You are on page 1of 2

Le Monde interactif : Recherche

mardi 25 mars 2003 Recherche
Rechercher un article depuis un mois

identifiant

mot de passe

garder en mémoire

ACTUALITES
à la une international europe france société régions carnet horizons analyses & forums entreprises communication aujourd'hui météo sports sciences culture l'Irak en ligne de mire version texte

• LE MONDE | 01.10.02 | 12h16 • MIS A JOUR LE 01.10.02 | 12h49

La gauche brésilienne aux marches du pouvoir Après trois échecs consécutifs, le candidat du Parti des travailleurs et ancien métallo, Luis Inacio "Lula" da Silva, pourrait l'emporter dès le premier tour de l'élection présidentielle du 6 octobre. Pour cette campagne, il a modifié son programme et ses alliances. Sao Paolo de notre envoyé spécial Une salve de feux d'artifice crépite voir séquence dans la nuit. Pour les cameramen et les Amériques photographes, c'est l'heure de la cohue après le pied de grue. Avec près de deux heures de retard, Luis Inacio "Lula" ("la seiche") da Silva vient d'arriver au siège du syndicat des métallos d'Osasco, dans la banlieue de Sao Paulo. Sanglé dans son costume-cravate, il est accompagné de son épouse Marisa qui arbore depuis peu une nouvelle coiffure dans le vent. "Brésil décent, Lula président", scandent la centaine de sympathisants massés près de l'entrée du Centre de solidarité du travailleur. Le candidat du Parti des travailleurs et grand favori de l'élection présidentielle du 6 octobre s'apprête à y faire une courte escale, l'une des dernières de sa campagne marathon pour le premier tour. "Si je suis élu, proclame-t-il aussitôt, les organisations ouvrières ne seront plus traitées comme de simples figurants mais en véritables partenaires sociaux." Non sans quelque nostalgie, Lula enchaîne par un bref rappel historique. C'est justement dans ce local que des leaders syndicaux, parmi lesquels Olivio Dutra, gouverneur sortant de l'Etat du Rio Grande do Sul, dans l'extrême sud du Brésil, ont jeté les bases, en 1979, de la création du Parti des travailleurs (PT), à l'origine destiné à promouvoir l'avènement du socialisme. C'est également à Osasco qu'avaient éclaté, l'année précédente, en pleine dictature militaire (1964-1985), les premières grèves dans l'industrie automobile, bastion de l'aristocratie ouvrière brésilienne. L'orateur, alors président du syndicat des métallos de la ville voisine de Sao Bernardo do Campo, allait vite en devenir l'agitateur charismatique, plusieurs fois jeté en prison et la bête noire des généraux-présidents. Après avoir rafraîchi ces glorieux souvenirs, Lula se rend à son dernier rendez-vous de la soirée, un "showmicio" (meeting électoral suivi d'un spectacle de variétés) organisé non loin de là. Tour à tour, trois éminences du PT, la sexologue et maire de Sao Paulo Marta Suplicy, l'économiste Aloisio Mercadante, qui brigue un siège de sénateur, et l'ancien guérillero maoïste José Genoino, candidat au poste de gouverneur de l'Etat de Sao Paulo, chauffent le public en lever de rideau. "PACTE DE TRANSITION" Puis, salué par une formidable ovation avant de céder la place au duo Zézé di Camargo et Luciano, stars de la musique sertaneja (sorte de "country" locale), Lula promet de "gouverner un pays où les gens auront retrouvé leur amour-propre".

les thématiques Des sélections d'articles du Monde sur des sujets d'actualité
Les lois Sarkozy

L'euthanasie Irak : les débats sur la guerre L'Italie de Silvio Berlusconi Le collège unique

EDITION ABONNES
le desk les dépêches les dossiers les fiches pays les thématiques la check-list les portfolios

Toutes les thématiques

CHAINES
aden examens 2003 finances forums mots croisés / jeux automobile

ANNONCES
emploi immobilier

SERVICES
newsletters vos préférences aide et services qui sommes-nous ?

LE QUOTIDIEN

édition électronique éditions nomades archives les thématiques abonnements

1 of 2

20/08/10 20:46

à laquelle le PT a fini par s'allier. En ce temps-là. vous avez un message La fréquentation de ce site est contrôlée et certifiée par Diffusion Contrôle 2 of 2 20/08/10 20:46 .les deux derniers face au président sortant Cardoso dès le premier tour . cette démarche en dit long sur la mutation du candidat Lula. D'où. Il s'est ainsi engagé.lemonde. Patron d'un groupe textile. sous la pression de son président d'honneur. Les trois échecs successifs de Lula à la présidentielle (1989. "Lula" prêchait "la rupture avec le système capitaliste". depuis 1998. Il n'en demeure pas moins qu'avec ses trois principaux rivaux le chef historique du PT a accepté. poursuit-il en allusion aux accords successifs conclus. Lula faisait table rase des coalitions de gauche du passé. sa décision de confier l'organisation de sa campagne au gourou national du marketing politique. Alencar est sénateur d'une modeste formation de droite. M. Ce dernier avait bâti sa flatteuse réputation en se mettant au service de Paulo Maluf. le "pacte de transition" proposé par le président Fernando Henrique Cardoso. le Parti libéral. L'utilisateur du site reconnaît avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage. employant 16 000 ouvriers. entre le gouvernement et l'organisme international. Malgré la levée de boucliers des radicaux du parti. pense tout haut que l'élection est une "farce"et qu'il faut en passer par là pour prendre le pouvoir.10. à respecter les termes du nouvel accord de quinze mois passé avec ce FMI jadis brocardé par les militants de gauche comme "affameur du peuple". En privé. entre autres innovations difficilement digérées par les ultras du parti. 1994 et 1998) . en accepter et en respecter les dispositions. Fédérateur d'un Parti des travailleurs traversé par de multiples courants allant des trotskistes aux sociaux-libéraux. il fait campagne au côté de son colistier et candidat à la vice-présidence. Les derniers sondages le donnent aujourd'hui en passe d'être élu dès le premier tour. Besoin d'aide ? faq. ancien maire et gouverneur de Sao Paulo et pire incarnation de la droite populiste. Jean-Jacques Sévilla • ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 02. afin de rassurer les marchés financiers pris de panique face à la perspective d'un moratoire imminent sur la dette publique. Impensable il n'y a pas si longtemps. en cas de victoire.fr Description des services payants Qui sommes-nous ? Abonnés du quotidien. Politique de confidentialité du site. début septembre. âgé de 56 ans.ont laissé des traces.02 Droits de reproduction et de diffusion réservés © Le Monde 2003 Usage strictement personnel. il est aujourd'hui partagé entre son admiration inébranlable pour le Lider Maximo Fidel Castro et les contingences du pragmatisme politique. Coteminas. Aujourd'hui. José Alencar. Duda Mendonça. Lula.Le Monde interactif : Recherche "Aucune nation ne va de l'avant en mendiant auprès du FMI".