Introduction I.

Concurrence au sens juridique ou économique du terme Principe : il existe une concurrence au sens juridique, économique ex : conflits de loi, de juridiction Principe : vie économique ne peut pas se passer du droit, suppose une conquête organisée du marché ex : la Chine qui s’est ouverte à l’économie de marché  csqce : reconnaissance du droit de propriété dans sa Constitution Adam Smith (ultra libéral) : « la main invisible » (marché peut corriger lui-même ses imperfections) Concurrence économique : compétition entre les entreprises dans la conquête de la clientèle  csqce : droit concurrence organise cette conquête par les entreprises des marchés Intérêt : consommateurs doivent avoir les meilleurs produits aux meilleurs prix  csqce : comprendre les attentes des consos pour y répondre Principe : le consommateur est sensible au produit et au prix II. Les origines du droit de la concurrence (économie de marché) Antiquité : le monopole des routes maritimes dans la Méditerranée Ancien Régime : monopole des corporations dans l’activité économique et répartition des activités  csqce : système qui ignore la concurrence Siècle des Lumières (17ème) : Adam Smith, Ricardo avancent idée de la concurrence (éco de marché), Jean Baptiste Say : « l’éco a besoin de liberté pour pouvoir s’épanouir et se développer » Edit de Turgot 1776 : dénonce les corporations comme étant un obstacle au bon fonctionnement de l’éco et souhaite plus de liberté dans l’éco Révolution Française : proclame les libertés et droits de l’homme : - Décret d’Allarde : liberté du commerce et de l’industrie - Loi Le Chapelier : fin des corporations  csqce : fin du système de corporations Codes : - Com 1811 : pas de disposition en matière de concurrence - CP : traduction concrète des 2 textes + interdiction des ententes à des fins de spéculation 19ème siècle : France rurale se transforme et vit les 2 révolutions industrielles, produits nouveaux apparaissent sur les marchés, des manufactures s’implantent et se développent  csqce : ents se multiplient et émergence de produits et biens de conso à destination clients Principe : pas dispos particulière pour organiser acteurs économiques et protection comportements  csqce : juges développent branche construite sur la concurrence déloyale Principe : 1382 CC est le fondement de la condamnation pour sanctionner les comportements immoraux, déloyaux qui causent un préjudice  csqce : 2 condamnation : - sanction du comportement - réparation du dommage 1929 : adoption d’un texte pénal sur le droit de la concurrence (les ententes) jamais appliqué 2ème WW : droit concurrence jurisprudentiel + dispos pénales sur l’interdiction des ententes Principe : interprétation stricte des textes pénaux  csqce : pas d’application franche Décret Loi 1953 portant sur l’interdiction des ententes : élaboration droit de la concurrence moderne en France 1956 : élaboration d’un droit de la concurrence en GB 1957 : élaboration d’un droit de la concurrence en Allemagne Traité de Rome du 25 mars 1957 (CEE) : comprend des dispositions sur le droit de la concurrence et les abus de position dominante Ordonnance 1er décembre 1986 : codification droit de la concurrence en France + ententes et abus de position dominante détachés au profit du Conseil de la concurrence avec de vrais pouvoirs, et en cas de contestation de la décision (CA Paris en cas de recours, puis Cas puis CE compétents) Loi Galland 1996 : protection des petits commerçants face à la grande distribution Com 2000 : ordo 1986 + textes éparses regroupés Loi NRE 2001 + Loi LME : évolution du droit de la concurrence en matière de grande distribution

porter atteinte à un concurrent sans reproche exception : .PARTIE 1 : LA PROTECTION DES CONCURRENTS Principe : compétence EM pour légiférer sur la concurrence déloyale et clauses de non concurrence  csqce : pas dispos dans le Traité de Rome Traité Rome : économie de marché et libre échange (disparition frontières pour faciliter les échanges) 1957 : droit communautaire interdit les ententes et abus de position dominante 1963 : France commence à s’y intéresser . L’existence d’un faute JP a construit de toute pièce cette branche du droit (1382 CC + 1383 CC)  csqce : pouvoir créateur du droit par le juge ATTENTION : appréciation in abstracto de la faute => commerçant malhonnête.Contrôle concentrations 1977 : France adopte contrôle concentrations pour éviter contrôle communautaire  csqce : pas marché car depuis 1979 contrôle communautaire concentrations Solution : seuils. et inversement Principe : Autorité Nationale de la Concurrence tenue d’appliquer droit communautaire concurrence Titre 1 : Le droit commun Principe : liberté de concurrence  csqce :.produits du concurrent . 1382 CC »  csqce : preuve d’une faute.chacun est libre de s’organiser comme il l’entend pour conquérir la clientèle .les clauses de non concurrence Chapitre 1 : La concurrence déloyale Principe : construction du droit de la concurrence déloyale sur l’art.Droit anticoncurrentiel Principe : possibilité d’application du droit communautaire + droit national  csqce : saisine juridictions UE et EM Solution : on retient le critère de l’affectation entre EM afin de cumuler les 2 droits CJUE 1969. la Commission doit en tenir compte pour minorer la condamnation. scrupuleux et négligent  csqce : pas de faute si on est un commerçant honnête. 1382 CC Débat sur ce fondement : pays ont adoptés des lois sur la concurrence déloyale en le détachant du droit commun ex : Allemagne (loi 1909 réécrite en 1994) .au dessous => droit national . Walt Wilhem : « CJ applique au droit de la concurrence la règle non bis in idem »  csqce : en cas de condamnation au niveau national.dénigrement .désorganisation générale du marché » La confusion Créer dans l’esprit de la clientèle une assimilation ou à tout le moins une similitude : .confusion .la morale et l’éthique : ts les coups ne sont pas permis . non scrupuleux et diligent Principe : obligation d’être attentif aux autres concurrents sur le marché Doyen ROUBIER (années 50) a proposé une classification actes déloyaux : . dommage et lien de causalité Application particulière : la finalité n’est pas la réparation mais pour sanctionner un comportement  csqce : déformation du régime de la responsabilité dans une finalité disciplinaire pour faciliter la sanction Section 1.au dessus => droit communautaire . Les conditions d’exercice de l’action en concurrence déloyale I. Belgique (loi 1971 sur la concurrence déloyale) Certains auteurs France : interdiction des comportements déloyaux comme PGD à défaut texte spécial Cas : « fondement sur l’art.avec l’entr concurrente .désorganisation de l’entr concurrente .

le concurrent a pensait qu’il pouvait utiliser le nom commercial : utilisation d’un nom commercial dans un nom de domaine qui porte atteinte à la fonction d’identification/publicité du nom commercial antérieurement utilisé par un concurrent exerçant dans un même secteur d’activité et sur les mêmes zones géographiques constituent un acte de concurrence déloyale » Principe : un nom patronymique ne dispense pas de ne pas porter atteinte à la libre concurrence affaire Bordas : le nom patronymique devient un élément propre à la société. 7 avril 1995 : « Go Voyage contre Go US qui vendait des voyages à destination des USA » Com 7 juillet 2004 : « à Rennes. indépendamment de celui qui le porte (Pierre Bordas) affaire Mme Soleil : idem Principe : il faut une originalité (identifié et caractérisé) pour que la protection fonctionne  csqce : noms et marques génériques n’ont pas suffisamment de personnalité pr être protégés CA Paris. une agence immo ‘Rennes immo’ a constaté qu’un concurrent a fait paraître des pubs se référant à un site en voie de création dont le nom de domaine avait été réservé ‘Rennesimmo.nom commercial/enseigne concurrente : utilisation d’un nom qui se rapproche d’un nom utilisé par un concurrent CA Aix en Provence.com’. 5 novembre 1927 : « galeries La Fayette contre les galeries Layette » Com 19 juillet 1971 : « Société l’Approvisionnement Général Electrique contre la Société Approvisionnement Electrique » Com 29 mars 1989 : « hebdomadaire Paris Magasine contre Paris le Magasine » CA Paris. 28 novembre 1959 : « une société Pizza ne peut pas demander une protection de son nom » .organisation/installation du concurrent      confusion avec un produit de l’entr concurrente  les rapports de la concurrence déloyale et le droit de la propriété intellectuelle Section 2 : L’exercice de l’action en concurrence déloyale Section 3 : le parasitisme Chapitre 2 : Les clauses de non concurrence Titre 2 : Le droit spécial Chapitre 1 : Les pratiques restrictives .  confusion avec l’entr concurrente elle même  acte d’imitation d’un signe original :.

Chapitre 2 : La transparence tarifaire .

PARTIE 2 : LA PROTECTION DU MARCHE Titre 1 : les pratiques anticoncurrentielles Chapitre 1 : Les conditions de fond Chapitre 2 : La procédure Titre 2 : Le contrôle des concentrations Chapitre 1 : Le champ d’application Chapitre 2 : La mise en œuvre .

7047/..8/0305.38.94330  .43..39/.0/F4.:7703.56:08.22039/05078433.9F/:342.039:3FF2039574570.0  .990390.9F098:7082H2084308 F47.11.F9F!.974326:030/8503805.:9:30473.9..8/02.F9F 3/F503/.3/07:3057490.943/0843342     47.90:7/ .50:33425.43.42207.7:3.02-70 :3084.9F57H9705749FF8  !.86.9F78F 54:76:0.38:32H2080.78 34.803425.974326:0/0.43899:039:3.76:08F3F76:083 4395.943.57490.03428092.22039/0.943143.5:-.3050:95.0  !73.7020$40/02 !73.7.88:118. ..90/0..43.:77039007.:7703.0: 6:054790 !077047/.8547907.84.9F /0391F09.501.8   .39F70:702039:98F5.11.-70.

   ...:7703.43.431:843.08       .0     $0..96:0870897..59700857.:7703.0/0 .0.43.:3574/:9/0 0397.0     %9700/74985F..943/:.89820    .43.:77039    .94305.389.554798/0.7.43.43.:7703.:770390     087.0090/749/0.:808/0343.9.597008.57457F9F3900..9:00    $0.94303.943 007.0/F4.0/F4..

70        .71.703.5970.97..385.09.

39.!#%!# %% &#      %9700857.59700.597008.43.43.96:08.5970.25/ .55.F/:70       %9700.9438      .43/9438/0143/       .943     ..70         .0397.:77039008      .28003 :.574.43970/08..5970.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful