La première guerre mondiale (1914 – 1918

)

Les causes de la guerre
Activité 1

Document 1 : Les empires coloniaux au début du XXème siècle

1. 2. 3.

Coloriez sur la carte les empires coloniaux britannique et français. Quels sont les avantages qu’assurent les empires coloniaux à leur métropole ? Quel est le problème entre le développement économique accéléré de l’Allemagne et la situation coloniale que vous observez sur la carte ?

130

La première guerre mondiale (1914 – 1918)

A la fin du XIXème siècle, l’industrie allemande, en plein essor, inonde le mode de ses produits. L’empereur Guillaume II affirme : « Notre avenir est sur l’eau ». Il charge l’amiral Tirpitz de développer la flotte allemande.

« A cette époque [1895], deux nécessités apparaissent : la nécessité tactique d’une flotte de combat, si vraiment nos aspirations tendaient à jouer un rôle sur mer (…) ; d’autre part, la nécessité politique de créer une flotte de protection pour les intérêts maritimes allemands (…). Le maintien de notre commerce d’exportation, à défaut d’une puissance maritime nationale, dépendait du bon vouloir des étrangers, c’està-dire des concurrents. » Document 2 : La volonté allemande (Von Tirpitz, Mémoires du Grand Amiral Von Tirpitz)

« Le développement qu’atteindra la flotte allemande est très inquiétant… Les caractéristiques de la flotte allemande montrent qu’elle a été construite en vue d’une action agressive et offensive de la plus grande envergure dans la mer du Nord ou l’Atlantique septentrional. » Document 3 : L’inquiétude anglaise (Déclaration de W. Churchill, 1912) Quels sont les objectifs poursuivis par l’Allemagne à la fin du XIXème siècle (documents 2 et 3) ? Pourquoi inquiètent-ils particulièrement les Anglais (document 3) ?

4. 5.

Document 4 : Illustration d’un manuel scolaire français utilisé en 1914

6. 7.

Quelle partie de la carte de France est en noir ? Pourquoi ? Quel message cette image veut-elle transmettre aux écoliers français ?

131

La première guerre mondiale (1914 – 1918)

« Jusqu’à la crise de l’annexion de la Bosnie-Herzégovine [en 1908]. Sur quoi reposait cet équilibre ? L’Autriche-Hongrie est-elle seule responsable ? 132 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . il est vrai mais précieuse pour le prestige du sultan-calife de l’islam. Gauvain. les « jeunes Turcs ».Document 5 : Les alliances en Europe en 1914 Nommez les deux alliances politiques au début du XXème siècle en Europe et indiquez quels en sont les membres ? Quelles sont les zones de tension ? Quelles revendications sont à la base de ces tensions ? 8. sans parler de la Crète. et cette question était l’une des plus graves qui fussent dans cette Autriche-Hongrie dont les morceaux mal juxtaposés peuvent se disjoindre au moindre choc. Toute la question serbe était soulevée. Du même coup la Turquie. En 1917. groupe révolutionnaire. perd sa souveraineté sur un Etat vassal et sur deux belles provinces : souveraineté nominale. La révolution turque** se trouvait ruinée dans son principe et ses résultats. Dès que la question d’Orient fut ouverte dans toute son ampleur. En transformant en une annexion officielle le droit d’occupation que le congrès de Berlin lui avait accordé sur deux provinces ottomanes*. Enfin elle donnait un élan irrésistible aux revendications grecques sur la Crète. » * Composant la Bosnie-Herzégovine en 1878 ** En 1908. un analyste français accuse l’Autriche-Hongrie d’avoir rompu l’équilibre des Balkans. l’empereur François-Joseph faillit déjà déclencher une lutte armée (…). les raisons permanentes de rupture entre les deux grands groupements politiques européens étaient contrebalancées par la crainte presque universelle des calamités d’une guerre générale. L’initiative autrichienne se combinait aussi avec la proclamation de l’indépendance de la Bulgarie. Les origines de la guerre européenne. 9. 1917) 10. imposent au Sultan une modernisation du pays Document 6 : L’analyse française (A. l’esprit de guerre l’emporta.

(…) Si la Russie attaque l’Autriche. L’attentat avait été préparé par la Serbie. Si nous le faisions (…) son abaissement et ses divisions intérieures en seraient encore accélérés. » Document 7 : L’analyse de l’Autriche-Hongrie en 1912 (Déclaration du ministre austro-hongrois des Affaires étrangères.« [Une Serbie agrandie] serait une attraction permanente pour tous les éléments yougoslaves en Bosnie et en Herzégovine. D’où vient le danger pour les intérêts autrichiens ? Quel est-il ? 12. « L’Autriche veut régler ses comptes avec la Serbie. 1912) 11. héritier d’Autriche. si la Serbie ne songe pas à abandonner sa politique antiautrichienne (…). secrétaire d’Etat allemand aux Affaires étrangères. 29 juin 1914 En Bosnie. à son compte doit être attribué le crime récent dont les fils conduisent à Belgrade (…). nous ne devons pas reculer. Cette agitation de l’autre côté de la frontière [de l’Autriche – Hongrie] menace constamment la sécurité et l’intégrité de ses territoires. sont assassinés par un étudiant le 28 juin 1914. annexée en 1908 par l’Autriche. Pourquoi appelle-t-on les Balkans la « poudrière de l’Europe » et depuis quand ? Pourriez-vous expliquer le fait que la première guerre mondiale commence dans les Balkans ? Document 8 : L’attentat de Sarajevo. (…) Nous ne devons et ne pouvons arrêter son bras. et sa femme. D’où vient la volonté de l’Allemagne de ne pas limiter le conflit ? « Avec l’autorisation tacite de la Serbie officielle. 18 juillet 1914) 13. » Document 9 : Berlin soutient Vienne (Lettre de Jagow. Dans ces circonstances. (…) Ou l’Autriche se procurera de sûres garanties par une association économicopolitique étroite avec une Serbie agrandie (…) ou. à son ambassadeur à Londres. et constituerait un danger pour la tranquillité et la sécurité de l’Autriche-Hongrie. la propagande de la Grande-Serbie s’est augmentée continuellement . la monarchie sera contrainte de sauvegarder elle-même ses intérêts. Croatie. l’archiduc François-Ferdinand. Le Petit Parisien. Slavonie et Dalmatie. les demandes du gouvernement austro-hongrois ne 133 La première guerre mondiale (1914 – 1918) .

si nécessaire. parce que toute intervention d’une autre puissance serait. l’attitude adoptée récemment par l’opinion publique et aussi par le gouvernement en Serbie n’exclut pas l’appréhension que le gouvernement serbe pourrait refuser. comment l’Autriche doit-elle réagir et pourquoi ? 16. (…) Le gouvernement impérial désire ardemment que le conflit soit localisé. » Document 10 : Aux origines du conflit (Note des ambassadeurs d’Allemagne. n’aurait alors d’autre choix que d’obtenir l’exécution de ses demandes. Quel est le « crime récent » évoqué dans le document 10 ? Qui en est responsable ? 15. 24 juillet 1914) 14. s’il ne veut pas définitivement abandonner le statut de puissance de l’Autriche. Selon les auteurs du document 10. Comment le conflit devient-il européen ? 134 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . en vue des différentes obligations qui résultent des traités. Quelles peuvent être les conséquences de la politique autrichienne ? 17. En quoi ce document contredit-il le document 9 ? 28 juin attentat de Sarajevo 23 juillet 28 juillet 30 juillet 31 juillet 1er août Ultimatum autrichien à la Serbie Guerre Autriche – Serbie Mobilisation russe Ultimatums allemands à la Russie et à la France Mobilisation allemande Guerre Allemagne – Russie Mobilisation française Invasion de la Belgique 3 août 4 août 5 août Guerre Allemagne – France Guerre Royaume – Uni – Allemagne Guerre Autriche – Russie : guerre (le pays qui la déclare est indiqué en premier) Document 11 : L’enchaînement des alliances (juillet – août 1914) 18. suivie de conséquences incalculables. Le gouvernement austro-hongrois. Malgré cela.peuvent être regardées autrement que comme équitables et modérées. par l’emploi de mesures militaires.

Quelles sont les principales raisons du déclenchement du conflit ? Y a-t-il un responsable unique ? Mots clés Mots clés Empire colonial : ensemble des territoires dépendant d’une métropole (colonies. militaire. Impérialisme : politique d’expansion d’un Etat visant à imposer sa domination à d’autres Etats . désignée comme un lieu de conflits et de tensions politiques. coloniale ou culturelle. dans le système colonial. expression utilisée par la presse européenne pour qualifier la région des Balkans.Question de synthèse 19. Etat dominant. Métropole : « Poudrière de l’Europe » : 135 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . cette domination peut être économique. protectorats…) et directement administrés par elle après leur conquête militaire.

La guerre de tranchées et les armes nouvelles Activité 2 Document 1 : Guerre de mouvement et guerre de position 1. Relevez les différentes étapes de la guerre d’après la frise chronologique. 136 La première guerre mondiale (1914 – 1918) .

photographie Document 3 : Les tranchées 2. 3. 4. 137 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . 5. De quelle façon les soldats sont-ils protégés individuellement et collectivement ? Indiquez un exemple d’arme empêchant la progression des soldats vers la tranchée ennemie. Comment est organisé le front ? Décrivez l’équipement des soldats en utilisant les mots clés.Document 2 : Soldats français dans les tranchées avant l’assaut.

en face de leur puissance colossale. 9. qui étaient autrefois un objet de raillerie. bêtes d’acier invulnérables écrasant les morts et les blessés (…) . Ces canons qui déversent sur nous leurs feux roulants. » Document 4 B : Les tanks (E. leurs chenilles sont infinies. Quelle est l’importance de cette circonstance pour l’évolution de la guerre de tranchées et pour l’issue de la Grande guerre ? 138 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . véritable flotte de cuirasses mugissantes et crachant la fumée. Ils se déroulent en longues lignes blindées et incarnent pour nous.Document 4 A : Construction de chars à l’usine Renault. nous ne les voyons pas . nos bras sont des fétus et nos grenades des allumettes. A l’ouest rien de nouveau) 6. les lignes offensives des adversaires sont composées d’êtres humains. photographie « Les tanks. sont devenus une arme terrible. la France a produit davantage de tanks. 7. comme nous . Quels avantages dans les champs de bataille procure l’utilisation du tank ? En comparaison avec l’Allemagne. l’horreur de la guerre. comme la guerre : elles apportent la destruction. lorsque impassiblement elles descendent dans les entonnoirs et en ressortent sans s’arrêter. plus qu’autre chose. mais ces tanks sont des machines. 8. Quel effet exerce sur les soldats l’apparition du char (document 4 A et 4 B) ? Soulignez les expressions dans le texte (document 4 B) qui illustrent cet effet. Remarque.M.

contre 2 400 pour les Allemands. 10. Quelles sont les deux missions de l’aviation représentées par les deux appareils ? 139 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . avec 6 200 avions.Document 5 : Combat aérien Les Alliés ont alors la maîtrise du ciel.

les grands responsables de la boucherie de 1914 – 1918 sont l’artillerie et les mitrailleuses. (…) des vomissements le secouèrent. Les paroles devinrent des grognements. la lumière du jour. les lacrymogènes. elle a tué autour de nous tout ce qui vivait. les noirs déchirements des mines tombant par quatre. dites quel est l’effet foudroyant du gaz sur l’homme ? Est-ce qu’il exerce une influence seulement sur l’homme ? 140 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . celui-ci forme l’un des plus terribles aspects de la guerre moderne. les masques se déplièrent. Nous avions tout vu : les mines. 1923) 13. des groins remplaçaient les têtes. tout ce qui respirait. 20 mars 1917) « L’odeur chimique répandit l’angoisse. photographie 11. le bouleversement des bois. Valet de gloire. mais tout cela n’est pas comparable à ce brouillard qui. D’après les spécialistes militaires. Pourquoi ? Quels sont leurs avantages ? 12. (…) Les casques s’enlevèrent. a voilé à nos yeux l’éclat du soleil. se sont étendus à nos pieds et ne se sont plus réveillés. La respiration qui couvrait de buée les lunettes de mica isolait chacun dans sa maladresse aveugle. nos compagnons d’infortune. Les petits oiseaux sont tombés dans les boyaux. Des blessés oubliés crachèrent leurs entrailles empoisonnées. les blessures les plus affreuses et les avalanches de fer les plus meurtrières. pendant des heures longues comme des siècles. les obus. les mains tremblaient en les assujettissant. » Document 7 : Les gaz (« Le Filon ». (…) B. » Document 8 (J. En analysant les documents 7 et 8. Dès l’utilisation du gaz par les Allemands pour la première fois à Ipres en 1915.. sous son masque. Quelle est l’importance de leur utilisation dans la guerre de position ? « Avec la vague. elle a imprégné nos vêtements et nos couvertures. ne pouvait plus respirer parce qu’il avait trop couru (…). Rieder. la mort nous a enveloppés. Il arrache son masque. Jolinon. la blanche purée de la neige.Document 6 : Le long Max qui bombarda Paris à 120 km de distance en 1918. les chats et les chiens. Les oreilles rougissaient sous les cheveux suants.

14. Les armes nouvelles utilisées pendant la Grande guerre L’artillerie et les mitrailleuses Le char L’aviation Les gaz Les effets Les avantages Les moyens de protection 141 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . Remplissez le tableau ci-dessous d’après les documents précédents.

économiques. ensemble des moyens militaires. fil de fer qui est garni de pointes. Projectile : Stratégie : 142 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . servant à lancer des boulets. corps (balle. bouche à feu. arme automatique à tir rapide. bombe) lancé par une arme contre quelqu’un. guerre dans laquelle les troupes se défendent dans les tranchées ou des fortifications afin d’empêcher l’adversaire de progresser. instrument qui protège de l’intoxication par les gaz. au sens militaire. engin blindé. gaz qui détermine une sécrétion anormale des larmes. Comment le progrès technique change-t-il le caractère de la guerre ? Mots clés Mots clés Casque : Char : Fil barbelé : Guerre de mouvement : Guerre de position (de tranchées) : Lacrymogène : Masque à gaz : Mitrailleuse : Mortier : Observer : attribut militaire qui couvre et protège la tête. mis en œuvre dans le but de remporter la victoire finale. accumuler des informations d’une grande importance pour des plans et des actions militaires. obus. guerre qui repose sur des offensives rapides dans le but de vaincre rapidement l’adversaire. renseigner. monté sur chenilles. politiques.Question de synthèse 15.

comte de (1838 – 1917) Officier. puis industriel allemand (Constance 1838 – Berlin 1917).Biographies Biographies Zeppelin : Ferdinand. 143 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . Le premier Zeppelin fut essayé en 1900. Il prit sa retraite de la carrière militaire en 1890 et se consacra ensuite à la construction de dirigeables rigides (formule inventée et brevetée en 1873 par l’ingénieur français Spiess) dont l’enveloppe était constituée par un certain nombre de cellules indépendantes pour limiter l’importance de toute fuite de gaz.

ce trou. avec leur gobelet. nous sommes pris d’enfilade par les obus allemands. des rats énormes. Permet-il aux soldats de se reposer ? Quels sont les mots utilisés par l’auteur pour le décrire ? « La marmite fumante de jus circule… Chacun y trempe son quart et la moitié du bras. on est fixé » . Jacques a vu des rats s’enfuir. bien entendu. la moitié de leur main sale dans la marmite de soupe. Quand les obus tombent tout près. Le casque avait roulé. On dirait que c’est accommodé avec du cirage. » Document 1 : L’abri (Témoignage cité dans J. on est plongé dans un silence de cave. la guerre signifie des mois. La vie quotidienne des soldats pendant la Grande Guerre. le froid tombe. l’abri est froid. Ce boyau est rempli de cadavres à différents endroits. Parfois. Rectangulaire. Et ils sont deux ou trois à tourner cela avec des morceaux de bois. « Comme ça disent les hommes. Car on sait bien qu’en fait de propreté. suintant. Avec de la paille sur le sol (pas toujours). vide de chair . le 144 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . Cazin. Un peu de terre se détache du plafond boisé et vous tombe dessus. les fourniments. dans la boue. En même temps que l’obscurité. Meyer. des poux. Et je ne parle pas de la table. 3. Le cœur battant. Je regarde le plat par curiosité. On se trouve alors dans un réduit noir. Humide. nous demandant à boire ou nous suppliant de les achever… Quand nous arrivons à l’ouvrage B.La vie dans les tranchées Activité 3 « On descend de huit à dix marches. des années. Quel est le repas ordinaire des soldats ? Comment nettoie-t-on les marmites et les tables ? « Pour des millions d’hommes. tout est perdu dès que le cuisinier commence seulement à puiser l’eau. dans la boue. Retrouvez dans l’activité précédente (document 3) où se trouve l’abri. l’ordre est venu : « Vous devez tenir coûte que coûte. L’Humaniste à la guerre. ne reculer à aucun prix et vous faire tuer jusqu’au dernier plutôt que de céder un pouce de terrain ». Nos pieds sont des blocs de glace. l’abri sonne comme un tambour. J’essaie d’être dans les premiers. Si le canon se tait. 2. 1920) 4. Aux parois. En suivant le boyau d’Haumont. des piquets plantés profondément permettent d’accrocher les fusils. C’est la deuxième nuit que nous allons passer sans sommeil. la faim. histoire de sauvegarder l’apparence. » « Un soir. le froid. sous la menace permanente de la mort. il ne me reste que 17 hommes sur les 39 que j’avais au départ. Le premier bourgeois s’enfuirait tout tremblant à voir les caporaux plongeant. L’homme montrait sa tête grimaçante. très humide et. De la brigade. Bas de plafond. qu’on nettoie avec un balai des lieux d’aisance. » Document 2 : Le repas (P. gras de viande humaine. 1966) 1. il rampait vers un mort. Les pommes de terre sont cuites. quand le sol est crayeux. Des mourants sont là râlant. quand il y a une table.

une bête qui a faim. 1916) Document 4 : L’intérieur d’un abri C’est pour protéger les dormeurs contre les rats que ce modèle a été créé – on sait combien le voisinage des rats est désagréable pour les soldats sur le front. car les bouchers qui nous commandent nous ont fait faire cette attaque sans aucune préparation d’artillerie. ils se sont lancés à l’assaut.crâne à nu. 5. Quelles sont les conditions de vie sur le front illustrées par les documents 3 et 4 ? Contre qui les soldats luttent-ils quotidiennement ? « Je vis comme une bête. Comment le soldat voit-il son existence ? « Tous. un soldat a imaginé le lit dont cette photo fait comprendre la disposition. L’audace et la voracité de ces rongeurs sont extraordinaires. Un dentier avait glissé sur la chemise pourrie. » Document 5 : L’état des esprits (G. Pour mieux se protéger la nuit contre ces visiteurs répugnants. C’est honteux de jouer ainsi de la vie des hommes. où l’on ne se défend pas. » 145 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . les yeux mangés. 1930) 7. Les dégâts qu’ils commettent ont rendu nécessaires de véritables battues. Je comprends qu’ils aient renoncé à se poser des questions. Chevallier. La peur. 6. pleins d’un entrain admirable. et de la bouche béante une bête immonde avait sauté. cette guerre de fonctionnaires et de terrassiers. C’était juste si on ne nous avait pas enlevé nos armes pour partir à l’assaut. » Document 3 : Dans les tranchées (Témoignages d’officiers et de soldats. qui est fatiguée… Je comprends cette sorte de fatalisme auquel s’abandonnent mes camarades dans cette guerre sans fantaisie. où l’on attend l’obus aveugle. hélas ! pour y rester en grande partie.

à Monsieur et madame T. le 4 février 1915. nous avons les pieds dans l’eau. (…) J’ai le ferme espoir que cela finira bientôt et que nous chasserons ces Huns de la France que vous m’avez appris à connaître et à aimer. éclaircira la situation. même l’honneur d’avoir défendu son pays brutalement attaqué (. Je doute que c’est encore une vaste blague combinée pour nous faire prendre patience. évolution du moral des combattants). les travailleurs. Comment sont appelés ceux qui commandent dans les extraits de lettres ci-dessus ? Qu’est-ce qui montre qu’il y a une crise de confiance entre les soldats et leur commandement ? Quelles en sont les causes ? « Durant quelques jours. pourvu que cela finisse. (…) je ne suis pas complètement guéri et je crois même que je ne guérirai jamais. » Document 6 : Les mutineries (Lettres de soldats. la victoire (…) dont ils jouiront (…). j’espère. des fusées éclairantes. Pourquoi l’auteur s’adresse-t-il à ses anciens instituteurs ? 12. 9. au prix de notre sang. des grenades à main qu’ils lancent. que cela finisse bien ou mal. il n’y a parmi nous aucune trace de découragement. le froid a été très vif. qu’ils arrivent à trouver le terrain d’entente sans l’avoir défoncé par les obus et arrosé abondamment par le sang (…). Ils ont voulu tuer les commandants des régiments. malgré tout. Malgré cela. Dégagez les points communs et les différences en comparant les deux textes (conditions de vie dans les tranchées. ils préfèrent tout ignorer de la guerre. Quel est le sentiment qui prédomine dans le document 7 ? Le retrouve-t-on dans le document 8 ? 14. » Document 8 : Lettre d’un soldat. Il ne fait pas très chaud pour coucher dans les tranchées qu’en beaucoup d’endroit 50 mètres à peine séparent de celles des Boches. les pauvres. On nous a tant conté de balivernes (…). » Document 7 : Lettre d’un soldat. Enfin. Ce sera nous..). situation militaire. je m’en fouts. la mitraille ne sera pas ménagée… Il paraît que Verdun ne serait qu’une rosée en comparaison de cette épouvantable averse. qui serons obligés d’aller défendre leur vie et leur fortune et leur forger. et le 20ème corps ne veut plus marcher non plus. le thermomètre était descendu à moins 14 degrés. (…) Si ce grand coup était réservé pour nos bons embusqués certes il n’y aurait pas de mal et je ne serais pas jaloux (…) mais il n’y a pas de danger. Je ne pense pas. Qui est l’auteur et qui sont les destinataires des textes (documents 7 et 8) ? 11. Quelle est l’issue de la situation d’après l’auteur de ces lettres ? 146 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . 13.. le 14 janvier 1917. à Monsieur et madame T.. Il pleut souvent . instituteurs « Depuis quelques jours les journaux causent fort de ces notes échangées entre pays neutres au sujet de la paix. 1917) 8. tout ce qui tombe s’amasse en nappes boueuses. (…) La nuit. Vichy. la garde (…) rendent le sommeil impossible. instituteurs 10. C’est-à-dire la victoire. Nous ne voulons plus marcher. une volonté inflexible tendue vers le but final.« La division est en révolution.. Je ne pense pas que lors de cette formidable offensive qui. (…) nous sommes obligés de nous coucher là-dedans (…). La petite cure à Vichy touche à sa fin.

creusé à proximité des lignes ennemies et où la troupe demeure à couvert.Question de synthèse 14. dans l’armée. Embuscade : Lassitude : Mutinerie : No man’s land : Tranchées : 147 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . manœuvre par laquelle on dissimule une troupe en un endroit propice pour surprendre et attaquer l’ennemi. fatigue mêlée de découragement et de dégoût envers la guerre. (en anglais : terre sans hommes ) : espace désert entre les deux tranchées ennemies. Les tranchées sont le symbole de la Grande guerre. Elles sont creusées en première ligne pour le combat mais les hommes y restent des jours et des jours avant d’être relevés. refus d’obéir à un ordre. Comment la vie dans les tranchées modifie-t-elle la façon de penser et les valeurs humaines ? Mots clés Mots clés Boche : Boyau : nom péjoratif donné aux Allemands par les Français (synonyme : Hun) petit passage creusé dans la terre permettant la liaison entre les différentes tranchées (première ligne. Ils vivent donc dans des abris de fortune. dispositif allongé. deuxième ligne).

le temps des vendanges est proche. sont payées à l’ouvrière 0. A qui s’adresse le président du Conseil et au nom de quoi fait-il cet appel ? Que demande-t-il à la population française ? « Les hommes sont partis en masse et cependant les récoltes ont été ramassées. Il y aura demain de la Gloire pour tout le monde. elles gagnent 0. Au nom du gouvernement de la République. la Civilisation et le Droit. des 148 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . les tramways marchent. Vive la République ! Vive la France ! » Document 1 : La mobilisation des femmes et des enfants (Discours de R. les administrations fonctionnent.55 F pièce. filles et fils de la patrie ! Remplacez sur le champ du travail ceux qui sont sur les champs de bataille. Je vous demande de maintenir l’activité des campagnes et de terminer les récoltes de l’année. dans le Journal La vague. avec l’indépendance du pays. Avis de décès : ne doivent pas indiquer le lieu où le défunt est tombé. à celle des enfants que leur âge seul et non leur courage dérobe au combat. Interdiction en outre d’attaquer les officiers. 5.La vie quotidienne pendant la guerre : La vie à l’arrière Activité 4 « Le départ pour l’armée de tous ceux qui peuvent porter les armes laisse les travaux des champs interrompus. 2 août 1914) 1. Tout va. les terres labourées. Viviani. Les chemises de soldats. c’est un miracle… Vivent les Françaises ! Leurs maris sont au front. En quoi consistent les nouvelles activités des femmes ? Qui s’enrichit pendant la guerre d’après le document ? Comment le rôle des femmes changera-t-il la guerre finie d’après l’auteur ? « Interdiction de publier des renseignements de nature à nuire à nos relations avec les pays alliés.20 F. Il leur faudra lutter pour conquérir leur pain… (coupé par la censure) » Document 2 : Les femmes dans la guerre (M. 1916) 3. La nécessité sera encore plus implacable pour les femmes.15 F – 0. payées par l’Intendance 0. ou relatifs aux négociations politiques.20 F de l’heure. Il faut sauvegarder votre subsistance. je fais appel à votre vaillance. femmes françaises. de parler des formations nouvelles. l’approvisionnement des populations urbaines et l’approvisionnement de ceux qui défendent à la frontière. président du Conseil. Les intermédiaires amassent des fortunes… Demain ou après-demain. La moisson est inachevée. de reproduire des articles parus dans les journaux étrangers. jeunes enfants. Partout on a baissé les salaires. le métro n’est pas interrompu. les neutres. au nom de la Nation tout entière groupée derrière lui. Interdiction de publier des articles concernant expériences ou mise en service d’engins nouveaux. Regardez les ouvrières qui travaillent pour l’armée. de préparer celles de l’année prochaine (…). elles veulent toutes travailler et elles sont tellement héroïques qu’elles donnent leur sang au plus vil prix… Que de misère il couvre ce beau mot d’héroïsme. 4. il faudra bien que la paix revienne. 2. Capy. Debout donc.

armes. dans un paysage pouvant faire découvrir le lieu de l’emploi. 7. photographie 149 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . 5 août 1914) 6. Suppression des manchettes en tête des communiqués officiels. Interdiction de publier cartes postales renfermant scènes ou légendes de nature à avoir une fâcheuse influence sur l’esprit de l’armée ou de la population . Interdiction de publier des interviews de généraux. Donnez une définition de la censure. Surveiller tout ce qui pourrait sembler une propagande pour la paix. cartes postales représentant matériel nouveau. Document 4 : Femmes travaillant dans une usine d’armement. » Document 3 : La censure (Décret du gouvernement français.cartes postales ou illustrations reproduisant des canons ou des engins de guerre nouveaux ou du matériel ancien modèle. 8. indiquez pour quelle raison est censuré le texte du document 2. engins de toute nature. Quelles sont les interdictions imposées par la censure ? Dans quel but ? Après avoir analysé le document 3.

lui montre : « en voilà un : est-ce de l’embouti ? Mais parbleu. Quels sont les effets de la mobilisation des femmes dans les différents domaines de l’économie ? « Vers le 8 ou 9 août 1914. il nous faut des obus ». Renault est appelé à Bordeaux (ordre au soldat Renault) et on l’envoie à Bourges pour étudier la fabrication.Document 5 : Des paysannes du Poitou remplacent les hommes mobilisés. Quels sont les problèmes économiques posés par la guerre et de quelles responsabilités chargent-ils les femmes ? (documents 2. » 150 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . 4 et 5) 10. ah ! C’est maintenant qu’on s’aperçoit qu’il faut des obus ? Mais cela ne me regarde pas » et le renvoie chez le général Mangin. Il envoya Renault chez le Colonel R. Le Général en prend un sur sa cheminée. qui lui dit : « Des obus. qu’il n’en a pas vu. Le général Mangin demande : « Vous pouvez faire des obus ? » Renault déclare qu’il ne sait pas. serrant sa tête entre ses mains et disant : « Il nous faut des obus. photographie 9. Quelque temps après. Renault a été appelé chez le ministre de la Guerre qu’il a trouvé dans une agitation très grande. vous voyez bien que c’est de l’embouti ».

la mauvaise qualité des farines. eut la délicate mission de solutionner un grand nombre de réclamations. en grande partie.Production par an Voitures Camions Chars d’assaut Moteurs d’avion Obus Surface des usines Effectifs 1913 1484 174 0 0 0 11.(…) La création de la carte d’alimentation. l’ouvrier allemand avait faim et il se 151 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . la mortalité infantile s’accrut. Comment appelle-t-on ce passage d’une production civile à une production militaire ? 14. ce qui n’a pas empêché les rations de diminuer rapidement. La guerre est-elle une catastrophe ou une chance pour les usines Renault ? 15. partagée entre ses devoirs patriotiques et l’aide qu’elle devait aux familles.46% Tracteurs à chenilles 66. Quels sont les raisons pour des réclamations si nombreuses ? Quels sont les problèmes de la population à l’arrière ? « Ma mère parlait du « blocus sauvage ». la violence des grèves en 1917 . produisirent de vives réclamations. ma sœur et moi-même avons enterré plusieurs de nos camarades d’école. » Document 7 : L’approvisionnement de l’arrière (Témoignage du maire de Rezé en 1920) 16. tout le monde vécut fort mal. Comment appelle-t-on l’intervention de l’Etat dans la vie économique du pays ? 12. Je sais que des permissionnaires rentrant chez eux étaient épouvantés par l’aspect physiologique de leur famille. Comment évolue la production de Renault ? Pourquoi ? Quels sont les produits dont la production diminue et quels sont ceux dont elle augmente ? 13. les attributions faites par la Préfecture et par délégation du Bureau national des charbons ne représentaient que 40% de la consommation d’avant-guerre. le besoin absolu de limiter la consommation générale. Quels problèmes connaît l’administration municipale durant la guerre d’après le témoignage de ce maire ? 17. si personne ne souffrit vraiment de la faim.22% Document 6 : Les usines Renault et la guerre (P. Des contestations naquirent du fait de l’inégalité des quantités de pain attribuées aux consommateurs suivant leur âge ou leur condition… En résumé. Histoire des usines Renault. comme les produits de remplacement.5 ha 6300 1918 553 1793 750 5000 2 millions 34 ha 22500 Part dans la production nationale (1914 – 1918) Moteurs d’avions 15. Les cartes de ravitaillement ont été immédiates.49% Chars d’assaut 55. (…) La faim faisait maudire l’Angleterre . (…) Et ceci explique. 1972) 11. L’arrivage du charbon fut également long et coûteux . Fridenson. Est-ce que cela signifie une amélioration des conditions de vie de la population française ? « L’administration municipale.

désespérait de ne pouvoir nourrir sa famille. Comparez les conditions de vie des Français et des Allemands (documents 7 et 8). Qu’est-ce qui prouve que l’Allemagne est dans une situation de crise économique ? Quel est le facteur qui renforce cette crise ? 19. Quel aspect de la guerre moderne montre ce document ? 152 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . qui fit des ravages terribles en Allemagne. Gambiez et M. Document 9 : « Casse aujourd’hui ton sucre en deux pour en avoir demain » 21. En quoi ce témoignage montre-t-il la mauvaise qualité de la vie en Allemagne pendant la guerre ? 20. » Document 8 : Des villes qui souffrent (Témoignage d’un enfant berlinois cité dans F. Histoire de la première Guerre mondiale. Dégagez les deux idées que contient l’affiche. Lorsque la guerre se termina. nous étions le champ d’action idéal pour la grippe espagnole. A quels sentiments cette affiche fait-elle appel ? 22. Suire. 1968) 18.

contrôle de l’information par l’Etat. administration de l’armée chargée du ravitaillement et de l’entretien des troupes. en bloquant routes et ports. distribution de rations déterminées et limitées pour assurer l’approvisionnement de la population à l’arrière et celui du front. document reconnaissant au titulaire le droit à une certaine quantité de denrées alimentaires en période de rationnement. contrôle par l’Etat de tous les leviers de la vie économique d’un pays.Question de synthèse 23. mobilisation de l’ensemble des forces économiques et sociales pour une victoire totale sur l’adversaire. organisation de la production nationale par l’Etat afin de mobiliser les ressources au service de la guerre. Clemenceau (chef du gouvernement français) affirmait ainsi cette idée en mars 1918. Quelles transformations de la vie quotidienne la guerre entraîne-t-elle ? Quelles en sont les raisons ? Mots clés Mots clés Blocus : tentative d’empêcher tout ravitaillement d’un pays par terre ou par mer. Carte de rationnement (carte d’alimentation) : Censure : Dirigisme : Economie de guerre : Guerre totale : Intendance militaire : Rationnement : 153 La première guerre mondiale (1914 – 1918) .

(L’Intransigeant. Nos soldats ont pris l’habitude des balles allemandes… Et l’inefficacité des projectiles est l’objet de toutes les conversations ». 4 août 1914) 1. 22 mai 1915) Document 2 : La propagande 3. Quelles insinuations contiennent les petits textes du document 2 ? Est-ce que ces suggestions sont proches de la réalité ? A qui s’adressent et quels sont les objectifs d’extraits de journaux comme ceux-ci ? Est-il possible de s’habituer à la guerre et d’accepter la manière de vivre et de penser qu’elle impose ? Pourquoi ? 154 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . que plus les armes se perfectionnent. même dans les situations critiques. 17 août 1914) « Le fait est que certaines (les caves de Verdun) étaient relativement confortables : chauffage central et électricité. et qu’on ne s’y ennuyait pas trop ». 1er mars 1916) « A part cinq minutes par mois. 4. Aussi faut-il redresser les idées à ce sujet à l’aide des statistiques établies après les dernières grandes guerres. 6. 2. Quelle idée contient cet extrait d’article ? Quel en est l’objectif ? Est-ce que la guerre rejette ou bien confirme cette idée ? « Les balles allemandes ne tuent pas. » (Le petit Journal. s’il vous plaît. en deux mots. Je ne sais comment je me passerai de cette vie quand la guerre sera finie. Elles démontrent. 5. le danger est très minime. plus le nombre des morts et des blessés diminue. (Le petit Journal.La propagande pendant la guerre Activité 5 « On croit généralement qu’il résultera ce qu’on a coutume d’appeler des « pertes effroyables » en hommes. » Document 1 : La guerre ne tue pas ! (Le Temps.

couleur des symboles) ? 12. 9. que votre nom soit glorifié. A votre avis quel usage concret sera fait de cet emprunt ? 155 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . Donnez-leur aujourd’hui votre poing quotidien . Quelle est la nature du document ? Qui est le maréchal Joffre et quelle place occupe-t-il dans les esprits de l’époque ? Quels sentiments et images dominent dans ce texte ? Document 4 : « Pour la France. Versez votre or » 10. mais délivrez-nous des Boches. Ainsi soit-il ! » Document 3 : « Notre Joffre qui êtes au feu…. » (Le radical de Marseille. 1914) 7. que votre victoire arrive. ne nous laissez pas succomber à la teutonisation.« Notre Joffre qui êtes au feu. Observez l’affiche « Versez votre or » et répondez quelle nation symbolise le coq et laquelle le soldat ? 11. Comment cette affiche montre-t-elle que la puissance économique est déterminante pour gagner la guerre (taille. emplacement. que votre volonté soit faite sur la terre et dans les airs. 8. redonnez-nous l’offensive comme vous l’avez donnée à ceux qui les ont enfoncés.

Engagez-vous maintenant » 156 La première guerre mondiale (1914 – 1918) .Document 5 : Le soldat et l’ouvrier participent à la défense nationale Document 6 : « J’ai besoin de vous pour l’armée américaine.

Voulez-vous la prendre ? » 13. 7 et indiquez si l’armée britannique est recrutée en 1914 – 1915 grâce : à la conscription (service militaire obligatoire) au volontariat 15. Plusieurs réponses sont possibles : • • • • • • • Le patriotisme La mauvaise conscience La mobilisation de l’arrière La responsabilité individuelle La fierté de servir Le rôle de l’industrie dans la guerre La solidarité 14. de l’économie et des mentalités ? 157 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . Les affiches 4. 5. Dans ce cas concret. 6. Pour chacun d’eux indiquez le numéro de l’affiche concernée. Observez ensemble les affiches 5. sur quoi compte-t-on pour recruter les soldats ? 16. 6 et 7 font appel aux thèmes.Document 7 : « Il y a encore une place dans les rangs pour vous. aux sentiments et aux techniques ci-dessous. Quels sont les buts généraux de la propagande au temps de la guerre dans les domaines de la politique.

un gouvernement. 13 décembre 1917) 17. » Document 8 : Pourquoi fonde-t-on un journal du front ? (Le Pays de France. Quel point de vue expriment-ils ? Pourriez-vous trouver des exemples dans le document 2 de « bourrage de crâne »? 20. Est-ce que les journaux du front comme moyen de combat réussissent à vaincre la manipulation de la propagande officielle ? Question de synthèse 21. Journaux de tranchées : Poilu : Propagande : Volontariat : 158 La première guerre mondiale (1914 – 1918) . On a compté jusqu’à 400 titres différents pendant la Grande guerre en France. persévérante dans le but de manipuler l’opinion. ils combattent le « bourrage de crâne » par un joyeux « débourrage » (…). action insistante. rédigés par les soldats ou des officiers. journaux fabriqués de manière artisanale sur le front. il est non moins agréable et distrayant de la lire.« S’il est agréable et distrayant de rédiger. un représentant de l’Etat. et montrent la véritable âme poilue (…). à soutenir une politique. de mettre en page et de répandre une feuille. aux journaux de l’arrière. La propagande a-t-elle réussi à donner une image fausse de la guerre ? Mots clés Mots clés « Bourrage de crâne » : propagande intensive. par le caractère et les détails. Les journaux du front parlent le vrai langage poilu. fait de s’engager dans l’armée sans y être forcé. ils lui inculquent sur sa valeur les idées les plus fausses et les plus dangereuses. En abaissant systématiquement l’ennemi aux yeux du public. Ils s’opposent. Nous cherchons en vain la bonne humeur dans les feuilles de l’arrière : vous y trouverez en abondance l’aspect de dénigrement et d’injustice critique (…). action exercée sur l’opinion pour l’amener à avoir certaines idées politiques et sociales. Quels sont les motifs de critique adressés à la presse officielle dans le document 8 ? 18. Quels sont les arguments pour l’existence des journaux du front ? 19. appellation affectueuse des soldats français pendant la guerre 1914 – 1918 appelés ainsi parce qu’ils ne peuvent plus se raser.

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful