacun de s’enquérir des moyens consentis par l’Etat à l’endroit du secteur de l’éducation, n’a pas été sans constituer un juste couronnement des efforts de la famille enseignante, des pouvoirs locaux et des élèves. Des efforts d’autant plus importants puisqu’ils ont permis de toucher les zones les plus reculées de cette wilaya par des résultats plus qu’honorables à l’instar de ces CEM montagneux de Hamam Guergour ou le CEM Ibn Rochd de Beni Ourtilène qui ont tout simplement cartonné, le premier avec 100 % et le second 99,17 % de taux de réussite à l’examen du BEM. Des résultats marqués aussi par un taux de réussite de plus de 91% pour l’examen du fin de cycle pri-

maire, permettant à cette wilaya de se classer à la 8e place au niveau national et qui traduisent à tous les niveaux comme devait le souligner, M. Ghanem Abdelaziz, le directeur de l’Education, le

degré de réussite des réformes introduites au niveau du système éducatif. Si le taux de réussite au BEM a atteint, cette année, 79,45 % permettant à cette wilaya de décro-

cher la 7e place au niveau national, l’examen du Baccalauréat a brillé par une particularité qui fait que la wilaya de Sétif se distingue cette année par le plus grand nombre de bacheliers au niveau national et mieux de 313 lauréats détenteurs de mentions dont 2 élèves des localités rurales de Aïn Roua et montagneuses de Babor avec un troisième du lycée Malika-Gaid de Sétif ont été honorés par le Président de la République avec des moyennes dépassant largement les 18 sur 20. Autant d’élèves brillants que le wali de Sétif a tenu à récompenser «royalement», 10 millions de centimes pour les 10 premiers de l’examen de 6e, 20 millions pour les 4 premiers du BEM et 30 millions pour les 3 meilleurs bacheliers, annonçant à cette occasion la récompense des 313 élèves qui ont décroché leur BAC avec mention. F. Z

D

Tissemsilt

Plus de 1.100 nouveaux étudiants attendus au centre universitaire

L

e centre universitaire de Tissemsilt prévoit pour la rentrée universitaire 2011-2012, l’accueil de plus de 1.100 nouveaux étudiants détenteurs du baccalauréat, a-t-on appris auprès des responsables de cet établissement. Ces nouveaux étudiants répartis à travers cinq spécialités représentées par les "Sciences et technologies (250), "Sciences juridiques et administratives" (300), "Sciences économiques et commerciales et gestion" (400), "Techniques physiques et sportives (150) et

les "Sciences de la matière" (60), selon la même source qui cite des données provisoires avancées par des responsables de ce centre universitaire. La rentrée universitaire à Tissemsilt sera marquée par l'ouverture d'un nouvel Institut des "Sciences de la matière" dans le cadre de l'extension de ce centre universitaire qui s'apprête à ouvrir une thèse de magister en linguistique pouvant offrir 10 postes, en attendant l'accord de la conférence régionale de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique tenue récemment, selon la même source.

ans les marchés et souks hebdomadaires de la wilaya de Relizane, les fruits et les légumes se négocient désormais au prix fort. C’est un peu cela l’air du Ramadhan… Que ce soit dans le marché couvert de la ville ou dans les marchés des quartiers populaires, la tendance est la même. Les étalages sont garnis de fruits et légumes, mais à quels prix? ! La mercuriale connaît, ces derniers temps, une hausse vertigineuse. Les prix de certains fruits et légumes de grande consommation se sont carrément envolés, surtout avec l’approche du mois de Ramadhan Les prix de la tomate, des navets et de la carotte varient entre 50 et 70 dinars le kilo, les haricots verts sont affichés à 70 dinars, la laitue tourne autour de 50 à 70 DA/kg, le piment vert entre 90 et 100, la pomme de terre, qui était cédée il n’y a guère longtemps à 35 dinars, est vendue à 40 et 45 dinars/kg. Quant au citron, il s’installe parmi les produits de luxe. A 200 DA le kilo, ce produit a de quoi faire bouder les ménages. Pour ce qui est de la viande rouge, le kilogramme de viande ovine frôle les 800 dinars contre 900 dinars pour la viande bovine. La viande blanche connaît aussi une hausse pour le moment et est affichée à 280/300 dinars/kg. Les dattes, encore un fruit très prisé pour ses vertus, sont cédées à 350/400 DA le kilo. Les autres fruits, excepté la pastèque dont le prix varie entre 35 et 40 DA le kilo, dont la poire ou la pomme, pour ne citer que ces deux-là, demeurent difficilement accessibles, leurs prix oscillant entre 150 et 180 DA le kilo. C’est à se demander si les organismes de contrôle existent, et les citoyens craignent que cette flambées des prix ne soit que le prélude à une longue série d’augmentations. M. Berraho

Publicité

PUB
Mardi 19 Juillet 2011

16

Société La loi de l’escalier
Ascenseurs en panne
même immeuble qui est l’œuvre, pour rappel, du célèbre architecte Le Corbusier respirait la quiétude et se distinguait de moult autres bâtisses par le fonctionnement envié et enviable de son ascenseur. Mais c’était du temps aussi où les c i t o y e n s payaient leur charge sans rechigner et vivaient vraiment en bonne intelligence. Autres temps, autres mœurs hélas, l’incivisme rampant a fini par s’imposer comme modus vivendi obligeant qui à déserter carrément les lieux devenus insalubres, qui à faire contre mauvaise fortune bon cœur, surtout ceux qui ont passé plus de la moitié de leur vie ici. Et qui s’imaginent mal se «reconstruire» ailleurs si tant est que la chose soit réalisable. Car il est pour le moins hypothétique d’escompter dénicher un immeuble dans la capitale pourvu d’un ascenseur digne du nom sinon au moins du standing présumé du quartier de résidence. Pour en revenir à l’ascenseur de L’Aérohabitat, il n’est généralement fonctionnel qu’à partir du 10 e étage lorsque tout va bien bien entendu. A cette réserve près que vous n’êtes pas toujours sûrs d’arriver à bon port une fois à l’intérieur de cet «engin» squatté aussi par des cafards parfois, comme si à chaque jour ne suffisait pas ses peines. Quant à la maintenance, elle dépend de l’humeur des locataires lorsqu’ils daignent verser quelque obole en ce sens. Accentuant le calvaire quotidien. Notamment des locataires qui crèchent aux derniers étages et dont l’une à force de monter et descendre les vingt et un étages a fini, la pauvre dame, par se payer rien moins qu’une méchante phlébite. Et qui ne quitte, aujourd’hui, son domicile que pour cas de force majeure. Comme on la comprend bien qu’elle ne

EL MOUDJAHID

LUTTE CONTRE LES NARCOTRAFIQUANTS

Au lendemain de l’indépendance, la plupart des immeubles à usage d’habitation ou HLM (habitations à loyer modéré) disposaient d’un ascenseur au grand soulagement des locataires.

14 tonnes de kif saisies par les gendarmes en juin

C

A

ujourd’hui, mis à part quelques privilégiés des quartiers cossus et les logements AADL, tous pourvus de monte-charge, l’écrasante majorité des locataires sont contraints de recourir au seul train Onze… Les locataires de nombre d’immeubles dotés pourtant d’ascenseurs se plaignent à qui veut bien les entendre des pannes fréquentes de ces monte-charges. Mais on doit aussi dire que les ascenseurs encore en état de fonctionnement régulier se comptent plutôt sur les doigts d’une seule main. Et pour cause ! C’est que pour justifier ce marasme ambiant, chacun y va de sa version. Et pas toujours originale qui plus est. Tant les différents sons de cloche entendus çà et là sentent le déjà vu et le déjà entendu. De fait, tout le monde se rejette la balle. Et tandis que pour certains habitants des dits immeubles la faute incombe au fils aîné du voisin du dessus connu des services de police du quartier pour ses frasques et autres méfaits à répétition, pour d’autres, l’incivisme caractérisé du collectif des locataires est la seule et unique cause des arrêts plus que fréquents de l’ascenseur dont l’utilité (notamment pour les vieilles personnes) n’est plus à démontrer tant elle va tout simplement de soi. Récemment encore et pour raison d’une de ces pannes inexpliquées, les proches d’un malade ont eu toutes les peines du monde à évacuer leur patient vers l’hôpital. Et ce sont les propres enfants de la dite personne prise subitement d’un malaise qui se sont débrouillés comme ils pouvaient, en se relayant pour porter leur maman sur leur dos et dégringoler ainsi pas moins de vingt et un étages du côté de «L’Aérohabitat» sis au boulevard Krim-Belkacem (ex-Télemly), avant de pouvoir s’engouffrer dans un véhicule providentiel «affrété» par une âme charitable. Encore heureux qu’il en existe encore, quoiqu’on dise et redise. Pourtant, il fut un temps, ce

soit pas la seule à souffrir le martyre. Autre cas de figure, cet immeuble de la rue Burdeau, tout en haut de Didouche Mourad : là aussi le quotidien des locataires est loin d’être rose. Bien qu’ils aient leur part de responsabilité faute d’honorer leurs charges. Car seul un locataire (grand malade qui plus est) s’acquitte de son devoir civique. Rien de plus normal alors qu’il dispose de sa propre clé qu’il refuse de partager avec tous les petits malins habitués à vivre en parasites sinon au crochet des autres locataires… Dernier exemple pour boucler la boucle : Les Groupes sis à la place du 1 er-Mai. Un mien ami en a soupé sa vie durant de grimper quotidiennement les treize étages de rigueur ; gros fumeur, circonstance aggravante cela va sans dire, il a pris la sage décision d’y mettre un holà (aux clopes s’entend) mais comme les séquelles de ce poison ne disparaissent pas de sitôt, il affronte, chaque jour que Dieu fait, des dizaines de marches, à plus de …75 ans. De quoi rester sans souffle… A. Zentar

Publicité

haque année des milliers de kilos de drogue sont saisis sur le sol algérien sans compter ceux qui transitent et passent entre les mailles des filets. Après une certaine accalmie des narcotrafiquants en provenance de la frontière ouest ces derniers mois, voilà qu’ils reviennent à la charge en ce mois de juin en essayant d’introduire de grandes quantités de kif traité. Des quantités qui prendront une destination bien précise, celle des pays voisins, la Tunisie, la Libye et même l’Egypte pour inonder par la suite les marchés de la Rive nord de la Méditerranée. Les auteurs de ce trafic sont continuellement à la recherche de nouveaux itinéraires pour écouler leur substance. Ayant constaté de grosses pertes au nord du pays au niveau des barrages et des points de contrôle mis en place sur les routes nationales et chemins de wilaya, les «importateurs» de la drogue ont changé carrément de stratégie en empruntant les routes cahoteuses des villes frontalières à l’ouest du pays, particulièrement Béchar et Tindouf. Les narcotrafiquants puissants bien organisés en petites cellules implantées dans plusieurs wilayas du pays avec l’appui des réseaux marocains comme fournisseurs de la substance dangereuse. Avant, ces hors-la-loi, équipés de moyens de communication modernes et de véhicules rapides tout terrain, se débarrassent de leur marchandise à la vue des services de sécurité et prennent la fuite. Aujourd’hui la donne a changé, les narcotrafiquants détiennent des armes de guerre pour riposter et sont même prêts à faire couler le sang des représentants de la loi, comme ce fut le cas en 2009 où deux gendarmes ont rendu l’âme dans un échange de tir entre les gardes-frontière et narcotrafiquants à bord de leur 4x4 Toyota Station. Pour illustrer l’importance des quantités saisies par les gendarmes durant le mois de juin 2011, la cellule de communication du commandement de la gendarmerie nationale nous a communiqué ses derniers chiffres. En effet, durant le mois de référence, les unités de la gendarmerie nationale ont mis la main sur 14 tonnes de kif traité dont 99% de la quantité saisie a été récupérée au niveau des frontière ouest avec le Maroc et le reste à l’intérieur du pays. Contrairement au mois précédent aucune affaire n’a été enregistrée en mer. Au cours du traitement de ces affaires de crime organisé, il a été procédé à la récupération d’une arme à feu automatique, de 217 munitions et deux véhicules 4x4. En matière d’affaires de trafic de drogue, les auxiliaires de la justice ont constaté 222 affaires parmi lesquelles 178 cas de consommation de stupéfiants, 37 relatives au commerce de drogue et sept autres de consommation et vente de comprimés de psychotropes. La résolution de ces affaires a permis l’interpellation de 350 personnes dont 218 ont été placées sous mandat de dépôt, 115 remises en liberté provisoire et 6 placées sous contrôle judiciaire. Parmi les personnes appréhendées figurent 14 étudiants, 30 fonctionnaires, 77 employés, 73 exerçant une activité libérale et le reste sans profession. 62% des personnes interpellées sont âgées entre 18 et 30 ans et près de 3% sont des mineurs. Mohamed Mendaci

Comptoir Algérien du Matériel Electrique Et Gazier - CAMEG DIRECTION DES APPROVISIONNEMENTS Tél : 021 84 08 52 Fax: 021 83 95 55

AVIS D'ATTRIBUTION PROVISOIRE DE CONVENTION
Le Comptoir Algérien du Matériel Electrique et Gazier CAMEG informe l'ensemble des soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres national N°A 01/2010/CAMEG relatif à: Transport des matériels électrique et gazier Paru dans le BAOSEM n° 651 du 09/03/2010, qu'à l'issue de l'ouverture et de l’évaluation des offres financières publiques en date du 30/06/2011 la convention transport est attribuée provisoirement aux soumissionnaires ci-après : -NOUARA Farhat -TDT/EMR
El Moudjahid/Pub

- DJENATI Toufik - BRAHIMI Mohamed - DJENATI Hakim - Transport LAOUNI Anouar - HAMROUNI Salim - TMT Touggourt - EurI FERGANI - Sarl LAOUNI Boualem - LAOUNI Said - BEDOUI Okacha Le prix unitaire au kilomètre en hors taxes est de 51,50 DA. Les soumissionnaires qui contestent le choix opéré par le service contractant peuvent introduire un recours dans les dix (10)
Mardi 19 Juillet 2011

jours comptés à partir de la date de la première publication de l'avis d'attribution provisoire, auprès du : PRESIDENT DE LA COMMISSION D'EXAMEN DES CAHIERS DES CHARGES ET DES MARCHES DU SERVICE CONTRACTANT Domicilié à l'adresse suivante: COMPTOIR ALGÉRIEN DU MATÉRIEL ELECTRIQUE ET GAZIER "CAMEG SPA" DIRECTION GENERALE ROUTE NATIONALE N° 38 GUÉ DE CONSTANTINEALGER TEL: 021 83 93 13- FAX: 021 83 94 76
ANEP N° 864698 DU 19/07/2011

EL MOUDJAHID

Culture
Une soirée riche en spectacle

17 CLÔTURE DU FESTIVAL INTERNATIONAL DES DANSES POPULAIRES DE SIDI BEL-ABBÈS

EXPOSITION COLLECTIVE AU MUSÉE D’ART CONTEMPORAIN D’ALGER

Une dimension picturale L aux attraits multiples
Sous le patronage du ministère de la Culture et du musée d’Art contemporain d’Alger, une exposition au remarquable contenu pictural rassemblant les travaux de six illustres artistes plasticiens algériens de notoriété internationale, se tient au Mama sous l’intitulé «A6» depuis le 10 juillet et se poursuivra jusqu’au 10 septembre prochain.

A

m i n e - Kh o dj a , Arezki Larbi, Bourdine Moussa, Djemai Rachid, Nedjai Mustapha et Oulhaci-Mohammed ont offert au regard du public leur nombreuses œuvres qui sont autant de magnifiques suggestions artistiques à l’attention du spectateur averti. Ainsi le Constantinois Saddek Amine-khodja né en 1949 et actuellement directeur de l’école régionale des Beaux-Arts de Constantine, nous suggère une pulsion créatrice puissante et très personnelle, une sorte de réminiscence colorée d’une mémoire enfouie de la vie, engloutie dans la psyché. Dans ses toiles aux compositions mixtes intitulée «Bas de femmes» s’inspirant d’une démarche artistique qui s’inscrit dans la pratique des matériaux de récupération comme les assemblages et collages : «Dans une société où le système visuel est construit à partir de l’image, la peinture contemporaine n’est pas une technique de reproduction du visible, mais devient plutôt une pratique qui interroge les différents modes de visibilités du réel. Le travail pictural constitue un moyen particulier de perception et de création, un symbole psychologique essentiel», écrit ce peintre en guise de présentation de ses ouvrages artistiques. Quant aux œuvres d’Arezki Larbi dont on distingue dans l’exposition deux regards qui s’appuient sur des techniques et images thématiques différentes, le spectateur plonge dans le monde de l’abstraction entre forme et matière sans cesse renouvelées, c’est lui, écrit Isabelle Russo en commentant son art, qui affirme «La peinture devient belle quand elle n’a plus de sens» à propos de ses abstractions géologiques , de ses mémoires des émotions exprimées dans un geste lyrique où la couleur efface la perception des sens. Moussa Bourdine qui fut l’un des membres fondateurs du «groupe des 35» et disciple d’Issiakem, sa peinture qui exprime sa sensibilité à la condition humaine avec un dessin juste, une palette subtile et une composition sobre mais solide avec des

thèmes qui s’attardent sur les femmes voilée d’un haïk et qui sont l’expression profonde d’une spiritualité compatissante. Rachid Djemai, lui est un peintre de la modernité avec un trait futuriste qui s’amuse avec la matière explorant un jeu de pistes mystérieux, ses œuvres sculptées sont des recherches graphiques au regard magique et ludique mais très actuel. Chez Mustapha Nedjai la démarche

artistique et philosophique est basée sur le principe que l’œuvre ne sort pas du néant mais d’une réflexion et d’une articulation théorique : «Exigeante et déterminée, enracinée dans l’histoire et dans la contemporanéité, cette œuvre nous bouscule à coups de rouge et d’ocres, de ratures et de violence, de faces atroces et d’êtres ricanant . Elle charcute nos vie et nos actes au scalpel», écrit Ali El Hadj Tahar. Avec Mohammed Oulhaci c’est la peinture de la forme en mouvement suggérant un entrelacement de personnages féminins stylisés avec une pénétration dans l’univers et l’intimité des êtres et un travail sur la couleur et la lumière très impressionnant au regard : «Certaines de ces femmes sont comme plongées dans un brouillard ou une espèce de vent de sable qui a tout balayé sur son passage. Anonymes, elles baignent dans un univers flou et vaporeux, évanescent», écrit toujours Ali El Hadj Tahar au sujet de ce peintre . Pour la beauté distillée magnifiquement par ces toiles, l’exposition mérite largement le détour. Ly nda Graba

a septième édition du festival international des Danses populaires a pris fin dimanche après plusieurs jours d’animation et de danses populaires évocateurs de traditions culturelles des 19 pays participants. La salle de la maison de culture et la place du 1 erNovembre furent les espaces privilégiés des spectacles programmés après une défection due à une panne d’électricité ayant amené les organisateurs à abandonner l’enceinte du stade des trois frères Amarouche. Une défection qui a, pour le moins, perturbé dans une certaine mesure le déroulement de cette manifestation, jugée en deçà des attentes et des aspirations des troupes locales selon les termes de leur communiqué transmis à l’ensemble de la presse nationale. Ces troupes ont d’ailleurs décliné l’invitation à prendre part à ce festival en signe de contestation à la démarche de la commissaire. Toujours est-il que la soirée de clôture a été riche en spectacles et en variétés avec la production des groupes de la Russie, du Sénégal, du Mexique, de la Palestine qui ont fait vibrer le public. Dans une allocution prononcée lors d’une cérémonie organisé à l’occasion, la commissaire a relevé l’effort fourni pour l’organisation de cet événement tout en insistant sur le volet des échanges entres les jeunes et l’image de marque de l’Algérie des valeurs. Elle devait également souhaiter la valorisation davantage de la future édition après un capitale expérience acquis au gré d’une pratique et d’un exercice. Le mois de juillet a été fortement animé par le déroulement de deux festivals notamment celui de la chanson rai qui fut d’une grande réussite de par cette concentration sur un patrimoine exploré à la faveur de conférences de spécialistes et d’experts en la matière. Nonobstant des imperfections et des défaillances, la cadence est maintenue pour attribuer au secteur de la culture toutes ses lettres de noblesse. Une cadence grâce à l’expression d’une volonté politique traduite à propos par la réalisation de projets à caractère culturel et scientifique et l’organisation de grandes manifestations internationales. Une chose est certaine, la cité du chantre des Beni Amer compte s’investir pour rentabiliser ses structures et valoriser son patrimoine. Que la fête continue… A. B.

Théâtre de verdure

Abdelkader “Secteur” fait un tabac

A

bdelkader Abderahmane ou plutôt Abdelkader “Secteur”, humoriste célèbre pour ses sketchs improvisés lors des fêtes de mariage et diffusés sur la toile, a présenté dimanche soir à Alger, son premier one man show "Vie de chien" devant un public venu nombreux pour le voir, cette fois, en réel. Le théâtre de verdure du complexe culturel Laâdi-Flici de l'Etablissement "Arts et Culture" était archicomble. Avant l'apparition sur scène de Kader, les personnes présentes, jeunes et moins jeunes, étaient impatientes de voir le spectacle commencer. D'ailleurs, l'intensité en décibels du son émanant de la "création musicale" du DJ invité, apparemment, pour "chauffer" la scène, n'a fait qu'attiser leur impatience. Une fois la "star" du rire de Ghazaouet apparaît, le public exprime un soulagement. Dès la première phrase formulée, toute l'assis-

tance s'abandonne au fou rire qui dure pendant près de deux heures de temps, grâce évidement aux blagues et plaisanteries de l'humoriste, visiblement très apprécié. Le one man show relate dans un langage simple, les différents phénomènes sociaux mais consacre une grande partie aux émigrés en situation irrégulière se trouvant, par espoir, sur le sol français. Il décrit, toujours avec humour, les conditions dans lesquelles, ces personnes, se retrouvent. Abdelkader “Secteur” a découvert son talent d'humoriste en 1997 lors d'une fête de mariage célébrée dans sa ville natale (Ghazaouet) et notamment suite à une coupure d'électricité. Profitant de l'obscurité, il commence à raconter des blagues à un groupe d'amis. Dès le rétablissement du courant, on lui propose de prendre le microphone pour "faire marrer" tout le monde. "Vie de chien" sera présenté, samedi prochain, au Théâtre de verdure Hasni-Chekroune d'Oran.

Publicité
République Algérienne Démocratique et Populaire Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement

Avis d'Appel d'Offres National Restreint N° 46/11
Numéro d'immatriculation fiscale (NIF) :410011000000012
Le Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement lance un Avis d'Appel d'Offres National Restreint pour la Réalisation de l'Etude de restauration et de réhabilitation du bloc n°1 de l'ex- hôpital BAUDDENS -Oran- en bloc administratif. Sont admis à soumissionner les Bureaux d'études nationaux ayant acquis au moins 5 années d'expérience dans le domaine de la construction. Les Bureaux d'études intéressés par le présent appel d'offres peuvent retirer le cahier des charges à partir de la première parution du présent avis d'appel d'offres dans les quotidiens nationaux contre paiement d'une somme de 2.000 DA, non remboursable, auprès du: Ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement Direction de l'administration et des moyens
El Moudjahid/Pub

Bureau des marchés publics- Rue des Quatre Canons- Alger Tél. 021 43 11 43 / 021 43 28 48 Les offres doivent être déposées à l'adresse indiquée cidessus le 02 AOUT 2011 avant 14h00 heures locales. Les offres comprendront une offre technique et une offre financière, à savoir: 1 - Offre technique 2- Offre financière Pour la partie technique de l'Offre Pour l'offre technique les documents à fournir sont mentionnés dans l'article 9 du cahier des charges. Pour la partie financière de l'offre 1. La lettre de soumission; 2. Le bordereau des prix unitaires; 3. Le détail estimatif et quantitatif

Les plis seront ouverts en présence des représentants des soumissionnaires qui souhaitent assister à la séance publique d'ouverture des plis le jour cité ci-dessus à 14h00 locales au siège du ministère de l'Aménagement du Territoire et de l'Environnement. Les offres, en double exemplaire, accompagnées des pièces réglementaires, doivent parvenir au ministère sous double pli cacheté portant la mention: Avis d'appel d'offres national restreint N°46/11 A ne pas ouvrir Les soumissionnaires restent engagés par leurs offres pendant une période égale à la période de préparation des offres augmentée de 3 mois à compter de la date du dépôt des offres.
ANEP N° 864995 DU 19/07/2011

Mardi 19 Juillet 2011

EL MOUDJAHID

Sports
Q U I P E N A T I O N A L E

31

E

Vahid Halilhodzic dévoile sa première liste
L
e sélectionneur national, Vahid Halilhodzic, a fait appel à 33 joueurs pour effectuer un stage du 7 au 11 août prochain au Centre national de la Fédération française de rugby à Marcoussis (France). Pour sa première liste établie depuis sa nomination à la barre technique de l'équipe algérienne, le 1er juillet 2011, le coach bosnien a convoqué pratiquement tous les joueurs sélectionnés par les deux précédents coaches nationaux, Rabah Saâdane et Abdelhak Benchikha. Ainsi, Halilhodzic a retenu notamment cinq gardiens de buts, dont deux nouveaux Asselah Malik (JS Kabylie) et Micheal Fabre (Lens/Fr). Mourad Meghni (Umm Salal) absent des rangs de l'équipe depuis son forfait pour le Mondial 2010 à cause d'une blessure, fait son retour. Le défenseur de Fulham Rafik Halliche, le milieu du terrain Amri Chadli (Kaiserlautern) et les deux attaquants Hameur Bouazza (Birmingham) et Benyamina Karim (FSV Frankfurt) effectuent, eux aussi, leur retour en sélection nationale après une longue absence. Parmi les 33 joueurs convoqués, sept évoluent dans le championnat d'Algérie de Ligue 1. Ce premier stage qui coïncide avec une date de la Fédération internationale (FIFA), sera le premier sous la houlette du nouveau sélectionneur national, à moins d'un mois du prochain match officiel face à la Tanzanie, prévu le 4 septembre à Dar Es-Salaam, pour le compte de la 5e journée (Gr D) des éliminatoires de la CAN-2012. "Ce regroupement viendra remplacer le fier l'Algérie pour la CAN-2013 et le Mondial 2014, prévu au Brésil. Liste des 33 joueurs convoqués : Asselah Malik (JS Kabylie), Doukha Azzeddine (USM Harrach), Fabre Michael (Clermont Foot, France), Rais Mbolhi (Krylia Sovetov, Russie), Zemmamouche Mohamed Lamine (USM Alger), Belhadj Nadir (Al Sadd, Qatar), Bougherra Madjid (Rangers, Ecosse), Bouzid Ismael (Hearts, Ecosse), Ferradj Brahim (Brest, France), Halliche Rafik (Fulham, Angleterre), Laifaoui Abdelkader (ES Sétif) Medjani Carl (Ajaccio, France), Mesbah Djamel Eddine (Lecce, Italie), Mostefa Mehdi (Ajaccio, France), Yahia Anther (Al Nasr, Arabie Saoudite), Amri Chadli (Kaiserlautern, Allemagne), Bouazza Hameur (Birmingham, Angleterre), Boudebouz Ryad (Sochaux, France), Guedioura Adlene (Wolverhampton,Angleterre), Hadj Aissa Lazehar (ES Sétif), Kadir Foued (Valenciennes, France), Lacen Medhi (Getafe, Espagne), Lemmouchia Kaled (ES Sétif), Matmour Karim (Eintracht Frankfurt, Allemagne), Meghni Mourad (Umm Salal, Qatar), Mesloub Walid (Le Havre, France), Yebda Hassan (Benfica, Portugal), Ziani Karim (Wolfsburg, Allemagne), Benyamina Karim (FSV Frankfurt, Allemagne), Djebbour Rafik (Olympiakos, Grèce), Ghezzal Abdelkader (Bari, Italie), Soudani El Arabi Hilal (ASO Chlef), Ziaya Abdelmalik (Al Ittihad, Arabie saoudite). Mohamed-Amine Azzouz

match amical initialement prévu face à la Tunisie, et que j'ai demandé personnellement de l'annuler. Ce sera une bonne occasion pour moi de rencontrer les joueurs, discuter avec eux, et éventuellement essayer d'analyser tout ce qui n'a pas marché avant", a indiqué Halilhodzic, lors de

son premier point de presse depuis sa nomination. Halilhodzic, 59 ans, a remplacé Abdelhak Benchikha, démissionnaire après la défaite essuyée face au Maroc (40) à Marrakech, pour le compte de la 4e journée des éliminatoires de la CAN-2012. La FAF lui a fixé comme objectif de quali-

IL NE FAIT PAS PARTIE DES PLANS DE GAMONDI

ARBITRAGE

Nadjib Maziz, un avenir compromis au CRB

Belaïd Lacarne répond aux accusations de Menadi
Suite à des déclarations d’un responsable d’un club accusant la commission nationale d’arbitrage particulièrement son président, M. Lacarne Belaid de corruption et autres, ce dernier a rendu visite hier à la Maison de la presse de SidiBel-Abbès pour s’entretenir avec quelques correspondants et apporter des éclaircissements. Non pas pour ouvrir une polémique mais tout bonnement pour éclairer l’opinion publique, selon les termes du dirigeant fédéral. «J’étais un ancien joueur de l’USMBA et un ex-arbitre international qui a eu l’honneur de participer à une Coupe du monde honorant admirablement mon pays. Je fais partie actuellement d’une commission de la FIFA tout en veillant sur le fonctionnement de celle de l’arbitrage au plan national. J’œuvre inlassablement pour la promotion des jeunes arbitres dans la perspective d’accompagner un processus de renouveau du football national déclenché par le président de la Fédération et toute une équipe dirigeante. Je vis donc pour la passion de cette discipline populaire et rien d’autres, sachant que je suis un retraité. A 71 ans, je crois que mon avenir est derrière moi pour au contraire participer à l’émergence des jeunes et à la promotion de l’arbitrage algérien. Une société ou un commerce ne relèvent pas de ma vocation…». C’est en ces termes qu’il s’est adressé aux représentants de la presse nationale comme pour répliquer et sommer son détracteur à aller au fond de son accusation. «Qu’il apporte des preuves, ce monsieur et je suis prêt même à être jugé et à quitter la scène du football…». rétorque-t-il tout en regrettant les déclarations faites et n’honorant guère la ville de Annaba aux traditions sportives si établies. M. Menadi devait tirer les enseignements de son échec au lieu de détourner l’attention sur l’arbitrage avec ses hauts et bas naturellement mais en mutation et en phase de rajeunissement et de progression…» a-t-il affirmé avant de manifester sa disponibilité à toute confrontation de nature à faire la lumière sur ces déclarations . A. B.

C

es derniers jours au niveau des quartiers fiefs du Chabab de Belouizdad, les supporters s’interrogent sur l’information donnant, l’un des espoirs de l’équipe de Laâqiba, le jeune défenseur Nadjib Maziz, comme partant. Ces mêmes informations font part du désir de la direction du club de se séparer de celui, qui a fait toutes les catégories jeunes du CRB, qui a joué aussi dans les différentes sélections nationales jeunes et en équipe nationale militaire. Il faut savoir que Nadjib Maziz, qui n’est autre que le fils de l’un des fleurons du Chabab des années 70 et défenseur de charme Zoubir Maziz. Interrogé au sujet de son éventuelle libération par son club de toujours, il dira : ’’Pour le moment, je suis dans l’expectative, personne ne m’a rien signifié au niveau de la direction du club, seulement, comme on dit, il n’y a pas de fumée sans feu. Personnellement, je ne veux plus perdre mon temps. On ne m’a jamais vraiment donné la chance de m’illustrer pour démontrer ce dont je suis capable. Je joue par à coup et rarement à mon poste de prédilection, qui est celui de défenseur axial. J’ai toujours respecté les choix du coach car c’est la loi du jeu, je me suis toujours comporté en professionnel, que se soit sur ou en dehors du terrain malgré mon jeune âge. Le joueur poursuit à propos de sa situation et de l’avenir de sa carrière : “J’aime le Chabab, depuis ma tendre enfance. Je n’ai connu que ce club, mais à présent, que j’ai le sentiment qu’on ne veut plus de moi, il n’y a aucun problème. Je resterai un amoureux du club, mais dans ces conditions, je préfère aller faire mes preuves ailleurs. Car le temps est

venu pour moi, de prendre mon vrai envol”. Pour en savoir davantage sur le cas Maziz, nous avons pris attache, hier, avec le désormais ex-président du CRB, actuel patron de la LNFP, Mahfoud Kerbadj, qui est le mieux indiqué pour nous faire part, des intentions du club envers lui. Sans détour aucun, il nous affirma : “C’est Gamondi qui nous a fait part de ses intentions de ne pas le maintenir dans son effectif pour la saison prochaine, s’il venait à poursuivre sa mission à la barre technique du CRB pour la saison à venir. Il n’a absolument rien contre le joueur, seulement, ce dernier ne fait pas partie de ses plans. Tout simplement. Maintenant, si Gamondi ne poursuit pas sa mission au club, libre au nouvel entraîneur de prendre la décision qui lui sied le mieux par rapport à Nadjib Maziz. Il faut savoir que le Chabab attend la décision de la

Ligue, après avoir introduit un recours pour que soit levée ou au moins alléger la lourde sanction de 6 mois ferme infligée à Gamondi. Voilà ce que je peux vous dire à ce sujet’’. Nadjib Maziz, dont le contrat court jusqu’à juin 2012 ne manque pas de sollicitation. Le joueur nous a fait part sur notre insistance sur ses contacts actuels. Ainsi, dès qu’ils ont su qu’il était sur le départ, l’USMAn, le MCO, le CAB, l’USMH et le RCK ont pris attache avec son agent, Zine Driss, pour lui faire part de l’intérêt qu’il portait au défenseur de charme du Chabab. Côté annabi, c’est le coach, Mohamed Henkouche, en personne, qui veut l’avoir dans son effectif. Son avantage, il connaît parfaitement le joueur pour l’avoir eu sous sa coupe lorsqu’il drivait le CRB. Pour le Raed, c’est le président Mechri qui l’a appelé pas plus tard qu’hier. Le Mouloudia d’Oran, l’USM Harrach et le CA Batna, ont clairement affiché leurs intentions de le faire venir chez eux. Cela démontre au moins une chose, c’est que le joueur dispose bel et bien de qualités certaines, qui lui permettent d’aspirer à s’imposer dans un autre club, autre que le sien, qui saura bénéficier de ses services, en lui donnant la chance de démontrer l’étendu de son talent. Maziz, n’a pour le moment pris aucune décision quant à sa future destination. Il se donne quelques jours de réflexion avant de se prononcer. Il faut savoir qu’il n’aura pas de difficultés à quitter le club, à propos de la lettre de libération, du moment qu’il est porté sur la liste des joueurs à libérer. Maziz s’apprête donc à tourner la page du Chabab pour se tourner vers un avenir qu’on imagine meilleur pour lui, au vu des ses immenses qualités. M-A. A.

Mardi 19 Juillet 2011

Pétrole
Le Brent à 115.77 dollars le baril

Monnaie
L'euro à 1.406 dollar

D E R N I E R E S
J O U R N É E D ’ I N F O R M AT I O N S U R L ’ A C A D É M I E M I L I TA I R E I N T E R A R M E S DE CHERCHELL

L’école… à l’honneur
D
es journées d’information, consacrées à l’Académie militaire interarmes de Cherchell, ont été organisées hier au Musée central de l’Armée en vue de faire connaître au public et aux nouveaux bacheliers désirant rejoindre l’académie, les différentes spécialités enseignées dans cette institution. Ces journées d’information, organisées pour la deuxième année, et qui dureront jusqu’au 21 juillet prochain, visent essentiellement, selon les organisateurs, à faire connaître aux jeunes les unités de l’ANP et ses écoles de formation. « L’objectif de cette manifestation est de faire connaître au large public algérien, notamment les jeunes bacheliers, l'Académie militaire interarmes de Cherchell et les moyens matériels et pédagogiques dont elle dispose ainsi que les conditions d'admission », a indiqué le colonel Ali Benslaim, chef de la cellule de communication et d’information à l’Académie militaire interarmes de Cherchell. Le colonel Benslaim a fait savoir que l’académie recrute chaque année entre 1 800 et 2 000 élèves officiers, dont la moyenne générale supérieure à 12 à l’épreuve du bac, est l’un des critères obligatoires à côté de la bonne santé physique, condition que le candidat doit également remplir. « Seuls les bacheliers issus des filières scientifiques sont reçus par l’Académie », a t- il ajouté. Les femmes ne sont pas en reste.

TIZI-OUZOU Procès de l’assassinat de Lounès Matoub

Des peines maximales requises
Le procès de l’affaire de l’assassinat du chanteur populaire, Lounès Matoub, s’est ouvert, hier, au tribunal criminel près la cour de TiziOuzou, a-t-on constaté. Le déroulement de ce procès, tant attendu, a été suspendu à plusieurs reprises par le juge à cause du refus de la sœur du chanteur de considérer ce procès comme étant celui de l’affaire de l’assassinat du chanteur, insistant sur la nécessité de la présence à ce procès de l'ex-chef du GSPC et une cinquantaine de témoins de ce crime. L’insistance de la sœur de Matoub sur ses revendications a contraint le juge à suspendre le déroulement du procès quatre fois et à tenir une réunion avec les représentants de la partie civile et la sœur de Matoub pour convaincre enfin cette dernière de cesser d’entraver le déroulement de ce procès. L’épouse du défunt Matoub représentée par maître Salah Hanoun s’est dite quant à elle favorable à la tenue de ce procès, tout en indiquant qu’elle continuera à lutter pour que la justice soit rendue dans l’affaire de l’assassinat de son mari. Le juge qui s’est montré très diplomate a fini par convaincre la sœur de Matoub Lounès de laisser se dérouler le procès des deux présumés complices dans cette affaire qui étaient présents dans le box des accusés, à savoir Malik Medjnoune et Mahiedine Chenoui. Huit autres terroristes, tous abattus dans le cadre de la lutte antiterroriste, sont poursuivis dans cette affaire pour homicide volontaire avec préméditation et adhésion à un groupe terroriste armé. Après lecture de l’arrêt du renvoi de la chambre d’accusation, les deux accusés de complicité d’homicide volontaire avec préméditation sont appelés à la barre pour répondre des chefs d’accusations portés contre eux. Ainsi, Malik Medjnoune a nié avoir participé ni de près ni de loin à l’assassinat de Lounès Matoub. Chenoui Mahiedine a indiqué quant à lui qu’il avait cité le nom de Malik Medjnoun, accusé de complicité dans cette affaire, «sous la pression», niant en bloc sa participation à l’attentat qui avait coûté la vie à Matoub. Chenoui a, toutefois, reconnu avoir fait partie d’un groupe terroriste. Le représentant du ministère public a requis, à l’issue de son réquisitoire, des peines maximales à l’encontre des deux prévenus. A l’heure où nous mettons sous presse, les avocats des deux présumés complices dans l’assassinat de Matoub Lounès plaidaient encore la cause de leurs mandants. Bel. Adrar

Ph. Wafa

«45 étudiantes ont été reçues l’année dernière», a-t-il précisé. Cette année, à l’instar de l’an dernier, les inscriptions qui ont débuté le 12 juillet et se poursuivront jusqu’au 7 août, se feront exclusivement via Internet sur le site (http://preinscription.mdn.dz), créé par le ministère de la Défense nationale. La première journée de cette manifestation a connu une affluence remarquable du grand public, dès les premières heures qui ont suivi l’ouverture, notamment des jeunes scouts venus de différentes wilayas du pays, ainsi que des parents accompagnés de leurs enfants. Les organisateurs ont prévu une affluence beaucoup plus importante pour aujourd’hui et demain. L'Académie assure une formation de qualité aux étudiants à

l'instar d'officier chargé de la formation de base qui requiert une formation pouvant aller jusqu'à 5 années d'études (une année de formation militaire tronc commun, et 3 années de formation universitaire LMD), sanctionnées par une licence, outre une année pratique dans l'une des écoles

d'application des forces terrestres. Une exposition d'équipements et armes utilisés par les forces terrestres (canon, fusils automatiques, semi-automatiques, lanceroquettes, mitraillettes et autres) a été organisée dans le cadre de ces journées. Salima Ettouahria

9E ÉDITION DU SALON NATIONAL DE L’ARTISANAT DE TIPASA

Des exposants de 20 wilayas
La neuvième édition du Salon national de l’artisanat de Tipasa se poursuit sur l’esplanade du port de cette ville côtière, au grand bonheur des milliers de visiteurs et estivants friands de ce genre de rendez-vous culturel et commercial, devenu une tradition dans la wilaya. Cette neuvième édition a vu la participation de près de 60 artisans venus de 20 wilayas dont celles d’Adrar, Alger, Blida, Tizi Ouzou et Boumerdès, venus cette année en force, a précisé à l’APS la directrice locale du tourisme et de l’artisanat. Les expositions mises sur pied à cette occasion renferment des tapis, des objets en rotin et en osier, des bijoux traditionnels, de la céramique, des habits traditionnels, de la poterie, des sculptures sur bois et sur pierre, ainsi que des tableaux fabriqués avec du sable. Le Salon, qui réserve une grande part aux produits de l’artisanat traditionnel, est aussi une opportunité pour les exposants de proposer à la vente de nombreux objets qui font le bonheur des vacanciers friands de ce genre de produits qu’ils emportent en souvenir de leur séjour à Tipasa. Cette manifestation a été marquée aussi par la présence et la prestation de nombreuses troupes folkloriques venues de plusieurs wilayas, qui proposent un cocktail de musique pour animer et égayer les longues soirées estivales de Tipasa.

AVEC SON SPECTACLE "MAHMOUD"

L’humoriste Dieudonné vendredi à Oran

TUNISIE

M. Béji Caïd Essebsi : «Les élections se tiendront à la date prévue»

L’

humoriste français d ’ o r i g i n e Camerounaise, Dieudonné Mbala, présentera vendredi soir, à la salle "El Maghreb" à Oran (ex-Régent), son spectacle intitulé "Mahmoud". Ce one-man-show, d’une durée d’une heure trente, a trouvé son titre dans la rencontre que l’artiste français a eue avec le président iranien Mahmoud Ahmadinejad en novembre 2009 à Téhéran. Le point de départ de ce spectacle datant d’une année est ainsi trouvé pour passer en revue, d’une manière incisive et avec le franc-parler légendaire de Dieudonné, des thèmes qui lui sont chers comme le lobby juif, le sionisme, le racisme, la reli-

gion, etc. Les positions politiques exprimées par Dieudonné dans ses spectacles ne laissent point le public et l’opinion publique indifférents et suscitent des réactions virulentes de la part de certains milieux de la classe politique française se sentant diffamés, d’où le nombre impressionnant de plaintes et de procès intentés contre cet artiste. Le comédien est connu pour ses prises de position en faveur de la question palestinienne et des causes justes dans le monde. Dieudonné présentera, la veille (jeudi prochain) le même spectacle au public algérois, comme il l’a fait l’année dernière, en juin, avec sa production intitulée "Sandrine".

Les prochaines élections en Tunisie "auront lieu le 23 octobre comme prévu" malgré les troubles qui visaient à "empêcher la tenue" du scrutin, a assuré, hier, le Premier ministre tunisien, M. Béji Caïd Essebsi. Dans un discours adressé à la nation, M. Caïd Essebsi a estimé qu'"il y a des troubles pour empêcher la tenue des élections" dans le pays. "Ces élections, elles auront lieu bon gré mal gré le 23 octobre comme prévu", a-t-il affirmé. "Le peuple tunisien a fait une révolution, et personne ne s'appropriera cette révolution", a lancé le Premier ministre, alors que des incidents violents ont éclaté dans plusieurs villes du pays ces derniers jours, faisant un mort à Sidi Bouzid (centre de a Tunisie). M. Essebsi a accusé certains partis politiques de n'être pas prêts aux prochaines élections "parce qu'ils sont sûrs de ne pas les remporter. Ca ne sert à rien d'évoquer leur nom", a-t-il dit, en citant "certains mouvements extrémistes religieux. Ce ne sont pas les seuls". Le Premier ministre tunisien a également évoqué une "tentative de déstabilisation", en notant "une concomitance étrange" entre les troubles dans plusieurs villes du pays.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful