État des lieux et champs d’innovation

Jean-François Gleyze
Stage de design numérique Bayard Presse – ENSCI-Les Ateliers

La lecture numérique

État des lieux et champs d’innovation

La lecture numérique

Jean-François Gleyze
Stage de design numérique Bayard Presse – ENSCI-Les Ateliers

4

Sommaire
Avant-propos .............................................................................................................................. 9

La lecture numérique – État des lieux.............

11

La lecture numérique, une notion à tiroirs .................................. 13
Définir le numérique ................................................................................................. 14 Définir le livre .............................................................................................................. 15

Du parchemin à l’expérience multimédia immersive – Les mutations de l’écrit .................................................................... 19 Aperçu des enjeux politiques, économiques et éditoriaux de la lecture numérique ................................................................... 23 Ordinateurs, liseuses, smartphones et tablettes – Les dispositifs de lecture numérique............................................. 29
Les différents types d’écran et les usages associés ...................................... 29
Les écrans transmissifs ....................................................................................................................... 29 Les écrans réflectifs .............................................................................................................................. 30 Écrans transmissifs vs écrans réflectifs – La segmentation des usages ........................ 31 Hybridation des dispositifs et écrans transflectifs .................................................................. 33

Innovations techniques et technologiques en marge des écrans ...................................................................................................................... 35
L’eye-tracking.......................................................................................................................................... 35 Les dispositifs audio ............................................................................................................................. 36 La combinaison papier-écran .......................................................................................................... 38

5

Formats et fonctions – La grammaire électronique de l’écrit ................................................................................................ 41
La mise en forme de l’écrit : les formats électroniques.............................. 41
Le développement des formats, du PostScript à l’ePUB........................................................ 41 Dispositifs de lecture, formats et fonctionnalités associées ............................................... 44 Le format ePUB : la vocation d’un standard ............................................................................. 47

Les fonctionnalités du format ePUB3 – L’enrichissement multimédia standardisé........................................................ 49 L’interactivité hors des standards de l’e-book – Panorama des principaux scénarios d’interaction développés sur smartphone et tablette .................................................................................... 51
Interagir avec l’image .......................................................................................................................... 52 Interagir avec le texte .......................................................................................................................... 55 Combiner images et textes dans le scénario d’interaction .................................................. 57

Les champs d’innovation de la lecture numérique ............................................................

63

Les mécanismes de lecture .............................................................. 65
Mécanismes perceptifs et cognitifs de la lecture ......................................... 65 Comparaison des processus en jeu dans la lecture sur papier et la lecture sur écran .............................................................................................. 67 Les enjeux cognitifs de la lecture numérique................................................. 70
Spatialisation et repérage – La question de la représentation mentale........................ 70 Parcours de lecture – La question de la construction de sens ........................................... 73

Les pratiques ....................................................................................... 75
L’écran, un support dont les usages ne sont pas encore fixés ................ 75 L’enseignement, un laboratoire expérimental des nouvelles pratiques de lecture numérique........................................................................... 78

6

La lecture numérique, une nouvelle forme d’écriture ................................ 82
L’écriture productrice de sens .......................................................................................................... 82 L’écriture collaborative ........................................................................................................................ 86

La dimension communautaire de la lecture révélée par le numérique ........................................................................................................ 89
Créer du lien............................................................................................................................................. 89 Partager l’expérience de lecture ...................................................................................................... 92

La narration ......................................................................................... 97
Les spécificités narratives du papier – Linéarité et sensorialité .............. 97 Les spécificités narratives du numérique – Enrichissement et interactivité ............................................................................................................. 101
Habiller le texte – l’enrichissement linéaire................................................................................ 101 Raconter le livre – couvertures et bandes-annonces animées .......................................... 103 Prolonger l’expérience – l’enrichissement comme amorce narrative.............................. 105 S’approprier le récit – l’exploration interactive de contenus multimédia ..................... 106 S’immerger dans l’histoire – la narration arborescente........................................................ 106 Partager l’histoire – la narration collaborative et la narration transmédia ................ 111

Vers une nouvelle grammaire de l’imagination............................................. 112

La production et l’exploitation de données sur la lecture ....... 117
Les données sur le livre et le lecteur .................................................................. 117
Mettre en forme, paramétrer, référencer et indexer le livre ................................................ 117 Identifier les pratiques du lecteur .................................................................................................. 121

Les trajectoires croisées des livres et des lecteurs – Vers une bibliothèque dynamique et intelligente ........................................ 123

Références ........................................................... 129
Recommandations .............................................................................. 131 Bibliographie ....................................................................................... 137

7

8

Avant-propos

Ce travail de veille a été réalisé dans le cadre du stage de design numérique que j’ai effectué au sein de l’équipe BayardKids du groupe de presse Bayard entre les mois d’avril et de juillet 2011, au titre de ma formation à l’ENSCI – Les Ateliers. Il s’appuie sur : • des ressources web (articles de blogs, études en lignes, vidéos de conférences, podcasts), • des articles papier (articles de quotidiens ou d’hebdomadaires, articles de revues et de conférences scientifiques), • des expérimentations d’applications sur ordinateur, smartphone et tablette.

Rassembler et organiser des informations sur la lecture numérique s’est révélé être un travail complexe en raison du nombre important de disciplines et de thématiques connexes à la lecture numérique et de la rapidité avec laquelle les techniques et les pratiques évoluent. Pour information, les références citées ici datent pour une très grande majorité de 2010 ou de 2011. Le lecteur soucieux de suivre l’évolution du secteur trouvera en fin d’ouvrage la bibliographie des références citées ainsi qu’une liste de sites susceptibles de l’accompagner dans ses recherches ultérieures. Cette veille est structurée en deux parties : • la première partie est consacrée à un état des lieux de la lecture numérique : terminologie, repères historiques, aspects politiques, économiques et éditoriaux, dispositifs de lecture, formats et schémas interactifs actuels ;

• la seconde partie explore les perspectives d’innovation que le numérique apporte dans le domaine de la lecture, tant du point de vue des usages que des contenus : mécanismes perceptifs et cognitifs de la lecture, pratiques de lecture, narration, production et exploitation de données sur la lecture.
9

 Gain de place et légèreté sont souvent invoqués pour promouvoir les dispositifs de lecture numérique – ici, la liseuse Kindle d’Amazon, à peine plus grand qu’un livre de poche, peut contenir l’équivalent de 1500 livres dans une épaisseur de 9mm et un poids de 240g87.

10

1

La lecture numérique : État des lieux
11

La lecture numérique, une notion à tiroirs
Appréhender la lecture numérique est une tâche bien plus complexe qu’il n’y paraît, tant les notions qui s’y rapportent sont pour la plupart récentes et concernent des domaines aux connexions multiples et aux frontières mouvantes.

La lecture numérique mobilise en effet de nombreuses disciplines telles que la sociologie, la psychologie, le graphisme, le design, l’informatique et des acteurs issus de secteurs aussi variés que l’édition, l’industrie des nouveaux médias, la politique ou encore l’enseignement (ces listes sont loin d’être exhaustives). Par ailleurs, en termes d’usage, la lecture numérique fait se rencontrer deux domaines – l’écrit d’une part, et les nouvelles technologies d’autre part – autour desquels chaque individu développe sa propre pratique et par là même son propre imaginaire. Dès lors, il n’est pas étonnant de constater le foisonnement de termes pour décrire l’univers de la lecture numérique.
13

Le portail du Ministère de l’Éducation *TICE : Nationale consacré aux TICE*, aux nouvelles Technologies de technologies et à leurs applications pour l’enseil’Information et de gnement propose de clarifier cette terminologie, la Communication pour l’Enseignement ou pour le moins d’en préciser les différentes notions selon ses multiples entrées (politiques, techniques, sociologiques, économiques, juridiques, culturelles et pédagogiques). L’intitulé du rapport de synthèse publié à cette occasion sur le site Éducnet49 traduit bien le flou qui entoure la question de la lecture numérique : Livre électronique, livre numérique (e-book) évoque spontanément les aspects techniques, technologiques, commerciaux et éditoriaux de ce nouvel objet que l’on appelle métaphoriquement un « livre ». Avant d’aborder plus avant les multiples enjeux de la lecture numérique, nous proposons ici de faire le point sur la terminologie du livre numérique.

Définir le numérique

Comme le souligne Éducnet, le terme de numérique est associé à de nombreux autres termes sémantiquement proches dont il convient de rappeler les nuances.

• L’adjectif « numérique » renvoie au caractère numérique des informations décrivant le contenu (informations quantifiées, échantillonnées et codés par des séquences de 0 ou 1)49. • L’emploi de l’adjectif « électronique » est préféré pour évoquer le support électronique sur lequel sont restituées ces informations49. • L’adjectif « numérisé » évoque spécifiquement la transcription numérique à l’identique d’un contenu papier (par exemple par scan ou par impression numérique au format PDF)49.

14

• L’adjectif « interactif » se rapporte aux matériels, programmes ou conditions d’exploitation « permettant une interaction en temps réel, entre l’utilisateur et l’ordinateur. (…) L’interaction se traduit par un échange réciproque de questions et réponses entre l’utilisateur et l’ordinateur. »133 • Le terme « multimédia » est employé pour désigner « l’utilisation simultanée de plusieurs types de données numériques (textuelles, visuelles et sonores) à l’intérieur d’une même application ou d’un même support, et cela, en y intégrant l’interactivité apportée par l’informatique. »133

Dans la suite de ce travail, nous veillerons à respecter ce distinguo, à ceci près que nous emploierons l’adjectif « numérique » de manière plus générique (non seulement pour décrire le codage des informations, mais également pour suggérer les pratiques liées aux données numériques).

• La notion de « multimédia » a été étendue à celle d’« hypermédia » par les possibilités de navigation entre des éléments textuels, visuels et sonores permises par la présence de liens sémantiques activables dans les documents (fusion des concepts de « multimédia » et d’« hypertexte »)133

Définir le livre

Bien qu’ancré dans une tradition datant de plusieurs siècles, le terme de « livre » et les termes qui lui sont couramment associés voient leur sens glisser dès qu’ils sont appréhendés dans l’univers du numérique. L’expression « livre numérique » associe un « objet physique bien identifié » d’une part, et des technologies se traduisant par des transformations intangibles d’autre part39 qui nécessitent pour le moins quelques précisions sémantiques. Jusqu’à l’apparition du numérique, le livre (papier) se présente sous une forme liant de manière indistincte un contenu (le texte) et un contenant (des cahiers reliés). Avec l’apparition du livre électronique, les deux composantes se trouvent dissociées49. Cette distinction fait cohabiter deux représentations57 :
15

• d’une part la représentation historique du livre envisagé comme support de l’écrit,

Dès lors, le « livre numérique » renverrait à un objet ou à un dispositif tangible qui supporterait toutes les formes intangibles du multimédia. Ce paradoxe se traduit par une ambiguïté persistante dans la manière de nommer le livre dématérialisé (le contenu, traduit sous forme de fichier) et le livre incarné (le support électronique, traduit par une interface). Par ailleurs, comment situer ces deux notions par rapport au livre originel, c’est-à-dire le livre matérialisé dans le papier ?

• et d’autre part la représentation récente des contenus numériques, incluant non seulement l’écrit, mais également l’image, le son, la vidéo et l’animation.

Dans son rapport d’étude sur l’édition numérique de livres scientifiques et techniques139, Bernard Prost propose de réserver le terme de « livre » à l’« objet de lecture, [existant] par son unité sémantique commodément désignée par son titre. » Par contraste, l’e-book renverrait à la version dématérialisée du livre, associée à un fichier nécessitant « une machine active pour le rendre lisible sous forme d’une succession de mots alignés sur une « page » ou audible par synthèse vocale. »

Cette proposition laisse en suspens la question de la « machine active » utilisée pour lire le fichier. Cette machine peut aussi bien être une application de l’ordinateur sur lequel serait installé le fichier, qu’un support dédié à la lecture de ces fichiers (de la même manière que l’on peut lire un fichier audio ou un fichier vidéo grâce à un logiciel sur un ordinateur – par exemple iTunes ou VLC, ou grâce à un dispositif physique réservé à cet usage – par exemple un baladeur MP3 ou une platine DVD). Au-delà de cette ambiguïté entre lecteur-application et lecteur-support, le principe même de « lecteur » se heurte à un obstacle supplémentaire propre au domaine du livre : là où le lecteur désigne, au sens large, le dispositif permettant de « jouer » le fichier audio ou vidéo (on parle aussi de « player »), le lecteur désigne aussi dans sa première acception la personne qui lit le livre.
16

 Exemple de lecture numérique sur iPad : le livre numérique est-il le roman Flatland d’Edwin Abbott ? le fichier électronique Flatland.epub ? l’application de lecture iBooks ? le terminal de lecture iPad ?

17

Pour lever cette confusion entre dispositif de lecture et lecteur (au sens premier du terme), plusieurs termes ont été proposés pour désigner le support physique de lecture (incluant également le support logiciel permettant la lecture du fichier) : « reader », « ePaper », « livrel », « bouquineur » (entre autre) et « liseuse », dont l’emploi semble s’être démarqué, peut-être en raison de la terminaison en « -euse » qui renvoie au champ lexical des outils35. Sans plus entrer dans les détails d’un débat qui est toujours d’actualité, nous retiendrons que la notion « livre numérique » fait référence à la fois : • au livre, en tant que titre, • à sa transcription numérique sous forme de fichier (parfois appelé « e-book »), • à l’application interprétant ce fichier (parfois appelée « visionneuse »),

Cette forme lisible rencontre en bout de chaîne le récepteur du contenu, c’est-à-dire le lecteur. Telle que nous l’avons développée, cette manière d’appréhender le « livre numérique » ne remet cependant pas en question la représentation même du livre. Pour autant, l’univers du multimédia dépasse largement celui de l’écrit, et on peut se demander légitimement si le texte n’a pas un avenir qui dépasserait la métaphore immédiate de l’e-book36. Imposer la structure du livre dans le développement de pratiques de lecture numérique présente en effet le risque d’enfermer les futures formes de l’écrit dans des structures connues, mais adaptées à des formes révolues. Face à des mutations qui suscitent autant d’enthousiasme que d’appréhension, la relecture de l’histoire du livre fournit des pistes de réflexion qui permettent d’envisager le numérique comme un média complémentaire du livre ouvrant sur de nouveaux rapports à l’écrit41.
18

• au support électronique (souvent appelé « liseuse ») dont l’écran restitue une forme lisible de ce fichier.

Du parchemin à l’expérience multimédia immersive : les mutations de l’écrit
Les inquiétudes que l’on nourrit aujourd’hui à l’égard d’Internet et des nouveaux médias ne sont pas sans rappeler celles qui entouraient l’apparition du livre à l’Antiquité2, 29. Dans La République d’une part, et dans le Phèdre d’autre part, Platon soulève à travers la voix de Socrate les questions qui font débat autour de l’émergence de l’écriture. Selon Platon, la poésie – c’est-à-dire la tradition orale de la pensée – n’a pas sa place dans la Cité Idéale. À la crainte de voir la régression de l’oral menacer la pratique de la mémorisation, Platon oppose la capacité que l’écriture et le codex (i.e. l’organisation de l’écrit sous forme de livre) ont de transmettre le savoir en l’ordonnant. Certes, le passage du volumen (parchemin) au codex (livre) a permis un abaissement des coûts de fabrication (le livre permet en effet de rassembler beaucoup plus de textes dans un volume moindre), mais il a surtout permis un meilleur repérage et un meilleur maniement du texte (apparition de la pagination et des index, feuilletage, possibilité de comparer des passages, etc.) Avec l’apparition du livre, des typologies de formes, de genres, de discours, et plus géné19

ralement des systèmes d’identification et de repérage de textes émergent et bouleversent les « modalités de production, de transmission et de réception de l’écrit. »32 Les mutations du livre, jalonnées par l’apparition du codex, l’invention de l’imprimerie et, aujourd’hui, la domination des écrans, doivent être envisagées non pas sous l’angle de l’objet, mais sous celui de l’écrit et de son rapport au savoir. • l’invention de l’imprimerie au milieu du XVe siècle : avec l’imprimerie, les techniques de reproduction évoluent et permettent une diffusion plus large de l’écrit – il faut cependant souligner que ce changement affecte peu (du moins dans un premier temps) la mise en page et l’apparence de l’écrit, généralement calqué sur les versions manuscrites antérieures ; Sur la longue période qui précède l’invention de l’informatique, Roger Chartier identifie à ce titre trois mutations fondamentales de l’écrit32 :

• le passage de la lecture oralisée à la lecture silencieuse au cours du Moyen-Âge : cette transition marque une mutation dans la fonction même de l’écrit, puisqu’il passe du rôle d’archive, de conservation (modèle monastique jusqu’au XIe siècle) à celui de support pour le travail intellectuel (modèle scolastique, avec l’apparition de l’université au XIIe siècle), reléguant la lecture à haute voix à des formes de sociabilité (lecture familiale, lecture publique, etc.) ; • le passage de la lecture intensive à la lecture extensive au cours du XVIIIe siècle : le « corpus limité et fermé de textes » auquel le lecteur intensif est confronté au Moyen-Âge s’ouvre au temps des Lumières avec la diffusion croissante du livre, favorisant l’apparition de sociétés de lecture, de bibliothèques de prêt et de lecteurs extensifs, pratiquant une lecture rapide, avide et critique.

20

L’univers du livre imprimé, qui avait pu paraître oppressant de par le trop-plein d’informations qu’il générait, a stabilisé une forme écrite de pensée (c’est-à-dire une manière de construire, d’exposer et de transmettre une pensée)2, autour d’un modèle physique présentant deux contraintes remarquables32 :

Cette forme figée de l’écrit a été progressivement remise en question depuis les années 1970 et l’informatisation du monde de l’édition56.

• la limitation de l’intervention du lecteur dans le livre imprimé : de par la forme du livre papier, le lecteur ne dispose que d’un espace limité pour annoter les pages (si tant est que cette forme lui suppose une possible participation, alors que le livre est fortement associé à un « acte créateur individuel, singulier et original » dans un contexte de propriété littéraire bien établi) ; • l’impossibilité de constituer une bibliothèque universelle (illustrée par la figure de la bibliothèque d’Alexandrie).

En premier lieu, la forme même du texte se trouve modifiée par sa représentation électronique : le caractère autrefois tangible du texte cède la place à une mise en forme dissociée de son support, propice à la formation d’« archipels textuels sans rives ni bornes » exigeant du lecteur une pratique de lecture comparable à une « navigation au très long cours. »131 Du point de vue de la production de l’écrit, les possibilités de composition sur ordinateur ont donné le pouvoir aux auteurs de travailler le texte par copier-coller et par déplacements de blocs45. Le développement des nouvelles technologies et l’essor des réseaux ont étendu ce pouvoir aux lecteurs et généralisé les pratiques de recomposition de l’écrit, rendant indissociable la lecture d’une pratique d’écriture et de réécriture (encore aujourd’hui verrouillée par les tensions persistantes entre la fluidité de l’univers électronique et les questions de propriété industrielle propres à la notion d’œuvre33). Le rôle structurant de l’écrit dans l’organisation d’un contenu est lui-même remis en question par la multiplication des médias. Avec le numérique, la nature des unités discursives se diversifie (texte,
21

image, son, vidéo, animations) et immerge le lecteur dans une accumulation de contenus dont il doit reconstruire les relations pour leur donner de la cohérence52.

Les limites physiques des bibliothèques sont également bouleversées par la dématérialisation du texte et les facilités d’accès rendues possibles par Internet. Bien que l’idéal d’une bibliothèque universelle se heurte à des problèmes techniques (processus d’acquisition, formats de fichiers), juridiques et économiques (propriété intellectuelle, diffusion), les bibliothèques numériques permettent au lecteur connecté de pouvoir accéder à tout moment et de manière instantanée à un catalogue toujours plus conséquent, incluant des ouvrages qui n’auraient pu être publiés sur papier (ouvrages non rentables, documents rares non accessibles au public dans leur version papier, etc.)156

Enfin, la dissociation texte-support et la récente miniaturisation des interfaces de lecture ont modifié le rapport du corps au support. Alors que l’écran d’ordinateur imposait depuis quelques années une posture de lecture inconfortable et fatigante, l’apparition récente des smartphones et des tablettes a libéré le corps du lecteur et lui a permis d’envisager la lecture et l’écriture dans des conditions qui faisaient jusqu’alors la force du livre papier sur le numérique (« n’importe où, n’importe comment »)61.

En nous appuyant sur cette relecture des « trajectoires de l’écrit »32, nous proposons à présent de situer le contexte de la lecture numérique à travers ses principaux aspects politiques, économiques, éditoriaux, technologiques et techniques.

22

Aperçu des enjeux politiques, économiques et éditoriaux de la lecture numérique
Ainsi que le rappelle l’historien américain Robert Darnton41, « la libre circulation des savoirs et leur libre accès à tous est une idée centrale de l’âge des Lumières ». À l’époque, cette idée se heurtait à la vie difficile que menaient les auteurs, à l’analphabétisme et à l’accès difficile au savoir. Aujourd’hui, cette idée devient réaliste avec les possibilités offertes par la dématérialisation des contenus et la diffusion de masse par le réseau Internet. Les politiques encouragent l’accès aux réseaux numériques, et par là l’accès aux savoirs, non seulement à l’échelon national, mais également aux échelons européen et national (pour plus de détails sur les politiques mises en œuvre, voir le dossier documentaire d’Éducnet sur le livre électronique49). À titre d’exemple, le Plan Numérique 2012 pour la France insiste sur l’importance des bibliothèques et des médiathèques comme « lieux d’apprentissage et de partage de l’information » et propose, entre autre, de mettre en place une plate-forme unifiée pour « élargir et simplifier l’offre de contenus numériques présentés à leurs publics. » Dans le secteur de l’enseignement, de nombreuses actions sont entreprises
23

pour généraliser l’usage de l’outil numérique dans les classes (mise en place des environnements numériques de travail, développement des manuels numériques et utilisation des ressources en ligne). Ces orientations politiques s’accompagnent de réflexions sur le contexte économique (régulation du marché du livre numérique, TVA) et juridique (propriété intellectuelle, droits d’auteur, DRM*) sous-jacent29.

La mise en œuvre de politiques favorisant le libre accès au savoir se heurte néanmoins à une logique de commercialisation du savoir illustrée41, 127 :

*DRM : La gestion des droits numériques (en anglais : Digital Rights Management) a pour objectif de contrôler l’utilisation qui est faite des œuvres numériques, par des mesures techniques de protection. Ces dispositifs peuvent s’appliquer à tous types de supports numériques physiques (disques, DVD, Blu-ray, logiciels…) ou de transmission (télédiffusion, services Internet…) grâce à un système d’accès conditionnel169.

• d’une part par le projet de numérisation à grande échelle de Google, posant d’ores et déjà des problèmes de droits et de monopole (qui décide des livres à numériser ? comment interpréter les sources ? qui contrôle les erreurs ? qui garantit la conservation et la pérennité des fonds ?), • et d’autre part par la convergence de l’offre sur des stores principalement centralisés autour d’Amazon (fermant l’offre de livres numériques autour d’un format propriétaire associé à sa liseuse Kindle) et d’Apple (tentant de faire converger les pratiques d’achat et de lecture autour de ses propres stores et terminaux).

En amont des intérêts économiques relatifs à la production, au téléchargement et aux dispositifs de lecture des fichiers, la diffusion des contenus numériques remet en question le rôle même de l’éditeur. Celui-ci s’imposait comme un intermédiaire nécessaire dans le circuit de diffusion de l’écrit sous sa *NTIC : forme papier. Aujourd’hui, avec le déploiement Nouvelles Technologies des possibilités offertes par les NTIC* (création de l’Information et de la Communication d’archives ouvertes, émergence des pro-am*, *Pro-am : plates-formes 2.0 de production culturelle professionnel-amateur grand public, etc.), la diffusion des contenus
24

Google, Apple : deux stratégies pour une hégémonie

Le programme Google Books a récemment été remis en question par la justice américaine. Les derniers développements du bras de fer entre Google et la justice s’orientent vers l’abandon, à terme, du principe de l’opt-out grâce auquel Google pouvait intégrer des œuvres à son vaste programme de numérisation sans en demander l’autorisation aux ayants droit (ceux-ci devant en effet demander explicitement à Google le retrait des œuvres a posteriori). Ce principe était décrié, car il risquait de conférer à Google des droits exclusifs sur les œuvres orphelines pour lesquels les titulaires ne peuvent plus manifester leur refus (et pour cause…) Avec l’abandon de l’opt-out, Google doit intégrer des coûts et des délais de transaction supplémentaires pour obtenir les autorisations de numérisation (en France, un accord a déjà été conclu avec le groupe Hachette à l’automne 2010). Le manque à gagner risque d’être substantiel sur les œuvres orphelines qui constituaient jusqu’alors une large partie du fonds de Google Books. Ce rebondissement relance la question de la bibliothèque numérique universelle et la mise en place d’alternatives non commerciales à Google Books117.

La vente de livres numériques par le biais des applications développées par les fournisseurs pour les terminaux Apple (iPhone et iPad) est fortement contrainte par les nouvelles conditions qu’Apple exige de ces applications. Toute vente d’un livre numérique depuis une telle application (par exemple l’application Fnacbook de la Fnac) doit désormais utiliser le mécanisme d’achat InApp selon lequel l’achat est « piloté » au sein de l’application et fait l’objet d’un prélèvement de 30% au bénéfice d’Apple. Pour passer outre cette contrainte, il reste la possibilité au lecteur d’acheter son livre numérique via le navigateur de son terminal, mais cette opération alourdit l’ergonomie de lecture (il doit quitter l’application de lecture, ouvrir le navigateur, effectuer l’achat sur le site du fournisseur puis rouvrir l’application de lecture). Par ailleurs, les applications des fournisseurs ne doivent pas contenir de liens à destinations des sites commerciaux des fournisseurs et elles ne peuvent pas référencer au-delà de 3500 titres. Ces contraintes risquent, à terme, de favoriser l’essor du système d’exploitation concurrent Android et le développement de sites en HTML5 permettant d’accéder en ligne à des fonctionnalités auparavant réservées aux seules applications. Ces évolutions nécessiteraient de disposer d’un format standard sans DRM pour le livre numérique, les bibliothèques, les annotations et les « callbacks » (fonctions de rappel)66. 25

peut théoriquement faire l’économie du maillon éditorial127. Ce mouvement de « désintermédiation » participe du phénomène général de « longue traîne » introduit par Chris Anderson4, selon lequel l’arrivée massive de nouveaux acteurs (professionnels ou non) sur le marché très accessible des contenus numériques a provoqué une inversion de la relation de rareté entre consommateurs et produits. Ce déséquilibre conduit finalement les producteurs de la longue traîne à mobiliser une grande partie de leurs efforts à la rencontre de leur public – en l’occurrence ici de leur lectorat. Ce phénomène appelé « économie de l’attention » par Herbert Simon144 crée un mouvement des contenus numériques vers la gratuité que les producteurs tentent d’éviter en ciblant leur lectorat, autant que le permettent les données dont ils disposent pour analyser le marché (à ce jeu-là, ce sont encore les poids lourds du secteur – Amazon, Google, Apple – qui s’en sortent le mieux grâce aux fichiers clients dont ils disposent).

Contrairement aux mutations qu’ont connu les secteurs du disque et du cinéma, la transition numérique que le livre amorce aujourd’hui a ceci de spécifique qu’elle remet en question le support de la lecture, et donc la pratique même du lecteur. Cette modification du rapport de l’individu à l’écrit explique certainement les difficultés que les acteurs économiques rencontrent pour faire adopter le livre numérique depuis plus de dix ans (la métaphore du livre papier pour porter l’écrit à l’écran montre ici ses limites et, en creux, les enjeux de design qui sous-tendent le développement de la lecture numérique – nous y reviendrons amplement dans la suite de ce travail).

Les éditeurs comptent notamment sur l’essor des tablettes et les progrès technologiques (encre électronique, écrans haute définition, etc.) pour attirer les lecteurs. Selon une étude intitulée Les écrits à l’heure du numérique et relayée par Le Monde en 2010, 15 à 20% du marché du livre serait capté par le numérique à l’horizon 2015 (cette part de marché se répartirait pour deux-tiers sur les tablettes et un tiers sur les liseuses)16. Les éditeurs croient au cercle vertueux selon lequel l’usage des liseuses augmente l’appétit des lecteurs et les encourage à « consommer » encore plus de livres (aussi bien électroniques que papier)84. Si ce n’est la menace qu’elle représente, la croissance de l’offre illégale de livres numériques sur
26

Internet démontre également l’intérêt potentiel des internautes pour le livre numérique – tout du moins pour des ouvrages très grand public (best-sellers, bande dessinée)42.

Dans un marché où les bénéfices du numérique ne sont pas encore à la hauteur des investissements et des attentes, les éditeurs se trouvent finalement devant plusieurs incertitudes :

• Quelle forme prendra le livre numérique de demain ? Faut-il miser sur l’enrichissement multimédia pour séduire le lecteur (secteur de la tablette) ou améliorer l’offre de contenus inspirés du livre papier (secteur de la liseuse) ? On est en droit de se demander si, à contenus textuels égaux, le lecteur ne sera pas tenté de préférer la version a minima d’un livre numérique à sa version enrichie (et chère)136. Fort du succès de sa liseuse Kindle, Amazon a choisi de recentrer son activité sur l’élargissement de son catalogue plutôt que sur l’enrichissement des livres84. Par ailleurs, les livres enrichis sous forme d’applications ont récemment connu un grand succès, mais ils présentent de nombreuses limites (coût élevé, manque de pertinence narrative pour certaines pratiques de lecture, multiplicité des formats) et pourraient, à l’avenir, être réservés à des secteurs spécifiques tels que la lecture jeunesse84. Cela étant, aucune tendance nette se dégage en 2011, si ce n’est que les éditeurs continuent d’expérimenter les possibilités que leur offrent les nouveaux médias, comme le prouve la diversification croissante des compétences mobilisées (ingénieurs, développeurs, webdesigners, statisticiens, etc.) dans le monde de l’édition123. • Quels standards vont émerger ? Contrairement à l’idée reçue selon laquelle l’édition numérique d’un livre est plus simple et moins coûteuse que l’édition papier, l’édition numérique exige des étapes supplémentaires de publication et se heurte à des problèmes de format (incompatibilité entre les terminaux Apple et le format Flash, nécessité de réaliser plusieurs fois le même travail de publication pour pouvoir le diffuser sur les différentes gammes de tablettes, smartphones et ordinateurs, etc.) et à des problèmes de coût d’impression (les sociétés éditrices de logiciels de publication numérique prévoyant de prélever des frais d’« impression » proportionnels aux tirages)44.
27

• Comment valoriser l’offre numérique et contrecarrer l’essor des téléchargements illégaux ? À l’image de l’industrie du disque, le déploiement de l’offre numérique passe certainement par une meilleure qualité des fichiers légaux42 ou par des modèles alternatifs fondés, par exemple, sur la licence globale (le lecteur ne « possède » pas le livre mais peut le télécharger et le consulter hors ligne pendant un temps donné)89.

Ce bref aperçu du monde du livre numérique démontre combien les dynamiques économiques sont tributaires de l’évolution des technologies. Nous proposons à ce titre de dresser un état des lieux des dispositifs de lecture numérique et des formats disponibles à la mi-2011.

• Comment maintenir l’édition au centre de la chaîne de diffusion de l’écrit ? À l’heure où l’accès aux contenus est instantané et potentiellement sans intermédiaire, les éditeurs ont un rôle à jouer d’une part dans la création de valeur autour du livre numérique (comment démarquer le livre numérique de son « équivalent » papier ? en quoi le croisement des médias et l’interactivité peuvent-ils être pertinents ?)16, et d’autre part dans la compréhension des attentes des lecteurs et leur mise en relation avec les auteurs sur les réseaux84.

28

Ordinateurs, liseuses, smartphones et tablettes – Les dispositifs de lecture numérique
Avant même d’être envisagés sous l’angle de leurs fonctionnalités, les dispositifs de lecture numérique peuvent être distingués selon les technologies qu’ils mettent en œuvre, et notamment le type d’affichage qu’ils proposent au lecteur.

Les différents types d’écran et les usages associés
Les écrans transmissifs
La majorité des écrans de lecture sont dits « à éclairage transmissif »154. Équipant les ordinateurs, les smartphones et les tablettes, ces écrans à cristaux liquides (LCD) produisent de la lumière pour générer l’affichage du texte. La fatigue visuelle occasionnée par la diffusion de lumière en fait des supports peu adpatés à la lecture
29

prolongée. Néanmoins, les améliorations récentes apportées à la définition des écrans (par exemple, l’écran Retina de l’iPhone 4 permet de bénéficier d’une résolution de 960 x 640 pixels sur un format smartphone) optimisent l’affichage des polices et procurent un confort de lecture que l’on n’imaginait pas avec les générations précédentes de smartphones. Dans les pays d’Asie où l’écriture par idéogrammes est plus dense en informations que l’écriture latine, la lecture numérique est majoritairement pratiquée sur smartphone155. L’angle de visibilité sur ce type d’écran atteint aujourd’hui 180° et permet d’envisager une lecture en extérieur, dans le cas où la lumière ambiante n’est pas trop agressive.

 Les smartphones sont des écrans à éclairage transmissif – ici, la lecture d’un e-book sur l’écran Retina de l’iPhone 419.

Les écrans réflectifs

La deuxième grande famille d’écrans est celle dont l’éclairage est dit « réflectif »154. Ces écrans ne projettent pas de lumière et, à l’image du papier, nécessitent un éclairage ambiant pour pouvoir être lus : les liseuses (telles que le Kindle commercialisé par Amazon) reposent sur ce principe49. Les écrans réflectifs fonctionnent sur la technologie de l’encre électronique (ou e-ink). De tels écrans sont divisés en pixels dont l’affichage est bi-stable : selon ce principe, chaque pixel possède deux faces (une blanche, une noire) entre lesquelles l’affichage bascule sous l’effet d’une impulsion électrique.
30

L’usage de ces écrans noir et blanc est généralisé parmi les liseuses actuelles du marché. Elles présentent l’avantage de consommer peu, de proposer une expérience de lecture proche du papier (et donc peu fatigante visuellement) tout en intégrant des fonctionnalités propres aux supports numériques (possibilité d’annoter ou de surligner des passages). Néanmoins, l’affichage reste monochrome et le temps de rafraîchissement des pages n’est pas instantané. Ici aussi, des recherches sont menées pour proposer au grand public des écrans couleur (dont la vivacité des teintes reste encore en-deçà de ce que l’on est habitué à voir sur écran transmissif) avec des temps de rafraîchissement toujours plus réduits37.

 La majorité des liseuses (comme ici la liseuse Kobo) fonctionnent avec des écrans réflectifs : comme pour le papier, la visibilité est tributaire de l’éclairage ambiant68.

Écrans transmissifs vs écrans réflectifs – La segmentation des usages

Cette dichotomie entre écrans transmissifs et écrans réflectifs se manifeste, pour le moment, par une offre segmentée entre les smartphones et les tablettes d’une part, et les liseuses d’autre part.

31

De par leurs analogies avec les ordinateurs portables et leur fonctions tactiles, les smartphones et tablettes se prêtent à des usages multi-fonctions qui, dans le domaine de la lecture, intègrent principalement les pratiques propres à Internet (consultation de documents et de pages web, participation à des forums et à des réseaux sociaux) et les pratiques ludiques (livres-applications dont la narration s’articule autour de jeux ou de « serious games »). En raison de la fatigue visuelle que provoque rapidement la lumière des écrans transmissifs, la lecture profonde (typiquement, la lecture d’un roman) reste encore peu pratiquée sur ces terminaux. Les innovations marginales dont ceux-ci font l’objet se concentrent sur l’aspect « mobilité » : qu’il s’agisse de solutions de miniaturisation, de performance ou d’hybridation (par exemple, le modèle de tablette Asus Eee Pad se combine avec un dock pour devenir un ordinateur portable73), les efforts tendent à faire migrer les pratiques de l’ordinateur personnel vers un écran mobile qui favorise les postures de lecture sans pour autant répondre aux situations de lecture prolongée. À l’inverse, les fonctions interactives proposées par les dispositifs de type liseuse restent rudimentaires (la réactivité de l’affichage est encore très contraignante), mais la qualité de rendu visuel analogue à celle du papier les rendent pertinents pour la pratique de la lecture profonde. Les innovations sur ce type d’écrans ambitionnent d’atteindre (et même de dépasser) la souplesse et l’interactivité des écrans transmissifs, notamment :

• en améliorant l’intégration des couleurs (Sony a récemment développé un écran capable d’afficher plus de 16 millions de couleurs avec un contraste acceptable en regard de ce qui se fait sur écran transmissif37) ;

• en réduisant le temps d’affichage (sur le modèle d’écran couleur que propose Aerobee pour le grand public, celui-ci est de 1,3s90) ;

• en intégrant des fonctions d’écriture (sur un marché encore distinct de la liseuse émergent les ardoises électroniques monochromes, qui permettent à l’utilisateur muni d’un stylet d’avoir une pratique d’écriture sur un écran réflectif monochrome équipé du wifi et d’un port USB130, 157) ;
32

Les écrans réflectifs suivent une évolution qui pourrait déboucher à long terme sur des dispositifs combinant le confort du papier et l’interactivité de la tablette. Enroulables, très peu gourmands en énergie, utilisables en toutes circonstances (pourvu que l’on dispose d’une bonne luminosité ambiante), ces écrans pourraient se généraliser au point de devenir des objets publicitaires ou des surfaces interactives intégrées au mobilier37, 50, 158.
 En combinant encre électronique et écran tactile, la tablette NoteSlate se présente comme une surface électronique rigide sur laquelle l’utilisateur peut prendre des notes grâce à un stylet et les archiver grâce à la mémoire du dispositif130.

• et en réduisant l’épaisseur du dispositif (l’écran Sony ne dépasse pas 0,3mm d’épaisseur37).

Hybridation des dispositifs et écrans transflectifs

Dans l’immédiat, les développements actuels tentent d’atteindre un compromis en hybridant écran transmissif et écran réflectif. Ces écrans dits « à éclairage transflectif » adapteraient leur mode d’affichage en fonction de la luminosité ambiante et du type d’usage requis par l’utilisateur. En combinant les technologies LCD et encre électronique au sein d'un même dispositif, ils proposeraient un affichage transmissif en luminosité faible, un affichage réflectif en plein soleil et un affichage hybride (écran scindé en deux zones) dans des luminosités intermédiaires154. Ce type d’écrans devrait bientôt apparaître sur le marché (pour mémoire, Apple a déjà déposé en 2009 un brevet sur un écran de type transflectif88). Les efforts entrepris par les industriels sur ce terrain montrent combien les améliorations des écrans en termes de confort de lecture constituent la clef du succès de ces dispositifs154. Pour l’heure, les écrans transflectifs ne parvien33

 En attendant que les écrans à encre électronique couleur atteignent les performances d’affichage des écrans LCD, les fabricants proposent des dispositifs hybrides, couplant un écran à encre électronique monochrome et un écran LCD – ici le reader Nook de Barnes & Noble9 et le reader « dualbook » enTourage eDGe162.

34
 Le principe de l’écran transflectif, expérimenté par Pixel Qi, repose sur la superposition d’une couche LCD et d’une couche d’encre électronique : l’utilisateur sélectionne l’un ou l’autre des deux modes en fonction de l’application exécutée et de l’ambiance lumineuse58.

34

nent pas à cumuler les performances respectives des écrans transmissifs et des écrans réflectifs (notamment en termes de luminosité, tant dans le mode LCD que dans le mode à encre électronique) mais la récente commercialisation de ce type d’écrans jette les bases d’une concurrence qui s’annonce âpre103.

Innovations techniques et technologiques en marge des écrans

Parallèlement au développement des écrans, des innovations sont entreprises pour étendre l’expérience de lecture à d’autres modes d’interaction.

L’eye-tracking

Dans un domaine encore expérimental, l’oculométrie (ou « eyetracking ») met en œuvre des techniques permettant d’enregistrer les mouvements oculaires. Il y a peu, ces techniques nécessitaient de disposer d’écrans équipés de caméras infra-rouge, contraignant le lecteur à garder la tête droite. Les récents progrès dans le domaine ont permis de miniaturiser ces dispositifs dans des systèmes portables et d’envisager des applications qui collectent et traitent le parcours du regard du lecteur sans gêner sa lecture. S’agissant de comprendre les mécanismes de lecture, ces dispositifs permettent d’analyser le degré d’immersion du lecteur dans un texte, les endroits où son regard se pose de manière prolongée, etc.99 Ces informations sont notamment exploitées dans des études comparatives de la lecture sur papier et sur écran pour comprendre, entre autre, la profondeur avec laquelle le lecteur appréhende un contenu textuel ou encore l’impact des illustrations et des publicités en fonction du support120, 121. Ces techniques offrent par ailleurs des perspectives dans le domaine de la narration. En connectant les fonctions interactives des contenus numériques sur les mouvements du regard, il devient possible d’imaginer des contenus qui se transformeraient en fonction du parcours de lecture, qui apparaîtraient sous l’impulsion d’une « commande visuelle » (par exemple un regard appuyé sur une partie du texte) ou qui adapteraient leur densité selon la profon35

deur de lecture (par exemple, le dispositif arriverait à identifier si le lecteur ne fait que survoler le texte, et dans ce cas, lui proposerait un contenu allégé)98, 161.

 Dans le dispositif expérimental de « eye-tracking » Text 2.0, un regard appuyé sur le mot d’un texte déclenche l’affichage d’une infobulle contenant des informations complémentaires161.

 Lorsque le lecteur parcourt un texte en diagonale, ce même dispositif en allège l’affichage et ne laisse ressortir que les mots les plus importants161.

Les dispositifs audio

Dans le domaine des dispositifs de lecture pour enfants, les industriels proposent des interfaces augmentant l’expérience de lecture grâce à des fonctions audio, incluses dans le dispositif lui-même lorsque celui-ci est entièrement électronique ou, le cas échéant, dans un outil spécifique. Lorsque le support de la lecture est papier, la fonction audio doit en effet être assurée par un objet qui joue le rôle d’intermédiaire entre le contenu audio, le livre et l’enfant. Selon ce principe, le dispositif AnyBook Reader propose d’augmenter la lecture de n’importe quel livre papier par un accompagnement sonore que les parents enregistrent au préalable sur un stylet équipé d’un microphone et que l’enfant écoute grâce au haut-parleur intégré dans le stylet5. Le cou36

 Avec le stylet AnyBook Reader, le parent enregistre des histoires et les associe à des vignettes autocollantes identifiables par le lecteur optique intégré au stylet5.

 Le dispositif LeapFrog Tag combine des livres et un stylo équipé d’un lecteur optique capable de reconnaître un texte ou une image grâce à une trame de points en surimpression109.

37

plage entre les pages du livre papier et les enregistrements est réalisé par le biais de pastilles autocollantes que les parents disposent en marge des textes qu’ils enregistrent et que les enfants scannent grâce au lecteur optique intégré dans le stylet. Il est amusant de constater que la lecture se déploie ici sur trois niveaux : lecture à proprement parler du texte, lecture optique d’un identifiant et lecture audio d’un enregistrement.

Dans un esprit similaire, les livres LeapFrog Tag proposent à l’enfant une expérience de lecture interactive sur papier très proche de celles offertes par les livres-applications des tablettes tactiles. Contrairement au dispositif AnyBook Reader, le stylo LeapFrog Tag n’est compatible qu’avec une bibliothèque de livres donnée, au sein desquels les zones interactives sont prédéfinies109. Les contenus audio déclenchés par l’enfant proposent aussi bien des activités centrées sur la lecture (lecture mot à mot, lecture de paragraphes) que des activités ludiques contextualisées. La reconnaissance de l’environnement interactif repose sur la lecture optique d’une trame de points minuscules qui recouvre l’intégralité des pages de la collection : l’enfant n’a donc pas besoin de procéder à une opération de reconnaissance préalable de la page ni même du livre qu’il est en train de lire.

Lorsque le support de la lecture est électronique, les dispositifs de lecture jeunesse reposent sur une simple analogie avec la tablette électronique pour adultes. En ce sens, ces « tablettes junior » ne proposent pas de véritable innovation, mais plutôt une adaptation du principe de l’écran tactile au jeune public par l’ajout d’activités interactives spécifiques (apprentissage du tracé des lettres et des chiffres, activités de dessin et de coloriage) et par l’intégration de fonctions de lecture audio (voir par exemple la tablette Storio proposée par Vtech150).

La combinaison papier-écran

Preuve que le papier est loin d’être supplanté par l’écran, le dispositif d’interaction imaginé par Étienne Mineur et Bertrand Duplat pour le jeu (i)Pirates ouvre enfin de larges perspectives d’application autour de lecture combinée papier-écran47. Ce jeu se présente sous la forme d’une grande carte marine, sur laquelle le joueur
38

déplace un iPhone jouant le rôle de pion. Grâce à sa fonction accéléromètre, l’iPhone est capable de calculer sa position relative sur la carte et d’afficher sur son écran une animation contextualisée. Retranscrit dans l’univers du livre, cet usage du smartphone laisse entrevoir tout le potentiel que la réalité augmentée pourrait apporter au livre par le simple déplacement d’un écran sur une page.

 Dans le jeu (i)Pirates, le smartphone joue le rôle de pion : grâce à l’accéléromètre, le smartphone est capable de se repérer sur le plateau de jeu et d’afficher en conséquence des animations contextuelles47.

Ce panorama des dispositifs électroniques illustre le lien étroit qui existe entre la pratique numérique de la lecture et les caractéristiques techniques des écrans qui la sous-tendent. Afin d’appréhender toutes les potentialités que l’écran offre à l’écrit, il convient de compléter ce panorama par un aperçu des mises en forme que ces dispositifs électroniques autorisent aujourd'hui.

39

40

Formats et fonctions – La grammaire électronique de l’écrit
La mise en forme de l’écrit : les formats électroniques
Le développement des formats, du PostScript à l’ePUB
Dans l’histoire de l’informatique, la mise en forme de l’écrit à l’écran a d’abord été envisagée sous l’angle de la composition. Dès les années 70, l’outil informatique a permis de faciliter les travaux d’édition, depuis la mise en page des textes jusqu’à l’impression56. Le formatage du texte avait alors pour but de faciliter le portage du texte composé à l’écran vers les chaînes d’impression papier. Dans ce contexte, l’entreprise américaine Adobe Systems développe en 1982 le langage PostScript pour normaliser la description des pages d’un document dans le but de les imprimer (le langage permet de condenser en un fichier unique tous les éléments d’un document
41

– textes en mode vectoriel, images en mode point, polices, couleurs, etc.) En 1993, l’entreprise fait évoluer ce format vers le PDF (Portable Document Format), dont l’avantage principal est de reconstituer à l’identique la mise en page du document originel. Initialement pensé pour l’imprimerie, dépourvu d’hyperliens externes et volumineux en comparaison des taux de transfert sur le web de l’époque, le format PDF n’avait pas d’autre ambition que de faciliter le processus de publication des documents. Avec l’évolution de ses fonctionnalités (introduction de fonctions de type formulaire, gestion des droits d’auteur, intégration d’hyperliens externes), le format PDF devient un format standard pour l’échange et l’archivage de documents électroniques.

Au tournant des années 2000, l’augmentation des performances de traitement, de transfert et de stockage des informations combinée à la miniaturisation des terminaux permet d’envisager l’écran d’ordinateur comme un véritable écran de lecture. En 1999, le format OEB (Open eBook Publication Structure) fait son apparition et propose de structurer la publication de textes électroniques, non pas selon une mise en forme figée inspirée du papier, mais selon une mise en forme s’adaptant automatiquement au support d’affichage (en pratique, le format repose sur des langages déjà utilisés sur le web, à savoir XML, XHTML et CSS) : le texte n’est plus une chaîne de caractères ancrée dans une zone d’affichage, mais un flux qui s’écoule librement dans cette zone (on dit que le texte est « reflowable »). En 2000, la publication électronique repose donc principalement sur deux formats antinomiques : un format figé, pensé pour faciliter la production, l’archivage et le transfert vers le papier de documents électroniques (PDF), et un format adaptable au support, pensé pour faciliter la lecture de documents électroniques sur différents types d’écran (OEB). Ces deux formats présentent néanmoins un point commun : ils ont été élaborés à partir de l’écrit et des structures traditionnelles du livre.

En 2006-2007, les liseuses, les smartphones et les tablettes arrivent progressivement sur le marché : l’évolution des supports entraîne une modification des postures de lecture et par là même la manière d’envisager la forme numérique de l’écrit. Pour autant, le
42

formatage électronique des documents reste dicté autour de formats historiquement inspirés de l’écrit (format PDF, formats hérités de l’OEB).

 Le caractère « reflowable » des textes numériques permet aux applications de lecture d’adapter leur mise en forme en fonction du support, de son orientation et, le cas échéant, de paramètres renseignés par l’utilisateur (police, taille des caractères, etc.) Ici, le recueil de poésie Alcools d’Apollinaire visionné grâce à l’application iBooks de l’iPad : on peut déplorer la pauvreté de la mise en page (l’application ne gère pas les veuves et orphelines et ne propose aucune mise en page spécifique aux poèmes) et les difficultés de repérage dans le corpus (la mise en page et la numérotation sont bouleversées par le changement d’orientation de la tablette).

43

Dispositifs de lecture, formats et fonctionnalités associées

La plupart des terminaux proposent des applications de lecture des fichiers au format PDF. Les fonctionnalités se limitent à l’affichage, au zoom, au feuilletage (tout du moins à une animation qui simule l’effet du feuilletage papier), à l’ajout de signets, à la recherche de chaînes de caractères et à *Livre homothétique : la navigation (par hypertexte « [...] livre numérisé, présenté sous la forme d’un ou au sein du chemin de fer). ou plusieurs fichiers numériques, reproduisant pour l’essentiel la même information que celle Le livre numérique au forcontenue dans le livre imprimé et pouvant mat PDF est dit « homothécomprendre certains enrichissements tels qu’un tique* », en ce sens qu’il est moteur de recherche interne. »170 une reproduction à l’identiEn pratique, le terme « homothétique » évoque une reproduction page à page du livre papier que de sa version papier. La vers son équivalent numérique, ainsi que le numérotation, le chemin de ferait l’impression au format PDF des pages fer et, plus généralement, scannées d’un livre. En termes de contenu et d’expérience de lecture, le livre homothétique l’indexation d’un livre au n’apporte rien de plus que son équivalent format PDF sont calqués sur papier. leurs équivalents papier.

Les formats dédiés au livre numérique ne sont pas encore regroupés autour d’un standard (la dichotomie liseuses/tablettes en est certainement la raison principale). Sur le marché des liseuses, le leader Amazon (avec la liseuse Kindle) utilise un format propriétaire (.azw). Pour autant, les fabricants de liseuses n’ont pas la force de frappe d’Amazon et essaient d’ouvrir et de diversifier les formats lisibles par leurs terminaux (ceux-ci autorisent non seulement la lecture d’e-books aux formats tels que le PDF, le TXT, l’HTML ou l’ePUB – format hérité de l’OEB, mais aussi la lecture de fichiers audio au format MP3 ou de fichiers images aux formats BMP, PNG ou JPEG – voir par exemple les fonctionnalités offertes par la liseuse de la Fnac54). En termes d’usage, les liseuses proposent généralement les fonctionnalités a minima inspirées de la lecture papier (à l’image de celles proposées pour la lecture de fichiers PDF), auxquelles viennent s’ajouter des outils de gestion des bibliothèques (classement par titre, auteur, éditeur, visualisation des couvertures, connexion avec des stores en ligne, etc.) L’ensemble des fonctionnalités de lecture et
44

 La version tablette des livres de la collection Pour les Nuls est une illustration éloquente du « livre homothétique » : l’interface de lecture donne l’impression de feuilleter une version PDF du livre, « enrichie » d’un sommaire accessible en bas de l’écran et de fonctionnalités minimales de marque-page et d’annotations138.

45

 Le logiciel Digital Editions d’Adobe offre au lecteur la possibilité de rassembler ses livres numériques et ses documents PDF au sein de bibliothèques, de les visionner grâce à une liseuse intégrée et de les synchroniser sur ses différents terminaux1.

 Outre sa fonction de liseuse et de gestion des bibliothèques, le logiciel libre Calibre permet la conversion de format, la conversion de flux RSS en livres numériques ainsi que la synchronisation avec la plupart des liseuses électroniques27.

46

de classement sont proposées dans les logiciels de lecture d’e-book que l’on peut installer sur ordinateur (voir par exemple les applications multiplate-forme Calibre27 ou Digital Editions1). En fonction des gammes, les liseuses intègrent des fonctionnalités complémentaires permettant au lecteur de partager ses commentaires avec les autres lecteurs, de collecter des données sur ses pratiques de lecture et de bénéficier de récompenses ou d’extras (voir par exemple les fonctionnalités offertes par la liseuse Kobo122). A contrario, dans le domaine des smartphones et des tablettes, les fabricants se positionnent dans le sillage d’Apple et se regroupent très majoritairement autour du format ePUB (smartphones sous iOS, Android, Windows Mobile, etc., tablettes iPad, Samsung, Sony, Archos, etc.) En pratique, les smartphones et les tablettes proposent des environnements de lecture analogues à ceux que l’on trouve dans les liseuses, à ceci près que la technologie LCD permet de lire certains contenus multimédia qu’un simple écran à encre électronique noir et blanc ne peut supporter (vidéos, images couleur). Par exemple, le logiciel iBooks conçu pour les terminaux Apple (iPhone et iPad) propose les fonctionnalités classiques de lecture, de gestion de bibliothèque et de connexion avec des stores en ligne72. Beaucoup de fonctions secondaires ont été intégrées au logiciel afin de rendre l’expérience de lecture plus réaliste et confortable, telles que la possibilité de paramétrer l’affichage du texte (police, taille de police, fond et justification du texte), la possibilité de classer les livres dans la bibliothèque selon un ordre personnel ou encore la possibilité d’accompagner la lecture de certains ouvrages par un enregistrement audio.

Le format ePUB : la vocation d’un standard

En intégrant des fonctions d’exportation au format ePUB, de nombreux outils de publication (dont Word, OpenOffice, InDesign, etc.) ont contribué à la standardisation de la lecture numérique autour de ce format86. De fait, le format ePUB a fait l’objet de trois moutures, dont la deuxième a été érigée en standard par l’IDPF (International Digital Publishing Forum) en septembre 2007 (voir le dossier documentaire d’Éducnet49 pour plus d’informations sur les notions de norme, stan47

dard, format ouvert et format fermé). Créé à partir du format OEB, le format ePUB repose principalement sur les langages XML, XHTML et CSS. De par sa vocation de standard, l’ePUB se veut40 : • interopérable : conçu autour d’un format non propriétaire, il doit pouvoir s’affranchir des contraintes matérielles et logicielles ; • extensible : l’ePUB doit pouvoir évoluer tout en restant compatible avec ses versions antérieures ; • applicable : il doit pouvoir s’adapter à tous les supports d’affichage, quelle que soit la taille de l’écran et le système de gestion des bases de données ;

Historiquement, le format ePUB reste pensé pour le formatage d’ouvrages articulés sur des contenus textuels (un des reproches fait à l’ePUB est, entre autre, de ne pas proposer de fonctionnalités pour la mise en page des bandes dessinées ou des équations mathématiques). Dans ce contexte, au moment de la sortie des tablettes sur le marché (janvier 2010), le format ePUB alors en vigueur (version 2) ne pouvait pas proposer des expériences de lecture analogues à celles que l’on pouvait obtenir sous forme d’applications.

• ouvert : il doit être non crypté et librement accessible à tous les acteurs.

Jusqu’en 2011 et la version 3 du format ePUB, deux stratégies s’offraient alors aux éditeurs :

• la première stratégie consistait à concevoir les e-books autour du format ePUB2, au risque de décevoir le lecteur par une expérience de lecture encore jugée trop en-deçà de ce que l’on pouvait attendre d’un dispositif électronique (en termes d’interactivité) et pas assez convaincante en comparaison de l’expérience que propose le papier (en termes de confort) ;

• la deuxième stratégie consistait à concevoir les e-books comme des applications qui seraient affranchies des contraintes de production centrées sur le texte et qui rendraient donc possible l’intégration d’enrichissements multimédia, avec tous les
48

Au cours de l’année 2011, la sortie du format ePUB3 avec ses nouvelles possibilités d’intégration de contenus multimédia remet en question cette alternative et pourrait cantonner l’intérêt des livresapplications au domaine de la lecture jeunesse84. Pour l'heure, les applications développées au cours des trois dernières années laissent entrevoir toutes les extensions que l’ePUB3 pourrait intégrer dans ses prochaines versions.

risques que cette option présente en termes d’investissement (les coûts de développement sont élevés) et de lisibilité (les applications n’ont plus rien à voir avec la notion de « livre »).

Les fonctionnalités du format ePUB3 – L’enrichissement multimédia standardisé

Avec l’évolution du format ePUB3 autour des récents développements de l’HTML5, l’IDPF positionne clairement le standard de l’ebook autour de l’enrichissement multimédia et favorise de facto les terminaux LCD, au détriment des dispositifs à encre électronique sur lesquels les contenus animés n’ont pas vocation à être lus159.

Tout en prenant en charge les e-books homothétiques et les e-books conçus dans les versions antérieures, le nouveau format ePUB propose de nouvelles fonctionnalités, dont notamment76 : • la création d’options avancées de mise en forme (dont la gestion dynamique de mises en page horizontale et verticale, la prise en compte du format MathML pour les équations mathématiques) ; • l’incorporation des polices dans le document ; • la prise en charge redimensionnables) ; du format • l’ajout de contenus multimédia hérité de HTML5 (vidéo et audio) ; • la prise en charge de nouvelles fonctionnalités interactives (autour, notamment, de JavaScript) ;
49

SVG

(images

• la possibilité de synchroniser des contenus textuels et audio ; • l’intégration de métadonnées.

Quelques semaines après sa sortie, le format ePUB3 fait encore l’objet d’expérimentations auprès des éditeurs. Certains d’entre eux n’ont pourtant pas tardé à mettre en œuvre les possibilités multimédia du format. Albin Michel a ainsi profité de cette occasion pour éditer une version numérique de livre De Gaulle et les Français libres de Éric Branca, initialement paru sous sa forme papier en mai 201024. S’agissant d’un livre historique, ce choix paraît d’autant plus pertinent qu’il permet à l’éditeur d’accompagner le texte par : • des images richement annotées, avec des fonctions de zoom et d’affichage plein écran ; • des extraits audio ; • des vidéos pouvant également être déployées en plein écran.

• l’amélioration de la prise en charge des spécificités linguistiques (notamment l’écriture verticale) ;

En tant que telle, la forme de ce document n’est pas révolutionnaire : elle reproduit les combinaisons de médias que l’on peut trouver sur une page Internet, tout en respectant la structure linéaire du livre papier. Pour autant, la sortie de cet e-book a été amplement relayé dans les blogs de lecture numérique, preuve en est que la standardisation des enrichissements multimédia – aussi élémentaires soient-ils – était une évolution attendue des éditeurs et des lecteurs.

Les possibilités de l’ePUB3 dépassent néanmoins la simple intégration de contenus images, audio et vidéo. L’éditeur d’e-books Walrus a choisi de se positionner rapidement sur ce nouveau format en en explorant les interactions avancées. La vidéo de démonstration que l’éditeur a mis en ligne à cette occasion, met en scène ces nouveautés145 : • intégration de cartes interactives : le livre affiche des cartes dans lesquelles le lecteur peut naviguer et accéder à des informations contextuelles (à l’image de ce que propose la page d’accueil du moteur de recherche Bing) ;
50

• exploitation du gameplay offert par Javascript : par exemple, Walrus met à disposition du lecteur une monnaie virtuelle grâce à laquelle il peut débloquer des textes bonus (au début de la lecture, le lecteur dispose d’une certaine somme qu’il peut alimenter à l’occasion de petits jeux contextuels, tels que des quizz) ;

Comme le soulignions plus haut, certaines des interactions qui n’étaient envisageables qu’au sein d’une application peuvent désormais être intégrées dans un e-book au format ePUB3. Les livres enrichis sous forme d’applications gardent néanmoins une longueur d’avance dans le domaine de la lecture interactive159. Nous présentons dans les lignes qui suivent un aperçu des animations et interactions représentatives de ce type d'applications.

• mémorisation des préférences et du parcours de lecture : de sorte que le lecteur retrouve le livre dans le même état que lorsqu’il l’avait refermé.

L’interactivité hors des standards de l’e-book – Panorama des principaux scénarios d’interaction développés sur smartphone et tablette

Les systèmes d’exploitation d’Apple ont fourni un environnement propice pour le développement d’e-books enrichis : pour cette raison, de très nombreux livres enrichis sous formes d’applications ont été conçus pour les terminaux iPhone et iPad, en particulier dans le domaine de l’édition jeunesse160. Contrairement au format ePUB3 qui a vocation à uniformiser l’enrichissement des livres numériques, le format des applications pour iPhone et iPad autorise des combinaisons textes/multimédia très ouvertes, au point de remettre en question la dénomination même de « livre enrichi » : l’application propose-t-elle une expérience de lecture ? un jeu ? le visionnage d’une animation ? la navigation dans des contenus interactifs ?
51

L’offre en livres-applications enrichis est très fournie et, à l’heure où les développements en ePUB3 ne sont pas encore généralisés, les nouveautés ne cessent d’affluer sur l’AppStore d’Apple et de brouiller les frontières du livre et du multimédia. Certaines fonctionnalités sont néanmoins reprises d’une application à l’autre et tendent à définir des standards dans les modes d’interaction multimédia (certains d’entre eux ont d’ailleurs été repris dans l’élaboration du format ePUB160).

Interagir avec l’image

Les scénarios d’interaction les plus fréquemment mis en œuvre sont dissociés du texte. S’agissant de démarquer au mieux le livre enrichi de son homologue papier, les propositions en ce sens s’attachent à sortir l’image de son statut d’illustration figée en deux dimensions. Dans un registre strictement formel, le support numérique compense la perte du plaisir tactile du papier en investissant des fonctionnalités techniques telles que le zoom et la navigation tactile dans

 Dans le livre Our choice d’Al Gore, le lecteur manipule les illustrations comme s’il s’agissait de pliages en papier60.

52

l’image. Au-delà de la technique, les possibilités d’animation numérique peuvent contribuer à redonner une dimension sensible à l’image. Dans cet esprit, les développeurs de la version numérique du livre Our Choice d’Al Gore proposent de donner du relief aux contenus en associant leur lecture à une gestuelle dépassant la simple action de taper sur l’écran en guise de clic. Le lecteur est ainsi invité à déployer les contenus visuels (images, vidéos) par une gestuelle de zoom. Ce mouvement s’accompagne parfois d’un jeu de pliage-dépliage en trois dimensions dont l’animation vient révéler des contenus cachés60.

Lorsque l’image est envisagée non plus du point de vue de sa mise en forme mais de son rôle narratif, l’interaction est souvent utilisée pour apporter un deuxième niveau de lecture. À l’instar du principe des « œufs de Pâques* » exploité dans le monde du jeu vidéo, certains livres numériques invitent le lecteur à dénicher des bonus cachés dans les images qui jalonnent l’histoire. Interprété de manière littérale, ce principe transforme la lecture en quête, à l’image de la chasse aux étoiles que propose le livre pour enfants Food Fight!59. De façon plus accessoire, l’intégration de zones interactives dans les images vient simplement apporter du *« Œuf de Pâques » ou « Easter egg » : rythme à la trame linéaire d’une Dans les premières années du jeu vidéo, histoire. De très nombreuses les développeurs d’Atari n’avaient pas le applications fonctionnent à droit de figurer au générique des jeux qu’ils codaient. Pour contourner ce problème, plein sur ce mode d’enrichisWarren Robinett – le développeur du jeu sement, comme par exemple « Adventure » (Atari 2600, 1979) – a caché l’histoire illustrée Will & Kate son nom dans un objet que le joueur devait rapporter à un endroit précis du jeu dans laquelle chaque illustrapour en dévoiler le contenu. Il s’agit du tion venant en appui du texte premier « easter egg » (« œuf de Pâques ») contient une petite animation référencé dans l’histoire du jeu vidéo169. Ce principe est aujourd’hui largement à déclencher (donner vie aux repris non seulement dans les jeux vidéo, personnages, faire s’envoler mais également dans les pages web et les une montgolfière, lancer un feu applications multimédia (dont la littérature d’artifice, disperser une foule, numérique jeunesse). etc.)80 Exploitées à l’extrême, les fonctions d’animation font passer le texte au deuxième plan et transforment le livre-application en un contenu multimédia plus proche du film d’animation que du livre. En s’appuyant sur un slogan révélateur (« Au-delà des mots »), l’édi53

 Dans l’application Sherlock Holmes de Byook, le texte s’accompagne d’une animation visuelle et sonore – tout est ici mis en œuvre pour augmenter la sensation d’immersion du lecteur26.

 L’application The Fantastic Flying Books of Mr. Morris Lessmore, directement inspirée du film d’animation éponyme, combine à parts égales textes et animations interactives : elle représente à ce titre l’exemple type de l’application hybride « livre numérique – film d’animation – application multimédia »125.

54

teur de livres numériques Byook propose une lecture « sensorielle » et « immersive », articulée autour d’une séquence d’animations et rythmée par le feuilletage des pages. Dans la version numérique de Sherlock Holmes, le rapport texte/image est ainsi inversé au point que le texte n’intervient qu’en appui de l’image, sous formes de courts libellés26. La fonction de l’image et les interactions ludiques sont poussées à l’extrême lorsque le livre-application est le prolongement d’un film d’animation : l’application The Fantastic Flying Books of Mr. Morris Lessmore invite le lecteur à revisiter le film éponyme en parcourant, page par page, des séquences animées et interactives125. Dans chaque page, le texte situe une scène, illustrée par une animation et prolongée par une interaction dont le lecteur doit souvent trouver les ficelles : hors d’un schéma interactif préétabli, le lecteur est ainsi invité à « interroger » à tâtons les éléments de l’image en les tapotant, en les faisant glisser, etc. Cette surenchère dans les enrichissements brouille encore plus la frontière entre livre animé et application multimédia et interroge le rapport texte/écran et la nécessité (ou non) d’ajouter des vidéos et des animations à un livre numérique pour en faire vivre le texte31.

Interagir avec le texte

A contrario, une deuxième catégorie de scénarios interactifs repose exclusivement sur le texte. Les possibilités d’interaction que le support numérique offre avec le texte sont principalement exploitées dans le domaine de la lecture jeunesse.

Les fonctions audio constituent à ce titre une véritable valeur ajoutée pour les tout-petits et les apprenants. Avant d’être intégrée à la dernière version en date du format ePUB3, la synchronisation texte-audio a été largement utilisée dans les livres-applications pour enfants. Dans l’application Nursery Rhymes with Story Time, le parent a par exemple la possibilité de personnaliser la bande audio associée au texte166. La fonction « raconte-moi » (ou « read to me ») s’apparente ainsi à ce que proposent les dispositifs lecteurs-enregistreurs associés au livre papier (tel que le dispositif AnyBook Reader5 vu en page 36).
55

Au-delà de la fonction « raconte-moi », certaines applications proposent à l’apprenant de suivre la progression de la bande son par une fonction de surlignage du texte mot à mot. À l’inverse, cette fonction « karaoké » permet à l’enfant d’écouter la prononciation d’un mot en tapant dessus. L’application Ali Baba et les Quarante Voleurs donne un bon exemple de cette fonction dans un format bilingue françaisanglais148. Cette application propose par ailleurs des fonctions de mise en forme « silencieuse » du texte facilitant l’apprentissage de la lecture, telles que le surlignage des voyelles, le masquage des lettres muettes ou encore l’affichage des syllabes.

L’interaction sur le texte peut aussi être l’occasion de développer des jeux de lettres interactifs. Fonctionnant sur un principe comparable à Ali Baba et les Quarante Voleurs, l’application The Spellinguists inclut un jeu bonus dans lequel l’enfant est invité à sélectionner une à une, parmi un pêle-mêle, les lettres d’un mot qui lui est soumis à l’écran. Dans cette même application, l’enfant peut, en cliquant sur un élément de l’image, afficher et écouter le mot qui lui est associé163.
56

 Dans le livre-application pour enfants Ali Baba et les Quarante Voleurs, les fonctionnalités principales sont associées au texte148.

 Dans l’une des activités proposées par The Spellinguists, l’enfant doit reconstituer les mots qui s’affichent à l’écran en tapant successivement sur les bonnes lettres163.

Combiner images et textes dans le scénario d’interaction

Ces scénarios d’interaction ouvrent des perspectives intéressantes dans l’élaboration des livres numériques, car ils introduisent une réflexion sur le rapport entre texte et images.

Dans le souci d’offrir au lecteur une expérience de lecture augmentée par le multimédia, certains livres-applications ont choisi de travailler sur la manière même d’associer graphiquement le texte avec les contenus visuels. Les propositions en ce sens peuvent être très simples, comme en témoignent les choix graphiques opérés dans le livre numérique Our Choice, parmi lesquels un jeu subtil sur les cadrages (les images débordent d’une page sur l’autre ou sur les fonds perdus) vient souligner le travail de mise en page et la manière dont les différents éléments de la page se répondent entre eux60. De façon plus explicite, l’animation permet de scénographier et de contextualiser la typographie. Le livre-application pour enfants The Little Mermaid affiche ainsi les pages avec un effet déformant, donnant l’impression qu’elles sont lues sous l’eau. Cet effet est souligné par l’animation du banc du poisson qui suit la trajectoire du doigt du lecteur sur l’écran7. Dans l’adaptation d’un conte traditionnel juif, le livre-application Unwanted Guest donne corps à la typographie en
57

mettant en scène l’affichage des caractères, par exemple en les faisant tomber un par un du haut de l’écran ou en les rendant sensibles aux mouvements de la tablette128.
 Chacun à leur manière, les contes The Little Mermaid et Unwanted Guest offrent au lecteur un jeu visuel avec la typographie, le premier en créant un effet aquatique, le second en donnant vie aux caractères par le mouvement et la gravité7, 128.

En dehors des aspects visuels, le rapport texte/images se prête bien à l’élaboration de scénarios interactifs articulés sur le fond. L’intervention du lecteur peut être ainsi requise pour activer les éléments successifs de l’histoire, qu’il s’agisse de textes ou d’images, et progresser dans la trame du livre. Dans The Three Little Pigs, le jeune lecteur « se raconte » ainsi l’histoire des trois petits cochons en cliquant successivement sur les protagonistes impliqués dans le conte. Dans cette version à forte composante visuelle, la trame tex58

tuelle de l’histoire est affichée sous forme de bulles ou racontée par le narrateur129. Dans The Strange & Wonderful World of Ants, le lecteur est accompagné dans sa découverte du monde myrmicéen par une fourmi qu’il peut solliciter à tout moment pour avoir des informations complémentaires sur les contenus qu’il est en train de lire3. Dans un registre plus proche des jeux vidéo, le scénario interactif peut faire l’objet d’un parcours dans lequel le lecteur progresse à condition de réussir les jeux ou de répondre correctement aux quizz qui lui sont soumis (dans une certaine mesure, ce type d’interactions est rendu possible par la dernière version du format ePUB). Le livre-application Deskplorers exploite de manière astucieuse ce principe pour encourager les enfants à lire : les différentes étapes de la lecture sont en effet débloquées en remportant des mini-jeux, lesquels permettent à l’enfant de choisir dans un catalogue d’objets les éléments manquants de l’histoire67. Dans le Livre des boutons de Bartleby, le passage d’une page à l’autre est conditionné par la résolution d’une énigme mise en scène dans l’illustration pour tester la compréhension du texte132.

 La progression dans le livre-application Deskplorers alterne des chapitres et des mini-jeux que l’enfant doit résoudre pour passer au chapitre suivant67.

59

 Pour progresser dans le Livre des boutons de Bartleby, l’enfant doit résoudre une énigme illustrée à chaque page – ici, il s’agit d’habiller le héros selon la description qui en est faite dans le texte132.

Contrairement aux propositions exclusivement centrées sur le texte ou sur l’image, les scénarios interactifs exploitant les rapports texte/ image interviennent dans la manière même de raconter l’histoire.

Qu’elles agissent sur le texte, sur l’enrichissement multimédia luimême ou sur la trame narrative, les interactions mises en œuvre dans les livres-applications donnent un aperçu des évolutions possibles du livre numérique. En dehors des questions que pose la cohabitation des e-books standardisés au format ePUB et des livresapplications conçus pour des formats propriétaires, l’offre de lecture numérique démontre combien la notion traditionnelle de lecture a récemment englobé toutes ses acceptions multimédia. La lecture ne renvoie plus seulement à la lecture d’un texte, mais également à celle d’un son, d’une vidéo ou plus généralement d’un fichier. En offrant la possibilité de mixer plusieurs médias et d’établir des hyperliens entre ceux-ci, le numérique remet en question les schémas narra60

tifs du livre et par conséquent la pratique même de la lecture, dont la dimension passive (le « reader ») tend à céder le pas à une dimension ludique (le « player »), propre à l’interactivité. En portant l’écrit à l’écran et en lui associant des fonctions interactives, les nouvelles technologies ont modifié simultanément la place de l’écrit, les pratiques de lecture et les notions mêmes de livre et de lecteur. En nous appuyant sur l’état des lieux que nous venons de dresser, nous proposons dans la partie suivante d’analyser ces mutations et d’identifier les domaines porteurs d’innovation pour la lecture numérique. Pour cela, nous organiserons notre analyse autour de quatre grands thèmes centrés sur les individus et les usages : • les mécanismes de lecture : comment l’individu appréhendet-il l’écrit ? • les pratiques : quelles relations l’individu entretient-il avec l’écrit ? • les données : quelles perspectives offre la production massive de données autour des livres et des lecteurs ?

• la narration : quelles formes de l’écrit émergent de la multiplication des supports et des médias ?

61

 L’auteur et illustratrice Sandra Boynton crée des livres pour enfants destinés à la lecture sur tablette. Loin des livres-applications truffés d’animations, ses livres numériques associent subtilement l’imaginaire du livre papier et les potentialités de l’interface tactile. Dans The going to bed book, le livre n’occupe pas tout l’écran et rend possible la mise en scène de scénarios d’interaction qui confèrent aux éléments une matérialité étonnante (ici, en jouant avec les tiroirs de la commande, l’enfant déclenche une pagaille de vêtements qui surgit du livre et s’anime au gré des mouvements de la tablette)23.

62

2

Les champs d’innovation de la lecture numérique
63

Les mécanismes de lecture
La fonction de l’écrit est de transmettre une information que le lecteur décode grâce à son système visuel, puis qu’il confronte avec les informations qu’il a en mémoire. Traditionnellement organisé autour de la structure du livre papier, la mise en forme de l’écrit est bouleversée par le support numérique et remet en question la manière dont le lecteur appréhende le texte et les compétences qu’il met en œuvre à cet effet.

Mécanismes perceptifs et cognitifs de la lecture

Qu’il s’agisse de lecture profonde (par exemple la lecture d’un roman) ou de lecture consultative (par exemple la lecture d’une encyclopédie), de lecture papier ou de lecture écran, de texte ou de graphiques, le système perceptif de l’œil humain est contraint. L’homme
65

est en effet incapable de voir simultanément tous les mots d’une page : les yeux doivent alors pratiquer une gymnastique alternant entre des fixations (le regard se pose pendant 250ms environ pour prendre l’information) et des saccades (au cours de phases de 40ms environ, le regard effectue des sauts d’un point de fixation à un autre : pendant ces « saccades », les yeux sont aveugles). Parmi les saccades, on distingue les saccades progressives (au cours desquelles le lecteur avance dans le texte) et les saccades régressives (le lecteur revient en arrière). D’un point de vue fonctionnel, les fixations longues et les saccades régressives sont intéressantes, car elles mettent en lumière les cas de lecture pour lesquels l’information est difficile à intégrer. Ceux-ci peuvent être le résultat de conditions de lecture (support, luminosité, etc.), de l'intelligibilité du texte ou encore de l’expérience du lecteur43. Dans le mécanisme de perception, la rétine perçoit avec détail 3 à 4 caractères autour du point de fixation, et de manière plus globale 4 caractères en amont et 15 caractères en aval. L’amplitude de ces zones détermine l’empan perceptif, c’est-à-dire la quantité d’information utile qui peut être extraite en une fixation43. Des mécanismes de perception aux processus cognitifs, l’activité de lecture se découpe alors en plusieurs phases : • l’identification isolée des caractères, • l’identification des mots et l’accès à leur sens, • l’association du contenu identifié avec les informations déjà en mémoire.
*Paratexte : Le paratexte est l’ensemble des discours de commentaires ou de présentation qui accompagnent une œuvre. En d’autres termes, il s’agit d’un message scriptovisuel (photos, schémas, sociogrammes, tableaux,...) qui peut être donné soit par l’auteur de l’œuvre, soit par d’autres écrivains ou non-écrivains169.

Ce travail d’association intervient pour donner du sens au discours énoncé par le texte. Il s’agit pour le lecteur d’élaborer des représentations mentales qui soient cohérentes. Dans la pratique traditionnelle de lecture papier, cette cohérence est supportée par une articulation entre le texte et le paratexte* à travers laquelle le lecteur retrace le sens52.
66

Comparaison des processus en jeu dans la lecture sur papier et la lecture sur écran

La lecture sur papier et la lecture sur écran se distinguent sur deux plans43 : • d’une part, elles se pratiquent sur des supports matériellement différents ; D’un point de vue matériel, la lecture numérique propose : • d’autre part, elles reposent sur des modes différents de présentation du texte (à l’opposé du papier, l’écran propose une présentation du texte à la fois dynamique, hypertextuelle et multimodale).

En pratique, des études comparatives ont démontré que les lecteurs présentaient des niveaux différents d’attention et de mémorisation d’un support à l’autre120, 121. À contenus identiques (en l’occurrence, les lecteurs testés étaient confrontés à un quotidien gratuit, en version papier d’une part, et en version tablette d’autre part), il apparaît que la lecture sur tablette est plus superficielle que sur le papier. Bien que le temps de lecture des articles et la répartition du regard sur la page soient identiques, le papier est le support sur lequel l’œil opère des points de fixation les plus appuyés (275ms contre 231ms en moyenne) et sur lequel la concentration est meilleure (90% du contenu mémorisé contre 70% en moyenne). En contrepartie, la lecture sur tablette se prête à une lecture plus ouverte (à durées égales, le nombre d’articles lus sur tablette est supérieur). Au-delà des considérations matérielles, la lecture numérique remet en question la mise en forme même de l’écrit, tant du point de vue son organisation que de la façon d’y naviguer. Par
67

• une mise en forme du texte sur une surface d’« impression » réduite à un écran dont la résolution contraint parfois à augmenter l’espacement entre les caractères et à réduire la taille des colonnes ; • un affichage par rétro-éclairage (dans le cas d’un dispositif LCD) remettant en question le mécanisme perceptif de l’œil.

cette reconfiguration de l’écrit, ce ne sont pas seulement les qualités d’attention et de concentration qui sont bouleversées, mais bien les processus cognitifs à l’œuvre dans la lecture :

• la nature et la richesse des contenus consultés sur écran exige une manière de penser à la fois plus opportuniste et plus rapide63 ;

• l’abondance des contenus multimédia en appui du texte remet en question le rôle traditionnel de guidage que jouaient les illustrations dans les livres papier : la redondance des informations sous de multiples formes nécessite de la part du lecteur un travail supplémentaire de décodage et d’évaluation92 ; • par ailleurs, de par l’instantanéité et la surcharge informationnelle auxquelles le lecteur est soumis sur écran, celui-ci ne lit plus à proprement parler mais « écrème » l’information avant, éventuellement, de la lire62 ; • le caractère hypertextuel des documents numériques provoque une perte de repères du lecteur8 en même temps qu’il l’oblige en permanence à évaluer et à opérer des choix complexes parmi les contenus qui s’offrent à lui62 ;

• la lecture sur écran confronte le lecteur à des contenus variés, parfois animés ou sonores : sa vitesse de lecture est diminuée en même temps que d’autres zones du cerveau sont sollicitées pour traiter la multitude des informations143 ;

La reconfiguration de l’écrit et les processus qui en découlent sont représentatifs d’une mutation de la lecture elle-même. Avec l’émergence du numérique et des possibilités de publication et de mise en réseau associées, la lecture immersive et linéaire propre à la structure traditionnelle du livre cède le pas à une lecture fragmentaire, courte, rapide et éparpillée, propre à la consultation d’informations sur écran. Dans le même temps, le schéma de pensée complexe articulée autour du fil argumentatif d’un auteur (support
68

• la quantité et l’instanciation constante des informations publiées sur les réseaux empêche le lecteur de prendre du recul et donc de comprendre ce qu’il est en train de lire63.

papier) tend à disparaître au profit d’un modèle cognitif autour du fil narratif que construit le lecteur au gré de ses associations d’idées (support numérique)127. Avec la lecture numérique, l’écrit n’est plus un matériau figé, organisé par un auteur, mais un contenu médiatique parmi d’autres que le lecteur réorganise avec d’autres fragments pour produire du sens. Cette nouvelle façon d’appréhender l’écrit exige du lecteur de mobiliser des compétences relevant de la littératie médiatique* : la lecture n’est plus seulement liée à l’action de lire, mais également à celle d’écrire, de naviguer et d’organiser l’information52.
*Littératie : Selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), la littératie est « l’aptitude à comprendre et à utiliser l’information écrite dans la vie courante, à la maison, au travail et dans la collectivité en vue d’atteindre des buts personnels et d’étendre ses connaissances et ses capacités. »169 Dans le domaine de l’information numérique, on parle spécifiquement de « littératie médiatique » : celle-ci renvoie à l’aptitude à établir une relation critique, autonome, créative et socialisée avec l’environnement médiatique52.

Ces différentes facettes de la lecture numérique sont d’autant plus difficiles à mettre en œuvre que la mise en forme de l’écrit à l’écran n’offre au lecteur ni les points de repère, ni l’argumentaire construit que l’on trouve dans la forme traditionnelle du livre papier.

 Face à des contenus médiatiques, le lecteur doit mobiliser un ensemble de compétences qui dépassent le simple cadre de la lecture52.

69

Les enjeux cognitifs de la lecture numérique
Spatialisation et repérage – La question de la représentation mentale
Pour pratiquer une lecture fragmentaire, le lecteur doit pouvoir se repérer dans le corpus de textes numériques. Alors que le papier présente les informations page à page, de manière stable et ordonnée (organisation statique), la disposition des informations à l’écran induit un mouvement qui porte préjudice à la spatialisation de l’information (organisation dynamique)43. La spatialisation des contenus est une facette de la lecture qui conditionne les processus de représentation mentale et de mémorisation des informations. Dans sa pratique de lecture, le lecteur mobilise ses aptitudes visuo-spatiales pour se créer un modèle mental de l’organisation de l’ensemble du document (de la même manière qu’il se repère dans une ville en s’en forgeant une cartographie mentale). La possibilité d’appréhender spatialement un corpus rend le lecteur plus efficace dans sa recherche d’informations (repérage) et dans la mise en place d’associations entre des contenus (mémorisation)52.

Dans le livre papier, cette représentation mentale est facilitée par la structure ordonnée et figée du livre : le livre présente en effet une organisation, souvent renforcée par un sommaire, au sein de laquelle la séquence des pages et des illustrations apporte des repères supplémentaires. La plupart des lecteurs sont ainsi capables de retrouver un contenu en fonction de sa position approximative dans le livre (par exemple « au début », ou « vers les deux-tiers ») et de son contexte (par exemple « le texte est situé en haut d’une page, à côté d’une photo en noir et blanc »). Par ailleurs, le simple fait de feuilleter un livre permet au lecteur d’en appréhender rapidement la construction, la mise en page et, dans une certaine mesure, le contenu. A contrario, le livre numérique demande au lecteur de développer de nouvelles capacités visuo-spatiales pour pallier la disparition des sommaires (quel sens donner à un sommaire numé70

Nouveaux supports, nouveaux usages, nouveaux codes
Les supports numériques introduisent de nouvelles manières d’appréhender l’écrit et mobilisent de nouvelles compétences. Dans le même temps, les codes évoluent et ces nouvelles dimensions de lecture font l’objet de nouveaux outils de lecture. Dans cet esprit, l’éditeur suédois Bonnier explore les futures pratiques de navigation dans les e-books autour de plusieurs propositions rassemblées dans son prototype Mag+20 : le repérage dans le menu (dissocié en deux parties avec, à gauche, les libellés des chapitres précédents et, à droite, les libellés des chapitres suivants – ici présentés dans une version expérimentale) ;

l’accès au menu en faisant glisser plusieurs doigts du bas de l’écran vers le centre ;

l’accès à un contenu enrichi en frottant le doigt sur une image ou un texte – le lecteur peut alors ouvrir un menu en forme de fleur en faisant un appui prolongé sur le contenu : les pétales de la fleur donnent alors accès à des opérations classiques telles que copier, envoyer par e-mail, poster sur Facebook ou sur Twitter, etc. ; 71

quand le lecteur est perdu, il peut, grâce au menu, accéder à une version fragmentée du livre ou de la revue, plus facile à appréhender que dans sa totalité.

rique lorsque le lecteur accède à un contenu du corpus sans prendre connaissance de son organisation ?) et l’éclatement des repères (quel sens prennent les notions « en haut », « en bas », « à côté », « avant » et « après » dans une fenêtre de navigation ?)

 Pour le moment, la grande majorité des magazines et des journaux sur tablette proposent des sommaires inspirés des chemins de fer de l’imprimerie (un chemin de fer est une succession de vignettes reprenant une à une les pages de l’ouvrage). Ici, Rue89 applique ce mode de représentation aux entêtes des articles (ceux-ci n’étant plus organisés en page, mais selon un format vertical de type parchemin)140.

72

Parcours de lecture – La question de la construction de sens

Pratiquer une lecture fragmentaire nécessite en second lieu d’interroger et d’organiser en permanence les informations collectées au gré des écrans. Il s’agit pour le lecteur de savoir repérer, prélever l’information pertinente, prendre des décisions, comprendre les contextes, les environnements, les contraintes de production liés au texte et les pouvoirs qui s’y cachent, afin de tracer un « chemin en profondeur vers le sens »14.

Contrairement au parcours linéaire proposé par le livre papier, l’univers numérique invite le lecteur à construire son propre parcours de lecture et, d’une certaine manière, de construire du sens par association des contenus qu’il consulte successivement. Le parcours de lecture devient ainsi un « projet de navigation », dont le but est de créer de la cohérence à partir d’une multiplicité de contenus (aussi divers dans leur format, leur origine, leur finalité). Pour mener sa tâche à bien, le lecteur doit développer des capacités de synthèse afin de reconstruire des connexions entre des propositions sans liens52. La lecture fragmentaire ne doit pas pour autant s’opposer à la lecture immersive, par ce qu’elle serait superficielle en regard de l’expérience que procure une lecture linéaire et profonde. Pascale Gossin, chercheur en en Sciences de l’Information et de la Communication, considère que la pratique de la lecture immersive est la condition d’une lecture fragmentaire efficace. En développant sa capacité à entrer dans un univers fictionnel (lecture profonde), le lecteur apprend à concentrer son attention sur le texte et à éviter le papillonnage. Dès lors, la lecture fragmentaire devient une lecture par strates, au sein desquelles le lecteur est capable de pratiquer ponctuellement une lecture approfondie61.

73

74

Les pratiques
En dissociant l’écrit d’un support papier qui le maintenait dans des structures figées, le numérique en révèle les nouvelles potentialités. Riche d’un imaginaire construit autour de la figure du livre, l’écrit numérique offre une plastique propice au copier-coller, à la duplication et à l’échange, et dont les pratiques ne cessent de se réinventer.

L’écran, un support dont les usages ne sont pas encore fixés

Qu’il s’agisse de lecture sur écran LCD ou de lecture sur liseuse à encre électronique, la lecture numérique est une pratique qui n’est pas encore assimilée auprès des lecteurs. Pour le moins, les discours divergent entre l’optimisme des acteurs industriels du secteur et les réticences – ou tout du moins l’inertie – des lecteurs, encore attachés aux formes traditionnelles du livre.
75

D’un côté, les éditeurs d’e-books et les fabricants de dispositifs de lecture électronique mettent en avant la bonne progression du secteur, emmenée par un marché américain plus précoce et plus réceptif. D’après une étude du Book Industry Study Group sur la période 2010-2011, deux-tiers des Américains lisent exclusivement sur des supports électroniques : cette transition s’accompagne d’une progression des ventes d’e-books et d’un délaissement progressif des écrans d’ordinateurs au profit des tablettes et des liseuses75. Cet optimisme se double d’un discours rassurant sur le comportement observé des lecteurs d’e-books : les lecteurs équipés de dispositifs électroniques manifesteraient en effet un regain d’intérêt pour la lecture en général, aussi bien papier que numérique16, 75.

De l’autre côté, l’association écran-lecture est encore loin de faire l’unanimité auprès des lecteurs. Menée par l’organisme américain Scholastic promouvant la littératie, une étude menée en 2010 auprès d’une population de familles montre que les parents considèrent encore d’un mauvais œil l’écran et son impact sur la lecture et, plus généralement, sur la vie de famille et les activités physiques. Bien
76

 Les enfants américains déclarent être prêts à lire plus de livres, pourvu que ceux-ci soient numériques. Dans le m^ême temps, ils passent une très large majorité de leur temps libre devant les écrans pour communiquer, jouer ou regarder des vidéos85.

que conscients des bienfaits de la lecture pour stimuler l’imagination et se maintenir informé, les enfants manifestent un comportement paradoxal à l’égard de la lecture numérique et des écrans. Tout en affirmant leur souhait de lire plus de livres – à condition que ceux-ci soient numériques – les enfants réduisent leur temps de lecture au profit des jeux et de la communication sur écrans85.

Ce constat démontre que l’usage des écrans n’est pas encore bien défini, et reste associé à un ensemble d’activités mêlant travail, information, communication et divertissement. Aux EtatsUnis, la tablette est un support qui n’est pas considéré comme une tablette de lecture, mais comme un terminal d’applications dédiées aux services et aux jeux. Paradoxalement, près de la moitié des utilisateurs de tablettes déclarent lire des e-books… sur les ordinateurs74. Dans les pays asiatiques, on observe progressivement une convergence des écrans portables vers un format de 4 à 6 pouces, intermédiaire entre le smartphone et la tablette : ce type d’écran est plébiscité pour des usages de mobilité, incluant une lecture fractionnée, brève et requérant moins de concentration155. S’agissant d’inventer de nouvelles pratiques de lecture autour des écrans, quels sont finalement les avantages des nouveaux supports électroniques ? Les expérimentations de tablettes dans des classes de collège et de primaire fournissent à ce titre des retours d’expérience intéressants. Centrées sur l’enfant et l’adolescent, ces expérimentations soulignent le caractère « fluide » de la tablette : contrairement à un écran d’ordinateur posé sur un bureau, la tablette est un écran qui, justement, ne fait pas écran et permet à son utilisateur de garder un lien visuel avec son environnement. Les fonctions tactile du dispositif en font un outil dont l’apprentissage est intuitif et dont la prise en main est naturelle. Enfin, la multiplicité des usages permises par la combinaison des applications, des capteurs et du réseau lui confèrent un statut d’objet parfois qualifié de « couteau suisse ». Cette dénomination révèle en filigrane le principal atout de la tablette et du smartphone, à savoir la mobilité. Le développement récent des réseaux a étendu le territoire de vie, autrefois centré sur l’habitat, à la mobilité elle-même48 : grâce aux possibilités de
77

connexion permanente et de synchronisation promises par les terminaux mobiles (le « always on »), la mobilité numérique vient « entrelacer » la mobilité physique, et il est désormais possible à l’individu de commencer une lecture sur une liseuse à la maison, la continuer sur son téléphone pendant son trajet et la terminer sur une tablette à son bureau156. Parmi les nouvelles générations moins portées sur la lecture, le support électronique apporte enfin une immédiateté susceptible de susciter la surprise, la nouveaute – peut-être l’intérêt – et dont le principal écueil reste finalement la faculté à se renouveler91.

L’enseignement, un laboratoire expérimental des nouvelles pratiques de lecture numérique

Si les pratiques de lecture sur les écrans restent encore à définir, il n’en demeure pas moins que leurs qualités de fluidité, diversité, mobilité et immédiateté créent de nouvelles situations d’apprentissage et des potentialités pour la mémorisation, la compréhension et l’aide à la conceptualisation29.

De même que le livre papier opère une mutation vers l’e-book, les manuels scolaires sont aujourd’hui repensés en relation avec l’écran, avec tous les avantages que cela représente en termes de composition dynamique, d’enrichissement multimédia et d’interactivité. Le Livre scolaire propose ainsi une gamme de manuels papier couplés à des manuels électroniques accessibles sur Internet, grâce auxquels enseignants et élèves interagissent dans le cadre d’activités pédagogiques. Par exemple, l’enseignant peut enrichir les documents du manuel par des notes, des liens hypertextes (internes ou externes aux documents), des tags, des signets ou encore des questions à l’intention des élèves. Dans le cadre de leur travail à la maison, les élèves sont invités à répondre à distance aux exercices ou aux questions qui leur sont posées par l’enseignant. Cet outil constitue finalement une plate-forme d’enseignement, à la fois personnalisée dans son usage en réseau et collective dans son usage en classe107.
78

 Le manuel scolaire numérique permet à l’enseignant de s’appuyer sur des contenus numériques associés au manuel papier pour créer des séquences de cours et des exercices personnalisés en ligne. L’interface joue également le rôle de plate-forme d’échanges entre les professeurs et les élèves107.

79

Le caractère dynamique, instantané et collaboratif des outils numériques permet d’imaginer des usages non plus centrés sur une lecture passive de l’élève, mais sur une pratique collaborative de lecture-écriture. Selon ce schéma, l’enseignant écrit une « partition », un « script pédagogique » qui alterne cours magistral, travail individuel et activités en petits groupes, articulées sur des supports mêlant papier, contenus multimédia, widgets interactifs, etc.102 Au-delà des possibilités d’interaction que le numérique offre dans la mise en œuvre des activités pédagogiques, les nouvelles formes de l’écrit à l’écran fournissent un matériau de travail inédit. L’instituteur de CP Jean-Roch Masson a ainsi mis à profit le principe du « tweet » (un message de 140 caractères maximum posté sur un compte Twitter que peuvent suivre les internautes) pour encourager les enfants à lire et à écrire. Articulée sur une activité journalistique (les enfants devaient relater les événements de la classe), cette expérimentation s’est diversifiée non seulement autour de la lecture-écriture, mais également autour de la photographie et de la vidéo. Masson constate que l’environnement numérique de la lecture et de l’écriture a apporté une dimension sociale au geste de l’écriture, éduqué les enfants à l’usage de l’Internet et, plus généralement, permis une prise de conscience de la portée de l’écrit sous toutes ses formes46, 116.

Martine Marzloff, chargée de recherche en Littérature et Enseignement à l’Institut Français de l’Éducation, a expérimenté l’outil numérique à l’occasion d’un exercice de lecture, de compréhension et de rédaction. Dans une classe de CE1, une vingtaine d’élèves sont invités à lire une histoire projetée sur un tableau, puis à travailler en petits groupes sur des activités autour du texte (apparier des fragments de texte et des images, repérer des mots dans le texte, insérer des images ou des blocs de texte dans l’histoire, etc.) Lors de la phase de restitution collective sur le TNI*, les élèves expliquent leur travail : pour cela, ils utilisent un stylet, grâce auquel ils interviennent sur le texte et les contenus vidéo*TNI : projetés. Dans cette séance, l’enfant apprend que, Tableau pour lire, il est amené à faire des allers-retours, Numérique à feuilleter, à prendre conscience de l’épaisseur Interactif du texte, à écrire, à annoter – ici au sein d’un
80

environnement numérique conservant la trace de toutes les interventions. Dans cette activité, le texte n’est plus entrevu comme un espace clos mais comme un « espace rempli de trous, d’espaces blancs dans lesquels [le lecteur] peut intervenir » (Umberto Eco). En pratiquant une lecture numérique interactive, l’enfant est à la fois immergé dans la fiction et invité à se distancier par rapport au texte114.
 Extrait du compte Twitter de la classe de CP de Jean-Roch Masson34

81

La lecture numérique, une nouvelle forme d’écriture
L’écriture productrice de sens
Le fait de porter l’écrit à l’écran relègue au second plan l’aspect technique de la lecture pour en valoriser les processus cognitifs. En disposant des contenus au sein d’un environnement interactif, l’écran demande au lecteur de fournir un effort pour explorer ces contenus. Cet effort concerne autant la forme (le lecteur doit savoir naviguer et se repérer dans l’architecture de l’interface) que le fond (le lecteur doit pouvoir évaluer les contenus en fonction de son projet de navigation).

Sur la forme, l’architecture *CMS : des contenus à l’écran est Un système de gestion de contenu (en conditionné par les CMS*. Ce anglais : Content Management System) est une famille de logiciels destinés à la dispositif, fondé sur une « litanie conception et à la mise à jour dynamique de boutons » et un « abécédaire de sites Web ou d’applications multimédia. 93 de formes » , est un architexte : Ils partagent les fonctionnalités suivantes : il standardise la structuration • ils permettent à plusieurs individus de des contenus, il rend possibles travailler sur un même document ; certaines actions de l’interface en • ils fournissent une chaîne de même temps que d’autres sont publication (workflow) offrant par exemple la possibilité de mettre en ligne écartées. La composition d’une le contenu des documents ; page du point de vue de son • ils permettent de séparer les opérations auteur et, en retour, la lecture de de gestion de la forme et du contenu ; • ils permettent de structurer le contenu cette page par le lecteur répon(utilisation de FAQ, de documents, dent à des schémas interactifs de blogs, de forums de discussion, préconçus. Cette grammaire de etc.) […]169 la composition numérique permet en outre aux contenus d’être présents dans plusieurs types de dispositifs (cette « ubiquité énonciative » rend simultanément accessible un même contenu dans plusieurs cadres, tels que Facebook, Twitter, Blogger, Wordpress, Picasa, Flickr, etc.)93

Sur le fond, la lecture à l’écran place le lecteur devant une collection de documents à travers lesquels il doit tracer son propre parcours de navigation. À cette occasion, le texte lu n’est jamais
82

parfaitement celui écrit par son auteur – ce point est d’autant plus vrai quand le lecteur navigue entre des liens hypertextes et appréhende des contenus conçus par plusieurs auteurs. En ce sens, la lecture sur écran est un acte d’écriture en soi, dont l’objectif est de « construire de la cohérence » en appréhendant et en intégrant de très nombreux contenus52.

Tant dans ses aspects formels que organisationnels, la lecture numérique apparaît donc indissociable d’une activité d’écriture. Cette gymnastique de réorganisation des contenus est souvent attribuée, à tort, à la diffusion de l’outil informatique et à l’image du copier-coller porté par le traitement de texte45. La forme fragmentée du livre n’est en effet pas nouvelle : depuis toujours, le livre résulte très souvent « de collages, d’assemblages de fragments. […] On estime qu’en France, avant la Révolution, la moitié des livres en circulation résultaient de piratages et d’emprunts. […] Aux XVIe et XVIIe siècles, on lisait, on repérait des informations intéressantes au fil de la lecture, puis on se les appropriait, on les recopiait, on les citait sans préciser leur origine. » De fait, c’est une erreur de croire que les sociétés anciennes étaient immobiles. Certes, les moyens de diffusion des informations ont changé, mais les processus de transmission des textes ont toujours eu tendance à modifier les textes (interprétations, coupes, extensions, manipulations, erreurs de copie, etc.) : aujourd’hui, le numérique en a simplement révélé les rouages41. Grâce à son caractère non linéaire, l’hypertexte offre aujourd’hui la possibilité de décrire et d’exposer des concepts et des objets complexes en mettant en relation des éléments de prime abord dissociés48. Cela étant, l’accumulation et la redondance des contenus sur le web entrave le lecteur dans son projet de navigation : comment en effet réorganiser, recomposer, assembler et extraire de la cohérence d’une multitude d’éléments non hiérarchisés ? Les outils traditionnels du web proposent des pages références ou des agrégateurs (moteur agrégeant automatiquement des contenus autour de critères donnés) auxquels il faut sans cesse revenir pour en explorer successivement tous les liens64. Face à la quantité d’informations accessibles et à l’inadéquation des solutions proposées par les moteurs, la réorganisation des contenus par les individus eux-mêmes reste une solution pertinente. Cette pratique d’« agrégation des contenus »
83

s’apparente une fois de plus à un acte d’écriture : en s’appuyant sur l’hypertexte, l’idée est de produire par agrégation de liens des contenus structurés, différenciés et adaptés aux besoins, sans copier, modifier ni déplacer les sites sources.

À cet effet, le site Instapaper propose au lecteur pressé de « mettre de côté » les pages internet qui l’intéressent au sein d’un environnement personnel afin de pouvoir les consulter plus tard. Cet environnement de liens permet au lecteur d’appréhender en un coup d’œil les pages qu’il a taguées, de les ranger dans des dossiers, de les archiver ou bien de les jeter – bref, de les organiser au gré de son parcours de lecture sur le web. L’outil permet par ailleurs de sauvegarder les pages en version texte et d’en faciliter la mise en page en vue d’une lecture sur smartphone ou sur tablette82. En partant d’un principe simple (mais mal exploité par les signets des navigateurs actuels), cet agrégateur donne finalement au lecteur le pouvoir de construire et d’organiser son activité de lecture à partir de recherches fragmentaires opérées sur Internet.

 Le plugin Instapaper fournit à l’internaute une page personnelle dans laquelle celui-ci peut sauvegarder les pages web qu’il souhaite lire plus tard, réorganiser ces pages dans des dossiers ou encore les reformater afin d’en optimiser l’affichage pour une lecture sur un écran LCD, un smartphone ou une tablette82.

84

Dans un esprit résolument pensé pour la recherche et la constitution de bases bibliographiques, l’application Zotero (sous forme de plugin pour le navigateur Firefox) propose à l’internaute de rassembler dans une liste toutes les références relatives à son projet de navigation – non seulement les références web, mais également toutes les autres sources (articles de revue, livres, enregistrements sonores et vidéo, etc.) À l’instar de l’outil de gestion discographique iTunes, l’internaute est invité à renseigner les références par de très nombreux critères (le titre, l’auteur, la date, l’URL, etc.), à leur attribuer des tags (ou marqueurs) ou encore à les distribuer dans des dossiers (à l’instar des playlists d’iTunes). Zotero inclut également une fonction de partage grâce à laquelle les internautes peuvent échanger leurs bases bibliographiques171.

 Grâce au plugin Zotero, l’internaute construit une base de données dans laquelle il peut sauvegarder non seulement les références des pages web qui l’intéressent, mais également des références de livres, de revues, de podcasts, etc. : avec cet outil, la « bibliographie » propre au travail de recherche s’étend à tous les types de contenus multimédia171.

À l’occasion d’un projet de recherche sur l’utilisation des ressources numériques en classe, un collectif de chercheurs et de spécialistes en Sciences de l’Éducation, de la Psychologie Cognitive et de l’Ergonomie a mis au point un outil d’agrégation de contenus à vocation pédagogique. L’application JogTheWeb permet d’organiser, d’annoter et de partager des contenus numériques issus du web ainsi que des contenus créés par l’auteur lui-même. Les contenus peuvent être agrégés sous forme de parcours commentés (c’est-à-dire des parcours linéaires structurés avec sommaire, titres, pages, etc.)
85

 Avec le site JogTheWeb, l’internaute a la possibilité de créer une séquence ordonnée de contenus web et de contenus qu’il rédige lui-même : l’ensemble des contenus sont réunis au sein d’un « jog » accessible en ligne autour duquel auteur et lecteurs peuvent échanger grâce à la fonction communautaire du site95.

appelés « jogs » : par ce terme, les concepteurs souhaitent valoriser l’aspect linéaire de l’itinéraire de lecture, en opposition au « surf » traditionnel, propice à la dispersion. Enfin, grâce à un système de partage en ligne et de commentaires, les jogs permettent d’une part aux auteurs (enseignants) de créer des contenus éducatifs adaptés, et d’autre part aux lecteurs (élèves) d’avancer à leur rythme et de bénéficier de parcours d’apprentissage personnalisés95.

L’écriture collaborative

En réponse à la masse toujours croissante d’informations que le lecteur doit appréhender, évaluer et trier, ces outils d’agrégation créent de nouvelles pratiques de lecture-écriture. Au cours de son travail de collecte, d’assemblage et de partage, le lecteur recompose des fragments qui viennent à leur tour alimenter la toile et brouiller les frontières de la lecture et de l’écriture. L’encyclopédie Wikipedia est certainement l’exemple le plus emblématique d’ouvrage collectif fondé sur l’écriture et l’assemblage de contenus. Au-delà de sa forme, le projet Wikipedia met en relief la
86

place croissante des individus dans le processus de production des contenus et leur mise en réseau. Les blogs et les pages personnelles participent également de ce mouvement : parfois développés en marge d’un site professionnel, ces sites ont pour objectif de susciter de la réactivité, fidéliser un lectorat, construire des communautés et finalement gagner de la visibilité sur le web127. En s’appuyant sur de nouvelles formes de production et de communication, le numérique crée de nouveaux rapports à l’écrit que les internautes expérimentent sur des plates-formes partagées. L’écriture collaborative devient en soi une nouvelle pratique, comme en témoignent l’essor des forums ou des ateliers d’écriture en ligne. La narration transmédia offre à ce titre un matériau d’écriture extrêmement riche94 : partant d’un univers complexe, déployé sur de nombreux médias, les internautes sont invités à développer, compléter, prolonger les histoires sur les nombreux sites créés spontanément par les fans (nous développons ce point en page 112 dans la partie consacrée à la narration). De la même manière que l’Oulipo partait de contraintes formelles pour produire de nouvelles structures destinées à encourager la création, l’environnement numérique fournit des contraintes de composition intéressantes en termes d’écriture – par exemple, l’écriture d’un roman collaboratif contraint par le format du tweet118.

L’écriture collaborative peut enfin faire l’objet d’ateliers d’écriture en ligne, à l’image du site proposé par la Bibliothèque Nationale de France à l’occasion de son exposition Il était une fois les contes de fées en 200118. Partant de contes populaires, ce site propose de très nombreuses activités pédagogiques organisées autour de :

• l’intertextualité et la réécriture : comment situer une production écrite par rapport aux écrits antérieurs ? où se situe l’invention dans l’acte de réécriture ? comment s’articulent les déclinaisons d’un texte par rapport à l’original (parodie, pastiche, plagiat, citation, allusion…) ? • l’illustration : en quoi l’illustration est-elle une interprétation d’un texte ?
87

 Le site de l’exposition Il était une fois les contes de fée de la Bibliothèque Nationale de France comporte un atelier d’écriture. Dans cet atelier, l’internaute est invité dans un premier temps à répondre à une série de questions sur le conte qu’il aimerait écrire. À l’issue de ce questionnaire, le site récapitule les réponses de l’internaute sous la forme d’une trame de consignes qui sert de point de départ à l’écriture du conte18.

88

Fortement ancrées dans le réseau, ces pratiques d’écriture collaborative relèvent de pratiques communautaires plus larges, donnant à la lecture une portée sociale.

• la trame : dans ce type d'activité, l’internaute est invité à fixer au préalable plusieurs paramètres (par ex. le héros, le décor, la mission, les épreuves, etc.) puis à écrire son propre conte à partir de ces éléments.

La dimension communautaire de la lecture révélée par le numérique
Ainsi que le souligne le chercheur Frédéric Kaplan, la lecture n’est pas un acte isolant et solitaire : bien au contraire, le livre crée du lien, autour de pratiques aussi bien synchrones (dans le cadre familial, scolaire, institutionnel ou religieux, par le biais des sites d’information, etc.) qu’asynchrones (dans le cadre de clubs de lecture ou de structures de prêt ou d’échange tels que les bibliothèques)96.

Créer du lien

Alors même que le numérique met à disposition des outils permettant à ces pratiques de s’épanouir dans un contexte dématérialisé, l’objet-livre ne cesse de stimuler l’imaginaire du lecteur.

Dans son travail intitulé Image trouvée, l’artiste Sabine Massenet explore la notion du lien à travers le livre. Elle dissémine au hasard des cartes dans les livres d’un bibliothèque du nord-est parisien, avec le message suivant : « Si vous trouvez cette image veuillez écrire à l’adresse suivante… » Cette invitation en forme d’acte poétique et ludique est une amorce efficace : les lecteurs se révèlent enclins à parler de leurs lectures. Les correspondances que l’artiste établit avec des lecteurs anonymes débouchent parfois sur des rencontres, à partir desquelles Sabine Massenet produit des œuvres textuelles, sonores et vidéographiques, qui vont à leur tour rencontrer d’autres lecteurs115.
89

 Extrait de l’exposition Je déballe ma bibliothèque organisée à l’occasion de l’événement Qu’avons-nous fait ensemble pour célébrer les 20 ans de la bibliothèque Elsa Triolet de Bobigny17.

90

À l’occasion des 20 ans de la bibliothèque Elsa Triolet de Bobigny, la documentaliste Suzanne Arlabosse expérimente ce lien par la photographie. Pendant les jours qui précèdent la manifestation, elle propose aux lecteurs de se faire prendre en photo avec le livre de leur choix. La mosaïque de photos exposée dans la bibliothèque raconte les liens invisibles que les livres tissent entre les lecteurs et le lieu17.

Sans dissoudre le livre dans un fichier électronique, le numérique a rendu possible de nouvelles expériences autour du livre papier et des liens que dessine sa trace. Le Bookcrossing, apparu en 2001, est un concept de jeu proposant aux lecteurs du monde entier de « libérer » leurs livres dans des endroits publics, afin de leur faire rencontrer de nouveaux lecteurs et de les faire voyager. Pour cela, un libérateur est invité à enregistrer son livre sur Internet, à coller sur le livre un identifiant (le « BCID »), puis à déposer son livre dans un lieu public afin qu’il soit recueilli par un nouveau lecteur. Grâce au BCID, ce dernier peut signaler sa découverte sur le site du jeu, et le libérateur peut ainsi suivre la trace de son livre et les rencontres qui jalonnent son parcours. Le Bookcrossing compte aujourd’hui plus de 850000 inscrits dans 130 pays, pour 7 millions de livres libérés dans la nature22.

Dans le jeu conçu par le game designer Jane McGonigal à l’intiative de la New York Public Library, le numérique est également mis à contribution, ici pour provoquer des rencontres entre les lecteurs et les livres papier. Dans ce jeu reprenant le principe de la quête, les joueurs doivent répondre à des questions en s’aidant de documents qu’ils doivent trouver dans la bibliothèque grâce à des
91

 Bookcrossing : avant de libérer un livre, le « bookcrosser » doit le référencer sur le site officiel du jeu et lui apposer une étiquette avec son identifiant22.

indices envoyés sur leurs téléphones mobiles. Le conservateur Caro Llewellyn, en charge de la célébration du centenaire de la bibliothèque, souhaite souligner par ce jeu le pouvoir d’inspiration et de créativité que véhiculent les livres « en chair et en os », au-delà de ce que peuvent apporter Google et Wikipedia51.

Partager l’expérience de lecture

À l’image des expérimentations combinant papier et numérique (voir notamment le jeu (i)Pirates évoqué en page 38), ces initiatives montrent que le livre papier véhicule un imaginaire propre, distinct de celui qui entoure l’univers numérique. Pour autant, et en se plaçant hors de toute comparaison avec le livre papier, le livre numérique entraîne avec lui des environnements et des outils qui créent de nouvelles modalités d’échange entre les lecteurs. En s’appuyant sur les possibilités offertes par le web et les réseaux sociaux, le numérique apporte de très nombreuses fonctionnalités, dont la plupart viennent actualiser ou renforcer des dispositifs que le papier peinait à mettre en place. Parmi ces fonctionnalités, relevons156 : • le prêt ou l’emprunt d’un livre à des personnes distantes ou à des bibliothèques en ligne ; • la récupération automatique dans sa bibliothèque d’un livre qu’on a prêté ; • la possibilité d’entrer en contact avec les auteurs ; • la possibilité d’écrire et d’éditer son propre livre, et de le rendre disponible sur les plates-formes en ligne ;

Les fonctionnalités de contact et de partage sont certainement celles qui suscitent le plus d’enthousiasme parmi les gros lecteurs. De fait, la lecture est un domaine largement investi par les blogs dans lesquels les lecteurs commentent les romans qu’ils lisent (le plus souvent au format papier), échangent des conseils et organisent des défis de lecture. Partant de ce constat, l’entreprise canadienne
92

• la possibilité d’annoter le livre, de partager des passages, des avis et des conseils avec la communauté des lecteurs.

 L’application de lecture Kobo Reading Life inclut des fonctionnalités de personnalisation et de partage de l’univers de lecture. L’interface s’accompagne d’une couverture dynamique évoluant au gré de l’activité du lecteur, d’un module de statistiques résumant ses habitudes de lecture et d’un système de badges récompensant ses performances122.

93

Kobo a développé une application facilitant le partage de lectures, notamment en donnant la possibilité au lecteur de commenter ses e-books et de publier ses commentaires sur les réseaux sociaux. En parallèle de l’ouverture de la lecture aux réseaux, l’application se double astucieusement de fonctionnalités grâce auxquelles l’individu peut se construire une identité forte de lecteur : entre autre, l’application fournit au lecteur des statistiques détaillées sur ses habitudes de lecture (nombre d’heures passées à lire, quantité de pages tournées, descriptif de la bibliothèque par genre, nombre de récompenses récoltées, heure de lecture favorite, etc.) et lui attribue des badges venant récompenser son assiduité (badge du lecteur de « pavés », badge du lecteur nocturne, etc.)122. Dans le souci de faciliter la recherche, le référencement et le partage des lectures, le projet Open Bookmarks ambitionne de standardiser le partage de signets – ceux-ci incluant de nombreux usages, tels que l’annotation, le surlignement, le marquage (tag), l’identification des lieux et des personnages, etc. Dans ce projet, le livre est pensé comme une entité reliée au web, à laquelle est associée une base de données de signets. Les données ont vocation à être stockées sur un nuage informatique et exprimées dans un format standard, afin d’être lisible par n’importe quel dispositif connecté depuis n’importe quel endroit134.

Dans l’attente d’une généralisation de la lecture numérique et de sa diffusion sur les réseaux sociaux, la lecture sociale fait l’objet de nouveaux scénarios d’usages fictifs, articulés sur : • l’objet livre : le livre papier, muni d’un code, permettrait au lecteur d’en télécharger une version numérique et d’intégrer une communauté en ligne – le livre acquerrait ainsi un double statut d’objet et de forum105 ; • l’individu : en pratiquant une lecture « connectée et partagée » et en renseignant des questionnaires sur son expérience de lecture, le lecteur alimenterait les données de son profil et pourrait bénéficier de suggestions de lecture personnalisées149 ; • ou encore l’auteur : par un système de souscription en ligne, les lecteurs entreraient en contact avec les auteurs et leur apporteraient un regard sur leurs créations en cours (retours,
94

suggestions pour les chapitres à venir, etc.) – ce système donnerait par ailleurs de la visibilité aux auteurs auprès des lecteurs et des éditeurs106.

95

96

La narration
En inventant de nouvelles pratiques autour de l’écrit, le numérique crée un terrain propice pour imaginer de nouveaux schémas narratifs, enrichis de toutes les possibilités offertes par les autres médias. Dans les lignes qui suivent nous proposons de visiter les codes de la narration numérique et, au préalable, de resituer les codes de la narration papier dont ils s’inspirent en partie.

Les spécificités narratives du papier – Linéarité et sensorialité

Le livre papier a ceci de singulier qu’il constitue une unité, à la fois dans sa forme (un ensemble de cahiers reliés) et dans son discours (un texte imprimé, avec un début et une fin).

97

Avant même d’entrer dans le récit, le livre papier révèle une part de son contenu à travers des signes extérieurs (la couverture, la tranche, le dos). Pour le lecteur de livres papier, la quatrième de couverture représente à ce titre une porte d’entrée précieuse dans le livre. Elle intervient en premier lieu pour donner un aperçu de l’histoire : les indications qu’elles apportent sont une valeur ajoutée pour cerner le contexte, l’atmosphère, la manière dont l’auteur met en place son récit. La couverture fournit également un repère visuel, un guide grâce auquel l’individu peut resituer une histoire dans sa mémoire de lecteur. Par sa couverture, le livre est d’abord un objet qui se raconte comme le ferait un territoire à travers sa carte topographique78. L’unité du livre papier se traduit aussi et surtout par l’unité du discours. Le livre papier repose sur une tradition narrative fondée sur la linéarité. Les contraintes physiques posées par l’objet ont ouvert la voie à une grande richesse de techniques narratives pour scénariser un récit (le raconté) et lui donner corps à travers un discours (le racontant). Sans entrer dans le détail de la narratologie, ces techniques s’appuient sur la linéarité du texte pour connecter les propositions narratives et créer des effets narratifs (les possibilités de connexion sont nombreuses – succession, enclavement, alternement, parallélisme, conjonction, disjonction, etc. – et ont été largement reprises dans le cinéma qui repose sur la même contrainte de linéarité)69. Au-delà de l’unité narrative du livre, le papier est un médium autour duquel le lecteur déploie une expérience sensorielle propre. Les livres se racontent ainsi par leur aspect, leur poids, l’odeur et la texture de leurs pages16 – autant de dimensions que les auteurs explorent pour démarquer l’objet papier de ses nouvelles expressions numériques. Parmi les techniques utilisées, le pop-up, le pli et le découpage sont largement mis en œuvre, non seulement dans la littérature jeunesse, mais également dans des champs beaucoup plus expérimentaux. Dans ce même esprit, la publicité des carnets Moleskine joue pleinement sur la dimension narrative que véhicule l’expérience sensorielle du papier : dans les animations créées par le vidéaste Roger Wieland, le papier s’anime par un jeu de découpages évoquant tout l’univers contenu en puissance par le carnet168.
98

L’expérience du papier
À l’heure où les écrans menacent de supplanter le papier, les créateurs redoublent d’ingéniosité pour entraîner l’objet-livre vers des terrains sur lesquels il ne peut être concurrencé par le numérique :

amplement exploités dans la littérature jeunesse, les jeux de pliage (pop-up, tirettes, constructions en volume) restent un champ d’expérimentation inépuisable comme en témoigne le récent livre ABC 3D dans lequel Marion Bataille propose au lecteur d’explorer un alphabet de formes en papier10 ;

dans le livre à lecture combinatoire Labyrinthe des Éditions Volumiques, le pli sert de point de départ à un parcours arborescent dans lequel chaque page ouvre sur trois suites possibles, selon que le lecteur déploie le livre vers le haut, le bas ou le côté47 ;

également imaginée par les Éditions Volumiques, la bande-dessinée Paradoxales propose au lecteur une expérience de lecture en profondeur grâce à un jeu de transparence à travers les pages47 ;

dans son livre expérimental Tree of codes, le romancier américain Jonathan Safran Foer assemble des pages de manuscrits dont il évide certaines parties afin de créer de nouveaux textes, tant en surface qu’en profondeur141. 99

 Dans les publicités qu’il a réalisées pour le Moleskine, Roger Wieland déploie tout l’univers sensoriel et narratif du papier grâce à un jeu de découpages animés168.

Les livres papier constituent enfin un imaginaire en soi, dont le numérique s’inspire parfois avec un mélange d’humour et de nostalgie (voir par exemple les publicités pour le livre papier qui parodient les smartphones83, 110 ou encore les films d’animation qui mettent en scène l’univers de la lecture papier125, 147).

Dans un mouvement d’aller-retour, le livre papier cherche à redéfinir sa place par rapport aux nouvelles formes du numérique. Dans cet esprit, l’auteur de livres pour enfants Hervé Tullet questionne les possibilités d’interaction et de surprise au sein du livre papier, notamment avec Un livre dans lequel il invite l’enfant à progresser dans une histoire en interagissant de façon imaginaire avec le papier164. À défaut de concurrencer le numérique sur le terrain de l’interactivité et de l’appropriation, cette expérimentation confirme que le livre papier possède des qualités narratives que les créateurs n’ont pas fini d’explorer.

100

Les spécificités narratives du numérique – Enrichissement et interactivité

Lorsqu’il est porté à l’écran, le texte s’intègre dans un environnement intrinsèquement multimédia, interactif et collaboratif.

Habiller le texte – l’enrichissement linéaire

Bien que l’hypertexte ait permis d’envisager l’écrit sous de nouvelles formes dès les années 1990, le virage numérique du livre a été amorcé récemment avec les possibilités offertes par le multimédia. Dans le cadre du standard érigé autour du format ePUB3, l’enrichissement multimédia est envisagé comme un complément visuel, audio ou vidéo que l’on vient insérer dans la trame du texte. L’éditeur Walrus, qui a choisi de miser sur ce standard, recommande une utilisation modérée des enrichissements afin que le discours reste pertinent et que le lecteur ne soit pas noyé dans une masse de contenus146. Selon ce principe, l’enrichissement respecte une trame inspirée du livre papier (le livre est organisé en pages, incluant éventuellement des hyperliens) et intervient en appui du texte, soit pour en compléter le fond, soit pour créer une ambiance que les mots ne peuvent restituer.

Selon ce principe, le roman numérique Le talent tueur édité par LC Éditions propose au lecteur de doubler son expérience de lecture par une expérience sonore : à chaque chapitre, le lecteur est ainsi invité à écouter en boucle une bande son donnée, en rapport avec l’ambiance de l’histoire71. Présentée sous une forme mixte, le roman papier Skeleton Creek demande au lecteur d’alterner la lecture de chapitres papier et le visionnage de séquences vidéo sur Internet30. Cette construction alternée entre livre papier et vidéo sur Internet débouche sur une forme narrative hybride que le site Level26 revendique en déclarant que ses productions ne sont « ni des romans, ni des films, ni des communautés sociales », mais « quelque chose de nouveau résultant de la somme des trois ». Le site propose aux internautes des thrillers construits autour de livres, dont les interchapitres sont des vidéos de trois minutes à regarder en ligne (des « cyber bridges ») et dont l’expérience peut être prolongée sur des forums
101

 Dans le roman Skeleton Creek de Patrick Carman, l’intrigue est présentée sous la forme d’un journal intime dans lequel viennent s’intercaler des vidéos postées par la meilleure amie du narrateur. L’ensemble de ces techniques narratives renforce le sentiment d’identification du lecteur et son immersion dans l’univers du roman30.

communautaires172. Dans la même veine, le registre de la bande-dessinée exploite les ressorts de la narration enrichie en proposant au lecteur des versions numériques de BD scénarisant l’intrigue dans une trame linéaire mêlant cases dessinées, bruitages et séquences vidéo filmées113. Dans cet esprit, l’enrichissement multimédia intervient comme une version augmentée des illustrations traditionnelles que l’on trouve dans le livre papier. En intégrant des fonctions d’exportation au format ePUB, les logiciels de publication numérique contribuent à élargir la notion de mise en page papier à celle d’une mise en page numérique dans laquelle l’auteur étaye son propos en intégrant non seulement des illustrations, mais également des contenus audio et

102

vidéo . Le livre numérique est ici pensé comme un univers enrichi, propice à une lecture immersive, dans laquelle les parcours sont soigneusement anticipés pour ne pas désorienter le lecteur.

Raconter le livre – couvertures et bandes-annonces animées

Le changement de médium produit également un impact sur la manière de raconter le livre. Longtemps plaquée sur son équivalent papier, la couverture numérique explore aujourd’hui les potentalités du multimédia pour retranscrire au mieux l’ambiance de l’e-book. Sur son blog The Hypothetical Library, Charles Orr questionne ainsi le rôle de la couverture et des ouvertures que peut lui apporter le numérique. Dans ses expérimentations, il choisit de mettre l’accent sur le mouvement – l’idée étant de « donner vie » à la couverture grâce à l’animation visuelle et à l’accompagnement sonore. La tâche n’est pas simple, car l’animation doit être courte et pertinente, afin de ne pas lasser le lecteur à chaque fois qu’il accède au livre135. Les éditions Belfond ont récemment fait le choix de la couverture animée pour faire la promotion du roman Faute de preuves d’Harlan Coben :  Dans ses expérimentations vidéo, Charles grâce à des bruitages et à des Orr interroge le rôle de la couverture animée. jeux d’ombre et de lumière, Ses recherches s’articulent autour de plusieurs questions : comment respecter l’esprit de la l’enrichissement de la couver- couverture originale (papier) ? comment donner ture vient annoncer l’ambiance vie à une couverture par le mouvement ? quel sombre du roman38. Avec l’es- message peut transmettre une couverture animée dans un délai aussi bref que possible ? sor du multimédia, la publicité comment faire en sorte qu’une couverture du livre, longtemps cantonnée animée supporte les visionnages répétés ?135
103

 Dans Un jeu d’Hervé Tullet, l’histoire se passe de mots : la tablette devient une surface d’expérimentation tactile sur laquelle le joueur raconte sa propre en histoire en sollicitant les formes et les couleurs165.

104

aux pages des magazines papier, investit la vidéo sous la forme de courts trailers inspirés du domaine du cinéma. À l’occasion de la sortie du roman Russell Wiley is out to lunch de Richard Hine, l’éditeur AmazonEncore a fait le choix de dévoiler l’intrigue du roman sous la forme d’une petite bande-annonce70. À défaut de garantir le succès des ventes, ce procédé emprunte au web des codes devenus traditionnels pour raconter et donner de la visibilité à un « produit ».

Prolonger l’expérience – l’enrichissement comme amorce narrative

En dehors de la structure traditionnelle du livre, l’enrichissement multimédia peut intervenir pour donner une ouverture à la narration. À ce titre, le site BayardKids invite ses jeunes lecteurs à imaginer la suite d’une histoire mise en scène sous la forme d’une courte animation13. En passant de l’écrit à la séquence animée, l’histoire place l’enfant dans une situation participative : contrairement au lecteur confiné dans l’environnement clos du livre, l’internaute est sollicité par un médium qui intègre de facto une dimension interactive. Comme nous avons pu le voir dans le panorama des scénarios d’interaction sur smartphone et sur tablette, l’interactivité multimédia est fortement articulée par l’image. Conscient des spécificités propres aux différents supports, Hervé Tullet entreprend de questionner la tablette numérique au même titre qu’il avait questionné le livre papier à l’occasion de son livre pour enfants Un livre164. Dans une démarche comparable, il interroge la capacité de la tablette à provoquer l’interaction, à susciter la surprise. Au cours de ces expérimentations, Hervé Tullet relève l’importance de l’apprentissage par soi-même, de la nécessité d’expérimenter le médium numérique pour en découvrir les règles. Dans l’application Un jeu, l’écran se présente sous la forme d’un territoire que le joueur doit explorer au gré de ses expériences interactives. Dans une interface laissant une place réduite au texte et à la consigne, le joueur n’est pas seulement invité à répondre à un écran : il doit découvrir les codes du jeu165.

105

S’approprier le récit – l’exploration interactive de contenus multimédia

Dans des structures beaucoup plus proches de la page web et de sa dimension textuelle, l’interactivité est utilisée pour encourager le lecteur à faire sa propre expérience d’un contenu11. Dans le magazine numérique La petite fille du Vel’d’Hiv’ consacré à Annette Muller, le lecteur évolue dans une narration linéaire inspirée du papier, que viennent compléter des contenus audio et vidéo réactifs au survol ou au clic de la souris12. Construits sur une trame beaucoup plus ouverte, les web documentaires présentent des contenus multimédia bien définis, mais dans lesquels l’internaute trace son propre parcours et construit sa propre perception de l’œuvre. Dans ces documentaires, la multiplication des modes d’accès (selon la date, les lieux, les personnes, les thèmes) et le recours aux témoignages vidéo favorisent la sensation d’immersion de l’internaute (voir par exemple les web documentaires sur Gaza Sderot6 et sur le mal-logement en France21).

S’immerger dans l’histoire – la narration arborescente

Au-delà des potentialités exploratoires qu’offre l’interactivité, la navigation hypertextuelle est propice à une narration arborescente, à l’image de celle que le lecteur pouvait expérimenter dans Les livres dont on est le héros des années 70-80. Le travail graphique réalisé par Christian Swinehart autour de l’univers de ces livres (les « CYOA », i.e. Choose Your Own Adventure) donne un aperçu des contraintes de ce schéma narratif153. Dans la version papier de ces livres, la narration est découpée en sections numérotées entre lesquelles le lecteur « navigue » au gré des choix qui lui sont proposés. Le support électronique affranchit le livre de sa structure linéaire et intègre l’histoire dans un environnement hypertextuel, au sein duquel la narration se construit littéralement au fur et à mesure des décisions que prend le lecteur. Ces possibilités ont suscité un regain relatif à l’égard du genre – preuve en est l’apparition de sites Internet et de logiciels permettant aux internautes de prendre part à ces expériences de lecture ou de créer leurs propres histoires53, 77.
106

 Tel un magazine papier, l’e-mag consacré à Annette Muller se lit page à page, et le repérage à l’intérieur du magazine se fait grâce un chemin de fer. Les pages sont enrichies de contenus numériques, identifiables grâce à des icônes (vidéos, enregistrements, etc.)12.

 La navigation dans le web documentaire Gaza-Sderot laisse beaucoup plus de latitude au lecteur : celui-ci dispose de quatre entrées principales (le temps, les gens, les lieux, les thèmes) pour explorer des contenus qui peuvent être abordés dans n’importe quel ordre6.

107

 Dans sa structure papier traditionnelle, le Livre dont on est le héros est découpé en sections numérotées. Au sein d’une section, le lecteur est invité à faire un choix et à se rendre à telle ou telle autre section. Dans son travail graphique, Christian Swineheart a étudié la structure de plusieurs de ces livres et classé pour chacun d’eux les sections selon qu'elles aboutissent à une issue heureuse, favorable, médiocre, etc.153  Cette classification permet de cartographier les livres en fonction de leur découpage.  La navigation par choix successifs peut être représentée soit par un diagramme de liens entre les pages du livre, soit par un parcours dans un réseau.

108

Paradoxalement, la popularité de ces ouvrages reste en-deçà de celle qu’ont pu connaître leur équivalents papier – peut-être ce désintérêt relatif est-il à mettre en relation avec la difficulté pour le lecteur d’appréhender le livre dans son ensemble (le format numérique ne lui permet pas d’apprécier la complexité de l’ouvrage comme il pouvait le faire en feuilletant simplement un livre papier) ou avec l’essor des jeux vidéo (dont les environnements sont plus adaptés à l’expérience ludique immersive).

 Dans le livre-application Loris and the runaway ball, le principe de narration arborescente sert un récit à vocation pédagogique137.

À défaut, la narration arborescente trouve des applications en littérature jeunesse, beaucoup plus propice à la surprise, la découverte et la nouveauté. Dans le livre numérique pour enfants Loris and the runaway ball, la narration arborescente se construit astucieusement autour du héros Loris. À plusieurs reprises, le livre propose à l’enfant de construire sa propre histoire en choisissant la direction que Loris doit emprunter pour retrouver ses balles perdues. Toutes les options offertes à l’enfant s’avèrent en définitive être de bons choix, l’histoire se doublant d’un discours pédagogique sur le bon comportement qu’un enfant doit avoir dans la rue137.
109

Dans un environnement multimédia assumant les codes du jeu vidéo, la narration arborescente s’affranchit de la trame centrale du texte et propose des expériences immersives autrement plus efficaces. Dans une ambiance à mi-chemin entre le film et le jeu vidéo, le site Nightingale’s Playground invite le joueur à reconstruire une histoire dont les fragments sont disséminées dans plusieurs scènes à visiter selon un gameplay bien établi28. Dans les « serious games », ce schéma est mis au service d’un jeu aux vertus pédagogiques : dans le jeu Écoute ton oreille proposé par l'Institut National de Prévention et d'Éducation pour la Santé, le joueur est investi d’une mission (porter secours à la victime d’un kidnapping) dont la narration est ponctuée de messages de sensibilisation à la surexposition sonore81. De la même manière, certains jeux sur console portative – à l'image de Professeur Layton – proposent au joueur d’explorer une histoire dont les niveaux successifs doivent être débloqués en résolvant des puzzles, des énigmes mathématiques, etc.108

 Au sein du site Nightingale’s Playground, le joueur explore des scènes en faisant glisser le pointeur de la souris sur l’écran. En naviguant dans l’image, il accède à des contenus textuels (des « fragments » de l’histoire) qui débloquent des actions (par exemple fouiller un sac, ouvrir une porte, etc.) et permettent ainsi de progresser dans l’histoire28.

110

Partager l’histoire – la narration collaborative et la narration transmédia

Au-delà des expériences exploratoires et ludiques, l’interactivité est également exploitée pour introduire une dimension collaborative à la narration. Sur le site de l’éditeur Walrus, l’auteur Jiminy Panoz suggère de casser les codes traditionnels de l’écriture en créant des narrations alternées que viendraient alimenter différents contributeurs mis en relation par Internet. Selon ce mode de narration collaborative, l’auteur sollicite des photographes, des vidéastes et des illustrateurs pour enrichir la trame textuelle de contenus multimédia quand ceux-ci sont susceptibles de mieux servir le discours136.

 Sur le site d’écriture collaborative Storybird, les internautes choisissent des images parmi une base proposée par des illustrateurs, puis les assemblent en une histoire qu’ils écrivent eux-mêmes. Le site intègre des fonctions de réseau social permettant de partager et de commenter les histoires151.

111

Dans un autre registre, le site Storybird propose aux internautes d’écrire des histoires en s’appuyant sur des visuels qu’ils choisissent dans une base alimentée par des artistes. L’ambition de ce site de « collaborative storytelling » est de fournir un matériau à partir duquel les parents peuvent construire des récits pour et avec les enfants151. Partant d’un médium plus contraint, la Twittérature met en œuvre le principe de la narration collaborative sur le format du message Twitter limité à 140 caractères. Ce type d’expérimentation a par exemple été mené par des étudiants de Sciences Po pour explorer de nouvelles formes de roman118, ou encore par des élèves de classe primaire pour développer des activités articulant écriture, lecture et communication116.

La dimension collaborative est enfin un ressort que la narration transmédia exploite pour proposer aux lecteurs une expérience immersive globale. En s’appuyant sur un grand nombre de médias (livres, jeux vidéo, cinéma, sites Internet, etc.), la narration transmédia multiplie des personnages et les histoires pour provoquer des « impulsions encyclopédiques » et encourager les lecteurs à trouver du sens, à composer leur propre histoire en explorant les différents supports94. La mise en commun des fragments d’histoires que les lecteurs collectent çà et là sont l’occasion de prolonger la narration sur des blogs ou des sites web, lesquels viennent enrichir en retour l’univers fictionnel (voir par exemple l’univers Wakfu déployé autour de jeux vidéo, de jeux de cartes, de bandes dessinées et de figurines167 ou encore toute la « fan fiction » qui se développe autour de la saga Harry Potter126).

Vers une nouvelle grammaire de l’imagination

En multipliant les types de contenus et en les réorganisant selon un schéma interactif, la narration numérique dispose d’une large gamme de médias à partir de laquelle elle peut réinventer et dépasser les codes du papier. Avant même de combiner les médias et d’imaginer leurs connexions, la plastique même du médium numé112

 À l’instar des expérimentations réalisées par Infolipo dans le domaine de l’architecture et de la scénographie, Ambroise Barras propose de révéler la plasticité de la typographie dans les dispositifs de lecture numérique79.

113

rique offre un champ d’investigation supplémentaire sur lequel le domaine de la littérature jeunesse se positionne à l’avant-garde. Avant l’avènement du numérique, les albums pour enfants constituaient déjà un terrain d’expérimentations sur les formats, les pliages, l’interactivité (par des languettes à tirer, à faire coulisser), les pop-up, les bruitages, etc. Avec l’apparition des interfaces tactiles, les possibilités offertes par les capteurs équipant les écrans (accéléromètre, gyroscope, enregistreur, caméra, etc.) constituent un véritable enjeu d’innovation, non seulement pour la littérature jeunesse, mais également pour tous les secteurs du livre numérique. Comme le souligne Frédéric Kaplan101, « (…) tout reste à inventer et à experimenter [dans le domaine du digital]. Peut-être dans quelques années, quelqu’un réécrira l’équivalent du classique Grammaire de l’imagination de Gianni Rodari pour les albums digitaux, identifiant les usages pédagogiques et poétiques les plus pertinents, trouvant la manière de les transformer en invitation à la créativité et à la rêverie. »

L’enseignant-chercheur Ambroise Barras, fondateur d’Infolipo – Arts et littérature informatiques développe une réflexion allant dans le même sens152. Selon Barras, l’édition électronique « ne se donne pas (…) les moyens d’imaginer de nouvelles utilisations, de nouvelles façons de concevoir le texte. » Pourtant, avec le médium numérique, le texte n’est plus ancré ni encré. Cette plasticité du texte ouvre la voie à de nouvelles formes auto-génératives : « Un texte n’est plus statique, il devient « applicatif ». Il porte en lui-même le processus de sa propre application, de sa propre génération », pouvant aller jusqu’à intégrer les paramètres contextuels de la lecture (comme la météo par exemple). La malléabilité offerte par le médium numérique constitue à ce titre un champ d’innovation pertinent dans le domaine de la narration numérique. L’exposition Give Me More sur la réalité augmentée organisée par l’EPFL et l’ECAL Lab en donne un avant-goût prometteur. Par exemple, l’installation Dots de Maria Laura Mendéz Martén invite le visiteur à exécuter un jeu de points à relier sur un cahier que surveille une caméra connectée à un écran. Lorsque le visiteur a terminé de reconstituer la figure, celle-ci s’anime sur l’écran dans une séquence qui vient prolonger l’image statique et donner vie au papier119. Dans un registre proche, l’installation Le monde des
114

 Dans Dots et dans Le monde des montagnes, l’objet-livre est associé à un dispositif de réalité augmentée donnant vie aux illustrations119, 142.

115

montagnes de Camille Scherrer propose au visiteur de parcourir un livre de récits inspirés d’une région des montagnes suisses et illustrés par des images anciennes en noir et blanc. En s’appuyant également sur un dispositif couplant le livre à une caméra, un écran d’ordinateur augmente la lecture d’une monde virtuel d’histoires animées en papier découpé142.

116

La production et l’exploitation de données sur la lecture
Au-delà des processus cognitifs, des pratiques sociologiques et des schémas narratifs à l’œuvre dans la lecture, le numérique apporte des capacités de traitement et d’analyse des informations qui permettent de décrire l’univers de la lecture par une base de données et d’imaginer en conséquence de nouveaux services autour du livre, du lecteur et de leur rencontre.

Les données sur le livre et le lecteur
Mettre en forme, paramétrer, référencer et indexer le livre
L’informatisation du texte a ouvert des perspectives non seulement en termes de composition et de publication, mais également en termes de paramétrage, de recherche et d’indexation.
117

Dans la lignée des fonctions que proposent les outils de composition, l’apparence d’un texte numérique peut être modulée au sein d’une l’application de lecture (modification de la police, de la taille des caractères, de la couleur du texte, de l’arrière-plan, etc.) Outre ces options classiques de mise en forme, un texte numérique peut faire aussi – et surtout – l’objet de paramétrages sur le contenu : découpé en chapitres, phrases ou groupe de mots, le texte peut par exemple être enrichi d’informations complémentaires, telles que des notes ou des traductions. Si l’application de lecture le permet, le lecteur peut ainsi accéder à des infobulles ou faire « basculer » la langue du texte, par exemple du français à l’anglais (voir par exemple le livre pour enfants Ali Baba et les Quarante Voleurs148 en page 56). Ce paramétrage est permis par l’architecture des données descriptives du texte : le texte numérique autorise alors toutes sortes de requêtes et de fonctionnalités propres aux bases de données pour peu que les données, les métadonnées et les moteurs adéquats aient été conçus en amont. Le web consultant Frédéric Cavazza imagine par exemple des outils qui permettraient entre autre31 : • de « nettoyer » un texte des mots qui pourraient heurter un lectorat sensible ; • de changer le point de vue narratif en « basculant » la personne à laquelle est racontée l’histoire (par ex. basculer d’une narration à la 1e personne vers une narration à la 3e personne) ; • de paramétrer les noms propres (personnages, lieux, etc.) en fonction de l’endroit où le lecteur souhaite localiser l’intrigue ; • d’aider à la compréhension de l’intrigue en fournissant des données complémentaires qui s’enrichissent à mesure que le lecteur avance dans l’intrigue (liste des protagonistes, diagramme des relations entre les protagonistes, cartes des déplacements, résumé des chapitres, etc.)

Outre les fonctionnalités de paramétrage, les fonctionnalités de repérage au sein d’un texte numérique constituent des enjeux d’autant plus importants que, contrairement au livre papier, le livre numérique n’est pas forcément construit sur une architecture de pages numérotées et repose souvent sur des contenus et des « systèmes de circulation » variés. Pour répondre à la com118

plexité des modes d’organisation et de navigation du livre numérique, Frédéric Kaplan pointe des pistes de réflexion pour améliorer le repérage d’un contenu100. Une première piste consiste à abandonner le repérage positionnel (procédé propre à une mise en page figée, héritée du livre papier) au profit d’un référencement des contenus par une signature. Dans le cas d’un contenu textuel, celle-ci pourrait être une chaîne de caractères suffisamment longue ; dans le cas d’un contenu multimédia (image, vidéo, etc.), elle pourrait être le résultat d’un calcul spécifique – l’idée étant de définir un système de référencement associant un contenu à un identifiant unique et réciproquement. Une deuxième piste consisterait à utiliser un « système de référence procédural », c’est-à-dire à associer à chaque contenu un chemin aboutissant au contenu (c’est-à-dire une succession d’opérations à réaliser pour atteindre le contenu depuis un point de départ non ambigu). Par exemple : • le troisième mot du transcript de la seconde vidéo du quatrième commentaire de la page 6 serait traduit par la référence :
(PAGE6:COMMENT4:VIDEO2:WORD:3) > #P:6:CO:4:V:2:W:3

Compte tenu de la multiplicité des chemins possibles pour accéder à un contenu, un même contenu pourrait être décrit par plusieurs références. Cela étant, ce système présente l’avantage de fonctionner tant avec les livres numériques qu’avec les livres papier, et il pourrait être mis en œuvre dès aujourd’hui.

• et la ligne 45 du premier chapitre de l’édition désignée par l’ISBN 9780141182803 par la référence :
(ISBN:9780141182803:CHAP1:LINE-45) > #I:9780141182803:C:1:L:45

Au-delà de ses aspects techniques, la question de l’indexation est devenue indissociable de la recherche documentaire et de la pratique de la lecture elle-même15. Devant la masse des contenus à laquelle est confronté le lecteur, rechercher ou référencer un fragment documentaire participe de la lecture elle-même. Ainsi, l’internaute tague un contenu qu’il poste sur Internet afin qu’il soit le plus accessible possible et, inversement, essaie de soigner ses requêtes sur les moteurs de recherche pour trouver les contenus qui répondent le mieux à son projet de navigation. Ainsi que nous l’évoquons à propos
119

des CMS (cf page 82), l’environnement du web structure fortement la manière dont les contenus sont organisés et, de fait, la manière dont les explore, et on peut légitimement se demander qui des usages ou des moteurs de recherche influence l’autre. En l’état actuel des techniques et des outils proposés, la recherche d’un contenu est difficilement envisageable autrement que par le texte. Dans ce contexte, la recherche et l’indexation s’appuient conjointement sur :

• le langage libre : la liberté des termes donne une visibilité immédiate des concepts émergents, mais elle introduit également une synonymie, une polysémie et une écriture non formelle qui peuvent entraver l’accessibilité aux contenus ; • le langage structuré : en associant un sens exact à chaque terme, il fournit une base adaptée aux besoins des usagers et les professionnels de la documentation – pour autant, il nécessite d’être mis à jour pour intégrer l’évolution des concepts.

 Le logiciel open-source FreeMind permet de déployer rapidement un processus de pensée autour d’une idée ou d’un projet sous la forme d’une carte heuristique – ici pour appréhender le langage informatique XML55.

Cependant, ce double référencement est parfois insuffisant pour appréhender un concept, établir des liens avec d’autres concepts et, plus généralement, faire le point sur les connaissances que l’on a d’un sujet. Face à ces limites, une pratique de recherche consiste
120

à établir des cartes heuristiques, c’est-à-dire des diagrammes au sein desquels les idées (collectées ou élaborées pendant la phase de recherche) sont spatialisées et reliées par des liens sémantiques. À défaut de proposer des solutions qui automatisent ce processus de pensée, l’outil informatique met à disposition des logiciels grâce auxquels l’internaute peut facilement construire une carte heuristique et organiser les étapes de sa recherche. Décrire le livre correspond aussi – et surtout – à intégrer les données produites par les lecteurs eux-mêmes : le livre est ainsi perçu comme une ressource référencée (par une cote, un ISBN, un QR code, une URL) dont les lecteurs enrichissent la description par des signets ou « bookmarks » (cette question est abordée sous ses aspects communautaires en page 94). Selon ce principe, le lecteur est amené à coder des informations sur le livre (surlignage, commentaires, citations, vocabulaire, liens vers contenus complémentaires, etc.), lesquelles ont vocation à être échangées entre les lecteurs autour de la plate-forme que constitue le livre96.

Identifier les pratiques du lecteur

En contrepoint des données sur le livre, la production de données sur la lecture concerne également la description du lecteur afin notamment de mieux en cerner les pratiques et les attentes.

S’agissant d’un individu, le lecteur ne s’appréhende pas de la même manière qu’un contenu électronique. La manière la plus traditionnelle de répertorier et d’analyser les lecteurs consiste à les sonder et à les répartir en catégories en fonction de leurs réponses. Sur la base de ce principe, le site du Laboratoire des Nouvelles Lectures propose aux visiteurs de créer un profil de lecteur, afin de s’identifier dans la communauté des lecteurs et de participer aux commentaires du site97. Pour définir ce profil, le lecteur répond à une série de questions à l’issue desquelles sa pratique de lecture est définie selon quatre critères binaires :

• plaisir/utilité : selon que le lecteur lise par plaisir ou pour apprendre ;
121

• focalisé/distribué : selon que le lecteur lise un seul type d’ouvrage ou qu’il diversifie les styles ;

• solitaire/social : selon que le lecteur échange ou non autour de ses lectures ; • tradition/progrès : selon que le lecteur se cantonne au livre papier traditionnel ou qu’il explore les nouvelles interfaces de lecture et les nouvelles sources d’information.

Les possibilités d’analyse automatique offerts par les dispositifs électroniques permettent par ailleurs de collecter en permanence des données sur la manière dont le lecteur utilise son support de lecture, et d’identifier ainsi quels sont les genres que le lecteur préfère, quelles sont les périodes de la journée pendant lesquelles il lit, quelles sont les séquences de lecture qu’il privilégie (organisation du temps de lecture en fonction du type de contenus), comment le lecteur articule sa lecture avec sa pratique des réseaux sociaux, etc.65, 104, 122 Enfin, lorsqu’elle s’inscrit dans une logique commerciale, la fouille des données apporte des informations sur le comportement des clients et les attentes du marché. À partir des données de lecture
122

 Le Laboratoire des Nouvelles Lectures propose de classer les lecteurs selon quatre critères décrivant leurs pratiques de lecture97.

recueillies par l’intermédiaire des applications et des liseuses de la marque, l’éditeur de livres électroniques et de liseuses Kobo segmente ainsi les lecteurs électroniques en fonction de leur support de lecture. L’analyse montre que ces catégories recoupent le comportement d’achat des lecteurs (en fréquence et en volume)65 : • le lecteur sur liseuse : son support de lecture est le web et la liseuse, il paie tout ce qu’il consomme – c’est un profil de lecteur assidu, motivé par tout le contexte de l’application (système de recommandation et de commercialisation) ; • le lecteur sur iPad : il constitue le profil intermédiaire des deux profils précédents – son assiduité et son budget sont un peu moindres que ceux du lecteur sur liseuse ; • le lecteur sur petit écran (smartphone) : il est le lecteur le plus représentatif des clients de la marque – beaucoup moins assidu que le lecteur sur liseuse, il consomme à la fois des titres gratuits et payants qu’il lit essentiellement sur son smartphone ; • le « freegan » : il ne dépense pas d’argent, son support de lecture principal est le web – il s’arrange pour obtenir du contenu gratuit sur chacun de ses supports, il est « résistant à la commercialisation ».

En définissant le lecteur à travers ses motivations, ses pratiques de lecture ou ses comportements d’achat, les données collectées sur les lecteurs rencontrent les données collectées sur les livres et ouvrent la voie à de nouveaux services personnalisés.

Les trajectoires croisées des livres et des lecteurs – Vers une bibliothèque dynamique et intelligente

Croiser des données pour personnaliser des services n’est pas une pratique neuve. Déjà expérimentée depuis quelques années sur les sites web marchands (à l’image du site Amazon qui croise les infor123

mations d’achats, les conseils et les commentaires de ses clients pour personnaliser les recommandations d’achat), cette pratique trouve de nouvelles applications sur les dispositifs électroniques de lecture.

À la différence des sites web, ces dispositifs accumulent des données personnelles de lecture et sont en mesure de construire petit à petit des profils de lecteurs et d’offrir des services personnalisés en conséquence, allant de la « narration personnalisée » (voir par exemple la plate-forme de livres pour enfants Popizz qui propose d’adapter les histoires en fonction de la progression de l’enfant124) jusqu’à toutes les possibilités de connexion que l’on peut imaginer entre le lecteur et des communautés de lecteurs ou des bibliothèques en ligne65, 104, 122. Cette rencontre entre les lecteurs et les livres, rendue possible par la collecte et le traitement de données à grande échelle, rejoint la vision spatialisée que Frédéric Kaplan propose de l’univers de la lecture96. Selon celui-ci, les livres et les lecteurs suivent des trajec-

 La plate-forme de livres jeunesse interactifs Popizz permet de gérer des profils de lecteurs, auxquels vont être associés des bibliothèques et des narrations personnalisées124.

124

toires qui se croisent au gré des pratiques sociales de la lecture (clubs de lecture, dispositifs d’échange ou de prêt, Bookcrossing22, etc.) : toute la difficulté pour le lecteur est d’aller à la rencontre du livre, et inversement.

Cette image d’un espace des lecteurs et d’un espace des livres est le point de départ du travail de chercheurs français sur une bibliothèque dynamique et intelligente qui permettrait de connecter livres et lecteurs en fonction des pratiques de lecture observées.

 La bibliothèque dynamique issue du projet de recherche Cyberlibris – Ceregmia – LIX permet d’agréger et de croiser les entités « livres » et « lecteurs » à partir des informations collectées sur les pratiques de lecture25.

Cette bibliothèque recense dans un espace 3D les livres sous la forme d’un nuage d’un points – chaque point représentant un livre. Dans le nuage, deux points sont d’autant plus proches qu’ils ont tendance à être associés dans les habitudes de lecture. Les liens rouges établis entre des livres proches correspondent à des étagères virtuelles : ils regroupent les livres souvent associés dans les pratiques des lecteurs.
125

Inversement, cette bibliothèque propose de cartographier en 3D la communauté des lecteurs. De la même manière, les points du nuage sont d’autant plus proches que les lecteurs associés ont des habitudes de lecture similaires. Cette représentation permet de mettre en évidence des communautés de lecteurs par affinités et d’améliorer en conséquence les suggestions de lecture faites au lecteur. Cette interface offre par ailleurs à l’utilisateur des possibilités avancées de navigation et d’interaction avec les informations. Grâce à une représentation en géométrie hyperbolique, le nuage de points est représenté en 2D sous la forme d’une sphère centrée sur le point courant (en l’occurrence le livre dont on consulte les informations). Sur cette représentation, les points du nuage apparaissent d’autant plus petits qu’ils sont éloignés du centre : en faisant glisser le doigt sur l’écran, l’utilisateur parcourt la sphère et peut apprécier alors la manière dont le nuage se déploie autour du livre qui l’intéresse25.

Ce projet est intéressant à deux titres. Il montre en premier lieu la richesse des informations que l’on peut extraire de l’analyse croisée des livres et des lecteurs et la forme que pourrait prendre une bibliothèque dynamique sur un support mobile. Au-delà des questions inhérentes au traitement et à l’analyse des données, il pointe par ailleurs l’enjeu majeur que représente aujourd’hui la production massive d’informations et qui consiste, du point de vue de l’utilisateur, à savoir naviguer parmi les données et à en extraire l’information pertinente.

Avec la standardisation des formats, la généralisation des dispositifs numériques de lecture et le progrès des techniques de l’information et de la communication, ces perspectives de recherche laissent entrevoir les mutations possibles de l’activité de lecture dans les prochaines années. Fragmentaire et opportuniste depuis l’essor d’Internet, la lecture est en passe de devenir une activité connectée, organisée autour de l’écran et des contenus accessibles en ligne (bibliothèques numériques, nuages de données), partagée sur les réseaux sociaux et enrichie de tous les outils de personnalisation et d’exploration que permet le traitement des données de lecture.

126

127

 Infographie de la « presse », depuis les premières techniques d’impression jusqu’à l’apparition des tablettes numériques. Aujourd’hui, l’évolution rapide des technologies de lecture numérique (formats, supports, services) risque de bouleverser à court terme la place de l’écrit112.

128

3

Références
129

Recommandations
La littérature sur la lecture numérique au sens large est abondante et fréquemment actualisée, notamment au travers des blogs qui relaient l’actualité du livre, de l’édition et des nouvelles technologies. Le chapitre suivant regroupe toutes les références qui ont été citées dans ce travail (autant que faire se peut, j’ai complété chaque référence d’une URL afin de faciliter les travaux de recherche ultérieurs). Le lecteur soucieux de se forger rapidement une culture du domaine pourra, dans un premier temps, se focaliser sur un petit nombre de références qui me paraissent assez éclairantes. Bien que présenté sous la forme d’un catalogue de notes et de références, le rapport Éducnet49 fournit de très nombreuses définitions et explications (par exemple sur les dispositifs légaux, les formats numériques, etc.) qui peuvent se révéler utiles ponctuellement.
131

Concernant l’histoire du livre, la lecture du travail de Roger Chartier me semble indispensable (je pense non seulement aux articles cités dans ce travail32, 33, mais également à plusieurs interviews accessibles à l’adresse : http://www.laviedesidees.fr/Le-livreson-passe-son-avenir.html). L’article de Pierre Mounier et Marin Dacos sur l’édition électronique127 paru dans le numéro spécial de Communications consacré aux cultures du numérique apporte à cette réflexion de très nombreux éclairages sur les aspects politiques, économiques et sociaux de la transition numérique du livre. La question des mécanismes perceptifs et cognitifs de la lecture me semble être centrale lorsque l’on appréhende la lecture sur écran. Les travaux dans ce domaine sont très pointus et par conséquent peu visibles sur les sites généralistes qui traitent de lecture numérique. Les vidéos des interventions du 2e colloque Écriture et Technologie sont néanmoins accessibles en ligne et apportent beaucoup de réponses sur la manière dont le cerveau lit et traite l’information. Je recommande vivement au lecteur de visionner les interventions de Véronique Drai-Zerbib et de Pascale Gossin sur les mécanismes de la lecture profonde et de la lecture sur écran43, 61, ainsi que la conférence inaugurale de Pierre Fastrez sur les nouvelles compétences médiatiques mobilisées par la la lecture sur écran52. Dans un registre beaucoup plus accessible, les articles de Michael Agger2 et d’Hubert Guillaud63 donnent un bon aperçu sur les processus cognitifs à l’œuvre dans la lecture sur Internet.

Les pratiques de lecture se sont diversifiées avec l’apparition d’Internet et la multiplication des supports de lecture. Le travail prospectif de l’éditeur suédois Bonnier20 me paraît représentatif des questions que se posent aujourd’hui les designers autour des écrans et de leurs applications pour la lecture (navigation, exploration, etc.) Comme je l’ai indiqué dans ce travail, les expérimentations réalisées dans le domaine de l’enseignement ouvrent également de nombreuses perspectives quant aux usages possibles des NTIC pour la lecture : à ce titre, je recommande au lecteur de consulter les retours d’expérience de plusieurs équipes enseignantes sur l’usage des tablettes en classe111 ainsi que de prendre connaissance des évolutions actuelles des manuels scolaires grâce au couplage entre le support papier et Internet107. En ce qui concerne les pratiques de
132

lecture sociale, le cours de Frédéric Kaplan96 donne un bon aperçu théorique de la question, que le lecteur pourra compléter par la vidéo de démonstration sur l’application de lecture sociale Reading Life122 éditée par Kobo (http://kobobooks.com/readinglife). Cette application laisse entrevoir les possibilités offertes par la collecte et le traitement des données de lecture par les interfaces numériques. Le lecteur pourra compléter sa recherche sur la question en consultant le site dédié au projet Open Bookmarks sur le partage des signets134 ainsi que la vidéo de présentation du projet de recherche Cyberlibris – Ceregmia – LIX sur la bibliothèque dynamique intelligente25. Je n’ai pas de référence particulière à recommander concernant les dispositifs de lecture et les scénarios d’interaction, si ce n’est d’expérimenter soi-même les écrans et les applications.

Aujourd’hui, quatre supports se disputent principalement le marché de la lecture sur écran : les ordinateurs (de bureau ou portables), les smartphones, les tablettes LCD et les liseuses à encre électronique. Expérimenter la lecture sur un ordinateur ou sur un smartphone est à la portée de tous, pour peu que l’on y installe au préalable une application de lecture (a minima une visionneuse PDF, sinon un logiciel capable de lire le format ePUB, comme le logiciel Digital Editions1). Le lecteur trouvera sans mal des sites de téléchargement sur lesquels il pourra se procurer des ebooks gratuits au format PDF ou ePUB (par exemple sur http://www.ebooksgratuits.com, http://www.webooks.fr ou encore http://www.tousvoslivres.com). Cette expérience de lecture est un passage obligé pour comprendre les enjeux liés aux supports et aux formats d’une part, et aux mécanismes de lecture d’autre part (ergonomie, confort, repérage spatial, etc.) À défaut de pouvoir se procurer une liseuse, le lecteur trouvera sans difficulté un modèle d’exposition chez les revendeurs de matériel informatique. Lorsque l’on dispose d’un smartphone ou d’une tablette connectée à Internet, il est aussi instructif d’expérimenter les versions numériques des magazines ou des collections de livres accessibles en ligne, même dans leur format de démonstration (voir par exemple le magazine pour enfants Timbuktu (http://timbuktu.
133

me/), le pure-player Rue89140 ou encore la version numérique des livres Pour les Nuls138). L’application de lecture iBooks pour iPhone et iPad est un bon exemple d’environnement gérant à la fois la lecture des e-books et leur gestion au sein de bibliothèques. Multiplier les expériences de lecture sur ces interfaces permet d’identifier assez rapidement la portée – et surtout les limites – de la lecture sur écran telle qu’elle proposée aujourd’hui au public.

Les livres-applications jeunesse sont un secteur à part dans le domaine. Ils ont fait l’objet de beaucoup d’attention en 2009-2010, mais les observateurs se demandent aujourd’hui dans quelle mesure cet engouement ne serait pas disproportionné en regard des lourds investissements qu’ils exigent (développements coûteux, formats non standard, etc.) Comme je l’ai souligné dans la partie consacrée aux scénarios d’interaction, ces livres-applications sont cependant intéressants pour se faire une idée des possibilités d’enrichissement et d’interactivité possibles en dehors des standards. Les applications dont les scénarios d’interaction me semblent les plus représentatifs sont citées dans ce travail : je recommande entre autre Unwanted Guest128, Le livre des boutons de Bartleby132, Ali Baba et les Quarante Voleurs148, The going to bed book23 ou encore The Fantastic Flying Books of Mr. Morris Lessmore125. Ces applications donnent par ailleurs un aperçu des schémas narratifs que permettent l’interaction tactile et le croisement des médias. Comme nous l’avons vu, les possibilités narratives sur écran vont bien au-delà de ces quelques exemples, et le lecteur pourra compléter son expérience des applications tactiles par la lecture de livres combinant papier et écran30, la consultation de web-documentaires sur Internet6, l’exploration de narrations arborescentes sur Internet28 ou encore la lecture de romans collaboratifs écrits dans des ateliers d’écriture en ligne118.

Pour parachever ce parcours, je recommande au lecteur de rester attentif aux applications – mais aussi aux expérimentations et aux projets artistiques – qui questionnent les univers du papier et de l’écran et les imaginaires qu’ils véhiculent. La version numérique du livre Our Choice d’Al Gore60 est un bon exemple d’application dans laquelle les références et les fonctionnalités propres aux deux univers ont été soigneusement intégrées. Sur un ton beaucoup plus léger, je
134

conseille au lecteur de visionner les publicités réalisées par Roger Wieland pour Moleskine168, la publicité pour la collection Point 2 des éditions Seuil83, une publicité pour le livre papier parodiant l’iPhone110 ou encore les bandes-annonces des livres It’s a book147 et Russell Wiley is out to lunch70. Pour explorer les arts numériques propres au texte et à la typographie, le site Infolipo d’Ambroise Barras constitue un excellent point de départ, riche en liens et en références79. Pour clore ces recommandations déjà très nombreuses, je liste ci-dessous les sites Internet que le lecteur pourra régulièrement consulter pour actualiser ses connaissances. Les blogs sur le livre numérique, la lecture sur écran et les technologies associées sont légion. Par chance, les informations sont bien relayées et elles finissent tôt ou tard par faire le tour de ce petit monde dont voici une liste non exhaustive :
eBouquin ...........................................................................................http://www.ebouquin.fr/ ActuaLitté ................................................................................... http://www.actualitte.com/ IdBooks ..............................................................................................http://www.idboox.com/ CNET France – e-book ready.............. http://www.cnetfrance.fr/blog/e-book-ready/ Comprendre le livre numérique ................. http://comprendrelelivrenumerique.com/ SoBookOnline .......................................................................... http://www.sobookonline.fr/ L'actu des ebooks.........................................................................http://actu-des-ebooks.fr/ Bibliobsession ...................................................................... http://www.bibliobsession.net/ Book & Buzz ............................................................... http://bookandbuzz.over-blog.com/ Cyberlibris ...................................................................http://cyberlibris.typepad.com/blog/ Liseuses.fr .........................................................................................................http://liseuses.fr/ La Feuille [Hubert Guillaud] .......................................... http://lafeuille.blog.lemonde.fr/ Le tiers livre [François Bon] ....................................................... http://www.tierslivre.net/ Le blog de Christian Liboiron .............................................. http://christianliboiron.com/ Aldus [Hervé Bienvault] ..............................http://aldus2006.typepad.fr/mon_weblog/ P.L.E. Consulting [Lorenzo Soccavo] ................... http://ple-consulting.blogspot.com/

135

Parmi les sites traitant de l’usage des TIC et de leurs applications – notamment dans le domaine de l’éducation, j’ai choisi de retenir :
L'Agence nationale des Usages des TICE ....http://www.cndp.fr/agence-usages-tice Ludovia (e-éducation et multimédia ludo-éducatif) .........http://www.ludovia.com/

Enfin, concernant l’innovation dans le domaine du livre, plusieurs sites reviennent fréquemment dans mon travail :

Les Éditions Walrus ........................................................... http://www.walrus-books.com/ Laboratoire des Nouvelles Lectures .................................................http://lectureslab.ch/ Les Éditions Volumiques ...................................................http://www.volumique.com/fr/

136

Bibliographie
1. Adobe Digital Editions (site Internet de) – Application de lecture et de gestion de livres électroniques. Adobe Systems Incorporated, version 1.7.2 http://www.adobe.com/ca_fr/products/digitaleditions/ Agger Michael, 2010. Je lis sur le Web donc je pense autrement. Slate, billet du 22 juin 2010 http://www.slate.fr/story/23291/je-lis-sur-le-web-donc-je-penseautrement Amos Latteier (éditeur), 2011. The Strange & Wonderful World of Ants. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 2.0 http://itunes.apple.com/fr/app/the-strange-wonderful-world/ id404605416?mt=8 Anderson A., 2007. The Long Tail: How Endless Choice Is Creating Unlimited Demand. Londres, Random House

2.

3.

4.

137

5.

AnyBook Reader (site Internet de) – Dispositif de lecture vocale. Franklin Electronic Publishers http://www.anybookreader.com/ Arte TV (site Internet de), 2008. Gaza Sderot – La vie malgré tout. Web documentaire Arte http://gaza-sderot.arte.tv/ Auryn Inc. (éditeur), 2011. The Little Mermaid. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.0.3 http://itunes.apple.com/fr/app/the-little-mermaid-auryn/ id420490418?mt=8 Baccino Thierry, 2009. Aspects négatifs et bienfaits de la lecture sur écran. Cité dans ActuaLitté, billet du 29 août 2009 http://www.actualitte.com/actualite/13071-lecture-ecran-papierfrance-inter.htm Barnes & Noble (site Internet de) – Éditeur de livres électroniques et de la liseuse Nook http://bookclubs.barnesandnoble.com Bataille Marion, 2008. ABC 3D. Éditions Albin Michel http://www.albin-michel.fr/Abc-3d-EAN=9782226180209 Bataillon Stéphane, Mattern Stéphane, 2011. Les ressorts de la narration numérique. Présentation dans le cadre de la Journée pour l’innovation et la créativité, Groupe Bayard, 17 juin 2011 BayardKids (rédaction de), 2010. Annette Muller, la petite fille du Vel’d’Hiv’. Web documentaire tiré de la revue Images Doc, Bayard Presse, n°255, mars 2010 http://www.bayardkids.com/emag BayardKids (site Internet de) – Un univers d’éveil, de découvertes et de jeux sur Internet http://www.bayardkids.com Becchetti-Bizot Catherine, 2011. Présentation de la problématique. 2e colloque Écriture et technologie, Sophia-Antipolis, 6-7 avril 2011 http://www.ecriture-technologie.com/?page_id=253

6.

7.

8.

9.

10. 11.

12.

13.

14.

138

15.

Bertoneche Jérôme, Heinis Véronique, Obadia Roxane, 2011. Lecture, recherche documentaire et indexation. 2e colloque Écriture et technologie, Sophia-Antipolis, 6-7 avril 2011 http://www.ecriture-technologie.com/?page_id=1103 Beuve-Méry Alain, 2010. Livre numérique : « Pas de scénario catastrophe ». Le Monde, 6 novembre 2010 Bibliothèque Elsa Triolet de Bobigny (site Internet de la) http://www.bobigny.fr/jsp/site/Portal.jsp?page_id=235 Bibliothèque Nationale de France, 2001. Il était une fois les contes de fées. Expositions virtuelles de la Bibliothèque Nationale de France, 20 mars 2001 http://expositions.bnf.fr/contes/index.htm Billault Alexandre, 2010. Apple iPhone 4. CNET France – e-book ready, billet du 1er juillet 2010 http://www.cnetfrance.fr/produits/apple-iphone-4-39752312.htm Björn Jeffrey, 2009. Digital Magazines: Bonnier Mag+ Prototype. Bonnier – Beta Lab, billet du 17 décembre 2009 http://www.bonnier.com/en/content/digital-magazines-bonniermag-prototype Bollendorff Samuel, Ahoudig Mehdi, 2011. À l’abri de rien – Une enquête sur le mal-logement en France. Web documentaire produit par BDDP Unlimited et réalisé en partenariat avec la Fondation Abbé Pierre http://www.a-l-abri-de-rien.com Bookcrossing (site Internet de) – « Welcome to the World’s library! » http://www.bookcrossing.com/ Boynton Sandra, 2011. The going to bed book. Loud Crow Interactive Inc., application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.3 http://itunes.apple.com/fr/app/the-going-to-bed-book-for/ id421933225?mt=8 Branca Éric, 2010. De Gaulle et les Français libres. Édtions Albin Michel, 272 p., mai 2010 pour la version papier, 18 juin 2011 pour la version ePUB3 http://itunes.apple.com/fr/book/id442954977?mt=11&ls=1

16. 17. 18.

19.

20.

21.

22. 23.

24.

139

25.

Briys Éric, Nock Richard, 2008. Déambulations numériques dans une bibliothèque – De la bibliothèque euclidienne à la bibliothèque numérique. Projet de recherche Cyberlibris – Ceregmia – LIX Rapport de synthèse, 17 p., mars 2008 : http://cyberlibris.typepad. com/blog/files/Briys_Nock.pdf Vidéo de présentation : http://www.youtube.com/ watch?v=akkgAdqyrpo Byook (éditeur), 2011. Sherlock Holmes. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.2.0.12 http://itunes.apple.com/fr/app/s-holmes/id415504589?mt=8 Calibre (site Internet de) – Application de lecture et de gestion de livres électroniques. Kovid Goyal, version 0.8.9 http://calibre-ebook.com/ Campbell Andy, Alston Judi, 2010. Nightingale’s Playground. One to One Productions http://www.nightingalesplayground.com Capul Jean-Yves, Khigelman Henri, Marcant André, 2011. Allocution d’ouverture. 2e colloque Écriture et technologie, Sophia-Antipolis, 6-7 avril 2011 http://www.ecriture-technologie.com/?page_id=1086 Carman Patrick, 2009. Skeleton Creek. Scholastic Inc. (Bayard Jeunesse pour l’édition française), 194 p. Cavazza Frédéric, 2010. À quand des ebooks enrichis ? FredCavazza. net, billet du 19 septembre 2010 http://www.fredcavazza.net/2010/09/19/a-quand-des-ebooks-enrichis/ Chartier Roger, 1994. Du codex à l’écran : les trajectoires de l’écrit. Solaris, n°1, « Pour une nouvelle économie du savoir », Presses Universitaires de Rennes http://biblio-fr.info.unicaen.fr/bnum/jelec/Solaris/d01/1chartier.html Chartier Roger, 2011. Il existe une grave tension. Le Temps, interview réalisée par Éléonore Sulser le 22 avril 2011 http://m.letemps.ch/Page/Uuid/d4ca6410-6d1f-11e0-af89-0519c99d3a12/Il_y_a_une_grave_tension

26.

27.

28.

29.

30. 31.

32.

33.

140

34. 35.

Classe de M. Masson (compte Twitter de la) http://twitter.com/#!/classe_masson Clayssen Virginie, 2008. Nommons donc cet objet. Archicampus, billet du 23 février 2008 http://www.archicampus.net/wordpress/?p=206 Clément Jean, 2000. Le e-book est-il le futur du livre ? Les Dossiers de l’Ingénierie éducative, n°32, Université Paris-VIII, département Hypermédias, octobre 2000, 6 p. http://www.cndp.fr/archivage/valid/14336/14336-2425-2553.pdf CNET France (rédaction de), 2010. Sony présente un nouvel écran souple OLED. CNET France – e-book ready, billet du 27 mai 2010 http://www.cnetfrance.fr/news/sony-ecran-led-enroulable-39751947. htm Coben Harlan, 2011. Faute de preuves. Éditions Belfond, roman cité par Immatériel (rédaction de), billet du 3 mars 2011 http://librairie.immateriel.fr/fr/ebook/9782714445704/faute-depreuves Cordier Alain et al., 1999. Le livre numérique. Rapport du Ministère de la Culture et de la Communication, mai 1999 http://www.culture.gouv.fr/culture/actualites/rapports/cordier/intro. htm Couperin (Consortium Universitaire de Publications Numériques), 2009. E-books : note sur les formats. Cellule e-Book, 8 avril 2009, 3 p. http://www.couperin.org/fr/negociations/boite-a-outil/ download/942/596/15 Darnton Robert, 2011. Le numérique, une chance pour l’édition. Télérama, interview réalisée par Nathalie Crom, n°3192, p. 36-39, 16 mars 2011 Daval Mathias, 2011. Étude sur l’offre numérique illégale des livres français sur Internet en 2010. Le Motif – Observatoire pour le livre et l’écrit en Île-de-France, mars 2011, 35 p. http://www.lemotif.fr/fr/e-motif/elabz-/ebookz/

36.

37.

38.

39.

40.

41.

42.

141

43.

Drai-Zerbib Véronique, 2011. De la lecture profonde à la lecture sur écran : quelle nouvelle façon de lire dans le monde numérique ? comment repère-t-on l’information et construit-on le sens sur les nouveaux supports ? 2e colloque Écriture et technologie, Sophia-Antipolis, 6-7 avril 2011 http://www.ecriture-technologie.com/?page_id=1096#vdz eBouquin (rédaction de), 2011. PNI : l’actualité de la publication numérique. eBouquin, billet du 11 avril 2011 http://www.ebouquin.fr/2011/04/11/pni-lactualite-de-la-publicationnumerique/ Eco Umberto (entretien avec), 2011. Laboratoire des Nouvelles Lectures, interview réalisée par Jean-Philippe de Tonnac le 25 mars 2011 http://lectureslab.ch/blog/entretien-exclusif-avec-umberto-eco École la Providence, 2011. Twitter au CP à Dunkerque : écrire pour lire. Vidéo en ligne sur l’écriture collaborative en classe de CP http://www.youtube.com/watch?v=odt9l1WdtRk Éditions Volumiques (site Internet des) – Maison d’édition et laboratoire de recherche consacrés au livre papier et à ses prolongements numériques. Duplat Bertrand et Mineur Étienne http://www.volumique.com/fr/ Éducnet, 2010. Lecture sur écran. Dossier documentaire réalisé par le centre de documentation TICE, dernière mise en ligne : 23 juin 2010, 50 p. http://www.educnet.education.fr/dossier/lecture-sur-ecran/@@ document_whole2 Éducnet, 2011. Livre électronique, livre numérique (e-book). Dossier documentaire réalisé par le centre de documentation TICE, dernière mise en ligne : 11 mars 2011, 96 p. http://www.educnet.education.fr/dossier/livrelec/@@document_ whole2 E-ink (site Internet de) – Encre électronique couleur. E-ink Corporation, dossier de presse du 15 mars 2011 http://www.eink.com/press_releases/eink_ink-in-motion_sinopac_ bank_031511.html

44.

45.

46.

47.

48.

49.

50.

142

51.

Éternot Noëlle, 2011. Jeu mobile et interactif pour la New York Public Library. Book & Buzz, billet du 28 avril 2011 http://bookandbuzz.over-blog.com/article-jeu-mobile-et-interactifpour-la-new-york-public-library-72583820.html Fastrez Pierre, 2011. De la lecture à la navigation, quelles compétences médiatiques ? 2e colloque Écriture et technologie, Sophia-Antipolis, 6-7 avril 2011 http://www.ecriture-technologie.com/?page_id=1091 Favardin, 2011. Créer des jeux textuels avec Inform7. Le site du Zéro, billet du 23 janvier 2011 http://www.siteduzero.com/tutoriel-3-215762-creer-des-jeux-textuels-avec-inform-7.html#ss_part_1 Fnacbook (site Internet de) – La nouvelle façon de lire avec la Fnac. http://www.fnac.com/Guides/High-Tech/fnacbook/default.asp FreeMind (site Internet de) – Logiciel open-source pour la création de cartes heuristiques http://freemind.sourceforge.net/wiki/index.php/Main_Page Gallimard Christian (entretien avec), 2011. Laboratoire des Nouvelles Lectures, interview réalisée par Frédéric Kaplan le 25 avril 2011 http://lectureslab.ch/blog/entretien-avec-christian-gallimard-13 Ganascia Jean-Gabriel, 2000. Le livre électronique : réflexion de prospective. Rapport de synthèse, CNRS, Paris http://www-apa.lip6.fr/GIS.COGNITION/livr1.html Gizmodo (rédaction de), 2009. L’écran hybride magique de Pixel Qi fera son apparition à l’automne. Gizmodo, billet du 29 mai 2009 http://www.gizmodo.fr/2009/05/29/ Glenn Melenhorst (éditeur), 2011. Food Fight! Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.0 http://itunes.apple.com/fr/app/food-fight-an-interactive/ id413154375?mt=12 Gore Al, 2011. Our Choice. Rodale Press (version papier, 416 p.), PushPopPress (version numérique) http://pushpoppress.com/ourchoice/

52.

53.

54. 55.

56.

57.

58.

59.

60.

143

61.

Gossin Pascale, 2011. De la lecture profonde à la lecture sur écran : quelle nouvelle façon de lire dans le monde numérique ? comment repère-t-on l’information et construit-on le sens sur les nouveaux supports ? 2e colloque Écriture et technologie, Sophia-Antipolis, 6-7 avril 2011 http://www.ecriture-technologie.com/?page_id=1096#vdz Guillaud Hubert, 2009. Le papier contre l’électronique : lequel nous rend le plus intelligent ? InternetActu, billet du 30 janvier 2009 http://www.internetactu.net/2009/01/30/le-papier-contrel%E2%80%99electronique-14-nouveau-support-nouvelle-culture/ Guillaud Hubert, 2010. Comment l’internet transforme-t-il la façon dont on pense ? InternetActu, billet du 9 février 2010 http://www.internetactu.net/2010/02/09/comment-linternet-transforme-t-il-la-facon-dont-on-pense-15-un-reseau-dhumains-et-demachines-enchevetrees/ Guillaud Hubert, 2011. Composer des livres depuis le web. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 27 janvier 2011 http://lectureslab.ch/concours/composer-des-livres-depuis-le-web Guillaud Hubert, 2011. À chaque support son lecteur. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 16 mars 2011 http://lectureslab.ch/blog/chaque-support-son-lecteur Guillaud Hubert, 2011. Quand l’Apple Store se vide, l’internet se fragmente. La Feuille, billet du 26 juillet 2011 http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2011/07/26/quand-lappstore-se-videlinternet-se-fragmente/ Happy Blue Fish Studio (éditeur), 2011. Deskplorers « Le début » (Chapitre de découverte). Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.3.2 http://itunes.apple.com/fr/app/deskplorers-le-debut-chapitre/ id423790311?mt=8 Heater Brian, 2011. Kobo unbuttons for $129 eReader Touch Edition, we go hands-on (video). Engadget, billet du 23 mai 2011 http://www.engadget.com/2011/05/23/dnp-kobo-unbuttons-for-129 -ereader-touch-edition-we-go-hands/

62.

63.

64.

65.

66.

67.

68.

144

69.

Henne William, Löwenthal Xavier, 2007. Mini-précis de narratologie. La cinquième couche – Bande dessinée, graphisme, art plastique, littérature, théâtre et bien d’autres http://www.5c.be/textes/narratol.htm Hine Richard, 2011. Russell Wiley is out to lunch. Éditions AmazonEncore, octobre 2010, 296 p., bande-annonce citée dans eBouquin, billet du 27 avril 2011 http://www.ebouquin.fr/2011/04/27/une-bande-annonce-litteraireoriginale-pour-le-lancement-dun-livre-sur-le-kindle-store/ Holsteing Alexandre, 2011. Le talent tueur. LC Éditions, collection Suspense noir, 111 p. http://www.lc-editions.com/ebook/librairie-livres-numeriques/ item/59-le-talent-tueur iBook (site Internet de) – Application de lecture et de gestion de livres électroniques. Apple Inc., version 1.3 http://itunes.apple.com/fr/app/ibooks/id364709193?mt=8 iDBOOX (rédaction de), 2011. Asus Eee Pad Transformer se fait aussi désirer aux US. iDBOOX, billet du 27 avril 2011 http://www.idboox.com/ebook/actu-reader/asus-eee-pad-transformer-se-fait-aussi-desirer-aux-us/ iDBOOX (rédaction de), 2011. Étude : l’iPad pas encore une tablette pour la lecture ? iDBOOX, billet du 28 avril 2011 http://www.idboox.com/etudes/etude-l-ipad-pas-encore-une-tablette-pour-la-lecture/ iDBOOX (rédaction de), 2011. Étude sur le comportement des lecteurs de livres numériques aux US. iDBOOX, billet du 2 mai 2011 http://www.idboox.com/etudes/etude-sur-le-comportement-des-lecteurs-de-livres-numeriques-aux-us/ IDPF (International Digital Publishing Forum), 2011. EPUB 3 Overview. Revision 3.0 working group, 23 mai 2011 http://idpf.org/epub/30/spec/epub30-overview.html iFiction (site Internet de) – Le carrefour francophone des jeux d’aventure textuels et des fictions interactives http://ifiction.free.fr/

70.

71.

72.

73.

74.

75.

76.

77.

145

78.

InColdBlog (rédaction de), 2011. Enquête sur la quatrième de couverture – Les résultats. InColdBlog, billet du 22 juin 2011 http://www.incoldblog.fr/?post/2011/06/22/Enquête-sur-la-quatrième-de-couverture-Les-résultats Infolipo (site Internet de) – Arts et littérature informatiques http://www.infolipo.org/ Ink Robin, Inc. (éditeur), 2011. Will & Kate. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.0.1 http://itunes.apple.com/fr/app/will-kate/id430595288?mt=8 INPES (Institut National de Prévention et d’Éducation pour la Santé), 2011. Écoute ton oreille – Risques auditifs, santé et bruit, musique forte http://www.ecoute-ton-oreille.com Instapaper (site Internet de) – Outil d’archivage et de lecture des pages web. Instapaper, LLC http://www.instapaper.com Jahjah Marc, 2011. Point 2 (parodie de), le format « révolutionnaire » du Seuil. SoBookOnline, billet du 23 mars 2011 http://www.sobookonline.fr/actu-ebooks/acteurs/parodie-de-2-leformat-revolutionnaire-du-seuil/ Jahjah Marc, 2011. Digital conference de la foire des livres de Londres : « Les livres augmentés et les applications sont morts ». SoBookOnline, billet du 11 avril 2011 http://www.sobookonline.fr/comptes-rendus-ebooks/digital-conference-de-la-foire-des-livres-de-londres-les-livres-augmentes-et-lesapplications-sont-morts/ Jahjah Marc, 2011. La lecture numérique chez les enfants et les parents. SoBookOnline, billet du 21 mai 2011 http://www.sobookonline.fr/comptes-rendus-ebooks/etude-la-lecture-numerique-chez-les-enfants-et-les-parents/ Jaillet Alexis, 2010. Comment créer un fichier ePub ? eBouquin, billet du 4 février 2010 http://www.ebouquin.fr/2010/02/04/comment-creer-un-fichierepub/

79. 80.

81.

82.

83.

84.

85.

86.

146

87.

Jaillet Alexis, 2010. #Numerile : Le poids des mots, le choc de la techno. eBouquin, billet du 22 août 2010 http://www.ebouquin.fr/2010/08/22/numerile-le-poids-des-mots-lechoc-de-la-techno/ Jaillet Alexis, 2011. Apple travaille-t-il sur un écran hybride papier électronique-LCD ? eBouquin, billet du 11 avril 2011 http://www.ebouquin.fr/2011/04/11/apple-travaille-t-il-sur-unecran-hybride-papier-electronique-lcd/ Jaillet Alexis, 2011. 24Symbols : le Spotify du livre électronique ? eBouquin, billet du 11 avril 2011 http://www.ebouquin.fr/2011/04/11/24symbols-le-spotify-du-livreelectronique/ Jaillet Alexis, 2011. AeroBee : un écran couleur à encre électronique chez Bridgestone. eBouquin, billet du 13 avril 2011 http://www.ebouquin.fr/2011/04/13/aerobee-un-ecran-couleur-aencre-electronique-chez-bridgestone/ Jaillet Alexis, 2011. Le livre numérique vu par des lycéens. eBouquin, billet du 25 avril 2011 http://www.ebouquin.fr/2011/04/25/le-livre-numerique-vu-par-deslyceens/ Jamet Éric, 2009. Les nouveaux médias, un plus pour la mémorisation ? Les Cahiers pédagogiques, n°474, dossier « Aide à mémoriser », juin 2009 Jeanne-Perrier Valérie, Souchier Emmanuel, 2011. Entre litanie (de boutons) et abécédaires (de formes) – Les catalogues de formats éditoriaux à apprivoiser et à approvisionner – Ou quand la lecture, de l’écriture et de la publication deviennent des gestes d’actualisation de conteneurs et de médias – Autour de Tumblr. 2e colloque Écriture et technologie, Sophia-Antipolis, 6-7 avril 2011 http://www.ecriture-technologie.com/?page_id=1103 Jenkins Henry, 2007. Transmedia storytelling 101. Confessions of an Aca-Fan - The official weblog of Henry Jenkins, billet du 22 mars 2007 http://www.henryjenkins.org/2007/03/transmedia_storytelling_101. html

88.

89.

90.

91.

92.

93.

94.

147

95.

Jog the web (site Internet de) – Outil de création, de lecture et de partage en ligne. de Monsabert Sandrine et al. http://www.jogtheweb.com/ Kaplan Frédéric, 2010. Social Reading Technologies. Cours donné à l’EPFL dans le cadre du séminaire Computer Supported Cooperative Work de Pierre Dillenbourg, 7 décembre 2010 http://fkaplan.wordpress.com/2010/12/07/cours-introduction-to-social-reading-technologies/ Kaplan Frédéric, 2011. Cartographier les lecteurs. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 25 janvier 2011 http://lectureslab.ch/blog/cartographier-les-lecteurs Kaplan Frédéric, 2011. Un livre qui change selon la manière dont nos yeux le lisent. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 25 janvier 2011 http://lectureslab.ch/concours/un-livre-qui-change-selon-lamani%C3%A8re-dont-nos-yeux-le-lisent Kaplan Frédéric, 2011. Ce que lisent nos yeux. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 2 février 2011 http://lectureslab.ch/blog/ce-que-lisent-nos-yeux Kaplan Frédéric, 2011. Comment représenter la position d’un contenu au sein d’un livre électronique ? Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 2 février 2011 http://lectureslab.ch/blog/comment-repr%C3%A9senter-la-positiondun-contenu-au-sein-dun-livre-%C3%A9lectronique Kaplan Frédéric, 2011. Les albums pour enfants, avant-garde de l’innovation. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 17 février 2011 http://lectureslab.ch/blog/les-albums-pour-enfants-avant-garde-delinnovation Kaplan Frédéric, 2011. Le futur des manuels scolaires. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 8 mars 2011 http://lectureslab.ch/blog/le-futur-des-manuels-scolaires

96.

97.

98.

99.

100.

101.

102.

148

103.

L’actu des ebooks (rédaction de), 2011. L’écran Pixel Qi de la tablette Adam fait débat… L’actu des ebooks, billet du 28 janvier 2011 http://actu-des-ebooks.fr/2011/01/28/ecran-pixel-qi-adam-fait-debat/ Laboratoire des Nouvelles Lectures (proposition pour le concours du), 2011. StoryCompanion : Stories that know you. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 1er février 2011 http://lectureslab.ch/concours/storycompanion-stories-know-you Laboratoire des Nouvelles Lectures (proposition pour le concours du), 2011. La communauté des lecteurs. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 6 mars 2011 http://lectureslab.ch/concours/la-communaut%C3%A9-des-lecteurs Laboratoire des Nouvelles Lectures (proposition pour le concours du), 2011. Portail de création et d’échange entre auteurs et lecteurs. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 28 mars 2011 http://lectureslab.ch/concours/portail-de-cr%C3%A9ation-etd%C3%A9change-entre-auteurs-et-lecteurs Le livre scolaire (site Internet de) – Une nouvelle génération de manuels scolaires http://lelivrescolaire.fr Le Professeur Layton et l’étrange village (site Internet de) – jeu pour console Nintendo DS http://www.nintendo.fr/NOE/fr_FR/games/nds/professeur_layton_et_ ltrange_village_9436.html LeapFrog Tag (site Internet de) – Dispositif de lecture vocale. LeapFrog Enterprises http://www.leapfrog.com/tag/ Leerestademoda (rédaction de), 2011. Book. Popularlibros.com http://leerestademoda.com/ Ludovia (rédaction de), 2011. Expérimentation de tablettes électroniques, retours d’expériences dans différentes académies. Ludovia, billet du 14 février 2011 http://www.ludovia.com/multimedia_jeunesse/2011/789/experimentation-de-tablettes-electroniques-retours-d-experiences-dans-.html

104.

105.

106.

107.

108.

109.

110. 111.

149

112.

Marinho Flávia, 2011. Press Facts. Infographie réalisée pour le site Visual Loops http://visualoop.tumblr.com/post/3699453995/press-facts-our-firstinfographic Martin-Delpierre Hervé, Chul-Ho Park, Jong-Hin Park, 2010. Seoul District. Manga numérique, Telfrance et Ave Comics productions. http://www.avecomics.com/bd/989/seoul-district.html#/accueil/ detail/989/ Marzloff Martine, 2011. Le rapport entre les supports d’écriture et l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. 2e colloque Écriture et technologie, Sophia-Antipolis, 6-7 avril 2011 Massenet Sabine, 2011. Image trouvée. Exposition à l’espace Khiasma, février 2011 http://www.khiasma.net/khiasma.php?id_article=430&id_group=123 Masson Jean-Roch, 2011. Vous « tweetez » ? Eh bien lisez maintenant ! Moniteur 92 – Journal des technologies de l’information et de la communication, juin 2011 http://www.moniteur92.ac-versailles.fr/monit80/docum80.htm Maurel Lionel, 2011. Coup dur pour Google Books : bye-bye l’opt-out. S.I.Lex, billet du 20 juillet 2011 http://scinfolex.wordpress.com/2011/07/20/google-book-bye-byelopt-out/ Ménard Pierre et al., 2011. Liminaire – Récit numérique collaboratif. Ateliers d’écriture en ligne pour les étudiants en première année de Sciences Po http://www.liminaire.fr/spip.php?article1267 Mendéz Martén Maria Laura, 2009. Dots. Exposition Give Me More / EPFL+ ECAL Lab, du 5 au 30 octobre 2009, Lausanne, Suisse. Miratech (rédaction de), 2010. La lecture sur un iPad est plus superficielle que sur un journal. Miratech – Regards d’experts, billet du mois de novembre 2010 http://www.miratech.fr/blog/eye-tracking-etude-iPad-vs-journal. html

113.

114.

115.

116.

117.

118.

119. 120.

150

121.

Miratech (rédaction de), 2011. On parcourt le journal sur l’iPad, on le lit sur le papier. Miratech – Regards d’experts, billet du mois de février 2011 http://www.miratech.fr/blog/eye-tracking-etude-iPad-vs-journal2. html Monjou Clément, 2010. Kobo Reading Life : une première application du concept de lecture sociale. eBouquin, billet du 15 décembre 2010 http://www.ebouquin.fr/2010/12/15/kobo-reading-life-une-premiere-application-du-concept-de-lecture-sociale/ Monjou Clément, 2011. Le monde de l’édition tente de séduire les développeurs. eBouquin, billet du 22 avril 2011 http://www.ebouquin.fr/2011/04/22/le-monde-de-ledition-tente-deseduire-les-developpeurs/ Monjou Clément, 2011. Popizz : une nouvelle plate-forme de livres jeunesse interactifs. eBouquin, billet du 5 juillet 2011 http://www.ebouquin.fr/2011/07/05/popizz-une-nouvelle-plate-forme-de-livres-jeunesse-interactifs/ Moonbot Studios (éditeur), 2011. The Fantastic Flying Books of Mr. Morris Lessmore. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.0.1 http://itunes.apple.com/fr/app/the-fantastic-flying-books/ id438052647?mt=8 Morales-Chanard Louis, 2011. Harry Potter, fan fiction et génération remix. Pocket Zeitgeist, billet du 19 juillet 2011 http://maisquellesuperbeadresse.blogspot.com/2011/07/analyse-potter-fanfic-remix.html Mounier Pierre, Dacos Marin, 2011. Édition électronique. Communications – Cultures du numérique, École des Hautes Études en Sciences Sociales, Centre Edgar Morin, Seuil, mai 2011, p. 47-55 Moving Tales Inc. (éditeur), 2011. Unwanted Guest. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.1 http://itunes.apple.com/fr/app/unwanted-guest/id416223571?mt=8

122.

123.

124.

125.

126.

127.

128.

151

129.

Nosy Crow (éditeur), 2011. The Three Little Pigs. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.2.1 http://itunes.apple.com/fr/app/the-three-little-pigs-nosy/ id418543664?mt=8 Noteslate (site Internet de) – Ardoise numérique. NoteSlate http://www.noteslate.com Nunberg Geoffrey, 1993. The Places of Books in the Age of Electronic Reproduction. Representations, n°42, Spring 1993 http://people.ischool.berkeley.edu/~nunberg/places3.html Octopus Kite (éditeur), 2011. Le Livre des boutons de Bartleby – Volume 1 : L’Île lointaine. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.2 http://itunes.apple.com/fr/app/bartlebys-book-buttons-vol/ id384841276?mt=8 Office québécois de la langue française (site Internet de l’) – Le grand dictionnaire terminologique. Les références citées dans ce document ont été consultées entre avril et septembre 2011 http://w3.granddictionnaire.com/ Open Bookmarks (site Internet de) – Outil de standardisation du partage des signets pour livres électroniques. Bridle James http://www.openbookmarks.org/ Orr Charles, 2010. The Digital Book Cover. The Hypothetical Library – Imaginary book covers, designed for actual authors, billet du 23 mai 2010 http://hypolib.typepad.com/the_digital_book_cover/ Panoz Jiminy, 2011. Repenser la narration face au numérique. Walrus – eBook Studio, billet du 29 mars 2011 http://www.walrus-books.com/2011/03/repenser-la-narration-faceau-numerique/ Pointed Stories (éditeur), 2010. Loris and the runaway ball. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.0.1 http://itunes.apple.com/fr/app/loris-and-the-runaway-ball/ id412719724?mt=8

130. 131.

132.

133.

134.

135.

136.

137.

152

138.

Pour les Nuls (site Internet de ) – Collection de manuels papier et électroniques. Éditions First http://www.pourlesnuls.fr/ Prost Bernard, 2008. Rapport d’étude sur l’édition numérique de livres scientifiques et techniques : l’éditeur des années 2010. Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, La Documentation française, Paris, 95 p. http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapportspublics/084000335/index.shtml Rue89 (site Internet de) – Site d’information et de débat sur l’actualité, indépendant et participatif http://www.rue89.com/ Safran Foer Jonathan, 2011. The tree of codes. Visual Editions http://www.visual-editions.com/our-books/book/tree-of-codes Scherrer Camille, 2008. Le monde des montagnes. Exposition Give Me More / EPFL+ ECAL Lab, du 5 au 30 octobre 2009, Lausanne, Suisse. Science & Vie (rédaction de), 2009. La lecture change, nos cerveaux aussi. Science & Vie, n°1104, septembre 2009, p. 42-57 Simon Herbert, 1971. Designing Organizations for an InformationRich World. Computers, Communications, and the Public Interest, p. 37-72 Simon Julien, 2011. Walrus Epub Demo #3. Walrus – eBook Studio, billet du 16 juin 2011 http://www.walrus-books.com/2011/06/epubdemo3/ Simon Julien, 2011. Ebook enrichi : 11 idées, 11 conseils. Walrus – eBook Studio, billet du 20 juin 2011 http://www.walrus-books.com/2011/06/11-ideas/ Smith Lane, 2011. It’s a book. Macmillan Children’s Books http://www.lanesmithbooks.com/LaneSmithBooks/Lane_Smith_Books. html

139.

140.

141. 142. 143. 144.

145.

146.

147.

153

148.

So Ouat ! (éditeur), 2011. Ali Baba et les Quarante Voleurs. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 3 http://itunes.apple.com/fr/app/ali-baba-et-les-quarante-voleurs/ id400663065?mt=8 Soccavo Lorenzo, 2011. MétaLectures. Laboratoire des Nouvelles Lectures, billet du 21 mars 2011 http://lectureslab.ch/concours/m%C3%A9talectures Storio (site Internet de) – Système de lecture électronique interactive. VTech Electronic Learning Products http://www.vtechuk.com/storio/ Storybird, collaborative storytelling (site Internet de) – Écriture collaborative en ligne http://www.storybird.com Sulser Eleonore, 2011. Territoires numériques de l’écriture. Le Temps, billet du 23 avril 2011 http://m.letemps.ch/Page/Uuid/dbfda7e2-6d1f-11e0-af89-0519c99d3a12/Territoires_num%C3%A9riques_de_l%C3%A9criture Swinehart Christian (site Internet de) – Choose Your Own Adventure (CYOA), One book, many readings http://samizdat.cc/cyoa/ Taillandier Florent, 2010. De nouvelles technologies pour améliorer la lecture sur écrans... CNET France – e-book ready, billet du 5 décembre 2010 http://www.cnetfrance.fr/blog/de-nouvelles-technologies-pour-ameliorer-la-lecture-sur-ecrans-39756544.htm Taillandier Florent, 2011. La lecture sur smartphone fait de plus en plus d’adeptes. CNET France – e-book ready, billet du 16 janvier 2011 http://www.cnetfrance.fr/blog/le-lecture-sur-smartphone-fait-deplus-en-plus-d-adeptes-39757518.htm Taillandier Florent, 2011. Le livre numérique : toujours plus de possibilités... CNET France – e-book ready, billet du 26 janvier 2011 http://www.cnetfrance.fr/blog/le-livre-numerique-toujours-plus-depossibilites-39757792.htm

149.

150.

151.

152.

153.

154.

155.

156.

154

157.

Taillandier Florent, 2011. Une ardoise numérique à 40 euros bientôt en Europe. CNET France – e-book ready, billet du 15 février 2011 http://www.cnetfrance.fr/blog/une-ardoise-numerique-a-40-eurosbientot-en-europe-39758229.htm Taillandier Florent. 2011. Les écrans et la lecture dans 10 ans. CNET France – e-book ready, billet du 16 février 2011 http://www.cnetfrance.fr/blog/les-ecrans-et-la-lecture-dans-10-ans39758306.htm Taillandier Florent, 2011. Epub3 : qu’est ce que ça va changer pour les ebooks ? CNET France – e-book ready, billet du 8 mai 2011 http://www.cnetfrance.fr/blog/epub-3-qu-est-ce-que-ca-va-changer-pour-les-ebooks-39760578.htm Taillandier Florent, 2011. Epub3 : de nouvelles possibilités pour l’ebook enrichi. CNET France – e-book ready, billet du 22 juin 2011 http://www.cnetfrance.fr/blog/epub-3-de-nouvelles-possibilitespour-l-ebook-enrichi-39761884.htm Text 2.0 (site Internet de) – Projet de recherche sur le eye-tracking. Research Center for Artificial Intelligence (DFKI), Biedert Ralf et al. http://text20.net/ The e-book Reader (rédaction de), 2011. Entourage Edge Preview http://www.the-ebook-reader.com/entourage-edge.html Todd Mariani (éditeur), 2011. The Spellinguists. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.1. http://itunes.apple.com/fr/app/the-spellinguists/id423030562?mt=8 Tullet Hervé, 2010. Un livre. Bayard Jeunesse, janvier 2010, 56 p. Tullet Hervé, 2011. Un jeu. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., éditée par Bayard Éditions, version 1.0 http://itunes.apple.com/fr/app/un-jeu/id436766171?mt=8 Ustwo, 2011. Nursery Rhymes with Story Time. Application disponible sur l’App Store, Apple Inc., version 1.1 http://itunes.apple.com/fr/app/nursery-rhymes-storytime/ id423322533?mt=8

158.

159.

160.

161.

162. 163.

164. 165.

166.

155

167.

Wakfu (site Internet de) – Le MMORPG stratégique, politique et écologique http://www.wakfu.com/fr Wieland Roger, 2010. Publicités Moleskine http://www.rogierwieland.nl/rogierwieland.nl/News/ Artikelen/2010/11/19_Moleskine_(1_of_2)_2.html http://www.rogierwieland.nl/rogierwieland.nl/News/ Artikelen/2010/12/2_Moleskine_(2_of_2).html http://www.rogierwieland.nl/rogierwieland.nl/News/ Artikelen/2011/4/22_Moleskine_(3_of_3).html Wikipedia (site Internet de) – L’encyclopédie libre. Les références citées dans ce document ont été consultées entre avril et septembre 2011 http://fr.wikipedia.org Zelnik Patrick, Toubon Jacques, Cerutti Guillaume, 2010. Création et Internet. Rapport du Ministère de la culture et de la communication, 147 p. http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/104000006/0000. pdf Zotero (site Internet de) – Outil de gestion bibliographique OpenSource http://www.zotero.org/ Zuiker Anthony E., 2010. About Level26. Level26.com, vidéo de présentation des romans de l’éditeur http://www.level26.com/about

168.

169.

170.

171.

172.

156

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful