You are on page 1of 6

Tintin, le petit prince et les colères de la nature

Dans the « elements rage », publié en anglais en 1945, Frank W Lane passe en revue les manifestations naturelles les plus violentes: ouragans, tornades, foudre, météorites, volcans, tremblements de terre...

Un passage est consacré à la foudre en boule et relate des témoignages qui rappellent de façon troublante la célèbre scène des sept boules de cristal. Souvenez-vous: la boule de feu qui fait irruption par la cheminée, qui se précipite sur le professeur Bergamotte avant de tournoyer autour du professeur Tournesol et d'anéantir dans une explosion tonitruante la momie de Rascar Capac.

Les livres de vulgarisation sur la nature comme celui de Frank W Lane étaient très courants dans les années 1930-40. Les moyens techniques de l'édition n'étaient pas ceux que l'on connait aujourd'hui et ces ouvrages étaient en général illustrés (quand il l'étaient) par de pauvres planches hors-texte en noir et blanc. Ainsi, pour ne pas ennuyer son lecteur, l'auteur faisait souvent preuve d'une belle verve narratrice. Les ouvrages de Frank W Lane sont un exemple typique du genre. En langue française, on peut citer les délicieux livres de Pierre Rousseau. Il est tentant de parler de « ligne claire » et de se demander si Hergé lisait ces livres. Le contraire semble peu probable si on se réfère à la légendaire soif de documentation du personnage. Dans le cas particulier du livre évoqué ici, on peut donner les éléments suivants: La première édition de « The elements rage » est sortie en 1945 avant d'être publiée en français chez Hachette en 1949 sous le titre « Les colères de la nature ». Parallèlement, « Les sept boules de cristal » parurent initialement entre Décembre 1943 et Septembre 1944 alors que l'album en couleur sortit en 1948. Nous voici donc déçu dans notre tentation de voir dans le livre de Frank W Lane une source d'inspiration pour Hergé. Notre seul recours serait que la scène de la boule de feu ne figure pas dans la première parution des sept boules de cristal. Avis aux spécialistes... Dans ce cas, on pourra toujours imaginer qu'Hergé tomba sur l'édition anglaise avant de publier l'album. Mais c'est tiré par

les cheveux! Ce qui reste très probable, c'est que le dessinateur belge tomba un jour sur un témoignage du genre de ceux rapportés par Frank W Lane en lisant un de ces livres de vulgarisation scientifiques. « the elements rage » nous ramène à un autre chef-d'oeuvre de la littérature populaire. En effet, en 1943, prés d'un village mexicain du nom de Paricutin, un volcan a littéralement poussé dans un champ. En l'espace de quelques mois, il s'élevait 500 m au dessus de la plaine. Comment ne pas penser au petit prince de Saint-Exupéry qui prenait soin de ses volcans tel un jardinier de ses plus belles fleurs? Mais le conte du célèbre aviateur parut dés 1942 aux états-unis. Nous sommes encore une fois déçus en voulant trouver dans l'évènement mexicain une source d'inspiration pour le grand auteur. Mais alors: quelle étonnante coincidence de voir Saint-Exupéry imaginer des volcans qui poussent plus vite que des citrouilles à peine quelques mois avant qu'un phénomène aussi rare et quasiment inédit ne se produise réellement! C.L.

Bibliographie: Frank W Lane, les colères de la nature, Hachette 1949 Hergé, Tintin, les sept boules de cristal, 1943 Saint Exupéry, le petit prince, 1942

HÏËË$a E ÉË F{Ë

€I g
-q€; lsâ ei';Ëee
ed

€E$È€ "s E j:-

Ë,F$ fîËËË:'HËsTE i;sis ËHE â:ÉEË3iËËËiË a 3s #5H;E Esg {Ë$ Ë€ Ëiç*ËfËëj ËiËËu 5-; *;*;ËË:sÈËËË Ës- àËs'iÂ;EËË*Ë Ë*.Ë :ËËËËËËiËËË
_eRE

ËËË

ar ii q ^

ËËÊ*! 'qË6*ë

>

o

nfË *EËËi€ËÈË*i

;;*Ë*-Es.*.,d'e x
Sr tZFËr

Hf ËËË'
="hr

i;Ëu Ë'ËïgËiËgiff
gËËËËfËggi
ËË

i$i ËËe$ËïgigË Ëf5i*Ëi*asËs s ËirË€u ;crï Eï É: Ë: E 9.1-E l s#€; aiiËËE gËËËË1ÈËËËrË €€ n*tË-Ëï3EgËËË
Ëgï;Ë:ËËËËFi
Ë

: ËËËËgiËË*

âgËËËË;ËâËFgÉe

Annexe 1: la foudre en boule par Frank W Lane

B
s ËË
s

i f[*gl;

g,€iEÈ,rEÉHî ËsH*ilHsËËF5Ë **t H ËËË;ËË Ëïa$riËeu*: !$qsËË-iËËË$ çEs gi'3gI5 ;8;'iEF*.Ïâ-qE igËE:iÈT'S:; .g'r'

ËïHËEi ÉsËHËËgËg,Ë;

i€;g;ËËigËËË ËfË

i

F $ËïEâË i:s€!ËËË;€**Ë.! fiE5iËËiËËi*Ëç. i È$a$;Ë *iË$ËËËËiËË iËËËËgËË€ïËË $ËË
gËËgËË
ËË

ggËË

: Ë* s

gg

Ë;ï â,

B Ë#Ët

i
Ëâcst' i Ë Ëi ËF
ËgË


1gËËggËgFËi
**Ëï
g
âË Ë â

Ë

ËgË

qiffir

iËËËg*iâiËËiËËiiËl
r; sËgtËâii

ËËËËiË* ËEÊËëË
Ë

:Ë€is F;HË €€€ËËEiËi'i

igâËsAâ ËËïËiË ËËËËË EEËË ËËËiËË{ËËËi

Ë (^ o a6'Ê.Y c?+.r tËigËË ïàïaE,ËËi?,ËiËiËtËËâni hl: ÉE-h; E-9 * q n:.9' F H* g p-'d dE E r.'E -To sÈs ?Ë ËËËeËs. H * tËËsiE ËËËËêî Ëiî:ËEËq;c îïËËiË É Ë

gtËËigl

; i

È
Ë

t:Ë E"Ë HËE iËEËiq ËËsË{ËËËËËiBiï[ËiËiïË t 9 HFË É Ë i.ËËËËË iËÏEEÊ [;gËË;ÈiË * stËËÊËif;ËgEË Ë; gËH€HË Ë rËgçE H*. E€:È Ë-i I gËiËË *Ë *iïaË' *ËiuE tËïâËiËEË;
EË€

Ë

$iË

.

Ë ËiËËË EIËË, EËflËË ËËsËiË s s Ë '?rrr;r €se'l*É ï;ËgiEîË{Ë3,8 BigËËËËËËii * s,.9 ],# H* ËflÏËËiEË*i
()r.i*,3

n

9

x-od>!J=o ËËËËg i *J'"< r f H 3 ÏËîIË E ïÊË Ëgi Ë Ï ËËi ËiËIËËË:i{Ë â;qsg ù È;fË 1 ÈËËË; i{is;ig li pt:È âsÊËËË;EF'Ë

geË

È ËËt

i

;Ë EâËËE+ riffË ËËË;ËeËËFi;Ëî ËËË5ïËç;;A: iËiËË: qË{ ËE E ËiE*fi;;iË;
Ë

ËËiE Hf Ë; ;ËeËË

€ËiIF ëârËEâi ËË€È;ÈBiiËA.E Ë HËËË ËiËËiEËE É.t* gÆ5# H sÈÆ,TseË âË"€ Ë'

Annexe 2: le Paricutin, par Frank W Lane

TËx ËËtË*ËËËls[î ËË;Ë;;Ëi[

si; ËfËf ;Ë-;ffËË Ë€ççËËËiq rsr:ËËsËËF;

a'An . 6F Ë + *

+F giËg3Ë Ë*ËFË si FflE8nÊaJ Qn

lFË âs g$Ë f gç*; Ë gËs ËËËËgËË€ Ëli
ËË,F

-:ËrËàFH5

r Ë* ;ËçË gËË Ë FËËË ËËËËfâËisfËËËËË sËËËË: eir gr É'"to^çr** d., E O H ËË A:Ë= .*,8 re'-iÈ x s F F{,EÈ fiiE i I^:'*ei Ë'{Ë E i ffiv'q EË€rls PË EËâH:
Ë 3ff ËgE ËËËËË$ËiË Ëi Ë3ifËËff EggiËsF€F; sË F;È ss!ËË âlçË#gËËF;., âË:s6Ë#*;EË4iu:; Ë'=E à;6 jg f Ë F igËË,3gâË; E€i HËËFË $ËË;igËgËF; ë ËËËr
g

sËnsEË:ËgiEË .6 È n 5Ë trË FËËË€E ËB$Ë.îË ËfËËi Ë .gsËIÏ" . ËfÉlgttEËEE rËë;E;ËÈËea ÊË; fiii €E* :pÈËË iËieît râE,r €ËËËïn
g

ij.ôE€é,"r

:ti

? â

ëËRe
P -C is# &1. YË'c.,8.3
Ë €FgE Ë:ËsË,a#i; s: i =Ë Ë.Ë'ËË*ËË; ËÉEE:Ë, als?tÈ Ë*ËË''iËËËâgËËlËËggglËËgjË
EÈ e [s,' -q a o A -.'ô, ii Tr t_.] _Y Ê ;
E F Ë!r
Ë âç; rJ tr 5 L\9 a ': sEalggËârËËiigËàiËâËgËlËgsËsll€gÏË

âËË€$3;iËËË,ËqâEg€ËËË

Ë €EËff$;ËËËËË E5Ë3ËiË;rs;€Ë:+**ËËËË;;Ë

Ë

Ë

Ë eËfËË;

ii
n'È " g

ô E s'ù.e

;

ÉëtË sÊ.?E!3.rÂ

ËË; E.: i;3'F + "e:tËë,_

â$ËËiË

lttel$

r E 'cis R s *8.8. r'g Ë'pgi
e Ëe

s

É{
É-'5 Ë

Ë Ë 1ËgtgruËEËfEËËË$€Ë

Ë a

ËËËË :18 eËFFgË * I E€âËg.E il

::Ë
ïg$F

EssHpaFFË,

iiiàËËËËËs

g;

FËËH$sË$E

ËEë $ËË FËË;iËEË;;iË€â;q ËiËi ù Eî ËËË$Ësif ô{Ë:jËËË5ËË iËËi *: €i*{

;giËËËâË ËËËË ËâËfËfËiËË
'rËËËËiËgËË_

* iË

ËfEÈ giÉËËËââgË

$g$;ËËËËËâ

ËËsi#ÉËiËÉ{ tËË*Ë*ËsË+s