Commission

Européenne

Nouvelles solutions dans l’utilisation de l’énergie

Caractéristiques pour un bâtiment méditerranéen

ENERGIE

ENERGIE
Cette publication ENERGIE est éditée dans une collection présentant le potentiel des technologies énergétiques non-nucléaires innovantes destinées à une large application et offrant de meilleurs services aux citoyens. Les stratégies de la Commission Européenne ont pour objectif d'informer les communautés scientifiques et de l'ingénierie, les décideurs politiques et les acteurs commerciaux clé, afin qu'ils créent, encouragent, acquièrent et mettent en oeuvre les solutions les plus efficaces et les plus "soutenables" pour eux-mêmes et la société. Financées par le cinquième Programme Cadre Recherche-Développement de l'Union Européenne, les aides du sous programme ENERGIE couvrent la recherche, le développement, la démonstration, la diffusion, l'application, l'introduction sur les marchés, ainsi que le processus complet permettant de convertir les idées nouvelles en solutions pratiques pour des besoins réels. Les publications ENERGIE, imprimées et électroniques, diffusent les résultats d'actions engagées par ce programme et ses prédécesseurs, en particulier JOULE-THERMIE (1994-1998). Géré collectivement par les Directions Générales XII et XVII, ENERGIE a un budget total de 1 042 millions d'Euros pour la période 1999 à 2002. Le programme est organisé principalement autour de deux actions clés "Système d'énergies propres, incluant les renouvelables" et "Energie économique et efficace pour une Europe compétitive" dans le thème général "Energie, environnement et développement durable", auxquels s'ajoutent des activités de coordination et de coopération sectorielles et intersectorielles. A la suite du protocole de Kyoto et des politiques associées, les activités intégrées d'ENERGIE sont concentrées sur de nouvelles solutions qui apportent des avantages directs, environnementaux et économiques, aux utilisateurs de l'énergie et renforcent l'avantage compétitif de l'Europe pour qu'elle soit leader dans les technologies énergétiques de demain. Les avantages en résultant en terme énergétique, environnemental et économique aideront à assurer un futur durable pour les citoyens européens. Produit par ARENE Agence Régionale de l’Energie Provence-Alpes-Côte d’Azur CMCI - 2 rue Henri Barbusse 13241 Marseille Cedex 1 Tel: 33 4 91 91 53 00 Fax: 33 4 91 91 94 36 E-Mail: work@arene.fr

avec ICAEN (Institut Català d’Energia) PUNTO ENERGIA
Avda Diagonal, 453 bis, Atic - 08 036 Barcelone - Espagne Via F. Filzi, 22 - 20 124 Milan - Italie

Avec l'aide de la Commission Européenne Direction Générale pour l'énergie - DG XVII
NOTICE LÉGALE Ni la Commission Européenne, ni aucune personne agissant au nom de la Commission n'est responsable de l'utilisation qui serait faite des informations contenues dans cette publication. Les éléments de cette publication ne représentent pas nécessairement les unes de la Commission Européenne. © Commission Européenne, 1999 La reproduction est autorisée à condition d'en citer la source. Imprimé en France

BATIMENT MEDITERRANEEN LES BONNES PRATIQUES .

CHAUFFAGE Les enjeux 20 Les systèmes de rafraichissement Les systèmes de chauffage 21 L'amélioration de la conduite des installations Le recours aux énergies renouvelables En réhabilitation ECLAIRAGE NATUREL .DISPOSITION DES LOCAUX 7 Le choix de l'exposition solaire La protection au vent 8 La ventilation estivale En réhabilitation LE TRAITEMENT DES ESPACES EXTERIEURS Les enjeux Limiter les apports solaires en été Réduire la température de l'air 9 Contrôler la ventilation naturelle 10 En réhabilitation LA PROTECTION DES VITRAGES les enjeux Les verres 11 Les protections thermiques Les protections solaires 12 La protection contre l'effraction En réhabilitation 13 L'ISOLATION ET LA PROTECTION SOLAIRE DES PAROIS OPAQUES Les enjeux La création de toiture parasol Le doublage des façades et les murs ventilés L'isolation thermique L'impact thermique de la couleur 14 L'INERTIE THERMIQUE Définition et enjeux Inertie et isolation Les moyens de l'inertie 15 Le rôle de l'inertie Inertie thermique des principaux composants du bâtiment 18 VENTILATION Les enjeux La stratégie en hiver La stratégie d'été Les facteurs d'une bonne ventilation naturelle 19 Les facteurs extérieurs de la ventilation En réhabilitation RAFRAICHISSEMENT .sommaire LES CARACTERISTIQUES D'UN BATIMENT MEDITERRANEEN 3 L'ENVELOPPE ET LES TECHNIQUES PASSIVES Réduire les besoins de chauffage Réduire les besoins de rafraîchissement 4 Les effets de l'environnement LES TECHNIQUES ACTIVES Le chauffage Le renouvellement d’air Le rafraîchissement 5 Les autres usages électriques LA GESTION DE L’EAU LES BONNES PRATIQUES 6 ORIENTATION .ECLAIRAGE ARTIFICIEL Les enjeux Les critères d'un bon éclairage 22 Faut-il favoriser l'éclairage naturel ? Le choix de l'éclairage artificiel En réhabilitation LES AUTRES USAGES En réhabilitation 23 ANNEXE : LE CLIMAT MEDITERRANEEN EN FRANCE 24 Bibliographie Cette brochure a été réalisé dans le cadre du contrat européen THERMIE "MED-BUILD" "Integration of renewable energies in the Mediterranean building" Elle a profité également des travaux du contrat THERMIE "Transfer of Successful Building Retrofitting Technologies to Selected SME's” .

L'ENVELOPPE ET LES TECHNIQUES PASSIVES L'enveloppe du bâtiment est le premier des éléments sur lequel le concepteur doit intervenir.Une forme compacte des bâtiments . à l'intérieur de son ouvrage des conditions de confort satisfaisantes.Les enjeux Limiter les apports solaires en été . • réduire les apports de chaleur en été.L'impact thermique de la couleur RÉDUIRE LES BESOINS DE CHAUFFAGE Par la diminution des pertes de chaleur en prévoyant . Les architectures climatiques jouent sur différents paramètres : • capter le soleil en hiver. le confort d'été n'est que rarement pris en considération. • bien voir à l’intérieur et vers l’extérieur en tenant compte de la luminosité spécifique de la région méditerranéenne.DISPOSITION DES LOCAUX . Cette conception devra avant tout s'attacher à la qualité de l'enveloppe afin de parvenir aux performances que l'on peut attendre d'un tel bâtiment. avec une consommation d'énergie aussi réduite que possible.Le choix de l'exposition solaire La protection au vent La ventilation estivale . en revanche.Le doublage des façades et les murs ventilés .L'isolation thermique . Les réglementations thermiques en Europe ont été à l'origine d'une amélioration de la qualité des bâtiment par rapport à la thermique d'hiver. mais aussi rester frais en été. Les équipements techniques nécessaires au maintien du confort intérieur devront assurer leurs fonctions dans des conditions d'efficacité énergétique optimales. procurer un confort visuel. Pour être confortable. Faire la synthèse entre toutes les données et toutes les exigences est un des rôles premiers des concepteurs et en particulier de l'architecte. chauffés régulièrement pendant la saison de chauffe .LE TRAITEMENT DES ESPACES EXTERIEURS .5 LES CARACTERISTIQUES D'UN BATIMENT MEDITERRANEEN (1) Un bâtiment méditerranéen doit bien sûr prendre en considération les conditions spécifiques du climat. et une bonne qualité de l'air tout en tenant compte de l'occupation du bâtiment et du comportement des usagers.ORIENTATION .DES PAROIS OPAQUES .Une bonne organisation des espaces .En rehabilitation L'ISOLATION ET LA PROTECTION SOLAIRE .Réduire la température de l'air En réhabilitation LA PROTECTION DES VITRAGES les enjeux Les verres Les protections thermiques Les protections solaires .En réhabilitation : . • se protéger de toutes les sources de bruit. Nous nous plaçons ici dans le cas de bâtiments thermiquement isolés. • se protéger du vent froid mais favoriser la ventilation tout en limitant les risques d’effraction. voire nulle. pour créer. Des solutions contemporaines existent.Une bonne isolation des murs et des toitures 1. acoustique. . L’architecture méditerranéenne a su répondre par le passé avec ses moyens à cette double contrainte climatique. La conception devra en outre. Elles seront développées en seconde partie et se résument sur le plan thermique à deux familles.La protection contre l'effraction . il devra être facile à chauffer.Les enjeux La création de toiture parasol .

dans ce cas la ventilation mécanique ou assistée s’impose. Les solutions LE RENOUVELLEMENT D’AIR Les fortes variations des régimes des vents et le faible choix de matériel de ventilation naturelle font qu’il est parfois difficile de trouver des dispositifs adaptés aux régions méditerranéennes. LES TECHNIQUES ACTIVES LE CHAUFFAGE Même dans les régions méditerranéennes. • une régulation thermique différenciée pièce par pièce et à réaction rapide pour tenir compte des fortes variations d’ensoleillement . variation de température. le poste renouvellement d’air arrive parfois en tête en termes de dépenses de chauffage et d’électricité . les tours à vents. en revanche. on peut travailler dans les directions suivantes : • La ventilation naturelle auto-réglable : elle sera satisfaisante sans difficulté dans les maisons individuelles à 2 niveaux et dans les collectifs de logement suffisamment hauts. • l’emploi de générateurs et de corps de chauffe performants. LE RAFRAICHISSEMENT Les glacières de la Sainte-Beaume. soit des insuffisances de chauffage.SOL. pour les grands bâtiments. Ceci nécessite : • une puissance des corps de chauffe adaptée aux besoins thermiques des locaux. il faut se rappeler que compte tenu des progrès importants réalisés sur l’isolation thermique. d’un seul niveau. nous rappellent les trésors d’ingéniosité développés par les anciens afin de produire et de stocker du froid. dans un bâtiment léger fortement vitré il provoquera soit des surchauffes. Compte tenu de ces contraintes. et bien d'autres techniques ancestrales. rafraîchir avec les moyens techniques actuels un bâtiment méditerranéen ne doit pas poser de difficultés surtout si le bâtiment est bien conçu. De nos jours. En conclusion. intermittence.20% 31% FICIEL 39% Source : Conception thermique de l'habitat .R . pour prendre en compte apports solaires. n’avait parfois aucun système de chauffage. l’isolation doit être de qualité pour réduire les déperditions . Rappelons que la ventilation doit être permanente dans l’habitat et que les débits doivent respecter les réglementations.renouvellement d’air . En comparaison. • Le préchauffage de l’air neuf par l’énergie solaire : celui-ci est très rentable surtout avec des procédés passifs (pour mémoire. • une inertie des corps de chauffe toujours inférieure à celle des bâtiments : par exemple un plancher chauffant réagira bien dans une construction lourde moyennement vitrée . fraîcheur. très humide.autres usages) L’habitat méditerranéen traditionnel. • un pilotage des appareils de chauffage individualisé. des régulations auto-adaptatives qui font intervenir l’inertie sont primordiales.CHAUFFAGE Les enjeux Les systemes de rafraichissement Les sytèmes de chauffage L'amélioration de la conduite des installations Le recours aux énergies renouvelables En rehabilitation ECLAIRAGE NATUREL . • La ventilation double flux aura du mal à s’adapter en bord de mer pour des raisons de rentabilité plus faible et de dépenses électriques supplémentaires sauf en zones bruyantes ou polluées ou elle s’imposera par nécessité acoustique ou de qualité de l’air.pertes ECLAIEMBRUN 3 300 kWh CARPENTRAS 2 700 kWh NICE 2 350 kWh % des besoins totaux en chauffage RAGE ARTI. les habitants exigent du confort (chaleur. surtout dans les zones côtières où elle peut être insuffisante . .1988 (chauffage . • une bonne vigilance sur la consommation électrique des annexes de chaufferies.rafraîchissement . l'élévation d'un degré de température représente en moyenne 10 % d'économie en région méditerranéenne). Il faudra en vérifier le bon fonctionnement dans le cas des logements en bandes et de maisons en lotissement. guide pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur . ceci étant réalisé.I. surtout en bord de mer. ventilation) et la conception doit utiliser au mieux les différentes techniques existantes pour satisfaire à cette demande. il faut donc désormais y être attentif sans attenter à la qualité de l’air.6 . de par le climat clément de la région.L'INERTIE THERMIQUE Définition et enjeux Inertie et isolation Les moyens de l'inertie Le rôle de l'inertie Inertie thermique des principaux composants du bâtiment VENTILATION Les enjeux La strategie en hiver La strategie d'été Les facteurs d'une bonne ventilation naturelle Les facteurs extérieurs de la ventilation En rehabilitation RAFRAICHISSEMENT .A. le procédé de chauffage doit s’adapter à l’enveloppe pour se faire oublier.

de protections contre les insectes… L’humidité de l’air sera un frein aux procédés de type froid rayonnant (sol ou plafond). compte tenu des vents dominants de la région. filtration). LA GESTION DE L’EAU En région méditerranéenne. La résolution de ces problèmes exige une action de la collectivité vers les constructeurs (sols perméables. dans les régions méditerranéennes. Pour toutes les régions : Si le rafraîchissement s’impose mais si la puissance nécessaire est inférieure à 30 W/m2. les systèmes de filtrage des poussières. les réseaux individuels ou collectifs. • la gestion de l’eau pluviale est particulièrement complexe : avec des débits de pointe extrêmement importants. de 30 à 60 W/m2. très rentable. dimensionnement des réseaux). LES AUTRES USAGES ELECTRIQUES Il n'existe pas d'usages spécifiquement méditerranéens de l'électricité. elle impose des dispositifs de dosage des débits facilement accessibles mais a aussi des incidences sur les protections anti-intrusion. peu vitré. L’air sec favorise les procédés de rafraîchissement par les parois. ventilation et confort d’été. Le bâtiment méditerranéen. stockages qui peuvent aussi servir au confort d’été. peut conduire à des intérieurs sombres : d’où un usage parfois inhabituel de l’éclairage artificiel. Il conviendra de coordonner éclairage. Dans les zones intermédiaires et les zones montagneuses : L’air étant très chaud et sec le jour. rappelons à ce sujet que l’usage de l’eau chaude sanitaire solaire est. les usages de l’eau sont les mêmes qu’ailleurs hormis les trois points suivants : • l’eau sert beaucoup pour le confort d’été des espaces extérieurs (fontaines. sauf peut être pour l’éclairage et la ventilation. ces usages devront être étudiés avec soin de manière à réduire les dépenses (recyclage. . piscines) .7 pourront varier selon les zones climatiques : En bord de mer : La chaleur estivale est tempérée par l’humidité de la mer et l’on pourra ventiler voire brasser l’air de jour : cette ventilation traversante naturelle ou accélérée doit être envisagée au début des projets à cause des sections de gaines ou d’ouverture qu’elle nécessite . il faudra combiner deux procédés ou utiliser un système par le plafond . secs la plupart du temps. au-delà. la ventilation nocturne sera préférable (même remarque que ci-dessus sur l’anticipation du choix de cette technique). • l’eau chaude sanitaire provoque des dépenses parfois égales à celles du chauffage . sont saturés lors des orages. il est intéressant d’étudier un procédé par le sol ou par ventilation mécanique (double flux avec humidification ou double flux rafraîchi) . il conviendra d’utiliser des systèmes classiques. mares.

• par la protection ou l'exposition au vent.8 LES BONNES PRATIQUES En région méditerranéenne. . l'objectif sera de profiter au maximum des apports solaires et de se protéger des vents dominants. en été ou en hiver.ventilation . les protections solaires et l'inertie ont un rôle quasi équivalent sur la réduction des températures maximales. sans protection solaire 2 inertie thermique légère.EDISUD -10° On voit à travers cet exemple que si les différentes solutions n'ont que peu d'influence sur les températures minimale.DISPOSITION DES LOCAUX La conception d'un bâtiment. pour être confortable tout au long de l'année. son implantation. un bâtiment devra répondre à trois règles principales. avec protection solaire 3 inertie thermique lourde. Le recours simultané à l'inertie et aux protections solaires ne donnera pas toutefois une réduction de température équivalente à la somme des résultats des deux actions. son orientation influent notablement sur son comportement thermique. ORIENTATION . • par l'exposition au soleil.protection solaire pas de ventilation ventilation nocturne température maxi pas de ventilation ventilation nocturne température moyenne pas de ventilation ventilation nocturne température mini 2° 1 inertie thermique légère. Un exemple : la relation inertie . La conception devra donc jouer sur ces différents paramètres.Jean-louis Izard . avec protection solaire 0° -2° -4° -6° -8° Source : Confort d’été . Une inertie thermique importante Des protections solaires efficaces Une bonne ventilation naturelle. sans protection solaire 4 inertie thermique lourde. En hiver. Au-delà quelques autres éléments permettront encore d'améliorer le confort des habitants : • une organisation et orientation des espaces intérieurs • l'aménagement des espaces extérieurs • le choix des systèmes de chauffage et de rafraîchissement performant • la prise en compte de l'éclairage dans la conception.

matériaux d'isolation transparents . les chambres seront de préférence orientées au sud ou à l'est.5m 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 h Le graphique ci-dessus montre qu’en été. Ce chiffre de 20% correspond au ratio qui était utilisé. soit par les murs-capteurs(1). sud sud-est/sud est/ouest surface horizontale 0 1 2 3 4 5 6 7 8 LA PROTECTION AU VENT Les vents dominants d'hiver sont une source importante de déperdition (par effet de convection et par infiltration) . La protection pourra être assurée par le relief (naturel ou artificiel) du terrain. La perméabilité au vent du bâtiment (ses composants et leurs joints d'étanchéité) ne devra pas excéder 1..5m 2h h Protection aux vents par des aménagements extérieurs GARAGE O ESPACES TAMPONS (PLACARD. 1. soit par des serres. l'énergie incidente sur les façades EST et OUEST est plus importante que celle reçue sur les façades SUD.) pourront être placés sur la façade nord. etc. En revanche. On pourra profiter des apports solaires soit directement par de larges vitrages. h 2h h 1. Joint Research Centre Commission of the European Communities 1994 Energie incidente en kWh/m2. C'est donc sur cette façade que devront être situés. ou par des annexes bâties. en France pour estimer les pertes dues au vent lors des calculs de déperdition avant application de la législation thermique de 1975. Les espaces tampons (placards. une exposition principale SUD permettra : • un meilleur ensoleillement en hiver • une réduction des apports solaires en été.) et surtout des fenêtres avec une bonne étanchéité à l'air.2 m3/h/m2 Le recours au végétal (création d'écran d'arbres) permettra aussi de réduire l'impact du vent (voir aménagement extérieur ci-dessous). Faute de pouvoir réduire ces surfaces vitrées.jour Station météo de Nice h 2h 1. les espaces de vie et les surfaces vitrées les plus importantes... ESCALIERS. au niveau national.. la façade SUD est plus ensoleillée. En climat chaud. leur impact peut être estimé à près de 20%(2) pour un bâtiment datant des années 1970. de préférence. on veillera à utiliser des verres isolants (fenêtre pariéto-dynamique. ETC…) BAINS E CHAMBRE La réduction de la surface exposée aux vents et surtout la réduction des surfaces vitrées permettra de diminuer les pertes. Source : Passive solar architecture for Mediterranean area. CUISINE SÉJOUR S L'exemple proposé ici est un bon compromis entre le confort d'été et le confort d'hiver. afin d'éviter des surchauffes en fin d'après-midi pouvant perturber le sommeil des usagers. durant la saison de chauffage. .9 LE CHOIX DE L'EXPOSITION SOLAIRE D'une façon générale. rangements. Murs trombes avec vitrages ou matériaux d'isolation transparents sur la face externe 2. compte tenu du faible niveau d'étanchéité à l'air des menuiseries. des brise-vents végétaux.

rangement.par le brassage de l'air : ventilateur au plafond. de façon à évacuer les calories stockées dans les murs. visuelles. ou autre. . Deux stratégies existent : • l'une ayant un impact direct sur le confort physiologique de l'usager . il faut : .10 LA VENTILATION ESTIVALE En été.soit par ventilation traversante. mais les aménagements (bâti. • en cas de milieu bruyant. Elle consiste à sur-ventiler le bâtiment dès que l'air extérieur est plus frais que l'air intérieur. • en dernier recours. .le stockage et la diffusion de chaleur. on pourra différencier les fonctions de "captage d'énergie solaire"(1) (orientées au sud) et les vitrages à fonction visuelle.des façades ouvrantes peu exposées au bruit. • créer des débords de vitrage (bow window) pour rechercher une orientation sud (schéma 1). Dans les deux cas. 1. A ce titre. l'objectif peut être atteint : . acoustiques. Diverses précautions doivent toutefois être prises lors des travaux de réhabilitation : • rejeter au nord les locaux de service.par circulation d'air. EN REHABILITATION : En réhabilitation. ou des matériaux d'isolation thermique transparente en doublage extérieur de mur. • l'autre visant à refroidir le bâtiment. • rechercher une double orientation (si possible sur deux faces opposées). L'action des aménagements devra avoir quatre objectifs : • limiter l'insolation et créer des ombrages en été • favoriser la ventilation naturelle en été • réguler la température et l'hygrométrie de l'air • protéger des vents en hiver. Pour cela.. circulation. l'accélération des vents .des locaux à double orientation . Dans ce dernier cas. intérieur extérieur N 2 intérieur extérieur 1 N LE TRAITEMENT DES ESPACES EXTERIEURS LES ENJEUX Un bâtiment est inscrit dans un environnement climatique et humain générant des contraintes diverses.la modification du degré d'hygrométrie . En utilisant des capteurs-plans. Ces aménagements pourront avoir aussi une influence sur le niveau sonore : soit par la création de bruits supplémentaires. très limité en été et néfaste en hiver.soit mécaniquement . végétal) peuvent modifier le microclimat d'un site par : . la ventilation est l'un des moyens les plus simples de contribuer au confort thermique des usagers d'un bâtiment. tout au long de l'année. des dispositions d'ouverture en loggia pourront apportée une solution en terme de confort visuel et de ventilation (schéma 2). il faut noter l'impact de l'ombre des bâtiments au sud.. Il n'est pas possible de modifier les données climatiques générales. soit au contraire en créant des barrières sonores La prise en compte de l'environnement dans la conception d'un projet devra avoir pour objectif de maîtriser les interactions des aménagements et des microclimats pour minimiser les contraintes climatiques. avec éventuel apport d'air extérieur (si celui-ci n'est pas plus chaud que l'air intérieur).la création d'ombrage . il est possible d'utiliser les moyens suivants : LIMITER LES APPORTS SOLAIRES EN ETE objectifs • limiter l'insolation • créer des ombrages moyens • protection solaire • végétation • implantation et hauteur des bâtiments Une attention particulière devra être portée pour ne pas contrarier la recherche d'ensoleillement en hiver. l'orientation des façades est déterminée par le bâti existant.le ralentissement.

Des études précises sont à faire pour bien évaluer l'impact du bâti sur la circulation d'air et principalement sur les effets désagréables de turbulences ou de Venturi. Les arbres à feuilles caduques. on favorisera donc plutôt des végétaux à feuilles caduques. et/ou de gazon absorbant le rayonnement solaire par photosynthèse. Le bâti environnant jouera aussi un rôle en freinant ou en canalisant le vent. Les protections solaires seront de type mobile ou démontables de préférence. Cette technique dans des condition d'air extérieur très sec permet de réduire la température de pointe de 7°C (voir graphes page 10). l'eau brumisée refroidit l'air ambiant. contribue à réduire la température de l'air. l'effet principal recherché sera la protection aux vents dominants en hiver. 90 Humidité relative et température à différents niveaux (0. l'effet d'ombre des bâtiments est réduit. L'exemple du Pavillon de la Communauté Européenne montre l'impact très positif de l'humidité sur la diminution de la température de l'air ambiant. Dans ces tours (photos ci-contre). par évaporation. laissent passer les rayons du soleil CONTROLER LA VENTILATION NATURELLE objectifs • favoriser la ventilation naturelle en été • freiner le vent en hiver moyens • végétation • implantation.5 0 . sera une des principales source de réduction de chaleur sur l'environnement. mais aussi stockée dans la terre des zones végétalisées. soit sous forme de fontaine.5 m) humidité moyens • la végétation • la couleur des matériaux • l'inertie des matériaux • l'utilisation de l'eau 72 54 36 1.5 1 12 heures 24 6 La présence du végétal.5 0 18 0 6 42 39 température 36 33 30 27 24 21 1. de bassin. 0. REDUIRE LA TEMPERATURE DE L'AIR objectifs • réduire la température de l'air et augmenter l'hygrométrie. ils ont peu d'impact sur l'environnement Des arbres plantés dans une rue plus large auront un effet tout aussi positif Pour les ombrages sud.5. 1 et 1.5 1 0. La présence d'eau. sous forme d'arbres et de tonnelles créant des ombres. Comme pour le végétal. hauteur de bâtiments • protection au bruit La végétation pourra être utilisée pour canaliser le vent en été ou le freiner en hiver par des rideaux d'arbres à feuillages persistants protégeant des vents dominants en hiver et une végétation à feuillage caduque pour canaliser les brises en été.11 Durant l'été. même dans une rue étroite.

• ne pas créer d'effet d'ombrage en hiver pour les faces du bâti exposées au sud • contribuer à un rafraîchissement de l'air par la présence d'eau. ils ont tendance à davantage conserver la chaleur en été et donc contribuent à l'augmentation de chaleur dans les locaux. EN RÉHABILITATION L'aménagement devra: favoriser la protection aux vents dominants en hiver par le végétal • (ou de nouvelles constructions) • renforcer la protection aux nuisances sonores de façon à permettre en plus la ventilation naturelle en été avec : LA PROTECTION DES VITRAGES LES ENJEUX Les vitrages. d'ombrage au sol. Pour les locaux climatisés. Leur objectif est de LES VERRES LES VERRES PEU ÉMISSIFS : Leur conductivité est réduite. en dehors de la création d'ombrage et de stockage d'eau dans le sol par arrosage. Il est donc nécessaire de faire une étude sur l'année pour connaître le bilan énergétique complet compte tenu des demandes en froid. isolants. ils réduisent les apports solaires en hiver.9 W/m2 °K double vitrage traditionnel : K = 2. limitent le stockage de la chaleur (contrairement aux matériaux sombres ou de couleur absorbante). l'emploi de matériaux clairs en revêtement de sol. Ils ont donc un effet positif sur le confort d'été en réduisant les apports solaires dus aux infrarouges sans augmenter la demande d'éclairage artificiel (et donc les apports internes). .des systèmes d'ouvertures en loggia. Comme les autres vitrages. Ils ont donc une influence sur le confort visuel (éclairage naturel) et le confort thermique. ils ne réduisent pas l'effet de serre et donc n'améliorent pas le confort d'été. sont à la fois une source d'apports énergétiques (par effet de serre).des écrans antibruit sur les axes de circulation. En été.12 JOUR FRAIS CHAUD GAZON FONTAINE CARRELAGE CLAIR ASPHALTE NUIT FRAIS CHAUD Les matériaux de couleur claire. La végétation. chauffage et éclairage.. ils doivent être équipés de protections solaires efficaces.des prise d'air avec pièges à sons. mais aussi de pertes de chaleur suivant leur exposition et l'heure de la journée. un bilan plus complet est à faire.. Les couleurs sombres et/ou absorbantes contribueront à augmenter le stockage de la chaleur. en réfléchissant la lumière. ils pourront créer une gêne par effet d'éblouissement. créeront un effet radiateur et participeront à l'échauffement de l'air ambiant. de chauffage. réfléchissants. Cette influence peut être positive ou non : • Confort visuel Positif Eclairage naturel Négatif Eblouissement • Confort thermique Positif Gain direct Négatif Surchauffe Négatif Effet de paroi froide L'usage du vitrage dans le bâtiment suppose donc une gestion de l'ensoleillement qui peut être faite • par des verres "protecteurs". • par l'usage de protections solaires.. L'effet de dégagement de la chaleur se prolongera durant la nuit.. LES VERRES RÉFLÉCHISSANTS : Ils sont surtout utilisés en bâtiment tertiaire. etc. joue un rôle de paroi froide et absorbe une grande partie du rayonnement solaire. de par la forte conductivité et la transparence des verres traditionnels. retardant l'heure de "confort". Au contraire. ils diminuent donc les pertes . intégrant les transmissions de chaleur à travers le vitrage LES VERRES SELECTIFS : Ils laissent passer la lumière dans les longueurs d'onde visibles. tout en limitant le passage des infrarouges. .9 W/m2 °K (composition des vitrages :4+12+4) Les facteurs de transmission solaires sont sensiblement équivalents. En revanche. celleci sera atténuée par la présence de végétaux. . Exemple : double vitrage faiblement émissif : K = 1. Ils auront un impact globalement positif sur l'année..

E. LES VERRES À PROTECTION INCORPORÉE : Une résille de bronze est incorporée dans le double vitrage. air neuf extérieur intérieur • Durant la journée. Ils ne réduisent pas les apports solaires en été.13 limiter l'éblouissement et les surchauffes en été (donc réduire les éventuelles consommations de climatisation)..) sont air chaud intéressantes. ils réduisent les apports solaires en hiver et contribuent à augmenter les consommations d'électricité liées à l'éclairage sur l'ensemble de l'année.. ces protections doivent pouvoir être maintenues dans une position permettant un éclairage minimum en lumière du jour.sud : horizontale ou verticale parallèle à la façade. Ceux-ci sont d'autant plus fermés la nuit qu'ils sont faciles à manipuler. mais souvent onéreuses. casquettes. il diminue l'énergie et la lumière transmises à travers le vitrage.. Leurs qualités sont liées : • à l'étanchéité à l'air • à la maniabilité : la seule présence d'un volet ne garantit pas son utilisation.par effet de serre. Entre les parois vitrées. volet roulant. Ils ont une plus faible conductivité que le verre. Elles n'améliorent pas le confort d'été. . • Les protections extérieures apportent une amélioration de confort visuel et thermique. Il y a donc une économie par amélioration du coefficient K de la vitre et par un préchauffage de l'air entrant (destiné à assurer le renouvellement d'air) : . auvents… Choix du type de protection en fonction de l'orientation 45° S/SO S/SE Pourcentage d'énergie transmise par le verre en fonction de la longueur d'onde S LES FENÊTRES PARIÉTO-DYNAMIQUES : Elles sont composées d'un triple vitrage à travers lequel circule l'air entrant.). LES PROTECTIONS THERMIQUES Ce sont essentiellement des protections nocturnes (volet. LES FILMS RÉFLÉCHISSANTS : Posés à l'intérieur.. . leur diffusion reste faible en France. l'air récupère une partie de la chaleur qui normalement s'échappe à travers les vitrages. . LES VERRES ABSORBANTS : Ils permettent une réduction de la lumière et de l'énergie transmise. Les volets roulants présentent plusieurs qualités : • facilement manoeuvrables de l'intérieur • bonne étanchéité • possibilité de lames isolantes. • Elles doivent autoriser le regard vers l'extérieur. Les protections intérieures limitent l'éblouissement. A l'heure actuelle. dimensionnées et orientées pour le soleil d'été. LES MATÉRIAUX D'ISOLATION TRANSPARENTS : Ces isolants sont soit des matériaux à structure nid d'abeille. 45° N 45° UV VISIB 100 50 0 UV VISIB 100 50 0 UV : ultraviolets verre réfléchissant verre traditionnel UV VISIB 100 50 0 UV VISIB 100 50 0 VISIB : longueurs d'onde visibles I-R : infrarouges verre séléctif (2ème génération) verre séléctif (1ère génération) 90° O air chaud pas de protections requises E protections mobiles extérieures avec un facteur solaire < 0.par récupération sur les pertes se faisant à travers les vitres. Leur effet est limité en été. protections relevables. et W. • Les solutions mobiles (lames orientables. Elles doivent être adaptées à l'orientation . soit des aérogels de silice. stores. La transmission lumineuse varie en fonction de l'angle d'incidence. Ils sont particulièrement adaptés en réhabilitation. elles ont principalement un rôle de confort visuel mais influent peu sur le confort thermique. LES PROTECTIONS SOLAIRES Elles ont pour objectif de limiter le rayonnement lumineux. • La robustesse est un élément primordial (surtout dans les zones soumises à des vents très forts). • Elles seront choisies. : verticale parallèle à la paroi.20 protections mobiles intérieures débords. • Il faut aussi veiller à ce qu'elles ne créent pas de bouchon d'air chaud au-dessus des ouvertures .

07 0.0 0.10 0. 50 < bruit < 60 dB (∆) BR3 : zone bruyante .4 préférer des lames verticales 0.6 Pare soleil 0. grand auvent > 0.12 0. d'inclination et de masque La valeur maximale admissible de Fsp (ou Fsp-ref) est déterminée en fonction de l'inertie thermique et de l'exposition au bruit (voir tableau ci-dessous) Tableau de FSP-ref Valeurs retenues dans le cadre de la future réglementation française Valeur de Fst par défaut source : projet de Nouvelle réglementation Thermique Type de protection extérieure mobile volet plein ou à lames Stores extérieur vénitien avec lames mobiles store à enroulement vertical toile opaque store à enroulement vertical toile peu transparente store à enroulement vertical toile très transparente store entre deux parois vitrées store banne.0 1.6 Inclination moyenne Inclination forte < 17° < 30% 2.25 1. réduire les apports solaires sur les vitrages par la pose de pare-soleil extérieurs ou de volets. pas de contrainte sur les fenêtres .5 0. Les apports solaires peuvent être réduits par la pose de films réfléchissants.06 0.5 0. mais celles-ci restent très rares sur le marché. Le remplacement des vitrages est extrêmement onéreux avec des temps de retour faibles. toutes fenêtres toujours fermées . Selon l'état des menuiseries.0 2. les verticales seront choisies pour les autres orientations.6 Balcon. Dans le cas où celles-ci ne sont pas disponibles. Ces derniers pourront être réalisés par des murs trombe ou des serres pouvant être isolées des espaces habitables par des volets. bruit < 45 dB (∆) BR2 : Zone assez tranquille . loggia. dans ce cas.14 DÉTERMINATION DU NIVEAU DE PROTECTION SOLAIRE DES BAIES (FSP) Ce facteur est calculé selon la formule ci-contre Fsp = (S (S fenêtres x Fst x Fs) )/ (S S fenêtres) ≤ Fsp-ref Fst = Facteur de transmission solaire Fs = Facteur d'orientation.40 0. Il y a donc lieu de prévoir autant que possible.08 0. Le maintien des protections fermées durant la journée peut entraîner des pertes importantes de gains solaires. à l'italienne. le remplacement complet pourra être envisagé.72 FSP-ref Inertie Légère Moyenne Lourde Très lourde ouverture la plus exposée au bruit BR1(2) BR2(3 BR3 0. Il faut. y compris en partie haute • ni réduire de façon trop importante les apports solaires au sud durant les journées d'hiver.20 0. fenêtres nuit fenêtres fermées .20 0.10 0.8 0.0 0.0 > 50° > 120% 1.08 (1) 1.6 0.25 .6 0.8 0. La protection des vitrages ne devra : • ni empêcher la ventilation des locaux en été : un ajour de 30 % des protections solaires est souhaitable en zone méditerranéenne et les vitrages devront comporter au moins 30 % d'ouvrant.11 0. Toutes les pièces de jour sont en BR1 ou BR2 (possibilité de chambre en BR3) Détermination du facteur Fs : facteur d’orientation.33 0. LA PROTECTION CONTRE L'EFFRACTION C'est une des fonctions supplémentaires demandées aux fermetures (protection nocturne ou solaire). BR1 : Zone tranquille . BÂTI ANCIEN AVEC FAIBLE SURFACE VITRÉE. de prévoir les protections nocturnes et solaires. EN RÉHABILITATION Deux cas doivent être examinés.25 1.6 débord (d) retrait (a) hauteur de baie (h) Horizontale < 0. corbeille baie sans protection extérieur Fst 0. inclinaison et masque BAIES VERTICALES ratio de débord d/(2a+h) (voir figure à droite) "SUD" (d’Est à Ouest via Sud) "Autre" (d’Est à Nord-Est et d’Ouest à Nord-Ouest) "Nord" (de Nord-Ouest à Nord-Est via Nord) BAIES INCLINÉES Angle d'inclination Pente (%) Orientation " SUD" (d’Est à Ouest via Sud) "Autre" (d’Est à Nord-Est et d’Ouest à Nord-Ouest) sans masque < 0.35 0. Toutes les pièces sont en BR1 (possibilité du séjour en BR2) 3.brise-soleil à lames dans un plan parallèle à la baie ombrant toute la baie à toute heure en été (à préciser). bruit > 60 dB (∆) 2.8 0.10 0.5 1. plus étanches avec des vitrages isolants.6 brise-soleil(1) sans préférer des lames horizontales 0. PEU ISOLÉ Il y a lieu alors : • de remplacer les menuiseries anciennes par des nouvelles . il y aura intérêt à séparer "ouvertures" et "captage solaire".8 0.35 0.19 xxx xxx xxx 0. Ces lames horizontales seront préférables en façade sud. BÂTI MODERNE AVEC DE LARGES SURFACES VITRÉES MAL PROTÉGÉES Les larges surfaces vitrées contribuent à créer des effets de surchauffes. des protections contre l'effraction permettant les apports solaires.0.

6 0. les risques de surchauffe ne doivent pas être négligés.. Des solutions de type "vêture" sont plus résistantes L'usage de matériaux d'isolation transparents permet de réaliser des murs capteurs (TROMBE).par un parti architectural. volets.par la nécessité de renforcer l'isolation de la façade. en climat chaud. Son coût est toutefois supérieur à celui d'une isolation par l'intérieur. il est effectivement nécessaire que cette surface soit très bien isolée. LA CREATION DE TOITURE PARASOL La toiture est la surface qui reçoit le plus d'énergie solaire en période estivale (plus précisément du mois de mars à septembre. En zone méditerranéenne. dont les coefficients d'absorption des rayonnements solaires sont moindres : 1 0.. la lame d'air doit être très bien ventilée (largeur d'environ 20 cm).15 L'ISOLATION ET LA PROTECTION SOLAIRE DES PAROIS OPAQUES LES ENJEUX Si la quantité d'énergie qui entre à travers un mètre carré de vitrage est importante. Elles peuvent aussi contribuer à renforcer une étanchéité à l'air ou à l'eau. Malgré tout. En dehors du végétal. voir "ORIENTATION .3 0. La protection solaire des parois opaques peut se réaliser de deux façons : • soit par la création d'ombre sur les façades ou le toit . . • soit par une isolation thermique. exposé Nord-ouest (avec 7 m2 de vitrage). .1 0 L'utilisation d'une sur-toiture ou de combles ventilés permettra de réduire cet inconfort car le facteur de transmission diminuera proportionnellement au taux de porositéau rayonnement solaire. végétation.. marron rouge sombre turquoise rouge vif bleu foncé jaune vert sombre Coefficient d’absorption par des laques cellulosiques blanc bleu clair noir vert .5 0.DISPOSITION DES LOCAUX").8 0.2 0. elles se justifient en fait soit . l'énergie reçue par les parois opaques (et particulièrement les parois horizontales en été) est aussi très importante du fait même de leur surface.. divers matériaux peuvent être utilisés : métal. C'est l'un des principaux reproches que l'on peut faire à cette technologie.doublage végétal.. à travers toiture terrasse 38% L'ISOLATION THERMIQUE L'isolation thermique par l'extérieur présente de nombreux avantages : • réduction des chocs thermiques • réduction des ponts thermiques • préservation de l'inertie thermique. l'énergie solaire transmise sera.35). ces solutions restent souvent plus onéreuses que les solutions d'isolation traditionnelles.). Il faudra toutefois bien veiller à ce qu'une protection solaire soit assurée dès la fin de la saison de chauffe (auvent. Des solutions de type "polystyrène + enduit" sont relativement fragiles. si cette isolation n'est pas associée à une inertie thermique suffisante.. Pour être réellement efficace. 100 m2 autres parois 4% vitrages 58% L'énergie transmise à travers la toiture peut représenter de 40 à 70% de l'énergie totale reçue par le logement L'énergie transmise étant fonction du coefficient de conductance et du facteur de transmission des masques architecturaux (ici ce facteur est égal à 1 en l'absence de masque).. .4 0. bois. L'IMPACT THERMIQUE DE LA COULEUR La protection solaire sera améliorée par des couleurs chaudes et claires. Il y a donc lieu de traiter ces surfaces à la fois en termes de déperditions (en hiver) et de protection solaire (en été). Sud-est (avec 8 m2 de vitrage protégé par un auvent).dans un souci de maintenance.9 0. .. sous une toiture terrasse isolée (k=0. Exemple : logement de 100 m2 au dernier niveau d'un immeuble.7 0.toiture parasol.doublage de façade avec vide ventilé. LE DOUBLAGE DES FAÇADES ET LES MURS VENTILES Pour les doublages de façades.

En hiver. on évacuera cette chaleur vers l'extérieur en profitant de la fraîcheur relative de l'air durant la nuit. En hiver.16 L'INERTIE THERMIQUE DÉFINITION ET ENJEUX L'inertie thermique est la capacité d'un bâtiment à emmagasiner de la chaleur.. carreaux de plâtres. LES PARAMÈTRES UTILES DE L'INERTIE L'inertie peut permettre de stocker de la chaleur sur des périodes plus ou moins longues. A noter qu'un mur porteur intérieur comprenant deux faces d'échange thermique aura plus d'inertie qu'un mur extérieur qui n'a qu'une seule face. Une inertie séquentielle permettant d'amortir les effets d'une décade chaude est suffisante. ni recommandée. elle évitera les surchauffes et réduira les consommations de chauffage. elle permettra de réduire la puissance de climatisation installée. Un bâtiment tel que le Palais des Papes en Avignon ou une cathédrale dispose d'une inertie thermique permettant un stockage saisonnier. le stockage de la chaleur ne se fait donc pas en profondeur : les 10 premiers centimètres sont efficaces pour une inertie quotidienne. Des doublages de murs en bois. Elle permet donc de stocker durant la journée la chaleur fournie par les apports solaires. Dans les bâtiments actuels. Cette inertie peut être une inertie de transmission (donc à travers les parois soumises à l'exposition solaire) ou une inertie d'absorption (capacité à stocker la chaleur du local dans les parois internes ou périphériques). • la surface utile d'échange L'effet de l'inertie thermique est recherché pour des périodes courtes (10 jours maximum). plus la quantité de chaleur stockée ou déstockée sera grande et plus aussi l'amplitude de température à la surface du matériau sera faible. des revêtements de sol épais et isolants (tapis. Dans les bâtiments climatisés et dans les logements ne pouvant être correctement ventilés. En habitat. Le nombre d’heures est donnée pour un climat de plaine intérieure (Carpentras) combles ventilés plafond léger avec isolation intérieure inertie thermique très légère plafond lourd isolé par l'extérieur inertie thermique lourde T°>27°c pendant 175 heures par an isolation extérieure inertie thermique lourde cloisons lourdes (briques. cette chaleur sera restituée afin de réchauffer les locaux. Seules les parties de ces maçonneries comprises entre l'intérieur du local et l'isolation interviendront dans l'inertie. l'effet le plus utile et recherché sera celui de l'inertie journalière. carreaux de plâtre) plancher béton (isolation en sous face) T°>27°c pendant 850 heures par an cloison légère inertie thermique légère T°>27°c pendant 600 heures par an isolation intérieure moquette épaisse ou plancher bois CONFORT D'ÉTÉ INCONFORT EN ÉTÉ . si elles ont une certaine masses (briques. La capacité d'échange sera donc davantage fonction de la surface que de l'épaisseur du matériau. Cet effet "tampon" permettra d'améliorer le confort et de réduire les consommations tant en hiver qu'en été. LES FACTEURS INFLUANTS • la chaleur spécifique des matériaux un matériau stocke d'autant plus d'énergie que sa chaleur spécifique est grande • la conductivité thermique Plus la conductivité thermique est grande. Le rôle des cloisons intérieures. En fait. LES MOYENS DE L'INERTIE L'inertie peut être apportée principalement par : • les murs porteurs intérieurs • les murs extérieurs • les plafonds et le plancher. n'est pas à négliger.. une telle inertie thermique n'est ni utile.). En été. elle permettra souvent d'éviter le recours à la climatisation. l’inertie séquentielle est apportée par les 10 centimètres suivants. moquette épaisse) seront néfastes également pour l'inertie thermique. INERTIE ET ISOLATION Ces deux concepts sont parfois opposés : une isolation intérieure posée sur un mur réduit presque totalement l'inertie de ce mur.

l'inertie sera toujours à privilégier suivant les critères ci-dessus. qui les rend confortables en été mais ils souffrent d'un manque d'isolation thermique. INERTIE THERMIQUE DES PRINCIPAUX COMPOSANTS DU BATIMENT L'inertie thermique est déterminé par la somme des point d'inertie des différentes composantes du bâtiment (murs. Une faible inertie exigera des protections solaires très efficaces et une très bonne isolation.l'isolation intérieure des murs. et contribue à la stabilité de celles-ci. une solution à faible inertie peut être envisagée. devra être étudiée. planchers. . L'intermittence dans le cas de bâtiments à forte intermittence.la pose de moquette épaisse. ce qui est sans incidence sur la consommation si la programmation est de qualité. Une inertie forte obligera à anticiper sur les horaires de mise en route. EN RÉHABILITATION Les bâtiments anciens ont souvent une bonne inertie thermique. Ils sont exprimés en W/m2K. les protections solaires peu efficaces. Dans le cas de très faible occupation. Il est en revanche difficile de renforcer l'inertie d'un bâtiment.17 LE ROLE DE L'INERTIE L'inertie thermique a un rôle d'amortisseur sur les variations de température. les possibilités de ventilation réduites. Elle permet aussi de stocker la chaleur du soleil durant la journée en hiver et la fraîcheur de la nuit en été. il faudra veiller à ne pas détruire cet effet de l'inertie par : . nuisible en hiver. Lors de réhabilitation.la pose de faux-plafonds étanche. lorsque celle-ci est absente. La ventilation avec la possibilité de reprise de l'air extrait. Il y a lieu de tenir compte de l'évolution possible de l'occupation du bâtiment et des consommations liées au maintien en hors-gel. L'inertie forte devra être d'autant plus importante que : la surface vitrée est importante. . On devra alors travailler sur le renforcement des protections solaires et de l'isolation. cloisons) et du mobilier Les points d'inertie caractérisent l'amplitude du flux thermique par m2 de plancher pour une variation intérieure de température de 1K.s . du fait même du mode de construction (ex : bâtiment avec système poteaux-poutres et plancher léger).

18 La classe d’inertie est alors déterminée.5 cm) ou brique perforée (≥ 10.le logement . programmer et atteindre une performance thermique . classe d’inertie total des points TYPE DE PAROI très légère 6 légère 7/8 moyenne 9 à 12 lourde 13 à 18 très lourde 19 à 26 TYPE DE LOGEMENT POINT D’INERTIE THERMIQUE 6 DESCRIPTIF PLANCHER BAS Plancher béton ≥ 15 cm sans isolant ou Plancher isolé en sous face avec à l'intérieur au moins 7 cm de béton Plancher avec résiliant Plancher bois Tous Tous Tous Tous 5 3 6 PLANCHER HAUT Plancher béton ≥ 15 cm sans isolant ou plancher isolé par l'extérieur avec à l'intérieur au moins 7 cm de béton Isolation intérieure avec doublage 1 cm plâtre Tous Logement en pignon Autre Logement en pignon Autre Tous Maison individuelle isolée Logement en pignon Autre 1 2 5 2 3 1 5 3 2 SÉPARATIF Béton plein (≥ 15cm) sans isolant oubéton 7 cm avec isolation autre face Bloc creux béton 20 cm sans isolant Brique creuse 20 cm sans isolant Brique apparente perforée 22 cm Doublage 1 cm plâtre MUR DE FAÇADE ET DE PIGNON Isolation extérieure avec à l'intérieur : béton plein (≥ 7cm) ou bloc creux béton (≥ 11 cm) ou brique pleine (≥ 10.CETE Méditerranée . suivant la somme des points d’inertie de chacun des composants du bâtiment.5 cm) Brique creuse 5 cm plâtrée.5 cm) Isolation extérieure avec à l'intérieur : brique perforée (≥ 22 cm) ou isolation répartie avec blocs à perforation verticale (37 cm) Isolation intérieure : cloison brique creuse (5 cm) Isolation intérieure : doublage 1 cm plâtre Maison individuelle isolée Logement en pignon Autre 4 2 1 CLOISON Brique pleine ou perforée (10. ou carreau de plâtre plein 6cm ou bloc agglo béton 5 cm plâtré Alvéolaire à parement de plâtre 1 cm sur chaque face Maison individuelle isolée Autre Maison individuelle isolée Autre Tous Logement avec refend intérieur Autre 3 1 1 0 6 (ou 4) 4 (ou 2) 3 (ou 2) Logement avec refend intérieur Autre Tous 3 1 1 MOBILIER Forfait habitation source : le confort d’été. CSTB .

doublage plaque de plâtre cloison : plaque de plâtre alvéolée plafond : plaque de plâtre sous isolant mobilier Total plancher bas : dalle flottante avec moquette murs façade : ossature bois. Les valeurs de consommation ont été déterminées pour un logement de 83 m2 et 208 m3.19 INFLUENCE DE LA MASSE THERMIQUE SUR LES CONSOMMATIONS ET LE CONFORT THERMIQUE D’ÉTÉ Masse thermique utile(1) kg/m2 (habitable) Masse thermique totale kg/m2 (habitable) Consommation annuelle (kWh) Temps de surchauffe (t°>27°c) Inertie calcul par point 3 1 1 1 1 7 3 0 2 3 1 1 10 6 1 1 1 1 10 6 1 1 6 1 15 6 3 4 1 1 15 6 3 4 6 1 20 6 5 4 6 1 22 C = Carpentras N = Nice Quantification simplifiée de l’inertie thermique d’après le projet N.03 W/m3°C . pour 7 systèmes constructifs plancher bas : dalle flottante avec moquette murs extérieurs : ossature bois. isolant intérieur avec plaque de plâtre cartonné cloison : plaque de plâtre alvéolée plafond : dalle béton 16 cm sous isolant mobilier Total plancher bas : dalle 12 cm sur isolant + carrelage murs façade : bloc creux. isolant extérieur cloison : plâtre plein 6 cm et refend bloc creux 15 cm plafond : dalle béton 16 cm sous isolant mobilier Total 1 C N 37 133 6 800 4 350 849 897 2 C 178 360 6 530 615 N 3 900 635 3 C 187 432 5 970 533 N 3520 556 4 C 326 805 5 950 445 N 3 470 463 5 C 334 579 5 920 389 N 3 400 410 6 C 474 953 5 920 249 N 3 400 266 7 C 539 1 196 6 060 176 N 3 420 190 1. enduit deux faces plafond : plaque de plâtre sous isolant mobilier Total plancher bas : dalle 12 cm sur isolant + carrelage murs façade : blocs creux. masse thermique utile : masse thermique intérieure à l’isolation et limitée à 150kg/m2 de surface d’échange.T. isolant intérieur double part. coefficient global de déperdition 1. isolant intérieur avec plaque de plâtre cartonné cloison : plaque de plâtre alvéolée plafond : plaque de plâtre mobilier Total plancher bas : dalle 12 cm sur isolant + carrelage murs façade : blocs creux. briques creuses 5 cm enduites cloison : plâtre plein 5 cm et refend bloc creux 15 cm plafond : plaque de plâtre sous isolant mobilier Total plancher bas : dalle 12 cm sur isolant + carrelage murs façade : bloc creux. briques creuses 5 cm enduites cloison : plâtre plein 6 cm et refend bloc creux 15 cm plafond : dalle béton 16 cm sous isolant mobilier Total plancher bas : dalle 12 cm sur isolant + carrelage murs façade : blocs creux.R. isolant intérieur. isolant intérieur. isolant intérieur double part. isolant extérieur cloison : plaque de plâtre alvéolée + refend : bloc creux 15 cm. doublage plaque de plâtre pignon séparatif : béton banché.

Dans la zone littorale méditerranéenne. une ventilation diurne est acceptable. b) LE BRASSAGE D'AIR Durant la journée. c) LA STRATÉGIE DE RENOUVELLEMENT DE L'AIR EN ÉTÉ L'air peut être refroidi : • par humidification : point d' eau.. Une diminution de la chaleur de l'air en zone chaude et sèche L'organisation en plot réduit les possibilités de ventilation La ventilation traversante est favorisée par une double orientation . LA STRATEGIE EN HIVER Elle consiste à réduire au minimum l'air entrant en tenant compte des activités et de l'occupation des locaux. des extractions d'air en partie haute (appartement sur deux niveaux) ou le recours à des puits d'aération auront un effet positif. Il y a donc une triple stratégie : • celle du renouvellement hygiénique de l'air en hiver. mais qui permettent un meilleur dégagement de la chaleur du bâtiment vers l’environnement durant les nuits d’été. • préchauffage de l'air entrant par récupération sur l'air extrait (ventilation double flux).. la vitesse de l'air ne doit pas excéder 1 m/s. A l’inverse.20 VENTILATION LES ENJEUX La ventilation joue un rôle essentiel dans le confort thermique d'un local. • En été. LES FACTEURS D'UNE BONNE VENTILATION NATURELLE L'ORGANISATION DES LOCAUX Une double orientation des locaux aura un impact positif sur la ventilation. • La réduction de cette ventilation à son minimum durant la journée permettra en revanche de conserver cette fraîcheur. • la double orientation des différentes pièces sera favorisée par des formes peu compactes du bâti qui vont à l'inverse des objectifs d'économie d'énergie en hiver. quand l'air extérieur devient moins chaud que l'air intérieur. • En hiver. • En été. le confort physiologique de l'occupant sera amélioré par un mouvement de l'air : usage de ventilateur sur pied ou en plafond. plus ce pourcentage augmente. • en l'absence de possibilité de double orientation. pourra être obtenue en faisant circuler l'air entrant à proximité d'un point d'eau (refroidissement par évaporation de l'eau). LA STRATEGIE EN ÉTÉ a) REFROIDIR LA MASSE DU BÂTIMENT La stratégie pour refroidir la masse du bâtiment consiste à réduire au minimum les entrées d'air chaud durant la journée et à favoriser un renouvellement d'air important (supérieur à 4 volumes/heure) en période nocturne (de 23h00 à 9h00) afin de réduire les apports de chaleur durant la journée et de garder la fraîcheur stockée durant la nuit (par effet d'inertie). permet d'évacuer la chaleur stockée dans les murs et les planchers. • préchauffage de l'air par gain direct : prise de l'air derrière une surface captante ou dans une serre.. la mono-orientation ou même une double orientation contiguë sont des freins.. Plus le local est isolé. • en circulant dans une masse froide : celle-ci peut être obtenue par une canalisation enterrée (application estivale du puits canadien) ou en faisant circuler l'air à travers une masse de galets. Différentes technologies pourront être utilisées pour réchauffer l'air entrant : • récupération sur la perte de chaleur à travers les murs ou les vitrages (effet pariéto-dynamique). associée à une forte inertie thermique. 30 % (en moyenne) des pertes de chaleur ont lieu par le renouvellement d'air. Dans les zones où une ventilation diurne peut être envisagée. le cloisonnement. brumisation. une ventilation nocturne des locaux. ainsi que sur les consommations d'énergie. celle-ci pourra être augmentée par l'usage de cheminée "solaire" et/ou de ventilation verticale. un courant d'air contribue à la sensation de confort par élimination de la sueur : c'est l'exemple de l'éventail ou du ventilateur en plafond. • celle de la ventilation destinée à rafraîchir le bâtiment en été. • celle du brassage d'air (sans apport d'air neuf) destiné à améliorer la sensation de confort physiologique des occupants. Pour une bonne sensation de confort. végétation.

21 mono orientation ventilation suivant l’organisation des espaces ventilation traversante 2 façades contigües ventilation traversante 2 façades opposées LES FACTEURS EXTÉRIEURS DE LA VENTILATION La végétation extérieure pourra être utilisée avantageusement : pour freiner les vents dominants en hiver (haies et rideaux d'arbre à feuillage persistant) pour créer des zones d'ombre en été (générant des courants d'air) pour humidifier l'air extérieur. RAFRAICHISSEMENT . il peut être nécessaire d'avoir recours à des techniques de rafraîchissement. en vue d'un confort d'été acceptable Deux stratégies peuvent être développées : .CHAUFFAGE LES ENJEUX Lorsque la ventilation ne peut être assurée correctement. . soit à des systèmes permettant de rabattre l'air vers le bas . on évitera les auvents pleins situés juste au-dessus de la fenêtre. par l'impossibilité d'ouvrir les fenêtres en période nocturne soit du fait d'un environnement trop bruyant soit par absence d'occupant.un système de rafraîchissement du bâti (système de freecooling). ou lorsque l'inertie thermique du bâtiment est insuffisante (par exemple. ne pas oublier de prévoir des entrées d'air. arbres à feuillage persistant arbres à feuillage persistant aération par tirage thermique évacuation de l'air chaud prise d'air prise d'air prise d'air prise d'air prise d'air arbres à feuillage caduque prise d'air vent d'hiver vent d'été arbres à feuillage caduque LE POSITIONNEMENT DES OUVERTURES Une entrée d'air située en position basse est plus efficace : pour cela. en fonction de l'usage des locaux. EN REHABILITATION • Favoriser la ventilation traversante lors de la réorganisation des locaux. on aura recours soit à des entrées d'air en partie basse. • Utiliser des systèmes de ventilation mécanique contrôlée permettant de faire varier les débits d'air.un rafraîchissement immédiat. • Faire attention lors de la création d'auvent à ne pas perturber le flux d'entrée d'air. (systèmes de climatisation actuels). parce que la nature du terrain ne permet pas d'augmenter les surcharges sans entraîner des travaux d'infrastructure importantde type puits ou pieux. • En cas de renforcement de l'étanchéité des menuiseries. .

soit pour le rafraîchissement. La grande surface d'émission permet de travailler à des températures modérées et donc d'augmenter les rendements. En revanche. Une attention particulière devra être apportée en zone humide (ex : zone littorale) : les températures de l'eau froide devront être limitées afin de ne pas créer de phénomènes de condensation. les solutions passives (comme les serres) sont un excellent moyen de favoriser le recours aux énergies renouvelables Les serres devront être bien séparées des espaces chauffés par des ports et volets afin éviter les déperditions nocturnes. voire en utilisant les plafonds ou les planchers en émetteur qui permettent de travailler davantage par effet radiatif que par convection. reste plus économique (en investissement et fonctionnement) qu'une climatisation traditionnelle. pertes : solutions passives : pré-chauffage de l'air neuf dans une serre. Elle offre aussi l'avantage de réduire la maintenance. Sauf en zone de montagne ou dans le cas de double flux rafraîchi. .. Les serres les plus efficaces sont encastrées dans le bâtiment. à condition d'être réversibles. L'usage de chaudière à chaleur variable pourra permettre de gagner quelques points supplémentaires.75 • véranda semi-encastrée ou en angle 0. L'eau utilisée pour le rafraîchissement pourra être . il est possible d'ajouter un mini-caisson de traitement d'air avec groupe froid permettant de rafraîchir l'air entrant. celle-ci n'étant possible qu'avec : .22 LES SYSTEMES DE RAFRAICHISSEMENT LES SYSTÈMES RADIATIFS : PLANCHER OU PLAFOND RAFRAÎCHISSANT Ces systèmes (le plancher est principalement utilisé en France) permettent de diminuer la température résultante et d'améliorer la sensation de confort. Dans des régions méditerranéennes. LES CONDITIONS DE CONFORT L'amélioration du confort en hiver. le surcoût lié à ce type d'appareil ne pourra être absorbé et rentabilisé que sur des grosses installations. L'influence sur le confort sera minime.soit en asservissant ces auxiliaires au fonctionnement du brûleur. Leur efficacité sera aussi fonction de l'orientation . LE PRÉCHAUFFAGE DE L'AIR Le renouvellement d'air en hiver est une des sources principales de déperdition de chaleur. Ces systèmes peuvent généralement être utilisés soit pour le chauffage.. Cette dernière technique peut permettre une économie de près de 50% sur les consommations des pompes. ce qui permet une économie d'investissement.l'usage de ventilo-convecteur. les conditions de confort et d'amélioration de l'efficacité énergétique seront essentiellement liées au mode de distribution plutôt qu'au mode de production. Ainsi elles pourront servir aussi durant la journée en l'absence des occupants.50 • véranda extérieure 0. . les appels de puissance au démarrage. sera essentiellement associée à une faible température du fluide de distribution. LE DOUBLE FLUX RAFRAÎCHI Sur les installations de ventilation mécanique double flux. Les systèmes de pompe à chaleur pourront être utilisés tout au long de l'année en chauffage et climatisation.45 à 0. cette dernière solution est toutefois difficile à rentabiliser en climat méditerranéen. Ces techniques sont totalement transparentes pour l'usager. . en dehors les questions liées à l'enveloppe du bâtiment. L'utilisation de ces machines sur toute l'année et/ou avec des demandes de froid et de chaud simultanées permettront d'augmenter leur rendement. .soit en ayant recours à des moteurs à variation de vitesse.directement puisée dans une source froide (ex : nappe phréatique) et rejetée ensuite. L'impact énergétique de ces quatre configurations varie dans les rapport suivants : • véranda encastrée avec toit opaque 1 • véranda encastrée avec toit vitré 0. L'AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DES ÉQUIPEMENTS ANNEXES DE CHAUFFERIES Les équipements annexes des chaufferies (entre autres les pompes de circulation) génèrent des consommations non négligeables qui peuvent être réduites : .35 véranda encastrée véranda semi-encastrée véranda en angle véranda extérieure LES SYTEMES DE CHAUFFAGE Concernant les systèmes de chauffage. que l'on préférera SUD. Cette solution proche des technologies classiques. Plusieurs solutions peuvent être envisagées pour réduire ces L'AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DES CHAUDIÈRES Les chaudières actuelles ont toutes un rendement supérieur à 90%. solutions actives : récupération de calories sur l'air extrait par une ventilation double flux. par le faible rendement lié aux températures extérieures élevées.rafraîchie par une pompe à chaleur.des corps de chauffe largement dimensionnés. la suppression de vannes de régulation.

les lampes domestiques offrent pratiquement toute un rendu de couleur suffisant • la qualité des parois à réfléchir la lumière et les contrastes offerts. .23 L'AMELIORATION DE LA CONDUITE DES INSTALLATIONS Les économies les plus importantes et les plus rentables résultent de l'amélioration de la gestion des chaudières et des auxiliaires (pompes. la pose et le contrôle des automates de gestion seront un facteur déterminant d'économies.dans des bâtiments où il est utile d'augmenter le mouvement d'air en période diurne. Dans l'habitat. . le passage de la lumière à travers les vitres permet un apport d'énergie et de chaleur appréciable. • adaptation de l'indice de rendu des couleurs (IRC) à l'activité . FAVORISER L’ÉCLAIRAGE NATUREL LES QUALITÉS DE L'ÉCLAIRAGE NATUREL Les variations de l'éclairage naturel au cours de la journée fournissent à l’organisme des informations sur le climat et l'heure et contribuent au fonctionnement de "l'horloge biologique". gestion. • Il sera toutefois souvent difficile d'utiliser le plancher comme surface radiative et il faudra donc s'orienter vers des solutions : . les apports thermiques ne devront pas être excessifs afin d'éviter des surchauffes. • niveau d'éclairement adapté à l'activité de la zone ou du local. . Comme le reste du bâtiment.dans des zones où les prises d'air extérieures sont délicates du fait du bruit . les canalisations de chauffage devront être correctement calorifugées. le niveau d'IRC n'est pas un critère déterminant. voire une apparente contradiction.) La mise en place de variateurs sur les pompes. le recours aux protections solaires ne devra pas conduire à un recours excessif à l'éclairage artificiel. • absence d'éblouissement dû au contraste excessif des luminances. • L'utilisation de la biomasse ou de l'énergie solaire active en chauffage devra faire l'objet d'un calcul de rentabilité. bois). EN REHABILITATION • Comme pour tout local. mais cela contraindra à augmenter la surface de ces derniers. Leur efficacité est davantage reconnue en zones de montagne où les hivers sont plus rigoureux. Par ailleurs. considérée : en logement. le lien avec l'extérieur contribue au confort "psychologique" de l'occupant. tenant compte de l'occupation et de l'utilisation du bâtiment.. • Les solutions de ventilation double-flux sont peu mises en œuvre dans les zones du littoral méditerranéen (temps de retour trop long).ECLAIRAGE ARTIFICIEL LES ENJEUX La lumière naturelle présente la meilleure qualité. microhydraulique. source d'apports thermiques internes. on gagnera en confort en diminuant autant que possible la température des fluides dans les corps de chauffe. éolien).la production d'eau chaude sanitaire (chauffe-eau solaire) . on peut citer : • bonne répartition : critère difficile à maintenir de façon continue en éclairage naturel. Il y a donc entre éclairage et confort thermique un lien important.la production d'électricité (système photovoltaïque..le chauffage (système de plancher solaire direct avec ou sans appoint. Les programmateurs et/ou optimisateurs devront pouvoir tenir compte de la capacité d'inertie du bâtiment et de l'influence des différentes orientations. En été. La lumière naturelle est celle qui offre le meilleur indice de rendu des couleurs (100 %). En hiver. maintenance. Les questions d'entretien. L'amélioration des systèmes de ventilation double flux par l'adjonction d'un groupe froid peut toutefois être intéressante pour augmenter son efficacité économique surtout . en revanche. ce sera toujours l'éclairage principal.soit de plafonds chauffants/rafraîchissants. Il pourra se faire pour : . disponibilité de l'approvisionnement seront des facteurs déterminants de succès. ECLAIRAGE NATUREL . LES CRITERES D'UN BON ECLAIRAGE Parmi les critères d'un bon éclairage.soit de ventilo-convecteurs. LE RECOURS AUX ENERGIES RENOUVELABLES Le recours aux énergies renouvelables n'a que peu d'impacts directs sur le confort des usagers.

seront très rentables.24 L'INTÉRÊT ÉCONOMIQUE La lumière naturelle est celle qui présente le meilleur rendement en terme d'efficacité : •lampe incandescente : 8 à 25 lumen/watt •lampe fluorescente : 50 à 80 lumen/watt • lumière naturelle : 100 à 150 lumen/watt C'est donc celle qui. Son coût (hors l'investissement lié au vitrage) est gratuit. énergie chère. etc. principalement consommateurs d'électricité. Ces réductions de consommation ont cependant une petite incidence sur le confort d'hiver. dans le cas de dispositif de renvoi de la lumière.on choisira les sources les plus économes adaptées à l'usage. LE CONFORT VISUEL Dans les zones méditerranéennes..audiovisuel. EN REHABILITATION • L'agrandissement de fenêtre devra se faire en incluant des protections solaires adéquates pour éviter : .les surchauffes en été .. Il y a donc un impact positif sur le confort d'été et / ou sur les consommations d'énergie pour la climatisation. etc. Il faudra veiller. Il est impératif de tenir compte de ces progrès lors du dimensionnement des installations de climatisation (les anciennes règles empiriques risquent de conduire a un surdimensionnement de ces installations si on ne tient pas compte de la réduction des consommations des appareils ménagers). Dans les pays nordiques. à ce que ces éléments ne perturbent pas la ventilation naturelle.. • Pour les sheds : on préférera la solution éclairant une paroi verticale. • Les systèmes d'éclairage zénithaux sont à manier avec prudence : risque de surchauffe importante en l'absence de protections solaires efficaces. Ces réductions de consommations ont pour conséquences annexes la réduction des apports internes dans les locaux. écrans. provoque le moins d'apports thermiques. Ils devront être placés de façon à permettre une extinction facile de l'éclairage (système va et vient). Il faudra toutefois veiller à ce qu'elle ne génère pas d'autres dépenses (climatisation) à cause d'un mauvais contrôle.) soit en marche continue soit sur interrupteur crépusculaire. On notera de plus que l'utilisation de ces appareils performants permet de réduire les puissances électriques appelées. . les systèmes fluorescents (lampes LES AUTRES USAGES L'évolution actuelle des techniques a permis de réduire notablement (plus de 70%) les consommations de nombreux équipements dans l'habitat : . .) que thermique (protections extérieures). • Concernant l'éclairage artificiel : . les problèmes de luminance seront limités à l'été. la luminance du ciel est presque toujours assez élevée pour être perturbante. EN REHABILITATION On veillera à sélectionner les appareils les plus performants. Le recours à un éclairage naturel nécessite des moyens de contrôle tant pour le confort visuel (rideau. le choix des sources lumineuses est relativement limité : autant que possible on favorisera la pose d'appareils à lampes fluorescentes Dans les parties communes. . • Des systèmes de renvoi de la lumière vers le fond de salle pourront venir en complément. les interrupteurs devront permettre de gérer l'éclairage par zone. à niveau d'éclairement égal. et peut permettre d'éviter des renforcements de lignes (internes au bâtiment) et de réseaux (infrastructure extérieure). fluo-compactes.. surtout si les parties communes ne disposent pas d'éclairage naturel LA GESTION DE L'ÉCLAIRAGE Dans les grandes pièces.les effets d'éblouissement.la distribution permettra un contrôle de l'éclairage par zone. LE CHOIX DE L'ECLAIRAGE ARTIFICIEL LE CHOIX DE LA SOURCE LUMINEUSE Dans le domaine de l'habitat.électroménager..

3 mb nombre de périodes en été par an 25.9 0 0.25 0 1.6 4.5 0 0.4 9.2 CARPENTRAS zone intermédiaire 99 m 19.3 7.8 62 2773 2038 3 59 2604 3089 2.6 nombre de jours par an 115 45 75 1 E2 14. mais surtout par des étés très chauds.9 63 2779 1491 3.7 0.1°C 21.4 0 1 nombre de jours par an 53 7 104 5 .7 nombre de jours par an 63 3 2 0 E4 16.7 0 2.25 ANNEXE : LE CLIMAT MEDITERRANEEN EN FRANCE Le climat méditerranéen peut se décrire assez rapidement par des hivers relativement cléments. NICE zone littorale 5m températures moyennes annuelles des maximales moyennes annuelles des minimales moyennes Ensoleillement % nombre d'heures Degrés Jour Unifiés (18°C) Vents : vitesse moyenne (m/s) Données pour le chauffage Zone Climatique base de calcul pour le chauffage si moins de 2 km de la mer Période de chauffage du au DJU de la saison de chauffe Données pour la climatisation Zone Climatique Décade la plus chaude température moyenne : mini température moyenne: maxi Humidité absolue moyenne : Périodes sans soleil (s inférieur ou égal à 0.1°C 28.1) nombre de jours de la période 1 jour 2 jours 3 jours 4 jours Période de chaleur et de gel température atteinte t°>27°C t°>30°C t°<0°C nombre de jours sans dégel 19 11.1°C 28.6°C 13.3 0. La zone intermédiaire est celle où l'inconfort estival est le plus grand.3 15.2 2.6 13.5 23.4°C 32°C 17. par rapport à la géographie et l'on peut distinguer 3 grandes familles : la zone montagne la zone littorale la zone intermédiaire La zone de montagne est peu soumise aux chaleurs excessives estivales (la température n'excède que très rarement 27°C).6 mb nombre de périodes en été par an 2 22.3 5.7 0 1.3 7.7 mb nombre de périodes en été par an 2.5 EMBRUN zone de montagne 871 m 15.5 H3 -2°C 0°C 150 jours 11 Novembre 12 Avril 1234 H3 -6°C 183 jours 21 Octobre 22 Avril 1877 H3 -16°C 229 jours 2 Octobre 18 mai 2818 E4 21.5 6. On doit bien sûr prendre en considération ses variations.5 0.

. Lovins .. • Qualité acoustique de l’habitat – Qualité Construction • Qualité acoustique de l'habitat : aide-mémoire .Paris.CD ROM REEF . Chevalier. Commission Européenne .Tome 2 : construire avec le climat • Intégrer la qualité environnementale dans les constructions publiques / Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques. 1993 • Confort d’été : programmer et atteindre une performance thermique : le logement – CETE Méditerranée et CSTB – Jean Alain BOUCHET • Le Confort dans l'habitat individuel en climat méditerranéen / Xavier Berger. • Le règlement sanitaire départemental Environnement . 9-12 juin 1997 / CIB • Cycle de vie des produits de construction : un outil d'analyse spécifique / J.1994 • Sustainable and energy efficient building .Mens : Terre Vivante.26 BIBLIOGRAPHIE Général • Guide de l'architecture bioclimatique : haute qualité et développement durable / Comité d'Action pour le Solaire.Tome 1 : connaître les bases .L.1999 • Installations classées pour la protection de l'environnement : textes généraux. 1993 . Le Téno. M.CSTB Magazine n° 78. J. Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques . Programme SAVE.Aix en Provence : Edisud. nomenclatures / Journal Officiel de la République Française Santé • Habitat-Qualité-Santé : le guide l'habitat sain / Suzanne et Pierre Deoux / Editions Medieco • Santé. Yves Raffestin Edition Le Moniteur • Les marchés de définition et le choix d'un maître d'oeuvre / Mission Interministérielle pour la Qualité des Constructions Publiques (MIQCP) . environnement dans l'habitat et la construction : rapport au Ministre délégué au logement et au cadre de vie / Claude Bozon . 1994 • Environmental Life Cycle Assessment of product : background and guide / R. Architecture et Climat .1993 • Handbook of sustainable building : an Environmental Preference Method for selection of Materials for Use in Construction and Refur-bishment / D.1992 • Facteur 4 : deux fois plus de bien-être en consommant deux fois moins de ressources. 1993 • Guide pour la maîtrise des usages de l'électricité AIVF-EDFATTF . Rillong .Commission Européenne : . Traitements acoustiques • Acoustique et habitat : bien comprendre pour bien gérer Direction Régionale de l'Equipement Provence-Alpes-Côte d'azur. Marseille / ARENE. 1998 • Conception thermique de l'habitat : guide pour la région Provence-Alpes-Côte d'Azur / SOL. Préfecture de Région. CNRS Confort d'hiver • Guide de l'architecture bioclimatique : haute qualité et développement durable / Comité d'Action pour le Solaire. 1988 • Passive solar architecture for Mediterranean area .A. European Commission . Confort. 1994 • Programmation énergétique dans les bâtiments publics :méthodes d'intervention / FEDARENE.F. A. DRE . rapport au Club de Rome / Ernst von Weizäcker..1997 • Programmation des bâtiments publics / Christine Cot-Picard. 1997 Bâtiment méditerranéen .Tome 1 : connaître les bases .Tome 2 : construire avec le climat Confort visuel • Daylighting in Architecture : a European Reference Book / Commission of the European Communities (DG XII) • La gestion de l'éclairage : les matériels adaptables aux bâtiments existants..1998 Végétation • Cooling Our Communities : a Guidebook On Tree Planting and Light-Colored Surfacing / Environmental Protection Agency. 1998 • Maîtriser les consommations et les dépenses d'eau dans le patrimoine immobilier de l'Etat / Ministère de l'Environnement . . Architecture et Climat . Weckstein .1998 Eau • La pratique de l'eau / éditions du Moniteur • L'eau dans le bâtiment / CSTB Magazine n° 116.1996 • Livre vert de l'écologie urbaine dans la construction et l'habitat : rapport au Ministre de l'Equipement et du Logement / D. norme NF EN ISO 14040 / AFNOR. AFME. 1993 • Management environnemental : analyse du cycle de vie.Commission Européenne. Sidler . 9/4/98. Angioletti.Guide pour une administration plus respectueuse de l'environnement.Paris. C. 1997.1992 .Qualité Construction Usages spécifiques de l’électricité • Maîtrise de la Demande d'Electricité : campagne de mesures par usage dans le secteur domestique / O. Paris.cahier du CSTB n° 2864 .Développement Durable • 24 critères pour concevoir et construire un bâtiment dans une logique de développement durable / R.JRC.1996 • Building and the Environment : Second International Conference. Gobin.I. J. .Charles Cavallini.Commission Européenne : ..Cycle Assessment : a "Code of Practice" edition 1/SETAC Workshop . octobre 1994 • Directive européenne sur les produits de construction et documents interprétatifs. 1997 Réglementation • Recueil des textes relatifs à l’utilisation et aux économies d’énergie – Journal officiel n° 1442 • Les Règles techniques de la construction / CSTB . Commission européenne. Boonstra London : James & James .European Directory Les 49 fiches "PROJECT MONITOR" édités par la Commission Européenne Programme • Le guide de la construction . Anninck .30 p.C. • Guidelines for life . USA . actes du colloque.R.Paris : édition du Moniteur.Aix en Provence : Edisud. principes et cadre. Plan Construction et Architecture Paris : CSTB. Bidou . Conseil Régional.Confort d'été • Architectures d'été : construire pour le confort d'été / JeanLouis Izard . Heijuns .

Nowogrodzka 35/41 XII p. Slovakia Manager: Mr Michael Wild Contact: Mr Michael Wild Telephone: +421 7 582 48 472 Facsimile: +421 7 582 48 470 E-mail: ecbratislava@ibm. Radulov Telephone: +359 2 980 6854 Facsimile: +359 2 980 6855 E-mail: ecsynkk@bsrec.Edifico SODEAN 41092 Sevilla Spain Manager: Mr Juan Antonio Barragán Rico Contact: Ms Maria Luisa Borra Marcos Telephone: +34 95 4460966 Facsimile: +34 95 4460628 E-mail: mailto:mborra.O.Lithuania Latvia FEMOPET c/o B. Poland Manager: Mr Krzysztof Gierulski Contact: Mr Krzysztof Gierulski Telephone: +48 22 484832 Facsimile: +48 22 484832 E-mail: grewis@ibmer.sodean@sadiel. Bucharest 79619 Romania Manager: Mr Alexandru Florescu Contact: Mr Christian Tintareanu Telephone: +401 322 0917 Facsimile: +401 322 27 90 E-mail: crit@mail.cz FEMOPET Cyprus Andreas Araouzos.tau.fr SODEAN Isaac Newton s/n Pabellón de Portugal . EKODOMA Ltd Zentenes Street 12-49 1069 Riga Latvia Manager: Ms Dagnija Blumberga Contact: Ms Dagnija Blumberga Telephone: +371 721 05 97/ 241 98 53 Facsimile: +371 721 05 97/ 241 98 53 E-mail: ekodoma@mail. For further information. Rakowiecka 32 02-532 Warsaw.lei.es Mr Pierre Sachse VTC Boeretang 200 2400 Mol Belgium Manager: Mr Hubert van den Bergh Contact: Ms Greet Vanuytsel Telephone: +32 14 335822 Facsimile: +32 14 321185 E-mail: opetvtc@vito.Sweden Blaviksskolan 910 60 Asele -Sweden Manager: Ms France Goulet Telephone: +46 90 16 37 09 Facsimile: +46 90 19 37 19 Contact: Mr Anders Lidholm Telephone: +46 941 108 33 Facsimile: +46 70 632 5588 E-mail: opet. Box 69.fi OPET Israel Tel-Aviv University 69978 Tel Aviv Israel Manager: Contact: Mr Yair Sharan Mr Yair Sharan Wales OPET Cymru Dyfi EcoParc Machynlleth SY20 8AX Powys United Kingdom Manager: Contact: Ms Janet Sanders Mr Rod Edwards Telephone: +44 1654 705000 Facsimile: +44 1654 703000 E-mail: opetdulas@gn.waw.be Telephone: +358 105215736 Facsimile: +358 105215908 E-mail: marjatta. 6 1421 Nicosia Cyprus Manager: Mr. Lithuania Manager: Mr Romualdas Skemas Contact: Mr Sigitas Bartkus Telephone: +370 7 35 14 03 Facsimile: +370 7 35 12 71 E-mail: bartkus@isag. Malminkatu 34 0101 Helsinki.gsci.LEI FEMOPET c/o EC BREC/IBMER Warsaw Office ul. Solon Kassinis Contact: Mr.org Telephone: +972 3 6407573 Facsimile: +972 3 6410193 E-mail: sharany@post.hu These data are subject to possible change. Radulov Contact: Dr L. Finland Manager: Contact: Ms Marjatta Aarniala Ms Marjatta Aarniala OPET Bothnia Norrlandsgatan 13.apc.cy EC BREC .OPET Finland Technology Development Centre Tekes P. 1040 Sofia Bulgaria Manager: Dr L.com.il OPET Luxembourg Avenue des Terres Rouges 1 4004 Esch-sur-Alzette Black Sea Regional Energy Centre — (BSREC) 8.venet@swipnet. James Boucher Blvd.pl Energy Centre Bratislava c/o SEI-EA Bajkalská 27 82799 Bratislava. 1407 Sofia Bulgaria Manager: Ms Violetta Groseva Contact: Ms Violetta Groseva Telephone: +359 2 96 25158 Facsimile: +359 2 681 461 E-mail: ecencentre@enpro.1 EE0001 Tallinn.net Lithuanian Energy Institute 3 Breslaujos Str.se Orkustofnun Grensasvegi 9 IS-108 Reykjavik Iceland Manager: Mr Einar Tjörvi Eliasson Contact: Mr Einar Tjörvi Eliasson Telephone: +354 569 6105 Facsimile: +354 568 8896 E-mail: ete@os.lv OMIKK National Technical Information Centre and Library Muzeum Utca 17 H-1088 Budapest Hungary Manager: Contact: Mr Gyula Nyerges Mr Gyula Nyerges Sofia Energy Centre Ltd 51. 3.bkc.ro Telephone: +36 1 2663123 Facsimile: +36 1 3382702 E-mail: nyerges@omk.vsat.pl FEMOPET Romania ENERO 8.is RARE 50 rue Gustave Delory 59800 Lille. Estonia Manager: Mr Villu Vares Contact: Mr Rene Tonnisson Telephone: +372 245 0303 Facsimile: +372 631 1570 E-mail: femopet@femopet. please contact the above internet website address or Fax +32 2 2966016 . Triaditza Str. Energeticienilor Blvd.ac.ee FEMOPET LEI . Box 443 901 09 Umea . 3035 Kaunas.aarniala@tekes.omikk.V.bg Estonia FEMOPET Estonian Energy Research Institute Paldiski mnt. France Manager: Contact: Mr Jean-Michel Poupart Telephone: +33 3 20 88 64 30 Facsimile: +33 3 20 88 64 40 E-mail: are@nordnet.bg Technology Centre AS CR Rozvojova 135 165 02 Prague 6 Czech Republic Manager: Mr Karel Klusacek Contact: Mr Radan Panacek Telephone: +420 2 203 90203 Facsimile: +420 2 325 630 E-mail: klusacek@tc.lt FEMOPET Poland KAPE-BAPEGRAPE c/o KAPE ul. Solon Kassinis Telephone: +357 2 867140/ 305797 Facsimile: +357 2 375120/ 305159 E-mail: mcienerg@cytanet.cas. PL-00-950 Warsaw Poland Manager: Ms Marina Coey Contact: Ms Marina Coey Telephone: +48 22 62 22 794 Facsimile: +48 22 62 24 392 E-mail: kape4@pol.

Ceci contribue au développement "durable" grâce aux activités clés déterminantes pour le bienêtre social et la compétitivité économique de l'Europe. DG XVII initie. promotionnelles et structurelles sur une base inter-régionale. ALTENER et SYNERGY interviennent dans le domaine des systèmes propres et efficaces en énergie par le soutien à des mesures légales. administratives. sources d'énergies renouvelables et efficacité énergétique.NOTE AU LECTEUR Les informations détaillées sur l'Union Européenne sont disponibles par le service internet EUROPA à l'adresse suivante : http://europa.be .int/en/comm/dg17/dg17home. à ne pas confondre avec le 5ème PCRDT. énergie nucléaire. principalement grâce au programme ENERGIE (géré conjointement avec la DG XII) inclu dans le programme thématique "Energie. le développement technologique et la démonstration.cec. : 00 32 2 295 05 77 E-mail: info@bxl. de haute qualité. pétrole et gaz.eu. rue de la Loi B-1049 Bruxelles Fax. Un instrument central de cette politique est le soutien et la promotion de la recherche énergétique. notamment en consolidant les marchés énergétiques et en favorisant le développement durable dans le domaine de l'énergie.htm Commission Européenne Direction Générale de l'Energie DGXVII 200.html Pour plus d'information sur les activités de la DG XVII : http://europa. ces mesures complètent et renforcent l'impact du programme RDT ENERGIE. Site internet du 5ème Programme Cadre : http://www.int/ L'objectif global de la politique énergétique de l'Union Européenne est d'aider à la mise en place d'un système énergétique "durable" pour les citoyens européens et les entreprises en aidant et promouvant une production énergétique sécurisée.dg17. électricité. Les actions les plus importantes concernent le maintien et l'accroissement de la sécurité des installations de production ainsi que la coopération internationale. à des prix compétitifs et compatibles avec l'environnement.eu. La Direction Générale Energie de la Commission Européenne.cordis. Les autres programmes non technologiques de la DG XVII tels que SAVE. coordonne et gère les actions de politique énergétique à un niveau transnational dans les domaines suivants : combustibles solides.lu/fp5/home. Parties intégrantes du "Programme Cadre Energie". environnement et développement durable" du 5ème Programme Cadre RechercheDéveloppement technologique (5ème PCRDT) de l'Union Européenne.