1

Ahmed SOUSSAN * LA REGIONALISATION LA REGIONALISATION PROBLEMES ET PERSPECTIVES PROBLEMES ET PERSPECTIVES -

LA PROBLEMATIQUE REGIONALE
La régionalisation a été, tout au long de l’histoire contemporaine du Maroc, une préoccupation constante pour le pouvoir central. Sous le protectorat français (1912-1956), le découpage du territoire de 1940 en 7 régions relevait d’un modèle militaire et sécuritaire, destiné à assurer le contrôle du territoire. • Le découpage de 1971, en 7 régions également, se réclame d’une logique

économique. La région y est ainsi définie comme: «un cadre économique dans lequel des études seront entreprises et des programmes réalisés en vue d’un développement harmonieux et équilibré des différentes parties du Royaume » (Article 2). (1) Mais, fait surprenant, ces sept régions dites « économiques » correspondent presque exactement aux régions militaires du protectorat
(2)

.

La régionalisation, stratégie initiée par le pouvoir central, a fait l’objet de critiques dans sa forme et dans son contenu, mettant notamment en exergue les disparités inter et intra régionales d’ordre à la fois administratif et économique. En fait, le bilan de cette période s’est révélé en deçà des ambitions attendues. • Le nouveau découpage de 1997 en 16 régions procède de la même logique que

celle de 1971. Il s’agit, en fait, d’un assemblage au sein d’un ensemble régional de plusieurs provinces aux atouts naturels différents, en vue d’une mise en valeur des complémentarités de leurs ressources au profit d’un développement intra régional. Or, l’année 1997, coïncidait avec des élections législatives ; ce qui laisse à penser que le souci électoral fut quasi-présent dans le découpage régional du Maroc. • Le projet de découpage de la Commission Consultative de la Régionalisation (CCR)

a été présenté à SM le Roi, au mois de mars 2011, juste un an avant les élections de 2012.

Après plus de 30 ans de fonctionnement, le bilan de la politique régionale économique reste très limité. Les disparités et les déséquilibres économiques et socio-spatiaux auxquels la régionalisation a voulu remédier, se sont en fait amplifiés.

(1) : Dahir n° 1-71-72 du 16 juin 1971, BO n° 3060 du 23 Juin 1971 (2) : Hors ex-zone espagnole naturellement non incluse dans le découpage de 1940.

2

1- LE DECOUPAGE ADMINISTRATIF DU PAYS
La division administrative du Royaume du Maroc comprend deux niveaux d'administration territoriale hiérarchisée : i) un niveau déconcentré : les régions ii) un niveau décentralisé : les wilayas, les préfectures, les provinces et les communes. 1.1- LE DECOUPAGE ADMINISTRATIF DE 1971 : 7 REGIONS Il comprenait 7 régions économiques divisées en préfectures et provinces : 1. 2. 3. 4. 5. 6. 7. Le Sud Le Tensift Le Centre Le Nord-Ouest Le Centre-Nord L'Oriental Le Centre-Sud : : : : : : : 12 provinces 3 préfectures 7 préfectures 3 préfectures 3 préfectures 3 provinces 2 préfectures et et et et 5 6 7 5 provinces provinces provinces provinces
(1)

et 4 provinces

Tableau 1 : Le découpage administratif de 1971
Régions Préfectures Provinces Agadir Assa-Zag Boujdour Es-Smara Guelmim Laâyoune Ouarzazate Oued Eddahab Tan-Tan Taroudant Tata Tiznit El Kélaa Sraghna Essaouira Safi Chichaoua El Haouz Azilal Béni-Mellal Benslimane El Jadida Khouribga Settat Chefchaouen Larache Kénitra Khémisset Sidi Kacem Tanger Tétouan Al Houceïma Boulemane Taounate Taza Sefrou Figuig Nador Oujda Errachidia Ifrane Khénifra El Hajeb

SUD

TENSIFT

Marrakech-Médina Marrakech-Ménara Sidi Youssef ben Ali Casablanca-Anfa Aïn Chock-Hay Hassani Aïn Sbaâ-Hay Mohammadi Ben Msik-Sidi Othman Sidi El Barnoussi-Zénata El Fida-Derb Soltane Mohammadia

CENTRE

NORD-OUEST

Rabat Salé Skhirat-Témara

CENTRE-NORD

Fès El Jadid-Dar DbibaghFès-Médina Zouagha-Moulay Yacoub

ORIENTAL

CENTRE-SUD

Meknès El Manzeh Meknès El Ismaïlia

(1) Instauré par le Dahir n° 1-71-72 du 16 juin 1971, B.O n° 3060 du 23 Juin 1971

LE DECOUPAGE ADMINISTRATIF DE 1997 : 16 REGIONS La loi n° 47-96 du 2 avril 1997 relative à l’organisation administrative du pays a opté pour un découpage en 16 régions (1) . De la sorte. notamment en milieu urbain. lors des élections législatives. Tinghir. des changements partiels à ce découpage ont été introduits concernant essentiellement l’adaptation du découpage communal. Guercif. Depuis le début de l’année 2009. Berrechid.2. (1) In B. 13 nouvelles provinces et préfectures ont vu le jour : Ouazzane. Rhamna. Youssoufia. Driouch.O n° 4470 du 3 Avril 1997 . En 2002. Fqih ben salah. Sidi Bennour.3 1. en particulier celles relatives à l’unité de la ville. le découpage administratif en vigueur actuellement au Maroc se présente comme suit (Voir carte n° 1 – Le découpage administratif du Maroc et le tableau 2). Midelt. Sidi Ifni et Tarfaya. aux nouvelles dispositions de la charte communale. Sidi Slimane.

AL HAOUZ 8 L'ORIENTAL 9 LE GRAND CASABLANCA 10 RABAT-SALE-ZEMMOUR-ZAËR 11 DOUKKALA-ABDA 12 TADLA-AZILAL 13 MEKNES-TAFILALET 14 FES-BOULMANE 15 TAZA-AL HOUCEIMA-TAOUNATE .CHRARDA – BNI HCENE 6 CHAOUIA – OUARDIGHA 7 MARRAKECH –TENSIFT.4 Tableau 2 : Le découpage administratif actuel du Maroc N° 1 2 Régions OUED EDDAHAB – LAGOUIRA LAAYOUNE – BOUJDOUR-SAKIA EL HAMRA Provinces AOUSSERD OUED EDDAHAB LAAYOUNE BOUJDOUR TARFAYA GUELMIM TATA ASSA-ZAG ES-SMARA TAN-TAN AGADIR IDA-OUTANAN CHTOUKA AÏT BAHA INEZGANE AÏT MELLOUL TAROUDANT TIZNIT OUARZAZATE ZAGORA TINGHIR SIDI IFNI KENITRA SIDI KACEM OUAZZANE SIDI SLIMANE SETTAT KHOURIBGA BENSLIMANE BERRECHID AL HAOUZ CHICHAOUA EL KELÂA DES SRAGHNA ESSAOUIRA MARRAKECH RHAMNA JRADA BERKANE TAOURIRT FIGUIG OUJDA ANGAD NADOR DRIOUCH CASABLANCA MOHAMMADIA MEDIOUNA NOUACEUR KHEMISSET RABAT SALE SKHIRATE-TEMARA EL JADIDA SAFI SIDI BENNOUR YOUSSOUFIA AZILAL BENI MELLAL FQIH BEN SALAH MEKNÈS EL HAJEB ERRACHIDIA IFRANE KHENIFRA MIDELT BOULEMANE FES SEFROU MOULAY YACOUB AL HOUCEIMA TAOUNATE TAZA GUERCIF 3 GUELMIM – ES-SMARA 4 SOUSS-MASSA – DRAA 5 GHARB .

5 CARTE N° 1 : LE DECOUPAGE ADMINISTRATIF ACTUEL DU MAROC .

des principales grandeurs économiques du secteur industriel . des établissements économiques et de l’effectif de l’emploi . le bilan de la politique de développement régional reste mitigé compte tenu de l’aggravation des disparités et des déséquilibres régionaux. à la frontière de la politique de régionalisation. du Produit Intérieur Brut (PIB) et de l’Indice de Développement Humain (IDH).1.1.LE BILAN DE LA REGIONALISATION : DISPARITES ET DESEQUILIBRES A l’exception du développement spectaculaire des provinces sahariennes qui ont bénéficié d’un grand effort d’investissement. de la consommation des ménages .REPARTITION ET EVOLUTION DE LA POPULATION 2. 2. Ces derniers seront appréhendés à travers l’évolution de certaines variables pertinentes telles que la répartition régionale : de la population et son évolution .Densité et population Graphe 1 : Population des 16 régions du Maroc en 2004 R16 R15 R14 R13 R12 R11 R10 R09 1 451 1 984 2 366 3 631 1 918 3 103 1 656 1 860 3 114 462 256 99 0 1 573 2 142 1 807 2 470 REGIONS R08 R07 R06 R05 R04 R03 R02 R01 0 500 1 000 1 500 2 000 2 500 3 000 3 500 4 000 POPULATION Source : Source : Recensement Général de la population et de l’Habitat de 2004 (RGPH 04) .1.6 2.

9 5.2.7 79.2 5.4 12.1 7.3 5.5 10. A l’opposé.8 12.8 1.AL HOUCEIMA-TAOUNATE TANGER – TETOUAN Total % 0.4%) • Tanger-Tétouan (8.0 0.1 6.9%).5 10.8 11.3 6.3 TAAM* 94-04 en % 10.9 1.9 6.6 23.2 5.ZAÊR DOUKALA – ABDA TADLA – AZILAL MEKNES – TAFILALET FES – BOULEMANE TAZA. Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra et Guelmim-Es Smara) qui occupent 46% de la superficie du Royaume abritent seulement 2.3 66.1 6.9 211.5 10.2 5./km² ) 1.4 6.9 1.6 6.8 1.1 0.AL HOUCEIMA-TAOUNATE TANGER – TETOUAN 37 176 386 2635 1625 1509 2724 1769 3127 1986 1793 1325 1904 1322 1720 2036 99 256 462 3114 1860 1656 3103 1918 3631 2366 1984 1451 2142 1573 1807 2470 0.5 10.2 98.4%) • Marrakech-Tensift-Al Haouz (10.1%).ZEMMOUR.2 5.AL HAOUZ L'ORIENTAL LE GRAND CASABLANCA RABAT-SALE.2 5.0 8.3 0.3 0.6 4.3 100. 2.Evolution de la répartition régionale de la population La répartition spatiale de la population et son évolution selon les régions reflètent un déséquilibre important et des disparités profondes.5 10.0 7.0 Région OUED EDDAHAB – LAGOUIRA LAAYOUNE – BOUJDOUR-SAKIA EL HAMRA GUELMIM – ES-SMARA SOUSS-MASSA – DRAA GHARB – CHRARDA – BENI HCENE CHAOUIA – OUARDIGHA MARRAKECH -TENSIFT.6 4.5 1.8 0.8 1.9 7.0 8. Tableau 4 : Répartition de la population du Maroc par région en 1994 et 2004 Population Pourcentage (en milliers) Région 1994 2004 1994 2004 OUED EDDAHAB – LAGOUIRA LAAYOUNE – BOUJDOUR-SAKIA EL HAMRA GUELMIM – ES-SMARA SOUSS-MASSA – DRAA GHARB – CHRARDA – BENI HCENE CHAOUIA – OUARDIGHA MARRAKECH –TENSIFT.4 12. 0 3 1 1 3 1 3 2 1 1 2 1 1 2 29 Source : Elaboration à partir des données du RGPH 04 La répartition régionale de la population fait apparaître une concentration sur cinq régions qui totalisent près de la moitié de la population du Royaume (49.3 6.5 2.ZEMMOUR.4 6.4 0.8 213.7 Tableau 3 : Le poids démographique des 16 régions Population (en milliers) 99 256 462 114 860 656 103 918 631 366 984 451 142 573 807 470 892 Superficie (km²) 50 139 133 70 8 16 31 82 1 9 13 21 74 19 24 11 710 880 480 730 880 805 760 160 820 615 580 285 757 578 795 155 570 850 Densité (Hab.6 1.ZAÊR DOUKALA – ABDA TADLA – AZILAL MEKNES – TAFILALET FES – BOULEMANE TAZA. les régions du sud (Oued Eddahab-Lagouira.9 1.4 6.9 1.8 3.2 2 248.3%) • Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (7. avec de fortes densités : • Le Grand Casablanca (12.4 6.1.3 247.8 0.9 6.3 3.7 28.1 7.1%) • Souss-Massa-Drâa (10.1 7.7 1.0 .AL HAOUZ L'ORIENTAL LE GRAND CASABLANCA RABAT-SALE.8 1.5 100.4 6.3 0.9 7.2 1.7% de la population totale avec des densités très faibles (2 à 3 habitants au km²).5 43.8 99.6 7.9 1.5 74.0 149.

l’Oriental) enregistrent une baisse de leur poids démographique.121 169.402 111.223 0 LAAYOUNE – BOUJDOUR-SAKIA EL HAMRA 10.502 200.975 23.279 4 MARRAKECH -TENSIFT.721 2.CHRARDA – BENI HCENE 35.280 148.686 90.4 TAAM : Taux d’Accroissement Annuel Moyen Cette évolution s’est faite vers un renforcement des régions riches.0 100. Tadla-Azilal.399 96.728 6 TAZA. Graphe 2 : Répartition régionale des établissements économiques et de l’emploi en % . 2000-2001. 2.086 82.138 7 FES – BOULEMANE 46.ZEMMOUR.292 % 0 1 1 8 4 4 8 5 30 10 4 2 5 7 2 9 100% Selon le dernier recensement économique de 2002.630 662.311 185.840 4 MEKNES – TAFILALET 53.2. A la tête de ce peloton.239.300 119.130 9 DOUKALA – ABDA 38.587 10 L'ORIENTAL 53. 8 régions sur 16 totalisent 76% du nombre d’établissements économiques et 81% de l’effectif global de l’emploi.166 17 RABAT-SALE. A l’inverse. Rabat-Salé-Zemmour-Zaër) plus riches économiquement. Direction de la statistique Région économique Effectif Total 6.916 100 Source : Recensement économique.0 1.381 2 SOUSS-MASSA – DRAA 78.AL HOUCEIMA-TAOUNATE 24.918 53. HCP. C’est ainsi que les régions atlantiques (Souss-Massa-Drâa. connaissent une dynamique démographique soutenue.386 7 LE GRAND CASABLANCA 128.8 Total Source : Les recensements de 1994 et 2004 26074 29892 100. le Grand Casablanca.REPARTITION REGIONALE DES ETABLISSEMENTS ECONOMIQUES ET DE L’EMPLOI Tableau 5 : Répartition régionale des établissements économiques et de l’emploi par région Etablissements Total % OUED EDDAHAB – LAGOUIRA 3.ZAÊR 70.726 5 CHAOUIA – OUARDIGHA 32.077 51. trois régions offrent près de la moitié de l’emploi national à savoir le Grand Casablanca (30%).818 3 TANGER – TETOUAN 64. Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (10%) et Tanger-Tétouan (9%).032 219.059 5 TADLA – AZILAL 27.AL HAOUZ 71.612 1 GUELMIM – ES-SMARA 11.917 11 GHARB .852 18. certaines régions (Taza-Al Houceïma-Taounate.926 9 Total 750.

PIB PAR HABITANT OU INDICE DE DEVELOPPEMENT HUMAIN (IDH) UNE REPARTITION REGIONALE INEGALE Dans ce cadre. Doukkala-Abda. la valeur ajoutée industrielle. il convient de saluer les grands efforts du Haut Commissariat au Plan (HCP) dans l’élaboration des comptes régionaux. Ainsi.4.Tétouan 10 6 13 8 18 Maroc 100 100 100 100 100 Source : Département de l’Industrie. particulièrement pour le Grand Casablanca.Taounate 2 0 0 0 1 Tanger.9 2. ceux-ci accusent encore une préférence pour les mêmes régions. Ex . le Grand Casablanca prédomine avec : 33% 50% 53% 40% 29% 49% du de du du de de nombre des établissements la valeur de la production montant des investissements total des effectifs la valeur des exportations. 2009. 2010. Régions Investissement 0 1 0 4 1 5 2 3 53 3 10 2 2 2 0 11 100 L’implantation géographique des industries de transformation reste caractérisée par une forte concentration dans quatre régions : Le Grand Casablanca.Al Haouz 6 2 2 3 4 Oriental 5 3 1 3 2 Grand Casablanca 33 50 29 49 40 Rabat-Sale-Zemmour-Zaer 7 4 4 5 8 Doukkala-Abda 4 14 33 14 4 Tadla-Azilal 3 1 0 1 1 Méknès-Tafilalt 3 2 0 3 2 Fès-Boulmane 8 3 2 4 5 Taza –Al Hoceima. malgré tous les avantages et encouragements attrayants accordés par les différents codes des investissements et la charte d’investissement en vue d’attirer les investisseurs vers d’autres régions.A Valeur Effectif établissements affaires Export Ajoutée Oued Ed-Dahab-Lagouira 0 0 0 0 0 Laâyoune-Boujdour-Sakia El Hamra 3 1 3 1 1 Guelmim-Es-Smara 1 0 1 0 1 Souss-Massa-Draa 7 5 5 4 6 Gharb-Chrarda-Béni Hssen 3 2 2 1 3 Chaouia-Ouardigha 6 5 4 4 4 Marrakech –Tensift. Tanger-Tétouan et Souss-Massa-Drâa qui totalisent à elles seules : 54% 75% 78% 68% 80% 75% du de du du de de nombre des établissements la valeur de la production montant des investissements total des effectifs la valeur des exportations la valeur ajoutée industrielle. 2. notamment le PIB régional et les dépenses de .REPARTITION REGIONALE DES PRINCIPALES GRANDEURS INDUSTRIELLES Tableau 6 : Grandeurs économiques du secteur industriel selon les régions (en %) Nombre Chiffre C. Ed. les industries de transformation. Dans ce lot.3.

2% 5.5% 3.7% 94.0% Graphe 3 : Répartition indiciaire du PIB par habitant selon les régions (100= Moyenne nationale) 177 167 120 105 100 97 91 86 85 81 76 74 63 55 51 R09 R10 R123 R16 National R11 R06 R07 R14 R08 R04 R13 R05 R12 R15 Ils mettent en évidence une forte inégalité dans les performances économiques d’une région à l’autre : • Cinq régions sur 16 créent près de 60.6% 0.9% 3.2% 97.7% 52.0% 4.1% 77.3% 82.8% 100.5% 3. Tableau 7 : PIB selon les régions par ordre décroissant (Année 2007) Rang Régions PIB en MDH % 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 Grand Casablanca Rabat-salé-Zemmour-Zaër Marrakech-Tensift-Al Haouz Tanger-Tétouan Souss-Massa-Draâ Doukkala-Abda Meknès-Tafilalet Oriental Chaouia-Ouardigha Fès-Boulmane Gharb-Chrarda-Bni Hssen Régions du Sud Taza-Al Houceima-Taounate Tadla-Azilal Enclaves extraterritoriales Total Source : HCP 131 247 83 597 54 737 54 137 49 172 39 255 32 227 31 698 30 689 27 890 24 012 21 696 18 650 16 224 1 024 616 255 21. Le tableau et le graphe suivants présentent respectivement la répartition du PIB et du PIB par tête par région.2% 100.6% 8.3% 34.10 consommation finale des ménages par région.9% 43.4% 5.5% 66.5% de la richesse nationale : .8% 8.5% 60.2% 86.8% 90.2% 99.9% 8.0% 2. C’est une grande première au Maroc attendue depuis fort longtemps.1% 5.9% 72.0% % cumulé 21.0% 6.3% 13.

avec un PIB de 21. et de ce fait pénalise le classement du Maroc. .7 milliards de dirhams.3%) Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (13. par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) Le Maroc a été classé.6%) Haouz (8. mais surtout par l’importance des transferts dont bénéficient ces territoires.Marrakech-tensift-Al • Dans Grand Casablanca (21. Cependant. le PIB par habitant dépasse la moyenne nationale (Répartition indiciaire) : Grand Casablanca (177) Rabat-Salé-Zemmour-Zaër (167) Les régions du Sud (120) Tanger-Tétouan (105) Les régions du Sud se présentent avec un score élevé.11 . à la 126ème place (2) (1) sur l’échelle de l’IDH. les régions suivantes présentent le PIB par habitat le plus faible : Meknès-Tafilalet (74) Gharb-Chrarda-Bni Hssen (63) Tadla-Azilal (55) Taza-Al Houceima-Taounate (51) Dans ce classement. ici. le taux brut de scolarisation tous niveaux confondus – l’espérance de vie à la naissance et le produit intérieur brut réel ajusté par habitant et exprimé en partie de pouvoir d’achat (PIB en PPA/hab. PNUD) proposent une panoplie d’indicateurs dont l’Indice de Développement Humain ou IDH publié. tout porte à croire que la mise en œuvre récente de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain (INDH) est appelée à améliorer sensiblement ce rang dans les années à venir.) (2) On ne manquera pas.9%) Tanger-Tétouan (8. perdant ainsi trois places par rapport à 2006. Le graphe ci-après donne le classement des régions du Maroc selon le niveau de l’IDH.8%) Souss-Massa-Draâ (8. • En bas de la liste. les régions du Sud se trouve.0%) quatre régions. Mais. Il synthétise le taux d’alphabétisation des adultes. depuis 1990. (1) L’ IDH est un indicateur composite adopté par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) pour comparer les niveaux de développement humain atteints par les divers pays. de rappeler que le HCP conteste le mode de calcul du PNUD dont les données ne sont pas mises à jour. comment mesurer l’état de développement d’un pays ? Les institutions internationales (Banque Mondiale. au-delà de la production. à la douzième place. en 2007-2008. Ceci peut s’expliquer par leur faible population.

la dépense annuelle moyenne par personne a augmenté en dirhams constants de 8.996 DH. En effet. le Grand Casablanca.12 Le développement humain est à son niveau le plus bas dans les régions de Taza–Al HoceïmaTaounate. enregistrant ainsi un taux d’accroissement annuel moyen de 5. du Grand Casablanca. Fès–Boulmane.SaléZemmour-Zaër.9%. la moyenne nationale étant de 11. et d’autre part. Doukala-Abda.843.673 DH en 2007.5.280 DH en 2001. Ces régions se caractérisent par un IDH inférieur à la moyenne nationale. Souss-Massa–Draa. Mais cette moyenne nationale cache des disparités importantes entre d’une part les milieux urbain et rural. l’Oriental et Chaouia-Ouardigha. selon les derniers résultats du HCP sur la consommation et les dépenses des ménages pour l’année 2007. La région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër occupe la première place au niveau de la dépense moyenne avec 15. 14. du Sud et de Fès-Boulmane avec respectivement 15. Rabat. il ressort que les disparités régionales s’aggravent d’année en année.118 et 11.602. 14. entre les différentes régions du Royaume.976 DH par tête. Inversement.DISPARITE REGIONALE DE LA DEPENSE DE CONSOMMATION FINALE DES MENAGES PAR REGION A l’échelle nationale. Tanger-Tétouan. Graphe 4 : Classement des régions selon le niveau de l’IDH en indice (100 = National) 122 122 115 109 107 103 100 100 99 98 98 97 95 95 93 93 89 R02 R01 R09 R10 R03 R13 R06 NAT R08 R14 R04 R16 R12 R05 R11 R07 R15 Source : Elaboration à partir des données du PNUD 2. Tadla-Azilal. Oued Eddahab-Lagouira. Elle est suivie des régions de Tanger-Tétouan.673 DH. Ces régions se caractérisent par un IDH supérieur à la moyenne nationale. . Gharb-Chrarda-Bni Hssen. Marrakech-Tensift-Al Haouz. Guelmim-Es-Smara et Meknès–Tafilalet. à 11. les niveaux de développement humain les plus élevés sont affichés dans les régions de Laâyoune– Boujdour-Sakia El Hamra.

13 Graphe 5 : Dépense annuelle moyenne par personne selon les régions (en indice 100 = National) 137 134 127 121 103 100 99 96 87 86 83 77 76 76 70 R10 R16 R09 SUD R14 NAT R08 R07 R06 R13 R04 R12 R15 R11 R05 Source : Elaboration à partir des données de l’ENCDM 2000-2001 .

c’est ainsi que Ouazzane a quitté le Gharb-Chrarda-Bni Hssen pour rejoindre Tanger-Tétouan (plus proche culturellement).14 3. le projet de découpage maintient la même configuration des provinces du sud en trois régions moyennant une redistribution des provinces qui les forment. Ouarzazate et Zagora n’appartiennent plus à la région de Souss-Massa-Draa. Certaines provinces ont émigré vers d’autres régions .LE PROJET DE LA COMMISSION CONSULTAZTIVE DE LA REGIONALISATION (CCR) :12 REGIONS Au delà des principes et critères retenus pour l’élaboration du nouveau découpage. Doukkala-Abda ont disparu de la nomenclature se fondant dans des super-régions comme Rabat-Salé-Kénitra ou Casablanca-Settat. il s’agit d’un projet appelé à une grande consultation nationale qui ne manquera pas de l’affiner pour le rendre acceptable par tous et pour tous. C’est ainsi que certaines régions comme le Gharb-Chrarda-Bni Hssen. . Chaouia-Ouardigha. mais à une nouvelle région Drâa-Tafilalet (très vaste mais peu riche économiquement). ce qui retient au premier lieu l’attention du grand public est le nombre de régions proposé : 12 au lieu de 16 en vigueur (voir tableau 3 et carte n°2 correspondante). Fès et Meknès se sont unies pour former la région de Fès-Meknès. Cependant. Qu’apporte de nouveau ce projet ? Rupture ou continuité avec le découpage en vigueur ? Est-il susceptible d’atténuer les disparités et les déséquilibres que l’on a souvent reprochés au découpage actuel ? Mais n’anticipons pas.

15 Tableau 8 : Projet de découpage de la CCR .

16 CARTE N° 2 : LE PROJET DE DECOUPAGE DE LA CCR .

2% 13.5% 5.1% 2.7% 2.2% 12.1% 8.6% 1.Souss-Massa-Dräa R07.3% 7.7% 18.5% R12 R6 R4 R7 R3 R1 R5 R9 R2 R8 R10 La répartition régionale de la population selon le projet de la CCR fait apparaître une concentration plus accentuée : • • 5 régions totalisent dans le découpage actuel près de 50% de la population .1% 10. trois régions détiennent 57 % de la superficie du pays contre 50% actuellement.2% 12.5% 13.Répartition de la population des 12 régions Graphe 6 : Répartition de la population des 12 régions 19.9% 49.9% 7. .6% 6.4% 8.6% 5.9% R11 R8 R12 R9 R10 R5 R3 R7 R2 R6 R4 R1 Là également.5% 13.Marrakech-Tensift-Al Haouz R16 –Tanger-Tétouan R10.3% 3.8% 5.9% Sous total 59. 4 régions totalisent dans le projet de la CCR près de 60 % de la population totale.5% 5. Découpage actuel R09.6% 18.2 Répartition de la superficie des 12 régions Graphe 7 : Répartition de la superficie des 12 régions 19.4% 10.2% R11 0.1.Rabat-Salé-Zemmour-Zaër Sous total 21.5% 1.4% 1.4% 7.17 3.7% 13.9% 9.Le Grand-Casablanca R04.1% R6R4R7R3- Projet de la CCR Casablanca – Settat Rabat-salé-Kénitra Marrakech-Safi Fès.Meknès 19.4% 7.8% 4.

9 R4 42.Répartition des régions selon la densité de population Graphe 8 : Répartition des régions selon la densité de population (en hab/km²) .7 R12 43.l’Oriental Sous Total 19.Guelmim-Es Smara R08.Projet de découpage de la CCR) 312.5 R14 74.18 Découpage actuel R02.0 213.9 100.7% 3.9 206.9 10.5 R3 1.6% 18.8 R2 R9 R10 R16 R5 R11 Graphe 9 : Répartition des régions selon la densité de population (en hab/km²) .7% 50.1% Projet de découpage de la CCR R11.6% R12.3 R10 2.2 247.El Dakhla-Oued-El-Daheb 18.9 R1 1.6 R11 1.7 R13 23.5 149.Laâyoune-Sakia-Al Hamra 19.3.8 R15 66.Drâa–Tafilalet 18.2 R8 3.4 104.2 63.4% Sous Total 56.0 43.3 99.8% 11.Laâyoune-Boujdour-Sakia-Al Hamra R03.7% R8.5 9.8 R6 79.1 MA 28.Découpage actuel) 2248.3 211.6 R7 98.4 67.6 46.9 234.2 R12 R6 R4 R1 R7 R3 R2 R5 R9 MA R8 .

1% de la richesse nationale. • Dans le projet de découpage de la CCR.3 habitants au km2 pour la région 9 (le Grand Casablanca).248.0% 13.9% 8.3% Sous Total 51. En effet.Distribution de la richesse : une méga-région : Casablanca-Settat Graphe 10 : Répartition du PIB selon les 12 régions (en %) 25. devrait se contenter de 4. A l’inverse.3% 13.6% Projet de découpage de la CCR R06. avec un score de 2.Marrakech-Safi 12. Rabat-Salé-Kénitra et Marrakech-Safi) se voient attribuer un peu plus de la moitié de la richesse nationale (51%). 11 régions sur 16 atteignent une densité supérieure à la moyenne nationale (42.8% 1.1 hab/km2).6% de la superficie du pays. 3 régions sur 12 (Casablanca-Settat.Casablanca-Settat 25. R09R10R07R16- Découpage actuel Le Grand Casablanca Rabat-Salé-Zemmour-Zaër Marrakech-Tensift-Al Haouz Tanger-Tétouan Sous Total 21.Rabat-Salé-Kénitra 13.19 • Dans le découpage actuel.3% 11.0% .7% 12. 8 régions sur 12 affichent une densité supérieure à la moyenne nationale (43.9% 6.2% 9.6% 8.4.7% R07. 3.4% 4./km²).1% 1.9 hab.4% 7.3% R10 0.7% 6.8% 52.2% R12 R6 R4 R7 R5 R3 R2 R9 R1 R8 R11 Le projet de découpage de la CCR accentue les inégalités déjà présentes dans le découpage actuel.0% R04. avec un score de 312 . la grande région de Drâa-Tafilalet avec 18.9 hab/km² pour la région 6 (Casablanca-Settat).

20 Quant au PIB par habitant. .9 97.6 86.6 90.9).). au Maroc. etc. industrie. emploi. etc.6 73. niveau de vie. Une nouvelle impulsion a été donnée à la régionalisation par le discours royal du 6 novembre 2008.9 100. le PIB par habitant dépasse la moyenne nationale. tourisme.2) et Casablanca-Settat (127. il se présente de la manière suivante : Graphe 11 : Répartition indiciaire du PIB par habitant selon les 12 régions (Indice 100= national) 157. Or.2 69.4).5). à l’occasion du 33ème anniversaire de la Marche Verte : SM le Roi invite la société civile à réfléchir sur le concept d’une « régionalisation avancée et graduelle » propre au Maroc. santé. Béni Mellal. l’analyse des résultats de cette expérience montre des inégalités de développement économique et social entre les différentes régions aussi bien au niveau des secteurs productifs (agriculture.Khénifra (134.5 R11 R5 R6 R4 National R2 R10 R7 R8 R9 R3 R1 R12 Dans 3 régions Lâayoune-Sakia Al Hamra (157. Réduire ces déséquilibres et disparités devient un enjeu de taille. une approche privilégiée du développement. par SM le Roi Mohammed VI est un grand pas en avant dans la concrétisation de ce chantier stratégique de la régionalisation.) qu’au niveau des secteurs sociaux (population.0 100. enseignement.4 134. A l’inverse.2 127.0 97. à l’aune duquel on appréciera le succès des grandes réformes structurantes que Nous conduisons » SM le Roi Mohammed VI L’installation de la Commission Consultative de la Régionalisation annoncée dimanche 03 janvier 2010.8 93. la région Ed Dakhla-Ouad Ed Dahab présente le PIB par habitat le plus faible (indice 41.9 41. CONCLUSION La régionalisation constitue. « Nous attendons de chacun qu’il fasse preuve d’une forte mobilisation et qu’il prenne la pleine mesure des enjeux stratégiques de ce chantier déterminant qu’est la régionalisation élargie.

dotée de moyens adéquats nécessaires. déjà quelques voies critiques s’élèvent. Mais. Or. mais sur la configuration même de ces régions. Le débat est donc ouvert ! * Ancien professeur à la Faculté des Sciences Juridiques. pourrait ainsi jouer pleinement le rôle qui lui est dévolu. d’Enquêtes et de Recherche –Béta-structures .Consultant. . provincial et communal. La région. repositionner la région en tant que centre de développement passe par le renforcement de ses ressources financières et humaines à tous les niveaux du découpage administratif : régional.21 La publication du projet de régionalisation de la dite commission a le mérite de poser le problème dans sa globalité en termes de développement durable. Economiques et Sociales de Rabat – Agdal Membre de l’association « ARTISANS DU MAROC » Directeur fondateur du Bureau d’Etudes. non pas sur les principes et critères qui ont déterminé ce nouveau découpage en 12 régions.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful