Etudes sur : L'Islam & Le Christianisme

(2)

Dieu est Un dans la Sainte-Trinité

Par le p. Zakaria BOTROS Eglise Copte

Soyez toujours prêts à vous défendre, avec douceur et respect, devant quiconque vous demande raison de l'espérance qui est en vous. (1 Pierre 3:15)

Source http://www.fatherzakaria.net/

Table des matières Introduction Chapitre I : L'union Totale de l'Unité de Dieu dans la Sainte-Trinité. L'Unité de Dieu dans le Christianisme. La Sainte-Trinité dans le Christianisme. La Nécessité de la Trinité en Une Unité. Chapitre II : Le Témoignage du Coran sur l'Unité de la Sainte-Trinité. Le Témoignage Coranique sur le Monothéisme Chrétien. Le Témoignage Coranique sur la Sainte-Trinité Chrétienne. Le Témoignage Coranique sur le Christ Parole de Dieu. Le Témoignage Coranique sur le Saint-Esprit. Chapitre III : Les Noms de la Sainte-Trinité. Le Père. Le Fils. Le Saint-Esprit. Chapitre IV : La Fausse Trinité. La Trinité de la Secte Maryamiya. L'Attitude Chrétienne envers cette Fausse Trinité. L'Attitude de l'Islam. Chapitre V : La Splendeur de la Grâce. La Preuve de l'Esprit. Tâtonner dans l'Obscurité. La Grâce de la Révélation. Compassion Saisissante. La Lumière de la Foi. La Plus grande Preuve. Sommaire.

Introduction
Lorsque des points sont difficiles, ils sont donnés à un enfant en bas âge d'une manière simplifiée et généralisée. Quand cet enfant, en bas âge, mûrit et sa perception devient complète ; il n'est plus satisfait de tout ce qui est simplifié ou résumé. Il essaye, alors, de rechercher l'exactitude et les détails des sujets, parce que son intellect est prêt et est préparé à les assimiler. C'est également le cas avec l'humanité. Lorsque l'humanité était dans sa première enfance ; le Seigneur lui a donné une image simplifiée et généralisée de Lui, dans la mesure où elle pouvait la percevoir. C'est pourquoi l'apôtre Paul a dit : "Pour moi, frères, je n'ai pu vous parler comme à des hommes spirituels, mais comme à des êtres de chair, comme à de petits enfants dans le Christ. C'est du lait que je vous ai donné à boire, non une nourriture solide ; vous ne pouviez encore la supporter. Mais vous ne le pouvez pas davantage maintenant" (I Corinthiens 3:1-2) Quand le meilleur moment est arrivé et que la connaissance des croyants s'est développée, le Seigneur a commencé à déclarer qu'IL est Un dans Sa Trinité unique. IL a dévoilé pour nous le secret de ce grand mystère, qui a été caché à l'humanité durant son état de faiblesse perpétuelle et spirituelle. Losque le Seigneur nous a offert le don du Saint-Esprit, IL nous a révélé Sa propre vie et Son statut divin, comme l'apôtre Paul dit : "Car c'est à nous que Dieu l'a révélé par l'Esprit ; l'Esprit en effet sonde tout, jusqu'aux profondeurs de Dieu" (I Corinthiens 2:10) Cette doctrine reste toujours un mystère, humainement inconnue aux hommes. Ils lui résistent en raison de leur manque de perception des faits de la vraie foi et du mystère caché de Dieu. Par la grâce et avec l'aide du Seigneur, j'ai écrit ce livre afin de simplifier et de clarifier ce qui était impossible à comprendre et difficile à percevoir. Le livre est écrit de façon à ce que quiconque, le lira, puisse croire en ce mystère divin et savoir que cette croyance ne contredit pas l'intellect mais le satisfait, et puisse voir que même les livres de ceux qui luttent contre cette croyance, en raison du manque de connaissance, témoignent clairement pour cette foi. Tout comme je vous offre ce livre comme explication de notre foi la plus sainte ; j'élève mon cœur au Seigneur afin, qu'IL fasse, qu'il soit une source de bénédiction pour beaucoup de gens et je prie qu'IL leur ouvre la voie de la vraie croyance. Ainsi, ils pourront apprécier l'amour de Dieu le Père, la bénédiction du Fils Unique, et l'amitié et le don offert du Saint-Esprit : la Sainte-Trinité du Seul Dieu à qui appartient la gloire éternelle. Amen.

Le Père Zacharia Botros.

Chapitre I L'union totale de l'unite de Dieu dans la sainte Trinité
· · · L'Unité de Dieu dans le Christianisme La Sainte-Trinité dans le Christianisme La Nécessité de la Trinité dans l'Unité

I - L'Unité de Dieu dans le Christianisme
Nous les Chrétiens nous croyons en Un Dieu qui n'a aucun associé. IL est infini, remplissant les cieux et la terre. IL est le créateur de tous, L'Eternel, et éternel. Son royaume est sans fin. Cette foi est très claire dans le Saint Evangile. Le canon chrétien de la croyance est ce qui suit : 1. Le Seigneur Jésus Lui-même a enseigné cette croyance quand un juif est venu l'interroger au sujet du plus important commandement. Il lui a répondu : "Ecoute, Israël, le Seigneur notre Dieu est l'unique Seigneur ; et tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur, de toute ton âme, de tout ton esprit et de toute ta force (Marc 12:29-30). Ceci, est le premier commandement ; et c'est un écho et une confirmation dans Deutéronome 6: 4-9. Si ce commandement avait été écrit dans la langue du Coran, il aurait été : "Dieu, notre Dieu, est le seul Dieu (unique), le Dieu éternel". 2. L'apôtre Paul a affirmé ceci lorsqu'il a dit : "Ou alors Dieu est-il le Dieu des Juifs seulement, et non point des païens ? Certes, également des païens ; puisqu'il n'y a qu'un seul Dieu" (Romains 3:29-30). 3. Et l'apôtre Jacques a exprimé la même affirmation de cette foi : "Toi, tu crois qu'il y a un seul Dieu ? Tu fais bien" (Jacques 2:19). 4. La foi chrétienne a été prise de ces textes ainsi que d'autres dans la Bible. L'église a confessé cette foi depuis des générations en disant : "Vraiment, nous croyons en un seul Dieu... Créateur du ciel et de la terre, de toutes les choses visibles et invisibles". Par conséquent, mon cher ami, vous pouvez remarquer que nous, Chrétiens, croyons en Un Dieu et non pas en trois dieux. Nous allons, donc, mettre au clair le sens du Père, du Fils, et du Saint-Esprit, au cours des discussions qui vont suivre au sujet de la Sainte-Trinité du Christianisme.

II- La Sainte-Trinité dans le Christianisme
La doctrine de la Sainte-Trinité ne signifie nullement l'existence de trois dieux comme certaines personnes se l'imaginent incorrectement. Le sens de cette doctrine est - Dieu est Un … ...Existant en Lui-même, alors IL s'est révélé comme Le Père ; Formulant Sa Parole, alors IL s'est révélé Lui-même comme Le Fils La Parole ; Vivant dans Son Esprit, alors IL s'est révélé Lui-même comme le Saint-Esprit. Humainement parlant, il ne serait pas possible de comprendre que dans ces noms il n'y a aucun rapport physique ou corporel ; et pourtant, c'est le cas puisqu'il a un sens et une signification spirituelle.

Ces noms ne sont pas établis ou inventés par l'homme, mais ils sont les mots de l'inspiration divine dans le Livre Saint, comme vous le verrez dans les références suivantes : (1) Le Seigneur Jésus a dit à Ses disciples : “Allez donc, de toutes les nations faites des disciples, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit” (Matthieu 28:19). Le Monothéisme est clair dans Ses mots : “les baptisant au nom”, IL n'a pas dis : “les baptisant aux noms du Père et du Fils et du Saint-Esprit”. Pourtant la Trinité est clairement présentée dans Ses mots : “du Père et du Fils et du Saint-Esprit”. (2) L'apôtre Jean confirme très clairement cette compréhension : “Car il y en a trois dans le Ciel qui rendent témoignage, le Père, la Parole, et le Saint-Esprit ; et ces trois-là ne sont qu'un.” (1 Jean 5:8). En comparant les deux versets, vous trouverez les noms de la Sainte-Trinité : le Père, le Fils et le Saint-Esprit. C'est la Sainte-Trinité dans le Seul Dieu, en qui nous croyons.

III- L'Absolue Certitude de la Trinité en Une Unité En résumé, nous constatons clairement et avec certitude que la Trinité est en Une Unité ; et ceci, à partir des références et de la discussion ci-dessus, puisque : (1) Le Dieu Un, créateur de toutes les choses existantes, doit avoir une existence personnelle ; Lui-même. (2) Dieu, qui a créé l'homme avec la capacité de parler doit, Lui-même, également parler et formuler des paroles. (3) Dieu, qui a créé la vie en chaque être vivant, doit Lui-même être vivant par l'Esprit.

Par conséquent, il est certain qu'une Sainte-Trinité devrait être en le Seul Dieu, comme nous nous sommes déjà expliqués. C'est notre vraie croyance et notre vraie foi : Dieu est Un dans la Trinité et non, pas, trois Dieux.

Chapitre II Le temoignage du Coran sur l'unité de la Sainte-Trinité
· · · · Le Témoignage Coranique sur le Monothéisme Chrétien Le Témoignage Coranique sur la Sainte-Trinité Chrétienne Le Témoignage Coranique sur le Christ Parole de Dieu Le Témoignage Coranique sur le Saint-Esprit

I- Le Témoignage Coranique sur le Monothéisme Chrétien
Le Coran témoigne et atteste que les chrétiens sont monothéistes et ne sont pas des infidèles. Ce qui suit, sont des exemples de ce témoignage : (1) Sourate Āl-'Ankaboût, l'araignée : 46 – “Et ne discutez que de la meilleure façon avec les gens du Livre, sauf ceux d'entre eux qui sont injustes. Et dites : "Nous croyons en ce qu'on a fait descendre vers nous et descendre vers vous, tandis que notre Dieu et votre Dieu est le même”. Ainsi ; le Coran atteste que nous, les Chrétiens "les gens du Livre", adorons un seul Dieu. (2) Sourate Āl-'Imrān, la Famille d'Imrān : 113-114 – “Il est, parmi les gens du Livre, une communauté droite qui, aux heures de la nuit, récite les versets d'Allah en se prosternant. Ils croient en Allah et au Jour dernier, ordonnent le convenable, interdisent le blâmable et concourent aux bonnes œuvres”. Cette référence affirme clairement que les Chrétiens, "les gens du Livre", croient en un seul Dieu; ils récitent Son livre, qui était entre leurs mains à l'époque de Mohammed ; et ils adorent un seul Dieu dans leurs services et prières. (3) Sourate Al Mā’ida, la Table servie : 82 – “Tu trouveras certainement que les Juifs et les associateurs (ceux qui ont cru en plusieurs dieux) sont les ennemis les plus acharnés des croyants (les musulmans). Et tu trouveras certes que les plus disposés à aimer, les croyants, sont ceux qui disent: 'Nous sommes chrétiens'. C'est qu'il y a parmi eux des prêtres et des moines, et qu'ils ne s'enflent pas d'orgueil”. Il est clair que les chrétiens ne sont pas des associateurs, puisque les associateurs et les Juifs sont les ennemis les plus acharnés des Musulmans, alors que les chrétiens sont les plus disposés à les aimer. (4) Sourate Āl-Imrān, la Famille d'Imrān : 55 – “Quand Allah dit : O Jésus, certes, Je vais mettre fin à ta vie terrestre, t'élever vers Moi, te purifier de ceux qui n'ont pas cru et mettre jusqu'au Jour de la Résurrection, ceux qui te suivent au-dessus de ceux qui ne croient pas”. Désormais, il est clair pour vous que ceux qui suivent le Christ, les chrétiens, ne sont pas des infidèles et sont mis audessus des infidèles. Le témoignage du Coran concernant les Chrétiens a prouvé avec certitude qu'ils adorent un seul Dieu et ne sont pas des polythéistes.

II- Le Témoignage Coranique sur la Sainte-Trinité Chrétienne
Peut-être que vous êtes stupéfié, mon cher ami, parce que le Coran mentionne la Trinité d'un seul Dieu exactement comme les chrétiens y croient. Nous avons déjà vu que la Trinité dans le Christianisme, c'est la nature de Dieu, Sa Parole, et Son Esprit. C'est la même Trinité, que le Coran

a mentionné : “Mais le Messie Jésus, fils de Marie est un Messager d'Allah, Sa parole qu'Il envoya à Marie, et un esprit venant de Lui” (Surat Al Nisā`, Les Femmes : 171) Dans ce verset, il est clair que Dieu a : 1- Une personnalité – “messager de Dieu” 2- Une parole – “et Sa Parole” 3- Un esprit – “et un Esprit venant de Lui” Ce témoignage du Coran sur la foi de la Trinité, c'est ce que nous les Chrétiens proclamons et pas plus. Ce n'est pas du polythéisme, mais plutôt qu'il n'y a aucun Dieu que LUI.

III- Le Témoignage Coranique que le Christ est la Parole de Dieu
Le Coran atteste, très clairement, que Christ est la Parole de Dieu. Les références coraniques suivantes sont des exemples : (1) Surat Al Nisā`, Les Femmes : 171 – “Jésus Christ, fils de Marie, est un messager de Dieu et Sa Parole”. (2) Surat Āl ‛Imrān, La Famille d'Imrān : 39 – “…Allah t'annonce la naissance de Yahyâ (Jean Baptiste), confirmateur d'une Parole d'Allah. …”. L'Imān Abū Al Su´ūd a commenté au sujet de cette phrase : “confirmant une Parole d'Allah” que 'Issa est, de ce fait, béni ; en disant : "... on a dit que (Jean-Baptiste) était le premier à croire en lui (Jésus) et a confirmé qu'il est la Parole de Dieu et un Esprit venant de Lui". Al Sadi a dit : "la mère de Yahya (Jean) en rencontrant la mère de 'Issa (Jésus), lui a demandé : 'Marie, as-tu senti ma grossesse ?', Marie répondit : 'Je suis, aussi, enceinte'. Elle (la mère de Jean) a, alors, dit : 'Je constate que ce qui est dans mon ventre adore ce qui est dans ton ventre'. De là, l'expression de Dieu qui est ci-dessus : 'confirmer une parole de Dieu ', parait clairement” (Commentaires de Abū Al Su‛ūd Muhammad Ibn Muhammad Al ‛Amādi’, page 233). (3) Sourate Āl Imrān, La Famille d'Imrān : 45 – “Les Anges dirent : "O Marie ! Dieu t'annonce la bonne nouvelle de la venue d'une Parole de Lui. Son nom est le Messie. Jésus fils de Marie”. La traduction française emploie le pronom personnel 'son' qui peut être masculin ou féminin en français ; or, dans l'original arabe ; il fait référence au pronom personnel masculin puisqu'en arabe les pronoms, masculin et féminin, sont différents et que ‘la parole’ est au féminin. Ceci indique que la parole, ici, ne signifie pas une simple parole pouvant être parlée mais une personne. Vous trouverez, aussi, ceci expliqué dans ce qu'a dit l'un des érudits Musulmans (Al Cheikh Muhyi Al Din al ‛Arabi) qui a dit : “La parole c'est Dieu en théophanie... et c'est une personne divine et aucune autre ” (dans son livre “Fusūs al Hukm”, partie II, p.35). Il a, aussi, dit que : “la parole est une personne divine” (page 13). N'est ce pas, exactement, ce qui a été dit concernant le Seigneur Jésus dans l'Evangile de Jean : “Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu... Et la parole a été faite chair” (Jean 1: 1,14). Dans la traduction de ce verset en arabe, nous trouvons encore (conformément à l'original grec) la même utilisation du terme la parole avec les pronoms qui le désignent. La parole désigne une personne. Les précisions de Jean sont claires : “la Parole était Dieu” et “la parole a été faite chair”. IV- Le Témoignage Coranique sur le Saint-Esprit Beaucoup de versets du Coran mentionnent que le Saint-Esprit est de Dieu et qu'IL a soutenu le Seigneur Jésus par Lui. Ceci devient clair, dans ce qui suit :

(1) Surat Al Mā`ida, la Table servie : 110 – “Allah dit à Jésus : "O ! Jésus, fils de Marie, rappelle-toi Mon bienfait sur toi et sur ta mère quand Je te fortifiais du Saint-Esprit. Au berceau tu parlais aux gens, tout comme en ton âge mûr”. (2) Le savant théologien, Al-Cheikh Mohammed al Hariri al Bayyūmi, dit : “Le SaintEsprit, c'est l'esprit d'Allah” (“Kitāb al Rūh wa Māhiyyathuha,” p.53. # # #

De tout ce qui a précédé, mon ami ; le témoignage du Coran et des théologiens de l'Islam, pour la foi de la Trinité à laquelle nous les Chrétiens croyons, devient clair.

Chapitre III Les noms de la Sainte-Trinité
· · · Le Père Le Fils Le Saint-Esprit

Nous avons lu dans les discussions précédentes que le Christianisme croit en un Dieu, qui est dans une trinité : la personne de Dieu, Sa Parole, et Son Esprit. Cette Trinité a d'autres noms : Le Père (Personne de Dieu), Le Fils (Parole de Dieu), et le Saint-Esprit (Esprit de Dieu). Certains ignorants font des objections à cette appellation parce qu'ils pensent qu'elle signifie la procréation et le rapport sexuel. Dieu interdit au Christianisme cette pensée ! Donc, nous allons clarifier pourquoi cette appellation :

I- Le Père
Pour les Chrétiens, le sens du mot Père ne signifie pas le père physique réel. (1) Il a un sens métaphorique. Dieu est la source et le créateur de toutes les créatures. C'est pourquoi IL est appelé le Père de toutes les créatures, spécialement celles qui sont dotées d'intelligence. Comme le prophète Moïse a dit : “N'est-il pas ton père, ton créateur ? N'est-ce pas lui qui t'a formé, et qui t'a affermi ?” (Deutéronome 32:6) ; ou comme le prophète Esaïe a dit : “O ! Eternel, tu es notre père” (Esaïe 64:8). Dans le Nouveau Testament, l'apôtre Paul déclare : “Néanmoins pour nous il n'y a qu'un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour Lui nous sommes” (I Corinthiens 8:6). Le mot père, dans ce contexte, est énoncé presque de la même manière qu'utilisé en arabe : “Père du bienfait” (Abou al Khair), “Père des bénédictions” (Abou al Barakat), “Père de la faveur” (Abou al Fadl), et bien d'autres encore. Ces expressions ne devraient pas être comprises en termes de procréateur ou de parent réel mais plutôt dans un sens métaphorique. (2) Il y a le sens juridique qui : Dans le cas d'une adoption, le mot père ne veut pas dire qu'il a donné naissance au fils adopté ; mais il l'a, plutôt, accepté comme un fils et lui a accordé tous les droits légaux. Il s'est considéré responsable et ayant des devoirs et obligations envers lui comme un vrai père. L'apôtre Paul en parle, à ce sujet : “Vous avez reçu un Esprit d'adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père !” (Romains 8:15) et dans (Galates 4: 5), il utilise le terme “recevoir l'adoption". Donc, la paternité de Dieu dans notre adoption est basée sur les droits juridiques divins. (3) Il y a le sens essentiel. C'est le sens qui ne peut, seulement, être attribué qu'à la Trinité de Dieu. Qu'IL soit exalté ! Telle une parole qui fuse de la bouche, le fils a jaillit du Père bien avant tous les âges. Jésus, qui est le Fils, est devenu chair par la Bienheureuse Marie ; parce qu'IL était, dès le tout début, un esprit de Dieu l'esprit. C'est expliqué dans l'Evangile de Jean : “Et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père, pleine de grâce et de vérité” (Jean 1:14). Jésus a vu Dieu comme Son Père, dans ce sens unique, essentiel, qui ne peut être appliqué à personne d'autre : “Personne non plus ne connaît le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler” (Matthieu 11:27). Pour finir, il y a le sens spirituel. Lorsque Dieu remplit de Son Saint-Esprit les cœurs de tous les croyants, par Lui, ils sont nés de nouveau, d'une naissance spirituelle. Cet Esprit divin, amical et

chaleureux, les a convertis. Ces croyants : “sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu” (Jean 1:13). Jésus Christ nous a enseignés à élever nos prières avec enthousiasme en disant : “Notre Père qui est aux cieux, que ton nom soit sanctifié...”. Aucun homme n'a le droit de se faire appeler Fils de Dieu et d'appeler Dieu son Père, à moins qu'il n'obtienne l'adoption légale et juridique. L'onction du Saint-Esprit nous révèle le mystère du nom de Dieu le Père. Nous ne croyons pas en la paternité de Dieu dans le sens physique, mais en la pureté de la sainteté. Nous croyons en la naissance du Christ et au Saint-Esprit qui descend, se répand sur les croyants et les remplit pour vivre en eux.

II- Le Fils
. Quand nous disons que le Christ est le Fils de Dieu, cela ne signifie pas que le Christ est venu par un mariage. Le Fils n'est pas employé pour désigner un rapport physique ou une naissance par oeuvre de chair. Nous disons, seulement, que le Christ est le Fils de Dieu pour signifier que Christ est venu de Dieu. Il ne se rapporte à aucun père physique, ainsi IL est lié à Dieu. Le mot Fils comme utilisé dans le langage courant, dans le Coran, et dans les prophéties, n'indique pas le rapport physique. (1) Le Fils, dans le Langage Courant : Dans beaucoup d'expressions linguistiques, le mot fils n'est pas utilisé pour indiquer l’enfantement et l'engendrement physique. Par exemple, nous disons que les étudiants sont des enfants (fils) du savoir; les citoyens sont les enfants (fils) de la patrie; un égyptien est un enfant (fils) du Nil ; et un Arabe est un enfant (fils) du désert. (2) Le Fils, comme utilisé dans le Corān : Le mot fils est souvent utilisé dans le Corān avec le sens qui ne signifie pas l'engendrement physique. C'est ce que vous pouvez observer et constater dans les références suivantes : Surat Al Bakarah, la Vache : 215 – “"Qu'est-ce qu'on doit dépenser?" Dis: "Ce que vous dépensez de bien devrait être pour les pères et mères, les proches, les orphelins, les pauvres et 'Ibn al Sabil' (littéralement, le fils du sentier) indiquant les voyageurs. Al Imām al Nasafi et le Cheikh Hasanayn Makhlūf a dit : “On dit ‘Ibn al Sabil’ pour, en permanence, faire allusion à la route”. (Al Nasafi, Commentaire “Tafsir” part 1, p. 86) et (Cheikh Hasanayn Makhloūf, “Soufouwwat al Bayān li Ma āni al Kourān” part 1, p.80). (3) Le Fils, dans la Tradition Musulmane : Dans une Tradition Musulmane, selon Dieu (Hadith Koudsi), il est dit : "les riches sont mes agents et les pauvres sont membres de ma famille (mes fils)." Devons-nous comprendre, par cela, que Dieu s'est marié avec une femme et a donné naissance à des enfants pauvres ? Sûrement pas ! *-*-*-* Par conséquent, le terme Fils de Dieu ne veut pas dire la procréation en termes humains, mais plutôt, cette expression a été visée pour attribuer ou faire le lien entre le Christ et Dieu, et sans infidélité ou association avec Dieu ! Parce que la filiation provient de la paternité spirituelle de Dieu. Dieu est le Père et le Christ est le Fils, seulement dans un sens spécial et unique, qui ne s'applique à personne d'autre.

III- Le Saint-Esprit
Comme nous avons discuté, précédemment, le Saint-Esprit c'est l'Esprit de Dieu et il a été mentionné dans le Corān, dans plusieurs passages, dont : (1) Surat Yoūsouf, Joseph : 87 – “Ne désespérez pas de l'esprit d'Allah. Ce sont seulement les gens mécréants qui désespèrent de l'Esprit d'Allah". (2) Surat Al Bakarah, La Vache : 87 et 253 – “Nous avons donné des preuves à Jésus fils de Marie, et Nous l'avons renforcé du Saint-Esprit” (3) L'Imām al Nasafi a dit : “Par le Saint-Esprit est signifié l'Esprit Sanctifié... ou le nom de Dieu le plus grand” (Al Nasafi, Commentaire “Tafsir” part I, p. 56) (4) Sūrat Al Mā`ida, La Table servie : 110 – “O ! Jésus, fils de Marie, rappelle-toi Mon bienfait sur toi et sur ta mère quand Je te fortifiais du Saint-Esprit”. (5) Al Sayyid Abdul Karim al Djabali a dit au sujet du Saint-Esprit qu'il n'a pas été créé et ce qui n'a pas été créé est éternel, et l'éternel c'est Dieu, Seul”. (Madjallat Kulliyyat al Ādab “Revue de la Faculté de Lettres” 1934. Le Cheikh Muhammad al Hariri al Bayyoūmi a, aussi, dit : “Le Saint-Esprit c'est l'Esprit de Dieu, et l'Esprit de Dieu n'a pas été crée”. (Al Cheikh Muhammad al Hariri al Bayyoūmi, “Al Roūh wa Māhiyyatouha” L'Esprit et Sa Nature p.53) C'est cette Trinité Sainte, en Un Dieu, en qui nous croyons ; et c'est pour cette raison qu'on la nomme : le Père, le Fils et le Saint-Esprit : · · · Le Père : Paternité de Dieu, essentielle. Le Fils : Parole de Dieu, incarnée. Le Saint-Esprit : Esprit de Dieu, Lui-même.

Chapitre IV La fausse Trinité
· · · La Trinité de la Secte Maryamiya L'Attitude Chrétienne envers cette Fausse Trinité L'Attitude de l'Islām

I- La Trinité de la Secte Maryamiya
Avant l'Islām, au cinquième siècle apr. J.C, une doctrine hérétique est apparue, (Une doctrine hérétique est l'enseignement faux et étrange d'un infidèle ou d'un hérétique) ; les adeptes de cette doctrine étaient des païens qui ont embrassé le Christianisme. Comme païens, ils ont vénéré la planète Vénus et ont dit qu'elle était "la reine du ciel". Après l'embrassement du Christianisme ils ont essayé d'associer ce qu'ils avaient vénéré à la doctrine chrétienne. Ils ont considéré Marie comme "la reine du ciel" ou "la déesse du ciel" au lieu de la Vénus. C'est ainsi, qu'ils se sont fait appeler les Mariamistes. (Awad Sim ān, “Allāh Dhātouhou wa Naw'ou Wahdāniyatihi "l'Essence de Dieu et la Nature de Son Unité" p. 127) ; (Ahmad al Makrizi, “Kitāb al Kawl al Ibrizi” (Livre des paroles d'or), p. 26. Ils se sont mis à croire qu'il y a trois dieux : Dieu, Marie, et le Christ.

II- L'Attitude Chrétienne envers cette Fausse Trinité
L'Eglise chrétienne a lutté contre cette hérésie dès qu'elle est apparue, elle s'est opposée à leur enseignement et les a privés de la communion de foi et a excommunié tous ses disciples. Vers la fin du septième siècle apr. J.C, cette doctrine a disparu et, depuis, ses adeptes n'existent plus. L'Eglise a affermi, sa plus sainte conviction, celle que la Bienheureuse Marie est un être humain et non une déesse. L'Eglise a continué à affirmer que Dieu est Un, avec une seule entité, parlant par la Parole et vivant dans l'Esprit. La Parole de Dieu a demeuré dans le corps du Christ le Seigneur. “C'est incontestablement un grand mystère que celui de la piété : Il a été manifesté dans la chair” (I Timothée 3:16).

III- L'Attitude de l'Islam
Quand l'Islam est apparu au septième siècle après J.C, ils ont, aussi, trouvé quelques adeptes de cette doctrine Mariamiste avant qu'elle n'ait disparu complètement. L'Islam s'est dressé contre leur doctrine et leur trinité (qui n'est pas la Trinité du Christianisme). Ceci est clair dans les versets suivants : (1) Sūrat Al Mā’ida, La Table servie : 116 – “ Quand Allah dit : ‘O Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : "Prenez-moi, ainsi que ma mère comme deux divinités autres qu'Allah ?”. Il est clair que cette objection était visée contre les Mariamistes qui ont professé que Marie est une déesse, et c'est ce que le Christianisme nie, aussi. (2) Sūrat Al An´ām, Les Bestiaux : 101 – “Créateur des cieux et de la terre. Comment aurait-Il un enfant, quand Il n'a pas de compagne?”. De même, ce verset s'oppose aux Mariamistes qui enseignent que Marie est une déesse, qu'elle est devenue la femme de Dieu et que, par elle, IL a donné naissance à un enfant.

(3) Sūrat Al Ikhlās, Fidélité : – “C'est Lui Dieu, Seul et Unique. IL n'a jamais engendré et n'a pas été engendré. Nul n'est Egal à Lui”. Ceci est la réponse à la doctrine Mariamiste qui a prétendu : “qu'il y a trois Dieux - le Père, la mère et le fils et que ce fils est né, engendré par leur union” (4) Sūrat Al Mā’ida, La Table servie : 73 – Sūrat Al Mā’ida, La Table servie : 73 – “Ce sont certes des mécréants, ceux qui disent : "Allah est le troisième de trois"... Il n'y a qu'Une Divinité Unique !”. Ceci confirme ce qui a été dit et renie ce que les Marianistes prétendent l'existence de trois Dieux ! *-*-*-* Vous pouvez voir clairement, de cette discussion, que l'Islām n'a pas lutté contre la foi du Christianisme qui croit que Dieu est Un. IL a une nature, IL adresse la Parole, et IL vit dans l'Esprit, comme le Corān dit : “Le Messie, Jésus fils de Marie est un Messager d'Allah, Sa parole... et un esprit venant de Lui” (Sūrat Al Nisā’, Les Femmes : 171). Mais l'Islām ; lutte contre une autre trinité, la trinité de la doctrine Mariamiste. Ils luttent contre ceux qui considèrent la Bienheureuse Marie comme une déesse qui a donné naissance au Christ au moyen de la procréation après que Dieu ne l'aurait épousée. Le christianisme a abhorré et lutté intensément contre ce concept. Il a excommunié ces adeptes qui ont adhéré à cette doctrine. Quant à la croyance intransigeante du Christianisme, c'est la croyance en Un Dieu qui est en une Trinité : le Père, la Parole et le Saint-Esprit.

Chapitre V La splendeur de la grâce
· · · · · · La Preuve de l'Esprit Tâtonner dans l'obscurité La Grâce de la Révélation Compassion Saisissante La Lumière de la Foi La Plus Grande Preuve

I- La Preuve de l'Esprit
Cher lecteur, la discussion jusqu'ici a présenté l'évidence intellectuelle et logique en considérant la vérité de la Trinité et le monothéisme dans la croyance Chrétienne. En d'autres termes, la sagesse humaine a été la base de la discussion. Pourtant, l'apôtre Paul nous montre que la foi n'est pas par la sagesse humaine, mais plutôt par la preuve et la puissance de l'Esprit. Il dit : “Et ma parole et ma prédication ne reposaient pas sur les discours persuasifs de la sagesse, mais sur une démonstration d'Esprit et de puissance, afin que votre foi fût fondée, non sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu” (1 Corinthiens 2:4,5). Pardonnez-moi donc, mon cher ami, d'avoir recouru à la sagesse humaine et laissez-moi vous parler de la preuve de l'Esprit et de la puissance. La preuve de l'Esprit est dans le cœur et non pas dans l'intelligence. “Car c'est en croyant du cœur qu'on parvient à la justice, et c'est en confessant de la bouche qu'on parvient au salut” (Romains 10:10). La foi du cœur c'est le résultat de la grâce brillant dans le cœur de l'homme lui révélant le secret de la foi, l'amour de Dieu et son magnifique travail pour nous. Ceci l'a incité à prendre la forme de l'homme et à marcher sur le chemin du Calvaire, portant la croix de la honte pour racheter les pécheurs comme moi. Savez-vous vraiment, cher frère, que le Seigneur est prêt à briller dans votre cœur pour vous révéler Sa gloire, car IL vous aime personnellement malgré vos péchés, vos maux et votre blasphème contre Lui. IL est disposé à pardonner, à excuser et à oublier vos péchés. Venez juste vers Lui avec repentance et soumission. Livrez-Lui votre cœur et votre vie. Vous pouvez être, tout à fait, sûrs qu'IL ne vous refusera pas. IL a dit dans Sa promesse sincère : “Et je ne mettrai pas dehors celui qui vient à moi” (Jean 6:37). Venez à Lui maintenant et jetez vos péchés devant Lui, IL vous purifiera de tout péché. “Et le sang de Jésus Son Fils nous purifie de tout péché” (I Jean 1:7). Priez-le : “O ! Seigneur ! enlève toute obscurité de mon cœur, éclaire mon chemin, montre-moi ta voie et protége-moi du méchant qu'il ne me préoccupe pas”. Après cela, je présenterai, mon cher ami, quelques faits spirituels et j'espère que Dieu les utilisera pour sauver votre âme et qu’IL sera une bénédiction dans votre vie. Amen.

II- Tâtonner dans l'Obscurité
Il n'y a aucun doute que s'en remettre à la simple intelligence, pour percevoir les faits de la foi, est impossible. L'inspiration divine dit : “Prétends-tu sonder les pensées de Dieu, Parvenir à la connaissance parfaite du Tout Puissant ? Elle est aussi haute que les cieux: que feras-tu ? Plus profonde que le séjour des morts : que sauras-tu ?” (Job 11:7-8). Comment, alors ; l'intelligence limitée peut-elle percevoir le Dieu infini ? L'homme sage a dit : "Vous recherchez le Seigneur qui contrôle tout, mais vous ne comprendrez jamais le secret de Sa sagesse, parce que vous ne connaîtrez jamais la profondeur du cœur de l'homme et de ses pensées que vous ne connaissez pas. Alors, comment recherchez-vous Dieu qui a fait toutes ces choses et comment pouvez-vous connaître Son esprit et percevoir Ses pensées ?". Les paroles de l'apôtre Paul

le confirment : “O profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont insondables, et ses voies incompréhensibles ! Car Qui a connu la pensée du Seigneur ou qui a été son conseiller ?” (Romains 11:33-34). Si certaines personnes ne prennent pas garde à cette réalité, ils s'égareront de la foi et seront perdus dans l'obscurité ténébreuse. Voici quelques exemples dans le domaine de la philosophie, du Christianisme et de l'Islam : (1) La Philosophie : La philosophie se réfère à la raison et traite par analyses, et ainsi nous trouvons des contradictions et des différences dans les efforts fournis par les philosophes depuis longtemps et durant les siècles. Parmi ces philosophes il y a des croyants et des incroyants. Le philosophe anglais Carlyle (17951881) est un exemple de l'homme cherchant à tâtons dans l'obscurité insondable de la pensée humaine. En même temps Carlyle était croyant. Alors il a lu la philosophie de Hume et d'autres sceptiques. Il a été convaincu par leurs opinions, et a perdu sa foi. Pourtant pendant qu'il était encore consacré à la recherche et au contrôle, il a lu Shiller, Goethe, et Fichte et a été dissuadé par leurs avis ; il a changé son attitude et a retrouvé la foi. Retrouvant la foi, Carlyle est devenu sûr de sa réalité profonde et éternelle, qu'il a approuvé après sa longue recherche et étude : “L’esprit n'est plus la source de la vraie connaissance mais, plutôt, le cœur est devenu la source" (Yoūsouf Karam, Histoire de la Philosophie Moderne, p. 332). (2) Le Christianisme : Beaucoup d'hérétiques (les gens qui ont quitté la foi chrétienne) ont voulu soumettre les faits de la foi aux normes intellectuelles. Ils se sont lancés dans une situation périlleuse. De ces hommes, tels étaient Arius, Macedonius et Nestorius. Arius n'a pas accepté la possibilité de l'apparence de Dieu dans un corps humain. Il a renié la divinité du Christ. Alors les patriarches de l'Eglise et ses évêques, de toutes les régions du monde, ont tenu une réunion et ont discuté ce sujet conformément aux enseignements de la Sainte Bible. Ils ont condamné et ont exilé Arius. Ils ont rejeté ses enseignements comme étants contradictoires à la foi. (3) L'Islām : Plusieurs différentes sectes apparurent dans Islām avec différentes croyances. Par exemple : 1- Al Khawāridj, Al shi'a et Al Nusayriyya pensent que Ali ibn Abi Tālib est dieu. 2- Al Djabriyyah, Al Mutazila et Al Kadariyya ont nié les qualités de Dieu. 3- Al Ashāira al Mutridiyya, Al Zaidiyya, AL Imāmiyya, et al Ismā‛iliyya, disent que le monde a deux puissances qui le dirigent. Le premier c'est Dieu et la Seconde c'est l'âme, et ils permettent les sujets illicites. 4- Al Bahā’iyya pensent que leur leader, Bahā’-Allāh, est dieu. 5- Les Druzes pensent que Al Hākim bin `Amr Allāh al Fātimi est dieu. Tout cela ne montre-t-il pas que l'esprit a besoin de la lumière de la grâce et de la lumière de la foi ?

III- La Grâce de la Révélation
Aucun homme n'est capable par son pouvoir, son intelligence ou sa sagesse, de parvenir à connaître Dieu. Cette question a besoin de la manifestation divine afin que, dans l'obscurité insondable de sa pensée, l'homme puisse connaître le secret qui est caché aux esprits humains limités. Certains philosophes ont compris l'importance de cette grâce et l'ont appelée la théorie de

l'éclaircissement. Une fois, un philosophe a dit : “Il n'est seulement possible de connaître Dieu que grâce à la lumière de Dieu. Dieu est l'enseignant caché. Il est la vraie lumière qui éclaire chaque homme en ce monde”. "(Yoūsouf Karam. L'histoire de la Philosophie Européenne au Moyen Age, p. 32). La Sainte Bible parle de ces deux sujets : l'incapacité de l'homme et de la nécessité de la révélation. La Bible décrit l'incapacité de l'intelligence humaine à percevoir les questions divines dans le livre de Job : “Elle est aussi haute que les cieux: que feras-tu ? Plus profonde que le séjour des morts : que sauras-tu ? La mesure en est plus longue que la terre, Elle est plus large que la mer” (Job 11:89). Job dit, aussi : “Vous recherchez le Seigneur qui contrôle tout, mais vous ne comprendrez jamais le secret de Sa sagesse... Alors, comment recherchez-vous Dieu et comment pouvez-vous connaître Son esprit et percevoir Ses pensées ?”. L'apôtre Paul dit : “O profondeur de la richesse, de la sagesse et de la science de Dieu ! Que ses jugements sont insondables, et ses voies incompréhensibles ! Car, qui a connu la pensée du Seigneur ou qui a été son conseiller ?” (Romains 11:33-34). Dorénavant, il est effectivement clair que l'homme est incapable de connaître les questions concernant Dieu. Nous sommes dans le besoin de la grâce de la révélation ou "la lumière de Dieu" pour nous révéler le secret de Sa sagesse, comme il a été dit dans la Bible : “Et s'il te révélait les secrets de sa sagesse, De son immense sagesse” (Job 11:6). Mon cher ami, Dieu le père est disposé à se révéler à vous. Vous pouvez voir cette réalité dans la prière du Seigneur : “Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, de ce que tu as caché ces choses aux sages et aux intelligents, et de ce que tu les as révélées aux enfants” (Matthieu 11:25). Peut-être que vous voyez dans cette prière que la lumière de la grâce est révélée aux gens simples qui sont désignés comme "des enfants". Ceux qui veulent comprendre ces secrets par le raisonnement et la sagesse de l'homme n'obtiendront pas le sens. Dieu le père a révélé le secret de la foi à l'apôtre Pierre. Pierre dit : “Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant. Jésus, reprenant la parole, lui dit : Tu es heureux, Simon, fils de Jonas ; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t'ont révélé cela, mais c'est mon Père qui est dans les cieux” (Matthieu 16:16-17). Mon frère ; Jésus Christ, Lui-même est disposé à vous révéler Sa nature et révéler le secret de la foi. IL dit : “Et personne ne connaît qui est le Fils, si ce n'est le Père, ni qui est le Père, si ce n'est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler” (Luc 10:22). Le Fils a, affectueusement, révélé Son secret à l'apôtre Paul. Paul a dit : “car je ne l'ai ni reçu ni appris d'un homme, mais par une révélation de Jésus Christ” (Galates 1:12). Le Saint-Esprit, par toute sa grâce, oeuvre maintenant dans le monde en révélant à chaque homme le chemin de la foi, pour qu'il puisse apprécier des bienfaits de la grâce et mieux connaître le Seigneur. C'est ce que l'apôtre Paul a expliqué clairement en disant : “Cependant, c'est une sagesse que nous prêchons parmi les parfaits, sagesse qui n'est pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui vont être anéantis ; nous prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait destiné pour notre gloire, sagesse qu'aucun des chefs de ce siècle n'a connue, car, s'ils l'eussent connue, ils n'auraient pas crucifié le Seigneur de gloire. Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l'œil n'a point vues, que l'oreille n'a point entendu, et qui ne sont point montées au cœur de l'homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l'aiment. Dieu nous les a révélées par l'Esprit. Car l'Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l'homme, si ce n'est l'esprit de l'homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n'est l'Esprit de Dieu. Or nous, nous n'avons pas reçu l'esprit du monde, mais l'Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu'enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu'enseigne l'Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. Mais l'homme animal ne reçoit pas les choses de l'Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c'est spirituellement qu'on en juge. L'homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n'est lui-même jugé par personne. Car Qui a connu la pensée du Seigneur, Pour l'instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ” (I Corinthiens 2:6-16).

Ces versets vous clarifient un point extrêmement important et essentiel : il est nécessaire de changer l'homme naturel en homme spirituel afin qu'il puisse accepter et savoir les affaires concernant Dieu. Demandez au Seigneur de vous convertir et de Se révéler à vous et IL répondra sûrement parce qu'IL veut que tous les hommes soient sauvés et viennent à la connaissance de la vérité.

IV- Compassion Saisissante
Un philosophe, célèbre, a dit : “L'homme est incapable par son pouvoir normal d'atteindre la nature de Dieu, mais Dieu est Celui qui attire l'homme à Lui et l'élève à une splendeur qu'aucun esprit ne peut discerner”. (Yoūsouf Karam, Histoire de la Philosophie Européenne dans le moyen Age, p. 54). En fait, personne ne peut venir à Dieu à moins qu'IL ne l'attire. Comme le Seigneur Jésus Christ, à Lui soit la gloire, dit : “Nul ne peut venir à Moi, si le Père qui m'a envoyé ne l'attire” (Jean 6:44). Quand la jeune mariée de Salomon a su le secret, elle a crié : “Tire-moi, et nous courrons après toi!” (Cantique de Salomon 1:4). Le Seigneur nous tire vers Lui par Son affection. Quand l'âme humaine se rappelle l'ampleur de l'amour de Dieu pour elle, elle devient fascinée par Son amour; l'apôtre Jean dit : “Nous L'aimons, parce qu'IL nous a aimés le premier” (I Jean 4:19). Est-ce que vous n'êtes pas conscients de ce que l'amour de Dieu a fait pour vous ? L'apôtre Paul a dit : “Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous” (Romains 5:8). L'amour Lui a fait prendre un corps humain et suivre le chemin du Calvaire, portant la croix, pour payer ma dette et la vôtre. La punition du péché que nous méritons c'est la mort. Avec un magnifique secret, le Christ est entré dans la tombe effrayante et a éteint le feu brûlant ; IL a ouvert pour nous la porte de l'espoir et le chemin de gloire. Quand IL a brisé la puissance de la mort et les chaînes de tous les péchés, par sa résurrection, IL est allé avec un amour merveilleux pour nous préparer un endroit dans Son royaume ; qu'IL était content de nous donner (Luc 12:32). Le Bien-Aimé viendra bientôt pour nous prendre : “Afin que là où Je suis, vous y soyez aussi” (Jean 14:3). O amour divin ! Quel privilège nous a été donné et quelle dignité nous a été accordée et par quelle affection tu nous as attirés ! Mon frère, vous ne connaîtrez Dieu que par l'amour. Le culte ou l'adoration n'est pas le meilleur enseignement, ni les meilleures croyances ou convictions, ni les théories ou les devoirs religieux ; c'est, mais plutôt, l'amour extrême à son degré le plus haut. Dieu n'est pas "une image" pour être fait ou imaginé par les esprits humains. Il ne peut pas être défini par les hommes religieux et analysé intellectuellement par les théories des philosophes et des théologiens selon leurs opinions et compréhensions. Mais comme l'apôtre a dit : “Dieu est amour; et celui qui demeure dans l'amour demeure en Dieu, et Dieu demeure en lui” (I Jean 4:16). Votre cœur s'est-il attaché à l'amour de Dieu ? Mon cher ami, ne soyez pas embarrassé par les théories et les discussions, mais il est suffisant de faire comme Saint-Augustin a dit : “ Aie l’amour et la charité et, ensuite, fais ce qui te plaît, parce que Dieu est amour”.

V- La Lumière de la Foi
Quand la grâce brille dans le cœur de l'homme, la lumière de la foi l'éclaire. Il est impossible pour l'homme d'atteindre la vraie foi sans la lumière de la grâce, comme la Bible l'explique dans Esaïe :

“Lève-toi, sois éclairée, car ta lumière arrive, Et la gloire de l'Eternel se lève sur toi. Voici, les ténèbres couvrent la terre, Et l'obscurité les peuples ; Mais sur toi l'Eternel se lève, Sur toi sa gloire apparaît. Des nations marchent à ta lumière, Et des rois à la clarté de tes rayons” (Esaïe 60:1-3). L'apôtre Paul dit : “Car Dieu, qui a dit : La lumière brillera du sein des ténèbres ! a fait briller la lumière dans nos cœurs pour faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu sur la face de Christ” (II Corinthiens 4:6). La grâce brilla dans la vie de beaucoup de gens, y compris Saul de Tarse et le Cheikh Mikhā`il Mansoūr. (1) Saul de Tarse était un Juif fanatique. Il a persécuté des Chrétiens et les a emprisonnés. Il a parlé lui-même de cela, disant : “Pour moi, j'avais cru devoir agir vigoureusement contre le nom de Jésus de Nazareth. C'est ce que j'ai fait à Jérusalem. J'ai jeté en prison plusieurs des saints, ayant reçu ce pouvoir des principaux sacrificateurs, et, quand on les mettait à mort, je joignais mon suffrage à celui des autres. Je les ai souvent châtiés dans toutes les synagogues, et je les forçais à blasphémer. Dans mes excès de fureur contre eux, je les persécutais même jusque dans les villes étrangères. C'est dans ce but que je me rendis à Damas, avec l'autorisation et la permission des principaux sacrificateurs. Vers le milieu du jour, O roi, je vis en chemin resplendir autour de moi et de mes compagnons une lumière venant du ciel, et dont l'éclat surpassait celui du soleil. Nous tombâmes tous par terre, et j'entendis une voix qui me disait en langue hébraïque : Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? Il te serait dur de regimber contre les aiguillons. Je répondis : Qui es-tu, Seigneur ? Et le Seigneur dit : Je suis Jésus que tu persécutes. Mais lève-toi, et tiens-toi sur tes pieds ; car je te suis apparu pour t'établir ministre et témoin des choses que tu as vues et de celles pour lesquelles je t'apparaîtrai. Je t'ai choisi du milieu de ce peuple et du milieu des païens, vers qui je t'envoie, afin que tu leur ouvres les yeux, pour qu'ils passent des ténèbres à la lumière et de la puissance de Satan à Dieu, pour qu'ils reçoivent, par la foi en moi, le pardon des péchés et l'héritage avec les sanctifiés” (Actes 26:9-18). (2) Ainsi la grâce a brillé et la lumière de la foi a éclairé Saul ; et plus tard, il est devenu l'apôtre Paul, le philosophe du Christianisme. La grâce a également brillé dans la vie de Cheikh Mikhā`il Mansoūr. Voici un résumé de ce que son frère, Cheikh Kāmil Mansoūr, a écrit à son sujet : “Mikhā`il, le fils de Mansoūr, est né dans la ville de Souhādj (Egypte) en mars 1871. Il a suivi des cours de religion, formé par des chefs religieux. Après ces enseignements, il a passé ses nuits à faire des travaux de recherche profonde sur les secrets divins. En 1893, il a eu l'idée de dialoguer au sujet de la religion Chrétienne, et a demandé la permission à son professeur de faire des débats et discuter avec des chrétiens ; mais son professeur n'a pas approuvé, de peur que son étudiant ne devienne arrogant et fier. Malgré cela, il a commencé à débattre et discuter avec les hommes religieux chrétiens. Les discussions étaient souvent très longues et vaines. Un jour quelqu'un lui a dit : “Chacun devrait demander à son Dieu de le guider, et je vous conseille de demander à Dieu de vous guider à la vérité” ; il s'est moqué de lui, lui disant : 'Moi ! Douter de ma foi ? Dieu l'interdit !'. Mais après l'avoir quitté, il a pensé à ce que cet homme lui avait demandé de faire : 'je vous conseille de demander à Dieu de vous guider à la vérité'. La grâce du Saint-Esprit avait commencé à oeuvrer dans son cœur. L'étape du doute est devenue si forte, à un tel degré, qu'il nous a semblé qu'il était devenu malade mental. Fatigué et pâle, il s'est consacré à la lecture du Livre Saint (La Bible), recherchant la justice divine... Après une période, les signes de joie, de paix et de plaisir apparurent sur son visage parce que la lumière du Rédempteur a dominé sur lui et la splendeur de la justice glorieuse a resplendit et éclairé son âme. Le Christ lui est apparu, glorieusement, dans son grand amour et ses principes suprêmes et dans la beauté de Ses enseignements. Il a appris que seul le Christ est le chemin, la vérité et la vie ; et que

tous les hommes sont coupables, ignorants et asservis ; et ne peuvent, seulement, être sauvés que par le Christ. Ma mémoire a oublié beaucoup de choses. Pourtant je n'ai pas et je n'oublierai jamais la grande joie qui a rempli son cœur ; le bonheur glorieux qui a rayonné sur son visage et les larmes de joie immense qui ont trempé ses vêtements quand je lui ai demandé la première fois un Evangile. Il est vrai de dire, qu'au commencement, j'ai eu honte de lui et quelquefois j'ai demandé aux gens de prier pour lui afin qu'il puisse changer et redevenir comme avant. Quelquefois j'ai recherché des gens connus et compétents afin de les lui emmener pour qu'ils le fassent revenir. Et d'autres fois, j'ai recouru à certaines personnes méchantes pour le menacer. Mais j'ai découvert qu'il était ferme en Jésus Christ, comme une haute montagne, trouvant chaque torture supportable dans Son amour. J'ai commencé à me demander quel était ce secret. J'ai très bien compris, ensuite, qu'il n'avait aucun but en ce monde. Sa fidélité au Christianisme était devenue très claire pour moi si bien que je me suis retrouvé, moi-même, poussé à lui demander l'Evangile et c'est ainsi que nous nous sommes retrouvés, avec cette joie. Nous remercions Dieu parce qu'il était la cause pour guider beaucoup de pécheurs, dont le premier est moi, vers la gloire du Rédempteur”.

VI- La Plus Grande Preuve
Quand l'homme est attiré par la puissance de la grâce au bercail de la foi, il n'a plus besoin d'une évidence ou d'une preuve logique pour confirmer les vérités de la foi ; le témoignage est, plutôt, maintenant dans son cœur ; parce qu'il s'est rendu compte que Dieu vit en lui et qu'il l'a changé. Il ne recherche plus Dieu extérieurement. Saint-Augustin, le célèbre philosophe, ayant eu la foi a dit : “Seigneur, je vous ai trouvé et vous ai perçu. O ! Combien grand est mon bonheur et combien chanceux je suis ! Je vous cherchais dans les questions extérieures ! Mais cette recherche était vaine, parce que je vous ai trouvé dans mon âme, dans mon cœur ! Et maintenant je vous touche et je vous vois” (Confessions de Saint-Augustin). Le croyant est celui qui voit le Seigneur et LE porte dans sa vie, complètement transformée par LUI. IL l'a changé d'un homme concupiscent, esclave du péché, en un homme spirituel aimant la sainteté. Le croyant voit le Seigneur dans son cœur maintenant purifié des impuretés du péché : “Heureux ceux qui ont le cœur pur, car ils verront Dieu !” (Matthieu 5:8). Après l'œuvre de la grâce, la foi n'est plus une foi dominée par la raison et nécessitant des évidences et les preuves, mais une foi d'expérience qui change le loup en agneau ; et ceci est la plus grande évidence et la plus grande preuve pour la vérité de foi. (1) L'Expérience de Saint Moūssa el Aswad Saint Moūssa Al Aswad (Moïse le noir) était un tueur violent et le chef païen d'une bande de brigands. La grâce commença à briller dans son cœur. Alors il est allé voir un vieux sage croyant, et lui a dit : “j'ai entendu dire que vous êtes le fidèle vertueux de Dieu ; c'est pourquoi je me suis sauvé et suis venu chez vous, pour que le Dieu qui vous a sauvés me sauve aussi. Dites-moi et informezmoi au sujet de Dieu." Le saint lui a demandé : "Qui était votre Dieu ?" Il a répondu : "je ne connais aucun Dieu que le soleil, parce que quand je regardais, je découvrais qu'il éclairait le monde de sa lumière ; la lune et les étoiles aussi, ont des secrets étranges ; également la mer et sa puissance… Mais tous n'ont pas satisfait mon âme et j'ai su qu'il y a un autre Dieu plus grand que tous ceux-ci et que je ne connais pas. J'ai dit, 'O Seigneur ! Qui vit dans le ciel ? Toi le guide de toute la création, conduit moi à toi, maintenant, et fait moi savoir ce que je dois faire pour te satisfaire'. Donc, je suis venu chez vous pour que, vous m'informiez et que vous priez Dieu pour moi afin qu'Il ne soit pas en colère contre moi pour tout le mal que j'ai fait” (Archives du Musée Copte, p. 496). Le vieux saint a commencé à lui prêcher la parole de Dieu et lui a parlé du jugement, du salut et de l'amour de Dieu pour les pécheurs. L'oeuvre de la grâce s'est accomplie dans son cœur et est

devenu parfaite. Le Seigneur a resplendit dans son cœur et les larmes de repentance ont coulé sur son visage rayonnant par la lumière de la foi. Moūsa, le violent, est devenu un saint, un des plus grands hommes de foi. Qui a changé ce loup en agneau ? Effectivement, c'est la merveilleuse oeuvre de la grâce. Qui lui a fait comprendre la foi ? Dieu qui a pénétré sa vie et le contact de Sa main Toute-puissante l'ont changé complètement. (2) L'Expérience de Jibrān Jibrān a grandi dans une famille religieuse fanatique, et son père était très stricte et avait à cœur de lui enseigner tout ce qui concerne la religion. Mais, dès que le père est mort, le jeune homme a rejeté toutes les restrictions de ces fondements et a sombré dans la débauche et le crime. Pour résoudre ce problème sa famille l'a mis dans un internat. Dans cette école il y avait un étudiant appelé Michael, qui a souffert sous les moqueries et les taquineries de Jibrān. Quand le jour d'une célébration scolaire est arrivé, Jibrān, voulant vraiment déranger Michael, a eu l'idée de lui faire porter toutes les chaises, nécessaires à l'évènement. Il a demandé à l'administration de l'école qui ont publié un ordre pour cela. Lorsqu'il est allé chercher Michael, il l'a vu sauter par-dessus le mur de l'école et entrer dans la forêt. Il a pensé que Michael voulait fuir sa tâche. Alors il l'a suivi, et l'a vu entrer dans un endroit où les branches étaient en forme de petite hutte. Jibrān s'est, malicieusement, caché derrière un arbre afin de découvrir le secret de sa hutte. Et voilà, qu'il voit Michael allumer une petite bougie, puis se mettre à genoux, accroupi. Jibrān l'a entendu chanter à voix basse. Ensuite il l'a vu sortir un petit livre de sa poche et se mettre à lire. Après avoir fini la lecture, Jibrān l'a vu lever la tête vers le haut, et a remarqué des larmes couler sur ses joues et sa voix étranglée par les pleurs. Quand il a fini, il a éteint la bougie et est retourné à l'école. Jibrān le suivait à distance. Quand Michael est retourné à l'école, Jibrān l'a suivi et l'a saisi par les épaules en lui demandant : “Où étais-tu ?”. La réponse était : “j'adorais mon Seigneur”. Il lui a dit : “Tu es un menteur. Je t'ai vu et je t'ai suivi dès la minute où tu as sauté par le mur jusqu'à ce que tu sois entré dans la hutte et que tu as commencé à chanter et lire dans un petit livre et, aussi, tu as pleuré. C'est les symptômes de la folie”. Michael a répondu vivement : “Je ne suis pas fou et je ne chantais pas, mais je louais le Seigneur. Et ce que j'ai lu, c'était l'Evangile. Après j'ai prié à mon Seigneur de pardonner mes péchés et de m'aider dans ma vie”. Jibrān dit : “Je peux voir l'Evangile?”. Michael le lui donna. Mais Jibrān avait appris de son père que celui qui touche l'Evangile des Nazaréens, sa main sera inévitablement paralysée ou il deviendra fou. Mais la scène dont Jibrān avait été témoin avait attisé sa curiosité pour apprendre le secret de cette dévotion, qui pousse un homme à aller dans le bois et faire un culte d'adoration. Il a saisi l'Evangile du bout des doigts, en se disant, que s'il sentait la paralysie, il le jetterait ; ainsi, il échapperait au danger. Mais il n'a rien senti de ce qu'on lui avait apprit, alors il prit l'Evangile et demanda la permission à Michael de le lire. Jibrān était resté seul toute la nuit lisant l'Evangile, mais il ne pouvait rien comprendre. A l'aube, il est allé chez Michael et l'a réveillé et lui a demandé ce qu'il n'a pas compris. Michael a commencé à lui expliquer, mais Jibrān ne pouvait toujours pas comprendre. Alors, Michael a fermé le livre et lui a dit : “Je vais te dire, en bref, le contenu de l'Evangile. La première vérité c'est La seconde vérité c'est – Dieu est amour. Il nous aime. – L'homme est pécheur. Toi et Moi nous sommes pécheurs, aussi.

La troisième vérité c'est – La punition pour nos péchés est une torture éternelle en enfer.

La quatrième vérité c'est – A cause de son amour, Dieu a envoyé le Christ pour nous racheter de la punition du péché, et ainsi, Il a été crucifié à notre place. La cinquième vérité c'est – Si vous croyez en ceci et, vous vous repentez de vos péchés, le Seigneur vous acceptera et vous sauvera du feu éternel de l'enfer…” Ces mots étaient simples, mais ils étaient oints par la grâce ; et en même temps dits par expérience. Jusque là, l'Esprit de Dieu a oeuvré dans le cœur de Jibrān, et il y a eu le miracle. Le visage du jeune homme a resplendit, et il a dit : “Je crois”, et ils ont tous les deux prié. Les événements et les expériences ont continué à former la vie du Jibrān le brutal, et l'ont changé en un doux de cœur, serviteur béni dans le champ du Seigneur. Il est devenu une cause de bénédiction pour beaucoup d'âmes croyantes et beaucoup d'autres. C'est le travail miraculeux de la grâce et la plus grande preuve de la vérité et réalité de notre sainte foi. Cher lecteur, je désire que Dieu oeuvre en vous, afin que vous deveniez un fils du Seigneur Dieu, et un témoin fidèle pour le Seigneur qui nous a aimés et nous a racheté par Son sang.

Conclusion
Peut-être vous avez perçu et compris, très cher frère, ce que signifie la Trinité pour nous, les Chrétiens. Peut-être que vous avez maintenant la certitude que nous n'adorons pas trois Dieux. IL l'interdit ! Nous croyons seulement en Un Dieu, existant en Lui-même, parlant par Sa Parole et vivant par Son Esprit. Sa Parole a demeuré dans Marie la bénie, IL a pris d'elle la forme d'un corps humain, qui est le Seigneur Jésus Christ, LUI qui a vécu sur notre terre et a accompli notre salut. Dans notre deuxième livre “Le Christ Fils de Dieu”, nous parlerons en détail de notre foi en Christ le Vivant et du secret de l'incarnation divine. Le deuxième livre est semblable à ce livre. Mon très cher frère, je prie le Seigneur de faire briller l'éclat de Sa splendeur dans votre cœur et de vous révéler ce secret merveilleux, parce que seul l'Esprit de Dieu perçoit les choses de Dieu. Que vous lui demandez, d'abord, de vous changer et de vous préparer à accepter l’œuvre de la grâce dans votre vie, afin de devenir un fils de Dieu et un membre de cette nature divine. Alors par le Saint-Esprit vous recevrez ce que l'esprit humain est incapable de percevoir. Que Dieu vous protège et soit avec vous !

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful