Algebre2

Olivier Debarre

ALGÈBRE 2
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE
2011
Olivier Debarre
ALGÈBRE 2
ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE
2011
Olivier Debarre
TABLE DES MATIÈRES
I. Extensions de corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1. Anneaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.1. Idéaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2. Divisibilité, éléments irréductibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
1.3. Anneaux principaux, anneaux euclidiens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3
2. Corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.1. Extensions de corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
2.2. Éléments algébriques et transcendants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
2.3. Constructions à la règle et au compas . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
3. Polynômes et racines . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
3.1. Corps de rupture . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
3.2. Corps de décomposition . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
3.3. Clôture algébrique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
4. Extensions normales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
5. Séparabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
5.1. Polynômes séparables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18
5.2. Corps parfaits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 19
5.3. Extensions séparables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
5.4. Théorème de l’élément primitif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
5.5. Trace . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
vi TABLE DES MATIÈRES
6. Théorie de Galois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
6.1. Groupe de Galois d’une extension de corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27
6.2. Groupe de Galois de K →K(X) et théorème de Lüroth . . . . . . . . . . . . . . . . 28
6.3. Extensions galoisiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
6.4. Corps finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
6.5. Correspondance de Galois pour les corps finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32
6.6. Correspondance de Galois, lemme d’Artin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
6.7. Clôture galoisienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
7. Applications de la théorie de Galois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 38
7.1. Constructibilité à la règle et au compas, polynômes cyclotomiques . . . . . . . . 38
7.2. Extensions cycliques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42
7.3. Extensions radicales, équations résolubles par radicaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43
II. Modules . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
1. Modules libres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47
2. Modules de torsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48
3. Modules de type fini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 49
4. Modules de type fini sur les anneaux principaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 51
4.1. Application aux groupes abéliens de type fini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
4.2. Application à la réduction des endomorphismes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58
III. Anneaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 63
1. Anneaux factoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 64
2. Anneaux noethériens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68
3. Radical d’un idéal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 73
4. Décomposition primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75
4.1. Idéaux primaires, idéaux irréductibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 77
4.2. Décomposition primaire dans un anneau noethérien . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 79
4.3. Idéaux premiers associés, idéaux premiers immergés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81
5. Topologie de Zariski . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
5.1. Spectre d’un anneau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84
TABLE DES MATIÈRES vii
5.2. Espaces topologiques irréductibles, composantes irréductibles . . . . . . . . . . . . 89
5.3. Espaces topologiques noethériens . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91
5.4. Dimension d’un espace topologique, dimension de Krull d’un anneau . . . . . . 92
6. Localisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 94
7. Hauptidealsatz . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 97
8. Extensions finies et entières d’anneaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 100
8.1. Traces d’entiers . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
8.2. Anneaux intégralement clos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104
9. Lemme de normalisation de Noether . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 107
10. Théorème des zéros de Hilbert . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 110
11. « Going-up » et théorème de Cohen-Seidenberg . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 116
12. Bases et degré de transcendance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 121
13. « Going-down » . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 123
14. Dimension des algèbres de type fini sur un corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126
15. Anneaux de valuation discrète . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 129
16. Anneaux de Dedekind . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131
Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 137
CHAPITRE I
EXTENSIONS DE CORPS
1. Anneaux
Nous reviendrons au chapitre III plus longuement sur la théorie des anneaux. Nous nous
contentons ici des quelques préliminaires nécessaires pour aborder la théorie des extensions
de corps.
Tous nos anneaux sont commutatifs unitaires (mais il se peut que 1 = 0 ; cela arrive si et
seulement si l’anneau est nul !). Un morphisme (d’anneaux unitaires) f : A →B doit vérifier
f(1
A
) = 1
B
.
Un élément de Aest inversible (on dit aussi que c’est une unité de A) s’il admet un inverse
pour la multiplication. L’ensemble des éléments inversibles, muni de la multiplication, est un
groupe noté habituellement A

.
Un anneau A est intègre s’il est non nul et si le produit de deux éléments non nuls de A
est encore non nul. C’est un corps s’il est non nul et si tout élément non nul de A admet un
inverse.
Si un anneau A est intègre, on définit son corps des quotients (ou corps des fractions)
K
A
comme l’ensemble des « fractions »
a
b
, avec a ∈ A et b ∈ A ¦0¦, modulo la relation
d’équivalence
a
b

a

b

⇐⇒ab

= a

b.
Muni des opérations (addition et multiplication) habituelles sur les fractions, on vérifie que
K
A
est bien un corps.
1.1. Idéaux. — Si A est un anneau, une partie I ⊆ A est un idéal si c’est un sous-groupe
additif et si, pour tout a ∈ A et tout b ∈ I, on a ab ∈ I. C’est exactement la propriété
qu’il faut pour pouvoir mettre sur le groupe additif A/I une structure d’anneau qui fait de la
projection canonique A →A/I un morphisme d’anneaux.
Le noyau d’un morphisme d’anneaux f : A → B est un idéal de A noté Ker(f) (mais
l’image de f n’est en général pas un idéal de B). Si I est un idéal de A, le morphisme f
2 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
se factorise par la projection A → A/I si et seulement si I ⊆ Ker(f). Plus généralement,
l’image réciproque par f d’un idéal de B est un idéal de A.
Exemple 1.1. — L’anneau A est un corps si et seulement si ses seuls idéaux sont ¦0¦ et A.
Exemple 1.2. — Les idéaux de l’anneau Z sont les I
n
= nZ, avec n ∈ N.
L’intersection d’une famille quelconque d’idéaux de A est encore un idéal de A. Si S est
une partie de A, l’intersection de tous les idéaux de Acontenant S est donc un idéal de Aque
l’on notera (S), ou AS. C’est l’ensemble des sommes finies

n
i=1
a
i
s
i
, pour n ∈ N, a
i
∈ A
et s
i
∈ S.
Soit I un idéal de l’anneau A. L’anneau A/I est intègre si et seulement si I est un idéal
premier, c’est-à-dire qu’il est distinct de A et qu’il vérifie la propriété :
∀a, b ∈ A ab ∈ I ⇒(a ∈ I ou b ∈ I).
L’anneau A/I est un corps si et seulement si I est un idéal maximal, c’est-à-dire qu’il est
distinct de A et que l’unique idéal de A contenant strictement I est A (en particulier, tout
idéal maximal est évidemment premier). Il résulte du théorème de Zorn que tout idéal de
A distinct de A est contenu dans un idéal maximal
(1)
. En particulier, tout anneau non nul
possède un idéal maximal.
Exemple 1.3. — L’anneau A est un corps si et seulement si ¦0¦ est un idéal maximal de A.
Exercice 1.4. — Soit A un anneau. Montrer l’égalité
[
m idéal maximal de A
m = A A

.
Exercice 1.5. — Soit C l’anneau des fonctions continues de [0, 1] dans R.
a) Montrer que les idéaux maximaux de C sont les
I
x
= {f ∈ C | f(x) = 0},
pour chaque x ∈ [0, 1] (pour lesquels C/I
x
R).
b) Montrer que tout idéal premier de C est contenu dans un unique idéal maximal de C, et
qu’il y est dense (pour la topologie de la convergence uniforme). Tout idéal premier fermé
de C est donc maximal
(2)
.
1. Soit I un idéal de Adistinct de A. L’ensemble des idéaux de Acontenant I et distincts de Aest inductif car si
(I
j
)
j∈J
est une famille totalement ordonnée d’idéaux de A distincts de A, la réunion
S
j∈J
I
j
est encore un idéal
(parce que la famille est totalement ordonnée) distinct de A (parce qu’elle ne contient pas 1
A
). On applique alors le
lemme de Zorn.
2. En revanche, la description générale des idéaux premiers de C est un problème très difficile ! Même montrer
qu’il existe des idéaux premiers non maximaux n’est pas évident (cf. exerc. III.3.4).
1. ANNEAUX 3
1.2. Divisibilité, éléments irréductibles. — Soit A un anneau intègre et soient a et b des
éléments de A. On dit que a divise b, et on écrit a [ b, s’il existe q ∈ A tel que b = aq. En
termes d’idéaux, c’est équivalent à (a) ⊇ (b). En particulier, 0 ne divise que lui-même, et une
unité divise tous les éléments de A.
On a (a [ b et b [ a) si et seulement s’il existe u ∈ A

tel que a = ub. On dit alors que a et
b sont associés.
Un élément de Aest irréductible si a n’est pas inversible et que si a = xy, alors soit x, soit
y est inversible. La seconde condition signifie que les seuls diviseurs de a sont ses associés et
les unités de A.
Enfin, on dit que des éléments de A sont premiers entre eux si leurs seuls diviseurs com-
muns sont les unités de A. Par exemple, si a est irréductible, tout élément de A est ou bien
premier avec a, ou bien divisible par a.
Exemple 1.6. — Les éléments irréductibles de Z sont les ±p, avec p nombre premier. Ceux
de R[X] sont les polynômes de degré 1 et les polynômes de degré 2 sans racine réelle.
Soit a un élément non nul de A. Si l’idéal (a) est premier, a est irréductible, mais la
réciproque est fausse en général, comme le montre l’ex. 1.8 ci-dessous.
Exemple 1.7. — Si n ≥ 2, l’anneau Z/nZ est intègre si et seulement si n est premier. C’est
alors un corps. On a
n est un nombre premier ⇔ l’idéal (n) est premier ⇔ n est irréductible.
Exemple 1.8. — Dans le sous-anneau Z[i

5] de C, le nombre 3 est irréductible (pour-
quoi ?), mais l’idéal (3) n’est pas premier, car 3 divise le produit (1 + i

5)(1 − i

5) mais
aucun des facteurs.
1.3. Anneaux principaux, anneaux euclidiens. — Un anneau A est principal (« principal
ideal domain », ou PID, en anglais) si A est intègre et que tout idéal de A est principal,
c’est-à-dire qu’il peut être engendré par un élément. L’anneau Z est donc principal (ex. 1.2),
mais pas l’anneau C de l’ex. 1.5, ni l’anneau Z[X] des polynômes à coefficients entiers, ni
l’anneau K[X, Y ] des polynômes à deux indéterminées à coefficients dans un corps K.
Dans la pratique, on montre souvent qu’un anneau intègre est principal en exhibant une
division euclidienne sur A, c’est-à-dire une fonction ϕ : A ¦0¦ → N telle que pour tous
éléments a et b de A, avec b ,= 0, on puisse écrire a = bq + r avec r = 0, ou r ,= 0 et
ϕ(r) < ϕ(b). Les deux exemples fondamentaux sont :
• l’anneau Z est euclidien pour la fonction ϕ(n) = [n[ ;
• si K est un corps, l’anneau K[X] est euclidien pour la fonction ϕ(P) = deg(P).
Si on a une telle fonction ϕ, on montre qu’un idéal I non nul de A est engendré par tout
élément x non nul de I pour lequel ϕ(x) est minimal.
4 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
Exercice 1.9. — Si K est un corps, l’anneau des séries formelles K[[X]] est euclidien. Ses
idéaux sont {0} et les I
m
= (X
m
) pour chaque m ∈ N.
Exercice 1.10. — L’anneau des nombres décimaux (c’est-à-dire les nombres rationnels dont le
développement décimal est fini) est principal.
Exercice 1.11. — Montrer que les idéaux maximaux de l’anneau C des fonctions continues de
[0, 1] dans Rne sont pas principaux (cf. exerc. 1.5 et III.2.17). Que se passe-t-il si l’on remplace
C par l’anneau des fonctions continues de classe C

de [0, 1] dans R?
Exercice 1.12. — Soit A un anneau dans lequel tout idéal premier est principal. Montrer que
l’anneau Aest principal (Indication : on pourra considérer un élément maximal I dans la famille
des idéaux non principaux de A, et des éléments x et y de A I tels que xy ∈ I, et les idéaux
I + (y) et {a ∈ A | ay ∈ I}).
Si a et b sont des éléments d’un anneau principal A, l’idéal (a, b) est engendré par un
élément de A, uniquement déterminé à multiplication par un élément inversible de A près.
On l’appelle un pgcd de a et b, parfois noté a ∧ b. De même, l’idéal (a) ∩ (b) est engendré
par un élément de A, uniquement déterminé à multiplication par un élément inversible de A
près, le ppcm de a et b, parfois noté a ∨ b. Dans ce contexte, le « théorème de Bézout », qui
dit que a et b sont premiers entre eux si et seulement s’il existe x et y dans A tels que
xa +yb = 1
est une tautologie. Mentionnons comme conséquence un résultat classique (nous reviendrons
sur ces questions dans le § III.1).
Lemme 1.13 (Lemme de Gauss). — Soit A un anneau principal. Si a, b et c sont des élé-
ments de A tels que a divise bc mais est premier avec b, alors a divise c.
Démonstration. — Écrivons bc = ad et xa+yb = 1. On a alors c = (xa+yb)c = xac+yad,
qui est bien divisible par a.
Dans un anneau principal A, les éléments premiers sont les éléments irréductibles. Plus
précisément, on a le résultat suivant.
Proposition 1.14. — Soit A un anneau principal et soit a un élément non nul de A. Les
propriétés suivantes sont équivalentes :
(i) l’idéal (a) est premier, c’est-à-dire que l’anneau quotient A/(a) est intègre ;
(ii) a est irréductible ;
(iii) l’idéal (a) est maximal, c’est-à-dire que l’anneau quotient A/(a) est un corps.
En particulier, l’anneau Z[i

5] de l’ex. 1.8 n’est pas principal.
2. CORPS 5
Démonstration. — On sait qu’en général (iii) ⇒(i) ⇒(ii). Supposons a irréductible et soit
I in idéal de A contenant (a). Comme A est principal, on peut écrire I = (x), de sorte qu’il
existe y ∈ A tel que a = xy. Comme a est irréductible, soit x est inversible et I = A, soit
y est inversible et I = (a). Comme a n’est pas inversible, on a (a) ,= A, donc l’idéal (a) est
maximal.
Nous montrerons plus tard (cor. III.2.14) de façon indépendante que tout anneau principal
est factoriel, c’est-à-dire que tout élément non nul s’écrit de façon unique comme produit
d’irréductibles. Comme nous aurons besoin dans le chapitre suivant de ce résultat dans le cas
particulier de l’anneau principal K[X], où K est un corps, nous donnons ici une démonstra-
tion ad hoc.
Théorème 1.15. — Soit K un corps. Tout élément non nul P de K[X] admet une décompo-
sition
P = u
m

i=1
P
r
i
i
avec u ∈ K

et m ≥ 0, où les polynômes P
1
, . . . , P
m
sont irréductibles unitaires, distincts
deux à deux.
Cette décomposition est unique au sens suivant : si P = v

n
i=1
Q
s
i
i
est une autre telle
décomposition, on a m = n et il existe une permutation σ ∈ S
m
telle que Q
i
= P
σ(i)
et
s
i
= r
σ(i)
pour tout i ∈ ¦1, . . . , m¦.
Démonstration. — On procède par récurrence sur le degré de P, les assertions étant claires
lorsque celui-ci vaut 0.
Supposons donc P de degré ≥ 1 et montrons d’abord l’existence d’une décomposition.
Si P est irréductible de coefficient directeur u, on écrit simplement P = u(P/u). Sinon, il
existe une décomposition P = QR où Q et R sont non constants et on applique l’hypothèse
de récurrence à Q et R.
C’est l’unicité qui est le point important. Comme Q
1
est irréductible, le lemme de Gauss
(lemme 1.13) entraîne que Q
1
divise l’un des P
i
, que l’on note P
σ(1)
. Comme ce dernier
est irréductible et que ces deux polynômes sont unitaires, ils sont égaux. Il suffit maintenant
d’appliquer l’hypothèse de récurrence à P/Q
1
= P/P
σ(1)
.
2. Corps
Si K et L sont des corps, un morphisme (de corps) de K vers L est un morphisme d’an-
neaux unitaires de K vers L; il est nécessairement injectif et l’on dit que L est une extension
de K. On identifiera souvent une extension K →L avec une inclusion K ⊆ L.
6 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
L’intersection d’une famille quelconque de sous-anneaux de L est encore un sous-anneau
de L. Si A est une partie de L, l’intersection de tous les sous-anneaux de L contenant K et
A est donc un sous-anneau de L que l’on notera K[A] ; c’est une K-algèbre intègre appelée
sous-anneau de L engendré par A.
De même, l’intersection d’une famille quelconque de sous-corps de L est encore un sous-
corps de L. Il existe donc un plus petit sous-corps de L contenant K et A, que l’on appelle
le sous-corps de L engendré par A, noté K(A) ; c’est le corps des fractions de K[A]. On
dit qu’une extension K → L est de type fini s’il existe une partie finie A ⊆ L telle que
L = K(A).
Soit K un corps. Il existe un plus petit sous-corps de K, appelé sous-corps premier de K :
c’est le sous-corps engendré par 1
K
. Il est isomorphe soit à Q, auquel cas on dit que K est de
caractéristique 0, soit à un corps de la forme Z/pZ (que l’on note plus habituellement F
p
) ;
l’entier p est alors premier et l’on dit que K est de caractéristique p. Dans ce dernier cas, on
a p 1
K
= 0
K
et la formule magique
(3)
(1) ∀x, y ∈ K (x +y)
p
= x
p
+y
p
.
Autrement dit, l’application de Frobenius
Fr
K
: K −→K
x −→x
p
est un morphisme de corps (injectif). On note K
p
son image.
2.1. Extensions de corps. — Le degré d’une extension de corps K → L est la dimension
du K-espace vectoriel L, notée [L : K]. L’extension est dite finie si ce degré l’est.
Exemple 2.1. — On a [C : R] = 2, [C : Q] = ∞et [K(X) : K] = ∞
(4)
.
Théorème 2.2. — Soient K →L et L →M des extensions de corps. On a
[M : K] = [M : L][L : K].
En particulier, l’extension K → M est finie si et seulement si les extensions K → L et
L →M le sont.
Démonstration. — Soit (l
i
)
i∈I
une base du K-espace vectoriel L et soit (m
j
)
j∈J
une base
du L-espace vectoriel M. Nous allons montrer que la famille (l
i
m
j
)
(i,j)∈I×J
est une base du
K-espace vectoriel M.
3. On peut l’obtenir en remarquant que la dérivée du polynôme (X + y)
p
∈ K[X] est nulle, de sorte que le
coefficient de X
i
, pour chaque 0 < i < p, est nul (puisque la dérivée de X
i
ne l’est pas).
4. On ne se préoccupera pas des différentes « sortes » d’infini dans ce cours ; mais ce degré devrait bien sûr être
considéré comme un cardinal.
2. CORPS 7
Cette famille est libre. Supposons que l’on ait une relation

(i,j)∈I×J
k
i,j
l
i
m
j
= 0, avec
k
i,j
∈ K. On a
0 =

(i,j)∈I×J
k
i,j
l
i
m
j
=

j∈J
_

i∈I
k
i,j
l
i
_
m
j
.
Comme la famille (m
j
)
j∈J
est libre, on en déduit que pour chaque j ∈ J, on a

i∈I
k
i,j
l
i
= 0.
Comme la famille (l
i
)
i∈I
est libre, on en déduit que pour chaque i ∈ I et chaque j ∈ J, on a
k
i,j
= 0.
Cette famille est génératrice. Soit y un élément de M. Comme la famille (m
j
)
j∈J
est
génératrice, il existe des x
j
∈ L tels que y =

j∈J
x
j
m
j
. Comme la famille (l
i
)
i∈I
est
génératrice, il existe pour chaque j ∈ J des k
i,j
∈ K tels que x
j
=

i∈I
k
i,j
l
i
. On a donc
y =

j∈J

i∈I
k
i,j
l
i
.
On en déduit
[M : K] = Card(I J) = Card(I) Card(J) = [M : L][L : K],
ce qui termine la démonstration du théorème.
2.2. Éléments algébriques et transcendants. —
Définition 2.3. — Soit K →L une extension de corps et soit x un élément de L. On dit que
x est algébrique sur K s’il existe un polynôme non nul P ∈ K[X] tel que P(x) = 0. Dans
le cas contraire, on dit que x est transcendant sur K.
L’extension K →L est dite algébrique si tous les éléments de L sont algébriques sur K.
Exemple 2.4. — Le corps C est une extension algébrique de R. Le réel

2 est algébrique
sur Q. L’ensemble des réels algébriques sur Q est dénombrable : il existe donc des nombres
réels transcendants. Le nombre

n≥0
10
−n!
est transcendant sur Q (Liouville, 1844). Le
nombre π est transcendant sur Q(Lindemann, 1882).
Soit K → L une extension de corps et soit x ∈ L. Le sous-anneau K[x] de L engendré
par x est l’image du morphisme de K-algèbres
ϕ
x
: K[X] −→ L
Q −→ Q(x).
Théorème 2.5. — Soit K →L une extension de corps et soit x un élément de L.
a) Si x est transcendant sur K, le morphisme ϕ
x
est injectif, le K-espace vectoriel K[x]
est de dimension infinie et l’extension K →K(x) est infinie.
8 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
b) Si x est algébrique sur K, il existe un unique polynôme unitaire P de degré minimal
vérifiant P(x) = 0. Ce polynôme est irréductible, on a K[x] = K(x) et cette extension
de K est finie de degré deg(P). On appelle P le polynôme minimal de x sur K.
Démonstration. — La transcendance de x est équivalente par définition à l’injectivité de ϕ
x
.
Si ϕ
x
est injectif, le sous-anneau K[x] de L engendré par x est isomorphe à K[X] donc c’est
un K-espace vectoriel de dimension infinie. De même, le sous-corps K(x) de L engendré par
x est isomorphe à l’anneau des fractions rationnelles K(X) (corps des fractions de K[X])
donc c’est un K-espace vectoriel de dimension infinie. Ceci montre a).
Si x est algébrique sur K, le noyau de ϕ
x
est un idéal non nul de K[X], qui est donc princi-
pal (§ 1.3), engendré par un polynôme non nul de degré minimal P qui annule x (c’est-à-dire
P(x) = 0). Il est unique si on le prend unitaire. L’anneau K[x] est alors isomorphe à l’anneau
quotient K[X]/(P) (§ 1.1). Or l’anneau K[x] est intègre car c’est un sous-anneau de L; il
s’ensuit que l’idéal (P) est premier, donc que l’anneau K[X]/(P) est un corps (prop. 1.14)
et il en est de même pour K[x]. Enfin, les K-espaces vectoriels K[x] et K[X]/(P) sont aussi
isomorphes, et on vérifie que ce dernier admet comme base les classes de 1, X, . . . , X
d−1
,
où d = deg(P). Ils sont donc de dimension d.
Exemple 2.6. — Si a + ib est un nombre complexe avec b ,= 0, son polynôme minimal
sur R est (X − a)
2
+ b
2
. Le polynôme minimal de

2 sur Q est X
2
− 2. Le sous-anneau
Q[

2] = ¦x +y

2 [ x, y ∈ Q¦ de Rest un corps.
Exercice 2.7. — Soit K → L une extension de corps. Montrer qu’un élément x de L est
algébrique sur K si et seulement si l’anneau K[x] est un corps.
Corollaire 2.8. — Toute extension finie de corps est algébrique.
Démonstration. — Soit K → L une extension finie de corps et soit x ∈ L. Le K-espace
vectoriel K[x] est contenu dans L, donc est de dimension finie. Le th. 2.5 entraîne que x est
algébrique sur K.
Corollaire 2.9. — Toute extension K → L engendrée par un nombre fini d’éléments algé-
briques sur K est finie, donc algébrique. En particulier, toute extension de corps algébrique
et de type fini est finie.
Démonstration. — On procède par récurrence sur le cardinal d’une partie finie A ⊆ L telle
que L = K(A).
Si A est vide, c’est évident. Sinon, on prend x ∈ A et l’on pose L

= K(A ¦x¦).
L’hypothèse de récurrence entraîne que l’extension K →L

est finie. Comme x est algébri-
que sur K, il l’est sur L

, donc L

→ L est finie par le th. 2.5. Le corollaire résulte alors du
th. 2.2 (et du cor. 2.8).
2. CORPS 9
Théorème 2.10. — Soit K → L une extension de corps. L’ensemble des éléments de L
algébriques sur K est un sous-corps de L contenant K appelé clôture algébrique de K dans
L. C’est une extension algébrique de K.
Attention à ne pas confondre cette notion avec celle de clôture algébrique de K, qui sera
définie dans le § 3.3.
Démonstration. — Soient x et y des éléments non nuls de L algébriques sur K. Le cor. 2.9
entraîne que l’extension K →K(x, y) est finie, donc algébrique. Les éléments x −y et x/y
de L sont donc algébriques sur K.
Corollaire 2.11. — Toute extension K →L engendrée par des éléments algébriques sur K
est algébrique.
Démonstration. — Soit A ⊆ L un ensemble d’éléments de L algébriques sur K et en-
gendrant L. La clôture algébrique de K dans L contient A, donc c’est L, qui est donc une
extension algébrique de K par le théorème.
Exemple 2.12. — Le réel

2 +

3 +

5 est algébrique (sur Q), de même que le nombre
complexe

2 +

3 +i

5.
Exemple 2.13. — Le corps
¯
Q ⊆ C des nombres algébriques (sur Q) est une extension
algébrique de Q. Elle n’est pas finie (parce qu’il existe des polynômes irréductibles dans
Q[X] de degré arbitrairement grand).
Théorème 2.14. — Soient K → L et L → M des extensions de corps. Si un élément x de
M est algébrique sur L et que L est une extension algébrique de K, alors x est algébrique
sur K.
En particulier, si L est une extension algébrique de K et que M est une extension algé-
brique de L, alors M est une extension algébrique de K.
Démonstration. — Si un élément x de M est algébrique sur L, il est racine d’un polynôme
P ∈ L[X]. Si l’extension K → L est algébrique, l’extension L

⊆ L de K engendrée par
les coefficients de P est alors finie (cor. 2.9). Comme x est algébrique sur L

, l’extension
L

→L

(x) est finie (th. 2.5). Le th. 2.2 entraîne que l’extension K →L

(x) est finie, donc
algébrique (cor. 2.8), et x est algébrique sur K.
Soit K →L une extension de corps et soient x
1
, . . . , x
n
des éléments de L. On montrera
plus tard (th. III.10.2) que l’extension K → K(x
1
, . . . , x
n
) est algébrique si et seulement
si l’anneau K[x
1
, . . . , x
n
] est un corps (cela généralise l’exerc. 2.7, mais c’est bien plus
difficile !).
10 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
2.3. Constructions à la règle et au compas. —
Définition 2.15. — Soit Σun sous-ensemble de R
2
. On dit qu’un point P ∈ R
2
est construc-
tible (à la règle et au compas) à partir de Σ si on peut obtenir P à partir des points de Σ par
une suite finie d’opérations de l’un des types suivants :
• prendre l’intersection de deux droites non parallèles passant chacune par deux points
distincts déjà construits ;
• prendre l’un des points d’intersection d’une droite passant par deux points distincts
déjà construits et d’un cercle de rayon joignant deux points distincts déjà construits ;
• prendre l’un des points d’intersection de deux cercles distincts, chacun de rayon joi-
gnant deux points distincts déjà construits.
Exercice 2.16. — On dira qu’une droite est constructible (à partir de Σ) si elle passe par deux
points constructibles distincts, et qu’un cercle est constructible si son centre l’est et qu’il passe
par un point constructible. Montrer que la perpendiculaire et la parallèle à une droite constructible
passant par un point constructible sont constructibles. Montrer que le cercle de centre un point
constructible et de rayon la distance entre deux points constructibles est constructible.
Si Σ est un sous-ensemble de R contenant 0 et 1, on dit qu’un réel x est constructible à
partir de Σ si c’est l’abcisse d’un point P constructible à partir de Σ ¦0¦ au sens de la
définition ci-dessus. Par l’exerc. 2.16, cela revient au même de dire que le point (x, 0) est
constructible à partir de Σ ¦0¦.
Théorème 2.17. — Soit Σ un sous-ensemble de Rcontenant 0 et 1. L’ensemble C
Σ
des réels
constructibles à partir de Σ est un sous-corps de Rtel que, si x ∈ C
Σ
, alors
_
[x[ ∈ C
Σ
.
Démonstration. — L’addition et l’opposé sont évidents. La multiplication et l’inverse s’ob-
tiennent à partir du théorème de Thalès et la racine carrée à partir de celui de Pythagore.
En particulier, être constructible à partir de ¦0, 1¦ est la même chose qu’être constructible
à partir de Q; on dit simplement « constructible ».
Théorème 2.18 (Wantzel, 1837). — Soit K un sous-corps de R. Un réel x est constructible
à partir de K si et seulement s’il existe une suite d’extensions
K = K
0
⊆ K
1
⊆ ⊆ K
n
telle que [K
i
: K
i−1
] = 2 et x ∈ K
n
.
Avant de démontrer le théorème, on va décrire en général les extensions de degré deux.
Lemme 2.19. — Soit K un corps de caractéristique différente de 2 et soit K → L une
extension de degré 2. Il existe x ∈ L K tel que x
2
∈ K et L = K[x].
2. CORPS 11
Démonstration. — Si y ∈ L K, la famille (1, y) est K-libre, donc c’est une base du K-
espace vectoriel L. Il existe donc a et b dans K tels que
y
2
= ay +b.
Comme la caractéristique de K est différente de 2, on peut poser x = y −
a
2
. On a alors
x
2
= y
2
−ay +
a
2
4
= b +
a
2
4
∈ K,
et L = K[y] = K[x].
Démonstration du théorème. — Soit Lun sous-corps de R. On vérifie par des calculs directs
que :
• les coordonnées du point d’intersection de deux droites non parallèles passant chacune
par deux points distincts à coordonnées dans L, sont dans L;
• les coordonnées de l’un des points d’intersection d’une droite passant par deux points
à coordonnées dans L et d’un cercle de rayon joignant deux points distincts à coordon-
nées dans L sont solutions d’une équation de degré 2 à coefficients dans L;
• les coordonnées des points d’intersection de deux cercles distincts, chacun de rayon
joignant deux points distincts à coordonnées dans L, sont solutions d’une équation de
degré 2 à coefficients dans L.
Par récurrence, on voit que les coordonnées d’un point constructible à partir de K sont dans
un corps du type K
n
décrit dans l’énoncé du théorème.
Inversement, pour montrer que tout point dans un corps de type K
n
est constructible à
partir de K, il suffit de montrer que tout nombre dans une extension quadratique d’un corps
L est constructible à partir de L. Une telle extension est engendrée par un élément x tel que
x
2
∈ L (lemme 2.19 ). Mais alors x = ±

x
2
est constructible à partir de L (th. 2.17).
Corollaire 2.20. — Soit x un réel constructible sur un sous-corps K de R. Alors x est al-
gébrique sur K de degré une puissance de 2.
Attention, la réciproque est fausse telle quelle (exerc. 2.22) ; cf. th. 7.1 pour une caractéri-
sation des nombres constructibles.
Démonstration. — Si x est un réel constructible, il est dans une extension K
n
du type décrit
dans le théorème de Wantzel (th. 2.18), pour laquelle [K
n
: K] = 2
n
(th. 2.2). En considérant
la suite d’extensions K ⊆ K(x) ⊆ K
n
, on voit que [K(x) : K] est une puissance de 2 (th.
2.2).
Corollaire 2.21 (Duplication du cube). — Le réel
3

2 n’est pas constructible (sur Q).
12 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
Démonstration. — C’est une racine du polynôme X
3
−2. Si ce dernier est réductible sur Q,
il a un facteur de degré 1, donc une racine rationnelle que l’on écrit sous forme de fraction
réduite a/b. On a alors a
3
= 2b
3
, donc a est pair. On écrit a = 2a

avec 4a

3
= b
3
, donc b est
pair, contradiction (voir aussi exerc. 2.23).
Le degré de
3

2 sur Qest donc 3 : il n’est donc pas constructible par cor. 2.20.
Exercice 2.22. — Montrer que le polynôme X
4
−X−1 est irréductible sur Qet qu’il a exacte-
ment deux racines réelles (qui sont donc de degré 4) qui ne peuvent être toutes les deux construc-
tibles (en fait, aucune des deux ne l’est ; cf. exerc. 7.2).
Exercice 2.23. — Si le polynôme a
n
X
n
+· · · +a
1
X+a
0
∈ Z[X], avec a
n
= 0, a une racine
rationnelle, que l’on écrit sous forme de fraction réduite a/b, alors a | a
0
et b | a
n
.
On dit qu’un angle α est constructible à partir d’un angle θ si le point (cos α, sin α) est
constructible à partir de ¦(0, 0), (0, 1), (cos θ, sin θ)¦. Comme sin α est constructible à partir
de cos α, c’est équivalent à dire que cos α est constructible à partir de ¦0, 1, cos θ¦.
Corollaire 2.24 (Trisection de l’angle). — L’angle θ/3 est constructible à partir de l’angle
θ si et seulement si le polynôme X
3
−3X −2 cos θ a une racine dans Q(cos θ).
En particulier, l’angle π/9 n’est pas constructible à la règle et au compas.
Démonstration. — Comme cos 3θ = 4 cos
3
θ − 3 cos θ, le réel cos θ/3 est racine du poly-
nôme
P(X) = 4X
3
−3X −cos θ.
Si P est irréductible sur Q(cos θ), le réel cos θ/3 est de degré 3 sur ce corps et ne peut y être
constructible par cor. 2.20.
SI P est réductible sur Q(cos θ), étant de degré 3, il doit avoir une racine dans ce corps et
se factorise sur ce corps en le produit d’un polynôme de degré 1 et d’un polynôme de degré 2.
Le réel cos θ/3 est racine de l’un de ces deux polynômes, donc est constructible sur Q(cos θ)
(lemme 2.19 et th. 2.18). Comme 2P(X/2) = X
3
− 3X − 2 cos θ, cela montre la première
partie de l’énoncé.
On a Q(cos π/3) = Q, donc l’angle π/9 est constructible si et seulement si le polynôme
X
3
−3X −1 a une racine dans Q, ce qui n’est pas le cas (exerc. 2.23).
Corollaire 2.25 (Quadrature du cercle). — Le réel

π n’est pas constructible.
Démonstration. — Ici, on triche : il faut savoir que π est transcendant (Exemple 2.4), donc
aussi

π.
3. POLYNÔMES ET RACINES 13
3. Polynômes et racines
On prend maintenant le problème dans l’autre sens : au lieu de se donner une extension
d’un corps K et de regarder si les éléments de cette extension sont, ou non, racines de poly-
nômes à coefficients dans K, on part d’un polynôme P ∈ K[X] et l’on cherche à construire
une extension de K dans laquelle P aura une racine, ou même, sera scindé (produit de fac-
teurs du premier degré).
3.1. Corps de rupture. — Les unités de l’anneau K[X] sont les polynômes constants non
nuls (c’est-à-dire les éléments de K

).
Soit P ∈ K[X] un polynôme irréductible. L’anneau K[X] étant principal, l’anneau quo-
tient K
P
:= K[X]/(P) est un corps (prop. 1.14). Soit x
P
∈ K
P
l’image de X dans K
P
. On
a alors P(x
P
) = 0, de sorte que l’on a construit une extension K
P
de K dans laquelle P a
une racine, x
P
; de plus, K
P
= K[x
P
]. On appelle K
P
un corps de rupture de P.
Exemple 3.1. — Le corps C est un corps de rupture du polynôme irréductible X
2
+ 1 ∈
R[X]. De même, le polynôme X
2
+ X + 1 est aussi irréductible sur R et C est encore un
corps de rupture. Plus généralement, C est le corps de rupture de n’importe quel polynôme
de R[X] de degré deux sans racine réelle (cf. ex. 1.6)
Exemple 3.2. — Le corps Q(
3

2) est un corps de rupture du polynôme irréductible X
3
−2 ∈
Q[X] ; le corps Q(j
3

2) en est un autre. Remarquons que le polynôme X
3
− 2 n’est pas
scindé dans ces corps.
Proposition 3.3. — Soit P ∈ K[X] un polynôme irréductible. Pour toute extension K →L
et toute racine x de P dans L, il existe un unique K-morphisme K
P
→L qui envoie x
P
sur
x.
Démonstration. — Le morphisme K[X] → L qui envoie X sur x s’annule en P, donc
définit par passage au quotient l’unique K-morphisme de K
P
vers Lqui envoie x
P
sur x.
Corollaire 3.4. — Soit P ∈ K[X] un polynôme irréductible. Deux corps de rupture de P
sont K-isomorphes.
On remarquera que l’isomorphisme entre deux corps de rupture n’est en général pas
unique. Plus précisément, étant donnés des corps de rupture K → L et K → L

de P,
et des racines x ∈ L et x

∈ L

de P, il existe un unique K-isomorphisme σ : L

→L

tel que
σ(x) = x

.
3.2. Corps de décomposition. — Étant donné un polynôme P à coefficients dans K, on
cherche maintenant à construire une extension de K dans laquelle P est scindé, c’est-à-dire
produit de facteurs du premier degré.
14 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
Théorème 3.5. — Soit P ∈ K[X].
a) Il existe une extension K → L dans laquelle le polynôme P est scindé, de racines
x
1
, . . . , x
d
, telle que L = K[x
1
, . . . , x
d
].
b) Deux telles extensions sont isomorphes.
Une telle extension s’appelle un corps de décomposition de P (« splitting field » en an-
glais). C’est une extension algébrique de type fini, donc finie de K (cor. 2.9).
Démonstration. — On procède par récurrence sur le degré d de P. Si d = 1, le corps L = K
est le seul qui convient.
Si d > 1, soit Q un facteur irréductible de P dans K[X] (cf. th. I.1.15) et soit K
Q
le
corps de rupture de Qconstruit plus haut. Le polynôme P admet la racine x
Q
dans K
Q
, donc
s’écrit P(X) = (X −x
Q
)R(X) avec R ∈ K
Q
[X] de degré < d. L’hypothèse de récurrence
appliquée à R fournit un corps de décomposition K
Q
→L de R sur K
Q
. Alors R est scindé
dans L[X], de racines x
1
, . . . , x
d−1
, donc aussi P, de racines x
Q
, x
1
, . . . , x
d−1
. De plus,
L = K
Q
[x
1
, . . . , x
d−1
] = K[x
Q
][x
1
, . . . , x
d−1
], donc L est un corps de décomposition de
P, et ceci montre a).
Soient K → L et K → L

des corps de décomposition de P, et soient x une racine
de Q dans L et x

une racine de Q dans L

. Le corps K(x) ⊆ L est un corps de rupture
pour Q sur K, et il en est de même pour le corps K(x

) ⊆ L

. Il existe donc (cor. 3.4) un
K-isomorphisme K(x)

→K(x

) qui envoie x sur x

. Il permet de considérer L

comme une
extension de K(x) via le morphisme composé K(x)

→K(x

) →L

. Les extensions L et L

de K(x) sont alors des corps de décomposition de R sur K(x). L’hypothèse de récurrence
appliquée à R entraîne que L et L

sont K(x)-isomorphes, donc K-isomorphes. Ceci prouve
b).
Exemple 3.6. — Pour tout d ≥ 3, le corps C est un corps de décomposition pour le poly-
nôme X
d
−1 ∈ R[X].
Exemple 3.7. — Le corps Q(
3

2, j) est un corps de décomposition pour le polynôme X
3

2 ∈ Q[X].
3.3. Clôture algébrique. —
Définition 3.8. — On dit qu’un corps Ω est algébriquement clos si tout polynôme non cons-
tant de Ω[X] a une racine dans Ω.
Une clôture algébrique d’un corps K est une extension algébrique K →Ω telle que Ω est
un corps algébriquement clos.
Exemple 3.9. — Le corps C est algébriquement clos. C’est une clôture algébrique de R,
mais pas de Q.
3. POLYNÔMES ET RACINES 15
Exercice 3.10. — Montrer que tout corps algébriquement clos est infini.
À partir d’un corps algébriquement clos, il est facile de construire une clôture algébrique
pour n’importe quel sous-corps.
Proposition 3.11. — Soit Ω un corps algébriquement clos et soit K ⊆ Ω un sous-corps.
L’ensemble des éléments de Ω qui sont algébriques sur K est une clôture algébrique de K.
Démonstration. — On a déjà vu que l’ensemble
¯
K des éléments de Ω qui sont algébriques
sur K est un sous-corps de Ω (th. 2.10), extension algébrique de K. Montrons qu’il est algé-
briquement clos. Soit P ∈
¯
K[X] un polynôme non constant et soit x une racine de P dans
Ω. Alors x est algébrique sur
¯
K, donc aussi sur K (th. 2.14), de sorte que x ∈
¯
K.
Exemple 3.12. — Le corps
¯
Q ⊆ C des nombres algébriques (cf. ex. 2.13) est une clôture
algébrique de Q. C’est un corps dénombrable (pourquoi ?).
Théorème 3.13 (Steinitz, 1910). — Soit K un corps. Il existe une clôture algébrique de K.
Deux clôtures algébriques de K sont K-isomorphes.
Démonstration. — On peut trouver une démonstration presque complète dans [CL], p. 39.
Nous ne ferons la construction d’une clôture algébrique que dans le cas où le corps K est (au
plus) dénombrable (les idées sont analogues dans le cas général, mais il faut utiliser le lemme
de Zorn). L’ensemble K[X] est alors dénombrable. On peut donc numéroter ses éléments en
une suite (P
n
)
n∈N
. On construit une suite (K
n
)
n∈N
de corps emboîtés en posant K
0
= K
et en prenant pour K
n+1
un corps de décomposition du polynôme P
n
, vu comme élément de
K
n
[X]. Posons
L =
_
n∈N
K
n
.
Il existe sur L une (unique) structure de corps faisant de chaque K
n
un sous-corps de L et
K → L est une extension algébrique. On va montrer que L est algébriquement clos. Soit
Q ∈ L[X] un polynôme irréductible et soit x une racine de Q dans une extension de L.
Alors x est algébrique sur L donc sur K (th. 2.14). Soit P ∈ K[X] son polynôme minimal ;
puisque Q est irréductible sur L, on a Q [ P dans L[X]. Or le polynôme P est un P
m
, donc
il est scindé dans K
m+1
[X], donc dans L[X]. Il s’ensuit que Q est aussi scindé dans L[X].
Comme tout élément de L[X] est produit de polynômes irréductibles (th. I.1.15), L est une
clôture algébrique de K.
Pour montrer l’unicité, commençons par montrer deux lemmes qui nous serviront de nou-
veau dans le § 5.3.
Lemme 3.14. — Soit K → L une extension de corps telle que L est engendré par un élé-
ment x algébrique sur K, de polynôme minimal P ∈ K[X]. Toute extension K → Ω, où Ω
16 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
est un corps algébriquement clos, s’étend en
(5)
L → Ω et le nombre de ces extensions est
égal au nombre de racines distinctes de P dans son corps de décomposition.
Démonstration. — On a L · K[X]/(P), de sorte que se donner un K-morphisme σ de L
dans Ω est équivalent à se donner un élément σ(x) de Ω qui vérifie P(σ(x)) = 0 ; il y a
donc exactement autant de tels morphismes que de racines de P dans Ω (ou dans son corps
de décomposition).
Lemme 3.15. — Soit K → L une extension algébrique de corps. Toute extension K → Ω,
où Ω est un corps algébriquement clos, s’étend en L →Ω.
Démonstration. — Lorsque l’extension K → L est finie, cela résulte immédiatement du
lemme précédent : il suffit de l’écrire comme une suite d’extensions emboîtées
K →K(x
1
) →K(x
1
, x
2
) →. . . →K(x
1
, . . . , x
n
) = L
et d’appliquer le lemme à chaque extension.
Dans le cas général, il faut appliquer le lemme de Zorn : on considère l’ensemble non vide
E des paires (M, σ), où M est un sous-corps de L contenant K et σ : M →Ω une extension
de ι : K →L à M. Il est partiellement ordonné par la relation
(M, σ) ≤ (M

, σ

) ⇔ (M ⊆ M

et σ

[
M
= σ).
Si (M
i
, σ
i
)
i∈I
est un sous-ensemble totalement ordonné de E , la réunion M :=

i∈I
M
i
est
un sous-corps de L et on définit uniquement σ : M → Ω par σ[
M
i
= σ
i
. La paire (M, σ)
est alors dans E et c’est un majorant de la famille (M
i
, σ
i
)
i∈I
. Il existe donc un élément
maximal (M
0
, σ
0
).
Puisque L est une extension algébrique de K, tout élément x de L est algébrique sur K,
donc a fortiori sur M
0
. Le lemme précédent dit que l’on peut alors étendre σ
0
en M
0
(x) →
Ω. Par maximalité de (M
0
, σ
0
), cela entraîne M
0
(x) = M
0
, c’est-à-dire x ∈ M
0
. On a donc
L = M
0
, ce qui prouve le lemme.
Terminons maintenant la preuve du théorème 3.13. Si ι : K →Ω et ι

: K →Ω

sont des
clôtures algébriques, ι

s’étend par le lemme 3.15 en σ : Ω →Ω

. Comme Ω est algébrique-
ment clos, il en est de même pour σ(Ω). Mais Ω

est une extension algébrique de σ(Ω), donc
σ(Ω) = Ω

. Les extensions K →Ω et K →Ω

sont donc isomorphes.
5. Cela siginifie que si ι : K → Ω et α : K → L sont les extensions données, il existe σ : L → Ω tel que
σ ◦ α = ι.
4. EXTENSIONS NORMALES 17
4. Extensions normales
Rappelons que le polynôme irréductible X
3
− 2 ∈ Q[X] a une racine dans l’extension
Q(
3

2), mais n’y est pas scindé.
Définition 4.1. — On dit qu’une extension algébrique K →L est normale si tout polynôme
irréductible dans K[X] qui a une racine dans L est scindé dans L.
Les extensions Q → Q(
n

2) ne sont donc pas normales pour n ≥ 3, mais Q →
Q(
3

2, j) l’est (à cause du théorème ci-dessous).
Théorème 4.2. — Soit K → L une extension de corps. Les propriétés suivantes sont équi-
valentes :
(i) l’extension K →L est finie et normale ;
(ii) L est le corps de décomposition d’un polynôme à coefficients dans K.
Démonstration. — Soit K → L une extension finie et normale, soit (x
1
, . . . , x
d
) une base
du K-espace vectoriel L, et soit P
i
∈ K[X] le polynôme minimal de x
i
. Comme K → L
est normale, chaque P
i
est scindé dans L, donc aussi Q := P
1
. . . P
d
. Comme L est engendré
sur K par les x
i
, qui sont des racines de Q, le corps L est un corps de décomposition de
Q ∈ K[X].
Soit maintenant L le corps de décomposition d’un polynôme Q ∈ K[X]. C’est une exten-
sion finie de K. Soit P ∈ K[X] un polynôme irréductible qui a une racine x
1
dans L, soit
L → M un corps de décomposition de P, et soit x
2
une racine de P dans M. Il suffit de
montrer x
2
∈ L, puisque cela entraînera que toutes les racines de P dans M sont en fait dans
L, donc que P est déjà scindé dans L.
Or, pour chaque i ∈ ¦1, 2¦, L(x
i
) est un corps de décomposition de Q sur K(x
i
). D’autre
part, chaque K(x
i
) est un corps de rupture de P sur K, donc (cor. 3.4) il existe un K-
isomorphisme σ : K(x
1
)

→K(x
2
). Les extensions K(x
1
) → L(x
1
) = L et K(x
1
)
σ

K(x
2
) → L(x
2
) sont alors des corps de décomposition de Q sur K(x
1
). Elles sont donc
isomorphes (th. 3.5), de sorte que [L : K(x
1
)] = [L(x
2
) : K(x
1
)], puis [L : K] = [L(x
2
) :
K] par th. 2.2. On en déduit L = L(x
2
), donc x
2
∈ L.
Remarque 4.3. — Si K → M est une extension de corps finie et normale et que L est un
corps intermédiaire entre K et M, le théorème entraîne que l’extension L → M est encore
normale. En revanche, ce n’est pas nécessairement le cas pour l’extension K → L, comme
le montre l’exemple Q →Q(
3

2) →Q(
3

2, j).
De plus, la composée de deux extensions normales K → L et L → M n’est pas néces-
sairement normale, comme le montre l’exemple Q →Q(

2) →Q(
4

2).
18 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
Proposition 4.4. — Soit K →L une extension finie et soit Ω un corps algébriquement clos
contenant L. Il existe une plus petite extension M de L dans Ω telle que l’extension K →M
soit normale.
On appelle cette extension la clôture normale de L dans Ω; elle est finie sur K.
Démonstration. — Comme dans la preuve précédente, soit (x
1
, . . . , x
d
) une base du K-
espace vectoriel L, et soit P
i
∈ K[X] le polynôme minimal de x
i
. Soit M ⊆ Ω le sous-corps
engendré par les racines de Q := P
1
P
n
dans Ω. C’est un corps de décomposition du
polynôme Q, donc l’extension K ⊆ M est finie et normale.
De plus, pour tout corps L ⊆ M

⊆ Ω tel que l’extension K ⊆ M

est normale, le polynô-
me irréductible P
i
a une racine dans M

(à savoir x
i
), donc y est scindé (déf. 4.1), donc aussi
Q. On en déduit que M, qui est engendré par les racines de P, est contenu dans M

.
Exercice 4.5. — Soient K et K

des sous-corps d’un corps L tels que les extensions K ⊆ L et
K

⊆ L soient normales. Montrer que l’extension K ∩ K

⊆ L est aussi normale.
5. Séparabilité
5.1. Polynômes séparables. —
Définition 5.1. — On dit qu’un polynôme P ∈ K[X] est séparable s’il n’a aucune racine
multiple dans son corps de décomposition. Dans le cas contraire, on dit que P est inséparable.
Lemme 5.2. — Un polynôme P est séparable si et seulement si P et P

sont premiers entre
eux.
Démonstration. — Remarquons que le pgcd de P et P

est le même dans K ou dans toute
extension de K (utiliser l’algorithme d’Euclide), en particulier dans un corps de décomposi-
tion L de P. Dans L, ce pgcd vaut 1 si et seulement si aucune racine de P n’est multiple.
Lemme 5.3. — Un polynôme irréductible P est séparable si et seulement si P

,= 0. Il est
inséparable si et seulement si la caractéristique p de K est non nulle et P ∈ K[X
p
].
Démonstration. — La premier énoncé résulte du lemme précédent : P est inséparable si et
seulement si P ∧ P

est un polynôme non constant, qui divise P, ce qui entraîne que c’est P
(puisque P est irréductible) puis que P divise P

, puis que P

est nul car il est sinon de degré
< deg(P).
Écrivons
P(X) = a
n
X
n
+ +a
0
.
Le polynôme
P

(X) = na
n
X
n−1
+ +a
1
5. SÉPARABILITÉ 19
est nul si et seulement si a
i
= 0 pour chaque i non divisible par p.
Lemme 5.4. — Supposons K de caractéristique p > 0. Si a ∈ K K
p
, le polynôme X
p
−a
est irréductible dans K[X] et inséparable.
Démonstration. — Soit P un facteur irréductible unitaire de Q(X) = X
p
−a et soit x une
racine de P dans un corps de rupture L. On a a = x
p
donc Q(X) = X
p
− x
p
= (X − x)
p
dans L[X], de sorte que P(X) = (X−x)
i
dans L[X], avec 1 ≤ i ≤ p. Comme x / ∈ K, on a
i ≥ 2, donc P n’est pas séparable. Par le lemme 5.3, le degré de P est un multiple de p, donc
i = p et P = Q est irréductible. De plus, P est clairement inséparable puisque P

= 0.
Lemme 5.5. — Si un polynôme irréductible P ∈ K[X] de degré ≥ 2 n’a qu’une seule
racine dans un corps de décomposition, alors la caractéristique de K est p > 0, et il existe
n ≥ 1 et a ∈ K K
p
tels que P(X) = X
p
n
−a.
La réciproque est vraie (exerc. 5.8).
Démonstration. — Dans un corps de décomposition de P, on peut écrire P(X) = (X−x)
m
,
avec m ≥ 2, de sorte que P est inséparable. Par le lemme 5.3, la caractéristique de K
est un nombre premier p qui divise m. Écrivons m = rp
n
, avec r ∧ p = 1, de sorte que
P(X) = (X
p
n
−x
p
n
)
r
, et posons Q(X) = (X −x
p
n
)
r
, de sorte que P(X) = Q(X
p
n
). Le
polynôme Qest alors irréductible et n’a qu’une seule racine dans un corps de décomposition.
Si r ≥ 2, il est inséparable, donc p [ r (lemme 5.3), ce qui est absurde. Donc r = 1, ce qui
montre le lemme.
5.2. Corps parfaits. —
Définition 5.6. — Le corps K est parfait si tout polynôme irréductible de K[X] est sépa-
rable.
Théorème 5.7. — Le corps K est parfait s’il est soit de caractéristique nulle, soit de carac-
téristique p > 0 et K = K
p
.
Démonstration. — Si K est de caractéristique nulle, il est parfait par le lemme 5.3. S’il est
de caractéristique p et K
p
,= K, il n’est pas parfait par le lemme 5.4.
Si au contraire K = K
p
, tout polynôme P inséparable s’écrit par le lemme 5.3
P(X) = a
mp
X
mp
+ +a
p
X
p
+a
0
.
Comme K = K
p
, on peut écrire a
ip
= b
p
i
et
P(X) = a
mp
X
mp
+ +a
p
X
p
+a
0
= b
p
m
X
mp
+ +b
p
1
X
p
+b
p
0
= (b
m
X
m
+ +b
1
X +b
0
)
p
,
20 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
ce qui entraîne que P ne peut être irréductible. Donc tout polynôme irréductible de K[X] est
séparable : K est parfait.
En particulier, tout corps fini est parfait, puisque le morphisme de Frobenius x →x
p
étant
injectif est automatiquement surjectif. Tout corps algébriquement clos est aussi parfait. En
revanche, le corps F
p
(T) n’est pas parfait (le polynôme X
p
−T ∈ F
p
(T)[X] est irréductible
par le lemme 5.4 mais non séparable).
Dans un corps parfait K, le morphisme de Frobenius Fr
K
est bijectif. Pour tout x ∈ K,
on notera x
1/p
son image inverse par Fr
K
.
Exercice 5.8. — Soit K un corps de caractéristique p > 0. Si a ∈ K K
p
, montrer que pour
tout n ≥ 1, le polynôme X
p
n
− a est irréductible dans K[X]. En déduire que si K → L est
une extension finie et que L est un corps parfait, alors K est un corps parfait. Montrer qu’un
sous-corps d’un corps parfait n’est pas nécessairement parfait.
Exercice 5.9. — Soit K un sous-corps d’un corps parfait L de caractéristique non nulle. Le
morphisme de Frobenius Fr
L
: L →L est alors bijectif (th. 5.7). Montrer que

[
n=1
Fr
−n
L
(K)
est le plus petit sous-corps parfait de L contenant K.
Exercice 5.10. — Soit K une extension de type fini (c’est-à-dire engendrée par un nombre fini
d’éléments) d’un corps parfait de caractéristique p > 0. Montrer que K est une extension finie
de K
p
. Donner un exemple de corps K de caractéristique p > 0 qui n’est pas une extension finie
de K
p
.
5.3. Extensions séparables. —
Définition 5.11. — Soit K → L une extension algébrique de corps. On dit qu’un élément
de L est séparable sur K s’il est algébrique sur K et que son polynôme minimal sur K est
séparable.
On dit qu’une extension algébrique K → L est séparable si tout élément de L est sépa-
rable sur K.
Un corps K est parfait si et seulement si toute extension finie de K est séparable.
Soit K → L une extension algébrique de corps et soit K → Ω un morphisme dans un
corps algébriquement clos Ω. On a vu dans le lemme 3.14 qu’il existe une extension de ce
morphisme en σ : L →Ω. L’extension K →σ(L) est alors algébrique, donc contenue dans
la clôture algébrique de K dans Ω, qui est un corps algébriquement clos (prop. 3.11), donc
une clôture algébrique de K. Comme deux clôtures algébriques de K sont K-isomorphes (th.
3.13), le cardinal de l’ensemble des extensions de K →Ω à L est indépendant de l’extension
5. SÉPARABILITÉ 21
algébriquement close Ω; on le note [L : K]
s
et on l’appelle le degré séparable de l’extension
K →L. Il est toujours ≥ 1 par le lemme 3.14.
Exemple 5.12. — On a [C : R]
s
= 2, les deux R-morphismes de C dans C étant l’identité
et la conjugaison complexe. On a [Q(
3

2) : Q]
s
= 3, les trois Q-morphismes de Q(
3

2)
dans C étant définis par
3

2 →e
2ikπ/3
3

2, pour k ∈ ¦0, 1, 2¦.
Exemple 5.13. — Soit p un nombre premier et posons L = F
p
(T) et K := L
p
= F
p
(T
p
).
L’extension K → L est finie de degré p. Si ι : K → Ω est un morphisme dans un corps
algébriquement clos Ω et σ : L → Ω une extension de f, on a nécessairement σ(T) =
(ι(T
p
))
1/p
, de sorte que [L : K]
s
= 1.
Théorème 5.14. — Soit K →L une extension finie de corps. On a
1 ≤ [L : K]
s
≤ [L : K]
et il y a égalité à droite si et seulement si l’extension K →L est séparable.
Démonstration. — On commence par montrer la multiplicativité des degrés séparables.
Lemme 5.15. — Soient K →L et L →M des extensions de corps. On a
[M : K]
s
= [M : L]
s
[L : K]
s
.
Démonstration. — Soit Ω une extension algébriquement close de M et soit (σ
i
)
i∈I
la fa-
mille des K-morphismes de L dans Ω, avec Card(I) = [L : K]
s
. Considérons l’exten-
sion σ
i
: L → Ω; comme on l’a déjà noté, le cardinal de l’ensemble des extensions à
M est indépendant de i et vaut [M : L]
s
. On peut donc noter (τ
ij
)
j∈J
cet ensemble, avec
Card(J) = [M : L]
s
. On obtient ainsi une famille de K-morphismes distincts de M dans Ω
indexée par I J.
Inversement, étant donné un tel morphisme M →Ω, il se restreint à L en un des σ
i
; c’est
donc l’un des τ
ij
. Le lemme est ainsi démontré.
Lorsque l’extension K →L est engendrée par un élément x, de polynôme minimal P, on
a vu dans le lemme 3.14 que [L : K]
s
est égal au nombre de racines distinctes de P dans son
corps de décomposition. On a donc bien [L : K]
s
≤ [L : K] dans ce cas (avec égalité si et
seulement si x est séparable).
Dans le cas général, on écrit l’extension finie K → L comme une suite d’extensions
emboîtées
K →K(x
1
) →K(x
1
, x
2
) →. . . →K(x
1
, . . . , x
n
) = L
et l’on applique le lemme 5.15 à chaque extension pour obtenir l’inégalité [L : K]
s
≤ [L :
K].
Si K → L est séparable, ou même plus généralement si L est engendré par des éléments
x
1
, . . . , x
n
séparables sur K, alors chaque x
i
est a fortiori séparable sur K(x
1
, . . . , x
i−1
)
22 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
(son polynôme minimal sur ce corps divise son polynôme minimal sur K, donc est aussi
séparable) et on a [K(x
1
, . . . , x
i−1
)(x
i
) : K(x
1
, . . . , x
i−1
)]
s
= [K(x
1
, . . . , x
i−1
)(x
i
) :
K(x
1
, . . . , x
i−1
)], d’où l’égalité [L : K]
s
= [L : K] par le lemme 5.15.
Inversement, supposons [L : K]
s
= [L : K]. Pour tout x ∈ L, comme [L : K(x)]
s
≤ [L :
K(x)] et [K(x) : K]
s
≤ [K(x) : K], le lemme 5.15 entraîne qu’il y a égalité dans ces deux
inégalités. La discussion précédente dit que x, donc P, est séparable sur K. Donc l’extension
K →L est bien séparable.
La preuve montre aussi que si L est engendré par des éléments séparables, l’extension
K →L est séparable.
Corollaire 5.16. — Soient K → L et L → M des extensions finies de corps. L’extension
K →M est séparable si et seulement si les extensions K →L et L →M le sont.
Démonstration. — Cela résulte immédiatement du th. 5.14 et du lemme 5.15.
Corollaire 5.17. — Soient K →L et L →M des extensions finies de corps. Si un élément
x de M est séparable sur L et que l’extension K → L est séparable, alors x est séparable
sur K.
Démonstration. — Si x est séparable sur L, l’extension L(x) de L est séparable. Par le
corollaire précédent, il en est de même pour l’extension K →L(x), donc x est séparable sur
K.
Corollaire 5.18. — Soit K → L une extension de corps. L’ensemble des éléments de L
algébriques et séparables sur K est un sous-corps de L, extension séparable de K appelée
clôture séparable de K dans L.
Si L

⊆ L est la clôture séparable de K dans L, il résulte du corollaire précédent que tout
élément de L L

est inséparable sur L

.
Démonstration. — Soient x et y des éléments non nuls de L séparables sur K. Comme on
vient de le remarquer, cela entraîne que l’extension finie K → K(x, y) est séparable. Les
éléments x −y et x/y de L sont donc séparables sur K.
En particulier, si K est une clôture algébrique de K, l’ensemble des éléments de K sépa-
rables sur K est une extension séparable K
s
de K appelée clôture séparable de K. Le corps
K est parfait si et seulement si K
s
= K. On peut montrer que les clôtures séparables de K
sont toutes K-isomorphes. L’exercice 5.20 ci-dessous montre que toute extension algébrique
séparable de K
s
est triviale.
5. SÉPARABILITÉ 23
Exercice 5.19. — Soit K → L une extension algébrique de corps et soit L
s
⊆ L la clôture
séparable de K dans L (cf. cor. 5.18). Montrer [L : K]
s
= [L
s
: K]. En déduire que [L : K]
s
divise [L : K] et que soit le quotient est 1, soit la caractéristique de K est p > 0 et le quotient est
une puissance de p (il vous faudra sans doute aller explorer un peu la littérature sur les extensions
purement inséparables (ou radicielles)...).
Exercice 5.20. — Soient K →L et L →M des extensions de corps. Montrer que l’extension
K →M est algébrique séparable si et seulement si les extensions K →L et L →M le sont.
Exercice 5.21. — Montrer que toute extension algébrique d’un corps parfait est encore un corps
parfait. En particulier, un corps imparfait (de caractéristique p > 0) ne peut être algébrique sur
F
p
(on rappelle que le corps F
p
(T) est imparfait ; cf. § 5.2).
5.4. Théorème de l’élément primitif. — On a rencontré à plusieurs reprises l’extension
Q → Q(
3

2, j). Peut-on engendrer cette extension par un seul élément (on dit que l’exten-
sion est simple) ? La réponse est oui : on a Q(
3

2, j) = Q(
3

2 + j) (cf. exerc. 6.16). En
revanche, en caractéristique non nulle, il existe des extensions non simples. Il se trouve que
cette propriété d’une extension (d’être engendrée par un élément) est liée à sa séparabilité.
Exemple 5.22. — Soit p un nombre premier et posons L = F
p
(X, Y ) (corps des fractions
rationnelles en deux indéterminées à coefficients dans F
p
) et K := L
p
= F
p
(X
p
, Y
p
).
L’extension K →L est finie de degré p
2
. Pour tout F ∈ L, on a F
p
∈ K, donc [K(F) : K]
vaut 1 ou p, et L n’est pas de la forme K(F).
Théorème 5.23 (de l’élément primitif). — Soit K → L une extension finie de corps, avec
L = K(x, y
1
, . . . , y
n
), où y
1
, . . . , y
n
sont séparables sur K. Il existe z ∈ L tel que L =
K(z).
Démonstration. — Si K est fini, L l’est aussi, le groupe (L

, ) est cyclique (lemme 7.4).
Si z ∈ L

est un générateur de ce groupe, L = K(z).
On suppose donc K infini. En raisonnant par récurrence sur n, on voit qu’il suffit de traiter
le cas n = 1. On cherche z sous la forme z = x + ty
1
, avec t ∈ K. Soit P le polynôme
minimal de x sur K et soit Q celui de y
1
. Ces polynômes se décomposent dans leur corps de
décomposition en
P(X) =
r

j=1
(X −α
j
) Q(X) =
s

j=1
(X −β
j
),
avec α
1
= x et β
1
= y
1
. Comme y
1
est séparable sur K, les β
j
sont distincts deux à deux.
Comme K est infini, on peut trouver t ∈ K distinct de tous les (x−α
i
)/(β
j
−y
1
), pour tout
i et tout j ,= 1. Posant z = x +ty
1
∈ L, on a
P(z −tβ
1
) = 0 P(z −tβ
j
) ,= 0 pour j ,= 1.
24 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
Les polynômes Q(X) ∈ K[X] et P(z − tX) ∈ K(z)[X] ont donc une unique racine com-
mune, à savoir β
1
= y
1
, et leur pgcd est ainsi X −y
1
. Les coefficients de ce pgcd sont dans
K(z), donc y
1
∈ K(z). Mais alors x = z −ty
1
∈ K(z), donc L = K(x, y
1
) = K(z).
Théorème 5.24. — Soit K →L une extension finie de corps. Les conditions suivantes sont
équivalentes :
(i) il n’existe qu’un nombre fini de corps intermédiaires entre K et L;
(ii) il existe x ∈ L tel que L = K(x).
Si l’extension K → L est finie et séparable, elle vérifie (th. 5.23) les conditions de ce
théorème. La réciproque est fausse (cf. ex. 5.13).
Démonstration. — Si K est fini, L l’est aussi, et le groupe (L

, ) est cyclique (lemme 7.4).
Si x ∈ L

est un générateur de ce groupe, L = K(x). Donc (ii) est toujours vérifié dans ce
cas, et il en est bien sûr de même pour (i).
On suppose donc K infini. Si (i) est vérifié, on écrit L = K(x
1
, . . . , x
n
) et, procédant par
récurrence sur n, on voit qu’il suffit de traiter le cas n = 2. Vue l’hypothèse (i), et comme K
est infini, il existe deux éléments distincts t et u de K tels que K(x
1
+tx
2
) = K(x
1
+ux
2
).
On en déduit que x
2
= ((x
1
+ tx
2
) − (x
1
+ ux
2
))/(t − u) est dans ce corps, ainsi que
x
1
= (x
1
+tx
2
) −tx
2
, donc qu’il est égal à L. Cela prouve (ii).
Inversement, si (ii) est vérifié, on note P ∈ K[X] le polynôme minimal de x sur K. Soit
M un corps intermédiaire entre K et L. Le polynôme minimal P
M
∈ M[X] de x sur M
divise alors P dans M[X], donc aussi dans L[X]. C’est donc un produit de facteurs irréducti-
bles unitaires de P dans L[X] et il n’y a qu’un nombre fini de tels polynômes (cf. th. I.1.15).
Soit M

⊆ M le sous-corps engendré par les coefficients de P
M
. Le polynôme P
M
est encore
irréductible dans M

[X], donc c’est le polynôme minimal de x sur M

. On en déduit
[L : M

] = deg P
M
= [L : M],
de sorte que M = M

. L’application M →P
M
est donc injective, ce qui montre (i).
Exercice 5.25. — Trouver une infinité d’extensions intermédiaires entre les corps F
p
(X
p
, Y
p
)
et F
p
(X, Y ) (cf. ex. 5.22).
Exercice 5.26. — Soit K → L une extension algébrique séparable telle que les degrés des
éléments de L sur K soient majorés. Montrer que l’extension K → L est finie. Montrer que la
conclusion ne subsiste pas nécessairement si l’extension K →L n’est pas séparable.
5.5. Trace. — À toute extension finie K → L, nous allons associer une forme K-linéaire
Tr
L/K
sur L dont la nullité caractérise les extensions (finies) séparables.
5. SÉPARABILITÉ 25
Définition 5.27. — Soit K → L une extension finie de corps. Pour x ∈ L, on note m
x
le
K-endomorphisme de L défini par m
x
(z) = xz pour tout z dans L. On définit l’application
trace Tr
L/K
: L →K par
Tr
L/K
(x) = Tr(m
x
).
Si a, b ∈ K et x, y ∈ L, on a m
ax+by
= am
x
+ bm
y
; l’application trace est donc une
forme K-linéaire sur L. Si x est dans K, on a Tr
L/K
(x) = [L : K]x.
Exemple 5.28. — Considérons l’extension Q → Q(i). Dans la base (1, i) du Q-espace
vectoriel Q(i), la matrice de l’endomorphisme m
a+ib
est
_
a −b
b a
_
. On a donc
Tr
Q(i)/Q
(a +ib) = 2a.
Théorème 5.29. — Soit K →L →M des extensions finies de corps. On a
Tr
M/K
= Tr
L/K
◦ Tr
M/L
.
Démonstration. — On garde les notations de la preuve du th. 2.2 : (l
1
, . . . , l
r
) est une base
du K-espace vectoriel L et soit (m
1
, . . . , m
s
) une base du L-espace vectoriel M, de sorte
que (l
i
m
j
)
1≤i≤r, 1≤j≤s
est une base du K-espace vectoriel M. Soit x ∈ M. On écrit
xm
j
=
s

k=1
b
jk
m
k
,
avec b
jk
∈ L, de sorte que xl
i
m
j
=

s
k=1
b
jk
l
i
m
k
. On écrit ensuite
b
jk
l
i
=
r

n=1
a
jkin
l
n
,
avec a
jkin
∈ L, de sorte que xl
i
m
j
=

s
k=1

r
n=1
a
jkin
l
n
m
k
. On en déduit
Tr
M/K
(x) =
s

j=1
r

i=1
a
jjii
.
On a d’autre part Tr
M/L
(x) =

s
j=1
b
jj
et Tr
L/K
(b
jj
) =

r
n=1
a
jjnn
, ce qui montre le
théorème.
Corollaire 5.30. — Soit K → L une extension finie de corps et soit x un élément de L
inséparable sur K. On a Tr
L/K
(x) = 0.
Démonstration. — Considérons les extensions K →K(x) →L. D’après le th. 5.29, on a
Tr
L/K
(x) = Tr
K(x)/K
_
Tr
L/K(x)
(x)
_
= Tr
K(x)/K
_
[L : K(x)](x)
_
.
Il suffit donc de montrer Tr
K(x)/K
(x) = 0. Le polynôme minimal P de x sur K est, par
le lemme 5.3, dans K[X
p
], où p est la caractéristique (non nulle) du corps K. Dans la base
26 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
(1, x, . . . , x
pn−1
) de K(x) sur K (où pn = deg(P)), la matrice de m
x
est la matrice compa-
gnon de P (cf. § II.4.2), dont la trace est l’opposé du coefficient de X
pn−1
dans P, c’est-à-dire
0.
Corollaire 5.31. — Soit K → L une extension finie de corps qui n’est pas séparable. La
forme linéaire Tr
L/K
est identiquement nulle.
Démonstration. — Soit L

L la clôture séparable de K dans L (cor. 5.18). Tout élément
x de L L

est alors inséparable sur L

, donc Tr
L/L
(x) = 0 par le corollaire précédent.
D’autre part, le lemme 5.3 entraîne que [L

(x) : L

] est un multiple de p, donc aussi [L : L

]
(th. 2.2). Si x

∈ L

, on a alors Tr
L/L
(x

) = [L : L

]x

= 0. On a donc montré que la forme
linéaire Tr
L/L
est identiquement nulle. Le corollaire résulte alors du th. 5.29.
Théorème 5.32. — Soit K →L une extension de corps finie et séparable. La forme linéaire
Tr
L/K
n’est pas identiquement nulle et la fome bilinéaire symétrique
L L −→ K
(x, y) −→ Tr
L/K
(xy)
est non-dégénérée.
Le théorème est évident en caractéristique nulle, puisque l’on a alors Tr
L/K
(1
K
) = [L :
K]1
K
,= 0 et Tr
L/K
(xx
−1
) = Tr
L/K
(1
K
) ,= 0 si x ∈ L ¦0¦, .
Démonstration. — Comme on l’a vu dans le § 5.4, l’extension K → L est engendrée par
un élément x ∈ L, de polynôme minimal P ∈ K[X]. Si n = [L : K], une base du K-espace
vectoriel Lest alors formée de 1, x, . . . , x
n−1
. La matrice de m
x
dans cette base est la matrice
compagnon C
P
de P (cf. § II.4.2) dont la trace est l’opposé du coefficient de X
n−1
dans P,
c’est-à-dire la somme des racines x
1
, . . . , x
n
de P dans un corps de décomposition de P (ces
racines sont distinctes deux à deux puisque P est séparable). Pour tout entier r ≥ 0, la matrice
de m
r
x
= m
x
r est C
r
P
, dont la trace est la somme

n
i=1
x
r
i
. Ces sommes ne peuvent pas être
toutes nulles lorsque r décrit ¦0, . . . , n−1¦, puisque le déterminant d´et(x
r
i
)
1≤i≤n, 0≤r≤n−1
est non nul (déterminant de Vandermonde). Donc l’une au moins des traces Tr
L/K
(x
r
) est
non nulle, et la forme linéaire Tr
L/K
n’est pas identiquement nulle.
Soit x
0
∈ L tel que Tr
L/K
(x
0
) ,= 0. Si y ∈ L est non nul, on a alors Tr
L/K
(yx
0
/y) ,= 0,
donc la forme bilinéaire considérée est bien non-dégénérée.
Exercice 5.33. — Soit K →L une extension de corps finie et séparable. Soit Ω une extension
algébriquement close de K et soient σ
1
, . . . , σ
n
les différents K-morphismes de L dans Ω.
Montrer que pour tout x dans L, on a Tr
L/K
(x) = σ
1
(x) +· · · +σ
n
(x).
6. THÉORIE DE GALOIS 27
6. Théorie de Galois
6.1. Groupe de Galois d’une extension de corps. —
Définition 6.1. — Soit K → L une extension de corps. Un K-automorphisme de L est un
automorphisme de corps L

→L qui est l’identité sur K. Le groupe de Galois Gal(L/K) est
le groupe des K-automorphismes de L.
Exemple 6.2. — Soit σ un élément de Gal(C/R). On a
σ(i)
2
= σ(i
2
) = σ(−1) = −1,
de sorte que σ(i) = ±i. On en déduit que le groupe Gal(C/R) a deux éléments : l’identité
et la conjugaison complexe.
Soit σ un élément de Gal(Q(
3

2)/Q). On a
σ(
3

2)
3
= σ((
3

2)
3
) = σ(2) = 2,
de sorte que σ(
3

2) est une racine cubique de 2 dans le sous-corps Q(
3

2) de R. On a
donc nécessairement σ(
3

2) =
3

2 et le groupe Gal(Q(
3

2)/Q) n’a qu’un seul élément,
l’identité.
Exercice 6.3. — Déterminer les groupes de Galois Gal(Q(

2,

3)/Q) et Gal(R/Q).
Théorème 6.4. — Soit K →L une extension finie de corps. On a
Card(Gal(L/K)) ≤ [L : K]
s
≤ [L : K].
La première inégalité est une égalité si et seulement si l’extension K → L est normale ; la
seconde est une égalité si et seulement si l’extension K →L est séparable.
Démonstration. — Soit Ω une extension algébriquement close de K. Le groupe Gal(L/K)
agit à droite sur l’ensemble des K-morphismes σ : L →Ω (dont le cardinal est par définition
[L : K]
s
) par la formule
∀g ∈ Gal(L/K) σ g = σ ◦ g.
Cette action est libre (si σ ◦ g = σ, on a g = Id puisque σ est injectif), d’où la première
inégalité. Il y a égalité si et seulement si l’action est transitive.
Lemme 6.5. — L’action de Gal(L/K) sur l’ensemble des K-morphismes de L dans Ω est
transitive si et seulement si tous ces morphismes ont la même image dans Ω.
Démonstration. — Il est clair que σ ◦ g et σ ont la même image. Inversement, si σ(L) =
σ

(L), l’application g : L → L définie par g = (σ
L→σ(L)
)
−1
◦ σ

est un K-morphisme tel
que σ

= σ ◦ g.
28 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
Si l’extension K → L est normale, L est le corps de décomposition d’un polynôme
Q ∈ K[X]. Pour tout K-morphisme σ : L → Ω, l’image de σ est l’extension de K
engendrée par les racines de Q dans Ω, donc ne dépend pas de σ. Le lemme 6.5 entraîne
Card(Gal(L/K)) = [L : K]
s
.
Inversement, si Card(Gal(L/K)) = [L : K]
s
, tous les K-morphismes de L dans Ω ont
la même image, que l’on note L

⊆ Ω. Soit Q ∈ K[X] un polynôme irréductible avec une
racine x ∈ L et soit y une racine de Q dans Ω. Les corps K(x) ⊆ L et K(y) ⊆ Ω sont des
corps de rupture de Q, donc sont K-isomorphes (cor. 3.4). On en déduit un K-morphisme
K(x) → K(y) ⊆ Ω que l’on peut étendre en un K-morphisme L → Ω (lemme 3.15) dont
l’image est L

. On en déduit que y est dans L

. Le polynôme Q est donc scindé dans L

, donc
l’extension K →L

est normale, ainsi que l’extension K →L puisqu’elle lui est isomorphe.
L’égalité de droite du théorème, et le cas d’égalité, sont juste une retranscription du th.
5.14.
Exercice 6.6. — Soit K → L une extension finie de corps. Montrer que Card(Gal(L/K))
divise [L : K]
s
(cf. exerc. 5.19).
6.2. Groupe de Galois de K → K(X) et théorème de Lüroth. — Le but de cette sec-
tion (indépendante du reste du cours) est de comprendre le groupe de Galois de l’extension
transcendante K →K(X) et la nature des extensions intermédiaires entre K et K(X).
Lemme 6.7. — Soit F ∈ K(X) K, que l’on écrit F = P/Q, avec P et Q dans K[X],
premiers entre eux. Alors :
a) F est transcendant sur K ;
b) l’extension K(F) →K(X) est finie, de degré δ(F) := max(deg P, deg Q) ;
c) le polynôme minimal de X sur K(F) est P(T) −Q(T)F ∈ K(F)[T].
Démonstration. — Posons R(T) := P(T) −Q(T)F ∈ K(F)[T]. On a R(X) = 0 donc X
est algébrique sur K(F). Comme X est transcendant sur K, il en est de même pour F par le
th. 2.2, ce qui montre a).
Cela entraîne que K[F] est isomorphe à un anneau de polynômes en une variable à coef-
ficients dans K. On peut donc considérer R comme un élément de l’anneau de polynômes
en deux variables K[F][T] et il faut montrer que R est irréductible dans K(F)[T]. Dans
K[T][F], R est irréductible car de degré 1 (en F) à coefficients premiers entre eux. Il est
donc aussi irréductible dans K[F][T]. Ses coefficients sont du type p
i
−q
i
F, donc leur pgcd
dans K[F] est 1 (sinon, P et Q seraient proportionnels). Cela entraîne (th. III.1.10) que R
est encore irréductible dans K(F)[T]. Cela montre c), et comme le degré de R est δ(F), cela
montre aussi b).
6. THÉORIE DE GALOIS 29
Pour tout corps K et tout entier n > 0, on note GL(n, K) le groupe des matrices inver-
sibles d’ordre n à coefficients dans K, et PGL(n, K) le groupe quotient de GL(n, K) par le
sous-groupe distingué des matrices de la forme tI
n
, pour t ∈ K

.
Théorème 6.8. — On a un isomorphisme
PGL(2, K) −→ Gal(K(X)/K)
_
a b
c d
_
−→
_
X →
aX +b
cX +d
_
.
Démonstration. — Soit ϕ : K(X) → K(X) un K-automorphisme. Il est déterminé par
F = ϕ(X). Comme ϕ est surjectif, on a par le lemme 6.7 δ(F) = 1, donc F(X) =
aX+b
cX+d
avec (c, d) ,= (0, 0) et (a, b) non proportionnel à (c, d). L’application de l’énoncé du théo-
rème est donc surjective. On vérifie que c’est un morphisme dont le noyau est formé des
homothéties tI
2
, pour t ∈ K

.
Théorème 6.9 (Lüroth, 1874). — Les extensions intermédiaires entre K et K(X) sont de
la forme K(F), avec F ∈ K(X). Autrement dit, ce sont K ou des corps de fractions ration-
nelles en une variable.
Démonstration. — Soit K L ⊆ K(X) et soit F ∈ L K. Par le lemme 6.7, X est
algébrique sur K(F), donc aussi sur L. Soit
Φ(T) = T
n
+F
n−1
T
n−1
+ +F
0
∈ L[T]
le polynôme minimal de X sur L. Comme X n’est pas algébrique sur K, il existe i tel que
F
i
∈ L K. On va montrer L = K(F
i
). Écrivons F
j
= P
j
/P
n
, avec P
j
∈ K[X] et où P
n
est le ppcm des dénominateurs des F
j
. On a ainsi
Φ(T) =
1
P
n
(X)
(P
n
(X)T
n
+P
n−1
(X)T
n−1
+ +P
0
(X)) ∈ L[T].
Notons
P(X, T) := P
n
(X)T
n
+P
n−1
(X)T
n−1
+ +P
0
(X)
et posons m := deg
X
P(X, T) = max(deg P
j
). On a [K(X) : L] = deg(Φ) = n et
[K(X) : L] ≤ [K(X) : K(F
i
)] = δ(F
i
) ≤ max(deg P
i
, deg P
n
) ≤ m.
On va montrer m = n, ce qui entraînera L = K(F
i
) et le théorème.
Le polynôme P
i
(T) − F
i
P
n
(T) ∈ L[T] admet X comme racine. Il est donc multiple de
Φ : il existe Ψ ∈ L[T] tel que
P
i
(T) −F
i
P
n
(T) = Φ(T)Ψ(T).
En multipliant par P
n
(T), on obtient
D(X, T) := P
i
(T)P
n
(X) −P
i
(X)P
n
(T) = P(X, T)Ψ(T) ∈ L[T] ∩ K[X][T].
30 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
Comme P(X, T) est primitif vu comme polynôme en T, on a Ψ ∈ K[X][T] (lemme III.1.9).
Dans cette dernière égalité, le degré en X est ≤ m à gauche et m+deg
X
Ψ à droite. Donc il
vaut m des deux côtés et Ψ ∈ K[T]. On a donc
P(X, T)Ψ(T) = D(X, T) = −D(T, X) = −P(T, X)Ψ(X).
Comme P(X, T) et Ψ(T) sont primitifs vus comme polynôme en T à coefficients dans
K[X], il en est de même pour leur produit (lemme III.1.8), donc le polynôme Ψ(X), constant
vu comme polynôme en T, est une constante inversible dans K[X]. Les polynômes D et P
sont donc proportionnels. Les degrés de D en X et en T étant égaux, cela vaut aussi pour P,
donc m = n.
Remarque 6.10. — L’analogue du théorème de Lüroth reste vrai en caractéristique 0 pour
K(X, Y ) (toutes les sous-extensions non triviales sont des corps de fractions rationnelles en
une ou deux variables sur K) ; c’est un théorème de Castelnuovo. Cela est faux en caracté-
ristique non nulle d’après des exemples de Zariski et de Shioda. Avec au moins trois indéter-
minées, c’est faux même sur C. L’étude de ces problèmes se fait par des outils de géométrie
algébrique (il s’agit de savoir si une variété algébrique « unirationnelle » est « rationnelle »).
Exercice 6.11. — Soit K un corps. Quelles sont les fractions rationnelles F ∈ K(X) vérifiant
F ◦ F(X) = X ? Plus généralement, quelles sont les fractions rationnelles vérifiant F ◦ · · · ◦
F(X) = X ?
Exercice 6.12. — Soit K un corps. Déterminer le corps
L = {F ∈ K(X) | F(X) = F(1/X)}.
6.3. Extensions galoisiennes. —
Définition 6.13. — Une extension de corps K →L est dite galoisienne si elle est séparable
et normale.
Le th. 6.4 entraîne qu’une extension finie K →L est galoisienne si et seulement si
Card(Gal(L/K)) = [L : K].
Remarque 6.14. — Si K →L est une extension de corps galoisienne et que M est un corps
intermédiaire entre K et L, l’extension M →L est encore galoisienne (rem. 4.3 et cor. 5.16)
et Gal(L/M) est un sous-groupe de Gal(L/K) :
Gal(L/M) = ¦g ∈ Gal(L/K) [ g[
M
= Id
M
¦.
En revanche, l’extension K →M n’est pas nécessairement galoisienne (cf. th. 6.26.b)).
Proposition 6.15. — Soit K →L une extension finie est galoisienne si et seulement si c’est
le corps de décomposition sur K d’un polynôme séparable.
6. THÉORIE DE GALOIS 31
Démonstration. — Si L est le corps de décomposition d’un polynôme séparable Q ∈ K[X],
l’extension L est engendrée par des éléments séparables (les racines de Q) donc est séparable.
Elle est aussi normale par le th. 4.2.
Pour la réciproque, on reprend la démonstration du th. 4.2 : si K → L est une extension
galoisienne, on écrit L = K(x
1
, . . . , x
n
) et l’on note P
i
∈ K[X] le polynôme minimal de x
i
.
Comme K →L est normale (resp. séparable), chaque P
i
est scindé (resp. à racines simples)
dans L, donc aussi le ppcm Q := P
1
∨ ∨ P
n
. Comme L est engendré sur K par les x
i
,
qui sont des racines de Q, le corps L est un corps de décomposition du polynôme séparable
Q ∈ K[X].
En utilisant le th. 5.23, on peut aussi dire qu’il existe x ∈ L tel que le polynôme minimal
de x sur K est scindé à racines simples dans L et que L = K(x).
Soit K → L une extension finie galoisienne. C’est donc le corps de décomposition d’un
polynôme séparable P ∈ K[X]. Si n = deg(P), le groupe Gal(L/K) permute les n racines
distinctes de P et Gal(L/K) s’identifie à un sous-groupe du groupe symétrique S
n
.
Exercice 6.16. — Montrer que l’extension Q → Q(
3

2, j) est galoisienne et que son groupe
de Galois est S
3
. En déduire Q(
3

2, j) = Q(
3

2 + j) et calculer le polynôme minimal de
3

2 +j sur Q.
Proposition 6.17. — Soit K →L le corps de décomposition d’un polynôme séparable P ∈
K[X]. L’action de Gal(L/K) sur l’ensemble des racines de P dans L est transitive si et
seulement si P est irréductible dans K[X].
Démonstration. — Si P n’est pas irréductible, on l’écrit P = QRavec Qet Rnon constants.
Comme P est séparable, Q et R n’ont pas de racine commune. Tout élément de Gal(L/K)
envoie chaque racine de Q (dans L) sur une racine de Q, donc l’action n’est pas transitive.
Supposons P irréductible. Soient x et y des racines de P dans L. Les sous-corps K(x)
et K(y) de L sont des corps de rupture de P, donc sont K-isomorphes. Plus précisément, il
existe un K-isomorphisme σ : K(x)

→K(y) tel que σ(x) = y. Les extensions ι : K(x) →
L et ι

: K(x)
σ
→K(y) →L sont alors des corps de décomposition de P ∈ K(x)[X], donc
sont K(x)-isomorphes (th. 3.5) : il existe un automorphisme g : L

→L tel que g ◦ ι = ι

.
D’une part g est un K-automorphisme, donc g ∈ Gal(L/K), d’autre part g(x) = g ◦ ι(x) =
ι

(x) = y.
Exemple 6.18. — L’extension Q → Q(

2,

3) est galoisienne car c’est le corps de dé-
composition du polynôme (X
2
−2)(X
2
−3). Son groupe de Galois agit non transitivement
sur l’ensemble ¦

2, −

2,

3, −

3¦ de ses racines ; il est isomorphe à (Z/2Z)
2
.
32 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
6.4. Corps finis. — On dit qu’un corps K est fini s’il n’a qu’un nombre fini d’éléments. Sa
caractéristique est alors un nombre premier p et son sous-corps premier le corps F
p
. L’exten-
sion F
p
→K est de degré fini n, de sorte que K est de cardinal p
n
.
Théorème 6.19. — a) Pour tout entier premier p et tout entier n ≥ 1, il existe un corps fini
à p
n
éléments.
b) Tout corps fini à p
n
éléments est un corps de décomposition du polynôme X
p
n
−X sur
F
p
. En particulier, deux tels corps sont isomorphes.
On parlera souvent du corps F
p
n à p
n
éléments.
Démonstration. — Soit F
p
→K un corps de décomposition du polynôme P(X) := X
p
n

X sur F
p
et soit K

:= ¦x
1
, . . . , x
p
n¦ ⊆ K l’ensemble des racines de P dans K. C’est un
sous-corps de K (par (1)) qui lui est donc égal. Ces racines sont toutes distinctes car sa
dérivée étant −1, le polynôme P est séparable (lemme 5.2). En particulier, Card(K) = p
n
.
Ceci montre a).
Soit K un corps fini à p
n
éléments. Le groupe (K

, ) est d’ordre p
n
−1, donc tout élé-
ment non nul x de K vérifie x
p
n
−1
= 1. En particulier, les p
n
éléments de K sont exactement
les racines de P, qui est ainsi scindé dans K. Le corps K est donc un corps de décomposition
de P sur F
p
. Ceci montre b).
Exercice 6.20. — Écrire les tables d’addition et de multiplication du corps F
4
.
Exercice 6.21. — Quel est le groupe additif (F
p
n, +) ?
6.5. Correspondance de Galois pour les corps finis. — Soit p un nombre premier. Comme
F
p
n est le corps de décomposition du polynôme X
p
n
− X (th. 6.19) et que toute extension
de corps finis est séparable (tout corps fini est parfait par le th. 5.7), l’extension F
p
→ F
p
n
est galoisienne et son groupe de Galois est de cardinal n
Proposition 6.22. — Le groupe de Galois de l’extension F
p
→F
p
n est cyclique d’ordre n,
engendré par l’automorphisme de Frobenius Fr : x →x
p
.
Démonstration. — Il est clair que Fr est dans Gal(F
p
n/F
p
). Soit m son ordre, un diviseur
de n. On a alors Fr
m
= Id, d’où x
p
m
= x pour tout x dans F
p
n. Tous les éléments de F
p
n
sont ainsi racines du polynôme X
p
m
− X, donc Card(F
p
n) ≤ p
m
et m = n. Comme le
groupe Gal(F
p
n/F
p
) est de cardinal n, il est cyclique engendré par Fr.
Ce résultat se généralise ainsi.
Théorème 6.23. — Le corps F
p
n est une extension de F
p
m si et seulement si m divise n et
le seul sous-corps de F
p
n à p
m
éléments est
¦x ∈ F
p
n [ x
p
m
= x¦.
6. THÉORIE DE GALOIS 33
Le groupe de Galois de l’extension F
p
m → F
p
n est cyclique d’ordre n/m, engendré par
Fr
m
.
Démonstration. — Si F
p
n est une extension de F
p
m, c’est un F
p
m-espace vectoriel, de di-
mension finie d, et son cardinal est alors (p
m
)
d
= p
md
, de sorte que n = md.
Inversement, supposons que m divise n. Comme Fr est un automorphisme,
K := ¦x ∈ F
p
n [ x
p
m
= x¦ = ¦x ∈ F
p
n [ Fr
m
= x¦
est un sous-corps de F
p
n. Il est formé de 0 et des racines du polynôme P(X) = X
p
m
−1
−1
dans F
p
n. Or m divise n, donc p
m
−1 divise p
n
−1, et P divise X
p
n
−1
−1, qui est scindé
à racines simples dans F
p
n. Donc P a p
m
−1 racines dans F
p
n, et K a p
m
éléments.
Réciproquement, si L ⊆ F
p
n est un sous-corps à p
m
éléments, on a x
p
m
= x pour tout x
dans L, donc L ⊆ K et il y a égalité car ces deux ensembles ont même cardinal.
Enfin, on a déjà remarqué (rem. 6.14) que Gal(F
p
n/F
p
m) est un sous-groupe de cardinal
[F
p
n : F
p
m] = n/m du groupe Gal(F
p
n/F
p
) = ¸Fr). C’est donc le sous-groupe engendré
par Fr
m
.
Exercice 6.24. — Soient m et n des entiers positifs non nuls. Quel est le nombre de racines du
polynôme X
p
m
−X dans F
p
n ?
Comme les sous-groupes du groupe cyclique Gal(F
p
n/F
p
) · Z/nZ sont les sous-
groupes cycliques engendrés par les classes de chacun des diviseurs de n, on peut présenter
ce résultat sous la forme suivante : il existe des bijections inverses l’une de l’autre
{sous-groupes de Gal(F
p
n/F
p
)}
Φ

{extensions intermédiaires entre F
p
et F
p
n}
Ψ
¸
H


F
H
q
:= ¦x ∈ F
p
n [ ∀g ∈ H g(x) = x¦
Gal(F
p
n/L)
L.

¸
Le but de la théorie de Galois est d’étendre ces correspondances à toute extension galoisienne
finie.
Corollaire 6.25. — Pour tout entier premier p et tout entier n > 0, on a
X
p
n
−X =

m|n
(polynômes irréductibles unitaires de degré m dans F
p
[X]).
Démonstration. — Le groupe G = Gal(F
p
n/F
p
) agit sur F
p
n ; soit F
p
n = O
1
∪ ∪ O
N
la décomposition en orbites. Pour chaque i ∈ ¦1, . . . , N¦, on pose P
i
=

x∈O
i
(X −x), de
34 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
sorte que
X
p
n
−X =

x∈F
p
n
(X −x) =
N

i=1

x∈O
i
(X −x) =
N

i=1
P
i
.
Comme Fr(P
i
) = P
i
, le polynôme P
i
est à coefficients dans F
p
. Comme Fr agit transiti-
vement sur l’ensemble de ses racines, il est irréductible sur F
p
(prop. 6.17). Son degré est
Card(O
i
), qui est un diviseur de Card(G) = n. On a donc écrit la décomposition en fac-
teurs irréductibles dans F
p
[X] du polynôme X
p
n
−X. Il n’y a pas de facteur multiple car ce
polynôme est séparable.
Inversement, soit P un polynôme irréductible dans F
p
[X] de degré m, soit F
p
→ K un
corps de rupture de P et soit x une racine de P dans K. Cette extension est de degré m, de
sorte que K est isomorphe à F
p
m et x
p
m
= x. Si m divise n, on a x
p
n
= x, et P, qui est le
polynôme minimal de x, divise donc X
p
n
−X.
6.6. Correspondance de Galois, lemme d’Artin. — Nous montrons maintenant le résultat
principal de cette section : le fait que pour une extension galoisienne, les extensions intermé-
diaires correspondent bijectivement aux sous-groupes du groupe de Galois. On retrouve ainsi
le fait qu’il n’y a qu’un nombre fini d’extensions intermédiaires (cf. th. 5.24) mais surtout, on
dispose d’un moyen concret de les trouver toutes.
Théorème 6.26. — Soit K → L une extension finie galoisienne de groupe de Galois G :=
Gal(L/K).
a) Il existe des bijections inverses l’une de l’autre, qui renversent les inclusions,
{sous-groupes de G}
Φ

{extensions intermédiaires entre K et L}
Ψ
¸
H


L
H
:= ¦x ∈ L [ ∀g ∈ H g(x) = x¦
Gal(L/M) M.

¸
b) Si H < G, l’extension K → L
H
est galoisienne si et seulement si H est un sous-
groupe distingué dans G. Son groupe de Galois est alors le groupe quotient G/H.
Pour clarifier les choses, l’égalité Φ ◦ Ψ = Id signifie
L
Gal(L/M)
= M
pour tout corps intermédiaire M, tandis que, par la rem. 6.14, l’égalité Ψ◦ Φ = Id signifie
¦g ∈ G [ g[
L
H = Id¦ = H
pour tout sous-groupe H de G.
6. THÉORIE DE GALOIS 35
Démonstration. — Il est clair que l’on a, pour toute extension intermédiaire M et tout sous-
groupe H de G :
M ⊆ Φ(Ψ(M))) = L
Gal(L/M)
et H ⊆ Ψ(Φ(H))) = Gal(L/L
H
)
et il s’agit de montrer que ces deux inclusions sont des égalités. L’extension M → L est
galoisienne (rem. 6.14). Nous lui appliquerons le lemme suivant.
Lemme 6.27. — Soit K →L une extension finie galoisienne de groupe G. On a K = L
G
.
Démonstration. — Il est clair que K est contenu dans L
G
. Soit x ∈ L
G
et soit P ∈ K[X]
son polynôme minimal, qui est scindé dans L. Soit y une racine de P dans L. Comme l’ex-
tension K →L est normale, il existe g ∈ G tel que y = g(x). Comme x ∈ L
G
, on a y = x.
Donc P n’a qu’une seule racine. Comme il est séparable, il est de degré 1 et x est dans K.
En appliquant ce lemme à l’extension finie galoisienne M → L , on obtient M =
L
Gal(L/M)
, c’est-à-dire M = Φ(Ψ(M))). L’autre égalité H = Gal(L/L
H
) résulte du th.
6.28 ci-dessous. Ceci montre le point a) du théorème.
Montrons maintnant b). Soit H un sous-groupe de G et soit g ∈ G. On vérifie que l’ex-
tension intermédiaire g(L
H
) correspond au sous-groupe gHg
−1
de G.
Si H est un sous-groupe distingué dans G, on a g(L
H
) = L
H
, d’où un morphisme de
groupes
ρ : G →Gal(L
H
/K)
dont le noyau est ¦g ∈ G [ g[
L
H = Id¦, c’est-à-dire, par a), H. On en déduit
Card(Gal(L
H
/K)) ≥ Card(G)/ Card(H) = [L : K]/[L : L
H
] = [L
H
: K].
Cela entraîne que l’extension finie K → L
H
est galoisienne, que ρ est surjectif, et que
Gal(L
H
/K) est isomorphe à G/H.
Inversement, supposons l’extension K → L
H
galoisienne et considérons le sous-groupe
N := ¦g ∈ G [ gHg
−1
= H¦ de G (le normalisateur de H dans G) ainsi que le morphisme
π : N →Gal(L
H
/K). Son noyau est ¦g ∈ N [ g[
L
H = Id¦, c’est-à-dire de nouveau H.
Comme l’extension K →L est normale, tout K-automorphisme L
H

→L
H
s’étend en un
K-automorphisme L

→L, c’est-à-dire en un élément g de Gqui doit satisfaire g(L
H
) = L
H
.
Par la correspondance a), cela signifie gHg
−1
= H, soit g ∈ N. Le morphisme π est donc
surjectif et on en déduit :
Card(N)/ Card(H) = Card(Gal(L
H
/K))
= [L
H
: K]
= [L : K]/[L : L
H
]
= Card(G)/ Card(H),
de sorte que N = G : le sous-groupe H est distingué dans G. Ceci prouve b).
36 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
Théorème 6.28 (Lemme d’Artin). — Soit L un corps et soit G un groupe fini d’automor-
phismes de L. L’extension L
G
⊆ L est finie galoisienne de groupe de Galois G.
Démonstration. — Posons K = L
G
. Soit x ∈ L; posons P(X) =

y∈Gx
(X − y). Pour
tout g ∈ G, on a alors gP = P, donc P est à coefficients dans K. Comme P est séparable, il
en résulte que x est séparable algébrique sur K de degré ≤ Card(G).
Choisissons x de degré maximal sur K. Nous allons montrer L = K(x). Soit y ∈ L.
Comme l’extension K(x, y) est séparable, elle est engendrée par un élément z (th. 5.23).
Comme K(z) contient K(x), ces deux corps sont égaux par maximalité du degré de x. On
a donc y ∈ K(x) et L = K(x), extension finie et séparable de K de degré ≤ Card(G). De
plus, G est un sous-groupe de Gal(L/K).
On en déduit (th. 6.4)
Card(G) ≤ Card(Gal(L/K)) ≤ [L : K] ≤ Card(G),
de sorte qu’il y a égalité partout. On en déduit que l’extension K ⊆ L est galoisienne (th.
6.4), et Gal(L/K) = G.
Exercice 6.29. — Soit L un corps et soit G un groupe infini d’automorphismes de L. Montrer
que l’extension L
G
⊆ L est infinie.
Exercice 6.30. — Soit K → L une extension de corps finie et normale et soit G le groupe
Gal(L/K) des K-automorphismes de L. On a des extensions K →L
G
→L. Si la caractéris-
tique de K est nulle, le lemme 6.27 entraîne K = L
G
. Supposons donc que la caractéristique de
K est p > 0.
a) Soit x ∈ L
G
. Montrer que le polynôme minimal de x sur K a une seule racine dans L.
b) En déduire qu’il existe un entier n ≥ 0 tel que x
p
n
∈ K (Indication : on pourra utiliser le
lemme 5.5).
c) Montrer qu’il existe un entier n ≥ 0 tel que (L
G
)
p
n
⊆ K.
Exemple 6.31. — Revenons à l’exerc. 6.16, où l’on a montré que l’extension Q →Q(
3

2, j)
est galoisienne de groupe de Galois isomorphe à S
3
(après numérotation des racines du po-
lynôme X
3
−2 par x
k
= e
2ikπ/3
3

2, k ∈ ¦1, 2, 3¦). Les sous-groupes de S
3
sont
¦Id¦
·

¸m
m
m
m
m
m
m
m

¸

P
P
P
P
P
P
P
P
¸

W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
W
¸(1, 2, 3))

¸

Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
¸(1, 2))

¸(2, 3))
·

¸n
n
n
n
n
n
n
n
n
¸(1, 3))
.

¸·f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
S
3
.
6. THÉORIE DE GALOIS 37
Le seul sous-groupe distingué non trivial est ¸(1, 2, 3)) (cyclique d’ordre 3). La transposition
(1, 2) correspond à la conjugaison complexe et le cycle (1, 2, 3) à la permutation cyclique des
racines. Les sous-extensions correspondantes de Q →Q(
3

2, j) sont
Q(
3

2, j)
Q(j)
¸

o
o
o
o
o
o
o
Q(
3

2)
¸

¸
Q(j
3

2)
¸

¸.Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q
Q(j
2
3

2)

¸.X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
X
Q
¸

¸.P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
P
¸

¸
¸

m
m
m
m
m
m
m
m
m
m

¸

f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
f
Les quatre extensions de la ligne supérieures sont galoisiennes, tandis que sur la ligne infé-
rieure, seule l’extension (quadratique) Q ⊆ Q(j) l’est.
Exemple 6.32. — On vérifie (par exemple en utilisant le critère d’Eisenstein ; th. III.1.12)
que le polynôme P(X) = X
5
− 6X + 3 est irréductible dans Q[X]. Une étude de fonction
montre qu’il a exactement trois racines réelles x
1
< x
2
< x
3
, donc deux racines complexes
conjuguées x
4
et x
5
= ¯ x
4
. Soit Q → L un corps de décomposition de P et soit G < S
5
son groupe de Galois. Le groupe G contient la conjugaison complexe, qui agit comme la
transposition (4, 5). Il agit transitivement sur l’ensemble des racines (prop. 6.17), donc son
cardinal est divisible par 5 ; il divise d’autre part Card(S
5
) = 5! = 120 = 2
3
3 5. Le
théorème de Sylow entraîne que G contient un élément d’ordre 5, c’est-à-dire un 5-cycle
dont on peut supposer, quitte à le remplacer par une puissance, qu’il envoie 4 sur 5. En
renumérotant les racines réelles, on peut supposer que c’est le cycle (1, 2, 3, 4, 5), qui avec
(4, 5) engendre S
5
. On a donc G = S
5
.
Le seul sous-groupe distingué non trivial de S
5
est le groupe alterné A
5
. L’extension
Q →L contient donc une unique sous-extension galoisienne de Qet elle est quadratique.
Exercice 6.33. — Dans l’exemple ci-dessus, montrer que le discriminant
∆(P) =
Y
1≤i<j≤5
(x
i
−x
j
)
2
du polynôme P est égal à 5
5
·3
4
−4
4
·6
5
. En déduire que la seule sous-extension quadratique de L
est Q(

−21451) (vous aurez sans doute besoin d’aller consulter la littérature sur le discriminant
d’un polynôme ; cf. par exemple [CL], § 1.5 et § 3.4).
Exercice 6.34. — Soit K un corps, soit P ∈ K[X] un polynôme irréductible séparable et soit
K → L un corps de décomposition de P, où il est scindé à racines simples a
1
, . . . , a
n
. Si le
groupe Gal(L/K) est isomorphe à S
n
, montrer que les corps de rupture K(a
i
) de P (tous
K-isomorphes) vérifient K(a
i
) ∩ K(a
j
) = K pour 1 ≤ i < j ≤ n.
38 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
6.7. Clôture galoisienne. — On montre qu’une extension séparable finie est toujours conte-
nue dans une extension galoisienne finie, qui n’est autre que sa clôture normale (cf. prop. 4.4).
Proposition 6.35. — Soit K → L une extension finie séparable et soit Ω un corps algébri-
quement clos contenant L. La clôture normale de Ldans Ω est une extension finie galoisienne
de K.
On appelle M la clôture galoisienne de L dans Ω.
Cette proposition permet de retrouver le fait qu’il n’existe qu’un nombre fini d’extensions
intermédiaires entre K et L (cf. th. 5.24)
Démonstration. — Dans la preuve de la prop. 4.4, et en gardant les mêmes notations, le po-
lynôme P
i
est séparable, donc aussi le ppcmP
1
∨ ∨P
n
, donc l’extension normale K ⊆ M
est séparable.
7. Applications de la théorie de Galois
7.1. Constructibilité à la règle et au compas, polynômes cyclotomiques. — Revenons
sur les constructions à la règle et au compas telles qu’elles sont expliquées dans le § 2.3.
Plus précisément, on s’intéresse ici au nombres complexes z constructibles à partir de ¦0, 1¦
(cela signifie par définition que ses parties réelle et complexe sont toutes deux constructibles).
On peut déduire du théorème de Wantzel (th. 2.18, qui traite le cas z ∈ R) que z est alors
algébrique de degré une puissance de 2 sur Q. On a déjà remarqué que cette condition n’est
pas suffisante (exerc. 2.22).
Théorème 7.1. — Un nombre algébrique z ∈ Cest constructible si et seulement si le degré
de l’extension de Qengendrée par tous les conjugués
(6)
de z est une puissance de 2.
Démonstration. — Soit z ∈ C. On note L le sous-corps de C engendré par tous les conju-
gués de z (c’est-à-dire le corps de décomposition du polynôme minimal de z sur Q).
Supposons z constructible. Montrons que tous ses conjugués sont constructibles. Soit
Q = K
0
⊆ K
1
⊆ ⊆ K
n
une suite d’extensions telle que [K
i
: K
i−1
] = 2 et z ∈ K
n
, et soit M la clôture normale
de K
n
dans C. C’est une extension galoisienne de Q et pour tout conjugué z

de z, il existe
g ∈ Gal(M/Q) tel que z

= g(z) (cf. prop. 6.17). Les corps g(K
i
) forment une suite
d’extensions de degré 2, donc z

, qui est dans g(K
n
), est constructible par le théorème de
Wantzel. En particulier, (cf. th. 2.17, qui s’étend facilement aux complexes constructibles),
tous les éléments de L sont constructibles. Le corps L est une extension séparable de Q, donc
6. C’est-à-dire les racines dans Cdu polynôme minimal de z sur Q.
7. APPLICATIONS DE LA THÉORIE DE GALOIS 39
elle est engendrée par un élément x ∈ L tel que L = Q[x] (th. 5.23), dont on vient de montrer
qu’il est constructible. Son degré [L : Q] est donc une puissance de 2.
Inversement, supposons que [L : Q] = 2
m
. Le groupe Gal(L/Q) est alors d’ordre 2
m
donc il existe une suite de sous-groupes
Gal(L/Q) = G
0
> > G
m−1
> G
m
= ¦Id¦
tels que G
i
est d’indice 2 dans G
i−1
. La correspondence de Galois (th. 6.26) lui associe une
suite
Q = K
0
⊆ K
1
⊆ ⊆ K
m
= L
d’extensions de degré 2. Par le théorème de Wantzel, tout élément de L est constructible
(donc en particulier z !).
Exercice 7.2. — Montrer que le groupe de Galois sur Qdu polynôme irréductible X
4
−X−1
(cf. ex. 2.22) est isomorphe à S
4
. En déduire qu’aucune de ses racines n’est constructible (bien
que de degré 4).
Dans le but d’étudier la constructibilité des polygones réguliers, nous nous intéressons
maintenant au groupe de Galois des polynômes X
n
−1. Commençons par quelques prélimi-
naires sur les racines de l’unité. Soit K un corps et n un entier ≥ 1. On appelle groupe des
racines n-ièmes de l’unité dans K le groupe multiplicatif
µ
n
(K) = ¦ζ ∈ K [ ζ
n
= 1¦.
Il a au plus n éléments. Un élément ζ de µ
n
(K) est dit racine primitive n-ième de l’unité si
ζ
d
,= 1 pour tout d ∈ ¦1, . . . , n − 1¦ ; en d’autre termes, si ζ est d’ordre n dans le groupe
µ
n
(K). S’il existe une racine primitive n-ième de l’unité dans K, elle engendre le groupe
µ
n
(K), qui est alors isomorphe à Z/nZ. Il y a alors
ϕ(n) := Card((Z/nZ)

) = Card¦d ∈ ¦1, . . . , n −1¦ [ d ∧ n = 1¦.
différentes racines primitives n-ièmes de l’unité.
Exercice 7.3. — Soit K un corps de caractéristique p > 0 et soit r un entier ≥ 1. Quels sont
les groupes µ
p
r (K) ?
Lemme 7.4. — Pour tout corps K et tout entier n ≥ 1, le groupe µ
n
(K) est cyclique d’ordre
un diviseur de n. Plus généralement, tout sous-groupe fini de (K

, ) est cyclique.
Démonstration. — Posons m = Card(µ
n
(K)). Tout élément ζ de µ
n
(K) est d’ordre un
diviseur d de m (par le théorème de Lagrange) et de n (puisque ζ
n
= 1) ; c’est alors une
racine primitive d-ième de l’unité. On a vu plus haut que l’ensemble P
d
⊆ µ
n
(K) des racines
primitives d-ièmes de l’unité est soit vide, soit de cardinal ϕ(d). Comme
µ
n
(K) =
_
d|m∧n
P
d
,
40 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
on a donc m ≤

d|m∧n
ϕ(d). On vérifie (exercice !) que pour tout entier e ≥ 1, on a

d|e
ϕ(d) = e. On en déduit m ≤ m∧n, donc m [ n, et P
m
,= ∅. Il existe donc un élément
d’ordre m dans µ
n
(K), qui est ainsi cyclique. Ceci montre le premier point.
Si G est un sous-groupe de (K

, ) de cardinal m, il est contenu par le théorème de
Lagrange dans le groupe cyclique µ
m
(K), qui est de cardinal au plus m. On a donc G =
µ
m
(K) · Z/mZ. Ceci termine la démonstration du lemme.
Proposition 7.5. — Soit K un corps et soit n un entier strictement positif non divisible par
la caractéristique de K. Le groupe de Galois du polynôme séparable X
n
− 1 ∈ K[X] est
isomorphe à un sous-groupe de (Z/nZ)

.
Démonstration. — Soit K → L un corps de décomposition de X
n
− 1. Le groupe µ
n
(L)
est d’ordre n et est cyclique (lemme 7.4), donc isomorphe à (Z/nZ, +). Tout élément g de
Gal(L/K) induit un automorphisme de µ
n
(L), donc de (Z/nZ, +) et cet automorphisme
détermine uniquement g. Un tel automorphisme est déterminé par l’image de 1, qui doit
être un générateur de ce groupe, donc une unité de l’anneau (Z/nZ, +, ). On a donc une
injection de Gal(L/K) dans (Z/nZ)

.
Exemple 7.6. — On a déjà rencontré (en § 6.4) une situation dans laquelle le lemme s’ap-
plique : si p est un nombre premier, q = p
n
et K = F
p
, le corps de décomposition du
polynôme séparable X
q−1
− 1 est F
q
. On a vu que le groupe de Galois de l’extension ga-
loisienne F
p
→ F
q
est cyclique d’ordre n. La proposition dit que c’est un sous-groupe de
(Z/(q −1)Z)

, qui en est en général distinct.
Soit K un corps, soit n un entier non divisible par la caractéristique de K et soit K →L
un corps de décomposition de X
n
− 1. La démonstration de la proposition montre que le
polynôme séparable
Φ
K
n
(X) =

ζ racine primitive
n-ième de 1 dans L
(X −ζ)
est de degré ϕ(n) et invariant sous l’action de Gal(L/K), donc à coefficients dans K par le
lemme d’Artin (th. 6.28). On l’appelle le n-ième polynôme cyclotomique.
On peut montrer que Φ
Q
n
est irréductible, de sorte que le groupe de Galois de X
n
−1 sur
Q est isomorphe à (Z/nZ)

. En revanche, Φ
F
p
n
n’est en général pas irréductible (on a par
exemple Φ
F
p
mp
= (Φ
F
p
m
)
p−1
si m∧ p = 1).
Exercice 7.7. — Calculer Φ
K
n
pour 1 ≤ n ≤ 6 et pour tout n premier. Pour tout entier n ≥ 1,
montrer l’égalité
X
n
−1 =
Y
d|n
Φ
K
d
(X).
(En particulier, Φ
K
n
(X) ne dépend en fait pas du corps K (toujours lorsque n est premier à la
caractéristique de K).)
7. APPLICATIONS DE LA THÉORIE DE GALOIS 41
On termine cette section par un théorème qui identifie les polygones réguliers construc-
tibles à la règle et au compas. Rappelons qu’un nombre premier de Fermat est un nombre
premier de la forme F
m
:= 2
2
m
+ 1. On sait que F
0
= 3, F
1
= 5, F
2
= 17, F
3
= 257 et
F
4
= 65537 sont premiers (on n’en connaît aucun autre !), mais que 641 divise F
5
(Euler).
On sait aussi que F
6
, . . . , F
32
ne sont pas premiers
(7)
.
Théorème 7.8. — Un polygone régulier à n côtés est constructible à la règle et au compas
si et seulement si n est le produit d’une puissance de 2 et de nombres premiers de Fermat
distincts.
Démonstration. — Soit N l’ensemble des nombres entiers n ≥ 1 tels que le polygone
régulier à n côtés soit constructible à la règle et au compas. Si n ∈ N , alors 2n ∈ N (on
peut bissecter n’importe quel angle constructible), et tout diviseur de n est dans N . De plus,
si m et n sont dans N et sont premiers entre eux, alors mn ∈ N : en effet, exp(2iπ/m) et
exp(2iπ/n) sont alors constructibles, et si u et v sont des entiers tels que um+vn = 1, on a
exp(2iπ/mn) = exp(2iπ/m)
u
exp(2iπ/n)
v
,
de sorte que exp(2iπ/mn) est aussi constructible.
Il suffit donc de montrer que les seuls nombres premiers impairs p qui appartiennent à N
sont des nombres premiers de Fermat, et que le carré d’un nombre premier impair n’est pas
dans N .
Soit p un nombre premier impair. Les deux assertions découlent du théorème 7.1 et du
fait que le degré de exp(2iπ/p
2
) sur Q est ϕ(p
2
) = p(p − 1), impair, qui n’est donc jamais
une puissance de 2, tandis que le degré de exp(2iπ/p) sur Q est ϕ(p) = p − 1 (il est dans
ce cas facile de déduire du critère d’Eisenstein l’irréductibilité du polynôme cyclotomique
Φ
Q
p
; cf. exerc. 1.13), et que si p −1 s’écrit 2
r
, alors r doit lui-même être une puissance de 2
(pourquoi ?).
On retrouve le fait que le polygone régulier à 9 côtés n’est pas constructible à la règle et
au compas (cor. 2.24).
Corollaire 7.9 (Gauss, 1801). — Le polygone régulier à 17 côtés est constructible à la règle
et au compas.
Exercice 7.10. — On pose ζ = exp(2iπ/17). Le groupe de Galois G du polynôme X
17
− 1,
c’est-à-dire celui de l’extension Q ⊆ Q(ζ), est isomorphe au groupe multiplicatif ((Z/17Z)

, ×)
(prop. 7.5).
a) Montrer que ce groupe est engendré par la classe de 3 ; on note g ∈ G le générateur
correspondant.
7. Cela ne veut pas dire que l’on sait tous les factoriser : si on sait par exemple factoriser explicitement F
6
=
274177 · 67280421310721 et F
11
(un nombre de 617 chiffres), et que l’on connaît explicitement un facteur non
trivial de F
31
, on ne connaît aucun facteur non trivial pour les nombres F
14
, F
20
, F
22
et F
24
.
42 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
b) On pose a
0
=
P
7
k=0
g
2k
(ζ) et a
1
=
P
7
k=0
g
2k+1
(ζ). Calculer a
0
+a
1
et a
0
a
1
, puis a
0
et a
1
(un signe est difficile à déterminer).
c) Pour 0 ≤ j ≤ 3, on pose b
j
=
P
3
k=0
g
4k+j
(ζ). Calculer b
0
+b
2
et b
0
b
2
, puis b
0
, b
2
, b
1
, b
3
(là encore, les signes sont difficiles à déterminer).
d) Pour 0 ≤ j ≤ 7, on pose c
j
= g
j
(ζ) +g
8+j
(ζ). Calculer c
0
+c
4
, c
0
c
4
, puis cos(2π/17).
7.2. Extensions cycliques. — Soit K un corps et soit n un entier ≥ 2. On fait l’hypothèse
que le groupe µ
n
(K) des racines n-ièmes de l’unité est d’ordre n. Cela entraîne que la carac-
téristique de K ne divise pas n et que le polynôme X
n
−1 est séparable (il n’a pas de racine
commune avec son polynôme dérivé). Rappelons enfin que le groupe µ
n
(K) est toujours cy-
clique (cf. lemme 7.4 ; dans notre cas, il est donc isomorphe à Z/nZ). Un générateur de ce
groupe est appelé racine primitive n-ième de l’unité.
Sous cette hypothèse, nous allons déterminer toutes les extensions cycliques de degré n de
K, c’est-à-dire les extensions galoisiennes de groupe de Galois Z/nZ.
Lemme 7.11. — Soit K un corps tel que Card(µ
n
(K)) = n et soit a ∈ K. Si une extension
K → L est engendrée par une racine du polynôme X
n
− a, cette extension est galoisienne
et Gal(L/K) < µ
n
(K). En particulier, le groupe Gal(L/K) est cyclique.
Démonstration. — Soit x une racine de X
n
− a engendrant L. Les ζx, pour ζ ∈ µ
n
(K),
forment l’ensemble des racines de ce polynôme. Puisque ζ est dans K, l’extension K → L
est galoisienne, en tant que corps de décomposition du polynôme séparable X
n
− a. Tout
élément de Gal(L/K) permute les racines de X
n
− a et est déterminé par l’image ζx de x
(puisque les éléments ζ de µ
n
(K) ⊆ K sont fixes), d’où un morphisme de groupes injectif
Gal(L/K) →µ
n
(K).
Exemple 7.12. — On a déjà vu, dans l’ex. 6.31, un cas où le lemme s’applique : c’est celui
de l’extension Q(j) → Q(
3

2, j), qui est galoisienne de groupe de Galois isomorphe à
Z/3Z.
Proposition 7.13. — Soit K un corps tel que Card(µ
n
(K)) = n et soit a ∈ K. On suppose
a / ∈ K
d
pour tout diviseur d > 1 de n. Alors le polynôme X
n
− a est irréductible sur K et
son corps de rupture est une extension galoisienne de K de groupe de Galois µ
n
(K).
Démonstration. — Soit L un corps de décomposition de P(X) = X
n
−a et soit x ∈ L une
racine de P. On a
P(X) =

ζ∈µ
n
(K)
(X −ζx)
dans L[X]. Soit Q ∈ K[X] un facteur irréductible unitaire de P, de degré e. Son coefficient
constant est produit de e facteurs ζx, avec ζ ∈ K, donc x
e
∈ K. Comme x
n
= a ∈ K, par le
théorème de Bézout, on a x
d
∈ K, où d = n∧e, de sorte que a = x
n
= (x
d
)
n/d
. L’hypothèse
faite entraîne n = d, donc P = Q et P est irréductible. Comme L est engendré par x, c’est
7. APPLICATIONS DE LA THÉORIE DE GALOIS 43
le corps de rupture de P. Par le lemme 7.11, K → L est galoisienne, donc [ Gal(L/K)[ =
[L : K] = deg(P) = n = [µ
n
(K)[ et le même lemme permet de conclure.
Théorème 7.14 (Kummer). — Soit K un corps tel que Card(µ
n
(K)) = n et soit K → L
une extension galoisienne de groupe de Galois cyclique d’ordre n. Il existe a ∈ K tel que L
soit le corps de décomposition de X
n
−a.
Démonstration. — Soit g un générateur de Gal(L/K), que l’on considère comme un endo-
morphisme du K-espace vectoriel L. Comme g
n
= Id
L
et que X
n
− 1 est scindé à racines
simples dans K, l’endomorphisme g est diagonalisable. Les valeurs propres de g forment un
sous-groupe de µ
n
(K) : si λ et µ sont des valeurs propres, et que g(x) = λx et g(y) = µy,
avec x et y non nuls, on a g(xy
−1
) = g(x)g(y)
−1
= λµ
−1
(xy
−1
), de sorte que λµ
−1
est
aussi une valeur propre.
Par le lemme 7.4, ce sous-groupe est cyclique d’ordre un diviseur d de n. On a alors
g
d
= Id
L
, d’où d = n. Donc il existe x ∈ L ¦0¦ tel que g(x) = ζx où ζ est une racine
primitive n-ième de l’unité.
Considérons le polynôme
n

i=1
(X −ζ
i
x) = X
n
−a,
avec a = x
n
. C’est un polynôme séparable scindé dans L, qui est invariant sous l’action
de Gal(L/K). Il est donc à coefficients dans K par le lemme d’Artin (th. 6.28). Comme
le groupe Gal(L/K) agit transitivement sur ses racines, il est irréductible dans K[X] (il
laisse stable l’ensemble des racines de n’importe quel facteur irréductible). Son corps de
décomposition est de degré n sur K et contenu dans L, donc c’est L.
Sans l’hypothèse faite sur K, la conclusion du théorème n’est en général plus valide.
Par exemple, si Q → L est une extension galoisienne de degré 3 (par exemple l’extension
L = Q(cos 2π/9), où cos 2π/9 est une racine de X
3
−X+1 ; cf. la preuve du cor. 2.24), elle
ne peut pas être engendrée par des éléments x tels que x
3
∈ Q: comme elle est galoisienne,
elle devrait contenir une racine cubique non triviale de 1, ce qui n’est pas le cas !
Dans une direction différente, si K est de caractéristique p > 0 (la seule racine p-ième
de l’unité est alors 1, donc Card(µ
p
(K)) = 1), on peut décrire les extensions galoisiennes
K →L de groupe de Galois Z/pZ : c’est la théorie d’Artin-Schreier (cf. [CL], Exercises 5.6
et 5.7). On montre qu’il existe a ∈ K tel que L soit le corps de décomposition de X
p
−X−a.
7.3. Extensions radicales, équations résolubles par radicaux. — Étant donné un poly-
nôme P, disons à coefficients rationnels, on aimerait savoir si chaque racine de P peut être
exprimée au moyen d’une formule ne faisant intervenir que des nombres rationnels, les opéra-
tions arithmétiques usuelles (addition, soustraction, multiplication et division) et l’extraction
44 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
de racines. Pour formuler ce problème de façon précise, nous sommes amenés à poser les
définitions suivantes. On suppose (pour simplifier) dans cette section que l’on est en caracté-
ristique 0.
Définition 7.15. — Une extension K → L (de corps de caractéristique 0) est dite radicale
s’il existe une suite d’extensions
K = K
0
→K
1
→ →K
n
= L
telle qu’il existe pour chaque i un élément x
i
de K
i
et un entier d
i
> 0 tels que K
i
=
K
i−1
(x
i
) et x
d
i
i
∈ K
i−1
.
On dit que L s’obtient à partir de K par adjonctions successives de racines. Il est clair que
si K → L et L → M sont des extensions radicales (de corps de caractéristique 0), il en est
de même de l’extension composée K →M.
Définition 7.16. — Soit K un corps de caractéristique 0. Un polynôme à coefficients dans
K est dit résoluble par radicaux (sur K) s’il est scindé dans une extension radicale de K.
Lemme 7.17. — Soit K → L une extension radicale. La clôture normale de L (dans n’im-
porte quelle clôture algébrique) est encore une extension radicale de K.
Démonstration. — Soit
K = K
0
→ →K
n−1
→K
n
= L
une suite d’extensions comme dans la déf. 7.15, avec L = K
n−1
(x) et x
d
∈ K
n−1
. Soit
M la clôture normale de K
n−1
dans une extension algébriquement close Ω de L. La clôture
normale de L dans Ω contient M et x, donc c’est la clôture normale M

de M(x) dans Ω. En
raisonnant par récurrence sur n, on voit qu’il suffit de montrer que l’extension M →M

est
radicale.
Celle-ci est engendrée par tous les conjugués de x dans Ω, c’est-à-dire les racines dans
Ω du polynôme minimal de x sur K, ou encore les images de x par tous les K-morphismes
σ : M → Ω. Comme x
d
∈ M, on a σ(x)
d
∈ σ(M), et σ(M) = M puisque K → M est
un extension normale. L’extension M → M

est donc obtenue en ajoutant successivement
des éléments de Ω, les σ(x), dont la puissance d-ième est dans M. C’est bien une extension
radicale.
Théorème 7.18 (Galois). — Une extension galoisienne finie de corps de caractéristique 0
est contenue dans une extension radicale si et seulement si son groupe de Galois est réso-
luble
(8)
.
8. On rappelle qu’un groupe G est résoluble s’il existe une suite de sous-groupes {Id} = G
n
G
n−1
· · ·
G
0
= G où les groupes G
i−1
/G
i
sont tous abéliens. Si G est fini, on peut même supposer ces quotients cycliques.
Tout sous-groupe et tout groupe quotient d’un groupe résoluble est résoluble. Inversement, si H est un sous-groupe
distingué de G et que H et G/H sont résolubles, alors G est résoluble.
7. APPLICATIONS DE LA THÉORIE DE GALOIS 45
Démonstration. — Soit K un corps de caractéristique 0 et soit K → L une extension ga-
loisienne contenue dans une extension radicale K → M, que l’on peut par le lemme 7.17
supposer galoisienne. Comme tout quotient d’un groupe résoluble est résoluble, il suffit de
montrer que le groupe Gal(M/K) est résoluble. Il existe une suite d’extensions
K = K
0
→K
1
→ →K
n
= M
avec K
i
= K
i−1
(x
i
) et x
d
i
i
∈ K
i−1
. On aimerait pouvoir appliquer le lemme 7.11 aux
extensions K
i−1
→ K
i
, mais il faut auparavant pour cela ajouter des racines de l’unité à
K. Considérons donc l’extension K → K

obtenue en adjoignant à K toutes les racines
d
1
d
n
-ièmes de l’unité, c’est-à-dire le corps de décomposition du polynôme X
d
1
···d
n
−1
sur K. Par la prop. 7.5, c’est une extension galoisienne abélienne. Si on note K
i
→ K

i
l’extension analogue pour chaque i, on obtient une suite d’extensions
K →K

= K

0
⊆ K

1
⊆ ⊆ K

n
=: M

avec K

i
= K

i−1
(x
i
) et x
d
i
i
∈ K

i−1
. L’extension K → M est galoisienne donc c’est le
corps de décomposition d’un polynôme P ∈ K[X] (th. 4.2). L’extension K →M

est alors
le corps de décomposition de (X
d
1
···d
n
− 1)P(X) ∈ K[X] : elle est galoisienne. La suite
d’extensions ci-dessus correspond à une suite de sous-groupes
G := Gal(M

/K) > G
0
> G
1
> > G
n
= ¦Id¦,
avec G
i
= Gal(M

/K

i
).
Considérons la suite d’extensions
K →K

i−1
→K

i
→M

.
Comme l’extension K

i−1
→ K

i
est galoisienne cyclique (lemme 7.11), la correspondance
de Galois nous dit que G
i
= Gal(M

/K

i
) est distingué dans G
i−1
= Gal(M

/K

i−1
), avec
G
i−1
/G
i
cyclique. De même, en considérant la suite d’extensions
K →K

→M

,
on voit que G
0
= Gal(M

/K

) est distingué dans G = Gal(M

/K), avec G/G
0
·
Gal(K

/K) abélien (prop. 7.5). Cela montre que G est résoluble, donc aussi son quotient
Gal(M/K).
Inversement, supposons le groupe Gal(L/K) résoluble et montrons que L est contenu
dans une extension radicale de K. Comme tout-à-l’heure, considérons l’extension galoisienne
radicale K → K

obtenue en adjoignant à K toutes les racines d’ordre [L : K]! de l’unité
et l’extension analogue L → L

, galoisienne abélienne (prop. 7.5). L’extension K → L

est galoisienne (comme plus haut, c’est le corps de décomposition d’un polynôme), le sous-
groupe Gal(L

/L) de Gal(L

/K) est distingué, et le quotient est Gal(L/K).
Comme Gal(L/K) est résoluble et Gal(L

/L) abélien, Gal(L

/K) est résoluble (voir
note 8), donc aussi son sous-groupe G := Gal(L

/K

), et il suffit de montrer que l’extension
K

→ L

est radicale (puisque l’extension K → K

l’est). Remarquons que son degré est
46 CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS
≤ [L : K] (si L = K(a) (th. 5.23) et que le polynôme minimal de a sur K est P, de degré
[L : K], alors L

= K

(a), et le polynôme minimal de a sur K divise P), donc que K

contient toutes les racines d’ordre [L

: K

]! de l’unité.
Nous allons montrer, par récurrence sur [L

: K

], que l’extension K

→ L

est radicale,
sous l’hypothèse que K

contient toutes les racines d’ordre [L

: K

]! de l’unité.
Soit H un sous-groupe distingué de Gde quotient G/H cyclique non trivial. Il correspond
à des extensions galoisiennes K

→ M → L

. L’extension K

→ M est cyclique d’ordre
≤ [L

: K

], donc K

contient toutes les racines d’ordre [M : K

] de l’unité. Elle est donc
radicale par le théorème de Kummer (th. 7.14). L’extension M → L

est galoisienne, de
groupe de Galois résoluble, de degré < [L

: K

], et M contient toutes les racines d’ordre
[M : L

]! de l’unité. Elle est donc radicale par hypothèse de récurrence. L’extension K

→L

est donc bien radicale et ceci termine la démonstration du théorème.
En particulier, le polynôme irréductible P(X) = X
5
−6X+3 ∈ Q[X], dont on a vu dans
l’ex. 6.32 que le groupe de Galois est isomorphe à S
5
, non résoluble, n’est pas résoluble par
radicaux sur Q.
Une autre façon de formuler la question posée au début de cette section est de demander
s’il existe une « formule » ne faisant intervenir que des nombres rationnels, les opérations
arithmétiques usuelles et l’extraction de racines, permettant d’exprimer les racines de l’équa-
tion « générale »
X
n
+a
1
X
n−1
+ +a
n−1
X +a
n
,
en fonction de ses coefficients. On regarde cette équation comme étant à coefficients dans
Q(a
0
, . . . , a
n−1
). On démontre alors assez facilement que le groupe de Galois de ce polynô-
me est isomorphe à S
n
(9)
, qui n’est pas résoluble pour n ≥ 5. Ce polynôme n’est donc pas
résoluble par radicaux sur Q(a
0
, . . . , a
n−1
) (Abel, 1826).
9. Soient x
1
, . . . , x
n
les racines de ce polynôme dans un corps de décomposition. Les coefficients sont alors,
au signe près, les polynômes symétriques élémentaires σ
1
, σ
2
, . . . , σ
n
en les x
i
. Il s’agit simplement de remarquer
que le groupe de Galois de l’extension finie Q(σ
1
, σ
2
, . . . , σ
n
) → Q(x
1
, . . . , x
n
) est isomorphe à S
n
(utiliser
le lemme d’Artin, th. 6.28).
CHAPITRE II
MODULES
Soit A un anneau (commutatif unitaire). Un A-module est un groupe commutatif M muni
d’une opération
AM −→ M
(a, m) −→ am
qui vérifie les relations habituelles (les mêmes que pour un espace vectoriel). On définit
comme d’habitude sous-modules (par exemple, les sous-A-modules de A sont ses idéaux),
sous-module engendré par une partie d’un module, modules quotients, sommes et produits di-
rects de A-modules, système générateur, système libre, morphismes (de A-modules), noyau,
image, dual... Il n’y a pas de piège ici. En revanche, contrairement à ce qui se passe dans la
théorie des espaces vectoriels sur un corps, certains A-modules n’ont pas de base. Ceux qui
en ont une sont isomorphes à une somme directe A
(Λ)
, où Λ est un ensemble (pas nécessai-
rement fini) ; on dit qu’ils sont libres.
Enfin, si M est un A-module et I un idéal de A, on note IM le sous-module de M formé
des sommes finies

i
a
i
m
i
, avec a
i
∈ I et m
i
∈ M.
Exemple 0.19. — Si A n’est pas un corps, il existe des tas de A-modules non libres, par
exemple tous les A/I, où I est un idéal de A distinct de ¦0¦ et de A.
Exercice 0.20. — Soit I un idéal non nul de A. Montrer que I est un A-module libre si et
seulement si I est un idéal principal engendré par un non diviseur de zéro.
Exercice 0.21. — Déterminer, pour chaque m, n ∈ N, le Z-module Hom
Z
(Z/mZ, Z/nZ).
1. Modules libres
Proposition 1.1. — Soit A un anneau non nul et soit M un A-module libre. Toutes les bases
de M ont le même cardinal. On l’appelle le rang de M.
48 CHAPITRE II. MODULES
Démonstration. — On se ramène au résultat analogue pour les espaces vectoriels en procé-
dant ainsi. Soit (e
λ
)
λ∈Λ
une base de M. Soit m un idéal maximal de A. Le quotient k = A/m
est un corps et M/mM est un k-espace vectoriel dans lequel la famille des classes (¯ e
λ
)
λ∈Λ
est génératrice. Montrons qu’elle est libre. Si on a une relation

λ∈Λ
¯ a
λ
¯ e
λ
= 0
dans M/mM, avec a
λ
∈ A, cela signifie

λ∈Λ
a
λ
e
λ
∈ mM.
Cette somme s’écrit donc

n
j=1
b
j
m
j
, avec b
j
∈ m et m
j
∈ M. En décomposant chaque m
j
sur la base (e
λ
)
λ∈Λ
, on voit que l’on peut aussi écrire cette somme

λ∈Λ
c
λ
e
λ
, avec c
λ
∈ m.
La famille (e
λ
)
λ∈Λ
étant libre, on en déduit pour pour tout λ ∈ Λ, on a a
λ
= c
λ
∈ m, donc
¯ a
λ
= 0.
La famille (¯ e
λ
)
λ∈Λ
est donc une base du k-espace vectoriel M/mM. Le cardinal de Λ est
donc la dimension de cet espace vectoriel : il est indépendant de la base (e
λ
)
λ∈Λ
.
Exercice 1.2. — Soit Aun anneau non nul, soit M un A-module libre et soit N un sous-module
libre de M. Montrer rang(N) ≤ rang(M).
Attention aux habitudes issues de la théorie des espaces vectoriels ! Par exemple, une
famille libre à n éléments dans un module libre de rang n n’est pas nécessaire une base (par
exemple, 2 n’est pas une base du Z-module libre Z, de rang 1). En revanche, toute famille
génératrice à n éléments d’un A-module libre de rang n en est bien une base (cor. 3.4).
Exercice 1.3. — Montrer que le Z-module Qn’est pas libre.
Exercice 1.4. — Tout espace vectoriel est libre. En particulier le Q-espace vectoriel Q
N
des
suites de nombres rationnels a une base (mais il faut l’axiome du choix pour montrer son exis-
tence). Montrer cependant que le Z-module Z
N
n’est pas libre.
2. Modules de torsion
Étant donné un élément m non nul d’un A-module M, il peut très bien exister un élément
non nul a de A tel que am = 0 (penser par exemple à 1 dans le Z-module Z/nZ). On dit
alors que m est un élément de torsion de M. Si A est intègre, l’ensemble
T(M) := ¦m ∈ M [ ∃a ∈ A ¦0¦ am = 0¦
des éléments de torsion de M est un sous-module de M appelé sous-module de torsion de
M. On dit que M est sans torsion si T(M) = 0 (c’est une condition nécessaire, mais pas
suffisante (cf. exerc. 1.3), pour pouvoir être libre !). Le module quotient M/T(M) est alors
sans torsion.
3. MODULES DE TYPE FINI 49
3. Modules de type fini
On dit qu’un A-module est de type fini s’il admet une famille génératrice finie. Tout quo-
tient d’un module de type fini est encore de type fini, mais un sous-module d’un module de
type fini n’est pas nécessairement de type fini (trouver un exemple).
Exercice 3.1. — Soit M un A-module et soit N un sous-A-module de M. Si N et M/N sont
de type fini, montrer que M est de type fini.
Théorème 3.2 (Cayley-Hamilton). — Soit M un A-module de type fini et soit u : M →M
un endomorphisme.
Si m
1
, . . . , m
n
sont des générateurs de M, on peut écrire u(m
i
) =

n
j=1
a
ij
m
j
, où
R = (a
ij
)
1≤i,j≤n
∈ M
n
(A). Posons P(X) = d´et(XI
n
−R) ∈ A[X]. Alors P(u) = 0.
Il est important de remarquer que si I est un idéal de A tel que u(M) ⊆ IM, on peut
prendre les a
ij
dans I (le choix des a
ij
n’est en général pas unique et on verra dans les
applications qu’il est parfois crucial de le faire de façon astucieuse !). Si on écrit P(X) =
X
n
+a
1
X
n−1
+ +a
n−1
X +a
n
, on a alors a
j
∈ I
j
.
Démonstration. — Munissons M d’une structure de A[X]-module en posant
∀Q ∈ A[X] ∀m ∈ M Q m := Q(u)(m).
On a alors
(XI
n
−R)
_
_
_
m
1
.
.
.
m
n
_
_
_ = 0.
où XI
n
− R est une matrice carrée d’ordre n à coefficients dans A[X]. En multipliant cette
égalité à gauche par la transposée de la comatrice de XI
n
−R, on obtient
d´et(XI
n
−R)
_
_
_
m
1
.
.
.
m
n
_
_
_ = 0,
ce qui signifie que P(X) = d´et(XI
n
−R) annule le A[X]-module M, ou encore que P(u)
est nul sur M.
Corollaire 3.3. — Soit M un A-module de type fini. Tout endomorphisme surjectif de M est
bijectif
(1)
.
1. Attention ! Ce résultat ne généralise pas celui de l’exerc. III.2.15 : un endomorphisme d’anneaux (unitaires)
u : A → A qui serait aussi un endomorphisme de A-modules devrait vérifier u(a) = u(a1
A
) = au(1
A
) =
a1
A
= a pour tout a, donc seule l’identité convient !
50 CHAPITRE II. MODULES
Démonstration. — Soit f : M → M un endomorphisme surjectif. Comme dans la preuve
du théorème, on munit M d’une structure de A[X]-module en posant X m = f(m). Comme
f est surjectif, on a M = IM, où I = (X). Appliquons le th. 3.2 à u = Id
M
. On en déduit
une égalité dans End
A
(M)
u
n
+P
1
u
n−1
+ +P
n−1
u +P
n
Id
M
= 0,
avec P
j
∈ I
j
= (X
j
). En écrivant P
j
= XQ
j
, on obtient
∀m ∈ M 0 = (u
n
+P
1
u
n−1
+ +P
n−1
u +P
n
Id
M
)(m)
= m+P
1
m+ +P
n−1
m+P
n
m
= m+P
1
(f)(m) + +P
n−1
(f)(m) +P
n
(f)(m)
= m+f(Q
1
(f) + +Q
n−1
(f) +Q
n
(f))(m),
c’est-à-dire Id
M
+f ◦ Q(f) = 0 pour un polynôme Q ∈ A[X]. L’endomorphisme −Q(f)
est l’inverse de f.
Corollaire 3.4. — Soit M un A-module libre de rang n. Toute famille génératrice de M à
n éléments est une base de M.
Démonstration. — On peut supposer M = A
n
. Une famille génératrice B à n éléments
définit un endomorphisme surjectif A
n
→ A
n
. Le cor. 3.3 dit qu’il est bijectif, donc B est
une base de M.
Corollaire 3.5. — Soit M un A-module de type fini et soit I un idéal tel que IM = M. Il
existe a ∈ I tel que (1 −a)M = 0.
Démonstration. — Appliquons le th. 3.2 à u = Id
M
. On en déduit qu’il existe des a
j
∈ I
j
tels que u
n
+a
1
u
n−1
+ +a
n−1
u+a
n
Id
M
= 0, d’où le corollaire avec a = −a
1
− −
a
n
.
Soit A un anneau non nul. On définit son radical de Jacobson comme l’intersection de ses
idéaux maximaux :
rad(A) :=

m⊆A
m.
C’est un idéal de A.
Exemple 3.6. — On a rad(Z) = ¦0¦. Si C est l’anneau des fonctions continues de [0, 1]
dans R, on a aussi rad(C) = ¦0¦ (exerc. I.1.5). Soit K un corps. Il y a une infinité de po-
lynômes irréductibles dans K[X] donc rad(K[X]) = ¦0¦. En revanche, dans l’anneau des
séries formelles K[[X]], il y a un seul idéal maximal (on dit que c’est un anneau local), à
savoir (X) (exerc. I.1.9). On a donc rad(K[[X]]) = (X).
Lemme 3.7. — Pour tout anneau non nul A, on a
rad(A) = ¦a ∈ A [ 1 +xa est inversible pour tout x ∈ A¦.
4. MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 51
Démonstration. — Supposons a / ∈ rad(A). Il existe un idéal maximal m ⊆ Atel que a / ∈ m.
On a alors m+(a) = A, de sorte qu’il existe m ∈ m et x ∈ A tels que 1 = m+xa. Comme
m∩ A

= ∅, cela entraîne 1 −xa / ∈ A

.
Inversement, si 1 +xa n’est pas inversible pour un x ∈ A, on a (1 +xa) A et cet idéal
est contenu dans un idéal maximal m de A. Comme 1 / ∈ m, cela entraîne a / ∈ m.
Théorème 3.8 (Lemme de Nakayama, 1951). — Soit A un anneau non nul, soit I un idéal
contenu dans rad(A) et soit M un A-module de type fini.
a) Si IM = M, on a M = 0.
b) Soient m
1
, . . . , m
n
des éléments de M ; si les images de m
1
, . . . , m
n
dans M/IM
engendrent ce A-module, m
1
, . . . , m
n
engendrent M.
Il semble que ce lemme soit en fait dû à Krull dans le cas où M est un idéal de A, puis à
Azumaya dans le cas général.
Démonstration. — Le point a) résulte du cor. 3.5, puisque si a ∈ rad(A), l’élément 1 − a
est inversible (lemme 3.7).
Supposons que les images de m
1
, . . . , m
n
dans M/IM engendrent ce A-module et consi-
dérons le A-module N := M/(Am
1
+ + Am
n
). Soit m ∈ M. On peut écrire m =

n
j=1
a
j
m
j
(mod IM) avec a
1
, . . . , a
n
∈ A, c’est-à-dire m ∈ IM (mod Am
1
+ +
Am
n
). On a ainsi IN = N, donc, puisque N est de type fini, N = 0 par a). Ceci se réécrit
M = Am
1
+ +Am
n
, d’où b).
4. Modules de type fini sur les anneaux principaux
Dans toute cette section, Aest un anneau principal. Nous allons décrire tous les A-modules
de type fini. J’ai choisi de présenter une approche matricielle de ce problème. Le point central
de l’argument consiste à trouver, étant donnée une matrice M à coefficients dans A, une
matrice équivalente à M la plus simple possible. On sait qu’une matrice M de rang r à
coefficients dans un corps est équivalente à la matrice par blocs
_
I
r
0
0 0
_
.
Nous allons montrer une version analogue de ce résultat pour les matrices à coefficients
dans A. Rappelons qu’une matrice carrée à coefficients dans un anneau A est inversible si
et seulement si son déterminant est dans A

. Le groupe des matrices inversibles d’ordre n
à coefficients dans A est noté GL(n, A). Le sous-groupe distingué formé des matrices de
déterminant 1 est noté SL(n, A).
52 CHAPITRE II. MODULES
Théorème 4.1. — Soit M une matrice à coefficients dans un anneau principal A. Il existe
des matrices inversibles P et Q à coefficients dans A et des éléments non nuls d
1
, . . . , d
r
de
A tels que avec d
1
[ [ d
r
telles que
PMQ =
_
_
_
_
_
_
_
_
_
_
_
d
1
.
.
.
0
d
r
0
0
.
.
.
0
_
_
_
_
_
_
_
_
_
_
_
.
L’entier r et les éléments d
1
, . . . , d
r
de A sont uniquement déterminés (à multiplication par
une unité de A près). On les appelle les facteurs invariants de la matrice M.
Bien sûr, l’entier r est le rang de la matrice M vue comme matrice à coefficients dans le
corps des fractions de A.
On peut voir ce théorème comme la description des classes d’équivalence des matrices à
coefficients dans un anneau principal. Il est beaucoup plus difficile de déterminer les classes
de similitude. En fait, on ne sait le faire que lorsque A est un corps (cf. § 4.2).
Avant de commencer la preuve de ce théorème, faisons quelques rappels sur les opérations
élémentaires. Par « opération élémentaire » sur les lignes (resp. sur les colonnes), nous enten-
drons uniquement ici « ajouter un multiple d’une ligne (resp. d’une colonne) à une autre ».
Cela correspond à multiplier à gauche (resp. à droite) la matrice d’origine par une matrice
élémentaire, c’est-à-dire une matrice qui ne diffère de la matrice identité que par un seul co-
efficient, situé hors de la diagonale. Une matrice élémentaire est inversible (son déterminant
est 1) donc on obtient après des opérations élémentaires une matrice équivalente à la matrice
d’origine (et de même déterminant). Nous noterons
E(n, A) < SL(n, A)
le sous-groupe engendré par les matrices élémentaires.
Avec des opérations élémentaires, on peut aussi échanger deux lignes, l’une d’elles étant
changée en son opposé :
_
L
i
L
j
_
−→
_
L
i
L
i
+L
j
_
−→
_
−L
j
L
i
+L
j
_
−→
_
−L
j
L
i
_
(on ne peut pas juste échanger deux lignes, puisque le déterminant est inchangé par nos
opérations élémentaires).
Lemme 4.2. — Soit A un anneau principal et soient a
1
, . . . , a
s
des éléments de A. Il existe
un matrice carrée d’ordre s à coefficients dans A dont la première ligne est
_
a
1
a
s
_
et dont le déterminant est un pgcd de a
1
, . . . , a
s
.
4. MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 53
Démonstration. — On raisonne par récurrence sur s, le cas s = 1 étant évident. Supposons
s ≥ 2. Par hypothèse de récurrence, il existe donc une matrice carrée N d’ordre s − 1 de
première ligne
_
a
2
a
s
_
et de déterminant d = a
2
∧ ∧a
s
. Soient x et y des éléments
de A tels que
a
1
∧ a
2
∧ ∧ a
s
= a
1
∧ d = a
1
x +dy.
La matrice
_
_
_
_
_
_
_
_
a
1
0 N
.
.
.
0
(−1)
s−1
y (−1)
s
a
2
x/d (−1)
s
a
s
x/d
_
_
_
_
_
_
_
_
convient alors.
Démonstration du théorème. — Le lemme entraîne facilement le théorème dans le cas où M
est une matrice ligne (ou colonne), que l’on peut supposer non nulle : si M =
_
m
1
m
s
_
et que d = m
1
∧ ∧m
s
(non nul), il existe a
1
, . . . , a
s
dans Atels que d = a
1
m
1
+ +a
s
m
s
et a
1
, . . . , a
s
sont premiers entre eux dans leur ensemble. Il existe donc d’après le lemme une
matrice inversible Q dont la première colonne est
_
a
1
a
s
_
. Le produit MQ s’écrit
alors
MQ =
_
d b
2
b
s
_
,
où d divise chacun des b
i
. En effectant des opérations élémentaires sur les colonnes de MQ,
on arrive à la matrice
_
d 0 0
_
,
ce qui montre l’existence d’une réduction dans ce cas.
Traitons le cas général, en raisonnant par récurrence sur la taille de la matrice. Par le
processus décrit ci-dessus, on se ramène à une matrice dont la première ligne est du type
_
d
(1)
0 0
_
puis, en procédant de façon analogue, on peut aussi supposer que la pre-
mière colonne est de ce type. Cela détruit la forme de la première ligne, donc on recommence
le processus. On obtient ainsi alternativement des matrices de première ligne ou de première
colonne de ce type, avec des premiers coefficients d
(i)
qui vérifient d
(i+1)
[ d
(i)
. Comme l’an-
neau A est principal, cette suite se stabilise (cf. prop. III.2.1), ce qui signifie que l’on arrive
après un nombre fini d’opérations à une matrice disons de première ligne
_
d
(I)
0 0
_
telle que le pgcd d
(I+1)
des coefficients de la première colonne soit associé à d
(I)
. Cela si-
gnifie que d
(I)
divise chacun de ces coefficients. On peut alors, par opérations élémentaires
sur les lignes, se ramener à une matrice du type :
_
_
_
_
_
d 0 0
0
.
.
. N
0
_
_
_
_
_
.
54 CHAPITRE II. MODULES
Appliquant l’hypothèse de récurrence à N, nous sommes ramenés à une matrice du type
_
_
_
_
_
d
d
2
0
0
.
.
.
d
r
_
_
_
_
_
(où nous n’avons écrit que les r premières lignes et colonnes de la matrice, tous les autres
coefficients étant nuls) avec d
2
[ [ d
r
, mais on n’a pas encore la condition que d divise
d
2
! Par une opération élémentaire sur les lignes, on arrive à la matrice
_
_
_
_
_
d d
2
0 0
0 d
2
0
.
.
.
0 0 d
r
_
_
_
_
_
.
En appliquant le lemme 4.2 encore une fois, on peut remplacer d par d
1
:= d ∧ d
2
. La
coefficient d
1
divise maintenant d
2
, d
3
, . . . , d
r
, mais le nouveau d
2
peut ne plus diviser d
3
. Le
même procédé nous permet de le remplacer par d
2
∧ d
3
. On conclut facilement en procédant
de proche en proche.
Pour montrer l’unicité, le plus rapide est de considérer
δ
k
(M) = pgcd(k k mineurs de M)
et de montrer que δ
k
(M) divise δ
k
(PM) pour toute matrice carrée P de taille convenable.
Lorsque P est inversible, on a alors δ
k
(PM) [ δ
k
(P
−1
PM) = δ
k
(M), de sorte que δ
k
(M)
et δ
k
(PM) sont associés. On en déduit en considérant les matrices transposées que si Q est
aussi inversible, δ
k
(M) et δ
k
(MQ) sont associés, donc finalement que δ
k
(M) et δ
k
(PMQ)
sont associés. Si PMQ a la forme donnée dans le théorème, on a de plus
δ
k
(PMQ) = d
1
d
k
,
ce qui exprime les d
k
en fonction d’entiers qui ne dépendent que de M (à multiplication par
une unité de A près).
Il reste à démontrer cette propriété. Elle résulte du fait que les lignes de PM sont combi-
naisons linéaires des lignes de M. Plus précisément, si l’on appelle L
k
i
le k-vecteur formé des
k premiers coefficients de la ième ligne de M et que l’on note P = (b
i,j
)
1≤i,j≤p
, le premier
k k mineur de PM est
d´et(b
1,1
L
k
1
+ +b
1,p
L
k
p
, . . . , b
k,1
L
k
1
+ +b
k,p
L
k
p
)
qui est une combinaison linéaire des k k mineurs extraits des k premières colonnes de M.
Il est donc divisible par δ
k
(M).
4. MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 55
Exercice 4.3. — Soit A un anneau principal et soient a et b des éléments non nuls de A. Quelle
est la forme réduite que l’on obtient en appliquant le théorème à la matrice

a 0
0 b
!
?
Exercice 4.4. — Soit A un anneau euclidien.
a) Montrer que dans la conclusion du théorème, on peut choisir P et Q (qui ne sont pas
uniquement déterminées !) produits de matrices élémentaires.
b) Si M ∈ GL(n, A), montrer qu’il existe P ∈ E(n, A) telle que
PM =
0
B
B
B
B
@
1 0
.
.
.
1
0 d´et M
1
C
C
C
C
A
.
En déduire SL(n, A) = E(n, A).
Exercice 4.5. — Soit A un anneau.
a) Soit M un élément de GL(n, A). Utiliser l’identité

M 0
0 M
−1
!
=

I
n
M
0 I
n
!
I
n
0
−M
−1
I
n
!
I
n
M
0 I
n
!
0 −I
n
I
n
0
!
pour montrer que la matrice

M 0
0 M
−1
!
est dans E(2n, A).
b) Soient M et N des éléments de GL(n, A). Utiliser l’identité

MNM
−1
N
−1
0
0 I
n
!
=

MN 0
0 N
−1
M
−1
!
M
−1
0
0 M
!
N
−1
0
0 N
!
pour montrer que la matrice MNM
−1
N
−1
est dans E(2n, A).
Un peu de K-théorie. Les groupes E(n, A) et GL(n, A) ont été très étudiés car ils inter-
viennent en K-théorie. Considérons l’injection de groupes
GL(n, A) →GL(n + 1, A)
obtenue en envoyant une matrice M ∈ GL(n, A) sur
_
M 0
0 1
_
et posons
GL(A) :=
_
n≥1
GL(n, A).
C’est un groupe dont
E(A) :=
_
n≥1
E(n, A)
est un sous-groupe. On montre (cela résulte des deux derniers exercices ci-dessus) que E(A)
est le sous-groupe dérivé de GL(A) (c’est-à-dire le sous-groupe engendré par les commuta-
teurs d’éléments de GL(A)). Il est donc distingué et le groupe quotient
K
1
(A) := GL(A)/E(A)
56 CHAPITRE II. MODULES
est abélien (on l’appelle l’abélianisé de GL(A)). Le déterminant induit une surjection
d´et : K
1
(A) →A

dont on note SK
1
(A) le noyau. D’après l’exerc. 4.4, SK
1
(A) est trivial lorsque A est eu-
clidien. Il existe en revanche des anneaux principaux A pour lesquels SK
1
(A) n’est pas
trivial, mais ils sont compliqués
(2)
. Pour l’exemple standard d’anneau principal non eucli-
dien A = Z[(1 + i

19)/2], le groupe SK
1
(A) est trivial (comme pour tous les anneaux
d’entiers de corps de nombres).
Corollaire 4.6 (Théorème de la base adaptée). — Soit A un anneau principal, soit M un
A-module libre de type fini et soit N un sous-module de M. Alors N est libre et il existe une
base (e
1
, . . . , e
n
) de M et des éléments non nuls d
1
, . . . , d
r
de A, avec 0 ≤ r ≤ n, tels que
d
1
[ [ d
r
et que (d
1
e
1
, . . . , d
r
e
r
) soit une base de N.
Il est facile de montrer que N est de type fini (voir la preuve ci-dessous). Si on savait
déjà que N était libre, le fait que son rang soit ≤ rang(M) résulterait de l’exerc. 1.2, mais
c’est bien la liberté de N qui est le point difficile, et qui ne marche pas dès que A n’est pas
principal.
Attention aux erreurs habituelles : le théorème de la base adaptée ne dit pas que N admet
un supplémentaire, ni que l’on peut compléter une base de N en une base de M.
Enfin, il est clair qu’un sous-module, même de type fini, d’un module libre de type fini
n’est pas nécessairement libre (c’est le cas, par l’exerc. 0.20, pour les idéaux non principaux
d’un anneau non principal), et qu’un sous-module d’un module libre de type fini n’est pas
nécessairement de type fini (c’est le cas, dans un anneau non noethérien, pour les idéaux qui
ne sont pas de type fini (cf. prop. III.2.1)).
Démonstration. — On peut supposer M = A
n
. Montrerons par récurrence sur n que N est
un A-module de type fini. Pour n = 0, il n’y a rien à démontrer. Si n > 0, on considère la
projection p : A
n
→A sur un facteur. Le noyau Q = N ∩ A
n−1
du morphisme N →p(N)
est un sous-module de A
n−1
donc est de type fini par hypothèse de récurrence. L’image
p(N) · N/Q est un idéal de A donc est engendrée (en tant qu’idéal, donc aussi en tant que
A-module) par un élément. Il en résulte que N est de type fini (exerc. 3.1).
Choisissons une base de M et un système fini de générateurs de N, dont on écrit la ma-
trice des coordonnées dans la base de M. Multiplier à gauche cette matrice par une matrice
inversible revient à changer de base pour M. Multiplier à droite cette matrice par une matrice
inversible revient à changer de système de générateurs pour N. Le th. 4.1 donne immédiate-
ment le résultat.
2. Voir Ischebeck, F., Hauptidealringe mit nichttrivialer SK
1
-Gruppe, Arch. Math. (Basel) 35 (1980), 138–139.
Pour un exemple où l’on a simplement E(2, A) = SL(2, A), voir le chapitre 6 de Cohn, P. M., On the structure of
the GL
2
of a ring, Publ. Math. IHÉS 30 (1966), 5–53.
4. MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 57
Corollaire 4.7. — Soit M un module de type fini sur un anneau principal A. Il existe des
éléments non nuls et non inversibles d
1
, . . . , d
s
de A, avec s ≥ 0 et tels que d
1
[ [ d
s
, et
un entier r ≥ 0, tels que
M · A
r
⊕A/(d
1
) ⊕ ⊕A/(d
s
).
Les entiers r et s, et les d
i
à association près, ne dépendent que de M. On appelle ces derniers
les facteurs invariants de M.
Démonstration. — Comme M est de type fini, il est engendré par n éléments, qui définissent
un morphisme surjectif A
n
→M de A-modules. Il suffit d’appliquer le cor. 4.6 à son noyau
N, en ne gardant que les d
i
non inversibles.
Pour l’unicité, il ne semble pas que l’on puisse facilement appliquer l’énoncé analogue
qui apparaît dans le th. 4.1. Nous allons donc procéder directement. Tout d’abord, dans une
telle décomposition, on a
(2) T(M) · A/(d
1
) ⊕ ⊕A/(d
s
)
et l’entier r ne dépend que de M : c’est le rang du A-module libre M/T(M). Supposons que
l’on ait un isomorphisme
A/(d
1
) ⊕ ⊕A/(d
s
) · A/(e
1
) ⊕ ⊕A/(e
t
).
où les d
i
et les e
j
ne sont ni nuls ni inversibles, d
1
[ [ d
s
et e
1
[ [ e
t
. Nous allons
montrer s = t puis, par récurrence sur s, que e
i
est associé à d
i
pour tout i.
Commençons par la remarque suivante : soit d et e des éléments non nuls de A; on a
(3) d(A/(e)) · A/((d ∨ e)/d).
En effet, ce A-module est l’image de la multiplication A
×d
−−→ A/(e). Un élément x de A
est dans le noyau si et seulement si e divise dx, c’est-à-dire (e/e ∧ d) [ x (utiliser le lemme
I.1.13). Comme e/e ∧d = (d ∨e)/d, on a l’isomorphisme cherché. En particulier, si p est un
élément irréductible de A, de sorte que A/(p) est un corps (prop. I.1.14), on a
p(A/(d)) ·
_
A/(d) si p ∧ d = 1;
A/(d/p) si p [ d,
d’où
A/(d)
_
p(A/(d)) ·
_
0 si p ∧ d = 1;
A/(p) si p [ d.
Soit T le A-module apparaissant dans (2). Si on choisit p [ d
1
, on voit que la dimension du
A/(p)-espace vectoriel T/pT est s, tandis que c’est aussi le nombre (≤ t) de e
j
divisibles
par p. On a donc s ≤ t, puis égalité par symétrie.
Considérons maintenant le A-module T/d
1
T. On a par (3)
T/d
1
T · A/(d
k
/d
1
) ⊕ ⊕A/(d
s
/d
1
) · A/((d
1
∨ e
1
)/d
1
) ⊕ ⊕A/((d
1
∨ e
s
)/d
1
).
58 CHAPITRE II. MODULES
où d
k
est le premier d
i
non associé à d
1
. Le nombre de facteurs non nuls de chaque côté
devant être le même (comme on vient de le démontrer), on en déduit que (d
1
∨ e
i
)/d
1
est
inversible pour 1 ≤ i < k, donc que e
i
divise d
1
, donc d
i
. Par symétrie, ils sont associés, et
on obtient des isomorphismes
T/d
1
T · A/(d
k
/d
1
) ⊕ ⊕A/(d
s
/d
1
) · A/(e
k
/d
1
) ⊕ ⊕A/(e
s
/d
1
).
On conclut par l’hypothèse de récurrence que d
i
/d
1
et e
i
/d
1
sont associés pour k ≤ i ≤ s,
donc que d
i
et e
i
sont associés. Ceci termine la démonstration.
Corollaire 4.8. — Soit A un anneau principal. Un A-module libre de type fini est libre si et
seulement s’il est sans torsion.
4.1. Application aux groupes abéliens de type fini. — Un groupe abélien de type fini
(c’est-à-dire engendré par un nombre fini d’éléments) n’est autre qu’un Z-module de type
fini. On déduit donc du cor. 4.7 le théorème de structure suivant.
Théorème 4.9. — Soit M un groupe abélien de type fini. On a
M · Z
r
⊕Z/d
1
Z ⊕ ⊕Z/d
s
Z,
où r ∈ N et les d
i
sont des entiers strictement positifs vérifiant d
1
[ [ d
s
. De plus, les
entiers r, s et d
1
, . . . , d
s
sont uniquement déterminés par M.
Bien entendu, M est fini si et seulement si r = 0.
4.2. Application à la réduction des endomorphismes. — Soit K un corps, soit E un K-
espace vectoriel de dimension finie et soit u un endomorphisme de E. On définit sur E une
structure de K[X]-module en posant
∀P ∈ K[X] ∀x ∈ E P x := P(u)(x).
Remarquons que les sous-K[X]-modules de E correspondent aux sous-K-espaces vectoriels
invariants par u. Comme E est de dimension finie, c’est un K[X]-module de torsion et,
puisque K[X] est un anneau principal, on peut appliquer les résultats du § 4. On obtient en
particulier un isomorphisme de K[X]-modules :
E · K[X]/(P
1
) ⊕ ⊕K[X]/(P
s
)
où les P
i
sont des polynômes unitaires non constants vérifiant P
1
[ [ P
s
, uniquement
déterminés par E et u. C’est en particulier un isomorphisme de K-espaces vectoriels qui
correspond à une décomposition
E · E
1
⊕ ⊕E
s
en somme directe de sous-espaces vectoriels stables par u qui sont dits cycliques, c’est-à-dire
qu’il existe x
i
∈ E
i
(l’image de la classe de 1 par l’isomorphisme K[X]/(P
i
) · E
i
) tel que
la famille (u
m
(x
i
))
m∈N
engendre le K-espace vectoriel E
i
.
4. MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 59
Regardons d’un peu plus près la structure des espaces cycliques. Soit (F, v) un tel espace
et soit x un élément de F tel que la famille (v
m
(x))
m∈N
engendre F et soit
P(X) = X
r
+a
r−1
X
r−1
+ +a
0
le polynôme unitaire qui engendre le noyau du morphisme d’anneaux
K[X] −→ F
Q −→ Q(v)(x).
C’est aussi le polynôme minimal de v (pourquoi ?).
Lemme 4.10. — Soit r le plus grand entier tel que la famille (x, v(x), . . . , v
r−1
(x)) soit
libre. Cette famille est une base de F, qui est donc de dimension r.
Démonstration. — Il suffit de montrer que cette famille engendre F. Par définition de r, le
vecteur v
r
(x) est combinaison linéaire des vecteurs de cette famille et on voit facilement, par
récurrence sur m, qu’il en est de même pour tous les v
m
(x) pour m ≥ r.
Dans cette base, la matrice de v est la matrice compagnon de P
C(P) =
_
_
_
_
_
_
_
_
_
0 0 −a
0
1 0 0 −a
1
0
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
0
.
.
.
0 0 1 −a
r−1
_
_
_
_
_
_
_
_
_
(la matrice compagnon du polynôme constant 1 est vide). Le polynôme minimal de C(P) est
P et on calcule facilement que c’est aussi son polynôme caractéristique.
Théorème 4.11. — Pour tout endomorphisme u d’un K-espace vectoriel E de dimension
finie, il existe une base de E dans laquelle la matrice de u est diagonale par blocs, de la
forme
_
_
_
_
_
C(P
1
)
C(P
2
)
.
.
.
C(P
s
)
_
_
_
_
_
où les P
i
sont des polynômes unitaires non constants de K[X] vérifiant P
1
[ [ P
s
.
Les P
i
sont entièrement déterminés par u; on les appelle les invariants de similitude de u.
Deux matrices de M
n
(K) sont semblables si et seulement si elles ont les mêmes invariants
de similitude
(3)
.
3. Bien entendu, les invariants de similitude d’une matrice sont par définition les invariants de l’endomorphisme
de K
n
qu’elle représente dans la base canonique.
60 CHAPITRE II. MODULES
Démonstration. — Il résulte de ce qui précède que la matrice de u dans une base convenable
est du type cherché si et seulement si le K[X]-module E est isomorphe à K[X]/(P
1
) ⊕ ⊕
K[X]/(P
s
). Le théorème résulte donc du cor. 4.7.
Le polynôme minimal de u est P
s
(c’est « le plus grand ») et le polynôme caractéristique
est P
1
P
s
(puisque celui de C(P
i
) est P
i
). Le théorème permet par exemple de voir im-
médiatement que si deux matrices de M
n
(K) sont semblables sur une extension de K, elles
sont déjà semblables sur K, résultat qui n’est pas du tout évident a priori (en particulier si K
est fini).
Proposition 4.12. — Soit M ∈ M
n
(K) et soient P
1
[ [ P
s
ses invariants de simi-
litude. La suite des n facteurs invariants
(4)
de la matrice XI
n
− M ∈ M
n
(K[X]) est
(1, . . . , 1, P
1
, . . . , P
s
).
Démonstration. — La matrice M est semblable à une matrice diagonale par blocs comme
dans le th. 4.11, donc la matrice XI
n
− M est semblable (donc aussi équivalente) à la ma-
trice diagonale par blocs du type XI
deg(P
i
)
− C(P
i
). Il suffit donc de montrer que la suite
(d
1
, . . . , d
r
) des facteurs invariants d’une matrice XI
r
−C(P) d’ordre r est (1, . . . , 1, P). Or
on a vu lors de la preuve du th. 4.1 que d
1
d
i
est le pgcd des i i mineurs de XI
r
−C(P).
Le mineur d’ordre r −1 obtenu en effaçant la première ligne et la dernière colonne est 1. On
a donc (à association près) d
1
= = d
r−1
= 1 et d
r
= d´et(XI
r
−C(P)) = P.
En particulier, la proposition entraîne qu’étant données des matrices M et N dans M
n
(K),
les matrices M et N sont semblables si et seulement si les matrices XI
n
− M et XI
n
− N
sont équivalentes, une propriété qui peut se vérifier directement « à la main » (mais ce n’est
pas facile !).
Nous nous arrêterons ici pour ce qui est de la réduction des endomorphismes, mais on
peut poursuive dans cette voie pour arriver d’une part, lorsque le polynôme caractéristique de
l’endomorphisme u est scindé, à la réduction de Jordan, d’autre part, lorsque K est parfait,
à la décomposition de Dunford u = d + n, avec d semi-simple (diagonalisable dans une
extension finie de K), n nilpotent et dn = nd.
Exercice 4.13. — Soient P et Q des polynômes. Calculer les invariants de similitude de la
matrice par blocs

C(P) 0
0 C(Q)
!
.
4. Voir th. 4.1 pour la définition.
4. MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 61
Exercice 4.14. — Soit u un endomorphisme d’un K-espace vectoriel E de dimension finie. On
pose
Com(u) = {v ∈ End(E) | uv = vu},
P(u) = {P(u) | P ∈ K[X]} ⊆ Com(u) ⊆ End(E).
La dimension du K-espace vectoriel P(u) est le degré du polynôme minimal de u.
a) Montrer P(u) =
T
v∈Com(u)
Com(v).
b) Si K est infini
(5)
, montrer que les propriétés suivantes sont équivalentes :
(i) u est cyclique ;
(ii) le polynôme minimal de u est égal à son polynôme caractéristique ;
(iii) Com(u) = P(u) ;
(iv) E n’a qu’un nombre fini de sous-espaces vectoriels stables par u .
5. Cette hypothèse n’est pas nécessaire pour toutes les implications.
CHAPITRE III
ANNEAUX
Commençons par un peu d’histoire. On peut dire en première approximation que les débuts
de l’algèbre commutative sont dus à diverses tentatives de résoudre la conjecture de Fermat :
x
n
+y
n
+z
n
= 0 =⇒ xyz = 0,
pour x, y, z entiers et n ≥ 3. Il suffit de traiter les cas n = 4 (une démonstration a été laissée
par Fermat) et n = p, nombre premier impair. Des démonstrations ad hoc ont été apportées
par Euler en 1770 pour p = 3 (avec une erreur), par Legendre en 1823 pour p = 5, par Lamé
en 1839 pour p = 7, etc. Lamé annonce le 1er mars 1847 qu’il a une preuve complète, mais
Liouville trouve une faute majeure, que nous allons expliquer.
Une des idées pour attaquer le problème de Fermat (que l’on trouve déjà dans la « preuve »
d’Euler) est de transformer cette équation en
−z
p
=
p−1

j=0
(x +ζ
j
p
y),
où l’on a posé ζ
p
= exp(2iπ/p). On obtient ainsi une équation à coefficients dans le sous-
anneau Z[ζ
p
] = Z + Zζ
p
+ + Zζ
p−1
p
de C engendré par ζ
p
. Si par hasard les facteurs
du produit sont premiers entre eux deux à deux dans l’anneau Z[ζ
p
] (et c’est vrai lorsque p
ne divise pas xyz) et que l’on a unicité de la décomposition de z
n
en facteurs irréductibles
dans l’anneau Z[ζ
p
], on en déduit que chaque facteur x +ζ
j
p
y est une puissance p-ième dans
cet anneau. La suite n’est pas facile, mais on peut ensuite arriver à une contradiction avec un
peu de travail (essentiellement par la méthode de « descente infinie » de Fermat : on produit,
à partir d’une solution donnée, une autre solution plus petite).
Le problème majeur (à l’origine des erreurs d’Euler et de Lamé) est que l’anneau Z[ζ
p
]
n’est en général pas factoriel (il n’y a pas unicité de la décomposition en irréductibles) : il ne
l’est pour aucun p ≥ 23.
64 CHAPITRE III. ANNEAUX
C’est en essayant d’élargir le concept de facteur irréductible que Kummer crée celui de
nombre idéal, qui donnera plus tard lieu à la théorie actuelle des idéaux et des modules (De-
dekind). Les travaux de Kummer lui permettront de montrer le théorème de Fermat pour tous
les nombres premiers p réguliers, c’est-à-dire tels que p ne divise le dénominateur d’aucun
des nombres de Bernoulli
(1)
B
2
, B
4
, B
6
, . . . , B
p−3
(on estime que la probabilité pour un
nombre premier d’être régulier est e
−1/2
, soit environ 61%, même si on ne sait pas montrer
qu’il y en a une infinité !).
1. Anneaux factoriels
On formalise ici une propriété dont on a déjà montré (th. I.1.15) qu’elle est satisfaite par
l’anneau des polynômes à une indéterminée à coefficients dans un corps. On montrera plus
loin (cor. 2.14) qu’elle est en fait satisfaite par tout anneau principal.
Définition 1.1. — Un anneau A est factoriel
(2)
s’il est intègre et que tout élément non nul
a de A peut s’écrire
a = up
1
p
r
avec u ∈ A

et p
1
, . . . , p
r
irréductibles
(3)
, et que cette décomposition est unique au sens
suivant : si a = vq
1
q
s
est une autre telle décomposition, on a r = s et il existe une
permutation σ ∈ S
r
telle que q
i
soit associé à p
σ(i)
pour tout i.
La plupart des anneaux intègres que l’on rencontre en algèbre ont la propriété d’existence
de la décomposition (cf. prop. 2.11) ; la propriété forte est l’unicité. On peut la reformuler
ainsi : fixons un système de représentants irréductibles P de A, c’est-à-dire un ensemble
d’éléments irréductibles tels que tout irréductible de A soit associé à un et un seul élément de
P. Alors tout élément non nul a de A s’écrit d’une manière unique
a = u

p∈P
p
n
p
,
avec u ∈ A

, et où (n
p
)
p∈P
est une famille presque nulle d’entiers naturels. On note alors
v
p
(a) := n
p
.
Nous avons défini en § I.1.3 le pgcd de deux éléments d’un anneau principal. On peut
donner une définition analogue pour deux éléments a et b d’un anneau factoriel : si a = 0, le
pgcd a ∧ b est par définition b ; de même a ∧ 0 = a. Si ab ,= 0, on pose
a ∧ b =

p∈P
p
min(v
p
(a),v
p
(b))
.
1. Ces nombres sont définis par la série génératrice
t
e
t
−1
=
P
+∞
m=0
B
m
t
m
m!
.
2. En anglais, on écrit souvent « UFD», pour « unique factorization domain ».
3. Voir § I.1.2 pour la définition.
1. ANNEAUX FACTORIELS 65
Cette définition dépend du choix de P; on peut aussi déclarer que a ∧ b est bien défini à
association près. Dans tous les cas, le pgcd a ∧ b est alors un diviseur commun de a et b, et
tout diviseur commun à a et b divise a ∧ b.
On a une discussion analogue pour le ppcm, qui est laissée au lecteur en exercice. On
peut aussi parler du pgcd et du ppcm d’une famille finie quelconque d’éléments d’un anneau
factoriel.
Exemple 1.2. — L’anneau Z est factoriel (prendre pour P l’ensemble des nombres pre-
miers (positifs)). Si K est un corps, l’anneau K[X] est factoriel (prendre pour P l’ensemble
des polynômes irréductibles unitaires).
La proposition suivante donne un critère pour qu’un anneau soit factoriel quand on connaît
déjà l’existence de la décomposition en irréductibles.
Proposition 1.3. — Soit A un anneau intègre tel que tout élément non nul de A soit produit
d’irréductibles. Les propriétés suivantes sont équivalentes :
(i) A est factoriel ;
(ii) pour tout élément irréductible p de A, l’idéal (p) est premier
(4)
;
(iii) pour tous éléments non nuls a, b et c de A tels que a divise bc mais est premier avec b,
a divise c.
Démonstration. — Montrons que (iii) implique (ii). Si p irréductible divise ab et ne divise
pas a, alors p est premier avec a puisque p est irréductible, de sorte que p divise b d’après
(iii). Ainsi l’idéal (p) est premier.
Montrons que (ii) implique (i). Soit P un système de représentants irréductibles. Si
u

p∈P
p
m
p
= v

p∈P
p
n
p
sont deux décompositions d’un élément non nul de A, la condition m
q
> n
q
pour un certain
q ∈ P implique, par intégrité de A, que q divise v

p∈P, p=q
p
n
p
, donc l’un des facteurs
d’après (ii). Mais q ne peut diviser un élément p de P distinct de q car P est un système de
représentants irréductibles. Ainsi m
p
= n
p
pour tout p ∈ P, puis u = v par intégrité de A.
Montrons que (i) implique (iii). On écrit ad = bc et on décompose les éléments non nuls
a, b, c et d comme ci-dessus. Alors pour tout p ∈ P, on a (par unicité de la décomposition)
v
p
(b)+v
p
(c) = v
p
(a)+v
p
(d) ≥ v
p
(a). Si v
p
(b) = 0, on a donc v
p
(a) ≤ v
p
(c). Si v
p
(b) > 0,
on a v
p
(a) = 0 (car a est premier avec b) donc v
p
(a) ≤ v
p
(c). Ainsi a divise c.
Exemple 1.4. — L’anneau Z[

−5] = Z[X]/(X
2
+ 5) est intègre mais n’est pas factoriel :
3 est irréductible mais l’idéal (3) n’est pas premier (cf. ex. I.1.8).
4. Autrement dit, si a et b sont des éléments de A et que p divise ab, alors p divise a ou p divise b.
66 CHAPITRE III. ANNEAUX
Exercice 1.5. — Soit K un corps. Montrer que le sous-anneau K[X
2
, X
3
] de K[X] engendré
par X
2
et X
3
n’est pas factoriel.
Exercice 1.6. — Soit A un anneau factoriel tel que tout idéal premier non nul est maximal (on
dit que la dimension de Krull de Aest 1 ; cf. § 5.4). On se propose de montrer que Aest principal.
a) Montrer que pour tout x et tout y non nuls dans A, il existe u et v dans A tels que ux +
vy = x ∧ y.
b) Soit I un idéal non nul de A. Montrer qu’il existe d ∈ A non nul qui est un pgcd de tous
les éléments de I ∩ (A {0}). Conclure.
Définition 1.7. — Soit A un anneau factoriel. Le contenu, noté c(P), d’un polynôme P ∈
A[X] est le pgcd de ses coefficients. Le polynôme P est dit primitif si c(P) = 1.
On notera que le contenu est défini à multiplication par une unité de A près. Le contenu
d’un polynôme est nul si et seulement si le polynôme est nul.
Lemme 1.8 (Gauss). — Soit Aun anneau factoriel. Pour tous polynômes P et Qdans A[X],
on a c(PQ) = c(P)c(Q) (modulo A

).
Démonstration. — Supposons d’abord P et Q primitifs et montrons que PQ est primitif.
Soit p un irréductible de A. Comme P et Q sont primitifs, chacun a au moins un coefficient
non divisible par p. Soit a
i
(resp. b
j
) le coefficient de P (resp. de Q) d’indice minimal non
divisible par p. Alors le coefficient d’indice i + j de PQ est somme de termes divisibles par
p et de a
i
b
j
donc il n’est pas divisible par p car (p) est premier vu que A est factoriel. Ceci
montre qu’aucun élément irréductible de Ane divise tous les coefficients de PQ, qui est donc
primitif.
Le cas général s’en déduit : si P ou Q est nul, il est évident ; sinon, on applique le résultat
précédent à P/c(P) et Q/c(Q).
On en déduit le résultat suivant, utilisé lors de la démonstration du théorème de Lüroth (th.
I.6.9).
Lemme 1.9. — Soit A un anneau factoriel de corps des fractions K. Soient P et Q des
éléments de A[X], avec P primitif, et soit R ∈ K[X] tel que Q = PR. Alors R ∈ A[X].
Démonstration. — On peut écrire R = R
1
/r, avec r ∈ A et R
1
∈ A[X]. On a alors
rQ = PR
1
, puis rc(Q) = c(P)c(R
1
) = c(R
1
) (modulo A

) par le lemme de Gauss, de
sorte que r divise c(R
1
), donc aussi R
1
, ce qui termine la démonstration.
On a aussi l’important résultat suivant.
Théorème 1.10. — Soit A un anneau factoriel de corps des fractions K. Les éléments irré-
ductibles de A[X] sont :
a) les polynômes constants p avec p irréductible dans A;
1. ANNEAUX FACTORIELS 67
b) les polynômes primitifs de degré ≥ 1 qui sont irréductibles dans K[X].
En particulier, pour un polynôme primitif de A[X], il revient au même d’être irréductible
dans A[X] et dans l’anneau principal K[X] (ce qui n’est pas du tout évident vu qu’il y a a
priori plus de décompositions possibles dans K[X]).
Démonstration. — Comme (A[X])

= A

il est clair qu’un polynôme constant p est irré-
ductible si et seulement si p est irréductible dans A.
Soit maintenant P un polynôme primitif de degré ≥ 1 de A[X] qui est irréductible dans
K[X]. Toute écriture P = QR avec Qet R dans A[X] implique avec le lemme de Gauss que
c(Q) et c(R) sont inversibles. Comme d’autre part l’un des polynômes Q ou R est constant
(parce que P est irréductible dans K[X]), c’est une constante inversible dans A. Donc P, qui
n’est pas inversible dans A[X] car de degré au moins 1, est bien irréductible dans A[X].
Il reste à montrer qu’un polynôme P de degré ≥ 1 qui est irréductible dans A[X] est
primitif et irréductible dans K[X]. Le fait que P soit primitif résulte de ce que c(P) divise
P dans A[X] et ne lui est pas associé pour raison de degré. Il reste à montrer que P (qui
n’est pas inversible dans K[X]) est irréductible dans K[X]. Or si P = QR dans K[X],
on peut écrire Q = Q
1
/q et R = R
1
/r avec q et r dans A et Q
1
et R
1
dans A[X]. On
obtient qrP = Q
1
R
1
et, en passant aux contenus (lemme de Gauss), qr = c(Q
1
)c(R
1
).
Ainsi P = P
1
Q
1
/qr = (P
1
/c(P
1
))(Q
1
/c(Q
1
)) (modulo A

). Comme P est irréductible
dans A[X], l’un des polynômes P
1
ou Q
1
de A[X] est constant, et l’un des polynômes Q ou
R est constant, ce qui achève la preuve.
On a enfin le théorème fondamental suivant.
Théorème 1.11. — Soit A un anneau factoriel. Les anneaux A[X
1
, . . . , X
n
] sont factoriels
pour tout n ∈ N.
La conclusion reste vraie avec un nombre infini d’indéterminées (cela découle du cas fini).
Démonstration. — Il suffit de montrer que A[X] est factoriel. Montrerons d’abord l’exis-
tence de la décomposition en produit d’irréductibles d’un polynôme P non nul. Quitte à
écrire P = c(P)(P/c(P)) et à décomposer c(P) en produit d’irréductibles dans A, on se
ramène à P primitif non constant.
On décompose alors P en produit d’irréductibles dans l’anneau principal K[X] soit, en
chassant les dénominateurs, aP = P
1
P
r
avec a ∈ A et P
i
∈ A[X] irréductible dans
K[X]. Écrivons P
i
= c(P
i
)Q
i
, avec Q
i
primitif, donc irréductible dans A[X] d’après le
théorème précédent. En passant aux contenus, on obtient qu’il existe u ∈ A

tel que ua =
c(P
1
) c(P
r
), et P = u

r
i=1
Q
i
est une décomposition de P en produits d’irréductibles
de A[X].
68 CHAPITRE III. ANNEAUX
Il suffit donc d’après la prop. 1.3 de montrer que si P ∈ A[X] est irréductible, l’idéal (P)
est premier. Si P est une constante irréductible p de A[X], c’est clair (par vérification directe,
ou encore en remarquant que A[X]/(p) est isomorphe à (A/(p))[X], qui est intègre vu que
(p) est premier dans A). Supposons maintenant P primitif de degré au moins 1, irréductible
dans K[X] d’après le théorème précédent. Si P divise le produit QR de deux polynômes de
A[X], il divise alors Qou R dans l’anneau principal K[X] (prop. I.1.14), disons par exemple
Q. Comme P est primitif, par le lemme 1.9, le quotient Q/P est dans A[X], de sorte que P
divise Q dans A[X]. C’est ce que l’on voulait montrer.
Théorème 1.12 (Critère d’Eisenstein). — Soit A un anneau factoriel, soit P(X) =

n
k=0
a
k
X
k
un polynôme non constant à coefficients dans Aet soit p un élément irréductible
de A. On suppose :
• p ne divise pas a
n
;
• p divise a
k
pour chaque k ∈ ¦0, . . . , n −1¦ ;
• p
2
ne divise pas a
0
.
Alors P est irréductible dans K[X] (donc aussi dans A[X] s’il est primitif).
Démonstration. — Notons que P/c(P) vérifie les mêmes hypothèses que P vu que c(P)
n’est pas divisible par p par le premier point. On peut donc supposer P primitif. Si P n’est
pas irréductible, il s’écrit (d’après le th. 1.10) P = QRavec Qet Rnon constants dans A[X].
Posons Q = b
r
X
r
+ +b
0
et R = c
s
X
s
+ +c
0
. L’anneau B = A/(p) est intègre, et,
comme on l’a remarqué dans la démonstration plus haut, A[X]/(p) est isomorphe à B[X].
Dans cet anneau, on a ¯ a
n
X
n
=
¯
Q
¯
R. D’autre part, ¯ a
n
,= 0 dans B, donc
¯
b
r
et ¯ c
s
sont aussi
non nuls. Ainsi Q et R ne sont pas constants et l’égalité ¯ a
n
X
n
=
¯
Q
¯
R dans l’anneau factoriel
K
B
[X] (th. I.1.15) implique alors, comme X y est irréductible, que
¯
Q et
¯
R sont divisibles
des puissances de X dans K
B
[X]. Cela signifie que p divise b
0
et c
0
, ce qui contredit le fait
que a
0
n’est pas divisible par p
2
.
Par exemple X
18
−4X
7
−2 est irréductible dans Q[X], et X
5
−XY
3
−Y est irréductible
dans C[X, Y ] (prendre A = C[Y ] et p = Y ).
Exercice 1.13. — Montrer que si p est un nombre premier, le polynôme cyclotomique Φ
p
(X) =
X
p−1
+· · · +X + 1 =
X
p
−1
X−1
est irréductible dans Q[X] (on pourra poser X = Y + 1).
2. Anneaux noethériens
Les anneaux principaux sont agréables, mais ils sont très rares en algèbre. En affaiblissant
un peu les hypothèses (propriété (i) ci-dessous), on tombe sur une classe d’anneaux absolu-
ment fondamentale.
2. ANNEAUX NOETHÉRIENS 69
Proposition 2.1. — Soit A un anneau commutatif. Les trois propriétés suivantes sont équi-
valentes :
(i) tout idéal de A est engendré par un nombre fini d’éléments ;
(ii) toute suite croissante (pour l’inclusion) d’idéaux de A est stationnaire ;
(iii) toute famille non vide d’idéaux de A a un élément maximal pour l’inclusion.
On dira que l’anneau A est noethérien s’il vérifie ces propriétés.
Démonstration. — Montrons que (i) implique (ii). Soit (I
n
) une telle suite ; la réunion I des
I
n
est encore un idéal car la famille (I
n
) est totalement ordonnée pour l’inclusion. Par (i), il
existe des éléments x
1
, . . . , x
r
de I qui l’engendrent. Chaque x
i
est dans l’un des I
n
, donc
il existe n
0
(le plus grand des indices correspondants) tel que I
n
0
les contienne tous. Alors
I = I
n
0
et la suite (I
n
) stationne à I
n
0
.
Montrons que (ii) implique (iii). Si une famille non vide d’idéaux de A n’a pas d’élément
maximal, on construit par récurrence une suite infinie strictement croissante d’idéaux de A,
ce qui contredit (ii).
Montrons que (iii) implique (i). Soit I un idéal de A. La famille E des idéaux J ⊆ I
qui sont engendrés par un nombre fini d’éléments est non vide (elle contient l’idéal (0)).
Soit J
0
un élément maximal de E . Pour tout x ∈ I, l’idéal J
0
+ xA est aussi dans E , donc
J
0
+ xA = J
0
par maximalité. Ceci signifie x ∈ J
0
. Finalement I = J
0
et I est engendré
par un nombre fini d’éléments.
Tout anneau principal est noethérien ((i) est trivialement vérifié). Si A est noethérien,
tout quotient de A l’est encore (c’est immédiat à partir de la caractérisation (ii), vu que les
idéaux de A/I sont les idéaux de A contenant I)). En revanche, un sous-anneau d’un anneau
noethérien n’est pas nécessairement noethérien (cf. exerc. 2.6).
Si K est un corps, l’anneau K[(X
n
)
n∈N
] n’est pas noethérien car
(X
0
) ⊆ (X
0
, X
1
) ⊆ ⊆ (X
0
, . . . , X
n
) ⊆
forme une suite infinie strictement croissante d’idéaux.
Exercice 2.2. — Soit A un anneau tel que tout idéal premier de A est engendré par un nombre
fini d’éléments. Montrer que A est noethérien (Indication : on pourra considérer un élément
maximal I dans la famille des idéaux qui ne sont pas engendrés par un nombre fini d’éléments,
des éléments x et y de A I tels que xy ∈ I, et les idéaux I + (y) et {a ∈ A | ay ∈ I}).
Exercice 2.3. — Soit A un anneau noethérien et soit M un A-module de type fini.
a) Montrer que tout sous-A-module de M est encore de type fini (Indication : on pourra se ramener
à M = A
n
, puis procéder par récurrence sur n en utilisant l’exerc. II.3.1).
b) Montrer que toute suite croissante de sous-A-modules de M est stationnaire (Indication : on
pourra se ramener à M = A
n
, puis procéder par récurrence sur n).
70 CHAPITRE III. ANNEAUX
La plupart des anneaux avec lesquels on travaille en algèbre sont noethériens, via le théo-
rème et le corollaire suivants.
Théorème 2.4 (Hilbert). — Soit Aun anneau noethérien. Les anneaux A[X
1
, . . . , X
n
] sont
noethériens pour tout n ∈ N.
Démonstration. — Il suffit de montrer que A[X] est noethérien. Soit I un idéal de A[X].
Pour chaque k ∈ N, on note D
k
(I) le sous-ensemble de A constitué de 0 et des coefficients
dominants des polynômes de degré k de I. Il est immédiat que D
k
(I) est un idéal de A, et
qu’une inclusion I ⊆ J entraîne D
k
(I) ⊆ D
k
(J). On a d’autre part les deux propriétés
suivantes :
a) pour tout k ∈ N, on a D
k
(I) ⊆ D
k+1
(I) : il suffit de remarquer que si P ∈ I, alors
XP ∈ I ;
b) si I ⊆ J, le fait que D
k
(I) = D
k
(J) pour tout k ∈ N entraîne I = J : si I ,= J, on
choisit un polynôme P ∈ J I de degré r minimal ; comme D
r
(I) = D
r
(J), l’idéal I
contient un polynôme Q de degré r qui a même coefficient dominant que P, mais alors
P −Q est dans J I et est de degré < r, contradiction.
Ceci dit, soit (I
n
)
n∈N
une suite croissante d’idéaux de A[X]. Comme A est noethérien, la
famille des D
k
(I
n
) pour k ∈ Net n ∈ Nadmet un élément maximal D
l
(I
m
). D’autre part,
pour chaque k ≤ l, la suite d’idéaux (D
k
(I
n
))
n∈N
est croissante, donc elle est stationnaire,
c’est-à-dire qu’il existe n
k
tel que pour
∀n ≥ n
k
D
k
(I
n
) = D
k
(I
n
k
).
Soit alors N le plus grand des entiers m, n
0
, n
1
, . . . , n
l
. Nous allons montrer que pour tout
n ≥ N et tout k, on a D
k
(I
n
) = D
k
(I
N
), ce qui suffira à conclure I
n
= I
N
via la propriété
b) ci-dessus. On distingue deux cas :
1) si k ≤ l, on a D
k
(I
N
) = D
k
(I
n
k
) = D
k
(I
n
) par définition de n
k
puisque n et N sont
tous deux ≥ n
k
;
2) si k > l, on a D
k
(I
N
) ⊇ D
l
(I
N
) ⊇ D
l
(I
m
) (d’après la propriété a) ci-dessus, et
puisque N ≥ m) et D
k
(I
n
) ⊇ D
l
(I
n
) ⊇ D
l
(I
m
) pour les mêmes raisons, donc par maxima-
lité de D
l
(I
m
), on a D
k
(I
N
) = D
l
(I
m
) = D
k
(I
n
).
Corollaire 2.5. — Soit A un anneau noethérien. Toute A-algèbre de type fini est noethé-
rienne.
Démonstration. — Par définition, une A-algèbre engendrée par des éléments x
1
, . . . , x
n
est
un quotient de l’anneau A[X
1
, . . . , X
n
], qui est noethérien par le th. 2.4. C’est donc un anneau
noethérien.
L’anneau de séries formelles A[[X]] est noethérien, mais n’est jamais une A-algèbre de
type fini (lorsque A est non nul ! Cf. cor. 10.8).
2. ANNEAUX NOETHÉRIENS 71
Exercice 2.6. — Soit K un corps. Montrer que le sous-anneau de K[X, Y ] engendré par les
X
n
Y , pour n ∈ N

, n’est pas noethérien.
Corollaire 2.7. — Soit A un anneau noethérien et soit I un idéal de A. Pour tout x ∈


n=1
I
n
, on a x ∈ xI.
Démonstration. — Soient a
1
, . . . , a
r
des éléments de A qui engendrent l’idéal I. Pour cha-
que n ≥ 1, on a x ∈ I
n
donc il existe un polynôme P
n
∈ A[X
1
, . . . , X
r
] homogène de degré
n tel que x = P
n
(a
1
, . . . , a
r
). Soit J
n
l’idéal de A[X
1
, . . . , X
r
] engendré par P
1
, . . . , P
n
.
On a bien sûr J
n
⊆ J
n+1
. Comme l’anneau A[X
1
, . . . , X
r
] est noethérien (th. 2.4), il existe
un entier N > 0 tel que J
N
= J
N+1
. On peut donc écrire
P
N+1
= Q
1
P
N
+ +Q
N
P
1
,
où Q
i
∈ A[X
1
, . . . , X
r
] est homogène de degré i. En substituant a
j
à X
j
, on obtient
x = Q
1
(a
1
, . . . , a
r
)x + +Q
N
(a
1
, . . . , a
r
)x,
ce qui, puisque chaque Q
i
est homogène de degré strictement positif, prouve le théorème.
Corollaire 2.8 (Krull). — Soit A un anneau noethérien et soit I un idéal de A. On suppose
qu’au moins l’une des deux conditions suivantes est vérifiée :
• l’anneau A est intègre et I ,= A;
• I ⊆ rad(A).
Alors


n=1
I
n
= 0.
On rappelle (§ II.3) que le radical de Jacobson rad(A) de Aest défini comme l’intersection
de ses idéaux maximaux. En particulier, le corollaire entraîne que si A a un unique idéal
maximal m (on dit que A est un anneau local) et est noethérien,


n=1
m
n
= 0.
Démonstration. — Soit x un élément de


n=1
I
n
. Le cor. 2.7 entraîne l’existence d’un élé-
ment a de I tel que x = xa. Sous la première hypothèse, on a a ,= 1 (puisque I ,= A), donc
x = 0. Sous la seconde hypothèse, on a a ∈ rad(A), donc 1 −a inversible (lemme II.3.7), et
de nouveau x = 0.
Exercice 2.9. — Dans l’anneau des fonctions de classe C

de R dans R (cf. exerc. I.1.5 et
I.1.11), on note I l’idéal maximal des fonctions nulles en 0. Produire un élément non nul de
T

n=1
I
n
.
Remarque 2.10 (Topologie I-adique). — Soit I un idéal d’un anneau A. On peut munir A
de la topologie pour laquelle les a+I
n
, n ∈ N

, forment une base de voisinages ouverts d’un
point quelconque a de A. On l’appelle la topologie I-adique (cette construction généralise la
topologie p-adique sur Z, qui est la topologie associée à l’idéal (p)). Si I = A (resp. I = 0),
la topologie I-adique est la topologie grossière (resp. discrète).
72 CHAPITRE III. ANNEAUX
Les opérations d’anneau sont continues pour cette topologie. Elle est séparée si et seule-
ment si


n=1
I
n
= 0. Le résultat de Krull donne donc des conditions suffisantes pour que
cette propriété soit satisfaite. Dans ce cas, la topologie I-adique est métrisable (par une dis-
tance ultramétrique) et l’on construit le complété I-adique
´
A de A de la façon habituelle via
les suites de Cauchy. C’est un anneau topologique que l’on peut aussi voir comme la limite
projective lim
←−n
(A/I
n
) ; il est muni d’un morphisme d’anneaux A →
´
A qui est injectif et
continu et dont l’image est dense. Par exemple, si A = Z et I = (p) (p nombre premier), le
complété I-adique de Z est l’anneau des entiers p-adiques Z
p
. Si A = B[X] (B anneau) et
I = (X), le complété I-adique de A est l’anneau des séries formelles B[[X]].
Toutes ces constructions s’étendent au cas d’un A-module (voir [M], § 8).
Proposition 2.11. — Soit A un anneau intègre noethérien. Tout élément non nul de A peut
s’écrire up
1
p
r
avec u ∈ A

et p
1
, . . . , p
r
irréductibles.
Démonstration. — Soit F l’ensemble des idéaux de Ade la forme (x), avec x non inversible
ne s’écrivant pas comme demandé. Si F n’est pas vide, il admet un élément maximal (a).
En particulier a n’est alors pas irréductible. Comme il n’est pas inversible, il s’écrit a = bc
avec b et c non associés à a. Mais alors les idéaux (b) et (c) contiennent strictement (a),
donc par maximalité, ils ne sont pas dans F, de sorte que b et c se décomposent en produit
d’irréductibles, ce qui contredit le fait que a ne s’écrit pas comme produit d’irréductibles.
On déduit alors de la prop. 1.3 les deux corollaires suivants.
Corollaire 2.12. — Un anneau intègre noethérien est factoriel si et seulement si tout élément
irréductible engendre un idéal premier.
Remarque 2.13. — Il existe des anneaux factoriels non noethériens (cf. R. Gilmer, A two-
dimensional non-noetherian factorial ring, Proc. Amer. Math. Soc. 44 (1974), 25–30).
Corollaire 2.14. — Tout anneau principal est factoriel.
Exercice 2.15. — Montrer que tout endomorphisme surjectif d’un anneau noethérien est bi-
jectif. Donner un exemple d’un tel endomorphisme injectif mais non surjectif. Montrer que le
résultat ne subsiste pas en général pour des anneaux non noethériens.
Exercice 2.16. — Soit
¯
Z l’anneau des entiers algébriques (c’est-à-dire l’ensemble des nombres
complexes qui sont racines d’un polynôme unitaire à coefficients dans Z; cf. § 8, en particulier le
cor. 8.7, où l’on montre que c’est bien un anneau). Montrer que
¯
Z est un anneau intègre qui n’est
pas noethérien (Indication : on pourra considérer l’idéal de
¯
Z engendré par les 2
1/n
, pour n ∈
N

). On peut montrer que tout idéal de
¯
Z engendré par un nombre fini d’éléments est principal
(on dit que c’est un « anneau de Bézout »), mais je ne connais pas de preuve « élémentaire ».
Exercice 2.17. — Soit X ⊆ Run compact. On définit comme dans l’exerc. I.1.5 l’anneau C
X
des fonctions continues de X dans Ret ses idéaux maximaux
I
x
= {f ∈ C
X
| f(x) = 0},
3. RADICAL D’UN IDÉAL 73
pour chaque x ∈ X.
a) Montrer que les conditions suivantes sont équivalentes :
(i) l’idéal I
x
est engendré par un nombre fini d’éléments ;
(ii) l’idéal I
x
est principal ;
(iii) le point x est isolé dans X.
b) Montrer que les conditions suivantes sont équivalentes :
(i) l’anneau C
X
est noethérien ;
(ii) le R-espace vectoriel C
X
est de dimension finie ;
(iii) X est fini.
Exercice 2.18. — On dit qu’un anneau A est artinien si toute suite décroissante (pour l’inclu-
sion) d’idéaux de A est stationnaire.
a) Si A est artinien et I un idéal de A, montrer que l’anneau A/I est artinien.
b) Montrer qu’un anneau artinien intègre est un corps (Indication : si x ∈ A {0}, considérer
la suite d’idéaux ((x
n
))
n≥1
).
c) Dans un anneau artinien, montrer que les idéaux premiers sont maximaux (Indication :
utiliser a) et b)).
d) Montrer qu’un anneau artinien n’a qu’un nombre fini d’idéaux premiers (Indication : si
(m
n
)
n≥1
est une suite d’idéaux maximaux distincts, on pourra considérer la suite d’idéaux
(m
1
· · · m
n
)
n≥1
).
On peut montrer qu’un anneau est artinien si et seulement s’il est noethérien et que tous ses
idéaux premiers sont maximaux ([P], th. 4.9).
3. Radical d’un idéal
Définition 3.1. — Soit I un idéal de A. On pose

I := ¦a ∈ A [ ∃m ∈ N

a
m
∈ I¦.
C’est un idéal de A contenant I, que l’on appelle radical de I. On dit que I est radical si
I =

I.
Tout idéal premier est bien sûr radical. Le fait que

I est bien un idéal de A est démontré
dans le lemme suivant.
Lemme 3.2. — Pour tous idéaux I et J de A, on a :
a)

I est le plus petit idéal radical de A contenant I ;
b)

I est l’intersection des idéaux premiers contenant I ;
c)

IJ =

I ∩ J =

I ∩

J.
d)

I +J =
_

I +

J.
74 CHAPITRE III. ANNEAUX
Démonstration. — Si a ∈

I, avec a
m
∈ I, et x ∈ A, on a (xa)
m
= x
m
a
m
∈ I donc
xa ∈

I. Si b ∈

I, avec b
n
∈ I, on a
(a +b)
m+n
=
m+n

i=0
_
m+n
i
_
a
i
b
m+n−i
par la formule du binôme, donc a + b ∈ I, puisque soit i ≥ m, soit m + n − i ≥ n. Cela
montre que

I est un idéal (contenant I). Montrons qu’il est radical. Si a ∈
_

I, il existe
m ≥ 1 tel que a
m


I, puis n ≥ 1 tel que a
mn
= (a
m
)
n
∈ I, de sorte que a ∈

I. Enfin,
si J est un idéal radical contenant I, l’idéal J =

J contient

I. Ceci montre a).
Montrons b). Si p est un idéal premier contenant I, on a p =

p ⊇

I. On a donc

I ⊆

I⊆p⊆A
p.
Inversement, supposons a / ∈

I et considérons l’ensemble E , ordonné par l’inclusion,
des idéaux de A contenant I mais ne contenant aucun des a
m
pour m ≥ 1. Il est non vide car
contient I et toute famille non vide admet une borne supérieure (la réunion). Le lemme de
Zorn entraîne qu’il existe un élément maximal J ∈ E . Montrons que J est un idéal premier.
Si x et y ne sont pas dans J, on a J +Ax / ∈ E , donc il existe m ≥ 1 avec a
m
∈ J +Ax. De
même, il existe n ≥ 1 avec a
n
∈ J +Ay. On a alors a
m+n
∈ J +Axy, donc J +Axy / ∈ E
et xy / ∈ J. Comme a / ∈ J, on a donc montré a / ∈

I⊆p⊆A
p, d’où b).
Pour le point c), les inclusions

IJ ⊆

I ∩ J ⊆

I ∩

J sont évidentes. Soit a un
élément de

I ∩

J, et soient m et n des entiers strictement positifs tels que a
m
∈ I et
a
n
∈ J. On a a
m+n
= a
m
a
n
, qui est dans IJ, donc a ∈

IJ.
En ce qui concerne le point d), l’inclusion

I +J ⊆
_

I +

J est claire. Soit donc a
un élément de
_

I +

J et soit n un entier strictement positif tels que a
n
= b + c, avec
b
r
∈ I et c
s
∈ J. On écrit
a
n(r+s)
=
r+s

i=0
_
r +s
i
_
b
i
c
r+s−i
qui est dans J +I, puisque soit i ≥ r, soit r +s −i ≥ s. On a donc bien a ∈

I +J, ce qui
prouve d).
Exercice 3.3. — Soit I un idéal d’un anneau noethérien A. Montrer qu’il existe n ∈ N

tel que
(

I)
n
⊆ I. Montrer par un exemple qu’il ne suffit pas que I soit engendré par un nombre fini
d’éléments.
Exercice 3.4. — Soit C l’anneau des fonctions continues de [0, 1] dans R(cf. exerc. I.1.5). On
pose
I = {f ∈ C | ∀m ∈ N lim
x→0
f(x)/x
m
= 0}.
Montrer que I est un idéal radical de C. En déduire qu’il existe dans C des idéaux premiers non
maximaux.
4. DÉCOMPOSITION PRIMAIRE 75
4. Décomposition primaire
Une fois qu’il est apparu que l’unicité de la décomposition en irréductibles n’était plus
vraie dans des anneaux pourtant très simples (comme Z[

−5] ; cf. ex. 1.4), il a fallu chercher
un substitut valable dans un cadre suffisamment général. C’est cette recherche qui a mené à
la « décomposition primaire » des idéaux (en fait, plus généralement, des modules) dans les
anneaux noethériens. La première formulation en revient à Lasker (1905, champion du monde
d’échecs et joueur de go), qui ne prouve cependant son existence que dans certains anneaux,
avec des méthodes très compliquées. C’est à Emmy Noether (1921) que l’on doit la théorie
actuelle qui déduit tout de la seule propriété que l’on appelle maintenant « noethérianité » en
son honneur.
La première piste (explorée par Dedekind) est de convertir la décomposition d’un élément
a non nul d’un anneau factoriel A en produits d’irréductibles en la décomposition d’un idéal
non nul en produit d’idéaux premiers. Plus précisément, si on a
a = up
v
1
1
p
v
n
n
,
avec u ∈ A

et p
1
, . . . , p
n
irréductibles distincts, on a aussi
(4) (a) = (p
v
1
1
p
v
n
n
) = (p
v
1
1
) (p
v
n
n
) = (p
1
)
v
1
(p
n
)
v
n
= (p
1
) (p
r
),
où l’on a autorisé des répétitions dans la dernière écriture. De plus, on vérifie immédiatement
que cette dernière décomposition est unique dans le sens où si
(a) = (q
1
) (q
s
),
où les idéaux (q
i
) sont premiers, alors r = s et il existe une permutation σ de ¦1, . . . , r¦ telle
que (q
i
) = (p
σ(i)
) pour tout i.
Cette « généralisation » paraît toute bête, mais il existe déjà beaucoup plus d’anneaux qui
ont cette propriété de factorisation unique des idéaux non nuls (cf. § 16). Ceux qui ne sont
pas des corps sont appelés anneaux de Dedekind et peuvent être aussi caractérisés (c’est
comme cela que nous les définirons dans le § 16) comme les anneaux noethériens intégres de
dimension 1 (c’est-à-dire pour lesquels tout idéal premier non nul est maximal) intégralement
clos (cf. § 5.4). Tous les anneaux d’entiers de corps de nombres (cf. § 8), dont la plupart
ne sont pas factoriels, sont des anneaux de Dedekind (§ 8.2). Mais il reste encore des tas
d’anneaux très simples qui n’ont pas cette propriété.
Exercice 4.1. — On a remarqué dans l’ex. 1.4 que les factorisations
2 · 3 = (1 +

−5)(1 −

−5)
76 CHAPITRE III. ANNEAUX
dans l’anneau Z[

−5] prouvent que celui-ci n’est pas factoriel (mais c’est un anneau de Dede-
kind, car c’est l’anneau des entiers de Q[

−5] ; cf. exerc. 8.20). Montrer que l’on a les décom-
positions suivantes en produits d’idéaux premiers :
(2) = (2, 1 +

−5)
2
,
(3) = (3, 1 +

−5) · (3, 1 −

−5),
(1 ±

−5) = (2, 1 ±

−5) · (3, 1 ±

−5).
Exercice 4.2. — Nous montrons dans cet exercice que l’anneau intègre Z[

5] n’a pas la pro-
priété de factorisation unique des idéaux : ce n’est pas un anneau de Dedekind (en revanche,
Z[(1 +

5)/2] en est un : c’est l’anneau des entiers de Q[

5] ; cf. exerc. 8.20).
a) Montrer que l’idéal m := (2, 1 −

5) de Z[

5] est maximal (on pourra montrer que
l’anneau quotient Z[

5]/m a deux éléments) et que c’est le seul idéal premier de Z[

5]
qui contient l’idéal I = (2) de Z[

5].
b) Montrer m
2
I m. En déduire que I ne peut s’écrire comme produit d’idéaux premiers
de Z[

5].
Exercice 4.3. — Soit I un idéal d’un anneau noethérien A. Si {0} I A, montrer qu’il
existe un entier n > 0, des idéaux premiers p
1
, . . . , p
n
de A et des entiers strictement positifs
r
1
, . . . , r
n
tels que
p
r
1
1
· · · p
r
n
n
⊆ I ⊆ p
1
∩ · · · ∩ p
n
.
(On pourra considérer un élément maximal dans l’ensemble des idéaux de A qui ne satisfont pas
cette propriété.)
Pour aller plus loin, réécrivons la décomposition (4) encore d’une autre façon, en utilisant
le lemme suivant.
Lemme 4.4. — Soient I
1
, . . . , I
n
des idéaux d’un anneau A tels que I
i
+ I
j
= A pour tout
1 ≤ i < j ≤ n. Alors
I
1
I
n
= I
1
∩ ∩ I
n
.
Démonstration. — On a toujours I
1
I
n
⊆ I
1
∩ ∩ I
n
. Pour montrer l’autre inclusion,
on procède par récurrence sur n, en commençant par le cas n = 2. On peut écrire 1 = a
1
+a
2
,
avec a
j
∈ I
j
. Si a ∈ I
1
∩ I
2
, on écrit a = a(a
1
+ a
2
) = aa
1
+ aa
2
, égalité dans laquelle
aa
1
∈ I
1
I
2
(puisque a ∈ I
2
) et aa
2
∈ I
1
I
2
(puisque a ∈ I
1
). On a donc montré a ∈ I
1
I
2
.
Pour faire le pas de récurrence, il suffit de montrer que l’on peut appliquer l’hypothèse
de récurrence aux idéaux I
1
I
2
, I
3
, . . . , I
r
, donc que l’on a I
1
I
2
+ I
j
= A pour 3 ≤ j ≤ n.
Écrivons de nouveau 1 = a
1
+ a
j
= a
2
+ b
j
avec a
i
dans I
i
et b
j
dans I
j
. On en déduit
1 = (a
1
+ a
j
)(a
2
+ b
j
) = a
1
a
2
+ a
1
b
j
+ a
j
a
2
+ a
j
b
j
, où a
1
a
2
∈ I
1
I
2
et les trois autres
termes sont dans I
j
. On a donc bien montré I
1
I
2
+I
j
= A, et le lemme.
4. DÉCOMPOSITION PRIMAIRE 77
Soit A un anneau qui a la propriété de factorisation unique des idéaux non nuls (c’est-à-
dire un anneau de Dedekind ; cf. § 16) et soit I un idéal non nul A. On peut l’écrire
I = p
v
1
1
p
v
n
n
,
où les idéaux p
1
, . . . , p
n
sont premiers non nuls (donc maximaux) distincts. Posons q
i
= p
v
i
i
,
de sorte que p
i
=

q
i
(lemme 3.2.c)). Pour 1 ≤ i < j ≤ n, on a en particulier p
i
+ p
j
= A,
ce qui entraîne (lemme 3.2.d))
_
q
i
+ q
j
=
_
p
i
+ p
j
= A,
soit encore q
i
+ q
j
= A. Le lemme 4.4 entraîne alors
I = q
1
∩ ∩ q
n
.
C’est un exemple de décomposition primaire de l’idéal I, et c’est ce genre de décomposition
que l’on va étendre à tous les anneaux noethériens. Les puissances d’idéaux premiers y seront
remplacées par les idéaux primaires, que nous allons maintenant définir.
Exercice 4.5 (Lemme d’évitement). — Soit Aun anneau. Montrer que tout idéal de Acontenu
dans une réunion finie d’idéaux premiers de Aest contenu dans l’un d’eux (Indication : on pourra
procéder par récurrence sur le nombre d’idéaux premiers).
Exercice 4.6 (Théorème des restes chinois). — Soient I
1
, . . . , I
n
des idéaux d’un anneau A
tels que I
i
+I
j
= A pour tout 1 ≤ i < j ≤ n. Montrer que le morphisme injectif naturel
A/(I
1
∩ · · · ∩ I
n
) →(A/I
1
) ×· · · ×(A/I
n
)
est bijectif.
4.1. Idéaux primaires, idéaux irréductibles. —
Définition 4.7. — Soit I un idéal d’un anneau A.
a) L’idéal I est primaire si
∀a, b ∈ A (ab ∈ I et a / ∈ I) ⇒b ∈

I.
b) L’idéal I est irréductible si, pour tous idéaux I
1
et I
2
de A tels que I = I
1
∩ I
2
, on a
I = I
1
ou I = I
2
.
Un idéal premier est bien sûr primaire ! Mais une puissance d’un idéal premier n’est pas
nécessairement primaire (exerc. 4.8) et un idéal primaire n’est pas non plus en général une
puissance d’un idéal premier (exerc. 4.9 et 4.10). Dans les anneaux principaux, la situation
est plus simple (cf. exerc. 4.11).
La terminologie de b) n’est pas excellente : si I = (a) est un idéal principal, « I est ir-
réductible » n’est pas la même chose que « a est irréductible » (exerc. 4.11). Mais elle sera
justifiée plus tard lorsque l’on introduira la topologie de Zariski (§ 5).
78 CHAPITRE III. ANNEAUX
Exercice 4.8. — Soit K un corps et soit A l’anneau K[X, Y, Z]/(XY − Z
2
). Montrer que
l’idéal p de A engendré par les classes
¯
X et
¯
Z est premier, mais que p
2
n’est pas primaire.
Exercice 4.9. — Dans l’anneau Z[X], montrer que l’idéal (4, X) est primaire, de radical (2, X),
mais n’est pas une puissance d’un idéal premier.
Exercice 4.10. — Dans l’anneau Z[

5], montrer que l’idéal (2) est primaire, de radical (2, 1−

5), mais n’est pas une puissance d’un idéal premier (cf. exerc. 4.2).
Exercice 4.11. — Soit Aun anneau principal et soit I un idéal de A. Montrer les équivalences :
I primaire ⇐⇒ I irréductible ⇐⇒ I puissance d’un idéal premier.
Voici quelques implications vraies en général.
Proposition 4.12. — Soit A un anneau et soit I un idéal de A.
a) I premier ⇔I irréductible et radical ;
b) si A est noethérien, I irréductible ⇒I primaire ;
c)

I maximal ⇒I primaire ⇒

I premier.
Aucune des implications dans b) et c) n’est en général une équivalence (chercher des
contre-exemples !).
Soit p un idéal premier. On dit qu’un idéal primaire I est p-primaire si

I = p. La
terminologie peut sembler étrange, mais elle est pratique.
Enfin, si I et J sont des idéaux d’un anneau A, il est pratique (et classique) de poser
(I : J) := ¦x ∈ A [ xJ ⊆ I¦.
C’est un idéal de A contenant I (y penser comme à « I divisé par J »). Si a ∈ A, on pose
aussi (I : a) := (I : (a)) = ¦x ∈ A [ xa ∈ I¦.
Démonstration de la proposition. — Prouvons a). Supposons I premier. Il est alors radical
et il s’agit de montrer qu’il est irréductible. Supposons donc I = I
1
∩I
2
. Si I I
1
et I I
2
,
il existe a
j
∈ I
j
I. Mais a
1
a
2
∈ I
1
I
2
⊆ I, ce qui contredit le fait que I est premier.
Ppour la réciproque, supposons ab ∈ I. On a alors ((a) +I) ((b) +I) ⊆ I, donc
I
2

_
((a) +I) ∩ ((b) +I)
_
2
⊆ ((a) +I) ((b) +I) ⊆ I.
En prenant les radicaux, on obtient, en utilisant lemme 3.2.c),

I ⊆
_
((a) +I) ∩ ((b) +I) =
_
(a) +I ∩
_
(b) +I ⊆

I.
On a donc égalité et, si I est radical, I =
_
(a) +I ∩
_
(b) +I. Si I est de plus irréductible,
il est égal à (a) +I ou à (b) +I, donc soit a ∈ I, soit b ∈ I. Cela montre que I est premier.
4. DÉCOMPOSITION PRIMAIRE 79
Prouvons b). On suppose A noethérien et I irréductible, avec ab ∈ I mais a / ∈ I. Pour
chaque entier m > 0, considérons l’idéal
I
m
:= (I : b
m
) = ¦c ∈ A [ cb
m
∈ I¦.
On a des inclusions I ⊆ I
1
⊆ I
2
⊆ , donc, A étant noethérien, cette suite croissante se
stabilise : il existe n > 0 tel que I
n
= I
n+1
.
Montrons ((b
n
) + I) ∩ ((a) + I) = I. Une inclusion est claire. Pour l’autre, prenons
x ∈ ((b
n
) + I) ∩ ((a) + I). On peut écrire x = cb
n
+ u = da + v, avec c et d dans A et u
et v dans I. On a cb
n+1
= dab + c(v −u) ∈ I, donc c ∈ I
n+1
. Ainsi, c est dans I
n
, et x est
dans I.
Comme a / ∈ I et que I est irréductible, on en déduit (b
n
) +I = I, soit b
n
∈ I.
Prouvons c). Supposons

I maximal et prenons ab ∈ I. Si b / ∈

I, on a (b) +

I = A,
de sorte que l’on peut écrire 1 = xb + c, avec x ∈ A et c
n
∈ I. Mais c
n
= (1 − xb)
n
peut
s’écrire c
n
= 1 + yb, avec y ∈ A, et a = a(c
n
− yb) = ac
n
− yab est dans I puisque c
n
et
ab y sont. Cela prouve que I est un idéal primaire.
Si I est un idéal primaire, et que ab ∈

I, on a a
m
b
m
∈ I pour un m > 0. Si a / ∈

I, on
a a
m
/ ∈ I. Puisque I est primaire, on a (b
m
)
n
∈ I pour un n > 0, donc b ∈

I.
Exercice 4.13. — Soit A un anneau noethérien avec un seul idéal premier. Celui-ci est alors
maximal ; on le note m. Soit M un A-module de type fini. Pour tout m ∈ M, on pose (0 :
m) := {a ∈ A | am = 0
M
}. C’est un idéal de A.
a) Si M est non nul, montrer qu’il existe m ∈ M tel que (0 : m) = m (Indication : choisir
m ∈ M {0} tel que l’idéal (0 : m) soit maximal parmi tous les idéaux de A de ce type, et
montrer qu’il est premier). Montrer que le sous-A-module Am de M est isomorphe à A/m.
b) Montrer qu’il existe une suite finie 0 = M
0
⊆ M
1
⊆ · · · ⊆ M
n
= M de sous-A-modules
de M telle que les A-modules M
i+1
/M
i
soient tous isomorphes à A/m (Indication : on pourra
utiliser l’exerc. 2.3). On note (M) le plus petit entier n pour lequel il existe une telle suite.
c) Soit N un sous-A-module de M (il est encore de type fini par l’exerc. 2.3). Montrer que
l’on a (N) ≤ (M) et qu’il y a égalité si et seulement si N = M (Indication : on pourra utiliser
la suite de A-modules (M
i
∩ N)
0≤i≤n
).
d) Montrer que pour toute suite de sous-A-modules de M comme dans b), on a n = (M).
e) Soit N un sous-A-module de M. Montrer que l’on a (M) = (N) +(M/N).
4.2. Décomposition primaire dans un anneau noethérien. —
Théorème 4.14. — Dans un anneau noethérien, tout idéal peut s’écrire comme intersection
finie d’idéaux primaires.
Une telle décomposition est dite décomposition primaire de l’idéal I.
80 CHAPITRE III. ANNEAUX
Démonstration. — Supposons au contraire que l’ensemble E des idéaux d’un anneau noe-
thérien A qui n’ont pas cette propriété soit non vide. Comme A est noethérien, E admet un
élément maximal I. Comme un idéal irréductible de A est primaire (prop. 4.12.b)), I ne peut
être irréductible, donc il existe des idéaux I
1
et I
2
de A tels que I = I
1
∩ I
2
, mais I I
1
et I I
2
. Mais ni I
1
, ni I
2
ne sont alors dans E . Ils s’écrivent ainsi tous les deux comme
intersection finie d’idéaux primaires, et I aussi, ce qui contredit I / ∈ E . Donc E est vide, ce
qui montre le théorème.
Si on revient un peu sur les démonstrations précédentes, on réalise qu’elles fournissent
une méthode pour trouver pratiquement une telle décomposition.
Soit I un idéal d’un anneau noethérien A. Si I est primaire, c’est terminé. Sinon, il existe
ab ∈ I avec a / ∈ I et b / ∈

I. La suite croissante d’idéaux
(I : b) ⊆ (I : b
2
) ⊆
se stabilise : il existe n > 0 avec (I : b
n
) = (I : b
n+1
). La preuve du point b) de la prop. 4.12
montre que l’on a alors I = ((b
n
) +I) ∩((a) +I). On a ainsi écrit I comme intersection de
deux idéaux contenant strictement I. Il « suffit » alors de recommencer le processus. Notons
tout de suite que cette méthode n’est pas un algorithme : elle n’explique ni comment tester si
un idéal est primaire ou non, ni, s’il ne l’est pas, comment trouver les éléments a et b comme
ci-dessus. Montrons quand même comment cela peut fonctionner sur un exemple.
Exemple 4.15. — Soit K un corps. L’idéal I = (X
2
, XY ) de K[X, Y ] n’est pas primaire
(bien que

I = (X) soit premier) : on a XY ∈ I mais X / ∈ I et Y / ∈

I. On a
(I : Y ) = ¦P ∈ I [ Y P ∈ I¦ = (X) et (I : Y
2
) = ¦P ∈ I [ Y
2
P ∈ I¦ = (X) = (I : Y ),
donc I = ((Y ) + I) ∩ ((X) + I) = (X
2
, Y ) ∩ (X). L’idéal X est premier, donc primaire.
L’idéal (X
2
, Y ) est primaire par prop. 4.12.c) puisque son radical (X, Y ) est maximal. L’écri-
ture
I = (X) ∩ (X
2
, Y )
est donc une décomposition primaire de I.
Mais on peut aussi partir des éléments X / ∈ I et Y
n
/ ∈

I (pour chaque n ∈ N

). On
obtient alors
(I : Y
n
) = ¦P ∈ I [ Y
n
P ∈ I¦ = (X) = (I : Y
2n
)
et une autre décomposition primaire
I = (X) ∩ (X
2
, XY, Y
n
)
pour tout n ≥ 1, où l’idéal (X
2
, XY, Y
n
) est encore (X, Y )-primaire. Il n’y a donc pas
unicité.
4. DÉCOMPOSITION PRIMAIRE 81
Maintenant que nous savons qu’une décomposition primaire existe, nous allons la simpli-
fier pour supprimer les redondances possibles et arriver autant que faire se peut à des énoncés
d’unicité (cor. 4.19 et th. 4.22).
Lemme 4.16. — Toute intersection finie d’idéaux p-primaires est encore p-primaire.
Démonstration. — Il suffit de montrer que l’intersection de deux idéaux p-primaires I et J
a la même propriété. Tout d’abord, on a bien

I ∩ J = p par le lemme 3.2.c). Supposons
ab ∈ I ∩J, avec a / ∈ I ∩J, disons a / ∈ I. Comme I est p-primaire et ab ∈ I, on a b ∈ p.
Étant donnée une décomposition primaire d’un idéal I, on peut donc toujours la réécrire,
grâce au lemme ci-dessus,
I = q
1
∩ ∩ q
n
de façon que I ,=

i=j
q
i
pour tout j et que

q
i
,=

q
j
pour tout i ,= j. On dit alors qu’elle
est minimale.
4.3. Idéaux premiers associés, idéaux premiers immergés. —
Définition 4.17. — Soit I un idéal d’un anneau A. On dit qu’un idéal premier p de A est
associé à I s’il existe x ∈ A tel que p = (I : x).
Théorème 4.18. — Soit A un anneau noethérien, soit I un idéal de A et soit
I = q
1
∩ ∩ q
n
une décomposition primaire minimale. Les

q
i
sont exactement les idéaux premiers associés
à I.
En particulier, les

q
i
, qui sont des idéaux premiers deux à deux distincts, sont indépen-
dants de la décomposition primaire minimale de I.
Démonstration. — Posons p
1
:=

q
1
. Comme la décomposition est minimale, il existe y ∈

n
i=2
q
i
q
1
. Il existe m > 0 tel que p
m
1
⊆ q
1
(exerc. 3.3), de sorte que yp
m
1
⊆ yq
1
⊆ I. Soit
r le plus petit entier vérifiant yp
r
1
⊆ I. Comme y / ∈ I, on a r ≥ 1. Choisissons x ∈ yp
r−1
1
I.
On a alors x ∈

n
i=2
q
i
, donc x / ∈ q
1
.
Montrons p
1
= (I : x). On a xp
1
⊆ I, donc p
1
⊆ (I : x). Inversement, si z ∈ (I : x), on
a zx ∈ I ⊆ q
1
, et, comme q
1
est primaire et x / ∈ q
1
, on en déduit z ∈ p
1
. On a donc montré
que p
1
est un idéal premier associé à I.
Soit maintenant p = (I : x) un idéal associé à I. On a p = (

i
q
i
: x) =

i
(q
i
: x),
et comme p est irréductible (prop. 4.12.a)), il existe i ∈ ¦1, . . . , n¦ tel que p = (q
i
: x). En
particulier, p contient q
i
, donc son radical

q
i
(lemme 3.2.a)). Inversement, si y ∈ p, comme
p = (I : x), on a yx ∈ I ⊆ q
i
. Si x ∈ q
i
, on a (q
i
: x) = A, ce qui est absurde, puisque cet
idéal est p. Donc x / ∈ q
i
, de sorte que y ∈

q
i
. On a donc montré p =

q
i
.
82 CHAPITRE III. ANNEAUX
Corollaire 4.19. — Soit A un anneau noethérien, soit I un idéal de A et soient
I = q
1
∩ ∩ q
m
= q

1
∩ ∩ q

n
des décompositions primaires minimales. Alors m = n et il existe une permutation σ de
¦1, . . . , n¦ telle que
_
q

i
=

q
σ(i)
pour tout i.
Exercice 4.20. — Soit Aun anneau noethérien. Montrer que l’ensemble des éléments nilpotents
de A est l’intersection des idéaux premiers associés à l’idéal (0), tandis que l’ensemble des
diviseurs de 0 est la réunion de ces mêmes idéaux.
Si les idéaux premiers

q
i
qui apparaissent dans une décomposition minimale de I sont
ainsi uniquement déterminés par I, il n’est pas vrai en général que les q
i
eux-mêmes sont
uniquement déterminés, comme le montre l’ex. 4.15. Cependant, certains des q
i
sont unique-
ment déterminés : il s’agit de ceux pour lesquels l’idéal

q
i
est un idéal premier minimal
contenant I, c’est-à-dire tel qu’il n’existe aucun autre idéal premier contenu dedans et conte-
nant I.
Exemple 4.21. — Soit K un corps. On a mis en évidence dans l’ex. 4.15 des décompositions
primaires de l’idéal I = (X
2
, XY ) ⊆ K[X, Y ] : on a
I = (X) ∩ (X
2
, XY, Y
n
)
pour chaque n ≥ 1. Celles-ci sont toutes minimales. L’idéal premier associé (X) = (I : Y )
est minimal. L’idéal (X
2
, XY, Y
n
) est (X, Y )-primaire, et (X, Y ) = (I : X) est associé
mais pas minimal (il contient (X)).
Théorème 4.22. — Soit A un anneau noethérien et soit I un idéal de A. Tout idéal premier
minimal p contenant I est associé à I.
Dans toute décomposition primaire minimale de I, l’idéal p-primaire est
_
x/ ∈p
(I : x).
Il est en particulier indépendant de la décomposition.
En particulier, dans un anneau noethérien, il n’y a qu’un nombre fini d’idéaux premiers
minimaux. Évidemment, si l’anneau est intègre, le seul idéal premier minimal est (0) !
Démonstration. — Soit I = q
1
∩ ∩ q
n
une décomposition primaire minimale de I. Si
p est un idéal premier minimal contenant I, on a q
1
∩ ∩ q
n
⊆ p. Cela entraîne qu’il
existe i ∈ ¦1, . . . , n¦ tel que q
i
⊆ p : sinon, on choisit x
i
∈ q
i
p pour chaque i ; le produit
x
1
x
n
est dans q
1
q
n
, donc dans p, mais c’est absurde car p est premier et aucun des
facteurs n’est dans p. Cela entraîne I ⊆

q
i


p = p et comme p est minimal, on a

q
i
= p et p est bien associé à I (th. 4.18).
4. DÉCOMPOSITION PRIMAIRE 83
Si j ,= i, on a p ,=

q
j
, et ce qui précède montre que

j=i
q
j
n’est pas contenu dans
p. Prenons x ∈
_
j=i
q
j
_
p. Pour tout élément a de q
i
, on a ax ∈

j
q
j
= I, donc
a ∈ (I : x).
Inversement, si x / ∈ p et a ∈ (I : x), on a xa ∈ I donc xa ∈ q
i
. Comme q
i
est p-primaire,
cela entraîne a ∈ q
i
. On a ainsi montré q
i
=

x/ ∈p
(I : x), ce qui termine la démonstration
du théorème.
Soit A un anneau noethérien et soit I un idéal de A. Les idéaux premiers associés à I qui
ne sont pas minimaux sont appelés idéaux premiers immergés. Si
I = q
1
∩ ∩ q
n
est une décomposition primaire minimale de I, les idéaux premiers associés sont les p
i
=

q
i
et

I = p
1
∩ ∩ p
n
,
décomposition dans laquelle donc les idéaux premiers immergés ont disparu (cela justifie
partiellement la terminologie !).
On a indiqué plus haut une méthode qui peut aider à trouver à la main une décomposition
primaire d’un idéal (cf. ex. 4.15). Il existe par ailleurs de nombreux algorithmes et plusieurs
logiciels informatiques (Singular, Macaulay 2, CoCoA, Magma, etc.) qui font cela très bien
dans les anneaux de polynômes. Voici un autre exemple dans K[X, Y, Z] :
(X
2
Y
3
−X
3
Y Z, Y
2
Z −XZ
2
) = (Y
2
−XZ) ∩ (X
2
, Z) ∩ (Y, Z
2
).
L’idéal (Y
2
− XZ) est un idéal premier minimal ; l’idéal (X
2
, Z) est (X, Z)-primaire, et
(X, Z) est un idéal premier minimal ; l’idéal (Y, Z
2
) est (Y, Z)-primaire, et (Y, Z) est un
idéal premier immergé (il contient l’idéal premier minimal (Y
2
−XZ)).
Exercice 4.23. — Montrer que l’idéal (0) dans l’anneau des fonctions continues de [0, 1] dans
Rn’est pas intersection d’idéaux primaires.
Exercice 4.24. — Soit I un idéal d’un anneau noethérien. Montrer que I est radical si et seule-
ment si tous les idéaux primaires qui apparaissent dans une décomposition minimale sont pre-
miers. En particulier, si I est radical, I n’a pas d’idéal premier immergé.
Exercice 4.25. — Soient I et J des idéaux d’un anneau noethérien A, avec I = A. Montrer
que I = (I : J) si et seulement si J n’est contenu dans aucun idéal premier associé à I.
Exercice 4.26. — Soit K un corps. Dans l’anneau K[X, Y, Z], on définit p
1
= (X, Y ), p
2
=
(X, Z), I = p
1
p
2
et m = (X, Y, Z). Montrer que p
1
et p
2
sont des idéaux premiers, tandis que
m est un idéal maximal. Montrer que
I = p
1
∩ p
2
∩ m
2
est une décomposition primaire minimale de I. Quels sont les idéaux premiers associés ? Les-
quels sont-ils immergés ?
84 CHAPITRE III. ANNEAUX
Exercice 4.27. — Soit K un corps. Dans l’anneau K[X, Y, Z], trouver une décomposition pri-
maire de l’idéal (XY, Y Z, ZX).
Exercice 4.28. — a) Donner une décomposition primaire minimale de l’idéal (X
2
−2, Y
2
−2)
dans C[X, Y ]. Y a-t-il des idéaux premiers immergés ?
b) Donner une décomposition primaire minimale de l’idéal (X
2
−2, Y
2
−2) dans Q[X, Y ].
5. Topologie de Zariski
Pour comprendre la décomposition primaire d’un point de vue géométrique, il est utile
d’introduire la topologie de Zariski.
5.1. Spectre d’un anneau. — Soit A un anneau. On appelle spectre de A, et l’on note
Spec(A), l’ensemble des idéaux premiers de A. Il est vide si et seulement si A = 0. Grâce au
lemme suivant, on peut munir cet ensemble d’une topologie en décrétant que les fermés sont
les
V (I) := ¦p ∈ Spec(A) [ p ⊇ I¦,
où I décrit l’ensemble des idéaux de A.
Lemme 5.1. — Soit A un anneau.
a) On a V ((0)) = Spec(A), et V (I) = ∅ si et seulement si I = A.
b) Si (I
α
) est une famille d’idéaux de A, on a

α
V (I
α
) = V (

α
I
α
).
c) Si I
1
, . . . , I
n
sont des idéaux de A,
V (I
1
) ∪ ∪ V (I
n
) = V (I
1
∩ ∩ I
n
) = V (I
1
I
n
).
Démonstration. — Le premier point est évident. Pour le deuxième point, on a
p ∈

α
V (I
α
) ⇐⇒ ∀α p ⊇ I
α
⇐⇒ p ⊇

α
I
α
.
Pour le dernier point, il suffit de traiter le cas n = 2. Remarquons d’abord que si I ⊆ J, alors
V (I) ⊇ V (J). Comme I
1
I
2
⊆ I
1
∩ I
2
⊆ I
j
, on obtient
V (I
1
I
2
) ⊇ V (I
1
∩ I
2
) ⊇ V (I
1
) ∪ V (I
2
).
Soit maintenant p ∈ V (I
1
I
2
) V (I
1
). Il existe alors x
1
∈ I
1
p, et pour tout x
2
∈ I
2
, on a
x
1
x
2
∈ I
1
I
2
⊆ p, donc x
2
∈ p puisque p est un idéal premier. On a donc I
2
⊆ p, de sorte
que V (I
1
I
2
) V (I
1
) ⊆ V (I
2
).
5. TOPOLOGIE DE ZARISKI 85
Une base d’ouverts pour cette topologie est formée des
(5) D(f) := ¦p ∈ Spec(A) [ f / ∈ p¦ = Spec(A) V ((f))
pour f ∈ A. En effet, on a, pour tout idéal I, par lemme 5.1.b), V (I) =

f∈I
V ((f)), donc
Spec(A) V (I) =
_
f∈I
D(f).
Lemme 5.2. — On a V (I) ⊆ V (J) si et seulement si

J ⊆

I. En particulier, V (I) =
V (J) si et seulement si

I =

J.
Démonstration. — Le lemme 3.2.b) peut aussi s’énoncer

I =

p∈V (I)
p.
On en déduit que si V (I) ⊆ V (J), alors

J ⊆

I. Pour la réciproque, on remarque que
V (I) = V (

I). Si

J ⊆

I, on en déduit
V (J) = V (

J) ⊇ V (

I) = V (I),
ce qui termine la démonstration du lemme.
Pour toute partie S de Spec(A), on notera
I(S) :=

p∈S
p.
C’est un idéal de A qui est radical car intersection d’idéaux premiers (donc radicaux). On a :
V (I(S)) = S pour toute partie S de Spec(A) ;
I(V (J)) =

J pour tout idéal J de A.
En effet, il est d’abord clair que le fermé V (I(S)) contient S, donc S. En particulier, pour
tout idéal J, on a V (I(V (J))) ⊇ V (J). D’autre part, l’idéal radical I(V (J)) contient J. On
en déduit aussi V (I(V (J))) ⊆ V (J) (puisque V renverse les inclusions) ; il y a donc égalité.
En particulier, comme S peut s’écrire V (J) et que I(S) = I(S), on a la première relation.
Enfin, de l’égalité V (I(V (J))) = V (J), on déduit (avec le lemme 5.2, et puisque I(V (J))
est radical) la seconde relation.
Une façon agréable de résumer tout cela est de dire que les correspondances
(6) {idéaux radicaux de A}
V

{parties fermées de Spec(A)}
I
¸
sont des bijections réciproques qui renversent les inclusions.
86 CHAPITRE III. ANNEAUX
L’adhérence d’un point p de Spec(A) est l’intersection de tous les fermés de Spec(A)
contenant p, c’est-à-dire de tous les V (I) pour lesquels p ∈ V (I), c’est-à-dire I ⊆ p. Mais
on a alors V (I) ⊇ V (p), donc
(7) ¦p¦ = V (p) = ¦q ∈ Spec(A) [ q ⊇ p¦.
En particulier, le point p est fermé si et seulement si p est un idéal maximal. Si l’anneau A
est intègre, l’idéal ¦0¦ correspond à un point dense dans Spec(A). On dit que c’est le point
générique, souvent noté η.
Exemple 5.3. — Si K est un corps, Spec(K) a un seul élément, (0).
Exemple 5.4. — L’ensemble Spec(Z) est
¦η¦ ∪ ¦nombres premiers¦.
Tous les points sont fermés, sauf η qui est dense. Les fermés sont les V ((m)), pour m ∈ Z,
et cet ensemble est Spec(Z) si m = 0, composé des facteurs premiers de m sinon ; ce sont
donc les sous-ensembles finis de Spec(Z) formés de points fermés, ainsi que Spec(Z) tout
entier.
Si f est un entier non nul, l’ouvert D(f) est le complémentaire de l’ensemble (fini)
V ((f))) des diviseurs premiers de f.
Exemple 5.5. — Si K est un corps, Spec(K[X]) est
¦η¦ ∪ ¦polynômes irréductibles unitaires¦.
Tous les points sont fermés, sauf η qui est dense. Si K est algébriquement clos, les polynômes
irréductibles unitaires sont les X −a, pour a ∈ K. On a alors
Spec(K[X]) = ¦η¦ ∪ K.
Les sous-ensembles fermés sont les sous-ensembles finis formés de points fermés, ainsi que
Spec(K[X]).
Lorsque K = R, on a
Spec(R[X]) = ¦η¦ ∪ R∪ ¦paires de nombres complexes conjugués non réels¦.
Exemple 5.6. — Si K est un corps, on a (cf. exerc. I.1.9)
Spec(K[[X]]) = ¦(0)¦ ∪ ¦(X)¦.
Il y a donc deux points : un point dense (le point générique) et un point fermé.
Si A est un anneau, on note A
réd
le quotient de A par l’idéal des éléments nilpotents de
A. On dit que A est réduit si le seul élément nilpotent de A est 0. L’anneau A
réd
est toujours
réduit.
5. TOPOLOGIE DE ZARISKI 87
Exercice 5.7. — a) Soit u : A →B un morphisme d’anneaux. Montrer que l’image inverse par
u induit une application continue u

: Spec(B) →Spec(A).
b) Soit I un idéal d’un anneau A et soit p : A → A/I la surjection canonique. Alors
p

: Spec(A/I) → Spec(A) induit un homéomorphisme de Spec(A/I) sur le fermé V (I)
de Spec(A).
En particulier, la surjection canonique A → A
réd
induit un homéomorphisme de Spec(A
réd
)
sur Spec(A).
Exemple 5.8. — Soit P un ensemble de nombres premiers positifs et soit Z
P
l’anneau
des nombres rationnels dont le dénominateur n’est divisible par aucun élément de P
(5)
. Les
éléments de son spectre sont (0) et tous les (p), pour p ∈ P. L’inclusion Z →Z
P
induit une
inclusion Spec(Z
P
) → Spec(Z) dont l’image est ¦(0)¦ ∪ P. Elle n’est donc (en général)
ni ouverte, ni fermée.
Exemple 5.9. — Si K est un corps, l’inclusion canonique de l’anneau des séries formelles
K[[X]] dans son corps des fractions K((X)) des séries de Laurent induit une application
continue
Spec(K((X))) →Spec(K[[X]])
qui envoie le seul point (fermé) de Spec(K((X))) sur le point générique de Spec(K[[X]]).
Nous allons maintenant examiner diverses propriétés topologiques de l’espace Spec(A).
Commençons par deux remarques sur les anneaux produit.
Supposons A = A
1
A
2
. Soit I un idéal de A. Posons I
1
= ¦x
1
∈ A
1
[ (x
1
, 0) ∈ I¦
et I
2
= ¦x
2
∈ A
2
[ (0, x
2
) ∈ I¦. Ce sont des idéaux de A
1
et A
2
respectivement, et on a
I
1
I
2
⊆ I. Inversement, si x = (x
1
, x
2
) ∈ I, on a (x
1
, 0) = x (1, 0) ∈ I, donc x
1
∈ I
1
,
et de la même façon, x
2
∈ I
2
. On a donc I = I
1
I
2
: tout idéal de A se décompose donc en
produit.
Posons e = (1, 0) ; on a e
2
= e. On dit que e est un idempotent de A, et qu’il est non
trivial (e ,= 0 et e ,= 1).
Inversement, si e est un idempotent non trivial d’un anneau A, il en est de même pour
1−e, et l’application canonique p : A →A/(e) A/(1−e) est un isomorphisme d’anneaux
(elle est injective parce que si ae = b(1 − e), on obtient ae = 0 en multipliant par e ; elle
est surjective car l’image contient (1, 0) = p(1 −e) et (0, 1) = p(e)). Un anneau A est donc
produit d’anneaux non nuls si et seulement s’il contient un idempotent non trivial.
Proposition 5.10. — Soit A un anneau. L’espace topologique Spec(A) est connexe si et
seulement si A ne peut pas s’écrire comme produit d’anneaux non nuls.
5. Avec la terminologie du § 6, l’anneau Z
P
est le localisé de Z en la partie multiplicative engendrée par les
nombres premiers positifs qui ne sont pas dans P.
88 CHAPITRE III. ANNEAUX
Démonstration. — L’exerc. 5.7.b) montre que les deux projections A → A
i
induisent une
injection continue de Spec(A
1
) . Spec(A
2
) dans Spec(A) qui est un homéomorphisme sur
son image. Si p ∈ Spec(A), il s’écrit comme on l’a vu plus haut p = I
1
I
2
. On a (1, 0)
(0, 1) = (0, 0) ∈ p, donc soit (1, 0) ∈ p, c’est-à-dire I
1
= A
1
, soit (0, 1) ∈ p, c’est-à-dire
I
2
= A
2
. Cela prouve que l’on a une décomposition
Spec(A) = Spec(A
1
) . Spec(A
2
)
en union de deux fermés disjoints.
Supposons maintenant Spec(A) réunion de deux fermés disjoints non vides V (I
1
) et
V (I
2
). On a alors I
1
,= A, I
2
,= A, I
1
+ I
2
= A et

I
1
I
2
=
_
(0) (lemme 5.1). Écri-
vons 1 = x
1
+x
2
, avec x
1
∈ I
1
et x
2
∈ I
2
. L’élément x
1
x
2
de I
1
I
2
est alors nilpotent, donc
il existe m ∈ N

tel que x
m
1
x
m
2
= 0. On a alors
1 = (x
1
+x
2
)
2m
= x
m
1
2m

i=m+1
_
2m
i
_
x
i−m
1
x
2m−i
2
+x
m
2
m

i=0
_
2m
i
_
x
i
1
x
m−i
2
:= y
1
+y
2
.
On a alors y
1
∈ I
1
, y
2
∈ I
2
, 1 = y
1
+y
2
et y
1
y
2
= 0. Comme I
1
,= A et I
2
,= A, ni y
1
, ni y
2
n’est nul, donc y
1
est un idempotent non trivial de A, qui est ainsi produit de deux anneaux
non nuls.
On rappelle qu’un espace topologique est quasi-compact si de tout recouvrement ouvert on
peut extraire un recouvrement fini (de sorte que « compact » est équivalent à « quasi-compact
et séparé »).
Proposition 5.11. — Soit A un anneau. L’espace topologique Spec(A) est quasi-compact.
Il est séparé si et seulement si tout idéal premier est maximal.
Démonstration. — Soit (U
α
) un recouvrement ouvert de Spec(A). Soit I
α
⊆ A un idéal tel
que Spec(A) U
α
= V (I
α
). On a alors

α
V (I
α
) = ∅, de sorte que

α
I
α
= Apar lemme
5.1.b) et a). On peut donc écrire 1 =

α∈Λ
x
α
, où Λ est un ensemble fini et x
α
∈ I
α
. En
d’autres termes, on a

α∈Λ
I
α
= A, donc Spec(A) =

α∈Λ
U
α
. Cela montre que Spec(A)
est quasi-compact.
Un espace topologique est séparé si et seulement si deux points distincts ont des voisinages
disjoints. Cela entraîne que tout point est fermé donc, comme on l’a vu plus haut, que tout
idéal premier est maximal.
Inversement, si tout idéal premier de Aest maximal, tout point est fermé donc, étant donné
deux points distincts p et q, le complémentaire de ¦q¦ est un voisinage de p qui ne contient
pas q. Mais montrer qu’il existe des voisinages disjoints est plus délicat et ne sera pas fait
ici.
Exercice 5.12. — Terminer la démonstration ci-dessus, en montrant que si A est anneau dans
lequel tout idéal premier est maximal, Spec(A) est séparé (lorsque A est noethérien, cela sera
5. TOPOLOGIE DE ZARISKI 89
fait dans le § 5.3 ; c’est alors équivalent au fait que Spec(A) est un ensemble fini muni de la
topologie discrète. Dans le cas général, je ne connais pas de preuve simple...).
5.2. Espaces topologiques irréductibles, composantes irréductibles. — Venons-en main-
tenant à une propriété moins courante.
Définition 5.13. — Un espace topologique est irréductible s’il est non vide et s’il n’est pas
réunion de deux fermés stricts.
Un espace topologique séparé X est irréductible si et seulement s’il est réduit à un point :
si X contient deux points distincts, ils ont des voisinages ouverts distincts U et V , et X =
(X U) ∪ (X V ) est une décomposition en réunion de deux fermés stricts. Cette notion
n’a donc d’intérêt que pour les espaces topologiques non séparés.
Proposition 5.14. — Pour un espace topologique X non vide, les propriétés suivantes sont
équivalentes :
(i) X est irréductible ;
(ii) toute intersection finie d’ouverts non vides de X est non vide ;
(iii) tout ouvert non vide de X est dense.
Démonstration. — Supposons X irréductible et soient U
1
, . . . , U
n
des ouverts non vides de
X. Pour montrer que U
1
∩ ∩ U
n
n’est pas vide, on voit qu’il suffit de le faire pour n = 2.
Si U
1
∩U
2
= ∅, on a X = (X U
1
) ∪(X U
2
), ce qui contredit l’irréductibilité de X. Ceci
montre que (i) entraîne (ii).
Supposons (ii). Si U est un ouvert non vide de X, les ouverts U et X U sont disjoints,
donc X U est vide, de sorte que U est dense dans X. Ceci montre que (ii) entraîne (iii).
Enfin, si tout ouvert non vide de X est dense, et si F
1
et F
2
sont des fermés stricts de X,
les ouverts non vides X F
1
et X F
2
sont denses donc se rencontrent, et F
1
∪ F
2
,= X.
Ceci montre que (iii) entraîne (i).
Proposition 5.15. — Soit X un espace topologique et soit Y une partie de X. Alors Y (muni
de la topologie induite) est irréductible si et seulement si Y l’est.
Démonstration. — Supposons Y irréductible. Si Y est réunion de fermés F
1
et F
2
, alors
Y est réunion des fermés Y ∩ F
1
et Y ∩ F
2
, donc (par exemple) Y ⊆ F
1
. En passant aux
adhérences, on obtient Y = F
1
. Ceci prouve que Y est irréductible.
Inversement, si Y est irréductible et si Y est réunion de fermés F
1
et F
2
, il existe, par
définition de la topologie induite, des fermés G
1
et G
2
de X tels que F
j
= Y ∩ G
j
. On a
alors Y ⊆ G
1
∪ G
2
, donc Y ⊆ G
1
∪ G
2
. Comme Y est irréductible, on a (par exemple)
Y ⊆ G
1
, donc Y ⊆ Y ∩ G
1
= F
1
. Ceci montre que Y est irréductible.
90 CHAPITRE III. ANNEAUX
Un espace irréductible est connexe, mais la réciproque est fausse. Comme pour les espaces
connexes, on a le résultat utile suivant.
Proposition 5.16. — L’image d’un espace irréductible par une application continue est en-
core irréductible.
Démonstration. — Soit X un espace irréductible et soit f : X → Y une application conti-
nue et supposons f(X) = F
1
∪ F
2
. On a alors X = f
−1
(F
1
) ∪ f
−1
(F
2
), donc, par irré-
ductibilité de X, on a (par exemple) X = f
−1
(F
1
), d’où f(X) = F
1
. Donc f(X) est bien
irréductible.
Soit X un espace topologique. Un sous-espace de X irréductible maximal (pour l’inclu-
sion) est appelé composante irréductible de X ; c’est une partie fermée de X par prop. 5.15.
Le lemme de Zorn entraîne que tout point de X est contenu dans une composante irréductible
de X, de sorte que X est réunion de ses composantes irréductibles.
Voyons un peu ce que donnent ces concepts dans le cas X = Spec(A). Tout d’abord, un
espace topologique admettant un point dense est irréductible (prop. 5.14). En particulier, le
spectre d’un anneau intègre est irréductible, et donc, si p est un idéal premier d’un anneau A,
le fermé V (p) de Spec(A), qui s’identifie au spectre de l’anneau intègre A/p, est irréductible.
Proposition 5.17. — Soit A un anneau. Les applications de (6) induisent des bijections dé-
croissantes réciproques
{idéaux premiers de A}
V

{parties fermées irréductibles de Spec(A)}.
I
¸
En particulier, les composantes irréductibles de Spec(A) correspondent aux idéaux premiers
minimaux de A, et Spec(A) est irréductible si et seulement si l’idéal
_
(0) des éléments
nilpotents de A est premier, c’est-à-dire si et seulement si l’anneau A
réd
est intègre.
Cela justifie a posteriori la terminologie introduite dans la déf. 4.7 : parmi les idéaux
radicaux, les idéaux irréductibles au sens de cette définition (qui, par la prop. 4.12, sont
exactement les idéaux premiers) correspondent aux fermés irréductibles au sens topologique.
Démonstration. — On vient de voir que V (p) est un fermé irréductible. Inversement, une
partie fermée de Spec(A) s’écrit V (I), avec I idéal radical. L’anneau B = A/I est alors
réduit, et il s’agit de montrer que si Spec(B) est irréductible, B est intègre. Si bc = 0 dans
B, on a V ((b)) ∪ V ((c)) = V ((bc)) = Spec(B) (lemme 5.1.c)). On a donc par exemple
V ((b)) = Spec(B) par irréductibilité, donc
_
(b) =
_
(0) = (0) (puisque B est réduit).
Cela entraîne b = 0 et prouve que B est intègre.
5. TOPOLOGIE DE ZARISKI 91
5.3. Espaces topologiques noethériens. —
Définition 5.18. — Un espace topologique est noethérien si toute suite décroissante de par-
ties fermées est stationnaire.
On peut formuler cette définition de différentes façons : toute suite croissante de parties ou-
vertes est stationnaire, toute famille non vide de parties fermées a un élément minimal, toute
famille non vide de parties ouvertes a un élément maximal, tout ouvert est quasi-compact (on
laisse les démonstrations en exercice).
De nouveau, cette notion n’a donc d’intérêt que pour les espaces topologiques non sépa-
rés : un espace topologique noethérien séparé est fini.
Proposition 5.19. — Un espace topologique noethérien n’a qu’un nombre fini de compo-
santes irréductibles (dont il est la réunion).
Démonstration. — Soit X un espace topologique noethérien. Soit E l’ensemble des parties
fermées de X qui ne peuvent s’écrire comme réunion finie de parties irréductibles fermées.
Si E n’est pas vide, il admet un élément minimal Y , qui n’est pas irréductible. On peut donc
l’écrire comme rénion de deux fermés stricts Y
1
et Y
2
. Par minimalité de Y , Y
1
et Y
2
ne sont
pas dans E , donc s’écrivent comme union finie de parties irréductibles fermées. Il en est de
même pour Y , ce qui est une contradiction. Donc E est vide : toute partie fermée de X (donc
aussi X) peut s’écrire comme réunion finie de parties irréductibles fermées.
Écrivons donc X = X
1
∪ ∪ X
n
. Si l’un des X
i
est contenu dans un autre X
j
, on le
retire. On arrive ainsi à une décomposition où aucun des X
i
n’est contenu dans un autre X
j
.
Montrons que X
i
est une composante irréductible de X. Supposons X
i
⊆ Y , où Y ⊆ X
est irréductible. On a Y =

j
(Y ∩ X
j
), donc il existe j tel que Y ∩ X
j
= X
j
. On a alors
X
i
⊆ Y ⊆ X
j
, ce qui entraîne i = j et X
i
= Y . Chaque X
i
est donc une composante
irréductible de X.
Inversement, si Y est une composante irréductible de X, on a de nouveau Y =

j
(Y ∩
X
j
), et il existe i tel que Y ⊆ X
i
. Par maximalité de Y , on a égalité. Ceci termine la dé-
monstration de la proposition.
La preuve ci-dessus montre que pour trouver les composantes irréductibles d’un espace
noethérien, il suffit de le décomposer en réunion finie de parties fermées irréductibles et de
supprimer les redondances.
Exemple 5.20. — Soit K un corps. Posons A := K[X, Y ]/(XY ). L’espace topologique
Spec(A) a deux composantes irréductibles : V ((X)) et V ((Y )). En effet V ((X)) est ho-
méomorphe à Spec(A/(X)) = Spec(K[Y ]), qui est irréductible puisque K[Y ] est intègre,
92 CHAPITRE III. ANNEAUX
et V ((Y )) est irréductible pour la même raison. Comme aucune de ces deux parties n’est
contenue dans l’autre, et que
V ((X)) ∪ V ((Y )) = V ((XY )) = V ((0)) = Spec(A),
ce sont les composantes irréductibles de Spec(A).
Proposition 5.21. — Soit A un anneau. L’espace topologique Spec(A) est noethérien si et
seulement si toute suite croissante d’idéaux radicaux de A est stationnaire. En particulier, si
l’anneau A est noethérien, Spec(A) est noethérien.
Démonstration. — Cela résulte du fait que l’application I → V (I) induit une bijection
décroissante entre idéaux radicaux de A et parties fermées de Spec(A) (lemme 5.2).
Corollaire 5.22. — Soit A un anneau noethérien. Tout idéal radical de A peut s’écrire
comme intersection finie non redondante d’idéaux premiers, et ceux-ci sont alors uniquement
déterminés.
On peut en déduire une forme faible de la décomposition primaire des idéaux dans un
anneau noethérien. Notons quand même que la formulation du corollaire fait disparaître toute
les subtilités liées aux idéaux premiers immergés.
Démonstration. — Cela résulte des prop. 5.17 et 5.19.
On peut aussi terminer la démonstration de la prop. 5.11 dans le cas où A est noethérien :
si tout idéal premier de A est maximal, les composantes irréductibles de Spec(A) sont des
points fermés, donc Spec(A) est un ensemble fini de points fermés, et il est séparé.
5.4. Dimension d’un espace topologique, dimension de Krull d’un anneau. —
Définition 5.23. — Soit X un espace topologique. On appelle dimension (combinatoire) de
X le supremum des longueurs n des chaînes F
n
F
1
F
0
de fermés irréductibles
de X.
Soit A un anneau. On appelle dimension (de Krull) de A le supremum des longueurs n
des chaînes p
n
p
1
p
0
d’idéaux premiers de A.
Ces dimensions sont des éléments de N ∪ ¦±∞¦ et on a bien sûr dim(Spec(A)) =
dim(A). La dimension d’un espace topologique est −∞ si et seulement s’il est vide et la
dimension de Krull d’un anneau est −∞si et seulement s’il est nul.
Si Aest noethérien, il n’y a pas de chaîne infinie d’idéaux, mais il se peut quand même que
la dimension de A soit infinie (exerc. 6.6). En revanche, nous verrons plus tard (cor. 11.13)
que toute algèbre de type fini sur un corps est de dimension de Krull finie. Il existe aussi des
anneaux A noethériens (dits « non caténaires ») dans lesquels il existe des chaînes d’idéaux
5. TOPOLOGIE DE ZARISKI 93
premiers maximales (c’est-à-dire, que l’on ne peut pas agrandir) de longueur < dim(A)
(6)
;
heureusement, de nouveau, ce genre de pathologie n’arrive pas pour les algèbres de type fini
sur un corps.
Si B est un anneau quotient de A, on a dim(A) ≥ dim(B), puisque toute chaîne d’idéaux
premiers de B se remonte dans A en une chaîne d’idéaux premiers de A.
De façon plus générale, si Y est un sous-espace d’un espace topologique X, on a dim(Y ) ≤
dim(X) (exerc. 5.30).
Exemple 5.24. — Soit p un idéal premier d’un anneau A. Les idéaux premiers de l’anneau
intègre A/p sont en correspondance bijective (et croissante) avec les idéaux premiers de A
contenant p. La dimension de Krull de l’anneau A/p est donc le supremum des longueurs n
des chaînes d’idéaux premiers de A commençant en p, c’est-à-dire du type p
n
p
1

p
0
= p.
Exemple 5.25. — Un anneau non nul est de dimension 0 si et seulement si tout idéal premier
est maximal (c’est le cas si et seulement si Spec(A) est séparé ; cf. prop. 5.11). Un corps est
de dimension 0, puisque le seul idéal premier est (0) ; plus précisément, les corps sont les
anneaux intègres de dimension 0.
En fait, les anneaux noethériens de dimension 0 sont les anneaux dits « artiniens », c’est-
à-dire ceux pour lesquels toute suite décroissante d’idéaux est stationnaire (exerc. 2.18).
Exemple 5.26. — Un anneau intègre est de dimension 1 si et seulement si tout idéal premier
non nul est maximal. C’est le cas pour tous les anneaux principaux qui ne sont pas des corps
(prop. I.1.14), comme Z ou K[X], où K est un corps. Plus généralement, les anneaux de
Dedekind (introduits rapidement dans le § 4) sont les anneaux noethériens de dimension 1
intégralement clos (cf. déf. 8.15). Ceci inclut tous les anneaux d’entiers de corps de nombres
(cf. § 8).
Exemple 5.27. — On a vu dans l’exerc. 1.6 qu’un anneau factoriel de dimension 1 est prin-
cipal.
Exemple 5.28. — Soit K un corps. La chaîne
(X
1
, . . . , X
n
) (X
1
) (0)
d’idéaux premiers de K[X
1
, . . . , X
n
] entraîne que la dimension de cet anneau est ≥ n. Nous
montrerons (th. 11.11) qu’elle est exactement n. Plus généralement, si A est un anneau, on a
dim(A[X]) ≥ dim(A) + 1 (si p
n
p
0
est une chaîne d’idéaux premiers de A, alors
(X, p
n
) (p
n
) (p
0
) est une chaîne d’idéaux premiers de A[X]). Il y a égalité si A
6. Le premier exemple d’un tel anneau est dû à Nagata (On the chain problem of prime ideals, Nagoya Math. J.
10 (1956), 51–64).
94 CHAPITRE III. ANNEAUX
est noethérien
(7)
, mais pas en général (on a toujours dim(A[X]) ≤ 2 dim(A) + 1, et il peut
y avoir égalité).
Exercice 5.29. — Soit A un anneau. Montrer dim(A[[X]]) ≥ dim(A) + 1 (mais il existe des
anneaux A de dimension de Krull finie pour lesquels A[[X]] est de dimension infinie !). De
nouveau, on peut montrer que l’on a égalité lorsque A est un anneau noethérien ([B2], § 3, n
o
4,
cor. 3 de la prop. 8).
Exercice 5.30. — Soit X un espace topologique et soit Y une partie de X. Montrer dim(Y ) =
dim(Y ) ≤ dim(X).
Exercice 5.31. — Soit X un espace topologique réunion de parties fermées X
1
, . . . , X
n
(par
exemple ses composantes irréductibles s’il est noethérien ; cf. prop. 5.19). Montrer
dim(X) = sup
1≤i≤n
dim(X
i
).
Si X est réunion d’une famille (quelconque) (U
i
)
i∈I
de parties ouvertes, montrer
dim(X) = sup
i∈I
dim(U
i
).
6. Localisation
Nous allons avoir maintenant besoin de parler de localisation, une opération fondamentale
en algèbre commutative (que nous avons réussi à éviter jusqu’alors !).
Soit A un anneau et S une partie multiplicative de A, c’est-à-dire telle que 1 ∈ S et
S S ⊆ S. Le but est d’inverser les éléments de S dans un anneau A
S
. La procédure est
analogue à celle de la construction du corps des fractions d’un anneau intègre (où l’on prend
pour S l’ensemble de tous les éléments non nuls). Plus précisément, on définit sur S A une
relation d’équivalence en posant
(s, a) ∼ (s

, a

) ⇐⇒∃t ∈ S (as

−a

s)t = 0.
On note a/s la classe d’équivalence de (s, a) et S
−1
A l’ensemble des classes d’équivalence.
On munit ce dernier d’une structure d’anneau en posant
a
s
+
a

s

=
as

+a

s
ss

et
a
s

a

s

=
aa

ss

.
(Il faut bien sûr vérifier que ces définitions sont compatibles avec la relation d’équivalence.)
Les éléments de S deviennent ainsi inversibles dans S
−1
A.
Le noyau de l’application canonique A → S
−1
A qui envoie a sur a/1 est l’idéal ¦a [
∃s ∈ S as = 0¦ ; elle est donc injective si A est intègre et que S ne contient pas 0. L’anneau
S
−1
A est nul si et seulement si S contient 0.
7. Cf. [B2], § 3, n
o
4, cor. 3 de la prop. 7 ; voir aussi exerc. 11.14 lorsque A est une algèbre de type fini sur un
corps.
6. LOCALISATION 95
Soit J ⊆ S
−1
A un idéal ; il est courant (même si c’est un abus de notation) de noter J ∩A
l’idéal image inverse de J par l’application canonique A → S
−1
A (on fait comme si c’était
une inclusion !). On vérifie que l’on a
(J ∩ A)S
−1
A = J.
(De nouveau, on a fait un abus de notation : (J ∩A)S
−1
A désigne l’idéal de S
−1
A engendré
par J ∩ A.)
L’application Spec(S
−1
A) → Spec(A) définie par J → J ∩ A est donc injective ; son
image est l’ensemble des idéaux premiers de A qui ne rencontrent pas S : si p est un tel idéal,
c’est l’image de pS
−1
A. On a donc en particulier dim(S
−1
A) ≤ dim(A) (l’inégalité peut
bien sûr être stricte !).
Exemple 6.1. — Soit A un anneau, soit f un élément de A et soit S ⊆ A la partie multipli-
cative ¦f
n
[ n ∈ N¦. L’anneau S
−1
A est souvent noté A
f
, ou même A[f
−1
] ; on peut aussi
le voir comme A[X]/(fX − 1), et il est nul si et seulement si f est nilpotent. L’image de
l’application Spec(A
f
) →Spec(A) est l’ouvert
D(f) := ¦p ∈ Spec(A) [ f / ∈ p¦ = Spec(A) V ((f))
introduit dans (5).
Par exemple, l’anneau A[X]
X
(noté aussi A[X, X
−1
]) est l’anneau des polynômes de
Laurent

k∈Z
a
k
X
k
,
où les coefficients a
k
∈ A sont presque tous nuls.
Si p ⊆ A est un idéal premier, la partie A p est multiplicative et on note
A
p
:= (A p)
−1
A.
C’est un anneau local appelé localisé de A en p : son unique idéal maximal est pA
p
et son
corps résiduel A
p
/pA
p
est le corps des fractions de l’anneau intègre A/p (en particulier, si m
est un idéal maximal de A, le corps résiduel de l’anneau local A
m
est simplement A/m).
L’application Spec(A
p
) → Spec(A) envoie l’idéal maximal pA
p
sur p et son image est
l’ensemble des idéaux premiers de A contenus dans p. C’est aussi l’ensemble des points de
Spec(A) auquel p est adhérent (cf. (7)), ou encore l’intersection de tous les voisinages de p ;
il n’est en général ni fermé, ni ouvert.
Les idéaux premiers de l’anneau A
p
sont ainsi en correspondance bijective (et croissante)
avec les idéaux premiers de A contenus dans p, et la dimension de Krull de l’anneau A
p
est
donc le supremum des longueurs n des chaînes d’idéaux premiers de A terminant en p, c’est-
à-dire du type p = p
n
p
1
p
0
. On l’appelle aussi la hauteur de p, notée ht(p).
Nous montrerons plus loin (th. 7.2) que si A est noethérien, la hauteur de tout idéal premier
p est finie, majorée par le cardinal d’un ensemble quelconque de générateurs de p.
96 CHAPITRE III. ANNEAUX
On a (cf. ex. 5.24)
dim(A
p
) + dim(A/p) ≤ dim(A)
(le membre de gauche est la longueur maximale des chaînes d’idéaux premiers de A dont
l’un des maillons est p). On n’a pas toujours égalité, même si A est noethérien (des contre-
exemples très compliqués ont été construits par Nagata en 1956). En revanche, pour la plupart
des anneaux intervenant dans les applications (en particulier en géométrie algébrique et en
théorie des nombres), on a bien égalité pour tout p (c’est vrai en particulier pour toute algèbre
A de type fini sur un corps ; cf. cor. 14.2). Il faut alors penser à la hauteur de p comme à
la codimension de p dans A (elle est égale à dim(A) − dim(A/p) c’est-à-dire, en termes
topologiques, à dim(Spec(A)) −dim(¦p¦)).
Exercice 6.2. — Soit Aun anneau et soient p ⊆ q des idéaux premiers de A. Exhiber un anneau
dont la dimension de Krull est le supremum des longueurs n des chaînes d’idéaux premiers de A
commençant en p et terminant en q, c’est-à-dire du type q = p
n
· · · p
1
p
0
= p.
Lorsque A est intègre, l’idéal (0) est premier et le localisé de A en cet idéal est le corps
des fractions K
A
de A. Tous les localisés S
−1
A, où S ⊆ A est une partie multiplicative
ne contenant pas 0, sont alors des sous-anneaux de K
A
; ce sont en particulier des anneaux
intègres.
Remarque 6.3. — Si A est un anneau et B une A-algèbre de type fini, les localisations
S
−1
B sont des A-algèbres qui ne sont pas en général de type fini (penser à K[X]
(0)
=
K(X)). Cette famille d’algèbres est cependant suffisamment importante pour avoir reçu un
nom : on dit que ce sont les A-algèbres essentiellement de type fini.
Exercice 6.4. — Soit A un anneau intègre. Montrer
A =
\
p⊆A premier
A
p
=
\
m⊆A maximal
A
m
,
où les intersections sont prises dans le corps des fractions de A.
Exercice 6.5. — Soit A un anneau et soit S ⊆ A une partie multiplicative.
a) Si A est principal et que S ne contient pas 0, montrer que l’anneau S
−1
A est principal.
b) Si A est factoriel et que S ne contient pas 0, montrer que l’anneau S
−1
A est factoriel.
c) Si A est noethérien, montrer que l’anneau S
−1
A est noethérien.
Exercice 6.6 (Un anneau noethérien de dimension infinie (Nagata)). — Soit K un corps et
soit A = K[(X
n
)
n∈N
] l’anneau de polynômes en une infinité de variables. Soit (u
n
)
n∈N
une
suite tendant vers l’infini, avec u
1
= 0. On note p
n
l’idéal premier (X
u
n
+1, . . . , X
u
n+1
), puis
S le complémentaire de la réunion des p
n
, et B = S
−1
A.
a) Quels sont les idéaux maximaux de B?
b) Calculer la dimension de Krull de B et montrer qu’elle peut être infinie si la suite (u
n
)
est bien choisie.
c) Soit R un anneau dont les localisés en tout idéal maximal sont noethériens et tel que pour
tout x ∈ R, il existe un nombre fini d’idéaux maximaux contenant x. Montrer que R est
noethérien.
7. HAUPTIDEALSATZ 97
d) Montrer que l’anneau B construit ci-dessus est noethérien.
Nous aurons aussi besoin plus tard du petit lemme suivant.
Lemme 6.7. — Soit A →B une extension d’anneaux, soit S une partie multiplicative de A
(donc de B) et soit J un idéal de B. On a
(J ∩ A)S
−1
A = JS
−1
B ∩ S
−1
A.
Nous avons fait dans cet énoncé les abus de notation habituels signalés plus haut.
Démonstration. — Il est clair que (J ∩ A)S
−1
A est contenu dans JS
−1
B ∩ S
−1
A. Les
éléments de JS
−1
B sont les x/s, avec x ∈ J et s ∈ S. Si cet élément est dans S
−1
A, il
existe s

, t ∈ S et a ∈ A tels que (xs

− as)t = 0. On a alors ast = xs

t ∈ J ∩ A et
x/s = (xs

t)/(ss

t) ∈ (J ∩ A)S
−1
A, ce qui montre le lemme.
7. Hauptidealsatz
Le nom de ce paragraphe signifie en allemand « théorème de l’idéal principal ». Il majore
la hauteur d’un idéal principal dans un anneau noethérien.
Rappelons que la hauteur d’un idéal premier p dans un anneau A est le supremum des
longueurs n des chaînes d’idéaux premiers de A terminant en p, c’est-à-dire du type p =
p
n
p
1
p
0
. C’est aussi la dimension de Krull de l’anneau local A
p
. Si I A est un
idéal propre, on notera encore ht(I) l’infimum des hauteurs ht(p), où p est un idéal premier
de A contenant I. On a toujours l’inégalité
ht(I) + dim(A/I) ≤ dim(A).
De nouveau, dans les « bons » anneaux (où l’on a égalité), il faut penser à la hauteur de I
comme à sa « codimension » : elle est égale à dim(Spec(A)) −dim(V (I)).
Théorème 7.1 (Krulls Hauptidealsatz). — Soit A un anneau noethérien et soit a un élé-
ment de A. Pour tout idéal premier minimal p contenant (a), on a ht(p) ≤ 1. En particulier,
si a n’est pas inversible, ht((a)) ≤ 1.
Démonstration. — Soit p un idéal premier minimal contenant (a). Raisonnons par l’absurde
et supposons qu’il existe une chaîne p = p
2
p
1
p
0
d’idéaux premiers de A. Si on
remplace A par A/p
0
, on se ramène au cas p
0
= 0 (l’anneau est en particulier intègre) ; si
on remplace ensuite A par A
p
, on se ramène finalement au cas où A est un anneau intègre
local noethérien d’idéal maximal m avec un élément a tel que m est le seul idéal premier de
A contenant a. Autrement dit, l’anneau B := A/(a) a un seul idéal premier. Nous utiliserons
les notations et résultats de l’exerc. 4.13.
98 CHAPITRE III. ANNEAUX
Prenons b ∈ p
1
non nul. Soit n ∈ N

; nous allons considérer M := A/(a
n
) comme
un B-module. Notons M
1
le noyau de son endomorphisme « multiplication par b », M
3
son
image et M
2
:= M/M
3
son conoyau. On a
M
1
= ¦x ∈ M [ xb ∈ (a
n
)¦ · ((a
n
) : b)/(a
n
),
M
2
=
_
A/(a
n
)
___
bA/(a
n
)
_
· A/(a
n
, b).
Comme M
3
· M/M
1
et M
2
= M/M
3
, nous avons d’autre part (exerc. 4.13.e))
(M
1
) = (M) −(M
3
) =
_
(M
2
) +(M
3
)
_
−(M
3
) = (M
2
),
de sorte que (M
1
) = (M
2
).
D’autre part, pour tout x ∈ M
1
, il existe y ∈ A tel que xb = ya
n
. On a en particulier
y ∈ ((b) : a
n
). Comme x est bien défini à addition d’un multiple de a
n
près et que A est
intègre, x est bien défini à addition d’un multiple de b près et l’association x → y définit un
isomorphisme ((a
n
) : b)/(a
n
) · ((b) : a
n
)/(b) de A-modules.
Comme A est noethérien, la suite croissante d’idéaux (b) : a
n
) de A est stationnaire, donc
((b) : a
n
) = ((b) : a
n+1
) pour un entier n > 0 assez grand. On en déduit un isomorphisme
((a
n
) : b)/(a
n
) · ((a
n+1
) : b)/(a
n+1
)
de A-modules, donc aussi de B-modules. Ils ont donc la même longueur. Il s’ensuit que les B-
modules A/(a
n
, b) et A/(a
n+1
, b) ont aussi la même longueur. Cela entraîne (exerc. 4.13.e))
que la surjection canonique A/(a
n+1
, b) → A/(a
n
, b) est un isomorphisme, donc que l’on
a (a
n
, b) = (a
n+1
, b). Il existe donc des éléments x et y de A tels que a
n
= xa
n+1
+ yb,
c’est-à-dire a
n
(1 −xa) = by.
Mais 1 − xa est une unité de A (lemme 3.7), donc a
n
∈ (b) ⊆ p
1
et a ∈ p
1
. Mais c’est
absurde car p est un idéal premier minimal contenant a. Ceci termine donc la démonstration.
On généralise le théorème précédent ainsi.
Théorème 7.2. — Soit A un anneau noethérien et soit I un idéal propre de A engendré par
n éléments. Pour tout idéal premier minimal p contenant I, on a ht(p) ≤ n. En particulier,
ht(I) ≤ n.
Dans un « bon » anneau A, ce théorème dit que la partie fermée de Spec(A) correspondant
à un idéal engendré par n éléments est de codimension au plus n (cor. 14.7).
On n’a bien sûr pas toujours égalité (on peut toujours ajouter des générateurs « inutiles ») ;
plus sérieusement, si ht(I) = n, il n’est pas toujours possible d’engendrer I avec seulement
n éléments
(8)
.
8. Si K un corps, l’idéal (XY, Y Z, ZX) de l’anneau K[X, Y, Z] est de hauteur 2 (cf. exerc. 4.27 et cor. 14.2),
mais ne peut être engendré par 2 éléments (c’est difficile à montrer !).
7. HAUPTIDEALSATZ 99
Démonstration. — On procède par récurrence sur n, le cas n = 1 étant le théorème pré-
cédent. Comme dans la preuve précédente, on se ramène au cas où A est un anneau intègre
local noethérien d’idéal maximal m; si a
1
, . . . , a
n
engendrent un idéal I ⊆ m tel que m est
le seul idéal premier de A contenant I, il s’agit de montrer ht(m) = dim(A) ≤ n.
Supposons au contraire qu’il existe une chaîne m = p
m
p
1
(0) d’idéaux pre-
miers de A avec m > n. Comme A est noethérien, on peut supposer que p
m−1
est maximal
parmi tous les idéaux premiers strictement contenus dans m. L’idéal p
m−1
ne contient pas
tous les a
i
; supposons a
n
/ ∈ p
m−1
. L’idéal p
m−1
+(a
n
) n’est alors contenu dans aucun autre
idéal premier de A autre que m, qui est donc son radical (lemme 3.2.b)).
Pour chaque i ∈ ¦1, . . . , n − 1¦, on a a
i
∈ m; il existe donc un entier r > 0 tel que
a
r
i
∈ p
m−1
+ (a
n
) pour tout i. On écrit a
r
i
∈ x
i
+ y
i
a
n
, avec x
i
∈ p
m−1
et y
i
∈ A.
On a (a
r
1
, . . . , a
r
n−1
, a
n
) = (x
1
, . . . , x
n−1
, a
n
), donc le seul idéal premier de A contenant
(x
1
, . . . , x
n−1
, a
n
) est m.
Posons J := (x
1
, . . . , x
n−1
). Dans l’anneau quotient A := A/J, cela signifie que le
seul idéal premier de A contenant l’idéal principal (a
n
) est m := m/J. Le th. 7.1 entraîne
ht(m) ≤ 1. Comme on a m p
m−1
/J, cela signifie que p
m−1
est un idéal premier minimal
contenant J. L’hypothèse de récurrence entraîne alors m−1 ≤ n−1, d’où le théorème.
Corollaire 7.3. — La hauteur de tout idéal propre d’un anneau noethérien est finie.
Corollaire 7.4. — La dimension d’un anneau local noethérien est finie.
Exercice 7.5. — Soit A un anneau local noethérien d’idéal maximal m. On pose B = A[X].
Soit I un idéal de A de radical m et soit J un idéal de B contenu dans mB tel que J + XB =
IB +XB.
a) Montrer que mB +XB est un idéal maximal de B qui est le radical de IB +XB.
b) Dans l’anneau B := B/J, montrer que l’idéal (mB + XB)/J est un idéal premier
minimal contenant l’idéal principal (X).
c) En déduire que mB est un idéal premier minimal contenant J (Indication : on pourra
utiliser le th. 7.1).
Exercice 7.6 (Eagon-Northcott). — Soit A un anneau noethérien et soit M ∈ M
m×n
(A) une
matrice à coefficients dans A. Soit I l’idéal de A engendré par les r × r mineurs de M. Le but
de cet exercice est de montrer que pour tout idéal premier minimal p contenant I, on a
(9)
ht(p) ≤ (m−r + 1)(n −r + 1).
a) Montrer que cette inégalité est vraie lorsque m = 1. On procède par récurrence sur m.
b) Montrer que l’inégalité est vraie lorsque r = 1.
c) Montrer qu’on peut supposer A local d’idéal maximal m = p, égal au radical de I.
9. Si l’on utilise le th. 10.2, la prop. 10.9 et le cor. 14.2, ce résultat entraîne que lorsque K est un corps algébri-
quement clos, le fermé de M
m×n
(K) K
mn
constitué des matrices de rang ≤ s est de codimension au plus (en
fait exactement) (m−s)(n −s) (il est défini par l’annulation des (s + 1) ×(s + 1) mineurs).
100 CHAPITRE III. ANNEAUX
d) Montrer que si un des coefficients de M est une unité de A, l’inégalité est vraie (Indica-
tion : on pourra utiliser des opérations élémentaires pour se ramener à une matrice de taille
(m−1) ×(n −1)).
e) On suppose r > 1 et que tous les coefficients de M sont dans m, et on pose B = A[X].
Soit N ∈ M
m×n
(B) la matrice obtenue à partir de M en changeant le coefficient a
11
en
a
11
+X, et soit J l’idéal de B engendré par les r ×r mineurs de N. Montrer J ⊆ mB et
J +XB = IB +XB. En déduire ht(mB) ≤ (m−r + 1)(n −r + 1) (Indication : on
pourra utiliser l’exerc. précédent, puis travailler dans l’anneau local B
mB
et utiliser d)).
f) Montrer ht(m) ≤ ht(mB) et conclure.
Exercice 7.7 (Anneaux locaux réguliers). — Soit A un anneau local noethérien d’idéal maxi-
mal m. On note κ le corps A/m (on l’appelle le corps résiduel de l’anneau local A).
a) Montrer que m/m
2
est naturellement muni d’une structure de κ-espace vectoriel de di-
mension finie.
b) Montrer que dim
κ
m/m
2
est égal au nombre minimum de générateurs de l’idéal m de A
(Indication : on pourra utiliser le lemme de Nakayama (th. II.3.8)).
c) Montrer dim(A) ≤ dim
κ
m/m
2
. On dit que l’anneau local A est régulier s’il y a égalité.
d) Soient m et n des entiers strictement positifs et soit A le localisé de l’anneau quotient
C[X, Y ]/(X
m
−Y
n
) en l’idéal maximal (X, Y ). Avec les notations précédentes, calculer
dim
κ
m/m
2
en fonction de m et n. Déterminer les paires (m, n) pour lesquelles l’anneau
Aest régulier (Indication : on pourra utiliser le fait que l’anneau Aest de dimension 1 (cor.
11.15)).
8. Extensions finies et entières d’anneaux
Soit A un anneau et soit B une A-algèbre, c’est-à-dire un anneau muni d’un morphisme
d’anneaux A →B.
Définition 8.1. — Soit A un anneau et soit B une A-algèbre.
a) On dit que B est une A-algèbre de type fini si elle peut être engendrée, en tant que
A-algèbre, par un nombre fini d’éléments.
b) On dit que B est une A-algèbre finie si elle peut être engendrée, en tant que A-module,
par un nombre fini d’éléments.
Pour être tout-à-fait explicite, B est une A-algèbre de type fini s’il existe des éléments
x
1
, . . . , x
n
de B tels que tout élément de B puisse s’écrire P(x
1
, . . . , x
n
), où P est un poly-
nôme en n variables à coefficients dans A. De façon équivalente, la A-algèbre B est quotient
d’un algèbre de polynômes A[X
1
, . . . , X
n
].
Rappelons que l’anneau de séries formelles A[[X]] n’est jamais une A-algèbre de type fini
(lorsque A est non nul ! ; cf. cor. 10.8).
De même, B est une A-algèbre finie s’il existe des éléments x
1
, . . . , x
n
de B tels que tout
élément de B puisse sécrire a
1
x
1
+ +a
n
x
n
, avec a
1
, . . . , a
n
∈ A. De façon équivalente,
8. EXTENSIONS FINIES ET ENTIÈRES D’ANNEAUX 101
le A-module B est quotient d’un A-module libre de type fini A
n
. Une telle algèbre est bien
sûr de type fini, mais la réciproque est fausse en général : la A-algèbre A[X] est de type fini,
mais n’est pas finie.
Définition 8.2. — Soit A un anneau et soit B une A-algèbre.
a) On dit qu’un élément x de B est entier sur As’il existe un polynôme unitaire P ∈ A[X]
tel que P(x) = 0.
b) On dit que B est entier sur A si tout élément de B est entier sur A.
On dira qu’une A-algèbre B est une extension de A si l’application canonique A →B est
injective. On notera alors A →B.
Si A →B est une extension de corps, elle est entière si et seulement si elle est algébrique,
tandis que les deux définitions de « finie » coïncident.
Proposition 8.3. — Soit A → B une extension d’anneaux et soit x ∈ B. Les propriétés
suivantes sont équivalentes :
(i) x est entier sur A;
(ii) A[x] est une A-algèbre finie ;
(iii) il existe une A-algèbre finie C telle que A[x] ⊆ C ⊆ B.
Démonstration. — Supposons x entier sur A. Il est alors annulé par un polynôme unitaire
de degré n et on vérifie que le A-module A[x] est (libre,) engendré par ¦1, x, . . . , x
n−1
¦.
Comme (ii) entraîne trivialement (iii), il reste à montrer que (iii) entraîne (i).
Appliquons le théorème de Cayley-Hamilton (th. II.3.2) à l’endomorphisme u du A-
module C donné par la multiplication par x. Il fournit un polynôme unitaire P ∈ A[X]
tel que P(u) = 0. Mais alors P(x) = P(u)(1) s’annule.
Corollaire 8.4. — Une extension d’anneaux finie est entière.
Proposition 8.5. — Soient A →B →C des extensions d’anneaux.
a) Si les extensions A → B et B → C sont finies, il en est de même pour l’extension
A →C.
b) Si les extensions A → B et B → C sont entières, il en est de même pour l’extension
A →C.
c) Si b
1
, . . . , b
n
sont des éléments de B entiers sur A, la A-algèbre A[b
1
, . . . , b
n
] est finie.
Démonstration. — La démonstration de a) est la même que dans le cas des corps (cf. preuve
du th. I.2.2) : si (b
i
)
i∈I
engendre le A-module B et que (c
j
)
j∈J
engendre le B-module C,
alors (b
i
c
j
)
(i,j)∈I×J
engendre le A-module C.
Le point c) résulte de a) et de la prop. 8.3, par récurrence sur n.
102 CHAPITRE III. ANNEAUX
Enfin, supposons les extensions A → B et B → C entières et soit x ∈ C. Comme il est
entier sur B, il existe une relation
x
n
+b
n−1
x
n−1
+ +b
1
x +b
0
= 0.
Comme les b
i
sont entiers sur A, la A-algèbre A[b
1
, . . . , b
n
] est finie. Comme x est en-
tier sur cette algèbre, A[b
1
, . . . , b
n
, x] est finie sur A[b
1
, . . . , b
n
]. Par a), il en résulte que
A[b
1
, . . . , b
n
, x] est finie sur A, donc x est entier sur A par cor. 8.4. Ceci montre b) et termine
la démonstration de la proposition.
La réciproque du point b) est vraie : si l’extension A → C est entière, tout élément de
C est entier sur A, donc sur B, de sorte que l’extension B → C est entière ; de même, tout
élément de B est entier sur A, de sorte que l’extension A →B est entière.
Si l’extension A →C est finie, C est un A-module de type fini, donc aussi un B-module
de type fini, de sorte que l’extension B →C est entière. L’extension A →B est entière si A
est noethérien (parce qu’un sous-module d’un A-module de type fini est alors encore de type
fini ; cf. exerc. 2.3), mais pas en général
(10)
.
On a aussi l’analogue du cor. I.2.9.
Corollaire 8.6. — Toute extension d’anneaux A → B engendrée par un nombre fini d’élé-
ments entiers sur A est finie, donc entière. En particulier, toute extension d’anneaux entière
et de type fini est finie.
Démonstration. — Ce n’est qu’une réécriture de la prop. 8.5.c).
Corollaire 8.7. — Soit A → B une extension d’anneaux. L’ensemble des éléments de B
entiers sur A est un sous-anneau de B, extension entière de A appelée clôture intégrale de A
dans B.
On dit que A est intégralement clos dans B si sa clôture intégrale dans B est A, c’est-
à-dire que tout élément de B entier sur A est dans A. La clôture intégrale de A dans B est
intégralement close dans B (pourquoi ?).
Démonstration. — Si x et y sont des éléments de B entiers sur A, la A-algèbre A[x, y] est
finie par prop. 8.5.c), donc ses éléments x −y et xy sont entiers sur A (cor. 8.4).
Nous aurons besoin plus loin du résultat suivant.
10. Voici un exemple. Soit J un idéal d’un anneau A qui n’est pas engendré par un nombre fini d’éléments. Soit
C la A-algèbre finie A[X]/(X
2
) et soit B la sous-A-algèbre de C engendrée par 1 et JX, c’est-à-dire {a +rX |
a ∈ A, r ∈ J}. Le A-module quotient B/A est isomorphe à J, donc n’est pas de type fini ; il s’ensuit que le
A-module B n’est pas non plus de type fini (merci à Jin Lie pour cet exemple !).
8. EXTENSIONS FINIES ET ENTIÈRES D’ANNEAUX 103
Lemme 8.8. — Soit A → B une extension d’anneaux entière et soit S une partie multipli-
cative de A (donc de B). L’extension d’anneaux S
−1
A →S
−1
B est entière.
Démonstration. — Soit x/s un élément de S
−1
B. L’élément x de B est entier sur A donc il
existe une relation
x
n
+a
n−1
x
n−1
+ +a
1
x +a
0
= 0
avec a
0
, . . . , a
n−1
∈ A. On a alors
(x/s)
n
+ (a
n−1
/s)(x/s)
n−1
+ + (a
1
/s
n−1
)(x/s) + (a
0
/s
n
) = 0
dans S
−1
A, de sorte que x/s est entier sur cet anneau.
Exercice 8.9. — Soit A → B une extension d’anneaux entière et soit S une partie multiplica-
tive de A.
a) Si l’extension A →B est finie, l’extension S
−1
A →S
−1
B est finie.
b) Si A est intégralement clos dans B, l’anneau S
−1
A est intégralement clos dans S
−1
B.
Exercice 8.10. — Soit A →B une extension finie d’anneaux intègres. Montrer que l’extension
associée K
A
→K
B
des corps de fractions est finie, mais que la réciproque est fausse.
Exercice 8.11 (Lemme d’Artin-Tate). — Soit Aun anneau noethérien et soient A →B →C
des extensions d’anneaux. On suppose que C est une A-algèbre de type fini et une B-algèbre
finie. Le but de cet exercice est de montrer que B est une A-algèbre de type fini.
Soient c
1
, . . . , c
m
des générateurs de la A-algèbre C et soient c

1
, . . . , c

n
des générateurs du
B-module C. On écrit c
i
=
P
j
b
ij
c

j
, avec b
ij
∈ B et c

i
c

j
=
P
k
b

ijk
c

k
, avec b

ijk
∈ B. Soit
B

⊆ B la sous-A-algèbre engendrée par les b
ij
et les b

ijk
.
a) Montrer que l’anneau B

est noethérien.
b) Montrer que C est une extension finie de B

.
c) Montrer que B est une extension finie de B

.
d) Conclure.
Exercice 8.12. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini. Soit G un groupe fini
agissant sur A de façon que l’action soit triviale sur K.
a) Montrer que A
G
:= {a ∈ A | ∀g ∈ G g · a = a} est une sous-K-algèbre de A.
b) Montrer que A est une extension finie de A
G
(Indication : si a ∈ A, on pourra considérer
le polynôme
Q
g∈G
(X −g · a)).
c) Montrer que A
G
est une K-algèbre de type fini (Indication : on pourra utiliser l’exerc.
8.11).
Exercice 8.13. — Soit K un corps de caractéristique différente de 2. Le groupe G := Z/2Z
agit sur A := K[X, Y ] par la multiplication par −1. Identifier la sous-K-algèbre A
G
:= {a ∈
A | ∀g ∈ G g · a = a} de A et montrer qu’elle est isomorphe à K[U, V, W]/(UV −W
2
).
104 CHAPITRE III. ANNEAUX
8.1. Traces d’entiers. — Soit K → L une extension finie de corps. On a défini dans le §
I.5.5 la forme K-linéaire Tr
L/K
: L → K comme l’application qui à x ∈ L associe la trace
de l’endomorphisme K-linéaire m
x
de L « multiplication par x ».
Proposition 8.14. — Soit A un anneau intègre de corps de fractions K et soit K → L une
extension finie de corps. Si x ∈ L est entier sur A, l’élément Tr
L/K
(x) de K est entier sur
A.
La preuve ci-dessous montre aussi que tous les coefficients du polynôme minimal de x sur
K sont entiers sur A.
Démonstration. — Il ressort du th. I.5.29 que l’on a
Tr
L/K
(x) = [L : K(x)] Tr
K(x)/K
(x).
On peut donc supposer L = K(x). On a vu au cours de la preuve du th. I.5.32 que Tr
L/K
(x)
est alors la somme des racines (dans un corps de décomposition de P) du polynôme minimal
P de x sur K. Comme x est aussi racine d’un polynôme unitaire Q ∈ A[X], le polynôme P
divise Q, donc toutes les racines de P sont aussi racines de Q et sont ainsi entières sur A. Il
en est donc de même pour leur somme Tr
L/K
(x) (cor. 8.7).
8.2. Anneaux intégralement clos. —
Définition 8.15. — Un anneau est dit intégralement clos s’il est intègre et intégralement
clos dans son corps des fractions.
Exemple 8.16. — L’anneau intègre A = Z[

5] n’est pas intégralement clos : son corps des
fractions est K = Q[

5], l’élément (1 +

5)/2 de K est entier sur A (il est annulé par le
polynôme X
2
− X − 1 ∈ A[X]), mais il n’est pas dans A. Sa clôture intégrale dans K est
Z[(1 +

5)/2] (exerc. 8.20).
Exercice 8.17. — Soit A un anneau intègre. Montrer que les propriétés suivantes sont équiva-
lentes (cf. exerc. 6.4) :
(i) l’anneau A est intégralement clos ;
(ii) pour tout idéal premier p de A, l’anneau A
p
est intégralement clos ;
(iii) pour tout idéal maximal m de A, l’anneau A
m
est intégralement clos.
Exercice 8.18. — Soit Aun anneau intégralement clos de corps des fractions K et soit K →L
une extension algébrique de corps. Montrer qu’un élément de L est entier sur A si et seulement
si son polynôme minimal sur K est à coefficients dans A.
Un corps de nombres L est une extension finie de Q. L’anneau des entiers de L est la
clôture intégrale B de Z dans L. C’est un anneau intégralement clos. Comme Z, l’anneau B
est de dimension 1 (th. 11.8 ; mais il existe une preuve plus simple dans ce cas particulier que
l’on peut trouver dans [L], prop. I.5.6). Enfin, il est noethérien grâce au théorème suivant.
8. EXTENSIONS FINIES ET ENTIÈRES D’ANNEAUX 105
C’est donc un anneau de Dedekind, comme défini brièvement dans le § 4. Remarquons que
le groupe abélien (B, +) est sans torsion, de type fini par le théorème, donc isomorphe à un
Z
n
(th. II.4.9).
Théorème 8.19. — Soit A un anneau noethérien intégralement clos, de corps de fractions
K et soit K → L une extension finie séparable de K. La clôture intégrale de A dans L est
un anneau noethérien, extension finie de A.
Démonstration. — Soit B la clôture intégrale de A dans L. Soit x un élément de L. Il satis-
fait alors à une équation
x
n

n−1
x
n−1
+ +λ
1
x +λ
0
= 0,
avec λ
n−1
, . . . , λ
0
∈ K. Soit a ∈ A 0 tel que aλ
i
soit dans A pour tout i. On a alors
(ax)
n
+aλ
n−1
(ax)
n−1
+ +a
n−1
λ
1
(ax) +a
n
λ
0
= 0,
de sorte que ax est entier sur A, donc dans B. En particulier, il existe une base (b
1
, . . . , b
m
)
du K-espace vectoriel L constituée d’éléments de B.
Posons
N := ¦x ∈ L [ ∀j ∈ ¦1, . . . , m¦ Tr
L/K
(xb
j
) ∈ A¦.
C’est un sous-A-module de L contenant B (prop. 8.14). L’extension K →L étant séparable,
l’application Tr
L/K
définit une forme K-bilinéaire symétrique non-dégénérée sur L (th.
I.5.32) et il existe une base (x
1
, . . . , x
m
) du K-espace vectoriel L telle que Tr
L/K
(x
i
b
j
) =
δ
i,j
(symbole de Kronecker). On a alors N = Ax
1
+ + Ax
m
, de sorte que N est un A-
module de type fini. Comme A est noethérien, B est aussi un A-module de type fini (exerc.
2.3) ; c’est ainsi une extension finie de A. C’est un anneau noethérien par cor. 2.5.
Exercice 8.20. — Soit d un entier sans facteur carré, différent de 1. Montrer que l’anneau des
entiers du corps Q(

d) est Z[

d] si d ≡ 2 ou 3 (mod 4), et Z[(1+

d)/2] si d ≡ 1 (mod 4).
Lorsque d < 0, l’anneau des entiers de Q(

d) est principal si et seulement si d ∈
¦−1, −2, −3, −7, −11, −19, −43, −67, −163¦. Pour d > 0, les anneaux principaux sont
beaucoup plus nombreux. En 2008, il est conjecturé qu’il en existe une infinité
(11)
.
Proposition 8.21. — Un anneau factoriel est intégralement clos.
La réciproque est fausse : on a vu (ex. 1.4) que l’anneau intègre Z[

−5] n’est pas facto-
riel ; mais il est intégralement clos (exerc. 8.20).
11. Pour tous les anneaux d’entiers de corps de nombres, et plus généralement pour tous les anneaux de dimension
1, le fait d’être principal ou factoriel est la même chose (exerc. 1.6).
106 CHAPITRE III. ANNEAUX
Démonstration. — Soit A un anneau factoriel. Supposons qu’un élément x/y de son corps
des fractions (avec x ∧ y = 1) soit racine d’un polynôme unitaire
X
n
+a
n−1
X
n−1
+ +a
1
x +a
0
∈ A[X].
On a alors
x
n
+a
n−1
x
n−1
y + +a
1
xy
n−1
+a
0
y
n
= 0,
de sorte que y divise x
n
. La prop. 1.3 entraîne que y divise x, donc est une unité de A, de
sorte que x/y ∈ A.
Exemple 8.22. — Si K est un corps, on a vu dans l’exerc. 1.5 que le sous-anneau A =
K[X
2
, X
3
] de K[X] n’est pas factoriel. Il n’est en fait pas intégralement clos, puisque son
corps des fractions est K(X), que X est entier sur A(il est annulé par le polynôme T
2
−X
2

A[T]), mais qu’il n’est pas dans A.
Théorème 8.23. — Soit A un anneau intégralement clos. L’anneau A[X] est intégralement
clos.
Démonstration. — Commençons par deux lemmes.
Lemme 8.24. — Soit A →B une extension d’anneaux et soit P un élément de A[X] tel que
P = QR, où Q et R sont des polynômes unitaires de B[X]. Les coefficients de Q et de R
sont entiers sur A.
Démonstration. — Notons B
1
l’anneau B[T]/(Q). Comme Qest unitaire, c’est un B-module
libre de rang deg(Q) et l’application B → B
1
est en particulier injective. Si α
1
est la classe
de T dans B
1
, on a Q(X) = (X − α
1
)Q
1
(X) dans B
1
[X]. En répétant cette construction,
on a obtient une extension finie d’anneaux B → C dans laquelle Q(X) =

j
(X − α
j
)
et R(X) =

k
(X − β
k
) sont scindés. Les α
j
et β
k
sont entiers sur A car annulés par P,
donc aussi les coefficients de Q et de R, puisque ce sont des polynômes en les α
j
et β
k
(cor.
8.7).
On en déduit immédiatement le lemme suivant, qui est une version du « lemme de Gauss »
(lemme I.1.9) pour les anneaux intégralement clos.
Lemme 8.25. — Soit A un anneau intégralement clos de corps des fractions K et soit P ∈
A[X] tel que P = QR, où Q et R sont des polynômes unitaires de K[X]. Alors Q et R sont
dans A[X].
Revenons à la démonstration du théorème. Si K est le corps des fractions de A, celui
de A[X] est K(X). On prend donc un élément P de K(X) entier sur A[X] et il s’agit de
montrer qu’il est dans A[X]. Comme K[X] est principal, donc intégralement clos (cor. 2.14
et prop. 8.21), P ∈ K[X] et on a une relation
P
n
+A
n−1
P
n−1
+ +A
1
P +A
0
= 0,
9. LEMME DE NORMALISATION DE NOETHER 107
où A
0
, . . . , A
n−1
∈ A[X]. On peut donc écrire A
0
comme le produit de P et d’un autre po-
lynôme. Malheureusement, on ne peut pas appliquer le lemme 8.24, puisque ces polynômes
n’ont aucune raison d’être unitaire. L’astuce consiste à poser Q = P − X
m
, où m est un
entier > max(deg(P), deg(A
0
), . . . , deg(A
n−1
)). On a alors
0 = (X
m
+Q)
n
+A
n−1
(X
m
+Q)
n−1
+ +A
1
(X
m
+Q) +A
0
,
qui peut se réécrire
Q
n
+B
n−1
Q
n−1
+ +B
1
Q+B
0
= 0,
avec
B
0
= A
0
+A
1
X
m
+ +A
n−1
X
m(n−1)
+X
mn
∈ A[X].
Le choix de m entraîne que −Q et B
0
sont unitaires, puis le lemme 8.24 que Q est dans
A[X], c’est-à-dire P ∈ A[X].
Exercice 8.26. — Soit A un anneau factoriel dans lequel 2 est inversible et soit a ∈ A un
élément divisible par le carré d’aucun élément irréductible de A. Montre que l’anneau A[

a] :=
A[X]/(X
2
−a) est intégralement clos (Indication : utiliser l’exerc. 8.18).
Exercice 8.27. — Soit A un anneau intègre sur lequel agit un groupe fini G. On note A
G
l’an-
neau des invariants, c’est-à-dire A
G
:= {a ∈ A | ∀g ∈ G g · a = a}.
a) Montrer que l’action de G sur A s’étend de façon unique en une action sur son corps des
fractions K
A
.
b) Montrer que le corps des fractions K
A
G de A
G
est un sous-corps du corps des invariants
K
G
A
.
c) Montrer que l’on a en fait K
A
G = K
G
A
.
d) Si A est intégralement clos, montrer que A
G
est intégralement clos.
9. Lemme de normalisation de Noether
Soit K un corps et soit A une K-algèbre. Des éléments a
1
, . . . , a
n
de A sont dits algébri-
quement indépendants si
∀P ∈ K[X
1
, . . . , X
n
]
_
P(a
1
, . . . , a
n
) = 0
_

_
P = 0
_
.
En d’autres termes, la sous-extension K[a
1
, . . . , a
n
] ⊆ A est isomorphe à K[X
1
, . . . , X
n
].
Dans le cas contraire, on dit que a
1
, . . . , a
n
sont algébriquement liés.
Théorème 9.1 (Lemme de normalisation d’E. Noether). — Soit K un corps et soit A une
K-algèbre de type fini. Il existe des éléments algébriquement indépendants a
1
, . . . , a
n
de A
tels que A soit une extension finie de K[a
1
, . . . , a
n
].
En d’autres termes, l’extension K →Ase décompose en K →K[a
1
, . . . , a
n
] →Aoù la
première extension est dite algébrique pure et la seconde est finie. L’extension intermédiaire
108 CHAPITRE III. ANNEAUX
K[a
1
, . . . , a
n
] n’est pas unique, mais l’entier n l’est : nous montrerons plus tard (cor. 11.13)
que c’est la dimension de Krull de A.
La démonstration ci-dessous est due à Nagata (1962). La démonstration originale d’E.
Noether (1926) supposait K infini.
Démonstration. — Elle repose sur le lemme suivant.
Lemme 9.2. — Soit A une K-algèbre de type fini engendrée par des éléments x
1
, . . . , x
m
algébriquement liés. Il existe des éléments y
1
, . . . , y
m−1
de A tels que x
m
est entier sur
A

:= K[y
1
, . . . , y
m−1
] et A = A

[x
m
].
Montrons comment ce lemme entraîne le théorème. Supposons A engendrée par des élé-
ments x
1
, . . . , x
m
et procédons par récurrence sur m. Si les x
i
sont algébriquement indépen-
dants, on les prend pour les a
i
et A est une extension transcendante pure de K. S’ils sont
algébriquement liés, on applique le lemme : il existe y
1
, . . . , y
m−1
∈ A tels que A est fini
sur A

:= K[y
1
, . . . , y
m−1
]. L’hypothèse de récurrence s’applique à A

: il existe des élé-
ments algébriquement indépendants a
1
, . . . , a
n
∈ A

tels que A

soit une extension finie de
K[a
1
, . . . , a
n
]. La prop. 8.5.a), appliquée aux extensions finies
K[a
1
, . . . , a
n
] →A

→A,
permet alors de terminer la démonstration du théorème.
Démonstration du lemme. — Soit P ∈ K[X
1
, . . . , X
m
] non nul tel que P(x
1
, . . . , x
m
) =
0. On cherche les y
i
sous la forme y
i
= x
i
− x
e
i
m
, pour 1 ≤ i ≤ m− 1, où e est un entier
suffisamment grand. Pour tout choix de e, on a A = K[y
1
, . . . , y
m−1
, x
m
]. En outre,
0 = P(y
1
+x
e
m
, . . . , y
m−1
+x
e
m−1
m
, x
m
) =: Q(y
1
, . . . , y
m−1
, x
m
).
Posons A

:= K[y
1
, . . . , y
m−1
]. On aimerait que le coefficient dominant du polynôme
Q(y
1
, . . . , y
m−1
, X), vu comme élément de A

[X], soit inversible dans A

(car cela impli-
querait que x
m
est entier sur A

). On a pour tout monôme
X
r
1
1
X
r
m
m
=
_
m−1

i=1
(Y
i
+X
e
i
m
)
r
i
_
X
r
m
m
= Y
r
1
1
Y
r
m−1
m−1
X
r
m
m
+ +X
r
1
e+r
2
e
2
+···+r
m−1
e
m−1
+r
m
m
.
Le dernier terme est l’unique terme de plus haut degré en X
m
. Si e est strictement plus grand
que tous les exposants r
i
qui apparaissent dans les monômes de P, le degré r
1
e + r
2
e
2
+
+ r
m−1
e
m−1
+ r
m
détermine les r
i
uniquement : ce sont les chiffres de son écriture en
base e. Dans ce cas, des monômes distincts de P donnent des puissances distinctes de X
m
dans Q. Une seule de ces puissances est maximale et elle apparaît avec un coefficient dans
K

.
9. LEMME DE NORMALISATION DE NOETHER 109
La clôture intégrale d’un anneau noethérien intègre n’est pas toujours un anneau noethé-
rien (encore un contre-exemple dû à Nagata !). Nous allons déduire du lemme de Noether que
dans le cas « géométrique », ce genre de pathologie n’arrive heureusement pas.
Corollaire 9.3. — Soit K un corps, soit A une K-algèbre intègre de type fini, de corps des
fractions K
A
, et soit K
A
→ L une extension finie. La clôture intégrale de A dans L est une
K-algèbre intègre de type fini, extension finie de A.
Démonstration. — D’après le th. 9.1, il existe des éléments algébriquement indépendants
a
1
, . . . , a
n
de A tels que A soit une extension finie de l’anneau K[a
1
, . . . , a
n
] ; ce dernier
est isomorphe à un anneau de polynômes K[X
1
, . . . , X
n
], donc est noethérien intégralement
clos. Le corps K
A
est alors une extension finie de K(a
1
, . . . , a
n
) (exerc. 8.10), de sorte que
L est aussi une extension finie de K(a
1
, . . . , a
n
). La clôture intégrale B de A dans L est
aussi la clôture intégrale de K[a
1
, . . . , a
n
] dans L (les éléments de L entiers sur A sont les
mêmes que les éléments de L entiers sur K[a
1
, . . . , a
n
] par la prop. 8.5.b)).
Si la caractéristique de K est nulle, l’extension finie K(a
1
, . . . , a
n
) →L est séparable, et
B est, par le th. 8.19, un anneau noethérien, extension finie de K[a
1
, . . . , a
n
], donc de A.
Reste à traiter le cas plus compliqué où la caractéristique de K est un nombre premier p >
0. Comme expliqué dans le cas de caractéristique nulle, on peut supposer A = K[a
1
, . . . , a
n
],
isomorphe à un anneau de polynômes K[X
1
, . . . , X
n
]. Comme A est noethérien, un sous-A-
module d’un A-module de type fini est encore de type fini (exerc. 2.3), donc on peut aussi
remplacer pour la preuve L par une extension finie, par exemple par sa clôture normale dans
une clôture algébrique. L’extension finie K
A
→L est alors normale. Soit G := Gal(L/K
A
)
le groupe de ses K
A
-automorphismes ; l’extension L

:= L
G
→ L est galoisienne (lemme
d’Artin ; th. 6.28) donc séparable.
Montrons tout d’abord le résultat pour la clôture intégrale B

de A dans L

. Considérons
des générateurs y
1
, . . . , y
m
de l’extension K
A
→ L

. Par l’exerc. I.6.30, il existe un entier
r > 0 tel que tous les y
p
r
i
sont dans K
A
. On peut écrire y
p
r
i
= P
i
/Q
i
, où P
i
et Q
i
sont dans
A = K[a
1
, . . . , a
n
]. Soient t
1
, . . . , t
s
∈ K tous les coefficients non nuls qui interviennent
dans ces polynômes. Notons K

:= K(t
p
−r
1
, . . . , t
p
−r
s
) (où les racines p
r
-ièmes sont prises
dans une clôture algébrique de L

) ; c’est une extension finie de K, et
L

= K
A
(y
1
, . . . , y
m
)
⊆ K
A
(P
p
−r
1
, Q
p
−r
1
, . . . , P
p
−r
m
, Q
p
−r
m
)
⊆ K
A
(t
p
−r
1
, . . . , t
p
−r
s
, a
p
−r
1
, . . . , a
p
−r
n
)
= K

(a
p
−r
1
, . . . , a
p
−r
n
) =: L

.
La clôture intégrale B

de A dans L

est contenue dans la clôture intégrale de A dans L

.
Comme l’extension de corps K →K

est finie, l’extension d’anneaux A = K[a
1
, . . . , a
n
] →
K

[a
1
, . . . , a
n
] est aussi finie. L’extension d’anneaux K

[a
1
, . . . , a
n
] →K

[a
p
−r
1
, . . . , a
p
−r
n
]
110 CHAPITRE III. ANNEAUX
est aussi finie, donc l’extension composée A → K

[a
p
−r
1
, . . . , a
p
−r
n
] est finie (prop. 8.5.a)),
donc entière. Comme l’anneau K

[a
p
−r
1
, . . . , a
p
−r
n
] est intégralement clos (dans son corps des
fractions L

), c’est la clôture intégrale de A dans L

, qui est ainsi un A-module de type fini.
Comme A est noethérien, cela entraîne que son sous-A-module B

est aussi de type fini.
Comme B est la clôture intégrale de B

dans L, l’argument employé en caractéristique
nulle entraîne que l’extension B

→ B est finie, donc aussi l’extension composée A →
B

→B. L’anneau B est en particulier une A-algèbre de type fini, donc aussi une K-algèbre
de type fini.
Exercice 9.4. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre intègre essentiellement de type fini
(rem. 6.3). Montrer que la clôture intégrale de A dans son corps de fractions est une extension
finie de A.
Remarque 9.5 (Anneaux excellents). — La finitude de la clôture intégrale est une propriété
essentielle pour pouvoir construire ce que l’on appelle la « normalisation » d’une variété en
géométrie algébrique. Elle est heureusement partagée par de nombreux anneaux noethériens,
en particulier les anneaux appelés « excellents » par Grothendieck (Éléments de géométrie
algébrique IV 2, Publ. Math. IHÉS 24 (1965), § 7.8). Cette classe d’anneau est stable par lo-
calisation et passage à une algèbre de type fini ; elle comprend aussi les anneaux de Dedekind
de caractéristique nulle (donc par exemple Z) et les anneaux de séries formelles sur un corps.
10. Théorème des zéros de Hilbert
Ce théorème fondamental (« Nullstellensatz » en allemand) prend plusieurs formes. Sa
plus frappante est celle du cor. 10.4.
Lemme 10.1. — Soit A → B une extension entière d’anneaux intègres. Alors A est un
corps si et seulement si B est un corps.
Démonstration. — Supposons que Aest un corps. Soit x un élément non nul de B. Comme x
est entier sur A, le A-espace vectoriel A[x] est de dimension finie et comme la multiplication
par x est une application linéaire injective (puisque B est intègre), elle est surjective. Donc 1
est atteint, et un inverse de x existe dans A[x]. Cela signifie que x est inversible dans B, qui
est donc un corps.
Inversement, supposons que B est un corps. Soit x un élément non nul de A et soit y
l’inverse de x dans B. Il est entier sur A, donc on a une relation y
n
+a
n−1
y
n−1
+ +a
0
= 0.
En multipliant par x
n−1
, on obtient
y +a
n−1
+ +a
0
x
n−1
= 0,
ce qui prouve que y est dans A.
10. THÉORÈME DES ZÉROS DE HILBERT 111
Théorème 10.2 (Nullstellensatz faible). — Soit K →L une extension de corps telle que L
est une K-algèbre de type fini. L’extension K →L est finie.
Démonstration. — Par le lemme de normalisation, il existe des éléments algébriquement
indépendants a
1
, . . . , a
n
de L tels que L soit une extension finie, donc entière (cor. 8.4), de
K[a
1
, . . . , a
n
]. Par le lemme 10.1, K[a
1
, . . . , a
n
] est un corps, donc n = 0.
Le Nullstellensatz entraîne que si K est un corps, pour tout idéal maximal m de l’anneau
K[X
1
, . . . , X
n
], le corps K[X
1
, . . . , X
n
]/m, qui est une K-algèbre de type fini, est une
extension finie de K.
Corollaire 10.3. — Soit K un corps algébriquement clos. Les idéaux maximaux de l’anneau
K[X
1
, . . . , X
n
] sont les idéaux
m
x
:= (X
1
−x
1
, . . . , X
n
−x
n
)
pour x = (x
1
, . . . , x
n
) décrivant K
n
.
Démonstration. — Soit x ∈ K
n
. L’idéal m
x
est le noyau du morphisme (surjectif) d’évalua-
tion e
x
: K[X
1
, . . . , X
n
] →K défini par e
x
(P) = P(x). On a donc K[X
1
, . . . , X
n
]/m
x
·
K et m
x
est donc bien un idéal maximal (quel que soit le corps K).
Inversement, si m est un idéal maximal, on a vu ci-dessus que K[X
1
, . . . , X
n
]/m est une
extension finie de K, qui est donc, K étant algébriquement clos, isomorphe à K. Soit x
i
l’image de X
i
par cet isomorphisme. Chaque polynôme X
i
− x
i
s’annule dans ce quotient,
donc est dans m. L’idéal maximal m
(x
1
,...,x
n
)
est contenu dans m, donc lui est égal.
Corollaire 10.4. — Soit K un corps algébriquement clos. Considérons un système d’équa-
tions polynomiales
_
¸
_
¸
_
F
1
(x
1
, . . . , x
n
) = 0
.
.
.
F
r
(x
1
, . . . , x
n
) = 0
à coefficients dans K. Pour que ce système n’admette aucune solution dans K
n
, il faut et il
suffit qu’il existe G
1
, . . . , G
r
∈ K[X
1
, . . . , X
n
] tels que

r
i=1
F
i
G
i
= 1.
Démonstration. — Soit I l’idéal de K[X
1
, . . . , X
n
] engendré par F
1
, . . . , F
r
. Pour que x ∈
K
n
soit solution du système, il faut et il suffit que e
x
(F
i
) soit nul pour tout i, c’est-à-dire que
I soit contenu dans Ker(e
x
) = m
x
.
Pour que le système n’ait pas de solution, il faut et il suffit donc que I ne soit contenu dans
aucun m
x
, donc dans aucun idéal maximal de K[X
1
, . . . , X
n
] (cor. 10.3). Cela n’est possible
que lorsque I = K[X
1
, . . . , X
n
], c’est-à-dire lorsque 1 ∈ I.
112 CHAPITRE III. ANNEAUX
Il existe des versions « effectives » de ce résultat qui bornent a priori les degrés des poly-
nômes G
i
en fonction de ceux des F
i
; c’est important du point de vue du calcul pratique des
G
i
et de la preuve de leur existence (ou pas)
(12)
.
Exercice 10.5. — Soit K un corps quelconque et soient F
1
, . . . , F
r
∈ K[X
1
, . . . , X
n
] des
polynômes qui n’ont pas de zéro commun dans une clôture algébrique K de K (c’est-à-dire
que le système d’équations du cor. 10.4 n’a aucune solution dans K
n
). Montrer qu’il existe des
polynômes G
1
, . . . , G
r
∈ K[X
1
, . . . , X
n
] tels que
P
r
i=1
F
i
G
i
= 1.
Corollaire 10.6. — Soit K un corps et soit I un idéal de K[X
1
, . . . , X
n
]. On a

I =

I⊆m maximal
m.
Rappelons que dans tout anneau,

I est l’intersection des idéaux premiers contenant I
(lemme 3.2.b)).
Démonstration. — Une inclusion est claire. Soit donc P / ∈

I. Nous allons construire
un idéal maximal de K[X
1
, . . . , X
n
] contenant I mais pas P. Considérons l’idéal J de
K[X
1
, . . . , X
n
, X
n+1
] engendré par X
n+1
P − 1 et I. Si J = K[X
1
, . . . , X
n+1
], on peut
écrire
(8) 1 = A(X
1
, . . . , X
n+1
)(X
n+1
P −1) +
m

j=0
X
j
n+1
F
j
(X
1
, . . . , X
n
),
où les F
j
sont tous dans I. Considérons le morphisme d’anneaux
K[X
1
, . . . , X
n
, X
n+1
] →K(X
1
, . . . , X
n
)
qui envoie X
i
sur X
i
pour 1 ≤ i ≤ n et X
n+1
sur 1/P. L’image de (8) par ce morphisme se
réécrit, dans K[X
1
, . . . , X
n
],
P
m
=
m

j=0
P
m−j
F
j
(X
1
, . . . , X
n
),
ce qui contredit le fait que P n’est pas dans

I. On a donc J ,= K[X
1
, . . . , X
n+1
] et il existe
un idéal maximal n de K[X
1
, . . . , X
n+1
] contenant J.
Comme on l’a vu plus haut, l’extension de corps K → K[X
1
, . . . , X
n+1
]/n est finie.
Posons
m := n ∩ K[X
1
, . . . , X
n
].
12. Kollár a démontré (Sharp effective Nullstellensatz, J. Amer. Math. Soc. 1 (1988), 963–975) que si
F
1
, . . . , F
r
∈ K[X
1
, . . . , X
n
], avec n ≥ 2, n’ont pas de zéro commun (dans une clôture algébrique de K) et
que d
1
≥ · · · ≥ d
r
≥ 3, où d
i
:= deg(F
i
), il existe des polynômes G
1
, . . . , G
r
∈ K[X
1
, . . . , X
n
] comme dans
l’énoncé du corollaire avec deg(F
i
G
i
) ≤ d
1
· · · d
r
pour tout i.
10. THÉORÈME DES ZÉROS DE HILBERT 113
C’est un idéal de K[X
1
, . . . , X
n
] contenant I, mais pas P (puisque 1 = X
n+1
P −(X
n+1
P −
1) / ∈ n) et on a des inclusions
K ⊆ K[X
1
, . . . , X
n
]/m ⊆ K[X
1
, . . . , X
n+1
]/n.
Le K-espace vectoriel K[X
1
, . . . , X
n
]/m est donc de dimension finie, de sorte que l’an-
neau intègre K[X
1
, . . . , X
n
]/m est une extension d’anneaux finie de K. C’est donc un corps
(lemme 10.1), ce qui montre que m est un idéal maximal de K[X
1
, . . . , X
n
] contenant I mais
pas P.
Corollaire 10.7. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini. Les points fermés
sont denses dans toute partie fermée de Spec(A).
Un anneau A qui vérifie la conclusion du corollaire est dit « anneau de Jacobson ».
Démonstration. — On peut écrire A comme quotient d’une algèbre de polynômes B :=
K[X
1
, . . . , X
n
], de sorte que Spec(A) s’identifie à une partie fermée de Spec(B). Il suffit
donc de traiter le cas A = B.
Toute partie fermée de Spec(B) est du type V (I), où I est un idéal radical de B. L’adhé-
rence de l’ensemble des points fermés de V (I) s’écrit V (J) ⊆ V (I), où J est un idéal radical
de B contenant I.
Tous les idéaux maximaux de B qui sont dans V (I), c’est-à-dire qui contiennent I, sont
alors dans V (J), donc contiennent J. Le cor. 10.6 entraîne alors
I =

I⊆m maximal
m ⊇

J⊆m maximal
m = J,
d’où V (I) ⊆ V (J). Cela montre que les points fermés sont denses dans toute partie fermée
de Spec(B).
Rappelons que les points fermés ne sont en général pas denses dans le spectre d’un anneau,
même noethérien (cf. ex. 5.6). Cela nous permet d’ailleurs de démontrer un résultat déjà
évoqué pp. 70 et 100.
Corollaire 10.8. — Soit A un anneau non nul. L’anneau A[[X]] n’est pas une A-algèbre de
type fini.
Démonstration. — Quitte à quotienter par un idéal maximal de A (qui existe puisque A est
non nul), on peut supposer que A est un corps K. L’unique point fermé de Spec(K[[X]])
n’est alors pas dense, donc K[[X]] n’est pas une K-algèbre de type fini par le cor. 10.7.
Lorqu’il y a beaucoup de points fermés dans le spectre d’un anneau A, on peut se limiter
à considérer le sous-ensemble
Specmax(A) := ¦idéaux maximaux de A¦
114 CHAPITRE III. ANNEAUX
de Spec(A), muni de la topologie induite par la topologie de Zariski. Il a l’« avantage »
psychologique que tous ses points sont fermés
(13)
.
Soit A une algèbre de type fini sur un corps (on dit souvent que A est une algèbre « géo-
métrique »). Notons ι : Specmax(A) →Spec(A) l’injection naturelle. Pour tout fermé F de
Spec(A), on a F = ι
−1
(F) (cor. 10.7) et F est irréductible si et seulement si ι
−1
(F) l’est
(prop. 5.15).
Proposition 10.9. — Soit K un corps algébriquement clos. L’application
ϕ : K
n
→Specmax(K[X
1
, . . . , X
n
])
qui associe à (x
1
, . . . , x
n
) l’idéal maximal (X
1
−x
1
, . . . , X
n
−x
n
) est une bijection. Pour
tout idéal I de K[X
1
, . . . , X
n
], on a
ϕ
−1
(V
max
(I)) = ¦x ∈ K
n
[ ∀P ∈ I P(x) = 0¦.
Démonstration. — Le fait que ϕ soit une bijection est juste le cor. 10.3. Pour le second point,
on a
ϕ
−1
(V
max
(I)) = ¦x ∈ K
n
[ m
x
⊇ I¦ = ¦x ∈ K
n
[ e
x
(I) = 0¦
et e
x
(I) = 0 est équivalent au fait que tous les éléments de I s’annulent en x.
Toujours si K est algébriquement clos, la bijection ϕ permet de munir aussi K
n
d’une
topologie, encore dite de Zariski, pour laquelle les fermés sont les sous-ensembles décrits
ci-dessus, c’est-à-dire les
V
max
(I) := ¦x ∈ K
n
[ ∀P ∈ I P(x) = 0¦.
On a défini en général dans § 5.1 (6) des bijections réciproques
{idéaux radicaux de A}
V

{parties fermées de Spec(A)}.
I
¸
Lorsque A = K[X
1
, . . . , X
n
], comme alors V (I) = V
max
(I), celles-ci induisent des bijec-
tions réciproques
{idéaux radicaux de K[X
1
, . . . , X
n
]}
V
max

{parties fermées de K
n
},
I
max
¸

I
max
(S) := ¦P ∈ K[X
1
, . . . , X
n
] [ ∀x ∈ S P(x) = 0¦.
13. Rappelons cependant que même s’il peut sembler désagréable d’avoir à considérer l’espace topologique
Spec(A) et ses points non fermés, c’est celui qui se comporte le mieux en général : l’avantage primordial des
idéaux premiers sur les idéaux maximaux est que l’image inverse d’un idéal premier par un morphisme d’anneaux
est encore un idéal premier, alors que ce n’est pas vrai en général pour les idéaux maximaux ; c’est cet avantage
essentiel qui permet d’avoir la propriété fonctorielle de l’exerc. 5.7.a).
10. THÉORÈME DES ZÉROS DE HILBERT 115
Plus généralement, si A est une K-algèbre de type fini, on peut l’écrire sous la forme (non
unique) A = K[X
1
, . . . , X
n
]/I, et Specmax(A) est homéomorphe à V
max
(I) ⊆ K
n
. On a
alors des bijections réciproques
{idéaux radicaux de A}
V
max

{parties fermées de V
max
(I) ⊆ K
n
},
I
max
¸
Exemple 10.10. — Soit K un corps algébriquement clos, soit P un élément non nul de
K[X
1
, . . . , X
n
] et soit V
max
(P) ⊆ K
n
l’hypersurface qu’il définit. Si
P = uP
v
1
1
P
v
n
n
est sa décomposition en produits d’irréductibles, on a (lemme 5.1)
V
max
(P) = V
max
((P
1
)
v
1
(P
n
)
v
n
) = V
max
(P
1
) ∪ ∪ V
max
(P
n
).
Comme chaque P
i
est irréductible, chaque idéal (P
i
) est premier (prop. 1.3), donc chaque
V
max
(P
i
) est irréductible et ils sont distincts deux à deux (prop. 5.17) : ce sont les composantes
irréductibles de V
max
(P) (§ 5.2). Nous montrerons dans le cor. 11.15 (cf. aussi cor. 12.5)
qu’elles sont toutes de dimension n −1.
Exemple 10.11. — Soit K un corps algébriquement clos, soit I = (X
2
, XY ) ⊆ K[X, Y ]
l’idéal considéré dans l’ex. 4.15, et soit A la K-algèbre K[X, Y ]/I. On a

I = (X) et
Specmax(A) · V
max
(I) = V
max
(

I) = ¦(x, y) ∈ K
2
[ x = 0¦.
C’est une droite dans le plan affine. Elle est irréductible (donc aussi Spec(A)).
Exemple 10.12. — Soit K un corps algébriquement clos, soit
I = (X
2
Y
3
−X
3
Y Z, Y
2
Z −XZ
2
) ⊆ K[X, Y, Z]
l’idéal considéré p. 83, et soit A la K-algèbre K[X, Y, Z]/I. On a

I = (Y
2
−XZ) ∩ (X, Z)
et
Specmax(A) · V
max
(I) = V
max
(

I)
= ¦(x, y, z) ∈ K
3
[ y
2
= xz¦ ∪ ¦(x, y, z) ∈ K
3
[ x = z = 0¦.
C’est la réunion d’une surface quadrique et d’une droite dans l’espace affine, qui sont ses
composantes irréductibles (pourquoi ?).
Exemple 10.13. — Soit K un corps algébriquement clos, soit
I = (XY, Y Z, ZX) ⊆ K[X, Y, Z]
l’idéal considéré dans l’exerc. 4.27, et soit A la K-algèbre K[X, Y, Z]/I. On a
Specmax(A) · V
max
(I) = (K ¦0¦ ¦0¦) ∪ (¦0¦ K ¦0¦) ∪ (¦0¦ ¦0¦ K).
C’est la réunion des trois axes de coordonnées dans l’espace affine, qui sont ses composantes
irréductibles.
116 CHAPITRE III. ANNEAUX
Exemple 10.14. — Soit K un corps algébriquement clos et soit A la K-algèbre
K[X, Y ]/(XY ) considérée dans l’ex. 5.20. On a
Specmax(A) · (K ¦0¦) ∪ (¦0¦ K).
C’est la réunion des deux axes de coordonnées dans le plan affine, qui sont ses composantes
irréductibles.
Exemple 10.15. — Soit K un corps algébriquement clos et soit A la sous-K-algèbre
K[X
2
, X
3
] de K[X] considérée dans l’ex. 8.22. Elle est de type fini, engendrée par X
2
et X
3
, avec la relation (X
2
)
3
= (X
3
)
2
, ce qui permet de l’écrire
A · K[Y, Z]/(Y
3
−Z
2
).
On a donc
Specmax(A) · ¦(y, z) ∈ K
2
[ y
3
= z
2
¦.
C’est une courbe irréductible (pourquoi ?) plane. Le fait que l’anneau A ne soit pas inté-
gralement clos est relié au fait que cette courbe présente une singularité en (0, 0) (cf. exerc.
16.2).
Exercice 10.16. — Soit A un anneau qui est une extension de type fini de Z. Montrer que pour
tout idéal maximal m de A, le corps A/m est fini (Indication : on pourra appliquer le th. 10.2 à
la (Z/Z ∩ m)-algèbre A/m, puis montrer Z ∩ m = 0).
11. « Going-up » et théorème de Cohen-Seidenberg
Soit ι : A →B une extension d’anneaux entière. On va étudier l’application induite
Spec(B)
ι

q
_

Spec(A) q ∩ A
Dans ce contexte, on dit souvent que l’idéal q est « au-dessus » de l’idéal p := q ∩ A (il est
traditionnel de se représenter une application telle que ι

« verticalement », comme ci-dessus,
avec sa source au-dessus de son but). La fibre d’un élément p de Spec(A) est (ι

)
−1
(p),
c’est-à-dire l’ensemble (fermé) des idéaux de B au-dessus de p.
Lemme 11.1. — Soit q un idéal premier de B. Si ι

(q) = p, l’idéal p est maximal si et
seulement si q est maximal.
Démonstration. — Le noyau de la composée A →B →B/q est p. On a donc une extension
d’anneaux intègres A/p → B/q qui est entière (le vérifier !) et le lemme résulte du lemme
10.1.
Lemme 11.2. — Soient q
1
et q
2
des idéaux premiers de B. Si q
1
⊆ q
2
et ι

(q
1
) = ι

(q
2
),
on a q
1
= q
2
.
11. « GOING-UP » ET THÉORÈME DE COHEN-SEIDENBERG 117
Démonstration. — Posons p := ι

(q
1
) = ι

(q
2
), idéal premier de A. Considérons la partie
multiplicative S = A p de A (et de B). On a (lemme 6.7)
pS
−1
A = q
1
S
−1
B ∩ S
−1
A = q
2
S
−1
B ∩ S
−1
A.
Comme l’idéal pS
−1
A est maximal et que l’extension S
−1
A → S
−1
B est entière (lemme
8.8), l’idéal q
1
S
−1
B est maximal (lemme 11.1). Il en est de même pour l’idéal q
2
S
−1
B, et
comme il contient le précédent, ils sont égaux. On en déduit
q
1
= (q
1
S
−1
B) ∩ B = (q
2
S
−1
B) ∩ B = q
2
,
d’où le lemme.
Lemme 11.3. — L’application ι

est surjective.
Démonstration. — On peut supposer l’anneau A non nul (puisque sinon, son spectre est
vide !). Il s’agit de montrer que pour tout idéal premier p de A, il existe un idéal premier q de
B tel que q ∩ A = p.
Considérons la partie multiplicative S = A p. L’extension S
−1
A → S
−1
B est entière
(lemme 8.8). Si m est un idéal maximal de l’anneau (non nul !) S
−1
B, l’idéal m ∩ S
−1
A
est un idéal maximal de S
−1
A (lemme 11.1). Cet anneau étant local, c’est pS
−1
A. Posons
q := m ∩ B (c’est l’abus de notation usuel : on écrit ∩ B pour désigner l’image inverse par
B →S
−1
B). On a alors (avec les mêmes abus de notation)
q ∩ A = m∩ B ∩ A = m∩ S
−1
A∩ A = pS
−1
A∩ A = p,
ce qui termine la preuve.
Exercice 11.4. — Soit ι : A →B une extension d’anneaux.
a) Montrer que l’application ι

: Spec(B) → Spec(A) est dominante, c’est-à-dire que son
image est dense dans Spec(A).
b) Si ι est une extension entière, montrer que l’application ι

est fermée, c’est-à-dire que
pour toute partie fermée F de Spec(B), la partie ι

(F) de Spec(A) est fermée.
Le théorème suivant est appelé dans la littérature « going-up ». Ce nom provient de sa
représentation suivante : on se demande si on peut trouver q
2
qui complète le diagramme
ci-dessous
Spec(B)
ι

q
1
_

⊆ q
2
?
_

Spec(A) p
1 ⊆ p
2
(voir th. 13.4 pour le « going-down », un énoncé analogue mais de démonstration plus déli-
cate !).
118 CHAPITRE III. ANNEAUX
Théorème 11.5 (« Going-up »). — Soit A → B une extension d’anneaux entière. Soient
p
1
⊆ p
2
⊆ A des idéaux premiers et soit q
1
un idéal premier de B au-dessus de p
1
. Il existe
une idéal premier q
2
de B, contenant q
1
, au-dessus de p
2
.
Démonstration. — L’extension d’anneaux A/p
1
→ B/q
1
est entière. Par le lemme 11.3,
il existe un idéal premier de B/q
1
au-dessus de l’idéal premier p
2
/p
1
de A/p
1
. Cet idéal
correspond à un idéal premier de B contenant q
1
au-dessus de p
2
.
Exercice 11.6. — Soit ι : A → B une extension d’anneaux. Si l’application ι

est fermée (cf.
exerc. 11.4), montrer que ι satisfait la propriété de « going-up ».
Remarque 11.7. — En termes « géométriques », la propriété de « going-up » pour une ex-
tension d’anneaux ι : A → B signifie la chose suivante : pour tous fermés irréductibles
F
2
⊆ F
1
de Spec(A), et tout fermé irréductible G
1
⊆ Spec(B) tel que ι

(G
1
) = F
1
, il
existe un fermé irréductible G
2
⊆ G
1
tel que ι

(G
2
) = F
2
.
Théorème 11.8 (Cohen-Seidenberg, 1946). — Soit A → B une extension d’anneaux en-
tière. On a dim(A) = dim(B).
Démonstration. — Comme A est nul si et seulement si B est nul, et que dans ce cas, ces
anneaux sont de même dimension −∞, on va supposer A et B non nuls, donc de dimension
≥ 0.
Soit q
n
q
0
une chaîne d’idéaux premiers de B. Alors
(q
n
∩ A) (q
0
∩ A)
est une chaîne d’idéaux premiers de A (lemme 11.2). On en déduit dim(A) ≥ dim(B).
Inversement, si on se donne une chaîne d’idéaux premiers p
m
p
0
de A, et q
0
un
idéal premier de B tel que q
0
∩ A = p
0
(lemme 11.3), on va montrer par récurrence sur m
qu’on peut trouver une chaîne d’idéaux premiers q
m
q
0
de B telle que q
i
∩ A = p
i
pour tout i. Le cas m = 0 est trivial. Si p
m−1
p
0
est relevée en q
m−1
q
0
,
le th. 11.5 montre qu’il existe un idéal premier q
m
q
m−1
au-dessus de p
m
. On a donc
dim(A) ≤ dim(B).
Exemple 11.9. — Soit K un corps. L’extension
ι : K[X] →K[X, Y ]/(X
2
+Y
2
−1)
est finie (donc entière) puisque les classes de 1 et de Y engendrent le K[X]-module
K[X, Y ]/(X
2
+Y
2
−1). On en déduit que la dimension de Krull de l’anneau K[X, Y ]/(X
2
+
Y
2
−1) est 1 (ex. 5.26 et th. 11.8).
Si K est algébriquement clos, l’application ι

max
s’identifie à la projection
¦(x, y) ∈ K
2
[ x
2
+y
2
= 1¦ −→ K
(x, y) −→ x.
11. « GOING-UP » ET THÉORÈME DE COHEN-SEIDENBERG 119
Elle est bien surjective. Tout point a deux préimages, sauf −1 et 1, qui n’en ont qu’une.
Exercice 11.10. — Soit K un corps. Montrer que les K-algèbres K[X] et K[X, Y ]/(X
2
+
Y
2
− 1) sont isomorphes. Montrer que les R-algèbres R[X] et R[X, Y ]/(X
2
+ Y
2
+ 1) ne
sont pas isomorphes. Si a ∈ K, à quelle condition nécessaire et suffisante les K-algèbres K[X]
et K[X, Y ]/(X
2
+Y
2
−a) sont-elles isomorphes ?
Théorème 11.11. — Soit K un corps. Pour tout n ∈ N, la dimension de Krull de l’anneau
K[X
1
, . . . , X
n
] est n.
Démonstration. — On a déjà remarqué (ex. 5.28) que cette dimension est ≥ n. Nous allons
procéder par récurrence sur n pour montrer l’égalité (qui a bien lieu pour n = 0). Supposons
donc n ≥ 1 et soit p
m
p
1
(0), avec m ≥ 1, une chaîne d’idéaux premiers de
A := K[X
1
, . . . , X
n
] et soit P un élément non nul de p
1
. Alors
p
m
/(P) p
1
/(P)
est une chaîne d’idéaux premiers de l’anneau B := A/(P), donc dim(B) ≥ m− 1. Soit x
i
l’image de X
i
dans B. Les éléments x
1
, . . . , x
n
de B sont algébriquement liés, donc il existe
(lemme 9.2) des éléments y
1
, . . . , y
n−1
de B tels que x
n
est entier sur B

:= K[y
1
, . . . , y
n−1
]
et B = B

[x
n
]. Le th. 11.8 donne dim(B

) = dim(B).
D’autre part, B

est un quotient de l’algèbre de polynômes K[Y
1
, . . . , Y
n−1
], donc, par
l’hypothèse de récurrence,
dim(B

) ≤ dim(K[Y
1
, . . . , Y
n−1
]) = n −1.
On en déduit m−1 ≤ dim(B) = dim(B

) ≤ n −1, ce qui donne l’inégalité cherchée.
Remarque 11.12. — On peut montrer que l’anneau de séries formelles K[[X
1
, . . . , X
n
]] est
aussi de dimension n ([ZS2], th. 33 ; cf. exerc. 5.29).
Corollaire 11.13. — Toute algèbre de type fini sur un corps est de dimension de Krull finie.
Démonstration. — Soit A une telle algèbre sur un corps K. Le lemme de normalisation (th.
9.1) dit que c’est une extension finie d’un anneau de polynômes K[X
1
, . . . , X
n
]. Par le th.
11.8 et le th. 11.11, on en déduit dim(A) = n.
Exercice 11.14. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini. Pour tout n ∈ N,
montrer dim(A[X
1
, . . . , X
n
]) = dim(A) + n (Indication : on pourra utiliser le th. 9.1 et le th.
11.11).
Corollaire 11.15. — Soit K un corps et soit P un élément non constant de K[X
1
, . . . , X
n
].
La dimension de K[X
1
, . . . , X
n
]/(P) est n −1.
Nous donnerons dans le cor. 12.5 une autre démonstration de ce résultat.
120 CHAPITRE III. ANNEAUX
Démonstration. — La démonstration du lemme 9.2 nous dit que la K-algèbre
A := K[X
1
, . . . , X
n
]/(P) est finie sur la sous-K-algèbre engendrée par les classes y
i
de
Y
i
:= X
i
−X
e
i
n
, pour 1 ≤ i ≤ n −1 et e ¸0.
Montrons que ces classes sont algébriquement indépendantes dans A. Si ce n’est pas le
cas, il existe un polynôme non nul R ∈ K[Y
1
, . . . , Y
n−1
] tel que
P(X
1
, . . . , X
n
) [ R(X
1
−X
e
n
, . . . , X
n−1
−X
e
n−1
n
)
dans K[X
1
, . . . , X
n
], ou encore
Q(Y
1
, . . . , Y
n−1
, X
n
) := P(Y
1
+X
e
n
, . . . , Y
n−1
+X
e
n−1
n
, X
n
) [ R(Y
1
, . . . , Y
n−1
)
dans K[Y
1
, . . . , Y
n−1
, X
n
]. Mais on a vu au cours de la preuve du lemme 9.2 que comme P
est non constant, le degré de Q, vu comme polynôme en X
n
, est, pour e ¸ 0, strictement
positif. Comme R est de degré nul en X
n
, on a une contradiction.
Le th. 11.8 donne dim(A) = dim(K[y
1
, . . . , y
n−1
]). Comme les y
i
sont algébriquement
indépendants, le th. 11.11 nous donne dim(K[y
1
, . . . , y
n−1
]) = n − 1, ce qui termine la
preuve du corollaire.
Soit ι : A → B une extension de type fini d’anneaux intègres et soit  : K
A
→ K
B
l’extension des corps de fractions associée. La condition que ι est une extension d’anneaux
finie est très forte. Elle entraîne que  est une extension de corps finie (exerc. 8.10) ; la ré-
ciproque est fausse, comme le montre l’exemple ci-dessous, mais on peut quand même dire
quelque chose. Supposons donc l’extension  finie, et soient b
1
, . . . , b
n
des générateurs de la
A-algèbre B. Chaque b
i
est algébrique sur K
A
; soit f un dénominateur commun à tous les
coefficients des polynôme minimaux correspondants. Chaque b
i
est alors algébrique sur le
localisé A
f
, donc l’extension A
f
→B
f
est finie (prop. 8.5.c)). En particulier, l’application
ι

: Spec(B) →Spec(A)
se restreint sur l’ouvert dense Spec(B
f
) ⊆ Spec(B) en une application
Spec(B
f
) →Spec(A
f
)
à laquelle on peut appliquer les résultats vus plus haut : elle est surjective (lemme 11.3),
fermée (exerc. 11.4) et à fibres finies (rem. 13.3).
Exemple 11.16. — Soit K un corps algébriquement clos. Posons A = K[X, Y ] et B =
K[X, Y, Z]/(XZ −Y ). L’inclusion ι : A →B n’est pas entière car l’application
ι

max
: Specmax(B) = ¦(x, y, z) ∈ K
3
[ xz = y¦ −→ K
2
= Specmax(A)
(x, y, z) −→ (x, y)
n’est pas surjective (lemme 11.3) : son image est ¦(x, y) ∈ K
2
[ x ,= 0 ou x = y = 0¦.
L’inclusion  : K
A
→ K
B
est un isomorphisme puisque Z = Y/X dans K
A
. L’inclusion
12. BASES ET DEGRÉ DE TRANSCENDANCE 121
A
X
→B
X
est aussi un isomorphisme. Cela correspond au fait que l’application
¦(x, y, z) ∈ K
3
[ xz = y, x ,= 0¦ −→ ¦(x, y) ∈ K
2
[ x ,= 0¦
induite par ι

max
est un isomorphisme.
Exercice 11.17. — Soit K un corps. Soit Ale sous-anneau de K[X, Y ] engendré par les X
n
Y ,
pour n ∈ N

(il n’est pas noethérien par l’exerc. 2.6). Montrer que l’extension d’anneaux in-
tègres A →K[X, Y ] n’est pas de type fini, mais qu’elle induit un isomorphisme entre les corps
de fractions.
12. Bases et degré de transcendance
On s’intéresse ici aux extensions de corps qui ne sont pas algébriques, en définissant leur
degré de transcendance. Nous faisons ensuite le lien entre ce degré et la dimension des al-
gèbres intègres de type fini sur un corps.
Définition 12.1. — Soit K ⊆ L une extension de corps. Une partie B de L est une base de
transcendance de L sur K si
– les éléments de B sont algébriquement indépendants sur K
(14)
;
– le corps L est une extension algébrique du corps K(B).
Par exemple, ¦X
1
, . . . , X
n
¦ est une base de transcendance de K(X
1
, . . . , X
n
) sur K,
tandis que ∅ est une base de transcendance de n’importe quelle extension algébrique.
Si K → L une extension de corps de type fini et que S ⊆ L est une partie finie telle
que L = K(S), un sous-ensemble maximal algébriquement indépendant de S est une base
de transcendance finie de L sur K. Il existe donc toujours (pour une extension de type fini),
une base de transcendance. Nous allons maintenant montrer que ces bases ont toutes le même
cardinal
(15)
.
Proposition 12.2. — Soit K →L une extension de corps de type fini.
a) Soit A ⊆ L une partie finie formée d’éléments algébriquement indépendants et soit
S ⊆ L une partie telle que L est algébrique sur K(S). Alors Card(S) ≥ Card(A).
b) Toutes les bases de transcendance de L sur K ont le même cardinal.
Dans la situation de la proposition, le cardinal commun des bases de transcendance de L
sur K s’appelle le degré de transcendance de L sur K ; on le note deg.tr
K
L.
14. Cela siginife que tout sous-ensemble fini de B a cette propriété.
15. Nous nous limitons ici aux extensions de type fini, mais on peut développer cette théorie (qui est d’ailleurs
analogue à celle des bases dans les espaces vectoriels, et qui est traitée parallèlement dans [ZS1]) pour toute exten-
sion ([ZS1], Ch. 2, §12, th. 24).
122 CHAPITRE III. ANNEAUX
Démonstration. — Notons A = ¦a
1
, . . . , a
n
¦. On peut supposer n > 0. Si tous les éléments
de S sont algébriques sur K(a
2
, . . . , a
n
), l’extension K(a
2
, . . . , a
n
) ⊆ K(¦a
2
, . . . , a
n
¦ ∪
S) est algébrique (cor. 2.11), donc aussi l’extension K(a
2
, . . . , a
n
) ⊆ L par le th. 2.14
(puisque L est algébrique sur K(S)), ce qui est absurde (puisque a
1
n’est pas algébrique sur
K(a
2
, . . . , a
n
)).
Il existe donc un élément s
1
de S qui n’est pas algébrique sur K(a
2
, . . . , a
n
), de sorte que
s
1
, a
2
, . . . , a
n
sont algébriquement indépendants. En continuant ainsi, on peut remplacer un
par un les éléments a
1
, . . . , a
n
de A par des éléments s
1
, . . . , s
n
de S (qui restent algébri-
quement indépendants, donc distincts), ce qui montre a).
Soient B et B

des bases de transcendance de L sur K, avec B finie. Tout sous-ensemble
fini A de B

est formé d’éléments algébriquement indépendants, donc est de cardinal ≤
Card(B) par a). On en déduit que B

est (fini) de cardinal ≤ Card(B). Par symétrie, on
a égalité.
Exercice 12.3. — Soient K ⊆ L et L ⊆ M des extensions de corps de type fini. Montrer
deg.tr
K
M = deg.tr
K
L + deg.tr
L
M.
Théorème 12.4. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini intègre de corps
des fractions K
A
. On a
dim(A) = deg.tr
K
K
A
.
Démonstration. — D’après le lemme de Noether (th. 9.1), il existe des éléments algébri-
quement indépendants a
1
, . . . , a
n
de A tels que A soit une extension finie de K[a
1
, . . . , a
n
].
Alors ¦a
1
, . . . , a
n
¦ est une base de transcendance de K
A
sur K et
deg.tr
K
K
A
= n = dim(K[a
1
, . . . , a
n
]) = dim(A),
ce qui prouve la proposition.
On peut donner une autre preuve du corollaire 11.15.
Corollaire 12.5. — Soit K un corps et soit P un élément non constant de K[X
1
, . . . , X
n
].
La dimension de K[X
1
, . . . , X
n
]/(P) est n −1.
Démonstration. — Grâce à l’ex. 10.10, on peut supposer P irréductible puis, quitte à réor-
donner les variables, P / ∈ K[X
1
, . . . , X
n−1
]. Le morphisme canonique entre anneaux in-
tègres
K[X
1
, . . . , X
n−1
] →A := K[X
1
, . . . , X
n
]/(P)
est alors injectif, d’où une extension de corps
K(X
1
, . . . , X
n−1
) →K
A
13. « GOING-DOWN» 123
qui est finie (puisque K
A
est engendré sur K(X
1
, . . . , X
n−1
) par l’élément algébrique
¯
X
n
).
On en déduit
dim(A) = deg.tr
K
K
A
= deg.tr
K
K(X
1
, . . . , X
n−1
) = n −1,
ce qui prouve le corollaire.
Exercice 12.6. — Soit K un corps algébriquement clos. On considère des polynômes homo-
gènes P
1
, . . . , P
m
∈ K[X
1
, . . . , X
n
] de degré > 0. Le but de l’exercice est de montrer que si
n > m, il existe dans K
n
un zéro différent de (0, . . . , 0) commun à P
1
, . . . , P
m
. On suppose
donc que le seul zéro commun à P
1
, . . . , P
m
est (0, . . . , 0) et on va montrer n ≤ m.
a) Montrer qu’il existe r ∈ N tel que tout monôme de degré (total) ≥ r en X
1
, . . . , X
n
appartienne à l’idéal engendré par P
1
, . . . , P
m
dans K[X
1
, . . . , X
n
].
b) En déduire que tout monôme de degré total ≥ r en X
1
, . . . , X
n
peut s’écrire sous la forme
Q(X
1
, . . . , X
n
), où Q est un polynôme de degré total < r en X
1
, . . . , X
n
à coefficients
dans l’anneau A := K[P
1
, . . . , P
m
] ⊆ K[X
1
, . . . , X
n
].
c) En notant K
A
= K(P
1
, . . . , P
m
) ⊆ K(X
1
, . . . , X
n
) le corps des fractions de l’anneau
intègre A, en déduire que le K
A
-espace vectoriel K
A
[X
1
, . . . , X
n
] est de dimension finie.
Conclure que K(X
1
, . . . , X
n
) est un K
A
-espace vectoriel de dimension finie.
d) En raisonnant sur le degré de transcendance, conclure n ≤ m.
13. « Going-down »
Soit ι : A → B une extension d’anneaux. Nous avons vu dans le § 11 que des propriétés
algébriques de ι se traduisent par des propriétés topologiques de l’application continue ι

:
Spec(B) → Spec(A). Par exemple, si ι est entière, ι

est surjective (lemme 11.3) et fermée
(exerc. 11.4). Nous continuons ici à explorer ces relations.
Théorème 13.1. — Soit A un anneau intégralement clos, soit K son corps des fractions,
soit K →L une extension finie et normale et soit B ⊆ L la clôture intégrale de A dans L.
Soit p un idéal premier de A. Tous les idéaux premiers de B au-dessus de p sont conjugués
sous l’action du groupe des automorphismes de L sur K.
Démonstration. — Commençons par remarquer que l’image d’un élément de B par n’im-
porte quel élément σ de G := Gal(L/K) est encore entière sur A(elle est racine du même po-
lynôme unitaire à coefficients dans A), donc est dans B. En d’autres termes, on a σ(B) = B
et l’image par σ d’un idéal premier de B est encore un idéal premier de B. Le groupe G agit
alors bien sur l’ensemble des idéaux premiers q de B au-dessus de p, puisque ceux-ci sont
caractérisés par la propriété q ∩ A = p.
Soient q
1
et q
2
des idéaux premiers de B au-dessus de p. On raisonne par l’absurde, en
supposant
(9) ∀σ ∈ G q
2
,= σ(q
1
).
124 CHAPITRE III. ANNEAUX
On a alors
∀σ ∈ G q
2
,⊆ σ(q
1
).
En effet, σ(q
1
) et q
2
sont des idéaux premiers distincts de B au-dessus de p. Par le lemme
11.2, il ne peut y avoir d’inclusion entre les deux.
Par l’exerc. 4.5, q
2
n’est pas contenu dans la réunion

σ∈G
σ(q
1
). Il existe donc x ∈ q
2
qui n’est dans aucun σ(q
1
). Posons y
0
=

σ∈G
σ(x). On a y
0
∈ L
G
, de sorte que soit la
caractéristique de K est nulle et y := y
0
∈ K (l’extension K → L est alors galoisienne et
on peut appliquer le lemme I.6.27), soit la caractéristique de K est p > 0 et il existe n ≥ 0
tel que y := y
p
n
0
∈ K (exerc. I.6.30).
Chaque σ(x), donc aussi y, est dans B, donc entier sur A. Comme y ∈ K et que A est
intégralement clos, on a y ∈ A. Parmi les éléments de G se trouve l’identité. Tout comme x,
l’élément y de B est donc dans q
2
, de sorte que y ∈ q
2
∩A = p ⊆ q
1
. Comme q
1
est un idéal
premier, cela contredit le fait qu’aucun des σ(x) n’est dans q
1
(car σ(x) ∈ q
1
est la même
chose que x ∈ σ
−1
(q
1
)).
L’hypothèse (9) faite plus haut est donc absurde, et le théorème est démontré.
Corollaire 13.2. — Soit A → B une extension finie d’anneaux intègres, avec A intégrale-
ment clos. Les fibres de l’application canonique ι

: Spec(B) →Spec(A) sont finies.
Démonstration. — Soit K
A
le corps de fractions de A et soit K
B
celui de B. L’extension
K
A
→ K
B
induite par ι est alors finie (exerc. 8.10). Soit K
A
→ L la clôture normale de
K
A
→ K
B
dans une clôture algébrique de K
B
(prop. I.4.4). C’est une extension normale
finie de K
A
contenant K
B
. On note enfin C ⊆ L la clôture intégrale de A dans L; c’est une
extension entière
(16)
de A contenant B. On a des applications
Spec(C)

−→Spec(B)
ι

−→Spec(A).
Le th. 13.1 entraîne que la composée ι

◦ 

est à fibres finies (puisque le groupe Gal(L/K)
est fini), tandis que l’application 

est surjective (lemme 11.3). Cela entraîne que ι

est à
fibres finies.
Remarque 13.3. — On peut montrer que les fibres de ι

sont finies pour toute extension
finie d’anneaux ι (c’est-à-dire que les hypothèses « A intégralement clos et B intègre » dans
le corollaire sont inutiles). On trouvera une démonstration dans [B1], § 2, n
o
2, prop. 3 ; sans
être très difficile, elle fait appel à quelques notions que nous n’avons pas vues dans ce cours.
16. Pas nécessairement finie !
13. « GOING-DOWN» 125
Le théorème suivant est appelé dans la littérature « going-down » : on se demande si on
peut trouver q
1
qui complète le diagramme ci-dessous
Spec(B)
ι

q
1
?
_


q
2
_

Spec(A) p
1 ⊆ p
2
Théorème 13.4 (« Going-down »). — Soit A → B une extension finie d’anneaux intègres,
avec A intégralement clos. Soient p
1
⊆ p
2
des idéaux premiers de A et soit q
2
un idéal
premier de B au-dessus de p
2
. Il existe un idéal premier q
1
de B tel que q
1
⊆ q
2
au-dessus
de p
1
.
Démonstration. — On garde les mêmes notations que dans la preuve du cor. 13.2. Grâce au
lemme 11.3, il existe des idéaux premiers r
2
⊆ C au-dessus de q
2
et r

1
⊆ C au-dessus de p
1
.
Par le going-up (th. 11.5), on peut trouver r

2
⊆ C contenant r

1
au-dessus de p
2
. Mais alors
r
2
et r

2
sont au-dessus de p
2
, donc il existe (th. 13.1) σ ∈ Gal(L/K
A
) tel que σ(r

2
) = r
2
.
Posant r
1
:= σ(r

1
), on a r
1
⊆ r
2
et r
1
∩ A = r

1
∩ A = p
1
. Posant q
1
:= r
1
∩ B, on a
q
1
∩ A = p
1
et q
1
⊆ r
2
∩ B = q
2
. Ceci termine la preuve du théorème.
Remarque 13.5. — En termes « géométriques », la propriété de « going-down » pour une
extension d’anneaux ι : A → B signifie la chose suivante : pour tous fermés irréductibles
F
2
⊆ F
1
de Spec(A), et tout fermé irréductible G
2
⊆ Spec(B) tel que ι

(G
2
) = F
2
, il existe
un fermé irréductible G
1
⊇ G
2
tel que ι

(G
1
) = F
1
.
Exemple 13.6. — La propriété de « going-down » n’est pas vraie pour toutes les extensions
entières. Voici un contre-exemple dû à Cohen et Seidenberg
(17)
.
Considérons l’anneau B := Z[X]/(X
2
− X, 2X) et notons x ∈ B la classe de X. On a
B = Z+Zx, donc l’extension d’anneaux Z →B est finie. Considérons les idéaux premiers
(0) (2) de Z et l’idéal maximal q
2
:= (2, x − 1) de B au-dessus de (2). Il n’existe aucun
idéal premier q
1
⊆ q
2
de B au-dessus de (0). En effet, on aurait alors 2x = 0 ∈ q
1
et 2 / ∈ q
1
,
donc x ∈ q
1
; mais c’est impossible puisqu’alors 1 = (1 −x) +x ∈ q
2
.
Théorème 13.7. — Soit A → B une extension finie d’anneaux intègres, avec A intégrale-
ment clos. L’application canonique ι

: Spec(B) →Spec(A) est ouverte.
Démonstration. — Soit K
A
le corps de fractions de A et soit K
B
celui de B. Soit b ∈ B
non nul et soit
P(X) = X
n
+a
n−1
X
n−1
+ +a
1
X +a
0
∈ K
A
[X]
17. Il est tiré de l’article : Prime ideals and integral dependance, Bull. Amer. Math. Soc. 52 (1946), 252–261. Je
conseille la lecture de cet article, très accessible, qui démontre de façon très moderne beaucoup des théorèmes de
cette section. Les contre-exemples se trouvent au § 3.
126 CHAPITRE III. ANNEAUX
le polynôme minimal de b sur K
A
. Comme b est entier sur A, il existe un polynôme unitaire
Q ∈ A[X] tel que Q(b) = 0. Par définition du polynôme minimal, P divise Q. Comme A est
intégralement clos, le lemme 8.25 entraîne que P est à coefficients dans A (cf. aussi exerc.
8.18).
Nous allons montrer (avec les notations de (5))
ι

(D(b)) =
n−1
_
i=0
D(a
i
).
C’est donc un ouvert de Spec(A). Comme tout ouvert de Spec(B) est réunion d’ouverts du
type D(b), cela montrera le théorème.
Soit q ∈ D(b). Posons p := ι

(q) = q ∩ A. Si tous les a
i
sont dans p, on a b
n
∈ q,
donc b ∈ q puisque q est un idéal premier, ce qui contredit q ∈ D(b). On a donc bien
ι

(q) ∈

n−1
i=0
D(a
i
), ce qui montre une inclusion.
Supposons inversement p ∈

n−1
i=0
D(a
i
).
Supposons b ∈

pR. Notons R le sous-anneau A[b] de B. C’est un A-module libre de
base (1, b, . . . , b
n−1
). Comme b
m
∈ pR pour un m ≥ 1, il existe a

0
, . . . , a

n−1
∈ p tels
que b
m
=

n−1
i=0
a

i
b
i
. Par définition du polynôme minimal, P divise le polynôme X
m

n−1
i=0
a

i
X
i
∈ A[X] dans K
A
[X], donc aussi dans A[X] par le même lemme 8.25 que ci-
dessus. En passant modulo p, on obtient, puisque chaque a

i
est dans p, que X
m
est divisible
par
¯
P(X) = X
n
+ ¯ a
n−1
X
n−1
+ + ¯ a
1
X + ¯ a
0
dans (A/p)[X]. Comme (A/p)[X] est un anneau intègre, cela entraîne que tous les ¯ a
i
sont
nuls, ce qui contredit l’hypothèse p ∈

n−1
i=0
D(a
i
).
On a donc b / ∈

pR. Comme

pR est l’intersection des idéaux premiers de R contenant
pR, il existe un tel idéal q
2
ne contenant pas b. On pose p
2
:= q
2
∩A. Par le going-down (th.
13.4) appliqué à l’extension entière A →R, il existe q ∈ Spec(R) avec q ⊆ q
2
et q∩A = p.
Comme B est entier sur R, il existe r ∈ Spec(B) au-dessus de q (lemme 11.3). On a
r ∈ D(b), puisque sinon b ∈ r ∩ R = q ⊆ q
2
. On a ainsi montré p = ι

(r) ∈ ι

(D(b)).
14. Dimension des algèbres de type fini sur un corps
Dans ce paragraphe, nous allons utiliser le « going-down » pour montrer des résultats sur
la hauteurs des idéaux premiers dans les algèbres de type fini sur un corps.
Soit A un anneau. On dira qu’une chaîne d’idéaux premiers de A est saturée si elle n’est
contenue dans aucune chaîne d’idéaux premiers de longueur strictement supérieure. A priori,
on peut seulement dire que la longueur d’une chaîne saturée est au plus la dimension de A.
14. DIMENSION DES ALGÈBRES DE TYPE FINI SUR UN CORPS 127
Lorsque A n’est pas intègre, il est facile d’exhiber des chaînes saturées de longueur <
dim(A) : si Spec(A) a deux composantes irréductibles de dimensions différentes, celles-ci
correspondent à des idéaux premiers p
1
et p
2
minimaux (prop. 5.17) tels que dim(A/p
1
) ,=
dim(A/p
2
). Des chaînes d’idéaux premiers de A/p
i
de longueur maximale donnent lieu à
des chaînes saturées d’idéaux premiers de A de longueurs différentes.
Il est plus surprenant d’apprendre qu’il existe un anneau noethérien intègre A avec une
chaîne saturée d’idéaux premiers de longueur < dim(A) < +∞. Ces anneaux restent très
exotiques. Un tel phénomène n’arrive pas dans le cadre « géométrique », comme le montre le
théorème suivant.
Théorème 14.1. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini intègre. Toute
chaîne saturée d’idéaux premiers de A est de longueur dim(A).
Démonstration. — On raisonne par récurrence sur la dimension de A. Si cette dimension
vaut 0, il n’y a rien à démontrer.
Soit p
m
p
1
(0) une telle chaîne. D’après le lemme de Noether (th. 9.1), il existe
des éléments algébriquement indépendants a
1
, . . . , a
n
de A tels que A soit une extension
finie de l’anneau B := K[a
1
, . . . , a
n
] (attention, les notations sont inversées par rapport aux
notations habituelles !). On a dim(A) = n par les th. 11.8 et 11.11.
Pour tout i ∈ ¦0, . . . , m¦, posons q
i
:= p
i
∩ B. Soit b ∈ q
1
un élément irréductible dans
l’anneau factoriel B. L’idéal premier (b) est contenu dans q
1
et B est intégralement clos,
donc il existe, par le th. 13.4 (« going-down »), un idéal premier p

1
⊆ p
1
tel que p

1
∩ B =
(b). Comme la chaîne (p
i
) est saturée, on a p

1
= p
1
, d’où p
1
∩ B = (b). En particulier,
B/(b) est un sous-anneau de A/p
1
, et l’extension correspondante est entière. Par le cor.
12.5 et le th. 11.8, on a dim(A/p
1
) = n − 1. Or p
m
/p
1
p
1
/p
1
= (0) est une
chaîne saturée d’idéaux premiers de la K-algèbre de type fini intègre A/p
1
. L’hypothèse de
récurrence entraîne dim(A/p
1
) = m−1. On en déduit m = n, ce qui termine la preuve.
Corollaire 14.2. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini intègre. Pour tout
idéal premier p de A, on a ht(p) = dim(A) −dim(A/p).
Démonstration. — On rappelle que ht(p)+dim(A/p) est la longueur maximale des chaînes
d’idéaux premiers de Acontenant p. Cette longueur maximale (qui est ≤ dim(A), donc finie)
est atteinte pour une chaîne qui est nécessairement saturée. Il suffit donc d’appliquer le th.
14.1.
Corollaire 14.3. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini intègre. Pour tous
idéaux premiers q ⊆ p de A, la longueur maximale des chaînes d’idéaux premiers de A entre
p et q est
dim(A/q) −dim(A/p).
128 CHAPITRE III. ANNEAUX
Démonstration. — Il suffit d’appliquer le corollaire précédent à l’idéal premier p/q de la
K-algèbre de type fini intègre A/q.
On a vu (cor. 12.5) que si K est un corps et P un élément non constant de K[X
1
, . . . , X
n
],
la dimension de V (P) est n − 1. On va montrer que la réciproque est vraie : toute partie
fermée de Spec(K[X
1
, . . . , X
n
]) qui est de dimension n − 1 « peut être définie par une
équation » (c’est-à-dire, est du type V (P)). Cela résulte du corollaire plus général suivant,
dont la conclusion est remarquable : une partie de Spec(K[X
1
, . . . , X
n
]) de dimension n−c
ne peut pas en général être définie par c équations lorsque c ≥ 2 (cf. note 8).
Corollaire 14.4. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini factorielle. Toute
partie fermée irréductible de Spec(A) de dimension dim(A) − 1 est du type V (a), où a est
un élément irréductible de A.
Démonstration. — Une telle partie s’écrit V (p), où p est un idéal premier de A qui, grâce
au cor. 14.2, est de hauteur 1. Le corollaire résulte alors du lemme ci-dessous.
Lemme 14.5. — Soit A un anneau factoriel noethérien. Tout idéal premier de A de hauteur
1 est principal, engendré par un élément irréductible.
Démonstration. — Soit p un tel idéal et soit a un élément non nul de p. Décomposons a en
produits d’irréductibles. L’un au moins des facteurs est dans p ; prenons-en un, p. L’idéal (p)
est premier (prop. 1.3) et p ⊇ (p) (0). Comme p est de hauteur 1, on a p = (p).
Exercice 14.6. — Prouver la réciproque du lemme : un anneau noethérien intègre dans lequel
tout idéal premier de hauteur 1 est principal est factoriel (Indication : on pourra utiliser le cor.
I.2.12 et le th. 7.1).
Le corollaire suivant généralise le cor. 12.5.
Corollaire 14.7. — Soit K un corps, soit A une K-algèbre de type fini intègre et soit I un
idéal de A engendré par n éléments. Toutes les composantes irréductibles de V (I) sont de
dimension ≥ dim(A) −n.
Démonstration. — Les composantes irréductibles de V (I) s’identifient aux Spec(A/p), où
p décrit l’ensemble des idéaux premiers de A minimaux contenant I (prop. 5.17). Par le th.
7.2, on a ht(p) ≤ n. Il suffit donc d’appliquer le cor. 14.2 pour conclure.
Exercice 14.8. — Redémontrer l’exerc. 12.6 comme conséquence immédiate du cor. 14.7.
15. ANNEAUX DE VALUATION DISCRÈTE 129
15. Anneaux de valuation discrète
Ces anneaux jouent un rôle important en géométrie algébrique et il serait dommage de les
passer sous silence.
Définition 15.1. — Un anneau de valuation discrète est un anneau local principal qui n’est
pas un corps.
En anglais, on dit « discrete valuation ring », souvent abbrévié en « DVR».
Exemple 15.2. — Soit K un corps. L’anneau des séries formelles K[[X]] est un anneau de
valuation discrète : il est local d’idéal maximal (X), et il est euclidien (exerc. I.1.9) donc
principal.
Exemple 15.3. — Le localisé d’un anneau principal en un idéal premier est encore principal
(exerc. 6.5). Si ce n’est pas un corps, c’est un anneau de valuation discrète. Si K est un corps,
c’est le cas par exemple de K[X]
(X)
, anneau des fractions rationnelles du type P/Q, avec
Q(0) ,= 0. Si p ∈ N est un nombre premier, c’est aussi le cas de l’anneau Z
(p)
formé des
rationnels a/b, où p ne divise pas b.
Pourquoi le mot valuation ? Tout d’abord, si Aest un anneau de valuation discrète, d’idéal
maximal m, on appelle uniformisante de A tout générateur de m. Toute uniformisante est un
élément irréductible de A(prop. I.1.14). Inversement, tout élément irréductible de Aengendre
m (prop. I.1.14) donc est une uniformisante. Comme A est factoriel (cor. 2.14), si π est une
uniformisante de A, tout élément non nul de A s’écrit de façon unique sous la forme uπ
n
, où
u est une unité de A et n ∈ N; remarquons que l’entier n ne dépend pas du choix de π : c’est
le plus petit n ∈ Ntel que x ∈ m
n
. Les seuls idéaux de A sont (0) et les m
n
, pour n ∈ N, et
les seuls idéaux premiers sont (0) et m.
Soit v : A ¦0¦ → N l’application d’éfinie par v(x) = n. Elle vérifie les propriétés
suivantes :
1. v(xy) = v(x) +v(y) ;
2. v(x +y) ≥ min(v(x), v(y)).
Soit K
A
le corps des fractions de A. On étend v en une application surjective v : K
A
¦0¦ →
Z vérifiant les mêmes propriétés en posant v(x/y) = v(x) − v(y) (on doit bien sûr vérifier
que cela ne dépend pas de l’écriture x/y).
Inversement, si K est un corps, une application surjective v : K ¦0¦ → Z vérifiant ces
propriétés s’appelle une valuation discrète de K
(18)
. Le sous-ensemble
A := ¦0¦ ∪ ¦x ∈ K

[ v(x) ≥ 0¦
18. Le terme discret renvoie au fait que l’image de v est contenue dans le sous-groupe discret Z de R. On peut
définir une valuation générale en remplaçant Z par un groupe abélien ordonné quelconque.
130 CHAPITRE III. ANNEAUX
de K en est un sous-anneau qui est un anneau de valuation discrète d’idéal maximal
m := ¦0¦ ∪ ¦x ∈ K

[ v(x) > 0¦.
En effet, la vérification du fait que A est un sous-anneau étant laissée au lecteur, soit I un
idéal non nul de A et soit a un élément non nul de I tel que v(a) soit minimal. Si b ∈ I est
non nul, on a v(b/a) = v(b) − v(a) ≥ 0, donc b/a ∈ A et b = (b/a)a ∈ (a). On en déduit
I = (a), de sorte que tout idéal de A est principal. Enfin, si x ∈ A ¦0¦ n’est pas inversible,
on a v(1/x) < 0, donc v(x) > 0 ; si π ∈ A est tel que v(π) = 1, le même raisonnement
montre que x est dans (π). C’est donc l’unique idéal maximal de A.
Exemple 15.4. — Le corps des fractions de l’anneau de valuation discrète K[[X]] est l’an-
neau K((X)) des séries de Laurent. La valuation associée v : K((X)) ¦0¦ →Z envoie une
telle série non nulle

m∈Z
a
m
X
m
(avec a
m
= 0 pour tout m ¸ 0) sur le plus petit entier
m tel que a
m
,= 0.
Exemple 15.5. — Pour tout élément irréductible p d’un anneau factoriel A, on a défini dans
le § 1 une valuation discrète v
p
sur A (si a ∈ A, l’entier v
p
(a) est le plus grand entier n tel
que p
n
divise A) qui s’étend comme ci-dessus à son corps des fractions K
A
. L’anneau de
valuation discrète associé est A
(p)
.
On peut montrer (c’est une conséquence du théorème d’Ostrowski qui détermine toutes les
valeurs absolues sur le corps Q) que les seules valuations discrètes de Q sont les valuations
p-adiques v
p
, pour p ∈ Nnombre premier.
Théorème 15.6. — Soit A un anneau. Les propriétés suivantes sont équivalentes :
(i) A est un anneau de valuation discrète ;
(ii) A est un anneau local noethérien, dim(A) > 0 et son idéal maximal est principal ;
(iii) A est un anneau local noethérien intégralement clos de dimension 1.
Démonstration. — Il est clair que (i) entraîne (iii) (prop. 8.21 et ex. 5.26).
Supposons (iii). Par hypothèse, A est intègre. Soit K
A
son corps de fractions. L’idéal
maximal m de A n’est pas nul par hypothèse, donc m
2
m (théorème de Krull ; cor. 2.8).
Soit π ∈ m m
2
. Comme dim(A) = 1 et que A est local, les seuls idéaux premiers de A
sont (0) et m. L’idéal premier m est donc minimal contenant (π) ; il lui est donc associé (th.
4.22) : il existe (déf. 4.17) a ∈ A tel que m = ((π) : a) = ¦b ∈ A [ π [ ab¦. Posons
x := aπ
−1
∈ K
A
; comme 1 / ∈ m, on a x / ∈ A, mais xm ⊆ A.
Si xm ⊆ m, appliquons le théorème de Cayley-Hamilton (th. II.3.2) à l’endomorphisme u
du A-module de type fini m donné par la multiplication par x. Il fournit un polynôme unitaire
P ∈ A[X] tel que P(u) = 0. Alors P(x) = P(u)(1) = 0, de sorte que x est entier sur A.
Comme A est intégralement clos, x ∈ A, ce qui est absurde.
16. ANNEAUX DE DEDEKIND 131
On a donc xm = A, c’est-à-dire x
−1
∈ m. On en déduit
m = ((π) : a) = ((ax
−1
) : a) = (x
−1
),
ce qui montre que m est principal, d’où (ii).
Supposons (ii). Soit π un générateur de l’idéal maximal m de A. Le théorème de Krull
(cor. 2.8) entraîne


n=1

n
) = 0.
Pour tout x ∈ A ¦0¦, il existe donc un plus grand entier m ≥ 0 tel que x ∈ (π
m
). On
peut écrire x = uπ
m
, avec u / ∈ (π) = m, donc u inversible. Montrons que l’entier m est
uniquement déterminé : si x = uπ
m
= wπ
n
, avec disons m ≥ n, on a (uw
−1
π
m−n
−1)π
n
=
0. Si m > n, on a uw
−1
π
m−n
−1 / ∈ m, donc il est inversible et π
n
= 0. Comme dim(A) > 0,
il existe un idéal premier p m. On a alors π
n
∈ p, donc π ∈ p, ce qui est absurde. On a
donc m = n. On pose v(x) = m, définissant ainsi une application v : A ¦0¦ →N.
Si x et y sont non nuls, on les écrit x = uπ
m
et y = wπ
n
. On a alors xy = uwπ
m+n
et on montre de la même façon que ce n’est pas nul. Donc A est intègre. L’application v se
prolonge alors en une valuation discrète sur le corps des fractions de A, et A est l’anneau de
valuation discrète associé à cette valuation, d’où (i).
Remarque 15.7. — Les anneaux de valuation discrète sont les anneaux locaux noethériens
réguliers de dimension 1 (cf. exerc. 7.7 ; si Aest un tel anneau, d’idéal maximal m et de corps
résiduel κ := A/m, cela signifie que le κ-espace vectoriel m/m
2
est de dimension 1).
En effet, si A est un anneau de valuation discrète d’uniformisante π, tout élément de m
est multiple de π, qui engendre donc le κ-espace vectoriel m/m
2
. Inversement, si cet espace
vectoriel est de dimension 1, m est principal (exerc. 7.7), et A est un anneau de valuation
discrète (th. 15.6).
Exercice 15.8 (Vecteurs de Witt). — Soit K un corps parfait de caractéristique p > 0. Montrer
qu’il existe un anneau de valuation discrète W(K) de caractéristique 0 et de corps résiduel K
(Indication : on pourra consulter la littérature ([S], chap. II, § 6 ou [B2], chap. IX, § 1)). L’anneau
W(K) s’appelle anneau des vecteurs de Witt à coefficients dans K. Lorsque K = F
p
, l’anneau
W(F
p
) est l’anneau des entiers p-adiques Z
p
(cf. rem. 2.10).
16. Anneaux de Dedekind
Rappelons que nous avons défini les anneaux de Dedekind comme les anneaux noethériens
de dimension 1 (c’est-à-dire pour lesquels tout idéal premier non nul est maximal) intégra-
lement clos (cf. § 5.4). Les anneaux de Dedekind locaux sont donc les anneaux de valuation
discrète (th. 15.6).
D’autres exemples sont donnés par les anneaux principaux qui ne sont pas des corps, ainsi
que par les anneaux d’entiers de corps de nombres (cf. § 8), c’est-à-dire les clôtures intégrales
132 CHAPITRE III. ANNEAUX
de Z dans des extensions finies de Q. Notre but est de montrer la décomposition des idéaux
non nuls en produit d’idéaux maximaux (th. 16.3).
Proposition 16.1. — Soit A un anneau intègre noethérien. Les deux propriétés suivantes
sont équivalentes :
(i) A est un anneau de Dedekind ;
(ii) pour tout idéal maximal m de A, l’anneau local A
m
est un anneau de valuation dis-
crète.
Démonstration. — Soit Aun anneau de Dedekind et soit mun idéal maximal de A. L’anneau
local A
m
est noethérien et intégralement clos (exerc. 8.17) et il est de dimension 1 puisque
tout chaîne d’idéaux premiers de A
m
est une chaîne d’idéaux premiers de A et que m (0)
est une telle chaîne. C’est donc un anneau de valuation discrète (th. 15.6).
Inversement, supposons (ii). Comme l’anneau A est intègre et que chaque A
m
est inté-
gralement clos, il en est de même pour A (exerc. 8.17). Enfin, toute chaîne saturée d’idéaux
premiers de A commence par un idéal maximal m donc est de longueur dim(A
m
) = 1. On a
donc montré que A est un anneau de Dedekind.
Exercice 16.2. — Soit P un élément non constant de C[X, Y ]. Si on note A l’anneau quotient
C[X, Y ]/(P), l’ensemble Specmax(A) est en bijection avec la courbe plane
C := {(x, y) ∈ C
2
| P(x, y) = 0}
(prop. 10.9, ex. 10.10, ex. 10.15). Nous allons montrer que l’anneau Aest un anneau de Dedekind
si et seulement si la courbe C est non singulière au sens de la géométrie différentielle, c’est-à-
dire qu’en chaque point (x, y) de C, une des dérivées partielles
∂P
∂X
(x, y) ou
∂P
∂Y
(x, y) n’est pas
nulle. Remarquons que cette condition est équivalente, par le cor. 10.4, à l’égalité

P,
∂P
∂X
,
∂P
∂Y

= C[X, Y ].
a) Soit (x, y) un point de C et soit m l’idéal maximal (X −x, Y −y) de C[X, Y ]. Montrer
que l’anneau A
m
est un anneau de valuation discrète si et seulement si l’une des dérivées
partielles
∂P
∂X
(x, y) ou
∂P
∂Y
(x, y) n’est pas nulle (Indication : on pourra utiliser la rem.
15.7).
b) En déduire l’énoncé annoncé.
Théorème 16.3. — Tout idéal non nul d’un anneau de Dedekind s’écrit de façon unique
comme produit d’idéaux maximaux.
Démonstration. — Soit A un anneau de Dedekind et soit q un idéal primaire non nul de
A, de radical m (maximal comme tout idéal premier non nul de A). Le localisé A
m
est un
anneau de valuation discrète, donc l’idéal qA
m
est une puissance (mA
m
)
n
= m
n
A
m
de son
idéal maximal, avec n ≥ 1. Mais m
n
est, comme q, un idéal m-primaire : m est l’unique
16. ANNEAUX DE DEDEKIND 133
idéal premier de A contenant m
n
, donc il est sa propre décomposition primaire minimale (th.
4.18). Pour ces idéaux, on vérifie facilement que l’on a (cf. § 6 pour les idéaux premiers)
m
n
= m
n
A
m
∩ A et q = qA
m
∩ A.
On en déduit q = m
n
.
Soit I un idéal non nul de A. Une décomposition primaire minimale de I (th. 4.18) s’écrit
donc I =

s
i=1
m
n
i
i
. Les idéaux premiers m
i
sont aussi minimaux contenant I, donc cette
décomposition est unique (th. 4.22). Enfin, on déduit du lemme 4.4 que l’on a aussi I =

s
i=1
m
n
i
i
.
Remarque 16.4. — On peut montrer qu’un anneau intègre pour lequel tout idéal non nul est
produit d’idéaux premiers est un anneau de Dedekind.
Corollaire 16.5. — Soit I un idéal non nul d’un anneau de Dedekind A. Tout idéal de l’an-
neau A/I est engendré par un élément.
Attention, l’anneau A/I n’est en général pas intègre, donc ce n’est pas un anneau princi-
pal.
Démonstration. — Le th. 16.3 fournit une décomposition I =

s
i=1
m
n
i
i
et le théorème des
restes chinois (exerc. 4.6) un isomorphisme
A/I ·
s

i=1
(A/m
n
i
i
).
Chaque facteur A/m
n
i
i
est isomorphe à A
m
i
/m
n
i
i
A
m
i
donc est un anneau principal comme
quotient de l’anneau de valuation discrète ( donc principal) A
m
i
. Comme on l’a vu dans le
§ 5, tout idéal de A/I est produit d’idéaux des anneaux A/m
n
i
i
, qui sont engendrés par un
élément. Il a donc la même propriété.
Nous montrons maintenant que tout idéal d’un anneau de Dedekind est engendré par deux
éléments, sous la forme plus précise suivante.
Proposition 16.6. — Soit Aun anneau intègre qui n’est pas un corps. Alors Aest un anneau
de Dedekind si et seulement si, pour tout idéal non nul I de A et tout a ∈ I ¦0¦, il existe
b ∈ I tel que I = (a, b).
Démonstration. — Soit A un anneau de Dedekind, soit I un idéal non nul de A et soit
a ∈ I ¦0¦. Le cor. 16.5 entraîne que dans A/(a), l’idéal I/(a) est engendré par un élément
b. On a alors I = (a, b).
Montrons la réciproque. L’anneau Aest alors noethérien, et il suffit donc, par la prop. 16.1,
de montrer que pour tout idéal maximal m de A, l’anneau local intègre A
m
(qui n’est pas un
134 CHAPITRE III. ANNEAUX
corps) est un anneau principal. Soit I un idéal non nul de cet anneau. Comme m ,= (0), il
existe a ∈ m(I ∩ A) ¦0¦, puis b ∈ I tel que I ∩ A = (a, b). On a alors
I = (I ∩ A)A
m
= (a, b)A
m
= mI +bA
m
.
Le lemme de Nakayama (th. II.3.8) entraîne alors I = bA
m
, de sorte que I est principal.
Proposition 16.7. — Un anneau de Dedekind qui n’a qu’un nombre fini d’idéaux premiers
non principaux est principal.
En particulier, un anneau de Dedekind qui n’a qu’un nombre fini d’idéaux maximaux est
principal.
La proposition dit qu’un anneau de Dedekind non principal a une infinité d’idéaux pre-
miers non principaux. Noter que dans l’anneau (non intégralement clos) Z[

−3], il y a exac-
tement un idéal premier non principal : (1 +

−3, 1 −

−3).
Démonstration. — Soit Aun anneau de Dedekind et soient m
1
, . . . , m
n
les différents idéaux
maximaux non principaux de A. Supposons n ≥ 1. Par le lemme d’évitement (exerc. 4.5),
il existe a ∈ m
1
tel que a / ∈ m
2
1
∪ m
2
∪ ∪ m
n
. L’idéal (a) n’est contenu dans aucun des
idéaux m
2
, . . . , m
n
, donc sa décomposition primaire s’écrit
(a) = m
1
s

i=2
n
i
,
où les idéaux maximaux n
2
, . . . , n
s
sont distincts des idéaux m
1
, . . . , m
n
, donc principaux.
On en déduit (a) = m
1
(b) pour un b ∈ A. On peut donc écrire a = xb, avec x ∈ m
1
.
Comme A est intègre, on obtient m
1
= (x), ce qui est absurde. On a donc n = 0 et A est
principal.
Exercice 16.8. — Soit A un anneau de Dedekind. Le contenu, noté c(P), d’un polynôme P ∈
A[X] est l’idéal de A engendré par les coefficients de P (comparer avec la déf. 1.7). Montrer
le lemme de Gauss (cf. lemme 1.8) : pour tous polynômes P et Q dans A[X], on a c(PQ) =
c(P)c(Q) (Indication : on pourra localiser en les idéaux maximaux de A).
Exercice 16.9. — Soit A un anneau de Dedekind. Pour tous idéaux I
1
, I
2
et I
3
de A, montrer
les égalités
I
1
∩ (I
2
+I
3
) = (I
1
∩ I
2
) + (I
1
∩ I
3
),
I
1
+ (I
2
∩ I
3
) = (I
1
+I
2
) ∩ (I
1
+I
3
).
(Indication : localiser !)
Remarque 16.10 (Ramification). — Soit A un anneau de Dedekind et soit K
A
son corps
de fractions. Soit K
A
→ L une extension séparable et soit B ⊆ L la clôture intégrale de A
dans L. C’est un anneau noethérien, extension finie de A (th. 8.19), donc c’est un anneau de
16. ANNEAUX DE DEDEKIND 135
Dedekind (th. 11.8). Soit m un idéal maximal de A; par le lemme 11.3, il est contenu dans
un idéal maximal de B, donc on peut écrire
mB = m
e
1
1
m
e
s
s
.
où e
1
, . . . , e
e
sont des entiers strictement positifs et m
1
, . . . , m
s
des idéaux maximaux de B
(ce sont les idéaux premiers de B « au-dessus » de m; cf. § 11). L’entier e
i
est appelé l’indice
de ramification de m
i
au-dessus de m. On a la belle formule ([ZS1], cor. du th. V.21 ; [S],
chap. I, § 4, prop. 10)
[L : K
A
] =
s

i=1
e
i
[B/m
i
: A/m].
Voici un exemple géométrique. Reprenons l’exemple 11.9 (avec K = C) avec ses nota-
tions. Posons A = C[X] et B = C[X, Y ]/(X
2
+ Y
2
− 1). L’anneau B est intégralement
clos (exerc. 16.2), donc c’est la clôture intégrale de A dans K
B
. Rappelons que l’application
ι

max
s’identifie à la projection (surjective)
¦(x, y) ∈ C
2
[ x
2
+y
2
= 1¦ −→ C
(x, y) −→ x.
Tout point t ∈ C a deux préimages, sauf −1 et 1, qui n’en ont qu’une. Soit m
t
⊆ A l’idéal
maximal (X −t). On a
m
t
B = (X −t, Y −
_
t
2
−1)(X −t, Y +
_
t
2
−1).
Les indices de ramification sont donc 1, sauf lorsque t ∈ ¦−1, 1¦, où l’on a m
t
B = (X −
t, Y )
2
. Le terme « ramifié » correspond au fait géométrique que l’unique préimage de 1 se
« sépare » en deux au voisinage de 1.
Voici maintenant un exemple arithmétique. Soit d un entier sans facteur carré, différent de
1, soit B l’anneau des entiers du corps Q(

d), c’est-à-dire la clôture intégrale de A = Zdans
ce corps (cf. exerc. 8.20), et soit p ∈ N un nombre premier, supposé impair pour simplifier.
On est alors dans exactement un des trois cas suivants :
• p [ d et (p) = (p,

d)
2
(où l’idéal (p,

d) de B est maximal ; on dit que p est ramifié
dans B) ;
• p d, d n’est pas un carré modulo p et (p) est un idéal maximal de B (on dit que p est
inerte dans B) ;
• p d, d = n
2
(mod p) et (p) = (p,

d +n)(p,

d −n) (où les idéaux (p,

d ±n) de
B sont maximaux distincts ; on dit que p est décomposé dans B).
Pour plus de détails, on pourra consulter [L], Chap. III.
Remarque 16.11 (Modules de type fini sur un anneau de Dedekind)
On peut étendre aux anneaux de Dedekind la description des modules de type fini sur un
anneau principal donnée au cor. II.4.7. On montre ainsi que tout module de type fini sur un
136 CHAPITRE III. ANNEAUX
anneau de Dedekind A est isomorphe à une somme directe
A
r
⊕I ⊕A/I
1
⊕ ⊕A/I
s
,
où I, I
1
, . . . , I
s
sont des idéaux de A vérifiant A I
1
⊇ ⊇ I
s
(0). Le fait qu’il n’y
ait qu’un seul idéal dans la décomposition provient du résultat suivant : si I et J sont des
idéaux de A, on a un isomorphisme de A-modules I ⊕ J · A ⊕ IJ (exercice !). Si A n’est
pas principal, il existe donc des modules sans torsion, de type fini, non libres (n’importe quel
idéal non principal ! Comparer avec le cor. II.4.8).
BIBLIOGRAPHIE
[AM] Atiyah, M. F., Macdonald, I. G., Introduction to commutative algebra. Addison-
Wesley Publishing Co., Reading, Mass.-London-Don Mills, Ont. 1969.
[B1] Bourbaki, N., Éléments de mathématique. Algèbre commutative. Chapitres 5 à 7. Ac-
tualités Scientifiques et Industrielles, Hermann, Paris.
[B2] Bourbaki, N., Éléments de mathématique. Algèbre commutative. Chapitres 8 et 9. Ac-
tualités Scientifiques et Industrielles, Hermann, Paris.
[CL] Chambert-Loir, A., A field guide to algebra. Undergraduate Texts in Mathematics.
Springer-Verlag, New York, 2005, ou en version française : Algèbre corporelle. École
Polytechnique, 2005.
[L] Lorenzini, D., An invitation to arithmetic geometry. Graduate Studies in Mathematics
9. American Mathematical Society, Providence, RI, 1996.
[M] Matsumura, H., Commutative algebra. Second edition. Mathematics Lecture Note Se-
ries 56. Benjamin/Cummings Publishing Co., Inc., Reading, Mass., 1980.
[P] Peskine, Ch., An algebraic introduction to complex projective geometry. 1. Commuta-
tive algebra. Cambridge Studies in Advanced Mathematics 47. Cambridge University
Press, Cambridge, 1996.
[S] Serre, J.-P., Corps locaux. Hermann, Paris, 1997.
[ZS1] Zariski, O., Samuel, P., Commutative algebra. Vol. I. With the cooperation of I. S.
Cohen. Corrected reprinting of the 1958 edition. Graduate Texts in Mathematics 28.
Springer-Verlag, New York-Heidelberg-Berlin, 1975.
138 BIBLIOGRAPHIE
[ZS2] Zariski, O., Samuel, P., Commutative algebra. Vol. II. Reprint of the 1960 edition.
Graduate Texts in Mathematics 29. Springer-Verlag, New York-Heidelberg, 1975.

Olivier Debarre

ALGÈBRE 2 ÉCOLE NORMALE SUPÉRIEURE 2011 Olivier Debarre

.

. . . . . . . . . . . Clôture algébrique . . . . . . . . . . . . Anneaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2. . . . . . . anneaux euclidiens . . . . . . . . . . . . . 1. . . 13 3. . . . . . . . 24 . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Extensions de corps . . . . . . . . . . .1. . . . . Corps de rupture . . .1. Extensions normales . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 5. . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14 4. . Trace . . . . . . . . . 19 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . Constructions à la règle et au compas . Anneaux principaux. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Extensions de corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2. . . . . . . . . . . Divisibilité. . . . Corps parfaits . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20 5. . . . . 2. . . . . . . . . . Corps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Idéaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Éléments algébriques et transcendants . . . . . . . . . 1 1 1 3 3 5 6 7 2. . . . . . . 10 3. . . . . . . . . 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13 3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 18 5. . . . . . Polynômes séparables . . . . . . . . . . . 13 3. . . . . . . . .4. . . . . . . . . . . . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Polynômes et racines . .2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Théorème de l’élément primitif . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Extensions séparables . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .TABLE DES MATIÈRES I. . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . 1. . . . Corps de décomposition . . .2. . . . . . . . . . . . . 23 5. . . . . . . . . . . . .5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . éléments irréductibles . . . . . . . . . . . . Séparabilité . . . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . Clôture galoisienne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 84 . . . . . . . . . . . . 64 2. . . . . . . .2. . .5. . . . . . . . . . . polynômes cyclotomiques . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 43 II. . . . . . . . .4. . . . . . . .2. . . . . . . . . .3. . . . . . . . 84 5. lemme d’Artin . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34 6. . . . . . . . . . . Topologie de Zariski . . . . . . . .3. . . Radical d’un idéal . Groupe de Galois d’une extension de corps . 79 4. . . . . . . . . 47 1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 81 5. . . . . . . . . . . . . . . Modules de type fini sur les anneaux principaux . . . idéaux premiers immergés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 48 3. . . . . . . . . . .1. . . . . 73 4. . . . . . . . . . . . . . Constructibilité à la règle et au compas. . . . . . . Anneaux . . . . . . . Décomposition primaire . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28 6. . . . . 51 4. . . . . . . . . . . . . . . Anneaux factoriels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 68 3. . . . . . . . . . . Modules de type fini . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 75 4. . . . . 38 7. . . Extensions galoisiennes . Extensions radicales. . . . Modules de torsion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Modules . . . . . . . . . . . . . Modules libres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Idéaux premiers associés. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . 77 4. . . . . . . . . . . 58 III. . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 58 4. . . . . Groupe de Galois de K → K(X) et théorème de Lüroth . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Corps finis . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . équations résolubles par radicaux . . 38 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 47 2. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .2. . . . . . . . . . . . . Idéaux primaires. . . Application aux groupes abéliens de type fini . . . . .7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32 6. . . Anneaux noethériens . . . . . . . . . Spectre d’un anneau . . . Théorie de Galois . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Correspondance de Galois. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Extensions cycliques . . . . . . 27 6.vi TABLE DES MATIÈRES 6. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .6. . . Correspondance de Galois pour les corps finis . . . . . . . . . . . . . . . 42 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 27 6. . 49 4. . . . . . . . . . . Application à la réduction des endomorphismes . . . . idéaux irréductibles . . 63 1. . . . . 32 6. . . . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . 30 6. . . . . . . . . . . . . . 38 7. . . . . . . . Décomposition primaire dans un anneau noethérien . . . . . . . . . . . . . Applications de la théorie de Galois . . . . . . .

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 126 15. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 89 5. . . . . . . . . . . . . . . 94 7. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Extensions finies et entières d’anneaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .1. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 131 Bibliographie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 91 5. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Bases et degré de transcendance . . . . . . . . . . . . . . . . . composantes irréductibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 9. Traces d’entiers . . . . . . . . . 110 11. . .2. . . . . . . . . Localisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Hauptidealsatz . . . .4. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Anneaux intégralement clos . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Espaces topologiques irréductibles. . . 121 13. . . . .3. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Théorème des zéros de Hilbert . . . . . . . . . . . .2. . . . . . . . . . . . . . . . Lemme de normalisation de Noether . . dimension de Krull d’un anneau . .TABLE DES MATIÈRES vii 5. . . . . . . 129 16. . . . . . . . . . . . . 123 14. . Anneaux de valuation discrète . . . . . . . . . . . . . . . . . . . « Going-down » . . . . . . . . . . . . . 100 8. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Espaces topologiques noethériens . . . . 97 8. . . . . . . . . . . Anneaux de Dedekind . . . . 107 10. . . . . . . . Dimension d’un espace topologique. . . . . . . . . . . . . 137 . . . . . . . . . . . . 116 12. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 104 8. . Dimension des algèbres de type fini sur un corps . . . . 92 6. . . . . . . . . . . . . « Going-up » et théorème de Cohen-Seidenberg . . . . . . . . . . . . . . . . . .

.

L’ensemble des éléments inversibles. muni de la multiplication. — Si A est un anneau. on vérifie que KA est bien un corps. cela arrive si et seulement si l’anneau est nul !). une partie I ⊆ A est un idéal si c’est un sous-groupe additif et si. C’est exactement la propriété qu’il faut pour pouvoir mettre sur le groupe additif A/I une structure d’anneau qui fait de la projection canonique A → A/I un morphisme d’anneaux. pour tout a ∈ A et tout b ∈ I. Le noyau d’un morphisme d’anneaux f : A → B est un idéal de A noté Ker(f ) (mais l’image de f n’est en général pas un idéal de B). Idéaux. Anneaux Nous reviendrons au chapitre III plus longuement sur la théorie des anneaux. b b Muni des opérations (addition et multiplication) habituelles sur les fractions. on définit son corps des quotients (ou corps des fractions) KA comme l’ensemble des « fractions » a . Si un anneau A est intègre.CHAPITRE I EXTENSIONS DE CORPS 1. est un groupe noté habituellement A∗ . Tous nos anneaux sont commutatifs unitaires (mais il se peut que 1 = 0 . Un anneau A est intègre s’il est non nul et si le produit de deux éléments non nuls de A est encore non nul. C’est un corps s’il est non nul et si tout élément non nul de A admet un inverse. modulo la relation b d’équivalence a a ∼ ⇐⇒ ab = a b.1. Nous nous contentons ici des quelques préliminaires nécessaires pour aborder la théorie des extensions de corps. Un élément de A est inversible (on dit aussi que c’est une unité de A) s’il admet un inverse pour la multiplication. Si I est un idéal de A. avec a ∈ A et b ∈ A {0}. 1. le morphisme f . on a ab ∈ I. Un morphisme (d’anneaux unitaires) f : A → B doit vérifier f (1A ) = 1B .

4. 1] dans R. b) Montrer que tout idéal premier de C est contenu dans un unique idéal maximal de C . avec n ∈ N. 1. c’est-à-dire qu’il est distinct de A et qu’il vérifie la propriété : ∀a. Exemple 1. exerc. Il résulte du théorème de Zorn que tout idéal de A distinct de A est contenu dans un idéal maximal (1) . EXTENSIONS DE CORPS se factorise par la projection A → A/I si et seulement si I ⊆ Ker(f ). tout anneau non nul possède un idéal maximal. Soit I un idéal de l’anneau A. pour n ∈ N.3. — Soit C l’anneau des fonctions continues de [0. En particulier. b ∈ A ab ∈ I ⇒ (a ∈ I ou b ∈ I).2 CHAPITRE I. En revanche. 2. Plus généralement. Si S est une partie de A. — Les idéaux de l’anneau Z sont les In = nZ. ou AS. 1] (pour lesquels C /Ix R). Exemple 1. L’anneau A/I est un corps si et seulement si I est un idéal maximal.2. III.5. la réunion j∈J Ij est encore un idéal (parce que la famille est totalement ordonnée) distinct de A (parce qu’elle ne contient pas 1A ). pour chaque x ∈ [0.4). c’est-à-dire qu’il est distinct de A et que l’unique idéal de A contenant strictement I est A (en particulier. tout idéal maximal est évidemment premier). L’anneau A/I est intègre si et seulement si I est un idéal premier. — Soit A un anneau. — L’anneau A est un corps si et seulement si ses seuls idéaux sont {0} et A. la description générale des idéaux premiers de C est un problème très difficile ! Même montrer qu’il existe des idéaux premiers non maximaux n’est pas évident (cf. C’est l’ensemble des sommes finies i=1 ai si . On applique alors le lemme de Zorn. Montrer l’égalité [ m=A m idéal maximal de A A∗ . L’intersection d’une famille quelconque d’idéaux de A est encore un idéal de A. et qu’il y est dense (pour la topologie de la convergence uniforme). a) Montrer que les idéaux maximaux de C sont les Ix = {f ∈ C | f (x) = 0}. Exemple 1. Exercice 1. Exercice 1.3. — L’anneau A est un corps si et seulement si {0} est un idéal maximal de A. Soit I un idéal de A distinct de A. ai ∈ A et si ∈ S. .1. Tout idéal premier fermé de C est donc maximal (2) . l’image réciproque par f d’un idéal de B est un idéal de A. L’ensemble des idéaux de A contenant I et distincts de A est inductif car si S (Ij )j∈J est une famille totalement ordonnée d’idéaux de A distincts de A. l’intersection de tous les idéaux de A contenant S est donc un idéal de A que n l’on notera (S).

Si l’idéal (a) est premier. En particulier. s’il existe q ∈ A tel que b = aq. 1. — Soit A un anneau intègre et soient a et b des éléments de A. on montre souvent qu’un anneau intègre est principal en exhibant une division euclidienne sur A. Si on a une telle fonction ϕ. a est irréductible. avec p nombre premier. 0 ne divise que lui-même. En termes d’idéaux.7. — Dans le sous-anneau Z[i 5] de C. On a (a | b et b | a) si et seulement s’il existe u ∈ A∗ tel que a = ub. Anneaux principaux. Ceux de R[X] sont les polynômes de degré 1 et les polynômes de degré 2 sans racine réelle. c’est-à-dire qu’il peut être engendré par un élément. on montre qu’un idéal I non nul de A est engendré par tout élément x non nul de I pour lequel ϕ(x) est minimal. Exemple 1. Dans la pratique. • si K est un corps. avec b = 0. en anglais) si A est intègre et que tout idéal de A est principal. mais pas l’anneau C de l’ex. ou bien divisible par a. ni l’anneau K[X.6. C’est alors un corps. — Un anneau A est principal (« principal ideal domain ». — Si n ≥ 2. le nombre 3 est irréductible (pour√ √ quoi ?). car 3 divise le produit (1 + i 5)(1 − i 5) mais aucun des facteurs. L’anneau Z est donc principal (ex. c’est-à-dire une fonction ϕ : A {0} → N telle que pour tous éléments a et b de A. éléments irréductibles. On a n est un nombre premier ⇔ l’idéal (n) est premier ⇔ n est irréductible. Enfin. tout élément de A est ou bien premier avec a. Les deux exemples fondamentaux sont : • l’anneau Z est euclidien pour la fonction ϕ(n) = |n| . Exemple 1. — Les éléments irréductibles de Z sont les ±p. Soit a un élément non nul de A. ou PID. et on écrit a | b. √ Exemple 1.2. ou r = 0 et ϕ(r) < ϕ(b). Divisibilité. on puisse écrire a = bq + r avec r = 0. La seconde condition signifie que les seuls diviseurs de a sont ses associés et les unités de A. 1.2). ANNEAUX 3 1. ni l’anneau Z[X] des polynômes à coefficients entiers.5. 1. mais l’idéal (3) n’est pas premier.8 ci-dessous. 1. l’anneau K[X] est euclidien pour la fonction ϕ(P ) = deg(P ). mais la réciproque est fausse en général. soit y est inversible. alors soit x.8. et une unité divise tous les éléments de A. On dit alors que a et b sont associés. Par exemple. On dit que a divise b. si a est irréductible. on dit que des éléments de A sont premiers entre eux si leurs seuls diviseurs communs sont les unités de A. l’anneau Z/nZ est intègre si et seulement si n est premier. comme le montre l’ex. c’est équivalent à (a) ⊇ (b).1. Y ] des polynômes à deux indéterminées à coefficients dans un corps K. anneaux euclidiens. .3. Un élément de A est irréductible si a n’est pas inversible et que si a = xy.

10. — Écrivons bc = ad et xa+yb = 1. l’anneau Z[i 5] de l’ex. De même. Lemme 1. . Montrer que l’anneau A est principal (Indication : on pourra considérer un élément maximal I dans la famille des idéaux non principaux de A. Que se passe-t-il si l’on remplace C par l’anneau des fonctions continues de classe C ∞ de [0. b et c sont des éléments de A tels que a divise bc mais est premier avec b. Mentionnons comme conséquence un résultat classique (nous reviendrons sur ces questions dans le § III. On a alors c = (xa+yb)c = xac+yad.17). parfois noté a ∧ b. Exercice 1. Plus précisément. les éléments premiers sont les éléments irréductibles. Dans un anneau principal A. — Soit A un anneau dans lequel tout idéal premier est principal. et des éléments x et y de A I tels que xy ∈ I. Proposition 1. l’idéal (a) ∩ (b) est engendré par un élément de A. On l’appelle un pgcd de a et b.8 n’est pas principal. le ppcm de a et b. 1. l’idéal (a. parfois noté a ∨ b. — L’anneau des nombres décimaux (c’est-à-dire les nombres rationnels dont le développement décimal est fini) est principal. (iii) l’idéal (a) est maximal.4 CHAPITRE I. Les propriétés suivantes sont équivalentes : (i) l’idéal (a) est premier.12. √ En particulier.11. Si a et b sont des éléments d’un anneau principal A. alors a divise c. le « théorème de Bézout ». Dans ce contexte.5 et III. c’est-à-dire que l’anneau quotient A/(a) est un corps. qui est bien divisible par a. l’anneau des séries formelles K[[X]] est euclidien. Exercice 1.1).13 (Lemme de Gauss).14. uniquement déterminé à multiplication par un élément inversible de A près. Démonstration. — Montrer que les idéaux maximaux de l’anneau C des fonctions continues de [0. Si a. 1] dans R ? Exercice 1. Ses idéaux sont {0} et les Im = (X m ) pour chaque m ∈ N. b) est engendré par un élément de A. 1.9.2. — Si K est un corps. 1] dans R ne sont pas principaux (cf. — Soit A un anneau principal. — Soit A un anneau principal et soit a un élément non nul de A. EXTENSIONS DE CORPS Exercice 1. uniquement déterminé à multiplication par un élément inversible de A près. c’est-à-dire que l’anneau quotient A/(a) est intègre . et les idéaux I + (y) et {a ∈ A | ay ∈ I}). on a le résultat suivant. exerc. (ii) a est irréductible . qui dit que a et b sont premiers entre eux si et seulement s’il existe x et y dans A tels que xa + yb = 1 est une tautologie.

que l’on note Pσ(1) . . il existe une décomposition P = QR où Q et R sont non constants et on applique l’hypothèse de récurrence à Q et R. le lemme de Gauss (lemme 1. — Soit K un corps. Nous montrerons plus tard (cor. Comme Q1 est irréductible. n 2. — On sait qu’en général (iii) ⇒ (i) ⇒ (ii). CORPS 5 Démonstration. ils sont égaux.13) entraîne que Q1 divise l’un des Pi . On identifiera souvent une extension K → L avec une inclusion K ⊆ L. . Comme A est principal. on a (a) = A. Démonstration. Théorème 1.14) de façon indépendante que tout anneau principal est factoriel. nous donnons ici une démonstration ad hoc. on écrit simplement P = u(P/u). Supposons donc P de degré ≥ 1 et montrons d’abord l’existence d’une décomposition.2. C’est l’unicité qui est le point important. Il suffit maintenant d’appliquer l’hypothèse de récurrence à P/Q1 = P/Pσ(1) . Corps Si K et L sont des corps. où les polynômes P1 . donc l’idéal (a) est maximal. soit x est inversible et I = A. Supposons a irréductible et soit I in idéal de A contenant (a). Si P est irréductible de coefficient directeur u. Tout élément non nul P de K[X] admet une décomposition m P =u i=1 ∗ Piri avec u ∈ K et m ≥ 0. de sorte qu’il existe y ∈ A tel que a = xy. III. on peut écrire I = (x). Comme a n’est pas inversible. il est nécessairement injectif et l’on dit que L est une extension de K. . distincts deux à deux. . Comme a est irréductible. .15. Pm sont irréductibles unitaires. . . un morphisme (de corps) de K vers L est un morphisme d’anneaux unitaires de K vers L . Sinon. Cette décomposition est unique au sens suivant : si P = v i=1 Qsi est une autre telle i décomposition. — On procède par récurrence sur le degré de P . on a m = n et il existe une permutation σ ∈ Sm telle que Qi = Pσ(i) et si = rσ(i) pour tout i ∈ {1. c’est-à-dire que tout élément non nul s’écrit de façon unique comme produit d’irréductibles. Comme nous aurons besoin dans le chapitre suivant de ce résultat dans le cas particulier de l’anneau principal K[X]. . les assertions étant claires lorsque celui-ci vaut 0. où K est un corps. soit y est inversible et I = (a).2. m}. Comme ce dernier est irréductible et que ces deux polynômes sont unitaires. .

Soit K un corps. soit à un corps de la forme Z/pZ (que l’on note plus habituellement Fp ) . Nous allons montrer que la famille (li mj )(i. noté K(A) . l’application de Frobenius FrK : K −→ K x −→ xp est un morphisme de corps (injectif). Exemple 2.6 CHAPITRE I. Il est isomorphe soit à Q. y ∈ K (x + y)p = xp + y p . 2. Il existe donc un plus petit sous-corps de L contenant K et A. Démonstration. de sorte que le coefficient de X i . . — Le degré d’une extension de corps K → L est la dimension du K-espace vectoriel L. En particulier. Autrement dit. On a [M : K] = [M : L][L : K]. — On a [C : R] = 2. Dans ce dernier cas. appelé sous-corps premier de K : c’est le sous-corps engendré par 1K . De même. mais ce degré devrait bien sûr être considéré comme un cardinal. 4. On dit qu’une extension K → L est de type fini s’il existe une partie finie A ⊆ L telle que L = K(A). Il existe un plus petit sous-corps de K. notée [L : K]. EXTENSIONS DE CORPS L’intersection d’une famille quelconque de sous-anneaux de L est encore un sous-anneau de L. On note K p son image. c’est une K-algèbre intègre appelée sous-anneau de L engendré par A.1. [C : Q] = ∞ et [K(X) : K] = ∞ (4) . On ne se préoccupera pas des différentes « sortes » d’infini dans ce cours .j)∈I×J est une base du K-espace vectoriel M . Théorème 2. 3. que l’on appelle le sous-corps de L engendré par A. — Soient K → L et L → M des extensions de corps. l’intersection de tous les sous-anneaux de L contenant K et A est donc un sous-anneau de L que l’on notera K[A] . l’extension K → M est finie si et seulement si les extensions K → L et L → M le sont. on a p · 1K = 0K et la formule magique (3) (1) ∀x. pour chaque 0 < i < p. auquel cas on dit que K est de caractéristique 0. Si A est une partie de L. — Soit (li )i∈I une base du K-espace vectoriel L et soit (mj )j∈J une base du L-espace vectoriel M . c’est le corps des fractions de K[A]. l’intersection d’une famille quelconque de sous-corps de L est encore un souscorps de L. l’entier p est alors premier et l’on dit que K est de caractéristique p. Extensions de corps.1. L’extension est dite finie si ce degré l’est.2. On peut l’obtenir en remarquant que la dérivée du polynôme (X + y)p ∈ K[X] est nulle. est nul (puisque la dérivée de X i ne l’est pas).

√ Exemple 2. Le nombre π est transcendant sur Q (Lindemann.2.j ∈ K tels que xj = i∈I ki. On dit que x est algébrique sur K s’il existe un polynôme non nul P ∈ K[X] tel que P (x) = 0. . Éléments algébriques et transcendants. Comme la famille (mj )j∈J est libre. avec ki. — Définition 2. i∈I Comme la famille (li )i∈I est libre. Soit y un élément de M . on a ki.j li mj = 0.j li mj = j∈J i∈I ki.j)∈I×J (i. 1882). — Le corps C est une extension algébrique de R. le K-espace vectoriel K[x] est de dimension infinie et l’extension K → K(x) est infinie. on en déduit que pour chaque j ∈ J. On a donc y = j∈J i∈I ki. Le nombre n≥0 10−n! est transcendant sur Q (Liouville. on en déduit que pour chaque i ∈ I et chaque j ∈ J.j li mj .j = 0. Comme la famille (mj )j∈J est génératrice.j li . Théorème 2. 1844). il existe des xj ∈ L tels que y = j∈J xj mj .2. L’extension K → L est dite algébrique si tous les éléments de L sont algébriques sur K. Cette famille est génératrice.j)∈I×J ki. Dans le cas contraire. On en déduit [M : K] = Card(I × J) = Card(I) Card(J) = [M : L][L : K]. 2. il existe pour chaque j ∈ J des ki. ce qui termine la démonstration du théorème.j li . Comme la famille (li )i∈I est génératrice. Le sous-anneau K[x] de L engendré par x est l’image du morphisme de K-algèbres ϕx : K[X] −→ Q −→ L Q(x). on dit que x est transcendant sur K. — Soit K → L une extension de corps et soit x un élément de L. On a 0= (i. Soit K → L une extension de corps et soit x ∈ L.3. CORPS 7 Cette famille est libre. a) Si x est transcendant sur K.j ∈ K. le morphisme ϕx est injectif.j li = 0. — Soit K → L une extension de corps et soit x un élément de L. Le réel 2 est algébrique sur Q.5. on a ki.4. Supposons que l’on ait une relation ki. L’ensemble des réels algébriques sur Q est dénombrable : il existe donc des nombres réels transcendants.

Si A est vide.5 entraîne que x est algébrique sur K. Le th.5.8. EXTENSIONS DE CORPS b) Si x est algébrique sur K. y ∈ Q} de R est un corps. . Sinon. les K-espaces vectoriels K[x] et K[X]/(P ) sont aussi isomorphes. Le sous-anneau R √ Q[ 2] = {x + y 2 | x. Il est unique si on le prend unitaire. donc algébrique. Comme x est algébrique sur K. et on vérifie que ce dernier admet comme base les classes de 1. .8). c’est évident. son polynôme minimal √ sur√ est (X − a)2 + b2 . le sous-anneau K[x] de L engendré par x est isomorphe à K[X] donc c’est un K-espace vectoriel de dimension infinie. Or l’anneau K[x] est intègre car c’est un sous-anneau de L . — Si a + ib est un nombre complexe avec b = 0. Démonstration.6. Ils sont donc de dimension d. le sous-corps K(x) de L engendré par x est isomorphe à l’anneau des fractions rationnelles K(X) (corps des fractions de K[X]) donc c’est un K-espace vectoriel de dimension infinie. On appelle P le polynôme minimal de x sur K. Montrer qu’un élément x de L est algébrique sur K si et seulement si l’anneau K[x] est un corps. qui est donc principal (§ 1. le noyau de ϕx est un idéal non nul de K[X].2 (et du cor. X d−1 . Exemple 2. . .7. — Toute extension K → L engendrée par un nombre fini d’éléments algébriques sur K est finie. — Soit K → L une extension finie de corps et soit x ∈ L. — La transcendance de x est équivalente par définition à l’injectivité de ϕx . L’anneau K[x] est alors isomorphe à l’anneau quotient K[X]/(P ) (§ 1. on a K[x] = K(x) et cette extension de K est finie de degré deg(P ). Le polynôme minimal de 2 sur Q est X 2 − 2. on prend x ∈ A et l’on pose L = K(A {x}). Si ϕx est injectif. L’hypothèse de récurrence entraîne que l’extension K → L est finie.9. X. Démonstration.8 CHAPITRE I. 2. il existe un unique polynôme unitaire P de degré minimal vérifiant P (x) = 0. 1. — On procède par récurrence sur le cardinal d’une partie finie A ⊆ L telle que L = K(A). En particulier. Le K-espace vectoriel K[x] est contenu dans L. — Soit K → L une extension de corps. engendré par un polynôme non nul de degré minimal P qui annule x (c’est-à-dire P (x) = 0).14) et il en est de même pour K[x]. toute extension de corps algébrique et de type fini est finie. Exercice 2. 2. Enfin. Corollaire 2. Ce polynôme est irréductible.1). donc que l’anneau K[X]/(P ) est un corps (prop. donc est de dimension finie. De même. Démonstration. où d = deg(P ). il s’ensuit que l’idéal (P ) est premier. Corollaire 2.3). 2. Le corollaire résulte alors du th. . 2. il l’est sur L . donc L → L est finie par le th. Si x est algébrique sur K. — Toute extension finie de corps est algébrique. Ceci montre a).

.7. alors M est une extension algébrique de K. Démonstration. L’ensemble des éléments de L algébriques sur K est un sous-corps de L contenant K appelé clôture algébrique de K dans L. — Le réel 2 + 3 + 5 est algébrique (sur Q). — Soit K → L une extension de corps. de même que le nombre √ √ √ complexe 2 + 3 + i 5. . xn des éléments de L. qui sera définie dans le § 3. On montrera plus tard (th.10. La clôture algébrique de K dans L contient A. — Si un élément x de M est algébrique sur L. Théorème 2. si L est une extension algébrique de K et que M est une extension algébrique de L. qui est donc une extension algébrique de K par le théorème.12.2) que l’extension K → K(x1 .11. √ √ √ Exemple 2. xn ) est algébrique si et seulement si l’anneau K[x1 .2 entraîne que l’extension K → L (x) est finie. — Le corps Q ⊆ C des nombres algébriques (sur Q) est une extension algébrique de Q. . En particulier. il est racine d’un polynôme P ∈ L[X]. Corollaire 2. Comme x est algébrique sur L . donc algébrique. Elle n’est pas finie (parce qu’il existe des polynômes irréductibles dans Q[X] de degré arbitrairement grand). . C’est une extension algébrique de K. CORPS 9 Théorème 2.3. y) est finie. Le th.14. . . et x est algébrique sur K. 2. xn ] est un corps (cela généralise l’exerc. Démonstration.5). . l’extension L ⊆ L de K engendrée par les coefficients de P est alors finie (cor. .2. — Soient x et y des éléments non nuls de L algébriques sur K. . 2. Les éléments x − y et x/y de L sont donc algébriques sur K. donc c’est L. 2. — Soient K → L et L → M des extensions de corps. 2. mais c’est bien plus difficile !). Attention à ne pas confondre cette notion avec celle de clôture algébrique de K. 2. .9 entraîne que l’extension K → K(x. Si un élément x de M est algébrique sur L et que L est une extension algébrique de K. Soit K → L une extension de corps et soient x1 . 2. Si l’extension K → L est algébrique. Le cor. l’extension L → L (x) est finie (th. donc algébrique (cor.8).9). III. — Toute extension K → L engendrée par des éléments algébriques sur K est algébrique. Démonstration. alors x est algébrique sur K.13.10. — Soit A ⊆ L un ensemble d’éléments de L algébriques sur K et engendrant L. . . ¯ Exemple 2. .

En particulier. Théorème 2.15. Exercice 2. On dit qu’un point P ∈ R2 est constructible (à la règle et au compas) à partir de Σ si on peut obtenir P à partir des points de Σ par une suite finie d’opérations de l’un des types suivants : • prendre l’intersection de deux droites non parallèles passant chacune par deux points distincts déjà construits . La multiplication et l’inverse s’obtiennent à partir du théorème de Thalès et la racine carrée à partir de celui de Pythagore. 0) est constructible à partir de Σ × {0}. 1837). Avant de démontrer le théorème. EXTENSIONS DE CORPS 2. — Soit Σ un sous-ensemble de R contenant 0 et 1. cela revient au même de dire que le point (x. Montrer que le cercle de centre un point constructible et de rayon la distance entre deux points constructibles est constructible. 1} est la même chose qu’être constructible à partir de Q .10 CHAPITRE I. Démonstration. — Soit K un sous-corps de R. Constructions à la règle et au compas. — Définition 2. • prendre l’un des points d’intersection d’une droite passant par deux points distincts déjà construits et d’un cercle de rayon joignant deux points distincts déjà construits . — On dira qu’une droite est constructible (à partir de Σ) si elle passe par deux points constructibles distincts. Lemme 2. on dit simplement « constructible ».16.3. — L’addition et l’opposé sont évidents. chacun de rayon joignant deux points distincts déjà construits. Montrer que la perpendiculaire et la parallèle à une droite constructible passant par un point constructible sont constructibles. • prendre l’un des points d’intersection de deux cercles distincts.18 (Wantzel. on va décrire en général les extensions de degré deux. . — Soit Σ un sous-ensemble de R2 . Si Σ est un sous-ensemble de R contenant 0 et 1. on dit qu’un réel x est constructible à partir de Σ si c’est l’abcisse d’un point P constructible à partir de Σ × {0} au sens de la définition ci-dessus. être constructible à partir de {0. et qu’un cercle est constructible si son centre l’est et qu’il passe par un point constructible.16. Un réel x est constructible à partir de K si et seulement s’il existe une suite d’extensions K = K0 ⊆ K1 ⊆ · · · ⊆ Kn telle que [Ki : Ki−1 ] = 2 et x ∈ Kn .17. Théorème 2. alors |x| ∈ CΣ . — Soit K un corps de caractéristique différente de 2 et soit K → L une extension de degré 2. si x ∈ CΣ . Par l’exerc. 2.19. Il existe x ∈ L K tel que x2 ∈ K et L = K[x]. L’ensemble CΣ des réels constructibles à partir de Σ est un sous-corps de R tel que.

18). on peut poser x = y − a .21 (Duplication du cube). cf. 2. — Si x est un réel constructible. • les coordonnées de l’un des points d’intersection d’une droite passant par deux points à coordonnées dans L et d’un cercle de rayon joignant deux points distincts à coordonnées dans L sont solutions d’une équation de degré 2 à coefficients dans L . CORPS 11 Démonstration. la famille (1. a2 a2 =b+ ∈ K. 4 4 . On vérifie par des calculs directs que : • les coordonnées du point d’intersection de deux droites non parallèles passant chacune par deux points distincts à coordonnées dans L. Corollaire 2. 2. il suffit de montrer que tout nombre dans une extension quadratique d’un corps L est constructible à partir de L. Il existe donc a et b dans K tels que y 2 = ay + b. on voit que les coordonnées d’un point constructible à partir de K sont dans un corps du type Kn décrit dans l’énoncé du théorème. Une telle extension est engendrée par un élément x tel que √ x2 ∈ L (lemme 2. Comme la caractéristique de K est différente de 2. il est dans une extension Kn du type décrit dans le théorème de Wantzel (th. th. 2. Par récurrence. sont dans L .2). Mais alors x = ± x2 est constructible à partir de L (th.20. — Soit L un sous-corps de R. 7.19 ). chacun de rayon joignant deux points distincts à coordonnées dans L. 2. — Si y ∈ L K. sont solutions d’une équation de degré 2 à coefficients dans L.17).1 pour une caractérisation des nombres constructibles. Démonstration. Démonstration du théorème. — Soit x un réel constructible sur un sous-corps K de R. Attention. En considérant la suite d’extensions K ⊆ K(x) ⊆ Kn . pour laquelle [Kn : K] = 2n (th.2). • les coordonnées des points d’intersection de deux cercles distincts. la réciproque est fausse telle quelle (exerc. y) est K-libre. on voit que [K(x) : K] est une puissance de 2 (th.2. — Le réel √ 3 2 n’est pas constructible (sur Q). Inversement. donc c’est une base du Kespace vectoriel L. On a alors 2 x2 = y 2 − ay + et L = K[y] = K[x]. pour montrer que tout point dans un corps de type Kn est constructible à partir de K. Corollaire 2. Alors x est algébrique sur K de degré une puissance de 2. 2.22) .

alors a | a0 et b | an . 1).18). On écrit a = 2a avec 4a = b3 . étant de degré 3. sin α) est constructible à partir de {(0. Si ce dernier est réductible sur Q. 1. le réel cos θ/3 est de degré 3 sur ce corps et ne peut y être constructible par cor. — Montrer que le polynôme X 4 −X −1 est irréductible sur Q et qu’il a exactement deux racines réelles (qui sont donc de degré 4) qui ne peuvent être toutes les deux constructibles (en fait. aucune des deux ne l’est . que l’on écrit sous forme de fraction réduite a/b. . Comme 2P (X/2) = X 3 − 3X − 2 cos θ. 7. Le réel cos θ/3 est racine de l’un de ces deux polynômes. donc √ aussi π.23. On a alors a3 = 2b3 . Corollaire 2. cos θ}. donc b est pair. donc a est pair. on triche : il faut savoir que π est transcendant (Exemple 2. 3 Corollaire 2. Comme sin α est constructible à partir de cos α.25 (Quadrature du cercle). — Comme cos 3θ = 4 cos3 θ − 3 cos θ. Exercice 2. 2. donc l’angle π/9 est constructible si et seulement si le polynôme X − 3X − 1 a une racine dans Q. Exercice 2. Démonstration.2). Démonstration.12 CHAPITRE I. 2. cf. contradiction (voir aussi exerc. SI P est réductible sur Q(cos θ). — C’est une racine du polynôme X 3 − 2. 2.24 (Trisection de l’angle). (cos θ. (0. donc est constructible sur Q(cos θ) (lemme 2. 2. En particulier. On a Q(cos π/3) = Q. exerc.19 et th. 0). sin θ)}. il doit avoir une racine dans ce corps et se factorise sur ce corps en le produit d’un polynôme de degré 1 et d’un polynôme de degré 2.22. — Le réel √ π n’est pas constructible. Si P est irréductible sur Q(cos θ).4).20. — Ici. √ Le degré de 3 2 sur Q est donc 3 : il n’est donc pas constructible par cor. c’est équivalent à dire que cos α est constructible à partir de {0. ce qui n’est pas le cas (exerc. le réel cos θ/3 est racine du polynôme P (X) = 4X 3 − 3X − cos θ. On dit qu’un angle α est constructible à partir d’un angle θ si le point (cos α. cela montre la première partie de l’énoncé. 2. — L’angle θ/3 est constructible à partir de l’angle θ si et seulement si le polynôme X 3 − 3X − 2 cos θ a une racine dans Q(cos θ).23). — Si le polynôme an X n + · · · + a1 X + a0 ∈ Z[X]. il a un facteur de degré 1. avec an = 0. donc une racine rationnelle que l’on écrit sous forme de fraction 3 réduite a/b.20. a une racine rationnelle.23). EXTENSIONS DE CORPS Démonstration. l’angle π/9 n’est pas constructible à la règle et au compas.

ou même. xP . — Étant donné un polynôme P à coefficients dans K. c’est-à-dire produit de facteurs du premier degré. Deux corps de rupture de P sont K-isomorphes.1.2.3. — Soit P ∈ K[X] un polynôme irréductible. Corps de rupture. Corps de décomposition. 3. — Le corps C est un corps de rupture du polynôme irréductible X 2 + 1 ∈ R[X]. de sorte que l’on a construit une extension KP de K dans laquelle P a une racine. Soit P ∈ K[X] un polynôme irréductible.2. KP = K[xP ]. On remarquera que l’isomorphisme entre deux corps de rupture n’est en général pas unique. étant donnés des corps de rupture K → L et K → L de P . racines de polynômes à coefficients dans K. Pour toute extension K → L et toute racine x de P dans L.1. Plus généralement. — Soit P ∈ K[X] un polynôme irréductible. — Le √ corps Q( 3 2) est un corps de rupture du polynôme irréductible X 3 −2 ∈ Q[X] . Exemple 3. Démonstration. ou non. — Le morphisme K[X] → L qui envoie X sur x s’annule en P . l’anneau quotient KP := K[X]/(P ) est un corps (prop. On appelle KP un corps de rupture de P .4. Polynômes et racines On prend maintenant le problème dans l’autre sens : au lieu de se donner une extension d’un corps K et de regarder si les éléments de cette extension sont. ∼ et des racines x ∈ L et x ∈ L de P . sera scindé (produit de facteurs du premier degré).3. le polynôme X 2 + X + 1 est aussi irréductible sur R et C est encore un corps de rupture. C est le corps de rupture de n’importe quel polynôme de R[X] de degré deux sans racine réelle (cf. Proposition 3. Soit xP ∈ KP l’image de X dans KP . on part d’un polynôme P ∈ K[X] et l’on cherche à construire une extension de K dans laquelle P aura une racine. de plus. ex. Plus précisément. donc définit par passage au quotient l’unique K-morphisme de KP vers L qui envoie xP sur x. 1. on cherche maintenant à construire une extension de K dans laquelle P est scindé.14). De même. . POLYNÔMES ET RACINES 13 3. On a alors P (xP ) = 0. le corps Q(j 3 2) en est un autre. 3. Remarquons que le polynôme X 3 − 2 n’est pas scindé dans ces corps. Corollaire 3. L’anneau K[X] étant principal. — Les unités de l’anneau K[X] sont les polynômes constants non nuls (c’est-à-dire les éléments de K ∗ ). 1. il existe un unique K-morphisme KP → L qui envoie xP sur x.6) √ Exemple 3. il existe un unique K-isomorphisme σ : L → L tel que σ(x) = x .

— Le corps C est algébriquement clos. a) Il existe une extension K → L dans laquelle le polynôme P est scindé.6. . donc finie de K (cor. donc s’écrit P (X) = (X − xQ )R(X) avec R ∈ KQ [X] de degré < d.8. . Le corps K(x) ⊆ L est un corps de rupture pour Q sur K. Alors R est scindé dans L[X]. . I. — On dit qu’un corps Ω est algébriquement clos si tout polynôme non constant de Ω[X] a une racine dans Ω. . mais pas de Q. De plus. Il permet de considérer L comme une ∼ extension de K(x) via le morphisme composé K(x) → K(x ) → L . Si d > 1. . j) est un corps de décomposition pour le polynôme X 3 − 2 ∈ Q[X]. . — Le corps Q( 3 2. .5. le corps C est un corps de décomposition pour le polynôme X d − 1 ∈ R[X]. soit Q un facteur irréductible de P dans K[X] (cf. . . et soient x une racine de Q dans L et x une racine de Q dans L . . — Pour tout d ≥ 3. de racines x1 . — Soit P ∈ K[X]. xd . et il en est de même pour le corps K(x ) ⊆ L . 3. 3. EXTENSIONS DE CORPS Théorème 3. 2. de racines x1 . . . C’est une extension algébrique de type fini.3. xd−1 ] = K[xQ ][x1 . th. L = KQ [x1 . . Il existe donc (cor. xd−1 ]. — On procède par récurrence sur le degré d de P . xd−1 . et ceci montre a). .9. donc K-isomorphes. Soient K → L et K → L des corps de décomposition de P . — Définition 3. L’hypothèse de récurrence appliquée à R fournit un corps de décomposition KQ → L de R sur KQ . C’est une clôture algébrique de R. √ Exemple 3. .15) et soit KQ le corps de rupture de Q construit plus haut. . Une telle extension s’appelle un corps de décomposition de P (« splitting field » en anglais). Les extensions L et L de K(x) sont alors des corps de décomposition de R sur K(x).4) un ∼ K-isomorphisme K(x) → K(x ) qui envoie x sur x . Une clôture algébrique d’un corps K est une extension algébrique K → Ω telle que Ω est un corps algébriquement clos. b) Deux telles extensions sont isomorphes. de racines xQ . le corps L = K est le seul qui convient. . . . Exemple 3.7. donc L est un corps de décomposition de P . telle que L = K[x1 . Le polynôme P admet la racine xQ dans KQ . Clôture algébrique. . Démonstration. xd−1 .1. . x1 . Ceci prouve b). Si d = 1. Exemple 3. . L’hypothèse de récurrence appliquée à R entraîne que L et L sont K(x)-isomorphes.14 CHAPITRE I. . .9). donc aussi P . . xd ].

L’ensemble des éléments de Ω qui sont algébriques sur K est une clôture algébrique de K. Soit P ∈ K[X] son polynôme minimal . Deux clôtures algébriques de K sont K-isomorphes. On va montrer que L est algébriquement clos. Soit Q ∈ L[X] un polynôme irréductible et soit x une racine de Q dans une extension de L.14. Théorème 3.14). donc aussi sur K (th.13) est une clôture algébrique de Q. Démonstration. — Soit K → L une extension de corps telle que L est engendré par un élément x algébrique sur K. vu comme élément de Kn [X]. — Soit K un corps.10. ¯ Démonstration. 2. 2. on a Q | P dans L[X]. Pour montrer l’unicité. — On a déjà vu que l’ensemble K des éléments de Ω qui sont algébriques sur K est un sous-corps de Ω (th. il est facile de construire une clôture algébrique pour n’importe quel sous-corps. — Le corps Q ⊆ C des nombres algébriques (cf. Proposition 3.14). Il existe sur L une (unique) structure de corps faisant de chaque Kn un sous-corps de L et K → L est une extension algébrique. Soit P ∈ K[X] un polynôme non constant et soit x une racine de P dans ¯ ¯ Ω. I. 39. puisque Q est irréductible sur L. mais il faut utiliser le lemme de Zorn). ¯ Exemple 3. On construit une suite (Kn )n∈N de corps emboîtés en posant K0 = K et en prenant pour Kn+1 un corps de décomposition du polynôme Pn . Nous ne ferons la construction d’une clôture algébrique que dans le cas où le corps K est (au plus) dénombrable (les idées sont analogues dans le cas général. Montrons qu’il est algé¯ briquement clos. ex. Alors x est algébrique sur K. C’est un corps dénombrable (pourquoi ?). Or le polynôme P est un Pm . — Soit Ω un corps algébriquement clos et soit K ⊆ Ω un sous-corps. donc dans L[X]. 2. POLYNÔMES ET RACINES 15 Exercice 3. — Montrer que tout corps algébriquement clos est infini. Il existe une clôture algébrique de K.3. 1910). L’ensemble K[X] est alors dénombrable. donc il est scindé dans Km+1 [X]. On peut donc numéroter ses éléments en une suite (Pn )n∈N .1.13 (Steinitz. extension algébrique de K. Comme tout élément de L[X] est produit de polynômes irréductibles (th. où Ω .10).11. Lemme 3. commençons par montrer deux lemmes qui nous serviront de nouveau dans le § 5. Il s’ensuit que Q est aussi scindé dans L[X]. À partir d’un corps algébriquement clos. de polynôme minimal P ∈ K[X].3. 2. Alors x est algébrique sur L donc sur K (th. — On peut trouver une démonstration presque complète dans [CL]. Toute extension K → Ω.12. L est une clôture algébrique de K. de sorte que x ∈ K. p.15). Posons L= n∈N Kn .

il en est de même pour σ(Ω). il faut appliquer le lemme de Zorn : on considère l’ensemble non vide E des paires (M. σ ) ⇔ (M ⊆ M et σ |M = σ). — Lorsque l’extension K → L est finie. EXTENSIONS DE CORPS est un corps algébriquement clos. x2 ) → . . .13. cela résulte immédiatement du lemme précédent : il suffit de l’écrire comme une suite d’extensions emboîtées K → K(x1 ) → K(x1 . Si (Mi . . Si ι : K → Ω et ι : K → Ω sont des clôtures algébriques. . σ). où M est un sous-corps de L contenant K et σ : M → Ω une extension de ι : K → L à M . On a donc L = M0 . σ0 ). La paire (M. Lemme 3. Par maximalité de (M0 . . Démonstration. Démonstration. . c’est-à-dire x ∈ M0 . ce qui prouve le lemme. xn ) = L et d’appliquer le lemme à chaque extension. Dans le cas général. de sorte que se donner un K-morphisme σ de L dans Ω est équivalent à se donner un élément σ(x) de Ω qui vérifie P (σ(x)) = 0 . il existe σ : L → Ω tel que σ ◦ α = ι. Terminons maintenant la preuve du théorème 3. tout élément x de L est algébrique sur K. Cela siginifie que si ι : K → Ω et α : K → L sont les extensions données. σ) est alors dans E et c’est un majorant de la famille (Mi . donc a fortiori sur M0 . donc σ(Ω) = Ω . Comme Ω est algébriquement clos. — On a L K[X]/(P ). Mais Ω est une extension algébrique de σ(Ω). cela entraîne M0 (x) = M0 . Les extensions K → Ω et K → Ω sont donc isomorphes. → K(x1 . s’étend en L → Ω. σ) ≤ (M . σi )i∈I est un sous-ensemble totalement ordonné de E . Il existe donc un élément maximal (M0 .15. σi )i∈I . ι s’étend par le lemme 3. σ0 ). Il est partiellement ordonné par la relation (M. la réunion M := i∈I Mi est un sous-corps de L et on définit uniquement σ : M → Ω par σ|Mi = σi . Le lemme précédent dit que l’on peut alors étendre σ0 en M0 (x) → Ω. il y a donc exactement autant de tels morphismes que de racines de P dans Ω (ou dans son corps de décomposition). — Soit K → L une extension algébrique de corps.16 CHAPITRE I.15 en σ : Ω → Ω . s’étend en (5) L → Ω et le nombre de ces extensions est égal au nombre de racines distinctes de P dans son corps de décomposition. où Ω est un corps algébriquement clos. Toute extension K → Ω. 5. . Puisque L est une extension algébrique de K.

Elles sont donc isomorphes (th. Il suffit de montrer x2 ∈ L.1. et soit Pi ∈ K[X] le polynôme minimal de xi . Soit maintenant L le corps de décomposition d’un polynôme Q ∈ K[X]. De plus. 3. . Pd . donc que P est déjà scindé dans L. puis [L : K] = [L(x2 ) : K] par th. Théorème 4. Or. On en déduit L = L(x2 ). j) l’est (à cause du théorème ci-dessous). donc aussi Q := P1 . Définition 4. Démonstration. comme le montre l’exemple Q → Q( 2) → Q( 4 2). √ Les extensions Q → Q( n 2) ne sont donc pas normales pour n ≥ 3. le corps L est un corps de décomposition de Q ∈ K[X]. mais Q → √ Q( 3 2. 3. comme √ √ le montre l’exemple Q → Q( 3 2) → Q( 3 2. la composée de deux extensions normales K √ L et L √ M n’est pas néces→ → sairement normale. et soit x2 une racine de P dans M . Soit P ∈ K[X] un polynôme irréductible qui a une racine x1 dans L. (ii) L est le corps de décomposition d’un polynôme à coefficients dans K. D’autre part. . L(xi ) est un corps de décomposition de Q sur K(xi ).2. qui sont des racines de Q.3. de sorte que [L : K(x1 )] = [L(x2 ) : K(x1 )]. En revanche. chaque Pi est scindé dans L. Remarque 4. puisque cela entraînera que toutes les racines de P dans M sont en fait dans L. j). soit L → M un corps de décomposition de P . . mais n’y est pas scindé. xd ) une base du K-espace vectoriel L.2. EXTENSIONS NORMALES 17 4. — Si K → M est une extension de corps finie et normale et que L est un corps intermédiaire entre K et M . . C’est une extension finie de K. ce n’est pas nécessairement le cas pour l’extension K → L. donc x2 ∈ L. — Soit K → L une extension finie et normale. 2}. Comme L est engendré sur K par les xi . . Extensions normales Rappelons que le polynôme irréductible X 3 − 2 ∈ Q[X] a une racine dans l’extension √ Q( 3 2). — On dit qu’une extension algébrique K → L est normale si tout polynôme irréductible dans K[X] qui a une racine dans L est scindé dans L. . Les extensions K(x1 ) → L(x1 ) = L et K(x1 ) → K(x2 ) → L(x2 ) sont alors des corps de décomposition de Q sur K(x1 ). — Soit K → L une extension de corps. le théorème entraîne que l’extension L → M est encore normale. donc (cor. . 2. pour chaque i ∈ {1.4.4) il existe un Kσ ∼ isomorphisme σ : K(x1 ) → K(x2 ). Comme K → L est normale. chaque K(xi ) est un corps de rupture de P sur K. soit (x1 .5). Les propriétés suivantes sont équivalentes : (i) l’extension K → L est finie et normale .

soit (x1 .3. Soit M ⊆ Ω le sous-corps engendré par les racines de Q := P1 · · · Pn dans Ω. donc y est scindé (déf. Polynômes séparables. ce qui entraîne que c’est P (puisque P est irréductible) puis que P divise P .1). Dans L. qui divise P . EXTENSIONS DE CORPS Proposition 4. . Démonstration. . — Comme dans la preuve précédente. Dans le cas contraire. qui est engendré par les racines de P . ce pgcd vaut 1 si et seulement si aucune racine de P n’est multiple. Montrer que l’extension K ∩ K ⊆ L est aussi normale. Lemme 5. xd ) une base du Kespace vectoriel L. C’est un corps de décomposition du polynôme Q. 5. — Soit K → L une extension finie et soit Ω un corps algébriquement clos contenant L. Il existe une plus petite extension M de L dans Ω telle que l’extension K → M soit normale. On appelle cette extension la clôture normale de L dans Ω . — Définition 5. Écrivons P (X) = an X n + · · · + a0 . et soit Pi ∈ K[X] le polynôme minimal de xi . Le polynôme P (X) = nan X n−1 + · · · + a1 . Exercice 4. . 4. — Soient K et K des sous-corps d’un corps L tels que les extensions K ⊆ L et K ⊆ L soient normales. Séparabilité 5. On en déduit que M . — Un polynôme irréductible P est séparable si et seulement si P = 0. donc aussi Q.2. elle est finie sur K. le polynôme irréductible Pi a une racine dans M (à savoir xi ). Démonstration. puis que P est nul car il est sinon de degré < deg(P ). Il est inséparable si et seulement si la caractéristique p de K est non nulle et P ∈ K[X p ].5. donc l’extension K ⊆ M est finie et normale. Lemme 5. pour tout corps L ⊆ M ⊆ Ω tel que l’extension K ⊆ M est normale. on dit que P est inséparable. en particulier dans un corps de décomposition L de P . Démonstration. De plus.4. — La premier énoncé résulte du lemme précédent : P est inséparable si et seulement si P ∧ P est un polynôme non constant.18 CHAPITRE I.1. .1. — On dit qu’un polynôme P ∈ K[X] est séparable s’il n’a aucune racine multiple dans son corps de décomposition. — Un polynôme P est séparable si et seulement si P et P sont premiers entre eux. — Remarquons que le pgcd de P et P est le même dans K ou dans toute extension de K (utiliser l’algorithme d’Euclide). est contenu dans M .

de sorte que n n n n P (X) = (X p − xp )r .3). Lemme 5. on a / i ≥ 2. Le polynôme Q est alors irréductible et n’a qu’une seule racine dans un corps de décomposition. Démonstration. — Définition 5. alors la caractéristique de K est p > 0. Lemme 5. Comme x ∈ K.6. . Démonstration. P est clairement inséparable puisque P = 0. Si a ∈ K est irréductible dans K[X] et inséparable. ce qui est absurde. donc P n’est pas séparable. ce qui montre le lemme. — Supposons K de caractéristique p > 0. il est parfait par le lemme 5. Comme K = K p . avec r ∧ p = 1. Corps parfaits. Si au contraire K = K p . 5.4.3. Si r ≥ 2. on peut écrire aip = bp et i P (X) = amp X mp + · · · + ap X p + a0 = bp X mp + · · · + bp X p + bp m 1 0 = (bm X m + · · · + b1 X + b0 )p .3. le polynôme X p − a Démonstration. le degré de P est un multiple de p. il n’est pas parfait par le lemme 5.5.2. SÉPARABILITÉ 19 est nul si et seulement si ai = 0 pour chaque i non divisible par p. — Dans un corps de décomposition de P . et posons Q(X) = (X − xp )r . La réciproque est vraie (exerc. donc i = p et P = Q est irréductible. Par le lemme 5. de sorte que P est inséparable. Écrivons m = rpn . avec 1 ≤ i ≤ p. — Si K est de caractéristique nulle. il est inséparable. donc p | r (lemme 5. Par le lemme 5. 5. et il existe n n ≥ 1 et a ∈ K K p tels que P (X) = X p − a.5. avec m ≥ 2. — Le corps K est parfait s’il est soit de caractéristique nulle. De plus. on peut écrire P (X) = (X−x)m .3 P (X) = amp X mp + · · · + ap X p + a0 . Donc r = 1. — Si un polynôme irréductible P ∈ K[X] de degré ≥ 2 n’a qu’une seule racine dans un corps de décomposition. — Le corps K est parfait si tout polynôme irréductible de K[X] est séparable.3. la caractéristique de K est un nombre premier p qui divise m.8). soit de caractéristique p > 0 et K = K p . S’il est de caractéristique p et K p = K. tout polynôme P inséparable s’écrit par le lemme 5. K p .7. Théorème 5. de sorte que P (X) = Q(X p ). — Soit P un facteur irréductible unitaire de Q(X) = X p − a et soit x une racine de P dans un corps de rupture L. de sorte que P (X) = (X − x)i dans L[X].4. On a a = xp donc Q(X) = X p − xp = (X − x)p dans L[X].

Tout corps algébriquement clos est aussi parfait. En particulier. Exercice 5.11). on notera x1/p son image inverse par FrK . Donner un exemple de corps K de caractéristique p > 0 qui n’est pas une extension finie de K p . — Soit K → L une extension algébrique de corps.7). le corps Fp (T ) n’est pas parfait (le polynôme X p − T ∈ Fp (T )[X] est irréductible par le lemme 5. donc contenue dans la clôture algébrique de K dans Ω. En déduire que si K → L est une extension finie et que L est un corps parfait.3. On dit qu’une extension algébrique K → L est séparable si tout élément de L est séparable sur K. qui est un corps algébriquement clos (prop. Donc tout polynôme irréductible de K[X] est séparable : K est parfait. L’extension K → σ(L) est alors algébrique. Exercice 5.8. puisque le morphisme de Frobenius x → xp étant injectif est automatiquement surjectif.13). — Soit K un sous-corps d’un corps parfait L de caractéristique non nulle. Montrer que K est une extension finie de K p . tout corps fini est parfait. Pour tout x ∈ K.10. 3. Soit K → L une extension algébrique de corps et soit K → Ω un morphisme dans un corps algébriquement clos Ω. EXTENSIONS DE CORPS ce qui entraîne que P ne peut être irréductible. 5. Comme deux clôtures algébriques de K sont K-isomorphes (th. Si a ∈ K K p . En revanche. le polynôme X p − a est irréductible dans K[X]. le morphisme de Frobenius FrK est bijectif. le cardinal de l’ensemble des extensions de K → Ω à L est indépendant de l’extension . Dans un corps parfait K. — Définition 5.4 mais non séparable). Montrer qu’un sous-corps d’un corps parfait n’est pas nécessairement parfait. On a vu dans le lemme 3. Extensions séparables. — Soit K un corps de caractéristique p > 0. montrer que pour n tout n ≥ 1.20 CHAPITRE I. Montrer que ∞ [ n=1 Fr−n (K) L est le plus petit sous-corps parfait de L contenant K. donc une clôture algébrique de K.9. Exercice 5. Un corps K est parfait si et seulement si toute extension finie de K est séparable.14 qu’il existe une extension de ce morphisme en σ : L → Ω. 3. Le morphisme de Frobenius FrL : L → L est alors bijectif (th. — Soit K une extension de type fini (c’est-à-dire engendrée par un nombre fini d’éléments) d’un corps parfait de caractéristique p > 0. alors K est un corps parfait. On dit qu’un élément de L est séparable sur K s’il est algébrique sur K et que son polynôme minimal sur K est séparable.11. 5.

5.15. xn séparables sur K. . SÉPARABILITÉ 21 algébriquement close Ω . On a [M : K]s = [M : L]s [L : K]s . Exemple 5. Théorème 5.14. comme on l’a déjà noté. les trois Q-morphismes de Q( 3 2) √ dans C étant définis par 3 2 → e2ikπ/3 3 2. On obtient ainsi une famille de K-morphismes distincts de M dans Ω indexée par I × J. ou même plus généralement si L est engendré par des éléments x1 . .13. Inversement. . → K(x1 . c’est donc l’un des τij . on le note [L : K]s et on l’appelle le degré séparable de l’extension K → L. — Soit Ω une extension algébriquement close de M et soit (σi )i∈I la famille des K-morphismes de L dans Ω. On a 1 ≤ [L : K]s ≤ [L : K] et il y a égalité à droite si et seulement si l’extension K → L est séparable. Lorsque l’extension K → L est engendrée par un élément x. xn ) = L et l’on applique le lemme 5. avec Card(I) = [L : K]s . Démonstration. . . Si ι : K → Ω est un morphisme dans un corps algébriquement clos Ω et σ : L → Ω une extension de f . . . . de sorte que [L : K]s = 1. Considérons l’extension σi : L → Ω . Le lemme est ainsi démontré.14. — Soient K → L et L → M des extensions de corps. on a vu dans le lemme 3. le cardinal de l’ensemble des extensions à M est indépendant de i et vaut [M : L]s . Si K → L est séparable. . on a nécessairement σ(T ) = (ι(T p ))1/p . Exemple 5. alors chaque xi est a fortiori séparable sur K(x1 . Lemme 5. x2 ) → . Dans le cas général. 1. xi−1 ) . pour k ∈ {0.√ deux R-morphismes de C dans C étant l’identité les √ 3 et la conjugaison complexe. . 2}. Il est toujours ≥ 1 par le lemme 3. avec Card(J) = [M : L]s .14 que [L : K]s est égal au nombre de racines distinctes de P dans son corps de décomposition. . On a [Q( √2) : Q]s = 3. . de polynôme minimal P . — On commence par montrer la multiplicativité des degrés séparables.15 à chaque extension pour obtenir l’inégalité [L : K]s ≤ [L : K]. L’extension K → L est finie de degré p. — Soit p un nombre premier et posons L = Fp (T ) et K := Lp = Fp (T p ). étant donné un tel morphisme M → Ω. Démonstration.12. On a donc bien [L : K]s ≤ [L : K] dans ce cas (avec égalité si et seulement si x est séparable). — On a [C : R]s = 2. . on écrit l’extension finie K → L comme une suite d’extensions emboîtées K → K(x1 ) → K(x1 . — Soit K → L une extension finie de corps. . il se restreint à L en un des σi . On peut donc noter (τij )j∈J cet ensemble.

il en est de même pour l’extension K → L(x).17. . L’ensemble des éléments de L algébriques et séparables sur K est un sous-corps de L.15. . En particulier. supposons [L : K]s = [L : K]. . comme [L : K(x)]s ≤ [L : K(x)] et [K(x) : K]s ≤ [K(x) : K].20 ci-dessous montre que toute extension algébrique s séparable de K est triviale. l’ensemble des éléments de K sépas rables sur K est une extension séparable K de K appelée clôture séparable de K. Inversement. Pour tout x ∈ L. il résulte du corollaire précédent que tout élément de L L est inséparable sur L . l’extension K → L est séparable. . . Par le corollaire précédent. alors x est séparable sur K. L’exercice 5. — Si x est séparable sur L. L’extension K → M est séparable si et seulement si les extensions K → L et L → M le sont. extension séparable de K appelée clôture séparable de K dans L. Si L ⊆ L est la clôture séparable de K dans L.14 et du lemme 5. Corollaire 5. xi−1 )]. donc x est séparable sur K. Corollaire 5. xi−1 )(xi ) : K(x1 . On peut montrer que les clôtures séparables de K sont toutes K-isomorphes. — Soient K → L et L → M des extensions finies de corps. si K est une clôture algébrique de K. Si un élément x de M est séparable sur L et que l’extension K → L est séparable. . Démonstration. La preuve montre aussi que si L est engendré par des éléments séparables. . Comme on vient de le remarquer. est séparable sur K. y) est séparable. La discussion précédente dit que x. — Cela résulte immédiatement du th. Donc l’extension K → L est bien séparable. . Démonstration.15. d’où l’égalité [L : K]s = [L : K] par le lemme 5. . . Le corps s K est parfait si et seulement si K = K. — Soient x et y des éléments non nuls de L séparables sur K.22 CHAPITRE I.15 entraîne qu’il y a égalité dans ces deux inégalités. Démonstration. cela entraîne que l’extension finie K → K(x. donc est aussi séparable) et on a [K(x1 . . . — Soient K → L et L → M des extensions finies de corps. . xi−1 )]s = [K(x1 .18. 5. l’extension L(x) de L est séparable. EXTENSIONS DE CORPS (son polynôme minimal sur ce corps divise son polynôme minimal sur K.16. Les éléments x − y et x/y de L sont donc séparables sur K. Corollaire 5. . le lemme 5. xi−1 )(xi ) : K(x1 . . . donc P . . — Soit K → L une extension de corps.

Y ) (corps des fractions rationnelles en deux indéterminées à coefficients dans Fp ) et K := Lp = Fp (X p .4. — Soit K → L une extension algébrique de corps et soit Ls ⊆ L la clôture séparable de K dans L (cf. yn ).. on a P (z − tβ1 ) = 0 P (z − tβj ) = 0 pour j = 1. § 5. En particulier. L’extension K → L est finie de degré p2 . En revanche. .2). Exemple 5.19. — Soit p un nombre premier et posons L = Fp (X. cor. où y1 . 5. Exercice 5. . . L l’est aussi. pour tout i et tout j = 1.23 (de l’élément primitif). j) = Q( 3 2 + j) (cf. Théorème 5. . donc [K(F ) : K] vaut 1 ou p. Si z ∈ L∗ est un générateur de ce groupe. Comme K est infini. En raisonnant par récurrence sur n. L = K(z).5.. un corps imparfait (de caractéristique p > 0) ne peut être algébrique sur Fp (on rappelle que le corps Fp (T ) est imparfait . j=1 avec α1 = x et β1 = y1 . les βj sont distincts deux à deux. il existe des extensions non simples. le groupe (L∗ . Peut-on engendrer cette extension par un seul élément (on dit que l’exten√ √ sion est simple) ? La réponse est oui : on a Q( 3 2. — Si K est fini. ×) est cyclique (lemme 7. y1 . Il se trouve que cette propriété d’une extension (d’être engendrée par un élément) est liée à sa séparabilité.). — Soient K → L et L → M des extensions de corps. Posant z = x + ty1 ∈ L. . Soit P le polynôme minimal de x sur K et soit Q celui de y1 . En déduire que [L : K]s divise [L : K] et que soit le quotient est 1.4). en caractéristique non nulle.21. Montrer que l’extension K → M est algébrique séparable si et seulement si les extensions K → L et L → M le sont.20. cf. On cherche z sous la forme z = x + ty1 . on peut trouver t ∈ K distinct de tous les (x − αi )/(βj − y1 ). et L n’est pas de la forme K(F ). Ces polynômes se décomposent dans leur corps de décomposition en r s P (X) = j=1 (X − αj ) Q(X) = (X − βj ). avec L = K(x. On suppose donc K infini. j). . yn sont séparables sur K. Démonstration. Comme y1 est séparable sur K. — Soit K → L une extension finie de corps.16). Exercice 5. . — On a rencontré à plusieurs reprises l’extension √ Q → Q( 3 2. Théorème de l’élément primitif.18). Montrer [L : K]s = [Ls : K].22. . avec t ∈ K. on voit qu’il suffit de traiter le cas n = 1. . Y p ). soit la caractéristique de K est p > 0 et le quotient est une puissance de p (il vous faudra sans doute aller explorer un peu la littérature sur les extensions purement inséparables (ou radicielles). SÉPARABILITÉ 23 Exercice 5. 6. Il existe z ∈ L tel que L = K(z). on a F p ∈ K. 5. Pour tout F ∈ L. exerc. — Montrer que toute extension algébrique d’un corps parfait est encore un corps parfait.

24

CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS

Les polynômes Q(X) ∈ K[X] et P (z − tX) ∈ K(z)[X] ont donc une unique racine commune, à savoir β1 = y1 , et leur pgcd est ainsi X − y1 . Les coefficients de ce pgcd sont dans K(z), donc y1 ∈ K(z). Mais alors x = z − ty1 ∈ K(z), donc L = K(x, y1 ) = K(z). Théorème 5.24. — Soit K → L une extension finie de corps. Les conditions suivantes sont équivalentes : (i) il n’existe qu’un nombre fini de corps intermédiaires entre K et L ; (ii) il existe x ∈ L tel que L = K(x). Si l’extension K → L est finie et séparable, elle vérifie (th. 5.23) les conditions de ce théorème. La réciproque est fausse (cf. ex. 5.13). Démonstration. — Si K est fini, L l’est aussi, et le groupe (L∗ , ×) est cyclique (lemme 7.4). Si x ∈ L∗ est un générateur de ce groupe, L = K(x). Donc (ii) est toujours vérifié dans ce cas, et il en est bien sûr de même pour (i). On suppose donc K infini. Si (i) est vérifié, on écrit L = K(x1 , . . . , xn ) et, procédant par récurrence sur n, on voit qu’il suffit de traiter le cas n = 2. Vue l’hypothèse (i), et comme K est infini, il existe deux éléments distincts t et u de K tels que K(x1 + tx2 ) = K(x1 + ux2 ). On en déduit que x2 = ((x1 + tx2 ) − (x1 + ux2 ))/(t − u) est dans ce corps, ainsi que x1 = (x1 + tx2 ) − tx2 , donc qu’il est égal à L. Cela prouve (ii). Inversement, si (ii) est vérifié, on note P ∈ K[X] le polynôme minimal de x sur K. Soit M un corps intermédiaire entre K et L. Le polynôme minimal PM ∈ M [X] de x sur M divise alors P dans M [X], donc aussi dans L[X]. C’est donc un produit de facteurs irréductibles unitaires de P dans L[X] et il n’y a qu’un nombre fini de tels polynômes (cf. th. I.1.15). Soit M ⊆ M le sous-corps engendré par les coefficients de PM . Le polynôme PM est encore irréductible dans M [X], donc c’est le polynôme minimal de x sur M . On en déduit [L : M ] = deg PM = [L : M ], de sorte que M = M . L’application M → PM est donc injective, ce qui montre (i).
Exercice 5.25. — Trouver une infinité d’extensions intermédiaires entre les corps Fp (X p , Y p ) et Fp (X, Y ) (cf. ex. 5.22). Exercice 5.26. — Soit K → L une extension algébrique séparable telle que les degrés des éléments de L sur K soient majorés. Montrer que l’extension K → L est finie. Montrer que la conclusion ne subsiste pas nécessairement si l’extension K → L n’est pas séparable.

5.5. Trace. — À toute extension finie K → L, nous allons associer une forme K-linéaire TrL/K sur L dont la nullité caractérise les extensions (finies) séparables.

5. SÉPARABILITÉ

25

Définition 5.27. — Soit K → L une extension finie de corps. Pour x ∈ L, on note mx le K-endomorphisme de L défini par mx (z) = xz pour tout z dans L. On définit l’application trace TrL/K : L → K par TrL/K (x) = Tr(mx ). Si a, b ∈ K et x, y ∈ L, on a max+by = amx + bmy ; l’application trace est donc une forme K-linéaire sur L. Si x est dans K, on a TrL/K (x) = [L : K]x. Exemple 5.28. — Considérons l’extension Q → Q(i). Dans la base (1, i) du Q-espace a −b vectoriel Q(i), la matrice de l’endomorphisme ma+ib est . On a donc b a TrQ(i)/Q (a + ib) = 2a. Théorème 5.29. — Soit K → L → M des extensions finies de corps. On a TrM/K = TrL/K ◦ TrM/L . Démonstration. — On garde les notations de la preuve du th. 2.2 : (l1 , . . . , lr ) est une base du K-espace vectoriel L et soit (m1 , . . . , ms ) une base du L-espace vectoriel M , de sorte que (li mj )1≤i≤r, 1≤j≤s est une base du K-espace vectoriel M . Soit x ∈ M . On écrit
s

xmj =
k=1

bjk mk , On écrit ensuite

avec bjk ∈ L, de sorte que xli mj =

s k=1 bjk li mk . r

bjk li =
n=1

ajkin ln ,
r n=1 s

avec ajkin ∈ L, de sorte que xli mj =

s k=1

ajkin ln mk . On en déduit ajjii .

r

TrM/K (x) =
j=1 i=1

On a d’autre part TrM/L (x) = théorème.

s j=1 bjj

et TrL/K (bjj ) =

r n=1

ajjnn , ce qui montre le

Corollaire 5.30. — Soit K → L une extension finie de corps et soit x un élément de L inséparable sur K. On a TrL/K (x) = 0. Démonstration. — Considérons les extensions K → K(x) → L. D’après le th. 5.29, on a TrL/K (x) = TrK(x)/K TrL/K(x) (x) = TrK(x)/K [L : K(x)](x) . Il suffit donc de montrer TrK(x)/K (x) = 0. Le polynôme minimal P de x sur K est, par le lemme 5.3, dans K[X p ], où p est la caractéristique (non nulle) du corps K. Dans la base

26

CHAPITRE I. EXTENSIONS DE CORPS

(1, x, . . . , xpn−1 ) de K(x) sur K (où pn = deg(P )), la matrice de mx est la matrice compagnon de P (cf. § II.4.2), dont la trace est l’opposé du coefficient de X pn−1 dans P , c’est-à-dire 0. Corollaire 5.31. — Soit K → L une extension finie de corps qui n’est pas séparable. La forme linéaire TrL/K est identiquement nulle. Démonstration. — Soit L L la clôture séparable de K dans L (cor. 5.18). Tout élément x de L L est alors inséparable sur L , donc TrL/L (x) = 0 par le corollaire précédent. D’autre part, le lemme 5.3 entraîne que [L (x) : L ] est un multiple de p, donc aussi [L : L ] (th. 2.2). Si x ∈ L , on a alors TrL/L (x ) = [L : L ]x = 0. On a donc montré que la forme linéaire TrL/L est identiquement nulle. Le corollaire résulte alors du th. 5.29. Théorème 5.32. — Soit K → L une extension de corps finie et séparable. La forme linéaire TrL/K n’est pas identiquement nulle et la fome bilinéaire symétrique L × L −→ (x, y) −→ est non-dégénérée. Le théorème est évident en caractéristique nulle, puisque l’on a alors TrL/K (1K ) = [L : K]1K = 0 et TrL/K (xx−1 ) = TrL/K (1K ) = 0 si x ∈ L {0}, . Démonstration. — Comme on l’a vu dans le § 5.4, l’extension K → L est engendrée par un élément x ∈ L, de polynôme minimal P ∈ K[X]. Si n = [L : K], une base du K-espace vectoriel L est alors formée de 1, x, . . . , xn−1 . La matrice de mx dans cette base est la matrice compagnon CP de P (cf. § II.4.2) dont la trace est l’opposé du coefficient de X n−1 dans P , c’est-à-dire la somme des racines x1 , . . . , xn de P dans un corps de décomposition de P (ces racines sont distinctes deux à deux puisque P est séparable). Pour tout entier r ≥ 0, la matrice n r de mr = mxr est CP , dont la trace est la somme i=1 xr . Ces sommes ne peuvent pas être x i toutes nulles lorsque r décrit {0, . . . , n − 1}, puisque le déterminant d´t(xr )1≤i≤n, 0≤r≤n−1 e i est non nul (déterminant de Vandermonde). Donc l’une au moins des traces TrL/K (xr ) est non nulle, et la forme linéaire TrL/K n’est pas identiquement nulle. Soit x0 ∈ L tel que TrL/K (x0 ) = 0. Si y ∈ L est non nul, on a alors TrL/K (y ·x0 /y) = 0, donc la forme bilinéaire considérée est bien non-dégénérée.
Exercice 5.33. — Soit K → L une extension de corps finie et séparable. Soit Ω une extension algébriquement close de K et soient σ1 , . . . , σn les différents K-morphismes de L dans Ω. Montrer que pour tout x dans L, on a TrL/K (x) = σ1 (x) + · · · + σn (x).

K TrL/K (xy)

Inversement.5. — Soit Ω une extension algébriquement close de K. — Déterminer les groupes de Galois Gal(Q( 2. √ √ de sorte que σ( 3 2) est√ racine cubique de 2 dans le√ une sous-corps Q( 3 2) de R. Un K-automorphisme de L est un ∼ automorphisme de corps L → L qui est l’identité sur K.1. l’application g : L → L définie par g = (σL→σ(L) )−1 ◦ σ est un K-morphisme tel que σ = σ ◦ g. si σ(L) = σ (L). — Soit K → L une extension finie de corps. On en déduit que le groupe Gal(C/R) a deux éléments : l’identité et la conjugaison complexe.2. de sorte que σ(i) = ±i. . La première inégalité est une égalité si et seulement si l’extension K → L est normale . Le groupe Gal(L/K) agit à droite sur l’ensemble des K-morphismes σ : L → Ω (dont le cardinal est par définition [L : K]s ) par la formule ∀g ∈ Gal(L/K) σ · g = σ ◦ g. la seconde est une égalité si et seulement si l’extension K → L est séparable. Exemple 6. √ √ Exercice 6. Théorie de Galois 6. on a g = Id puisque σ est injectif). — Soit K → L une extension de corps. √ Soit σ un élément de Gal(Q( 3 2)/Q). — L’action de Gal(L/K) sur l’ensemble des K-morphismes de L dans Ω est transitive si et seulement si tous ces morphismes ont la même image dans Ω. 3)/Q) et Gal(R/Q).4.3. d’où la première inégalité. — Soit σ un élément de Gal(C/R). THÉORIE DE GALOIS 27 6.1. On a σ(i)2 = σ(i2 ) = σ(−1) = −1. Démonstration. l’identité. Démonstration. On a √ √ 3 3 σ( 2)3 = σ(( 2)3 ) = σ(2) = 2. — Il est clair que σ ◦ g et σ ont la même image. Il y a égalité si et seulement si l’action est transitive. Théorème 6. Lemme 6. Groupe de Galois d’une extension de corps. On a Card(Gal(L/K)) ≤ [L : K]s ≤ [L : K]. Le groupe de Galois Gal(L/K) est le groupe des K-automorphismes de L. — Définition 6. On a √ donc nécessairement σ( 3 2) = 3 2 et le groupe Gal(Q( 3 2)/Q) n’a qu’un seul élément. Cette action est libre (si σ ◦ g = σ.6.

Cela entraîne que K[F ] est isomorphe à un anneau de polynômes en une variable à coefficients dans K.1. donc l’extension K → L est normale. de degré δ(F ) := max(deg P. L est le corps de décomposition d’un polynôme Q ∈ K[X]. tous les K-morphismes de L dans Ω ont la même image. 3. Le lemme 6.2. . Cela entraîne (th. — Soit K → L une extension finie de corps.4). P et Q seraient proportionnels). que l’on écrit F = P/Q. avec P et Q dans K[X]. Montrer que Card(Gal(L/K)) divise [L : K]s (cf. On en déduit un K-morphisme K(x) → K(y) ⊆ Ω que l’on peut étendre en un K-morphisme L → Ω (lemme 3.10) que R est encore irréductible dans K(F )[T ]. donc ne dépend pas de σ. On a R(X) = 0 donc X est algébrique sur K(F ). exerc. Il est donc aussi irréductible dans K[F ][T ]. cela montre aussi b). 2. L’égalité de droite du théorème. Exercice 6. Ses coefficients sont du type pi − qi F . c) le polynôme minimal de X sur K(F ) est P (T ) − Q(T )F ∈ K(F )[T ]. donc sont K-isomorphes (cor. On peut donc considérer R comme un élément de l’anneau de polynômes en deux variables K[F ][T ] et il faut montrer que R est irréductible dans K(F )[T ]. ce qui montre a). Dans K[T ][F ].2. deg Q) . — Le but de cette section (indépendante du reste du cours) est de comprendre le groupe de Galois de l’extension transcendante K → K(X) et la nature des extensions intermédiaires entre K et K(X). et comme le degré de R est δ(F ). III. sont juste une retranscription du th. si Card(Gal(L/K)) = [L : K]s . Alors : a) F est transcendant sur K .19). 5. R est irréductible car de degré 1 (en F ) à coefficients premiers entre eux. ainsi que l’extension K → L puisqu’elle lui est isomorphe. EXTENSIONS DE CORPS Si l’extension K → L est normale. Lemme 6. — Soit F ∈ K(X) K. Soit Q ∈ K[X] un polynôme irréductible avec une racine x ∈ L et soit y une racine de Q dans Ω. Comme X est transcendant sur K.14. l’image de σ est l’extension de K engendrée par les racines de Q dans Ω. il en est de même pour F par le th. 6. Les corps K(x) ⊆ L et K(y) ⊆ Ω sont des corps de rupture de Q. Démonstration. premiers entre eux.5 entraîne Card(Gal(L/K)) = [L : K]s . Inversement. donc leur pgcd dans K[F ] est 1 (sinon.15) dont l’image est L . b) l’extension K(F ) → K(X) est finie. Cela montre c).6. Groupe de Galois de K → K(X) et théorème de Lüroth. Le polynôme Q est donc scindé dans L . — Posons R(T ) := P (T ) − Q(T )F ∈ K(F )[T ].7. que l’on note L ⊆ Ω. et le cas d’égalité. Pour tout K-morphisme σ : L → Ω. 5. On en déduit que y est dans L .28 CHAPITRE I.

pour t ∈ K ∗ . THÉORIE DE GALOIS 29 Pour tout corps K et tout entier n > 0. ce qui entraînera L = K(Fi ) et le théorème. donc F (X) = aX+b cX+d avec (c.7. T ) := Pi (T )Pn (X) − Pi (X)Pn (T ) = P (X. On a ainsi Φ(T ) = Notons P (X. — Soit K L ⊆ K(X) et soit F ∈ L K. On va montrer m = n. avec Pj ∈ K[X] et où Pn est le ppcm des dénominateurs des Fj .7 δ(F ) = 1. On vérifie que c’est un morphisme dont le noyau est formé des homothéties tI2 . On a [K(X) : L] = deg(Φ) = n et [K(X) : L] ≤ [K(X) : K(Fi )] = δ(Fi ) ≤ max(deg Pi . K) le groupe quotient de GL(n. d) = (0. T )Ψ(T ) ∈ L[T ] ∩ K[X][T ]. deg Pn ) ≤ m. pour t ∈ K ∗ . on a par le lemme 6.9 (Lüroth. — Les extensions intermédiaires entre K et K(X) sont de la forme K(F ). on note GL(n.6. Théorème 6. Il est déterminé par F = ϕ(X). 1874). d). cX + d Démonstration. En multipliant par Pn (T ). Démonstration. Par le lemme 6. 0) et (a. Autrement dit. Soit Φ(T ) = T n + Fn−1 T n−1 + · · · + F0 ∈ L[T ] le polynôme minimal de X sur L. — On a un isomorphisme PGL(2. 1 (Pn (X)T n + Pn−1 (X)T n−1 + · · · + P0 (X)) ∈ L[T ]. — Soit ϕ : K(X) → K(X) un K-automorphisme. On va montrer L = K(Fi ).8. Écrivons Fj = Pj /Pn . ce sont K ou des corps de fractions rationnelles en une variable. et PGL(n. b) non proportionnel à (c. Théorème 6. K) par le sous-groupe distingué des matrices de la forme tIn . on obtient D(X. Comme X n’est pas algébrique sur K. K) le groupe des matrices inversibles d’ordre n à coefficients dans K. donc aussi sur L. K) −→ a c b d −→ Gal(K(X)/K) X→ aX + b . X est algébrique sur K(F ). Pn (X) . avec F ∈ K(X). Il est donc multiple de Φ : il existe Ψ ∈ L[T ] tel que Pi (T ) − Fi Pn (T ) = Φ(T )Ψ(T ). T ) = max(deg Pj ). L’application de l’énoncé du théorème est donc surjective. T ) := Pn (X)T n + Pn−1 (X)T n−1 + · · · + P0 (X) et posons m := degX P (X. il existe i tel que Fi ∈ L K. Le polynôme Pi (T ) − Fi Pn (T ) ∈ L[T ] admet X comme racine. Comme ϕ est surjectif.

. 5. Cela est faux en caractéristique non nulle d’après des exemples de Zariski et de Shioda. l’extension K → M n’est pas nécessairement galoisienne (cf. constant vu comme polynôme en T . Quelles sont les fractions rationnelles F ∈ K(X) vérifiant F ◦ F (X) = X ? Plus généralement. est une constante inversible dans K[X]. 6. X)Ψ(X).11. on a Ψ ∈ K[X][T ] (lemme III.3.15. Les polynômes D et P sont donc proportionnels. Remarque 6. c’est faux même sur C. EXTENSIONS DE CORPS Comme P (X.b)). En revanche. L’étude de ces problèmes se fait par des outils de géométrie algébrique (il s’agit de savoir si une variété algébrique « unirationnelle » est « rationnelle »). l’extension M → L est encore galoisienne (rem. — L’analogue du théorème de Lüroth reste vrai en caractéristique 0 pour K(X. T ) et Ψ(T ) sont primitifs vus comme polynôme en T à coefficients dans K[X]. X) = −P (T. Comme P (X.13.10.26. — Une extension de corps K → L est dite galoisienne si elle est séparable et normale. Le th. T ) = −D(T. Avec au moins trois indéterminées. Déterminer le corps L = {F ∈ K(X) | F (X) = F (1/X)}.1. 4. c’est un théorème de Castelnuovo. 6. donc m = n. — Si K → L est une extension de corps galoisienne et que M est un corps intermédiaire entre K et L.4 entraîne qu’une extension finie K → L est galoisienne si et seulement si Card(Gal(L/K)) = [L : K]. Proposition 6. donc le polynôme Ψ(X).9). cela vaut aussi pour P .30 CHAPITRE I. le degré en X est ≤ m à gauche et m + degX Ψ à droite. — Soit K un corps. il en est de même pour leur produit (lemme III. Dans cette dernière égalité. — Définition 6. quelles sont les fractions rationnelles vérifiant F ◦ · · · ◦ F (X) = X ? Exercice 6. th. 6. Extensions galoisiennes.12. Les degrés de D en X et en T étant égaux. Donc il vaut m des deux côtés et Ψ ∈ K[T ]. On a donc P (X. Y ) (toutes les sous-extensions non triviales sont des corps de fractions rationnelles en une ou deux variables sur K) . T ) est primitif vu comme polynôme en T .1. T )Ψ(T ) = D(X.16) et Gal(L/M ) est un sous-groupe de Gal(L/K) : Gal(L/M ) = {g ∈ Gal(L/K) | g|M = IdM }.3 et cor.14. Remarque 6. Exercice 6. — Soit K → L une extension finie est galoisienne si et seulement si c’est le corps de décomposition sur K d’un polynôme séparable.8). — Soit K un corps.

Elle est aussi normale par le th. √ √ Exemple 6. 4. — L’extension Q → Q( 2.16. 3) est galoisienne car c’est le corps de décomposition du polynôme (X 2 − √ 2)(X 2 − 3). En utilisant le th. donc ∼ sont K(x)-isomorphes (th. Tout élément de Gal(L/K) envoie chaque racine de Q (dans L) sur une racine de Q.17. il ∼ existe un K-isomorphisme σ : K(x) → K(y) tel que σ(x) = y. THÉORIE DE GALOIS 31 Démonstration. séparable). Les extensions ι : K(x) → σ L et ι : K(x) → K(y) → L sont alors des corps de décomposition de P ∈ K(x)[X]. à racines simples) dans L. on l’écrit P = QR avec Q et R non constants. . Comme K → L est normale (resp. . j) est galoisienne et que son groupe √ √ de Galois est S3 . Soit K → L une extension finie galoisienne. Pour la réciproque.5) : il existe un automorphisme g : L → L tel que g ◦ ι = ι .2 : si K → L est une extension galoisienne. Comme L est engendré sur K par les xi . .2. 3. Soient x et y des racines de P dans L. donc g ∈ Gal(L/K). l’extension L est engendrée par des éléments séparables (les racines de Q) donc est séparable. Comme P est séparable. d’autre part g(x) = g ◦ ι(x) = ι (x) = y. qui sont des racines de Q. Proposition 6. Supposons P irréductible. donc aussi le ppcm Q := P1 ∨ · · · ∨ Pn . Plus précisément. 4. donc sont K-isomorphes. 3. . Démonstration. le groupe Gal(L/K) permute les n racines distinctes de P et Gal(L/K) s’identifie à un sous-groupe du groupe symétrique Sn . Q et R n’ont pas de racine commune. xn ) et l’on note Pi ∈ K[X] le polynôme minimal de xi . − 2. — Soit K → L le corps de décomposition d’un polynôme séparable P ∈ K[X].18. on écrit L = K(x1 .6. D’une part g est un K-automorphisme. le corps L est un corps de décomposition du polynôme séparable Q ∈ K[X]. on peut aussi dire qu’il existe x ∈ L tel que le polynôme minimal de x sur K est scindé à racines simples dans L et que L = K(x). En déduire Q( 3 2.23. L’action de Gal(L/K) sur l’ensemble des racines de P dans L est transitive si et seulement si P est irréductible dans K[X]. . Si n = deg(P ). C’est donc le corps de décomposition d’un polynôme séparable P ∈ K[X]. Les sous-corps K(x) et K(y) de L sont des corps de rupture de P . 5. donc l’action n’est pas transitive. — Montrer que l’extension Q → Q( 3 2. √ Exercice 6. il est isomorphe à (Z/2Z)2 . — Si L est le corps de décomposition d’un polynôme séparable Q ∈ K[X]. Son groupe de Galois agit non transitivement √ √ √ sur l’ensemble { 2. — Si P n’est pas irréductible. chaque Pi est scindé (resp. on reprend la démonstration du th. j) = Q( 3 2 + j) et calculer le polynôme minimal de √ 3 2 + j sur Q. − 3} de ses racines .

On parlera souvent du corps Fpn à pn éléments. 5. Ces racines sont toutes distinctes car sa dérivée étant −1.21. — Le corps Fpn est une extension de Fpm si et seulement si m divise n et le seul sous-corps de Fpn à pm éléments est {x ∈ Fpn | xp = x}.32 CHAPITRE I. En particulier. ×) est d’ordre pn − 1.19.7). Comme le groupe Gal(Fpn /Fp ) est de cardinal n. l’extension Fp → Fpn est galoisienne et son groupe de Galois est de cardinal n Proposition 6. Exercice 6. En particulier. Ce résultat se généralise ainsi. Exercice 6. d’où xp = x pour tout x dans Fpn . — Quel est le groupe additif (Fpn . En particulier. engendré par l’automorphisme de Frobenius Fr : x → xp . — Écrire les tables d’addition et de multiplication du corps F4 . Card(K) = pn . le polynôme P est séparable (lemme 5. — Soit Fp → K un corps de décomposition du polynôme P (X) := X p − X sur Fp et soit K := {x1 .2). Démonstration. il existe un corps fini à pn éléments. deux tels corps sont isomorphes.5. xpn } ⊆ K l’ensemble des racines de P dans K. EXTENSIONS DE CORPS 6.19) et que toute extension de corps finis est séparable (tout corps fini est parfait par le th. Soit K un corps fini à pn éléments. — Il est clair que Fr est dans Gal(Fpn /Fp ).20. — Soit p un nombre premier. un diviseur m de n. m . Soit m son ordre. Démonstration. — Le groupe de Galois de l’extension Fp → Fpn est cyclique d’ordre n.4. 6. Correspondance de Galois pour les corps finis. . — a) Pour tout entier premier p et tout entier n ≥ 1. Sa caractéristique est alors un nombre premier p et son sous-corps premier le corps Fp . Comme n Fpn est le corps de décomposition du polynôme X p − X (th. Théorème 6. Le groupe (K ∗ . .23. — On dit qu’un corps K est fini s’il n’a qu’un nombre fini d’éléments. les pn éléments de K sont exactement les racines de P . de sorte que K est de cardinal pn . Ceci montre a). Théorème 6. Tous les éléments de Fpn m sont ainsi racines du polynôme X p − X. il est cyclique engendré par Fr. qui est ainsi scindé dans K. . L’extension Fp → K est de degré fini n. On a alors Frm = Id. b) Tout corps fini à pn éléments est un corps de décomposition du polynôme X p − X sur Fp . donc tout élén ment non nul x de K vérifie xp −1 = 1. Corps finis. donc Card(Fpn ) ≤ pm et m = n. . Le corps K est donc un corps de décomposition de P sur Fp . +) ? n n 6. Ceci montre b).22. C’est un sous-corps de K (par (1)) qui lui est donc égal.

. Il est formé de 0 et des racines du polynôme P (X) = X p −1 − 1 n dans Fpn .25. et son cardinal est alors (pm )d = pmd . Exercice 6. on pose Pi = x∈Oi (X − x). engendré par Frm . — Si Fpn est une extension de Fpm . — Le groupe G = Gal(Fpn /Fp ) agit sur Fpn . Réciproquement. on a xp = x pour tout x dans L. et K a pm éléments.6. Or m divise n. — Soient m et n des entiers positifs non nuls. C’est donc le sous-groupe engendré par Frm . on a Xp − X = m|n n (polynômes irréductibles unitaires de degré m dans Fp [X]). 6.24. . THÉORIE DE GALOIS 33 Le groupe de Galois de l’extension Fpm → Fpn est cyclique d’ordre n/m. Comme Fr est un automorphisme. de . . de dimension finie d. si L ⊆ Fpn est un sous-corps à pm éléments. Quel est le nombre de racines du m polynôme X p − X dans Fpn ? m m m Comme les sous-groupes du groupe cyclique Gal(Fpn /Fp ) Z/nZ sont les sousgroupes cycliques engendrés par les classes de chacun des diviseurs de n.14) que Gal(Fpn /Fpm ) est un sous-groupe de cardinal [Fpn : Fpm ] = n/m du groupe Gal(Fpn /Fp ) = Fr . Démonstration. Corollaire 6. donc L ⊆ K et il y a égalité car ces deux ensembles ont même cardinal. Enfin. Donc P a pm − 1 racines dans Fpn . Gal(Fpn /L) Le but de la théorie de Galois est d’étendre ces correspondances à toute extension galoisienne finie. K := {x ∈ Fpn | xp = x} = {x ∈ Fpn | Frm = x} est un sous-corps de Fpn . donc pm − 1 divise pn − 1. et P divise X p −1 − 1. soit Fpn = O1 ∪ · · · ∪ ON la décomposition en orbites. N }. de sorte que n = md. Pour chaque i ∈ {1. supposons que m divise n. Démonstration. on a déjà remarqué (rem. . Inversement. on peut présenter ce résultat sous la forme suivante : il existe des bijections inverses l’une de l’autre {sous-groupes de Gal(Fpn /Fp )} o H  o Φ Ψ / / {extensions intermédiaires entre Fp et Fpn} FH := {x ∈ Fpn | ∀g ∈ H g(x) = x} q  L. — Pour tout entier premier p et tout entier n > 0. qui est scindé à racines simples dans Fpn . c’est un Fpm -espace vectoriel.

Il n’y a pas de facteur multiple car ce polynôme est séparable. Théorème 6.34 CHAPITRE I. divise donc X p − X. l’extension K → LH est galoisienne si et seulement si H est un sousgroupe distingué dans G. On a donc écrit la décomposition en facn teurs irréductibles dans Fp [X] du polynôme X p − X. qui est un diviseur de Card(G) = n. le polynôme Pi est à coefficients dans Fp . qui renversent les inclusions. l’égalité Φ ◦ Ψ = Id signifie LGal(L/M ) = M pour tout corps intermédiaire M . Si m divise n. il est irréductible sur Fp (prop.24) mais surtout. 5. et P . 6. 6. soit Fp → K un corps de rupture de P et soit x une racine de P dans K. Gal(L/M ) b) Si H < G. par la rem. les extensions intermédiaires correspondent bijectivement aux sous-groupes du groupe de Galois. soit P un polynôme irréductible dans Fp [X] de degré m. Pour clarifier les choses. EXTENSIONS DE CORPS sorte que N N Xp − X = x∈Fpn n (X − x) = i=1 x∈Oi (X − x) = i=1 Pi .6. Son groupe de Galois est alors le groupe quotient G/H. l’égalité Ψ ◦ Φ = Id signifie {g ∈ G | g|LH = Id} = H pour tout sous-groupe H de G. Comme Fr(Pi ) = Pi . tandis que. Inversement. Cette extension est de degré m. . {sous-groupes de G} o H  o Φ Ψ / / {extensions intermédiaires entre K et L} LH := {x ∈ L | ∀g ∈ H g(x) = x}  M. on dispose d’un moyen concret de les trouver toutes.14. Son degré est Card(Oi ). lemme d’Artin. a) Il existe des bijections inverses l’une de l’autre. Correspondance de Galois. On retrouve ainsi le fait qu’il n’y a qu’un nombre fini d’extensions intermédiaires (cf. de m n sorte que K est isomorphe à Fpm et xp = x. — Nous montrons maintenant le résultat principal de cette section : le fait que pour une extension galoisienne. th. Comme Fr agit transitivement sur l’ensemble de ses racines. 6. qui est le n polynôme minimal de x.17). — Soit K → L une extension finie galoisienne de groupe de Galois G := Gal(L/K).26. on a xp = x.

Donc P n’a qu’une seule racine. pour toute extension intermédiaire M et tout sousgroupe H de G : M ⊆ Φ(Ψ(M ))) = LGal(L/M ) et H ⊆ Ψ(Φ(H))) = Gal(L/LH ) et il s’agit de montrer que ces deux inclusions sont des égalités. Nous lui appliquerons le lemme suivant. THÉORIE DE GALOIS 35 Démonstration. et que Gal(LH /K) est isomorphe à G/H. — Soit K → L une extension finie galoisienne de groupe G. Cela entraîne que l’extension finie K → LH est galoisienne. Inversement. c’est-à-dire. Ceci prouve b).14). Démonstration. H.6. Son noyau est {g ∈ N | g|LH = Id}. Le morphisme π est donc surjectif et on en déduit : Card(N )/ Card(H) = = = = Card(Gal(LH /K)) [LH : K] [L : K]/[L : LH ] Card(G)/ Card(H). cela signifie gHg −1 = H. ∼ Comme l’extension K → L est normale. on a y = x. de sorte que N = G : le sous-groupe H est distingué dans G.28 ci-dessous. On en déduit Card(Gal(LH /K)) ≥ Card(G)/ Card(H) = [L : K]/[L : LH ] = [LH : K]. — Il est clair que K est contenu dans LG . L’autre égalité H = Gal(L/LH ) résulte du th. Gal(L/M ) Montrons maintnant b). on a g(LH ) = LH . On vérifie que l’extension intermédiaire g(LH ) correspond au sous-groupe gHg −1 de G. Ceci montre le point a) du théorème. d’où un morphisme de groupes ρ : G → Gal(LH /K) dont le noyau est {g ∈ G | g|LH = Id}. il est de degré 1 et x est dans K. Comme l’extension K → L est normale. L’extension M → L est galoisienne (rem. Soit H un sous-groupe de G et soit g ∈ G. Comme x ∈ LG . Par la correspondance a).27. . c’est-à-dire en un élément g de G qui doit satisfaire g(LH ) = LH . En appliquant ce lemme à l’extension finie galoisienne M → L . 6. tout K-automorphisme LH → LH s’étend en un ∼ K-automorphisme L → L. c’est-à-dire M = Φ(Ψ(M ))). Lemme 6. qui est scindé dans L. 6. On a K = LG . — Il est clair que l’on a. supposons l’extension K → LH galoisienne et considérons le sous-groupe N := {g ∈ G | gHg −1 = H} de G (le normalisateur de H dans G) ainsi que le morphisme π : N → Gal(LH /K). c’est-à-dire de nouveau H. Soit y une racine de P dans L. soit g ∈ N . Comme il est séparable. par a). il existe g ∈ G tel que y = g(x). que ρ est surjectif. Soit x ∈ LG et soit P ∈ K[X] son polynôme minimal. on obtient M = L . Si H est un sous-groupe distingué dans G.

il en résulte que x est séparable algébrique sur K de degré ≤ Card(G). — Posons K = LG . G est un sous-groupe de Gal(L/K). — Soit K → L une extension de corps finie et normale et soit G le groupe Gal(L/K) des K-automorphismes de L. Montrer que le polynôme minimal de x sur K a une seule racine dans L. donc P est à coefficients dans K. et Gal(L/K) = G. On a des extensions K → LG → L. Les sous-groupes de S3 sont y {Id} % WWWWW P u  • ! PPPP WWWWWWWWW PPP WWWWW  ' WWWWW + (2.36 CHAPITRE I. Comme K(z) contient K(x). j) est galoisienne de groupe de Galois isomorphe à S3 (après numérotation des racines du po√ lynôme X 3 − 2 par xk = e2ikπ/3 3 2. On a donc y ∈ K(x) et L = K(x). 6. EXTENSIONS DE CORPS Théorème 6. L’extension LG ⊆ L est finie galoisienne de groupe de Galois G. elle est engendrée par un élément z (th.23). 2. n n √ Exemple 6. 6. 3) (1. Supposons donc que la caractéristique de K est p > 0.27 entraîne K = LG . On en déduit (th.4) Card(G) ≤ Card(Gal(L/K)) ≤ [L : K] ≤ Card(G). — Soit L un corps et soit G un groupe fini d’automorphismes de L. 5. i mms mmm vmmm (1.30.5). le lemme 6. b) En déduire qu’il existe un entier n ≥ 0 tel que xp ∈ K (Indication : on pourra utiliser le lemme 5. Soit y ∈ L. k ∈ {1.28 (Lemme d’Artin). ces deux corps sont égaux par maximalité du degré de x. 3}). Nous allons montrer L = K(x). 2. où l’on a montré que l’extension Q → Q( 3 2. Soit x ∈ L . — Soit L un corps et soit G un groupe infini d’automorphismes de L. posons P (X) = y∈Gx (X − y).31.29. Comme P est séparable. c) Montrer qu’il existe un entier n ≥ 0 tel que (LG )p ⊆ K. extension finie et séparable de K de degré ≤ Card(G). on a alors gP = P . 2) ie i ! uQQQQ • fffff nns QQQ fffff n  QQ( fffff nnn vnnn ffff sfffff S3 . Si la caractéristique de K est nulle. y) est séparable. Pour tout g ∈ G. a) Soit x ∈ LG . On en déduit que l’extension K ⊆ L est galoisienne (th. 3) .4). 6. 3) (1. Exercice 6. — Revenons à l’exerc. Exercice 6. Démonstration. De plus.16. Comme l’extension K(x. Montrer que l’extension LG ⊆ L est infinie. Choisissons x de degré maximal sur K. de sorte qu’il y a égalité partout.

montrer que le discriminant Y ∆(P ) = (xi − xj )2 1≤i<j≤5 du polynôme P est égal à 55 ·34 −44 ·65 . § 1. . par exemple [CL]. . Soit Q → L un corps de décomposition de P et soit G < S5 ¯ son groupe de Galois.12) que le polynôme P (X) = X 5 − 6X + 3 est irréductible dans Q[X]. 4.5 et § 3. où il est scindé à racines simples a1 . 3. il divise d’autre part Card(S5 ) = 5! = 120 = 23 · 3 · 5. quitte à le remplacer par une puissance. — Soit K un corps. 3) à la permutation cyclique des √ racines. 5). — On vérifie (par exemple en utilisant le critère d’Eisenstein . tandis que sur la ligne inférieure. on peut supposer que c’est le cycle (1. . 5) engendre S5 . .1.34. Si le groupe Gal(L/K) est isomorphe à Sn .32.4). j) sont √ Q( 3 2. c’est-à-dire un 5-cycle dont on peut supposer. 6. Exercice 6. Une étude de fonction montre qu’il a exactement trois racines réelles x1 < x2 < x3 . — Dans l’exemple ci-dessus. qu’il envoie 4 sur 5. Le seul sous-groupe distingué non trivial de S5 est le groupe alterné A5 . 3) (cyclique d’ordre 3). an . Le groupe G contient la conjugaison complexe. L’extension Q → L contient donc une unique sous-extension galoisienne de Q et elle est quadratique. qui avec (4. Exemple 6. 2. La transposition (1. . montrer que les corps de rupture K(ai ) de P (tous K-isomorphes) vérifient K(ai ) ∩ K(aj ) = K pour 1 ≤ i < j ≤ n. 5). Le théorème de Sylow entraîne que G contient un élément d’ordre 5.17). THÉORIE DE GALOIS 37 Le seul sous-groupe distingué non trivial est (1. On a donc G = S5 . qui agit comme la transposition (4. donc deux racines complexes conjuguées x4 et x5 = x4 . j) kXXX O o7 hQQQ XXXXXXXX ooo QQQ XXXXX 1c B  ooo XXXXX QS … XXW ‰ √ √ √ 2 3 Q(j) Q( 3 2) Q(j 3 2) fff2 Q(j 2) gPPP m6 fffff O PPP mmm fffff PPP mmm fffffff PPS … 1 c A Ù mmm fff Õfff Q 7 Les quatre extensions de la ligne supérieures sont galoisiennes. 2. Exercice 6. donc son cardinal est divisible par 5 .33. Il agit transitivement sur l’ensemble des racines (prop. soit P ∈ K[X] un polynôme irréductible séparable et soit K → L un corps de décomposition de P . seule l’extension (quadratique) Q ⊆ Q(j) l’est. 2. III. En renumérotant les racines réelles.6. th. 2) correspond à la conjugaison complexe et le cycle (1. cf. Les sous-extensions correspondantes de Q → Q( 3 2. En déduire que la seule sous-extension quadratique de L √ est Q( −21451) (vous aurez sans doute besoin d’aller consulter la littérature sur le discriminant d’un polynôme .

17). Clôture galoisienne. on s’intéresse ici au nombres complexes z constructibles à partir de {0. 5.7. qui traite le cas z ∈ R) que z est alors algébrique de degré une puissance de 2 sur Q. donc aussi le ppcm P1 ∨· · ·∨Pn . qui s’étend facilement aux complexes constructibles). donc l’extension normale K ⊆ M est séparable. — Soit z ∈ C. Plus précisément. Cette proposition permet de retrouver le fait qu’il n’existe qu’un nombre fini d’extensions intermédiaires entre K et L (cf. th. le polynôme Pi est séparable.22). On a déjà remarqué que cette condition n’est pas suffisante (exerc.24) Démonstration. 7.17. — On montre qu’une extension séparable finie est toujours contenue dans une extension galoisienne finie. prop. Montrons que tous ses conjugués sont constructibles. Constructibilité à la règle et au compas. th. EXTENSIONS DE CORPS 6. qui n’est autre que sa clôture normale (cf. Supposons z constructible. tous les éléments de L sont constructibles. — Revenons sur les constructions à la règle et au compas telles qu’elles sont expliquées dans le § 2. 2. Soit Q = K0 ⊆ K1 ⊆ · · · ⊆ Kn une suite d’extensions telle que [Ki : Ki−1 ] = 2 et z ∈ Kn . — Un nombre algébrique z ∈ C est constructible si et seulement si le degré de l’extension de Q engendrée par tous les conjugués (6) de z est une puissance de 2.1. 1} (cela signifie par définition que ses parties réelle et complexe sont toutes deux constructibles). Les corps g(Ki ) forment une suite d’extensions de degré 2. En particulier. donc z . prop.4. C’est une extension galoisienne de Q et pour tout conjugué z de z. 2. 4. — Dans la preuve de la prop. et en gardant les mêmes notations. On peut déduire du théorème de Wantzel (th.35.38 CHAPITRE I. Proposition 6. C’est-à-dire les racines dans C du polynôme minimal de z sur Q. Démonstration. On appelle M la clôture galoisienne de L dans Ω. 6.18. .3. est constructible par le théorème de Wantzel. polynômes cyclotomiques. et soit M la clôture normale de Kn dans C. qui est dans g(Kn ). Applications de la théorie de Galois 7. Le corps L est une extension séparable de Q. (cf. donc 6. 2. On note L le sous-corps de C engendré par tous les conjugués de z (c’est-à-dire le corps de décomposition du polynôme minimal de z sur Q). La clôture normale de L dans Ω est une extension finie galoisienne de K.4). — Soit K → L une extension finie séparable et soit Ω un corps algébriquement clos contenant L. 4. Théorème 7.1. il existe g ∈ Gal(M/Q) tel que z = g(z) (cf.

APPLICATIONS DE LA THÉORIE DE GALOIS 39 elle est engendrée par un élément x ∈ L tel que L = Q[x] (th. Quels sont les groupes µpr (K) ? Lemme 7. En déduire qu’aucune de ses racines n’est constructible (bien que de degré 4). — Pour tout corps K et tout entier n ≥ 1. Exercice 7. . différentes racines primitives n-ièmes de l’unité. dont on vient de montrer qu’il est constructible.3. On a vu plus haut que l’ensemble Pd ⊆ µn (K) des racines primitives d-ièmes de l’unité est soit vide. Tout élément ζ de µn (K) est d’ordre un diviseur d de m (par le théorème de Lagrange) et de n (puisque ζ n = 1) . supposons que [L : Q] = 2m . — Posons m = Card(µn (K)). Exercice 7. Le groupe Gal(L/Q) est alors d’ordre 2m donc il existe une suite de sous-groupes Gal(L/Q) = G0 > · · · > Gm−1 > Gm = {Id} tels que Gi est d’indice 2 dans Gi−1 . La correspondence de Galois (th. . On appelle groupe des racines n-ièmes de l’unité dans K le groupe multiplicatif µn (K) = {ζ ∈ K | ζ n = 1}. le groupe µn (K) est cyclique d’ordre un diviseur de n. . 6. ex.23). . 5. Dans le but d’étudier la constructibilité des polygones réguliers. Son degré [L : Q] est donc une puissance de 2. — Soit K un corps de caractéristique p > 0 et soit r un entier ≥ 1. Soit K un corps et n un entier ≥ 1. elle engendre le groupe µn (K). — Montrer que le groupe de Galois sur Q du polynôme irréductible X 4 − X − 1 (cf. c’est alors une racine primitive d-ième de l’unité. S’il existe une racine primitive n-ième de l’unité dans K. Démonstration. . . si ζ est d’ordre n dans le groupe µn (K).4. Comme µn (K) = d|m∧n Pd . 2. n − 1} | d ∧ n = 1}. .2. Plus généralement. ×) est cyclique. . n − 1} . tout élément de L est constructible (donc en particulier z !).7.26) lui associe une suite Q = K0 ⊆ K1 ⊆ · · · ⊆ Km = L d’extensions de degré 2. soit de cardinal ϕ(d). Il a au plus n éléments. nous nous intéressons maintenant au groupe de Galois des polynômes X n − 1. tout sous-groupe fini de (K ∗ .22) est isomorphe à S4 . qui est alors isomorphe à Z/nZ. . Inversement. Il y a alors ϕ(n) := Card((Z/nZ)∗ ) = Card{d ∈ {1. Commençons par quelques préliminaires sur les racines de l’unité. Par le théorème de Wantzel. Un élément ζ de µn (K) est dit racine primitive n-ième de l’unité si ζ d = 1 pour tout d ∈ {1. en d’autre termes.

Proposition 7. qui en est en général distinct. Pour tout entier n ≥ 1. La proposition dit que c’est un sous-groupe de (Z/(q − 1)Z)∗ .28). et Pm = ∅. ΦK (X) ne dépend en fait pas du corps K (toujours lorsque n est premier à la n caractéristique de K). On a vu que le groupe de Galois de l’extension galoisienne Fp → Fq est cyclique d’ordre n. EXTENSIONS DE CORPS on a donc m ≤ d|m∧n ϕ(d). On en déduit m ≤ m ∧ n. qui est de cardinal au plus m. Ceci montre le premier point. On a donc une injection de Gal(L/K) dans (Z/nZ)∗ . On peut montrer que ΦQ est irréductible.40 CHAPITRE I.4) une situation dans laquelle le lemme s’applique : si p est un nombre premier.) . La démonstration de la proposition montre que le polynôme séparable ΦK (X) = (X − ζ) n ζ racine primitive n-ième de 1 dans L est de degré ϕ(n) et invariant sous l’action de Gal(L/K). En revanche. +. — On a déjà rencontré (en § 6. Le groupe µn (L) est d’ordre n et est cyclique (lemme 7. Il existe donc un élément d|e d’ordre m dans µn (K).7. 6. donc m | n. +) et cet automorphisme détermine uniquement g. donc à coefficients dans K par le lemme d’Artin (th. — Calculer ΦK pour 1 ≤ n ≤ 6 et pour tout n premier. ×) de cardinal m. donc une unité de l’anneau (Z/nZ. Un tel automorphisme est déterminé par l’image de 1. Démonstration. de sorte que le groupe de Galois de X n − 1 sur n F Q est isomorphe à (Z/nZ)∗ . donc de (Z/nZ. Si G est un sous-groupe de (K ∗ . qui est ainsi cyclique. Φn p n’est en général pas irréductible (on a par Fp Fp p−1 exemple Φmp = (Φm ) si m ∧ p = 1). ×). — Soit K un corps et soit n un entier strictement positif non divisible par la caractéristique de K. Exemple 7. n montrer l’égalité Y K Xn − 1 = Φd (X). On a donc G = µm (K) Z/mZ. soit n un entier non divisible par la caractéristique de K et soit K → L un corps de décomposition de X n − 1. qui doit être un générateur de ce groupe. Le groupe de Galois du polynôme séparable X n − 1 ∈ K[X] est isomorphe à un sous-groupe de (Z/nZ)∗ . le corps de décomposition du polynôme séparable X q−1 − 1 est Fq . Ceci termine la démonstration du lemme. donc isomorphe à (Z/nZ. On l’appelle le n-ième polynôme cyclotomique.6. Tout élément g de Gal(L/K) induit un automorphisme de µn (L). il est contenu par le théorème de Lagrange dans le groupe cyclique µm (K). q = pn et K = Fp . d|n (En particulier. Exercice 7.4). Soit K un corps.5. on a ϕ(d) = e. — Soit K → L un corps de décomposition de X n − 1. On vérifie (exercice !) que pour tout entier e ≥ 1. +).

On sait aussi que F6 . Les deux assertions découlent du théorème 7. Le groupe de Galois G du polynôme X 17 − 1. — Soit N l’ensemble des nombres entiers n ≥ 1 tels que le polygone régulier à n côtés soit constructible à la règle et au compas. Démonstration. Soit p un nombre premier impair. on a exp(2iπ/mn) = exp(2iπ/m)u exp(2iπ/n)v .10. exerc. et que le carré d’un nombre premier impair n’est pas dans N . c’est-à-dire celui de l’extension Q ⊆ Q(ζ). . exp(2iπ/m) et exp(2iπ/n) sont alors constructibles. De plus. . Il suffit donc de montrer que les seuls nombres premiers impairs p qui appartiennent à N sont des nombres premiers de Fermat. F1 = 5. on ne connaît aucun facteur non trivial pour les nombres F14 . et que l’on connaît explicitement un facteur non trivial de F31 . et si u et v sont des entiers tels que um + vn = 1. Exercice 7. cf.24). et que si p − 1 s’écrit 2r . On retrouve le fait que le polygone régulier à 9 côtés n’est pas constructible à la règle et au compas (cor.9 (Gauss. et tout diviseur de n est dans N . F3 = 257 et F4 = 65537 sont premiers (on n’en connaît aucun autre !). alors 2n ∈ N (on peut bissecter n’importe quel angle constructible). 7. APPLICATIONS DE LA THÉORIE DE GALOIS 41 On termine cette section par un théorème qui identifie les polygones réguliers constructibles à la règle et au compas. alors r doit lui-même être une puissance de 2 p (pourquoi ?). 1. Corollaire 7. a) Montrer que ce groupe est engendré par la classe de 3 . impair. Cela ne veut pas dire que l’on sait tous les factoriser : si on sait par exemple factoriser explicitement F6 = 274177 · 67280421310721 et F11 (un nombre de 617 chiffres). de sorte que exp(2iπ/mn) est aussi constructible.5). F2 = 17. Si n ∈ N . F32 ne sont pas premiers (7) .1 et du fait que le degré de exp(2iπ/p2 ) sur Q est ϕ(p2 ) = p(p − 1). . 2. 7. F20 . on note g ∈ G le générateur correspondant.13). — Le polygone régulier à 17 côtés est constructible à la règle et au compas.7. On sait que F0 = 3. alors mn ∈ N : en effet. Rappelons qu’un nombre premier de Fermat est un nombre m premier de la forme Fm := 22 + 1. ×) (prop. . tandis que le degré de exp(2iπ/p) sur Q est ϕ(p) = p − 1 (il est dans ce cas facile de déduire du critère d’Eisenstein l’irréductibilité du polynôme cyclotomique ΦQ . — Un polygone régulier à n côtés est constructible à la règle et au compas si et seulement si n est le produit d’une puissance de 2 et de nombres premiers de Fermat distincts. est isomorphe au groupe multiplicatif ((Z/17Z)∗ . . 1801). F22 et F24 . si m et n sont dans N et sont premiers entre eux. qui n’est donc jamais une puissance de 2. — On pose ζ = exp(2iπ/17). Théorème 7. mais que 641 divise F5 (Euler).8.

Tout élément de Gal(L/K) permute les racines de X n − a et est déterminé par l’image ζx de x (puisque les éléments ζ de µn (K) ⊆ K sont fixes).13. les signes sont difficiles à déterminer). Exemple 7. qui est galoisienne de groupe de Galois isomorphe à Z/3Z. b1 . L’hypothèse faite entraîne n = d. En particulier.42 CHAPITRE I. Cela entraîne que la caractéristique de K ne divise pas n et que le polynôme X n − 1 est séparable (il n’a pas de racine commune avec son polynôme dérivé). — Soit K un corps et soit n un entier ≥ 2. Calculer b0 +b2 et b0 b2 . nous allons déterminer toutes les extensions cycliques de degré n de K. — Soit x une racine de X n − a engendrant L. puis a0 k=0 k=0 et a1 (un signe est difficile à déterminer).31. 6. par le théorème de Bézout. b3 (là encore. EXTENSIONS DE CORPS P P b) On pose a0 = 7 g 2k (ζ) et a1 = 7 g 2k+1 (ζ). Si une extension K → L est engendrée par une racine du polynôme X n − a. l’extension K → L est galoisienne.4 . P3 c) Pour 0 ≤ j ≤ 3. — On a déjà √ dans l’ex. On fait l’hypothèse que le groupe µn (K) des racines n-ièmes de l’unité est d’ordre n. j). puis cos(2π/17). forment l’ensemble des racines de ce polynôme. Calculer c0 + c4 .11. — Soit L un corps de décomposition de P (X) = X n − a et soit x ∈ L une racine de P . Calculer a0 + a1 et a0 a1 . c0 c4 . — Soit K un corps tel que Card(µn (K)) = n et soit a ∈ K. Les ζx. Comme xn = a ∈ K. On a P (X) = (X − ζx) ζ∈µn (K) dans L[X]. Rappelons enfin que le groupe µn (K) est toujours cyclique (cf. Démonstration. 7. Alors le polynôme X n − a est irréductible sur K et / son corps de rupture est une extension galoisienne de K de groupe de Galois µn (K). Proposition 7.12. Comme L est engendré par x. Démonstration. de sorte que a = xn = (xd )n/d . cette extension est galoisienne et Gal(L/K) < µn (K). il est donc isomorphe à Z/nZ). Puisque ζ est dans K. d’où un morphisme de groupes injectif Gal(L/K) → µn (K). lemme 7. Son coefficient constant est produit de e facteurs ζx. Lemme 7. donc xe ∈ K. Un générateur de ce groupe est appelé racine primitive n-ième de l’unité. — Soit K un corps tel que Card(µn (K)) = n et soit a ∈ K. Sous cette hypothèse. on pose bj = k=0 g 4k+j (ζ). dans notre cas. le groupe Gal(L/K) est cyclique. on a xd ∈ K. on pose cj = g j (ζ) + g 8+j (ζ). pour ζ ∈ µn (K). un cas où le lemme s’applique : c’est celui vu. Extensions cycliques.2. avec ζ ∈ K. puis b0 . b2 . en tant que corps de décomposition du polynôme séparable X n − a. donc P = Q et P est irréductible. de degré e. de l’extension Q(j) → Q( 3 2. c’est-à-dire les extensions galoisiennes de groupe de Galois Z/nZ. c’est . où d = n∧e. Soit Q ∈ K[X] un facteur irréductible unitaire de P . On suppose a ∈ K d pour tout diviseur d > 1 de n. d) Pour 0 ≤ j ≤ 7.

6 et 5. 6. Théorème 7. avec x et y non nuls. elle devrait contenir une racine cubique non triviale de 1. [CL]. Il existe a ∈ K tel que L soit le corps de décomposition de X n − a. Par le lemme 7. — Soit g un générateur de Gal(L/K).14 (Kummer). soustraction. Par le lemme 7. Extensions radicales. donc Card(µp (K)) = 1).3. l’endomorphisme g est diagonalisable. et que g(x) = λx et g(y) = µy. si K est de caractéristique p > 0 (la seule racine p-ième de l’unité est alors 1. Il est donc à coefficients dans K par le lemme d’Artin (th. donc c’est L. C’est un polynôme séparable scindé dans L. Sans l’hypothèse faite sur K. où cos 2π/9 est une racine de X 3 − X + 1 . ce sous-groupe est cyclique d’ordre un diviseur d de n.7. si Q → L est une extension galoisienne de degré 3 (par exemple l’extension L = Q(cos 2π/9). la preuve du cor. il est irréductible dans K[X] (il laisse stable l’ensemble des racines de n’importe quel facteur irréductible). Démonstration.24). Les valeurs propres de g forment un sous-groupe de µn (K) : si λ et µ sont des valeurs propres. on aimerait savoir si chaque racine de P peut être exprimée au moyen d’une formule ne faisant intervenir que des nombres rationnels.11. On montre qu’il existe a ∈ K tel que L soit le corps de décomposition de X p −X −a. multiplication et division) et l’extraction n . Donc il existe x ∈ L {0} tel que g(x) = ζx où ζ est une racine primitive n-ième de l’unité. Considérons le polynôme n (X − ζ i x) = X n − a. Comme le groupe Gal(L/K) agit transitivement sur ses racines. qui est invariant sous l’action de Gal(L/K). que l’on considère comme un endomorphisme du K-espace vectoriel L. on peut décrire les extensions galoisiennes K → L de groupe de Galois Z/pZ : c’est la théorie d’Artin-Schreier (cf. K → L est galoisienne. disons à coefficients rationnels. d’où d = n. ce qui n’est pas le cas ! Dans une direction différente. — Soit K un corps tel que Card(µn (K)) = n et soit K → L une extension galoisienne de groupe de Galois cyclique d’ordre n. elle ne peut pas être engendrée par des éléments x tels que x3 ∈ Q : comme elle est galoisienne. Exercises 5. — Étant donné un polynôme P . Comme g n = IdL et que X n − 1 est scindé à racines simples dans K. Son corps de décomposition est de degré n sur K et contenu dans L.4. 7. équations résolubles par radicaux. les opérations arithmétiques usuelles (addition. On a alors g d = IdL . cf. APPLICATIONS DE LA THÉORIE DE GALOIS 43 le corps de rupture de P . 2. la conclusion du théorème n’est en général plus valide.28). i=1 avec a = x . donc | Gal(L/K)| = [L : K] = deg(P ) = n = |µn (K)| et le même lemme permet de conclure. Par exemple. on a g(xy −1 ) = g(x)g(y)−1 = λµ−1 (xy −1 ).7). de sorte que λµ−1 est aussi une valeur propre.

— Une extension galoisienne finie de corps de caractéristique 0 est contenue dans une extension radicale si et seulement si son groupe de Galois est résoluble (8) . alors G est résoluble. 8. 7. on a σ(x)d ∈ σ(M ). Il est clair que si K → L et L → M sont des extensions radicales (de corps de caractéristique 0). Si G est fini. Tout sous-groupe et tout groupe quotient d’un groupe résoluble est résoluble. Lemme 7. — Soit K → L une extension radicale.15. . EXTENSIONS DE CORPS de racines. C’est bien une extension radicale. — Une extension K → L (de corps de caractéristique 0) est dite radicale s’il existe une suite d’extensions K = K0 → K1 → · · · → Kn = L telle qu’il existe pour chaque i un élément xi de Ki et un entier di > 0 tels que Ki = Ki−1 (xi ) et xdi ∈ Ki−1 . Définition 7.17. on voit qu’il suffit de montrer que l’extension M → M est radicale. avec L = Kn−1 (x) et xd ∈ Kn−1 . et σ(M ) = M puisque K → M est un extension normale. nous sommes amenés à poser les définitions suivantes. Démonstration. On rappelle qu’un groupe G est résoluble s’il existe une suite de sous-groupes {Id} = Gn Gn−1 · · · G0 = G où les groupes Gi−1 /Gi sont tous abéliens. Comme xd ∈ M . si H est un sous-groupe distingué de G et que H et G/H sont résolubles. i On dit que L s’obtient à partir de K par adjonctions successives de racines. L’extension M → M est donc obtenue en ajoutant successivement des éléments de Ω. Inversement. Pour formuler ce problème de façon précise. En raisonnant par récurrence sur n. Celle-ci est engendrée par tous les conjugués de x dans Ω.15. La clôture normale de L dans Ω contient M et x. Soit M la clôture normale de Kn−1 dans une extension algébriquement close Ω de L. — Soit K un corps de caractéristique 0.18 (Galois). dont la puissance d-ième est dans M . donc c’est la clôture normale M de M (x) dans Ω. Définition 7. La clôture normale de L (dans n’importe quelle clôture algébrique) est encore une extension radicale de K. On suppose (pour simplifier) dans cette section que l’on est en caractéristique 0. — Soit K = K0 → · · · → Kn−1 → Kn = L une suite d’extensions comme dans la déf.16. Un polynôme à coefficients dans K est dit résoluble par radicaux (sur K) s’il est scindé dans une extension radicale de K. on peut même supposer ces quotients cycliques. c’est-à-dire les racines dans Ω du polynôme minimal de x sur K. ou encore les images de x par tous les K-morphismes σ : M → Ω. il en est de même de l’extension composée K → M . Théorème 7.44 CHAPITRE I. les σ(x).

11). Si on note Ki → Ki l’extension analogue pour chaque i. La suite d’extensions ci-dessus correspond à une suite de sous-groupes G := Gal(M /K) > G0 > G1 > · · · > Gn = {Id}. on obtient une suite d’extensions K → K = K0 ⊆ K1 ⊆ · · · ⊆ Kn =: M avec Ki = Ki−1 (xi ) et xdi ∈ Ki−1 . le sousgroupe Gal(L /L) de Gal(L /K) est distingué.7. galoisienne abélienne (prop. Il existe une suite d’extensions K = K0 → K1 → · · · → Kn = M avec Ki = Ki−1 (xi ) et xdi ∈ Ki−1 . 7. 7. supposons le groupe Gal(L/K) résoluble et montrons que L est contenu dans une extension radicale de K.17 supposer galoisienne. la correspondance de Galois nous dit que Gi = Gal(M /Ki ) est distingué dans Gi−1 = Gal(M /Ki−1 ).5). Considérons la suite d’extensions K → Ki−1 → Ki → M .2).5). APPLICATIONS DE LA THÉORIE DE GALOIS 45 Démonstration. Considérons donc l’extension K → K obtenue en adjoignant à K toutes les racines d1 · · · dn -ièmes de l’unité. avec G/G0 Gal(K /K) abélien (prop. Remarquons que son degré est . Comme l’extension Ki−1 → Ki est galoisienne cyclique (lemme 7. Comme tout-à-l’heure. mais il faut auparavant pour cela ajouter des racines de l’unité à K. et le quotient est Gal(L/K). on voit que G0 = Gal(M /K ) est distingué dans G = Gal(M /K). L’extension K → M est galoisienne donc c’est le i corps de décomposition d’un polynôme P ∈ K[X] (th. considérons l’extension galoisienne radicale K → K obtenue en adjoignant à K toutes les racines d’ordre [L : K]! de l’unité et l’extension analogue L → L .11 aux i extensions Ki−1 → Ki . c’est le corps de décomposition d’un polynôme). 7. en considérant la suite d’extensions K →K →M . c’est une extension galoisienne abélienne. avec Gi−1 /Gi cyclique.5. donc aussi son quotient Gal(M/K). Comme tout quotient d’un groupe résoluble est résoluble. et il suffit de montrer que l’extension K → L est radicale (puisque l’extension K → K l’est). 4. que l’on peut par le lemme 7. Gal(L /K) est résoluble (voir note 8). De même. donc aussi son sous-groupe G := Gal(L /K ). Inversement. il suffit de montrer que le groupe Gal(M/K) est résoluble. Comme Gal(L/K) est résoluble et Gal(L /L) abélien. c’est-à-dire le corps de décomposition du polynôme X d1 ···dn − 1 sur K. — Soit K un corps de caractéristique 0 et soit K → L une extension galoisienne contenue dans une extension radicale K → M . avec Gi = Gal(M /Ki ). L’extension K → L est galoisienne (comme plus haut. Par la prop. On aimerait pouvoir appliquer le lemme 7. L’extension K → M est alors le corps de décomposition de (X d1 ···dn − 1)P (X) ∈ K[X] : elle est galoisienne. Cela montre que G est résoluble.

. . xn ) est isomorphe à Sn (utiliser le lemme d’Artin. an−1 ). alors L = K (a). . . th. . Il s’agit simplement de remarquer que le groupe de Galois de l’extension finie Q(σ1 . dont on a vu dans l’ex. Soit H un sous-groupe distingué de G de quotient G/H cyclique non trivial.28). permettant d’exprimer les racines de l’équation « générale » X n + a1 X n−1 + · · · + an−1 X + an . Il correspond à des extensions galoisiennes K → M → L . Soient x1 . par récurrence sur [L : K ].23) et que le polynôme minimal de a sur K est P . . Elle est donc radicale par le théorème de Kummer (th. au signe près.14). Nous allons montrer. σ2 .32 que le groupe de Galois est isomorphe à S5 . On démontre alors assez facilement que le groupe de Galois de ce polynôme est isomorphe à Sn (9) . donc K contient toutes les racines d’ordre [M : K ] de l’unité. 6. . . L’extension M → L est galoisienne. que l’extension K → L est radicale. 5. . Les coefficients sont alors. sous l’hypothèse que K contient toutes les racines d’ordre [L : K ]! de l’unité. les polynômes symétriques élémentaires σ1 . σn en les xi . En particulier. . et le polynôme minimal de a sur K divise P ). donc que K contient toutes les racines d’ordre [L : K ]! de l’unité. . qui n’est pas résoluble pour n ≥ 5. . . 9. . an−1 ) (Abel. xn les racines de ce polynôme dans un corps de décomposition. de degré < [L : K ]. . . n’est pas résoluble par radicaux sur Q. non résoluble. Ce polynôme n’est donc pas résoluble par radicaux sur Q(a0 .46 CHAPITRE I. . de degré [L : K]. L’extension K → M est cyclique d’ordre ≤ [L : K ]. de groupe de Galois résoluble. Une autre façon de formuler la question posée au début de cette section est de demander s’il existe une « formule » ne faisant intervenir que des nombres rationnels. . . Elle est donc radicale par hypothèse de récurrence. 1826). et M contient toutes les racines d’ordre [M : L ]! de l’unité. . . en fonction de ses coefficients. . 7. . le polynôme irréductible P (X) = X 5 −6X +3 ∈ Q[X]. σn ) → Q(x1 . . L’extension K → L est donc bien radicale et ceci termine la démonstration du théorème. On regarde cette équation comme étant à coefficients dans Q(a0 . σ2 . . 6. EXTENSIONS DE CORPS ≤ [L : K] (si L = K(a) (th. les opérations arithmétiques usuelles et l’extraction de racines.

pour chaque m. Un A-module est un groupe commutatif M muni d’une opération A × M −→ M (a. Exemple 0.1.20.. On définit comme d’habitude sous-modules (par exemple. Ceux qui en ont une sont isomorphes à une somme directe A(Λ) . Exercice 0.19.21. morphismes (de A-modules). système générateur. n ∈ N. modules quotients. où I est un idéal de A distinct de {0} et de A. On l’appelle le rang de M . avec ai ∈ I et mi ∈ M . — Soit A un anneau non nul et soit M un A-module libre. il existe des tas de A-modules non libres. m) −→ am qui vérifie les relations habituelles (les mêmes que pour un espace vectoriel). En revanche. Z/nZ).. Montrer que I est un A-module libre si et seulement si I est un idéal principal engendré par un non diviseur de zéro. . — Soit I un idéal non nul de A. Enfin. on dit qu’ils sont libres. le Z-module HomZ (Z/mZ. Modules libres Proposition 1. où Λ est un ensemble (pas nécessairement fini) . — Si A n’est pas un corps. par exemple tous les A/I. sommes et produits directs de A-modules. les sous-A-modules de A sont ses idéaux). on note IM le sous-module de M formé des sommes finies i ai mi . 1. dual. Toutes les bases de M ont le même cardinal. système libre. certains A-modules n’ont pas de base. contrairement à ce qui se passe dans la théorie des espaces vectoriels sur un corps. Il n’y a pas de piège ici. image. Exercice 0.CHAPITRE II MODULES Soit A un anneau (commutatif unitaire). noyau. — Déterminer. si M est un A-module et I un idéal de A. sous-module engendré par une partie d’un module.

— Soit A un anneau non nul. Montrer rang(N ) ≤ rang(M ). l’ensemble T (M ) := {m ∈ M | ∃a ∈ A {0} am = 0} des éléments de torsion de M est un sous-module de M appelé sous-module de torsion de M . on voit que l’on peut aussi écrire cette somme λ∈Λ cλ eλ . 2. mais pas suffisante (cf. Si A est intègre. On dit que M est sans torsion si T (M ) = 0 (c’est une condition nécessaire. En décomposant chaque mj sur la base (eλ )λ∈Λ . Modules de torsion Étant donné un élément m non nul d’un A-module M . on en déduit pour pour tout λ ∈ Λ. exerc. avec aλ ∈ A. Le quotient k = A/m est un corps et M/mM est un k-espace vectoriel dans lequel la famille des classes (¯λ )λ∈Λ e est génératrice. cela signifie aλ eλ ∈ mM. Exercice 1. Montrer cependant que le Z-module ZN n’est pas libre. pour pouvoir être libre !). En revanche. — Tout espace vectoriel est libre. Le cardinal de Λ est e donc la dimension de cet espace vectoriel : il est indépendant de la base (eλ )λ∈Λ . — On se ramène au résultat analogue pour les espaces vectoriels en procédant ainsi. avec bj ∈ m et mj ∈ M . 2 n’est pas une base du Z-module libre Z. . Le module quotient M/T (M ) est alors sans torsion.3). Si on a une relation aλ eλ = 0 ¯ ¯ λ∈Λ dans M/mM . soit M un A-module libre et soit N un sous-module libre de M . Soit m un idéal maximal de A. ¯ La famille (¯λ )λ∈Λ est donc une base du k-espace vectoriel M/mM .4. une famille libre à n éléments dans un module libre de rang n n’est pas nécessaire une base (par exemple. La famille (eλ )λ∈Λ étant libre.48 CHAPITRE II. 3. — Montrer que le Z-module Q n’est pas libre. Exercice 1.3.2. n Attention aux habitudes issues de la théorie des espaces vectoriels ! Par exemple. Montrons qu’elle est libre.4). 1. Exercice 1. on a aλ = cλ ∈ m. il peut très bien exister un élément non nul a de A tel que am = 0 (penser par exemple à 1 dans le Z-module Z/nZ). Soit (eλ )λ∈Λ une base de M . MODULES Démonstration. de rang 1). toute famille génératrice à n éléments d’un A-module libre de rang n en est bien une base (cor. donc aλ = 0. avec cλ ∈ m. En particulier le Q-espace vectoriel QN des suites de nombres rationnels a une base (mais il faut l’axiome du choix pour montrer son existence). On dit alors que m est un élément de torsion de M . λ∈Λ Cette somme s’écrit donc j=1 bj mj .

mn où XIn − R est une matrice carrée d’ordre n à coefficients dans A[X].  (XIn − R)  .  = 0. Si on écrit P (X) = X n + a1 X n−1 + · · · + an−1 X + an . donc seule l’identité convient ! n Q · m := Q(u)(m). MODULES DE TYPE FINI 49 3. ou encore que P (u) e est nul sur M .  = 0. Théorème 3. Corollaire 3.1. — Munissons M d’une structure de A[X]-module en posant ∀Q ∈ A[X] ∀m ∈ M On a alors  m1  . .3. on obtient   m1  . on a alors aj ∈ I j . Tout endomorphisme surjectif de M est bijectif (1) . — Soit M un A-module et soit N un sous-A-module de M . on peut prendre les aij dans I (le choix des aij n’est en général pas unique et on verra dans les applications qu’il est parfois crucial de le faire de façon astucieuse !). Tout quotient d’un module de type fini est encore de type fini.2 (Cayley-Hamilton). Posons P (X) = d´t(XIn − R) ∈ A[X]. — Soit M un A-module de type fini et soit u : M → M un endomorphisme. montrer que M est de type fini. .2. Si m1 .  . e . Si N et M/N sont de type fini. . . III. . mais un sous-module d’un module de type fini n’est pas nécessairement de type fini (trouver un exemple). où R = (aij )1≤i. Exercice 3. Attention ! Ce résultat ne généralise pas celui de l’exerc. e Il est important de remarquer que si I est un idéal de A tel que u(M ) ⊆ IM . En multipliant cette égalité à gauche par la transposée de la comatrice de XIn − R. mn sont des générateurs de M .j≤n ∈ Mn (A).3.  d´t(XIn − R)  .15 : un endomorphisme d’anneaux (unitaires) u : A → A qui serait aussi un endomorphisme de A-modules devrait vérifier u(a) = u(a1A ) = au(1A ) = a1A = a pour tout a. mn ce qui signifie que P (X) = d´t(XIn − R) annule le A[X]-module M . Alors P (u) = 0. — Soit M un A-module de type fini. Modules de type fini On dit qu’un A-module est de type fini s’il admet une famille génératrice finie. 1. on peut écrire u(mi ) = j=1 aij mj . Démonstration.

Soit K un corps.7.3 dit qu’il est bijectif. on a M = IM . dans l’anneau des séries formelles K[[X]].9). MODULES Démonstration. Il existe a ∈ I tel que (1 − a)M = 0. d’où le corollaire avec a = −a1 − · · · − an . — Soit M un A-module libre de rang n. c’est-à-dire IdM +f ◦ Q(f ) = 0 pour un polynôme Q ∈ A[X]. on a aussi rad(C ) = {0} (exerc. Le cor. — On a rad(Z) = {0}. où I = (X). Exemple 3. Il y a une infinité de polynômes irréductibles dans K[X] donc rad(K[X]) = {0}. on obtient ∀m ∈ M 0 = (un + P1 un−1 + · · · + Pn−1 u + Pn IdM )(m) = m + P1 · m + · · · + Pn−1 · m + Pn · m = m + P1 (f )(m) + · · · + Pn−1 (f )(m) + Pn (f )(m) = m + f (Q1 (f ) + · · · + Qn−1 (f ) + Qn (f ))(m). . Démonstration. — Soit M un A-module de type fini et soit I un idéal tel que IM = M . on a rad(A) = {a ∈ A | 1 + xa est inversible pour tout x ∈ A}. Toute famille génératrice de M à n éléments est une base de M . Une famille génératrice B à n éléments définit un endomorphisme surjectif An → An . — Pour tout anneau non nul A.5).6. 3. donc B est une base de M .1. 3. m⊆A C’est un idéal de A. 1] dans R. Appliquons le th. On en déduit qu’il existe des aj ∈ I j tels que un + a1 un−1 + · · · + an−1 u + an IdM = 0.2 à u = IdM . avec Pj ∈ I j = (X j ). En revanche. Soit A un anneau non nul. Lemme 3.4. Comme f est surjectif. En écrivant Pj = XQj . Démonstration. Si C est l’anneau des fonctions continues de [0. il y a un seul idéal maximal (on dit que c’est un anneau local). — On peut supposer M = An . I. — Appliquons le th.1. L’endomorphisme −Q(f ) est l’inverse de f .2 à u = IdM . I. On en déduit une égalité dans EndA (M ) un + P1 un−1 + · · · + Pn−1 u + Pn IdM = 0. on munit M d’une structure de A[X]-module en posant X ·m = f (m).5. 3. On a donc rad(K[[X]]) = (X). — Soit f : M → M un endomorphisme surjectif. On définit son radical de Jacobson comme l’intersection de ses idéaux maximaux : rad(A) := m. Corollaire 3. Comme dans la preuve du théorème. Corollaire 3.50 CHAPITRE II. à savoir (X) (exerc.

Le groupe des matrices inversibles d’ordre n à coefficients dans A est noté GL(n. l’élément 1 − a est inversible (lemme 3. m1 . mn des éléments de M . . si les images de m1 . mn dans M/IM engendrent ce A-module. . On peut écrire m = n j=1 aj mj (mod IM ) avec a1 .7). . an ∈ A. . . MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 51 Démonstration. . b) Soient m1 . puisque si a ∈ rad(A). . Le sous-groupe distingué formé des matrices de déterminant 1 est noté SL(n. / / On a alors m + (a) = A. cela entraîne a ∈ m. A). — Soit A un anneau non nul. si 1 + xa n’est pas inversible pour un x ∈ A. étant donnée une matrice M à coefficients dans A. de sorte qu’il existe m ∈ m et x ∈ A tels que 1 = m + xa. Comme m ∩ A∗ = ∅. puis à Azumaya dans le cas général. Nous allons décrire tous les A-modules de type fini. 0 Nous allons montrer une version analogue de ce résultat pour les matrices à coefficients dans A. 4. — Supposons a ∈ rad(A).8 (Lemme de Nakayama. Il existe un idéal maximal m ⊆ A tel que a ∈ m. c’est-à-dire m ∈ IM (mod Am1 + · · · + Amn ). on a (1 + xa) A et cet idéal est contenu dans un idéal maximal m de A. 3. Supposons que les images de m1 . A). . mn dans M/IM engendrent ce A-module et considérons le A-module N := M/(Am1 + · · · + Amn ). . Il semble que ce lemme soit en fait dû à Krull dans le cas où M est un idéal de A. . Ceci se réécrit M = Am1 + · · · + Amn . . Comme 1 ∈ m. a) Si IM = M . . / Inversement. . / / Théorème 3. Le point central de l’argument consiste à trouver. d’où b). . . donc. .5. J’ai choisi de présenter une approche matricielle de ce problème. On sait qu’une matrice M de rang r à coefficients dans un corps est équivalente à la matrice par blocs Ir 0 0 .4. . 1951). Rappelons qu’une matrice carrée à coefficients dans un anneau A est inversible si et seulement si son déterminant est dans A∗ . on a M = 0. A est un anneau principal. mn engendrent M . On a ainsi IN = N . Modules de type fini sur les anneaux principaux Dans toute cette section. . puisque N est de type fini. Soit m ∈ M . . une matrice équivalente à M la plus simple possible. soit I un idéal contenu dans rad(A) et soit M un A-module de type fini. cela entraîne 1 − xa ∈ A∗ . N = 0 par a). — Le point a) résulte du cor. . Démonstration. .

. . as . nous entendrons uniquement ici « ajouter un multiple d’une ligne (resp. à droite) la matrice d’origine par une matrice élémentaire. Avec des opérations élémentaires. . puisque le déterminant est inchangé par nos opérations élémentaires). En fait. .   0     . Cela correspond à multiplier à gauche (resp. On les appelle les facteurs invariants de la matrice M . — Soit M une matrice à coefficients dans un anneau principal A.   .2. . dr de A tels que avec d1 | · · · | dr telles que   d1   . on peut aussi échanger deux lignes. faisons quelques rappels sur les opérations élémentaires. . dr de A sont uniquement déterminés (à multiplication par une unité de A près). Bien sûr. . .. . MODULES Théorème 4.   0 0 L’entier r et les éléments d1 . d’une colonne) à une autre ». A) < SL(n. . l’une d’elles étant changée en son opposé : Li Lj −→ Li Li + Lj −→ −Lj Li + Lj −→ −Lj Li (on ne peut pas juste échanger deux lignes. On peut voir ce théorème comme la description des classes d’équivalence des matrices à coefficients dans un anneau principal. . . 0     dr   PMQ =  . A) le sous-groupe engendré par les matrices élémentaires. . l’entier r est le rang de la matrice M vue comme matrice à coefficients dans le corps des fractions de A. § 4.52 CHAPITRE II. Lemme 4. Il existe des matrices inversibles P et Q à coefficients dans A et des éléments non nuls d1 . . c’est-à-dire une matrice qui ne diffère de la matrice identité que par un seul coefficient. Par « opération élémentaire » sur les lignes (resp. on ne sait le faire que lorsque A est un corps (cf. Une matrice élémentaire est inversible (son déterminant est 1) donc on obtient après des opérations élémentaires une matrice équivalente à la matrice d’origine (et de même déterminant). as des éléments de A. sur les colonnes). . situé hors de la diagonale. Il est beaucoup plus difficile de déterminer les classes de similitude. . . Il existe un matrice carrée d’ordre s à coefficients dans A dont la première ligne est a1 · · · as et dont le déterminant est un pgcd de a1 . . Avant de commencer la preuve de ce théorème.2).1. — Soit A un anneau principal et soient a1 . Nous noterons E(n..

donc on recommence le processus. ce qui signifie que l’on arrive après un nombre fini d’opérations à une matrice disons de première ligne d(I) 0 · · · 0 telle que le pgcd d(I+1) des coefficients de la première colonne soit associé à d(I) . as dans A tels que d = a1 m1 +· · ·+as ms et a1 . Traitons le cas général. Par hypothèse de récurrence. . Par le processus décrit ci-dessus. on arrive à la matrice d 0 ··· 0 . . prop. En effectant des opérations élémentaires sur les colonnes de M Q. as sont premiers entre eux dans leur ensemble. avec des premiers coefficients d(i) qui vérifient d(i+1) | d(i) . III. ce qui montre l’existence d’une réduction dans ce cas. . . On peut alors. — Le lemme entraîne facilement le théorème dans le cas où M est une matrice ligne (ou colonne). . le cas s = 1 étant évident. que l’on peut supposer non nulle : si M = m1 · · · ms et que d = m1 ∧· · ·∧ms (non nul). Comme l’anneau A est principal. Soient x et y des éléments de A tels que a1 ∧ a2 ∧ · · · ∧ as = a1 ∧ d = a1 x + dy. . .  N 0 . Cela détruit la forme de la première ligne. en procédant de façon analogue. Cela signifie que d(I) divise chacun de ces coefficients. par opérations élémentaires sur les lignes. se ramener à une matrice du type :   d 0 ··· 0 0    . Il existe donc d’après le lemme une matrice inversible Q dont la première colonne est a1 · · · as . MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 53 Démonstration. .4. On obtient ainsi alternativement des matrices de première ligne ou de première colonne de ce type. il existe donc une matrice carrée N d’ordre s − 1 de première ligne a2 · · · as et de déterminant d = a2 ∧ · · · ∧ as . . on peut aussi supposer que la première colonne est de ce type. en raisonnant par récurrence sur la taille de la matrice. Le produit M Q s’écrit alors M Q = d b2 · · · bs . on se ramène à une matrice dont la première ligne est du type d(1) 0 · · · 0 puis. La matrice  a1 0 . . (−1)s a2 x/d ··· (−1)s as x/d Démonstration du théorème.  N               0 (−1)s−1 y convient alors. Supposons s ≥ 2. il existe a1 . — On raisonne par récurrence sur s. . où d divise chacun des bi . .2. . cette suite se stabilise (cf.1).

on peut remplacer d par d1 := d ∧ d2 . nous sommes ramenés à une matrice du type   d   d2 0     . mais on n’a pas encore la condition que d divise d2 ! Par une opération élémentaire sur les lignes. si l’on appelle Lk le k-vecteur formé des i k premiers coefficients de la ième ligne de M et que l’on note P = (bi.1 Lk + · · · + bk. . Elle résulte du fait que les lignes de P M sont combinaisons linéaires des lignes de M .   .   . Plus précisément.2 encore une fois. Pour montrer l’unicité. .1 Lk + · · · + b1. .  . ce qui exprime les dk en fonction d’entiers qui ne dépendent que de M (à multiplication par une unité de A près). Il reste à démontrer cette propriété..p Lk . Lorsque P est inversible. on a de plus δk (P M Q) = d1 · · · dk .. . donc finalement que δk (M ) et δk (P M Q) sont associés. Si P M Q a la forme donnée dans le théorème. MODULES Appliquant l’hypothèse de récurrence à N . . δk (M ) et δk (M Q) sont associés. On en déduit en considérant les matrices transposées que si Q est aussi inversible. tous les autres coefficients étant nuls) avec d2 | · · · | dr . mais le nouveau d2 peut ne plus diviser d3 . . . Le même procédé nous permet de le remplacer par d2 ∧ d3 . On conclut facilement en procédant de proche en proche. le premier k × k mineur de P M est d´t(b1. Il est donc divisible par δk (M ). 0 0 dr En appliquant le lemme 4. de sorte que δk (M ) et δk (P M ) sont associés. on arrive à la matrice   d d2 0 0 0 d2 0   .54 CHAPITRE II. . le plus rapide est de considérer δk (M ) = pgcd(k × k mineurs de M ) et de montrer que δk (M ) divise δk (P M ) pour toute matrice carrée P de taille convenable. .j )1≤i. d3 . La coefficient d1 divise maintenant d2 .p Lk ) e 1 p 1 p qui est une combinaison linéaire des k × k mineurs extraits des k premières colonnes de M . on a alors δk (P M ) | δk (P −1 P M ) = δk (M ).j≤p . bk. dr . 0 dr (où nous n’avons écrit que les r premières lignes et colonnes de la matrice.

Les groupes E(n. Exercice 4. C. A) obtenue en envoyant une matrice M ∈ GL(n. A). A) ont été très étudiés car ils interviennent en K-théorie. A). on peut choisir P et Q (qui ne sont pas uniquement déterminées !) produits de matrices élémentaires. A). B C . A) est un sous-groupe. Considérons l’injection de groupes GL(n. — Soit A un anneau. — Soit A un anneau principal et soient a et b des éléments non nuls! A.4.5.3. a) Montrer que dans la conclusion du théorème. A) sur GL(A) := n≥1 M 0 0 et posons 1 GL(n. Il est donc distingué et le groupe quotient K1 (A) := GL(A)/E(A) . Quelle de a 0 est la forme réduite que l’on obtient en appliquant le théorème à la matrice ? 0 b Exercice 4. — Soit A un anneau euclidien. a) Soit M un élément de GL(n. On montre (cela résulte des deux derniers exercices ci-dessus) que E(A) est le sous-groupe dérivé de GL(A) (c’est-à-dire le sous-groupe engendré par les commutateurs d’éléments de GL(A))..4. montrer qu’il existe P ∈ E(n. PM = B B C @ A 1 0 d´t M e En déduire SL(n. b) Si M ∈ GL(n. A). C’est un groupe dont E(A) := n≥1 E(n. Un peu de K-théorie. Utiliser l’identité ! ! ! ! M N M −1 N −1 0 MN 0 M −1 0 N −1 0 = 0 In 0 N −1 M −1 0 M 0 N pour montrer que la matrice M N M −1 N −1 est dans E(2n. A) telle que 0 1 1 0 B C . A). A) = E(n. A). A). A) → GL(n + 1. MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 55 Exercice 4. 0 M −1 b) Soient M et N des éléments de GL(n. Utiliser l’identité ! ! ! ! ! In 0 In M 0 −In In M M 0 = −M −1 In 0 In In 0 0 In 0 M −1 ! M 0 pour montrer que la matrice est dans E(2n. A) et GL(n.

1 donne immédiatement le résultat. le fait que son rang soit ≤ rang(M ) résulterait de l’exerc. . il est clair qu’un sous-module.2. pour les idéaux qui ne sont pas de type fini (cf. D’après l’exerc. par l’exerc. . . . pour les idéaux non principaux d’un anneau non principal). On the structure of the GL2 of a ring. III. A). (Basel) 35 (1980). Il est facile de montrer que N est de type fini (voir la preuve ci-dessous).4. Publ. M. soit M un A-module libre de type fini et soit N un sous-module de M . 1. Si n > 0. et qui ne marche pas dès que A n’est pas principal. Montrerons par récurrence sur n que N est un A-module de type fini. Multiplier à droite cette matrice par une matrice inversible revient à changer de système de générateurs pour N . 5–53. Math. Le déterminant induit une surjection d´t : K1 (A) → A∗ e dont on note SK1 (A) le noyau. Multiplier à gauche cette matrice par une matrice inversible revient à changer de base pour M . Pour un exemple où l’on a simplement E(2. ni que l’on peut compléter une base de N en une base de M ..6 (Théorème de la base adaptée). dont on écrit la matrice des coordonnées dans la base de M .56 CHAPITRE II. Attention aux erreurs habituelles : le théorème de la base adaptée ne dit pas que N admet un supplémentaire. Le th. SK1 (A) est trivial lorsque A est euclidien. Pour l’exemple standard d’anneau principal non euclidien A = Z[(1 + i 19)/2]. Si on savait déjà que N était libre. . Il existe en revanche des anneaux principaux A pour lesquels SK1 (A) n’est pas trivial. même de type fini. IHÉS 30 (1966). mais c’est bien la liberté de N qui est le point difficile. . dr de A. MODULES est abélien (on l’appelle l’abélianisé de GL(A)). L’image p(N ) N/Q est un idéal de A donc est engendrée (en tant qu’idéal. Choisissons une base de M et un système fini de générateurs de N . mais ils sont√ compliqués (2) . . . . . le groupe SK1 (A) est trivial (comme pour tous les anneaux d’entiers de corps de nombres). Arch. Le noyau Q = N ∩ An−1 du morphisme N → p(N ) est un sous-module de An−1 donc est de type fini par hypothèse de récurrence. F. P. Voir Ischebeck. prop. Alors N est libre et il existe une base (e1 . dr er ) soit une base de N . tels que d1 | · · · | dr et que (d1 e1 . donc aussi en tant que A-module) par un élément. Corollaire 4. avec 0 ≤ r ≤ n.2. en ) de M et des éléments non nuls d1 . Math. — On peut supposer M = An . 0. dans un anneau non noethérien.. voir le chapitre 6 de Cohn. 3. 138–139.20. on considère la projection p : An → A sur un facteur. . A) = SL(2. 4.1). . . Il en résulte que N est de type fini (exerc. et qu’un sous-module d’un module libre de type fini n’est pas nécessairement de type fini (c’est le cas. Pour n = 0.1)). Démonstration. — Soit A un anneau principal. d’un module libre de type fini n’est pas nécessairement libre (c’est le cas. Hauptidealringe mit nichttrivialer SK1 -Gruppe. 4. Enfin. il n’y a rien à démontrer. 2.

Les entiers r et s. on a p(A/(d)) d’où A/(d) p(A/(d)) 0 si p ∧ d = 1. — Soit M un module de type fini sur un anneau principal A. On a par (3) T /d1 T A/(dk /d1 ) ⊕ · · · ⊕ A/(ds /d1 ) A/((d1 ∨ e1 )/d1 ) ⊕ · · · ⊕ A/((d1 ∨ es )/d1 ). I. . . Considérons maintenant le A-module T /d1 T . Un élément x de A − est dans le noyau si et seulement si e divise dx. dans une telle décomposition.1. On appelle ces derniers les facteurs invariants de M . 4.7. c’est-à-dire (e/e ∧ d) | x (utiliser le lemme I.14). il est engendré par n éléments. Pour l’unicité. — Comme M est de type fini. Si on choisit p | d1 .4. Il existe des éléments non nuls et non inversibles d1 .6 à son noyau N . Soit T le A-module apparaissant dans (2). si p est un élément irréductible de A. tandis que c’est aussi le nombre (≤ t) de ej divisibles par p. avec s ≥ 0 et tels que d1 | · · · | ds . ne dépendent que de M . 4. par récurrence sur s. où les di et les ej ne sont ni nuls ni inversibles. que ei est associé à di pour tout i. Comme e/e ∧ d = (d ∨ e)/d.1. On a donc s ≤ t. A/(d) si p ∧ d = 1. Il suffit d’appliquer le cor. ×d En effet. Démonstration. MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 57 Corollaire 4. A/(d/p) si p | d. Commençons par la remarque suivante : soit d et e des éléments non nuls de A . . ds de A. Nous allons montrer s = t puis. . ce A-module est l’image de la multiplication A −→ A/(e).13). on a (3) d(A/(e)) A/((d ∨ e)/d). de sorte que A/(p) est un corps (prop. on voit que la dimension du A/(p)-espace vectoriel T /pT est s. et un entier r ≥ 0. Supposons que l’on ait un isomorphisme A/(d1 ) ⊕ · · · ⊕ A/(ds ) A/(e1 ) ⊕ · · · ⊕ A/(et ).1. on a (2) T (M ) A/(d1 ) ⊕ · · · ⊕ A/(ds ) et l’entier r ne dépend que de M : c’est le rang du A-module libre M/T (M ). tels que M Ar ⊕ A/(d1 ) ⊕ · · · ⊕ A/(ds ). . Tout d’abord. A/(p) si p | d. qui définissent un morphisme surjectif An → M de A-modules. En particulier. puis égalité par symétrie. Nous allons donc procéder directement. il ne semble pas que l’on puisse facilement appliquer l’énoncé analogue qui apparaît dans le th. en ne gardant que les di non inversibles. on a l’isomorphisme cherché. d1 | · · · | ds et e1 | · · · | et . et les di à association près.

. — Un groupe abélien de type fini (c’est-à-dire engendré par un nombre fini d’éléments) n’est autre qu’un Z-module de type fini. On conclut par l’hypothèse de récurrence que di /d1 et ei /d1 sont associés pour k ≤ i ≤ s. ils sont associés. — Soit K un corps. Par symétrie. M est fini si et seulement si r = 0. 4. 4. Bien entendu. Comme E est de dimension finie. donc que ei divise d1 . Un A-module libre de type fini est libre si et seulement s’il est sans torsion. uniquement déterminés par E et u. donc que di et ei sont associés. c’est-à-dire qu’il existe xi ∈ Ei (l’image de la classe de 1 par l’isomorphisme K[X]/(Pi ) Ei ) tel que la famille (um (xi ))m∈N engendre le K-espace vectoriel Ei . . Le nombre de facteurs non nuls de chaque côté devant être le même (comme on vient de le démontrer). on peut appliquer les résultats du § 4. Application à la réduction des endomorphismes. — Soit A un anneau principal.1. on en déduit que (d1 ∨ ei )/d1 est inversible pour 1 ≤ i < k.9. . puisque K[X] est un anneau principal. Ceci termine la démonstration. soit E un Kespace vectoriel de dimension finie et soit u un endomorphisme de E. 4. c’est un K[X]-module de torsion et. C’est en particulier un isomorphisme de K-espaces vectoriels qui correspond à une décomposition E E1 ⊕ · · · ⊕ Es en somme directe de sous-espaces vectoriels stables par u qui sont dits cycliques. On a M Zr ⊕ Z/d1 Z ⊕ · · · ⊕ Z/ds Z. On obtient en particulier un isomorphisme de K[X]-modules : E K[X]/(P1 ) ⊕ · · · ⊕ K[X]/(Ps ) où les Pi sont des polynômes unitaires non constants vérifiant P1 | · · · | Ps . .8.2. — Soit M un groupe abélien de type fini. On déduit donc du cor. Théorème 4.58 CHAPITRE II. et on obtient des isomorphismes T /d1 T A/(dk /d1 ) ⊕ · · · ⊕ A/(ds /d1 ) A/(ek /d1 ) ⊕ · · · ⊕ A/(es /d1 ). On définit sur E une structure de K[X]-module en posant ∀P ∈ K[X] ∀x ∈ E P · x := P (u)(x).7 le théorème de structure suivant. ds sont uniquement déterminés par M . donc di . MODULES où dk est le premier di non associé à d1 . Remarquons que les sous-K[X]-modules de E correspondent aux sous-K-espaces vectoriels invariants par u. s et d1 . De plus. Application aux groupes abéliens de type fini. où r ∈ N et les di sont des entiers strictement positifs vérifiant d1 | · · · | ds . Corollaire 4. les entiers r. .

 0 ··· 0 1 −ar−1 (la matrice compagnon du polynôme constant 1 est vide). Bien entendu. il existe une base de E dans laquelle la matrice de u est diagonale par blocs. MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 59 Regardons d’un peu plus près la structure des espaces cycliques. v) un tel espace et soit x un élément de F tel que la famille (v m (x))m∈N engendre F et soit P (X) = X r + ar−1 X r−1 + · · · + a0 le polynôme unitaire qui engendre le noyau du morphisme d’anneaux K[X] −→ Q −→ F Q(v)(x). . 0 . Deux matrices de Mn (K) sont semblables si et seulement si elles ont les mêmes invariants de similitude (3) . Cette famille est une base de F . Soit (F. . la matrice de v est la matrice compagnon de P   0 ··· ··· 0 −a0 1 0 · · · 0 −a1     . par récurrence sur m. . Le polynôme minimal de C(P ) est P et on calcule facilement que c’est aussi son polynôme caractéristique. . — Il suffit de montrer que cette famille engendre F .  . qui est donc de dimension r. Démonstration. . de la forme   C(P1 )   C(P2 )     . . v r−1 (x)) soit libre. Par définition de r. . — Pour tout endomorphisme u d’un K-espace vectoriel E de dimension finie.. ..  . .  . .  . Dans cette base.. .  . C(P ) = 0 .. v(x). C’est aussi le polynôme minimal de v (pourquoi ?). . Lemme 4. C(Ps ) où les Pi sont des polynômes unitaires non constants de K[X] vérifiant P1 | · · · | Ps . Théorème 4. le vecteur v r (x) est combinaison linéaire des vecteurs de cette famille et on voit facilement. 3.. . les invariants de similitude d’une matrice sont par définition les invariants de l’endomorphisme de K n qu’elle représente dans la base canonique.   . — Soit r le plus grand entier tel que la famille (x. on les appelle les invariants de similitude de u. qu’il en est de même pour tous les v m (x) pour m ≥ r. Les Pi sont entièrement déterminés par u .11. . . .10.  .4.

. 1. à la réduction de Jordan. la proposition entraîne qu’étant données des matrices M et N dans Mn (K). Voir th. Le théorème permet par exemple de voir immédiatement que si deux matrices de Mn (K) sont semblables sur une extension de K. . Or on a vu lors de la preuve du th. 4. donc la matrice XIn − M est semblable (donc aussi équivalente) à la matrice diagonale par blocs du type XIdeg(Pi ) − C(Pi ). . . . . à la décomposition de Dunford u = d + n. avec d semi-simple (diagonalisable dans une extension finie de K). . Il suffit donc de montrer que la suite (d1 . dr ) des facteurs invariants d’une matrice XIr −C(P ) d’ordre r est (1. lorsque K est parfait. une propriété qui peut se vérifier directement « à la main » (mais ce n’est pas facile !). Exercice 4. — La matrice M est semblable à une matrice diagonale par blocs comme dans le th. Le polynôme minimal de u est Ps (c’est « le plus grand ») et le polynôme caractéristique est P1 · · · Ps (puisque celui de C(Pi ) est Pi ). Proposition 4. .12. Nous nous arrêterons ici pour ce qui est de la réduction des endomorphismes. n nilpotent et dn = nd. 1. Le théorème résulte donc du cor.7. . — Soient P et Q des polynômes.1 pour la définition. . P ). P1 .13. Ps ). La suite des n facteurs invariants (4) de la matrice XIn − M ∈ Mn (K[X]) est (1. Calculer les invariants de similitude de la matrice par blocs ! C(P ) 0 . MODULES Démonstration. 4. . . d’autre part. résultat qui n’est pas du tout évident a priori (en particulier si K est fini). 0 C(Q) 4. . les matrices M et N sont semblables si et seulement si les matrices XIn − M et XIn − N sont équivalentes. 4. lorsque le polynôme caractéristique de l’endomorphisme u est scindé. 4. .60 CHAPITRE II. . On a donc (à association près) d1 = · · · = dr−1 = 1 et dr = d´t(XIr − C(P )) = P . mais on peut poursuive dans cette voie pour arriver d’une part. e En particulier. — Soit M ∈ Mn (K) et soient P1 | · · · | Ps ses invariants de similitude. — Il résulte de ce qui précède que la matrice de u dans une base convenable est du type cherché si et seulement si le K[X]-module E est isomorphe à K[X]/(P1 ) ⊕ · · · ⊕ K[X]/(Ps ). elles sont déjà semblables sur K. .11. Démonstration. Le mineur d’ordre r − 1 obtenu en effaçant la première ligne et la dernière colonne est 1. .1 que d1 · · · di est le pgcd des i × i mineurs de XIr − C(P ).

On pose Com(u) P(u) = = {v ∈ End(E) | uv = vu}. T a) Montrer P(u) = v∈Com(u) Com(v). (iii) Com(u) = P(u) .14. La dimension du K-espace vectoriel P(u) est le degré du polynôme minimal de u. (iv) E n’a qu’un nombre fini de sous-espaces vectoriels stables par u . MODULES DE TYPE FINI SUR LES ANNEAUX PRINCIPAUX 61 Exercice 4. {P (u) | P ∈ K[X]} ⊆ Com(u) ⊆ End(E). . Cette hypothèse n’est pas nécessaire pour toutes les implications. montrer que les propriétés suivantes sont équivalentes : (i) u est cyclique . (ii) le polynôme minimal de u est égal à son polynôme caractéristique . b) Si K est infini (5) . — Soit u un endomorphisme d’un K-espace vectoriel E de dimension finie.4. 5.

.

Il suffit de traiter les cas n = 4 (une démonstration a été laissée par Fermat) et n = p. à partir d’une solution donnée. On peut dire en première approximation que les débuts de l’algèbre commutative sont dus à diverses tentatives de résoudre la conjecture de Fermat : xn + y n + z n = 0 =⇒ xyz = 0. mais on peut ensuite arriver à une contradiction avec un peu de travail (essentiellement par la méthode de « descente infinie » de Fermat : on produit. que nous allons expliquer. Lamé annonce le 1er mars 1847 qu’il a une preuve complète. Si par hasard les facteurs du produit sont premiers entre eux deux à deux dans l’anneau Z[ζp ] (et c’est vrai lorsque p ne divise pas xyz) et que l’on a unicité de la décomposition de z n en facteurs irréductibles j dans l’anneau Z[ζp ]. par Legendre en 1823 pour p = 5. On obtient ainsi une équation à coefficients dans le sousp−1 anneau Z[ζp ] = Z + Zζp + · · · + Zζp de C engendré par ζp . par Lamé en 1839 pour p = 7. pour x. mais Liouville trouve une faute majeure. nombre premier impair. on en déduit que chaque facteur x + ζp y est une puissance p-ième dans cet anneau. La suite n’est pas facile. Des démonstrations ad hoc ont été apportées par Euler en 1770 pour p = 3 (avec une erreur). une autre solution plus petite). Une des idées pour attaquer le problème de Fermat (que l’on trouve déjà dans la « preuve » d’Euler) est de transformer cette équation en p−1 −z p = j=0 j (x + ζp y). etc. . Le problème majeur (à l’origine des erreurs d’Euler et de Lamé) est que l’anneau Z[ζp ] n’est en général pas factoriel (il n’y a pas unicité de la décomposition en irréductibles) : il ne l’est pour aucun p ≥ 23. z entiers et n ≥ 3.CHAPITRE III ANNEAUX Commençons par un peu d’histoire. où l’on a posé ζp = exp(2iπ/p). y.

. ANNEAUX C’est en essayant d’élargir le concept de facteur irréductible que Kummer crée celui de nombre idéal. . 2. et où (np )p∈P est une famille presque nulle d’entiers naturels. on écrit souvent « UFD ». même si on ne sait pas montrer qu’il y en a une infinité !). Nous avons défini en § I.vp (b)) . qui donnera plus tard lieu à la théorie actuelle des idéaux et des modules (Dedekind). et que cette décomposition est unique au sens suivant : si a = vq1 · · · qs est une autre telle décomposition.1. B6 . Si ab = 0. 2. la propriété forte est l’unicité. . P m 1. on pose a∧b= p∈P pmin(vp (a). B4 . .11) . .3 le pgcd de deux éléments d’un anneau principal. Alors tout élément non nul a de A s’écrit d’une manière unique a=u p∈P ∗ pnp . En anglais. . I. . pour « unique factorization domain ». Ces nombres sont définis par la série génératrice et t = +∞ Bm t . Les travaux de Kummer lui permettront de montrer le théorème de Fermat pour tous les nombres premiers p réguliers. avec u ∈ A . de même a ∧ 0 = a. pr irréductibles (3) . 1. c’est-à-dire tels que p ne divise le dénominateur d’aucun des nombres de Bernoulli (1) B2 . . on a r = s et il existe une permutation σ ∈ Sr telle que qi soit associé à pσ(i) pour tout i. Anneaux factoriels On formalise ici une propriété dont on a déjà montré (th.1. La plupart des anneaux intègres que l’on rencontre en algèbre ont la propriété d’existence de la décomposition (cf.1. c’est-à-dire un ensemble d’éléments irréductibles tels que tout irréductible de A soit associé à un et un seul élément de P. On peut donner une définition analogue pour deux éléments a et b d’un anneau factoriel : si a = 0. On peut la reformuler ainsi : fixons un système de représentants irréductibles P de A.2 pour la définition. . On note alors vp (a) := np . — Un anneau A est factoriel (2) s’il est intègre et que tout élément non nul a de A peut s’écrire a = up1 · · · pr avec u ∈ A∗ et p1 . 3. Bp−3 (on estime que la probabilité pour un nombre premier d’être régulier est e−1/2 .14) qu’elle est en fait satisfaite par tout anneau principal. prop.15) qu’elle est satisfaite par l’anneau des polynômes à une indéterminée à coefficients dans un corps. soit environ 61%. On montrera plus loin (cor. le pgcd a ∧ b est par définition b . Voir § I. m=0 m! −1 2.1.64 CHAPITRE III. Définition 1.

a divise c. Ainsi mp = np pour tout p ∈ P. Proposition 1. Mais q ne peut diviser un élément p de P distinct de q car P est un système de représentants irréductibles. Si vp (b) > 0. Si p irréductible divise ab et ne divise pas a. b et c de A tels que a divise bc mais est premier avec b. Alors pour tout p ∈ P. on a (par unicité de la décomposition) vp (b)+vp (c) = vp (a)+vp (d) ≥ vp (a). et tout diviseur commun à a et b divise a ∧ b. I. On écrit ad = bc et on décompose les éléments non nuls a. — Montrons que (iii) implique (ii). Montrons que (i) implique (iii). Soit P un système de représentants irréductibles. — Soit A un anneau intègre tel que tout élément non nul de A soit produit d’irréductibles. le pgcd a ∧ b est alors un diviseur commun de a et b. Ainsi a divise c. alors p est premier avec a puisque p est irréductible.2.3. ex. — L’anneau Z[ −5] = Z[X]/(X 2 + 5) est intègre mais n’est pas factoriel : 3 est irréductible mais l’idéal (3) n’est pas premier (cf. 4. que q divise v p∈P. √ Exemple 1. — L’anneau Z est factoriel (prendre pour P l’ensemble des nombres premiers (positifs)). alors p divise a ou p divise b.1. Autrement dit. on a vp (a) = 0 (car a est premier avec b) donc vp (a) ≤ vp (c).4. On a une discussion analogue pour le ppcm. l’idéal (p) est premier (4) . La proposition suivante donne un critère pour qu’un anneau soit factoriel quand on connaît déjà l’existence de la décomposition en irréductibles. qui est laissée au lecteur en exercice. Si K est un corps. Si u p∈P pmp = v p∈P p np sont deux décompositions d’un élément non nul de A. ANNEAUX FACTORIELS 65 Cette définition dépend du choix de P . p=q pnp . Exemple 1. Si vp (b) = 0. Démonstration. On peut aussi parler du pgcd et du ppcm d’une famille finie quelconque d’éléments d’un anneau factoriel. Les propriétés suivantes sont équivalentes : (i) A est factoriel . (iii) pour tous éléments non nuls a. la condition mq > nq pour un certain q ∈ P implique. b. par intégrité de A. l’anneau K[X] est factoriel (prendre pour P l’ensemble des polynômes irréductibles unitaires). donc l’un des facteurs d’après (ii). . c et d comme ci-dessus. Ainsi l’idéal (p) est premier. on a donc vp (a) ≤ vp (c). puis u = v par intégrité de A.8). Montrons que (ii) implique (i). (ii) pour tout élément irréductible p de A. de sorte que p divise b d’après (iii). on peut aussi déclarer que a ∧ b est bien défini à association près. si a et b sont des éléments de A et que p divise ab.1. Dans tous les cas.

On a alors rQ = P R1 . a) Montrer que pour tout x et tout y non nuls dans A. noté c(P ). donc aussi R1 . il est évident . — On peut écrire R = R1 /r. et soit R ∈ K[X] tel que Q = P R.4). de Q) d’indice minimal non divisible par p. sinon. de sorte que r divise c(R1 ). Les éléments irréductibles de A[X] sont : a) les polynômes constants p avec p irréductible dans A . Montrer qu’il existe d ∈ A non nul qui est un pgcd de tous les éléments de I ∩ (A {0}). Soient P et Q des éléments de A[X]. cf. Le polynôme P est dit primitif si c(P ) = 1. Le contenu d’un polynôme est nul si et seulement si le polynôme est nul. — Soit A un anneau factoriel. Lemme 1. Exercice 1. Soit ai (resp. Le contenu. — Soit K un corps.6. ce qui termine la démonstration.5. Soit p un irréductible de A.7. il existe u et v dans A tels que ux + vy = x ∧ y. Démonstration. § 5. — Soit A un anneau factoriel.9). avec P primitif. — Soit A un anneau factoriel tel que tout idéal premier non nul est maximal (on dit que la dimension de Krull de A est 1 . On se propose de montrer que A est principal. Définition 1.6. Le cas général s’en déduit : si P ou Q est nul. puis rc(Q) = c(P )c(R1 ) = c(R1 ) (modulo A∗ ) par le lemme de Gauss.10. Lemme 1. ANNEAUX Exercice 1. chacun a au moins un coefficient non divisible par p.66 CHAPITRE III. b) Soit I un idéal non nul de A. d’un polynôme P ∈ A[X] est le pgcd de ses coefficients. Montrer que le sous-anneau K[X 2 . avec r ∈ A et R1 ∈ A[X]. on a c(P Q) = c(P )c(Q) (modulo A∗ ). Alors le coefficient d’indice i + j de P Q est somme de termes divisibles par p et de ai bj donc il n’est pas divisible par p car (p) est premier vu que A est factoriel. On a aussi l’important résultat suivant. — Soit A un anneau factoriel de corps des fractions K. — Soit A un anneau factoriel de corps des fractions K. — Supposons d’abord P et Q primitifs et montrons que P Q est primitif. I. On en déduit le résultat suivant. Ceci montre qu’aucun élément irréductible de A ne divise tous les coefficients de P Q. utilisé lors de la démonstration du théorème de Lüroth (th. X 3 ] de K[X] engendré par X 2 et X 3 n’est pas factoriel. Comme P et Q sont primitifs. .9. Conclure. qui est donc primitif. On notera que le contenu est défini à multiplication par une unité de A près. Théorème 1. on applique le résultat précédent à P/c(P ) et Q/c(Q). Démonstration. Pour tous polynômes P et Q dans A[X]. Alors R ∈ A[X].8 (Gauss). bj ) le coefficient de P (resp.

Montrerons d’abord l’existence de la décomposition en produit d’irréductibles d’un polynôme P non nul. qr = c(Q1 )c(R1 ). . En particulier. On a enfin le théorème fondamental suivant. et P = u i=1 Qi est une décomposition de P en produits d’irréductibles de A[X]. Toute écriture P = QR avec Q et R dans A[X] implique avec le lemme de Gauss que c(Q) et c(R) sont inversibles. Écrivons Pi = c(Pi )Qi . aP = P1 · · · Pr avec a ∈ A et Pi ∈ A[X] irréductible dans K[X]. Xn ] sont factoriels pour tout n ∈ N. ce qui achève la preuve. — Comme (A[X])∗ = A∗ il est clair qu’un polynôme constant p est irréductible si et seulement si p est irréductible dans A. — Il suffit de montrer que A[X] est factoriel. Il reste à montrer que P (qui n’est pas inversible dans K[X]) est irréductible dans K[X]. en passant aux contenus (lemme de Gauss). on peut écrire Q = Q1 /q et R = R1 /r avec q et r dans A et Q1 et R1 dans A[X]. . On décompose alors P en produit d’irréductibles dans l’anneau principal K[X] soit. Théorème 1. — Soit A un anneau factoriel. Démonstration. Le fait que P soit primitif résulte de ce que c(P ) divise P dans A[X] et ne lui est pas associé pour raison de degré. il revient au même d’être irréductible dans A[X] et dans l’anneau principal K[X] (ce qui n’est pas du tout évident vu qu’il y a a priori plus de décompositions possibles dans K[X]). l’un des polynômes P1 ou Q1 de A[X] est constant. c’est une constante inversible dans A. .1. on se ramène à P primitif non constant. Les anneaux A[X1 . qui n’est pas inversible dans A[X] car de degré au moins 1. est bien irréductible dans A[X]. Or si P = QR dans K[X]. on obtient qu’il existe u ∈ A∗ tel que ua = r c(P1 ) · · · c(Pr ). La conclusion reste vraie avec un nombre infini d’indéterminées (cela découle du cas fini). Il reste à montrer qu’un polynôme P de degré ≥ 1 qui est irréductible dans A[X] est primitif et irréductible dans K[X]. Comme d’autre part l’un des polynômes Q ou R est constant (parce que P est irréductible dans K[X]). En passant aux contenus. Ainsi P = P1 Q1 /qr = (P1 /c(P1 ))(Q1 /c(Q1 )) (modulo A∗ ). donc irréductible dans A[X] d’après le théorème précédent. Donc P . ANNEAUX FACTORIELS 67 b) les polynômes primitifs de degré ≥ 1 qui sont irréductibles dans K[X]. . en chassant les dénominateurs. pour un polynôme primitif de A[X]. . Soit maintenant P un polynôme primitif de degré ≥ 1 de A[X] qui est irréductible dans K[X]. Comme P est irréductible dans A[X]. Quitte à écrire P = c(P )(P/c(P )) et à décomposer c(P ) en produit d’irréductibles dans A. On obtient qrP = Q1 R1 et. Démonstration. avec Qi primitif.11. et l’un des polynômes Q ou R est constant.

. I. 1. le polynôme cyclotomique Φp (X) = p X p−1 + · · · + X + 1 = X −1 est irréductible dans Q[X] (on pourra poser X = Y + 1). l’idéal (P ) est premier.3 de montrer que si P ∈ A[X] est irréductible. on a an X n = QR. et. — Montrer que si p est un nombre premier. donc ¯r et cs sont aussi ¯ ¯ b ¯ ¯¯ non nuls. c’est clair (par vérification directe. par le lemme 1. • p divise ak pour chaque k ∈ {0. soit P (X) = n k k=0 ak X un polynôme non constant à coefficients dans A et soit p un élément irréductible de A. Comme P est primitif. . comme on l’a remarqué dans la démonstration plus haut. . Par exemple X 18 − 4X 7 − 2 est irréductible dans Q[X]. et X 5 − XY 3 − Y est irréductible dans C[X. Cela signifie que p divise b0 et c0 . Démonstration. On suppose : • p ne divise pas an . Si P est une constante irréductible p de A[X].68 CHAPITRE III. ce qui contredit le fait que a0 n’est pas divisible par p2 . — Notons que P/c(P ) vérifie les mêmes hypothèses que P vu que c(P ) n’est pas divisible par p par le premier point. En affaiblissant un peu les hypothèses (propriété (i) ci-dessous). qui est intègre vu que (p) est premier dans A). comme X y est irréductible. • p2 ne divise pas a0 .12 (Critère d’Eisenstein). 1. D’autre part. le quotient Q/P est dans A[X]. de sorte que P divise Q dans A[X]. an = 0 dans B. irréductible dans K[X] d’après le théorème précédent. Si P divise le produit QR de deux polynômes de A[X]. ANNEAUX Il suffit donc d’après la prop.9. on tombe sur une classe d’anneaux absolument fondamentale. disons par exemple Q. Exercice 1. Supposons maintenant P primitif de degré au moins 1. X−1 2. I. ou encore en remarquant que A[X]/(p) est isomorphe à (A/(p))[X].1. Alors P est irréductible dans K[X] (donc aussi dans A[X] s’il est primitif). On peut donc supposer P primitif. . n − 1} . que Q et R sont divisibles des puissances de X dans KB [X]. . il divise alors Q ou R dans l’anneau principal K[X] (prop.10) P = QR avec Q et R non constants dans A[X]. il s’écrit (d’après le th. Ainsi Q et R ne sont pas constants et l’égalité an X n = QR dans l’anneau factoriel ¯ ¯ ¯ KB [X] (th. Théorème 1.14). mais ils sont très rares en algèbre. A[X]/(p) est isomorphe à B[X]. L’anneau B = A/(p) est intègre. — Soit A un anneau factoriel. Anneaux noethériens Les anneaux principaux sont agréables. Y ] (prendre A = C[Y ] et p = Y ). C’est ce que l’on voulait montrer.13. ¯¯ Dans cet anneau.1. Posons Q = br X r + · · · + b0 et R = cs X s + · · · + c0 .15) implique alors. Si P n’est pas irréductible.

Démonstration. Montrons que (ii) implique (iii). Montrer que A est noethérien (Indication : on pourra considérer un élément maximal I dans la famille des idéaux qui ne sont pas engendrés par un nombre fini d’éléments. exerc. . Soit J0 un élément maximal de E . Exercice 2. 2. ANNEAUX NOETHÉRIENS 69 Proposition 2. La famille E des idéaux J ⊆ I qui sont engendrés par un nombre fini d’éléments est non vide (elle contient l’idéal (0)). .2. xr de I qui l’engendrent. Tout anneau principal est noethérien ((i) est trivialement vérifié). En revanche.2. l’idéal J0 + xA est aussi dans E .6). des éléments x et y de A I tels que xy ∈ I. Chaque xi est dans l’un des In . Montrons que (iii) implique (i). (ii) toute suite croissante (pour l’inclusion) d’idéaux de A est stationnaire . il existe des éléments x1 . vu que les idéaux de A/I sont les idéaux de A contenant I)). . donc il existe n0 (le plus grand des indices correspondants) tel que In0 les contienne tous. Si A est noethérien. Si une famille non vide d’idéaux de A n’a pas d’élément maximal. . Ceci signifie x ∈ J0 . . Finalement I = J0 et I est engendré par un nombre fini d’éléments.3. Pour tout x ∈ I. Soit I un idéal de A. X1 ) ⊆ · · · ⊆ (X0 . Si K est un corps. Xn ) ⊆ · · · forme une suite infinie strictement croissante d’idéaux. un sous-anneau d’un anneau noethérien n’est pas nécessairement noethérien (cf. (iii) toute famille non vide d’idéaux de A a un élément maximal pour l’inclusion. . — Soit A un anneau tel que tout idéal premier de A est engendré par un nombre fini d’éléments. puis procéder par récurrence sur n). II. Exercice 2. . on construit par récurrence une suite infinie strictement croissante d’idéaux de A. b) Montrer que toute suite croissante de sous-A-modules de M est stationnaire (Indication : on pourra se ramener à M = An . a) Montrer que tout sous-A-module de M est encore de type fini (Indication : on pourra se ramener à M = An . Alors I = In0 et la suite (In ) stationne à In0 . Par (i). On dira que l’anneau A est noethérien s’il vérifie ces propriétés. Soit (In ) une telle suite . . Les trois propriétés suivantes sont équivalentes : (i) tout idéal de A est engendré par un nombre fini d’éléments . et les idéaux I + (y) et {a ∈ A | ay ∈ I}).3.1. .1). la réunion I des In est encore un idéal car la famille (In ) est totalement ordonnée pour l’inclusion. tout quotient de A l’est encore (c’est immédiat à partir de la caractérisation (ii). puis procéder par récurrence sur n en utilisant l’exerc. — Soit A un anneau noethérien et soit M un A-module de type fini. donc J0 + xA = J0 par maximalité. — Soit A un anneau commutatif. l’anneau K[(Xn )n∈N ] n’est pas noethérien car (X0 ) ⊆ (X0 . — Montrons que (i) implique (ii). ce qui contredit (ii).

on a Dk (I) ⊆ Dk+1 (I) : il suffit de remarquer que si P ∈ I. . .8). . . . Xn ] sont noethériens pour tout n ∈ N. . comme Dr (I) = Dr (J). Xn ]. ANNEAUX La plupart des anneaux avec lesquels on travaille en algèbre sont noethériens. mais n’est jamais une A-algèbre de type fini (lorsque A est non nul ! Cf. on choisit un polynôme P ∈ J I de degré r minimal . . mais alors P − Q est dans J I et est de degré < r. donc elle est stationnaire. Les anneaux A[X1 . n0 . alors XP ∈ I . . cor. Théorème 2. . . on a Dk (IN ) = Dk (Ink ) = Dk (In ) par définition de nk puisque n et N sont tous deux ≥ nk . on a Dk (IN ) ⊇ Dl (IN ) ⊇ Dl (Im ) (d’après la propriété a) ci-dessus. Soit I un idéal de A[X]. .70 CHAPITRE III. On distingue deux cas : 1) si k ≤ l. On a d’autre part les deux propriétés suivantes : a) pour tout k ∈ N. et puisque N ≥ m) et Dk (In ) ⊇ Dl (In ) ⊇ Dl (Im ) pour les mêmes raisons. on a Dk (IN ) = Dl (Im ) = Dk (In ). c’est-à-dire qu’il existe nk tel que pour ∀n ≥ nk Dk (In ) = Dk (Ink ). Pour chaque k ∈ N. n1 .4 (Hilbert). . donc par maximalité de Dl (Im ).5. — Soit A un anneau noethérien. 10. Il est immédiat que Dk (I) est un idéal de A. . ce qui suffira à conclure In = IN via la propriété b) ci-dessus. via le théorème et le corollaire suivants. — Soit A un anneau noethérien. Corollaire 2. on note Dk (I) le sous-ensemble de A constitué de 0 et des coefficients dominants des polynômes de degré k de I. pour chaque k ≤ l. . la suite d’idéaux (Dk (In ))n∈N est croissante. qui est noethérien par le th.4. Soit alors N le plus grand des entiers m. Comme A est noethérien. et qu’une inclusion I ⊆ J entraîne Dk (I) ⊆ Dk (J). . 2) si k > l. l’idéal I contient un polynôme Q de degré r qui a même coefficient dominant que P . Toute A-algèbre de type fini est noethérienne. le fait que Dk (I) = Dk (J) pour tout k ∈ N entraîne I = J : si I = J. Ceci dit. Nous allons montrer que pour tout n ≥ N et tout k. une A-algèbre engendrée par des éléments x1 . C’est donc un anneau noethérien. . b) si I ⊆ J. Démonstration. . — Par définition. — Il suffit de montrer que A[X] est noethérien. nl . Démonstration. soit (In )n∈N une suite croissante d’idéaux de A[X]. L’anneau de séries formelles A[[X]] est noethérien. D’autre part. la famille des Dk (In ) pour k ∈ N et n ∈ N admet un élément maximal Dl (Im ). xn est un quotient de l’anneau A[X1 . 2. contradiction. on a Dk (In ) = Dk (IN ).

.8 (Krull). . Montrer que le sous-anneau de K[X. . En substituant aj à Xj .7. Sous la première hypothèse.11). . . Xr ] est noethérien (th. pour n ∈ N∗ . n’est pas noethérien. . . — Soit A un anneau noethérien et soit I un idéal de A. Démonstration. Pn . . donc x = 0. — Soit x un élément de n=1 I n . on a x ∈ I n donc il existe un polynôme Pn ∈ A[X1 . Corollaire 2. . . ar )x. — Soit I un idéal d’un anneau A.7). puisque chaque Qi est homogène de degré strictement positif.1. discrète). .7 entraîne l’existence d’un élément a de I tel que x = xa. la topologie I-adique est la topologie grossière (resp. Y ] engendré par les X n Y .10 (Topologie I-adique). . . Comme l’anneau A[X1 . Xr ] est homogène de degré i. forment une base de voisinages ouverts d’un point quelconque a de A. ar des éléments de A qui engendrent l’idéal I. ce qui. . ar ). Corollaire 2. n ∈ N∗ . . Xr ] engendré par P1 .4). . — Soit A un anneau noethérien et soit I un idéal de A. . — Soient a1 . . On rappelle (§ II. I. .1. on a x ∈ xI. Produire un élément non nul de T∞ n n=1 I . . on a a ∈ rad(A). ∞ Remarque 2. donc 1 − a inversible (lemme II. En particulier.5 et I. Exercice 2.3) que le radical de Jacobson rad(A) de A est défini comme l’intersection de ses idéaux maximaux. Si I = A (resp. . Xr ] homogène de degré n tel que x = Pn (a1 . . . n=1 mn = 0. le corollaire entraîne que si A a un unique idéal ∞ maximal m (on dit que A est un anneau local) et est noethérien. • I ⊆ rad(A). On a bien sûr Jn ⊆ Jn+1 . prouve le théorème. . . On l’appelle la topologie I-adique (cette construction généralise la topologie p-adique sur Z. . I = 0). on obtient x = Q1 (a1 . exerc. — Dans l’anneau des fonctions de classe C ∞ de R dans R (cf. On peut munir A de la topologie pour laquelle les a+I n . . . et de nouveau x = 0. ANNEAUX NOETHÉRIENS 71 Exercice 2.3. . Soit Jn l’idéal de A[X1 . . . .2. Sous la seconde hypothèse. Alors ∞ n=1 I n = 0. . Pour tout x ∈ ∞ n n=1 I . il existe un entier N > 0 tel que JN = JN +1 . . où Qi ∈ A[X1 . . .6. . On suppose qu’au moins l’une des deux conditions suivantes est vérifiée : • l’anneau A est intègre et I = A . on a a = 1 (puisque I = A). on note I l’idéal maximal des fonctions nulles en 0. — Soit K un corps. Le cor. Pour chaque n ≥ 1. 2. On peut donc écrire PN +1 = Q1 PN + · · · + QN P1 . 2. qui est la topologie associée à l’idéal (p)).9. Démonstration. ar )x + · · · + QN (a1 .

. Amer. il est muni d’un morphisme d’anneaux A → A qui est injectif et ← − continu et dont l’image est dense. A twodimensional non-noetherian factorial ring.14. Elle est séparée si et seule∞ ment si n=1 I n = 0. Si F n’est pas vide. la topologie I-adique est métrisable (par une distance ultramétrique) et l’on construit le complété I-adique A de A de la façon habituelle via les suites de Cauchy. Comme il n’est pas inversible. le complété I-adique de Z est l’anneau des entiers p-adiques Zp . ce qui contredit le fait que a ne s’écrit pas comme produit d’irréductibles.7. Corollaire 2. mais je ne connais pas de preuve « élémentaire ». — Soit X ⊆ R un compact. 1. — Soit F l’ensemble des idéaux de A de la forme (x).13. Si A = B[X] (B anneau) et I = (X). Corollaire 2. On définit comme dans l’exerc. Le résultat de Krull donne donc des conditions suffisantes pour que cette propriété soit satisfaite. Remarque 2. — Soit Z l’anneau des entiers algébriques (c’est-à-dire l’ensemble des nombres complexes qui sont racines d’un polynôme unitaire à coefficients dans Z . pr irréductibles. Proposition 2. I. Montrer que Z est un anneau intègre qui n’est ¯ engendré par les 21/n . .3 les deux corollaires suivants. Montrer que le résultat ne subsiste pas en général pour des anneaux non noethériens. 44 (1974). il admet un élément maximal (a). § 8).16. Donner un exemple d’un tel endomorphisme injectif mais non surjectif. .17. — Soit A un anneau intègre noethérien. le complété I-adique de A est l’anneau des séries formelles B[[X]]. Gilmer. — Tout anneau principal est factoriel. Dans ce cas. — Il existe des anneaux factoriels non noethériens (cf. pour n ∈ pas noethérien (Indication : on pourra considérer l’idéal de Z ¯ N∗ ). donc par maximalité. Soc. Math.72 CHAPITRE III. Exercice 2.15. . Tout élément non nul de A peut s’écrire up1 · · · pr avec u ∈ A∗ et p1 . de sorte que b et c se décomposent en produit d’irréductibles.1. On peut montrer que tout idéal de Z engendré par un nombre fini d’éléments est principal (on dit que c’est un « anneau de Bézout »). § 8. Exercice 2. ¯ Exercice 2. Proc.11. Mais alors les idéaux (b) et (c) contiennent strictement (a). avec x non inversible ne s’écrivant pas comme demandé. où l’on montre que c’est bien un anneau). — Montrer que tout endomorphisme surjectif d’un anneau noethérien est bijectif. On déduit alors de la prop. il s’écrit a = bc avec b et c non associés à a. en particulier le ¯ cor.12. C’est un anneau topologique que l’on peut aussi voir comme la limite projective limn (A/I n ) . . Démonstration. Par exemple. En particulier a n’est alors pas irréductible. 8. R. ils ne sont pas dans F .5 l’anneau CX des fonctions continues de X dans R et ses idéaux maximaux Ix = {f ∈ CX | f (x) = 0}. 25–30). si A = Z et I = (p) (p nombre premier). Toutes ces constructions s’étendent au cas d’un A-module (voir [M]. cf. ANNEAUX Les opérations d’anneau sont continues pour cette topologie. — Un anneau intègre noethérien est factoriel si et seulement si tout élément irréductible engendre un idéal premier.

RADICAL D’UN IDÉAL 73 pour chaque x ∈ X. . — On dit qu’un anneau A est artinien si toute suite décroissante (pour l’inclusion) d’idéaux de A est stationnaire. b) Montrer que les conditions suivantes sont équivalentes : (i) l’anneau CX est noethérien . montrer que l’anneau A/I est artinien. Radical d’un idéal Définition 3. 3.9). (ii) l’idéal Ix est principal . th. Tout idéal premier est bien sûr radical. Le fait que dans le lemme suivant. 4. On dit que I est radical si √ I = I. que l’on appelle radical de I.3.18. on a : √ a) I est le plus petit idéal radical de A contenant I . C’est un idéal de A contenant I. a) Si A est artinien et I un idéal de A. montrer que les idéaux premiers sont maximaux (Indication : utiliser a) et b)). b) Montrer qu’un anneau artinien intègre est un corps (Indication : si x ∈ A {0}. on pourra considérer la suite d’idéaux (m1 · · · mn )n≥1 ). On peut montrer qu’un anneau est artinien si et seulement s’il est noethérien et que tous ses idéaux premiers sont maximaux ([P]. a) Montrer que les conditions suivantes sont équivalentes : (i) l’idéal Ix est engendré par un nombre fini d’éléments . (ii) le R-espace vectoriel CX est de dimension finie . √ √ √ √ c) IJ = I ∩ J = I ∩ J. c) Dans un anneau artinien. (iii) le point x est isolé dans X. On pose √ I := {a ∈ A | ∃m ∈ N∗ am ∈ I}. d) Montrer qu’un anneau artinien n’a qu’un nombre fini d’idéaux premiers (Indication : si (mn )n≥1 est une suite d’idéaux maximaux distincts.1. Exercice 2. — Soit I un idéal de A. √ √ √ d) I + J = I + J. √ I est bien un idéal de A est démontré Lemme 3.2. √ b) I est l’intersection des idéaux premiers contenant I . (iii) X est fini. — Pour tous idéaux I et J de A. considérer la suite d’idéaux ((xn ))n≥1 ).

puisque soit i ≥ r. . — Si a ∈ I. montre que I est un idéal (contenant I). si J est un idéal radical contenant I. Exercice 3. ANNEAUX √ Démonstration. avec bn ∈ I. On a alors am+n ∈ J + Axy. √ √ √ En ce qui concerne le point d). √ Inversement. De / même. donc J + Axy ∈ E / et xy ∈ J. Montrer qu’il existe n ∈ N∗ tel que √ ( I)n ⊆ I. On a am+n = am an . on a m+n (a + b)m+n = i=0 m + n i m+n−i ab i par la formule du binôme. et x ∈ A. Montrer par un exemple qu’il ne suffit pas que I soit engendré par un nombre fini d’éléments. il existe n ≥ 1 avec an ∈ J + Ay. Enfin. Si p est un idéal premier contenant I. On pose I = {f ∈ C | ∀m ∈ N lim f (x)/xm = 0}. x→0 Montrer que I est un idéal radical de C . Cela √ √ I. on a p = p ⊇ I. / des idéaux de A contenant I mais ne contenant aucun des am pour m ≥ 1. et soient m et n des entiers strictement positifs tels que am ∈ I et √ an ∈ J. = I. donc a + b ∈ I. l’idéal J = J contient I. Si b ∈ I. ordonné par l’inclusion. Si x et y ne sont pas dans J. l’inclusion I + J ⊆ I + J est claire.5). puisque soit i ≥ m. Soit a un √ √ élément de I ∩ J. Montrons qu’il est radical. donc a ∈ IJ. Ceci montre a). donc il existe m ≥ 1 avec am ∈ J + Ax. On a donc bien a ∈ prouve d). Comme a ∈ J. ce qui qui est dans J + I. Il est non vide car contient I et toute famille non vide admet une borne supérieure (la réunion).74 CHAPITRE III. qui est dans IJ. avec am ∈ I. les inclusions IJ ⊆ I ∩ J ⊆ I ∩ J sont évidentes. Exercice 3. on a donc montré a ∈ I⊆p⊆A p. En déduire qu’il existe dans C des idéaux premiers non maximaux. On a donc I ⊆ I⊆p⊆A p. Si a ∈ √ √ il existe m mn m n m ≥ 1 tel que a ∈ I. Le lemme de Zorn entraîne qu’il existe un élément maximal J ∈ E . exerc. I. — Soit I un idéal d’un anneau noethérien A. Montrons que J est un idéal premier. d’où b).3. √ √ √ Montrons b). Soit donc a √ √ un élément de I + J et soit n un entier strictement positif tels que an = b + c. on a J + Ax ∈ E . / / / √ √ √ √ Pour le point c). 1] dans R (cf. supposons a ∈ I et considérons l’ensemble E . — Soit C l’anneau des fonctions continues de [0. avec br ∈ I et cs ∈ J.4. on a (xa)m = xm am ∈ I donc √ √ xa ∈ I.1. soit r + s − i ≥ s. On écrit r+s a n(r+s) = i=0 r + s i r+s−i bc i √ I + J. puis n ≥ 1 tel que a √ (a ) ∈ √ de sorte que a ∈ I. soit m + n − i ≥ n.

n n 1 1 où l’on a autorisé des répétitions dans la dernière écriture. qui ne prouve cependant son existence que dans certains anneaux. . . dont la plupart ne sont pas factoriels. — On a remarqué dans l’ex. DÉCOMPOSITION PRIMAIRE 75 4.4). § 5. . 1. . De plus. Décomposition primaire Une fois qu’il est apparu que l’unicité de la décomposition en irréductibles n’était plus √ vraie dans des anneaux pourtant très simples (comme Z[ −5] . pn irréductibles distincts. n 1 avec u ∈ A∗ et p1 . . Cette « généralisation » paraît toute bête. La première formulation en revient à Lasker (1905. § 16). plus généralement. La première piste (explorée par Dedekind) est de convertir la décomposition d’un élément a non nul d’un anneau factoriel A en produits d’irréductibles en la décomposition d’un idéal non nul en produit d’idéaux premiers.4. C’est cette recherche qui a mené à la « décomposition primaire » des idéaux (en fait. ex. Mais il reste encore des tas d’anneaux très simples qui n’ont pas cette propriété. sont des anneaux de Dedekind (§ 8. Exercice 4. Ceux qui ne sont pas des corps sont appelés anneaux de Dedekind et peuvent être aussi caractérisés (c’est comme cela que nous les définirons dans le § 16) comme les anneaux noethériens intégres de dimension 1 (c’est-à-dire pour lesquels tout idéal premier non nul est maximal) intégralement clos (cf. où les idéaux (qi ) sont premiers. avec des méthodes très compliquées. r} telle que (qi ) = (pσ(i) ) pour tout i. Plus précisément.2). alors r = s et il existe une permutation σ de {1. . 1.4 que les factorisations 2 · 3 = (1 + √ −5)(1 − √ −5) . cf. on a aussi (4) (a) = (pv1 · · · pvn ) = (pv1 ) · · · (pvn ) = (p1 )v1 · · · (pn )vn = (p1 ) · · · (pr ). mais il existe déjà beaucoup plus d’anneaux qui ont cette propriété de factorisation unique des idéaux non nuls (cf. on vérifie immédiatement que cette dernière décomposition est unique dans le sens où si (a) = (q1 ) · · · (qs ). C’est à Emmy Noether (1921) que l’on doit la théorie actuelle qui déduit tout de la seule propriété que l’on appelle maintenant « noethérianité » en son honneur. . des modules) dans les anneaux noethériens. . § 8). champion du monde d’échecs et joueur de go). si on a a = upv1 · · · pvn .4). il a fallu chercher un substitut valable dans un cadre suffisamment général.1. Tous les anneaux d’entiers de corps de nombres (cf.

. .) Pour aller plus loin. on écrit a = a(a1 + a2 ) = aa1 + aa2 . Pour faire le pas de récurrence. exerc.76 CHAPITRE III. où a1 a2 ∈ I1 I2 et les trois autres termes sont dans Ij . cf. Lemme 4. √ √ (3. b) Montrer m2 I m. rn tels que pr1 · · · prn ⊆ I ⊆ p1 ∩ · · · ∩ pn . — Soit I un idéal d’un anneau noethérien A. I3 . exerc. Démonstration. On en déduit 1 = (a1 + aj )(a2 + bj ) = a1 a2 + a1 bj + aj a2 + aj bj . 1 ± −5) · (3. . . Alors I1 · · · In = I1 ∩ · · · ∩ In . 1 + √ Exercice 4. 1 ± −5). . .20).4. (2. .3. 1 − −5). . Écrivons de nouveau 1 = a1 + aj = a2 + bj avec ai dans Ii et bj dans Ij . pn de A et des entiers strictement positifs r1 .20). avec aj ∈ Ij . In des idéaux d’un anneau A tels que Ii + Ij = A pour tout 1 ≤ i < j ≤ n. On a donc bien montré I1 I2 + Ij = A. 1 + −5) · (3. cf. 1 − 5) de Z[ 5] est maximal (on pourra montrer que √ √ l’anneau quotient Z[ 5]/m a deux éléments) et que c’est le seul idéal premier de Z[ 5] √ qui contient l’idéal I = (2) de Z[ 5]. . on procède par récurrence sur n. Pour montrer l’autre inclusion. . et le lemme. Si {0} I A. . en utilisant le lemme suivant.2. On peut écrire 1 = a1 +a2 . — Soient I1 . √ √ a) Montrer que l’idéal m := (2. . car c’est l’anneau des entiers de Q[ −5] . . n 1 (On pourra considérer un élément maximal dans l’ensemble des idéaux de A qui ne satisfont pas cette propriété. . Ir . — Nous montrons dans cet exercice que l’anneau intègre Z[ 5] n’a pas la propriété de factorisation unique des idéaux : ce n’est pas un anneau de Dedekind (en revanche. ANNEAUX √ dans l’anneau Z[ −5] prouvent que celui-ci n’est pas factoriel (mais c’est un anneau de Dede√ kind. réécrivons la décomposition (4) encore d’une autre façon. égalité dans laquelle aa1 ∈ I1 I2 (puisque a ∈ I2 ) et aa2 ∈ I1 I2 (puisque a ∈ I1 ). √ √ Z[(1 + 5)/2] en est un : c’est l’anneau des entiers de Q[ 5] . . On a donc montré a ∈ I1 I2 . — On a toujours I1 · · · In ⊆ I1 ∩ · · · ∩ In . donc que l’on a I1 I2 + Ij = A pour 3 ≤ j ≤ n. 8. Montrer que l’on a les décompositions suivantes en produits d’idéaux premiers : (2) (1 ± √ (3) −5) = = = √ −5)2 . . . En déduire que I ne peut s’écrire comme produit d’idéaux premiers √ de Z[ 5]. montrer qu’il existe un entier n > 0. il suffit de montrer que l’on peut appliquer l’hypothèse de récurrence aux idéaux I1 I2 . des idéaux premiers p1 . √ √ (2. Si a ∈ I1 ∩ I2 . en commençant par le cas n = 2. Exercice 4. 8.

c)). et c’est ce genre de décomposition que l’on va étendre à tous les anneaux noethériens.2. . 4. Idéaux primaires.8) et un idéal primaire n’est pas non plus en général une puissance d’un idéal premier (exerc. 4.11).9 et 4. 4. idéaux irréductibles. pn sont premiers non nuls (donc maximaux) distincts. Pour 1 ≤ i < j ≤ n. 4. Un idéal premier est bien sûr primaire ! Mais une puissance d’un idéal premier n’est pas nécessairement primaire (exerc.1. Exercice 4. Mais elle sera justifiée plus tard lorsque l’on introduira la topologie de Zariski (§ 5). Les puissances d’idéaux premiers y seront remplacées par les idéaux primaires. DÉCOMPOSITION PRIMAIRE 77 Soit A un anneau qui a la propriété de factorisation unique des idéaux non nuls (c’est-àdire un anneau de Dedekind . b ∈ A (ab ∈ I et a ∈ I) ⇒ b ∈ / √ I. a) L’idéal I est primaire si ∀a. soit encore qi + qj = A. . § 16) et soit I un idéal non nul A.5 (Lemme d’évitement). cf. Posons qi = pvi .4 entraîne alors I = q1 ∩ · · · ∩ qn . — Soient I1 . . — Soit A un anneau. Montrer que tout idéal de A contenu dans une réunion finie d’idéaux premiers de A est contenu dans l’un d’eux (Indication : on pourra procéder par récurrence sur le nombre d’idéaux premiers). on a I = I1 ou I = I2 . que nous allons maintenant définir.6 (Théorème des restes chinois). C’est un exemple de décomposition primaire de l’idéal I. . — Définition 4.7. La terminologie de b) n’est pas excellente : si I = (a) est un idéal principal.2. b) L’idéal I est irréductible si. Le lemme 4. i √ de sorte que pi = qi (lemme 3. 4. pour tous idéaux I1 et I2 de A tels que I = I1 ∩ I2 .11). . Dans les anneaux principaux. . On peut l’écrire I = pv1 · · · pvn . . — Soit I un idéal d’un anneau A. la situation est plus simple (cf.10). ce qui entraîne (lemme 3. Exercice 4. on a en particulier pi + pj = A. Montrer que le morphisme injectif naturel A/(I1 ∩ · · · ∩ In ) → (A/I1 ) × · · · × (A/In ) est bijectif.d)) qi + qj = pi + pj = A. n 1 où les idéaux p1 . « I est irréductible » n’est pas la même chose que « a est irréductible » (exerc. .4. . exerc. In des idéaux d’un anneau A tels que Ii + Ij = A pour tout 1 ≤ i < j ≤ n.

Z]/(XY − Z 2 ).2. montrer que l’idéal (2) est primaire. Supposons donc I = I1 ∩ I2 . √ Soit p un idéal premier.9. Si I est de plus irréductible.10. — Prouvons a). . exerc. √ √ I ⊆ ((a) + I) ∩ ((b) + I) = (a) + I ∩ (b) + I ⊆ I. mais n’est pas une puissance d’un idéal premier (cf. On a donc égalité et. il est pratique (et classique) de poser (I : J) := {x ∈ A | xJ ⊆ I}. — Dans l’anneau Z[ 5]. ce qui contredit le fait que I est premier. La terminologie peut sembler étrange. a) I premier ⇔ I irréductible et radical . Cela montre que I est premier. 1 − √ 5). on pose aussi (I : a) := (I : (a)) = {x ∈ A | xa ∈ I}. Enfin. — Soit K un corps et soit A l’anneau K[X. b) si A est noethérien. On a alors ((a) + I) · ((b) + I) ⊆ I. Montrer que ¯ ¯ l’idéal p de A engendré par les classes X et Z est premier.11. Y. de radical (2. Proposition 4. on obtient. √ √ c) I maximal ⇒ I primaire ⇒ I premier. X) est primaire. mais n’est pas une puissance d’un idéal premier. ANNEAUX Exercice 4. il est égal à (a) + I ou à (b) + I. montrer que l’idéal (4. √ Exercice 4.c). supposons ab ∈ I. soit b ∈ I. — Soit A un anneau principal et soit I un idéal de A. mais elle est pratique. il existe aj ∈ Ij I. En prenant les radicaux. — Soit A un anneau et soit I un idéal de A.12. donc I 2 ⊆ ((a) + I) ∩ ((b) + I) 2 ⊆ ((a) + I) · ((b) + I) ⊆ I. On dit qu’un idéal primaire I est p-primaire si I = p. X). donc soit a ∈ I. — Dans l’anneau Z[X]. Démonstration de la proposition. en utilisant lemme 3.8. Voici quelques implications vraies en général. Si a ∈ A. 4. si I est radical. Exercice 4. Exercice 4. mais que p2 n’est pas primaire. I = (a) + I ∩ (b) + I. Si I I1 et I I2 . Ppour la réciproque.2). de radical (2. Aucune des implications dans b) et c) n’est en général une équivalence (chercher des contre-exemples !). I irréductible ⇒ I primaire . Supposons I premier. Il est alors radical et il s’agit de montrer qu’il est irréductible. C’est un idéal de A contenant I (y penser comme à « I divisé par J »).78 CHAPITRE III. Montrer les équivalences : I primaire ⇐⇒ I irréductible ⇐⇒ I puissance d’un idéal premier. Mais a1 a2 ∈ I1 I2 ⊆ I. si I et J sont des idéaux d’un anneau A.

Puisque I est primaire. — Soit A un anneau noethérien avec un seul idéal premier. a) Si M est non nul. tout idéal peut s’écrire comme intersection finie d’idéaux primaires. et montrer qu’il est premier). Une telle décomposition est dite décomposition primaire de l’idéal I. on a (b) + I = A. Mais cn = (1 − xb)n peut s’écrire cn = 1 + yb. avec y ∈ A. A étant noethérien. On a des inclusions I ⊆ I1 ⊆ I2 ⊆ · · · . c est dans In . prenons x ∈ ((bn ) + I) ∩ ((a) + I). cette suite croissante se stabilise : il existe n > 0 tel que In = In+1 . Décomposition primaire dans un anneau noethérien. donc c ∈ In+1 . de sorte que l’on peut écrire 1 = xb + c. avec ab ∈ I mais a ∈ I. on a am bm ∈ I pour un m > √ Si a ∈ I. Celui-ci est alors maximal . et que ab ∈ I. On peut écrire x = cbn + u = da + v. on 0. / √ √ √ / Prouvons c). Pour tout m ∈ M . on a n = (M ). donc b ∈ I. on en déduit (bn ) + I = I. Une inclusion est claire. Montrer que le sous-A-module Am de M est isomorphe à A/m.14. — Dans un anneau noethérien. Montrons ((bn ) + I) ∩ ((a) + I) = I. on pose (0 : m) := {a ∈ A | am = 0M }. c) Soit N un sous-A-module de M (il est encore de type fini par l’exerc. on le note m. considérons l’idéal Im := (I : bm ) = {c ∈ A | cbm ∈ I}. / a am ∈ I. b) Montrer qu’il existe une suite finie 0 = M0 ⊆ M1 ⊆ · · · ⊆ Mn = M de sous-A-modules de M telle que les A-modules Mi+1 /Mi soient tous isomorphes à A/m (Indication : on pourra utiliser l’exerc. Si b ∈ I. d) Montrer que pour toute suite de sous-A-modules de M comme dans b). Comme a ∈ I et que I est irréductible. C’est un idéal de A. et x est dans I. 2. On suppose A noethérien et I irréductible. Pour / chaque entier m > 0. Pour l’autre. DÉCOMPOSITION PRIMAIRE 79 Prouvons b). montrer qu’il existe m ∈ M tel que (0 : m) = m (Indication : choisir m ∈ M {0} tel que l’idéal (0 : m) soit maximal parmi tous les idéaux de A de ce type. — Théorème 4. / Exercice 4. On a cbn+1 = dab + c(v − u) ∈ I. et a = a(cn − yb) = acn − yab est dans I puisque cn et ab y sont. 4. Cela prouve que I est un idéal primaire. Soit M un A-module de type fini. √ √ Si I est un idéal primaire.2. avec c et d dans A et u et v dans I.3).3).13. e) Soit N un sous-A-module de M . Supposons I maximal et prenons ab ∈ I. . Montrer que l’on a (M ) = (N ) + (M/N ). 2. donc. on a (bm )n ∈ I pour un n > 0. Ainsi. avec x ∈ A et cn ∈ I. Montrer que l’on a (N ) ≤ (M ) et qu’il y a égalité si et seulement si N = M (Indication : on pourra utiliser la suite de A-modules (Mi ∩ N )0≤i≤n ). soit bn ∈ I. On note (M ) le plus petit entier n pour lequel il existe une telle suite.4.

Ils s’écrivent ainsi tous les deux comme intersection finie d’idéaux primaires. Y ) est donc une décomposition primaire de I. Si on revient un peu sur les démonstrations précédentes. comment trouver les éléments a et b comme ci-dessus. Sinon. On a ainsi écrit I comme intersection de deux idéaux contenant strictement I. ni I2 ne sont alors dans E . Y )-primaire. donc I = ((Y ) + I) ∩ ((X) + I) = (X 2 . ce / qui montre le théorème.12. E admet un élément maximal I. 4. Mais on peut aussi partir des éléments X ∈ I et Y n ∈ / / obtient alors √ I (pour chaque n ∈ N∗ ). On a / / (I : Y ) = {P ∈ I | Y P ∈ I} = (X) et (I : Y 2 ) = {P ∈ I | Y 2 P ∈ I} = (X) = (I : Y ). donc primaire. il existe √ ab ∈ I avec a ∈ I et b ∈ I. ANNEAUX Démonstration. c’est terminé. Comme un idéal irréductible de A est primaire (prop. I ne peut être irréductible. et I aussi. 4. Y ) ∩ (X).80 CHAPITRE III.12. Y n ) pour tout n ≥ 1. Y n ) est encore (X. L’idéal (X 2 .√ ] n’est pas primaire Y √ (bien que I = (X) soit premier) : on a XY ∈ I mais X ∈ I et Y ∈ I. L’écriture I = (X) ∩ (X 2 . Soit I un idéal d’un anneau noethérien A. on réalise qu’elles fournissent une méthode pour trouver pratiquement une telle décomposition. Y ) est maximal. s’il ne l’est pas. Il « suffit » alors de recommencer le processus. Si I est primaire. Y ) est primaire par prop. Notons tout de suite que cette méthode n’est pas un algorithme : elle n’explique ni comment tester si un idéal est primaire ou non. Exemple 4. — Supposons au contraire que l’ensemble E des idéaux d’un anneau noethérien A qui n’ont pas cette propriété soit non vide. ni. L’idéal X est premier.12 montre que l’on a alors I = ((bn ) + I) ∩ ((a) + I).b)). ce qui contredit I ∈ E . Montrons quand même comment cela peut fonctionner sur un exemple. XY ) de K[X. donc il existe des idéaux I1 et I2 de A tels que I = I1 ∩ I2 . La preuve du point b) de la prop. 4. où l’idéal (X 2 . . mais I I1 et I I2 . — Soit K un corps. Mais ni I1 . XY. Donc E est vide. XY.c) puisque son radical (X. La suite croissante d’idéaux / / (I : b) ⊆ (I : b2 ) ⊆ · · · se stabilise : il existe n > 0 avec (I : bn ) = (I : bn+1 ). L’idéal I = (X 2 . Il n’y a donc pas unicité.15. On (I : Y n ) = {P ∈ I | Y n P ∈ I} = (X) = (I : Y 2n ) et une autre décomposition primaire I = (X) ∩ (X 2 . Comme A est noethérien.

donc son radical qi (lemme 3.17. p contient qi .12. sont indépendants de la décomposition primaire minimale de I. . — Définition 4. Théorème 4. avec a ∈ I ∩ J. on a (qi : x) = A. I = q1 ∩ · · · ∩ qn √ √ de façon que I = i=j qi pour tout j et que qi = qj pour tout i = j.4.2. √ Démonstration. / Montrons p1 = (I : x). il existe i ∈ {1. On dit qu’un idéal premier p de A est associé à I s’il existe x ∈ A tel que p = (I : x). DÉCOMPOSITION PRIMAIRE 81 Maintenant que nous savons qu’une décomposition primaire existe. .3). qui sont des idéaux premiers deux à deux distincts. on peut donc toujours la réécrire. comme p = (I : x). disons a ∈ I. / 1 n On a alors x ∈ i=2 qi . Démonstration. On dit alors qu’elle est minimale. Comme la décomposition est minimale. comme q1 est primaire et x ∈ q1 . √ En particulier. En √ particulier. On a donc montré p = qi . il existe y ∈ n m m i=2 qi q1 . n} tel que p = (qi : x). 4. donc p1 ⊆ (I : x). Si x ∈ qi . .3.2. on a b ∈ p. Lemme 4. / . On a p = ( i qi : x) = i (qi : x).a)). grâce au lemme ci-dessus. Supposons ab ∈ I ∩ J. de sorte que y ∈ qi .a)). Soit r r le plus petit entier vérifiant yp1 ⊆ I. on a bien I ∩ J = p par le lemme 3. — Posons p1 := q1 . idéaux premiers immergés. Idéaux premiers associés. Comme y ∈ I.16. Il existe m > 0 tel que p1 ⊆ q1 (exerc. — Il suffit de montrer que l’intersection de deux idéaux p-primaires I et J √ a la même propriété. — Toute intersection finie d’idéaux p-primaires est encore p-primaire. 3. et comme p est irréductible (prop. Choisissons x ∈ ypr−1 I. Comme I est p-primaire et ab ∈ I.18. donc x ∈ q1 . on en déduit z ∈ p1 .19 et th. 4. 4. ce qui est absurde. On a donc montré / que p1 est un idéal premier associé à I. / / Étant donnée une décomposition primaire d’un idéal I. Donc x ∈ qi . 4.22). Tout d’abord. — Soit I un idéal d’un anneau A.c). les qi . et. on a yx ∈ I ⊆ qi . nous allons la simplifier pour supprimer les redondances possibles et arriver autant que faire se peut à des énoncés d’unicité (cor. — Soit A un anneau noethérien. si y ∈ p. Les qi sont exactement les idéaux premiers associés à I. On a xp1 ⊆ I. Inversement. puisque cet √ √ idéal est p. soit I un idéal de A et soit I = q1 ∩ · · · ∩ qn √ une décomposition primaire minimale. de sorte que yp1 ⊆ yq1 ⊆ I. on a zx ∈ I ⊆ q1 . si z ∈ (I : x). Soit maintenant p = (I : x) un idéal associé à I. Inversement. . on a r ≥ 1.

XY ) ⊆ K[X.15 des décompositions primaires de l’idéal I = (X 2 . Y ] : on a I = (X) ∩ (X 2 . Y n ) pour chaque n ≥ 1. Montrer que l’ensemble des éléments nilpotents de A est l’intersection des idéaux premiers associés à l’idéal (0). soit I un idéal de A et soient I = q1 ∩ · · · ∩ qm = q1 ∩ · · · ∩ qn des décompositions primaires minimales. XY.18). . — Soit A un anneau noethérien.20. n} tel que qi ⊆ p : sinon. En particulier. Y )-primaire. Cela entraîne qu’il existe i ∈ {1. .19. Cependant. 4. . le produit x1 · · · xn est dans q1 · · · qn . On a mis en évidence dans l’ex. . Alors m = n et il existe une permutation σ de √ {1. comme le montre l’ex. Exercice 4. L’idéal premier associé (X) = (I : Y ) est minimal. XY.82 CHAPITRE III. certains des qi sont unique√ ment déterminés : il s’agit de ceux pour lesquels l’idéal qi est un idéal premier minimal contenant I. . — Soit A un anneau noethérien et soit I un idéal de A. — Soit I = q1 ∩ · · · ∩ qn une décomposition primaire minimale de I. le seul idéal premier minimal est (0) ! Démonstration. Dans toute décomposition primaire minimale de I.15. tandis que l’ensemble des diviseurs de 0 est la réunion de ces mêmes idéaux. Cela entraîne I ⊆ qi ⊆ p = p et comme p est minimal. 4. x∈p / Il est en particulier indépendant de la décomposition. Y n ) est (X. √ Si les idéaux premiers qi qui apparaissent dans une décomposition minimale de I sont ainsi uniquement déterminés par I.21. n} telle que qi = qσ(i) pour tout i. . et (X. si l’anneau est intègre. 4. on choisit xi ∈ qi p pour chaque i . mais c’est absurde car p est premier et aucun des √ √ facteurs n’est dans p. on a q1 ∩ · · · ∩ qn ⊆ p. Y ) = (I : X) est associé mais pas minimal (il contient (X)). on a √ qi = p et p est bien associé à I (th. — Soit K un corps. il n’y a qu’un nombre fini d’idéaux premiers minimaux. dans un anneau noethérien. L’idéal (X 2 .22. Évidemment. Exemple 4. — Soit A un anneau noethérien. Théorème 4. . il n’est pas vrai en général que les qi eux-mêmes sont uniquement déterminés. l’idéal p-primaire est (I : x). Celles-ci sont toutes minimales. c’est-à-dire tel qu’il n’existe aucun autre idéal premier contenu dedans et contenant I. . ANNEAUX Corollaire 4. Si p est un idéal premier minimal contenant I. . Tout idéal premier minimal p contenant I est associé à I. donc dans p.

Z]. avec I = A. Si I = q1 ∩ · · · ∩ qn est une décomposition primaire minimale de I. Y. et (Y. Magma. Quels sont les idéaux premiers associés ? Lesquels sont-ils immergés ? . Il existe par ailleurs de nombreux algorithmes et plusieurs logiciels informatiques (Singular. √ qi décomposition dans laquelle donc les idéaux premiers immergés ont disparu (cela justifie partiellement la terminologie !). on a ax ∈ j qj = I. Z 2 ). Y. Montrer que p1 et p2 sont des idéaux premiers. En particulier.26. Exercice 4. Comme qi est p-primaire.24. CoCoA. donc j=i qj a ∈ (I : x). Y. Y ). I n’a pas d’idéal premier immergé. on définit p1 = (X. Montrer que I est radical si et seulement si tous les idéaux primaires qui apparaissent dans une décomposition minimale sont premiers. Z) est un idéal premier immergé (il contient l’idéal premier minimal (Y 2 − XZ)). si I est radical. on a p = qj . Inversement. etc. on a xa ∈ I donc xa ∈ qi . Z)-primaire. — Soient I et J des idéaux d’un anneau noethérien A. — Montrer que l’idéal (0) dans l’anneau des fonctions continues de [0. On a ainsi montré qi = x∈p (I : x). Z 2 ) est (Y. Z)-primaire. et ce qui précède montre que j=i qj n’est pas contenu dans p.25. Z) ∩ (Y.4. p2 = (X. ce qui termine la démonstration / du théorème.23. Montrer que I = p1 ∩ p2 ∩ m2 est une décomposition primaire minimale de I. 1] dans R n’est pas intersection d’idéaux primaires. I = p1 p2 et m = (X. Z) est un idéal premier minimal . Y 2 Z − XZ 2 ) = (Y 2 − XZ) ∩ (X 2 . L’idéal (Y 2 − XZ) est un idéal premier minimal . Z) est (X. les idéaux premiers associés sont les pi = et √ I = p1 ∩ · · · ∩ pn . — Soit I un idéal d’un anneau noethérien. Z] : (X 2 Y 3 − X 3 Y Z. Voici un autre exemple dans K[X.) qui font cela très bien dans les anneaux de polynômes. Z). Prenons x ∈ p. l’idéal (Y. Montrer que I = (I : J) si et seulement si J n’est contenu dans aucun idéal premier associé à I. Pour tout élément a de qi . 4. Exercice 4.15). Les idéaux premiers associés à I qui ne sont pas minimaux sont appelés idéaux premiers immergés. l’idéal (X 2 . On a indiqué plus haut une méthode qui peut aider à trouver à la main une décomposition primaire d’un idéal (cf. Exercice 4. — Soit K un corps. DÉCOMPOSITION PRIMAIRE 83 √ Si j = i. Z). Macaulay 2. Soit A un anneau noethérien et soit I un idéal de A. Exercice 4. si x ∈ p et a ∈ (I : x). / cela entraîne a ∈ qi . et (X. ex. Dans l’anneau K[X. tandis que m est un idéal maximal.

In sont des idéaux de A. — Soit A un anneau. On appelle spectre de A. 5. et l’on note Spec(A). — a) Donner une décomposition primaire minimale de l’idéal (X 2 − 2. trouver une décomposition primaire de l’idéal (XY. il suffit de traiter le cas n = 2. alors V (I) ⊇ V (J). Spectre d’un anneau. Y. où I décrit l’ensemble des idéaux de A. .84 CHAPITRE III. Pour le deuxième point. Y a-t-il des idéaux premiers immergés ? b) Donner une décomposition primaire minimale de l’idéal (X 2 − 2. Lemme 5. Y ].28. . ANNEAUX Exercice 4. Comme I1 I2 ⊆ I1 ∩ I2 ⊆ Ij . Exercice 4. Il est vide si et seulement si A = 0. on a p∈ α V (Iα ) ⇐⇒ ∀α p ⊇ Iα ⇐⇒ p ⊇ α Iα . et V (I) = ∅ si et seulement si I = A. c) Si I1 . — Soit K un corps. donc x2 ∈ p puisque p est un idéal premier. et pour tout x2 ∈ I2 . l’ensemble des idéaux premiers de A. a) On a V ((0)) = Spec(A). V (I1 ) ∪ · · · ∪ V (In ) = V (I1 ∩ · · · ∩ In ) = V (I1 · · · In ). Grâce au lemme suivant. 5. Y 2 − 2) dans C[X. Dans l’anneau K[X. . il est utile d’introduire la topologie de Zariski. Il existe alors x1 ∈ I1 p. Démonstration. on peut munir cet ensemble d’une topologie en décrétant que les fermés sont les V (I) := {p ∈ Spec(A) | p ⊇ I}. Soit maintenant p ∈ V (I1 I2 ) V (I1 ). on a x1 x2 ∈ I1 I2 ⊆ p. .1. Z]. Y 2 − 2) dans Q[X. on a V (Iα ) = V ( α α Iα ).27. — Soit A un anneau. Remarquons d’abord que si I ⊆ J. On a donc I2 ⊆ p. Y Z. b) Si (Iα ) est une famille d’idéaux de A. . — Le premier point est évident. Pour le dernier point. Topologie de Zariski Pour comprendre la décomposition primaire d’un point de vue géométrique. Y ]. ZX). de sorte que V (I1 I2 ) V (I1 ) ⊆ V (I2 ).1. on obtient V (I1 I2 ) ⊇ V (I1 ∩ I2 ) ⊇ V (I1 ) ∪ V (I2 ).

Pour toute partie S de Spec(A). Si J ⊆ I.2. On a : V (I(S)) I(V (J)) = S pour toute partie S de Spec(A) . J ⊆ I. il y a donc égalité. . comme S peut s’écrire V (J) et que I(S) = I(S). l’idéal radical I(V (J)) contient J. TOPOLOGIE DE ZARISKI 85 Une base d’ouverts pour cette topologie est formée des (5) D(f ) := {p ∈ Spec(A) | f ∈ p} = Spec(A) V ((f )) / f ∈I pour f ∈ A.5. donc S. et puisque I(V (J)) est radical) la seconde relation. par lemme 5. V (I) = Démonstration. En effet. √ = J pour tout idéal J de A. pour tout idéal J. on a la première relation.2.2. on remarque que V ⊆ √ V (I) = V ( I). ce qui termine la démonstration du lemme. En effet. En particulier.1. √ √ Lemme 5. pour tout idéal I. p∈V (I) √ On en déduit que si√ (I) √ V (J). donc D(f ). Enfin. En particulier. C’est un idéal de A qui est radical car intersection d’idéaux premiers (donc radicaux).b) peut aussi s’énoncer √ I= p. En particulier. alors J ⊆ I. on déduit (avec le lemme 5. il est d’abord clair que le fermé V (I(S)) contient S. on a. Une façon agréable de résumer tout cela est de dire que les correspondances (6) {idéaux radicaux de A} o V I / {parties fermées de Spec(A)} sont des bijections réciproques qui renversent les inclusions. Pour la réciproque. de l’égalité V (I(V (J))) = V (J).b). D’autre part. On en déduit aussi V (I(V (J))) ⊆ V (J) (puisque V renverse les inclusions) . — Le lemme 3. V (I) = Spec(A) V (I) = f ∈I V ((f )). on en déduit √ √ V (J) = V ( J) ⊇ V ( I) = V (I). on a V (I(V (J))) ⊇ V (J). on notera I(S) := p∈S √ p. — On a V√ ⊆√ (J) si et seulement si (I) V V (J) si et seulement si I = J.

Si l’anneau A est intègre.4. le point p est fermé si et seulement si p est un idéal maximal. Exemple 5. l’ouvert D(f ) est le complémentaire de l’ensemble (fini) V ((f ))) des diviseurs premiers de f . pour m ∈ Z. — Si K est un corps.9) Spec(K[[X]]) = {(0)} ∪ {(X)}. on a Spec(R[X]) = {η} ∪ R ∪ {paires de nombres complexes conjugués non réels}. on note Aréd le quotient de A par l’idéal des éléments nilpotents de A. On a alors Spec(K[X]) = {η} ∪ K.5. sauf η qui est dense.6. En particulier. et cet ensemble est Spec(Z) si m = 0. Spec(K) a un seul élément. on a (cf. Mais on a alors V (I) ⊇ V (p). Spec(K[X]) est {η} ∪ {polynômes irréductibles unitaires}.3.86 CHAPITRE III. l’idéal {0} correspond à un point dense dans Spec(A). ainsi que Spec(Z) tout entier. Tous les points sont fermés. — Si K est un corps. (0). exerc. souvent noté η. donc (7) {p} = V (p) = {q ∈ Spec(A) | q ⊇ p}.1. . On dit que A est réduit si le seul élément nilpotent de A est 0. Si A est un anneau. Exemple 5. c’est-à-dire de tous les V (I) pour lesquels p ∈ V (I). I. Il y a donc deux points : un point dense (le point générique) et un point fermé. ce sont donc les sous-ensembles finis de Spec(Z) formés de points fermés. — L’ensemble Spec(Z) est {η} ∪ {nombres premiers}. les polynômes irréductibles unitaires sont les X − a. c’est-à-dire I ⊆ p. Si K est algébriquement clos. Les fermés sont les V ((m)). L’anneau Aréd est toujours réduit. Exemple 5. Lorsque K = R. Tous les points sont fermés. Les sous-ensembles fermés sont les sous-ensembles finis formés de points fermés. — Si K est un corps. ainsi que Spec(K[X]). composé des facteurs premiers de m sinon . On dit que c’est le point générique. Exemple 5. pour a ∈ K. Si f est un entier non nul. sauf η qui est dense. ANNEAUX L’adhérence d’un point p de Spec(A) est l’intersection de tous les fermés de Spec(A) contenant p.

Ce sont des idéaux de A1 et A2 respectivement. b) Soit I un idéal d’un anneau A et soit p : A → A/I la surjection canonique. En particulier. Montrer que l’image inverse par u induit une application continue u : Spec(B) → Spec(A). — a) Soit u : A → B un morphisme d’anneaux. et qu’il est non trivial (e = 0 et e = 1). Les éléments de son spectre sont (0) et tous les (p). Inversement. si x = (x1 . x2 ∈ I2 . Commençons par deux remarques sur les anneaux produit. Inversement. la surjection canonique A → Aréd induit un homéomorphisme de Spec(Aréd ) sur Spec(A). et de la même façon. on a e2 = e. L’espace topologique Spec(A) est connexe si et seulement si A ne peut pas s’écrire comme produit d’anneaux non nuls. Posons I1 = {x1 ∈ A1 | (x1 . — Si K est un corps. x2 ) ∈ I. TOPOLOGIE DE ZARISKI 87 Exercice 5. Elle n’est donc (en général) ni ouverte.5. Proposition 5. Soit I un idéal de A. On a donc I = I1 × I2 : tout idéal de A se décompose donc en produit. Posons e = (1. 0) = p(1 − e) et (0.9.10. 5. On dit que e est un idempotent de A. on obtient ae = 0 en multipliant par e . Exemple 5. si e est un idempotent non trivial d’un anneau A. Supposons A = A1 × A2 . Exemple 5. — Soit A un anneau. donc x1 ∈ I1 . 1) = p(e)). Nous allons maintenant examiner diverses propriétés topologiques de l’espace Spec(A).7. ni fermée. L’inclusion Z → ZP induit une inclusion Spec(ZP ) → Spec(Z) dont l’image est {(0)} ∪ P. 0) ∈ I} et I2 = {x2 ∈ A2 | (0. et on a I1 × I2 ⊆ I. — Soit P un ensemble de nombres premiers positifs et soit ZP l’anneau des nombres rationnels dont le dénominateur n’est divisible par aucun élément de P (5) . elle est surjective car l’image contient (1. Avec la terminologie du § 6. l’inclusion canonique de l’anneau des séries formelles K[[X]] dans son corps des fractions K((X)) des séries de Laurent induit une application continue Spec(K((X))) → Spec(K[[X]]) qui envoie le seul point (fermé) de Spec(K((X))) sur le point générique de Spec(K[[X]]). Un anneau A est donc produit d’anneaux non nuls si et seulement s’il contient un idempotent non trivial. x2 ) ∈ I}. pour p ∈ P. on a (x1 .8. il en est de même pour 1 − e. et l’application canonique p : A → A/(e) × A/(1 − e) est un isomorphisme d’anneaux (elle est injective parce que si ae = b(1 − e). 0) ∈ I. l’anneau ZP est le localisé de Z en la partie multiplicative engendrée par les nombres premiers positifs qui ne sont pas dans P. . Alors p : Spec(A/I) → Spec(A) induit un homéomorphisme de Spec(A/I) sur le fermé V (I) de Spec(A). 0) . 0) = x · (1.

En d’autres termes. 0) · (0. ANNEAUX Démonstration. Soit Iα ⊆ A un idéal tel que Spec(A) Uα = V (Iα ). soit (0.b) montre que les deux projections A → Ai induisent une injection continue de Spec(A1 ) Spec(A2 ) dans Spec(A) qui est un homéomorphisme sur son image. Exercice 5. si tout idéal premier de A est maximal. Inversement. Supposons maintenant Spec(A) réunion de deux fermés disjoints non vides V (I1 ) et √ V (I2 ). 1) = (0.7. où Λ est un ensemble fini et xα ∈ Iα . Proposition 5. Spec(A) est séparé (lorsque A est noethérien. On a alors α V (Iα ) = ∅. On a alors 1 2 2m Spec(A2 ) 1 = (x1 + x2 )2m = xm 1 i=m+1 2m i−m 2m−i 2m i m−i x1 x2 + xm x1 x2 := y1 + y2 . — Soit (Uα ) un recouvrement ouvert de Spec(A). I2 = A.1. cela sera . donc Spec(A) = α∈Λ Uα . On a alors I1 = A. avec x1 ∈ I1 et x2 ∈ I2 . On peut donc écrire 1 = α∈Λ xα . 0) ∈ p. étant donné deux points distincts p et q. Un espace topologique est séparé si et seulement si deux points distincts ont des voisinages disjoints. en montrant que si A est anneau dans lequel tout idéal premier est maximal. Mais montrer qu’il existe des voisinages disjoints est plus délicat et ne sera pas fait ici. qui est ainsi produit de deux anneaux non nuls. Écrivons 1 = x1 + x2 . de sorte que α Iα = A par lemme 5. On a (1. L’élément x1 x2 de I1 I2 est alors nilpotent.88 CHAPITRE III. 1) ∈ p.b) et a). Cela prouve que l’on a une décomposition Spec(A) = Spec(A1 ) en union de deux fermés disjoints. le complémentaire de {q} est un voisinage de p qui ne contient pas q. 1 = y1 + y2 et y1 y2 = 0. donc y1 est un idempotent non trivial de A. 2 i i i=0 m On a alors y1 ∈ I1 . que tout idéal premier est maximal. — L’exerc.1). comme on l’a vu plus haut. Cela montre que Spec(A) est quasi-compact. — Terminer la démonstration ci-dessus. Démonstration.11. ni y1 . Cela entraîne que tout point est fermé donc. 0) ∈ p. tout point est fermé donc. 5. Il est séparé si et seulement si tout idéal premier est maximal. donc soit (1. On rappelle qu’un espace topologique est quasi-compact si de tout recouvrement ouvert on peut extraire un recouvrement fini (de sorte que « compact » est équivalent à « quasi-compact et séparé »). Comme I1 = A et I2 = A. on a α∈Λ Iα = A. c’est-à-dire I2 = A2 .12. Si p ∈ Spec(A). il s’écrit comme on l’a vu plus haut p = I1 × I2 . I1 + I2 = A et I1 I2 = (0) (lemme 5. y2 ∈ I2 . ni y2 n’est nul. L’espace topologique Spec(A) est quasi-compact. — Soit A un anneau. donc il existe m ∈ N∗ tel que xm xm = 0. c’est-à-dire I1 = A1 .

— Un espace topologique est irréductible s’il est non vide et s’il n’est pas réunion de deux fermés stricts. Espaces topologiques irréductibles. Définition 5. on a (par exemple) Y ⊆ G1 . Pour montrer que U1 ∩ · · · ∩ Un n’est pas vide. on obtient Y = F1 . Ceci prouve que Y est irréductible. Proposition 5. je ne connais pas de preuve simple. On a alors Y ⊆ G1 ∪ G2 . .2. Un des ouverts non vides de X. — Venons-en maintenant à une propriété moins courante. — Pour un espace topologique X non vide. on voit qu’il suffit de le faire pour n = 2. Dans le cas général. les propriétés suivantes sont équivalentes : (i) X est irréductible . alors Y est réunion des fermés Y ∩ F1 et Y ∩ F2 ..13. Supposons (ii). Comme Y est irréductible. Si Y est réunion de fermés F1 et F2 . Démonstration. donc Y ⊆ G1 ∪ G2 . par définition de la topologie induite. Démonstration. Proposition 5. Ceci montre que Y est irréductible. Un espace topologique séparé X est irréductible si et seulement s’il est réduit à un point : si X contient deux points distincts. ce qui contredit l’irréductibilité de X. Ceci montre que (i) entraîne (ii). (ii) toute intersection finie d’ouverts non vides de X est non vide .5. Si U1 ∩ U2 = ∅.. les ouverts U et X U sont disjoints. si Y est irréductible et si Y est réunion de fermés F1 et F2 .3 . 5. composantes irréductibles. c’est alors équivalent au fait que Spec(A) est un ensemble fini muni de la topologie discrète. Enfin. donc Y ⊆ Y ∩ G1 = F1 . ils ont des voisinages ouverts distincts U et V . Inversement. TOPOLOGIE DE ZARISKI 89 fait dans le § 5.14. — Supposons X irréductible et soient U1 . .15. on a X = (X U1 ) ∪ (X U2 ). . donc (par exemple) Y ⊆ F1 . il existe. (iii) tout ouvert non vide de X est dense. et F1 ∪ F2 = X. . donc X U est vide.). Si U est un ouvert non vide de X. En passant aux adhérences. Alors Y (muni de la topologie induite) est irréductible si et seulement si Y l’est. — Soit X un espace topologique et soit Y une partie de X. Ceci montre que (ii) entraîne (iii). des fermés G1 et G2 de X tels que Fj = Y ∩ Gj . Cette notion n’a donc d’intérêt que pour les espaces topologiques non séparés. les ouverts non vides X F1 et X F2 sont denses donc se rencontrent. de sorte que U est dense dans X. et X = (X U ) ∪ (X V ) est une décomposition en réunion de deux fermés stricts. et si F1 et F2 sont des fermés stricts de X. Ceci montre que (iii) entraîne (i). — Supposons Y irréductible. si tout ouvert non vide de X est dense. .

Inversement. avec I idéal radical. d’où f (X) = F1 . — Soit X un espace irréductible et soit f : X → Y une application continue et supposons f (X) = F1 ∪ F2 .90 CHAPITRE III. Voyons un peu ce que donnent ces concepts dans le cas X = Spec(A). En particulier. les composantes irréductibles de Spec(A) correspondent aux idéaux premiers minimaux de A. par la prop.1.7 : parmi les idéaux radicaux. Le lemme de Zorn entraîne que tout point de X est contenu dans une composante irréductible de X. Les applications de (6) induisent des bijections décroissantes réciproques {idéaux premiers de A} o V I / {parties fermées irréductibles de Spec(A)}. si p est un idéal premier d’un anneau A. Si bc = 0 dans B.17. donc (b) = (0) = (0) (puisque B est réduit). Comme pour les espaces connexes. c’est-à-dire si et seulement si l’anneau Aréd est intègre. Démonstration.12. 5.16. qui s’identifie au spectre de l’anneau intègre A/p. Soit X un espace topologique. — On vient de voir que V (p) est un fermé irréductible. Tout d’abord. — Soit A un anneau. on a le résultat utile suivant. le spectre d’un anneau intègre est irréductible. et Spec(A) est irréductible si et seulement si l’idéal (0) des éléments nilpotents de A est premier. Proposition 5.c)). une partie fermée de Spec(A) s’écrit V (I). On a alors X = f −1 (F1 ) ∪ f −1 (F2 ). de sorte que X est réunion de ses composantes irréductibles. c’est une partie fermée de X par prop. . L’anneau B = A/I est alors réduit. on a V ((b)) ∪ V ((c)) = V ((bc)) = Spec(B) (lemme 5. Démonstration. les idéaux irréductibles au sens de cette définition (qui.14). 4. En particulier. un espace topologique admettant un point dense est irréductible (prop. Proposition 5. ANNEAUX Un espace irréductible est connexe. donc. sont exactement les idéaux premiers) correspondent aux fermés irréductibles au sens topologique. et donc. mais la réciproque est fausse. 5. par irréductibilité de X.15. Donc f (X) est bien irréductible. B est intègre. 4. Cela justifie a posteriori la terminologie introduite dans la déf. on a (par exemple) X = f −1 (F1 ). et il s’agit de montrer que si Spec(B) est irréductible. On a donc par exemple V ((b)) = Spec(B) par irréductibilité. le fermé V (p) de Spec(A). — L’image d’un espace irréductible par une application continue est encore irréductible. Cela entraîne b = 0 et prouve que B est intègre. Un sous-espace de X irréductible maximal (pour l’inclusion) est appelé composante irréductible de X . est irréductible.

— Soit K un corps. on a égalité. il suffit de le décomposer en réunion finie de parties fermées irréductibles et de supprimer les redondances. On a alors Xi ⊆ Y ⊆ Xj . Par maximalité de Y . Si E n’est pas vide. et il existe i tel que Y ⊆ Xi . . Espaces topologiques noethériens. Montrons que Xi est une composante irréductible de X. De nouveau. Si l’un des Xi est contenu dans un autre Xj . Proposition 5. On peut donc l’écrire comme rénion de deux fermés stricts Y1 et Y2 . Posons A := K[X.19. ce qui entraîne i = j et Xi = Y . Ceci termine la démonstration de la proposition. Y1 et Y2 ne sont pas dans E . On arrive ainsi à une décomposition où aucun des Xi n’est contenu dans un autre Xj . cette notion n’a donc d’intérêt que pour les espaces topologiques non séparés : un espace topologique noethérien séparé est fini. — Un espace topologique est noethérien si toute suite décroissante de parties fermées est stationnaire. Démonstration. Soit E l’ensemble des parties fermées de X qui ne peuvent s’écrire comme réunion finie de parties irréductibles fermées. Écrivons donc X = X1 ∪ · · · ∪ Xn . donc s’écrivent comme union finie de parties irréductibles fermées. La preuve ci-dessus montre que pour trouver les composantes irréductibles d’un espace noethérien.20. ce qui est une contradiction. Donc E est vide : toute partie fermée de X (donc aussi X) peut s’écrire comme réunion finie de parties irréductibles fermées.3. où Y ⊆ X est irréductible. tout ouvert est quasi-compact (on laisse les démonstrations en exercice). — Définition 5. Il en est de même pour Y . — Un espace topologique noethérien n’a qu’un nombre fini de composantes irréductibles (dont il est la réunion). qui n’est pas irréductible. Exemple 5. L’espace topologique Spec(A) a deux composantes irréductibles : V ((X)) et V ((Y )). on le retire. toute famille non vide de parties fermées a un élément minimal. si Y est une composante irréductible de X. donc il existe j tel que Y ∩ Xj = Xj . Par minimalité de Y . Inversement. Chaque Xi est donc une composante irréductible de X. On a Y = j (Y ∩ Xj ). On peut formuler cette définition de différentes façons : toute suite croissante de parties ouvertes est stationnaire. qui est irréductible puisque K[Y ] est intègre. Y ]/(XY ). toute famille non vide de parties ouvertes a un élément maximal.5. TOPOLOGIE DE ZARISKI 91 5. En effet V ((X)) est homéomorphe à Spec(A/(X)) = Spec(K[Y ]).18. Supposons Xi ⊆ Y . on a de nouveau Y = j (Y ∩ Xj ). — Soit X un espace topologique noethérien. il admet un élément minimal Y .

92

CHAPITRE III. ANNEAUX

et V ((Y )) est irréductible pour la même raison. Comme aucune de ces deux parties n’est contenue dans l’autre, et que V ((X)) ∪ V ((Y )) = V ((XY )) = V ((0)) = Spec(A), ce sont les composantes irréductibles de Spec(A). Proposition 5.21. — Soit A un anneau. L’espace topologique Spec(A) est noethérien si et seulement si toute suite croissante d’idéaux radicaux de A est stationnaire. En particulier, si l’anneau A est noethérien, Spec(A) est noethérien. Démonstration. — Cela résulte du fait que l’application I → V (I) induit une bijection décroissante entre idéaux radicaux de A et parties fermées de Spec(A) (lemme 5.2). Corollaire 5.22. — Soit A un anneau noethérien. Tout idéal radical de A peut s’écrire comme intersection finie non redondante d’idéaux premiers, et ceux-ci sont alors uniquement déterminés. On peut en déduire une forme faible de la décomposition primaire des idéaux dans un anneau noethérien. Notons quand même que la formulation du corollaire fait disparaître toute les subtilités liées aux idéaux premiers immergés. Démonstration. — Cela résulte des prop. 5.17 et 5.19. On peut aussi terminer la démonstration de la prop. 5.11 dans le cas où A est noethérien : si tout idéal premier de A est maximal, les composantes irréductibles de Spec(A) sont des points fermés, donc Spec(A) est un ensemble fini de points fermés, et il est séparé. 5.4. Dimension d’un espace topologique, dimension de Krull d’un anneau. — Définition 5.23. — Soit X un espace topologique. On appelle dimension (combinatoire) de X le supremum des longueurs n des chaînes Fn · · · F1 F0 de fermés irréductibles de X. Soit A un anneau. On appelle dimension (de Krull) de A le supremum des longueurs n des chaînes pn · · · p1 p0 d’idéaux premiers de A. Ces dimensions sont des éléments de N ∪ {±∞} et on a bien sûr dim(Spec(A)) = dim(A). La dimension d’un espace topologique est −∞ si et seulement s’il est vide et la dimension de Krull d’un anneau est −∞ si et seulement s’il est nul. Si A est noethérien, il n’y a pas de chaîne infinie d’idéaux, mais il se peut quand même que la dimension de A soit infinie (exerc. 6.6). En revanche, nous verrons plus tard (cor. 11.13) que toute algèbre de type fini sur un corps est de dimension de Krull finie. Il existe aussi des anneaux A noethériens (dits « non caténaires ») dans lesquels il existe des chaînes d’idéaux

5. TOPOLOGIE DE ZARISKI

93

premiers maximales (c’est-à-dire, que l’on ne peut pas agrandir) de longueur < dim(A) (6) ; heureusement, de nouveau, ce genre de pathologie n’arrive pas pour les algèbres de type fini sur un corps. Si B est un anneau quotient de A, on a dim(A) ≥ dim(B), puisque toute chaîne d’idéaux premiers de B se remonte dans A en une chaîne d’idéaux premiers de A. De façon plus générale, si Y est un sous-espace d’un espace topologique X, on a dim(Y ) ≤ dim(X) (exerc. 5.30). Exemple 5.24. — Soit p un idéal premier d’un anneau A. Les idéaux premiers de l’anneau intègre A/p sont en correspondance bijective (et croissante) avec les idéaux premiers de A contenant p. La dimension de Krull de l’anneau A/p est donc le supremum des longueurs n des chaînes d’idéaux premiers de A commençant en p, c’est-à-dire du type pn · · · p1 p0 = p. Exemple 5.25. — Un anneau non nul est de dimension 0 si et seulement si tout idéal premier est maximal (c’est le cas si et seulement si Spec(A) est séparé ; cf. prop. 5.11). Un corps est de dimension 0, puisque le seul idéal premier est (0) ; plus précisément, les corps sont les anneaux intègres de dimension 0. En fait, les anneaux noethériens de dimension 0 sont les anneaux dits « artiniens », c’està-dire ceux pour lesquels toute suite décroissante d’idéaux est stationnaire (exerc. 2.18). Exemple 5.26. — Un anneau intègre est de dimension 1 si et seulement si tout idéal premier non nul est maximal. C’est le cas pour tous les anneaux principaux qui ne sont pas des corps (prop. I.1.14), comme Z ou K[X], où K est un corps. Plus généralement, les anneaux de Dedekind (introduits rapidement dans le § 4) sont les anneaux noethériens de dimension 1 intégralement clos (cf. déf. 8.15). Ceci inclut tous les anneaux d’entiers de corps de nombres (cf. § 8). Exemple 5.27. — On a vu dans l’exerc. 1.6 qu’un anneau factoriel de dimension 1 est principal. Exemple 5.28. — Soit K un corps. La chaîne (X1 , . . . , Xn ) ··· (X1 ) (0)

d’idéaux premiers de K[X1 , . . . , Xn ] entraîne que la dimension de cet anneau est ≥ n. Nous montrerons (th. 11.11) qu’elle est exactement n. Plus généralement, si A est un anneau, on a dim(A[X]) ≥ dim(A) + 1 (si pn · · · p0 est une chaîne d’idéaux premiers de A, alors (X, pn ) (pn ) · · · (p0 ) est une chaîne d’idéaux premiers de A[X]). Il y a égalité si A
6. Le premier exemple d’un tel anneau est dû à Nagata (On the chain problem of prime ideals, Nagoya Math. J. 10 (1956), 51–64).

94

CHAPITRE III. ANNEAUX

est noethérien (7) , mais pas en général (on a toujours dim(A[X]) ≤ 2 dim(A) + 1, et il peut y avoir égalité).
Exercice 5.29. — Soit A un anneau. Montrer dim(A[[X]]) ≥ dim(A) + 1 (mais il existe des anneaux A de dimension de Krull finie pour lesquels A[[X]] est de dimension infinie !). De nouveau, on peut montrer que l’on a égalité lorsque A est un anneau noethérien ([B2], § 3, no 4, cor. 3 de la prop. 8). Exercice 5.30. — Soit X un espace topologique et soit Y une partie de X. Montrer dim(Y ) = dim(Y ) ≤ dim(X). Exercice 5.31. — Soit X un espace topologique réunion de parties fermées X1 , . . . , Xn (par exemple ses composantes irréductibles s’il est noethérien ; cf. prop. 5.19). Montrer dim(X) = sup dim(Xi ).
1≤i≤n

Si X est réunion d’une famille (quelconque) (Ui )i∈I de parties ouvertes, montrer dim(X) = sup dim(Ui ).
i∈I

6. Localisation Nous allons avoir maintenant besoin de parler de localisation, une opération fondamentale en algèbre commutative (que nous avons réussi à éviter jusqu’alors !). Soit A un anneau et S une partie multiplicative de A, c’est-à-dire telle que 1 ∈ S et S · S ⊆ S. Le but est d’inverser les éléments de S dans un anneau AS . La procédure est analogue à celle de la construction du corps des fractions d’un anneau intègre (où l’on prend pour S l’ensemble de tous les éléments non nuls). Plus précisément, on définit sur S × A une relation d’équivalence en posant (s, a) ∼ (s , a ) ⇐⇒ ∃t ∈ S
−1

(as − a s)t = 0.

On note a/s la classe d’équivalence de (s, a) et S A l’ensemble des classes d’équivalence. On munit ce dernier d’une structure d’anneau en posant as + a s a a aa a a + = et · = . s s ss s s ss (Il faut bien sûr vérifier que ces définitions sont compatibles avec la relation d’équivalence.) Les éléments de S deviennent ainsi inversibles dans S −1 A. Le noyau de l’application canonique A → S −1 A qui envoie a sur a/1 est l’idéal {a | ∃s ∈ S as = 0} ; elle est donc injective si A est intègre et que S ne contient pas 0. L’anneau S −1 A est nul si et seulement si S contient 0.
7. Cf. [B2], § 3, no 4, cor. 3 de la prop. 7 ; voir aussi exerc. 11.14 lorsque A est une algèbre de type fini sur un corps.

6. LOCALISATION

95

Soit J ⊆ S −1 A un idéal ; il est courant (même si c’est un abus de notation) de noter J ∩ A l’idéal image inverse de J par l’application canonique A → S −1 A (on fait comme si c’était une inclusion !). On vérifie que l’on a (J ∩ A)S −1 A = J. (De nouveau, on a fait un abus de notation : (J ∩ A)S −1 A désigne l’idéal de S −1 A engendré par J ∩ A.) L’application Spec(S −1 A) → Spec(A) définie par J → J ∩ A est donc injective ; son image est l’ensemble des idéaux premiers de A qui ne rencontrent pas S : si p est un tel idéal, c’est l’image de pS −1 A. On a donc en particulier dim(S −1 A) ≤ dim(A) (l’inégalité peut bien sûr être stricte !). Exemple 6.1. — Soit A un anneau, soit f un élément de A et soit S ⊆ A la partie multiplicative {f n | n ∈ N}. L’anneau S −1 A est souvent noté Af , ou même A[f −1 ] ; on peut aussi le voir comme A[X]/(f X − 1), et il est nul si et seulement si f est nilpotent. L’image de l’application Spec(Af ) → Spec(A) est l’ouvert D(f ) := {p ∈ Spec(A) | f ∈ p} = Spec(A) V ((f )) / introduit dans (5). Par exemple, l’anneau A[X]X (noté aussi A[X, X −1 ]) est l’anneau des polynômes de Laurent ak X k ,
k∈Z

où les coefficients ak ∈ A sont presque tous nuls. Si p ⊆ A est un idéal premier, la partie A p est multiplicative et on note Ap := (A p)−1 A. C’est un anneau local appelé localisé de A en p : son unique idéal maximal est pAp et son corps résiduel Ap /pAp est le corps des fractions de l’anneau intègre A/p (en particulier, si m est un idéal maximal de A, le corps résiduel de l’anneau local Am est simplement A/m). L’application Spec(Ap ) → Spec(A) envoie l’idéal maximal pAp sur p et son image est l’ensemble des idéaux premiers de A contenus dans p. C’est aussi l’ensemble des points de Spec(A) auquel p est adhérent (cf. (7)), ou encore l’intersection de tous les voisinages de p ; il n’est en général ni fermé, ni ouvert. Les idéaux premiers de l’anneau Ap sont ainsi en correspondance bijective (et croissante) avec les idéaux premiers de A contenus dans p, et la dimension de Krull de l’anneau Ap est donc le supremum des longueurs n des chaînes d’idéaux premiers de A terminant en p, c’està-dire du type p = pn ··· p1 p0 . On l’appelle aussi la hauteur de p, notée ht(p). Nous montrerons plus loin (th. 7.2) que si A est noethérien, la hauteur de tout idéal premier p est finie, majorée par le cardinal d’un ensemble quelconque de générateurs de p.

96

CHAPITRE III. ANNEAUX

On a (cf. ex. 5.24) dim(Ap ) + dim(A/p) ≤ dim(A) (le membre de gauche est la longueur maximale des chaînes d’idéaux premiers de A dont l’un des maillons est p). On n’a pas toujours égalité, même si A est noethérien (des contreexemples très compliqués ont été construits par Nagata en 1956). En revanche, pour la plupart des anneaux intervenant dans les applications (en particulier en géométrie algébrique et en théorie des nombres), on a bien égalité pour tout p (c’est vrai en particulier pour toute algèbre A de type fini sur un corps ; cf. cor. 14.2). Il faut alors penser à la hauteur de p comme à la codimension de p dans A (elle est égale à dim(A) − dim(A/p) c’est-à-dire, en termes topologiques, à dim(Spec(A)) − dim({p})).
Exercice 6.2. — Soit A un anneau et soient p ⊆ q des idéaux premiers de A. Exhiber un anneau dont la dimension de Krull est le supremum des longueurs n des chaînes d’idéaux premiers de A commençant en p et terminant en q, c’est-à-dire du type q = pn · · · p1 p0 = p.

Lorsque A est intègre, l’idéal (0) est premier et le localisé de A en cet idéal est le corps des fractions KA de A. Tous les localisés S −1 A, où S ⊆ A est une partie multiplicative ne contenant pas 0, sont alors des sous-anneaux de KA ; ce sont en particulier des anneaux intègres. Remarque 6.3. — Si A est un anneau et B une A-algèbre de type fini, les localisations S −1 B sont des A-algèbres qui ne sont pas en général de type fini (penser à K[X](0) = K(X)). Cette famille d’algèbres est cependant suffisamment importante pour avoir reçu un nom : on dit que ce sont les A-algèbres essentiellement de type fini.
Exercice 6.4. — Soit A un anneau intègre. Montrer \ A= Ap =
p⊆A premier

\

Am ,

m⊆A maximal

où les intersections sont prises dans le corps des fractions de A. Exercice 6.5. — Soit A un anneau et soit S ⊆ A une partie multiplicative. a) Si A est principal et que S ne contient pas 0, montrer que l’anneau S −1 A est principal. b) Si A est factoriel et que S ne contient pas 0, montrer que l’anneau S −1 A est factoriel. c) Si A est noethérien, montrer que l’anneau S −1 A est noethérien. Exercice 6.6 (Un anneau noethérien de dimension infinie (Nagata)). — Soit K un corps et soit A = K[(Xn )n∈N ] l’anneau de polynômes en une infinité de variables. Soit (un )n∈N une suite tendant vers l’infini, avec u1 = 0. On note pn l’idéal premier (Xun + 1, . . . , Xun+1 ), puis S le complémentaire de la réunion des pn , et B = S −1 A. a) Quels sont les idéaux maximaux de B ? b) Calculer la dimension de Krull de B et montrer qu’elle peut être infinie si la suite (un ) est bien choisie. c) Soit R un anneau dont les localisés en tout idéal maximal sont noethériens et tel que pour tout x ∈ R, il existe un nombre fini d’idéaux maximaux contenant x. Montrer que R est noethérien.

HAUPTIDEALSATZ 97 d) Montrer que l’anneau B construit ci-dessus est noethérien. Nous aurons aussi besoin plus tard du petit lemme suivant. on se ramène finalement au cas où A est un anneau intègre local noethérien d’idéal maximal m avec un élément a tel que m est le seul idéal premier de A contenant a.7. c’est-à-dire du type p = pn · · · p1 p0 . On a toujours l’inégalité ht(I) + dim(A/I) ≤ dim(A). il faut penser à la hauteur de I comme à sa « codimension » : elle est égale à dim(Spec(A)) − dim(V (I)). Autrement dit.13. Pour tout idéal premier minimal p contenant (a). on notera encore ht(I) l’infimum des hauteurs ht(p). dans les « bons » anneaux (où l’on a égalité). — Soit p un idéal premier minimal contenant (a). 4. il existe s . — Soit A un anneau noethérien et soit a un élément de A. avec x ∈ J et s ∈ S. On a alors ast = xs t ∈ J ∩ A et x/s = (xs t)/(ss t) ∈ (J ∩ A)S −1 A. Il majore la hauteur d’un idéal principal dans un anneau noethérien. où p est un idéal premier de A contenant I.1 (Krulls Hauptidealsatz). si a n’est pas inversible. Raisonnons par l’absurde et supposons qu’il existe une chaîne p = p2 p1 p0 d’idéaux premiers de A. Nous utiliserons les notations et résultats de l’exerc. Rappelons que la hauteur d’un idéal premier p dans un anneau A est le supremum des longueurs n des chaînes d’idéaux premiers de A terminant en p. si on remplace ensuite A par Ap . On a (J ∩ A)S −1 A = JS −1 B ∩ S −1 A. En particulier. soit S une partie multiplicative de A (donc de B) et soit J un idéal de B. ce qui montre le lemme. Lemme 6. on a ht(p) ≤ 1. — Il est clair que (J ∩ A)S −1 A est contenu dans JS −1 B ∩ S −1 A. Si cet élément est dans S −1 A.7. Démonstration. . t ∈ S et a ∈ A tels que (xs − as)t = 0. Démonstration. — Soit A → B une extension d’anneaux. Hauptidealsatz Le nom de ce paragraphe signifie en allemand « théorème de l’idéal principal ». Les éléments de JS −1 B sont les x/s. Si on remplace A par A/p0 . l’anneau B := A/(a) a un seul idéal premier. De nouveau. Nous avons fait dans cet énoncé les abus de notation habituels signalés plus haut. on se ramène au cas p0 = 0 (l’anneau est en particulier intègre) . ht((a)) ≤ 1. C’est aussi la dimension de Krull de l’anneau local Ap . Théorème 7. 7. Si I A est un idéal propre.

Ils ont donc la même longueur. b) → A/(an . b) et A/(an+1 .e)) que la surjection canonique A/(an+1 . Il s’ensuit que les Bmodules A/(an . Pour tout idéal premier minimal p contenant I. M/M1 et M2 = M/M3 .13. x est bien défini à addition d’un multiple de b près et l’association x → y définit un isomorphisme ((an ) : b)/(an ) ((b) : an )/(b) de A-modules.98 CHAPITRE III. Y. On a en particulier y ∈ ((b) : an ). 4. ce théorème dit que la partie fermée de Spec(A) correspondant à un idéal engendré par n éléments est de codimension au plus n (cor. b) est un isomorphisme. Dans un « bon » anneau A. 4. b) ont aussi la même longueur. ht(I) ≤ n. de sorte que (M1 ) = (M2 ). Y Z. donc an ∈ (b) ⊆ p1 et a ∈ p1 . Comme A est noethérien. Comme x est bien défini à addition d’un multiple de an près et que A est intègre. A/(an . On a M1 M2 Comme M3 = = {x ∈ M | xb ∈ (an )} A/(an ) bA/(an ) ((an ) : b)/(an ). plus sérieusement. b). Z] est de hauteur 2 (cf. donc aussi de B-modules.13. On en déduit un isomorphisme ((an ) : b)/(an ) ((an+1 ) : b)/(an+1 ) de A-modules. M3 son image et M2 := M/M3 son conoyau. donc que l’on a (an . On généralise le théorème précédent ainsi. 14. si ht(I) = n. Cela entraîne (exerc.e)) (M1 ) = (M ) − (M3 ) = (M2 ) + (M3 ) − (M3 ) = (M2 ). Ceci termine donc la démonstration.7). Mais c’est absurde car p est un idéal premier minimal contenant a. .27 et cor. Il existe donc des éléments x et y de A tels que an = xan+1 + yb. b) = (an+1 . pour tout x ∈ M1 . D’autre part. ANNEAUX Prenons b ∈ p1 non nul. 14. En particulier. nous avons d’autre part (exerc. il n’est pas toujours possible d’engendrer I avec seulement n éléments (8) . l’idéal (XY. on a ht(p) ≤ n.2). On n’a bien sûr pas toujours égalité (on peut toujours ajouter des générateurs « inutiles ») . 8. nous allons considérer M := A/(an ) comme un B-module. c’est-à-dire an (1 − xa) = by.7). Théorème 7. 4. Notons M1 le noyau de son endomorphisme « multiplication par b ». Soit n ∈ N∗ . exerc. Si K un corps. la suite croissante d’idéaux (b) : an ) de A est stationnaire. — Soit A un anneau noethérien et soit I un idéal propre de A engendré par n éléments. il existe y ∈ A tel que xb = yan . ZX) de l’anneau K[X.2. donc ((b) : an ) = ((b) : an+1 ) pour un entier n > 0 assez grand. mais ne peut être engendré par 2 éléments (c’est difficile à montrer !). Mais 1 − xa est une unité de A (lemme 3. b).

. — Soit A un anneau local noethérien d’idéal maximal m. . 14. n − 1}. — On procède par récurrence sur n. . Corollaire 7. 7. On procède par récurrence sur m. . . Si l’on utilise le th. Soit I l’idéal de A engendré par les r × r mineurs de M . on se ramène au cas où A est un anneau intègre local noethérien d’idéal maximal m . — La hauteur de tout idéal propre d’un anneau noethérien est finie.2. égal au radical de I. Exercice 7. b) Montrer que l’inégalité est vraie lorsque r = 1. an engendrent un idéal I ⊆ m tel que m est le seul idéal premier de A contenant I. .3. . Pour chaque i ∈ {1. an ) est m.4. ar . . 9. . ar i Posons J := (x1 . . . Le but de cet exercice est de montrer que pour tout idéal premier minimal p contenant I. a) Montrer que mB + XB est un idéal maximal de B qui est le radical de IB + XB. . . 7. Comme dans la preuve précédente. On pose B = A[X]. b) Dans l’anneau B := B/J. . il existe donc un entier r > 0 tel que ∈ pm−1 + (an ) pour tout i. c) En déduire que mB est un idéal premier minimal contenant J (Indication : on pourra utiliser le th. cela signifie que pm−1 est un idéal premier minimal contenant J. .2. qui est donc son radical (lemme 3. on peut supposer que pm−1 est maximal parmi tous les idéaux premiers strictement contenus dans m. . Soit I un idéal de A de radical m et soit J un idéal de B contenu dans mB tel que J + XB = IB + XB. . 10. si a1 . . cela signifie que le seul idéal premier de A contenant l’idéal principal (an ) est m := m/J. . le cas n = 1 étant le théorème précédent. i On a (ar . on a (9) ht(p) ≤ (m − r + 1)(n − r + 1). — Soit A un anneau noethérien et soit M ∈ Mm×n (A) une matrice à coefficients dans A. Le th. an ) = (x1 . 10. il s’agit de montrer ht(m) = dim(A) ≤ n. . ce résultat entraîne que lorsque K est un corps algébriquement clos. Dans l’anneau quotient A := A/J. d’où le théorème.b)). Comme on a m pm−1 /J. an ).1 entraîne ht(m) ≤ 1.2.6 (Eagon-Northcott). Exercice 7. Supposons au contraire qu’il existe une chaîne m = pm · · · p1 (0) d’idéaux premiers de A avec m > n. la prop. L’idéal pm−1 + (an ) n’est alors contenu dans aucun autre / idéal premier de A autre que m. Corollaire 7. a) Montrer que cette inégalité est vraie lorsque m = 1. . xn−1 . le fermé de Mm×n (K) K mn constitué des matrices de rang ≤ s est de codimension au plus (en fait exactement) (m − s)(n − s) (il est défini par l’annulation des (s + 1) × (s + 1) mineurs). . . avec xi ∈ pm−1 et yi ∈ A. Comme A est noethérien.9 et le cor. xn−1 ). c) Montrer qu’on peut supposer A local d’idéal maximal m = p. montrer que l’idéal (mB + XB)/J est un idéal premier minimal contenant l’idéal principal (X). HAUPTIDEALSATZ 99 Démonstration. xn−1 .5. supposons an ∈ pm−1 . donc le seul idéal premier de A contenant 1 n−1 (x1 .7. — La dimension d’un anneau local noethérien est finie. L’idéal pm−1 ne contient pas tous les ai . on a ai ∈ m .1). L’hypothèse de récurrence entraîne alors m − 1 ≤ n − 1. . . On écrit ar ∈ xi + yi an .

Soit N ∈ Mm×n (B) la matrice obtenue à partir de M en changeant le coefficient a11 en a11 + X. — Soit A un anneau et soit B une A-algèbre. . c) Montrer dim(A) ≤ dimκ m/m2 .8)). l’inégalité est vraie (Indication : on pourra utiliser des opérations élémentaires pour se ramener à une matrice de taille (m − 1) × (n − 1)). Pour être tout-à-fait explicite. puis travailler dans l’anneau local BmB et utiliser d)). B est une A-algèbre de type fini s’il existe des éléments x1 . xn ). en tant que A-algèbre. . . . b) On dit que B est une A-algèbre finie si elle peut être engendrée. en tant que A-module. . . Y ). . n) pour lesquelles l’anneau A est régulier (Indication : on pourra utiliser le fait que l’anneau A est de dimension 1 (cor. et on pose B = A[X]. B est une A-algèbre finie s’il existe des éléments x1 . . — Soit A un anneau local noethérien d’idéal maximal m. On note κ le corps A/m (on l’appelle le corps résiduel de l’anneau local A). calculer dimκ m/m2 en fonction de m et n. Définition 8. Extensions finies et entières d’anneaux Soit A un anneau et soit B une A-algèbre. an ∈ A. avec a1 . . b) Montrer que dimκ m/m2 est égal au nombre minimum de générateurs de l’idéal m de A (Indication : on pourra utiliser le lemme de Nakayama (th.3. Déterminer les paires (m. On dit que l’anneau local A est régulier s’il y a égalité. d) Soient m et n des entiers strictement positifs et soit A le localisé de l’anneau quotient C[X. a) Montrer que m/m2 est naturellement muni d’une structure de κ-espace vectoriel de dimension finie. cf. par un nombre fini d’éléments. par un nombre fini d’éléments. . cor. e) On suppose r > 1 et que tous les coefficients de M sont dans m. 10. Rappelons que l’anneau de séries formelles A[[X]] n’est jamais une A-algèbre de type fini (lorsque A est non nul ! . .7 (Anneaux locaux réguliers). .8). précédent. f) Montrer ht(m) ≤ ht(mB) et conclure. Montrer J ⊆ mB et J + XB = IB + XB. c’est-à-dire un anneau muni d’un morphisme d’anneaux A → B. où P est un polynôme en n variables à coefficients dans A. . En déduire ht(mB) ≤ (m − r + 1)(n − r + 1) (Indication : on pourra utiliser l’exerc. Exercice 7. . xn de B tels que tout élément de B puisse s’écrire P (x1 . De façon équivalente. la A-algèbre B est quotient d’un algèbre de polynômes A[X1 .15)).1. et soit J l’idéal de B engendré par les r × r mineurs de N . . . II. . 11. Xn ]. ANNEAUX d) Montrer que si un des coefficients de M est une unité de A. 8. Avec les notations précédentes. . Y ]/(X m −Y n ) en l’idéal maximal (X. . xn de B tels que tout élément de B puisse sécrire a1 x1 + · · · + an xn . .100 CHAPITRE III. a) On dit que B est une A-algèbre de type fini si elle peut être engendrée. . De même. De façon équivalente.

. a) On dit qu’un élément x de B est entier sur A s’il existe un polynôme unitaire P ∈ A[X] tel que P (x) = 0. — Soient A → B → C des extensions d’anneaux. . . . il reste à montrer que (iii) entraîne (i). par récurrence sur n. Mais alors P (x) = P (u)(1) s’annule.3. Proposition 8. . c) Si b1 . — Soit A → B une extension d’anneaux et soit x ∈ B.5. x. (ii) A[x] est une A-algèbre finie .4. Proposition 8. preuve du th. il en est de même pour l’extension A → C. I. . 8. Corollaire 8. Il fournit un polynôme unitaire P ∈ A[X] tel que P (u) = 0. . (iii) il existe une A-algèbre finie C telle que A[x] ⊆ C ⊆ B. Les propriétés suivantes sont équivalentes : (i) x est entier sur A .2) à l’endomorphisme u du Amodule C donné par la multiplication par x. II. EXTENSIONS FINIES ET ENTIÈRES D’ANNEAUX 101 le A-module B est quotient d’un A-module libre de type fini An . . elle est entière si et seulement si elle est algébrique.3. . Une telle algèbre est bien sûr de type fini. Démonstration.2) : si (bi )i∈I engendre le A-module B et que (cj )j∈J engendre le B-module C. — Soit A un anneau et soit B une A-algèbre. alors (bi cj )(i. Appliquons le théorème de Cayley-Hamilton (th. Si A → B est une extension de corps.j)∈I×J engendre le A-module C.2. a) Si les extensions A → B et B → C sont finies. Comme (ii) entraîne trivialement (iii). On notera alors A → B. On dira qu’une A-algèbre B est une extension de A si l’application canonique A → B est injective. . — Supposons x entier sur A. b) On dit que B est entier sur A si tout élément de B est entier sur A. xn−1 }. Le point c) résulte de a) et de la prop.2. b) Si les extensions A → B et B → C sont entières. bn sont des éléments de B entiers sur A. tandis que les deux définitions de « finie » coïncident. bn ] est finie. Il est alors annulé par un polynôme unitaire de degré n et on vérifie que le A-module A[x] est (libre. Définition 8.8. — La démonstration de a) est la même que dans le cas des corps (cf. mais n’est pas finie. la A-algèbre A[b1 .3. .) engendré par {1. . mais la réciproque est fausse en général : la A-algèbre A[X] est de type fini. . il en est de même pour l’extension A → C. — Une extension d’anneaux finie est entière. Démonstration.

Démonstration. . supposons les extensions A → B et B → C entières et soit x ∈ C. . La clôture intégrale de A dans B est intégralement close dans B (pourquoi ?). bn ].102 CHAPITRE III. y] est finie par prop. Corollaire 8. . donc aussi un B-module de type fini. .c). En particulier.6. il en résulte que A[b1 . bn ] est finie. ANNEAUX Enfin. 10. Démonstration. . Si l’extension A → C est finie.9. de sorte que l’extension B → C est entière . . Soit J un idéal d’un anneau A qui n’est pas engendré par un nombre fini d’éléments. r ∈ J}. . la A-algèbre A[b1 . A[b1 .4). Comme il est entier sur B. c’est-à-dire {a + rX | a ∈ A. L’ensemble des éléments de B entiers sur A est un sous-anneau de B. . C est un A-module de type fini. tout élément de C est entier sur A. donc n’est pas de type fini .3). de sorte que l’extension A → B est entière. exerc. de même. I. cf. . 8. — Toute extension d’anneaux A → B engendrée par un nombre fini d’éléments entiers sur A est finie.c). 8. . 8. .5. . On a aussi l’analogue du cor. 8. donc ses éléments x − y et xy sont entiers sur A (cor. Soit C la A-algèbre finie A[X]/(X 2 ) et soit B la sous-A-algèbre de C engendrée par 1 et JX. bn .2. Ceci montre b) et termine la démonstration de la proposition. La réciproque du point b) est vraie : si l’extension A → C est entière. — Si x et y sont des éléments de B entiers sur A. donc sur B. extension entière de A appelée clôture intégrale de A dans B. il s’ensuit que le A-module B n’est pas non plus de type fini (merci à Jin Lie pour cet exemple !). . c’està-dire que tout élément de B entier sur A est dans A.7. la A-algèbre A[x. Par a). x] est finie sur A[b1 . toute extension d’anneaux entière et de type fini est finie. — Soit A → B une extension d’anneaux.4. . tout élément de B est entier sur A. donc entière. L’extension A → B est entière si A est noethérien (parce qu’un sous-module d’un A-module de type fini est alors encore de type fini . Comme les bi sont entiers sur A. Voici un exemple. bn . .5. — Ce n’est qu’une réécriture de la prop. . de sorte que l’extension B → C est entière. donc x est entier sur A par cor. . On dit que A est intégralement clos dans B si sa clôture intégrale dans B est A. Nous aurons besoin plus loin du résultat suivant. Le A-module quotient B/A est isomorphe à J. mais pas en général (10) . 2. x] est finie sur A. il existe une relation xn + bn−1 xn−1 + · · · + b1 x + b0 = 0. Corollaire 8. Comme x est entier sur cette algèbre.

a) Montrer que AG := {a ∈ A | ∀g ∈ G g · a = a} est une sous-K-algèbre de A. Conclure. .11 (Lemme d’Artin-Tate). . Montrer que l’extension associée KA → KB des corps de fractions est finie. Soit G un groupe fini agissant sur A de façon que l’action soit triviale sur K. Exercice 8. on pourra considérer Q le polynôme g∈G (X − g · a)). Exercice 8. On suppose que C est une A-algèbre de type fini et une B-algèbre finie. an−1 ∈ A. cm des générateurs de la A-algèbre C et soient c1 . 8. . Montrer que B est une extension finie de B . Exercice 8. . — Soit A → B une extension d’anneaux entière et soit S une partie multiplicative de A (donc de B). Démonstration. avec bijk ∈ B. Y ] par la multiplication par −1. . b) Montrer que A est une extension finie de AG (Indication : si a ∈ A. Le groupe G := Z/2Z agit sur A := K[X.13. On a alors (x/s)n + (an−1 /s)(x/s)n−1 + · · · + (a1 /sn−1 )(x/s) + (a0 /sn ) = 0 dans S −1 A. l’extension S −1 A → S −1 B est finie. mais que la réciproque est fausse. Montrer que C est une extension finie de B . Soient c1 .8.11). Identifier la sous-K-algèbre AG := {a ∈ A | ∀g ∈ G g · a = a} de A et montrer qu’elle est isomorphe à K[U. Exercice 8. a) b) c) d) Montrer que l’anneau B est noethérien. . Soit B ⊆ B la sous-A-algèbre engendrée par les bij et les bijk . . V.10. . cn des générateurs du P P B-module C. W ]/(U V − W 2 ). . l’anneau S −1 A est intégralement clos dans S −1 B. Exercice 8. On écrit ci = j bij cj . Le but de cet exercice est de montrer que B est une A-algèbre de type fini. de sorte que x/s est entier sur cet anneau. — Soit A → B une extension finie d’anneaux intègres. — Soit A → B une extension d’anneaux entière et soit S une partie multiplicative de A. L’élément x de B est entier sur A donc il existe une relation xn + an−1 xn−1 + · · · + a1 x + a0 = 0 avec a0 . c) Montrer que AG est une K-algèbre de type fini (Indication : on pourra utiliser l’exerc. .8. — Soit x/s un élément de S −1 B.12. avec bij ∈ B et ci cj = k bijk ck . . — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini. L’extension d’anneaux S −1 A → S −1 B est entière. a) Si l’extension A → B est finie. . — Soit A un anneau noethérien et soient A → B → C des extensions d’anneaux. — Soit K un corps de caractéristique différente de 2. . b) Si A est intégralement clos dans B.9. EXTENSIONS FINIES ET ENTIÈRES D’ANNEAUX 103 Lemme 8.

17. mais il existe une preuve plus simple dans ce cas particulier que l’on peut trouver dans [L].29 que l’on a TrL/K (x) = [L : K(x)] TrK(x)/K (x).8 . Montrer que les propriétés suivantes sont équivalentes (cf.20).5. l’anneau B est de dimension 1 (th. 8. exerc. Comme Z.5. l’élément TrL/K (x) de K est entier sur A. Proposition 8. donc toutes les racines de P sont aussi racines de Q et sont ainsi entières sur A. Exercice 8. ANNEAUX 8. On a défini dans le § I. Comme x est aussi racine d’un polynôme unitaire Q ∈ A[X]. Exercice 8. prop. Si x ∈ L est entier sur A.16.5. Un corps de nombres L est une extension finie de Q. le polynôme P divise Q. On peut donc supposer L = K(x). I.15. — Soit A un anneau intègre de corps de fractions K et soit K → L une extension finie de corps. Il en est donc de même pour leur somme TrL/K (x) (cor. l’anneau Ap est intégralement clos .1. — Soit K → L une extension finie de corps.2.32 que TrL/K (x) est alors la somme des racines (dans un corps de décomposition de P ) du polynôme minimal P de x sur K. 6. — Soit A un anneau intègre. C’est un anneau intégralement clos. 8. L’anneau des entiers de L est la clôture intégrale B de Z dans L. — Il ressort du th. La preuve ci-dessous montre aussi que tous les coefficients du polynôme minimal de x sur K sont entiers sur A. (iii) pour tout idéal maximal m de A. (ii) pour tout idéal premier p de A. Montrer qu’un élément de L est entier sur A si et seulement si son polynôme minimal sur K est à coefficients dans A. Démonstration. 8. l’élément (1 + 5)/2 de K est entier sur A (il est annulé par le polynôme X 2 − X − 1 ∈ A[X]).104 CHAPITRE III. Enfin. il est noethérien grâce au théorème suivant.5 la forme K-linéaire TrL/K : L → K comme l’application qui à x ∈ L associe la trace de l’endomorphisme K-linéaire mx de L « multiplication par x ». I. Traces d’entiers. — L’anneau intègre A = Z[ 5] n’est pas intégralement clos : son corps des √ √ fractions est K = Q[ 5].4) : (i) l’anneau A est intégralement clos . .5.7). — Un anneau est dit intégralement clos s’il est intègre et intégralement clos dans son corps des fractions.14.6). mais il n’est pas dans A. I. — Définition 8. Anneaux intégralement clos.18. — Soit A un anneau intégralement clos de corps des fractions K et soit K → L une extension algébrique de corps. On a vu au cours de la preuve du th. Sa clôture intégrale dans K est √ Z[(1 + 5)/2] (exerc. √ Exemple 8. 11. l’anneau Am est intégralement clos.

de type fini par le théorème. . et Z[(1+ d)/2] si d ≡ 1 (mod 4). mais il est intégralement clos (exerc. I. avec λn−1 . les anneaux principaux sont beaucoup plus nombreux. .20). En 2008. −19. −163}. .19. Comme A est noethérien. 2. On a alors N = Ax1 + · · · + Axm . −3. 11.4) que l’anneau intègre Z[ −5] n’est pas factoriel . −67. II. C’est un anneau noethérien par cor. .6). — Soit A un anneau noethérien intégralement clos. — Un anneau factoriel est intégralement clos. C’est un sous-A-module de L contenant B (prop. . −7. l’application TrL/K définit une forme K-bilinéaire symétrique non-dégénérée sur L (th. −11. et plus généralement pour tous les anneaux de dimension 1. Posons N := {x ∈ L | ∀j ∈ {1.3) . . — Soit B la clôture intégrale de A dans L.j (symbole de Kronecker). de corps de fractions K et soit K → L une extension finie séparable de K. La clôture intégrale de A dans L est un anneau noethérien. 8. 1. Démonstration. . L’extension K → L étant séparable. . . Soit x un élément de L. xm ) du K-espace vectoriel L telle que TrL/K (xi bj ) = δi. Proposition 8.21. Montrer que l’anneau des Soit √ √ entiers du corps Q( d) est Z[ d] si d ≡ 2 ou 3 (mod 4). m} TrL/K (xbj ) ∈ A}. — √ d un entier sans facteur carré. λ0 ∈ K. 1. −2. 2. B est aussi un A-module de type fini (exerc.20. Exercice 8. . Remarquons que le groupe abélien (B. différent de 1. il existe une base (b1 . l’anneau des entiers de Q( d) est principal si et seulement si d ∈ {−1. .9). bm ) du K-espace vectoriel L constituée d’éléments de B. de sorte que ax est entier sur A. Théorème 8. . .5. c’est ainsi une extension finie de A. le fait d’être principal ou factoriel est la même chose (exerc. . 8. +) est sans torsion. EXTENSIONS FINIES ET ENTIÈRES D’ANNEAUX 105 C’est donc un anneau de Dedekind. . de sorte que N est un Amodule de type fini. . donc isomorphe à un Zn (th. En particulier. . donc dans B. Soit a ∈ A 0 tel que aλi soit dans A pour tout i.32) et il existe une base (x1 .8.4.5. √ Lorsque d < 0. On a alors (ax)n + aλn−1 (ax)n−1 + · · · + an−1 λ1 (ax) + an λ0 = 0.14). extension finie de A. il est conjecturé qu’il en existe une infinité (11) . Il satisfait alors à une équation xn + λn−1 xn−1 + · · · + λ1 x + λ0 = 0. −43. comme défini brièvement dans le § 4. Pour tous les anneaux d’entiers de corps de nombres. √ La réciproque est fausse : on a vu (ex. Pour d > 0.

Si α1 est la classe de T dans B1 . — Soit A → B une extension d’anneaux et soit P un élément de A[X] tel que P = QR. La prop. donc intégralement clos (cor. donc est une unité de A. Alors Q et R sont dans A[X]. P ∈ K[X] et on a une relation P n + An−1 P n−1 + · · · + A1 P + A0 = 0.23. Lemme 8.5 que le sous-anneau A = K[X 2 .25. 8. Démonstration. qui est une version du « lemme de Gauss » (lemme I. Les coefficients de Q et de R sont entiers sur A. 8.106 CHAPITRE III. . L’anneau A[X] est intégralement clos. c’est un B-module libre de rang deg(Q) et l’application B → B1 est en particulier injective. donc aussi les coefficients de Q et de R. celui de A[X] est K(X). on a obtient une extension finie d’anneaux B → C dans laquelle Q(X) = j (X − αj ) et R(X) = k (X − βk ) sont scindés.22. Théorème 8.24. Il n’est en fait pas intégralement clos. de sorte que x/y ∈ A.14 et prop. — Soit A un anneau factoriel. ANNEAUX Démonstration. — Si K est un corps. mais qu’il n’est pas dans A. Lemme 8. On en déduit immédiatement le lemme suivant.7).21). Si K est le corps des fractions de A. Les αj et βk sont entiers sur A car annulés par P . En répétant cette construction. Exemple 8. — Soit A un anneau intégralement clos de corps des fractions K et soit P ∈ A[X] tel que P = QR.3 entraîne que y divise x. puisque son corps des fractions est K(X). — Soit A un anneau intégralement clos. — Commençons par deux lemmes. où Q et R sont des polynômes unitaires de B[X]. de sorte que y divise xn . Comme Q est unitaire. On a alors xn + an−1 xn−1 y + · · · + a1 xy n−1 + a0 y n = 0. où Q et R sont des polynômes unitaires de K[X]. on a vu dans l’exerc. Revenons à la démonstration du théorème. que X est entier sur A (il est annulé par le polynôme T 2 −X 2 ∈ A[T ]). Comme K[X] est principal. On prend donc un élément P de K(X) entier sur A[X] et il s’agit de montrer qu’il est dans A[X]. 2. 1. — Notons B1 l’anneau B[T ]/(Q). on a Q(X) = (X − α1 )Q1 (X) dans B1 [X]. Démonstration.1.9) pour les anneaux intégralement clos. X 3 ] de K[X] n’est pas factoriel. Supposons qu’un élément x/y de son corps des fractions (avec x ∧ y = 1) soit racine d’un polynôme unitaire X n + an−1 X n−1 + · · · + a1 x + a0 ∈ A[X]. 1. puisque ce sont des polynômes en les αj et βk (cor.

on dit que a1 .1 (Lemme de normalisation d’E. on ne peut pas appliquer le lemme 8. . . Xn ] P (a1 . . qui peut se réécrire Qn + Bn−1 Qn−1 + · · · + B1 Q + B0 = 0. Malheureusement. . . . . En d’autres termes. Dans le cas contraire. an de A sont dits algébriquement indépendants si ∀P ∈ K[X1 . .9.27. . . . . . . Noether). . l’extension K → A se décompose en K → K[a1 . — Soit A un anneau intègre sur lequel agit un groupe fini G. . — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini. . . . puisque ces polynômes n’ont aucune raison d’être unitaire. . an de A tels que A soit une extension finie de K[a1 . deg(A0 ). On peut donc écrire A0 comme le produit de P et d’un autre polynôme. Exercice 8. la sous-extension K[a1 . où m est un entier > max(deg(P ). An−1 ∈ A[X]. — Soit A un anneau factoriel dans lequel 2 est inversible et soit a ∈ A un √ élément divisible par le carré d’aucun élément irréductible de A. Exercice 8. . . an ] → A où la première extension est dite algébrique pure et la seconde est finie. deg(An−1 )). G c) Montrer que l’on a en fait KAG = KA . . Théorème 9. Montre que l’anneau A[ a] := 2 A[X]/(X − a) est intégralement clos (Indication : utiliser l’exerc. . c’est-à-dire P ∈ A[X]. Xn ]. . an ]. . . . . 8. L’extension intermédiaire .24. Lemme de normalisation de Noether Soit K un corps et soit A une K-algèbre. . . On note AG l’anneau des invariants. b) Montrer que le corps des fractions KAG de AG est un sous-corps du corps des invariants G KA . . L’astuce consiste à poser Q = P − X m . . montrer que AG est intégralement clos. . c’est-à-dire AG := {a ∈ A | ∀g ∈ G g · a = a}. puis le lemme 8. an ) = 0 ⇒ P = 0 . . En d’autres termes. . . . .26. Il existe des éléments algébriquement indépendants a1 . . . d) Si A est intégralement clos. . . Le choix de m entraîne que −Q et B0 sont unitaires. .18). avec B0 = A0 + A1 X m + · · · + An−1 X m(n−1) + X mn ∈ A[X].24 que Q est dans A[X]. Des éléments a1 . a) Montrer que l’action de G sur A s’étend de façon unique en une action sur son corps des fractions KA . On a alors 0 = (X m + Q)n + An−1 (X m + Q)n−1 + · · · + A1 (X m + Q) + A0 . 9. LEMME DE NORMALISATION DE NOETHER 107 où A0 . an ] ⊆ A est isomorphe à K[X1 . an sont algébriquement liés.

. . . . . L’hypothèse de récurrence s’applique à A : il existe des éléments algébriquement indépendants a1 . Si les xi sont algébriquement indépendants. ym−1 . . on applique le lemme : il existe y1 . . . . 11. . . X). xm ) =: Q(y1 . . appliquée aux extensions finies K[a1 . Dans ce cas. Noether (1926) supposait K infini. . . où e est un entier m suffisamment grand. an ∈ A tels que A soit une extension finie de K[a1 . . . des monômes distincts de P donnent des puissances distinctes de Xm dans Q. .5. ym−1 de A tels que xm est entier sur A := K[y1 . Le dernier terme est l’unique terme de plus haut degré en Xm . . . 8. Il existe des éléments y1 . ANNEAUX K[a1 . . xm ) = i 0. . Démonstration. . ym−1 ]. . . . . ym−1 ∈ A tels que A est fini sur A := K[y1 . ym−1 ] et A = A [xm ]. . . . Pour tout choix de e. . . soit inversible dans A (car cela impliquerait que xm est entier sur A ).a). . permet alors de terminer la démonstration du théorème. ym−1 ]. . an ] → A → A. Montrons comment ce lemme entraîne le théorème. Supposons A engendrée par des éléments x1 . . vu comme élément de A [X]. . . Si e est strictement plus grand que tous les exposants ri qui apparaissent dans les monômes de P . La démonstration originale d’E. ym−1 . — Soit P ∈ K[X1 . 0 = P (y1 + xe . . an ] n’est pas unique. ym−1 + xe m m m−1 .13) que c’est la dimension de Krull de A. . Lemme 9. . . . . . . Posons A := K[y1 . on a A = K[y1 . . . . . . on les prend pour les ai et A est une extension transcendante pure de K. On cherche les yi sous la forme yi = xi − xe . . On a pour tout monôme m−1 r rm X1 1 · · · Xm = i=1 e rm (Yi + Xm )ri Xm i = Y1r1 m−1 rm r1 · · · Ym−1 Xm + · · · + Xm e+r2 e r 2 +···+rm−1 em−1 +rm . Démonstration du lemme.108 CHAPITRE III. . xm algébriquement liés. mais l’entier n l’est : nous montrerons plus tard (cor. . . S’ils sont algébriquement liés. . . le degré r1 e + r2 e2 + · · · + rm−1 em−1 + rm détermine les ri uniquement : ce sont les chiffres de son écriture en base e. . an ]. . xm ]. La prop. . . . . — Elle repose sur le lemme suivant. .2. . En outre. . Une seule de ces puissances est maximale et elle apparaît avec un coefficient dans K ∗. La démonstration ci-dessous est due à Nagata (1962). . xm ). . On aimerait que le coefficient dominant du polynôme Q(y1 . . Xm ] non nul tel que P (x1 . . — Soit A une K-algèbre de type fini engendrée par des éléments x1 . . ym−1 . pour 1 ≤ i ≤ m − 1. xm et procédons par récurrence sur m.

. . l’extension d’anneaux A = K[a1 . . un anneau noethérien. isomorphe à un anneau de polynômes K[X1 .19. −r −r −r −r −r −r La clôture intégrale B de A dans L est contenue dans la clôture intégrale de A dans L . . . . .5. . Xn ]. . . Comme A est noethérien. .30. l’extension L := LG → L est galoisienne (lemme d’Artin . c’est une extension finie de K. . . . . . . donc est noethérien intégralement clos. extension finie de A. Comme expliqué dans le cas de caractéristique nulle. L’extension finie KA → L est alors normale. . . Xn ]. 8. an ] est aussi finie. . extension finie de K[a1 . ym ) p p KA (P1 . . . . an ] dans L (les éléments de L entiers sur A sont les mêmes que les éléments de L entiers sur K[a1 . an de A tels que A soit une extension finie de l’anneau K[a1 . par le th. I. . an ] → −r −r K [a1 . . . Par l’exerc. . . ap ) n s 1 1 p p K (a1 . 8. . an ]. 6. . Nous allons déduire du lemme de Noether que dans le cas « géométrique ». . ap ] n 1 . où Pi et Qi sont dans A = K[a1 . . donc on peut aussi remplacer pour la preuve L par une extension finie. donc de A. Le corps KA est alors une extension finie de K(a1 . . an ). . .3. . . Si la caractéristique de K est nulle. . il existe un entier pr pr r > 0 tel que tous les yi sont dans KA . et B est. . an ) → L est séparable. . . . tp . un sous-Amodule d’un A-module de type fini est encore de type fini (exerc. . . . Considérons des générateurs y1 . . il existe des éléments algébriquement indépendants a1 . et soit KA → L une extension finie. . 9.6. an ]. . . de corps des fractions KA . an ) (exerc. ce genre de pathologie n’arrive heureusement pas. L’extension d’anneaux K [a1 . . . — Soit K un corps. on peut supposer A = K[a1 . 8. LEMME DE NORMALISATION DE NOETHER 109 La clôture intégrale d’un anneau noethérien intègre n’est pas toujours un anneau noethérien (encore un contre-exemple dû à Nagata !). soit A une K-algèbre intègre de type fini. . tp ) (où les racines pr -ièmes sont prises s 1 dans une clôture algébrique de L ) . de sorte que L est aussi une extension finie de K(a1 . . .10). . — D’après le th. Notons K := K(tp . . . Pm . . . par exemple par sa clôture normale dans une clôture algébrique. an ] . . Corollaire 9. ap .28) donc séparable. .9. La clôture intégrale B de A dans L est aussi la clôture intégrale de K[a1 . . Démonstration. . ce dernier est isomorphe à un anneau de polynômes K[X1 . Comme l’extension de corps K → K est finie. . . an ) =: L . On peut écrire yi = Pi /Qi . . . . an ]. Qp . . . . .b)). . . . Soient t1 . . . et L = ⊆ ⊆ = KA (y1 . . . l’extension finie K(a1 . . . .1. ts ∈ K tous les coefficients non nuls qui interviennent −r −r dans ces polynômes. . . ym de l’extension KA → L . . . Montrons tout d’abord le résultat pour la clôture intégrale B de A dans L . La clôture intégrale de A dans L est une K-algèbre intègre de type fini. Reste à traiter le cas plus compliqué où la caractéristique de K est un nombre premier p > 0. an ] → K [ap . . . . . . . th. Soit G := Gal(L/KA ) le groupe de ses KA -automorphismes . . . Qp ) m 1 −r −r −r −r KA (tp . . an ] par la prop. .3). 2.

Publ. Démonstration. donc l’extension composée A → K [ap . . Cette classe d’anneau est stable par localisation et passage à une algèbre de type fini . Comme A est noethérien. −r −r Remarque 9. 8. . Exercice 9. Soit x un élément non nul de B. qui est donc un corps. 10. en particulier les anneaux appelés « excellents » par Grothendieck (Éléments de géométrie algébrique IV 2. Théorème des zéros de Hilbert Ce théorème fondamental (« Nullstellensatz » en allemand) prend plusieurs formes. Alors A est un corps si et seulement si B est un corps. cela entraîne que son sous-A-module B est aussi de type fini. En multipliant par xn−1 . donc aussi une K-algèbre de type fini. — Soit A → B une extension entière d’anneaux intègres. l’argument employé en caractéristique nulle entraîne que l’extension B → B est finie. Donc 1 est atteint. — Supposons que A est un corps. .8). qui est ainsi un A-module de type fini. . c’est la clôture intégrale de A dans L . ANNEAUX est aussi finie. et un inverse de x existe dans A[x]. ap ] est finie (prop. Comme B est la clôture intégrale de B dans L. ap ] est intégralement clos (dans son corps des n 1 fractions L ). Lemme 10. .4. elle comprend aussi les anneaux de Dedekind de caractéristique nulle (donc par exemple Z) et les anneaux de séries formelles sur un corps. Montrer que la clôture intégrale de A dans son corps de fractions est une extension finie de A. . donc aussi l’extension composée A → B → B. on obtient y + an−1 + · · · + a0 xn−1 = 0.5. Comme l’anneau K [ap . 6. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre intègre essentiellement de type fini (rem. . n 1 −r −r donc entière. — La finitude de la clôture intégrale est une propriété essentielle pour pouvoir construire ce que l’on appelle la « normalisation » d’une variété en géométrie algébrique. . Soit x un élément non nul de A et soit y l’inverse de x dans B.5 (Anneaux excellents).4. donc on a une relation y n +an−1 y n−1 +· · ·+a0 = 0. le A-espace vectoriel A[x] est de dimension finie et comme la multiplication par x est une application linéaire injective (puisque B est intègre). § 7.3). ce qui prouve que y est dans A. 10. Math. Cela signifie que x est inversible dans B.1. L’anneau B est en particulier une A-algèbre de type fini. . Elle est heureusement partagée par de nombreux anneaux noethériens.110 CHAPITRE III.a)). elle est surjective. Sa plus frappante est celle du cor. IHÉS 24 (1965). Il est entier sur A. supposons que B est un corps. Inversement. Comme x est entier sur A.

. . Inversement.. Pour que le système n’ait pas de solution. Gr ∈ K[X1 . xn ) décrivant K n . . . . . Le Nullstellensatz entraîne que si K est un corps. . . Xn ]/mx K et mx est donc bien un idéal maximal (quel que soit le corps K).   Fr (x1 . il faut et il suffit que ex (Fi ) soit nul pour tout i. . Pour que x ∈ K n soit solution du système. pour tout idéal maximal m de l’anneau K[X1 . Par le lemme 10. .3.10. Fr . . . Xn ] tels que i=1 Fi Gi = 1. . Xn ]/m. xn ) = 0 à coefficients dans K. .xn ) est contenu dans m. . il faut et il r suffit qu’il existe G1 . c’est-à-dire que I soit contenu dans Ker(ex ) = mx . Corollaire 10. isomorphe à K. Corollaire 10. . K étant algébriquement clos. Xn ] → K défini par ex (P ) = P (x). . Démonstration. le corps K[X1 . Xn ]/m est une extension finie de K. . si m est un idéal maximal. .2 (Nullstellensatz faible). . . . . Cela n’est possible que lorsque I = K[X1 . On a donc K[X1 .. donc est dans m. — Soit K un corps algébriquement clos. . il faut et il suffit donc que I ne soit contenu dans aucun mx . . . . L’extension K → L est finie. . . an de L tels que L soit une extension finie. . . . . qui est donc. donc n = 0. 10. . . Xn ] engendré par F1 . . . . est une extension finie de K. donc dans aucun idéal maximal de K[X1 . donc lui est égal. — Soit I l’idéal de K[X1 . 8. . Chaque polynôme Xi − xi s’annule dans ce quotient. — Par le lemme de normalisation. . .3). . . il existe des éléments algébriquement indépendants a1 . . . — Soit x ∈ K n . on a vu ci-dessus que K[X1 . Xn ]. c’est-à-dire lorsque 1 ∈ I. . .4. . . . .. L’idéal mx est le noyau du morphisme (surjectif) d’évaluation ex : K[X1 .4). Considérons un système d’équations polynomiales  F1 (x1 . donc entière (cor. . . xn ) = 0  . . THÉORÈME DES ZÉROS DE HILBERT 111 Théorème 10. . Démonstration. Xn − xn ) pour x = (x1 . Xn ]. . . an ] est un corps. de K[a1 . qui est une K-algèbre de type fini. . .1. Démonstration. — Soit K → L une extension de corps telle que L est une K-algèbre de type fini. L’idéal maximal m(x1 . . . . . . — Soit K un corps algébriquement clos. Xn ] (cor. . . Soit xi l’image de Xi par cet isomorphisme. . . Les idéaux maximaux de l’anneau K[X1 . . . Xn ] sont les idéaux mx := (X1 − x1 . . . . .. . . . . an ]. Pour que ce système n’admette aucune solution dans K n . K[a1 . .

12. . Fr ∈ K[X1 . . . . Considérons le morphisme d’anneaux K[X1 . il existe des polynômes G1 . . . Xn+1 ] et il existe un idéal maximal n de K[X1 . . Xn+1 ] → K(X1 . . Xn ] tels que i=1 Fi Gi = 1. ANNEAUX Il existe des versions « effectives » de ce résultat qui bornent a priori les degrés des polynômes Gi en fonction de ceux des Fi . Si J = K[X1 . . Xn ]. . Xn+1 ] contenant J. . Montrer qu’il existe des Pr polynômes G1 . . . — Soit K un corps et soit I un idéal de K[X1 . . . . où les Fj sont tous dans I.4 n’a aucune solution dans K ). . . Exercice 10. . . l’extension de corps K → K[X1 . c’est important du point de vue du calcul pratique des Gi et de la preuve de leur existence (ou pas) (12) . . — Soit K un corps quelconque et soient F1 . . . . Xn ).6. . Xn ]. . . . 10. 1 (1988). . Math. . Xn ] des polynômes qui n’ont pas de zéro commun dans une clôture algébrique K de K (c’est-à-dire n que le système d’équations du cor. où di := deg(Fi ). . . Xn ] comme dans l’énoncé du corollaire avec deg(Fi Gi ) ≤ d1 · · · dr pour tout i. . Kollár a démontré (Sharp effective Nullstellensatz. . n’ont pas de zéro commun (dans une clôture algébrique de K) et que d1 ≥ · · · ≥ dr ≥ 3. . Xn ]. avec n ≥ 2. . . . . . . Gr ∈ K[X1 . Comme on l’a vu plus haut. Amer. Xn+1 ] engendré par Xn+1 P − 1 et I. . . . . m Pm = j=0 P m−j Fj (X1 . Considérons l’idéal J de K[X1 . Xn . L’image de (8) par ce morphisme se réécrit. .5. . . . . . Xn ]. . Soc. I⊆m maximal Rappelons que dans tout anneau. Xn+1 )(Xn+1 P − 1) + j=0 j Xn+1 Fj (X1 . . Corollaire 10. . . Fr ∈ K[X1 . . . . . . . . √ I est l’intersection des idéaux premiers contenant I √ Démonstration. . dans K[X1 . . . On a √ I= m. Xn+1 ]. . . Xn ] contenant I mais pas P . . .2. . Xn . Soit donc P ∈ I. On a donc J = K[X1 . . Xn ). J. . Posons m := n ∩ K[X1 . . Nous allons construire / un idéal maximal de K[X1 . on peut écrire m (8) 1 = A(X1 . . Xn+1 ]/n est finie. . Gr ∈ K[X1 . .112 CHAPITRE III. . √ ce qui contredit le fait que P n’est pas dans I. . . 963–975) que si F1 . . . . .b)). . — Une inclusion est claire. . . . Xn ) qui envoie Xi sur Xi pour 1 ≤ i ≤ n et Xn+1 sur 1/P . . (lemme 3. .

C’est donc un corps (lemme 10.6). donc K[[X]] n’est pas une K-algèbre de type fini par le cor. Le K-espace vectoriel K[X1 . J⊆m maximal d’où V (I) ⊆ V (J). Xn ]/m ⊆ K[X1 . Le cor. Il suffit donc de traiter le cas A = B. même noethérien (cf. . c’est-à-dire qui contiennent I. 5. THÉORÈME DES ZÉROS DE HILBERT 113 C’est un idéal de K[X1 . . Xn ]/m est donc de dimension finie. Xn+1 ]/n. . sont alors dans V (J). — On peut écrire A comme quotient d’une algèbre de polynômes B := K[X1 . 10.7. . — Quitte à quotienter par un idéal maximal de A (qui existe puisque A est non nul). . de sorte que Spec(A) s’identifie à une partie fermée de Spec(B). — Soit A un anneau non nul. . ce qui montre que m est un idéal maximal de K[X1 . . on peut se limiter à considérer le sous-ensemble Specmax(A) := {idéaux maximaux de A} . 70 et 100. . — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini. Rappelons que les points fermés ne sont en général pas denses dans le spectre d’un anneau. . . .6 entraîne alors I= m ⊇ I⊆m maximal m = J. . . Xn ]/m est une extension d’anneaux finie de K. Cela montre que les points fermés sont denses dans toute partie fermée de Spec(B). Démonstration. . Xn ] contenant I. . . Tous les idéaux maximaux de B qui sont dans V (I). L’anneau A[[X]] n’est pas une A-algèbre de type fini. de sorte que l’anneau intègre K[X1 . . 10. Démonstration. mais pas P (puisque 1 = Xn+1 P −(Xn+1 P − 1) ∈ n) et on a des inclusions / K ⊆ K[X1 . Corollaire 10. où J est un idéal radical de B contenant I. donc contiennent J. Lorqu’il y a beaucoup de points fermés dans le spectre d’un anneau A. Toute partie fermée de Spec(B) est du type V (I). on peut supposer que A est un corps K. . L’unique point fermé de Spec(K[[X]]) n’est alors pas dense. Les points fermés sont denses dans toute partie fermée de Spec(A). . L’adhérence de l’ensemble des points fermés de V (I) s’écrit V (J) ⊆ V (I). Xn ].1). . ex. . . Cela nous permet d’ailleurs de démontrer un résultat déjà évoqué pp. . . . . .8. Un anneau A qui vérifie la conclusion du corollaire est dit « anneau de Jacobson ». . où I est un idéal radical de B.7. Xn ] contenant I mais pas P . Corollaire 10.10.

— Le fait que ϕ soit une bijection est juste le cor. . . Vmax Imax / {parties fermées de K n }. Soit A une algèbre de type fini sur un corps (on dit souvent que A est une algèbre « géométrique »). c’est cet avantage essentiel qui permet d’avoir la propriété fonctorielle de l’exerc.1 (6) des bijections réciproques {idéaux radicaux de A} o V I / {parties fermées de Spec(A)}. encore dite de Zariski. L’application ϕ : K n → Specmax(K[X1 . . Pour le second point. . c’est celui qui se comporte le mieux en général : l’avantage primordial des idéaux premiers sur les idéaux maximaux est que l’image inverse d’un idéal premier par un morphisme d’anneaux est encore un idéal premier. On a défini en général dans § 5. . . Démonstration. .a). on a F = ι−1 (F ) (cor. Xn ]. . Xn − xn ) est une bijection. . . Notons ι : Specmax(A) → Spec(A) l’injection naturelle. Il a l’« avantage » psychologique que tous ses points sont fermés (13) . Pour tout idéal I de K[X1 . c’est-à-dire les Vmax (I) := {x ∈ K n | ∀P ∈ I P (x) = 0}.7. . . Xn ]) qui associe à (x1 . .7) et F est irréductible si et seulement si ι−1 (F ) l’est (prop. Rappelons cependant que même s’il peut sembler désagréable d’avoir à considérer l’espace topologique Spec(A) et ses points non fermés. . . Toujours si K est algébriquement clos.15). Lorsque A = K[X1 . muni de la topologie induite par la topologie de Zariski. . . .3. — Soit K un corps algébriquement clos. xn ) l’idéal maximal (X1 − x1 . . 10. . ANNEAUX de Spec(A). on a ϕ−1 (Vmax (I)) = {x ∈ K n | ∀P ∈ I P (x) = 0}. celles-ci induisent des bijections réciproques {idéaux radicaux de K[X1 . . 10. Pour tout fermé F de Spec(A). Xn ] | ∀x ∈ S P (x) = 0}. . . . comme alors V (I) = Vmax (I). Xn ]} o où Imax (S) := {P ∈ K[X1 . on a ϕ−1 (Vmax (I)) = {x ∈ K n | mx ⊇ I} = {x ∈ K n | ex (I) = 0} et ex (I) = 0 est équivalent au fait que tous les éléments de I s’annulent en x.114 CHAPITRE III. Xn ]. la bijection ϕ permet de munir aussi K n d’une topologie. pour laquelle les fermés sont les sous-ensembles décrits ci-dessus. 5.9. . alors que ce n’est pas vrai en général pour les idéaux maximaux . . . Proposition 10. . 13. . 5.

Elle est irréductible (donc aussi Spec(A)). soit P un élément non nul de K[X1 . . Nous montrerons dans le cor. Y. Xn ]/I. et Specmax(A) est homéomorphe à Vmax (I) ⊆ K n . Y Z.2).10. et soit A la K-algèbre K[X.3). On a alors des bijections réciproques {idéaux radicaux de A} o Vmax Imax / {parties fermées de Vmax (I) ⊆ K n }. Y. on peut l’écrire sous la forme (non unique) A = K[X1 . z) ∈ K 3 | y 2 = xz} ∪ {(x. .√ ) ⊆ K[X. Z] l’idéal considéré dans l’exerc.27. Y. Exemple 10. Y ]/I. Y. . qui sont ses composantes irréductibles (pourquoi ?). et soit A la K-algèbre K[X. soit I = (X 2 Y 3 − X 3 Y Z.11. 83. On a √ I = (Y 2 − XZ) ∩ (X. 1. 4. — Soit K un corps algébriquement clos. Y 2 Z − XZ 2 ) ⊆ K[X.12. C’est la réunion d’une surface quadrique et d’une droite dans l’espace affine.15. soit I = (X 2 . et soit A la K-algèbre K[X. . Z]/I. Y ] XY l’idéal considéré dans l’ex. Z]/I. Si v v P = uP1 1 · · · Pn n est sa décomposition en produits d’irréductibles. y) ∈ K 2 | x = 0}. . y.10. .17) : ce sont les composantes irréductibles de Vmax (P ) (§ 5. chaque idéal (Pi ) est premier (prop.1) Vmax (P ) = Vmax ((P1 )v1 · · · (Pn )vn ) = Vmax (P1 ) ∪ · · · ∪ Vmax (Pn ).15 (cf. Exemple 10. Exemple 10. soit I = (XY.13. y. aussi cor. C’est la réunion des trois axes de coordonnées dans l’espace affine. On a I = (X) et √ Specmax(A) Vmax (I) = Vmax ( I) = {(x. On a Specmax(A) Vmax (I) = (K × {0} × {0}) ∪ ({0} × K × {0}) ∪ ({0} × {0} × K). z) ∈ K 3 | x = z = 0}. Xn ] et soit Vmax (P ) ⊆ K n l’hypersurface qu’il définit. . 5. — Soit K un corps algébriquement clos. . — Soit K un corps algébriquement clos. Exemple 10. si A est une K-algèbre de type fini. — Soit K un corps algébriquement clos. ZX) ⊆ K[X. . donc chaque Vmax (Pi ) est irréductible et ils sont distincts deux à deux (prop. qui sont ses composantes irréductibles. 4. Z] l’idéal considéré p. Z) et Specmax(A) √ Vmax (I) = Vmax ( I) = {(x. 12. 11. on a (lemme 5. THÉORÈME DES ZÉROS DE HILBERT 115 Plus généralement. C’est une droite dans le plan affine. Comme chaque Pi est irréductible.5) qu’elles sont toutes de dimension n − 1.

11. . Exemple 10. ANNEAUX Exemple 10. 10. — Soit K un corps algébriquement clos et soit A la K-algèbre K[X. — Soit A un anneau qui est une extension de type fini de Z.2). Exercice 10. l’idéal p est maximal si et seulement si q est maximal. le corps A/m est fini (Indication : on pourra appliquer le th. Lemme 11. on dit souvent que l’idéal q est « au-dessus » de l’idéal p := q ∩ A (il est traditionnel de se représenter une application telle que ι « verticalement ». — Soit K un corps algébriquement clos et soit A la sous-K-algèbre K[X 2 . 16. Démonstration. C’est la réunion des deux axes de coordonnées dans le plan affine. On a donc une extension d’anneaux intègres A/p → B/q qui est entière (le vérifier !) et le lemme résulte du lemme 10.16. X 3 ] de K[X] considérée dans l’ex. puis montrer Z ∩ m = 0). Elle est de type fini. K[Y. c’est-à-dire l’ensemble (fermé) des idéaux de B au-dessus de p. — Soit q un idéal premier de B.1. Le fait que l’anneau A ne soit pas intégralement clos est relié au fait que cette courbe présente une singularité en (0. Si ι (q) = p. comme ci-dessus. 0) (cf. Montrer que pour tout idéal maximal m de A. C’est une courbe irréductible (pourquoi ?) plane. on a q1 = q2 .14. avec sa source au-dessus de son but). Y ]/(XY ) considérée dans l’ex. 8. La fibre d’un élément p de Spec(A) est (ι )−1 (p).116 CHAPITRE III.2 à la (Z/Z ∩ m)-algèbre A/m. z) ∈ K 2 | y 3 = z 2 }. On va étudier l’application induite Spec(B)  Spec(A) ι q _  q∩A Dans ce contexte. Z]/(Y 3 − Z 2 ). — Soient q1 et q2 des idéaux premiers de B. avec la relation (X 2 )3 = (X 3 )2 . Lemme 11. On a Specmax(A) (K × {0}) ∪ ({0} × K).20. engendrée par X 2 et X 3 . — Le noyau de la composée A → B → B/q est p. « Going-up » et théorème de Cohen-Seidenberg Soit ι : A → B une extension d’anneaux entière. qui sont ses composantes irréductibles.2. Si q1 ⊆ q2 et ι (q1 ) = ι (q2 ). 5.1. exerc.22. ce qui permet de l’écrire A On a donc Specmax(A) {(y.15.

. Le théorème suivant est appelé dans la littérature « going-up ». l’idéal m ∩ S −1 A est un idéal maximal de S −1 A (lemme 11.7) pS −1 A = q1 S −1 B ∩ S −1 A = q2 S −1 B ∩ S −1 A. c’est-à-dire que son image est dense dans Spec(A). Posons q := m ∩ B (c’est l’abus de notation usuel : on écrit ∩ B pour désigner l’image inverse par B → S −1 B). Ce nom provient de sa représentation suivante : on se demande si on peut trouver q2 qui complète le diagramme ci-dessous Spec(B)  Spec(A) ι q1 _  p1 ⊆ q_? 2  p2 ⊆ (voir th.1). L’extension S −1 A → S −1 B est entière (lemme 8. Considérons la partie multiplicative S = A p. c’est pS −1 A.4. c’est-à-dire que pour toute partie fermée F de Spec(B). ils sont égaux.3. Cet anneau étant local. il existe un idéal premier q de B tel que q ∩ A = p.1). Il en est de même pour l’idéal q2 S −1 B. — On peut supposer l’anneau A non nul (puisque sinon. un énoncé analogue mais de démonstration plus délicate !). — Soit ι : A → B une extension d’anneaux. Démonstration. idéal premier de A. et comme il contient le précédent.4 pour le « going-down ». — Posons p := ι (q1 ) = ι (q2 ). Lemme 11. On a alors (avec les mêmes abus de notation) q ∩ A = m ∩ B ∩ A = m ∩ S −1 A ∩ A = pS −1 A ∩ A = p. Si m est un idéal maximal de l’anneau (non nul !) S −1 B.11. a) Montrer que l’application ι : Spec(B) → Spec(A) est dominante. « GOING-UP » ET THÉORÈME DE COHEN-SEIDENBERG 117 Démonstration.8). — L’application ι est surjective. Il s’agit de montrer que pour tout idéal premier p de A. ce qui termine la preuve. Exercice 11. son spectre est vide !). la partie ι (F ) de Spec(A) est fermée. Considérons la partie multiplicative S = A p de A (et de B). b) Si ι est une extension entière. Comme l’idéal pS −1 A est maximal et que l’extension S −1 A → S −1 B est entière (lemme 8. d’où le lemme. On a (lemme 6. On en déduit q1 = (q1 S −1 B) ∩ B = (q2 S −1 B) ∩ B = q2 .8). montrer que l’application ι est fermée. 13. l’idéal q1 S −1 B est maximal (lemme 11.

il existe un idéal premier de B/q1 au-dessus de l’idéal premier p2 /p1 de A/p1 . l’application ιmax s’identifie à la projection {(x. et que dans ce cas. on va montrer par récurrence sur m qu’on peut trouver une chaîne d’idéaux premiers qm · · · q0 de B telle que qi ∩ A = pi pour tout i.26 et th.5 (« Going-up »). — L’extension d’anneaux A/p1 → B/q1 est entière. montrer que ι satisfait la propriété de « going-up ». ANNEAUX Théorème 11.6. — Soit ι : A → B une extension d’anneaux. et tout fermé irréductible G1 ⊆ Spec(B) tel que ι (G1 ) = F1 . Si l’application ι est fermée (cf. — Soit A → B une extension d’anneaux entière. — Soit K un corps. la propriété de « going-up » pour une extension d’anneaux ι : A → B signifie la chose suivante : pour tous fermés irréductibles F2 ⊆ F1 de Spec(A). On a dim(A) = dim(B). 11.118 CHAPITRE III. ces anneaux sont de même dimension −∞. Soit qn ··· q0 une chaîne d’idéaux premiers de B. Inversement. au-dessus de p2 .8 (Cohen-Seidenberg. Démonstration. il existe un fermé irréductible G2 ⊆ G1 tel que ι (G2 ) = F2 . On en déduit que la dimension de Krull de l’anneau K[X. y) −→ . y) ∈ K 2 | x2 + y 2 = 1} −→ K x. Y ]/(X 2 +Y 2 −1). On en déduit dim(A) ≥ dim(B). Y ]/(X 2 + Y 2 − 1) est finie (donc entière) puisque les classes de 1 et de Y engendrent le K[X]-module K[X. Soient p1 ⊆ p2 ⊆ A des idéaux premiers et soit q1 un idéal premier de B au-dessus de p1 . On a donc dim(A) ≤ dim(B). Exercice 11. donc de dimension ≥ 0. si on se donne une chaîne d’idéaux premiers pm · · · p0 de A.4). Cet idéal correspond à un idéal premier de B contenant q1 au-dessus de p2 . — En termes « géométriques ».3). 5.5 montre qu’il existe un idéal premier qm qm−1 au-dessus de pm . Démonstration. contenant q1 . Si pm−1 · · · p0 est relevée en qm−1 · · · q0 . exerc. Remarque 11. Théorème 11. Y ]/(X 2 + Y 2 − 1) est 1 (ex. (x. le th.9. et q0 un idéal premier de B tel que q0 ∩ A = p0 (lemme 11.8). L’extension ι : K[X] → K[X. — Comme A est nul si et seulement si B est nul. 11.7. Alors (qn ∩ A) ··· (q0 ∩ A) est une chaîne d’idéaux premiers de A (lemme 11.3. on va supposer A et B non nuls. Par le lemme 11. Exemple 11. 11. Le cas m = 0 est trivial. — Soit A → B une extension d’anneaux entière. 1946). Il existe une idéal premier q2 de B. Si K est algébriquement clos.2).

. . — On a déjà remarqué (ex. Le th. Corollaire 11. Xn ]. 11.8 et le th. Soit xi l’image de Xi dans B.15. Le lemme de normalisation (th. . 33 . ce qui donne l’inégalité cherchée. donc. Pour tout n ∈ N. Nous donnerons dans le cor. Exercice 11. . donc dim(B) ≥ m − 1. Exercice 11. . Démonstration. Y ]/(X 2 + Y 2 − a) sont-elles isomorphes ? Théorème 11. . xn de B sont algébriquement liés. Montrer que les R-algèbres R[X] et R[X. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini. montrer dim(A[X1 . Corollaire 11. .28) que cette dimension est ≥ n.12. . Yn−1 ].8 donne dim(B ) = dim(B). yn−1 ] et B = B [xn ]. cf. Remarque 11. Alors pm /(P ) ··· p1 /(P ) est une chaîne d’idéaux premiers de l’anneau B := A/(P ). . sauf −1 et 1. . Par le th. dim(B ) ≤ dim(K[Y1 . Xn ]. . . . On en déduit m − 1 ≤ dim(B) = dim(B ) ≤ n − 1. — On peut montrer que l’anneau de séries formelles K[[X1 . Démonstration. .11. 9. . 11. . . . Si a ∈ K.11. 5. Tout point a deux préimages.1 et le th. .10. . . Nous allons procéder par récurrence sur n pour montrer l’égalité (qui a bien lieu pour n = 0). 11. Supposons donc n ≥ 1 et soit pm ··· p1 (0). 5. — Soit K un corps. Xn ] et soit P un élément non nul de p1 . la dimension de Krull de l’anneau K[X1 .2) des éléments y1 . . 12. . .29). .5 une autre démonstration de ce résultat.11). Xn ]/(P ) est n − 1. . à quelle condition nécessaire et suffisante les K-algèbres K[X] et K[X. La dimension de K[X1 . . . Montrer que les K-algèbres K[X] et K[X. . une chaîne d’idéaux premiers de A := K[X1 . th. . Yn−1 ]) = n − 1. . 11. . par l’hypothèse de récurrence. — Soit A une telle algèbre sur un corps K. — Soit K un corps et soit P un élément non constant de K[X1 .13. . — Soit K un corps. — Toute algèbre de type fini sur un corps est de dimension de Krull finie. Pour tout n ∈ N.11. . on en déduit dim(A) = n. . Les éléments x1 . . « GOING-UP » ET THÉORÈME DE COHEN-SEIDENBERG 119 Elle est bien surjective. Y ]/(X 2 + Y 2 − 1) sont isomorphes. . D’autre part. qui n’en ont qu’une. . B est un quotient de l’algèbre de polynômes K[Y1 . . Xn ]) = dim(A) + n (Indication : on pourra utiliser le th. . exerc. . .1) dit que c’est une extension finie d’un anneau de polynômes K[X1 . . . . yn−1 de B tels que xn est entier sur B := K[y1 . . avec m ≥ 1. . Y ]/(X 2 + Y 2 + 1) ne sont pas isomorphes. . . Xn ] est n. Xn ]] est aussi de dimension n ([ZS2]. 9.14. donc il existe (lemme 9.

Xn ]. 13. . mais on peut quand même dire quelque chose. . Chaque bi est algébrique sur KA . . . Mais on a vu au cours de la preuve du lemme 9. L’inclusion ι : A → B n’est pas entière car l’application ιmax : Specmax(B) = {(x. yn−1 ]) = n − 1. . Xn ]. Elle entraîne que  est une extension de corps finie (exerc. 11. La condition que ι est une extension d’anneaux finie est très forte. . — La démonstration du lemme 9. pour e 0. donc l’extension Af → Bf est finie (prop. le degré de Q. le th. . il existe un polynôme non nul R ∈ K[Y1 .4) et à fibres finies (rem. . . 8. Xn ]/(P ) est finie sur la sous-K-algèbre engendrée par les classes yi de ei Yi := Xi − Xn . strictement positif. Y ] et B = K[X. Posons A = K[X. Chaque bi est alors algébrique sur le localisé Af . . . . z) −→ n’est pas surjective (lemme 11.3). Supposons donc l’extension  finie. . . Montrons que ces classes sont algébriquement indépendantes dans A.10) . — Soit K un corps algébriquement clos. y. .16. . Xn ) | R(X1 − Xn . .3) : son image est {(x. Yn−1 + Xn n−1 . . . . on a une contradiction. . . . . . y. 8.120 CHAPITRE III. . . ANNEAUX Démonstration. vu comme polynôme en Xn . En particulier. . l’application ι : Spec(B) → Spec(A) se restreint sur l’ouvert dense Spec(Bf ) ⊆ Spec(B) en une application Spec(Bf ) → Spec(Af ) à laquelle on peut appliquer les résultats vus plus haut : elle est surjective (lemme 11. . y) (x. Xn ) | R(Y1 . . . est. y) ∈ K 2 | x = 0 ou x = y = 0}. Yn−1 . Exemple 11. et soient b1 . . soit f un dénominateur commun à tous les coefficients des polynôme minimaux correspondants. Yn−1 . . 11. z) ∈ K 3 | xz = y} −→ K 2 = Specmax(A) (x. . .2 nous dit que la K-algèbre A := K[X1 . Le th. Comme R est de degré nul en Xn . . ou encore e e Q(Y1 . . Xn ) := P (Y1 + Xn . Xn−1 − Xn n−1 ) dans K[X1 . L’inclusion . yn−1 ]). . L’inclusion  : KA → KB est un isomorphisme puisque Z = Y /X dans KA . . . Soit ι : A → B une extension de type fini d’anneaux intègres et soit  : KA → KB l’extension des corps de fractions associée.c)). bn des générateurs de la A-algèbre B. . . Yn−1 ] tel que e e P (X1 . Z]/(XZ − Y ). .3). 11.2 que comme P est non constant. comme le montre l’exemple ci-dessous. ce qui termine la preuve du corollaire. . pour 1 ≤ i ≤ n − 1 et e 0.5. fermée (exerc. . la réciproque est fausse. Yn−1 ) dans K[Y1 . Y. Si ce n’est pas le cas.8 donne dim(A) = dim(K[y1 .11 nous donne dim(K[y1 . . Comme les yi sont algébriquement indépendants. . .

z) ∈ K 3 | xz = y. mais qu’elle induit un isomorphisme entre les corps de fractions. . th.12. 14. — Soit K un corps. . . Y ] n’est pas de type fini. Exercice 11. Définition 12. b) Toutes les bases de transcendance de L sur K ont le même cardinal. . 2. Dans la situation de la proposition.2.17. Cela correspond au fait que l’application {(x. — Soit K ⊆ L une extension de corps. 2. en définissant leur degré de transcendance. Nous faisons ensuite le lien entre ce degré et la dimension des algèbres intègres de type fini sur un corps. x = 0} induite par ιmax est un isomorphisme.6). . 24). . −→ {(x. y. BASES ET DEGRÉ DE TRANSCENDANCE 121 AX → BX est aussi un isomorphisme. Si K → L une extension de corps de type fini et que S ⊆ L est une partie finie telle que L = K(S). 15. Par exemple.trK L. — Soit K → L une extension de corps de type fini. – le corps L est une extension algébrique du corps K(B). . une base de transcendance. .1. Proposition 12. y) ∈ K 2 | x = 0} 12. mais on peut développer cette théorie (qui est d’ailleurs analogue à celle des bases dans les espaces vectoriels. Nous nous limitons ici aux extensions de type fini. Alors Card(S) ≥ Card(A). a) Soit A ⊆ L une partie finie formée d’éléments algébriquement indépendants et soit S ⊆ L une partie telle que L est algébrique sur K(S). Cela siginife que tout sous-ensemble fini de B a cette propriété. §12. Xn ) sur K. Une partie B de L est une base de transcendance de L sur K si – les éléments de B sont algébriquement indépendants sur K (14) . on le note deg. Bases et degré de transcendance On s’intéresse ici aux extensions de corps qui ne sont pas algébriques. un sous-ensemble maximal algébriquement indépendant de S est une base de transcendance finie de L sur K. {X1 . Y ] engendré par les X n Y . . Xn } est une base de transcendance de K(X1 . Montrer que l’extension d’anneaux intègres A → K[X. Il existe donc toujours (pour une extension de type fini). le cardinal commun des bases de transcendance de L sur K s’appelle le degré de transcendance de L sur K . tandis que ∅ est une base de transcendance de n’importe quelle extension algébrique. Nous allons maintenant montrer que ces bases ont toutes le même cardinal (15) . pour n ∈ N∗ (il n’est pas noethérien par l’exerc. et qui est traitée parallèlement dans [ZS1]) pour toute extension ([ZS1]. Ch. Soit A le sous-anneau de K[X.

on peut supposer P irréductible puis. . . . sn de S (qui restent algébriquement indépendants. . . . . .trK L + deg. . . En continuant ainsi. quitte à réordonner les variables.4. — D’après le lemme de Noether (th. an } est une base de transcendance de KA sur K et deg. . Exercice 12. . . Il existe donc un élément s1 de S qui n’est pas algébrique sur K(a2 . donc aussi l’extension K(a2 . l’extension K(a2 . . Tout sous-ensemble fini A de B est formé d’éléments algébriquement indépendants. Soient B et B des bases de transcendance de L sur K. donc est de cardinal ≤ Card(B) par a). Le morphisme canonique entre anneaux in/ tègres K[X1 . . donc distincts). . Xn−1 ) → KA . . . Xn ]/(P ) est n − 1. . Xn−1 ]. . On en déduit que B est (fini) de cardinal ≤ Card(B). . il existe des éléments algébriquement indépendants a1 . Montrer deg. . . On peut supposer n > 0. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini intègre de corps des fractions KA . . on a égalité. . . Par symétrie. an ). P ∈ K[X1 . . Théorème 12. . . . — Notons A = {a1 .trK KA = n = dim(K[a1 . Corollaire 12. avec B finie. . 10. . .1). an }. . .5. de sorte que s1 . d’où une extension de corps K(X1 . Xn ]. Xn−1 ] → A := K[X1 . .15. .10. 2. an } ∪ S) est algébrique (cor. . ce qui prouve la proposition. . an )). . an de A par des éléments s1 . . . ANNEAUX Démonstration. .14 (puisque L est algébrique sur K(S)). — Grâce à l’ex. an ) ⊆ K({a2 . an ]) = dim(A). a2 .trL M. . — Soient K ⊆ L et L ⊆ M des extensions de corps de type fini. . . .trK M = deg.122 CHAPITRE III. — Soit K un corps et soit P un élément non constant de K[X1 . . . . .3. . . On a dim(A) = deg. . Démonstration. . . . an ). 2. . . On peut donner une autre preuve du corollaire 11. . Alors {a1 . . . . an ]. . . . Xn ]/(P ) est alors injectif. ce qui montre a). . La dimension de K[X1 . . . . . . an sont algébriquement indépendants. . ce qui est absurde (puisque a1 n’est pas algébrique sur K(a2 . Démonstration. . an de A tels que A soit une extension finie de K[a1 .11). . . . 9. . Si tous les éléments de S sont algébriques sur K(a2 .trK KA . on peut remplacer un par un les éléments a1 . an ) ⊆ L par le th. . .

Conclure que K(X1 . Xn appartienne à l’idéal engendré par P1 . Soit p un idéal premier de A. . Xn ]. il existe dans K n un zéro différent de (0. d) En raisonnant sur le degré de transcendance. . . . « GOING-DOWN » 123 ¯ qui est finie (puisque KA est engendré sur K(X1 . . . Exercice 12. . « Going-down » Soit ι : A → B une extension d’anneaux. Pm ) ⊆ K(X1 . . Nous continuons ici à explorer ces relations. . . . Théorème 13. . On en déduit dim(A) = deg. . Soient q1 et q2 des idéaux premiers de B au-dessus de p. — Soit K un corps algébriquement clos. . . . Xn ] est de dimension finie. . . si ι est entière. c) En notant KA = K(P1 . . . — Commençons par remarquer que l’image d’un élément de B par n’importe quel élément σ de G := Gal(L/K) est encore entière sur A (elle est racine du même polynôme unitaire à coefficients dans A). . b) En déduire que tout monôme de degré total ≥ r en X1 . .6. . où Q est un polynôme de degré total < r en X1 . Xn ) est un KA -espace vectoriel de dimension finie. . . conclure n ≤ m. . . Pm . . . . . . Démonstration. Xn ) le corps des fractions de l’anneau intègre A. . on a σ(B) = B et l’image par σ d’un idéal premier de B est encore un idéal premier de B. Xn ). . . . Xn à coefficients dans l’anneau A := K[P1 . . . Pm ] ⊆ K[X1 . . . . Pm est (0. . ce qui prouve le corollaire. On considère des polynômes homogènes P1 . ι est surjective (lemme 11.trK KA = deg. . soit K → L une extension finie et normale et soit B ⊆ L la clôture intégrale de A dans L.3) et fermée (exerc. On suppose donc que le seul zéro commun à P1 . donc est dans B. . 0) commun à P1 . . Xn ] de degré > 0. . . . a) Montrer qu’il existe r ∈ N tel que tout monôme de degré (total) ≥ r en X1 . soit K son corps des fractions.1. Le but de l’exercice est de montrer que si n > m. . Tous les idéaux premiers de B au-dessus de p sont conjugués sous l’action du groupe des automorphismes de L sur K. Nous avons vu dans le § 11 que des propriétés algébriques de ι se traduisent par des propriétés topologiques de l’application continue ι : Spec(B) → Spec(A). en déduire que le KA -espace vectoriel KA [X1 . 13. Xn−1 ) = n − 1. . . Xn ]. . Par exemple. .trK K(X1 . . . Xn−1 ) par l’élément algébrique Xn ). . En d’autres termes. . . . Le groupe G agit alors bien sur l’ensemble des idéaux premiers q de B au-dessus de p. — Soit A un anneau intégralement clos. . . On raisonne par l’absurde. . puisque ceux-ci sont caractérisés par la propriété q ∩ A = p. Pm dans K[X1 . 11. . . . . . .4). . . . en supposant (9) ∀σ ∈ G q2 = σ(q1 ). . . . . .13. . Pm ∈ K[X1 . 0) et on va montrer n ≤ m. . Xn peut s’écrire sous la forme Q(X1 . . . .

1 entraîne que la composée ι ◦  est à fibres finies (puisque le groupe Gal(L/K) est fini). no 2. — Soit KA le corps de fractions de A et soit KB celui de B. Les fibres de l’application canonique ι : Spec(B) → Spec(A) sont finies. prop. on a y ∈ A.3).2. On trouvera une démonstration dans [B1]. il ne peut y avoir d’inclusion entre les deux. I. soit la caractéristique de K est p > 0 et il existe n ≥ 0 pn tel que y := y0 ∈ K (exerc. ANNEAUX On a alors ∀σ ∈ G q2 ⊆ σ(q1 ).2. Il existe donc x ∈ q2 qui n’est dans aucun σ(q1 ). Comme q1 est un idéal premier.4. I. avec A intégralement clos. On a y0 ∈ LG .4). σ(q1 ) et q2 sont des idéaux premiers distincts de B au-dessus de p. Posons y0 = σ∈G σ(x).124 CHAPITRE III. L’extension KA → KB induite par ι est alors finie (exerc.27). Corollaire 13. Cela entraîne que ι est à fibres finies. Parmi les éléments de G se trouve l’identité. donc aussi y. donc entier sur A.6. C’est une extension normale finie de KA contenant KB . 3 . Soit KA → L la clôture normale de KA → KB dans une clôture algébrique de KB (prop. Par l’exerc. 8. Chaque σ(x).30). Pas nécessairement finie ! . Par le lemme 11. Tout comme x.10). En effet.  ι 16. Démonstration. L’hypothèse (9) faite plus haut est donc absurde. c’est une extension entière (16) de A contenant B. — On peut montrer que les fibres de ι sont finies pour toute extension finie d’anneaux ι (c’est-à-dire que les hypothèses « A intégralement clos et B intègre » dans le corollaire sont inutiles). — Soit A → B une extension finie d’anneaux intègres. § 2. On a des applications Spec(C) −→ Spec(B) −→ Spec(A). cela contredit le fait qu’aucun des σ(x) n’est dans q1 (car σ(x) ∈ q1 est la même chose que x ∈ σ −1 (q1 )). q2 n’est pas contenu dans la réunion σ∈G σ(q1 ). Comme y ∈ K et que A est intégralement clos. tandis que l’application  est surjective (lemme 11. elle fait appel à quelques notions que nous n’avons pas vues dans ce cours.3. sans être très difficile.5. est dans B. Le th. l’élément y de B est donc dans q2 . 4. et le théorème est démontré. de sorte que soit la caractéristique de K est nulle et y := y0 ∈ K (l’extension K → L est alors galoisienne et on peut appliquer le lemme I. Remarque 13.6. 13. On note enfin C ⊆ L la clôture intégrale de A dans L . de sorte que y ∈ q2 ∩ A = p ⊆ q1 .

« GOING-DOWN » 125 Le théorème suivant est appelé dans la littérature « going-down » : on se demande si on peut trouver q1 qui complète le diagramme ci-dessous Spec(B)  Spec(A) ι q_? 1  p1 ⊆ q2 _  p2 ⊆ Théorème 13. Démonstration. 2X) et notons x ∈ B la classe de X. — La propriété de « going-down » n’est pas vraie pour toutes les extensions entières. Il existe un idéal premier q1 de B tel que q1 ⊆ q2 au-dessus de p1 . Ceci termine la preuve du théorème. il existe des idéaux premiers r2 ⊆ C au-dessus de q2 et r1 ⊆ C au-dessus de p1 . — Soit A → B une extension finie d’anneaux intègres.1) σ ∈ Gal(L/KA ) tel que σ(r2 ) = r2 . Soient p1 ⊆ p2 des idéaux premiers de A et soit q2 un idéal premier de B au-dessus de p2 . / donc x ∈ q1 . la propriété de « going-down » pour une extension d’anneaux ι : A → B signifie la chose suivante : pour tous fermés irréductibles F2 ⊆ F1 de Spec(A). En effet. — Soit A → B une extension finie d’anneaux intègres. Posant r1 := σ(r1 ).5). — En termes « géométriques ». Considérons les idéaux premiers (0) (2) de Z et l’idéal maximal q2 := (2. donc il existe (th. il existe un fermé irréductible G1 ⊇ G2 tel que ι (G1 ) = F1 . on a r1 ⊆ r2 et r1 ∩ A = r1 ∩ A = p1 . 252–261.6. 13. Il est tiré de l’article : Prime ideals and integral dependance. on peut trouver r2 ⊆ C contenant r1 au-dessus de p2 . Soc. — On garde les mêmes notations que dans la preuve du cor. Démonstration. 11. mais c’est impossible puisqu’alors 1 = (1 − x) + x ∈ q2 . Math. Par le going-up (th. Bull. Exemple 13. Les contre-exemples se trouvent au § 3. avec A intégralement clos. On a B = Z + Zx. 52 (1946). Amer. et tout fermé irréductible G2 ⊆ Spec(B) tel que ι (G2 ) = F2 . 13.13. Voici un contre-exemple dû à Cohen et Seidenberg (17) . . — Soit KA le corps de fractions de A et soit KB celui de B. avec A intégralement clos. Posant q1 := r1 ∩ B. donc l’extension d’anneaux Z → B est finie.7. Mais alors r2 et r2 sont au-dessus de p2 .3. x − 1) de B au-dessus de (2).2. Je conseille la lecture de cet article. L’application canonique ι : Spec(B) → Spec(A) est ouverte. Il n’existe aucun idéal premier q1 ⊆ q2 de B au-dessus de (0).4 (« Going-down »). on a q1 ∩ A = p1 et q1 ⊆ r2 ∩ B = q2 . on aurait alors 2x = 0 ∈ q1 et 2 ∈ q1 . Soit b ∈ B non nul et soit P (X) = X n + an−1 X n−1 + · · · + a1 X + a0 ∈ KA [X] 17.5. Théorème 13. qui démontre de façon très moderne beaucoup des théorèmes de cette section. Grâce au lemme 11. Remarque 13. Considérons l’anneau B := Z[X]/(X 2 − X. très accessible.

. P divise Q. . √ √ On a donc b ∈ pR. √ Supposons b ∈ pR. donc aussi dans A[X] par le même lemme 8. Supposons inversement p ∈ i=0 D(ai ). Par le going-down (th. En passant modulo p. Par définition du polynôme minimal.25 que cidessus. . bn−1 ).126 CHAPITRE III. .18). il existe r ∈ Spec(B) au-dessus de q (lemme 11.4) appliqué à l’extension entière A → R. Notons R le sous-anneau A[b] de B. On pose p2 := q2 ∩ A.3). il existe un tel idéal q2 ne contenant pas b. ce qui montre une inclusion. Comme B est entier sur R. P divise le polynôme X m − n−1 i i=0 ai X ∈ A[X] dans KA [X]. . C’est un A-module libre de base (1. que X m est divisible par ¯ P (X) = X n + an−1 X n−1 + · · · + a1 X + a0 ¯ ¯ ¯ dans (A/p)[X]. On a r ∈ D(b). il existe a0 . puisque chaque ai est dans p. Posons p := ι (q) = q ∩ A. 8. ce qui contredit q ∈ D(b). ANNEAUX le polynôme minimal de b sur KA . Dimension des algèbres de type fini sur un corps Dans ce paragraphe. Comme tout ouvert de Spec(B) est réunion d’ouverts du type D(b). Si tous les ai sont dans p. Soit q ∈ D(b). On a donc bien n−1 ι (q) ∈ i=0 D(ai ). Comme (A/p)[X] est un anneau intègre. an−1 ∈ p tels n−1 que bm = i=0 ai bi . cela montrera le théorème. . b. . C’est donc un ouvert de Spec(A). . il existe q ∈ Spec(R) avec q ⊆ q2 et q ∩ A = p. donc b ∈ q puisque q est un idéal premier. il existe un polynôme unitaire Q ∈ A[X] tel que Q(b) = 0. cela entraîne que tous les ai sont ¯ n−1 nuls. puisque sinon b ∈ r ∩ R = q ⊆ q2 . Soit A un anneau. On dira qu’une chaîne d’idéaux premiers de A est saturée si elle n’est contenue dans aucune chaîne d’idéaux premiers de longueur strictement supérieure. Comme A est intégralement clos. on a bn ∈ q. On a ainsi montré p = ι (r) ∈ ι (D(b)). A priori. ce qui contredit l’hypothèse p ∈ i=0 D(ai ). Comme pR est l’intersection des idéaux premiers de R contenant / pR. on obtient. nous allons utiliser le « going-down » pour montrer des résultats sur la hauteurs des idéaux premiers dans les algèbres de type fini sur un corps. aussi exerc.25 entraîne que P est à coefficients dans A (cf. . n−1 14. le lemme 8. Comme bm ∈ pR pour un m ≥ 1. Comme b est entier sur A. on peut seulement dire que la longueur d’une chaîne saturée est au plus la dimension de A. Nous allons montrer (avec les notations de (5)) n−1 ι (D(b)) = i=0 D(ai ). Par définition du polynôme minimal. 13.

— Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini intègre. — On rappelle que ht(p)+dim(A/p) est la longueur maximale des chaînes d’idéaux premiers de A contenant p. il existe des éléments algébriquement indépendants a1 . . m}.14. On en déduit m = n. Pour tous idéaux premiers q ⊆ p de A. . L’idéal premier (b) est contenu dans q1 et B est intégralement clos. 11. Si cette dimension vaut 0. Soit b ∈ q1 un élément irréductible dans l’anneau factoriel B. les notations sont inversées par rapport aux notations habituelles !).11. .1). il est facile d’exhiber des chaînes saturées de longueur < dim(A) : si Spec(A) a deux composantes irréductibles de dimensions différentes. un idéal premier p1 ⊆ p1 tel que p1 ∩ B = (b). . an de A tels que A soit une extension finie de l’anneau B := K[a1 . Des chaînes d’idéaux premiers de A/pi de longueur maximale donnent lieu à des chaînes saturées d’idéaux premiers de A de longueurs différentes. 13. celles-ci correspondent à des idéaux premiers p1 et p2 minimaux (prop. Il suffit donc d’appliquer le th.4 (« going-down »). .8 et 11. . Cette longueur maximale (qui est ≤ dim(A). on a dim(A/p1 ) = n − 1. . 5.5 et le th. Théorème 14.1. Un tel phénomène n’arrive pas dans le cadre « géométrique ». comme le montre le théorème suivant. Toute chaîne saturée d’idéaux premiers de A est de longueur dim(A). On a dim(A) = n par les th. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini intègre. Comme la chaîne (pi ) est saturée. 9. et l’extension correspondante est entière. 14. D’après le lemme de Noether (th. 11. donc il existe. on a ht(p) = dim(A) − dim(A/p). Ces anneaux restent très exotiques. an ] (attention. L’hypothèse de récurrence entraîne dim(A/p1 ) = m − 1. Corollaire 14. Corollaire 14.1. Pour tout idéal premier p de A. Or pm /p1 ··· p1 /p1 = (0) est une chaîne saturée d’idéaux premiers de la K-algèbre de type fini intègre A/p1 . . Par le cor. on a p1 = p1 . — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini intègre. B/(b) est un sous-anneau de A/p1 . DIMENSION DES ALGÈBRES DE TYPE FINI SUR UN CORPS 127 Lorsque A n’est pas intègre. — On raisonne par récurrence sur la dimension de A. d’où p1 ∩ B = (b). ce qui termine la preuve. . posons qi := pi ∩ B. . donc finie) est atteinte pour une chaîne qui est nécessairement saturée. . il n’y a rien à démontrer. Démonstration. Soit pm · · · p1 (0) une telle chaîne. En particulier. 12. . .17) tels que dim(A/p1 ) = dim(A/p2 ). la longueur maximale des chaînes d’idéaux premiers de A entre p et q est dim(A/q) − dim(A/p).3. Il est plus surprenant d’apprendre qu’il existe un anneau noethérien intègre A avec une chaîne saturée d’idéaux premiers de longueur < dim(A) < +∞. par le th. Démonstration.8.2. Pour tout i ∈ {0.

12. note 8). 7. . Le corollaire suivant généralise le cor. 1.5) que si K est un corps et P un élément non constant de K[X1 . dont la conclusion est remarquable : une partie de Spec(K[X1 . est du type V (P )). Xn ]) qui est de dimension n − 1 « peut être définie par une équation » (c’est-à-dire. Par le th. Démonstration. on a ht(p) ≤ n. Corollaire 14. — Soit K un corps et soit A une K-algèbre de type fini factorielle. 14. 14. Toutes les composantes irréductibles de V (I) sont de dimension ≥ dim(A) − n. . où a est un élément irréductible de A. 7. 12. . ANNEAUX Démonstration. Exercice 14. où p décrit l’ensemble des idéaux premiers de A minimaux contenant I (prop. L’un au moins des facteurs est dans p . Démonstration.2. . . Tout idéal premier de A de hauteur 1 est principal.128 CHAPITRE III. Corollaire 14. On va montrer que la réciproque est vraie : toute partie fermée de Spec(K[X1 . Cela résulte du corollaire plus général suivant. soit A une K-algèbre de type fini intègre et soit I un idéal de A engendré par n éléments. . — Soit p un tel idéal et soit a un élément non nul de p. — Une telle partie s’écrit V (p). est de hauteur 1.8. — Redémontrer l’exerc. grâce au cor. . On a vu (cor. . . Il suffit donc d’appliquer le cor. — Les composantes irréductibles de V (I) s’identifient aux Spec(A/p). Xn ]. — Soit A un anneau factoriel noethérien.2. . la dimension de V (P ) est n − 1. . .4. on a p = (p). — Il suffit d’appliquer le corollaire précédent à l’idéal premier p/q de la K-algèbre de type fini intègre A/q. — Prouver la réciproque du lemme : un anneau noethérien intègre dans lequel tout idéal premier de hauteur 1 est principal est factoriel (Indication : on pourra utiliser le cor. . engendré par un élément irréductible. Toute partie fermée irréductible de Spec(A) de dimension dim(A) − 1 est du type V (a). 14. prenons-en un. Xn ]) de dimension n − c ne peut pas en général être définie par c équations lorsque c ≥ 2 (cf. Exercice 14. Comme p est de hauteur 1. Le corollaire résulte alors du lemme ci-dessous. Démonstration.1).2.17). L’idéal (p) est premier (prop.6. p.5. 12.7. Décomposons a en produits d’irréductibles.3) et p ⊇ (p) (0).6 comme conséquence immédiate du cor. où p est un idéal premier de A qui. Lemme 14.5.2 pour conclure.7. 5. — Soit K un corps. I.12 et le th.

Anneaux de valuation discrète Ces anneaux jouent un rôle important en géométrie algébrique et il serait dommage de les passer sous silence. — Soit K un corps. — Le localisé d’un anneau principal en un idéal premier est encore principal (exerc. et les seuls idéaux premiers sont (0) et m. on dit « discrete valuation ring ». Exemple 15. Comme A est factoriel (cor. L’anneau des séries formelles K[[X]] est un anneau de valuation discrète : il est local d’idéal maximal (X).5). Elle vérifie les propriétés suivantes : 1.9) donc principal. On étend v en une application surjective v : KA {0} → Z vérifiant les mêmes propriétés en posant v(x/y) = v(x) − v(y) (on doit bien sûr vérifier que cela ne dépend pas de l’écriture x/y). c’est aussi le cas de l’anneau Z(p) formé des rationnels a/b. Toute uniformisante est un élément irréductible de A (prop. où u est une unité de A et n ∈ N . On peut définir une valuation générale en remplaçant Z par un groupe abélien ordonné quelconque. 6. d’idéal maximal m. une application surjective v : K {0} → Z vérifiant ces propriétés s’appelle une valuation discrète de K (18) .2. Définition 15. Inversement. tout élément non nul de A s’écrit de façon unique sous la forme uπ n . Le terme discret renvoie au fait que l’image de v est contenue dans le sous-groupe discret Z de R. I.14). 2.1. souvent abbrévié en « DVR ».1. pour n ∈ N. v(xy) = v(x) + v(y) . v(x + y) ≥ min(v(x). Si ce n’est pas un corps. I. remarquons que l’entier n ne dépend pas du choix de π : c’est le plus petit n ∈ N tel que x ∈ mn . avec Q(0) = 0. Soit KA le corps des fractions de A. Pourquoi le mot valuation ? Tout d’abord.1. tout élément irréductible de A engendre m (prop.15. on appelle uniformisante de A tout générateur de m.14). En anglais. Les seuls idéaux de A sont (0) et les mn .14) donc est une uniformisante. Exemple 15. — Un anneau de valuation discrète est un anneau local principal qui n’est pas un corps. . si A est un anneau de valuation discrète. Si p ∈ N est un nombre premier. anneau des fractions rationnelles du type P/Q. c’est un anneau de valuation discrète. si π est une uniformisante de A.3. Si K est un corps. et il est euclidien (exerc. ANNEAUX DE VALUATION DISCRÈTE 129 15. Soit v : A {0} → N l’application d’éfinie par v(x) = n. v(y)). I.1. Inversement. 2. où p ne divise pas b. Le sous-ensemble A := {0} ∪ {x ∈ K ∗ | v(x) ≥ 0} 18. c’est le cas par exemple de K[X](X) . si K est un corps.

Comme dim(A) = 1 et que A est local. pour p ∈ N nombre premier. ce qui est absurde. 5. ANNEAUX de K en est un sous-anneau qui est un anneau de valuation discrète d’idéal maximal m := {0} ∪ {x ∈ K ∗ | v(x) > 0}. comme 1 ∈ m. Exemple 15. C’est donc l’unique idéal maximal de A.6.130 CHAPITRE III. donc v(x) > 0 . Alors P (x) = P (u)(1) = 0. La valuation associée v : K((X)) {0} → Z envoie une telle série non nulle m∈Z am X m (avec am = 0 pour tout m 0) sur le plus petit entier m tel que am = 0. si π ∈ A est tel que v(π) = 1. (ii) A est un anneau local noethérien.2) à l’endomorphisme u du A-module de type fini m donné par la multiplication par x. Si b ∈ I est non nul. Il fournit un polynôme unitaire P ∈ A[X] tel que P (u) = 0. — Le corps des fractions de l’anneau de valuation discrète K[[X]] est l’anneau K((X)) des séries de Laurent.5. / / Si xm ⊆ m.4. Théorème 15. L’anneau de valuation discrète associé est A(p) .21 et ex.3. de sorte que x est entier sur A. Démonstration. En effet. les seuls idéaux premiers de A sont (0) et m. de sorte que tout idéal de A est principal. l’entier vp (a) est le plus grand entier n tel que pn divise A) qui s’étend comme ci-dessus à son corps des fractions KA . Soit π ∈ m m2 . — Il est clair que (i) entraîne (iii) (prop. on a x ∈ A. (iii) A est un anneau local noethérien intégralement clos de dimension 1. L’idéal maximal m de A n’est pas nul par hypothèse. on a v(b/a) = v(b) − v(a) ≥ 0. Soit KA son corps de fractions. 8. donc m2 m (théorème de Krull . — Soit A un anneau. Comme A est intégralement clos. mais xm ⊆ A. la vérification du fait que A est un sous-anneau étant laissée au lecteur. . Les propriétés suivantes sont équivalentes : (i) A est un anneau de valuation discrète . On peut montrer (c’est une conséquence du théorème d’Ostrowski qui détermine toutes les valeurs absolues sur le corps Q) que les seules valuations discrètes de Q sont les valuations p-adiques vp . On en déduit I = (a). le même raisonnement montre que x est dans (π). 4. Exemple 15. 2. Posons x := aπ −1 ∈ KA . x ∈ A. — Pour tout élément irréductible p d’un anneau factoriel A. si x ∈ A {0} n’est pas inversible.8). dim(A) > 0 et son idéal maximal est principal .22) : il existe (déf. Supposons (iii). Par hypothèse. II. Enfin. il lui est donc associé (th. 4.26). on a défini dans le § 1 une valuation discrète vp sur A (si a ∈ A. appliquons le théorème de Cayley-Hamilton (th. A est intègre.17) a ∈ A tel que m = ((π) : a) = {b ∈ A | π | ab}. donc b/a ∈ A et b = (b/a)a ∈ (a). cor. on a v(1/x) < 0. soit I un idéal non nul de A et soit a un élément non nul de I tel que v(a) soit minimal. L’idéal premier m est donc minimal contenant (π) .

Le théorème de Krull ∞ (cor. Montrons que l’entier m est / uniquement déterminé : si x = uπ m = wπ n . Montrer qu’il existe un anneau de valuation discrète W (K) de caractéristique 0 et de corps résiduel K (Indication : on pourra consulter la littérature ([S]. 7. donc π ∈ p. et A est un anneau de valuation discrète (th. Remarque 15.7. § 5. on a uw−1 π m−n −1 ∈ m. avec disons m ≥ n. 15. D’autres exemples sont donnés par les anneaux principaux qui ne sont pas des corps. Pour tout x ∈ A {0}. avec u ∈ (π) = m. qui engendre donc le κ-espace vectoriel m/m2 . l’anneau W (Fp ) est l’anneau des entiers p-adiques Zp (cf. si A est un tel anneau. L’anneau W (K) s’appelle anneau des vecteurs de Witt à coefficients dans K. ce qui montre que m est principal. — Les anneaux de valuation discrète sont les anneaux locaux noethériens réguliers de dimension 1 (cf. rem. 2.10).6). il existe donc un plus grand entier m ≥ 0 tel que x ∈ (π m ). m est principal (exerc. Supposons (ii). c’est-à-dire les clôtures intégrales .8 (Vecteurs de Witt). et A est l’anneau de valuation discrète associé à cette valuation. Soit π un générateur de l’idéal maximal m de A. § 6 ou [B2].16. 16. ce qui est absurde. Comme dim(A) > 0. donc il est inversible et π n = 0. — Soit K un corps parfait de caractéristique p > 0. définissant ainsi une application v : A {0} → N. IX.4). chap. Inversement.7). On pose v(x) = m. Lorsque K = Fp . / il existe un idéal premier p m. On a donc m = n. tout élément de m est multiple de π.8) entraîne n=1 (π n ) = 0. ANNEAUX DE DEDEKIND 131 On a donc xm = A. § 1)). cela signifie que le κ-espace vectoriel m/m2 est de dimension 1). 7.7 . d’idéal maximal m et de corps résiduel κ := A/m. Exercice 15. On a alors π n ∈ p. Si m > n. chap. II.6). on les écrit x = uπ m et y = wπ n . On peut écrire x = uπ m . c’est-à-dire x−1 ∈ m. si cet espace vectoriel est de dimension 1. On a alors xy = uwπ m+n et on montre de la même façon que ce n’est pas nul. donc u inversible. Si x et y sont non nuls. § 8). L’application v se prolonge alors en une valuation discrète sur le corps des fractions de A. d’où (ii). 15. 2. d’où (i). Les anneaux de Dedekind locaux sont donc les anneaux de valuation discrète (th. Donc A est intègre. Anneaux de Dedekind Rappelons que nous avons défini les anneaux de Dedekind comme les anneaux noethériens de dimension 1 (c’est-à-dire pour lesquels tout idéal premier non nul est maximal) intégralement clos (cf. ainsi que par les anneaux d’entiers de corps de nombres (cf. En effet. On en déduit m = ((π) : a) = ((ax−1 ) : a) = (x−1 ). exerc. on a (uw−1 π m−n −1)π n = 0. si A est un anneau de valuation discrète d’uniformisante π.

y) un point de C et soit m l’idéal maximal (X − x. donc l’idéal qAm est une puissance (mAm )n = mn Am de son idéal maximal. toute chaîne saturée d’idéaux premiers de A commence par un idéal maximal m donc est de longueur dim(Am ) = 1.9. ANNEAUX de Z dans des extensions finies de Q. Montrer que l’anneau Am est un anneau de valuation discrète si et seulement si l’une des dérivées ∂P ∂P partielles ∂X (x.132 CHAPITRE III. comme q. Comme l’anneau A est intègre et que chaque Am est intégralement clos. On a donc montré que A est un anneau de Dedekind. b) En déduire l’énoncé annoncé.17) et il est de dimension 1 puisque tout chaîne d’idéaux premiers de Am est une chaîne d’idéaux premiers de A et que m (0) est une telle chaîne.3). — Soit A un anneau de Dedekind et soit m un idéal maximal de A.2. 16. Y ]. 15.3.1. y) = 0} (prop. avec n ≥ 1.17). Exercice 16. 10. il en est de même pour A (exerc. 15.15). un idéal m-primaire : m est l’unique . l’anneau local Am est un anneau de valuation discrète. Nous allons montrer que l’anneau A est un anneau de Dedekind si et seulement si la courbe C est non singulière au sens de la géométrie différentielle. supposons (ii). 8. y) de C. Y ]. une des dérivées partielles ∂X (x. (ii) pour tout idéal maximal m de A. Notre but est de montrer la décomposition des idéaux non nuls en produit d’idéaux maximaux (th. P.10. = C[X.4. Remarquons que cette condition est équivalente. C’est donc un anneau de valuation discrète (th. y) n’est pas nulle. Y ]/(P ). — Soit P un élément non constant de C[X. Y ]. de radical m (maximal comme tout idéal premier non nul de A). y) ∈ C2 | P (x. Les deux propriétés suivantes sont équivalentes : (i) A est un anneau de Dedekind . 10. à l’égalité “ ∂P ∂P ” . — Soit A un anneau intègre noethérien. c’est-à∂P ∂P dire qu’en chaque point (x. ex. y) ou ∂Y (x. — Tout idéal non nul d’un anneau de Dedekind s’écrit de façon unique comme produit d’idéaux maximaux. Inversement. l’ensemble Specmax(A) est en bijection avec la courbe plane C := {(x. Proposition 16. Démonstration. Démonstration. Mais mn est. y) n’est pas nulle (Indication : on pourra utiliser la rem. L’anneau local Am est noethérien et intégralement clos (exerc. 10.7). Enfin. par le cor. ex. Y − y) de C[X. ∂X ∂Y a) Soit (x. Le localisé Am est un anneau de valuation discrète. — Soit A un anneau de Dedekind et soit q un idéal primaire non nul de A. y) ou ∂Y (x.6). 8. Théorème 16. Si on note A l’anneau quotient C[X. 10.

Remarque 16. il existe b ∈ I tel que I = (a. donc cette i décomposition est unique (th. Démonstration.1.18) s’écrit s donc I = i=1 mni . pour tout idéal non nul I de A et tout a ∈ I {0}. Il a donc la même propriété. qui sont engendrés par un i élément. Attention. § 6 pour les idéaux premiers) mn = mn Am ∩ A On en déduit q = mn . Proposition 16. Corollaire 16. mni et le théorème des i A/I A/mni i (A/mni ).3 fournit une décomposition I = restes chinois (exerc. l’anneau A/I n’est en général pas intègre. Démonstration.18). b). l’idéal I/(a) est engendré par un élément b. par la prop. ANNEAUX DE DEDEKIND 133 idéal premier de A contenant mn .22). donc il est sa propre décomposition primaire minimale (th. Nous montrons maintenant que tout idéal d’un anneau de Dedekind est engendré par deux éléments.6) un isomorphisme s s i=1 et q = qAm ∩ A. 4. soit I un idéal non nul de A et soit a ∈ I {0}. Tout idéal de l’anneau A/I est engendré par un élément. de montrer que pour tout idéal maximal m de A. Pour ces idéaux. l’anneau local intègre Am (qui n’est pas un . 4. Une décomposition primaire minimale de I (th.6. Comme on l’a vu dans le § 5. tout idéal de A/I est produit d’idéaux des anneaux A/mni . 16. — Soit I un idéal non nul d’un anneau de Dedekind A. — Le th. 4.16. Enfin. — Soit A un anneau intègre qui n’est pas un corps. 4. Soit I un idéal non nul de A. on vérifie facilement que l’on a (cf. Montrons la réciproque.5 entraîne que dans A/(a). i i=1 Chaque facteur est isomorphe à Ami /mni Ami donc est un anneau principal comme i quotient de l’anneau de valuation discrète ( donc principal) Ami . On a alors I = (a. Le cor. Alors A est un anneau de Dedekind si et seulement si. et il suffit donc. — On peut montrer qu’un anneau intègre pour lequel tout idéal non nul est produit d’idéaux premiers est un anneau de Dedekind. b). on déduit du lemme 4. L’anneau A est alors noethérien.4.4 que l’on a aussi I = s ni i=1 mi . sous la forme plus précise suivante. donc ce n’est pas un anneau principal. 16.5. 16. Les idéaux premiers mi sont aussi minimaux contenant I. — Soit A un anneau de Dedekind.

donc sa décomposition primaire s’écrit s (a) = m1 i=2 ni . On a donc n = 0 et A est principal. (I1 + I2 ) ∩ (I1 + I3 ).134 CHAPITRE III. Comme A est intègre. . 1 − −3). puis b ∈ I tel que I ∩ A = (a. — Un anneau de Dedekind qui n’a qu’un nombre fini d’idéaux premiers non principaux est principal.9. Exercice 16. Le lemme de Nakayama (th. mn . ANNEAUX corps) est un anneau principal. de sorte que I est principal. Proposition 16. — Soit A un anneau de Dedekind et soient m1 . un anneau de Dedekind qui n’a qu’un nombre fini d’idéaux maximaux est principal. Soit KA → L une extension séparable et soit B ⊆ L la clôture intégrale de A dans L. Soit I un idéal non nul de cet anneau. on obtient m1 = (x). . Remarque 16. . on a c(P Q) = c(P )c(Q) (Indication : on pourra localiser en les idéaux maximaux de A). d’un polynôme P ∈ A[X] est l’idéal de A engendré par les coefficients de P (comparer avec la déf. Pour tous idéaux I1 . ce qui est absurde.8) entraîne alors I = bAm . donc c’est un anneau de .3. II. où les idéaux maximaux n2 . 1. Par le lemme d’évitement (exerc. mn . donc principaux. montrer les égalités I1 ∩ (I2 + I3 ) I1 + (I2 ∩ I3 ) (Indication : localiser !) = = (I1 ∩ I2 ) + (I1 ∩ I3 ). Montrer le lemme de Gauss (cf.5). ns sont distincts des idéaux m1 .8. il existe a ∈ m1 tel que a ∈ m2 ∪ m2 ∪ · · · ∪ mn . . b). mn les différents idéaux maximaux non principaux de A. On a alors I = (I ∩ A)Am = (a. En particulier. Exercice 16. . . . . Comme m = (0). . 4. b)Am = mI + bAm . il existe a ∈ m(I ∩ A) {0}. Le contenu.7. — Soit A un anneau de Dedekind. — Soit A un anneau de Dedekind et soit KA son corps de fractions. . Noter que dans l’anneau (non intégralement clos) Z[ −3].10 (Ramification).8) : pour tous polynômes P et Q dans A[X]. La proposition dit qu’un anneau de Dedekind non principal a une infinité d’idéaux pre√ miers non principaux. On peut donc écrire a = xb. extension finie de A (th. Démonstration. il y a exac√ √ tement un idéal premier non principal : (1 + −3. . . Supposons n ≥ 1. On en déduit (a) = m1 (b) pour un b ∈ A. 8.7). lemme 1. C’est un anneau noethérien. I2 et I3 de A. . avec x ∈ m1 . . . noté c(P ).19). — Soit A un anneau de Dedekind. L’idéal (a) n’est contenu dans aucun des / 1 idéaux m2 . .

11. On a mt B = (X − t. Rappelons que l’application ιmax s’identifie à la projection (surjective) {(x. il est contenu dans un idéal maximal de B. .9 (avec K = C) avec ses notations.8). . Soit d un entier sans facteur carré. [S]. y) −→ Tout point t ∈ C a deux préimages. du th. On est alors dans exactement un des trois cas suivants : √ √ • p | d et (p) = (p. 10) s [L : KA ] = i=1 ei [B/mi : A/m]. soit B l’anneau des entiers du corps Q( d). Y ]/(X 2 + Y 2 − 1). Voici un exemple géométrique. on dit que p est ramifié dans B) . cf. . Soit m un idéal maximal de A . Y − t2 − 1)(X − t. où l’on a mt B = (X − t. c’est-à-dire la clôture intégrale de A = Z dans ce corps (cf. chap.7. sauf −1 et 1. par le lemme 11. III.16. et soit p ∈ N un nombre premier. y) ∈ C2 | x2 + y 2 = 1} −→ C x. d = n2 (mod p) et (p) = (p. § 11).21 . qui n’en ont qu’une. (x. d − n) (où les idéaux (p. Remarque 16. cor. Le terme « ramifié » correspond au fait géométrique que l’unique préimage de 1 se « sépare » en deux au voisinage de 1. on dit que p est décomposé dans B). Les indices de ramification sont donc 1. . s 1 où e1 . L’entier ei est appelé l’indice de ramification de mi au-dessus de m. donc on peut écrire mB = me1 · · · mes .20). prop. L’anneau B est intégralement clos (exerc. Reprenons l’exemple 11. § 4.3. donc c’est la clôture intégrale de A dans KB . d ± n) de B sont maximaux distincts . supposé impair pour simplifier.2). exerc. Y + t2 − 1). . ee sont des entiers strictement positifs et m1 . Soit mt ⊆ A l’idéal maximal (X − t). Voici maintenant un exemple arithmétique.4. V. . . 8. 16. d + n)(p. Y )2 .11 (Modules de type fini sur un anneau de Dedekind) On peut étendre aux anneaux de Dedekind la description des modules de type fini sur un anneau principal donnée au cor. ms des idéaux maximaux de B (ce sont les idéaux premiers de B « au-dessus » de m . . On montre ainsi que tout module de type fini sur un . Chap. On a la belle formule ([ZS1]. √ √ √ • p d. ANNEAUX DE DEDEKIND 135 Dedekind (th. 1}. différent de √ 1. II. sauf lorsque t ∈ {−1. Posons A = C[X] et B = C[X. d)2 (où l’idéal (p. • p d. I. Pour plus de détails. d n’est pas un carré modulo p et (p) est un idéal maximal de B (on dit que p est inerte dans B) . d) de B est maximal . on pourra consulter [L].

. . . . où I.4. II. on a un isomorphisme de A-modules I ⊕ J A ⊕ IJ (exercice !). .8).136 CHAPITRE III. I1 . Is sont des idéaux de A vérifiant A I1 ⊇ · · · ⊇ Is (0). Le fait qu’il n’y ait qu’un seul idéal dans la décomposition provient du résultat suivant : si I et J sont des idéaux de A. ANNEAUX anneau de Dedekind A est isomorphe à une somme directe Ar ⊕ I ⊕ A/I1 ⊕ · · · ⊕ A/Is . non libres (n’importe quel idéal non principal ! Comparer avec le cor. de type fini. il existe donc des modules sans torsion. Si A n’est pas principal.

H.. Ont. New York.. Reading. Mass... Second edition. Cambridge University Press. Chapitres 8 et 9.. New York-Heidelberg-Berlin. J. 1. RI. Graduate Studies in Mathematics 9. École Polytechnique. Serre. Hermann.-P.. Hermann. I. ou en version française : Algèbre corporelle. Chapitres 5 à 7. Corrected reprinting of the 1958 edition... AddisonWesley Publishing Co. Algèbre commutative. Inc. Undergraduate Texts in Mathematics. Cambridge. F.. Providence. M. Algèbre commutative.. Paris. [CL] Chambert-Loir. Paris. [B2] Bourbaki. Commutative algebra. 1980. Actualités Scientifiques et Industrielles. Reading. An invitation to arithmetic geometry. Introduction to commutative algebra. An algebraic introduction to complex projective geometry. Vol. Matsumura. Mass. 1975. Springer-Verlag. Ch. 2005. Hermann.. With the cooperation of I. 1969. Paris. S. D. 2005. O. [L] Lorenzini... G. I. Macdonald. Samuel. Cohen. Éléments de mathématique. Cambridge Studies in Advanced Mathematics 47. Peskine. 1997.. [M] [P] [S] [ZS1] Zariski. A. Commutative algebra. 1996. Commutative algebra. Corps locaux.-London-Don Mills. Mathematics Lecture Note Series 56.BIBLIOGRAPHIE [AM] Atiyah. Benjamin/Cummings Publishing Co. N. 1996. N. [B1] Bourbaki. Springer-Verlag. Éléments de mathématique. P.. American Mathematical Society. Actualités Scientifiques et Industrielles. Graduate Texts in Mathematics 28. A field guide to algebra. .

1975.138 BIBLIOGRAPHIE [ZS2] Zariski.. Commutative algebra. P. II.. Reprint of the 1960 edition. Vol. . New York-Heidelberg. Graduate Texts in Mathematics 29. Springer-Verlag. Samuel. O.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful