PRÉSENTATION DU LIVRE

Pour dynamiser votre présence sur le Web et prendre en main votre avenir professionnel ! Les crises que nous venons de connaître à l’échelle mondiale font apparaître de nouvelles dynamiques socio-économiques. Notre relation au travail a changé et le Web révolutionne le lien social. Dans ce contexte, la seule donnée stable : c’est vousmême ! Votre personnalité, vos valeurs, votre persévérance… tout ce qui compose la marque Moi® sont vos atouts. Quel que soit votre statut professionnel (salarié, entrepreneur ou en recherche d’emploi), ce livre vous apportera tous les outils pour promouvoir votre marque personnelle et décrocher le job de vos rêves en 4 étapes : o Étape 1 : Découvrez votre marque – identifiez ce qui vous rend unique pour définir votre image de marque et prendre confiance en vous. o Étape 2 : Créez votre marque – créez votre boîte à outils : CV, emails, pressbook, médias & réseaux sociaux, blog, événement, etc. o Étape 3 : Communiquez sur votre marque – devenez votre propre RP on et off line. o Étape 4 : Entretenez votre marque – prenez soin de votre réputation et de votre identité numérique. « Rempli d’astuces vraiment utiles, Moi 2.0 peut aider quiconque à façonner sa marque personnelle. » Daniel Pink, auteur de La vérité sur ce qui nous motive Conférenciers, chroniqueurs et dirigeants, Fadhila Brahimi et Dan Schawbel sont des pionniers du Personal Branding dans leur pays d’origine. Dan Schawbel, auteur américain de ce best-seller international, Me 2.0, est reconnu comme le « pape du Personal Branding » selon le New York Times. Il cumule de nombreuses distinctions qui le hissent au rang de leader d’opinion. Très sollicité par les médias (TV, presse écrite…), il est l’auteur du blog www.personalbrandingblog.com. Fadhila Brahimi a préfacé et adapté l’ouvrage pour le public francophone. Géopolitologue et RH de formation, elle dirige la société FB-Associés et l’axe éditorial du premier blog francophone sur le Personal Branding (www.blogpersonalbranding.com). Conférencière émérite (Tedx), elle est régulièrement sollicitée par les médias sur les questions d’identité et de réputation numériques. Énergique, musicienne, c’est une chasseuse de tendances.
www.moi20.com     336 pages Prix : 20 euros Disponible en librairie et en numérique sur l'iBookstore d'Apple

PRÉFACE DE FADHILA BRAHIMI
Les motivations qui peuvent vous inciter à prendre le chemin du personal branding prennent différentes formes. La peur de ne pas être employable ou de ne pas générer d’activité rémunératrice, de vous faire voler votre identité numérique, d’être victime d’une campagne de dénigrement sur le Web, de ne pas être aimé, d’être considéré comme un looser… Ou bien, l’envie de vous ouvrir à des opportunités, de valoriser vos points forts, de vous faire reconnaître et d’être considéré comme indispensable, d’être perçu comme un leader… Cette vision binaire reflète les ressorts cachés des Français et des Américains à travers le prisme culturel. Je suis française d’origine algérienne ; l’auteur initial de cet ouvrage est américain. Ma formation en géopolitique internationale, mes quinze années passées au sein de compagnies aériennes et, plus récemment, mon expérience du blogging et du networking m’ont permis d’être en immersion continuelle dans l’interculturalité. Pour vous présenter ce livre en français écrit par la plume d’un Américain, j’ai été confrontée aux caractéristiques qui nous séparent mais aussi à celles qui nous réunissent. Ma formation de coach m’a aidée à intégrer l’esprit “Go, go, go… You can do it” et, celle d’ex-responsable en ressources humaines à prendre en compte la pondération française qui veut qu’un projet soit précis, déterminé, formalisé à 100 % avant d’être opérationnel. J’ai intégré toutes ces dimensions au fil de mes relectures pour donner une patte française à ce récit tout en conservant le processus d’émancipation et les conseils didactiques de Dan Schawbel. Si la culture nous sépare parfois, l’histoire nous réunit : notre société est en train de changer et de repenser ses modèles. Notre relation à l’emploi a changé pour des raisons économiques et sociétales. Aujourd’hui, nous pouvons être étudiant, entrepreneur, salarié ou salarié et autoentrepreneur ou encore salarié dans trois entreprises, etc. Nos modèles de pensée et de société ont été largement bousculés, voire ébranlés par les différentes crises. Toutes les sociétés regardent ce qui se passe ailleurs et tentent de s’inspirer des réussites des autres pour trouver un modèle viable et durable dans un écosystème donné. À ce titre, le Web et l’essor des médias sociaux jouent un rôle considérable en rapprochant les êtres humains et en leur offrant un espace d’expression inégalable. Primo, dans cet univers, entreprise, organisation et individu évoluent en concomitance. Les identités (professionnelle/ personnelle, corporate/

individuelle…) coexistent et se confondent. La parole est multicanal (articles, images, vidéos, musiques, etc.) et sans grade statutaire. L’individu a autant de place et de moyens que les institutionnels pour communiquer, revendiquer, vendre… Secundo, le Web défie toutes les lois de diffusion. Un message vrai ou non dispose de canaux de propagation simples, gratuits et à portée de main, dotés d’une grande puissance. Les utilisateurs de Twitter ont démontré plus d’une fois qu’ils pouvaient détrôner le média suprême : la télévision. La mort de Michael Jackson, le crash de l’avion dans l’Hudson à New York, l’attaque américaine à l’origine de la mort de Ben Laden, l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn, ont été révélés en premier lieu sur Twitter. Pour promouvoir vos services, vous aurez plus de chance d’obtenir de la recommandation et de la publicité en vous rapprochant de la blogosphère de votre secteur qu’en rêvant à une page de promotion dans un magazine spécialisé. À moins que ce même magazine vous repère via un article ou une campagne sur Facebook. Ce fut mon cas, je n’ai jamais acheté d’espace de publicité, ni envoyé de plaquette publicitaire par courrier. Mon blog est la vitrine de mes compétences, de mes valeurs et mes réalisations depuis 2005. C’est grâce aux médias sociaux que je peux diffuser mes pensées, réflexions et actions en temps réel. Tout ceci m’a permis d’obtenir des interviews dans les médias (TV, radio, presse écrite), d’être finaliste aux Europeans LinkedIn Awards en 2010, de développer mon portefeuille clients et de participer à des groupes de réflexion. Ces récompenses ont une résonance internationale que je n’aurais jamais obtenue sans la puissance des médias sociaux. N’est-ce pas le souhait de tout entrepreneur d’être remarqué et recommandé ? Tertio, le Web est communautaire. Les personnes se regroupent par centre d’intérêt en un clic. Que ce soit pour organiser un événement ou faire une révolution. Nous savons que les révolutions du printemps arabe émanent d’un cri de la rue, mais nous ne pouvons pas ignorer le rôle de caisse de résonance des groupes sur Facebook et des blogs du monde entier. De la Tunisie à la Libye, les blogueurs ont défié les gouvernements totalitaires pour diffuser les images de la rue ; les internautes ont publié sur Facebook les lieux de ravitaillement et ont organisé les manifestations. Ces mêmes outils permettent aux demandeurs d’emploi d’organiser des échanges d’astuces, conseils, nouvelles et autres informations servant à multiplier des opportunités d’emploi (offre et recommandation). Ces mêmes outils ont accompagné l’ascension de Barack Obama à la Maison Blanche. Il a utilisé les techniques du personal branding et du marketing viral communautaire pour gagner le coeur de la population mondiale. Si un président s’éprend pour ces espaces, c’est bien le signe que cet espace de communication est incontournable. Grâce aux plateformes de discussion et de publication en ligne, tous les individus sont devenus des médias en puissance. C’est à vous de déterminer votre ligne éditoriale et d’utiliser ces outils à bon escient pour servir au mieux

votre projet de vie. Car ces espaces n’ont pas de frontières. La vie privée n’existe plus ; seule l’intimité peut être préservée. Il n’y a plus de barrières entre la vie personnelle et la vie professionnelle. Ni même entre les cultures. Du moins en apparence. Les internautes utilisent au quotidien des services Web conçus par des nations étrangères qui, même en impulsant une dimension internationale, s’appuient sur leur propre culture pour développer des fonctionnalités. La culture universitaire américaine transparaît dans la naissance et l’évolution de Facebook (exemple : l’étudiant américain s’émancipe en tant qu’individu en créant sa page fan, alors que l’étudiant français adhère au groupe de son école). Tout comme elle transparaît dans les formulaires des profils : l’explicité américaine se traduit par une projection de soi dans le futur (Resume) alors qu’en France, l’implicite exige de notre part des preuves d’un passé fulgurant (CV). L’explicité américaine nourrit le discours direct, le ton franc et tranché, libéré du qu’endira-t-on. Alors que l’implicite français favorisera le discours modéré, la prise en compte de la perception de l’autre et l’humilité. Ainsi, l’Américain n’attendra pas qu’on le proclame « expert de » pour s’affirmer dans le rêve visé ; il soutiendra que « si vous n’êtes pas sur Google, vous n’existez pas » ; et il osera parler de ses échecs comme de ses réussites puisque tous deux permettent de grandir. Le Français préférera attendre la reconnaissance du groupe et particulièrement de ses pairs, vous expliquera que Google est le moteur de recherche préféré des Français, que ces derniers l’utilisent à 70 % pour rechercher des informations sur des personnes et qu’il serait donc judicieux que l’on trouve sur vous des informations positives et pertinentes ; il préconisera de parler de vos points forts et d’éviter de parler de vos « boulets ». Pardonnez-moi, ces généralités. Cette démonstration n’a pour vocation que de vous expliquer quel a été mon rôle en tant qu’adaptateur de ce livre et vous faire comprendre pourquoi il est plus un éloge à l’affirmation de soi, au positivisme et à l’audace qu’à la pondération, la protection et le camouflage. En somme, si vous recherchez les dix commandements « À faire, à ne pas faire », ou un discours prudent et sécuritaire, vous pouvez immédiatement fermer ce livre. Si, en revanche, vous souhaitez gérer votre vie comme un acteurentrepreneur en vous inspirant d’une success-story pour vous approprier le questionnement intérieur et les actions menées afin de choisir votre propre chemin et en intégrant les évolutions réelles et évidentes de notre société, alors, ce livre sera certainement une inspiration, voire une respiration. Dan Schawbel évoque avec transparence son parcours professionnel dans un contexte de crise de l’emploi. Du statut d’étudiant à expert reconnu à la tête de plusieurs médias (TV, magazines), il partage ses réussites et ses déboires en tant que jeune de la génération Y dédiée à une seule ambition : être remarquable pour être remarqué. Pour ce faire, il a combiné ses différentes compétences en informatique, en marketing et Web et n’a eu de cesse d’infirmer sa volonté de

réussir. Il a su multiplier les apparitions numériques et physiques, développer un réseau de prescripteurs, maintenir le cap de ses objectifs en obtenant les emplois qu’il désirait malgré les embûches, et toucher ceux qu’il souhaitait rencontrer. Bien que ne faisant pas partie de cette génération Y, j’en ai l’esprit. Cet esprit, vous l’avez sûrement : « Faire de votre vie un rêve et faire de votre rêve une réalité » (Pierre Curie), en prenant en main votre avenir, non pas en attendant que les choses viennent à vous mais en provoquant des carrefours du possible. Vous êtes unique et vous avez un rêve à réaliser. Votre histoire, vos valeurs, votre personnalité, vos expériences professionnelles et extraprofessionnelles… font un tout et vous attribuent une singularité qui doit vous servir à construire votre empreinte. Votre marque personnelle est une promesse ; celle que votre entourage évoque en disant : « C’est elle – ou lui – qu’il nous faut », « Avec elle – ou lui –, nous savons que… », « Là, nous ressentons la patte de… », « En un mot, elle – ou lui – est la femme – ou l’homme – qu’il vous faut ». Votre promesse joue un rôle de signature et de recommandation qui vous permettra de vous démarquer et de vous sentir pousser des ailes. Mais à quoi sert d’avoir du talent si vous n’êtes pas vu, lu ou entendu ? Les talents ne sont rien ou bien restent un secret caché si vous n’acceptez pas de les mettre en scène. Les faire vivre et les promouvoir au quotidien dans la vie physique et la vie digitale devient essentiel dans un monde connecté en temps réel. Bientôt, la reconnaissance faciale va envahir nos smartphones. Observez autour de vous. Regardez ces femmes et ces hommes dans le métro ou dans la rue. Ils ont tous en main un appareil qui leur permet de communiquer, dialoguer et échanger partout et tout le temps. Votre mentor, votre prescripteur ou votre futur collaborateur est peut-être juste à côté de vous. Prendre en main son avenir professionnel, c’est prendre en main son image dans la rue comme sur Viadeo. Travaillez avec transparence, honnêteté et régularité, les reflets de votre image : votre identité et votre réputation au travail, au club de sport, chez le commerçant du coin, auprès de vos amis, collègues et copains, sur Facebook comme sur Google. Il ne s’agit pas de s’inventer un personnage mais de se réinventer en recherchant la cohérence avec l’image de soi On et Off line et d’agir en accord avec vos valeurs dans la congruence (je dis ce que je fais et je fais ce que je dis). Il ne s’agit pas de se vendre mais de mettre en avant les caractéristiques de son identité de marque. Car vous êtes une marque. La marque : c’est vous ! Tout votre capital relationnel, social, structurel et affectif compose votre distinction. Je ne suis pas contre mais opposée au CV anonyme car je suis ce que j’ai reçu, ce j’ai vécu et ce à quoi j’aspire. L’histoire de Dan – je l’appelle ainsi car à force de le lire et d’interagir avec lui depuis cinq ans, j’ai l’impression qu’il est proche de moi – ressemble à la mienne et peut ressembler à la vôtre.

Sur fond d’un storytelling (« Je vous raconte mon histoire »), Dan nous a offert un guide avec une démarche en quatre étapes : découvrir sa marque personnelle, la créer, communiquer à son sujet et l’entretenir. Quel que soit l’avenir des services et entreprises cités, le cheminement et le questionnement sont immuables. Quelle que soit la situation dans laquelle vous êtes, vous pouvez y trouver des pistes pour aborder ce XXIe siècle en connaissance de cause. Il n’y a pas qu’une seule vérité ; voici néanmoins la sienne et comment le personal branding a été un véritable levier pour provoquer des opportunités. FADHILA BRAHIMI
www.blogpersonalbranding.com

PLAN DU LIVRE
Préface de Fadhila Brahimi Introduction Partie 1 : L’essor de la marque personnelle La marque MOI® La puissance de la marque MOI® Qu’est-ce qu’une marque personnelle ? Que signifie faire de MOI® une marque ? La marque MOI® n’a que la puissance que vous lui donnez. La marque MOI® et la technologie Une nouvelle génération à l’embauche La génération Y au travail La relation entre les générations X et Y Présentation du commandant de bord : vous-même ! Apprendre à se vendre Mon premier cycle d’études supérieures : réseautage et personal branding Le labyrinthe des emplois de base Être le commandant de bord de sa carrière Les nombreux aspects du personal branding Le graphique de votre marque Partie 2 : Maîtrisez votre carrière en 4 étapes Étape 1 : Découvrez votre marque Prenez des risques, et tirez les conclusions de vos résultats Investir dans la découverte de soi Les 3 éléments-clés d’un personal branding efficace Positionnez votre marque en vue de réussir Étape 2 : Créez votre marque Présence de votre marque en ligne La boîte à outils de votre personal branding Les sites de réseaux sociaux en ligne Branding mobile Présence de votre marque hors ligne Cohérence du branding en ligne et hors ligne Étape 3 : Communiquez autour de votre marque Les relations publiques personnelles

Autres stratégies pour promouvoir votre marque Étape 4 : Entretenez votre marque Gérez votre réputation Partie 3 : Vous êtes maintenant aux commandes Personal branding et recherche d’emploi Les 5 règles de la recherche d’emploi 2.0 LinkedIn et Viadeo Twitter Facebook S’installer à son compte Les caractéristiques de la marque d’un entrepreneur Jeunes entrepreneurs : l’entreprise, c’est vous ! Par où commencer Des résultats pour la vie Vaincre les obstacles Les avantages secondaires du personal branding Quelques commandants de bord maîtres de leurs marques Commencez aujourd’hui ! Remerciements Glossaire du personal branding

LA PRESSE EN PARLE…
France 5 emploi, Gnanaprégassame 21 septembre 2011, par Odile

Aujourd’hui, à la Une de France 5 Emploi, retrouvez l’interview de Fadhila Brahimi, experte en personal branding. Le personal branding s’apparente au coaching moderne. C’est une technique visant à valoriser sa personnalité comme un produit marketing et construire toute une stratégie de promotion autour de soi pour arriver à la vie que nous voulons. Le témoignage d’Aline, 35 ans qui est passée par le personal branding pour rebooster sa carrière. Un parcours classique. “Bac, classes prépa, grande école, stage de fin d’études à New-York et première embauche à 24 ans, mon parcours était déjà tout programmé. Quand j’ai commencé à travailler, je ne pensais pas à ce que je voulais mais plutôt à ce que les autres voulaient pour moi.” Une prise de conscience. “A trente ans, j’ai tout laissé tombé. Je ne me retrouvais plus, j’avais un rythme de fou, je n’étais pas heureuse dans mon travail. Mes rares moments de plénitude, je les vivais avec mon compagnon qui a fini par partir, je n’étais jamais disponible.” Un long cheminement. “Avec le personal branding, j’ai appris à défendre mes idées personnelles, mes convictions. J’ai arrêté d’avoir un discours pré mâché pour n’importe quelle situation.” Un talent qui ressort. “Je me suis rendue compte que j’avais un certain talent pour convaincre mes interlocuteurs de nous soutenir financièrement. J’ai orienté ma carrière dans cette voie, je le faisais ressortir avant tout autre compétence.” Une nouvelle identité. “Je n’ai pas changé de personnalité, mais le personal branding m’a réellement aidé à avoir une vie professionnelle équilibrée et à redéfinir mes objectifs de carrière. Je me sens utile dans mon job et pourtant, je suis toujours dans la même entreprise. Mon regard sur mes capacités a évolué et je me sens plus sûre de moi.” Comme Aline, faites-vous aider avec le personal branding. Fadhili Brahimi, experte en personal branding, livre ses conseils à la Une de France 5 Emploi. Qu'est-ce que le personal branding ? Fadhila Brahimi : Le personal branding, c'est découvrir ses talents et les mettre au service de votre projet de vie professionnelle. Cela implique de bien se connaître dans ce qu'on a de particulier et d'unique. Il faut interroger ses propres rêves et aspirations. Puis, trouver dans quel domaine on est bon. Tout cela afin de créer sa marque personnelle et la faire vivre sur le long terme. Il ne s'agit pas

seulement d'aspirer à un titre ou une fonction. Le personal branding aide à être entrepreneur de sa vie. L'introspection, la clef pour construire sa marque ? F. B. : La construction du personal branding est un processus qui demande du temps et de la réflexion. Il se met en place de manière progressive. Vous devez donc dans un premier temps vous interroger sur ce que vous souhaitez. Soumettez-vous à des questionnements pour avancer dans votre réflexion : "quelles sont mes qualités ? Quelles qualités me reconnaît mon entourage ?" etc. Et surtout, répondez-y de manière sincère et sans a priori. Ce travail ne va pas déboucher immédiatement sur un projet précis, mais il amorce une prise en main de votre vie professionnelle. Il faut que vous ayez une réponse à la question "Qu'est-ce que je veux faire et au service de quoi je veux le faire ?". A défaut de définir exactement le métier ou la fonction que vous souhaitez atteindre, vous devez au moins déterminer un secteur d'activité ou un secteur géographique par exemple. À ce stade, vous pouvez commencer à utiliser les outils disponibles sur Internet, notamment les réseaux sociaux pour échanger des informations et soumettre votre projet au regard des autres. Cela va vous aider à affiner votre projet, donc votre marque. Internet est incontournable dans la quête du personal branding ? F. B. : Aujourd'hui, nous avons tous une identité numérique. A partir du moment où vous êtes inscrit sur Facebook, même si c'est juste pour discuter entre amis et en privé, vous disposez d'une identité numérique. Il n'y a pas de raison de laisser vide un champ de communication, alors pourquoi ne pas vous y intéresser ? D'ailleurs, êtes-vous sûr d'être en discussion privée lorsque vous êtes sur un réseau social ? Avez-vous tapé votre nom sur Google pour savoir ce qui se dit sur vous ? Il faut être réaliste, les recruteurs vont chercher des informations sur vous lorsque vous postulez. Alors quitte à être sur le web, autant montrer vous-même qui vous êtes. Pour assurer la promotion de votre marque personnelle, votre présence sur le web est indispensable. Avec les média sociaux, on gagne en rapidité et en pertinence. Lorsqu'on a besoin d'infos, on peut cibler les contacts et obtenir rapidement des infos. Mais il est également nécessaire d'être présent dans la vie réelle : associations, forums, évènements liés à votre projet professionnel : faites-vous connaître ! Comment utiliser au mieux les ressources Internet ? F. B. : Soyez mesuré, ne vous lancez pas tous azimuts, car une fois sur le web, il faut faire vivre cette présence. Sélectionnez les réseaux ou groupes de discussions sur lesquels il sera pertinent d'être présent, en fonction de votre projet et aussi du temps que vous pouvez y consacrer. Restez dans quelque chose de cohérent. Vous pouvez commencer par une page sur LinkedIn et sur Viadeo. Sur Internet, il y a une forme de concurrence certes, mais il faut collaborer et partager. Dans les média sociaux, j'ai des infos, je les partage, c'est

mon influence. Attention cependant, soignez votre image. Sachez que ce que vous écrivez sur les réseaux sociaux ne vous appartient pas puisque vous êtes sur un espace public (sauf si vous avez pris les précautions nécessaires pour rendre la conversation privée). Si vous voulez produire de la matière, faites-le plutôt sur un blog. Vous pouvez ainsi gérer les informations et ce que vous écrivez vous appartient. Dois-je forcément interventions ? aborder des sujets professionnels dans mes

F. B. : Lorsque l'on créé sa marque personnelle, on se met des obstacles : "Qu'est-ce que je vais raconter, est-ce que ça va plaire ? Comment savoir si ça va être pertinent ?". On ne le sait pas justement. C'est très français de vouloir que tout soit ficelé avant de lancer un projet. Mais il faut bien débuter. Lorsque j'ai débuté mon blog, je ne savais pas où j'aillais. Je traitais d'un sujet qui m'intéresse, le marketing de soi, et au fur et à mesure, je me suis développée avec mon blog. La grande question est de trouver son style. Plus vous avez d'activités extra professionnelles et de centres d'intérêts, plus vous ouvrez vos horizons. Si vous craignez de vous lancer sur une thématique professionnelle, lancez-vous sur un thème lié à une de vos passions. Cela vous permettra d'apprendre les techniques, de tester des choses. Vous apprendrez beaucoup sur vous-même. Un blog est un outil de développement personnel : on se demande quelle photo on va choisir, comment on va parler de ceci ou de cela. C'est une démarche intellectuelle bénéfique. Par la passion aussi, on développe son réseau, on provoque la curiosité. Soignez votre bio (la page "qui suis-je ?"), très consultée par les visiteurs, qui chercheront à savoir qui vous êtes. La manière dont vous vous présentez est primordiale. C'est ce qui accroche les gens. Pensez à intégrer l'URL de votre blog à votre signature mail. Comment entretenir sa marque ? F. B. : Une fois votre marque créée, elle évolue, tout comme vous évoluez. Il faut prendre en compte cela pour faire vivre votre marque, ainsi que les évolutions de votre secteur d'activité et des métiers. Mettez à jour régulièrement vos profils et votre bio. Pour entretenir votre marque personnelle, faites de la veille sur les évènements pertinents par rapport à votre projet. Cela vous permet d'entretenir votre présence sur les réseaux. Mais ne restez pas entre pairs, ouvrez-vous. Pensez à intégrer des réseaux par métier, par région ou encore des réseaux interprofessionnels. Par exemple, je suis coach en stratégie de personal branding et je travaille beaucoup avec les pays du Maghreb : je vais voir du côtés des réseaux concernant l'outil web, et concernant le Maghreb. Tout le monde est-il concerné par le personal branding, quel que soit son secteur d'activité ou son métier ? F. B. : Il est vrai que plus vous êtes dans des métiers liés à la communication, plus le personal branding va vous être utile. Mais tout le monde est concerné,

quel que soit le moment de sa vie ou son métier. Car la carrière au sens où on l'entendait n'existe plus. On change deux à trois fois d'orientation professionnelle au cours d'une vie aujourd'hui. C'est-à-dire qu'on est amené à faire des choix. Un caissier qui travaille dans un supermarché peut aussi être concerné par le personal branding, car il n'est pas uniquement caissier. De plus en plus de gens cumulent plusieurs activités. Certains sont musiciens la nuit alors qu'ils travaillent en entreprise le jour. Bien sûr, tout le monde ne va pas créer un blog ou une chaîne de télévision. Mais chacun souhaite être en accord avec ses aspirations et son projet de vie (pour quelles raisons je travaille ?). Le personal branding permet de se repositionner après une perte d'emploi, de trouver sa voie, ou d'évoluer en interne au sein de son entreprise. Le personal branding accompagne donc le changement ? F. B. : Je vous citerai l'exemple d'une femme que j'ai rencontré. Elle travaillait dans la préparation de plateau repas destinés à un aéroport. Je l'ai interrogée sur les rêves qu'elle avait enfant. Elle souhaitait devenir médecin "pour s'occuper des gens". Nous avons alors vu ensemble un plan de formation pour qu'elle puisse devenir secrétaire administrative, et elle exerce actuellement dans un cabinet de médecin. Elle s'est rapprochée de l'environnement et de la mission type dont elle rêvait. Cette femme a eu besoin qu'on lui vienne en aide pour y voir plus clair à propos de ses aspirations et la manière d'y parvenir. Nous y avons travaillé comme sur un business model : nous avons vu ensemble comment se préparer à ce changement de vie, comment gérer la famille, comment gérer le fait de gagner moins d'argent. Avant d'entrer en formation, nous avons travaillé à développer son réseau. Car, bien qu'elle ait défini une famille de métier, elle n'a pas encore décidé du type de structure (cabinet médical, hôpital...) De plus, elle devait trouver un stage de fin de formation. Elle s'est rendu sur des salons, a identifié les groupes de discussions pertinents sur Internet, est allée à la rencontre de professionnels pour étayer son projet. Le personal branding n'est pas seulement utile pour se détacher de la concurrence. Il permet de mettre en avant ses différences pour être en adéquation avec ce que l'on est.
Pour en savoir plus : http://www.moi20.com Pour nous contacter : Fadhila Brahimi : http://www.moi20.com

Relations Presse : Hélène Lorillard   helene@editionsleduc.com   +331 40 523 533 – +336 62 918 881

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful