SESSION 1999

MI005

CONCOURS COMMUNS POLYTECHNIQUES

ÉPREUVE SPÉCIFIQUE-FILIÈRE

MP

INFORMATIQUE
DURÉE 2 heures :

Les calculatricesprogrammables et alphanumériquessont autoriskes, sous réserve des conditions déjînies dans la circulaire no 86-228 du 28 juillet 1986.

PRÉAMBULE: trois parties qui composent ce sujet sont indépendantes et peuvent être traitées par Les les candidats dans un ordre quelconque.

/Partie 1 : Logique et calcul des propositions 1
Une nouvelle série de composants informatiques dédiés au raisonnement logique a été conçue de manière à faciliter la détection de pannes. Chaque processeur effectue des raisonnements logiques et peut être, soit en état de fonctionnement normal, soit en état de panne. Il se comporte alors de la manière suivante :

- un processeur en état de fonctionnement normal ne peut affirmer que des propositions vraies;
- un processeur en état de panne ne peut affirmer que des propositions fausses.

Un ordinateur est composé de trois processeurs qui possèdent la même mémoire, donc les mêmes connaissances. Périodiquement, un ingénieur vient interroger l’ordinateur pour déterminer si certains processeurs sont en état de panne. Lors d’une séance de test, l’ingénieur pose les deux questions suivantes au processeur no 1 :
-

Est-ce que les processeurs no 2 et no 3 sont en état de fonctionnement normal ?n t Est-ce que le processeur no 2 est en état de fonctionnement n o m l ? ( ,
( (

Le processeur no 1 répond à la première question : t( Les processeurs no 2 et no 3 sont en état de fonctionnement normal. w Puis, il répond à la seconde question : a Le processeur no 2 est en état de panne. Nous noterons P1 (respectivement P2 et P3) la proposition t( le processeur no I (respectivement no 2 et no 3) est en état de panne B. Nous supposerons que I’état des trois processeurs ne peut pas changer entre les réponses aux deux questions.
) )

Question 1.1 Exprimer la réponse à la première question sous la forme d’une formule du calcul des propositions. Tournez la page S.V.P.
J. 6399

Question 1. déteminer l’état de chaque processeur.3 En utilisant le calcul des propositions (table de vérité ou formule de De Morgan). .2 Exprimer la réponse à la deuxième question sous la forme d’une formule du calcul des propositions.Question 1.

puis l’étude de l’algorithme de Prim qui produit un réseau de coût minimal. de téléphonie. ( A . Un problème de construction de réseau sera donc caractérisé par l’ensemble des points que l’on doit connecter et par l’ensemble des connexions possibles. possibles { ( A .D. on peut construire plusieurs réseaux dont les deux réseaux suivants : Question 11. de réseaux de distribution de gaz. . Ses applications pratiques concernent. O)..Partie II : Algorithmique et programmation en CaML] Cette partie doit être traitée par les étudiants qui ont utilisé le langage CaML dans le cadre des enseignements d’informatique.B ) . de même. Le but de cette partie est I’étude de l’algorithme de Prim utilisé pour construire des réseaux d’interconnexion de coût minimal.P.1 Le problème consistant à relier les points { A . Le coût d’un réseau est alors égal à la somme des coûts de chaque connexion le composant. Certains points ne pourront donc être reliés que par un chemin composé d’une suite de connexions toutes distinctes. ( B . Tournez la page S. De plus. Le problème posé consiste à connecter tous les points d’un ensemble de points de manière à ce que chaque point soit accessible depuis tous les autres points. chaque connexion possible aura un coût propre à sa réalisation.B ) la connexion de A à B et ((A. Nous appellerons réseau partiel un réseau connectant un sous-ensemble des points du problème. nous noterons ( A .O).B))le chemin de A àB. E ) } sera représenté par le graphe dont les connexions sont étiquetées par leur coût de réalisation : A partir du problème précédent.C ) . certaines connexions ne pourront pas être réalisées pour des raisons techniques. De plus. d’eau. } en utilisant les connexions E ( (C. d’électricité. (D. C.C). Lors de la construction du réseau. Exemple 11. le réseau construit ne devra pas contenir de cycles. la conception de réseaux routiers.V.1 Donnel. B . B . Cette étude sera réalisée en deux étapes : l’étude d’un algorithme de construction d’un réseau quelconque. . Pour distinguer ces deux cas. une représentation graphique de tous les réseaux qui peuvent être construits à partir de ce problème. Nous considérerons uniquement des problèmes pour lesquels il est possible de construire un réseau reliant tous les points en utilisant les connexions techniquement réalisables (problème connexe). entre autres.

Une connexion et son coût sont alors représentés par un triplet dont les deux premiers Cléments sont les extrémités et le dernier est le coût. ( 2 ‘ 4 / 1 ) . . 1 Représentation du problème en CaML Les points sont représentés par des valeurs entières. B . C. D . . Elles pourront éventuellement être utilisées dans les reponses aux questions : - appartient de type ’a -> ‘ a list -> bool telle que l’appel ( appartient e 1 ) renvoie la vaieur vrai si e appartient à la liste 1.Question 11. 2 . connexion == point * point * int. Exemple 11. le probltme donné en exemple est représenté par la valeur : ( [ 1 .taille de type ’a list -> int telle que l’appel (taille 1)renvoie le nombre d’Cléments contenus dans la liste 1. jusqu’à atteindre une solution (P. 4 .2 En associant les entiers 1 . E. puis en ajoutant un point et une connexion CO) à chaque étape. 5aux points A . parmi les diférents réseaux possibles. les réseaux de coût minimal. La connexion ajoutée à chaque étape relie un point du réseau partiel à un point externe au réseau partiel.. ( 1 / 3 / 1 ) . 4 . ( 2 / 3 / 2 ) .2 Précisel. comportant un seul point. 3 . 2 Construction d’un réseau quelconque Soit un problème connexe d’interconnexion des points de l’ensemble P en utilisant les connexions possibles de l’ensemble C (nous noterons C(C)l’ensemble des chemins que l’on peut construire à partir de l’ensemble de connexions C). L‘algorithme s’arrête lorsque tous les points ont été ajoutés.. [ ( 1 / 2 / 1 ) . 5 1 . type point == int. ( 4 / 5 / 2 ) 1 ) Nous supposons prédéfinies les fonctions suivantes dont le calcul se termine quelles que soient les valeurs de leurs paramètres. .Ck). ( 3 / 4 / 1 ) . 3 .Ci) en partant d’un réseau (PO. 2 . type reseau == (point list) * (connexion list). Un problème de construction d’un réseau est alors composé d’une paire dont le premier Clément est une liste d’entiers (les points) et le second Clément est une liste de triplets (les connexions). L‘algorithme construit une suite de réseaux partiels (Pi.

cocycle de Q dans (P.1 Correction de l’algorithme On remarquera que : V p E P. Cettefonctionfera appel à desfonctions récursives. q)} alors (Pi+l.2. 2.6 Montrer que :si (Pk.5 Montrer que :si (Pi. est un réseau. Question 11. Ci u { @.2.C).3 Montrer que : si (Pi. Justifier cette estimation. Question 11. 4))) n’est pas un réseau. Question 11.q ) } ) contient au moins un cycle. u {y) et Ci) i i C + = Ci u { @. Question 11.3 Algorithme de construction du réseau Question 11. ce réseau répond au problème (P. Utiliser pour cela Question 11.9 Donner une estimation de la complexité de lafonction cocycl e en nombre d’appels récursifs à cocycl e.({p}. est un réseau et p $! P et q $! Pialors Ci) i (Piu {p. est un réseau et p E P et q @ P et Pi+1 = P.4 Montrer que :si (Pi.12 Montrer que le calcul de la fonction construire se termine quelles que soient les valeurs de ses paramètres.8 Montrer que le calcul de la fonction cocycl e se termine quelles que soient les valeurs de ses paramètres.C). est un réseau construit par l’algorithme précédent avec ck) k = card(P). il Ci+l) Question 11. C i Question 11.2 Préliminaire : Construction d’un cocycle Soient un ensemble P de points et un ensemble C de connexions possibles entre les points de P. B 1’algorithmeprécédent sur 1 ’exemple11. Nous noterons w ( Q ) le Ci) sera donc prise dans w ( E ) . Tournez la page S. est un réseau et p E P et q E P.P.10 Appliquer <( à la main la représentation graphique. et ( p . q ) $! C alors Ci) i i (Pi. . u { ( p . alors 2. le cocycle d’un sous-ensemble Q de points de P est le sous-ensemble des connexions de C reliant un point de Q à un point qui n’appartient pas à Q (donc appartenant à P \ Q).11 Écrire une fonction CaML construire. Co).7 Écrire en CaML une fonction récursive cocycl e de type point l i s t -> connexion l i s t -> connexion l i s t telle que l’appel (cocycle q c) calcule le cocycle du sous-ensemble de points q d e l’ensemble de points P reliés par les connexions de l’ensemble c. Question 11. appliquant 1’algorithme précédent. de type point l i s t -> connexion list -> reseau telle que l’uppel (const ruire p c ) construit un réseau pour le problème connexe qui consiste à relier 1’ensemble de points p en choisissant les connexionsparmi l’ensemble c. La connexion ajoutée au réseau (el Question 11.V.q}.0) est un réseau que l’on notera (Po.

renvoie la liste 1 dans laquelle la connexion c a été insérée en respectant cet ordre. un Soit H = (P. cl est une connexion de coût minimal dans w ( X ) alors H’ est un Question 11. p 2 ) . > (pn-1.15 Soit c une connexion de w ( X ) n {@O.. il est généralement possible de construire plusieurs réseaux distincts répondant au problème d’interconnexion. Justijîer cette estimation. la connexion ajoutée au réseau partiel à chaque étape de l’algorithme ne sera plus choisie au hasard dans le cocycle mais sera la connexion de coût minimal parmi les connexions possibles du cocycle.19 Modifier la fonction cocycl e de la question II. Il est donc nécessaire d’adapter l’algorithme précédent de manière à construire un réseau de coût de réalisation minimal. Question 11. Les coûts de construction de ces réseaux sont en général différents. Soit une connexion c’ = ( p o . Pour cela.18 Montrer que 1’applicationde 1’algorithme de Prim produit un réseau minimal pour un problème donné.1 Correction de l’algorithme de Prim Soit ( X .{ c l } U 2)contient au moins un cycle (application de la question II. 7 en utilisant la fonction inserer pour construire un cocycle ordonné. (p1. .2‘) avec 2’ = (2 \ { c } ) U { c l } est un réseau quelconque répondant au problème. ) E u(X) que CI $ 2.16 Donner une relation liant les coûts de H’ et de H . 3.. Question 11. (pn-l.C). L‘algorithme obtenu est appelé algorithme de Prim B. p p Montrer que H’ = (P. pl). c l } 7 * * Question 11-14 Montrer que w ( X ) n { @ o . (pn-1.13 Donner une estimation de la complexité de la fonction cons t r u i r e en fonction de la complexité de cocycl e et du nombre d’appels récursifs internes à construire. dont on admettra que la complexité est un O(taiZZe(Z)). .* . 2 ) .3) noté (@O. ) } # 0.? Po)) et composé des connexions { ( p 0 .Question 11. . pn). ( p l . ’ . p l ) . p . On ne demande pas d’écrire cette fonction. ’ p. Question 11. p 2 ) .2)un réseau de coût minimal répondant à ce même problème tel que Y 2.pn)}# 8.. 3. 3 Construction d’un réseau de coût minimal À partir d’un ensemble donné de connexions réalisables. Question 11. telle On remarquera alors que (P.2 Algorithme de Prim :Construction d’un réseau de coût minimal On dispose de plus d’une fonction récursive CaML inserer de type connexion -> connexion list -> connexion list telle que l’appel ( inserer c 1) sur une liste 1 ordonnée selon le coût des connexions..Y) réseau partiel pour le problème (P.17 Montrer que :si réseau de coût minimal.* . p l ) t (pl.

velle fonction cocycl e Justijîer cette estimation. Question 11.20 Donner une estimation de la complexité dans le pire cas en fonction de la complexité de inserer et du nombre d’appels récursifs de la fonction cocycl e modiJiée.P. .Question 11.21 Donner une estimation de la complexité dans le pire cas en fonction de la complexité de cocycl e et du nombre d’appels récursifs internes à la fonction construire utilisant la nou. Justilîer cette estimation.V. Tournez la page S.

une représentation graphique de tous les réseaux qui peuvent être construits à partir de ce problème. de réseaux de distribution de gaz. Le but de cette partie est l’étude de l’algorithme de Prim utilisé pour construire des réseaux d’interconnexion de coût minimal.(C. de même. chaque connexion possible aura un coût propre à sa réalisation. Ses applications pratiques concernent. ( B . d’électricité.B ) . entre autres. Le problème posé consiste à connecter tous les points d’un ensemble de points de manière à ce que chaque point soit accessible depuis tous les autres points. Nous appellerons réseau partiel un réseau connectant un sous-ensemble des points du problème. Pour distinguer ces deux cas. Nous considérerons uniquement des problèmes pour lesquels il est possible de construire un réseau reliant tous les points en utilisant les connexions techniquement réalisables (problème connexe). nous noterons ( A ..B))le chemin de A à B. Lors de la construction du réseau. le réseau construit ne devra pas contenir de cycles.B ) la connexion de A à B et ((A.D. ( A .( B . Cette étude sera réalisée en deux étapes : l’étude d’un algorithme de construction d’un réseau quelconque.O). Le coût d’un réseau est alors égal à la somme des coûts de chaque connexion le composant. (D. D ) . de téléphonie. B . Exemple 11. C. d’eau. Un problème de construction de réseau sera donc caractérisé par l’ensemble des points que l’on doit connecter et par l’ensemble des connexions possibles. ) en utilisant les connexions E possibles { ( A . De plus.IPartie II : Algorithmique et programmation en PASCAL1 Cette partie doit être traitée par les étudiants qui ont utilisé le langage PASCAL dans le cadre des enseignements d’informatique. la conception de réseaux routiers. . certaines connexions ne pourront pas être réalisées pour des raisons techniques.1 Donnel. De plus. Certains points ne pourront donc être reliés que par un chemin composé d’une suite de connexions toutes distinctes. ) } sera représenté par le graphe dont les E connexions sont étiquetées par leur coût de réalisation : A partir du problème précédent. puis l’étude de l’algorithme de Prim qui produit un réseau de coût minimal. C ) ..1 Le problème consistant à relier les points ( A ... on peut construire plusieurs réseaux dont les deux réseaux suivants : Question 11.C ) .

FUNCTION LP-cons( t : INTEGER. .est une fonction qui renvoie le nombre d’Cléments contenus dans la liste pts. Une liste de points est représentée par le type de base POINTS.est une fonction qui renvoie la première extrémité de cx. 1 Représentation du problème en PASCAL Les points sont représentés par des valeurs entières (type INTEGER). :INTEGER. Tournez la page S. FUNCTION LP-tete(pts:POINTS) :INTEGER. est une fonction qui renvoie une liste de points dont la tête est t et la queue q. les réseaux de coût minimal. FUNCTION LC-queue( cxs :CONNEXIONS) :CONNEXIONS.est une fonction qui renvoie une connexion dont les extrémités sont pl et p2 et dont le coût est c. est une fonction qui renvoie la seconde extrémité de cx.2 Précisel. q :POINTS) :POINTS. FUNCTION C-extra(cx: CONNEXION) :INTEGER. est représenté par le type de base RESEAU.est une fonction qui renvoie le coût de cx. est une fonction qui renvoie la tête de pts. FUNCTION R-cons(pts:POINTS. pts :POINTS):BOOLEAN. est une fonction qui renvoie la queue de pts.est une fonction qui renvoie la tête de cxs. q:CONNEXIONS) :CONNEXIONS.est une fonction qui renvoie une liste de connexions dont la tête est t et la queue q. composé de la liste des points et de la liste des connexions.P. cxs :CONNEXIONS) :RESEAU. FUNCTION C-cout(cx:CONNEXION) :INTEGER.Question 11.est une fonction qui renvoie la valeur vrai si p appartient à la liste pts. FUNCTION LP-appartient(p: INTEGER. parmi les difSe’rentsréseaux possibles. FUNCTION LC-tete(cxs:CONNEXIONS) :CONNEXION. Nous supposons prédéfinies les constantes et les fonctions suivantes dont le calcul se termine quelles que soient les valeurs de leurs paramètres. Une connexion.V. c : INTEGER):CONNEXION. p2 FUNCTION C-cons(pl.est une fonction qui renvoie un réseau constitué des points de la liste pts reliés par les connexions de la liste cxs. composée de deux extrémités et d’un coût. FUNCTION C-extrl(cx:CONNEXION) :INTEGER. Elles pourront éventuellement être utilisées dans les réponses aux questions : NIL représente la liste vide de points ou de connexions. FUNCTION LP-taille(pts:POINTS) :INTEGER. Une liste de connexions est représentée par le type de base CONNEXIONS.est une fonction qui renvoie la queue de cxs. est représentée par le type de base CONNEXION. FUNCTION LP-queue(pts:POINTS) :POINTS. Un problème de construction d’un réseau. FUNCTION LC-cons( t :CONNEXION.

q ) }) n’est pas un réseau. jusqu’à atteindre une solution ( P .C k ) . cxs :CONNEXIONS) :CONNEXIONS.1 Correction de l’algorithme On remarquera que : V p E P. Ci+l)est un réseau. 2. i # Ci alors # Pi et q 6P alors i Question 11. LC-cons( C-cons( 1 3 1 ) .alors ce réseau répond au problème (P. 1 ) . le problème donné en exemple est représenté par la valeur : R-cons ( LP-cons( 2 LP-cons( 3 . Question 11.Ci) est un réseau et p (Pi u { p .6 Montrer que : si (Pk. Question 11.Ci) en partant d’un réseau (Po. c) calcule le cocycle du sous-ensemble de points q d e l’ensemble de points P reliés par les connexions de 1’ensemble c.Ci)est un réseau et p E Pi et q E Pi et ( p . telle que l’appel cocycl e ( q.C).Ck) est un réseau construit par l’algorithme précédent avec k = card(P). LP-cons( 1 LP-cons( 4 . 4 . et Pi+l = Pi U { q } et Question 11. LC-cons( C-cons( 2 . L‘algorithme s’arrête lorsque tous les points ont été ajoutés. une fonction récursive cocycle (pts: P O I N T S .Co) comportant un seul point.2 Préliminaire :Construction d’un cocycle Soient un ensemble P de points et un ensemble C de connexions possibles entre les points de P . 1 ) .Ci) sera donc prise dans w (Pi).5 Montrer que :si (Pi. 4 . le cocycle d’un sous-ensemble Q de points de P est le sous-ensemble des connexions de C reliant un point de Q à un point n’appartenant pas à Q (donc appartenant à P \ Q).7 Écrire en PASCAL. puis en ajoutant un point et une connexion à chaque étape. Nous noterons w ( Q ) le cocycle de Q dans ( P . La connexion ajoutée à chaque étape relie un point du réseau partiel à un point externe au réseau partiel.Exemple 11. q ) } ) contient au moins un cycle. LC-cons( C-cons( 4 5 2 ) .C).Co). NIL ) ) ) ) ) ) ) 2 Construction d’un réseau quelconque Soit un problème connexe d’interconnexion des points de l’ensemble P en utilisant les connexions possibles de l’ensemble C (nous noterons C(C)l’ensemble des chemins que l’on peut construire à partir de l’ensemble de connexions C).D . L‘algorithme construit une suite de réseaux partiels (Pi. ( { p } .2 En associant les entiers 1 .3 Montrer que : si (Pi. . LC-cons( C-cons( 2 3 2 ) . 0) est un réseau que l’on notera (Po. La connexion ajoutée au réseau (Pi. 5aux points A . C u { (p. 4 . LC-cons( C-cons( 3 . C. 3 .Ci u { ( p . Question 11. LP-cons( 5 NIL ) ) ) ) ) LC-cons( C-cons( 1 2 1 ) . q ) } alors (Pi+l. E. B . 2.Ci) un réseau et p E Pi et q est Ci+l = Ci u { ( p . q } . 2 .4 Montrer que :si (Pi. 4 P. q ) (Pi.

Justijier cette estimation..appliquant l’algorithmeprécédent. Utiliserpour cela la représentation graphique. . @ n . Justi$er cette estimation. Question 11. I est donc nécessaire d’adapter l’algorithme précédent de manière à construire un réseau de coût de réalisation minimal. Les coûts de construction de ces l réseaux sont en général différents. Cette fonction fera appel à des fonctions récursives.P n . p n ) } # 0.10 Appliquer à la main >> 1’algorithmeprécédent sur 1’exemple11..{ d } U 2) contient au moins un cycle (application de la question 11.9 Donner une estimation de la complexité de la fonction cocycl e en nombre d’appels récursifs à cocycl e.@ 1 . Tournez la page S. 3. p 2 ) . Pour cela.13 Donner une estimation de la complexité de la fonction construire enfonction de la complexité de cocycl e et du nombre d’appels récursifs internes à construire. c ) construit un réseau pour le problème connexe qui consiste à relier l’ensemble de points p en choisissant les connexions parmi l’ensemble c. . Question 11.2) réseau de coût minimal répondant à ce même problème tel que Y C 2. un Soit H = (P. p l ) .Question 11.15 Soit c une connexion de w ( X ) n { ( p o . 2. Question 11. il est généralement possible de construire plusieurs réseaux distincts répondant au problème d’interconnexion..P. telle que l’appel construire ( p .pn) E w ( X ) telle que d 4 2.P n ) .12 Montrer que le calcul de la fonction construire se termine quelles que soient les valeurs de ses paramètres. la connexion ajoutée au réseau partiel à chaque étape de l’algorithmene sera plus choisie au hasard dans le cocycle mais sera la connexion de coût minimal parmi les connexions possibles du cocycle. c l } .Po)) et composé des connexions {(Po. Question 11. . (Pl P2).C).3) noté ((Po.8 Montrer que le calcul de la fonction cocycl e se termine quelles que soient les valeurs de ses paramètres. On remarquera alors que (P.11 Écrire une fonction PASCAL construire ( p t s:P O I N T S . Montrer que H’ = (P.3 Algorithme de construction du réseau Question 11. * * 7 * Question 11..l .7 (Pn-1. L‘algorithme obtenu est appelé (< algorithme de Prim >>. un Soit une connexion c’ = @o.2 ) ‘ avec 2’= (2 {c}) U {c‘) est un réseau quelconque répondant au \ problème. Pl).V.Y) réseau partiel pour le problème (P. 3 Construction d’un réseau de coût minimal À partir d’un ensemble donné de connexions réalisables. cxs :CONNEXIONS) :RESEAU.2. .1 Correction de l’algorithme de Prim Soit (X..

. 1) sur une liste 1ordonnée selon le coût des connexions.17 Montrer que :si c‘ est une connexion de coût minimal dans w ( X ) alors H’ est un réseau de coût minimal. 3.20 Donner une estimation de la complexité dans le pire cas enfonction de la complexité de inserer et du nombre d’appels récursifs de la fonction cocycl e modifiée. Question 11.Question 11.19 Modifier la fonction cocycl e de la question 11.16 Donner une relation liant les coûts de H’ et de H .2 Algorithme de Prim : Construction d’un réseau de coût minimal On dispose de plus d’une fonction récursive PASCAL inserer (c:CONNEXION. Question 11. Question 11.telle que l’appel inserer ( c . Justijler cette estimation. dont on admettra que la complexité est un O(taiZZe(Z)). renvoie la liste 1dans laquelle la connexion c a été insérée en respectant cet ordre. JustiJiercet[e estimation.7 en utilisant la.21 Donner une estimation de la complexité dans le pire cas en fonction de la complexité de cocycl e et du nombre d’appels récursifs internes à la fonction construire utilisant la nouvelle fonction cocycl e.18 Montrer que 1 ’application de l’algorithme de Prim produit un réseau minimal pour un problème donné. Question 11. Question 11.fonction inserer pour construire un cocycle ordonné. On ne demande pas d’écrire cette fonction. cxs :CONNEXIONS):CONNEXIONS.

~ de transition est définie par : a.B . Un état initial sera entouré d’un cercle @ et un état final sera entouré d’un double cercle @- Le langage sur X*reconnu par cet automate fini est : Étude de l’exemple II Soit l’automate fini déterministeEl = ( { A .c Question 111. . A. soit A le symbole représentant le mot vide (-2 @ -l-). D}.Un ensemble d’états terminaux : T C Q. S) composé de : i.Une fonction de transition : b : X x Q +Q Les valeurs de la fonction de transition 6 seront représentées par un graphe dont les nœuds sont les états. D}. C. b. .Un ensemble d’états : Q.P. {B. 6 ~ dont)la fonction { C. . ensemble de symboles. . Soit l’alphabet X. un un automate fini sur X est un quintuplet A = (Q. c}.a . T . . X. Tournez la page S.1 Caractériser le langage reconnu par I l par une expression régulière ou ensembliste.IPartie III : Automates et langages 1 Le but de cet exercice est l’étude des propriétés de l’opération x calculant le produit de deux automates finis déterministes.V.L‘état initial : i E &.

q 2 ) ) ( 6 ( n al). 6.62)deux automates jïnis déteministes.6 Montrer que . Étude de l’automate << produit >> Question 111. X .1 (Produit d’automates) Soient Al = (QI. G}.*(rn. Question 111.Sl) et A2 = ( Q 2 .F. 4 2 ) ) = ( f r .q l . E . q1.!. Construction de l’automate << produit >> :€1 x €2 Soit I’opération interne x sur les automates finis déterministes définie par : Déf.3 Construire l’automate El x &2. 111.7 Quelle relation liant les langages reconnus par Al.2 Caractériser le langage reconnu par &2 par une expression régulière ou ensembliste. Question 111. { F .Tl.H } . { a . T2.4 Caractériser le langage reconnu par El x &2 par une expression régulière ou ensembliste.(A2)).-m E L(A1 x A2) * ( m E L(A1) A m E .) dont la fonction de transition est définie par : Question 111. b. c}.5 Montrer que Sfx2(m. A2 et Al x déduire ? peut-on en Fin de l’énoncé . Comparer ce langage avec les langages reconnus par &1 et &2.X . 4 2 . G. l’automate produit A = Al x A2 est déjïni par : Question 111.Étude de l’automate &2 Soit l’automate fini déterministe &2 = ( { E . A2 Question 111. SE.