You are on page 1of 34

L’ultime abus des enfants

Par Palestinian Media Watch


Analyse visuelle no. 1 - 23 avril 2002 *

*Tout le matériel cité est disponible en CD-rom ici : info@pmw.org.il


Palestinian Media Watch a rassemblé une évidence
substantielle à l’effet que l’Autorité palestinienne
(AP) encourage les enfants palestiniens à chercher
la mort en tant que martyres.

Cette présentation vous en donne des exemples.

Partie 1 : Encourager les enfants à devenir des


martyres
Partie 2 : Succès de la stratégie de l’AP
Partie 1 : Encourager les enfants à
devenir des martyres
Ce dessin, qui montre un enfant martyre mort,
apparaît dans des livres des écoles palestiniennes
de 7e année,

avec le poème suivant qui glorifie le martyr :


Le martyre par Abd El Rahim Mahmud

« Je tiendrai mon âme dans ma paume


Et je la jetterai dans l’abysse de la destruction...
Je vois ma mort,
Je me hâte vers elle...
Le son des armes m’est agréable
Et mon âme se réjouit du flot du sang…
Telle est la mort des vrais hommes
Et pour ceux qui cherchent une mort noble, la voici… »
Ce poème est récité
par coeur par des
enfants à la
télévision de
l’Autorité
palestinienne.

Notre langue arabe, pour la 5e année, page 60 ; Guide d'amélioration de la langue arabe, pour la 12e année,
page 84 ; Notre belle langue, pour la 7e année, partie A, page 97 ; Télévision de l'AP, 27 octobre 2000,
et autres émissions.
Les livres d’école encouragent les enfants à ne pas
craindre la mort en leur enseignant que la mort est
prédestinée et que le martyre vaut mieux que n’importe
quelle autre mort.

« Le Musulman se sacrifie pour ses convictions et mène


le Djihad (guerre sainte) pour Allah. Rien ne l’arrête
parce qu’il sait que l’heure de sa mort est prédestinée et
qu’il vaut mieux mourir en tant que martyre sur le champ
de bataille que de mourir dans son lit … »

Éducation islamique, 8e année, page 176*


*Ministère de l’Éducation de l’AP, basé sur un livre Jondanien.
« Que le martyre est doux » pour les enfants
Les images suivantes proviennent d’un des nombreux
films palestiniens qui encouragent le martyre.
Dans cette séquence, on essaie de diminuer la peur
innée de la mort chez les enfants en présentant le
martyre comme étant sans douleur et même serein.

Ce passage montre les derniers jours dans la vie d’un


jeune garçon.
Sa lettre d’adieu explique qu’il a volontairement choisi
la mort :
[Le garçon quitte normalement la maison pour aller à l’école.
Il ne révèle pas son plan.]
Le père reçoit une « lettre d’adieu » :
« Ne soit pas triste, mon cher père, et ne pleure pas mon
départ. Je deviens martyre pour mon pays… Pour mon
pays je me sacrifie. »
[ Il est un garçon aimable et amical... ]
« Lettre d’adieu » :
« Avec détermination et désir, j’ai hâte. »
« Lettre d’adieu » :
« Qu’il est doux le martyre quand j’enlace ma terre. »
En 2001, la télévision palestinienne a
diffusé presque tous les jours cette
glorification du sacrifice d’un enfant.

Souvent 2 et 3 fois par jour.


Les médias annoncent ouvertement que les enfants
cherchent la mort :
Lorsque Wajdi (14 ans) est mort, le quotidien officiel de
l'AP a glorifié ce qu'il a appelé son désir de mourir :
:
« Le martyre Wajdi Al-Hattib, 9e année, a répondu à l'appel
d'Allah et il est devenu martyre, comme il le
souhaitait. Il disait à ses amis : « Quand je
deviendrai martyre, vous distribuerez du
gâteau. » et il a réalisé son voeux le plus cher.
Il a atteint les cieux avec Allah. (Le professeur
de gymnastique de Wajdi :) « Wajdi m'a
demandé de distribuer du gâteau lorsqu'il Wajdi Al-Hattib

deviendra martyre… ». Ses camarades de classe ont juré


de faire comme lui jusqu'à la libération de Jérusalem...»
[Quotidien officiel de l'AP, Al-Hayat Al-Jadida, 9 novembre 2000]
L’Autorité palestinienne dit que les enfants sont
déçus lorsqu’ils ne sont que blessés parce qu’ils
veulent mourir en martyres.
Ramadan Saadi Abed Rabbo, 13 ans, blessé :
« Mon but n’est pas d’être blessé mais d’atteindre
quelque chose de bien plus noble : le martyre. »
[Quotitien officiel de l’AP, Al-Hayat Al-Jadida, 8 novembre 2000]

« Sa’ed Osallah, 11 ans, le garçon blessé du camp de


Jebalya a dit :
« Nous sommes tous des martyres potentiels pour
Jérusalem et pour la patrie. »
[Quotitien officiel de l’AP, Al-Hayat Al-Jadida, 6 novembre 2000]
« Alfayumi, 11 ans, blessé, dit que mourir en tant que
martyre pour Allah et pour la patrie est une obligation
pour chaque Palestinien. »
[Quotidien officiel de l’AP, Al-Hayat Al-Jadida, 6 novembre 2000]
Ce reporter demande à un élève de 2e année s’il a peur
de mourir en luttant contre Israël.

Quand l’enfant hésite, le reporter lui donne la réponse en


hochant la tête, signifiant « non », et l’enfant répond
« non ».

Même des enfants de 7 ans sont encouragés à


devenir des martyres.
Message d’Arafat aux enfants, à la télé de l’AP :
« Devenir des martyres est le message le plus fort
que vous puissiez envoyer au monde. »
Question :
« M. le Président, quel est
votre message aux
enfants palestiniens ? »
Arafat : « …Cet enfant, qui
tient une pierre et qui fait
face au tank – n’est-ce pas
le message le plus fort au
monde que celui d’un
héros qui devient
martyre ? Nous sommes
fiers d’eux…»
[Télévision de l’AP, 15 janvier 2002]
On dit aux enfants palestiniens de « suivre » un enfant
martyre au paradis.
Mohammed Al Dura est sensé avoir été tué dans un
échange de tirs qui était télévisé. Il a été transformé en
symbole pour les enfants palestiniens.

Pour rendre le « paradis » attrayant aux enfants, l’AP


diffuse un vidéo où un acteur joue le rôle de Al Dura
jouant au paradis des enfants.
Le vidéo commence par Al Dura au paradis qui appelle
les autres enfants palestiniens à le suivre :

« Je vous fais signe non pas pour vous dire adieu, mais pour
vous dire suivez moi. »
[Signé] « Mohammad Al Dura. »
Au paradis des enfants martyres :
il cours sur la plage

« Qu'il est doux, le parfum des martyres ! Qu'il est doux, le


parfum de la terre dont la soif a été étanchée par le sang qui
coule à flots de leurs jeunes corps ! »
Il joue au cerf-volant

« je m’en irais sans peur et sans larmes… »


Il y a même une grande roue au paradis

« Qu’il est doux le parfum des martyres »


Post Scriptum :
Après que Palestinian Media Watch eut signalé ce vidéo
à la chaîne américaine NBC TV, l’AP a mis en doute la
crédibilité de PMW et de NBC.
Pris en flagrant délit d’inciter les enfants à se suicider,
l’AP a immédiatement retiré le vidéo de sa télévision.

Le vidéo a ensuite été modifié : la phase « suivez-moi »


et la scène de la grande roue ont été enlevées et le vidéo
a recommencé à être diffusé régulièrement.
Le texte :
« Qu'il est doux, le parfum des martyres ! Qu'il est doux, le
parfum de la terre dont la soif a été étanchée par le sang qui
coule à flots de leurs jeunes corps ! »
...continu à être diffusé.
Ces petites filles ont reçu des affiches qui qualifient la
première femme à se faire exploser, Wafa Idris,
d’héroine et d’idole.

[Al-Ayyam, 1er février 2002]


Les médias citent régulièrement des parents qui
décrivent leur joie à l’annonce de la mort de leurs
enfants :

« Le plus beau cadeau de la Fête des mères que j'ai jamais eu


a été la mort de mon fils Abbas en tant que martyre. »

[Mère de Abbas Al Awiwi, quotidien officiel de l’AP, Al-Hayat Al-Jadida, 21 mars 2001]
Partie 2 :
Le succès de la stratégie de l’AP

Malheureusement, la manipulation tragique des enfants


par l'AP a un grand succès :
« 72 % des enfants de Gaza expriment le désir de
devenir des martyres… »
[‘Sout Al-Nissa-Voice of the Women’, Al-Ayyam, 24 janvier 2002]

« 63 % d’entre eux [les enfants] disent qu’ils veulent


devenir des martyres. » [The Eighth Day, Al-Ayyam, 3 mars 2002]
Karam - 12 ans - écrit sa propre annonce de sa mort...

« Avant d’être blessé, Karam annonçait sa propre mort


sur les murs de sa maison et décrivait de sa main
l’honneur du martyre : « La famille Al-Kard annonce la
mort de leur martyre courageux, Karam… » »
[Quotidien officiel de l’AP, Al-Hayat Al-Jadida, 30 novembre 2000]

Mohammad demande à Allah de devenir martyre...


« L’enfant martyre Mohammad Abu Tahun a écrit ses
derniers mots dans son livre d’école : « Les martyres
vont aller au paradis, et je serais parmi eux, qu’Allah soit
loué… »» [Quotidien officiel de l’AP, Al-Hayat Al-Jadida, 8 novembre 2000]
Une mère dont les deux fils sont morts...
Mes fils voulaient être des martyres :

[Le premier fils] :


« Il écrivait son amour pour sa
patrie… et sa volonté de devenir
matyre… Il disait qu’il était un
martyre.
Sur un de ses livres d’école on
trouve : « Le martyre héros
Yasser Sami Al-Koussba est mort
en martyre sur la terre de
Palestine… »»
[‘Sout Al-Nissa-Voice of the Women’, Al-Ayyam, 28 février 2002]
Le second fils :
« Quelques jours avant de devenir martyre, il a
écrit cette phrase sur son cahier d’école : « Mère,
ne me pleure pas si je suis tué. La mort ne me fait
pas peur. J’aspire à devenir un martyre. »»

[‘Sout Al-Nissa-Voice of the Women’, Al-Ayyam, 26 février 2002]


La mère décrit sa fierté :

« Après avoir lu ce
passage, le visage de
Fatma refléta la fierté
et l’honneur qu’elle
ressentait pour le
sacrifice de ses fils et
son propre sacrifice.
« Qu’Allah soit loué,
j’ai donné naissance à
des héros. »»

[‘Sout Al-Nissa-Voice of the Women’, Al-Ayyam, 28 février 2002]


Des enfants de 10, 11 et 12 ans s’enfuient pour
devenir des martyres.
« Les résidents du village
palestinien de Yassid ont
retrouvé les fillettes disparues,
agées de 10, 11 et 12 ans, après
les avoir cherchées toute la
journée. Il semble que les
enfants cherchaient Jérusalem
pour y devenir des martyres. Elles ont dit
qu’elles allaient prendre des armes et aller à
Jérulalem pour devenir des martyres et que les
points d’inspection israéliens ne pourraient pas
les empêcher de réaliser leurs aspirations. »
[Al-Quds, 7 juin 2001]
« Les enfants de Gaza jouent au jeu du
martyre au lieu de jeux d’enfants » ...

[Quotidien officiel de l’AP, Al-Hayat Al-Jadida, 26 décembre 2001]


… et s’arrachent le rôle de martyre.

« Nada, une fillette de 7 ans,


dit à ses amis : « Jouons le
jeu du martyre ! » Les
enfants apportent un vieux
drap qu’ils étendent sur le
sol. Ensuite, ils se disputent
pour jouer le rôle du martyre.
Fa’iz, 6 ans dit : « Tu étais le
martyre hier. Aujourd’hui,
c’est à mon tour ! Je suis
plus jeune que toi. Je veux
être celui qui meurt ! »»
[Quotidien officiel de l’AP, Al-Hayat Al-Jadida, 26 décembre 2001]
Conclusions
Les Palestiniens présentent le martyre à leurs enfants
comme quelque chose d’idyllique, quelque chose que
l’on attend d’eux. Ce que vous venez de voir n’est qu’un
exemple de ce qu’ils font.
Le système d'éducation de la future génération de
Palestiniens, qui les poussent à voir le martyre comme
un idéal, aura des répercussions tragiques, et ce même
si seulement 1 % des enfants accomplissent leur
« devoir ». Les victimes de leur terreur seront Israël,
d'autres démocraties occidentales et, bien entendu, les
.enfants eux-mêmes
Le mauvais traitement des enfants par l'Autorité
palestinienne est une honte et fait des Palestiniens le
groupe qui maltraite le plus les enfants de toute
! l'Histoire
Palestinian Media Watch
Analyse visuelle no.1 - 23 avril 2002 *

Visitez le site de PMW : www.pmw.org.il

Pour recevoir les bulletins de PMW,


envoyez un courriel vierge à
reports-subscribe@pmw.org.il
*Le matériel visuel de cette présentation est disponible sur le site Internet
et sur CD au bureau de PMW.