MERISE

Mod´lisation de Syst`mes d’Information e e
Pierre G´rard e Licence Pro. FC 2004/2005

Table des mati`res e
1 La m´thode MERISE e 2 Mod`les conceptuels e 2.1 Mod`le Conceptuel de Communication e 2.2 Mod`le Conceptuel des Traitements . e 2.3 Mod`le Conceptuel des Donn´es . . . e e 2.4 Formes normales d’un MCD . . . . . . 2 6 . 6 . 7 . 13 . 16

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

. . . .

3 Mod`les organisationnels et logiques e 19 3.1 Mod`le Logique des Donn´es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19 e e 3.2 Mod`le Organisationnel des Traitements . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 e 4 Mod`les physiques e 29 4.1 Mod`le Physique des Donn´es . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 29 e e

1

1

La m´thode MERISE e

MERISE

M´thode d’Etude et de R´alisation Informatique pour les Syst`mes d’Entreprise e e e

– M´thode Eprouv´e pour Retarder Ind´finiment la Sortie des Etudes e e e – MEthode pour Rassembler les Id´es Sans Effort e – Sutout lorsqu’on utilise un AGL

Approche Donn´es / Traitements e – Pour ´tudier et d´velopper l’informatique d’une organisation, il est n´cessaire de connaˆ e e e ıtre: – comment elle r´agit ` une sollicitation externe e a – quelle est la structure des informations qu’elle utilise – MERISE mod´lise cette connaissance de mani`re duale : e e – Mod`les des Traitements (r´action aux ´v´nements...) e e e e – Mod`les des Donn´es (vocabulaire de la structure...) e e – Les 2 aspects sont compl´mentaires, synchronis´s et valid´s entre eux e e e

Niveaux d’abstraction – Pour chacun des probl`mes de mod´lisation (donn´es / traitements) e e e – Proc´der de mani`re progressive... e e – ... du plus stable au plus technique – Niveau Conceptuel – Ce qu’il faut faire – Quoi ? – Niveau Organisationnel – La mani`re de faire e – Pour les traitements – Niveau Logique – Choix des moyens et ressources – Pour les donn´es e – Niveau Physique – Les moyens de le faire – Comment ? 2

Réel perçu Invariant / Stable Conceptuel Organisationnel Logique Physique Variable

Exemples de niveaux d’abstraction – Conceptuel – Le client effectue une demande de service ` la compagnie pour assurer son v´hicule. a e Cette derni`re lui propose un devis e – Organisationnel – Un client effectue une demande de service ` l’agence de son choix, par courrier, pour a assurer un v´hicule. Un agent de service concern´, si le client est fiable (consultation e e d’un fichier central inter assurances), prend contact par t´l´phone pour une visite ` ee a domicile (apr`s 17 heures) afin d’examiner plus pr´cis´ment ses besoins et ´tablir un e e e e devis – Physique – Le fichier central inter assurances est accessible par internet. Les agences sont connect´es au si`ge de la compagnie par liaison ADSL. Chaque agence dispose de microe e ordinateurs de type PC et peut traiter ses donn´es en local grˆce au SGBD Access e a Le niveau Conceptuel – Exprime les choix fondamentaux de gestion, les objectifs de l’organisation – D´crit les invariants de l’organisation e – Le m´tier de l’organisation e – D´finit e – Des activit´s e – Des choix de gestion – Des informations – Ind´pendamment e – Des aspects organisationnels – Des aspects techniques de mise en oeuvre – Du point de vue – Des traitements: objectif, r´sultat, r`gle de gestion, enchaˆ e e ınement – Des donn´es: signification, structure, liens e Le niveau Organisationnel – Exprime les choix organisationnels de ressources humaines et mat´rielles e 3

hi´rarchique ou r´seau). – La volum´trie des donn´es e e – La s´curit´ des donn´es e e e – Ind´pendamment des moyens de traitement et de stockage de donn´es actuels ou futurs e e – Les op´rations conceptuelles vont ˆtre d´compos´es au niveau organisationnel en une e e e e ou plusieurs op´rations organisationnelles e Le niveau Logique – Exprime la forme que doit prendre l’outil informatique pour ˆtre adapt´ ` l’utilisateur. cad les carace e e e t´ristiques du mode de gestion des donn´es e e – La r´partition des D sur les diff´rentes unit´s de stockage e e e – Les volumes par unit´ de stockage e – L’optimisation des coˆts induits par le mode de gestion u Le niveau Physique – Traduit les choix techniques et la prise en compte de leurs sp´cificit´s e e – R´pond aux besoins des utilisateurs sur les aspects logiciels et mat´riels. des langages de programmation ou de e e gestion des donn´es e – Introduit la notion d’outils en tant que fonction r´utilisable e – D´crit e – Le sch´ma de la base de donn´es (relationnel.– D´finit: e – La r´partition g´ographique et fonctionnelle des sites de travail (du point de vue des e e donn´es et des traitements) e – Le mode de fonctionnement : temps r´el ou temps diff´r´ e ee – La r´partition du travail homme/machine (degr´ et type d’automatisation) e e – Les postes de travail et leur affectation. e e – D´finit compl`tement: e e – Les fichiers. les programmes – L’implantation physique des donn´es et des traitements e – Les ressources ` utiliser a – Les modalit´s de fonctionnement e Les mod`les au niveau Conceptuel e – Le Mod`le Conceptuel des Donn´es (MCD) e e – Description des donn´es et des relations en termes de e – Entit´ ou Individu e – Relation ou Association – Propri´t´s ou d’Attributs ee – Le Mod`le Conceptuel des Traitements (MCT) e – Description de la partie dynamique du SI en termes de – Processus – Op´rations e Les mod`les aux niveaux Organisationnel et Logique e 4 . e ea a ` son poste de travail – Ind´pendamment de l’informatique sp´cifique.

MLD MOT MCC physique MPD données traitements données MPT traitements 5 . D Niveau Physique Etat Actuel T D T D T Etat Futur Mod`les successifs produits e Modèles successifs produits EXISTANT conceptuel FUTUR MCD MCT MCD MCT MOT logique orga.– Le Mod`le logique de donn´e (MLD) e e – Le mod`le « CODASYL » si une orientation base de donn´es r´seau est choisie e e e – Le mod`le « relationnel » si une orientation base de donn´es relationnelle est choisie e e – Le mod`le « hi´rarchique » e e – Le Mod`le Organisationnel des Traitement (MOT) e – Permet de repr´senter par proc´dure les phases et les tˆches effectu´es par chaque e e a e poste de travail Les Mod`les au niveau Physique e – Le Mod`le Physique des Donn´es (MPD) e e – Sp´cifie les organisations physiques de donn´es e e – Le Mod`le Physique des Traitements (MPT) e – D´crit les traitements r´alis´s pour chaque transaction (temps r´el) ou chaque unit´ e e e e e de traitement (temps diff´r´) ee Processus de d´veloppement e Niveau Conceptuel D T D T Niveau Logique / Orga.

.. pour mod´liser les habitudes de travail dans e e e e l’organisation concern´e e – D´limiter le domaine ´tudi´ e e e – R´duire la complexit´ en identifiant des sous probl`mes trait´s individuellement e e e e – Identifier les acteurs externes et internes – Mod´liser les ´changes d’informations entre les diff´rents acteurs e e e Acteurs – Repr´sent´ par un cercle libell´ par le nom de l’acteur e e e – L’acteur repr´sente une unit´ active intervenant dans le fonctionnement d’un syst`me e e e op´rant. e – Un acteur est un rˆle plutˆt qu’une personne physique (« Direction » et pas « Jeano o Claude ») – Il peut ˆtre pertinent de mod´liser s´par´ment deux fonctions assum´es par une mˆme e e e e e e personne physique – On distingue les acteurs internes et externes Flux d’information – Repr´sent´ par une fl`che entre deux acteurs. il est actif – Ex : Service comptabilit´. ´tiquet´e par le nom du flux e e e e e – Echange d’informations entre deux acteurs – Ex : documents. donn´es informatiques ee e Flux 1 Acteur B Flux 2_2 Flux 2_1 Acteur A Flux 3 Acteur C 6 . au niveau conceptuel. Guichet .1 Mod`les conceptuels e Mod`le Conceptuel de Communication e Mod`le Conceptuel de Communication (MCC) e – Repr´sente. Il peut e – Etre stimul´ par des flux d’information e – Transformer et ´mettre des flux d’information e – Un acteur « fait quelque chose ». les ´changes d’information entre les acteurs e e – Premi`re ´tape d’une ´tude de l’existant.2 2. appels t´l´phoniques.

2 Mod`le Conceptuel des Traitements e Mod`le Conceptuel des Traitements (MCT) e – Repr´sente formellement les activit´s exerc´es par le domaine (` la base de la connaise e e a sance du SI) – Repose sur la prise en compte des ´changes (flux) du domaine avec son environnement e – S’effectue en faisant abstraction de l’organisation et des choix technologiques La d´finition des interactions du domaine avec son environnement prime sur la mani`re e e dont on assurera ces activit´s e MCC et MCT – Le MCT est un « zoom » sur le MCC – Dans les MCC.. fournisseurs.Acteurs externes – El´ments externes avec lesquels le syst`me ´change des flux d’information e e e – Ex : clients. Acteurs externes Organisation flux Acteurs internes – Acteurs faisant partie du syst`me d’information ´tudi´ e e e – Ex : guichet.. service informatique. on repr´sente les messages ´chang´s entre acteurs e e e – Dans les MCT.. – Si le syst`me est complexe.. on peut consid´rer un acteur interne comme un sous-domaine e e et d´tailler ce sous-domaine dans un nouveau MCC e ORGANISATION acteurs internes 2. on repr´sente comment un acteur de l’organisation r´agit quand il e e re¸oit ce message et quelle op´ration il effectue c e 7 .

Messages reçus à traiter Acteur Messages émis traités Opération Mod`le de MCT e Evénement déclencheur A (a) Evénement déclencheur B (b) a et b (Synchronisation) Nom de l'opération Action 1 Action 2 Action 3 Règle d'émission 1 Règle d'émission 2 Evénement résultant C Evénement résultant C Exemple de MCT Demande RDV Planning tjs Date retenue Colis Date du jour Livraison tjs Livraison effectuée Passage du MCC au MCT 8 .

Dossier incomplet Dossier Résulat Bac Candidat Avis Scolarité Listes admission Dossiers complets Président Dossier Vérification du dossier Incomplet Complet Résultat Bac Dossier incomplet Dossier Complet Décision d'admission Transmission du dossier Décision Transmission de l'avis Avis Erreurs de mod´lisation fr´quentes e e – R`gles d’´mission : elles doivent e e – Etre mutellement exclusives : deux r`gles de la mˆme op´ration ne peuvent pas ˆtre e e e e vraies en mˆme temps e – Couvrir tous les cas possibles – Ne pas r´p´ter les actions et les ´v´nements r´sultants e e e e e – Probl`mes de synchronisation e – Il faut simplifier les synchonisations – Probl`mes structurel e – Il faut ´viter les chaˆ e ınes d’op´rations et les ´v´nements internes e e e Simplification des synchronisations 9 .

A (a) B (b) C (c) a ou (b et c) ou b Opération D La simplification a mis en ´vidence que C n’´tait pas n´cessaire e e e A (a) B (b) C (c) a ou b Opération D A (a) B (b) a ou b Opération D R´duction des chaˆ e ınes d’op´rations e A Opération 1 B Opération 2 D C Opération 3 E 10 .

– De A ` E. les op´rations s’enchaˆ a e ınent de mani`re syst´matique e e – On supprime les ´v´nements internes B. C et D e e A Opération Action OP1 Action OP2 Action OP3 E Autres exemples A Opération 1 B C Opération 2 D Chaˆ ınes ` r´duire ` une seule op´ration a e a e 11 .

A Opération 1 B Opération 2 C D Opération 3 E Cas d’introduction d’´v´nements internes e e Demande de location Traitement indisponibilité Vérifier disponibilité Calculer la Valeur Actuelle Nette Pas dispo Dispo et VAN < 30KE Dispo et VAN >= 30KE Location impossible Demande de caution Demande accord location Calculer la VAN ne se fait pas en cas d’indisponibilit´ e 12 .

Momo. l’ˆ de France..3 Mod`le Conceptuel des Donn´es e e Mod`le Conceptuel des Donn´es e e – Mod`le Entit´ / Association e e – Souvent nomm´ Entit´-Relation e e – Repose sur les concepts de – Entit´s e – Associations – Propri´t´s ee – Permet de d´crire un ensemble de donn´es relatives ` un domaine d´fini afin de les e e a e int´grer ensuite dans une Base de Donn´es e e Entit´ et entit´ type e e – Entit´ : Une entit´ est un objet. Voiture. Ma Voiture. une chose concr`te ou abstraite qui peut ˆtre reconnue e e e e distinctement – Ex : Jean-Claude. R´gion e Une entit´ est une occurence d’une entit´ type (ou instance) e e Personne Propri´t´ (ou attribut) e e – Propri´t´ : caract´ristique associ´e ` une entit´ type ee e e a e – Ex : L’ˆge d’une personne. Son 4x4. a e 13 .. la Bretagne Ile – Entit´ type : Une entit´ type est la repr´sentation commune que l’on adopte pour des e e e entit´s qui poss`dent les mˆmes caract´ristiques e e e e – Ex : Personne.Demande de location Traitement disponibilité Vérifier disponibilité Pas disponible Article disponible Location impossible Article disponible Traitement disponibilité (bis) Calculer VAN VAN < 30KE VAN >= 30KE Demande de caution Demande accord location 2. la puissance d’une voiture. le num´ro d’un produit.

n Expose Date 0.n Locataire 1. lien entre plusieurs entit´s type e e – Ex : Le mariage de deux personnes – Une association type peut avoir des propri´t´s ee Exopsant Numéro exposant Nom exposant Adresse exposant Catégorie 0.– On associe un domaine ` chaque propri´t´. le num´ro d’immatriculation d’une voie e ture.. qui d´finit l’ensemble des valeurs possibles a ee e que peut prendre la propri´t´ ee – Valeur : Valeur que prend une propri´t´ (` l’int´rieur du domaine) pour une entit´ ee a e e particuli`re e – Ex : 28 ans pour l’ˆge de Jean-Claude. nous utiliserons les termes : – Association pour Association type – Occurence d’association pour Association Identifiants – Identifiant : une ou plusieurs propri´t´s d’une entit´ ou d’une association qui ont une ee e valeur unique pour chaque occurence de l’entit´ ou de l’association e – Ex : Le num´ro de SECU d’une personne. on utilise souvent « Association » plutˆt que « Association Type ». comme c’est e a e d’usage.n Stand Numéro stand Emplacement Surface – Il peut y avoir plusieurs associations type liant les mˆmes entit´s si la s´mantique est e e e diff´rente e Propriétaire Personne 0. comme c’est d’usage. Dans la suite.n Numéro personne Nom Prénom 0. Dans la e o suite.n Abus de langage – Souvent.. 150cv pour la puissance de son 4x4 a Personne Nom Prénom Association et association type – Association : lien entre plusieurs entit´s e – Ex : Le mariage de Momo et de Jeanne. on parle d’« Entit´ » ` la place d’« Entit´ Type ». celui de Jean-Claude et d’Eglantine – Association type : repr´sentation d’un ensemble de relations qui poss`dent les mˆmes e e e caract´ristiques. – On souligne les identifiants d’une entit´ e – L’identifiant d’une association est un sous-ensemble des identifiants des entit´s li´s e e 14 .n Appartement Numéro appartement Etage Escalier Porte 0. nous utiliserons les termes : – Entit´ pour entit´ type e e – Occurence d’entit´ pour entit´ e e – De mˆme.

n Adresse – Cardinalit´ minimale e – 0 si une occurence de l’entit´ peut exister tout en n’intervenant dans aucune occurence e de l’association – 1 si une occurence de l’entit´ ne peut exister que si elle intervient dans au moins une e occurence de l’association – n : cas rare ` ´viter ae – Cardinalit´ maximale e – 1 si une occurence de l’entit´ ne peut pas ˆtre impliqu´e dans plus d’une occurence e e e de l’association – n si une occurence de l’entit´ ne peut ˆtre impliqu´e dans plus d’une occurence de e e e l’association Dimension d’une association – Dimension : Nombre de « pattes » de l’association – Binaire.n Stand Numéro stand Emplacement Surface 0.n groupe 15 .n Expose 0.Cardinalit´s e – Cardinalit´ d’une association : le nombre de fois minimal et maximal qu’une occurence e d’une des entit´s associ´e peut intervenir dans l’association e e – Ex : un client peut commander entre 1 et n produits Personne Numéro personne Nom Prénom Propriétaire 0. e e e Dans ce cas.n Escalier Porte Fait partie 1. ternaire ou n-aire Exopsant Numéro exposant Nom exposant Adresse exposant Catégorie 0.1 Immeuble Numéro immeuble 0.n Appartement Numéro appartement Etage 1. plusieurs occurences de la mˆme entit´ seront associ´es e e e filiale Exopsant Numéro exposant Nom exposant Adresse exposant Catégorie 0.n Salon Nom salon Date début Date fin Lieu Types d’asociations – En fonction des cardinalit´s e – 1:1 si toutes la cardinalit´s maximales valent 1 e – 1:n s’il existe au moins une cardinalit´ maximale ` n et une ` 1 e a a – n:m si toutes la cardinalit´s maximales valent n e Associations r´flexives e – Association r´flexive : Une association dont plusieurs « pattes » lient la mˆme entit´.1 Filiale de 0.

n Nom mutuelle Adresse mutuelle 0.n Hospitalisation Date entrée Date sortie prévue Affection Code affection 0.n Médecin Numéro médecin Nom médecin Prénom médecin 1. etc. On note e – X → Y (X d´termine Y ) e – Cette relation est transitive : si X → Y et Y → Z alors X → Z – Cependant. AdressePatient e 16 . un identifiant arbitraire num´rique entier peut faire l’affaire e – Lorsque toutes les pattes d’une association portent la cardinalit´ 11. un lieu.1 Cotise à 1. on associe un MCD partiel : une Vue Externe des Donn´es e e – On s’assure ainsi que toutes les donn´es n´cessaires sont repr´sent´es e e e e – Le MCD global est l’union de toutes les VED – Pour chaque ´l´ment du MCD global. on ne repr´sente que les DF ´l´mentaires e ee Patient SECU Nom patient Prénom patient Adresse patient Mutuelle Code mutuelle 1.4 Formes normales d’un MCD D´pendances fonctionnelles e – Une propri´t´ (ou un groupe de propri´t´s) Y d´pend fonctionellement d’une autre ee ee e propri´t´ (ou groupe de propri´t´s) X si ee ee – Etant donn´ une valeur de X. on v´rifie que celui-ci est utilis´ dans au moins ee e e une op´ration e – On s’assure ainsi que seules les donn´es n´cessaires sont repr´sent´es e e e e – On s’appuie souvent sur des documents existants pour r´aliser les VED e 2. il faut se e demander si ce type-association et les types-entit´s li´s ne d´crivent pas en fait un e e e seul type-entit´ e Coh´rence entre donn´es et traitements e e – A chaque op´ration. et que l’on souhaite manipuler e en tant que tel ? – Souvent.– On peut libeller chaque « pattes » par son rˆle dans l’association o Remarques – Il est parfois difficile de faire un choix entre entit´ et association e – Ex : Un mariage est-il une association entre deux personnes ou une entit´ pour lequel e on veut conserver un num´ro. le contexte aide ` d´cider a e – Lorsqu’on ne parvient pas ` trouver d’identifiant pour une entit´. Si ce n’est pas le cas. il faut se demana e der s’il ne s’agit pas en fait d’une association. Pr´nomPatient.n Libellé affection – Les propri´t´s non identifiantes d’une entit´ d´pendent fonctionnellement de l’ensemble ee e e des identifiants – Ex : SECU → NomPatient. il lui correspond une valeur unique de Y . une date.

n Matière Nom matière 0.n Contrôle Note 0. c’est une liste Facture Numéro facture Date Liste des produits Ligne fact Produit Numéro produit 0.n Contrôle Note Moyenne Matière 0.n Désignation 0.n 2e Forme Normale (2FN) – Le mod`le est en 1FN e – Toutes les DF entre les propri´t´s sont ´l´mentaires ee ee – Toute propri´t´ n’appartenant pas ` une cl´ ne d´pend pas seulement d’une partie de ee a e e son identifiant identifiant – Les propri´t´s d’une entit´ ne doivent d´pendre que de l’identifiant de l’entit´ et non ee e e e d’une partie de cet identifiant Elève Num élève Nom élève Prénom éleve 0. Num´roM´decin. CodeAffection → DateEntr´e. NumEleve.n Mois Mois Année 17 .n Nom matière 0. d’apr`s le sch´ma.n 0.– L’identifiant d’une association de type nm d´pend fonctionnellement des identifiants des e entit´s li´es e e – Ex : SECU. Ann´e → Moyenne e e e e – Or.n 0. NumEleve et NomMati`re suffisent e Moyenne Moyenne Elève Num élève Nom élève Prénom éleve 0. DateSortie e e e – Une cardinalit´ 11 ou 01 est la source d’une d´pendance fonctionnelle de l’identifiant e e du cˆt´ 11 vers l’autre cˆt´ de l’association oe oe – Ex : SECU → CodeMutuelle e 1`re Forme Normale (1FN) – Toutes les entit´s et les association poss`dent un identifiant e e – Aucune propri´t´ n’est ` valeurs multiples (popri´t´s atomiques) ee a ee Facture Numéro Date Liste des produits – Ici. NomMati`re.n Mois Mois Année – Ici. Mois. « liste des produits » n’est pas atomique.

e e Exopsant Numéro exposant Nom exposant Adresse exposant Catégorie Facture Numéro facture Montant Date Réglée 0.n 0. Date.n Modèle Type Marque Puissance – Tr`s bien mais si on voulait rajouter un num´ro de facture.1 De type 0..n Salon Nom salon Date début Date fin Lieu 0.n Salon Nom salon Date début Date fin Lieu Facturation client 0..n Voiture Immatriculation Couleur 1. Puissance alors que Type n’est pas un identifiant Voiture Immatriculation Couleur Modèle Type Marque Puissance 1.n – Or.1 De type 0.n Prestation concernée 0.n 18 .3e Forme Normale (3FN) – Le mod`le est en 2FN e – Toutes les DF entre les propri´t´s sont directes ee – Les propri´t´s d’une entit´ doivent d´pendre de l’identifiant de l’entit´ de mani`re ee e e e e directe – Toute propri´t´ n’appartenant pas ` un identifiant ne d´pend pas d’un attribut non ee a e identifiant Voiture Immatriculation Couleur Type Puissance Marque – Or. NumFact → Montant. Type → Marque. R´gl´e alors que NumFact n’est pas un identifiant e e Exopsant Numéro exposant Nom exposant Adresse exposant Catégorie Facture Numéro facture Montant Date Réglée 0.

R´gion → Pays e Cru Cru 1. Pays → R´gion e Un MCD ne doit pas n´c´ssairement ˆtre en BCNF.. attm) e Passage du MCD au MLD relationnel Patient SECU Nom patient Prénom patient Adresse patient Cotise à Mutuelle Code mutuelle 1.n Libellé affection – R`gle 1 : Chaque entit´ avec au moins une propri´t´ non identifiante donne lieu ` un e e ee a sch´ma relationnel.n Hospitalisation Date entrée Date sortie prévue Affection Code affection 0. il faut peser le pour et le contre avant e e e de perdre des d´pendances fonctionnelles e 3 3.Forme normale de Boyce-Codd (BCNF) – Le mod`le est en 3FN e – Les seules d´pendances fonctionnelles ´l´mentaires sont celles dans lesquelles un identie ee fiant d´termine une propri´t´ e ee – Pour les identifiants compos´s de plusieurs propri´t´s.1 Mod`les organisationnels et logiques e Mod`le Logique des Donn´es e e Mod`le relationnel e – Mod`le relationnel : Ensemble de sch´mas relationnels de la forme Relation(cl´1.n Médecin Numéro médecin Nom médecin Prénom médecin 1.. . les identifiants deviennent les cl´s e e Patient (SECU. on a perdu la d´pendance e e e e Cru.n Region Région Pays – On a alors. AdresseMutuelle) Affection e e e (CodeAffection. NomPatient. Cru → Region et Region → Pays – Attention : Mˆme si elle peut ˆtre retrouv´e par jointure. e e e NomM´decin. att1.n Nom mutuelle Adresse mutuelle 0.1 1.1 Elevé dans 0. ... PrenomPatient. ces derni`res ne doivent pas e ee e ˆtre d´pendantes d’une autre propri´t´ de l’entit´ (pour ´viter les cycles de DF) e e ee e e Vin Cru Pays Région – Or. Pr´nomM´decin) Mutuelle (CodeMutelle. e e e cl´n. AdressePatient) M´decin (Num´roM´decin. NomMutuelle. Libell´Affection) e 19 .

– R`gle 2 : Les associations de type 1:n donnent lieu ` l’ajout de l’identifiant cˆt´ 1 vers e a oe le cˆt´ n. DateSortie) e e 3. CodeAffection. . NomPatient. CodeMutuelle) – R`gle 3 : Les associations de type n:m donnent lieu ` la cr´ation de nouveaux sch´mas e a e e relationnels – Les identifiants des entit´s li´es deviennent des cl´s e e e – Les propri´t´s de l’association deviennent des attributs simples ee Hospitalisation (Num´roMedecin.. en tant qu’attribut non-cl´) oe e Patient (SECU. . Importer la liste des acteurs du MCC 2. SECU. DateEntr´e. Importer le MCT Import de la liste des acteurs 20 .2 Mod`le Organisationnel des Traitements e Mod`le Organisationnel des Traitements e MOT = MCT + lieu + moment + nature – Lieu – Qui ex´cute ? Acteurs (MCC) e – Moment – Quand ex´cute-t-on l’op´ration ? e e – Agencement temporel – Nature – Manuelle – Automatique – Interactive Du MCT au MOT 1..

Période Acteur A Acteur B Acteur C Type Flux 1 Acteur B Flux 2_2 Flux 2_1 Acteur A Flux 3 Acteur C Import du MCT 21 .

Période Acteur A A Acteur B B C Acteur C Type OP1 OP2 D E OP3 OP4 F G H 22 .

R´partition des op´rations en les acteurs e e Période Acteur A B C Acteur B Acteur C Type OP2 A Manuel OP1 E Manuel OP4 D Manuel H OP3 Manuel F G 23 .

Période Acteur A Acteur B Acteur C Type OP1 E Manuel OP4 D Manuel H OP3 Manuel F G 24 .

Division des traitements r´partis entre plusieurs acteurs e Période Acteur A Acteur B Acteur C Type E OP1 Manuel OP4a D Manuel I OP3 Manuel OP4b F G Manuel H 25 .

D´finition des p´riodes de traitement e e Période Acteur A Acteur B Acteur C Type lun E OP1 Manuel lun. mar. ven OP4b F G Manuel H 26 . mer OP4a D Manuel ??? I OP3 Manuel jeu.

mer I OP3a Manuel jeu. mer OP4a D Manuel lun. mar. ven H OP3b Manuel F G 27 . mar.Division des traitements r´partis sur plusieurs p´riodes e e Période Acteur A Acteur B Acteur C Type lun E OP1 Manuel lun. ven OP4b F J Manuel jeu.

mar. mer I OP3a Manuel jeu.Période Acteur B Acteur C Type lun. ven H OP3b Manuel F G 28 . ven OP4b F J Manuel jeu.

ven OP4b F J Manuel jeu. ven OP3b2 Automatique F G 4 4. ven H OP3b1 Manuel K jeu. mar.1 Mod`les physiques e Mod`le Physique des Donn´es e e Mod`le Physique des Donn´es (MPD) e e – Transformation en tables des – Entit´s et associations si on produit le MPD directement ` partir du MCD e a – Sch´mas relationnels si on produit un MLD e – D´pend de la base de donn´es cible e e – Types de donn´es e – Domaines des propri´t´s ee – Les attributs qui permettent d’indexer les tables sont des cl´s primaires e 29 . mer I OP3a Manuel jeu.D´finition des types de traitements e Période Acteur B Acteur C Type lun.

n Etage Superficie Sur Cour 0.n Superficie Sur Cour 0.1 Réside Date d'entrée PERSONNE SECU NUMERO NOM PRENOM DATE_DE_NAISSANCE LIEU_DE_NAISSANCE SEXE DATE_D_ENTREE LongInteger LongInteger Memo Memo DateTime Memo Text(1) DateTime NUMERO = NUMERO DOMICILE NUMERO LongInteger ETAGE LongInteger SUPERFICIE LongInteger COUR_OU_RUE YesNo Associations 1:1 Personne SECU Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance Sexe Domicile Numéro Etage Superficie Sur Cour 1.1 Association 0.n Possède Date d'achat PERSONNE SECU NOM PRENOM DATE_DE_NAISSANCE LIEU_DE_NAISSANCE SEXE LongInteger Memo Memo DateTime Memo Text(1) DOMICILE NUMERO LongInteger ETAGE LongInteger SUPERFICIE LongInteger COUR_OU_RUE YesNo SECU = SECU NUMERO = NUMERO POSSEDE SECU LongInteger NUMERO LongInteger DATE_D_ENTREE DateTime Associations 1:n Personne SECU Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance Sexe Domicile Numéro Etage 0.1 PERSONNE SECU NUMERO NOM PRENOM DATE_DE_NAISSANCE LIEU_DE_NAISSANCE SEXE SECU = SECU LongInteger LongInteger Memo Memo DateTime Memo Text(1) DOMICILE NUMERO LongInteger SECU LongInteger ETAGE LongInteger SUPERFICIE LongInteger COUR_OU_RUE YesNo NUMERO = NUMERO 30 .– Les attributs (non cl´s primaires) qui font r´f´rence aux cl´s primaires d’autres tables e ee e sont des attributs secondaires Associations n:m Personne SECU Nom Prénom Date de naissance Lieu de naissance Sexe Domicile Numéro 1.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful