1

R
R
R
é
é
é
p
p
p
u
u
u
b
b
b
l
l
l
i
i
i
q
q
q
u
u
u
e
e
e


d
d
d
u
u
u




S
S
S
é
é
é
n
n
n
é
é
é
g
g
g
a
a
a
l
l
l


-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


M
M
M
i
i
i
n
n
n
i
i
i
s
s
s
t
t
t
r
r
r
è
è
è
r
r
r
e
e
e


d
d
d
e
e
e


l
l
l
'
'
'
E
E
E
n
n
n
v
v
v
i
i
i
r
r
r
o
o
o
n
n
n
m
m
m
e
e
e
n
n
n
t
t
t


E
E
E
t
t
t


d
d
d
e
e
e


l
l
l
a
a
a


P
P
P
r
r
r
o
o
o
t
t
t
e
e
e
c
c
c
t
t
t
i
i
i
o
o
o
n
n
n


d
d
d
e
e
e


l
l
l
a
a
a


N
N
N
a
a
a
t
t
t
u
u
u
r
r
r
e
e
e




-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-
-


D
D
D
I
I
I
R
R
R
E
E
E
C
C
C
T
T
T
I
I
I
O
O
O
N
N
N


D
D
D
E
E
E


L
L
L
'
'
'
E
E
E
N
N
N
V
V
V
I
I
I
R
R
R
O
O
O
N
N
N
N
N
N
E
E
E
M
M
M
E
E
E
N
N
N
T
T
T


E
E
E
T
T
T


D
D
D
E
E
E
S
S
S


E
E
E
T
T
T
A
A
A
B
B
B
L
L
L
I
I
I
S
S
S
S
S
S
E
E
E
M
M
M
E
E
E
N
N
N
T
T
T
S
S
S


C
C
C
L
L
L
A
A
A
S
S
S
S
S
S
E
E
E
S
S
S





















TABLES DES MATIERES 1
S O M M A I R E

I N T R O D U C T I O N ......................................................................................................... 1
PREMIERE PARTIE :
SITUATION ACTUELLE DE LA GESTION DES DECHETS DANGEREUX AU SENEGAL ...ERREUR !
S!GNET NON DEF!N!.
I- ASPECTS SOCIO-ECONOMIQUES...................................................................................... 2
II - ASPECTS INSTITUTIONNELS ET LEGAUX...................................................................... 4
III- GENERATION DES DECHETS......................................................................................... 5
1- Méthodologie et Echantillonnage..................................................................................... 5
a) Néthodologie .......................................................................................................................................... 5
b) Echantillonnage ...................................................................................................................................... 6
2 - Résultats de l'inventaire ................................................................................................. 6
3 - Analyse et interprétation des résultats......................................................................... 25
a) Les déchets industriels qui proviennent des sources suivantes :...................................................... 25
b) Les déchets biomédicaux. !ls proviennent : ........................................................................................ 25
4 Les contraintes à la gestion des déchets dangereux dans leurs lieux de production.... 26
5 - Les lacunes de l'inventaire du présent inventaire ........................................................ 26
IV - LES MODES DE GESTION ACTUELLE............................................................................ 27
1. La collecte....................................................................................................................... 27
2. Le transport .................................................................................................................... 27
3. La mise en décharge....................................................................................................... 2S
4. Le recyclage.................................................................................................................... 2S
DEUXIEME PARTIE :
DIRECTIVES POUR UNE GESTION DURABLEDES DECHETS DANGEREUX AU SENEGAL
................................................................................................... ERREUR ! S!GNET NON DEF!N!.
I - MESURES D'ORDRE SOCIO-ECONOMIQUES.................................................................. 30
II- RESTRUCTURATION DU CADRE LEGISLATIF, REGLEMENTAIRE ET INSTITUTIONNEL
DE GESTION DES DECHETS DANGEREUX........................................................................... 30
a) La Législation relative a la Gestion des Déchets Dangereux.................................................. 31
b) La réglementation relative a la gestion de déchets dangereux.......................................................... 32

TABLES DES MATIERES 2
c) - Réformes institutionnelles ..................................................................................................................... 34
III - METHODOLOGIE DE L'INVENTAIRE DE LA GENERATION DES DECHETS ................... 34
1-1 Modèle de questionnaire détaillé................................................................................................. 35
1-2 Les composantes du questionnaire : Compréhension.......................................................... 37
1-3 Les grands groupes de déchets et leur traitement préconisé........................................... 40
1-4 Système de réglementation pour assurer une GER............................................................. 42
IV- DISPOSITIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES DE LA GESTION DES DECHETS .. 43
1 - Implication du secteur privé......................................................................................... 43
2 - Information sensibilisation........................................................................................... 43
V - LIGNES DIRECTRICES POUR LA GESTION ECOLOGIQUEMENT................................... 44
1 - Gestion planifiée des déchets ....................................................................................... 44
TROISIEME PARTIE :
ACTIVITES PILOTES ........................................................................................................... 29
I - CONTEXTE ET JUSTIFICATION DES ACTIVITES PILOTES :........................................... 30
II - CADRE INSTITUTIONNEL ET LEGAL DE MISS EN OUVRE DE CES ACTIVITES : .......... 32
III - ETUDE DE CAS - DEVELOPPEMENT D'UN SYSTEME DE GESTION DES DECHETS....... 34
DANGEREUX DANS UNE INDUSTRIE : ................................................................................ 34
III-1: Etude de cas n°1 : Les ICS - Acide fluosilicique: .................................................... 34
III-2 Etude de cas n°2 : La SIGELEC - Piles usagées......................................................... 34
!!!-3 Etude de cas nº3 : Amélioration du système de gestion des déchets biomédicaux
à l'HOPITAL A. LE DANTEC.................................................................................................. 35
IV - PROPOSITIONS DE REPLICATION DESDITS PLANS AUX AUTRES ETABLISSEMENTS 35
V - CHONOGRAMME DES ACTIVITES PAR ETUDE............................................................... 36
VI - BUDGET PAR ACTIVITE ............................................................................................... 37
C O N C L U S I O N ............................................................................................................. 37
B I B L I O G R A P H I E...................................................................................................... 29


!NTRODUCT!ON
1
I N T R O D U C T I O N

La gestion des déchets dangereux est un problème majeur de notre époque. Alors que tout le
monde semble être d'accord sur la nécessité d'adopter une production industrielle avec un
minimum de déchets, la situation actuelle nous impose une action diligente et appropriée en
matière de gestion des déchets dangereux.

L'opinion publique sera de plus en plus exigeante pour un contröle strict des mouvements
transfrontières des déchets, un maintien de leur cadre de vie dans des conditions qui leur
garantissent un mieux être et une réduction du risque.
Pourtant, les moyens mis en æuvre aujourd'hui tant en terme de capacités techniques de gestion
des déchets, de mesures légales et institutionnelles de contröle de la manière dont les déchets
sont gérés restent encore insuffisantes par rapport aux besoins.

Dans le concert d'initiatives prises et qui tentent d'améliorer cette situation par la mise a
disposition de technologies et de moyens légaux, il est utile de rappeler que les technologies
doivent être adaptées aux besoins locaux, que la législation doit être cadrée pour résoudre les
problèmes réels et que des dispositions d'ordre pratique doivent être prises en matière de
transport, de manipulation et de stockage des déchets.

Au Sénégal, avec les nouvelles orientations des politiques industrielles et sanitaires qui tentent de
développer le tissu industriel et la couverture sanitaire, tout porte a croire que la production de
déchets dangereux devrait augmenter a moins que des politiques ardues soient mises en æuvre
pour réduire a la source ces déchets, acquérir des technologies propres, élaborer un cadre législatif
et réglementaire adéquat, en somme assurer une gestion écologiquement rationnelle des déchets
dangereux.

Les cadres de planification du Sénégal que sont le !X e Plan de développement économique et
social (a travers son objectif stratégique nº 10) et le Plan National d'Actions pour l'Environnement
(PNAE) appellent a des actions orientées dans ce sens et qui devraient connaître des débuts de
concrétisation a travers le présent plan national de gestion des déchets dangereux qui vise :

- a fournir un ensemble d'informations sur les pratiques actuelles de gestion des
déchets, le cadre législatif, réglementaire et institutionnel et les sources de
génération ;
- a définir un ensemble de directives qui puissent permettre de combler les lacunes
constatées dans la situation présente ;
- a proposer enfin, des actions pilotes a mener pour répondre aux préoccupations de
l'heure.

La réalisation a été rendue possible grace au soutien financier du programme des Nations Unies
pour l'Environnement (PNUE) et a la collaboration des industriels et des responsables des
structures sanitaires.




S!TUAT!ON ACTUELLE DE LA GEST!ON DES DECHETS DANNGNEREUX AU SENEGAL
1

S!TUAT!ON ACTUELLE DE LA GEST!ON DES DECHETS DANNGNEREUX AU SENEGAL
2

I- Aspects socio-économiques


Les difficultés nées de la crise économique ont fini par donner aux déchets en général et aux
déchets dangereux en particulier une valeur pour la société.
La récupération et la valorisation des déchets dangereux par le secteur informel surtout procurent
aujourd'hui des revenus et des emplois importants a toute une frange de la population.
La récupération effectuée au niveau de la décharge de Nbeubeuss, auprès des industries ou des
structures sanitaires occupe une catégorie de population de tous les ages et de tous les sexes
(enfants, femmes et hommes), mais aussi de catégories socio-professionnelles diverses (artisans,
commerçants, hommes d'affaires, etc.).
Par exemple, la récupération de ferrailles et de méraux a l'échelle industrielle se fait au Sénégal
depuis cinquante (50) ans (Scandiaconsult, diagnostics sur les résidus industriels au Sénégal, 1997). Environ 20
000 tonnes de ferrailles par an sont collectées dans le pays. Toute cette ferraille est transportée
par des privés au port Autonome de Dakar et est vendue aux acieries de l'Europe par le biais d'une
société appelée Beneix. Cette ferraille est achetée entre 20 et 27 FCFA le kilogramme (1$US=600
FCFA).
Cette récupération pourrait être plus importante si les propriétaires des épaves de voitures qui
encombrent les rues étaient identifiées et que ces derniers autorisent leur enlèvement par des
tiers.

Cette forme d'économie populaire contribue de façon significative a la formation du produit
intérieur brut (P!B). On estime son apport a la richesse nationale a quelques trois (3) milliards par
an.
La création d'emplois est une dimension tout aussi importante, car la filière de gestion des déchets
occupe une main d'æuvre importante. Le nombre de groupements d'intérêt économique (G!E) de
nettoiement qui se forment aujourd'hui et qui æuvrent dans les structures sanitaires et les
entreprises croît d'année en année.
En plus de ces G!E, existent des sociétés de transport chargées de l'enlèvement des déchets et de
leur acheminement en décharge. Au niveau intermédiaire, se trouvent les récupérateurs, qui
peuvent être qualifiés de récupérateurs de premier ordre, les artisans et les petites et moyennes
entreprises et industries (PNE - PN!) qui prennent directement les déchets auprès des
producteurs. Ces déchets sont revendus auprès des brocanteurs ou transformés en d'autres
produits. Ces déchets servent, dans ce dernier cas, de matières premières a toute une catégorie


S!TUAT!ON ACTUELLE DE LA GEST!ON DES DECHETS DANNGNEREUX AU SENEGAL
3
d'entreprises qualifiées souvent de familiales compte tenu de la composition de son personnel
(membres d'une même famille) ou de leur taille (5 a 10 personnes maximum).
Les déchets sont aussi réutilisés comme fertilisants agricoles ou comme moyen de lutte contre la
salinisation des terres. L'exemple connu au Sénégal est la réutilisation de certains déchets de
l'industrie chimique (le phosphogypse) comme phosphatage de fonds des terres.

Les déchets dangereux peuvent aussi porter préjudice aux populations qui passent une bonne
partie de leur temps a proximité de ces déchets comme c'est le cas dans les structures sanitaires,
au niveau des décharges et même dans les entreprises. Parmi la population, les travailleurs sont
les plus exposés aux dangers liés aux déchets. Ces travailleurs sont les employés des G!E de
nettoiement, les personnels préposés a la collecte et a la manutention des déchets dangereux au
niveau des lieux de production et enfin les malades et accompagnants dans les structures
sanitaires.
Or la prudence doit être de rigueur pour l'utilisation de certains produits afin d'éviter le transfert du
problème d'un endroit a un autre.
Les risques liés aux déchets dangereux menacent aussi les populations qui vivent loin des lieux de
génération, compte tenu des phénomènes de mobilité des personnes et des produits récupérés.
En effet, les déchets dangereux sont souvent mélangés aux autres déchets ménagers. De cette
manière, des quantités plus importantes de déchets sont devenus dangereux puisque contaminés
au cours d'une collecte qui s'est faite sans tri au préalable.
Dans les structures sanitaires, cette situation a conduit a une recrudescence des infections au
niveau des höpitaux. Beaucoup de personnes sont devenues ainsi très méfiantes vis a vis des
structures sanitaires ou le risque d'infection au cours d'un séjour est de plus en plus élevé.
Dans les industries et autres entreprises, les déchets dangereux stockés ou en transit dans des
décharges temporaires exposent les travailleurs et les populations. Les contenants contaminés par
des produits chimiques difficiles a nettoyer a l'eau savonneuse constituent un péril pour les
populations qui utilisent ces contenants comme réserves d'eau potable.
L'impact des déchets dangereux sur la société sont constitués aussi par les couts additionnels des
hospitalisations, les pertes de temps de travail, les charges sur les revenus familiaux, les couts de
gestion des déchets dangereux sur les budgets et chiffres d'affaires des entreprises.
La dégradation du cadre de vie avec la contamination de certains milieux (plages, eaux de
baignade, etc.), la perte d'esthétique (avec l'accumulation des déchets en décharge sauvage ou
l'encombrement des rues par les contenants et les déchets de récupération) a un cout pour la
société.



S!TUAT!ON ACTUELLE DE LA GEST!ON DES DECHETS DANNGNEREUX AU SENEGAL
4
II - Aspects institutionnels et légaux

La gestion des déchets dangereux constitue un des secteurs importants de la politique menée par
le Gouvernement du Sénégal en matière de protection de l'Environnement et de promotion de la
santé publique.
De nombreux acteurs sont impliqués de près ou de loin, dans le sous-secteur des déchets
dangereux.
!l s'agit :
- du Ninistère de l'Environnement et de la Protection de la Nature (Direction de l'Environnement
et des Etablissements Classés) qui a, entre autres missions, celle de mise en æuvre de la
politique du gouvernement en matière d'environnement, notamment de la protection de la
nature et des hommes contre les pollutions et nuisances.
La Direction de l'Environnement et des Etablissements Classés est le point focal des conventions de
Bale, et de Bamako et essaie de travailler en conséquence, dans un contexte dépourvu de tous
dispositifs législatifs et réglementaires adéquats. Parmi ses compétences figure la lutte contre
toutes sortes de pollutions et nuisances dont celles issues des déchets dangereux, de concevoir et
faire la promotion de toute technologie etfou méthodologie de gestion écologiquement rationnelle
des déchets dangereux.
- du Ninistère de l'!ntérieur via les collectivités locales qui ont les compétences en matière de
gestion des déchets . Ces collectivités locales ont la responsabilité des décharges ou sont déposés
les déchets dangereux ;
- du Ninistère de la Santé Publique : Direction Nationale de l'Hygiène : a travers l'application du
code de l'hygiène en matière de salubrité et des structures sanitaires;
- du Ninistère de l'Hydraulique : l'Office National d'Assainissement a pour mission la mise en æuvre
de la politique du Gouvernement en matière d'assainissement
- de l'!ndustrie, principale productrice de ces déchets. Les structures productrices de déchets
dangereux (industries et autres sociétés privées...) sont théoriquement chargées de les traiter a
un certain niveau avant le dépöt en décharge ;
Concernant l'aspect légal et réglementaire, il faut noter l'existence de trois (3) codes principaux qui
traitent de gestion des déchets a savoir :
- loi 83-05 du 28 janvier 1983 portant code de l'Environnement ;
- loi 81-13 du 0+ mars 1981 portant code de l'Eau ;
- loi nº 83-71 du 05 juillet 1971 portant code de l'Hygiène.


S!TUAT!ON ACTUELLE DE LA GEST!ON DES DECHETS DANNGNEREUX AU SENEGAL
5
!l existe un vide juridique a combler au niveau de ces codes. Seule la loi 83-05 portant code de
l'Environnement fait allusion dans l'un de ses articles (art 18 al 3), de même que le code de
l'Hygiène a la nécessité pour les Etablissements Classés de traiter et d'éliminer leurs résidus.
Dans aucun des textes, la notion de déchets dangereux n'est apparu d'ou la nécessité de légiférer
et de réglementer sur cette question.
Cette situation peut expliquer en partie la gestion anarchique et artisanale des déchets dangereux
au Sénégal.

III- Génération des déchets
1- Méthodologie et Echantillonnage
a) Néthodologie

Cet inventaire des déchets dangereux s'est étalé sur environ deux mois (du 01f07f99 au
31f08f99).
!l est déroulé en quatre (+) phases :
- une première phase de préparation des outils de recueil des données au cours de laquelle deux
questionnaires ont été élaborés : un questionnaire destiné au secteur industriel et un autre
aux structures de santé (ces deux questionnaires sont annexés au rapport) ;

- une deuxième phase de collecte des données. Durant cette étape, les questionnaires ont été
distribués a travers le territoire national pour ce qui concerne les unités industrielles et uniquement
a Dakar pour les structures de santé. Au bout de deux (2) semaines, les consultants ont procédé
au ramassage des questionnaires. Ce moment était l'occasion pour ces derniers de discuter avec
les industriels pour mieux répondre aux questionnaires ;
- une troisième phase d'exploitation des questionnaires. En vue de faciliter la synthèse des
informations contenues dans les questionnaires, les consultants ont élaboré d'autres instruments.
La revue bibliographique effectuée a permis de confronter certaines réponses avec d'autres
informations contenues dans divers rapports produits sur les déchets dangereux ;
- une quatrième phase d'analyse et d'interprétations des résultats de l'enquête. Cette phase a
permis de commenter sur les différents types de déchets générés, les quantités, d'expliciter
certaines données qui peuvent paraître difficiles a comprendre, de préciser les secteurs de
génération de déchets dangereux et enfin de souligner les insuffisances des données.


S!TUAT!ON ACTUELLE DE LA GEST!ON DES DECHETS DANNGNEREUX AU SENEGAL
6
b) Echantillonnage

Les cibles de cette enquête sont :
* les secteurs industriels (agro-alimentaires, chimiques, extractives, de production d'énergie, de
l'affinage des métaux, etc..) ;
* les structures médicales de la région de Dakar et de certaines régions en particulier au niveau
des instituts de recherches médicales, de cliniques, banques de sang, instituts spécialisés, centres
de santé et höpitaux. Ces structures ont été ciblés en priorité puisqu'aucune donnée n'existait
concernant leur production de déchets dangereux. Les données obtenues par catégorie de
structures médicales vont permettre d'évaluer le potentiel de production de déchets dangereux
biomédicaux sur l'ensemble du territoire national.
Environ cent vingt (120) questionnaires ont été acheminés a travers le territoire national pour
recueillir les données présentées ci-dessous.
2 - Résultats de l'inventaire
S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

7

R
e
n
s
e
i
g
n
e
m
e
n
t
s

g
é
n
é
r
a
u
x



I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



S
e
c
t
e
u
r
s



!
n
d
u
s
t
r
i
e
s


R
e
s
p
o
n
s
a
b
l
e


A
d
r
e
s
s
e


T
e
l

J

F
a
x


A
c
t
i
v
i
t
é
s

p
r
i
n
c
i
p
a
l
e
s


N
o
m
b
r
e

d
'
e
m
p
l
o
y
é
s

S
O
N
A
C
O
S

L
y
n
d
i
a
n
e

A
b
d
o
u
l
a
y
e

A
N
A
R

B
P

2
9
2

-

K
a
o
l
a
c
k

T
e
l

:

9
+
1

1
0

0
+

F
a
x

:

9
+
1

1
1

2
5

T
r
i
t
u
r
a
t
i
o
n

d
'
a
r
a
c
h
i
d
e

1
8
5

p
e
r
m
a
n
e
n
t
s

+
0
0

s
a
i
s
o
n
n
i
e
r
s

E
!
Z

B
.

C
!
S
S
O
K
H
O

B
P

3
7

-

Z
i
g
u
i
n
c
h
o
r

T
e
l

:

9
9
1

1
0

1
8

F
a
x

:

9
9
1

1
5

7
5

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

h
u
i
l
e

d
'
a
r
a
c
h
i
d
e
,

h
u
i
l
e

p
a
l
m
i
s
t
e
,

t
o
u
r
t
e
a
u
x

1
8
7

p
e
r
m
a
n
e
n
t
s

2
0
5

s
a
i
s
o
n
n
i
e
r
s

9
7
9
9

j
o
u
r
n
a
l
i
e
r
s

S
E
!
B

N
a
l
i
c
k

G
U
E
Y
E

B
P

0
5

-

D
i
o
u
r
b
e
l

T
e
l

:

9
7
1

1
+

6
6

F
a
x

:

9
7
1

1
9

7
0


R
a
f
f
i
n
a
g
e

h
u
i
l
e
,

p
r
o
d
u
c
t
i
o
n

v
i
n
a
i
g
r
e
,

d
e
n
t
i
f
r
i
c
e
s
,

m
a
r
g
a
r
i
n
e
,

m
o
u
t
a
r
d
e
,

J
a
v
e
l

2
7
6

p
e
r
m
a
n
e
n
t
s

S
N
C
S

!
b
o
u

N
D
!
A
Y
E

B
P

7
8
2

-

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
2
3

1
6

2
1

F
a
x

8
2
3

1
9

5
2

C
o
n
s
e
r
v
e
r
i
e

d
e

T
h
o
n


1
0
0
0

C
S
S

A
l
i
o
u
n
e

S
E
N
E

B
P

2
0
3
1

-

D
a
k
a
r

T
e
l

:

9
6
3

3
3

2
0

F
a
x

:

9
6
3

3
1

+
7

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

s
u
c
r
e

b
l
a
n
c

r
a
f
f
i
n
é


N
e
s
t
l
é

T
h
i
a
c
o
y
e

C
O
U
L
!
B
A
L
Y

B
P

7
9
6

-

D
a
k
a
r

A
n
n
e
x
e

B

T
e
l

:

8
3
+

0
5

7
5

F
a
x

:

8
3
+

1
7

0
2

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

l
a
i
t

c
o
n
c
e
n
t
r
é
,

l
a
i
t

e
n

p
o
u
d
r
e
,

b
o
u
i
l
l
o
n
s

N
a
g
g
i

c
u
l
i
n
a
i
r
e
s

1
2
0

S
E
R
A
S

A
b
d
o
u
l
a
y
e

N
!
A
N
G

B
P

1
+

-

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
+

2
3

6
5

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

v
i
a
n
d
e

1
5
0

A
g
r
i
c
u
l
t
u
r
e

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

a
l
i
m
e
n
t
a
i
r
e


D
P
v

F
a
u
s
t
i
n

D
!
A
T
T
A


T
e
l

:

8
3
+

0
6

3
6

P
r
o
t
e
c
t
i
o
n

d
e
s

v
é
g
é
t
a
u
x



S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

8

R
e
n
s
e
i
g
n
e
m
e
n
t
s

g
é
n
é
r
a
u
x


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s


S
e
c
t
e
u
r
s



!
n
d
u
s
t
r
i
e
s


R
e
s
p
o
n
s
a
b
l
e


A
d
r
e
s
s
e


T
e
l

J

F
a
x


A
c
t
i
v
i
t
é
s

p
r
i
n
c
i
p
a
l
e
s


N
o
m
b
r
e

d
'
e
m
p
l
o
y
é
s

S
P
!
A

N
.
!
.

F
A
Y
E

B
P

-

L
o
u
g
a



F
a
b
r
i
q
u
e

d
'
i
n
s
e
c
t
i
c
i
d
e
,

h
e
r
b
i
c
i
d
e

e
t

f
o
n
g
i
c
i
d
e


S
E
N
C
H
!
N

O
u
s
s
e
y
n
o
u

D
!
E
Y
E

K
m

1
3
,

R
t
e

d
e

R
u
f
i
s
q
u
e

B
P

3
1
+
8

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
+

0
0

+
1

F
a
b
r
i
q
u
e

d
e

p
r
o
d
u
i
t
s

p
h
y
t
o

e
t

e
n
g
r
a
i
s


7
6

S
A
F

N
.

D
e

S
A
N
T
O
S

K
m

2
,

B
d

d
u

C
e
n
t
e
n
a
i
r
e

T
e
l

:

8
2
3

1
0

7
2

F
a
x

:

8
2
3

1
9

9
5

F
a
b
r
i
q
u
e

d
e

s
a
v
o
n

d
e

m
é
n
a
g
e


2
0
2

C
O
L
G
A
T
E

N

N
D
!
A
Y
E

K
m

2

-

B
d

d
u

C
e
n
t
e
n
a
i
r
e

B
P

1
9
1

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
2
3

3
0

+
3

F
a
b
r
i
q
u
e

d
e

s
a
v
o
n

d
e
n
t
i
f
r
i
c
e


2
1
3

S
O
C
H
!
N

F
r
é
d
é
r
i
c

D
!
E
N
E

B
P

3
2
9
7

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
2

7
5

+
0

F
a
x

:

8
3
2

0
8

8
2

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

B
a
y
g
o
n
,

c
o
l
l
e
s

i
n
d
u
s
t
r
i
e
l
l
e
s

e
t

a
r
t
i
s
a
n
a
l
e
s


3
9

E
T
S

K
E
B
E

N
o
u
s
s
a

K
E
B
E

S
O
D
!
D
A

-

N
º

0
3

B
a
t

A

A
n
n
e
x
e

C

T
e
l

:

8
2
+

6
1

+
6

A
n
n
e
x
e

D

D
r
o
g
u
e
r
i
e

2
0

S
E
!
G
N
E
U
R
!
E

A
F
R
!
Q
U
E

N
.

N
A
Z
O
U

B
P

1
1
0
7

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
2

3
+

7
5

F
a
x

:

8
3
2

0
9

7
3

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

p
e
i
n
t
u
r
e

e
t

v
e
r
n
i
s


+
0

I
n
d
u
s
t
r
i
e
s

c
h
i
m
i
q
u
e
s

E
t

c
o
n
n
e
x
e
s

S
!
P
A
R
C
O

A
l
i

H
A
C
H
E
N

K
m

7
,
8

R
t
e

d
e

R
u
f
i
s
q
u
e

T
e
l

:

8
3
2

2
2

1
8

F
a
x

:

8
3
2

0
9

6
+

F
a
b
r
i
q
u
e

e
t

c
o
n
d
i
t
i
o
n
-
n
e
m
e
n
t

d
e

t
a
l
c
s
,

v
e
r
n
i
s
,

e
a
u
x

d
e

t
o
i
l
e
t
t
e


7
3



U
N
!
P
A
R
C
O

A
m
a
d
o
u

N
a
c
t
a
r

W
A
N
E

K
m

3
,
2

-

B
d

d
u

C
e
n
t
e
n
a
i
r
e

T
e
l

:

8
3
2

0
7

+
+

F
a
x

:

8
3
2

0
7

+
3

F
a
b
r
i
q
u
e

d
e

p
r
o
d
u
i
t
s

c
o
s
m
é
t
i
q
u
e
s

e
t

p
a
r
f
u
m
s

2
3

p
e
r
m
a
n
e
n
t
s











8
0

j
o
u
r
n
a
l
i
e
r
s


S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

9

R
e
n
s
e
i
g
n
e
m
e
n
t
s

g
é
n
é
r
a
u
x


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



S
e
c
t
e
u
r
s



!
n
d
u
s
t
r
i
e
s


R
e
s
p
o
n
s
a
b
l
e


A
d
r
e
s
s
e


T
e
l

J

F
a
x


A
c
t
i
v
i
t
é
s

p
r
i
n
c
i
p
a
l
e
s


N
o
m
b
r
e

d
'
e
m
p
l
o
y
é
s

S
S
P
T

D
o
u
d
o
u

D
!
O
U
F

B
P

2
+
1

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
2
3

3
2

8
3

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

p
h
o
s
p
h
a
t
e
s

d
'
a
l
u
m
i
n
e
,

c
l
i
n
c
k
e
r
,

p
h
o
s
p
h
a
t
e

d
e

c
h
a
u
x
,

a
t
t
a
p
u
l
g
i
t
e

2
0
0

!
C
S

N
B
A
O

A
m
a
d
o
u

B
A

K
m

1
8
,

R
t
e

d
e

R
u
f
i
s
q
u
e

T
e
l

8
3
+

0
1

2
2

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

e
n
g
r
a
i
s

g
r
a
n
u
l
é
s

c
o
m
p
l
e
x
e
s

1
7
0

E
x
p
l
o
i
t
a
t
i
o
n


M
i
n
i
è
r
e


!
C
S

N
B
O
R
O

N
a
m
a
d
o
u

B
O
C
O
U
N

B
P

3
8
3
5

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
5
5

6
1

+
5

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

a
c
i
d
e

s
u
l
f
u
r
i
q
u
e

e
t

p
h
o
s
p
h
o
r
i
q
u
e

3
1
5

S
A
R

N
.

N
B
O
D
J

B
P

2
0
3

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
+

0
5

+
0

R
a
f
f
i
n
a
g
e

h
y
d
r
o
c
a
r
b
u
r
e

2
2
9

S
R
H

A
b
d
o
u
l
a
y
e

N
D
!
A
Y
E

B
P

2
9
8
2

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
2

1
2

8
6

R
é
g
é
n
é
r
a
t
i
o
n

h
u
i
l
e
s

m
i
n
é
r
a
l
e
s

1
7

C
S
L


A
b
d
o
u
l
a
y
e

T
H
!
A
N

B
P

3
5
5

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
2

3
3

7
6

F
a
b
r
i
c
a
t
i
o
n

l
u
b
r
i
f
i
a
n
t
s


E
R
E
S

S
e
r
i
g
n
e

D
!
E
Y
E

N
ö
l
e

8

-

P
o
r
t

A
u
t
.

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
2

1
8

+
5

F
a
x

:

8
3
2

1
8

+
7

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

b
i
t
u
m
e

1
0

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

d
'
E
n
e
r
g
i
e

O
R
Y
X

S
é
n
é
g
a
l


C
l
é
m
e
n
t

N
!
O
X

B
d

E
l

H
.

D
j
i
l
y

N
B
A
Y
E

A
n
n
e
x
e

E


A
n
n
e
x
e

F

T
e
l

:

8
2
3

0
0

3
3

F
a
x

:

8
2
3

+
8

2
9


S
t
o
c
k
a
g
e

e
t

d
i
s
t
r
i
b
u
t
i
o
n

p
r
o
d
u
i
t
s

p
é
t
r
o
l
i
e
r
s


6
0


S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

1
0


R
e
n
s
e
i
g
n
e
m
e
n
t
s

g
é
n
é
r
a
u
x


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



S
e
c
t
e
u
r
s



!
n
d
u
s
t
r
i
e
s


R
e
s
p
o
n
s
a
b
l
e


A
d
r
e
s
s
e


T
e
l

J

F
a
x


A
c
t
i
v
i
t
é
s

p
r
i
n
c
i
p
a
l
e
s


N
o
m
b
r
e

d
'
e
m
p
l
o
y
é
s

S
A
P
E
N

C
h
e
i
k
h

O
.

D
R
A
N
E

K
m

1
6
,

R
t
e

d
e

R
u
f
i
s
q
u
e

T
e
l

:

8
3
+

0
8

8
6

F
a
x

:

8
3
+

0
8

+
+


F
a
b
r
i
q
u
e

d
e

m
o
u
s
s
e

2
0

E
S
P
!

K
a
l
i
d
o
u


B
A

B
P

1
8
0
,

R
t
e

d
e

R
u
f
i
s
q
u
e


T
e
l

:

8
3
6

0
+

0
6

F
a
x


:

8
3
6

0
+

0
5


F
a
b
r
i
q
u
e

d
e

m
a
t
e
l
a
s

3
9

I
n
d
u
s
t
r
i
e

M
o
u
s
s
e

e
t

P
l
a
s
t
i
q
u
e








I
n
d
u
s
t
r
i
e
s

d
u

t
e
x
t
i
l
e
,

c
u
i
r

e
t

b
o
i
s

d
'
æ
u
v
r
e


S
o
t
i
b
a

S
i
m
p
a
f
r
i
c

S
.
A
.

L
a
m
i
n
e

K
A
N
E

K
m

9
,
5

B
d

d
u

C
e
n
t
e
n
a
i
r
e

-

B
P

5
2
7

T
e
l

:

8
3
+

+
3

0
7

F
a
x

:

8
3
+

+
3

1
2


!
m
p
r
e
s
s
i
o
n

e
t

t
e
i
n
t
u
r
e

t
i
s
s
u
s

+
5
+


S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

1
1

R
e
n
s
e
i
g
n
e
m
e
n
t
s

g
é
n
é
r
a
u
x


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s


S
e
c
t
e
u
r
s



!
n
d
u
s
t
r
i
e
s


R
e
s
p
o
n
s
a
b
l
e


A
d
r
e
s
s
e


T
e
l

J

F
a
x


A
c
t
i
v
i
t
é
s

p
r
i
n
c
i
p
a
l
e
s


N
o
m
b
r
e

d
'
e
m
p
l
o
y
é
s

C
a
r
n
a
u
d

N
é
t
a
l

b
o
x

N
o
c
t
a
r

D
!
A
W

B
P

3
8
5
0

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
2

0
5

5
9

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

e
m
b
a
l
l
a
g
e
s

m
é
t
a
l
l
i
q
u
e
s

1
+
0







S
!
G
E
L
E
C

F
.

K
U
B
L
E
R

P
o
u
t

(
T
h
i
è
s
)


F
a
b
r
i
q
u
e

d
e

p
i
l
e
s

s
a
l
i
n
e
s








N
é
t
a
l

A
f
r
i
q
u
e

S
.
A

G
h
a
l
e
b

J
a
b
e
r

K
m

+
,
5

-

R
u
e

6


B
P

1
9
6

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
2

1
9

2
6

F
a
x

:

8
3
2

1
9

2
5

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

d
e

p
r
o
d
u
i
t
s

m
é
t
a
l
l
i
q
u
e
s

8
5

S
!
S
N
A
R

!
b
r
a

S
E
C
K

B
P

3
2
1
1

D
a
k
a
r

T
e
l

:

9
5
3

1
1

1
2

F
a
x

:

9
5
3

+
1

0
9

C
o
n
s
t
r
u
c
t
i
o
n

m
é
t
a
l
l
i
q
u
e

9
2

I
n
d
u
s
t
r
i
e
s

d
e

t
r
a
n
s
f
o
r
m
a
t
i
o
n

d
e
s

m
é
t
a
u
x







S
E

N
A
C

E
L

H
.

T
a
l
l
a

D
!
O
P

K
m

+
+
,

R
t
e

d
e

T
h
i
è
s

T
e
l

:

8
3
6

0
0

1
6

F
a
x

:

8
3
6

0
+

7
0

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

d
e

f
i
b
r
e
s

e
n

c
i
m
e
n
t
,

t
u
i
l
e
s

7
5







I
n
d
u
s
t
r
i
e
s

d
e

l
'
a
f
f
i
n
a
g
e

d
e
s

m
i
n
é
r
a
u
x

n
o
n

m
é
t
a
l
l
i
q
u
e
s

S
O
C
O
C
!
N

N
.

F
.

C
R
E
N
!
E
U
X


R
u
f
i
s
q
u
e


F
a
b
r
i
q
u
e

d
e

c
i
m
e
n
t



S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

1
2

R
e
n
s
e
i
g
n
e
m
e
n
t
s

g
é
n
é
r
a
u
x


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



S
e
c
t
e
u
r
s



!
n
d
u
s
t
r
i
e
s


R
e
s
p
o
n
s
a
b
l
e


A
d
r
e
s
s
e


T
e
l

J

F
a
x


A
c
t
i
v
i
t
é
s

p
r
i
n
c
i
p
a
l
e
s


N
o
m
b
r
e

d
'
e
m
p
l
o
y
é
s

L
a
b
o
r
e
x

N
a
r
c

L
!
N
A
N
T
O
U
R

B
P

2
0
6
6

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
2
+

0
0

8
2

F
a
x

:

8
2
+

0
0

8
6

D
i
s
t
r
i
b
u
t
i
o
n

d
e

m
é
d
i
c
a
m
e
n
t
s








v
a
l
d
a
f
r
i
q
u
e

J
.
F
.

G
A
N
A
U
R
Y

R
t
e

d
e

D
i
o
u
k
o
u
l

R
u
f
i
s
q
u
e

T
e
l

:

8
3
6

0
0

1
5

F
a
x

:

8
3
6

0
2

3
+

F
a
b
r
i
q
u
e

d
e

p
r
o
d
u
i
t
s

p
h
a
r
m
a
c
e
u
t
i
q
u
e
s

6
5







S
!
P
O
A

N
.

C
!
S
S
E

R
t
e

d
e

R
u
f
i
s
q
u
e


P
r
o
d
u
i
t
s

p
h
a
r
m
a
c
e
u
t
i
q
u
e
s

7
2









I
n
d
u
s
t
r
i
e
s

p
h
a
r
m
a
c
e
u
t
i
q
u
e
s

P
a
r
k
e

D
a
v
i
s

C
h
e
i
k
h

B
A

B
P

3
8
5
7

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
+

0
+

5
6

F
a
b
r
i
q
u
e

d
e

s
i
r
o
p
s
,

e
t
c
.

6
8

B
l
a
n
c
h
i
s
s
e
r
i
e


3

é
t
o
i
l
e
s

J
o
s
e
p
h

K
H
A
T
E
R

S
O
D
!
D
A

T
e
l

:

8
2
5

+
3

+
+

F
a
x

:

8
2
5

5
3

5
+

N
e
t
t
o
y
a
g
e

d
e

l
i
n
g
e


1
+







N
T
O
A

A
m
a
d
o
u

S
a
l
i
o
u

S
E
C
K

B
d

d
u

C
e
n
t
e
n
a
i
r
e

B
P

7
6

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
2
3

1
0

1
3

F
a
x

:

8
2
3

8
9

1
9

F
a
b
r
i
q
u
e

c
i
g
a
r
e
t
t
e
s

e
t

f
i
l
t
r
e
s

2
7
0







A
F
C
O

C
i
r
é

L
Y

P
o
n
t

C
o
l
o
b
a
n
e

B
P

2
0
5
6

D
a
k
a
r

T
e
l

:

8
3
2

1
1

1
1

F
a
x

:

8
3
2

1
9

6
5

C
o
m
m
e
r
c
e

p
i
è
c
e
s

d
é
t
a
c
h
é
e
s

8
0








S
e
r
v
i
c
e
s

c
o
m
m
e
r
c
i
a
u
x

e
t

m
é
t
a
l
l
i
q
u
e
s

C
e
n
t
r
e

i
n
d
u
s
t
r
i
e
l

d
e

D
a
k
a
r


A
é
r
o
p
o
r
t

D
a
k
a
r

Y
o
f
f


N
a
i
n
t
e
n
a
n
c
e

a
v
i
o
n
s



S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

1
3

I
n
f
o
r
m
a
t
i
o
n
s

t
e
c
h
n
i
q
u
e
s



Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
p
a
r

a
n
)


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



M
a
t
i
è
r
e
s

p
r
e
m
i
è
r
e
s


P
r
o
d
u
i
t
s

f
i
n
i
s

D
o
m
a
i
n
e

d
e

g
é
n
é
r
a
t
i
o
n

d
e
s

d
é
c
h
e
t
s


D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

S
o
l
i
d
e
s

L
i
q
u
i
d
e
s


M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n

H
u
i
l
e
s

m
i
n
é
r
a
l
e
s

e
t

t
r
a
c
e
s

d
e

g
a
z
o
i
l

e
t

f
u
e
l


3
0

t

R
e
j
e
t

e
n

m
e
r

P
e
r
t
e
s

d
'
h
e
x
a
n
e
s


2
7
8

t

P
e
r
t
e

d
a
n
s

l
'
a
t
m
o
s
p
h
è
r
e


S
O
N
A
C
O
S

A
r
a
c
h
i
d
e
s

e
n

g
r
a
i
n
e
s

C
o
t
o
n
s

e
n

g
r
a
i
n
e
s

H
e
x
a
n
e

A
m
m
o
n
i
a
c

F
o
r
m
o
l

E
a
u
,

v
a
p
e
u
r

N
o
i
x

p
a
l
m
i
s
t
e
s

H
u
i
l
e
s

b
r
u
t
e
s

S
o
u
d
e

c
a
u
s
t
i
q
u
e

C
h
l
o
r
e

A
l
c
o
o
l

G
r
a
i
n
e

d
e

m
o
u
t
a
r
d
e

H
u
i
l
e
s

r
a
f
f
i
n
é
e
s

v
i
n
a
i
g
r
e

E
a
u

d
e

J
a
v
e
l

N
a
r
g
a
r
i
n
e

N
o
u
t
a
r
d
e


A
l
i
m
e
n
t
s

b
é
t
a
i
l

D
e
n
t
i
f
r
i
c
e

R
a
f
f
i
n
a
g
e

C
o
n
d
i
t
i
o
n
n
e
m
e
n
t

H
u
i
l
e
s

e
n

f
u
t
s

C
h
a
u
f
f
e
r
i
e

E
x
t
r
a
c
t
i
o
n

D
é
t
o
x
i
c
a
t
i
o
n

C
h
a
u
f
f
e
r
i
e

P
e
r
t
e
s

N
H
3


3
0
0

t










N
a
l
a
t
h
i
o
n

(
5
0
0
g
f
l
)


1
,
8
0
0

m
3

S
t
o
c
k

D
i
c
r
o
t
o
p
h
o
s

(
1
0
0
0
g
f
l
)


0
,
5
0
0

m
3

S
t
o
c
k

P
a
r
a
t
h
i
o
n

é
t
y
l

(
5
0
0
g
f
l
)


0
,
+
0
0

m
3

S
t
o
c
k

E
n
d
r
i
n
e

(
2
0
0
g
f
l
)


1
,
2
0
0

m
3

S
t
o
c
k


C
S
S


C
a
n
n
e

a

s
u
c
r
e

S
u
c
r
e

b
l
a
n
c

r
a
f
f
i
n
é

C
h
a
u
f
f
e
r
i
e

F
e
n
i
t
r
o
t
h
i
o
n

(
1
0
0
0
g
f
l
)


0
,
2
7
5

m
3

S
t
o
c
k


S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

1
4

I
n
f
o
r
m
a
t
i
o
n
s

t
e
c
h
n
i
q
u
e
s



Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
p
a
r

a
n
)


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



M
a
t
i
è
r
e
s

p
r
e
m
i
è
r
e
s


P
r
o
d
u
i
t
s

f
i
n
i
s

D
o
m
a
i
n
e

d
e

g
é
n
é
r
a
t
i
o
n

d
e
s

d
é
c
h
e
t
s


D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

S
o
l
i
d
e
s

L
i
q
u
i
d
e
s


M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n










S
E
R
A
S

A
n
i
m
a
u
x

v
i
v
a
n
t
s

v
i
a
n
d
e

P
e
a
u
x

A
b
a
t
t
a
g
e

E
a
u
x

u
s
é
e
s

+

a
r
s
e
n
i
c


1
0
8
9
0

m
3

D
a
n
s

B
a
i
e

d
e

H
a
n
n









B
r
o
m
u
r
e

d
e

m
é
t
h
y
l
e


0
,
5

m
3

S
t
o
c
k

C
a
r
b
a
r
y
l

(
U
L
)


2
,
+
0
0

m
3

S
t
o
c
k

C
a
r
b
a
r
y
l

(
E
C
)


1
6
,
5
0
0

m
3

S
t
o
c
k

C
h
l
o
r
o
p
h
a
c
i
n
o
m


5
3
,
5
7
0

m
3

S
t
o
c
k

D
i
e
l
d
r
i
n
e

(
U
L
)


2
5
,
0
0
0

m
3

S
t
o
c
k

H
C
H

(
D
P
)


2
1
1
,
8
6
0
m
3

S
t
o
c
k

!
n
c
o
n
n
u

(
E
C
)



S
t
o
c
k

S
o
d
i
u
m

s
i
l
i
c
o
f
l
o
r
i
d
e



S
t
o
c
k

T
N
T
D

+

D
i
e
l
d
r
i
n
e


0
,
5
0
0

m
3

S
t
o
c
k

T
r
a
i
z
o
p
h
o
s

(
U
L
)


0
,
9
0
0

m
3

S
t
o
c
k

D
N
O
C

(
E
C
)


+
,
0
0
0

m
3

S
t
o
c
k

F
e
n
i
t
r
o
t
h
i
o
n

(
E
C
)


1
,
0
+
0

m
3

S
t
o
c
k

F
e
n
i
t
r
o
t
h
i
o
n

(
U
L
)


2
,
8
0
0

m
3

S
t
o
c
k

H
C
H

(
U
L
)


0
,
9
3
5

m
3

S
t
o
c
k

!
n
c
o
n
n
u

(
U
L
)


6
,
+
0
0

m
3

S
t
o
c
k

L
i
n
d
o
u
e

(
E
C
)


5
,
6
0
0

m
3

S
t
o
c
k

N
a
l
a
t
h
i
o
n

(
E
C
)


0
,
2
1
6

m
3

S
t
o
c
k


N
é
v
i
n
p
h
o
s

(
U
L
)



S
t
o
c
k


D
P
v

P
e
s
t
i
c
i
d
e
s


P
e
s
t
i
c
i
d
e
s

o
b
s
o
l
è
t
e
s







S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

1
5

I
n
f
o
r
m
a
t
i
o
n
s

t
e
c
h
n
i
q
u
e
s



Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
p
a
r

a
n
)


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



M
a
t
i
è
r
e
s

p
r
e
m
i
è
r
e
s


P
r
o
d
u
i
t
s

f
i
n
i
s

D
o
m
a
i
n
e

d
e

g
é
n
é
r
a
t
i
o
n

d
e
s

d
é
c
h
e
t
s


D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

S
o
l
i
d
e
s

L
i
q
u
i
d
e
s


M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n


S
P
!
A

O
r
g
a
n
o
c
h
l
o
r
é
s

O
r
g
a
n
o
p
h
o
s
p
o
r
é
s

C
a
r
b
a
m
a
t
e
s

P
y
r
é
t
h
r
i
n
o
Ï
d
e
s


!
n
s
e
c
t
i
c
i
d
e
s

H
e
r
b
i
c
i
d
e
s

F
o
n
g
i
c
i
d
e
s


S
o
u
d
e

c
a
u
s
t
i
q
u
e

+

h
e
r
b
i
c
i
d
e
s


3
,
0
0
0

m
3

R
é
u
t
i
l
i
s
é









C
y
c
h
l
o
h
e
x
a
n
e


2
0
,
0
0
0

m
3

S
t
o
c
k
s

e
n

c
u
v
e
s

D
i
m
é
t
h
o
a
t
e

p
é
r
i
m
é

2
0

t


S
t
o
c
k


S
E
N
C
H
!
N

O
r
g
a
n
o
c
h
l
o
r
é
s

O
r
g
a
n
o
p
h
o
s
p
h
o
r
é
s

C
a
r
b
a
m
a
t
e
s

S
o
l
v
a
n
t
s

p
é
t
r
o
l
i
e
r
s

P
r
o
d
u
i
t
s

p
h
y
t
o
s
a
n
i
t
a
i
r
e
s

e
t

e
n
g
r
a
i
s


P
r
é
p
a
r
a
t
i
o
n

d
e
s

p
r
o
d
u
i
t
s

e
t

c
o
n
d
i
t
i
o
n
n
e
m
e
n
t

S
o
v
l
a
n
t
s

d
e

r
i
n
ç
a
g
e


5

m
3

R
e
j
e
t

d
a
n
s

é
g
o
u
t





S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

1
6


I
n
f
o
r
m
a
t
i
o
n
s

t
e
c
h
n
i
q
u
e
s



Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
p
a
r

a
n
)


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



M
a
t
i
è
r
e
s

p
r
e
m
i
è
r
e
s


P
r
o
d
u
i
t
s

f
i
n
i
s

D
o
m
a
i
n
e

d
e

g
é
n
é
r
a
t
i
o
n

d
e
s

d
é
c
h
e
t
s


D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

S
o
l
i
d
e
s

L
i
q
u
i
d
e
s


M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n









S
o
l
v
a
n
t
s

s
a
l
é
s


1
5
,
0
9

t



S
E
!
G
N
E
U
R
!
E

A
F
R
!
Q
U
E

R
é
s
i
n
e
s

P
i
g
m
e
n
t
s

C
r
a
i
e

e
n

p
o
u
d
r
e

S
o
l
v
a
n
t
s

s
i
c
c
a
t
i
f
s

A
d
d
i
t
i
f
s

P
e
i
n
t
u
r
e
s

D
i
l
u
a
n
t
s

v
e
r
n
i
s

L
a
v
a
g
e


C
o
n
t
a
i
n
e
r
s

E
m
b
a
l
l
a
g
e
s














H
u
i
l
e
s


0
,
1
8
0

t



S
!
P
A
R
C
O

H
u
i
l
e
s

m
i
n
é
r
a
l
e
s

v
a
s
e
l
i
n
e

A
l
c
o
o
l

g
r
a
s

P
r
o
p
y
l
è
n
e

g
l
y
c
o
l

T
a
l
c

e
n

p
o
u
d
r
e

C
o
l
o
r
a
n
t
s

C
r
è
m
e
s


L
a
i
t

d
e

c
o
r
p
s

P
o
m
m
a
d
e
s

E
a
u

d
e

t
o
i
l
e
t
t
e

v
e
r
n
i
s

D
i
s
s
o
l
v
a
n
t
s


P
a
r
a
f
f
i
n
e


6

t











S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

1
7

I
n
f
o
r
m
a
t
i
o
n
s

t
e
c
h
n
i
q
u
e
s



Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
p
a
r

a
n
)


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



M
a
t
i
è
r
e
s

p
r
e
m
i
è
r
e
s


P
r
o
d
u
i
t
s

f
i
n
i
s

D
o
m
a
i
n
e

d
e

g
é
n
é
r
a
t
i
o
n

d
e
s

d
é
c
h
e
t
s


D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

S
o
l
i
d
e
s

L
i
q
u
i
d
e
s


M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n

A
c
i
d
e

f
l
u
o
s
i
l
i
c
i
q
u
e


8
5
5
0
0

t

R
e
j
e
t

e
n

m
e
r

P
h
o
s
p
h
o
g
y
p
s
e

1
6
0
0
0
0
0

t
m


S
t
o
c
k


!
C
S

N
i
t
r
a
t
e
s

D
i
e
s
e
l

F
u
e
l

l
o
u
r
d

S
o
u
f
r
e

P
h
o
s
p
h
a
t
e

A
m
m
o
n
i
a
c

C
h
l
o
r
u
r
e

d
e

p
o
t
a
s
s
i
u
m

P
h
o
s
p
h
a
t
e

d
'
a
l
u
m
i
n
e

P
h
o
s
p
h
a
t
e

d
e

c
h
a
u
x

C
l
i
n
c
k
e
r

A
t
t
a
p
u
l
g
i
t
e

A
c
i
d
e

s
u
l
f
u
r
i
q
u
e

A
c
i
d
e

p
h
o
s
p
h
o
r
i
q
u
e

E
n
g
r
a
i
s

g
r
a
n
u
l
é
s

c
o
m
p
l
e
x
e
s


H
u
i
l
e
s

u
s
é
e
s

n
o
i
r
e
s


1
5
0
0

t

R
e
c
y
c
l
a
g
e










S
A
R

P
é
t
r
o
l
e

b
r
u
t

E
s
s
e
n
c
e

s
u
p
e
r

E
s
s
e
n
c
e

o
r
d
i
n
a
i
r
e

F
u
e
l
,

b
u
t
a
n
e

G
a
z

o
i
l

K
é
r
o
s
è
n
e




B
o
u
e
s

d
e

p
l
o
m
b

7
0

t
m


R
e
c
y
c
l
é
e
s









S
R
H

H
u
i
l
e
s

u
s
a
g
é
s

H
u
i
l
e
s

r
é
g
é
n
é
r
é
e
s


G
o
u
d
r
o
n
s

a
c
i
d
e
s

(
b
r
a
i
s
)

1
6
0

t
m


E
n

d
é
c
h
a
r
g
e









O
R
Y
X

G
a
z
o
i
l

F
u
e
l

o
i
l



G
a
z
o
i
l

F
u
e
l

o
i
l


B
o
u
e
s

p
é
t
r
o
l
i
è
r
e
s

1
0
0

t
m


B
r
u
l
e
r


S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

1
8

I
n
f
o
r
m
a
t
i
o
n
s

t
e
c
h
n
i
q
u
e
s



Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
p
a
r

a
n
)


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



M
a
t
i
è
r
e
s

p
r
e
m
i
è
r
e
s


P
r
o
d
u
i
t
s

f
i
n
i
s

D
o
m
a
i
n
e

d
e

g
é
n
é
r
a
t
i
o
n

d
e
s

d
é
c
h
e
t
s


D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

S
o
l
i
d
e
s

L
i
q
u
i
d
e
s


M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n


S
A
P
E
N

P
o
l
y
o
l


T
D
!

N
é
t
h
y
l
è
n
e

c
h
l
o
r
i
d
e

S
i
l
i
c
o
n
e

A
m
i
n
e

C
o
l
o
r
a
n
t

O
c
t
o
a
t
e

d
'
é
t
a
t
i
n

N
a
t
e
l
a
s

é
p
o
n
g
e
s


F
u
t
s

i
m
p
r
é
g
n
é
s

d
e

t
o
l
u
è
n
e

7
0

u
n
i
t
é
s


v
e
n
d
u
s










S
O
T
!
B
A

T
i
s
s
u
s

c
e
l
l
u
l
o
s
i
q
u
e
s

C
o
l
o
r
a
n
t
s


A
c
i
d
e
s
,

b
a
s
e
s

O
x
y
d
a
n
t
s

D
é
t
e
r
g
e
n
t
s

R
é
d
u
c
t
e
u
r
s

T
i
s
s
u
s

t
e
i
n
t
s

T
i
s
s
u
s

i
m
p
r
é
g
n
é
s


H
u
i
l
e
s

u
s
é
e
s

d
e

m
a
c
h
i
n
e


2
,
5
0
0

m
3










S
o
l
v
a
n
t
s

w
h
i
t
e

s
p
i
r
i
t


0
,
6
0
0

m
3

S
t
o
c
k

S
o
l
v
a
n
t
s

h
a
l
o
g
é
n
é
s


0
,
1
5
0
m
3

S
t
o
c
k

C
h
i
f
f
o
n
s

c
o
n
t
a
m
i
n
é
s

1

m
3


B
r
u
l
é
s


C
A
R
N
A
U
D

N
E
T
A
L

B
O
X

F
e
r

b
l
a
n
c

F
e
r

c
h
r
o
m
é

v
e
r
n
i
s

E
n
c
r
e



E
m
b
a
l
l
a
g
e

m
é
t
a
l
l
i
q
u
e



v
e
r
n
i
s

l
o
u
r
d
s


0
,
3
0
0

m
3

B
r
u
l
é
s









P
i
l
e
s

A
A

R
-
6

5
0

0
0
0


R
e
j
e
t


S
!
G
E
L
E
C


P
i
l
e
s

s
a
l
i
n
e
s


P
i
l
e
s

R
-
2
0

2
5
0

0
0
0


R
e
j
e
t


S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

1
9

I
n
f
o
r
m
a
t
i
o
n
s

t
e
c
h
n
i
q
u
e
s



Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
p
a
r

a
n
)


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



M
a
t
i
è
r
e
s

p
r
e
m
i
è
r
e
s


P
r
o
d
u
i
t
s

f
i
n
i
s

D
o
m
a
i
n
e

d
e

g
é
n
é
r
a
t
i
o
n

d
e
s

d
é
c
h
e
t
s


D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

S
o
l
i
d
e
s

L
i
q
u
i
d
e
s


M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n


N
E
T
A
L

A
F
R
!
Q
U
E

F
i
l

e
n

a
c
i
e
r

F
e
r

a

b
é
t
o
n

P
o
i
n
t
e
s

F
i
l

r
e
c
u
i
t

F
i
l

d
e

f
e
r

g
a
l
v
a
n
i
s
é


H
u
i
l
e
s

u
s
é
e
s

d
e

l
u
b
r
i
f
i
c
a
t
i
o
n

1

t


R
é
c
u
p
é
r
é
s











S
E
N
A
C

C
h
r
y
s
o
l
i
t
e

C
i
m
e
n
t

S
a
b
l
e

d
e

m
e
r

G
r
a
v
i
l
l
o
n

P
e
i
n
t
u
r
e
s

S
o
l
v
a
n
t
s

R
é
s
i
n
e
s

P
l
a
q
u
e
s

d
e

c
o
u
v
e
r
t
u
r
e

e
t

a
c
c
e
s
s
o
i
r
e
s

T
u
i
l
e
s


E
m
u
l
s
i
o
n
s


S
o
l
v
a
n
t
s


D
é
c
h
e
t
s

s
e
c
s

A
C

9
+

t


E
n
f
o
u
i
s
s
e
m
e
n
t










S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

2
0

I
n
f
o
r
m
a
t
i
o
n
s

t
e
c
h
n
i
q
u
e
s



Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
p
a
r

a
n
)


I
n
d
u
s
t
r
i
e
s



M
a
t
i
è
r
e
s

p
r
e
m
i
è
r
e
s


P
r
o
d
u
i
t
s

f
i
n
i
s

D
o
m
a
i
n
e

d
e

g
é
n
é
r
a
t
i
o
n

d
e
s

d
é
c
h
e
t
s


D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

S
o
l
i
d
e
s

L
i
q
u
i
d
e
s


M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n

E
a
u
x

u
s
é
e
s



E
g
o
u
t


B
L
A
N
C
H
!
S
S
E
R
!
E

3

E
T
O
!
L
E
S

D
é
t
e
r
g
e
n
t
s

E
a
u
x

d
e

J
a
v
e
l

E
c
o
l
a
b

A
s
s
o
u
p
l
i
s
s
a
n
t

E
a
u
x

L
i
n
g
e


L
i
n
g
e

p
r
o
p
r
e



D
é
c
h
e
t
s

p
l
a
s
t
i
q
u
e
s

7
,
3
0
0

t


D
é
c
h
a
r
g
e










N
T
O
A


T
a
b
a
c

P
a
p
i
e
r

F
i
l
m

p
l
y
p
r
o
p

P
a
p
i
e
r

a
l
u

F
i
l
t
r
e
s

C
i
g
a
r
e
t
t
e
s

F
i
l
t
r
e
s



B
r
o
m
u
r
e

d
e

m
é
t
h
y
l
e


0
,
0
5

t

S
t
o
c
k









H
u
i
l
e
s

u
s
é
e
s

d
e

v
i
d
a
n
g
e

!
n
d


R
e
c
y
c
l
é
s


A
F
C
O

P
i
è
c
e
s

d
é
t
a
c
h
é
e
s
















C
E
N
T
R
E

!
N
D
U
S
T
R
!
E
L

D
E

D
A
K
A
R

Y
O
F
F


P
i
è
c
e
s

d
é
t
a
c
h
é
e
s




H
u
i
l
e
s

u
s
é
e
s

d
e

m
o
t
e
u
r


6
,
1
2
0

m
3











S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

2
1


T
a
b
l
e
a
u

r
é
c
a
p
i
t
u
l
a
t
i
f


Q
u
a
n
t
i
t
é
s

p
a
r

a
n

G
r
o
u
p
e

d
e

d
é
c
h
e
t
s

G
a
z
e
u
x

S
o
l
i
d
e
s

L
i
q
u
i
d
e
s

T
r
a
i
t
e
m
e
n
t

a
p
p
r
o
p
r
i
é

q
u
i

p
o
u
r
r
a
i
t

ê
t
r
e

e
n
v
i
s
a
g
é

d
a
n
s

l
e

f
u
t
u
r

P
e
s
t
i
c
i
d
e
s

p
é
r
i
m
é
s



1
,
0
+
5

t


+
+
3
,
3
7
+

m
3

R
e
f
o
r
m
u
l
a
t
i
o
n

!
n
c
i
n
é
r
a
t
i
o
n

H
u
i
l
e
s

u
s
é
e
s

e
t

a
s
s
i
m
i
l
é
s



1

5
+
6

t



1
+
,
1
2
0

m
3

R
é
g
é
n
é
r
a
t
i
o
n

a

l
a

S
R
H

E
a
u
x

u
s
é
e
s




8
+
5

5
6
5

m
3

E
p
u
r
a
t
i
o
n

e
n

s
t
a
t
i
o
n

E
m
b
a
l
l
a
g
e
s

c
o
n
t
a
m
i
n
é
s



9

1
7
+

u
n
i
t
é
s



!
n
c
i
n
é
r
a
t
i
o
n

P
o
u
s
s
i
è
r
e
s

e
t

f
u
m
é
e



+
2

5
3
0

t


F
i
l
t
r
e

é
l
e
c
t
r
o
s
t
a
t
i
q
u
e

B
o
u
e
s

p
é
t
r
o
l
i
è
r
e
s

c
o
n
t
a
m
i
n
é
s



2
6

3
2
9

t


v
a
l
o
r
i
s
a
t
i
o
n

é
n
e
r
g
é
t
i
q
u
e

G
a
z

t
o
x
i
q
u
e
s

(
h
e
x
a
n
e
s
)


5
8
+

t



R
é
c
u
p
é
r
a
t
i
o
n

E
l
é
m
e
n
t
s

s
o
l
i
d
e
s

u
s
é
s



1
2
0


b
o
u
g
i
e
s

a
v
i
o
n
s

3
0
0

0
0
0

p
i
l
e
s



A
u
t
r
e
s

d
é
c
h
e
t
s

s
o
l
i
d
e
s


1
1

5
1
5

t



P
h
o
s
p
h
o
g
y
p
s
e


1
6
0
0

0
0
0

t
m


v
a
l
o
r
i
s
a
t
i
o
n

e
n

p
l
a
t
r
e

e
t

p
h
o
s
p
h
a
t
a
g
e

A
c
i
d
e

f
l
u
o
s
i
l
i
c
i
q
u
e


8
5

5
0
0

t


v
a
l
o
r
i
s
a
t
i
o
n

f
l
u
o
s
i
l
i
c
a
t
e

d
e

s
o
d
i
u
m

A
u
t
r
e
s

d
é
c
h
e
t
s

l
i
q
u
i
d
e
s



7
0
1
3

m
3



S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

2
2


C
a
t
é
g
o
r
i
e

d
e

s
t
r
u
c
t
u
r
e
s

s
a
n
i
t
a
i
r
e
s

P
r
e
s
t
a
t
i
o
n
s

f
o
u
r
n
i
e
s

D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
t
o
n
n
e
s

p
a
r

a
n
)

M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n

A
n
i
m
a
u
x

d
e

l
a
b
o
r
a
t
o
i
r
e

(
s
o
u
r
i
s
,

s
o
u
r
i
c
e
a
u
x
,

s
i
n
g
e
s
)

1
,
0
+

!
n
c
i
n
é
r
a
t
i
o
n

C
u
f
s

i
n
f
e
c
t
é
s

p
a
r

u
n

v
i
r
u
s

v
i
v
a
n
t

A
t
t
é
n
u
é

v
a
c
c
i
n
a
l

m
i
l
i
e
u
x

d
e

c
u
l
t
u
r
e
s

i
n
f
e
c
t
é
s
,

b
a
c
t
é
r
i
e
s

p
a
t
h
o
g
è
n
e
s


3
1
,
2


!
n
c
i
n
é
r
a
t
i
o
n

S
a
n
g

1
,
0
+


!
n
c
i
n
é
r
a
t
i
o
n

O
b
j
e
t

a
c
é
r
é
s

e
t

d
e

r
e
b
u
t

(
a
i
g
u
i
l
l
e
s
,

l
a
m
e
s
,

t
u
b
e
s

d
e

p
r
é
l
è
v
e
m
e
n
t
s
,

p
i
p
e
t
t
e
s
)


2
,
6


A
u
t
o
c
l
a
v
e


I
n
s
t
i
t
u
t

d
e

r
e
c
h
e
r
c
h
e
s

m
é
d
i
c
a
l
e
s

A
n
a
l
y
s
e

b
i
o
m
é
d
i
c
a
u
x

R
e
c
h
e
r
c
h
e
s

m
é
d
i
c
a
l
e
s

P
r
o
d
u
c
t
i
o
n

d
e

v
a
c
c
i
n
s

a
m
o
r
i
l

E
l
é
m
e
n
t
s

r
a
d
i
o
a
c
t
i
f
s

(
l
i
q
u
i
d
e
s

s
c
i
n
t
i
l
l
a
n
t

d
e

c
o
m
p
t
e
u
r

b
a
t
a

a
v
e
c

l
e
u
r

f
i
o
l
e

p
r
o
d
u
i
t
s

c
h
i
m
i
q
u
e
s


B
r
o
m
u
r
e

d
'
é
t
h
i
d
i
u
m
,

p
h
é
n
o
l
,

s
o
l
v
a
n
t
s

o
r
g
a
n
i
q
u
e
s
)

P
r
o
d
u
i
t
s

r
a
d
i
o
a
c
t
i
f
s

(
P
3
2
,

3
3
,

S
3
5

H
3
)

F
i
l
m
s


0
,
3
2


S
t
o
c
k
a
g
e

T
o
t
a
l



3
6
,
4

t

s
o
i
t

1
3
1

m
3

d
e
n
s
i
t
é

=

3
,
6

{
v
a
l
e
u
r

u
t
i
l
i
s
é
e

p
a
r

l
e

C
U
D
)


!
n
v
e
n
t
a
i
r
e

d
e

d
é
c
h
e
t
s

i
n
d
u
s
t
r
i
e
l
s

a
u

S
é
n
é
g
a
l





N
B

:

l
e

S
é
n
é
g
a
l

c
o
m
p
t
e

e
n
v
i
r
o
n

s
e
p
t

(
7
)

i
n
s
t
i
t
u
t
s

d
e

r
e
c
h
e
r
c
h
e


S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

2
3


C
a
t
é
g
o
r
i
e

d
e

s
t
r
u
c
t
u
r
e
s

s
a
n
i
t
a
i
r
e
s

P
r
e
s
t
a
t
i
o
n
s

f
o
u
r
n
i
e
s

D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
t
o
n
n
e
s

p
a
r

a
n
)

M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n

P
a
n
s
e
m
e
n
t
s

s
o
u
i
l
l
é
s

+

p
o
c
h
e
s

d
e

s
a
n
g


1
,
8
7

!
n
c
i
n
é
r
a
t
i
o
n

O
b
j
e
t
s

a
c
é
r
é
s

e
t

d
e

r
e
b
u
t


1
7
7


A
u
t
o
c
l
a
v
e

F
i
l
m
s

1
,
8
7


S
t
o
c
k
a
g
e


H
ö
p
i
t
a
u
x

C
h
i
r
u
r
g
i
e

G
y
n
é
c
o
l
o
g
i
e

A
n
a
l
y
s
e

R
a
d
i
o
l
o
g
i
e

S
o
i
n
s

m
é
d
i
c
a
u
x

B
a
n
q
u
e

d
e

s
a
n
g

D
é
c
h
e
t
s

a
n
a
t
o
m
i
q
u
e
s


2
7


!
n
c
i
n
é
r
a
t
i
o
n

T
o
t
a
l



3
S
5

t

s
o
i
t

1
3
S
6

m
3


!
n
v
e
n
t
a
i
r
e

d
e

d
é
c
h
e
t
s

b
i
o
m
é
d
i
c
a
u
x


N
B

:

l
e

S
é
n
é
g
a
l

c
o
m
p
t
e


d
i
x
-
s
e
p
t

(
1
7
)

h
ö
p
i
t
a
u
x


S
!
T
U
A
T
!
O
N

A
C
T
U
E
L
L
E

D
E

L
A

G
E
S
T
!
O
N

D
E
S

D
E
C
H
E
T
S

D
A
N
N
G
N
E
R
E
U
X

A
U

S
E
N
E
G
A
L

2
4


C
a
t
é
g
o
r
i
e

d
e

s
t
r
u
c
t
u
r
e
s

s
a
n
i
t
a
i
r
e
s

P
r
e
s
t
a
t
i
o
n
s

f
o
u
r
n
i
e
s

D
é
c
h
e
t
s

g
é
n
é
r
é
s

Q
u
a
n
t
i
t
é
s

{
t
o
n
n
e
s

p
a
r

a
n
)

M
o
d
e

d
'
é
l
i
m
i
n
a
t
i
o
n

P
a
n
s
e
m
e
n
t
s

s
o
u
i
l
l
é
s


2
,
6


B
r
u
l
a
g
e

S
a
n
g


0
,
5
2


N
a
t
i
è
r
e
s

f
é
c
a
l
e
s

e
t

l
i
q
u
i
d
e
s

O
r
g
a
n
i
q
u
e
s


1
5
,
6



E
n
f
o
u
i
s
s
e
m
e
n
t


C
e
n
t
r
e

d
e

S
a
n
t
é

e
t

C
l
i
n
i
q
u
e
s


C
h
i
r
u
r
g
i
e

A
c
c
o
u
c
h
e
m
e
n
t

S
o
i
n
s

o
d
o
n
t
o
-
s
t
o
m
a
l
o
g
i
e

O
b
j
e
t
s

a
c
é
r
é
s

o
u

d
e

r
e
b
u
t
s

(
a
i
g
u
i
l
l
e
s
,

l
a
m
e
s
,

t
u
b
e
s

d
e

p
r
é
l
è
v
e
m
e
n
t
s
)



0
,
2



B
r
u
l
a
g
e

T
o
t
a
l



1
S
,
9
2

t

s
o
i

6
S

m
3

s
o
u
r
c
e

:

S
T
C

{
C
U
D
)


!
n
v
e
n
t
a
i
r
e

d
e

d
é
c
h
e
t
s

b
i
o
m
é
d
i
c
a
u
x

a
u

S
é
n
é
g
a
l

N
B

:

L
e

S
é
n
é
g
a
l

c
o
m
p
t
e

e
n
v
i
r
o
n

c
e
n
t

(
1
0
0
)

c
e
n
t
r
e
s

d
e

s
a
n
t
é

e
t

c
l
i
n
i
q
u
e
s




S!TUAT!ON ACTUELLE DE LA GEST!ON DES DECHETS DANNGNEREUX AU SENEGAL
25
3 - Analyse et interprétation des résultats

A la lumiere des resultats de cet inventaire, nous pouvons repartir les dechets dangereux produits au Senegal
en deux groupes :
a) Les dechets industriels qui proviennent des sources suivantes .
- de l'agriculture et de l'industrie agro-alimentaire ;
- de l'exploitation minière ;
- de la production d'énergie ;
- des procédés de transformation des métaux (constructions métalliques, fabrique de piles
salines, etc.) ;
- de l'industrie de la mousse et du plastique ;
- de l'industrie du textile, cuir et bois d'æuvre (impression de tissu, teinture et tannage) ;
- de l'industrie de l'affinage des métaux non métalliques (fabrique de fibres en ciment, etc.) ;
- des services commerciaux ( blanchisserie, cosmétiques, imprimerie, etc) ;
- des autres services de travaux de réparation et de maintenance.
Ces déchets industriels peuvent être classés en trois grands groupes :
• de déchets inorganiques avec les acides, les alcalins, les eaux usées chargées de métaux
lourds et les résidus et contenants solides contaminés ;
• de déchets organiques qui regroupent les solvants, les résidus de BPC, de peintures , de
pesticides obsolètes, etc ;
• de déchets divers avec principalement des déchets huileux.
b) Les déchets biomédicaux. !ls proviennent :
- de l'industrie pharmaceutiques (fabriques de médicaments) ;
- des instituts de recherche et d'analyses médicales ;
- des structures de soins médicaux (höpitaux, cliniques, cases, poste et centre de santé) ;
- des soins médicaux a domicile.
Ces déchets biomédicaux peuvent être classés en :
• déchets infectieux (pansements souillés, matières fécales et liquides d'analyse, objets acérés et
de rebut, amputations anatomiques, milieux de cultures,
• souches de microbes atténués, produits pharmaceutiques périmés, animaux de laboratoire,
liquides sanguins, etc) ;
• déchets radioactifs (films, liquides radioactifs scintillants, produits radioactifs).
N.B. Tout autre dechet melange a un de ces groupes devient dangereux parce que contamine.


S!TUAT!ON ACTUELLE DE LA GEST!ON DES DECHETS DANNGNEREUX AU SENEGAL
26
4 Les contraintes à la gestion des déchets dangereux dans leurs lieux de production

En milieu industriel, les contraintes liées aux déchets dangereux etfou a leur gestion sont de
plusieurs ordres :
- le cout d'élimination jugé élevé de certains déchets. Par exemple, le traitement d'une tonne de
sulfate d'alumine estimée a 20 000 FCFA soit environ +0 $ US et le dépöt en décharge d'une
tonne de terre décolorante qui est estimé a +000 FCFA soit 8 $US.
A cela s'ajoute l'absence de lignes budgétaires spécifiques destinées a l'évacuation et a
l'élimination des déchets dans la plupart des entreprises.
- les difficultés a identifier une technologie appropriée et d'un cout raisonnable.
- l'absence d'étude de faisabilité nécessaire pourtant nécessaire pour éviter les pertes de
produits dangereux et permettre la récupération de déchets ;
- l'absence de recyclage qui permettrait de récupérer beaucoup de déchets ;
- l'absence de coopération entre industriels en vue d'amoindrir les couts de traitement des
déchets mais aussi pour réaliser des économies d'échelle ;
- l'absence d'équipement collectif national de traitement des déchets dangereux.
Au niveau des structures médicales, les difficultés de gestion des déchets infectieux se résument a:
- l'absence d'équipement approprié de collecte, de transport et d'élimination des déchets
infectieux ;
- le manque de ressources financières pour l'acquisition de petit matériel de stérilisation, de
- désinfection et de protection de personnel ;
- le manque de personnel préposé uniquement a la gestion des déchets ;
- l'absence d'entreprises spécialisées et agréées pour l'enlèvement et l'élimination des déchets ;
- le mélange des déchets ordinaires aux déchets infectieux solides et liquides ; ce qui a comme
conséquence, l'augmentation des volumes des déchets infectieux a traiter ;
- le manque de motivation du personnel préposé a la gestion de ces types de déchets ;
- le manque d'information et de formation sur les risques liés aux biomédicaux.
5 - Les lacunes de l'inventaire du présent inventaire

Les limites de cet inventaire peuvent se résumer ainsi :
• Le niveau de prise de conscience vis a vis de la problématique des déchets industriels et autres
structures de génération de déchets. Les industriels ne montrent pas beaucoup d'enthousiasme
a donner des informations sur leurs déchets sauf dans le cas ou ils sont confrontés a des
problèmes de stockage ou d'élimination de quantités trop importantes.


S!TUAT!ON ACTUELLE DE LA GEST!ON DES DECHETS DANNGNEREUX AU SENEGAL
27
• Le manque de transparence dans la communication des informations relatives aux quantités et
aux types de déchets produits : par expérience et en recoupant les informations obtenues sur
telle ou telle entreprise, il est possible de se rendre compte qu'il y a un biais dans la
communication des renseignements. Nalgré toutes les explications données a propos de cet
inventaire et des multiples démarches des enquêteurs, certains industriels peuvent continuer a
penser que les résultats de cet inventaire seront utilisés a des fins de sanctions.
• Le niveau de compréhension de certains termes du questionnaire par les agents chargées de
ce travail.

• Les difficultés a identifier correctement les types de déchets produits par leurs propres
entreprises ainsi que les quantités. Cette difficulté est perceptible dans les réponses aux
questionnaires et a travers les nombreuses interpellations dont l'équipe des enquêteurs a fait
l'objet.
L'absence d'un système de monitoring (point d'échantillonnage des rejets, eyc) de leur
production de déchets au niveau des entreprises.

IV - Les modes de gestion actuelle

1. La collecte

Les déchets dangereux sont essentiellement constitués de sous-produits et de déchets industriels
et des déchets biomédicaux. La collecte s'effectue au sein des entreprises, par les moyens
disponibles qui ne sont pas adéquats. Une fois que les déchets sont collectés, leur stockage , leur
acheminement et leur élimination sont laissés au choix de l'industrie.
C'est ainsi que, selon le type de déchets les circuits de gestion diffèrent. Les déchets biomédicaux
sont le plus souvent gérés comme des ordures ménagères. Les déchets dangereux issus des
industries sont stockés ou acheminés au dépotoir de Nbeubeuss.
2. Le transport
Le transport s'effectue par les propres moyens de la société génératrice. Ces industries etfou
höpitaux ont généralement leur propre moyen de transport. Les déchets peuvent être acheminés
par les soins d'une société de transport avec qui, un contrat est signé pour cette activité. !l arrive
exceptionnellement, que ces types de contrat soient établis pour résoudre temporairement le
problème de transport d'une grande quantité de déchets dont il faut se débarrasser dans les
meilleurs délais.


S!TUAT!ON ACTUELLE DE LA GEST!ON DES DECHETS DANNGNEREUX AU SENEGAL
28
3. La mise en décharge

Les déchets dangereux sont mis en décharge sans conditions techniques spécifiques. !ls sont
recueillis en même temps que les ordures ménagères dans les décharges municipales. !l n'existe
pas de compartiment propres aux déchets dangereux. !ls sont alors le plus souvent mélangés.
La décharge la plus importante au Sénégal est celle de la ville de Dakar : Nbeubeuss qui est un
ancien lac asséché. Cette cuvette dépressionnaire, située dans les dunes en bordure de mer (océan
Atlantique) est mal gérée et ne s'apparente qu'a une grosse poubelle ou les déchets ont le temps
de murir et d'être récupérés, pour l'essentiel, comme amendement pour le maraîchage et
l'agriculture dans une moindre mesure.
Une forte récupération s'effectue sur tous les types de déchets par des récupérateurs qui sont
installés a l `intérieur même de la décharge. Tous les produits revendables
sont ainsi récupérés et acheminés vers des destinations ou elles peuvent être réutilisées. Cette
activité génère de nombreux emplois informels, et fait vivre de nombreuses personnes.
!l arrive que des déchets industriels soient récupérés comme des matières premières pour la
fabrication artisanale de produits : on peut citer les déchets d'huilerie riche en matière grasse qui
sont réutilisés pour la fabrication artisanale de savons.
4. Le recyclage

Au niveau industriel, le recyclage est souvent utilisé pour amoindrir les frais de production. Après
des actions de sensibilisation par les services de l'environnement, il est noté aujourd'hui quelques
réactions de la part des industriels.

Cependant elles sont très partielles et ne concernent que les produits pour lesquels, d'une manière
évidente, leur recyclage peut constituer des profits pour l'entreprise.
Le recyclage pour la protection de l'environnement est rare. De toute façon, l'idéal est de lier les
deux priorités : intérêt industriel et souci de l'environnement.
Les industries plastiques utilisent beaucoup le recyclage au niveau de la production, ou les rébus
sont remis dans le procédé ; elles vont même, aujourd'hui, jusqu'a réutiliser les plastiques usagés
récupérés sur les trottoirs et dans les décharges.


ACTIVITES PILOTES
29















ACTIVITES PILOTES
30
I - Mesures d'ordre socio-économiques

Des mesures d'ordre socio-économique sont a prendre si l'on veut améliorer la gestion des déchets
dangereux. Ces mesures doivent aller dans le sens :
- de la modification des comportements en élevant le niveau de conscience des populations, des
producteurs de déchets vis a vis du risque pour que chacun puisse se rendre compte de la
répréhensibilité de son geste ;
- de l'acceptation par tous les acteurs des lois et règlements en vigueur et a venir ;
- de la perception par les producteurs du profil a tirer du traitement des déchets dangereux ;
- de la détermination de solutions alternatives au rejet en décharge non contrölée ou dans la
nature ;
- de l'intégration de la protection des travailleurs et des populations dans la politique de
l'entreprise ;
- de la mise en æuvre de mesures de réinsertions acceptables par toute la population qui tire ses
revenus des déchets ;
- enfin de l'inscription d'une ligne budgétaire pour la gestion écologique des déchets dans les
budgets des entreprises et structures sanitaires.


II- Restructuration du cadre législatif, réglementaire et institutionnel de
gestion des déchets dangereux

L'élaboration d'un plan national de gestion des déchets dangereux nécessite un cadre institutionnel, et
des dispositions législatives et réglementaires. Ces éléments sont importants pour la mise en
application des actions relatives a la gestion adéquate des déchets dangereux. !ls permettent la mise
en relief et la connaissance des obligations, normes et autres mesures que tout producteur de déchets
dangereux doit intégrer, dès la conception de ses activités.
La situation des déchets dangereux au Sénégal présente des manquements qui ne facilitent pas une
gestion écologiquement rationnelle et soucieuse de la protection de hommes et des ressources de
l'Environnement en général.
la gestion des déchets dangereux nécessite une législation claire, compréhensive et justifiée et une
réglementation pratique permettant l'application de loi par des institutions compétentes (agences ou
centres, collectivités locales.)
L'efficacité et l'efficience dans la gestion des déchets dangereux dépendent de la législation a
élaborer, qui doit prendre en compte tous les aspects liés a la production, a l'exploitation, au contröle,
au traitement et au recyclage des déchets dangereux.
L'objectif de la loi est d'æuvrer a la protection de la santé publique, a la prévention de toutes sortes
de pollutions et nuisances, a la restauration de toutes dégradations des ressources de l'Environnement
et a la sécurité industrielle.


ACTIVITES PILOTES
31
La loi 83-05 portant code de l'Environnement est en refonte du fait de son caractère obsolète sur
cette question. La prise en compte de l'élimination de déchets dangereux dans le projet de code de
l'Environnement en cours d'élaboration a été l'option, afin qu'il fasse corps avec d'autres éléments
fondamentaux pour la gestion des ressources de l'Environnement.
Cette législation devra donner toutes informations sur les définitions et modes de gestion des déchets
dangereux.
Face a cette situation, il y a lieu d'analyser, d'étudier et de proposer un cadre institutionnel et des
textes législatifs et réglementaires chargés de rendre opérationnel le plan national de gestion des
déchets dangereux.
a) La Législation relative a la Gestion des Déchets Dangereux

Le contenu des différentes composantes de déchets dangereux est a définir au préalable
conformément a la Convention de Bale.
Le type de législation a élaborer dépend du contexte socio-économique et institutionnel du pays.
!l peut s'agir :
- d'une loi-cadre ou les dispositions relatives aux déchets dangereux sont prises en compte dans les
lois sectorielles ;
- d'une loi auxiliaire, qui vient en addition a la législation originelle d'un secteur produisant des
déchets dangereux pour combler un manquement ou une inexistence de réglementation
juridique ;
- d'une loi principale sur les déchets dangereux, qui est élaborée pour traiter et gérer la question de
manière principale depuis la génération des déchets jusqu'au traitement approprié, selon le type
de déchets dangereux ;
- d'une loi complémentaire sur les déchets dangereux, qui est intégrée a la loi sur la gestion des
ressources de l'Environnement, pour assurer une prise en charge juridique des questions relevant
des déchets dangereux.
Nais quelque soit le type de la législation retenue, il est fondamental d'informer et d'expliquer le
pourquoi de la loi, qui doit permettre la maîtrise etfou la prévention de tout impact issu des déchets
dangereux.

Dans l'expérience sénégalaise, les législations et réglementations de la gestion des déchets dangereux
ont été contenues dans la loi portant code de l'Environnement. La partie législative statue sur
l'objectif, les différents types de déchets dangereux, les principes fondamentaux de gestion de
déchets dangereux élaborés dans le cadre des conventions internationales auxquelles le Sénégal est
partie.



ACTIVITES PILOTES
32
Ce travail concerne les définitions, l'élaboration de principes et lignes directrices de prévention des
pollutions et nuisances relatives aux eaux, au sol, a l'air et aux ressources végétales, fauniques et
humaines, les structures responsables des déchets dangereux qui doivent contröler les opérations et
coordonner les actions qui y sont relatives.

C'est une analyse précise de ces éléments qui permet la proposition de solutions adéquates pour une
gestion écologiquement rationnelles des déchets dangereux.
b) La réglementation relative à la gestion de déchets dangereux

La mise en application de la loi sur les déchets dangereux nécessite une réglementation devant
déterminer :
• les voies et moyens de stockage, de transport, de traitement - recyclage, d'élimination, de mise
en décharge et de nettoyage de déchets dangereux ;
• les instruments de normalisation, de surveillance et de contröle des déchets dangereux (normes,
identification, notification, permis.) ;
• les mesures fiscales (indemnisations, amendes, subventions.)
• les pouvoirs et responsabilités des structures concernées par la gestion de déchets dangereux
(collectivités locales, centre ou agence, Ninistère de l'Environnement.).

Ces éléments ci-dessous développés constituent des fondements dans la gestion durable des déchets
dangereux.

Dans l'expérience sénégalaise, il est nécessaire de revoir les structures concernées par la gestion des
déchets dangereux et de discuter des possibilités d'avoir un mécanisme permettant de faire une
gestion appropriée.
!l peut s'agir de la mise en place soit d'une autorité compétente chargée de la gestion des déchets
dangereux (agence, centre ou autre.) soit d'un mécanisme de coordination entre les secteurs
générateurs de déchets dangereux, le Ninistère de l'Environnement et les collectivités décentralisées,
qui ont en charge la collecte et la gestion des décharges.
A ce jour, ces deux (2) options ne s'excluent pas pour l'expérience. La première semble être l'idéale,
mais sa mise en æuvre nécessite l'obtention de moyens technologiques, financiers et humains. Or,
dans l'immédiat, l'état des finances au niveau national ne semble pas pouvoir permettre son
exécution.
C'est pour cette raison, que la deuxième option peut être étudiée par les différents acteurs-partenaires
pour trouver une solution . A ce niveau, il faudra définir les röles et responsabilités de tous les
acteurs. Le Ninistère de l'Environnement, a travers la Direction de l'Environnement et des


ACTIVITES PILOTES
33
Etablissements Classés, point focal assure la mise en æuvre de la convention de Bale sur les
mouvements transfrontrières des déchets dangereux. De plus, le Sénégal abrite le centre sous-
régional des pays francophones d'Afrique pour le transfert de technologie et la gestion
écologiquement rationnelle des déchets dangereux. Cette situation peut être mise a profit pour le
renforcement de capacités nationales dans la gestion des déchets dangereux.
Les collectivités locales, qui ont en charge la gestion de la collecte et des décharges ou dépöts de
déchets dangereux, peuvent en rapport avec les industries et autres sociétés génératrices de déchets
dangereux trouver des moyens d'une meilleure organisation de la gestion des déchets dangereux. Ces
actions peuvent concerner l'organisation de la collecte, du transport, le choix et l'aménagement des
sites de décharges, le transfert de technologies appropriées pour le traitement-recyclage et
élimination des déchets dangereux. Le renforcement des capacités nationales existantes peut être
assuré par le centre sous-régional et dans le cadre d'autres possibilités de collaboration entre le point
focal de la convention de Bale et le secrétariat.
!l existe une équipe nationale de composition scientifique et technique diverses qui a en charge
l'assistance-conseil du point focal, quant a l'identification et la valorisation de l'expertise locale
(départements ministériels, instituts de recherche et de formation, secteur industriels et autres) qui
peut être utilisée pour améliorer la gestion des déchets dangereux.

Conclusion
L'élaboration du plan directeur de gestion des déchets dangereux accorde une place importante aux
aspects institutionnels et juridiques sus-développés, c'est ainsi que les recommandations suivantes
sont faites en guise de conclusions.
tout texte législatif et réglementaire doit contenir les éléments suivants :
- la définition des objectifs de la législation sur les déchets dangereux
- la définition des responsabilités des producteurs et autres exploitants
- la classification des déchets et de leurs sources
- le mode de délivrance des permis d'exploitation et d'installation de structures de gestion des
déchets dangereux ;
- l'élaboration des normes de rejet dans l'eau, l'air et le sol et des normes de transport des déchets
dangereux ;
- l'interdiction de certaines opérations ;
- la surveillance de la génération du transport et de l'élimination ;
- la dépollution des sites contaminés ;
- les amendes pour non respect des exigences ;
- les incitations a la recherche - développement et a l'aménagement des centre de gestion de
déchets dangereux.


ACTIVITES PILOTES
34
c) - Réformes institutionnelles

Ces réformes passent par :
• un mécanisme de coordination et d'évaluation des activités de gestion des déchets dangereux.
Cette action incombe au Ninistère de l'Environnement, aux Collectivités Locales (Ninistère de
l'!ntérieur) et aux industries et autres structures génératrices de déchets dangereux (Ninistère de
la Santé) qui doivent travailler en synergie pour asseoir une politique opérationnelle ;
• des infrastructures et services techniques (laboratoires d'analyse, dépöts de stockage, structures
de formation et autres.) devant assurer cette opérationnalité.
III - Méthodologie de l'inventaire de la génération des déchets

Pour asseoir une gestion écologiquement rationnelle des déchets dangereux, il est indispensable de
maîtriser leur flux, leurs caractéristiques physico-chimiques et leur caractère dangereux (toxicité,
inflammabilité, corrosivité, etc..). Ces informations ne peuvent être rassemblées que dans le cadre
d'un inventaire exhaustif. L'inventaire constitue la première étape du processus de planification de la
gestion des déchets. Elle revêt, de ce fait une importance capitale. En effet, la connaissance des flux
et de la typologie des déchets permettra de définir les systèmes de traitement appropriés. Cependant,
il convient de noter que l'inventaire doit être périodiquement actualisé compte tenu des changements
qui interviennent dans la production des déchets (Augmentation de volume, apparition de nouveaux
types de déchets, etc..). Aussi est-il souhaitable, dans la mesure du possible que l'exercice soit
reconduit tous les cinq ans.
La méthode que nous proposons consiste a aller sur place et a recueillir les informations sur la
production des déchets de l'industrie ou de l'établissement producteur de déchets dangereux
(höpitaux, cliniques, etc.). Avant d'aller sur le terrain un travail préliminaire s'impose.
!l s'agit d'identifier les producteurs des déchets d'une part, et la typologie des déchets produits
d'autre part. Les investigations doivent déterminer quantitativement et qualitativement les déchets
produits par l'industrie et par les autres établissements producteurs de déchets dangereux. Les
pratiques d'élimination actuelles et les impacts sur les populations et sur l'environnement doivent être
amplement recensés.
Nous proposons ici une démarche simple qui devrait permettre aux équipes chargées de réaliser les
inventaires d'assimiler assez rapidement la méthodologie. Cette démarche s'articule comme suit :
- l'établissement d'une liste des industries du pays ;
- la catégorisation par branches d'activités et par importance (PN!,PNE, etc..) ;
- la sélection des industries qui doivent faire l'objet d'un audit ;
- l'élaboration d'un questionnaire simple et intelligible. !l est souhaitable, dans le but d'éviter toute
susceptibilité de la part des partenaires du secteur industriel, que le questionnaire soit


ACTIVITES PILOTES
35
accompagné d'une lettre de l'autorité chargée de l'Environnement expliquant assez clairement les
objectifs de l'étude et l'intérêt pour les producteurs a collaborer franchement a cet exercice. Le
questionnaire proposé se présente comme suit :
1-1 Modèle de questionnaire détaillé

ENQUETE SUR LA PRODUCTION DE DECHETS INDUSTRIELS

RAISON SOCIALE :

ADRESSE COMPLETE :

NOM DE LA PERSONNE A CONTACTER :

FONCTION :

ACTIVITE PRINCIPALE DE L'ETABLISSEMENT :

IDENTIFICATION DES DECHETS PRODUITS

DESIGNATION DU RESIDU :

PROCESSUS :

CONSTITUANTS PRINCIPAUX :

ASPECT PHYSIQUE :

Liquide Visqueux Solide

Homogène Avec Phase Odeur

QUANTITE PRODUITE

Jour Mois An

Ponctuelle -------------- T Régulière ------------T

MOYENS DE STOCKAGE
Capacité de stockage :
Stock au 05J0SJ97 :

PROPRIETES PHYSICO-CHIMIQUES
Teneur en chlore :
Teneur en eau :
Pouvoir calorifique :
Teneur en métaux lourds :
Autres éléments susceptibles d'être présents


MODE DE TRAITEMENT

Traitement actuel Coüt estimatif du traitement

Traitement interne Traitement externe


ACTIVITES PILOTES
36

Entreprise


Personne responsable :

Fonction :

Adresse





Tél.

Fax

Email
Déclaration des activités principal de l'entreprise





Domaines qui engendrent des déchets dangereux


Natières premières utilisées

Produits finis


Nombre d'employés :

Observations

Code
déchets

Appellation du
déchet
Quantités générées
en tonnefan

Quantités de
déchets stockés
en tonnes
Node
d`élimination
!nternefexterne
Couts
d`élimination
en FGftonne



































Lieu, date, signature :




ACTIVITES PILOTES
37
1-2 Les composantes du questionnaire : Compréhension

L'objectif de l'audit est d'identifier les producteurs de déchets d'une part, et les déchets eux mêmes.
L'audit doit faire ressortir les différentes catégories de produits rejetés par l'industrie selon leur nature
et leurs volumes. Un questionnaire doit être mis au point a cet effet. Les Composantes du
questionnaire sont commentées ci-après.
1-2-1 Enquête préliminaire

Dans un premier, il convient d'établir une liste exhaustive des industries et des établissements
producteurs de déchets dangereux. Cette liste devra être validée sur la base de la législation nationale
en matière de déchets dangereux (ou a défaut par rapport a la Convention de Bale ou toute autre
référence pertinente). Pour chaque établissement, il conviendra de connaître l'adresse précise, le
responsable de l'établissement et la personne chargée de la gestion des déchets, la liste des produits
fabriqués et pour chaque produit le procédé de fabrication. !l est important de savoir également les
volumes concernés par produit afin de ne retenir que les entreprises les plus significatives.
Huit jours après la diffusion du questionnaire, une première relance téléphonique devra être faite. Les
entreprises qui ne se seraient pas encore manifestées devront faire l'objet d'une visite systématique.
!l conviendra de visiter également les plus gros producteurs afin de vérifier avec eux si le
questionnaire a été bien compris et donc correctement rempli. !l est nécessaire d'insister sur
l'importance de la qualité des réponses qui sont attendues. Par exemple le fait que les déchets
résultant d'un procédé industriel soient non valorisables peut avoir un effet non négligeable sur le
compte d'exploitation des entreprises. Les responsables de l'élimination des déchets dans les
établissements sont impliqués au niveau professionnel, pour l'image de marque de leurs activités et
aussi pour la maîtrise économique des filières de traitement. !l leur revient de trouver les procédés
moins couteux. En leur faisant savoir que l'audit pourrait permettre de mettre en æuvre des solutions
pratiques pour leur entreprise, ils se sentiront tout a fait concernés.
1-2-2 Le Questionnaire

Production :
!l convient de distinguer a l'intérieur de la production les éléments qu'il est possible de regrouper en
catégories homogènes, car ils relèvent du même processus de fabrication ou d'une composition
chimique très voisine.
Fiche signalétique de l'établissement
Elle doit être détaillée, la raison sociale doit être indiquée en toute lettre avec la forme sociale
(société anonyme, société a responsabilité limitée, etc..). L'adresse doit comprendre en plus des


ACTIVITES PILOTES
38
indications postales habituelles, des renseignements permettant une localisation facile : par exemple
près de tel établissement connu ou d'un site caractéristique : rivière, pont, passage a niveau, etc..
Appellation du déchet
Elle doit être aussi précise que possible, par exemple s'il s'agit de boues, il convient de préciser leur
nature, leur consistance, si possible de les caractériser par un ou plusieurs éléments dominants.
Processus de fabrication générant le déchet
!l est conseillé d'illustrer par un document annexé les différentes phases, ou de présenter un
diagramme ou graphique.
Quantité produite
Elle peut être exprimée par deux chiffres indiquant la production maximum et la production minimum
constatée. Si occasionnellement des pointes sont enregistrées, elles seront indiquées séparément de
façon a ne pas fausser la production moyenne.
Quantité en stock
Elle pourra aussi, comme la quantité produite, être appréciée par deux valeurs (maximale et
minimale).
Capacité de stockage
!l s'agit de la capacité physiquement possible même si celle-ci n'est jamais atteinte.
Aspect physique du déchet
!l est bien de caractériser par les trois états (liquide, pateux, solide). Si la teneur en eau est bien
connue, elle peut apporter une indication complémentaire intéressante.
Présence de phase
Une réponse sera donnée par un oui ou un non
Constituants principaux
!l s'agit de constituants de base, il n'est pas nécessaire de mentionner les constituants secondaires.
Les substances toxiques dont la présence même au niveau de traces est a prendre en considération
sont prises en compte dans la colonne suivante.
Présence de composants toxiques
Les indications portées sur le tableau peuvent être complétées par un résultat d'analyse de laboratoire
spécialisé.
Noyens de transport
!l convient d'indiquer le ou les moyens retenus, en précisant éventuellement la fréquence des
enlèvements.
Node d'élimination actuel
!l y a lieu de préciser, s'il s'agit d'un traitement interne ou externe mais aussi la nature de ce
traitement. Dans le cas ou cette opération est sous traitée en dehors de l'entreprise, indiquer
l'adresse du sous traitant.


ACTIVITES PILOTES
39

1-2-3 Exploitation des renseignements obtenus

Une fois que les réponses des établissements ont été obtenus, il convient de procéder a une
vérification préalable, puis a une synthèse des renseignements obtenus.
Par vérification, il s'agit dans un premier temps de contröler la cohérence des réponses aux
questionnaires. Un rapprochement peut être fait entre les informations disponibles au niveau des
administrations compétentes (exemple : Direction de l'industrie, de l'Environnement, etc..) et celles
relevées sur les réponses reçues, en particulier pour la fiche signalétique de l'entreprise .
Au niveau du recensement des déchets générés par les entreprises, une certaine homogénéité doit
être observée entre les quantités de déchets résultant du processus de fabrication. Si des anomalies
sont relevées, il convient de s'informer auprès du responsable de l'entreprise pour avoir les
explications nécessaires.

Après validation des différentes données obtenues, ces dernières peuvent être présentées de façon
synthétique sous forme de tableau. Un premier regroupement doit être fait au niveau des grands
secteurs d'activités :
• !ndustries extractives
• !ndustries alimentaires
• Confection du cuir et du textile
• !ndustrie du bois
• !ndustrie du papier et du carton
• !ndustries chimiques
• !ndustries mécaniques.

Une analyse plus fine par secteur pourra par la suite être menée en vue de faciliter la recherche de
solutions de traitement (recyclage, valorisation, etc..) et surtout l'élaboration des plans de gestion
des déchets.
Enfin, un atelier de validation pourra être organisé a la fin du processus pour discuter des résultats
des audits et des propositions de plans de gestion issues de l'analyse fine des résultats.



ACTIVITES PILOTES
40
1.3 Les grands groupes de déchets et leur traitement préconisé
1.3.1 Les déchets biomédicaux
Définition
Le Conseil Canadien du Ninistère de l'Environnement donne cette définition des déchets biomédicaux :
« On entend par déchets biomédicaux les déchets produits par les établissements qui dispensent des
soins de santé aux humains et aux animaux ; les établissements de recherche et d'enseignement
médicaux et vétérinaires ; les établissements d'enseignements des soins de santé , les laboratoires
d'essais et de recherche chimiques ; les établissements s'occupant de la production ou de l'essai de
vaccins. »
On distingue les cinq catégories suivantes :
- Les déchets anatomiques humains (déchets constitues de tissus, d'organes et de membres
humains a l'exception des dents, des cheveux et des ongles) ;
- Les déchets animaux (déchets d'origine animale : Tissus ; organes, carcasses, litières, etc..) ;
- Les déchets de laboratoire de microbiologie : Cultures de laboratoires, de souches de micro-
organismes, etc..) ;
- Les déchets de sang et de liquides organiques humains ( sang, liquides organiques contaminés,
etc..) ;
- Les objets acérés de rebut ( aiguillés, seringues, lames usagées, etc..).
Le traitement des déchets biomédicaux se fera conformément aux considérations suivantes :
- Le type et la nature des déchets ;
- La nature du danger associée aux déchets ;
- Les moyens matériels et humains existants pour le traitement des déchets.

Les méthodes de traitement qui peuvent être préconisées sont les méthodes thermique et chimique.
Ces méthodes de traitement thermique et chimique comprennent :
- la stérilisation a la vapeur : les déchets sont exposées a de la vapeur saturée sous pression dans
une autoclave qui doit répondre aux normes internationales en vigueur ;
- la désinfectionfstérilisation chimique : cette méthode consiste a exposer les déchets a des
agents chimiques possédant des propriétés anti-microbiennes ;
- La stérilisation a la vapeur sèche : Les déchets sont exposés a la chaleur un temps suffisant
pour assurer la stérilisation de la totalité de la charge ;
- L'incinération : Cette opération se déroule dans des incinérateurs spéciaux, conçus pour assurer la
destruction complète des déchets ;


ACTIVITES PILOTES
41
- La mise en décharge : Cette méthode ne doit être appliquée que si certaines mesures sont
prises : protection contre la pollution des nappes, collection et traitement des lixiviats, surveillance
bactériologiques des eaux souterraines, etc..

D'autres méthodes de traitement : On peut citer : l'irradiation ( Avec des micro-ondes, des rayons
gamma ou ultraviolets), l'ultrafiltration etc.. Toutes ces méthodes existent mais ne sont pas encore
validées pour une utilisation a grande échelle.
1.3.2 Déchets industriels
La plupart des déchets industriels dangereux, issus de la fabrication des biens de consommation
peuvent se retrouver dans les flux génériques ci-après :
- Déchets issus de la production et de la préparation de produits pharmaceutiques ;
- Déchets d'huiles minérales impropres a l'usage initialement prévu ;
- Nélanges et émulsions huilefeau ou hydrocarburefeau ;
- Substances et articles contenant, ou contaminés par des diphényles polychlorés (PCB) ;
- Résidus goudronneux de raffinage, de distillation ou de toute opération de pyrolyse ;
- Déchets de substances chimiques non identifiés ;
- Déchets contenant des composés de métaux lourds dangereux (métaux carbonyles, béryllium,
chrome hexavalent, cuivre, zinc, arsenic, cadmium, mercure, plomb, etc..) ;
- Déchets de composés phénolés,
- Déchets de solvants organiques, sauf solvants halogénés ;
- Déchets de pesticides (organochlorés, organophosphorés, etc..)
- Autres déchets explosifs, inflammables, toxiques, écotoxiques, etc...
Les méthodes disponibles de traitement des déchets industriels ou les plus utilisées sont les
suivantes :
- l'incinération : L'incinération convient pour le traitement de déchets dangereux dont la
dégradation n'est possible qu'a haute températures (plus de 1000 degrés celcius). L'opération
permet une récupération de chaleur. Cette dernière permet de produire de la vapeur qui est
transformée en eau chaude et injectée dans un réseau de chauffage ou une turbine en vue de la
production d'électricité. Cependant l'incinération présente quelques inconvénients majeurs :
Production de Dioxine (produit cancérigène) lors du refroidissement des fumées ; technique très
couteuse et fonctionnement complexe.
- le traitement biologique : on utilise du matériel biologique (bactéries, levures, moisissures, etc.)
généralement dans des bioréacteurs pour le traitement des eaux usées industrielles. Ce type de


ACTIVITES PILOTES
42
traitement rencontre de plus en plus d'intérêt et peut s'avérer prometteur pour certains types de
déchets. Le principe repose sur la sélection de micro-organismes spécifiques, qui se multiplient a
l'infini et dégradent ainsi la matière polluante.
- la détoxication : Elle recouvre divers traitements physico-chimiques qui permettent de supprimer
sans recours au feu les effets toxiques de certains déchets. Elle est applicable a certains types de
déchets. Par exemple. Les liqueurs acides ou basique peuvent être neutralisées, le chrome
hexavalent réduit en chrome trivalent beaucoup moins nocif ; les cyanures oxydés avec de l'eau
de Javel. Les métaux lourds peuvent également être précités et ainsi extraits.

- la mise en décharge : L'application de cette technique de traitement des déchets doit obéir a des
critères très stricts, en tout cas si on veut éviter un transfert de pollution. En effet, pour empêcher
une contamination du sous-sol par infiltration,

- le fonds et les bords de la décharge doivent être protégée par un matériau imperméable (de
l'argile ou du ciment ou encore plusieurs couches de plastiques). De plus, les eaux de percolation
ou de ruissellement doivent être collectées et acheminées vers une station de traitement.
Nême, si la mise en décharge suscite des résistances, force est d'admettre qu'il sera difficile de
s'en passer, car quelque soit le procède utilisé, il subsistera toujours des résidus qu'on appelle
déchets ultimes et dans la plupart des cas l'alternative qui s `impose est la mise en décharge.

1.4 Système de réglementation pour assurer une GER

Un système de réglementation permettant de contröler la gestion des déchets (collecte, récupération,
recyclage, élimination finale, etc.. doit être mis en place pour réduire au minimum les dommages
causés par la production de déchets dangereux a la santé de l'homme et a l'environnement. Le
système de réglementation prévu devrait permettre de contröler le stockage des déchets produits,
leurs mouvements depuis la source jusqu'au site de stockage, de récupération et d'élimination. On
pourrait exiger en vertu du « devoir de précaution » que les producteurs de déchets et autres
personnes chargées de leur gestion assument la responsabilité d'une gestion écologiquement
rationnelle de tous les déchets qu'ils produisent, depuis leur production jusqu'a la récupération et
l'élimination, y compris la gestion des résidus après élimination. Par ailleurs, les pouvoirs publics
devront mettre en place des normes concernant l'emballage, la collecte, le transport le traitement et
l'élimination des déchets.



ACTIVITES PILOTES
43
Toutes les structures chargées des aspects pratiques de la gestion des déchets dangereux (collecte,
transport, traitement, etc.) doivent pouvoir démontrer a tout moment que leurs activités sont
conformes aux lois nationales et aux accords internationaux conclus par le pays, en particulier pour ce
qui touche l'environnement.

IV- DISPOSITIONS ECONOMIQUES ET FINANCIERES DE LA GESTION
DES DECHETS

Les entreprises industrielles s'organisent tant bien que mal pour évacuer les déchets dangereux
produits. Ce fardeau n'est pas intégré dans leur schéma de production.
Au niveau des institutions étatiques, certaines structures ont quelques ressources financières et
humaines, souvent insuffisantes, pour la gestion des déchets. !l s'agit : des ministères de
l'Environnement, de la Santé, de l'Agriculture et du Commerce. Par contre d'autres instituions qui ont
une implication dans le secteur, n'ont pas de moyens : ministères de l'!ndustrie, des Finances , du
Transport, de l'!ntérieur, des Affaires Etrangères, de l'Education Nationale et de la Recherche
Scientifique.
Le secteur informel participe dans la gestion des déchets dangereux du fait de la forte récupération de
produits au cours du parcours du déchet, depuis sa collecte, jusqu'a sa mise en décharge.

1 - Implication du secteur privé

Ce secteur est le premier a être impliqué, parce que essentiellement générateur des déchets
dangereux. C'est pourquoi, toute gestion rationnelle doit partir des entreprises privées avec des
obligations bien étudiées dans le cadre d'une réglementation adéquate. La ou le recyclage et le
traitement sur place n'existent pas, ce secteur réagit comme les habitations, en rejetant leurs déchets
a la décharge municipale ou tout autre endroit qui peut s'y prêter (mer, lac, fleuve, sol.).

2 - Information sensibilisation

Cette activité est presque inexistante concernant les déchets dangereux. Au niveau du secteur privé,
l'information sur les risques et les dangers existe, sans que l'on prenne soin de gérer au mieux les
déchets.



ACTIVITES PILOTES
44
V - LIGNES DIRECTRICES POUR LA GESTION ECOLOGIQUEMENT
RATIONNELLE DES DECHETS DANGEREUX

La gestion écologiquement rationnelle des déchets dangereux est définie dans la Convention de Bale
comme « toute mesure pratique permettant d'assurer que les déchets dangereux ou autres déchets
sont gérés d'une manière qui garantisse la protection de la santé humaine et de l'environnement
contre les effets nuisibles que peuvent avoir ces déchets ».
1 - Gestion planifiée des déchets

La stratégie de gestion rationnelle des déchets dangereux a pour point de départ la prévention. En
effet, il s'agit d'abord d'encourager la prévention en matière de production de déchets et la réduction
au minimum de la production des déchets en recourant a des méthodes de production non polluante.

!l faudra éviter d'employer des substances dangereuses si l'on peut les remplacer par des substances
qui le sont moins, a condition que cela ne porte pas préjudice a la qualité du produit fini et
n'occasionne pas de dépenses supplémentaires.

Dans le processus de planification, les différentes mesures a prendre en compte consistent a :

♦ Encourager, autant que possible la récupération de la matière, par des méthodes écologiquement
rationnelles, que ce soit par utilisation directe, destination a un autre usage, utilisation pour
fabriquer d'autres produits ;

♦ Rassembler toutes les connaissances et tous les renseignements que l'on possède sur l'impact des
déchets pour pouvoir étudier tous les aspects socio-économiques de la question ;

♦ Tenir compte des problèmes créés par la contamination de l'environnement, en particulier par les
déchets dangereux, notamment de leurs effets a court et long termes sur la santé et
l'environnement ;

♦ Eduquer la population a tous les niveaux pour qu'elle soit consciente des effets nocifs des
déchets dangereux présents dans l'environnement, notamment par le biais d'institutions
spécialement chargées de diffuser ce type d'information ;

♦ Développer la coopération internationale dans le domaine de la gestion des déchets, en particulier
en ce qui concerne les pratiques de gestion écologiquement rationnelle (technologies propres,


ACTIVITES PILOTES
45
recyclages, valorisation, etc.) et les mouvements transfrontières de déchets dangereux y compris
leur réglementation et leur surveillance conformément aux instruments juridiques internationaux
en vigueur ;

♦ Récupérer, réutiliser etfou recycler autant que possible les déchets produits ;

♦ Détruire ou convertir a l'état stable tous les déchets qui ne peuvent pas faire l'objet d'une
recyclagefréutilisation ou valorisation ;

♦ Prévoir un système d'élimination définitive des résidus des opérations de traitement et de
récupération (incinération, pyrolyse, digestion aérobique ou anaréobique) ;

♦ Créer une banque de données sur les déchets (Etablissements producteurs, quantités,
pratiques de traitement, législations existantes, etc..).Enfin, Nous proposons dans la
stratégie, la création d'une « Bourse de déchets » dont le principe repose sur l'échange
de déchets valorisables entre industriels. Cette « bourse » pourra être gérée par des
acteurs privés et utilisera comme support la banque de données susmentionnée.


ACTIVITES PILOTES
29












ACTIVITES PILOTES
30

I - CONTEXTE ET JUSTIFICATION

En ce 20
ème
siècle finissant, la gestion durable des déchets dangereux demeure encore l'un des défis
environnementaux majeurs, donc une gageure, pour les pays en voie de développement comme le
Sénégal, et ce, malgré dix ans de Convention de Bale.

En effet, les résultats de l'inventaire au Sénégal montre :

• Pour les déchets industriels que:

- ils proviennent de sources variées (agro-alimentaire; exploitation minière, production d'énergie,
transformation des métaux, industrie des mousses et plastiques, des services commerciaux, etc.);
- ces déchets peuvent être très organiques avec les solvants, les résidus de BPC,
des pesticides obsolètes ou inorganiques, avec les acides, les alcalins, les
eaux usées chargées de métaux lourds;

- ces déchets font rarement l'objet de traitement approprié. !ls sont soit, mis en décharge ou
directement rejetés en mer, éliminés de façon informelle, soit stockés dans des conditions peu
sécuritaires ou réutilisés sans aucune précaution;

- il manque de certitude quant aux possibilités de valorisation etfou d'élimination de certains
déchets dont les quantités atteignent des proportions considérables ;

• Pour les déchets biomédicaux que:

- les déchets biomédicaux qui constituent une infime quantité (10 a 15¾ ) des déchets produits par
les structures médicaux sont mélangés a ces derniers et
acheminés dans de grandes proportions vers des décharges sauvages sans
aucune mesure de sécurité ;

- le sang contaminé et autres liquides biologiques sont déversés sans prétraitement préalable dans
les réseaux d'égouts qui débouchent directement en mer ou dans les terrains vagues ;

- une bonne partie de ces déchets infectieux est récupérée directement par les populations comme
contenants d'aliments ou jouets pour les enfants (seringues, flacons de perfusion, récipients de
prélèvement de crachats, etc.).

Cette mauvaise gestion a un impact réel sur la santé des populations et l'environnement.

Cette même étude nous identifiait les contraintes suivantes comme étant les barrières a lever pour
une gestion écologiquement rationnelle des déchets dangereux:

En milieu industriel :

- le cout d'élimination jugé élevé de certains déchets. Par exemple, le traitement d'une tonne de
sulfate d'alumine estimée a 20 000 FCFA soit environ +0 $ US et le dépöt en décharge d'une
tonne de terre décolorante qui est estimé a + 000 FCFA soit 8 $ US.


ACTIVITES PILOTES
31
A cela s'ajoute l'absence de lignes budgétaires spécifiques destinées a l'évacuation et a
l'élimination des déchets dans la plupart des entreprises


ACTIVITES PILOTES
32

- les difficultés a identifier une technologie appropriée et a un cout
raisonnable ;

- l'absence d'études de faisabilité pourtant nécessaire pour éviter les pertes de produits dangereux
et permettre la récupération de déchets ;

- l'absence de recyclage qui permettrait de récupérer beaucoup de déchets ;

- l'absence de coopération entre industriels en vue d'amoindrir les couts de traitement des déchets
mais aussi pour réaliser des économies d'échelles ;

- l'absence d'équipement collectif national de traitement des déchets dangereux.

Au niveau des structures médicales :

- l'absence d'équipements appropriés de collecte, de transport et d'élimination des déchets
infectieux ;

- le manque de ressources financières pour l'acquisition de petit matériel de stérilisation, de
désinfection et de protection de personnel ;

- le manque de personnel préposé uniquement a la gestion des déchets et leur faible motivation;

- l'absence d'entreprises spécialisées et agréées pour l'enlèvement et l'élimination des déchets ;

- le mélange des déchets ordinaires aux déchets infectieux solides et liquides ; ce qui a comme
conséquence, l'augmentation des volumes des déchets infectieux a traiter ;

- le manque d'information et de formation sur les risques liés aux biomédicaux.

Ce projet pilote a pour objectif principal de venir a bout des contraintes sus cités a travers des études
de cas afin d'aboutir a la mise en place de modèles de gestion durable de ces déchets pouvant être
répliqués a toutes structures industrielles et sanitaires du pays et de la sous région.


II - CADRE INSTITUTIONNEL ET LEGAL DE MISS EN OUVRE DE CES
ACTIVITES :


La gestion des déchets dangereux constitue un des secteurs importants de la politique menée par le
Gouvernement du Sénégal en matière de protection de l'Environnement et de promotion de la santé
publique.

De nombreux partenaires sont impliqués de près ou de loin, dans le sous-secteur des déchets
dangereux.

!l s'agit:


ACTIVITES PILOTES
33

- du Ninistère de l'Environnement et de la Protection de la NaturefDirection
de l'Environnement et des Etablissements Classés qui a , parmi ses
missions, la tache de lutter contre toutes sortes de pollutions et nuisances
dont celles issues des déchets dangereux et de concevoir et faire
la promotion de toute technologie etfou méthodologie de gestion
écologiquement rationnelle des déchets dangereux ;

- du Ninistère de l'!ntérieur via les collectivités locales qui sont les propriétaires des déchets et
qui ont la responsabilité des décharges ou sont déposés les déchets dangereux;

- du Ninistère de la Santé Publique : Direction Nationale de l'Hygiène qui suit notamment
l'application du code de l'hygiène en matière de salubrité ;

- du Ninistère de l'Hydraulique : Office National d'Assainissement qui a pour mission la mise en
æuvre de la politique du Gouvernement en matière d'assainissement ;

- du Ninistère de l' Energie, des Nines et de l'!ndustrie ;

- des !ndustries et des Höpitaux, principaux producteurs de ces déchets.

Concernant l'aspect légal et réglementaire, il faut noter l'existence de trois (3) codes qui traitent
de gestion des déchets a savoir :

- La loi 83-05 du 28 janvier 1983 portant code de l'Environnement ;
- La loi 81-13 du 0+ mars 1981 portant code de l'Eau ;
- La loi nº83-71 du 05 juillet 1971 portant code de l'Hygiène.

La Direction de l'Environnement et des Etablissements Classés est le point focal des conventions de
Bale, et de Bamako et essaie de travailler en conséquence, dans un contexte dépourvu de tous
dispositifs législatifs et réglementaires adéquats.

Au plan législatif et réglementaire, il existe en réalité un vide juridique a combler. Seule la loi 83-05
portant code de l'Environnement fait allusion dans l'un de ses articles (art. 18 al. 3), de même que le
code de l'Hygiène a la nécessité pour les Etablissements Classés de traiter et d'éliminer leurs résidus.

Dans aucun des textes, la notion de déchets dangereux n'est apparu d'ou la nécessité de légiférer et
de réglementer sur cette question.

Cette situation explique la gestion anarchique et artisanale des déchets dangereux au Sénégal.


Cette gestion est :

- anarchique parce que n'étant pas réglementée et contrölée ;

- artisanale a cause des techniques d'incinération et de dépöt utilisées.




ACTIVITES PILOTES
34
III - ETUDE DE CAS - Développement d'un système de gestion des déchets
dangereux dans une Industrie :


Les activités de ce Projet pilote seront focalisées sur trois études de cas : deux cas sur la gestion des
déchets industriels dangereux et un cas sur celle des déchets biomédicaux.

III-1: Etude de cas n°1 : Les ICS - Acide fluosilicique:

Elle concerne les Industries Chimiques du Sénégal (!CS) qui produisent 1 600 000 tonnes par an
de phosphogyspse, de l'Acide Fluosilicique (85500 tonnes).

Cette usine produit et stocke 2000 m
3
de Pentoxyde de vanadium.

Les différentes composantes de l'étude seront : la description du procédé de génération, le test de
valorisation, la Neutralisation et le développement d'une méthode de gestion.

• La Description du procédé de génération des déchets : elle permettra le diagnostic de tous le
processus de production des déchets afin de proposer des améliorations ou des procédés de
production propre.

• Le Test de valorisation du phosphogypse: il existe différentes possibilités de valorisation .Cette
composante va donc prospecter les possibilités de valorisation de ce déchet par le
dessalement et la récupération des sols salés et aussi celles du recyclage industriel.

• La Neutralisation de l'acide fluosilicique : cette composante va étudier les différentes
possibilités de neutralisation de ces acides et proposer celle qui s'adapte au mieux au
contexte.

• Le Développement d'une méthode de gestion : elle fera la synthèse des études précédentes
afin de proposer une méthode de gestion durable de ces déchets.


III-2 Etude de cas n°2 : La SIGELEC - Piles usagées

Cette étude se penchera sur une unité de fabrication de piles : la SIGELEC qui ne dispose pas
aujourd'hui de techniques de traitement , d'élimination ou de recyclage de ces déchets et qui rejette
300 000 pilesfan dans la nature.

Les différentes composantes de l'étude seront : la description du procédé de génération, la
récupération et le stockage, l'éliminationftraitement.

• Description du processus de génération des déchets : cette composante va étudier le processus
de production des déchets.

• Récupération et stockage : elle va étudier les différentes filières possibles et actuelles de
récupération et de stockage des déchets.



ACTIVITES PILOTES
35
• Eliminationftraitement : Cette composante va se pencher sur l'étude des différentes techniques de
traitement et d'élimination idoines pour ces déchets.
III-3 Etude de cas n°3 : Amélioration du système de gestion des déchets biomédicaux
à l'HOPITAL A. LE DANTEC

Cet étude aura pour objectif d'améliorer le système de gestion des déchets biomédicaux a l'Höpital Le
Dantec dont les déchets ( environ 9 m3fjour) sont , de nos jours, mélangés aux ordures ménagères et
déposés dans la décharge publique.

Elle aura comme composantes :

• L'Audit de la génération des déchets ;

• Le Traitements appropriés des déchets :
- Collecte séparée ;
- Stockage (aménagement des aires et contenants f étiquetage) et transport ;
- Stérilisation ;
- !ncinération
- La mise en décharge
- Autres éliminations (aiguilles.)

• La Formation et la Sensibilisation ;

• La Proposition d'un plan de gestion des déchets dangereux intégrant le plan général de
gestion de l'höpital.

IV - Propositions de répIication desdits pIans aux autres
étabIissements

Toutes les actions pilotes pourront être répliquées au niveau du pays et de la sous région pour des
problématiques identiques.






















ACTIVITES PILOTES
36

V - CHONOGRAMME DES ACTIVITES PAR ETUDE

Etude de cas n°1 : !CS : durée 12 mois


ACT!v!TESfmois

1
er
mois 2
ème
mois 3
ème
mois +
ème
mois 5
ème
mois 6
ème
mois
Génération déchets
Test de valorisation


TraitementfElimination


Néthode de Gestion Durable



Etude de cas n°2: S!GELEC: durée 12 mois

ACT!v!TESfmois

1
er
mois 2
ème
mois 3
ème
mois +
ème
mois 5
ème
mois 6
ème
mois
Génération déchets




Récupérationfstockage


TraitementfElimination


Néthode de Gestion Durable




Etude de cas n°3: HOP!TAL A. LE DANTEC: durée 12 mois

ACT!v!TESfmois 1
er
2
ème
3
ème


+
ème
5
ème
6
ème
7
ème
8
ème
9
ème
10
ème
11
ème
12
ème

Audit de la Génération des
déchets

Traitement Appropriés
Formation et
Sensibilisation

Plan



de Gestion Durable



ACTIVITES PILOTES
37


VI - BUDGET PAR ACTIVITE


Activités Acteurs Durée Budget estimatif Observations

I.C.S.

DEEC - DI {industrie) -
ICS


6 mois

90 000 US $


SIGELEC

DEEC - DI - SIGELEC

6 mois

50 000 US $



HOPITAL

DEEC - D SANTE -
HOPITAL


1 an

50 000 US $


C O N C L U S I O N

Le présent plan national d'actions nous permet de tracer un premier portrait de la situation des
déchets dangereux au Sénégal.
L'analyse de la gestion actuelle montre que les risques pour la santé et l'environnement doivent faire
partie des inquiétudes de ceux qui ont la responsabilité de la gestion des déchets dangereux, même si
des preuves scientifiques irréfutables sur les impacts de ces déchets ne sont pas encore disponibles.
De même, il est nécessaire de garder a l'esprit les intérêts d'une grande partie de la population, dont
la seule source de revenu est constituée par la récupération des déchets.
Si les volumes de déchets produits sont plus ou moins connus aujourd'hui, il n'en est pas de même
pour les procédés industriels, les capacités techniques de traitement et d'élimination ainsi que
l'expertise disponible au niveau national. Peu de données sont disponibles sur les risques potentiels
liés aux différents types déchets et l'identification des technologies appropriées d'élimination. C'est
pourquoi, les mises a jour futures de ce plan d'actions doivent être l'occasion de compléter toute cette
information manquante et si indispensable.
La mise en æuvre de ce plan d'actions se fera plus aisément, si l'ensemble des actions urgentes
identifiées font l'objet d'un programme d'actions prioritaires.











PHOTOS DECHETS
29

PHOTOS DECHETS 30











PHOTOS DECHETS
31










PHOTOS DECHETS
32
















PHOTOS DECHETS
33















PHOTOS DECHETS
34









BIBLIOGRAPHIES 29

B I B L I O G R A P H I E

Conseil de recherches médicales au Canada : Lignes directrices en matière de biosécurité en
laboratoire, Canada, 1990, 76p

DEECJMEPN : Evaluation des capacités nationales de gestion des produits chimiques. Dakar, Avril
1997, 71p

Federal Office of Environment : Guidelines of waste management in Switzerland. Juin 1986, 33p

DEECJ Environnement CanadaJPnue : Amélioration des capacités nationales a gérer les déchets
dangereux au Sénégal. Nai 1995, 11+p

PGUJIAGU ; Processus de consultation sur les déchets biomédicaux en Afrique de l'Ouest. Avril 1999.
31p

PnueJCAPJIE : Politiques et stratégies de gestion des déchets dangereux . Rapport technique N 10

République du Sénégal : Loi 83 05, portant code de l'environnement.

République du Sénégal : Loi 83-71 portant code de l'hygiène

Scandiaconsult InternationalJ MEMI : Etude de la mise en æuvre d'un programme de gestion
des rejets industriels du Sénégal : diagnostic et Situation actuelle. Avril 1997

Société Suisse pour la protection de l'environnement : Les déchets dangereux ! histoire,
gestion et prévention. France Nai 1997. 125p

DIALLO Abdou : Problématique de la gestion des déchets animaux : cas des abattoirs de Dakar :
Thèse de doctorat d'Etat : 1999, 59p

KONE Djiby : Contribution a l'établissement d'un plan national de gestion des déchets dangereux au
Sénégal : Le cas des déchets biomédicaux a Dakar : 35p








ANNEXES 29

Annexe 1 : PERSONNES CONTACTEES

Nom et Prénoms Structure Tel J Fax

Noustapha ND!AYE

Colgate Palmolive

Tel : 823 30 +3
!bou ND!AYE SNCDS Tel : 823 16 21
Fax : 823 19 52
Jeen F. GANAURY valdafrique Laboratoire
Cannne SA
Tel : 836 00 15
Fax : 836 02 3+
Alioune SENE CSS Tel : 963 33 20
Fax : 963 31 +7
Serigne Nomar GUEYE ERES SENEGAL Tel : 832 18 +5
Fax : 832 18 +7
El Hadji Talla D!OP SENAC Tel : 836 00 16
Fax : 836 0+ 70
Ali HACHEN S!PRACO Tel : 832 22 18
Fax : 832 19 6+
Nr NAZOU SE!GNEUR!E AFR!QUE Tel : 832 3+ 75
Fax : 832 09 73
Amadou Nakhtar WANE UN!PARCO SENEGAL Tel : 832 07 ++
Fax : 832 07 +3
Noussa KEBE G!E ETS KEBE Tel : 82+ 61 +6
Nr DE SANTOS SAF Tel : 823 10 72
Fax : 823 19 95
Frédéric D!ENE SOCH!N Tel : 832 75 +0
Fax : 832 03 82
Clément N!OX ORYX SENEGAL Tel : 823 00 33
Fax : 823 +8 29
Amadou Saliou SECK NTOA Tel : 823 10 13
Fax : 823 89 19
Pape Alioune NDAW Société etProduits Pétroliers
SPP
Tel : 832 02 08 f 832 86 28
Fax : 832 02 01
Joseph KHATER Blanchisserie 3 Etoiles Tel : 825 +3 ++
Fax : 825 53 5+
Kalidou BA ESP! Tel : 836 0+ 06
Fax : 836 0+ 05
Cheikh O. DRANE SAPEN Tel : 83+ 08 86
Fax : 83+ 08 ++
Kalé GUEYE PES Tel : 822 50 07
Abdoulaye D!EYE SENCH!N Tel : 83+ 00 +1
Lamine KANE SOT!BA S!NPAFR!C Tel : 83+ +3 07
Fax : 83+ +3 12
Ciré LY AFCO Tel : 832 11 11
Fax : 832 19 65

ANNEXES 30

Ghaleb JABER NETAL AFR!QUE SA Tel : 832 19 26
Fax : 832 19 25
!bra SECK Société !ndustrielle
Sahélienne de Nécanique
Tel : 953 11 12
Fax : 953 +1 09
Abdoulaye ANAR SONACOS LYND!ANE
Kaolack
Tel : 9+1 10 0+
Fax : 9+1 11 25
Cheikh Tidiane D!OP SE!B (Diourbel) Tel : 971 1+ 66
Fax : 971 19 70
B. C!SSOKHO SONACO E!Z Tel : 991 10 18
Fax : 991 15 75
Nme GAYE COTOA Tel : 832 +0 +0
Coumba NANGANE N!CHEL!N Tel : 832 13 27
Nme SARR SERAS
Roger FEURR!ER !nstitut Pasteur Tel : 839 92 00
Fax : 839 92 10
Nohamed ONAÏS Clinique des Nadeleines Tel : 820 20 71
Fax : 820 20 70
Ladji T!NE!RA !nstitut d'Hygiène Social Tel : 821 28 2+
Fax : 822 15 07
LABOREX SENEGA Tel : 82+ 00 82
Fax : 82+ 00 86
Pierre D!ONNE !HO Tel : 820 5+ 1+
Dr Fatoumata BA PNT Tel : 82+ 90 09
Fax : 82+ 90 09
Directeur Adjoint Centre National de T.
Sanguine
Tel : 825 31 2+
Fax : 82+ 95 30
Josephine C. TRAORE Höpital Principal Tel : 839 50 50
Fax : 839 50 88
A.N. NBODJ! SAR




ANNEXES 31

Annexe 2 : Liste des Abréviations


SONACOS : Société Nationale de Commercialisation des
Oléagineux du Sénégal

E!Z : Etablissement !ndustriel de Ziguinchor

SE!B : Etablissement !ndustriel du Baol

SNCS : Société Nouvelles de Conserveries du Sénégal

CSS : Compagnie Sucrière Sénégalaise

SERAS : Société d'Exploitation des Ressources Animales du Sénégal

DPv : Direction de la Protection des végétaux

SP!A : Société des Produits !ndustriels et Agricoles

S!PARCO : Société !ndustrielle de Parfumerie et de Cosmétique

UN!PARCO : Unité !ndustrielle de Parfumerie et de Cosmétique

SSPT : Société Sénégalaise des Phosphates de Taïba

SOCH!N : Société Chimique !ndustrielle

SOT!BA : Société de Teinture Blanchissement, Apprêts et d'!mpression
Africains

ERES : Société des Bitumes et Produits Pétroliers

" % " "

######################################################################################################### $

&

'

&

" " (

&

###

) " " & $ -. ! * 1 2 "# ! # "# ! # / . '

###################################################################################### * & " ###################################################################### + ( ######################################################################################### , / ##################################################################################### ,

################################################################################################# 0 3#$ # $ % ' ! ( # $ % 4 / -. 3& " ######################################################################### *, # # $!# # % # & & / 5 5 3 #### *0

+ ,

######################################################## *0 ############################################################################ *6

$# *# 1 # +# " ( 3

####################################################################################################################### *6 #################################################################################################################### *6 - . / ####################################################################################################### *7 2 / #################################################################################################################### *7 % " " ( &

" " & " ! ' & ################################################################################################### " " & "" # "$ ' $ " " ' & %) # $ %) # ) "

################################################################## 1 8

& 9 : & " " (########################################################################### 1 8 # ! # $ ( *+ ! # $ (

!

,$' # ' $ * 1 / + 2

# & ; 3 / 3 /

# & ; -. 3 ) " 9 & & ' ## +1 % 3. 3' ################### 1 +

$ $ $ $

$ *

3 < & =

3 ######################################################################################### +1 ########################################################################################### +1 " 3 < % ########################################################################################################### *> -. & &) " ################################### ++

$

&

####################################################################################### ++

? ? ? & $% * * 4 ' "

(

@ " "

9 & " B A"

% ########################################### 1 8 % ########## 1 * & ' ####### 1 +

" (

" C & $ C % *

" ? &

% ################################################################################ 1 + < ? ; % #################################################### 1 + / ######################################################### 1 +

!# - % * #

2 / -. = 5 ################################################################################################## 1 , " " ( ! 1 ,

' !" &

&

"

############################################################### 1 0

############################################################################################### 1 6 ############################################################################################################# 1 6 ' ###################################################################################################### *>

" ! ! &

. / # $ $ # $ ## ' 6 $ 4 #' 7 # ! #4 ' # $ #$ # # # # ! !$ ! # / ' 0$ ' 3 $ # ' # $ $ ! ! 1 $# #$ $ %! $ # $ # # ( $ ! $5 # $ ! # ' %' # ! #4 ' $ ! $ % # # ! # $ (2$ $ ! $# # '# 8 % $ 0$ 9 $' ! ! # ! # # # $ # # # # ! $5 ' / $ # ! # !$ # . -+= 6 # # !# # # 6 % 3 1! # $ # $' $ $ $ $ % $ ! # # # ! ! ' $ 3% $ ' > $ # # $ ( % & # # # # !' ( $ $ ! ! # # $!# ! # # # ' ). $ 4 ' $ $ ? ) . # ! ' $ # ! # "# ! $ # .$ # ' $ ! %# ## ! # # # # $ # ? ) $ # $ . $ $ # ' 3. # ! !$ $ $ '' # #$ # # $ # # # # # # .$' # # $ # ! #4 ! $ # ." " # # ! # $ ( # $ ' # ' 2$ 3 !$ # $ ! !## ' ' ' ! #4 # ! ' / $ # # ! # $ ( " 3 $ #. $ # < 1 6 ) # ! # $ ! ! # $ ) $ %$# $ # # . ! # ! < $ %$# # ) 0!.# . # $$ $ ( # # 3 %# $ # # 3 ' # ' 7 # ( 4 # ( # # ! ( 4 # # # # # 3 $ $ $ # ! : # ! # $ $ ! # $ '# $ $ # ! 2$ ! $ $ $ # $ % 2$ $# # ' / $ ) # # % 2$ $ / # $ # ' $ # $4 ' 1 4 %! # % # $ # # % $ ## #$ ! %$ $ # ! # $ ( % $ ' $ )' # $$ $ ) # $! !# ! #4 ! $ $ # $ ' $ 4 # '' ## $ $ $ ( # #$ # # $ # $ 4 $ )! $ $ $ ! # # $ # # '# # 8 % $ ! # $ $ #4 $ $ ! $ # .4 # ! # # )' $ 3 $ " $ # $ 9% $ #$ !$ ## $ ' $ # < 6 ## ) $@ ! ! # $ .

" " " 1 .A 1 .1 1.1 1" .

4 +DDE % $ $ # $ F= ! ! # :$ # ! # % # 7 # ( !$ # $ F= ! . # $ # !# # $ $ $# $ $ # $# # $ %# / ' % % $ # $ # # # $ %# G 4 $ ! < C= . #4 '' # . # 9 $ # $ ! # # $% 4 / # $ '/ # ) $ $ 1 1.B # .$$ # . $ # ! ! #$ !$ # # # @ # < .$' $ $ 9 ! <G 6 ' # ' # $ ! $ .! .$' ' $ # " ## ' ' $ $ $ 4 $ ! ' # . $ . % ) ! ) .## %$# # <$ # !'' $B #4 '' # 9 . # # . # ! $ #) ! $ ( $ # ! $ .$' # $ $ !$ $ $ ( ! # $ ( ! # "$ ! 0$ 9 " $ ! . ! ' % # # ' % ! $ ## ! $ # # ! $ ! # # ' $ $ .$' # $ #< ' * $ $ # $ $ ) $ ! ## "! $ ! ! ' $ 9 ' ' # # # 9 % ' 8 $ .1 1" .$$ # $ 1 (. 1 $ '' < +H I = J= . 6 $ (' #! == = $ # ! . " " " 1 . 1 . '' # 4 # ' $ . $ #4 ! . $ ##4 # $/ # # #$ # # # # # # (# #4 .3 "# . # $ $ #$ % $ # ( !# $ $ ! % $# # $ .$$ ! # # 4 ' $ # !# $ # () 9 ! #$ # # #$ # #$ # .$$ 9$ : # $ # 9 FE .A 1 . $ ! !' $ $# $ # $ # $$ 2$ # ' .$' # ! $ ! # $#4 ' 7 $/ # # # $ % $ $ $ ! ' 2$ $# # $ 4# $ ' $ $ $ 4 # $ # $ $/ # $ !#4 # $ !' $ ! ' $# #$ # < 6 ! # # ! $# . $ # <! $ ' .! ./ $ # ' # < $ # ! # # 9 $2 ! # #$ !$ # # 0$ 9 8 % $ # $# # ! > 9 $ # !# ' .# 4( # ## ! ! $ $ ! $ 1 $# K 6 $ % # ! # $ # % $ # $ ! $ $' # $ 9 / ' % % # # $ # # # $ ! # ! # #.

' ' ## $ # % . # # # # .A 1 . ' !$ # ! # ! $ 4 !4 $ # $ # ' ! # <%! 9 !' ! # # 9 !' $ ' # ! $ ! !M 1 1. # 9. ! # # # % # $ $ ! ' ! # #$ !$ # $ / ' ! 9 # # $ 2$ ) $ $ $ $ 9 # !$ # $ # . # $ % ! ! # ' ) # ' $# # # # ' 7# # #) . # # !$ $$ # # ! $ ! # # # !'' .! $ # $ .' $ # !' < )+= $# C # # $! # # $ !' # # $# < ' $ # 9 ' "# # 9 # #$ ! ## #' ( ' ' !'' ' 7 # .1 1" .$ "# $ # $ ( ! # # $ # # ' (# $ $ (' ! ' % ' ## # # # $# ( % # $ # # # % % # $ ! # ' $ ( # #$ ! $# # ( $ # ! ' # 4 ' ! ! # '/ # # # # # $# 9.! # ) . ' / 4 # $ ! $# 9 # % ! ## $ ! # # % ) ! ! ! #9 .$ ! 7# !'' $$ # " (' 9 < # !' # "# $ ! # $ % # ( # # 4 # # $ # ( $ ( % ## !# # # ( $ $ $ 0 ! ( !# # # ## ##$ !$ ## 4 # $ % $ #4 $# # # $ ( ' #) $ ( ' ! $ ( $# $ # '2 ' $# # $ ! ! # !'' ! # 9 # $ $ # # 6 $' # # ' ! # . # # '2 . 4 # . # $ #4! ! # #$ !$ # # # 5 (G $ ! $ # # #! ! $/ ' .! # # # % )% # # % # ' $ # # $ #$ !$ ## # ! $ # $ # "' 9 # # " $ ! # # # # # $ # L $# #$ # ' $ # ! $# 9 # 0 $ # ! # $# 7$ ) 9 # # % $ (# ! # : # "# ! # ! # $ # #4 # # $ % $ #! # $ # $ $ # ( # # # ! # # !' . !# ! $ (# $ ' # $ (# $ % 9 # # $ # ! # %! # !'' $ # $%# 9 # ! # ! # # ## $ ## $ # !M# # . $ # . $ . 9 $ % $ #. " " " 1 .9 $ $# # .' $ $# # (< ! $ $ #4 # % $ ( # ( # !M# 4 # #4 # ! # $ # $ % 4 #! $ # ! #$ % # ! .

# ! !% # $ (? 6 / $ # & $ $ ! ##$ !$ ## 9 1## / $ !# 9 ## 97 / & ) $ %$# A $ #? $ ' ## 9 ! & 9. $ 9 # ( ! $ #< ! * # $ ! ( ! # )# % $ & $ $ $ ! ! ! 9% $ 9 ? 97 / A ' ? FP 0 % $ +DP* = ' $# +DP+ Q = 0 C +DE+ 1 1. ## # # !4 # ! .3 " # %$ # ' $ $ #9 & #/ $ # 9% $ ## ' %$ $ " $ ! # ' ( ( ! $# # ' # # ' ! # $ (! # ' / $ . " " " 1 . ' $ ' !! $ ## ' '# 8 % $ ## ' ! !# $ ! $ # ! # # $ $) ! # "# # $ ! $ # $ # $ ' $ ## ! 5 $ ' # $ % #O ! $ ? $ 4 . $ $ ! ( 4 ' ## $ # . # $ # !# # 6 $' # # !' ! # ## N ' # # ! # # !# . ## # ' 9% $ # ## ' ! # '' # ! $ ' ## $ # ! $ 9 ( $ $% ' # 9% $ G' : # .1 1" .! ( #! % $% # # ! $ G 4 @ # # .! . # # .A 1 .5 / # # ! $# ' $ ! 9% $ $ # ' $ ' ' $ $/ # 4 # # ## ! $ # ! # 6 $ 4 ' # # $ % $ / $ $ ! $ # ' ## ' # !# 4 $ <$ ! #4! '' '# 9% $ 8 % $ $ ! ' # .E+ P* !$ # $ 4$ ! (< % 9 # # #$ # % ! # ! !% $ $ # ! !% # ! # ! # $ # # # !' # !# ! $ ' # L# / $ # # ! # . $ P* = C P+ +* .$ # $ ' ! # #/ $ # # # ! # #/ $ ! 9 / 7 #/ $ ' 97 $ A %$ 9 $ !$ .

$ . $ ## $ # # # $ !$ ! # # . # $ # # .A 1 . " " " 1 .$' #! $/ ' $' # !$ $ # !'' # ! # # ! $ # # # # # # $ #4 # ! # $' # $# $ 9 $ $ . / .! . ' ' $ ( # % . ## # $ (9 # 97 / ) A # $ .1 1" . # 9 %$# $ 7 # # % $ %! 9 $ # # $ # ! # # $ # $ $ #4 # $ 4 !# $ ! $ # # #4 9 ! $ ( # # ! $# # . / .( # 9% $ % ' 0$ .! # ) !' $ . # ! ' $ # $# $ # # . % $ # ! # $ ( #9 # # $ % $ (' # < = = DD +NEN *+NPN = DD # $ $ '/ $ # $ # # <# ! $ < Q # $ # #& $ $ #& ( # # # $ ## # $ ! $ # (# # # # ! $ $ $ ? ! $# #$ $ ( (# $ ! $ # (' / #$ ) :$ $ ' ## # #$ # # ) $ %$# $ # $$ ! ! $ # # $! 1 # $ ! !$ ! # 4 # # #$ # # # $# $ # ' $ ! #! $ %! ##$ !$ # # $' # ($ (< # ' F 9 !# ! $ #? #4 # ! # $ !# $ $ # . !## # ( #4 $# $! ( # )!' $ # 9 % !# ! # *4 $ $ $ P* = C '2 ' 9' 9 L $ $ ! ! # # $ ! # <$ +P ## ' ! # # .! $ $ # $ $ 9 9 $ # # # (? 2 .$ $ !## # $ $ # $! $ # # ! # $ ( & $ -. #7 / # #$ ' # # . 1 1. $ > $ ( .# . -.$' " $ % . # 7 # ! .

1 1" . " " " 1 .! R # # ! $# 9. #' #$ # < $ ( ! ? 4 ! # $ ' $ #4 ' ! #4 ($ !%#4 $ ! 9 $ 4 R # #$ !$ # ' # # ! !$ #$ !$ # ' ' % $ $ ! * $ # # :$ ! #4 ! # $ $ !$ # $ $ # $ # # 4 # # # $ ! $ ## % $ ! $! # ' 5 $ $ ! #4 ! # #4 ! $ # 9 # ( (. .A 1 . # #$ !$ # ! $' $$ # #! $ $ $ # ## # ! # 9 % 9! # $ ! ! # ( "# $ $ $ ( ! # % ! ! (# $ 9 # ' ! # % < +F= # $ # ! ' # ) $ %$# $$ $ $ 1 1.

3 3 ! $# #$ # 1. # $%$ ! += = = .!#4 $ $ 4 $ ' ' $ 4 % V . . . 6 $ ! 1 ( G & P*Q = EC ! ! $ 4 C $ 4 # (& P*Q +E = F ! $ # & P*Q F* JC & P*Q = *J J 6 $ $ 6 ! ! % #% 1 # 1 1 1 7 1 G +Q 6 :$ +C= ( 6 W 1 1. 1 71 1 G FDF K S 6 ! : $ $ 9 ! $ +PC $' Q= # # = # $# " 7 S A G *E K 6 T ! $ G = 6 C $ & DE+ +Q JJ (& DE+ +D E= / T G. " " " 1 .1 1" .A 1 . G F= 6 *+ G EDJ 6 :$ :$ 1U G EPF K 6 :$ . & DQ+ +== Q (& DQ+ ++ FC & DD+ +=+P (& DD+ +C EC +PE $' F= # # C DEDD 0 $ FEJ $' # $# $# # G ! : U 6 $ ! 9 ! 4 $ '# 4 $ ( . 1 & PF* +J F+ (PF* +D CF & DJ* ** F= (& DJ* *+ QE +F= # . !7 "G U 1" 6 $ ! # ! $ $ . 4 $ ! % $ 4 ./ / - 5 3 = 3 2 - = D9 5 .

A $ $! F= 1 -*G 1 = SG ## S G 1 G ++= 6 E :$ (./ / - 5 3 = D9 5 .'# ! ! #4 ( $ # # 1 1. $ .A 1 . 1 1 A 1. & PFQ J+ QJ 1 ( $ $ $ Q= 1T 1 S E4 ' P !$ S *4 G ' F . G +D+ 6 :$ & PF* *=Q* $ . "1 1U F+* . # & P*Q = Q+ = $ 7 $ $ # # 1U G K" 6 $ $ ! 9# !! 4 .A E* F* $' P=0 $ # $# 6 .! $ G *FDE 6 :$ & P*F EC Q= (& P*F = PF P 6 $ ! G7 4 ! # #$ # $ # # $ # % $ & PF* +=EF (& PF* +D DC $ # % S +*4 ' G *+QP 6 S F4 ' G . 1 1' Y1 & P*F FF +P (& P*F = JQ D & P*F = QQ E (& P*F = Q* E 6 $ ! %$ # $ ' %$ #4 $ !#' $.A ## 7 1 1 F= F . *D 5 . # X & P*F *Q EC (& P*F = E* D 6 .3 3 = 3 2 - ! $# #$ # 61 U :$ .1 1" . ' S F G ' . " " " 1 . ! EJ . .

1 1" . # G *P*C 6 6 $ ! # # 9 ' 4 ! $4 # ! : ! ( 4 6 $ ! $ # $ # !' ( # 6 $ ! ! # . ' 1 ( 1 ( & PF* = ** = (& PF* QP FD $ # $ #$ $# J= 1 1.$ # $ .A 1 . . " " " 1 . G ' S +P4 ' .3 3 ! $# G FQ+ 6 :$ & PF* *F P* #$ # F= = 6 5 3 G 1 G. G 1 1' +E= *+C FFD ./ / - 5 3 = 3 2 - = D9 5 . # ' += $ U . . . $ 7 $ !$ $ #' 1 7 7 A1 U 5 P K 6$ 1 :$ G A 0 7 G 1U G *CC 6 :$ & P*F ** EJ & P*F +P QC (& P*F +P QE 6 $ 1U G FDPF 6 :$ & P*F +F PJ G V G F= 6 * :$ & P*Q = Q= C $ # +E / A 1 . " 1 $! ! ! : $. :$ & PCC J+ QC P*Q = FF + .

! 1 $ "' S 1 & P*Q Q* = E (& P*Q Q* +F ' $ ## $ ## # QCQ 5 S D4 G ' C . " " " 1 ./ / - 5 3 = = D9 5 . 6 *D ' . 1 S G 1 G +P= 6 4 .A 1 .3 3 3 2 - ! $# .1 1" . # & P*J = = Q J ( & P*J = = Q C $ ' # : S +J4 ' . # & P*Q = PJ P (& P*Q = QQ P $ ' ## #$ # F= 16 . $ KG 6 CFE = : E 1 1.

#$ ! ' 5 1.5 .$ # # ! ' 6 $ ! $ ' # .A 1 . "A 6 ./ / - 5 3 = = D9 5 . " " " 1 . $ ( SG " V $ . . # . . < S Q4 K ' C J G +DJ 6 :$ G *F++ 6 :$ & P*F +D FJ (& P*F +D FC & DC* ++ +F (& DC* Q+ = D & P*J = +J = (& P*J = E= Q $ 6 $ ! ' ! 4 . $ 1 PC DF 1 1.3 3 3 2 - ! $# !$ # $ # ## # 1Y G *PC= 6 :$ & P*F = CD C 6 $ ' ! ' # #$ # +Q= . .S $ 6 < / # ". S QQ4 ' / # EC < / < .1 1" . 1 1.

A 1 . $ . # 6 $ # $' ! $ ! 7 #$ . $ V 1 1 U : & P*J = +C = (& P*J = *Q F $ $' ! JC 3 .$ # ! $ # FE= 1 1' 1 .S G . G F= 6 CJ :$ :$ U . '' $! ! # / # ! P= . . :G 1 G *PCE 6 :$ & P*Q = CJ Q V# S1 A 1 +Q 5 ./ / - 5 3 3 = = D9 5 3 3 2 - ! $# $! 1 " ' $ # # !' # G F= 6 JJ :$ & PFQ = PF = (& PFQ = PJ = #$ #$ # " $ ( W . . $ #$ :$ ! % # 1 1. . " " " 1 . G EJ 6 :$ 6 . # .1 1" . 1 $ $ $ G ! ## $ * # & PFC Q* QQ (& PFC C* CQ & PF* +=+* (& PF* PD +D & P*F ++ ++ (& P*F +D JC - . EF # #4 JP 61 6 $: % # . .$ " U .

1$ ! # $ # . ($ ! ( ! .1 1" . $ V% $ $ $ 1 ' # . " # *= -. . ' $ # 9' # / $ 1. #$ . . / -- ) - . . " " " 1 . .F 3 G 3 0 / -.$ .< . . . ' A # . ! . ! $ 6$ < =N C= $ < =N F= $ < = N += = < =N C= #< = N += = 7 +4 ='* P= =C= '* 4= =Q= '* 4= +4 ='* F= =FEC '* 4 ! : ! : ! : ! : ! : 1 1. )# ! $ .# M .$ . $ 1! $ ' $ . . 6$ # 9 ( # 6$ # A * 6$ # .! $ . ! $ $ . < # A W # FEP *= = A #' $ # $ !# Z .A 1 .$ . # $ A( 1'' ! $' 4 % $ ( '# # A # $ # ! # .

. ) . $ <" A <" . . " " " 1 .F 3 G - 3 1 ' (% % # #G A 1 W 6 6# ! # 6 W =C '* 4 F4 ='* Q= +J4 ='* C= C*4 '* CE= FC4= '* == F++4 '* PJ= G ' $ $ ' 7 .A ! <. ' # !. $ $7 <. % # <" =C= '* 4= =D= '* 4= Q4= '* == +4Q='* = F4 ='* P= =D*C '* 4 J4 ='* Q= C4 ='* J= =F+J '* 4 ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : ! : 1 1. # 1 ( 6# ! # # /# (# # [ $# ! += '* PD= " # / -/ -. $ <.1 1" . $ ! ' $ <" A <6 . < -.A 1 . $ [ $ $ Z # <" . <.A ! <" " <. $ $7 < " .< . <.

1 1" .F 3 G # 61 $ $ . -.A ! $ # # $ # . $ ' # % # $ $# $ $ # 7# $ # $ # 6 $ $ ! # .A 1 . " " " 1 .< .7 ! ' ' % !%# ! : # 1 1. 3 # [ # !! # A$ ! # ! # ! # $ ! # " # *4= '* == < / -. $ 6$ 7 ! $ # # $ # ' # $ \ # 6 $ # F= # $' $ B $ ( F== ='* 4= C '* !# : 0 . . / -- ) - .

1 1" . . -. / -- ) .F 3 G - 1 X # # 6' # . ' 6 .$ $ % # #! . 3 < # 6 W$ # $# # $ # # % ## # +C4D = " # / -. $ # W$ # ## % # . " " " 1 . . ! # 1 .$/ # ' " !$ # 6 '' # A # 6$ .< .A 1 . # "% . =+P= 4 J 1 1. 1 A #' $ # W# 1! $ # 6 7 $ / 7 ! ! $ .

1 1" . # ! 6 # 7# +J= = = == ' $ # +C= = A # # # -. # .F 3 G 3 " # PCC= = 0 / -. $ 6 # 1'' ! . / -- ) - . " " " 1 . .A 1 .< . < # 1! . $ $ ## ' $ $ G # ' E= ' 6 # 9 ' 6 # ! ( . Z Z $ / # $ += ' = G $ $M 1 1. ! $ : 1 1! # . $ # ' $ ! : !! 7 $ .$ 1! # $ $ # $ # !' ( # 6 $ $ !! # 7 1 !# ! $ 4 Z S $ #/ #$ $ # $ <$ # G # # ! # ## ## A A # # # A +J= ' ! $ U .

1 1" . . . 67 # 16 7 / ! $ ! 1' . W$ # $ # ! : ! : G # $M G # $M 6 ## # ".< .1 1 1"G . $ # 1! #4 # # ( 7 # $ # ! $# ' ' . #! ' # .F 3 G 3 / -. < # # # # E= # M# ' $ / " # W -. $ ! 9 ## # # ## # ' $ # A # # ' ! # F4 ='* C= # G 1 ## # ! # .A 1 . 6 # 11 J 6 # F= C== = = FC== = = 0 0 1 1. / -- ) - . " " " 1 . =J= '* 4= =+C= 4 '* + '* =*= '* 4= $ ! $ !$ ' W$ # ! $ % #] # $ % # # .

# DQ A # # $. $7 # .F 3 G " # !$ $ # 6 1 1" X 6 . " " " 1 . . . < -. ## ' 1. ! # # + ! / -.1 1" .A 1 .$ % # ! # # ! 1.' ' $ $ % 6 $ # % # # # # ! %$ $ ! ## $ # ! # ' # # % # 1 1. / -- ) - 3 $) # $ ! .< . .

A 1 .F 3 G 3 / -. A # # # ' $ J4 '* +F= 6 !# / ! # . G 1 . " " " 1 . " 1S U 1 1 1.< . # G ' $ $ ' 7 == 4C ! : 1 ! 6 $ ' 7$ 6 $ $ # $ $ # A # # # % 6 !# / ! # !! # 7 1 .1 1" . / -- ) - . . < # " # E4 = *= $ $ (# # ! # # " # -.A " * " $ ( # V% ! $ ! 1## ## ( " .

3 < $ ! # ) # +4QC = QQ*4 '* *EQ " # -3 Z ( .' $ W $# !$ # $ G # $ / #! $ ' # Z ( #< ( # ! $ ' ## # # # 1 $ # +J= = = ' = = PC C= = ! ## # 6 # 7# 1! .A 1 .$' ! $ $ ) $ PQC CJC '* ! $ D +EQ QF C*= FJ *FD CPQ +F= # % # *= = = # = = ++ C+C W $# W $# E= '* +* # . # ! 1 $ # ! # # 1 1.1 1" . # ! @$ # ' # # 6# ! # $' # A A # # # ## ' # + CQJ +Q4 '* +F= (# # ' #! ' # 6 ## / # $ . " " " 1 . $ .= $ ' 2$ % # # $ $ $$ .

1 1" . < # # #! !' $ @ %! $ . F4 J 1 !% =*F 4 ! : 0 !$ # $ < #4 ' #4 # $ / ' #4 % # ' #$ !. <*F4 # 6 **4 *C A * '# 1 + 0: $1 $ 1 -H 10 F : .A 1 . .! #4 ! $ # / # ! $ . . $ # !' # G ' $ 9 $ '4 4 # % # $ # 6 $ #$ !.! # $ # % # $ % % 1 %! ! ' ( ! $ # ./ ! $ ' ! ( +4Q = < -. " " " 1 .3 " G % G& $ ! $! $ ! # !' #$ # % $ # < E # # 1 1. / -- ) .F 3 G 1 7 # ! $! # ' *+4 F ! # ! $ 6 $ +4Q = ! %! # ' $ ! 1 ' ( $ $ < $ #4 $ ! ( # # # 4 # ^ .

F 3 G ./ ! $ 6 # ' # 0 # !$ # '# ! # ! ( # 1.1 1" . " " " 1 . 7 $1 0 7 1 ' # FE ! $ $ 1 ## #[ ! # +4 PE < -.A 1 . / -- ) . $ $ 7 ! +EE +4 PE !% ! : '3 I 5 1 7 # #' G $ % G& ! # !' ' ! ( (# < +E 5 ( 1 1.

A 1 . # ' $ $ # =F 4 0 # !$ # #4 ' #4 < $ / ' # % $7> :* % 07 1 F" G # / # .1 1" . $ $ - . ## ' # G $M % $ G& " # ! # ! # !' ' ! ( % $ ! < =! $ # += 1 1.F 3 G 6 # ' =CF 4 # +C4 J ## # F4 J G $M . " " " 1 .! # $ # 1! ! ' ! . / -- ) ./ - < -.

#' # 9 % < $ ## 8 $ ' ( ' # # $% # !'' $! (< ! # .$' # ' (< # $ ! ! # ' #4. $ # #$ $ ' $ ? 9 $ $ #4 ! ? 9 9 9 #$ #$ #$ ' ## # ? ## 4 #< $ .1 2 3- ! " 9$! 9 ( $ # # $ ! ! # $ ' 9 / ? $ ? #. # 1 1. " " " 1 . $ .4 6 $ # 4 # ! # ! # ! # 9 #$ # # # / #4 ! ? %$# %! $ ! ' ' # & # ' !' # ? ! #? (! 4 #4 # #4 # ! ! $ # ? ! # ( ! ( # $ % $' ! #< $ . # • • # ! # ! # $ ! # ## • ! (<5 #' ' . 9 $ ! $! # #' 7 #' # ##$ !$ # ## . & ! #$ #$ % #$ !.! # $ ! $' ! $ #4 # $ ' #4 ' ( $ $ 4 # 9 7 4 0 # !$ # # '! $ #4 ! ? !. # • $ # • • "# # $ # # $% # ! #$ # $ # $ % ( % # ! # $ ! ## $ 4 #' ! $ $ $ # $ ' #4' $ ' $ 4 ! ? ! # $ #& ( # # ! $ # ' ( ! # ! # 2$ ! ## # %! # ## $ ! #4 # #! ' ! #4 # #? #$ # ! # $ # # % #4 # $ # # G .$ # ! ' ? 4 ! ? ( 4 $ ! 9. .A 1 .1 1" . < '#4 # .! 4' ! () ' ! ! ( (< # # % # ' ' 2$ ! ## # ## #4 ' #4 ' #4 $ # ( & / # . #! # #4 $ ' #$ !.

# $ 1 1. # ( / ! # 5 $ ( N ) 5 $ 3 # # #$ 4 # ! $ $# $ $ # & !M 9 ' 0 # ' ! $ ! # .# $ ( $' $ # % !$ # ! # 6 $ (' % $ Q=H PH 4 $ ' 5 9 ! $ 9 # . 1 # = # # ' ) Q= = . ! # ! ! ! 9 !M $ # !## $ ! #? ! 9 ' ? # # $ # # $ ! # ! # $ .$' 3$ # $ # ) # $# 9. " " " 1 .! ! # # # # (# .+ ' # 4 / # -. ##$ !$ #' ! (? $ ## $ $# $# # # 9 ' # ! !4 $!# .! .A 1 . 9 ' $$ )F== = .$ . $# # $ $ # # 1! 9' #9 0 9# # # )9 ! % ) ! # #) # 9# $ 9# 9# .1 1" .! .! ' 9# ' ! # ' ' .$' ( ' ! ( % $# $ # .! ! # $ ( ! # # !49 ' ' % #% ' # $# . ! #4 # $ $ . "# ' • " # % ! ! 9 $ # ! 9 ' # 9 ! $ ' ! !. ! $ !$ # / $# # # $ # $ 9 ! # ? ' $ ) # # # ' $ # $ # 4 ! #? 9' # () $ !# 7 # $? ! #? #?! # ! #? !'' ! # $ 9 / ' % .! 9' ( (# $ # ' # ) & ! # $$ ! #? # !M# $ ' # $ % $ # $ # 9 $ !! 7 ! ## ' $ $$ $' $ # $ ! #' # 9# 1 % 9# . 1 # = $ ## $ # $ $ !## $ $ ! $ $ $ ! #$ # # ! $ $ % ! .$' # ! : $ % # $ # ' $ # & $ #$ # ' ' # ' $ !# $ # # L # # # ! # ! #$ # 9 ! .! ' # . $ $ # # #' # ) # ! #! ! % )% # # ! # "# # # $ 9' $# #$ !$ # ) $ $ / # ' ! # # .

! .# # $ # $' # # ! $ # ! $ % • "# $ # 90 " # 9 $ .$' 97 !'' % # $ • " % $ ! # $ #' #$ # !' $ # # ( ! # # #$ # # $ ! # # ) $ % # ' $! # ! % !$ 2 $#4 $ ! # # ) # . / ! # "# $ ! # ( ## # ' # ! ( # $ $ # $ # #4 $ ! # #' 7 # 4 $ #$ # ! ( " ! ! #9 . # ' 7 $ # !'' ! ' # # ! # # $ # .! .A 1 . $ # # ! # $! 9 $ # # # $ # $ $# $ # # $ # ( . $ !$$ ! ' # ) $ %$# # # .1 1" . # $ 2$ #$ # ! ' N # $ $ $ # ! $ !% ' $ $ ' $$ % !# 7 # 9 $ / ' $# $ # $$ ## $ # # 1 1. 2 $# ! ! 9 #7 / # ' ! # % ' # $ $ < $# # 9 ! # $ 0 #4 7 ! $ / $# "# # # ! ' . " " " 1 .! .$' # #$ %# # ( # ## $ # # # ! ! $) ! # $ $ $# 4 # $ ! $ !' . $ # 9 ' ' # ! 4 # $ $ # $ $ # ' 7 # $ ' 7 $ %! ! $ 4 # $ # # ! $ "# # # # ! # $ $! .• "' (7 # $ # $ ! #& # ' # # !'' $ ( $ ## # # $ # $ # $ ! ! # $ # # .9 # # # ## #$ ## ! # ! # # ' 4 # % # ! # : $ ' # $ (# ## ' ! # # # # ! ( # / # "# $ ## # # ! ## 9 #$ .! . # ! # % $! $ $ # . $# # # ) # $ # . ' $ # # # 7 # .$ .# ## # ! ! #4 $ # ! : #! $! # $ #' $ " $ 5 $ ( ! $ ' # ( ## $ #9 .

$! ! ' (' # $ ! $ # %$# # # # # 7 # # # # $ # ! # #$ % L # ' $ $ # $ ! # % # # 2$ $ $# # $ '/ # $ ' / $ $ ## $ # # .A 1 . $ '2 ' $ # ' $ # ! # $ $ .# ' 9% $ $ !! 7 # $ $ 9 $ # $ $ ' % $# # $ # #4 9 ' / $ " $ !! 7 ($ $ "# # $ ! $ $2 # $ ! $# ! #$ # ? .! .1 # "# $ ! # " ! 1 'M $ $ 9$! .1 1" . % $ % $ ! ! $ # $ # !'' ! # 9 #$ # # #& $ # # ' $ $! / # $ # % # # $ 4 $ !! 7 # $ # # # $ #$ # # # % # 9% $ $ ' ' $$ 4 #. # $ # $ ! 1 $/ # # # # $% # ! 0$ 9 . ! % ' ## # # # # 9 # ( # # ( ! # ! ## ! # ' 9$ 2 # ' $ <! ' # 4!'' #)_ $ # $ ! / $ . $ $# # $ ## $ $ 9 ## '# # $ ! $ $ # ' $ # ! $ 4 # 9 ) $ ## ' ' # # ! / # $ ( # # % # # # # # ! ! $ $# # # # ' ## :$ & # L # $ $ $ ! # ' $ > ! ! .$' #4 . / $ '2 ' $ ' (# ' # $ # ' . % ## 4 $ $ !! 7 $ #& # # # $ $/ # $ ! # # $ 9% $ # ! ! #% # # ! !$ # $ .B 49 # $ # #$ # $ '# $ ## $ $ 9$ ) # $ ! # 4L # $ # # # # # '2 4 0 $ 9 4 # ' 0 ! $ #O 1 1. $! # +# 1 % # ! $ ! # # $ $ # # # 2 / $ $ ! ! # # !' ! $ -. $ $ ! ' $ $ # $ !% #9 $ #4 $ ' # $ #9 .$ # # !% $$ % . " " " 1 .

.

$ $4 $ ' 9. ( # # 9 # -. ! .! # $ ## # $!# ! # $ $ $' ! #O # ( !## 9 ! # $ ! $ 4 ' $ ! # # #% # !' 0# .# ' # $ # 9 $ # ! $ $ (.!! 9.) $ $ $ $ %# $ 0 # $ $ % # $ $ $ # $# # ! ! $ # # % $ ' # ! $ # # $ ! )% $ ? ! # $ ! $5 # # (? # $ # # # ! # # # # / " 9 # $ # ! $ $ " # # 9% $ # $ ' ! ' # . ) $ # #& % $ % ! ! ! #! ! ## # $ # $ !' #4 # $ # 9 % ' $ $ # # ! # ! $# # ! # % )% # # # # ? 9! ! $ # # ! $# $! $ # $ ! $# $' # # $ ? 9 $ $ ! 9 $ $# ? '# 8 % $ ' # $ # $ % # # ! #? . ! ! % # !' ' $ $ ' # # # $# . 9#! $ 9 # # $ $# # # $ ! $ # # $/ ' # $ . / # / 5 # < : / ! # ' # $ # ( !## # ' $ $ ! $ # # $ $' ! $ '# 4 # #$ ## %# $ ' # $ # .! $ $ $ !! 7 # # # #$ # # ! # $ $ ! # # # $ ! # ! # ( # # $ #) $ $ ( ! 4 9 ) ( 4 # ) !' # ! $5 4 " 0!. # ' # $ # ' $ $ $ . #< !# ! $ #4 ! !% # " . # # ! ! %# ) ! # ! ! $ $ $ ( ! # ( # $ '# ! # #4 $' # # # !% # $ # # ! # $ #' # $ # $ $4 / # ! # ' #' $ ! ' # '' # . 9 9 %$) 8 $ !#4 ) $ # 4 ) # $ % $!# 9% $ ## $ # ' # $ ## ) # !$ .

" ! 9% $ .## # ( !$ ! $ / # $ 0 # / # $ ! ' # " $# ! $# $ % $ # 9 $!# . # 4 ! # $ !# # . %) .$ . # $ $ # ! $ # # # ! # $ ! # ( $ ( # ) . !$ # % ! 9 $ # ' 9% $ ## $ # ' # # # ! # ! )! (# ! # "" # " ! ! .$' $ ' ! ## 9 ( # $ ! # # 4 ! # $ ## $ $ $ ( 4 $# # ! $ $ 0$ ) # # $ # # #$ % # 9% $ $ 7 # 9 $ ( ! 9 0!. ' # . $ 9 . $ ( # # 4# $ # ! ! # # $ ' 9% $ $ ( # 4 # # ' " # $ ' # ( # # ! # % # ( # # $ ( # $ # 7 # $ # # $ ! # . % ) $ $ # ' 9 7 $4 9 # # $ $ $ $ $ # $ ! $ # # # # . ! # . . $ ! $ # ! % # .$' 4. $ % ' 9.$ .$' ' " 7 4 7 $ ( $ # ) . P* = C # ' ( # $ ( # # $ ! 9% $ !' 9 $ # $ ## $ # ' 9' # $ .$ $ # !' G @ # #9 $ & ! ( # ! ! ' # 7 # 9 ! $ #? L # # # #$ %# ( ! # $ (# $# # !' # # ## !$ 9 ! # 0$ 9 ' / $ ? ( $ 4 $ ( % $ !' $ ) ' ' # $ 9 # ! $ ( # ! $ $ # ' # $ ! $ ! $ ' # $ # # ! # $ $ # ( 4 # $ 9 $ $ $ ' $ $ $ $ $ 4 # # 7 ! # 0# ! # 9 $ ## # # $ $ ( !' $!# ! # # 4 (? $ # $ ' ( # $' $ $ ' ># $ 4 N # .

# $ ' ( #! ## # % #! # #. ' # # # $ # ! # # 9 $ ( ! # # $ #9 $ $ $ (< $# ! $ 1 ! 0 $4 # ! ' # # '# # 9 '' (! . ! $' # ! $5 # ! # $ (< $' #4 4 $' #O ? ' # # # #4 ' #4 # % #O # $ ' # O ! # $ ( #' # $ #.9 # $ $ ! $# $! %$ " !# $ $ '# !4! $ ! # ! ! (< F 8 % $ 49 ( # 4 # !## $ # ## $ %$ # # # $ ! $ # ! !$ ' ! #' $' # $ # . %# # #49 ( # $ $ ( 4 # $ ! # # 4 9$ ) ! # $ ( # ($ ## % $ ! !# $ $!# % ! $5 $ $ % #4 .. #9 ! ( 9 !# ! " $ '/ # ' $ #4 .9 # # ! 7 # $ ! # ' $ !# ' # # # ! # $' $ $ ( # # # # $ " '# $' • • • • $& ! # $ # ! # $ ( !## $ ' % #% # ! $ # #$ ' .$ . $ 2$ . # $ # # # #4 # # $ ! $ # $ # $ # ! # 7# ! $ %# .$ # #! $ 9 $ % ! # 9 $ O # $ !' ! $ ! $ # $ # ! # 9 ' ! #' 9% $ ! $ # # $ 9 $ ( ' 7 # % ! # ' ' # # ! $# ! $ # #4 $ ( 4 # #/ $ # # ! !% # # !## # . # ! $# %$ 2$ ' $' 9 # $ # 4 $4 $ # # #/ $ 4 (' / 1 ! 9% $ % ' 4 .$ $ # $5 # $ ! # . $ # # ! $# # # ' $ # $ # # # 4 ) $ %$# 9% $ . $ % ! !$ # ' # # !# $ . #! # < # % $# $ # # # $ ! $ # ! !$ !4 #/ $ < !% # ! ! #4 $ ! 9% $ . ! ' 7 # # ! : 7 4 $ # $4 $ ! $ (? ' K $ !! 7 4 9' 4 '# ! # 4 # $% # 4 .

$ $/ # $ . ## #4 # $ # ' $ ! ! # #. $ # # 7 . ! $ $ # $4 ! ( $ ' K$ !! 7 # ( # $ # $ 2$ ! # (" $ # # ! $ !' # ! 9 $ # ! # ## # ! ! $ # ! % ! % $# .$ ! % $ ! 2$ ( # # # ! $ # '# G # $ @ ! $ # # ) $ . # ( . ! # $ ! # # ! $ $ $ ' # "# ! !% # ! # $ ! # # ' ## $ .$!' %' # . . $ 0!. $ # '# $ $ (. # # ( 8 % $ #4 $ # ! # ! ! #$ # $ #.! # # # ## $ ! # 9$ 1. ! ## .## ' ' $ ! $ .$!' ! $ $ # #! )9 $ ! $! # # ! # . # # ! # # # ' # # # # # # % ! # #4 9 !# $ # ( ! $ ! # $ !'' ! ' $ # # % ( # $ # # $ $# # $' # ! # $ $ # # ' ## % #& $ ( # ! # $ # ( #$ # # ! $# $!# % ! $ (? $' # 9 ( 9# #$ !$ # # # $ 0 # 9 49$ # # $' # $ # $ # ! # 9 $ ! # $% # $ #! $ # $ #? $ # $ 9' ? ' ! K #? # ( % !# ? ' )9 ' ' # ! $ # $ ! $! ( ! # .$' $ ( 4 ! $ # %$# # 9 $ # ( #$ # ! $ ! $ # . .! ( # 9 # ## < !! # $ ' 2$ # ' # $ # ($ % ! $ # $ ! #4 ( 4 % 5# ! # $ ' (.$ $ #$ G @ # # ! !$ #4 $ ! !4 ! # . ! ' ! # 9 $ $ (? !$ ! ## # ' # ! # $ # ) $ $ # # # # # # $ ! $ 0$ ! !# .! 4 # $ #4 # $ ' $ $ # " 9 # # $ ! # . # # %! # $ $ $ ## ! # $ # $ $ $ !# ! # 9 ' %$ #' 7 # 9 $ 9 $ #.

" % 9 $ %4 2 ! # 9% # ! #4 ! # #! # ! # #4 ! 1% . 4 ! . $ $' $ ! $ # . $ $ !# $ $ # 9 $ 7 4 # # # ! # $ #/ $ #/ $ ( !% # " ! # < ! # $ 5# $ (< ? # ! : #$ # $ % $ $ ##$ !$ # #7 $ ! # < $ ## $ # .$' # • . #! # !' % ' 4 ## $ # ! ## #$ 9 $# $ # ) $ # $ 9 ! )$ ! $ $ ' 7 ! $ $ # . ( 4 # $ # # # (< ( 4 ! # .( 4 ' % 9 $! # ( ! # ( ! $ $ . ' 4 $$ # % 4 ! ! O .$ 2$ # # # $ ! # < 1 4 $ !! # #7 / # # ' ' ' # ' # $ ! $ ! # # % $ -.$ "# $ 9 9' $ ! # # # # ! ' $! # ' ' # # %# #$ ! $ # $ # 9 $ 1 ## $ ! # !. '' 9 # % # 7 ! % $% 7 # $ ! " ' $ <5 #9 9 $ $ $ ' ' # $ % 9 ! # 9 # #! ! $ # # ! (! 4 9 $ # $ $ $ / # ! $# !$ ! $ # ' # $ / # 7! ! ' # .$' # $ '/ $ ' .$' ## $ $ ! -. # ( ! # # # .$' # # ## $& ! $ !' ( % # .$' ! # # # $ $ ( ## ' $ % $$ ! # $' 9 $ ## ' ! # $ # # $ #9 ' # # %' ! # ' ! # # $ % $ # ! # ( "# 2$ ! $# # $ # # % $4 %' # $ $ # # ' ! $# # # $ 9% $ % $ ' #$ # 7? # $ ' 90 $' . 6 $ ## ' ># $ $ .# $ ! $ # $ # $% # ! $ #O % 4 $ !$ # # . 9 $ • ' ! #' ! $ 9 % #/ $ 9% $ # !% # ' 4 (.$ $ 9 !< 4 4 ! ? 6 6 ? # # 4 # # $ # 9 $ % #$ # # $ # ! $ #$ 4 . $ ( #! $ # $ # $ & # $ # 9 ' $ ## Z ## $ ## ' $# # 9 9 $ $ # ' $! #9 ! $ !'' # ! # 9 % # ! % $ #' # $ $ # .! . # $ . ! ## $ ! # .( 4 $ !$ ! $ / 2$ $ ## ' $ !## # .

# # $ $ $ 9 9 $ . % % < . " % ( " ' "% " % % 3= L 3- M < 5 .! ' ! 0!.5 -' ) " / " .D 7 > ' B . $ 9 9 $2 $ $ ! $ # $ 9% $ ! $# ) ! & ' ( ## Z! $ ' )! # $ $ . % . ' ) " @ / B J& 3 K/ % K 8 8 D 6% . 5 . ! ' $ ($! ! " # # $ # !'' # - ) " % % " " ' " % 9 % ! 9 & " % " ' B ) % " .

$ $# 6 $# ! $ # & # & 1 $ ## ( ' !$ # !% # $ ! 9 $ $# ' # $ # ! # $ ( / # $ '/ # $ $ # # 6 $ #. M# _' N " 4 4 # $ & .# ' $ 9 ' 7# & # $% # . ! # 1 ! X # N $ # X # ! ## ! # : # _' $ N( $ .

$' # ! # # . 9 " 9 3 9 # 9 ./ # $ 9 # !M ( # $ ) & # ' $/ % # # 8 % $ $ # 4# # # ). # ! # 9 # % ! # $ ## > $ #$ # # G @ 9 $ ## # # # $ $ ! 4 # # $ ' # # ## ' # ! $# / $ ! # $ ! # ! # % 2$ % $ $ $ $ ) 4 ! % ! #4 # %$ .# . $ * $ # $ ' $ . # $# $ ! $ $ 4 !$ ' # # . ! !$$ ! ' # % $# "# $ # $ . ' .$ # .# $ $ # ' # %$ $ #$ $ # $# # % # # ## ' $ . $ $ ## $ $ $# % ' # # $ # # !'' 2$ ' # $/ # .## 9# # $ # $ # ! # # $ # # ! 9 9 ( ## ' ## ' $ $ * * 6 $ ! $ # # ' ># $ $# !% # %$ # $ ! ## # # # .$ . $! # $ # ( # % # # $ . %# ! % ' # ! !$ A $ 0 $# $# # $/ # $ '/ $ $ # $ % $ % 2$ . ! # 9 $ #$ 0 # )! $4 $ 9 # ! # #$ # # # ('2 # ' $ $ . $ !## $ .$ $ # . ! !$ ! % ! !' ! # 2$ <! # $ # $ )9 $ / #4!$ $ $ ! '2 ' # ' # 9 # .$ * " 0!. $! ## 9 $ $ !' # $ # $ / % $ !## # 9 4 7 4# ! ' ## ' $ # )$ # # ! # 2$ ' 4 ! O " $ ## 9 $ %! !' $ $ . "# . ## ' ! $ .$ . # # $ $ $ % # $ # ' !' $ # # $ $ ! # ' ! $ . L 3$ ' $4 ! % 9 $ $ 6 $ ! 9 # $ ! # $ $ .# $ # $ (. . . (< ) $ # . $ # # ' $# # ! . $ #! # $ #! % ! $# $ # 3. $ % # #7 ' # %! (# "# ! % # 9 ' $ # !' $ %$ . # (' .$ ! $# $ ' # 6$ # # 4 $ $$ ' $' $ # # $ 9 ' %$ 9' ' $ $ $ % ' $ $ 90 .

! & ) % $ (' 4 ! O 9 # !$ ! $ # 2$ ## $ ! # !4 # ## $ $ ## 4 $ (' # !$ ! $ # $ ! !' ( #9 #9 $ # #4 ! % $# ' # ' $ ! $ # # $ $ 4 $ ! ## 6 !## # $ # ! # $ '' X $ 2$ ! # . $! 9 #$ $ # .B ) X $$ ' . ## $ # ! : ## 4!'' $ 42$ $ ! $ (% $# < ( ' ' 7 # ! ' ## '2 # ! ' ! 9 0' # # !$ ! $ # $ $ $ $ # $ # ! # < !' ' 4@ (# 4 $ $ ## $ # $ ( # # # # $ # ## $ ( ! # % 2$ !' # $ $ # 9 7 # $ $ # 4 $ # 9 # # !## $ % ' $ # ! # $ # # ! ! # $ $ # ! '2 ' # % $ !# # ) $ !' !' # $ # ' 7 # $ #4 $ ! # % ' . $ # ! ' 7 ## $ $ #$ ! #4 ' ( ' ' ## $ $ ! ## ' $ ' ' ' # .$ .! $/ # 1 # # # ## ' ! ! #4 # $ # ' # $' & $%$ 4 / ! # 4 ## . # # #4 $ # $ $ ' $ (! . ' ! #9 1# # ! 6 # $ $ . $ ! # 9' 7 $ ' # ! $ ! $4#9 #9 # # # $ !# L! 9 $ $ ' # # $ # $ ($ ' # $# ## 9 $ $ $# 4 ! $ 9 $ ## . # . # #9 "# # # 6 # $ "# # # $# # ! ! ! # 7 # ! % / ' % # $ # 9 $ 4 ! # # $ # $ ! ! # !# ( # ! 7 # # ! : ! ! ($ ' ! # ! $ .

# # # . 9 $ !## # 7 . $! 9 $ $# ! # $ # 4 ! O $# ' # $ ' %$ # # # # % ( # ! # $ ! $ ) ! $5 $ # .$' .$' # !' #$ # <(' # # $ B #4 # # $ ! #$ 4 % ## $ % # $% $ ! $ ! # $ # . # $ #$ # #! $ # # $ # # .B # $ # 2$ .4 # # $ # $ % # # $$ 2$ # $ # # ) ## # . ! 6 $ %$ . # ! $# 9 % # & ! # $ # ($ !%# #$ # .$' $ !## $ # 1 $/ % # #7 • • • • • • • .$ * 1 5 3 .$ . # # #4 # ! $ ' $ $ $ $ / # $ ' % 2$ $ # % # . ! # ' $ 1 2$ # $ ( ! #$ $ # $ 4 # $ # # 4 #) #9 $ # $ ! ' # / ## ' #7 / # $ ' $ 2$ & = # #$ # ' # . # ! # $ $ ! # ' $ # ! % ! #$ # $/ # $ # $ !## # # % #4 # #9.# %$ .! #$ #$ # $ # !' #$ #' ! ' !$ # $ # # !$ $ # ( 7 # # # # ! # $ #.! # $ $ ! $! # # 4 ! O . ' $# ! $ < !! $ 7 $$ 4 % $# $ # 2$ ' # $ % 9 $ . $ 9 $ $ ' # #4 ! % # ! # 9% $ $ # ' 9 $ $ # #4 !$ .

$ # ## % !' # $ ( # $ # ! # ) # #? ( # # ) ! $ ' # # . #' # # # $ # !% # . # ## ' $ ! $! # $ # ! # # # ' # ! (& # ' $ 9 ## $ # ## ' ' # 9# 4 # ! ( ## ' #? # # # 9 # ## %! # ! # "# ' "# "# $ "# ! ? "# " $ ' $ ! $! ! ' # #9 ! ! ! #! ! # # ) 9! ( ! # ! # ' ! ' $ ## % # # ' #& # < ! # ! # # & & .! #!' $ $ ) ' ' % $ $& $' # $ % 2$ $ ! # ## #' & % # ! ## % ) # $' !' !' ! ## ( $' # & ! $ # !' $ ( # $ ' '! $ ! # # ! $ ? ! $ #) $# $? $ # # $ ## # N $ # # # ) # $ # &.# . $ ! # ( % $ ' $ #? #/ $ ' # # 9% $ ! ( # ( ' ' ! # $ (? # # 9# ## ' # ! $ # # . ". 5 3- - . / = 3 - -. # # ? #4 $!## #4 / #4 ! ? ! $ $ $ #4 # ! # '! $ ## #4 9 $ # ' ' $ # #4 # ! % ( ' (< ! # 9 $ $ $ '! $ ## # ? $ $ # #' #4 ! ? ! # # # $ # ' # <# 4 # $ # ! ' #4 0 # !$ # # $ < ' # #4 $ # #4 ' # # #4 ! (! # $ ## % #& ! # $ ! (# .$#1 $#1 #$ .$' ' " 7 " $ ! #? ( ! #? # ( # # $ $ ' # ! # $ ## ! $ # ' "# ' 7 # ' "# ' . ` # ' # # # / -.$ ! . " # $ # $ ## $ $ " ! $ 9 #$ ! $ #/ & "# ! # ! #? $ # # $# # ! ( ! B# 4 $ ## $ $ !' / .

. % # # # #? $ #4 ! #4 ! # # # ## # ! $ #4 $ #4 ( # ! # ( # .G ? ! 6 7 7 ? $ # ! # ! # ! !$ ' ! # ! # ! # 1 $ # "# ' # % #& !# ! ' # !' $ (< ' (!$ 7 #4 $7 '4 (% !' 4 % 4 ! $# ! $ Z 4 # # #4 #4 # ! ! ' '4 $!$ 4 ' 4 ! ? 4 ' O # % # $ # ! # <$ ! # # # .$' ! ! & " ! $ 9 9 # $ ! $ ! 9 !! $ ( . ' # 2$ #4 ! ! $ ' # !$ # ' # $ # # ( #4 $% % # # ! ! $ # (# $$ #4 ! 9 $ # ' '' % $#1 #* " % # $ -. ! ' . 0! # ' $ $ $ ' += = = $ . . '' #4 # $ ' #4 ! ( #$ # 9! $ $ $' $ $ 6 $ #.( ! # ' $ N 4 $ . $ # ) $ ! # %$ # $ #' ' # $ # #$ # # . $ $' ! $ # !!# $ $ # ! % # . ! # $ ( " $ 9 $ % # ' 0 $# & ! $/ # # $ # < # $ / $ $ # $ # $# $ . $ # # $ % $ ' & ! ! ! $& 9 $$ # !# ' <1%! # ( # # '! $ ' # # #4 # $ 7 # # !$ # 49 $ . 7 ' .' #? % 9! $ ! !$ / !' # ! $# ( ' $ $ $ ' ## ' !M # $ $ < ! $ #4 % $ #4 # ## $ #4 ! ' # ( # # #$ # . . # # # 4 $ $ ( ## # 4 #! $ $ $/ & # $ ' $ N # $ ? # . $! # # ! # '' # $ $ ! # ## # ! # 9 # # # # # !# # $' ! #? $ #)9 # 7 $ !$ ! # . <$ ' & # # $ ## ! % 9 ! $ ." '# $# # & $ !$ ! $ ! # & .# ? ' ( $ # ' $ %? $ !# ! $ # ( 7# $ 7 $ # <.

$ &" 9 $) # ! / # $/ # $ ! $ $ # #4 ! ' % $ 4 $ ' 2 $ ! . $ $ %' ( $ # ! $ # ' # %$ # # $ ! # # # # ! $' 4 ! 3 ! $5 $ 2$ '# $ % $ () $' 9 # $ ! ## ' 9 # $ # $ # $' # ! !$ # # 4 $/ # 9 ' $ & # ! # ! $5 $ # ! : a $ # # ' # $ $ 4 # $ $ # $ 9 '' # ! : $ ! $ $ ! $# 9 ! 6$ 4 ! !4 $ 0# # 9 ) ! #< !4 ! ! $ ' ' ' # $ '' ' $ 4 # " #4 #7 / # ' $ !! 7 ! # # #7 / # ' $# ' $$ $# $ 9' % $ 9' ' 4 ' $ ! # $ % # ` ) 9% $ # ! # 9' ! # ! $ ! $! 0# %$ # $ # ' $ ! # ' 47 !' $ # $ # ! ! # $#4 # # $ % $# $ . (' # # # $ ' / $ # 9 $2 # ! '! $ #9 $ $ $ ' % $ #' # # ! . 4 .$ # ' !$ ! # ! ' # # 7! ! ' # ! # # ' # !? . 9 ## $4 $ ! ' # # 4 # % # !# 9 $ ! $ $#+ 2 $ / ' . # .! . # 9 $ $ ## 2 4 ' # #9 ! # # ! ' ' '# $ # !$ % ! $ # % 2$ $ # # %$# # $ ' $ ' ( $ ' 9# $ # $' $! < $# ! ! # ! ' #4 # # 9' 0 $# # # $ # $ # '# 2$ ! ! # # #! $ ! / $ ! $ # # # $ ## !#4 $! # . ( ! # # $ ! $# ! # 6$ (% $ $ $ ! % $ # . $ $ !$ #4 # ' # 7 # ) ! # " $ ! 9. V% "# ' '# ! $ 2$ ! $ ! # $ $ #. % # # ! 2$ #! 7 # ' ($ # $' ) !$ $ # #4 # $' $ # 7 # !$ ' 9 $ # ( # %! 7 ## ! # . "# !$ ' ( $ # ! !# # # ## %$# $ ( $# $% % ! % $ . ## $ #_ ' .$ ' $ ! $ $ # & .

$' # ! (! $ # ! (! ! # $ ! $ ) " ' "# $ 1 ' 9% $ ' $ ! # $ $# # #$ 9 # # % 4 # 9 $ # # . $ # . .$' ! $# # # $ ## ! # #9 & $!# .$ ! $ $ ! $ ## ! !4 # 0 9# ' # ) $ 3 3 - . # ' # !$ # / #/ # $ # !# 4 ! $! 9 $! 1 . '' $! 6 $ ! $ ' 7 #& ' / #4 $ #/ # $ 9 9 $ # # ! $4 9 $4 # 1. # ! $ $ # $ ' $ ) 2$ $ # 4 # ' # ! $ $ 4 $! ## $ $ ' # $ $ $# # " L ) $ $% # # ! # %! # ( .# $ # # #$ !$ # ! $ $ 4$ ' ( # 9% $ ' 4 ! # # # # % ! $ # %$ ' $ # $ $ ) # # ' ' $ ! # $# 7 #4 $ (< ! 4 ! !% # # $! ! .$' ! # $# ( 4 # # . < !% # # $ $ # # $# = ( # # # ! !$ # ! # # 9 $ $ (1 # % $ $ # ! $ $ %4 ' ( # 9. . #$ 4 # 9 ! "# ! $ $ # $ ! $! $# # # ! 4 # ! # $ ( .9 # # 9 $ ' !'' # $ !! 7 $# ! # $ ) ' ! $ # $ ' ! 9 # ( ! #4 # ! $ $ ! $ $ #4 $ 0 #9 $2 $ < $4 ! . . 4 #4 # #9 $ # # $ #4!$ $ $ # $ # 9 & ' $ #! ' # #$ !$ # # # $ $ ! %! $ # ! # $ ( # .# . %4 O 7 ' 4 # * .$ % #4 # ' ! $4 .

# . ! # ' # $ . # $ $' " & & ! # 9 $ $ ## $ ! &) " " ( $ ( # # # . #' # $ #) $ $ !' ! ## )& ! $ $4 #4 ! # ## $ #? # $ ! $ $ !4 # ' / 4 $ $ ) #' $ # # ! 4 # ' $ $ 9 $ # $ ## ' ! # $ $ # #! $ ## !# # # # # #$ # ! ' ' # # 9 # ##/ # $ 9 ' ? ! # %$ ! # ! # ♦ $ !' ! # 9% $ ' $ # $ ( 4 ? / #! # ' $ '' $ ! $# ' . 9% $ ' 4 $ ! $ # $ # $' # # $ ♦ $ ! # # ! ' $ ! $ ) ( $ # # # # # # % ( $ ' 9 4 ? # ! #! '' $ # .$' ♦ % ! $ ! $ # $ $ # # # ! ' ' $ # # ! #4 <! # $ ! $ $ $ #4 ! !$ . 9. $ # 9 !# ! % $ 9 ' ' # 7$ ## # !# ! $ $ $ # # ## 9 # #$ ' !$ $ ## $ # . # 9# !# .$ . ! 4# . # )! $ . 4 #9 .# $ ! 7 . # . ' ' ' ! # $ % ' $ ! $ $ ( / $ $ #' $ ! # $ $ ! # ! $ % $ ! ! # ) .& ' " # ! ' ' # $ 9 ' # < # 9 $ $ $ 9! $ ! # $ / $ # $ $ % -. # # 9% $ . ( % $ # 9% $ G @ ! # ' # !'' ` # ! $ $ & $ # ## # . !# #4) ! # ## ' $ 0 ! ) # ♦ $ . 3 % $ !# ! #a " #$ .$ ♦ $ !## # .

% # # $ # $ # # $ $ # ? $ ' ♦ # # '( ! " # ) ' ) $ " % #& # # .$ !! 7 $ $ % ♦ ♦ #4 $ # % ' $? 4 ! $ # $% #' %' # $ #. $ / # $ ( #$ ' ! # # 0$ # $ (7!' $ # $ ( ! ! .$ 90 9 ♦ 6 %$ $ $ ! $ #7 / # ' <! $ 9' 47 7 4 $ # .$' ' ! $ $4 $ # $ N $ !! $ 7 ## # ! # $ #? $ $ $ !! 7 N $ ! %$ $ ) 9 # % $# # ? # # ! # % # .

.

$ 3 - - 33 # $$ / # ) %$ $ # $ ! # ! $ # # % # !'' # ! # $ ( & ' #$ & 0 # ' ! $ % !$ # ! # 6 $ (' )F== = .! ( # $ ! $ $ # .$' $ ! ? ## # $ # $ $ $ 4 # # # # # ! # : 4' # ! $ # # ! # # ( # % $# #! # $ N #? 9' !$ # 6 $ # ! # ' ! ( & # )!# # %$# .# $ #? # !'' 4 ! $ # # $ !# ! # ! # 9' # 0 # $ / ' % ! ! #4 ! $ . $ ' #% # $. $ $ % # ! # $ 4 $ # 7 # G @ ' $ & $ ( ' % $ % !$ 9 # . 9 ' $$ . ' $ $# # ! $ < )+Cb += ## % ## # # ! # $ # $ # ! # ' ! ( ! # # # $ ! $ # ' ! (# ' ! ' # # $ # $ $ ! ' # $ # !$ ? # ! ' #$ # (9 $ # # ! # ## $ !' %$# # # # $ $ ' $ # # $$ $ !' #4 ! # . 4#$ # .? ( @ " 9 # ! .B . # <$ # / . • # 9% 6 $ # ! # #$ # & # $ % # $!# %$ # < $ ' $ ? ( ' / 4$ $ ! 9 $ 4 $ #.4 6 # # ! # # /# $ #4 %! # ! #4 # ! #4 # (# #! $ # ' ( $ #? !# ! # . $ $ ' 90 $ !' $ 0 # ' $4 ' # !$ $ # $ # ## # ! ' ! # • !$ # ' $ . 1 # P H = 4 $ ' 5 9 ! $ 9 !M 9 ' # . 1 # = % $ Q=H # # ' )Q = = .$' #' ( 4 #$ # ' ## # # #4 # # $% # !'' $! ( ! ? ! 4 !# ! # % 2$ $/ $ # # %! # # % #4 # $ # # G . '2 ' # # ' . # ' !'' / ! F=' # / . ## 4 ! % $ ' (' 0 $#4 4 !4 ' $ ( # .

1 ! 9' #9 0 9# # ! # ! # # $ # $ $ # # $# # ! . # # # ) 9 ! % ) .

! (? ' # .# $ $' $ # ! ! !. $ ! !# .$' # $ # $# # # # ? ! $? ! ( !'' $ 0 $ 0!. ' # % ! #? ? $# # # ! # $ $ 9 / ' % # ! # !49 ' 9.! (# # % ' # # ! # . $ ! #? $ !## $ $ % $ # $ # $ # $ ( 9# 9# ' # 9# $ ! $ $ ! $$ ! #? # !M# $ ' # ! # ! $ $$ # $ ' #$ # % 9 ' ' # 9 ! #? $ ' # ! 9 ! # $ ( 1 % ##$ !$ #' ' # ! #& $ $ # ! !4 $ # $ 9' # ! # 9# ! 9 . 9 $ ) '# ! #) ##$ !$ # #$ # % $) ' /# # $ # #! $ # $ 7 # # # # ! # ) $ %$# !# ! # # #$ # % # 2$ ? % " # %$ # ' ! # " & A" $ (! # ' / $ $ ! # # ! $# ' 9% $ $ ' # $ ' ' # $ ' $ ( $ ( #9 & $ $ # # ' # $/ # 4 # # ## ! $ # ! # .! ' 9# ' ! # ' .# .! # ) . $ ! 9 $ $ ## $ $# $!# .$' $ # ( ! # . $ # ? 9# ! 9 # $' $ $ ! ! ! ## $ !! 7 .$ ! $ $ ) !M . ! $ # !$ # / $# ' # $ $ 9 ! # ? ) # # # ' $ # $ # 4 ! # 9' # () $ ( ' $.! .

#/ $ 9% $ ' 6 ! $ $ N$ ! 9% $ ' # ## ' # . ## # 4 $' # # ' ## #4 @ ! $! $ ## $ # # # !# ! # ## # # ! # $ ( ! !% $ , $ $ ' ! N ' # ! ' $ # ! # $ (? #/ $ $ # #/ $ ! #/ $ 8 % $ #/ $ # . !$ # " " " " $ ! G 4 @ # # , # 1 $ ! # $ . # #$ # 9 $ 9 # $ $ % # ! !% # # ! $ # L# 6 9 / 7 & ' $ ! / $ ! # # # # # # $ ! # $ $ $ # # ( ? # ! #

97 / A # $ ?

''

9

! 97 $ A

& ,! , %$ ' 4 # #

' 9 ($

9 1## ## ' / 9 $ ## ## ' #$ ? !# !

$ ' ## ?

'#

#A 5

( $ ! 4

! $# $ 9 # (

! # $ #< ! * # $

9 ! # $ ' # ! # )# % $ &

$ 4 ,

P* = C FP 0 % $ +DP* $ ! P+ +* = ' $# +DP+ $ Q ! - E+ P* = 0 C +DE+ $ ! 9% $ G' : # , $ # ' ## ' # $ % $ # $ 4 ( # , # $ # ! # # # $! $ #

9% $ ' 9 ? 97 / A

?

$

## ' # . ## # # ! # !4 # # $

!

,! (

# ! % $%

# #

# , $ ' ! 9% $ ' 97 / ) A !## ! ' # ( #4 $# $ ! (

% 0$ )!' $ # 9 # # $ ! # <$ +P *4 ## ' # . ## # $ $ 9' $ $ ( 9 # $ 9 L !##

P* = C '2 ' $# $ # #

,$ $

#

! #

$

(

.

# $! $ #

# & $! )! # # 9 ! #$ ' ! $5 5 ? # #

# 9! $

?

"

/

3 3 5

2 %
# '

/

-.

"# !% # !6 0 $ ! # #$ # $

# $ (

,! # # # $ $ # !# # $ ! # ! #

!# & (!# # $ ! (

#

#

$% ! !$ # # 7 # 4 # . # $

C & $ . 9 1!

? ; # !

<

; % $ # + J= = = = = # $

-- < / . PCC= = # < 6 # $ ( 7 & ' $ ! # , 9 # $ % #! $ ' ! #& # $ '

# ! F= ='* : = # 9 % $ ! !

"# , $ , # !' # % $# 4 $ # • " #! $ $ !## # $ !

$ ! # $' $ # ' $

$

4

#

$ $ $

#

#

# ! # $ !

# #

" # % $# # 7# & ( # !' # % ! $ # !$ # ## ## ' $ ! $ ## ## # " ## ! ( % $ ' # $ 9 ' ' # # $ & $ # # 9 ! $ # , # ! & ! !# ! #

,$ , # ## # # % $# ## ! # $ !! 7 !' # # $ ! % #9

% $# ! ! #$ $ #

. $

$

,$ , # ' (

" ,

,$ !#

#7 / # ! #

#

# $ !

#

* . 0$ 9 *= = = = = "# $ ! • • ,$ , $ #! $ $ ! $ $ ! $ # ! #N

C % * ! $ # $ # $ # $

&

? , $! 49'

/ #& $ !! 7 & !# ! # # # # $ 0

'

# !' # # # ! : 49 ' $ !## # # ! # # ! : # ! : & #

9 N $ $

# $ ' #

&

#! $

$ !

$

4

! #& !

!'

#

%

$

$ !## #

!

% ! #

$

#

,$ ,

# ,/ # $

##

#

!

#

• $

' '

N $

' 9'

&.

!' # -

#

%# ! $# $ 9 $ !# ! # 2 # # # ! # # 0 $#4 ' # /

#

,$ ,

#

!

#

1

C % 1

-.

=

-

5

4 ' . ! # # $ # #

$ 0!, 9 ' $ $ #7 / # ' 0 4 ! # < % D '*N $ # $ ! $ # $ #& # ! #?

' ! () 95 A " ($ $ #' / # $

$ !'' !' • • " 9 1 " $ ' .

# $ $ # # ! #& ! # $ ? ! : <' ' # $ # $ # ? ! $ " '# ! $ 1 $ # ' #< #O # # 9 5 9 # ? # #

!

#N

$

#

$ ?

• •

"

$'

" 6 $ #

! #

$

(

$

$

$

# # ! # ' #

# #

$$

2$ $

#

%

7 #

#

#$

$

#

& $ $ +F ' # ' */ ' # " 1. W $ N # ' ! # " . W 1 ! # $ ' 1 $ $ # N # ' $ # + $ ' F/ ' */ . W $ # $ ' N # ' ! # W $# N' # $ ' + $ ' # F/ ' # ' Q/ ' # ' C/ ' # ' J/ ' # C *% 1.& $ ' Q/ +F ' # ' C/ ' J/ ' E/ ' P/ ' D/ / +=' ' ++/ ' +F/ $' # # 6 # $ .' & C % .& $ +F ' # ' */ ' # ' Q/ ' # ' C/ ' # ' J/ ' # ' + $ ' # F/ ' # ! $ N ! # : $ ' N' # $ C % A 6 1"1 " 1 1 1.

! # ! # $ $ # 9' . # . 9 0 9 $ $ '' 9 ! # $ $ $ # " .$ # 7 # .9 # $ 4 # ' # # )0 $ . ## $ # ' ! # !# ! # # # !$ # # '2 4 # ' !## $ $ $ )9 $ # # $2# 9 $ $ 4 # # $! $ % # ! # $ $ ! $ # ! # # % ' # ! # $ # # # ' # ! # 0$ 9 4 9 # # '2 ' $ # $ ! # # $ #4 # ! ! # ! # $ ' 9' # 9 $ # ( # % 6 # # # # # $ # $# # # # ( .$ # # ' 4 9# ' # # ! # $ # .!" & # # # ? F G? 0 ! / < = > 8 8" N 8 8 & ? ? & 0 .88 8" N 8 ' ' ? ? $ .$' ' # # # " '# 8 % $ ! 9 ! # # .$ $ # # ! ( $ # # # # ! # $ ( '2 # 4 ' # $ %# #! . ! # 9 .88 8" N 8 $ # 9 ! # # $' $ !$ $ ' $ $$ # # ! # $ ( " 9 7 # # ! ' $ # $# # $ # 9% $ ' % . $ # ! 9 ! # % 2$ 9 !# ! !' $ ! . # $$ .

.

A .6 A .

.

.

.

.

$ $ 4 . 3 ..!" .& " P* = / C4 $ . $ 9 # 1% +DDD $ #$ # # ! ! # ! # 9% $ 9 / 7 '# ! ' $ ( $ ! += . # ] & 1' $ ' #! ' ! # ] Z$ V #) $ $ +DPJ4 ** # ! # & D & ? 6 !## # " " $ *+ D .& " P* E+ / D & 3 ! $ & # ! # $ 0# -# #$ # 3 $ % = &6 $ !$ 9 $ 8 % 9 $ $ 1% +DDE $ ! # $ '' # & "# +DDE +FC # # ! # ' $ ( # $ 4 / # J ' & +DDD4 CD (& !# # $# :$ & O 2& . = & " !# $ # )9 ## ' 9 ! # ' ! () :$ & *C # # ! # $ ( .=. 4 +DD= EJ 4 #! ! # &" # # $ $ ! !# $ ' / $ # !$ D +DDE4 E+ 9 < < D $ ( & % # # # $ # !' # :$4 $ 1% < & D +DDC4 ++Q ! # # . 3 D &6 # # $ # ! # ' ! ( 1. ..=.

.A U . . S 1 "' .A $ 1' 1T : $ Y1 ## S G 1 $! . 1 X 1" 1 1 U W .5 $% # 1U V 1 $ A 0 1 A 1.A G 1 1 . 1 SG 1 .$ " U . 1 ! 6 $ #6 $ 6 6 G ! ## $ * # 6 16 6 U . $ 1 " $ $ 6' % D9 5 & PF* *=Q* & PF* +J F+ (& PF* +D CF & P*J = +C = (& P*J = *Q F & DJ* ** F= (& DJ* *+ QE & P*F +P QC (& P*F +P QE & P*J = +J = (& P*J = E= Q & P*F FF +P (& P*F +D JQ & P*F *Q EC (& P*F = E* D & P*F = QQ E (& P*F = Q* E & PFQ J+ QJ & PF* +=EF (& PF* +D DC & P*F EC Q= (& P*F = PF * & PF* = ** = (& PF* QP FD & PF* +=+* (& PF* PD +D & P*F = = N F P P*F PJ FP (& P*F = = F + & PFC Q* QQ (& PFC C* CQ & P*J = = Q J (& P*J = = Q C & P*Q = PJ P (& P*Q = QQ P & PFF C== E & P*Q = Q+ = & P*Q Q* = E (& P*Q Q* +F & P*F ++ ++ (& P*F +D JC 1" $ $ . 1U . . . $# 1" ' $ 6 U 1. 6 1 . 6 1.S 1 S1 A G 1 : U 7 S 1 1 1Y 6 . ' 1' 6 V# S .

S 71 1 6 1"1 ! X #$ 1 1. ' $ ' " 0 1\ 1 . 1 . 1 . G.V 1G $ 1 . ' . T ! 1 & P*F +D FJ (& P*F +D FC & DC* ++ +F (& DC* Q+ = D & DQ+ +== Q (& DQ+ ++ FC & DE+ +Q JJ (& DE+ +D E= & DD+ +=+P (& DD+ +C EC & P*F Q=Q= & P*F +* FE & P*D DF = = (& P*D DF += & PF=F=E+ (& PF=F=E= & PF+ FP FQ (& PFF +C = E & PFQ = PF = (& PFQ = PJ = & PF=CQ +Q & PFQ D== D (& PFQ D== D & PFC *+ FQ (& PFQ DC *= & P*D C=C= (& P*D C=PP $ # ! 1 " 1G 6 $$ $ A 6 . " U S ! : G< $ 1. # ' : S A 1U 1 1 . 1 A 5 1 $ ' G 1 $ ! $1 0 V# 1 . G V 6 ! $ .A " 1 # 6# # 97 / A .

#' . 1 6 W 61 6 . & ! ( . ' & & & & & & & & ! $ ! ! ! ! # 6 $.A G 1 & & & ! ## ' ## ' % # !/ $ $ 9 ( 6 $ #6 $ #$ #$ ! ! . 1 6 .' $ #6 # #$ $ G ! ## ' ! 1. 1 6 . T G ! $ # $%$ # # # ## #W #$ # 6 $. '' $! # # T G .! # $ ! 4 1 $2# 9 $ ## ' & #G ' # 6 $ #6 $ $# . #' # c # & .5 *% =- 1. . ' # #$ #$ .' $ $!# 1 ' ( 1 $! # .

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful