LES ATELIERS DU RÊVE

de SKENDER SHERIFI

88 , rue HELLINCKX 1083 BRUXELLES TEL : FAX : 02 / 420.20.01 02 / 420 20 01

2

Galérant aux Galères et m’attelant aux Ateliers... Jaillit de la Voie Lactée Damoiselle GALERIN Dompteuse de Vauriens sous le Règne d’HADRIEN et Oracle redoutée des Guerriers ILLYRIENS. C’est ainsi qu’au PARNASSE, un Téméraire AUTEUR, Pria la Fée MURIEL de lui sonder le Coeur ( en échange de ce bouquin trouvé aux « Petits Riens « ) Mais que Diable allait-il faire dans cette Galère, ce MARTIEN ?

TIRANA : de l ’AN O1 DU PALEOLITHIQUE Ancien à l ’AN 2001 de l’ATOMIQUE FIN .

SKENDER SHERIFI

3

ATELIER 1

ROYAUME DE L'AMOUR

4

LES PARADIS DE L'AMOUR
Dans son GOUFFRE intérieur, tout Signe Futile semait des Tonnes d’ Espoir. La PLUIE emportait ses Souvenirs dans une Rigole de Mélancolie. IL châtrait sa Rage d’ être sur les LIMITES du Monde. SAOÛL à crever et d’un Appétit Vorace, sans VERBE ni Frontière : il espérait l’invisibilité des FANTÔMES pour traverser les MURS. Comment VIVRE verrouillé de Naissance, dans la Mouvance du COSMOS et l’ Explosion des Comètes ? Dans le FEU de ses Yeux, il réchauffait son ÂME avec une Bûche de Coeur. Les COLORIS de l’Automne ornaient les Crépuscules de sa NOSTALGIE. Ses LARMES agitaient les Fonds Océaniques. Son INCERTITUDE voguait sur les Rives Sauvages du SENTIMENT. Le VENT Glacial chuchota aux Oreilles de la NUIT, un Mot venu d ’Ailleurs : Chacun son BLUES , en attendant son Heure ... Comment inventer une MUSIQUE pleine de Soleils et d’Aurores ? Dans les Replis de sa NUQUE , des Ruisseaux de Délicatesse apaisaient des BLESSURES , issues du Fond des Âges. Le Moindre OISEAU lui rappelait les NIDS Vides et les Rêves Envolés Sa PASSION le fit vomir sur ses Désirs INASSOUVIS. Personne à la Hauteur des CIMES inaccessibles ! L’ IVRESSE naquit sur ta VIE et la VILLE. Les CASCADES Poétiques inondaient les Terres Fertiles. Comment abolir le TEMPS dans l’ INFINI de ses Cheveux, son seul REFUGE d’ Hiver ? Dans le VOLCAN de sa Bouche, sa Langue tremblait des Fièvres de l ’AMOUR. IL sculptait ses SEINS Sismologiques, gorgés de LAVE Sucrée. La LUNE bouffait son Exotisme Mignon. Un ARC-en-CIEL éclairait son Front. La Sève printanière bouillonnait en lui , telle l’écume des MERS. Son Enthousiasme échoua avec une BALEINE sur le Sable Chaud. Le BONHEUR n’a pas de PRIX. Tout file comme un Cours d ’ EAU … Comment charmer son Désespoir INTRADUISIBLE, avec une Flûte à Serpent ?

5

Dans la Fusion des SEXES , l’ Harmonie évoquait les SECRETS de l’ Humanité. Leurs MAINS entremêlées célébraient des SERMENTS Sacrés. Une COCCINELLE se posa sur son Nez ! Chaque éclat de RIRE déclenchait un Scintillement d ’ ÉTOILES, dans le Bleu du CIEL. C’est dans l’inavoué , que brûle son Désir d’ ELLE ... Aux uns l’ ENFER , aux autres le PARADIS Promis. La Lumière Divine irradiait leurs CORPS Angélisés. J’exigeais de renaître pour mieux m’éterniser ! Comment saisir le Vrai POIDS des Choses, dans le CHARABIA du Siècle et la TRAHISON des Semblables ?

samedi 3O Novembre 1985 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

6

PASSANT DEPASSÉ PAR LES ÉVÉNEMENTS ET REPASSÉ PAR LE TEMPS.
Tu reviens de LOIN … Moi , j’y retourne, l ’ ESPRIT Serein ! Je renoue les MOTS défaits, les RÊVES laissés au bord des Routes, le SOUPIR des étreintes fatales et les ENFANCES inachevées ... Ainsi vont les Années et le PRIX qu’elles nous coûtent ! Le SUBLIME allume en Toi des LUEURS éteintes. Dans le Blanc de ta Mémoire : tes PAYSAGES sentent le CAFARD. Cette TIRADE me donna Envie de tirer une NOMADE au Hasard ! On s’ y perd dans les TERRAINS vagues et les NAPPES de Brouillard. Fantômes du DESTIN Cruel : nos AILES brûlent de ne pas VOLER ... Les quais de GARE aspirent ton ÂME et tu te cherches en Vain, dans cette CONFUSION originelle , qu’on habille de CRIS et de Larmes. Tu marmonnes des SYLLABES offertes aux Errants, ton Corps devient SABLES Mouvants ... Oh CHAOS crépusculaire qui paralyse ton VERBE et engloutit tes Désirs, ces Mots gelés par les NEIGES, ces Coeurs battant au Rythme des Solitudes : on ne s’en remet pas, de tant d’ Elans brisés , de tant de BRAS refusés ! Tu voulais parcourir la Géographie de ton Âme, ces LAMBEAUX d’identité mouillés par la Pluie. Tu voulais retrouver les SENTIMENTS qui relient, ces Traits d' UNION de l' ÊTRE, que Souvent on oublie. Alors une VOIX lointaine te rappela le Parfum de l’ EXIL .... Tu vis défiler les BARS mal Famés, les MOTELS anonymes, les CHEMINS sans issues, toutes ces CHOSES ANODINES qui tarissaient tes Sources d’ Humanité. Mais un ANGE Passager embrasa ton Coeur, illumina tes YEUX... et des VAGUES étranges atténuèrent le GOÛT amer des Déroutes, et des Tendresses enivrantes apaisèrent ces DOULEURS qu’on redoute. Oh MAIN Vagabonde qui te conduit à ta Vraie VIE , à tes Soleils enfouis ! Tu évoques les BATAILLES livrées dans la Détresse, les SILENCES brisés par les TUMULTES du Siècle, et les Sordides Siestes soufflées par la TEMPÊTE ...

Tu feuillettes les VERTIGES de l’ AILLEURS , les Tentations qui t’animent : c’est comme un SONGE gommé par un Réveil trop Rapide ! Rappelle-toi les PAYS IMAGINAIRES, et les TRAINS Magiques qui prolongeaient l’ INSOUCIANCE ... nos Baignades dans les MERS, nos Envolées vers le CIEL, pour laver notre Pureté volée , violée et brimée par les Autres ! On contemplait la Part d’ ENFER dans le COEUR de nos Frères, en se demandant : quelle VILLE inconnue nous fixerait sur TERRE ? IL y avait ce NID éternel au Creux de ta Nuque, l’éclat de ta PEAU Salée au Clair de LUNE, et ces VAGUES de Non-Dits , amassées depuis des Décennies. Des URGENCES indomptables nouèrent ta GORGE tremblante ... Comment assouvir Mille ENVIES fondues dans la Brume ? Je baisai en Douce un de tes Phares d’AZUR Au Royaume des AMOURS : la Démesure fit germer en toi , un DOUTE Obscur ! Je n’avais pas appris à PARLER... Mon CORPS Meurtri s’échoua sur les PLAGES de la Connaissance. IL m’a semblé qu’on VIT les CHOSES , avant de les Nommer ! Toute SOIF éveille en nous , une Nouvelle RENAISSANCE ... Tu traînais dans tes BASQUES une Langueur Océane, la Manie du REGRET, la Poésie du DRAME ... Au Moindre FRISSON Suspect qui remue en Toi, un INCENDIE immense menaçant même le VENT : prends le LARGE et File vers l’ HORIZON, tu y trouveras peut-être , les RACINES de ton NOM ! Je t’envoie un FLOT de Pensées, au Fond d’ une POSTE Restante. Dans la Géométrie de l’OUBLI : je trace mes POINTS de Repère ... Oh COMPLICE de mes ERRANCES , aux Portes du Désert ! Ton VENTRE Chaud fut mon LIT de Fortune, sur ces RIVES de l’ HISTOIRE recouvertes d’écume. Tu penses au Massacre des AUBES et au Sourire des ÉTOILES ... Oh SOEUR de l’IMPOSSIBLE , dans tes VOYAGES éphémères, au Coeur des COMMENCEMENTS et des MORTS Stellaires. On sème des FLEURS de VIE en soulevant quelques Voiles, sur ce SAVOIR qui échappe et ces QUESTIONS qui tenaillent...

2

L’ INFINI m’a poussé bien LOIN comme une Prière. Frères HUMAINS : aux CONFINS de la Lumière, les FALAISES de l’ABSURDE m’ont noyé dans les EAUX du Mystère !

Bruxelles, le 1/O3/1989 SKENDER SHERIFI .

à mon ami Pierre Clémenti

3

DÉRIVE DES RIVES AU HASARD DES PARCOURS. ( À la Vie ... a l’Amour )
Entre en MOI puis en TOI , comme un TYPE ayant reçu une Preuve d ’ AMOUR. L'Unique ARBRE sur la Rive et ton OMBRE qui dérive et la Ballade des REPTILES sur ce Tapis d’ARGILE ... Doux NAVIRE voguant sur l’Amazone des SENTIMENTS passé la Cordillère et le CANYON Dément. Avant l’éclipse Solaire : gomme ta VIE et le TEMPS, comme l’ EFFET d’une Prière sur l’ EXTASE des Volcans, le REFLET de la Lumière sur ton FRONT de Géant Chaque BRANCHE déploie une HISTOIRE martelée par un Sage et une Montagne de SAVOIR illuminant tes Yeux , les Soirs d’Orage ! Le PATRIARCHE flambait ses RÊVES de Jeunesse face à la Cheminée, les SOUVENIRS d’une MAÎTRESSE l’ayant jadis envoûté ... puis une Belle Fée l’aguicha pour une Poignée de CARATS, évoqua la Vieille SOURCE qui enterra deux VILLAGEOIS. Florilège d’une Carrière sur des ALBUMS Encombrants, GRAFFITIS dans le VENT : ne reviens plus en Arrière , le Désert gagne les CHAMPS ! Fallait-il suivre ses SONGES et foncer aveuglément dans les Désirs du MONDE ? Le SOLEIL réchauffa la Froideur des TOMBES et la TERRE nous fit danser la plus Belle des RONDES. IL pleuvait des Seaux d ’ Eau dans ton ÎLE un peu Nue, sur ta Peau tatouée d’une PROMESSE inconnue. Tant d’ Espoirs brisés par des GUERRES imprévues, sublime BLONDEUR des Blés , Mouvements PERVERS de ton Cul ... Aéroports Anonymes, Gares imaginaires, mon ÉNERGIE traversa le Meilleur de ton CRU, et le SOMMEIL des Félins dans ta JUNGLE habitée, te laissa Mille ARÔMES : tant de FRUITS à croquer ! Tu as bu tout mon VIN , mes ACTES non dévoilés, les FLEUVES font leur Chemin sur le Moindre SENTIER. Un SOIR , un TRAIN .... Cauchemars Délurés : au Son des Bruits de BOTTES , nos DESTINS furent Scellés !

4

Sous l’ ENVELOPPE de tes Lèvres , je ne risque aucun FROID. Y a-t-il une LANGUE Céleste pour enivrer ton ÂME ? Au Coin d’une RUE surgit un DRAME : tant de HAINE retenue , par des INDIVIDUS sans CONTENU ... Tu mémorises les ODEURS et les COULEURS du Paysage, je nourris mes FRAYEURS : t’as la LOURDEUR de l ’ ÂGE ! Chroniqueur du Grand Large , des Plateaux d'ETHIOPIE, un CAMION Gris emporte les CADAVRES ... IL restait un Château sur le SABLE. Tu offriras ton ULTIME REGARD aux Malheurs des AUTRES et la MAIN du BONSOIR , aux ENFANTS Sacrifiés ! Toute NOSTALGIE revient au BERCEAU de la Renaissance, au Frissonnement de l’ HERBE , au Fourmillement des INSECTES, et à la Récolte des MANGUES. T’appartiens à quelle SECTE ? Tu m’embrassais comme les Héros Hollywoodiens, sur les IMAGES Noir et Blanc , la MAGIE des écrans, le Brouillard des AMANTS et mes DRAGUES d’Adolescent... Pense aux Petits Déjeuners sur l’ Herbe , aux BISCUITS du Matin, à tes élans inachevés quand tu me délivrais des INDIENS, puis tous ces MOTS inventés qui nous faisaient du BIEN. Je lançais mes SEMENCES dans des Affiches IMAGINAIRES, comme des ARMES de Réussite ou des CIBLES d’ Urgence. Passeport pour l’ABSOLU , sans mûrir la Manière : transes Sauvages de l’ AMOUR , testament du SILENCE. CHEVALIER de tes Chimères , MUSICIEN de l’incertain : les Vagues massaient tes REINS , ton RIRE goûtait l’Amande ... Mais dans ce Brasier d’AZUR : qui apaisera nos TENDRESSES Pressantes ? Entre en MOI puis casse-toi , comme un quidam ayant reçu une PREUVE d ’AMOUR ! vendredi 26 septembre 1986 à Bruxelles. SKENDER SHERIFI

5

LA BALLADE DES CARDINAUX
BOUSSOLE riante au Lever du JOUR : marée montante et LAVE gagnante Tes MARQUES s’impriment comme un TAMBOUR : navire voguant sur tes ABSENCES ! La Poésie n’attend pas le NORD chanson d ’AMOUR aux Ports d’Attache larmes à verser , tendresse à dire à qui , pourquoi ... faut-il souffrir ? Aux quatre POINTS Cardinaux de ton SOURIRE jusqu’au Délire une VOIX Céleste me conjure de déposer toutes mes ARMES mais mes URGENCES font un VACARME quand tu me serres , je dors j’oublie qu’il pleut Dehors pourtant tu fuis le QUAI Souverain et le BLUES me prend le LENDEMAIN quand tu me regardes , je plonge au plus PROFOND de tes SONGES dans le CAP vers l’autre Monde tu changes en une SECONDE quand tu m’embrasses , je me perds dans des FORÊTS de Bruyères ces Rayonnements de l ’ ENFANCE laissant mon COEUR Amer La Poésie n’attend pas le SUD chanson d ’AMOUR aux Ports d’Attache larmes à verser , tendresse à dire à qui , pourquoi ... faut-il souffrir ? Aux quatre POINTS Cardinaux de ton SOURIRE jusqu’au Délire une VOIX Céleste me conjure de déposer toutes mes ARMES mais mes URGENCES font un VACARME

6

Question de STYLE et de SOUVENIRS : t’aimer Vingt Siècles à l’AVANCE dans la Somptueuse Symphonie du SILENCE !

samedi 22 novembre 1986 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

7

CONTINENTS SOLAIRES
Dans mon ERRANCE de Lézard brûlant au Cœur même du Soleil, j’ignore si mes CRIS traverseront la MANCHE, afin de se nicher dans un Coin de ton CŒUR ... comme ces Oiseaux MIGRATEURS déchirant d’un Coup d’AILE Gracieux, les CIEUX Gris et la Brume Londonienne. Dans leur SENS aigu des Saisons, ils portent dans leur ENVOL Divin, des Rêves HUMAINS. La Liberté me saoule... Je me sens envahi d’une Sève Printanière qui brise mon HARMONIE. La LUNE trouble mon Entre - Cuisse. Je suis un TERRORISTE du Sentiment. Vide-moi , remplis-moi , jusqu’ à l’épuisement ! Oh ROMANTISME en Grossesse , dans Cent Mille ANS de Solitude. Oh Désir Ardent qui se consume , dans les MAQUIS Luxuriants. Le Désert me dessèche, j’ai l’ hystérie étrange d’un VOLCAN éveillé. Au-delà des " je t’aime " tu peux deviner dans chacun de mes REGARDS, des LUEURS d ’AMOUR, dans mes MOTS et mes GESTES , des Zéniths de Tendresse. Leurs CIMES semblent inaccessibles, mais des ÉTOILES Scintillantes, me lancent des SIGNES de Renaissance. Fonds comme la NEIGE , mon Pauvre AMOUR , ne retiens pas mes NUITS comme issue de Secours ! Je suis un ÊTRE démesuré, victime d’une SOIF Cosmique et Inassouvie, qu’aucun Océan ne saurait soigner. Oh Torrents de FOLIE Pure arrosant les Champs de FLEURS. Oh Lèvres Fiévreusement offertes , DÉLICE exquis de ta PEAU Parfumée.

8

Dans mes ORGASMES en IVRESSE, j’aimerais habiter tes Yeux MARRON, et respirer ton SOUFFLE de Vie. L’ ESPRIT remue dans ma JUNGLE intérieure. A dealer ce qui suit , je défie le BONHEUR. Fou d ’AMOUR et bien PIRE ... lorsque ton RIRE vibre dans mes VEINES, que ton SEXE se répand dans mon CORPS. Tangage à l’ âme , chamade au Cœur : si je suis MALADE , invoque les Déesses de la MER et la LITANIE des Marées. J’ai connu les TERRITOIRES Secrets et les ORACLES Hébétés ... Mon ENFANT , ma SŒUR : dès l’AUBE Naissante, brille un RAYON de Pureté, pareil à une Fleur BLEUE , à une RENCONTRE Sublimée. SOURATE des Larmes , PSAUME du Silence : j’ouvre la PORTE de l’ INNOCENCE , pour m’insérer dans ton Sommeil. Je butine ton Mystère pour une RUCHE des MERVEILLES ... Oh l’Opéra des ORIGINES aux ESPACES inviolés. Oh VOIX des TRANSCENDANCES que les VENTS ont portés !

le 10 Mars 1982 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

9

DÉRIVE INFINIE SOUS LES FEUX BRÛLANTS DE TA VIE
Point Zéro sous les SUNLIGHTS du Rêve et le Mirage des Affiches ... à l ’Ombre des COULISSES , ton Enfance existe ! Trois PIAILLEMENTS Mythiques incendièrent mes OREILLES, et tu disparus dans une LIMOUSINE guettée par un CHAT NOIR ... ma GLOIRE fut arrosée sous une Pluie de Déboires. Je conjugue ton TRIP au Futur Délavé, car on ne peut que t’aimer aux PIEDS Plats des Vallées ... Un pincement au CŒUR fit jaillir des LARMES Hormonales sur tes PROJETS Avortés, mais sous la DOUCHE d’ALFRED : tu redevins une Fée ! Prise d’une Fièvre soudaine sous la CANICULE, tu carburais au CALCIUM des POISSONS Désossés. On venait de gommer un COURTISAN pour une VIRGULE, pendant que j’imprimais mes NOTES Secrètes , Boulevard du Crépuscule ! Suite au Pétillement Chimique sondant le CRÂNE des Gens ... j’affirme au Nom du ROI et de son CHAMBELLAN, que ton élégance sublime déclenchait en nous , un BONHEUR Majuscule. Je cherchais à traduire l’ INEXPRIMABLE Faisceau de Lumière, où se croisait entre deux FJORDS, l’écho chantant de nos ÂMES. Mais ton érotisme à PERTE de VUE, retarda le Débarquement des CLOCHARDS sur la Cinquième AVENUE. Ta NARINE Gauche avait le Raffinement des SCULPTURES Aztèques, et tes Airs de DIVA alimentaient mes CARNETS de Chèques. Les PAPARAZZIS flashent ta Gaieté et ta TRISTESSE ... qu’on largue ce Troupeau de BUFFLES fantasmant sur mes FESSES ! La PROFONDEUR se perd dans des CHEMINS de Galère. et ma SOLITUDE s’ajoute à celle des AMIS que je laisse sur les ROUTES ... On paria ensemble sur la RENAISSANCE des SPLENDEURS Perdues, et ces CHOSES Sacrées, qu’un JOUR on a vues. La LUNE effleura ta Nuque , lors d’un FRISSON Sauvage et Dense comme la Forêt, et l’ EXTASE d’ Amazonie s’empara de nos CORPS Assoiffés ... Un Lézard s’échappa de ton GILET troué ! Guidés par les CIEUX BLEUS et les ENCENS du FEU : on approcha lentement les FRUITS DIVINS de la VIE. Je bois à ta SOURCE et à l ’ ESPOIR qui brille !

10

Un BALLON d’ Oxygène s’abat sur la VILLE, tu es ma TERRE d’ Asile , à jamais innommée : mais quelle FONTAINE s’abîme sur ta GRÂCE inventée ? Sur les PENTES enneigées de ton SPLEEN, tu évites un WATERLOO sur le GREEN. Tu te réveilles sur des RIRES Malicieux, que tu distilles dès l’AUBE aux égarés AMOUREUX. Sous le Soleil des TROPIQUES , trop Piquant pour nous Deux, j'évoquais le TESTAMENT d’ une NYMPHE Célébrée en ces LIEUX … puis dérivant sur les RIVES de ta FRAÎCHEUR Sucrée : je devins cet ANGE insolent, brûlant sous tes Mille FEUX !

samedi 2O juin 1987 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

11

CAMPING-CARAVANING AU BURKINA FASO.
Dans les Replis de ta GAINE , tu m’as arraché des " je t'aime " Mais à la Chute des ACTIONS : pourquoi tant de HAINE ? Une BOURRASQUE ternit " le GLASNOST " de tes NOCES De VASE en Terrain Vague : je te sonnerai les CLOCHES Fondu enchaîné sur la FROMAGERIE d’ Emilie Délivrée à Jamais des NAVETS de RUSSIE ... Tributaire des REGARDS : je te rembourse mes CARESSES Tu pioches sur les GLACIERS , ton RIRE plein de Tristesse Dans la TOUNDRA du DOUTE , j’allume ses Trois PIS Mais l’ ESPION qu ’elle redoute , l’ habille de son Mépris Pas si ROSE la VIE chez les Flamands de FORMOSE ! EROS à Crédit , une NUIT de Ménopause ... J’adresse la PALME d’Or à ta Féline PARESSE Sept Péchés Capitaux dans mon CARNET d ’Adresses A la Bourse de tes KISS , j’ai la Vertu du VICE L’ IVRESSE des Boîtes à Gants s’ouvrit à " PARIS-NICE " ANGOISSE Prohibée chez les " MARINES " du Quartier Quand t’as monté MARTINE : était-ce Recommandé ? Je t’ai connue l’Année Dernière , à Marée BASSE Bien pis qu’en CLASSE tous RISQUES : t’es vraiment Dégueulasse J’adore ta Mine MITCHUM ... à tes SOUHAITS ! La POLITESSE n’est plus ce qu’elle était CABOCHE en ivresse pour une MAMA Moche Place tes FESSES sur l’Ardoise : l’ADDITION approche ! Elle galope la SALOPE avec un Garde - Mobile Immobile dans la VILLE , sans MOBILE Apparent Sur le Désert VIVANT : l’ IMMOBILIER Reprend ... mercredi 21 Octobre 1987 à Bruxelles. SKENDER SHERIFI

12

SAMBA DES FLOTS DE VAGUES.
( Texte frais trait par un Pâtre Albanais , lors d'une Rafle BOVINE )
A quoi tu penses sous la LUNE INCERTAINE et l’ANTIQUE INNOCENCE ? Tes DOUTES redoutent les SENTIERS trop Fléchés les CATALOGUES qui pensent D’un MONDE à l ’Autre battent des COEURS vibrent des VOIX Un AMOUR d’Aube Miracle d’un PAYSAGE où s’imprime un REGARD et s’éveille une ÂME sous un FEU d’Artifice Fiesta COMPLICE d’une Note d’ ENFANCE comme un JEU de Piste , piquant nos SENS ... Fus-tu un Délice au Jardin des CAPRICES croquée parmi les VINS ? Fus-tu un MIRAGE ou un PARFUM d ’ORIENT dansant parmi les VAGUES ? CARESSE d’un TRAIN en TERRAIN Vague comme on Voyage sur les IMAGES ... A quoi tu rêves sous l’étoile du BERGER et les Clés du Pèlerin dénoncée à la STASI pour une MIE de PAIN ? De Vagues à l ’ÂME en Brames je surfe sur tes RIVES Vagues ... ( T’as l ’AIR MARIN , le NOMADE ! ) à Muriel Galerin

13

Vendredi 18 Novembre 1994 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

14

RÊVE DE SINGE
Mon Cher COLOMB , je suis ta Seule CONQUÊTE ... d’ici le Nouveau Ŕ Monde : un OEUF pour la FÊTE ! Exilé CLANDESTIN dans tes Territoires d’ EXTASE ... Léger PARFUM de Sous Ŕ Bois , Arrière - Goût de FRAMBOISE . Ma PLUME divague dans l’ Encrier de mes SENS : touche pas mes AILES du Désir ! Tes Vagues de RENAISSANCE m’allument à en Rougir. Ton VISAGE m’oxygène et fait tourner ma Planète ( Au BÛCHER , les Poètes ! ) De RIVE en Dérive , tu fus mon RAYON de Printemps. Je danse sur tes SAISONS : mais la MOISSON , c’est quand ? Dans l’Aquarium de la VIE , nous fîmes des Bulles d ’AMOUR. Tes BAISERS m’ont conduit vers le LEVER du JOUR. En mordillant mes MOTS comme un Perce - Oreille, je devine tes MANDARINES , bien avant l’éveil ... Ta TÊTE ROYALE survola un Troupeau de Nonnes. Tâtant ta Taille de GUÊPE : j’ai le BOURDON qui bourdonne ! Tu fus mon éclat SOLAIRE , dans ces Jours Gris ( sans Crème LUNAIRE ! ) depuis Auguste LUMIÈRE , ton écho me poursuit. Le Cinéma pâlit ……… Hello , je m’introduis ! Magne-toi , la DIVA : Roméo n’attend pas ... D’ici le Nirvana et l’ éternel bla Ŕ bla : tartine-nous l ’ ÂME au « Nutella « t’auras des DIAMS à tous tes Doigts !

jeudi 16 Février 1995 à Bruxelles . de Valentin à Valentine , à 4 Heures pile à la Cantine.

SKENDER SHERIFI

à Muriel Galerin

15

L'IRRÉVÉRENCE ABSOLUE
On aurait dit de l’ ERRANCE, du ROMANTISME à Fleur de Peau , une NOSTALGIE inexpliquée ... sûrement du POSSIBLE devenu IMPOSSIBLE , Faute de Complicité. Son ESPRIT dévorait son CORPS IL n’était qu’ une Métaphore On aurait dit un BRUISSEMENT de Feuilles ou un FROISSEMENT de Rideau, tant son Mystère semblait impalpable et son SILENCE désarmant. Son RIRE ensoleillait un Coin de son ÂME L’ Humour devenait la Bouée du DRAME Dans son FLEUVE Littéraire coulaient les RÊVES Assemblés, comme un Torrent de LARMES avivant sa Sensibilité écorchée ... MAIS derrière ses PULSIONS Retenues, sommeillait une Détresse vibrant à son INSU. Son INFINI avait un Charme sacré Ses YEUX Mobiles devenaient plus figés Dans son SURPLUS de Désirs, le MONDE plantait des Règles et des SOUPIRS. L’ABSOLU émergeant de Jour comme de Nuit, finit par étouffer son VERBE et gommer son ENVIE : sublime enragé , éternel INCOMPRIS ! L’ ENFER des Autres noircissait son ESPACE IL portait en lui , cette CHOSE qui le dépasse Sa Déconnexion et sa SOLITUDE frôlaient la Démesure, une Sorte de « Porte - à - Faux « accentuant l’ USURE. L’AMOUR , la VIE , la Création jaillissaient de Partout ... IL cherchait un REFUGE pour se sentir plus SÛR, une ATTACHE Solide pour devenir Moins FOU. La Réalité laissait dans sa Poésie des BRUMES Obscures. Toute UTOPIE est Amère et la CHUTE un peu Dure. Vu qu’il espérait trop , il s’attendait toujours à être déçu. Au-delà de sa Gaieté : il régnait en lui une TRISTESSE , comme s’il avait PLU !

16

Les INSAISISSABLES se saisissent et les SOLEILS éblouissent

dimanche 7 décembre 1986 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

17

ATELIER 2

NOUVELLES DU MONDE JOURS ORDINAIRES

18

NIGHTMARE À LA MER
PEUR de Moi et de Toi des PESANTEURS Conjuguées aux MODES du Passé et l ’AVENIR Aspiré sans TOIT, ni LOI ni FOI , ni CROIX ... IL te fallait matraquer l ’ INUTILE te saouler de n’importe quoi pourvu que ça fasse du BRUIT pourvu qu’on ne se voit pas. J’arrivais tel un MARTIEN avec mes SOLEILS Cachés mes TENDRESSES invisibles mes Créations inachevées et des DIALOGUES Sensibles. Toutes ces NOTES que la VIE charrie dans le SILLON des VOIX Perdues : SIGNES et SENS à réinventer ... ô Bien - Aimée ! Jusqu’ à quand le Règne du « MOI-JE « et l’Apaisement des CONSCIENCES dans des Charités Collectives programmées par les SONDAGES et les INDICES clownisées par les Médias et le SHOW-BIZ ? Jusqu’ à quand la MANIPULATION de nos CHOIX les Décors travestis et les Rêves échoués sur une PLAGE de NANTIS ? La CARAVANE du Pauvre distribue Figues et Olives grandeur blessée dans les SABLES du Désert Une Bûche de FEU ou une Goutte d ’ EAU à partager et des RIRES aux LARMES : les TRACES Anciennes d’ une Humanité ! samedi 29 Novembre 1986 à Bruxelles SKENDER SHERIFI

19

LES PASSAGERS DU RÊVE
Avant que le JOUR se lève que la NUIT ne s’achève ils entrèrent dans la CARLINGUE le VISAGE masqué l’identité lézardée gorgée d’HORIZONS Noirs de SPLEENS plutôt Bizarres... détournement de TENDRESSE sur la Mer d’ISTAMBOUL le détroit du BOSPHORE maîtrise ton APPAREIL de quoi serions-nous MORTS ?

TERRORISME Sentimental GRENADES Verbales CORDON Ombilical HAINE Monumentale : toute cette PEUR retenue passera dans les ANNALES du TUBE ANAL ...

ROMANTISME Révolutionnaire négations meurtrières volant en éclats de VERRE pour un idéal aux ABOIS un Désespoir HORS-LA-LOI mon DIEU : que faut-il faire ?

Car de FLICS , flots de Médias blindés MILITAIRES faut-il tenir le CAP POLAIRE gagner la GUERRE des NERFS l’ Engrenage pas à pas : bientôt nous serons FROIDS il n’ y aura plus de Frontières ...

20

Cauchemars ABSURDES d’ une VIE Vide et sans PRIX mise à FEU et à SANG pour le Prix d’un JOURNAL d’ une INFO Sensationnelle. Le Soir au Coin du FEU devant le SILENCE des VIEUX les SENTIMENTS usés le BRUIT de la Télé et le Rejet de DIEU : y a pas de JUSTICE , y a pas de MORALE !

lundi 29 septembre 1986 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

21

CONCOURS D'ATTOUCHEMENT, AU REVEIL DU PRINTEMPS .
Je salue la Mémoire d’un COPAIN , peu malin et Mort en crétin. En voulant tout, il n’obtint que des CLOUS et comprit moins que Rien. L’ histoire commença par un Fondu au Fromage et une PROMENADE sur le Lac ... IL plaça en Prévision de ses VIEUX Jours, une FILLE Fêlée sur un Compte fermé en SUISSE, suivant le Cours du DOLLAR et un Bonheur sans HISTOIRE Laisse-la mariner au FOUR, avant de la déguster, et de la lever devant les MEMBRES de l’Assemblée. Un DIGESTIF s’impose , je commence à flairer les COLIQUES. Faut pas se moquer du COUPLE : car lorsqu’on s’accouple, c’est sérieux ! En la sortant du COFFRE , en plus des intérêts dus à son PLACEMENT, il lui acheta une FOURRURE et promit de lui faire Onze ENFANTS : une vraie équipe de FOOTBALL ... Toujours NUL à l’école , jamais SPORTIF en-dehors du LIT, excepté le Sport à la Télévision , avec CIBICHES et Bol de Bouillon ! A Force de tout subir en reniflant l’ ENNUI , elle le fit COCU avec le Commerçant du QUARTIER, plus par désoeuvrement, qu ’ au Nom d’une Vraie ENVIE, ce qui n’enleva rien à la Découverte du PIED. Son TYPE nageait dans les grands MOYENS : Richesses, Bijoux et Tapis Plein ! Sa CERVELLE Vide n’arrangeait Rien, car malgré les CADEAUX qu’ il offrait à sa Bien - Aimée, elle n’éprouvait nul PLAISIR , pire qu’un MARBRE Glacé. Ce fut une interminable Survie faite de SOUPIRS et de Grognements ... le Festival de la CHIERIE et la BONICHERIE comme Traitement ! Le Gars s’était bâti un Beau ROMAN, sur les CONSEILS de son Agent, s’imaginant un FOYER assuré , parmi sa FEMME aimante et une Tribu d’Enfants. Ronronner les Soirs d’été , jouer aux CARTES au Coin du FEU, puis vieillir en DOUCEUR , entouré de son Fidèle CLAN.

22

IL avait pêché ses idées au Fin Fond de la SICILE. Fils Spirituel de PATRIARCHE Paysan ou de MAFIOSI Régnant, ne cessant de diriger, d’ordonner et de ramener tout à LUI, sans échanger les SENTIMENTS , ni demander un AVIS ... IL piqua des Colères, instaura la DICTATURE , puis voulut se racheter, remis de l’ HUILE sur le Feu, avala quelques SCOTCHS et claqua du FRIC au Jeu, bref, la Big Ŕ Bérézina , le WATERLOO FOIREUX ! IL trouva SCANDALEUX , l’indifférence de sa Moitié. Pourquoi tire-t-elle la GUEULE : je lui ai tout donné, je vis en Fonction d ’ ELLE , je la trouve si BELLE ... IL essaya de l’attendrir et de la toucher , mais TOUT échoua. A coup de Rejets et de Recalages répétés : sa FRUSTRATION grandissait ! Le Pauvre MEC désespérait , se demandant que FAIRE, tant il prétendait l ’AIMER . Ce n’est pas la Mère DURAS ou De BEAUVOIR qui pouvaient le conseiller. IL récita ses MISSELS et en parla au Curé. Sa FEMME resta figée : exécutant ses TÂCHES , absente par la Pensée ! Un Soir d ’ IVRESSE , le Vase de CHINE déborda : le Type sortit son FLINGUE et lui envoya Deux PRUNEAUX dans les BRAS. Elle hurla de DOULEUR et d’étonnement, tellement émue et touchée , que le TOUBIB dut l’amputer !

vendredi 18 Avril 1986 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

23

MISE AU FRIGO ET PLUIE À GOGO
IL ne s’agit pas d ’ une ORGIE à ACCAPULCO ( téléphone l’Aborigène illyrisé par les Véreux de COLOMBIE ... ) C’est l ’ Histoire d’un MEC qui s’emballe et qui s’empale avec ses Congénères, déballant nonchalamment le FRUIT de son TRAVAIL. Eh GRINGO, t’as bouffé de l'AIL : rince-toi le GOSIER, ou tu vas effrayer les BARONNES hantées par leur RUINE ! Revenons au Fameux CAVE de chez Nous, qui empilait une Pile de Buildings aux STATES, palpant calmos une Centaine de LOYERS par Mois. Dire qu’en ALBANIE , il ne levait pas le Petit DOIGT. Passant son Temps à GLANDOUILLER avec ses Parents et Enfants, ou à brigander comme les MEXICAINS , la Moitié de la Contrée ... IL tirait sur son OMBRE , juste pour le Plaisir de TIRER ! Enfin, dans ce Déluge de TOURS , il avait bien progressé. Mais parallèlement à cette unique VOIE, enrouée par la POLLUTION et les TOXINES de l’ Humanité, le GUS trimait telle une ABEILLE dans sa Ruche, obsédé de RICHESSES et de Sécurité. Au moins 16 Heures de Nettoyage et de CONCIERGERIE Soldée, sans compter un Clébard plus Massif qu’ un MULET, dressé pour garder la BERGERIE, en Mémoire de l ’ ESPRIT Ancestral et des SOUVENIRS Enfouis. Surtout que les Négros SPIRITUELS avaient arraché 20 SACS de Grands - Mères, et violé une Douzaine de BREBIS , au Bas de l ’ ECOLE Primaire ... Ici faut clôturer, enfermer et barricader de Partout, puis électrocuter la Moindre SOURIS qui traverse un TROU ! Car au NOM de la Sainte Famille et du Sigle Antique de la TRIBU ( 400 Maisons liées par la LOI du SANG et les Arrière - Pensées ), il valait mieux assurer ses VIEUX JOURS, les ACCIDENTS de Parcours et autres Maladies d ’AMOUR . Or, un SOIR d'ABOIEMENTS intenses au Sénat, son ABSENCE prolongée inquiéta les CONNARDS du Bas. Ne sachant que faire : ceux-ci alertèrent depuis LONDRES , les Poulagas. C’est ainsi qu’une Bande de RIPOUX des Bas - Fonds du BRONX enfoncèrent la PORTE et trouvèrent allongé sur le SOFA, le CADAVRE puant du Fellah ... ( Un Trouvère tambourina une Meuglade de TROPOJA ! )

24

ILS fouillèrent la PIAULE de Fond en Comble, en espérant tomber sur un Vague TESTAMENT, ou les Trésors cachés du GARNEMENT : bref, des tas de SIGNES Précieux pour le Saint - Sacrement, d’autant que pour sa SMALA : il pouvait bien pourrir, mais discrètement. C’est dire , si le DROIT CANON des Montagnes fut honoré ... Quelle Généalogie brouillée avec les OEUFS pelés de la FAMILLE ! Par Précaution , il fut bon de vérifier avant l ’Au Ŕ Delà , si le CORNICHON ne devait aucune Taxe à l ’ ÉTAT, et s’il ne s’était embourbé dans une Dizaine de VENDETTAS. A première Vue , on ne décela rien de SUSPECT... Mais accidentellement, le CONCIERGE de ces Lieux Maudits proposa un DRINK d’accueil aux FLICAILLONS Bouffis. Mécaniquement, l’ IDIOT ouvre le FRIGO et à défaut de GNÔLE, il découvre Stupéfait, un Grand SAC en Plastique, bourré de BILLETS Verts. ( Digne d’un SUSPENSE d ’ Hitchkock : " FORTUNE au Frigidaire " ! ) Le VALET se défait et devient VERT de Rage, se sentant baisé par une PHRASE Hasardeuse , qu’il aurait dû GOMMER. Qu’est-ce qu’il s’en branlait de la SOIF de ces Tarés, et puis par GENTILLESSE : le voilà piégé par des Liasses de DOLLARS ... L’ Honnêteté paie toujours : tu parles d’une Hospitalité ! Normalement, c’est à MOI que revient ce Blé , beugla - t- il ... Ah si j’avais fermé ma Grande GUEULE : j’aurais pu le GARDER ! Après tout , dans le BIG-SHIT des Mégapoles , cela faisait 20 ans , qu’ils se connaissaient et s’épaulaient, et c’est à LUI que le Macchabé marmonnait ses CONFIDENCES, autour d’un PANIER de CARICOLES . La MAIRIE sans la VIERGE félicita le Concierge, pour son Strict RESPECT des LOIS et son intégrité Morale. Mais les POULETS New - Yorkais se partagèrent le Magot, et emmenèrent MARGOT, sans son Chat à HIVA-HOA. ( Le Cassoulet de XHEVA leur resta sur l’ ESTOMAC ! )

Quant aux Lingots d ’OR du ROI : je vous signale qu’une GRELUCHE aux Abois, durant un Spleen d’ IVRESSE, avoua à ma TANTE emprisonnée à perpet , un intime SECRET... En allant méditer chez les Serdaris, une Tribu d’ INDIENS alliés aux CANARIS, il suffisait au Premier AVENTURIER , Style Cyzia Zykë , de s’attaquer simplement à la RACINE du FIGUIER .

25

Mon DIEU , quelle Barbarie ... Les NOCES ne sauraient tarder dans cette Putain de Famille !

samedi 27 Juin 1987 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

26

VAMPIRE CAMBRIOLEUR CROQUANT, LE PROFIL DE SES RENCONTRES
IL aurait voulu être un COQUIN , Vivre sans LENDEMAIN
savoir se débrouiller, quitte à voler, piller, trousser les GENS et les APPARTEMENTS. Son Honnêteté était encrée en lui Génétiquement, tel un Réveille Ŕ Matin , un VICE éducatif. IL n’en revenait pas d’ ÊTRE si Gentil , si Humain et si Juste envers tout le MONDE. Ca lui semblait IMMONDE ! Sa Disponibilité le surprenait. Sa Générosité le dépassait. C’est ainsi , qu’il emmerda sa FAMILLE et ses AMIS , durant toute une VIE. IL descendit dans la RUE , puis lança une GRENADE sur la FOULE Ahurie ... Le CAUCHEMAR se prolongea , son Passé défila , et pour la Première FOIS : il fit une étincelle ! Dans les BUREAUX et les USINES , on vit la MORT Lente au Travail , l’Oubli accéléré et l’érosion MORALE. il suffit de voir leur ATTITUDE devant la Hiérarchie , et leur Empressement à vider les Lieux , dès la SORTIE ... pour y deviner une Atmosphère Pourrie. Peu de Chance d’ y croiser GARANCE ou ARLETTY ! Ouvriers et Employés m’ont toujours fait penser aux Condamnés. Leur COMPORTEMENT en tous DOMAINES, indique l’Abaissement Moral de ceux qui subissent une PEINE. Et la VIE dans tout cela ? Clôturons ce Sombre TABLEAU , sinon on se jettera à l ’ Eau ... Ultime PAROLE d’un Général : " Que d ’ Eau , QUENEAU ! " Son VISAGE exprimait une ENVIE de Pleurer. La Mystique SCANDINAVE sur une Douceur écorchée. Sa PUDEUR évoquait les TOMATES au Mois d'AOUT Son SANG frissonnait au Moindre Frou - Frou. Elle espionnait les Hérons et les ÉPERVIERS. Les GENS la fleurissaient comme une VIERGE Sacrée. SAINT-VALENTIN lui inspira un Beau Quatrain d ’AMOUR J’attends l’ANIMAL FOU qui mangera mes Petits FOURS ! dimanche 3O Mars 1986 à Bruxelles. SKENDER SHERIFI

27

AU FIL DE L'EAU... LE NOUVEAU RESTO, AUX POIVRONS FARCIS DE POÉSIE
Rescapé d’ une SAUTERIE CLANDESTINE , il dut son SALUT à une Cheminée ... était-ce une RAISON pour s’envoyer une Génisse , le Jour de l’ARMISTICE ? En Bonne PROTESTANTE , elle lui demanda de se RASER, à l ’ HÔTEL du SLIP Speedé ... Toute BROUSSAILLE semblait Superflue, hormis un Collier de BARBE , pour une Raison inconnue. Allez deviner le SYMBOLISME de cette CONNERIE ... sans Doute , cultivait-elle le FANTASME du Député SOCIALISTE, fourrant ses Attributs au SUJET, dans les FOURRAGES à Facilité ! J’ose à Peine évoquer ici , les EXPLOITS d’une CENTENAIRE : à 98 Ans , elle taillait des PIPES Tiers - Mondistes, au Premier ZOULOU Bandant ... tandis qu’ à 102 Ans, elle se tapait les FAVEURS Torrides d’un AMANT ITALIEN : Quel Destin ! Ça charme mon côté JOUISSEUR , proche de Breughel , Bosch , Fellini ou Bunuel, et je tiens à le conserver, sans émulsifiants , ni COLORANTS. D’ailleurs est-ce un HASARD , si une de mes RELATIONS Bégayantes, légua quelques MILLIONS , à la FILLE d’un Marchand de JOURNAUX, pour une Sénile LIBIDO ... alors que cela fait 3O Ans , que je m’occupe de ce Débauché, sans figurer sur son TESTAMENT. Les UNS me larguent , les AUTRES baisent et se font baiser, les VOISINS dépriment au PALIER, faut que j’écrive au PALAIS , pour un TRAFIC de Millésime. Est-ce de ma Faute , si le FILS glande en PRISON, si le COUSIN se fait Flinguer au MOZAMBIQUE, et si le NEVEU se fait braquer par les TAULARDS de Lantin ? De plus , en Guise de PANADE Hivernale, on me remonte le MORAL avec le CUL flasque d’une Pensionnaire, végétant depuis 68 dans un HOME de Misère. Un Enfoiré d’ INFIRMIER la piqua Sept Fois , cherchant en Vain sa Veine ... puis une ESPAGNOLE , amputée d’une GUIBOLLE, insulta ce Va - Nu - Pied imbibé de HAINE.

28

Je n’ai jamais eu de VEINE ! Faut que je refasse ma VIE ... A Six Ans , j’avais déjà fugué dans le MIDI. Enfin ORPHELIN de la BÊTISE planifiée par le Michelin ! Faut tout de Même que j’écrive à ce MINISTRE , pour un Laisser Ŕ Passer : " Très cher HUILE FRITE , " la Situation du PAYS se dégrade et j’en perds mes GRADES. La JEUNESSE Rockysée est en Rade de TOULON ... Tonnerre de BREST ! ( ici , t’ajoutes un Zeste de CITRON ou un RAP Bidon, car une CHANSON de GESTE , nous ferait passer pour des COUILLONS. ) Je cours battre le RECORD du 100 Mètres Crawl, à LOURDES. Tu te trompes lourdement sur les TRANSPORTS en POIDS Lourds : alors , vu ton Absence d’ UNIVERS ... oublie-toi dans le BOIS et le FER ! ( Un TEMPS à décorner tous les COCUS de la TERRE ... ) Musilisée dans le CHENIL Courtois de la DISTINCTION, elle se coiffa le LOBE de l’Oreille , dans le SALON des Turbulences. Vu mon Amitié Transcendante et les VAMPS Rampantes, j'écumais les BARS de Saint - Gilles avec son EXCELLENCE. On me consacra un CHAPITRE , Genre CON Sacré de la Décadence : mais comme tout Reste OUVERT en Permanence: prenez vos VACANCES !

jeudi 26 Février 1987 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

à Fernand Radar

29

SOIRÉE DE NOCE
Au Premier Soir de NOCE, le MARI entra dans la Chambre NUPTIALE, et flanqua une TORGNOLE à la Mariée, histoire de lui inspirer CRAINTE et RESPECT pour l’éternité, prouvant ainsi au Sexe Faible sa Big - Virilité. Toutes Cajoleries , CHATTES en Folie, ou autre Sentimentalisme de PACOTILLE furent Prohibés ... D’ailleurs , je ne vois autour de moi que CODAGE et Dureté : de quoi avoir la GUEULE de l’ EMPLOI. Pas étonnant, que sur mon LOOK de Désespéré, mon étoile ait filé ! C’est fou ce que le RÊVE en aura baisé ... aussi timbré que PERRIER. CHICAGO-GAME à la Télé : dès qu’ un FIGURANT rit, arrose-le de Pastilles ! L’époque eut les PICS du PORC-ÉPIC ... Je propose une Partie de SURF Médiatique : il faut croire à la PENTECÔTE ! La TABLE des Matières comportait Deux VERSANTS Rocailleux : Autorité et Sobriété ... de quoi faire MOUCHE sur l’ACCENT de ma Mère , en état d’ébriété. Dire qu’elle torchait des tas de CRAPULES , dans les CHARBONNAGES de la Cité: rendez-vous au Prochain Lapement du GNOU , Carrefour des Enrhumés ! D’ici le Déluge, t’inquiète : je t’inviterai à la Trinité ... Le Père HITCH m’avait meuglé en SOLO : let’s Make Fresh and New , afin de nous MARRER ... Mais un Beau JOUR, la COUPE déborda, car après tant de COUPS de Ceinture, des Enfermements à la CAVE et des HUMILIATIONS Morales : je mis Soudain les VOILES. VICTIME de la Démesure , je cherchai l’équilibre dans la NATURE. J’en avais soupé des Obéissances MILITAIRES et des SOUMISSIONS Primaires: il fallait stopper NET, cette INDIGESTION d’Arbitraire ! ISLAM ZEN and the COCONUTS : il me reste dix Vaches à TRAIRE ... J’entrai un Matin d’Hiver à l’ USINE de Grand - Père, avec une MINE à semer la RUINE. Ce fut l’Aube de mes quinze ans ... et déjà VIEUX , dès le Commencement ! On m’avait conseillé d’éviter les JALOUSIES et les MESQUINERIES, qu’ à Force de voir Tout le MONDE , se méfier de tout le Monde : je finissais Mécaniquement par me méfier de MOI-MÊME.

30

Bonjour le CONDITIONNEMENT : prochaine Missive , via mon OURANG-OUTANG en Emporte le VENT ! Heureusement, qu’ à la Sortie du Métro, où je me fis piquer le FLOUZE par un CRADO ... s’ouvraient gracieusement les bras d’ARLETTY, sur des AIRS de Léo. L ' Heure d’ été a sonné : ULTIME Virée ... Je vis une RETRAITE Paisible avec le LION de la GOLDWIN Métro ! Et mes AMOURS : qu’est-ce qu’elles deviennent ? MAGIE d’un écran blanc, entre un GLOUSSEMENT indiscret et le Cri du Cormoran. J’admirais des MYRIADES d’Oiseaux, Cousins de JONATHAN. Le VENT de l ’ HISTOIRE va tourner... Aux Vacances comme à la GUERRE : nous eûmes un BREVET de Fidélité ... trente ans de PIQUE-NIQUE , au Pied du Même POIRIER, et on s’étonne après cela , des BARBARES Retrouvés Tout semblait immuable, tragiquement IMBUVABLE ... puis un PUNK entra dans le BAL et il Niqua toute la Chiée ! Les FUSIBLES sautèrent, Cité des Disjonctés. Pour l’ INSCRIPTION à l’école et les PHOTOS de " PLAYBOY " attends-moi Demain , à la STATION de Bus " VERLAINE ", t’auras une AVANCE en Dollars sur l’ALEXANDRIN ! Je te jure , je t’aime bien ALEXANDRIE-ALEXANDRA, car j’ai vu ta TÊTE valser Par - Dessus le TOIT. Et j’ajoute pour la POLICE , en LATIN d ’ Autrefois : que le CIEL était d’ un BLEU SEREIN , une Fois !

jeudi 18 Juin 1987 à Bruxelles. ( appels clandestins à la pelle ) SKENDER SHERIFI

31

JOURNAL INTIME D'UN AIGLE DIVINEMENT FOU... Suivi des MÉMOIRES Félines d’un MATOU Cubain poursuivi par la POLICE POLITIQUE et les Paroissiens
A trimballer tes GROLLES dans les BIDONVILLES, tu finis par arracher le SAC d’ une Débile. Ton ESPRIT a épousé la LAIDEUR du Béton : aussi tu tournes en ROND dans ce Sombre HORIZON, alors que tout est TENTATION et CONSOMMATION ! Poussière, Flaques Boueuses et TERRAINS Vagues ... Peut-on parler d ’UNIVERS , dans une Planque d’ ENFER squattée par des Malades ? Ta Mère débloque , ton Père se terre dans les TROQUETS Populaires. Tu shootes sur une CONSERVE ou tu balafres un Congénère. Parfois un COUP Foireux fait foirer tes Viscères. Tu n ’ouïs que BRUITS , Violences et Misères, sans compter une LANGUE Embryonnaire , vulgarisée par les Sorcières. Tu penses qu’ il te faut une BAGNOLE , une MOTO et des MUSCLES à montrer, des PNEUS à crisser et des GONZESSES à tringler ... SIGNES Extérieurs de Virilité: à chaque VIRAGE , t’es ruiné ! Né perdant dans la HORDE des LOUPS , tu te demandes : comment déchiqueter le TEMPS ? Peu importe l ’ ÉCOLE ou l’ Absence de BOULOT ... tu portes l ’ ÉTOILE de l’ Errance et du DESTIN Marqué, comme si entre la VIE et TOI : c’était le Rendez - Vous raté ! Zone des BARJOS sur la MARGE arrêtée : est-ce que le SOLEIL va briller ? Je dis " Bonjour " à tout ce qui sort du MOULIN et qui entre au FOUR. Un ébloui me gratte le DOS : je ronronne à l’ Apéro, puis je m’enroule à ses MOLLETS. Parfois en ASTHMATIQUE MASO, je me fais torturer comme dans les Geôles de CASTRO. Dès qu’un VIVANT mange , j’ai des FANTASMES de Famine. Ca doit venir du Marxisme - Léninisme, et des Champs de CANNE à SUCRE , truffés de Catéchisme. Quand le Passé te poursuit : t’es bon à voir un PSY !

32

Si un Invité vient , je bondis sur ses GENOUX, je sniffe le VAURIEN avec mon NEZ de SIOUX, avant de prendre une Décision Adoptée par le CONSEIL de Sécurité. Je lui laisse en SOUVENIR une TOUFFE de POILS Usés ... J’adore me mêler des CONVERSATIONS qui ne me regardent pas : c’est mon Côté Commère incarnée en DIVA . Pour peu qu’une Greluche SEXY s’étende sur le DIVAN, je me plante en bon AMANT, au Bas de ses REINS ... je dérive ainsi vers l’ INFINI . Mammifèrement Vôtre , j’avoue que ce Genre de SIESTE me fait du BIEN. IL m’arrive parfois en VIEUX Frustré , de rêver d’ALLAITEMENTS Enfantins ! Des OISEAUX viennent picorer, mais je reste MAÎTRE du Jardin. L ’Autre JOUR pour jouer, j’en raflais UN, mais il claqua entre mes MAINS : triste FOIRE , on ne respecte plus Rien ! Je reste toujours JEUNE d ’ ESPRIT , sans voir les Années défiler, à l ’IMAGE d’ un FRANGIN HUMAIN dopé au Surréalisme. Souvent, je mendie pour le PLAISIR , poussé par une BOULIMIE, et la Réelle ENVIE d’être le CENTRE de votre VIE ... Alors la MAMA me sert comme si TOUT m’était dû. Ancien COPAIN d’un Pigeon , mes DONS de Comédien me donnent RAISON. Dans le Psaume des CHATS Racés , je descends d’une Lignée ROYALE, qui a fui avec le ROI ZOG vers la HAVANE ... Fou de SOLEIL et de CARESSES Sensuelles, je suis Capricieusement SOUVERAIN , mais l ’ÂME pas moins REBELLE ! Toute LIGNE de Dépassement créait une Nouvelle Ligne jusqu’au SEUIL du Néant. ( N’oublie pas d ’ ÊTRE ! ) Toute FENÊTRE donnait sur une AUTRE Fenêtre et toute PORTE ouvrait une NOUVELLE Porte ... T’étais pris d’ un VERTIGE comme les Drogués sans DROGUE, et tu rêvais d ’AMOUR PUR , aussi Beau que VENISE. L’irréalité te semblait réelle et ton VERBE prenait une Couleur PASTEL. La VIE , la MORT voguait sur le même PORT... Tu percevais l’ IMPUISSANCE à dire , ce qui est trop FORT ! De l ’ORIGINE de l’Aurore au Crépuscule du SOMMEIL : tu baignais ta FOLIE au Square des Sept MERVEILLES ...

33

ALICE de Passage dans les Bleus et l’ ORAGE : l’ IVRESSE Poétique faisait Partie de ta Vie, mais parfois au creux de ton OREILLE, soufflaient les Alizés de la NOSTALGIE. HUMANISTE Sentimental , Cosmiquement éclaté , UTOPISTE hors PRIX : tout COMIQUE porte en LUI , un Minimum de DANGER ! Emporté n’importe où , par une RAISON qui déraisonne : tu croyais au CYCLE Naturel des Choses et au FEELING Enfantin ... puis cette Générosité INSTINCTIVE Face au Monde, qui te gardait Lucide , Bouffon , Méfiant et Serein. Tu savais qu’ on mourait dans la relativité et l’ IGNORANCE Consommée. IL est des QUESTIONS qu’ il semblait même ABSURDE de se Poser... En attendant le CHEMIN des Mystères et l’ Hypothétique CHAMBARDEMENT: tu nourrissais ton ÂME et ton COEUR, dans la Pulsion du PLAISIR et la Lueur du SENTIMENT. ( Le CONCRET est Terrestre : plonge tes RACINES Dedans ! ) Tu cherchais les REGARDS et les VOIX pouvant te faire avancer, les UNIVERS Accomplis , Capables de te bouleverser... Tu reflétais tes ENVIES dans le MIROIR des FILLES. L’ IMAGINAIRE te laissait éveillé , le JOUR comme la NUIT... L’ IMPORTANT fut l’écho , la DIMENSION du Sacré et de la Poésie, une Façon de vibrer, de laisser une TRACE , de se sentir incarné. Les SAISONS passaient , et tu clamais avec ce SOURIRE MALICIEUX, aux PASSANTS des Quatre Vents , aux Envoyés du SEIGNEUR ou d’ailleurs : " Seuls l ’AMOUR et la CRÉATION illuminent nos ÂMES et justifient nos VIES ! "

mercredi 6 Mai 1987 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

34

ATELIER 3

HOMMAGES

35

BRAQUAGE DE LA CONNERIE ET PRISE DE LA BASTILLE
Salut Vieux LION à la Crinière argentée ! Ta VOIX rebondit dans l’écho des SAVANES, parfum des MOTS Rugueux berçant nos ÂMES en Panne. Une LARME vaut bien un Crépuscule. Tu marches vers la TRISTESSE , cueillir des CAMPANULES Les MASQUES tombent dans la Nuit des CHIENS, une Taf de GITANES et un SCOTCH à la Main. Haranguant les HUMAINS sous le Ciel d’ ITALIE : savent-ils que l’ANARCHIE n’est qu’ un Grand CRI d ’AMOUR ? Au Fond des COEURS surgissent des " je t’aime " , fleurissant nos VIES , du PÔ jusqu’ à la SEINE. Le BONHEUR est un HOLD-UP permanent ... jeux du Gendarme et du Voleur, faut piquer sans Lâcheté les SUPRÊMES INSTANTS. Prendre c’est Comprendre ... la NOTE n’a plus de Prix : Sublime MAGIE ! Tiens le COPAIN : aspire mon TABAC et qu’on s’en aille en Fumée. L’ IRONIE en Sursis , un Pied - de - Nez pour souffler : tu remues les FRUITS des Grandes RÉVOLTES de l’Humanité. Au-delà de Minuit , j’annonce à MARIE, qu’ une Foule de CONS sont endormis. La BÊTISE qui dort : c’est une Victoire de l ’ART et de l ’ INTELLIGENCE. Les ÊTRES Beaux et Riches ne font aucun EFFORT. Les SALONS tuent l’Essence même de la MUSIQUE : le Snobisme du Chic ! IL te reste ce SILENCE insaisissable qui te picotes les TRIPES. Tu remonteras aux ORIGINES par le FIL de tes Histoires, mais aujourd’ hui : qui CROIRE ? A quand les éditeurs du SILENCE ... ainsi tout serait fichu. Je n’ai rien mérité : le LUXE d’ être m’est tombé dessus, dans ce Cortège TERRESTRE , je suis né pour la POÉSIE ! Un SORT assez bizarre , la Marge pour seul DESTIN, le Froid au DOS , il faut assumer ton BLUES d’ INDIEN. La Lucidité n’étant pas le Veau d ’OR : tu sembles SAGE face à l’idée de la MORT.

36

Tu hurles de MAL pour ce Désordre et ce GÂCHIS, que les Frères de VILLON n’ont pas encore saisi. Une Plume de HIBOU , un SINGE et des FEMMES INFINIES, bien sûr : I am SENTIMENTAL et je regorge d’ ENVIES ! Dire qu’on aurait pu s’aimer Passionnément, n’importe où , n’importe quand, séparés par la MER et des ESPRITS Géants. Je suis un ARTISTE branché sur l’ALPHABET élémentaire. La VIE est cette ENIGME qui ne finit pas de nous surprendre. Serre-la dans tes Bras , mon FILS , et écoute-la VIBRER ! ETRANGER baigné d’ étrange : tu seras privé de PUTES et d’ ORANGES ... Vogue au Rythme du SANG qui coule dans tes VEINES A l’AVANT des AVANTS , jusqu’au bout de TOI-MÊME !

lundi 5 Mai 1986 à Bruxelles. à mon ami et complice de

SKENDER SHERIFI mon parcours spirituel LÉO FERRÉ

37

ÉCLAIRAGE SINGULIER DANS LE VENTRE ROUGE DE LA SCENE
( Je signe pour un Coup de ROUGE et la JOIE Suprême ! )
Hello Baby JANE, la Liane des AMOURS s’est tordue de Rire, dans la JUNGLE des Sentiments et tu chuchotes tes ESPOIRS de Petite FILLE , alone in BABYLONE ... alors que tous les Chemins de la VIE mènent dans la ROME du Néant ! Mais oui , Femme de CHAIR et de Nerfs , de LARMES et de Sang : ton ENTHOUSIASME Juvénile ferait pousser une FLEUR dans le Désert, et ta Sensualité innée nous porte à croire , sans faire du Porte à Porte, que tout reste Possible entre le CHASSEUR d’Absolu et sa CIBLE. Que veux-tu qu’on te pardonne dans la DOULEUR des Dérives ... il y a le BOURREAU qui sonne ! On pourrait colorier ton Désespoir et éterniser tes VIBRATIONS Secrètes jusqu’au Soleil Couchant, mais tes CAUCHEMARS se cognent toujours sur ta RAGE d’ Enfant. Enroulée de FIL en AIGUILLE, dans le RÊVE du Père Créateur et de l’ARTISTE Amant : tu recherches en Vain l’ INOUBLIABLE instant où tu marchas sur la LUNE et ces TRACES de Lumière gommées par le TEMPS. L’APESANTEUR valait bien un Paquet d’ARGENT ! Erotisée par SCHIELE et emprisonnée par BACON : comment résister à ton OVERDOSE de Sensibilité ? Puis cette INTELLIGENCE Naturelle et ce FEELING Exceptionnel, qui te font capter l’ESSENTIEL chez n’importe quel HUMAIN ... ( Ouvre-toi : je VIENS ! ) Félinement Féminine sous tes FORMES et tes LIGNES, tu trimballes ton SQUELETTE Transparent, comme une CHATTE sur un TOIT Brûlant. Tes RONRONNEMENTS sont un PUITS de Tendresse inépuisable, qui recouvrent nos COEURS comme une Tempête de SABLE. Quant aux CRIS de ta VOIX cassée et ces Essoufflements venus d’ ailleurs : ils traduisent des ÉMOTIONS Fortes et une immense Fragilité ... Oh Larmes des ORIGINES , Anciennes BRÛLURES mises en RIMES je suis née INNOCENTE et COUPABLE , Face à l’ Humanité !

38

Devant ton ANGOISSE Stressante, à affronter l’Arène Belgifiée et les PROJOS INTRANSIGEANTS : j’aurais voulu te consoler, te raconter la ROMANCE AQUATIQUE, d’une Tribu de GITANS marqués du SCEAU des Fées. Pan Ŕ pan , CALAMITY JANE : tapons-nous une Partie de Boules à GAND ... On ne s’éclate pas assez les MANDIBULES , dans ce Marécage Géant ! toute GLOIRE accouche d’une CHUTE dans le CANYON dément ... Mais pourtant, il faudra surmonter ta PEUR, et te dénuder gentiment devant ces Milliers de GENS, qui recevront de TOI , un REFLET Déformant. Tu n’auras en POINT de MIRE que tes Doutes , tes Soifs et tes Tremblements ... Tâche de regarder l’ AMOUR droit dans les YEUX , Baby JANE , et dis-toi : que seuls les Poètes peuvent emporter le FEU ! La PERFECTION n’étant pas de ce MONDE : fixe où tu peux , les Fragments de ton ÂME et laisse mariner au Four, les IMAGES du Passé. ( On fera Mieux dans une Autre VIE , d’ après le Testament d’ une PIE ! ) Tu aimes les SENTIERS Tortueux , les VISAGES Ravagés, la PUNITION des Dieux , les VOIX Anéanties ... ça vibre et ça fait mal , pour le RACHAT d’ une Vie ! Ta PAROLE n’est qu’une Mélodie en POINTS de Suspension ... Pends tes émotions sur les BALCONS du Monde ! Une LOLITA de SAÏGON interrompt les PETS Nauséabonds de l’Amiral NELSON. Avis aux Fleurs Fraîches : PLAY Blessures et Couteaux dans la PLAIE ... Salut Père BAUDELAIRE : on ne joue pas avec la MORT, sur des Airs de VIOLON ! Arrose les Plantations CARMEN ... Amen l’ HYMEN : 100 Pourcent COTON . Dans ton ALHAMBRA Fleuri , le Doux Spleen des ABÎMES : on y sèmerait des GRAINES d’ Orgasme , des OURAGANS insondables. Ici-bas , au Premier CRI des FONDEMENTS : seul l'OXYGENE rendrait l ’AIR respirable ! Et dire que Hier Soir, je défiai la PLUIE et les GRELONS, pour boire ton REGARD Complice et tes Notes de PASSION Je songeais à l’AGONIE Silencieuse d’ un Frère à l’ HOSPICE, et à la TRISTESSE d’un Paysage FLAMAND, qui te fit échouer avec une Famille de DAUPHINS, dans la SOLITUDE Fiévreuse du Port d’ANVERS. A l’ Envers de l’ Endroit : on s’aime et on s’ y perd ...

39

La BRUME Nocturne cacha tes DESSOUS CHICS, avant l’ Arrivée Massive des MARINS Chancelants ... ( Sorry ANGEL : j’avais le BLUES BANDANT ! ) IL faut essayer de toucher le NOMBRIL de la VIE , Baby JANE ... J’emporte dans mes BAGAGES un Rayonnement INFINI. Faut que je passe la DOUANE Suisse : ces BANQUIERS adorent la Poésie. IVRE de Coeur et de Livres : je redoute qu’ un des « TROIS SUISSES « me Livre ! Pour toutes ces RAISONS Rêvées et bien d’Autres encore, que les OISEAUX picorent CALMOS dans les Prés : je pense à Toi TENDREMENT ... Grande ENFANT, ROMAN de JADIS revenu au Présent !

Lundi 18 mai 1987 à Bruxelles. je dédie ce texte à Jane

SKENDER SHERIFI Birkin, en souvenir de rencontres inoubliables

40

VOIR DES AVIONS VOLER ...
Des LUEURS Divines extasiaient l’AUBE Naissante La SYMPHONIE des Oiseaux berçait l ’ Espèce VIVANTE Chant d ’AMOUR incrusté dans la Matière Mouvante Comme une TENDRESSE Complice ou l'ECHO sur les ANDES ... Oh MURMURE Sacré de ta PASSION Dévorante cette VOIX d’un Autre Age sur ta DOUCEUR d’ Amande IL fleurit dans ta VIE des ONDES Envoûtantes des IVRESSES rarement vues , des COULEURS surprenantes ... Mais les Rivières épousent les FLEUVES , puis les Fleuves se jettent à la MER et la Mer rejoint un Coin de CIEL , puis le Ciel replonge dans la TERRE. Rappelle-toi l’ Urgence des VAGUES violant la Pudeur du SABLE La Mémoire des COQUILLAGES enfermant l’ Ultime SECRET des Sirènes ! Etendue sur les Fougères, ton RIRE s’évaporait comme l'ETHER Ta Légèreté d ’ ÊTRE enrobait de MIEL l’ âpreté du Langage Une Liberté effrénée secouait les Soirs d’ ORAGE FRAÎCHEUR Rose pour une POSE : Let’s Dance ... BOWIE cause ! Des Rêves ANCESTRAUX éveillaient ton irrésistible envie de VOLER ESPRIT Météorisé ANNONCIATEUR de Beauté Dans la Vallée de tes YEUX , je vois des AVIONS passer ... Sur ton EDEN recouvert de Bleutés électriques il pleuvait des LANGUEURS mises en Notes de MUSIQUE Et lorsque ta Mémoire fixait des LIEUX Magiques un NUAGE emportait tes SOUVENIRS Féeriques ... Dans ton JARDIN Mental , la VITESSE t’entraînait vers le PIRE. Tu mettais tout en OEUVRE pour ne pas GRANDIR. Eblouie à n’en plus finir, évanouie de Délires : tes VOYAGES partaient de l ’ ENFANCE pour y revenir. Rappelle-toi l’embrasement de ton ÂME et les VERTIGES Exprès L’ UNIVERS fut ton AMANT et la Poésie ta MAÎTRESSE ! AILLEURS , de l’autre Côté de la RIVE, à l’ Embouchure des AMOURS et des SENTIMENTS qui durent je semais l’ INFINI et la Royale Démesure ... BIG-SÛR : pas si sûr, vu la VIOLENCE des Vents et la Dérive du Temps

41

Pourtant l’ IMAGINAIRE se cueille comme un FRUIT Mûr ! Je trempais ma Pensée dans le RITUEL des AIGLES La NOBLESSE des Montagnes , la MYSTIQUE du Désert Né au Détour d’un JOUR , mort une NUIT Solitaire Alors les PLANTES s’agitaient, une SOIF de CHEVAL me prenait et j'intégrais tes Ressources à la DANSE des ÉTOILES, à l’éphémère BONHEUR , à la Beauté en CAVALE ... Puis je douchais mon CORPS dans la Cascade de ta JEUNESSE, féminine à souhait, féline selon les heures, telle une SOEUR imprévue stimulant ma PARESSE. Rappelle-toi les BATTEMENTS de Cils et de Coeur à chaque Renaissance du VERBE Les SILENCES Songeurs , les étonnements constants, l ’APPEL du Grand NORD Blanc , l’ Humour hurlant des BANQUISES Oh FILLE du Soleil et des AUDACES Permises lorsque traversant les époques , hors SAISONS et RAISONS : je tendis mes BRAS Géants , à ta Pureté EXQUISE ! Vendredi 10 avril 1987 à Bruxelles. je dédie ce texte à Juliette BINOCHE ( c’est aussi en hommage au film de CARAX : " Mauvais Sang ", à des souvenirs personnels liés à Léos, Julie Delpy et Denis LAVANT ) SKENDER SHERIFI

42

POUR LES 30 BALAIS D'ISABELLE, BALAYEUSE CHEZ YOPLAIT.
Bon Vent sur le FLEUVE de mes AMOURS et que le BONHEUR du Monde s’abatte sur tes ORTEILS d’ Andouille ... je connais une Fée Fleurie , qui en fera de la RATATOUILLE ! N’oublie pas que je remportais , haut les GANTS de SOIE, le SLALOM Spécial de tes Omoplates , à CORTINA Poile ta RATE ... Tes Trente BERGES inaugurent une Cargaison de DENTIERS, de JAMBES Plâtrées , de TIFS Grisés et de DOS Courbés par INGRES, puis rachetés par des BERGERS de Mauvaise Augure, qui dérapèrent sur ta CHUTE de REIN, au Pied d’ un COL à te foutre les FOINS ! On attendra ta Pension en TERRE PROMISE, avec les PERSONNAGES du Théâtre Contemporain et les HAMSTERS du Voisin, qui vient de buter toute sa SMALA , pour un RUTABAGA mal Mâché ... Quant au BARIL de PORTO et l 'IRANGATE des CLODOS : le CONSEIL Constitutionnel t’a pardonné ! Une LIBELLULE Trilingue se fourra sur son Téton Gauche, et tu posas ta CANDIDATURE d ’ Extra Ŕ Terrestre à l’ Elysée, après avoir fauché toutes les ASSIETTES, et les COUVERTS Cachetés des 20 ROIS de FRANCE, sans oublier le MALADE , qui se proclama EMPEREUR des MAROLLES, à PÂQUES ou à la Trinité. Tu mouftas en Vain dans les Médias, lorsqu’ une BELETTE rectifia un Soir de FRIME, tes Pauvres ARTICULATIONS datant d’ un Antique Millésime. Faut dire que t’avais la FRITE , tous les MARDIS Gras, dans un CLUB de Flambeurs Préhistoriques ! Sous les Pavés de la VILLE , tes Câlineries FANTÔMATIQUES, tiraient à l’ARME AUTOMATIQUE sur les Passants Drogués. Mouiller à 30 ANS tous les PARTERRES de l’ Occident, valait son Pesant d ’OR et de CAMEMBERT, si l’on pense Respectueusement à ceux qui firent toutes les RÉVOLTES, et s’engagèrent à Fond , dans les MOUVEMENTS BANDANTS de la République ... Tu ruinas un BLED de Sorcières, mais ta Pureté fit taxer la CONNERIE , dans les Foyers d’ INCENDIE.

43

Un Oiseau MOHICAN annonça le Dégonflement des Enveloppes : file-moi une TRANSFUSION de Tendresse , jusqu’ à l’Arrachage de ma DENT ! Le Printemps effleura ta TOISON D'OR , dans le Sens des ÉPERONS ... La Rosée Prolétaire rasa tes Touffes SECTAIRES, et fit valser tes GLAIRES sur le Quatuor de MAHLER, violoncellement NUL et non AVENU ... ( Poils au CUL ! ) La NOSTALGIE engrossa quelques ÂMES Pâtissières, mais pour plus de Détails : téléphonez ABOU NIDAL , rue des Vandales ! Malgré la Brume des ONDES et le Rhume de la JOCONDE, il s’ agit bien d’ un HOMMAGE Officiel , rendu par le Parquet Ciré à DAME ISABELLE, dont les Nobles FESSES traduisirent contre un FORFAIT, tout Nietsche , Spinoza et Hégel en OUGANDAIS. Forcément sorti du TROU au FORCEPS, je bois du LAIT de BUFFLE Vacciné, pour son Anniversaire. Bravo Môme , rappelle-toi les Tranchées , dans les CORONS de CHARLEROI ! IL me fallait presqu’ un VISA pour franchir ta Barrière de CORAIL, avec un KOALA expulsé par PASQUA ... THRILLER FERROVIAIRE : tu ne m’ auras pas sans Dégâts ! A la SAINT-VALENTIN , trempé dans les BARS GAYS, un LAMA abonné aux PRODUITS Blancs du G.B. cracha Sensuellement son ENFANCE Paumée, chez tes Parents TOUAREGS , minés par la MINE. Les Bureaux furent mal nettoyés : une Concierge te dénonça au BOSS bosselé, et tu erras à perpétuité , dans les LABYRINTHES de Raoul RUIZ ... L’ ère Adulte souffla aux Oreilles d’ ISABELLE , bourrées de Cérumen : 10 Avés. Fais sauter ton HYMEN au Gynécée du Lycée, avale l’ HOSTIE et dis « AMEN « au Divin MARQUIS , ou je te dilate la Pupille ! C’est Terrible : on n’arrive Jamais à se comprendre , dans ce PAYS d'abrutis ... Evidemment , elle venait se laver une Fois par MOIS, chez un Immigré obèse , croisé avec des Cétacés. Si ce n’est pas assez : grillez-moi dans tout le ROYAUME , dès le Premier Tour ! Parfois , elle dégustait les PIZZAS d’ une SOUBRETTE Moyen - Ageuse, avant de se taper un MAXI-GOLF avec mes VALSEUSES. La COMMUNE figea ses RIRES aux AFFICHES de l’ époque, mais à toutes les CAMPAGNES , il fallut qu’elle débloque. Matraquée de BETTERAVES et de NAVETS, elle engagea sa PASSION dans les VERTIGES du Vide, et flasha le Museau de RIMBAUD, au-dessus du Niveau d ’ EAU ...

44

L’ Usine TEXTILE célébra textuellement sa FIN de Carrière, et elle alimenta malgré ELLE , sa FIBRE Guerrière, sous un Déluge d’ INSULTES faisant HONTE aux Cimetières. Seule une SARDINE à l’ Huile protesta, mais elle passa en Une SECONDE , de Vie à Trépas ! Dis donc , Adorable FRANGINE : t’as rempli tes PAPIERS du C.P.A.S. ? Songe à ton ASSURANCE Vieillesse et à ton S.S. au GRENIER ! Non , clame - t- elle , mais j‘ai rempli les Wécés de la CAPITALE, histoire de marquer mon TERRITOIRE , dans cette CAMBROUSSE d’ illettrés ... C’est VRAI , qu ’ hormis la LESSIVE , elle suivait avec la Mère DENIS, le Régime de Fernand Léger, censé alléger sa TUYAUTERIE. Son Passé dans les TRIBUS INDIENNES, lui fit LIFTER la PEAU d’ un Tas de VISAGES PÂLES , venus l’ épouser. Les Jours IMPAIRS de Février, elle pommadait son épiderme écaillé par le GEL, tandis que les DIMANCHES Saints mais CHIANTS, elle grattait son DOS Musclé contre les MARRONNIERS de MITTERRAND, le rare ARBRE qu’elle supportait, dans l’allégresse des MUGUETS de MAI Une PSYCHANALYSE tordue lui fit avouer à Woody ALLEN , une PEUR atroce face aux Génies Précoces d ’ ÉCOSSE ... Un Blocage d'ASCENSEUR , à Six Mois du Staf Sidéral et du Stade Anal - Vanille, lui donna le Désir d’allumer tout le PAYSANNAT, kolkhozé pour la CAUSE. J’en ai dit TROP ou pas ASSEZ ... répète-le , si t’oses ? Pour un CAPRICE des DIEUX, l’ Unique FROMAGE pouvant stabiliser ses NEURONES, durant les Mois fertiles en Pois, ma BELLE de CADIX canonna à Max , les Maternités de l’ OKLAHOMA ... Signons la PAIX CIVILE et je te renouvelle ta CARTE d'Identité ! Aux Approches des CLOCHES, elle revint déguisée en PAPESSE de la Trinité - sur - Mer, et se mit à arroser d’ EAU MAUDITE , toutes les Diablesses à TRESSES de la Cité. Une Confrérie de JETTOIS , demeurés de Naissance, la jetèrent aux CROCODILES des Marécages GAULOIS. ( Elle s’en sortit INDEMNE en cartonnant dans le Tas ! ) Puis, allant bouffer de la DENTELLE Proustienne à DELFT, en Compagnie d’ un ALBANAIS Hippopotamisé ... ( Lumière Tamisée : on baise pour la DESCENDANCE, ) cette MADONE rafla les TRONCS et les Bénitiers, qu’elle fourgua à un FELLAH du SUD-YEMEN , contre les DIAMS du Chinois. De CABOURG à CANULAR-VILLE : on s’ en souviendra !

45

Enfin , le Soir de ma PROMOTION Académique, en tant que VALET de Jean d ’ ORMESSON et de sa CLIQUE, elle flingua une SOURIS angoissée au « COMME chez SOI «, par RESPECT envers Sergio LÉONE , le LION qui rugit Trois Fois ... Tirons-nous de cette SAVANE et avalons un CALVA, non sans fleurir mon ESPAGNOLE du Haut en Bas. ( FRENCH KISS for ISABELLE from SKENDER l’ IROQUOIS ! )

dimanche 8 Février 1987 à Bruxelles. SKENDER SHERIFI

à ma complice Isabelle PINTO

46

ATELIER 4

BELGITUDES ET BRUXELLOISERIES

47

JE SUIS CELUI QUI LAISSE CE TEXTE SUR CE PAPIER. ( CHIENNE de VIE et BOOGIE Diarrhée ! )
Si cela peut vous aider, je commence par une idée qui peut vous rassurer. Faut pas se laisser IMPRESSIONNER : chaque PAGE BLANCHE est une VIERGE à dévirginiser ! Vous me reprochez de décoller bien loin dans l’ IMAGINAIRE, d ’ ÊTRE impossible à cerner et de bricoler sur TERRE ... Restons alors dans la simplicité du Quotidien : un DESTIN de CHIEN ! Poème BANAL et ORDINAIRE trouvé sur une BANQUETTE de TRAIN . Je me suis réveillé en SURSAUT, je n’ai pas pu prendre mon Café, j’ai pointé à Huit Heures , le CHEF m’ a engueulé ... j’ai déposé le Bébé à la Crèche, posté le Formulaire des IMPÔTS de l ’Année, j’ai fait ma DEMANDE pour entrer à l ’Armée : paraît que c’est une Bonne PLANQUE pour sa Sécurité, l ’AVENIR Garanti , des Couvertures , de la Bouffe et des Habits. J’ai ramené les GOSSES de l’école, et ameuté l’ INFIRMERIE pour vaincre la Rubéole ... J’ai fait les COURSES au Supermarché , préparé le PUTAIN de Déjeuner, promené ce Taré de CHIEN afin de m’aérer, puis ramoné les RESTES de ma FEMME, fatiguée d’accoucher un TAS de Dégénérés ! J’ai astiqué la VOITURE , ratissé les Mauvaises HERBES du Jardin, parlé aux Enfoirés de VOISINS et rebouché la TOITURE. J’ai salué le COMMANDANT, insulté ma FILLE et son Foutu SOUPIRANT, puis dressé mon Remplaçant à l’ ORGASME des écrans. Le Week - End arriva avec INDIANA JONES et le HESBOLLAH ... J’ai monté un CHEVAL Errant et visité le DIMANCHE , mes Beaux - Parents. J’ai acheté un FRIGO , remplacé mon ASPIRATEUR, et rempli mon BULLETIN de LOTTO. J’ai supporté le Cercle de BRUGES contre ANDERLECHT, avalé 10 STELLAS avec les Fêlés du FOOT, tabassé deux immigrés de BEYROUTH, scruté le Tiercé - Magazine entre LONGCHAMPS et la MESSE. J’ai apporté mon SOUTIEN de Vaurien à LE PEN, ça fit de la PEINE à POLO , mais je l’enculai aux Arènes. Au SALON de l’ AUTO : j’ ai commandé la Nouvelle CITROËN .

48

J’ai flashé à Gogo sur la CARROSSERIE ... on aurait dit Marylin MONROE. ( avec un CUL Pareil , t’ oublies EDGAR POE ! ) Je suis sorti en BOÎTE de NUIT avec les LOULOUS du Régiment, je pensais que j’ avais une CHANCE avec Stéphanie LOURAGAN ! J’ai téléphoné à tous les JEUX RADIOPHONIQUES, avant d’asperger d’ INSECTICIDE 3 MOUSTIQUES.

En renouvelant mon BAIL d ’Abonné à la BÊTISE Générale : je fus dévalisé par un GITAN AMORAL. J’entrai comme CAS CLINIQUE sur les Plateaux Télés ... C’est Gai comme le GHETTO GAY : vivre en BANLIEUE , dans la Vulgarité , le Bruit et la Saleté ! Pas de quoi potasser GURDJEF ou KRISHNAMÜRTI , plutôt la LOI des JUNGLES , des Brutes et des Zombies, un MONDE Désincarné , où tu luttes pour ta SURVIE ... En état d’ ébriété et le Dégoût aidant : j’ai sauté une POUFFIASSE Camée , sans aucun SENTIMENT. J’ai balancé un GAUCHISTE à la Brigade des Stups, puis pleurniché en revenant de la LORRAINE en PYJAMA. Je décidai enfin de CROIRE à n’importe quoi ... Pourtant , je suis un DUR à CUIRE, habitué aux Pires SOUFFRANCES et aux Traitements Humiliants. A quand les ÂMES Sereines , les Yeux et les Coeurs sans PEINE ? Tant de VIE perdue sans AMOUR : il n’y a plus de Place pour la HAINE ! Devant tant de PESANTEUR et de PLATITUDES Primaires : je suppliais en Vain l ’AUTEUR , d’ ajouter un peu de RÊVE, pour charmer les LECTEURS de France Ŕ Dimanche , Voici , Bonne Soirée, Détective et à Nous Deux ... mais il ne veut m’ écouter. Toujours ce Mépris des INTELLOS pour ce qui est POPULAIRE ! Rappelez-vous la CRISE de 29 : je sens se profiler l’ APOCALYPSE finale, selon les Prévisions de Monsieur CANAILLE. Et puis avec des ÂNERIES Pareilles , surtout si on se laisse aller : on risque franchement le CRASH CERVICAL !

jeudi 9 octobre 1986 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

49

CHANT DES PARTISANS DE LA BÊTISE, AU SON DES TAMBOURS BATTANTS.
Je t’aime tendrement , Denise VAN MALAUDENT Cours acheter des Beignets à la FOIRE de GAND IL était TEMPS que tu cesses de PONDRE des Gosses Pardonne-moi si la Veille , je t’ai filé un COUP de CROSSE J’avais oublié qu’on fêtait le NOUVEL AN ! Le PUITS est à Sec : vends mes Pompes à REBECQ Ne sois pas si Funèbre ... je colmate les Brèches J’ai bousillé la CARROSSERIE , faudra cracher un MAX Se priver d’ HOSTIES et de Lait de VACHE. T’as convoqué le VITRIER … t’as mijoté la Purée ? Je dois une Tournée à mes POTES OUVRIERS. Un PARI perdu : 10 PUTES enchantées ! Malgré les ACCORDS du GATT, me revoilà fauché ! Je dois bondir au MEETING d‘Arlette LAGUILLER, la seule sur qui le PROLO puisse tabler ... Dorénavant , tu garderas mon Sérieux au PIED du LIT Tu surveilleras les PETITS , fini les SORTIES Ne m’attends pas à dîner , je reviens vers MINUIT ... Repasse bien mon TRAINING pour le MATCH de Samedi Réveilles-moi à Dix Heures et dépose ADRIEN , sur le Chemin de ta SOEUR ( qu’ on ne risque pas de confondre avec Marguerite YOURCENAAR ! ) Prépare-nous le Café pour le POKER du DIMANCHE Sacré et envoie chier ta Mère pour son NETTOYAGE Printanier ... Si t’es SAGE , je te baiserai en Matinée : PRIME au Septième Assisté ! J’amènerai deux DINDES Pourries , du Marché du MIDI . Ah non , encore ce Putain de CADASTRE à payer sans compter la FACTURE du Chauffage et le Téléphone à régler... Décadence de l ‘EMPIRE ROMAIN ou FIN de Siècle , comme dirait EDERNHALLIER Va fourguer à GERMAINE ta ROBE de Mariée ! Le FRIGO a des Ratés ... rien ne tourne ROND , dans cette MAISON Hantée et dès qu’ on cherche un TRUC , on ne sait JAMAIS où c’est fourré ! Peu de Bénef sur la CHUTE des CAMIONS , cette Année ...

50

Patience CHOUKE : t’auras ta Vidéo plus tard avec les FILMS PORNOS Cela fait plus d’ un AN , que tu n’as plus été au Ciné et pour mon HAPPY BIRTHDAY, tu m’ as collé l’ ASPIRATEUR au Nez Quand vas-tu remplacer les LAMPES qui ont pété ? Et cette FUITE dans le Wécé , tu le fais exprès ou quoi ... Merde : c’est pas compliqué de faire CACA , dans la Ligne du PARTI CHINOIS ! Dans Six Jours , faudra casquer pour le MARIAGE de ta COUSINE ( j’aurais dû la sauter durant la GUERRE des Six JOURS ! ) Cette CRUCHE a invité toute la VILLE pour parader ... Vendredi , c’est la COMMUNION d’ un de nos Tarés Si t’allais tapiner le GRATIN , Rue des Bouchers ! Tous ces CADEAUX à dénicher, ces PITRERIES à respecter : t’as pas des LOQUES Usées ou d’ Anciens JOUETS au GRENIER ? Le NOTAIRE se pointe pour l’ ACHAT du Nouveau TERRAIN et les éboueurs AFRICAINS viennent dîner avec GISCARD d ’ ESTAING ... Tu diras à ton Fainéant de FRANGIN , qu’ on n’ a plus de PAIN ! Qu’ il aille à la MINE comme mes ANCÊTRES , ce Sale Crétin, au lieu de bouquiner LEROY-LADURIE et EDGAR MORIN ... Je serai forcé de braquer le BOULANGER , si on poursuit ce TRAIN ! Triste Corvée Digne de la POISSE d’ un LOOSER , dans un BRONX disjoncté : j’ai promis à une Vieille RUINE de la dépuceler, elle me nourrissait quand j’étais PETI T, en l’ ABSENCE de Mémé ... Ramène un BAC de Patates au DISCOUNT des Réfugiés et réduis tes GAZOUILLEMENTS , vu que la NOTE sera Salée Ouvre un S.O.S. PAUMERIE et fais-toi Sponsoriser ! Travaille-moi au Corps à Corps , comme dans un CATCH d’ AHURIS et envoie ta Fille LOLA avorter en ALBANIE ... Le Week - End Prochain , je me défonce à Vélo avec les Fanas de BUGNO J’ai invité PIROTTE et BEAUCARNE en Tant qu’ alcoolos - écolos Le JULOS d’ ARIANE débarquera ICI pour pieuter Tu peux toujours te l’envoyer, vu qu’on prêche l ’ABSTINENCE ! J’avais remarqué qu’il fixait ton CORSAGE , depuis que tu l’as soigné Prévois du Steack et du Calva pour cette QUEUE made in FRANCE et dénonce - le à PASQUA pour ses Incohérences ...

51

Préviens Amélie d’aller chercher le LINGE de MARRAINE : elle vient de se faire plumer par une Bande de Bohémiens du TARN et GARONNE. On devrait se parler, Poupée ... se retrouver pour PENSER ! Tu m’emmerdes avec les Jeux de FOUCAULT et de SABATIER : toujours la Télé Voici notre VINCENT avec dix échecs au CUL en Première Année On le voit mal diriger la FAC de PHILO ou le Club Méditerranée ... Mon FILS : on va te boucler au PENSIONNAT, tu ne fais rien de bon , juste dessiner. Et ton AVENIR SOCIAL , tu y penses ? Je trouve qu’ on t’ a trop Gâté : Merde , son OREILLE ! Une Vraie FAMILLE de Timbrés avec CORBEAUX et CHAMPS de Blé Faut que je me dégage les MECS , Histoire de me ressourcer Où en est ma VIE : mon GOSIER est à Sec et les Marrons sont Cuits ! Ca sent le ROUSSI , aussi je rebondis sur le BIDE d’ une Voisine J’ai beau la pomper en STOUMELINKS : on baigne en pleine Pathologie Bovine IL est temps que je me ressaisisse et que je me resserre les VISSES Dorénavant , tu iras à l’ USINE TEXTILE , ma Chérie File - moi tes économies et tes BIJOUX de FAMILLE ... Tâchons de payer nos DETTES et de ménager nos TÊTES. Elles sont Tofs tes TETTES , autant que ta BOUILLABAISE ! Heureusement qu’ on s’ est rencontré dans les TERRAINS VAGUES , une Fois ... C’est pas Facile la VIE , comme meuglait ton POUPA IL gelait à VARSOVIE , cet Hiver-là ... C’ était un Nouveau PHILOSOPHE , quand il ne picolait pas Tandis que TOI : t’ es une CHIC FILLE , DENISE la CHIERIE !

lundi 24 Novembre 1986 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

52

ATELIER 5

RIRES ET DÉLIRES

53

ÉPITRE DE SAINT- SALIGAUD AU ROI-SOLEIL : PLACE TES PUCES AU SOLEIL LEVANT LES PRÉPUCES ( Préparation de la Guerre économique, entre l’Europe, le Japon et l’Amérique, pour une Résurrection de l’Epopée Homérique )
Tu ronronnes le SOLEIL perdu sous les TROPIQUES, avec la LANGUE au Pôle Nord et les GRIFFES Dehors. La Récré prit un Air d’ORGIE épileptique : retourne vite à tes ORANGERS ! Quand je pense aux GENS suspendus à nos Lèvres, j’en ai des Sueurs d’OUVRIER , piétinant les MUGUETS de Mai ... Le VER est dans le FRUIT : il faut l’extirper à Coups de Baïonnette ! Cesse de bâiller, où je t’envoie dans les PÂQUERETTES cultiver mes Pensées ... La MER de Soulou n’a rien à voir avec la MERDE Zoulou, CONCLUSION de l ’Affaire BARBIE : malgré le TRAFIC de Poupées, personne ne remplacera ta Mère , ni les ANGUILLES au VERT... D’ici le Prochain Feulement du PEUL au Bord du LAC Leman : tu peux chier à l’aise sur le Port du CASQUE Obligatoire, avec la Bénédiction PAPALE , béatifiant ma Béate Mémoire ... Après Vingt Années de BAISE , on se retrouve à BEEZ ! De toutes les Matières , c’est la OUATE que je préfère, clama CLARA , adepte de la TERRE Glaise. J’en perds mon Chèque en BLANC , doublé de mes CHARENTAISES ! Tu échangeas un Paquet de CLOPES contre un BERLIOZ éberlué face à ta SAINTE FACE ... ( j’ai fait PILE : c’est raté ! ) Une PAUSE comme en 36 , lors des Congés Payés ... Peut-on nager TRANQUILLOS sur son DOS Usé, puis s’ébouriffer les TIFS , dans l’INCONSCIENT Océanique du Prolétariat ? ( Décidez-vous , pour le CASSE chez CARTIER : je ne le répéterai pas deux Fois ! ) Je pige que t’es Occupée et Asexuée à Souhait, mais quand tu t’exhibes à la Télé : alerte la Royauté ... le TZIGANNAT paiera les POTS Cassés ! Certains KINGS of the DIVAN eurent le LUXE démesuré et la Bave Libérée, à la LIVRAISON du T.N.T et des Tasses de Thé. Privé de POUDRE : la Dégringolade SPIRITUELLE est assurée.

54

C’est Critiquable selon Hégel ( FILS de Jean-Pierre MARIELLE ), car la Mégalomanie d’ un AHURI se prenant pour DIEU, peut avoir du BON , si tu te bronzes les NICHONS, avec la BRUTE et le TRUAND , à la Baie de TOULON. Hi, Big Fat MAMA .... faxa MAD MAX et RAMBO COCA, colonisé par la CONNERIE Génétique et les COLONIES de Vacances. ( à « trois « : j ’encule HORTENSE ! ) Est-ce une Bonne SOLUTION que de l’attacher à mon POMMIER de Potence, et de lui bousiller un ŒIL , en attendant la DILIGENCE ? C’est pas la CURE de VICHY, qui me fit glousser : « DOUCE FRANCE « ... Pour éliminer les TAUPES, les BELGES les enterrent Vivantes , avec l ’ HONNEUR dû à leur Rang. IL faut que je m’ infiltre à un FESTIVAL de Vidéos avec un MOINE Boudhiste. Ramasse la VAISSELLE Cassée , pendant que je me précipite dans le Précipice, jusqu’ à mon Prochain TEXTE , bourré de PARFUMS et d’ Epices. ( Faut aimer son PROCHAIN , mon FILS ! )

vendredi 1 MAI 1987 à Bruxelles. SKENDER SHERIFI ( je défile à Poil dans le Bled , en Souvenir de Marx et d’Ahmed )

55

PROCESSION DE FOI, DU MAGE DE CROMAGNON, SUR LE GOÛT DU CON GELÉ et L'INFILTRATION DU SURGELÉ, DANS LA SOCIÉTÉ DE CONSOMMATION.
Quelques FLOCONS de NEIGE hérissaient sa Coiffure, dans la NUIT des LOISIRS. L’ ENNUI au Zénith lui fit mastiquer le Baratin d’un SICILIEN Paumé. Elle ne connut pas l ’AMOUR FOU , vu qu’elle se connaissait à peine , elle-même ! Joue tes FANTASMES au POKER , ou je t’expédie dans les Engrais du MALI ... HAROUN prédit et DUMONT déduit , que la MOQUERIE a assez duré : rira bien qui rira le DERNIER ! Les SCANDINAVES lui accordèrent un PERMIS Temporaire de Réfugié Sexuel, durant la Saison des CHALEURS. Le RUT avec les Têtes de TURCS repeuplera la BANQUISE ... ILS veulent le BEURRE et l ’ARGENT du Beurre ! La Routine et l ’ORDRE , la firent errer dans la CAMBROUSSE, avec des SKINS tatoués. Pas une RAISON pour saucer de Reproches , son MARI Régulier. Toute cette MERDE pesait à Peine un Adverbe , au MONT des OLIVIERS ! Cohabite-moi par toutes les BOUCHES d ’Aération, jusqu’ aux Prochaines ÉLECTIONS. L’ IGNORANCE ne supprime pas les ACCENTS de Vérité : de MACHIAVEL à TONTON ... j’ai donné ! IL croyait à l’ INFUSION du SAVOIR dans des Sachets de Thé. Cochant son COCHER et biffant son BOUCHER, il rentra chez lui , à CLOCHE-PIED, et chanta à CAPELLA Face aux Fanas de la SAMBA. Faut pas que ça CLIFFE trop sous la Ceinture : on me confondra avec le SATYRE des BOIS, et je n’ai pas les COUILLES du CENTAURE. T’es Minautorisé depuis quand ? Temps Mort à ÉPIDAURE ! ( Cette STROPHE me valut 10 Points de suture au CORPS ... ) Cela tombe bien : je descends les PUCES à Orléans. Faut varier le MENU et sauver la MISE avec du CULTUREL : alibi menstruels des CONCLAVES Ministériels. A l’époque , on ne fraternisait pas avec les CHATS. Quel fut ton RÔLE à la Cour du SHAH ? Le Père disparu s’ éclipsa dans la MASSE, et apparut à « FRANCE 3 « , intégré dans la CLASSE.

56

La Mère escroquait les MISSIONS , dans la POSITION du Missionnaire. A nos Amours , BONNAIRE : ouvre les FENÊTRES du Presbytère La Jésuite jeta son FILS dans la VOLOGNE, et nettoya son TICH à l ’ Eau de COLOGNE. Le CORBEAU dispersait le COURRIER et les Bouts de Corde. J’avais BOBONNE à ma POGNE ! Un Pauvre écolier se fit buter pour une BOULE de NEIGE : que faut-il ajouter ? ( A vos Solfèges , tas de Tarés ! ) Je n’ai LU , ni le GONCOURT , ni le Fémina ... SERRES serrait le SENS trop près des LOIS. Au Crépuscule de son Œuvre , CHAGALL naquit une Seconde Fois. PASSAGE de la Comète MIRO dans les Maternelles. Plus de Bol à PUBOL pour un DALI Génial Vu mon OEIL de TIGRE : j’avais une REVANCHE à prendre , de l’ Escaut jusqu’ au Tibre ! TOURNIER mouline son Moulin à Café. MODIANO dessine des Modèles de Domino. Comment doser Matérialité et Spiritualité ? L’ART agit comme une FÊTE , malgré qu’on reste calé sur le Mystère de CALUIRE, with LAUREL and HARDY , drinking a BEER. Avant le Procès HISTORIQUE : une LOULOUTE tronçonna son époux Plein de POUX. WALL STREET prévoit le SPECTRE de la Grande CRISE. Demain , je suis pris par la LIQUEUR de CERISES .... Je cause avec LEVY levé par HALLIER , allié à la Ménagerie des LILAS, CLÔSERIE à Portes Closes et à FLEURS Fanées ... Je dois 15 BRIQUES aux BAMBOULAS !

jeudi 9 janvier 1986 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

57

CONFESSION D'UNE CANAILLE SOLITAIRE, A L'OMBRE DES PALMIERS AMERS.
Les NOUVELLES du Monde me ramonèrent le CRÂNE. J’essayai de détacher ma LANGUE de sa Ventouse Gluante. Dis-moi comment tu fais et je te nomme CHEF de CABINET ! Les DORTOIRS m’ont marqué au FER Rouge, ainsi que le BROUHAHA des Cochers et les VACHES Enragées. Là , je déteste qu’on rie , vu qu’une POUFFIASSE TOXICOMANE m’a trahi ... ( Sur les TRACES de mes LIASSES avec la Bande à KADHAFI ! ) Mon CHAT CUBAIN potasse BAKOUNINE. Lèche-moi les COUSSINS : j’ ai un Surplus de VITAMINES ! Au Prochain PRINTEMPS de Pâques, je squatte au ROND-POINT de la Défense avec le Père UBU . J’ai commandé à SAINT- NICOLAS quelques MISSILES en Chocolat, et égaré : " La VIE , Mode d’ EMPLOI . " , à la STATION de Métro : " JEUNES FILLES du Calvaire ". Lape-moi ce Vieux CALVA , cuvée du groupe : " NIRVANA " ! On s’embourbe pas à pas , dans l’ Incohérence Générale, mais je m’en tape l’ ASTRAGALE ... Le BOSS gravera cela dans les Annales du TROU de BALLE : SHEILA : file-moi Cent Balles ! Leur HUMOUR se situe Probablement au Niveau des Trompes de PHALOPES. Dans chaque GONZESSE , il y a le PHALLUS Créateur qui sommeille. Réveille-moi vers Huit Plombes , pour les Ballades TEUTONIQUES ! L’ IMPORTANT , c’est tes Rêves que SIEGFRID dépiste ... La CONDITION Féminine commence à nous pomper l ’ EAU du SAHEL. J’ai dégusté du ZOLA dans les Mines du CAP. La BLANCHE s’échangeait contre un RADEAU de PRIMATES ... Géricault : let’ s Go ... les Méduses attaquent ! Je fis une SIESTE Privée dans le PANIER de la Ménagère. Radiés et Spoliés : les FOETUS persévèrent ... Qui ai-je tété , à part ma Mère ? Le TYPE s’est mal Garé : on se croit à un SHOW de COPPOLA . Bousille-le au BAZOOKA ... En Bon ALEXANDRIN : je pris mon PIED douze fois à chaque PHRASE ! IL y en aura pour tout le BLED , ne vous bousculez pas ... on sort à peine du DRAME du HEYSEL .

58

Je cherche une VIERGE Ménopausée ( mais non Posée ) , pour un SACRIFICE Divin sur l’ AUTEL des AMOURS Autant perdre les élections que son ÂME , clama la Chèvre de Seguin. J’en ai soupé de son CHARABIA : grillez-le au Second TOUR ! Cérébral Transparent , j’entretiens une Cour d ’OURANGS - OUTANGS. Le VENT n’en emportera Jamais AUTANT, au-delà des étangs ... Je vous le jure sur mes MÛRES et vous le garantis sur le PIF de mon Colibri : j’adorais sa GRÂCE de RHINOCÉROS attendri , puis sa Manière d’escalader mon PIC , avec la Légèreté d’une FEUILLE d’érable. Hé, Ho, calmos CARMEN , ou je convoque le CONSEIL de GUERRE : depuis le Traité de ROME : EUROPE FOREVER , mes Frères ! Dans l’ HUMUS Terrestre et le Délire MATINAL : on instaura le JOINT INDIEN. Le Berceau de la CIVILISATION créchait au MONT ATHOS, entre deux BARILS de FOUTRE ! Réunion des PAYS Producteurs à VIENNE le Temps où les Coeurs s’éprennent... Ce n’est pas parce que j’ ai des PALPITATIONS VAGINALES, qu’ il faut oublier le STRESS des Giclées. A trop narguer la VITESSE : on s’anéantira. La BISE soufflait ... investis-toi dans les FESSES d’ un BOA ! Sorti de la RUMBA des Sentiers Battus par KUBRICK : je la sauvais à Coups de CÂLINS , de ses Réveils noués d’ ANGOISSE. Ouvrez CAGES et ÉCLUSES : que le CHAMPAGNE coule à Flots ! Dans l’ Espace du GENRE HUMAIN : t’es dans quel Méridien , CHARLOT ? Génie d ’ Occasion aux PASSIONS Bénévoles : je VOLE ! Théâtre de Situation pour les ESPRITS Creux : son OEUVRE fut tirée par un Chariot de BOEUFS. L’AMOUR , la Révolte et la Liberté , Nom de DIEU ! Tout se résume au YING et au YANG , qui viennent d’obtenir leur PERMIS de Séjour en BELGIQUE , à la Majorité Simple des SIMPLETS HEUREUX !

dimanche 15 décembre 1985 à Bruxelles .

SKENDER SHERIFI

59

SANS PRÉAVIS, NI AVIS, VIS-À-VIS DE LA VIE.
T’avais le TREMBLEMENT d’ une FEUILLE échouée un Soir d ’Automne, au HASARD d’une Allée de PLATANES, mais tes AMOURS Vibrants , tes ÎLES au CLAIR de Lune, s’en sont allées en Fumée , une NUIT de Pleine LUNE. Ta RAGE avait la Couleur du Désespoir jamais mis en MUSIQUE, et ton ENVOL d ’AIGLE NOIR donne à ton MAL de VIVRE , un Accent Mystique. Que veux-tu que je te dise , sur tous ces AILLEURS du MONDE, ces PLAGES inaccessibles , où j’aurais voulu effleurer ton CORPS, ces SOLEILS de MINUIT qui irradièrent tes YEUX, et les CRIS de ton ÂME flirtant avec la MORT ? Oh CHANSON inachevée dans le Désordre Urbain et les Carrefours de l’ABSURDE ! Je connais des VOIX DIVINES , franchement informulables. Tu peux toujours remplir tes FORMULAIRES , dans ce Pays à Marée Basse, lors d’ une VIE Antérieure , j’étais un Premier de CLASSE. Du MEXIQUE aux INDES , sur les Routes en Sueur : j’aimais tes SEINS de Petite FILLE et tes Cheveux Voyageurs. Pour les CHALEURS à venir et la Sensualité Promise : à bientôt à VENISE ! Exprime et imprime ce que tu peux : je te veux , PIRE que le FEU ! La CONVERSATION fut avortée pour Trafic de FOETUS. J’avais loué un BIDE de Baleine sur MINITEL. Mes Assurances sur la RACE avaient occasionnés un Max de CASSE. PEUR sur la Ville : sors des Vaps et des PSYCHOSES ... j’ai toujours été DUR avec les DROGUES Douces. ( Poussière d’ ANGE pour les Transes de ROSE ! ) L’ ESPION venait du Froid et maquait un Wagon de NANAS, dans les COCKTAILS d ’Ambassades. ( Entre-nous , inscris-toi à un CONCOURS d’ Embrassades ! ) Son STYLE Tentaculaire me fit PENSER , qu’ il fut croisé avec une PIEUVRE. Pour maquiller mes Mochetés , je participe aux BONNES ŒUVRES ... VIVA la MOVIDA : t’aurais dû glander à BARCELONE ! J’inscris un Brin de Mémoire sur l’AUTOMNE qui résonne.

60

Le Consul d ’ALBANIE piqua son CHAPEAU-MELON, pendant qu’ il sauta BOTTES de CUIR, avec une Bande d ’ÂNES bannis par l’ EXIL. ( Pour ce genre de FANTASME : je rempile ! ) Cela fait Belle Lurette , CLOCHETTE, que nos RELATIONS Diplomatiques sont gelées avec le GROËNLAND ! IL était Temps que la NATION rebande ... essayons en LEVRETTE ! J’en ai passé des NUITS Blanches en AFRIQUE Noire ... Depuis le Martyr de Jeanne d ’ARC , j’enseigne le Flamand à des Maghrébins. FESTIVAL d’Automne à la Cour des MIRACLES : vous faîtes le COURS à Six Mille ou à Six Cents ? Je sens venir la LIBANISATION des BALKANS ! J’aimais ton Mystère Tragique FANNY, ces TORCHES de Buissons que tu flambais pour la RIME. POSEUSE Poétique au REGARD Dense : ta VOIX est l ’Accouchement d’ une Pensée qui PENSE. Au Port de mes URGENCES : j'arrimais ma PASSION à ton Souffle Lyrique. La MER lava mes Derniers Soupçons sur les DOMESTIQUES ...

mercredi 18 Novembre 1987 à Bruxelles. je dédie ce texte à la chanteuse BARBARA et à l’actrice Fanny ARDANT SKENDER SHERIFI

61

AROMATICUM IN THE MUSEUM OF THE CINÉ-MOON Titre échangé avec Mamzelle Isabelle, contre une Gabardine en Dentelles.
La TRADITION exigeant que l ’AUTEUR se mette à NU face aux Lecteurs : j’ai un AVEU à vous faire ! Se streap - steaser l’ÂME pour un Tas de QUIDAMES INFÂMES : c’est le PIED ... Ce n’est pas pour RIEN , que je fus détrôné à la NAISSANCE, par un Putain de CHILIEN dans un POULAILLER. Souvent, je dissimule dans la VILLE, ma VIE teintée et piquée par une TARENTULE, qui n’en demandait pas Tant, pourvu que ma TANTE me soutienne inconditionnellement ... IL est des MOTS qu’on devrait raccourcir , selon le RITE des JIVAROS ! Je sors d’un PALAIS sans IVRESSE , malgré un LITRE de Gin: bye – bye , HOLDËRLIN ! GODARD m’a signalé que la MARGE faisait tenir les PAGES Ensemble ... Okay , mais pour COMBIEN de Temps ? J’ai appris récemment au Cours d’un VOYAGE au LIBAN, que mon Premier FILS disparu , fut employé par les Américains , comme Oiseau Volant. GRAFFITI dans les CHIOTTES à la Turque : " ma Rage d ’AIMER donne sur la MORT , comme une FENÊTRE sur Cour " Réponse d’une MAROCAINE vêtue de 36 FOULARDS: " Saute NARCISSE ! " En attendant , range ta SAUCISSE dans le TIROIR : t’arroseras plus Tard ... Tous Pareils , ces GLYPTODONS : Secte animée de MÂLES intentions ! Jadis , dans les Parallèles de l’ENNUI, il y eut un SPECTACLE de Folklore Espagnol , à l’Ancienne BELGIQUE. Une BAGARRE de BABOUINS Conformes dégénéra dans le Chloroforme et le Mercurochrome ( Si les LATINS s’en mêlent : distrais-les au FORMOL ... ) Tu peux décliner ton SEXE dans les BORDELS de la Contrée ! Une Commère entra dans le TRAM avec la LISTE des Morts et des Blessés, puis des tas d’ASSURANCES , sur les Fractures de CRÂNES impayées ... Laissez-moi expirer DIGNEMENT : toujours çà de Gagné ! Je la félicitais d’avoir survécu à ce MERDIER . Ce ne fut pas tout , car le LENDEMAIN , une COMPATRIOTE Compartimentée dans l’Imbécillité Chronique, me récita un vrai DOCTORAT , sur la Confection d’une PAELLA... Son VERBILLAGE me coûta plus CHER que le PLAT ! IL est des JOURS , où l’on se sent POURSUIVI , comme ça ... J’aurais dû jouer un POLAR à AMSTERDAM , ou squatter chez PANDA. Théorie des Trois ORGASMES Successifs , sans DROITS de Succession : faisons une DONATION de Bétail à l ’ETAT SOCIAL !

62

mercredi 22 avril 1987 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

TITRE DEALÉ PAR LE MILIEU ANTILLAIS, DU CÔTE DES HALLES.
De quoi s’agit-il ? De rien , du Néant sur PILES ... J’ai 6OO BOUQUINS à caser chez les Bouquinistes, à bondir comme un BOUQUETIN : j’ai les CORNES du BOUC. Mon Père vient pour les RIDEAUX : faut que je nettoie le Haut du Pavé, et dire que ce Cinglé a fiché mon ODEUR d ’Anarchiste , gravé a son Pieu ! Des INTELLOS du « TOP 5O « vont se fertiliser la Matière GRISE , à COUPS d’ Engrais Breveté. Je crois qu’il y a du SACRIFICE ritualisé dans l ’AIR : un BESOIN pressant de diviniser sa Crétinerie , dans des TRIPS Branchés. En ce MOMENT, j’ai pas mal de LINGE à laver ... faut que j’aille prendre une DOUCHE érotisée chez ADJANI , récemment enracinée sous le VOILE des MUSULMANES. Tout va bien pour la MARRAINE, qui s’est pété les Béquilles et qui gagna une ULTIME Cédille, au Marché Commun de la CONSONNE ... Va VOIR qui est le ZOUAVE qui sonne ? INDISPONIBLE en Janvier , Tendre SULTANE : je m’occupe de la FESSE Gauche d’ une SYNDICALISTE crachant Feu et Flamme. Qu’on me rappelle au Prochain ABREUVEMENT de la GIRAFE, dans les Eaux de SAINT-JOHN PERSE , pas plus PERSAN que toi et moi , durant le RAMADAN ! Une VILLAGEOISE d’ une Tribu Affiliée , à une FILIALE de FILLES Abandonnées, largua un JEUNOT IMMATURE et torcha un MAÎTRE de Cérémonie pour l’ Eternité. Pas étonnant, qu ’elle s’élança sans ELAN , de la plus haute TOUR d’ IVOIRE : et pour ce qui est mon AVENIR Créatif, cela reste à voir , selon la Solidité des Préservatifs. L’ABLATION de sa MATRICE réduit sa FORCE MOTRICE , au minimum permis ... N’en rajoutons pas : je nage la BRASSE , en plein Conseil des RADOTEUSES ! J’accepte que Lady DI ne porte aucun COLLANT, mais elle aurait tout de même pu raccommoder ma VAREUSE ... Faudrait que je saute quelques REPAS, histoire de retrouver mes NORMES épidermiques.

63

SOVKHOZE de CELLULITE : faut aider les BONNES CAUSES ! Ah non , EXQUISE ENFANT : je supprime le CHOCOLAT et confisque les CONFISERIES ... ras-le-bol des CRISES d’ Hystérie ! Parfois on traficotte des PLACES de Cinéma avec le JIHAD ISLAMIQUE . Le SALON de COIFFURE n’est qu’ une COUVERTURE destinée à camoufler, les MARIVAUDAGES obscènes des Miraculés de la Scène. Viens que je t’embrasse le MUSEAU : t’expliqueras aux FUTURS MUTANTS , les Secrets de ma Cuisine ... Pauvres GOSSES torturés par les RECETTES Ministérielles : plus de Café , ni de SEL : surveille ta TENSION Artérielle ! J’ai toujours traversé tous les COURANTS , refusant de m’ y intégrer. Sous quel LABEL m’étiqueter ? Forget it , Baby Blé , ou je lance une Armée d’ABEILLES à tes Basques ! BABEL pour une Synthèse des INFLUENCES possibles et imaginables . Ce qui m’intéresse en tant que BALAYEUR Communal : c’est l’ INIMAGINABLE ! J’ai fichu des COLIQUES aux Gens de la Vieille FRANCE, sans quoi je fus Drogué ou bien Hérétique. Vive la Différence et BRAVO pour la Tolérance ! CAPOTES non Pratiques : on sent trop l’ ère du PLASTIQUE ... Faut toujours humoriser et sensualiser les AMBIANCES : la VIE circule dans tous les SENS !

mercredi 18 Février 1987 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

64

RAPPORT DE LA HAUTE-COUR DE JUSTICE, SUR LA FRAUDE DES ÉCREVISSES.
Dès que je l’ouvrais , il y avait FLINGUES et BAFFES pour m’abaisser le Caquet. Je me planquais tel un RENARD au bas de l’ ESCALIER : deux PLEUREUSES ANTIQUES s’accroupirent sur le PALIER, et pissèrent sur mon CRÂNE CHAUVE. Une CHAUVE-SOURIS s’accrocha à mon OCCIPUT, pour y passer la Nuit ... j’emmerde les FLAMANTS ROSES !

Des PAYSANS gardaient l’échelle, pendant qu’ on s ’expliquait sous les DRAPS avec les DEMOISELLES. Ce SIAMOIS est un FAUX-CUL abonné au Cache Ŕ Cache : bonjour l’Angoisse ! File-moi une Nouvelle MOTO : j’ ai passé de CLASSE ... Tu composas les ingrédients de ce PLAT inédit jusqu’ à ce JOUR. Heureusement, le CIEL de MAGRITTE parfuma mes Amours ! On se demande ce qu’en pense ma Mère dans sa SOUCOUPE VOLANTE ? Je voulais engager le MOINE GODIN pour me balancer une TARTE à la Crème. Je t’aime dans le SOURIRE de la VITESSE et l’Anarchie de tes FESSES ! On tirait sur la Réputation pour se faire un NOM ... THRILLER MONACAL : qui a buté le JARDINIER ? Dès qu’ une GONZESSE sentait le SAVON : elle passait pour une PUTE Fellinienne ou une CHIENNE de Salon. Peu Modernes , les TRADITIONS ILLYRIENNES , Ducon ... A l ’époque des PHOQUES : les MECS chiaient dans leur FROC, pendant que leurs FEMMES se lavaient, avec de la SUIE de Cheminée. L’ une des Mémés crut un INSTANT, aux Restes de Noël ROQUEVERT, habillé tout en VERT, car envers et contre TOUT ! FEU Vert pour l ’ ENFER ...

Flairant un GUET-APENS , le CHEVAL se cabra , et boxa de Braves GENS , Esclaves du Prolétariat. Bravo Pégase : t’as payé ta NOTE chez « SIBELGAZ « ? Franchement, j’ai beau être l ’AUTEUR de ce Récit Pourri , ou son Double ... je me demande parfois : où vais-je pêcher tout cela ? On inaugura hier soir , la Journée des Attentes. Nique Berta sous ma Tente ...

65

Le PATRON qui qualifia ton CUL , n’eut droit qu’ à tes PROUTS, pour ses Soirées d’ HIVER. Le MARK grimpe sur la plus haute BRANCHE, j’aurais voulu t’envahir de CARESSES , sous le Ciel de Provence. ARMISTICE Made in FRANCE : suis le FIL de l ’ ÉROTISME , il te mènera à l ’ EXTASE ! Ne dis à PERSONNE que je suis Poète : on me croit CADRE encadré chez SONY ... Ah , çà ma FILLE , ton Visage dégagé m’a séduit ! Je suis un des rares HURDANOS qui peut tout se permettre comme Littéraire, alors que je peux à peine retrouver une RUE au CAIRE . MARYLIN a un Appart et une ROLLS ... tandis que je survis de BRICOLES et d ' INTOX. Un BÛCHERON qui avait becqueté six CHAPERONS me l’ avoua , et BOKASSA confirma les Faits , devant un Congrès d ’Avocats et de Fruits Frais. Mûris toujours ton Méfait sur une MONTAGNE d ’ ENGRAIS ! Arrête les FRAIS et ouvre un BRAS de MER , qu’ on puisse naviguer ... faut battre sa Mère en RETRAITE , avant l ’ INCESTE Prohibé !

mercredi 4 Février 1987 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

66

ÈRE GLACIAIRE IN THIS PUTAIN DE GALÈRE.
Je harponnai ton KILT dans une FORÊT de Bruyères Avec les PÔLES au CUL : je passerai mal l ’ HIVER ... Viens dans la PAILLE du Népal, avec ces Deux LOUVES sauvées d’ une AVALANCHE de Rires. Ne reste pas en POINT de MIRE : ce fut un Simple Problème de Déprogrammation. J’ai beau pisser de la MAGIE à JETS Continus : face au KOALA , je reste Ahuri ! Comprenez d’après l’ ÉTUDE de mes LOGARITHMES électro - funk, que ma NOURRICE avait les Mamelons d’ un OURSON. Cela me marqua du Sceau des Eburons, faisant Chambre HAPPART dans les FOURONS . Ecoute HOCHIMIN , si tu veux une Masse de LECTEURS : il faut que ton écriture soit soutenue comme une PUTE par des Racketteurs ! Je reste Discret sur la FILATURE et la GUERRE du Beurre ... Nous sommes sur Terre pour Réinventer la VIE , ainsi que le SENS du MONDE. ( C’est comme en 14 sur les SENTIERS de la Gloire : Brave BOCHE , à boire ! ) Son NOM est une INSTITUTION assise sur la BÊTISE des Autres. SMOG et SOUFFRE d’avoir été plaqué par cette LOUTRE de Banlieue ... N’alimentez pas son SHOW de MARTYR : la Pauvre Russe ne rêvait que de Réussir ! IL ne pouvait rester MINABLE plus LONGTEMPS, vu que MOZART fut un Génie à l ’ÂGE de Six Ans ! Futé et inn de la PINE , sans RAISON Dialectique connue à ce Jour, j’ai viré depuis un Mois , ma FEMME de Ménage ALBANAISE, pour ORGASMES Hors - la Ŕ Loi . Ses MAINS furent si SALES , qu’ aucun SAVON du Monde ne put les Laver. Elle fut condamnée à lire tout SARTRE pour se Purifier ! Pendant que j’ inventerai « My WAY of LIFE « stylisé, HOLLYWOOD rachètera tes Larmes de CROCODILE ... Ne fûmes que des VAURIENS de SAURIENS , mais Nul n’en saura RIEN ! Reste dans ta BULLE avec ton ESTOMAC Lyophilisé : faut faire un Max d’EFFORTS pour se Décoloniser ! En tant que » Miss STAR – TREK 3 « : j’ exerce mon DROIT de Véto , sur le Débarquement des NICHONS à l’ Eldorado. Les CAROTTES sont Cuites ...

67

IL faut maîtriser le CLAIR-OBSCUR, pour pouvoir se moquer de sa Propre PAROLE ! Cela ne fait pas TILT de Suite, par les TEMPS qui courent le 4OO Mètres HAIES , dans les Basses - Cours. En Général , je suis CLEAN et COOL , mais faut pas me les GONFLER Excusez-moi , j’ai l’ Elysée au BOUT du FIL . On m’appelle comme Pédagogue de la BOUFFONNERIE : La COMMUNICATION ne passe pas les LIGNES Ennemies ! Oh Rage , Oh Désespoir : mes BOULEDOGUES ont Péri ... Le FRONT des déçus s’accroît , l ’ ÉRECTION des reçus décroît : rien ne va plus , mes CHATS font du CHARME à Séguéla. Pourtant LUCIDE , l ’ ENFANT TERRIBLE de la Poésie, vivant de ses Désirs et de son URGENCE de VIE ! Des SOURCES d ’ÂME sortaient de LUI : comment les arrêter ... comme si tout PRINTEMPS n’annonçait pas l’été ? Je harponnai ton KILT dans une FORÊT de Bruyères Avec les PÔLES au CUL : je ne passerai pas l ’ HIVER ...

samedi 19 janvier 1985 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

68

LES ATELIERS DU RÊVE.
Sensible aux SOINS Généreux prodigués par sa NOURRICE, un TIGRE Malicieux n’en fit qu’ une Bouchée. L’AVENIR est bouché ... « S.O.S. Plombiers « ! CONSIGNE d’ une PUNKIE à la Consigne : t’es bien CON , si tu signes ! Que les MORVEUX qui se désistent , se transforment en SCORPIONS et sortent de mes LISTES ... Au BAL des MORPIONS : le SAVON existe ! IL flingua un PORTEUR de DEUIL pour une BLESSURE inconsolable. Les Tréfonds de sa BOÎTE MENTALE furent jusqu’ ici impénétrables. Affolée d’ un BONHEUR si Soudain : elle piétina son CODE de l ’ HONNEUR , avec des ANIMAUX bourrés de Grains. ( Suite à une SAUTERIE qui ne prit pas , elle développa un Certain GRAIN ... ) Nous pûmes Exceptionnellement , grâce au Gras MUFTI d ’ OMAN , partager le PLAT d’un PUMA Musulman , durant le RAMADAN . Que ceux qui n’ont ni DENTS, ni CRAN , lèvent leur POMME d’ ADAM ! Pourquoi est-il si PERPLEXE face à l’ ACCENT Circonflexe et son Signifiant ? On lui a pourtant bien dit : " Trop INTELLIGENT pour être Sensible, et pas assez SENSIBLE pour être Intelligent ! " Son COEUR mal Chouchouté gratine des Idées Sombres au FOUR. Je la vis en VAUTOUR , à l’ère du BOIS et du Tabassage des BOERS. Au NOM de la LOI : je vous somme de promener vos COUILLES, sur les Légendes d’ AUTREFOIS ! Autant l ’éviter, comme le DIABLE allongé sur les ROCHERS. Elle est CAPABLE de tout : STEVE Mac QUEEN en a bavé ... Cesse de médire sur l ’Atmosphère Pesante des Cimetières. SAISON d’ ENNUI ... je médite un peu dans l ’Arrière - Pays. Ce Maudit REPAIRE est un SANCTUAIRE de Fourmis ! Je me suis laissé dire , que le Médoc de votre CONDUITE, n’ est DIGNE que d ’ une CAMOMILLE. Montrez-nous votre PERMIS de GIGOLER tout l’été , aux Basques des Liftées ! Que ceux qui crèchent au Sommet du VALAIS, gravissent les CONS de LUXE , à Dos de MULET ... Ni METS , ni mais ... je lévite à NIAMEY. Mon passé me pèse , en tant que BOULET de BOULEZ . Du COUVRE-FEU à la Trève : que DIEU vous Baise !

69

Stratégie de l ’Araignée dans les SALONS ALBANAIS ... Communiqué des ÂNES-SUICIDES : ta BOBINE me déplaît Un TOTEM protégea les HAREMS contre les OISEAUX de Piètre Augure. La CULTURE c’est l ’AVENTURE , dans le Sport Digestif et le Chic des Cures. Le ROI FARUK jouait aux Cartes avec un Flambeur de DAMAS . Planque-toi chez TANTINE et attends que ça se tasse ! L’Auto - Adoration supprime l ’ EXISTENCE des AUTRES, dans une TOUR d’ IVOIRE alimentée de CLIPS . ANTI-SATANIQUE : je soutiens PRINCE et les APÔTRES ! Les ÉTRUSQUES s’offusquèrent pour un ORNEMENT plutôt RUSTRE. ILS me léguèrent un CODE SECRET et un BOL de MOLLUSQUES ... L’ INSTINCT SAUVAGE de Monsieur fit débander un TAUREAU sur Trois PAGES. Tâche d ’en faire un Café - Filtre, et de triompher comme un Coq sur un TAS de FUMIER. Sensible à la CUISINE : le Poète péta au BALCON et n’en fit qu’ une Bouchée !

jeudi 8 août 1985 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

70

ATELIER 6

L'INFINI ET L'AILLEURS.
( Bien au-delà des LIMITES, le TICKET n'est plus VALABLE ! )

71

RENDEZ-VOUS A BRUCELLES, SOUS LA BAUHINIE.
Ne rentre pas TARD et n’oublie pas d’arroser les PIMPRENELLES. Tu dois à l’ Epicière 100 PATARDS. La FLANDRE est dans le NOIR ... fous-lui quelques CHIPS dans une Patène et elle monnaiera son CAFARD ! Au MARAUDEUR : il y a un MEC Basané qui m’a fauché les BIJOUX, alors que j’espérais un MADRIGAL de DRAGUE. De nos JOURS , plus d’ ÉDUCATION : tous des CAVES ! Me voilà à Présent, dans une MARGAILLE invraisemblable. Margarinons - nous un Médianoche avec les ingrédients du BORD. FOU de CINOCHE et de Brioche : qui peut dire que j’eus TORT ? Ce sera un TOF Remontant pour YVES MONTAND qui se console ! Si t’es SAGE ici-bas , t’auras la MANIGUETTE pour louer l’au-delà ... S’ il en sort des LUZULLES , avertis-moi : on les repassera dans une Mofette Germanique. Les Généraux proposèrent la SOLUTION FINALE contre les PARFUMS Féeriques ! L’ IVRESSE Obscène de la Barbarie habitait leur ÂME , rongée de Démons Lugubres. Ces SCHLEUS avaient un Grain de MAHONIA dans la Choucroute. ( Pas Possible Autrement , un tel Déluge de PROUTS ! ) La LIBATION des LIQUIDES par le Geste, le libéra de la Prière des MORTS et des LITOTES sur le Roquefort. Le tout est de savoir : où placer la LIGULE , Lamie intime des LATANIERS ? La LALLATION des Mômes de L ’ ÎLE MAURICE , n’ évoque Nullement le CRIME de Lège Ŕ Majesté : combien tu pèses ? Tu réunis une TRUIE Sacrée , un ESPACE Boisé, un Sommier usé et un Marteau Timbré et avec toute cette MERDE , t’obtiens un Carré de LAIES ! Mais de quoi parle - t- il ce PUTAIN d ’ ÉCRIVAIN ? Dis-moi mon Petit : ton BULLETIN , qui lacinié ... et puis , où est la CASE GYMNASTIQUE , dans ce TORCHON émietté ? Tu ne feras Jamais Rien de BON dans la VIE . Et dire que ton LABADENS te devance chaque Année , alors qu’il est FILS d’Ouvrier... Une HONTE pour notre FAMILLE : fais-toi « HARAKIRI « sans Rire , devant le Directeur !

72

A Force de lambiner dans la LAMBRUCHE , on devient une Vraie CRUCHE. T’as l ’air d’ un LAGOTRICHE , échappé d’ un BLED LACUSTRE ... Je te creuserais bien une Tanière dans la PYRAMIDE de CHÉOPS. Quand je pense, qu’on s’est escrimé toute notre EXISTENCE sans ESSENCE, pour financer les études d’ un RUSTRE : ça me FRUSTRE ! Soigne ta Mémoire et potasse tes DEVOIRS , sur la Table en JACARANDAS ... Le DESMAN TUTU desquamera ton Visage de ZOULOU . Le SCOTCH évinça tes SECOUSSES intérieures, mais la TERRE trembla au Siège des CAUCHEMARS. Bravo à DAPHNIE la NOCTAMBULE , pour son ROMAN drossé par les COURANTS et l ’ ODEUR du Droséra ! Ne rossez pas nos Employés : on vous écrira dans Six MOIS ... Votre CONNERIE fera DATE , dans une édition INCUNABLE . C’est CHOUETTE de s’ allonger ENSEMBLE, en attendant une PLUIE de PRIX d ’ HIBOUX , offert par l ’Académie. Pour inférer sur tes PSYCHOSES iatrogènes ( ne te gêne surtout pas ) , sans interférer dans les Dépenses d’ Eugène : je dirais que cela me donne ENVIE , de me fracasser la Bobine contre un JUJUBIER. Coup de FOUDRE sur la NATIONALE : Alloo OCTAVE , POILS au NEZ !

mercredi 10 septembre 1986 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

73

TEXTE DOUÉ D 'UNE ACTION TRÈS NETTE, SUR LES SYNAPSES INTER-NEURONIQUES, SURTOUT AU NIVEAU THALAMIQUE. ( Accompagné d'une MOUSSE, de CAILLES de Vigne aux PLEUROTTES Garnies, d'une Viennoise de TURBOT aux Pointes d'ASPERGES, et d'un Baluchon de RAIE à la Tétragone... VU le SALMIGONDIS: voilà que SARABANDE ! )
Dans l ’ART de la Lumière , l’ UTILISASION du CORPS est Facultative, comme les ARRÊTS de TRAM ... il se trame quoi ici ? Qu’ on écartèle les Eléments Séditieux ... Le RIRE Sardonique des SERVITEURS Lucifuges et les SALAMALECS des Courtisans Babillards me gonflent les ROUBIGNOLLES ! Une Année SABBATIQUE ne sera pas de TROP, pour rééquilibrer mes Lymphocytes. Malgré mon côté LOUSTIC : la LOGOMACHIE et la PALILALIE Constante, ne peuvent combler ma Mousmé MOZABITE , en Manque de CÂLINERIES ! Un Cénobite Cerbère pris le RELAIS en CATIMINI, et lui proposa d’aller sous la CHARMILLE , cueillir des CAMAÏEUX. ( Vu le Surplus de BITES , il s’ immola par le FEU ! ) Pour obvier à cet inconvénient , j'instaurai la PARATAXE cédulaire, sur les Mélopées INDIGESTES des Congénères. IL serait TEMPS entre Parentèle de faire la FAISSELLE. On vient de se rabibocher , sur le CONSEIL d’ une PYTHIE, potinant à Crédit sur la BAIE de NICE , le Visage RABOUGRI ... Son SENS Rassis goûtait le Réalgar et la POTOMANIE ! ( je sens un Manque de PAIN , pas loin de l ’ALBANIE ) La PLOUTOCRATIE phosphorait dans les BOURSES du Monde. Les Phalènes furent protégées par les PEUHLS, au Cours d ’ une Caleçonnade Mémorable, qui vit leur FACONDE emportée par un MAËLSTROM magnanime. Une CHABRAQUE CHAFOUINE prononça une Homélie INCANTATOIRE, sur l’ inanité de l’ Espoir chez le DRAGON IGNIVOME. La CHALAZE est une Surface d ’Attache du NUCELLE , au Tégument de l ’OVULE. ( ce GNOME IGNOBLE fut une Parfaite CRAPULE ... ) Le CHÂLIT , ébaubi d ’ADMIRATION devant l’ éperlan, chanta un PSAUME Lubrique sur les Bienfaits du GLAND. Si après de tels ARGUMENTS , on ne décroche pas son DOCTORAT: je me Pends

74

Même dans la BÊTISE, se niche un BESOIN Secret, fourré dans les TRICOTS Humides de l’OLIFANT. Le MASCARET de FEU, la Modicité de ses Revenus, ainsi que les MIRMIDONS pondus par Périclitage des RIBOSOMES, n’empêchèrent Nullement son Hédonisme éthéré, d’infecter les HITTITES, harassés par l’Odyssée du Thé à travers les Siècles.

Le PEYOTL faisait vaquer leurs YEUX VAIRONS, dans des Sphères Virginales ! La COMMUNE les rejeta sans VERGOGNE, parmi les Jeunes VACATAIRES et le VARECH des MERS... Un PIGNOUF Salace et Sagace me susurra à l’OREILLE, un Stratagème Nicodème digne à locher un NIAOULI, Place des Cocotiers, pour fourguer des TCHARCHAFS et des JUPES en TARLATANE chez les Pygmées. Voici un TRIP Téléosaure pour vamper le TRALALA de NEW-YORK, dès la Prochaine SYZYGIE ! Chaque FAMILLE cultive les TOQUADES Tarabiscotées, Sambuque Précis, hormis le TOHU-BOHU et la Scansion du SEQUOÏA, dans les Venelles de l’UTAH. La SOUBRETTE soliloquait devant son SIZERIN de PACOTILLE, nimbés de Calcédoines. Le SPALAX écourta ses incongruités et transforma son TARIN, en STALAGMITE tous TERRAINS. L’ODONATE d’HIVER nous plongea dans une PROSADA Polyglotte. Sois plus POLYGALA: on va se faire sortir... oublie la RAGOUGNASSE et le Sacristain Rapiat, à la TRONCHE PIRIFORME, et dansons le PASO DOBLE, en attendant notre HACIENDA ! En RAIPONCE à notre Génie: plonge dans mon PADDOCK et papouille - moi ! Nous ne sommes pas des PARANGONS de VERTU, mais vu leur REBUFFADE Picturale face à ma Paraphrénie ORVALE: on ne badine pas dans la GLACE CATALANE. Envoyée par une Oréade OPHITE, qui veut obombrer ma VIE, la PARQUE surgit Chaque Nuit du PARADISIER, et m’invite à la PANSPERMIE, avec une POLITESSE Obséquieuse. Quel OPPROBRE de finir ainsi, alors que mon éréthisme ferait emblaver n’importe quel égrillard, du Fond de son ERGASTULE ! Pendant que la TARENTULE ourdit sa Toile et l’OVIBOS bosse chez Peugeot: je m’identifie au OUAOUARON des OUEDS, perdu pour de Bon en Montagne. Le NABAB rejoignit le Névé des CIMES, obnubilé par l’au-delà, et le PANDIT reluqua la Femme Revêche du PACHA...

75

IL habitait une DEMEURE, dont la HOTTE ceinturée par un Linteau de BOIS, s’appuyait sur des JAMBAGES en PIERRES de Récupération. Une SYBILLE prêcha l’Oraison Jaculatoire Précoce, au Nom d’un Rêve Messianique. De Loin, on put OUÏR un HOURVARI de CLAMEURS, encourageant les ICONOCLASTES à dévorer les PRUNES d ’ICAQUE, excellent ÉLIXIR contre l’HYPALLAGE Verbal. L’HARMATTAN soufflait sur le CRÂNE des Gens INCUBES, infatués par leurs EXPLOITS INSANES. Je pris des MESURES Prophylactiques contre le PSITTACISME excessif des Pubères, au Prorata des PIPISTRELLES hantant les CAVES d’ALLAH... Pépé se rebiquait la TOISON et plastronnait comme un MOUFFLET face à sa Dulcinée . La DULCITE est isomère de la MANNITE et isopère du Mélampyre Hachémitte ! Bon FINALEMENT: qui est le Père et la Mère des PETITES ? Rien à faire: vu ma DYSBOULIE et ma Dysacromélie, cette GARCE me met Toujours en QUENOUILLE ! J’ai l ’AIR d’un FARFADET FAQUIN, voir Famélique, pourtant je suis abonné au FUNICULAIRE, depuis mes Fredaines de JEUNESSE, connues des FELLAHS du COIN, avant leur SORTIE chez GALLIMARD... Est-ce un Hasard, si mes FANFARONNADES et mes PASQUINADES plaisent à la Périphélie des VILLES et BOURGADES ? Une CHOSE est cependant Certaine, d ’Ophélie à MIMILLE: côté FLUIDE et SOLIDE, je ne dois RIEN à Pégase le DRUIDE !

samedi 3O août 1986 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

76

VERS ÉLASTIQUES A DOUBLES FRONCES PROTECTRICES: POÈME MAINTENU AU PAIN SEC ET À L'EAU PAR LE NOUVEAU PAMPERS.
Les ÉCOLIERS tenaient la RAMPE mais il manquait la Clé du TRIANGLE et les OSSEMENTS sur la Vallée. Les OSTROGOTHS buvaient du JUS de Cocotier. IL pleuvait des MANGUES à se sucrer le GOSIER ! A Force d’ouïr des RAPSODIES Transcendantes et des RONDEAUX bien torchés: je relançai le Phrasé « MADE in FRANCE « griffé par un Timbré. Le MUST des Origines avait la PÂLEUR Verte des EDELWEIS ! Une MOUCHE saisie de Nausée, demanda à l’Araignée du PALIER, de lui sucer la VIE. Les FLEURS supplièrent les BOURDONS, de venir les butiner. Ma PAROLE, c’est le Monde à l’ENVERS: j’en attrape la ROUGEOLE ! Un CHAT DADA ronronna sur les GENOUX usés du Père des PEUPLES. Pauvre MEC, Victime du BOOMERANG... Dans le GANG des Marées, je paumai le YING et le YANG. A Peine eut-il démarré, qu’il sombra dans le SABLE. De son CRÂNE fourmillait un FLOT de HAINE et une DOULEUR INNOMMABLE... Les Bébés tiltaient leur MUTATION au FLIPPER Génétique. L’Opéra Génésis engendra un VOYAGE INCROYABLE. Genèse des égarés: malgré les JEUX GRATOS, ce fut du Réchauffé ! Les écumes nettoyèrent les PLAGES Sacrées. Une VOIX BIBLIQUE révéla en ces Lieux, des FAITS Mythologiques... Les MOULES décrochèrent le Lot du PLANCTON et des ALGUES. La BRUME se dissipa, laissant sa Place aux ÉTOILES. Un AIGLE ROYAL surgit de l’au-delà et picora tes Pensées, à l ' Heure où la NUIT baise la MER, sur une Tasse de Thé ! Les ARBRES Millénaires posaient des YEUX Branchés sur leur Ultime SOUPIR. Les GAINS du CASINO furent aspirés par les PLANTES Carnivores. A l’HORIZON: t’apercevais le REFLET d’une Rivière d ’Argent, ensorcelée par le SOL LUNAIRE. A Coups d ’OR et de SANG, tu scellas en Barbare, le DESTIN de tes Frères. Amour et Lumière: tu pleurais des LAVES de LARMES, séchées par le Désert !

77

Un NOMADE guidé par le Vent sema l’Unique TULIPE érotique de ces Lieux. Les DANSES Mystiques miroitaient la Mémoire Collective des VIEUX. L’ORAGE survint au Premier FESTIN de la Paix des CHIENS. IL tomba des AVERSES, Trois Années - Lumières, avant le COUVRE-FEU. Fesses à Volonté au Musée du LOUVRE... fais GAFFE, si tu l’ouvres ! Blotti contre les NICHONS d’un MARTIEN: je passai en COUR de Cassation. Le LION ne se formalisa pas pour si PEU et croqua un BUFFLE, à Tête de Mufle. Un HAREM de FEMMES Bleutées fut persécuté par un Eléphant OEDIPIEN. IL se souvint d’un CAILLOU échoué au LOBE de son Oreille: sa VENGEANCE fut sans Appel, ni GRÂCE Présidentielle ! Les Détectives portaient la PLEINE-LUNE au Creux de leur CHAPEAU. ( Avoue-le aux GRIVES: t’échapperas aux CORBEAUX ! ) L’épique FILLE IMAGINAIRE devint un Gros NUAGE, transformé en ÉTHER. Tout VERBE va à VEAU - l ’EAU, selon le Courant Social. Son éclipse VAGINALE reporta mon Entrée au BOIS FATAL... Nul RIDEAU au Monde ne put voiler son COMBAT Téméraire, pour une Nullité Légendaire. IL émigra de Justesse à MOSCOU, pour un Requinquage CERVICAL. Ex LOUP-GAROU: il se désista au Second TOUR, en Faveur de BATAILLE ! Les OBJETS Mécaniques volèrent en DELTAPLANE, au-dessus des Tropiques. Nietzschéen IMMORAL: tu trimbales un PORCELET dans un Landau Doré ! CYMBALE et TIMBALE sont les Mamelles de la Mendicité... t’as pas Cinq Balles ? Vu son EXISTENSE MONACALE, on lui servit le POTAGE, parmi un RAMASSIS d’Estropiés. Si j’en crois mes INTESTINS: it was frugalement ANAL... La BONNE rangea ta ROLLS au Musée, puis un Sale VALET Vicieux déclama: " SEXUS au PLEXUS de la FEMME-LAMA succombant sous le Foutre des Cancrelats ! " Fallait voir l’Auto - Combustion de son CORPS Tibétain, dans le BIG NIRVANA. Le NIAGARA chutait de tes POCHES, comme ton SALAIRE Mensuel. Les MARINS Nordiques portèrent l’ESTOCADE Finale, et balayèrent en une Aprèm, ce MERDIER Phénoménal ! Dans une VIE Antérieure au FUTUR Simple, je fourgai les RAMEAUX de ma TANTE, chez le Druide: Amétix le GAULOIS. Je divorçai ensuite de MADAME ROSA, vu que l ’HOMME n’était qu’un Putain de ROSEAU et FAIBLE de Surcroît. Faut dire que cette Enfoirée, ensanglanta toute la Contrée...

78

On chercha un Coupable, mais on ne trouva qu’une Grenouille paumée dans son Cartable. L’ALIBI du SUSPECT fut en Bois de NOYER, envahi d’écureuils ! Le GUEUX se spécialisa à HARVARD, dans le Trafic du Chocolat. I was the KING of the CERVELAS, recalé pour Manque de CERVELLE, par la Filière BOLIVIENNE. Qu’on limoge Tête d’Ananas, afin de l’échanger contre des Porcelaines de Limoges. Potasse la Frontière MEXICAINE pour Septembre: ça sent la CAME et le FLOUZE. BOUSE de VACHE: coût peu élevé pour Dix COUS Tranchés... L’Assemblée tranchera: j’épouse le Prochain Fêlé ! Trigonométrie du BOUDIN NOIR: je voulus chier à SCHEVENINGE, mais je dus renvoyer cela, aux CALENDES Phéniciennes. Le Père BREL soutint ma SOUTANE Teinte, ainsi que ma Thèse sur la MUSIQUE dans les TERRILS et CHENILS, des SONS Cradingues enrobés de FAUX LUXE et de Perversité INFANTILE, de quoi faire mousser la BILE des imbéciles. « FUCKING CUISSES and the BANANUTS «: j’en reprends à PERPET, vu que les BRUNES ne comptent pas pour des PRUNES ! La LIGUE des Débiles fut réunie au Grand COMPLET CARDIN. On dénoyauta le PARTI des CERISES, pour TRAHISON envers le Prolétariat. Un ENNEMI de Longue DATE suspendit un HOMARD GRAS, au Pic de ma Casbah. Je larguai ma PLAINTE écrite en Alexandrins, à la TABLE du Sénat. L’un des Syndiqués comptabilisa les RENTES de sa Grand - Mère. L ’Autre politisa les BOULONS de BAGNOLE, dans les Hangars du Patronat... Une GUÊPE s’en prit à son NEZ de JUIF, fertilisant la Galilée. Quand à la SAMARIE: je pense que ça ne m’ira pas ! Ouverture de CIEL en Ré - Mineur, en Hommage aux POLAKS tombés dans les Mines. Dans la Salle de BAIN: je croisai une Famille de RATS étudiant le LATIN. Le BLED célébra la MOISSON des Rhubarbes... T’as quelque Chose contre ma BARBE ? On supprima le CHÔMAGE du Conjoint et du CON en Chaleur. Les MÔMES embrassèrent l’Oncle HULOT et son CIRQUE Tatisé. Les Chemins du DESTIN menaient à l ’ÉGLISE du Village. VOIES Balisées par la VIE et son Cycle IMMUABLE... ( je m’échoue avec mes Chimères sur un BANC de SABLE ! ) ROME leur servit le COSMOS sur un Plat. Les PAYSANS dansaient au BAL AGRAIRE, une Fois... et le VIN fut mis au Frais de la PRINCESSE de Clèves.

79

Mon Cher HONORIN: culbute-moi dans les FOINS et avale mes METS, avant que la CONJONCTION ne trépasse ! ( espèce de MANCHE à BALAI: ton PIPEAU fait l’impasse... ) Un CYCLÔNE Californien balança une PIEUVRE Fauve, sur sa Caboche mal Lunée. Tu trimes trop Pépé: sois POINTILLISTE édenté et suis le LOOK des Curés ! Le TRONC de ma VOISINE émergea, à l’Aube d’un COQUILLAGE PERSAN. Pour vos DENTIERS Pourris: je recommande PEPSODENT ! Je participe à ton Passé érotique sous les JONQUILLES. La Démocratie s’emballe l’OEUF contre un BOA Hilarant. Le Premier qui met BAS : je lui plombe les FLANCS... Dire qu’on Paie pour une POMME et un SALAUD de SERPENT ! Dans mon Jeune TEMPS : je faisais l ’AMOUR, sans CORNES et sans BAS. A Présent: faut du RENDEMENT et du RECYCLAGE sur Alpha - Béta, car BIG-BROTHER et ses PUCES régissent toutes les LOIS !

jeudi 7 août 1986 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

ATELIER 7

HYMNE AUX ABSOLUS
( de la Création à l 'AMOUR )

80

WONDERFUL WOMEN.
Tu t’effeuilles en AUTOMNE, tu fleuris au PRINTEMPS: je t’AIME entre-temps ! Tu es ma NUIT Américaine et sous tes BAISERS Volés, l ’AMOUR ne sera Jamais en FUITE VACHEMENT Dégueulasse... claquer comme un CON sur les Pavés Mouillés, avec tes YEUX qui brillent dans ma TIRELIRE Trouée, et ta Lâcheté pour le PIRE. J’ai parcouru en tous SENS, le Désert Habité de ma Désespérance: tu fus mon MIRAGE à l’HORIZON Calciné... une LARME au Goût de SEL ! Tu danses, tu ris, tu parles et tu chantes: c’est comme un HYMNE à la VITESSE, aux ABSOLUS instantanés... tu es ma Sorcière et ma Fée: nous jetons à la FACE du MONDE, notre Complicité Provocante ! Sous les NUITS BLEUES de nos étreintes saoulées de COEUR à CORPS: j’imprime tous nos ACCORDS et nos AMOURS Défuntes. Tu as fait de ma VIE une FÊTE, un FEU d’ARTIFICE, un 14 Juillet Permanent, et une OUVERTURE OLYMPIQUE... comme un BOUQUET de ROSES au SOLEIL, ou un Poème à la MER: ces MILLE CHOSES qu’on Réinvente au QUOTIDIEN, comme une Apothéose du VERBE Raffiné à l ’EXTRÊME: TORRENTS de MAGIE Facile, SENSATIONS du DIVIN. Tu es Simple et Belle comme l ’ÉVIDENCE, comme l ’EAU qui coule en FORÊT, Croustillante comme le PAIN, Délicieuse comme le VIN: putain, quelle TRANSE ! Les AMOUREUX sont Seuls au MONDE, une Sorte d ’AILLEURS inspiré: ton ÉDEN me suffit..... MUSIQUE de SAINTE-COLOMBE ! Tu arrives chez MOI comme dans une STATION-SERVICE: ta CARROSSERIE a des Ratés, tu fais le PLEIN de TENDRESSE jusqu ’en été ! Tu es mon ÎLE IMAGINAIRE, mon Havre de PAIX, mon Trait d ’UNION sur Terre, avec ce VENT de Révolte et de Liberté qui m’empêche de me TAIRE. ORAGES dans l ’AIR: Tempêtes sur l’ARCHIPEL des INSOUMIS... tu es mon ÉCLAIR dans ma NUIT ! Je quittai les LIMBES de l’ANONYMAT, pour finir Déifié dans tes BRAS.

81

D’ici la FIN du MONDE: je ne songe qu’à TOI dans mon PIGEONNIER Pourri... Viens roucouler les MARDIS ! Délires de nos MOTS aux ENVIES Croisées, AMOUR des LIMITES toujours dépassées: vu l’échec des Croisés, RETOUR aux MOTS Croisés ! Peu importe les ACTES Prohibés: tu es mon SAGE et mon SOT pour l’Eternité... Le TEMPS court Moins VITE depuis notre RENCONTRE, où il s’est figé à Jamais comme un VERTIGE sur le CIEL. Tu es ma FLEUR et je suis ton ABEILLE: goûtons Ensemble les NECTARS et les MIELS ! Aucune Frontière, Aucun Océan, ne me feront PERDRE l ’ENVIE de TOI, mon ENFANT. Enroulée dans la FOULE, tu es le PHARE qui alluma mon ESPRIT éteint... Si toutes les GRENOUILLES avaient ta GRÂCE, quand tu éclates de RIRE sur ton Nénuphar: on ne se moquerait plus des CRAPAUDS.... Tu es en MOI, comme le FROMAGE est à la Fondue et l’OEUF à l’Omelette: d’effusions en FUSIONS, ma POULETTE !

dimanche 1 Mars 1992 à Bruxelles ( sans BREL , une Fois ! ) " LOVE SONG from HONG-KONG " Toute Pensée inexprimée est la Bienvenue... Ceci s’adresse à toute Fée inconnue ! SKENDER SHERIFI

82

IMPRESSIONS DOUCES...
Lorsqu’on s’allonge, on a l’IMPRESSION que sa Pensée repose sur Quelque Chose: tu peux te laisser Aller comme au DIVAN d’HENRI CHAPIER... Le SUPER-PIED ! Les YEUX CLOS te mènent en ton intériorité HUMAINE: tu cernes Facilement tes ESSENCES et tes URGENCES. Ta VOIX devient comme une MUSIQUE, douce et profonde comme une CONFESSION: une Légèreté t’anime et ton CENTRE n’a plus de NOM. Tout à Coup par MAGIE, une Sorte d’ÉTAT de GRÂCE: tu te mets à sonner JUSTE, à ÊTRE et RIEN de Plus ! Les CORPS Enlacés, concassés et soudés se mélangent comme de la Matière, et deviennent des SCULPTURES... Tout te semble évident comme une RESPIRATION. La Plénitude te projette vers d’Autres ALTITUDES. Tu quittes la CHUTE d 'ICARE et la PESANTEUR des Gros LARDS ! Evite que la Sincérité ne t’impose des LIMITES de Curé: faut chercher et créer de la Nouveauté ! Les DISCOURS deviennent Stériles, les ANALYSES se mordent la Queue. Ne te complais pas dans le CONCEPT Théorique, l’étalage Cérébral et les Comptes - Rendus CRITIQUES... Sous - FREUD plus Sous - DOILLON égal un IMPUISSANT nommé DUCON ! Nous sommes suffisamment décalés et dépossédés. Pense aux Grands TABLEAUX et aux SYMPHONIES inachevées... Tu composes des GAMMES et des COULEURS. T’es dans l ’ORDRE du SYMBOLE, de l’IMPRESSIONNISME et du SENTIMENT: l’HORIZON de la Sensibilité, de l’INTUITION et du FRISSONNEMENT. Faut montrer de QUOI t’es Habitée, de quoi est faite ta MUSIQUE, ton ÎLE inviolée ? Tu es un TERRITOIRE à Conquérir, une OEUVRE d ’ART à intégrer ! Songe au VENT qui souffle, au SOLEIL qui te Bronze, aux VAGUES qui t’éclaboussent. Le MONDE des Eléments, des Sèves qui s’écoulent.

83

IL faut des ÉLANS qui transportent, des MOUVEMENTS qui te poussent et qui éveillent tes SENS... Cette PUTAIN de VIE qui dort en TOI, depuis les ORIGINES: le TRIOMPHE des ÉVIDENCES !

lundi 5 Février 1990 à Bruxelles.

SKENDER SHERIFI

84

PNEUMATIQUE POUR MISS X ...
Je déshabille ton NOM au Carousel du LOUVRE c’est mon AMOUR qui s’ouvre.... T’es une Poussière d ’ÉTOILE sur mon COEUR qui murmure, un CRISTAL Astral dans la NUIT des Longs COUTEAUX, une CERISE Sucrée sur mon SOURIRE ébloui.... Qui peut peindre tes YEUX, aux COULEURS de ma VIE ? Savoure bien mes AVEUX Envolés et Volants: de PÉKIN à BERLIN, t’es le MIRACLE Dansant ! Je skie sur tes NEIGES éternelles au SOLEIL Naissant: traçant des Chemins d’AUBE sur ta Blancheur d’ENFANT. Tes Différences me sont TENDRES, ton Désordre m’est Sacré: révise bien tes Virées ! Dans l’ASPHYXIE Monophonique, ta VOIX me fut Emblématique.... SURFEUR improvisé, je déferle sur tes VAGUES d ’AMOUR, tel un Océan de BONHEUR. Ô PERLE de mon COEUR: ai-je Chaviré ? ADORATEUR de tes Paupières Closes, mes INSOMNIES sont plus BELLES que tes RÊVES: recrée-moi, si tu l’oses ! Féline Fée: toi seule pouvais Révolutionner la Géométrie de mon EXISTENCE, le GOÛT Amer des AMORCES inachevées et les ESPOIRS Châtrés. Ta BEAUTÉ s’éveille dans cette CONQUE d’Ecume, où brillent nos SOUVENIRS. Tu t’étires dans un MIAULEMENT en Demi - Teinte: j’allume ton IRIS d ’OR, à l ’OMBRE des étreintes ! Je te gaulais aux GALETS dans la LANDE aux LUTINS: le FLEUVE un peu Distrait arrosait tes Petits SEINS. La TÊTE pleine de LUNES, sous ta CRÊTE et tes DUNES: c’est la LANGUE qui revient à la Pensée POIDS-PLUME. Rends ton COEUR sans RANCOEUR, mon CALAOS des ÎLES, ton ÂME à la DOULEUR d’un CHEF d 'OEUVRE en Péril. J’aime ta NUQUE de MOINEAU Mouillé et tes Lèvres Craquelées: en avant la Plongée !

85

Douce CAILLE des VIGNES Dorées: j’erre dans les BRUMES du NORD en soustrayant les HEURES, qui me séparent de ton REGARD et de ton CORPS Bronzé.... ( Tu me cueilleras aux VENDANGES et m’effeuilleras au GRENIER ! ) Ça balance sans RETENUE et ça tangue sur les FLOTS: côté CORPS... EMBARGO. Démentielle Démesure, des CIEUX aux MERS d’AZUR: ( au Secours, Balladur ! ) TORRENTS de Sensualité à l’ASSAUT de mes SENS: t’es l’ESSENCE de mon EXISTENCE, mon JAMES DEAN en TRANSE. Adieu MARYLIN et BARDOT: je rime mes IMPATIENCES ! Grâce à TOI , j’ai apprivoisé l’Ephémère, avalé la VRAIE VIE, à Coeur très Découvert. Transparente telle un MIROIR, Mystérieuse PERLE NOIRE: ton GESTE m’émeut et ton REGARD me bouleverse.... Mon Désir me transperce depuis l’INVASION PERSE ! Je suis le SUD illuminant ta FRIMOUSSE, la MER qui t’engloutit à Bout de COURSE, le VENT te caressant sous l ‘ OEIL de la GRANDE OURSE.... REBELLE Sensuelle ou SOUMISE Coquine: t’es la REINE des Fouineuses, sur la PISTE HO-CHIMIN. Pourquoi ces LARMES Suspendues aux Lèvres du SILENCE ? T’es l’étoile BLEUE qui s’avance dans ma JUNGLE Défaite, l’idéal INNOMMABLE qui Frappe à ma PORTE, mon Ultime SON de CLOCHE. Attirée dans tes Sphères: j’oublie la PESANTEUR. T’es mon AMANT-AIMANT.... l’EXPLOSION à toutes Heures ! WELCOME BABY: t’es la Grâce de VENISE, la Lumière de PARIS. Ton RAFFINEMENT est une VERTU, ton élégance, une élévation de l ’ESPRIT, et ton CHARME, l’écrin de mon Espérance. Je suis ta STAR IMPUDIQUE: j’aurais voulu Parapher les NUAGES GRIS, de tes INITIALES, enlacer les TRONCS NOIRCIS et faire éclore tes RÊVES ENDOLORIS ! Encore MUET, face au LAGON BLEU de tes Yeux et ta SILHOUETTE édénique. Ton PARFUM épidermique absorbe ma RAISON, irise mon HORIZON, et m’invite à la PASSION .... ( ALUNAGE ÉROTIQUE ! ) Cruel DILEMNE au Réveil de l’été : choisis ta CAISSE, si tu veux m’emballer !

86

D’une EXCURSION Veloutée sur la OUATE de ton CORPS, à une SENSUELLE Expédition vers le "NEVERMORE ": je perds le NORD.... Tu es mon ÉCHO Secret, mon DAUPHIN des Fonds Bleus et mon SILENCE Sonore. La TERRE tourne Toujours, l ' AMOUR traverse le TEMPS: je suis le COSMONAUTE de ton UNIVERS Géant ! J’aime tes BRAS noués à mon DOS, comme une BRANCHE de LIERRE, ton ÉMOTION agrafée à ma Pensée VIBRANTE: n’es-tu pas mon INFANTE ? Ta TENDRESSE m’a fait oublier mon Ultra - Moderne SOLITUDE: t’es le PALMIER-SOLEIL de mon ESPACE Sentimental... le Reste, j’élude ! En tant que BIG Référence, PÔLE UNIVERSEL de mes ATTRACTIONS, objet de mes Désirs inavouables : je te fais ma Révérence ! Viens t’étaler sur mon TAPIS PERSAN: t’en seras quitte avec une Feuille de KAT. Ton AMOUR colle le BONHEUR à mes TROUSSES: Calmos, PUSSYCAT ! Sur tes FESSES Callipyges, ma TENDRESSE s’aiguise. Selon le DUC de GUISE, ton COQUELICOT me vise ! Je paresse d’Allégresse... tu engraisses ma LIBIDO: laisse le VEAU du LOCH-NESS et jette-toi sur la PRESSE ! Je le confesse à la MESSE, au SQUARE des VIEUX IDIOTS: trop en MANQUE de ta PEAU, de tes MOTS et du RESTE ! Tu fus mon OASIS de PROMESSES dans un Désert sans ISSUE, je fus ton TOUAREG de la Vallée PERDUE. Ma CAPITEUSE SULTANE, je suis le PRINCE de tes 1OO1 NUITS, de tes FOLIES Secrètes, de tes AUDACES sans BLÂME .... ARC- en -CIEL au Zénith.... à tant t’AIMER : je CRAME ! samedi 16 Avril 1994 à Bruxelles à toute créature qui mérite et rêve qu’une Noble Âme lui dise ces Mots. SKENDER SHERIFI

87

TESTAMENT D 'UN POÈTE.
J’imaginais un LANGAGE apte à soulever les MONTAGNES, à colorier le CIEL, à éveiller les VOLCANS, à secouer la TERRE, à inquiéter les OCÉANS et à allumer le SOLEIL. J’imaginais un Langage TOTAL, Mythique et Sidéral, s’adressant en même TEMPS: au Coeur, à l ’Âme, à l ’Esprit et au Corps... un Langage MÉTÉORE, suscitant toutes les SENSATIONS Spirituelles et Physiques Possibles... bien plus Fort que la VIE et plus Fort que la MORT. J’imaginais un Langage embrassant les Délires, les Folies et les VERTIGES, les Néants, les INFINIS et les ABSOLUS... un Langage MYSTIQUE exprimant l ’ INEXPRIMABLE, l ’ INVISIBLE, l ’ INAUDIBLE et l 'INCROYABLE. J’imaginais un Langage gommant les PARADOXES, et traduisant les Mystères les plus INSONDABLES de la VIE... un Langage SENSUEL au-dessus des LANGAGES, ressuscitant l’AGONIE en EXTASE INSAISISSABLE. J’imaginais un Langage EXPLOSIF et DIVIN, réinventant Toutes les FORMES de TENDRESSE et d ’AMOUR. J’imaginais un Langage métamorphosant la LAIDEUR en GRÂCE, le Désordre en HARMONIE et l’Absurdité en PERFECTION. J’imaginais un Langage du SILENCE et de la Métaphore, dépassant Systématiquement les LIMITES établies, en-dehors des RELIGIONS et des PHILOSOPHIES. J’imaginais un Langage hypnotisant les ASTRES, et faisant Danser les GALAXIES à des Années - Lumières. J’imaginais un Langage de l’APESANTEUR et de l’UTOPIE, ensorcelant les FLEURS et les ANIMAUX, et donnant à Toute CHOSE son Immortalité. J’imaginais un Langage nous inondant d’ORGASMES dans l’IVRESSE des Ivresses. J’imaginais un Langage de la RENAISSANCE et de l’APOCALYPSE, synthétisant les ARTS VIVANTS, et vibrant plus FORT que n’importe quelle MUSIQUE.

88

J’imaginais un Langage HORS du TEMPS et de l’ESPACE, curant l’INCURABLE et domptant l’INDOMPTABLE J’imaginais un Langage dépouillé à l ’EXTRÊME, et touchant constamment l’ESSENCE des Essences. J’imaginais un Langage éclatant d’HUMOUR, sensible jusqu’aux LARMES, baigné des SOURCES d’EROS... un Langage MIROIR contre l’Immobilité, un Langage illustrant la Mémoire de l’Humanité. J’imaginais un Langage plus Douloureux que la DOULEUR, plus Passionné que la PASSION, plus Fou que la FOLIE, plus Sage que la SAGESSE, plus Violent que la VIOLENCE... écrit avec de la CHAIR, du SANG, des OS, du SPERME, des CRIS, et plongeant Au - Dedans des GOUFFRES d’une VIE. J’imaginais un Langage qui ferait Hurler les CADAVRES. J’imaginais un Langage qui ferait Bander DIEU. DOUX Langage de l ’ÉDEN et du MIRACULEUX... Je brûlai comme le SOLEIL illuminant la MER Par AMOUR j ’avalai toutes les PLUIES de la TERRE La RAGE appela mon ÊTRE vers les immensités Mais l’Eternité ROYALE m’a Royalement Baisé !

juin 1980 à PRISHTINA ( KOSOVA - Yougoslavie )

SKENDER SHERIFI

89

TABLE DES MATIÈRES. ATELIER 1: ROYAUME de l ’AMOUR ( 10 Textes )
1. Les PARADIS de l ’AMOUR. 2. PASSANT dépassé par les Evénements et Repassé par le TEMPS. 3. Dérives des RIVES au Hasard des PARCOURS. 4. La BALLADE des CARDINAUX. 5. CONTINENTS SOLAIRES. 6. Dérive INFINIE sous les FEUX Brûlants de ta VIE. 7. CAMPING-CARAVANING au BURKINA FASO. 8. SAMBA des FLOTS de VAGUES. 9. RÊVE de SINGE. 10. L’Irrévérence ABSOLUE.

ATELIER 2 : NOUVELLES DU MONDE ( 8 TEXTES ) JOURS
ORDINAIRES
11. NIGHTMARE à la MER. 12. Les PASSAGERS du RÊVE. 13. CONCOURS d’Attouchements au Réveil du PRINTEMPS. 14. MISE au FRIGO et PLUIE à GOGO. 15. VAMPIRE Cambrioleur croquant le PROFIL de ses Rencontres. 16. AU FIL de l ’EAU... Le Nouveau RESTO aux POIVRONS Farcis de Poésie. 17. Soirée de NOCES. 18. JOURNAL INTIME d’un AIGLE Divinement FOU. ( Mémoires Félines...)

ATELIER 3: HOMMAGES ( 4 TEXTES )
19. Braquage de la CONNERIE et Prise de la BASTILLE. ( à Léo Ferré ) 2O. ÉCLAIRAGE Singulier dans le VENTRE Rouge de la Scène. ( à Jane Birkin ) 21. VOIR des AVIONS VOLER. ( à Juliette Binoche ) 22. Pour les 30 BALAIS d’Isabelle, Balayeuse chez YOPLAIT. ( à Isabelle Pinto )

ATELIER 4: BELGITUDES et BRUXELLOISERIES ( 2 TEXTES )
23. Je suis Celui qui Laisse ce TEXTE sur ce PAPIER. 24. CHANT des PARTISANS de la Bêtise, au SON des Tambours Battant

90

ATELIER 5: RIRES et DÉLIRES ( 9 TEXTES )
25. 26. 27. 28. 29. 30. 31. 32. 33. ÉPÎTRE de SAINT-SALIGAUD au ROI-SOLEIL. PROCESSION de FOI du MAGE de CROMAGNON. CONFESSION d’une CANAILLE Solitaire à l ’Ombre des PALMIERS Amers. SANS Préavis, Ni AVIS, vis-à-vis de la VIE. AROMATICUM in the MUSEUM of the Ciné - MOON. TITRE Dealé par le MILIEU ANTILLAIS, du Côté des HALLES. RAPPORT de la HAUTE-COUR de JUSTICE, sur la Fraude des Ecrevisses. ÈRE GLACIAIRE in this PUTAIN de Galère. LES ATELIERS DU RÊVE.

ATELIER 6: L’INFINI et L’AILLEURS ( 3 TEXTES )
34. RENDEZ-VOUS à BRUCELLES sous la BAUHINIE. 35. TEXTE Doué d’une ACTION très Nette sur les SYNAPSES INTERNEURONIQUES. 36. VERS ÉLASTIQUES à DOUBLES FRONCES Protectrices.

ATELIER 7: HYMNE aux ABSOLUS ( 4 TEXTES )
37. 38. 39. 40. WONDERFUL WOMEN. IMPRESSIONS DOUCES. PNEUMATIQUE POUR MISS X. TESTAMENT D’UN POÈTE.

BRUXELLES, Octobre 1995. SKENDER SHERIFI ( Proposition d’un PARCOURS Personnel avec d’Anciens Textes revisités par les VISITEURS et les Copains de ma SOEUR. )

91

BIOGRAPHIE DE L'AUTEUR
Skender SHERIFI est né le 16 Octobre 1954 à VITINA ( dans la Région ALBANAISE de KOSOVA, en EX-YOUGOSLAVIE ). De par ses Racines Familiales, il est Originaire d’ALBANIE ( son Père vient des Montagnes du Nord à TROPOJA, de même que les Ancêtres Maternels, dont une partie a été vivre plus tard au Monténégro, de l’autre côté de la Frontière ). Lorsque le Père a fui le Régime Communiste en Albanie, la Famille s’est trouvée par Hasard en BELGIQUE, en août 1956, comme Réfugiés Politiques de l’ONU. Aujourd’hui, SKENDER SHERIFI est Naturalisé BELGE: il vit et travaille à BRUXELLES depuis 4O ANS. Mais, à la Maison, il a toujours parlé Albanais avec les Parents, lesquels ont toujours voulu lui léguer une Sorte de Mémoire des ORIGINES. C’est ainsi que par Curiosité et aussi pour faire Plaisir aux Siens, que Skender SHERIFI est allé VIVRE parmi les 2 Millions d’Albanais de la Région de KOSOVA, afin de mieux cerner leur ÂME, leur Culture, leurs RITES et Traditions. SKENDER a résidé dans le Campus des étudiants et à étudié à l’Université de PRISHTINA. C’est ainsi qu’il a fréquenté toute l’INTELLIGENTSIA Albanaise de 1976 à 198O. Skender SHERIFI est Licencié en Langue et Littérature Française.

Publications en FRANCE:
1.) Quelque Part, Quelqu’un ( éditions Saint - Germain des Prés à PARIS: en 198O ) 2.) OXYGÈNE ( éditions Saint - Germain des Prés à PARIS: en 1984 )

Publications à KOSOVA:
en Langue Albanaise, dans la Capitale PRISHTINA 1.) Jeux et Contre - Jeux ( Lojë e Kundërlojë ) aux éditions RILINDJA en 198O 2.) OXYGÈNE ( Oksigjeni ) aux éditions RILINDJA en 1989 à Prishtina.

Traduction: de l 'albanais en français
1.) LA SOLITUDE d’une BRANCHE ( Dega e Pikëlluar ) Anthologie de la Poésie Albanaise en Yougoslavie ( 2O Poètes ) aux ÉDITIONS RILINDJA en 198O à Prishtina.

Projet à Tirana ( ALBANIE ): en langue albanaise
Edition en Avril 1996 avec le Soutien du Ministère de la CULTURE de son Livre: " A l ’HEURE des Météores." aux éditions GLOBUS.

Skender SHERIFI vit et travaille à BRUXELLES comme Journaliste et Professeur. IL est Membre de l’Association des Journalistes Professionnels de la Presse Périodique Belge ( AJPP-VJPP, Carte de Presse No. 4060 ). Skender a travaillé Plusieurs Années dans les Radios Privées Belges ( Radio Contact et Kiss F.M. ) et a souvent collaboré avec la Presse écrite. Spécialisé dans les Secteurs Culturels et Artistiques, Grand Passionné de Cinéma, de Théâtre, de Littérature, de Peinture, etc... Skender SHERIFI a réalisé près de 5OO interviews avec diverses Personnalités du Monde des Arts et du Spectacle Européen. IL est aussi un Défenseur de la Culture Albanaise en Belgique, où il a organisé et soutenu plusieurs Manifestations Littéraires et Cinématographiques à Bruxelles. ( Rencontres avec les écrivains du Pays, Présentation du Cinéma Albanais dans des Festivals, comme le Méditerranéen ou celui de Bruxelles, etc... ) Parfaitement intégré au Monde Francophone, par sa Culture, sa Vie, son Expérience, Skender SHERIFI tient vraiment à cultiver son Héritage Ancestral Albanais, lequel fait partie de son inconscient, de son Tempérament et de sa Mémoire. C’est un Homme Double, d’ici et d’ailleurs, de partout et de nulle part, un Carrefour de Références et de Sensations, un Jongleur de Paradoxes. Intrigué par cet illuminé insaisissable à l ’ESPRIT éclaté La Télévision Albanaise à TIRANA lui consacre un Portrait de 40 Minutes, qui retrace les Grandes Lignes de son Parcours Personnel. L’émission fut diffusée sur la Chaîne Nationale le 9 Juin 1992 à 20H3O IL semblerait d’après l ’Opinion des Critiques et intellos d’Albanie et de Kosova, que l ’AUTEUR serait à l’Avant - Garde de la Poésie Albanaise et qu’il aurait influencé quelques JEUNES inconscients, par la Liberté et la Nouveauté de son Style.

93

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful