You are on page 1of 8

Montbéliard

Journal paraissant tous les 100 ans

Le

Quinson
de
Juin 2011
En 1973, l’usine Peugeot de SochauxMontbéliard fait travailler 37 390 personnes ; 7 498 sont étrangères (20 %). C’est la plus grande usine de France surgie à moins de deux kilomètres du quartier du Coinot ! Ces personnes assurent le développement de Montbéliard et de toutes les localités voisines appelées à se regrouper en une entité territoriale nouvelle, le District urbain du Pays de Montbéliard. Le district se dote d’équipements adaptés à une agglomération qui, avec les familles des migrants, s’approche des 140 000 habitants. Les Montbéliardais, pour leur compte, ont vu leur nombre franchir la barre des 30 000. 2011 : cri du Quinson de Montbéliard « Au secours nos ha-

2e siècle - Numéro 2

Habitants de Montbéliard Un mot de la Rédaction
« Est-il rien sur cette Terre Qui soit plus surprenant Que faire son centenaire Quand on atteint 100 ans ? » Le Quinson du Coinot est né le 4 juin 1911 à l’occasion de l’anniversaire du collège Cuvier, créé en 1811 et installé dans l’ancienne Souaberie, place Velotte, en plein cœur du quartier du Coinot. En fondant ce journal humoristique et satirique « paraissant tous les cent ans », ses auteurs ont voulu témoigner de leur vie et de leur ville. Un témoignage pris sur le vif, résultat d’un esprit potache mais néanmoins contestataire, celui qui caractérisait les étudiants montbéliardais de l’époque. Une tribune libre, destinée avant tout aux Montbéliardais de 2011 que nous sommes. Car, ils nous exhortaient à reprendre la plume… aussi vive et acérée que la leur, espéraient-ils. Leur défi a été relevé par les Archives municipales, détentrices d’un exemplaire original du précieux journal, qui ont invité l’ensemble des habitants à s’exprimer. De toute une ville et non seulement d’un quartier. D’où une toute petite entorse aux souhaits de nos prédécesseurs… Le Quinson du Coinot a vécu ! Vive Le Quinson de Montbéliard ! Un siècle après, le pinson1 continue de siffler… Jeunes, hommes et femmes de tous âges et toutes conditions, les uns réunis en comités d’écriture organisés dans chaque quartier, les autres en « free-lance », tous
Feuilleton du Quinson de Montbéliard (2e épisode)

Des Trissus* depuis longtemps aux couleurs du monde
1911 : premier cri du Quinson du Coinot. La ville compte alors 10 392 habitants. Voie de passage entre Vosges et Jura, l’autoroute des invasions fonctionne depuis des siècles et les lointains ancêtres des Trissus seraient, comme alentour, des Indo-européens (Séquanes, Burgondes etc.). Mais, la proximité des Helvètes et des Germains a toujours compté. Ainsi, plus près de nous, en raison de la présence au château durant quatre cents ans des Wurtemberg allemands, le Trissu est de religion protestante. Montbéliard est terre d’asile pour des étrangers voisins persécutés en raison de leur religion réformée. En 1912, Peugeot s’installe à Sochaux. Débute ainsi un processus de développement industriel prometteur. Mais, deux guerres mondiales sanglantes opposent cruellement les peuples, transforment la carte du monde et jettent sur les routes de l’exil des populations entières dans un brassage d’ethnies et de civilisations sans précédent. Certitudes et modes de vie en sont durablement affectés. Des réfugiés russes, polonais, italiens, espagnols s’embauchent dans les forges, les usines textiles et métallurgiques. Plus tard, le développement de l’industrie automobile fait venir de leurs campagnes les paysans originaires des Vosges, de la Haute-Saône ou du Haut-Doubs. Dès 1969, pour faire tourner à plein ses usines, Peugeot a massivement recours à l’immigration extérieure. Un chapelet de nationalités s’égrène alors tout au long des chaînes de montage.
blêmissait. Il s’éclaircit la gorge puis déclara d’une voie pointue : « - Citoyens de Montbéliard, je vous ai délivrés de la tyrannie de la famille de Wurtemberg. Le tyran est rentré dans son pays. Je vous ai apporté l’égalité : les ci-devant sont sommés de restituer leurs titres aux autorités révolutionnaires ; ceux qui ont refusé sont soit en prison, soit en fuite. Les honteux insignes de l’esclavage, blasons, bannières, ont été arrachés : ils sont remplacés par notre belle cocarde ! La superstition est abolie : plus de pasteurs, plus de curé, les églises désormais sont vides et les esprits sont libres ! Le château, les halles, le collège sont aujourd’hui au peuple ! Le ci-devant comté a été rattaché, selon vos désirs, à notre belle France, patrie une et indivisible. Et pourtant, j’entends des murmures ! Mes décisions seraient contestées ! Y aurait-il des traîtres parmi vous, des ennemis de la France et de la Révolution ? Ingrats ! Qui n’est pas d’accord avec mes arrêtés ? » L’assemblée pétrifiée resta silencieuse. Chacun regardait ses pieds. Personne n’osait intervenir. Cette attitude eut le don de renforcer la colère du révolutionnaire. Ses yeux lançaient des éclairs. Devenu rubicond, notre homme trépignait et du fond de la nef on voyait son haut chapeau monter et descendre, rythmant ses invectives : « - Lâches ! Vous êtes des lâches ! On vous donne tout, mais peu vous chaut : tout ce qui vous intéresse c’est votre bourse. Pourvu qu’on n’y touche pas ! La patrie en danger, vous vous en moquez comme d’une guigne ! Pour la sauver, on vous demande un don patriotique. Rien ! Robespierre m’avait bien prévenu : crois-tu, citoyen, que Montbéliard, ce trou qui baragouine le français, mérite d’être française ? Ah ! Vous ne voulez pas des belles idées révolutionnaires ! Je vais vous les faire avaler, moi, Bernard de Saintes ! » Une petite voix timide s’éleva alors de l’assemblée : « - Et mon chat ? - Que vient faire ton chat, citoyen, dans ce débat ? cria presque à s’en étouffer le révolutionnaire. - Tu lui as fait couper la tête. Oh ! Mon pauvre Léo ! ajouta un peu plus fort le quidam avec des sanglots dans la voix. Ce n’était pourtant pas un séditieux : il passait sa journée à dormir dans le poêle, près du foyer. Mon pauvre Léo ! » Quelques jours auparavant, Bernard de Saintes avait effectivement fait dresser une guillotine sur la place Saint-Martin pour terroriser les Montbéliardais qui refusaient de verser un impôt destiné à financer les armées de la République. Voulant vérifier qu’elle fonctionnait bien, le bourreau avait fait tomber le tranchant de la lame sur le col d’un pauvre chat qui avait eu le malheur de passer par là. - Mon chat ! reprit de plus belle la voix. (suite) ►

ont contribué à la rédaction de ce numéro 2 que l’on espère digne du précédent. Il est en tous cas lui aussi le reflet de son temps. Guerres mondiales, pollution, technologie galopante, interdictions en tous genres… Le monde a changé, il est devenu une affaire extrêmement sérieuse ! Mais il interpelle, il met en colère, il incite à la nostalgie, il pousse à la création, à l’imagination, il inspire articles, dessins, poésies ou chansons. Les rédacteurs de 2011 ont avant tout traduit leurs peurs et leurs rêves. Voilà notre clin d’œil au futur. À l’avenir. En laissant une trace tangible de ce que fut le Vingtième siècle et les premières années du Troisième millénaire, nous espérons transmettre le flambeau. Prouver que la mémoire n’est pas seulement dans les livres d’histoire, qu’elle est d’abord dans le cœur des gens. Quelques mots encore, que nous empruntons à nos prédécesseurs « pour adresser par avance un salut cordial à nos successeurs, à ceux qui, en 2111, reprendront la plume pour rédiger le troisième numéro de ce journal. Ces futurs vaillants qui sont encore au royaume des gosses ». Saluons-les car dans un siècle Montbéliard sera toujours Montbéliard et aura toujours besoin de lieux d’expression libres. Longue vie Montbéliard !
1

bitants s’en vont ! » Depuis 1975, la ville a perdu 6 000 habitants, l’agglomération près de 20 000 et l’usine Peugeot de Sochaux-Montbéliard près de 29 000 salariés. En raison des évolutions technologiques, des crises énergétiques et d’un système économique évoluant vers une plus grande mondialisation de la production, l’emploi industriel local s’est raréfié. Les Trissus espèrent des lendemains meilleurs avec la diversification industrielle et les implantations tertiaires (services, université, recherche, environnement, etc.). Assombri par le chômage, notamment des jeunes, et ses effets parfois désastreux, l’avenir est à la recherche de couleurs.
* Nom donné aux habitants de Montbéliard

au

Quinson

de

Quinson (prononcez « tienson » en patois montbéliardais) : pinson ou cri aigu

Montbéliard, fin 1793, an II de la République française

Le départ de Bernard de Saintes

«P

ioche-Fer ! Pioche-Fer ! Pioche-Fer ! » Une forte clameur s’était élevée dans l’église Saint-Maimbœuf à l’arrivée du conventionnel français Bernard de Saintes. Ce montagnard radical avait jugé plus conforme à ses convictions antireligieuses de renoncer à ses prénoms André Antoine, qui faisaient trop « Ancien Régime », pour adopter ceux de Pioche-Fer, leur équivalent dans le calendrier révolutionnaire. Il avait par ailleurs fait fermer tous les lieux de culte de la ville. La vieille église Saint-Maimbœuf au château, appelée

l’église allemande, parce qu’on y prêchait à l’époque des Wurtemberg dans la langue du prince, était devenue depuis peu le lieu de rassemblement de la Société populaire, une société révolutionnaire formée de citoyens triés sur le volet parmi les Montbéliardais les plus favorables à la Révolution et à la France. La nef offrait un spectacle de désolation : sièges brisés, stèles funéraires soulevées ; le beau mausolée du comte Renaud de Bourgogne, derrière la table de cène, avait été cassé à coups de masse et des cercueils de la famille de Wurtemberg gisaient ouverts dans l’allée principale. Après avoir été sorties de leur « boîte », les dépouilles princières avaient été insultées puis jetées dans la cour. D’un pas rapide, le conventionnel remonta la nef, gravit énergiquement l’escalier de la chaire et fit cesser d’un geste sec et nerveux la clameur. Le silence s’établit. De son regard perçant, Pioche-Fer scruta l’assemblée, s’arrêtant de-ci de-là sur un visage qui aussitôt

Et il faudra encore compter jusqu’à cent pour que l’ancre coule à nouveau. Je parle de République en danger. on doit l’acheter en brique ou en bouteille au supermarché. par extension déclamer. il aura déjà fait couler beaucoup d’encre. Celui-ci se démenait dans la chaire. Vous m’attendiez patiemment toutes les nuits au pied du lit. lorsqu’un œuf vint s’écraser sur son front. [ont été donnés. décorées pour certaines. longues ou courtes ont été racontées. Pour mille histoires. Ce que je salue en lui. Que de regards langoureux ou brefs. pas moins de 27 000 tuiles (nombre équivalent aux habitants de Montbéliard !) ont été utiles pour nous remplacer mes compagnes et moi. une année sur deux. En tissu écossais à dominance rouge. il a aussi ses souvenirs d’enfance sous un autre soleil. sans écritures ! Alors en quelques jours. Pour se protéger des jets. Un automate installé devant le supermarché vous délivre du bon lait directement sorti du pis de la vache. Le temps a passé et vous voilà bien fatiguées. Les bras croisés sur la poitrine. Il fallait tout ce temps à la grande dame pour revêtir milles feux et boulonner sa tenue d’apparat. accrochée au mur dans la maison d’un Montbéliardais expatrié. Vous connaissez ? Le plus ancien temple de France construit spécifiquement pour le culte protestant en 1601. un boulon. c’était l’année nouvelle sur les chaînes de montage de la 3008 Peugeot. je vous veux près de moi après tant d’années heureuses. La fête se poursuivait audelà des douze coups de minuit. qu’est-ce que vous croyez ? Que je vais vous laisser mourir dans la soupente du grenier. Aux lectrices. accentuant la teinte jaunâtre de sa peau. s’entend. La fête terminée. avec sa famille. jamais l’une sans l’autre. Lors d’une folle nuit. mais on ressent tant bien que mal qu’il est temps pour nous de poser notre plume. complété bientôt par d’autres projectiles plus solides. mais vous pouvez au moins découvrir le vrai goût du lait. manger une glace. juste devant le supermarché… saiton jamais ! A Et pour toi le bonheur… c’est Dormir. une tuile est un événement imprévu et désagréable . La tante Arie a troqué son âne contre des chevaux Cité rêvée ontbéliard ! La dame a de l’Allan !* Le dernier jour de décembre. nous serons cent. et qu’il s’en aille. trois boulons. Que faire de vous ? Oh. après avoir été celle des boulons. Votre teint a fané. Pioche-Fer ouvrit la bouche. C’est alors qu’une voix s’éleva : « Il a sans doute un chat dans la gorge ! Rends-lui sa liberté. pour être près de nous. les vaches montbéliardes vous attendront dans un pré. Et tous ne soyons pas jaloux. Apparu depuis longtemps. MOI. sa bonté et sa gentillesse. Hissé au-dessus des têtes. son papier est jauni par le temps. il est là pour nous aider. deux boulons. plus mort que vif. c’est un passe-temps amusant et délicieux. nous avons été vendues pour financer les travaux. s’entendent ! Alors en attendant que notre papier devienne jeune âtre à son tour. livrées à l’appétit des souris ? Non. couvrant la voix de l’orateur. Il a été pasteurisé. qui vient d’ailleurs. nous allons redonner une nouvelle vie à un journal qui sommeille depuis longtemps sans effacer les paroles d’antan. Et toujours là. Bons cent. on verra mardi Enfin arrive le mardi Enfin s’éveille la « belle endormie » On a l’impression que la ville revit On croise des gens qui vous sourient Le soleil est dans les cris Le fronton de la mairie est [soudain moins gris Et finalement on se dit C’est p’t-être pas mal ici ! On trouve des bars remplis À Montbéliard Le mardi soir Je suis à Monbéliard depuis [trois ans J’y ai amené mes enfants J’ai fait découvrir la ville [à mes parents Franchement aujourd’hui [je suis content Est-ce le changement [de gouvernement Qui fait que maintenant La ville n’est plus tout à fait [comme avant Sont-ce les prémices d’un nouvel [élan ? Réponse dans 100 ans ! * En anglais “to slam” : claquer. Mais rien n’y faisait ! Bientôt son chapeau tomba. Oui. on me répond “Mon chat !”. il sautait. citoyen. tête de pioche ! ». elle devenait la Cité rêvée. Bien sûr. Même si nous laissons à par être des fautes sans le vouloir. Au centre-ville le spectacle était à tous les coins de rue. pas de très loin. Bernard de Saintes fermement empoigné par deux bouèbes fut déposé devant la guillotine. criant à s’en époumoner : « Qu’on arrête les séditieux ! ». même s’il est encore à cent pour cent avec des textes perçants d’un ancien temps. avec ou sans lendemains. presque tout le monde faisait la fête dehors. On n’entendait plus que les sanglots de Pioche-Fer. Je me souviens vous avoir étrennées un jour d’hiver où la neige tombait en abondance. c’est que je vous aime mes bonnes et braves charentaises. « hum ! hum ! ». les machines déambulaient au rythme de musiques entraînantes. « On dirait les miaulements de mon chat ! À la guillotine ! À la guillotine ! ». Cette nuit-là. ce qui provoqua le fou rire de l’assemblée. Et le « Tête de pioche ! Tête de pioche !» repartit de plus belle. Bernard de Saintes était atterré. Un autre œuf suivit. Faire revivre un journal qui dort en corps. V P Vachement bien ! ujourd’hui. petits ou grands ont été servis aux clients [ensommeillés. R 100 ans déjà etit journal endormi dans un autre temps. Le maire avait été prévenu. Il aime la France. Et peut-être que dans 100 ans. il se tourna vers Bernard et lui lança : « Que disais-tu déjà. non seulement dans le Pays mais également dans toute la France et même hors de nos frontières. en arrivant à Montbéliard ? Que tu nous apportais la liberté ? Et te souviens-tu de ma réponse ? » Blanc comme un linge. Cent ans encore. On ne voyait plus que ses mains agrippées à la bordure de la cuve et le sommet de sa perruque. Que d’histoires joyeuses ou tristes. bien mitées aussi. Et je lui demande d’accepter mon amitié. nous allons travailler à son apparition et surtout à sa publication pour les cent ans du numéro deux. parfois écrémé et n’a plus rien à voir avec le lait bien chaud qui sortait du pis de la vache que nous allions chercher à la ferme. Bien chaudes grâce à votre peau de mouton. « À la guillotine ! À la guillotine ! » reprit l’assemblée. dans une ambiance torride… grâce aux feux disséminés partout et aux bouteilles de champagne. mais aucun son ne sortit. Le toit commençait à prendre l’eau et en 2007.Est-ce qu’on peut faire taire ce coquin ! cria Bernard de Saintes. Nous allons passer beaucoup de notre temps à cent pour cent sur ce thème. Plusieurs gaillards se saisirent du conventionnel. Sans jouer de la flûte de Pan. les fils de la ferme Breuillot ont trouvé une solution. je suis au Canada. descendit la rue du château en portant triomphalement son trophée. Jamais il n’avait connu de telle situation et Dieu sait s’il avait été exposé à de nombreux dangers dans sa carrière politique ! Il essuyait son visage en sueur avec son jabot. Je vous sortais surtout par temps froid. Avec quel amour vous me réchauffiez ! Vous étiez comme des jumelles. Cent ans déjà. sans qu’on nous dise paresse ! Sa parution fera en sorte que le numéro deux fera bien des ans vieux. je vous adresse bien le bonjour ! D À un ami ésidents de Bossière. il a été écrit par des anciens. Une paire d’amies oilà bien longtemps que nous vivons ensemble. deux boulons. le brave révolutionnaire replia son grand corps maigre dans la chaire. trois boulons. il n’a plus l’odeur de l’écurie. La suite au prochain numéro . Et il se mit à pleurer ! Le tapage s’arrêta. nous avons un homme. on l’a assez vu ! ». Vous étiez belles alors. Déjà tant. passe la chaîne. citoyen maire. Que de rendez-vous d’amour ou d’affaires.Montbéliard aujourd’hui Au café du commerce Slamamonbé* Cela peut vous paraître bizarre Mais je ne suis pas de Montbéliard Je suis arrivé là par hasard Un dimanche soir de mars Vous n’allez pas me croire J’arrivais de Montélimar J’ai cherché un bar Je suis allé jusqu’à Bart Mais y’a pas de bars A Montbéliard Le dimanche soir Je me suis dis on verra lundi À Montbéliard le lundi soir Pas plus de restaurants que d’bars La misère noire Dans la rue piétonne il fait noir Plus personne après 7 h du soir Il pleut et j’ai le cafard Je regrette déjà mes nougats noirs J’ai cherché à nouveau un bar Mais y’a pas de bars À Montbéliard Le lundi soir Je me suis dit. Arrivé place Saint-Martin. je suis une tuile du temple Saint-Martin. deux boulons… * Structure culturelle de Montbéliard M Quelle tuile ! ’habitude. Madame Cité rêvée avait vraiment le feu aux… boulons. tendait un doigt accusateur. Au petit matin je vous retrouvais bien sages. passe la chaîne. De là. c’est un homme parmi les hommes du monde entier. L’injure sembla plaire à l’assemblée qui se mit à crier à l’unisson : « Tête de pioche. Un boulon. Le cortège quitta l’église. Quel enthousiasme chez les amateurs. Voilà bien les Montbéliardais ! C’est à pleurer ! « Le chat ! Le chat ! » reprirent en chœur d’autres voix ! Puis l’une d’elles lança : « Tête de pioche ! ». Mais depuis peu. dansait et criait « À bas PiocheFer ! ». Et que sommes-nous devenues ? Sans me vanter : de véritables stars ! Démontées et descendues avec soin. vides ou prometteurs ont été échangés. Drapées de leurs boulons. mais pas aux fruits Nasser Suite du feuilleton du Quinson de Montbéliard . un boulon. Le Quinson de Montbéliard | 2 Que de cafés noirs ou crèmes. elle se mettait sur son 31. pour boire du lait. Nous ne sommes pas nombreux. Ce soir-là. aux lecteurs de nous comprendre et d’en comprendre le sens. il ne bougeait plus. car il est temps de s’en aller. entouré d’une foule de plus en plus nombreuse qui applaudissait. MOI. nous serons deux. de Salut public. en quelques temps.

Les 6 000 pattes Un mille pattes. notre ville aurait un tout autre visage. Casablanca. . Les fièvres tropicales. le bruit.. grâce à la ville de Montbéliard et dans le cadre de Utopies & innovations. Devant tant d’ingratitude. vous ne liriez probablement pas ce canard. l’hospitalité et les sourires des populations. les pêcheurs des îles. Monsieur B. et ce collier : des épines en métal !!! Et pourquoi ses cheveux sombres ont-ils des pointes bleues ? Vite. doucement. Il y en a tellement que des pistes spéciales vélos sont construites. son emblème. sache que pendant ton sommeil. Mamie. d’accord mais qu’avez-vous d’autre à m’annoncer ? Mon petit-fils Daniel m’explique qu’on trie les déchets (quelle drôle d’idée !). les habitants et les terres du Pays de Montbéliard sont officiellement cédés à la Et pour toi le bonheur… c’est Partager plus de moments avec ma maman Sanja .. de Cambodge.Mais dis-moi.. Montbéliard arbore toujours fièrement. Le 29 avril. photographe et rêveur. en aventurier solitaire. comme ailleurs. honnête homme du xixe siècle et photographe.Les voitures. C’est sûr. Un homme pourtant a livré bataille. . les fastes du palais royal.Montbéliard aujourd’hui J’ai 124 ans ! Ça y est. qu’il y a des trous dans la couche d’ozone. désolé ! Actuellement nous connaissons une crise économique mondiale terrible et à Montbéliard.Mais quel est ce bruit incessant dans la rue ? . le fleuve Khao Phraya (Ménam) au trafic de bateaux ininterrompu. Ce voyage lui valut une reconnaissance posthume après la publication en 1863 de la première édition de son récit* et influença sûrement la politique d’extension coloniale du Second Empire. HongKong. mais un 6 000 pattes… ? Ça n’existe pas une bête pareille ! Et bien si. Que de tribulations administratives ! moderne à l’activité incessante. le château n’était plus que l’ombre de lui-même. vestiges d’une époque révolue ? Il n’y a pas si longtemps. Montbéliard est rattaché au département du Doubs et devient sous-préfecture en 1816. des minorités écrasées. on emmène Mamie se promener en ville ! Enfin. je pus mettre mes pas dans ceux de Mouhot. . Oh là. lecteurs du Quinson. ou trop peu et nous nous perdons en conjectures. de fer et de béton ? Des ruines. ville I H Et pour toi le bonheur… c’est Sauter dans les flaques d’eau après la pluie Amadou De l’aspect éphémère des frontières France. 150 ans plus tard. son identité.5 phrases Écrire plus. Car il était là en 1911. la fatigue. que dans le monde il y a encore des guerres. Voilà. ils m’ont tout dit. Les Montbéliardais se donnent par vote au département du Mont-Terrible mais Montbéliard devient un modeste cheflieu de canton.2. la beauté des temples. des railleries. Mais comment mon mari a-til fait pour l’installer en une nuit dans notre chambre ? Qui est cette jeune fille qui me sourit gentiment ? Comme elle ressemble. Paris. c’est ça qu’il faut [que je fasse Certes c’est pas facile Mais l’écriture ça me fascine Fasciné. tout cela est compliqué ! .Mamie. je dois me lever. Et sans cette fête.4. Depuis lors. Dernière réédition chez Arléa. février 2010. . bien décidé à donner à Montbéliard l’une de ses plus belles fêtes populaires. Qu’aurions-nous à la place : des cubes de verre. elle est habillée drôlement.Mamie ? Reste encore au lit un moment. elle se réveille ! Que se passe-t-il donc ? Le soleil m’aveugle. pas de Quinson ! Alors. promis à la démolition. ? Mais cela sera peut-être le début d’une autre histoire… * Voyage dans les royaumes de Siam. Essayons un seul instant d’imaginer Montbéliard sans son château. Je suis endormie depuis 100 ans et me voilà de retour. À moins que. les moustiques. là. 1.Bien sûr. Enfin. né à Montbéliard le 15 mai 1826. Toute la famille est prévenue et ils viendront tous te saluer et t’envoyer plein de bisous car ils habitent aux quatre coins du globe. grâce aux ordinateurs et à Internet le « sésame ouvre-toi » d’aujourd’hui. La chaleur. les couleurs. je m’interrogeais sur les raisons qui avaient transformé ce jeune marié. enfin. cela a ouvert des temps nouveaux mais n’a pas tout révolutionné ! Le Quinson de Montbéliard | 3 Les mots À force de faire des jeux de mots J’ai des maux de tête Textuelle Sensuelle J’enfile mes mots comme [des textiles Texte. falsifiée mon écriture Tu risques d’être inséré Ils nous demandent de nous insérer C’est vrai c’est dur Sinon ça se saurait J’aurais voulu continuer Mais il faut que je trouve une chute DSL faut pas tout dévoiler Alors chuuute. Cela lui avait pris trois ans et coûté la vie… je n’avais qu’un peu plus de deux mois pour. à ma belle-sœur Marguerite . des contretemps. Ah ! c’est leur fameuse fée électricité. je vais mettre mon manteau de fourrure tout neuf. À cet instant le département du MontTerrible (Porrentruy et Délémont) et Belfort se battent pour attirer ce petit pays dans leur giron. Et. Nous lui devons bien d’autres choses à ce Monsieur. c’est le nombre de jambes qui se sont élancées pour la 27e édition de la course à pied entre Belfort et Montbéliard le « Lion 2010 ». on sait ce que c’est. Et c’est bon pour la planète. Je n’ai pas résisté. Épuisé par des décennies d’occupations dévastatrices. je m’envolai de Paris pour Bangkok. New-York. 1814 : la région de Porrentruy et Délémont est rendue à la Suisse.. je ne suis plus la Belle au Bois dormant mais je suis en forme pour mon âge. non loin de Luang Prabang (Laos). Tokyo. est-ce qu’il existe un moyen de connaître ma descendance avant que je passe de vie à trépas ? . Il en a essuyé des refus. D’ailleurs. Ouh là là. la magnificence d’Angkor et. assurément. Mais les efforts ont payé.Que me dis-tu ? Mon petit-fils manipule de l’argent toute la journée et fait faire d’énormes bénéfices à la banque qui l’emploie ? J’espère au moins que son travail améliore la situation économique mondiale ! . le commerce des pierres précieuses à Chanthaburi. en plus jeune. et pendant ces longs trajets d’où je sortais rompu. les descriptions qu’Henri Mouhot faisait des lieux qu’il découvrait ont encore aujourd’hui toute leur pertinence. l’ancienne capitale khmère du Cambodge. un affluent du Mékong. on t’expliquer. votre révolution informatique si la pauvreté dans le monde existe toujours ? .Doucement Mamie. le dénuement d’une grande partie de la classe populaire. Bangkok.Demain. Sans elles. sans doute le paludisme. pour le plaisir que nous partageons à jouer les potaches et pour votre attachement à votre ville. des hommes ont marché sur la lune ! Sur la lune ! Et pourquoi pas sur Mars ? . de Laos et autres parties centrales de l’Indochine.3. pourtant. si l’homme est capable de marcher sur la lune . la tête me tourne ! . grâce à lui.Non Mamie.. dresser un état des lieux en revenant indemne : pas le temps de baguenauder ! Dans l’absolu. la forêt tropicale humide et luxuriante. les odeurs. c’est comme l’invention de l’imprimerie il y a cinq siècles. Et pour toi le bonheur… c’est Regarder les garçons les plus beaux Mariame Histoire Chapeau bas. Texto Les mots sont partout Peu importe le contexte Mon texte est con Comme quelqu’un qui conteste Tu compte me test ? Compte mon texte. A oût 1796. les trains et les taxis collectifs ont depuis longtemps remplacé les éléphants et les chars à bœufs. Les bus. Que me racontez-vous ? Plus personne n’en porte car c’est cruel pour les animaux ?! Bon. au printemps 2010. la France a connu deux guerres mondiales. que sans lui.Mamie. qu’il n’y aura bientôt plus de pétrole. ont eu raison de sa résistance : il mourut le 10 novembre 1861 au bord de la Nam Khan. Pour ma part. je me suis attaché au personnage avec lequel j’avais des affinités évidentes : voyageur. la rencontre avec le naturaliste montbéliardais remonte à l’hiver 1998 alors que je voyageais avec mon épouse dans cette partie du Sud-Est asiatique. Incroyable ! Et les douaniers contrôlent les cyclistes quand ils changent de pays ? Il n’y a plus de frontières ?! C’est merveilleux ! J’ai toujours détesté le nationalisme poussé à l’extrême et rêvé d’une société où tous les hommes seraient frères dans un univers sans frontières. Nous ne le saurons jamais vraiment puisque dans ses lignes il ne se révèle pas. consacra les trois dernières années de sa vie à voyager du royaume de Siam (Thaïlande) à celui du Laos en passant par la redécouverte d’Angkor. tout cela je l’ai partagé chaque jour avec lui. les parfums. Encore une chose. l est des personnes dont on semble avoir oublié le souvenir. mais sachez bien. Espoir déçu ! Les Montbéliardais sont rattachés au Haut-Rhin mais dépendent toujours de la sous-préfecture de Porrentruy. Mamie ?! Mais mes enfants ont 3 et 5 ans ! .. En quelques clics on peut communiquer et se voir facilement de plusieurs points du globe et en même temps. beaucoup de gens souffrent.Mais à quoi servent tous vos progrès techniques. merci Monsieur Blazer. que les entreprises partent là où les profits sont plus juteux et mettent des milliers de salariés au chômage. les Montbéliardais changent leur fusil d’épaule et réclament leur rattachement au département du Doubs et plus précisément à l’arrondissement de Saint-Hippolyte. J’ai 124 ans. que la pollution est vraiment un problème pour la survie de la terre.. Mais quelle mouche avait donc piqué Henri Mouhot ? enri Mouhot.. près de Montbéliard passe la véloroute qui relie Nantes à Budapest. des personnes réduites en esclavage y compris des enfants.

. nous passaient par-dessus la barrière qui entourait le monument de Cuvier avec poupée. je revois l’imposante demeure de l’ancienne brasserie Arlen accolée à la propriété Tuetey avec son jardin tiré au cordeau où toutes les variétés de légumes du catalogue Vilmorin s’exposaient fièrement comme des régiments en costumes colorés. alors leur stade Bonal était la place SaintMartin. c’était de sauter à l’intérieur pour me cacher. En chemise de nuit. les façades de la rue Clemenceau. La Lizaine poursuit son borgne chemin au pied des maisons de la rue des Halles. La réconciliation passe par le sport ! 1961 .1re édition du festival des Mômes. première grande surface d’outillage et bricolage. . Je n’avais qu’une hâte. l’avenue de Lattre de Tassigny transporte un flot de véhicules bruyants et malodorants. E Et pour toi le bonheur… c’est Aller seule à Paris Elma Le triporteur u Coinot. Ensuite. L’ultime démarche. de fleurs de nénuphars. rue du Collège. le jeune chauffeur se penche dans ma direction et me lance en souriant : « alooors paapy. un escalier permettait aux pêcheurs d’accéder à leurs barques depuis la route. 1941 . la mer. Le samedi.Souscription publique pour le goudronnage des rues de la ville. Empruntez la rue des Tours. bouger. de préférence dans l’immeuble où ils avaient vécu 26 ans. Pour mes frères et leurs camarades. 1981 . À gauche.. . vite à l’abri. Nous prenions la direction de la ferme Breuillot. . . Feu vert. 1991 . . À l’époque. redécouvrez votre ville. Elle écrivait : « il n’est pas sur la machine ronde un endroit qui puisse être meilleur ». ma sœur et moi. .Seconde édition du Quinson sorti du Coinot pour réunir la Ville entière. landau. cramponnées à nos parents. Parfois. regardez le sommet d’une arcade ouvrant sur une grotte comblée depuis longtemps.La Ville reçoit le trophée « Écoaction » pour la création du parc du Prèsla-Rose. à ras-de-terre. . Gourdes et casse-croûte emballés et accrochés à la ceinture. portent les traces d’encoches où des poutres de bois ou de fer étaient encastrées.Célébration de la bataille des maquisards d’Écot contre les troupes d’occupation. souvent avec quelques égratignures que nos mères savonnaient énergiquement pendant la toilette du soir. Le Quinson de Montbéliard | 4 J Le canot d’un mètre cinquante. .Émile Blazer. 2001 . le rêve d’une partie de leur vie devenait réalité. les garçons répondaient « les filles sont dans Cuvier ». cortèges et défilés sont interdits. Zia N L’abri romenez-vous les Trissus. C’est à cet endroit que le boulevard s’interdit de suivre les caprices du paresseux cours d’eau et pose son ruban d’asphalte sur ce qui était une bourdonnante et verte prairie transformée en parkings. . La Citadelle.9 août : au Kenya mort accidentelle de Jacky Boxberger athlète de demi-fond. D Et pour toi le bonheur… c’est Aller à la piscine Alihan et Serife L’agent immobilier rassura ses clients : ce bien de qualité trouverait preneur rapidement. Je criais car je ne pouvais pas soulever le couvercle qui était trop lourd.La Ville investit à Charquemont pour installer une colonie de vacances. Il avait été acquis par l’enfant grâce aux pourboires amassés au fil des mois lorsqu’il vendait La Vie et Cité fraternelle sur le parvis de l’église Saint-Maimbœuf avant les messes du dimanche matin.Fête du centenaire du collège Cuvier les 4 et 5 juin . côté jardins ou rivière. Huit mois après. là où la Lizaine fait un angle droit. nous rentrions à la maison fiers de notre aventure. le plus grand professionnel de la place. à droite. Arrimées à celles-ci. Mon frère refermait le couvercle rapidement et à toute allure me faisait faire trois ou quatre fois le tour du Coinot. il est parti. tant la circulation est dense. la vie y est belle ». orné d’iris.Le premier film parlant passe au cinéma Tivoli le 29 avril (avenue Wilson). Je suis allée au Paradis t oui ! Comment et avec qui je vais vous le raconter. d’ondulantes prairies caressées délicatement par les eaux calmes de la Lizaine et où le soleil s’invitait dès l’aube. .Noël : match de foot historique à Ludwigsburg. avant-guerre. passez derrière le restaurant Scorpio. Lorsque l’on s’inquiétait de notre absence. de légères passerelles permettaient aux riverains de rejoindre la rue des Huisselets. . comme dans un roman d’aventures. il était difficile de jouer au ballon dans la rue. . nous étions une bande de copains et partions souvent à l’aventure.L’Agence pour l’emploi rue Lalance ouvre ses portes le 8 avril. Ils souhaitaient acquérir ou louer un appartement. le magasin que tenaient mes parents s’appelait « le Caïffa » spécialisé dans la vente de café. L’enfant se réfugiait dans ce mystérieux décor. Puis il se sauvait et m’abandonnait dans ma prison. En fin d’après-midi. sans un bruit. à la même vitesse. nous nous engouffrons dans l’abri où d’autres fuyards. Et pour toi le bonheur… c’est Avoir un chat que j’appelerai Loulou Au pied de Cuvier ous habitions rue du Collège au Coinot.Pose de la première pierre du lycée des Grands Jardins. TUTUTUTUUUUT ! Un superbe 4X4 noir d’une marque japonaise s’arrête à ma hauteur. Nous habitions rue des Tours. de quelques îlots de roseaux.Montbéliard autrefois La Lizaine sens dessus dessous eudi 27 mai 2010 midi.10 septembre : premier train électrique en gare de Montbéliard. Ce n’est pas encore pour cette fois. j’avais 8 ans.Le Théâtre de l’Unité pose ses valises à Montbéliard. feu de bois… C’était notre Paradis ! Même si c’était l’enfer pour les hannetons à qui nous attachions un fil à la patte. Je suis le trajet de l’enfant.Les réunions. À gauche.Construction de l’école de la Prairie et de la cité-jardin de la Citadelle. nos gentils retraités revenaient à Montbéliard. une maison à Saint-Martin-Vésubie. A Vends appartement ans les années 1980. pour s’y retirer à la retraite.Chômage partiel aux usines Peugeot malgré la sortie de la Quadrilette. nous transportions aussi nos jouets sur la place. grande personnalité montbéliardaise s’éteint le 19 avril. le lycée des Huisselets. sortir. Sur ma gauche. sauvons-nous.Mars : pour éviter les représailles. avant de quitter la région.Huitième traversée de Montbéliard à la nage le 30 juillet. nous osons respirer. futur lycée Cuvier. à l’époque sans voitures ! Avec mon amie Ginette. pas plus vite que le canot de l’enfant qui. c’était notre salle de jeux. superbe chien malinois de Monsieur Bull du café du 14 juillet. etc. notre refuge. le client suivant voulait vendre l’appartement qu’il avait acquis depuis peu car il était muté dans une autre région… et c’était celui de nos gentils retraités. . c’était le lavage de la caisse qu’il faisait sécher sur le trottoir.Grandes fêtes de juin au centreville avec la Foire des associations de Montbéliard. ce couple de Montbéliardais avait acquis. là. un enfant de 10 ans ouvrait la voie la plus courte pour rejoindre le quartier de la rue des Potiers au bouillonnant centre commercial du quartier du Coinot dynamisé par les établissements Bernard&Mégnin. fut la vente de leur appartement. C’est là que deux fois par semaine je remplissais pour la famille deux bidons de lait bien chaud de la dernière traite. .Pose de la première pierre du CCAS à la Petite Hollande. toujours aussi solennel. la nuit. Le soleil.Étienne Oehmichen réalise le premier vol d’un « appareil à voilure tournante » : l’hélicoptère est né ! . 1921 . . je pense à l’article signé « Lisette du Coinot » paru dans le Quinson en 1911. Au volant de ma 206 Peugeot. nous attendons que les sirènes se taisent… sauvés ! Alors. promenez-vous les Montbéliardais. ils ne supportaient pas l’isolement. 2011 . Le bonheur de ces retraités délicieux qui ont racheté « leur » appartement ! Quant à l’agent immobilier. je suis arrêté au feu du carrefour des rues du général Leclerc. de l’Étuve et de Lattre de Tassigny.Fermeture des bains-douches de la Citadelle mis en service en 1930. c’était « l’abri ». c’est ce quartier en forme d’escargot où l’on dit à qui veut l’entendre « qu’à la Citadelle. Et l’affaire fut vite conclue avec un jeune ménage embauché depuis peu chez Peugeot.Tremblement de terre ressenti dans tous les quartiers de la ville. Mon grand-père était mon « libérateur ». le préfet invite les populations (surtout les jeunes) à s’abstenir de peindre la lettre « V » sur les murs et façades. nous traversions le Bois Bourgeois puis le champ de tir où nous récupérions quelques douilles restées sur place après l’entraînement des militaires du 1er RA. le saluaient. à leurs yeux. Sur ma droite. Ne connaissant personne dans ce village du Midi. C’est ici que l’enfant accrochait son canot à un anneau fixé à une falaise qui protégeait le parc paisible d’une romantique demeure remplacée aujourd’hui par le parking de la Poste. le quartier du Coinot . Quand le monde était dans la tourmente. Trop tard. nous courrons. était également notre gardien.On patine sur le bassin du port en janvier. qui pêchaient assis sur les marches de leur maison. pour être tranquilles. Je progresse. glissait vers son port d’attache. . elfeulévert. Hors d’haleine.Première édition du Quinson. . 1931 . sales et fatigués de notre périple au milieu des bois. prêts pour le défilé du 14 juillet. À l’époque. Dans la salle d’attente. enveloppées de couvertures. un terrifiant mugissement nous réveillait en sursaut : Alerte ! Alerte ! La sirène ! Les bombardiers arrivent ! Vite. mon père faisait des tournées avec un triporteur. les yeux agrandis d’angoisse. Les garçons. À l’angle de la rue Saint-Maimbœuf et des Huisselets. Les enfants de la rue des Halles. il y a presque 70 ans. Je n’ai pas oublié ! Souvenez-vous ! N’oublions pas ! P De 10 en 10 1911 . Nous étions les premiers aventuriers de Koh-Lanta : cabane au milieu de la sapinière. il en était l’explorateur. était métallique et de couleur rouge avec deux flotteurs de part et d’autre.La Ville décide la construction d’une piscine à la Petite Hollande. porté par la Lizaine qui coule encore sous le bitume. ziva ou ziva pas ? C’est pas l’endroit pour rêver ! » « Ben si… justement ». 1971 . le trafic redémarre lentement .Le comice agricole de Montbéliard fête ses 100 ans. Quelques secondes me propulsent 60 ans en arrière : à cet endroit précis. patte qui quelquefois restait accrochée au fil quand ils arrivaient à se libérer. soulagés. charmant village de l’arrière-pays niçois. nous partions du côté du Mont-Chevis dans le quartier de la Citadelle à l’ascension du Paradis. Le Prince. escorté par des libellules aux ailes délicates et d’impressionnants bancs de poissons argentés. il est resté. nous accueillent à la lueur des bougies. 1951 . à la vitesse d’un homme au pas ou d’un canot sur la Lizaine. Sans un mot.Le CCAS s’installe rue de Velotte. D’autres desservaient des vergers de fruits colorés aussi tentants que défendus. Il découvrait ce royaume et. Il remontait le courant dans sa petite embarcation.

voire la décroissance. Seuls les grands projets avaient le droit de naître. C’est la rançon du progrès. voire en tube. le temps de vivre. il fallait 6 minutes pour rejoindre Audincourt depuis Montbéliard en train . availlé ?» quelqu’un rentre restent assis que si bien tr « Tu as dans la classe. Strasbourg. Je sors dans la rue Clemenceau : les commerçants qui s’interpellent avec de gros éclats de rire agencent leurs présentoirs. sachant que pour se rendre à la gare TGV de Méroux-Moval.Montbéliard demain L’école à Montbéliard (et ailleurs) Le Quinson de Montbéliard | 5 Rêve ou… réalité L’école en 2011 Le beau-père de énorme 4 x 4 am Bryan. Il livre au marché ses légumes : la ville est entièrement alimentée par les paysans des communes rurales voisines. Un lézard gris s’échappe des graminées colorées de bleuets. il faut 20 minutes pour le même trajet en bus. n’aurait pas pu imaginer de telles pratiques. Bonne chance et longue vie à tous ! L'école en 2111 ? Société Orwell. Arrêter de jouer sur Internet. les fichiers divers et variés. Mais. Depuis dix ans. «Bonjour. Mais pour appâter le client on fait de jolis emballages qui ne servent à rien sauf à encombrer nos poubelles qui débordent de plus belle. En fermant la beau-père dit : « porte du pick-up. au volant de son ér le dépose vers le po icain aux vitres teintées. peut-être même iras-tu déjeuner plusieurs fois par semaine dans les calanques marseillaises. Paris. construite par deux fois. Non. notre saucisse ne se consomme via des petites pilules vertes ou roses ou peut-être bleues. Combien dans un siècle ? La gare de Montbéliard fut en son temps sujette à polémique. en juin 2111 pour le tirage de cette tombola. Si les chanceux sont plusieurs. aire la critique d’une réalisation lorsqu’elle est achevée est chose aisée. la cour est pleine. qui sait ?! Rendez-vous donc. à Colombier-Fontaine. il leur faudra autant de temps que pour se rendre à Besançon. Un rêve ? Non. peux-tu encore prendre un train à Montbéliard ? Avoir un nom Changer de nom Mais NON ! Codée par mon interphone Touchée par mon téléphone Plaquée par ma voiture Cartée par mon banquier Étiquetée par la Redoute… J’ai peur… Immatriculée par la Sécu J’en peux plus ! Je ne suis qu’un numéro ! 1 n° ! Anissa . Arrêtons d’arrêter ! I Et pour toi le bonheur… c’est Me réunir avec toute ma famille et faire un jeu tous ensemble F J’aurais voulu être une artiste Les voies ferrées construites par nos aïeux du xixe siècle et qui reliaient les villes et villages ont été progressivement abandonnées. un progrès à un milliard d’euros. en 2010. les grandes et petites villes. en France et à l’étranger. à l’humanité des villes ? Ce système ne fige-t-il pas les inégalités sans jamais répondre au malaise social ? Ne justifie-t-il pas la peur de l’autre et ne fait-il pas de chacun de nous un suspect ? Ici et là. ils passaient pour des obscurantistes. Tu En arrivant et en quill ent : « quittant l’école : Marchant tranas unem nition ! e pu « Salut maîtresse u !» été sage ? T e méritée ! » as Tu l’as sans dout Nous vivons une ép quelqu’un oque formidable levai ! Les enfants sela claent. qui décrivait une société où l’on ne pouvait pas concevoir de se déplacer à moins de 8 000 km/ heure. Cette rue est parallèle à la rue Centrale dans laquelle on sillonne à travers les étals. Lyon. à Rang. cela peut entraîner addiction et enfermement. se dotent de milliers d’yeux électroniques qui guettent nos moindres gestes. auteur du roman 1984. dans le ciel les téléphériques transportent les habitants des communes et des quartiers voisins. ils sont devenus fous ! Le progrès a des progrès à faire ! Connais-tu l’angoisse de la correspondance ratée. le marché mondial de la vidéosurveillance explose ! Mais ces réseaux de vidéosurveillance ne sont-ils pas la marque du renoncement au progrès social. À moins qu’en 2111. Une vraie Boitchu au médaillon rouge et or. des habitants sont assis sur les bancs ombragés. J J’emprunte la rue de la Schliffe en direction de l’esplanade au pied du château. Voyageur de l’an 2111. En 2010. Aujourd’hui nous pouvons tous être surveillés. quant à l’alimentation on ne sait plus vraiment ce que l’on met dans nos assiettes. de bugles. de renoncules. Tenant sa maml’écopar pied. certains prônaient la simplicité.… une sitelle oriente mon regard vers le tronc d’un grand tilleul qui me tient à l’ombre . elle faillit même ne pas voir le jour. celle de la billetterie en panne ou de la queue au guichet. D’immenses ginkgos laissent passer une lumière filtrante sur la fontaine. je me dirige vers les Halles. internet et les réseaux sociaux. au ue formidable ! Nous vivions une époq (à écrire en famille dans le "Quinson" numéro 3) eudi 28 mai 2111. Le passage piéton à droite du ruisseau laisse à gauche circuler les vélos. arrêtons ! La coupe est pleine…. c’est dangereux et cela pollue la planète. certains ne renoncent pas et des voix. de trop manger. rtail d’entrée. fliqués. la vidéosurveillance. j’hésite à prendre la direction du temple avec son jet d’eau et sa verdure sous les platanes. L’épopée de la grande vitesse me fait penser au roman Ravage de René Barjavel. tracés avec les portables. le ralentissement. l’alcool est souvent meilleur marché qu’un jus de fruit naturel. à Novillars. ça ne se passera « Tu : la maman demande Les enfants ne Après l’école. Il faut arrêter de jeter. Le temps de voyage sera toujours aussi long. Nous préciserons la date exacte et le lieu ultérieurement. le Tu t’amuseras bien !» Après l’école le be au-père demande « Tu ne t’es pas en : nuyé ? » L’école en 1961 an la main. puis déclassées et enfin revendues pour disparaître au profit de la route et de l’automobile. de marguerites. Alors oui. simple imagination de Montbéliard en 2111. au début du xxie siècle. l’ensemble des noms sera déposé dans un diairi et une main innocente (si cela existe encore) tirera au sort l’heureux gagnant. B Et pour toi le bonheur… c’est Me rouler dans l’herbe en haut d’une pente Chaïma Arrêtons d’arrêter l faut arrêter de fumer. À l’ombre des tilleuls. alors que ton départ est dans 7 minutes ? Peux-tu encore te rendre à Voujeaucourt. même dans ses rêves les plus fous. s’élèvent contre cette atteinte aux libertés publiques. Les sentiers piétonniers rayonnent comme un soleil au milieu des fleurs de printemps. Par petits groupes. à Besançon par la vallée du Doubs ? Sûrement trouveras-tu surfait de passer ton dimanche à Moscou ou ton samedi soir à Barcelone. nous avons construit en tenant rarement compte de l’existant. le à Pierre vient à Faisant vrombir « La maîtresse a le moteur du pick-up : maman : tio de Recommandarasns en !» punir. etc. de plus en plus nombreuses. les cigarettes aussi nocives soientelles. En 1920. revoir Madame ». des ennemis du progrès. c’est mauvais pour la santé et cela peut entraîner la mort. Voici la mobile à eau du paysan de Montenois. ig Brother en vrai ? En pire ! George Orwell. mais le compteur de certains véhicules peut monter jusqu’à 200 ou 300 km/h. Il lui sera offert un bouquet de tulipes (en souvenir de Frédéric). en cette année 2011. J’irai la été gentille ? Elle a osé te travaille bi pas comme ça ! » trouver. Il fait beau. de boire. je ne sais pas si mes enfants pourront aller faire leurs études à Besançon sans qu’ils aient besoin d’une voiture. La tombola ous avez la chance de naître en cette belle année 2011 ! Vous serez peut-être alors l’heureux gagnant de notre grande tombola de 2111. sont toujours en vente. si sse rentrait dans en quittant l’école : En arrivant. Vois-tu. Celui-ci devra aller chercher les lots que nous prévoyons pour lui à bicyclette de façon à faire plaisir aux écologistes (si ce centenaire alerte peut encore pédaler). la géo-localisation. une voiture V Peugeot… miniature… n’exagérons pas ! Mais aussi une saucisse de Montbéliard. Arrêter de rouler trop vite. Si.

Chahinez. N’hésite pas à m’donner des nouvelles. Loriane. y’a ma daronne qui m’appelle. Bonjour les pompiers ! Génération. Élisa. Dénora.  Con En  nais tu la der ca brant sur la     Dm nièr' roue  nou vell'? a vant. tu surfes. c'est plus pa Pour im pres sion ner ma       Am Dm reil! cliqu'. un kilomètre à pied ça use les souliers ». Internet tiennent dans une poche. meetic. là.gouv. il surfe… facebook : Waouh !! je peux y rencontrer tous mes amis virtuels et les amis de mes amis. c’est un pote. LOL. ça fuse. pa  3 Vo. quoique… NTIC ou Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. J’avais l’air d’une girouette. Génération.  Au jour d'hui. Abdullah.. ça fuse à toute vitesse ». téléphone. Et pour toi le bonheur… c’est Jouer aux Lego et faire des fleurs et des maisons Busra Je surfe. d’écouter le dernier album de son idole. faites place au refrain « Un kilomètre sur roues. Le bougre n’a pas été très tendre. Il est l’heure d’aller grailler.fr : Tu cherches un TAF. Un SMS sur mon phone. T. ouf!  Dm Gm6 En vé lo. Et dans 100 ans ? � Jeunesse Génération tête à l’envers Cette chanson. en trottinette. Je vais la faire enrager... Quelle sacrée avancée technologique ! Mais où va-t-elle nous conduire ? Avec ces petites merveilles. en automobile. Wesh cousin ! Comment ça baigne ? Connais-tu la dernière nouvelle ? LOL X PTDR. D.fr : T’as plus de temps pour payer tes impôts mais… il faudra les payer quand même. tout un programme. Toujours plus vite. Manel."  Dm   Gé né ra    B tion. en skate-board. Prenez-en tous de la graine. J’me la coulais douce.» Aujourd’hui c’est plus pareil. On va se mater un film chez moi ce soir ? On va s’taper un délire grave ! SURFER sur Internet est rentré dans nos mœurs. presse. les rollers ont même leur fête (« la déferlante ») et. Tout est beaucoup plus fragile. créée par des jeunes de 13-14 ans dans le cadre de la résidence du chanteur Barcella. Éléonore. Alexandre. ça fuse. En lâchant les mains sur mon Vespa Pour impressionner ma clique. google est ton ami pour la vie !!!! copainsdavant : Où sont mes copains d’école ? Un clic et je tchate avec eux pole-emploi. Enfin. en monocycle.  B fond  et  A7 têt'   à l'en vers. cyclistes. la tendresse ou la délicatesse d’une relation.. un kilomètre sur roues. J’vais m’déconnecter Ma génération n’est pas la tienne. Le prof derrière moi.Société Slam De Folie Tous les jours à Montbéliard [je les vois Je les vois ces gens d’en bas Ces gens qui rament pour [leur pouvoir d’achat Je ne suis pourtant pas de ceux là Mais ça me fait mal. un animal de compagnie ? Pas tout à fait.   11 Vo. pour le tsunami On a un peu reconstruit Mais où tout le fric est-il parti ? Je ne veux pas arrêter de donner Donner c’est aider un peu Donner c’est partager Plus les pauvres partagent Plus les riches s’accaparent C’est la misère noire Plus les riches s’enrichissent Plus les pauvres s’appauvrissent C’est la logique capitaliste Le système s’emballe « T’as pas cent balles » La société déraille Demain. (Maîtrise du conservatoire de musique) Voice Génération tête à l'envers Création collective avec Barcella Presto Dm 3  4   Am Au En temps lâ  ja chant  dis. a été interprétée le 2 décembre 2010 à la MALS lors du concert-création Barcellades. c’est un jeu d’enfant de lire la presse du jour. Et pour toi le bonheur… c’est Faire une promenade en vélo Aïssata      dans un J'me la A7 con tai cou lais ner! douc'. les doigts de pieds en éventail. que sera-t-il ? Car dans quelques années à peine On aura bien l’air fin..  15 Vo. elles n’apportent pas la chaleur. les  on mains  di sur  sait: mon  Dm "Mon. on peut tout faire depuis son canapé. gé rais comm' un R. Mais j’suis restée coincée. ça use. tout le monde nous roule. Fini le refrain « Un kilomètre à pied. « Le portable .fr : J’y ai connu mon conjoint et fondé une famille. Émilie. ça roule les mécaniques. Je X. Retn’ez ce refrain Génération. cou sin! com ment ça Lors que j'ai croi sé les           Dm baign'! flics. Aujourd’hui tout le monde roule. c’est p’t-être moi [qui serai en bas J’regarderai les gens avec leur pouvoir d’achat Et j’me dirai « Que font-ils [pour moi » ? Le Quinson de Montbéliard | 6 Histoire d’accents ou un tout petit accent peut changer le cours de l’histoire ! FANT DE NCE : POUR EN MEME AGE PETITE ANNO BABY-SITTER E 3 ANS CHERCH erche fant de 3 ans ch nonce : pour en Petite an me âgé baby-sitter mê E D:L LIAR NTBE UIDE O DE M ST LIQ lé CHE E rre sa MAR E SALE le beu ard : EURR B éli Montb hé de Marc idé u est liq TOUS AIMAIENT LE SUICIDE Tous aimaient le suicidé Roule ma poule auvre piéton. google : Tu y trouveras plein de recettes si tu ne sais pas ce que tu vas faire à manger. Aujourd’hui. J’ai le ventre qui gargouille.. En kiff’ avec mon Iphone 3G J’envoyais des SMS.  un brin lu     A7 A nair'  Toil' au pla    B 22 Vo. Au temps jadis on disait « Mon cher. vas faire un tour. moi qui suis là De voir ce désarroi. Ahmet. Le futur. j'me suis Les deux couet tes dans      ga le  Dm/A mell' vent. deux roues de tous poils. télévision. PTDR Jeunes fanfarons et code éphémère (2 x) Amélie. Sara. Grand Cha'. Il n’a même pas cherché à comprendre Donc la sentence est tombée . Quand les défenseurs m’ont hurlé Hé ! Cousine réveille-toi ! Je n’ai pas vu arriver. de voir tout ça J’essaie à ma manière d’aider [ces gens J’essaie d’être intelligent De ne pas donner n’importe [comment J’ donne aux Restos du cœur J’ai l’impression de donner [un peu de bonheur Mais l’augmentation du nombre [de « restaurés » m’écœure J’donne à MSF C’que j’donne c’est pas bezef Pourtant la misère progresse J’ai donné beaucoup. ennemi public n° 1 du macadam. Ves  cher!". En vélo j’me suis gamelle Dans un container. radio. J’ai déboulé les rues de Grand Cha’ Lorsque j’ai croisé les flics. on ne sait jamais ! impots. on roule : en rollers. un brin lunaire Toile au plafond et tête à l’envers C’est rien comparé à c’que j’ai fait Lundi en cours d’EPS. il ne reste plus qu’une solution au piéton : la roulette… russe ?! CES PARENTS SONT IND IGNES Ces parents sont indignés P IL DORT OU IL TRAVAILLE Il dort où il travaille LE MOD EL AUSSI B E DE L’ŒUVRE EST EAU QU E CELUI MODELE DU Le model é de l’œu vre beau que celui du m est aussi odèle UNES ADORE LES JE LA RELIGIEUSE ore les jeûnes La religieuse ad NTIC NTIC. Avec ces nouveaux outils. confisqué ! » J’suis montée dans l’panier d’basket.  "Wesh. comme [beaucoup. de faire des achats et de se les faire livrer… ou de jouer toute la nuit au poker avec des joueurs du monde entier. À croire que nous n’avons pas de veine. Elle nous a fait d’la ratatouille Et des merguez cramées. un brin lunaire Toile au plafond et tête à l’envers Oh. pendant quelques heures. Bousculé sur les trottoirs par des piétons à roulettes. sont les rois du bitume à Montbéliard. presque tout… car si étonnantes et fabuleuses qu’elles soient. en 2011. Lisa G. Aujourd’hui on ne marche plus. Lisa P.   Gm Lol. késako ? Une nouvelle marque de boisson énergétique. un brin lunaire Toile au plafond et tête à l’envers (2 x) Génération. En cabrant sur la roue avant Je gérais comme un ouf ! Les deux couettes dans le vent. Léa. Juliette.   Maîtrise du pays de Montbéliard . Clément.  Dm C'est du pas sé J'ai dé bou lé       Gm Dm la langu' les rues de de  Mo lièr'. ça use. C’est du passé la langue de Molière. P. tous ces fous de la roulette nous font marcher . Vincent. insulté sur la route par des automobilistes. Laura.   7 Vo. bref pas la magie de l’amour.

les jouets discutent : « Où sont les tiens ? » demande le camion de pompiers à la poupée. c un truc de ouf.Jules Verne) Suzanna. On en trouve sur les emballages des produits qui peuvent être identifiés rapidement à l’aide d’un scanner. Mary. Pour 2 codes-barres achetés. 9 782917 196182 Vds code-barres. 281691 719287 9 Code bar . Seifeddine. Coumba. l’un de nous cliquait sur « Skype » et une petite sonnerie indiquait que l’ordinateur de notre classe appelait l’ordinateur de Diego. Sofia. Code barbelés EXCLUSIVI TÉ Code-barres avec une succession de barres parallèles et d’épaisseur variable. je ne les trouve pas gênants. Des barres d’épaisseur variable ont été dérobées. Enza. y a plein de numéros dsu c chelou PTDR* c pour faire plus rapide. Cette année. » « Moi. il y a deux classes avec trente élèves chacune. Le commissaire chargé de l’enquête a interpellé un suspect : un code barres endommagé. Janna.code-barres. la maîtresse lui expliquait avec des feuilles qu’elle mettait devant l’écran. Les enfants du monde Extrait de la chanson réalisée par les enfants pour le festival Urban Session On a la chance d’avoir des droits [en France On est les enfants du monde Les enfants ont tous les mêmes droits Ils ont le droit de vivre et d’aider [pour donner leurs idées Yeah j’ai le droit d’aimer le monde Yeah j’ai le droit de dire que les guerres [sont immondes J’ai le droit de m’exprimer à ma façon J’ai le droit de vivre ma vie [pour être heureux Et j’ai aussi le droit de vous [rendre heureux Papa. les couleurs clinquantes et sa fascination pour les stars. Jasmine. Mathieu. Viktoria.fr Code baraque Poésie Le marchand de barres du 13 rue Joe Woodland a été trouvé chez lui. c’était magique. Rumeysa. un maître très fort en informatique. Estelle. Halima. Le Quinson de Montbéliard | 7 Langage familier Un truc barres c un machin zarbi avec des traits debout. Paul. il a été opéré.Jeunesse Le code-barres à toutes les sauces Définition Un code-barres est une succession de barres parallèles d’épaisseur et d’intervalles variables. Bilal. (Espace Ravel . Tu en as combien toi ? » insiste le camion. Ici les stars sont les enfants. un de nos copains a eu une maladie très grave qui s’appelle le cancer. On les retrou sur les gelabaen des duipro qui vepe être éfitidéni mendepira à delai d’un nersca. Méliza. » s’exclame le véhicule. Mohamed. (CM2 Petit-Chênois) 9 782917 196182 L’école à la maison Code barrage Autoportraits à la manière d’Andy Warhol Le style qui caractérise la majorité des portraits de Andy Warhol est l’utilisation de la sérigraphie. barres parallèles – chiffres : 13 – coloris : noir garanti 2 ans – 32. Diego. Imène. Sofiane. On peut les trouver Au supermarché Ils sont examinés Analysés Identifiés Par une lumière C’est un scanner. Henri. Solène. hier matin. un scanner est offert Au rayon CODE de votre magasin Ce sont des barres Parallèles Comme des lamelles Mises verticalement Sur les aliments Que l’on vend. Alors Dominique. Basile. Médina. mail : www. Nicolas. Tous les après-midi. Hélène. La poupée réplique : « Des barres je ne sais pas mais j’ai 13 chiffres comme tout le monde. Amélie. Yassine. Fatima.50 € scanner compris. Il nous manquait et s’ennuyait tout seul à la maison. gisant dans une mare d’encre. Ensuite. maman. Coumba. Mali. peu utilisé. a installé « Skype » sur l’ordinateur de notre À classe. y en a sur toute la bouffe kon achète. Maël. il est au Cours préparatoire avec nous. Aleyna. Notre copain a fait tout le travail de la maternelle et cette année. Elle pleurniche : « Ils cachent tout le temps ma chevelure ou leurs traits noirs me défigurent. En décembre. Séphora. Maud. Chloé. On a retrouvé sur lui les barres disparues. Bilel. Noah. Kübra. Marina (Atelier Arts graphiques moyens-grands de la MJC de la Petite Hollande) Alexandre. Daniel. Quentin. On lui parlait un petit peu avant de travailler. on voyait Diego dans sa chambre devant son ordinateur et lui voyait la classe. parfait état. Après il allait souvent à l’hôpital pour faire de la chimio et restait dans sa maison pour ne pas attraper de microbes. Katia. C’est beaucoup d’enfants. Rizlaine. Code barque Verlan Petite annonce 9 782917 196182 Un reba-deco est une sioncesuc de reba lelèrapa de seur paié et de levalterin blesariva. » « 13 ? Ça porte malheur. Quand il ne comprenait pas. On est les enfants du monde Je n’ai pas le droit d’être impoli [de mentir et de cracher sur les gens Malheureusement les gens [restent indifférents Les gens restent indifférents En Afrique ils ne peuvent pas aller [à l’école car ils ont pas d’argent Mais malheureusement cela [ne touche pas assez de gens Assez de gens Assez de gens On est les enfants du monde Célia. ils sont en général placés au dos de mon emballage. Wildin. Saïdou. Ça sert à découvrir Avec un grand plaisir Des jolis prix Tout minis. Noé. * pété de rire Code barbecue Le jour de Noël au supermarché. Il a été conduit derrière les barreaux où il sera interrogé à l’aide d’un scanner. Ayssenur. Elvira. Éléa. Stella. Ils vont me brûler les circuits avec leur scanner. Qu’elle est fière La caissière ! BARACASTO Durée de l’offre limitée !!! Nawal. Jenny. je vous aime [tous les deux l’école maternelle des Poilus.

Chloé. Fanny. Classe verte Et qu’en pensent les petits colons ? Elisa et Sullyvan : Les moniteurs et monitrices sont super. des livres et plein de jeux. Victor : J’aime la façon dont ça marche : les veillées des grands qui se cou- chent plus tard et les veillées des petits qui se couchent plus tôt. Sabrina. Élisabeth. Alors. En fin de journée. enseignante) . Certains élèves vont à l’accueil périscolaire après l’école où des animateurs les aident à faire leurs devoirs. Louis. en 1931. de la danse et du cirque. . Nasser : J’ai aimé faire de la trottinette. nous prenons le bus pour aller à la piscine. Jean. Gérard. la piscine ou des rencontres sportives avec d’autres classes. (Classe des Moyens-Grands) Cette maison marche et elle fait bateau. Nicolas. Colonie de vacances Ryan : J’ai aimé jouer dans la cour avec des petites voitures et les veillées avec les jeux et la boum.Jeunesse Imagine ta ville Le Quinson de Montbéliard | 8 Loin des préoccupations des adultes. le cinéma. On a le château avec son musée. Maïssa. il est difficile de travailler car il y en a qui font le bazar ou qui discutent. Michèle L. Candice. Et les conseils de Louisa. Trois personnes nous accueillent et nous apprennent à nager. du foot et du skate. Christian. Abdenor et Kamel. Abderahmane. ils disent « Tortue marche à Toulouse » La vie d’un p’tit Montbéliardais en 2010/2011 a plupart des enfants montbéliardais de nos jours vivent plutôt heureux. Jeanne et Jules de l’école de la Prairie nous parlent de leur expérience. Daniel N. Catherine. Myriam. Imad. Archives municipales Montbéliard. Élisa.École élémentaire du Petit-Chênois (Classe CM2 de Marie-Claude. Solène. Antoine. Arbre à télévision Arbre de la sagesse Maison visage. danse et art dramatique (Collège Pergaud . Célia : On a fait du théâtre. Il y a un terrain de foot. Paula Pino-Garin. des skates. enseignant. Monique. On apprend non seulement les différentes matières de l’école mais aussi à devenir un bon citoyen. Madeleine-Rose. des milliers d’enfants sont venus l’été ou avec leur classe. Jeanne (CM2 École de la Prairie). professeur de chant) . Gilles. Yaghmorassen. Nouara. l’atelier d’écriture de la Maison d’arrêt avec Lionel. J’ai trouvé le séjour super avec des veillées inattendues. on y entre par la langue Bilel. les enfants ont créé une ville de rêve dans laquelle ils aimeraient vivre.École maternelle du Mont-Chevis (Classe des grands de Nénad. Directeur de la publication Jacques Hélias Rédaction en chef Archives municipales Rédacteurs André. Farès. à reconnaître les plantes et les oiseaux grâce à leur chant.Conservatoire de musique. V Chloé. son marchand de glaces et ses expositions au Pavillon des Sciences. Anastasia : Je m’assieds sur le banc et je discute avec mes copines. Antoine : J’ai bien aimé faire du vélo et rester autour d’un feu de camp. Et les enfants de : . Olivier. Lison. Kamel. animateurs) Crédits photos Denis Bretey. Micheline. Mais tous les matins c’est toujours difficile de se lever pour aller à l’école. notre journée se partage entre le travail avec le maître. Fidaa : Je trouve que le personnel est au top. on joue aux cartes et on peut même participer à une boum.Maison des Jeunes et de la Culture de la Petite Hollande (Sandrine et Hélène. Mathilde. Olivier. Noël Jeannot. Claude. à dans cent ans ! Extraits des écrits de Lyna. On fait aussi des sorties avec l’école comme les visites d’expositions. Soufiane. L’école c’est bien pour travailler ou pour retrouver des camarades. enseignant) . Maison mosaïque naturelle. Gino. Antoine. enseignante) . Théo. Suzanne. Bilal. J’ai beaucoup aimé.Espace Ravel au Jules Verne (Rachid. Lucas. Extrait de la réalisation de l’atelier Arts plastiques de la MJC de la Petite Hollande dans le cadre de l’action de Médiation culturelle sur le quartier.Classe de 4e CHAM de Brigitte. à chameau ou en tapis volant Une journée à l’école maternelle du Mont-Chevis Lundi 14 juin 2010. le Près-la-Rose avec ses jeux. Andréa. Michel. Lyna.École élémentaire de la Prairie (Classe CM2 de Daniel.École maternelle des Poilus (Classe des moyens-grands d’Évelyne. Depuis 80 ans. Christian Simon. la danse avec Christine qui est chorégraphe. Avec toute la classe nous sommes partis à Charquemont. Aselya. des trottinettes. Françoise. trop cool. Là-bas nous apprenons à nous orienter dans la campagne. mais aussi à vivre en collectivité et à économiser l’énergie. Il y a plein de végétation sur le toit Des magasins en forme de sucre d’orge Les enfants se déplacent en marchant... Nous apprenons à danser le zouk et d’autres rythmes pour le spectacle de fin d’année et nous danserons devant nos parents. Jordy. la Ville a acheté un bâtiment pour servir de colonies de vacances aux petits Montbéliardais. Conception graphique Atelier Gaia . Les veillées sont très amusantes : on voit des films. Adel. des spectacles.Montbéliard Quand les enfants kiffent Charquemont ous connaissez sûrement Charquemont ! Charmant village du Haut-Doubs où. nous avons de la chance de vivre comme nous vivons. Lou-Anne. elle a plusieurs étages Une maison tortue qui marche et qui transporte des gens et quand ils veulent changer d’endroit. Nicole. Michèle K. On peut aussi aller voir des matchs de football au stade Bonal ou se promener au centre ville et au très beau marché de Noël. Nicolas : J’ai bien aimé jouer au mime et faire mon spectacle de cirque. JeanClaude. enseignant) . Toute la classe part aussi en classe verte au centre de Charquemont où on apprend à reconnaître les arbres. Daniel Nowak. Daniel K. Lison. et la piscine l’après-midi. On ne s’ennuie jamais et on peut faire de nombreuses activités en dehors de l’école. se ressourcer au milieu de la nature.Montbéliard Imprimeur Estimprim . Nicolas. les fruits et les oiseaux. Kamel Z. Bref. Simone. Devant tant de compliments nous ne pouvons que souhaiter longue vie à Charquemont. Dans notre classe.. Et pour toi le bonheur… c’est Avoir une maison dans un arbre L Kristina Coumba. Jordy. Jessy et Jessica : On mange très bien et il y a de très belles activités. Zinedine.. animatrices) ..

Related Interests