1

LA LOGISTIQUE DES DECHETS
NUCLEAIRES

Logistique

.........................4 1. L’enlèvement des déchets .................... Les déchets faiblement radioactifs à durée de vie courte (FMA) :..................................................................5 II....................................................................................................................................24 d) Une gestion rigoureuse :....................8 c) Les déchets FMA ... Projet industriel de gestion des stocks.........................................21 A.................19 b) Bassin d’orage.............................17 d) Les déchets sans traitement ............................................................................................................................................................5 3........................ Les types de déchets nucléaires et leur production...................................................................2 SOMMAIRE INTRODUCTION ……………………………………………………………………………........... Etudes sur les projets de stockage de déchets radifères et graphites .... Les déchets faiblement ou moyennement radioactifs à durée de vie longue (HAVL) ………………………………………………………………………………………......18 C............14 c) Le Centre de stockage TFA ................................ Principe de stockage ......................................................12 a) Le stockage des déchets FMA ................. Les conditions de stockage.13 b) Le stockage des déchets TFA .....................................................................................19 a) La surveillance de l’environnement du CSTFA .....19 c) Les eaux..........18 e) Les déchets avec traitement .................................................25 CONCLUSION …………………………………………………………………28 Logistique ..........3 I.....................................7 a) Les déchets HAVL ...........................................................................................8 b) Les déchets HAVL correspondent à deux groupes distincts : ........................................................23 c) Des producteurs responsables......................................7 A............................................................................................................... L’acheminement............................................................................................................................. Les déchets de très faible radioactivité (TFA) :...9 e) Les déchets radifères et graphites ................................................................................................................ III...........................................22 a) La gestion des déchets radioactifs des petits producteurs ................................................5 2.................................................................................................................................................................................................................................................... ...............20 A.....22 b) L’utilisation de radioéléments fait l’objet d’une réglementation stricte : .....................................................4 Les différents types de déchets nucléaires .......20 d) L’air .... La gestion des déchets.....................11 B....................................................................................................................................................................21 B.................................9 d) Les déchets TFA ...........................................

en deuxième partie. Enfin. de manière à protéger l’homme et l’environnement. Puis.3 INTRODUCTION La production d’énergie nucléaire est accompagnée de celle de déchets radioactifs qui doivent faire l’objet d’une gestion rigoureuse du fait de leur dangerosité. Dans un premier temps. il n'existe à ce jour qu'une solution provisoire : l'entreposage industriel en surface dans des bâtiments spécialement aménagés sur leurs sites de production. en France. nous verrons quels sont les différents types de déchets nucléaires et comment ils sont produits. des sites de stockage industriel spécialement aménagés ont été construits pour accueillir 90% des déchets radioactifs. nous étudierons la gestion de ces déchets nucléaires. les déchets moyennement et hautement radioactifs à vie longue. nous verrons les futurs projets de stockage de ces déchets. Logistique . en troisième et dernière partie. Ainsi. Pour les 10% restants.

La durée de vie : qui permet de définir la durée de leur nuisance potentielle. on classe les déchets radioactifs selon deux critères :   La radioactivité : qui traduit la toxicité du déchet. c'est-à-dire son impact potentiel sur l'homme et l'environnement. Ainsi. de l'industrie classique ou d'applications passées de matière radioactive (industrie du radium. Ces déchets sont classés en 3 familles selon les deux critères énoncés ci-dessus : 1 Agence Nationale pour la gestion des Déchets Radioactifs Logistique . selon la définition de l’ANDRA1. « une matière radioactive issue de la production d'énergie nucléaire civile ou militaire. ne pouvant être réutilisée ou retraitée ». Les différents types de déchets nucléaires Un déchet radioactif ou déchet nucléaire est. paratonnerre par exemple).4 I. Selon la stratégie de cycle mise en œuvre. du domaine médical (imagerie par exemple). le combustible irradié (dont uranium et plutonium) est considéré comme une matière valorisable (recyclage partiel) ou comme un déchet ultime (stockage direct). LES TYPES DE DECHETS NUCLEAIRES ET LEUR PRODUCTION A.

voire centaines de milliers d'années.1. avec les déchets B. des laboratoires de recherche et de divers utilisateurs de radioéléments (hôpitaux. filtres. Les déchets faiblement ou moyennement radioactifs à durée de vie longue (HAVL) : Ils contiennent des quantités significatives d'éléments radioactifs à durée de vie longue. 95 % de la radioactivité totale. résines. plastiques et ferrailles. Il s'agit. loin devant la recherche. Ils proviennent principalement des usines de fabrication et de traitement des combustibles nucléaires (effluents. industrie minière.). Ils représentent Les déchets hautement radioactifs et à durée de vie longue = déchets C. coques et embouts. de bétons. Ils contiennent des éléments hautement radioactifs qui dégagent de la chaleur et dont la décroissance radioactive peut s'étendre sur plusieurs milliers. Ils proviennent essentiellement du traitement des combustibles usés issus des centrales nucléaires. Les déchets de très faible radioactivité (TFA) : 5 Ils proviennent principalement du démantèlement des installations nucléaires ou des sites industriels qui utilisent dans le cadre de leur production des substances faiblement radioactives. ils ne constituent que 1 % du volume des déchets radioactifs en France. agroalimentaire. par exemple. Les déchets faiblement radioactifs à durée de vie courte (FMA) : Ils représentent avec les déchets TFA près de 90% de l'ensemble des déchets radioactifs. La production de déchets nucléaires est majoritairement assurée par l'industrie électronucléaire.. laboratoires d'analyse. Il s'agit pour l'essentiel de déchets provenant des installations nucléaires (objets contaminés : gants. gravats. générés lors de la fabrication ou du traitement) et des centres de recherche. S'ils contiennent. La radioactivité de ces déchets est extrêmement faible et de courte durée de vie. 3. l'armée et enfin les industries non nucléaires : irradiation Logistique . 2. métallurgique.). etc.

Cette proportion est encore plus marquée pour les déchets de longue durée de vie. Les établissements de la Défense nationale : centres d'études. Les installations nucléaires en exploitation : centres d'études. de production ou d'expérimentation de la force de dissuasion Les établissements utilisant des radionucléides : domaines médical. entreposages de l'industrie nucléaire ou de l'armée . Ces déchets sont répartis sur les sites suivants :      Les dépôts : centres de stockage Andra. usines du cycle du combustible . Ceci demande une certaine logistique qui se traduit par la collecte. Les installations nucléaires qui ne sont plus en activité . centrales nucléaires. le stockage et la surveillance des déchets. Schéma récapitulatif sur le cycle de production des déchets. En France : plus de 1000 sites sont répertoriés détenteurs de déchets radioactifs (incluant toutes les catégories décrites ci-avant). Logistique .6 médicale etc. le conditionnement. L’Andra (Agence Nationale pour la Gestion des Déchets Radioactifs) conçoit et exploite les filières de stockage adaptées à chaque catégorie de déchets radioactifs. industriel et recherche.

par la route depuis le producteur jusqu'au Centre de stockage. A.7 II. L’acheminement. LA GESTION DES DECHETS La gestion des déchets nucléaires est principalement réalisée par l’ANDRA. Logistique . Le transport des colis de déchets nucléaires s'effectue soit : .

Ils sont baptisés HAVL pour "haute activité vie longue".8 . à ce jour. du fonctionnement d’installations du CEA dans le cadre de ses programmes de recherche ou des programmes de défense nationale. Après un contrôle. de solution définitive de gestion et sont entreposés. d’être confinés pendant des périodes de temps de l’ordre du million d’années. b) Les déchets HAVL correspondent à deux groupes distincts :  Les déchets C sont des matières non valorisables contenues dans le combustible usé issu des centrales de production d’électricité. a) Les déchets HAVL Ce sont les déchets a priori les plus dangereux. Ils représentent un niveau élevé de radioactivité ou une durée de vie très longue.par voie ferrée jusqu'à un terminal ferroviaire. et après retraitement de celui-ci. Ils sont actuellement conditionnés dans une matrice en verre qui assure un confinement de très grande qualité.  Les déchets B regroupent plusieurs familles de déchets issus du retraitement du combustible usé. de manière sûre. Ces déchets ont la particularité de dégager une forte quantité de chaleur pendant plusieurs dizaines d’années. les colis sont acheminés au Centre de stockage par camion. avant que leur radioactivité ne devienne équivalente à celle que l’on peut trouver dans le milieu naturel. chez leurs producteurs respectifs. Ils ne bénéficient pas. et du Logistique . Ils nécessitent. pour ceux qui ont les plus longues durées de vie.

mais aussi dans des laboratoires de recherche. des universités. Ces déchets représentent environ 80 % du volume des déchets radioactifs produits en France (hors déchets issus de la déconstruction des centrales). des résines de traitement de l’eau. Ces déchets dégagent peu de chaleur. travaillant principalement dans l’industrie nucléaire. Ils sont conditionnés dans des matrices diverses (ciment. des éléments radioactifs à vie longue.…) qui permettent de bien assurer le confinement des radioéléments c) Les déchets FMA Les déchets de faible et moyenne activité à vie courte ont une période (ou "demi-vie") inférieure à 30 ans. Leur niveau d’activité sera devenu comparable à celui de la radioactivité naturelle dans moins de 300 ans. Pour des raisons techniques. des outils. en faible proportion.. des gants… qui proviennent de plus de 1 000 producteurs en France..  Logistique . de quelques industries (chimie ou métallurgie) dont les procédés de fabrication concentrent la radioactivité naturelle présente dans certains minerais. ces déchets peuvent contenir. de l’assainissement et de la réhabilitation de sites anciennement pollués. des hôpitaux. Ce sont par exemple des filtres. d) Les déchets TFA Les déchets de très faible activité (TFA) proviennent :   principalement du démantèlement des installations nucléaires arrêtées. bitume.9 démantèlement des parties les plus actives des installations nucléaires.

Ci-dessous. elle Logistique . Les déchets TFA ont un niveau de radioactivité généralement compris entre 1 et 100 Becquerels par gramme (Bq/g) parfois supérieur pour de très faibles volumes de déchets . terres.  les déchets assimilables aux déchets dangereux allant en centre de stockage de déchets ultimes (CSDU). tuyauteries…).10 Ils sont classés en 3 catégories principales en fonction de leur nature :  les déchets minéraux inertes : béton. exemple de déchets métalliques TFA  les déchets assimilables aux déchets industriels banals (DIB) produits par des installations nucléaires : plastiques et ferrailles issues essentiellement des opérations de démolition (charpentes. gravats. gaines de ventilation. Exemple de stabilisation de résidus industriels On estime leur production à environ 25 000 tonnes par an pendant les 30 prochaines années.

en particulier le radium.graphite . à l’état naturel. les déchets radifères sont constitués de terres contaminées issus de la réhabilitation d’anciens sites industriels ayant utilisé des éléments radioactifs. que l’on trouve. la radioactivité résiduelle est alors essentiellement représentée par des éléments à vie longue e) Les déchets radifères et graphites Les déchets radifères contiennent des éléments radioactifs descendant des familles de l’uranium et du thorium. A l’issue de cette période. Les déchets graphites sont des déchets solides.gaz) : les réacteurs de ce type de centrales ont fonctionné du début des années 60 à la fin des années 80. produits essentiellement par le CEA et EDF. dont la durée de vie est longue (période du radium = 1600 ans). Ils sont issus du démantèlement de la première génération de centrales nucléaires. Il sont aujourd’hui en cours de déconstruction. dans l’écorce terrestre : le radium. gaz naturel radioactif dont la période est de quatre jours.11 décroît en quelques dizaines d’années jusqu’à un niveau moyen de quelques Bq/g. Il peut s’agir également de déchets issus du traitement du minerai. ou dans la métallurgie fine. par exemple des sables de zircon ou de monazite utilisés pour la fabrication de composants électroniques. et le radon. Empilement de blocs graphite à Chinon Logistique . dites "UNGG" (uranium naturel . de pots catalytiques dans l’industrie automobile. Physiquement.

doivent isoler les matières radioactives de l’environnement pendant le temps nécessaire à la décroissance de la radioactivité. de leur production à leur stockage définitif. Logistique . Principe de stockage L’objectif de la gestion à long terme des déchets radioactifs est de protéger l’homme et son environnement contre toute émission ou dissémination de matières radioactives.12 B. Pour cela. adaptés à chaque type de déchets. il faut entièrement maîtriser la gestion des déchets radioactifs. en passant par leur conditionnement. Les concepts de stockage.

en cas de dispersion accidentelle d’éléments radioactifs Logistique . mortier. outils. On vérifie l’étanchéité de ces cases grâce à un réseau de galeries souterraines. elle est fermée par une dalle de béton et recouverte d’une couche de polyuréthane imperméable. régulièrement contrôlées. Les cases de stockage sont construites sur une couche d’argile imperméable qui constituerait une barrière naturelle. bitume) qui stabilise et rend les déchets inertes. etc. résine. soit en béton. les ouvrages de stockage (cases de stockage et galeries souterraines de surveillance) la géologie du site Stockage de fûts métalliques : Le colis est composé de 15 % de déchets proprement dits (gants. ayant été en contact avec des matières radioactives) et de 85 % d’enrobage (béton. Ainsi. selon le volume et la radioactivité des déchets qu’il contient. les colis sont stockés dans des cases de stockage de béton armé de 25 m de côté et de 8 m de haut. les colis sont protégés de la pluie par des toits mobiles. L’ensemble forme les ouvrages de stockage qui ont été étudiés pour résister aux séismes. Les ouvrages de stockage ont pour fonction principale d’isoler les colis de l’environnement. L’emballage est soit métallique. Pendant le remplissage de la case. Lorsqu’une case est remplie.13 a) Le stockage des déchets FMA Le concept de stockage en surface des déchets de Faible et Moyenne Activité à vie courte repose sur trois barrières de confinement :    les colis (qui contiennent les déchets). et surtout de l’eau. bottes.

associée à un système de contrôle. Enfin. Au dessus de l’argile. Cases stockage séparatif gravitaire enterré de Réseau b) Le stockage des déchets TFA Afin de garantir la protection.14 vers la nappe souterraine. une couche sableuse draine les eaux de pluie vers un exutoire unique qui facilite la surveillance de l’environnement. pendant toute la durée du stockage. Logistique . le principe de stockage mis en œuvre pour les déchets de très faible activité consiste à les isoler de la biosphère. Ils sont ainsi isolés de l’environnement par un dispositif comprenant :   une membrane synthétique entourant les déchets. et sur. le stockage est situé dans une zone géologiquement stable qui ne présente pas de risque sismique. de l’homme et de l’environnement. une épaisse couche d’argile sous. Les déchets de très faible activité sont stockés dans des alvéoles creusées dans l’argile dont le fond est aménagé pour recueillir d’éventuelles eaux infiltrées. les flancs des alvéoles de stockage. à long terme.

Membrane imperméable en cours d’installation dans une alvéole : Logistique .15  une couverture. sera disposée au-dessus des déchets. elle-même en argile.

A long terme. Coupe schématique d’une alvéole : Logistique . le confinement des éléments radioactifs à vie longue et des substances chimiques sera assuré par les propriétés de rétention des déchets (déchets dangereux) et du site argileux. voire totalement disparu. la mise en place des déchets se déroule à l’abri des eaux de pluie grâce à des toits démontables. Pendant l’exploitation.16 Ces barrières sont destinées à isoler les déchets des eaux de pluie. Après plusieurs dizaines d’années. l’activité des éléments radioactifs à vie courte et moyenne aura fortement décru.

Il couvre une superficie de 45 hectares. Il est composé de quatre zones distinctes : l’aire de stockage. L’Andra exploite le Centre d’après des concepts originaux mis au point pour protéger l’homme et l’environnement des déchets radioactifs. seule la France a fait le choix de créer une filière spécifique à ces déchets. Les colis de déchets. Le CSTFA est destiné à accueillir au cours des trente prochaines années 650 000 m3 de déchets provenant pour l’essentiel du démantèlement des installations nucléaires françaises arrêtées.17 c) Le Centre de stockage TFA Le Centre de stockage TFA (CSTFA) accueille depuis l’été 2004 les déchets dits "de très faible activité". le bassin d’orage et la zone industrielle. contrôlés à leur arrivée sur le site. sont stockés dans des alvéoles creusées dans l’argile. l’aire de dépôt des terres. située essentiellement sur la commune de Morvilliers. protégées par des toits démontables en forme de tunnel et équipées de dispositifs de surveillance. Logistique . Ce Centre est le premier au monde : jusqu’à présent.

Dans l’alvéole protégée par un toit abri... ferrailles non compactables.).. o presse à balles : adaptée aux déchets de faible densité (plastiques. Il s’agit de big-bags de gravats et de fûts métalliques.). presse à paquets) destinée à réduire le volume de certains déchets banals. d) Les déchets sans traitement 70% des déchets reçus ne nécessitent pas de traitement (gravats. presse à paquets : adaptée au compactage des ferrailles légères qui sont vinylées avant stockage. o Logistique .18 Les premiers colis de déchets accueillis sur le site proviennent des installations nucléaires en cours de déconstruction de Saint-Laurent-des-Eaux et de Brennilis. A la sortie de la presse. Le bâtiment logistique permet de gérer les flux de déchets reçus. ces déchets sont cerclés et vinylés par des bandes métalliques.. ils sont dirigés vers l’alvéole de stockage. e) Les déchets avec traitement 30 % des déchets reçus font l’objet de traitements spécifiques avant stockage dans le bâtiment de traitement qui comprend :  une unité de compactage (presse à balles. les déchets sont disposés par couches successives en fonction de leur nature. Enfin. Ils sont d’abord orientés vers le bâtiment logistique d’où ils sont transbordés. les espaces vides sont comblés par du sable. Lorsque la dernière couche de colis est atteinte. calorifuges. Après l’installation de chaque couche de déchets. une géomembrane est mise en place provisoirement avant le démontage du toit abri destiné à une nouvelle alvéole.

Ces déchets sont mélangés à un liant hydraulique adapté. à l’instar de la Commission locale d’information (CLI) du Centre de stockage de l’Aube. Les conditions de stockage a) La surveillance de l’environnement du CSTFA La mission de protection à long terme de l’homme et de la nature implique une surveillance de l’environnement sur les plans radiologique et physico-chimique. Les contrôles réglementaires font l’objet d’inspections régulières de la Drire. La Commission locale d’information et de surveillance (Clis) peut. et de filtrer l’air avant rejet dans l’atmosphère. procéder à des analyses complémentaires ou contradictoires. nécessitant d’être stabilisés chimiquement et solidifiés. C. b) Bassin d’orage Logistique . tels que les boues. L’installation est munie d’un système de ventilation associé à des filtres de Très haute efficacité (THE). permettant de bloquer les poussières.19  une unité de solidification destinée à traiter les déchets industriels spéciaux.

). les rejets du bassin d’orage. etc. les eaux souterraines (7 piézomètres à l’intérieur et autour du Centre). L’air extrait de la cheminée du bâtiment de traitement. mousses forestières. l’Andra procède à des mesures radiologiques annuelles sur la chaîne alimentaire (lait. Logistique . est rigoureusement surveillé. légumes. dédié au compactage et à la solidification de certains déchet. les éventuelles eaux d’infiltration qui pourraient venir au contact des déchets dans les alvéoles à partir de prélèvements effectués dans les puits de visite des alvéoles.20 c) Les eaux Des mesures radiologiques et physico-chimiques sont effectuées sur :    les eaux de surface (ruisseaux en amont et en aval du Centre). à partir d’échantillons prélevés automatiquement. Au delà du cadre réglementaire. d) L’air L’air ambiant sera surveillé pour vérifier l’absence de radioactivité artificielle.

à la périphérie des empilements se trouvaient des colonnes dénommées « réflecteurs » . qui sont des ensembles de colonnes de graphite. Ils sont constitués principalement par :  les « empilements ».PROJET INDUSTRIEL DE GESTION DES STOCKS A. provenant donc de l’assainissement de sites anciens.  les « chemises ». Pour l’instant ils ne disposent pas de filière de gestion car il n’existe aucun centre de stockage dédié. principalement entre le début du 20e siècle et les années 1970. et constitue une activité relevant de la mission de recherche de l’Agence. disposées autour de l’élément combustible. Issus d’utilisations passées de la radioactivité. Les déchets dits « graphites » regroupent différents éléments issus du démantèlement des réacteurs de la filière dite UNGG (uranium naturel graphite-gaz). les déchets rassemblés sous le vocable de déchets radifères contiennent majoritairement du radium. Etudes sur les projets de stockage de déchets radifères et graphites Pour l’heure. Logistique . mise en œuvre par le CEA et par EDF des années 1950 aux années 1980. à section généralement hexagonales .21 III. la filière de gestion pour ces déchets en est au stade des études. qui sont des enveloppes cylindriques en graphite.

Ces éléments renferment notamment du carbone 14 et du chlore 36. CEA ou COGEMA). les chemises sont entreposées chez les différents exploitants (EDF. dont la caractéristique commune est d’être à la fois faiblement actifs. L’enlèvement des déchets a) La gestion des déchets radioactifs des petits producteurs De nombreux hôpitaux.:P> Le concept actuellement envisagé pour ces deux types de déchets.22 Les réacteurs de la filière UNGG sont tous arrêtés. B. en collaboration avec EDF et le CEA. est un stockage implanté en sub-surface dans un matériau argileux. mais de comporter des quantités significatives de radioéléments à vie longue. centres de recherche et industriels utilisent la radioactivité dans leurs activités quotidiennes et génèrent des déchets.pour permettre d’ isoler durablement l’homme des déchets. le développement d’une filière adaptée à ces déchets</O&NBSP. ce dernier étant issu de l’activation d’impuretés. les empilements et les réflecteurs sont encore au sein des réacteurs . à une profondeur suffisante – une quinzaine de mètres . L’Andra a donc lancé. Actuellement. et les éléments combustibles ont été retirés. Les quantités de déchets qu’ils produisent sont très faibles et ils n’ont souvent pas les moyens techniques pour les traiter Collecte de déchets de petits producteurs : Logistique .

une mission de conseil : former et informer les personnes qui utilisent la radioactivité.  éviter les litiges. L’Andra édite et diffuse chaque année un guide d’enlèvement des déchets radioactifs à l’intention des petits producteurs. sources de coûts supplémentaires. b) L’utilisation de radioéléments fait l’objet d’une réglementation stricte : Logistique . conditionnement et stockage des déchets . grâce à des informations pratiques.23 Vis-à vis-des petits producteurs. l’Andra remplit deux missions :   une mission technique : collecte. tri. Ce guide a été conçu avec un double objectif :  préciser les spécifications techniques dues aux impératifs des modes de traitement et de stockage ainsi que les barèmes de prix pour la prise en charge des déchets par l’Andra.

Il s’agit de protéger les différents intervenants lors des manipulations de ces produits. c) Des producteurs responsables Une première mise en forme des déchets est effectuée à l’intérieur même des hôpitaux et des laboratoires. Pour permettre leur prise en charge. L’élimination des déchets en général. est de la responsabilité du producteur. Passé ce délai. Les différentes opérations liées à l’élimination sont confiées à l’Andra. En application de la Circulaire DGS/SD 7 D/DHOS/E 4 n° 2001-323 du 9 juillet 2001. Les déchets à vie courte (période de décroissance radioactive inférieure à 100 jours) et de faible activité spécifique sont gérés par décroissance : ils doivent être entreposés pendant un temps suffisant pour que l’activité devienne équivalente à celle du milieu naturel. ils peuvent suivre la filière classique de traitement des déchets des hôpitaux et des laboratoires.24 Elle se traduit tout d’abord par l’obligation d’obtenir une autorisation de détention et d’utilisation de sources radioactives auprès de la DGSNR (Direction générale de la sûreté nucléaire et de la radioprotection). Logistique . les déchets radioactifs font l’objet d’une demande d’enlèvement à l’IRSN (Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire). à partir d’un dossier contenant des informations précises et complètes dûment spécifiées. les demandes des producteurs sont accompagnées d’une description détaillée des caractéristiques du déchet lui-même et de son conditionnement. à éliminer les risques infectieux et pathogènes. Elle consiste. L’IRSN et l’Andra interviennent à plusieurs niveaux dans l’organisation de l’enlèvement des déchets radioactifs. et après contrôle. tout d’abord.

les déchets sont contrôlés et triés sur le Centre de traitement sud de SOCATRI (CTS). Un système informatique permet le suivi de chaque colis à toutes les étapes de sa prise en charge. d) Une gestion rigoureuse : L’Andra propose une prestation complète allant de la prise en charge sur le lieu de production jusqu’au stockage des résidus de traitement en passant par le transport et les opérations de mise en forme. Logistique . susceptibles de générer des nuisances pour l’homme et l’environnement. mais aussi des pouvoirs publics qui veillent ainsi à la sûreté des stockages.25 Les déchets à période plus longue sont classés selon leur nature physico-chimique et vont bénéficier de traitements spécifiques adaptés aux risques qu’ils font courir à l’homme ou à son environnement. Avant conditionnement. l’Andra a mis en place une nouvelle organisation et propose désormais une offre de service qui va au-delà de la collecte et du traitement des déchets en aval. Les déchets radioactifs sont ensuite stockés sur le site de l’Andra : le Centre de l’Aube. Les exigences en matière de qualité de colis stockés se traduisent par les opérations de traitement et un suivi rigoureux des colis. évaporation des liquides aqueux. Ce site fait l’objet d’un contrôle vigilant. non seulement de la part de l’Andra. La nature physique et chimique des déchets impose des filières de traitement différentes :    incinération des solvants. compactage des déchets solides. des réunions d’information et une assistance permanente pour aider les producteurs à produire de "bons déchets". A ce stade. Elle comporte des séminaires de formation. L’objectif de ce dispositif est d’en produire le moins possible et de limiter au maximum les opérations de traitement.

Ces déchets se décomposent en 4 catégories : les déchets de très faible radioactivité (TFA). aujourd’hui.26 CONCLUSION Les déchets nucléaires sont. inévitables dans les économies actuelles. nombreuses sont les industries qui produisent des déchets nucléaires. les déchets faiblement Logistique . En effet. les déchets faiblement radioactifs à durée de vie courte (FMA).

un avenir incertain et qui s’annonce chargé en terme d’importance de ces déchets. leur gestion nous était pour la plupart inconnue. ces projets qui sont à l’étude sont l’avenir de la question des déchets nucléaires . Enfin. des projets sont à l’étude. Etant donné leur importance. Afin d’encore mieux améliorer cette gestion des déchets nucléaires. ces déchets nucléaires doivent être gérés .27 ou moyennement radioactifs à durée de vie longue (HAVL) et les déchets radifères et graphites. Ainsi. De plus. une gestion d’autant plus difficile. Cette étude nous a donc permis de voir quelle était l’importance des déchets nucléaires aujourd’hui. Notamment le projet de gestion des déchets radifères et graphites. on doit tout d’abord les acheminer. Logistique . puis voir les principes de stockage ainsi que les conditions de stockage.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful