CENTRE IVOIRIEN DE RECHERCHES ECONOMIQUES ET SOCIALES (C.I.R.E.S.

)

UNIVERSITE D’ABIDJAN-COCODY

PROPOSITION DE RECHERCHE REVISEE

UNE APPROCHE MULTIDIMENSIONNELLE DE LA PAUVRETE APPLIQUEE A LA CôTE D’IVOIRE.

PAR : Dr. Kalilou SYLLA Enseignant-chercheur CIRES –UFRSEG kalsylla@yahoo.fr Mamadou GBONGUE, Assistant de recherches CIRES hamed.mamadou@caramail.com Eric KOUADIO, Assistant de Recherches CIRES, eric.kouadio@caramail.com

Soumission de proposition au PEP :
Mai , 2004

INTRODUCTION Depuis le début des années 1980, les déséquilibres macroéconomiques et la quasiabsence de progrès social constituent une caractéristique commune à maints pays africains, confrontés à une profonde crise économique et sociale, sans précédent au cours de leur histoire. La Côte d’ivoire n’échappe pas à ce contexte, malgré la mise en œuvre depuis le début des années 1980 de programmes de réformes structurelles, et l’adoption en 1997 d’un Programme National de Lutte Contre la Pauvreté (PNLCP). Dans ce pays, influencé par un environnement interne et externe défavorable depuis ces dernières années (les vicissitudes du contexte international, les incertitudes sociopolitiques depuis les années 1990 et le conflit armé de 2002), de nombreux ménages ou individus sont dans l’incapacité d’obtenir ou de perpétuer un niveau de bien-être correspondant à un minimum acceptable par les normes de la société (PNUD 1999 ; PNUD/INS 2000 ; Kouadio et al 2000 ; Kouadio, 2002). Quel que soit le milieu (rural ou urbain), l’analyse de la pauvreté implique une identification correcte du bien-être des ménages et des individus. Elle implique, en outre, la conceptualisation d’un cadre analytique cohérent au fin d’un meilleur ciblage des populations pauvres et la rationalisation des politiques de lutte contre la pauvreté. En effet, l’efficacité des politiques de lutte contre la pauvreté requiert, non seulement une identification fine des pauvres selon des sous-groupes particuliers (de même que leur localisation spatiale), mais également en fonction des facteurs à l’origine des faibles niveaux de vie (Lachaud, 2000). Ces facteurs peuvent être liés ou non à un dysfonctionnement institutionnel dans l’application des mesures de lutte contre la pauvreté, une source d’exclusion dans l’accès à certains services de base (Coudouel, Hentschel et Wodon, 2002). L’analyse des politiques d’ajustement social en Côte d’Ivoire et la compréhension des mécanismes sous-jacents, essentielles pour affiner l’élaboration de politiques économiques et sociales adaptées, se révèlent difficiles compte tenu du caractère multidimensionnel du bien-être des individus ou des ménages, de l’insuffisance des outils analytiques disponibles et la faiblesse des informations statistiques. Malgré tout, l’analyse raffinée de la pauvreté est en mesure de permettre une évaluation de certaines dimensions du déficit de progrès social, et de suggérer une spécification des domaines de ciblage des politiques. Afin de mettre en évidence les traits essentiels de la dimension sociale du processus de transition économique, l’étude se propose d’analyser la pauvreté en Côte d’Ivoire par une approche multidimensionnelle.

2

PROBLEMATIQUE Les études sur la pauvreté en Côte d’Ivoire se réfèrent à l’approche monétaire. Celle-ci, est, cependant, limitée. Elle ne prend pas en compte l’accès à certains services sociaux de base et l’impact des biens publics sur le bien être (Charckravarty et al,1997). La qualité de vie d’une personne ne dépend pas uniquement du niveau de revenu personnel dont elle dispose. Les « capabilities » d’un individu vont également dépendre de conditions physiques ou sociales diverses et du fonctionnement des institutions régulatrices des comportements (justice, administration publique et privé, sécurité, etc.). L’environnement épidémiologique, la disponibilité de services sanitaires, la nature de la couverture sociale et l’accès à l’éducation font partis des facteurs déterminants à la qualité de vie (Rougier, 2001). Ces considérations posent alors des problèmes d’ordre conceptuel et méthodologique dans la spécification d’une mesure globale de la pauvreté : quels indicateurs de bienêtre individuel faut-il retenir ? Comment peut-on synthétiser l’ensemble des informations concernant la population pauvre en une mesure synthétique de pauvreté en tenant compte des attributs sociaux des ménages? Comment intégrer analytiquement ces variables dans les études de la pauvreté ? Quel est le poids (ou l’incidence) de ces éléments dans l’explication de la pauvreté en Côte d’Ivoire ? Ces questions soulèvent d’une part, le problème d’une mesure intégrale de la pauvreté dans toutes ses dimensions en Côte d’Ivoire et le lien entre la pauvreté monétaire et non-monétaire, d’autre part. C’est dans cette optique que s’inscrit notre étude qui montre l’opportunité d’une mesure multidimensionnelle de la privation de certains droits en tant qu’approximation de la pauvreté non-monétaire en Côte d’Ivoire. Cette étude tente donc d’analyser, à travers la recherche et la synthèse d’un ensemble d’indicateurs primaires dont chacun reflète un aspect bien particulier de la pauvreté, l’aspect multidimensionnel de cette dernière en Côte d’Ivoire.

3. OBJECTIF DE L’ETUDE L’objectif principal de cette étude est de montrer multidimensionnelle de la pauvreté en Côte d’Ivoire. Objectifs spécifiques - Faire la distinction entre la dimension revenue et la dimension non-revenue de la pauvreté en Côte d’Ivoire ; - Calculer l’indicateur composite qui prend en compte à la fois, la dimension revenue et la dimension non revenue de la pauvreté ; - Analyser le rôle de l’indicateur composite de pauvreté dans le ciblage des ménages ; - Analyser le lien entre l’indicateur monétaire de la pauvreté et l’indicateur composite de la pauvreté. l’intérêt d’une mesure

3

- Estimer l’indice de pauvreté multidimensionnelle.

4. HYPOTHESES - Les attributs de la pauvreté multidimensionnelle ne sont pas uniquement que qualitatifs - Les attributs des différentes dimensions de bien-être sont les principaux facteurs explicatifs du ratio et de l’écart de pauvreté ; - IL existe une différence dans le ciblage des pauvres en fonction du choix de l’indicateur (monétaire ou non-monétaire). - L’indicateur monétaire de pauvreté peut être intégré dans l’indice de pauvreté multidimensionnelle

5. MODELES THEORIQUES Une mesure de la pauvreté multidimensionnelle est un indice qui synthétise l’ensemble des informations disponibles concernant une population pauvre. Si cet indice se fonde sur une distribution d’un ou plusieurs indicateurs de bien-être individuel et d’un seuil de pauvreté relatif à chacun des indicateurs sélectionnés, une telle mesure pose des questions d’ordre conceptuelle et méthodologique telles que : quels types d’indicateurs de bien-être (collectif ou individuel) faut-il retenir? A partir de quel niveau de bien-être peut-on considérer qu’un individu est pauvre ? Comme le souligne la littérature économique, en se referant aux questions relatives à la pauvreté multidimensionnelle, il est souvent difficile d’aboutir à une mesure appropriée de celle-ci, surtout d’asseoir un consensus autour d’une démarche à opérer. De façon synthétique il se dégage deux grands courants d’analyse multidimensionnelle de la pauvreté s’appuyant sur la synthèse d’un ensemble d’indicateurs primaires non monétaires reflétant le bien-être. Le premier courant s’appuie sur une approche dite « non axiomatique » dont les prémices remontent avec les travaux d’Adams et page (2001) qui, quoique se fondant sur l’utilisation de plusieurs indicateurs agrégés de bien-être fourni par la banque mondiale, se trouvèrent confronter à un problème de choix d’un système de pondération approprié pour les différents indicateurs de bien-être. En utilisant ces différents indicateurs agrégés de la Banque Mondiale, Collicelli et Valerii (2001-2002) n’ont pas pu résoudre le problème du double compte au niveau des indices. Smededing et al (1993), Klasen (2000), Pradhan et Ravallion (2000) ont orienté leurs travaux sur une mesure de la pauvreté à partir de données individuelles. Cette approche bien qu’intéressante ne rende pas compte des privations des ménages ayant un accès limité à certains services publics.

4

L’autre courant est basé sur l’approche « axiomatique » axée autour de l’analyse selon laquelle la pauvreté étant un concept complexe, son analyse normative ne peut être facilitée que par l’adoption d’axiomes pour la mesure de la pauvreté. Elle suggère un caractère substituable aux attributs de la pauvreté et s’appuie sur l’individu. L’utilisation de ces axiomes permet de caractériser la pauvreté mais, peut éloigner de tout accord sur les résultats de l’analyse. Les travaux de F.Bourguignon et S.Chakravaty (1999) sont une référence en la matière. Ils s’appuient habituellement sur une approche axiomatique des propriétés recherchées de l’indice de pauvreté et sur une mesure composite de pauvreté se référant à un seuil donné de pauvreté pour chaque indicateur. L’approche que nous allons utiliser pour réaliser cette étude est basée sur l’approche axiomatique. notre approche du caractère multidimensionnelle de la pauvreté, peut être vue comme une approche composée de deux analyses selon la caractérisation de E .Maasoumi (1999) : l’analyse d’entropie et celle d’inertie. Le fondement théorique de l’analyse d’entropie nous ramène aux concepts de base de la théorie de l’information, et particulièrement au concept d’entropie. E.Maasoumi (1968) s’appuie sur les développements de la théorie de l’information pour proposer son approche d’entropie du problème de l’indicateur composite. Il cherche une distance inter distributionnelle comme base pour dériver l’indicateur composite C à partir d’un critère d’optimisation. L’analyse d’inertie prend son origine dans le champ de la mécanique statistique. Elle est utilisée en analyse structurelle statistique, un domaine développé historiquement surtout par les chercheurs en sciences sociales, particulièrement en psychométrie. Les structures discrètes constituent alors un environnement familier et les métriques généralisées sont un outil standard. La multidimensionnalité consiste ici, en un ensemble fini de distributions simultanées sur une population donnée. 5.1 Méthodologie de l’Etude Pour cette étude, nous adopterons l’approche d’inertie pour la mesure de l’indice composite de pauvreté. Elle se fonde sur les études qui situent le débat de la pauvreté dans l’espace des accomplissements et non celui des ressources. Elle suppose, d’une part, que « la chose » manquante dans la vie des pauvres est un sous-ensemble de biens et services préalables à l’atteinte d’une certaine qualité de vie, mais que le fonctionnement du dispositif institutionnel d’accès à cette qualité de vie, est source d’exclusion et donc de pauvreté, d’autre part. Le problème que nous essayons de résoudre ici est de définir un indicateur numérique unique C comme indicateur composite des K indicateurs primaires Ik, calculable pour chaque unité élémentaire de population Ui, et significatif en tant que générant un ordre complet de pauvreté sur la population U. Le terme « unité élémentaire de population » dans notre cas se référera aux ménages. En contraste avec l’analyse d’entropie, nous avons ici une approche non paramétrique de l’indicateur composite. Il y a ainsi moins de place à l’arbitraire dans la recherche d’une forme fonctionnelle pour cet indicateur. Dans la grande famille des méthodes reposant sur le concept d’inertie, l’analyse de correspondance Multiple (MCA), cas

5

particulier de l’analyse canonique généralisée, a émergé comme la plus pertinente pour notre problème. Ces méthodologies fondées sur l’inertie sont différentes stratégies optimales pour déterminer les poids non arbitraires sur un ensemble de variables ; la différence entre chacune d’elles venant de différents objectifs d’analyse. Elles s’attaquent ainsi directement au problème théorique de base sous–jacent aux critiques relatives aux propositions opérationnelles visant à agréger un ensemble de variables. La pondération des catégories telle que résultant de la MCA consistera à quantifier chaque indicateur qualitatif primaire d’une manière non linéaire, sans alors imposer, dés le départ, aucune contrainte sur une forme fonctionnelle dont les arguments sont ses indicateurs. Alors que l’analyse d’entropie requiert une normalisation consistant à redéfinir les indicateurs quantitatifs en terme de parts, ici, le processus de normalisation consiste en la codification élémentaire 0-1 de tous les indicateurs catégoriques ou attributs, ce qui est universellement reconnu comme fondamental en toute formalisation de processus informationnels. L’analyse d’inertie, avec sa technique de base c’est-à-dire l’Analyse en Composante Principale (ACP), permet de compléter l’élimination de l’arbitraire qu’on rencontre dans celle d’entropie pour la pondération des mesures de divergence associées à chaque indicateur primaire (Asselin, 2002). Les principaux attributs de bien-être identifiés sont : la nutrition, l’éducation, la santé, l’hygiène, l’assainissement, l’eau potable, l’habitat, le genre, l’emplois et les infrastructures. Construction de l’indicateur Synthétique de pauvreté

Selon Asselin (2002), l’indicateur composite de pauvreté multidimensionnelle pour le ménage (i) est donné par :

Ci =

∑ ∑W I
K k =1 jk =1
jk

K

Jk

K i , jk

K

,

(1)

où: K = nombre d'indicateurs catégoriques; J k = nombre de catégorie pour l'indicateur k Wjk = le poids de l’attribut J k , déterminé de façon non arbitraire par l’analyse factorielle k (MCA) Iik, jk = variable binaire prenant la valeur 1 lorsque le ménage i a l’attribut J k Pour sa construction, nous nous appuierons sur l’Analyse en Correspondance Multiple (MCA).

6

Relation entre l’indicateur monétaire de la pauvreté revenu et l’indicateur composite de la pauvreté multidimensionnelle Trois modèles au choix qualitatif, fondés sur le maximum de vraisemblance, seront utilisés afin de tester empiriquement la relation, au niveau des ménages, entre l’indicateur monétaire de la pauvreté revenu et des dimensions non monétaires du bienêtre. Les formes fonctionnelles de ces modèles peuvent être résumées par la relation (Lachaud, 2000) suivante :

pi∗ = βX i + γCi + ηi + θi λi + εi ………………………….(2) Pi ∗ : est une variable latente se rapportant à un indicateur monétaire de pauvreté revenu du ménage (i); Xi : représente les caractéristiques du ménage ou celui qui en a la charge; Ci : indique le niveau d'accès du ménage i aux besoins essentiels K, c'est-à-dire la pauvreté non monétaire du ménage i en termes du bien-être de base K; ηi : est l’ensemble des variables binaires inhérentes à la localisation géographique; λi : est le rapport inverse de Mills permettant de corriger le biais de sélection lié à la composition des sous-échantillons; εi : se réfère au terme aléatoire.
Le modèle Probit binaire teste l'impact des Ci sur le ratio de pauvreté monétaire. Dans ce cas, on a : Pi=0 si Pi ∗ ≤0, et Pi=1 si Pi ∗ >0; et εi normalement distribuée: εi ~ N(0,1). Lorsque les Pi ∗ se réfère à la profondeur de la pauvreté monétaire, le modèle Tobit est estimé, et est spécifié comme suit: Pi=0 si Pi ∗ ≤0 et Pi= Pi ∗ si Pi ∗ >0 et εi normalement distribuée: εi ~ N(0, σ 2 ). Enfin, lorsque l'indicateur de pauvreté monétaire représente le rang du niveau de vie: pauvres=0, intermédiaires=1 et non pauvres=2, le modèle Probit ordonné est estimé, la variable latente étant spécifiée selon: Pi=0 si Pi ∗ ≤0 et Pi=1, 0< Pi ∗ ≤ µ1 ; Pi=2, µ1 < Pi ∗ ≤ µ2 ; les µ sont des paramètres à estimer avec les β ,γ ,θ et η , tandis que εi ~ N(0,1). Estimer les déterminants de la pauvreté multidimensionnelle Les facteurs explicatifs de la pauvreté non monétaire sont à rechercher parmi les variables qui n’ont pas servi pour construire les indicateurs. On peut les regrouper en quatre grandes catégories : - Caractéristiques du ménage (X) (sexe, âge, effectif, densité, statut matrimonial, taille du ménage, ethnie, migration, religion, accès au crédit, statut foncier, etc ); - Facteurs géographiques du ménage (Fg) (zone de résidence, type de terre, type de culture, etc) ; - Conditions climatiques (Fc) (pluviométrie, rendement des cultures, etc) ; - Facteurs relatifs aux infrastructures (Fi).( temps d’accès aux centres de santé, budget de santé par tête, nombre d’élèves par classes/instituteurs/cours, temps d’accès aux écoles, budget d’éducation par tête, routes bitumée et pistes latéritique, équipements agricoles, etc).

7

Deux techniques seront utilisées pour résumer les variables des différents groupes de facteurs explicatifs : - Si toutes les variables d’un même groupe sont fortement corrélées, il suffit de choisir parmi elles, celle qui est la plus pertinente. Dans le cas contraire, on aura recourt à l’ACP: - la démarche consistera à résumer les variables explicatives de chaque groupe à l’aide des méthodes statistiques multidimensionnelle tout en conservant le maximum d’information. Une fois les variables pertinentes de chaque groupe retenues, l’estimation d’un modèle Tobit est effectuée pour rechercher les déterminants de la pauvreté multidimensionnelle, suivant l’équation ci-dessous :

Ci ∗ = β ' X i + αi Fgi + µi Fci + νi Fi + εi

(3)

où : - C*i est une variable latente - non observable - se rapportant à l’indicateur composite du ménage (i). - Les variables pertinentes de chaque groupe de facteurs sont considérées comme binaires. - εi est le terme d’erreur. Estimation de l’indice multidimensionnel de pauvreté Avec l’indicateur composite Ci calculé, il est alors possible de calculer les indices de pauvreté standard, une fois que l’on a identifié un seuil de pauvreté. Dans notre exercice, nous choisirons un quantile spécifique de l’indicateur Ci qui peut être le second ou le troisième quantile ou proche du taux de pauvreté nationale monétaire calculé pour l’enquête ECVM 2002. Une fois qu’un seuil de pauvreté a été défini, on calcule les indices de Foster-GrereThorbecke (FGT) pour établir l’indice de pauvreté multidimensionnelle en vue d’une part, de comparer le niveau de pauvreté entre des groupes spécifiques de ménages (ménages ruraux, ménages urbains) et de rendre performant la méthode de ciblage des pauvres telle qu’utilisée aujourd’hui par l’Institut National de la Statistique (INS), d’autre part. 5.2 Description des variables et sources de données 5.2.1 Description des variables La présente étude propose une mesure de l’indicateur de pauvreté non monétaire des ménages à partir de plusieurs dimensions du bien-être utilisé dans l’approche unidimensionnelle; tout en ayant à l’esprit les limites en terme d’information, de méthodes et de conception.

8

Les dimensions du bien-être sont relatives au genre, et à l’accès aux services sociaux essentiels. Cette approche oriente le débat sur la pauvreté dans le cadre des réalisations et non celui des ressources. Elle caractérise l’état de pauvreté comme l’absence d’un sousensemble de biens et services nécessaires à l'atteinte d'une certaine qualité de vie. Les principaux domaines que nous privilégierons sont: nutrition, éducation, santé, hygiène, assainissement, eau potable, habitat, la longévité, la communication, l’accès à l’énergie et l’emploi.
Compte tenu des réalités socio-économiques et politiques de la Côte d'Ivoire, nous compléterons ces dimensions par le genre pour mieux cerner le niveau d'intégration et de participation des femmes dans les programmes et projets de développement sensés les aider. Ces différentes dimensions seront analysées par rapport aux strates réalisées par l’INS. La strate est l’unité statistique d’analyse de l’INS qui décompose la Côte d’Ivoire en cinq strates représentant des régions statistiques composées de ménages enquêtés.

Tableau 1 : Description des variables d’entrée du modèle
Dimensions EDUCATION Attributs Sources de données Nombre d’adulte de 15 ans et plus Ecvm 2002 analphabètes dans le ménage Taux net de scolarisation des enfants Ecvm 2002 dans le ménage Nombre d’enfants en âge de fréquenter le primaire et le secondaire dans le ménage Source d'approvisionnement en eau Ecvm 2002 potable pour le ménage
Type d'aisance Type de sanitaire Mode d'évacuation des ordures ménagères Mode d’évacuation des eaux usées HABITAT Type de logement Nature du plancher (sol) Nature du toit Nature des murs extérieurs Nombre de personnes par pièce Mode d'éclairage Ecvm 2002 ECVM 2002 ECVM 2002

EAU POTABLE

ASSAINISSEMENT

ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002

ENERGIE Type de combustible Niveau de nutrition des enfants 0-5 ans (poids pour âge, taille pour âge, poids pour taille) dans le ménage Apport de calories par jour et par équivalent-adulte dans le ménage Dépenses en aliments essentiels ECVM 2002 ECVM 2002 Articles (kouadio 1998) ; ministères ECVM 2002 ECVM 2002, RNA

NUTRITION

9

SANTE

(Recensement National de l’Agriculture 2001) , les ministères Etat de morbidité dans le ménage par ECVM 2002 rapport aux maladies diarrhéiques, fièvre, toux, MST,ect Accès aux services de santé ECVM 2002 Accès à la médecine traditionnelle ECVM 2002 Accès à la médecine moderne ECVM 2002 Nombre de décès liés au paludisme dans ECVM 2002 le ménage Le nombre d’handicapés dans le ménage Ministères ; ECVM 2002 Morbidité liée au sida dans le ménage ECVM 2002 Nombre de décès dans le ménage ECVM 2002 ;RGPH 1998 ECVM 2002 ;RGPH1998 ECVM 2002

LONGEVITE Nombre de décès infantile, maternel, infanto-juvenale, périnatale. Réfrigérateur POSSESSION DE BIEN DURABLE Cuisinière Voiture Mobylette Vélo Bétail et animaux de trait Outils de travail Télévision Téléphone Radio Ordinateurs (Internet) Type d’activité exercée par le ménage ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ECVM 2002 ; ministères

COMMUNICATION

EMPLOI

GENRE

Catégorie socioprofessionnelle du chef de ménage Niveau de rémunération du ménage Nombre d’activité exercée dans le secteur informel par le ménage Nombre d’activité exercée dans le secteur formel par le ménage Femme chef de ménage - ECVM, 2002 - Ministères de la Femme et des Affaires Sociales Ratio de genre du ménage Espérance de vie des femmes du ménage Espérance de vie scolaire des femmes dans le ménage

10

REVENU

Nombre de femmes actives dans le ménage Dépenses scolaires Dépenses de santé

ECVM 2002

Dépenses d’habilement Dépenses d’entretien et loisirs Transferts reçus par le ménage
ECVM 2002

Dépenses d’alimentation du ménage Dépenses de transport et communication du ménage Dépenses de consommation du ménage Remboursement des dettes ECVM 2002 contractées par le ménage
Source : Les auteurs

5.2.2 Sources de données Pour mener à bien cette étude, nous aurons recours aussi bien aux données primaires que secondaires. Les données primaires sont recueillies par l'Institut National de la Statistique de Côte d'Ivoire en 2002. L'Enquête sur les Conditions de Vie des Ménages (ECVM 2002) sera la principale source d'information utilisée dans la présente étude. Les données secondaires proviendront des interviews et documents fournis par certains ministères sectoriels pour certains attributs particuliers. Les données secondaires seront aussi obtenues par une recherche documentaire. D'autres sources de données permettront de recouper et vérifier les informations issues de l’ECVM 2002. Ce sont : le Recensement Général de la Population et de l’Habitat (RGPH 98), les Ministères spécifiques, les projets de développement, le Recensement National de l’Agriculture (RNA 2001), etc… 6. APPLICATION DES RESULTATS ATTENDUS - Proposer une méthodologie simple et efficace pour évaluer les aspects multidimensionnels de la pauvreté ; - Améliorer le niveau de précision dans l’identification des ménages vulnérables ; - Raffiner les techniques de ciblage et d’identification des facteurs de pauvreté ; - Aider à la formulation des politiques efficaces de réduction de la pauvreté ; - Aider à la formulation des plans de développement et des projets-programmes de réduction de la pauvreté des Conseils Généraux (qui sont des entités décentralisées de développement local) ;

11

- Renforcer les capacités techniques de l’Institut National de la Statistique (INS), du comité de suivi du DSRP et des Conseils généraux. Il est, aujourd’hui, largement admis qu’une bonne connaissance de la nature de la pauvreté des ménages aidera à la mise en œuvre d’une politique sociale efficace en vue de réduire de façon durable, les privations des populations pauvres des services publics. Les recommandations de cette étude permettront d’améliorer la situation des populations vulnérables et leur participation effective à l’activité économique. La détermination des dimensions et attributs influençant le bien-être des ménages devrait fournir une indication sur la manière de conduire la politique de réduction de la pauvreté en Côte d’Ivoire. Elle alimentera, en outre, les réflexions et les conditions d’une bonne évaluation des cibles dans l’allocation équitable des fruits de la croissance en fonction des priorités des Gouvernements. 7. EFFETS ESCOMPTES

-

Cerner clairement les contours des dimensions et attributs de la pauvreté en côte d’ivoire. Expliquer l’impact de cette mesure du bien être dans la pertinence des politiques de réduction de la pauvreté (DSRP). Amener les pouvoirs publics à définir un cadre de micro-crédit se fondant sur les critères multidimensionnels de la pauvreté en cote d’ivoire. Mettre à la disposition des conseils généraux une meilleure stratégie d’affectation budgétaire des ressources.

8. CHRONOGRAMME

Activités Recherche documentaire Enquête complémentaire Traitement et analyse des données Rédaction Version intérimaire Version finale

Janv. Fev Mars Avril MAI juin juillet Aout Sept Oct Nov. Dec

12

9. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES Asselin, L-M (2002). “Pauvreté multidimensionnelle : indicateur composite de la pauvreté multidimensionnelle“. Institut de Mathématique Gauss, Québec, Canada. Bourguignon,F. et S.Chakravaty, (1999)” A family of Multidimensional poverty Measures” in Advances in Econometrics, income Distribution and scientific Methodology, D.J Slottje ed., Caudouel, Hentschel et Wodon, (2002). “Exclusion social y reduccion de la pobreza en america Latina y el caribe", World Bank, washingtown, D.C. Charkravarty, S.R., Mukherjee, D., Ranade, R.R. (1997). “On the family of subgroups and factor decomposable measures of multidimensional poverty”, Bordeaux, Séminaire de l’URA, Université Montesquieu-Bordeaux IV. Collicelli et Valerii ,(2002) “A new methodology for comparative analysis of poverty in Mediterranean : Amodel for differential Analysis of poverty at a regional Level” .Economic Research Forum working Paper 2023 Collicelli et Valerii, (2001), “poverty in transformation : definition Indicators and keys players at the National and Mediterranean Level” .Euro-Mediterranean Forum of Economic Institutes, Marseilles, France. Duclos, J-Y., D. Sahan, et S.D. Younger, (2002). “ Robust Multidimensional Poverty Comparisons”. E .Maasoumi (1999), “multidimensioned approaches to welfare analysis “chap. 15 in J.silber ed .,handbookof income inequality measurement, kluwer academic publishers, 437-477 E.Maasoumi (1968). ” The Measurement and Decomposition of Multidimensional Inequality “econometrica, vol .54,no. 4, pp .991-997 INS (2000). “Premiers Résultats Définitifs du RGPH-98”. INS, Abidjan. Kouadio A. (2002). “Rapport d’évaluation du Document de Stratégie de Réduction de la Pauvreté Intérimaire de la Côte d’Ivoire”. PRSP LEARNING-GROUP, Bruxelles,18-20 novembre 2002, CEA-UNECA. Klasen,S.(2000). “Measuring Poverty and Deprivation In south Africa”. Review of Income and Wealth , vol.46,pp.33-58 Kouadio, A. K. et al. (2000). « Ajustement monétaire et pauvreté alimentaire en Côte d’Ivoire. Rapport intermédiaire », CREA – AERC, Nairobi. Lachaud J-P (2000). « Dépenses des ménages, développement humain et pauvreté au Burkina Faso : substitution ou complémentarité ? » Doc. Travail, CED, Université Montesquieu-Bordeaux IV.

13

PNUD/INS (2000). «Profil et Déterminants de la Pauvreté en Côte d'Ivoire en 1998. Rapport de Base de la Table Ronde sur la Pauvreté », Rapport Définitif, Abidjan. Pradhan et Ravallion (2000). ”Measuring Poverty Using Qualitative Perceptions of Consumption Adequacy”, Review of Economics and statistics,vol.82(3),pp 462-471. Rougier E. (2001). « Vers des stratégies durables de lutte contre la pauvreté : équité, participation et principe de non-indépendance des politiques économiques et démographiques. » CED, Université Montesquieu-Bordeaux IV. Smededing, T., P. Saunders, J.Coder, S.and al (1993). poverty inequalty and family living standards impacts across seven nations : the effect of non-cash subsidies for heath, education and housing. Review of income and wealth, vol.30(3), pp.229-256.

10. METHODE DE DISSEMINATION DES RESULTATS ATTENDUS

-

Séminaire méthodologique à travers des commissions de travail :

1ère commission : réflexion sur le cadre institutionnel de mise en œuvre ; 2ème commission : réflexion sur les modalités d’appui institutionnel et financier 3ème commission : réflexion sur le cadrage des résultats et les politiques sectorielles et le DSRP en cours

-

Mise en place de points focaux dans les ministères sectoriels techniques pour la mise en œuvre des résultats et recommandations ; Elaboration de Policys Briefs par rapport à chaque objectif ; Elaboration d’articles scientifiques dans les Cahiers d’Economie Sociales du CIRES (Centre Ivoirien de Recherches Economiques et Sociales).

14

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful