Un marché du travail dynamique pour les plus de 50 ans : un must !, Progressivité programmée, Infor 28, 22 septembre 2011

>INFORFEB

[
22 SEPTEMBRE 2011 – N° 28

La newsletter pour décideurs

]

Un marché du travail dynamique pour les plus de 50 ans : un must !

Progressivité programmée
ans est passé de 32% à 37% seulement. Ce pourcentage est nettement plus élevé chez nos voisins tout proches : 54% aux Pays-Bas et 58% en Allemagne. Notre pays connaît donc manifestement un problème au niveau des règles qui régissent le marché du travail et qui pérennisent une culture de départ anticipé au lieu de la décourager. Quelles sont les Aujourd'hui encore, d'aucuns entretiennent contre toute raison la culture des départs anticipés. Le fait que le Forum de la FEB, "Experience is our capital", ait drainé plus de 1.000 personnes montre toutefois qu'il existe une masse critique pour amorcer le changement indispensable. Car, comme l'a calculé le professeur Sels, de la K.U.Leuven, plus de 500.000 quinquagénaires expérimentés et qualifiés quitteront le marché du travail au cours des cinq prochaines années. Il ne sera pas facile pour les entreprises d’y faire face dans un marché du travail déjà très étriqué et il en résultera inévitablement une nouvelle pression à la hausse sur les coûts salariaux, alors que ceux-ci dérapent déjà. De plus, lors des prochaines élections, le nombre d’électeurs de plus de 50 ans dépassera pour la première fois celui des électeurs de 18 à 49 ans, ce qui risque d'encore accroître la tension intergénérationnelle. Le Pacte de solidarité entre les générations fut un premier pas courageux, mais insuffisant. Le nombre de travailleurs actifs de plus de 50
À ÉPINGLER

Quatrièmement, la progressivité déterminée est le mot clé. En matière de vieillissement, de prépension et de pension, tous les changements doivent être progressifs, mais dictés par une détermination ferme.

conditions du succès de la politique que nous mènerons ? J’en distingue quatre. Premièrement, les mesures doivent être claires et sans ambiguïté. Dans le passé, on a commis l'erreur de restreindre l'accès à la prépension tout en élevant l’accès au crédittemps pour les plus de 55 ans au rang de droit absolu. On fermait ainsi la porte de devant, tout en ouvrant celle de derrière. Deuxièmement, le Pacte de solidarité entre les générations a généré une importante complexité administrative, tant pour les employeurs que pour les travailleurs. Outre que de nombreux fonctionnaires s’en sont trouvés surchargés, cela n’a absolument rien apporté. Troisièmement, le passif social doit être résorbé. On ne peut pas attendre des entreprises qu’elles engagent des quinquagénaires expérimentés et motivés si la réglementation actuelle de la prépension et du crédit-temps permet à ces derniers de partir ou de réduire leurs prestations un an plus tard, alors que l’entreprise doit continuer à payer un complément de prépension jusqu’à leurs 65 ans et qu’elle n’a pas le droit de refuser le crédit-temps.

Il faut cesser d’affirmer qu’il ne faut rien changer en matière de fin de carrière.
La suppression par étapes de la prépension, que de nombreux autres États de l’UE ont d'ailleurs déjà entamée, est indispensable pour résoudre le problème du vieillissement. Pendant le Forum, j'ai lancé un triple appel. D’abord aux partenaires sociaux, et en particulier aux syndicats. La problématique de la fin de carrière est un défi pour notre société et non une marotte des employeurs. Il faut cesser d’affirmer qu’il ne faut rien changer. Si d’autres pays européens ont su, par le passé, prendre des mesures courageuses, pourquoi cela ne serait-il pas possible chez nous ? Au mois de juillet, les chefs d’État et de gouvernement européens ont donné des instructions claires à la Belgique. Les marchés financiers suivent ce processus de près. Les élections sociales de mai 2012 ne peuvent en aucun cas servir de prétexte pour retarder le débat sur le vieillissement et ses conséquences.

>

LE CHIFFRE DE LA SEMAINE

> COMPÉTITIVITÉ > Des réformes s'imposent pour
consolider notre position concurrentielle
PRATIQUES COMMERCIALES DÉLOYALES > La réglementation existante offre-t-elle une protection suffisante ? ÉLECTIONS SOCIALES 2012

Présence insuffisante sur les marchés en expansion

> La publication du cadre légal donne le coup d’envoi des séminaires d’information FEB

8%

La BNB, le CCE et le Bureau du plan révèlent que la Belgique perd des parts de marché, mais connaît aussi une progression plus lente (8% en termes nominaux) de ses marchés d’exportation par rapport à l’Allemagne par exemple (8,8%). Cela s’explique par le fait que les exportations allemandes sont davantage orientées vers les nouveaux pays émergents (Chine, Moyen-Orient, …).

HEBDOMADAIRE — BUREAU DE DÉPÔT : SINT-NIKLAAS — P409959

www.feb.be > publications > chiffres et faits

WWW.FEB.BE

[ INFOR FEB 28 — 22 SEPTEMBRE 2011 ]

>

La FEB souhaite que les discussions entamées au sein du Conseil national du travail sur l’évaluation du Pacte de solidarité entre les générations soient menées à bien, mais il ne faut pas discuter dans le vide et nous devrons afficher au cours des prochains mois des résultats concrets qui feront la différence. Dans le cas contraire, mon deuxième appel trouvera toute son actualité. Ce second appel s’adresse aux autorités. Nous devons sortir de l’impasse politique dans laquelle nous sommes enferrés depuis plus de 460 jours. Après l'accord conclu sur BHV, le reste doit suivre, mais surtout un plan socio-économique qui respec-

te les entreprises, qui sont le moteur de la prospérité. Le deuxième Pacte de solidarité entre les générations doit constituer l'un des piliers de ce nouveau plan. Cela nécessite un gouvernement fort et uni. Soit un nouveau gouvernement est formé rapidement, soit le gouvernement en affaires courantes doit, en accord avec les fractions politiques démocratiques représentées au Parlement, entamer la concertation tripartite avec les partenaires sociaux. Enfin, je souhaite aussi lancer un appel énergique aux chefs d’entreprise. Ils sont les moteurs de la reprise. S'ils déclarent forfait, notre pays y perdra en termes de com-

pétitivité, de prospérité et d’emploi. Mais eux aussi doivent prendre leurs responsabilités en matière de vieillissement et de fin de carrière. Ils doivent mener une politique du personnel moderne qui valorise l’expérience. Le succès d’une telle politique des ressources humaines dépendra de la modification des règles appliquées aux régimes de départ anticipé. La FEB œuvrera en ce sens. Nous pouvons en faire ensemble une opération gagnante pour tous : vous sur le terrain et la FEB dans la concertation.
PIERRE ALAIN DE SMEDT , PRÉSIDENT

>

PRATIQUES COMMERCIALES DÉLOYALES

les pratiques commerciales interdites auxquelles elles sont le plus confrontées.
Stefaan Verhamme – sv@vbo-feb.be

La réglementation existante offre-t-elle une protection suffisante ?
La Commission européenne a lancé une enquête sur l’efficacité de la directive sur les pratiques commerciales déloyales. Les dispositions de cette directive ont été transposées dans la loi belge du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la protection du consommateur, dans le but de garantir la concurrence loyale en matière de pratiques commerciales et d’éviter que le consommateur soit exposé à des actions agressives ou trompeuses. L’efficacité de la directive dépend de la manière dont les États membres en appliquent les dispositions dans les systèmes juridiques nationaux. C’est la raison pour laquelle la Commission a établi un questionnaire concernant le respect, le champ d’application et le caractère contraignant de la directive dans les différents États membres. La FEB juge intéressant d’évaluer régulièrement la protection contre les pratiques commerciales déloyales. Il importe de trouver un équilibre entre la liberté d’entreprendre et le besoin de réglementation légale des pratiques commerciales. La FEB prévoit de s’impliquer activement dans une révision éventuelle de la réglementation actuelle et elle invite les parties prenantes à lui communiquer

>

ÉLECTIONS SOCIALES 2012

La publication du cadre légal donne le coup d’envoi des séminaires d’information FEB
Les trois lois organisant les prochaines élections sociales ont enfin été publiées au Moniteur du 31 août et du 12 septembre. Cette publication n’apporte pas de réelle surprise, puisque le gouvernement s’était déjà engagé début 2011 à respecter les équilibres atteints par les partenaires sociaux dans leur Avis n°1748 du CNT du 7 décembre 2010. L’AR sur le comptage des intérimaires pendant le 4e trimestre 2011, dont la publication est imminente, ne sera pas modifié par rapport à 2007. Rappelons que le seuil légal pour l’instauration d’un conseil d’entreprise a été maintenu à 100 travailleurs pour la période >

ACTION FEB

> Congrès mondial sur la sécurité et la santé à Istanbul
La 19e édition du Congrès mondial sur la sécurité et la santé au travail s’est tenue cette année du 12 au 15 septembre à Istanbul. Quelque 5400 participants issus de 140 pays ont vu le Premier ministre turc Erdogan inaugurer cet événement triennal. Erdogan a souligné qu’un environnement de travail sûr et sain est indispensable pour générer une économie productive. À l’occasion du congrès, l’Agence européenne a lancé un important projet destiné à

faciliter l’évaluation des risques dans les petites entreprises européennes. Il s’agit d’un outil interactif d’évaluation des risques en ligne (OIRA) qui aidera 20 millions de petites et très petites entreprises européennes. Les partenaires sociaux au niveau national et/ou sectoriel se chargeront de tailler cet instrument innovant aux mesures des entreprises. L’un des projets pilotes OIRA est en cours en Belgique sous la tutelle de la FEB. Kris De Meester, expert de la FEB présent à Istanbul, a souligné que l’objectif final est de permettre aux entreprises de travailler en toute sécurité. L’outil OIRA est un

moyen d’y parvenir mais pas un objectif en soi. Le congrès s’est conclu sur un appel renouvelé à investir dans une véritable culture de prévention.
Kris De Meester – kdm@vbo-feb.be

> Helena König (Commission européenne) en visite à la FEB
La FEB a accueilli, lors de la dernière réunion du Belgian Business for Europe (BBE), Helena König, de la DG Commerce de la Commission européenne. Helena König, Chef d’Unité

>

COMPÉTITIVITÉ

Des réformes s'imposent pour consolider notre position concurrentielle
Cette semaine, une conférence de presse conjointe a été organisée par la Banque nationale de Belgique, le Conseil central de l'économie et le Bureau fédéral du plan sur les défis de la compétitivité en Belgique. La note rédigée en commun par ces trois institutions pour l'occasion indique incontestablement que la position concurrentielle de la Belgique s'est détériorée ces dernières années, notamment par rapport à l'Allemagne. Cette situation s'explique principalement par l'évolution trop importante des coûts salariaux en Belgique par rapport à la moyenne des trois pays voisins. Les trois institutions mettent plus spécifiquement en avant deux problèmes : l'absence de corrections aux dérapages des coûts salariaux du passé et une plus grande vulnérabilité à une détérioration du taux de change (à la suite, par exemple, d'un choc pétrolier) en raison de notre système d'indexation automatique. Une autre cause avancée pour expliquer notre compétitivité en baisse est que de nombreuses entreprises semblent toujours être confrontées à divers obstacles pour se développer, convertir leurs bonnes idées en produits de pointe et s'internationaliser. La conférence de la Banque nationale, du CCE et du Bureau fédéral du plan a eu lieu à un moment décisif. En effet, la note du formateur Elio di Rupo ne contient quasiment aucune mesure pour consolider la position concurrentielle de nos entreprises. Dans certains dossiers importants tels que l'index, l'impôt des sociétés, les tracasseries administratives, ..., ses propositions vont même dans une direction diamétralement opposée. L'analyse des trois institutions montre toutefois que ce serait là commettre une erreur historique. En effet, nous ne pourrons créer croissance et emploi, pourtant absolument indispensables, que si nous jouons franc jeu aussi en matière de compétitivité.
Geert Vancronenburg – gva@vbo-feb.be

Nous ne pourrons créer croissance et emploi que si nous jouons franc jeu aussi en matière de compétitivité.

>

2012-2016, en dépit de multiples pressions pour l’abaisser à 50 travailleurs, tandis que certaines simplifications seront accueillies avec satisfaction par les entreprises (voir INFOR du 26 juin 2011). En vue de préparer au mieux les 6.500 entreprises concernées, la FEB lance un cycle de 8 séminaires décentralisés, dont les dates sont détaillées en annexe. Une seconde série de séminaires aura lieu début 2012. La brochure de la FEB sur les élections sociales 2012 sera finalisée en temps utile, étant donné que le calendrier des obligations à respec-

ter par les entreprises démarre début décembre 2011. Ce package d’informations de la FEB accompagnera les entreprises participantes dans toutes les étapes de la procédure.
Annick Hellebuyck – ah@vbo-feb.be

ge en un autre avantage équivalent à partir de 2012. - Les régimes existants en matière de prépension, de crédit-temps et de formation sont prolongés et assortis d'efforts supplémentaires en faveur de la formation des employés âgés.

>

COMMISSION PARITAIRE AUXILIAIRE POUR EMPLOYÉS (CPNAE)

Ces CCT régissent les conditions de salaire et de travail pour la période 2011-2012 des 400.000 employés qui sont occupés auprès des 50.000 employeurs ressortissant à la CPNAE.
Paul Clerinx – pc@vbo-feb.be

Exécution de l'accord 2011-2012
Le 19 septembre ont été conclues au sein de la commission paritaire auxiliaire pour employés les CCT exécutant l'accord sectoriel 2011-2012 qui avait déjà été atteint avant

>

DÉVELOPPEMENT DURABLE

Relations commerciales bilatérales avec l’Extrême Orient, a fait un exposé sur les relations commerciales entre l'UE et le Japon. Sa présentation a essentiellement porté sur la diminution de ces relations au profit de l'émergence de la Chine, ainsi que sur les nombreuses entraves non tarifaires encore rencontrées par les entreprises européennes sur le marché japonais. Cet exposé a été suivi d'un débat ainsi que par le traditionnel débriefing des activités des institutions européennes.
Pieter-Jan Van Steenkiste - pvs@vbo-feb.be

l'été. Ces CCT contiennent les dispositions suivantes : - S'agissant du pouvoir d'achat, l'on s'inscrit dans le cadre de la norme salariale, avec une augmentation salariale en sus de l'indexation de 0,3% au 1 janvier 2012
er

La RSE, au cœur de la stratégie des entreprises belges
À l’occasion de son 10e anniversaire, Business and Society a présenté son baromètre sur la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) en Belgique. Réalisée en partenariat avec la FEB, Business and Society, la Vlerick Leuven Gent Management School et la Louvain School of Management, cette enquête (*) montre que la gestion durable n’est plus un simple thème de discussion mais un réel enjeu stratégique pour les entreprises belges. Le taux de partici>

- Un relèvement de l’intervention de l’employeur dans le prix de la carte train à 80% du prix d'achat à partir du 1 juillet 2012.
er

- Les entreprises qui, en application de l'accord précédent (2009-2010), octroient un montant annuel de 250 EUR sous la forme d'éco-chèques pourront convertir cet avanta-

[ INFOR FEB 28 — 22 SEPTEMBRE 2011 ]

[ INFOR FEB 28 — 22 SEPTEMBRE 2011 ]

AGENDA

Specialised Study Programme (LL.M.) in Competition Law and Economics
With 15 hours of taught seminar for each learning block, this programme seeks to offer the strongest possible training in the various disciplines of competition policy.

DATE AND THEME: 30 SEPTEMBER, 7, 14 OCTOBER: GENERAL INTRODUCTION TO COMPETITION LAW AND ECONOMICS

VENUE: FEB, Brussels INFORMATION & INSCRIPTION: www.brusselsschoolofcompetition.eu, info@brusselsschoolofcompetition.eu

Vie privée et nouvelles technologies
Les nouvelles technologies ont profondément modifié le fonctionnement des entreprises et le monde du travail. Cette séance d’information abordera les aspects tant juridiques que pratiques de cette matière qui fait actuellement l’objet d’une consultation publique relative à la cybersurveillance sur le lieu de travail.

DATE : 11 OCTOBRE DE 9H00 À 12H30

LIEU : FEB, Bruxelles INFO : Service Events T 02 515 08 91 F 02 515 09 15 events@vbo-feb.be

FEB Social Academy
'FEB Social Academy', c'est reparti ! C'est Frank Vandenbroucke, ministre d’État et sénateur (sp.a), qui prendra la parole lors du coup d'envoi officiel de cette 4e édition.

DATE ET THÈME : 12 OCTOBRE 2011 / L'EUROPE, DANS NOTRE INTÉRÊT

LIEU : FEB, Bruxelles INFO : www.socialacademy.be

The Metropolis Era Winning global competition through intelligent metropolitan development
By means of a series of projects that all fit in an ambitious strategy, Brussels Metropolitan will let participants gain insight into what the Brussels Metropolitan can mean to them. Political leaders from the three regions will comment on the role they will play.

DATE: 17 OCTOBER

LOCATION: SQUARE – Brussels Meeting Centre INFORMATION: info@brusselsmetropolitan.eu

Efficacité des ressources : une priorité des entreprises
Plus de 80% de notre législation environnementale nationale découle d'initiatives européennes. Ce séminaire est consacré à la politique européenne en matière d’utilisation efficace des ressources.

DATE : 17 OCTOBRE 2011 DE 15H00 À 17H30

LIEU : FEB, Bruxelles INFO : Service Events T 02 515 08 91 F 02 515 09 15 events@vbo-feb.be

Plus d’infos > www.feb.be > Manifestations
> pation à lui seul le prouve : un peu plus de 500 entreprises ont répondu à l’enquête. De plus, les résultats révèlent que les entreprises en Belgique sont de plus en plus nombreuses à disposer de personnel (66,3% des répondants) voire d’un manager (53,5%) en charge de la mise en œuvre des pratiques de RSE. Et pas seulement dans les grandes entreprises : 46% des PME qui ont répondu disposent, elles aussi, d’un manager spécifique pour la stratégie RSE ! Autre résultat interpelant : la motivation des employés vient en seconde position des raisons pour lesquelles les entreprises s’engagent dans une stratégie RSE. Ce n’est pas étonnant lorsqu’on voit que la pénurie de main-d'œuvre qualifiée est identifiée par les répondants comme un des 5 défis des 10 prochaines années. Pour la FEB, cet engouement croissant des entreprises belges pour la RSE est une excellente chose : les entreprises, génératrices
FEB – Fédération des Entreprises de Belgique ASBL
rue Ravenstein 4 – 1000 Bruxelles – tél. 02 515 08 11 – fax 02 515 09 15
RÉDACTION

Quel est l'impact de vos pratiques de gestion durable sur les points suivants ?
meilleure réputation motivation employés renforcement relations avec parties prenantes contribution à innovation de produits/services amélioration capacité à attirer et déliser talents contribution à innovation de procédés et d'organisation aide pour répondre à reglementation réduction des risques avantage concurrentiel réduction coûts accès plus aisé à nouveaux marchés augmentation résultats nanciers
0 1,00 2,00 3,00 4,00 5,00
Graphisme et production : The Mailshop – tél. 03 771 12 30 – mail@themailshop.be

de valeur ajoutée, souhaitent donner du sens à cette valeur pour leurs employés, leurs clients et leurs actionnaires.
Anne Defourny – ad@vbo-feb.be

: : : :

Anne Michiels – tél. 02 515 09 44 – am@vbo-feb.be Thérèse Franckx – tél. 02 515 09 50 – tf@vbo-feb.be Charles Gheur – rue Ravenstein 4 – 1000 Bruxelles Stefan Maes – tél. 02 515 08 43 – sm@vbo-feb.be ADeMar bvba – tél. 03 448 07 57 – nele.brauers@ademaronline.com FEB – Service mailing – tél. 02 515 09 06 – fax 02 515 09 55 – mailing@vbo-feb.be Reproduction autorisée moyennant mention de la source

ÉDITEUR RESPONSABLE PUBLICATION MANAGER:

ANNEXES PUBLICITAIRES

CHANGEMENTS D’ADRESSE COPYRIGHT

:

(*) http://www.businessandsociety.be

L’Infor est imprimé sur du papier issu de la gestion durable des forêts. La gestion durable des forêts tient compte de l'écosystème forestier, respecte les aspects sociaux (droits des populations indigènes et des travailleurs forestiers*) et est responsable d'un point de vue économique.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful