You are on page 1of 27

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique

Cours Analyse et Conception de S.I SMI-S5

ANALYSE ET CONCEPTION DE SYSTEMES D’INFORMATION LA METHODE DE MERISE

1 SMI / S5 FSDM

Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique

Cours Analyse et Conception de S.I SMI-S5

REFERENCES ET BIBLIOGRAPHIE
LIVRES:
    L'essentiel sur Merise [Broché], Dominique Dionisi (Auteur) Merise - Concepts et mise en oeuvre [Broché], Drifa SEBA (Auteur) Comprendre Merise : Outils conceptuels et organisationnels [Poche], Jean-Patrick Matheron (Auteur) Exercices et cas pour comprendre MERISE [Broché], Jean-Patrick Matheron (Auteur)

INTERNET :
http://www.scribd.com/doc/7472422/Cours-de-Merise

2 SMI / S5 FSDM

caractéristique d’une chose ou d’un individu) et les valeurs que peuvent prendre ces dernières. étaient mémorisées sur papier. « quantité stockée » … 1. 1. explicite. des « produits ». Le système informatisé doit être au service du système d’information mis en place par les dirigeants de l’entreprise (et non l’inverse comme cela existe trop souvent).Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. ou l’arrivée des factures des fournisseurs. etc. Le SI reçoit et traite aussi des informations interne à l’organisation. les informations concernant les clients. précis. L’objectif d’un système d’information est de restituer l’information à la personne concernée. leurs propriétés (qualités. Les systèmes d’information préexistent à l’informatique. des « services ». Avant d’utiliser les ordinateurs. telles la relation « est rattaché » entre un employé et son service.3 Les fonctions d’un système d’information Le système d’information de l’entreprise reçoit de son environnement des informations qu’il doit traiter. composé d’éléments tels que des « employés ». L’ensemble de ces informations formalisées constituent ce qu’on appelle le système d’information automatisé. regroupés dans des dossiers. font partie du SI. Les propriétés décrivant ces éléments peuvent être « le matricule de l’employé ». on trouve des relations. sous forme de fiches.I 1 Le système d’information: 1. la relation « est stocké » entre un produit et son dépôt de stockage… Les propriétés de ces relations seront du type « date d’entrée dans le service ». car elles sont les seules à être vraiment utilisables en informatique. quelle que soit leur forme. comme par exemple les documents comptables. Et il existait des procédures manuelles pour traiter ces informations. ainsi que on activité et l’organisation qui en découle.1 Qu’est ce qu’un système ? Un système est un tout constitué d’éléments unis par des relations. Mais seules les informations formalisées (clair. Entre ces éléments. L’entreprise peut être vue comme un système. etc. les stocks. etc. les commandes. formulaires. Ce sont par exemple des commandes de clients qui doivent être traitées jusqu’à leur aboutissement. sa « désignation ». sous la forme appropriée et en temps opportun pour rendre une décision ou effectuer un travail.2 Q’est ce qu’un système d’information de gestion Le système d’information d’une entreprise est l’ensemble des informations qui y circulent ainsi que l’ensemble des moyens mis en oeuvre pour les gérer. 3 SMI / S5 FSDM . la « référence » du produit. ou les chiffres de production. structuré) nous intéressent.I SMI-S5 INTRUDCTION A L’ANALYSE ET LA CONCEPTION DE S. Toutes les informations qui circulent dans l’organisation. son « nom ».

Exploiter l’information (traitement) a.. de flux de matières. Mettre à jour d. services …) Figure 1: Système d’information dans le contexte d’une entreprise 4 SMI / S5 FSDM .. de logiciels et de procédures permettant à l'entreprise de fonctionner et de se développer. Organiser c. de personnels. de moyens de communication. nécessaires pour assurer les activités de l'entreprise. Produire de nouvelles informations par des calculs 4. Il a comme mission le contrôle et la régulation Un système opérant ou de production qui est un ensemble de moyens matériels. Système de pilotage Décisions pour traitement Instructions du système de pilotage Flux externes d’informations entrant dans le système Informations traités Informations traités pour pilotage Système d’information Flux d’informations Collecte d’informations Flux entrant de matières.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S.Diffuser l’information (édition) Un système d’information pour une organisation est donc un ensemble de ressources. Par rapport à ce système d’information existe : Un système de pilotage qui dirige l'entreprise en fonction des objectifs poursuivis. de flux financiers. Consulter b.Mémoriser l’information (stockage dans des fichiers ou bases de données) 3. de moyens matériels (informatiques et autres).Recueillir l’information (saisie) 2.I SMI-S5 On peut distinguer 4 fonctions principales du système d’information : 1. financiers Système opérant Flux sortant (produit.

Ex : Une carte routière représente.Matériels : o Ordinateurs (micro. 3 La modélisation Les méthodes d’étude des systèmes d’information ont pour objectif de décrire ces systèmes à l’aide de modèles. puis de réaliser les systèmes informatisés qui en découlent. Alors que les ressources immatérielles sont : Les différents logiciels Méthodes Procédures Modèle du représentation du réel Les pratiques du travail de l’entreprise 2 Le système informatique Il représente l’ensemble des moyens matériels et humains mis en œuvre pour le traitement automatisé du système d’information. 5 SMI / S5 FSDM . Le plan établi par un architecte permet à chaque corps de métier d’intervenir efficacement dans la construction d’un immeuble.) Logiciels : o Système d’exploitation o Utilitaires o Logiciels bureautiques o Applications o SGBD (système de gestion des bases de données) o Aide logiciels (AGL) Humains o Informaticiens o Utilisateurs directement concernés par le système informatique - La qualité d’un logiciel est sa conformité aux besoins ressentis. à l’aide de symboles. tout ou partie d’un territoire et son infrastructure routière.I SMI-S5 Les ressources matérielles sont les ordinateurs et les réseaux. public. négociés et acceptés par la maîtrise d’ouvrage (utilisateurs) et le maître d’œuvre. Toute réalité complexe (qui contient de multiples éléments en relations) a besoin d’être représentée pour être comprise et maîtrisée. mini.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Les ressources humaines interagissant avec le S. comme . Un modèle peut être défini comme étant une image de la réalité.. gros systèmes et périphériques associés) o Réseaux de transmission de données (local.I peuvent être: Les utilisateurs Les usages Les informaticiens Cours Analyse et Conception de S.

L’informatique se caractérise de plus par une forte évolutivité des besoins et des techniques qui conduisent à une visibilité restreinte sur l’avenir. tout en garantissant la pérennité des investissements. l’informaticien peut être vu comme l’architecte du système informatisé. 4 Les enjeux du développement informatique Répondre mieux et plus vite aux besoins des utilisateurs finaux en assurant la maîtrise des coûts. Il faut donc absolument prendre en compte les points clés suivants :    Les demandes des utilisateurs se renouvellent et s’accroissent. crée par J.I: MERISE. crée en 1976 par Ross de la société Softech. AXIAL. diffusée en 1978. Il existe différentes méthodes de conception de S. L’utilisation d’une telle méthode est donc primordiale pour tout développement informatique actuel afin d’assurer la cohérence entre le cahier des charges initial. issu de la volonté des dirigeants et l’application livrée à l’utilisateur final. Par la définition d’un certain nombre de règles strictes. développée par IBM en 1984. SADT (Structured Analysis and Design Technique). Un modèle doit permettre de communiquer sans ambiguïté. est certainement la plus connue et la plus utilisée en France. c’est à dire l’informatisation du système d’information (SI) de l’entreprise ne peut être efficace que si celle ci est dirigée du début à la fin par une méthode rationnelle et compréhensible par les différents acteurs qui interviennent tout au long de la vie du projet. en quantité comme en qualité. Il en est de même des méthodes informatiques bien conçues qui ne produisent de bons résultats que si la greffe sur l’organisation réussit. voilà les impératifs majeurs auxquels doivent répondre les décideurs dans tous les domaines. Martin en 1984. Donc il faut utiliser un formalisme (langage écrit formalisé) normalisé (conforme à une norme). Les matériels et les logiciels de base sont en mutation permanente et rapide.I SMI-S5 Ainsi. méthode conçue par une équipe d’universitaires en 1982. Les ressources pour satisfaire les demandes diminuent plus qu’elles n’augmentent.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. REMORA. la modélisation du système à l’aide d’une méthodologie bien étudiée garantie d’une part la cohérence des données et traitements et donc la validité d’une application et d’autre part la pérennité des développements réalisés grâce une "maintenabilité" accrue. La mise en place d’un système informatisé. IEM (Information Engineering Méthodology). 5 Merise Merise vient de MERISIER dont elle est le fruit et aux dires de ses concepteurs l’exemple même de l’arbre qui fait l’objet de nombreuses greffes. qui en dresse le plan détaillé. 6 SMI / S5 FSDM . Le merisier ne peut porter de beaux fruits que si on lui greffe une branche de cerisier.

règles de représentation) Un langage (vocabulaire. o Le cycle d’abstraction : Il représente le formalisme utilisé pour modéliser le système d’information (modèles des données et des traitements). et aidera à la maîtrise des coûts et les délais (a charge de maintenance des applications est de l’ordre de 70%) 6 Les principes de la méthode merise Elle consiste à partir d’un “ Réel”. validation des spécifications. c’est-à-dire de l’ensemble des informations et des règles de gestion de l’entreprise à définir.1 Composantes de Merise Comme toute méthode d’analyse et de conception des SI. réaliser et mettre en place un nouveau automatisme qui fixera le cadre des relations contractuelles (entre le client utilisateur du système et le fournisseur maître d’œuvre informatique). de son activité. Ceci afin de concevoir. réalisation. prise en compte des aménagements en cours de développement). o Le cycle de décision : Il représente les différents choix qui doivent être faits tout au long du cycle de vie (décision de lancement. Le futur système d’information s’appuie sur la représentation des structures de l’organisation.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. - - 7 SMI / S5 FSDM . Merise regroupe : Des modèles (concepts. étude détaillée. La démarche de construction où la construction d’un système d’information s’effectue selon trois axes appelés cycles : o Le cycle de vie : Il précise les différentes étapes de la construction et de l’exploitation d’un système. etc. Elle comprend : La démarche par étapes. Cette méthode propose la construction du futur système d’information par approches successives.I SMI-S5 5. régie par des règles de construction des différents modèles relatifs aux données et aux traitements. de son environnement et de ses finalités. Il concerne à la fois le cycle de développement et le cycle de maintenance. La démarche par niveaux. au cours desquelles est construit progressivement le futur projet (étude préalable. mise en œuvre). permettra de disposer d’un référentiel commun. règles de syntaxe) Une démarche Des outils (des logiciels tels que AMC Designor ou Win Design) Elle permet de représenter les composantes d’un SIG Les acteurs Les données Les traitements Les procédures Les postes de travail.

constitution de fichiers o mise en place du matériel.1 La démarche par étapes Le schéma directeur o définit les différents domaines d’application o fixe le plan de développement informatique sur 5 ans L’étude préalable o étude des différentes solutions possible puis choix o définit la structure globale et générale du futur système o définit les évaluations pour la suite des travaux o évalue les enjeux et les risques o définit le découpage en sous projet L’étude détaillée o complète et précise l’architecture préalablement définie o affine charges et plannings La réalisation (Etude technique et programmation) o Spécifications techniques complètes o décrit chaque sous projet dans une forme interprétable par la machine o écriture des programmes o production du logiciel La mise en œuvre o Tests.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. essais o mise en place de la nouvelle organisation. lancement et rodage Maintenance o Corrections et adaptations du logiciel Contrôle de qualité o Contrôle de la conformité des résultats par rapport aux demandes - - - - - 8 SMI / S5 FSDM .I SMI-S5 6. o création de la documentation o formation utilisateur.

Pour les traitements : la succession des actions menées dans le domaine étudié en réponse aux sollicitations auxquelles il doit faire face (traduction des règles de gestion). données et des traitements pour un projet déterminé.Partage de taches . .Programmes .Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S.règles de gestion . Quelles données ? Pour quoi faire ? Quelles règles de gestion ? Il est indépendant des choix d’organisation et des choix techniques .Répartition géographique des traitements .2 La démarche par niveaux Les niveaux de représentation de Merise de base consiste à classifier le réel de l’organisation c’est à dire la description des. 6.2. soit les traitements.Pour les données : leur signification et les rapports qui existent entre elles selon le modèle individuel (schéma entité-association). Chaque modèle de Merise concerne soit les données.enchaînement de traitement Organisation : . 9 SMI / S5 FSDM .Logiciels .1 Le niveau conceptuel Il a pour objet de décrire le système de gestion pour le domaine concerné.données manipulées .organisation des données.Mode de traitement . à un niveau d’abstraction donné.matériels Merise (du moins dans sa première version) est une méthode qui préconise de séparer l’étude des données et les traitements. Technique : .I SMI-S5 6. selon trois niveaux : Gestion : .

Pour les traitements : le découpage en unités de traitement (les UT) et leur structure d’enchaînement. le mode de traitement (conversationnel ou différé.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. On s’attache à décrire : .2.Quel type de traitement ? Il est indépendant des choix techniques.2 Le niveau organisationnel ou logique Il a pour objet de décrire les choix d’organisation. . . centralisé ou réparti).) On s’attache à décrire : .Où ? (notion de lieu) .I SMI-S5 6. .Pour les données : La description de la base de données à l’aide du langage de description du SGBD retenu (le SQL pour le relationnel).2.Pour les données : les structures logiques (tables relationnelles ou record et set) dans le Cas d’un SGBD Relationnel.Quand ? (notion de temps) .3 Le niveau physique ou OPERATIONNEL Il a pour objet de spécifier les choix techniques Comment faire ? (Les matériels et les logiciels de base nécessaires.Qui fait quoi ? (les acteurs du système) . 10 SMI / S5 FSDM . quel type de réseau.Pour les traitements : la répartition entre l’homme et la machine. 6.

11 SMI / S5 FSDM . la démarche consiste à suivre la « courbe du soleil ».1 ENCHAINEMENT DES TRAVAUX Merise est utilisé dans le cas où l’on veut mettre en place ou modifier un système informatisé.3 Les modèles de représentation Typologie présentant les différents modèles : 6.3.I SMI-S5 6. il convient d’analyser et de critiquer le système existant afin de créer un nouveau système adapté à l’organisation. Dans les deux cas. Pour cela.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S.

une réflexion sur les évolutions possibles en tenant compte des nouveaux objectifs assignés au système futur.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. Au niveau conceptuel o Le MCD (modèle conceptuel des données) et le MCT (modèle conceptuel des traitements) - - Le passage de la modélisation du système existant à la modélisation du système futur implique une critique du système existant. L’analyse du système futur conduit à construire : .Au niveau organisationnel : o Le MOT du système futur mettant en valeur la nouvelle organisation (y compris en terme de ressources humaines et de nouveaux postes de travail) . structure des programmes…) 12 SMI / S5 FSDM . les événements déclencheurs et les conditions d’émission des objets externes.Au niveau conceptuel : o Le MCD et le MCT découlant de la critique de l’existant .I SMI-S5 L’analyse du système existant conduit à construire : Au niveau logico-physique : o Le modèle conceptuel des communications (MCC) qui représente les échanges de flux d’informations entre les différents acteurs du SI et les acteurs extérieurs o Le schéma de circulation des documents (SCD) qui représente les échanges d’informations entre les acteurs du SI ainsi que les tâches qui produisent les documents.Au niveau logico-physique o Le MLD modèle logique des données et le MPD modèle physique des données obtenus à partir du MCD adapté aux choix effectués dans le MOT et aux besoins d’informations complémentaires o Le MPT modèle physique des traitements (algorithmes. Au niveau organisationnel : o Le modèle organisationnel des traitements qui permet de préciser par rapport à l’étape précédente si les tâches sont automatisées ou manuelles.

schémas) • Modéliser • Schématiser Le M. Il réussira dans sa vie professionnelle. diagramme:  entité-association. Lequel est le plus pertinent ? Ca dépend du domaine étudié.1 Définitions et formalisme Objectifs •Rassembler les données (regrouper les données ayant des traits communs) • Structurer les données qui seront utilisées par le S. née le 13/02/73 à Imouzar (fés boulmane) … » Un administrateur communcal « RAYAN Said.C. Et je ne dis pas ça parce c’est un client qui m’en prend pour 1000 Dh toutes les semaines ! » Le boulanger « RAYAN Said. constitue le MODELE CONCEPTUEL DES DONNEES (M.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. voilà une personne correcte qui ne s’est jamais absenté. Le M.  objet-relation. Voilà plusieurs phrases qui décrivent une seule et même personne.» Professeur de la faculté Différents interlocuteurs. formelles 13 SMI / S5 FSDM .I SMI-S5 7 LE MODELE CONCEPTUEL DES DONNEES MCD Le niveau conceptuel correspond à une formalisation du SI indépendante de toute contrainte d’organisation La formalisation des données.D) 7.  entité-relation (dénomination de l'ISO).I • Décrire les données avec des outils (concepts. prononcées par des acteurs différents. Mais on ne recense que les informations objectives. habitant 6 rue petit nid. au niveau conceptuel. « RAYAN Said est une personne convenable. Fés (fés jdid).D décrit la sémantique c’est à dire le sens attaché à ces données et à leurs rapports et non à l’utilisation qui peut en être faite.  individu-relation Voici un exemple introductif sur le recueil des données: Supposons qu’on est intéressé par la personne RAYAN Said.C.D est connu sous différentes dénominations. qui a fait preuve de beaucoup d’initiative et de créativité. différents points de vue.C.

Elle est aussi la représentation dans le SI d’un objet matériel ou immatériel de l’univers extérieur Dans une entité.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. entre les informations 8 et 9 qui représentent sa date de naissance… On va alors regrouper ensemble ces informations liées.2 Présentation des concepts et du formalisme MCD 7. Une propriété est dite CONCATENEE s’elle est décomposable en d’autres propriétés. 4 et 5 qui représentent l’adresse de Rayan. Ces données de base pour l’entité sont appelées PROPRIETES ou ATTRIBUTS. concept.I SMI-S5 Quand on analyse les données sur un objet (abstrait ou concret) du réel. document. 14 SMI / S5 FSDM .   Représentation Rayan Said sera représenté par au moins ces informations : Nom Prénom Numéro de la voie Nature de la voie Nom de la voie Commune de résidence Département de résidence Jour de naissance Mois de naissance Année de naissance Commune de naissance Département de naissance A noter qu’il existe par exemple des liens entre les informations 3. 7. il est nécessaire de faire le tri entre ce qui est nécessaire pour le système d’information et ce qui ne l’est pas. ou plus exactement un ensemble d’objets ayant les mêmes caractéristiques. On remarque que toutes les personnes peuvent se décomposer de la manière suivante (en rubriques): on peut dire qu’on a créé une entité (un ensemble) PERSONNE dont Rayan est une occurrence (ou instance). …).1 Entité Une entité représente un objet du SI (acteur. on met les informations nécessaires et suffisantes pour caractériser cette entité.2.

1. de simples chaînes de caractères. Ex: CLIENT : on conserve les propriétés d’un client en permanence 15 SMI / S5 FSDM .1. ne pourront participer à aucun calcul mais bien pour faire des tris ou des comparaisons.1 Classification des entités 7.2. Elle corresponde à la structure.1.Les montants Ce sont des données numériques. Elle ne représente pas des faits. quantitatives. selon une loi de correspondance rigoureuse (système de codification).2. qualitatives. code postal et ville Une propriété peut être mémorisée ou calculée (c'est-à-dire déductible des propriétés mémorisées) Ex: Solde = différence entre CUMUL Débit et CUMUL Crédit Une propriété peut aussi être portée par un événement.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Exemple : Adresse : rue + code postal + ville Cours Analyse et Conception de S.Les libellés Ce sont des données alphanumériques. A tout objet existant est associé une valeur et une seule du code. On distingue 3 sortes de propriétés : .Les codes : Informations synthétiques représentatives d’objets matériels ou immatériels de l’univers extérieur. qui pouront participer à des calculs. Ex : Prix d’un produit 7. Ex : Nom d’un client .1 Entité permanente C’est une entité que l’on conserve en permanence dans la base d’information mais qu’on peut mettre à jour à tout moment.I SMI-S5 Une propriété est dite ELEMENTAIRE si elle ne peut pas se décomposer Exemple : rue. A deux objets différents correspondent deux valeurs distinctes de ce code (ex : n° bon de commande) N° de commande (rubrique de type code) identifiant de COMMANDE (objet de l’UE) BON-DE-COMMANDE (entité du SI) .

Ex : Le solde d’un compte au 4 mars peut se calculer a partir du dernier solde mémorisé (par exemple au 28 février. date de dernière mise a jour des comptes) et des écritures (mouvements) enregistrées depuis cette dernière MAJ (depuis le 28 février).Recalculer a chaque fois cette situation a partir de la dernière situation mémorisée et des mouvements enregistrés depuis. rue. 16 SMI / S5 FSDM .I SMI-S5 Les propriétés d’une entité permanente peuvent changer mais l’entité elle-même est stable (l’adresse d’un client peut changer dans le temps).1.Calculer une fois pour toute cette situation et la mémoriser. 7. date) mémorisé dans le système est issue de l’événement PASSATION DE COMMANDE Il existe un moment où on ne peut plus mettre à jour une entité mouvement (on ne peut plus modifier une commande une fois qu’elle est passée) 7. Les propriétés d’une entité permanente peuvent être de deux types : propriétés signalétiques : correspondant à sa description. .2 Entité de type « mouvements » Une entité de type mouvement est le souvenir d’un événement. cumul ou une position Ex : PRODUIT : stock au début du mois. et les situations en historique (propriétés de situation de l’entité à des instants passés). Cette méthode n’est envisageable qu’avec un ordinateur ayant assez de mémoires externes pour conserver tous les mouvements nécessaires au calcul.2 Notion de relation Une relation est la prise en charge par le SI du fait qu’il existe une association entre des objets de l’univers extérieur et prendra une association entre les entités correspondantes.1. ville … propriétés de situation : correspondant à l’état où se trouve l’entité à un instant donné.2. Il peut s’agir d’une situation actuelle (propriétés de situation à l’instant présent). SOLDE P = SOLDE P – 1 + cumul des mvts débit .Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S.cumul mvts crédit On a donc deux méthodes pour déterminer Ia situation d’une entité a l’instant t : .2. dans le SI Ex: entité COMMANDE : (N° commande. ex : CLIENT : nom.

exactement comme pour les entités.1. 7. politique ou démographique à un moment donné. Bon de Commande (N°BC. Date) CONCERNE(Qté) PRODUIT (Réf.2. Ex: Employé (matricule.2. ensemble des éléments qui déterminent la situation économique. sociale. Par exemple la commande N°123 peut concerner les produits A01 et B125. Date) et l’entité Produit (Réf.2.2. intitulé) Said. nom) Affecté a (heure début. Ce sont des relations structurelles. Commerciale (les horaires de AFFECTÉ peuvent changer) 7.2 Relations de type mouvements Ce sont des relations entre entités permanentes ou de mouvements qui représentent le souvenir d’un événement (RELATION CONJONCTURELLES) (Conjoncture : situation qui résulte d’un concours de circonstances . Une Conjoncture très favorable. Prix) Les 2 entités BON DE COMMANDE et PRODUIT sont reliées par la relation CONCERNE si le produit est commandé sur le bon de commande par une certaine quantité.2. Entre l’entité Bon de commandet (N°BC.1. Désignation. Prix) peut exister la relation CONCERNE exprimant l’association qui existe entre l’objet COMMANDE et certains objets de type PORDUIT.1 Classification des relations 7.I SMI-S5 « Said est marié à Salima » exprime par la relation « est marié à » une association entre les entités Said et Salima. occasion. heure fin) (horaires peuvent être modifiés à tout moment) Service (code. Ex: la relation CONCERNE peut être porteuse de la propriété QUANTITÉ exprimant pour chaque produit commandé (concerné par la commande) la quantité commandée.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Ex: Cours Analyse et Conception de S. employé A12 est AFFECTÉ (tous les jours ouvrables de 8h à 17h) au service 18.1 Relations permanentes Ce sont des relations entre entités permanentes qu’on conserve en permanence et dont on peut modifier les propriétés à tout moment.2.) 17 SMI / S5 FSDM . A une relation peuvent également être rattachées des propriétés.

date) SE COMPOSE DE (quantité) PRODUIT (Réf. Il ne peut pas changer au cours du temps. L’identifiant est une propriété qui caractérise de manière unique chaque occurrence de l’entitétype.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Ex: COMMANDE (N°BC. ENTITÉ-TYPE : classe d’entités particulières ayant des propriétés analogues OCCURRENCE D’ENTITE-TYPE : entité particulière appartenant à ce type ENTITÉ-TYPE Occurrences (objets) Ex : CLIENT est une entité-type.120dh) et de deux produits (X25. 7. Une occurrence d’un type est un élément particulier appartenant à cet ensemble. client Halim et Client Fatima sont des occurrences de cette entité-type. à savoir que celle-ci concernait trois unités du produit X01 et deux unités du produit X25. 200dh) SE COMPOSE DE est le souvenir dans le SI (la mémorisations dans le SI) du détail de l’événement « commande n° 125 ». chemise. La COLLECTION est la liste des entités-types qui participent à cette relation Chaque ensemble d’occurrences des entités composant la relation-type constitue une occurrence de la relation-type 18 SMI / S5 FSDM . IDENTIFIANT (ou clé d’idntification): Une propriété particulière. désignation. pantalon. Ex: Entité-type CLIENT (code client.I SMI-S5 La commande 125 du 15 novembre 2005 SE COMPOSE de trois produits (X01. permet de distinguer sans ambiguïté cette entité particulière de tout autre entité du même type. prix) Cours Analyse et Conception de S. nom client).3 Types et occurrences Un type est un ensemble d’éléments ou d’objets ayant les mêmes caractéristiques. appelée identifiant (ou clé d’identification). Code-client est l’identifiant (clé) de l’entité – type CLIENT RELATION-TYPE: relation (association) entre plusieurs entités-types.2.

PROPRIETE-TYPE: classe de propriétés semblables. . Elle peut être élémentaire ou concaténée.sa classe (numérique (chiffres).sa longueur (nombre de caractères) Exemple général: Il ne faut pas confondre .I SMI-S5 Relation-type Occurrences de la relation Il est parfois utile de préciser le nombre maxi.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. mini et moyen d’occurrences. alphabétique (caractères ou espaces). alphanumérique (tous caractères) . libellé. libellé ou montant. Les occurrences Said et Fatima de cette propriété-type sont des valeurs prises par cette propriété pour deux clients particuliers (deux occurrences de l’entité-type CLIENT) Une propriété-type est caractérisé par une certaine structure : .ni RELATION-TYPE et OCCURRENCE de la relation Exemple: COMMANDE (N°cde. Prix de vente) ENTITE-TYPE COMMANDE PRODUIT PROPRIETE-TYPE N° cde: Date: Référence : Libellé: Prix de vente: RELATION-TYPE CONCERNER OCCURRENCE de l’entité-type numéro 123.ENTITE-TYPE et OCCURRENCE de l’entité-type.ni PROPRIETE-TYPE et VALEUR de propriété . mémorisé ou calculée. Une occurrence d’une propriété-type est une valeur prise par cette propriété. du 08/10/02 Manteau de référence 456 à 100€ VALEUR de la PROPRIETE-TYPE 123 08/10/02 456 Manteau 100€ OCCURRENCE de la relation-tye lien entre la commande 123 et le manteau 456 pour une quantité de 3 unités 19 SMI / S5 FSDM . Elle peut être de type code. Cette notion d’occurrence sert à quantifier la base de données. Ex : NOM-CLIENT est une propriété-type de l’entité-type CLIENT et représente la classe des noms de tous les clients. date) COMPRTE (Quantité) PRODUIT (Référence.

SERVICE} Exemple d’occurrences : Dans cet exemple. 6 Rue du jardin.2. et les colonnes correspondent aux valeurs des propriétés-types.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. 20 SMI / S5 FSDM . Les lignes correspondent aux occurrences.4 Formalisme Représentation Schématique L’identifiant est toujours souligné La relation AFFECTÉ A est définie sur la collection {SALARIÉ. Nom. 19 Route Imouzar.I SMI-S5 7. on voit que DURAND et DUBOIS sont affectés à la comptabilité et MARTIN au service commercial.binaire. 8 Différents types de relations: . Ex: ETUDIANT (CNE. Adresse) CNE 2341 4532 6542 Aarab Bakali Badir Nom Said Ahlam Kamal Prénom Adresse Rue de fes. Prénom. On représente souvent les occurrences d’une entité-type sous forme d’un tableau.

Elle est supérieur ou égale au nombre d’entités de la collection.Une relation de dimension 3 est une relation ternaire Par exemple JEAN A VENDU CHEMISE A PAUL: deux occurrences de PERSONNE et une occurrence de PRODUIT).I SMI-S5 . . 21 SMI / S5 FSDM .ternaire.n-aire ou multiple.réflexive.Une relation de dimension n est dite n-aire. Cours Analyse et Conception de S. Ex : .Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique . .Une relation de dimension 2 est une relation binaire II faut deux occurrences de la relation PERSONNE pour une occurrence de la relation EST MARIE A (II faut être deux pour se marier). DIMENSION : la dimension d’une relation-type est le nombre d’occurrences d’entités concernées par une occurrence de la relation-type. .

n 1. Véhicule Est Possédé Personne Une Personne possède 1 ou plusieurs Véhicules mais un véhicule est possédé par une seule Personne Plusieurs A Plusieurs (n – n) : A toute occurrence de X correspond une ou plusieurs occurrences de Y et réciproquement. Client Commande Produit Un client peut commander plusieurs produits et chaque produit peut être commandé par plusieurs clients TOTALITÉ / PARTIALITÉ : Une relation mettant en jeu les entités X et Y est dite : Totale : si aucune occurrence de X et aucune occurrence de Y ne peuvent exister sans participer a une occurrence de la relation.Enseigne --. Ex : Enseignant --.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S.1 22 SMI / S5 FSDM .I SMI-S5 FONCTIONALITE : on définit la fonctionnalité d’une relation-type par rapport à deux entités-types X et Y.CLASSE 1. On distingue les relations : 1 A 1 (1 – 1) : A toute occurrence de X ne correspond qu’une seule occurrence de Y et réciproquement Homme Est marié à Femme Un homme n’est marié qu’à une femme et une femme n’est mariée qu’à un homme 1 A Plusieurs (1 – n) : A toute occurrence de X correspond une ou plusieurs occurrences de Y et à toute occurrence de Y une seule de X.

23 SMI / S5 FSDM . au plus.POSSEDE ---. CARDINALITÉ MAXIMUM d'une relation est le nombre maximum de fois où chaque occurrence d'entitétype peut participer à une occurrence de la relation-type.5 Cardinalités La notion de cardinalité minimum / maximum permet d'exprimer la fonctionnalité et la totalité / partialité d'une relation. Cardinalité maximum n: signifie qu'une occurrence de l'entité-type peut être impliquée dans un maximum de n occurrences de la relation Les cardinalités traduisent aussi des règles de gestion.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique - Cours Analyse et Conception de S. Ce sont des règles propre au SI étudié. Cardinalité minimum 0: correspond à une relation partielle Cardinalité minimum 1: signifie qu'une occurrence d'entité-type ne peut exister sans participer à une occurrence de la relation Cardinalité minimum n: implique que toute occurrence d'entité-type participe obligatoirement à n occurrences de la relation Les cardinalités minimum non nulles correspondent à des relations totales. Cardinalité maximum 1: signifie que toute occurrence de l'entité-type ne peut participer qu'à une occurrence de la relation.2.n 1. Ces contraintes d’intégrité représentent les lois de l’univers réel modélisé dans le SI. Ex : PERSONNE ---.1 o 7.VOITURE 0. CARDINALITÉ MINIMUM d'une relation est le nombre minimum de fois où chaque occurrence d'une entité-type participe à la relation-type. qui expriment des contraintes d’intégrité du modèle.I SMI-S5 Partielle : si certaines occurrences de X ou certaines de Y peuvent n’être impliquées dans aucune occurrence de la relation.

1 Homme Est Fils de 0.n Enseigne Matière Un Enseignant fait au moins un enseignement. L’identifiant d'une relation est le produit cartésien (concaténation) des identifiants des objets participant à la relation. l'identifiant de la relation "HABITER" est: "NUM CLIENT . Il peut en faire plusieurs. Une femme peut n’avoir pas d’enfants (0 enfant) ou au contraire en avoir plusieurs (n enfants). Une matière peut ne pas être enseignée. Si elle l’est. Par exemple. 1.I SMI-S5 Exemple: 1.CODE GEOGRAPHIQUE" Chaque occurrence d’entité-type est identifiée de manière unique par un identifiant.n Femme Un homme est fils d’au moins et d’au plus une femme. 24 SMI / S5 FSDM .n 1. Enseignant 1.n Enseignant 0. c’est-à-dire d’une femme et d’une seule.n Enseigne Classe Une classe a au moins un enseignant et peut en avoir plusieurs. qui est une propriété-type particulière telle que 2 occurrences de l’entité-type ne peuvent pas avoir la même valeur pour cette propriété-type. elle peut l’être plusieurs fois.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Représentation graphique (formalisme) : Entités-types Relation-type Cours Analyse et Conception de S.

n Classe Contraintes statiques : . Sens) La somme des montants des lignes de sens « D » (débit) doit être égale à celle des lignes de sens « C » sur des propriétés d’entités/relations différentes La somme des CA des produits doit être égale à celle des CA clients sur les cardinalités sur les dépendances fonctionnelles - - - Contraintes dynamiques : Les CI dynamiques expriment les règles d’évolution et portent directement sur le passage du SI d’un état dans un autre Ex : Le salaire d’un employé ne doit pas diminuer 25 SMI / S5 FSDM . Montant. Ex : Dans le MCD d’une école les règles de gestion peuvent être les suivants : RG1 : tout professeur enseigne en principe au moins une matière. libellé. date_livraison) On doit toujours avoir date_cde < date_livraison sur des propriétés d’occurrences distinctes d’une relation ou entité Ligne_écriture(N°ecriture.n 0. liste de valeurs possibles.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S.n Professeur Enseigne 3. fourchettes de valeurs admissibles sur diverses propriétés d’une même relation ou entité : Commande (N°cde.I. mais certains d’entre eux peuvent être dispensés d’enseignement en raison de leurs travaux de recherche RG2 : toute matière est enseignée dans au moins une classe RG3 : toute classe a au moins trois enseignants Matière 1.6 Règles de gestion (décidées par le Système de pilotage) Les règles de gestion du MCD précisent les contraintes qui doivent être respectées par le modèle.2. Elles expriment les CONTRAINTES D’INTÉGRITÉ du modèle et représentent les lois de l’univers réel modélisé dans le S.I SMI-S5 7. date_cde.sur une propriété : Forme.

2 Dépendances fonctionnelles entre entités On dit qu’il existe une dépendance fonctionnelle entre deux entités A et B et on note (A toute occurrence de A détermine une et une seule occurrence de B. car plusieurs clients peuvent avoir le même nom. Le nom du client ne permet pas de déterminer son code.df --.1 Dépendances fonctionnelles entre propriétés On dit que 2 propriétés a et b sont reliées par une dépendance fonctionnelle (a --.> Adresse-Client Dépendance fonctionnelle élémentaire directe : on dit que la propriété b dépend fonctionnellement de a par une dépendance fonctionnelle élémentaire directe si cette dépendance est élémentaire a ---. mais la troisième ne l’est pas en raison de la transitivité (N°Prof --.3. on doit pouvoir connaître son nom et celui-ci sera unique.> c et c --.> b) et si aucune partie de a ne détermine b Ex : Code-client + Nom-Client --------.df ---- nom-client La connaissance du Code-client détermine une et une seule valeur de nom-client.> Code-matière Code-matière ---.> b et s’il n’existe pas de propriété c telle que a --.df -------. Autrement dit.df --.df --.> Code-matière ----.> Nom-matière Les 2 premières dépendances fonctionnelles sont directes.df -------.> b (càd on élimine toute transitivité) Ex : N°Prof ---. Nom-client ---. La cardinalité maximum 1 correspond toujours à une DF B) si 26 SMI / S5 FSDM .> Adresse-Client est élémentaire et on peut écrire Code-Client ----. Dépendance fonctionnelle élémentaire : on parle de DFE entre les propriétés a et b (a  b) si (a --.> Adresse-Client n’est pas élémentaire puisque la connaissance de Code-Client (partie de Code-Client + Nom-Client) suffit à déterminer l’adresse Code-client --------. si on connaît le code du client.df  code-client n’est pas vraie.I SMI-S5 7.> b) si la connaissance de la valeur de a détermine une et une seule valeur de b Ex: Code-client -----.df --. La réciproque est fausse.> Nom-matière N°Prof --.3 Dépendances fonctionnelles 7.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S. 7.> Nom-matière).3.

df - d      a --.> Code_Client 7.df  b et b --.df  a a --.df  b et a --.I SMI-S5 On peut assimiler les dépendances fonctionnelles entre entités aux dépendances fonctionnelles entre les identifiants de ces entités.df  b et b +c --.df - c a --.df  b a --.df  c a --.3 Propriétés des DF Réflexivité : Projection : Augmentation : Additivité : Transitivité : Pseudo-transitivité : a --.df  c V c : a+c --. Ex : Commande ---.Université Sidi Mohamed Ben Abdellah Faculté des Sciences Dhar Mahraz Département d’Informatique Cours Analyse et Conception de S.df  b et a --.df  c a +c --.> Client Est assimilable à : N°cde --.df  b + c a --.df  b a --.3.df  d 27 SMI / S5 FSDM .df  b +c a --.