You are on page 1of 4

SALYÂTE 2011 A VONGNES EN BUGEY, France Demîcro lo 22 de djuin Po onna salyâte, cein fu on granta yu qu’on è salyâ dâo tienton

et mîmo dâo payî po allâ pè l’ètreindzî, ein France. Quemet de coutema, sant Juliette Rod et Lucette Favre qu’avant fé lo programmo et assebin tota l’organisachon. Dan dèpâ pè vè houit hâora avoué l’autòcâ à Roby Gander dâo Payî d’Amont, qu’è lo nevâo à Juliette. D’à premî, l’a rapertsî lè patoisans pè Savegnî, epu à Forî, dèvant de venî su Pouèdâo po me preindre avoué quauque z’autrè. Mâ lé, no z’ein du dzâoquâ bin trâi quâ d’hâora de pllie que prèyu ; Daniel Cordey m’a esplliquâ que l’avâi du dzuvî lo bon berdzî et fére dou yâdzo lo tor dâo velâdzo, rappoo à onna fâïe qu’avâi pas oyu tsantâ lo pû. Aprî Pouèdâo, Roby s’è betâ su l’autotserrâire pè Vennes, tant qu’à Mordze, yô no z’ein prâi oncora duve dzein. L’è dan avoué treinte-sî patoisans, que no sein modâ su Dzenéva po on premî arrêt « café-croissant-pipi » à Cointrin. Epu dèpâ vè la frontiére yô lè gabelou sant pas mîmo salyî de lâo quicajon po no saluâ. Dèdein la dècheinta vè Annecy, no z’ein z’u quauque gotta de plyodze ein dèfro dâo câr et quauque tsant et gandoise ein-dèdein eimbrèyî pè Lucette. Fau dere que su la France no z’ein pas prâi totè lè autotserrâire et que lè tsemin de travèssa fâsant quauque yâdzo dâi dètoo à fére verî de la cranma ein bûro. Durein sta dècheinta, Henri Niggeler, qu’è on tot sutî dein l’histoire, no z’a contâ que dâi conduteu de lequiette, clliâo batî plliat po transportâ dâi pierre du Sault-Brènaz tant qu’à Lyon su lo Rhône, eh bin clliâo z’hommo avant lo tein de couâire lâo pot-âo-fû durein sti trajet. Dâi contoo, lâi ein a z’u dâi biau pè lo velâdzo de Culoz yô lo Roby a fallyî no demandâ de portâ lo tiu dâo câr po lè passâ. No z’a falyu brètâ coû et mîmo allâ à recoulon on bet. On a pèsu on moûi de teimps avoué cein. Quemet l’îre binstou midzo, no falyâi trovâ sti velâdzo de Vongnes yô on no z’atteindâi po l’apéro. Min de man po Vongnes, min d’inscripchon, dan Lucette a appellâ pè la bouâilanna on coo qu’a nom Pierre-Alain po âidyî à châidre su la carta. Noûtron coo l’îre on bocon eindroumî, mâ quan s’è dèsondzî et que noûtron Zorro l’è arrevâ vè Roby, l’a de tot d’on coup : « Iquie, te fau terî à drâite, Vongnes à 2 km ! ». Lé, lo caviâo no z’atteindâi avoué lo pan, lo fremâdzo et on mouî de quartette de vin qu’avant à nom: Manicle, Mondeuse, Roussette, Molette et bin sû dâo Chardonnay, dâo Pinot et dâo

Gamay ; dâo tot bon. Bin quauque patoisan l’ant atsetâ dâi botoille de vin po ramenâ à l’ottô. Su lo papâi à Juliette, l’îre marquâ oncora la vesita dâo musée de la tradichon vegnolanna, mâ n’ein a z’u que dâotrâi patoisan que l’ant yu, rappoo âo manqua de teimps. Lâi avâi lé on mouî d’anchan z’utils po lo travau de la vegne. L’îre dzà midzo passâ quan lo câr no z’a amenâ à l’auberdzo de La Paillière, à reinda lo canau de Savière, po dîna. Lâi avâi dzà grô de dzein que medzîvant, bin trâi âo quatro ceint. Lâi avâi dou menu à chè : ion avoué dâo pèsson et l’autro avoué dâi felet megnon. L’îre bin bon et lo vin assebin. A trâi z’hâora de l’aprî-midzo, no sein embarquâ su onna pènnitse dein lo canau de Savière. Aprî onn’ écluse, no z’ein du no z’arretâ vè lo velâdzo de Chanaz po preindre onn’ autra èquipa ein salyâte quemeint no. Mâ crâyo bin que lâo îrant eindroumî ein medzeint, câ l’a falyu dzâoquâ trâi quâ d’hâora po que z’arrêvant. Dâo teimps qu’on îre inquie, no z’ein pu oûre on patoisan no dèssuvî lo gran tènor Caruso avoué quauque biau tsant. Pu , lo batî l’è remodâ vè lo lé dâo Bourget et tant qu’à L’Abbaye de Haute-Combe. Lé, noûtron Roby no z’atteindâi et l’avâi einvortollî son câr su on seinda tot ein torneint ein avau de l’Abbaye tant qu’âo port po pas qu’on ausse trâo à martsî. L’îre dzà cin hâora devè lo né quand no z’ein reprâi lo tsemin devè bise po reintrâ. Cein fu l’occajon de retsantâ einsemblyo et d’oûre on mouî de gandoise et assebin quauque discoû. Âo retò, no z’ein remé fè on arrêt « pipi-café » vè Cointrin dèvant de retrovâ noûtrè velâdzo et de no z’allâ reduire aprî onna granta dzornâïe et onna balla salyâte. Gran mâci à Juliette et Lucette po l’organisachon. Ion dâi treinta-sî. Lo Pierrot à Max.

Traduction SORTIE 2011 A VONGNES EN BUGEY, France Mercredi 22 juin Pour une sortie, c’en fut une grande, vu qu’on est sorti du canton et même du pays pour aller à l’étranger, en France. Comme de coutume, ce sont Juliette Rod et Lucette Favre qui avaient fait le programme et aussi toute l’organisation. Donc, départ vers les huit heures avec l’autocar à Roby Gander du Pays d’En Haut, qui est le neveu à Juliette. En premier, il a rassemblé les patoisans de Savigny, et puis à Forel, avant de venir à Puidoux pour me prendre avec quelques autres. Mais là, nous avons dû poireauter (attendre) bien ¾ d’heure de plus que prévu ; Daniel Cordey m’a expliqué qu’il avait dû jouer le bon berger et faire deux fois le tour du village à cause d’une brebis qui n’avait pas entendu chanter le coq. Après Puidoux, Roby s’est mis sur l’autoroute pour Vennes jusqu’à Morges, où nous avons pris encore deux personnes. C’est donc avec 36 patoisans que nous sommes partis vers Genève pour un premier arrêt « café-croissant-pipi » à Cointrin. Ensuite, départ vers la frontière où les douaniers ne sont même pas sortis de leur cabine pour nous saluer. Dans la descente vers Annecy, nous avons eu quelques gouttes de pluie en-dehors du car et quelques chants et histoires drôles endedans lancés par Lucette. Il faut dire qu’en France, nous n’avons pas pris toutes les autoroutes et que les chemins de traverse faisaient parfois des détours à faire tourner de la crème en beurre. Durant cette descente, Henri Niggeler, qui est un tout féru d’histoire, nous a raconté que des conducteurs de chalands, ces bateaux plats pour transporter des pierres depuis Sault-Brénaz à Lyon par le Rhône, et bien ces hommes avaient le temps de cuire leur pot-au-feu durant le trajet. Des contours, il y en a eu des beaux au village de Culoz où Roby a failli nous demander de porter le cul du car pour les passer. Il nous a fallu tourner court et même aller à reculon un bout. On a perdu un tas de temps avec ça. Comme il était bientôt midi, il nous fallait trouver ce village de Vongnes où on nous attendait pour l’apéro. Point de signalisation pour Vongnes, pas d’indication, alors Lucette a appelé par haut-parleur un type du nom de Pierre-Alain pour aider à suivre sur la carte. Notre gaillard était un peu endormi, mais quand il s’est réveillé et que notre Zorro est arrivé vers Roby, il a dit tout d’un coup : « Ici, il te faut tirer à droite, Vongnes à 2 Km ! ». Là, le caviste nous attendait avec le pain, le fromage et un tas de bouteilles de vin qui s’appelaient :

Manicle, Mondeuse, Roussette, Molette et bien sûr du Chardonnay, du Pinot et du Gamay ; du tout bon. Bien quelques patoisans ont acheté des bouteilles pour ramener à la maison. Sur le papier à Juliette, il était marqué encore la visite du musée de la tradition vigneronne, mais il n’y a eu que deux ou trois patoisans qui l’ont vu, à cause du manque de temps. Il y avait là un tas d’anciens outils pour le travail de la vigne. Il était déjà midi quand le car nous a amenés à l’Auberge de La Paillière, au bord du canal de Savière pour dîner. Il y avait là déjà un tas de gens qui mangeaient, bien trois ou quatre cents. Il y avait deux menus à choix : un avec du poisson et l’autre avec des filets mignons. C’était bien bon et le vin aussi. A trois heures de l’après-midi, nous avons embarqué sur une péniche dans le canal de Savière. Après une écluse, nous avons dû nous arrêter vers le village de Chanaz pour prendre une autre équipe, de sortie comme nous. Mais je crois bien qu’ils s’étaient endormis en mangeant, car il a fallu attendre ¾ d’heure pour qu’ils arrivent. Pendant que nous étions ici, nous avons pu entendre un patoisan nous imiter le grand ténor Caruso avec quelques chants. Puis, le bateau est reparti vers le lac du Bourget et jusqu’à L’Abbaye de Haute-Combe. Là, notre Roby nous attendait et il avait entortillé son car sur un sentier tout en virolets en aval de l’Abbaye jusqu’au port, pour pas qu’on ait trop à marcher. Il était déjà cinq heures du soir quand nous avons repris le chemin vers le nord pour rentrer. Ce fut l’occasion de rechanter ensemble et d’entendre un tas d’histoires drôles et aussi quelques discours. Au retour, nous avons de nouveau fait un arrêt « pipi-café » vers Cointrin avant de retrouver nos villages et d’aller nous rentrer après une grande journée et une belle sortie. Un grand merci à Juliette et Lucette pour l’organisation. L’un des 36 Le Pierre à Max.