LA GESTION DES DECHETS MENAGERS EN FRANCE

Karine SPERANDIO
Ingénieur EIVP et docteur rudologie INSA

Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris

K. SPERANDIO et D. FOURNET, EIVP, 2008-2009

1

Présentation des cinq séances

Séance 1 : Les déchets ménagers/Le contexte général de la gestion des déchets ménagers/Présentation du SYCTOM /Documentaire(K.S). Séance 2 : Loi Grenelle/Régime des Installations Classées /PREDMA/Documentaire (D. FOURNET). Séance 3 : Le rôle des collectivités locales et de l’ingénieur dans la gestion des déchets et leurs stratégies de gestion/Documentaire (K. SPERANDIO). Séance 4 : Les techniques de traitement des déchets ménagers : Incinération/tri recyclage (D.FOURNET). Séance 5 : Les techniques de traitement des déchets ménagers :Décharge/tri méthanisation (K. SPERANDIO).

K. SPERANDIO et D. FOURNET, EIVP, 2007-2008 2008-2009

2

Séance n°1 LE CONTEXTE GENERAL DE LA GESTION DES DECHETS MENAGERS
Karine SPERANDIO
Ecole des Ingénieurs de la Ville de Paris

K. SPERANDIO et D. FOURNET, EIVP, 2008-2009

3

I) Genèse de la politique de 92 II) Contexte réglementaire III) Contexte technique IV) Contexte humain V) Contexte sociopolitique VI) Contexte économique

K. SPERANDIO et D. FOURNET, EIVP, 2008-2009

4

K. SPERANDIO et D. FOURNET, EIVP, 2008-2009

5

K. SPERANDIO et D. FOURNET, EIVP, 2008-2009

6

FOURNET. 2008-2009 7 . EIVP.K. SPERANDIO et D.

SPERANDIO et D. 2008-2009 8 . FOURNET. EIVP.K.

SPERANDIO et D. EIVP. FOURNET.K. 2008-2009 9 .

K. EIVP. SPERANDIO et D. 2008-2009 10 . FOURNET.

2008-2009 11 . SPERANDIO et D. EIVP.K. FOURNET.

Le contexte général de la gestion des déchets ménagers I) Genèse de la politique de 92 II) Contexte réglementaire III) Contexte technique IV) Contexte humain V) Contexte sociopolitique VI) Contexte économique K. 2008-2009 12 . SPERANDIO et D. FOURNET. EIVP.

papiers. SPERANDIO et D. EIVP.I) GENESE DE LA POLITIQUE DE 92 (1) • Remise en cause de la politique des déchets fin des années 80 • Beaucoup de déchets : 600 millions de tonnes par an dont 28. 2007-2008 2008-2009 13 .5 millions de tonnes de déchets « ménagers » • Poids important de l’élimination directe sans valorisation et du stockage illicite • • • • • Décharges contrôlées ou CET : 46% Incinération : 38 % Décharges brutes et dépôts sauvages : 6% Compostage : 6 % Recyclage (verre. cartons) : 4% K. FOURNET.

2007-2008 2008-2009 14 . FOURNET. SPERANDIO et D. EIVP.I) GENESE DE LA POLITIQUE DE 92 (2) • • • Objectif de la politique de 92 : modifier cet état des lieux Mise en œuvre d’objectifs et d’outils avec la loi du 13/07/92 dite loi « Royal » Développement du tout incinération et de l’intercommunalité ? K.

EIVP. 2007-2008 2008-2009 15 . SPERANDIO et D. FOURNET.II) CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE (1) • Loi du 15/07/75 : • Les communes ont la responsabilité de la collecte et de l’élimination des déchets ménagers • Donne une définition du déchet : notion rattachée à celle d’abandon • Loi du 19/07/76 : • Proclame la fin des décharges non autorisées • Loi du 13/07/92 : • Dans la continuité de la loi de 75 • Décharges des déchets bruts hors la loi après 2002 • Valeur donnée aux déchets : il s’agit de valoriser K.

II) CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE (2) • • • Cadre : loi du 15 juillet 1975 modifiée par la loi du 13 juillet 1992 Responsabilité du traitement et de l’élimination des déchets par celui qui les produit Concernant déchets ménagers. EIVP. 2007-2008 2008-2009 16 . FOURNET. responsabilité transférée aux communes et leurs groupements K. SPERANDIO et D.

II) CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE (3) • Loi cadre relative à l’élimination des déchets et à la récupération des métaux • Donne une définition du déchet • Tout résidu d’un processus de production. tout substance. FOURNET. 2007-2008 2008-2009 17 . SPERANDIO et D. de transformation ou d’utilisation. EIVP. matériau ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détendeur destine à l’abandon • Fixe les responsabilités des producteurs de déchets • Précise les dispositions concernant l’élimination et la récupération des matériaux K.

ainsi qu’au dépôt ou au rejet dans le milieu naturel de tous les autres produits • L’élimination des déchets doit être assurée dans des conditions propres à éviter les nuisances et à faciliter la récupération des matériaux. stockage. éléments ou formes d’énergie réutilisables K. FOURNET. 2007-2008 2008-2009 18 . SPERANDIO et D. tri et traitement nécessaires à la récupération des éléments et matériaux réutilisables ou de l’énergie. transport. EIVP.LOI DU 15 JUILLET 1975 • Définition de l’élimination des déchets • Comporte les opérations de collecte.

déchets des activités industrielles et artisanales K.LOI DU 15 JUILLET 1975 • Principe pollueur payeur • Les producteurs de déchets sont responsables de leur élimination (dans des conditions propres à éviter les nuisances) • Une exception pour les ménages : la loi transfère cette responsabilité aux communes • Les collectivités peuvent assurer l’élimination de certains déchets non municipaux (déchets industriels banals. SPERANDIO et D. EIVP. FOURNET. 2007-2008 2008-2009 19 .

en distance et en volume • Valorisation des déchets par réemploi. FOURNET.LOI DU 13 JUILLET 1992 • Modifie la loi cadre de 1975 et l’adapte en posant les principes suivants: • Prévention et réduction de la production et de la nocivité des déchets • Organisation et limitation du transport des déchets. EIVP. 2007-2008 2008-2009 20 . SPERANDIO et D. recyclage ou toute autre action visant à obtenir des matériaux réutilisables ou de l’énergie • Interdiction à partir de juillet 2002 de stocker en CET autre chose que des « déchets ultimes » • Information du public sur les effets sur l’environnement et la santé publique des opérations de production et d’élimination des déchets K.

II) CONTEXTE RÉGLEMENTAIRE (2) • Une Réglementation récente • Pas de textes fondamentaux avant 75 • Pas de véritable politique de gestion des déchets avant 90 (création de l’ADEME) • Mais des instruments en place aujourd’hui existaient auparavant • Plans de gestion des déchets (depuis 1969) • Conditions d’institution de la REOM depuis 1975 K. FOURNET. EIVP. 2007-2008 2008-2009 21 . SPERANDIO et D.

FOURNET. EIVP. SPERANDIO et D. papiers. 2007-2008 2008-2009 22 .III) CONTEXTE TECHNIQUE • La gestion des déchets consiste schématiquement en 3 points • Valorisation de la fraction utile des déchets • Réduction du caractère polluant ou dangereux • Stockage pour les résidus ultimes • Production des déchets ménagers • 21. verres. cartons (25%). Autres (18%) K. métaux (17 %). plastiques (11%).4 millions de tonnes/an soit 353 kg/hab/an • OM : matériau très hétérogène • 3 catégories : matières organiques fermentescibles (29%).

EIVP. FOURNET. 2007-2008 2008-2009 23 .III) COLLECTES (1) K. SPERANDIO et D.

FOURNET. 2007-2008 2008-2009 24 . EIVP.III) COLLECTES (2) Matériels de précollecte Au choix de l’usager Au choix de la collectivité : sacs ou bacs individuels K. SPERANDIO et D.

FOURNET. Facteur de coût Moyen : Porte à porte Pour les autres déchets : Fréquence : adaptée en fonction des quantités.III) COLLECTES (3) Pour les ordures brutes Fréquence : Au moins une 1J/7 . 2007-2008 2008-2009 25 . grandes villes : 6/7 ou 7/7. en tenant compte des contraintes K. EIVP. SPERANDIO et D.

III) COLLECTES (4) Cartons en centre ville : fréquentes. FOURNET. EIVP. SPERANDIO et D. 2007-2008 2008-2009 26 . PAP. revente directe au récupérateur Matériaux des ménages : K.

2007-2008 2008-2009 27 . EIVP.III) EQUIPEMENTS COMPLEMENTAIRES (1) • Destinés à améliorer la gestion en offrant des services plus appropriés à des catégories particulières de déchets • Déchetteries : • Objectif : Réduction des dépôts sauvages • Possibilité de tri – récupération des matériaux • Possibilité de récupération K. SPERANDIO et D. FOURNET.

EIVP. possibilité d’ouverture directe aux particuliers. 2007-2008 2008-2009 28 . FOURNET. SPERANDIO et D. diminution des envois en CET de classe II Collecte par camion itinérant des déchets toxiques des ménages K.III) EQUIPEMENTS COMPLEMENTAIRES (2) • • • Unité de compostage des déchets verts : Destinée à produire un compost de bonne qualité à partir des DEV de la ville. des apports des particuliers Décharge de gravats inertes : pour éviter de gros passages en déchetteries.

SPERANDIO et D. FOURNET. n’ont pas les mêmes objectifs. EIVP.III) TRAITEMENT (1) • 20 filières de traitement des déchets • dont 16 filières pour les déchets ménagers • et 11 filières véritablement mobilisées dans les stratégies • Ne concernent pas la même fraction de déchets. 2007-2008 2008-2009 29 . n’ont pas les mêmes difficultés de mises en œuvre • Prépondérance de certaines techniques K.

FOURNET.…) • Valorisation matière et valorisation organique • Valorisation énergétique • Traitement respectueux de l’environnement de la fraction non valorisable K. 2007-2008 2008-2009 30 . SPERANDIO et D. sensibilisation des citoyens.HIERARCHIE DES MODES DE TRAITEMENT • Prévention à la source • Les actions nationales pour infléchir les modes de consommation doivent être relayés localement (incitation au compostage individuel. EIVP.

2007-2008 2008-2009 31 . EIVP. SPERANDIO et D.HIERARCHIE DES MODES DE TRAITEMENT K. FOURNET.

SPERANDIO et D.LES FILIERES DE TRAITEMENT Centres d’enfouissement technique Centres de valorisation énergétique Centres de traitement biologique Centres de tri K. FOURNET. EIVP. 2007-2008 2008-2009 32 .

FOURNET. 2007-2008 . EIVP. SPERANDIO et D.Incinération des déchets ménagers K.

2007-2008 .K. EIVP. FOURNET. SPERANDIO et D.

FOURNET.K. EIVP. SPERANDIO et D. 2007-2008 .

2007-2008 . FOURNET. EIVP. SPERANDIO et D.K.

Il peut comprendre une valorisation. EIVP. aujourd’hui obligatoire) • Production de mâchefers (valorisés ou non) • Production de REFIOM (Résidus d’Épuration des Fumées d’Incinération des Ordures Ménagères) K. Le déchet du déchet doit être éliminé. SPERANDIO et D.III) TRAITEMENT (2) • Le traitement : transforme le déchet. 2007-2008 2008-2009 37 . FOURNET. • Incinération : destruction du déchet par combustion • Production d’énergie (valorisée ou non.

SPERANDIO et D. EIVP. 2007-2008 2008-2009 38 .III) TRAITEMENT (3) • Compostage/méthanisation : transformation aérobie/anaérobie de la partie fermentescibles en compost • Thermolyse : procédé thermique de destruction de la matière en milieu anaérobie • Tri/recyclage : • Tri : assurer une séparation des déchets afin de permettre leur recyclage ou leur valorisation • Recyclage : Processus de production qui utilise des matières premières dites secondaires K. FOURNET.

SPERANDIO et D. 2007-2008 2008-2009 39 . EIVP. FOURNET. terre) K.III) TRAITEMENT (4) • Le stockage • CET classe I : stockage des déchets toxiques • CET classe II : stockage des résidus ultimes • CET classe III : stockage des inertes (gravats.

FOURNET. 2007-2008 2008-2009 40 . SPERANDIO et D.IV) CONTEXTE HUMAIN • HISTOIRE • Périodicité dans le choix des techniques de traitement/élimination • Aucune technique ne s’impose • Argumentaire cyclique : économie. culpabilité et passion • Peur de la grande technicité K. EIVP. sanitaire • Dualité public/privé • SOCIOLOGIE • Imaginaire social et connaissances partagées • Répulsion et attirance. organisation.

2007-2008 2008-2009 41 .V) CONTEXTE SOCIO-POLITIQUE (1) • Décentralisation • • • • Reconstruction au lendemain de la 2éme guerre mondiale Lois de 1983 : 02/07/83 loi GASTON DEFERRE État jacobin : autonomie des collectivités limitée Autonomie de décision et pouvoir globalement cadrée par le principe de subsidiarité K. EIVP. FOURNET. SPERANDIO et D.

EIVP. FOURNET.V) CONTEXTE SOCIO-POLITIQUE (2) • Spécificité du service public français • Urbanisation tardive mais rapide de l’après guerre • Fractionnement communal • Etat très centralisé et développementiste • Logique de l’économie mixte • Spécificités du service de gestion des déchets • Définition d’un service réputé unique. SPERANDIO et D. dans les faits assuré par plusieurs structures • Loi CHEVENEMENT de 1999 : distinction des deux activités (collecte et traitement) • Gestion localiste forte mais investissements élevés qui s’opposent à une gestion localiste K. 2007-2008 2008-2009 42 .

(efficacité. 2007-2008 2008-2009 43 . EIVP. Lorsqu’elles sont trop petites.V) CONTEXTE SOCIO-POLITIQUE (3) • • Niveaux de compétence des collectivités Les communes ont compétence en matière de gestion des ordures ménagères. ou pour d’autres raisons. coûts) elles peuvent se regrouper pour créer des services communs et dans ce cas elles délèguent leurs responsabilités K. FOURNET. SPERANDIO et D.

les populations : Financement du service • Entreprises : exploitants (coûts de traitement) et industriels (producteurs de déchets) K. EIVP. 2007-2008 2008-2009 44 . FOURNET.VI) CONTEXTE ÉCONONIQUE (1) • Les déchets sont des externalités au sens économique • Trois acteurs essentiels • État : La régulation et ses instruments • Collectivités. SPERANDIO et D.

préalable à l’application du principe pollueur payeur • 2 marchés manquants • Relation entre entreprise de traitement et victimes de la pollution • Régulation du flux des déchets : internalisation des coûts K. 2007-2008 2008-2009 45 . SPERANDIO et D. FOURNET.VI) CONTEXTE ÉCONONIQUE (2) • Externalités complexes • Collectives : déchets produits tout au long du cycle de production • Intemporelles : du passé au futur • Problème de la canalisation des responsabilités. EIVP.

VI) CONTEXTE ECONOMIQUE (3) Pour récupérer le coût du service de collecte et de traitement. la collectivité dispose de plusieurs possibilités : . 2007-2008 2008-2009 46 .Recettes à caractère « commercial » • K. EIVP.Recettes à caractère « fiscal » . SPERANDIO et D. FOURNET.

VI) CONTEXTE ECONOMIQUE (4) • Recettes à caractère « fiscal » • La taxe d’enlèvement des ordures ménagères. FOURNET. basée sur le foncier bâti (incompatible avec la redevance générale) • Le budget : récupération par les quatre impôts traditionnels (incompatible avec la redevance générale) • Ces impôts sont payés par le contribuable et n’ont pas de lien avec le service rendu K. SPERANDIO et D. EIVP. 2007-2008 2008-2009 47 .

EIVP. SPERANDIO et D. FOURNET. incompatible avec la taxe) • La redevance d’enlèvement des ordures ménagères des campings (incompatible avec les deux autres) • La redevance spéciale pour les déchets non ménagers(incompatible avec les deux autres. 2007-2008 2008-2009 48 .VI) CONTEXTE ECONOMIQUE (5) • Recettes à caractère « commercial » • La redevance général d’enlèvement des ordures ménagères (annule et remplace les deux suivantes lorsqu’elle est instituée. annule et remplace la redevance sur les campings) • Elles sont payées par « l’usager » et doivent refléter le service rendu K.

SPERANDIO et D. par les communes dans les autres cas K. Recouvrée en même temps que les impôts locaux par les services de l’Etat • Institution : par un groupement de communes s’il a la double compétence collecte et traitement.VI) La taxe d’enlèvement des ordures ménagères (1) • Base juridique : art 1520 à 1526 du Code Général des Impôts • Champs d’application : • La TEOM porte sur toutes les propriétés assujetties à la taxe foncière sur les propriétés bâties. 2007-2008 2008-2009 49 . EIVP. FOURNET.

VI) La TEOM (2) • Avantages : • Simplicité de l’assiette • Perception par le Trésor Public (coût de 7%) • Peu de contestations et d’impayés • La commune perçoit la totalité du montant voté. 2007-2008 2008-2009 50 . FOURNET. SPERANDIO et D. par douzième chaque mois • Elle a un caractère social • Inconvénients : • Peu ou pas de correspondance avec le service rendu ou la quantité de déchets • Exonération de gros producteurs K. EIVP.

VI) La redevance d’enlèvement des ordures ménagères (1)
• Base juridique : art 14 de la loi 74-1129 du 30/12/74 et art L233-78 et L 233-79 du Code des Communes • Champs d’application : Tous les usagers du service • Institution : • Peut être instituée par un groupement de communes s’il a la double compétence collecte et traitement, par la commune dans les autres cas • C’est la collectivité qui fixe l’assiette, le taux et les modalités de recouvrement • Il n’est perçu qu’une seule redevance pour l’ensemble collecte et traitement • Son institution rend obligatoire le service public à caractère « industriel et commercial ». Obligatoire si l’on veut opter pour la TVA
K. SPERANDIO et D. FOURNET, EIVP, 2007-2008 2008-2009 51

VI) La REOM (2)
• Calcul : en fonction du service rendu • Recouvrement : par la collectivité, tous les usagers du service • Avantages :
• Correspond au service rendu • Responsabilise la collectivité (meilleure gestion) et l’usager

K. SPERANDIO et D. FOURNET, EIVP, 2007-2008 2008-2009

52

VI) La REOM (3)
• Inconvénients :
• Calcul compliqué et difficile • Recouvrement lourd et coûteux • La collectivité doit couvrir financièrement les payés et gérer les contentieux • Accroît les charges des contribuables les plus modestes
K. SPERANDIO et D. FOURNET, EIVP, 2007-2008 2008-2009 53

VI) Le budget général • Champs d’application : impôts locaux • Institution : commune ou groupement à fiscalité propre • Avantages : • Facture « indolore » et surtout invisible du coût du service • Pas de calcul ni de gestion pour la collectivité • Inconvénients : • Aucune correspondance avec le service rendu • Aucune visibilité pour le payeur et donc aucune incitation à modifier la gestion de ses déchets K. 2007-2008 2008-2009 54 . EIVP. FOURNET. SPERANDIO et D.

FOURNET. humain et socio-politique • Historiquement • Souci de salubrité et d’hygiène publique • Aujourd’hui • Faisceau de préoccupations : économies d’énergie. SPERANDIO et D. développement économique local K. préservation des ressources naturelles. réglementaire mais aussi économique. emploi. EIVP. 2007-2008 2008-2009 55 .CONCLUSION : • Contexte global • Technique.

EIVP. SPERANDIO et D.Le SYCTOM de l’Agglomération parisienne et la valorisation des déchets ménagers Une mission de service public K. FOURNET. 2007-2008 .

EIVP.Le SYCTOM de l’Agglomération parisienne Un syndicat qui regroupe 85 communes dans 5 départements et qui traite les déchets ménagers produits par 5.58 millions d’habitants SITOM93 (Seine-Saint-Denis) SYELOM (Hauts-de-Seine) Paris Yvelines Val-de-Marne K. 2007-2008 . FOURNET. SPERANDIO et D.

• recours accru aux transports alternatifs. FOURNET. • contribution à la lutte contre l’effet de serre. 2007-2008 . • diversification des modes de traitement avec le développement de la filière de méthanisation. • extension des capacités de tri et de valorisation matière des déchets. EIVP. • réduction des sources de pollution et de nuisances. SPERANDIO et D.Une stratégie de protection durable de l’environnement • Prévention des déchets. K.

49 % par an 2 600 000 t 70 637 t 82 439 t 2 500 000 t 55 950 t 59 409 t 2 400 000 t 182 995 t 191 652 t 52 182 t 2 300 000 t 186 763 t 58 499 t 190 082 t 40 375 t 199 675 t 39 227 t 207 705 t 37 533 t 199 282 t 74 045 t 92 467 t 94 800 t 122 443 t 132 067 t 135 796 t 96 682 t 100 180 t 94 054 t 99 618 t Verre 148 634 t Collectes sélectives Déchèteries SYCTOM Objets encombrants Ordures ménagères résiduelles 160 570 t 2 200 000 t 2 232 991 t 2 191 183 t 2 100 000 t 2 110 205 t 2 102 030 t 2 075 290 t 2005 2 052 011 t 2 060 477 t 2006 2007 2007 2 000 000 t 2001 2002 2003 2004 K. SPERANDIO et D. EIVP. FOURNET. 2007-2008 .Une baisse des quantités de déchets traitées par le SYCTOM depuis 2001 Evolution des tonnages à périmètre constant 2 700 000 t -0.

Une baisse des quantités de déchets traitées par le SYCTOM depuis 2001 Evolution des ordures ménagères résiduelles à périmètre constant 2 232 991 t 2 200 000 t 2 191 183 t -1. 2007-2008 .40 % par an 2 110 205 t 2 100 000 t 2 102 030 t 2 075 290 t 2 060 477 t 2 052 011 t Ordures ménagères résiduelles 2 000 000 t 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2007 K. FOURNET. SPERANDIO et D. EIVP.

Le SYCTOM joue sur deux leviers : • faire évoluer les comportements de l’ensemble des acteurs (habitants. grâce à des opérations exemplaires : Stop Pub. SPERANDIO et D. reprise des DEEE. diffusion de cabas réutilisables. FOURNET. EIVP. K. entreprises) en termes de consommation. 2007-2008 . développement des centres de tri et nouvelle filière de méthanisation. administrations. soutien à la filière textile… • améliorer la valorisation des déchets et diversifier leurs modes de traitement : soutiens à la création de déchetteries.Plan de prévention des déchets du SYCTOM Moins de déchets. plus de tri Objectif : réduire à partir de 2012 de 300 000 tonnes/an les déchets à traiter par incinération et enfouissement.

Les installations de traitement des déchets du SYCTOM K. EIVP. 2007-2008 . FOURNET. SPERANDIO et D.

EIVP. FOURNET. 2007-2008 . SPERANDIO et D.Les installations de traitement du SYCTOM K.

SPERANDIO et D. FOURNET. 2007-2008 .Isséane. EIVP. centre de traitement multifilière à Issy-les-Moulineaux • Un centre de tri des collectes sélectives de 20 000 t/an • Un centre de tri des objets encombrants de 30 000 t/an • Un centre d’incinération avec valorisation énergétique de 460 000 t/an • Traitement des ordures ménagères de plus d’un million d’habitants • Un réalisation de haute qualité environnementale K.

SPERANDIO et D.Isséane. un centre en cours de mise en service K. FOURNET. EIVP. 2007-2008 .

SPERANDIO et D. 2007-2008 . EIVP. FOURNET.Isséane. le bâtiment de façade en construction K.

2007-2008 . SPERANDIO et D. les aménagements paysagers quasiment achevés K. FOURNET.Isséane. EIVP.

Isséane. EIVP. SPERANDIO et D. FOURNET. 2007-2008 . l’incinération avec valorisation énergétique K.

2007-2008 . FOURNET. SPERANDIO et D. EIVP. l’évacuation fluviale des mâchefers en direction de Précy-sur-Marne (77) K.Isséane.

2007-2008 . FOURNET. SPERANDIO et D.Isséane. EIVP. le tri des collectes sélectives K.

EIVP.Centre de traitement multifilière à Ivry-Paris XIII • Un centre de tri des collectes sélectives de 36 000 t/an • Une déchetterie recevant 5 000 t/an • Un centre d’incinération avec valorisation énergétique de 730 000 t/an • Traitement des ordures ménagères de 1. FOURNET. 2007-2008 .2 millions d’habitants K. SPERANDIO et D.

EIVP. 2007-2008 .Centre multifilière à Ivry-Paris XIII K. FOURNET. SPERANDIO et D.

SPERANDIO et D.Ivry-Paris XIII. le centre de tri de collectes sélectives K. 2007-2008 . FOURNET. EIVP.

SPERANDIO et D. 2007-2008 . EIVP.Ivry-Paris XIII. FOURNET. l’incinération avec valorisation énergétique K.

EIVP. FOURNET. SPERANDIO et D. l’évacuation fluviale des mâchefers en direction de Lagny-sur-Marne (77) K. 2007-2008 .Ivry-Paris XIII.

EIVP.3 millions d’habitants K.Centre d’incinération avec valorisation énergétique à Saint-Ouen • Une capacité de traitement de 640 000 t/an • Traitement des ordures ménagères de 1. SPERANDIO et D. 2007-2008 . FOURNET.

2007-2008 . EIVP. FOURNET.Centre d’incinération avec valorisation énergétique à Saint-Ouen K. SPERANDIO et D.

2007-2008 . FOURNET. EIVP. SPERANDIO et D.Saint-Ouen. l’évacuation des mâchefers est dorénavant fluviale en direction de Saint-Ouen-l’Aumône (95) K.

EIVP. FOURNET. 2007-2008 .Centre de tri des collectes sélectives à Nanterre • Une capacité de tri de 40 000 t/an • Traitement des collectes sélectives d’1 million d’habitants K. SPERANDIO et D.

EIVP. 2007-2008 .Centre de tri des collectes sélectives à Nanterre K. FOURNET. SPERANDIO et D.

Centre de tri à Nanterre. l’utilisation du transport fluvial en direction de Grand-Couronne (76) K. FOURNET. SPERANDIO et D. EIVP. 2007-2008 .

Nouveau centre de tri des collectes sélectives à Sevran • Une capacité de tri de 10 000 t/an • Traitement des collectes sélectives de 350 000 habitants K. EIVP. SPERANDIO et D. 2007-2008 . FOURNET.

Centre de tri à Sevran. FOURNET. achèvement des travaux K. EIVP. 2007-2008 . SPERANDIO et D.

SPERANDIO et D. FOURNET. 2007-2008 .Centre de tri à Sevran. montage des équipements de tri K. EIVP.

Centre de tri à Sevran. une réalisation de haute qualité environnementale K. FOURNET. SPERANDIO et D. EIVP. 2007-2008 .

2007-2008 . FOURNET.Centre de traitement multifilière à Romainville • Un centre de tri des collectes sélectives de 45 000 t/an • Un centre de pré-tri des objets encombrants de 65 000 t/an • Une déchetterie recevant 25 000 t/an • Un centre de transfert des ordures ménagères de 350 000 t/an K. EIVP. SPERANDIO et D.

2007-2008 . FOURNET. SPERANDIO et D.A Romainville. centre de tri des collectes sélectives K. EIVP.

2007-2008 . FOURNET.A Romainville. EIVP. SPERANDIO et D. déchetterie et centre de pré-tri des objets encombrants K.

FOURNET. centre de transfert des ordures ménagères K. EIVP.A Romainville. SPERANDIO et D. 2007-2008 .

2007-2008 .Futur centre de traitement multifilière à Romainville / Bobigny • Une unité de tri des collectes sélectives de 30 000 t/an • Une unité de pré-tri des objets encombrants de 60 000 t/an • Une unité de tri-méthanisation des ordures ménagères de 322 500 t/an K. SPERANDIO et D. FOURNET. EIVP.

soit 322 500 tonnes/an (en entrée de chaîne de tri). SPERANDIO et D. Utilisation de la voie d’eau : création d’un port de fret à Bobigny et accès par un tunnel qui sera percé sous la RN3 évitant ainsi le trafic de 16 000 camions gros porteurs/an. 2007-2008 . FOURNET.Futur centre de traitement multifilière à Romainville / Bobigny Attribué récemment le marché de conception/ construction/exploitation permettra la réalisation d’ici fin 2012 D’une unité de méthanisation qui réceptionnera 315 000 tonnes de déchets ménagers résiduels et 7 500 tonnes de déchets issus des collectes sélectives. K. Le digestat sera traité pour produire près de 80 000 t/an de compost destiné à enrichir les sols agricoles. La production de 29 660 t/an de biogaz permettra de produire de la chaleur pour le chauffage urbain et de l’électricité. dont 131 200 t seront méthanisées pour produire du biogaz et du digestat. EIVP.

2007-2008 . SPERANDIO et D. EIVP. FOURNET.Futur centre à Romainville / Bobigny : le projet architectural K.

EIVP.Futur centre à Romainville / Bobigny : le projet architectural Vue aérienne vers l’est Vue aérienne vers le sud K. SPERANDIO et D. 2007-2008 . FOURNET.

EIVP.Centre de pré-tri des objets encombrants et déchetterie à Saint-Denis • Un centre de pré-tri et transfert fluvial des objets encombrants de 60 000 t/an • Une déchetterie recevant 8 500 t/an K. FOURNET. SPERANDIO et D. 2007-2008 .

EIVP.A Saint-Denis. SPERANDIO et D. 2007-2008 . centre de pré-tri des objets encombrants K. FOURNET.

A Saint-Denis. SPERANDIO et D. FOURNET. EIVP. pré-tri et transfert fluvial des objets encombrants vers Bonneuil-sur-Marne (94) K. 2007-2008 .

EIVP.Projet de modernisation du centre à Saint-Denis 2008 . SPERANDIO et D. FOURNET. 2007-2008 .2012 Lancement du projet de modernisation du centre : • Pré-tri de 60 000 t/an d’objets encombrants • Transfert fluvial de la totalité des tonnages reçus • Construction d’une déchetterie intercommunale sur un autre site • Amélioration et sécurisation des accès K.

FOURNET. SPERANDIO et D. 2007-2008 .De nouvelles installations en projet K. EIVP.

Un centre de tri des collectes sélectives à Paris XV • Capacité de tri des collectes sélectives de 15 000 t/an • Traitement des collectes sélectives des XIVe et XVe arrondissements • Une réalisation de haute qualité environnementale K. EIVP. FOURNET. SPERANDIO et D. 2007-2008 .

FOURNET. 2007-2008 .Un centre de tri des collectes sélectives à Paris XV • Fouilles archéologiques en cours sur le site de février à juillet 2008 • Début de la construction en septembre 2008 • Mise en service prévue au premier trimestre 2010 K. SPERANDIO et D. EIVP.

2007-2008 . chantier de fouilles archéologiques Après une période de terrassements. ont permis de mettre au jour des vestiges et des traces d’occupation humaine datant de la période mésolithique. FOURNET. K. il y a 10 000 ans.A Paris XV. commencées fin février 2008. EIVP. SPERANDIO et D. les fouilles archéologiques.

2007-2008 . EIVP.Un centre de méthanisation au Blanc-Mesnil / Aulnay-sous-Bois • Projet en co-maîtrise d’ouvrage SYCTOM / SIAAP • Traitement des déchets ménagers et des boues d’épuration des eaux • Une réalisation de haute qualité environnementale K. FOURNET. SPERANDIO et D.

EIVP. FOURNET.Vue aérienne du site : K. SPERANDIO et D. 2007-2008 .

FOURNET. de chaleur pour le chauffage urbain. Le biogaz pourra être valorisé suivant différentes solutions : production d’électricité. Livraison fin 2012 K. un centre de méthanisation des déchets et des boues • Projet en co-maîtrise d’ouvrage SYCTOM / SIAAP • Tri de 85 000 t/an d’ordures ménagères résiduelles et de refus de tri des collectes sélectives multi-matériaux • Méthanisation d’environ 40 000 t/an de déchets fermentescibles issus du tri. et 10 000 t/an de matières sèches issues des boues de la station d’épuration de la Morée • Production de digestat et de biogaz : Les digestats issus des OM et des boues seront traités pour produire des composts normés (NFU 44051 / NFU 44095) destinés à la valorisation agricole. ou réinjection dans un réseau de gaz. 2007-2008 .Au Blanc-Mesnil / Aulnay-sous-Bois. SPERANDIO et D. • Transport des matériaux par voie ferrée. EIVP.

EIVP. 2007-2008 . SPERANDIO et D. FOURNET.La synergie des deux équipements au cœur d’un carrefour de communications K.

Un deuxième centre de tri des collectes sélectives à Paris XVII • Un projet intégré dans le projet urbain du secteur Clichy Batignolles • Capacité de tri des collectes sélectives de 30 000 t/an • Réception des OM collectées par voie pneumatique dans le nouveau quartier des Batignolles • Un projet de haute qualité environnementale K. 2007-2008 . FOURNET. SPERANDIO et D. EIVP.

une réduction de la capacité totale de traitement de 20%.une utilisation accrue du transport fluvial et une diminution de 40 % du trafic de véhicules autour du centre .reconstitution des 30 000 tonnes des collectes sélectives sur l’opération Danzas dans le XIIème. . SPERANDIO et D. . 2007-2008 .une conception de haute qualité environnementale . A l’horizon 2015 K. permettant de réduire l’incinération de 50% .Projet de reconstruction du centre multifilière à Ivry-Paris XIII • Des études de définition sont menées par 3 équipes pluridisciplinaires en concertation avec tous les acteurs concernés : les villes d'Ivry-sur-Seine et Paris. avec une production d'énergie maintenue au niveau actuel . les associations locales et environnementales • Le projet de transformation du centre intègre : . . EIVP. FOURNET.le tri et la méthanisation des ordures ménagères. . la Région et l'Etat.

Autres installations en projet au SYCTOM • Un centre de pré-tri et de transfert fluvial des objets encombrants à Paris XIII–Tolbiac • Un centre de tri des collectes sélectives à Paris XII. d’une capacité de 60 000 t/an environ. FOURNET. K. EIVP. SPERANDIO et D. 2007-2008 .

2007-2008 . FOURNET. EIVP.La valorisation des déchets ménagers au SYCTOM K. SPERANDIO et D.

EIVP. FOURNET.La valorisation matière Matériaux faisant l’objet d’un recyclage en 2007: • Journaux/magazines 69 036 tonnes • Cartons 28 226 tonnes • Briques alimentaires 965 tonnes • Bouteilles plastiques 8 609 tonnes 35 657 tonnes • Acier (issu des CS et des mâchefers) • Aluminium (issu des CS et des mâchefers) 2 172 tonnes Recettes : Vente des journaux/magazines Vente des matériaux d’emballages Soutien Eco-Emballages 5 215 667 € 3 875 510 € 11 750 000 € Recettes totales 20 841 177 € K. SPERANDIO et D. 2007-2008 .

La valorisation énergétique • Raccordement des centres d’incinération avec valorisation énergétique au réseau de CPCU • Priorité donnée à la SaintOuen production de vapeur pour le chauffage urbain • Production d’électricité pour l’autoconsommation dans les centres et. 2007-2008 IvryParis XIII . FOURNET. résiduellement. Isséane K. EIVP. pour la vente sur le réseau EDF. SPERANDIO et D.

SPERANDIO et D. FOURNET.La valorisation énergétique Energie vendue en 2007 : (avec les 2 centres à Ivry-Paris XIII et Saint-Ouen. avant la mise en service d’Isséane en décembre 2007) • Vapeur vendue à CPCU : 2 147 651 MWh • Electricité vendue à EDF : 129 611 MWh Recettes énergétiques : 28 643 034 € TTC Auxquelles s’ajoutent : Recettes de valorisation des sous-produits des mâchefers : 2 692 934 € TTC Soutien Eco-Emballages à la valorisation énergétique : 3 920 000 € TTC K. EIVP. 2007-2008 .

FOURNET. EIVP. SPERANDIO et D.La préservation durable de l’environnement K. 2007-2008 .

FOURNET. les mâchefers. EIVP. K.Le développement des transports alternatifs: une voie prioritaire pour le SYCTOM • Ancré dans la politique de réduction des nuisances et des pollutions liées à l’activité de traitement des déchets • Transport alternatif mis en œuvre chaque fois que possible et recherché pour chaque projet • Commencé en 1995 avec l’évacua-tion fluviale des mâchefers d’Ivry-Paris XIII. SPERANDIO et D. les flaconnages plastiques. le transport alternatif concerne aujourd’hui : les journaux/magazines. les ferrailles… et prochainement les refus de tri et le compost. les objets encombrants. les cartons. 2007-2008 . les gravats.

évitant ainsi 22 000 camions par an • A l’horizon 2013. 79 % des produits sortant des centres seront transportés par la voie d’eau. plus de 900 000 t/an. 2007-2008 .Le développement des transports alternatifs: une voie prioritaire pour le SYCTOM • En 2007. le transport alternatif de 241 899 t de matériaux en sortie des centres a permis d’éviter la circulation de 11 000 camions • Fin 2008. soit près de 90 % des flux seront ainsi évacuées (rail compris). K. FOURNET. SPERANDIO et D. EIVP.

FOURNET. 2007-2008 évités par an . SPERANDIO et D.Le développement des transports alternatifs: la voie d’eau privilégiée Fin 2008 : 22 000 camions évités par an A l’horizon 2013: 40 000 camions K. EIVP.

d’éviter l’émission de 900 000 tonnes de CO2. K.de chauffer 300 000 équivalents-logement .La lutte contre le réchauffement climatique Le SYCTOM contribue à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à préserver les réserves d’énergies fossiles. SPERANDIO et D. grâce à : • la valorisation énergétique des déchets La fourniture de 50% des besoins en vapeur du réseau de chauffage urbain de la CPCU permet : . 2007-2008 . EIVP.d’économiser 300 000 tonnes équivalent pétrole . FOURNET.

K. 2007-2008 . EIVP. Par ces décisions 22 000 camions sont évités chaque année sur les routes franciliennes. FOURNET.La lutte contre le réchauffement climatique • le développement des transports alternatifs à la route La circulation routière représente 21 % des émissions de GES en France. SPERANDIO et D. A l’horizon 2013 : 40 000 camions évités par an • ses projets de méthanisation des ordures ménagères résiduelles qui permettront de produire du biogaz et du compost pour régénérer les sols dégradés.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful