Ahkam Ad-Diyar: Définition de Dar Al-Islam et Dar Al-Kufr

Shaykh Abdul-Qadir Bin Abdil-Aziz

Troisième point: Définition de Dār Al-Islām et Dār Al-Kufr L’Imām Ibn Al-Qayyim, qu’Allāh lui fasse miséricorde, a dit: « La majorité [des savants] disent qu’une Dār Al-Islām est là où les Musulmans sont arrivés et où les lois de l’Islām sont appliquées. Et l’endroit où les lois de l’Islām ne sont pas appliquées n’est pas une Dār Al-Islām, même si elle est rattachée [à une terre d’Islam]. Par exemple [la ville] At-Tā’if était très proche de Makkah, pourtant elle n’est pas devenue une Dār Al-Islām avec la Conquête de Makkah. » [« Ahkām Ahl AthThimmah », de Ibn Al-Qayyim, Vol. 1/366, Pub. « Dār Al-’Ilm Lil-Malāyīn », 1983]. L’Imām As-Sarkhasī Al-Hanafī a dit: « Selon Abū Hanīfah, qu’Allah lui fasse miséricorde, leur état ne devient Dār Al-Harb seulement qu’avec trois conditions. La première: qu’il soit voisin de la terre des Turcs, (et) qu’il n’y ait aucun état Musulman entre elle et ad-Dār Al-Harb. La deuxième: qu’aucun Musulman qui soit en sécurité avec son Īmān ni aucun Thimmī qui soit en sécurité avec son Amān ne reste dedans [c’est-à-dire, dans cet état]. Et la troisième: que les lois du Shirk soient montrées dans (cet état). Abū Yūsuf et Muhammad, qu’Allāh, Ta’ālā, leur fasse miséricorde, ont dit: Si les lois du Shirk sont montrées (dans cet état), alors il est devenu Dār of Harb, car l’endroit nous est attribué ou leur est attribué seulement selon la force et le contrôle, donc tout endroit dans lequel la loi du Shirk est apparente, alors la force dans cet endroit est aux Mushrikīn et donc c’est une Dār al Harb. Et tout endroit dans lequel la loi de l’Islām est apparente, alors la force est aux Musulmans. » [« Al-Mabsūt »de As-Sarkhasī, Vol. 10/114, Pub. « Dār Al-Ma’rifah »]. Les ’Ulamā’ ne prenaient pas en considération les conditions qu’Abū Hanīfah, qu’Allah lui fasse miséricorde, a mentionné, si bien que ses deux compagnons, Al-Qādhī Abū Yūsuf et Muhammad Ibn Al-Hasan Ash-Shaybānī, le contredisaient même, comme l’a mentionné As-Sarkhasī. ‘Alā’ AdDīn Al-Kāsānī l’a également mentionné, et il tenait compte de sa parole: « Certes, chaque état est attribué soit à l’Islām soit au Kufr. L’état est attribué à l’Islām uniquement si ses lois y sont appliquées, et il est attribué au Kufr si ses lois y sont appliquées. Tout comme vous dites que le Jannah est la demeure de la paix et l’Enfer la demeure de la ruine, due à la présence de la perfection au Jannah et à la présence de la ruine en Enfer. Et aussi en raison du fait que la prédominance de l’Islām ou du Kufr se fait à travers la prédominance de leurs lois. » [« Badā’i’ AsSanā’i’ », de Al-Kāsānī, Vol. 9/4375, Pub. Zakariyyā ‘Alī Yūsuf]. Et Ibn Qudāmah a réfuté les conditions d’Abū Hanīfah en disant: « Là où le peuple d’un pays apostasie et où leurs lois sont appliquées, est une Dār al Harb concernant la prise de leurs biens comme Ghanīmah et la prise de leur progéniture qui est naît après l’apostasie, comme esclave. Et l’Imām doit les combattre, car Abū Bakr As-Siddīq, qu’Allah soit satisfait de lui, a combattu les gens de l’apostasie avec la Jamā’ah des Sahābah. Et car Allāh, Ta’ālā, a ordonné de combattre les mécréants à (de nombreux) endroits dans Son Livre, et ceux-là sont ceux qui méritent le plus d’être combattus. Car le fait de les laisser peut faire tenter leurs semblables de les imiter et d’apostasier avec eux, puis le mal s’agrandira par eux. Et s’il les combat, alors celui qui est capturé doit être tué, ceux d’entre eux qui s’enfuient doivent être poursuivis, leurs blessés doivent être tués et leurs biens doivent être pris comme Ghanīmah. C’est l’opinion de Ash-Shāfi’ī. Abū Hanīfah a dit: ‘[Cet endroit] ne devient pas Dār al Harb tant que trois choses ne sont pas réunies: qu’il soit voisin d’une Dār Al-Harb (et) qu’il n’y ait aucune Dār Al-Islām entre eux. Deuxième chose: qu’aucun Musulman ou Thimmī n’y reste en sécurité. La troisième: que leurs lois y soit appliquées.’ » Ibn Qudāmah a dit: « Et selon nous, une Dār des Kuffār est [une terre] où se trouve leurs lois, ainsi elle devient donc une Dār al Harb. » [« Al-Mughnī Wash-Sharh Al-Kabīr », Vol. 10/95]. L’Imām As-Sarkhasī Al-Hanafī a dit dans son Sharh du livre « As-Siyar Al-Kabīr »: « L’état devient une Dār des Musulmans avec l’application des lois de l’Islām. » [Vol. 5/2197]. Quant à Al-Qādhī Abī Ya’lā Al-Hanbalī, il a dit: « Tout état où le contrôle est aux lois du Kufr au lieu des lois de l’Islām est une Dār Al-Kufr. » [« Al-Mu’tamad Fī Usūl Ad-Dīn », de Abū Ya’lā pg. 276, Pub. « Dār AlMashriq » à Bayrūt, 1974]. Et ‘Abdul-Qāhir Al-Baghdādī a dit pareil dans « Usūl Ad-Dīn » pg. 270, Pub.

« Dār Al-Kutub Al-’Ilmiyyah », 2ème Edition. Shaykh Mansūr Al-Bahūtī a dit: « La Hijrah est obligatoire pour quiconque n’est pas capable de montrer ouvertement sa religion dans ad-Dār Al-Harb, et [ad-Dār Al-Harb] est l’endroit où le contrôle est aux lois du Kufr. » [« Kash’shāf Al-Qinā’ », Vol. 3/43].

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful