You are on page 1of 76

E N A C - Faculté Environnement naturel, architectural et construit IC AR E - Institut des infrastructures, des ressources et de l’environnement LASEN - Laboratoire des systèmes

énergétiques
EPFL / ENAC / LASEN, Bâtiment GC A3 CH-1015 Lausanne (Suisse) Téléphone : ++41-21-693 24 95 Téléfax : ++41-21-69 3 28 63

Télex : 454 478

ÉCOLE POLYTECHNIQUE FÉDÉRALE DE LAUSANNE

Etude comparative de carburants par analyse de leur cycle de vie

Dr. E. Gnansounou, A. Dauriat

Rapport final
Mars 2004 Réf. 420.100

Rapport 420.100

Index
1. INTRODUCTION ................................................................................................................ 1 1.1 Contexte de l’étude .............................................................................................................. 1 1.2 Objectifs de l’étude .............................................................................................................. 2 1.3 Structure du rapport ............................................................................................................ 3 2. ANALYSE DE CYCLE DE VIE DES FILIÈRES DE CARBURANTS ......................... 4 2.1 Etapes d'une analyse de cycle de vie................................................................................... 4 2.2 Système, unité fonctionnelle et méthode d'analyse ............................................................ 5 2.3 Caractérisation des critères d’impacts environnementaux considérés ............................. 7 a. Consommation d'énergie primaire non renouvelable........................................................ 7 b. Effet de serre .................................................................................................................... 10 c. Eutrophisation et acidification......................................................................................... 10 2.4 Sources des données relatives à l’analyse de cycle de vie ................................................ 11 3. LA PRODUCTION DE BIOETHANOL ......................................................................... 12 3.1 Production et acheminement des matières premières...................................................... 13 a. Céréales............................................................................................................................ 13 b. Mélasses de betteraves..................................................................................................... 14 c. Pommes de terre............................................................................................................... 15 3.2 Production d’Etha+® ......................................................................................................... 16 a. Description technique du procédé ................................................................................... 16 b. Modélisation des flux de matière et d’énergie ................................................................. 19 3.3 Valorisation des co-produits.............................................................................................. 21 3.4 Traitement des effluents liquides ...................................................................................... 28 3.5 Services............................................................................................................................... 31 a. Unité de production de chaleur........................................................................................ 31 b. Système d’approvisionnement en eau .............................................................................. 31 c. Système de refroidissement .............................................................................................. 32 3.6 Analyse économique de la production d’Etha+® ............................................................. 32 a. Frais annuels d’investissement ........................................................................................ 32 b. Coûts d’exploitation fixes annuels ................................................................................... 33 c. Coûts d’exploitation variables annuels............................................................................ 34 d. Coût de production de l’Etha+® ...................................................................................... 35 e. Calcul d’allocation........................................................................................................... 37 4. CYCLE DE VIE DES CARBURANTS ............................................................................ 42 4.1 Phase de production des carburants ................................................................................. 42 a. La filière “essence” ......................................................................................................... 42 b. La filière “essEnce5” ....................................................................................................... 44 4.2 Phase d’utilisation des carburants.................................................................................... 44 5. RESULTATS DE L'ANALYSE DE CYCLE DE VIE.................................................... 46 5.1 Hypothèses concernant l'analyse de cycle de vie ............................................................. 46 a. Modélisation du procédé en termes d’ACV ..................................................................... 46 b. Méthode d’allocation ....................................................................................................... 48 c. Limites de l'analyse de cycle de vie.................................................................................. 48 d. Effet de serre .................................................................................................................... 49
EPFL - LASEN Page 73

.....2 Limites de l’étude et des résultats présentés ................... Sensibilité vis-à-vis du taux de charge de l’usine ....2 Résultats de l'analyse de cycle de vie de la production d’Etha+®.......................3 Résultats de l'analyse de cycle de vie des filières essence et essEnce5 ............................. CONCLUSIONS.............................................. 67 7............................................. ANALYSE DE SENSIBILITE ET SYNTHÈSE DES RÉSULTATS ................................................................ 56 6................................................. 55 5.Rapport 420............................................. 51 c...................................................................................................................................... 60 b.......2 Synthèse des résultats de l’ACV................................. Eutrophisation ............................... Effet de serre ........1 Analyse de sensibilité.................................. 67 7. 50 b.......................................... 52 b..... 50 a......................4 Evaluation des impacts par litre d’Etha+® introduit sur le marché.................. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ............................................................................................................................ Acidification .................................................................... 54 d.................................................................................... 52 a...... 64 7......................................... 51 5................................... Consommation d'énergie primaire non renouvelable......................................... Eutrophisation et acidification........................... Sensibilité vis-à-vis du prix des co-produits ........................................... Effet de serre ............................... 62 c.......................................................................... 60 a... 69 EPFL ...................... 67 8............................................... 60 6..................................... Consommation d'énergie primaire non renouvelable..LASEN Page 74 .. 53 c.............................................1 Bilan des résultats de l'analyse de cycle de vie des carburants .. Sensibilité vis-à-vis du prix des performances à l’utilisation ..................................100 5........... 63 6....................

.................. 52 Figure 5.................................................................. 24 Figure 3...................1 – Principales filières de production de biocarburants ............12 – Approche du shadow price appliquée à la filière mélasses...............8 – Approche alternative pour le calcul du ∆Energie et du ∆CO2 ............... 8 Figure 2..................3 – Facteur d'amplification énergétique (FAE)........................6 – Diagramme des flux horaires relatifs à la filière pommes de terre............................. 49 Figure 5.......................5 – Impact relatif au phénomène d'eutrophisation (g PO43..............................13 – Approche du shadow price appliquée à la filière pommes de terre ..............................................................................1 – Approvisionnement de la Suisse en produits pétroliers (adapté de Tamoil) ........................2 – Frontières et caractérisation des systèmes étudiés ...................LASEN Page 72 ................................6 – Impact relatif au phénomène d'acidification (g SO2 eq... 58 EPFL . 36 Figure 3............ 57 Figure 5.............................................................. 2000) ..................................9 – Diagramme des flux annuels relatifs à la filière pommes de terre................................................................/100 km)........ 25 Figure 3................ 38 Figure 3.........100 Liste des figures Figure 2...................................10 – Structure du coût de production brut de l’éthanol par filière et pour l’ensemble de l’usine ........................eq....................................../100 km) ...............2 – Diagramme de l’usine multi-matières de production de bioéthanol ............................ 22 Figure 3.. 54 Figure 5......1 – Cycle du CO2 au cours de la vie d’un carburant issu de la biomasse.............. 6 Figure 2.....................11 – Approche du shadow price appliquée à la filière céréales.....8 – Diagramme des flux annuels relatifs à la filière mélasses ...................7 – Détails des calculs relatifs à la consommation d'énergie pour la FORD Focus .................................................... 12 Figure 3.. 43 Figure 5..... 23 Figure 3.................... 27 Figure 3...5 – Diagramme des flux horaires relatifs à la filière mélasses ...................... 17 Figure 3.......... l'environnement et l'économie (Jolliet...........................3 – Extrait du modèle de flux établi dans le cadre de l’étude .......4 – Diagramme des flux horaires relatifs à la filière céréales ...3 – Schéma de principe de la méthode ACV EcoIndicator'99............... 26 Figure 3..................... 54 Figure 5............................................................................................................................................ 55 Figure 5.................................../100 km) ... 40 Figure 4..Rapport 420.............1 – Rapports et échanges entre le système....7 – Diagramme des flux annuels relatifs à la filière céréales ...........4 – Schéma de principe de la méthode ACV retenue dans le cadre de l'étude.............2 – Consommation d'énergie primaire non renouvelable (MJp/100 km)..................................................................................... 53 Figure 5................4 – Impact relatif à l’effet de serre (kg CO2 eq........ 5 Figure 2........................... 9 Figure 3.................... 39 Figure 3... 20 Figure 3............................

........................................................ 56 Tableau 5.......................5 – Variation absolue des impacts environnementaux par litre d'éthanol incorporé .........................................Rapport 420......................................... 14 Tableau 3...............6 – Caractéristiques des co-produits issus de la production de bioéthanol...................6 – Calcul de ∆Energie et ∆CO2 pour chacune des filières .....3 – Comparaison de l’impact lié au phénomène d’eutrophisation (g PO43... 33 Tableau 3....... 16 Tableau 3...3 – Hypothèses concernant l’approvisionnement en pommes de terre de l’usine d’éthanol .................. 45 Tableau 4..... 56 Tableau 6............... 62 Tableau 6. 31 Tableau 3.............................13 – Détail des prix unitaires des différentes ressources consommées dans le procédé (SFr).............. 20 Tableau 3...................2 – Comparaison des émissions de gaz à effet de serre (kg CO2 eq............ 60 Tableau 6........./l) ................9 – Production de biogaz et économie de gaz naturel au niveau procédé ....1 – Caractéristiques des carburants envisagés......... 51 Tableau 5.........15 – Détail des coûts de production par filière et pour l’ensemble de l’usine.1 – Hypothèses concernant l’approvisionnement en céréales de l’usine d’éthanol.2 – Caractérisation du véhicule de référence ......10 – Besoins journaliers en eau de l’usine d’éthanol ..1 – Hypothèses de l’analyse de sensibilité vis-à-vis du taux de charge de l’usine .....2 – Hypothèses concernant l’approvisionnement en céréales de l’usine d’éthanol...................................................................5 – Paramètres de base du modèle de flux.............. 34 Tableau 3....................... 2002)......2 – Résultats de l’analyse de sensibilité vis-à-vis du taux de charge de l’usine ....................100 Liste des tableaux Tableau 3........................................................ 41 Tableau 4.......... 44 Tableau 4.................................................. 29 Tableau 3................16 – Détail des coûts globaux de traitement (kSFr/an) par étape et par filière..........4 – Résultats de l’analyse de sensibilité vis-à-vis du taux de charge de l’usine ....17 – Détail des facteurs d’allocation attribués à l’éthanol par étape et par filière..........................................3 – Résultats des mesures réalisées sur la FORD Focus avec l’essence et l’essEnce5 ........... 62 Tableau 6...................................5 – Hypothèses de l’analyse de sensibilité vis-à-vis des performances à l’utilisation.......... 36 Tableau 3.............................. 33 Tableau 3.............................................................................. 29 Tableau 3..................................8 – Charge polluante des effluents liquides dans différentes situations de fonctionnement ................... 61 Tableau 6.......... 50 Tableau 5.................................14 – Détail des coûts d’exploitation variables annuels (SFr) par filière..... en conditions réelles...... 63 Tableau 6...................... 52 Tableau 5...............eq.............4 – Comparaison de l’impact lié au phénomène d’acidification (g SO2 eq...........1 – Comparaison de la consommation d'énergie primaire non renouvelable (MJp/l) ....................... 14 Tableau 3.7 – Tableau récapitulatif des résultats de l’analyse de cycle de vie......./l)...........LASEN Page 71 .......................................... 30 Tableau 3............ 65 Tableau 6....................... 28 Tableau 3.. 17 Tableau 3.................. 35 Tableau 3........... 66 EPFL ....3 – Hypothèses de l’analyse de sensibilité vis-à-vis du prix des co-produits............12 – Détail des coûts d’exploitation fixes annuels (kSFr) par filière......11 – Détail des investissements (kSFr) par étape et par filière.............................. 45 Tableau 5........4 – Liste des différents ateliers de l’usine de production d’Etha+® (Maguin Interis.......6 – Résultats de l’analyse de sensibilité vis-à-vis des performances à l’utilisation...........8 – Variation relative des impacts de la filière essEnce5 par rapport à la filière essence ............... 51 Tableau 5........................... 37 Tableau 3.......7 – Détail des effluents liquides envoyés en méthanisation............ 64 Tableau 6......................./l) ......................................

Le choix définitif du site faisant actuellement l’objet d’une étude comparative d’impact et n’ayant pas encore été arrêté à ce stade de l’étude. polyvalente et flexible. Enfin. le site de Delémont (figurant parmi les plus sérieux candidats malgré sa position excentrée) a été EPFL . Alcosuisse souhaite. cette filière présente l’avantage de pouvoir être mise en œuvre rapidement et avec des investissements modestes : à de faibles concentrations jusqu'à 5% (vol. USA. une augmentation de la production de betteraves est possible. Cette analyse comparative des performances environnementales de carburants fait l’objet de la présente étude. Une installation multi-matières. Cependant. Alcosuisse-Schachen. Espagne). dans le cadre d’une seconde phase de son projet. réalisant la conversion en bioéthanol des ressources identifiées précédemment (céréales. évaluer l’impact environnemental d’une telle installation de production d’éthanol.Rapport 420. et permettrait de disposer d’une quantité correspondante de mélasses de betteraves pour la production de bioéthanol. INTRODUCTION La filière bioéthanol-carburant peut apporter une contribution significative à la réduction des émissions de CO2 dues aux transports (LASEN. à savoir les sites d’Alcosuisse-Delémont. 1. à la fois coûteuse et peu écologique. les ressources disponibles à court terme (surplus “techniques”. Les céréales panifiables déclassées en céréales fourragères pour soutenir les prix du marché offrent également un important potentiel de production. Borrregaard-Luterbach et Aarberg. Alcosuisse. France. en relation avec les carburants conventionnels utilisés à l’heure actuelle. 2002). 2002). pour de faibles concentrations de bioéthanol dans le diesel. dans les limites des capacités de traitement actuelles des sucreries.100 1. a permis de répertorier les matières premières disponibles à court terme. le carburant est utilisable par tous les véhicules essence actuels. voire “déchets”) représenteraient un potentiel de production d’éthanol-carburant de l’ordre de 35-40 millions de litres (Ml) par an (Planair SA. Diverses études mandatées par Alcosuisse ont ainsi montré qu’une filière indigène d’éthanol-carburant développée autour d’une unité de production d’éthanol de quelques 35-40 Ml/an. serait en effet avantageusement remplacée par une production d’éthanol. basée sur des céréales.1 Contexte de l’étude Jusqu’à fin 2002. La valorisation actuelle des surplus “techniques” de pommes de terre par déshydratation. Dans un tel contexte. 2002). Suède. des mélasses et des pommes de terre é techniquement envisageable et pourrait s’avérer également économiquement viable sous certaines conditions (Planair SA. Déjà développée à large échelle dans plusieurs pays (Brésil. réduction à laquelle la Suisse s’est engagée dans le cadre du protocole de Kyoto. souhaite promouvoir une filière bioéthanol-carburant pour sa contribution au développement durable participant ainsi à la mise en place d'un nouveau secteur industriel offrant des débouchés à l'agriculture suisse. Au total. Ces avantages valent également. dans une moindre mesure. seules des adaptations mineures du système de distribution et des précautions élémentaires sont nécessaires. et sa rentabilité évaluée. une première phase d’investigations visant à déterminer les conditions dans lesquelles le développement de cette filière présentait un intérêt et une probabilité de succès raisonnable. Pétroplus-Cressier. mélasses.) dans l’essence. Centre de profit de la Régie Fédérale des Alcools. pommes de terre) a ainsi été pré-dimensionnée.LASEN Page 1 . Plusieurs sites sont actuellement envisagés pour l’implantation d’une telle unité de production d’éthanol. A cette concentration et conformément à la norme européenne EN228 définissant l’essence sans plomb.

Les critères d’impact retenus dans le cadre de la présente étude sont l’amplification énergétique.) d’essence sans plomb conventionnelle. le bioéthanol dont la production est prévue par Alcosuisse a été baptisé Etha+®. marque déposée par Alcosuisse. désigné sous le terme essEnce5 dans le cadre de la présente étude. Les données spécifiques concernant le traitement et la valorisation des effluents liquides sont issues de RWB Eau et Environnement SA. les vinasses) à différents stades du procédé ainsi que les coûts associés à l’introduction de l’essEnce5 sur le marché suisse des carburants. la viabilité à long terme de l’ensemble de la filière ne pouvant pas être établie uniquement à partir d’un calcul du coût de production de l’éthanol.LASEN Page 2 . évaluer la sensibilité des résultats aux paramètres déterminants les plus pertinents et aux diverses matières premières envisagées. A titre comparatif. 1. le coût de production de l’essence conventionnelle “sortie raffinerie” se situe aujourd’hui entre 0. Les objectifs principaux de cette étude visent essentiellement à : comparer. La logistique d’approvisionnement de l’usine en 1 En Suisse. Ces critères d'impact ont ainsi été quantifiés pour chaque étape du cycle de vie des carburants. sur la base de données cohérentes et actualisées .2 Objectifs de l’étude L’utilisation de l’éthanol-carburant est ici envisagée sous forme d’un mélange de 5% (vol. L’analyse de cycle de vie est complétée par une analyse économique visant d’une part à effectuer une allocation des charges polluantes entre l’éthanol et les différents co-produits issus de l’usine. Ce site offrirait par ailleurs un intéressant potentiel d’importation de biomasse depuis la France ou l’Allemagne. à l'aide d’une méthode d'analyse de cycle de vie rigoureuse et reconnue. culture de la matière première. à savoir la production. à savoir la phase de production (ressources.100 choisi arbitrairement comme site de référence pour la présente étude. la mise à disposition auprès du consommateur et enfin l’utilisation du carburant.20 SFr/l (Planair SA. l’effet de serre. transformation et distribution) et la phase d'utilisation dans un véhicule conventionnel. EPFL . Les études préliminaires indiquent un coût de production de l’éthanol autour de 1. la présente étude a pour objectif d’analyser chaque étape de la filière du point de vue à la fois socio-économique et environnemental. De manière à pouvoir caractériser les impacts environnementaux associés à chacune des deux filières. stockage. afin d'obtenir un inventaire détaillé des émissions polluantes et des ressources consommées dans chacun des cas.50 SFr/l.) de bioéthanol (Etha+®1) et de 95% (vol. Or. L’essEnce5 est ici comparée à l’essence sans plomb 95 (désignée plus simplement sous le terme “essence” dans la suite du rapport) selon divers aspects. une analyse de cycle de vie (ACV) est essentielle. et d’autre part à évaluer les coûts d’opportunités des produits intermédiaires (par exemple.40 SFr/l et 0. Une telle différence de coûts de production entre ces deux carburants pose le problème essentiel des conditions de viabilité à long terme d’une filière de production de bioéthanol en Suisse. les impacts environnementaux relatifs à la production et l'utilisation des carburants automobiles susmentionnés. Les données de référence relatives à l’unité de production d’Etha+® émanent de documents établis par la société Maguin Interis SA. 2002). transport. collecte. ainsi que les phénomènes d’eutrophisation et d’acidification.Rapport 420. chargée de la conception et du design de l’usine. afin d'établir un intervalle de confiance des principaux résultats.

2002).3 Structure du rapport Le chapitre 2 présente l’approche adoptée par le LASEN dans le cadre de cette étude et décrit la méthodologie appliquée pour l’analyse environnementale d’une part et économique d’autre part. L’approche adoptée est présentée de manière détaillée. groupes d'entreprises du secteur agricole suisse. avec la mise en évidence des hypothèses majeures prises en compte dans cette étude. puis selon une approche quantitative par laquelle la modélisation des flux de matières et d’énergie est explicitée de façon à obtenir un inventaire complet des ressources consommées et des émissions polluantes tout au long du procédé. Le chapitre 6 propose dans un premier temps une analyse de sensibilité des différents résultats vis-à-vis des principaux paramètres déterminants identifiés tout au long de l’analyse de cycle de vie et de l’analyse économique. Le chapitre 5 expose les résultats relatifs à l’analyse économique d’une part et à l’analyse de cycle de vie d’autre part. Le chapitre 4 présente l’ensemble du cycle de vie des deux carburants retenus dans le cadre de cette étude (essence sans plomb 95 conventionnelle et essEnce5). et propose un bref récapitulatif des tests menés par l’EMPA dans le cadre de l’étude Alcosuisse 2002 et des résultats obtenus lors de ces mesures. Les divers critères et hypothèses retenus y sont discutés en détail.) lié à la production et à l’utilisation du bioéthanol. Enfin.LASEN Page 3 . Le procédé est d’abord décrit de façon qualitative. Le chapitre 3 offre une description détaillée de la production d’Etha+® depuis la production et la mise à disposition des matières premières jusqu’à l’obtention de l’éthanol-carburant au sein de l’usine multi-matières envisagée par Alcosuisse. Eidgenössische Materialprüfungs. Les deux filières de carburants envisagées sont comparées selon les différents critères d’impact considérés dans le cadre de la présente étude. pour ensuite insister plus particulièrement sur le procédé proposé par Maguin Interis SA pour la conversion en éthanol des différents substrats envisagés (céréales.und Forschungsanstalt (Laboratoire Fédéral d'Essai des Matériaux et de Recherche) EPFL . mélasses de betteraves. autrement dit leur combustion dans le moteur d’un véhicule de référence. Ce chapitre est conclu par une synthèse des résultats. pétroliers). 2 EMPA. Le chapitre 7 apporte enfin les recommandations et les conclusions relatives à l’ensemble de l’étude en termes de bilan des résultats et de limites de l’étude.100 matières premières ainsi que la distribution de l’éthanol puis du mélange essEnce5 sont issues de diverses prises de contact et études du bureau Planair SA avec les différents acteurs concernés (agriculteurs. Ce chapitre envisage dans un premier temps la phase de production des carburants (jusqu’à la distribution à la station service) pour ensuite s’intéresser à la phase d’utilisation des carburants. Elle permet d’exprimer le potentiel d’économie d’énergie primaire non renouvelable et d’émissions de gaz à effet de serre (CO2 eq. Ce chapitre offre dans un premier temps une vision concrète de la logistique d’approvisionnement de l’usine en matières premières.Rapport 420. pommes de terre). 1. les données relatives à la phase d’utilisation des carburants reposent sur les résultats de mesures d'émissions réalisées sur un véhicule de référence par l'EMPA2 en 2002 (EMPA.

il est essentiel de maintenir la plus grande transparence lors de l'évaluation de l'impact selon l’approche ACV. afin de s'assurer que les hypothèses sont décrites et définies de la manière la plus claire possible. de méthodologie universelle et acceptée de tous. Il n'existe pas encore. L'évaluation de l'impact environnemental vise à évaluer l'impact sur l'environnement des émissions inventoriées dans l'étape précédente en agrégeant les émissions et en les pondérant selon leur potentiel à causer une perturbation environnementale. il existe toujours une part de subjectivité dans le choix. L'unité fonctionnelle constitue une référence à laquelle sont associés les inputs et outputs relatifs au système. EPFL . du système et de ses limites permet de poser le problème. Une référence unique est indispensable afin de permettre la comparaison des différents scénarios dans le cas d'une étude comparative. 1997) définit. 3 L'unité fonctionnelle est une mesure de la performance des outputs fonctionnels du système. Elle a été réalisée selon la structure et les directives de la norme ISO 14040. à savoir d'une part la filière traditionnelle (essence sans plomb 95) et d'autre part la filière essEnce5. de définir les objectifs et la portée de l'étude.LASEN Page 4 . l'eau et le sol. la modélisation et l'évaluation des catégories d'impact. Le cadre scientifique ainsi que la méthodologie liée à l'évaluation de l'impact sont encore à l'heure actuelle en cours de développement. pour la réalisation d'une telle analyse. en effet. des filières d'utilisation de carburants. permettant d'associer. d'un point de vue environnemental. permettant d'évaluer la charge environnementale de plusieurs produits. ANALYSE DE CYCLE DE VIE DES FILIÈRES DE CARBURANTS Cette étude vise à caractériser. les données de l'inventaire à un éventuel impact environnemental. Ainsi. à travers une description détaillée du procédé étudié. d'une manière qui soit à la fois cohérente et précise. du système et de ses limites l'inventaire des émissions et de la consommation des ressources l'évaluation de l'impact environnemental l'interprétation des résultats La définition des objectifs.1 Etapes d'une analyse de cycle de vie Le code de pratique décrit dans la série de normes internationales ISO 14040-43 (ISO/FDIS 14040 on Environmental Management. 2. selon la méthodologie conventionnelle de l'évaluation d'impact environnemental de type “analyse de cycle de vie” ou “écobilan”. L'analyse de cycle de vie ou écobilan est un instrument comparatif. C'est aussi dans cette étape que les scénarios de base et les variantes à étudier sont définis en détail.Rapport 420.100 2. de l'unité fonctionnelle3 à laquelle les émissions seront ensuite rapportées ainsi que la définition des limites du système étudié jouent un rôle crucial. La détermination de la fonction du système. L'inventaire des ressources et des émissions quantifie l'utilisation des matières premières ainsi que les émissions polluantes dans l'air. les quatre étapes suivantes : la définition des objectifs. De plus. qui précise de manière détaillée la méthodologie la mieux indiquée à l'heure actuelle. procédés ou systèmes.

bruit) Système Limites du système étudié dans l'écobilan Figure 2. l'environnement et l'économie (Jolliet. au point de division. de fournir de l'énergie au moteur d'un véhicule afin d'assurer le déplacement de celui-ci.100 Enfin. l'interprétation des résultats obtenus à chacune des étapes précédentes. ainsi que l'utilisation du carburant dans le véhicule de référence (Figure 2. On obtiendra ainsi par exemple une quantité de gaz à effet de serre émis par 100 km parcourus. 2. Les flux associés au procédé de transformation sont ainsi répartis entre le produit étudié et les divers co-produits. Economie Produit Co-produit(s) Input = 0 Environnement Consommation (ressources. énergie. englobe toute l'infrastructure de production et de mise à disposition du carburant. Dans le cas présent. le système considéré. Cette interprétation peut prendre la forme de conclusions et de recommandations auprès des décideurs. La méthode d'analyse de cycle de vie adoptée dans le cadre de cette étude est la méthode “EcoIndicator’99”.LASEN Page 5 . sol) Emissions (air. le prix considéré est celui du marché. 2000) La fonction principale du système est. L'unité fonctionnelle en référence à laquelle seront exprimés tous les résultats. EPFL . sol. Les émissions sont donc allouées entre le produit étudié et les divers co-produits proportionnellement à la valeur de l'expression “prix × quantité” de chacun. y compris la production et la mise à disposition des divers intrants (ou inputs). les limites du système sont définies de la manière indiquée sur la Figure 2. donc sur le caractère incitatif du revenu financier. depuis l'extraction dans l'environnement des ressources primaires jusqu'à la distribution du carburant auprès du consommateur. dans le cas présent “100 kilomètres parcourus”. unité fonctionnelle et méthode d'analyse De manière très générale.Rapport 420. pour chacune des filières envisagées.2). 1999).1 et incluent toutes les étapes du processus de fabrication jusqu'à l'obtention du produit fini. L'allocation des ressources consommées et des émissions polluantes à la production des divers carburants a été déterminée proportionnellement aux valeurs économiques respectives des divers produits (ou co-produits) issus du procédé de transformation de la biomasse. reconnue et largement utilisée dans le domaine de l'analyse de cycle de vie. et désormais éprouvée. est de ce fait une distance. au prorata de leur valeur commerciale sur le marché.2 Système. développée par le bureau néerlandais PRé Consultants (PRé Consultants.1 – Rapports et échanges entre le système. eau. Pour chaque produit ou coproduit. Le principe de l'allocation financière repose sur le fait que les produits sont fabriqués pour leur valeur commerciale. repose sur une analyse critique de l’influence du choix des limites et sur une analyse de sensibilité des hypothèses. pour chacun des carburants envisagés.

Rapport 420.100 Figure 2.LASEN Page 6 .2 – Frontières et caractérisation des systèmes étudiés EPFL .

la mention des divers aspects “devenir” (fate analysis). a. EPFL . allouée au carburant.3. La consommation d'énergie primaire (non renouvelable) est ici exprimée en MJp consommés pour 100 km parcourus.100 2.4. La portée de l’ACV réalisée dans cette étude est précisée sur la Figure 2. 2002) imposent certaines limitations quant au nombre et à la nature des substances polluantes considérées.3 Caractérisation des critères d’impacts environnementaux considérés La structure générale de la méthode “EcoIndicator’99” est présentée sur la Figure 2. Le facteur d'amplification énergétique (FAE) est quant à lui défini comme le rapport de l’énergie totale contenue dans une unité de carburant (par exemple 1 GJ) et de l’énergie primaire non renouvelable commercialisée.LASEN Page 7 . à savoir : consommation d’énergie primaire non renouvelable effet de serre eutrophisation acidification Tous les critères n'ayant pas été considérés. Les résultats de l'analyse de cycle de vie sont ainsi présentés sous la forme d’impacts-scores relatifs à chacun des critères cités ci-dessus. consommée pour produire et mettre à disposition la même unité de carburant. A noter sur la figure. Le FAE est donné par la formule : FAE = Energie restituée sous forme de carburant Energie primaire totale non renouvelable consommée. seuls 4 des 11 critères d'impacts environnementaux envisagés dans la méthode EcoIndicators’99 ont été retenus dans le cadre de la présente étude. Dans ses “Guidelines for Life-Cycle Assessment”. en accord avec Alcosuisse.Rapport 420. la SETAC (Society of Environmental Toxicology and Chemistry) précise en effet que le calcul d’impact devrait tenir compte à la fois de l’aspect “devenir” (à savoir. “effet” (effect analysis) et “dommage” (damage analysis). allouée au carburant Ce facteur traduit la capacité d’une filière à économiser et substituer l’énergie fossile. dans le sens où la consommation d’énergie primaire non renouvelable à la production du carburant est inférieure à l’énergie contenue dans celui-ci. les procédés de dégradation et de transport des polluants vers les autres compartiments environnementaux) et de l’aspect “effet” (toxicité) des polluants. la dernière agrégation permettant l'évaluation des “dommages” (damage analysis) n'est pas effectuée dans le cadre de cette étude. à savoir l'évaluation de la consommation d'énergie primaire rapportée à l'unité fonctionnelle de référence et l'évaluation de l'amplification énergétique. Compte tenu du fait que les mesures d'émissions à l’échappement effectuées par l'EMPA pour la phase d’utilisation des carburants (EMPA. Chacun des critères d'impact retenus est maintenant abordé de manière plus détaillée. Consommation d'énergie primaire non renouvelable L’analyse de cycle de vie permet d’estimer la consommation d’énergie primaire associée à la production et la mise à disposition d’un carburant. Un FAE supérieur à 1 indique un bilan énergétique positif. L'aspect énergétique est ici abordé de deux manières différentes.

3 – Schéma de principe de la méthode ACV EcoIndicator'99 Page 8 .LASEN Rapport 420.EPFL .100 Figure 2.

4 – Schéma de principe de la méthode ACV retenue dans le cadre de l'étude .100 Page 9 Figure 2.EPFL .LASEN Rapport 420.

à l’origine des “pluies acides” et du dépérissement de certaines forêts. Si l’on considère.LASEN Page 10 . L'augmentation des rejets de gaz à effet de serre fait craindre un bouleversement de l'équilibre climatique.Rapport 420. l'efficacité avec laquelle les différents carburants assurent le déplacement du véhicule. Chaque molécule de sucre simple donne en effet lieu à 2 molécules d’éthanol et 2 molécules de dioxyde de carbone. la consommation d’une fraction des sucres (de l’ordre de 5%) liée à la croissance des levures. Ces émissions sont directement liées à la concentration en nitrates dans le sol. L'impact est exprimé en kg de CO2 eq. l’ammoniaque (NH3) et les acides halogéniques (HCl. et possède un coefficient d’équivalence vis-à-vis du CO2 égal à 74. Eutrophisation et acidification L’eutrophisation touche les eaux et se manifeste par une prolifération d’algues consécutive à l’introduction dans les eaux d’éléments nutritifs tels que phosphates et nitrates. b. Les principaux polluants intervenant dans la caractérisation des impacts-scores liés à ces deux phénomènes sont respectivement les phosphates (PO43-) et l’azote (NH4+. Dans le cas du bioéthanol. les principaux gaz à effet de serre sont le dioxyde de carbone (CO2). EPFL . La croissance rapide des algues perturbe en particulier le cycle biochimique de l’eau. mais il possède un coefficient d’équivalence vis-à-vis du CO2 égal à 1565. Les émissions sont en effet pondérées à l’aide de potentiels d’impact permettant d’exprimer toutes les émissions en kg de CO2 équivalent (IPCC. Le méthane contribue au phénomène d’effet de serre. NO et NO2) pour l’eutrophisation et les oxydes de soufre (SOx). La contribution principale aux émissions de méthane réside dans la synthèse des engrais azotés minéraux. La production de N2O provient essentiellement de la transformation des engrais azotés par des bactéries (dénitrification biologique). de ce fait. les émissions directes (par opposition aux émissions relatives à la production des intrants) associées à la fermentation des sucres par les levures sont dictées par la chimie de la réaction de fermentation.015 kg de CO2 par litre d’alcool. Le protoxyde d’azote est un gaz à effet de serre au même titre que le dioxyde de carbone et le méthane. les oxydes d’azote (NOx). émis pour 100 km parcourus. 2001). la réaction de conversion des sucres en éthanol s’accompagne globalement d’une émission de 1. Les étapes agricoles peuvent être à l’origine d’émissions de N2O. c. Bien qu’un nombre considérable de polluants soient en fait pris en compte dans l’évaluation de l’impact. Le dioxyde de carbone est le principal gaz à effet de serre et sert de référence pour le calcul de l’impact. 4 5 Un coefficient d'équivalence de 7 (vis-à-vis du CO2) signifie que l'émission de 1 kg de méthane équivaut celle de 7 kg de CO2.100 A noter cependant que le FAE ne tient compte que de la phase de production des carburants étudiés et ne traduit pas. Le FAE étant une grandeur souvent mentionnée dans la littérature pour ce genre d'étude. HF) pour l’acidification. il est malgré tout mentionné à titre indicatif dans cette étude. Effet de serre L'effet de serre est le nom du phénomène de rétention par l'atmosphère de la chaleur émise par la terre. le méthane (CH4) et le protoxyde d'azote (N2O). par ailleurs. L'émission d'un kilogramme de protoxyde d'azote équivaut celle de 156 kg de dioxyde de carbone. L'acidification désigne en revanche l’augmentation de substances acides dans la basse atmosphère.

obtenues soit dans des études spécifiques. EMPA. EPFL .LASEN Page 11 . du transport.4 Sources des données relatives à l’analyse de cycle de vie La grande majorité des données utilisées pour l'évaluation de la consommation des ressources primaires et des émissions polluantes provient de la base de données EcoInvent. selon une approche intégrée. C’est le cas notamment pour les mélasses de betteraves. 1999). les domaines de l’approvisionnement énergétique. suite à une initiative du Swiss Centre for Life Cycle Inventories et des Office Fédéraux. au format EcoInvent. papier. soit auprès d’industriels du domaine concerné. etc. du traitement des déchets. a été compilé par le LASEN. développée au sein de différentes institutions de recherche suisses (EPFZ. FAL). EAWAG. EPFL. levures. mélasses. dont l’ACV complète a été réalisée à partir d’une description détaillée du procédé de production de sucre fournie par la sucrerie d’Aarberg. selon les besoins. Cette base de données particulièrement complète regroupe. technologies de l’information. de l’agriculture.100 2. un enregistrement original. de la construction et également des biens de consommation tels que détergents.). La caractérisation des enzymes et levures repose quant à elle sur une étude du NREL (Wooley. des matériaux. Pour chacun des intrants intervenant dans les filières envisagées dans cette étude et ne figurant pas dans la base de données (enzymes. développée initialement par le groupe Energie-Stoff-Umwelt (ESU) de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zürich (EPFZ). à partir de différentes informations. etc. relative à une installation de production de bioéthanol dont les unités spécifiques ont été isolées.Rapport 420. Cette nouvelle base de données constitue en quelques sortes une version plus aboutie et mise à jour de la base de données “Ökoinventare von Energiesystemen”. PSI.

mélasses) . Les principales filières de production sont indiquées sur la Figure 3. Figure 3. leur transport à l’usine de production de bioéthanol .1. Il existe deux façons principales de produire de l'éthanol. etc. conformément à la Figure 2. bien que leur contribution à l’heure actuelle reste largement marginale. pommes de terre. mais également dans l'herbe ou encore le bois. LA PRODUCTION DE BIOETHANOL Les biocarburants peuvent être produits à partir de différentes sources de matière première.1. le maïs. Tous les sucres fermentescibles (glucose.Rapport 420. Seule cette deuxième façon de procéder mérite l'appellation “bioéthanol” et sera étudiée dans ce rapport.LASEN Page 12 . Comme le montre la Figure 3. le stockage et le conditionnement des surplus agricoles envisagés . Des déchets tels que le petit lait ou le vieux papier peuvent aussi être transformés en bioéthanol. à savoir.100 3. la pomme de terre. ci-dessous. la description de la chaîne de production de l’Etha+® est ici divisée en deux grandes phases. identique par sa composition à l'alcool de bouche.1 – Principales filières de production de biocarburants Le bioéthanol n'est autre que de l'alcool éthylique ou éthanol. comprend essentiellement les étapes suivantes : la production des matières premières retenues (céréales. à savoir par synthèse à partir de d'hydrocarbures et à partir de biomasse. A partir des différentes étapes énumérées ci-dessus. La filière envisagée par Alcosuisse pour la production et l’acheminement jusqu’à la raffinerie de l’Etha+®. saccharose. ces sucres sont présents dans un état plus ou moins polymérisé dans de nombreuses espèces du monde végétal comme la betterave à sucre. le blé.2. la canne à sucre.) peuvent être transformés en éthanol par fermentation. selon divers procédés de transformation. la production et l’acheminement des matières premières jusqu’à l’usine de bioéthanol et la production d’Etha+® à proprement EPFL . la production du bioéthanol et des co-produits .

2b). les quantités valorisables à un prix intéressant sur le marché suisse sont limitées. sont présentées et décrites dans le chapitre 4. La valeur de 120 MJ a été retenue. Un stockage en silo a également été considéré. 2004). prise en charge du transport jusqu’à l’usine (forfait de 15 SFr. prise en charge du transport jusqu’au centre de collecte et du stockage (12 SFr). Une distance moyenne de 60 km a été envisagée pour le transport depuis les centres de collecte régionaux jusqu’à l’usine d’éthanol. année envisagée pour la mise en service de l’usine. selon la base de données EcoInvent est de 15%.). Les fortes variations proviennent des disparités entre les installations (vétusté.1 Production et acheminement des matières premières Cette première section a pour but d’offrir une vision la plus concrète possible de la logistique d’approvisionnement de l’usine en matières premières. En termes d’analyse de cycle de vie (ACV). type d’installations. Les valeurs sont dérivées du PV Fenaco du 10/11/2003. Un prix franco usine d’éthanol de 500 SFr/t a été envisagé6. 7 Selon la Fédération Suisse des Producteurs de Céréales (FSPC).) de la matière première est également abordée. alimentation des ventilateurs. en accord avec l’approche retenue pour l’ACV. et leur valorisation sur le marché de l’affouragement contribue de manière non négligeable à équilibrer le bilan financier de la production de bioéthanol (voir paragraphe 3. Le transport du blé depuis l’exploitation jusqu’au centre régional de collecte est envisagé sur une distance moyenne de 15 km. une consommation de 5 kWh d’électricité et 130 MJ (soit 3. la production d’éthanol issu (directement ou indirectement) de matières première d’origine agricole s’accompagne d’une production de co-produits présentant une teneur importante en protéines. La teneur en eau. les valeurs sont précisées franco usine de production d’éthanol et correspondent à des estimations pour l’année 2007.). La question du conditionnement (séchage. la culture de référence pour la filière céréales est le blé. Toutefois. etc. etc. fonctionnement du séchoir. La logistique d’acheminement du bioéthanol jusqu’à la raffinerie et/ou aux centres de dépôt régionaux.LASEN Page 13 . en production intégrée. L’allocation entre les grains et la paille est effectuée selon les valeurs économiques respectives des deux produits. etc. en considérant qu’il ne s’agissait que de gaz naturel. 2003). la quantité moyenne d’énergie dépensée pour le séchage est de l’ordre de 3 à 7 kWh d’énergie électrique (entraînement électrique des marchandises. soit un rendement de 372 l/t (voir paragraphe 3.Rapport 420. tandis qu’une exportation de ces co-produits ne serait pas attractive du point de vue financier. Les quantités envisagées dans cette étude correspondent aux valeurs maximales (Planair SA. Le transport est effectué par rail. plus 10 SFr/100 km. Concernant enfin le prix des matières premières. Concernant le séchage des céréales. D’une façon générale. Le transport est effectué par l’agriculteur au moyen d’un tracteur muni d’une remorque d’une capacité de 8t. en termes de répartition temporelle des livraisons. a.2 m3) de gaz naturel par tonne de céréales a été prise en compte7. Cette contrainte limite donc les quantités de matières premières utilisables pour la production d’éthanol.100 parler. Une capacité de 6 Le prix franco usine de production d’éthanol pour une tonne de céréales est décomposé de la manière suivante : prix moyen des céréales franco exploitation agricole (467 SFr). La contribution est cependant jugée négligeable.5 Ml/an (Maguin Interis. soit un total de 21 SFr pour couvrir une distance de 60 km). de distances moyennes parcourues entre les exploitations agricoles et l’usine de bioéthanol. ensuite validées par Planair. tout comme la formulation et la distribution de l’essEnce5. Céréales Les quantités de céréales envisagées pour la production de bioéthanol s’élèvent à 60'000 t/an pour une production d’éthanol anhydre de l’ordre de 22. EPFL . 3.6). et de 95 à 125 MJ de carburant (les deux tiers des séchoirs fonctionnant au mazout et le tiers restant au gaz naturel). les étapes de chargement/déchargement tout au long de la chaîne d’approvisionnement ne sont pas prises en compte. mais aussi en termes de capacités de stockage nécessaires au sein de l’usine. Par manque d’information.

Mélasses de betteraves Références Blé.1. Les mélasses de betteraves sont acheminées par rail jusqu’à l’usine d’éthanol implantée à Delémont depuis les sucreries d’Aarberg (70 km) et Frauenfeld (170 km). FSPC Planair Planair Planair. ZAF Planair. Par manque d’information.Rapport 420.1 – Hypothèses concernant l’approvisionnement en céréales de l’usine d’éthanol Paramètres Type de céréales Capacité de traitement de l’usine Quantités annuelles traitées Taux de charge de l’usine Transport jusqu’au centre de collecte Energie de séchage (par tonne de MP) Transport jusqu’à l’usine d’éthanol Stockage des céréales sur le site de l’usine Teneur en eau des céréales Teneur en amidon des céréales Prix des céréales franco usine b. la source des informations est précisée. Dans chaque cas. Les différentes hypothèses concernant l’approvisionnement en céréales de l’usine d’éthanol sont reprises dans le Tableau 3. par rail 4 jours (soit 2'500 m3) 14% 60% 500 SFr/t Sources EcoInvent.2. Interis Planair.2 – Hypothèses concernant l’approvisionnement en céréales de l’usine d’éthanol Paramètres Capacité de traitement de l’usine Quantités annuelles traitées Taux de charge de l’usine ACV de la production de sucre Transport jusqu’à l’usine d’éthanol Stockage des céréales sur le site de l’usine Teneur en eau des mélasses Teneur en saccharose des mélasses Prix des mélasses franco usine EPFL . Tableau 3.6 l/t (voir paragraphe 3. la source est précisée.LASEN Références 40'820 t/an 20'000 t/an 49. LASEN Planair. par tracteur 5 kWh d’électricité 120 MJ de gaz naturel 60 km. 2004). Interis Planair. Tableau 3. Les diverses hypothèses concernant l’approvisionnement en mélasses de l’usine de bioéthanol sont reprises dans le Tableau 3. soit un rendement de 308. Fenaco Les quantités de mélasses envisagées pour la production de bioéthanol s’élèvent à 20'000 t/an pour une production d’éthanol anhydre de l’ordre de 6. En ce qui concerne la qualité des mélasses.2 Ml/an (Maguin Interis.100 stockage en silo équivalente à 4 jours de production à capacité nominale (soit 2'500 m3) a été considérée.2b). Concernant la qualité des céréales. LASEN Interis Planair Planair.0% Allocation économique 120 km. une teneur en saccharose de 50% et une teneur en eau de 18% ont été retenues. La distance moyenne de transport des mélasses jusqu’à l’usine s’élève donc à 120 km. LASEN Planair Planair. Dans chaque cas. en proportions égales. Interis Planair.7% 15 km. les étapes de chargement/déchargement ne sont là non plus pas prises en compte. ZAF Page 14 . Une capacité de stockage des mélasses équivalente à 4 jours de production à capacité nominale (soit 1'700 m3) a été considérée. par rail 4 jours (soit 1'700 m3) 18% 50% 265 SFr/t Sources Interis Planair LASEN. une teneur en amidon de 60% et une teneur en eau de 14% ont été retenues. Un prix franco usine d’éthanol de 265 SFr/t a été envisagé. production intégrée 67'200 t/an 60'000 t/an 88. Interis Planair.

100 Une analyse de cycle de vie de la production de sucre à partir de betteraves a été réalisée afin d’évaluer l’impact occasionné par la production des mélasses. 2004).50 SFr/t . Le transport est effectué par rail. la teneur moyenne en amidon est fixée à 15%. EPFL . La contribution de la matière première au coût de production de l’éthanol serait alors de 1. Par contre. Une consommation d’électricité de 7 kWh par tonne a été prise en compte pour le tri et le séchage des pommes de terre.LASEN Page 15 . Fankhauser de la sucrerie d’Aarberg. Le transport est effectué par l’agriculteur lui-même au moyen d’un tracteur équipé d’une remorque d’une capacité de 8 tonnes. En mettant cette quantité gratuitement à disposition pour une production d’éthanol. pulpes) sur le marché suisse. non triées. Le prix moyen des pommes de terre franco centre de chargement CFF est évalué de la manière suivante : jusqu’à 45'000 t. Pommes de terre La culture de pommes de terre pour la production d’éthanol-carburant n’est en elle-même pas économiquement rentable. La teneur en eau. H. des teneurs en amidon de 15% et en eau de 75% ont été retenues. La distance moyenne s’élève donc ainsi à 145 km. Le prix moyen franco usine de bioéthanol est évalué selon les conditions décrites plus haut et se monte dans le cas présent à 116 SFr/t.2b).Rapport 420. les 10'000 t suivantes reviennent à 82. Une distance moyenne de 15 km est envisagée pour le transport des pommes de terre depuis l’exploitation jusqu’au centre régional de collecte. Alcosuisse bénéficie enfin d’un prix de 140. la source est précisée. Les différentes hypothèses concernant l’approvisionnement de l’usine d’éthanol en pommes de terre sont reprises dans le Tableau 3. Une capacité de stockage équivalente à 4 jours de production à capacité nominale (soit 7’100 m3) a été considérée sur le site de l’usine. selon la base de données EcoInvent est de 78% à la production. mélasses. Cette ACV repose sur une description détaillée du procédé. en accord avec l’approche retenue pour l’ensemble de l’étude.3. Viennent s’ajouter les frais de transport depuis le centre de chargement CFF jusqu’à l’usine de bioéthanol. Les quantités de pommes de terre envisagées s’élèvent ici à 100'000 t/an pour une production d’éthanol de l’ordre de 9. la valorisation d’une partie des excédents dans la filière éthanol est prometteuse. car la Confédération paye actuellement (via Swisspatat) 45 SFr/t net aux entreprises de séchage pour couvrir les frais. Moudon (160 km) et Payerne (140 km). la Confédération pourrait économiser 45 SFr/t. Dans chacun des cas. Les pommes de terre sont acheminées jusqu’à Delémont depuis les centres régionaux d’Orbe (133 km). la culture de référence est la pomme de terre.2 l/t (voir paragraphe 3. au-delà de 55'000 t.3 Ml/an (Maguin Interis.60 SFr/l. L’allocation des ressources consommées et des charges environnementales a été effectuée selon les valeurs économiques respectives des différents produits (sucre cristallisé. 2004). Le stockage a également été considéré. coûterait encore 200 SFr/t. composés d’un forfait fixe de 15 SFr/t pour la prise en charge de l’opération et d’une taxe proportionnelle à la distance parcourue de 10 SFr/t par 100 km. Concernant la qualité des pommes de terre. soit un rendement de 93. fournie par M.50 SFr/t . en production intégrée. Dans le cadre de cette étude. Les étapes de chargementdéchargement le long de la chaîne d’approvisionnement ne sont pas prises en compte. En termes d’analyse de cycle de vie (ACV). Swisspatat estime à ce titre qu’une production dédiée de pommes de terre riches en amidon (20%). en plus des 180 SFr/t versés aux agriculteurs.50 SFr/t. c. en particulier pour remplacer les quantités valorisées par séchage. le prix est de 32. Le prix de revient moyen des pommes de terre livrées à l’usine dépend donc de la quantité de pommes de terre traitées par année (Planair. La distance moyenne de transport depuis les centres de collecte jusqu’à l’usine d’éthanol est calculée en fonction de la provenance.

à savoir. depuis l’étude préliminaire d’Interis (Maguin Interis.Rapport 420. La capacité de production envisagée est de 1'500 hl/jour d'éthanol déshydraté pour les filières céréales et mélasses et de 1'300 hl/jour pour la filière pomme de terre.3 – Hypothèses concernant l’approvisionnement en pommes de terre de l’usine d’éthanol Paramètres Type de culture envisagé Capacité de traitement de l’usine Quantités annuelles traitées Taux de charge de l’usine Transport jusqu’au centre de collecte Energie de tri et séchage (par tonne de MP) Transport jusqu’à l’usine d’éthanol Stockage tampon sur le site de l’usine Teneur en eau des pommes de terre Teneur en amidon des pommes de terre Prix des pommes de terre franco usine 3. mélasses (Figure 3. Compte tenu de leurs disponibilités respectives. puis selon une approche quantitative par laquelle la modélisation des flux de matières et d’énergie est explicitée de façon rigoureuse afin d’obtenir un inventaire global des ressources consommées et des émissions polluantes tout au long du procédé. les matières premières seront traitées par campagnes réparties au cours de l'année. les mélasses de juillet à septembre (3 mois) et les pommes de terre d’octobre à décembre (3 mois). 2002).100 Tableau 3. d'autres au contraire spécifiques à l’une d’entre elles. La mise à jour des données.2a). L'unité de production a été conçue de façon à traiter différentes matières premières (céréales. de mélasses de betteraves et de pommes de terre. mélasses de betteraves. Interis Planair. Fenaco Cette deuxième section insiste plus particulièrement sur le procédé proposé par Maguin Interis SA pour la conversion en bioéthanol des différents substrats envisagés (céréales. Le procédé est d’abord décrit de façon qualitative. FSPC Planair Planair Planair.2 Production d’Etha+® Références Production intégrée 117'210 t/an 100'000 t/an 85. selon les informations à disposition. a. par rail 4 jours (soit 7'100 m3) 75% 15% 116 SFr/t Sources EcoInvent. La capacité retenue ainsi que les données de référence relatives aux matières premières font suite à l'inventaire des ressources de matières premières. EPFL . pour chacune des filières céréales (Figure 3. établi par Planair SA (Planair SA. au sein d’une installation située sur le site d’Alcosuisse à Delémont. par tracteur 7 kWh d’électricité 145 km.2 offre une vue d’ensemble du diagramme de l’usine multi-matières de production de bioéthanol et montre l'organisation globale de l'installation. mélasses de betteraves et pommes de terre). concernant à la fois la morphologie du procédé et l’inventaire des ressources et de l’énergie consommée. 2002). s’est prolongée de façon continue. La Figure 3. pommes de terre).2b) et pommes de terre (Figure 3. Interis Planair. les céréales de janvier à juin (soit 6 mois).LASEN Page 16 .3% 15 km. La description de la production d’Etha+® concerne la production d’éthanol-carburant à partir de céréales. certains étant communs à l'ensemble des matières premières. Description technique du procédé La description technique de l’installation et du procédé de conversion des différentes matières premières en éthanol est reprise et adaptée (selon la mise à jour des données).2c). LASEN Planair. La production de bioéthanol dans une telle installation nécessite plusieurs ateliers de procédé. LASEN Interis Planair Planair.

à partir des grains (blé ou maïs). Cette opération est effectuée par des broyeurs à marteaux.4. n'est pas intégrée à cette étude. une mouture ayant une granulométrie moyenne de 0.15 mm) aussi faible que possible (environ 5 %). EPFL .LASEN Page 17 .2 montre l'organisation globale de l'unité.2 – Diagramme de l’usine multi-matières de production de bioéthanol Le diagramme de production simplifié présenté sur la Figure 3. 2002) Atelier Broyage des céréales Râpage des pommes de terre Liquéfaction et saccharification Fermentation Distillation Pré-concentration des vinasses Séparation des drêches de céréales Déshydratation Séchage et granulation des DDGS Concentration des vinasses de mélasses Réf. En tournant. n'excédant pas 1 mm. le tampon de la râpe déchiquette les pommes de terre qui sont ensuite reprises par une vis et stockées dans un bac tampon. Les différents ateliers sont repris dans le Tableau 3.Rapport 420. Tableau 3.100 La production d'alcool à partir de petit lait. L’atelier de râpage des pommes de terre a pour objet de produire une pulpe de pommes de terre. avec une teneur en farine (< 0. initialement envisagée. (a) céréales (b) mélasses (c) pommes de terre Figure 3. compte tenu de sa spécificité (nature et capacité) et de la nécessité de traiter ce petit lait en continu tout au long de l'année. Interis 100 200 300 400 500 600 700 800 900 1000 Spécificité Céréales Pommes de terre Céréales et pommes de terre Commun Commun Commun Céréales et pommes de terre Commun Céréales et pommes de terre Mélasses et pommes de terre L’atelier de broyage des céréales a pour objet d'obtenir. La râpe est alimentée à partir d'une auge réceptionnant les pommes de terre.6 mm.4 – Liste des différents ateliers de l’usine de production d’Etha+® (Maguin Interis.

et enfin 1 bac à vins. alors que les vinasses clarifiées s’écoulent par gravité dans un bac. et une enzyme amylo-glucosidase qui hydrolyse les liaisons α1-4 et α1-6. Dans le cas des mélasses.LASEN Page 18 . Les enzymes mises en œuvre ont pour objet de rompre les liaisons glucidiques de la macromolécule d'amidon afin d'obtenir des sucres fermentescibles. (2) l'étape de liquéfaction (2 heures à 90°C dans deux cuves). de diminuer la consommation énergétique et l’investissement de l’unité de séchage des drêches. par hydrolyse de l'amidon contenu dans la mouture. et (2) la fermentation alcoolique qui a pour objet de transformer le sucre en alcool par l'intermédiaire des levures.) d’éthanol. La ligne de liquéfaction/saccharification fonctionne en continu et comprend (1) l'étape d'empâtage de la mouture de céréale à 45°C ou de cuisson de la pulpe de pomme de terre à 100-105°C. flegmasses et condensats est effectué (voir 3. et (2) les vinasses clarifiées dont la teneur en matière sèche ne dépasse pas 10%. Deux types d'enzymes sont utilisés.100 L’atelier de liquéfaction et saccharification a pour but de transformer la mouture de céréales et la pulpe de pommes de terre en un moût fermentescible. à savoir (1) la pré-fermentation d'une partie des moûts. à savoir (1) les drêches. les vinasses sont d’abord clarifiées (dans l’atelier de séparation des drêches) avant d’être envoyées en pré-concentration.) pour les mélasses et les céréales. Dans le cas des céréales et des pommes de terre. par action sur des régulateurs de niveau. La colonne de distillation est donc chauffée par injection directe de la vapeur produite dans le premier effet de la pré-concentration. Les drêches sont envoyées vers l’atelier de séchage.Rapport 420. au niveau énergétique. L'unique colonne de distillation travaille sous vide et à basse température afin d’éviter la détérioration des protéines et les problèmes d'encrassement. un recyclage partiel des vinasses. La durée de fermentation est de 30 à 35 heures. où l’on retrouve 30-40% de la matière sèche totale des vinasses. suivant les matières premières. concentrées à 30%. L’atelier de séparation des drêches de céréales vise à séparer la matière sèche insoluble de la matière sèche soluble contenue dans les vinasses de céréales et de pommes de terre. une partie étant dirigée vers l’atelier de pré-concentration et l’autre recyclée en fermentation. de façon à réduire le volume des effluents liquides. La ligne de fermentation comprend 3 cuves de pré-fermentation pour la croissance des levures. La fermentation fonctionne en régime continu et comprend deux étapes successives.) d’éthanol. L’unité de fermentation vise à produire un vin à 8-10% (vol.5% (vol. en revanche. La variation du temps de séjour en fonction des matières premières est gérée en faisant fonctionner les cuves à différents coefficients de remplissage. Cette étape permet ainsi d’une part. destinée à produire des levures nécessaires à la fermentation alcoolique. 5 cuves de fermentation alcoolique. et (3) l'étape de saccharification (15 heures environ à 60°C dans trois cuves). Le procédé proposé est une hydrolyse enzymatique. L’atelier de distillation a pour objet de produire un flegme à 93% (vol.2b).) pour les pommes de terre à 9-10% (vol. qui suit immédiatement la saccharification. avec l'atelier de pré-concentration de façon à diminuer la consommation énergétique globale. Cette dernière réaction est lente et se poursuit pendant l’étape de fermentation. d’augmenter la quantité de vinasses recyclées en fermentation en diminuant la teneur en matière sèche (vinasses clarifiées) et d’autre part. à partir des mélasses de betteraves et du moût obtenu à l’issue de l’étape de liquéfaction saccharification pour les céréales et les pommes de terre. les vinasses issues du pied de la colonne sont directement envoyées vers l’atelier de pré-concentration. Les vinasses de céréales et de pommes de terre sont stockées dans un bac tampon et reprises pour alimenter des décanteuses-centrifugeuses qui donnent ainsi lieu à deux flux sortants. Compte tenu des spécificités de chaque matière première. EPFL . La distillation est couplée. Le degré des vins obtenus varie de 7. à savoir une enzyme alpha-amylase qui hydrolyse les liaisons 1-4 pour la partie liquéfaction.

Les pellets froids sont repris par élévateur vers un tamiseur. chaque effet comprenant un ensemble évaporateur-séparateur. orge. du tourteau de soja. elles-mêmes liées au changement de matières premières. (2) des vinasses concentrées autour de 10-15%MS pour les mélasses de betteraves. L'évaporation est réalisée sur une unité à deux effets à contre-courant. Le flegme est surchauffé avant déshydratation. de manière cyclique et séquentielle : adsorption. La vapeur d'évaporation du 1er effet chauffe enfin la distillatrice par injection directe. mélangées aux vinasses concentrées (sirop) contenant les protéines solubles. Dans le cas des vinasses de mélasses.D. de façon à produire un sirop à 60%MS. EPFL . et par conséquent la concentration en matières sèches des vinasses en sortie.G. afin d’éviter tout risque de condensation dans les adsorbeurs. dépend donc directement de la quantité de vapeur nécessaire lors de l’étape de distillation et donc indirectement de la teneur en alcool du moût de fermentation. Les pellets à la granulométrie requise sont stockés. destinés à l’alimentation animale.Rapport 420. Les buées de séchage sont lavées afin de respecter les normes d'émissions dans l'atmosphère. un modèle des flux de matière et d’énergie conçu par le LASEN a été appliqué dans le cadre de cette 8 Distiller's Dried Grains with Solubles. etc. La consommation nette de vapeur de la pré-concentration. désorption. La déshydratation est réalisée en phase vapeur.S8 dans le cas des céréales) à 90-92%MS en granules. Le 2ème effet est chauffé par la vapeur de l'usine et la vapeur d'évaporation chauffe le 1er effet. Pour les céréales comme pour les pommes de terre. utilisé comme aliment protéinique pour les animaux en remplacement. L’atelier de concentration des vinasses a pour objet de concentrer les vinasses de mélasses et de pommes de terre (ou plus correctement le sirop faible issu de pré-concentration). L’alternance des cycles rend cependant la production d’éthanol déshydraté continue. fonctionnant au gaz. le mélange sirop de vinasses et drêches est séché sur un sécheur tambour à chauffage direct. Le produit sortant du sécheur est évacué par transport pneumatique vers des cyclones. les vinasses de céréales clarifiées et de pommes de terre et les vinasses de mélasses provenant directement de l’atelier de distillation.). et la production d'éthanol-carburant n'est ainsi plus tributaire des discontinuités de fonctionnement de la distillation. b. Selon les matières premières. par évaporation. L'air de séchage est recyclé par le ventilateur.100 L’atelier de pré-concentration des vinasses a pour objectif de concentrer.) issu de la distillation est réalisée par adsorption sur des tamis moléculaires avec régénération par différence de pression. ce sirop protéïné obtenu en sortie est utilisable pour l'alimentation animale. Il s’agit des drêches. De manière similaire à l’unité de pré-concentration. puis dans un refroidisseur à air. co-produit de la production d’éthanol à partir de céréales (par exemple blé. puis séchées jusqu’à une teneur en matière sèche de l’ordre de 90%MS. par exemple. la concentration des vinasses par évaporation permet d'obtenir (1) un sirop à environ 30%MS dans le cas des céréales et des pommes de terre. Le produit sec tombe dans une presse à granuler. La concentration est réalisée sur une unité à 4 effets à contrecourant. L’atelier de séchage et granulation a pour but de sécher les drêches de céréales et de pommes de terre et d’obtenir des drêches séchées (souvent communément appelées D. il est envoyé vers l’unité de séchage et granulation. le 4ème effet est chauffé par la vapeur de l'usine et la vapeur d'évaporation chauffe le 3ème effet et ainsi de suite jusqu'au 1er effet.LASEN Page 19 . Dans le cas de pommes de terre. chaque effet comprenant un groupe évaporateur-séparateur avec re-circulation forcée. Modélisation des flux de matière et d’énergie De manière à établir un inventaire le plus complet possible des ressources consommées et des émissions directes occasionnées au long du procédé de production de l’éthanol. Les fines sont recyclées vers le mélangeur en amont du sécheur. Cette étape de déshydratation n’est pas couplée à la distillation. La déshydratation du flegme (éthanol hydraté à 93% vol.

certaines des clés du modèle ne sont pas présentées dans ce rapport.Rapport 420.0% 10. ce modèle établit.3 – Extrait du modèle de flux établi dans le cadre de l’étude A la demande d’Interis. puis d’envisager la possibilité par la suite d’identifier les paramètres déterminants relatifs au procédé lui-même et d’effectuer ainsi une analyse de sensibilité des résultats de l’ACV par rapport à ces mêmes paramètres.LASEN C 40.100 étude.0% 0. PdT). les flux de matière circulant d’une unité à une autre jusqu’à l’obtention de l’éthanol et des co-produits.) Teneur en alcool de l’éthanol déshydraté (%vol.0% 99.5% 0.) Teneur en matière sèche des co-produits (% masse) EPFL . pour les étapes de liquéfaction et saccharification et de fermentation de la filière céréales. Reposant sur une approche de bilan. ce pour des raisons de confidentialité. des diverses réactions chimiques mises en jeu et des éventuels recyclages envisagés.494 93. tout au long du procédé. en ce qui concerne notamment les réactions de saccharification et de fermentation.0% 10.0% M 00.0% 12. la composition des différents flux en tenant compte des réactions engagées et des opérations propres à chacune des étapes. M.0% PdT 10. Tableau 3.3.494 93.5 – Paramètres de base du modèle de flux Etapes / Paramètres Recyclage des vinasses/vinasses clarifiées (% masse) Recyclage des flegmasses et condensats (% masse) Teneur en alcool du moût de fermentation (% vol. pour chacune des filières (C.) Rendement de conversion de l’amidon (géthanol/gamidon) Rendement de conversion du saccharose (géthanol/gsucre) Teneur en alcool des flegmes de distillation (% vol. en tenant compte des compositions respectives des matières premières.9% 90. le modèle assure l’équilibre des masses d’étape en étape. A partir d’une quantité de matières premières traitées par année. Un extrait du modèle de flux est présenté sur la Figure 3.0% 09. Le modèle consiste ainsi à suivre. Comme on peut le voir sur la figure.0% 99.0% 25.0% 99.5.1% 07.0% 0. Figure 3.491 93.9% 58. ce modèle a permis dans un premier temps de valider ces données.0% Page 20 .9% 92. chacun des flux mis en jeu au sein des différentes étapes est décrit selon une composition type figurant dans la toute première colonne. Certains des paramètres de bases sont cependant précisés dans le Tableau 3. pour chacune des filières envisagées et selon des règles de fonctionnement spécifiques des différentes unités de l’installation. Utilisant les informations fournies par Interis.

notamment en France. Pour chacune des différentes filières envisagées. Le sirop de vinasses de mélasses à 58%MS peut lui aussi être utilisé pour l’alimentation animale.6.6 et en base annuelle de la Figure 3. Les drêches séchées de céréales sont un produit commercialisable. ces effluents liquides étant destinés à l’unité de méthanisation (de même que les flegmasses et les condensats) et la charge polluante étant précisée pour l’ensemble des effluents liquides.02. par séchage d’un mélange de drêches humides à 30%MS et de sirop de vinasses clarifiées et concentrées à 60%MS. au stade actuel du projet. Ces diagrammes sont présentés en base horaire à la Figure 3. la production d’éthanol s’accompagne d’une production de coproduits dont la valorisation contribue de façon non négligeable à équilibrer le bilan financier de la production de bioéthanol. dans l’industrie de l’affourragement.3% pour les pommes de terre).9. Les faibles écarts relevés nous confortent toutefois dans l’idée que le modèle de flux reste malgré tout entièrement valide et l’effet sur les résultats négligeable. Cette remarque s’applique aussi aux consommations de ressources et d’énergie tout au long du procédé ainsi qu’aux diverses productions d’effluents liquides et de co-produits. la production des drèches séchées de pommes de terre reste encore.0% pour les mélasses et 85. Le présent paragraphe vise à caractériser les différents coproduits issus des trois filières (en termes de quantités annuelles mais également en termes de composition) et aborde la question de la valorisation économique de ces co-produits sur le marché de l’affourragement en Suisse. enzymes. car issus du modèle de calcul décrit précédemment. La faisabilité reste encore à valider. les co-produits en question résultent d’une concentration des vinasses issues de l’étape de distillation (Figure 3.) et d’énergie (vapeur et électricité) sont également prises en compte dans le modèle de façon paramétrée.7% pour les céréales. les huiles de fusel ainsi que les mauvais goûts (issus des unités de distillation et de déshydratation) n’ont pas été considérés. si les flux horaires présentés dans les pages qui suivent sont proches des flux précisés dans les diagrammes des flux proposés par Interis dans ses communications du 13. sans dépotassification. Le traitement des effluents liquides par méthanisation et le potentiel de production de biogaz est traité au paragraphe 3.4 à la Figure 3. En revanche. une hypothèse de travail (Maguin Interis. L’erreur introduite est cependant jugée négligeable. anti-mousses.7 à la Figure 3.5. levures. Il convient de noter que. Les consommations de ressources (acide sulfurique. EPFL .2004 et du 18. 49. L’unité de production de chaleur (chaudière) et le circuit de refroidissement sont décrits dans le paragraphe 3.Rapport 420.02.LASEN Page 21 . tandis que les diagrammes de flux annuels prennent en compte le taux effectif d’utilisation de l’usine (soit 88. de manière similaire au cas de la filière céréales. soude. au même titre que les émissions directes liées aux étapes de fermentation et de séchage des drêches. Ces diagrammes des flux constituent la base principale de l’ACV réalisée dans le cadre de cette étude. Leur obtention est envisagée.2004. Les diagrammes des flux horaires reposent sur un fonctionnement pendant une heure à pleine charge (100% de la capacité). mais également celle de l’analyse économique (plus particulièrement pour le calcul des coûts d’exploitation variables) présentée au paragraphe 3. 3. ils ne sont cependant pas strictement analogues à ces derniers. largement utilisé à l’heure actuelle.4. 2004).3 Valorisation des co-produits Comme il a été dit plus haut. Le modèle décrit précédemment a ainsi permis d’établir un diagramme complet des flux de matières et d’énergie pour chacune des filières de production. etc.100 Par manque d’information.2). sels minéraux.

102 kg/hr B H Oxygène 0.000 kWh/hr Liquéfaction Saccharification Moût saccharafié 32'103.000 Dioxyde de carbone 5'056.184 kg/hr Broyage Moûture de blé 16'771.000 kg/hr Unité de référence 1 heure Electricité 585.149 kg/hr Eau de process 0.439 kg/hr H Vapeur Vapeur Vapeur Eau de process 43'940.001 kg/hr 29'350.000% 0.439 kg/hr 20.021 kg/hr 822.000 kWh/hr 12'259.021 kg/hr 3'069.000 kg/hr Electricité 0.000% 0.728 kg/hr 14'050.400 kg/hr Eau de process 0.000 kWh/hr Page 22 Figure 3.000 kg/hr B Vapeur 10'424.290 kg/hr A Vinasses recyclées 25'311.000 kg/hr Séchage Rapport 420.000% 0.000 kg/hr 0.115 kg/hr C D E C Vapeur 2'390.000 2'073.000 kWh/hr Moût fermenté 63'981.000 kg/hr Chaudière Electricité 135.000 kWh/hr Séparation Vinasses recyclées Vinasses traitées 20'195.625 kg/hr Eau de process 11'360.000 4'983.149 kg/hr Eau de process 12'942.403 kg/hr Eau de process 0.887 kg/hr A Condensats rejetés 0.063 kg/hr Sels 40.000% Oxygène 221.971 kg/hr Fermentation Lavage des gaz 0.Céréales 16'771.164 kg/hr Vinasses 50'488.4 – Diagramme des flux horaires relatifs à la filière céréales .102 kg/hr 3'069.468 kg/hr A 5'438.102 kg/hr 3'290.000 G Vapeur condensée Vapeur condensée Electricité 0.056 kg/hr 0.439 kg/hr A G Vinasses 60'673.000% 0.000% 0.000 0.857 kg/hr 3'069.000 kWh/hr EPFL .000 2'390.177 kg/hr Eau de process 0.000 Eau de process E Vapeur Electricité 0.451 kg/hr 0.125 kg/hr 341.984 kg/hr 1'459.000 kg/hr D Vapeur 3'069.000 kWh/hr Condensats recyclés 2'929.000 kg/hr Petit-lait 0.258 kg/hr 30'292.000% 0.195 kg/hr Pré-concentration Sirop de vinasses 8'150.555 kg/hr 0.000% 0.000 kg/hr 12'259.144 kg/hr Drèches 10'185.000 kWh/hr Distillation Déshydratation Huile de fusel Flegmasses recyclées Vapeur condensée 0.588 kg/hr 12'259.000 Drêches séchées Dioxyde de carbone Vapeur d'eau 2'123.340 kg/hr Electricité 300.588 kg/hr Electricité 60.863 kg/hr 6'077.000 kg/hr 113.000% Gaz naturel 530.000 kg/hr Ethanol anhydre Flegmasses rejetées 0.100 Electricité 580.873 kg/hr 13'452.747 kg/hr Vapeur Vapeur condensée 10'424.LASEN Oxygène Gaz naturel 0.546 kg/hr 0.021 kg/hr A Vinasses recyclées 0.102 kg/hr 480.572 kg/hr Electricité 240.388 kg/hr A 8'788.286 kg/hr Dioxyde de carbone Vapeur d'eau Purge 2'262.439 kg/hr 12'259.000 kWh/hr 6'220.000 Flegmasses rejetées Huile de fusel Mauvais goûts Ethanol hydraté Flegmasses recyclées 0.

000% 0.011 kg/hr 12'787.166 kg/hr Eau de process 0.923 kg/hr Pré-concentration Sirop de vinasses 44'989.338 kg/hr A Condensats rejetés 0.885 kg/hr 12'787.000% 0.866 kg/hr A Vinasses recyclées 5'276.309 kg/hr D E F Chaudière Dioxyde de carbone Vapeur d'eau Purge 3'200.525 kg/hr 30'118.000 Eau de process F Vapeur Electricité 0.000 kWh/hr 9'214.000 4'983.872 kg/hr Vapeur Vapeur condensée Condensats rejetés 0.LASEN Unité de référence 1 heure Oxygène Gaz naturel Eau de process G Vapeur condensée Vapeur condensée Vapeur condensée Electricité 0.249 kg/hr 29'295.000 kWh/hr Distillation Déshydratation Huile de fusel Flegmasses recyclées Vapeur condensée 0.885 kg/hr 20.000 Dioxyde de carbone 5'056.827 kg/hr 0.555 kg/hr 0.611 kg/hr 14'050.000 kg/hr 9'214.234 kg/hr Electricité 60.000 kg/hr 45.056 kg/hr 20'250.000 A 10'718.885 kg/hr A G Vinasses recyclées Vinasses traitées 0.427 kg/hr B H 12'439.011 kg/hr A I Rapport 420.000 kg/hr B Vapeur 12'045.885 kg/hr H I 41'550.000% 0.887 kg/hr Electricité 240.000 kg/hr D Vapeur 3'068.100 Page 23 Figure 3.011 kg/hr 4'655.000% 0.000 kg/hr Mélasses 0.543 kg/hr 3'068.249 kg/hr 480.397 kg/hr Concentration Condensats recyclés Vapeur condensée 3'255.404 kg/hr Petit-lait 0.5 – Diagramme des flux horaires relatifs à la filière mélasses .249 kg/hr 9'214.000 kg/hr 68'944.625 kg/hr Eau de process 49'452.000 kg/hr Electricité 0.011 kg/hr 320.000 kg/hr Oxygène 221.047 kg/hr 9'214.000 Flegmasses rejetées Huile de fusel Mauvais goûts Ethanol hydraté Flegmasses recyclées 784.000 Vapeur Vapeur Vapeur 3'068.000 kWh/hr Condensats recyclés 1'190.264 kg/hr Fermentation Lavage des gaz 0.000 kg/hr 1'163.756 kg/hr Eau de process 0.EPFL .125 kg/hr 409.000 kWh/hr Moût fermenté 70'185.000 kWh/hr 7062.063 kg/hr Antimousses 40.234 kg/hr 12'787.000 kg/hr 12'787.751 kg/hr A 5'438.000% 0.309 kg/hr Eau de process E Vapeur Electricité 0.000 kWh/hr Sirop de vinasses 12'045.249 kg/hr 3'068.000 kg/hr Ethanol anhydre Flegmasses rejetées 0.

000 2'183.407 kg/hr 0.100 Electricité 580.000 Dioxyde de carbone 4'381.000 kg/hr C D E F C Vapeur 2'183.000 kWh/hr Distillation Déshydratation Huile de fusel Flegmasses recyclées Vapeur condensée 0.930 kg/hr Eau de process 0.909 kg/hr 0.729 kg/hr F Eau de process Vapeur Electricité 0.494 kg/hr Electricité 300.000% 0.000 kg/hr Chaudière Electricité 100.000 kg/hr 6'824.468 kg/hr 43'733.000 kg/hr Ethanol anhydre Flegmasses rejetées 0.185 kg/hr Fermentation Lavage des gaz 0.000 kg/hr D Vapeur 2'659.822 kg/hr 29'754.631 kg/hr Dioxyde de carbone Vapeur d'eau Purge 2'755.000 Flegmasses rejetées Huile de fusel Mauvais goûts Ethanol hydraté Flegmasses recyclées 0.702 kg/hr 346.780 kg/hr Condensats recyclés 1'896.001 kg/hr 6'824.323 kg/hr J I Rapport 420.000 872.130 kg/hr Vinasses clarifiées 7'091.000 kWh/hr Séparation Vinasses recyclées Vinasses traitées 6'736.000 Condensats recyclés 12'976.484 kg/hr 2'926.001 kg/hr 2'659.000% 0.323 kg/hr 1'002.701 kg/hr A G Vinasses 74'454.001 kg/hr 21'181.992 kg/hr Eau de process 0.000% 0.587 kg/hr Sels 35.000 kg/hr Unité de référence 1 heure Electricité 420.000 0.874 kg/hr B H Eau de process 0.000 kWh/hr Page 24 Figure 3.000% 0.367 kg/hr A Condensats rejetés 0.701 kg/hr H I Vapeur Vapeur Vapeur Vapeur Oxygène 4'008.000% 0.913 kg/hr 2'659.000 Boues 40'000.608 kg/hr Eau de process 0.391 kg/hr 6'824.323 kg/hr 320.488 kg/hr A 4'713.451 kg/hr Electricité 60.451 kg/hr 16'744.000 kWh/hr Moût fermenté 73'378.208 kg/hr Eau de process 4'732.000 kWh/hr Liquéfaction Saccharification Moût saccharifié 60'322.000 G Vapeur condensée Vapeur condensée Vapeur condensée Electricité 0.000 kWh/hr 6'824.000 kg/hr Oxygène 1'276.000 kg/hr 40'000.763 kg/hr 14'050.006 kg/hr A 13'723.000 kg/hr 16'744.000 kg/hr Electricité 0.000 kg/hr 0.000 kWh/hr EPFL .023 kg/hr 0.549 kg/hr 877.001 kg/hr 480.023 kg/hr 2'659.000 Eau de process E Vapeur Electricité 0.000 4'318.000% Oxygène 191.000% 0.023 kg/hr A Vinasses recyclées 0.630 kg/hr Drèches Gaz naturel 319.6 – Diagramme des flux horaires relatifs à la filière pommes de terre .228 kg/hr A Vinasses recyclées 12'479.515 kg/hr A J Sirop de vinasses 7'922.701 kg/hr 20.000 Drêches séchées Dioxyde de carbone Vapeur d'eau 7'645.323 kg/hr 16'744.000 kWh/hr 0.000 kWh/hr Sirop faible 32'030.Pommes-de-terre 58'139.701 kg/hr 16'744.583 kg/hr 8'086.000% 0.263 kg/hr 60'626.000 kg/hr 47.608 kg/hr Eau de lavage 0.000 kg/hr Petit-lait 0.864 kg/hr 67'362.391 kg/hr Séchage Concentration Sirop de vinasses Vapeur condensée 7'922.792 kg/hr Electricité 240.000 kg/hr B Vapeur 12'976.121 kg/hr Pré-concentration Vapeur Vapeur condensée Condensats rejetés 0.LASEN Gaz naturel Eau de process 0.117 kg/hr Lavage et rapage Pommes-de-terre rapées 58'139.000 kWh/hr 6'314.

989 t/an Drèches 36'438.000 G Vapeur condensée Vapeur condensée Electricité 0.000 t/an Eau de process 46'301.888 t/an Vapeur Vapeur condensée 37'294.290 t/an Eau de process 0.000 0.716 t/an 43'857.605 t/an 2'942.000% 0.000 Flegmasses rejetées Huile de fusel Mauvais goûts Ethanol hydraté Flegmasses recyclées 0.871 t/an Broyage Moûture de blé 60'000.000 t/an Eau de process 0.824 t/an 10'981.718 t/an 0.880 MWh/an EPFL .000 t/an Séchage Rapport 420.000 Dioxyde de carbone 18'088.992 MWh/an Page 25 Figure 3.235 MWh/an Condensats recyclés 10'480.000 MWh/an 43'857.000% 0.000% 0.993 t/an A Condensats rejetés 0.980 t/an A 19'456.824 t/an 0.972 MWh/an Liquéfaction Saccharification Moût saccharafié 114'851.141 t/an 71.933 t/an Eau de process 0.141 t/an A G Vinasses 217'063.272 MWh/an Séparation Vinasses recyclées Vinasses traitées 72'249.654 MWh/an Distillation Déshydratation Huile de fusel Flegmasses recyclées Vapeur condensée 0.000 t/an Unité de référence 1 année Electricité 2'092.339 t/an Eau de process 40'642.000 17'827.000% 0.428 t/an 5'222.800 t/an 48'126.000% 0.996 t/an 108'374.000 t/an Electricité 858.000 t/an Ethanol anhydre Flegmasses rejetées 0.000% Oxygène 790.474 t/an A Vinasses recyclées 0.000 7'417.258 t/an A Vinasses recyclées 90'555.261 t/an Electricité 1'073.406 t/an Fermentation Lavage des gaz 0.292 t/an Vinasses 180'624.141 t/an 43'857.333 t/an 10'981.551 MWh/an 22'253.000 t/an Electricité 0.000% 0.000% 0.354 t/an C D E C Vapeur 8'550.824 t/an 11'770.100 Electricité 2'074.000 Drêches séchées Dioxyde de carbone Vapeur d'eau 7'596.824 t/an 1'717.000 t/an 407.891 t/an Petit-lait 0.000 8'550.716 t/an Electricité 214.LASEN Oxygène Gaz naturel 0.000 t/an Chaudière Electricité 482.000 Eau de process E Vapeur Electricité 0.828 t/an Dioxyde de carbone Vapeur d'eau Purge 8'092.273 t/an Pré-concentration Sirop de vinasses 29'159.407 t/an 0.824 t/an B H Oxygène 0.000 t/an D Vapeur 10'981.474 t/an 10'981.474 t/an 105'004.000 t/an B Vapeur 37'294.800 t/an 0.141 t/an H Vapeur Vapeur Vapeur Eau de process 157'198.097 t/an A 31'440.000 t/an 0.354 t/an 50'264.Céréales 60'000.492 t/an 1'222.940 t/an Eau de process 0.200 t/an 21'744.617 MWh/an Moût fermenté 228'897.000% Gaz naturel 1'899.000 t/an 43'857.867 t/an Sels 145.7 – Diagramme des flux annuels relatifs à la filière céréales .

218 t/an 1'149.536 t/an 20'000.123 t/an Eau de process 48'841.305 t/an 0.000 4'921.183 t/an 13'876.129 t/an 28'933.798 t/an 9'100.423 t/an Eau de process 0.065 MWh/an Condensats recyclés 1'176.000 t/an 12'629.047 t/an A 5'371.000 t/an Petit-lait 0.197 t/an Pré-concentration Sirop de vinasses 44'433.290 t/an 12'629.980 t/an 3'030.000% 0.507 t/an 404.000 Eau de process F Vapeur Electricité 0.000% 0.361 t/an A Vinasses recyclées 5'211.814 t/an A Condensats rejetés 0.EPFL .000 t/an 9'100.076 t/an A I Rapport 420.178 t/an B H 12'285.290 t/an Electricité 59.000 t/an D Vapeur 3'030.LASEN Unité de référence 1 année Oxygène Gaz naturel Eau de process G Vapeur condensée Vapeur condensée Vapeur condensée Electricité 0.8 – Diagramme des flux annuels relatifs à la filière mélasses .000 MWh/an 9'100.000 t/an 68'091.298 t/an Eau de process 0.021 t/an Fermentation Lavage des gaz 0.000% 0.258 MWh/an Distillation Déshydratation Huile de fusel Flegmasses recyclées Vapeur condensée 0.000% 0.436 t/an 0.129 t/an 474.000 Vapeur Vapeur Vapeur 3'030.100 Page 26 Figure 3.000 Flegmasses rejetées Huile de fusel Mauvais goûts Ethanol hydraté Flegmasses recyclées 775.043 MWh/an Sirop de vinasses 11'896.000 t/an Ethanol anhydre Flegmasses rejetées 0.076 t/an 316.000 t/an 44.266 t/an Mélasses 0.000 t/an Oxygène 218.329 t/an Antimousses 40.129 t/an 3'030.000 t/an Electricité 0.076 t/an 12'629.937 t/an H I 41'036.744 t/an D E F Chaudière Dioxyde de carbone Vapeur d'eau Purge 3'160.554 t/an Vapeur Vapeur condensée Condensats rejetés 0.949 t/an 29'746.772 t/an Eau de process E Vapeur Electricité 0.129 t/an 9'100.032 MWh/an Moût fermenté 69'317.000 t/an B Vapeur 11'896.076 t/an 4'597.818 t/an Electricité 237.579 t/an Concentration Condensats recyclés Vapeur condensée 3'214.000 Dioxyde de carbone 4'993.753 MWh/an 6975.937 t/an A G Vinasses recyclées Vinasses traitées 0.000 A 10'585.000% 0.937 t/an 12'629.937 t/an 19.

646 t/an 36'432.550 t/an 5'033.558 t/an Eau de process 8'139.000 1'500.000 Drêches séchées Dioxyde de carbone Vapeur d'eau 13'150.000 Condensats recyclés 22'319.129 t/an 24'165.399 MWh/an EPFL .754 t/an Vinasses clarifiées 115'863.100 Electricité 997.887 t/an Pré-concentration Vapeur Vapeur condensée Condensats rejetés 0.646 t/an 11'737.000 G Vapeur condensée Vapeur condensée Vapeur condensée Electricité 0.000 MWh/an 11'737.171 t/an Fermentation Lavage des gaz 0.530 t/an Sels 60.822 t/an 550.000 t/an Oxygène 2'195.914 t/an 68'799.000% Oxygène 329.600 t/an A J Sirop de vinasses 13'626.411 t/an 4'574.220 t/an A Condensats rejetés 0.000 t/an Chaudière Electricité 172.000 Flegmasses rejetées Huile de fusel Mauvais goûts Ethanol hydraté Flegmasses recyclées 0.000% 0.646 t/an 4'574.126 t/an A 23'603.639 t/an Lavage et rapage Pommes-de-terre rapées 100'000.327 t/an 1'509.914 t/an Unité de référence 1 année Electricité 722.681 t/an H I Vapeur Vapeur Vapeur Vapeur Oxygène 6'894.008 t/an 51'178.200 MWh/an Distillation Déshydratation Huile de fusel Flegmasses recyclées Vapeur condensée 0.000% 0.681 t/an 34.777 t/an B H Eau de process 0.000% 0.000% 0.557 t/an 75'220.400 MWh/an 10'861.468 t/an 28'799.000 t/an Electricité 0.000 t/an Eau de process 0.050 t/an 0.795 t/an A Vinasses recyclées 0.Pommes-de-terre 100'000.599 MWh/an Sirop faible 55'092.495 t/an Séchage Concentration Sirop de vinasses Vapeur condensée 13'626.481 t/an Electricité 412.000 t/an 11'737.000 0.999 MWh/an Séparation Vinasses recyclées Vinasses traitées 11'586.000 Dioxyde de carbone 7'536.LASEN Gaz naturel Eau de process 0.000 3'754.358 t/an 104'277.705 t/an 0.873 t/an Condensats recyclés 3'261.495 t/an 11'737.570 t/an Electricité 515.468 t/an Electricité 103.599 MWh/an Page 27 Figure 3.000 MWh/an Liquéfaction Saccharification Moût saccharifié 103'754.646 t/an 825.822 t/an 28'799.602 t/an Eau de process 0.822 t/an J I Rapport 420.000 t/an Eau de lavage 0.000 t/an 0.773 t/an Eau de process 0.9 – Diagramme des flux annuels relatifs à la filière pommes de terre .000 Eau de process E Vapeur Electricité 0.000 Boues 68'799.795 t/an Dioxyde de carbone Vapeur d'eau Purge 4'740.440 t/an 13'909.000% 0.970 t/an Petit-lait 0.000% 0.822 t/an 1'723.399 MWh/an 0.681 t/an A G Vinasses 128'061.000 7'428.681 t/an 28'799.874 t/an 0.799 MWh/an Moût fermenté 126'211.158 t/an 596.000 t/an 82.000 t/an 28'799.000 t/an Ethanol anhydre Flegmasses rejetées 0.795 t/an 4'574.000 t/an C D E F C Vapeur 3'754.000 t/an B Vapeur 22'319.000% 0.578 t/an Drèches 12'197.991 t/an Gaz naturel 548.422 t/an A Vinasses recyclées 21'464.000 t/an D Vapeur 4'574.677 t/an A 8'107.156 t/an F Eau de process Vapeur Electricité 0.

et l’adoption de ces produits par l’industrie de l’affourragement nécessite.5. Il est donc indispensable d’avoir une estimation la plus exacte possible de la valeur économique future de tels co-produits. Par conséquent.0% 260 SFr/t 13'150 t/an De même que pour les matières premières. et une introduction progressive. Le Tableau 3.0% 130 SFr/t 12'290 t/an PdT Drêches séchées 90. Le Tableau 3.0% 270 SFr/t 21'740 t/an M Sirop de vinasses 58. tout comme le sirop de vinasses de mélasses. Après vérification auprès des professionnels de la distillation. il n’y a pas lieu de prévoir d’eau pour le lavage des fumées. des tests préalables.100 Les drêches séchées de céréales et de pommes de terre. le cas échéant. l’effet sur les résultats de l’ACV d’une variation à la baisse puis à la hausse de la valeur marchande des co-produits. une adaptation des équipements de dosage et de stockage (notamment pour les vinasses). Par ailleurs. EPFL . sur 2-3 ans avant la mise en service de l’usine de production. Tableau 3.Rapport 420. Il convient également de noter que les types de sécheur retenus permettent d’obtenir des rejets conformes aux normes en vigueur en Suisse. Les prix sont précisés franco usine d’éthanol (une charge de 25 SFr par tonne a été déduite du prix franco usine d’affourragement afin de tenir compte des frais de transport sur une distance moyenne de distribution estimée par Planair à 115 km). à savoir les drêches séchées de céréales et de pommes de terre. leur valeur économique intervient de façon majeure lors du processus d’allocation de l’ACV. et le sirop de vinasses de mélasses.4 Traitement des effluents liquides L’appellation “effluents liquides” concerne ici en particulier les fractions non recyclées de flegmasses et condensats (issues respectivement des étapes de distillation et déshydratation et de pré-concentration et concentration). les prix des co-produits sont le résultat d’une estimation des valeurs marchandes respectives pour l’année 2007. que le recyclage des flegmasses et des condensats est actuellement limité à environ 20-25% du débit des flegmasses de distillation et des condensats de pré-concentration. L’analyse de sensibilité abordée plus loin envisage. mais également. La purge de la chaudière ainsi que celle du circuit de refroidissement sont traitées dans le paragraphe 3. à ce titre. Leurs calculs. intègrent ces valeurs tout en tenant compte de la spécificité des unités envisagées. à la base de modèle de flux du LASEN. année envisagée pour la mise en service de l’usine.7 présente les quantités annuelles des divers effluents générés par l’installation et envoyés en méthanisation. ne sont pas utilisés en Suisse à l’heure actuelle. selon Interis. tout comme le prix de vente des co-produits permet de réduire sensiblement le coût de production net du bioéthanol. 3. selon les spécialistes de la branche (UFA). il apparaît. contrairement à ce qui était prévu initialement.LASEN Page 28 . dans les principales entreprises d’affouragements mélangés (Planair SA.6 présente les caractéristiques spécifiques des différents co-produits issus du procédé.6 – Caractéristiques des co-produits issus de la production de bioéthanol Caractéristiques Co-produits Teneur en eau (% masse) Prix franco usine d’éthanol Quantités annuelles C Drêches séchées 92. 2003).

L’installation de méthanisation.7%) 41 (49. jours de fonctionnement (j/an) Volumes annuels d’effluents (m3/an) Volumes journaliers d’effluents (m3/j) Charge polluante spécifique (g DCO/m3) Charge polluante journalière (kg DCO/j) C M PdT 149 (88.02.3%) 54'920 46'900 71'500 368 1'140 998 6'500 à 10'000 / moyenne : 8'250 3'040 9'400 8'230 168 (100. Tableau 3. soit un taux de charge de 88.0%) 84 (100. (2) situation optimale (fonctionnement de l’usine à capacité maximale).0% pour les mélasses et 85. différentes situations de fonctionnement de l’usine afin d’évaluer les variables de dimensionnement de l’unité de méthanisation. (3) situation de démarrage et périodes exceptionnelles (aucun recyclage des flegmasses ni des condensats n’est envisagé). compte tenu des différentes situations envisagées.2004.8 reprend les caractéristiques principales de chacune des trois situations. tel qu’il a été envisagé jusqu’ici).8 – Charge polluante des effluents liquides dans différentes situations de fonctionnement Détails des différentes situations étudiées (1) Situation de référence Nb.7 – Détail des effluents liquides envoyés en méthanisation.7 correspondent aux conditions réelles de production envisagées par Alcosuisse pour le cadre de cette étude. 49. jours de fonctionnement (j/an) Volumes annuels d’effluents (m3/an) Volumes journaliers d’effluents (m3/j) Charge polluante spécifique (g DCO/m3) Charge polluante journalière (kg DCO/j) (2) Fonctionnement à capacité maximale Nb.100 Tableau 3. à savoir : (1) situation réelle (fonctionnement de l’usine à capacité réduite. La charge polluante moyenne des effluents est de 6'500-10'000 mg DCO/l dans les deux premiers cas. Interis envisage d’ailleurs à ce propos.0%) 83'380 106'620 104'800 496 1'269 1'248 5'000 à 9'000 / moyenne : 7'000 3'470 8'890 8'730 Il ressort donc que l’unité de méthanisation. Dans sa communication du 18. en termes de volumes d’effluents et de charges polluantes (DCO) à traiter au sein de l’unité de méthanisation. Il convient de noter que la valeur moyenne de la charge polluante spécifique a été EPFL . en conditions réelles Volumes annuels d’effluents liquides (m3/an) Flegmasses rejetées Condensats rejetés Total C 23'480 31'440 54'920 M 07'380 39'520 46'900 PdT 11'460 60'040 71'500 Les valeurs précisées dans le Tableau 3. Le Tableau 3.0%) 61'890 95'730 83'800 368 1'140 998 6'500 à 10'000 / moyenne : 8'250 3'040 9'400 8'230 168 (100. en accord avec les scénarios d’Interis.LASEN Page 29 .0%) 72 (85.0%) 84 (100. Trois situations sont ici envisagées. jours de fonctionnement (j/an) Volumes annuels d’effluents (m3/an) Volumes journaliers d’effluents (m3/j) Charge polluante spécifique (g DCO/m3) Charge polluante journalière (kg DCO/j) (3) Démarrage et périodes exceptionnelles Nb.0%) 84 (100. et de 5'000-9'000 mg DCO/l dans le troisième cas.7% pour les céréales. doit avoir une capacité de traitement de l’ordre de 1'300 m3/j et d’environ 10'000 kg DCO/j. cependant.3% pour les pommes de terre.0%) 84 (100. est dimensionnée de façon à être en mesure de traiter les effluents dans la situation de pointe.Rapport 420.

467 85% 3'260 27.) Production spécifique de biogaz (m3/kg DCO réduite) Rendement de la phase anaérobie (%) Production effective journalière de biogaz (m3/j) Pouvoir calorifique du biogaz (MJ/m3) Energie produite sous forme de biogaz (GJ/j) Consommation journalière de gaz naturel (GJ/j) Pourcentage de gaz naturel économisé (%) C 149 3'040 0. la concentration moyenne en méthane est supérieure à 85%.350 75% 0.0% dans le cas des mélasses et enfin 4.9. Selon ATV.7% dans le cas des pommes de terre.9 – Production de biogaz et économie de gaz naturel au niveau procédé Paramètres de calcul de la production de biogaz Nb. Par manque d’information. les rejets nécessitent cependant un traitement approprié.0 32. en revanche. pour un pouvoir calorifique de 27 MJ/m3 de biogaz.7% M 41 9'400 0. Le calcul de production de biogaz et d’économie de gaz naturel est présenté dans le Tableau 3.6 1'951. soit 8'250 g DCO/m3 pour les deux premiers cas.350 75% 0. La production de méthane par digestion anaérobie est de 0. la quantité brute d’eau de lavage nécessaire est de l’ordre de 5-10 m3/t. le reste étant du CO2.7 1'678. jours de fonctionnement (j/an) Charge polluante journalière (kg DCO/j) Production spécifique de méthane (m3/kg DCO réduite) Teneur en méthane du biogaz (% vol.6% La production de biogaz par méthanisation des flegmasses et des condensats permet de réduire la consommation de gaz naturel de l’ordre de 1. et 7'000 g DCO/m3 pour le troisième cas.4 6.35 m3 par kg de DCO réduite. Tableau 3.0 88. 2004). et permet ainsi une certaine économie de gaz naturel. 2004) pour tout complément d’information. 2004).8 1.4 à Figure 3. 6. Dans le cadre de la présente étude. Dans les systèmes conventionnels. La consommation de gaz naturel précisée sur les diagrammes des flux (Figure 3. Il est envisagé ici que le biogaz produit est envoyé en partie à la chaudière et en partie à l’atelier de séchage.0 m3/t sont envoyés à l’épuration (RWB.1 1'905.5-1.9) pour la production de chaleur et le séchage ne tiennent pas compte du biogaz et traduit la consommation brute de combustible.LASEN Page 30 . tandis que seulement 0. L’économie liée à l’utilisation du biogaz est appliquée au stade de l’ACV.0 100.350 75% 0.4 4. une valeur moyenne de 75% a été adoptée. Les eaux (ou boues) de lavage des pommes de terre constituent également l’un des effluents majeurs liés au procédé.7% dans le cas des céréales.0% PdT 72 8'230 0. la différence étant liée à la digestion de composés organiques dissous plutôt que solides. La digestion anaérobie de composés organiques solubles permet des rendements de l’ordre de 85% en DCO (RWB. en raison du risque de contamination EPFL . La description de l’équipement n’est pas ici reprise en détail et le lecteur est prié de se référer à l’étude de RWB (RWB. Si ces eaux de lavage des pommes de terre sont aujourd’hui largement recyclées (grâce notamment à la présence de bassins de décantation au sein de la boucle de recyclage).467 85% 3'730 27. cette étape de lavage n’est pas ici décrite de manière détaillée. le biogaz se compose de 55-70% de méthane. Dans beaucoup de systèmes à haute charge. proportionnellement aux consommations respectives des unités. Upflow Anaerobic Sludge Blancket) et un traitement aérobie à biologie à membrane.467 85% 1'210 27. Le design de l’unité de traitement des effluents liquides est proposé par RWB SA et repose sur une technologie classique de digestion anaérobie (UASB.Rapport 420.100 utilisée.

Rapport 420.100

possible. Les rejets d’eaux de lavage sont constitués de boues à environ 150 g/l (en fonction de la quantité de terre apportée par les pommes de terre). Selon la qualité des pommes de terre, la présence d’amidon dans ces boues peut représenter jusqu’à 0.1%. Selon Interis, ces rejets s’élèvent à 40 m3/h, soit approximativement 0.7 m3 par tonne de pommes de terre. Ces boues sont traitées dans un décanteur puis dans la biologie à membranes, et ne contribuent pas à la production de biogaz. 3.5 Services L’appellation “services” comprend ici l’unité de production de chaleur, l’approvisionnement en eau (procédé et refroidissement) ainsi que le système de refroidissement de l’usine. Chacun de ces éléments est ici décrit brièvement. a. Unité de production de chaleur La vapeur utilisée au cours des différentes étapes du procédé est produite par une chaudière à gaz naturel. Les consommations (horaires et annuelles) de vapeur figurent sur les diagrammes des flux, de la Figure 3.4 à la Figure 3.9. Les différentes unités utilisant essentiellement de la vapeur basse pression, l'utilisation d'un système de co-génération par turbine à gaz ou par turbine à vapeur permettrait de produire de l'électricité et éventuellement de réduire les coûts énergétiques. Cette option n’est cependant pas envisagée dans cette étude, et l’électricité est achetée sur le réseau. La purge de l’eau de chaudière (0.3 m3/h) est directement traitée dans la biologie à membranes. b. Système d’approvisionnement en eau L’approvisionnement en eau de l’usine d’éthanol doit être en mesure de satisfaire les besoins en eau de procédé, l’appoint de la chaudière et du circuit de refroidissement et l’eau de lavage des pommes de terres pour la période d’octobre à décembre. Les besoins en eau de l’ensemble de l’usine sont précisés dans le Tableau 3.10.
Tableau 3.10 – Besoins journaliers en eau de l’usine d’éthanol

Besoins en eau selon les utilisations (m3/j) Eau de procédé Appoint de la chaudière Appoint du circuit de refroidissement Lavage des pommes de terre Total

C 0'583 0'065 0'990 1'638

M 1'187 0'007 0'990 2'184

PdT 0'113 0'060 0'990 0'960 2'123

Il convient à ce propos de noter que, sur les diagrammes des flux (Figure 3.4 à Figure 3.9), la consommation d’eau au niveau de la chaudière, pour des raisons pratiques, comprend à la fois l’eau d’appoint de la chaudière (afin de compenser la vapeur utilisée en injection directe à la saccharification et la purge de la chaudière), et l’appoint du circuit de refroidissement. De manière similaire, sur ces mêmes diagrammes, la purge de la chaudière est combinée à celle du circuit de refroidissement. En ce qui concerne les eaux de lavage des pommes de terre, l’hypothèse est faite ici que l’eau de rivière non traitée peut être utilisée pour cet usage (RWB, 2004).
EPFL - LASEN Page 31

Rapport 420.100

Les besoins en eau sont assurés par l’eau d’une rivière voisine. L’installation de traitement de cette eau de rivière, visant à satisfaire les critères de qualité de l’eau de refroidissement et de procédé, comporte une première étape de coagulation, une étape de filtration sur sable et enfin une désinfection UV. L’installation comprend par ailleurs une bâche d’eau de lavage, ainsi qu’une bâche d’eau traitée. Il n’y a en revanche pas de bâche d’eau brute (RWB, 2004). Le dimensionnement de l’installation ainsi que le prix de revient de l’eau a été évalué par RWB (RWB, 2004). c. Système de refroidissement Le système de refroidissement intervient essentiellement au niveau des étapes de fermentation et de recouvrement de l’éthanol (distillation et déshydratation). Le système envisagé ici utilise une tour de refroidissement, dissipant la chaleur dans l’atmosphère et limitant sensiblement les quantités d’eau dérivées de la rivière. Les besoins en eau d’appoint pour le circuit de refroidissement (avec une marge de réserve de 20%) ont été évalués à 990 m3/j (Planair, 2004). De ce volume journalier prélevé à la rivière, deux tiers (soit 660 m3/j) sont évaporés dans la tour, tandis que le tiers restant (soit 330 m3/j) est directement restitué à la rivière, sans traitement. 3.6 Analyse économique de la production d’Etha+® L’analyse économique réalisée décrite ici vise essentiellement à évaluer le coût de production du bioéthanol, afin d’effectuer l’allocation des charges environnementales entre le bioéthanol et les différents co-produits (drêches séchées de céréales, de pommes de terre, et enfin sirop de vinasses de mélasses). Le calcul du coût de production repose sur une évaluation des dépenses annuelles ramenées à une unité de production, à savoir ici un litre de bioéthanol. Les dépenses annuelles sont décomposées en frais d’investissement et frais d’exploitation fixes et variables. Chacune de ces trois composantes est abordée de manière individuelle dans les paragraphes qui suivent. Afin de pouvoir effectuer l’allocation séparément pour chacune des trois filières envisagées, l’analyse économique est ici réalisée de façon différentiée pour les céréales, les mélasses et les pommes de terre. Les dépenses communes à plusieurs filières sont réparties selon les durées respectives d’utilisation, sachant que la production à partir de céréales s’étale sur 6 mois (de janvier à juin), les mélasses sur 3 mois (de juillet à septembre) et les pommes de terre sur 3 mois également (d’octobre à décembre). a. Frais annuels d’investissement Le détail des investissements de l’usine est précisé par Interis (Maguin Interis, 2002) pour la grande majorité des unités de traitement. L’investissement pour les différents ateliers procédé comprend les études et l’ingénierie, la fourniture des équipements, les travaux de génie civil d’unité, la charpente métallique, les travaux de montage des équipements et des tuyauteries à l’intérieur de chaque atelier et enfin le calorifuge. Les frais d’investissement additionnels (fourniture d’utilités, racks et liaisons de tuyauterie entre les unités, montage du système électrique et du contrôle, la coordination des travaux réalisés, équipement de stockage, etc.) ont été répartis entre les différentes unités de traitement au prorata des investissements spécifiques de chaque unité. L’investissement pour l’unité de production de chaleur a été réparti entre les unités de traitement selon leurs consommations respectives de vapeur.
EPFL - LASEN Page 32

Rapport 420.100

Les prix de revient de l’eau (procédé et refroidissement) et du biogaz sont envisagés dans la description des coûts d’exploitation variables annuels. Le détail des investissements par filière et par étape est précisé dans le Tableau 3.11.
Tableau 3.11 – Détail des investissements (kSFr) par étape et par filière

Etapes de traitement Broyage Râpage Liquéfaction/Saccharification Fermentation Distillation Déshydratation Séparation Pré-concentration Séchage/Granulation Concentration Total (kSFr)

C 03'120 04'910 01'860 06'560 03'510 02'910 04'180 05'200 32'250

M 00'940 03'280 01'750 02'090 05'070 13'130

PdT 01'250 02'450 00'940 03'280 01'750 01'450 02'090 02'600 05'070 20'880

Total 03'120 01'250 07'360 03'740 13'120 07'010 04'360 08'360 07'800 10'140 66'260

Les frais annuels d’investissement sont calculés à partir des investissements bruts au moyen du facteur d’annuité. Selon Helbling, en considérant des durées d’amortissement différentiées pour les bâtiments, le terrain, l’équipement et les voies d’accès, le facteur d’annuité moyen est de l’ordre de 0.09. Ce facteur permet ainsi d’évaluer les frais annuels d’investissement pour chacune des diverses filières et pour l’ensemble de l’usine. Les frais annuels d’investissement s’élèvent ainsi à 2'900 kSFr/an pour les céréales, 1'180 kSFr/an pour les mélasses, 1'880 kSFr/an pour les pommes de terre et enfin 5'960 kSFr/an pour l’ensemble de l’installation. b. Coûts d’exploitation fixes annuels Les coûts d’exploitation fixes comprennent les salaires, mais également les frais généraux, la maintenance, ainsi que tous les frais annuels liés aux assurances et aux taxes. Le nombre de personnes employées dans l’usine a été évalué par R. Morand (Helbling) à 31 personnes. Le salaire moyen est d’environ 85'000-90'000 SFr/an. Les frais généraux sont calculés selon un pourcentage (ici 60%) des dépenses annuelles de salaires, et comprennent tous les éléments tels que la sécurité, les bonus de salaires, l’ingénierie générale, le téléphone, la lumière, le chauffage, la conciergerie, etc (Wooley, 1999). La maintenance de l’usine est prise en compte selon un pourcentage (ici 2%) de l’investissement total du projet. Il en est de même pour les assurances et les taxes, avec 1.5%. L’ensemble des coûts d’exploitation fixes est présenté dans le Tableau 3.12. La répartition selon les filières est effectuée au prorata des durées respectives d’utilisation de l’usine.
Tableau 3.12 – Détail des coûts d’exploitation fixes annuels (kSFr) par filière

Composantes de coûts Salaires Frais généraux Maintenance Taxes et assurances Total (kSFr/an)
EPFL - LASEN

C 1'360 0'810 0'660 0'500 3'330

M 0'680 0'410 0'330 0'250 1'670

PdT 0'680 0'410 0'330 0'250 1'670

Total 2'720 1'630 1'320 1'000 6'670
Page 33

24 SFr/t 32. pour l’année 2007. LASEN Helbling RWB.50 SFr/MWh 266. Les prix de l’eau et du biogaz. afin de faciliter la répartition des coûts de deux installations entre les différentes unités de l’usine (selon les consommations respectives d’eau et de biogaz). etc. enfin.1. électricité). en énergie (gaz. cerevisiae Eau de procédé et refroidissement Gaz naturel Biogaz Electricité Drêches séchées de céréales Sirop de vinasses de mélasses Drêches séchées de pommes de terre Prix unitaire 500 SFr/t 116 SFr/t 265 SFr/t 165 SFr/t 195 SFr/t 3'020 SFr/t 821 SFr/t 194 SFr/t 5'690 SFr/t 13'050 SFr/t 4'270 SFr/t 2'110 SFr/t 0. 2004). tout comme ceux des enzymes et des levures sont issus de diverses offres faites à Interis dans le cadre de projets similaires au projet Alcosuisse.). ainsi que les sources pour chacune des valeurs. En effet. Les détails figurent au paragraphe 3. Les prix de l’électricité et du gaz naturel proviennent d’estimations de Helbling (Helbling. Le Tableau 3.50 SFr/MWh 125 SFr/MWh -270 SFr/t -260 SFr/t -130 SFr/t Source Planair Planair Planair Planair Planair Interis Interis Interis Interis Interis Interis Interis RWB. LASEN Helbling Planair Planair Planair Les prix des matières premières correspondent à une estimation selon UFA des prix attendus franco usine d’éthanol. Les recettes des ventes des co-produits figurent également dans les coûts d’exploitation variables.13 – Détail des prix unitaires des différentes ressources consommées dans le procédé (SFr) Ressources et co-produits Céréales Mélasses Pommes de terre Acide sulfurique Soude Antimousses Phosphates Sulfates Enzymes AMG Enzymes Celluclast Enzymes Thermamyl Levures S. le calcul du coût de production de EPFL . Les prix de co-produits résultent d’une estimation selon UFA. 2002).LASEN Page 34 . nutriments.100 c. des prix envisagés pour les divers co-produits valorisés sur le marché de l’affouragement en Suisse. sont issus du rapport de RWB pour le projet Alcosuisse (RWB. pour l’année 2007. enzymes.3. Les prix des antimousses.Rapport 420. eau. Les détails sont donnés au paragraphe 3. précisant respectivement les investissements et coûts d’exploitation du système d’approvisionnement d’eau et de la station d’épuration liée à l’usine d’éthanol. mélasses. en ressources (produits chimiques. sulfates. Tableau 3. Les prix de l’acide sulfurique et de la soude résultent de l’offre la plus avantageuse (selon les quantités annuelles mises en jeu) faite à Alcosuisse. pour les matières premières retenues.13 précise les prix unitaires (franco usine d’éthanol) des ressources consommées et des co-produits. phosphates. levures. pommes de terre). Coûts d’exploitation variables annuels Les coûts d’exploitation variables comprennent les dépenses liées à l’approvisionnement en matières premières (céréales. mais également les dépenses liées au traitement des effluents. biogaz.

). Le coût du biogaz (considérablement plus élevé que celui du gaz naturel) reflète donc le coût du traitement de l’ensemble des effluents (y compris ceux ne contribuant pas à la production de biogaz) et de l’élimination des boues issues de la phase aérobie. mais également par filière. de l’Etha+®. La structure du coût de production brut est illustrée dans la Figure 3. l’hypothèse a été faite que les effluents étaient cédés à la station d’épuration. Coût de production de l’Etha+® C 30'000 111 109 34 92 9 596 57 58 3'211 1'073 -5'870 30'000 -5'870 5'350 29'480 M 5'300 31 0 9 36 6 0 16 21 763 138 -1'600 5'300 -1'600 1'020 4'720 PdT 11'600 46 46 14 61 5 249 24 36 1'507 542 -3'420 11'600 -3'420 2'530 10'710 Total 46'900 188 155 57 189 20 843 97 115 5'478 1'753 -10'890 46'900 -10'890 8'900 44'910 Le calcul des trois composantes des frais annuels de l’installation a ainsi permis d’évaluer le coût de production global. malgré la nature des matières retenues pour la production d’éthanol-carburant (surplus agricoles. Tableau 3. Pour le biogaz. la consommation d’enzymes est nulle pour la filière mélasses qui ne comporte pas d’étape de saccharification. Ainsi.10 pour chaque filières et pour l’ensemble de l’usine (toutes filières confondues). de traitement. Les parts respectives de l’investissement. Le bilan des coûts d’exploitation variables est présenté dans le Tableau 3.LASEN Page 35 . Il ressort des graphes présentés que dans tous les cas. Le coût de l’eau comprend les coûts de pompage. EPFL . à titre d’exemple. des frais d’exploitation fixes et des frais d’exploitation variables (hors matières premières) sont en revanche du même ordre de grandeur.Rapport 420. la matière première représente de loin la part la plus importante (entre 58% et 72%) du coût de production brut de l’éthanol. La contribution de chaque filière est directement liée aux consommations spécifiques de ressources au sein des différentes filières.14.100 l’eau et du biogaz a été effectué séparément au calcul du coût de production de l’éthanol.14 – Détail des coûts d’exploitation variables annuels (SFr) par filière Composantes de coûts Matières premières Acide sulfurique Soude Antimousses Phosphates Sulfates Enzymes Levures Eau Gaz Electricité Co-produits Matières premières Crédit co-produits Total (hors MP et CP) Total (SFr/an) d. soit 10-15% du coût de production brut. et que cette dernière restituait le biogaz à l’usine à un prix lui permettant de rentrer dans ses frais. de maintenance ainsi que les coûts d’investissement. etc. le prix des matières premières semble malgré tout le déterminant le plus significatif du coût de production de l’éthanol. Ainsi. Le coût de production brut est obtenu en divisant la somme des dépenses annuelles (hors co-produits) par la production annuelle d’éthanol.

LASEN Page 36 .26 1.52 Total 46'900 8'900 6'670 5'960 -10'890 37'960 1. mélasses et pommes de terre sont respectivement de 1.52 SFr/l.26 1. Tableau 3. Ces coûts de production s’appliquent aux trois filières envisagées dans le contexte précis décrit tout au long du chapitre 3.52 SFr/l. du taux de charge de l’usine. des conditions cadres relatives à la valorisation des co-produits.100 7% 72% 8% 13% Matières premières Coûts d'exploitation variables (hors matières premières) Coûts d'exploitation fixes Coûts d'investissement (a) céréales 13% 18% 58% 11% 10% (b) mélasses 10% 9% 68% 9% 67% 13% 14% (c) pommes de terre (d) ensemble de l’usine d’éthanol Figure 3.88 -0.Rapport 420.15 – Détail des coûts de production par filière et pour l’ensemble de l’usine Paramètres du coût de production Coût des matières premières (kSFr/an) Coûts d’exploitation variables (kSFr/an) Coûts d’exploitation fixes (kSFr/an) Coûts de l’investissement (kSFr/an) Vente des co-produits (kSFr/an) Production d’éthanol (103 l/an) Coût de production brut (SFr/l) Crédit lié à la vente des co-produits (SFr/l) Coût de production net (SFr/l) C 30'000 5'350 3'330 2'900 -5'870 22'430 1.80 -0.86 -0.15. ramenés à une unité de production (ici 1 litre d’éthanol). du choix de l’usine multi-matières. Tous les résultats de l’analyse économique sont présentés dans le Tableau 3. puis par litre d’éthanol produit. compte tenu de la disponibilité et du prix des différentes matières premières.60 M 5'300 1'020 1'670 1'180 -1'600 6'190 1. les bénéfices de la vente des co-produits. etc. en base annuelle dans un premier temps.22 et 1. Les coûts de production spécifiques des filières céréales.52 Le coût de production moyen de l’Etha+® s’élève ainsi à 1.10 – Structure du coût de production brut de l’éthanol par filière et pour l’ensemble de l’usine Le coût de production net est obtenu en soustrayant au coût de production brut. le calcul du coût de production d’une usine d’éthanol exclusivement basée sur des céréales (par exemple) n’aboutirait pas forcément au résultat obtenu ici pour la EPFL .22 PdT 11'600 2'530 1'670 1'880 -3'420 9'340 1.60. Ainsi.46 -0. des périodes de production envisagées.36 1. 1.28 1.

soit 21'530 kSFr/an. Calcul d’allocation L’analyse économique présentée dans le paragraphe précédent a pour but essentiel le calcul des facteurs d’allocation propres au bioéthanol et aux co-produits. Le shadow price de l’éthanol hydraté issu de la distillation est ici égal à la valeur marchande de l’éthanol anhydre9 (34'090 kSFr/an) moins le coût de la déshydratation (940 kSFr/an). par une approche dite du “shadow price” d’évaluer la valeur économique des produits intermédiaires du procédé. par ailleurs. l’éthanol hydraté et les vinasses). pour chacune des filières envisagées.16 comprennent à la fois les frais d’exploitation fixes et variable et les coûts liés à l’investissement. sur la Figure 3. l’étape de distillation). EPFL .16.15.100 filière céréales. Cette approche consiste ainsi à évaluer. pour chacune des filières.52 SFr/l (soit au coût de production global). pour chacune des filières.12 pour les mélasses. et sur la Figure 3. On retrouve. afin d’évaluer le coût de chaque étape.LASEN Page 37 . un prix fictif (shadow price) au point de séparation (ici. à titre d’exemple. Les résultats de l’analyse économique par étape sont présentés dans le Tableau 3. L’évaluation des coûts spécifiques des différentes étapes permet ainsi.13 pour les pommes de terre. De manière similaire. le total des coûts opérationnels fixes (6'670 kSFr/an) et variables (8'900 kSFr/an) et des coûts d’investissements (5'960 kSFr/an) du Tableau 3. L’analyse économique a ainsi également été effectuée par étapes de production du bioéthanol. Afin d’illustrer l’approche de manière plus concrète. et ce pour chacune des filières.Rapport 420. Cette remarque est également valable pour les résultats de l’analyse de cycle de vie et sera discutée plus loin dans ce rapport. et présentée sur la Figure 3. le calcul complet est ici effectué. quelle que soit la filière envisagée. des produits intermédiaires sortant (ici. L’approche du shadow price est ici appliquée sur une base annuelle. le shadow price des vinasses issues de la distillation est 9 Il est estimé ici que l’éthanol anhydre sera vendu à 1. e.11 pour la filière céréales. à partir des recettes liées à la vente de l’éthanol et des co-produits et en déduisant les coûts associés aux différentes étapes mises en jeu. soit 33'150 kSFr/an. L’allocation des frais d’exploitation fixes entre les étapes a été effectuée selon les investissements spécifiques respectifs des étapes. pour le cas de la filière céréales. Tableau 3.16 – Détail des coûts globaux de traitement (kSFr/an) par étape et par filière Etapes de traitement Broyage Râpage Liquéfaction/Saccharification Fermentation Distillation Déshydratation Séparation Pré-concentration Séchage/Granulation Concentration Total (kSFr/an) C 00'860 01'900 00'740 02'310 00'940 00'690 01'170 02'330 10'940 M 00'370 01'160 00'470 00'580 01'320 03'900 PdT 00'340 00'950 00'370 01'160 00'470 00'340 00'580 01'160 01'320 6'890 Total 00'860 00'340 02'850 01'480 04'630 01'880 01'030 02'330 03'490 02'640 21'530 Les coûts présentés dans le Tableau 3.

-740 Moût fermenté Eau de process Huile de fusel Mauvais goûts Ethanol hydraté Flegmasses recyclées A 33'150 kSFr/an 0 kSFr/an Electricité 0 kSFr/an D Vapeur Flegmasses rejetées 0 kSFr/an Eau de process Ethanol anhydre 34'090 kSFr/an B Vapeur Electricité Distillation Déshydratation kSFr. cerevisiae Effluent liquide 0 kSFr/an Dioxyde de carbone 0 kSFr/an Antimousses Eau de process A Vinasses recyclées Fermentation Lavage des gaz 32'520 kSFr/an Electricité kSFr.100 Electricité kSFr. -2'330 Page 38 Figure 3. -860 Moûture de blé Enzymes Thermamyl Enzymes AMG Enzymes Celluclast Eau de process Soude C D E Acide sulfurique C Vapeur A Vinasses recyclées Liquéfaction Saccharification Chaudière 31'780 kSFr/an Electricité kSFr. -2'310 1'680 kSFr/an Vinasses Electricité Séparation Vinasses recyclées Vinasses traitées A Condensats rejetés 0 kSFr/an kSFr.11 – Approche du shadow price appliquée à la filière céréales .Céréales -30'000 kSFr/an Eau de process Unité de référence 1 année Electricité Broyage 29'880 kSFr/an EPFL . -1'900 Dioxyde de carbone Vapeur d'eau Purge 0 kSFr/an 0 kSFr/an 0 kSFr/an Moût saccharafié Petit-lait 0 kSFr/an Acide sulfurique Sulfate Phosphate Levures S.LASEN Oxygène Gaz naturel Eau de process G Vapeur condensée Vapeur condensée Electricité H Vapeur Vapeur Vapeur kSFr. -940 Flegmasses rejetées Huile de fusel Flegmasses recyclées Vapeur condensée 0 kSFr/an 0 kSFr/an A G kSFr. -690 Vinasses Drèches A Eau de process E Vapeur Electricité Condensat Vapeur B Pré-concentration kSFr. -1'170 Sirop de vinasses Vapeur condensée H Oxygène Gaz naturel Dioxyde de carbone Vapeur d'eau Eau de process Séchage Drêches séchées 5'870 kSFr/an 0 kSFr/an 0 kSFr/an Rapport 420.

-470 Flegmasses rejetées Huile de fusel Flegmasses recyclées Vapeur condensée 0 kSFr/an 0 kSFr/an A G kSFr. cerevisiae Effluent liquide 0 kSFr/an Dioxyde de carbone 0 kSFr/an Antimousses Eau de process A Vinasses recyclées Fermentation Lavage des gaz 7'480 SFr/an Electricité kSFr. -580 Sirop de vinasses 280 kSFr/an Condensats recyclés Vapeur Vapeur condensée Condensats rejetés 0 kSFr/an A B H Eau de process F Vapeur Electricité Concentration kSFr.EPFL .12 – Approche du shadow price appliquée à la filière mélasses . -1'320 Sirop de vinasses Condensats recyclés Vapeur condensée 1'600 kSFr/an A I Rapport 420.LASEN Unité de référence 1 année Oxygène Gaz naturel Eau de process G Vapeur condensée Vapeur condensée Vapeur condensée Electricité H I Vapeur Vapeur Vapeur D E F Chaudière Mélasses -5'300 kSFr/an Dioxyde de carbone Vapeur d'eau Purge 0 kSFr/an 0 kSFr/an 0 kSFr/an Petit-lait 0 kSFr/an Acide sulfurique Sulfate Phosphate Levures S. -370 Moût fermenté Eau de process Huile de fusel Mauvais goûts Ethanol hydraté Flegmasses recyclées A 8'940 kSFr/an 0 kSFr/an Electricité 0 kSFr/an D Vapeur Flegmasses rejetées 0 kSFr/an Eau de process Ethanol anhydre 9'410 kSFr/an B Vapeur Electricité Distillation Déshydratation kSFr. -1'160 Vinasses recyclées Vinasses traitées -300 kSFr/an A Condensats rejetés 0 kSFr/an Eau de process E Vapeur Electricité Pré-concentration kSFr.100 Page 39 Figure 3.

-1'160 Vinasses Electricité Séparation Vinasses recyclées Vinasses traitées A Condensats rejetés 0 kSFr/an kSFr. -470 Flegmasses rejetées Huile de fusel Flegmasses recyclées Vapeur condensée 0 kSFr/an 0 kSFr/an A G kSFr. -1'160 Page 40 Figure 3.LASEN Gaz naturel Eau de process Oxygène G Vapeur condensée Vapeur condensée Vapeur condensée Electricité H I Vapeur Vapeur Vapeur Vapeur kSFr.100 Electricité kSFr. -340 Pommes-de-terre rapées Enzymes Thermamyl Enzymes AMG Enzymes Celluclast Eau de process Soude C D E F Acide sulfurique C Vapeur A Vinasses recyclées Liquéfaction Saccharification Chaudière 12'220 kSFr/an Electricité kSFr. -580 Eau de process Vapeur condensée Condensats rejetés 0 kSFr/an H Oxygène Dioxyde de carbone Vapeur d'eau J Sirop de vinasses Séchage Drêches séchées 3'420 kSFr/an 0 kSFr/an 0 kSFr/an F Eau de process Vapeur Electricité Concentration kSFr. cerevisiae Effluent liquide 0 kSFr/an Dioxyde de carbone 0 kSFr/an Antimousses Eau de process A Vinasses recyclées Fermentation Lavage des gaz 12'590 kSFr/an Electricité kSFr.Pommes-de-terre -11'600 kSFr/an Eau de lavage Unité de référence Boues 0 kSFr/an 1 année Electricité Lavage et rapage 11'270 kSFr/an EPFL . -340 Vinasses clarifiées Drèches A Eau de process E Vapeur Electricité Sirop faible Condensats recyclés Vapeur B Gaz naturel Pré-concentration kSFr. -370 Moût fermenté Eau de process Huile de fusel Mauvais goûts Ethanol hydraté Flegmasses recyclées 20 kSFr/an A 13'730 kSFr/an 0 kSFr/an Electricité 0 kSFr/an D Vapeur Flegmasses rejetées 0 kSFr/an Eau de process Ethanol anhydre 14'200 kSFr/an B Vapeur Electricité Distillation Déshydratation kSFr. -1'320 Condensats recyclés Sirop de vinasses Vapeur condensée A J I Rapport 420. -950 Dioxyde de carbone Vapeur d'eau Purge 0 kSFr/an 0 kSFr/an 0 kSFr/an Moût saccharifié Petit-lait 0 kSFr/an Acide sulfurique Sulfate Phosphate Levures S.13 – Approche du shadow price appliquée à la filière pommes de terre .

Dans le cas des vinasses de mélasses (-300 kSFr/an) valorisées en sirop de vinasses de mélasses (1'600 kSFr/an). Ramené à une tonne de vinasses. les étapes amont jusqu’à la distillation donnant lieu à deux produits intermédiaires dont l’un a une valeur économique positive (l’éthanol) et l’autre une valeur négative (les vinasses).0% 000.0% 000.LASEN Page 41 . cette part des charges associées aux étapes de traitement des vinasses (pré-concentration et concentration). il s’agit alors de pénaliser l’éthanol pour avoir en quelques sortes généré un déchet.17. l’autre partie aux vinasses. La fraction des charges attribuées à l’éthanol résulte du calcul présenté cidessus et vaut ici : 33'150/(33'150+1'680). Dans un tel cas. En d’autres termes. produire l’équivalent de 5'870 kSFr/an de drêches séchées de céréales et rentrer dans ses frais. Respectivement.17 – Détail des facteurs d’allocation attribués à l’éthanol par étape et par filière Etapes de traitement Etapes amont jusqu’à la distillation Déshydratation Etapes aval (traitement des vinasses) C 095. la fraction attribuée aux vinasses est égale à 5'870/(33'150+1'680). En effet. Tableau 3.0% M 100.0% 100. selon le principe même de l’allocation économique. en évaluant la rentabilité d’une étape ou d’un ensemble d’étapes en particulier.100 égal à la valeur marchande des drêches séchées de céréales (5'870 kSFr/an) moins le coût des étapes de séparation (690 kSFr/an).70 SFr/t et correspond en quelques sortes à un coût d’opportunité des vinasses de céréales. au moyen d’un procédé reprenant les mêmes étapes de séparation.0% 015. soit 95%.70 SFr/t) signifie par ailleurs aussi que l’ensemble des étapes de broyage. dont l’usine ne comprendrait aucune unité de traitement des vinasses. soit environ 16%.0% Le calcul du coût de production joue un rôle essentiel dans le cadre d’une analyse de cycle de vie avec allocation selon la valeur économique des co-produits. le calcul ainsi que l’interprétation sont différents. pré-concentration (1'170 kSFr/an) et séchage/granulation (2'330 kSFr/an). pourrait. ce shadow price est de l’ordre de 7. la part des charges environnementales associées aux étapes aval de traitement des vinasses qui ramène ces vinasses à une valeur nulle. Il est donc essentiel. l’approche selon le shadow price permet d’évaluer la performance économique d’un procédé.2% 100. EPFL . dans un tel contexte. liquéfaction/saccharification.Rapport 420. de posséder une bonne connaissance du marché potentiel pour les différents produits à vendre. fermentation et distillation.8% PdT 099. Par ailleurs. Le shadow price positif de l’éthanol hydraté (33'150 kSFr/an ou 1. soit 1'680 kSFr/an. Dans le cas où le shadow price des vinasses serait négatif (cas de la filière mélasses). un sous-traitant qui achèterait ces vinasses à ce prix là. donne lieu à deux produits intermédiaires (les vinasses et l’alcool) dont la valeur marchande est potentiellement positive. On attribue dans ce cas à l’éthanol. Par conséquent. Les résultats du calcul des facteurs d’allocation sont présentés dans le Tableau 3.36 SFr/l) et des vinasses de céréales (1'680 kSFr/an ou 7. en effet. il s’agit du prix auquel un producteur d’éthanol. pré-concentration et séchage/granulation.9% 100. le prix des coproduits revêt une importance cruciale. allouée à l’éthanol vaut : -300/(-300-1'600). une partie des charges environnementales associées à ces quatre étapes doit être attribuée à l’éthanol hydraté. pourrait espérer vendre ses vinasses. Ce shadow price négatif des vinasses de mélasses signifie par ailleurs que la vente du sirop de vinasses de mélasses (au prix envisagé dans l’étude et dans les conditions spécifiques de production considérées) ne permet pas de rentabiliser les frais occasionnés par les étapes de pré-concentration et de concentration. En particulier. soit 5%.

2) jusqu’à la distribution dans les stations services. la comparaison des deux filières sera réalisée avec pour référence commune 100 km parcourus (voir section 2. Par la suite (chapitre 5). Ce chapitre.Rapport 420. vise à établir pour chacune des filières envisagées. à savoir leur combustion dans le moteur d’un véhicule de référence. le raffinage (en Suisse ou à l’étranger) ainsi que toutes les étapes de transport liées à l’acheminement du brut ou du carburant raffiné jusqu’en Suisse. l’inventaire des flux de masse et d’énergie sera présenté pour la production d’un litre de carburant. l’extraction du pétrole brut. La filière “essence” Dans le cas de l’essence conventionnelle. la phase de production des carburants (jusqu’à la station service) est envisagée.2). Importation d’essence raffinée par bateau. La deuxième section s’intéresse ensuite à la phase dite d’utilisation des carburants. 2003) : Importation de pétrole brut. La distribution actuelle d’essence en Suisse peut être résumée de la manière suivante (Planair SA.1 Phase de production des carburants La phase dite de production et de mise à disposition des carburants envisagés dans cette étude comprend l’ensemble des diverses étapes de la chaîne de production (Figure 2. production dans les raffineries de Cressier et Collombey et stockage dans les entrepôts défiscalisés en raffinerie. Stockage dans quelques 40 entrepôts défiscalisés. dans le nord-est (8%) et le Tessin (6%) . Transport depuis les divers entrepôts défiscalisés d’importation ou de raffinerie vers d’autres entrepôts défiscalisés ou directement dans les stations-service locales (la fiscalisation du carburant n’a lieu que lorsque le produit passe la frontière de la zone défiscalisée. 4. cette phase de production comprend en particulier l’exploration du sous-sol. EPFL . Dans une première section. et enfin la distribution auprès des stations service. Dans chaque cas. a.100 4. on précise que toute l’essence importée passe obligatoirement à un moment donné par les entrepôts défiscalisés d’importation. camion ou pipeline. essentiellement descriptif.LASEN Page 42 .1. Distribution de l’essence depuis les entrepôts défiscalisés vers les stations services ou vers de petits entrepôts fiscalisés. vers différents entrepôts défiscalisés d’importation. train. et propose un bref récapitulatif des tests menés par l’EMPA dans le cadre de l’étude Alcosuisse 2002 et des résultats obtenus. CYCLE DE VIE DES CARBURANTS Ce chapitre présente l’ensemble du cycle de vie des deux carburants retenus dans le cadre de cette étude (essence sans plomb 95 conventionnelle et essEnce5). matérialisée par le compteur par lequel passe le carburant vers le bras de chargement des camions). Cet inventaire permettra ainsi par la suite l’évaluation des émissions globales puis des impacts. un inventaire des ressources consommées et des émissions polluantes occasionnées tout au long de la chaîne de production jusqu’à la station service. L’approvisionnement de la Suisse en produits pétroliers est représenté sur la Figure 4. soit dans la région genevoise (ensemble 40%). dans la région bâloise (46%).

est complexe et intégrée et en fréquente restructuration. unleaded. Par manque d’information.1 – Approvisionnement de la Suisse en produits pétroliers (adapté de Tamoil) Dans le cadre de l’étude. à parts égales. Rothenburg (120 km) et Birsfelden (110 km). les étapes de chargement/déchargement EPFL . les mêmes entrepôts sont envisagés pour la filière essence). La distance moyenne parcourue est de 92.100 Au total. La filière essence en aval de la raffinerie (depuis la raffinerie jusqu’à la station service) est décrite de la manière suivante : Transport depuis la raffinerie de Cressier jusqu’à l’un des 4 entrepôts envisagés dans cette étude (il est en effet prévu de mélanger l’éthanol à l’essence dans 4 entrepôts. dans les conditions spécifiques à la Suisse.5 km. et par souci de cohérence. vers chacun de ces centres de stockage. l’organisation des entrepôts. Figure 4. at refinery. A la réception du carburant. La chaîne de production située en amont de la raffinerie (y compris le raffinage) n’est pas décrite ici.Rapport 420. l’approvisionnement en essence est effectué à partir de la raffinerie de Cressier (Petroplus). C’est cet intrant qui est ici utilisé. La base de donnée EcoInvent 2000 propose en effet un intrant (un enregistrement) ‘petrol. 2003). il est à priori impossible de dire combien de temps celui-ci restera stocké (Planair SA. notamment ceux participant au stockage obligatoire. En général. à Niederhasli (140 km). L’essence est acheminée par train. CH’ reprenant toute la chaîne de production de l’essence jusqu’à la raffinerie.LASEN Page 43 . Les entrepôts en question se situent à Cressier même (0 km). les carburants peuvent subir 6-10 transvasements avant de parvenir à l’utilisateur.

Transport depuis les entrepôts jusqu’aux stations service locales. Il est envisagé. Les étapes suivantes (stockage. le volume stocké est pris égal à un litre).1 – Caractéristiques des carburants envisagés Carburants Description du carburant essence essence sans plomb 95 conventionnelle essEnce5 95% (vol. Les distances séparant l’usine de Delémont des entrepôts sont d’environ 70 km pour Cressier. la Régie Fédérale des Alcools (RFA) prévoit une dénaturation “à la source” de l’éthanol-carburant. EPFL . qu’il soit produit en Suisse ou importé. l’éthanol doit cependant être dénaturé. Avant son acheminement vers les entrepôts. La dénaturation est effectuée par adjonction de 1% (vol. 4. les étapes de chargement/déchargement ne sont pas prises en compte dans l’analyse. à la filière essence conventionnelle.025 31. Niederhasli.489 Densité (kg/l) 0.7542 Les données relatives à la phase d’utilisation des carburants étudiés reposent sur des mesures d'émissions réalisées par l’EMPA. à la filière essence.) d’essence dans l’éthanol anhydre (Planair SA.) essence / 5% (vol. Le transport du bioéthanol dénaturé jusqu’aux entrepôts de carburants est envisagé par train.2).95 litres d’essence par train sur 92. En résumé.100 ne sont pas prises en compte dans cette étude. Tableau 4. 2002). sur un véhicule de référence (Tableau 4. au cours de l’année 2002 (EMPA. b. aux densités près (Tableau 4.LASEN Page 44 . Les caractéristiques des deux carburants envisagés sont reprises dans le Tableau 4.5 km. 100 km pour Rothenburg et 40 km pour Birsfelden. Vente du carburant.1). L’effet est cependant jugé négligeable au niveau de la comparaison des filières car l’erreur vaut pour les deux filières.1. du point de vue de la distribution. Afin de garder ces mouvements sous contrôle. Stockage dans les entrepôts de Cressier. dans le cadre du projet Alcosuisse.Rapport 420.5 km. on transporte donc 0.5 km et 0. que l’éthanol est mélangé à l’essence dans les entrepôts de Cressier. Une mise en œuvre généralisée de l’essEnce5 en Suisse impliquerait en effet des transports de grandes quantités d’éthanol d’un petit nombre de sources (lieux de production et points d’entrée en Suisse d’éthanol importé) vers un grand nombre de destinations (raffineries et entrepôts de carburants). dans le cadre de l’étude. Rothenburg et Birsfelden.) Etha+® PCI (MJ/l) 32. 2003). et n’interviennent pas en termes d’ACV (seuls comptent les volumes de stockage. 120 km pour Niederhasli. Le transport est ici envisagé par camion (28t). et l’analyse étant faite ici pour 1 litre. Là encore. La filière “essEnce5” La filière essEnce5 est sensiblement identique.7427 0. l'utilisation de l’éthanol-carburant se limite à l'essEnce5. sur une distance moyenne de 30 km. La distance moyenne parcourue est de 82. Les durées de stockage ne sont pas précisées. transport jusqu’à la station service et enfin stockage à la station service) sont identiques.2 Phase d’utilisation des carburants Dans le cadre de la présente étude. Rothenburg et Birsfelden. Niederhasli.05 litres d’éthanol par train sur 82.

LASEN Page 45 .064 006.2 – Caractérisation du véhicule de référence Véhicule Norme Cylindrée Poids Carburants Cycles de conduite10 FORD Focus Euro III 1'596 cm3 1'060 kg essence / essEnce5 ECE / EUDC / NEFZ Le cycle de conduite retenu pour l'analyse de cycle de vie est indiqué en caractère gras. Neue Europäische Fahr-Zyklus EPFL .049 000. Il s’agit du cycle NEFZ (Neue Europäische Fahr-Zyklus) qui constitue actuellement la référence en termes de cycles de conduites. du fait qu’il est le plus représentatif du mode de conduite moyen des véhicules envisagés. Tableau 4.056 007. si l’on exprimait les résultats de l’ACV par litre de carburant consommé plutôt qu’en référence à distance parcourue.273 000. Economic Commission for Europe EUDC. un litre d’essEnce5 permet de couvrir une distance plus grande qu’un litre d’essence sans plomb conventionnelle.380 000. Selon les résultats de l’EMPA.3 propose un bref résumé des mesures les plus significatives pour cette étude.251 000.966 Les consommations spécifiques mesurées avec l’essence et l’essEnce5 permettront au moment de la présentation des résultats de l’ACV. en effet. plutôt que par litre de carburant consommé.100 Tableau 4. réalisées par l’EMPA sur la FORD Focus avec l’essence et l’essEnce5.Rapport 420.630 000. Ainsi. on occulterait un élément essentiel du problème : la prestation (et la fonction même) du système ‘carburant-véhicule’. d’exprimer les impacts par rapport à une distance parcourue (ici 100 km).3 – Résultats des mesures réalisées sur la FORD Focus avec l’essence et l’essEnce5 Grandeur mesurée Emissions (g/km) CO2 CO CH4 NOx SOx Consommation spécifique (l/100 km) Carburant essence 164. Le Tableau 4. 10 ECE.050 000.033 Carburant essEnce5 162. Extra-Urban Driving Cycle NEFZ.

5. Pour chacune des trois filières. Les critères d'impacts environnementaux retenus. par rapport à des pratiques de type “organique” ou “extensive”. l’allocation entre ‘grains’ et ‘paille’ est effectuée selon une approche économique. Ainsi. l’effet de serre. par rapport à la production de méthanol fossile. Un facteur 2 a toutefois été introduit afin de tenir compte de la plus grande complexité du procédé de bioéthanol. de manière générale. la pomme de terre organique induit un impact plus élevé (en termes de consommation d’énergie primaire non renouvelable et d’effet de serre) que la pomme de terre en production intégrée. ainsi que les phénomènes d’acidification et d’eutrophisation (paragraphe 2. Il n’existe cependant pas de règle fixe. en accord avec Alcosuisse. a. L’effet induit sur le résultat global est cependant jugé négligeable. à partir de trois matières premières différentes (céréales.100 5. Modélisation du procédé en termes d’ACV Ce paragraphe vise à préciser de manière détaillée. la façon dont les différents intrants ont été modélisés à travers l’analyse de cycle de vie réalisée ici. Les hypothèses sont précisées selon la chronologie de la chaîne de production. à savoir du blé. La fonction primaire des systèmes étudiés consistant à assurer le déplacement d'un véhicule. Les résultats de l'analyse de vie complète (production et utilisation) des deux filières de carburants envisagées sont présentés au paragraphe 5. mélasses. les différentes étapes de chargement/déchargement tout au long de la filière de production des carburants essence et essEnce5 n’ont pas été considérées. les céréales sont ici modélisées au moyen de l’intrant ‘wheat grains IP. Le premier paragraphe de ce chapitre s’attache à préciser de la manière la plus transparente possible les diverses hypothèses prises en compte dans la réalisation de cette analyse de cycle de vie. depuis la phase agricole et la mise à disposition de la matière première. jusqu’à la distribution du carburant. comprennent la consommation d'énergie primaire non renouvelable. pommes de terre). at farm’. certaines des hypothèses introduites plus tôt dans ce chapitre sont reprises dans le paragraphe qui suit. mais de manière plus succincte. RESULTATS DE L'ANALYSE DE CYCLE DE VIE Les deux filières de carburants envisagées dans le cadre de cette étude (essence et essEnce5) ont été comparées selon une approche d’analyse de cycle de vie (ACV). quant aux différents impacts occasionnés. A noter que.3. Par manque d’information. le type de production agricole retenu est. l'unité fonctionnelle de référence retenue est “100 km”.2. A noter que dans EcoInvent. La répartition entre les diverses étapes du procédé a été effectuée selon les coûts d’investissement respectifs. Les résultats de l'analyse de cycle de vie relative à la phase de production seule du bioéthanol (selon les trois filières envisagées) sont comparés au paragraphe 5. L’usine d’éthanol est modélisée à partir de l’intrant ‘methanol plant’. selon les termes de la base de données EcoInvent. La production d’éthanol-carburant est ici envisagée au sein d’une usine dite “multi-matières” décrite dans le chapitre 3. une production “intégrée”.Rapport 420. Compte tenu du choix somme toute limité d’intrants à disposition dans la base de données EcoInvent.3). tandis que la situation est inversée dans le cas des céréales. en accord avec l’approche adoptée pour cette étude. EPFL .1 Hypothèses concernant l'analyse de cycle de vie Par souci de clarté.LASEN Page 46 .

L’approvisionnement en eau de l’usine d’éthanol est modélisé à l’aide de l’intrant ‘tap water. Les unités de stockage des matières premières et des co-produits ont été distingués de l’usine elle-même et pris en compte de manière spécifique.).Rapport 420. il s’agit également de l’intrant utilisé dans la caractérisation de nombreux autres procédés décrits dans la base de données EcoInvent pour le cas de la Suisse. burned in industrial furnace low-NOx >100 kW’. de la construction du four. la transmission du courant moyenne tension. de l’approvisionnement en gaz naturel et des émissions liées à la combustion de ce dernier. la distribution n’étant pas considérée dans les intrants initiaux d’EcoInvent. décrivant le traitement d’eaux de rejet au sein d’une station d’épuration de classe 2 (71'100 équivalents-habitants en termes de charge polluante). de l’approvisionnement en combustible. et affiche un rendement global de près de 50% (soit environ 2 MJp consommés par MJe produit).100 la contribution de l’usine (machines et bâtiments) à consommation globale d’énergie primaire non renouvelable relative à la production d’éthanol n’excède pas 1%. quant à elle. L’étape de séchage. est modélisée à l’aide de l’intrant ‘natural gas. tenant compte comme dans le cas de la vapeur usine. Le traitement des effluents liquides est modélisé au moyen de l’intrant ‘treatment. L’intrant en question intègre l’ensemble des traitements anaérobies et aérobies. traduisant la situation la moins avantageuse du point de vue de l’ACV. at user’. dans cet intrant. l’hypothèse a été faite d’attribuer à la distillation toute la vapeur issue de la pré-concentration sous forme de vapeur usine et de n’attribuer à la pré-concentration que la différence entre la vapeur réellement consommée et la vapeur de distillation (voir chapitre 3). Il s’agit cependant d’un gaz à effet de serre au potentiel très élevé (1 kg SF6 équivaut à 32'400 kg CO2 eq. sewage. class 2’. la transformation du courant haute tension en moyenne tension. Les bâches de rétention d’eau sont modélisées au moyen de l’intrant ‘water storage’. at grid’ a été choisi afin de décrire la consommation d’électricité tout au long de la chaîne de production. un transport par camion (28t) sur une distance de 100 km a été pris en compte. La contribution de l’approvisionnement en eau reste cependant très marginale dans chacune des filières.LASEN Page 47 . 11 Le gaz SF6 constitue un milieu diélectrique presque parfait. Sont prises en compte. natural gas. selon les spécifications d’Interis et les résultats du modèle de flux. La production de chaleur au sein de l’usine est modélisée au moyen de l’intrant ‘heat. at boiler condensing modulating > 100 kW’ tenant compte à la fois de la construction de la chaudière. les pertes de transport ainsi que les émissions directes d’hexafluorure de soufre11. Les émissions directes liées à la fermentation des sucres en éthanol est prise en compte sous forme de CO2 biogénique.). les études expérimentales n'ont pas révélé d'alternative intéressante. L’acheminement des diverses ressources consommées au cours du procédé (acide sulfurique. Il s’agit là d’une hypothèse conservative. ainsi que l’élimination des boues et le rejet des effluents traités. Les émissions liées à la combustion du biogaz sont prises en compte au niveau du traitement des effluents. L’intrant choisi pour la production électrique décrit le mix d’approvisionnement de la Suisse en électricité. etc. L’intrant ‘electricity. SF6. nutriments. Jusqu'à présent. et des émissions de combustion. medium voltage. largement utilisé dans les équipements électrotechniques pour ses propriétés chimiques et physiques. EPFL . Pour information. soude. En ce qui concerne la consommation de vapeur des unités de pré-concentration et distillation. la dose d’intrant a été diminuée selon la fraction de gaz naturel économisé grâce au biogaz issu de la station d’épuration. to wastewater treatment. Dans chaque cas.

Dans l’optique choisie. Si les densités de l’éthanol et de l’essence sont relativement proches. déclassées et dirigées vers la production d’éthanol ou dans l’affourragement.LASEN Page 48 . Limites de l'analyse de cycle de vie L’approche envisagée dans la présente étude.795 et 0. Comme nous le verrons dans le paragraphe suivant. Le paragraphe suivant envisage non seulement la production intégrée d’éthanol à partir des trois matières premières de manière globale au sein de l’usine multi-matières.0 MJ/l). on attribue par exemple les mêmes charges environnementales aux pommes de terres destinées à l’industrie alimentaire et aux pommes de terre de moins bonne qualité. En accord avec les valeurs précisées par Interis. Ainsi.743 kg/l. Une telle approche contribuerait sans doute à réduire de façon significative l’impact lié à la phase agricole dans le cas des filières céréales et pommes de terre. près de la moitié de l’impact global. le prix payé pour une tonne de pomme de terre étant différent dans un cas et dans l’autre. Cette méthode est apparue comme la mieux adaptée à notre cas. Or. pour une densité de 0.Rapport 420.676 kg/m3 (soit 1. cette seule étape représente pour ces deux filières. mais également EPFL . ce dernier aspect n’est pas pris en compte dans cette étude. l’hypothèse a été faite d’accorder le même poids aux matières premières destinées à l’alimentation humaine et aux matières premières déclassées. oil products’. A l’échelle de la seule usine projetée. Concernant encore une fois les matières premières. Dans une optique plus globale de politique publique. celle du développement de la filière éthanol en Suisse. qui tient compte de l’infrastructure nécessaire pour les réservoirs et pour la station service. Le stockage des carburants dans les entrepôts et à la station service a été modélisé au moyen de l’intrant ‘regional distribution. La chaleur massique de la vapeur est de 2. concernant la caractérisation environnementale du procédé de production de bioéthanol retenu par Alcosuisse se limite au point de vue du producteur d’éthanol. des matières premières identifiées et habituellement utilisées à d’autres fins. pour la production d’éthanol. selon l’approche d’allocation adoptée dans cette étude. Méthode d’allocation La méthode d’allocation appliquée pour l’analyse de cycle de vie est une allocation selon la valeur économique des co-produits. mais il conviendrait alors de conduire une telle analyse à une échelle beaucoup plus large. le pouvoir calorifique du gaz naturel a été pris égal à 40.100 Concernant la formulation de l’essEnce5. On ne tient effectivement pas compte de l’effet induit par l’utilisation. Elle part du principe que les produits sont fabriqués pour leur valeur marchande et c’est le caractère incitatif du revenu financier qui est pris en compte pour la répartition des charges environnementales. utilisées pour la production d’éthanol. b. le pouvoir calorifique de l’éthanol (21.3 MJ/l) est en revanche sensiblement plus faible que celui de l’essence (32. il aurait pu être envisagé d’attribuer des charges environnementales en relation avec les prix respectifs sur le marché. c.6 MJ/m3. Les densités respectives de l’éthanol et de l’essence sont de 0. l’éthanol constitue pour le producteur de la matière première un débouché comme un autre et ce producteur est seul responsable du marché auquel il destine son produit.480 m3/kg). et s’avère applicable quelles que soient les circonstances. la question de l’allocation d’une matière première “rare” entre différents usages est très pertinente .550 MJ/kg. aucune dépense d’énergie particulière n’a été prise en compte pour le mélange de l’éthanol et de l’essence.

Finalement. En particulier. Figure 5.1 – Cycle du CO2 au cours de la vie d’un carburant issu de la biomasse De manière globale. ne sont valables que dans les conditions envisagées ici et ne peuvent pas être généralisés à des systèmes de production d’éthanol différents. il est important de ne pas se méprendre sur le système qui est décrit. les émissions de CO2 liées à la fermentation. tout comme les émissions de CO2 liées à la combustion de la part d’éthanol dans les biocarburants. donc. Effet de serre Les intrants d’origine agricole (plus généralement d’origine végétale) bénéficiant d’un crédit de CO2 lié au processus de photosynthèse. etc. les résultats de l'analyse comparative présentés dans ce chapitre ne sont valables que pour le taux d'incorporation d'éthanol envisagés. d. C’est le cas typiquement des émissions de CO2 occasionnées lors de la fermentation des sucres par les levures. toutes les émissions de CO2 (d’origine biogénique et d’origine fossile) sont comptabilisées au même titre et le crédit accordé est exclusivement lié à la matière première. Il est important. la prise en compte de crédit dans le calcul d’impact impose également la prise en compte de la totalité des émissions de CO2 d’origine biogénique intervenant tout au long de la chaîne de production et d’utilisation.1).1 illustre le cycle du CO2 au cours de la vie d’un carburant issu de la biomasse. de noter que les résultats présentés dans ce chapitre. de façon distincte. et de manière plus générale dans cette étude. Toutefois. par exemple. Les résultats établis par filière sont donc tout à fait spécifiques aux conditions précises de l’étude. soit 5% dans l'essence sans plomb. dans le contexte précis décrit tout au long du chapitre 3. du choix de l’usine multi-matières. en isolant les étapes spécifiques à chaque filière. des conditions cadres relatives à la valorisation des co-produits. des périodes de production envisagées.100 la production d’éthanol à partir de chaque matières premières. l’analyse de cycle de vie d’une usine d’éthanol basée exclusivement sur des céréales n’aboutirait très probablement pas au résultat obtenu ici pour la filière céréales. sont compensées par la fixation de CO2 par les plantes (photosynthèse) lors de la phase agricole (Figure 5. A EPFL . compte tenu de la disponibilité et du prix des différentes matières premières. Ainsi. l’évaluation des impacts par filière de production s’applique bel et bien aux trois filières envisagées.Rapport 420. du taux de charge de l’usine. comme pour le calcul des coûts de production spécifiques par filières. mais aussi des émissions de CO2 liées à la combustion de la fraction d’éthanol dans l’essEnce5 lors de la phase d’utilisation. La Figure 5. Là encore.LASEN Page 49 .

539 07.161 02. ci-dessous. En calculant le rapport du pouvoir calorifique de l’éthanol (soit 21. sans étape de liquéfaction/saccharification. ayant pour effet d’augmenter la consommation de vapeur lors de l’étape de distillation.907 20.1. Consommation d'énergie primaire non renouvelable Le Tableau 5. 5.50 et 0.320 M 04. eau.335 30 25 20 15 10 5 0 C M PdT Global En termes de consommation d’énergie primaire non renouvelable. offre une comparaison des consommations d'énergie primaire non renouvelable relatives à la production d'un litre de bioéthanol pour les filières céréales (C).531 07.3 MJ/l) à la consommation d’énergie obtenue (paragraphe 2. enzymes et levures.05.573 00. Les résultats de l’analyse de cycle de vie appliquée à la production d’éthanol sont ici présentés pour l’ensemble de l’usine multi-matières.777 24. dans le sens où la consommation d’énergie lors de la production du carburant est inférieure à l’énergie contenue dans celui-ci. EPFL . tandis que le système global se retrouve très proche de la filière céréales. et jouit par ailleurs d’un procédé un peu moins complexe.2 Résultats de l'analyse de cycle de vie de la production d’Etha+® Le procédé de production d’Etha+® envisagé dans le cadre de cette étude est décrit de manière détaillée dans le chapitre 3. mélasses et pommes de terre affichent respectivement un FAE de 1.100 noter cependant. La filière mélasses bénéficie d’une matière première sensiblement moins coûteuse (en termes d’énergie). 80-85% la consommation totale d’énergie primaire.050 02. et enfin de tout le reste (infrastructure.456 01. L’amidon étant effectivement très dissous dans la pomme de terre.134 03.Rapport 420.078 09. 12 Un FAE supérieur à 1 indique un bilan énergétique positif. tandis que les filières céréales.1 – Comparaison de la consommation d'énergie primaire non renouvelable (MJp/l) Composantes Matière première Chaleur Electricité Autres Total C 09. L’unité de référence utilisée dans ce paragraphe est 1 litre d’éthanol dénaturé à l’usine. il est permis de constater que la matière première et la fourniture de chaleur représentent. produits chimiques. la production d’éthanol à partir de mélasses ressort comme la plus performante.LASEN Page 50 . à elles deux.). 1. dans la mesure où la production et la mise à disposition de l'énergie et des ressources consommées tout au long du procédé de transformation de la biomasse génèrent des émissions de CO2 d'origine fossile. sont précisées les contributions respectives de la matière première.248 01. Pour chaque critère environnemental. etc.004 07.185 PdT 10.558 14. en revanche. Globalement. a.5% (vol.).523 01. de la fourniture de chaleur et d’électricité.87. pommes de terre (PdT). dans le contexte spécifique de l’étude. Le FAE de la filière globale est de 1. mais également pour chacune des filières de production. Ce facteur traduit la capacité d’une filière à économiser et substituer l’énergie primaire non renouvelable12. et pour l’usine de façon globale. Tableau 5. que le bilan global n'est pas complètement neutre.05. souffre d’une matière première à la fois plus coûteuse et de composition moins favorable. mélasses (M). la teneur en éthanol à l’issue de la fermentation est limitée à 7.3). on obtient le facteur d’amplification énergétique ou FAE.845 01. La filière pommes de terre. dénaturant.901 20.445 Global 08.

002 0.408 0.001 0.968 0.002 0.3 offre une comparaison de l’impact lié au phénomène d’eutrophisation.eq.3 kg CO2 eq.002 0.1).394 0.2 offre une comparaison des émissions de gaz à effet de serre (CO2 eq. Cette différence d’un facteur 2 environ est essentiellement due à la matière première. tandis que les deux autres filières affichent une économie de CO2 de l’ordre de -1.864 0.0 C M PdT Global Page 51 .046 0.102 -1.455 M 0.019 1.416 0. Ce même phénomène explique aussi la contribution sensiblement plus faible (d’un facteur 2 encore une fois) des mélasses (par rapport aux céréales et aux pommes de terre) dans le calcul de la consommation d’énergie primaire non renouvelable (Tableau 5.074 2 1 0 -1 -2 -3 -4 C M PdT Global On constate qu’une nouvelle fois.) quasiment nul.000 0.2 – Comparaison des émissions de gaz à effet de serre (kg CO2 eq.658 0.254 M -1.377 0.264 0. pommes de terre (PdT).4 0. mélasses (M). par litre d’éthanol. dans le Tableau 5.252 0. On retrouve donc le facteur 2 à l’origine de la différence soulignée plus haut.100 b.506 0.) relatives à la production d'un litre de bioéthanol pour les filières céréales (C).846 Global 1.356 Global -2. en effet.2 0.2.002 0./l) Composantes Matière première Chaleur Electricité Autres Total EPFL . En d’autres termes. c. L’impact est exprimé en grammes d’ions PO43eq.001 0.492 0.003 PdT -2. pommes de terre (PdT).2 1. Tableau 5. mélasses (M). et pour l’usine dans sa globalité. en termes d’émissions de gaz à effet de serre.070 0.LASEN C 1.036 1. est actuellement vendu à 1'000 SFr/t.300 PdT 0.Rapport 420.0 0.017 1. la filière mélasses se distingue du lot avec un bilan global (en termes d’émissions de CO2 eq.4 1.117 1. Tableau 5. Le sucre. relatif à la production d'un litre de bioéthanol pour les filières céréales (C).001 0.3 – Comparaison de l’impact lié au phénomène d’eutrophisation (g PO43.009 0. la performance du système d’approvisionnement électrique de la Suisse. et trouve son explication dans l’analyse de cycle de vie de la production de sucre et plus particulièrement au niveau de l’allocation économique entre le sucre et les mélasses./l) Composantes Matière première Chaleur Electricité Autres Total C -2. par litre d’éthanol. Le bilan de la filière globale est d’environ -1 kg CO2 eq. pour chaque litre d’éthanol produit au sein de l’usine multi-matières. Eutrophisation et acidification Le Tableau 5.6 0. On peut également remarquer. tandis que les mélasses sont vendues à 250 SFr/t (soit 500 SFr par tonne de sucre).6 1. et pour l’usine de façon globale.007 -1.063 0.8 0.044 1./l.008 -1.780 0. 1 kg de CO2 est absorbé dans l’atmosphère.018 1. Effet de serre Le Tableau 5.

4 offre une comparaison de l’impact lié au phénomène d’acidification. 350 300 250 200 150 100 50 0 essence 299. à savoir d'une part la filière essence conventionnelle et d'autre part la filière essEnce5. Cette section présente les résultats obtenus pour chaque système envisagé et pour chaque critère d'impact environnemental.316 00.4 – Comparaison de l’impact lié au phénomène d’acidification (g SO2 eq.Rapport 420.2 – Consommation d'énergie primaire non renouvelable (MJp/100 km) EPFL .4./l) Composantes Matière première Chaleur Electricité Autres Total C 10.025 00. Pour l’essEnce5.4 350 300 250 200 150 100 50 0 essEnce5 C M PdT 288.055 01. et l’utilisation du tracteur pour le travail du champ). 5.963 00.395 00.LASEN Page 52 .100 Le Tableau 5.2.303 00. Les résultats sont présentés sur la Figure 5. On constate ici que la fourniture d’énergie joue un rôle tout à fait marginal.614 20 18 16 14 12 10 8 6 4 2 0 C M PdT Global Les phénomènes d’acidification et d’eutrophisation relatifs à la production de bioéthanol sont essentiellement associés à la production des matières premières (notamment l’application d’engrais azotés ou phosphorés. Le graphe de droite sur la figure précise les étapes prises en compte dans les résultats présentés (la hauteur de l’histogramme est ici arbitraire). L’impact est exprimé en grammes de dioxyde de soufre (SO2) équivalents par litre d’éthanol. Les variations entre les différentes filières sont dues principalement à des différences de pratiques culturales selon les matières premières.054 01. comme l’indiquent les graphes du Tableau 5. La fonction primaire des systèmes étudiés consistant à assurer le déplacement d'un véhicule.458 12.783 00. pommes de terre (PdT). pommes de terre).846 17. mélasses (M). quatre cas sont envisagés.823 PdT 15. et pour l’usine de façon globale.381 Global 10. a.7 290. céréales.8 288.3 350 300 250 200 150 100 50 0 Légende Production et utilisation Figure 5.779 M 03. relatif à la production d'un litre de bioéthanol pour les filières céréales (C). Tableau 5.453 12.086 00. de filières d'utilisation de carburants.8 286. d'un point de vue environnemental.639 00. Consommation d'énergie primaire non renouvelable La consommation d'énergie primaire non renouvelable est donnée en MJp consommés pour 100 km parcourus.3 et du Tableau 5. l'unité fonctionnelle de référence retenue est “100 km”. selon la nature du bioéthanol mélangé à l’essence sans plomb (filière globale.3 Résultats de l'analyse de cycle de vie des filières essence et essEnce5 L'objectif de cette étude est la caractérisation.050 01. mélasses.328 00.843 04.

2 1.756 1.8 0.047 Figure 5. Les résultats sont présentés sur la Figure 5. EPFL .2). Ce facteur.4 0. les résultats présentés dans le paragraphe précédent indiquent donc que si le procédé peut être amélioré. l’agriculture suisse étant ce qu’elle est. le protoxyde d’azote (N2O) et le monoxyde de carbone (CO). et par l’amélioration des performances du véhicule en termes de consommation spécifique (voir paragraphe 4. est en effet souvent utilisé dans la littérature et traduit la capacité d’une filière à économiser et substituer l’énergie primaire non renouvelable. 2003). ICCEPT.4 0.4.765 0.0 0.8 0. 13 Le FAE du bioéthanol est en effet plus généralement de l’ordre de 1.759 0. Ce résultat s’explique à la fois par la nature renouvelable du bioéthanol. 2000 . On constate cependant que de façon globale.8 0. la substitution directe d’un volume de carburant d’origine fossile.759 0. Les résultats sont présentés sur la Figure 5. 1.2 1. Le FAE de l’Etha+® est de l’ordre 1. s’avère globalement inférieur aux résultats présentés dans d’autres études similaires13 et traduit peut-être un certain manque de performance de la filière de production d’éthanol envisagée dans cette étude. on constate cependant que le FAE est supérieur pour l’essEnce5.0 0.3 – Facteur d'amplification énergétique (FAE) Bien qu’une nouvelle fois.2 1. le méthane (CH4).2 0.5%.Rapport 420. bien que limitatif dans la mesure où il tient compte exclusivement de la phase de production des carburants (la diminution de la consommation spécifique du véhicule n’est pas prise en compte).2 0. selon la matière première et la technologie envisagée (USDA.0 essence 0.6 0.2 0.5. Il semble en effet difficile. Effet de serre L’impact relatif à l’effet de serre est exprimé en kg CO2 eq.100 Compte tenu du faible taux d’incorporation d’éthanol dans l’essence.0 Etha+® 1.6 0. le diagramme ne soit pas très parlant compte tenu du faible taux d’incorporation de l’éthanol. pour 100 km parcourus. les graphes présentés sur la Figure 5. c’est certainement dans le sens d’une meilleure optimisation énergétique des étapes grosses consommatrices de chaleur telles que la distillation. A ce titre.752 1. Les gaz à effet de serre les plus significatifs sont le dioxyde de carbone (CO2). b.05. la pré-concentration ou encore la concentration.LASEN Page 53 .0 0. à moins d’envisager un autre choix de substrats.2 sont malheureusement peu parlant.4 0. certes favorable à l’éthanol par rapport à l’essence.3. 2003 . on produit 1. La consommation d'énergie primaire non renouvelable est ici également exprimée au moyen du FAE. d’envisager une réduction significative de la contribution des matières premières au bilan énergétique. Ce résultat. Grassi.05 unité d’énergie finale sous forme d’éthanol. 2002 . UK DfT. l’adjonction de bioéthanol dans l’essence s’accompagne d’une réduction de la consommation d’énergie primaire non renouvelable de l’ordre de 3. ce qui signifie que pour une unité d’énergie primaire non renouvelable consommée.6 0.5-2.0 essEnce5 C M PdT 0.

pour 100 km parcourus.5 0.1 0. De façon générale.6 0. dans la partie supérieure de chaque histogramme (comme le précise la légende).6 25 20 15 16. c.9 0 Production essEnce5 C M PdT Légende Figure 5.4 2.300-1.0 essence 0.9 3.Rapport 420.8 0.8 0. Au contraire des deux critères d’impact précédents.2 0.4 – Impact relatif à l’effet de serre (kg CO2 eq.4 0. de l’ordre de 4.eq.2 0.eq.100 25 20 15 16.0 essEnce5 C M PdT 0.0 2.6 0. la part des émissions de gaz à effet de serre liée à la phase d’utilisation est indiquée par une teinte plus claire. Ce phénomène est dû essentiellement à la phase agricole de la chaîne de production d’éthanol. on constate une diminution des émissions de gaz à effets de serre à la fois au niveau de la phase de production et au niveau de la phase d’utilisation du carburant.3 0.6 0.5.5 0.) dans l’essence se traduit par une réduction des émissions de CO2 eq.4 0./100 km) Sur le graphe de la Figure 5.eq.5 0.2 0. Selon les filières.3 16.3 0.3 16. et d’oxydes d’azote (NOx) dissous.5 – Impact relatif au phénomène d'eutrophisation (g PO43./l). l’effet de l’adjonction d’éthanol est particulièrement sensible malgré le faible taux d’incorporation.458 g PO43.3 0. Eutrophisation L’impact relatif au phénomène d’eutrophisation est exprimé en g de PO43. Les polluants pris en compte sont les ions phosphate (PO43-) et l’azote (N) sous forme d’ions ammonium (NH4+). l’impact est considérablement plus élevé dans le cas de l’essEnce5 que dans le cas de l’essence.025 g PO43.5 25 20 15 10 5 3./l) est effectivement 12-60 fois supérieur à l’impact associé à la production d’un litre d’essence (0.4 présentée ci-dessus.7 0.7 0.6 0.2 0. l’impact relatif à la production d’un litre d’éthanol (0.7 0./100 km) Le phénomène d’eutrophisation est exclusivement lié à la phase de production des carburants.8 0. l’incorporation de bioéthanol (à raison de 5% vol.3 16.4 0.5 0. Les résultats sont donnés sur la Figure 5. d'une production d’éthanol à partir de matières agricoles ou dérivées de l’agriculture.1 0. Ainsi.eq. EPFL .LASEN Page 54 .3 0.7 0.0% sur l’ensemble du cycle de vie des carburants. 0.0 Légende Production Figure 5.3 10 5 0 essence 10 5 Utilisation 0 3. Dans le cas envisagé ici.1 0.

De manière globale.Rapport 420.9 24./100 km) Tout comme dans le cas de l’eutrophisation.LASEN Page 55 . Selon les filières.8-17.4 g SO2 eq. du débit d’air. L'incorporation d’éthanol dans l’essence conventionnelle conduit donc à une augmentation du phénomène d'acidification à la fois à la production et à l’utilisation. dont la teneur en oxygène est plus élevée du fait de la présence d’éthanol) et il importe donc d’interpréter les résultats de la manière la plus critique possible.5 35 30 25 20 15 10 5 0 Légende Production Utilisation Figure 5.eq.5 4. Il convient toutefois de noter que. Les résultats sont présentés sur la Figure 5. où la part des émissions relative à la phase d’utilisation est indiquée par une teinte plus claire.6 4. l’impact relatif à la production d’un litre d’éthanol (4. Il convient cependant de noter que dans le cas d’une production d’éthanol à partir de résidus ou déchets agricoles et/ou forestiers.9 g PO43. par rapport à l’essence conventionnelle. Il s’agit donc de ne pas généraliser les résultats obtenus dans le cas présent à tous les schémas de production d'éthanol et d'être conscient du fait que ceux-ci ne restent valables que dans le cas décrit dans cette étude. l’éthanol ne comportant pas de soufre.2 25.7 3.6 – Impact relatif au phénomène d'acidification (g SO2 eq. l’augmentation relative serait par contre probablement moindre. ainsi que l’ammoniac (NH3) gazeux. Si la prise en compte de ces émissions ne changerait sans doute pas l’ordre des choses.3). les émissions de NOx lors de la phase d’utilisation sont supérieures d’environ 14% dans le cas de l’essEnce5. 35 30 25 20 15 10 5 0 essence 20. les moteurs actuels sont réglés de façon à fonctionner de manière optimale avec de l’essence conventionnelle (et non pas avec un carburant tel que l’essEnce5.100 Globalement.0 21. Acidification L’impact relatif au phénomène d’acidification est ici exprimé en g de SO2 eq./l). la variation d’impact serait sensiblement moins grande.6-6 fois supérieur à l’impact associé à la production d’un litre d’essence (2. l’air. en effet. Or. Par ailleurs. les résultats dépendent en grande partie du réglage du moteur et plus particulièrement.5 4. l’incorporation d’éthanol dans l’essence s’accompagne ici d’une augmentation de l’impact relatif au phénomène d’eutrophisation de l’ordre de 220% (soit une augmentation d’un facteur 3. constitué de 79% d’azote). les émissions de SOx à l’utilisation n’ayant pas été mesurées (Tableau 4. EPFL ./l) est 1. dans la partie supérieure de chaque histogramme. Les polluants pris en compte sont les oxydes de soufre (SOx). d.2).5 4. cette augmentation est de l’ordre de 15%.9 35 30 25 20 15 10 5 0 essEnce5 C M PdT 23. les oxydes d’azote (NOx). le calcul de l’impact n’est pas complet.6. Le phénomène d’acidification étant largement lié à la nature du comburant (dans le cas présent. l’effet de l’adjonction d’éthanol est relativement sensible malgré le faible taux d’incorporation. pour 100 km parcourus.

Afin d’évaluer les performances des différentes filières de production d’éthanol.109 km. à prestation équivalente. on nommera respectivement ces deux grandeurs ∆Energie et ∆CO2.). la variation de l'impact environnemental entre les filières “essence” et “essEnce5” peut être exprimée de manière alternative. Tableau 5.Rapport 420.5 = 0. Les résultats sont donnés dans le Tableau 5. les impacts occasionnés avec et sans incorporation de bioéthanol. de mélasses et de pommes de terre. à savoir par litre d'éthanol introduit sur le marché des carburants automobiles (à prestation égale en termes de distance parcourue). Tableau 5. pour un véhicule donné. Le calcul selon cette approche est présenté sur la Figure 5.).270 MJp pour l’essEnce5 et 299. Les deux approches décrites ici sont équivalentes et aboutissent bien entendu aux mêmes résultats.109 x 7. Ces économies d'énergie non renouvelable et de CO2 indiquées ne sont valables que pour le taux d'incorporation envisagé dans cette étude.LASEN C -0. le résultat est exprimé en lpétrole eq.192 litres. Le calcul se rapportant au départ à un volume d’éthanol égal à 1 litre.270) / 31.5 – Variation absolue des impacts environnementaux par litre d'éthanol incorporé Grandeur calculée ∆Energie [lpétrole eq.558 – 829. Connaissant.6./léthanol.109 / 100 = 859. soit 5% (vol.961.8 pour le système global est reprise pour chacune des filières en annexes. économisés par litre d’éthanol incorporé dans l'essence.558 MJp pour l’essence.507 M -1. Dans la suite du rapport.8. Les résultats sont présentés dans le Tableau 5./léthanol] EPFL . La volume total d’essence conventionnel nécessaire pour parcourir la même distance est 287.962 -2. Le volume d’essence dans l’essEnce5 est donc ainsi de 19 litres (soit un volume total de 20 litres). Cette autre approche consiste à envisager un système pour lequel le volume d’éthanol incorporé est égal à 1 litre.251 PdT -0.109 / 100 = 829.328 Page 56 . Les résultats sont exprimés respectivement en litres de pétrole brut équivalents (lpétrole eq.) d’éthanol dans l’essence.8 x 287.328 Une manière alternative d’envisager cette approche est illustrée dans la Figure 5. et la distance parcourue s’élève à 20 x 100 / 6.609 Global -0. L’approche présentée sur la Figure 5./léthanol] Critère d’impact Consommation d’énergie primaire Effet de serre Résultat – 0.6 – Calcul de ∆Energie et ∆CO2 pour chacune des filières Grandeur calculée ∆Energie [lpétrole eq.961 -2.100 5. La consommation d’énergie primaire relative à un tel trajet. sur une distance de 100 km. les calculs de ∆Energie et ∆CO2 ont été effectués pour l’éthanol issu de céréales. Les calculs sont ici effectués pour la consommation d'énergie primaire non renouvelable et pour l'effet de serre (émissions de CO2 eq. s’élève donc à 288.033 / 100.4 x 287.831 -2. la différence entre ces deux valeurs correspond à ∆Energie : (859.157 -1. Exprimée en litres de pétrole (31.966 = 287.7.4 Evaluation des impacts par litre d’Etha+® introduit sur le marché Afin de mesurer de manière plus concrète et plus appréciable les bénéfices de l’incorporation de bioéthanol dans l’essence conventionnelle. soit 20./léthanol] ∆CO2 [kg CO2 eq. la variation d'impact par litre d'éthanol est obtenue en calculant la variation d'impact pour 100 km rapportée à la quantité d’éthanol consommée sur cette même distance.5 MJp/lpétrole eq.) et en kg CO2 eq.961 – 2./léthanol] ∆CO2 [kg CO2 eq.5.

LASEN Page 57 .100 Figure 5.Rapport 420.7 – Détails des calculs relatifs à la consommation d'énergie pour la FORD Focus EPFL .

0% 1.270 MJp 0.720 kg CO2 Production Utilisation Total Production Utilisation Total 859.EPFL .0% 19.192 l 287.100 Page 58 Figure 5.109 km 55.561 kg CO2 46.000 l ∆CO2 = 2.0% 20.000 l 829.832 kg CO2 55.270 MJp Essence 95.966 l/100 km ∆E = 30.489 kg CO2 57.231 kg CO2 47.558 MJp Essence 100.000 MJp 829.3 MJp ∆E = 0.270 MJp 8.33 kg Essence 95.109 km 57.000 l Total Ethanol 5.0% 19.0% 1.558 MJp 16.LASEN FORD Focus 16.8 – Approche alternative pour le calcul du ∆Energie et du ∆CO2 .0% 20.393 kg CO2 Rapport 420.033 l/100 km Essence 100.109 km 859.541 kg CO2/100 km 287.109 km 829.312 kg CO2/100 km FORD Focus 7.558 MJp 0.720 kg CO2 6.96 lbrut 287.393 kg CO2 Production Utilisation Total Production Utilisation Ethanol 5.192 l 10.000 l 287.000 MJp 859.

plus l’économie de CO2 est faible. plus on émet de CO2 et réciproquement). c'est-à-dire que l’on a une économie nette de CO2 par unité produite. plus on doit dépenser de l’énergie primaire non renouvelable. que l'on consomme aussi légèrement moins d'essEnce5 que d'essence conventionnelle pour parcourir 100 km. à savoir que l’on a en plus une absorption nette de CO2 liée à la photosynthèse. Il ressort par ailleurs des résultats présentés dans le Tableau 5.LASEN Page 59 .3) pour produire un litre d'essEnce5 qu'un litre d'essence conventionnelle. le caractère renouvelable du bioéthanol vient s'ajouter aux différents effets mentionnés ci-dessus. mais reste fixe pour une matière première donnée (dans des conditions de culture données). le bilan des émissions de CO2 est négatif. Or. chaque matière première est ainsi en quelques sortes caractérisée par le rapport de cette économie nette de CO2 à l’énergie primaire non renouvelable consommée. s’expliquer de la manière suivante : Pour chacune des matières premières envisagées. Autrement dit.6 que plus l’économie d’énergie primaire non renouvelable est grande. et d'autre part. encore une fois sont valables pour une incorporation d’éthanol dans l’essence à hauteur de 5% (vol. Ainsi. l’économie d’énergie primaire non renouvelable (∆Energie) est due au fait. plus on désire économiser du CO2.Rapport 420. En ce qui concerne l'effet de serre. l’économie correspondante est d’environ 2. Une analyse de sensibilité de ces résultats vis-à-vis des paramètres les plus déterminants de l’étude est proposée dans le chapitre suivant. Ce phénomène.100 L’économie d’énergie primaire non renouvelable par litre d’éthanol introduit sur le marché des carburants automobiles est donc de l’ordre de 1 litre de pétrole brut équivalent. En termes d’émissions de gaz à effets de serre.3 kg CO2 eq.). d'une part. Ces résultats. qui peut à priori sembler quelque peu paradoxal (dans la mesure où l’on pourrait se dire que plus on consomme de pétrole. la culture absorbe plus de CO2 qu’il en est émis par la consommation d’énergie fossile pour cette même culture. EPFL . En pratique. la matière première contribuant très fortement au bilan environnemental de la production d’éthanol. Ce rapport (établi par EcoInvent) varie selon la matière première. que l'on consomme moins d'énergie primaire non renouvelable (Figure 5.

0% M 40'820 11. et enfin (3) le coût de production de l’éthanol.7%.5 88. On envisage ici deux cas extrêmes. Cette grandeur peut ainsi être définie pour chacune des filières ou pour l’ensemble de l’usine.0% 67'200 22. Les hypothèses relatives au scénario de référence et aux deux scénarios envisagés ici sont reprises dans le Tableau 6.100 6.9 180'000 38.0 90'090 19.0% 40'820 11. mélasses et pommes de terre (voir paragraphe 3.9 100.1 40.3% 46’880 4.1.6 100. Tableau 6.0 100.LASEN C 67'200 22. le prix des co-produits. et enfin les performances respectives des carburants à l’utilisation (résultats des mesures de l’EMPA).3 60'000 22.7% 26'880 10. le rapport de la quantité de matière première à disposition et effectivement transformée en éthanol à la capacité maximale de traitement de l’usine.0 20'000 6.6 100'000 9.0% 117'210 12.6 40. a. Les différents taux de charge envisagés dans cette analyse de sensibilité s’appliquent ici à toutes les filières de façon identique.3% pour les filières céréales.0% PdT 117'210 12.3 100.0% 16'330 5.0% Global 225'230 48.Rapport 420.0% 225'230 48. 49. ANALYSE DE SENSIBILITE ET SYNTHÈSE DES RÉSULTATS Avant de faire la synthèse des résultats de l'ACV présentée dans le chapitre 5.2 85. (2) ∆Energie et ∆CO2.1 – Hypothèses de l’analyse de sensibilité vis-à-vis du taux de charge de l’usine Hypothèses de l’analyse de sensibilité Capacité de traitement (t/an) Capacité de production (Ml/an) Scénario de référence Quantités de MP traitées (t/an) Production d’éthanol (Ml/an) Taux de charge Scénario 40% Quantités de MP traitées (t/an) Production d’éthanol (Ml/an) Taux de charge Scénario 100% Quantités de MP traitées (t/an) Production d’éthanol (Ml/an) Taux de charge EPFL . L’analyse de sensibilité porte ici sur (1) la consommation d’énergie primaire non renouvelable et les émissions de CO2 eq. Le taux de charge de l’usine correspond alors également dans ce cas à la quantité d’éthanol produite rapportée à la capacité de production de l’usine. Les paramètres retenus pour cette analyse de sensibilité sont le taux de charge de l’usine.0% et 85.4 40.1 Analyse de sensibilité L’approche adoptée dans le cadre de l’analyse de cycle de vie ainsi que les différents calculs ont permis d’identifier les facteurs les plus déterminants vis-à-vis des résultats de l’étude.0% Page 60 .1). par litre d’éthanol dénaturé produit. et par conséquent aussi à l’usine dans son ensemble. 6. une analyse de sensibilité des résultats vis-à-vis des paramètres les plus pertinents est ici proposée. à savoir dans un premier temps un taux de charge global de 40% et puis un taux de charge de 100% (situation où l’usine fonctionne à pleine capacité).1 40.3 49. Les taux de charge retenus dans le cadre de l’étude sont respectivement de 88. Sensibilité vis-à-vis du taux de charge de l’usine On entend ici par “taux de charge de l’usine”.

Dans le cas de la filière mélasses.34 -0.17 -1. l’effet d’une variation du taux de charge est sensiblement plus complexe.47 24.21 1.34 22.64 -0. pétrole/léthanol) Scénario de référence Scénario 40% Scénario 100% ∆CO2 (kg CO2 eq.16 -1.52 1.94 1./léthanol) Scénario de référence Scénario 40% Scénario 100% Coût de production (SFr/l) Scénario de référence Scénario 40% Scénario 100% Globalement.04 -1. le scénario 100% a pour effet d’augmenter le shadow price des vinasses (déjà positif dans le scénario de référence) et nous éloigne donc de l’optimum. la sensibilité de résultats vis-à-vis du taux de charge est la plus grande pour le coût de production de l’éthanol./l) Scénario de référence Scénario 40% Scénario 100% C 20.08 -1. et ∆CO2. plus la consommation d’énergie primaire non renouvelable est faible et plus ∆Energie est élevé). en effet.22 1. EPFL .45 30.88 -0. Globalement.70 12.83 -0.33 -2. Contrairement à l’énergie primaire.25 -1.32 22. Selon les scénarios.13 -2.13 -1.97 -2.25 -0.LASEN Page 61 .47 19.84 -2.22 -1. L’optimum est en fait obtenu pour un shadow price des vinasses égal à zéro.89 20. Tableau 6. Il intervient donc directement dans le calcul des facteurs d’allocation (voir paragraphe 3.32 0.57 M 14. a une influence directe sur le coût spécifique des différentes étapes du procédé.96 -0.Rapport 420.29 1.03 -0. il n’en va pas de même pour les émissions de CO2 eq.96 -0.50 -2. le scénario 100% donne lieu à un shadow price des vinasses moins négatif que pour le scénario de référence.36 -1.6e).00 -2. celui-ci varie de +10% à -9%.60 1.61 -2. l’optimum en termes de CO2 ne correspond pas forcément au taux de charge maximum. Concernant l’énergie primaire non renouvelable et l’effet de serre.2 – Résultats de l’analyse de sensibilité vis-à-vis du taux de charge de l’usine Résultats de l’analyse de sensibilité Energie primaire non renouvelable (MJp/l) Scénario de référence Scénario 40% Scénario 100% Effet de serre (kg CO2 eq.94 1. Le taux de charge.96 -0. en revanche.19 14.52 1.89 -1.99 PdT 24.51 -2.23 -1.100 Les résultats sont présentés dans le Tableau 6.33 -2.39 ∆Energie (leq.88 -0. résultant ainsi en une situation moins bonne du point de vue de l’effet de serre et de l’économie de CO2.2.14 -1. Dans le cas des filières céréales et pommes de terre.50 1.46 Global 20. par litre d’éthanol produit. donc à une situation meilleure du point vue du CO2. le scénario de référence est plus avantageux que le scénario 100% du point de vue du CO2.60 0.21 -1.60 1.78 1.07 -0. On constate ici que si la consommation d’énergie primaire non renouvelable et (par conséquent) ∆Energie suivent le taux de charge (autrement dit.25 -1.25 -1. plus le taux de charge est élevé.00 0.

45 22.96 -0. Les résultats de l’analyse de sensibilité vis-à-vis du prix des co-produits sont présentés dans le Tableau 6.19 -1. comme précédemment. Ce comportement est très lié au choix d’une méthode d’allocation selon la valeur économique des co-produits.85 27.44 -2.60 Global 20. respectivement de +30% et -30% par rapport aux prix de référence retenu pour cette étude.4.56 1.3. par litre d’éthanol dénaturé produit. les résultats de l’ACV (contrairement au coût de production) sont relativement peu sensibles au taux de charge.34 19.22 1.32 1. On envisage ici deux scénarios de variation du prix des co-produits. Tableau 6.16 -1.33 -2.52 1./léthanol) Scénario de référence Scénario +30% Scénario –30% Coût de production (SFr/l) Scénario de référence Scénario +30% Scénario –30% EPFL .45 21.51 -2.66 M 14.02 -1.92 -2.27 -2.65 -1. sur (1) la consommation d’énergie primaire non renouvelable et les émissions de CO2 eq. (2) ∆Energie et ∆CO2.19 13.48 1.58 Page 62 ∆Energie (leq.25 -1.30 0. Sensibilité vis-à-vis du prix des co-produits En relation avec le choix d’une méthode d’allocation selon la valeur économique.12 -1.00 -0.04 15.33 -1.99 -0.4 – Résultats de l’analyse de sensibilité vis-à-vis du taux de charge de l’usine Résultats de l’analyse de sensibilité Energie primaire non renouvelable (MJp/l) Scénario de référence Scénario +30% Scénario –30% Effet de serre (kg CO2 eq.40 1.07 -0.32 19.29 -1.61 -2.94 -2. mais on réduit ∆CO2 de 5%. en travaillant à pleine charge.04 0.19 -1.100 Il convient enfin de noter que d’une manière générale.36 -1.3 – Hypothèses de l’analyse de sensibilité vis-à-vis du prix des co-produits Prix des co-produits selon le scénario (SFr/t) Scénario de référence Scénario +30% Scénario –30% C 270 350 210 M 130 170 100 PdT 260 340 200 Global - L’analyse de sensibilité porte ici.60 1.83 -0.43 1.74 -2.24 21. et (3) le coût de production de l’éthanol.96 -1.LASEN .06 -1.00 -0.04 -1.20 1.23 -0.25 -1.28 PdT 24.52 1. Tableau 6.51 -2. pétrole/léthanol) Scénario de référence Scénario +30% Scénario –30% ∆CO2 (kg CO2 eq.52 1./l) Scénario de référence Scénario +30% Scénario –30% C 20. on améliore ∆Energie de 4%.31 -0. b.Rapport 420. on analyse ici la sensibilité des résultats vis-à-vis du prix des co-produits.07 -1.25 -1. Ainsi. Les hypothèses sont précisées dans le Tableau 6.88 -0.14 1.

deux scénarios sont ici envisagés : (1) le scénario dit “égalité” où les performances sont les mêmes pour les deux carburants. c. et (2) le scénario “inverse” où les performances des deux carburants sont renversées par rapport au scénario de référence.238 essEnce5 6.LASEN Page 63 .463 L’analyse de sensibilité porte sur (1) la consommation d’énergie primaire non renouvelable et les émissions de CO2 eq. le scénario de référence est le plus avantageux des trois scénarios en termes de CO2. La justification du choix d’une telle analyse de sensibilité vis-à-vis des performances lors de la phase d’utilisation provient du fait que ces performances résultent d’un seul jeu de mesures sur un unique véhicule. Tableau 6. ainsi qu’en termes d’émissions directes de CO2 à l’échappement. La prise en compte du coût de production n’a plus lieu d’être.6.Rapport 420. Les résultats de l’analyse de sensibilité vis-à-vis des performances des carburants lors de la phase d’utilisation sont présentés dans le Tableau 6. Encore une fois.350 6. une augmentation du prix des co-produits donne lieu à un shadow price des vinasses plus élevé et réciproquement. ∆Energie varie de +4% à -4%.000 16. par 100 km parcourus. EPFL . ∆Energie et ∆CO2 sont relativement peu sensibles au prix des co-produits.966 16.463 7. l’analyse de sensibilité s’appliquant ici à l’essence et à l’essEnce5 (et non plus aux filières de production de bioéthanol). La filière de production d’éthanol retenue ici est la filière globale (C.100 Comme pour le taux de charge.5. et connaissant le potentiel de variabilité de telles mesures.966 16. PdT). tandis que le scénario “inverse” est au contraire en faveur de l’essence et le scénario “égalité” place les deux carburants à un même niveau de performances.5 – Hypothèses de l’analyse de sensibilité vis-à-vis des performances à l’utilisation Performances à l’utilisation Scénario de référence (faveur à l’essEnce5) Consommation spécifique (l/100 km) Emissions de CO2 (kg CO2/100 km) Scénario égalité Consommation spécifique (l/100 km) Emissions de CO2 (kg CO2/100 km) Scénario inverse (faveur à l’essence) Consommation spécifique (l/100 km) Emissions de CO2 (kg CO2/100 km) Essence 7. il a semblé judicieux d’évaluer l’importance de ces indicateurs de performance. Les diverses hypothèses sont précisées dans le Tableau 6. M. selon les scénarios est de -6% et +4%.033 16.350 7. Parallèlement au scénario de référence. est en faveur de l’essEnce5. Selon les scénarios. Sensibilité vis-à-vis du prix des performances à l’utilisation Le dernier volet de l’analyse de sensibilité vise enfin à évaluer l’effet sur les résultats. et (2) ∆Energie et ∆CO2. Ainsi. La performance est ici mesurée en termes de consommation spécifique de carburant (l/100 km). la variation du prix des co-produits a une influence directe sur le shadow price des vinasses. correspondant aux mesures réelles effectuées. L’explication des différents effets de la variation du prix des co-produits sur les résultats est la même que pour le taux de charge. De façon globale.033 16.238 7.000 16. Le scénario de référence. La variation du coût de production. d’une variation des performances de l’essence et de l’essEnce5 à l’utilisation.

84 290. permettent de tirer les conclusions suivantes concernant les critères d’impact envisagés : D’un point de vue énergétique./léthanol) Scénario de référence Scénario égalité Scénario inverse Il ressort de cette analyse de sensibilité que les mesures de performance jouent un rôle majeur dans l’évaluation des résultats de l’analyse de cycle de vie.6 – Résultats de l’analyse de sensibilité vis-à-vis des performances à l’utilisation Résultats de l’analyse de sensibilité Energie primaire non renouvelable (MJp/100 km) Scénario de référence Scénario égalité Scénario inverse essence 299. à la lumière de l’analyse de sensibilité (paragraphe 6. l'incorporation d'éthanol dans l’essence se traduit par une diminution de l’énergie primaire non renouvelable consommée pour une même distance parcourue. la diminution est de 54% pour ∆Energie et de 64% pour ∆CO2. Cette constatation est à prendre en compte de manière très sérieuse et une validation des mesures réalisées par l’EMPA.2 Synthèse des résultats de l’ACV L’ensemble des résultats de l’ACV présentés dans le chapitre 5 est repris dans le Tableau 6.58 (-32%) -0. 6.1).100 Tableau 6.96 -0. Une nouvelle série de mesures des performances respectives de l’essence et de l’essEnce5 permettrait de donner plus de crédit aux résultats présentés dans cette étude. est recommandée.61 -0./léthanol) est justement très sensible à cette diminution de la consommation spécifique. Cependant.70 (-27%) -0.Rapport 420.53 20.85 - essEnce5 288.42 19.98 296.38 297. EPFL . liée à la nature renouvelable du bioéthanol est encore accrue du fait que l'incorporation d'éthanol dans l'essence s'accompagne d'une baisse de la consommation spécifique du véhicule.7. l’économie d’énergie primaire non renouvelable réalisée (de l’ordre de 1 lpétrole eq.29 19.10 19. Si l’effet sur les résultats exprimés par 100 km parcourus est relativement faible.LASEN Page 64 . Entre le scénario de référence et le scénario “inverse”./100 km) Scénario de référence Scénario égalité Scénario inverse ∆CO2 (kg CO2 eq. l’effet sur ∆Energie et ∆CO2 est en revanche particulièrement significatif. Ces résultats.85 (-64%) ∆Energie (leq.55 -2.25 291. Cette réduction. pétrole/léthanol) Scénario de référence Scénario égalité Scénario inverse Effet de serre (kg CO2 eq. ce qui explique la diminution plus importante de ∆CO2 par rapport à ∆Energie. La diminution de ∆CO2 est liée à la fois à la variation des émissions de CO2 et à celle de la consommation spécifique (∆CO2 est calculé à prestations égales en termes de distance parcourue). grâce à de nouveaux tests.44 (-54%) 19. pour un même scénario.97 19. On constate ainsi entre le scénario de référence et le scénario “égalité” une diminution de 27% pour ∆Energie et de 32% pour ∆CO2.33 -1.

.563 000.......414 000.....066 000.670 000...189 016.042 M PdT Globale C M PdT [100 km] Globale 288..042 003. [kg CO2 eq......... [g SO2 eq....322 001.......... [g SO2 eq..[kg CO2 eq.] Acidification ..] Acidification ...553 028......759 0–0..502 000....079 000.../ u..830 024.....962 0–2. [MJp/u.104 000...609 002...440 003..384 000.920 020./ u../léthanol] Production Effet de serre..336 286.458 025.507 002...562 016...157 0–1..096 003. [g PO43.670 003...000 004..312 000.f..195 000.../léthanol] ∆CO2 .....079 003..482 000............f....../ u...293 000...LASEN Carburant [litre] C 020. [g PO43.671 028.419 000..445 020.............000 004..038 000...... [g SO2 eq.....f......268 021..../ u..... [g PO43.eq...419 000..756 0–0..[lpétrole eq..eq../ u..f.431 000..428 000..eq.] Utilisation Effet de serre..........173 024...042 003..096 003....960 016..........000 004.....[kg CO2 eq..[kg CO2 eq..312 000...048 000.......480 019..961 0–2........440 0–1.266 000....692 290......f....047 014.312 000..268 025.........831 0–2........671 023..902 016..871 001..431 000.628 Véhicule Unité fonctionnelle (u....000 004.668 000.] ....../ u...480 019.038 000.759 0–0.231 000..414 000.f.f.....919 000.357 000.312 000........7 – Tableau récapitulatif des résultats de l’analyse de cycle de vie EPFL .382 FORD Etha+® essEnce5 essence FORD [100 km] Fossile 299.../ u....251 003./ u..000 003.....185 288.] Eutrophisation.884 000.] Rapport 420...066 003...] FAE......f./ u.......f. [MJ/MJp] ∆Energie ....480 019.440 000....] Total Effet de serre..] Eutrophisation...] Eutrophisation....765 000...Tableau 6..482 000.835 000..f..553 023....982 000........173 020.708 016.f...541 000.428 001....) Filière Consommation d’énergie .752 003........458 030.480 019.....669 000....328 002....100 Page 65 Acidification ...

Les conclusions présentées ici ne peuvent donc pas être généralisées à des taux d'incorporation autres que ceux envisagés dans le cadre de cette étude. Par litre d’éthanol introduit sur le marché des carburants (et utilisé sous forme d’essEnce5). de façon générale. les résultats sont largement défavorables à l’incorporation d’éthanol dans l’essence. mais s’avère essentiellement lié à la nature du comburant (ici.8.8 – Variation relative des impacts de la filière essEnce5 par rapport à la filière essence Critère d’impact environnemental Consommation d’énergie Effet de serre Eutrophisation Acidification Variation de l’impact à prestation équivalente – 3. A noter que les résultats présentés dans ce chapitre sont valables pour le taux d'incorporation d’éthanol envisagé dans cette étude (soit 5% vol. défavorables à l'incorporation d’éthanol dans l’essence. Là encore. Tableau 6.7. l’augmentation relative serait par contre probablement moindre.3 kg CO2 eq. Par ailleurs. A noter. en revanche. l’air) et dépend donc en grande partie du réglage du moteur et plus particulièrement.2% + 219. la nature de celle-ci joue un rôle essentiel dans l’évaluation de l’impact. Du point de vue de l’acidification. Les valeurs sont précisées dans le Tableau 6. Concernant le phénomène d’eutrophisation. l’économie de CO2 réalisée est de l’ordre de 2. les émissions de SOx à l’utilisation n’ayant pas été mesurées. l’essEnce5 présente une diminution globale des émissions de CO2 eq. Cependant.100 Le FAE de l’essEnce5 est légèrement supérieur à celui de l’essence conventionnelle. l'impact à l'utilisation étant nul.Rapport 420. l’incorporation d’éthanol dans l’essence se traduit par une légère augmentation des émissions d’oxydes d’azote. le calcul de l’impact n’est pas complet. du débit d’air.. les résultats sont. Si la prise en compte de ces émissions ne changerait sans doute pas l’ordre des choses. Du point de vue de l’effet de serre. sur l’ensemble des filières. à la fois lors de la phase de production et à l’utilisation.5% – 4.2% EPFL .).LASEN Page 66 . du fait d’un FAE de l’Etha+® juste supérieur à 1. par ailleurs que seule la phase de production et de mise à disposition des carburants entre en jeu. l’analyse de sensibilité a permis de constater que cette économie de CO2 (tout comme l’économie d’énergie primaire non renouvelable) est particulièrement liée aux performances de l’essEnce5 (par rapport à l’essence) lors de la phase d’utilisation. Ce phénomène étant associé essentiellement à la mise à disposition de la matière première. l’étape de mise à disposition de la matière première joue un rôle essentiel. Ce phénomène.0% + 15. A partir des données présentées dans le Tableau 6. Il convient toutefois de noter que. cependant n’a rien à voir avec l’éventuelle présence de traces d’azote dans l’éthanol. l’éthanol ne comportant pas de soufre. il est alors possible d'évaluer la variation d'impact relative à l'incorporation d’éthanol dans l’essence.

transport. à l'aide d’une méthode d'analyse de cycle de vie rigoureuse et reconnue.100 7. 7. repris sous le terme essEnce5. transformation et distribution) et la phase d'utilisation du carburant. à savoir la production. Dans l’optique choisie. 7. culture de la matière première. CONCLUSIONS Dans le cadre de la présente étude.1 Bilan des résultats de l'analyse de cycle de vie des carburants Les résultats de l'analyse de cycle de vie réalisée dans le cadre de cette étude (chapitres 5 et 6) démontrent clairement les avantages de l’essEnce5 par rapport à l’essence conventionnelle en termes de réduction de la consommation d’énergie primaire non renouvelable ainsi que des émissions de gaz à effet de serre. collecte. du fait de la nature renouvelable de l’éthanol et des ses performances en tant qu’additif à l’essence sans plomb. une analyse de cycle de vie des carburants envisagés a été accomplie. principalement du fait de la nature des matières premières retenues. La production. les impacts environnementaux relatifs à la production et l'utilisation des carburants automobiles susmentionnés. évaluer la sensibilité des résultats aux paramètres déterminants les plus pertinents et aux diverses matières premières envisagées.) d’éthanol (Etha+®) et de 95% (vol. eutrophisation . afin d'obtenir un inventaire détaillé des émissions polluantes et des ressources consommées. Les critères d'impact retenus sont : consommation d’énergie primaire non renouvelable . des matières premières identifiées et habituellement utilisées à d’autres fins. l’éthanol constitue pour le producteur de la matière première un débouché comme un autre et ce producteur est seul responsable du marché auquel il destine son produit. Les objectifs principaux de cette étude visaient essentiellement à : comparer. l’utilisation d’éthanol-carburant est envisagée sous forme d’un mélange de 5% (vol.) d’essence conventionnelle sans plomb. En revanche. EPFL . effet de serre . pommes de terre) ou directement dérivées de produits agricoles (mélasses de betteraves). la mise à disposition auprès du consommateur et l’utilisation de l’essEnce5 ont été comparées à la filière conventionnelle correspondante. acidification. à savoir des matières premières d’origine agricole (céréales.2 Limites de l’étude et des résultats présentés L’approche envisagée dans cette étude se limite au point de vue du producteur de bioéthanol dans le sens où l’on ne tient pas compte de l’effet induit par l’utilisation. Ces critères d'impact ont ainsi été quantifiés pour chaque étape du cycle de vie des carburants. à savoir la phase de production (ressources. pour la production d’éthanol. la mise à disposition et l’utilisation de l’essence sans plomb 95. les impacts relatifs aux phénomènes d’acidification et d’eutrophisation sont défavorables à l’utilisation d’éthanol. Afin de caractériser les impacts environnementaux associés à chaque filière. stockage.LASEN Page 67 . sur la base de données cohérentes et actualisées .Rapport 420. afin d'établir un intervalle de confiance ainsi que des perspectives.

Rapport 420. des périodes de production envisagées. du point de vue des impacts environnementaux. Il est cependant souvent impossible de comparer les résultats de telles études. le taux d'incorporation de bioéthanol envisagé. de façon distincte. Les résultats établis par filière sont donc tout à fait spécifiques aux conditions précises de l’étude. permettant ainsi de tenir compte du cycle du carburant dans son ensemble. l'effet de l'incorporation de bioéthanol dans les carburants conventionnels. EPFL . ce dernier aspect n’est pas pris en compte dans cette étude. compte tenu de la disponibilité et du prix des différentes matières premières.LASEN Page 68 . à travers le monde. dans le contexte précis décrit tout au long du de l’étude. tant les paramètres et les hypothèses qui interviennent (et qui sont susceptibles de différer) sont nombreux. etc. les résultats obtenus dans cette étude ne sont comparés à aucune autre étude analogue et ne peuvent en aucun cas être généralisés à d'autres contextes que ceux décrits dans cette étude. mais il conviendrait alors de conduire une telle analyse à une échelle beaucoup plus large. A l’échelle de la seule usine projetée. des conditions cadres relatives à la valorisation des co-produits. la question de l’allocation d’une matière première “rare” entre différents usages est très pertinente . l’évaluation des impacts par filière de production s’applique bel et bien aux trois filières envisagées. par exemple. de nombreuses études visant à évaluer. La présente étude envisage non seulement la production intégrée d’éthanol à partir des trois matières premières de manière globale au sein de l’usine multi-matières. Ainsi. mais également la production d’éthanol à partir de chacune des matières premières.100 Dans une optique plus globale de politique publique. la technologie de transformation ou encore le mode de production de la biomasse ou encore la situation géographique. Comme dans le cas de la présente étude. En effet. On notera en particulier le choix de la méthode d'analyse et d'allocation. Toutefois. mais également la phase d'utilisation dans un véhicule. du choix de l’usine multi-matières. du taux de charge de l’usine. le type de véhicule. l’analyse de cycle de vie d’une usine d’éthanol basée exclusivement sur des céréales n’aboutirait très probablement pas au résultat obtenu ici pour la filière céréales. sur une analyse de cycle de vie. Pour ces diverses raisons. la comparaison des divers carburants repose. celle du développement de la filière éthanol en Suisse. il est important de ne pas se méprendre sur le système qui est décrit. incluant ainsi la phase de production du carburant. Il existe aujourd'hui. dans la grande majorité des cas.

Unité de production multi-matières premières : Traitement des effluents. Rapport établi par PLANAIR SA Bureau d’ingénieurs SIA. 11. Presses Polytechniques Universitaires Romandes (PPUR). établi par le Laboratoire de Systèmes Energétiques (LASEN) de l’EPFL. 2. 8. Centre de profit de la Régie Fédérale des Alcools. (2000). Assessment inkl. Life cycle assessment : Principles and framework. Copyright Alcosuisse 2002. Rentabilitätsberechnung im Projekt “Bioethanol für Treibstoffe”. Confidentiel. Document établi à l’attention de la Direction Générale des Douanes. pour Alcosuisse. Copyright Alcosuisse 2003. O.Rapport 420. 9. prepared by the Technical Committee ISO/TC 207 & Subcommittee SC5. ICCEPT (2003). 2003. Grassi. Imperial College. mélasses de betteraves et pommes de terre. Amersfoort (B). Rapport de recherche No. May-June 2000. pour Alcosuisse. Jolliet. Etude comparative de carburants par analyse de leur cycle de vie. Etude préliminaire. Centre de profit de la Régie Fédérale des Alcools. Centre de profit de la Régie Fédérale des Alcools. Centre de profit de la Régie Fédérale des Alcools. 7. EPFL . Copyright Alcosuisse 2002. Environmental Management. Dübendorf (CH). EMPA (2002). Analyse environnementale du cycle de vie : De la critique à la réalisation d'un écobilan. Rapport 2270C-DE-02 établi par Maguin Interis. Centre de profit de la Régie Fédérale des Alcools. pour Alcosuisse. 5. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1. Bioethanol : Industrial world perspectives. Rapport établi par PLANAIR SA Bureau d’ingénieurs SIA. Helbling Ingenieurunternehmung AG (2002). Rapport No. pour Alcosuisse. Crettaz. 12. Report B/U2/00785/REP prepared for DTI New and Renewable Energy Programme. ISO/FDIS 14040 on Environmental Management (1997). Copyright Alcosuisse 2004. établi par Helbling Ingenieurunternehmung AG. by Imperial College Centre for Energy Policy and Technology (ICCEPT). Pré Consultants BV (1999). 6. Rapport No. 4. 415. Planair SA (2003). 202'672. RWB Eau et Environnement SA (2004). Développement d’une filière de carburant au bioéthanol : Rapport final de la phase d’investigations. Rapport établi par RWB Eau et Environnement SA. Centre de profit de la Régie Fédérale des Alcools. Etapes de développement du projet Etha+® 2004-2012 : Scénario de référence. Eco-Indicator 99 : A damage oriented method for Life Cycle Impact Assessment (Methodology Report). LASEN (2002).Bio-Ethanol Projekt : Untersuchungen hinsichtlich des Emissionsverhaltens an einem Nutzfahrzeug und zwei Personenfahrzeugen. 30350’00 MOR Bioethanol. Ecobilan en ingénierie et management de l'environnement.LASEN Page 69 . 10.. Technology status review and carbon abatement potential of renewable transport fuels in the UK. G. James X James. Etude budgétaire pour une unité de production d’alcool carburant à partir de céréales.105. Copyright Alcosuisse 2002. Copyright Alcosuisse 2002. Planair SA (2002). pour Alcosuisse. (2000). Maguin Interis (2002). pour Alcosuisse.100 8. 3. P. In Renewable Energy World.

Golden CO (USA).100 13.. National Renewable Energy Laboratory.Rapport 420. 15. Report prepared by AEA Technology for the UK Department for Transport. EPFL . The energy balance of corn ethanol : An update. 14. Agricultural Economic Report No.LASEN Page 70 . Biotechnology Center for Fuels and Chemicals. UK. US DOE. et al. 813. United States Department of Agriculture. UK DfT (2003). Lignocellulosic biomass to ethanol process design and economics utilizing co-current dilute acid prehydrolysis and enzymatic hydrolysis current and futuristic scenarios. International resource costs for biodiesel and bioethanol. USDA (2002). (1999). Wooley R.