La politique culturelle de la Ville de Nantes

Nantes et la culture de l’échange
Ville de Jules Verne et de Julien Gracq, Nantes est une ville propre à engendrer le rêve. « Nantes… où j’ai l’impression que peut m’arriver quelque chose qui en vaille la peine» disait André Breton qui y « inventa » le surréalisme, dans une rencontre fulgurante avec Jacques Vaché, et qui, tandis qu’il rendait visite à Geneviève Mallarmé, déclarait être hanté, dans ses vagabondages nocturnes, par le fantôme d’Arthur Rimbaud. Nantes est aussi la ville de Jacques Demy qui prit le passage Pomeraye, le quai de la Fosse ou La Cigale comme décors pour raconter l’histoire de « Lola » en pensant à « Nadja », tandis que JeanChristophe Averty, revenait sur leurs pas, dans son ready-made cinématographique « Le rêve d’une ville ». Quant à Pierrick Sorin, il pourrait faire sienne la devise des surréalistes « amour, humour, poésie, liberté ». Nantes reste un port, un lieu de départ, un lieu d’accueil, une ville de confluences. Les grands voiliers n’accostent plus sur le quai de la Fosse, Feydeau n’est plus une île, mais il reste la mémoire de l’eau, propre à favoriser les émergences. Ouverte sur le monde, Nantes aime se confronter à d’autres horizons, et toujours fait flamber l’imagination. Initiateur de formes culturelles nouvelles, Jean Blaise, avec le festival « Les Allumées », a révélé et réveillé la ville en rapprochant les cultures et en l’investissant jusque dans ses interstices. Le public se presse aujourd’hui aux grands rendez vous que lui donnent La Folle Journée, Royal de Luxe, Le Festival des trois continents, Claude Brumachon, Le printemps des arts, Les Utopiales, Scopitone, Les rendez vous de l’Erdre… Le musée des Beaux-arts se plaît dans un face à face entre Ingres et Picasso, La Tour et Richter. Le palais de justice de Jean Nouvel fait face aux immeubles baroques du quai de la Fosse hanté par la mémoire d’un sinistre commerce. Tandis que, bientôt le long de l’estuaire, des artistes de notre temps s’installeront, entre les usines et les raffineries. C’est là sans doute qu’il faut chercher la clé de cette ville, dans ce dialogue entre réel et imaginaire, entre passé et futur, dans cette culture de la rencontre et de l’échange. Nantes où flotte toujours un parfum d’aventure…

I - Les grandes lignes de la politique culturelle
Depuis les lois de décentralisation, on a assisté à un accroissement progressif de l’intervention des Collectivités locales dans les politiques culturelles (Les villes financent aujourd’hui 70 % de la culture en France). On le voit bien, Nantes a misé sur la culture au cours de ces 15 dernières années, la municipalité ayant compris que c’est à travers la culture qu’elle jouerait son développement et sa modernisation. La politique culturelle de la Ville de Nantes contribue certainement à faire de Nantes une grande métropole culturelle régionale, ouverte sur le monde qui poursuit un double objectif, la proximité et la diversité, afin que chaque nantais puisse accéder, selon son choix, à des pratiques culturelles différentes et à des propositions artistiques variées. Quelques chiffres clé : Budget culture : 65

> Une volonté de s’adresser au plus grand nombre. > Le livre et la lecture . à l’échelle de l’Europe et au niveau international. > L’évolution nécessaire pour que Nantes devienne une métropole. une grande ville culturelle. aux capacités d’expressions écrites et orales de la pensée. > Les arts visuels (arts plastiques. les fondements suivants avaient été réaffirmés > Consolider les principales structures et les projets existants > Garder une capacité d’innovation et d’initiative en matière de création pour de nouveaux projets > Renforcer la politique culturelle et artistique auprès des citoyens et dans les quartiers > Réaffirmer en permanence les objectifs et les missions de service public des équipements culturels > Assurer une bonne gestion et utilisation des moyens > Développer une politique d’évaluation. Ces enjeux et objectifs doivent être déclinés dans chacun des domaines artistiques et culturels qui caractérisent une politique culturelle municipale : > Le patrimoine . La politique culturelle dans une collectivité est. total subventions : 16 millions d’€ . C’est l’objectif de démocratisation. la politique culturelle a fait l’objet d’une formulation sous forme d’un plan d’action. La politique culturelle de la Ville Nantes peut se résumer en quatre enjeux : > Une conception de la culture qui ne doit pas être limitée à la seule définition des Beaux-Arts mais ouverte aux sciences et techniques. > La culture scientifique et technique Des orientations stratégiques des objectifs opérationnels Dans le projet de mandat (qui s’achève). théâtre. . innovation et recherche. dans une égalité de traitement entre les styles. cinéma) . avec l’affirmation d’une ouverture sur le monde. qu’on retrouve plus généralement depuis quelques années sous l’appellation de proximité. 7 orientations stratégiques et 20 objectifs opérationnels ont été définis dont je reprendrai ici les grandes lignes. Pour répondre à ces enjeux. cirque. en privilégiant toujours qualité. musiques actuelles…). > Une prise en compte de toutes les formes culturelles et mouvements artistiques. 250 associations subventionnées. et notamment aux personnes les plus éloignées de la culture. On parle de plus en plus de diversité culturelle. au même titre qu’une politique éducative notamment. danse) . audio visuel. avec une attention portée aux publics très défavorisés ou empêchés. On a effectivement intégré depuis des années les formes qui étaient qualifiées de populaire (chanson. au patrimoine et à l’art dans la Ville. Une politique donc qui veut s’attacher autant à la valorisation du patrimoine qu’à la création contemporaine.Millions d’ €. un levier essentiel dans l’accès aux savoirs et dans l’organisation de la vie sociale. > Le spectacle vivant (musique.

Athénor. Les actions culturelles dites de proximité se déclinent de la manière suivante : > La mise en œuvre d’actions culturelles : Trois Coups.voir banlieues) Si la démocratisation est un objectif quasiment inatteignable. Cité Monde. …). Et donc de donner les moyens du choix. la mise en œuvre de tous les modes de médiation. comme un « échec » . c’est permettre à chaque individu d’avoir accès à la pratique culturelle de son choix. crise de l’action publique (la démocratisation a été vécue au cours de la décennie passée. Petite Yourte. J’y reviendrai tout à l’heure. Donnat sur les pratiques culturelles des Français et les pouvoirs publics ont été mis face à l’incapacité d’atteindre les grands idéaux véhiculés par Malraux. Devant contribuer à la cohésion sociale. foyers Sonacotra)… > Une politique d’usage des équipements. Bibliothèques de rue.). dans tous les quartiers. Premier des objectifs de la politique culturelle. prisons. > Des équipements culturels implantés dans les quartiers : bibliothèques de quartier. crise du lien social (la société s’est disloquée socialement…. socio-culturels. Cela a supposé une nouvelle façon de travailler : les collaborations entre les niveaux culturels. peut être vue en ce début du 21 siècle. lieux de répétitions ou de créations tels le studio Saint Georges des Batignolles. publics en grande difficulté. Il s’agit là de considérer que démocratiser la culture. hôpitaux. l’aller .). C’est pour cela qu’une évaluation est conduite actuellement sur certaines actions de proximité et sur les établissements culturels municipaux et non municipaux. Ce qui n’était pas évident si on se souvient de la fracture entre les mondes culturel et socio-culturels. résidences d’artistes. comme en terme d’usage des équipements existant et de mise en place d’équipements complémentaires. de toutes les pratiques culturelles et artistiques. cf dernière enquête d’O. cela ne doit pas empêcher d’y tendre. Atelier bricolage…). la politique culturelle de proximité doit apporter une réponse aux citoyens en matière d’offre artistique et culturelle. …. l’égalité de traitement sur le territoire. La politique culturelle de proximité ne doit pas être entendue dans la seule acception géographique. comme une réponse à une crise : crise de la démocratisation et son corrolaire. > Soutien apporté aux projets d’une centaine d’ associations culturelles intervenant dans les quartiers (Tissé Métisse. on peut la voir comme l’ensemble des moyens à mettre en œuvre pour rendre accessible la culture à tous les citoyens. la politique de proximité est un des enjeux majeurs de la politique culturelle municipal. actions menées par les établissements culturels (musées. ème .retour entre le centre ville et la périphérie. crise de légitimité (entrée des arts populaires). Il s’agit du travail mené dans les quartiers (ex Cnr – Ecole Urbain Le Verrier) ou avec les associations et centre socio-culturels (cf travail du MBA avec des associations de quartier dits défavorisés…. l’élitaire pour tous…. Elle induit aussi la notion de diversité culturelle. L’objectif de proximité qui a fait l’objet d’une abondante littérature. Quant à la politique culturelle de proximité. Elle induit aussi la lutte contre l’exclusion culturelle. associatifs et éducatifs.Orientation 1 : Affirmer la politique culturelle nantaise du local à l'international Une Politique culturelle de proximité : La culture pour tous les Nantais.Bief. c’est à dire de prise en compte de manière égale. le Labo 18. > Une politique en direction des publics dits « spécifiques » (handicap. la culture au service de l’ intégration des personnes d’origine étrangère type alphabétisation.

Pannonica. Orientation 3 : Le spectacle vivant Le spectacle vivant est sans doute ce qui vaut à la Ville de Nantes sa notoriété. Il s’agit de démocratiser l’entrée au CNR et soutenir et faire connaître les nombreuses associations de pratique musicale collective (chorales. Grâce en particulier à la Folle Journée ou à Royal de Luxe. > Développer les pratiques musicales amateurs : ex Musica Nantes (cf évaluation). Ateliers et classes patrimoine. sur le quai de la Fosse. Jacksonville. apo 33…). le Printemps des arts. ainsi que les enjeux de développement économique et touristique. > Favoriser une politique de création : Subventionnement à 50 compagnies dont les compagnies émergentes (type Non Nova ou le Théâtre des 7 lieues).) Une politique métropolitaine et internationale qui se décline selon deux axes complémentaires : > l’ouverture aux influences des cultures du monde et aux créations internationales (accueil de créateurs étrangers : le Festival des 3 Continents. > Parcours d’interprétation de la Ville.) . Salle Vasse…. > Restauration des monuments historiques : Château. Journées du patrimoine. les associations du patrimoine portuaire (maison des hommes et des techniques etc….). etc…. Le Labo 188. Scopitone. festival au Vietnam). les Rencontres du Cinéma Espagnol. Soutien aux musiques actuelles (Olympic. Même travail à faire avec la danse et le théâtre. Bouche d’air. de ses sites et de ses paysages. Les Rendez vous de l’Erdre. Action de Trempolino (aide aux groupes de musiques actuelles). grandes ville et collectivités de l’Arc atlantique (Lisbonne. Le TU…. Les principaux enjeux de la politique municipale pour le spectacle vivant sont les suivants : > Conforter et développer la diffusion du spectacle vivant (Soutien aux grandes structures : l’Opéra avec la création de l’ANO . Bilbao. Collectif Pol’n. industriel. Asie ( Folle Journée au Japon. à l’ONPL . en France et à l’étranger. mire.) . Sarrebruck. parades de Royal de Luxe…. en direction principalement de quatre axes : villes jumelées ou en partenariat avec Nantes (Recife. Orientation 2 : Une politique du Patrimoine La politique du patrimoine englobe tous les enjeux d’histoire et de mémoire d’une ville au travers de son patrimoine historique. Seattle. . bateaux monuments historiques (ex Le Léchalas.) > l’exportation de son savoir-faire culturel et de ses artistes : politique d’échanges artistiques avec l’étranger. groupes. Glasgow…) . Anvers.).> Des lieux de vie et de travail mis à disposition des associations : ex. le Roquio). Ciné nantes et les associations cinéma et video (video «z’arts. Durban. Dschang…) . Ruffisque. aux festivals et grandes manifestations (Folle Journée. > Mémorial à l’abolition de l’esclavage (travaux de 2007 à 2009). le LU – scène nationale . Grues. le LU. musée Jules Verne. exposition d’artistes étrangers au MBA etc…. l’inscription dans la Ville d’œuvres d’art.

La Ville soutient particulièrement « Ciné Nantes ». pour vivre à part entière sa citoyenneté. La lecture n’est pas considérée seulement sous l’angle culturel mais également par ses impacts dans les domaines de l’éducation.Orientation 4 : la politique culturelle pour les arts visuels Le Musée des Beaux-arts. les festivals de cinéma européen dont le Festival de Cinéma Espagnol. Bruno Peinado. La politique municipale pour l’audiovisuel et le cinéma La politique de la Ville s’exprime tout particulièrement en matière de diffusion. les publics éloignés de la culture. s’est fait connaître pour ses expositions de renommées internationales en art ancien et contemporain et sa politique d’édition. La Ville apporte son soutien au « Festival des 3 Continents ». Il fut pionnier dans l’action dans les quartiers. De nombreux artistes en sont issus. et le cinéma de recherche. la lecture constitue un enjeu social et politique considérable. Ipso Facto…). Elle apporte son soutien à d’autres festivals. Blandine Chavanne. En cours d’obtention de l’homologation au niveau européens (LMD). portée par ces grandes structures municipales mais aussi par les différents lieux de diffusion de l’art contemporain de la Ville (Lieu Unique. de plus en plus dynamique… Orientation 5 : la politique culturelle pour le livre et la lecture Dans un environnement de textes et d'images. une action culturelle et éducative diversifiée en direction de tous les publics. de la jeunesse et des personnes âgées. et ont acquis une notoriété nationale voire internationale (quelques exemples. l’une des manifestations les plus importantes de la Ville. pour accéder aux technologies nouvelles. Les Utopiales. La nouvelle directrice. L’objectif de la Ville est de faire de la lecture un bien véritablement partagé. Doté d’exceptionnelles collections (9000 œuvres conservées) du 13è siècle à nos jours et de nombreux chefs d’oeuvre. les scolaires. Il a développé dès le début des années 90. anciennement directrice du musée de Nancy. a pris ses fonctions en octobre 2006. Christelle Familiari. au rayonnement national et international. Saadane Afif. l’engagement de la Ville en faveur du développement de la lecture continue à se développer. le musée. Mathieu Mercier…). au cours des 15 dernières années. L’approche privilégiée a toujours été transversale. de la petite enfance. le grand public. il assume également un service de proximité de qualité pour le public local dans le cadre des cours périscolaires. Zoo Galerie. du social. Pierrick Sorin. Philippe Cognée. où exclusion rime souvent avec non maîtrise de l'écrit. La politique municipale pour le livre et la lecture s’exprime à travers : Un réseau du Livre et de la Lecture publique . pour maîtriser son environnement et ses conditions de travail. L’Ecole Régionale des Beaux-Arts : Etablissement d’enseignement supérieur (300 étudiants). Nantes est connue en France pour sa scène artistique très active. Depuis 1989. dont l’objectif est de fédérer les différentes associations nantaises et de gérer le « Cinématographe » dans le pluralisme des esthétiques. Fabrice Hybert. rétrospectives…) ainsi que les films art et essai. L'acte de lire et d'écrire est un passage obligé pour réussir une scolarité. fleuron de la politique culturelle de la Ville pour les arts visuels. avec la volonté que soient montrées à Nantes les œuvres du patrimoine (classiques du cinéma. est un des quatre ou cinq grands musées d’art de province. La mission d’éducation à l’image menée par cette association est essentielle. de la vie des quartiers.

A l’occasion de la célébration du centenaire de la mort de l’écrivain en 2005. le muséum de Nantes qui fêtera ses 200 ans en 2010.Un réseau du livre et de la lecture publique dense et qui se développe en se répartissant équitablement sur le territoire avec trois médiathèques (une troisième Médiathèque dans les quartiers Est en 2007) et cinq bibliothèques de quartier. Bibliothèque du Centre Pénitentiaire. en partenariat avec le CNRS. Biennale Le Livre et l’art au Lieu Unique. mais aussi au monde associatif et aux jeunes artistes (le Péristyle s’affiche). est l’un des musées d’histoire naturelle les plus important de France. Grâce aux animations qu’il organise. à son cycle de conférences (mardis muséum). La culture scientifique et technique permet notamment de mettre en œuvre des actions qui organisent et développent l’accès au savoir et à l’intelligence pour tous les nantais. L’affirmation de la présence de Jules Verne à Nantes Jules Verne est né à Nantes en 1828. Les Utopiales / Festival international de Science fiction. Son ouverture au milieu scientifique.) ont été organisés. le Musée Jules Verne sur la butte Saine Anne. substrat de sa création littéraire. Il a indéniablement marqué nombre d’artistes et d’écrivains nés à Nantes ou y étant passé. Des Evénements culturels : Lire en Fête . concerts. La Ville se devait à juste titre de se réapproprier cet illustre nantais. colloques…. Il y reste jusqu’à l’âge de 18 ans et c’est sans doute là qu’il puise tout son imaginaire. à sa participation à des manifestations à des manifestations nationales (Fête de la Science). Orientation 6 : La politique culturelle scientifique et technique La culture ne peut être seulement le lieu de la seule satisfaction des loisirs et du divertissement. La Semaine de l’astronomie organisée par l’Association d’Astronomie Nantaise au Muséum. les sciences. conférences. le muséum offre à ses publics un programme éducatif et culturel très complet. principalement au Muséum et au Planétarium. Dans cette perspective. Des manifestations : La Fête de la Science. compagnons d’André Breton. Le Soutien à différentes sociétés savantes : La Société des Sciences Naturelles de l’Ouest . Il accueille chaque année plus de 70 000 visiteurs dont environ 17 000 scolaires. a été remis en valeur et plus de 50 événements (expositions. car elle doit aussi fournir des repères tant pour les individus que pour les sociétés. la Ville de Nantes intègre pleinement dans sa politique culturelle les arts et les sciences. Le soutien aux associations : Bibliothèques associatives conventionnées. Le Muséum (voir fiche en annexe) Contrairement à la plupart des muséums en France. celui de ème Nantes est l’un des rares à s’être installé à la fin du 19 siècle dans un édifice construit à cet effet. Bibliothèque sonore…les ateliers d’écriture. Aujourd’hui. En particulier les surréalistes. bibliothèques de rue : la Maison de la Poésie. qui forment un support indispensable à la compréhension de notre monde. Riche d’un patrimoine de plus de 500 000 objets et d’une remarquable bibliothèque. La . en fait un lieu de vie et de débats. spectacles. en collaboration étroite avec la Ville d’Amiens. doivent encore plus nourrir toutes les réflexions et toutes les créations. l’écrivain français le plus lu et le plus traduit dans le monde.

Une évaluation est une démarche particulière régie par des règles déontologiques qui supposent une méthodologie spécifique et rigoureuse. La démarche évaluative Intégrée à la conduite du projet. les moyens adaptés. ou les conditions de mises en œuvre des actions proposées. >Un nouveau mode de management reposant sur la conduite de projet : Identifier les objectifs à poursuivre. en objectifs opérationnels et en actions. l’évaluation d’un projet ou d’une action est pilotée . Chaque action ( : par exemple Développer les pratiques musicales collectives) est pilotée par un chef de projet. afin de replacer le citoyen-usager au cœur du service public. de savoir où l’on veut aller. Une démarche conduite en interne et animée collectivement Pour mettre en œuvre l’évaluation de ses politiques. Cette réforme s’est traduite par : > La formulation de toutes les politiques publiques conduites par la Ville. Cette logique s’articule avec la logique hiérarchique qui était seule à prévaloir jusqu’ici. Elle commence à être adoptée par les Villes. Ses résultats sont comparés aux objectifs fixés initialement et aux moyens mobilisés. A Nantes. La Société Dante Alighieri . croisement des points de vue dont celui de l’usager (qui peut être une association) . comme cela se fait généralement. la société nantaise de préhistoire. dès 2003. en orientations stratégiques . pilotée en interne et non pas confiée en totalité à un cabinet extérieur. C’est ce qu’on appelle le groupe projet. A chaque action correspond un chef de projet. l’évaluation d’une politique publique se propose d’apprécier les résultats et les effets de celui-ci.elle rend plus lisible les orientations prises et contribue au dialogue voire au débat démocratique. L’Académie de Bretagne . La Société Académique de Nantes et de Loire-Atlantique . L’évaluation permet d’éclairer et fonder les choix publics pour mieux répondre aux besoins des usagers. Elle est une aide à la décision permettant d’améliorer et de corriger si nécessaire la conception. La démarche d’évaluation découle des évaluations conduites par l’Etat sur les grands domaines de l’action publique (ex RMI). Nantes faisant figure de pionnière dans le domaine.production de connaissance. II – Le pilotage stratégique et la démarche évaluative Le maire de Nantes a souhaité. en mobilisant les plus justes moyens. Pour mieux répondre aux attentes des Nantais. en collaboration avec d’autres collaborateurs le cas échéant. des bilans d’étape. en développant une culture de résultats et en décliner les politiques publiques thématiques dans chaque quartier sous la forme de projets sociaux de quartiers. aux cadres et à tous les agents d’avoir une visibilité des actions conduites.Société d’Astronomie de Nantes . la Ville de Nantes a adopté une démarche intégrée. un temps d’évaluation des résultats (pas nécessairement quantitatifs). On vient d’en voir l’application en ce qui concerne la politique culturelle. Par sa méthode . un budget. Chaque action (projet) doit avoir un début et une fin. comment et avec quelle efficacité. engager la Ville dans une réforme du mode de management et du fonctionnement des services. Ceci afin de permettre aux élus. de donner du sens à l’action. les résultats à atteindre et à mesurer.

l’évaluation veut produire du changement. Ce collège évaluatif permet également la mutualisation des expériences et l’appropriation collective de la démarche. socioculturels et associatifs… L’exemple d’une évaluation ex post (ou chemin faisant) : les Trois coups Cette évaluation s’inscrit dans l’évaluation qui est en cours et porte sur les actions culturelles initiées par la Direction du développement culturel. L’analyse finale et les préconisations d’actions ont permis de réorienter en partie le projet envisagé et d’affiner les actions à mener : information des Nantais par l’édition de guides. une évaluation a été menée entre janvier et juillet 2005. l’identification de 118 associations actives faisant de la pratique collective pour un public amateur. favoriser les collaborations entre associations. et en donnant une vision positive du service rendu. dans le quotidien de l’action et de façon très opérationnelle. maillage entre les niveaux culturels. Elle est conduite avec l’appui méthodologique d’une cellule évaluation centrale et d’une instance de concertation. Elle est appelée ex ante en ce qu’elle précède la formulation et la conduite d’une politique. recense les données mobilisables et les données à recueillir par enquête si besoin (enquêtes quantitatives ou qualitatives. Enfin. Privilégiant une logique d’efficacité.par le chef du projet à évaluer et le « référent évaluation » de la direction concernée. les principaux enseignements (ce qu’on appelle le jugement évaluatif) et des préconisations d’action. et l’action culturelle des établissements municipaux et non municipaux. souvent réalisées par des cabinets extérieurs). Une enquête approfondie (qualitative) auprès d’une trentaine d’entre elles a fait émerger les besoins réels de ces associations et la réalité de la pratique musicale sur le terrain. regroupant tous les chargés d’évaluation des différentes directions de la Ville de Nantes. Cette évaluation a produit des résultats concrets et utiles : un état des lieux exhaustif (850 associations musicales repérées). L’exemple d’une évaluation ex ante : Musica Nantes Musica Nantes est un projet d’action publique qui veut favoriser l’accès de tous les Nantais à la formation ou à la pratique musicales collectives. L’hypothèse était de repérer et labelliser quelques associations assurant une formation musicale collective et favoriser la constitution d’un réseau. pose une problématique. Un rapport fournit les résultats des enquêtes. Ces dernières pouvaient constituer un socle d’ associations partenaires de la politique de la Ville. Afin de s’assurer de la validité de ces hypothèses et de favoriser la mise en oeuvre du projet. Julien Mingot et Léonard Delmaire. Le principe d’une démocratisation de l’entrée au conservatoire était également posée. Ce qui permet de réinjecter en temps réel. mutualisation des compétences. voire la constitution d’une culture commune. elle facilite le management des équipes grâce à un diagnostic partagé. les résultats de l’évaluation. considéré comme profitant aux familles plutôt favorisées. Les résultats de l’évaluation peuvent être restitués aux usagers ou bénéficiaires de l’action : ce qui alimente le débat public. Ce qui permet d’assurer la neutralité et l’objectivité nécessaires à toute évaluation. J’ai travaillé avec deux étudiants du Master EPIC. le Comité Opérationnel d’évaluation. Un cahier des charges est rédigé avant toute évaluation. le repérage de 350 associations apparaissant comme faisant de la formation (une enquête quantitative par questionnaire envoyé par courrier a été réalisée par un cabinet extérieur. . pas seulement de la connaissance. dans les quartiers. Il reformule les objectifs initiaux de l’action.

est en train de changer. Taylor. en 1871. des questionnaires avaient été distribués à chaque édition. L’ évaluation a été lancée en février 2006. Six mois de travail : cahier des charges. L’analyse et les préconisations sont en cours.. des collectivités. par l’Institut de Formation de l’Environnement (IFORE) en partenariat avec le Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM) et le programme européen Culture 2000 « Cult-Rural ». auprès des spectateurs. en ce qu’elle doit produire du changement et profiter au débat public. les coutumes. ainsi que toutes autres dispositions et habitudes acquises par l’homme en tant que membre d’une société ». avec une surreprésentation d’employés. aux chefs de projet mais aussi à tous les partenaires des Trois coups. trois fois par an). enquête quantitative (600 questionnaires). dès sa création en 1946. remise d’un rapport conséquent. opération initiée en 2003 et visant à favoriser les pratiques culturelles dans les quartiers. aux élus. en particulier les associations concernées. Ces résultats feront l’objet d’une restitution aux élus. les Trois coups. aux responsables d’associations et aux entreprises (en fonction des places disponibles).Ces résultats très encourageants. non pas à l’uniformité. afin que les êtres humains ne . Pourtant. elle pourrait bien voir émerger de nouvelles compétences et de nouveaux métiers.Bref. qui se fixe comme objectif « d’orchestrer les diverses cultures pour aboutir. tend à atteindre son objectif….Nous nous attacherons à l’exemple de l’évaluation de l’une d’entre elles. >>>>Pourquoi la culture et le développement durable La culture a longtemps été considérée sous le seul angle des Beaux-Arts et des Belles Lettres. rganisée dans le cadre du cycle de conférences « Pour une culture partagée du développement durable ». la conférence sur la culture et le développement durable a pour objectif de tenter d’expliquer et d’illustrer la culture en tant que cinquième pilier du développement durable. La démarche d’évaluation marquera une étape importante pour le service public. et enquête qualitative sous forme d’entretiens approfondis avec des responsables. les croyances. Les résultats montrent que le public touché. En prévision d’une évaluation potentielle. l’art. Ce qui pour aller vite indique que l’action Trois coups qui visait des publics éloignés de la culture. En se développant progressivement dans toutes les collectivités. des artistes. la morale. auxquels je ne m’attendais pas. Cette approche sera reprise par l’UNESCO.. Pour la première année. et ayant déjà une pratique culturelle. du public. un anthropologue anglais définit la culture de la manière suivante : « La culture est un tout complexe qu’incluent les connaissances. devraient faire l’objet d’une publication dans une revue scientifique de management culturel. Cette conférence s’adresse à l’ensemble des services de l’Etat. Edward B. un public assez différent du public fréquentant les lieux culturels traditionnels. le public est majoritairement issu des quartier d’implantation des Centres socio-culturels où ont lieu les représentations. de femmes…. par une programmation de spectacles dans des centres socio-culturels (des spectacles dans cinq équipements de quartier. depuis le lancement de cette opération. mais à l’unité dans la diversité. le droit. qui provenait jusqu’en 2006 majoritairement du centre ville ou de différents quartiers.

Il est admis que la mondialisation de l’économie et les progrès technologiques de l’information et de la communication. favorisent les contacts et échanges culturels. Pourtant force est de constater que les relations culturelles ne sont pas partout équilibrées.fr Une étape supplémentaire est franchie avec la Déclaration universelle de l’UNESCO sur la diversité culturelle de 2001 puis la convention sur la diversité culturelle de 2005 : « héritage commun de l’humanité ». dans son sens le plus large est considérée comme l’ensemble des traits distinctifs.www. dans le cadre de la politique commerciale. elle apparaît ainsi progressivement comme indissociable de la dignité humaine et constitue même la condition première au dialogue des cultures. spirituels et matériels. les droits fondamentaux de l’être humain.soient pas prisonniers de leurs cultures respectives. sa sauvegarde est considérée comme un impératif concret et éthique. Il apparaît donc important que le développement durable assure non seulement la préservation des ressources naturelles et de la diversité biologique. Dans cette perspective les autorités françaises se sont fixées de soutenir de telles politiques. Le pilier culturel du développement durable exige par conséquent de consentir en parallèle des efforts de développement d'une culture de la durabilité et de protection de la diversité culturelle. Elle englobe. le vote à l’unanimité en matière d’accords sur les biens et services culturels. qui caractérisent une société ou un groupe social. O >Conférence CULTURE ET DEVELOPPEMENT DURABLE Jeudi 12 juin 2008 9h-18h30 Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée . en favorisant la circulation des biens et services culturels. mais puissent jouir des trésors d’une culture universelle unique autant que variée » Lors de la conférence mondiale sur les politiques culturelles à Mexico City. intellectuels et affectifs. les traditions et les croyances ».ifore.developpement-durable. A ce titre. la Constitution européenne inclut la diversité culturelle au titre des objectifs fondamentaux que poursuit l’Union européenne.fr ifore@ecologie.gouv. Au niveau européen. justifiant le recours à des politiques publiques de nature à garantir l’expression de la diversité des formes culturelles ainsi que l’ouverture sur la pluralité des cultures du monde. dans la mesure où ils pourraient mettre en cause la diversité culturelle au sein de l’Union. l’UNESCO propose d’ailleurs la définition suivante : « La culture.gouv. les systèmes de valeurs.MuCEM CYCLE DE CONFERENCES {Pour une culture partagée du développement durable} Institut de Formation de l’Environnement 6. La France est ainsi un des seuls pays à faire du développement culturel l’une des priorités de l’aide publique au développement. du 26 au 6 août 1982. rue du général Camou . outre les arts et les lettres. l’intègre au sein de la politique culturelle de l’Union et préserve.75007 PARIS 01 42 19 25 92 – Télécopie : 01 42 19 19 76 . mais aussi la protection de la diversité et de la vitalité des nombreuses cultures du monde. Ainsi se dessinent les deux problématiques qui seront abordées dans le cadre de cette conférence : . les modes de vie.

l’importance de la diversité culturelle et les liens entre patrimoine et développement durable. .

0789F.97243009 /F.045502039/:7./.0/0.-0  .:9:7000908038039705. 25479.3.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful