Le pic de la crédulité : enquête sur les farfelus de Bugarach

Dernièrement, Bugarach, agréable petit village des Corbières audoises, bâti près du sommet du pic (pech) éponyme, a défrayé la chronique journalistique en France comme à l'étranger. Les tenants de la rumeur prétendent que le 21 décembre 2012 verra une "apocalypse" mondiale à laquelle seul le pic, "montagne sacrée", devrait réchapper, notamment grâce à une "base extraterrestre" situé en son sein. Rien de moins... Certains habitants du village commencent à s'inquiéter. Ce n'est pas qu'ils croient à l'apocalypse annoncée, loin de là, mais ils redoutent une affluence record de farfelus plus ou moins nuisibles à la date prévue... bien plus préoccupante. Le propos de cet article Bien sûr, je ne crois pas à cette prétendue apocalypse, et ne peux y croire, comme tout être doué de bon sens. Ce que j'aimerais chercher en écrivant cet article, c'est pourquoi des gens arrivent à accepter des choses aussi improbables. Au fil d'articles de journaux, de lectures diverses, de documents piochés sur le net, j'ai trouvé quelques éléments de réponse qui permettent de comprendre pourquoi ce coin est devenu le centre de spéculations délirantes. Et il apparaît

que depuis la fin du XIXe siècle, des illuminés tentent d'y refaire l'histoire, en s'appuyant sur les idioties à la mode : hier le spiritisme, aujourd'hui l'ufologie... A chaque époque sa folie. Descendons donc dans les errements de l'esprit humain... On ne s'interdira pas de se moquer un peu au passage, car il vaut bien mieux préférer le sourire de Démocrite aux pleurs d'Héraclite devant le déferlement de la sottise chez nos congénères bipèdes.

Le rire de Démocrite

PREMIERE PARTIE

LES SOURCES DE LA RUMEUR
Les groupes étranges vus sur place Cela fait plusieurs années que l’on reporte au pic de Bugarach la présence de visiteurs indésirables, dont l’attitude laisse planer quelques doutes sur leur entier équilibre mental - restons courtois. Plusieurs témoignages recueillis sur Internet ou dans des journaux évoquent d’abord un étrange groupe habillé de blanc, qui, tout un chantant des chansons « dans une langue inconnue », était venu se baigner en tenue d’Adam, ou en tenue d’Eve, dans une étendue d'eau voisine du pic ! J'ai moi-même entendu des Limouxins raconter l'histoire dernièrement.

Carte postale ancienne (je précise à l'attention des ufologues distraits que le personnage au premier plan n'est pas un Martien) D'après le témoignage d'un villageois recueilli par un journaliste, on aurait vu des gens habillés de blanc, certains nus, portant une balle et une bague dorée suspendue à un fil (several groups of people, some dressed in white, some naked, carrying a ball and a golden ring hung by a thread -New York Times) ! Selon un autre villageois, un de ces groupes – ou est-ce le même ? – fit l’ascension du pic les bras croisés, avec des figurines de la Vierge à la main. (Some residents say that they sometimes see parades of people, their arms crossed in an X shape, climbing the peak with figurines of the Virgin Mary in their hands -New York Times). Certaines de ces processions, d'après les gens du village, pouvaient compter une bonne centaine de personnes qui camperaient, l'été, au pied du pic. Ainsi, il semble que des groupes à tendance sectaire aient balisé le terrain depuis quelques années, et préparé le chemin aux racontars actuels sur 2012. On se demande ce que fait l’Etat au sujet de ces gens dont on connaît déjà les méthodes et les effets désatreux sur la santé mentale et l’insertion sociale, pour ne pas dire les finances de leurs adeptes. Les années 1990 avaient trouvé les politiques français farouchement déterminés à faire la chasse aux sectes, il semble qu’une telle rigueur ne soit plus qu’un souvenir… Il existe

désormais une tolérance dont l’attitude ambiguë de notre président à l’égard de la Scientologie serait un autre symptôme. Et quand bien même ces groupes n'ont pas les méthodes des sectes, qui peut mesurer l'impact de théorie serronées sur des esprits fragiles ? Qui dira les espoirs déçus de malades à qui des guérisseurs font entrevoir une improbable guérison ?

Homo esotericus, l'homme du XXIe siècle ? Par pitié, NOOOOON !!! (Photo NY Times) Billevesées et théories du complot Outre ces agissements, on doit aussi évoquer les rumeurs. La première, infondée, prétend que le pic a une propriété "magnétique" qui fait fondre les batteries d'appareils électriques et dévier les avions. Cette ânerie est manifestement fausse : mon appareil photo numérique n'a pas subi la moindre perturbation sur le pic, où j'ai pris une bonne centraine de photos... Le second massif de rumeurs a trait à Rennes-le-Château tout proche : c’est la spéculation concernant le tombeau du Christ, une théorie du complot visant l’Eglise catholique, fondée sur une interprétation contestable d'évangiles apocryphes tardifs, des faux manuscrits ; il s'agit d'une mystification soigneusement élaborée par le publiciste Pierre Plantard, divulguée depuis à grande échelle par les cacographes Henry Lincoln et Dan Brown, et reprise depuis par d'autres auteurs tout aussi sérieux comme A. Douzet. Or les théories du complot sont des cercles logiques, comme l'ont montré Karl Popper (La Société ouverte et ses ennemis), Umberto Eco (Le Pendule de

Foucault) et tant d'autres : plus l’Etat niera les prétendues propriétés magnétiques de Bugarach, plus les adeptes croiront qu’on leur cache quelque chose, idem pour l’Eglise et Rennes-le-Château. Autrefois, j’ai lu sur Internet un texte délirant accusant Jacques Chirac de cacher la vérité sur une base de soucoupes dissimulées à Bugarach. Allo, on demande M. Fox Mulder ? Ces contructions paranoïaques ont la vie dure, car elles sont pour ainsi dire impossibles à réfuter.

La série préférée des zozos de Bugarach ? Jean de Rignies : un néo-rural à la source de la rumeur soucoupique Comment les soucoupes ont-elles atterri à Bugarach ? Une catégorie de population en particulier semble être à l’origine de ces rumeurs "ufologiques"; ce sont certains parmi les néoruraux ou autres hippies, urbains venus porter au cours des années 60-70 dans les coins reculés leur ésotérisme baba-cool (peutêtre sous cannabis et Lsd, qui sait ?) qui mêlait allègrement écologie balbutiante, christianisme déjanté, bouddhisme et ufologie. L’un d’eux vivait près de Bugarach et tenait d'étranges propos : « C’est un néo-rural passionné d’eau salée qui est à l’origine des légendes. Il disait percevoir le vrombissement des moteurs d’engins interstellaires provenant des profondeurs de Bugarach... Je me souviens même qu’il avait écrit un article dans une revue d’ufologie ».(J. - P. Delord, Maire de Bugarach, dans Midi Libre) « Il osait même affirmer que des hommes vivaient sous les sources des fontaines salées. Selon lui, ces hommes allaient générer une nouvelle société et ils attendaient leur heure avant de sortir au grand jour... » (G. Cros, adjoint du maire de Bugarach, dans Midi Libre).

Cet homme avait sans doute inventé l’eau salée, mais certainement pas l’eau chaude. Il semblait en particulier tourmenté par la tristement célèbre "théorie des anciens astronautes" de E. von Däniken (si, vous savez, les pseudoarchéologues qui croient voir dans des dessins mayas ou sur les fresques des hommes des cavernes des costumes spatiaux...). Plus inquiétant, certains de ses propos sur les "Elohim" rappellent bizarrement le fond de commerce de la secte raëlienne.

La barbe ne fait pas le sage, comme l'habit ne fait pas le moine. Lanza del Vasto peut repasser chez son barbier... Après quelques recherches sur Internet, j'ai retrouvé l'identité de l'homme, individu connu sous le pseudonyme de Jean de Rignies. Une vidéo prise sur You tube permet de se faire une idée du sérieux incontestable de ce personnage et de ses méthodes pour traquer les petits hommes verts. On le voit, passablement agité, exprimer à un auditeur qu'il entend d'étranges bruits de machines sous le mont (hallucinations auditives ?)... L'homme, bien que passablement dérangé selon toute vraisemblance - du moins monomaniaque - avait une certaine force de conviction et ses adeptes sont encore présents dans le coin, d'après le témoignage de l'institutrice du village. « Voilà deux ans, un parent d’élève avait même proposé d’encadrer une excursion pédagogique pour que les enfants entendent ces bruits », raconte l’institutrice en souriant. (Le Parisien, 22 février 2011) Bugarach aujourd'hui : guérisseurs et médiums... Actuellement, des guérisseurs et autres adeptes des médecines douces se sont installés, venus du monde entier. Nous cachons les noms, ne voulant pas stigmatiser les personnes mais les discours... J*** S***, un Finlandais, a pour sa part dépensé une vraie petite fortune pour acquérir une propriété au plus près du rocher. Pourtant, il se

présente comme un simple éleveur, possesseur d’un tout petit troupeau d’une vingtaine de vaches. « Bugarach est un site d’échange énergétique, un haut lieu vibratoire connu des Templiers et des Cathares. Des tribus d’Amérindiens, des Australiens viennent ici », souligne de son côté G*** R***, spécialiste de médecine chinoise. Elle exploite, juste en face du pic, cinq gîtes à l’enseigne le Rayon Vert, après avoir signé, en 2008, un ouvrage intitulé « l’Appel du Bugarach, le vortex de la Terre » (Le Parisien).

Selon cette guérisseuse locale, Bugarach serait non pas une montagne mais un "être vivant" une des "douze portes énergétiques" [sic] du monde découvertes par les druides et les Templiers (bel amalgame) ! Voici un échantillon de sa prose trouvée sur Internet, beau pudding d'ésotérisme combinant les vieux fantasmes de Mû et de l'Atlantide, en une vision de la préhistoire non homologuée par l' Université ! Après la Chute de la Lémurie et de l'Atlantide, il a fallu que cette grille énergétique redescende dans cette vibration de la troisième dimension. Une bouteille de blanquette à qui m'expliquera le sens de cette phrase... Il y a dans la pensée de G*** R*** un syncrétisme qui fait feu de tout bois, n'hésitant pas à mêler la parapsychologie ou le yoga à des concepts empruntés de manière sauvage à la science sérieuse ("le saut quantique" employé à tort et à travers)

pour donner une apparence de rationalité à ses propos. Le tout pour prouver, tenez-vous bien, que le pauvre pech de Bugarach est une porte ouvrant sur d'autres univers parallèles, thème répandu de la fiction populaire. De la SF à la Michaël Moorcok ? Une référence au second degré à la série Américaine Stargate ? Non, elle semble y croire vraiment, et montre même des photos où des ronds de lumière seraient la forme invisible de ces visiteurs... Devant un discours aussi sensé mêlant histoire falsifiée, pseudo-science et philosophies orientales, qui pourrait encore douter ? La majeure partie de l'humanité peut-être, du moins c'est à espérer.

Stargate in Bugarach 2012 ? Source Jean d'Argoun, soucoupiste suspect Outre les vendeurs d'orviétan et autres brûleurs de moxas préoccupés "d'échanges énergétiques", c'est un certain Jean d'Argoun (pseudonyme) qui entretient la flamme de la spéculation soucoupique de Bugarach avec le plus de ferveur depuis les années 1990. L'individu se présente comme un médium en relation télépathique (ou plutôt télé-pathétique) avec les extra-terrestres (soupir...).

Une littérature émétique qui ferait presque regretter la fin des autodafés A elle seule, la couverture me donne des céphalées Il prétend notamment acclimater dans le lieu le vieux canular des Ummites ; celui-ci fut lancé dans les années 1960 par des Espagnols naïfs abusés par des coups de téléphones ou des lettres de plaisantins qui se faisaient passer pour des extra-terrestres. Argoun, lui, y croit dur comme fer, évidemment. Je ne résiste pas au plaisir de vous livrer, pour la bonne bouche, l'extrait de ce résumé des "recherches" du personnage tiré d'un site d'ufologie. On croiserait dans les forêts des Corbières d'étranges êtres venus d'ailleurs... ... l’être, qui s’appellerait « Arkâ », serait un « Ummite » en provenance d’Altaïr, et l’image perçue ne serait qu’une image tridimensionnelle (holographique), laquelle serait dotée « du son et du toucher » (sic). L’être expliqua qu’il ne pouvait venir physiquement sans endommager sa « structure bio-vibratoire » en raison de la présence en ces lieux d’une base occupée par des « entités négatives ». Une « bulle isolante » était censée protéger cette rencontre. La race de l’être aurait pour dieu « Issahâ ». L’être holographique tendit au témoin un feuillet (qui se matérialisa dans sa main) et précisa qu’il s’agissait des 7 « logions » avec lesquels Jean d’Argoun devait achever son livre. Le texte évoque notamment la future apparition, au sommet du Bugarach, d’un immense vaisseau spatial auréolé d’un halo orange…

Le 3 juillet 1996, vers 23 heures, « la conscience d’Issahâ » (sous la forme d’une « belle sphère verte avec un œil doré au centre ») aurait révélé à Jean d’Argoun que son futur support de chair (celui du « Messie »), qui était censé se manifester entre 1996 et 2004, se trouve caché depuis des millénaires au cœur du Bugarach. Le corps reposerait dans un vaisseau (un "vimana") contenant « tout l’antique héritage scientifique, culturel et spirituel des Atlantes depuis 12.000 ans »… Il y a vraisemblablement chez Argoun un mélange sidérant de messianisme religieux (son Issaha est une figure modernisé du Christ baragouinée en pseudohébreu), de thèmes de science-fiction éculés (la base secrète des extra-terrestres, vue dans Goldorak) et de cette pseudo-science que l'on croyait morte et enterrée, la parapsychologie avec "ses rayons vibratoires", "messages télépathiques" et autres ondes alpha, le tout parsemé de motifs venus tout droit de Rennes-leChâteau (l'arche d'Alliance, arca) et monté en mayonnaise dans une soucoupe volante. Mais n'est pas Frank Herbert qui veut. Ouah ! Quand je lis des choses pareilles, je me demande toujours si je suis devant un imposteur espérant monnayer ses propos, un authentique malade, ou encore un Don Quichotte ayant trop lu non des romans de chevalerie, mais des livres de science-fiction. Il semble selon ce site qu'Argoun ait compieusement pillé les livres de Georges Adamski qui a aussi inspiré Claude Vorilhon, fondateur de la secte raëlienne, et aussi directement les ouvrages de ce dernier. Belle ascendance littéraire aux remugles nauséabonds... Il se murmure d'ailleurs sur Internet (je n'ai pu vérifier l'information) que ledit Argoun organise d'onéreux circuits touristico-spirituels dans la région de Bugarach. Riez, riez, mais si vous perdez votre boulot et que votre femme vous quitte avec votre meilleur ami, vous pourriez bien finir par croire ce genre de choses vous aussi...

Vidéo exclusive montrant l'Ovni de Bugarach en plein vol (aimablement fournie par le Général Dorothey du Pentagone) Un contexte favorable Ainsi donc, ce serait au croisement des agissements de groupes sectaires et de rumeurs entretenues par divers écrivains et propagées sur Internet que le « mythe » de Bugarach "montagne sacrée" se serait créé. Le contexte favorable à ce genre d’entreprise est l’état de l’Occident actuel : la religion traditionnelle est contestée mais le besoin de merveilleux et d’évasion hors du réel subsiste. La science elle-même, qui naguère prétendait faire le bonheur de l’humanité, a

montré ses limites et fait peur, ce qui pousse certains à se réfugier dans l’irrationnel pur, au point parfois de revenir au chamanisme amérindien... Le déclin des idéologiques collectives, notamment de la "foi du siècle" communiste et les ravages du libéralisme tout-puissant poussent l'homme à se désengager de l'aventure sociale pour se réfugier dans des constructions imaginaires. Le citoyen perdu va chercher à se nourrir d'un nouvel ésotérisme, d’autant plus pernicieux que contrairement aux religions instituées il est bricolé dans de petits groupes fermés, ne se confronte pas à des points de vue adverses rationnels, et que ses affirmations sont souvent rendues invérifiables sous le signe de la théorie du complot : complot de l'Etat, de l'Eglise, de la science officielle qui nous "cachent la vérité"... A suivre... Source : http://polymathe.over-blog.com/

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful